<%BANNER%>







PAGE 1

dicte dbcs le s* DS maximum. Le voyageur qui arrive m Amrique en 1 bienvenu a raison dr l'iixponanced son avoir dont, par son sjour dans le Pays, il doit laisser un taraime quelconque qi i ifft autant dr gagn pour l'activit amiica'ne tovi toiles sis loin es. Actuellement (nous tenons ce ren seignernent du Ctnnil'" Tinrcer lui mme) les caves du Trsor amricain ne peuvent contenir la grande masse d'or qui a illlu aux BatsUnis pendant la guerte. On a du ; La Petite Maison 10 Rue du Cent e Vient d'installer une racemsiie l'i i lON-VlLLI en face Ubiuor i :IMH Grand choix de rubanr, derl'llrs, bioderies, tissus I£gei7, tulles pa fi inerie, bonbons, car.ts postal s fils a coudre, a broder. D3U!unspre:.sioLS, chaussures, etc. et:. aligner voire empiler les caisses d'or NOUVelleS Etrangres dans les couloirs de ld fi. e. Or.ce %  trop plein n'a pas drlrrm n le Gou vernemeot amricain a piendre une nmuredeprohibition d'aucune monnaie trangre. Tous Us paiements des Nations trar gres, Funce. Belgique, Acgleterre, etc au profit de l'Amrique, continuent ite fxigh tn r, et c'est ce qui a contribu 1 ren die le change europen, celui de la France notamment, si dfavorableCette prfrence donne la monnaie t'jr par tous les P-ys srieux est prconise par le Conseil d'administration de la Banque Natonale de la Rpublique d'Hait-, en des termes non quivoques, voir b cchuie de Monsieur Ldrr.ond Thrv Directeur de I E conomiste Enroprr, Membre du Con:eil Suprieur de la Mat siique de la France, Prsident de l'Asfeciition de la Presse Eccnom que tl Financire Fa aise. A la page )\ de celte b:ochur\ nous lisons : • Pour hsbimer le public haitien la monnaie doret per nultre i celte montaie de pntrer sur le territoire de la Rpublique, si la stabilisation de la nouvelle uni hatienne rend celte pnlraticn possible, il suffira de donn:r le cours lgal avec puissar ce libratoire a monnaie d'or amricaine dans le rap poit de s gourdes nouveau type pour un dollar or. On pourian mecomp'ter celle mesuie.cn aoerdant le courilgal et la puissance libratoire aux souverains d'or ng'iil et aux napolons d'or franais. • Les modifications proposes par le Dpartement d'Etat au Contrat de la Banque, tudies par le Gouverne ment Hatien, ont donn lieu de la part de celui-ci, a des contre propositions que le Dpartement d'Etat n'a pas agis. Le Gouvernement a donc accept ces modifications en 9 atti des telles eu elles turent arrtes et signes Washing'on le veudredi 6 Fvrier 1920. par ie Conseiller linan cier. le Ministre d'Hati pi es le Gou vernement amneain et le Secrtaire d'Etat des F.nances. Mais lorsque .Messieurs S:arra & Williams reprsentant respectivement o t o *M5 P. 10 Aot H 20 l'ARiS — Renie : \ 30 60 P. 14 c6. NEW YORK.Fran:. ij.oa.J 62}fi, HYDfi l'ARK. Nw-Yok. DOJ on d scours d acaptaton df la eau didatute dmocratique la vice prsidtnce ; Franklin Roosvelt tewn que la Ligue des Nations 'ait e?sen lielle et qu' urJ trait de paix rel devait rpondre une piit relle. A !a t^meu-e dvise des franais proclame Verdun : k lis ne passe • r JI t pas'' ainsi qu'aux cris de nos propris t>o'dals clans l'Abonne POUS devers ajouter que pareil CfUclyime ce se reproduira plus. WASHINGTOM — Le Prsident Wilson n'a pas refus de participer dans l'aide i apporter a la Pologne i-t on dclar aujourd'hui et les dn| hes de Paiisqui a ctt tffet.direr.t que tel Etats Unis transmirent une note au gouvernement franais dc :n nt d intervenir dans les ail lires intrieures de la Russie lurent dcla lf| tre sans documents PARIS A exeption des organes socia istes les journaux constatant unar mement que le pinc pal rsul ttt de l'irtransigeance des Soviets &en de res^eier d ivant3ge 1 union d: la t*rane tt de l'Angleterre devant le danger commun. Les Journaux reconnaissent l';o coid qui ex.'te sur la ncessit d'agir lofil quelquts divergen:es de vues exileraient elativement aux mithodj'. Les experts franais eitimera'ert le blocus peu efficace et inclineraient veis 1 emploi de tioupes Franco liii tauniques en haute Slcie avec 'a collaboration de la force Roumanie. La plupart des Juunaux notamment le Petit Parisien et le Petit Journal ne doutent pas que les ,Soviets veulent Bolchviscr la Po ogne iv.nl de traiter afin de placer les allis devart un fait accompli. Le Figaro et l'Echo de Paris soulignent les agissements de l'Allemagne entouragear t les Bolchvistes avec l'espo r vider t des Finances prouva une bien dsagrable surprise en constatant qu' l'article 9 du document sign a Wa Ahingtoo le 6 Fvrier 1920, et clos comme il est dit ci-dessus, 1) avait t ajout un atutndfiuent avant tiait r* en DO. — & £ r C o *" n a e n o t a Avis L* Mogistrat Communal •Dqnne avis aux in'eiesss qu"tn (l*i de 10 jouis Nurest accord jour rdaner de l'administration C e,a munale les maib.es proverari de la drrolii'.oo des tombes, taite cor fouiicn eut III d sposrions de lAiliclel r de 1 Atite Communal en date du 23 juillet r y r S et de i'a v s du 20 A> i ue la n rr,e anne. Pa:sce dlai, ledu maib.s 0.S-& 3 i-jTfi seiout vecdus A la fuie pullique et e* 2 3 S | „ g le n ontai t Ce la \tce 'allut a des j* a i ~% g"| g c n Œuvres dt Lici.lauacce ccnmunale Port au I lioce, le 11 />ct 1920 CLI.MLNT MAGL01KK ^ = 3 r, m -• w> •* s> j o S -S-15la s* / 2. = T*o2._, -i a. c ._ *• ^r 'A (VK 3 ". =' 5. r • 2 o. G_ i? 9 n _'. B" "" M" n-0~ "> --1 o 0 tt m H H O es "3 -1 s s C 3 a> a — ro O % p CC PS s s o P r. n ^ *3 r f BO FaitsDivers u n i m\ 3 3 fi *Q !" s. a. s. 1rs* 1 ? a — 2 w. œ %  Q = =."2 "2.3 e* o >•. a> — c %  £ %  S s œ > -B m — a S r o — n S'A.S B 2f f.5' O — ^ JI r' r* e^ O %  ^^ % % % %  "".' %  1 ISS I X % Intressante Visita Hier, le* membre! le HOIMJ Clt, . IJ mue de kut icaOKM uni vi.iiic l'UklOC Je u msisoa Mc-luiiii, Mine l*fcucicui! uuiallatuM Je iirtnfaa c.uiauiue. tout pre du MagM n Central uc l&M, ..r Hip^cll qui venait iXt.tt lu membre un Uuu -A un 'e uonnturs Je .a reccpiion j^ic ui.c MBabniUi paiwu, inonuanl ici muwdiaf dOuiisde I C MUC >,UI un^mUresMi iou> Ici vii.icur. La mitclunefte traite 4 tonnes de graine] de COton pour un rendiincnl Ut l >o gallons d liuie par ,our. Le qui donne 4 *>oo Vt\tt dCUgH s pour U Usllt a bUIDOi 2> dollais la MMOKa L'nu.lc est txpiiditc au. tias-Lms. Lkabuned sorti mcnaiiM d'aww vu ruine m pleine activit, louiniisant ou travail a beaucoup o'Miivui ci animant ce cou ue U vibeauttctoi ii t.iwt*. .Sous ne marctuadOBI jamais nos conipliiurauet un cneourageincMi aux unnatives ue >.c grnre ippdcei a irnliotei nos comuuoni u'ciiatvucc ti •• meure nos pioduitscu valeur, Accident d'aviation Avaot-itwt esi ainc a Mirebalait un accident d'aviation ijui a cou.e u vu.1 un oi'licier, Hier, eoctf voir chez Mme liaOiai.u siiuct J.M :.i ^our de U Veuve SU',. • e n 1 ,. mule 1,1e. il peine case, heureusement Je peu OtHWHeUl. 00J, llUe dCS LUSITS. d'importance, tiambau en quelques minutes sans iju ou eui, graee a Uieu, a emegisirer d.mires uega:s. Le peiManrwi uu quartier luirtrenl a teindre le leu. Lesi loc^.ii.uii pour nous d'engager 1 auionte co:iimuua e > entendre avec kl ter vice) ue pouce pour proscrire aMOlument dans l'en.ti.ne de la vwc et uai s le ve.iugG ii gioupe uu p.u dei.se d iiauiia.ions ce consliu.11 ns paysannes a ;oituic e panie qui peuvci.t eue u CakM J< VeillaU.e Jisa.uc. ?V$KISH I '>"MI>.6RinSM.AMCBiC., n „ ,u -*""" 0 Ca*tr AM 'CMr06CC0C0.til CUIWMCO. Or 9 60 lemili-, Ed ESTEVEt PORT-AU-PRINCE Maurice Slmonetli A iji'nl Gnral de la Maison Dauphin, isnde Publique fde bijoux phltot Etnaux vitrifn s ET Similis maux Se lient la disposition de \oules personnes dsireuses de /aire re ]\ix avantageux. Paiement en deux termes. v> miauis icptcsciii ar;i OL ce. 1 t u t m , ic 1 K 1 t, 1. v,„ dejquiver les consquen:es di leur et olciellemeot la banque Net!0Et... V n ^$^^^ ^o de Paris e,imeq.e iU r le avec le SeaUaue dEt.t d,s fiotucs ^,u seulement nous joavons d pour la signature des actes leUtits ••"* le .dbut h dangereuse v B r u v„t;„„oi. coi mon nsissante. Le Gaulois dil au transfert de la Banque Nationale ,,•,„„,,„. .. o ".,7" de la Kpublique d'Hati la Nalioque les hsuatione des allies pounal Ci.y Bank, le Secrtaire 4 Etat vent combien ardent est leur ies.r de paix. HYTHE— Les chefs des gouverne monts anglais et Iranvaisdlibrrrut sur les consquences du refus des soviets de conclure une trve de dix jours avec les armes polonaises. Ils Le Pur^lif Idal c'est la Hu!eduD r D ehaut| 147, Rr.i du Faubourg Saint-Cer.ls Panr \ Puciiu ii 11 ntt Ne iideewlltnl aucun prf-paratlf, liii ne proVOCdl jamais ci; a.4 ..'.L. Supprii i-ni la dlto, tUi ne elbi.ite pus te malade. N'exigeant pas do repoi h i 1 chambro, | elle ne cauie aucune perte di te-r.ips. PJOI activa que ttfli les similaires, etla est, par conse^uci::, rr.uiua r.hcro. DOS. : ?unoTive, 2 a a piiaica LAXATIVC. i pliUl*. Convocation Jliel Restaurant L'htel Restaurant de l'Avenir se recommande tous pour le bon soin et la rgularit de son service, les voyageurs qui pa c sent Port au Prince y trouveront pie ne stisfjc tior. l'our s'en convaincre oa n'a qui passer au No 22; de la Rue Frou.prs du bureau d.-s tlgraphes terrestres. Conditions tis avanligeuse* A S Y LIA Propi itairt La Compagnie Hollandiiit la connaissance de ?es clitnrj] tes vapeuia sur la L^i.ed! ranla ciiargeront HamburtJ, terdam tt Kotteidam pourleti suivants : St-Tliomas CapH S. J de Rio Rico l'ort-irl Sancbez(H.Di Santiago d Puerto Plata R D KiRston.li Monte Girriaty U D l'to Gi Les prochains dpaits comme soit : Dpart de HAMICTRG G Aot .* Septemire 11 \MSTERDAIi 12 Aot 'JSaptembre 11 ROTTERDAM 14 Ao 1 ; 11 Septembre 91 Arrives du Cir.-Haitita;j li Sapteinbra 11 Octobre %\ •t Port au l'rice l'i Septembre 12 0;tobre i Cette l.'Li'ie, cltrant 00 rapide et sr entre t'Eu Hati, nul doute que nos clii dront bien en proliter importations, surtout de oi Bureau principal ; th TiandWei lodia MaiL| vaart lniis. Amsterdam. Agences : Hudin & Yaa), j ienfkade 2:1 A, Rotterdaa\' F. WUihlatre hof, Strsinhcfe 8,11, Hal D L JONKER, Pneus &tubesFiresto T.bcs rouges Tubn giis. 30 x o \Wxai12 :\\ x '. x 4 33 x 4 o'i \ '1 1[2 Pneua30s3oT au x;; 5.2 ::V,N,s. Cords 31x4M. S fhbric or 4 &f > ; 7 7 00 H \ :;nx;i i ::\ 1 4 '32 x 4 •MU m ;Wx4l^ 22 Pneus 30x3 non .skid 30x3 l|2 non M : .'{ X ,N S. Cords 28 /e) 55 il x4N.Sf brie qui. pat consquent ippon corn 11s pt sance demain mate. Fourieinercreuiii Aour. mcojour | f mnlal wkM Vttnani lu roijorti eiatutalre n tait pas cons Xifft VJlllC LII'JA l UyQMj L. Preetzmann-Agge t'en pour laquelleson consentemeut n'a jamais t sollicit. Lloyd George du po. 1 tranais et le convertit l'ide qu'il est indispensable que si les allis vtultut aisuici l'e xi>tcrce de la Po a S*r h Projet de Loi relattl aux logne et la cuiii de l'Euiope-de baux loi *gJ tetnit\. preodre contre le gouvernement de • Moscou des me:uits de contiaintes Le Projet de Loi sur les baux i que l'on l'Ut eltorc d'v.ter juslonga teiuics n'apai i propos pic qu'ici le Up.i>.mcntd;htal de ? BtatS-Uoii. pAR s m L char)fte de a s l fiet %  p C eatU Gouvernement Haiuen qui l'a prpaie l'anne dernire, et corn* muuiqu i la I/g.tiou atnncaite qui Y a apporte Ut* mocl.tieutions donnant au c.onseiilci financier, coin me du itiale 00 l'exige dim locteM les lois p.rtical.ies, des loavoirs piu: tt.-udas que ue lui .iinbae la Convention. (4 continuer ) bas> n, il ). tien du trait de paix aveclaBulgarie eut lieu i orze heures au ministie des alti>res trangres sous la pisi ~" dence de Iules Gambon qui dclara l'u'gaiie des relations amicales.Cam iux eprsentams des na'ionsron rac toi exprima ses KNS en layeur de tin es qu'en aprosjn" leur signa ure la proprit de la Bu'gaiie. Puis la ils menront fin l'tat de guerre Pnrrr, la Belgique, l'Angletne et que les puissances allies ne voulu 11 ilie apposienl leur sigraiure au itnt ;. Celle ci ont plus que d'au trait de raix et aux deux piotccc.e 1UI e dlit de reprendre avec U annexs. La sance est lev... lihumes anciens et eents, ,J Toux, Bronch^ Sont radicalement guris par la SOLUTION WATER liUUY ; Ql donn d^a POUMONS ROBUSTES et prvient la TUBERCULOSE. Coproduit jouit d;unr, rpu'Btion ntrivaree le. SOLUTION WATERBfiRY :A baaaaie Crosole et de 1 Gaiicol. Huile de Foie de Morue, Digestivo Ferments, lolie ptl.te maison de J pi es n oo lamente : IlypophoHph.taa Compose, Kif.ai.a de Cerise, a rue du Rservoir, No 1835 ( L.u, tu9> sabetancta Aiomrniue. ,.^ Lranck J. MarM rgallremani conatitue, quel nue aoit le nombre des ac iounaires pi lents' Poir la Conseil d Administration, Le prnidtTit, Le Secrtaire, LESIINASSBIL BBOUAUD MAISON A LOUER Agent gnral — l\n lace de la blacire -~ Port' aU .Pruk*' COBBOlt* roi" h'i[i^n' ur 11. f la indp crue el aut ferrugineux dont I plupart tlilment lr 0, '*„fl^B| %  l> UOpiuua t Paru. U> i 1 -i-einicr Ucon. Ici nil


PAGE 1

^rainie anne No 382 l'uit au Pfii i ll.iti Mercredi i 1 Aot 1930 jgjtECTEUR-PROPRIETAIRE fyjnent-NAGLGIBE |Uci8TiuT COMMUNAL tf NUMRO 15 CENriMM G. 2.00 %  DEPARTEMENTS lf oii 10011 !OH fTRANGER G. 2.50 7.00 • 800 -nonces sont reues au Comptoir Ird Publicit, 9 Rue Tronchet, PsT; ji 2), Ludgate Hill, Londres, Quotidien REDACTION ; Rue Amricaine No, 13 8 TBLEPSOMtt -2U Vous ne pouv< z pas plus crier le miliment que vous ne pouvez crer un arbre... Le sentiment est une chose naturelle qui, pour s'panouir, a besoin comme l : arbre, du soleil* de l'air et de l'espace... Myron P. HERRICK '*' !" iGUME N T S IMP O R TANTS Gouvernement explique pourquoi il n'a pas pu obir la irmelle prescription de .article llfi de 11 Con'slilulioi. —m II MEMDRAMH M \Mtiller financier verni au \it le, Hpubli'iue par .\ir Bianehard le V) Juillet a l!> minutes du matin. ides instructions du DparF d'Etat des Eta'.s-Unis juste idpart pour Hati, duis ida la lettre du 20 Mai, au Gouvernement liairititut ncessaire de donutr ation immdiate et torinoditication du i outrt de par le Dpartement Il National Ci y bank de ttanifertde la Danque Natio L Rpublique d'Hati une ique, enregistre selon l'IHaiti pour .eue nomme % lationale de la Rpublique | taculion de l'article 15 du i 4f Retrait, resUeignant lim lati'ejportatiotide mennaie MDe, sauf celle qui serait Jhpoar les besoins du com [ew rqpimou du Conseiller \W i mmdiat d'une loi terri B i t soumise au Dpar tiautdea Elata-Unie et qui lapprobation.t i arrive eu Hati, j'ai fait [Prsident avec le Ministre ration directe Je lai que l'insertion dan* la loi de l'article 15 de la loi d i hetrait avait non approbation, mais qu'il rserverait sou approbation lnale au reste de la loiJe lui ai remia mon projet de la loi tenitqriale comme elle avait t approuve oar le Dpartement d Etat des Etat--Unisil dclara qu'il tait pleinement d'accord avec le but da la loi, mais il souleva une objection techni -/.i.' une des clausaa de la loi qui. d'aprs nui u avait pas de valeur e' aprs'une discussion qu I que peu longue d> sou oDj'ctiO'i, il du qu'il m'enverrait la modification suggre da I article pour mon approbation, bas sur ces assurances, j'ti cibl au Gouvernement des E ats-Ums que leGouvernement ait tavorable et qu il n'y aurait pas da de..u dans les affaires de la Banque aprs la prsentation des pleins peu voira par les Heprantan a de la Banque. Dans la suite, j'ai reu du Miniatie des Finances un Memorau dura qu'il dclarait avoir t prpar par lui et avec l'spproba'ion da Conseil dea Secrtaires d'tat supposant dfinitivement et tinalem nt a la mise en excutioo de l'article 15 du Contrat du Harai'. Le Prsident dans une entrevue avec le Ministre dea Icats-Uma aprs l'entrevue laquelle j'tais prsent et o il avait donn aon approbation, dit que son approbation avait t donne en son ptai appris que les modino( pe !" onnel_ et non officiellement, ^ntrit de Banque et le ^ea fonctionnaire, da la Banque Na Basque taient agrs i*aule raison pour laquelle ••officielle n'avait pas et* l.ne la National City Bank Js Nationale de la Rpu • 1 ajaeJti ne setaieut pas enMees devant le Gouverna leurs plems pouvoirs H lue tionale de la Hpublique d Hati et de le National City Bank en prsen tjnt leurs pices au Ministre des Finances pour tre approuves furent informs par lui que un des articles modiliant le contrat du Hetrait ne pouvait pas re accepta pa; le Gouvernement d'Ha i et ne W la Gouvernement n'tait 8 B:ait P approuv qu'il u'accep a riii par les piaes dans iMqoeilvl l'article tait iaclus, ni ne di.cutr.it davantage la question. Jusqu'en ce moment |e n'ai pan reu du Pr sident aucune suggestion touchant la modification la loi terriiotiale. Vu les actes cidessua dn Couver Dment, il n'est pa* poasibte de cou claie autrement que le Gouverne ment est revenu sur aon attitude lavo able ainsi quelle a t exprime par le Prsident d llnti et est main tenant oppos ces mesures qu3 le Gouvernemeut des Etats-Unis coaai dore da grande iinportaui'd et com "5** la Un de mes' explica ma ncessaires d tre immUiate^•"lent dclara qu'il tait* m30t prisas pour le biecire du d'accord avec les raipaya. par moi et il dclara Je dsire appeler l'alteatim dfiai J ( u heu d'un Arr: qui tive sur l'attitude d'cppoai'.io i envers ^•oetU la dure duContia l'Occupation a nneame dOQtfdot aa loi aeiait vote re* preave certains membres duCibinaL* importation et l'exporta M B Juin une lei a t voti ta bliasaut une taie sur l'eareg at e mont des paten:es. marquu da fabrique, reraattaat U perce jtioi ds ces ttves et le Contrla des patente et marques de laon jus le b,ambre de commerce da U Ripubli ; le d'Hati at allouant Jo^o da U ta* d pour la publication mettait en excution le ^Retrait, paice que dans aaa telle mesure n'tait r i,r les conditions cono *Mys en es moment A r, XpiiqaA q Ue i e Gouverne [•Jfws-Unu attendait l'ix ^'article 15 du Retrait com arnent direct et soleu"wernement bai ien.auquel relit que j avais dea ma %  ujaiater pour sa mise e t le aaite. J'ai alors expli '^•t'es raisona pour la [•JeiBet icp *enaie non liai tien ne Pwide indliuie. Je iui ai fCn! loi d01t rall8er l art ., V* sans modification. P' u > i tait d'accord h ce ^ demanda de faire ua f 5 '"-'.si eu ainsi une dcla I la 'Chambre de iommerceCette loi n'a pas t soumise au Miniatra amricain eu au Conseiller liaaocier et le Ministre emriC du a notig au Gouvernement que la loi ne ssrait pa 1 reconnue par le Gouvernement amricain et tait inoprante. Ivi dpit de est avis ou Gouvernement baitieu,;le Minutre des linances et du Commerce a permrs la Glnm bre de commerce d'agir selon SHS prvisions et de retenir pour elle mme 50 ojo do ta\es prvues par elle. Le 'i Aot HM'.i une loi a t vote tablissant une taxe douanire d i 7 0|Osur Us •uk'jiuobiie?, cannons et machines cr.re. Ccite lui n'a p'\a t soumises au Ministre amricain ou au Conseiller ticaucier et le Ministre amricain a notifi au Gouvernement liaitien, au Heeeveur gnral des Douanna et au Conseiller financier que la loi n'avait pas t reconnue par le Gouvernement amricain et n tait pas oprante Le M.uis re des Finances dans salettte du U Aot 1U19 au Heeeveur gnral dea Douanes a refus de reconnatre I action du Ministre amricain et a dclar que le Gouvernement dcli nait d'assumer aucune lesponsabili t pour sa non application par le Receveur gnral. La 2 Juin l'.Htf, il a t vot par le Conseil d'E'at une loi introduite par le Ministre de l'instruction publique bina avoir t communique au Miuietre amricain ou au Conseiller financier, augmentant les taxes pr leves en venu de la loi du "2 Octo bre '.'.'T-', non soumise aussi au Ministre amncain, et ces lois ont t suivies'Ttn Arrt r*u 7 Novembre 1911). donnant le seul contite et des dpenses et des sommes per lea de cea taxes au M mis re de 1 Instruction publque Le Mims re amricain a notifia au Gouveinmect lia tien que cette loi ne arait pis reconnue par le Gouvernement d.'s i.U'h I n s et serait inoprante. En d-pit de cet avis, la loi a t mise en i.x-c .t u;i f t le Ministre de lins traction publique a pera et dpens le limitant des taxes. De p.un, le Ministre de 1 Instruction publique, a dclar publiquement qui! se propose de ne aoumettre aucune loi qu'il projette a la ons'.dralion du Ministre d8a Etats-Unis ou du Conseiller financier. Le nombre dss autres lois soumi ses par le J Miuiatres au Conseil d Etat et.vo es par ce Cjrpj aana avoir t soumises au ministre Amricain a t considrable et cci malgr la Convention et l'acejrJ entre les deux Pays. H est soumis ici une liste des soui ns dargmt avances aux difta rents Unteaux du Gouvernement liaitien parle Receveur Gnral des Douanes avec l'approbation da Conseiller financier. Cad sommes u.it t approuves par le Consilldr liaan cier en cjmplrasoi au Budget Us i JiJ et do.vent tre employes a saisUuaaix ndj^etitdi m-jjjamaa e' actuelles du Gouvernement, comme e'Ie^ M c '" t prfet tea. En dpit des demandes rftea su\ M'nii'i.^s pour las Dpartements des ue • \ dpensia ont t taitea, pou avoir d s mandsts pour cou vnr les avt cet laites par le Receveur Gmral des Douanes aucuns mandats n ont nm, quoi>jue ittnt bemeonp de cas< ti ou N mois ae so' t couls depuis que l'argent a t ; v %  La ro >clusion ne peut re vitp que l'attiude du Gouveii iii-iit Hatien comme il a t dmonti par le 'cit c-dessus, a t s.s matiqut meut oppose aux buts dj l'Occupation comme elle a t iablin par les deux Pays. Ce n'est pas possible de continuer elficace m nt le travail de I Occupation coin int elle att tablie entre les deux Pays aui une pareille base et le refus du Conseiller financier de continuer la discussion du Budget pour l'axer cice 198U '21 a t dans le but d'atne ner U question une solu ion et de placer I Occupation dans une poji lion o elle pourra remplir les buts du Traite d'une minire propre et cfflaceD ua faites par t Receveur Gnral j-enJant I E xercice 1918 x^iypour ksqueUis lu lettre du Dffmrtemnt dt-i luuancte, \ -(•>\ l propose Entretien ues priions 00.000 Crdit Bu Igtaue iravaux Pnbliu Rp.rations des routea 12.000,12 131.72J.12 Cidit Budgtaire (Instruction Publies Ecole Presbytrale des Cayes G1-035 P.205 Paiements faits par anticipation des mandats contre crdits vots. Ex. fQ/Q/ieSo Crdit Extraordinaire liavaux Publics Et'dfs g'olo g-ques 12 lui Girial d'.wezac 2^7846 14-382.46 Paiements faijs en avance de crdits n voler-Citndarmene. Augmentation pour rations, habillements avant de contracter (prior to contract. Janvier Avril 1920 ' mois 7500 30 000 'Augmentation par touveau Contrat. Mai Juillet. 3 moia P. 7.816-80 78 IO.81 i S?3,4J0,58 Service i hygine O'jaranU.ne extraordi Mire pour dratisation, (i mois G. WO 3.00) 56.4*0S A reportir 202 .1 00,10 La loi budgtaire de 1010 20 pr voit que pour les paiementstaits par le Receveur Gnral pour le Sirvica d'Hygine et les Travaux publics lea pices j slicativeaseroit expdies, le 15 au mo's suivant le paiement, au D t alternent Ministriel ujmptet t afin que les dpenses puissent tre ordonnances et mandates es rgularisation des paiements faits par le Receveui Gnral. Ceci indi que qrje lea mandats seront mis dans un temps raisonnable aprs la rception par le Ministre comptent des pices juat licativea. Pour les difOrentJ service* de l'Ingnieur rrilaiti au u s mandata n'ont t e,-us couvra'.' le R Viveur Gural pour les paiements faits pour comp t6 du Service Hydraulique, d'Octobre lfliy 4 juin PJ-'O, ou pour le Service du Tlphone d'Octobra Evner 1US0, quand le sys me d' varices au Tlplune a t arrt. Pour peu net tous lea autres cr dits Plugmeur d'Haiu aucuns mandats n'ont t rus couvrant le mois de Mars juin 1920 at les mois avant le prsent exercice ont t couverts en parue seulement. Report 2C2,7dO,H> Total pour l'Ingd'Haiti en excdent 150,001 Pour la Gendarmerie selon l'ancien contrat, inclus les %  1 i.'s ctes, le crdit bui getairo pour prisons tt lea crdits spciaux poar pri mu3,aucu.is manda's n'ont t mis couvrant lea d paoaea pour lanvier juin 1020 montant a environ 480,00.) 8J2.700.10 A use du Mmorandum remis de U main la main par Monsieur Baihy Bianchird, envoy extraordinaire e*. Mintstre Plnipotentiaire des EtatsUnis d Amrique Monsieur le Prsident de la Ktpubli.jue le lundi. 19 juillet^ d 11 wrss / 2 minutes du matin. Rtlaiivemeni JU voie d'une Loi ttaMigMof l'iiii[ioitj!:on ci l 'exportaiiofl des noaaatM ilraa fttm. a —Sur lea dclarationa attribues par le Conseiller Financier a Monsieur le Prsident de la Rpublique : h — Sur le relus du Ministre dbg Finances d accepter que l obligation pour le Gouvernement de prsenter celte loi soit inscrite dans la Conven non pour le transfeit du Contrat de la Hanque Na ouale de la Rpubli que d'Hadi la National City Hank. Le Prsident de la Rpublique proteste de la faon la plus formellH d'avoir fait la dclaration qu'au lieu d un Arrt qui aurait la dure du Ketrait, une loi serait vote restreignant I importation et l'exportation ue la monnaie amlticaine pour une priode indfinie. Comment comprendre qu'aprs avoir soutenu que.dans son opinion, une telle mesure, menu temporaire, n tait pas justifie par les conditions conomiques du Pays en ce moment il l'eut dsire pour une priode indfinie. Le Prsident de la Rpublique prend occasion da ce dsaccord pour oclarer s'asbtenir d'accorder dsormais des audiences particulier rt s tendant devenir dangereuses, au lieu de faciliter la solutmi dea questions". Les trois mmoires du Dpartement des finances et la dpche en date du i) courant, au No 26; ont suili-ammeni expos et dmontr les raisons qui s'opposent i une mesure de prohibition de monnaies trangres l'imponation ou i l'exportation. s il tait ncessaire de produire on nouvel argument a l'appui de l'opinion Gouvernement, nou* le trouverions dans l'histoire naaacita actuelle dei Etati Uns d'Amrique. Il est iumelle n=nt int:rdit de laisser pntrer ;u territoire a nricaia tout /oyag?ar trau^rq i< ne seraiten possession d'un minimum d; P.$o. Miuaca4tliaiU43a-T44<:w#uest \ •'


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05185
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, August 11, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05185

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
^rainie anne No 382
l'uit au Pfii i ll.iti
Mercredi i 1 Aot 1930
jgjtECTEUR-PROPRIETAIRE
fyjnent-NAGLGIBE
|Uci8TiuT Communal
tf numro 15 CENriMM
G. 2.00
,*
DEPARTEMENTS
lfoii
10011
!OH
fTRANGER
G. 2.50
7.00
800
-nonces sont reues au Comptoir Ir-
d Publicit, 9 Rue Tronchet, Ps-
T; ji 2), Ludgate Hill, Londres,
Quotidien
REDACTION ; Rue Amricaine No, 13 8
TBLEPSOMtt -2U
Vous ne pouv< z pas plus
crier le miliment que
vous ne pouvez crer un
arbre... Le sentiment est
une chose naturelle qui,
pour s'panouir, a besoin
comme l:arbre, du soleil*
de l'air et de l'espace...
Myron P. HERRICK
' '*'
*
iGUMENTS IMPORTANTS
Gouvernement explique pour-
quoi il n'a pas pu obir la
irmelle prescription de .article
llfi de 11 Con'slilulioi.
m
II
MEMDRAMH M
\Mtiller financier verni au
\it le, Hpubli'iue par .\ir
Bianehard le V) Juillet a
l!> minutes du matin.
ides instructions du Dpar-
Fd'Etat des Eta'.s-Unis juste
idpart pour Hati, duis
ida la lettre du 20 Mai,
au Gouvernement liai-
rititut ncessaire de donutr
ation immdiate et tor-
inoditication du i outrt de
par le Dpartement
Il National Ci y bank de
ttanifertde la Danque Natio
LRpublique d'Hati une
" ique, enregistre selon
l'IHaiti pour .eue nomme
?lationale de la Rpublique
| taculion de l'article 15 du
i 4f Retrait, resUeignant lim
lati'ejportatiotide mennaie
MDe, sauf celle qui serait
Jhpoar les besoins du com
[ew rqpimou du Conseiller
\Wimmdiat d'une loi terri
B i t soumise au Dpar
tiautdea Elata-Unie et qui
lapprobation.t
i arrive eu Hati, j'ai fait
[Prsident avec le Ministre
ration directe Je lai que l'insertion
dan* la loi de l'article 15 de la loi d i
hetrait avait non approbation, mais
qu'il rserverait sou approbation l-
nale au reste de la loi-
Je lui ai remia mon projet de la
loi tenitqriale comme elle avait t
approuve oar le Dpartement d Etat
des Etat--Unis- il dclara qu'il tait
pleinement d'accord avec le but da
la loi, mais il souleva une objection
techni -/.i.' une des clausaa de la
loi qui. d'aprs nui u avait pas de
valeur e' aprs'une discussion qu I
que peu longue d> sou oDj'ctiO'i, il
du qu'il m'enverrait la modification
suggre da I article pour mon ap-
probation, bas sur ces assurances,
j'ti cibl au Gouvernement des
E ats-Ums que leGouvernement ait
tavorable et qu il n'y aurait pas da
de..u dans les affaires de la Banque
aprs la prsentation des pleins peu
voira par les Heprantan a de la
Banque. Dans la suite, j'ai reu du
Miniatie des Finances un Memorau
dura qu'il dclarait avoir t prpar
par lui et avec l'spproba'ion da
Conseil dea Secrtaires d'tat sup-
posant dfinitivement et tinalem nt
a la mise en excutioo de l'article 15
du Contrat du Harai'. Le Prsident
dans une entrevue avec le Ministre
dea Icats-Uma aprs l'entrevue
laquelle j'tais prsent et o il avait
donn aon approbation, dit que son
approbation avait t donne en son
ptai appris que les modi- no( peonnel_ et non officiellement,
^ntrit de Banque et le ^ea fonctionnaire, da la Banque Na
Basque taient agrs
i*aule raison pour laquelle
officielle n'avait pas et*
l.ne la National City Bank
Js Nationale de la Rpu
1 ajaeJti ne setaieut pas en-
Mees devant le Gouverna
leurs plems pouvoirs H
lue
tionale de la Hpublique d Hati et
de le National City Bank en prsen
tjnt leurs pices au Ministre des
Finances pour tre approuves fu-
rent informs par lui que un des
articles modiliant le contrat du He-
trait ne pouvait pas re accepta
pa; le Gouvernement d'Ha i et ne
W la Gouvernement n'tait '8B:ait P approuv qu'il u'accep a
riii par les piaes dans iMqoeilvl
l'article tait iaclus, ni ne di.cut-
r.it davantage la question. Jusqu'en
ce moment |e n'ai pan reu du Pr
sident aucune suggestion touchant
la modification la loi terriiotiale.
Vu les actes cidessua dn Couver
Dment, il n'est pa* poasibte de cou
claie autrement que le Gouverne
ment est revenu sur aon attitude
lavo able ainsi quelle a t exprime
par le Prsident d llnti et est main
tenant oppos ces mesures qu3 le
Gouvernemeut des Etats-Unis coaai
dore da grande iinportaui'd et com
"5** la Un de mes' explica ma ncessaires d tre immUiate-
^"lent dclara qu'il tait* m30t prisas pour le biecire du
d'accord avec les rai- paya.
par moi et il dclara Je dsire appeler l'alteatim dfiai
J(. u heu d'un Arr: qui tive sur l'attitude d'cppoai'.io i envers
^oetU la dure duContia l'Occupation a nneame dOQtfdot
aa loi aeiait vote re* preave certains membres duCibinaL*
importation et l'exporta M B Juin une lei a t voti ta
bliasaut une taie sur l'eareg at e
mont des paten:es. marquu da
fabrique, reraattaat U perce jtioi ds
ces ttves et le Contrla des patente
et marques de laon jus le b,ambre
de commerce da U Ripubli ; le
d'Hati at allouant Jo^o da U ta*
d pour la publication
. mettait en excution le
^Retrait, paice que dans
aaa telle mesure n'tait
r i,r les conditions cono
*Mys en es moment A
r, XpiiqaA qUe ie Gouverne
[Jfws-Unu attendait l'ix
^'article 15 du Retrait com
arnent direct et soleu-
"wernement bai ien.auquel
relit que j avais dea ma
ujaiater pour sa mise e t
le aaite. J'ai alors expli
'^t'es raisona pour la
[JeiBet
icp
*enaie non liai tien ne
Pwide indliuie. Je iui ai
fCn! loi d01t rall8er l art
., V* sans modification.
P'u>i tait d'accord h ce
^ demanda de faire ua
f5'"-'.si eu ainsi une dcla
I
la 'Chambre de iommerce- Cette
loi n'a pas t soumise au Miniatra
amricain eu au Conseiller liaaocier
et le Ministre emriC du a notig au
Gouvernement que la loi ne ssrait
pa1* reconnue par le Gouvernement
amricain et tait inoprante. Ivi
dpit de est avis ou Gouvernement
baitieu,;le Minutre des linances et
du Commerce a permrs la Glnm
bre de commerce d'agir selon shs
prvisions et de retenir pour elle
mme 50 ojo do ta\es prvues par
elle. Le 'i Aot HM'.i une loi a t
vote tablissant une taxe douanire
d i 7 0|Osur Us uk'jiuobiie?, ca-
nnons et machines cr.re. Ccite
lui n'a p'\a t soumises au Ministre
amricain ou au Conseiller ticaucier
et le Ministre amricain a notifi au
Gouvernement liaitien, au Heeeveur
gnral des Douanna et au Conseil-
ler financier que la loi n'avait pas
t reconnue par le Gouvernement
amricain et n tait pas oprante Le
M.uis re des Finances dans salettte
du U Aot 1U19 au Heeeveur gnral
dea Douanes a refus de reconnatre
I action du Ministre amricain et a
dclar que le Gouvernement dcli
nait d'assumer aucune lesponsabili
t pour sa non application par le
Receveur gnral.
La 2 Juin l'.Htf, il a t vot par le
Conseil d'E'at une loi introduite par
le Ministre de l'instruction publique
bina avoir t communique au
Miuietre amricain ou au Conseiller
financier, augmentant les taxes pr
leves en venu de la loi du "2 Octo
bre '.'.'T-', non soumise aussi au Mi-
nistre amncain, et ces lois ont t
suivies'Ttn Arrt r*u 7 Novembre
1911). donnant le seul contite et
des dpenses et des sommes per-
lea de cea taxes au M mis re de
1 Instruction publque Le Mims re
amricain a notifia au Gouvein-
mect lia tien que cette loi ne arait
pis reconnue par le Gouvernement
d.'s i.U'h I n s et serait inoprante.
En d-pit de cet avis, la loi a t mise
en i.x-c .t u;i f t le Ministre de lins
traction publique a pera et dpen-
s le limitant des taxes. De p.un, le
Ministre de 1 Instruction publique, a
dclar publiquement qui! se pro-
pose de ne aoumettre aucune loi
qu'il projette a la ons'.dralion du
Ministre d8a Etats-Unis ou du Con-
seiller financier.
Le nombre dss autres lois soumi
ses par le j Miuiatres au Conseil d E-
tat et.vo es par ce Cjrpj aana avoir
t soumises au ministre Amricain
a t considrable et cci malgr la
Convention et l'acejrJ entre les
deux Pays.
H est soumis ici une liste des
soui ns dargmt avances aux difta
rents Unteaux du Gouvernement
liaitien parle Receveur Gnral des
Douanes avec l'approbation da Con-
seiller financier. Cad sommes u.it t
approuves par le Consilldr liaan
cier en cjmplrasoi au Budget Us
i JiJ et do.vent tre employes a
saisUuaaix ndj^etitdi m-jjjamaa
e' actuelles du Gouvernement, com-
me e'Ie^ M c'" t prfet tea.
En dpit des demandes rftea
su\ M'nii'i.^s pour las Dpartements
des ue \ dpensia ont t taitea,
pou avoir d s mandsts pour cou
vnr les avt cet laites par le Rece-
veur Gmral des Douanes aucuns
mandats n ont nm, quoi>jue
ittnt bemeonp de cas< ti ou N mois
ae so' t couls depuis que l'argent
a t ; v La ro >clusion ne peut
re vitp que l'attiude du Gouvei-
i iii-iit Hatien comme il a t d-
monti par le 'cit c-dessus, a t
s.s matiqut meut oppose aux buts
dj l'Occupation comme elle a t
iablin par les deux Pays. Ce n'est
pas possible de continuer elficace
m nt le travail de I Occupation coin
int elle att tablie entre les deux
Pays aui une pareille base et le refus
du Conseiller financier de continuer
la discussion du Budget pour l'axer
cice 198U '21 a t dans le but d'atne
ner U question une solu ion et de
placer I Occupation dans une poji
lion o elle pourra remplir les buts
du Traite d'une minire propre et
cfflace-
D ua faites par t Receveur Gnral
j-enJant IExercice 1918 x^iypour
ksqueUis lu lettre du Dffmrtemnt
dt-i luuancte, \ -(>\l propose donner dcharge sans mettre mandats de paiement.
Otit Extraordinaire ( Intrieur )
liparations prisons de
Port au Prince I M'2
Fournitures pour le Palais 7 350
Remboursement de dpen
ses pour la prisou (faveur
Gendarmerie ) 2.000
Dpenses extraordinaires 5.0U0
Crdit Supplmentaire Intrieur
Entre ieu ues prisons 7.000
Crdit Budgtaire ( Intrieur >
Entretien ues priions 00.000
Crdit Bu Igtaue
iravaux Pnbliu
Rp.rations des routea 12.000,12
131.72J.12
Cidit Budgtaire
(Instruction Publies
Ecole Presbytrale
des Cayes G- 1-035 P.205
Paiements faits par
anticipation des
mandats contre
crdits vots.
Ex. fQ/Q/ieSo
Crdit Extraordinaire
liavaux Publics
Et'dfs g'olo
g-ques 12 lui
Girial d'.wezac 2^7846 14-382.46
Paiements faijs en
avance de crdits n '
voler-Citndarmene.
Augmentation pour
rations, habillements
avant de contracter
(prior to contract.
Janvier Avril 1920
' mois 7500 30 000
'Augmentation par
touveau Contrat.
Mai Juillet. 3
moia P. 7.816-80
78 IO.81 i s?3,4j0,58
Service i hygine
O'jaranU.ne extraordi
Mire pour dratisation,
(i mois G. WO
3.00) 56.4*0S
A reportir
202.100,10
La loi budgtaire de 1010 20 pr
voit que pour les paiementstaits par
le Receveur Gnral pour le Sirvica
d'Hygine et les Travaux publics lea
pices j slicativeaseroit expdies,
le 15 au mo's suivant le paiement,
au Dt alternent Ministriel ujmp-
tet t afin que les dpenses puissent
tre ordonnances et mandates es
rgularisation des paiements faits
par le Receveui Gnral. Ceci indi
que qrje lea mandats seront mis
dans un temps raisonnable aprs la
rception par le Ministre comptent
des pices juat licativea. Pour les
difOrentJ service* de l'Ingnieur
rrilaiti au u s mandata n'ont t
e,-us couvra'.' le R Viveur Gural
pour les paiements faits pour comp
t6 du Service Hydraulique, d'Octo-
bre lfliy 4 juin PJ-'O, ou pour le
Service du Tlphone d'Octobra
Evner 1US0, quand le sys me d'
varices au Tlplune a t arrt.
Pour peu net tous lea autres cr
dits Plugmeur d'Haiu aucuns
mandats n'ont t r- us couvrant le
mois de Mars juin 1920 at les
mois avant le prsent exercice ont
t couverts en parue seulement.
Report 2C2,7dO,H>
Total pour l'Ing- d'Haiti en
excdent 150,001
Pour la Gendarmerie selon
l'ancien contrat, inclus les
, 1 i.'s ctes, le crdit bui
getairo pour prisons tt lea
crdits spciaux poar pri
mu3,aucu.is manda's n'ont
t mis couvrant lea d
paoaea pour lanvier juin
1020 montant a environ 480,00.)
8J2.700.10
A use du Mmorandum remis de U
main la main par Monsieur Baihy
Bianchird, envoy extraordinaire e*.
Mintstre Plnipotentiaire des Etats-
Unis d Amrique Monsieur le Pr-
sident de la Ktpubli.jue le lundi. 19
juillet^ d 11 wrss / 2 minutes du
matin.
Rtlaiivemeni ju voie d'une Loi ttaMigMof
l'iiii[ioitj!:on ci l'exportaiiofl des noaaatM ilraa
fttm.
a Sur lea dclarationa attribues
par le Conseiller Financier a
Monsieur le Prsident de la
Rpublique :
h Sur le relus du Ministre dbg
Finances d accepter que l'obligation
pour le Gouvernement de prsenter
celte loi soit inscrite dans la Conven
non pour le transfeit du Contrat de
la Hanque Na ouale de la Rpubli
que d'Hadi la National City Hank.
Le Prsident de la Rpublique
proteste de la faon la plus formellH
d'avoir fait la dclaration qu'au lieu
d un Arrt qui aurait la dure du
Ketrait, une loi serait vote restrei-
gnant I importation et l'exportation
ue la monnaie amlticaine pour une
priode indfinie.
Comment comprendre qu'aprs
avoir soutenu que.dans son opinion,
une telle mesure, menu temporaire,
n tait pas justifie par les conditions
conomiques du Pays en ce moment
il l'eut dsire pour une priode
indfinie.
Le Prsident de la Rpublique
prend occasion da ce dsaccord
pour oclarer s'asbtenir d'accorder
dsormais des audiences particulier
rt s tendant devenir dangereuses,
au lieu de faciliter la solutmi dea
questions".
Les trois mmoires du Dparte-
ment des finances et la dpche en
date du i) courant, au No 26; ont
suili-ammeni expos et dmontr
les raisons qui s'opposent i une me-
sure de prohibition de monnaies
trangres l'imponation ou i l'ex-
portation.
s il tait ncessaire de produire on
nouvel argument a l'appui de l'opinion
Gouvernement, nou* le trouverions
dans l'histoire naaacita actuelle dei
Etati Uns d'Amrique.
Il est iumelle n=nt int:rdit de
laisser pntrer ;u territoire a nricaia
tout /oyag?ar trau^rq i< ne seraiten
possession d'un minimum d; P.$o.
Miuaca4tliaiU43a-T44<:w#- uest
\
'


dicte dbcs le s* ds maximum. Le vo-
yageur qui arrive m Amrique en 1
bienvenu a raison dr l'iixponanced
son avoir dont, par son sjour dans
le Pays, il doit laisser un taraime
quelconque qi i ifft autant dr ga-
gn pour l'activit amiica'ne tovi
toiles sis loin es.
Actuellement (nous tenons ce ren
seignernent du Ctnnil'" Tinrcer
lui mme) les caves du Trsor am-
ricain ne peuvent contenir la grande
masse d'or qui a illlu aux Bats-
Unis pendant la guerte. On a du
; La Petite Maison
10 Rue du Cent e
Vient d'installer une racemsiie
l'i i lON-VlLLI en face Ubiuor i :imh
Grand choix de rubanr, derl'llrs,
bioderies, tissus Igei7, tulles pa fi
inerie, bonbons, car.ts postals, fils
a coudre, a broder. D3U!unspre:.sioLS,
chaussures, etc. et:.
aligner voire empiler les caisses d'or NOUVelleS Etrangres
dans les couloirs de ld fi. e. Or.ce
trop plein n'a pas drlrrm n le Gou
vernemeot amricain a piendre une
nmuredeprohibition d'aucune mon-
naie trangre. Tous Us paiements
des Nations trar gres, Funce. Bel-
gique, Acgleterre, etc au profit de
l'Amrique, continuent ite fxigh tn
r, et c'est ce qui a contribu 1 ren
die le change europen, celui de la
France notamment, si dfavorable-
Cette prfrence donne la mon-
naie t'jr par tous les P-ys srieux
est prconise par le Conseil d'admi-
nistration de la Banque Natonale de
la Rpublique d'Hait-, en des termes
non quivoques, voir b cchuie de
Monsieur Ldrr.ond Thrv Directeur
de IEconomiste Enroprr, Membre
du Con:eil Suprieur de la Mat sii-
que de la France, Prsident de l'As-
feciition de la Presse Eccnom que
tl Financire Fa aise.
A la page )\ de celte b:ochur\
nous lisons : Pour hsbimer le pu-
blic haitien la monnaie doret per
nultre i celte montaie de pntrer
sur le territoire de la Rpublique, si
la stabilisation de la nouvelle uni
hatienne rend celte pnlraticn pos-
sible, il suffira de donn:r le cours
lgal avec puissar ce libratoire a
monnaie d'or amricaine dans le rap
poit de s gourdes nouveau type pour
un dollar or.
On pourian mecomp'ter celle
mesuie.cn aoerdant le courilgal et
la puissance libratoire aux souve-
rains d'or ng'iil et aux napolons
d'or franais.
Les modifications proposes par le
Dpartement d'Etat au Contrat de
la Banque, tudies par le Gouverne
ment Hatien, ont donn lieu de la
part de celui-ci, a des contre propo-
sitions que le Dpartement d'Etat n'a
pas agis. Le Gouvernement a donc
accept ces modifications en 9 atti
des telles eu elles turent arrtes et
signes Washing'on le veudredi 6
Fvrier 1920. par ie Conseiller linan
cier. le Ministre d'Hati pi es le Gou
vernement amneain et le Secrtaire
d'Etat des F.nances.
Mais lorsque .Messieurs S:arra &
Williams reprsentant respectivement
oto
*M5 P.
10 Aot H 20
l'ARiS Renie : \
30 60 P. 14 c6.
NEW YORK.Fran:. ij.oa.J 62}fi,
HYDfi l'ARK. Nw-Yok. Doj
on d scours d acaptaton df la eau
didatute dmocratique la vice pr-
sidtnce ; Franklin Roosvelt tewn
que la Ligue des Nations 'ait e?sen
lielle et qu' urJ trait de paix rel
devait rpondre une piit relle.
A !a t^meu-e dvise des franais
proclame Verdun : k lis ne passe
r ji t pas'' ainsi qu'aux cris de nos
propris t>o'dals clans l'Abonne pous
devers ajouter que pareil CfUclyi-
me ce se reproduira plus.
WaSHINGTOM Le Prsident
Wilson n'a pas refus de participer
dans l'aide i apporter a la Pologne
i-t on dclar aujourd'hui et les d-
n| hes de Paiisqui a ctt tffet.direr.t
que tel Etats Unis transmirent une
note au gouvernement franais d-
c :n nt d intervenir dans les ail lires
intrieures de la Russie lurent dcla
lf| tre sans documents
PARIS A exeption des organes
socia istes les journaux constatant
unar mement que le pinc pal rsul
ttt de l'irtransigeance des Soviets
&en de res^eier d ivant3ge 1 union d:
la t*rane tt de l'Angleterre devant
le danger commun.
Les Journaux reconnaissent l';o
coid qui ex.'te sur la ncessit d'a-
gir lofil quelquts divergen:es de
vues exileraient elativement aux
mithodj'.
Les experts franais eitimera'ert
le blocus peu efficace et inclineraient
veis 1 emploi de tioupes Franco liii
tauniques en haute Slcie avec 'a
collaboration de la force Roumanie.
La plupart des Juunaux notamment
le Petit Parisien et le Petit Journal
ne doutent pas que les ,Soviets veu-
lent Bolchviscr la Po ogne iv.nl de
traiter afin de placer les allis devart
un fait accompli. Le Figaro et l'E-
cho de Paris soulignent les agisse-
ments de l'Allemagne entouragear t
les Bolchvistes avec l'espo r vider t
des Finances prouva une bien d-
sagrable surprise en constatant qu'
l'article 9 du document sign a Wa
Ahingtoo le 6 Fvrier 1920, et clos
comme il est dit ci-dessus, 1) avait
t ajout un atutndfiuent avant tiait
r* en do. &
r C o *" n a
e
n
o t a
Avis
L* Mogistrat Communal
Dqnne avis aux in'eiesss qu"tn
(l*i de 10 jouis Nurest accord
jour rdaner de l'administration
C e,a munale les maib.es proverari
de la drrolii'.oo des tombes, taite
cor fouiicn eut III d sposrions de
lAiliclel r de 1 Atite Communal
en date du 23 juillet r y r S et de i'a
v s du 20 A> i ue la n rr,e anne.
Pa:sce dlai, le- du maib.s 0.S-& 3 i-jTfi
seiout vecdus A la fuie pullique et e* 2 3 S | g
le n ontai t Ce la \tce 'allut a des j* a-i~% g"| g c n
uvres dt Lici.lauacce ccnmunale
Port au I lioce, le 11 />ct 1920
Cli.mlnt MAGL01KK
- ^ = 3 r, m
- w> * s> j o
S -S-- 15la
s* / 2. = T*o2._,
, -i a. c._ *
^- r 'A (V- K 3 _
". =' 5. r 2 o.
G- i? 9 n _'. B" "" m"
n-0~
"> -- -1 o 0 tt m H h
O
es
"3
_
-1
s
s !
C 3
a> a
ro
O _
? p
CC -
PS
s s
o P r. n ^
*3 rf BO
FaitsDivers u nim\

3 3 fi *Q

s. a. s.
1rs*1?
a 2 w. * Q
= =."2 "2.3
e*
o
>.
a>
c
S s
> -b m
a
S r o

n
S'a.S
B 2f f.5'
O ^ JI r' r*
e^
O
'^^
'' ""-
.' 1
ISS
I
X
%
Intressante Visita
Hier, le* membre! le Hoimj Clt, . Ij mue
de kut icaOKM uni vi.iiic l'UklOC Je u msisoa
Mc-luiiii, Mine l*fcucicui! uuiallatuM Je
iirtnfaa c.uiauiue. tout pre du MagM n Cen-
tral uc l&M, ..r Hip^cll qui venait iXt.tt lu
membre un Uuu -a un 'e uonnturs Je .a re-
ccpiion j^ic ui.c MBabniUi paiwu, inonuanl ici
muwdiaf dOuiisdeicmuc >,ui un^mUresMi iou>
Ici vii.icur.
La mitclunefte traite 4 tonnes de graine] de
COton pour un rendiincnl Ut l >o gallons d liui-
e par ,our. Le qui donne 4 *>oo Vt\tt dCUgH s
pour U Usllt a bUIDOi 2> dollais la MMOKa
L'nu.lc est txpiiditc au. tias-Lms.
Lkabuned sorti mcnaiiM d'aww vu ruine
m pleine activit, louiniisant ou travail a beau-
coup o'Miivui ci animant ce cou ue U vibeau-
ttctoi ii t.iwt*. .Sous ne marctuadOBI jamais
nos conipliiurauet un cneourageincMi aux un-
natives ue >.c grnre ippdcei a irnliotei nos
comuuoni u'ciiatvucc ti meure nos pioduitscu
valeur,
Accident d'aviation
Avaot-itwt esi ainc a Mirebalait un accident
d'aviation ijui a cou.e u vu- .1 un oi'licier, Hier,
eoctf 00 suiies Je ses bktUircs, lnonias l.dwarus
Lapla.11 U.S.M.C. qui avait t transporte a 1 H-
pital. Leiat du ueutenahi bowen qui montait
lappureil au moment ue la enute, intpiie tou-
juurj le. InqOMWdeMi
1.11 dpivtant ce regrettable accident nous p:e-
entoo uoe condotaiKt sincrea au parent * produire leur pfwUigrrphie SUr
m.onune Olttckr, mo-t vienne du devoir. j^^ y^g^ H gj^^g Einaux
hJS!^^. SipSge. de ** o,t tans cadre en bronze mas
Jcan-CbcwH, la popuuuou a t vivement lier- SI/ COn/Ornil tlUX. chantillons
t.c. Lu incenak daun du. .une pairie a ,.^,[1^ pctl0m> voir chez Mme
liaOiai.u siiuct J.M :.i ^our de U Veuve SU- ',. e n 1 ,.
mule 1,1e. il peine case, heureusement Je peu OtHWHeUl. 00J, llUe dCS LUSITS.
d'importance, tiambau en quelques minutes sans
iju ou eui, graee a Uieu, a emegisirer d.mires
uega:s. Le peiManrwi uu quartier luirtrenl a
teindre le leu. Lesi loc^.ii.uii pour nous d'en-
gager 1 auionte co:iimuua e > entendre avec kl
ter vice) ue pouce pour proscrire aMOlument dans
l'en.ti.ne de la vwc et uai s le ve.iugG ii
gioupe uu p.u dei.se d iiauiia.ions ce consliu.-
11 ns paysannes a ;oituic e panie qui peuvci.t
eue u CakM J< VeillaU.e Jisa.uc.
?V$KISH I
'>"MI>.6RinSM.AMCBiC.,n '
,u-*""" 0 Ca*tr
AM'CMr06CC0C0.til
CUIWMCO. '
Or 9 60 lemili-,
Ed ESTEVEt
PORT-AU-PRINCE
Maurice Slmonetli
A iji'nl Gnral de la Maison
Dauphin, isnde Publique
fde bijoux phltot
Etnaux vitrifn s
ET
Similis maux
Se lient la disposition de \oules
personnes dsireuses de /aire re
]\ix avantageux.
Paiement en deux termes.
v> miauis icptcsciiiar;i ol ce. 1 t u t m -
* ic 1 K 1 t, 1. v, dejquiver les consquen:es di leur
et olciellemeot la banque Net!0Et- ... V n
^$^^^ ^o de Paris e,imeq.e iUr le
avec le SeaUaue dEt.t d,s fiotucs ^,u seulement nous joavons d -
pour la signature des actes leUtits "* le .dbut h dangereuse
v Br u___- vt;oi. coi mon nsissante. Le Gaulois dil
au transfert de la Banque Nationale ,,,,,. ..o ".,7"
de la Kpublique d'Hati la Nalio- que les hsuatione des allies pou-
nal Ci.y Bank, le Secrtaire 4 Etat vent combien ardent est leur ies.r
de paix.
HYTHE Les chefs des gouverne
monts anglais et Iranvaisdlibrrrut
sur les consquences du refus des
soviets de conclure une trve de dix
jours avec les armes polonaises. Ils
Le Pur^lif Idal
c'est la
Hu!eduDrDehaut|
147, Rr.i du Faubourg Saint-Cer.ls Panr \
Puciiu ii 11 ntt
Ne iideewlltnl aucun prf-paratlf,
liii ne proVOCdl jamais ci; a.-4 ..'.L.
Supprii i-ni la dlto,
tUi ne elbi.ite pus te malade.
N'exigeant pas do repoi h i 1 chambro, |
elle ne cauie aucune perte di te-r.ips.
PJOI activa que ttfli les similaires,
etla est, par conse^uci::, rr.uiua r.hcro.
DOS. : ?unoTive, 2 a a piiaica
laxativc. i pliUl*.
Convocation
Jliel Restaurant
L'htel Restaurant de l'Avenir se
recommande tous pour le bon
soin et la rgularit de son service,
les voyageurs qui pacsent Port au
Prince y trouveront pie ne stisfjc
tior. l'our s'en convaincre oa n'a
qui passer au No 22; de la Rue
Frou.prs du bureau d.-s tlgraphes
terrestres.
Conditions tis avanligeuse*
A S Y LIA
Propi itairt
La Compagnie Hollandiiit -
la connaissance de ?es clitnrj]
tes vapeuia sur la L^i.ed!
ranla ciiargeront HamburtJ,
terdam tt Kotteidam pourleti
suivants :
St-Tliomas CapH
S. J de Rio Rico l'ort-irl
Sancbez(H.Di Santiago d
Puerto Plata R D KiRston.li
Monte Girriaty U D l'to
Gi
Les prochains dpaits
comme soit :
Dpart de HAMICTRG
G Aot .* Septemire 11
\MSTERDAIi
12 Aot 'JSaptembre 11
ROTTERDAM
14 Ao1; 11 Septembre 91
Arrives du Cir.-Haitita;j
li Sapteinbra 11 Octobre %\
t Port au l'rice
l'i Septembre 12 0;tobre i
Cette l.'Li'ie, cltrant 00
rapide et sr entre t'Eu
Hati, nul doute que nos clii
dront bien en proliter
importations, surtout de oi
Bureau principal ; '
th TiandWei lodia MaiL|
vaart lniis. Amsterdam.
Agences : Hudin & Yaa), j
ienfkade 2:1 A, Rotterdaa\'
F. W- Uihlatre
hof, Strsinhcfe 8,11, Hal
D L JONKER,
Pneus &tubesFiresto
T.bcs rouges
Tubn giis. 30 x o
\Wxai12
:\\ x '.
x 4
33 x 4
o'i \ '1 1[2
Pneua30s3oT
au x;; 5.2
::V,N,s. Cords
31x4M. S fhbric
or 4
?> ;
7
7 00
H
\
:;nx;i i
::\ 14
'32 x 4
mu m
;Wx4l^
22 Pneus 30x3 non .skid
30x3 l|2 non M
:.'{X',N S. Cords
*
28
/e)
55
il
x4N.S-fbrie
qui. pat consquent
ippon corn 11s pt
sance demain mate.
Fourieinercreuiii Aour. mcojour |f. mnlal wkM Vttnani
lu roijorti eiatutalre n tait pas cons Xifft VJlllC LII'Ja l UyQMj
L. Preetzmann-Agge
t'en pour laquelleson consentemeut
n'a jamais t sollicit.
Lloyd George du po. 1
tranais et le convertit l'ide qu'il
est indispensable que si les allis
vtultut aisuici l'e xi>tcrce de la Po
a S*r h Projet de Loi relattl aux logne et la cuiii de l'Euiope-de
baux loi*gJ tetnit\. preodre contre le gouvernement de
Moscou des me:uits de contiaintes
Le Projet de Loi sur les baux i que l'on l'Ut eltorc d'v.ter jus-
longa teiuics n'apai i propos pic qu'ici
le Up.i>.mcntd;htal de? BtatS-Uoii. pAR,s m L,char)fte de ,a ,sl fiet
p
C eatU Gouvernement Haiuen qui
l'a prpaie l'anne dernire, et corn*
muuiqu i la I/g.tiou atnncaite
qui Y a apporte Ut* mocl.tieutions
donnant au c.onseiilci financier,coin
me du itiale 00 l'exige dim locteM
les lois p.rtical.ies, des loavoirs
piu: tt.-udas que ue lui .iinbae la
Convention.
(4 continuer )
bas> n, il-).
tien du trait de paix aveclaBulgarie
eut lieu i orze heures au ministie
des alti>res trangres sous la pisi-----------------------------" ~"
dence de Iules Gambon qui dclara l'u'gaiie des relations amicales.Cam
iux eprsentams des na'ionsron rac toi exprima ses KNS en layeur de
tin es qu'en aprosjn" leur signa ure la proprit de la Bu'gaiie. Puis la
ils menront fin l'tat de guerre Pnrrr, la Belgique, l'Angletne et
que les puissances allies ne voulu 11 ilie apposienl leur sigraiure au
itnt ;. Celle ci ont plus que d'au trait de raix et aux deux piotccc.e
1UI e dlit de reprendre avec U annexs. La sance est lev...
lihumes anciens et eents, ,J
Toux, Bronch^
Sont radicalement guris par la SOLUTION WATER
liUUY ; Ql donn d^a POUMONS ROBUSTES et
prvient la TUBERCULOSE. Coproduit jouit d;unr,
rpu'Btion ntrivaree le.
SOLUTION WATERBfiRY :A baaaaie Crosole et de
..... 1 Gaiicol. Huile de Foie de Morue, Digestivo Ferments,
lolie ptl.te maison de J pi es noo lamente : IlypophoHph.taa Compose, Kif.ai.a de Cerise,
a rue du Rservoir, No 1835 ( L.u, tu9> sabetancta Aiomrniue. ,.^
Lranck J. MarM
rgallremani conatitue, quel nue
aoit le nombre des ac iounaires pi
lents'
Poir la Conseil d Administration,
Le prnidtTit, Le Secrtaire,
LESIINASSB- IL BBOUAUD
MAISON A LOUER
Agent gnral l\n lace de la blacire -~ Port'aU
.Pruk*'
COBBOlt*
roi"

h'i[i^n' ur 11. f
la indp crue el aut ferrugineux dont I plupart tlilment lr *0,'*fl^B|
l> UOpiuua t Paru. U> i 1 -i-einicr Ucon. Ici nil K *m


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM