<%BANNER%>







PAGE 1

L* MATIH dant excuter lei clauses de l'alti matur* lei troupes franaises commencrent avancer sur Damas et Alep ne rencontrant aucune rsistan ce. PARIS, le "Temps" apprend de Conatantinople que; la dlgation Turque part aujourd'hui destina tion de Paria signer le trait de paix. PARIS: Le"'Tempe" prcise que par sa note du 21 courant la confren e de la paix l'Allemagne demande l'autorisation de renforcer ses trou pes en Prusse orientale et d'occuper le territoire de Marienwerder et Allenstein invoquant la ncessit de dfendre les frontires contre les attaques ventuelles des Uolchvis tes. Les allis examinent actuellement cette noteBILBAOLa grve des mtallur RiBtes commena dans la matine. Toutes les industries importantes cessrent le travailLe gouverne ment prit des mesures prventives. ATHNES. Les grecs poursuivent leur action en Thrace. Ils dbarqu rent de nouveaux lments Rodos toOn croit que des combats sont engags aux environs ldAndnnople entre les natiunalistes et les grecs. VALLONA. Les rebelles Albanais attaqurent les italiens sur toute la ligne rusissant en quelques points traverser les fils de fer. Les italiens appuys par les tirs de leurs navires de guerre rtablirent leur ligne aprs de longues contie attaqaes et en inflignant des pertes graves aux insurgs. VARSOVIELe communiqu offi Ciel du 23 juillet annonce que des dtachements polonais excutaient des contre attaques ordonnes de Soiak Grodno. Las dtachements ennemis s'erapa rrent de Slomrr L'ennemis qui se proposait de forcer le passage du pripet fut rejet avec des pertes. Des combats opinitres continuent dans la rgion de Targovica. 25 juillet MOSCOU— Un radiotlgtamme du gouvernement des Soviets accepte l'aimistice avec la Pologne. PARIS— La confrence des ambassadeurs entendit dans la matine le prsident de la Commission interallie du plbiscite d'AUenstein. BERLIN—Une note officieuse dit qu' la suite des sanglantes bitaillcs qui eurent lieu entre les Russes sovitiques et les polonais sur les fron tires de la Prusse orientale. Loert proclama des mesures d exception pour la Prusse orientale afin de pou voir observer et maintenir la neutralit de l'Allemagne; MALTE— On signale chaque jour l'arrive dans l'le de Malte de hauts personnages politiques turcs prisonniers sur parole. CONSTANTINOPLE— La dlgation ottomane charge de signer Te trait de paix s'embarqua hier bord du torpilleur franais < Constanza .La dlgation se rendra aussitt Paris. BERLIN— Une dpche de Varsovie la Gazette de Voss annonce que les polonais reprirent Grodno. VARSOVIE— Le ministre de la coalition est finalement constitu. Le conseil de la dfense nationale continue de prendre des mesures rigou reuses en vue de renforcer le front. Un dcret appelle sous les armes cinq nouvelles classes. PARIS— Millerand fit au snat une dclaration analogue celle qu'il fit la chambre desdputs.Il prcisa que la mission franaise Varsovie examinera quels secours rclame l'ar me polonaise. Millerand ajouta que la France est dcide faire plus que le possible pour aider efficacement son allie. Le gouvernement franais n'attendit pas aujourd'hui pour donner la Pologne des aver tissements utiles, mais Millerand dit que ce n'est pas le moment de lui adresser des reproches car elle attend autre chose, mais elle n'attendra pas longtemps. PARIS— Les journaux, commentant l'armistice de la Pologne, estiment gnralement que celui-ci sera accord,car les Soviets qui joueiaient une grosse partie s'ils refusaient alors S u'ils ont tant besoin de la reprise es relations, commerciales.Les nom breux organes parisiens constatent et soulignent la manoeuvre de Berlin s'appitant a jouer au pril bol chviste pour obtenir des allgements aux conditions imposes par les allis. Exprimant l'opinion gnrale, le ajournai dit que les allis ont main tenant la preuve que le natud de Or 4 80 lemiliisr. Ed ESTEV PORT-AU-PRINCE 1 l'imbroglio oriental est Berlin. ROME— Giolitti, Sfoiza, Tit'oni et Barrre eurent une longue conf rence laquelle on attache une trs grande importance. La visite du roi d'Italie Londres et Paris est a jour ne par suite d'une chute de cheval obligeant le souverain garder la chambre. PARIS— Un radiotlgramme du gouvernement des Soviets sign Tchicherine adress au gouvernement polonais en rponse la demande d'armistice, dit que les Soviets de Russie ordonnrent au commande ment suprme de l'arme rouge d'en tamer immdiatement avec le corn mandement militaire polonais des pourpirlers devant aboutir la con clusion de l'armistice pour prparer ensuite la paix future entre les deux pays. Le commandement russe avise ra le commandement polonais de la date et dn lieu de ces pourparlers. BRUXELLESLe prsidenWilson et le roi des Belges changrent des tlgrammes l'occasion de la fte nationale belge. BERLIN—Dans une note officieuse, l'Allemagne dclare sa neutrali' l'gard de h Russie et de h Po'o gne,l'Allemagne et la Russie n'appar tenant pas la Socit des nations, elle s'inspirera dans sa conduite des principes gnraux du droit des gens. La note tait remarquer qu'on ne peut pas exiger que l'AUemigne livre la Pologne les armes qui doi vent tre remises aux allis pour tre dtruites. Elle fait en outre essortir que le transport des troupes allies travers l'Allemagne ne peut se faire que pour l'excution du trait. ROME Tittoni est parti pour Bar celone se rendant S in Sbastien pour assister la runion du Conseil de la ligue des nations xe au 28 Juillet. C HiNE FLUGEL P 0 EAUX GAZEUSES T Filtrotion et ^ration parfaites. D'un maniement facile Instructions gratuites PAR HONUR UNI I f KIQor IMMfDlAWMENT ON PluT OBTCNIR UN PROFIT ANNULL OC ZbOOO FRANCS. %  c.-^ m Demondcr le catalogues illustrs • FLUGLL 8L Or L TD Green Lane* l.ONDRLS. N.16. ANGLETERTUT, Accourez vite chez fcug. DEGAND & Co lsW.en lace du March Vallire O vous vous %  pprovis.onnerez des prix la porte de toutes les bourses, A pari les provisions amricaines de loute fracheur, vous trouverez encore des POIS rouge et blanc par livre G.0.0 et 5 livres G : J. Faits Divers Les examens du 1er et du 2e cycles Vendredi i heure oct t donns les rsultats de ces examens. Ont t admis pour le te cyle Samus St-Vil, Joseph Valni, Antonio Mtellus et Castel Dnosmin. Pour le 2e cycle ( phylosopiiie ) Camille Lhrisson.— Nos sincres coinplinrents. Collge Saint Vincant de Paul Lundi dernier, l'occasion de sa fte patronale cet tablissement donna cong aux lves qui se runirent a 5 heures de I aprsmidi pour assister une petite manitestairon. Les lves l'ont ouverte par le chant de l'Hymne National.— Le Dirtcteur Mr Laventure leur parla de Saint Vincent de Paul. Me Vilius Ocrvais lit une intressante causerie sur <• Le caractre et la volante Il parla du patriotisme, rappela aux entants le sacrifice qu'ils doivent a la Patrie, ce que peut l homme de Volont et le caractre. Les ltve Bruant Droit, Maurice Hrunache, Wiiber Guerrier ont dit avec arae de jolis morceaux. La maniic6tation se cltura par une allocution du directeur et le citant de %  La Dessahnienne •>. Les preuves crites des examens de passage ont commenc le mardi :o et les orales commenceront le mardi 27.— La distribution des prix sera tixe aprs ces examens. Contre 1 Incendie Intressante runion hier Cin Varits o l'on a entendu les communications laites par ie Comit que prsida le sympathique Mr lilo, en vue d une srie de mesures prendre pour dtendre Port-au-1'rini.e contre l'incendie. .^Parini les prsonnalits qui avaient rpondu .1 I. appel du Comit, citons : MM. A. SttlMficq Jrmiif, lid. Polynice, Dr Lechaud, Clment Magloire, B. G. Aickcy, Aug lionaniy, A. de Mattis, Dr i''. Dalencour, Lini.e Dcslandes, Pcck nioi., Normil Charles, Aug. A. Ilraux, B. Stark, H. Dorsinville, Hichardson, H. PierreLouis, Anr.ulysse Andr, Pawley, Sydney Paret, Henri Brisson. Auel N. lger, Jules Lu aire. **c. Nous puolieton. demain les pices qui ont ttv lues et approuves par l'assistance. Annonons J'crts et dj que le capital nces%  a.re i la nouvelle organisation l'levant a Quarante Mille dollars, la msiti sera ralise par des souscriptions publiques et 1 Itttrf moiti couverte par I Etat hatien qai garantit aussi l'entretien permanent de la nouvelle Compagnie. Les souscriptions ralises dj entre quelques membres du Comit s levant a prs de Qaarante; mille dollars, La Ste-Anne C'est ce matin, Comme nous l'avions annonc que se clbre la lu: de Sic-Anne. La paroisse du Morne l'urT est en liesse. L'Eglise admirablement dcore a reu a la CjrandMesse S. L. le Prsident de la Rpublique accompagn des Ministres Fquire et Barnave D.utiguenave. Assistance nombreuse et recueillie. loute la journe sera ainsi consacre par tous les fidles de Port-au-Prince A la dvotion qui fera flchir les genoux aux pieds de la misricordieuse Ste-Anne. Une no;c manque toute.ois .1 la U : c c'est la voix des cic.kes dont la paroisse se trouve priv dpuis quelque temps. Conseil d'Etru Le public a d.'t apprendre avec plaisir que le Conseil d Etat dans sa sance de Vendredi a vot d'urgence une loi qui prolonge jusqu'au ai Septembre de l'inne p'oenaine le dlai pour le retrait du papier monnaie. Hygine et vendeursd'eau La poi ce dev ait surveiller activement les vendeur eu.es d eau dont guclques uns ont t surpris puisant leur marchandise de certains regard., d'gout au bas de la rue pave et de 1a rue des Miracles. Il y a la un grand danger pour la sant publique et les vendeurs attraps devraient tre svrement punis. Brlement Itoulement arrt par la Comrnissisn de Contrle du brtilcmcnt pour vendredi jy Juillet luta a dix heures pieuses du malin. Conseil d'kitat Louis Aug. Guillaume Tribunal Entra. Beauvoir parquet Ncver< Constant Commune lugene Dgand Presse Le Matin Syndicat agents dechinge Mrov Pierre Ordre des avgsats Lelio Joseph Commerce Victor Mangones Notaire, paxaJ Millcry New Orlans & Soukb Aineric'm SjS Co Le steamer LAKE CRESCENT venant de la Nouvelle Olans est at'endu i-'i vers le 30 uillet. L'i ia raire s.ra fix l'arrive Po-t au Prince 26 Juillet 1920 SOCIT COMMERCIALE O HAITI Jlgtnt Socit Gnn Transports Maritimesv Le steamer Mont Beiwyal probi'ioment ici vers lafiridJ veri'nde la Nouvelle OrljJ prendra lit pour Saoto Doi Maueille, Alger. Gnes Port au Prince le 21 Juillet GEO. de LESPIN.VJ DODGEBROTHERS o 6 R0D5TER _^< There is no time like ilie Prsent Place your order now. Consult Ihe prsent owners of Ucdga Hrothers Motor Gars Their satisiactioa wll prove, Your beat ad vice and my best advertisemenl AKneer ForiailLoaane near Fort Lerebou^ PortaaB REPUBLIQUE D'HATI Bureau du Directeur do la Douane l'ortau-l'rince, le '21 Juillet 1U2U Avis Taeqn'au raorcredi 28 Juillet 1>20 d x heures du matin, des ollrea cachetes seront reues au bureaii du Directeur de la Douane ponr,| l'achat d'une autoroobileiinodle sT 5pailtgert, e ford Touring Car. L'automqbile pourra tre examine sur demande faite au bureau du capitaine du Port aux heures rgu licres du bureau. Toutes lea offres reues seront dcachetes publiquement le 28 Juil let 1U20 1U bres du matin l'office lue-dsign. Le droit est rserv d'accepter ou de rejeter une ou toutes les offres. W. S. MATTHEWS Jr. Receveur ynraiadjoint, agissant comme Directeur de la Douane Office of the Collector of Customs Port-au-Prince. July 2ist 1020 NOTICE Until 10 A M. wednesday July 28th 1020, there will be reeeived at the oflice of the Actiog Collector of Catfoms afPort-aa-Pnn* proposais for theporcJJJ model T o passenger W CarThe car can been1 IJJ plicationto iheCtpttJ" 1 durinh bis office boor AU proposais JJ*. pnblicly opmed at wjj^i place of recepUOQ proaW a, m. July 1020 ,J %  Right reserved towr* ail proposai^ MATTB |ilj Ve.uUj jeneral^tf* Bavez 1& M* 10 I %  '' 1 tion en ersant simt1#rt> 1720. Bsi i* Uf**^^^



PAGE 1

^rzime anne JVo 3838 Port au Prince, Hati Luodi 26 Juillet 1930 DIRECTEUR-PROPRIETAIRE Qment-MAGLOIRE MAOISTRAT COMMUNAL m mmll.0 15 CENTIMM G: a.oo fj, gOU lit* œoi Tioii oioia DEPARTEMENTS ETRANGER G. 2.50 7.00 800 L nonces sont reues au Comptoir loi i„l de Publicit, 9 Rue Tronchet, Pu 1 il, ai, Ludgate Hill, Londres, Quotidie Hf REDACTION : Rue Amricaine No. 1358 Les fous et les sottes gens ne voient que par leur humeur.' LA ROCHEFOUCAULD 1ELEPHOXE : 208 %  %  %  disais, il y a dj quelque ijvecqutl ennui j avais comII lire l'tude de Monsieur E. tiiisuries atrocits commises (Allemands dans Jeurs coloit l'Afrique du Sud. |e finis, IPI, par y prendre un intrt iBDt.le m'auachi suivre Pendu mcontentement caus les peuplades autochtones par nulitts inou.:i des olfkiers, pUTilges txoib.tants accords BIODS allemands qui prenaient je vie et de mon sur les ndi, l'tipropi.at on systmatique t contre eux, ceue politique litote qui consistait a rabaisser ilootrleurs chefs, 1 pret des nuls qui extorquaient le lut, i l posaient le troc aux conditions liOtaisie.Lts Hereios unirent looltver. Le 11 janvier 1904, Maharero rit parvenir tous limes la piodamation suiI |e suis le Chef supime icior, Samuel Maharero. l'ai fcfie une loi et dit la parole UUut et je dcice pour tous •|tu qu'Us ue devraient pas II main sur les personnes Acglais. Bastardf, Damaaanisgocs, lloitentots et Su ous ceux-l, nous ne ipas la main, lit j'ai tait le que cette chose testerait iceme pour les missionnaitatUMz! %  choie resta si bien secrte •Mies irois jours tous les 'ttmarchans allemands reas le Damaraland lurent h L histoire de cette guerre w conduire sur plusieurs U lois et o les bandes re ••M cesse disperses eiaieiT talonnes eu us la brousse "œonugne est tisccnluse. %  M ut recourir a des proUtrauMUon contre un en le b celait continuelle drobait toujouis. Les "Purent a la tin de 1907 'e aussitt l a dclaration Jopenne en 1914. crivain allemand Gus ecrmj sur cette campa /J.injtal : Le voy^e '^ns le Sud Ouest .* %  une campe. Ce norme retentissement • Un cite ce passive 3 un soir, au b vouac, ,'^parlesNirans This ""•nie et des colons; Jurent parler aussi des •NtPBis longtemps dans • Voyons, W t.ce qui* ^femenOlls taient "j'JPntaues a nous £ de les dpossder et iu. r e D marucuues iW ls sont rvolui!^ rae tfl0ic que ,. le'iv.ancr.. Oui, ZiJ'**'** "n autre?.. t'oSi" lp P cdlt avtc W. U ^ ue l choses lW cruauts si le p : u C'y 0 ^ 5e loule^^sseuis tranger,; it a 5 e ic mmes pas ?L^ ld \ Ils P'erent Allemands dans ce pays. Ils d'claraient qu'il tait ncessaire de bien s'entendre l-dessus. Pour l'instant voici ce qui en tait il y avaitd une part des missionnaires qui disaient : Vous tes nos chers lites dans le Seigneur et nous voulons vous importer ces biens, la toi, l'esprance tt la charii ec d'autre part il y avait des soldats, des fermiers et des trafiquai ts qui disaient. Nous allons vous prendre tout doucement voire pays et votre b tail et cous ferons e vous des travailleurs privs de tous droits. Cela ne pouvait pis aller ensemble. C'tait une chose ridicule et absurde. Ou b:en il tait jatte et lgitime de coloniser, c'esia-uie d'enlever aux indignes leurs droits, de les piller et d'en Lire des serls, ou bien il tait juste et lgitime de christianiser, c st--due de prcrier la fraternit et d'en donner l'exemple. Mais, il fallait se dcider pour l-un et re|tter l'autre, il fallait fitie rsolu aimer, tre pour |sus oj centre le us... ... Un vieux conducteur de voiture qui mlait ses paroles un certain nombre d: mots ang'ais et hollandais, dit que le mieux serait de vendre la co.ouie aux Anglais, que les Allemands taient sans doute de bons soldats et de bons fe.miers ; mais qu'ils n'entendaient rien l'administration des cooaies; tani ils voulaient ceci, tantt, ils voulaient cela 1 A quoi Tonnelat ajoute) Ce n'est pas par humanit, dit le Gnral ieutwein, c'est par int.t bien eutendu qu'il faut mnager les indignes. Les Aog ais ont eu tout comme les A lemands, des soulvements Combatif. lin .896, la rvolte dei Mitab es a caus, comm celle des IL-reros, la mou de plusieurs centaines de colons europens Les Anglais, cependant, loin d anantir les indigejes, ou de les enfermer dans dis camps militairement gards comme fireut les Allemands pour tous les survivants de la gutre, en ont fa t de libres citoyens de la colonie, iij leur out donn le droitdevot;. AUSJI les Anglais sont-ils gnralement a. ti m es, sinon aims parmi les peupla d.s de l'Atrique du Sud. Leur coionie tend devenir le reniiz vous des indignes Letwein cite la le fe qu'un Herero, employ aux mines de Johaanesbourg, envoyait un pioche demeui dans la colonie allemande ; Je te donne savoir que le pays des Anglais est vraiment un boq p ys; il n'y a pas l de mauvais traitements. . Il y a beaucoup d'argtnt, er, mme si ton suprieur est la, il ue te frappe pas, ou s'il te trappe cf outrepasse.par consquent, la loi, il est puni comme un autre Tout le succs de la pol tique imprialiste britannique tient dans cette dernire phrase. Pour les Anglais, la lustie pa pi nationalit.ni couleur, M lace, ni classe h't vous savez ce qu il en est rsult ? 11 en est rsult le Grand Kmpire Britannique, spleudide.un.versel, tout-puissan' et compact. X Aux irmes de Paris Chaussures suprie';res pour dames reues cette semaine Parfum? artistiques ,1e luxe de Gravier, un les plus grandi parfumeurs de rrance. pse-l m, alcool et sirop (Gay-Lussae), Tliennom res, palin Deach I ui-ro s et manefaettei pure toile, chemises d-J nuit pour nommts malettes, chemiVs blanche et couleur pour horamef. hasoirs liinfftel pas e-rasoirs Gilette, Eraaer Ink tour eiracec leocre, toedeua, jatsbire coir, plumeaux, mouchoirs do noclia blanc e couleur pour hommes, filets de t i,:ot, bretelles, moustiquaires, fountpin pP. ercre noire et bleofnetra pn buuteilh. lia, l|4 do bouteille et P-tir iiacon, oieillers, auspenaoir*, bal a en caoutchouc, Kice tampon marquer le 10g, pour foui, ain peu, pbotcao, phoachaifoe Fallire extiaua pour siror et liqueurs, boniiictteur pour a c ol ( I0U r pour 100 mres d alcool) GHrtes d* viaib DrlotfUM pour injections Irypolermiquei et aiguillas en platine ttines, urdoises et cnyooN pmr coliert, tub-is en caoutchouc pour irrigatenr en gris et en dUii, pa.ir journal, lettres grand, t petit (o> mat, carbone et pour lUictiiuia crire, Itvr.s classique? irouura ciiiinuuts tt j barnaccu Iq es. ^M CHOSES ET AUTRES J'ai rencontr Matignon et Mati gaoa paraissait furieux ; —• Eh bien Icela ne va donc pas ? Tu oses le deraaoder I Tu ne \o s donc pas quoi est en train de se f. •• de nous dans les grands prix Ouoi ?. L vag'je de b tisse ?... — Pas it moins du monde. Il s'a git de la salopette. — Comment, mais c'est trs bien cette p^ot station contre la vie chre — Ttt trouves, toi /Mot je trouve que c'est tout simplement ridicule. Si encore c taient les employ?, les petits bourgeois qui endossaient cet te tenue conomique. Miis non, ce sont les gens riches, les grands fi >an ciers, les snobi Nomb.e d entre eux qui paradent au bois ou dans un dner en cette tnue, se fcheraient de belle manire M leur caissier ou b.en leur garon de buteau se ris quaient lejr travail en salopette. Et ce n'est pas tout. Ils ont bien soin de ne pas s'aKublerde la blouse b eue tous les jours ; ce nest pas un costume courant. 11 sert tout simple ment de prtexte des runions, des rjouissances, des fts o, pour protester contre la chert de la vie et piner l'conomie on lait couler le Champagne flots et com p --er des menus fins. — Tu es svre — Trop peu, je t'assure. Oa se t... du monde, j te l'ai dit. Et pour ma part, tiens, j'ai voulu pro tester coure la mascarade de ces Messieurs. [1 vis, en elfct, que Matignon avait endoss un habit lustr, roussi blanchi aux coutures, l'habit de son mariage certainement. — %  Ce coitume-l, continua-t-il, ils n'oseraient pas s en affubler. Un adopte b.en la salopette. On ne VQU dr-r. pas d un costume us ou mme retourn. Et puis, cela ne se remar que pas.. OJ risquerait de passer inaperu... — TISSUS L>L LAINE ETDEMtiNSONGES1 ;aue les A VENDUE— Un lct d'environ cent vingt rouleaux ( mus: roils j pour punola, Je connais un la j.icant de tissus. Ces geus ne demandent pas mieux que de se faire interviewer en ;: moment. 11 est venu me trouver, m'a expos qu'il avait une lemme tt trois entant;, ua chteau en Seine et Oise, une villa Cabourg acquise depuis l;arnmtice et cent cinquante ouvriers dont il assure 1piin quotidien au prix d; leur ira \ ail. ce qui est l gste d'un philanllrope. Tout cela, m'a--il dit, est b ea digne d'intrt, et pourtant tout cela se trouvi menac. l.:s m chants consommateurs, encouragi par une presse lutme. refusent d'acheter encore ses tissus cent qua rante francs le mtre. Et cela pourquoi, j; vous le derniode'.' Farce qu'oa leur a dclar que le p.ix d: illaine seltoide et que par consi quent celui des articles fabiqjis au moyen de cette laiai devrait natu ril.'ment diminuer aussi : — Rien de plus rid cule que ces raisonnements de bg que enfantine m'a dit mon ami le fabricant. Ah I a, te figures-iu qaej:vais livrer audessous de leur prix de revient des articles que j'ai irbriqui au moyen de matires prem re plus coteuses que celles que l'on o.'lre aujourd'hui. Il faut d'abard que j' coule nus stocks, et jose te dire qu'ils sont formidables et que je n'en vois pas moi mme la fia.. Aprs cela, nous verrons si je pui. acheter de la laine des prix ini' rieurs et fournir des art des bon march comm: s'obstiae l'exiger une c.ien;le prtentieuse et autori taire — Mais si l'acheteur fait la grve insinuai je timidement, s'il n'achte plus rien ? — C'est le cas actuellement, me rpondit mon ami irrit. El tu vois que je men fiche !... Tout ce que le consommateur ne voudra pas, je le vendrai l'tranger avec des bn fices encore plus gros — Ah oui... — Et puis, je me deminde bien pourquoi je me doane la peine de mentir. Si tu veux le savoir, je suis dcid ne pas renire un sou de mes bioli;rs de guerre et d'aprs guerre. Si l'on m empche de conti nuer en raliser d'aussi beaux que ceux auquels je me suis tort bien accoutum, je fermerai simplement men usine tt on verra ce que l'on verra!... Tu commences m ennuyer avec tes intrts du consommateur I 11 tau: bien que quelqu'un pte, et tu ne penses pas tout de mme que ce sera moi, non ?-.. l'ai cru prudent de prendre la tuile. Cet homme n'est pins mon ami... r'RtD Clyd Stmmship Company (Haporel Lines) Cette Compagnie a tabli asa bureaux dans les btiments Madaeu Hue E 'gne Bout joliy. Elle a l'aveutage d'aviser le Commerce que, par I infcM mdiaire de ls ClydeWard Linea, elle ht pr*8 'juiuh. liaisons de Compagnies de Navigation, gardaut toutefois ertire libert d expdier comme leurs intrts le leur demanderont. La 1) r.ctioa de la Clyde WsriLines jouit de la meilleure rputa' tion dans toua les ports de la mer Carabes aussi bien que dent la monde entier. Veuill z nous envoyer vos demiu des. Tins Co noany is establishei in its otlices in Madssa Block Hue Eogeee B .ri oiiy, and Uirojgh the ClydeWatd Lines is ready to contract by cable for rail cargo or quautity shipment8 from sll llay'nn ports to and Loin European end Nortb end Sou h Ainericau • forts. Seips to arrive WUSL and as agreed upon io contracta C. y doWard Lines quotetioua wiM be ou a paru y with lowest quoted ratea and its customers will recciva full refuads io cash, totalliog an y pru ruse a rebates by any otlier lioet or combination ol lines, with abso lute freedom to ebip aa tbeir in erests may demand. Tde iiianagemeut of the ClydvWard Lines is appreciaied ea wet iuternationslly as It is in ail tbe Ceribbean Hepubltca. Kiudly seud UM your requirements. E F. CLEMENTS Ceueral Agent. l'oit au Prince llayi.lst of Juiy lUiO Nou velles trangres 24 juillet BouquetSp couronnes et corbeilles Chez MUe AUGE DUFORT LaiueNo: A PARIS -La confrence des ambassadeurs continua l'examen de le question de Tesche. VARSOVIE. Le conseil de la dfense adressa Moscou un radiote lgramme demandant de ngocie'' l'armistice. U 1 cabinet de coalition se constitua sous la prsidence de Wit oi.chef populaire et du vice p.e aidant Uashirksi socialiste VARSOVIE .(Officiel) U lutte jtma la rgion de Uurbo eugmer te de violence; on signale des pert^ cooei drables de part et d autre,, LA HAYH Le cotifcaae interna tipusle dea Juristes tdophlapro?e dune eour per.1140ente.mte; "SKJ uale de Jueti^, ^aas BERNE, tiur Pvis dea euiorit '"iiita.rw cra.iir.aot l'arrive eu Suie SJ&F"* ind b.M provdSst" #aii 2? to gouvernement dcida de mamteoirdee troupes de surveillance sur la frontire elleioeu BRUXELLES. Le Journal "Le Ne ion beige annonce la tonuatiou par les Couvernemeata Cranaia et BL du comit "Anvera Strasbourg" a, tudiera les relation* commerciaTes, ntre les deux villes. BEYROUTH ; L'Etpir NfQsJ x m m * % 


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05172
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, July 26, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05172

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
^rzime anne JVo 3838
Port au Prince, Hati
Luodi 26 Juillet 1930
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
Qment-MAGLOIRE
Maoistrat Communal
m mmll.0 15 CENTIMM
g: a.oo
fj, gOU
lit* oi
Tioii oioia
DEPARTEMENTS
ETRANGER
G. 2.50
7.00
800
L nonces sont reues au Comptoir loi
il de Publicit, 9 Rue Tronchet, Pu
1 il, ai, Ludgate Hill, Londres,
Quotidie

Hf
REDACTION : Rue Amricaine No. 1358
Les fous et les sottes gens
ne voient que par leur
humeur.'
LA ROCHEFOUCAULD
1ELEPHOXE : 208

disais, il y a dj quelque
ijvecqutl ennui j avais com-
II lire l'tude de Monsieur E.
tiiisuries atrocits commises
(Allemands dans Jeurs colo-
it l'Afrique du Sud. |e finis,
Ipi, par y prendre un intrt
iBDt.le m'auachi suivre Pe-
ndu mcontentement caus
les peuplades autochtones par
nulitts inou.:i des olfkiers,
pUTilges txoib.tants accords
bIods allemands qui prenaient
je vie et de mon sur les ndi-
, l'tipropi.at on systmatique
t contre eux, ceue politique
litote qui consistait a rabaisser
ilootrleurs chefs, 1 pret des
nuls qui extorquaient le lut,il
posaient le troc aux conditions
liOtaisie.Lts Hereios unirent
looltver. Le 11 janvier 1904,
Maharero rit parvenir tous
limes la piodamation sui-
I |e suis le Chef supime
icior, Samuel Maharero. l'ai
fcfie une loi et dit la parole
UUut et je dcice pour tous
|tu qu'Us ue devraient pas
II main sur les personnes
Acglais. Bastardf, Dama-
aanisgocs, lloitentots et
Su ous ceux-l, nous ne
ipas la main, lit j'ai tait le
que cette chose testerait
iceme pour les missionnai-
tatUMz!
choie resta si bien secrte
Mies irois jours tous les
'ttmarchans allemands r-
eas le Damaraland lurent
h L histoire de cette guerre
w conduire sur plusieurs
U lois et o les bandes re
M cesse disperses eiaieiT
talonnes eu us la brousse
"onugne est tisccnluse.
M ut recourir a des pro-
UtrauMUon contre un en
" le bcelait continuelle
* drobait toujouis. Les
"Purent a la tin de 1907
'e aussitt ladclaration
Jopenne en 1914.
* crivain allemand Gus
ecrmj sur cette campa
/J.injtal : Le voy^e
'^ns le Sud Ouest
.* une campe. Ce
norme retentissement
Un cite ce passive
3 un soir, au b vouac,
,'^parlesNirans This
""nie et des colons;
Jurent parler aussi des
NtPBis longtemps dans
Voyons, Wt.ce qui*
^femenOlls taient
"j'JPntaues a nous
de les dpossder et
iu. r,eD marucuues
iW 'ls sont rvol-
ui!^rae tfl0ic que
,. le'iv.ancr.- Oui,
ZiJ'**'** "n autre?..
t'oSi" lpPcdlt avtc
W. U ^ue l choses
lW cruauts si le p: u
C'y 0^ 5e loule-
^^sseuis tranger,;
it a 5e icmmes pas
?L^ld\Ils P'erent
Allemands dans ce pays. Ils d'cla-
raient qu'il tait ncessaire de bien
s'entendre l-dessus. Pour l'instant
voici ce qui en tait il y avaitd une
part des missionnaires qui disaient :
Vous tes nos chers lites dans le
Seigneur et nous voulons vous im-
porter ces biens, la toi, l'esprance
tt la charii ec d'autre part il y
avait des soldats, des fermiers et des
trafiquai ts qui disaient. Nous al-
lons vous prendre tout doucement
voire pays et votre b tail et cous fe-
rons e vous des travailleurs privs
de tous droits. Cela ne pouvait pis
aller ensemble. C'tait une chose ri-
dicule et absurde. Ou b:en il tait
jatte et lgitime de coloniser, c'esi-
a-uie d'enlever aux indignes leurs
droits, de les piller et d'en Lire des
serls, ou bien il tait juste et lgiti-
me de christianiser, c st--due de
prcrier la fraternit et d'en donner
l'exemple. Mais, il fallait se dcider
pour l-un et re|tter l'autre, il fallait
fitie rsolu aimer, tre pour |sus
oj centre le us...
... Un vieux conducteur de voi-
ture qui mlait ses paroles un cer-
tain nombre d: mots ang'ais et hol-
landais, dit que le mieux serait de
vendre la co.ouie aux Anglais, que
les Allemands taient sans doute de
bons soldats et de bons fe.miers ;
mais qu'ils n'entendaient rien l'ad-
ministration des cooaies; tani ils
voulaient ceci, tantt, ils voulaient
cela 1
A quoi Tonnelat ajoute) Ce n'est
pas par humanit, dit le Gnral
ieutwein, c'est par int.t bien eu-
tendu qu'il faut mnager les indig-
nes. Les Aog ais ont eu tout comme
les A lemands, des soulvements
Combatif. lin .896, la rvolte dei
Mitab es a caus, comm celle des
IL-reros, la mou de plusieurs centai-
nes de colons europens Les Anglais,
cependant, loin d anantir les indi-
gejes, ou de les enfermer dans dis
camps militairement gards comme
fireut les Allemands pour tous les
survivants de la gutre, en ont fa t
de libres citoyens de la colonie, iij
leur out donn le droitdevot;. Ausji
les Anglais sont-ils gnralement a.
ti m es, sinon aims parmi les peupla
d.s de l'Atrique du Sud. Leur coio-
nie tend devenir le reniiz vous
des indignes Letwein cite la le fe
qu'un Herero, employ aux mines
de Johaanesbourg, envoyait un
pioche demeui dans la colonie al-
lemande ;
Je te donne savoir que le pays
des Anglais est vraiment un boq
p ys; il n'y a pas l de mauvais trai-
tements. . Il y a beaucoup d'ar-
gtnt, er, mme si ton suprieur est
la, il ue te frappe pas, ou s'il te
trappe cf outrepasse.par consquent,
la loi, il est puni comme un autre
Tout le succs de la pol tique im-
prialiste britannique tient dans cette
dernire phrase. Pour les Anglais, la
lustie pa pi nationalit.ni couleur,
M lace, ni classe h't vous savez ce
qu il en est rsult ? 11 en est rsult
le Grand Kmpire Britannique, spleu-
dide.un.versel, tout-puissan' et com-
pact.
X
Aux irmes de Paris
Chaussures suprie';res pour dames reues cette semaine Parfum?
artistiques ,1e luxe de Gravier, un les plus grandi parfumeurs de
rrance. pse-l m, alcool et sirop (Gay-Lussae), Tliennom res, palin
Deach I ui-ro s et manefaettei pure toile, chemises d-J nuit pour
nommts malettes, chemiVs blanche et couleur pour horamef.
hasoirs liinfftel pas e-rasoirs Gilette, Eraaer Ink tour eiracec
leocre, toedeua, jatsbire coir, plumeaux, mouchoirs do noclia blanc
e couleur pour hommes, filets de t i,:ot, bretelles, moustiquaires, foun-
tpin pP. ercre noire et bleofnetra pn buuteilh. lia, l|4 do bouteille et
P-tir iiacon, oieillers, auspenaoir*, bal a en caoutchouc, Kice tampon
marquer le 10g, pour foui, ain peu, pbotcao, phoachaifoe Fallire
extiaua pour siror et liqueurs, boniiictteur pour a c ol ( I0U r pour 100
mres d alcool) GHrtes d* viaib DrlotfUM pour injections Irypolermiquei
et aiguillas en platine ttines, urdoises et cnyooN pmr coliert, tub-is en
caoutchouc pour irrigatenr en gris et en dUii, pa.ir journal, lettres
grand, t petit (o> mat, carbone et pour lUictiiuia crire, Itvr.s classique?
irouura ciiiinuuts tt j barnaccu Iq es.
^M
CHOSES ET AUTRES
J'ai rencontr Matignon et Mati
gaoa paraissait furieux ;
Eh bien Icela ne va donc pas ?
Tu oses le deraaoder I Tu ne \o s
donc pas quoi est en train de se
f. de nous dans les grands prix !
Ouoi ?. L vag'je de b tisse ?...
Pas it moins du monde. Il s'a
git de la salopette.
Comment, mais c'est trs bien
cette p^ot station contre la vie chre
Ttt trouves, toi /Mot je trouve
que c'est tout simplement ridicule.
Si encore c taient les employ?, les
petits bourgeois qui endossaient cet
te tenue conomique. Miis non, ce
sont les gens riches, les grands fi >an
ciers, les snobi Nomb.e d entre eux
qui paradent au bois ou dans un
dner en cette tnue, se fcheraient
de belle manire M leur caissier ou
b.en leur garon de buteau se ris
quaient lejr travail en salopette.
Et ce n'est pas tout. Ils ont bien
soin de ne pas s'aKublerde la blouse
b eue tous les jours ; ce nest pas un
costume courant. 11 sert tout simple
ment de prtexte des runions,
des rjouissances, des fts o,
pour protester contre la chert de la
vie et piner l'conomie on lait
couler le Champagne flots et com
p --er des menus fins.
Tu es svre !
Trop peu, je t'assure. Oa se
t... du monde, j te l'ai dit. Et
pour ma part, tiens, j'ai voulu pro
tester coure la mascarade de ces
Messieurs.
[1 vis, en elfct, que Matignon
avait endoss un habit lustr, roussi
blanchi aux coutures, l'habit de son
mariage certainement.
Ce coitume-l, continua-t-il,
ils n'oseraient pas s en affubler. Un
adopte b.en la salopette. On ne vqu
dr-r. pas d un costume us ou mme
retourn. Et puis, cela ne se remar
que pas.. Oj risquerait de passer
inaperu...
TISSUS L>L LAINE
ETDEMtiNSONGES-
1 ;aue les
A VENDUE Un lct d'environ
cent vingt rouleaux ( mus: roils j
pour punola,
Je connais un laj.icant de tissus.
Ces geus ne demandent pas mieux
que de se faire interviewer en ;:
moment. 11 est venu me trouver,
m'a expos qu'il avait une lemme
tt trois entant;, ua chteau en
Seine et Oise, une villa Cabourg
acquise depuis l;arnmtice et cent
cinquante ouvriers dont il assure 1-
piin quotidien au prix d; leur ira
\ ail. ce qui est l gste d'un philan-
llrope. Tout cela, m'a--il dit, est
b ea digne d'intrt, et pourtant
tout cela se trouvi menac. l.:s m
chants consommateurs, encouragi
par une presse lutme. refusent d'a-
cheter encore ses tissus cent qua
rante francs le mtre. Et cela pour-
quoi, j; vous le derniode'.' Farce
qu'oa leur a dclar que le p.ix d:
illaine seltoide et que par consi
quent celui des articles fabiqjis au
moyen de cette laiai devrait natu
ril.'ment diminuer aussi :
Rien de plus rid cule que ces
raisonnements de bg que enfantine
m'a dit mon ami le fabricant. Ah I
a, te figures-iu qaej:vais livrer
audessous de leur prix de revient
des articles que j'ai irbriqui au
moyen de matires prem re plus
coteuses que celles que l'on o.'lre
aujourd'hui. Il faut d'abard que j'
coule nus stocks, et jose te dire
qu'ils sont formidables et que je
n'en vois pas moi mme la fia..
Aprs cela, nous verrons si je pui.
acheter de la laine des prix ini'
rieurs et fournir des art des bon
march comm: s'obstiae l'exiger
une c.ien;le prtentieuse et autori
taire
Mais si l'acheteur fait la grve
insinuai je timidement, s'il n'achte
plus rien ?
C'est le cas actuellement, me
rpondit mon ami irrit. El tu vois
que je men fiche !... Tout ce que le
consommateur ne voudra pas, je le
vendrai l'tranger avec des bn
fices encore plus gros
Ah oui...
Et puis, je me deminde bien
pourquoi je me doane la peine de
mentir. Si tu veux le savoir, je suis
dcid ne pas renire un sou de
mes bioli;rs de guerre et d'aprs
guerre. Si l'on m empche de conti
nuer en raliser d'aussi beaux que
ceux auquels je me suis tort bien
accoutum, je fermerai simplement
men usine tt on verra ce que l'on
verra!... Tu commences m ennuyer
avec tes intrts du consommateur I
11 tau: bien que quelqu'un pte, et
tu ne penses pas tout de mme que
ce sera moi, non ?-..
l'ai cru prudent de prendre la
tuile. Cet homme n'est pins mon
ami...
r'RtD
Clyd Stmmship
Company
(Haporel Lines)
Cette Compagnie a tabli asa bu-
reaux dans les btiments Madaeu
Hue E 'gne Bout joliy. Elle a l'aveu-
tage d'aviser le Commerce que, par
I infcM mdiaire de ls Clyde- Ward Li-
nea, elle ht pr table des chargements complte ou
partiels de tous les Ports Hatiens
toua les Ports de l'Europe ainsi que
de 1 Amrique du Nord et du Sud,
vice versa.
Ses bateaux pourront arriver aux
Ports aux poques arranges par
contrats Les taux def.t de le Clyde
Ward Liuea seront auasi avantageux
quaceux quois par u importe quelle
Compagnie et aes clients recevront
lea mmes rabais en espces que
ceux promis pard autres Compagnies
ou d>*8 'juiuh.liaisons de Compagnies
de Navigation, gardaut toutefois er-
tire libert d expdier comme leurs
intrts le leur demanderont.
La 1) r.ctioa de la Clyde Wsri-
Lines jouit de la meilleure rputa'
tion dans toua les ports de la mer
Carabes aussi bien que dent la
monde entier.
Veuill z nous envoyer vos demiu
des.
Tins Co noany is establishei in its
otlices in Madssa Block Hue Eogeee
B .ri oiiy, and Uirojgh the Clyde-
Watd Lines is ready to contract
by cable for rail cargo or quautity
shipment8 from sll llay'nn ports to
and Loin European end Nortb end
Sou h Ainericau forts. Seips to
arrive wusl and as agreed upon io
contracta
C. y do- Ward Lines quotetioua wiM
be ou a paru y with lowest quoted
ratea and its customers will recciva
full refuads io cash, totalliog an y
pru ruse a rebates by any otlier lioet
or combination ol lines, with abso
lute freedom to ebip aa tbeir
in erests may demand.
Tde iiianagemeut of the Clydv-
Ward Lines is appreciaied ea wet
iuternationslly as It is in ail tbe Ce-
ribbean Hepubltca. Kiudly seud um
your requirements.
E F. CLEMENTS
Ceueral Agent.
l'oit au Prince llayi.lst of Juiy lUiO
Nou velles trangres
24 juillet
BouquetSp couronnes
et corbeilles
Chez MUe AUGE DUFORT
LaiueNo: a
PARIS -La confrence des ambas-
sadeurs continua l'examen de le
question de Tesche.
VARSOVIE. Le conseil de la d-
fense adressa Moscou un radiote
lgramme demandant de ngocie''
l'armistice. U 1 cabinet de coalition
se constitua sous la prsidence de
Wit oi.chef populaire et du vice p.e
aidant Uashirksi socialiste
VARSOVIE .(Officiel) U lutte jtma
la rgion de Uurbo eugmer te de
violence; on signale des pert^ cooei
drables de part et d autre,,
LA HAYH Le cotifcaae interna
tipusle dea Juristes tdophlapro?e
dune eour per.1140ente.mte; "SKJ
uale de Jueti^, ^aas
BERNE, tiur Pvis dea euiorit
'"iiita.rw cra.iir.aot l'arrive eu Suie
SJ&F"* indb.M prov-
dSst"#aii2? to gouvernement
dcida de mamteoirdee troupes de
surveillance sur la frontire elleioeu
BRUXELLES. Le Journal "Le Ne
ion beige annonce la tonuatiou par
les Couvernemeata Cranaia et BL
du comit "Anvera Strasbourg" a,
tudiera les relation* commerciaTes,
ntre les deux villes.
BEYROUTH ; L'Etpir NfQsJ xm.
m *-
*


L* MATIH
dant excuter lei clauses de l'alti
matur* lei troupes franaises com-
mencrent avancer sur Damas et
Alep ne rencontrant aucune rsistan
ce.
PARIS, le "Temps" apprend de
Conatantinople que; la dlgation
Turque part aujourd'hui destina
tion de Paria signer le trait de
paix.
PaRIS: Le"'Tempe" prcise que par
sa note du 21 courant la confren
e de la paix l'Allemagne demande
l'autorisation de renforcer ses trou
pes en Prusse orientale et d'occuper
le territoire de Marienwerder et Al-
lenstein invoquant la ncessit de
dfendre les frontires contre les
attaques ventuelles des Uolchvis
tes. Les allis examinent actuelle-
ment cette note-
BILBAO- La grve des mtallur
RiBtes commena dans la matine.
Toutes les industries importantes
cessrent le travail- Le gouverne
ment prit des mesures prventives.
ATHNES. Les grecs poursuivent
leur action en Thrace. Ils dbarqu
rent de nouveaux lments Rodos
to- On croit que des combats sont
engags aux environs ldAndnnople
entre les natiunalistes et les grecs.
VALLONA. Les rebelles Albanais
attaqurent les italiens sur toute la
ligne rusissant en quelques points
traverser les fils de fer.
Les italiens appuys par les tirs
de leurs navires de guerre rtablirent
leur ligne aprs de longues contie
attaqaes et en inflignant des pertes
graves aux insurgs.
VARSOVIE- Le communiqu offi
Ciel du 23 juillet annonce que des
dtachements polonais excutaient
des contre attaques ordonnes de
Soiak Grodno.
Las dtachements ennemis s'erapa
rrent de Slomrr L'ennemis qui se
proposait de forcer le passage du
pripet fut rejet avec des pertes. Des
combats opinitres continuent dans
la rgion de Targovica.
25 juillet
MOSCOU Un radiotlgtamme
du gouvernement des Soviets accepte
l'aimistice avec la Pologne.
PARIS La confrence des am-
bassadeurs entendit dans la matine
le prsident de la Commission inter-
allie du plbiscite d'AUenstein.
BERLINUne note officieuse dit
qu' la suite des sanglantes bitaillcs
qui eurent lieu entre les Russes so-
vitiques et les polonais sur les fron
tires de la Prusse orientale. Loert
proclama des mesures d exception
pour la Prusse orientale afin de pou
voir observer et maintenir la neu-
tralit de l'Allemagne;
MALTE On signale chaque jour
l'arrive dans l'le de Malte de hauts
personnages politiques turcs prison-
niers sur parole.
CONSTANTINOPLE La dl-
gation ottomane charge de signer
Te trait de paix s'embarqua hier
bord du torpilleur franais < Cons-
tanza .La dlgation se rendra aus-
sitt Paris.
BERLIN Une dpche de Varso-
vie la Gazette de Voss annonce
que les polonais reprirent Grodno.
VARSOVIE Le ministre de la
coalition est finalement constitu. Le
conseil de la dfense nationale con-
tinue de prendre des mesures rigou
reuses en vue de renforcer le front.
Un dcret appelle sous les armes
cinq nouvelles classes.
PARIS Millerand fit au snat
une dclaration analogue celle qu'il
fit la chambre desdputs.Il prcisa
que la mission franaise Varsovie
examinera quels secours rclame l'ar
me polonaise. Millerand ajouta que
la France est dcide faire plus
que le possible pour aider efficace-
ment son allie. Le gouvernement
franais n'attendit pas aujourd'hui
pour donner la Pologne des aver
tissements utiles, mais Millerand dit
que ce n'est pas le moment de lui
adresser des reproches car elle attend
autre chose, mais elle n'attendra pas
longtemps.
PARIS Les journaux, commen-
tant l'armistice de la Pologne, esti-
ment gnralement que celui-ci sera
accord,car les Soviets qui joueiaient
une grosse partie s'ils refusaient alors
Su'ils ont tant besoin de la reprise
es relations, commerciales.Les nom
breux organes parisiens constatent
et soulignent la manoeuvre de Ber-
lin s'appitant a jouer au pril bol
chviste pour obtenir des allgements
aux conditions imposes par les al-
lis.
Exprimant l'opinion gnrale, le
ajournai dit que les allis ont main
tenant la preuve que le natud de
_ Or 4 80 lemiliisr.
Ed ESTEV
PORT-AU-PRINCE1
l'imbroglio oriental est Berlin.
ROME Giolitti, Sfoiza, Tit'oni
et Barrre eurent une longue conf
rence laquelle on attache une trs
grande importance. La visite du roi
d'Italie Londres et Paris est a jour
ne par suite d'une chute de cheval
obligeant le souverain garder la
chambre.
PARIS Un radiotlgramme du
gouvernement des Soviets sign Tchi-
cherine adress au gouvernement
polonais en rponse la demande
d'armistice, dit que les Soviets de
Russie ordonnrent au commande
ment suprme de l'arme rouge d'en
tamer immdiatement avec le corn
mandement militaire polonais des
pourpirlers devant aboutir la con
clusion de l'armistice pour prparer
ensuite la paix future entre les deux
pays. Le commandement russe avise
ra le commandement polonais de la
date et dn lieu de ces pourparlers.
BRUXELLES- Le prsiden- Wil-
son et le roi des Belges changrent
des tlgrammes l'occasion de la
fte nationale belge.
BERLINDans une note officieu-
se, l'Allemagne dclare sa neutrali'
l'gard de h Russie et de h Po'o
gne,l'Allemagne et la Russie n'appar
tenant pas la Socit des nations,
elle s'inspirera dans sa conduite
des principes gnraux du droit des
gens. La note tait remarquer qu'on
ne peut pas exiger que l'AUemigne
livre la Pologne les armes qui doi
vent tre remises aux allis pour tre
dtruites. Elle fait en outre essortir
que le transport des troupes allies
travers l'Allemagne ne peut se faire
que pour l'excution du trait.
ROME Tittoni est parti pour Bar
celone se rendant S in Sbastien
pour assister la runion du Conseil
de la ligue des nations xe au 28
Juillet.

CHiNE FLUGEL p0

EAUX GAZEUSES T
Filtrotion et ^ration
parfaites.
D'un maniement facile
Instructions gratuites
PAR HONUR UNI I f KIQor
IMMfDlAWMENT ON PluT
OBTCNIR UN PROFIT ANNULL
OC ZbOOO FRANCS.
'c.-^___m
Demondcr le catalogues illustrs
FLUGLL 8l Or LTD. Green Lane*
l.ONDRLS. N.16. Angletertut,
Accourez vite chez
fcug. DEGAND & Co
lsW.en lace du March Vallire
O vous vous pprovis.onnerez
des prix la porte de toutes
les bourses,
A pari les provisions amricaines
de loute fracheur, vous trouverez
encore des POIS rouge et blanc
par livre G.0.0 et 5 livres G: J.
Faits Divers
Les examens du 1er et du 2e
cycles
Vendredi i heure oct t donns les rsul-
tats de ces examens.
Ont t admis pour le te cyle Samus St-Vil,
Joseph Valni, Antonio Mtellus et Castel Dnos-
min.
Pour le 2e cycle ( phylosopiiie ) Camille Lh-
risson. Nos sincres coinplinrents.
Collge Saint Vincant de Paul
Lundi dernier, l'occasion de sa fte patronale
cet tablissement donna cong aux lves qui se
runirent a 5 heures de Iaprsmidi pour assis-
ter une petite manitestairon.
Les lves l'ont ouverte par le chant de l'Hym-
ne National. Le Dirtcteur Mr Laventure leur
parla de Saint Vincent de Paul. Me Vilius Ocr-
vais lit une intressante causerie sur < Le carac-
tre et la volante Il parla du patriotisme, rap-
pela aux entants le sacrifice qu'ils doivent a la
Patrie, ce que peut l homme de Volont et le
caractre.
Les ltve Bruant Droit, Maurice Hrunache,
Wiiber Guerrier ont dit avec arae de jolis mor-
ceaux. La maniic6tation se cltura par une allo-
cution du directeur et le citant de La Dessah-
nienne >.
Les preuves crites des examens de passage
ont commenc le mardi :o et les orales com-
menceront le mardi 27. La distribution des
prix sera tixe aprs ces examens.
Contre 1 Incendie
Intressante runion hier Cin Varits o
l'on a entendu les communications laites par ie
Comit que prsida le sympathique Mr lilo, en
vue d une srie de mesures prendre pour d-
tendre Port-au-1'rini.e contre l'incendie.
.^Parini les prsonnalits qui avaient rpondu .1
I.appel du Comit, citons : MM. A. SttlMficq
Jrmiif, lid. Polynice, Dr Lechaud, Clment
Magloire, B. G. Aickcy, Aug lionaniy, A. de
Mattis, Dr i''. Dalencour, Lini.e Dcslandes, Pcc-
k nioi., Normil Charles, Aug. A. Ilraux, B.
Stark, H. Dorsinville, Hichardson, H. Pierre-
Louis, Anr.ulysse Andr, Pawley, Sydney Paret,
Henri Brisson. Auel N. lger, Jules Lu aire. **c.
Nous puolieton. demain les pices qui ont
ttv lues et approuves par l'assistance.
Annonons J'crts et dj que le capital nces-
a.re i la nouvelle organisation l'levant a Qua-
rante Mille dollars, la msiti sera ralise par
des souscriptions publiques et 1 Itttrf moiti cou-
verte par I Etat hatien qai garantit aussi l'entre-
tien permanent de la nouvelle Compagnie.
Les souscriptions ralises dj entre quelques
membres du Comit s levant a prs de Qaarante;
mille dollars,
La Ste-Anne
C'est ce matin, Comme nous l'avions annon-
c que se clbre la lu: de Sic-Anne. La parois-
se du Morne l'urT est en liesse.
L'Eglise admirablement dcore a reu a la
CjrandMesse S. L. le Prsident de la Rpubli-
que accompagn des Ministres Fquire et Bar-
nave D.utiguenave. Assistance nombreuse et
recueillie.
loute la journe sera ainsi consacre par tous
les fidles de Port-au-Prince A la dvotion qui
fera flchir les genoux aux pieds de la misricor-
dieuse Ste-Anne.
Une no;c manque toute.ois .1 la U:c c'est la
voix des cic.kes dont la paroisse se trouve priv
dpuis quelque temps.
Conseil d'Etru
Le public a d.'t apprendre avec plaisir que le
Conseil d Etat dans sa sance de Vendredi a
vot d'urgence une loi qui prolonge jusqu'au ai
Septembre de l'inne p'oenaine le dlai pour le
retrait du papier monnaie.
Hygine et vendeursd'eau
La poi ce dev ait surveiller activement les ven-
deur eu.es d eau dont guclques uns ont
t surpris puisant leur marchandise de certains
regard., d'gout au bas de la rue pave et de 1a
rue des Miracles.
Il y a la un grand danger pour la sant pu-
blique et les vendeurs attraps devraient tre s-
vrement punis.
Brlement
Itoulement arrt par la Comrnissisn de Con-
trle du brtilcmcnt pour vendredi jy Juillet luta
a dix heures pieuses du malin.
Conseil d'kitat Louis Aug. Guillaume
Tribunal Entra. Beauvoir
parquet Ncver< Constant
Commune lugene Dgand
Presse Le Matin
Syndicat agents dechinge Mrov Pierre
Ordre des avgsats Lelio Joseph
Commerce Victor Mangones
Notaire, paxaJ Millcry
New Orlans & Soukb
Aineric'm SjS Co
Le steamer LAKE CRESCENT
venant de la Nouvelle Olans est
at'endu i-'i vers le 30 uillet. L'i ia
raire s.ra fix l'arrive
Po-t au Prince 26 Juillet 1920
Socit Commerciale o Haiti
Jlgtnt
Socit Gnn
Transports Maritimesv
Le steamer Mont Beiwyal
probi'ioment ici vers lafiridJ
veri'nde la Nouvelle OrljJ
prendra lit pour Saoto Doi
Maueille, Alger. Gnes
Port au Prince le 21 Juillet
Geo. de LESPIN.VJ
DodgeBrothers
o
6
R0D5TER _^<
There is no time like ilie Prsent
Place your order now.
Consult Ihe prsent owners of
Ucdga Hrothers Motor Gars
Their satisiactioa wll prove,
Your beat ad vice and my best advertisemenl
A- Kneer
ForiailLoaane near Fort Lerebou^
PortaaB
REPUBLIQUE D'HATI
Bureau du Directeur do
la Douane
l'ortau-l'rince, le '21 Juillet 1U2U
Avis
Taeqn'au raorcredi 28 Juillet 1>20
d x heures du matin, des ollrea
cachetes seront reues au bureaii
du Directeur de la Douane ponr,|
l'achat d'une autoroobileiinodle sT '
5pailtgert, e ford Touring Car.
L'automqbile pourra tre examine
sur demande faite au bureau du
capitaine du Port aux heures rgu
licres du bureau.
Toutes lea offres reues seront
dcachetes publiquement le 28 Juil
let 1U20 1U bres du matin l'office
lue-dsign.
Le droit est rserv d'accepter ou
de rejeter une ou toutes les offres.
W. S. MATTHEWS Jr.
Receveur ynraiadjoint, agissant
comme Directeur de la Douane
Office of the Collector
of Customs
Port-au-Prince. July 2ist 1020
NOTICE
Until 10 A M. wednesday July
28th 1020, there will be reeeived at
the oflice of the Actiog Collector of
Catfoms afPort-aa-Pnn*
proposais for theporcJJJ
model T o passenger W
Car- The car can been1 ijj
plicationto iheCtpttJ"1
durinh bis office boor
AU proposais JJ*.
pnblicly opmed at wjj^i
place of recepUOQ proaW
a, m. July 1020 ,J
Right reserved towr* .
ail proposai^ MATTB|ilj
Ve.uUj jeneral^tf*
Bavez 1& M*10!
I ' ''
1 tion en ersant simt- 1#rt>
1720. Bsi i* Uf**^^^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM