<%BANNER%>







PAGE 1

I m m ni m Nouvelles trangres 15 juillet SPA.A la lance de cet apo'-g raid: von Simons ayant (ait connat !" que la dlgation allemande maintenait ns propositions sur les livraisonn de charbon tant donna I impotsibi llt d'obtenir une prdiction inpe heure elle ne pouvait p M obliger les mineurs travailler malgr eus. De la croix dclara alors qu'il regrettait que IQS f torts de concilia tion des allis n'aboutissent pas de meilleur rsultats et quo dans cet conditions il iad inutile de pro longer la sance. Dill'rentes dl^a Uous seront convoques au injurient opportun. Les chefs des Kouverne ments allis dcidrent de eoovo quer d'urgence le inaiclial Kocb et WilaoD a pa. La confrence est donc suspendue ffl menace dd ruptuie. BELGfl \DE 0, apprend de KtfUI b qu'un avion i alien survola Zagreb. Les avions Yoogo Slaves le poumi Viient et changrent dfg coups de feu. L'avion atterit Slavonie. Les deux officiers aviateurs italiens oui i arr's. BRUXELLES. Les journaux sont unanimes louer le duco-irs do Millerand sur I iadpendance belge *t soulignent le grand progrs qui fut ralis vers h* arrangement*, ROME, Les Journaux O eurent la bonne enten e qui lgot Spa eu re lia Francs t M aie. Dollar: 11,'Jl 16 jaillit PARIS 14— A l'occasion de la. fle nationale di la France, une haie considrable assista a la revue de Viacennes qui t it tivame pir un temps splenaide. Les troupes franaises furent v.venvnt accUmef. Les memb es du gouvtmem.-a', tu cours du Conseil des ministres, s entretinrent de la sanr de Monsieur Deschanel. Us recueillirent des impressions optimistes confirmant celles des dputs qui virent le prsidait dimanche. Les ministres soal convaincus que le prsident sera com. pltement rtab.i d'ici a un mois. PARIS— Le secrtaire de la dlgation adressa a la dlgation allemande ses regrets sur l'incident survenu au journaliste allemand malmen dans un caf par la loule par ce qu'il iredonnait 1 hvmoe allemand. PARIS— Le Petit Parisien dit que Lloyd George visita Millerand auquel il assura spontanment que l'Angleterre ieconna;t l'impeitance del question du chu bon rour la France ttdoi il soutitndra compl ement le point de vue. BERLIN' — L'a individu enleva le drapeau tranus arbor l'ambassade de France. Demarcelly adressa mmdiatatnent une protestation. BERLIN' — A l'occasion de la fte nationale lrat aise, le drapeau franais tait aibjr a l'ambassade de France. D.ns la matine, quelques rassemblement hostiles turent facilement dispers?, mais au dbut de l'apis mii un individu pntra dans 1 ambassade, giimpa sur le to t et enleva le drapeau tricolore avec lequel il dispaut au:sitot. Tandis que la police pivenue de la possibilit d'incidenis ne bronchait pas. Le drapeau lut remplac et DemarWincariiis ET La mre, de Famille i 9-346.149 en 1870 11.208 119 en OU. Ko Franceou la population n'aug mentait que peu avant la gueire, les lgions industrielles ne nom peuples aux dpens des rgions HUII coles %  la machine, loin de chasser l'ouviier, I attirait comme un aimaut attire le 1er. tSi 1 on groupe, crivait Levasseur en IU00, d une pat tes h dpartements dans Usquels ou a enrtgiL'Ue le plus declievaux vapeur et le pk> grand accr• inujMiieut ne force motriSe, dpartement en tte desquels es. l§ Nord, on trouve qu'ils employait 3J4oOO ciievaux vapeur en 187V el I. t>7 000 en 1' 15 etquils av.Uni N.Uo'jijUU d'habi anlB en l&Jtj avaui h mschiiiisiues I3.I0000U en tutti tmdis que le il dpftiteiiicniH q. i emrloiviitle moins le loue motuce oui PU, durant le nieui 1 temps ui g \ opul'at'on *t | 1 ; A. L\ IN LS Un vene liotdeaux ineuu el suie euu le lueiileur piveuut et, daus Ueaucoup e cas, le specilique lUlaiiliDtl de maladies dont la Convalescence tend toujours a l'auer eu louguaur. H l /#>/•/#/* i /se Le ral reconstituant naturel, delicieui, fW 1 ill lll '^tQ^ tlliUUlilt vivitidut el loriitiml. chaque verre (ijuue uue nouvelle rigueur et amliore la santitecoiiuiuii d ) par plus de 10 0 M medeci isprpare par COi,ti.vlAN de CJ L d. Aigieic:re. Lfyot gnrai chez B ranch J. Martin Agent pour Liaiii, — %  Fori-au-Prioee •'U L!iJi 1 %  %  % % %  Echos de (huinaminthe I) manche 27 fu'n courant la G-n dirm.-ne a fait m in bisse sur p'us de 200 personnes qui aviient organis une danse de vaudoux dans 1-s parais du Morne Cochon. La justice Je paix en a renvoy p'us d quatre c.nt quatre vingt dix pojr %  C niait publ c ap es paiement de l'amende — Les nommis Ccile St Vil. Hjrtencia Vincent, Anatlora Riymoni, Philomne Moniestin, kblizer Rgis, Prdestine Pierre sont condamnes i trois mois d'emprisonnement et soixinte gourdes d'amende pour avoir i les organi satrices de la danse donne sans avoir pralablement obienu une au lonsatioa des autorits. La population tut un appel la bont de cœil de Sjn lixcellcncs en faveir de ces dtenues qu-, par ces emps de trisiesse, gayaient un ptut ces 'ndroiti, sans penser i ma 1 XJUS esprons quectUe supplique sera eutendue de Son Excellence CORRESPONDANT cellv, au non de Laurent absent, prot: ti aup.-i du gouvernement allemand, en se rservant de demie der dts sanctions. Depuis tel abords sont ledevenus calmes. PARIS A rslarevcede la mt'l ne (jui uonituna une supt-rle ma n ; s a .ou patriotique l'au-t ergam sa une lete qui selon L liberle*fut l'une des plus belles tiui se lit depuis laloudatuti de la Rpublique FranaiseDei foulea nombreuses circulent en chdii unt dts reliants patriotiques par les rues povoises avec un grand kOt. Ue oomllreui bals to n nittsllea aux carrttouis. Lo soir la cttpi aie avait un aspect fciiqur. Le iiituistre de la guerre qui prsi dait la revue adressa au gouverneur militaire de Paris en le nriaut de U transmettra ss troupes I exprs 81011 do sa vive satisiaction. Le ministre dclara quil rendra compte de la brillante revue Monsieur Deschanel qui d jit le recevo.r cet aprs midi a Rambouillet. Si'A u accord eutre le J allijj est complet. si'A. 1.3 gnral Degoutr. est altMidu aujouid'hui. l'\IUS. Cet aprs midi au club des ctK-vJieis de Co.omb le diap^au aiiiMicain lut rtui.s la France par une dlgadon dee Jeunes bllea'di San ITraociecoA cefti occasion Jus aeraud du loule l'alfectton unissant les deax pays et le soin qae la Krau ce prend uea tombai des soliats imerioai s m arts au champ d bon neui. Plubieura hauts personnages civi'i et militaires parl ent chaude.ndiit de I troite ami 1e iiuissau f la France et l'Amrique Tardiea les remercia viveuni t au nom da marchal Pocn. Sl'A( den ivre heuie ) Les Aile mai d a: c 'fitreni toutes les jondi tijtis uli o.a.. pour la livrais jn du cli iboiiUolLr ; IS.M Faits Divers RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES OBSBRVATOIB1 DU PETIT SEMNURB COLLEGE ST MARTIAL jeudi 13 luillet 1^20 Baromtre 762 5 minimum 24 9 Temprature maximum 54,0 Moyenne du me 27 8 Cel couvert le jour, nuageux la nuit. Orag au Jad i midi et i 3 h. Vent d list Irais southant d'une dpression dns la mer des Antilles liarom'ri: en hausse. I SCHERER Les grandes vacances Dila semaine prochaue tn're roit en vacances noi Magistrats tt. nos ins itutenrs. Nous avons rclam ici en i iveur de cos coliers pour les rcom penses i accorder aux mritants. Nous croyons sivoir que des prix seront di thbus dans braucoups d'coles. Mal d'autrai n'est quesonqe Les lecteuis du Mitai ont da se rappeler le bel article de notre collaborateur |u!ius expliquant sous ce titre : Mal d'autrui n'est que songe • l'exagration des bnli:es que veuleat obtenir certains com me ints. D-p us quelques semaines la cher t des proviiions aliment ires qui semblaL s'amliorer alarme la popu htion. lit dire que cette chert excs sive s'explique par le trop gros b ntice que veut raliser lertvmdsur? Choses Scolaires Dapnil plusieurs semaines, le mi nistre de l'ina ruction pubuipae a dis tribu des bancs dans les cole?, 1 s ont t confectionne ici mm •. il a reu d'Europe de beaux livres clas siques pour 110a colea prunairei et aecoudaires. Ces hvrea aerout distri bues eu octobre prochain nos entants qui eu ont laut besoin. Nous proli'.jtis de cette occasion pour demander au mimstre de pen ser louveruie, eu octobre prochain, de cours normaux prvus par ui.e loi ou a rtablissement dune E:o e Normale de geiJM' 11 nya pas de piogre< ac>jiaues saua cole normale. Eu altendaul noua comph menions le nr.oistre pour tout ce qu'il a ralise eu laveur de l'instruc tiou publique. Ecole des Sciences Appliques La premire cession du concours d'admission est fix! au lundi 2b Juillet cotant Le reg: t e d'inscription est ou vert au sige de l'tablissimen tous les je AI de neuf heures midi LA DIRECTION Ecole spciale de Stnodactylograplde. I u nouvelle classe Staographi que ara ouverte incessamment a 1 cole spciale de Stno daciylogr pu ie, Grand'iiue. No I40. (.tage de la maison Smith)' Les cours auront lien de 7 8 heures du matin. Les intresss sont pris de s'ins crue au plus lot. LA DIRECTION Ouvrages in Tous ceux 1 H, venir la Librau" fi ? %  rcemment p aru *Sj Narrai ces li Vres f'*i grands succs de \X * R'chepm Mon ch T Marcel Prvost,, QJ [ c Ren Bernard et rff E'>c>traduct!on U 5 eb-e roman $ he H emacher,, I iQlmie J Upton Sinclair, r, Foch par H, yinond Allons, venez u .1 jours entre 11 heures T vous aurez lemba n d B Ouvrages veaL tin les livres et j 0Bni JJ Le gracie des hnita par Pascal Foituny Vente l'encan Sur l'erdre des Squestres-liquida ^'oK in '' } \ leurs et en vertu des pouvoirs qui ? C mI,e P" Malhilde 1 .i, ••_* Aianit leur sont confrs par la loi du i} M( ,. f n UlUl Novembre 1918, ,1 sera procd i la fS^S' 1 ^"*** vente i 1 encan demain r; Juillet f! ch J" R Fonc > A., u..,,- A., .;AJ..:L. _. L Mort et son Mv dix heures du matin, de vieux ma tnaux qui se trouvent dposs i la Hue Bonne Foi, vis i vis de Mr Carlstioem. MOMTikUM ELIE Encan.eur publ.c %  i i Riz Riz Riz QUALITi: EXTRA SUPERIEURE SACS de 100 LIVRES CHEZ Rya n Sf barber In c. fa^J:* 1 "* *" 12lo llua du Magasin de l'Etat Le Flin Gant par J. a _„,.__^^ — ———^_ !" ^.— Rosny aine so Mystre C. Flamanon La desse de Svrie par Lad i.s sangsues p„ Edmond!, L-hieinelmanparThDo Pour Don Cados p ir Pierre Ake.te, par Andi Gvbal Lilluli par Romain Rolli La bte et l'ange par AndrtDi Le razon de Notre Dimcur PaalFval M La Science du regard en 1 altu Les bisioiies deTomloew Gibriel de Lautrec Syndicat des types Hier >prw(Uidi a eu heu dan le salotis de Mr Noriuil Charles, l'insullation d(l DKmbra du bureau deiirutit du Syndical de lVpo. BomnM on le sait, le Uureau' est tonn de Mrs Pi IIMI priidciil, Acloque, vice-prsident, H. Isidore, secrtaire gnral, melhonic, trsorier, et r. Volcy; j. Durand, A. Lhrisson, eonsei.lers. Les lypos au nombre de trente assistaient a cette importante runion. Divers discours ont t prononcs.—Mr Louis Callard sollicita de l'assemble, la parole et lit un speech uui lut chaleureusement applaudi. Sou peu, le public prendra connaissance des statut-, du Syndicat. Conseil d tltat A la sance d'aujourd'hui seront dnctltlt le projet de loi qui couduionne le droit de proprit accocl aux tranger et celui qui accorde de creJits pour divers service, .-nue autres la construction et l'amnagcineut du faiai, la construction des coles de Prcrct de l'<\nse A-Veau e des Caycs, la rparations de la canalisation hydraulique des Caycs, la coiutruction des routes publiques etc. La Mont Carmel Bizoton Nombreuse tait la loule venue ce matin a Bi/oton jxjur lter Notre-Dame du Mont Carmel. Deux trains avaient t mis 1 la disposition des pierins.— Il y eut tout l'abord messe basse n 0 heures duc parle pre Leroux et au cours de laquelle le dvoue vicaire de S.e-Anne rendit compte d.^ fbndl quil a eu eu sa possession. Le travaux de la chapelle, a-t il dit ont bien march mais il reste beaucoup taire. 11 taut pour achever compltement la toiture pre> de IO.OOO gourdes soit o.ooo pour la charpente et 4.000 pour les tle. .V 7 heures i|2 messe chante, le pre Paul, tecre.ane de l'archevch olucia et lit | t sermon de circonstances. Cet aprs-midi a 4 heures i|2 il y aura processioa et bndiction. Simple requte Avec les tories chaleurs qui svissent actuellement le sod des lamilles vers les campagnes a commence de nonne heure, cette anne, c est pour nou i occasion de solliciter des cncls des maisons de commerce de permette a leurs employs de soi tir de 4 heure. On travaillerait sau relche et la sortie de midi a 2 heures serait de cette u,jii aooiie. Ce moyen permettrait aux patrons cl aaxem,.loys de pouvoir au moins se remettre de (al gue de la journe en regignaul, aprtl la leniieturc des magasins, la caiu-* pigneou se trouvent dj leurs lauiill.s. .NOUS souirttto.is cetie bonne ide a l'attendu l'reside.t de la Clnmbre de Cimmerce et 4 tous le comiucri.ints, L'Ecole de Mdecin* C'est le lundi 19 JuilUt courant qui s'ouvrira i I licole Nationale de Meaccine et de l'harmacie, la session ord.naire d ex mens. Toutes le dispositions ont prises par la directioa de l'Ecole pour que les examer s acn vent au plus tard mercredi ai. A Varits La Direction du Cin Vantes inlorme que dsormais les entants paieront une place entieie. La raison qu'eiie invoque nous semble juste, puiqnc ces grands entants qui irequenentt nos Cinem.s occupent comme tout le monde une place entire et amusent autant si ce n'est plus que les grandes personnes. I Ncrologie j Notre conlrire et ami Chraquit, directeur-ad.nituairateur du Nouvelliste a eu la douleur de perdre a mre CfcLlL SBLSMON dcd ii.ci •oir, a lage de 94 ans. Les lunrailles auront Vi neu cet aprs-midi.— Le convoi partira de la TOawo icortuaire sise Rue Dantes Destouches t. Uu.eaux du Nouvelliste ; pour H rendre i la Uasihque Notre-Dame. Siiieeres condolance notre confrre, Mr "l" e Xjlc 1 P* 1 "Isde la dfunte et a tous lc> autres parents prouves i Les indpendants p Gustive Coquiot Une aristo.ratie par AlbeilKd Lectures pour tous La conlume des anctres p;t Charles Kenel L'atelier de Marte Claire pu Marguerite Audoux L'Homme de la nuit par lira h m Stoker Les veilles du lapin sgile prlace de Francis Circo Mes origims, mmoires et rtd F. Mistral Les preuves de Raissa pu Henry Grville Les glacires et les moaugacs pai S. Meucier L'art de voyager en Italie Andr Maurel Les crivains contempo;aiu i l'Amtique espagnole Elle par iider Haggard Jimmie H ggins Lame amricaine par Jean Kicbepin La danse sur le feu (t l'eu par Elie Faure j Mon cher Tony pir MarcelPrtli O va-i-on t La France* demain > par Renel Bernai 1 La danse devant le miroir p* Franois de LU tel Le mariage strile et le diTtWJ par Edmond Cazal La bataille de Foch par Raymond Recouly Ouvrages 0,60 cent "** Le Mercure galant Bonne R. l'oisson, La mre coqaetH.1 Picard, Vautrin, Honor M Les joyeuses commres ** Shakespeare, L- chevallier lt< Dancourt, Kigo.in ou le %  mique, Lafoctaine, Le TieMJ taire, Colin d'Harleville, Lo vieillards, Casimir DdJ| Genest, Kotrou, loaeiet m Paul Scarron, Louis XL Journaux vendrj Le Sourire Le Rire Le Pile Mle La jeunesse illustre London News illustr Le Temps L'Excelsior Le Figaro -^ Le Matin, Le Journal, Le %  Parisien Le Petit Journal t— me Libre Sunday Picturial Sunday Herald L;s Annales Nos loisirs Import and Export Le Crapouilbt i-a Revue Universelle



PAGE 1

£E" MATIN Poudre T E I N D E L Y S ARYS j, RUE d#lt PAIX PARIS de la il;a; lOUQtfTS Wni de Mai, Premier Oui. JMtl fi", tenu nrrvil'eux L'Arr.our HeCanr. nPRNtLUK CREATION : rOX-Tict, Faisons un rve, Vou'oir r'fit pouvoir ( p-ilum du gentleman ) BEAUTU du TcNT XTRAI'IS : CKillct, Rose, Mimisa, Vio!e le, Cy.lamen. hm ufo douzj Sd?; UM p ed et Ucml R. "oe f0 .xar,.e et un C-nu.t pouces a cU Sud. v^-^unord par FCb"'f 8 8 au 6ud l ,ar f.HS ,,l etl P r U rua KiLuT 1 par,tt luedJ • Jl?; P c >r8uie3 v\ d;lihfc u ''t.oualesu t tx >W h', djulicil ^ s h Pf la Nouvelle Orlans ( Louisianne ) KtatS'Unis d Amrique), a !n<>i,t ea leur q'iali de Squestre Liquida leurs des sieurs Keinb >!d & Co, ayant pour avocat.Me M)ielae:uau rai t Port au truice. Kn ve tu des lois du 22 j i llet et 13 novpmore li)18. De* dcisions at a r r 03 r^'atifs la liquidition des maieo is ahiuaudd' Dun .l t-' nutlianlii|'i3 en dite d.i 27 fvrier 1913 D uu explo t en date du 21 juin 1020, enieg ttrrt. Dl deux ai rets du nibunat d'vpp*i d ) Po' t au Prince eu da e du 17 m i et 10 j liu 1910 tareglairti et aiyn Hs. L'an certili:at de Mo Henry llj gerth attes'au qu* le I J ullft cou IPI t. I* dit bien n'a pas (H veiidu, fa> 'e d adjuoi aaiie. La dite edjudicat ou aura 1 i*• u ur la mise p ix de aIZ4 un IIdolUrs oi-tie 'ej char^ps de lenchi're. Pour plus amples ren^i-ig lement Hadressuau bu r eaa daa Saqu tra O'i Vie Henry flogtrttl, dp.oaitiiie Un Cabii r des i lia ^''a l'oit au l'ru.Cf, il j i llet l9aVMUlihl, a\o:aC Douquets^ cou rouans el corbeilles Chez Mlle ALICE DU FORT Latue No, itytf lionne occasion A vendre : Auto cbile Ford 650 do lard. Au o S u 'eb.ker, 7 p'aces : mille ( 1 000 .) dollars S'a l'Mtr au Sea Si de G rage, i M (i M Iefp Alfred ]V. Cnoke 101$, llw du Magasin de l'n'.atAir ot ce § am s cl clients qu'il vit ut dd rece>oipag4a porter la coonalasauca du public en un rai pi HII roiuui'ice en particulier que maigre le dft-^e 1 otre r.igrett ai^nr ciel M. J. Sbtintob, la inatton siierrtub .t Co ucn lami les Ilairf s nui s !n innifl ndson focialp, toi't a l't au-l'iince q l'aoi Gonaivep. MM. l'be Sa'orr.oii et John llon'os tifcrr eiont tymtiront bheiutob & Co t'oit va l'irce IH r iiiui-t n,.^j tlltMTUU Si La Vente immobilire 11 sera procd le vendredi que l'on comptera 2i IuiK-t mil n?ut ceni vmgt en l'tude de Me Iules Desbrosses, notaire aux Conaives. a la vente au plus curant et dernier enchrisseur, d'une proprit sise en la dite ville, rue Lavaud, en face de la Place du March, ainsi que la halle en mur constru t: dessus. La dite proprit mesure dix huit pieds neuf pouces de faade sur cent sept de profondeur et est borne : Au nord par les hritiers Dupuy.au sud par la rue Lavaud, i l'est par Pierre Henri Lo Benoff et i l'ouest par les hritiers Dseit, suivant piocs verbal d'arpent'ge de Saint-Valrey eu date du t eize Asut mil huit cent :o'xapte douze, enregisr. Telle qu'elle se poursuit comporte (t s'tend sans en rien rserver. Aux requtes, poursuite et dili gences de Messieurs O S:arpa et A. |. Maumus demeurant i Port au Prince, et domicilis le premier i Milan < Italie ) le second 1 la Nou velle Orlans ( Louisiane, Ltats Unis d'Amrique ) agissant en leur qua'i i de Squestres-!/ q uid t uis de u Maison Reinboll et Co. tablie aux Gonaives, successeurs des sieurs Hermana K:mbold et Co. ayant rour avo.-ats^ M.s Charles R.boul, Phc.de David et Morel avec lec tion de domicile au cabinet du pre mier sis aux Gonaives. Lt en vertu tant des pouvoirs coLlris par la lgislation nationale de guerrt, du Trait de Versailles de 49'y que de l'aatoriia ion particu liere dont ils SOLI munis aux lins de la prdsecte vente. Laquelle se fe ra sur la mise i prix de Dix Mille dollars Or amricain, outre les charges de l'4chlf Pour plus amples renseignements s'adresser aux avocats soussigns et au notaire jales Debros.*es, dpotl tane du calner des chaiges. Poit au Pnnce le ij Juillet 1921 Ch. RHiOUL, PL.V.UM: DAVID MOREL



PAGE 1

il mtip assura vous contre LE FEU j\d rossez, vous la plus forlc compagnie dcs'E. U, LE HOME INSURANCE Co de N-Y agent gnral pour Hati Eu. Le BOSSE, Porl-au-Prince Protgez votie Maison, voire Magisin, v;s dpts au taux If plu rais nab'eAucun irais d comission ni de courtage payer IijuseigQczvous sais frai par correspondance ou veiez liscuter o* r e problme chez Eug. LE BOSSE, 95 Hue du Ouai Garage Franais Ces jours-ci J837, Rue du Magasin de l'Etal A.Barreyre Ingnieur mcanicn brevet Ancien clirce au scaferlati (rna* Got equ s. Bjn aiai. Le Record, cigar te> 5 jouo.cji C 4mes i.m.ica'nsparpaq'.ietG2 80 K''ez vo"< 4 la Chapellerie Internationale (dpo taire J Rue de Miracles eo face des le t graphe l'tneitres. LEOONIE P.N. GRAY A Co Inc. NEW-YORK Reprsentant en Haitl Savon COSMOS La Maison A. Victor Gentil Bue du Magasin de F Etat A'o l/$i Vieut de lectvoir parle dernier l,;^. CIIJLSCUS lin's pour hommes et entants de 2 au Bas de soie pour dames ** Foru es de eh peaux pour daines, dernire, mode de tom Chapeaux de feu e noir et couleur pour hotnJf Matriel complet pour Bicyclettes. imaa Pompes pour autos. Flashlights et batteries d tanin dlmausions, ampoules de rechange Toujours en vente dans Ja mme maisonNer-Mgor, leinture pour teindrait* vlements, '1^ h noircir les cheveux, chemisette et caleons fins de la warW*j assert caf, assiettes dessert style japonais, et •,. ? Vu HggH——————^———n^^^^^ ^^ Enfin le jour est arri L'Avoir du hoir, le savoir du Noir et l'negie du AW l aum gouverner le monde J Vous homme d" touleur, que fai'e* vous pour assurer kl la Haie ? Est w que vous employez bien votre argent dt ni assurer le futur et la prosprit de v)s en fonts ? Maintenant cest lheure de faire quelque chose de sr l l argent que vous avez la maison eu dans votre poche dm la Cette cnrpor ition va const tare des Usines pat out aux btvM au t*i nada.au c antiVei,dan*t*sud et licinual Amrique ou f{ Cette corpjrjion est organise sous la lois de l'Elut de M et p".ide un capual de WWOOoO DJIIWS chaque a'* quelle vous rd portera au moins S vjo de dividende l'un, La Negro Factories Cor\ tv*fi i l\ va ci e'a de l'emploi des milliers de Noirs, ui rtAlllJIl manufactureront des marchandises de t'oum pour tre vendues dans les marchs amricains et expdittt 1 Mail; Star Line > l'Etranger. Ackeli : %  des a nions et faites de l'argent, adressez-vous : t'Ihe Dlryro Factories Lorpora Agence Gr aie en Iluti 1903, Rue du Maija?in dt) l'Etal Factories un ET Farine DOS BR0NCES Toujours en stock Grand choix de pneus tt chambres air de la marque Ajax qualit suprieure et prix avantageux. Toutes les dimensions fftioline lydol — cire Paraffine S'adresse 0. A. LUND Finie FSEJOURNE At y le des Rues Roux et du Ct 2 Mdailles d'argeri Ezposiion de Bruxelles 1 910 Laboratoire de Chimie Mdicale D oguerie, Produite chimiques et pharmaceutique* Spcialits franaises et amricaines. Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses il et injectables. Spcialits. —Srum cvr s hnique s ; mple et ferruguwttj Iodhj drarg/re. Srum te Morard remplaant le* pair realcifiants de Ferrier et de Bobi' Il y a toujours en stock : Nevrosthose' Sirop pectoral. Elixir de Pensylvanie. dpositaire du PREVEMllj Reprsentant des Laboratoires Te* LACTIFtRM.-Ferment lactique, cootre ulectioni finales et cutanes. L VX .i R1NB Smp ifique de 1 constjpitfo^ * 1 Cigarettes La Nationale Produits de premier choix Prioccsse, I kre" LA NATIONALE Voient chaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes in



PAGE 1

i^ma anne Xos 3830 Pcii au Prince, H iti Usent MA6L0IRK MoisT MT COMM UNAL PDACTEUR EN CHEF Lon Laleau LNUMIFO 15 " LBOil c: 2co WPBTFMWTS G 2M JO* 7 00 BW fTRANGR 00 |L 0 cfi sont reues au Compte ir In47'de Publicit, 9 Ru* Tronchet, Pa( W* tl 23. Ludgate Hill, Londres, IF Quotidien Vendredi 16Juillet 920 Nous revenons au temps d'Aristophane et de la parabase.L'jinpriinerk sera bientt comme si elle n'existait, pas, et coin lue si uutenihenj n'avait pas invent ses vingt quatre petits soldats de plomb". Lo CLARBTIE REDACTION ; Rue Amricaine No, 1358 1ELEPHQSE : 208 t^onauiourdhui 'yont ^ PJBcOlC Normale ^M,rt paratre dans Le L'examen de sortie des lves[Unire d'her. •t 1 iiio'iB vu passer, me disait liai 'Usant, une petite cors l f n voile blanc ou un lP ir du brassard de soie Ver, sans prouver UBB ilooioo, et cela, cause iwifline de ma lointaine \o je reus i&a premiere n morale. Cuiid'Mcemplir ma septime tel dira le quartier u habm parent, je pawais pour M dtestable. J'avais t pt mre dont l'tais l'unique : a dans sou aveugle et toultendresse pour moi, docile loges fantaisies, elle se faisait %  ble plaisir de raliser mes les plus eaugienus< '.'ue .Ile psi fait pour me vo r ijoyeox et beau, cette mre (qui croyrit retrouver en mei M taise/ p'iiqa'i remonter le cours des %  pour me ie\oir ti I que j tais 1 poque. Si j'essaie de prciitOBveoiie, ce qui p, a: a it letpri', ces: un poli m'cou et veill quj culmine imraa de Pcrt-su-l'rince par rmalin de raleil. il s'en va |k cisl profond et lumineux, et un tempsj il tourne viveI U tte pour voir s'il n'est pas (.il s l'air d'aller ti* vite, avec 1 lieds qui se heurtent l'un I qoi dessinent de preequ inh pu dans la poussire b'anJ i chemin. 11 a hte d'erriver > pour voir les plus grands IwU la Sainte Table. Plus fins il a cout des rcits de communion, sa mre a 'estai expliquer cette fte ve et de puret, mais il a %  cru qu'on lui faisait des '• tte. Aujouid'hui, il v-u rit cœur net et s'ist sauv R"*w s la grasse peine qu il V maison. examen %  n adresses de la 3me anne de l'Eco 'e Normale commencera partir de luddi prochain lf juillet courant C'est la toi* un examen dlient et important. Voici la composition du Jury form par le Ministre de l'instruction Publique M; L-C Llirissou, Inspecteur geniai.pisident ; il est chaig de que -t o mur en lgislation et administration Bcolairts ei eu 0. giuisa tion pdagogique; Dr Carr, sous inspecteur,hygine, Frre Archange, psychologie applique a l'ducation, Mme u.uncoun, metiiodea,|njod88 et procds d'eu Biau\ ei Puce Mars. L'txamen est divis en trois par ties. Une preuve cnte.une preuve pratique et des pieuvs orales ; lis deux uermies sont publiques. Les lves sont au nombre de 7 et on dit que parmi elles, il y en a qui sont d une trs graude in ell.ger.ee. Nous renseignerons nos lec'eurs sur le rsultai de es examens. — Les examens de passade de la premiie et de la Sme Auues se fout aciuellement par le persouuei dd l cole et sous le contrle du per sonuel Varits Avec DIMANCHE LENIGMt; Marie Louise Duval Mlle Dermoz et LA. MISSION Entre DE JUDEX G'i.OO • Ullslise. Il faut vJr le re[• wnlieur qo il met cou'Jwtei les belles choses qui it.Ce qui le ravit surtout, '•pouvoir en ;dascher les [J* 's Matre Ait-l avec ses da joyeuses lumires, %  M la Vierge, Une et dha sereine beaut ; pais %  les ranges de chaises 1 1 oes d'enfants qui ont l'air %  • en une extase infinie. garonnet?, les petites wnt. Elles sont si joL --• robe de candeur, avec HJ voileg blanca qui fr[ Piment comme des ailes .! ,,n oler! Au-dessus de Y*> MI oritlammes tua* tons %  "• miroitent avec des fris,, d ioie. •JJtes ce t.es courbes ""r ar lente eidlicieusa, ces pirureg de f r8ic | ie ,5g t l9un Parfum de pure 10 >: lie ileor tion toute nouvelle, qui caresse dou cernent son cœur d'enfant et voil qu'il pleure aussi, tout son petit tre noy d'un boni:eur iuconHU. Tout coup, uu cantique s'lve du chœur avec une profonde harmonie et presqu'aussi t se fait uu remuement de chaises : c'est l'heure de la commuuiouLes enfants, les mains jointes, la tte incline, s'en voi.t deux par deux vers la Sainte Table. Le petit Louis se lve ausei, hs;le, fait un pas, pais deux et continue... — Hagarde moi donc, ce petit garon 1* dernier, ne dirait-on pas... mais -. mais oui. il va communier .. Ces paroles sont prononces assez haut par une femme, mais il a I air de ne pas les entendie. Il est dj agenouill et attend. H tremble, le petit Louis qu'on ne lui refuse la Sainte Hostie. Il se fait plus petit encore et dfaillant tend lea lvresL'ofliciau: passe — oh / ils aont si bons ces bons pres! — et pose une blanche hostie sur la langue de Louis... C'est sitii que je" lis ma premire communionLorsque je retournai la maison, mon coeur se lendit a la vue de ma mre qui sans; otait, cro yant que j'tais perdu jamais Jo me jetai dans ses bra* et lui avouai tout. — Mais qu'as-.u fait? S.crilg-.! ,, -.v-cœurs. [ %  le petit Louia.il eu est tsta. i e IDUme et rafrachisL le pntre peu peu Qui* ct de lui pieu Jjre p 8r Be8 ltrmeg ui Jgenion lente et douce 77* jamaisdevenu subitement : uo '.''faitunrve... ilrve H mmunier comme les I eit oolev d'une rao Alors, re/onu brusquement de mon enchau e.neat, j'entrevis la gra vite de ce que je venais de faire J'avaia peur, je cachii ma tte dans le sain da ma mre et |9 pleurai, amrement. L'. iinlgro ea caresses qui essayaient de me consoler, ja sentif s veiller en mon ue d'eufant la brlure de moi pre mer remords Faux. COURTOIS Juin ldli, Merveilleuse Crme de Beaut le Employ* la tlluicrme Ltjsane Au si e irais de concombres. • Embellit, rajeunit, incomparable pour donner la l'ra'rhonr ;iu rveilFait dispuraitre jamais les taches ds rousseur. 11. 'le/.-vous cltz Max Monsanto l'ttedu Magasin deFilat, No i~2i Questions Pan-amricaines Buenos Aires Sur les Marques de Fabrique 1 Les commerant! et industriels hatiens se montrent peu t m presss bosAcioi de la protection accorde pat la loi du 9 Juin 1910 sur les marque* do tilnique et de commerce Ils continuent probre enregistre la Havane pr un tranger et oppose ensuite \ l Industriel luitien si celui-ci a nglig d'enregistrer sa marque conformment a la loi du U Juin Avec toutes la considration requise et le plus g and respect, j ai 1 honneur de soumettre \o re hau te appiciation la prsenle ptition dans le but d'obtenir vo re opinion autorise eur certains points importants et controverss de la Conven tion conclue Boanos Aires, le '20 Aot 11U, entre les litsta des Ami nques pour tablir entre eux I enre gistretneui international des marques de fabrique et de commerce el d s dnominations commerciales. Cette Convention dcida la cta tion da doux centres d'enregistr ment intet national, l'un la Havane pour l'enregistrement def marjues du groupe nord e; 1 autre Uio de Janeiro pour l'enregistrement des marques des na'.io.i* signataires ap partenaut au groupe sud. CCJ ofli^ea devaient eoumencer leurs travaux conjointement 04 apanimenl aussi lu', que la Convention conclue entre les plnipoteutuires tumms cet eilet aurait t ntiii-Jj 1 ar las Corps lgisla'ifl -ies deux t.era des Etala rontraciants de Cbaqus groupe nord et sud. Parmi les nations du groupe nord ont ratiti* la Co ivention les Corps |.4g*ala 1!de Costa Rica, Cuba, Etats Unis d'Xmerique, (iuatmala, Hati. IlontfuraB, Nicaragua, l'a>iama et Sinlo-t) iming t. Se suit abstenus de h rati if les Hpubliques les Etats Unis d 1 Mexique et du Salvado 1 )an.i le groupe sud, ont ratifi la C 1 veniou lea Cirps Lgislatifs de Ho'ivie, Itr.-sil, Ivjuateur, Prou, Paraguay et l ruguav, se sont abto nus de la ratilier lea Upubliques de l'Argmtine. CbJli, Colombie et Ven zuela. Le Hjroiu de la Ilivaae a ouvert s >.i asrvice international pour les Nu'io'is sigTitaires do*groupe norl, le no nbre da ratiiieuioi requises (•2,'ij ayant . obtenu. I.i l'.ureau de Mo de Jan-iro ne put s ouvrir pour la rsiioa inverse. Le rgis i"ni qai doit servir de base pout i'arjplicatiou des stipulations de la Convention de Buenos Aires a l dj rdig par le Cou veroe ntnt de la Rpablisjos do Cuba a: a peut-tre soumis l'appro'.ntion du Brsil, mais il n'a pas encore t approuv par tous les autres Etals signataires de la Convention conformais ml ce qui est prvu en son article \V. La Convention en elle-mmj et l'appli:vun d un Hglement non approuve uiriteut U critique des profasiionnels qoi s'occupent de ces questions le premier du chef d'omissions trs Importantes et le second d'abord pour l'illgahi notoire qui rsulte de sa unss en vigueur et ensuite parce qu'il aoporto la Cou vanliOQ des claircissements qui dpassent l'autorit el Is csdre d uu rglcmtot. Les principales lacunes de la Coa vei'.uu sout les suivantes ; A. LomiS!-.in a'indiipior le temps pendant lequel 1 enregistre meut international restera lgalement en vigueur. 11.— Co une consjuence de cet'e premire omission, absence d'une etipulat'on sur la dure des renouvellements des mirques enregistres Intsrnationalsjmsnt' C. — U u'.ssion d'une disposit-on OOnorte sur la manire d.eilectuer le recouvrameut et de faire la rpar lilion des taxes et moluments entre chacua des Etais signataires, confurinjuiMii leur lgislation interne sur les marques de fabrique et de commerc. D. — O.niss'on se rapportant l'extension de la facult de requrir 1'euregilreinuut international d'au trs classas-de personnes qui, par leurs qualits, lgales. 110 sout ni coin mettants ni industriels. t.— U.nission de prvoir un cerii li:ato'u titmijui devrait tre expdi par les ktais o l'enregiati meut international produirait ses elTets et qui conlinu irait eu faveur des >ollt citan a, la proprit de la marque ou la proteotiou acordS par les Bureaux de U Havane ou de H10 do Janeiro. PAUL SAl i;s {^A suivre ) m la ic oiiire L'introdui tiou de la machine a partout l'Aire les piutesiations de la cluste ouvrire. Llle a, eu plus, donne lieu & des thorise pessimis les tu conomie publique Lorique Everth, en 17.*>8, construisit 1.1 premire machine hydrau hque pour travailler la laine, les ouvriers y mirent le (eu, quand Arkwriflnt cul invent sa macnme a filer le coton, les ouvrire protest rent par des p.iliona au l'ailement. Lea fcabieis de 1B89* contiennent une proiestatiOB des ouvriers do Caen contre les c mcaniques de iila turc. Vaucanson fut menac par les CaQutS lyonnais et le mtier de Jacquart fut mme brl par eux en place publiqueVers I8iu, l'iniro duction do machines provoqua do terribles meutes parmi les tisse rende de Sllaeie; des laits analogues se sont rpts dans d'autres pays, H est indniable que l'introduction de la macliiiie commence par chaisfcr une parit des ouvriers de leurs places, Tel est mme le but de luitraduction de la unebineL entrepreneur ne tait les trais d'une mac.iiii.\soiiv(>iii ires dispendieuse,nue tu, pour une mmo quantit de tra vail fourni, elle lui conomise des salaires, c'ost-d-dire des ouvriersH est donc vrai que < la irachino chasse l'ouvrier, mais ce n est vrai qu'au moment mme. Toutes lea gtutistiques 8wut d.-.ccoul pour ta b'ir que I iiiiroductiou du machioiame ue diminue pas, la longue, le nombre des ouvriers employs, mais qu au,contraire elle l'augmenteVoici queiques don'ies bieu dmonstratives ce su|et. Nul'e pat l'limination initiale do l'ouvrier par la macbine n'a t plus considrable que dans I industrie. cotonniers anglaise. Ur, que voyous, nous prcisment dana ce dsmaine t La Grande IJretagne employait dans ses lilatures et dans_ ses tissa, g-sa do coton, en le M : .J720JO ouvriers, en Itftjl : 'lotiOUa, en 1W, iol-uuo, oa IB80 ; i/.UOU; en 18so : ui-LUo, en 189U .W.UOU Le uouore dus ouvriers dans l'iu dustrie coiounire, de 18'H IH'.M, a donc augment de U om, alers que la population totale ue a'esi accrue que Vi• J il o,o pendant le mme laps de tempe*. (Juaut la dimiuutiou constate vera \iHiS, elle provient do la lamine de coton , provoque par la guerre le Sces%  MM. Lu Belgique, le nombre dea ouvriers et des ouvrires des tablisse menis industriels, tait en l.sli., de 34.8&S peraenues, et eu 18'Jo, de ^ n.U"o persoooss, soit une augineu la ion de l*> o,o, alors que la po^u latiou n'avait uugmenld quedoJ j^, et que le noinbre de cheva ^x vapeur.de iOUOU qu'il tait i, n isid, arrivait a &&>-*o3ta laHK); En Allemagne, les ctnl'.rea suivants ont ete cooatats lors, des stalistiqaes de UftW et da 18'.i ; l'opulation indi\triellti 1B82 1804 7 350.789 lO 2fW.5diJ l.JJUOVJ ;14J7.1>X> N ambre de chevaux vapeur La population iudubinelle a donc augment de :5'Jo|Oeu ces treize ans alors que la population totale n'augmentait que de 1 i o t o et que la torce motrice employe a plus que doubl dans ce mme lapa de temps.. \ux Klats Luis, le nombre des. ouvners des mai-iiacmres, a passe; de J. wu.uou eu 18.'x) I 5.8.14,0UU en. 193U; or, pendant les trente der-' nieras aunees, le nombre des uni.ee> de torce motrice avait passe de r; if


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05164
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, July 16, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05164

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
i^ma anne Xos 3830
Pcii au Prince, H iti
Usent MA6L0IRK
' MoisTMT Communal
PDACTEUR EN CHEF
Lon Laleau
Lnumifo 15 "
LBOil
c: 2co
WPBTFMWTS g 2M
JO* 7 00
BW" fTRANGR
00
, |L0cfi sont reues au Compte ir In-
47'de Publicit, 9 Ru* Tronchet, Pa-
(W*tl 23. Ludgate Hill, Londres,
If
Quotidien
Vendredi 16Juillet 920
Nous revenons au temps
d'Aristophane et de la pa-
rabase.L'jinpriinerk sera
bientt comme si elle n'e-
xistait, pas, et coin lue si
uutenihenj n'avait pas in-
vent ses vingt quatre
petits soldats de plomb".
Lo CLARBTIE
REDACTION ; Rue Amricaine No, 1358
1ELEPHQSE : 208
t^onauiourdhui 'yont ^ PJBcOlC Normale
^M,rt paratre dans Le
L'examen de sortie des lves-
[Unire d'her.
t
1iiio'iB vu passer, me disait
liai 'Usant, une petite cors
l fn voile blanc ou un
lPir du brassard de soie
Ver, sans prouver ubb
ilooioo, et cela, cause
iwifline de ma lointaine
\o je reus i&a premiere
n morale.
Cuiid'Mcemplir ma septime
tel dira le quartier u hab-
m parent, je pawais pour
M dtestable. J'avais t pt
mre dont l'tais l'unique
: a dans sou aveugle et tou-
ltendresse pour moi, docile
loges fantaisies, elle se faisait
ble plaisir de raliser mes
les plus eaugienus< '.'ue
.Ile psi fait pour me vo r
ijoyeox et beau, cette mre
(qui croyrit retrouver en mei
m taise/
p'iiqa'i remonter le cours des
pour me ie\oir ti I que j tais
1 poque. Si j'essaie de prci-
itOBveoiie, ce qui p, a:ait
letpri', ces: un poli m'cou
et veill quj culmine
imraa de Pcrt-su-l'rince par
rmalin de raleil. il s'en va
|k cisl profond et lumineux, et
un tempsj il tourne vive-
IU tte pour voir s'il n'est pas
(.ils l'air d'aller ti* vite, avec
1 lieds qui se heurtent l'un
I qoi dessinent de preequ in-
h pu dans la poussire b'an-
Ji chemin. 11 a hte d'erriver
> pour voir les plus grands
IwU la Sainte Table. Plus
fins il a cout des rcits de
communion, sa mre a
'estai expliquer cette fte
ve et de puret, mais il a
cru qu'on lui faisait des
' tte. Aujouid'hui, il v-u
rit cur net et s'ist sauv
R"*w s la grasse peine qu il
V maison.
examen
n adresses de la 3me anne de l'E-
co 'e Normale commencera partir
de luddi prochain lf juillet courant
C'est la toi* un examen dlient et
important.
Voici la composition du Jury for-
m par le Ministre de l'instruction
Publique M; L-C Llirissou, Inspec-
teur geniai.pisident ; il est chaig
de que -t o mur en lgislation et ad-
ministration Bcolairts ei eu 0. giuisa
tion pdagogique;
Dr Carr, sous inspecteur,hygine,
Frre Archange, psychologie appli-
que a l'ducation, Mme u.uncoun,
metiiodea,|njod88 et procds d'eu
B M H II >iau\ ei Puce Mars.
L'txamen est divis en trois par
ties. Une preuve cnte.une preuve
pratique et des pieuvs orales ; lis
deux uermies sont publiques.
Les lves sont au nombre de 7
et on dit que parmi elles, il y en a
qui sont d une trs graude in ell.-
ger.ee.
Nous renseignerons nos lec'eurs
sur le rsultai de es examens.
Les examens de passade de la
premiie et de la Sme Auues se
fout aciuellement par le persouuei
dd l cole et sous le contrle du per
sonuel
Varits
Avec
DIMANCHE
LENIGMt;
Marie Louise Duval
Mlle Dermoz
et
LA.
MISSION
Entre
DE JUDEX
G- 'i.OO
*
Ullslise. Il faut vJr le re-
[ wnlieur qo il met cou-
'Jwtei les belles choses qui
it.Ce qui le ravit surtout,
'pouvoir en ;dascher les
[J* 's Matre Ait-l avec ses
da joyeuses lumires,
M la Vierge, Une et dh-
a sereine beaut ; pais
' les ranges de chaises
11 oes d'enfants qui ont l'air
en une extase infinie.
garonnet?, les petites
wnt. Elles sont si jo-
L -- robe de candeur, avec
HJ voileg blanca qui fr-
[ Piment comme des ailes
.! ,,noler! Au-dessus de
Y*> mi oritlammes tua* tons
" miroitent avec des fris-
,, d ioie.
JJtes ce t.es courbes
""r ar lente eidlicieusa,
ces pirureg de fr8ic|ie
,5gtl9un Parfum de pure 10 >: lie
ileor
tion toute nouvelle, qui caresse dou
cernent son cur d'enfant et voil
qu'il pleure aussi, tout son petit tre
noy d'un boni:eur iuconHU.
Tout coup, uu cantique s'lve
du chur avec une profonde har-
monie et presqu'aussi t se fait uu
remuement de chaises : c'est l'heure
de la commuuiou- Les enfants, les
mains jointes, la tte incline, s'en
voi.t deux par deux vers la Sainte
Table. Le petit Louis se lve ausei,
hs;le, fait un pas, pais deux et
continue...
Hagarde moi donc, ce petit garon
1* dernier, ne dirait-on pas... mais -.
mais oui. il va communier ..
Ces paroles sont prononces assez
haut par une femme, mais il a I air
de ne pas les entendie. Il est dj
agenouill et attend. H tremble, le
petit Louis qu'on ne lui refuse la
Sainte Hostie. Il se fait plus petit
encore et dfaillant tend lea lvres-
L'ofliciau: passe oh / ils aont si
bons ces bons pres! et pose une
blanche hostie sur la langue de
Louis...
C'est sitii que je" lis ma premire
communion- Lorsque je retournai
la maison, mon coeur se lendit a la
vue de ma mre qui sans; otait, cro
yant que j'tais perdu jamais Jo
me jetai dans ses bra* et lui avouai
tout.
Mais qu'as-.u fait? S.crilg-.!
,, -.v-curs.
[* le petit Louia.il eu est
tsta. ie IDUme et rafrachis-
L le pntre peu peu
Qui* ct de lui pieu
Jjre p8r Be8 ltrmeg ,ui
Jgenion lente et douce
77* jamais-
devenu subitement
:uo'.''faitunrve... ilrve
H mmunier comme les
I eit oolev d'une rao
Alors, re/onu brusquement de
mon enchau e.neat, j'entrevis la gra
vite de ce que je venais de faire
J'avaia peur, je cachii ma tte dans
le sain da ma mre et |9 pleurai,
amrement. L'. iinlgro ea caresses
qui essayaient de me consoler, ja
sentif s veiller en mon ue d'eu-
fant la brlure de moi pre mer re-
mords
Faux. COURTOIS
Juin ldli,
Merveilleuse Crme de Beaut le
Employ* la tlluicrme Ltjsane
Au si e irais de concombres.
Embellit, rajeunit, incomparable pour donner la l'ra'rhonr ;iu
rveil- Fait dispuraitre jamais les taches ds rousseur.
11.'le/.-vous cltz
Max Monsanto
l'ttedu Magasin deFilat, No i~2i
Questions Pan-amricaines
Buenos Aires
Sur les Marques de Fabrique 1
Les commerant! et industriels ha-
tiens se montrent peu t m presss
bosAcioi de la protection accor-
de pat la loi du 9 Juin 1910 sur
les marque* do tilnique et de
commerce Ils continuent prob<-
blemoir croire, comme cila hit
permis dans l'ancien at de la
lgislation, que la eroa'ion et lo
ginule lllgl d'une marque ta-
blit un d.oit de proprit sur cette
marque. C'est une erreur qu'un
peu plus dacivi'. et d'iuitiative
dans les allaites ue tardera pas
leur faire sentir. Mais cet e ques-
tion a en outre un cot internatio-
nal parce que nous sommes lis
avec les aures L'tats des Amri-
ques par la Convention de Buenos
Aires pour la prot ction des mar-
ques de fabrique et de commerce.
Le Bureau tabli cet eUet rco n
ment la Havane commence
fonctionner et rclame pour Ie3
marques internationales la prolec
tion les lois de etiaquo pays si-
gnataire sans que les intresss
aient se conformer aux disposi
lions de ces luis locales. C est cette
manire de voir qui tait l'objet de
la ptition suivauie adresse par
noue collaborateur Paul .Sa es au
Dpartement du Commerce.
11 rsulterait de I inteiprtation du
Hureau de la Havane, entre autres
choses, qu'u-.e marque de ihum
ou de cigarettes cre eu Hati
pourrait >re enregistre la Ha-
vane pr un tranger et oppose
ensuite \ l Industriel luitien si
celui-ci a nglig d'enregistrer sa
marque conformment a la loi du
U Juin
Avec toutes la considration re-
quise et le plus g and respect, j ai
1 honneur de soumettre \o re hau
te appiciation la prsenle ptition
dans le but d'obtenir vo re opinion
autorise eur certains points impor-
tants et controverss de la Conven
tion conclue Boanos Aires, le '20
Aot 11U, entre les litsta des Ami
nques pour tablir entre eux I enre
gistretneui international des marques
de fabrique et de commerce el d s
dnominations commerciales.
Cette Convention dcida la cta
tion da doux centres d'enregistr
ment intet national, l'un la Havane
pour l'enregistrement def marjues
du groupe nord e; 1 autre Uio de
Janeiro pour l'enregistrement des
marques des na'.io.i* signataires ap
partenaut au groupe sud. Ccj ofli^ea
devaient eoumencer leurs travaux
conjointement 04 apanimenl aussi
lu', que la Convention conclue entre
les plnipoteutuires tumms cet
eilet aurait t ntiii-Jj 1 ar las Corps
lgisla'ifl -ies deux t.era des Etala
rontraciants de Cbaqus groupe nord
et sud.
Parmi les nations du groupe nord
ont ratiti* la Co ivention les Corps
|.4g*ala 1!- de Costa Rica, Cuba, Etats
Unis d'Xmerique, (iuatmala, Hati.
IlontfuraB, Nicaragua, l'a>iama et
Sinlo-t) iming t. Se suit abstenus de
h rati if les Hpubliques les Etats
Unis d 1 Mexique et du Salvado1.
)an.i le groupe sud, ont ratifi la
C 1 veniou lea Cirps Lgislatifs de
Ho'ivie, Itr.-sil, Ivjuateur, Prou,
Paraguay et l ruguav, se sont abto
nus de la ratilier lea Upubliques
de l'Argmtine. CbJli, Colombie et
Ven zuela.
Le Hjroiu de la Ilivaae a ouvert
s >.i asrvice international pour les
Nu'io'is sigTitaires do*groupe norl,
le no nbre da ratiiieuioi requises
(2,'ij ayant . obtenu. I.i l'.ureau de
Mo de Jan-iro ne put s ouvrir pour
la rsiioa inverse.
Le rgis i"ni qai doit servir de
base pout i'arjplicatiou des stipula-
tions de la Convention de Buenos
Aires a l dj rdig par le Cou
veroe ntnt de la Rpablisjos do
Cuba a: a peut-tre soumis
l'appro'.ntion du Brsil, mais il n'a
pas encore t approuv par tous
les autres Etals signataires de la
Convention conformais ml ce qui
est prvu en son article \V.
La Convention en elle-mmj et
l'appli:vun d un Hglement non
approuve uiriteut U critique des
profasiionnels qoi s'occupent de ces
questions le premier du chef d'o-
missions trs Importantes et le se-
cond d'abord pour l'illgahi notoire
qui rsulte de sa unss en vigueur et
ensuite parce qu'il aoporto la Cou
vanliOQ des claircissements qui d-
passent l'autorit el Is csdre d uu
rglcmtot.
Les principales lacunes de la Coa
vei'.uu sout les suivantes ;
A. LomiS!-.in a'indiipior le
temps pendant lequel 1 enregistre
meut international restera lgale-
ment en vigueur.
11. Co une consjuence de cet'e
premire omission, absence d'une
etipulat'on sur la dure des renou-
vellements des mirques enregistres
Intsrnationalsjmsnt'
C. U u'.ssion d'une disposit-on
OOnorte sur la manire d.eilectuer
le recouvrameut et de faire la rpar
lilion des taxes et moluments
entre chacua des Etais signataires,
confurinjuiMii leur lgislation
interne sur les marques de fabrique
et de commerc.
D. O.niss'on se rapportant
l'extension de la facult de requrir
1'euregilreinuut international d'au
trs classas-de personnes qui, par
leurs qualits,lgales. 110 sout ni coin
mettants ni industriels.
t. U.nission de prvoir un cerii
li:ato'u titmijui devrait tre expdi
par les ktais o l'enregiati meut
international produirait ses elTets et
qui conlinu irait eu faveur des >ollt
citan a, la proprit de la marque ou
la proteotiou acordS par les Bu-
reaux de U Havane ou de H10 do
Janeiro.
Paul SAl i;s
{^A suivre )
m la ic oiiire
L'introdui tiou de la machine a
partout l'Aire les piutesiations de
la cluste ouvrire. Llle a, eu plus,
donne lieu & des thorise pessimis
les tu conomie publique
Lorique Everth, en 17.*>8, cons-
truisit 1.1 premire machine hydrau
hque pour travailler la laine, les
ouvriers y mirent le (eu, quand
Arkwriflnt cul invent sa macnme a
filer le coton, les ouvrire protest
rent par des p.iliona au l'ailement.
Lea fcabieis de 1B89* contiennent
une proiestatiOB des ouvriers do
Caen contre les c mcaniques de iila
turc. Vaucanson fut menac par
les CaQutS lyonnais et le mtier de
Jacquart fut mme brl par eux
en place publique- Vers I8iu, l'iniro
duction do machines provoqua do
terribles meutes parmi les tisse-
rende de Sllaeie; des laits analogues
se sont rpts dans d'autres pays,
H est indniable que l'introduction
de la macliiiie commence par chai-
sfcr une parit des ouvriers de leurs
places, Tel est mme le but de lui-
traduction de la unebine- L entre-
preneur ne tait les trais d'une ma-
c.iiii.\soiiv(>iii ires dispendieuse,nue
tu, pour une mmo quantit de tra
vail fourni, elle lui conomise des
salaires, c'ost-d-dire des ouvriers-
H est donc vrai que < la irachino
chasse l'ouvrier, mais ce n est vrai
qu'au moment mme. Toutes lea
gtutistiques 8wut d.-.ccoul pour ta
b'ir que I iiiiroductiou du machi-
oiame ue diminue pas, la longue,
le nombre des ouvriers employs,
mais qu au,contraire elle l'augmente-
Voici queiques don'ies bieu d-
monstratives ce su|et.
Nul'e pat l'limination initiale do
l'ouvrier par la macbine n'a t plus
considrable que dans I industrie.
cotonniers anglaise. Ur, que voyous,
nous prcisment dana ce dsmaine t
La Grande IJretagne employait
dans ses lilatures et dans_ ses tissa,
g-sa do coton, en le M : .J720JO ou-
vriers, en Itftjl : 'lotiOUa, en 1W,
iol-uuo, oa IB80 ; i/.UOU; en 18so :
ui-LUo, en 189U .W.UOU
Le uouore dus ouvriers dans l'iu
dustrie coiounire, de 18'H IH'.M,
a donc augment de U om, alers
que la population totale ue a'esi
accrue que Vi j il o,o pendant le
mme laps de tempe*. (Juaut la
dimiuutiou constate vera \iHiS, elle
provient do la lamine de coton ,
provoque par la guerre le Sces-
MM.
Lu Belgique, le nombre dea ou-
vriers et des ouvrires des tablisse
menis industriels, tait en l.sli., de
34.8&S peraenues, et eu 18'Jo, de
^ n.U"o persoooss, soit une augineu
la ion de l*> o,o, alors que la po^u
latiou n'avait uugmenld quedoJ j^,
et que le noinbre de cheva ^x va-
peur.de iOUOU qu'il tait i,n isid,
arrivait a &&>-*o3ta laHK);
En Allemagne, les ctnl'.rea suivants
ont ete cooatats lors, des stalisti-
qaes de UftW et da 18'.i ;
l'opulation indi\triellti
1B82 1804
7 350.789 lO-2fW.5diJ
l.JJUOVJ ;14J7.1>X>
N ambre de chevaux vapeur
La population iudubinelle a donc
augment de :5'Jo|Oeu ces treize
ans alors que la population totale
n'augmentait que de 1 i oto et que la
torce motrice employe a plus que
doubl dans ce mme lapa de temps..
\ux Klats Luis, le nombre des.
ouvners des mai--iiacmres, a passe;
de J. wu.uou eu 18.'x) I 5.8.14,0UU en.
193U; or, pendant les trente der-'
nieras aunees, le nombre des uni.ee>
de torce motrice avait passe de
r;
.


-
if-




I m m ni m
Nouvelles trangres
15 juillet
SPA.A la lance de cet apo'-g raid:
von Simons ayant (ait connat que
la dlgation allemande maintenait
ns propositions sur les livraisonn
de charbon tant donna I impotsibi
llt d'obtenir une prdiction inpe
heure elle ne pouvait p m obliger les
mineurs travailler malgr eus.
De la croix dclara alors qu'il re-
grettait que Iqs ftorts de concilia
tion des allis n'aboutissent pas
de meilleur rsultats et quo dans
cet conditions il iad inutile de pro
longer la sance. Dill'rentes dl^a
Uous seront convoques au injurient
opportun. Les chefs des Kouverne
ments allis dcidrent de eoovo
quer d'urgence le inaiclial Kocb et
WilaoD a pa. La confrence est
donc suspendue ffl menace dd
ruptuie.
BELGfl \DE 0, apprend de KtfUI b
qu'un avion i alien survola Zagreb.
Les avions Yoogo Slaves le poumi
Viient et changrent dfg coups de
feu. L'avion atterit Slavonie. Les
deux officiers aviateurs italiens oui
i arr's.
BRUXELLES. Les journaux sont
unanimes louer le duco-irs do
Millerand sur I iadpendance belge
*t soulignent le grand progrs qui
fut ralis vers h* arrangement*,
ROME, Les Journaux O eurent la
bonne enten e qui lgot Spa eu re
lia Francs t M aie.
Dollar: 11,'Jl
16 jaillit
PARIS 14 A l'occasion de la. f-
le nationale di la France, une haie
considrable assista a la revue de
Viacennes qui t it tivame pir un
temps splenaide. Les troupes fran-
aises furent v.venvnt accUmef.
Les memb es du gouvtmem.-a', tu
cours du Conseil des ministres, s en-
tretinrent de la sanr de Monsieur
Deschanel. Us recueillirent des im-
pressions optimistes confirmant celles
des dputs qui virent le prsidait
dimanche. Les ministres soal con-
vaincus que le prsident sera com.
pltement rtab.i d'ici a un mois.
PARIS Le secrtaire de la dl-
gation adressa a la dlgation alle-
mande ses regrets sur l'incident sur-
venu au journaliste allemand mal-
men dans un caf par la loule par
ce qu'il iredonnait 1 hvmoe alle-
mand.
PARIS Le Petit Parisien dit
que Lloyd George visita Millerand
auquel il assura spontanment que
l'Angleterre ieconna;t l'impeitance
del question du chu bon rour la
France ttdoi il soutitndra com-
pl ement le point de vue.
BERLIN' L'a individu enleva le
drapeau tranus arbor l'ambassa-
de de France. Demarcelly adressa
mmdiatatnent une protestation.
BERLIN' A l'occasion de la fte
nationale lrat aise, le drapeau fran-
ais tait aibjr a l'ambassade de
France. D.ns la matine, quelques
rassemblement hostiles turent faci-
lement dispers?, mais au dbut de
l'apis mii un individu pntra
dans 1 ambassade, giimpa sur le to t
et enleva le drapeau tricolore avec
lequel il dispaut au:sitot. Tandis
que la police pivenue de la possi-
bilit d'incidenis ne bronchait pas.
Le drapeau lut remplac et Demar-
Wincariiis
ET
La mre, de Famille
i
9-346.149 en 1870 11.208 119 en
OU.
Ko France- ou la population n'aug
mentait que peu avant la gueire, les
lgions industrielles ne nom peu-
ples aux dpens des rgions huii
coles la machine, loin de chasser
l'ouviier, I attirait comme un aimaut
attire le 1er. tSi 1 on groupe, crivait
Levasseur en IU00, d une pat tes h
dpartements dans Usquels ou a
enrtgiL'Ue le plus declievaux vapeur
et le pk> grand accr inujMiieut ne
force motriSe, dpartement en tte
desquels es. l Nord, on trouve
qu'ils employait 3J4oOO ciievaux
vapeur en 187V el I. t>7 000 en 1' 15
etquils av.Uni N.Uo'jijUU d'habi *
anlB en l&Jtj avaui h mschiiiisiues
I3.i0000U en tutti tmdis que le
il dpftiteiiicniH q. i emrloiviitle
moins le loue motuce oui pu, du-
rant le nieui 1 temps ui g \ opul'at'on
*t Cuites, il y a df a industrie* dans
lesquelles h Ucduction doit U)u-
dUna diminu dQoiUvenwut .e
tiouitiie u*a ouvrire, ainsi dans
! industrie sm u re et dans plaaieura
iuduat.i scIj induis, iluis ces cas
tuiA exiep jonuel*.
P. de M
Toute mre a le souci trs na'uil de veilhr ce que la maladie n'at-
U ign air.:u 11 des siens, cependant .-ils les ^"..i U* lorlunes peuvent ta
permet re d avoir un mdecin constamment a leur disposition.
Chicuo de nous no risque .-:l pai tous Ha jours u'atirapper quelque
rhume ou quelque uioucin e/ Uj a ouoti aou parapluie,ou leuire utmp
par li pluie, les pieds mouilles ou transis de tioid ; la lievie se dcime et
ou est oblige de sabler.
il y a pourtant un moyen bien simple d'viter ces iudispositions*
\V i.NC\H.M.S est dans ce cas le viat rnejiciu ue la tatnuie.
Les usines arxquels il peut servir sol sans iuuitj;.eu 1 employant avec
memode, un vitera bien dus maladies.
La latigue, le surmenage, I puisement ou l'tat fbrile qui aot la
consquence uormale des rhumes auxquels chacun est expose, ue r-
sistent pas un traitement au WhNCAItMS, trailemeui aussi tache
qu'agraule a suiv.e pendaut quelque temps.
vous sente/vous dprime, iaueue, sujet des mtlaises, rentre/, chez,
vous avec da VV q.>| 1 ; a. l\ in LS Un vene liotdeaux ineuu el suie euu
le lueiileur piveuut et, daus Ueaucoup e cas, le specilique lUlaiiliDtl de
maladies dont la Convalescence tend toujours a l'auer eu louguaur.
H l /#>//#/*i* /se Le *ral reconstituant naturel, delicieui,
fW 1 ill lll '^tQ^tlliUUlilt vivitidut el loriitiml. chaque
verre (ijuue uue nouvelle rigueur et amliore la sant- itecoiiuiuii
d ) par plus de 10 0 M medeci is- prpare par COi,ti.vlAN de Cj L d.
Aigieic:re. Lfyot gnrai chez
B ranch J. Martin
Agent pour Liaiii, Fori-au-Prioee
'U L!iJi
1 '
Echos de
(huinaminthe
I) manche 27 fu'n courant la G-n
dirm.-ne a fait m in bisse sur p'us
de 200 personnes qui aviient orga-
nis une danse de vaudoux dans
1-s parais du Morne Cochon. La
justice Je paix en a renvoy p'us d
quatre c.nt quatre vingt dix pojr
C niait publ c ap es paiement de
l'amende Les nommis Ccile St
Vil. Hjrtencia Vincent, Anatlora
Riymoni, Philomne Moniestin,
kblizer Rgis, Prdestine Pierre
sont condamnes i trois mois d'em-
prisonnement et soixinte gourdes
d'amende pour avoir i les organi
satrices de la danse donne sans
avoir pralablement obienu une au
lonsatioa des autorits.
La population tut un appel la
bont de cil de Sjn lixcellcncs en
faveir de ces dtenues qu-, par ces
emps de trisiesse, gayaient un ptut
ces 'ndroiti, sans penser i ma1.
Xjus esprons quectUe supplique
sera eutendue de Son Excellence
Correspondant
cellv, au non de Laurent absent,
prot: ti aup.-i du gouvernement
allemand, en se rservant de demie
der dts sanctions. Depuis tel abords
sont ledevenus calmes.
PARIS A rslarevcede la mt'l
ne (jui uonituna une supt-rle ma
n ; s a .ou patriotique l'au-t ergam
sa une lete qui selon L liberle*fut
l'une des plus belles tiui se lit depuis
laloudatuti de la Rpublique Fran-
aise-
Dei foulea nombreuses circulent
en chdii unt dts reliants patrioti-
ques par les rues povoises avec
un grand kOt. Ue oomllreui bals
to n nittsllea aux carrttouis.
Lo soir la cttpi aie avait un aspect
fciiqur.
Le iiituistre de la guerre qui prsi
dait la revue adressa au gouverneur
militaire de Paris en le nriaut de U
transmettra ss troupes I exprs
81011 do sa vive satisiaction. Le mi-
nistre dclara quil rendra compte
de la brillante revue Monsieur
Deschanel qui d jit le recevo.r cet
aprs midi a Rambouillet.
Si'A u accord eutre le j allijj est
complet.
si'A. 1.3 gnral Degoutr. est
altMidu aujouid'hui.
l'\IUS. Cet aprs midi au club
des ctK-vJieis de Co.omb le diap^au
aiiiMicain lut rtui.s la France par
une dlgadon dee Jeunes bllea'di
San ITraocieco- A cefti occasion Jus
aeraud du loule l'alfectton unissant
les deax pays et le soin qae la Krau
ce prend uea tombai des soliats
imerioai s m arts au champ d bon
neui.
Plubieura hauts personnages civi'i
et militaires parl ent chaude.ndiit
de I troite ami 1e iiuissauf. la France
et l'Amrique Tardiea les remercia
viveuni t au nom da marchal Pocn.
Sl'A- ( den ivre heuie ) Les Aile
mai d a: c 'fitreni toutes les jondi
tijtis uli o.a.. pour la livraisjn du
cli iboii-
UolLr ; IS.M
Faits Divers
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
OBSBRVATOIB1
DU
PETIT SEMNURB
COLLEGE ST MARTIAL
jeudi 13 luillet 1^20
Baromtre 762 5
minimum 24 9
Temprature
maximum 54,0
Moyenne du me 27 8
Cel couvert le jour, nuageux la
nuit.
Orag au Jad i midi et i 3 h.
Vent d list Irais southant d'une
dpression dns la mer des Antilles
liarom'ri: en hausse.
I SCHERER
Les grandes vacances
Dila semaine prochaue tn're
roit en vacances noi Magistrats tt.
nos ins itutenrs.
Nous avons rclam ici en i iveur
de cos coliers pour les rcom
penses i accorder aux mritants.
Nous croyons sivoir que des prix
seront di thbus dans braucoups
d'coles.
Mal d'autrai n'est quesonqe
Les lecteuis du Mitai ont da
se rappeler le bel article de notre
collaborateur |u!ius expliquant sous
ce titre : Mal d'autrui n'est que
songe l'exagration des bnli:es
que veuleat obtenir certains com
me ints.
D-p-us quelques semaines la cher
t des proviiions aliment ires qui
semblaL s'amliorer alarme la popu
htion. lit dire que cette chert excs
sive s'explique par le trop gros b
ntice que veut raliser lertvmdsur?
Choses Scolaires
Dapnil plusieurs semaines, le mi
nistre de l'ina ruction pubuipae a dis
tribu des bancs dans les cole?, 1 s
ont t confectionne ici mm . il a
reu d'Europe de beaux livres clas
siques pour 110a colea prunairei et
aecoudaires. Ces hvrea aerout distri
bues eu octobre prochain nos en-
tants qui eu ont laut besoin.
Nous proli'.jtis de cette occasion
pour demander au mimstre de pen
ser louveruie, eu octobre pro-
chain, de cours normaux prvus par
ui.e loi ou a rtablissement dune
E:o e Normale de geiJM' 11 nya
pas de piogre< ac>jiaues saua cole
normale. Eu altendaul noua comph
menions le nr.oistre pour tout ce
qu'il a ralise eu laveur de l'instruc
tiou publique.
Ecole des Sciences Appliques
La premire cession du concours
d'admission est fix! au lundi 2b
Juillet cotant
Le reg: t e d'inscription est ou
vert au sige de l'tablissimen tous
les je AI de neuf heures midi
LA DIRECTION
Ecole spciale de
Stno- dactylogra-
plde.
I u nouvelle classe Staographi
que ara ouverte incessamment a
1 cole spciale de Stno daciylogr
puie, Grand'iiue. No I40. (.tage de
la maison Smith)' Les cours auront
lien de 7 8 heures du matin.
Les intresss sont pris de s'ins
crue au plus lot.
LA DIRECTION
Ouvrages in
Tous
ceux
1 H,
venir la Librau" fi
?
rcemment paru, *Sj
Narrai ces liVres f'*i
grands succs de \X *
R'chepm Mon ch t
Marcel Prvost,, qJ [c
Ren Bernard et rff
E'>c>traduct!onU5
eb-e roman $he H
emacher,, IiQlmieJ
Upton Sinclair, r,
Foch par H,yinond
Allons, venez u .1
jours entre 11 heures T
vous aurez lemban dB
Ouvrages veaL
tin les livres et j0BniJJ
Le gracie des hnita
par Pascal Foituny
Vente l'encan
Sur l'erdre des Squestres-liquida ^'oK in '' }\
leurs et en vertu des pouvoirs qui ? C. mI,e' P" Malhilde
1 .i, _* Aianit
leur sont confrs par la loi du i} M(,.fn_UlUl
Novembre 1918, ,1 sera procd i la fS^S'1^"***
vente i 1 encan demain r; Juillet f!chJ" R" Fonc>
a., u..,,- a.,__.;- aJ..:L. _. L Mort et son Mv
dix heures du matin, de vieux ma
tnaux qui se trouvent dposs i la
Hue Bonne Foi, vis i vis de Mr
Carlstioem.
MOMTikUM ELIE
Encan.eur publ.c
ii
Riz Riz Riz
QUALITi: EXTRA SUPERIEURE
SaCS de 100 LIVRES
CHEZ ......... ,
Rya n Sf barber In c. fa^J:*1"* *"
12lo llua du Magasin de l'Etat Le Flin Gant par J. a
_,.__^^^_^. Rosny aine
so Mystre
C. Flamanon
La desse de Svrie par Lad
i.s sangsues p Edmond!,
L-hieinelmanparThDo
Pour Don Cados pir Pierre
Ake.te, par Andi Gvbal
Lilluli par Romain Rolli
La bte et l'ange par AndrtDi
Le razon de Notre Dimcur
PaalFval M
La Science du regard en 1 altu
Les bisioiies deTomloew
Gibriel de Lautrec
Syndicat des types
Hier >prw(Uidi a eu heu dan le salotis de
Mr Noriuil Charles, l'insullation d(l DKmbra du
bureau deiirutit du Syndical de lVpo.
BomnM on le sait, le Uureau' est tonn de
Mrs Pi iimi priidciil, Acloque, vice-prsident,
H. Isidore, secrtaire gnral, melhonic, trso-
rier, et r. Volcy; j. Durand, A. Lhrisson,
eonsei.lers.
Les lypos au nombre de trente assistaient a
cette importante runion.
Divers discours ont t prononcs.Mr Louis
Callard sollicita de l'assemble, la parole et lit
un speech uui lut chaleureusement applaudi.
Sou peu, le public prendra connaissance des
statut-, du Syndicat.
Conseil d tltat
A la sance d'aujourd'hui seront dnctltlt le pro-
jet de loi qui couduionne le droit de proprit
accocl aux tranger et celui qui accorde de
creJits pour divers service, .-nue autres la cons-
truction et l'amnagcineut du faiai, la construc-
tion des coles de Prcrct de l'<\nse A-Veau e
des Caycs, la rparations de la canalisation hy-
draulique des Caycs, la coiutruction des routes
publiques etc.
La Mont Carmel Bizoton
Nombreuse tait la loule venue ce matin a
Bi/oton jxjur lter Notre-Dame du Mont Carmel.
Deux trains avaient t mis 1 la disposition des
pierins. Il y eut tout l'abord messe basse n
0 heures duc parle pre Leroux et au cours de
laquelle le dvoue vicaire de S.e-Anne rendit
compte d.^ fbndl quil a eu eu sa possession.
Le travaux de la chapelle, a-t il dit ont bien
march mais il reste beaucoup taire. 11 taut pour
achever compltement la toiture pre> de io.ooo
gourdes soit o.ooo pour la charpente et 4.000
pour les tle.
.V 7 heures i|2 messe chante, le pre Paul,
tecre.ane de l'archevch olucia et lit |t sermon
de circonstances.
Cet aprs-midi a 4 heures i|2 il y aura pro-
cessioa et bndiction.
Simple requte
Avec les tories chaleurs qui svissent actuel-
lement le sod des lamilles vers les campagnes
a commence de nonne heure, cette anne, c est
pour nou i occasion de solliciter des cncls des
maisons de commerce de permette a leurs em-
ploys de soi tir de 4 heure. On travaillerait
sau relche et la sortie de midi a 2 heures se-
rait de cette u,jii aooiie. Ce moyen permettrait
aux patrons cl aaxem,.loys de pouvoir au moins
se remettre de (al gue de la journe en regi-
gnaul, aprtl la leniieturc des magasins, la caiu-*
pigneou se trouvent dj leurs lauiill.s.
.nous souirttto.is cetie bonne ide a l'atten-
du l'reside.t de la Clnmbre de Cimmerce et 4
tous le comiucri.ints,
L'Ecole de Mdecin*
C'est le lundi 19 JuilUt courant qui s'ouvrira
i I licole Nationale de Meaccine et de l'harmacie,
la session ord.naire d ex mens. Toutes le dispo-
sitions ont prises par la directioa de l'Ecole
pour que les examer s acn vent au plus tard mer-
credi ai.
A Varits
La Direction du Cin Vantes inlorme que
dsormais les entants paieront une place entieie.
La raison qu'eiie invoque nous semble juste,
puiqnc ces grands entants qui irequenentt nos Ci-
nem.s occupent comme tout le monde une place
entire et amusent autant si ce n'est plus que
les grandes personnes.
I Ncrologie
j Notre conlrire et ami Chraquit, directeur-ad-
.nituairateur du Nouvelliste a eu la douleur
de perdre a mre CfcLlL SBLSMON dcd ii.ci
oir, a lage de 94 ans. Les lunrailles auront
Vineu cet aprs-midi. Le convoi partira de la
TOawo icortuaire sise Rue Dantes Destouches
t. Uu.eaux du Nouvelliste ; pour H rendre i la
Uasihque Notre-Dame.
Siiieeres condolance notre confrre, Mr
"l"e Xjlc"1' P*1" "Isde la dfunte et a tous
lc> autres parents prouves ,

i
Les indpendants p
Gustive Coquiot
Une aristo.ratie par AlbeilKd
Lectures pour tous
La conlume des anctres p;t
Charles Kenel
L'atelier de Marte Claire pu
Marguerite Audoux
L'Homme de la nuit par
lira h m Stoker
Les veilles du lapin sgile
prlace de Francis Circo
Mes origims, mmoires et rtd
F. Mistral
Les preuves de Raissa pu
Henry Grville
Les glacires et les moaugacs
pai S. Meucier
L'art de voyager en Italie
Andr Maurel
Les crivains contempo;aiu i
l'Amtique espagnole
Elle par iider Haggard
Jimmie H ggins
Lame amricaine par
Jean Kicbepin
La danse sur le feu (t l'eu
par Elie Faure j
Mon cher Tony pir MarcelPrtli
O va-i-on t La France*
demain > par Renel Bernai1
La danse devant le miroir p*
Franois de lu tel
Le mariage strile et le diTtWJ
par Edmond Cazal
La bataille de Foch par
Raymond Recouly
_ Ouvrages 0,60 cent
"** Le Mercure galant Bonne
R. l'oisson, La mre coqaetH.1
Picard, Vautrin, Honor M
Les joyeuses commres **
Shakespeare, L- chevallier lt<
Dancourt, Kigo.in ou le "!
mique, Lafoctaine, Le TieMJ
taire, Colin d'Harleville, Lo
vieillards, Casimir DdJ|
Genest, Kotrou, loaeiet m
Paul Scarron, Louis XL
Journaux vendrj
Le Sourire
Le Rire
Le Pile Mle
La jeunesse illustre
London News illustr
Le Temps
L'Excelsior
Le Figaro -^
Le Matin, Le Journal, Le
Parisien Le Petit Journal t
me Libre
Sunday Picturial
Sunday Herald
L;s Annales
Nos loisirs
Import and Export
Le Crapouilbt
i-a Revue Universelle


E" MATIN
Poudre T E I N D E L Y S
ARYS
j, RUE d#lt PAIX
PARIS

de la il;a;
lOUQtfTS
Wni de Mai, Premier Oui.
JMtl fi",
tenu nrrvil'eux L'Arr.our
HeCanr.
nPRNtLUK CREATION :
rOX-Tict, Faisons un rve,
Vou'oir r'fit pouvoir ( p-ilum du
gentleman )
BEAUTU du TcNT
XTRAI'IS :
CKillct, Rose, Mimisa, Vio!e le,
Cy.lamen. hm Lila, Muguet, Iris. H!iot*opeb
Chypre.
Comptoir FRANCO-HATIEN
Reprsentant pour la Rpublique d'Hati
1720 Rue du Magasin de l'Etat
-
i
v^v^i

ujcwr
IlSTF.IKE.^
ElifflEulei
r
X
i
l
t
M
I
A
Or 8 00 le millier
Ed EST EVE et C*
PUIIT-AU-PRINCE
bq
^
<3
m
M
N:
a -p.
S*
ri
SB
!


A de Maltf is & (^Reprsentants
Pour la Rpublique d'Hati
le immobilier
Jprocdle vin^t juillet mi!
L|,'IW 'dix hpure< d.i m<-
Piltuda et par le mi v r*
[""yllogaith.oot- ir- IV t
[;*y demeura! rua di Cen-
J'adica ion au plus ollaut
F enchri se ur d'-me pionri
"M cite ville, l'arme d*
Irt?.' 0ane f,JI et llu Mai
P'J'. aimi que les li-u-a
r'putes les but. a conatiu:
Psy trouver*', lapislle pro
taioa,pJ0,e de aeu* PO'-
C'J'w.dont l'aie mesure
IL p" ple(l8 ,rc,a Pouce
la e'F.Cf 8Ur U "je dl
Pir?.a8,ur,a i{o''d
k[li"mre "'->ufo douzj
Sd?; UM p'ed et Ucml
R. "oe f0.xar,.e et un
C-nu.t pouces a cU Sud.
v^-^unord par
FCb"'f 8'8' au 6ud l,ar
f.HS,,l"etlPr U rua
KiLuT1 par,tt luedJ
Jl?; Pc>r8uie3 v\ d;li-
hfcu''t.oualesuttx
>W h',djulicil^s h Pf
la Nouvelle Orlans ( Louisianne )
KtatS'Unis d Amrique), a !n<>i,t ea
leur q'iali de Squestre Liquida
leurs des sieurs Keinb >!d & Co,
ayant pour avocat.Me M)ielae:uau
rai t Port au truice.
Kn ve tu des lois du 22 j i llet et
13 novpmore li)18.
De* dcisions at arr 03 r^'atifs
la liquidition des maieo is ahiuau-
dd'
Dun .l't-' nutlianlii|'i3 en dite d.i
27 fvrier 1913
D uu explo t en date du 21 juin
1020, enieg ttrrt.
Dl deux ai rets du nibunat d'vp-
p*i d ) Po' t au Prince eu da e du 17
m i et 10 j liu 1910 tareglairti et ai-
yn Hs.
L'an certili:at de Mo Henry llj
gerth attes'au qu* le IJ ullft cou
ipi t. I* dit bien n'a pas (H veiidu,
fa> 'e d adjuoi aaiie.
La dite edjudicat ou aura 1 i* u ur
la mise p ix de aIZ4 un II- dolUrs
oi-tie 'ej char^ps de lenchi're.
Pour plus amples ren^i-ig lement
Hadressu- au bureaa daa Saqu tra
O'i Vie Henry flogtrttl, dp.oaitiiie
Un Cabii r des i lia ^''a
l'oit au l'ru.Cf, i- l j i llet l9aV-
MUlihl, a\o:aC
Douquets^ cou rouans
el corbeilles
Chez Mlle ALICE DU FORT
Latue No, itytf
lionne occasion
A vendre : Auto cbile Ford 650
do lard.
Au o S u 'eb.ker, 7 p'aces : mille
( 1 000 .) dollars
S'a l'Mtr au Sea Si de G rage, i
M (i M Iefp
Alfred ]V. Cnoke
101$, llw du Magasin de l'n'.at-
Air ot ce am s cl clients
qu'il vit ut dd rece>oi- pa<- le
nmmer 'Amlieun aulre lort
'(rk du V 11 blanc el rotig 'xira
('c Bordeaux il uu p lit s ock cbaT pagne
Vente en pres et en dtail.
.S'[i 1 i lil'Vln banc de nus e.
Plil ddm.l loule cci.cunei ce.
A vis
Noua a'or.s lavaoti>g4a porter
la coonalasauca du public en un
rai pi hii roiuui'ice en particulier
que maigre le dft-^e 1 otre r.i-
grett ai^nr ciel M. J. Sbtintob, la
inatton siierrtub .t Co ucn lami les
! Ilairf s nui s !n innifl ndson focialp,
toi't a l't au-l'iince q l'aoi Gonaivep.
MM. l'be Sa'orr.oii et John llon'os
tifcrr eiont tymtiront bheiutob & Co
t'oit va l'irce Ih r iiiui-t n,.^j
tlltMTUU Si La
Vente immobilire
11 sera procd le vendredi que
l'on comptera 2i IuiK-t mil n?ut
ceni vmgt en l'tude de Me Iules
Desbrosses, notaire aux Conaives. a
la vente au plus curant et dernier
enchrisseur, d'une proprit sise en
la dite ville, rue Lavaud, en face de
la Place du March, ainsi que la
halle en mur constru t: dessus. La
dite proprit mesure dix huit pieds
neuf pouces de faade sur cent sept
de profondeur et est borne : Au
nord par les hritiers Dupuy.au sud
par la rue Lavaud, i l'est par Pierre
Henri Lo Benoff et i l'ouest par les
hritiers Dseit, suivant piocs ver-
bal d'arpent'ge de Saint-Valrey eu
date du t eize Asut mil huit cent
:o'xapte douze, enregisr.
Telle qu'elle se poursuit comporte
(t s'tend sans en rien rserver.
Aux requtes, poursuite et dili
gences de Messieurs O S:arpa et A.
|. Maumus demeurant i Port au
Prince, et domicilis le premier i
Milan < Italie ) le second 1 la Nou
velle Orlans ( Louisiane, Ltats Unis
d'Amrique ) agissant en leur qua'i
i de Squestres-!/quid t uis de u
Maison Reinboll et Co. tablie aux
Gonaives, successeurs des sieurs
Hermana K:mbold et Co. ayant
rour avo.-ats^ M.s Charles R.boul,
Phc.de David et Morel avec lec
tion de domicile au cabinet du pre
mier sis aux Gonaives.
Lt en vertu tant des pouvoirs
coLlris par la lgislation nationale
de guerrt, du Trait de Versailles de
49'y que de l'aatoriia ion particu
liere dont ils solI munis aux lins
de la prdsecte vente. Laquelle se fe
ra sur la mise i prix de Dix Mille
dollars Or amricain, outre les
charges de l'4chlf
Pour plus amples renseignements
s'adresser aux avocats soussigns et
au notaire jales Debros.*es, dpotl
tane du calner des chaiges.
Poit au Pnnce le ij Juillet 1921
Ch. RHiOUL, Pl.v.um: DAVID
MOREL




il mtip
assura vous contre LE FEU
j\d rossez, vous la plus forlc compagnie dcs'E. U,
LE HOME INSURANCE Co de N-Y
agent gnral pour Hati
Eu. Le BOSSE, Porl-au-Prince
Protgez votie Maison, voire Magisin, v;s dpts au taux If plu rais nab'e-
Aucun irais d comission ni de courtage payer
IijuseigQczvous sais frai par correspondance ou veiez liscuter o*re problme chez
Eug. LE BOSSE, 95 Hue du Ouai
Garage Franais
Ces jours-ci
J837, Rue du Magasin de l'Etal
A.Barreyre
Ingnieur mcanicn brevet
Ancien cli Foffl*, ajuste. Alauique de prie sicn
r'pi'cia i* dfl Hgl i,,j t H i rpar tion il Odjl iraieuis. Leons in lin que*.
Travail y ranli
E say i les c gare Iles Le Record
ne -vs-y.nt aucune concurrence pour
sa I >rce au scaferlati (rna* Got
equ s. Bjn aiai. Le Record, ciga-
r te> 5 jou- o.cji
C 4mes i.m.ica'nsparpaq'.ietG2 80
K''ez vo"< 4 la Chapellerie In-
ternationale (dpo taire J Rue de
Miracles eo face des le tgraphe
l'tneitres.
LEOONIE
P.N. GRAY A Co Inc. NEW-YORK
Reprsentant en Haitl
Savon COSMOS
La Maison
A. Victor Gentil
Bue du Magasin de F Etat A'o l/$i
Vieut de lectvoir parle dernier l,;^.
CIijlscUs lin's pour hommes et entants de 2 au
Bas de soie pour dames **
Foru es de eh peaux pour daines, dernire, mode de tom
Chapeaux de feu e noir et couleur pour hotnJf!
Matriel complet pour Bicyclettes. imaa
Pompes pour autos. Flashlights et batteries d tanin
dlmausions, ampoules de rechange
Toujours en vente dans Ja mme maison-
Ner-Mgor, leinture pour teindrait* vlements, '1^ h
noircir les cheveux, chemisette et caleons fins de la warW*-
j assert caf, assiettes dessert style japonais, et ,. '? Vu
HggH^n^^^^^^^
Enfin le jour est arri
L'Avoir du hoir, le savoir du Noir et l'negie du AW l
aum gouverner le monde J
Vous homme d" touleur, que fai'e* vous pour assurer kl
la Haie ? Est w que vous employez bien votre argent dt ni
assurer le futur et la prosprit de v)s en fonts ?
Maintenant cest lheure de faire quelque chose de sr l
l argent que vous avez la maison eu dans votre poche dm
la
Cette cnrpor ition va const tare des Usines pat out aux btvM
au t*i nada.au c antiVei,dan*t*sud et licinual Amrique ou f{
Cette corpjrjion est organise sous la lois de l'Elut de M
et p".ide un capual de WWOOoO DjIIws chaque a'*
quelle vous rd portera au moins S vjo de dividende l'un,
La Negro Factories Cor\
tv*fi i l\ va ci e'a de l'emploi des milliers de Noirs, ui
rtAlllJIl manufactureront des marchandises de t'oum
pour tre vendues dans les marchs amricains et expdittt
1 Mail; Star Line > l'Etranger.
Ackeli : des a nions et faites de l'argent, adressez-vous :
t'Ihe Dlryro Factories Lorpora
Agence Gr aie en Iluti
1903, Rue du Maija?in dt) l'Etal
Factories un
ET
Farine DOS BR0NCES
. Toujours en stock
Grand choix de pneus tt chambres
air de la marque Ajax qualit
suprieure et prix avantageux.
Toutes les dimensions
fftioline lydol cire Paraffine
S'adresse
0. A. LUND
Finie F- SEJOURNE
At y le des Rues Roux et du Ct
2 Mdailles d'argeri Ezposiion de Bruxelles 1910
Laboratoire de Chimie Mdicale
D oguerie, Produite chimiques et pharmaceutique*
Spcialits franaises et amricaines.
Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses il
et injectables.
Spcialits. Srum cvr s hnique s;mple et ferruguwttj
Iodhj drarg/re. Srum te Morard remplaant le* pair
realcifiants de Ferrier et de Bobi'
Il y a toujours en stock : Nevrosthose' Sirop pectoral.
Elixir de Pensylvanie.
dpositaire du PREVEMllj
Reprsentant des Laboratoires Te*
LACTIFtRM.-Ferment lactique, cootre ulectioni
finales et cutanes.
L VX.i R1NB Smp ifique de 1 constjpitfo^
* 1
Cigarettes La Nationale
Produits de premier choix
Prioccsse,Ikre" LA NATIONALE
Voient chaque jour augmenter leur rputation
Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes in


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM