PAGE 1

l,i A lC(N Nouvelles trangres FaitB Divers Les victimes du % dernier incendie !? 29 juin PARIS— Le Coug.s (dc'ial de? cheminots lu secrtaire provisoire par 30 voix cocue 19. B degairay ancitn secrtaire ldral battu au der uier Congts par 1rs extrmistes. PARIS L. Hlit Parisien dit que le rapport dt Leur heur fur Us comptes de guerre ei les rparations conttite la non excution de la plu* part des clauses du trait notamment celle concernant la livraison du ch.r bon pour U q u elle l'Allemagne e.'t en nurc] de nos millions de ionnes Loucheur estime qu'il est indispensable d'allouer mensuellement cinquante pour la reconstitution indus nielle. PARIS— La nouvelle ligne arienne Paris-Genve sera inai gure le premier Juillet bfcRLIN— Un sold.t trarcais lut molest par des soldts alUmacdi urf enqute est ouveit;. ROME— Des ttoub es trs graves se produisirent encore a Ancoru et P ombiDO ou les casernes fuunt attaques coups de grenades Us uufcasins furent saccags. Les troupes utilisreut des au te mobiles b 'innes pour renverser 1 s barricades dresses dans les rues On compte plusieurs tus et un grand nombre e besss des deui iules. De nombreuses arrestjt'oos ont ' opr*es Le calme parait tre rtabli A BrtScia et a Koic/o les socialistes et les populaires se sont bat us. Ll police dut iatervenir. Ua carabinier trouva lt mort dans l'ch.ulfouie ROME— A la Chambre Giolit i alluma la volont de l'Italie de res pecter et de protger 1 Indpendance de l'Albanie BLRLIN— Ferrendach donna lec tuie au Heichstag de 1. dclaration gouvernementale et dclara que i Al femagne ayant accept le trait di Venailles elle doit s'eilorcer dtxcu ter les engagements pris. Ferrenb.li: aiiiima que Je gouvernement lit plu; tour l'excution du trait que la si uaiiou intrieure du pays le permettait II ajouta que les bons citoyens allemands veulent reconstruire dans le travail et l'ordre ce que la guerre dtruisit 11 exprima 1 espoir que la confrence de Spa russira a trouver le moyen de raliser 1 œuvre d'une vraie paix PARIS— Conformment au trait de Versailles, le gouvernement allemand fit remettie au commissaiiit de la Rpublique de Strasbourg )6 vieux canons enleves en 1N70 Strasbourg. -I Oorporaiion J^c, T, p. IJ.,1,. I.I runion d'hic MM, la corporation de lyposi (orme comme soit, -on conseil d'udnu nislratkm. Prsident P. D. Ptauir, Vice prsident, P. Acloquc, Seotak ltIsiderc, Trsorier, Ttormc, Courilicrs, Alpli. (.hrisson, UuriiU et Yolcy. Fianailles Nous avons reu la tarte de nanailtei de MV le RcRina Wtnnortli de Ptit-eioave, avec noire nul Sevfarioa Martin. • i.e '•liin prsente ses itflcerei fikiutioni au distingu couple. Cin Varits Accdant au dsir de ses nomlireu client', la direction Je Qo-Varitj consent redonner .. M soire de ilemain, avec le Se piboJe le ;e isode du ComtC de Monte-Cristo. Mariages Samedi aprs-midi a t clbr dans les laIons de Mrljh. Kousseau, le mariage civil de Melle Ccnhise Koussuau unie .1 Air r.i. Jn-Baplis'e Doiisniond. Les tmoins taient du ct de l'poux MM. Ch. Gentil et Normil Charles: du cot de lpouse, MVl D.belltxar.ie et M Delienne. I.a lndiction nuptiale lenr a t donne hier matin en •> Basilique .Notre Uj:ne. — I.I.:I.II jprci-auJi, Mr StoiO Uotnini que. concilier Communal remplissant les loiulions d officier de l'fat civil a clbr le mariage !t Mr Thophile biphen uni Melle Marie Carmen A n.ou x. Les tmoins taient du ct de l'poux, MM. (iranville Nelson et Samuel litchie: du ct de I pouse, MM. Alexandre l)oul>y et Franois ittc-Luat. 1.1 ueudic.ion nuptiale leur a t donne ce matin in la Basilique .Notre-Dame. Nei compliments. %  la* Varits et: soin LJ^S TRAGEDLfc S DU C RQUii ROYAL 1 -, 53 ot ; J pisode* Kmre • 1.50 Enfant 1 w DEMAIN CDUTF. deMONTRCRIST Eutie G 1X0 Voici d aprh /<• ngislre de '•censment des maisons de la riHe dress c-baque anne par le Magistrat Communal les noms itif propritaires its maisons dispa rues dans le dernier incendie Grand Kur ta'ide Est Ch. (iiuthier, Vfi D. Distouches Ch C.auth er, Mme Ch G^uihier, Dr Mercier, Mme Ster'in, Nicolas Vit titllo, Samuel Hutiro', Louis Born(H, Thodore Ba.k r. 3 maiiO. s Fatde Ouest Grand Rue Mile Marie Preston, Ed Mev, Pierre JIJ Pierre, Vve Llio Boroo.Su chet Duval, Me Astrel latorest Kue Pave Btances Guiteau, F. es St Louie de GOBI gur, Luc Malbraanche Kue du Centre Eogtie Dgind, J.Bouzon, G. Bo co* Ernest Gluuvet, Drs Roy et Do mond, Vve M Perp goaud, Dr F. Aimacd Kue des Miracles Thodore B cker 2 maisons Cia rence Mtvs, hritiers Benoit lluuu lette, lia Mou treuil, Maison Communale, Me Weber Fiant il 2 nui sons i. %  Changement d'Adresse Mr MiSroli ftlsIlJ auuonnc 'sa Lietiv illanle dieu Ole tant uj la tapit aie que dila l'rovinu', qu'il vient le uanslnr son ateJ.er la Hue des Mincie No US eu l'ace ** 1 ••/',• 1.. .. ., r „ Docteur Marcel D^rtigaenave •JHIRURG1EN-DSN1ISTE Diplm de i Pltiladelilua Dental Collge 1612 Rus du Centre 1912 LONbULT.VllUNS Soir i 5 Garage Franais 1&J7, Rue du Majatinifi i.Barreyre Ingnieur mcanieien brevet Ancien chef d'atelier d'une Section automobile de l'Arme h Forg', ajustage, Mranique de prcisi Sp'cia i de r/gl g H d rpara i )n da Dynamos,Ma d Car bjrateuis. Leons lrcliniques-| Travail garanti Avis commercial. Avis important UOVira—Au cours de la discussion c^u pro)?t des do'j/'mes provisoires G olitti rpta que I Italie n envoie PARIS— On procda aujourd'hui pas des troupes en A banie ajoutant la vente des bijoux de 1 artiste qu'un diplomate part au;o.rd hui Gaby Deslys dcde rcemment Le muni de pleins pouvoirs dans le but montant de la vente s'leva a 2,303, d* ngocier avec le gouvernemtnt qoo trancs. La vente lut laite au pio lit des pa.Kvies de la ville de MaiteilL. Mous informons |j pub'ic et le oomineu:e eu gn, al, que nos bureaux seront traii.-leis, je.di le 1er Jull!e', ltaga suprieur de li 1 ouv Ih tuais>u eu cini3tit arm, appa r tenant M\l. KVe & COi sitae dans h rue l]jg, iiourjoily, M-j--v s de l'Imprimerie L Ab(ille t Pofl-U-Prfrc, lefO Juin 1020. 1. La directml N-CKAY-Co dbuile du carUrXifrisloil est bris pas de renude, lemplai le. X.11 fiston est Ctevi, faiHs le souder la soudure autopent. L n pton est ovltsi ou ravi, ctHUigH le. Lts (rgots qm dans certains moteurs maintiennent en pince les segments sont lombes et la compression passe par les tiaus ; rcmplact{ les ergots. Un piston a etc invers ou pos dans un cylindre qui n'est pas le sien.Remett(\ u d sa place. 6 Cylmd c m'dtgoosHc fin pour k piston, La lis qui bloque taxe, le piston, ou sur la bielle est Otsttrrt et taxe Irott.mi contre le cvhndre y a creuse une rai nu re. Faites boucher la rainure la suJu re autogne ; oi alser votre cylindre, 1Acylindre est cvalis. hates alser el mette; dans un piston J< plus gtos aUsagc. 7 • Soupape— S tige. Un cylindre ne fonctionne qu l 25OO0 FRANCS. Dontftfl4ftf it> ttO'Ogv.*a l'iut'r FLUGEL& C'f L T D Crcen Lanesj -ON0P.E3. N. 1C. SQlXnKOX. Nous avons l'honneur d'aviser le public et in comerce que. d'un corn m un eccord la maison da commerce Sambouiy. Dow ft Ce existant sur cette place est dissoute partir du piemier juin courant. Monnenr BLfiEHT DOW seul prend la aui e .1e la dite maison et continue les alf-iin grue la raisou sociale. KLULliT DO 11 Cap Hatien, le i-.r juin 1920 STAMBOUL!, DOW & Co 1 %  1 m A^ts cnmmecial Le puhlic et le commerce en gn rai sont IL tortues qu'il a t fond sur la pice ^des Cayts une socit de commerce entre les sieus Michel Abrtbsm: Michel Saikaly* Saiomofl Ahdoo et Farris Abdou. koua la raison tocial?, M, Ahratisui & Co et que les associs ontehacuu la signa* ture de la dite raison nociale qui est A, ABRAHAM .* Co Aux Cfiyet, h x'u Juin ltf^Oj lnU DE L'FCOLE SPCULE DES DACTYLOGK.Vl'llltreaMwl meut les amis et les jeunes filles qne jeunet par leur dvouement, onti sinistre, le matriel de I ruent. Aux uns et anx autre, sente l'expression mue dtn| fonde reconnaissance t Ile est heureuse de lenr cer que l'Ecole Spciale un 1 talle la utand liue,.No JiSt te ment en face de l'empli local disparu ,( tage (le II Smith ). Ds le lundi 5 juillet pr cours reprendront aux tuellesL'Atelier de rparation do 1 ns crire annexe P prendra galement &eatn *.—"..'l'-Ll 1 AVIS de la POLICE. Il ebt toruieliemenl datenf cher sur les mouumeoU et publics ,, J JJF. I1ICKEY. Qk'fi bam Ci'DtnlI.t r.ttra mJaeln \ct le SIROP OE DESCHIENS .. l'Hi inacliihlii, < Prtscrlt par plus de *)() Doctouts le* pliid 6ujtt > .' > iit!i du Mon.]! rutiPt* daiif ANtMIF MCU.iASTHENIE. FAIBLESSE, MALAUIEJ — a. POtlRIHE. CONVALESCENCE SUHMENAUE. ,tc. Bupern ur a U miMt eew il *ui rrrru^m.-m oivit in plunirt eMmi-nl les vote d t. •Il>ds,l> t""u et le denli. 4ii ir. UOHIWM d* Pri. les x praner flco:i, ici ui*.dcs tentent reo4lre eu eu iw w HvueiW BupFti * J I Kodaks-Cameras t Unis SUPPLIES 1). MAXWELL 1013, Rue du Centre PORT-MJ-PKIXCI: J 1



PAGE 1

Qflgtorziffie nc3 No 3tl Tt au Painca, ai ilcr:rsdi 30 Juin 1920 -tfCXEOR PROPaiETAIR dflBuot-JIAei-OIBK MiagTi uT COM MUNAL PIDACTEUR EN CHEF lon Laleaa lf G. SCO 5 0" f fiOi DEPARTEMENTS i* B,oi8 H* Œ " T RANGEft G. 2 00 700 • 8.00 „.„ ,. s sont reues au Comptoir Icai, ai. Lud S* lc HlU Loa4re5 Quotidien Les crimes des rois sont peu de chose auprs des crimes des peuples. Gustave I.F.BON REDACTION ; Rae Amricaine Ne. 1358 TSLEPMONE. 208 %  HH %  %  HP ...asne sont pas les seuls ^ Q la calligraphie et 1 art KiM Joseph l'iud homme, Bra.d et Saint -Orner, a enJ. !" lui If a petsonnos qui ilibiWBo dal orthographe eu lait de grammaire, ne S aai y est expos, reiativ,!" umploi cita l.a daua Lac Quelqu'un disait, un jour, au cours d'une cor.wrralion cuire t <,ens de lettres i, et prOI.OS du Diiectenr du M AilS : — // est plus qu'un grand talent ; i7 est un dcouvreur de talents. Gel* ne veut pas dire qu il passe sa vie eh rthei ceux-l fui, dous de quelques originales qualits, auraient pu enrichir d* joyaux ncuveum ce quon appelle la littrature Imitienne Aon Ce serait uii mtier de dupe. El Messieurs Ir dire que de la toute Je tous ceux qu:en%  t chic di'Ciire mal, il tst vahihsentlardactiondeeonjourualavec IW olui chic de Le i^a avoir enmninqui desvers q liuh conte, luiun lie faire expi*. U.i savait articlidescience sociale,il sait toujours jlis uuligimJieut je , cda dislii ie prsente une politique aussi versatile, il se dgage de voreouvragi chaque page, ch que ligne. Kt pour te consoler d'avoir laiss ses charmes, Je te cacherai la, blotti contre mon eeaar. lit jamais plus ne glisseront sur ta p.ileur Le ;risson des regards et le baiser dis larmes. Tu carderas toujours, toi. l'clat radieux De son divin regard qui Irole comme une aile. l-.t puisquen toi luira le leu de sa prunelle. Je te baiserai, cil, quand je rve a ses yeus. Pour ma fart je trouve cela d une originalit d inspiration vraiment admirabli et d un faire qui tmuiune d une patience d'orfvre et dune probit d'artiste vrai. Ce jeune-homme, Cousine, sera Marcellus. J en suis d autant plus certain qu'il est dune timidit de /eune-fille et d une modestie qui ne s enthousiasme que pour admi rer les autres Une de mes juies, et d>s meilleures, dans ma carrire de jour naliste sera de lui avoir souhait la bienvenue et de l avoir violent pour lui faire sentir que sa place est autour de la flimme que naus protgeons du souffle empuanti des philistins ent<-e un Thomas H. Lvclnud, et un Michaid Constant. Son nom 1 II ne t'eut p M ce qu'il so.t cite maintenant. Je vous ts dirai teut bas la prochaine fii que VMS viendrez Port-au Prince. Pour le moment, contentez vous de savoir que notre ami hibilc llaradres, qu'il nu que vmgt.deux ans. et quil ma far nullement promis de signer s' froch ii ns p ces .. m Ce*.! l n" bi n orran'l PUSUROPment pour vos com latriotel ; le sui vront-ils '.' L'eu an g ar qui j ij?o plus froid imeut et tns parti mis est bien fj r c, tout en ;.y,mt co itiance dans I av uiir d 11 iti, de se mon rer q aelque po i inoidole sur la rapidit avec liqaH f la transformation que vous indiq i' /. pout et don s'accomplir, — H'ittou*. eu pranooe du sentiment doat est anim ? votre gnration actuelle, tout au moins si on en juge par Leajeunea Ujoraivra que votre gouv.'rm ni ">t envoie actuellement Paria. Maiti avait su cdnqu il;' I es'iute de 1a France. Du lves s ud; MIX y venaient et y laissaient un eonveoir flatieur, ils laissaient crpr des amitiadurables souventde li l.'les a tachs et i' qu'au p aiair et p ies Ji's" cvlmdres lexception d un seul -.vous tournerez U ma-tvtl'.e et vous VJUS Msurerez alors s il y a une com %  p ession gal: dans cb.tque cylindre, tour de rle Lorsqw VJUS connatre^ le m lia le, il ne vous restera plusqua trouver la cause de la maladie. fe vais vous indiquer les principales. 1 Bougie loint. lloucbon de soupape Le moteur tant en marche il se produit chaque explosion un bruit semblable un jet de vapeur. Mettez de I huile ou du ptrole sut les joints des bouebms de soupape et tournez le moteur, l'ou apercevrez la fuite. Changez Us joints et la bougie dlictueuse, resserrez les bouchons. 2 Ponsselr de soupape. Un poussoir est trop rapproch de h tigde soubap: et loupe be d appuyer s ir son sige. Donne; du jeu en resserrant le bou • Ion de rglage t • Segment. Le moteur est dur loutur et n'u pas de compression. Le moteur chauffer ayant manqu d eau, les segments sont colls dans les rainures rfs pistons par lhuile brle. Injecte: un p)t de ptrole dans Us cyUn ires par les robinet; de compression ui par les trous des '-^uigies. 4 • Segment cass*dplac ou us, La per.e de compression est trs peu sensible dans ces cas. Il est difjicih de s apercevoir qu un segment est cass vav d monter le cylindre moins qu'il ne toince contre la paivi du cylindre. Il se produit alors chaque demi tour du viUbrequtn, un grincement semblable ai* bruit fait par une scie mtaux. Petites changer le \egment cass. I ts segments n ont pas t bien poss ou se sont dplacs L'.s segments ont largi leurs ratnu-es. Remontez ' seggmenls en axint soin de distancer gale ment les tentes Meltei des segments plus larges aprs aoir fait galiser les rainures par un mcanicien. Le segment cass, dplace ou us } est la cause d un excs d huile dans lu chambre d'explosion, qui encrasse la bottine. Piston La perte de compression occasionne par un pi Aon ray ou ovaln, laisse passer dans les carters du moteur le> gJZ comprims et br'ii. U moteur tant en maqche. la fumer sort chaque txploston par la clumme ce tiire.elle reutre*dans le System* gural qui doit prsider i l'duc bon du paya, et la place qu'elle occupe, ausii't qj possible, d'en rpandre 1 ei alignement ( A suivre i Rtt .HE (i RELUE* De la bacult

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05151
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 30, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05151
System ID: UF00081213:05151

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qflgtorziffie nc3 No 3tl
Tt au Painca,
ai
ilcr:rsdi 30 Juin 1920
-tfCXEOR PROPaiETAIR
dflBuot-JIAei-OIBK
MiagTiuT Communal
PIDACTEUR EN CHEF
lon Laleaa
lf G. SCO
5
0"ffiOi* DEPARTEMENTS
i*B,oi8'
H*" TRANGEft
G. 2 00
700
8.00
. ,.s sont reues au Comptoir Ic-
ai, ai. LudS*lc HlU Loa4re5
Quotidien
Les crimes des rois sont
peu de chose auprs des
crimes des peuples.
Gustave I.F.BON
REDACTION ; Rae Amricaine Ne. 1358
TSLEPMONE. 208
HH
HP
...asne sont pas les seuls
^Q la calligraphie et 1 art
KiM Joseph l'iud homme,
Bra.d et Saint -Orner, a en-
J. lui If a petsonnos qui
ilibiWBo dal orthographe
eu lait de grammaire, ne
S aai y est expos, reiativ,-
umploi cita l.a daua Lac
Quelqu'un disait, un jour, au cours
d'une cor.wrralion cuire t <,ens de let-
tres i, et prOI.OS du Diiectenr du
M AilS :
// est plus qu'un grand talent ;
i7 est un dcouvreur de talents.
Gel* ne veut pas dire qu il passe sa
vie eh rthei ceux-l fui, dous de
quelques originales qualits, auraient
pu enrichir d* joyaux ncuveum ce
quon appelle la littrature Imitienne
Aon Ce serait uii mtier de dupe. El
Messieurs I Naliooal Biscuit C
NEW-YORK
peuvent reme'irj laracvramand s de bonlnrr et b'fciitt. Roman
jMi- 'e pafs/ 8 l\g nten II iii
P, PRFETZMAMN AGGERHOLM
itiDtuioots.
Koet wrtout, il y a ces in
iutl8 qu' metteut leur orgueil ptur des annes de profondes te.eher-
, unbiCLter un alphabet aux chte, je suis prerqut sur quilnen
' insolites- Ceux-' seraient troureiait pi* plus de trois ou quatre
tchs de ne pas avoir une Lu dcouvreur de talents, cela sentent
m gtyliaeo et, encore plus, d une autre faon Cela veut, je crt,
ob la cuit pas naturelle, C>r dire que de la toute Je tous ceux qu:en-
t chic di'Ciire mal, il tst vahihsentlardactiondeeonjourualavec
Iw olui chic de Le i^a avoir enmninqui desvers q liuh conte, luiun
lie faire expi*. U.i savait articlidescience sociale,il sait toujours
jlis uuligimJieut je , cda dislii legt'ud ae'giiQur elle mpns rleur ou celui qui en aura, ce qui
imaud, cela embau.iu le gland est bien plus difficile Plusieurs des
eoi
.0
jeune gne qui uni du talent actuelle-
ment, pourraient en tmoigner puis-
quil lsa accueillis une poque o
ils itetaicnt que l'indtise promesse de
ce qu ils sont aujourd'hui.
L E MA I /A dcouvre aujourd h ui
un nouveau talent. Cest plus qu une
ftgTl y a toujours un fond promssi El beaucoup de ceux quau-
fcililill dans la mode Cellt-U rol nt une rputation de lettrs aviss
aurai, ni t heureux certes, de la jus
ufier par la valeur rtlli de ce jeune-
homme de vingt d-.UK ans qui a crit
ces j : lie vers :
fcf. Voyu-Al. Jourdain entrain
iwei aux belles manier s : il
tooc8 un matre de musique,
autre d'aruies, un maure de
nophie, on mai'.re danser,
pu de initie crite
paiiU- Jourdain, U ni )do
na
toi
eoaa3 les autres, son tUvCoi
iteo est un sr girant. Elle
intre immorale car elle tend
jditr une catgorie 'no n
-je paib des goujats qu c.'i
isolement que Ion duv.aie
tmricaase de leurs vertus et
..qualits excep ioanel 63.
deqaelquun qu'il a une belle
|tue. cela gigailie d'ttboid i|in
cole, se plier une
i,qaila eoBuite cuntmu d cb-
par ios iuctive discipline; cet
ne stra jamais boiihavik II
: tandis qu il aligue po-
ttot ui jambi'ges, h toune it
ntueiept f)is u ptnae danB
a du boa sens : il sait q ie
tapteett de 1 argent et il nie
cdui de Bon coiTtepo-idaut,
pugeant en iiiOme iein; s l'eu-
e ae irever le* yeux BUr un
ire attenuon puit culiere-
|Mdlicate si la lettre tu. dett ne
liofmur. h a du tact : s il
i eut giia de le lu et, pour
H il faut .-tre lisible. Il eai boa
aucune ambigut daua bes
Le Betour
Un soir, je reviendrai, casqu d or et d'azur.
Je vous apporterai, sacre par la Souilr ince.
Mon. amour ternel, inliui, grand et pur,
lit, aa premier baiser, revivra 1 esprance.
Alors panouie mire mes bras robustes,
Pierc d'avoir lOllffeit, lorte de notre amour,
Vnus sourire/, heureuse, a notre rve auguste
Qui renatra, iptcndide, en ce soir du retour.
Cela ne vous rappelle 1M pas l'art
patient et dlicat de l auteur de l Aile
evpliv ? Que dites vous du rythme de
ces deux quatrains et de l harmonie
laquelli obit ihacun de leurs ver* t
Et ilu (hoix des ipithttes '.'
V s diux quatrains n'auraient pas
pu cous donner une ide asuez justo
de la finesse de ce jeune pote qui,
m n sens, ne le cde en rien ceux de
sa giniraiion. Aussi, pour contenter
le il sir que vous avez de le connatre
davantage, vous envoie-je, sous ce pli.
isf*tracs l'image d'une me une autre de *" P&'-u sonl d(,.u'*
taeoe, pure et saus ticoiub. U v"* A'"' ?,*' a 'Jravit *ilr ,Urt ."'
Kcig et consciencieux : le trau qui rappellent la nave folie de cette
Propcizia de liossi qui scwptait avec
fervtur toute la passion du Christ sur
un noyau de p lie ,
Rimes
lia ponctuation correcte.
fondant : il se cbe du qu en
^Suprieurement mielligent:
WotrelUtie de la mode, il va
to!fiaienkT'4t d8 ^ Call',B^tlJ0 Beau .il. je ai trouv captit entre deux pages
"joeen 0utie an souci caraetc r ,c ,a$ ti tau to.nbi du langoureux
Mre, d harmonie et de pi d"-f email, et mainteMa} nu brilles, aeureu,
^iniiqu'UDe habilet de main. Comme un rayon dor sur le mica des plages.
onpleisede poigoe:. un doig ___ _________
Went donner bien de l agio- ---------------"""----------------------
lui it en tirer paiti.
** surtou de Juillet Septembre, En-
Ijb Buicid8
itoaii..TtT .' ,a ; An, si Toeclaese Ijb Buicids par
*lint*JSU qUl profeniOD, les hommes de loi vien
Bfla? . t Sent en tte compltpment dgo
iSli' et lebtirae qui! ^V cela Beeonoit, de l'hnmaniu:-
SS,n?P7)leiIM? P"'* les inedecint, pour qui ce n'est
5f\5!ttU .ae la rpiiU* en somme qu'une pice de plui au
JJJJ h? polon ,er' ce pften tableau. Us professeurs, les direc-
KhiSnf qUlconf0Qdail lea teura d'aliires commerais et les
^M. Millerand, a-i'il une bell
Suicidomani
F? re d8 suicides augmenta
c1"Ubu. Il y eu -"
'oern
eu .".UI
marchai ds se disputant les places
guivantee.
Et puis, sans doute, les pauvres
d'Rbles. .
Une ligue a'est fonde, bien en'en
du__ ,( v. faire aux Etats-Unis
moins que Ion ne se liguer' pour
l'JajiY premiers de mois lutter COntre l'pidmie de self-des-
Ulut.;?inoneen4 mal- truction- E le s'appelle S.va a Lif
Mtiiri ,Ue e8t d'ailleura arau [e8l,ae, la ligue"-Sauv/. une vie'.
Jiw. Oq y voit que las ^n prsident s'est je: l'autre jour
(de,
llI1ai.'ne8. La guerre ne leur
n y voit que lo auicide
d'l, qui bo pratiqae
* f!emSUlf idenl lroia llJ18 plus par la fentre, d un 33a tage.
11 a ' relev sans connaissance.
1 la mkii il ia
pu moleur fille
!
t
Imertume de la vie
A mM jeune ami et lavant concitoyen Auguste HAGLOIRE
Vaici u ia lit're crie.dpula n'u<
de trente an, par un institutenr,
t;gtrd ds boursiers Parifi bour-
siers l v i fus mmes, suis su:-
veilhaice au une ;
Paria, le IL! Mars 1901
Monsieur cl cher Doe'enr,
J'ai lu avec le nius vif pi, i-ir et le
plus g aud la et hs bjllei pagi3
que vois venez d'crire iur atiti
Je ne vous patierai pas du ct lit-
traire, d'autre?, pljs autoriss que
moi. out dit s u ce point vous adrea
et d i viv-38 e de Biocres fliciti-
tiona, flicitions auxquelles dai-
ltu ?, je sui.s iieureux et je me fais
un plaisir de mad bien il m'est ag abie de vous due
ave; quulle ampleur de vue vous
ave/, trai h ct moral de vos coin
patriotes, a\ec qoeJa uobles accents
voua l'sitts appti aux plus grands
tennmenta ple seiitiintidta naos lesquels il m
saurait y avoir Je vraie force et
d'avenu-
Humanit De/oir Patrie
Vo is fait a revvre les dtes et
erue.les pieuv s d llnt', mus a
vous lire, la cnatiae eat si grand, la
ueiica'eese des sentiments y est telle
que ce petit peuple, vaillant ] ou-
trance, ne saurait y trouver un mot
une expression qui peut froisser son
8nnur propre.
Lanalyes comporte une irapartia-
li qu'on ne s ura t trop louer ;
e', ei vous n'avez pas indiqu le ri-
m Je aux difli:ulis q>ie prsente
une politique aussi versatile, il se
dgage de voreouvragi chaque
page, ch que ligne.
Kt pour te consoler d'avoir laiss ses charmes,
Je te cacherai la, blotti contre mon eeaar.
lit jamais plus ne glisseront sur ta p.ileur
Le ;risson des regards et le baiser dis larmes.
Tu carderas toujours, toi. l'clat radieux
De son divin regard qui Irole comme une aile.
l-.t puisquen toi luira le leu de sa prunelle.
Je te baiserai, cil, quand je rve a ses yeus.
Pour ma fart je trouve cela d une
originalit d inspiration vraiment ad-
mirabli et d un faire qui tmuiune
d une patience d'orfvre et dune pro-
bit d'artiste vrai. Ce jeune-homme,
Cousine, sera Marcellus. J en suis
d autant plus certain qu'il est dune
timidit de /eune-fille et d une modestie
qui ne s enthousiasme que pour admi
rer les autres Une de mes juies, et d>s
meilleures, dans ma carrire de jour
naliste sera de lui avoir souhait la
bienvenue et de l avoir violent pour
lui faire sentir que sa place est autour
de la flimme que naus protgeons du
souffle empuanti des philistins ent<-e un
Thomas H. Lvclnud, et un Michaid
Constant.
Son nom 1 II ne t'eut p m ce qu'il
so.t cite maintenant. Je vous ts dirai
teut bas la prochaine fii que vms
viendrez Port-au Prince. Pour le
moment, contentez vous de savoir que
notre ami hibilc llaradres, qu'il nu
que vmgt.deux ans. et quil ma far
nullement promis de signer s' froch ii
ns p ces...
m
Ce*.! l n" bi n orran'l pusurop-
ment pour vos com latriotel ; le sui
vront-ils '.'
L'eu an g ar qui j ij?o plus froid i-
meut et tns parti mis est bien fjr-
c, tout en ;.y,mt co itiance dans I a-
v uiir d 11 iti, de se mon rer q aelque
po i inoidole sur la rapidit avec
liqaH f la transformation que vous
indiq i' /. pout et don s'accomplir,
H'ittou*. eu pranooe du sentiment
doat est anim ? votre gnration
actuelle, tout au moins si on en juge
par Leajeunea Ujoraivra que vo-
tre gouv.'rm ni ">t envoie actuelle-
ment Paria. Maiti avait su cdnqu
il;' I es'iute de 1a France. Du lves
s ud; mix y venaient et y laissaient
un eonveoir flatieur, ils laissaient
crpr des amitiadurables souventde
li l.'les a tachs et i' toujouis uo'i'e cy.npa h!) Les Umps
su: t ben* clun^s I Aujourd'hui
C ''te folle ieuu 138e ne soog> qu'au
p aiair et p elle se drobj touts tude jsnou-
se, ds lors vous d vez comprendre
quolb-s sont les consqueucfs de
c. t et, parfois des dupes- toujours
(husex, i s j nin'H '.;t-i:s BOUS pe i,
voir j-ter la dconsidration et la
dconsidoration la plus ib olue sur
voie peya<
Le gouvtruement lliition agit il
avec PeUAroie que comporte cette
imatiou ? Sancoutils s'exerce t-il
oIQaaaamant sur les tudea et la
conduite de OB jeunes gins? Non.
O i Bect qu il n y a Un surveillance
ni direc lei. Le Rouverneinent, par
soi attitude semble eucouregercette
incotidui e, etilassu.ue l- pour l'a
venir, une biea grande respousabi-
li'.
Voici une longue lettre.clier Mon
m jm.'.iuusiiv. vous voir en ces lignes
le sentiment qui les p. dictes et c oi
re l'expit'HMo.u de nu considra
tiou bien distingue.
OUilREUIL
Tela sont, je ne dirai pas les seuls
progrs introduire dans uotre sys
ttne d instruction, il s'en faut certes
de beaucoup, mais ceux qui me pa-
raissant les plus urgjijts, it pour
lesquels il me semble qu'on pour
rail trouver les moyen?, si Ion veut
bien '.es chercher. Commenoas d'
bord par ces mesures d'une imper
tance primordiale et qui, je le racoa
nais, ne peuvent tre excutes d'un
seul coup mais progreBsivement au
cont aire, d'autres amMiorations
viendiont ensuite quand celles ci
ai put it rain-es. J'avoue, cepen
dan', que j'aunis peine voir remet
tre au plus taid uue cration d'un
aut e geure, celle dune icole de
musqu. Je ne con&idre pas en
effet ia musiq ie seulement comme
un art agrable, qui n'a d autre en et
que de t.oua d Btraire oi de nous
charmer- mais comme une source
puissante d'mo iois salut irea, et
P'bies d'exercer sur lea mea le i
11 h heureux ( flYs et de les lever
aux bentiments les p!us h-uta et les
plus uobles.
Elle est dQ.ic p3ur moi un des
g,ei|!eura ipuuienu de t tviliaation
Le Moteur na pas
de compression
Lorsque VOUS leurtit\ la manivelle dt'
mise en mar.be. la rsistance nest pus
I mme i chaque cylindre, lu moteur
tant au ralenti, toutes les explosions
n'ont pus la menu sonori c
Pour localiser le cylindre dfectueux
cuis ouvrir^ les robinets de dcompres-
sion ou dfauttvous enlverez les bou
l>ies Ji's" cvlmdres lexception d un
seul -.vous tournerez U ma-tvtl'.e et vous
vjus Msurerez alors s il y a une com
p ession gal: dans cb.tque cylindre,
tour de rle Lorsqw vjus connatre^ le
m lia le, il ne vous restera plusqua
trouver la cause de la maladie.
fe vais vous indiquer les principales.
1 Bougie loint. lloucbon de soupa-
pe
Le moteur tant en marche il se pro-
duit chaque explosion un bruit sem-
blable un jet de vapeur. Mettez de
I huile ou du ptrole sut les joints des
bouebms de soupape et tournez le mo-
teur, l'ou apercevrez la fuite.
Changez Us joints et la bougie dlic-
tueuse, resserrez les bouchons.
2 Ponsselr de soupape.
Un poussoir est trop rapproch de h
tig- de soubap: et loupe be d appuyer
s ir son sige.
Donne; du jeu en resserrant le bou
Ion de rglage
t Segment.
Le moteur est dur loutur et n'u
pas de compression.
Le moteur chauffer ayant manqu
d eau, les segments sont colls dans les
rainures rfs pistons par lhuile brle.
Injecte: un p)t de ptrole dans Us cy-
Un ires par les robinet; de compression
ui par les trous des '-^uigies.
4 Segment cass*dplac ou us,
La per.e de compression est trs peu
sensible dans ces cas. Il est difjicih de
s apercevoir qu un segment est cass vav
d monter le cylindre moins qu'il ne
toince contre la paivi du cylindre. Il se
produit alors, chaque demi tour du
viUbrequtn, un grincement semblable ai*
bruit fait par une scie mtaux. Petites
changer le \egment cass.
I ts segments n ont pas t bien poss
ou se sont dplacs L'.s segments ont
largi leurs ratnu-es. Remontez ' seg-
gmenls en axint soin de distancer gale
ment les tentes Meltei des segments plus
larges aprs aoir fait galiser les rai-
nures par un mcanicien.
Le segment cass, dplace ou us} est
la cause d un excs d huile dans lu
chambre d'explosion, qui encrasse la
bottine.
Piston
La perte de compression occasionne
par un pi Aon ray ou ovaln, laisse
passer dans les carters du moteur le>
gJZ comprims et br'ii.
U moteur tant en maqche. la fumer
sort chaque txploston par la clumme
ce tiire.elle reutre*dans le System*
gural qui doit prsider i l'duc
bon du paya, et la place qu'elle
occupe, ausii't qj possible, d'en
rpandre 1 ei alignement
( A suivre i
Rtt .HE (i RELUE*
De la bacult -


l,i A lC(N
Nouvelles trangres FaitB Divers Les victimes du %
dernier incendie
!?
29 juin
PARIS Le Coug.s (dc'ial de?
cheminots lu secrtaire provisoire
par 30 voix cocue 19. B degairay
ancitn secrtaire ldral battu au der
uier Congts par 1rs extrmistes.
PARIS- L. Hlit Parisien dit
que le rapport dt Leur heur fur Us
comptes de guerre ei les rparations
conttite la non excution de la plu*
part des clauses du trait notamment
celle concernant la livraison du ch.r
bon pour Uquelle l'Allemagne e.'t
en nurc] de nos millions de ionnes
Loucheur estime qu'il est indispen-
sable d'allouer mensuellement cin-
quante pour la reconstitution indus
nielle.
PARIS La nouvelle ligne a-
rienne Paris-Genve sera inai gure
le premier Juillet
bfcRLIN Un sold.t trarcais lut
molest par des soldts alUmacdi
urf enqute est ouveit;.
ROME Des ttoub es trs graves
se produisirent encore a Ancoru et
P ombiDO ou les casernes fuunt
attaques coups de grenades Us
uufcasins furent saccags. Les trou-
pes utilisreut des au te mobiles b 'in-
nes pour renverser 1 s barricades
dresses dans les rues On compte
plusieurs tus et un grand nombre
e besss des deui iules. De nom-
breuses arrestjt'oos ont ' opr*es
Le calme parait tre rtabli A BrtScia
et a Koic/o les socialistes et les po-
pulaires se sont bat us. Ll police
dut iatervenir. Ua carabinier trouva
lt mort dans l'ch.ulfouie
ROME A la Chambre Giolit i
alluma la volont de l'Italie de res
pecter et de protger 1 Indpendance
de l'Albanie
BLRLIN Ferrendach donna lec
tuie au Heichstag de 1. dclaration
gouvernementale et dclara que i Al
femagne ayant accept le trait di
Venailles elle doit s'eilorcer dtxcu
ter les engagements pris. Ferrenb.li:
aiiiima que Je gouvernement lit plu;
tour l'excution du trait que la si
uaiiou intrieure du pays le per-
mettait II ajouta que les bons ci-
toyens allemands veulent recons-
truire dans le travail et l'ordre ce
que la guerre dtruisit 11 exprima
1 espoir que la confrence de Spa
russira a trouver le moyen de ra-
liser 1 uvre d'une vraie paix
PARIS Conformment au trait
de Versailles, le gouvernement alle-
mand fit remettie au commissaiiit
de la Rpublique de Strasbourg )6
vieux canons enleves en 1N70
Strasbourg.
-I
Oorporaiion J^c, T, p.
Ij.,1,. i.i runion d'hic mm, la corporation de
lyposi (orme comme soit, -on conseil d'udnu
nislratkm.
Prsident P. D. Ptauir, Vice prsident, P.
Acloquc, Seotak lt- Isiderc, Trsorier, Ttormc,
Courilicrs, Alpli. (.hrisson, UuriiU et Yolcy.
Fianailles
Nous avons reu la tarte de nanailtei de MV le
RcRina Wtnnortli de Ptit-eioave, avec noire
nul Sevfarioa Martin.
i.e 'liin prsente ses itflcerei fikiutioni
au distingu couple.
Cin Varits
Accdant au dsir de ses nomlireu client', la
direction Je Qo-Varitj consent redonner ..
M soire de ilemain, avec le Se piboJe le ;e
isode du ComtC de Monte-Cristo.
Mariages
Samedi aprs-midi a t clbr dans les la-
Ions de Mrljh. Kousseau, le mariage civil de
Melle Ccnhise Koussuau unie .1 Air r.i. Jn-Bap-
lis'e Doiisniond.
Les tmoins taient du ct de l'poux MM.
Ch. Gentil et Normil Charles: du cot de l-
pouse, MVl D.belltxar.ie et M Delienne.
I.a lndiction nuptiale lenr a t donne hier
matin en > Basilique .Notre Uj:ne.
i.i.:i.Ii jprci-auJi, Mr StoiO Uotnini que.
concilier Communal remplissant les loiulions
d officier de l'fat civil a clbr le mariage '!t'
Mr Thophile biphen uni Melle Marie Carmen
A n.ou x.
Les tmoins taient du ct de l'poux, MM.
(iranville Nelson et Samuel litchie: du ct de
I pouse, MM. Alexandre l)oul>y et Franois
ittc-Luat.
1.1 ueudic.ion nuptiale leur a t donne ce
matin in la Basilique .Notre-Dame.
Nei compliments.
la*
Varits
et: soin
Lj^S TRAGEDLfc S DU
C RQUii ROYAL
1 -, 53 ot ;j pisode*
Kmre 1.50
Enfant 1 w
DEMAIN
CDUTF. deMONTRCRIST
Eutie G 1X0
Voici d aprh /< ngislre de 'censment
des maisons de la riHe dress c-baque
anne par le Magistrat Communal les
noms itif propritaires its maisons dispa
rues dans le dernier incendie
Grand Kur ta'ide Est
Ch. (iiuthier, Vfi D. Distouches
Ch C.auth er, Mme Ch G^uihier, Dr
Mercier, Mme Ster'in, Nicolas Vit
titllo, Samuel Hutiro', Louis Bor-
n(H, Thodore Ba.k r. 3 maiiO. s
Fatde Ouest Grand Rue
Mile Marie Preston, Ed Mev,
Pierre jij Pierre, Vve Llio Boroo.Su
chet Duval, Me Astrel latorest
Kue Pave
Btances Guiteau, F. es St Louie
de Gobi gur, Luc Malbraanche
Kue du Centre
Eogtie Dgind, J.Bouzon, G. Bo
co* Ernest Gluuvet, Drs Roy et Do
mond, Vve M Perp goaud, Dr F.
Aimacd
Kue des Miracles
Thodore B cker 2 maisons Cia
rence Mtvs, hritiers Benoit lluuu
lette, lia Mou treuil, Maison Com-
munale, Me Weber Fiant il 2 nui
sons
i.
Changement d'Adresse
Mr MiSroli ftlsIlJ auuonnc
'sa Lietiv illanle dieu Ole tant
uj la tapit aie que dila l'rovinu',
qu'il vient le uanslnr son ate-
J.er la Hue des Mincie No US
eu l'ace il el et Mois?.
Poii-iulJiinc 12SamH)20.
< .
S. =
s
c 3 %
c fi 2
* c- 2.
te O __ S

3 8?
n -1
CD -;
** r, a b
5 S M Q
Sg .8
S.-a 2.
C 39 O
7" 3 S"
3 2-
Cl .^
s
u^< s
o

TUgKiSH
CIGA^TTBS
r,t. CaJif^'?^.* IL
1 'ItuM
tir la
<***,
Ed.
01' 9J60 emS
lOllT-AL'-PlllNCE^l^

CON8TIPATIOM
prosxcz les
susscs
d DlLOAT, I hMii.acien,
HO. Hum f ,,, f.^ tuim
ac- ah: .-i
C'EST LE MEILI EUR
UKS l'tJni-Ai 1?.-.
POK'i'-i' .'-JtA*JJ
^..r.wu^"t^.5. pi *m. m -w.ukrtiai
f rir.c^ du r JUr- VJaR'
m> ** 1 - /', 1.. .. .,r
Docteur
Marcel D^rtigaenave
JHIRURG1EN-DSN1ISTE
Diplm de
i Pltiladelilua Dental Collge
1612 Rus du Centre 1912
LONbULT.VllUNS
Soir i 5
Garage Franais
1&J7, Rue du Majatinifi
i.Barreyre
Ingnieur mcanieien brevet
Ancien chef d'atelier d'une Section automobile de l'Arme h
Forg', ajustage, Mranique de prcisi
Sp'cia i de r/gl g H d rpara i )n da Dynamos,Ma
d Car bjrateuis. Leons lrcliniques-|
Travail garanti
Avis commercial. Avis important
UOViraAu cours de la discussion
c^u pro)?t des do'j/'mes provisoires
G olitti rpta que I Italie n envoie
PARIS On procda aujourd'hui pas des troupes en A banie ajoutant
la vente des bijoux de 1 artiste qu'un diplomate part au;o.rd hui
Gaby Deslys dcde rcemment Le muni de pleins pouvoirs dans le but
montant de la vente s'leva a 2,303, d* ngocier avec le gouvernemtnt
qoo trancs. La vente lut laite au pio
lit des pa.Kvies de la ville de Mai-
teilL.
Mous informons |j pub'ic et le
oomineu:e eu gn, al, que nos
bureaux seront traii.-leis, je.di
le 1er Jull!e', ltaga suprieur
de li 1 ouv Ih tuais>u eu cini3tit
arm, appartenant M\l. KVe
& COi sitae dans h rue l]jg,
iiourjoily, M-j--v s de l'Imprime-
rie L Ab(illet
Pofl-U-Prfrc, lefO Juin 1020.
1.
La directml
N-CKAY-Co
dbuile du carUrXi- frisloil est bris pas
de renude, lemplai le. X.11 fiston est
Ctevi, faiHs le souder la soudure au-
topent. L n pton est ovltsi ou ravi,
ctHUigH le.
Lts (rgots qm dans certains moteurs
maintiennent en pince les segments sont
lombes et la compression passe par les
tiaus ; rcmplact{ les ergots.
Un piston a etc invers ou pos dans
un cylindre qui n'est pas le sien.Remett(\
u d sa place.
6 Cylmd c
m'dtgoosHc fin pour k piston,
La lis qui bloque taxe, le piston, ou
sur la bielle est Otsttrrt et taxe Irott.mi
contre le cvhndre y a creuse une rai nu
re. Faites boucher la rainure la suJu
re autogne ; oi alser votre cylindre,
1a- cylindre est cvalis.
hates alser el mette; dans un piston
J< plus gtos aUsagc.
7 Soupape S tige.
Un cylindre ne fonctionne qu vitesse.
Une suupaqe est piquet, use ou bi
cle.
FtieS ralrai.bir autour la culotte de
lt souape ou change^ ri rode^.
Le sigi d une soupape est dfectueux.
Jattes passer un alesoir coiique et de
mme w .
( suivre)
A. bVKKLYK-,
a'btnas Une tntente tis rapide
avpc l'A'binie peut tre envisage.
GbNT.VE La confrence interna
tionale maritime approuva les trois
premiers iiticles de la convention re
1 tWe i l'admission deserhntsau
travail du bord c ils ne seront ac-
cepts qu'A partir de quatorze an?.
Tous les aelres articles conformes 1
ceux idopts par U corlrence de
Wellington ont rli adopts.
tioniiudtSjC'Juroiies
et corbeilles
Chez Mlle ALICE DUFORT
Lalue, NOM097
Avis
Le Jury Mdical Centra' da la IUj
pub ique ayant oh:ot.u du Dipano
ment dl l'Intrieur qu il accoide
lii-fiii'd uux Praticiens de la l'Iur
UMCiu ustiii' plus do dix aus de U
ptoftltioo, invite ceux qui n'ont paa
d-) diplme uuiversitiiru prsenter
tOM les titres qu ila d'; iennent
1 apoiciation du Jury
Un dlai d'un moi est ac20td aux
praticiens dea divord poirra de la
ltoublique poji le taiie, partir dj
U da e ci dessous.
Le prsident du Jury Mdical Ce"
tral
iSig-j ) Docteur FLIX COICOU
Pour co|.'ie coi.ljime ;
Le Clit 1 de lSauau au Dparti
nient d l'intrieur
K anck D .\ iHClSSU avocat
l'oit au irmcfc. ffi juiu 1(90
rHINE FLUGEL p0
v, EAUX GAZEUSES u U^
F.itration et alroiion
parfalien
O'un mnniemc^it facile
Instructions gratines
PAR MONTf. U'il fiBRIOUt
I 'WMiDlATfMt.HT ON PlUT
' OSTCNIR UN PtonT ANhuU
t>l 25OO0 FRANCS.
Dontftfl4ftf it> ttO'Ogv.*a l'iut'r
FLUGEL& C'-f LT-D. Crcen Lanesj
-ON0P.E3. N. 1C. SQlXnKOX.
Nous avons l'honneur d'aviser le
public et in comerce que. d'un corn
m un eccord la maison da commerce
Sambouiy. Dow ft Ce existant sur
cette place est dissoute partir du
piemier juin courant.
Monnenr BLfiEHT DOW seul
prend la aui e .1e la dite maison et
continue les alf-iin grue la raisou
sociale. KLULliT DO 11
Cap Hatien, le i-.r juin 1920
STAMBOUL!, DOW & Co
1 1 ______m
A^ts cnmmecial
Le puhlic et le commerce en gn
rai sont il tortues qu'il a t fond
sur la pice ^des Cayts une socit
de commerce entre les sieus Michel
Abrtbsm: Michel Saikaly* Saiomofl
Ahdoo et Farris Abdou. koua la rai-
son tocial?, M, Ahratisui & Co et
que les associs ontehacuu la signa*
ture de la dite raison nociale qui est
A, ABRAHAM .* Co
Aux Cfiyet, h x'u Juin ltf^Oj
lnU
DE L'FCOLE SPCULE DES
DACTYLOGK.Vl'llltreaMwl
meut les amis et les
jeunes filles qne jeunet
par leur dvouement, onti
sinistre, le matriel de I
ruent.
Aux uns et anx autre,
sente l'expression mue dtn|
fonde reconnaissance
t Ile est heureuse de lenr
cer que l'Ecole Spciale un 1
talle la utand,liue,.No JiSt
te ment en face de l'empli
local disparu ,( tage (le II
Smith ).
Ds le lundi 5 juillet pr
cours reprendront aux
tuelles-
L'Atelier de rparation do 1
ns crire annexe P
prendra galement &eatn
*."..'l'-Ll1!
AVIS de la POLICE.
Il ebt toruieliemenl datenf
cher sur les mouumeoU et
publics ,, J
JJF. I1ICKEY. Qk'fi
bam
Ci'DtnlI.t r.ttra mJaeln \ct le
SIROP oe DESCHIENS
.. l'Hi inacliihlii, <
Prtscrlt par plus de *)() Doctouts le*
pliid 6ujtt>.'>iit!i du Mon.]! rutiPt* daiif
ANtMIF MCU.iASTHENIE. FAIBLESSE, MALAUIEJ
a. POtlRIHE. CONVALESCENCE SUHMENAUE. ,tc.
Bupern ur a U miMt eew il *ui rrrru^m.-m oivit in plunirt eMmi-nl les vote d t. Il>ds,l> t""u et le denli.
4ii ir. uohIwm d* Pri. les x praner flco:i, ici ui*.dcs tentent reo4lre eu eu iw w HvueiW
BupFti
*-
J I
Kodaks-Cameras
t Unis
SUPPLIES
1). MAXWELL
1013, Rue du Centre
port-mj-pkixci:
J
- 1


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM