PAGE 1

LE %riH A PROPOS DE La Croix Ri T/Juj Prtjtt de V.\*u>ndisxement de lOuml, notait avo* rtU lu lettre suivante relative l ori/anisalioii de l\ Croix^liouffe en tlaiti. Monsieur le hirectenr, Par >a dro h en ! %  • Hu 11 Juin courant,No 291. Son Mcellnea le Prsident de I* ReanblUiue m fuit I honneur dp rn'inforjr que U Rpublique d H -ni M invite tHire partie do I • L gu* de ia Socit de la Croix Itoatf* cie en MM de foulag*rlea soniTraoCM dai s)ldat< a'eas s bur 1 champ da bstaill, de pre'ger et de neuiaiiser lu em ploy8 de hpitaux et de fournir des sub id* n^ces air? cette Qr. La douloureuse exprience del damire goTre a tai ressortir la ncessit d'une o-gv-isi>t;on perroa nente de ta Ciou tieogs .Uns clia que contre du g'ooe; ce atiu de faciliter 1'excnuon intgrale d'un trait fiit la suite d une Confrence tenue Genve le 9i Aot 18J1 entre l'Italie*. Ia Be'g, qu \ la France, le HflS3ie etc. confrence a hque'le quarante trois autres nations y coin pria HatiIl importe donc q 10 soiei;t no'aii* les membres da la Crou Uoage d'IIdi 1Laissez donc que je vous dise que la mission do cette Soeiei ne consistera pas seulement cooprer on temps de guerre evec les hp tous les citoyens de prugiset de bonne v. loni ,-i dsirent apporter leur collaboration une œuvte aussi unie. Sr de voire acception personnelle j'aimerais au shtplos pouvoir compter, non teulernent sur celle de vos auxiliaires et abonnes, inaia aufesi des principaux personnage, hommes tt femmes de vos rtla'.io>.e, Veailtez lea consulter cet gare et ceux d'entre eux qui auroui repondu S cet appel demandez de kigner visiblement l< m noms et en toutts letues daiis uu acte collectif que voua me fera, s parvenir pour ls Lominsiious auxquel es >on Excellence le l'i • t\a< lit d Hai'i (luit ptoe det ai s ri taidfUcevtt, Mi le Direct* ur, 1rs seau au. ces te u a i Mti ite cm "V.li'Ou. |J. ZACU'IU* THOMAS [Maladie des yeux ILe Docteur ht Ux Coicou ? Oculisto Mdecin chirurgien Informe ses clients tant de fort au-i rince que des autres localits que devant aller au Lap-lia\l\tn peur oliaires professionnelles, son tinei si ta amg pmdant son tiktnce pur le l)r Mate IlilhfeU. il al'a trouver ses etoffil et leur dil: Juif|u ce jour je n'ai jamais cess de tue battie a voiie tateftcticn ; mais, Celle dete i je de viens majeur, j'ai prt ns que n tn \ ays d'wi igine. Hati, e ? t en gu. r ie avc l'tinpire D'AUttatgoe ; tli bien •' je dclare opwr p.ur la mliotulit halient e. C'est Hati que \out mes piefeLcee, cet>t elle que je reconnns poni MM vu ie patne> L'b roi que nui-tln inu.e comptai' aaoete loi Oelbrtck 11 tut arrt et ei voy en Coi.ueil oe gttHtt. Mdi^ e ses blesMUies e sa ciox, il atiail CM* damn et impnoyabl. ment fusill il la re\oluiion • " ait ps venue boclev er 1 Empire et luira r tous les plibonmeie. btbt cuiieix a lul.i, uaeie il oiai bel et bien rr.oit jour .' tt, tel %  • Me and. {.4 tuivre ) Nouvelles Etrangres 22 luin PARIS— (Corn nuniqu* officiel ) La Conlrc-ce de Hytbf i boHi p'i • sieers question?, no 'si m ni celle des reptratiois Li difCOS*-i'*i sera repr s m Boulcgne.Les m iiux ifiois et anglais se moTtrem galement sstittlitS d;s rsultats de U cosfrence d Hy'lae. Les premiers ministres aids s'erabarq'iCren 1 dns la matine pour Boulo^ae Les journaux iMOftol qu*; U question de l'indemnit %  'ermndeprosres^i seisielement S oi le Petit Parisien l'accord serait ralis entre l-s lin m lion russe.Li discussion dans la mitineseportisurUquestionfiT^nc re et militiire. Les etp-rts financie-s charge dexaminer les p r ojets an' rieurs appott'eo! dans la soire i la confrencun t-x'e commun Les marchaux Fo h et Wi'son prpareront Ralrment pour la soire un p r ojet de notlficatton i l'Al'emagne coe erninl son strmemeil tant au ptint de vue des efectitsque du ma' riel d: gue re. On epptend qm la co tenace eiemiaera d'urg ncs la ai st. on turque de Mustapha aux Di-danellej.Les dcisions furent djl 3 DT3 * a] S % M J O u H O ol a?^eSei n k 5 S 3 ** a j* s ? T a 5 r Z— ~ ^ ? 1 < ^-. ciVii^JairUfeair^^^ P r l es a Hyth-et elles sont estimes { E^aSf.l'w d emprunts intema'ionaux avec d s su G SQtes pour ptrer la situation. astussor la dette allemande.S vvant .L'eovoy socisl de l^grnce HPiEcho de Pais, Foch prsenta le vas recueillit dans les ra. .eux anglais de< ;;n -isi JIH sur le marche projet dune no'e a adresser i l'Aile migne pour hler la dettroction da matriel de guerre coicernanc h question d; Tu qu e. Les r<*n -> 3 — -* — 5 Sa o p*> P P a2 P< T M CD • 5 2 Or 8.00 le œi i, iar £ \ dbarque ment,Mtlleranl dclara q ie les pour pailers sont en bonne vote ; il y a lout lieu d'tre sa'jstait desdcisims jeses Hythe. L oyd Geo g* dc ara a lageucc liavas qu'il pense que les travaux abju Tut d, italiens ja ponais, De ges et t aoeiS, on annona le pcogiamme d la conhrence tiae sur U q je f.on financire, lin COMST\\n.\ ; 0 J LE. E.1 ana'olie le> tarcei nat'on^listes rencoat tel une faible rsistance gignen'. du ter raio Les K m-istes cjntiurnant Ismd oceupprent Quebove Les gea vernem^ntaux si retirent Jias la direc ion de l'Aientiach. TEHERAN. Oi dcouvrit dans la nui' du X') aa 16 u i co-mp eCaucasien cont'p le Shab de Per*e et ses miniitre*. Toutes les mesures de prcaution sont prisesPARS La conf-ence interna'io nledu froid laquelle 4 g mverae ments et tats taient repiicn's se rjii' dans la matiaie sous la pr* ? : den:e de R'card.La :ooi'ence ab m ti'i ia sigiatnre d une coiveil on crait a Paris un inst tut international du f od. PARIS. Intvroa par le reprsentant d; l'ag*nce 11, vas a Bjulogie Isoar, ministre B.-ige de la reco isntu'ijn eo.tumique dclara qu'.l tait partum d* 'a reprise des relademnit allemande, la question rrili tinns conomiques avec 1a R assie et taite, le dsarmemect i; 1 AlleraaSfouti oa il jugeait p frable que tue, la question d'Oi.e.u et laqueslo: de h Russie lit eu circulation plutt que oas la garde des Bolch'vses. BfcRLIN. Fih enbach est nomm chaclier. BOVLOGVS A l'issue eu djeaner des dlgus Iraoais Britanniques B-'ges I aliens et Japonais ces deru'ers se runirent de nouveau tt la C3nfr:nce commena 4 heures jo. TEHERAN. Uie rencontre se pro duis't entre les cosaqa;s Fjrsans da s la rg'oa de 13 -ichf avec les partisans deKutchuin deux officiers Ruses com nandant les Cosaques Persans furent 11er L-i dtails man q uent ie, co n mnicaio-s taut COU pes entre T heran et R.i.h'. Dollar 12,40Avl i professionnel Mus U iptiste M. Golon et Cluties Michelt smM>.gn<, praticiens mi drul, •ortttil -i la connaissante dtioas ceux qa'u appar Uenira, p'inctouii-nsm dt leurs clients dt'i* les Wraidissements deMirejalas et i Laictobas* q a leur Cibme est toujours titreb liais lu Grti'ftitM et que d ms l exercice de leur profession uujourd'kui rijulaci-ie, ils r.omirueront j unifier la cjnfianje de tous. Mtreb liait U ti Juin fWfl livpr. M. G .8 O.S CHAJtLtn MICHEL Pi. ER & Co Inc. NEW-YORK Reprsentant en Uaiti de Savon COSMOS ET Farine DOS BRONCLS Toujours an bai Grand choix de pneus et chambres air de la marque Ajax qualit suprieure ei prix avantageux. Toutes les dimensions Cire Paraffine Faits DS „ Au Bel Air LunJ, a^rci-mni, l'tcolefcm lare i IC V I u \isiu au *i*uw\ acie ne, iouc4 devoir Uni uni Loiisiiikm u ciicuwUel Il a |ir. ni s lj; ,. B C8UC0jr| %  %  %  1 aaoiJint 4 u ,| | 155c mM de dx Html 1 q„ iucrig, t Apr j.oir vu,u le i Mnm ^ fait :>e::.i, Jcs m.-iutie, (,'lj travai;ist jin ic >en> da iica etl .MrTtrtuhenGuill Un iao.o^ri.n ne rc.H cejjjKJ ce ia axueie de nttre MIBI>;KI^ tulicu l.ji.oajj. Le o n euai pa> gravo • U j vœax pur le p'uap: rti l/iuiiahiqae Miiittre. La Ranaisian Pour satulairc a ._ uiKa, t pt'lit ,e uie.nrci d; wu. acctyi MU Daniel, lear fwu*| paen e, enleve i i f f 10 juin courant lisl.urengarderoatuy reconnaissance Convocatio Corporations deTyp--"'J' temant sont invites JJ 2X du courant 4 I*** FL | ,. _„hn( OC V^ temant sont invites V a Parwana aua ^s tonner le Conseil denn.ul %  ^ sanc d'hiar n'ayaat pu ^ tf r majo.it. Port-au- ;, w i u*l Gasoline lydol S'adresser 0. A. Lli\D, Hue du Quai Varit) •pr, Seei^H^pj LtSTB^GriD^,, \ Forte N.B"-Lejor d ^ dPiiaaui jrB1i • w



PAGE 1

BD ACTEUH ENCHEF Lon Laleau •^ TRANGER -. ont recacs au Comptoir Infft&. 9 * T ,' 0 hct P II 31. Udgilte L nieSt 250 7UO 800 Porl ai Prince, fWfl tfncredi 23 Juin 1920 Quotidien L'Etat eit heurtiu quand les ui.haiits ue puvem y cummauder. HTfACLS REDACTION ; Rue Amricaine No. 1358 TELEPHONE : 208 -"• COUPS DE GRIFFE L fat l'arme de reisblrit exigences ei a Eu mai, Des k jla8Celd aaHiawat. Miua quana 'Llaaile Dut aeuveut 1(DM ir ane dinmulion -turail oa d* releva inliire, eliti est exploite. lufioa uo cer mue aua iM rgime bourgeois oa iiCiieri'dediii^n i igtiiHue aot plus gueie [entres d'un livre qui Lwciaura du proltariat a i are a eie reconnu iur Mais pomt du (O.t A icDeaioeiueut, pour l.i a ia ravolmiou. ninpiauiea; qae Isa iprtiUJtaaa uiles — repioteaJioanelisS pasIji^ii es moyeu de presto .t.onU muauaigeaiit, iaiouirai au uavad en lut (laaia — et c est te iiguorerlos syuuicta— lutii, oa u.uie c nu. ii. i.ia.ic^ du diou ue ,1k 14 U Oit Uu lal.d Oit taifjua pounques. uieaju>, a ,'it, a la iWituuda, la geve n a I 1 qaeiqaea excq tlO.S IXO*IUU UOiiUClO Uoi.i lu IUM giutiuu deuaagogi KO LUI* Intense. 11 cet U LUI a la, qu'o sou nurtaau de ietie iueaiioanure. ne plus rcent exemi.wiucul ; mteve asx ehtminois, liifl uouue au uoua ue iMUilsle I O. U.lJ',J U'dVull )Ut bji.L uaa t, j il.1l%  ifr uua un nui ua d'un utretuiiea eUioi.t dad%  l ui eu uaajurue dans yuaicaie ino.uu — JAIOJU. Lufcu u g ev> Uwui, pas iueaia puur Mimclutaiiuu quetcoa hi de uavailieuia) do U tu* meueui* l oui decia '•> la iu*i.oumiaaiioii , fe itiptUpUdilUQ dea ••a bttueute Ue ia colleu Et Ceai eu vertu ue auiaut au uieuie proHMIICU T. cuuvia Le jaaiii.,.* dm lien, les Mae ica cttoiutuu a eu [•au. u ,.e u La BJU . luiaquo eulatdU la wiu.r.tioa, euu d|i '•wHiamiaiBut du dioi "• ou pouvait ceacevo.r [W c ouvriers, accu ^W uuo evideute mau pairouate >t UOJ U'"w Miuttcuou iu jua **• 0 aa, lusaeut HJU 111 cam.iudea d'ttUiiaa (m i aea JUt orgauieta L*MuUe U eurte ,' w " u '0u publique. 1)9 •••J'idiue a ca..e que '•ai.e loiura aa^ aua "lcx krcer j,oureiu m* ilyauaiioiiO-. aa duuu, au nuui de r J HJn : naiK8 0U i.eUe * ce uer paru pj'•auu, g.ace a CJ ^PPakr i e uio-ua ,7^" rtgimj aoj.d '•aeaiiea .rois quiitj %  J -itu. p 0Hl kC fjl ue toaaa rCM0S£S l'eiStilKGit Rapport Le Magistrat Communal Je n'ai jamais pu ne pat vous faire les p~ointses que ueus nui: rclames de moiEl une fu.s fanes,lou e ma ; ne a t de le tenirCette /oie a *le tuu jjars plus grande chaque fok qu il m a (Mlu uloy*r des eti/ficutus ou reatrer mu (vaque pour vous elre agra bltt .le ae perds /aniais ma peine U ailleurs 'lou/uirs je me pjr:.e bien de v avis, fou elts si tanna •fnfftlMrel liante il m,de vous du'e que \e v JUS obirai une foi* encore et ne /rat / imais d* polmiques Ut en sort tonjjars aiminut, mVilM quand ou a eu tiut la t mps li p -u sur le >.oup de l advenuire Kl pats, le je* en vautil i't,n iit la o/14/i telle '.' ces polmi qu s stnl m ans chs INMU des m ffuu le s clairer dune q icsltou que %  • prtest s •frtlwtttr. Un s a6fd au tour Ua point en auge et ou se lance d, la Ifjue au v s tje. Cila est d autant plus ; i il:: que >.e lu bouc bien souvent on la trouve aans Son cmar. Ai Mlj LeitiZ iu..Mi'. J ai le graai honnevr dtre considr pour un un bieile nar unijros homme / a se p>q e a* lettres. SauiZ vous piurqaoi'! furce que je nai i> ila vaine a cire de son a P si' m d propos a une qutlwn evssn tmll'uisiit m %  ru rc .in.. Ut ue s >nt q c a inlgant.* tirai-xes ave is q u i je jongle maladroit ment. Kl un qae joui que i essaie de l de/e'tiie, je tm,p uuti il.atpeirifhtrtie ue ises IJ ie voulez vous, je suts un adversaires $t La udui-rsaires sou: des une m s e seul-, l s cnmniiS uni le nijn tpole d Oetis-s C est u te d s horribles beauts du temprament hatien. Pierrot na de ie$prit que parce qu'l. pffjej connu: Arkfuut el Si Lan dre eol undtiix cri.ia c est tout sim> plnuent parce qt il tut eu i-np issiole d avoir toutes Us i tesi Arltqttn qui, par jour, en a autant que les losanges Ue son costume, autant il a aussi ditfrenles couleurs. Attst vont. Cousine, les chons de chez nous... JAN BouquetSpCJiiroiiues ei corneilles Giiz Mlle A.UGE DUFORT „ ^ L.lue IJ to2027 *~ .^fea.lepavi ou ,i*J Jl *U. de revoiules yeax a'oivriaent l dessus, la LGT a publie tout au long on •• pi .gramme" politique, aocai et uouomique, qui ne laisse riea dsirer dans labjudaace t 1& prci lijn dea deuils, fur cunaeq .e.it, il H L mcuiprouve que le deastin revo lutionaaue exia e, mremeut deiibe r. et que la voie queu dntend suivre pour 1 excuter eat celle de la g ve ,, Larme de dfense profesioanell est devenue ainsi le levur d'actioi politique. L'usage licite, reconnu A le l^ieiateu., a'eal traualonn en er abus qu'eai ob i fc 6 de repnm-s I K.at ineuic dne son existence. Voua ce qae U tlaaae uuvnie doit s'oiroicei-de coi^pteniie BOanweOMOt, uiin decu-Mper au pi^e d a Bjpbiames do.u les reUart eit. m.eioa aot BI p odiguea envers elie Loi que lou rvoque lea grvistes qui suivent du tel mot dor-i.e, lu.a q l'on empr soune ceux qui 1 ont uoun, ou nj porte atteinte, en aa cu.ie eapece d* mnu.e, au dio.t da g ve e. la nbeo du ci oyau, cir a g re D e*. i i q*e pr ex e ei U lib-s n de^ieu l.c nce, qui meuaci la lcariM m iti uq • a est Ubte meut dOdu U' a d0(J.-4tie.\ti|a Depuis quelque temp-, |oc ques ^[J CONSEIL D'ETAT toi trs iniiessiute pissionne les csputs: celle de h valeur jespeciive de leoseignemeat seconiatre du si que et de l-easegatment se:onlai e m u 1 %  %  -. dans U (ormitioa des in telligtacct. La cullure classique, i bise gico latice.cuhure plutt Jsiatressee et, sans but iaimeli.it, d:s ini i former lbom ne comple ,daas le dveloppa ment de ioute>ses(acuits, etqui c onduit dansune proportion sag* et mesure, 4 l'amour du bien, au vrai et du beau est ba.tue en b.c. h.par Us pirtisans de 1 luca ion moderne. C;;> derniers demandant que l'tude des sciences et des langues vivauics Donne avis aut intresss que les cabrouets employs au tin i port des C II ) I P' 'IV) 1 1 n-^ I\P n i IV ma,riaux ne doivent pu tre charg? QlJ.i Lu, I U.U 1 £t Dk r iU A de poids dpassant les lorces des ch _"" vaux ou mules attels. •• %  •— Un dlai de huit jours est accorda VI cet effet. Ce dlai expir seroat rendus responsables de tou e infra; PARTIE I tion i la loi les propritaires de ca brouet ainsi que ceux qui auront employ ou lou les animaux ainsi maltraits. Ici, propos de ces clauses co n*jiii!i|u3 An. 294 .HH. une obaer Vation qui UOUH u paru d'impcnauce snuuoee. Parles auicie 'J'>i, _(>."> 207 et 374 l AUqmagoe a'eog*ge a M pas •ouuiiitra les uiarciiaiiuistts.pioduita naturel < ou taonqi.4 de l'un qnL eu 114au je .\lu6d a dea droi'a oa C&arget. y compiii le^ imputa iui n .m -, autre* ou plus eic-vj que soit de pius en pius gn ali e t eux a uquel* sont soumis les m au dtnmcat d:s//wi/u ciassques— tact inarcUaodteoa veinut dan au parce que ie> couoalia$cea oi^ti ne q*.conque des dus L iSe ou ques permet tronl davaoag: aux d uu .autie pays tranger, elle ue jeunes gearatious de s adipt.r aux naaiuiioudm ou a imposera aucune exi k eii es des multiplet nou.-eaux P^h.bujii ou reainc.ion a limpor ti.oisurle eiiio.ie alirinaui de ^ea es des muitip i); 1M1 que crient Isa progis de u civilisation tn >derne. L 1 un mot, la que t o 1 se [o e plu en ces t-imcs K iisUwre mo dtriu p$ut el c autant q >e Us V41$ humain 4i. uauter l dtueloppeanm ra tiOiuiil des trois grandes tucuitc-, de ut me : H'ihibiiue mltltgenu ci vo Data) g 1 m qui lut de ia bu.iuc b 1 gae lOiia la dlMCUfl 1 de M. le U. J. C D.jiiainvi i'c t v.vtm.Mi iuteic. a c*.tte qaestion qui leaaota tous les p.ob.caies Je peydiaiogM ped-gogi que agues depu s peu eu uo le mi heu, rciattia aux p og ama. dciU de, RUS mihoa s d eu e guemeul, a la sup^iess oa du g e: etc. C:t.e MCUO1 a d.aa.nle l'un de ses inemoici. ^,11*11. liju.n.-icau, t.. i:ri iiiaroliiudi^ea. produira m.a ris ou Un:. \n .-., un Kut allia qui ne s J e i..' : gal nient l'im po.'iation des muMi mucitandiaeH v.na t d'un autre quelc ..que dos %  t lt ia ou dua uuae !'-v 0 tra > g r. elle 111 t ra par Oduir aucu • l.aiteiOajut p I tutl I a leipotta liOil de ;3|.ld|) BS .ua !';u 1 ,i, .1 BU pi. ,11. ou au ueir.iujiK d'euuua allie 0 %  au.re i'ays e ia.gsr,tlle a'eu^a.te garanti^ quant a aou territoire, t • Cjiii.naoai dvia FapreodPa un iu.it • ioyauce i'. poar lu p.oiit cjaiuiua des deux pays, de OMtiis que leiiis raaoi!daiauU tes de pi.cnter une e.ude comparative p.c b d.v.out rafljunie-cer tra de ia valeur p^ywho.ogique de ces vaaur Ita une aui le terutoire des deux e.ise gaeineats. l'jus eux qae pas iounent les cho>cs deoseigdcmc.it— et ils sont plus uoinoicui qaoa ne le peoie — suivront a/e; aiveatioa ic deve.oppe aieui de riiue.es.iut; q a'.iu.i atu>i pose; uous eadions aot iec..'.u 3 qu il est unie d a.uiar 1 uiteutioo dea, services tui li... i coiu,jewe.i s* aur les icsuicilous ei 1 [ %  %  iiio.iu ., douanires que le H.-i.u ap ique Ccitaiiies dourea umii le CaXe< . lueuid acueilu 1 Allemag ie oat eue aOuiuaiaut tt nide lueujcJ.ut! ,.n -. uaaaitjire au caf iluu au .ong i atclare/ suit d ..pies.iea iois d. s l'aiaea.ices r y >o ooo ( i' fclucuo "' de N Y S eatoz.ituug du o ) i,n i?j.i ] ^^r LllUtllVt" VA M; VI nd s i Uaitooi et Em B Armani, Lit u:.c eu uroit, avo.af 1160 hu. du Ccutic d>^ ig r a ions les pointa de vu J Ca re au u-su.u eu rauou de cet'e acq 11 i ion de no Telle nation 1 i, de >oute an H'-aii^o v>--via de le u* iv.at dorigin B. • C t ar icle se jui iti; par a nxa ion des nouvelles do i ie>es d.,t'A 1 m g 10 et par lea •.JtpuieUo lemto.i IJH qjeiU a auoi.'-Lea l'ao.ogaio.i yrn lie, cu.a ifou voit, de eu .e tameuae Port au Prince le 23 Juin 1920 CUatWT MAGLOIRE loi Delbruck qui, mettaut l'Allema gue au-dassua de tout, constituait. un aueutat pernanent la libane iadivuualle et aux droite dea autre 1 Peuple*. Il serait a saubaiter qu'un pareille diaposmou imprialiste ne uuisas jamais niua figurer d au. U lgislation d'aucun Etat. Grce a cet aaic'e -J.16, oa pourra rgulariser la situation d'un gran 1 iiomore d individus qui ns aur c v 80!.d'uu U i.cel* se coaipiend bien, du reste, quoi pour la u."t de la communauit ha tienne, pour s'pargner des OUiius avec lalegialatiou ailemaude.le. Gouverneuien. de la Hpublique n< soit cru oui ge de niaatr la na urah, satiou u des uatU de ch z nou eooa pltenidut tiaitiauises par le lem^a. les u— 'jajUi la m iuta.ut", iea lidu* de tamiile,'f?; ')ialg lea d)c.r* lions et protestat'fc.'* p'atbet que* des intresss. Vous connais >e/. peut tx, Me.-* sioaia, ce moi rcent dun pdvUoite a nenoain, pirlaat prcuaieuc de l'amricamauie( La Ni 1 jnim a', un eiat d'esprit enore plut q i'an fait lgal. O dea oaligaaoui ue guerre et la prise eu cooa dra tiuu de la loi Ubibrock ont oort • Hati a agir contre uomore d'iudui dus, dout l'tat d ejpri est esairv tielemeut et exciusiveme.it hatien Dans biducoip de ces cas, le fait, lgat de la nationalit a i c pa tic,;, n.iie.ii.i.11 oiieux.car.il a c mire/eu n aa ajdie mat a ua iai d'eaprit u mail, encore au plua pratoud de ,. 1 jstiucts humains, rattacaeme.il a 1. heu qui nous vu ualtre, aux irequi nous tjuciieut par le sang, pa les inemaeiotd, par dea souvjiar coauauni, 1 aa .chanant a une mur .. ou a une poaae, incapab e* a ctua •> de leur particularit* m ntalea o,. pigmentairos, dd trouve la insm aise et la mme coua.djiat.on pa tout ailleurs qae aur la t are aiMe I A ce propos, votre eoinuiianon Spciale croit, Messieurs, qu il u eat peut re pi dep.ace de fane counoi re ici le mcouipte auveuu ua de cet li.miuo (tailieus. U tait eu Alleiingae lors da ta dciaraiiou de guerre. *lmeur et lia d un pre Aile. imuJ, laquai ne.ait luiuuie qu'un dwmi-Allemail parce que n U un*> Ha.t enne et u ayant laaaais coauu l'Allemagne, — ce jeuue ho noie dua ra lier les d apemx au momerat oo< 1 ivnpi e puise, taisait appel -ee. je ina clas es 11 lit vu.laminent soin dsvo.r, fit blesse plusieurs toi e. tut dco . Maic.ei tro tempe, l.n pa v. DU a aa vingt et unime u w t %  +. -. ,-v


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05145
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 23, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05145
System ID: UF00081213:05145

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
BDACTEUH ENCHEF
Lon Laleau
^ TRANGER
" -. ont recacs au Comptoir In-
fft&. 9 * T,'0"hct' P"
II 31. Udgilte LnieSt

250
7UO
800
Porl ai Prince, fWfl
tfncredi 23 Juin 1920
Quotidien
L'Etat eit heurtiu quand
les ui.haiits ue puvem
y cummauder.
HTfACLS
REDACTION ; Rue Amricaine No. 1358
TELEPHONE : 208
-"
coups
DE GRIFFE
L fat l'arme de reis-
blrit exigences ei a
Eu mai, Des' kjla8Celd
aaHiawat. Miua quana
'Llaaile Dut aeuveut
1(DMir ane dinmulion
-turail oa d* releva
inliire, eliti est exploite.
lufioa uo cer mue aua
iM rgime bourgeois oa
iiCiieri'dediii^n i
igtiiHue aot plus gueie
[entres d'un livre qui
Lwciaura du proltariat a
i are a eie reconnu
iur Mais pomt du (O.t
a icDeaioeiueut, pour
l.i a ia ravolmiou.
ninpiauiea; qae Isa
iprtiUJtaaa uiles re-
pioteaJioanelisS pas-
Iji^ii es moyeu de pres-
to .t.onU muauaigeaiit,
iaiouirai au uavad en lut
(laaia et c est te
iiguorerlos syuuicta
lutii, oa u.uie c nu. ii.
i.ia.ic^ du diou ue
,1k 14 U Oit Uu lal.d
Oit taifjua pounques.
uieaju>, a ,'it,a la
iWituuda, la geve n a
I -1 qaeiqaea excq tlO.S
IXO*IUU UOiiUClO Uoi.i lu
Ium giutiuu deuaagogi
KO LUI* Intense. 11 cet
U lui a la, qu'o sou
nurtaau de ietie iue-
aiioanure.
ne plus rcent exem-
i.wiucul ;
mteve asx ehtminois,
liifl uouue au uoua ue
iMUilsle I O. U.lJ',J U'dVull
)Ut bji.L uaa t, j il.1l-
ifr uua un nui ua d'un
utretuiiea eUioi.t dad-
lui eu uaajurue dans
yuaicaie ino.uu
JAioju. Lufcu u g ev>
' Uwui, pas iueaia puur
Mimclutaiiuu quetcoa
hi de uavailieuia) do U
tu* meueui* l oui decia
'> la iu*i.oumiaaiioii ,
fe itiptUpUdilUQ dea
a bttueute Ue ia colleu
Et Ceai eu vertu ue
auiaut au uieuie pro-
HmiiCU T. cuuvia Le
jaaiii.,.* dm lien, les
Mae ica cttoiutuu a eu
[au. u ,.eu. La bju
. luiaquo eulatdU la
wiu.r.tioa, euu d|i
'wHiamiaiBut du dioi
" ou pouvait ceacevo.r
[W c ouvriers, accu
^W uuo evideute mau
pairouate >t uoj U-
'"w Miuttcuou iu jua
** 0 aa, lusaeut hju
111 cam.iudea d'ttUiiaa
(m i 'aea"JUt orgauieta
L*MuUe U eurte
,'w"u'0u publique. 1)9
J'idiue a ca..e que
'ai.e loiura aa^ au-
a"lcxkrcer j,oureiu
m* ilyauaiioiiO-.
aa duuu, au nuui de
rJHJn:naiK80Ui.eUe
* ce uer paru pj-
'auu, g.ace a cj
^PPakr ie uio-ua
,7^" rtgimj aoj.d
'aeaiiea .rois quiitj
J -itu. p0Hl.
kC fjl ue toaaa r-
CM0SS l'eiStilKGit Rapport
Le Magistrat
Communal
Je n'ai jamais pu ne pat vous faire
les p~ointses que ueus nui: rclames
de moi- El une fu.s fanes,lou e ma ; ne
a t de le tenir- Cette /oie a *le tuu
jjars plus grande chaque fok qu il m a
(Mlu uloy*r des eti/ficutus ou rea-
trer mu (vaque pour vous elre agra
bltt .le ae perds /aniais ma peine U ail-
leurs 'lou/uirs je me pjr:.e bien de
v avis, fou elts si tanna fnfftlMrel
liante il m,- de vous du'e que \e
v jus obirai une foi* encore et ne /rat
/ imais d* polmiques Ut en sort ton-
jjars aiminut, mVilM quand ou a eu
tiut la t mps li p -u sur le >.oup de
l advenuire Kl pats, le je* en vaut-
il i't,n iit la o/14/i telle '.' ces polmi
qu s stnl m ans chs INMU des m ffuu
le s clairer dune q icsltou que '
prtest s frtlwtttr. Un s a6fd au
tour Ua point en auge et ou se lance
d, la Ifjue au v s tje. Cila est d autant
plus ; i il:: que >.e lu bouc bien souvent
on la trouve aans Son cmar.
Ai Mlj LeitiZ iu..Mi'. J ai le graai
honnevr dtre considr pour un un
bieile nar unijros homme / a se p>q e
a* lettres. SauiZ vous piurqaoi'! fur-
ce que je nai i> i- la vaine a cire de son
a p si' m d propos a une qutlwn evssn
tmll'uisiit m ru rc .in.. Ut ue s >nt
q c a inlgant.* tirai-xes ave is
q u i je jongle maladroit ment. Kl un
qae joui que i essaie de l de/e'tiie, je
tm,p uuti il.atpeirifhtrtie ue ises IJ ie
voulez vous, je suts un adversaires
$t La udui-rsaires sou: des une m s e
seul-, l s cnmniiS uni le nijn tpole d
Oetis-s C est u te d s horribles beauts
du temprament hatien.
Pierrot na de ie$prit que parce
qu'l. pffjej connu: Arkfuut el Si Lan
dre eol undtiix cri.ia c est tout sim>
plnuent parce qt il tut eu i-np issiole
d avoir toutes Us i tesi Arltqttn qui,
par jour, en a autant que les losanges
Ue son costume, autant il a aussi dit-
frenles couleurs.
Attst vont. Cousine, les chons de
chez nous...
JAN
BouquetSpCJiiroiiues
ei corneilles
Giiz Mlle A.UGE DUFORT
^ L.lueIJto2027
*~
.^fea.lepavi ou
,i*JJl*U. de revoiu-
les yeax a'oivriaent l dessus, la
L- G- T a publie tout au long on
pi .gramme" politique, aocai et
uouomique, qui ne laisse riea
dsirer dans labjudaace t 1& prci
lijn dea deuils, fur cunaeq .e.it, il
H, l mcuiprouve que le deastin revo
lutionaaue exia e, mremeut deiibe
r. et que la voie queu dntend sui-
vre pour 1 excuter eat celle de la
g ve ,,
Larme de dfense profesioanell
est devenue ainsi le levur d'actioi
politique. L'usage licite, reconnu a
le l^ieiateu., a'eal traualonn en er
abus qu'eai ob ifc6 de repnm-s
I K.at ineuic dne son existence.
Voua ce qae U tlaaae uuvnie doit
s'oiroicei-de coi^pteniie BOanwe-
OMOt, uiin decu-Mper au pi^e d a
Bjpbiames do.u les reUart eit.
m.eioa aot bi p odiguea envers elie
Loi que lou rvoque lea grvistes
qui suivent du tel mot dor-i.e, lu.a
q l'on empr soune ceux qui 1 ont
uoun, ou nj porte atteinte, en aa
cu.ie eapece d* mnu.e, au dio.t da
g ve e. la nbeo du ci oyau, cir
a g re D e*. i i q*e pr ex e ei U
lib-s n de^ieu l.c nce, qui meuaci
la lcariM m iti u- q a est Ubte
meut dOdu U' a d0(J.-4tie-
.\ti|a
Depuis quelque temp-, |oc ques ^[J CONSEIL D'ETAT
toi trs iniiessiute pissionne les
csputs: celle de h valeur jespeciive
de leoseignemeat seconiatre du si
que et de l-easegatment se:onlai e
m u 1 .', -. dans U (ormitioa des in
telligtacct.
La cullure classique, i bise gico
latice.cuhure plutt Jsiatressee et,
sans but iaimeli.it,d:s ini i former
lbom ne comple ,daas le dveloppa
ment de ioute>ses(acuits,etquicon-
duit dansune proportion sag* et me-
sure, 4 l'amour du bien, au vrai et
du beau est ba.tue en b.c.h.- par Us
pirtisans de 1 luca ion moderne.
C;;> derniers demandant que l'tude
des sciences et des langues vivauics
Donne avis aut intresss que les
cabrouets employs au tin i port des
C II ) I P' 'IV) 11 n-^ I\P n i IV ma,riaux ne doivent pu tre charg?
QlJ.i Lu, I U.U 1 t Dk r iU A de poids dpassant les lorces des ch
_""" vaux ou mules attels.
" Un dlai de huit jours est accorda
VI cet effet. Ce dlai expir seroat
rendus responsables de tou e infra;
PARTIE I tion i la loi les propritaires de ca
brouet ainsi que ceux qui auront
employ ou lou les animaux ainsi
maltraits.
Ici, propos de ces clauses co
n*jiii!i|u3 An. 294 .HH. une obaer
Vation qui uouh u paru d'impcnauce
snuuoee. Parles auicie 'J'>i, _(>."> 207
et 374 l AUqmagoe a'eog*ge a m pas
ouuiiitra les uiarciiaiiuistts.pioduita
naturel < ou taonqi.4 de l'un qnL
eu 114au je .\lu6d a dea droi'a oa
C&arget. y compiii le^ imputa iui
n .m -, autre* ou plus eic-vj que
soit de pius en pius gn ali -et eux a uquel* sont soumis les m
au dtnmcat d:s//wi/u ciassques tact inarcUaodteoa veinut dan au
parce que ie> couoalia$cea oi^ti ne q*.conque des dus L iSe ou
ques permet tronl davaoag: aux d uu .autie pays tranger, elle ue
jeunes gearatious de s adipt.r aux naaiuiioudm ou a imposera aucune
exikeii es des multiplet nou.-eaux P^h.bujii ou reainc.ion a limpor
ti.oisurle eiiio.ie alirinaui de
^ea es des muitip
i); 1M1 que crient Isa progis de u
civilisation tn >derne.
L 1 un mot, la que t o 1 se [o e
plu en ces t-imcs K iisUwre mo
dtriu p$ut el c autant q >e Us V41$
humain 4i. uauter l dtueloppeanm ra
tiOiuiil des trois grandes tucuitc-, de ut
me : H'ihibiiue mltltgenu ci vo sans prjudice da puiniMces secon.u.:is
de ces i.utiuii ?
Li ciiju ae Pl gg e de l'Alto-
eiat.oa des membre, da Corp> Data)
g 1 m qui lut de ia bu.iuc b 1 gae
lOiia la dlMCUfl 1 de M. le U. J. C
D.jiiainvi i'c t v.vtm.Mi iuteic. a
c*.tte qaestion qui leaaota tous les
p.ob.caies Je peydiaiogM ped-gogi
que agues depu s peu eu uo le mi
heu, rciattia aux p og ama. dciU
de, RUS mihoa s d eu e guemeul, a
la sup^iess oa du g e: etc.
C:t.e MCUO1 a d.aa.nle l'un de
ses inemoici. ^,11*11.. liju.n.-icau,
t.. i:ri iiiaroliiudi^ea. produira m.a
ris ou Un:. \n.-., un Kut allia qui
ne s-j e i..' : gal nient l'im
po.'iation des muMi mucitandiaeH
v.na t d'un autre quelc ..que dos
t lt ia ou dua uuae !'-v0 tra >
g r. elle 111 t ra par Oduir aucu
l.aiteiOajut p I tutl I a leipotta
liOil de ;3|.ld|) BS .ua !';u 1 ,i, .1 BU
pi.,11. ou au ueir.iujiK d'euuua allie
0 au.re i'ays e ia.gsr,tlle a'eu^a.te
garanti^ quant a aou territoire,
t Conque aes Allions contre toute ceu
cuiieuue de oyele.
0.1 se rappeiiu qu'avan. la guerre,
1 i ..:..iu.,.; eun un des principaux
pays se 11 v aul a d a- ecluuges a/c
n .n. et qu elle .i. un dea plus un
poi.diits uli.'CUea' du Oaifl milieu
fiOuf ia coiaOuiinaiicjn co.muc puur
e transit Ca tia> Cjiii.naoai dvia
FapreodPa un iu.it ioyauce i'. poar
lu p.oiit cjaiuiua des deux pays, de
OMtiis que leiiis raaoi!daiauU tes
de pi.cnter une e.ude comparative p.c b d.v.out rafljunie-cer tra
de ia valeur p^ywho.ogique de ces vaaur Ita une aui le terutoire des
deux e.ise gaeineats.
l'jus eux qae pas iounent les
cho>cs deoseigdcmc.it et ils sont
plus uoinoicui qaoa ne le peoie
suivront a/e; aiveatioa ic deve.oppe
aieui de riiue.es.iut; q a'.iu.i atu>i
pose; uous eadions aot iec au courant de ce qui aura t tait
en i'occureoce.
lift JiiJS Ailulida
Neea reprjdu.soa* de notre con/rin
li L'AaWaf 'a depiclte suivunte date
de Washington,
WASHINGTON 5 juin
L: Uaag. vieut de voter uoe'
loi per ueitaut aux etiangers enne-
misi4u. av-iem ei in crues, de l-
clamcr da alun eoemns propuiy
aulua-
Voue C) nui si on spciale pense,
eii udue, .vi ).-.->..'.u3. qu il est unie
d a.uiar 1 uiteutioo dea, services tui
li... i coiu,jewe.i s* aur les icsuicilous
ei 1 [iiio.iu ., douanires que le
H.-i.u ap ique Ccitaiiies dourea
umii le CaXe< . lueuid acueilu
1 Allemag ie oat eue aOuiuaiaut tt
nide lueujcJ.ut! ,.n -. uaaaitjire
au caf DeiM taveuir u i<.".i..-; . ,;.i.j ,jas de
p.asjr .la luai'clus ou coa/iidiioas
hvj; d'ituties paya proJactjurs, ijae
cca t'ays aient .!. ; oes aiiios a 1 ci a
leiue ou u.eu qu'ils aeul a u if via-
a vis da /Ane.Uig ia une neuiraliti.1
bie.iVeiiUu e co.uuae. p*r t-x.m jl.,la
itjyaunae dea i'ays-Lias dom ie* oos
b::. -iiOiid de 1 lOSullude piOdUlHeut
t ni de eue et d auuea dciireea tro-
picales rjuouun ,a ? Il conviendra
d'y deindu.er uiijouis ftlteotil
rar l'ai noie "2i quonptu adon-
ner de iiouver luaWTlt dans les clan-
a a .ouoiJiiquua de U parie 1
:usiodiaula remise de leurs (.ipii-
l siqueitree*. autorisant celui ci i |i, Al|,.|n ...teVeugage a recounail7
faiie kttte r.m .e. la uouvo.le iu..j .-...,. qui aurait t
Le tup.i.- u .b qui avait i.iirodu t/ou aetau aciuiau par bca rcBaor.ia-
ce.te pro^o>iluu au .ong i atclare/ suit d ..pies.iea iois d. s l'aiaea.ices
r y >o ooo -
( i' fclucuo "' de N Y S eatoz.ituug
du o ) i,n i?j.i ] ^^r
-------LllUtllVt"
VA
M; VI nd s i Uaitooi et Em B
Armani, Lit u:.c eu uroit, avo.af
1160 hu. du Ccutic
d>^ ig r a ions les pointa de vu j c- a
re au u-su.u eu rauou de cet'e
acq 11 i ion de no Telle nation 1 i,
de >oute an H'-aii^o v>--via de
le u* iv.at doriginb. C t ar icle se
jui iti; par a nxa ion des nouvelles
do i ie>es d.,- t'A 1 m g 10 et par lea
.JtpuieUo lemto.i Ijh qjeiU a
auoi.'-Lea l'ao.ogaio.i yrn lie,
cu.a if- ou voit, de eu .e tameuae
Port au Prince le 23 Juin 1920
CUatWT MAGLOIRE
loi Delbruck qui, mettaut l'Allema
gue au-dassua de tout, constituait.
un aueutat pernanent la libane
iadivuualle et aux droite dea autre 1
Peuple*. Il serait a saubaiter qu'un
pareille diaposmou imprialiste ne
uuisas jamais niua figurer d au. U
lgislation d'aucun Etat.
Grce a cet aaic'e -J.16, oa pourra
rgulariser la situation d'un gran 1
iiomore d individus qui ns aur c v
80!.d'uu alieaianl, ue coa aissant m l'Allema
pao, ni sa langue, ni aes mur*;vo-
ydieut cette cfiose horrible aa pro
dune: Ijur vraie Pauie, la Palrn
naturelle, celle o ua avaient vu 11
jour, o ils avlient aune et souifert,
celle avec laquelle ils avaient co.i<
munie dans aaajoies comme dan.,
ses ad/eraus, il la voyaient, calle-l *
se dresser contre eux, pi.o leur
crier : < Tu n'es pas uiou fils, ja n*
te connais pas, je ne te dois p*
l'n jspiiali'- je te chasse.. > U i.cel*
se coaipiend bien, du reste, quoi
pour la u."t de la communauit
ha tienne, pour s'pargner des ou-
iius avec lalegialatiou ailemaude.le.
Gouverneuien. de la Hpublique n<
soit cru oui ge de niaatr la na urah,
satiou u des uatU de ch z nou eooa
pltenidut tiaitiauises par le lem^a.
les u 'jajUi la m iuta.ut", iea lidu*
de tamiile,'f?; ')ialg lea d)c.r*
lions et protestat'fc.'* p'atbet que*
des intresss.
Vous connais >e/. peut tx, Me.-*
sioaia, ce moi rcent dun pdvUoi-
te a nenoain, pirlaat prcuaieuc
de l'amricamauie- ( La Ni 1 jnim
a', un eiat d'esprit enore plut
q i'an fait lgal. O dea oaligaaoui
ue guerre et la prise eu cooa dra
tiuu de la loi Ubibrock ont oort
Hati a agir contre uomore d'iudui
dus, dout l'tat d ejpri est esairv
tielemeut et exciusiveme.it hatien
Dans biducoip de ces cas, le fait,
lgat de la nationalit a i c pa tic,;,
n.iie.ii.i.11 oiieux.car.il a c mire/eu ,
n aa ajdie mat a ua iai d'eaprit u
mail, encore au plua pratoud de ,.
1 jstiucts humains, rattacaeme.il a 1.
heu qui nous vu ualtre, aux ire-
qui nous tjuciieut par le sang, pa -
les inemaeiotd, par dea souvjiar .
coauauni, 1 aa .chanant a une mur ..
ou a une poaae, incapab e* a ctua >
de leur particularit* m ntalea o,.
pigmentairos, dd trouve la insm
aise et la mme coua.djiat.on pa
tout ailleurs qae aur la t are aiMe I
A ce propos, votre eoinuiianon
Spciale croit, Messieurs, qu il u eat
peut re pi dep.ace de fane cou-
noi re ici le mcouipte auveuu ua
de cet li.miuo (tailieus. U tait eu
Alleiingae lors da ta dciaraiiou de
guerre. *lmeur et lia d un pre Aile.
imuJ, laquai ne.ait lui- uuie qu'un
dwmi-Allemail parce que n U un*>
Ha.t enne et u ayant laaaais coauu
l'Allemagne, ce jeuue ho noie dua
ra lier les d apemx au momerat oo<
1 ivnpi e puise, taisait appel -ee.
je ina clas es 11 lit vu.laminent soin
dsvo.r, fit blesse plusieurs toi
e. tut dco . Maic.ei tro tempe, l.n
pa v. du a aa vingt et unime u w

t +. -.
-

,-v-


le %riH
A PROPOS DE
La Croix Ri
T/Juj Prtjtt de V.\*u>ndisxement de
lOuml, notait avo* rtU lu lettre sui-
vante relative l ori/anisalioii de l\
Croix^liouffe en tlaiti.
Monsieur le hirectenr,
Par >a dro h en ! ' Hu 11
Juin courant,No 291. Son Mcellnea
le Prsident de I* ReanblUiue m
fuit I honneur dp rn'inforjr que U
Rpublique d H-ni M invite
tHire partie do I L gu* de ia Socit
de la Croix Itoatf* cie en mm de
foulag*rlea soniTraoCM dai s)ldat<
a'eas s bur 1 champ da bstaill, de
pre'ger et de neuiaiiser lu em
ploy8 de hpitaux et de fournir
des sub id* n^ces air? cette Qr.
La douloureuse exprience del
damire goTre a tai ressortir la
ncessit d'une o-gv-isi>t;on perroa
nente de ta Ciou tieogs .Uns clia
que contre du g'ooe; ce atiu de
faciliter 1'excnuon intgrale d'un
trait fiit la suite d une Confrence
tenue Genve le 9i Aot 18J1
entre l'Italie*. Ia Be'g, qu \ la France,
le HflS3ie etc. confrence a hque'le
quarante trois autres nations y coin
pria Hati-
Il importe donc q 10 soiei;t no'ai-
i* les membres da la Crou Uoage
d'IIdi 1-
Laissez donc que je vous dise
que la mission do cette Soeiei ne
consistera pas seulement cooprer
on temps de guerre evec les hp<-
toox militaires, ruais us-i eu ni ri
buer par tous les moyen* en SOI
pouvoir au bien tre du peuple
hatien, prter sou concours u
service national d Hygine publique,
pour combattre iea maladie* et puur
Muivre (application de toutes mesu
tes propres a amliorer la sant des
enfants..
Chaque comit national aura son
drapeau et son inaigue particuliers
sur lesquels iiguiera le signe ne la
'.icjix Hoage, symbole de coopra
ion avec le comit mte national de
aecoDis aux blesss de guerre.
Une loi uiteiviendra biemt pour
rgleuieu.er comme il convient la
Croix Houge d Hati.
Eu tttteudant, u importe d'avoir
d'ores et dj l.adhesion u> tous les
citoyens de prugiset de bonne v.
loni ,-i dsirent apporter leur col-
laboration une uvte aussi unie.
Sr de voire acception person-
nelle j'aimerais au shtplos pouvoir
compter, non teulernent sur celle de
vos auxiliaires et abonnes, inaia
aufesi des principaux personnage,
hommes tt femmes de vos rtla'.io>.e,
Veailtez lea consulter cet gare
et ceux d'entre eux qui auroui re-
pondu S cet appel demandez de
kigner visiblement l< m noms et en
toutts letues daiis uu acte collectif
que voua me fera, s parvenir pour ls
Lominsiious auxquel es >on Excel-
lence le l'i t\a< lit d Hai'i (luit ptoe
det ai s ri taid-
fUcevtt, Mi le Direct* ur, 1rs seau
au.ces te u a i Mti ite cm "V.li'Ou.
|J. ZacU'Iu* THOMAS
[Maladie des yeux
ILe Docteur
ht Ux Coicou
? Oculisto
Mdecin chirurgien
Informe ses clients tant de fort
au-i rince que des autres localits
que devant aller au Lap-lia\l\tn
peur oliaires professionnelles, son
tinei si ta amg pmdant son
tiktnce pur le l)r Mate IlilhfeU.
il al'a trouver ses etoffil et leur dil:
Juif|u ce jour je n'ai jamais cess
de tue battie a voiie tateftcticn ;
mais, Celle dete i je de viens ma-
jeur, j'ai prt ns que n tn \ ays d'wi i-
gine. Hati, e?t en gu.rie avc l'tin-
pire D'AUttatgoe ; tli bien ' je d-
clare opwr p.ur la mliotulit ha-
lient e. C'est Hati que \out mes
piefeLcee, cet>t elle que je recon-
nns poni mm vu ie patne- > L'b roi
que nui-tln inu.e comptai' aaoete loi
Oelbrtck 11 tut arrt et ei voy en
Coi.ueil oe gttHtt. Mdi^ e ses bles-
MUies e sa ciox, il atiail CM*
damn et impnoyabl. ment fusill il
la re\oluiion " ait ps venue boc-
lev er 1 Empire et luira r tous les
plibonmeie. btbt cuiieix a lul.i,
uaeie il oiai bel et bien rr.oit jour
.' tt, tel Me and.
{.4 tuivre )
Nouvelles Etrangres
22 luin
PARIS (Corn nuniqu* officiel )
La Conlrc-ce de Hytbf i boHi p'i
sieers question?, no 'si m ni celle
des reptratiois Li difCOS*-i'*i sera
repr sm. Boulcgne.Les m iiux ifio-
is et anglais se moTtrem gale-
ment sstittlitS d;s rsultats de U
cosfrence d Hy'lae. Les premiers
ministres aids s'erabarq'iCren1 dns
la matine pour Boulo^ae Les jour-
naux iMOftol qu*; U question de
l'indemnit 'ermndeprosres^i sei-
sielement S oi le Petit Parisien
l'accord serait ralis entre l-s lin m
lion russe.Li discussion dans la mi-
tineseportisurUquestionfiT^nc re
et militiire. Les etp-rts financie-s
charge dexaminer les projets an'
rieurs appott'eo! dans la soire i
la confrenc- un t-x'e commun- Les
marchaux Fo h et Wi'son prpare-
ront Ralrment pour la soire un
projet de notlficatton i l'Al'emagne
coe erninl son strmemeil tant au
ptint de vue des efectitsque du ma'
riel d: gue re. On epptend qm la
co tenace eiemiaera d'urg ncs la
ai st.on turque de Mustapha aux
Di-danellej.Les dcisions furent djl
3 DT3 *
a] S % m
J O u
H
O
ol
a?^eSei
n k 5 S 3 **
a j* s ? t a
5 r Z- ~ ^ ?

1
< ^-.
ciVii^JairUfeair^^^ Pr les a Hyth-et elles sont estimes { E^aSf.l'w
d emprunts intema'ionaux avec d s su G SQtes pour ptrer la situation.
astussor la dette allemande.S vvant .L'eovoy socisl de l^grnce H-
PiEcho de Pais, Foch prsenta le vas recueillit dans les ra. .eux an-
glais de< ;;n -isi jih sur le marche

projet dune no'e a adresser i l'Aile
migne pour hler la dettroction da
matriel de guerre coicernanc h
question d; Tu qu e. Les r<*n meats des jiura iux sur c* qui se
passai Myih: sont coitraii: oirec.
Selon le a Ht lit Parisien l'otl de
Venizlos de U.re intervenir les trou
pes grecques contre le? natlonal'ibt s
a c rail t accepts et iparaarc p r
les maichiiix W 1 on et Fo'h O-
lui-ci aura t inaN esquiss un plin
miis Millerand Mot ea reo.ni
sant les avau a^es de l'iaterveotioi
grecque torCtl lait i<- srieuse0, rr-er
des ngac-at on*. L experts franco
anglais se mirent d'accord sur les
proj t? concernant le paiement de
1-indemnit allemande. Les allis fi-
xeront la son m-* totale que l'Alle-
magne dev-a piyer par annuits.
La couf^rence adoo'a le projet des
ma'ch-.us Foch tt Wtlsjn sur le
dsarmement de l'A'Iemagnf- Les
Ai is reiafersieit a l'AU^BOifoc ae
main n r une arm; de .ux cent
mine homoit.
PARIS Aiophe Carnot ex-Pr.si-
den" de l'alliance dmocra ique et
s

p'

-
i------- Tt
o> -> 3 -*
5
Sa
o
p-
*>
p

P

a2

P<
T
M
CD
5 2
Or 8.00 le ii,iar
port-vu-i
GRINCE
ves.Suivant \i corie pont^nt d i jour frre de Lex-p'sidct de U Ripabli
nal i Londres, Lloya George -.c-rait qu- iraniis; dcela-
si fermement dcid i rtabli les BELGK\D. Les troupas Italien-
relations com:aercialesav?c 11 Russie ns achevrent d'vacuer le tsrritoiri
sur un notes vhreaii ^quiv^ient montngrin qm les traapei Yoigo
la reconnaissance du guvenenect Slaves occuprent immdiatement.
des Soviet;, qu'au cas d osiositiOA
absolue de la F ance de i*ioiresiei
uu relvementdi l'mopt ; l'Angle-
terre resterait a l'cart tout comme
l'Amrique.
PARISUoyl G'o-ge. Milcraid,
le marchal Foch. VeozriOt, Cham-
biriain et le mirchal IVilson arri-
vrent a Boulogne, dix heures tren-
te, ils lurent salus pi un* (oue
nombreuse Interrog i s > \ dbarque
ment,Mtlleranl dclara q ie les pour
pailers sont en bonne vote ; il y a
lout lieu d'tre sa'jstait desdcisims
jeses Hythe. L oyd Geo g* dc ara
a lageucc liavas qu'il pense que les
travaux abju t- ut d conclusion a hoi de lui permettre
de ientrer maidi en Angleterre. Un
communiqu ctliciel du qu 1 issue
del conlerence a laquelle assistaient
les dlgus b,it.inir-aue>, italiens ja
ponais, De ges et t aoeiS, on annon-
a le pcogiamme d la conhrence
tiae sur U q je f.on financire, lin
COMST\\n.\;0JLE. E.1 ana'olie
le> tarcei nat'on^listes rencoat tel
une faible rsistance gignen'. du ter
raio Les K m-istes cjntiurnant
Ismd oceupprent Quebove Les gea
vernem^ntaux si retirent Jias la di-
rec ion de l'Aientiach.
TEHERAN. Oi dcouvrit dans la
nui' du X') aa 16 u i co-mp e- Cau-
casien cont'p le Shab de Per*e et ses
miniitre*. Toutes les mesures de
prcaution sont prises-
PARS La conf-ence interna'io
nledu froid laquelle 4 g mverae
ments et tats taient repiicn's se
rjii' dans la matiaie sous la pr*
?:den:e de R'card.La :ooi'ence ab m
ti'i ia sigiatnre d une coiveil on
crait a Paris un inst tut internatio-
nal du f od.
PARIS. Intvroa par le reprsen-
tant d; l'ag*nce 11,vas a Bjulogie
Isoar, ministre B.-ige de la reco is-
ntu'ijn eo.tumique dclara qu'.l
tait partum d* 'a reprise des rela-
demnit allemande, la question rrili tinns conomiques avec 1a R assie et
taite, le dsarmemect i; 1 Alleraa- Sfouti oa il jugeait p frable que
tue, la question d'Oi.e.u et laques- lo: de h Russie lit eu circulation
plutt que oas la garde des Bolch'-
vses.
BfcRLIN. Fih enbach est nomm
cha- clier.
BOVLOGVS A l'issue eu djea-
ner des dlgus Iraoais Britanni-
ques B-'ges I aliens et Japonais ces
deru'ers se runirent de nouveau tt
la C3nfr:nce commena 4 heures
jo.
TEHERAN. Uie rencontre se pro
duis't entre les cosaqa;s Fjrsans
da s la rg'oa de 13-ichf avec les
partisans deKutchuin deux officiers
Ruses com nandant les Cosaques
Persans furent 11er L-i dtails man
q uent ie, co n mnicaio-s taut COU
pes entre T heran et R.i.h'.
Dollar 12,40-
Avl i professionnel
Mus U iptiste M. Golon et
Cluties Michelt smM>.gn<, prati-
ciens mi drul, ortttil -i la con-
naissante dtioas ceux qa'u appar
Uenira, p'inctouii-nsm dt leurs
clients dt'i* les Wraidissements
deMirejalas et i Laictobas*
q a leur Cibme est toujours
titreb liais lu Grti'ftitM et que
d ms l exercice de leur profession
uujourd'kui rijulaci-ie, ils r.omi-
rueront j unifier la cjnfianje de
tous.
Mtreb liait U ti Juin fWfl
livpr. M. G .8 O.S
CHAJtLtn MICHEL
Pi. ER & Co Inc. NEW-YORK
Reprsentant en Uaiti de
Savon COSMOS -

ET
Farine DOS BRONCLS
Toujours
an
bai
Grand choix de pneus et chambres
air de la marque Ajax qualit
suprieure ei prix avantageux.
Toutes les dimensions
- Cire Paraffine
Faits DS
. Au Bel Air
LunJ, a^rci-mni, l'tcolefcm
lare i icvi u \isiu au *i*uw\
acie ne, iouc4 devoir Uni
uni Loiisiiikm u ciicuwUel
Il a |ir.nis lj; ,.B C8UC0jr|
1 aaoiJint 4u ,| |155c mM *
de dx Html 1 q iucrig,t
Apr j.oir vu,u le iMnm ^
fait :>e::.i, Jcs m.-iutie, (,'lj
travai;ist jin ic >en> da iica etl
. .MrTtrtuhenGuill
Un iao.o^ri.n ne rc.H cejjjKJ
ce ia axueie de nttre Mibi>;ki^
tulicu l.ji.oajj.
Le o n euai pa> gravo U j
vax pur le p'uap: rti
l/iuiiahiqae Miiittre.
La Ranaisian
Pour satulairc a ._ uiKa,t
pt'lit ,e uie.nrci d; wu.
acctyi eut tait c suces. Cette iom,Si
cra d'j ie gour4e.
Cj.naaa-ismsnt dx
(.e .uanii ver n ucuret xa\i
Iftil . moi les natiunts Ml
Oran'.(je jjre de n Cliui^uc l
t u.i.*iiLii. Le feu veiut l'I
ian04 ji no.u'mt baiatatai
ili'Mreae lient lts poapitna
et cet iiKCdJie oui catua*t|
ravages layurtauts, fut m
^ [Remerci
Mro Mme Aucune i
Vve Uulicin* Mi' ( J
Fls-r, Mr Victor Csaull*!
auu u parmiu maiueHet|
les aima da ia CpataJi
Marc Uea couuoun 1
les oui ,.ie.e dMBi la
ptouvoeuana la pcruanj
lugia.ust) Laurstte
sosur, iii.e, un e, iar
Mttc l* veudredi Jdi
1U h ures damais.
lin lo. ptieui a train M
prof nd^ gria i uje. I
jPoii-au-Punce,]
Monsieur Marias
entants, Mme Vve foi
milles Chi.kil,Daniel et 1
trs pareats, icmercieoll
ment tous cfux qui, ufttl
laie que de la pioti**]
dona des preaveide'J
la disparition de .Mn>
MU Daniel, lear fwu*|
paen e, enleve i if f
10 juin courant
lisl.urengarderoatuy
reconnaissance
Convocatio
Corporations deTyp--"'J'
temant sont invites JJ
2X du courant 4 I*** FL |
* ,. _- hn( OC V^
temant sont invites
V a Parwana aua ^s *
tonner le Conseil denn.ul ^
sanc d'hiar n'ayaat pu ^ tfr
majo.it. Port-au- ;,
wiu*l
Gasoline lydol
S'adresser
0. A. Lli\D,
Hue du Quai
Varit)
pr, Seei^H^pj
LtSTB^GriD^,,
\
Forte
N.B"-Lejord^
dPiiaaui jrB1i w'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM