PAGE 1

*,fc M A UN Kouiellcs Etrangres * juin PARIS— la ron irisitn i t rr J'ontleder.giuliuieMjto.ltoi.r Il premire 1" ts depuis IJ fU ne Y iut.ect lis reirieohtti de h •ncf.des Eists Uni, de la Bt.We g it Statut, de la Hollande StVa SRRi Ll "œiMion dcria que l'AllcntgBt Bf participerait ps •cmellement iti fthliooi de I* 7 socialistes indpendanti 47. VARSOVIEUa commWwi annonce que l'attaque sur Glebokf permit de (aire 800 prisonniers et de prendre tn oorme butin de guerre *-a reirane ennemie entre a Dvina ?uI\i B e L n a "< ch "Keaenpani. ue.Nous bousculions l 'ennemi ur Ianveotet de la Beiesin. BERLIN— Ebert rfaargej Muller VentVi 1 ?" ,e nouv au bint* BhRLIN-( Dii.i heure ) ,,< dputs sont actuellement lu y compris les dputs des rgions plbiscitaires qui conservent leurs fonctions. Les fauteuils se dcomposent ainsi r 48 conservateurs nationalistes, ss modrs, j 4 du centre, 4 dtnecrases. 97 socialistes mi jouir.. m, J9 tadpendants, 13 du parti p ulaire b-varois et 9 de divers autres partis. FAR1S— Conformment aux inteuiious de Dvschamps, sous-sec taire des postes, tlphones et tlgraphes de dvelopptr le rseau de tlgraphie sans h dans le but de A e r 1 Gc ,l ra Phique tiibu taire des cibles „ 8 -.,,. Les ieiV)Ces eleapoaeaettlg.a^hs auraimi ac (utilement r.cu in modalns d'un projet de loi en vue de la reglmen latiosietdelintens.ica^ionde, corn I^P-fr U d r Cllon ,l *8'aphqut £L PTT -"" crce Les pourparlers commencrent avec une compagnie amricaine. D autre part, „n rasie programme est tabli d'accord avec le mioistr; des colonies pour l'ia bhssementdun rseau reliant la m Buxm & co J onies !r,Bais BRUXELLESLe.oi s'entretint gnra. Marguine chef d'Etat-maior qui partira incessamment pour Paris ou il confrera avec le marchal Foch au sujet de la conclusion de I *Rn^F raeD 'r œ ihU,re ''""o.belge. I.KUME— Les insurgs albanais et Selizza e. Albanie. Les italiens se SS 1 /" y* 110 "' UQ torpilleur mouill, aans les eaux de Villona 2! '" iUlieDS Mmbleni FAR1SLa plupart des journaux consacient de lorgues colonnes a la Baisse actuelle du change qu'ils a uibuent gnralement au tait quels 1-rance dmoctra qu'elle se remet ait srieusement au t.avail et l'annonce mr ie^fe M VifiLURB pi nn ftttin l'air, auiGR&KOES PERSONNES jiifi fui'-i 1 Irtm ornaiSc:i r-ur PRSERVER LEURS C5H£S RESPIRA7!£ES ou pour SOIGNER I" 1 Rhumes, Jfaux (* Gorge, Lu'jraplU, BroBohttm Grippe, atlutau, iMhW, r.uip'nysw,, :tc., etc. BliSILFABTifBllMIIIM de n'trnplo v rr que JE 3GB t* PA8TILLK1 ^ ^^ VIENNE^ la vie chre non,ua de violentes rr,P lestaiions la polir. >nterv.n%tira t. orrra de rorbreu y.7Bir u comp,e 7 iu ^ s ROME— I ai gmen'ar o" *f u p .; x etoMlO MB%0)M dans irertes %  vi.Ies de 1 l IIJC de violente* m, D if,, tatioos. Li rolire interxj er ,r tait Bsafi-de ses aimet. Oa signale deux bless. CONSTANTINOPIELes forces jouverov'jiwotales deareg. les gatiu VERITABLES ve-iiHiiea iu>olemnt ponnnt !r nom VALDA Oi promet bonne icrmpen A ce'ui qui aura rappo t en nos bu rraux une paire oanneaux en or ayant une perle blanche aux dfux c'ob'5\ perdus h : er ap es midi. Les b ;out ers sont aussi avisi nali*|s et nropressrsut ju'q-i'i 9 k^mr'm d I%roid DOLLAR. 1296 11 [nifl ROME — Nitii annonce aue h ch rnb'e est dmissionnaire Orlanjo prsider t de la chamb , dmis ionna ff'lrmei t BERLIN — On annonce que sur 46 > sige? au R ichstpg y compris ceux de (jpa'l des rg uns soumiS' au PI^Bitc te.il y a sduelleraent 110 socialises majoritaires e'us, 80 i> d-pend*n \ 67 cei t r is es. 65 coi sp'y.'ro.* n t u .,||t# f| 6, coiseivteurs mode es, 45 dmocrates ai na t ; onalistes bivaros f Guelte r ,4 mim btes de la Ligue des paysans b.varois et 2 communistes. L'ancienne coa'it ; on anrair ainsi une majorit de 36 voix. Le heuienani Roget quitti Villacoubiay 1 5 h. 15 du matin pour V^r sovie qu' c t la prem ^e tape de son vny g. autour de l'Europe. VARSOVIE. U.i commu.vquds l'Eut major d>t que la eont e oftea sive po'BBaiM enue la Dvina et la B rsina p ogiesss rapidement ts Bjl.h-vistes rsist eut u.esp:BMBi essuyt des pcilaj srieues en tts tl bleue! lis biiidjncrent en cnl-e plusieurs cen a.ncs de piiSOnnirrs. PARIS Oicjfloie q ie le consen txecutii de u Ligua a Niions se runit i p-o:h itatmeni i l* fl t dexamincr la demi ait d'n-e-vutondrlaLgue de nitons dins Je COPIII: enue les B l.hevi,;es er la P. riROME. I'JUS les jjurnaux i.idqu;ni Ciohilj comme devant succaer i Nitii dn i>sojnai;e. Faits Divers OI/SERVAlOlIiE DU PETIT SEMINAIRE (.01LEGEST MARTIAL Teudi 10 |uiu 11.0 7608 minmum 2) S Hatoi. aie I Tempratur: H O Buss maximum i 1 o Moyenre di me 28 > (.ici nuageux le jour couveu la r si". E lairs tu Nord, baioa tie Q h n.sr. I. bCHERBJ Le Dlnor de 1 Alliance Franaise Hier soir, aux Cavta de Bordeaui, se runissaient les membres de l'Alliance Iran-me. Un amer des pluseiqms leur lut servi avec ce got QUI laracierisc ie coniortable restaurant Je Mr IMreii. Vus ncul heuies, le diner prit fin et l'aimal-le Prsident de 1 Alliance itrcSM co'dulement aut diltrents membris aiiu d'avoir des ver cie leur rpertoire. On couta silencieusement des potes mus et des diseurs ctunuants. Madame U Ministresse, Mr le Ministre Je France. Mr et Mme Bel ei>arJc taient prsents, ainsi que beaucoup d autres dames et jeunes fiilcs. Ce sont le ce< soires intimes oui rcrent et CO aaOlWU des niiMnaa amoiantes. Grand Cirque Uq oestre „ baenz Frres Mr Saem compte ni)u. offrir un spectacle des pius sensationnel qui puisse tre vu dans I art acrobatique — ll lirivc avec une troupe d'animaux parmi lesquels on rc coutre un rhien mystrieux, l unique dans .c moiue qui fel |, C — Cti es ri PS n 2 1 iiirJ*W|i v te & va> Si ci 2 -s 9 <5> l)iig(jies TUftKisa I OAgBTTES Or 9.60 le mili i6r Ed.ESTVESr POKT-AU-PRINcg Des Agents sont demands Pour des travaux de broderie tf| de'Jours. On dsire dix dames comme agen Travail domicile Lesdames recommani blesqui peuvent Irom de 10 50 jeunes fille dans leur voisinage po travailler sous leur di) rection seront accepta} bls pour ces emplois. Rtribution avantjeiM j Trav i! facile, plaisant^ abon-Iaot Les demandes d'empUri peuvent a faire par lettre. On peut se prsenter p'rsonnellemi au t Petit-Bnzir , 204, Rue T/ioiM Madiou ou des fronts-Forts entrt et 5 hem es de Vaprs midi. Maurice Storyk A paifr de cette •[ Jjj. l'absence de Mr R W. SiW* prcKura'ion de notre rrniJJ. Commerce est confie i Mr A* C H;NE FLUGEL P 0 F -n CAUX GAZEUSES J U ^ Filtratton et aration parfaites. D'un maniement focil* Initructinns gratuites "•R MONrmuNt rABRiQur. iUMfDcartxtNT ON ptur OBTrNIB UNPKOm ANNUCl j ^ 01 25000 rHANca [' Commerce I Selz l'ort su Priocf le 9 J 1 "'?fj R. LAWRENCE S M-:. b\ "OKrr^.— mm —,— AC? utmanditr MM caiali.gi.a'a lOuvr FLUGEL&. 0-'L T ?. Green Lanet LONDRES. N. 16. ANCLETERTUS. %  L L ...... %  %  l7 Batrcry Ntw Yo k urf rjnWZKJBfAftjHg u Mouvement Maritiaie L*


PAGE 1

Qi&m^* U JUM Wo *&** %  ici au ;iiaco; hsIU .Vejr^liii J-ir CT D, R ECTECR.FROPRIETAIEi2 OCinenMUAttl OIRE MAftSTB AT COM MtfSAL RDACTEUR EN CHEF Lon Laleau ttiamno 15 curant non mo 00 G. 250 700 800 TRANGEB ft|i mois ___ .Atu-es sont reues au Comptoir In1-1 "S de Publicit! 9 R^ Tronchet. PaBf ii. . ud 6 jte Hl11, Londres Quotidien TftHfftl I* 1 vertus sont comprises dans la justice: si tu es juste lu es un homme de bien. THEOGNIS ntDACTJON s Rae .^niricaine No, 1358 TELEPHONE : 208 La Ville de Port-au-Prince DAdi moa m> Clment Magloiie, Maire de la ville. fjurtlBin'foniesteduneacluaXpjunte. crant depmsl anne ^ p flM toute* les casses fmciaTtoIreCapiiale un tat de choses ii en pour consquence de susfe otolocaiaireset propr.otmiea „oiet uburbainp. des dilbculH lyW' conduits la barre de deoi tribunaux de paixnu, noua ne saurons, sur ce ct des relations locales, noua liooiuBte ide du nombre de Mrtigeaot ces deux catgories eootribaablea entre eux. En une notiooe, on en a compt au de Mars dernier, jusque *ep %  i|:non aerties du Cabinet des Hl d pouvoirs, en dguerpisse II du Haux et toutes lances .locataire! abseuinent ljmliera aictieoveri lours propritaires, iati doue, voulant tirer protl. MHloriun anormale, provoque ujumeni par l'ariive inattendue nombre dtrang-rs suflisant eiciwr our le logtmeni' Halo tact met ci de la loi de .it do la demande dans une .iaoiii dvore p -r le feu. Mr propritaire (employait avec un e imperturbable, ceuaires ._jrioo de f on pouvoir le joint lui ouunant quelques otopparemes de s en plan, are •tatUoo. Imriu trop long d'en numrer itateogue erie dea motifs, don pina typique entre tous, a e. itiou ea cul." o'un de ces r ~jtairee, celui-l g.and chicam do bium rputation de prs n ia piioment, comme il en avait Modo, ion nu de quantime a .bon et lOiVikbie ioc* taire • ddernibi, ne pensant aucun "upiblede lui encourir cause lourd involontaue tut venu en KO, lut tout ahuii de voir un matin tondre uans son salou, btndo d huissiers a de reois MBI, venant au terme de la loi Pr ordonnance du jug*, oprer niait gsgerte aur leat-flets meu [lion doinieile. en paiement unP dea deux moia do loyers lyao otnv.e d une demande eu Finementet le tour tait l'ourla diolerie du cas, c'en M citer et comme aussi des inprostionnau s. pour caract at actuel delacr.ae aur le pJ!J Dt et ,e loyers Port-au"•Mormons pour quelqura mr ^•Cttto vilaine puge de nos choG o moment et con iuuona un Piuaioiu sur ce qui fait l'objet ••*• article. • IBE? lienl COlu *Pb3 avec nous da fj!* Uon d banlieues de Port-au jj 6 *'* 0 runissant par l'imagina J*jn* an grand quadiilaire, ak^ 1 nouv aux quai tiers qui JMlliKrji et s'largissent de T^P'aepar des constructions Tljodeiues quo riches, ou ob v? ,ln8 Point s tonner que g*. Boia-Chne, Uou-Veina, ^'qata, le i uai j e La | ue st%  S ."''"vue, Hacaud, Cahn 7 1 "*, Bou e Salnmnn *t Un'.nmi. g Salomon et Bo!ose, a?? 1 u f i P ar ,a 8U P rficie ta£ '"Douiga occupent et le ZT' B *8 raaunna uillna et de k maison?, villas et de -a cite, leprsenta-it une nouvel. Wi y fcOLt. driis, plut6 r..i . —•. r 1 ^-vuti^re qui ne d flre pas JC^M celte du vieux Port-au prejquabaodoon ^Prier un peu d* son pai rV Vll eq,ltait la Capitale, Q Hl mioureo portant encore l'empri inte du lchemen. des flammes qui en ont dvor les maisons, voque d'amers souvpnrs en faco de ses banques dont elle a o pourtant, l'est encore, la seulo sour ce d'o sortent chaque iour de ses lianes lahoieux les moyens tjol ont fond ce ; nouvelles places j isqu'e.1 18SI, avant lo horribles journes des 22 et 33 S9pt9rnhre. marquant ces vnements par le feu et le canon, comme on dirait un cratre vom'ssant sur la ville, et lesquelles allaient tre dlmit '. %  ment le comm^ncemnut de sa de dence. Port-au-Prince, immdiate meut aprj la Havane, tait gins conteste la plus belle villa aea Antilles Place sur une bsta que la na'ure n'a encore faite tcfiii b lie ailleurs et s'landant maj-* ueu j e ment au loin en am -In n-i m d : tout son long sur le talus d>s raor %  M tai'torsoqaiM et levas d IMiol tal si 4K hort A %  ).• %  • -ml qui U coilVant comme in vert bandeau royalno tre capitale montrait un* oquette i in que %  !: M sa dtriora ion actceile la plus digne et Htoi %  .'• % %  r.vi diht ne pourra lui remettre tacitement de si lot M .uso ^ p i 'e-; toues avec autant de got que d rurm ne dans les couleurs 11 aux balcons dcors la plupart de niantes et de lldurs mlan leuis diff Tentes nuances au ve t frais et fojc des feuilles, loJtes ces maisons, construites d.m un s.yle fiiniber et o ig n 1 aux Antilles se touchaient sous une eymetn-j d ensemble, en uu b'oc unlorme, d'uu co n ft un autre da la me Las pect en tait traiipan^ et donm-it la ci , un nie du bitcrl re goora': et le eoir sous la tint des umra d'intrieur, projetant au d bon d* v.ves silhoueUcs a entre aant d.-s di x c es de la rue, des promeneurs attardes s arr aient da.is les quarieis seiects pour jouir de la bonne musique qu on y faisait et rentiuent eutiu au logis sous le m 'Usinent d une Iffata Vdlae, mle agrablement d s aci o IB ue 10 cert et d.^ duos qui en allaient s eteindre jusqo aux autres blocs voi sius, dans le silence doux et quiet de la brise parfume de la uuit. Les longu sa rues des M rac e* dis Casarua*. i.-s en quadnUtie par celles communment appel s ijuar Her et amricaine, reprientaieat pjr Idd gros ab.es dont elles taient plantes, un double encadrement vert. On eu< du un tab eau vivant, amin par le va-et vie.ni de lanciea tramw.y, lOOJ le son mtallique du cloeb ites attaclues au cou de trois chovaux blancs attels ses chars bie.-ssur la ligne quai-MiiacleCuaiap-dc-Mara. Ce toiii gai et plant de l'orl-iu Prince, donnait I illusion f rappan e, u:i.*n. par la lessembiance du payas ge que par les peisonnes iju'on y voyait bien vivie, d une ue ces v 11.s aragonanes o le soleil chaud du jour, te faisant l'amoureux complice du soir, sait aher oe cacher plus 10% sous l'ombre opaline de Ibo i ion. amant apij lui dans l'a in s pli e atidie un regain de vie e: u j* uuesse. l'ouitiui, beaucoup do belles chi ses qui rehaussent davantage lcut 4'uue ville miuquaient II n y avait p.i-, encore aur la place Vaille e c* beau ma ch en fer, la plus b*u en s y.e qu'il soit posaibedj rencoutrer ailieuis, qui l'ait face par U ruo l.avera!(>:e au nouveau h-ngar grill de la douane, deux btim j nti pubh's lesquelsoUarwooiseut daaa Parisianu DIMANCHE LES MYSTRE! de P ARlS U'n[)is le oaibre roman d'E igna Sue. 1er pisode, .1 parties L'ntie gnrale G. 1 iJ Inscri'/ex-vous pour 'a e^rie des 8 pisodes pour 10 gourdes seulement. Souvenirs Littraires Robert BURNS Diil i rnoa vieux I ::on Je route, Eugnc te LBPINASSB Suite r leur boa ent*Hsn VPC flegant petit L>lii!;t qu'est l bureau du port, donnent n ce cola de nonville un ir Je civilisation et de pro grs ne se con'inuHrt pas malbeur \i e nvnt au l :r et me3u e quo l'o i pntre plus au fjad dans la Vf* Eu 1SS1 d|'i, nn divisait pourtant pur la possibilit la conmunante n r biine da re^-iplaoer par I e IV 11 SOylactil d- eb%cno, l'ancienne viei'le Ca h*dral8 n une au're plaa dig ta de rd' lt*. Mas, on na r-omont pis av.r; l'i l a l dificitton d un tel nouveau rmnuneut vis vis >\'an* plaa pub'iqoe ausM mal tenue et dj it I horrible tab'.eu ontrajte rop brntalanieot avec l.-e qui nois amena eil'Jtt I Arrhitect ire Moderne d ciment arm-S au m )innt o par drision le mouvement de damolitoa bai ait tato plein dans tous les centres da I Cipitala l'agrandissement uaquois des fauboorav. Ans9i quoqu'oa dise et malgr les Innovt! ma prmatures (elles que le nouvel clairt • i> les plus tendeei et d asp rations ie plu; h tues, q n VJUI nun-er au s>m. net. q j s'ei croit capable et d : g"t, et que la malchiace tri'f en ccnio. D bonheur l'ambition avait gron d ett lui ; i! avait ttonn l'aveu g'et'.e co ime le cycop: Homre dans son antre : c 1 hid fait early 10m< strrrings of ambition, but they Wiie tbe blind g'oping of Hom;r'i cyclop rouid ths walk of his cave .• Li crante de tout c: jai pauvait aporo:her de la knssess tt de la servilit rendait ses (ons presque t an chantes et rudes, il avait conscience de son mrite. . Ru n d'toanant si on '.I'UV ch rque pas dans sa posie les rclam>tioos amres d'un pl bien oppnm et tvo te. Parfois il a bim de ia peiae i s'emp.her de devenir a g e, en voyant comment Us plus braves g ns oat dans 1: U: soin, taudis que des imbciles se d mnent sur un tas de pices d or sans p uvoir en v air bout Un homme lil un homme apr> lit, et le paysan vaut b en i s:igneur . l'habit est une aHaire de tailleur, les titres une r il rire de ckanCclient"— s'crie Barns dans son aiCapitaleet la<{uelie nous avons tous contribu dans un mnn lan d enthousiasme, n tait pomt une h uie i-e consqueace de la prop rite de la population ni celle de l'Etat et de la Municipalit, autant moins da l'augxa n'.at'cu du nombre des habitant?. E la fut tout simple m < %  t un dplacement ina tendu qui. dtns les conditions htives qu'il s oprait, devenait plu t dispendieux por ant la cuarge de ceux qui al laiants'y installer—ces dlogeantsgar daut toujours en ville lexercica da leur protdsihon ou de leur commer ce —la lourde respoueabilit d'un doublu train de vie, juste su mo ment o UBS clien'.la a soigner, un travail surveiller, exigeait que l'on fut plus pri d'elle au heu de s'en loigner; Communment, tou'e ville qui peut entretenir et maintenir le luxe d'une banlieue, indique dans son d li'. unoprospne gnrale, visible par ce q ion y admire en ba iments, monuments paLlice.aa squares grau d'oss, en dea magasins ncuement tenus et en dis maisons de haute suuciure, u e prosprit dont U surabondance te dev-ise sur ses eitiront-, consid t** a ois coinin le oupiilla dcela vu e.CHARLES VQRUE greur contre l'injustice du sort dea paysans. Mais son cœui Irmit et se ging ne de voir le maudit orgueil des lords; c'est alors qu'il lance cette exclamationamre dans des vers immortels Il est dur de voir un monsieur que sa capacit auuit lev tout juste i la dignit de tailleur i huit pence par jour et dont le c*m r ne vaut pa? irois liards, recevoir les attentions et les gards qu'on reiuse lhommede gnie pauvre. c II est dur de voir ce seigneurial ver de trre repjusser 1a pauvre supplique, saos songer qu'une temm qui p'eure et des entants sans pain se lamentent l, tout 4 ct. Su ynder ptor •'ver labour'd n>iibt t So object, mu and U Hbo btp a brotbtr of tbi.artb _J la fWi bimseli htm So toil ; Anl bis iordly iilloo.'worm Ib: pofir pt lit ion spum, Iwni'iJil ibo a untping wife An Maaav offsbrinj momrn t // mm m ir-i'i fo u tkat. Contre ceux qm reaversent cette gahl naturelle, le barde cossais est impitoyable. Le moindre vnement le met hois des gonds. Lisez l'pitredB.-lzba h "au trs honorable comte de Breada baae, prsident de l'honorable socit icsbi^blanJtrs runie i Covent-Gaiden, pour con certer des moy.ns et mesuresl'eft de rendre vain le piojtt de cinq cents bifblndtrs qui scandaleusement avaient .h d chapp:r leurs sei gneurs et matres dont ils taient la propr t lgitime, en migrant dans les dserts du Canada, alia d'y cher cier cette chose imaginaire— la lib; t Raremen 1 inaulte fut plus prolonge et plus po gname et la meuace n'tait pas loin Burns avenu les dputs cossais en rvolution naire. Rftiffa vos impts sur le wisky ou prenez garde! La pauvre vieille mre Lcosse veut ravoir sa cruche et sa bouilloire. H', par Dieu, si vous la men/ trop lona, elle retrousseia son jupon de tartan; elle descendra dans les ru:s poigiard et pistolet la ceioture, et t-ra entrer sa lame jusqu'aoi manche daa> le premier qu'elle icncontrera." "An Lord, tt ance tbey put ber tit Her tartan pttltcoal sbe'll kilt, Sbe wt'l lake tbe slreet, .In m ber wbittle lo tbe bilt i Ib frst sbe meets P I. R. CHENET (.4. suivre) Avis Lo yachl Mermaid, ollrant ou'.es les con no lues dsir;bles, laissera samedi prochain, 12 courant,prenant passagers pour Santiago de Cuba. Ceux qui dsirent voyager doivent s'empresser de venir p;endre leur ticket de Mr %  ). M Cator, agent, rue du Magasin de l'fi a N> 1009. L traverse se fait en 24 heutes. tlevcl'i Bellevme Meesipurs les metnbrae du Orcltt Ballevue se runiront dimauehe pn> chain, 13 du conrant, en Assemblrt gecal-', tiour procder au renoaivellement attiutaira de leur comt'.. i 10 u

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05135
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, June 11, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05135
System ID: UF00081213:05135

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qi&m^*UJUM Wo *&**
ici au ;iiaco; hsIU
.Vejr^liii J-ir CT
D,RECTECR.FROPRIETAIEi2
OCinenMUAttl OIRE
MAftSTBAT COMMtfSAL
RDACTEUR EN CHEF
Lon Laleau
ttiamno 15 curant
non mo
00
G.
250
700
800
TRANGEB
ft|i, mois ___-------.-----------
.Atu-es sont reues au Comptoir In-
1-1 "S de Publicit! 9 R^ Tronchet. Pa-
Bf ii. . ud6jte Hl11, Londres'
Quotidien
TftHfftl I*1 vertus sont
comprises dans la justice:
si tu es juste lu es un
homme de bien.
THEOGNIS
ntDACTJON s Rae .^niricaine No, 1358
TELEPHONE : 208
La Ville de Port-au-Prince
DAdi moa m> Clment Magloiie, Maire de la ville.
fjurtlBin'foniesteduneaclua-
Xpjunte. crant depmsl anne
^pflM toute* les casses fmcia-
TtoIreCapiiale un tat de choses
ii en pour consquence de sus-
feotolocaiaireset propr.otmiea
oiet uburbainp. des dilbcul-
H lyW' conduits la barre de
deoi tribunaux de paix-
nu, noua ne saurons, sur ce
ct des relations locales, noua
liooiuBte ide du nombre de
Mrtigeaot ces deux catgories
eootribaablea entre eux. En une
notiooe, on en a compt au
de Mars dernier, jusque *ep
i|:non aerties du Cabinet des
Hl d pouvoirs, en dguerpisse
ii du Haux et toutes lances
.locataire! abseuinent ljmliera
aictieoveri lours propritaires,
iati doue, voulant tirer protl.
MHloriun anormale, provoque
ujumeni par l'ariive inattendue
nombre dtrang-rs suflisant
eiciwr our le logtmeni' Ha-
lo tact met ci de la loi de
.it do la demande dans une
.iaoiii dvore p -r le feu. Mr
propritaire (employait avec un
e imperturbable, ceuaires
._jrioo de f on pouvoir
le joint lui ouunant quelques
otopparemes de s en plan, are
tatUoo.
Imriu trop long d'en numrer
itateogue erie dea motifs, don
pina typique entre tous, a e.
itiou ea cul." o'un de ces
, r~jtairee, celui-l g.and chica-
m do bium rputation de prs n
ia piioment, comme il en avait
Modo, ion nu de quantime a
.bon et lOiVikbie ioc*taire
ddernibi, ne pensant aucun
"upiblede lui encourir cause
lourd involontaue tut venu en
ko, lut tout ahuii de voir un
matin tondre uans son salou,
btndo d huissiers a de reois
mbi, venant au terme de la loi
Pr ordonnance du jug*, oprer
' niait gsgerte aur leat-flets meu
[lion doinieile. en paiement un-
P dea deux moia do loyers
lyao otnv.e d une demande eu
Finement- et le tour tait
l'ourla diolerie du cas, c'en
m citer et comme aussi des
inprostionnau s. pour caract
at actuel delacr.ae aur le
pJ!JDt et ,e* loyers Port-au-
"Mormons pour quelqura mr
^Cttto vilaine puge de nos cho-
Go moment et con iuuona un
Piuaioiu sur ce qui fait l'objet
* article.

ibE? lienl COlu*Pb3 avec nous da
fj!*Uon d banlieues de Port-au
jj6*'*0 runissant par l'imagina
J*jn* an grand quadiilaire,
ak^1 nouvaux quai tiers qui
JMlliKrji et s'largissent de
T^P'aepar des constructions
Tljodeiues quo riches, ou ob
v? ,ln8 Point s tonner que
g*. Boia-Chne, Uou-Veina,
^'qata, le iuai je La|ue, st-
S ."''"vue, Hacaud, Cahn
71"*, Bou e Salnmnn *t Un'.nmi.
g Salomon et Bo!ose,
a??1 ufi Par ,a 8UP rficie
ta '"Douiga occupent et le
ZT'B *8 raaunna uillna et de
k
- maison?, villas et de
-a cite, leprsenta-it une
nouvel.
Wi y fcOLt. driis, plut6
r..i.. . r
1^-vuti^re qui ne d flre pas
JC^m celte du vieux Port-au
prejquabaodoon
^Prier un peu d* son pai
rVVll'eq,ltait la Capitale,
Q Hl mioureo portant
encore l'empri inte du lchemen. des
flammes qui en ont dvor les mai-
sons, voque d'amers souvpnrs en
faco de ses banques dont elle a o
pourtant, l'est encore, la seulo sour
ce d'o sortent chaque iour de ses
lianes lahoieux les moyens tjol ont
fond ce; nouvelles places
j isqu'e.1 18SI, avant lo horribles
journes des 22 et 33 S9pt9rnhre.
marquant ces vnements par le feu
et le canon, comme on dirait un
cratre vom'ssant sur la ville, et
lesquelles allaient tre dlmit '.-
ment le comm^ncemnut de sa de
dence. Port-au-Prince, immdiate
meut aprj la Havane, tait gins
conteste la plus belle villa aea An-
tilles Place sur une bsta que
la na'ure n'a encore faite tcfiii b lie
ailleurs et s'landant maj-* ueuje
ment au loin en am -In n-i m d :
tout son long sur le talus d>s raor
M tai'torsoqaiM et levas d IMiol
tal si 4k hort A ). -ml qui U coilVant
comme in vert bandeau royal- no
tre capitale montrait un* oquette
i in que !: m sa dtriora ion ac-
tceile la plus digne et Htoi .'r.vi
diht ne pourra lui remettre tacite-
ment de si lot
M .uso ^ p i 'e-; toues avec au-
tant de got que d rurm ne dans
les couleurs 11 aux balcons dcors
la plupart de niantes et de lldurs
mlan leuis diff Tentes nuances au
ve t frais et fojc des feuilles, loJtes
ces maisons, construites d.m un
s.yle fiiniber et o ig n 1 aux Antilles
se touchaient sous une eymetn-j
d ensemble, en uu b'oc unlorme,
d'uu co n ft un autre da la me Las
pect en tait traiipan^ et donm-it
la ci , un nie du bitcrl re goora':
et le eoir sous la tint des umra
d'intrieur, projetant au d bon d*
v.ves silhoueUcs a entre aant d.-s
di x c es de la rue, des prome-
neurs attardes s arr aient da.is les
quarieis seiects pour jouir de la
bonne musique qu on y faisait et
rentiuent eutiu au logis sous le
m 'Usinent d une Iffata Vdlae, mle
agrablement d s aci o ib ue 10 -
cert et d.^ duos qui en allaient s e-
teindre jusqo aux autres blocs voi
sius, dans le silence doux et quiet
de la brise parfume de la uuit.
Les longu sa rues des M rac e* dis
Casarua*. i.-s en quadnUtie par
celles communment appel s ijuar
Her et amricaine, reprientaieat pjr
Idd gros ab.es dont elles taient
plantes, un double encadrement
vert. On eu< du un tab eau vivant,
amin par le va-et vie.ni de lanciea
tramw.y, lOOJ le son mtallique du
cloeb ites attaclues au cou de trois
chovaux blancs attels ses chars
bie.-s- sur la ligne quai-Miiacle-
Cuaiap-dc-Mara.
Ce toiii gai et plant de l'orl-iu
Prince, donnait I illusion f rappan e,
u:i.*n. par la lessembiance du payas
ge que par les peisonnes iju'on y
voyait bien vivie, d une ue ces v 11.s
aragonanes o le soleil chaud du
jour, te faisant l'amoureux complice
du soir, sait aher oe cacher plus
10% sous l'ombre opaline de Ibo i
ion. amant apij lui dans l'a in s
pli e atidie un regain de vie e:
u j* uuesse.
l'ouitiui, beaucoup do belles chi
ses qui rehaussent davantage lcut
4'uue ville miuquaient II n y avait
p.i-, encore aur la place Vaille e c*
beau ma ch en fer, la plus b*u
en s y.e qu'il soit posaibedj ren-
coutrer ailieuis, qui l'ait face par U
ruo l.avera!(>:e au nouveau h-ngar
grill de la douane, deux btimjnti
pubh's lesquelsoUarwooiseut daaa
Parisianu
DIMANCHE
LES MYSTRE! de P ARlS
U'n[)is le oaibre roman d'E igna
Sue.
1er pisode, .1 parties
L'ntie gnrale G. 1 iJ
Inscri'/ex-vous pour 'a e^rie des 8
pisodes pour 10 gourdes seulement.
Souvenirs Littraires
Robert BURNS
Diil i rnoa vieux I ::on Je route, Eugnc te LBPINASSB
Suite
r
leur boa ent*Hsn vpc flegant
petit L>lii!;t qu'est l bureau du
port, donnent n ce cola de non-
ville un ir Je civilisation et de pro
grs ne se con'inuHrt pas malbeu-
r \i e nvnt au l :r et me3u e quo
l'o i pntre plus au fjad dans la
Vf*
Eu 1SS1 d|'i, nn divisait pourtant
pur la possibilit la conmunante
nrbiine da re^-iplaoer par I e IV 11
SOylactil d- eb%cno, l'ancienne viei'le
Ca h*dral8 n une au're plaa dig ta
de rd',lt*. Mas, on na r-omont pis
av.r; l'i la, l dificitton d un tel
nouveau rmnuneut vis vis >\'an*
plaa pub'iqoe ausM mal tenue et
dj it I horrible tab'.eu ontrajte rop
brntalanieot avec l.-e qui nois
amena eil'Jtt I Arrhitect ire Mo-
derne d ciment arm-S au m )innt
o par drision le mouvement de
damolitoa bai ait tato plein dans
tous les centres da I Cipitala
l'agrandissement uaquois des fau-
boorav.
Ans9i quoqu'oa dise et malgr
les Innovt! ma prmatures (elles
que le nouvel clair des rup,lconsti.ictio i en eonerte
da carimes voies et avenues et la
circulation dea autos et des tram-
ways t-t chamms de f r, Por *au-
priice van UW3, avait un peu plus
l'aoparence et la facture d tre U
ville Capitale d U-uti, avec toutes ses
ruas gvnies da maisons entre enues
et les gros et. beaux arbres plants
au cordt-.au. n talai.t pas comme
prsent MMi nos y ux habitus, le
vide nuira re qui marqua chacun de
ces q lartiars anuda.coaanis blaa/
pour no is rappeler trop mcham-
ment le souvenir affreux de elles
saturnales ou de telle-, autres plus
vandales, ayant eanpor avec elles
dans leurs flammes nroniennes
quelques ss'glan's as^assma-s-
La dcadaoCS de la ville de Port
au.Prince a des causes multiples
quil serait trop long dexsmioer
ce.te place- Cependant, d' 't* elle,
le plus prendre a partie la d-
feuse de la cit mdtilsta sulti-snte
tou'e aaale pour aneontir le reste de
laltpubhiua -lut le rgi ne m iM
taire pousB I excs par les suc-
ces*if< gouverinraents qui ont suivi
de 188'J jdsqn au dernier qui a vcu.
H'ppol la tu1, le premier qui in mns
ciemment travail a. raalgi l'aide
matrielle et prodigue quii avait
appor son dihte, a la mine iu-
lailltble de l'or au Priuce.pour avoir
fait de cette Capitale durant tout
son sep ennat, un vaste campement
de troupes ; galeries et trot oirs de
ses rues lui a t les casernes en plein
si da ces milliers de soldats perpe
taellemeot eu ubate-
Aussi ceita poque, dans cariai
na* rues habites par la Miuis re
d'Etat ou un p rsjouage quelcouque
du gouvernement, dans h quaruer
c ntrai o se trouvaient les bureaux
md.taireM des chefs de la ville, ou
n'en put plus tenir- Pendant la nuit,
le quivive des bivouacs posts
tentai les eucoigoures, troublait par
le hurlement sauvage du f actionnai
ra, le suinta il de li popula ion ur-
ba'ine. et api< plus d'une anne dj
ca te existence sans rspoa, .es plus
aises da la ville dtca n^re t, aiiatr.
damauder aux forts voisinai les
pi js piocbtb, Je*n uts moius agites
La cration uo^ .rMnatU"e da ce
c^ui 9H deveuu 1 l fiabourgi de U
Jusqi a seize ans, U vie du pote
chirrnant qutait llurn*!. avait la
triitssf more don ermiti avec le
labeur d'un larit II dut se rsoudre
i quitter Si pain, afii d'evsayer d'-
miiorer sji soit. Ponte d'argeot
pooi payer 'r- paisag?, il tait sur le
point i s'ebgiger p.r une e-pece dt
contrat de ltrtadt,90ur tre lneur
de livres ou aide sur/:i planteur d la ftmaljoe, lorsque le
lacci de son p e nier volume lui
mit uue vingtaine d guioes dans
la rn^ii et pour un tiips lui ouvrit
une ci rcie.Ct fat i psta pii sa vie
]us^'.'i vinj;t sept aa-i, et celle qui
su vil ne v*lat i^i'e mieux.
Oi put se figurer les soucis d'un
hnmne di goit, d'un vrai pote
dont l'imagioatoi vi'o-.it.i'm>t i>
les plus tendeei et d asp rations ie
plu; h tues, q n vjui nun-er au
s>m. net. q j s'ei croit capable et
d:g"t, et que la malchiace tri'f en
ccnio.
D bonheur l'ambition avait gron
d ett lui ; i! avait ttonn l'aveu
g'et'.e co ime le cycop: Homre
dans son antre : c 1 hid fait early
10m< strrrings of ambition, but they
Wiie tbe blind g'oping of Hom;r'i
cyclop rouid ths walk of his cave .
Li crante de tout c: jai pauvait
aporo:her de la knssess tt de la ser-
vilit rendait ses (ons presque t an
chantes et rudes, il avait conscience
de son mrite. . Ru n d'toanant si
on '.i'uv ch rque pas dans sa po-
sie les rclam>tioos amres d'un pl
bien oppnm et tvo te. Parfois il a
bim de ia peiae i s'emp.her de
devenir a g e, en voyant comment
Us plus braves g ns oat dans 1: U:
soin, taudis que des imbciles se d
mnent sur un tas de pices d or
sans p uvoir en v air bout
' Un homme lil un homme apr>
lit, et le paysan vaut b en i s:i-
gneur . l'habit est une aHaire de
tailleur,les titres une r il rire de ckan-
Cclient" s'crie Barns dans son ai-
Capitaleet la<{uelie nous avons
tous contribu dans un mnn lan
d enthousiasme, n tait pomt une
h uie i-e consqueace de la prop
rite de la population ni celle de
l'Etat et de la Municipalit, autant
moins da l'augxa n'.at'cu du nombre
des habitant?. E la fut tout simple
m < t un dplacement ina tendu qui.
dtns les conditions htives qu'il
s oprait, devenait plu t dispendieux
por ant la cuarge de ceux qui al
laiants'y installerces dlogeantsgar
daut toujours en ville lexercica da
leur protdsihon ou de leur commer
ce la lourde respoueabilit d'un
doublu train de vie, juste su mo
ment o ubs clien'.la a soigner, un
travail surveiller, exigeait que l'on
fut plus pri d'elle au heu de s'en
loigner;
Communment, tou'e ville qui
peut entretenir et maintenir le luxe
d'une banlieue, indique dans son
d li'. unoprospne gnrale,visible
par ce q ion y admire en ba iments,
monuments paLlice.aa squares grau
d'oss, en dea magasins ncuement
tenus et en dis maisons de haute
suuciure, u e prosprit dont U
surabondance te dev-ise sur ses
eitiront-, consid t** a ois coinin
le oupiilla dcela vu e-
.Charles vqrue
greur contre l'injustice du sort dea
paysans. Mais son cui Irmit et se
ging ne de voir le maudit orgueil
des lords; c'est alors qu'il lance cette
exclamationamre dans des vers im-
mortels Il est dur de voir un mon-
sieur que sa capacit auuit lev
tout juste i la dignit de tailleur i
huit pence par jour et dont le c*mr
ne vaut pa? irois liards, recevoir les
attentions et les gards qu'on reiuse
lhommede gnie pauvre.
c II est dur de voir ce seigneurial
ver de trre repjusser 1a pauvre sup-
plique, saos songer qu'une temm
qui p'eure et des entants sans pain
se lamentent l, tout 4 ct.
Su ynder ptor 'ver labour'd n>iibtt
So object, mu and U
Hbo btp a brotbtr of tbi.artb _J
la fWi bimseli htm So toil ;
Anl bis iordly iilloo.'worm
Ib: pofir pt lit ion spum,
Iwni'iJil ibo a untping wife
An Maaav offsbrinj momrn
t // mm m ir-i'i fo u tkat. .
Contre ceux qm reaversent cette
gahl naturelle, le barde cossais
est impitoyable. Le moindre vne-
ment le met hois des gonds. Lisez
l'pitred- B.-lzba h "au trs honora-
ble comte de Breada baae, prsident
de l'honorable socit icsbi^blanJtrs
runie i Covent-Gaiden, pour con
certer des moy.ns et mesuresl'eft
de rendre vain le piojtt de cinq
cents bifblndtrs qui scandaleusement
avaient .h d chapp:r leurs sei
gneurs et matres dont ils taient la
propr t lgitime, en migrant dans
les dserts du Canada, alia d'y cher
cier cette chose imaginaire la li-
b; t Raremen 1 inaulte fut plus
prolonge et plus po gname et la
meuace n'tait pas loin Burns avenu
les dputs cossais en rvolution
naire. Rftiffa vos impts sur le wis-
ky ou prenez garde! La pauvre vieille
mre Lcosse veut ravoir sa cruche et
sa bouilloire.
" H', par Dieu, si vous la men/
trop lona, elle retrousseia son jupon
de tartan; elle descendra dans les
ru:s poigiard et pistolet la ceio-
ture, et t-ra entrer sa lame jusqu'aoi
manche daa> le premier qu'elle icn-
contrera."
"An Lord, tt ance tbey put ber tit
Her tartan pttltcoal sbe'll kilt,
Sbe wt'l lake tbe slreet,
.In m ber wbittle lo tbe bilt
i Ib frst sbe meets P
I. R. CHENET (.4. suivre)
Avis
Lo yachl Mermaid, ollrant ou'.es
les con no lues dsir;bles, laissera
samedi prochain, 12 courant,prenant
passagers pour Santiago de Cuba.
Ceux qui dsirent voyager doivent
s'empresser de venir p;endre leur
ticket de Mr ). M Cator, agent, rue
du Magasin de l'fi a N> 1009. L
traverse se fait en 24 heutes.
tlevcl'i Bellevme
Meesipurs les metnbrae du Orcltt
Ballevue se runiront dimauehe pn>
chain, 13 du conrant, en Assemblrt
g- ecal-', tiour procder au renoai-
vellement attiutaira de leur comt'..
i 10 u r


*,fc M A UN
Kouiellcs
Etrangres
* juin
PARIS la ron irisitn i t rr
J'ontleder.giuliuieMjto.ltoi.r
Il premire 1" ts depuis Ij fU ne Y
iut.ect lis reirieohtti de h
ncf.des Eists Uni, de la Bt.We
g it Statut, de la Hollande StVa
SRRi Ll "iMion dcria
que l'AllcntgBt Bf participerait ps
cmellement iti fthliooi de I*
Mil itiltot invit* la rtooioa
tu rnclemps proih;in ;,i|e dcida
;Klinto'e0i,er en retiens me
a socit des m lors ifin de conl
xrr i ses roiBg l'action dei membre*
tirat-gert qui n-umlhat pas a la
runion et qui s'rxcu*rcnt ta dcla
MM adhrer d'avance aux dcisions
prises.
BERLIN Le chiflre publi a 22
heures des 296 dputs des grands
Plis lus [M dcompose iiMi; 4r
conaervateurs nationaliste,^ conscr
vteurs modrs pari populaire aile
aa* i) membres du centre 21 dt
ocrtes 86 socialistes majoritaire!
>7 socialistes indpendanti 47.
VARSOVIE- Ua commWwi
annonce que l'attaque sur Glebokf
permit de (aire 800 prisonniers et de
prendre tn oorme butin de guerre
*-a reirane ennemie entre a Dvina
?uI\iB"eLna "< ch"Keaenpani.
ue.Nous bousculions l'ennemi ur
Ianveotet de la Beiesin.
BERLIN Ebert rfaargej Muller
VentVi1?" ,e nouv-au bint*
BhRLIN-( Dii.i heure ) ,,<
dputs sont actuellement lu y
compris les dputs des rgions pl-
biscitaires qui conservent leurs fonc-
tions. Les fauteuils se dcomposent
ainsi r 48 conservateurs nationalis-
tes, ss modrs, j4 du centre, 4,
dtnecrases. 97 socialistes mi jouir..
m, J9 tadpendants, 13 du parti
p ulaire b-varois et 9 de divers
autres partis.
FAR1S Conformment aux in-
teuiious de Dvschamps, sous-sec -
taire des postes, tlphones et tl-
graphes de dvelopptr le rseau de
tlgraphie sans h dans le but de
! a e !r1Gc ,lraPhique tiibu
taire des cibles 8-.,,. Les ieiV)Ces
eleapoaeaettlg.a^hs auraimi ac
(utilement r.cu in modalns d'un
projet de loi en vue de la reglmen
latiosietdelintens.ica^ionde, corn
I^P-fr U d'r!Cllon ,l*8'aphqut
LPTT-"" crce" Les pourparlers
commencrent avec une compagnie
amricaine. D autre part, n rasie
programme est tabli d'accord avec
le mioistr; des colonies pour l'ia
bhssementdun rseau reliant la m
Buxm & coJonies !r,Bais-
BRUXELLES- Le.oi s'entretint
gnra. Marguine chef d'Etat-maior
qui partira incessamment pour Paris
ou il confrera avec le marchal
Foch au sujet de la conclusion de
I *Rn^FraeD'rihU,re ''""o.belge.
I.KUME Les insurgs albanais
et Selizza e. Albanie. Les italiens se
SS1/" y*110"' Uq torpilleur
mouill, aans les eaux de Villona
2! '" iUlieDS M- mbleni
FAR1S- La plupart des journaux
consacient de lorgues colonnes a la
Baisse actuelle du change qu'ils a -
uibuent gnralement au tait quels
1-rance dmoctra qu'elle se remet ait
srieusement au t.avail et l'annonce
journaux constatent u soulignent
auit-de pleine de sagesseTu'JfS
1.1' M** fr0lt ** que
. le ministre du comrre.ce envisage
*ctBelUm.u les rrovrns d tant
tru dcret s.pp-im.rt la libert d'.m
fwUtiOD. relatives ., SSSiZ
"tEiTA3LE EMil Ci i FA1LLE
* X_ X &*
PASTILLES
a '
toat lndtapnbie
1 TE^FfiNT q-1 ? >mr ie^fe -
m VifiLURB pi nn ftttin l'air,
auiGR&KOES PERSONNES jiifi
fui'-i 1 Irtm ornaiSc:i
r-ur PRSERVER
LEURS C5HS RESPIRA7!ES
ou pour SOIGNER
I"1 Rhumes, Jfaux (* Gorge,
Lu'jraplU, BroBohttm Grippe,
atlutau, iMhW,
r.uip'nysw,, :tc., etc.
BliSILFABTifBllMIIIM
de n'trnplovrr que
JE 3GB t*
PA8TILLK1
^ ^^
VIENNE^ la vie chre non,ua
de violentes rr,P lestaiions la polir.
>nterv.n%tira t. orrra de rorbreu
y.7Bir u comp,e 7 iu^s
ROME I ai gmen'ar o" *fu p.;x
etoMlO MB%0)M dans irertes
vi.Ies de 1 l iIjc de violente* m,Dif,,
tatioos. Li rolire interxjer,r tait
Bsafi-de ses aimet. Oa signale deux
bless.
CONSTANTINOPIE- Les forces
jouverov'jiwotales deareg. les gatiu
VERITABLES
ve-iiHiiea iu>olemnt
ponnnt !r nom
VALDA
Oi promet bonne icrmpenA
ce'ui qui aura rappo t en nos bu
rraux une paire oanneaux en or
ayant une perle blanche aux dfux
c'ob'5\ perdus h:er ap es midi. Les
b ;out ers sont aussi avisi
nali*|s et nropressrsut ju'q-i'i 9
k^mr'm d I%roid
DOLLAR. 1296
11 [nifl
ROME Nitii annonce aue h
ch rnb'e est dmissionnaire Orlanjo
prsider t de la chamb , dmis ion-
na ff'lrmei t
BERLIN On annonce que sur
46 > sige? au R ichstpg y compris
ceux de (jpa'l des rg uns soumi-
S' au PI^Bitc te.il y a sduelleraent
110 socialises majoritaires e'us, 80
i> d-pend*n \ 67 cei tris es. 65 coi
sp'y.'ro.* n t u .,||t#f| 6, coiseiv-
teurs mode es, 45 dmocrates ai na
t;onalistes bivaros f Guelter,4 mim
btes de la Ligue des paysans b.varois
et 2 communistes.
L'ancienne coa'it;on anrair ainsi
une majorit de 36 voix.
Le heuienani Roget quitti Villa-
coubiay 1 5 h. 15 du matin pour V^r
sovie qu' ct la prem ^e tape de
son vny g. autour de l'Europe.
VARSOVIE. U.i commu.vquds
l'Eut major d>t que la eont e oftea
sive po'BBaiM enue la Dvina et la
B rsina p ogiesss rapidement ts
Bjl.h-vistes rsist eut u.esp:-
BMBi essuyt des pcilaj srieues
en tts tl bleue! lis biiidjncrent
en cnl-e plusieurs cen a.ncs de pii-
SOnnirrs.
PARIS Oicjfloie q ie le con-
sen txecutii de u Ligua a Niions
se runit i p-o:h itatmeni i l* fl t
dexamincr la demi ait d'n-e-vu-
tondrlaLgue de nitons dins
Je copiIi: enue les B l.hevi,;es er
la P. ri-
ROME. I'jus les jjurnaux i.id-
qu;ni Ciohilj comme devant succ-
aer i Nitii dn i>sojnai;e.
Faits Divers
OI/SERVAlOlIiE
DU
PETIT SEMINAIRE
(.01LEGEST MARTIAL
Teudi 10 |uiu 11.0
7608
minmum 2) S
Hatoi. aie
I
Tempratur:

H
O
'
Buss
maximum i 1 o
Moyenre di me 28 >
(.ici nuageux le jour couveu la
r si".
E lairs tu Nord,
baioa tie q h n.sr.
I. bCHERBJ
Le Dlnor de 1 Alliance
Franaise
Hier soir, aux Cavta de Bordeaui, se runis-
saient les membres de l'Alliance Iran-me. Un
amer des pluseiqms leur lut servi avec ce got
qui laracierisc ie coniortable restaurant Je Mr
IMreii.
Vus ncul heuies, le diner prit fin et l'aimal-le
Prsident de 1 Alliance itrcSM co'dulement aut
diltrents membris aiiu d'avoir des ver cie leur
rpertoire.
On couta silencieusement des potes mus et
des diseurs ctunuants. Madame U Ministresse,
Mr le Ministre Je France. Mr et Mme Bel ei>arJc
taient prsents, ainsi que beaucoup d autres
dames et jeunes fiilcs.
Ce sont le ce< soires intimes oui rcrent et
COaaOlWU des niiMnaa amoiantes.
Grand Cirque Uq oestre
baenz Frres
Mr Saem compte ni)u. offrir un spectacle des
pius sensationnel qui puisse tre vu dans I art
acrobatique ll lirivc avec une troupe d'ani-
maux parmi lesquels on rc coutre un rhien mys-
trieux, l unique dans .c moiue qui fel |, ue et tiansmci la pense: \ ou pour croire.
Un lion d'Afrique de la race de Nain appara-
tra sur lascCDC seul lauJacicux Mr iaenx a pu
artivtr 4 rduire i l'Obusanct cet animal lroce.
Mr ititm se bat i bras aver. le lion comme s'il
se battait avec en homme.
II faut as-isitr soi-mme i cette lutte du fa-
meux dompteur avec le non pour se rendre
compte de te que c'esi que cet homme extia-
ordinaire.
Sw ement 4 reirsent-tions avec des program-
rues sen-atior.neis.
fcection de Pdagogie de
i a. M C. E.
Les membres de la Section de pd.goaie, ceu
des autres sections de a. M. C. k. sooi invites
a une sance extraordinaire del section de p-
daxoKic qui aura bru le dimanche ij Juin pro-
cnain au Lyce national a y heures prcises du
Mann.
O dre du jour:
' f DiscusMcn 4j h conununicaian de R.
P. S.henider : li y a t-il avantage supprimer
l.'grec dt I inseignemem classique et i le rem-
placer par une MCjnde langue vjvante ?
* 3 L' 1 s I y a lieu, Ja rapjx 1. iur la
baisse de I enscigaemcB! secondaire.
Le frsident, Dr J C. Uorsainvil
Le Palais a la Presiaenca do
Saint M rc
Au cour d'un voyage d.' l'un Jp nou a S:-
Mar... u a pu se rendre compte des normes
avantages que l'Util aurait pu tirer de l'ancien
palais ue u fresidence de cette ville. Ce btiment
n ius du il, qn est situ a 1 ang.e de la Grand''
Rae et de u tut Daupuine repa cnvcn.ble-
uent, pouirait loirer plusieurs Bureaux publics i
la tois, par exemple les portes et tlgraphe,
l'Administration des tinauces, le farquet, le Tii-
banal 4e iere Instance.
On von d ici le beuiue qu'en tirerait I Etal
qui paie de. lo:ations pour ce bureaux .loat le
aiver io;aux sont dans un tat d:plorabe
Nous attirons l'attention de Mr Koy sur ce*
importantes considrations dont certainement il
tiendra compte.
A Notre Dame d Altagrce
Le Dimanche 1 j Juin courant, deuxime di-
manche du mois, il y aura mes.e a la ctiapel.e
Notre-Jame i'Altagrce.
Dctis
E.t dicJe hier, Mue Mari 11 CH;kei ne
lirabelle Daniel, be mnraiiies auront heu au-
jourd hui en 1 tglise bte Anne. Maison mor
tuaire : lera Avenue de Llolosse No 555.
i^oole sp3craie de stnographie
et ae dactylojrapnie
Le samedi ,1 Juin courant 3 Heures p m. de
nouveaux clamant auront lieu i cette impoiuote
cole.
Y participeront les lves en stnographie de la
lasse deuxie ne. Le Jury sera comf-o. de MM.
Michel Beauvoir, CI. A. Cocou, Lon Laieau.
Adam Miciul et Victor Mangones, et sera pra -
de par un numWt de I Inspection scolaire.
De* invuations d'assister a ces eiameni ont t
landes aar le directeur Mr Marcel Robin plu-
sieurs p.ronnalit*.
y-
a--
S" 5'
^ s
U
D A
-3
E ex
rc S)
5'
H S
v>
C
Cti

es
ri
PS
n
2
1 iiirJ*W|i
v
te
&
va>
Si
ci 2
-s
9
<5>
l)iig(jies
TUftKisa I
OAgBTTES
Or 9.60 le milii6r
Ed.ESTVESr
POKT-AU-PRINcg
Des Agents sont demands
Pour des travaux de broderie tf|
de'Jours.
On dsire dix dames
comme agen
Travail domicile
Lesdames recommani
blesqui peuvent Irom
de 10 50 jeunes fille
dans leur voisinage po
travailler sous leur di)
rection seront accepta}
bls pour ces emplois.
Rtribution avantjeiM j
Trav i! facile, plaisant^ abon-Iaot
Les demandes d'empUri peuvent a
faire par lettre.
On peut se prsenter p'rsonnellemi
au t Petit-Bnzir , 204, Rue T/ioiM
Madiou ou des fronts-Forts entrt
et 5 hem es de Vaprs midi.
Maurice Storyk
A paifr de cette [ Jjj.
l'absence de Mr R W. SiW*
prcKura'ion de notre rrniJJ.
Commerce est confie i Mr a*
ch;ne FLUGEL p0.
F -n CAUX GAZEUSES J U^
Filtratton et aration
parfaites.
D'un maniement focil*
Initructinns gratuites
"R MONrmuNt rABRiQur.
iUMfDcartxtNT on ptur
OBTrNIB UNPKOm ANNUCl
j ^ 01 25000 rHANca
['
Commerce
I Selz
l'ort su Priocf le 9 J1"'?fj
R. LawrenceSM-:.
b\
"OKrr^.mm ,aC?
utmanditr MM caiali.gi.a'a lOuvr
FLUGEL&. 0-'LT?. Green Lanet
Londres. N. 16. Ancletertus.
L L ......!
* l7 Batrcry
Ntw Yo k urf
rjnWZKJBfAftjHg u
Mouvement Maritiaie
L* cemaiD u du courant
viLJ.S,?mer Uk/ Fcb!ui WPKI
-Mfbij | ia du (oV{a9i
AIS IMPORTANT ,
L'Assemble des crancie
M Laroche, su.vart cror i
dcembre 19KfSt P11'* j/Abtl
d'urgence au Cabinet de M;
Lger, 1^4 R RpBb,Cii
m.in vendredi, n J.010,''* jjb-i
heures t es prches de 1 *? A
pour sta'uer .-ur 1rs cooip<
par la (FNTRAlh ^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM