PAGE 1

Jfc est un puissant aliment mdicinal qui par lui mme contiens tous les lments ncessaires pour donner la sant et la force Prennez-la pour vous convaincre. t.x'ni r I. %  • rutn cetu snv*u Chovcoun i Ihx dernter roman r.qre d, Mr Paul Heboux, nous fxlrajfcftli quelque* passages suivantsqw'donntr.t une vice Oun juste du don d'olmrwbm de lau leur de Uomulvs Coucou et montre quel parti i> a su tirer du fhtfd'mwt •Khwuld Durand, car on sait ,,„* /,, Choucoune de Monsieur ReOoUX n e t " r/us aile dOtwald Durand. m -i revue augm-, U* n.ise en pr* e %  *" f ranais LecorrnisrdatP chnnisit. M*£! r i nm "iirt<\er deox viwjo noe 1 couteieut en ventant II oli^£LrJJ P,ei,e voiA 'l u '" va dgrafer sa unique b od*> d'oI ?thm" nd Ql Ch ,nttH 8Ve ^ H iSr.? e ^ ar e l,i,,e,nent de 3H, ,'* d COa8us du bout WT e r H BBtfitSJ?** 1 noir8 b f £2 l'explication de ce iui i procde aide comprendre ce qui suit Je crois qu'il faudrait vous dh* %  ans tarder soua que! ciel obinfa't ce commandant. Ne cherchez pan dans un a'Iaa lile o se passe cette histoire. C'en une le des Antilles. Mais les U *ofrophes ont oubli de la mentionner SSS* d '"Pi! doctoral Les choses joyeuses qui sont trangres. Peut tre ont ils entendus parler d cette contre. Mais ils ont i*ram* t hauss les paules en grornrndsnt : Ce n est pas srieux .. Et ils n'ont mme pas voulu retenir le nom de ente heureuse terre o le* nabitnts, durant l'poque tonrmen ce dont nous sobseons tjut le poidr ont conserv dea cœure l^ets --Sffi 2 P i 8 ?, 8urtout ,a orfondre %  R.J'Sdfliftl LKurope a pus 1 hebtude de la railler depuis cinquante ans. Bien de plus Ininatei unle lors de ses dbuts, voil un sicle, tout comme la civilisation amricaine, la civilisation hatienne %  est dveloppe. Main est pros. re *.lle a cr des coles de droit, de mdecine, de phannacie.de sciences opl-ques. Elle possde des rsosui a clairage lectrique et d* tel phone, des t.amways, ces pantlions prospres, dts naines Voni pensez bien que j^ n irais pas ma mler aux dtracteurs d'un si estimable territoire. Certes^les hros noirs de cette aventure^e sont pas lui tens. Mais lia dbitent, non' loin de l, entre la Jamaque et la (t de la Louisiane, un paya qui s est dlivr, en mme temps qu'Haiti, de la domination des Europen?, et qui, depuis, a adopt nos formes de gouvernement nos coutumes et LOS mesura, Ua y ont inl la douceur et l'exu brance tropicales. Les eus y K r dent noire langue, y suivent nus usages, avec une botiue volont eu ore un peu maladroite et qui n'en etque plus touchante, l'ss'nabllleui • notre unitaiion, av.c le laisser aller qu laspire la chaltur du climat avec la fantaisie propre aux mes ingnues, prises d'sjus'emeaie, tus tneux et de couleurs vivaa Ksc'avts alranchis depuis un s cle srolemei t lia ae sont donn ds patronymes comme les tlier. 1 s loi ont tar menJa de prnoms qui rappellent la foia les Icirts de hniel^uce uumaineit les grandes conqutes ae la aciet.ee De mme que les ihcm s, l UP. offrent par an deux ou II o moi* aone. les oaioisirea 8 'y renouvellent piua rapidement aneore que cnTx Vousavz d.'ja vu comrcent ,„, r?ir!T tUmn a n m nu dbom nie i Tle rond.. o deux points et deux berre Ufortui les yen, | nez. la bouclts : lorg aba eau htfoi ne forme trop pttitdMl le paaii.h erimrne di.qtil transparat i-ov*n me rie lire bouchon... Cet ton pem rr m me cela que res bas neres des An'illes reproduist-n-, par I uis t ti'ides, leur mise et leurs prorOB, Lotie cifillaation fn/t Faits Divers OBSBBVATOIRE DU PL'JT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL Merciedi juin 1920 ^irorrl Temprature 7S9 S minimum 23 1 maximum j; N 28 6 couveit la jour 9 h. Mcyence d urne Ciel nuageux le nuit. Orsgi pasatut par le Nord i B :om re en hausse. h SCHERE La Petite Fte Dieu A l'oc-Mion JJ 1 Octave de U Pw du TriiS-iint-SlCrcinent 1 des icposoiri seront dresse cet %  privialJi, i la rue des Profits*Fort*, die* Mme Bojclwreau, ih rue du Centre, chez Parisot a u rue des Miraelsa, eho MelleCiic Lilavois. — 1 a proccsMOQ quttun 1a Bjjihuue Notrc-Uame 1 5 lnures. Les PtfoUsw de St-Joseplt et de Stc-Anne cllirent aussi cet iprl midi la peti'C fdte D.eu avec le nu'nie ciai que les annes preddfates. La chaoelle de StA.ntoina NtodreJi dernier a commence h DCUVaine prparaioire i la l't de St Antu.ne qui sira celore Ldimanche i.| Juin courant. Une masse y a t d te en mmoire de Mr Iules pouplard qui iv. i 1 fier U chapelle. .Wi que no. conirres Le Nouvel!sta et L'Euor nous Mjllcitom pour ce quartier, U Imipe lectrique pio.m-e depuis plu ,| une anne, et qui do.t tre plac.'e devant U chapelle syrapathiqut diieeteur du letvica lectrique Mr Blrto ne refusera pat d ataorder sa benveillante attention a c^ue reo-ie, e: donnera, uous en sommes per uade^, entire satisfaction a l'intressant quartier de St-AalOIM. La fte du 3aer Cœur C'est denuinque la "aroisse de Tftrgeau (ate le Sacri-Lti-ur de |sus 0 — C.M dvetioo est enralemeni tendueacrueiieoMoi ici etoutes le. tgns s 11 y aura m is Comme Vann.-e dernire les maisons ou l'on voue un culte au • Cceur de Jsus. '.eront pavoises i cette oecaSIJ 1. A S te Rose de Lioaa Dans I.I coquette chapelle des tours de SteRose, i Laiue sen clbre, la l'tte-Oieu demain aprs-undi. il icra dra.ss dan la vaste cour de l'Ublissement de gentils reposors ou I on admirera le bai s oi ci le uicoi d ces dvoues rcligieusss. Cble reu de New York Mr tons arrive d'ici que qu s pur par Voie de de Cuba nous a-il t appris. I. amne avi< lui :.> artistes d une rcnomii.e moud aie ac o,. pagnes de 1.01 s, iig lc ^ .mes et chevaux. 1. 1 s douera seulement que quatre npraenutions. devant coutunoer poui Sim iJomuuue et Cub. ou il est li par d^scontrats. U 4esaera tti eaiaii n i inm aoa tfbu* es seite Les briques devieunent rares il y a. depuis quelque! semaines une raret iosolue de briques. Le tau peut s'eapiiouei par la mesuie prise dernirement et qui oblige a construire le plus possible en mscoanem. Il faudrait iotensiricr la labrcaiien des b.iques pour tant cesse: Cet tattlC cuoses. Xvlariages Le 15 Juin 7 lieu-cs du matin, sera bni en lEglisc du So.Coui de Turguau, le nuruM de Mcue Germaine Unegael ares M. tiZSk Chine', nh de noire collaborateur I. H. i_Henc qui aouiadrenoui ainsi qu-au charmant roupie, nos sincres compliments. EnMa BasOique Notre-Dame sen eibr le samedi Jutllel a ; heuies du mat,,., le n •ge de Mel.c IlsSttlia Barou.et e avec Mr Marc Uesgrarts. A vendre (llltV. Tratisocan TradingCo Buriquesrn bois et en fer. Sacs vides nt-ufs tt de seconde main, Grassb.p, papier d'emball, Sachets de pap.e-, Cordage, ficelle cheI' ; %  — %  -" uvhM mises pour dauenil, houts. Pelles : sre §•! M S -t) -• 3 v O %  %  > et O. 3 — aKouvelles Etrangres 8 juin LISBONNE— l.apliate pie^idpnt du conspUrln l'orti'gal, eFt c. CONSTNTINQPLB. L'entente corRinuni(|uu la perte qu'une proliingstion ou dlai de quinze jours est accorde pour prsenter les observaions aux conditions du lri te de pfix. la pcr'e avait demand un*" niolorgalion d'un rno : s MIF Le crolsear amricain Hit* btir^ oommands par l'amiral Knai p ai riva A Villebranoa PARU L'acadmla de Balg/gne se pronoa ea faveur de la cration spcifie de IPUIP (raraite PARIS Li Temps, tudiant la doclr:: e de L'oyd Georg-, conclut qu-auc.n^ouvetremental ne pourrait iranaigtf avec les lo'chvistet. Aucun alli ne doit taire vis-i-vis des bjlchvi.stes une po'r.icjue menaant de porter prjudice aux au"es allis ; il faut que h paix soit fai e sur tous les 1 o-ns russes e' que les cranciers d-; h Ruiiii ttoiver.t de< girantita. PARISDans son article h bdom dure, Poiacu riprt l ant la clbration mmorab'e d; I laJpendance Day ucla r e que les mri:ain$ et les franais l'ni'eot p;r amour et par sympatUe ii l'A ectuelle.Pomcar ajout que ces seniiraents ne se sont nullement refro di, il erait UWt d^ croire que les deux peuples passe; t dan l'avenir demeurer loign*. PARIS—La cour-e rvclist: ta'ienne s; le m ni h tr. Blloai M classa premir, Gremj second, Alavoine troisime. PARIS Pour '.i prem re (eij 2 •depuis la guerre, l'cxpoiirtoi du o. 5' ioa aura lieu du 9 n u jahiZirich, 14 iats seront repre>nts par IJJ dlgus. Les prioepaux objtl Hes dl b:rati 31s loq le pr 0 b'ai du ier.loppement de la eu tu e du coton, la.sic. Une eotrevue auwt heu ectre le grand Vzirtt Vcni IflCI, BRIPPcS, CATHAMES. LARTRCTE BScTcHiTT l JIE3 DE COUELUCHE ET LE R31CE0LE • i Cous l'Influence du "PDLjttOEP.l'fi' LA TflPX SE CM ML IMMf.DIATTMrNT. IJV pravaB tr its SUEURS NocruaMsa PIAPABAISSEKT. foei i ..F.SSI0N tT Ll S POINTS DE CCI'S K'ATTfcNt'EKT. L\ RrsPIRAilCN DKVILNT PI.IS FACILE. L'APPETIT REVIENT. LE SOMMEIL REAPPARAIT. LM FORCES LT L'iXEaau RENAISSENT IUPLOY DattS LES HOPITAUX. RECOaiUMDE Fia LA IKAJORITE DU C0r?3 MEDICIL FRANAIS. APPRCIE PAR PLUS DE lO.MO MEDECINS ETRANGERS NCDE D'EMPLOI 0 Une luilUrce caji matin et soir r<£fr. m:Es tett. dxns tsstci loi Drogoiries it Pharmacia* ^^F LABORATOIRES A. DAILLY .1'— rf^sz 15, Ri-a DE ROME, PARIS w 53 9? TUgKISH URBTTBS \ %  & Cr.mc.-rca Ce f '"i: % %  •r>n: %  ;.:. ;AH roeACCo co, lS£ -.rj |„ Cimtfjn 4 Canarwi Co. *"*'**""" •'TOO.'WW H . / >•• Or 9 60 le millier Ed.lSSTVK# r & i'UUT-AU-t'HINCE BERLIN—(D.x h'urci du Mira ) 1H2 oeputii -;on lus; dont 48 ini pendant-, ^| socialistes majontures 29 .0 iseiv IL-U s modr' 22 CJT;C vateurs narioisljtt'iao membres du centre, i\ dmocrate-, 3 membres de h Ligue des p.ysans Wurtem bourgeois, un Gue.f; et un comcou niste. Parmi los personnalits rlus on cite E zSe'g^r Farceich prsident dPasiemb e na ionalt et Winh ministre ds h lances. PARIS— Aujourd'hui eut lieu i l'Htel de V.ile liniuguratioo solen neile par la ville de Pans des .-.laques commrra-alives i la, gloire 'des armes tl de leurs chefi, Fo h C'men ceau et Puincsr lin outre de? t ois intresss usinaient A cette mouvante crrrcnie les prsidents des deux chambres, les ex micutres du ministre Cmen-eau le cndinal Amettre et de nombreux gnraux Le prsident du conseil municipal et le prfet de la Seine glorifirent dans de bases discours les ^rinni de la victoire libratrice de cette vail 1 nteriob queqa.ddc'ane nnf r, tjrgea loi u di la v Uoire ei leva,t pendant un d rai s :'e l s n tantsde la France dans la culie des principes de justes et de 1 bert qui lui conquit dans l'univers l'm comparab e litnaiiofl morale qui lui valut sis tories alliances. Mouvrtmp >i VfaritinH Le stc?mer S...".) Domingo t M ce nutin pot'ani'^o de Cfli avec un chargrent de piu d- millier de sacs ds ci. et )i pan" gers i destination du France Le steamer Achille venant de ^ Yo'K ef des pois du Nord e-i slir du ici le 1} du courant Partin nere jour pour le saJ, Curiio e. l'B rope Le steamer Or an je \assju viHt d'I-urope est a tendu ici vers < du cou-anr, en route poi. M' York via les ports di N'or Objet perdu On promet bonne rcompeai'i ce'u: qui aura ""'•' 1 n "" ,J reau rapport en 00 ux une paire 'anneaux e* I C ayant uue perle blanche au< d?n globes, perdus h : er aprs miJ. Li bijoutiers sont aussi aviss 4 vis Le yacht Utrmmi, o'frant tanes les commodus dsirreles, laissera samedi p-ochitn, 13 couiant,prenant passages pour Santiago de Cuba. Pour les conduits, s'adresser i Mr ': M c l or, agent, tue du Magasin de 1 Hit No 170* AVIS IMPORTANT L'A'semble des cranciers de 1 M Laroch*. suivant accord d"f dcembre 1919 est prie de sei '* d'urgence au Cab net de Me Absj L^ger, 1624 Rue Roublicn".* m in vendredi, 11 Juin et, JW heures! ? prcises de Fape" 1 ^ pour statuer sur les compte* sou par la CFNTRALE. Le CoMiiii DES CRIIAVOE ^ Cercle Beilev^f M< ssieurs les membres do l'\ Jipllbvup FP rCunirortdiDO |DU b | i chain, i'.l du rourant. en Aa ( gnrale, pour prcder { vpllpmpnt Pta^u'siie d leur f & lu heures du matin .• *<•



PAGE 1

le anne Ho 3700 Port in Pririce Hilfi Jeudi 10 Juin 1WT R £CTLCR PROPRIETAIRE |D .CTEUH ENJCHEF too Lalean II|NJ WER) l5!inyt tf W J G. 2C0 %  tfil'.alTEMENTS %  *. i" 10 fTiUNCFR • %  ois G. 2 50 i 700 i 800 Vous serrz eODtfit le 1A vte si vous fil faites uu bon ussye. RENAN -.rfs ont rpues au comptoir !n ISpiblici. 9 RUJ Tronctut. Tar*,f 5 UJg4te Hill, Londres. Quotidien REDACTION : Rue Amricaine No. L358 %  %  % % % % % % % %  JELEPHOM: : ara ta fis fin drapeau MA Drc I) :11c et grande jour-ne jSottueitirfl I iliraires Robert BURNS Si:i'!EETFi\ • .! mon vieux compagnon le route, Eufnc de LIS FINASSE Dl S & c> lemp-ruiis |IO M disque j'admis MKB ^ rm-loligie <*' Morpeai, CwcrririrtpwK: cennir t peu de li a* pre, lBf (voudrai* felr ; car. le Bqoii'eupwp * %  lan-eur i,'i i certaineaient st'emt 'ta dirlut i-n d*& 'aie ts h"IMg' q'""' l-rcour^ge. W (r. tel est l'utique ibjet Ira ciitiqae. purge de Morpeau B'trnd ri a •j), et comprend par cor.se| erviron uu deur'-s > !<-• d'exii liinirfLe livie d* XH pa_^M3iement inimim c>miwusles poie^ M 11 0llt i:ontl hicoiumtuce n'ecrtre apis iBw ut.cl.-s bib i p. eph qua ipbtqati acompag f nt lea icuque p''p; e ceux qui jupcs au moins un I v e — loi p or a — oit en plu le bJ |fnte analyse ci i i q 1 . I>a ce Iflnlholonie es' a la fois une je citique tt d'his'oirt". Initedm le col e, ele totujajtiooDflr aux jeum : s gouie mcour des talents bai una ti lltdeacl o<*es h i ii r.n E idtfictce des pus suggesti ^Arnijorem llaiti.r g'otiam iidtoducti D qui tlle veut L:J m inic-tt' Utrine l&mfque noire confrre, sans ngier.foie in procs au crotfdr corcaje Ut gu-* na'i i.tloua i-a foirne actuelle, je %  pas loin de l'applaudir. Mu: s fitrappellH que ceux qui vouai i.oirEocculeni petois largue hatienne et conuo lie de ma penses, vo.iiGt aui-si lui fane subir cerai* %  odifiCBiiona-L'tst d'uilleuis l'utile ploaieurs de nos ictresideviLciei et c'e. t ausm la Le copieux progtsmme de cette 'Oife a dj pub ii ici [ No du 2( Mai ) nojs n'y revtendioos pas M dtail mais il importe que cous lignai ons e grand succ d: :o.;s ceux qui y figu cent. Nous p trierons p'us parucull-emer'de* point; principaux de su rendu lvne-gie du lempraoei t et le sub ime du dveacm ni de la premn hroine notre-. M Augu u Gtroole Ii s a ua Lim:;iim;e e parlait L)e sa fotte vo x ilriibien reasoitir la termeti du guinier ta Lisant admirer les itiades eu llimmeo du pote qui n'est plus a l'Aube du saccs. M W. Walter se m lexceUem n nt dans la peau du bouillact Magay, vrai modle d ami dtvnu et de so'dat nio que. Ml-.Eda Pierre et M. E. Le ong uu remarquable actrur ont rempli lenis t'ts plu t ingrat, a la sa.istac'ion dq public. Nos plu* sinc.es compitirents i ces cinq aceai. L'iU'eur de Marie icanne qui fut x ViV m m t uit lem lia peur sa sayte patriotique t Dfil, m Ml dercoiselieMiudHui CJU tbrilladani teeta m ciiau d 'tre to'.Mais iimpone ivant tout ceat I*BiMMifiiuti l'œuvre a *t (••! I* prit ci t des p us curieux. "Peau nn manu se leva es': nt du soi t fait notie littpMiionale. Lea an*, pei.se-l"PMtl le hnut du p.v, mais p*w*w s t llaiblit avtc le temps. 'Wnont dv nu qu'une teuf e 'lai porterait a croir, "*piblfadait Baudelaire que le J'.e pnncioal, avec pour S'gne par Jwane j.eot lien produite tenatre M A igusie Ci i ou te tils, fut %  "sent fcond. Il lve 1 un^ l'obj-rt d oie seconde ov*iia:\ jMcelitiaiio... il rve!. Et (Ja peut dire que nous devons li 1 Wfce dons BOO esprit la lffl"' ,e ti J euces avidtn iw itcils et tombei;r de sta•lUedi qui aurait mauvaise IL .'f' Dl -"nena^er l Paapri — 03 mu t p!es — alors n\ lte encore que i. j. I. h.ei lt crivains h .tiens — grouper autour de lui quelques amis ari'i devoir nue œuvre dont eh. que partis ,,,,,,,,, serai l'objet de minuit uses obser "tortiea. Lt l'Antt o'.oi/lo ;ait va ion il de confraternel! tonaeiis, soyons lui du moins redevable de nous a\oir prsent uue œuvre dpourvoa de oui esprit de dnigre meut eu de parti, J aura 4 souhiu q l'en marge de Oh.qoa hrgrpire li^urt le portrait du pote vivait ou ue d. ; mais il clal de ce'te iooobliab'e jaorn/a aux deux Itgaeora coni^^eua qi e sont MM. Timotht P %  t rt \tm m |oseph VilaireJ ptsidcut e' rrso'ie' de l'Awoc lt'00. lisse ont bien d vous. — avec le concours d's attires mtmb't's du comi' de d'rtcfon des dames P t'OOeffS s oui ri t I r<^ : rrftit on r bo u SUCt' de la tte. du Comit d'o'qar.is-t on et des rommsaai '""' on ifir, -pour nous laire vivre ces Usures ii Touvnts O 1' fit r iendaid des Hio<\ ros Anctres, fui vratmfnt 1 l'honneur, o le fris^cn ratno ique secoua toutes les fmes, ies lutus tilanesqires, les annes pourpres He sang tt de gioir.U cr; t on du drapeau hatien,symbole de Ittttioa du rr tt-e et du no r. enli", courocn-.nt i-imrro-telle pope, la vicoiie retentissante tt dfioitivetnc le matte scuitir*. (oaaacrae pir '& proclamation de 1 Indpendance nat'omle. fous ces (ouvenira g'o iem voqus pr le et l reacier rote ont fat brt're le cct'jrs jrmieaa. Llo.-pecl on sco'a-re de la Grand' Anse se mu d'accord avec le Comt de II Ligue nosjr que ia double olen liit du i(S Mut revtit le caraeire imposant qu lit a eu. Air Dants H.liegir le qui n eu l'heureuse i, A l.mie, une date vraiment inoubliable, une g anJe et b.llc jjurn.e. ^ %  r vl'bien des talents ,, %  %  orf.onu lui-mme-Kt ce fl.Mli 0 l U 1JlnCe ,mrite dtre a J! don .a grande piti cbja terrestre qui me procure,— je re rais Iropsi ]* dirsi plus de plaisir— o quelque chore qui m'exalte, rre transporte hois de moi-mme que les cuugans d'hiver dans les srbres. sous un ciel nusgeux.^ dans hs bois et d'entendre huiler l'orage en furie dans la plaiae.* Burns se sert du vent de la tempte pour in'erpier les phnomnes de la Nature : • ihf sue?(>ni<: bUuttbi six 0 vtreaii i 'l'hc ioyhss wnttr day, .el oikers ar. to moie dear Iba cli tbe pridi of M*v 0'a d; l'eip t boatiiu fh nirent e sous ifdeux po sses :ne lut ruu1e POUVC le jaillit. Uu rro^de nouveitt : bju r g ois. pi b:ins octup' u< dtormi s la place, nuire l'atiention, impose >a m:n re d re dms les mceu.s tt grave son imag'd.ns tous lt s cisrits. L 1 iiot mootirl .ie la civi'isation sou '-cla msfse du peuple jatquaOI rudimen's de ledocation/t l'ensemb'e COP WM,SIBQH, du pote bier n'envier la g'one de p. 1 sonne, et L',>ete.veleu., ihologie l cœur iase bun pour apprcier ...itiionB MorteiUlenta ioqolla io lent et a t ul q u'il voue 1 Beaut quelq' e clnp'.lto qui's pussent sp•.!* %  luit -coumereux patt-nir. '\ Mu;ctai'x choian dei V\,^ Arts A pu tir de cette date et pendant l'absence de Mr K W S l.bsrt la procura'io.i c'e rot e n a son de Commer:e et C0i.fi.' i Mr AttdltW I Se!z l'oit au Prince le 9 Juin 1920 R. LAWI IB <: %  •: S vil I H p ys ce l'gal t prcoces tt des rVout'ona dfinitives, qu'il Uttt obser vt-r la masse bou>f{eoiM t les lils d's paysans occups i parvenir au lammtL lin Augleterre \a monarchies te m pfrei oni l?iss 1A cla5^e moyenne 19 rve'oppe", s'enrichir dans l industrie ci h commerce maritime.Ua fils de paysan d l". nsse se distingue m des premiers u.ins la maoit.-.sta* tio-i de l'espit nouv-eau Peu d crivaidl apparaissent aussi pittoresqueme-.t que Rob t B 1 s. le pote* bbjurcui.En eiM, chez lui l'homme et les circonslinces sont sortabe'. Il naquit en 1759 dans une chlumire b'ie des mains de son r ", un fermier de triste condition. Oa n'a guie vu ensrmbl plus de misre tl pius de t t'eut que chez ce h s de fermier. M il il n'tait pas toa; simplement un paysan et sans eu tare il ivaitsuivi d n sa jeunesse les cours de l'co'e primaire de son village; il recevait eu mr.e temp> dei repeUl OJS de roa pre, qui possdait des conntijsances liiiraires not-bes pour achever i'ms tu toa du ti f. H sppiit ainsi un peu de franc lis tt de latin, puis l'ar enhge. U Usait beaucoup, et. emportait uu livre dans sa peche pour tudier dansleschamps auxmomeuti lib es, il usa ainsi deux tiern-p'artes du pote Ma kensie : • l.< Recueil dei ckansMS ,c tait.— disait il sen tWa mtcum U Isnai: ses yeux colls dessus en menant sa eiuiret c. chanson ap ; chan 03, vers apis vers, rotant soig eosement le vrai Ii tendra, le sublme, c pour les distinguer de l'll tt3tioa et de lenllare. • Tne coliect on of songs was my xade. mtcum 1 po.ed over ihetn driviog my cart, or waJliOg to labour... lamail coeur de pote n'a soupir plus aid mmeLt que le sien apii le bonheur d're distingu : • Never did a heait panl moie arden'.iy !lun mine to be istirguished Mais hlas / ies malheurs lui arzi vaiei t tn g'oupe; la pcuvre' ne ma: qie janail de les ergtndrcr U a tetit que sa gaiet en compignie n'ct t que la fo ie du criminel vie aux mains du bour eau. < F.vtn in Ihe hour cl social mir-h, my gaieiy is the snadaeaa ot ?n in'.oitc.tcd Cil* minai under tbe fueds cl the execu tioner. Baroi tait donc devenu un rude labouieur par ncessi; mais son cpiit inipetu I


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05134
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, June 10, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05134
System ID: UF00081213:05134

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
le anne Ho 3700
Port in Pririce Hilfi
Jeudi 10 Juin 1WT
RCTLCR PROPRIETAIRE
|D.CTEUH ENJCHEF
too Lalean
Ii|NJwer) l5!inyt
tfWJ G. 2C0
!* tfil'.alTEMENTS
*.
i"10' fTiUNCFR
ois
G. 2 50
i 700
i 800
Vous serrz eODtfit le 1a
vte si vous fil faites uu
bon ussye.
RENAN
. -.rfs ont rpues au comptoir !n
ISpiblici. 9 Ruj Tronctut. Ta-
r*,f 5 UJg4te Hill, Londres.
Quotidien
REDACTION : Rue Amricaine No. L358

jelephom: : ara
ta fis fin drapeau MA
Drc I) :11c et grande jour-ne
jSottueitirfl I iliraires
Robert BURNS
Si:i'!EETFi\
.! .
mon vieux compagnon le route, Eufnc de LIS FINASSE
Dl S
& c> lemp-ruiis
|IOm disque j'admis mkb
^ rm-loligie <*' Morpeai,
Cwcrririrtpw- K: cenni-
rt. peu de li a* pre,
lBf (voudrai* felr ; car. le
Bqoii'eupwp * lan-eur
i,'i i certaineaient st'emt -
'ta dirluti-n d*& 'aie ts h"-
I- Mg' q'""' l-rcour^ge.
,W(r. tel est l'utique ibjet
Ira ciitiqae.
purge de Morpeau B'trnd ri a
j), et comprend par cor.se-
| erviron uu deur'-s > !<- d'exii
liinirf- Le livie d* XH pa-
_^M3iement inimim c>m-
iwusles poie^ m11' 0llt i:ontl
hicoiumtuce n'ecrtre apis
iBw ut.cl.-s bib i p. eph qua
ipbtqati acompag f nt lea
icuque p''p; e ceux qui
jupcs au moins un I v e
loi p or a oit en plu le bJ
|fnte analyse ciiiq1-. I>a ce
Iflnlholonie es' a la fois une
je citique tt d'his'oirt". In-
itedm le col e, ele to- tu-
jajtiooDflr aux jeum:s gouie
mcour des talents bai una ti
lltdeacl o<*es h i i-ir.n e
idtfictce des pus suggesti
^Arnijorem llaiti.r g'otiam
iidtoducti d qui tlle
veut l:j m-inic-tt' Utrine
l&mfque noire confrre, sans
ngier.foie in procs au cro-
tfdr corcaje Ut gu-* na'i i-
.tloua i-a foirne actuelle, je
pas loin de l'applaudir. Mu: s
fitrappellH que ceux qui vou-
ai i.oir- Eocculeni petois
largue hatienne et conuo
lie de ma penses, vo.i-
iGt aui-si lui fane subir cerai*
odifiCBiiona-L'tst d'uilleuis l'u-
tile ploaieurs de nos ictres-
ideviLciei et c'e. t ausm la
Le copieux progtsmme de cette
'Oife a dj pub ii ici [ No du
2( Mai ) nojs n'y revtendioos pas
M dtail mais il importe que cous
lignai ons e grand succ d: :o.;s
ceux qui y figu cent.
Nous p trierons p'us parucull-e-
mer'de* point; principaux de prrg amme ; sivoir la confrenc:
P'o o-tce pir le prsidai t de la Li-
gu', Me Parce laquelle f t vivement
g ' meo s. I nous revient q.ic If conf-
rencier se p'opose de mettre son Ira
vu'l en b o.bure. lin l'eo flicitant
par avance, nous le prions de faire
figure! dans la p I a q u e t le quil comp
le clirir aa pub c s:s deux pos;es:
Au U'ap'au lit lien et l'Hymne aux
Ai.ux (^ p ce laedite, dont l audi-
tion eau a un si grand plaisir
Notons que M t't'.on l'jicy lils
eut un r e'. suci en isant une pa-
g d-lu-a.me, inl tulee Silut au.
Ura;e:u.
Nous tenons signaler spcule-
me- i l'cso '.leoii in'erprflatioi d; la
ajcU b-tjtique de M .lean Joseph
tiitaiie. La talol de lautec-r in
Sonnets ladicns a mri. Le publie
a icu'ign dapptandiiaetiuatt les
baux'Vcis qu un trouve souv nt
dans cet'e peute pee de ih re
Maderhoiseiia Agns Ltssegnc qui,
m* gr tu i grand d.'uii. a ac:ep' i
te.ii le r'.e de Mine leanae par pur
dvouement la nob! ide de la
Lgie du drapeau, a ea un jeu admi
rab- Elle a a> su rendu lvne-gie
du lempraoei t et le sub ime du
dveacm ni de la premn hroine
notre-. M Augu u Gtroole Ii s a
ua Lim:;iim;e e parlait L)e sa fotte
vo x ilriibien reasoitir la termeti du
guinier ta Lisant admirer les itia-
des eu llimmeo du pote qui n'est
plus a l'Aube du saccs. M W. Wal-
ter se m lexceUem n nt dans la peau
du bouillact Magay, vrai modle
d ami dtvnu et de so'dat nio que.
Ml-.Eda Pierre et M. E. Le ong
uu remarquable actrur ont rempli
lenis t'ts plu t ingrat, a la sa.is-
tac'ion dq public. Nos plu* sinc.es
compitirents i ces cinq aceai.
L'iU'eur de Marie icanne qui fut
x ViV m m t uit le- m lia peur sa
sayte patriotique t Dfil, m Ml
dercoiselieMiudHui cju tbrilladani
teetamciiaud'tre to'.Mais
iimpone ivant tout ceat i*b-
iMMifiiuti l'uvre a *t (!
I* prit ci t des p us curieux.
"Peau nn manu se leva es':
nt du soi t fait notie litt-
pMiionale. Lea an*, pei.se-l-
"PMtl le hnut du p.v, mais
p*w*w s t llaiblit avtc le temps.
'Wnont dv nu qu'une teu-
fe 'lai porterait a croir,
"*piblfadait Baudelaire que le J'.e pnncioal, avec pour S'gne par
Jwane j.eot lien produite tenatre M A igusie Ci i ou te tils, fut
'"sent fcond. Il lve 1 un^ l'obj-rt d oie seconde ov*iia:\
jMcelitiaiio... il rve!. Et (Ja peut dire que nous devons li
1 Wfce dons boo esprit la
lffl"',e ti Jeuces avidtn
iw itcils et tombei;r de sta-
lUedi qui aurait mauvaise
il.'f'Dl -"nena^er l Paapri
03 mu t p!es alors
n\ lte encore que
'i. j.
I. h.eilt
crivains h .tiens grouper au-
tour de lui quelques amis ari'i de-
voir nue uvre dont eh. que partis
......,,,,,,,,, serai l'objet de minuit uses obser
"tortiea. Lt l'Antt o'.oi/lo ;ait va ion il de confraternel! tonaeiis,
soyons lui du moins redevable de
nous a\oir prsent uue uvre d-
pourvoa de oui esprit de dnigre
meut eu de parti,
J aura 4 souhiu q l'en marge de
Oh.qoa hrgr- pire li^urt le portrait
du pote vivait ou ue d. ; mais il
clal de ce'te iooobliab'e jaorn/a
aux deux Itgaeora coni^^eua qi e
sont MM. Timotht P ' t rt \tmm
|oseph VilaireJ ptsidcut e' rrso'ie'
de l'Awoc lt'00. lisse ont bien d
vous. avec le concours d's att-
ires mtmb't's du comi' de d'rtcfon
des dames P t'OOeffS s oui ri t I r<^ :
rrftit on r bo u SUCt' de la tte.
du Comit d'o'qar.is-t on et des
rommsaai '""' on ifir, -pour nous
laire vivre ces Usures ii Touvnts
O 1' fit r iendaid des Hio<\ ros
Anctres, fui vratmfnt 1 l'honneur,
o le fris^cn ratno ique secoua tou-
tes les fmes,
ies lutus tilanesqires, les annes
pourpres He sang tt de gioir.U cr-
; t on du drapeau hatien,symbole de
Ittttioa du rr tt-e et du no r. enli",
courocn-.nt i-imrro-telle pope, la
vicoiie retentissante tt dfioitivetnc
le matte scuitir*. (oaaacrae pir '&
proclamation de 1 Indpendance na-
t'omle. fous ces (ouvenira g'o iem
voqus pr le et l'reacier rote
ont fat brt're le cct'jrs jrmieaa.
Llo.-pecl on sco'a-re de la Grand'
Anse se mu d'accord avec le Comt
de II Ligue nosjr que ia double olen
liit du i(S Mut revtit le caraeire
imposant qu lit a eu.
Air Dants H.liegir le qui n eu
l'heureuse i 1 Universit Hiitienni i 12 date de la
creatioa du dtapetu. ea approuv.nt
et en autor net la pariieip.ton des
lves i la fte de l'aseociaiioQ pr-
side ave- I in t d.* distinction e: i-iz
tivit pir Mr Paiet, a crit au pi.rt
dent du Comit qu-.l flicite vive-
ment la L'goe de 1 initiative qu elle
a prise de clbrer !e 117 m: aooi-
v;rsaire de la ctition du d apeau
Le dernier numro du program n-:
fui rempli par l'ariisti AUaiu C ri
qui chanta une mrirgue qu'il a
compose sur des paroles de Mr Eu-
gne Cuilbaud. le jenoi Georgei
Clri. un pianiste d avenir, iccom
p gna son [re. Les deux auteurs de
yon Dieu furent couvert; de Vivats.
U sons aussi que c'e t 1-.- merne ado-
lesceui qui tint le piano pour lei-
cuton d-* 1 Hymne pitrict que /pato
1rs d E'zer Vilaire. mjiique d'Alain
Clri?|) ehaut par un Jittr d une
vingtaine de tilll t.s po tant Ici cou-
leurs nationales-
Le prsident de la Lgue remit trois
bouquets a 'Mlles Lassq'Je, Pierre
e : ifirojl, en mjg'g.d* remer
cementi et de t":lieu.lions. La fte
prii f n a onze heures du soir. IMe
tut clture par la Ues'.aliennne
que, debout, la sal e toi e ebanta.
Ces ininifestat ons i:ontortantes
en l'honneur da dta^e-u nution.il
ont li^ du 18 Mai 102>, A l.mie,
une date vraiment inoubliable, une
g anJe et b.llc jjurn.e.
^rvl'bien des talents
,, orf.onu lui-mme-Kt ce
fl.Mli0l'U'1JlnCe ,mrite dtre a
J! don .a grande piti
cbja terrestre qui me procure, je
re rais Iropsi ]* dirsi plus de plai-
siro quelque chore qui m'exalte,
rre transporte hois de moi-mme
que les cuugans d'hiver dans les
srbres. sous un ciel nusgeux.^ dans
hs bois et d'entendre huiler l'orage
en furie dans la plaiae.*
Burns se sert du vent de la tem-
pte pour in'erpier les phnom-
nes de la Nature :
ihf sue?(>ni<: bUuttbi six 0 vtreaii i
'l'hc ioyhss wnttr day,
.el oikers ar. to moie dear
Iba cli tbe pridi of M*v '
op e. ijesi tu Pianct d'-botd, Mygnth tt items to joit
Au moment c allait s'ouvrir le
d x-netv me sit'cle, oonmeci en
Eu:o-e 'a g1 aide jvolut on moder-
f. Les vii*es d a lubie rtlte>0'a
d; l'eip t boatiiu fh nirent e ,
sous if- deux po sses :ne lut ruu-
1e pouvc le jaillit.
Uu rro^de nouveitt : bjurg ois.
pi b:ins octup' u< dtormi s la place,
nuire l'atiention, impose >a m:n re
d re dms les mceu.s tt grave son
imag'- d.ns tous lt s cisrits.
L1 iiot mootirl .ie la civi'isation
sou '-cla msfse du peuple jatquaOI
rudimen's de ledocation/t l'ensem-
b'e
COP
WM,sibqh, du pote bier n'envier la g'one de p. 1 sonne, et
L',>ete.veleu., ihologie l cur iase bun pour apprcier
...itiionB Mor- teiUlenta ioqolla io lent et a
*tul-qu'il voue 1 Beaut quelq' e clnp'.lto qui's pussent sp-
.!* luit -coumereux patt-nir.
'\ Mu;ctai'x choian dei V\,^
Arts
A pu tir de cette date et pendant
l'absence de Mr K W S l.bsrt la
procura'io.i c'e rot e n a son de
Commer:e et C0i.fi.' i Mr AttdltW
I Se!z
l'oit au Prince le 9 Juin 1920
R. LawiIB <:: S vil I H
p ys ce l'gal t prcoces tt des r-
Vout'ona dfinitives, qu'il Uttt obser
vt-r la masse bou>f{eoiM t les lils
d's paysans occups i parvenir au
lammtL
lin Augleterre \a monarchies te m
pfrei oni l?iss 1a cla5^e moyenne
19 rve'oppe", s'enrichir dans l in-
dustrie ci h commerce maritime.Ua
fils de paysan d l". nsse se distingue
m des premiers u.ins la maoit.-.sta*
tio-i de l'espit nouv-eau Peu d cri-
vaidl apparaissent aussi pittoresque-
me-.t que Rob t B 1 s. le pote*
bbjurcui.En eiM, chez lui l'hom-
me et les circonslinces sont sorta-
be'. Il naquit en 1759 dans une
chlumire b'ie des mains de son
r ", un fermier de triste condition.
Oa n'a guie vu ensrmbl plus de
misre tl pius de t t'eut que chez ce
h s de fermier. M il il n'tait pas
toa; simplement un paysan et sans
eu tare il ivaitsuivi d n sa jeunesse
les cours de l'co'e primaire de son
village; il recevait eu mr.e temp>
dei repeUl ojs de roa pre, qui pos-
sdait des conntijsances liiiraires
not-bes pour achever i'ms tu toa
du ti f. H sppiit ainsi un peu de
franc lis tt de latin, puis l'ar enhge.
U Usait beaucoup, et. emportait uu
livre dans sa peche pour tudier
dansleschamps auxmomeuti lib es,
il usa ainsi deux tiern-p'artes du
pote Ma kensie : l.< Recueil dei
ckansMS ,c tait. disait il sen tWa
mtcum U Isnai: ses yeux colls des-
sus en menant sa eiuiret c. chanson
ap ; chan 03, vers apis vers, ro-
tant soig eosement le vrai Ii tendra,
le sublme, c pour les distinguer de
l'll tt3tioa et de lenllare. Tne
coliect on of songs was my xade.
mtcum 1 po.ed over ihetn driviog my
cart, or waJliOg to labour...
lamail coeur de pote n'a soupir
plus aid mmeLt que le sien apii le
bonheur d're distingu : Never
did a heait panl moie arden'.iy !lun
mine to be istirguished
Mais hlas / ies malheurs lui arzi
vaiei t tn g'oupe; la pcuvre' ne
ma: qie janail de les ergtndrcr U a
tetit que sa gaiet en compignie
n'ct t que la fo ie du criminel vie
aux mains du bour eau. < F.vtn in
Ihe hour cl social mir-h, my gaieiy
is the snadaeaa ot ?n in'.oitc.tcd Cil*
minai under tbe fueds cl the execu
tioner.
Baroi tait donc devenu un rude
labouieur par ncessi; mais son
cpiit inipetu txan pas uniquement a sa cl:, i r u e
pend.nt qu'il ta conduisait sur 1rs
Ibt lealtss tiers my ftmey phase,
har tate ressembles mine
Les bou flics de veot passent ra-
pidement sur le ci 1 tnbreux,-un
jour d'hiver tiisie,elles me laissent
d'autres inipiessioo'. mais plus ch-
res que toute 1 iviesse de Mai :
le hurlement de la terraote calme
ma ensibiiit il semble i.'asocier
i mes inquitudes. les ai ores ef-
feuills plaisent i ma laa'aisie,
leur sort ressemble aa mien
I R. CHEVET C* suivre)
Expcil o; Import Co
17 B.t '.'yPl.ce haut.uis de U fetme paterneil-, H
N'.W Yo J, Cily disait ouveqt: Il y a peine qo
De la Rpublique
Au'ant pour rpondre a de nom-
breuses demandes de reoBoigae-
mei.ts qui lui ont V ndteaspes qu*
pour dgager ta leKponEahilit vis-
Vil du Gouvernement et du public,
le Jury Mdical Ceirtrnl croit devoir
fa'e la dclaration suivante :
Inform, par des avis publis dans
les journaux de Port-au Prince de Ih
vente prochaine d'un fort lot de
produits ph.rmacptitq.es extraits
de \\ Phirmrcie Centrale depur
lo gemps teruie, le Jury Mdical
rclama le dioit de fva/e exsm xu-.v
eaa |.oi!u U avant qu'ils tuaient
livrs au pi-b'ic- Ce droit, il le lira
des Bit cls 17 et is dt la loi du l'
Juin 1847.
La r-lamstion, porte devant fe
Oouvemo'nent, fut par lui rco mue
lg tirne Une commiasion, compo-
se de ,:-tiuliRtes, tut en cons-
tjtience < o s t'ie par le Jury pour
1 examen des la produits; mais elle
dm suspendre ses oprations u
praence de l'intervention de Mr
I Ingnieur, Chef du Service d Hy-
gine-
Le Jury Mdical Central, ayant tY?
mis dans 1 imoos4ibili' de remplir
sa mission, dclare u'avoir aucune,
responsabilit dans l'examer. qui a
pu tre fait des produits phsrmaceui
t'tpies mis ou veutu aux ordres des
Sqies'res-L'quiditeurs.
Varits
VENDREDI
LA Fit.LU D'HERODIADE
MONTE-CRISTO
5j poque
Enlre O. l.fJQ
La t Renaissdinx:*
C'est deftnitvementcardi soir que
la Renaissance doune Parisiana a
soire h'itra'e tan attendue. Il y
sera grable tt "Folk Lors s vie champtre^
h.
h > -
I


Jfc
est un puissant aliment mdici-
nal qui par lui mme contiens
tous les lments ncessaires
pour donner la sant et la force
Prennez-la pour vous convaincre.
t.x'ni r I. rutn
cetu snv*u
Chovcoun i
Ihx dernter roman r.qre d, Mr Paul
Heboux, nous fxlrajfcftli quelque*
passages suivantsqw'donntr.t une vice
Oun juste du don d'olmrwbm de lau
leur de Uomulvs Coucou et montre
quel parti i> a su tirer du fhtfd'mwt
Khwuld Durand, car on sait ,,* /,,
Choucoune de Monsieur ReOoUX n e t
" r/us aile dOtwald Durand.
m -i revue augm-, U* n.ise en pr* e
*".....franais
LecorrnisrdatP chnnisit.
m*! rinm"iirt<\er deox viwjonoe
1 couteieut en ventant II oli^-
LrJJ P,ei,e voiA 'lu'" va
dgrafer sa unique b od*> d'o- I
?thm"nd"Ql Ch.,nttH 8Ve ^ H
iSr.?e^ar 'e l,i,,e,nent de 3H,
,'*d.COa8us du bout WT e rH
BBtfitSJ?**1 noir8 b*
f 2 l'explication de ce iui
i procde aide comprendre
ce qui suit
Je crois qu'il faudrait vous dh*
ans tarder soua que! ciel obinfa't
ce commandant.
Ne cherchez pan dans un a'Iaa
lile o se passe cette histoire. C'en
une le des Antilles. Mais les U*o-
frophes ont oubli de la mentionner
SSS* d'"Pi! doctoral Les
choses joyeuses qui sont trangres.
Peut tre ont ils entendus parler d
cette contre. Mais ils ont i*ram* t
hauss les paules en grornrndsnt :
Ce n est pas srieux .. Et ils n'ont
mme pas voulu retenir le nom de
ente heureuse terre o le* nabi-
tnts, durant l'poque tonrmen ce
dont nous sobseons tjut le poidr
ont conserv dea cure l^ets
--Sffi2 Pi8?, 8urtout ,a orfondre
R.J'Sdfliftl LKurope a pus
1 hebtude de la railler depuis cin-
quante ans. Bien de plus Ininate-
i unle lors de ses dbuts, voil un
sicle, tout comme la civilisation
amricaine, la civilisation hatienne
est dveloppe. Main est pros. re
*.lle a cr des coles de droit, de
mdecine, de phannacie.de sciences
opl-ques. Elle possde des rsosui
a clairage lectrique et d* tel -
phone, des t.amways, ces pant-
lions prospres, dts naines Voni
pensez bien que j^ n irais pas ma
mler aux dtracteurs d'un si esti-
mable territoire.
Certes^les hros noirs de cette
aventure^e sont pas lui tens. Mais
lia dbitent, non' loin de l, entre la
Jamaque et la (t de la Louisiane,
un paya qui s est dlivr, en mme
temps qu'Haiti, de la domination
des Europen?, et qui, depuis, a
adopt nos formes de gouvernement
nos coutumes et los mesura,
Ua y ont inl la douceur et l'exu
brance tropicales. Les eus y Kr
dent noire langue, y suivent nus
usages, avec une botiue volont eu
ore un peu maladroite et qui n'en
etque plus touchante, l'ss'nabllleui
notre unitaiion, av.c le laisser
aller qu laspire la chaltur du climat
avec la fantaisie propre aux mes
ingnues, prises d'sjus'emeaie, tus
tneux et de couleurs vivaa Ksc'avts
alranchis depuis un s cle srolemei t
lia ae sont donn ds patronymes
comme les tlier. 1 s loi ont tar
menJa de prnoms qui rappellent
la foia les Icirts de hniel^uce
uumaineit les grandes conqutes
ae la aciet.ee
De mme que les ihcm s, l Up.
offrent par an deux ou II o moi*
aone. les oaioisirea 8'y renouvellent
piua rapidement aneore que cnTx
Vousavz d.'ja vu comrcent ,,
r?ir!TtUmna nmnu dbom
nie i Tle rond.. o deux points et
deux berre Ufortui les yen, |
nez. la bouclts : lorg aba eau htfoi
ne forme trop pttitdMl le paaii.h
erimrne di.qtil transparat i-ov*n
me rie lire bouchon... Cet ton pem
rr m me cela que res bas neres
des An'illes reproduist-n-, par I uis
t ti'ides, leur mise et leurs prorOB,
Lotie cifillaation
fn/t
Faits Divers
OBSBBVATOIRE
DU
PL'JT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
Merciedi juin 1920
^irorrl
Temprature
7S9 S
minimum 23 1
maximum j; N
28 6
couveit la
jour
9 h.
Mcyence d urne
Ciel nuageux le
nuit.
Orsgi pasatut par le Nord i
B :om re en hausse.
h SCHERE
La Petite Fte Dieu
A l'oc-Mion Jj 1 Octave de U Pw du Trii-
S-iint-SlCrcinent 1 des icposoiri seront dresse cet
privialJi, i la rue des Profits*Fort*, die* Mme
Bojclwreau, ih rue du Centre, chez Parisot
a u rue des Miraelsa, eho MelleCiic Lilavois.
1 a proccsMOQ quttun 1a Bjjihuue Notrc-Ua-
me 1 5 lnures.
Les PtfoUsw de St-Joseplt et de Stc-Anne c-
llirent aussi cet iprl midi la peti'C fdte D.eu
avec le nu'nie ciai que les annes preddfates.
La chaoelle de StA.ntoina
NtodreJi dernier a commence h DCUVaine pr-
paraioire i la l't de St Antu.ne qui sira cel-
ore L- dimanche i.| Juin courant. Une masse
y a t d te en mmoire de Mr Iules pouplard
qui iv. i 1 fier U chapelle.
.Wi que no. conirres Le Nouvel!sta et
L'Euor nous Mjllcitom pour ce quartier, U
Imipe lectrique pio.m-e depuis plu ,| une an-
ne, et qui do.t tre plac.'e devant U chapelle -
* syrapathiqut diieeteur du letvica lectrique
Mr Blrto ne refusera pat d ataorder sa benveil-
lante attention a c^ue reo-ie, e: donnera, uous
en sommes per uade^, entire satisfaction a l'in-
tressant quartier de St-AalOIM.
La fte du 3aer Cur
C'est denuinque la "aroisse de Tftrgeau (ate
le Sacri-Lti-ur de |sus 0 C.M dvetioo
est enralemeni tendueacrueiieoMoi ici etou-
tes le. tgns s 11 y aura m is Comme Vann.-e
dernire les maisons ou l'on voue un culte au
Cceur de Jsus. '.eront pavoises i cette oeca-
sij 1.
A S te Rose de Lioaa
Dans i.i coquette chapelle des tours de Ste-
Rose, i Laiue sen clbre, la l'tte-Oieu de-
main aprs-undi. il icra dra.ss dan la vaste
cour de l'Ublissement de gentils reposors ou
I on admirera le bai soi ci le uicoi d ces
dvoues rcligieusss.
Cble reu de New York
Mr tons arrive d'ici que qu s pur par Voie de
de Cuba nous a- -il t appris. I. amne avi<
lui :.> artistes d une rcnomii.e moud aie ac o,. -
pagnes de 1.01 s, iiglc^ .mes et chevaux. 1. 1 s
douera seulement que quatre npraenutions.
devant coutunoer poui Sim iJomuuue et Cub.
ou il est li par d^scontrats.
U 4esaera ttieaiaiiniinm aoa tfbu* es seite
Les briques devieunent rares
il y a. depuis quelque! semaines une raret
iosolue de briques. Le tau peut s'eapiiouei par la
mesuie prise dernirement et qui oblige a cons-
truire le plus possible en mscoanem.
Il faudrait iotensiricr la labrcaiien des b.iques
pour tant cesse: Cet tattlC cuoses.
Xvlariages
Le 15 Juin 7 lieu-cs du matin, sera bni en
lEglisc du So.Coui de Turguau, le nuruM
de Mcue Germaine Unegael ares m. tiZSk
Chine', nh de noire collaborateur I. H. i_Henc
* qui aouiadrenoui ainsi qu-au charmant rou-
pie, nos sincres compliments.
- EnMa BasOique Notre-Dame sen eibr
le samedi Jutllel a ; heuies du mat,,., le n
ge de Mel.c IlsSttlia Barou.et e avec Mr Marc
Uesgrarts.
A vendre
(llltV.
Tratisocan TradingCo
Buriquesrn bois et en fer. Sacs
vides nt-ufs tt de seconde main,
Grassb.p, papier d'emball, Sa-
chets de pap.e-, Cordage, ficelle che-
I' ;--" uvhM mises pour dauenil, houts. Pelles :

s- re
!
M -
S -t)
- 3
v
O
- >
, et
* O.
3
a-

Kouvelles
Etrangres
8 juin
LISBONNE l.apliate pie^idpnt
du conspUrln l'orti'gal, eFt c.
CONSTNTINQPlB. L'entente
corRinuni(|uu la perte qu'une pro-
liingstion ou dlai de quinze jours
est accorde pour prsenter les
observaions aux conditions du lri
te de pfix. la pcr'e avait demand
un*" niolorgalion d'un rno:s
MIF Le crolsear amricain Hit*
btir^ oommands par l'amiral Knai p
ai riva A Villebranoa
PARU L'acadmla de Balg/gne se
prono- a ea faveur de la cration
spcifie de Ipuip (raraite
PARIS Li Temps, tudiant la
doclr:: e de L'oyd Georg-, conclut
qu-auc.n^ouvetremental ne pour-
rait iranaigtf avec les lo'chvistet.
Aucun alli ne doit taire vis-i-vis
des bjlchvi.stes une po'r.icjue me-
naant de porter prjudice aux au-
"es allis ; il faut que h paix soit
fai e sur tous les 1 o-ns russes e' que
les cranciers d-; h Ruiiii ttoiver.t
de< girantita.
PARIS- Dans son article h bdo-
m dure, Poiacu riprtlant la cl-
bration mmorab'e d; I laJpendan-
ce Day uclare que les mri:ain$ et
les franais l'ni'eot p;r amour et
par sympatUe ii l'A ectuelle.Pomcar
ajout que ces seniiraents ne se sont
nullement refro di, il erait UWt d^
croire que les deux peuples passe; t
dan l'avenir demeurer loign*.
PARISLa cour-e rvclist: ta'ien-
ne s; le m ni h tr. Blloai M classa
premir, Gremj second, Alavoine
troisime.
PARIS Pour '.i prem re (eij 2
depuis la guerre, l'cxpoiirtoi du o. 5'
ioa aura lieu du 9 n u jahiZi-
rich, 14 i- ats seront repre>nts par
ijj dlgus. Les prioepaux objtl
Hes dl b:rati31s loq, le pr0b'ai
du ier.loppement de la eu tu e du
coton, la.si tonn ira pir des rech-.r,he scient li
ques.
PARIS L'Echo dePariiannonce
que M.llerand reut ues nouvelles de
Mo lieni Descnnal en tous points
exe? 1 mes
^ PARIS- MuIernnJ, prsident du
Conei{ de< inimslre.s aurait Pioten
lion d'efiecinra van la mi-juillet
un minutieux voyage d'inspection
dans les rgions dvastes.
PARIS- Li police p:rquisitionna
chez u militante KietoMnn.idbnn
te i la trais me internationale Une
non breuse coirespondance lut saisie
notamment dis lettres de Leuine et
de 1 rostky.
PARIS Une personnalit arglaise
uclara au Ptii Icarnal que Pauoid
ne jerait pas complet au sein du ca-
bioetrtlativement a l'ait tude adop
ffr l'gard de Kra^sioe. Ctttaon tt
Churchill seraient rsolument oppo-
ss su projet de ia leprise des itia-
tiors commerciales.
1ER IN Les lect ons se d/on-
Iient sacs incident. Les soci^livies
ind.ptndan;s ava ent final un
collge qui eut lieu dans Je plus
grand orure. Sur 1. s votants on
cop'e une moyennede 2} c j &'. bs
lentionistes. Les socialistes majori-
taires viennent en itle.
*A Mayenc. OUsoba h, Nurem-
bug, Francfort, les inipejdaots ont
la in.jori.
W juin
CONSTANRNOPIE Une ce m-
mission lut cha-ge de rdiger active
mect la ponst a taire au'tra t de
paix.
Le grand Vzircomptepa:tir la semai
ne jrochair.e poLr Paris pour rerret
tie telle ipo.i>c. Une eotrevue au-
wt heu ectre le grand Vzirtt Vcni
IflCI,
BRIPPcS, CATHAMES. LARTRCTE BScTcHiTT
l!JIE3 DE COUELUCHE ET LE R31CE0LE

i
Cous l'Influence du "PDLjttOEP.l'fi'
LA TflPX SE CM ML IMMf.DIATTMrNT.
ijv pravaB tr its sueurs NocruaMsa
PIAPABAISSEKT.
foei
i
..F.SSI0N
tT Ll S POINTS DE CCI'S
K'ATTfcNt'EKT.
L\ RrsPIRAilCN DKVILNT
PI.IS FACILE.
L'APPETIT REVIENT.
LE SOMMEIL REAPPARAIT.
LM FORCES
lt L'iXEaau renaissent
IUPLOY DattS LES HOPITAUX.
RECOaiUMDE Fia LA IKAJORITE DU C0r?3
MEDICIL FRANAIS. APPRCIE
PAR PLUS DE lO.MO MEDECINS ETRANGERS
NCDE D'EMPLOI
0 Une luilUrce caji matin et soir
r m:-
Es tett. dxns tsstci loi Drogoiries it Pharmacia*
^^F LABORATOIRES A. DAILLY
.1'
rf^sz 15, Ri-a de rome, PARIS

w
53
9?
TUgKISH
URBTTBS \
- & Cr.mc.-rca Ce f
'"i: r>n-:;.:. ;ah roeACCo co, lS
-.rj | Cimtfjn 4 Canarwi Co.
*"*-'**""" 'TOO.'WWH./. >
Or 9 60 le millier
Ed.lSSTVK#r&
i'UUT-AU-t'HINCE
BERLIN(D.x h'urci du Mira )
1H2 oeputii -;on lus; dont 48 ini
pendant-, ^| socialistes majontures
29 .0 iseiv il-u s modr' 22 cjt;c -
vateurs narioisljtt'iao membres du
centre, i\ dmocrate-, 3 membres
de h Ligue des p.ysans Wurtem
bourgeois, un Gue.f; et un comcou
niste.
Parmi los personnalits rlus on
cite E zSe'g^r Farceich prsident d-
Pasiemb e na ionalt et Winh mi-
nistre ds h lances.
PARIS Aujourd'hui eut lieu i
l'Htel de V.ile liniuguratioo solen
neile par la ville de Pans des .-.laques
commrra-alives i la, gloire 'des ar-
mes tl de leurs chefi, Fo h C'men
ceau et Puincsr lin outre de? t ois
intresss usinaient A cette mou-
vante crrrcnie les prsidents des
deux chambres, les ex micutres du
ministre Cmen-eau le cndinal
Amettre et de nombreux gnraux
Le prsident du conseil municipal
et le prfet de la Seine glorifirent
dans de bases discours les ^rinni
de la victoire libratrice de cette vail
1 nteriob queqa.ddc'ane nnf r,
tjrgea loi u di la v Uoire ei le-
va,t pendant un d rai s :'e l s n
tantsde la France dans la culie des
principes de justes et de 1 bert
qui lui conquit dans l'univers l'm
comparab e litnaiiofl morale qui lui
valut sis tories alliances.
Mouvrtmp >i VfaritinH
Le stc?mer S...".) Domingo t M
ce nutin pot- 'ani'^o de Cfli
avec un chargrent de piu d-
millier de sacs ds ci. et )i pan"
gers i destination du France
Le steamer Achille venant de ^
Yo'K ef des pois du Nord e-i slir
du ici le 1} du courant Partin nere
jour pour le saJ, Curiio e. l'B
rope
Le steamer Or an je \assju viHt
d'I-urope est a tendu ici vers <
du cou-anr, en route poi. M'
York via les ports di N'or
Objet perdu
On promet bonne rcompeai'i
ce'u: qui aura ""''1n "" ,J
reau
, rapport en 00
ux une paire 'anneaux e*IC
ayant uue perle blanche au< d?n
globes, perdus h:er aprs miJ. Li
bijoutiers sont aussi aviss
4 vis
Le yacht Utrmmi, o'frant tanes
les commodus dsirreles, laissera
samedi p-ochitn, 13 couiant,prenant
passages pour Santiago de Cuba.
Pour les conduits, s'adresser i Mr
': M c*lor, agent, tue du Magasin
de 1 Hit No 170*
AVIS IMPORTANT
L'A'semble des cranciers de 1
M Laroch*. suivant accord d"f
dcembre 1919 est prie de sei '*
d'urgence au Cab net de Me Absj
L^ger, 1624 Rue Roublicn".*
m in vendredi, 11 Juin et, JW
heures! ? prcises de Fape"1^
pour statuer sur les compte* sou
par la CFNTRALE.
Le CoMiiii des CriIavoe^
Cercle Beilev^f
M< ssieurs les membres do l'\
Jipllbvup fp rCunirortdiDO|DU"b|i
chain, i'.l du rourant. en Aa (.
gnrale, pour prcder {
vpllpmpnt Pta^u'siie d leur f
& lu heures du matin
. *<


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM