PAGE 1

UgMATlN Varits DEMAIN La PETITE MARC H AN DE FLEUH MONTE-CRISTO 4j roque Entre & ICO "^P c'est Tromper L'Organisme i Pour Plaire au Palais I infrortui n 10 hntS priranl pic* Puis Mill rai d rit CIBIB Be i . t. le traite identique a CS)lol n rnia le o mai loi del.'yues Horgroi. Il invita 1 • PlD po tDtial es d'y ai. p * |if tr aiguature. tenaid Ureacrit-et tazar prcde du directeur du piototole aynpi.t la tabla ou le trau est dpos et signent. Lea plnipoteutisnes allie signant ensuite tour tour. La crmonie tait termine 10 h 40 Le roi de Grce y aesisisit. FAHIS. L'aiobua (ioliatb pilot alternativement par Bouasoutrot et Bernard paiti bier a 5 b 3U du ma tin eflecuani ta circuit ferme il atte rit M matin 0 h fit psr a ie du mauvais temps battant oui les rtCirris de diaiance. KO ME. Les Journaux apprennent que sur 1 initiative de 1 Italie l*-s nllia se rei contreront probable osent Bruxelles le 18 rearant, HUME L'ap'iice Steffam annonce 3 ue le comte Mo ze MOLU ecciUre E t aux atfa rtrielle • a men ce* jours derniers une rigoureuse amtpafnscn f-iWur du rglement de. la Dflfe Intrieure c de II Dette Hot'ante quil niiresse si vnvctieni une portion rotabla de nosi.'oncitoyens. avtc le retour du Concilier financier, Mr Mac l'henev, nous sonirtcs tn droit d espirer .,• ure prompte olition sera donne aux porteurs de us CMgoriea de crtaacti. LEtat en bnficiciail f;nti;iii, CM les ressortissants allemands sont H, • i•• ri: pour d .. >c<. lortes valeurs, de ces tnrt*. Grand Cirque Eqjestre Saenz Frres Mr Saena arrive en cette ville avec un groupe de M artistes (t d .inimau* lroccs qu'il aintne gu couple. Tournes inspectorales Hier les inspecteurs Tessier, Chtelain, Carr Laleau ont t visiter, en automobile les coles urbaine et rur.ile de Carreiour et de Bizoton. Aujourd'hui sont parus le inspecteurs Lon Laleau pour v siter lea Scoltl de l'Arcahaie et Yreih Chiela n cl es dt t'onvlle. Jeudi c; ser.t le tour deMM.Tessier et Carr qui iront inspecter les coles de la Croix des bouquets Les inspecteurs seront de retour a la fin de la semaine pour entrefrendre, ds le 14 Juin, les examens d tudes primaires. Expos Gnral de la situation Nous avons reu un exemplaire de l'expos gnral de la situation pour l'exercice 1018-loto. Ce document lort k : r s 5 ant lslr la marche des affaira publiques pendant I exercice oui vient de s'couler. L'ne notable amlioration du commerce et de la dilficult des transports cessant avec la 1 a if, l'y rvle Nous en recommandons la lecture. Mariage Mercredi aprs-midi a t clbr en l'Hte Communal le ma i u;e de Mel e Louise Teisierl avec Mr Gustave Wcw —Les.tmoins taient, du ct del maiic: Mr T. laleau et le Dr F. Coicou, uu cot du marile capt. E. J. Noristt, Superviser General of Customs. La bndLiion nuptiale leur a t donne le lendemain matin en M Uasihque Notre-Dama. L'intressant couple a t conduit i l'autel par Mme B< N-ida et Mr le Dr F. Coicou. Aprs 1a crmonie, une cord'ale rception a t txite aux mv ts i L'coup-, dans le salons de Mr et Mme Maurice Cbriet. Nos meilleurs voeux de bonheur. Faire p rt funbre Nous avons reu le Litre-part de la mort, sur venue ce matin, de M:11e William Savain. Ses funrailles autant heu demain matin. le convoi MRifa *• la mai.on mortuaire MSC rue Geil'ard NO 160S. icur se rendre i I Eglise Mthodiste Wealejmnoc lndependmte. La dlunie tait la leinmc de notre conlrre, le dirccteui du • Moniteur • a qui nous envoyons, ainsi qu jua lamilles eprruves, l'eipression de aos sympathiques condolances. Elles soiit solides, lgantes et bon march. Farine Gold medal Celle qui donne le [dus grand rendementManchettes, manchettes Venez les visiter chez V Agent L. Pretizrnann—aaerholm e !" Vient d'arriver: Un stock de Surettes JOHN BUR,\S & Co Tar ferblanc de li livres ou en cais'fs d GO 100 au ifik de 40 cen'imes or U livre. livres Sal Hepatica La Sal Hepatica peu trs bin (fit* pre-crit co-nme laxatif, car il iminft le< produ-'s 'oxiques et agit d'un? faroa silre dans les cas d inflammation de l'intestin, comun p)ur U livre typhode et les autres iccj de fi're, pour les ditithlvofiltilas 't les maljiwe? qui se produt-ent pen tant l't par suite Je" fermentation et de putrlaction. Pour U cas de rhumatisme e 1 de gmllt. le Sil Hepatici offre au mdecin un dprra'il idal q ti amie en N aiemsnt uu soulagement rapide. Dans les cas d'mgdl ion aiflje, le Stl Hepatica soul'ge prou.ptement et en rai.-'on d-i ses proprits srtines et neutralisiu'esle in leciu consatera (jui e*i del plus grande efficacit p^ur le trai:ement du c tari h < et des acid tes de l'tstouiic et des iates'ins. Pour adultes, pour les rhumatismes et It goutte, pour les dran getnents oe l estomac et du I ie, pour les aliVciLns des Peins, atta ques de Iule, les malades 1 ; 1 1 peau et litre d > laxatif pour la cons'tpation, donnez le contenu d'une demi cuediera ou dune cuillere thi di u dans un verre deau. uuc demi Ir-ure avant de se coucher. A titre le ca'lnrtique actif pour l e s ex:s alcooliques, lej colinttf, les malaises d't, pour liminer les toxines irritantes 6t pour nettoyer \i systme digestif tout entier,donne/, deux quatre cuilleres th, de prfrence une heure avant le petit djeuner, dissoutes dans un verre d'eau soit chi ide, son f'oide. Le Sat Uepiuca oeut s'obtenir Jiez ;ous les principaux phirmaciens r,lrc Joseph Bourraine,Sinon Vieux. Al red Vieux, elc Ptoar lots Us rihmgnemmti ei toutes eommvuter, s'adresser a tOL.u.o a m juainon Un nrn-ij; loi anr le rmari. R o, |. qoe ,'J vrt nn tel toll que | e inoindtsT griff* quon lui imputait a t caractrfl immoral II a eu M i iJ nement d prem ro clanss. A la apssion de 1908 Mr it | DeDis Sain* Aude a cru que la" ment tait venu d'instituer la&aZ tion, de corpa 4 ct du divorai ter i nt compta de l'opinion relina. dea ^pouxs n prr jet a t trouv doxf, et nim* dissolvatit. t L. loi H il ait enfoui dans les arc Si Or il p rait que et i deux r rcJ li'iaient pas ai mauvais quoi disai', puisque contondas en seul le Conaeu d'Etat vient j'J faite une loi que la Presse loni qoe lopiriou publique s l'aird'ava rtt^rdue comme un prrgrs. Ai-)si marchent les ides. FuiJ en conclure qne la majorit pvi mentait e de 1907 et de 1904 ii un peu attarde 1 Pas absolosM Mais il y a peut re avantagea librer en nombre restreint lorjl taines n at res aflo d'viter rosi truclion d une majorit qui, lipt souvent, J'Y entend pss grsnd'esa Drt l 1 utilit d'uo Corps ipM dont le nombre des mtobrn lirxit. Pour gurir ou viter MioRAiNes coNiTieATiea SOMOCaTlONS-CTOURDIMEMEITI EMBARRAS GASTRIOUB IL SUFFIT de prendre . l'un cle vo3 repas tous 1er deux Jour* stulemtat une PilBlg du B f m 147, rue du Faub St-Denia, Part HaisillautGxiiarlesYritalfc qui sont tout tait blawt ot our chacun* iiasqu*llM ls •* HEHAUT A PAR ont lr' hsiblsment Imprims • Le S|S t CONWAY ij ici jeudi rodu conraat etprenint ft f pour l'Europe Por'-au-Princ?, le / m" 1 IJ Les Ajr>n's ROBERTS. DuT\>N*f Asthme A veudre Monsieur E TLiod, ' dre meuble et effet .liift M Victor Gentil automobile Studbaier, son A Uuer. ttnoe Uae du Magasin de l'Etat. Agent gnral pour Hati N. B. — Lrs commun les sont excxies sans commission. %  " % %  Mouvement des naviW LiRoe Panama [• %, ^,i S psrtir.de Fort. Fn-J^ ipivid Conanlt^r roir mdtein sur la U |3 du COUrBOt, dlliiW"U SIROP oa DESCHIENS N „ Y o'k L aeniBrV" Proscrit par plu de lu ow) Docteur dea *0Ot at'.aniUS • • OM grill plus minents du Monde entier dm* i .K P..-..I fliB'DSW ANEMIE. NEURASTHNIE. FAIBLESSE. MALADIES t 6 SIS aSnirai """ •POIIHIRE.C0MVAIESCNCE. 8UHM6IIAE.elf imn uinia SCZTSA'"."•!. d / f nM cl , i ''rrugujrus dont Is pluosrt ahlnent in voies dld-slIvos.Ws r*su et le* danls. J", ,.-.„,, tf fa le 1W .daala daaa !.. Hflpisaux d* Part.Des II nrsuiicr *


PAGE 1

QgitOlti m anne Ho 3/97 Port ta Prince Ha. H Mardi 8 Juin 1920 D1 R£CTECR PROPRIETAIRE RDACTEUR EN CHEF lon Laleau mil IIP 1B CFNTIMIl POB ..VOPRIN.I Q 2oo h) ,DIOI, DEPARTEMENTS I y G 2 50 loi 7 00 I troi mot TRANGEH U. • 8w .nnccs sont reues au comptoir InfcS de Publicit. 9 Rue Tronchet, Ta%  J ,,, J3, Ludgate Hill, Londres, Mr Justin Elie ET La musique hailiemic I, e n e connain do Juat.n E'ie V'deax compci ions qu? vous kiii ntendu excuter par l'anL|Di!mn>e : uneniande valse d* it o e tro iven' cea oppoL-pid force et de g ce que je ritii tout I heur*-; et une Uap C Ion sent, par moments jtr le souille puisaait de la muredeLis'z.. C'est encore du style L.. M be, I ai t prop %  ludons mon pays .. ii'NkUii pas piUo fier. [fa'i fait Juatw El fl pour i inoursonsrt? Il a t la source taireIl ans uns fouiller et notre folk loi o pour en tirer, lue iisp.iatiun nouvelle, des las tranges <-i originaux, pour ikirala aubntrih Mr.! de sa musihwante. Sur l'elerneLt du, chant I, sur 1 incantation vaudouas imagique, uire de tout uausiliCOQklruit do teaux pomes ras, doit la pailaite counaisan ibaaoiadun peu d'iniliutiou Iffm chaos dj mlodies eauvjges i)Uki-barbres , 1 expression est ^r Edouard Mergy qui, dans le Me 'flusical, a consacre uu arlijiiktin Elie, il a dgage des t.ti d'art, Il eu a lait une œu•M transposi ion et de traucfor oi-ll y a uo des rythmes niM, et pour les induire, il a TCM mesures ae 5,8 et de -Y*. %  la-aant ait roer^J>ses aSc es vaudoueaques ^Justin Elie prpare amoureus"%  Jet qu'il interprte, daus la plus P lulimit, devant quelques imi, il va fixer sa l'orme del. une en a tort d'accueillir avos wrire de d-idaiu, ce te mag iifi J "tative. Elle laisaa >ti ire et fiai aou œuvre-1. ci e dans la *-Uiliufttt de deux note*, de * MrtI Jolies de lraa popi "'poorqae dla seusibi ue du (4 '* n n *iMs toute une nymphe ocatuce u'hiatoi e.de pass, de 'Dquitaaeseimys-iiauiei. •[ qui veut voir l'effort do lar,* 0 B composteur cli z Justin ,£' ,aa M te suivre travers J^aiveiaes de ou volution. PMquil fait est pour lob•wruQe rvlation.. Oi sent ^•ouvrier, conscient Oa sou lui ld un ^ aa ald te, vo:cn | -„•** %  ie but qu'il s ost don %  MnY alltla "a: lu cration j"stttii i raUiCle bs'ienue, re k. !a Q r lea turinea primitives du kl MI r 8 ''"otttiou vaudous -'ai. A laaDt l '* ine aucestrxie, kaSj redlle8 quivoques, ses 1*3 Z u 8B8 lu le8 ecJ cramles i ; e "ystre qui la tourmente courba sous des force k, tUre le qjtllea elle ess*ie, /^''Mmeaiae reagir... '•r> f Ti ( ; OVOILUOR, Voultz.-ous r 'to a '* G lu vre laC0Ulb3 ,, "fdaita t ApUioJUe. I '• pome sympljooique, dcollant d une iie premire. Il s y est BOdVeofl — il s'en souviendra lougtempa encore — du loniautisiue da LU et de H iflioz. Il a voulu que sa m isique descriptive en ses par ties, rappelt orj sug^iat, laa deux Ides de la Beaut et de la Mott Uu romaa de Pierre Louys, il a iir>i les pHcddA les phij drauiatiq les pour il uatrer sa pemn maalcale. Vous vo s rappe'ez les parties iniuresses de 1 ueavre... La raverie da l'Adolei curr. las d" tou'ei les lailitadM de l'Ain dr. La promenade di la Cour ti.-ano, d'.apye da'is sa beau souve raine, aux attitudes de dej.-se, co ..s Ciaots de sa duissance lires s ib!e, inqaite de toutes les iuquieuJs >;p %  c.i auto.ir d'ulle et mlant le rayoaoemeatqui se de;ig3 de PU Chair Bomotaaoae faonne pir le Dsir et I \ VOlap auxiayouneiients dei iers du Jour q:i se m urt l.a Feocoo da I Amour e. d) la Bau te. et planant sur ce te leououire, criii ue poar lui donner le frision trag quelle ta brivet, l'ombre an gOietante do la Mort. Car, elle rui'.uit, la belle courtisane et les longues la lentaln is de ses sueurs ac coupagnant cette tnorl devait la quelle reviennent, pour s y mler e: s y confondra, les tuomes de la Rare ne *t J a d Cercle Por-iuPriOQieb, le samedi, l Fvrier 1919. H teuei bien cette da:e; cir, elle marqueredam l'bieteire di u Huai que hatienneJailiiaeemeot da lame nationale, Cite uiuv:0 repose tout entire sur deux ibmel populairesfout eu conservant la forma sy.oooniq ie, elle ee droule da-is uie unit ira manque continue par la lui e de deua hrdits : li blanche et I afri c.une... Il passe le sou'tla des puis sauces incantations par esquelles le Magicien courbe sous si domuaiion les mes frles p tes la aoumis gu ,1 %  I :: : ) i. Ll BSOeua lU / cla e en DO ie perdje* et suvi ges, toaioura lai mime, mais, d.ac. Il faut rprimer ses apptits (t ne rieu redouter ila ce qui ne dpend pas de soi, El ICTETE Quotidien TELEPBONR : 308 CntUt C:usn.> J accepte, non comme uvu$ m 1$ demandez de voue entretenir U.; tout a qui ee patstd Port au'P/ince, rr terait dailleur* imp 8,-. //,-, ,,1'iii d lui'quipe*'bi~n v ma intre s v d< ce q i t'y un .C ne itra pas beaucoup hlas, Vvut autre* tle la province v >a voit* faite* la dou* leur a air, 1 ue nuire ebonne Capital) comme voue l appelez, OVJC ironie, je croie, a U monopole da plaisir et le pr %  \ l$ j ns Sivous sa • ui: eux,cint na %  un contt domadaire car une pla ne rarfient ch jue lut davantage voui p u ,n-s:,.t tir: ua lai sm contre m d, in %  ; d i < tinnui, J a-; voue arracherai pat vis / lusiins M lis /: ne voue cacherai pae ho i / ia \u& la.ns jours notre bonne c>pitale i' a emi.er totrt meilleure province, puiequt • a / iiiri {d elle ie : 'il le visage d un 0J ut g de moins de cinq mille dm I*. EL! et dg %  %  %  i juelque foi* mme >'-n cumpagne, Pjrl uu /'/'•* C, et ces: m ne un-: de ses rares CO quel tri te U qa ii \' tout p trierai, au juste 1 Eil ce q u je le tait moi Dan tas 'le ch-jses et d un tdjt damit, d: U pi ut du b:au tempi de la lune et et des saison*, de ni.,-.t de co'ift tiers et quelque/o aussi', et pi % % %  tir le plus SOUOenl, de rien et de riens 1:1 • %  jinnij / n'a pat ientendu entre nous d oubUer un patte oui touche ne ai prs encore au pr.se il et tte se taire d-s t Amour et dttamourt je von coite rat bien dee / de tout et que / %  • m' s ni capab e de pure (uu'' vut b IUJ y ux ( Ae vers, cuire nuire* j et le ium ir d ml je me sent mourir, chaque fAt qu-, I>JUSpar mon a'ar, ni'i n l'y on r rve de flturu d un rubis vos doigtt plut lotit ne n'tre jamate btgue,.. A bientt, cousine XXX Anniversaire royal Jeudi tait I anniversaira uc la naissance de Gcofgca, Y, roi'd Angluterre. Actittc occasion, Ici lgations a con-.j'..r.:> ont aroarc leutl COJ eu ry h ne effrn, trav-'is lequel se mlent, >-e confondent, e'carteot pour s a rejoindra, les deux tbmee irs bnu.jles t\\i servont de bise a la sohd > e .nouvioe urch UCture mialCale de Jusfn Lli j de ce ryth ma '.rmge et inystHrieus, rv^la'eur ds la Da se sacr -e anno ice p ir les battemants voile* des lnuis Tarn bnore; de ciryime tourmant, jailli des Ctiiuts h iidilaires, indicateur de la repris) dj 1 ne do II ntie par h;s atavismis plissants au\iuels la ViergepOaBdee ne peu chipper — se degige uuo impression dordie, do beaut, dbarmoaie : lmanta d'un Art qui a au cho sir, grouper, •ttralra ue cbeaee [rueiee toute U quand esthe ique qu'elles renier mentEt ion sent vraiment que l on se trouve eu prsence d'uue forme de muslqji qui es; natienoe, (jai est or g naie.qui es; personnelle a Justin Eue, qui e=t n3uvj de tout l'inconnu oi l m |.n. de co rylinub in.s'.ene ix la rod nt i*ns la Uauo sym|.-ii i I que.. L. l'on sent lu besoin do re marcier 1 Artiste coascieni et cre mur q-aes J istiu Eue de nous avoir appui u 1 a force d sXbrU, ds volunte, de laleut, loin des sauuers ba.tu.^ i i parmi une iocomproneusioc uexpu c:ble, ce Lis on d Ar. nouveau : ce par q lOi. p 10 iUQi uotre musique, la alusiqae bal pond mritera n'avoir u e puca o. gi ial • %  si pj ite, s mo deati soit-!-daua ie san^tu-ux e Sjno.e Fal us te la A1J-.U,JO iuaud aie .. SBYMOtft i'R\U2L /Voua pHnnt nnt abonne et lecteurs d< nous fxcwer d 1 n'avoir pat p i • relire h % %  ,-. i t acci Irnt, du au tagtde notre Qrande fani 'toirc nouveau local <'-iir que dt U le M itre %  %  %  % % %  te t io luir %  • % %  plus Aon, elle Etrangres Rediition d'un Cil I CcUM) e U non; est fii' put que Calilll Batraville.oacli de lenoit Bitraville. chef caco tu dfn iie.neot dans les conduions que l'on sait, s'est renJu aux autorits de La cahobas Ces rgions nagure si fertiles, si produc ives de d.-nres de toute? sortes, si liches surtout eo bestiaux eut t dvastes en g'IBdl partie pu les etcas. Grce la piii do..t elles jouissent maintenant elles pourront repreadre avant longtemps leur ancienne splendeur, le disxire et le brigandage ayant t entire* ment rprims par l'Occupation. 2 juin PARIS —1 x conUren:3 des ambas sadeurs rgie lu ditions dam les q loit se ftirc la consultntion p polaire pevus par le trait de \ tailles et'Eupen Malmedy. Ele cont;titna une commission de Pibis citf. Le conseil d: cabinet approuva dfinitivement le projet de s'dus des foncioanaircs et d;:di que ces d.Tciets ne pouriont dsormais sdk rcr a uucun groupement dont les ia'. '•''. corporatif* ne seraient pas Iss l.urs. Le gLV.-r T.ir.e. 1 neiorera pas davantage lis .s;oviat.ons et que. ces derniersco-itinu.'ntl vivre en syodiest ni d'jdherrr i la C.C TPARIS — Uae d.%.la: de Franc(oit signale qu? depuis une semaine le p ix de divers s denres |ilirnentai res et d autres marchandises accuse u i i' lisse ^J itiaue. PARIS Ls minii rc d: la guerre fit parvenir des instructio U aux co n mandants de co'pi d'arme en vue de la patticipatioa des soldat; franais ao honneurs rendus leurs frres d armes amricains morts i l ennemi en France. PARlS-LE:ho d; Paris signale que 1 Allemagne sembla de plus en p;us VOJIOU ex enter plus pleinement les clsuses du trait. La commission de co itrle reut les tat relatif < aux ^5,oco pices d'ariilliric qui isroot dtruiies et do ai 8 JO le s a il dj. PARIS—Les |oarnatjx ton unanimes i sa rjouir de l'amlioration d: l'tat de sanli de Monsieur DJI chinel. Saiv.int "l'Echo de Pans'' le Cn.l d; l'Etat prsiderait m nr le cjoseil dis minisires avan. d; qa.lt.r rais. PARISUa d.'crct p oh.b; lporution dej haiies minral:? et ses drivs, PARIS-Selon le '[ournal' les regimsati S: lgilais pirticipant i i'o:cupation d: I Alletnigie seront eavo ys ci leniart dias le levant vers le, dix courant. F A Kl S — Le comit agticolo du canuri de Muners lut Caihaux pre sident. SAN* S'iusn.w. Ll grve gn raie clata. Dis tint tives de debaucninge provoqurent ues dsordres la g-i.darmeue chargea. Ou signale planteurs biei.s. L'eut d lige est pro-lun. PARIS— Uae co'.iision se produisit .a ipivmioi dans la foii de Font reo.tau entie lautomctile du roi de Grce et celle du comte Allain de L'guiou. le ioi sortit ind mne de l'accidiot Le cemte fut grivement b'tsse ainsi que p.usicurs ptrsannes qui t ac i mp gnaient. PRAGUE— vl A il lu prj i i in la R.publique I hcoslcvaqui. YARSOVIE-Des laUe? acharnes. continuent. Une contre-attaque fora l'ennemi i battre en reraite, i^o soldats luient capturs. L\ cavalerie cerna au noiJ de Dobrihk 400 cosaques PARIS— Les milieux officiais romains annoncent que la Fiance et 1 Angleterre auraient consenti iaiour ner la cor.irence de Saa eu re le 10 et le 20 juillet. Dans les miii ux de la confrence i Pans, ou dclare le contraire.Les cabinets an^'ais et Ira 1 sil le muent d'accord pour faire tes sortir au gcuvernenimt lis lucon • vnienh dut second jjoutnementde la confrence. fJONSTANTNOPLEL;s cornbus entre les troupes gouverne nentaleietlei forces nation i listes continuent avec achatnen'int danj \t* rgion! de Cabmji.Abada/.ar.DazJj et liolou Les pasithns lurent prises et reprises par les adversaires de la guerre civile ; ces combats provoquent la dsolation partout Les pa\sans affols fuient en abandonnant tout leur ben. La cour martiale pronona un juge Tient contre leschtN rcb.'i^s Bscon B y ex-ministre de la marine actuelle ncntMi tett Mois* t.fa Facna ex-ministre d: li g icrre con d .mns mort. ATHESES.Of-ciel— L);s forcer ii %  . .. q -a f i 1 n.iora i'--. occuprent. Dsilgitch, QimnldjiBl sans incident. L les lurent salues pu les popUiatici] i. DOLLAR : t*,8j. 7 julc PAUis. On tlgraphia de Biffai qui ls ministre lleichbwshr f*oe vaut le prsident Lbert et les gnraux de la Ueichswehr d'empiro reconnut qu'il tait diflr.ila a la m ijori dus ottcters levs daus les principes de l'ancien lgime de ae plier aux ides uouvelles. II aiout qi-i taus les focctioriuaires prticulioremiot les cheis mllitairaa de vaiuut :re prti a remplir dans tautoi lescirconstances euvera fta* les devoirs qo il* acoeptreot et prenant leur fonction ot que l'arme diVait appartenir la collectivit en n ri a un parti. Le ministre dclar ensuite pae le maintien de l'ordr s dms lann e tait subordonna rva maintien deselec ifs au chiffra d* 'j xi u A) hommti aiin que les nfftalaffa soient assurs du lendemain. 1! ajouta que la qunstioa aeraie trauchj u .Spa mais que a conterence de Spa ne pouvait avoir lien que si l'ordre intrieur taii inauteiiu en Allemagne. Von .Seekh ai nom do tous les gnraux aftiruraa sa fidlit h la constitution et demanda aux civils de lui fane onliance am> qu'a ses collgues qui poursuiveiK le lelvemont et la lihtration de fa Patrie dans l'ordre et le travail PARIS, Le tiait il mgrois fat s g : BU; outd'hui au g-.jiid inanoa an preeuCi do total les t'i^i ipou-n tim as aidsLis dlgue U 'gru


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05132
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, June 08, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05132
System ID: UF00081213:05132

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
QgitOlti
m anne Ho 3/97
Port ta Prince Ha. H
Mardi 8 Juin 1920
D1RCTECR PROPRIETAIRE
RDACTEUR EN CHEF
lon Laleau
mil IIP 1B CFNTIMIl
POB..VOPRIN.I Q. 2oo
h),DIOI, DEPARTEMENTS
I y G 2 50
loi 7 00
I troi mot TRANGEH
U------------. 8w,
.nnccs sont reues au comptoir In-
fcS de Publicit. 9 Rue Tronchet, Ta-
J ,,, J3, Ludgate Hill, Londres,
Mr Justin Elie
ET
La musique hailiemic
I, ene connain do Juat.n E'ie
V'deax compci ions qu? vous
kiii ntendu excuter par l'an-
L|Di!mn>e : uneniande valse d*
it o e tro iven' cea oppo-
L-pid force et de g ce que je
ritii tout I heur*-; et une Uap
C Ion sent, par moments
jtr le souille puisaait de la mu-
redeLis'z.. C'est encore du style
L.. M liiiRi sodie mo trent, par 1-ur
lire, > id.fge que, deru.-e la virtuose
jon apprcia le mcanisme sr,
jathitiQ craeui duqiel on est
Idroit d'attandre beaucoup; car, il
ccDi:ieot de tci forets' et il
kile la discipline...
[oil ce que je d.su.s et que je
us de Justin Elie, il y a deyk
tact. J'avais le pressentiment ue
airqailpor.ait on lui et que je
ftbtai-raeayer de vous rvler...
une foi, et <. ontre le p ove> be,
I ai t prop ludons mon pays ..
ii'NkUii pas piUo fier.
[fa'i fait Juatw El fl pour i inou-
rsonsrt? Il a t la source
taire- Il ans uns fouiller et
notre folk loi o pour en tirer,
lue iisp.iatiun nouvelle, des
las tranges <-i originaux, pour
ikirala aubntrih Mr.! de sa musi-
hwante. Sur l'elerneLt du, chant
I, sur 1 incantation vaudouas
imagique, uire de tout uausi-
liCOQklruit do teaux pomes
ras, doit la pailaite counaisan
ibaaoiadun peu d'iniliutiou .
Iffm chaos dj mlodies eauvjges
i)Uki-barbres , 1 expression est
^r Edouard Mergy qui, dans le
Me 'flusical, a consacre uu ar-
lijiiktin Elie, il a dgage des
t.ti d'art, Il eu a lait une u-
m transposi ion et de traucfor
oi-ll y a uo des rythmes ni-
M, et pour les induire, il a
tcm mesures ae 5,8 et de -Y*.
la-aant ait roer-
^J>ses aSc es vaudoueaques
^Justin Elie prpare amoureus"-
Jet qu'il interprte, daus la plus
P lulimit, devant quelques
imi, il va fixer sa l'orme de-
l.
une en a tort d'accueillir avos
' wrire de d-idaiu, ce te mag iifi
J "tative. Elle laisaa >ti ire et
fiai aou uvre-1. ci e dans la
*-Uiliufttt de deux note*, de
*MrtI Jolies de lraa popi
"'poorqae d- la seusibi ue du
(4 '*n n*iMs toute une nymphe
ocatuce u'hiatoi e.de pass, de
'Dquitaaeseimys-iiauiei.
[ qui veut voir l'effort do lar-
,*0B composteur cli z Justin
,',aaM te suivre travers
J^aiveiaes de ou volution.
PMquil fait est pour lob-
wruQe rvlation.. Oi sent
^ouvrier, conscient Oa sou
lui ld'un ^aa ald te, vo:cn
| -** ie but qu'il s ost don
'MnY alltla"a: lu cration
j"stttii i raUiCle bs'ienue, re
k.!a,Q.r lea turinea primitives du
kl mir8 ''"otttiou vaudous
-'ai. a laaDt l'*ine aucestrxie,
kaSj redlle8 quivoques, ses
1*3Z u 8B8 lu'le8' *ecJ cramles
i ;e "ystre qui la tourmente
courba sous des force
k, tUre le qjtllea elle ess*ie,
/^''Mmeaiae reagir...
'r>fTi(; ovoIlUor, Voultz.-ous
r'toa'*G lu'vre laC0Ulb3
,, "fdaita t ApUioJUe.
I ' pome sympljooique,
dcollant d une iie premire. Il s y
est BOdVeofl il s'en souviendra
lougtempa encore du loniautisiue
da LU et de H iflioz. Il a voulu que
sa m isique descriptive en ses par
ties, rappelt orj sug^iat, laa deux
Ides de la Beaut et de la Mott Uu
romaa de Pierre Louys, il a iir>i les
pHcddA les phij drauiatiq les pour
il uatrer sa pemn maalcale. Vous
vo s rappe'ez les parties iniuresses
de 1 ueavre... La raverie da l'Adolei
curr. las d" tou'ei les lailitadM de
l'Ain dr. La promenade di la Cour
ti.-ano, d'.apye da'is sa beau souve
raine, aux attitudes de dej.-se, co ..s
Ciaots de sa duissance lires s ib!e,
inqaite de toutes les iuquieuJs
>;p. c.i auto.ir d'ulle et mlant le
rayoaoemeatqui se de;ig3 de pu
Chair Bomotaaoae faonne pir le
Dsir et I \ VOlap auxiayouneiients
dei iers du Jour q:i se m urt l.a
Feocoo da I Amour e. d) la Bau
te. et planant sur ce te leououire,
criii ue poar lui donner le frision
trag quelle ta brivet, l'ombre an
gOietante do la Mort. Car, elle
rui'.uit, la belle courtisane et les lon-
gues la lentaln is de ses sueurs ac
coupagnant cette tnorl devait la
quelle reviennent, pour s y mler e:
s y confondra, les tuomes de la Rare
ne * Fatale- i. la musique troejae tout
c:Ib... Et le roman se ralifll en
im;ges aoooreii mouvante.", dou;oa
reuaai, jusqu'au pathtique le plus
t. gique...
Lu lecond pome symphoniquo :
Cleopa re, marque la deaume ape
d^ Ct o evolu'uu- Ici, la sym, lioi.ie
s inspire d'un chant piimuif li.i.ieu.
Ce sont deux thmes voudoues^ues
qui vont servir de dveloppemeui a
lu crtuion muaicile< Lardata a
voulu Be-dbarraear daa souvenirs
de .'Ecole- Il a t ch :icher son lus
pua.ion dane DOf melopti pjpulai
rea* il a voulu e i f lire le foudeniant
mme de fi turma orignaie qu'il
rive d crer, qu'il va crer, qu'il a
Orai, donnant ainsi la musique
hai'.ieun-j une physionomie qui eat
aieuue, et par quoi elle va se mar
qudr uu j place q u es; bien elle...
jar traduire I urgia ordoooe uar
C.aop'.re, la brune Lagid , iouw
meurtrie do l'anandoa dj l'ardant
lnjeraor, ot aspirau de tjutj s m
uj, de lout sou corps, vois la Vo-
Ittp liatuble, la inisiqua de Justin
En M lan^e dans le rythme o
pisse \i ne sus qioiie ta eurdiooy
Bisque o a'eunavoient les force l
uita du USir. Coi y bine est bien
du Justin I ie; il la recueilli : il l'a
transpose, il en a tir le pnac pe
d'un art fcond et personne'..
La description de l'Orgie orientale
nors acbamine vers la description
del Luochanale voudouesque-
La hacchauale fat ijuee, pour la
premire '->tJ. ad Cercle Por-iu-
PriOQieb, le samedi, l Fvrier 1919.
H teuei bien cette da:e; cir, elle
marqueredam l'bieteire di u Huai
que hatienne-
Jailiiaeemeot da lame nationale,
Cite uiuv:0 repose tout entire sur
deux ibmel populaires- fout eu
conservant la forma sy.oooniq ie,
elle ee droule da-is uie unit ira
manque continue par la lui e de
deua hrdits : li blanche et I afri
c.une... Il passe le sou'tla des puis
sauces incantations par esquelles le
Magicien courbe sous si domuaiion
les mes frles p tes la aoumis
gu ,1 I :: : ) i. Ll BSOeua lU /
cla e en do ie perdje* et suvi
ges, toaioura lai mime, mais, d.ac.
Il faut rprimer ses ap-
ptits (t ne rieu redouter
ila ce qui ne dpend pas
de soi,
El ICTETE
Quotidien
TELEPBONR : 308
CntUt C:usn.> J accepte, non
comme uvu$ m 1$ demandez de voue
entretenir U.; tout a qui ee patstd
Port au'P/ince, rr terait dailleur*
imp 8,-. //,-, ,,1'iii d lui'- quipe*'bi~n
v ma intre s v d< ce q i t'y un .C ne
itra pas beaucoup hlas, Vvut autre*
tle la province v >a voit* faite* la dou*
leur a air,1 ue nuire ebonne Capital)
comme voue l appelez, ovjc ironie, je
croie, a U monopole da plaisir et le
pr ' \ l$ j ns Sivous sa
ui- : eux,cint na un contt
domadaire car une pla
ne rarfient ch jue lut davantage
voui p u ,n-s:,.t tir: ua lai sm
contre m d, in ; d i < tinnui, J a-; voue
arracherai pat vis / lusiins M lis /:
ne voue cacherai pae ho i / ia \u&
la.ns jours notre bonne c>pitale
i' a emi.er totrt meilleure provin-
ce, puiequt a / iiiri {d elle ie : 'il le
visage d un 0j ut g de moins de cinq
mille dm I*. EL! et dg ' i juelque
foi* mme >'-n cumpagne, Pjrl uu /'/'*
C, et ces: m ne un-: de ses rares CO
quel tri te
U qa ii \' tout p trierai, au juste 1
Eil ce q u je le tait moi Dan tas 'le
ch-jses et d un tdjt damit, d: U pi
ut du b:au tempi de la lune et eoleil, ac littrature ..hait eioi> et des
saison*, de ni.- ,-.t de co'ift
tiers et quelque/o aussi', et pi tir
le plus SOUOenl, de rien et de riens 1:1
jinnij./ n'a pat ientendu entre nous
d oubUer un patte oui touche ne ai
prs encore au pr.se il et tte se taire d-s
t Amour et dttamourt je von coite
rat bien dee / de tout et que / m' s ni
capab e de pure (uu'' vut b iuj y ux
( Ae vers, cuire nuire* j et le ium ir
d ml je me sent mourir, chaque fAt
qu-, i>jus- par mon a'ar, ni'i n l'y on r
rve de flturu d un rubis vos doigtt
plut lotit ne n'tre jamate btgue,..
A bientt, cousine
XXX
Anniversaire royal
Jeudi tait I anniversaira uc la naissance de
Gcofgca, Y, roi'd Angluterre.
Actittc occasion, Ici lgations a con-.j'..r.:> ont
aroarc leutl coj eu .
ry h ne effrn, trav-'is lequel se
mlent, >-e confondent, e'carteot
pour s a rejoindra, les deux tbmee
irs bnu.jles t\\i servont de bise a
la sohd > e .nouvioe urch UCture
mialCale de Jusfn Llij, de ce ryth
ma '.rmge et inystHrieus, rv^la'eur
ds la Da se sacr -e anno ice p ir les
battemants voile* des lnuis Tarn
bnore; de ciryime tourmant, jailli
des Ctiiuts h iidilaires, indicateur
de la repris) dj 1 ne do II ntie par
h;s atavismis plissants au\iuels la
ViergepOaBdee ne peu chipper
se degige uuo impression dordie,
do beaut, dbarmoaie : lmanta
d'un Art qui a au cho sir, grouper,
ttralra ue cbeaee [rueiee toute U
quand esthe ique qu'elles renier
ment-
Et ion sent vraiment que l on se
trouve eu prsence d'uue forme de
muslqji qui es; natienoe, (jai est
or g naie.qui es; personnelle a Justin
Eue, qui e=t n3uvj de tout l'inconnu
oi l m |.n. de co rylinub in.s'.ene ix
la rod nt i*ns la Uauo sym|.-ii i I
que.. L. l'on sent lu besoin do re
marcier 1 Artiste coascieni et cre
mur q-aes J istiu Eue de nous avoir
appui u1, a force d sXbrU, ds volunte,
de laleut, loin des sauuers ba.tu.^ i i
parmi une iocomproneusioc uexpu
c:ble, ce Lis on d Ar. nouveau : ce
par q lOi. p 10 iUQi uotre musique, la
alusiqae bal pond mritera n'avoir
u e puca o. gi ial si pj ite, s mo
deati soit-!-- daua ie san^tu-ux
e Sjno.e Fal us te la a1j-.u,jo iuau-
d aie ..
SBYMOtft i'R\U2L
/Voua pHnnt nnt abonne et lecteurs
d< nous fxcwer d1 n'avoir pat p i
relire h ,-. i ,t acci Irnt, du au
tagtde notre Qrande fani 'toirc
nouveau local <'-i Nous avons ifsii >ir que dt U le M i-
tre te t io luir ' plus
Aon, elle
Etrangres
Rediition d'un
Cil I CcUM)
e
U non; est fii' put que Calilll
Batraville.oacli de lenoit Bitraville.
chef caco tu dfn iie.neot dans les
conduions que l'on sait, s'est renJu
aux autorits de La cahobas
Ces rgions nagure si fertiles, si
produc ives de d.-nres de toute?
sortes, si liches surtout eo bestiaux
eut t dvastes en g'IBdl partie
pu les etcas. Grce la piii
do..t elles jouissent maintenant elles
pourront repreadre avant longtemps
leur ancienne splendeur, le disxire
et le brigandage ayant t entire*
ment rprims par l'Occupation.
2 juin
PARIS 1 x conUren:3 des ambas
sadeurs rgie lu ditions dam les
q loit se ftirc la consultntion
p polaire pevus par le trait de
\ tailles et'Eupen Malmedy. Ele
cont;titna une commission de Pibis
citf. Le conseil d: cabinet approuva
dfinitivement le projet de s'dus
des foncioanaircs et d;:di que ces
d.Tciets ne pouriont dsormais sdk
rcr a uucun groupement dont les
ia'. '''. corporatif* ne seraient pas
Iss l.urs. Le gLV.-r T.ir.e. 1 neio-
rera pas davantage lis .s;oviat.ons
et que. ces derniersco-itinu.'ntl vivre
en syodiest ni d'jdherrr i la C.C T-
PARIS Uae d.%.la: de Franc-
(oit signale qu? depuis une semaine
le p ix de divers s denres |ilirnentai
res et d autres marchandises accuse
u i i' lisse ^j itiaue.
PARIS Ls minii rc d: la guerre
fit parvenir des instructio U aux co n
mandants de co'pi d'arme en vue
de la patticipatioa des soldat; fran-
ais ao honneurs rendus leurs
frres d armes amricains morts i
l ennemi en France.
PARlS-LE:ho d; Paris signale
que 1 Allemagne sembla de plus en
p;us vojIou ex enter plus pleinement
les clsuses du trait. La commission
de co itrle reut les tat relatif < aux
^5,oco pices d'ariilliric qui isroot
dtruiies et do ai 8 jo le s a il dj.
PARISLes |oarnatjx ton una-
nimes i sa rjouir de l'amlioration
d: l'tat de sanli de Monsieur Dji
chinel. Saiv.int "l'Echo de Pans'' le
Cn.l d; l'Etat prsiderait m nr le
cjoseil dis minisires avan. d; qa.l-
t.r rais.
PARIS- Ua d.'crct p oh.b; l-
porution dej haiies minral:? et ses
drivs,
PARIS-Selon le '[ournal' les re-
gimsati S: lgilais pirticipant i i'o:-
cupation d: I Alletnigie seront eavo
ys ci leniart dias le levant vers le,
dix courant.
F A Kl S Le comit agticolo du
canuri de Muners lut Caihaux pre
sident.
San* S'iusn.w. Ll grve gn
raie clata. Dis tint tives de debau-
cninge provoqurent ues dsordres
la g-i.darmeue chargea. Ou signale
planteurs biei.s. L'eut d lige est
pro-lun.
PARIS Uae co'.iision se produi-
sit .a ipivmioi dans la foii de
Font reo.tau entie lautomctile du
roi de Grce et celle du comte Allain
de L'guiou. le ioi sortit ind mne de
l'accidiot Le cemte fut grivement
b'tsse ainsi que p.usicurs ptrsannes
qui t ac i mp gnaient.
PRAGUE vl A il lu pr-
j i i in la R.publique I hcoslc-
vaqui.
YARSOVIE-Des laUe? acharnes.
continuent. Une contre-attaque fora
l'ennemi i battre en reraite, i^o
soldats luient capturs. L\ cavalerie
cerna au noiJ de Dobrihk 400 co-
saques
PARIS Les milieux officiais ro-
mains annoncent que la Fiance et
1 Angleterre auraient consenti iaiour
ner la cor.irence de Saa eu re le 10
et le 20 juillet. Dans les miii ux de
la confrence i Pans, ou dclare le
contraire.Les cabinets an^'ais et Ira 1
sil le muent d'accord pour faire
tes sortir au gcuvernenimt lis lucon
vnienh dut second jjoutnementde
la confrence.
fJONSTANTNOPLE- L;s corn-
bus entre les troupes gouverne nen-
taleietlei forces nationilistes con-
tinuent avec achatnen'int danj \t*
rgion! de Cabmji.Abada/.ar.DazJj
et liolou Les pasithns lurent prises
et reprises par les adversaires de la
guerre civile ; ces combats provo-
quent la dsolation partout Les pa\-
sans affols fuient en abandonnant
tout leur ben. La cour martiale pro-
nona un juge Tient contre leschtN
rcb.'i^s Bscon B y ex-ministre de la
marine actuelle ncntMi tett Mois*
t.fa Facna ex-ministre d: li g icrre
con d .mns mort.
ATHESES.Of-ciel L);s forcer
ii .. - .. q -a f i 1 n.iora i'--. occuprent.
Dsilgitch, QimnldjiBl sans inci-
dent. L les lurent salues pu les po-
pUiatici] i.
DOLLAR : t*,8j.
7 julc
PAUis. On tlgraphia de Biffai
qui ls ministre lleichbwshr f*oe
vaut le prsident Lbert et les gn-
raux de la Ueichswehr d'empiro
reconnut qu'il tait diflr.ila a la
m ijori dus ottcters levs daus les
principes de l'ancien lgime de ae
plier aux ides uouvelles. II aiout
qi-i taus les focctioriuaires prticu-
lioremiot les cheis mllitairaa de
vaiuut :re prti a remplir dans
tautoi lescirconstances euvera fta*
les devoirs qo il* acoeptreot et
prenant leur fonction ot que l'arme
diVait appartenir la collectivit en
n ri a un parti. Le ministre dclar
ensuite pae le maintien de l'ordr s
dms lann e tait subordonna rva
maintien deselec ifs au chiffra d*
'j xi u a) hommti aiin que les nfftalaffa
soient assurs du lendemain.
1! ajouta que la qunstioa aeraie
trauchj u .Spa mais que a conte-
rence de Spa ne pouvait avoir lien
que si l'ordre intrieur taii inaute-
iiu en Allemagne. Von .Seekh ai
nom do tous les gnraux aftiruraa sa
fidlit h la constitution et demanda
aux civils de lui fane onliance am>
qu'a ses collgues qui poursuiveiK
le lelvemont et la lihtration de fa
Patrie dans l'ordre et le travail
PARIS, Le tiait il mgrois fat
s g : bu;outd'hui au g-.jiid inanoa
an preeuCi do total les t'i^i ipou-n
tim as aids- Lis dlgue U 'gru


UgMATlN
Varits
DEMAIN
La PETITE MARC H AN
DE FLEUH
MONTE-CRISTO
4j roque
Entre & ICO
"^P c'est
Tromper L'Organisme
i
Pour Plaire au Palais I
infrortui n 10 hntS priranl pic*
Puis Mill rai d rit cIbib b- e i . t. le
traite identique a CS)lol n rnia le o
mai loi del.'yues Horgroi. Il invita
1 PlD po tDtial es d'y ai. p * |if tr
aiguature. tenaid Ureacrit-et tazar
prcde du directeur du piototole
aynpi.t la tabla ou le trau est
dpos et signent. Lea plnipoteu-
tisnes allie signant ensuite tour
tour. La crmonie tait termine
10 h 40 Le roi de Grce y aesisisit.
FAHIS. L'aiobua (ioliatb pilot
alternativement par Bouasoutrot et
Bernard paiti bier a 5 b 3U du ma
tin eflecuani ta circuit ferme il atte
rit M matin 0 h fit psr a ie du
mauvais temps battant oui les rt-
Cirris de diaiance.
KO ME. Les Journaux apprennent
que sur 1 initiative de 1 Italie l*-s
nllia se rei contreront probable
osent Bruxelles le 18 rearant,
HUME L'ap'iice Steffam annonce
3ue le comte Mo ze molu ecciUre
E t aux atfa r le cinq juiu pour Londres ou il don
oera deu CclejrciefamenU au geo-
veinernent Brnarmique aur la poirt
de vue du gOQVerneaaoDt Italien
dans a quat:o:i d la rparation
et des n-paretioi e n provision de
la prochaino u ion e Spa.
PARISLe g uverntmtrt dposa
a la Chambre un piojet dt loi rc!aiif
au rgime du bl et du piin la si-
tuation conomique ne permet pas
tOCOfl li retcur a la lib rie commer
ciale du b'*. Si aucune lim te n a t
iiit ie bl indig-e aurait lendarce
a galer le prix du bl exotique en-
tranant le relvement du cot du
pain.Il psraitncrssaiiede prolcg-r
pendant une anne le rgime actuel*
lemeottn vigueur pour l'achat et la
l.raitition du b e.
ROME- L'agence Seflani dmenx
les nouvelles suivant le:quelles le
gouveineir.ent ngocierai! un piuntdejo milliards avec i'Amri
qte au moyen de la ces ion du mo
Dfpolfl ues tabacs et qu'il aurait dji
envoy a \ Etais Uau un administra
leur lgue lar llotam huancitr.
PARIS La cocterence des sm-
NMtdlUfl examina da.is h matine
la rponse a laire i la protestation
de l'Allemagne contre la dccision de
la commission de dlimitation d'Eu
peu tt de Malmedy relative l'attri S
bution de !a ligne de raiways. La
confrence se luctt a couveau cet
apis-sn'di.
w VIENNE le gnral Ludecdorfl
est accus d'assassin, t peur avoir en
Aot iai4 t. t ::uter \ so'dais
ans jugement. Il lut acquitt pour
fait d assassinat nuis condamn pour
violences i six mois d'aritl de ri
gueur.
BUDAPEST- Au consent de la
signature de la paix les magasins
fermrent, les tramways et les rail
ways rirrireo, le uavail cessa
dans tous les tablissements Les do
chessoncientdans toutes lesglises.
On ne ignae aucun incident.
^BERLIN Au cou-s de la runion
uu parti socialiste majoritaire,Mulkr
dclara que l'Allemagne russit i
maiatenir l'unit dans le pays et
ajnnta que les dicta tu rtl dans l'Aile-
tgne ceaHfale ttdu sud entrane
raient la division du paya, U termina
en disant que la reconstitution de
l'Allemagne n'ftt posstb.e que sous
un rgime dmocratique.
ROM Je Sloizi. iou.'-secriaire
dhiat h (flirta tia-gies
pour LoLdrcs.
ce que font beaucoup de personnes qui
prennent des toniques alcoholiques quand en
\ ralit ce que leur organisme a besoin c'est
L'EMULSION DE SCOTT
Puissant aliment et mdecine sans le
t faux cstimulant de l'alcohoL ,
A propos du Rrmsr;at.,u .
S*oaratinn de corpa nus t r
dEat vient d'ipsitoer danaT"1
lgislation il est juste de ^J^
qu* la conception n'en est ou?
vlle et qna doux tentaMvaa sW*'
t d'j failei pour les iaj?
mail en m
wt
En 1vK)7 le oVpnt Camitls \L
fournie la Chambre un *
Faits Divers
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
OPSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRE
COLL1ZGEST MARTIAL
Lundi 7 Juin 1920
T3aomctre
761.9
raitit
--.-
'- '-1 .. ICivO
m- 1 1^ i. m ivsal
i -:jx c-v.r.
r '. AIOOOU I
rFILSHUI
trU'D Ks i . ., fimi.
l i, ruriii 1,1
"' "' 1 ' '. < ttnttM fi
r p3iir entants
m'nimum 23 8
Te rr prit ure f
1 maximum 32 2
Moyenne diurne 25.0
Ciel un reu nu.gux le jour cou-
vert la nurt.
Eclairs et tonnerre.
liiio.r.tre constant.
]. SCHERE
La Dette Intrieure
Notre GSVBMre HaUi Comncerciale et Imlu>-
trielle a men ce* jours derniers une rigoureu-
se amtpafnscn f-iWur du rglement de. la Dflfe
Intrieure c de II Dette Hot'ante quil niiresse
si vnvctieni une portion rotabla de nosi.'oncito-
yens.
avtc le retour du Concilier financier, Mr Mac
l'henev, nous sonirtcs tn droit d espirer ., ure
prompte olition sera donne aux porteurs de us
CMgoriea de crtaacti. LEtat en bnficiciail
f;nti;iii, CM les ressortissants allemands sont
H, i ri: pour d .. >c<. lortes valeurs, de ces
tnrt*.
Grand Cirque Eqjestre
Saenz Frres
Mr Saena arrive en cette ville avec un groupe
de M artistes (t d .inimau* lroccs qu'il aintne
Ces ar'.i pnies des Ktats-L'nis et vous ottient un spectacle
des plus sensationnels.
Mr S.ieni saue cordialement l'lite de cette
Socit ei le sympathique public de l'ori-a-Prin-
ce. l.a Compagnie arrive incessamment.
Les Mystres de Pa s
La direction de Parisiana intonne sa clienitle
uc prmi la riche .c eatioo de tiliis qu'elle vient
recevoir, fleure le tilm t < Les Mysires de
taris d aprs le roman d BnpiM Sue. Uu
ira tn toute voir ce hlm dont on ut beau-
coup de bien.
Fianailles
Nous avons refO la carte de tianailles de Me!le
Franco Ll m h.t avec Mr (.hri^toplicL .Martin.
Nos compliments au d.sti>gu couple.
Tournes inspectorales
Hier les inspecteurs Tessier, Chtelain, Carr
Laleau ont t visiter, en automobile les coles
urbaine et rur.ile de Carreiour et de Bizoton.
Aujourd'hui sont parus le inspecteurs Lon
Laleau pour v siter lea Scoltl de l'Arcahaie et
Yreih Chiela n cl es dt t'onvlle.
Jeudi c; ser.t le tour deMM.Tessier et Carr
qui iront inspecter les coles de la Croix des bou-
quets
Les inspecteurs seront de retour a la fin de la
semaine pour entrefrendre, ds le 14 Juin, les
examens d tudes primaires.
Expos Gnral de la situation
Nous avons reu un exemplaire de l'expos
gnral de la situation pour l'exercice 1018-loto.
Ce document lort k : r s5ant lslr la marche
des affaira publiques pendant I exercice oui vient
de s'couler. L'ne notable amlioration du com-
merce et de la dilficult des transports cessant
avec la 1 a if, l'y rvle
Nous en recommandons la lecture.
Mariage '
Mercredi aprs-midi a t clbr en l'Hte
Communal le ma i u;e de Mel e Louise Teisierl
avec Mr Gustave Wcw Les.tmoins taient, du
ct del maiic: Mr T. laleau et le Dr F. Coi-
cou, uu cot du mari- le capt. E. J. Noristt,
Superviser General of Customs.
La bndLiion nuptiale leur a t donne le
lendemain matin en M Uasihque Notre-Dama.
L'intressant couple a t conduit i l'autel
par Mme B< N-ida et Mr le Dr F. Coicou.
Aprs 1a crmonie, une cord'ale rception a
t txite aux mv ts i L'coup-, dans le salons
de Mr et Mme Maurice Cbriet.
Nos meilleurs voeux de bonheur.
Faire p rt funbre
Nous avons reu le Litre-part de la mort, sur
venue ce matin, de M:11e William Savain. Ses
funrailles autant heu demain matin. le convoi
MRifa * la mai.on mortuaire msc rue Geil'ard
NO 160S. icur se rendre i I Eglise Mthodiste
Wealejmnoc lndependmte.
La dlunie tait la leinmc de notre conlrre,
le dirccteui du Moniteur a qui nous envo-
yons, ainsi qu jua lamilles eprruves, l'eipres-
sion de aos sympathiques condolances.
Elles soiit solides, lgantes et bon march.
Farine Gold medal
Celle qui donne le [dus grand rendement-
Manchettes, manchettes
Venez les visiter chez VAgent
L. Pretizrnannaaerholm

e
Vient d'arriver:
Un stock de Surettes
JOHN BUR,\S & Co
Tar ferblanc de li livres ou en cais'fs d GO 100
au ifik de 40 cen'imes or U livre.
livres
Sal Hepatica
La Sal Hepatica peu trs bin (fit* pre-crit co-nme laxatif, car il
iminft le< produ-'s 'oxiques et agit d'un? faroa silre dans les cas
d inflammation de l'intestin, comun p)ur U livre typhode et les
autres iccj de fi're, pour les ditithlvofiltilas 't les maljiwe? qui
se produt-ent pen tant l't par suite Je" fermentation et de putrlac-
tion.
Pour U cas de rhumatisme e1 de gmllt. le Sil Hepatici offre
au mdecin un dprra'il idal q ti amie enNaiemsnt uu soula-
gement rapide. Dans les cas d'mgdl ion aiflje, le Stl Hepatica sou-
l'ge prou.ptement et en rai.-'on d-i ses proprits srtines et neutrali-
siu'esle in leciu consatera (jui e*i del plus grande efficacit p^ur
le trai:ement du c tari h < et des acid tes de l'tstouiic et des iates'ins.
Pour adultes, pour les rhumatismes et It goutte, pour les dran
getnents oe l estomac et du I ie, pour les aliVciLns des Peins, atta
ques de Iule, les malades 1 ; 11 peau et litre d > laxatif pour la
cons'tpation, donnez le contenu d'une demi cuediera ou dune
cuillere thi di u dans un verre deau. uuc demi Ir-ure avant de
se coucher.
A titre le ca'lnrtique actif pour les ex:s alcooliques, lej colinttf,
les malaises d't, pour liminer les toxines irritantes 6t pour net-
toyer \i systme digestif tout entier,donne/, deux quatre cuilleres
th, de prfrence une heure avant le petit djeuner, dissoutes
dans un verre d'eau soit chi ide, son f'oide.
Le Sat Uepiuca oeut s'obtenir Jiez ;ous les principaux phirma-
ciens r,lrc Joseph Bourraine,Sinon Vieux. Al red Vieux, elc
Ptoar lots Us rihmgnemmti ei toutes eommvuter, s'adresser
a tOL.u.o am juainon Un nrn-ij;
loi anr le rmari.Ro, |.qoe, ,'J
vrt nn tel toll que |e inoindtsT
griff* quon lui imputait a t
caractrfl immoral II a eu MiiJ
nement d prem ro clanss.
A la apssion de 1908 Mr it |
DeDis Sain* Aude a cru que la"
ment tait venu d'instituer la&aZ
tion, de corpa 4 ct du divorai
ter i nt compta de l'opinion relina.
dea ^poux-
s n prr jet a t trouv
doxf, et nim* dissolvatit. t l.
loi h il ait enfoui dans les arc Si
Or il p rait que et i deux rrcJ
li'iaient pas ai mauvais quoi
disai', puisque contondas en
seul le Conaeu d'Etat vient j'J
faite une loi que la Presse loni
qoe lopiriou publique s l'aird'ava
rtt^rdue comme un prrgrs.
Ai-)si marchent les ides. FuiJ
en conclure qne la majorit pvi
mentait e de 1907 et de 1904 ii
un peu attarde 1 Pas absolosM
Mais il y a peut re avantagea
librer en nombre restreint lorjl
taines n at res aflo d'viter rosi
truclion d une majorit qui, lipt
souvent,'j'y entend pss grsnd'esa
Drt l 1 utilit d'uo Corps ipM
dont le nombre des mtobrn
lirxit.
Pour gurir ou viter
MioRAiNes coNiTieATiea
SOMOCaTlONS-CTOURDIMEMEITI
EMBARRAS GASTRIOUB
IL SUFFIT de prendre
. l'un cle vo3 repas
tous 1er deux Jour* stulemtat
une PilBlg du Bf m
147, rue du Faub St-Denia, Part
HaisillautGxiiarlesYritalfc
qui sont tout tait blawt
ot our chacun* iiasqu*llM ls *
HEHAUT A PAR
ont lr'
hsiblsment Imprims
Le S|S t CONWAY ij
ici jeudi rodu conraat etprenint
ftf pour l'Europe
Por'-au-Princ?, le / m"1 IJ
Les Ajr>n's
ROBERTS. DuT\>N*f
Asthme
A veudre
Monsieur E T- Liod, '
dre meuble et effet .liift M
Victor Gentil
automobile Studbaier,
son A Uuer.
ttnoe
Uae du Magasin de l'Etat. Agent gnral pour Hati
N. B. Lrs commun les sont excxies sans commission.
""
Mouvement
des naviW
LiRoe Panama [ %,^,i
S psrtir.de Fort. Fn-J^
ipivid
Conanlt^r roir mdtein sur la U |3 du COUrBOt, dlliiW"U
SIROP oa DESCHIENS NYo'k L aeniBrV"
Proscrit par plu de lu ow) Docteur dea *0Ot at'.aniUS OM grill
plus minents du Monde entier dm* i .k P..-..I fliB'DSW '
ANEMIE. NEURASTHNIE. FAIBLESSE. MALADIES t 6 SIS aSnirai """
---------------- POIIHIRE.C0MVAIESCNCE. 8UHM6IIAE.elf imn uinia
SCZTSA'"."!.d/ fnM" cl ,i ''rrugujrus dont Is pluosrt ahlnent in voies dld-slIvos.Ws r*su et le* danls. J", ,.-.,, tf-fa le 1- W
.daala daaa !.. Hflpisaux d* Part.- Des II nrsuiicr * A. de Mattis & C agent gnra


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM