PAGE 1

LEgMATIN ataa* Faits Divers LE MATIN change de local Aujourd'hui nout avons entreprit le dmnagement des bureaux et atelier du Mann qui comme on le sait, vont tre installs, toujours a la rue amricaine, daus nuire propre local, en lace des constructions de la Kaporcl. Ou connat les ditticults d'uu tel dmnagement qui est de nature a con'rancr les travaux d'impicssiou du Journal et qui se prolongera jusqu a vendredi et samedi. Cependant nous ici ou. tous nos efforts pour e,ue •• Le Matin son servi a nos lecteurs pendant ces deux jours. La fte Dieu C'est demain I ixci.ion de la tte-Dieu, qne par la Ville processionncra le i Trs Saiin Sagement porte par Sa (iiandeur Mouarigneoi 1 Archevque.— lia prccesMon suivra le vaiel otdiwairc.— Trois reposoirs seront bnie: cciui dress par Mine Simonttti, celui des sieurs de 1 l.xteraat et celui des sœurs de lAbiti'vou. A l'occasion de cellr grande lte d'obligation, le chmage sera yeueral. Le Matin • ue paraitra pas. Ce qui se passe au Bois Shuze Chaque K U '•' averse Oeeasioiine dans eeite intircssaiitc rgion des inondations qui se reiandent en torrents dans ;es quaitiers avoisinants. L'un de ces torrents passe par la piopr.e'.e d notre ami Iranois Mi\s, avenue Magloire AraCroise. Un sait que cette masse d'eau vient d'un ancien canal qui se jcUUl aulretuis dans le' bois de* Chne et dont on a Jcloun.e le wours depuis la maison Ctiapoteau, feu de Chose. On a qu a rtablir ic cours de ce canal pour que Ut liquidations cessent au ous Shuze. ATTENTION A vendre A la Uniied West Indies corporation r. Hue du Quai PneulSOx 3 U.S.CO Chneti, le baril Rouen mtallique le rouleau Bire, barrique marq bidelio 18,00 ? 2 er E 3 ir. 7,25 5,35 Nouvelles Etrangres i juin PARIS Millertod Frsidect du cooseil des DtDitfiici obtint %  la Chambre UQ tucc, coosidiab'e lQspection Scalaire d Tori-au-Princc AVIS LInspection Scolaire de Poil auPrince donne tvi aux instituteurs et aux famillei en grerai que la session ordinaire des examens pjur c %  p y. •I l'S s** a c |g Loi ce que nous venons demander pour les ,} aDS J expos Qu'il fit de la Sliurtion l'obtiMioia du reitiflCAt d't'tldt'S pri • intressants concnbuab.es vienmes de ces ui^nda^^ ^iJ^,,, principalement maires S'Ouvrira -n Ses bureaux, le le eparations dues par 1 Allem.gt.e lund< 14 ju n. a 8 heures du matin, la Ffltt et que des itnstigtvLe reg s te d'mscnot'on e>t ouvert ments recueillis depuis UQ an p.-;t JUS les JOQ'S, de 10 heures a mi La Revue Moderne Noire rdacteur binin.tnuc! Larnauu. a reu un Numro de .a • Revue Moderne qui s dite en franais a Montral. BU Ut dtngeC par Mme Madeleine llugucnin. Cet organe pounque, Dumira et aruecique, est coquet.ciiieiil tenu et Mme Hugue. m qui voudrait toscrer leliens, un peu trop lo.niam*, nuunn en.re 1^ (.anadaetllaiu sollicuc dnoue rdacteur la eeliaboranon de quelques hommes de lettres hatiens. Nous la rciiiciciousdesou gracieux envoi. c La Nouvelle Haiti Tel est ie nue d'un jouiuai bcOuomadairC qui paratra la semaine prochaine sous l'nergique due.leur de -eiers l'.a\eau. -L^a He naissance Le mauvais temps de ces jours derniers a contrari les rptitions des deux p.eecs que piparaieni les acteurs de la llcnaissancc qui %  levaient eue reprsente! samedi a Faruiana. 1... Mtfc n'aura don* pas lieu a celle .laie. Le tcui d'ici cedr Lucky Strik Or 8 00 le n? illier Ed. ESTVEH CUT-AU-PRINCI mettent d estimer eutre 200 et ?io milliards. Loucheur commen'ant le trait de Veisailies ainsi que ViCCeftt Auriol emandent i MuUracd un supplment d expiicauous pour >.\o:rsi le ch.ltre globd sera valu en lrancs ou en maiks, cViillarand rpond qu'il ne peut pas dite plus que ce qo'll Vient de due bitand declaie qu M se letuit a cioire que dans la situation actuelle le r.ionue et nos allis ne reconnaissent pas que ce il le rr.o ment de res erer le iiens ei qu c'est eut des sacrifices L'insrnpt'.on doit se (aire pur les so ; ns des Directeurs et D.rectrices des tablissements auxquels les candidats appartiennent ou di la perron ne responsable, s'il* reoive: l'instruction da;:s la famille. Il est rappel que la demande d'inscription a lieu huit 1,8 > jours au moins avant la date fixe pour l'ouverture de 11 session et indiquera les noms tt prnoms, la dite et 1? lieu de naissance de chaque candidat. Machciies crire FO c puDiic ne peidra pas pour attendre et les acle momeut OtS sa ttcCS Communs. M T M I ^ s de la KenVuaucH nneus prpares pourront PARtS — Le e fcllt VUMt • U||U , c'eM adjcuid liui que te rapport concluant a l'auoptiou du Irait*, de >"aix est tat ruu soient toun ic->. ROME— Les joiinaux annoncent prsente la taCUtSlOn au Conseil d'ilqHC 1A pOp J lutlOO de 1 lUIUe erenia A ssemb.ee Nationale. Ull cn oii&f i Suzaiu apis avoir Nous disions qu'on esprait que cet imiarunt ?,,..,„„ .,hli vin IP nnnt documeai teraU voc* par l'Assemble. itcveii le ba:iage tUbl aUl M pou Faire part lunbre 4" i P aIe les deux .ocalites Suivar,t Nous avonaitule faire part de la mon de une dep.h. du l'etu i ausieu , Josphine Isabelle Audain ueeCde hier apus-mi dAoUUnziO CCeUpa le VllligC lOlagii Il pi n'Ira du hei pour l'E nop?. Por!-au-Pfi*y,Ie3l Mai I92U. Les AgfD s RODERTS. DCTTUN t\: Pour vos travaux, procures-?oui t inatlane crire LUX Venez les visiter chez, V Agent L Frectzmann—A ii. cs tuueiaillcs auront lien aujoutd nui. Le convoi partira ue la maison rnOUUairc sise Avenue Dcnunei No tiif, poui n tendre a l'ksjlisc St-Joseph. e.ondoianccs aus: familles prouves. as T "* slave Kaveisj belcn UC ttte uepche ce <.jikh, il auiait cg. lemtLt occup Duitizo et pus poistsiioude l'adainut atlOD de la Mlle. Le gouveintmet.1 Yougc-slave aurait tLlorme ks allis quu tsiiteiau p.r la force aux UnWUitl ce d Annunz.o coutre ses nationaux. PARlb— Le ministre d Cuba r=teuts, et que ce n'est pas l sa moin die torce SA ( l'h:ure actuelle, 'Jt Rech tale ous les yetx dts commissionsinter mit 1 Ueiubana.pisident de la ligue allis une arme trois fois plus nom de Laieinue laiiue, dix m. lie i aocs breuse, sans compter les tjimauons comme subvention jout le moauuteut m litaires spciales qui, sous d.vers qui va eue tit\e .u gen;e latin { utieites.se Uouveni ccncenties sur PARIS— Les aeiigus uts i yndii lionuie ^polonaise, p.cs des tercats des cheminots des rtsiaux O.litoires soumis au plbiscite, ou le eans et au M.i ittiuieot de t.auslong de la zone neutre. La nouvelle aime allemande compte dts centaines de mille hom mes exeics, mis sur pied de guene t pouvait au piemier signal entrer cn action. Ils n'aiteudent qu'un or Bazar METROPOLITAIN Hlaison de conliance Jongle des Hues du Peuple et Dans Destouche* meure l'oidie de la tdttai.ou nationale dcidant la tpnse eu liavatl, ils iltiiiiuut leur it-tenticn de couMiuer la lutte. PAKIS— les joutnauiiont unanimes consiaiet it se tt)cuir du die de leur gnial en chet.vonSetkt p;ogramme de Mil.eiaud kudant a ancien chel d'tat m]ot au gioupe d'aimces ue von Mackensen, pour se rallier sous uti commandement uni que. Cette aime est Inime de teun lie aux toices allies coalises .. Est-ce li ce qu'on appelle aie dsarmement > de l'Allemagne ? kotlu de la collusion actuelle. Us soiihaiteU que lt prtsiUiut du conseil io t muni de ,1 ius io\o is et ie\icnne ue son piotlum \C)ge a Louuies avec la italisaiion compill ue la sohiuiite DDtDClll tt tconotrique. La Leho de Pal s tout en ^ Cette oigamsation militaire foncppicuvant lt plan ue soaante intioune depuis le )I Mais 1920 sans que le conseil sup.eme semble s'en mouvoir. La Lomniission d: connle resie mct ve et impuissante devant les nomb tuscs icfraet ousau trait de paix de Versailles, il les Allemands se gausstut de ses dcisions. Le Tiait de Versailles ne serait il relle meut ,qu un ch tfon de p pici?. Colonel V. HLRAULT UVall e lait dts iestr\is sut Ls than cts ce tu:c. d'un cuptuct nal.ojal. DOLLAR : i?,}. US DBUAhh Jeune homme ou jeune fille st^uo-lactilo Anglair-I AraJt; Pour •o'iili'ifiis s adresser P. N. GKAY ^ Co, lue, Hue du Quai Crayon Stiptic toujuurs Cfgarette Piemonts Cigarettes Camel Vin Mdoc et Grave Moutarde Dusseldbre Borax Polis pour argent Pomni'H en fer blanc Graprlade Sceaux galvaniss Rgal Mints Bire Red Slar Biscuits Graham or 16 09 le piq*ut* 11) le paquet 90 bouteille ~u> pot %  j i, %  10 le piquet 50 le paquet 60 ferblane 35 ferblane 85 chaque 15 carton 1.75 domine 12 paquet Lunettes pour Automobilistes W chaque Pou ire de rm Glebeas 1.00 mot Bouton pression Teneo 10 douz Pipes Wdc meilleure qualit 1.75 chaque Polis liquid Veneer 30 bouteille Plats entaills 25 chaqu} lasses. 25 chaque A. de Mattus & C^ agent gfl



PAGE 1

QQatorti eiin* flo 3/96 Port ta Prince; BA Mercredi Juin l$* pjjjCTECK-PROPRIEAIRE RDACTEUR EN CHEF loo Laleau g PUNI KO 1 5 CENTIMM V.OHT-AU-PKINCK p a fv fr" 011 PA'lTEMENTS -nii G 2.50 h fflOi. 7 fui œ0 fTBANGEB ^oi • 8.00 .DoncM sont reues au Comptoir In. J..I de Publicit, 9 Rui Tronchet, PaJjTai. >h Lgale Hill, Londres, l %  ,• %  .*! %  • .*TS„ CONTES DU MATIN Le YEINAKD Merdesix eu trois battre/ bdtbrouilta-iwi' Le hasard fera [in il resteIf 10 geste ddaignenx, que sou KM sourire plein d'il unie qu'a [MI pour ceux qui ie suivent le Etduu point tort au poker, m ciiarnae passa le cornet et %  i Jacques TilliresInoii, jeuue homme, lit ce derlu te btirai sans dout9, pas le pin s'y croyez pas ? Ill Mille peut-tie, le hasard. Ijtmi jimais eucontiar.ee en ICest le bieu des imbciles, a dit m, lit ilon une interminable dislai, lutoar de u petite lable part iicbete du pointa rosts IWBOUS prissions chaque soir lugooie d'une jeunesse saeiiliqui micque 1 entrain des dispuuirie? Ltonnemeut que %  oui le poker das que noua %  tons pi pt seul I IH 1 tri'uiuIfooi easajumes vainement de %  Nier l'intente eraotiou que %  tencDilmes, impression inex m que counaitsent bien les m ivanouisstiiieni de la kciite de suoter le grog c M blaguant la mine deconii'e mu, mtt illires eut son tour pire, le sourne contlant de pqui une volont exerce, p. permet de se Une comme met de la puissance eu soi P dpouiller aux priodes les %  joceftainea de sa vie, de ca e pUueuiation qui s'imprime pioureuiemeat sur le visage 1*1 faibles, rii la minute P 11 coceptioa de I ide & P. Heureux survivant d'un %  Mgloiw, il venait bien soujwi apporter la l.aicheur enP de ses cinquante an*-, PP en des paroles eucoaia J c u w. prolilait le spectre PJ une jeunesse regrette, di Sommeil le disait si bien, 177 P r6coce raout dsabu kS l 0u i ur8 e u a certiturwceg. Par dessus les brumes EfaM voyait l'panouis b f i, P u P re iu mpoasib.es wSSwT du iour diacrie CL 1 }* J e v u dira, que KKtantpenelapoa rjre biim par c poker de S\& r }'"en.Une arJente r^b'tude du B ucc>; une Kdi? qm ,le m tt presque r" l o Uut mont procur une g Mlicieuse, au cours de Roi?? 31801 connu de eran ko. ', Ce8 Nandous inli L P'ongeut certaines deR12 Paly S eut jamais P ir s T U .' leBde "stessesi WH? ^ uimue a aajbi *%th7 !" ,Per,8tz 8aQ cesse **?£. e B ,,u u,ie f 18 s ou8 1 < antes, veloutes, d un C e tf 0rlt,£z firement, "fcmeurtrie, que ./ :-——•— l'uni IUU •ufoled'tnihousiasme, %  £'.'f.urlrie, que vous A Jusiinien ^Ricot 111 "est toujours ditricile de se dpartir de ceiiames ides de plaisir que trs jeune, Ion se tait un vrai devoir de piottsser, par ces habitudes de dbauches qu'ont les mein bres de la gnration intelligente qui monteLa lecture de cet ans romans in avait de bonne heure ren du l 'imagination voluptueuse. Tout le lyrisme de la prose colore des conteuis ralistes m'tait lest la memoue. Je voulais eue uu homme femmes. Je fus perdant longtemps le tlirteur recheicue des jeunes lilles, Cfrlui qui au bal, la leumou d'iutiiiies d c I on exclut i'indiscr ion do propos des coupes envieux, soulve tous liusolei.ee de ses succs la julousie de uvaux vince*, proroqua ce petit frisson d'attente et d'iuquilude qu'prouve secret mai t le souure jusqu'alors dtd ignDana ots ceoiaraueiise de fammei que nourrit 1 peacueuieot de dtresse d mes, les conlideuces de ininu es iieureuses, je meciais la haine sou:de de inueitea rivalits. Je : .s aussi un bohc.ne des tous de lune, Le compagnonnage des jeunes letina d'alors qui cbr ch nunt un oubli leurs apptits inassouvis, m'avait tout fut connatre de la gr;e aliiJiatHe de la courtisane. Mais je portais en moi un secret que jaiaau, mme ces heures de pariene inf.tiig.blcs qun cre l'ivresse, mes camaAdse unvaieot pu dsvicer.Ii ils araient bien tonne si je leur avais un qoe leur Jacques l'iulrM qui passait, v!'a;e a BM pu. DOS spirituels, i sou rire iaeZQgulbls, pour dnder les lvres des plus mlancoliques, tsl! le plus meUncoli(|ue de la bande. c J'aimais une femme, ei elle ne le savait mme pasA 19 ans elle m ins piiU uns pa-Hn; derai.oune' Ce uit une branele la revois encore : Uue gice triste; des lvres qui paraissaient fermera au baiser le I^Vinour, un fro a pensif qaeoctdrsit le noir de tiesses velou.as et des prunelUil cernes par je ne sais quelle doulo.ai'u-.agonie. c Son mari I avait clotre dana uue solitaire miItOO d un quartier loign. Il l'adorait< Elle le mritait bieu d'ailleurs, car qui pourrait rsi-ter ce ta nonchaianc • qui parais sait tant souilrir .. Limp essioo grisante qu'elle la:sstnt sur .s s pas n tait pas de i-elles qui s oublient. I'J la dlicatesse p.-rle d'un sou rue, elle remerciait discrtement t'a teoti >a qu'elle avait capte. Mais elle disait bien, la rualaucolie rsi gne de ses grands yeux, liuutihte de l'ell'ort de 1 amoureux qui voudrait l'initier a la Faute, lui apporter ce souille de vie nouvelle vers quoi aspire malgr elle toute femme qui n'a pus connu le bonh-.ur. Cette voloit puissante qui ma toujours ptroclfl de jeter un deti a la lieatme, aurait d me servir eu une circonstance semblable, — ob/ je me le suis tant de fois avoue, bannir de mon cœur cette folie de jeunesseMais je m'habituai penser beaucoup l'Aime... Quotidien La tolraiice est aussi uc*tttlf*4aM Jcs ides que uaus les relations sociales.* Fernan CABALLERO TELEPHUMC ; SU Aux Caves de Bordeaux !" E. DEUE1X, Propritaire A le plaisir d'annoncer sa nombreuse clientle qu'il vient de recevoir par le Ca. lai so* Rock de VINS BLANC et RUUGEen arriques et en bouteilles, de la Maison MARCELIN M A Ht E A U dont la rput lion n'est plus faire sur la place. Vente en yros et en dtail Barrique el demi bai rique \ins Blanc et Bouge en caisse de 12 bouteilles. Grand assortiment de eorm rues franaises CAUSERIE MILITAIRE >bu DC ;e de ralits detvous raconte y trou I(lo t'onheur q Ue procure IH, ,a oetrri e son verr, Si souvent dans le bleu U'uuc luite de jour J.ai senti prs de moi l'InM de cet amour. Uue heure viendra o je lui parlerai .ne dirtuqe. Je ne lui deman dais d'aiileLirs pas grand chose le discret aveu de l'amour p^nag. Je sivais qu'il me (allait donner aux dresses intresses de la court sane, toute une provision de tendresses inpanch j s qui je mourais d'euvie de lui piodiguet Peu* apa se pass-ieut ainsi daug une iivreuee attente. Une Rvolution clata avec tout POU cor eue de fusillades injus rit s, d iocend.es noc &f .urnes tlluae ^ai des mains ci i miuellr, La ville eut IJ lugubre aspect d un cunottre que ne visiterait mme pas des joute espace, l indillerence de paieuts ou ami o u blunt les nergies iron t parties pour l' ernelle Nuit-Il rivenHit a nous, le i ieunee, de lui redonner cette vie aieiie qu'elle avait perdue. Le thtre nous *.l iiaNous lond me 1 ? un Cercle g „e uae fusion do jeunes activits intellectuelles. Ce fui U reprsenta ion ins i garais M'ie Je lui parhii ponCIs pre niire t i*LHe trouva ingeaieuss l'iuee de l'ioie pieta .'o i de p-rites comdie* gaies, it me pria dj le ici ter les acteuis q >i venaient do lui rappeler, qu il y avait encore dans son cœur une pince pour 1 • j le* — i pourrai maintenait soi tir un peu de mou Clol re, tit-3lle— Vous ne vous amusez pus, lusardaie-jo. — Autant que la lect >re permet d'oublier de bien am es suuli;-au cesJe VOJS assure, JJ les ai:iio Die i mes livres. — Jo soiitis n i'.re en moi le dsir de la rooofoiter. Je lui murmurai : — Vous ne dev /. pas irop vous plaindre. Vous n es pas la seule. Ils sont si nombreux ceux-i qui portent sous le masque souriant d'une fausse gaiet, le lileoce de tn-t eses perdues... He^rettan'. d avoir laiss chapper un coin de toi uma celui qu'elle conna i-.aait pe'iie, elle rpliqua : ^—Je ne me plains ps et ri ailleurs, je ne s uil'ra pas iant q-ae cela. v*Oui vous mugiriez avec que h anxit j'attendis de la refoir. clie est res ee intacts dans la broms de mes loin aius souvenus, cette salle confuse qu'animait le murmure de petites voix lltes, avec i'auiole que lui taisait, invisible pour les autres, mais si dlicieuse uent vraie pour moi, l'lgante silhouette de ls brune mlancolique. c Lorsqu'elle reparut le dimanche suivant, avec dans si dmarche une assurance que je ne lui connaissais pas, je crus voir dana es change meut inatteudu, le dsir non paa u; se dlecter dos saillies spirituelies d'une pice qu'on reprenait d'ailleurs mais celui quelle n'aurait voulu pdut'tre pas l'avouer, de rentendre la voix consolatrice, dont 1 mil i xion timide, brise, 8i sincre, lui tait sans douie leste au eeaur. Je ne m'tais pas tromp; je taquinais uae jeune lille sur l'arrive douteuse d'un camarade qui se fiisait dsiur. Elle lui jela un regard de jalousie. Je m'approchai alor*; je ue mo rap pelle plus las mots de tendr; sse pas siouii*' (ju une loquence atuoureuse mu sug^eia ce tonCe lut une ue ces minutes uniques qui. jalouses du bonheur partager qu'elles noua procurent, font, a.ia uu dpart maitendu, la place Ubre au souvenir ne ivviaufie t plus mettre dans la fusion dj deux u> s ce Roufllre mys teneax, impa p*b e, qui vous acca pare, vou s et.en t, v.u* g ise, coin me cour teruei.eaifut toto piouvur que les rves d'amour sont plus Rduisants que les la lis parfois dou loureuses* tille me rpondit: Je vous ai beBucoup aim ans vous connatre. Je Houve en vous l Idal que j'ai jur de ne pas Chercher. Partez; ne pen s /. plus moi, a cet amour qui ne doit pas vivre. Mais, sachez, et vous vivr.z h-ureux avec cela, que le cœur que vous avez cofiquis, ne a epauenera jamais vers uu autro qui Ue rt. : ,ii'. pas vous ht voici cornu, ut il s'est ralis ce lve de |evueie, qu'a si lor euient soutenu une volont patientePAUL LALEAU Parisiana .ILUDJ EclairJournl Pl|D t:s rcent Comique Spare Film tie.s sentimental Le Tango ie la m (Jrande critique de mœurs, das sionnauto t mouvante Musiqje approprie* Kntre gnrale C. 1 ."U balcon 'i Varits CE SOIH MONTF-CRISTO J: poque Knire 0I.OJ DJCMAJN LA NQUVP.l'E MISSION de JUDEX Entre G. !MJU ai ;. Eu vertu d'ordre de Monsieur Geo A. Payne,Agent de la Lloyds.il sera procd. Puce d.* la Paix vendredi 4 juin io heures du matin, i la vente a l'eacan de d.ux boucauts de taba:. MONTBRUN El E Encaittur public Ko \ertu du Trait 'e Versiilles, l'A 1 n agne se trouve d os l'obligation de rduire ses armements et Kthctif de soa arme i deux cent mille hommes pour le mois de Juillet. Or, jusqu' prsent, le gouve nement allemand a trouv le moyen d; tourner la questiort.ou de donner un drivatif l'attentioa du monde ch que lots qu'il s'est trouv dans k'obi gition dexicuter une des clausri du trait. Poui le moment, on peut constater l'existence, en Aile magne, de trois ar.nes parbLmenf organises. Ces', d'abord, 1a Recbs ::; %  • %  ', inne du gouvernement, recon nue olficiellement par les puissances et qui n'a gure diminu soaeftecit. C'est ensuite l'arme camoufle en garde de srtte; Stabfrfcifftti br. garde de ftoctce heima:sd)i{ garde dou anieie ; greassebut^ ; g.id.civ que du foyer, eic des ittr et des scbuti de toutes espces, qui constituent une arme imposante dissmme dans tO'U le pay>, 't gardant av

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05131
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 02, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05131
System ID: UF00081213:05131

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
QQatorti eiin* flo 3/96
Port ta Prince; Ba
Mercredi Juin l$*
pjjjCTECK-PROPRIEAIRE
RDACTEUR EN CHEF
loo Laleau
g PUNI KO 1 5 CENTIMM
V.OHT-AU-PKINCK
p a fv
fr"011 PA'lTEMENTS
-nii G 2.50
h fflOi. 7 fui
0" fTBANGEB
^oi_______________ 8.00
.DoncM sont reues au Comptoir In.
J..I de Publicit, 9 Rui Tronchet, Pa-
JjTai. >h Lgale Hill, Londres,
l ,.*! .*TS
Contes du MATIN
Le YEINAKD
Merdesix eu trois battre/
bdtbrouilta-iwi' Le hasard fera
[in il reste-
If 10 geste ddaignenx, que sou
Km sourire plein d'il unie qu'a
[mi pour ceux qui ie suivent le
Etduu point tort au poker,
m ciiarnae passa le cornet et
i Jacques Tillires-
Inoii, jeuue homme, lit ce der-
lu te btirai sans dout9, pas le
pin s'y croyez pas ?
Ill Mille peut-tie, le hasard.
Ijtmi jimais eucontiar.ee en
ICest le bieu des imbciles, a dit
m,
lit ilon une interminable dis-
lai, lutoar de u petite lable
part iicbete du pointa rosts
Iwbous prissions chaque soir
lugooie d'une jeunesse saeii-
liqui micque 1 entrain des dis-
puuirie? Ltonnemeut que
oui le poker das que noua
tons pi pt seul I ih 1 tri'uiu-
Ifooi easajumes vainement de
Nier l'intente eraotiou que
tencDilmes, impression inex
m que counaitsent bien les
m ivanouisstiiieni de la
kciite de suoter le grog c
M blaguant la mine deconii'e
mu,
mtt illires eut son tour
pire, le sourne contlant de
pqui une volont exerce,
p. permet de se Une comme
met de la puissance eu soi
P dpouiller aux priodes les
joceftainea de sa vie, de ca e
pUueuiation qui s'imprime
pioureuiemeat sur le visage
1*1 faibles, rii la minute
P 11 coceptioa de I ide &
P. Heureux survivant d'un
Mgloiw, il venait bien sou-
jwi apporter la l.aicheur en-
P de ses cinquante an*-,
PP en des paroles eucoaia
Jcu w. prolilait le spectre
PJ une jeunesse regrette, di
Sommeil le disait si bien,
177 Pr6coceraout dsabu
kS ,l0uiur8 eu a certitu-
rwceg. Par dessus les brumes
EfaM voyait l'panouis
bfi,Pu Preiu'mpoasib.es
wSSwT du iour diacrie
CL1}* Je vu dira, que
KKtantpenelapoa
rjre biim par c poker de
S\&r}'- "en.Une arJente
r^b'tude du Bucc>; une
Kdi? qm ,le m'tt presque
r"loUut mont procur une
g Mlicieuse, au cours de
Roi??31801 connu de eran
ko. ', Ce8 Nandous inli
L P'ongeut certaines de-
R12 PalySeut jamais
P irsTU.'leBde "stessesi
WH? ^uimue a'aajbi-
*%th7 !",Per,8tz 8aQ* cesse
**?.eB ,,u'u,ie f18.sou8
1 < antes, veloutes, d un
Cetf0rlt,z firement,
"fc- meurtrie, que
./ :- l'uni IUU
ufoled'tnihousiasme,
'.'f.urlrie, que vous
A Jusiinien ^Ricot
111 "est toujours ditricile de se
dpartir de ceiiames ides de plaisir
que trs jeune, Ion se tait un vrai
devoir de piottsser, par ces habitu-
des de dbauches qu'ont les mein
bres de la gnration intelligente
qui monte- La lecture de cet ans
romans in avait de bonne heure ren
du l'imagination voluptueuse. Tout
le lyrisme de la prose colore des
conteuis ralistes m'tait lest la
memoue. Je voulais eue uu homme
femmes.
Je fus perdant longtemps le
tlirteur recheicue des jeunes lilles,
Cfrlui qui au bal, la leumou d'iu-
tiiiies d c I on exclut i'indiscr ion
do propos des coupes envieux,
soulve tous liusolei.ee de ses suc-
cs la julousie de uvaux vince*,
proroqua ce petit frisson d'attente et
d'iuquilude qu'prouve secret mai t
le souure jusqu'alors dtd ign- Dana
ots ceoiaraueiise de fammei que
nourrit 1 peacueuieot de dtresse
d mes, les conlideuces de ininu es
iieureuses, je meciais la haine sou:de
de inueitea rivalits.
Je : .s aussi un bohc.ne des
tous de lune, Le compagnonnage
des jeunes letina d'alors qui cbr
ch nunt un oubli leurs apptits
inassouvis, m'avait tout fut con-
natre de la gr;e aliiJiatHe de la
courtisane. Mais je portais en moi
un secret que jaiaau, mme ces
heures de pariene inf.tiig.blcs qun
cre l'ivresse, mes camaAdse un-
vaieot pu dsvicer.Ii ils araient bien
tonne si je leur avais un qoe leur
Jacques l'iulrM qui passait, v!'a;e a
BM pu.dos spirituels, i sou rire
iaeZQgulbls, pour dnder les lvres
des plus mlancoliques, tsl! le plus
meUncoli(|ue de la bande.
c J'aimais une femme, ei elle ne le
savait mme pas- A 19 ans elle m ins
piiU uns pa-Hn; derai.oune' Ce uit
une brane- le la revois encore : Uue
gice triste; des lvres qui parais-
saient fermera au baiser le I^Vinour,
un fro a pensif qaeoctdrsit le noir
de tiesses velou.as et des prunelUil
cernes par je ne sais quelle dou-
lo.ai'u-.- agonie.
c Son mari I avait clotre dana
uue solitaire miItOO d un quartier
loign. Il l'adorait< Elle le mritait
bieu d'ailleurs, car qui pourrait r-
si-ter ce ta nonchaianc qui parais
sait tant souilrir .. Limp essioo gri-
sante qu'elle la:sstnt sur .s s pas
n tait pas de i-elles qui s oublient.
I'j la dlicatesse p.-rle d'un sou
rue, elle remerciait discrtement
t'a teoti >a qu'elle avait capte. Mais
elle disait bien, la rualaucolie rsi
gne de ses grands yeux, liuutihte
de l'ell'ort de 1 amoureux qui voudrait
l'initier a la Faute, lui apporter ce
souille de vie nouvelle vers quoi
aspire malgr elle toute femme qui
n'a pus connu le bonh-.ur.
Cette voloit puissante qui ma
toujours ptroclfl de jeter un deti a la
lieatme, aurait d me servir eu
une circonstance semblable, ob/
je me le suis tant de fois avoue,
bannir de mon cur cette folie de
jeunesse- Mais je m'habituai pen-
ser beaucoup l'Aime...
Quotidien
La tolraiice est aussi u-
c*tttlf*4aM Jcs ides que
uaus les relations sociales.*
Fernan CABALLERO
TELEPHUMC ; SU
Aux Caves de Bordeaux "
E. DEUE1X, Propritaire
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse clientle qu'il vient de
recevoir par le Ca. lai so* Rock de VINS BLANC et RUUGEen
arriques et en bouteilles, de la Maison MARCELIN M A Ht E A U
dont la rput lion n'est plus faire sur la place.
Vente en yros et en dtail
Barrique el demi bai rique
\ins Blanc et Bouge en caisse de 12 bouteilles.
Grand assortiment de eorm rues franaises
CAUSERIE MILITAIRE
>buDC
;e de ralits det-
vous
raconte
y trou
I(lo t'onheur qUe procure
IH, ,a"oetrrie son verr,
Si souvent dans le bleu U'uuc luite de jour
J.ai senti prs de moi l'InM de cet amour.
Uue heure viendra o je lui par-
lerai .ne dirtuqe. Je ne lui deman
dais d'aiileLirs pas grand chose le
discret aveu de l'amour p^nag. Je
sivais qu'il me (allait donner aux
dresses intresses de la court sane,
toute une provision de tendresses
inpanchjs qui je mourais d'euvie
de lui piodiguet-
Peu* apa se pass-ieut ainsi daug
une iivreuee attente. Une Rvolu-
tion clata avec tout pou cor eue de
fusillades injus rit s, d iocend.es noc
?.urnes tlluae ^ai des mains ci i -
miuellr, La ville eut Ij lugubre as-
pect d un cunottre que ne visiterait
mme pas des joute espace, l in-
dillerence de paieuts ou ami o u
blunt les nergies iron t parties
pour l' ernelle Nuit-Il rivenHit a
nous, le i ieunee, de lui redonner
cette vie aieiie qu'elle avait perdue.
Le thtre nous *.l iia- Nous lond
me1? un Cercle g e uae fusion do
jeunes activits intellectuelles.
* Ce fui U reprsenta ion ins i
garais M'ie- Je lui parhii ponCIs pre
niire t i*- LHe trouva ingeaieuss
l'iuee de l'ioie pieta .'o i de p-rites
comdie* gaies, it me pria dj le ici
ter les acteuis q >i venaient do lui
rappeler, qu il y avait encore dans
son cur une pince pour 1 j le*
i pourrai maintenait soi tir un
peu de mou Clol re, tit-3lle-
Vous ne vous amusez pus, lu-
sardaie-jo.
Autant que la lect >re permet
d'oublier de bien am es suuli;-au
ces- Je vojs assure, jj les ai:iio Die i
mes livres.
Jo soiitis n i'.re en moi le dsir
de la rooofoiter. Je lui murmurai :
Vous ne dev /. pas irop vous
plaindre. Vous n es pas la seule.
Ils sont si nombreux ceux-i qui
portent sous le masque souriant
d'une fausse gaiet, le lileoce de
tn-t eses perdues...
He^rettan'. d avoir laiss chapper
un coin de toi uma celui qu'elle
conna i-.aait pe'iie, elle rpliqua :
^Je ne me plains ps et ri ailleurs,
je ne s uil'ra pas iant q-ae cela.
v*Oui vous mugiriez avec que h
anxit j'attendis de la refoir. clie
est res ee intacts dans la broms de
mes loin aius souvenus, cette salle
confuse qu'animait le murmure de
petites voix lltes, avec i'auiole
que lui taisait, invisible pour les au-
tres, mais si dlicieuse uent vraie
pour moi, l'lgante silhouette de ls
brune mlancolique.
c Lorsqu'elle reparut le dimanche
suivant, avec dans si dmarche une
assurance que je ne lui connaissais
pas, je crus voir dana es change
meut inatteudu, le dsir non paa u;
se dlecter dos saillies spirituelies
d'une pice qu'on reprenait d'ailleurs
mais celui quelle n'aurait voulu
pdut'tre pas l'avouer, de renten-
dre la voix consolatrice, dont 1 mil i
xion timide, brise, 8i sincre, lui
tait sans douie leste au eeaur. Je
ne m'tais pas tromp; je taquinais
uae jeune lille sur l'arrive douteuse
d'un camarade qui se fiisait dsiur.
Elle lui jela un regard de jalousie.
Je m'approchai alor*; je ue mo rap
pelle plus las mots de tendr; sse pas
siouii*' (ju une loquence atuoureuse
mu sug^eia ce ton- Ce lut une ue
ces minutes uniques qui. jalouses
du bonheur partager qu'elles noua
procurent, font, a.ia uu dpart
maitendu, la place Ubre au souvenir
ne ivviaufie t plus mettre dans la
fusion dj deux u> s ce Roufllre mys
teneax, impa p*b e, qui vous acca
pare, vou s et.en t, v.u* g ise, coin
me cour teruei.eaifut toto piouvur
que les rves d'amour sont plus R-
duisants que les la lis parfois dou
loureuses-
* tille me rpondit: Je vous ai
beBucoup aim ans vous connatre.
Je Houve en vous l Idal que j'ai jur
de ne pas Chercher. Partez; ne pen
s /. plus moi, a cet amour qui ne
doit pas vivre. Mais, sachez, et vous
vivr.z h-ureux avec cela, que le
cur que vous avez cofiquis, ne
a epauenera jamais vers uu autro qui
Ue rt. : ,ii'. pas vous
ht voici cornu, ut il s'est ralis
ce lve de |evueie, qu'a si lor e-
uient soutenu une volont patiente-
Paul LALEAU
Parisiana
.ILUDJ
EclairJournl
Pl|D t:s rcent
Comique
Spare
Film tie.s sentimental
Le Tango ie la m
(Jrande critique de murs, das
sionnauto t mouvante
Musiqje approprie*
Kntre gnrale C. 1 ."U
balcon 'i
Varits
CE SOIH
MONTF-CRISTO
J: poque
Knire 0- I.OJ
DJCMAJN
LA NQUVP.l'E MISSION
de JUDEX
Entre
G. !MJU
ai
;.
Eu vertu d'ordre de Monsieur Geo
A. Payne,Agent de la Lloyds.il sera
procd. Puce d.* la Paix vendredi
4 juin io heures du matin, i la
vente a l'eacan de d.ux boucauts de
taba:.
MONTBRUN El E
Encaittur public
Ko \ertu du Trait 'e Versiilles,
l'A 1 n agne se trouve d os l'obliga-
tion de rduire ses armements et
Kthctif de soa arme i deux cent
mille hommes pour le mois de
Juillet. Or, jusqu' prsent, le
gouve nement allemand a trouv le
moyen d; tourner la questiort.ou de
donner un drivatif l'attentioa du
monde ch que lots qu'il s'est trouv
dans k'obi gition dexicuter une des
clausri du trait. Poui le moment,
on peut constater l'existence, en Aile
magne, de trois ar.nes parbLmenf
organises. Ces', d'abord, 1a Recbs
::;',inne du gouvernement, recon
nue olficiellement par les puissances
et qui n'a gure diminu soaeftecit.
C'est ensuite l'arme camoufle en
garde de srtte; Stabfrfcifftti br. garde
de ftoctce heima:sd)i{ garde dou
anieie ; greassebut^ ; g.id.- civ que
du foyer, eic des ittr et des scbuti
de toutes espces, qui constituent
une arme imposante dissmme
dans tO'U le pay>, 't gardant av vigilance Du es les I 0111res. C'tst
au^st lai m ^s rouge qui, le jour o
un; action itHil eng-ge contre i' n
cemi, appoit:rait le conlingeot dr
ses d U .rentes un i.4s l'aime du
Keich-
Cependant le trait de Versailles
a lit les etfect fs de l'arme alle-
mande a s pt b gidci d infiuteue,
de trois bjt.nloiib chacuae, tt trois
b' g d;s de cavalerie- Q\ \oici com
ment cette clause du trait est com
piise ; Le ministre de la dfense de
1 Empire central!- i (B;rliD,'mbras
se le cent e tt le sud-est du Keuh ;
ie deuxime, qci a soi quartier p
nral Kissal, embr^s e les Etats de
l'outM, le troisime, ccatraj Kol
berg pour tout le iit'oral de la Mal
tique, ie quatrime a Muni h, pour
la Bavire (t l'annea grand bch
de liade.
C'est, en quelque sor e, qurtre cir
conscript ons militaires : mais cea
circonscriptions ne comporl;ot que
des groupes de commandement cen-
traliss a Beilia. i.i \o.ci le dtail.
L'Empire tout entier est divis en
sept rayons ( Wenrkreis),sepi cercles
arms, comportant sept corps dar
me camoulis en < divisioas, cest
1-dire vingt brigades diatinlerie oi
quarante trois rgiments torts de
quatre bataillons ; chacun de ces
bataillons compte trois compagnies
d- ligne e-. une cjnpigii: de mi
(railleuses-.
Nous voili loin des sept brigiies
dont parle le trait !
La cavalerie est forte de viog -
quatre rgiments a trois escadroas tt
ua dt?chemenv de mitrs:l'eus:sman
t.
L'.ir illeiie a vingt brigada i trois
batteries df campagae, et plusieurs
batteries de lance mines d autos-
canons, de canons de montagae, de
ballons captif., etc 11 y a, eu outre,
vingt et un b taiHoos du gnie,vingt
compagnie* cyclistes, quarante parcs
automobiles, quatre vingt conp-
gnies de trains tt 20 compagiies de
ponoaniers, etc, et:.
Oa assu r, en ou re. que le m -
nistre de I2. dlinse du R.-uh peut
dipo.ui de quinze miLe avions de
Pal laoiki a uu oa plu ueafi au



LEgMATIN
ataa*
Faits Divers
LE MATIN change de local
Aujourd'hui nout avons entreprit le dmna-
gement des bureaux et atelier du Mann qui
comme on le sait, vont tre installs, toujours a
la rue amricaine, daus nuire propre local, en
lace des constructions de la Kaporcl.
Ou connat les ditticults d'uu tel dmnage-
ment qui est de nature a con'rancr les travaux
d'impicssiou du Journal et qui se prolongera
jusqu a vendredi et samedi.
Cependant nous ici ou. tous nos efforts pour
e,ue Le Matin son servi a nos lecteurs pen-
dant ces deux jours.
La fte Dieu
C'est demain Iixci.ion de la tte-Dieu, qne
par la Ville processionncra le i Trs Saiin Sage-
ment porte par Sa (iiandeur Mouarigneoi 1 Ar-
chevque. lia prccesMon suivra le vaiel otdi-
wairc. Trois reposoirs seront bnie: cciui dress
par Mine Simonttti, celui des sieurs de 1 l.xteraat
et celui des surs de lAbiti'vou.
A l'occasion de cellr grande lte d'obligation,
le chmage sera yeueral. Le Matin ue paraitra
pas.
Ce qui se passe au Bois Shuze
Chaque ku' '' averse Oeeasioiine dans eeite
intircssaiitc rgion des inondations qui se reian-
dent en torrents dans ;es quaitiers avoisinants.
L'un de ces torrents passe par la piopr.e'.e d
notre ami Iranois Mi\s, avenue Magloire Ara-
Croise.
Un sait que cette masse d'eau vient d'un an-
cien canal qui se jcUUl aulretuis dans le' bois de*
Chne et dont on a Jcloun.e le wours depuis la
maison Ctiapoteau, feu de Chose. On a
qu a rtablir ic cours de ce canal pour que Ut
liquidations cessent au ous Shuze.
ATTENTION
A vendre
A la Uniied West Indies corporation
r. Hue du Quai
PneulSOx 3 U.S.CO
Chneti, le baril
Rouen mtallique le rouleau
Bire, barrique marq bidelio 18,00
?
2
er
E
3
ir.
7,25
5,35
Nouvelles
Etrangres
i juin
PARIS Millertod Frsidect du
cooseil des DtDitfiici obtint * la
Chambre uq tucc, coosidiab'e
lQspection Scalaire d
Tori-au-Princc
AVIS
LInspection Scolaire de Poil au-
Prince donne tvi aux instituteurs et
aux famillei en grerai que la ses-
sion ordinaire des examens pjur
c
p
y.
I
l'S
s**
a c
|g
Loi ce que nous venons demander pour les ,}aDS J expos Qu'il fit de la Sliurtion l'obtiMioia du reitiflCAt d't'tldt'S pri
intressants concnbuab.es vienmes de ces ui^nda- ^^ ^iJ^,,, principalement maires S'Ouvrira -n Ses bureaux, le
le eparations dues par 1 Allem.gt.e lund< 14 ju n. a 8 heures du matin,
la Ffltt et que des itnstigtv- Le reg s te d'mscnot'on e>t ouvert
ments recueillis depuis uq an p.-;- tjus les JOQ'S, de 10 heures a mi
La Revue Moderne
Noire rdacteur binin.tnuc! Larnauu. a reu
un Numro de .a Revue Moderne qui s dite
en franais a Montral.
BU Ut dtngeC par Mme Madeleine llugucnin.
Cet organe pounque, Dumira et aruecique,
est coquet.ciiieiil tenu et Mme Hugue. m qui
voudrait toscrer le- liens, un peu trop lo.niam*,
nuunn en.re 1^ (.anadaetllaiu sollicuc dnoue
rdacteur la eeliaboranon de quelques hommes
de lettres hatiens.
Nous la rciiiciciousdesou gracieux envoi.
c La Nouvelle Haiti
Tel est ie nue d'un jouiuai bcOuomadairC qui
paratra la semaine prochaine sous l'nergique
due.leur de -eiers l'.a\eau.
-L^a He naissance
Le mauvais temps de ces jours derniers a
contrari les rptitions des deux p.eecs que
piparaieni les acteurs de la llcnaissancc qui
levaient eue reprsente! samedi a Faruiana. 1...
Mtfc n'aura don* pas lieu a celle .laie.
Le
tcui
d'ici
cedr
Lucky Strik
Or 8 00 le n? illier
Ed. ESTVEH
CUT-AU-PRINCI
mettent d estimer eutre 200 et ?io
milliards.
Loucheur commen'ant le trait de
Veisailies ainsi que ViCCeftt Auriol
emandent i MuUracd un suppl-
ment d expiicauous pour >.\o:rsi le
ch.ltre globd sera valu en lrancs
ou en maiks, cViillarand rpond qu'il
ne peut pas dite plus que ce qo'll
Vient de due bitand declaie qu M se
letuit a cioire que dans la situation
actuelle le r.ionue et nos allis ne
reconnaissent pas que ce il le rr.o
ment de res erer le iiens ei qu c'est
eut des sacrifices
L'insrnpt'.on doit se (aire pur les
so;ns des Directeurs et D.rectrices
des tablissements auxquels les can-
didats appartiennent ou di la perron
ne responsable, s'il* reoive: l'ins-
truction da;:s la famille.
Il est rappel que la demande
d'inscription a lieu huit 1,8 > jours au
moins avant la date fixe pour l'ou-
verture de 11 session et indiquera les
noms tt prnoms, la dite et 1? lieu
de naissance de chaque candidat.
Machciies crire FO
c puDiic ne peidra pas pour attendre et les ac- le momeut OtS sa ttcCS Communs. M T M I ^
s de la KenVuaucH nneus prpares pourront PARtS Le e fcllt VUMt U||U l quelques jour. lu. olUu une soi.ee qtil M .e IOQtires u % teuit d'UDe perSOnnaLt I 1 |J I Q Ulull IJUUlll JU! H U
a ennciia se^ deruiers succs. A bientt. _ _ ._,, Am < Il X.
r, bien icijiu.ee que le cot.seil de ca "
""....... lil
Conferexaces Fost-Scolaire
\ endredi apie's-midi Mi Lcon Laie-u conl.uaiu
la srie 0-; ses coueituces sur le roman iiau.cn
parlera de Mlai de Muiimcui naaeCH licr-
t^caud. A celte cculrence qui commencera a
.- beuics im le public cal cordialement invita par
la iocu". j ue littrature* et d'art de l'Amicale eu
lyce Villon,
b.nei approuva le projil d une entie
vue mit l-loyi George ci Kiassiog.
Le uppoit d comit excuui incr
miotsieiiel serait lavorable au rta
biissemeot des relations commercia
lts -vecia Russie ous conduiocque
Ls! Conway qui a lisi)
Londres le l'i -ju courant pour
Le liaite de Faix devant de seneusts garanties de paiemeut Hati, irra ici pfOchaiIK ni'Tit.
le couseil a Etat
Comme ucus .'ni.ov.ion>, c'eM adjcuid liui que
te rapport concluant a l'auoptiou du Irait*, de
>"aix est
tat ruu
soient toun ic->.
ROME Les joiinaux annoncent
prsente la taCUtSlOn au Conseil d'il- qHC 1A pOp J lutlOO de 1 lUIUe eren-
iaAssemb.eeNationale. Ull cn oii&f i Suzaiu apis avoir
Nous disions qu'on esprait que cet imiarunt ?,,.., .,hli vin Ip nnnt
documeai teraU voc* par l'Assemble. itcveii le ba:iage tUbl aUl M pou
Faire part lunbre 4" iPaIe les deux .ocalites Suivar,t
Nous avonaitule faire part de la mon de une dep.h. du l'etu i ausieu ,
Josphine Isabelle Audain ueeCde hier apus-mi dAoUUnziO CCeUpa le VllligC lOlagii
Il pi n'Ira du hei pour l'E nop?.
Por!-au-Pfi*y,Ie3l Mai I92U.
Les AgfD s
Roderts. Dcttun t\:
Pour vos travaux, procures-?oui t
inatlane crire LUX
Venez les visiter chez, VAgent
L FrectzmannA

ii. cs tuueiaillcs auront lien aujoutd nui.
Le convoi partira ue la maison rnOUUairc sise
Avenue Dcnunei No tiif, poui n tendre a
l'ksjlisc St-Joseph.
e.ondoianccs aus: familles prouves.
as
T
"*
slave Kaveisj belcn uc ttte ue-
pche ce <.jikh, il auiait cg. lemtLt
occup Duitizo et pus poistsiioude
l'adainut atlOD de la Mlle. Le gou-
veintmet.1 Yougc-slave aurait tLlor-
me ks allis quu tsiiteiau p.r la
force aux UnWUitl ce d Annunz.o
coutre ses nationaux.
PARlb Le ministre d Cuba r=-
teuts, et que ce n'est pas l sa moin
die torce
SA(l'h:ure actuelle, 'Jt Rech tale
ous les yetx dts commissionsinter mit 1 Ueiubana.pisident de la ligue
allis une arme trois fois plus nom de Laieinue laiiue, dix m.lie i aocs
breuse, sans compter les tjimauons comme subvention jout le moauuteut
m litaires spciales qui, sous d.vers qui va eue tit\e .u gen;e latin
{utieites.se Uouveni ccncenties sur PARIS Les aeiigus uts .iyndi-
i lionuie ^polonaise, p.cs des ter- cats des cheminots des rtsiaux O.-
litoires soumis au plbiscite, ou le eans et au M.i ittiuieot de t.aus-
long de la zone neutre.
La nouvelle aime allemande
compte dts centaines de mille hom
mes exeics, mis sur pied de guene
t pouvait au piemier signal entrer
cn action. Ils n'aiteudent qu'un or
Bazar METROPOLITAIN
Hlaison de conliance
Jongle des Hues du Peuple et Dans Destouche*
meure l'oidie de la tdttai.ou na-
tionale dcidant la tpnse eu lia-
vatl, ils iltiiiiuut leur it-tenticn de
couMiuer la lutte.
PAKIS les joutnauiiont una-
nimes consiaiet it se tt)cuir du
die de leur gnial en chet.vonSetkt p;ogramme de Mil.eiaud kudant a
ancien chel d'tat m]ot au gioupe
d'aimces ue von Mackensen, pour se
rallier sous uti commandement uni
que. Cette aime est Inime de teun
lie aux toices allies coalises ..
Est-ce li ce qu'on appelle aie d-
sarmement > de l'Allemagne ?
kotlu de la collusion actuelle. Us
soiihaiteU que lt prtsiUiut du con-
seil io t muni de ,1 ius io\o is et
ie\icnne ue son piotlum \C)ge a
Louuies avec la italisaiion compill
ue la sohiuiite DDtDClll tt tcono-
trique. La Leho de Pal s tout en
^ Cette oigamsation militaire fonc- ppicuvant lt plan ue soaante in-
tioune depuis le )I Mais 1920 sans
que le conseil sup.eme semble s'en
mouvoir. La Lomniission d: con-
nle resie mct ve et impuissante
devant les nomb tuscs icfraet ousau
trait de paix de Versailles, il les
Allemands se gausstut de ses dci-
sions.
Le Tiait de Versailles ne serait il
relle meut ,qu un ch tfon de p pici?.
Colonel V. HLRAUlT
UVall e lait dts iestr\is sut Ls than
cts ce tu:c. d'un cuptuct nal.ojal.
DOLLAR : i?,}.
US DBUAhh
Jeune homme ou jeune fille
st^uo-lactilo Anglair-I AraJt;
Pour o'iili'ifiis s adresser
P. N. GKAY ^ Co, lue,
Hue du Quai
Crayon Stiptic toujuurs
Cfgarette Piemonts
Cigarettes Camel
Vin Mdoc et Grave
Moutarde Dusseldbre
Borax
Polis pour argent
Pomni'H en fer blanc
Graprlade
Sceaux galvaniss
Rgal Mints
Bire Red Slar
Biscuits Graham
or
16
09 le piq*ut*
11) le paquet
90 bouteille
~u> pot
j i, -
10 le piquet
50 le paquet
60 ferblane
35 ferblane
85 chaque
15 carton
1.75 domine
12 paquet
Lunettes pour Automobilistes W chaque
Pou ire de rm Glebeas 1.00 mot
Bouton pression Teneo 10 douz
Pipes Wdc meilleure qualit 1.75 chaque
Polis liquid Veneer 30 bouteille
Plats entaills 25 chaqu}
lasses. 25 chaque
A. de Mattus & C^ agent gfl


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM