PAGE 1

t I F MATIN Dclaration de Me C. H g u lu s Nous avons revu ce matin avec plaisir cotre ami et collaborateur Me Christian Rgulas de retour de Ouanaminthe o il a' t pour sa prestation de serment comme substitut du Commissaire du Gouvernement. Il a t l'objet d'un accueil cor dut de la prl de la population et particulirement de la presse capoise reprsente par les "Varits et les %  Annales Caroises. Il d.it rega gner incessan ment ion poste. Me Christian Kgulus ce us a par ailleurs cocfirme combien le Prsident de la Rpublique a t cvjtion du Limbe a Ouamminihe. -—Jamais deciart-t-il— manifestation n'j ! si enthousiaste et si intgrale. An Cap, ce fut du dlire. La foule du matin au se use m.s.-ait aux abords de la maison Prsidenliells et c'tait par des cris de joie inexpn niable qu'elle saluait la prsence du Premier Magistiat de u K;ub!iqu.* A la Grande Rivire du Nord, Quar.ier Morin, Limonade, Trou, Verrier Rouge, r-ort Libert et Oaauamiathe la jeunesse de3 Ecoles, les divers reprsentants de Corps otti ciels ont eu a adresser au Crut de 1 Etat des hommages de bienvenue au milieu de viva s frntiques — Vous pouvez annoncer vos lecteurs— appuie foiiement Me R gulus que le Dpartement du Noid est compltement pacifi. Et de tout ce que ion disait, il n'y avait que pures propagandes. Les populations du Nord sou plutt eux travaux industriels et agricoles gi:e aux bons traitements des principaux Membres de la Gendarmerie et de l'Occupation. Le Colonel Meade du Cap s'est dpens de concert avec ses auxiliaires pour la parfaite russite de la lcep'ion Prsidentielle ATTENTION A vendre A la Uniled West Indies corporation Rue du Quai Pneu 30x3 U.S.CO Ciment, le baril 7.25 Ronce mtallique le rouleau 5,35 Bire, bxrriqui mirq hideiio 18,00 Nouvelles Etrangres Par Cable 26 Mai 1620 Lfl PARIS— Le Bulletin de sant du Prsident signale tat aussi satisfaisant que poss'bie. PAR S. Les (curnaux soulignentla ch.ice inoue du ne idem qui chappa a une mort certaine.Les |our naux (1 sent qie toute la France et l;s anm d. la France se rjouiront sincremea. de ce que Monsieur 1) : ; th-iuel son sorti iud^mue dfi accidentL tresse franaise tait de \œjx ardent> et sincres pour son pio Q\ ret bl s.jiiu'i.i. Le r'i.iden: esi vutime de son devoir car malgr un # coiumenceraeut de grippe il voulut maigre UJ> les conseil; se ren drijt Moatargis inaugurer le monu m. iu eie\ a la mmoire du Snateur R ymond m J t pour la tance. Les journaux racontent avec quelle stupeur les parisiens apprirent le regrettable accid nt puis la joie s ui succda quand, pie la confusion Pour cause de dpart A VENU M: Lin trs joli mobilier irancais. ( %  — S'adresser aux bureaux du latui g*niiaL-. es nouvelles donnan le, que sur les conseils'de Moas eur Mil lawvwMi uax uureaux au Matin plus i,, aur>li i dtails annoncrent krani Deschanel ira se renoser une mo ioa des v.y guis du wagen prsidentiel M constatant la aipau tion du prside i LescircoastaiKee dans lesquelles le Chef dhtat couveit de >ang de la tte aux preds rencontra vers minuit la mide vo.e Badeau puis le pos.ur de rails l)no tirent que ces dernieis demeurreni un moment incrdules sur la personnalit du bless. Dariot emrnem le Pisident a son domicile ou il le lava, le ,soigia et le rchauffa. 11 le cou.ha et Madame Dariot veilla toute u nuit au chevet. Les deux employs previareut la g-re de Montais,.la gendarmeneet le Doaear qui accouiuien: et constatrent le tait S'gaal. Le dxtur ueclara quj l'lit du bless tait sans aucune gravit. Le son* prf t de Moatirgis arriva en auto.-nob.le 1 6 heure joi fat reu par le Pisidui qui le mit au courant de son trange et miraculeux acci-ientL'Echo ae Pr si annonce que la vie du Prsident n'tait pas en danger. PARIS. Monsieur Lon Bourgeoisdclara que U socit des nuoas n'envisage a aucune optaliou de cr du iniernaiioiial avant que ta question des gages et des girantie-> soit fise, Quand la politique lua cce a l'egwd de l'Allemagne aura t dit Courtelinr, ou t.. le feu aux expositions de ces marchands de dmence, ce sont encore les pompiers qui leur Siuvtroul la chemise. Fautil appeler les pompiers ? O le li s ne Iules Moineaux a m:lie fois raison, c'est quand il a|oute : — Ah I croyfz-moi.il n'y aencor; lien de tel que la simplicit. Voyez prc se, la socit des naiions coa les classiques.A-t on fait mieux qu Aviera ses adhrents et auires pys natole France < Crov.z vous au U pour recher.hr les moyens de por ter remde a la dtresse et aux d: sordres dont souff.eatleasemb e dis nationsMARSEl LE. La g'v; dei in crits maritimes est termine. PARISLis Journaux sont remplis de dtails sur Faccideat survenu i Monsieur D;schinel. Ils racontent abondamment l'incrdulit puis l Croy.-z vous que la phrase simple d'Alphonse Diudet n'est pas une merveille ? ht les che'.a d'oeuvre de Loti ? lit mme F. kmanChattiar. ? lit tant d'autres en core I La simplicit I Mais n'est pas simple qui lit Les profanes ne sauront jamais l'etlit ncessit par ce qu'au thtre on appelle un jeu natmel et simple. De mme qu'au b;l de la marquise Du P.gnou Sunue, chiss par l'tiqueitr. les conventions et les usages, le naturel ne revient qu'au galop de la lu:. Pour finir, i'ussi, Courteline s'en prend aux vers que l'on fait aujour d'hui : Ce ne sont ni dts veis, m de la ptose.dit-il.C'est quelque chose d'inteimdiane et j'avoue que jus qu' prsentais n'a rien de fameux. Je veux bien croire que l'on aboutira quelque chose, pourvu que ce ne soit pas au dadasme; Ah I tou'.mais pas cela I Car ces gens-li se paient la tte du public et en font une affaire commeiciale. |e bnirai, vous m'entendez, je bnirai l'homme qui Its fera prendre.. Qui veut la bndictin de Courteline ? LES MOTS DE MAUD i-es b-l'ys *i.giii> iom dnamoi. eux aussi ; Mu, tiiin a d un prur macien de Oueensroad, lu ns.cause avec une cliente ; — Maud, ca ooit tre insupporta ble pour votre pre de rpondre a la sonnette de nuit. A moine endormi, il risque de commettre des erieuis. — je crois bien / la nuit derniie, il s'est laiss donner un shilling en plomb I ARIS reposer une dizaine de puis au chteau d: Ram bouillet. Les tmoigiage3 de syrapapthie afllurent tou.e la journe Les rgis trs se couvrirent de signatures ues persounahii traniises et trangres parmi lesquelles celle de Mjyer chir g dalares Allemtndqui fat 1 nn dee premiers i venir apposer sa si gaatuie L; roi d'cspigue tlgraphia d.mandant dis n.ue toute per sonne qui pourra lournir dei renseignent3uts a ce sujetS'aaresser au bureau de 11 t o'ugar t Hasco, i Automobile vendre En bon tat, marque Buick. .7 passagers. S'adressera Mr K INNE Y Htel de France Caroline neuve de .. romane, prts et parct cheite, ont excut au point son imagination eim file grilhde rencontrer un roman qui sera pour elli sœur • Molly, 8a sœur aiae, tast pointae se msrier, Caroliaai rencontrera aon icariage"'" sea rvesMalgr l'oppotOu, gouvernante, elle choisit roof | sudscieuae pour tes qoiow tance veit-ment son cousiar s'aviso de U traiter eu pef Juste la veille de la crm tiale, le garon d bonneur manquer. Quelle iofle ide de : enr de charger Carof trouver sn reraplaact? Mais, tout le monde est] sftdir/.. D ailleurs, Carolii chante de la miasion qti confie, et aile se met i ment en devoir de la retai u trouver un garon Mon Dieu ce n'est paa dans le tiottin, tout Aprs avoir feuil'et qui le nom de Agioald atti.. tion. C est justement celai i de roman qui l'a tant fait T es pas un piovidontialba lui a fait dcouvrir? Yite, de l'encre, st voil un %  neux, sale, dpenaill. pu es convi a -rvic dega neur au mariage de lar>i Mies Mol ie. Le pire de l'aventursi Une s prend d J ce gent cafion et que, une heure marage, no as la voyou si] ner en aut J avec son ci qui, dans U vie civile, saquemeit le tni't>r >ii Mais, qu importe s plane bien su*dessus di de ce mo de, en plein ie bleu •; Pauvre petite! Elis Ucoent le jour o, sur to rentrer en clsasp, elle boissonnire pour... se oui, tout simplement, ai valier... d aventurer. 1U elU dcouvre temps ( est dj marie et c'est le | la reconduit chez us parti Coram > le couain Beb charmant, aprs es vient de courir/ JrtCal raisonnable, renonce grandes personnes, jnsqi toit en ge de ss msrltrij contre CONSTIPT! pi eue a !•* COMPRIS SUBS8E di DELORT, Pbsj, C'EST LE MlI-jjJ*! DES I'UR£AjEli PORT-AC-HfL Ph .m:.e'* dr */„„ I A. de Msttis & " ageut gnej



PAGE 1

n } n > 2AR METROPOLITAIN Maison de confiance f ,fc des Rues du Peuple et Dan tes Destouches Nouvellement reus i* par lb et par leille ie$ ds terre ses (iœthal j je pte grasse Itdoc et Grave Gin Gordon Tennents Stout (porter) Raisins en paquet dellb Serviettes Drapa Noisettes s avons des cigarettes pour tous les gots, telles que : ihrino moud Straits lian Straits Lord Salisbury Carnet tatima et Piedmonl de 94 82 tographie WPLESSY _jde la Rvolution i de la Chambre IfjtclHi de xrs mar%  tde tous formats atts ( ressemblance I les sa ODS iteurs : dveloppei. ent est le plus anlu elle mieux rput didecti'. pour DE COUDFRISA ETl l t SES CHEVEUXJ awtrar retirent wolr I -.ement drfriaa, ipai, H aunt U !" %  *• fif ruina connue, pour L' y * ""!'' %  • \> i cheveux *!*'•• %  • %  >Je -jtilcur i)ui l'ont TJ—jyyw leMerveilleux P* .*•<• cheveux ont i 11. f"f** et >. upl.i, en %  eeoneuirnt," Uiient ** %  oo eouliu-, aprs JJj de 1 rELO-USINA. *• %  Itiofien-ive cl par I M cheveux et le* vivifie *" I" dfrue. U !** M.P'a rebelle.. Eil? "Jjpe Insparable .le tome i JST' i n V." ""'* PM L !" * P* "'"le. • %  •le, Drofuerlet et Baa.^2""-. >emandei.|a "MaCUC*. hc t** -S.A. Grande Epicerie Centrale 1717— Grand Hue ( en face de la Posto J L0pe RiVera p ropritairePtau-Pce Conserve franaises f ^iitrcat/iea Biscuits assortis de la tramer Cu HOOGES, s ront fermes ce soir 4 ) heures prcises Fort au Prince le 2 8 Mai 1920 Remerciments Les familles Ricot et tous les,autres parents remercient bien sincre ment tous ceux qui les ont assist l'occasion de la mort de leur cbre jegrette mre n belle-mre Mme Vve Guillaume Ricot dcde le 13 du courant l'ge de 60 ans, et les f uient de croire en retour qu'elles eur en garderont la plus pioi jnde reconnaissance HEMORRODES Ouriion (nainet complta par la POMMADE OU DOCTEUR ZYLOr! E< TOUS rONMairV •EiUKGUL HtoMtTE — COHKODITE oonm rou/oufts un HCSULTAT Hmatlln TUPRt 81. rut Clurits-Umt'.t, NllULI (telMJ WwttieVfcH •' *•• ffTtU Le ro iiigo peu donner du fret & une gol.Ue s.Uct de Sai $ Marc ou High Flyer Or 6.40 le millier Ed. ESTE VE cSCO PORT-AU-PRINCE •^ VINS ROUGE & BLANC de Bordeaux de la maison \ DELOR .S: Cs, Bord-anx en barriquea tt en caiste. APERITALde la œ ne mwt-ou BORDEAUX OU IN Aexeell nt aoritif ^Viennent d'arriver rar le demie 1ffanai 1 En venfchrz": Alfred Vieux. Simon Wu-, B.ft N. Sida Co Et en gros chez I a gent L. PRhCTZMAN\-\GGERIIOLM Conserves a!iiaintairei aies tablissemen's Dandrtlle & Gaudiu, Bordeaux Viennent d'arriver par le steamer Canml Sardines, anchois. Ikon sprols l'kuile, Sardines la tomate, Truffa*, peiii pois, meutarde, caire 1 , eornichon, pickles au vinaigre. Fruits la mo iaae, Liqnenrs assorties, etcaopapperminth, ani sette d la maison L. Nie •il'eao, Boreaux En fente chfz Alfred Vieux. Simon Vieux, Lpoa Rivera, Petit Pig a', Vlariua Barot. GCervet, Lonce Kils-Aun5 Emilio Cuebaa jet en gros ck*z l'efml L. l'UtKTZMANN-AGGERHt)!. \ l. Rue du Oaai. Viennent d'arriver au Bureau du Matin e-SB— JOURNAUX} Le Matin Le* Journal Le Tempe f e l'eut Pariaien L'Homme Libre Le Petit Journal London News Adveoture > les Annales Le Rire Le Sourire Sur.day Herald Sunday Pictorial im nnd Kxpcrt The Daily Miiror Ulue.raMon Collection Tctrale Sfl^lre ( Andr Gybal ) le Mlin Gant (JH. lioai.y 1 Les Ecrivains cortemporeira de l'Amrique espagnolesFr*n cisco Contreraa ) l.iluli ( Romain Roland ) La Bote ft l'Ange ( Maurice Darin ) Le Maon de Notre-D-nie ( Paul Fval ) Les Epreuves de Baissa ( Heniy Grville) La Science du RegardMesdames* Ne jetez plus vos vieux virsajes Vos vieux rubans Car grce la teinture fiin;.is)L'NI(JLJfc:,voui poivez les Lei.idra dansla couleur que vous *uirez el 01 taire une pic 3 neuve eu quelques minutes. Voici lt manire de s'en servir: 1.Mettez dans une cuvette ou un rcipient quelconque de i'aau liie. plutt chaude, veisez quelques gouties de cette teinture jusqu ce que vous ajez atieintja nuance que vous drirez 2— Ce bain tant sinti prprY, prenez une pici d' o'ie nueloenque tede que par exemple une ^este. un h ouae de dame n importe que'Ie ma tiare teindre : s: io, coton, ge r;ct'e ele l'Ion' gez la dans cette solution pendant uu moment, de fer.on que toute la pirtie de la pice ait bien pris la teinture. 3.Rincez la pice dans de .l\au claire dar.sllaqudle vous aurec ajou'e.5 ou'1 gouttes de fipaigre. 4 — Laissez scher el repayer* N.B.-A 1 pies l'usage du bjio, le verser dans des houicilLe bien touches, car (immense avantage) ce bain e n ploiiwniyis. Pour cela, U faudrs rechtuiler el ajo, :er lo K gouttes de temtuie. %  %  • • Prix du flacon G. 4 Agent gnral pour tlaiti Victor Gentil rr* •.. ..



PAGE 1

V il mil* i i Jardinage Jardinage II De la Maison D. AlSlDRETR SEED Co Pour les commandes et conditions s'adresser d Monsieur Fcrnani C Laraquo 522, JRn Dante* Destouches SO'.EAoKNTKORIUYTI Pour les nu es en gros e( en dtail s'adresser tonsitur Victor Mangon I73j. Rue du Mugaun de l Lit Poui|les tenlis seulement, &'adiesaer aux maisons suivantes : Pharmacie Emile Biisson, kpikerie moderne, Laurcnceau On trouvera an M uswi liment de Ugumtti : Carotte, radis, aubergine, tuilue, cUuux, tu ; M utwist un bel assortiment de (leurs : } J en*e, Œillet, Quatre tleures ? tic. Pharmacie Alberlioi-Ewald MARTIAL A. PETttUl P GSac MHBf Fonde en 1850 Produit chimiques de meilleures Usins de France et d'An rique. Crme Dentifrice Kohn n Parfumerie franaise et amer, caiiue. Petrus* Ilrufl Store Sicc isstr to ALBEUTIM KWALD Is'ablshad 1850 American & Prench Patent Me jicines. Best chemicals fro & u repe and the states. xmerican prescription filles, French & merican Perfumea iT^iie Watera. Get il a Petrus' Pharmacy Graduate of Temple i University, Piladelpbia. Pa. LamaisonPaulE.4u F-*it toujours d s prix doux p^ur ses ciidl m lyre la hausse sor tes inarchaiidji l'Emarger. Venez profiter des anciens prix Vient d'arriver: Un stock de Surettes En vente chez J J0Ui\ BUttNS & o Par ftib'anc de ii livr s ou en c. is^i s dd 00 10 livre s 1U p ix de )U c* n'itnts 01 U livre. >* J — i ,i i i .iif .iwy .>ai WSJMW msy > !9S Bmms i \m corporation IL P. Davis, Y icc-V rendent Gn.'l gr in Haiti Offcrs ils Services as agents oj the National Biscuit (if I\( iv-York ateo as Seillrg KeprnerjUitivii — American Coiton Oil Co Aent*-Uuited S a es Rubb r to Selliug R*p eseiiisiives—-N. 13. Ta ibn h Co. La vritable pom~ mode wvpiUfVh' Madame J Jobbois fils 23} Rue Traie-stre S'empresse n'iformer sa bienVci'lui 0. clien''e ouMIe ru par le de n ; er steamer un to t N de la rrerv^ileusepomuiadK>n golf ne He 1 1 Roi g ) P oduct Co. is ;im*ble8 cltfcii'f s qui a\aien' dpos d-s v ale 1rs en dpt po 1 ite J m mde £0't piies de P8*pr lrhrmr leur p)irrnir>pa g, de *.Broniz(o Grcu/d OU*. La maison * aussi '<; 1 du Verro cerium 1 Pi ries b iq ie!s. Avis aux fimeu'S,amaeurs de Ir'qie's. Ces jours ci E-ay'z les c g re tes Le Record ne crjyaot aucune concurr stock $\ rapidement. Bons biscuits De Jamaica Biscuit Company h dont nous avons l'Agence: Contingent Cr:am Saltinea CeU H. Murad & Soi 1 6,Rue des Fronts borls. — Porl-au< ? A* \ er %  •s" Adresscz-vous la plus forte compagnie desE. U, HOME INSURNE Co de N.- ageiit fjural pour Hati .Le BOSSE, Port-au-Prince Protgez ^otIe M,i.'orj, voire Magasin, vos dpts au taux le plus iaisi ncab'eAucun Irais ie commission ni de courtage \ payer Renseiguez-vous sans fiais par coiie-^pondanceou venez i.scu r • otre problme chez LE BOSSE, 95 Rue du Quai Pharmacie F' Eug Euy Angle des Rues Roux et du Ce! 2 Mdaille d'argect Exposiion de Bruxu Laboratoire de Chimie Mdical^ Droguerie, Produits chimiques et pharmaceutique Spcialits fi anaise et amricaine. Prparation de toutes ampoules mdicamenieuse et injectables. mini Spcialits. -Srum nvrosmnique simple et terru. lodhydrarg/re. Srum ue Morard remplagnt m v* rcalcifiants de Ferrier et de flobui , UIY a toujours en stock : Nevrosthose* Sirop psew Elixir de Pensylvanie. Dpositaire du PREVEUT*^ Reprsentant des Laboratoires T LACTIFfiRM.-Ferment lactique, contre aUectioos nalea et cutanes.



PAGE 1

Litfft" tate Ho y92 Port au Prince; H^Ui Vendre!! 23 Mai i$S) jB-FROPRlETAIRE .MAfiLOIRE ^CIU"N CHEF Lon Laleau -.tto ibtimii lioat-AO-HRiNcr HP4RTEMENTS G. 2.00 flANGIR 0 2.50 700 • 800 jasst reues au Comptoir la i Psbtkit, 9 Rue Tronchet, IV „, Ladgate Hill, Londres, Quotidien La science lve ou abaisse suivant le milieu mental qui la reoit. GuUveU BON %  WH iELEPHOE; 218 ievue du march j. — %  PMai avantageux, les livraisons sont da peu d impt tance. COTON.— Aucune transaction in tresaante ne nous s t signaleLas prix de la semaine coule sont maintenus fermes. Pas de stocks dspooibi.i. Le msreli des Etats-Unis se main tient toujours avec ies*mmes perspectivesCette dure et ea:ore tn grande dtmandeMiEL. — Suuaton incbsnge. Livraisons presque nulles pour la semaineMmes CJ aiious que celles publies dans notre dition du 15 Mai. CMPCHE. Un changement inattendu s est opre brusquement dans le march et a enray la baisse provenant en partie de l'accumulaIIOQ des stocka en dptD i 28 dol lais, les cours sont mouts S 32 doi lare. Cela dspoud outefos de ls proveceuce da bois. Les cominer sou de la place ayant uu stock pouvant fermer une csrg ison ne veuteut plus vendre Us rclament le prix exiioroi ant da 83 dollars Kob steamer. Il est vrai que les h m de Hoc -acf tince soat etes comme de pveiui.e qualit parmi tous les buis d'Hati vendus i. New-Y J k Nous oe coucevous pas tou efois uue si grau de divitnce dans Ue prix03 nouveaux ch-teurs se sont preaen • ur le marchlis ont pa jusqu' 31 dollars 50 pour les boi de la provincj. Ils ont sign ainsi d imposants contra', livraison JuiaJuillet, t'ob port d'embarquerne u. Nous u avoua aucune nouvelle du march de New-jrk, n'ayant paa eu de matlt) cetie semaine et n ant pas directement intresss dans cet e brancha d'exportation que nous avons toujours envisage avec beau coup d 3 prudence S cause des d tti cultes d expditionLes 1 g ies de btesux maintiennent toujours leur tarif de fret relativement lev et encore n acceptent ce tr que lors qu'elles nont paa d autre dm glanant. Nous avons encore sous les yeux les prix leva pays en 1016 & l'po que de la g aude hausse tur est article. Le taux du fit avait mont jusju'-.'d dollars la tonne, bsca contrat, c'est un marcha dangersut, attendu que c'est une denre d, tue. le imnt ralisable sur plaa lorsqion BC surpus par une baissa. PEAUX DE CM TUS ET FUTES. March relativement nul cetin se* maine, sans atiaires in ressant l'at tentiou des spculateurs. Les livrai sois de peaux continuent to J jours diminuer, UU c or pour les peaux, 3 c or pour les pittea bien sches. Importations. Marchandises amricaines FARINECet'e semaine, le mar ch a t un peu faible. Nous avons ct 19 19 25 dollars par sac pour la far m Proezi. communment appele Eaiine Cuq et qui est actuels ment la msrque la plus importe en Hati. Dix mille sacs sont attendus prochainement. KaltOSlNE — Cet stticle est en raret depuis plusieurs jours sur notre place. Les derniers arrivages n'ont pas pu satisfaite Us nombreu ses demandes de la province.fNous cotons 430 dollara la caisse, en d tai! Le mrches firme NYork. GAZOLINE,— Mme situition que pour U krosine. Nous cotons 7 50 par caisse. l'as de grand stock sur tosrce# ou 7 Mai place. Marche ferme New York. ma cotation le prix RIZ — La rare e du riz avait fait fltaj I e un march plus monter le p-ix jesqu'a 22.50 par sac •&0Vnn ' e C8Ca0 ^ -' dfl 1C0 l,Vr 8 6 tLlDe M Pr *'• '* il, u *i eoiu Pf endre que qualit vendue tait mauvaise. Lue i ^dollars 25 ks bonne csrgsiaon a t epporte cette lllttt, ( L* OQ t-oilerls bur la semaine par un bateau de Mobile ^"", uaigi ce pnx Qualit suprieure. animation a rdaaa notre mer[surveiller le franc value en dollar it vers un taux Nous mettons os clients et amis ivtrt, lesquelles noso'.re opinion itoacsnt noe prochaine innsible daus le change 1 1 stabilit du taux du de Commerce des %  nonce que U noues Commerce (mer [la forme ion a t rence laternstio Atlantic Cit>, [sers dfinitivement dans ls Semaine lies plus minents des Chambres pe) d'industrie d'Angle I, de Bslg'qae et lia ce te runion. ts amricains, de du commerce, i confrence lijMr John le. Faibey, Idais Chambre de [Itati-Uuia; Richard MU de f" American itioa, St-Imis, Tho leprseuUnt de J. tp,A. C tfadfort, • ICompan y, Membre iforeign Trada Couo "etc. qaestlon du crd l riesi que celle du problmes dga r ce qui s trait a tarif du fret afTec i trafic interoatio ;tionale de corn l'aacieu Con dea Chambres de le fonctionnement n de la dclaration d'exportation march est bien sou N sont plutt do-. { apechvea ouvertes ranc confirmer les in %  JJfe dition du l >e prjx sur les mai Aacun cble n'a m de hausse. "!£? Cubs ee sont W place; ta cte !• tel quel, 15* S >• tri suivant CAUSERIE FEMININE Le ri la itrt •Q ne saurait trop insister sur l'imro tance du rle de la mre, dans la premire ducation des enfants, et sur l'influence dcisive que cette ducat on a le plus souvent sur toute la vie d'un homem Onne saurait trop prmunir les mres contre le danger de faire i leurs enfants des nerfs, au lieu de leur faire des muscles. Laissez donc vos entants s'battre librement, ne rglez, n'entravez p?s leurs jeux, ne les empchez pas de courir en plein air.d'exer cer leurs b.as u leu >jimes,ds suivre l'veil de leurs forces, de connatre la valeur de leurs mouvements. Laissez-les libres de comparer leur agilit et leur rsistance avec celles de leurs psti's camarades : car, dans toutes CM petites manifestt OU d'ordre physique et qui ont l'air sans impora-.ee, ils commence e t i Garage franais 1337, Rus du Magasin de F Etat, ct de IV si ne GUce. A. Barreyre Ingnieur mcanicien brevet Ancien che/ d'atelier d'une See'ion de l'Arme Franaise, Automobiles Atelier de Rparations Mcanique, de prcision — Travail garanti Spcialit de rglage d* Carburateurs ex de Magntos Mi*e au point JtLconomisateur ***** m } v aP ori Sa .i 0 net ie w swm f rnn age de gasoline qu'il taille lui accorder toates la licence lui passer toutes ses fantai sies. B en au contraire l Cest encore par seasib lit.di peur de perdre son affection, qu'on s'habitue s'mer veiller de ses moindesgestei.de se; moindres rerlsxioo • lit rien n'est plus pernicieux. Car, fliMer sa petite COUl'S DE GRIFFE La pr ie ne p faire i leurs dpens parfois lapprenvanil l f cousidrer toujours comme tissage ncessaire de U vieil ne f ut un oradc c,e8 ussi crer : h 2 !' eo M passe le dissimuleras vieest une lutte uie lut'e sins piti, o le plu> i .ib e eit touj >urs hanni, spoli, explot;, vaincu. La sant du corps tait la sant de l'esprit et U robustesse phy sique en imposai souvent i ladver un Lt d'externe irrituioo, v nte susceptibilit, d'anour •nt saue qae son appO-int. dans les conSS^SJi Y* t.tsde lexistence, est parfois plus %  . I"' ba w uiile que celui de toutes les autres f e ' gy.n r, il importe entants un stntiqualits rua es Certes, d'inculquer aux ment viVice d j h cijai de .l'hom me it U conscien:e ne t; de la b:au t duame chevaleresque. Mus ls m.es divr jnt viter d'absorber tiop leurs punes fis. de leu noyer dms leur seasibilti, de les enliser dans leur tendresse, de les enserrer dans leur sollicitude iaqua te, rgime m jl'ient. s'il en est, qui endort le cerveau, exaspre les nerf-, dprime le corp, entrave la virilit, rend la vo'.oa indcise. Il faut que l'homme de denuin comme ace ds la plus tendre enfance i s'appaitnir, qu'il ait la notion de soa indiviaual t, le sentiment de sa responsabilit. Cela ne signifie peint faut dag prjprd mahd f et insuppo:tible 11 faut donc quil pHiss; jjuir duae certune independinca. ncessiire Ji prosprit de son co ps, qu'il soit qu'il mange, qu'il tte volont, qu'il nastique.qu'il se meu ve en plein sir, non point parce que cest son caprice, mais parce que ses parent; lui laissent bon escient la liber de le faire, n igaoraot pas que s'est l la prinup 1: condition de sa ^a n. Les affections romant ques, les mlancolies maladives, les lentes consompt ons.oi ies r '.tes inutiles que l'action n'appuie jamais de son eiticacit, voil ce qui guette l'me des enfants trop emmurs dans la Lndtesse maternelle. Et 1 en sa t tous les inconvnients d'une sensibilit aussi irritable, d un temprament aussi frsgile' Les troub es nerveux Us plus araxei dre Comprend-on ap de ls rcolte de ...Wenue (par lee >"tde la bsisst, va •fc la rcolte de Promet d tre savez f pluies continuent. 7???' v concider i atunt d.s oerises. ^S? Dt Pt-dtre tar ti uf piles, maie lea lent ,. Jir ous de cerises 1 reoit? lUrea P ar ,a JJH>Qientnon8laiss -!? "VraiSOQS d r.ru L prix en a busse & 21 dollars e". mme iO 50. C est encore excessii, mats comme Ion attend de nouveaux arrivages, noua sommes convaincus que le prix descendra fatalement jusque 10 et 15.50. prix normal di l'article par rapport au march dea E'ats Unis. COTONNADES —March toujours lent et la marchandise est vendue au-Je de M. de Curel. Us av/.enl peur de ne p*s comprendre 1 Voil pourquoi les snobs galette meublent leurs salons de chefs d'oeuvres abracadabrants.Ile ont peur d'tre sppels botiens I Et c'est ainsi que les meneurs bolchvistes s'illusionnent. Ls foule est moutonnire, mais elle ne persvre paa. Au surplus, Courteline n'y va pu de main morte : — On devrait tous les b;ler *tr la place publique, f. . le feii dars leurs exposit ons et chambarit* lents sances d'lucubrations misaines. Les gens qui sont U te de ce mouvemnt dida soutes marchands de dmence,

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05127
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, May 28, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05127
System ID: UF00081213:05127

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Litfft"
tate Ho y92
Port au Prince; H^Ui
Vendre!! 23 Mai i$S)
jB-FROPRlETAIRE
.MAfiLOIRE
^ciu"n chef
Lon Laleau
-.tto ibtimii
lioat-AO-HRiNcr
HP4RTEMENTS
G. 2.00
flANGIR
0 2.50
700
800
jasst reues au Comptoir la
i Psbtkit, 9 Rue Tronchet, IV
, Ladgate Hill, Londres,
Quotidien
La science lve ou abais-
se suivant le milieu men-
tal qui la reoit.
GuUveU BON
WH
iELEPHOE; 218
ievue du march
j.
PMai avantageux, les livraisons sont da
peu d impt tance.
COTON. Aucune transaction in
tresaante ne nous s t signale-
Las prix de la semaine coule sont
maintenus fermes. Pas de stocks
dspooibi.i.
Le msreli des Etats-Unis se main
tient toujours avec ies*mmes pers-
pectives- Cette dure et ea:ore tn
grande dtmande-
MiEL. Suuaton incbsnge. Li-
vraisons presque nulles pour la se-
maine- Mmes cj aiious que celles
publies dans notre dition du 15
Mai.
CMPCHE. Un changement
inattendu s est opre brusquement
dans le march et a enray la baisse
provenant en partie de l'accumula-
iioq des stocka en dpt- D i 28 dol
lais, les cours sont mouts S 32 doi
lare. Cela dspoud outefos de ls
proveceuce da bois. Les cominer
sou de la place ayant uu stock
pouvant fermer une csrg ison ne
veuteut plus vendre Us rclament le
prix exiioroi ant da 83 dollars Kob
steamer. Il est vrai que les h m de
Hoc -acf tince soat etes comme de
pveiui.e qualit parmi tous les buis
d'Hati vendus i. New-Yj.k Nous oe
coucevous pas tou efois uue si grau
de divitnce dans Ue prix-
03 nouveaux ch-teurs se sont
preaen ur le march- lis ont pa
jusqu' 31 dollars 50 pour les boi
de la provincj. Ils ont sign ainsi
d imposants contra', livraison Juia-
Juillet, t'ob port d'embarquerne u.
Nous u avoua aucune nouvelle du
march de New-jrk, n'ayant paa
eu de matlt) cetie semaine et n ant
pas directement intresss dans cet e
brancha d'exportation que nous
avons toujours envisage avec beau
coup d 3 prudence S cause des d tti
cultes d expdition- Les 1 g ies de
btesux maintiennent toujours leur
tarif de fret relativement lev et
encore n acceptent ce tr que lors
qu'elles nont paa d autre dm gl-
anant.
Nous avons encore sous les yeux
les prix leva pays en 1016 & l'po
que de la g aude hausse tur est ar-
ticle. Le taux du fit avait mont
jusju'-.'d dollars la tonne, bsca
contrat, c'est un marcha dangersut,
attendu que c'est une denre d,tue.le
imnt ralisable sur plaa lorsqion
bc surpus par une baissa.
PEAUX DE CM TUS ET FUTES.
March relativement nul cetin se*
maine, sans atiaires in ressant l'at
tentiou des spculateurs. Les livrai
sois de peaux continuent to j jours
diminuer, UU c or pour les peaux,
3 c or pour les pittea bien sches.
Importations.
Marchandises amricaines
FARINE- Cet'e semaine, le mar
ch a t un peu faible. Nous avons
ct 19 19 25 dollars par sac pour
la far m Proezi. communment ap-
pele Eaiine Cuq et qui est actuels
ment la msrque la plus importe en
Hati. Dix mille sacs sont attendus
prochainement.
KaltOSlNE Cet stticle est en
raret depuis plusieurs jours sur
notre place. Les derniers arrivages
n'ont pas pu satisfaite Us nombreu
ses demandes de la province.fNous
cotons 430 dollara la caisse, en d
tai! Le mrches firme NYork.
GAZOLINE, Mme situition que
pour U krosine. Nous cotons 7 50
par caisse. l'as de grand stock sur
tosrce# ou 7 Mai place. Marche ferme New York.
ma cotation le prix RIZ La rare e du riz avait fait
fltaj Ie un march plus monter le p-ix jesqu'a 22.50 par sac
&0Vnn 'e C8Ca0 ^ -' dfl 1C0 l,Vr'8 6- tLlDe M Pr *' '*
il, u *i ,eoiuPf endre que qualit vendue tait mauvaise. Lue
i ^dollars 25 ks bonne csrgsiaon a t epporte cette
lllttt,(L*OQt-oilerls bur la semaine par un bateau de Mobile
^"", uaigi ce pnx Qualit suprieure.
animation a r-
daaa notre mer-
[surveiller le franc
value en dollar
it vers un taux
Nous mettons
os clients et amis
ivtrt, lesquelles no-
so'.re opinion
itoacsnt noe prochaine
innsible daus le change
11 stabilit du taux du
de Commerce des
nonce que U nou-
es Commerce (mer
[la forme ion a t
rence laternstio
Atlantic Cit>,
[sers dfinitivement
dans ls Semaine
lies plus minents
des Chambres
pe) d'industrie d'Angle
I, de Bslg'qae et
lia ce te runion.
ts amricains, de
du commerce,
i confrence li-
jMr John le. Faibey,
Idais Chambre de
[Itati-Uuia; Richard
' mu de f" American
itioa, St-Imis, Tho
leprseuUnt de J.
tp,A. C tfadfort,
ICompan y, Membre
iforeign Trada Couo
"etc.
qaestlon du crd l
riesi que celle du
problmes dga
r ce qui s trait
a tarif du fret afTec
i trafic interoatio
;tionale de corn
l'aacieu Con
dea Chambres de
le fonctionnement
n de la dclaration
d'exportation "
march est bien sou
N sont plutt do-.
{apechvea ouvertes
ranc
confirmer les in
'JJfe dition du l
>e prjx sur les mai
Aacun cble n'a
m de hausse.
"!? Cubs ee sont
W place; ta cte
! tel quel, 15* S
> tri suivant
CAUSERIE FEMININE
Le ri la itrt
q ne saurait trop insister sur
l'imro tance du rle de la mre,
dans la premire ducation des en-
fants, et sur l'influence dcisive que
cette ducat on a le plus souvent sur
toute la vie d'un homem Onne sau-
rait trop prmunir les mres contre
le danger de faire i leurs enfants
des nerfs, au lieu de leur faire des
muscles. Laissez donc vos entants
s'battre librement, ne rglez, n'en-
travez p?s leurs jeux, ne les emp-
chez pas de courir en plein air.d'exer
cer leurs b.as u leu >jimes,ds sui-
vre l'veil de leurs forces, de conna-
tre la valeur de leurs mouvements.
Laissez-les libres de comparer leur
agilit et leur rsistance avec celles
de leurs psti's camarades : car, dans
toutes cm petites manifestt OU
d'ordre physique et qui ont l'air
sans impora-.ee, ils commence e t i
Garage franais
1337, Rus du Magasin de F Etat, ct de IV si ne GUce.
A. Barreyre
Ingnieur mcanicien brevet
Ancien che/ d'atelier d'une See'ion de l'Arme Franaise,
Automobiles
Atelier de Rparations
Mcanique, de prcision Travail garanti *
Spcialit de rglage d* Carburateurs ex de Magntos Mi*e au point
JtLconomisateur *****m}* vaPoriSa.i0net ie
w swm frnnage de gasoline
qu'il taille lui accorder toates la
licence lui passer toutes ses fantai
sies. B en au contraire l Cest encore
par seasib lit.di peur de perdre son
affection, qu'on s'habitue s'mer
veiller de ses moindesgestei.de se;
moindres rerlsxioo lit rien n'est
plus pernicieux. Car, fliMer sa petite
COUl'S DE GRIFFE
La pr ie ne p
faire i leurs dpens parfois lappren- vanillf cousidrer toujours comme
tissage ncessaire de U vieil ne f ut .un oradc' c,e8 *ussi crer :h.2 !'eo
M
passe le dissimuleras vieest une lutte
uie lut'e sins piti, o le plu> i .ib e
eit touj >urs hanni, spoli, explot;,
vaincu. La sant du corps tait la
sant de l'esprit et U robustesse phy
sique en imposai souvent i ladver
un Lt d'externe irrituioo,
v nte susceptibilit, d'anour
nt saue qae son appO-int. dans les con- SS^SJi
Y* t.tsde lexistence, est parfois plus . I"' ba
w uiile que celui de toutes les autres fe ' gy.n
r, il importe
entants un stnti-
qualits rua es Certes,
d'inculquer aux
ment viVice dj h cijai de .l'hom
me it U conscien:e ne t; de la b:au
t dua- me chevaleresque. Mus
ls m.es divr jnt viter d'absorber
tiop leurs punes fis. de leu
noyer dms leur seasibilti, de les
enliser dans leur tendresse, de les
enserrer dans leur sollicitude iaqua
te, rgime m jl'ient. s'il en est, qui
endort le cerveau, exaspre les nerf-,
dprime le corp, entrave la virilit,
rend la vo'.oa indcise.
Il faut que l'homme de denuin
comme ace ds la plus tendre enfance
i s'appaitnir, qu'il ait la notion de
soa indiviaual t, le sentiment de sa
responsabilit. Cela ne signifie peint
faut
dag
prjprd mahd f et insuppo:tible 11
faut donc quil pHiss; jjuir duae
certune independinca. ncessiire
Ji prosprit de son co ps, qu'il soit
qu'il mange, qu'il
tte volont, qu'il
nastique.qu'il se meu
ve en plein sir, non point parce que
cest son caprice, mais parce que ses
parent; lui laissent bon escient la
liber de le faire, n igaoraot pas que
s'est l la prinup 1: condition de sa
^a n.
Les affections romant ques, les
mlancolies maladives, les lentes
consompt ons.oi ies r '.tes inutiles
que l'action n'appuie jamais de son
eiticacit, voil ce qui guette l'me
des enfants trop emmurs dans la
Lndtesse maternelle.
Et 1 en sa t tous les inconv-
nients d'une sensibilit aussi irrita-
ble, d un temprament aussi frsgile' -
Les troub es nerveux Us plus araxei dre Comprend-on
ap
de ls rcolte de
...Wenue (par lee
>"tde la bsisst, va
fc la rcolte de
Promet d tre savez
f* pluies continuent.
7???' v* concider
i atunt d.s oerises.
^S?Dt Pt-dtre tar ti
uf piles, maie lea
lent
,.Jir. ous de cerises
1 reoit? lUrea Par ,a
JJH>Qientnon8laiss
-!? "VraiSOQS d r.ru
L prix en a busse & 21 dollars e".
mme iO 50. C est encore excessii,
mats comme Ion attend de nouveaux
arrivages, noua sommes convaincus
que le prix descendra fatalement
jusque 10 et 15.50. prix normal di
l'article par rapport au march dea
E'ats Unis.
COTONNADES March toujours
lent et la marchandise est vendue
au-Je Quelques srti -les tels que le Prs
co.t ^tripes et le Drill Massachasets
Stinti ig manquent totalement dans
les sssorlimsnts de la place.
Dana notre prochaine dition noua
dirone les prix dtaills de toutas
les msiques de tissus vendus en
Hati
PROVISIONS. Nous sff/ons
nos clients le prix de quelquss pro
visions qui nous ont t cts le 22
Mai comme suit :
Manljne.b m or 35 par caisse
da famille Jl
^Harch
Plutt fiih'e,
i tAnU. """* mioe,
iS a vrpch9r p*r
,* Naw.Yo.lc, Le
Sivon Cosmos 85 de 250banea
Veraun MAO
Beurre m
MessPo k 52 par b.iil
Buf 98
Hsrengs en
saumure 18 par baril
depuis la nvroie juqua la foiie.en
passant par la neurastnuie.les ides
noires,le somnambulisme, la haLtise
du suicide, l'hystrie et l'tp.lepsie,
tous ces troubles ont le plus souvent
leurs origines dans le trop grand
attiiiemem des neit'.
Un hjmm: en qui la sensibilit a
tti trop cultive, manque piesque
toujours de la lorce morale indis
pensable pour dominer les vne
mentsi juger sainement, avec calme,
une situation prilleuse tt prendre
un parti nergique et sagement m-
ri, pourquoi? parce que la trop
grande suotil t des nens dans un
organisme o les muscles n'ont pas
acquis un dveloppement suffisant,
dtermine une peite d quilibre, un
surcrot d'exercice pour ceitatnes
tondions, et, car consquent, un
affaiblissement physique gnral qui
atrophie la volont ei ruine le corps
avic 1 intelligence. O.truire le fonc-
tionnement re6alier des phnomnes
vitaux, citai provoquer uns perturba-
tions invitables et favoriser la pr-
dominance du systme nerv.ux t'est
retirer aux muscles une fonction
qui leur tait normalement chue.
S z nne JCARON
Correspondmee spciale su MATIN
Va typ* qui n'aime pas les cub'.s-
tes, les dadas ron plus.c'est le grand
kuroorsie Georges Couruline. Evi-
demment !.. q ne peut pas tre
homme d'esprit et sympathiser avec
des pantoufles. .
Interrog rcemment l'ur sujet,
l'auteur de cBoubouroche rpondit,
serrant les poing?, et d'une vois
hurlante je cite :
Les cubistes ?.. Des bandits / Je
me demande par quelle aberration
les Beat x Arts cul laiss au Salon,
il y a six sns, des salles la dispo-
sition d: ces gecs \i I Ils ont perdu
deux choses saus nom, vous m'en-
tendez,sans nom I Et les gens force
d: regarder ces horreurs-l, ont 6ni
par s'habituer, peu peu, 4 la lolie.
Ouyl y a dans 1 humanit un pour-
centage considrable de gens qui ont
peur de ne pas comptenore...
Ils ont peur de ne pas compien-
Aussi, devant Us adeptes des
cubistes qui sont heureusement uae
infime minorit et une minorit
d'mt mesces gens-l se sont laiss
influencer. C'est l'poque actuelle
lorsqu'une minorit dcides veut su-,
borJonncr la majorit des moutems
de Panurge qui sont la bsse de a'hu-
manit.
Voil pouiquoi tant de bonnes
?;ens se mirent a braire qumd ou
eur montra c l'Ame tu folie > de
M. de Curel. Us av/.enl peur de ne
p*s comprendre 1 Voil pourquoi les
snobs galette meublent leurs salons
de chefs d'oeuvres abracadabrants.Ile
ont peur d'tre sppels botiens I Et
c'est ainsi que les meneurs bolch-
vistes s'illusionnent. Ls foule est
moutonnire, mais elle ne persvre
paa.
Au surplus, Courteline n'y va pu
de main morte :
On devrait tous les b;ler *tr
la place publique, f. . le feii dars
leurs exposit ons et chambarit* lents
sances d'lucubrations misaines.
Les gens qui sont U te de ce
mouvemnt dida soutes marchands
de dmence, folie.
Seujemtn le mahtur, .ni, commr
< saur mdium 2 ) par caisse
Nous allons avoir hebdomadaire
ment, par cb'.e, tous Us prix de ce
articles New-York Noua nous
empresserons de les publier pour
tre agrables dos amie.
Demandez partout la be (Vaiiise contenant 5 njo d'alcool d
graines Bras trie*de h Meuse.
Lei.saycr,ceit i adopter.
L. PREETZlASN AUGElUlOLM, ageuU
s.


t
IF MATIN

Dclaration
* de Me C. H g u lu s
Nous avons revu ce matin avec
plaisir cotre ami et collaborateur
Me Christian Rgulas de retour de
Ouanaminthe o il a' t pour sa
prestation de serment comme subs-
titut du Commissaire du Gouverne-
ment. Il a t l'objet d'un accueil cor
dut de la prl de la population et
particulirement de la presse capoise
reprsente par les "Varits et
les Annales Caroises. Il d.it rega
gner incessan ment ion poste.
Me Christian Kgulus ce us a par
ailleurs cocfirme combien le Prsi-
dent de la Rpublique a t cvjtion
du Limbe a Ouamminihe.
-Jamais deciart-t-il manifes-
tation n'j ! si enthousiaste et si
intgrale.
An Cap, ce fut du dlire. La foule
du matin au se use m.s.-ait aux
abords de la maison Prsidenliells
et c'tait par des cris de joie inexpn
niable qu'elle saluait la prsence du
Premier Magistiat de u K;ub!iqu.*
A la Grande Rivire du Nord,
Quar.ier Morin, Limonade, Trou,
Verrier Rouge, r-ort Libert et Oaa-
uamiathe la jeunesse de3 Ecoles, les
divers reprsentants de Corps otti
ciels ont eu a adresser au Crut de
1 Etat des hommages de bienvenue
au milieu de viva s frntiques
Vous pouvez annoncer vos
lecteurs appuie foiiement Me R
gulus que le Dpartement du Noid
est compltement pacifi. Et de tout
ce que ion disait, il n'y avait que
pures propagandes. Les populations
du Nord sou plutt eux travaux
industriels et agricoles gi:e aux
bons traitements des principaux
Membres de la Gendarmerie et de
l'Occupation.
Le Colonel Meade du Cap s'est
dpens de concert avec ses auxi-
liaires pour la parfaite russite de la
lcep'ion Prsidentielle
ATTENTION
A vendre
A la Uniled West Indies corporation
Rue du Quai
Pneu 30x3 U.S.CO
Ciment, le baril 7.25
Ronce mtallique le rouleau 5,35
Bire, bxrriqui mirq hideiio 18,00
Nouvelles Etrangres
Par Cable
26 Mai 1620
Lfl
PARIS Le Bulletin de sant du
Prsident signale tat aussi satisfai-
sant que poss'bie.
PAR S. Les (curnaux soulignent-
la ch.ice inoue du ne idem qui
chappa a une mort certaine.Les |our
naux (1 sent qie toute la France et
l;s anm d. la France se rjouiront
sincremea. de ce que Monsieur 1) : ;
th-iuel son sorti iud^mue dfi acci-
dent- L tresse franaise tait de
\jx ardent> et sincres pour son
pio q\ ret bl s.jiiu'i.i. Le r'i.iden:
esi vutime de son devoir car malgr
un#coiumenceraeut de grippe il vou-
lut maigre uj> les conseil; se ren
drijt Moatargis inaugurer le monu
m. iu eie\ a la mmoire du Sna-
teur R ymond m j t pour la tance.
Les journaux racontent avec quelle
stupeur les parisiens apprirent le
regrettable accid nt puis la joie sui
succda quand, pie la confusion
Pour cause de dpart
A venu m:
Lin trs joli mobilier irancais. ( --------
S'adresser aux bureaux du latui g*niiaL-. es nouvelles donnan le, que sur les conseils'de Moas eur Mil
lawvwMi uax uureaux au Matin plus i,,aur>lii dtails annoncrent krani Deschanel ira se renoser une
mo ioa des v.y guis du wagen
prsidentiel M constatant la aipau
tion du prside i
LescircoastaiKee dans lesquelles
le Chef dhtat couveit de >ang de la
tte aux preds rencontra vers minuit
la mide vo.e Badeau puis le pos.ur
de rails l)no tirent que ces dernieis
demeurreni un moment incr-
dules sur la personnalit du bless.
Dariot emrnem le Pisident a son
domicile ou il le lava, le ,soigia et
le rchauffa. 11 le cou.ha et Madame
Dariot veilla toute u nuit au chevet.
Les deux employs previareut la g--
re de Montais,.la gendarmeneet le
Doaear qui accouiuien: et consta-
trent le tait S'gaal.
Le dxtur ueclara quj l'lit du
bless tait sans aucune gravit. Le
son* prf t de Moatirgis arriva en
auto.-nob.le 1 6 heure joi fat reu
par le Pisidui qui le mit au cou-
rant de son trange et miraculeux
acci-ient- L'Echo ae Pr si annonce
que la vie du Prsident n'tait pas
en danger.
PARIS. Monsieur Lon Bourgeois-
dclara que U socit des nuoas
n'envisage a aucune optaliou de cr
du iniernaiioiial avant que ta ques-
tion des gages et des girantie-> soit
fise, Quand la politique lua cce
a l'egwd de l'Allemagne aura t
dit Courtelinr, ou t.. le feu aux ex-
positions de ces marchands de d-
mence, ce sont encore les pompiers
qui leur Siuvtroul la chemise. Faut-
il appeler les pompiers ? O le li s
ne Iules Moineaux a m:lie fois raison,
c'est quand il a|oute :
Ah I croyfz-moi.il n'y aencor;
lien de tel que la simplicit. Voyez prc se, la socit des naiions coa
les classiques.A-t on fait mieux qu A- viera ses adhrents et auires pys
natole France < Crov.z vous au U pour recher.hr les moyens de por
ter remde a la dtresse et aux d:
sordres dont souff.eatleasemb e dis
nations-
MARSEl LE. La g'v; dei in -
crits maritimes est termine.
PARIS- Lis Journaux sont remplis
de dtails sur Faccideat survenu i
Monsieur D;schinel. Ils racontent
abondamment l'incrdulit puis l
Croy.-z vous que la
phrase simple d'Alphonse Diudet
n'est pas une merveille ? ht les che'.a
d'oeuvre de Loti ? lit mme F. k-
manChattiar. ? lit tant d'autres en
core I
La simplicit I Mais n'est pas sim-
ple qui lit Les profanes ne sauront
jamais l'etlit ncessit par ce qu'au
thtre on appelle un jeu natmel et
simple. De mme qu'au b;l de la
marquise Du P.gnou Sunue, chiss
par l'tiqueitr. les conventions et les
usages, le naturel ne revient qu'au
galop de la lu:.
Pour finir, i'ussi, Courteline s'en
prend aux vers que l'on fait aujour
d'hui : Ce ne sont ni dts veis, m
de la ptose.dit-il.C'est quelque chose
d'inteimdiane et j'avoue que jus
qu' prsentais n'a rien de fameux.
Je veux bien croire que l'on aboutira
quelque chose, pourvu que ce ne
soit pas au dadasme; Ah I tou'.mais
pas cela I Car ces gens-li se paient
la tte du public et en font une af-
faire commeiciale. |e bnirai, vous
m'entendez, je bnirai l'homme qui
Its fera prendre..
Qui veut la bndictin de Cour-
teline ?
LES MOTS DE MAUD
i-es b-l'ys *i.giii> iom dnamoi.
eux aussi ; Mu, tiiin a d un prur
macien de Oueensroad, lu ns.cause
avec une cliente ;
Maud, ca ooit tre insupporta
ble pour votre pre de rpondre a la
sonnette de nuit. A moine endormi,
il risque de commettre des erieuis.
je crois bien / la nuit derniie,
il s'est laiss donner un shilling en
plomb I aris
reposer une
dizaine de puis au chteau d: Ram
bouillet.
Les tmoigiage3 de syrapapthie
afllurent tou.e la journe Les rgis
trs se couvrirent de signatures ues
persounahii traniises et trangres
parmi lesquelles celle de Mjyer chir
g dalares Allemtndqui fat 1 nn
dee premiers i venir apposer sa si
gaatuie L; roi d'cspigue tlgraphia
d.mandant dis n.u de l'Etat et le flicitant d'avoir chao
p a i'accid:nt. r
PARIS Monsieur Deschine passa
nue b8nne nuit.JU buletin de sant
de dix heures dngaut que plaies et
contusions supercielies 1 la face et
Si j*mbe et une courbuuje gnrale
lou tal est satisfaisant.
Dollar 13.00
Aux Caves |de Bordeaux
E. DEkEIX, Propritaire
A le plaisir d'annoncer sa nombreuses clientle qu'il vient de
recevoir var le Cantal son stock de Vins rouge et blanc, en
barriques et en bouteilles, ainsi qu'un riiihe as-orliment de conserves
francatses- \ ente en gros et en dtail.
Faits Divers
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMI M AIRE
COLLEGE ST MARTIAL
Jeudi 27 Mai 1920
Baromtre 759-8
/ minimum sa.f.
empratuie t
1 maximum 254
Moyenne diurne 23 8
Ciel couvert, un peu pluvieux.
Pluviomtre t.2 mm.
Eclairs.
Baromtre en hausse.
J. SCHERER
L'audition des Elves de
Mr Justin Eli%
C'est toujours pour samedi ce rgal auquel tous
les invits se prparent a assister et attendent
anxiausement cotume on atiend quelque chose
qu'on a trop longtemps dsir. A part Its lves
de Mr Ju.-tm Eue dont on a dj apprci le jeu
souple t si nuanc que c'est a croire qu'une trs
grande partie de l'art de leursavant matre ne leur
est plus un secret, on aura la joie d'enteidre
pour la troisime lois l trs jolie conlrence de
Me Seyrnour l'rade sur la Musique Hatienne.
Inutile ie dire que Me Prj.I :l y a apport des
transiormatio'ns trs heureuses et que la mnsique
de Mr Justin lilie, sa te.linupc, ses vues en sont
maintenant la partie principale.
Nous ne manquerons pas de donner dans notre
dition de demain, ainsi que nous l'avions d'ail-
leurs promis, le programme des morceaux qui
seront interprts a cette tie dont la moindre
chose qu'on e.i peut a prtAni dire, c'est qu'elle
sera un de ces grands succs qui de longtemps
dtraient les conversations de chez nous.
Contre 1 impaludisme
Un travail utile que poursuit le Service Tech-
nique, c'est la construction des deux normes
gots du bas de la rue du Champ de Mars.
Un sait conbien les eaux croupissaient dans
cette rgion o Timpaludisme svissait.
Les travaux qui sont parvenus au niveau de
la rue du Magasin de l'ttat, s'achveront bleu-
ie:.
Il faudrait da nouvelles
quipes
Avec les pluies de cesJoars-ci, les quipes ne
suffisent plus au Service Technique. Celle qui fai-
sait de la si bonne besogne a liolosse a du tre
envoye prs du Cimetire la rue du Dr l_)e-
hux dont 1 tat est abominable.
U laut esprer qu'il sera oientot possible d'aug-
menter le nombre de ces quipes qui ent encore
beaucoup a mire pour les rues d; Fon-au-Prince
La Fte Diau au Sacr-Cur
Le premire procession pour U clbration de
la tte du Trs Saint-Sacrement U parois-
se du Sacr-Coeur a Turgeau a t lixe par Sa
Grandeur Monseigneur 1 Archevque au Diman-
che, 6 Juin proctiain.
Il y aura trois reposoirs: chez Mines Justin
Carri, Stphen Archer et Kstve.
Inutile de dire avec quelle solennit cette
grande crmonie aura lieu.
Du Sacr Cur au Cimetire
Les averses de ces jours-ci viennent de dmon-
ter combieu nous avons eu raison de demauder
U rparation de l'Avenue Magloire Ambroise.
Un se demande comment les convois tunraircs
venant du Sacr -Ciuur vont pouvoir passer par
eue artre pour se rendre au Cimetire.
Heureusement, le Service Tecnnique a dji
entrepris les travaux qui marcluront certainement
avec U plus grande activit.
Naissance
De Fetit-Gove, les poux Diiazard Fcu nous
font part de la nai.sancc de leur nis, survenue
hier.
Confrence de Littrature
Nous rappelons a nos lecteurs que c est ce
soir, a s heures t|a que notre collaborateur F-
lix Courtois donne sa conlrence. 11 parlera de
Frdric Marcelin, vocatcur de tableaux d'autre-
fois. Le public y est cordalement invit.
Grave mais pas dsespr
BH'r.e dpche spciale au Matin et que nous
avons t Heureux de reevoir, dment la nouvelle
de la mort, au Cap de la mre de notre collabo-
rateur Nemours. L'tat de la malade, dit la dp-
che, est grave, mais non dssspr.
En renouvelant notre collaborateur l'expression
de notre sympathie, nous lermons des vosux pour
le complet rtablissement de Mme Vve Nemours
Auguste.
Parisiaj
DIMANCHE m
Un noumu programme beaut '
EclairJou\
Trs intreaaaDtdea i
Spare
1 Film trs tentimq
taopeitiajj
Comiqct
le Tango le li
Grande ciitiqne de nu
mouvante par Itavea4ttai<
Berfrei, de lAppoio
divers taogos, la chaloopeal
Musique appropri,
Entre gnrale G. 1J
Balcon j
A Cin-Varila
Bessie bove
Demande* le crayon *Stiptic
Cautorise immdiatement toutes coupurest gurit les piqres Win-
sectes, Calme l'irritation produite par le rasoir.
MODE DEMPUL. Mouiller lgrement le crayon et
l appliquer sur la coupure.
Indispensable tous les coiffeurs
Prix do crayon orO 25
En vente chez.
Victor Genlil
Bue du Mugas'n de lat\o 1731,
DAN8
Ames Si
a une petite
penaioaoaire.
Rcompense
Une automobile Ford a t
soustraite au Garage Elaseo
dans la nuit de samedi dimaa
che dernier. Une hrtQ rcom-
pense sera accoro>e toute per
sonne qui pourra lournir dei
renseignent3uts a ce sujet-
S'aaresser au bureau de 11
t o'ugar t Hasco,
i *
Automobile
vendre
En bon tat, marque Buick.
.7 passagers.
S'adressera Mr K INNE Y
Htel de France
Caroline
neuve de ___..
romane, prts et parct
cheite, ont excut au
point son imagination eim
file grilhde rencontrer un
roman qui sera pour elli
sur
Molly, 8a sur aiae, tast !
pointae se msrier, Caroliaai
rencontrera aon icariage"'"
sea rves- Malgr l'oppotOu,
gouvernante, elle choisit roof |
sudscieuae pour tes qoiow
tance veit-ment son cousiar
s'aviso de U traiter eu pef
Juste la veille de la crm
tiale, le garon d bonneur
manquer. Quelle iofle ide
de : enr de charger Carof
trouver sn reraplaact?
Mais, tout le monde est]
sftdir/.. D ailleurs, Carolii
chante de la miasion qti
confie, et aile se met i
ment en devoir de la retai
u trouver un garon
Mon Dieu ce n'est paa
dans le tiottin, tout
Aprs avoir feuil'et qui
le nom de Agioald atti..
tion. C est justement celai i
de roman qui l'a tant fait T
es pas un piovidontialba
lui a fait dcouvrir? Yite,
de l'encre, st voil un
neux, sale, dpenaill.
pu es convi a -rvic dega
neur au mariage de lar>i
Mies Mol ie.
Le pire de l'aventursi
Une s prend d j ce gent
cafion et que, une heure
marage, no as la voyou si]
ner en autj avec son ci
qui, dans U vie civile,
saquemeit le tni't>r >ii
Mais, qu importe s
plane bien su*dessus di
de ce mo de, en plein
ie bleu ;
Pauvre petite! Elis
Ucoent le jour o, sur to
rentrer en clsasp, elle
boissonnire pour... se
oui, tout simplement, ai
valier... d aventurer. 1U
elU dcouvre temps (
est dj marie et c'est le |
la reconduit chez us parti
Coram > le couain Beb
charmant, aprs es
vient de courir/ JrtCal
raisonnable, renonce .
grandes personnes, jnsqi
toit en ge de ss msrltrij
contre
Constipt!
pi eue a !*
COMPRIS
SUBS8E
di DELORT, Pbsj,
C'EST LE MlI-jjJ*!
DES I'URAjEli
PORT-AC-HfL
, Ph .m:.e'* dr */ -
I
A. de Msttis & " ageut gnej


n } n >
2AR METROPOLITAIN
Maison de confiance
f
,fc des Rues du Peuple et Dan tes Destouches
Nouvellement reus
i* par lb et par
leille
ie$ ds terre
ses (ithal j
je pte grasse
Itdoc et Grave
Gin Gordon
Tennents Stout (porter)
Raisins en paquet dellb
Serviettes
Drapa
Noisettes
s avons des cigarettes pour
tous les gots, telles que :
ihrino
moud Straits
lian Straits
Lord Salisbury
Carnet
tatima et Piedmonl
de 94 82
tographie
WPLESSY
_jde la Rvolution
i de la Chambre
IfjtclHi de xrs mar-
tde tous formats
atts ( ressemblance
I les sa ods
iteurs : dveloppe-
i.
ent est le plus an-
lu elle mieux rput
didecti'. pour
DE COU-
DFRISA ETl
lt- SES CHEVEUXJ
awtrar retirent wolr I
-.ement drfriaa, ipai, H
aunt U !"
* fif ruina connue, pour
L'y* *""!'' \> i cheveux
*!*'>Je -jtilcur i)ui l'ont
TJjyyw le- Merveilleux
P* .*< cheveux ont i
11. f"f** et >. upl.i, en
* eeoneuirnt," Uiient
, *** oo eouliu-, aprs
JJj de 1 rELO-USINA.
* Itiofien-ive cl par
I M cheveux et le* vivifie
* *" I" dfrue. U
!** M.P'a rebelle.. Eil?
"Jjpe Insparable .le tome
i jST' in V." ""'* PM
L* P* "'"le.
le, Drofuerlet et
Baa.^2""-. >emandei.|a
"MaCUC*. hc
t** -S.A.
Grande Epicerie Centrale
1717 Grand Hue ( en face de la Posto J
L0pe RiVerapropritairePtau-Pce
Conserve franaises f ^iitrcat/iea
Biscuits assortis de la i. tqueurs Marte tiniard et Uojer Champagne.
Bordeaux quma Loynacs Atanell et Lapin
Huiles d'OMe Darel et Italienne Btlltr
Scotch Witk Porter lennents etc.
Ptisserie- Boulangerie.
Jambons terri*; Monts, Swi/l, Armour
VinRouge # Blanc
Suprieur de Bordeaux
EN BARRIQUES ET EN BOUTE]LLFS
Via Rouge d'Italie.
VENTE EN GROS ET EN DTAIL
Sucre belte quai t en Gros *-
au* "'' ''
SfcaA '
Maison
nombreuse cl Un
.nt de transfrer
fit atelieri en face au
Centre,
l recevoir un bel
jarchandises fine*
Bues des trousseaux
i*M execut/e- a.ec
roiiculeux et aux
l'tious-
J)our eol'a. ts
Matrimonial
dclare 11 oublie
pqa'elh n'eat plu,
l^8 acte* et actioDs de
Jor Polraon Sam,
, "'nromoatibilit de
' 'rai90D. en at en
ciiooen divoice lui
; -, 92n
^*DKS)LWKAg
La maison
Veuve Barbancourf
a reu
HHiSi'v-'"' '
A.Matteis $ Co
On achte tovjure dec prix
trs auat.jpfux et dfiant toute
concurreno bcaill sdecart4,ue
or et trnl, perles et diamant.
.'Il
Avis de dpart
!. d^e hr prur P. tit G< ve,
|'*mie, Aquin, < aye., lacmel et
Cn-iobil, C Z. par le >tramer Cu
HOOGES, s ront fermes ce soir 4
) heures prcises
Fort au Prince le 2 8 Mai 1920
Remerciments
Les familles Ricot et tous les,au-
tres parents remercient bien sincre
ment tous ceux qui les ont assist
l'occasion de la mort de leur cbre
jegrette mre n belle-mre Mme
Vve Guillaume Ricot dcde le 13
du courant l'ge de 60 ans, et les
fuient de croire en retour qu'elles
eur en garderont la plus pioi jnde
reconnaissance
HEMORRODES
Ouriion (naine- t complta par la
POMMADE OU DOCTEUR ZYLOr!
E< TOUS rONMairV EiUKGUL
- HtoMtTE COHKODITE
oonm rou/oufts un hcsultat
Hmatlln TUPRt 81. rut Clurits-Umt'.t, NllULI (telMJ
. WwttieVfcH ' * ffTtU ________
Le ro iiigo peu donner du fret & une gol.Ue s.Uct de Sai $ Marc ou
High Flyer
Or 6.40 le millier
Ed. ESTE VE cSCO
PORT-AU-PRINCE
^
VINS ROUGE & BLANC de Bordeaux de la maison \ DELOR .S: Cs,
Bord-anx en barriquea tt en caiste.
APERITALde la ne mwt-ou
BORDEAUX OU IN A- exeell nt aoritif
^Viennent d'arriver rar le demie1- ffanai1
En venfchrz": Alfred Vieux. Simon Wu-, B.ft N. Sida Co
Et en gros chez Iagent L. PRhCTZMAN\-\GGERIIOLM
Conserves a!iiaintairei aies tablissemen's Dandrtlle & Gaudiu,
Bordeaux
Viennent d'arriver par le steamer Canml
Sardines, anchois. Ikon sprols l'kuile, Sardines la tomate,
Truffa*, peiii pois, meutarde, caire1, eornichon, pickles au vinaigre.
Fruits la mo iaae, Liqnenrs assorties, etcao- papperminth, ani
sette d la maison L. Nieil'eao, Boreaux
En fente chfz
Alfred Vieux. Simon Vieux, Lpoa Rivera, Petit Pig a', Vlariua Barot.
G- Cervet, Lonce Kils-Aun-5, Emilio Cuebaa
jet en gros ck*z l'efml
L. l'UtKTZMANN-AGGERHt)!.\l. Rue du Oaai.
Viennent d'arriver au Bureau du Matin
e-SB
JOURNAUX}
Le Matin
Le* Journal
Le Tempe
f e l'eut Pariaien
L'Homme Libre
Le Petit Journal
London News
Adveoture >
les Annales
Le Rire
Le Sourire
Sur.day Herald
Sunday Pictorial
im nnd Kxpcrt
The Daily Miiror
Ulue.raMon
Collection Tctrale
Sfl L'Ecole des Vieiiiaiu ( Caaimir I) lavigie
Rsgotin ou Roman comique ( La Eon'aiae /
Le Mercure Galant ou la Comdie sar s titra
Boursault & 11. Poisson
La Utn Coquelle ou les Amants broiil'es tOuioaulh
LIVRES
Les Indpend-nte 8141890
( Gus'ave Coquet )
Alc*>^lre ( Andr Gybal )
le Mlin Gant (J- H. lioai.y 1
Les Ecrivains cortemporeira
de l'Amrique espagnolesFr*n
cisco Contreraa )
l.iluli ( Romain Roland )
La Bote ft l'Ange ( Maurice
Darin )
Le Maon de Notre-D-nie
( Paul Fval )
Les Epreuves de Baissa
( Heniy Grville)
La Science du Regard-
Mesdames*
Ne jetez plus vos vieux virsajes
Vos vieux rubans
Car grce la teinture fiin;.is)L'NI(JLJfc:,voui poivez les Lei.idra
dansla couleur que vous *uirez el 01 taire une pic 3 neuve eu
quelques minutes.
Voici lt manire de s'en servir:
1.- Mettez dans une cuvette ou un rcipient quelconque de i'aau
liie. plutt chaude, veisez quelques gouties de cette teinture
jusqu ce que vous ajez atieintja nuance que vous drirez
2 Ce bain tant sinti prprY, prenez une pici d' o'ie nuel-
oenque tede que par exemple une ^este. un h ouae de dame
n importe que'Ie ma tiare teindre : s: io, coton, ge r;ct'e ele l'Ion'
gez la dans cette solution pendant uu moment, de fer.on que toute
la pirtie de la pice ait bien pris la teinture.
3.- Rincez la pice dans de .l\au claire dar.sllaqudle vous aurec
ajou'e.5 ou'1 gouttes de fipaigre.
4 Laissez scher el repayer*
N.B.-- A1 pies l'usage du bjio, le verser dans des houicilLe bien
touches, car (immense avantage) ce bain e' n
ploiiwniyis. Pour cela, U faudrs rechtuiler el ajo, :er loK *
gouttes de temtuie.
Prix du flacon G. 4
Agent gnral pour tlaiti
Victor Gentil


rr*


.. ..___


V
il mil*
i
i
Jardinage Jardinage II
De la Maison D. AlSlDRETR SEED Co
Pour les commandes et con-
ditions s'adresser d
Monsieur Fcrnani C Laraquo
522, JRn Dante* Destouches
SO'.EAoKNTKORIUYTI
Pour les nu es en gros e( en dtail s'adresser
tonsitur Victor Mangon
I73j. Rue du Mugaun de l Lit
Poui|les tenlis seulement, &'adiesaer aux maisons suivantes :
Pharmacie Emile Biisson,
kpikerie moderne, Laurcnceau
On trouvera an M uswi liment de Ugumtti : Carotte, radis, auber-
gine, tuilue, cUuux, tu ; m utwist un bel assortiment de (leurs :
}Jen*e, illet, Quatre tleures ? tic.
Pharmacie
Alberlioi-Ewald
MARTIAL A. PETttUl P G- Sac
MHBf
Fonde en 1850
Produit chimiques de meil-
leures Usins de France et d'An
rique.
Crme Dentifrice Kohn n
Parfumerie franaise et amer,
caiiue. ,
Petrus* Ilrufl Store
Sicc isstr to ALBEUTIM KWaLD
Is'ablshad 1850
American & Prench Patent Me
jicines. Best chemicals fro &u
repe and the states.
xmerican prescription filles,
French & merican Perfumea
iT^iie Watera.
, Get il a Petrus'
, Pharmacy Graduate of Temple
i University, Piladelpbia. Pa.
LamaisonPaulE.4u
F-*it toujours d s prix doux p^ur ses ciidl
m lyre la hausse sor tes inarchaiidji
l'Emarger.
Venez profiter des anciens prix
Vient d'arriver:
Un stock de Surettes
En vente chez J
J0Ui\ BUttNS & o
Par ftib'anc de ii livr s ou en c. is^i s dd 00 10 livre s
1U p ix de )U c* n'itnts 01 U livre.
>*ji ,i i i.iif.iwy.>ai WSJMW
*msy>!9SBmms
i \m corporation
IL P. Davis, Y icc-V rendent - Gn.'l gr in Haiti
Offcrs ils Services as agents oj the
National Biscuit
(if I\( iv-York ateo as
Seillrg KeprnerjUitivii American Coiton Oil Co
Aent*-Uuited S a es Rubb r to
Selliug R*p eseiiisiives-N. 13. Ta ibn h Co.
La vritable pom~
mode wvpiUfVh'
Madame J Jobbois fils
23} Rue Traie-stre
S'empresse n'i- former sa bien-
Vci'lui 0. clien''e ouMIe ru
par le de n;er steamer un to t N
de la rrerv^ileusepomuiad- K>n
, golf ne He 11 Roi g ) P oduct Co.
is ;im*ble8 cltfcii'f s qui a\aien'
dpos d-s vale 1rs en dpt po 1
ite j m mde 0't piies de
P8*pr lrhrmr leur p)irrnir>pa
g, de *.Broniz(o Grcu/d OU*.
La maison * aussi '<; 1 du Verro
cerium 1 Pi-ries b iq ie!s.
Avis aux fimeu'S,amaeurs de
Ir'qie's.
Ces jours ci
. E-ay'z les c g re tes Le Record
ne crjyaot aucune concurr ;sa forte u sesIfrla i fww, Gc'
,(xq uis. Bon a mr. Le Recwd ciga
rett's 5 cour 0,05
C-g'ntf i.rr,.'icaiusrarpaquetG2 So
Bfiez vouai la Chapellerie In-
trfnationale (dr os taire ) Rce des
Miracles en f-ce des tlgraphe,
rcrmtrcs.
irCONTH
Ui\m' Wairtl
iiM M to 44
E'U v;ert * 'ecvoirdes ebaneaux
le raiMe pour hommes des chuis
tes er fil pour rnf'nts et pour
hommes. Gants peau, fi', soie, noir
hommes et f-maies, Bas de fi', de
oie, larret'Ue, B^ti't de fil pour
chemises, Toile drap fil. co on. Sr
vit t'es d-* b'ir, Soo'iers qualit su
orifure nour horor, rtlicot.Nan'
ouk. PtKtl, .-non de co,on *n
b;rne quilit1, Drill blan:, Kakis
mmm ** to U
jaure t b'arc, Dir^ocale .
gK Cisimws l?ice. Fouroili
rites liesses de ilmrs, g
sou i.che-, Ruban*, Voi'es
fan'sisie. Cipe de Chine, C
Mouselipes piques, Pa ui
vfses, etc.
E*uy z r.otre poudre de ta
romA a Ole 1 jjo la bols, I
vz-vous di nos ca'i:o;s rft1
et percale, pour Uus voi
BONS GIGAR
Kous venonn de recevoir de il
maqne les marques suivantes d&\
maie a Tabaczo Company, dont
avons l'agence : v

Favoritaa Brevaa
t'oronas l'anctelas
Perfecl^s Opras
Beira Victoria LenIre* Chicoa
1910 Ctierootha
Lendres Imprial Conchaa
!
snpagne P1EPEE HEIDEICK
Demi sec et brut chez
EDWARD M. RAPHL Co
Port au-Prince
Assurez nus coe LE EEU
Lorgtellows
Venez de suite, ca* le> stock $\
rapidement.
Bons biscuits
De Jamaica Biscuit Company h
dont nous avons l'Agence:
Contingent Cr:am Saltinea CeU
H. Murad & Soi
1,6,Rue des Fronts borls. Porl-au er
s"
Adresscz-vous la plus forte compagnie desE. U,
HOME INSURNE Co de N.-
ageiit fjural pour Hati
.Le BOSSE, Port-au-Prince
Protgez ^otIe M,i.'orj, voire Magasin, vos dpts au taux le plus iaisi ncab'e-
Aucun Irais ie commission ni de courtage \ payer
Renseiguez-vous sans fiais par coiie-^pondanceou venez i.scu r otre problme chez
LE BOSSE, 95 Rue du Quai
Pharmacie F'
Eug
Euy
Angle des Rues Roux et du Ce!
2 Mdaille d'argect Exposiion de Bruxu
Laboratoire de Chimie Mdical^
Droguerie, Produits chimiques et pharmaceutique
Spcialits fi anaise et amricaine. -
Prparation de toutes ampoules mdicamenieuse
et injectables. mini
Spcialits. -Srum nvrosmnique simple et terru.
lodhydrarg/re. Srum ue Morard remplagnt m v*
rcalcifiants de Ferrier et de flobui ,
UIy a toujours en stock : Nevrosthose* Sirop psew
Elixir de Pensylvanie.
Dpositaire du PREVEUT*^
Reprsentant des Laboratoires T
LACTIFfiRM.-Ferment lactique, contre aUectioos
nalea et cutanes.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM