PAGE 1

tE MATIN L Nouvelles Etrangres Par Cable -•, Mai 1920 r/ARiSA U Chrrnb .Milierand dclara que le gouvernement n'accepta pas de causer avec la CHT. Si le gouverne ment eut cd, c'^ut le triomphe d'un rg me abomndble (jui ne peut pas durer. Lig me Ue give continue sans raison et tans prtes le. li a i^ur roltsl dans tout les ci:> de uoubirr h ve conomique du payr. Miilerand fait 1: procs des t irigeat-h de la ( GT qui. pour garder le pi uvoir, cderez aux qui dfCftaiti t g ve sur grve. M lie ard expose pou quoi le gouvenentn ne pouvait agir autrement ayar. le souci de ce qu'il considrait de son devoir et de I i ntrt de la Frai ce et dla Kptllqiae. Sans cder a aucune u^gi SOD, il n'obit qui ses propres u^nauons. Miilerand expos que toutes les refermes sociales ..uat dj ra j ises par la troisime Rpublique el aucune pense ae rgression ne peut tre prte au gouvernement ?ctuel Mwleraod dit que le gouvernement en b riant la route a toutes les v.oleoces des mmorrs ne sortit p s des moyens legaui 1. montra par des a. les qu'il n'tait pas dispos de pareilles entreprises m 1 pactiser avec elles. Lettocquer, ministre J s travaux publics.nionire que la CGI'. luda les invitations de collaborer au projet de rorganisation de, chemins de fer. PARIS— Miilerand. lors ds l'entretien avec la ious-:ommission des finances et des allaires extrieures, ietraa les cosversat ons de la dernire conlrence montiant que l'accord ralis portait principalement sur la base de l'ordre gnra!, Les proportions de la rpartition des indemnits allemandes se sont main tenues a 55 0/0 pour la France, 25 r,o pour t'Anglitene, ce lut Celle* fixes au cours des ngocia ioaa de paix. Suivant les r/ropositioos du gouvernement fratail dans les 120 milliards ne seraient pr.s ccmpnsjs les lourniiures en nature telle que clirbon livr en compesMlion du mines dvastes,mateiiaux ou aoimiUX 4tS< tiris umplacer les dtst:ucticns ou vols. PARIS— LVjourntment de la con irence internat onale financire deBruxelles est due la ncessit de fixer auparavant l'indemnit alleman de et les modalits du paiement.Les dlgus la contience de B-uxel e> examinant les moyens de rtablir le crdit interrational pourront ainsi tudier la question de l'indcmn.t illenaide qui pourra, serrb e-t-il, seivir de poiui de d \. rt aux ngem le \e Itntirt d l Intrieur pe se rttiia i 22 heures ds accoarut tnauomcblset ramena le Prsident qui tlphona lui mme .Vhdamt Dis h mal cejeadint que le tram piiidentiel continut sa toutecest seulement a 7 heures du du matin au moment d'arriver a Riannequeie domestique entrant Oins le wagon aperut la disparition d 1 Prcdent. Lmo ion fat trs vive dinsle tuia. A Roanne le Ministre de 1 Intrieur S eegqui accompagnait le Prsident tlphona Pans puis a Montargis et rej. des nouvelles ratsarafltej Les Secriaires militaires et civils de ia Prsidence partirent aussi t par un train spcial a Mon taig.s. rARIS. Mr Deschin^l par t dans a soire inaugurer a Montbriscn le rr.onnmeut l.\c au snateur RayD uni tu comme aviateur pendant ia gterre. PARIS. Les dclarations faiips au M: tin par lej cul'ivateuro de la Beau ce cooarmei t des heuteuses pivisions de la rcolte de ble qui promet d'tre considrable et suffisante aux besoins du pays. PARIS. A 1 occasion des le es de la Ici lecte lavoi ses par un temps .uperbes les, gares enregistrreut de nombreux dpar s de parisiens vers le-> canpagOM, la give des chemi ... 1. ne gna nu.it n v.m le trafic (XtiaordiOkirt des compagnies. PARIS La nouvelle de Paccident sutvenu i Monsieur Descbanel procuisit a 1 lits une vive motion,puis un sentiment de satisfaction gnrale accueillit la nouvelle que l'accident 'a t sans grav. t Dubcst, Peret,minisitei aiesque de nombreux p t jemeiaiies et personnalits vmen. expiimer a PE.yse leur vive sympa thie au Prsident Deschaneh Pour cavse de dpart A VEiRE l n iriijolt mobilier fronaitb'udrestr aux but eaux du Malin. %  AW.-• %  ma CC2*SJ:J vcirm tadasia sur la SIROH o DE8CHIEN8 ( rmemoclobtnr) m Trcsorlt par plus de ioiai DocUnr de plua iniiientt du Moude eotiaidaiit ^_,, „ , __, _„_ i AMF.M*. NEUHASIKNIE. FAIBLESSE, MUJUNCS • BHaal UB aVjSHaV % % % %  WBXSm 0 POTTRINE. CONVUESCENCE. SURMEMOC. etc. 8uperi<-at'a 1a Ttaada rnic ft ui rn-ui[-u dont la plupart aidaient l's Tolea dlg'MlT(s au Bureau de squestres Lqu'd'eurs i Poit au Prince, ou aux Cayes par le D c teur de la Sjccursale de la Btuque Port au Princ, le 2) mai 1923 Les Squestres Liquidateurs O. SCARPA & A. IM.AUMUS Remerciments Les (milles K1.0: et tou? les autres prreats remercient bien sincre ment tous ceux qui les ont assist l'occasion de la mort de leur chre regre te mre rt billt-mre Mme V?e Guillaume Kicot decde le IJ. du cour ut a < ge d: 60 ans, et les prient de cro e en retour qu'elles leur en paid rort U plus potj de r connaissant CIGAREHES Higti n Or 6.40 lemillL Ed.ESTVKA POllT-AU-PRWa I %  %  .LIH < 4 vendre Ckez Transoan TradiJ S*C8 vides neufs etse'snfoj grass-bt^s, papier d'itibilli ch ts d* p-ipier, cirdige, 9 ich^ta pTjr chiseurs.hoi s 4 -: f eui, gra toin pojrpi Disques Columbia lois que Amoureuse 9 Rponse l'amom Oublions ie pass, La vew\e joyi Marche nuptiale de Mendeison,ekJ\ Pouvant tre jous sur toutes tel ehines aiguille En stock chez l*Agent L Preetzmann—Aggerhi %  . a| _. r 111 Automobile vendre En bon tat, ma que Uuick. 7 passagers. ^Sfaruur HrUmNEY llttl de France .fcp Aiac ^r,: l rouis •> aunii irai ai PLAISIt, M MIHe, $u BOHHEU* 1 •\ %  %  % %  ... 0iet ~ !" ~^* — ^ I 1 lia contr* UN FRANC co XdnJj r .. KOUVRL. f.'-RUM CATALOQUe DE 1S20 SAM a\ic Rravurti comt^uts) %  i lt tuu(t4 tonte, Prgiu cij. jt*i: .ra.fn'.d-, iml u>u ln> daa. SSaLaS %  '''• il lipnant trucM ai i." >'.'lMhir.. W alnlrM r !" S—ai M HUHULMUM TbUiraa. — Uarairla a*caai BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Angle des Rues du Peuple et Dants Destoucjitt Nouvellement reus lb et par Prunes par bouteille Pommrs ds terre Saucwses Gmtha Lromage pte grasse Vin Mdoc et Grave Gin Gordon Tennents Stout (porterh Rahins en paquet dei^ Serviettes Draps Noisettes ous avons dus cigarettes pour) tous les gots, telles que : Mur ad Melachrino Uichiinond Straits Egyptian Straits Omar Lord Salisbury Carnet Ifatima et Piedmont de 94 22 L de Mattis & C agent gni



PAGE 1

{l0 naBitc>#O Port en Printef Hati Mercredi 26 Mai l&lb 'JuCTCOB -PROPRIETAIRE „ D 4CTEUH EN CHEF |)D Laleau ,,,|,KPO SciNTIMIt "* %  -m* Bt vou l horrible l u misre dei tempe et j dei vivres n'ont pue modi jbiiiude eourtoise et char Lie le veux bien, cnaie diastapiquc la umde, qui cet ragisse neigiquemeat puuu,ue le baitnasar Leortoat dsus la bourgeoleie _/,eotiC proltarienne, l'aesi, proaOlemeut : i arrive, u y a deux chosea [^rrsi jamais; le pain 15 et le paquet de tabac, le • •12 louai 1 MM mille lois hlas/ noua %  paio vingt ji-un sous le ?Mi vaut neote et le Petit >n franc et il va, dit-on, H bientt. U tin du "Peieioiiiieeuicut. Mais cana ^** ptn pour la Valle de ^\7 prendre un aller aeule*a 101 lieu ia dernire au J Welle ara mouvemea L l H lt d e tirer chacun aa V in jeu. Nin, rien faire, sinon '•* prier Dieu et les pay ieiie meilleur raai%  6t pocaible. ** ftbsc, je vous l'eria w qui tu mble d'motion et f* ttoment est venu d'y VoestwD deconom e ep latsUoo aussi de digoit. ...ieue par trop dea fuJOBI nos griefs : Tabac et HIQ 1, l d une qualit qui s'a >, L el "nesure que le prix *lri. a D on content de noue Ta deB produit a ex lu. 5" 1 nous oblige, pour htJ! Ocorer > a x dmarches V^WM et Isa plus ha%  %  cela dme depuis prs Convenez qu'en voil Garage franais 1337, Rue du Magasin de CEtat, ct de IVsine Glace. A. Barreyre Inahieur mcanieien brevet Ancien chef d'Atelier d'une Section de l'Arme franaise. Automobiles Atelier de Rparations Mcanique de prcisioj —Travail garanti Spcialit de rglage de Caria ra^urs et deMa?n)Us Misa sVi point Economist mr Le Conseil Supriaur de la Magistrature) C'est pour nous un plaisir do jiubt w es sonnet ddi i notre infatigable collaborai fur et grand ami J. R. Chenet. Quoiqu'il soit sign Un Vieux ca roerede tous nox lecteuts reconnatront sous ce masque le visage de l'artiste averti et du polM discret qui en est l autrui et qui, comme noire lgen daire musicien se drobe aux re-jaqards curieux lorqu'il chante: Dcidment, h Conseil dbtat ne perd" point son temps Chaque semaine, quel kf nil v : A11 if l rH*i.inN que bonne loi publie au Moniteur, wJJA UU MBUX COIU [.II|I!1M1 umofv*. • jy de route U v a tantt [deux ans, une frlrmifaite dans la Magistrature assurait /T| .1 J, H, Chenet. l'isticiables pria de l'ascendanc, parce qu 1 cole mme il ne sera rouv dea gai pracinp tueux pour loi raco itei que la ta mille et nant, comme l'esprit, ce sont les mmes gens, je petue, qui pendant la guerre, racontaient que les Aileiaiuds ne feraient quuoe bouche de l'Europe—jvous croyez donc que vous eia^chertz l hoiune de songer a progniture, de travailler en sotte que les ^etus. si s datis '•ta; ixcu.aules, puisque uotre pay. %  outtrait aiors du taat dea vaiucua Je vous dis que les boichvistes d'aujourd'hui n'out tien oveut. Pour refaire le monde a leur usa te, us de\ raient eommenter par lefaire lauiuiae. couu a limage de Dieu-Us devraient iefa.re aussi ioute la,N*ture, qui est uo miracle, qui e-t pas asstz de payer un sou et plus uu slfreuse cigarette mai loulee ec mtecte, u lattait la aolucuer platemeut de la e-oune voionte de quel unes buralistes... Or, lee cigaretiee les Plus vues vont valoir / • c.e times; elles serout de moms eu moins fumables et la Rgie eu sera de plus eu ptus cmcnei Vraiment, c'est trop, unq ou six cents francs par au sout b*is a garder le ne les donnerai plus a lJ c>at cemme les vtements : puis qu^ils atteignent des prix tous, pour quoi ue laucerait-o t es habits que vos a toute la nature cette loi de prvoyance familiale existeL insecte, avant de prir prpare la pitance de sea 1er ves, La plaate dpose sa aemence en bonne terre. Et alora quoi ? Je vais vous dire Ce dont 1 humanit souffre, et depuis longtemps bien avant mme la guerre c'est du manque d'hommes i lui faudrait dea guides, des chef encore une toi de la nature contre laquelle nous ragissons en vain. L3 peuples comme les corps ont besoin d'une lte d'un cerveau, d'un leurs contestations. C tait dj beaucoup de tilt, mais une sanction manquait qui maintint cbe:^ Us membres de a Corps U sentiment de la dign t sans laqut.le le Public ne saurait avoir aucune confia ne en :enx qui sont les gardiens de ses intrts. tb bien, la chose est faite maintenant. Une loi, publie au Moniteur Je Samedi dernier, tnstilue le Iribunal de Cassation. Conseil Suprieur de la Magistrature en vue d assurer le maintien des rgles disciplinaires parmi les Membres de la Magistrature et d offrir aux Aifl"t'(Unies garanties ncessaires d indpendance et <;' impurttalit . lout le t,orps est justiciable du Conseil Suprieur. L s platnt-s seront depo.rs soit par le Se rlairo d litat de la lustice, soit par les parties intresses. Ainsi donc, Messieurs 1rs juges itau ront qu d se bien tenir : je veux dire qui 1 s devront suivre jusquau bout la hiine de conduite dont ils ne se sont Point dpartis jusqu'ici. Le Conseil Suprieur est l qui jugera de tout manquement au devoir et de la perptration aes faits propres par %  1er atteinte au caractre et u la dignit du Magistrat. • El puis les peines institues, sans tre prcisment rigoureuses, saut pour h s cas graves, ne hissent pas que d tre irt dsagrables presque tou'ts emportent une priv.ition de traitement... Vous loil donc overis. Messieurs, et puisque le dicton doit tre vrai qui dit qu'un homme averti en vaut deux, je suis persuaJ que vous te'r~ votre devoir strict et que le Conseil Suprieur n'au ra Pas le regret de rogner sur vos indemnits... Ut puis un Conseil, si toule/ois vous /' permette-. \ ; e faites pas de politique. Elle est tratresse s en diable. C est peuttre bien lavis du conseil J Etat qui en (ait pour vous une infraction la discipline .. S. aye\ donc, dan: vos dlicates fonctions, qu un idal : l accomplsssement de votre devoir. Ce faisant, vous mritere; tout notre respect, nous les justiciables, un respect voisin de la vnrationAm>i quuu ridw Crie U meilleure lidcic Ciui jj*rUe j u pasw le clair rayonnement; Ami, penche ver ui, j coulais .ristemcni ^J Cuanier CM rimes u or — Tardives hiroudcllcs, Je les voyai passer, la utu a tiretl'aile De nos aOMnrttraMit, versde cicux plus clments l Pcnsil, je me disais : Bientt sonnera l'heure I i'ui des deu\, le premier, partira ? —Si c'est moi : le reverrai-je encore au seuil de au demeure, Malgr toi, t arrtant, et tirant de ta poche Quelques leuillets jaunis, dire (.O le dous repreche'. ) %  Je les avan, tu vois,appns rien que pour toi I • UN VIKUX CAMARADI 2j Mai 1920 Varits CE SOIR PATHL JSURNAb Comique MONTE-CRISTO i'e poque Katre 0. 1.00 Grande seira de gala en l'honneur des poilus C'est demain soir jeudi & S beurea trs prcise qu'aura lieu la grande soire de gala en l'bo.ineur dea POILUS qui tous indis'.inctemeui y sont iuvi es. Des cartes-invita ions sont lenr disposition chez le Secrtaire de l'Association des Combattants. Nous rappeloua que la dlicieuse Mme LeUuitre prte eoo prcieux, concours et que la Direction de Ciue v'atidta fera drouler aes plus beaux lima. 11 est recommand aux perejiiaes qui veulent s'assurer une h juins place alla de mieux profiter des* beaux Nosdu programme de prendre ieura cartes l'avance. Lia cartes sont en vente chez CASTttA (Vux lient MilL< Articles,) Entre C. 3 I mm *gm Section de Pdagogie de A.M.C.E. Les membres de de prave..Criae de croissance. Craignez Cbw clias craignez Maurras Mais pour l'instant tout la danse les greuouilles se conteutent d un raU P.-C. pas la mode retournes et rahatoie*... (4 e t pics nn plaisir, un •h tui U , "tlsfactiou d'une ^tioiLV t e,t deveuu un "•t butantCe n'tait Avc un brin de tautaaieuo-. pour no8..otre mieere : ce ara lo meiHeui u-oyea et de l'oublierlu auppoiler mm) TOM OS DLMASDb Je une boir.rue ou jeune tille st^i o'dactilo. Arjula'S'lraraisi'eur coiditiuus s'adresser 1'. N-GBAY A LO, kc, d|M du "> nin uni ra des trousseaux et leyattei sul excute' aec h soin la plus mticuleux et aux meilleu es conditiuUi. bucialit) p^ur enjuuu


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05125
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, May 26, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05125
System ID: UF00081213:05125

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
{l0naBitc>#O
Port en Printef Hati
Mercredi 26 Mai l&lb
'JuCTCOB -PROPRIETAIRE
D4CTEUH EN CHEF
|)D Laleau
! ,,,|,KPO SciNTIMIt
"* - '* alP^HTEMKNTS
" ITRANQER
i(0
' G. 8.00
G 2.50
700
* 800
Une des plus gr*vos er-
reur latines est de croire
au paralllisme de l'ins-
truction, de la moralit
et de rinlelligeuce.
Gustave Le BON
sont reues au Comptoir la
f^Tpublicii, 9 R" Trooehet, Pi.
U, ai, Ludgate Hill, Londres,
Quotidien
IKLEPBOSK : 906
fRE DE PAR 18
iriclions
p*'cioJe au _t Matin
i vous invite dlaer se
_iit et civilement tean
maiffrer do nets ftttBsi
_-qu varis et que coteux.
tUt Heureux, ou le niaihea-
qai dloe beaucoup en
>m*Bt vou l horrible
l u misre dei tempe et
j dei vivres n'ont pue modi
jbiiiude eourtoise et char
Lie le veux bien, cnaie dias-
tapiquc la umde, qui cet
ragisse neigiquemeat
puuu,ue le baitnasar
Leortoat dsus la bourgeoleie
_/,eotiC proltarienne, l' jiBegeiae devrait tomber de
iQeeUe graude dame Uueera
ridions et libelleia
lisviUUom
_. Is duchesse de X.. a
jet prier t dloer M .. Jeudi
119*.', heures. 3*^,
ONMANGERA PEU*.
ils plus robuste, daube
letss dlicat peut se cou-
1 potage, d uu plat de viau
pouOB, d un leg me" et
1 desserti, fruit on g-
viauda et poisson,
laissai et fruits L'un ou
Lus rationnera le pain ; cin-
iftammes ont bultiruuts le
fiwvici reodreat & leurs in-
IsMitruses de maison qui
wteot plus oblige* de ica
' p c'est -due de les iutu-
ntuaant au ncessaire
les repas luniona que
le mieux la notion
ncessaires. Soyona
des bieua du Seigneur
l^fn pas privs un |our
je sentais venir la vie
Vous aussi d'ailleurs.
Ht uaoceuce, je me di
'""i >aesi, proaOlemeut :
i arrive, u y a deux chosea
[^rrsi jamais; le pain 15
et le paquet de tabac, le
12 louai
1 MM mille lois hlas/ noua
paio vingt ji-un sous le
?Mi vaut neote et le Petit
>n franc et il va, dit-on,
H bientt. U tin du
"Peieioiiiieeuicut. Mais cana
^** ptn pour la Valle de
^\7 prendre un aller aeule-
*a 101 lieu ia dernire au
J Welle ara mouvemea
LlHltde tirer chacun aa
V in jeu.
Nin, rien faire, sinon
'* prier Dieu et les pay
ieiie meilleur raai-
* 6t pocaible.
** ftbsc, je vous l'eria
w qui tu mble d'motion et
f* ttoment est venu d'y
* VoestwD deconom e ep
latsUoo aussi de digoit.
...ieue par trop dea fu-
Jobi nos griefs : Tabac et
Hiq 1, l d une qualit qui s'a
>, Lel "nesure que le prix
*lri.a.Don content de noue
Ta deB produit a ex
lu. 5"1* nous oblige, pour
htJ! Ocorer> ax dmarches
V^wm et Isa plus ha-
' cela dme depuis prs
Convenez qu'en voil
Garage franais
1337, Rue du Magasin de CEtat, ct de IVsine Glace.
A. Barreyre
Inahieur mcanieien brevet
Ancien chef d'Atelier d'une Section de l'Arme franaise.
Automobiles
Atelier de Rparations
Mcanique de prcisioj Travail garanti
Spcialit de rglage de Caria ra^urs et deMa?n)Us Misa sVi point
Economist mr
Le Conseil Supriaur
de la Magistrature)
C'est pour nous un plaisir do jiubt
w es sonnet ddi i notre infatigable
collaborai fur et grand ami J. R. Che-
net. Quoiqu'il soit sign Un Vieux ca
roerede tous nox lecteuts reconnatront
sous ce masque le visage de l'artiste
averti et du polM discret qui en est
l autrui, et qui, comme noire lgen
daire musicien se drobe aux re-
-jaqards curieux lorqu'il chante:
Dcidment, h Conseil dbtat ne perd"
point son temps Chaque semaine, quel kf nilv:A11- iflrH*i.inN
que bonne loi publie au Moniteur, wJJA UU MBUX COIU [.II|I!1M1
umofv*. jy de route
U v a tantt [deux ans, une frlrmi-
faite dans la Magistrature assurait /T| .1 J, H, Chenet.
l'isticiables vaut lesquels ils taient Upels a vider l'iuAs que tu ne diiais, ce vers chirnumi
I .o Je jour* lointains, chers iinu.s <\*k Kct'-t
bas sur la vaporisa'ion et le
freinage de gasoline-
LETTRE DE PARIS
La plupart des lascars qui prten
dent, aujourd'hui, refaire le monde
a leur udige, aott surtout dea ijma
un mystre, qui est une merveille.
Ont il* eeulement regarde comment
pousse une feuille ?
m Ouat des b:ises, to it ce '
^ Ils ne saven pas davantage com-
ment il ont pouss eux mme 11
leur sutlit de se poussar du col Ile
sont cote s comma uo ascetu lui
vient de gagner trois billets en spe
culant biir led caoutchoucs, ci qu on
appelle l'laettotM dea consciences.
Dieu tit 1 nomme son uiHgx.Maia
l'homme s'est considrablement en*
iaidi depuis que Brfeu la failli porte
dei cbsueaux ridicules, des faux
res ce uui'xplique leur laeoilaanoa cols, un faux nez. il semperruque
M irah1 leui angine. La ftiame. elle, por e un co aet.
ikkaaMae doute paa de lai Au trfonds de ihomme.eereniant
Un teuare ne doute pa3
mj.ao Afprochii les geaa ds toa
ire, tou ce qui est uaoot n'aura
jauiaia le trac- Tandis que les artie
tes sont traugla, positivemaut, par
i-(jp'tlieaaiou toutes iea lois quita
aflroateui au nouveau rle.
L* hommes qui parleut mal ont
la manie de faire dea discours Apres
ai.iei il faut qu'ils mettent lea pieds
dans les pltu l'a _
Je poarrais multiplier les exem-
P cela ne ci wgera pas la meutalit
des laaoara qui prtendent aujour
d'hui refaire id monde leur u.age
Tout au piua cela leur appreedra-t-
11 qu'Us n'inventrent rieu
Depuis que le moude existe, v y
eut des iguarea prtentieux, a corn
aencei par le lOiMidaaet les gaata
persistent les instincts conserva,
teursde.la race. D'aucuns veulent
s'insurger co itre les lois de l'hr-
dit: l'homme, c'est uu tout, eau
liaison, sans pass?, sans suite. Jet
sur la terre.il doit vivre si vie. Api es
quoi, bonsoir I T o s petite tours et
puis s'en va
Ainsi vous croyey, parce que voua
lui ave/, enseign le m >pria de l'as-
cendanc, parce qu 1 cole mme
il ne sera rouv dea gai pracinp
tueux pour loi raco itei que la ta
mille et nant, comme l'esprit, ce
sont les mmes gens, je petue, qui
pendant la guerre, racontaient que
les Aileiaiuds ne feraient quuoe
bouche de l'Europejvous croyez
donc que vous eia^chertz l hoiune
de songer a progniture, de tra-
vailler en sotte que les ^etus. si
s datis
'ta;
ixcu.aules, puisque uotre pay.
outtrait aiors du taat dea vaiucua
Je vous dis que les boichvistes
d'aujourd'hui n'out tien oveut.
Pour refaire le monde a leur usa
te, us de\ raient eommenter par
lefaire lauiuiae. couu a limage de
Dieu-Us devraient iefa.re aussi ioute
la,N*ture, qui est uo miracle, qui e-t
pas asstz de payer un sou et plus
uu slfreuse cigarette mai loulee ec
mtecte, u lattait la aolucuer plate-
meut de la e-oune voionte de quel
unes buralistes... Or, lee cigaretiee
les Plus vues vont valoir / c.e
times; elles serout de moms eu
moins fumables et la Rgie eu sera
de plus eu ptus cmcnei
Vraiment, c'est trop, unq ou six
cents francs par au sout b*is a
garder le ne les donnerai plus a
lJc>at cemme les vtements : puis
qu^ils atteignent des prix tous, pour
quoi ue laucerait-o
t es habits
que vos
a toute
la nature cette loi de prvoyance
familiale existe- L insecte, avant de
prir prpare la pitance de sea 1er
ves, La plaate dpose sa aemence
en bonne terre. Et alora quoi ? Je
vais vous dire
Ce dont 1 humanit souffre, et de-
puis longtemps bien avant mme la
guerre c'est du manque d'hommes
i lui faudrait dea guides, des chef
encore une toi de la nature contre
laquelle nous ragissons en vain.
L3 peuples comme les corps ont
besoin d'une lte d'un cerveau, d'un
leurs contestations. C tait dj beaucoup
de tilt, mais une sanction manquait qui
maintint cbe:^ Us membres de a Corps
U sentiment de la dign t sans laqut.le
le Public ne saurait avoir aucune con-
fia ne en :enx qui sont les gardiens de
ses intrts.
tb bien, la chose est faite maintenant.
Une loi, publie au Moniteur Je Samedi
dernier, tnstilue le Iribunal de Cassation.
Conseil Suprieur de la Magistrature
en vue d assurer le maintien des rgles
disciplinaires parmi les Membres de la
Magistrature et d offrir aux Aifl"-
t'(Unies garanties ncessaires d indpen-
dance et <;' impurttalit .
lout le t,orps est justiciable du Con-
seil Suprieur. L s platnt-s seront de-
po.rs soit par le Se rlairo d litat de
la lustice, soit par les parties intresses.
Ainsi donc, Messieurs 1rs juges itau
ront qu d se bien tenir : je veux dire
qui1 s devront suivre jusquau bout la h-
iine de conduite dont ils ne se sont Point
dpartis jusqu'ici.
Le Conseil Suprieur est l qui juge-
ra de tout manquement au devoir et de
la perptration aes faits propres par
1er atteinte au caractre et u la dignit
du Magistrat.
El puis les peines institues, sans tre
prcisment rigoureuses, saut pour h s cas
graves, ne hissent pas que d tre irt
dsagrables presque tou'ts emportent
une priv.ition de traitement...
Vous loil donc overis. Messieurs,
et puisque le dicton doit tre vrai qui
dit qu'un homme averti en vaut deux, je
suis persuaJ que vous te'r~ votre devoir
strict et que le Conseil Suprieur n'au
ra Pas le regret de rogner sur vos
indemnits...
Ut puis un Conseil, si toule/ois vous
/' permette-. \;e faites pas de politique.
Elle est tratresse sen diable. C est peut-
tre bien lavis du conseil J Etat qui en
(ait pour vous une infraction la disci-
pline ..
S. aye\ donc, dan: vos dlicates fonc-
tions, qu un idal : l accomplsssement de
votre devoir. Ce faisant, vous mritere;
tout notre respect, nous les justiciables,
un respect voisin de la vnration-
Am>i quuu ridw Crie U meilleure lidcic
Ciui jj*rUe ju pasw le clair rayonnement; .
Ami, penche ver ui, j coulais .ristemcni ^J
Cuanier CM rimes u or Tardives hiroudcllcs,
Je les voyai passer, la utu a tiretl'aile
De nos aOMnrttraMit, versde cicux plus clments l
Pcnsil, je me disais : Bientt sonnera l'heure I
i'ui des deu\, le premier, partira ? Si c'est moi :
le reverrai-je encore au seuil de au demeure,
Malgr toi, t arrtant, et tirant de ta poche
Quelques leuillets jaunis, dire (.O le dous repreche'. )
Je les avan, tu vois,appns rien que pour toi I
Un vikux camaradi
2j Mai 1920
Varits
CE SOIR
PATHL JSURNAb
Comique
MONTE-CRISTO
i'e poque
Katre 0. 1.00
Grande seira de gala en
l'honneur des poilus
C'est demain soir jeudi & S beurea
trs prcise qu'aura lieu la grande
soire de gala en l'bo.ineur dea
POILUS qui tous indis'.inctemeui y
sont iuvi es.
Des cartes-invita ions sont lenr
disposition chez le Secrtaire de
l'Association des Combattants.
Nous rappeloua que la dlicieuse
Mme LeUuitre prte eoo prcieux,
concours et que la Direction de Ciue
v'atidta fera drouler aes plus beaux
lima. 11 est recommand aux per-
ejiiaes qui veulent s'assurer une
h juins place alla de mieux profiter
des* beaux Nos- du programme de
prendre ieura cartes l'avance. Lia
cartes sont en vente chez CASTttA
(Vux lient MilL< Articles,)
Entre C. 3
I-------------------------' ------------------!
mm
*gm
Section de Pdagogie
de A.M.C.E.
Les membres de
de p-
rave..-
Criae de croissance. Craignez Cbw
clias craignez Maurras
Mais pour l'instant tout la danse
les greuouilles se conteutent d un
raU P.-C.
pas la mode
retournes et rahatoie*...
(4et pics nn plaisir, un
h tuiU , "tlsfactiou d'une
^tioiLV te,t deveuu un
"t butant- Ce n'tait
Avc un brin de tautaaie- uo-. pour
no8..- otre mieere : ce ara
lo meiHeui u-oyea
et de l'oublier-
lu auppoiler
mm) tom
OS DLMASDb
Je une boir.rue ou jeune tille
st^i o'dactilo. Arjula'S'lrarais-
i'eur coiditiuus s'adresser
1'. N-GBAY A lo, kc,
d|M du sance de la section de oda^ogie
qui aura lieu au Lyce National,
lundi, 31 Mit ) lues prcise, pm.
ORDRE DU JOUR
iM: Y. Cbitelaia: Du principe
de l'obligation dans l'enseignement
riimaire et de la valeur de la loi sur
tbliga'ion scolaire
a Me V Bonamy : De la parti-
cipation des communes i l'orgin sa
tion de l'ensegnement p tnnire.
Lf Prcsid;p', D: J. C. DORo.UNVll
Rcompense
Une automobile Foni a t
so'Jtraiie au Giragi Hiso
dius la nuit de smiiJt dimin
eh) dernier. Une t'jrt) rcom-
pjis; aerx ac *o d je toute per
sonud qui pourra tourntr.gdes
renieigneineuts a ce sujet-
S'ujreSser au bureau t iS'u';,ir liasco, _____
Le Petite Mai?ou
Annona sa n mibreuse clten
lla qu'ell vient de iranatrer
es magasins et ateli 3rt en lace au
1t$J7, nueduCanire,
Kl! vient de recevoir un bei
assortiment de marchandises fines
Lss >"> nin uni ra des trousseaux
et leyattei sul excute' aec
h soin la plus mticuleux et aux
meilleu es conditiuUi.
bucialit) p^ur enjuuu


tE MATIN
L
Nouvelles Etrangres
Par Cable
-, Mai 1920
r/ARiS- A U Chrrnb .Milierand
dclara que le gouvernement n'ac-
cepta pas de causer avec la CHT. Si
le gouverne ment eut cd, c'^ut
le triomphe d'un rg me abomnd-
ble (jui ne peut pas durer. L- ig me
Ue give continue sans raison et
tans prtes le. li a i^ur roltsl dans
tout les ci:> de uoubirr h ve co-
nomique du payr. Miilerand fait 1:
procs des t irigeat-h de la ( GT qui.
pour garder le pi uvoir, cderez
aux qui dfCftaiti t g ve sur grve.
M lie ard expose pou quoi le gou-
venentn ne pouvait agir autre-
ment ayar. le souci de ce qu'il con-
sidrait de son devoir et de Iintrt
de la Frai ce et d- la Kptllqiae.
Sans cder a aucune u^gisod, il
n'obit qui ses propres u^nauons.
Miilerand expos que toutes les re-
fermes sociales ..uat dj rajises
par la troisime Rpublique el au-
cune pense ae rgression ne peut
tre prte au gouvernement ?ctuel
Mwleraod dit que le gouvernement
en b riant la route a toutes les v.o-
leoces des mmorrs ne sortit p s
des moyens legaui 1. montra par des
a. les qu'il n'tait pas dispos de
pareilles entreprises m 1 pactiser
avec elles. Lettocquer, ministre J s
travaux publics.nionire que la CGI'.
luda les invitations de collaborer
au projet de rorganisation de, che-
mins de fer.
PARIS Miilerand. lors ds l'en-
tretien avec la ious-:ommission des
finances et des allaires extrieures,
ietraa les cosversat ons de la der-
nire conlrence montiant que l'ac-
cord ralis portait principalement
sur la base de l'ordre gnra!, Les
proportions de la rpartition des in-
demnits allemandes se sont main
tenues a 55 0/0 pour la France, 25
r,o pour t'Anglitene, ce lut Celle*
fixes au cours des ngocia ioaa de
paix.
Suivant les r/ropositioos du gou-
vernement fratail dans les 120 mil-
liards ne seraient pr.s ccmpnsjs les
lourniiures en nature telle que clir-
bon livr en compesMlion du mines
dvastes,mateiiaux ou aoimiUX 4tS<
tiris umplacer les dtst:ucticns
ou vols.
PARIS LVjourntment de la con
irence internat onale financire de-
Bruxelles est due la ncessit de
fixer auparavant l'indemnit alleman
de et les modalits du paiement.Les
dlgus la contience de B-uxel e>
examinant les moyens de rtablir le
crdit interrational pourront ainsi
tudier la question de l'indcmn.t
illenaide qui pourra, serrb e-t-il,
seivir de poiui de d \. rt aux nge-
m le
\e Itntirt d l Intrieur nous communiqtusr U tlgramme ui
tant ijiie t.ons srmuns b.i.nux Jt
publnr :
N 2j7 Dats zy \hi ih.;o sr
Ville dfc.xpc.la.on Lap-HaiUco
Four Scietaire d Elit ce l'ialfieot
PoiUsjL.Piiacr,
Cercle Union a offert hier soir un
bil mon heui 1.1 !'ou la pu mu-
re lois depuis son existence, il m a
nomm mtmb eu salle comble. Nous pailjus eu ce
moment pour Qui t-er-M 1110. Un o
nade, Trou, Poste Lh d .1, eirier-
Kouge, Fort Libert, Ou*caminih ,
Cetkpismd-, v^ite a l'Hoptil. i
la prison et aux coles. Ce soir, bat
public et llouiwincu m march,
L'esprit public dans ie Nord est Mat
ment a U paix et au tr-v.ul Paitoal
les demandes consistent a rropsger
l'instruction, donner 1 lus de suu
rite dans les campsgLes par une po
lice rurale, situation admiublc en
gnral,
JZ- Prsident d'Hati
C'aiion^ rour l'ruvctluic de u'd's
par les F : ts prcducieurs en mati-
res pnm res es ntie les i la re ons
truction rt l'industrie europenne.
HAMBOURG L?s grvistes ma-
nitestreDt ton re lindiflrence du
goevernem-t t leur gard. Une
colbsion s.rg an*e eut lieu avec U
loupe. D 1 g enades i main furent
lances. On signale de ncmb eux
mots << b sss.
PARIS. Voici les dtails rerueiliis
sur L'accident dont fut victime 1s
Pisidiut DcSchioel: Monsieur Des-
chanel siulfrant au dpart de Pars
d'un co rm r.cmtnt d; g ir>pe se
rttiia i 22 heures d spcial djnnant comme instructions
d'eue r/i* 1 seu ement le lende
main i 7 h irr-s. Il se coucha aus;i
Lot, u.u.s vrs 23 heures incommod
par 1a chaleui il se leva pieds nus en
Pyjama et ouvrit la portire. Pns
d'un ourJissemcni il tomba sur le
talus de ia voie terre- L'allure mo-
uerce du train a ce moment permit
au Prsident de se relever indemne
malgr une l^- contusion.
Le Prsident pa g'gner le poste
du gardien des s g -aux- 1! se nornmi
et ht tlphoner a Montarg"-', ,station
distante de quelques k.lorr.tres. Le
sous prf-.t de Monti g>s accoarut
tnauomcblset ramena le Prsi-
dent qui tlphona lui mme .Vh-
damt Dis h mal cejeadint que le
tram piiidentiel continut sa toute-
cest seulement a 7 heures du
du matin au moment d'arriver a
Riannequeie domestique entrant
Oins le wagon aperut la disparition
d 1 Prcdent. Lmo ion fat trs vive
dinsle tuia. a Roanne le Ministre
de 1 Intrieur S eegqui accompagnait
le Prsident tlphona Pans puis
a Montargis et rej. des nouvelles
ratsarafltej Les Secriaires militaires
et civils de ia Prsidence partirent
aussi t par un train spcial a Mon
taig.s.
rARIS. Mr Deschin^l par t dans
a soire inaugurer a Montbriscn le
rr.onnmeut l.\c au snateur Ray-
d uni tu comme aviateur pendant
ia gterre.
PARIS. Les dclarations faiips au
M: tin par lej cul'ivateuro de la Beau
ce cooarmei t des heuteuses pivi-
sions de la rcolte de ble qui promet
d'tre considrable et suffisante aux
besoins du pays.
PARIS. A 1 occasion des le es de
la Ici lecte lavoi ses par un temps
.uperbes les, gares enregistrreut de
nombreux dpar s de parisiens vers
le-> canpagOM, la give des chemi
... 1. ne gna nu.itnv.m le trafic
(XtiaordiOkirt des compagnies.
PARIS La nouvelle de Paccident
sutvenu i Monsieur Descbanel pro-
cuisit a 1 lits une vive motion,puis
un sentiment de satisfaction gnrale
accueillit la nouvelle que l'accident
'a t sans grav. t Dubcst, Peret,mi-
nisitei aies- que de nombreux p t
jemeiaiies et personnalits vmen.
expiimer a PE.yse leur vive sympa
thie au Prsident Deschaneh
Pour cavse de dpart
A VEiRE
l n iriijolt mobilier fronait-
b'udrestr aux but eaux du Malin.

AW- .-
ma
Cc2*sj:j vcirm tadasia sur la
SIROH o DE8CHIEN8
( rmemoclobtnr) m
Trcsorlt par plus de ioiai DocUnr de
plua iniiientt du Moude eotiai- daiit
___. ^_,, ___________ ,_______, __, _____i AMF.M*. NEUHASIKNIE. FAIBLESSE, MUJUNCS
BHaal UB aVjSHaV WBXSm 0 pottrine. convuescence. surmemoc. etc.
8uperi<-at'a 1a Ttaada rnic ft ui rn-ui[-u dont la plupart aidaient l's Tolea dlg'MlT( Admla daoa le*Hpitaux de Parte- lis le prsoiier li on. le nalad^x aenleot renillre eu eux une tleooufiile
Faits Divez
*a
RENSEIGNEMENTS
METh.ORLOGIQLJES
0SEHVATO1RE
DU
PLTirSEMIVMRti
COLLEGE ST MARTIAL
M rii 25 Mai 1920
Baromtre 759.3
minimum 2 ; o
crnpnture
maximum 27 7
Mjy*nne d'urne 24.7
Ciel couvert le jour, nuagfux '
nuit.
Plu'e 0 5 'rm,
Temps de Nord.
Bitoir.L.e en baisse.
|. SCHERE.l
La Trait de Paix au Conseil
d'Etat
Co mue nous t'avioni de|i annonc le rapport
qui conclut l'adoption du Trait de Paix a t
envoya a l impression. Nous croyons Hvtrquc
ce document sera remis au Conseil d Kut sous
peu, pour tre soumis a la ratiiicaiion de l'As-
semble Mationaie. -- Nous ne manquerons pis
de renseigner plus amplement nos lecteurs
sur ce qui tau l'objet Je cette importante pice.
Le dpart da Pre Mahot
Ce n'est q'i^ nier, par le steamer Advance a
qu'a pu partir, en cong de six mois, le Rv-
rend l'ere Maliot, vicaire a 1a llanlique Notre-
Dame.
Noua renouvei MS au Hvcrcn 1 Hirc nos meil-
leurs voeux de bonne travers*.
Le mauvais temps
Depuis quelques jours nous avons la plnlsj
chaque soir, mais depuis quatre jours il pleut
coutume, tenant.
Cette onitta qui lait le dsespoir des pitons
rejauit.ccrte-, oui ceux Ia qai coniraricat une trop
longut scheresse et qui attendent de la terie leurs
moyens d existence.
C'est l'eicrnjl e Histoire : Ce qui fait leaonheur
des uns tait le maineur des autres.
Arrive de S.E Mrle Prsident
de la Rpublique
S. E. Mr le Prsident de la lipublique a
quitt ce matin nAm: le Cap-Haiiien. Il est
piotuble qu'il sae une halte aux Gonaises et
qdil soit ici aujouad'lmi.
Ncrologie
Nous apprenons aves reirat, la mort survenue
au Cap, iiiir soir, de Mme fve. N;mours Auguste.
C tait la meic de notre collaboraratcur Ne-
mours a qui nous envoyons l'expression de notre
rympat.iie ainsi qu'a toutes les lanailles que ce
ueuil atteint.
Tlgramme Funbre
De Saint ;larc une dpche spciale au (Mafias
intorme nous de la mon de M. Rgnier Pinard,
survenue ce matin n 6aint-Marc.
Nos condolances aux tamillcs prouves,
Venie de isiriiiiiflte
Il sera procd le merdi 8 fon
1920. dans Le magasin de W. B u k
aux Ciyc, i 9 heures du matin, i
la vente aux enchres publiques du
stock comprenant :
Goul'on. Coalfar. Brai. Tib-n
thine et Huile te de lia.
Pi in ure. Cou 17 ooo poin's H-
chtudtr -, balia e, rlache tir \
Tous itns'-ignemeots eomplme
tair. seront don >s au Bureau de
squestres Lqu'd'eurs i Poit au
Prince, ou aux Cayes par le D c
teur de la Sjccursale de la Btuque
Port au Princ, le 2) mai 1923
Les Squestres Liquidateurs
O. SCARPA & A. I- M.AUMUS
Remerciments
Les (milles K1.0: et tou? les au-
tres prreats remercient bien sincre
ment tous ceux qui les ont assist
l'occasion de la mort de leur chre
regre te mre rt billt-mre Mme
V?e Guillaume Kicot decde le ij.
du cour ut a < ge d: 60 ans, et les
prient de cro e en retour qu'elles
leur en paid rort U plus potj de
r connaissant
CIGAREHES
Higti n
Or 6.40 lemillL
Ed.ESTVKA
POllT-AU-PRWa
I .LIH<
4 vendre
Ckez Transoan TradiJ
S*C8 vides neufs etse'snfoj
grass-bt^s, papier d'itibilli
ch ts d* p-ipier, cirdige,
9 ich^ta pTjr chiseurs.hoi
s4-:feui, gra toin pojrpi
Disques Columbia
lois que
Amoureuse9 Rponse l'amom
Oublions ie pass, La vew\e joyi
Marche nuptiale de Mendeison,ekJ\
Pouvant tre jous sur toutes tel
ehines aiguille
En stock chez l*Agent
L PreetzmannAggerhi
_ . ......... !*a|
_. "r111 '.
Automobile -
vendre
En bon tat, ma que Uuick.
7 passagers.
^Sfaruur HrUmNEY
llttl de France
.fcp Aiac ^r,:
l rouis > aunii irai
ai PLAISIt, M MIHe, $u BOHHEU*
1
\ - ..- . 0iet<- l-'rancaiaa
TSkvl1.-- 'S.r.uFMmb. St-D.ni, ,rt*i.)Jrii li0->
~~^*^ I 1 lia contr* UN FRANC co XdnJj r ..
KOUVRL. f.'-RUM CATALOQUe DE 1S20
, SAM a\ic Rravurti comt^uts)
ilt tuu(t4 tonte, Prgiu cij.
jt*i: .ra.fn'.d-,iml u>uln> daa. SSaLaS
'''' il lipnant trucM ai
i." >'.'lMhir..WalnlrM r
Sai M HuhuLmum TbUiraa. Uarairla a*caai
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
*
Angle des Rues du Peuple et Dants Destoucjitt
Nouvellement reus
lb et par
Prunes par
bouteille
Pommrs ds terre
Saucwses Gmtha
Lromage pte grasse
Vin Mdoc et Grave
Gin Gordon
Tennents Stout (porterh
Rahins en paquet dei^
Serviettes
Draps
Noisettes
ous avons dus cigarettes pour)
tous les gots, telles que :
Mur ad
Melachrino
Uichiinond Straits
Egyptian Straits
Omar
Lord Salisbury
Carnet
Ifatima et Piedmont
de 94 22
L de Mattis & C agent gni


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM