PAGE 1

M M V i I K A Parisiana Demain Mardi 25 Mai a 7 hres du aoir F" Conftreuje en franais par Monsieur ]. A. Claun.ot.te arec projcclions lumineuses de 210 vues en ceuIfur des superbes Parcs de 1 Arizona de la Californie, du Wyoming et des Alpes amricaines du Canada. Celte reprsentation est laite au prcrit de l'Asile franais. lintre : deux Gourdes. PETITE CHRON-'OUA Mr Elliott et la tIi4SC0t Faits Divers Prsident de Le Journal Officiel a son Ediion de Mercred sant loi du Conseild'EUt moiii t certains articles du Code Civil. Vient d'arriver V n stock de surettes En vente cb\ JOHN bUhNS & Oo par terblauc Uu o liv ou en cuisses de WXJ a iuu livre au prix de 40 Cent or la livre. J'our cause de dpart Jries jetait un carillon —de uoles si fllicates. si douces et M intrns:;,— qu'on le sentit iBxUdaai des MOI tomme un pailum. Et la rose, comme une nymphe qui s apprte pour le biin,— dcouvrant u profondeui de son tua t h ouisssn',— jusqu' ce que, voue ap voue, devant l'air p*iy Unt,— 1 aine de sa beaut et de sun amour 5c tut mjuUtc me. M is aucune ci elle n^a j imaistrem ble, ni soupir apis la 3ai|tQdt— daas ce j*rain, auns uu champ, ou dans un lieu dstrt — com.nc uue daiae en rut au muieu du jour, ou comme la seusi ive soliuue. l'ou vit dans ces vers, tout respire et dsire. Oc pome, qui est .•histoire d'une pianit.est aussi l'histoire d'une -me, 1 u;ne de bhclley, la .•ensitive. Il al bien oatur! .1 %  les touioadie. Certes il y a uue ne dans chique CbOMi— quel que Mil L'tre* D.ui ou peoiiol, Oeil n ou vague. .OJJOUIS par del ta tjune seii>iLile luit un: g MOii s:.rete et i:n \: ne sais quoi de diviuqieuoas t1U1evoyous.coj.1me le po.c.par des cCUirS submes, .sans jaunis le pcnlter ou y atteindra av^c lut Ce sont la les nimnenii et l'aspirt.oa •ui soulveut IOL I : la pc>ie moi:iij-, tantt en meJiiat uni chietunne-.uuto' fil visions p,r\-nuis noniv.e chfz bheiley.li eutind palpi.tr le ^i-nd coeui de la Matiiie, il veut arriver |us,u'a ui, n tuile huttf les \01cs stnsib.es tt les doctrines piosCfittl* Dms ctl tlijit magailique e insens b au.oup d.' bons pceies se ncl puises ou sout pjilois mous jeur-es— Leur posie tr.lae avec eux W* des outts sub.unes stsi parpilite Lord tJyroo, seul U>e gait la urne et y demeura immoilcl avec ses cheis-d oeuvits ; landi quon ne vol plus gu esur IcchifB.O que uts lambeaux pars de ie> r tpetiai ionques, qui UottaiffAt comme des eteudaids tt semblaient appeler les hommes la conqueie de la vrit suprme. l.-.s aivains qui ont succomb dans ctl iMit magnifique ci ea.t avpgan'. ont fait crp.-Ldmt des i/ttt* vres d'un Certain mente sous leurs citons multipli ••.Leur idal du b.*au a chang ; niais par coaugidj, l'ellort a continu vers la oute pju:Mrivfc : lit jiwwi 'ursorti tuuu la > pada 1 ml uni. $ Loid Ityror. Wordiwrorth et S'i: %  ley.te piotestauiismc acglate si compass, i.ou. oiu appris que d ; ci milieu saci.par le ctinl, quu y avait mat re a rforme ou a rcvoi.e Wordsvvonb surtout, dius sa satire : Ihe twtirsum, sz plaul auniement i ce su|.i : — ; Ont lift n turm.l Oui 01 b r 10:11 1.. .'/,', tt ma : \t du ofltrrin^ d sacnfl #, a toai Or impk n a paum ibtng tmpl 1 Ai 'i Pfult unuii i Not.c t.v.sic.uc es dvie — de sa rouc toutes iis ton que l'homme rst oert— u sacrifia nputoue, ou v.rwrae yupLO. comme uu instiumei.t, une K*rt: de quantit ngligcab.e employe— tomme une •vi e BMUil p 10 re • O .v v t J I K. CrioNkT Notons d'abord une innovitioo : l'introduction de la sparation de corpa dan, notre Lgislation, coucur rem meut avec le divorce.Depuisloog temps, le besoin de cette mesue se faisait sentir' comme nalli it f l'pidmie de divorce qui tfil 1 i Elle constitue en qu iqus sor un an'ichimb'e du divorce qui dispense d'y entrer de pein pied Ce t un temps d preuve qui ouvre la voi aux amendera'ms. L s celrci. pet Un vote de confiance O' se rappelie cer'*inem?nt les pub il dau< bru'ts qui ont circul ces jo-i-s d?rUJ! intrtniers propos lu dpari ^c.Vloosieur Elliotf. Des 1 prits crdules ont pu s'y morenire, les choss tndincieuses trouvant facilement accs dans les milieux rail avertis. Nous somme) heureLX d'o-;po;er aujourd'hui le p'us formel dmenti 4 tout ce qui a ' coloo-' C sujet, M^n^ieur E lio't Vffoaot d'tre i'obj dune -'atant mirqu de coih.n-e des actionna re? e. D recteurs d' la Corporto Hiif.ano Amricaine. VJCI un -blogramme qui fera irs cei brii' sus ton it nenl ; QOOI la Rpubliqii" en voyantes parfois, mata qui 0 t eu l'imple pab i > s en Anglais et en F ao ais. Hiyam>u:i Pott au Prince May 2inr*. Hurd ot D r.c ors ol th; H'ytian A'n*ricn C'j'po'atioi m:t bfore Sto kh >lie r s meeting and vo;ea cooliJo\;e loooori prsent minag;m:nt luosit d'un vjlcaa. ont pir eltle temps de e t^rapa d'en arriver sut extrmits, mais ors on y viendra avec' certitud' le n'avoir b i (stip) Sto khl l.*rs yestriay elected o une un'oa impossible t l'on sin* Boiri with addition ONeil. n'emportera pue iegte prf -T!< P. W. Chipmn declining to serve qui iouduisen f souven' a ces pt>iiea palinodies que 1' ait U.-'e tnolificr s en'-ielle a lait' ats 1 a la L sjl le d vorce tt connu corollaire de la prcdente. ( siened") C. Efgir ELLIOTT. HASCO "o -au Prince TIUDUCTIONI Mii 22.— Le Conseil d'\minitralion de la Corporatioi HutianoAmricaine, dios une rooioo d' tionnaires.a ic:ord ua vote de COJEa efl t la nouvelle loi dispose que les poux divorcs pourront dsor mais rentrer dans les liens du maria fiince i !a D rection actuelle. L:. g.*, comme s ils n y ava : ent fut au a tionnaires ont lu, hier, le mme cime brisure. Conseil en y --joutsn 1 ONeil, P. W kjonisez vous donc,"poux diChap.nan aotaot reir VOfCes q ii vous aimez en:ore tt qui "i.i._jji_j. ———?—— %  %  vous i elptrs tarce qu'u e satt d numeur sans co squence vous a fait t-.ouver que <-ous t-.z de carac t-es ittcompatib'.es, ce que vous vit! annonc a ubiiC par la voie des journaux. Rjouissez vou. i msipoux Volsgl Hier malin S. B. le l'rcsiJcnt d'Hati est pu 1 ti en automobile :i destitution du Cap. Il es 1 acco.np.istnc du Chef de l'O^cupition, des Scctit lires d'tat Barreau, Roy, Dellegarde et de ,|i-ques oi.i.i:r> de n 1111,01 militaire Apres avoir visit Cabaret, Arcahaie, St-MlR, Gjulvat, linnery, Pliisa-ice L-uio. le "rsident de la R :pjbii]j:j est arriv au Cap-ll titien kier soir 7 lui %  > 23. T • don du d jmici e c i 1*11 Vou a'itz po >r v; \e.% Ion g '8 M4ei pi^s • 0 fgf l'un 1 autr, ren i •r o ha em al dins ces liens qui 1 semblaicn' t gnants tt qui vou 0 i i-aru do ->AuaailQi que vous v JUS eu lu L dc 1 -22 Mai barrasses. Une o do Conseil d'Etat vou 1 (.ermtt / Mais prenez bien garde N ail z pas tor.rdirmnt re.-rendre la main de vctie arc en compagnon, vous qui avez eu rellement vous en plaindre,pour ie rintgrer sous votie 'oi' Il ne sera eu de vous aucune rou vtlle demande de divorce hoir. lr os d'adultre ou de peine inl m i'e dro ooee contre vet e poi x depu s l: r.mar ig-* C'eit tncore le conseil d !. I qui le dit. H i. serait pnible que vous t JS 5i a rduit, pour vous db.ura'JS • v qo >-. /i L x m L qui coost i un p lgislatio i Ci veiron peut r ph lime avant mm %  qui PARIS. I.e dlgu Hongrois PCRB DOWeaki arriva Pans,il tprnit ui e lijonse f-vori, Pr malheof, malgr la spa lenr bien! r tion de corpa. pareille chos* a rail et qu'lsseregreiiei .e i ia loi est l qui leur ouvre loute grande u pore du remari3g2 pour qu?. l'un p; de l'autre, ils oulcct la do ace ex'stence qu* menrent U Tieu''k'rr'on et sa non moins v • e R .es. Telle % %  .ic que J: ieu: s)uhaite-ais... PARIS La Chambre vola ea con Ban : dans le gouvernement par 3JI veix contre >3 PABl La Chimbre dos dpot! entendu les dicoura de divers dA pul'-s t.in-i.i le piM.r.M d l^i C'A' a laqutle en reproche de vouloir coriBtituer un tat dans ''tat. Lebca dputa du Nord developne un" Ib84 en faveur de la nationalisa 1 ion La clture des dbvs est vo *'i • Le prsident donne lecture des en M ordres du jour.Final-meol la Chain bru vote sa cet liance dans le Gv uvernement dclarant qu'elle es i" %  o lue d'assurer avec nergie la libert du travail le respect dei droits syndicaux et galement dcido de miint-nH' s j oppoitl oi contra t' o te eutativn • li t ilo< • ta dtruite ia o iv.'-ame lr* Bufl a^^ u i:ve;ae. mie ieapect„de4 loia.de ta CIGARETTES Rpublique. La Chambre rend hem mage aux venta des BOIV. ces public* (t nmeteie les volontaires, Approu vaot lfB dclarationa du gouveri o ment tt coi liane eu lui pour conti our dans 1 ordre et la libert politique I* reconstruciion nationale. 1 A I i lS — La tdralion des mtaux et dt btiment a la su'te de la dcisio de la CGT. invita ses adhtreivs i reprendre le travaille 22 courant ;u m^t r. MADKIU— Une partie de la popu'ation est prive de rain.Les marchs d's fruits et des gumes ain:-.i que les piceries sont f rms. U s crdtes d'arresiation oni H lancs contre les meneurs du mouvrmei t de grve. ROME— L) minist;e es conititu cl'rie tllement sous la pisid > de Nltti qui prend le poiteL-. ibe des allairei trangres. RodiOO iead le pj 1 Ifuille d: la guerre. PAR S. — La conl' ne; icoDOUti que franco-allem nde cumm. Dca sou 1 pifidoocfl dlsiic, mieistie d' con merce, qui souhai a la bit v u^e aux dlgus ailema ds leiu decia rant que tous les &f f lorts doivent s associer pour inteasili.-r la piodu • tion du monde et h'er 1 ielviment conomique de -hiqut n 00. Mayer, charg d'*fti.ie* aliamaod, HiyU *lyer Or 6 40 lei Ed.ES f:VE$ PORT-AU-PRINC Brlemeut lloulenicnt .unie rar la ConK ttle du brulement pour nnrJi i dix heures prtciic Uu malin. Cooseil d'iitat Tribunal l'atquet Coiniiiuiie PrefK Syndicat agerts dechuige Ordre des tvoeMl Chai ('ommtrce Notai e. Billet du MATIN 1 A panir du mois de Juin nous i c.t:e rubiique de petites chroniques. | up.t ccfcs p.,. quo-idiennes cjr, i :oiir oc loue .Miment mviable, iii bre de trouver chez, nous de la de tels exercices. ( n petites chu t ont -u ;>re decapr.as de lairiaj chaque lois qu'il y aura J s chou] ressame pour en l'aire l'objet. Vu commencement du mois c premier de ces pt'.ns lliliets dmi 1 OLS l'esprons bien plairont. j-.igemer.t de qui nous atuclioni H g-atiik importance! Congrus du Btit Il se tiendra Londrt.-, au conrt mus de Juin de cette anne, un \ natioiuil du btiment, la KcpubS ce invite prendre part x ceitaj pjr l intermdiaire de deux iit •d a cette counoi^ invitation tt I la reprisent.r ns sance de caj toco;;fs Ha.ijsar, Inp.cnieur.et l'taL] Les deux reprsentants de la R*4) lai-seront Fort-au Prince par le I gne Panaira Advence • pour : Neui Yoik ils pauiront iminc) Londres. I Conii enca de l'Alli Kous nous lai'os le devoir l lecteurs que c'est ce soir, a cil qu'au'.lo.al de l'Htel Mme B. John B'roiun, L.lue, que Me P tressanta conlren:e sur I Esprit prix d'entre est de Cinquante Cest a l'issue de cette roi(iitnci< nous avons eu 11 le dire dj, qui tbn .toute de cordialit sera ftiti^ liou/.ier tt Daubcul p^r leur c* liance r-'ran.aise n l'occasion de II : n.Ktion do.t elle viennent dutl^ On :..-. 1 que Mesdames Rouat ont t dcores ces jours ci df !' Reconnaissance iraiai. A 1 Avdnue John L Administr. t on commun.le aux pcopiiel ire. .| habitent h | nie lonii Hio.11.1 situe entre les et Gcflrard laa le n.ird, le droit p; c.ouire de leurs proprits J* 5 ** tro toir. .. .1 J (-est une fiveur qui r.-)Wisk| mme temps qui lie erbcUal't mtnt q laitier. activer la daus 1 esp il prcis par liaac. DOLLAR : n.62. NOTE DE SERVICE Les cibles de Fo t de fiance, San Juan et San juan de Puerto Plati iont ripari depuu hier 22 Mai 192). itcompense Une auicinol !c Ford* a M POOtiaiU au Gar ge [Ia8 0 dans la nuit de fcamedi dimiQ clie c'e r;ier. Une l'-jil' n'eompense sera icfO d e t^ute per fonne qui poutra lounnr dts reoM gm m s ie sujetSaju.vor au bureau d 1 t 6'ugar a 11 tco Le Purgatif tj c'est la Pilule daD r 147,8i't du FaabourgS partie r'f n,,rC Ne ii.-oensltiinl urnn rc rrovoque Ja"*' *^ ita, ItnwkM i Sappi inwBt '-' %  cite ce dbilite pa N'eaUgeantpa** 1 ^ te cause aucuao per Plus aclive u tr."! A t. r=r consul.. COSSiww^iLA. v .*TIfc II lai A. de Mattis & C 8 agent gni



PAGE 1

lDACTtlh EN CHEF Lon Laleau :,,Rr-AU 'WINCI Perl ao Prince I iti LunJ.'M. 10 >o 2.00 ••^ TRANOB G. '2.50 700 800 .tes sont u-ues au -omptor In ""/-Public^., y Ku; Tfurchel. Ta' ,i il LudgiieHill, Uidres, !• Sentiments levs A mon jeune el cher concitoyen Clment Pothel, instituteur. IpTMM lie tieot dans ce qui a trait iiociiie et au gouvernement l;c'est comme une ma ^.iiqiee "uns laquelle il \nu qu'il " trouve un ou iMCellep'a pour qu'e le awbien a quelle procura _aats qu'on en'. end: il fau jwf tous les au'res ressorts l leur pl'C^ • pre-entmt lf*ctuiix, 0lin Dnnne ,ollti i peut donner tous ses rul mells est accompagne d un te mesures, tant dans irai qu .i4n5 l'ordre mat,ei oes nn sopt le rr jnbl'K, les Butr.-a le coin liod'spensable erait un peupl d 4 re ioi'itotions les pli)* prI ne savait pas pn user? A [Eliraient les mesure les plu> en soi, s il n'en corapr* 1 la por'e et fntili ? E poorraii'il le faire a' i n < %  lu connaissance t sans lo tout cela serait pour lu ? Ri d'autres terai*., nV. relie pas le pre n ei j'ptr.r un" cat.on, coudi ML lie do lous lu -s ou'n ••. M pas lia m m sujet de rl'ii'il. ttvi. les %  .' parue i •. %  Ces l" il' .r >ihe .t I moraliste. 1 jeta'! %  • dt; I lostruc n LU: Da. .:•luiitgird %  [jeunet ,!; 'i. ,; i* -mi M fcoVstioni.iv.-F, q sor fteque la ceneau a dV'ev % que le cœur a do vM;*"d. %  ysi qui Uit les charmer Boite t les vrais charmes Me ville IIH aie si bo inj et Me : vtie eaus lieu-; niais 9u des plue suaves paen homme poli iqus. itde vue seul d^ liut. moyens pour un peu M son hisr tre, aa puis rie 1 le, que j euvisa^a les !• di, timo restreints ilin*truclion rBt eue or facteur dans tous ee,ux irent la vio canoanq >e in. •Ils rr.amiua ou qiacd el •> Basai* c est corn ne si l soutient un ddiae ai %  ttirisai Iragilee : jamais i '•avoir d consistance -t ^Itaierci des moindres in ^ Qo'on n s'y tiompa pas, ws la i point Capital, e>. H cause qui n'a pas pei mis JUji'ten. pouar.t si lien FWdre la place qui eni '2?S r qui la ret,jnu J U9 widaoauna in.rre dg a vraie source roussi de 'g'Utioaa,ciVilfsmaiq je-i M rames m loujours plus de lumire et d juati ce et de bonheur lepandre; 1 h n a nit court sancesse cp-r an iiel q plie D'* eint janais, qu'elle entre voit toujours maisqui fuit Rans cesse. I.pprogrs n'est oas Bavaiu mot JPOS cette route o el'e est enange, Chu manite avance toujours et si le bue i.ial de bonheur onmple et ue jus tice parfaite se ( erd la-b s .a brume vapo euse, au i; est loin, U voie ponriaiit s'laigt de plus en [lus, elle traverse d -s prai i s plus liante', les bo ds en so t plu* ctui ra les horizo: plus enchanteurs Nous ce iU reatons % t tionnaires, tuu|0 r< e nbo.1' lien dans l>*a mir csges et les fundrires*. que dtj-^ nous H"li-a. t de plus en p us dans UIH e>pce d^ vase gluante et nu sboudt • Quand toutes les notions IVvj mui'h n' v-:-s doa destines maille r -, une nob e emaUUuo, rveil toi LOt.e g e i as oup e, no > arrachant ejh a cette iqivlue moi t l'e, ne uous pong^eri* telle pas aussi en avant? Lh quoi no s voyons partout le* vil i-n n, l* s vol.- de et rainni. LM IUII, IO jours plus rapides et pms thm mides, se mu t plier sans cess rap i ro' liant de plus en plus I'--distao c se les hora:i>8, fseil ta-1 ' han \H des il*es et des produlU; la .:ienie accumuler ses prodige, l'.n d s', i-) fai'e de merveilles -t M.Q to i rdsqns |P luxe la portdes plus Ii4rablei tt oes moins toi tu -' ; j nqu dam les campagnes lee pltt recules rgner une propr Ue legin te ft Imsince, r.ous seul encore uni foi?, resteronsois iiecgai I tout ce vssie mouveuient tjui eifor ta le monde er.ti' r uniquement oc cups d nos misrcb'es qupi'e le, iemb'ant n'avoi* d'euro passion que celle dfno n d-clu er m itai Ile lUMit, sans piti pour la patrie dont l* eein meuit-i v!is) ta'-s ess-a le I I is pur de son sang sans p;ti4 et :ans honte pour uo is-m^uie qui ( ronptsgons dans lob^eru et U uiifire, quand tout ma ae vers I h m r^ et une \ie pi> s h. ur use? Voil ce que m voix crteril i x oreilles d-- ms co iciloyeoi, ai a oruydt avoir quelqus chtnc-) dt fin endue. mais qui d ? 11 s le iu ••ils de la raison n'oit ils pis r*ja i avec dinn, mais pourq 1 i diesprir? U ta race qui tien' I lt nature elie-mrn tant de qoj H s a imirab'es.cstie droiture. Oftta dci ii*ur, cstte'viva uitelgeno qoi a caractrisent, i;e peut rester long tera|.s daoi cet e fjn ste erreur: i ii eut ndra le tocsin dVhrmo quo.uuur impart, ja ne cesser, de sonner. Bien des symplones annonce u ( | .'el e CHI sur le poiut de i i r 4 de ce cauchemar, visions sanglantes, qui %  .'aiMea peso sur lll I f r.mra enii'. c q eQuotidien Tout martel a Un riu t>ien,tout mortel a tait du mal : nul ne peut se vanter d'tre parfiiteineal sage. THEOGENIS ki LE L110S E; 208 Le Tfodeur Alfaro Qyunt ttoigner Aivre* personne* qui ont sollicit w>n service, le Dr Alfaro ne ore i. a pvis ~> jours a dcis on * j tester Po "t-au §*rin* <\ Il ext heureux tic porter ce fait li connaissance de M ilistirnjae tHentle et du pub'ic en g l ral. • • W.NIKS LI1TKKA1RES r lify .i /// l'irinoire d'Ar Ihur y il menait. SHELLEY rjvt>n ii juer les pieiogativts les ga jusqu'au moment o il s*e;t ouariues la na-mi. Comb.e.i y a-t-il vert et fltri. •n ) Listz ces vers adrci'ablcs 13' le jirJin o rve la seusilive. Mus h %  %  — ... %  %  % %  m . ~, las ce tout les lves un pous et excepte q'ielqu-s cntitonsloudble^. tien nt un titre dort ils sont ai cs bienheureuses visions qui out mus isoles,et qui n'eurent ni saaz h 3 " tl dont ils sont joujours prta flott dans soi co?ur lendre el vierrie foi ce ni sez dtendue, *o i Ptieo, sous Gei. ard par ex unpip, quelle i.i u u. .| J .h inolless-i bpa tirque n'ont pas montre presq e to is les pouvoirs qui se sonsicc d / J ai note ai leurs \oux Une t^ar l JU u s'applique a IAIUM 1 s nui i s :t!j, mme a c %  !:.;., <] t'oio u'appreud point l'cole, a uetlea qui a ni. I s plus i dt*peo*abl s pirmiHux qu aefaase.it une ide j ost %  : d s coud t oua uce saires de toute socit orguns", du rue et d s f metion du go iverneatQ*. des peuvoirs qiii aoputiennent l'Etal en faca di cd yeu priv*, dns prin.-i pes sjr leaq i ls r p ul les re.. tious des c t yans an i \ eux et de taut d'auttes qu^tna. essentielles BU' les pi Ihs il es' c-n udan nc s-u I'H d'avo r ue o i don ai l'on v u irendi'e pif aux ail'tires di son pays, ne fu c qu' 'i re d iscieu auireuo" t qioa b oui'ion ou qu en niais q i> d s intn^an s h b les cou duiteo l ?ui g r ? le pourrais pro'o ige< c t> num ra ion, m us I q <• %  io '' I. • ui l est \rions-nois p'ni: aux souvenirs de f oi doux|otintemos : TdESSNiTIVE PUNT i \ sensitive plant in garden ,,• • And tue VOUUK winds led it witu silve: .le A-, An.l it opened iti l.m-like lc.wej to tlv; i.giit, Au4 eloMd tiiv'in hiinailh ilie Uisws ot nyl.t. And tlie spring arose on tlie p.ardon l.iit. LiketUe spirit •: \JQ\C Idl tv^ywbcis And each tlower JD.1 hrb on l.iitn's SttkblSMI llose trom tlie dreams ot us \vimr> rrt tous Ifis c toy ".i?, sur ou. d m uu pHy? o ia uuv.-iHwe 'sid- en somme dans la nation ei en.ue, i ceUti qui on li : % %  x d • i %  i r feaiioof %  •' %  q dsm touaj s i")-,. posslen. ce|tenda t %  ux mem^ qui n'ont reu qu'une bd icotio i aOm maire. Par ce m H € instruction , en i ffr je n'entend* pas soulemsnt ces cou naissances littraires et acienuftqnes p us ou moius appruijiidies qu • l'on acquiert dans les co'es, mu.-, l'en aembls de toutes les chus a qu'un homme doitsa/oir pour ieuphr en oonnaiaunoa dj cause ses devoir. de citoyen ^t SJ rendra corn,je des lu rts gnraux ds POU pays ou pour i emplir uu m uxle < obligations le Iau'ole3sionquilexerce,syr idre i ipabl) H en trer pourlmnmo et our le bien i ubUo loue i • prolit i ossiblc. Mut MIC ever tre-nbl(1 and pinted wtlh Miss In he gsrdcft, ihe 6elJ, ai ih • "Ume.s, .. ui me Moa*iiJc wi ko.es <\'ct v aat. Asti., on IBIMIOM seii -itive plant. • r.io •..'.'.. n %  m ri>e 'v i'\ h i taotor eyti And bttfcunaSf plnnifs nuispreid, H|NOa .inl>ick of nav tautag ra..'., \ i lha ui.irning sttf s'iincdeal!. T'ir Miow-drop. and tho ihfl violet ; AroMiron t lie f>rs mJ 1J1 -ami nia we, An :i-r l".':h :.nin.\:d ii'ith pas l'igoo venau de loi ai grtad ai a' vida t q lil n'r*t pas besoin d en ch -rci r ^ -n preuves, il se d.n nti.lui-m-n? pur son fila tenct) qui trappe ois Isa yjux 5i I Inatruo ion scolaire piojrement dite Uu p, aile ausi, baaucoup dtd rc sip.l-n'.' pas ngu toute I •:x tf IOQ q 'on aurait d lui donner, el.t-si orga ose Cependant et fouc nonne; l'inatrueiiOO primaire, n'est pas seule donneil ^ab!i s-.'iue das connaissa ces p qunt ccie Instruction agricole ouim rciate, politique, conomi q ii s md lo'.r el e o t h dfaut pst o'pcisne'it co qui f i' un d s m •. 11 -u • %  t ; "ys, I u y a ri n el par c D | : t il faUl £M ll rat nce-rfi'e cependant combler cett' h um et c'est ds tou i.-s les informas, la premire a:ctjuiplir, parce que Moi aile, tous les Rutiea progrs rett^raien' fO ir a nsi due stsjii ea Cou nent arai %  I posa b e d y arriva ? C'ea ce #J e j. me propose d^ ifj:b*rcoe dais d s att'ci-.B s .iVdut*, et 'ti w n i temps que j'examinerai cou)n ut oo ioirrail divaiopoer I lus rteho* lorai 0;au jirJin.— ;o3im; l'imagl de l'a1e ;^m^iur parait paitout ;-alorsrourne chiju f.eur et chaqoa barba croi; Oiineeil PXiste quelques Wnom yoatlitiu'>M M ftir,anJ paaaion J pile nti c I on peot recevoir ',' '' e ; :; I .waaaulaiu b;ll ... ' %  : > i :dp.hol atc i > .i; hieaat, ,j 'I %  io!J, to thefalntina air %  oal ol lr.r MUiy iil love 11, faire .. eU i p.au', de senuve gsrmi dans un ) IC'.I \—-e' les v^n'.s frai? le nou rrent ue leurs ro>es argntes.— et il :' pinouit la lumire sous; fjime d ventail,— puis rVrp.i'.ei feuilles sous les biiatri de U Huit. E le Piialoipi s* m mtra dm ce Oh Pt'o ou et s a i>t i n an •P C r u s bu i td -e-. i rouble • e p ni tant qull ai ai de IOUS mes VCB3X, 0 lie Kg n les gens de caeur, paciiiine lUWI ittl posante par sa terme e cal-no e. par aon nombre, qui. sans coup de foice, tab'ira colla l ordre et une tran'iuillit durable. I.a grande coupable, c'est I igno rance, je lai dji dit et il eat ncaa aaire dy insister, mais le peuple bai iW en a t plutot.la vicumo que l'auUur responsableCo nmenr, l'ayant rc^ IS de ses pores, que par esprit de lyato** on v avait teuus nlongs pendani tant d-) subies, aurait-il pu la sec par s^s seuls elTur el N >4--:e pas d.) on gouve %  l'd devait attendre, sous es r io >/ I rance p p ofondo o aoct non seule mont les petits eultivateora ou Us inerceasirsa agricolaa, mais ausai la pi ipart les pio,ri aires eux-mmes des molienra moyers d amender et de soigner lisire, des procds employs dans les autrf pay, o le paysan illtr lui-mma connat eipandint fart biau touteo qui %  trait cette t-jrre qu'il ai rose de ses a ei rs, i! -i %  maia qu'il cul ivu oaq n n • iv c %  nourf Le ng i cii*' t h itieo jonnai'.-.l mieux les du commerce, les conii'.oua d jliinges entre les dsvors pays, les nruoiiBtasces qui peuvent iafljer iur la BSOUVamant d-is tiraires? Lin duatrie a pris chw nous ul si facile aas >r, qmn i alla a tant d • fvcilit m de s'a.'.ifov Bioaner -l^ .m'ati6< ea pre mie e-, u -n no irtsni irai Imp M *.it da re lagite, a et-ce pas q 11 nos nilistri -ls ne c ITMMSMI > -, qui rie i io ce q>e lsant: m partoit ailleurs el df ce qui fa;t savol t l'o i veut diriger i i • i t-e priM ivec iaelqoecb ice Isatcierf Ha i I ait un flau ptai-J •' a i, . ii • ; c .ut 11 ; lirai •. • ,, i -1 ie toif les O'ttfem l. i nst'UC'.ion '<"'/) .'ui.nnj d gnit de ton tre, U su le Ut n ombr de U terre ea ssrnni J.s iv< : soi repni hiverna' Dr RO H8 PiREU 1ER !), %  la facult uf M file : u Jt l'art*. r*m a L'ttdtai so'.eil se lve avec ses yeux de mfUor— et ses ravans brdlaot rpandu',— siute sur mou esqj t a vo le<.— lorsque les clats de [•toile da matin s'tsignenl.. Ll p:rcc-:iei^e, puis li viol!t.— ^oita-.enl du sol humide tide.— ec leur haleine se mlait aai trai:h • •? senteurs•• du ^1203, cemju la voix i l'initrument. Puis 1rs gaai'AMj bigirr.s et l?s hautes tulipes.— et les narcisses, le* Ce-t par erreur que nous uvona ploi belles d'entre toutes les (leui>,— annonce dans notre No d sain-uli qui contemplent leur* yeni dam les que culte soire devait av nt II fl ce enloncemenis du fie jve.-jusqul c soir Cesl jeudi SI murant S lires qu'ilsmeortni d leur propre b'aul* trs prcises que nos poilus hron Uop aim fdts dans la helie salle do CinVarit. Le programme promet bd coup aux amateurs d'Art. Varits Gran l. soire dd tro A lii Ir j iii 0 -'Un Vh w> i: Puis la n. .de de euet ;• %  la jeuoesss la passion si ses clocha tes tremblantes ia valle.le raue l'ut H li:au. et te.— que l':ht de se laisse ent evjtr— i I avers de vetiurc terd e. leurs pa-.uiioas I %  >:, %  ,< Puis Ihyi u lha smponrprr.^at TBt f,dc


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05123
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, May 24, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05123
System ID: UF00081213:05123

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
lDACTtlh EN CHEF
Lon Laleau
- :,,Rr-AU 'WINCI
Perl ao Prince I iti
LunJ.'M. 10 >o
2.00
^ TRANOB
G. '2.50
700
* 800
.tes sont u-ues au -omptor In
""/-Public^., y Ku; Tfurchel. Ta-
' ,i il LudgiieHill, Uidres,
!
Sentiments levs
A mon jeune el cher concitoyen Clment Pothel, instituteur.
IpTMM
lie tieot dans ce qui a trait
iiociiie et au gouvernement
l;c'est comme une ma
^.iiqiee "uns laquelle il
\nu qu'il " trouve un ou
iMCellep'a pour qu'e le
awbien a quelle procura
_aats qu'on en'.end: il fau
jwf tous les au'res ressorts
l leur pl'C^ pre-entmt
lf*ctuiix, 0lin Dnnne *,ollti
i peut donner tous ses rul
mells est accompagne d un
te mesures, tant dans
irai qu .i4n5 l'ordre mat-
,ei oes nn sopt le rr
jnbl'K, les Butr.-a le coin
liod'spensable
erait un peupl d 4 re
ioi'itotions les pli)* pr-
I ne savait pas pn user? A
[Eliraient les mesure les plu>
en soi, s il n'en corapr*1
la por'e et fntili ? E
poorraii'il le faire a' i n <
lu connaissance t sans lo
tout cela serait pour lu
? Ri d'autres terai*.,
nV. relie pas le pre n ei
j'ptr.r un" cat.on, coudi
ml lie do lous lu -s ou'n .
M pas lia m m sujet de
rl'ii'il. ttvi. les .'
parue i . Ces l" il' .r
>ihe .t I moraliste. 1
jet- a- '! dt; I lostruc n
LU: Da. .:- luiitgird
[jeunet ,!; 'i. ,; i* -mi M
fcoVstioni.iv.-F, q sor
fteque la ceneau a dV'ev
? que le cur a do vM;*"d.
ysi qui Uit les charmer
Boite t les vrais charmes
Me ville iih aie si bo inj et
Me : vtie eaus lieu-; niais
9u des plue suaves pa-
en homme poli iqus.
itde vue seul d^ liut.
moyens pour un peu
M son hisr tre, aa puis
rie1 le, que j euvisa^a les
! di, timo restreints
ilin*truclion rBt eue or
facteur dans tous ee,ux
irent la vio canoanq >e
in.
Ils rr.amiua ou qiacd el >
Basai* c est corn ne si l-
soutient un ddiae ai
ttirisai Iragilee : jamais i
'avoir d consistance -t
^Itaierci des moindres in
^ Qo'on n s'y tiompa pas,
ws la i point Capital, e>.
H cause qui n'a pas pei mis
JUji'ten. pou- ar.t si lien
FWdre la place qui eni
'2?Sr' qui la ret,jnu JU9-
widaoauna in.rre dg a
* vraie source roussi de
'g'Utioaa,ciVilfsmaiq je-i
m rames a?' co m ..meut qu je. ou
f,,;r Jjm. vu toutes la,
J-Jto Uluqa-,,ce capable,
"' de porter U convie
if,e*trits mais de re-.
ecnauiier les rcours pour
"prendre des rsolutions
cotnrnq il en laut qurm I
*'/*. se resaai-ir ec se
, 'J'peur qaj |'enourdit et
m n corrompt tjua les
liSi1''*. contemplez les
JJJ; civilises, puis |
* OteiL* i8Ur vua-n*'Oe-, et
U H,a comnaraisou- m
SatiV rnaux M|t)u .d,1s
dif :,. * ".dose
1 quand
b h>m
loujours plus de lumire et d juati
ce et de bonheur lepandre;1 h n a
nit court san- cesse cp-r an iiel
q plie D'* eint janais, qu'elle entre
voit toujours maisqui fuit Rans cesse.
I.pprogrs n'est oas Bavaiu mot Jpos
cette route o el'e est enange, Chu
manite avance toujours et si le bue
i.ial de bonheur onmple et ue jus
tice parfaite se ( erd la-b s .a
brume vapo euse, au i; est loin, U
voie ponriaiit s'laigt de plus en
[lus, elle traverse d -s prai i s plus
liante', les bo ds en so t plu* ctui
ra les horizo: plus enchanteurs
Nous ce iU reatons ? t tionnaires,
tuu|0 r< e nbo.1' lien dans l>*a mir
csges et les fundrires*. que dt--j-^
nous H"li-a. t de plus en p us dans
uih e>pce d^ vase gluante et nu
s- boudt Quand toutes les notions
IV- vj mui'h n' v-:-s doa destines
maille r -, une nob e emaUUuo, r-
veil toi LOt.e g e i as oup e, no >
arrachant ejh a cette iqivlue moi
t l'e, ne uous pong^eri* telle pas
aussi en avant? Lh quoi
no s voyons partout le* vil
i-n n, l* s vol.- de et rainni. lm iuii,
io jours plus rapides et pms thm
mides, se mu t plier sans cess rap
i ro' liant de plus en plus I'--- distao
c se les hora:i>8, fseil ta-1 ' han
\H des il*es et des produlU; la
.:ienie accumuler ses prodige, l'.n
d s', i-) fai'e de merveilles -t m.q to
i rdsqns |p luxe la port- des plus
Ii4rablei tt oes moins toi tu -' ;
j nqu dam les campagnes lee pltt
recules rgner une propr Ue legin
te ft Imsince, r.ous seul encore
uni foi?, resterons- ois iiecgai I
tout ce vssie mouveuient tjui eifor
ta le monde er.ti' r uniquement oc
cups d nos misrcb'es qupi'e le,
iemb'ant n'avoi*- d'euro passion
que celle df- no n d-clu er m itai Ile
lUMit, sans piti pour la patrie dont
l* eein meuit-i v!is) ta'-s ess-a le
I I is pur de son sang sans p;ti4 et
:ans honte pour uo is-m^uie qui
( ronptsgons dans lob^eru et U
uiifire, quand tout ma ae vers I
h m r^ et une \ie pi> s h. ur use?
Voil ce que m voix crteril i x
oreilles d-- ms co iciloyeoi, ai a
oruydt avoir quelqus chtnc-) dt -
fin endue. mais qui d ? 11 s le iu
ils de la raison n'oit ils pis
r*ja i avec dinn, mais pourq 1 i
diesprir? U ta race qui tien' I
lt nature elie-mrn tant de qoj H s
a imirab'es.cstie droiture. Oftta dci
ii*ur, cstte'viva uitelgeno qoi a
caractrisent, i;e peut rester long
tera|.s daoi cet e fjn ste erreur: i ii
eut ndra le tocsin dVhrmo quo.uuur
impart, ja ne cesser, de sonner.
Bien des symplones annonce u
(| .'el e chi sur le poiut de i -
i r 4de ce cauchemar,
visions sanglantes, qui
.'aiMea peso sur lll I
f r.mra enii'. c q e-
Quotidien
Tout martel a Un riu
t>ien,tout mortel a tait du
mal : nul ne peut se van-
ter d'tre parfiiteineal
sage.
THEOGENIS
ki LE L110S E; 208
-
Le Tfodeur Alfaro
Qyunt ttoigner Aivre* personne*
qui ont sollicit w>n service, le Dr
Alfaro
ne ore
i.
a pvis
~> jours
a
dcis on *j tester
Po "t-au *rin* <\ Il
ext heureux tic porter ce fait li
connaissance de m ilistirnjae tHen-
tle et du pub'ic en g l ral.
W.NIKS LI1TKKA1RES
r lify .i /// l'irinoire d'Ar
Ihur y il menait.
SHELLEY
rjvt>n ii juer les pieiogativts les ga jusqu'au moment o il s*e;t ou-
ariues la na-mi. Comb.e.i y a-t-il vert et fltri.
n )
Listz ces vers adrci'ablcs 13' le
jirJin o rve la seusilive. Mus h
-............ ...... ' m.. -~, las ce tout les lves un pous et
excepte q'ielqu-s cntitonsloudble^. tien nt un titre dort ils sont ai 'cs bienheureuses visions qui out
mus isoles,et qui n'eurent ni saaz h3" tl dont ils sont joujours prta flott dans soi co?ur lendre el vier-
rie foi ce ni sez dtendue, *o i
Ptieo, sous Gei. ard par ex unpip,
quelle i.i u u. .| j .h inolless-i bpa
tirque n'ont pas montre presq e
to is les pouvoirs qui se son- sicc
d / J ai note ai leurs tre tait d'tie ireux dans ce si r, i
seiait aana utilit 6 y revenir tioo
but n'est pas taut de faire la h au
de ce :j:ii est, que tout le mo de
co mai', q:r fit so is l-s yeux d
ous que d'indiquer ce qui n'exista
pas et qu'il es' orgetlt d'orco riphr,
Mais av -nt de lUVieliv. les rem
des d un m', il est ecssire u'en
ni' n cor1 noue U nature d'en -v tir
mssiu touto l'ten un et loule la
profond ur pt den avoir e ul e Ita
etuMS, mmtj les p.us s-.C'O. t
les plus in i nu ;, le- mal de i | .o
i\.ncj eatche uous gnerai, \-> \oux
Une t^ar l ju u s'applique a IaiuM
1 s nui is:t!j, mme a c !:.;., <] t'oio
u'appreud point l'cole, a uetlea
qui a ni. I s plus i dt*peo*abl s
pirmiHux qu aefaase.it une ide
j ost: d s coud t oua uce saires de
toute socit orguns", du rue et
d s f metion du go iverneatQ*. des
peuvoirs qiii aoputiennent l'Etal
en faca di cd yeu priv*, dns prin.-i
pes sjr leaq i ls r p ul les re..
tious des c t yans an i \ eux et de
taut d'auttes qu^tna. essentielles
BU' les pi Ihs il es' c-n udan n-
c s-u i'h d'avo r u- e o i don ai l'on
v u irendi'e pif aux ail'tires di son
pays, ne fu c qu' 'i re d iscieu ,
auireuo" t qioa b oui'ion ou qu en .
niais q i> d s intn^an s h b les cou
duiteo l ?ui gr ?
le pourrais pro'o ige< c t> num
ra ion, m us I q < io '' I. ui l est
\rions-nois p'ni: aux souve-
nirs de foi doux|otintemos :
TdESSNiTIVE PUNT
i \ sensitive plant in garden ,,
And tue vouuk winds led it witu silve: .le a-,
An.l it opened iti l.m-like lc.wej to tlv; i.giit,
Au4 eloMd tiiv'in hiinailh ilie Uisws ot nyl.t.
And tlie spring arose on tlie p.ardon l.iit.
LiketUe spirit : \jq\c Idl tv^ywbcis .
And each tlower jd.1 hrb on l.iitn's SttkblSMI
llose trom tlie dreams ot us \vimr> rrt
tous Ifis c toy ".i?, sur ou. d m uu
pHy? o ia uuv.-iHwe 'sid- en
somme dans la nation ei e- n.ue, i
ceUti qui on li : x d i - i r
feaiioof *' q dsm touaj s i")-,.
posslen. ce|tenda t ux mem^
qui n'ont reu qu'une bd icotio i aOm
maire.
Par ce m H instruction , en i ffr
je n'entend* pas soulemsnt ces cou
naissances littraires et acienuftqnes
p us ou moius appruijiidies qu l'on
acquiert dans les co'es, mu.-, l'en
aembls de toutes les chus a qu'un
homme doitsa/oir pour ieuphr en
oonnaiaunoa dj cause ses devoir.
de citoyen ^t sj rendra corn,je des
lu rts gnraux ds pou pays ou
pour i emplir uu m uxle < obligations
le Iau'ole3sionquilexerce,syr idre
i ipabl) h en trer pourlm- nmo et
, our le bien i ubUo loue i prolit
i ossiblc.
Mut MIC ever tre-nbl(1 and pinted wtlh Miss
In he gsrdcft, ihe 6elJ, ai ih "Ume.s,
.. ui me Moa*iiJc wi ko.es <\'ct
v aat.
Asti., on ibImIom seii-itive plant.
r.io ..'.'.. n m ri>e 'v i'\ h i taotor eyti
And bttfcunaSf plnnifs nuispreid,
! H|NOa .in- l>ick of nav tautag ra..'.,
\ i lha ui.irning sttf s'iinc- deal!. .
T'ir Miow-drop. and tho ihfl violet ;
AroMiron t lie f>rs mJ 1J1 -ami nia we,
An :i-r l".':h :.nin.\:d ii'ith trou -.tic tuit,likethe voioaandthaisKnamat.
Tien th pied .ind l'o. ers and tie tuiipuil.
^n 1 ni-.i-M t'i: Trot ai, i.i ; : i m ail,
ou tiiir cfiin tii strtam'j n ...
filt tu -j J.e ot tut ohm i-..- ,
Au.l te Ni d-like llly oi .1: valc.
IJie des causas 'u marasme o
m tomba l'agiim' ure en ll;i,par
ex-v.npli, dj la iiglign de S'ms que l'on appOlts danstou- cuosfli ne O'.
es les cultures, n est-c> pas l'igoo venau de loi
ai grtad ai a' vida t q lil n'r*t pas
besoin d en ch -rci r ^ -n preuves, il
se d.n nti.- lui-m-n? pur son fila
tenct) qui trappe ois Isa yjux 5i
I Inatruo ion scolaire piojrement dite
Uu p, aile ausi, baaucoup dtd
rc sip.l-n'.' pas ngu toute I :- x -
tf ioq q 'on aurait d lui donner,
el.- t-si orga ose Cependant et fouc
nonne; l'inatrueiiOO primaire, n'est
pas seule donne- il
^ab!i s-.'iue
das connaissa ces p
qunt ccie Instruction agricole
ouim rciate, politique, conomi
q ii s md lo'.r el e o t h dfaut
pst o'pcisne'it co qui f i' un
d s m . 11 -u t ; "ys, I u y a ri n
el par c D | : t il faUl
Mll rat nce-rfi'e cependant
combler cett' h um et c'est ds
tou i.-s les informas, la premire
a:ctjuiplir, parce que Moi aile, tous
les Rutiea progrs rett^raien' fO ir
a nsi due stsjii ea Cou nent arai I
posa b e d y arriva ? C'ea ce #J e j.
me propose d^ ifj:b*rcoe dais d s
att'ci-.B s .iVdut*, et 'tiwn i temps
que j'examinerai cou)n ut oo ioir-
rail divaiopoer I lus rteho* lorai 0;au jirJin.;o3im; l'imagl de l'a-
1e;^- m^iur parait paitout ;-alorsrourne
chiju f.eur et chaqoa barba croi;
Oiinee- il PXiste quelques Wnom yoatlitiu'>M m ftir,anJ paaaion j pile
nti c I on peot recevoir ',' '' 'e "; :; I .waaaulaiu b;ll ... 1, .. I .i au,;.! lu.-ir p.i.ilioi. o tenJ .' '.
sa ces plu el -.ea- Ma s '
An.l i'i i cintli pii'ple. and litt, tnd I
VVukh umi tro.n ita ptH asweei peal auc
( ) ni.i-.ic M .1 licite. lOft, an.l int,
U U C II .j a:l oio ir .thil t.U I
And laymah to Um batli aJraat,
io t Crer. v>'. : > i :dp.hol atc i > .i; hieaat,
,j 'I io!J, to thefalntina air
oal ol lr.r MUiy iil love 11, faire ..
eU i p.au', de senuve gsrmi dans
un ) ic'.i \-e' les v^n'.s frai? le nou
rrent ue leurs ro>es argntes.
et il :' pinouit la lumire sous;
fjime d ventail, puis rVrp.i'.ei
feuilles sous les biiatri de U Huit.
E le Piialoipi s* m mtra dm ce
Oh Pt'o
ou
et
s
a i>t i n an
P C r u s
bu i
td -e-.
i rouble e
p ni tant
qull ai
ai de
ious mes VCB3X, 0 lie Kg n
les gens de caeur, paciiiine lUWI ittl
posante par sa terme e cal-no e. par
aon nombre, qui. sans coup de
foice, tab'ira colla l ordre et une
tran'iuillit durable.
I.a grande coupable, c'est I igno
rance, je lai dji dit et il eat ncaa
aaire dy insister, mais le peuple
bai iW en a t plutot.la vicumo que
l'auUur responsable-
Co nmenr, l'ayant rc^ IS de ses
pores, que par esprit de lyato** on
v avait teuus nlongs pendani tant
d-) subies, aurait-il pu la sec
par s^s seuls elTur el
N>4--:e pas d.) on gouve
l'd devait attendre, sous es r io >/ I
rance ppofondo o aoct non seule
mont les petits eultivateora ou Us
inerceasirsa agricolaa, mais ausai la
pi ipart les pio,ri aires eux-mmes
des molienra moyers d amender et
de soigner lisire, des procds
employs dans les autrf pay, o
le paysan illtr lui-mma connat
eipandint fart biau touteo qui
trait cette t-jrre qu'il ai rose de ses
a ei rs, i! -i maia qu'il cul ivu
oaq n n iv c nourf Le ng i
cii*' t h itieo jonnai'.-.l mieux les
du commerce, les conii'.oua d
jliinges entre les dsvors pays, les
nruoiiBtasces qui peuvent iafljer
iur la BSOUVamant d-is tiraires? Lin
duatrie a pris chw nous ul si facile
aas >r, qmn i alla a tant d fvcilit m
de s'a.'.ifov Bioaner -l^ .m'ati6<,ea pre
mie e-, u -n no irtsni irai Imp m
*.it da re lagite, a et-ce pas q 11
nos nilistri -ls ne c itmmsmI > -,
qui rie i io ce q>e lsant: m
partoit ailleurs el df ce qui fa;t
savol t l'o i veut diriger i i i t-e
priM ivec iaelqoecb ice Isatcierf
Ha i I ait un flau ptai-J ' a i-
, . ii ; c .ut 11 ; lirai .
,, i -1 ie toif les O'ttfem
l.inst'UC'.ion '<"'/) .'ui.nnj
d gnit de ton tre,
U
su le Ut n ombr de U terre ea ssr-
nni J.s iv< : soi
repni hiverna'
Dr RO H8 PiREU 1ER
!), la facult uf M file : u Jt l'art*.
r*m
a L'ttdtai so'.eil se lve avec ses
yeux de mfUor et ses ravans brd-
laot rpandu', siute sur mou es-
qj t a vo le<. lorsque les clats de
[toile da matin s'tsignenl..
Ll p:rcc-:iei^e, puis li viol!t.
^oita-.enl du sol humide tide. ec
leur haleine se mlait aai trai:h?
senteurs du ^1203, cemju la voix
i l'initrument.
Puis 1rs gaai'AMj bigirr.s et l?s
hautes tulipes. et les narcisses, le*
Ce-t par erreur que nous uvona ploi belles d'entre toutes les (leui>,
annonce dans notre No d sain-uli qui contemplent leur* yeni dam les
que culte soire devait av nt II fl ce enloncemenis du fie jve.-jusqul c
soir Cesl jeudi SI murant S lires qu'ilsmeortni d leur propre b'aul*
trs prcises que nos poilus hron Uop aim
fdts dans la helie salle do Cin-
Varit. Le programme promet bd
coup aux amateurs d'Art.
Varits
Gran l. soire dd 1 honneur des poilus
l>tro
A
lii Ir j iii
0 -'Un
Vh w> i:
Puis la n. .de de
euet ; la jeuoesss
la passion si
ses clocha tes tremblantes
ia valle.le rau-
e l'ut h li:au. et
te. que l':ht de
se laisse
ent evjtr i I avers
de vetiurc terd e.
leurs pa-.uiioas
I
>:,',<
Puis Ihyi u lha smponrprr.^at
T-
Btf,dc ,

'


M M V i I
k A Parisiana
' Demain Mardi 25 Mai
a 7 hres du aoir
F" Conftreuje en franais par Mon-
sieur ]. A. Claun.ot.te arec projcc-
lions lumineuses de 210 vues en ceu-
Ifur des superbes Parcs de 1 Arizona
de la Californie, du Wyoming et des
Alpes amricaines du Canada.
Celte reprsentation est laite au
prcrit de l'Asile franais.
lintre : deux Gourdes.
PETITE CHRON-'OUA
Mr Elliott et
la tIi4SC0t
Faits Divers
Prsident de
Le Journal Officiel a
son Ediion de Mercred
sant loi du Conseild'EUt moiii t
certains articles du Code Civil.
Vient d'arriver
Vn stock de surettes
En vente cb\
JOHN bUhNS & Oo
par terblauc Uu o liv ou en cuisses
de wxj a iuu livre au prix de 40
Cent or la livre.
J'our cause de dpart
Jries jetait un carillonde uoles si
fllicates. si douces et m intrns:;,
qu'on le sentit iBxUdaai des moi
tomme un pailum.
Et la rose, comme une nymphe
qui s apprte pour le biin, dcou-
vrant u profondeui de son tua
t h ouisssn', jusqu' ce que, voue
ap voue, devant l'air p*iy Unt,
1 aine de sa beaut et de sun amour
5c tut mjuUtc me.
M is aucune ci elle n^a j imaistrem
ble, ni soupir apis la 3ai|tQdt
daas ce j*rain, auns uu champ, ou
dans un lieu dstrt com.nc uue
daiae en rut au muieu du jour, ou
comme la seusi ive soliuue.
l'ou vit dans ces vers, tout res-
pire et dsire. Oc pome, qui est
.histoire d'une pianit.est aussi l'his-
toire d'une -me, 1 u;ne de bhclley, la
.ensitive. Il al bien oatur! .1 les
touioadie. Certes il y a uue ne
dans chique CbOMi quel que Mil
L'tre* D.ui ou peoiiol, Oeil n ou
vague. .ojjouis par del ta tjune
seii>iLile luit un: g MOii s:.rete et
i:n \: ne sais quoi de diviuqieuoas
t1U1evoyous.coj.1me le po.c.par des
cCUirS submes, .sans jaunis le pc-
nlter ou y atteindra av^c lut Ce
sont la les nimnenii et l'aspirt.oa
ui soulveut iolI : la pc>ie moi:i-
ij-, tantt en meJiiat uni chietun-
ne-.uuto' fil visions p,r\-nuis non-
iv.e chfz bheiley.li eutind palpi.tr le
^i-nd coeui de la Matiiie, il veut
arriver |us,u'a ui, n tuile huttf les
\01cs stnsib.es tt les doctrines pios-
Cfittl* Dms ctl tlijit magailique e
insens b au.oup d.' bons pceies se
ncl puises ou sout pjilois mous
jeur-es Leur posie tr.lae avec
eux W* des outts sub.unes stsi
parpilite Lord tJyroo, seul U>e gait
la urne et y demeura immoilcl avec
ses cheis-d oeuvits ; landi quon ne
vol plus gu esur IcchifB.O que uts
lambeaux pars de ie> r tpetiai io-
nques, qui UottaiffAt comme des
eteudaids tt semblaient appeler les
hommes la conqueie de la vrit
suprme.
l.-.s aivains qui ont succomb
dans ctl iMit magnifique ci ea.t a-
vpgan'. ont fait crp.-Ldmt des i/ttt*
vres d'un Certain mente sous leurs
citons multipli .Leur idal du b.*au
a chang ; niais par coaugidj, l'el-
lort a continu vers la oute pju:-
Mrivfc : lit jiwwi 'ursorti tuuu la >
pada 1 ml uni. $
Loid Ityror. Wordiwrorth et S'i:
ley.te piotestauiismc acglate si com-
pass, i.ou. oiu appris que d ; ci
milieu saci.par le ctinl, quu y avait
mat re a rforme ou a rcvoi.e
Wordsvvonb surtout, dius sa sa-
tire : Ihe twtirsum, sz plaul aun-
iement i ce su|.i :
; Ont lift n turm.l
Oui 01 b r 10:11 1.. .'/,',tt ma : \t
du ofltrrin^ d sacnfl #, a toai
Or impk n a paum ibtng tmpl 1
Ai 'i Pfult unuii i
Not.c t.v.sic.uc es dvie de sa
rouc toutes iis ton que l'homme
rst oert u sacrifia nputoue,
ou v.rwrae yupLO. comme uu ins-
tiumei.t, une K*rt: de quantit n-
gligcab.e employe tomme une
vi e BMUil p 10 re
O .v v t J
I K. CrioNkT
Notons d'abord une innovitioo :
l'introduction de la sparation de
corpa dan, notre Lgislation, coucur
rem meut avec le divorce.Depuisloog
temps, le besoin de cette mesue
se faisait sentir' comme nalli it f
l'pidmie de divorce qui tfil 1 i
Elle constitue en qu iqus sor -
un an'ichimb'e du divorce qui dis-
pense d'y entrer de pein pied Ce t
un temps d preuve qui ouvre la voi
aux amendera'ms. L s celrci. pet
Un vote de confiance
O' se rappelie cer'*inem?nt les
pub il dau< bru'ts qui ont circul ces jo-i-s d?r-
uj! intrt- niers propos lu dpari ^c.Vloosieur
Elliotf. Des 1 prits crdules ont pu
s'y morenire, les choss tndin-
cieuses trouvant facilement accs dans
les milieux rail avertis.
Nous somme) heureLX d'o-;po;er
aujourd'hui le p'us formel dmenti
4 tout ce qui a ' coloo-' c su-
jet, M^n^ieur E lio't Vffoaot d'tre
i'obj dune -'atant* mirqu de
coih.n-e des actionna re? e. D rec-
teurs d' la Corporto Hiif.ano
Amricaine.
Vjci un -blogramme qui fera
irs cei brii' sus ton it nenl ; QOOI
la Rpubliqii"
en voyan-
tes parfois, mata qui 0 t eu l'imp- le pab i > s en Anglais et en F ao
ais.
Hiyam>u:i Pott-au Prince
May 2inr*.
Hurd ot D r.c ors ol th; H'ytian
A'n*ricn C'j'po'atioi m:t bfore
Sto kh >liers meeting and vo;ea coo-
liJo\;e loooori prsent minag;m:nt
luosit d'un vjlcaa. ont pir elt- le
temps de qui ptraiks:ieni Is^mb'abcs sj
tjndent.hn m harmonie paifiite.
Li o le miracle r.e se r; 1 Se pas, H
e-t eooo>e t^rapa d'en arriver sut
extrmits, mais ors on y viendra
avec' certitud' le n'avoir b i (stip) Sto khl l.*rs yestriay elected
o une un'oa impossible t l'on sin* Boiri with addition ONeil.
n'emportera pue iegte pr- f -t!< P. W. Chipmn declining to serve
qui iouduisenf souven' a ces pt>iiea
palinodies que 1' ait
U.-'e tnolificr s en'-ielle a
lait' ats 1 a la L sjl le d vorce tt
connu corollaire de la prcdente.
( siened") C. Efgir ELLIOTT.
HASCO "o -au Prince
TIUDUCTIOnI
Mii 22. Le Conseil d'\minitra-
lion de la Corporatioi Hutiano-
Amricaine, dios une rooioo d' -
tionnaires.a ic:ord ua vote de coj-
Ea efl t la nouvelle loi dispose que
les poux divorcs pourront dsor
mais rentrer dans les liens du maria fiince i !a D rection actuelle. L:.
g.*, comme s ils n y ava:ent fut au a tionnaires ont lu, hier, le mme
cime brisure. Conseil en y --joutsn1 ONeil, P. W
kjonisez vous donc,"poux di- Chap.nan aotaot reir
VOfCes q ii vous aimez en:ore tt qui "i.i._jji_j.____,?
vous i e- lptrs tarce qu'u e satt
d numeur sans co squence vous a
fait t-.ouver que <-ous t-.z de carac
t-es ittcompatib'.es, ce que vous
vit! annonc a ubiiC par la voie
des journaux.
Rjouissez vou-.imsipoux Volsgl
Hier malin S. B. le l'rcsiJcnt d'Hati est pu1"
ti en automobile :i destitution du Cap. Il es1
acco.np.istnc du Chef de l'O^cupition, des Sccti-
t lires d'tat Barreau, Roy, Dellegarde et de
,|i-ques oi.i.i:r> de n 1111,01 militaire
Apres avoir visit Cabaret, Arcahaie, St-MlR,
Gjulvat, linnery, Pliisa-ice L-uio. le "rsident
de la R :pjbii]j:j est arriv au Cap-ll titien kier
soir 7 lui -> 23. T t heureuiel de revoir le Chef di l'Ktr tju
poursuit avec succs son oeavre de paci ica'.ion'
La Pnuris de Papier
aux Etats-Unis
La pnurie de papier dont le monde entier
s'est ressentie pendant toute la dure de la geur-
re continue emburasser le commerce et 1 in-
dustrie. La crise s'est maintenue tout au long de
1 anne dniera et l'on ne voit encore aucun
indice de sa la.Efl ce qui concerne 1rs Buts*Unit
la raiet de pnier a t cause par le m.ui \ ic de
matires premires et l'insuiVis.nice de l'outillage
d .s l-'abnqaes. Au dire de Mr Otto Kre-s, du
Liooratoire des Produits Foresiiers des litats-U-
nis la consommitions ne peut y sulrire en dpit
de l'tablissement de quelques manutactures nou-
velles, trop peu no nbreuses. mi'lieurej-ement,
par suite de la chert de la maiu-dVeuvre et des
lai'.riiux de construc.ion.
Au cours de l'anne dernire, lt Forest Pro-
duct Liboratory a l'ait une srie dexprionces qui
tendent a dmooirer que l'on peut utiliser les
filaments qui proviennent de la dcortication du
coton l.i fabrication d'un papier de trs bonne
qualit. On peut obtenir n;o tonnes de lilamenis
par jour et si Pindustrie parvenait a s'en servir
la .production du papier d'imprimerie e.i serait
sensiblement augmente.
La Grise du Papier
Les nouvelle q ie nous avons remues sont abso-
sulu lient alarmante.. Des ordres ..passes depuis
le mois Janvier n'eut pu cire excuts, U Chert
du papier s accentuant chaque jour.
Nous nous voyons dans l'obligation de prendre
des mesures pouvant nous permettre de continuer
le service ilu journal a nos lecteurs et abonnis.
Nous esprons qu'ils nous en sauront gr.
L'arrive du Cantal
Hier a midi est entr le paquebot Cantal
.Ion: on attendait si anxieusement l'arrive. Il
v eu du Havre et a entre'autres touch avant
d'tre a Port-au-r*rince le port du Cap-Huitien.
Nouvelles
Par
Etrangres
Cable
mais au cur B Ol la f:irini:
n"a pu sippoi! jr Aies : tres
et qu'el caro .ip : 1 t i
toi jours d ns i ii r d' .>
don du d jmici e c i 1*11
Vou a'itz po >r. v; \e.% Ion
g '8 M4ei pi^s 0 fgf -
l'un 1 autr, ren i r o ha em al
dins ces liens qui 1 semblaicn' t
gnants tt qui vou 0 i i-aru do ->-
AuaailQi que vous v jus eu lu l dc1--
22 Mai
barrasses.
Une o do Conseil d'Etat vou 1
(.ermtt /
Mais prenez bien garde N ail z pas
tor.rdirmnt re.-rendre la main de
vctie arc en compagnon, vous qui
avez eu rellement vous en plain-
dre,pour ie rintgrer sous votie 'oi'
Il ne sera eu de vous aucune rou
vtlle demande de divorce hoir. lr os
d'adultre ou de peine inl m i'e
dro ooee contre vet e poi x depu s
l: r.mar ig-* C'eit tncore le conseil
d !. I qui le dit.
H i. serait pnible que vous tjs
5i a rduit, pour vous db.ura i uce ch'e mon , i lui sou'i.i 11
lune ou /au re msav-miurr. E
eorf lihi ajoot qu'il sera fat n: p
(ton peur ce es a moins que ! -
m d v.r e n'ai' : prononc pour
c Ile cause
Si dune, vail
av i btavtmti t *
d u ''a v
g Je. car >'js
v qo >-. /i
L x m l
qui coost i un p
lgislatio i Ci
veiron peut r
ph lime
avant mm . qui '
PARIS. I.e dlgu Hongrois Pcrb
DOWeaki arriva Pans,il tprnit ui e
lijonse f-vor paix d^n W'is et reo. it l'antorisaliou
de i/ntr 'e trait
MADIUh Le gf uveireo- eetada
prurpri ers nt< e les rstrena boi-
largcrart Ipp glvlat^f ; votti de
IVchecde Q| icurptileia bls ecla'rent a B*jar OU ie^ bou-
iHiigeies et U piceries forait
pilbtF. La vil e tst tn tat de iie
PAUlS- I a crntt r nce des embaa
KH(leiii8 n p es* uce du n nu-ci H
roi.li oviatfft le lenforremeot de
la polb e den nrloutH d'Allci aten
et de Malien \Wder Elle pipaia
la lpome aux d't^.t ona Alleman-
de et Polonaise bu cnjet de la df.te
du Plebifci'e. klleeppiouv la cor-
V ntion Gei mano Polonaise des rail*
waya t ces douanes
PA R.b Suivant le Matin uue ins*
Irccticn eet ouverte cor..:e I -11 a i r? s
iijiliiarits la scile de Ik dcouverte
d un 'uinplot d instauiation des .So-
viet en riODCfl Ou dejouvrit ui;e
I are, e Mo mat.e directeur dfc la v e
ouv K-re un membre de 1 interna
ionttl r iuii montrant na isition d'Etat c'tait qu'un pr-
texte la rf lu ion-
PARIS Le mtniat-e de tluba don-
nn une bnllan e recu.dion la Lga
tion l'occasion de l'indpenditice
Molu, v*oa Tons les diploinatea LatiDO amii- dclara as 'il tait h.ureux de Ctt
camus ainsi quo de liaulea persjnna change de vues et dclara qu.i fera
litiri amies franuaes et tsangres activer la cooprtttotl canumique
t li iti-ieni le Ministre finbaioe *- -' l
-, bo
iu -lin
ae ex lent
grs ( ^ no'.;e
lit i io is ne
0 iU .s DBioia
b.ameot briata
c po ix aieot eu
carac re
le leapi d; cjmaiue laor
mutui
>i, Pr malheof, malgr la spa
lenr
bien!
r tion de corpa. pareille chos*
a rail et qu'lsseregreiiei .e i
ia loi est l qui leur ouvre loute
grande u pore du remari3g2 pour
qu?. l'un p; de l'autre, ils oulcct
la do ace ex'stence qu* menrent U
Tieu- ''k'rr'on et sa non moins
v e R .es.
Telle .ic que j: ieu: s)u-
haite-ais...
PARIS La Chambre vola ea con
Ban : dans le gouvernement par 3JI
veix contre >3
PABl La Chimbre dos dpot!
entendu les dicoura de divers dA
pul'-s t.in-i.i le piM.r.M d l^i C'A'
a laqutle en reproche de vouloir
coriBtituer un tat dans ''tat. Lebca
dputa du Nord developne un" Ib-
84 en faveur de la nationalisa1 ion
La clture des dbvs est vo *'i
Le prsident donne lecture des en m
ordres du jour.Final-meol la Chain
bru vote sa cet liance dans le Gv u-
vernement dclarant qu'elle es i" o
lue d'assurer avec nergie la libert
du travail le respect dei droits syn-
dicaux et galement dcido de
miint-nH' s j oppoitl oi contra t' o
te eutativn li t ilo< ta
dtruite ia o iv.'-ame lr* Bufl a^^
u i:ve;ae. mie ieapectde4 loia.de ta
CIGARETTES
Rpublique. La Chambre rend hem
mage aux venta des boiv.ces public*
(t nmeteie les volontaires, Approu
vaot lfB dclarationa du gouveri o
ment tt coi liane eu lui pour conti
our dans 1 ordre et la libert politi-
que I* reconstruciion nationale.
1 AIilS La tdralion des mtaux
et dt btiment a la su'te de la dci-
sio de la CGT. invita ses adht-
reivs i reprendre le travaille 22 cou-
rant ;u m^t r.
MaDKIU Une partie de la po-
pu'ation est prive de rain.Les mar-
chs d's fruits et des gumes ain:-.i
que les piceries sont f rms. U s
crdtes d'arresiation oni H lancs
contre les meneurs du mouvrmei t
de grve.
ROME L) minist;e es coniti-
tu cl'rie tllement sous la pisid >
de Nltti qui prend le poiteL-. ibe des
allairei trangres. RodiOO iead le
pj 1 Ifuille d: la guerre.
PAR S. La conl' ne; icoDOUti
que franco-allem nde cumm. Dca sou ,
1 pifidoocfl dlsiic, mieistie d'
con merce, qui souhai a la bit v u^e
aux dlgus ailema ds leiu decia
rant que tous les ?florts doivent
s associer pour inteasili.-r la piodu
tion du monde et h'er 1 ielvi-
ment conomique de -hiqut n 00.
Mayer, charg d'*fti.ie* aliamaod,
HiyU *lyer
Or 6 40 lei
Ed.ES f:VE$
PORT-AU-PRINC
Brlemeut
lloulenicnt .unie rar la ConK
ttle du brulement pour nnrJi
i dix heures prtciic Uu malin.
Cooseil d'iitat
Tribunal
l'atquet
Coiniiiuiie
PrefK
Syndicat agerts dechuige
Ordre des tvoeMl Chai
('ommtrce
Notai e.
Billet du MATIN 1
A panir du mois de Juin nous i
c.t:e rubiique de petites chroniques. |
up.t ccfcs p.,. quo-idiennes cjr, i
:oiir oc loue .Miment mviable, iii
bre de trouver chez, nous de la
de tels exercices. ( n petites chu
t ont -u ;>re de- capr.as de lairiaj
chaque lois qu'il y aura J s chou]
ressame pour en l'aire l'objet.
Vu commencement du mois c
premier de ces pt'.ns lliliets dmi
1 ols l'esprons bien plairont.
j-.igemer.t de qui nous atuclioni H
g-atiik importance!
Congrus du Btit
Il se tiendra Londrt.-, au conrt
mus de Juin de cette anne, un \
natioiuil du btiment, la KcpubS
ce invite prendre part x ceitaj
pjr l intermdiaire de deux iit
d a cette counoi^ invitation tt I
la reprisent.r ns sance de caj
toco;;fs Ha.ijsar, Inp.cnieur.et l'taL]
Les deux reprsentants de la R*4)
lai-seront Fort-au Prince par le I
gne Panaira Advence pour :
Neui Yoik ils pauiront iminc)
Londres. I
Conii enca de l'Alli
Kous nous lai'os le devoir l
lecteurs que c'est ce soir, a cil
qu'au'.lo.al de l'Htel Mme B.
John B'roiun, L.lue, que Me P
tressanta conlren:e sur I Esprit
prix d'entre est de Cinquante
Cest a l'issue de cette roi(iitnci<
nous avons eu -11 le dire dj, qui
tbn .toute de cordialit sera ftiti^
liou/.ier tt Daubcul p^r leur c*
liance r-'ran.aise n l'occasion de II :
n.Ktion do.t elle viennent dutl^
On :..-. 1 que Mesdames Rouat
ont t dcores ces jours ci df !' -
Reconnaissance iraiai.
A 1 Avdnue John !
L Administr. t on commun.le '
aux pcopiiel ire. .| habitent h |
nie lonii Hio.11.1 situe entre les
et Gcflrard laa le n.ird, le droit p;
c.ouire de leurs proprits J*5**
tro toir. .. .1 J
(-est une fiveur qui r.-)Wisk|
mme temps qui lie erbcUal't
mtnt q laitier.
activer la
daus 1 esp il prcis par liaac.
DOLLAR : n.62.
NOTE DE SERVICE
Les cibles de Fo t de fiance, San
Juan et San juan de Puerto Plati
iont ripari depuu hier 22 Mai
192).
itcompense
Une auicinol !c Ford* a M
POOtiaiU au Gar ge [Ia8 0
dans la nuit de fcamedi dimiQ
clie c'e r;ier. Une l'-jil' n'eom-
pense sera icfO d e t^ute per
fonne qui poutra lounnr dts
reoM gm m s ie sujet-
Saju.vor au bureau d 1
t 6'ugar a 11 tco
Le Purgatif tj
c'est la
Pilule daDr!
147,8i't du FaabourgS
partie r'fn,,rC-
Ne ii.-oensltiinl ,'urnn !
rc rrovoque Ja"*' *^
ita,
ItnwkM
i
Sappi inwBt '-'
cite ce dbilite pa
N'eaUgeantpa**1^
. te cause aucuao per
Plus aclive u tr."!
A t. r=r consul..
COSSiww^i-
LA.v.*TIfc II
lai
A. de Mattis & C8 agent gni


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM