PAGE 1

u Lon Laleau Bdacteur en chef du tMatin Noire directeur, cra.' sous le poids des absoibantes : Maires comcunaits, a appel a uoe pme de la direction du journal, rroire brillant collaborateur Lon Laleau qui est. a partir daujouidhui redac eur en chcl du Mnlin. Nos lecteurs se rjouiront de ce te nomination qui atteste combien nous avons le souci de conserver noire quotidien sa ternie littraire et son prestige. ( ttte mesure est la premire d'une srie qui doit,— tous les points de vue,assuier au Matin jn succs toujours plus appi.i.b e. A j Nouvelles Etrangres Par Cable surf s la recon'tiuEcn immdiate BERNE— Le vcte po pu | a ^ des dpaitements dvasts ain de re da par 410.000 voix contie lever rapidement la prosprit nal'emre de la Suisse dans 1 4 il iionale. des Nations. PARIS— Tous les services pubEcs ROME. — Bononi relus i leaders du PARIS— Le poste rad.ol.grag oupa radical. Il verra aujjurd hui fh 4UC de Moscou qui avait tarerj e ; reprsentants du groupe populompu son trait: l'a cpris hier. Il Uire, cotinnent i fonctionner normale ment. Ue Journaux pichent l vacuation des villes du Mein qui commencera demain. ROME— Le roi doana un dner en l'honneur des mentes du conseil de la socii des natious. PARIS — La sance de cet ip'lmidi a t coasacre a U question des indemnits allemandes. La di:cussion tut longue Les experts baan cers lurent consultes i plusieurs rtpnscs. Cat il 8'gtwail de fixer les modalit d'app.icatioa.Lloyi Georlituer le Cabinet. D: LONDRES. L'Agence H 1T a obtenir des milieux quali&kaJ casions intressantei surlemjj les P010U | de U confrence sur plu. : io-.portants.Pour la fixl, 0a a*, 1 in1 ll ' 1 i les ch-is! I ademoits allemandes gouvernements arrtrent | e 1( dcent vingt milliards de mi ikl or en j j annuits. '] La Erance recevra ;j 0/0. Oui donc se montrer satisfait fa tats de la conlience. Qui pro que l Allemagne n'a pas :L Ncrologie le Gnral i^ onuiioana Bernard Une dfiche reue de lrmie coes a apporte la nouvelle de la mort de Louis Champina Bcroard, i ncien comm..ndat 1 t de I Arrcucisse me^t de bur 1 M tre et U; s Cay i Otficier r.erg>que, esclave de la paiole donne,Louis Cb^mpan Bernard a loi.jours stivi avec dvouement les gouvernement qui avaient eu recours son expiiicace. Uue de fois il n'exposa pas, pour eux si vie quand il lui eut t si simple de s'occuper se tailler une fortune dans les deniers de 1 Etat. Nous autres, de fuu au P-incc qui I avons conuu, cous ne p-id ons pas de longtemps le souvenir de cet officier lgant,charmant, vui hom me JU monde.So-is le dola an milit ir, on sectait butte un ectur sincre et loyal. ue t>Uii"i qui tail de ses amis, dpior? IL lui m 0jl la dispant on de Champana Heuard et pteseme a sa t.nvile l'opiession de ses vives coucOlaICCCS ava.i t endommag par l'explosion de btOkks de mua non-. EARIS Les ttle.tii'i allemands danla zone ncuirc seront prO-JuiDental reconnus conformes aux (blflril auiousis.Foch invita ea cou Squence le geueral Oegou t: a ens t tsfques voyer un ol'li ter reg er les d ai 1 de I lu.ij-uii 11 Ue u /JUW occupe dci nieiemcni qui sMictUvia ue> te rsultai de oprations de coutiole otti cieUeroem reconnu*!. KO vit— Le Cjnseil de la ligue naiiouaie se ic-uut lu oui, uo.inne prsident. ouv.,t la sance et di qu ta llgUC d.Via CJUilaulllcul S lu [>1rci ties pnu^ipe de jus icc lutciualionaie. PAhlSLi vr.calion des 1 UCtit aiuiiuau dut le bassin u.la Ruhr p.-rm.t d. CJ 1 ti er qu ils so t uuicnes *u ch lie prrtcru pai record du b a u • 1919. Lcva.u ioa de tiou^vb lui .i.cs des viile au •viciu co umeuceu incessainmcul. MAYtiSub—Uo officiel deiatm jor piiui pju. ducu ci les cendilions dva.uato.i de la Villa du .vlcin par Jcs t.cupv La tiaeJ. PARIS— M guuVi i Othu ua dinei eu 1 lu ...... li cfti cicis de l'aviso AtltUe qu. uueua a PARIS—Les qua'.re dnonciateurs de Laon loque. Lemoine, flerbeil et h lemme Aubert condamne a mort le 28 luil'tt 1919 turent tasilsdans ia mauoe a Yincen&es. PARISII isu ts des dernires que la rco.'e de 1920 s;ia pauicdi:e[em-ni bjun: Celle du bnoumirtnt ne serait pas mtr.eute a 8a m. liions d; quintaux. PARIS— L dtente va toujours s'acirousaot, par'.o-t lis repri.es du travail so. t no nb ru>e t5a commu mqi de u CGTaaaoace qu'elle dc d 1 de demuiJcr aux (lirattool ua; COtffieaiOa saie aie detiuee a alimenter la rsistan.e i;s giev stes. L'uaioa ds syndic, ti d u Seine orgiaitc p >ur d maactii ue vatcs Oicetiogs tn p.e.u air. IPARIS— L es reprsenta t. d la dcieg.lon de pch ne* alietnaudeb conciuient un ac>.0;d re.ai.ve ne il a h ii-tusou d^s bateaux de pft.he. ROME— Le dipu.e *ocia4i K ticno U coraaaovi ses dmarches ta Vue de former .e cab ost. TAZACMaroc)Ll.i: v.o'.ente te* cous c s.sm qu; a t re>e .tie Jans li rgion ue E z O i ne pj ; eJe aucua d'a.l PARIS—A a Conler n:e on parla ce quoique lie seosiDle au sort dou sur uu dsaccord entre la FnJ loureux des rgons dvaites tait l'Angleterre pour esquiver ses JJ dsireux que la prioiu dont U Frao gtions financires. Cette dite, ce veut batktti ne por t aucun que le commencement de lcs hnancire entre le,alli, po Jt relvement de la Erance et la te uiution de l'EuiopeROME. A la sance publia u conseil de la socit des nationsTJ toni annona que le conseil la solution du conseil mu li relative a la protection tatare4 l'Elit Armnien. Eacaduoei se^ngativc ce Wi:on auquel le 1 seu sup.me lit appj, U conseil d la socit dts Nation,' consa'.lera 1 nouveau le conseil suprme. Le conseil app:ouva les me prises ausujelde la patticiptioi| nancire des Etat, Unis la cou rence de Washington. Do lar : 13 25, L'audition des lves de J usiin Elle P <; tst roui Dl ma, qu'cM i t ludui Maounla dw tlvi du maure Juu. k lie. A Cvl.C 0C4MUM Si. ScTIIIOUI I Mdel uJun LW4 i. Wit kOoicftiicc 3U1 mrnusicKUi uaituns, i.c> IOVIUIIOIM reroiii tanceei cetie tcruaine. Eo'.Kestone u daiegatiou franaise, dis tuncQejloyales tl hejecuse exMi.lcrand l'en, baqueia poai U Min plicitioas queureai i:. 1 Saa Rece uinuucuc it.ie-midi< uu d.ias les .^.iv..s.t. n. ea re h PARIS-M .uiand ci Lluyd GeorLtraad tl LljyJ i-jejrge. Mi.leuad gs dcc.deieui de proposer *ux aunes adhra au ayitOM louUitila gooal tues lauu.ucmcui de la couUicace qa il ht co: igrei ta sa t ai i.ttre ce veut batktti ne por lt aucun prjudice aux intrt augiais et aux dominions.La discussion se poursuivra aujourd'hui. Les dlgus Iranais et britannique, ti eut la presse franc, se des ueclarations opumisies. ils sout persuads qu'uu accord dfinitif interY.ecdra sous peu. rARIS— Millerand. Lloyd Georg- Chtmbeilanet Marsal se runircut d x heures du ma lia avec les expeits noeocieM. L'accord fat ralis eu principe. Les experts nnanciers rgleroat a 1.0:1 ire, les detiils de lcac-t.on tt lJig-jnt un rapport qui sera sou m -u nouvel examen avant i'ado^tio-. dli iiiive. Miileraud et Lloya G o-ge se ren contie-ooi a nouveau a vaut a cootf ren:e de Sp^. MitlcTand renra a P. ris. PARIS— 1 1 t de Jeanne d'Arc lut soienneiltmeut clbre dans loj'ts les Eg ues Ue nombreu es maisons tait n dicorea dedrap.-aux e dvter.dard^. La sutuc de Etieroine fui couverte d tl.urr. MAY EN .E — Le .via. .h.l Eu h ordjnna que le mou-'em n d vacuitioi des er l^.res nouveliemer.t occups commenceia demain. PARIS. La course cycliste bordeaux Paiii cu> lieu aujouid hui. Elle lut 18 Mai 1920 PARIS. La commission admiotf tive de ia c*l ^'et runie hier.E txr.nin. miuu uu^tment lasi'uiii tt dcida la reun ou du cornue&•) nal a conld ai puur mercredi, vant Us ] >urnaux la di.cusson heu du sujet de l'veutualii d reprise du tiavail.La sance liti agite et l'accord n: put e taire 1 h question de savo r qui delaj draun des cheminots, del ou des fdrations qui obirent j 1 od e de g ve, lancerait l'oidrej que la petite Ninl rfocl la prsence <>ui< yei du lui pouvaitinipiier iit-s t(,uii;or,8 tui le jubete uu jeune iiOiuiLt, D a Cl pcui ti que lu joli m )8\ou eu htieii iiu.tB&^;if ces b-.aux jturs. Voil ce qu'on peut n'sumtr. Co qui t- bu itCbOti pei tt eu qui nu iii.uUsu p..', c'tHt m ebatme n tnu itioujtuia 11.lH.il biu uu |a gbitle Maiy Otiiori.t, qui inlerpn"tt le )6le de Nini et raritr, safiu xagenLon t l^iOttt •iitcticu d un i,e e veuiab.e.11 tn oubl.e tuela Pttsc. i ieud Sylvia pai la jaitueiu tt lt" icali o, tiiu lontUle h\tc U ptua |oyeute tuipiiei que liub eat a ja:uuib -m 1 i du bCti i um nu.Vie tl 1.1 ouiiuuci. lu ti.11 i,in uu 1011 luyou du kuiiil, qui fui foi du.ne au tiOOia utiic jiln U!i-i!.-. lu, tilt etlbllu uu bu jtui.c ci MVU tiBu.11.1 le aille %  t 1 Ut 1 litus Qti 1 ttl.oi:. Elle 11 x j li t lu lilui ti.iicr de es t,tbii meku9| de tu 14 a:u naniu, te tl b U 1 ILl ti MU.lt t I tl tll.UUVill If e. Elle H > 1 '.\ . ..t:i.i- 11 . u lai m H'. ,'..-• • i t:e a, ui lu [M s ^111.1 1.tu.lue Ce M. . iivMus j "..h satisfait dei isuiLtJ tire pitmiies.ies icbiour^ts utecs. ne la conle eue;BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Angle des Hues du Peuple et Dauts Deslouches Nous venons de recevoir par les derniers bateaux un stock de inarcliaiulises de 15.000or. PARIS— La rentre du pailefl amnera au benat ia discussioa! projet des nouvelles ressouica lesLe lournal prte Poiacirtl l:ntion d'cllectuer ce nujet lenue sensationnelle ROMEUne foule coud assistait aux t'tes de la caooa de leanne d Aie. Hanoiaux,le| de Castelueau aini quedenol ..s personnaii e^ Ira aises et) ue cent ciuqua.ne dcseenitai lami E de i h.roineasdStai:m i\ bnd.cliun. Le .app 010 ci lesrta:IBJ dant que le gund Buuriun le signal so euuel uquei W do.i.es de Ruine rpoodireat,-.PARIS — La nouvelle p.f pans quie Cuaimahea Choctuo serait sur le P^*] fusill. ,,, tt.Kg ro pub ie dis m sa t.veu tt morcelait ua J serait unjdeBill 0 maintenant collet Bsciils de Me Vilar& Piicc %'i qualits de 50 1.20 le ferblane Polis pour souliers / blanc, noir, muge et faune 10,000 fer bla es un prix dfiant toute concurrence. ment (.001 dont la mori PAR S.La population dei Rhin fat avertie de l'wj" une laconique p.ocUm %  nralUegoLitedisantqueWi ttennentpirole.faitou" M troupes s'elfectua dm! ie plus panait A rx/. lbc i \ t Bourgrne" uniant debaialHP !e comms e iapp |U t? in VERMOUTH cupauon pour ies'Fre.iue.ei.uUn.elts.roup* Bt8 ut les Ui.uituM^ HUME L, ru. ajaui y les Joui .HUX oroieiii 4 e %  eratlu.go do cuuu'" Italien, K Q a \ TO cupatiou delitlwP ri B*HLI\.IMuaieuf Sleewiglluluwiuetd^ oui \ rvoque pou dau8tecoupd!iai u o l'AUlb Ou arre ' l u U i. div.ma ^^uou* ^ placard couiwu 1 1 > c3 i A. de Mallis & C ayenl yin'i;



PAGE 1

f.E MATIN Champagne FIEFER HEIDSIECK ATTENTION ? Demi sec et brut chez M.*" WAHI> E. APHKL & Co ^res i l a d80b Chaque commercent, chique p ci fi?**it. LO aurai* MI liiNiccmui f/aii -les ttttliv t'imivii ctu / 8 une '.Td?*'" |, ** U| ,-n.l oltni dans la E cor H diyluuuu SJdantie produ.aii ft actuoee uu L>1 fr^u. Iwuria un aa £.7 i*i doBbu8 ld LC leduw.ta. %  DESEUVICE J&UJMU, Martinique [ %  mio mta Bout mier ? w ittie de cee deux 4 To.r -i Ciuae-. pir ,D^ri-*'> ectioae a ta aa Sau iua-i di Mira iMac est actiaoni Lu daiiuicaue* iuata graodd ret*rds ciuas 5jf 9 t.oautrei yoiu a irmvte. CiiM /-'/aurais IB Divers tcHEMENTS i.OnULOtilQUEib SKVA'Oliib bb [LLttil SI .V^R'llAL M,ia 18 Mai 192c; ;6o.8 Arrtez-vous ici et dePortau p^nce mandez pour la grande |)ceiie des t'auilles. Dirige par un homme habile et respectueux. cier j r £,* %  **•<&>* Epicerie du Sacr-Cœur. UdS de Peu-de-chose minimum 22 4 BNREGl&lBEUSE NA TIOMLE lui donnant la minute le rsultat de ses ventes, le contrle gnral de toute le opration* commes dates, ainsi Oit et tur d'arriver M 11 accs. i lia**:* voir ce Machines uierveiiIL use clicz V *ur ses clients*] m lyre U hausse &ur les marchandises II i'E'ranger. wr . '"un le il", _j Vtnes profiter dewx m Miens prix ne \ maximum 32.1 Distinctions honorifiques ledurne 27.4 ( to Maie bouw MOuacr t Miue VKMM uauomuf, uni nifff'l'X l'aciei" ec l'* !" Latrie, i-our UK.U-.TJ de ; uun; -1WN iSodi 1 h. I (ODStan:. ). SCHl Rt\< )YauCap-Hait;en iVaiets > (M heureux de icter le iule Je Lily 1...J., cette rcmarplnaiiscqui t>t devenue la duccWnao de Poii-au-fiincc. %  UDC iomt Je g.iiu 4 eu lieu, %  .m U une des l-reiei Acer.^c icello vjitur luuxhibe dcv.r.t fUnt, Ar.jiie Leioy, pri-tntj i | MBquu Je tlcurs et nu ore>i It-Vanetes du Cap et de laj^ouuOœUI de bon vovage. RM laimu, LIA Fmdj em'* d'une vou d'or, ijui eiiKC et lui attacha .:.. tonnerBU, pomet -„ juCli iaj>0lS PM tciour de hrilice, une adiia"^*tc U coilaburaticu de noue M Mme Lily T.ldy ^ui va n^u IK fle Ui biau.\ lilu.s II.I.N non tutth. (Les Annan t_.,, u.m/ *)01 cuckicy ghnjourlei tuu-i m-, le Major TMl>-vliei de la (jti.dai.i.eiie, •w^neniem du >ud. le major ** %  tuiporum lei •.yuipaaiies F'MKtiit iuuir p.r sa simuiiciu >euP"ci att'jpic. ••oui 1 accompagnent, houiy ^iuu RUOIOB u a laquelle prenaient j"* n,b 'Mr Louis Koy vite"^c que Mr tiaott s occupait %  *">• a la grande soci•• lieu U discussion de pro• %  nuisons rinu un es salu•Kthr. ' >r Elliott M 't"'OU, prsident du Con,*' HAiLO et de la fLi houiy Liub est p. m u se •toi tu,s "-^n absence |h,L„ tevo >Ke tiam putcnient/ IJMw ")*mde grauus nanets au oomerneiiitu. k'nuioau u lUOaUk de ie1 nniMiiwiKn ifoiue. Un sait que la.uvie dj Jeanne d Ai. cousisI nt a envoyer de I argent en rr.in.e >UX orpBii.ni, aux soldats pauvres et a leur* paicnis. >-,ciica ete uisiauee ICI par MUM OaUBOSOI Cl a eu pour prsidente M ne Rouswr. t.'Ui ou> le pauonage de i lillunCC falOaM e.i Hati peudaat u ptuiiWOM de Mr L. C. LantMaJltta vOiiipluiieiio. Maiiai)ei LOI luei ma.a., snlJ8Uedu Sscrt 'l'uiji-u ci -u a.uieU UUIK assi-l.uue tti uu ete bCUl le luan-feC de MlUC V Ve LCOI -. Vuid avec iiOUc auu M. rm u i Aliui USCOUlklU. l-e uis.ll. ue eoJ|le a elCOIMiUll aiau.ei par le L)i faa,! SdlOinOO el Mme Lo Ale.MS. ^p.es la ceiu.onie ic .,Ku-e .es oouveaus nur.s se lendnent I PtUORVIllC O .1 y eu: bM rU mon u.unie. .sens leur iinouvt.ons no^. mccra menuet tou.. m vœux de bonbeur. iraiie pcxLt uiitcie Nous avons icsu .e une part de U a Mme a>'rOCOU i-.v^.-iiei DM) Lconk 1 r.ai. uew.dee mer %  piU-tOUll. ^. lai.e.-u... M but aujeuiui.ui en ii.^ase uu BMUe-wUSUl l'ui h e.u nuaMM noiiuaiie; Avenue i'8"" Nos xllicfies condoleaiues Ml lamiacs e, tuuvees. De S *jJ •DO Gouivet, f.ou J .pp.e..oas la mort de Mme, "e oscpn Riboul mrvenue diiiuncM deiaw. Ses lune...nle om eu lieu t* leiix.na.ii. Noi smceie .ondoi.nce au u,-m,es prouves. ajff coiure %| 5a l.i r CCKST*PATfO\ n nea les GQMP ., : :^:s SUISSES ,1 DBLORT, Pharmacien, un. I CBS r DE I "aPOaT-A C Kl MO V.v PCTHUfl M.HKKT1NI v Phrmo'a du T au' VIABD % fO. r. c s % %  A roi I • 1 ;. Waiitl . .-.-s St to VI L M cenU.^ /IM' commercial A oui informons te publie die commerc snpurltculwqu' partir de ctitedale Mr J.S.HUWA s. /*/, pour t-OT-Ci et I n mis, Base! ti\ de soif, Urret'llti, Batiste de fil pour chemise*, Toile i drap fil, co'on, Sr viettes de bo, SoiUtn qualit ta prieure BOUT hnmin oc calico'.Naasouk, P -cale, l>oa de co'on en bonne qualit, Driil btan:, K ks Ladie.' Ulousr %  H aa iTS _ias DO jaune et b'anc. Diagonale noir, Serves. Uisimtts line Fournitures pour tobes. iresses de fleurs, marabous. soutaches, Rubans, /oiles blancs fantaisie, Cipe de Chine, Georgette, Mousselines piques, Paifumeries di verses, etc. Essayez totre poudre de riz t Caroma 1 Wde i ;o la boite, et servez-vous de nos calicots de tamille et percale, pour tous vos usages. Varits •L'eufout 1 K u lie la lu iC u.J.uo arues de la '•^uoiUiiiversit < la,""'% %  il.es laB PJ* l l ^'S|-.e; .-son-, *Bhi,. Kxi proKiaimnes U'u . 7j^ommuniou hi'apS U comr u '^eau**.L UniVersltQ le ,^' n,c "'annes.aiion don. dai. naiii Nte VBNDRkDl œur ^/ iieioinc Lt t5i.it ud.-a Candio Entre ^ '-^ LUNDI -' ^ Sll,ta Granioaunea ae gala en inonneur des poilus Iv.iuo u.auu N i Des car*'s u invitations MioDt'remiiti touilto LOI U bii'eun du Secrtaire troona ..... ilAVf.8 POiLUS JEUNIS CEI u KIK, *t BSHW I n soct* de la GaieW i-rar.c-c-.fa It< M,r.a*/aao.••"•''' %  •' %  ;l )^*"' .">") i-: , cmm fN FRANC ta Mandat r . NOUVEL r.LHUM CATALOQUa OS 18-iO . '"'V 0//re de rvl^c jeuub homme, compiablp, pouvi i.t S'occuper de la corie^onduiuT.oihe ses Milice*, tant au comiiitic*iita dcote pice qu ceux de la piovince, > adrettet aux buieeux du journal United West indies corporation //. /', Dwis, Vice-Vrsident Gent gr in IJaiti Offers Us Services as ugents of the National Bscut (>/ SeW'York also as SelllDg l-ipr ri • %  u'ativrs — American Co'ton Oil Co A-Mits-Unled S'.a'es ttubb?r Co Selliog Rapreeentativei—NB. Fa rbiai Co. Dil'eb'iuiioju''"' •* Vente leucan Il s ii procd jeudi 20 Mai a 10 lui, Place d. i* 'aix.a U vante de, VJ b-.nia de Itartnga '"""' iO^TBH N %  i ANEMIE Conmlt'-e VOtra oieJacm ur ti SIROP OE DESCHIENf lU rxuniorlDblnf ) 9 Pr.-ocrit pur i.lui do Junoo Docteiura dea plus omiaenU du Monde entia.' tUu* ANEMIE. NEUKASThENIE. FAIBLESSE, MMJWNf* I e HOirRINE.CONVAlE&ENCE SURMCpVUta.CkIL %  la wandi cru* el • lui wi la ^upjf. a,..ui r.t ^ < Hes d,jui'iTesjM l*u • lea duU. 4iW^ 44Ma .w'ii ,.->**•**— lU U {>rVWAVW, M kW<— —-a. ...*JV C8 CUWN *Pp|t -••



PAGE 1

M ki.\*h Comptoir FRANCO HATIEN il20, Rue du Magasin de l Et il Messieurs Vaillant &IIouelonl l'honneur d'aviser les c-mmer anlsquls sont reprsentants des 'maisons franaises suivantes : ; l'rt'0\ Pftf'ol, y raidi se •!€• Etablissement Chtelain IViickei Laurent Guigue & co Produ ts chimfque Limousin & co/ a d,Hs m (lic:imcil!etIi Wulfiug Luer/""""— aech;nn(lie Perinne LesaiiU & co',*"*>., „ O huili s tmen' telles) SCB mm B WftBl'rys^FfiTi.,.,. La Kabiline f£;, lre oi ' m La Pagode *53&VMI, Etabli; ornent A* Maurin, E ^ le SociirV'ruiia, l l ; ; ; ';r ipi,:es Alfred Rostand & Ws,^^ De RkqlsL* ce, Akf >" 1 CL Socit Du bon net i^S V*)iii?o Conaerve alimentaire* \*U. IttUHil, 4B Prigueux Ducasse & Guibal, Bf, SS£U Joseph Perrieretfils et eo, V s a ne Ul km. de F. azanove. Hj ff? Assurez vous centre L %  AdresseE-veus la plus forte compagnie des EL U, HOME INSLHNE Co de N.- agent gnral pour Hati fug. Le BOSSE, Port-au-Prince Protgez tciie M. iso-, volri Magasin, vs Impts au tau.\ !<• plus iais. ntab'e. Aucun Irais k commission ni de cc-urlage payer Il seiguez-vous sans trait pu correspcndaact ou venez siacuttr \oire pn bi>.u.e chez EHJJ. JE BOSSE, 1>5 Kue du Ouai LOPE mm 1717 Gran'Ruc — En lacs d e | Mnrchnndl s arrives p ftr r Vente en gros et dti Liqueurs MaiieBi^ et Roger. Cognac Martell Champagne Pomme et Greno Vin en bouteilles de Calvet &|Co. Cous rves fines de maison Kodel. Vin blanc e f Rouge j saps leurs d\ Vente au dtail! a ma s Veuve Barbancoi i a rei y' l ," "7 mm A v .j "^T. TTJRK1SH BUENO : AU. PTioriAL QUAUW ] %  ••'*r.;. jiMM'WJI*-a .. .-* %  Pharmacie FSEJ A unie dix !" Hues Btnx H du r#\ 2 Mdailles d'arger t Exposiion de Bruxelles Laboratoire de Chimie Mdicale DrogueFie, Produ.ls chimiques et pharmaceutiqo' Spcialits franaises et amricaine. Prparation de toutes ampoules mdicamenteuse v e injectables. f-,,mni Spcialit?. — Srum r.vrosthniqoe simple et e !" ?L lodl.ydraty/re. Srum .e Morard rtmp n !'* ^ realcihanis de Ke/rier et de /fobin ^ Il y a toujours en stock : Nevrosthos*' Sirop P* Elixir de Pensylvanr. lpmtmre du PREVE^ Reprsentant des Laboratoire* 2 LACTWERM. Fument lactique, contre ali^ 1::DS ^ 1 Is el cutanes. rfi



PAGE 1

P £m 25^0^84 Porl an Pin, uO, k+ui MeraJ i& Mai 1900 DIRCTEOR-PROPRIETAIRE ameat-MAGLOIHK MAGIST RAT COM MUNAL U NUMERO | 5 CKNTIMM ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCK fa ni. G; 2 - Cc ui'AKTEMEiNT? I rj fl œoi. irai* 018 STRAN C,FH LMOO _. 700 3 00 .nonces sont reues au Comptoir In'•'. de Publicit, 9 RUJ Troochet, Pa*£ llt „, Ludgie Hill, Londres. Q:jLoi.iien L'homme prudent sait pr* veuir le uiaM'liouiuie courayeux le supporte^sans se plaindre. RlTTACItfS lELKPll) SE :'20S DE quelques palris EU Haili .BO N S CI G A R E S 10?^ A Boisrond Tonnerre, modle de cerveau ponuOi!, de it.atuic kvfa ti dt pcnMct wbliDMi bouvenirs potique de regret* / JVOWS imnque \mmiem ilM peuple n'auraient qu 1, prit pas toujours de rendre d?3^t/f #f/il S 14 flPHCP i m leur histoire pour > iseivices ausBi clatants, mais la $3 r o ,nri. 0 rdioi tous les genres de. lposterit uoit une lecounaissancefi* "* a J .. : renonn dp recevoir de la JaTnljtfrQvnn f)p •Va marques 9Uinntp*\de JaUll^jlOjOi Uu Tabacto Company, dont nous m"' Fene* de Mille, ca* l .stock s'enlve rapidement. Bons bisriiils fia le passage de la loruae inonarch.que a la constitution repubucaue. r* 1 • *• ' < W m • *. J piut coufbrm l'eut du pays, b ul ^e Jamaicn Biscuit Company Limited eiablir un ordre rsAouliur MI aiuiuu .1, . ... %  aot nous a>mis l'Agence: Contingent tr t am Saltines Cel-eray m de patriotisme, et tons ternelle aux hommes qt i itquela grandeur ou la de-jirouvei en eux assez de couisge t^ dea naiiona sont dans un de gnie pour triompher de diliieur Mct|avec l'tapf't de dvoue ts inoues ei ces homme* qui souc H paya OU avec l'esprit delo gueil de notiH jeune natiou je ne itqlji un que chaque ci oyen, lcraindrais pas d eu ajouter uu au.re i*plua sensible qu a ses mt Idmt larenuuiinte peu -tre esi mou,s titfonoeis, ddaigne ce qui lui niante, mai qui n'a pas tendu wpays tout eUier'd s seivices moins grands et moi; s BOUS, 1 ous sommes un peu d.lliciles. et dont l'action fut tout rcent; c'est peine si; noautsi utile la patus nais ai te. Je __i Dation est ge de .cent veux parler e ce l'tion, ce citoyi n ;toi; cependant nos annales, si 1 remarquable sunout par son esput 11e contiennent encore ,jue quel I stg", modr et clairvoyant, qui unie \ ftiillets, ne sont pas moins l chaque page dea plus iexemple* du plus pur patrio l'ai ailleurs, dans d'au >i es rsum 1 s 1 us les plu* de notre histoire et fait les principales liguies qui eut et Teciairenl. ue n est le lieu dy iev. nir, dans mouvantes ;qui ne sont l qu a fan e uu expos gn 1 m&U complet, des prin. 1 doivent nous guider nui,s letdei de 1 uirs que nou* avons |MplirCependant un me par %  J'ensuis sur, de cjnrtcrtr mus a rapj)e : fr la gioue a uns dds tiomines qui fait pour assurer no.re apee,ou, une MIS qu'elle a QoUe, pour I asseoir sur dea ie< durables. Il • ont ete Ht les aubes de= modles Wipauiot.sine qui sau sacu 'froids calcule de lgusuao l_w paya. Nous ne voulons fleur nom et rappeler leurs troevera dans l'histoire l'oronas FerfectBB Reins Victoria 1910 Lendres Imprial Longiellows Brve* Paretelu ( M>P''a Lcnrtrpw ricos Clifioolbs Conchaa iy*y eiablir uu ordre rgulier ei stable sur dea lois couenab-t8 aux sir* conetauce et prpia la reconciu lion de la patrie ivec la France, qui noua fut toujours sympathiqueL'est 1 vsus sur out, jeunes gens, qve je m adresse en cet instant, sytZ toujours ces grands ex< mp,es ec .n. u autres devant les yeux, tchez de vous tnspirei dea minea set ti inei.is qui ont unuie ces hommes e qui le* ont l't t:iorapher maigre tdut de dillicuits et tant Je peins. Diteh'toua bien que ve re vie, s il le laut, appardsot a votre patrie, que voua 11e pouvez sain .achets ei %  m iuuie la lui refuserei elle ea a bescit,Sans doute, dans la vie des peu pies, il ns pas besoin tous les JOUIS de dployer ces ifTjria hrolquei que rc soient seules ds Circonstuicei paitcuUrea, mais la pauie peut se trouvei dins des occa ,,, •••"• %  ous ou elle ai besoin d. tous les leurs services et de leuis talent-, de ioct a les forces e: de Ml ... . J „ 1 to" 1 'e courage de ses ei lants. Dhi 1 d,,ii c i ui M119 l' ar '** "8 toutn'oubliez i" er 8'nd3 flguie .!•! j u ,i* que ai'es cas exceptionnels a fon 1 re qui lo,8 'l' i6 i-'etnuiuent des vertu* au dessus du ieo, loisque les bancs vulgaiie,ces cas heureusement rares ion 1! l0ut pnx ,eur Li uls P e0t ent pas de faire son de raujarion tt UUIH injustes voir IUJB les jouis dans la vie; qoel i.uavaitiii pas cr.int do que toit le degro de I chelle sociale ou Ion se trouve plac. Cest l pr olsmeut le but de mes crits depuis plu* de quarai tu ar>9 tt de ou* les cri;s que je ferai dans l'avenir, uu *irir v "" u "' uouviei leseivant htureux et bien heureux u JJ ., e t re -blir partout de passer encore ct de vous et avaii prosprit cte c e, des mom n:s bien doux et bien gr b'es, laa SMJIS vrais qu'on doit denier ei vouloir dsirer eu dpit des* ven s et dft* (lois sociaux. Cea iv 11 a inspirai par uu cerveau bien fait, qui pente bien et us coeur qui sait aimer, out pour objet de taire de VOIM des hoiurn3 vritablement jus es et suui unsdans leur Bens vraismme pour lesjani111 iux; car ils 01 1 une organif=aion anatomiquo et physio'ogique admira blement ben la: e et bieu dirige par H. Hnrad & Son. U0,I\ue des Fronts torts. — Port-au-Prince COUPS DEGRIFFE Le U pregemps *' eux ennemis de leur r*'' 8 Ut reUll| r en fais 5;;* sfrre opp-iui J1* libert reconnue par •jela Convention, dlivrer Tardera sravail ei i u Fiance si elle n'avait %  %  s a tte ce gnie pro '. %  fwod.t suri Ile tau de 1 ui m unt de ma'. Oa wfoussaiut devint vicrwpaie du premier coni"' or d "s les cachots J QU en Fianco. son ; %  ses i:occ toyens, S;JII ki'st p aine don til s -""on to-j-ia iea noms Quand j y suis al' pour mre foi*", il y av-i b'o lo dj que les 1 fiches allcbtniei s't rlaient sur les murs, que les peine 1 sonneries ti latent et quu< m. • sieur gilonn psiimoluil dam L brouillard pour attirer les pas<3rv; l£t j'tais dt^ji vient / La pi"mie reprsentation m'a tonn La se coude m'z intress l'u j i eu une petite crise de cinmi VI is U mi'r>. dis fut aussi courte qae vio ente Et ap -> t *s peu de tt nps j.pris en kurieur cet c-an o des gens _'i\ 3assinent. Aujoutd'lm j^ demande rais et ni francsp^r sance, s 1 in. fil la t y assister Ce qui n'es spre suil >ut ce sont lessciesde meurtre, o des gsna masqus s'apiro h ni avec des ges les alf.eux si tnsilleui bjui por victimes imb rceur, le? veux bhneset les poitrines gonfles de soupirs, ah qae'.* sou ptrs !.. i nire tourner le; moulins i ven 1 N'allez pis co're su moin? je suis l'ennemi du cinmi du tont E* si UT sa'le souviait avec cett ffi-he •* Ici, il n'y a ai dr^me, ni revolver:, ni sutin t> ni violons, qui grincent au clair de lui" bleu d'oatre mer. Ici l'on re rprsent que Pas Comdie dramatique? Interpriti par la petite Mary Otbornt FauMl exposer ici le sujet de loli rayon de iliil, ou vaut-il rai eux avouer tout de suite qu'il lsiate a l'analyse ? Au riqee de 'omber dans la scheresse nous tenterons pour tant un rsum rapide de ce conte sans prtention et sans clat, mais qui scduita tous ceux qui se lais enc volontiers aller au charme mysi rieux d* la gi...c et de ia fragilit de l'enfance, Ujb, fianc i une dlicieuse jeune fille, Miss Sylvia, commet la ftute impardonnable de s'attarder pre. de ses amis, au club dont il tait partie, de s'enivrer lourdemeut et de se mettre en retaid d'une heure us soir o il a promis i la jeune fille de la menu au te .1 re Titubant et balbutiant, il invoque en prsence de Sylvia une excuse dont la criante fausset rvolte cette dern e. Elle aurait pardonn iBob son intemprance, elle ne lui pardon ne pas son msincrit et lui rend sa parole. A travers les rues de la ville o il erre, Bob, soudainement dgris. mdite tristement sur l'tendue de son infortune II rencontre de la ma nire la plus inattendue une mslht u reuse petite fille que l'alcoo'ismc a tait urpheline Emu de piti, il ram ne la mignonne 1 la maison,! adopte et, frapp de cette rencontre qui lut s mble un averti>semeat de la provi de ace, il jure de s'abitenir dsormais de boire. Peuitre.malgr son vidente SQ. 1 u uairc mer. ici roi re 1 ., .— —; D --—-•—-* •*• e que du comique Aussi f* 11 ?' !*? uerai1 -'! unc lois *e plus vi-nd-ais I-tr/.ntd; ce l a vritc du : P rov b -.• Oii a bu tt, j • devi'nd r ais sjecta;!e, je m nsivsment et eo grand g^sse— de vint les exploits d Ch > r t t, pou-vu q ''1 n f >rce pis trop E j ; SOuhti iirtout 1 r/.ntrt; ce . ,• J. — — riocirubien bo,ra *• S l la P e ,te Nim c t ainsi que se nonme l'enfant qa\l recuilii, n: jouait p:> Je lui le rle d'un ange gardien. Li o la force nvmcible de 1 amour avait chou, e charme dlicat et fragile de l'ent-r a i arl %  que I on n toi repr isntc d s co n dies. b -n n^t'.es.b'en • • claires, spir l .el'e. g ie$, fines bref l n 0 P* r e victor.eusement.La petite ne peut plus se passer de son "Bon bie qui lui consacre toutes ses soi rees et veille sur son sommeil avec ", qi-loi nous donne nai f >r n • de cinmi pas tout i hi uti ga lois nais un peu d 'e non se.ntimectil et nis du tout cauch maI Fh b en il parait que ce Cinma du ure ce Cinmi lu bou sens et miisds ccivre gaiis et puis de Cinma 'on que commune vieille t*mpt en temps des films instructifs bouteille de v.n, le pub i: n'es voa biees compris drait p.s j.* n'e. SJS rien O.i le Cserait une belle icivre d'assat me rappelle la bonne ms.emeif,et quiae$e trouverait pas rfvume, un de lo cment rjineuse. Peut tre mme -4 rt ,. •%  *• uwiuo LI1CIIJUUI I 1 ne n ^' J "* ,J i-' lie 'l u| I Orand 'Joui Tous cea crite, ont 'il ior l de8 nJ 1 "" un bu b.eu .Ic-v de liire de vous Y*i 11 Ue r 9 ae8 P e d. a citovens du bien de l'E-s-, g le %  •• %  leniadft^ ep ,w :neDt clairs de leur* droi's et de ^PeodaTo p ou,8ale:l leUl8 devo > !" enfin ds pat.io'es !**du el 8, 'CunJo.< touj urs pits servir leur payi et ?** sol "ntres, aicapables ai T^Sceu qae,lae r 1 '' laici av ceux 'I"' voulaient J t t oii Ue J 8 ( 1e P lu >re'it d.'* . B^'ntteac''" """nhgabies et dsot cette triste et dernire guerro, *HfsrnAw eel len ib,B cette guerre stupila et bt.); mais %  U. • U88 tlillg a (lurnii,.., ...l^^M^.ra. A l t.. jiab es au beioi,: du lui donner leur sangSi Monsieur Lavedan do I A mie liangais9, a ej Bon credo [> a lin. H l •L !" ** d ?? ue ^,r^; noir, a eu le grand gnie de ro i r t prenait .e bl, ne du bleu et du rond pour i-js mieux runir; mail uous, un ou saignnt dis ci es Eesj qui m horripile au mous douche que nous autant e,ue ces v.olenres ce sont tes mes amis cl mo r a iserait-oa quelques bm mines doscer.n.ts, U bouch. en |lrt t9fmM en 4 Qoy P p ;olan B s, le gwverneWt S l cot! tSSSSSS "" "" un arinie larmoyant ruons i belle muaej compreaaieat leur devoir et bou;h; dev nr us li m cjmique. l;u i 1 rt, \U tivoriseraient le Cin Moi voisin un hommegrave se ieux ma, le subventionnerait au besoin se rtlournart vers nous murmura dm; leurs mura et lui cherch-rait C'est idiot I —fit il (allait en des !o.aux tenir? le ton ave 'equel il nous dit Pane n et circnses! Li vieille cela. Dj coup nos ruei furent j/les fo mule est toujours vraie L'Etat se n,' , .de Pi ix et de V !! "^ C e honl l de nous tre */**.? b,e da P lio Pourquoi ne" SH i rgovernetuta.e P alfb3au ( f?.^!:! S"^^? ^"f S? •**? ••^I^^'lt-ij P*s des jeu'x f Le Ln,pur.,ux navset comme .e lu. taJe dont on disait C'est dot „ pam est la nourritu-e du corps, le le crois que nous avions raison et |*(j celle de 1 esprit Et pour titre un q 1e li grave voisin se trompait Lbon citoyen, il faut un corps air.re est un excellent aliment, le rire et un esprit droit Poarque tolree>t rcoalortani, ls rire est moral dins les cionas des sa-s dianefclbi, 1 iocons.ents sont ceux qui d'uae cole daoaches, "pourquoi Li rgMiratioa de la Kaca laquelle t nncot contre les cinmas Esprent prrmittre des sas affidi,X. .1 .mp.her -es eus de sy renire stapid:s, dans leur lensiblene av e bt pourquoi Mais il vaudrait de grosi;s larmes b.eo bbts mieux consttlMr une socit qui Nalloas pa; aj cinma 'pour v cinmas, doit on li pleurer, encore moins pour y avoir de li force pour non* unir, noua unir mme dans la tombi, comme deux mains et deux cm ira entrela ces et bien eilT. 11 Sl* 1,9 patriote, c'est M nsieur Sndre Dar igueua'e q n S concoorn do-: niallieur.mx pays et comme je lui disais, le 7 Jauvier, aprs le ftei rlfl l'Indpendsoee natioosle et ses ll^ros; votre vie s-'ia lOBgue en ia<ur don y sourire vois, les gna larmoyants, p ur don Qt If (mU4 & Www M fmii { m 00 j p 45 ^ as pij^uu ARiS -*,.


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05119
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, May 19, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05119
System ID: UF00081213:05119

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
P
-m 25^0^84
Porl an Pin,
uO, k+ui

MeraJ i& Mai 1900
DIRCTEOR-PROPRIETAIRE
ameat-MAGLOIHK
MAGISTRAT COMMUNAL
U NUMERO | 5 CKNTIMM
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCK
fa ni. G; 2-
Cc ui'AKTEMEiNT?
I rjfl oi.
irai*018 straNc,fh
Lmoo _.------------
700
3 00

.nonces sont reues au Comptoir In-
''. de Publicit, 9 Ruj Troochet, Pa-
*llt , Ludgie Hill, Londres.
Q:jLoi.iien
L'homme prudent sait pr*
veuir le uiaM'liouiuie cou-
rayeux le supporte^sans
se plaindre.
RlTTACItfS
lELKPll) SE :'20S

De quelques palris eu Haili .bo N s ci g a r e s 10?^
A Boisrond Tonnerre, modle de
cerveau ponuOi!, de it.atuic kvfa
ti dt pcnMct wbliDMi
bouvenirs potique de regret* /
JVOWS
imnque
\mmiem
ilM peuple n'auraient qu 1, prit pas toujours de rendre d?3^t/f #f/il S 14 flPHCP '
im leur histoire pour > iseivices ausBi clatants, mais la $3 ro,nri.0 "
rdioi tous les genres de. lposterit uoit une lecounaissancefi* "*a"J .. :
renonn dp recevoir de la Ja- TnljtfrQvnn f)p
Va marques 9Uinntp*\de Ja- Ull^jlOjOi Uu
Tabacto Company, dont nous
m"'
Fene* de Mille, ca* l .stock s'enlve
rapidement.
Bons bisriiils
fia le passage de la loruae inonar-
ch.que a la constitution repubucaue. r* 1 * ' < w m *. j
piut coufbrm l'eut du pays, bul ^e Jamaicn Biscuit Company Limited
eiablir un ordre rsAouliur mi aiuiuu .1, . ...
aot nous a>mis l'Agence:
Contingent trtam Saltines Cel-eray
m de patriotisme, et tons ternelle aux hommes qt i
itquela grandeur ou la de-jirouvei en eux assez de couisge t^
, dea naiiona sont dans un de gnie pour triompher de diliieur
Mct|avec l'tapf't de dvoue ts inoues ei ces homme* qui souc
H paya OU avec l'esprit de- lo gueil de notiH jeune natiou je ne
itqlji un que chaque ci oyen, lcraindrais pas d eu ajouter uu au.re
i*plua sensible qu a ses mt Idmt larenuuiinte peu -tre esi mou,s
titfonoeis, ddaigne ce qui lui niante, mai qui n'a pas tendu
wpays tout eUier- 'd s seivices moins grands et moi; s
bous, 1 ous sommes un peu d.lliciles. et dont l'action fut tout
rcent; c'est peine si; no- autsi utile la patus nais ai te. Je
__i Dation est ge de .cent veux parler e ce l'tion, ce citoyi n
;toi; cependant nos annales, si 1 remarquable sunout par son esput
11e contiennent encore ,jue quel I stg", modr et clairvoyant, qui unie
\ ftiillets, ne sont pas moins '
l chaque page dea plus
iexemple* du plus pur patrio
l'ai ailleurs, dans d'au >i es
rsum 1 s 1 us les plu*
de notre histoire et fait
les principales liguies qui
eut et Teciairenl. ue n est
le lieu dy iev. nir, dans
mouvantes ;qui ne sont
l qu a fan e uu expos gn
1 m&U complet, des prin-
. 1 doivent nous guider nui,s
letdei de1 uirs que nou* avons
|Mplir- Cependant un me par
J'ensuis sur, de cjnrtcrtr
mus a rapj)e:fr la gioue
a uns dds tiomines qui
fait pour assurer no.re
apee,ou, une mis qu'elle a
QoUe, pour I asseoir sur dea
ie< durables. Il ont ete
Ht les aubes de= modles
Wipauiot.sine qui sau sacu
'froids calcule de lgusuao
l_w paya. Nous ne voulons
fleur nom et rappeler leurs
troevera dans l'histoire
l'oronas
FerfectBB
Reins Victoria
1910
Lendres Imprial
Longiellows
Brve*
Paretelu
( M>P''a
Lcnrtrpw ricos
Clifioolbs
Conchaa
- iy*y
eiablir uu ordre rgulier ei stable
sur dea lois couenab-t8 aux sir*
conetauce et prpia la reconciu
lion de la patrie ivec la France, qui
noua fut toujours sympathique-
L'est 1 vsus sur out, jeunes gens,
qve je m adresse en cet instant, sytZ
toujours ces grands ex< mp,es ec
! .n. u autres devant les yeux, tchez
de vous tnspirei dea minea set ti
inei.is qui ont unuie ces hommes
e qui le* ont l't t:iorapher maigre
tdut de dillicuits et tant Je peins.
Diteh'toua bien que ve re vie, s il le
laut, appardsot a votre patrie, que
voua 11e pouvez sain .achets ei m
iuuie la lui refuser- ei elle ea a
bescit,-
Sans doute, dans la vie des peu
pies, il ns pas besoin tous les
jouis de dployer ces ifTjria h-
rolquei que rc soient seules ds
Circonstuicei paitcuUrea, mais la
pauie peut se trouvei dins des occa
,,, "' ous ou elle ai besoin d. tous les
leurs services et de leuis talent-, de ioct a les forces e: de
Ml ... . J1 to"1 'e courage de ses ei lants.
Dhi 1 d,,ii ciui M-119 l'ar '** "8 tout- n'oubliez
i"er 8'nd3 flguie .!! j u ,i* que ai'es cas exceptionnels
a fon 1 re qui' lo,8'l'i6 i-'etnuiuent des vertu* au dessus du
ieo, loisque les bancs vulgaiie,ces cas heureusement rares
ion 1! l0ut pnx ,eur Li* ulsPe0tent pas de faire son de
raujarion tt Uuih injustes voir iujb les jouis dans la vie; qoel
i.uavaitiii pas cr.int do que toit le degro de I chelle sociale
ou Ion se trouve plac. Cest l pr
olsmeut le but de mes crits depuis
plu* de quarai tu ar>9 tt de ou* les
cri;s que je ferai dans l'avenir, uu
*irir 'v""u"' uouviei leseivant htureux et bien heureux
u JJ .,et re-blir partout de passer encore ct de vous et
avaii prosprit cte c e, des mom n:s bien doux
et bien gr b'es, laa smjIs vrais
qu'on doit denier ei vouloir dsirer
eu dpit des* ven s et dft* (lois so-
ciaux. Cea iv 11 a inspirai par uu
cerveau bien fait, qui pente bien et
us coeur qui sait aimer, out pour
objet de taire de voim des hoiurn3
vritablement jus es et suui unsdans
leur Bens vrais- mme pour lesjani-
111 iux; car ils 01 1 une organif=aion
anatomiquo et physio'ogique admira
blement ben la: e et bieu dirige par
H. Hnrad & Son.
U0,I\ue des Fronts torts. Port-au-Prince
COUPS DEGRIFFE
Le
U pre-
gemps
*' eux ennemis de leur
r*''8Ut reUll|r en fais
5;;*sfrreopp-iui ,
J1* libert reconnue par
jela Convention, dlivrer
Tardera
sravail ei iu
* Fiance si elle n'avait
sa tte ce gnie pro
'.fwod.t suri Ile tau de
1 ui m unt de ma'. Oa
wfoussaiut devint vic-
rwpaie du premier con-
i"'or d"s les cachots
JQU en Fianco. son
; ses i:occ toyens, s;jii
ki'stpaine dontil s
-""on to-j-ia iea noms
Quand j y suis al' pour
mre foi*", il y av-i b'o lo
dj que les 1 fiches allcbtniei s't
rlaient sur les murs, que les peine 1
sonneries ti latent et quu< m.
sieur gilonn psiimoluil dam l
brouillard pour attirer les pas<3rv;
lt j'tais dt^ji vient / La pi"mie
reprsentation m'a tonn La se
coude m'z intress l'u j i eu une
petite crise de cinmi VI is U mi'r>.
dis fut aussi courte qae vio ente Et
ap -> t *s peu de tt nps j.- pris en
kurieur cet c-an o des gens _'i\
3assinent. Aujoutd'lm j^ demande
rais et ni francsp^r sance, s 1 in. fil
la t y assister
Ce qui n'es spre suil >ut ce sont
lessciesde meurtre, o des gsna
masqus s'apiro h ni avec des ges
les alf.eux si tnsilleui bjui por
victimes imb
rceur, le? veux bhneset les poitrines
gonfles de soupirs, ah qae'.* sou
ptrs !.. i nire tourner le; moulins
i ven1
N'allez pis co're su moin?
je suis l'ennemi du cinmi !
du tont E* si ut sa'le souviait
avec cett ffi-he * Ici, il n'y a ai
dr^me, ni revolver:, ni sutin t>
ni violons, qui grincent au clair de
lui" bleu d'oatre mer. Ici l'on re
rprsent
que
Pas
Comdie dramatique?
Interpriti par la petite Mary Otbornt
FauMl exposer ici le sujet de loli
rayon de iliil, ou vaut-il rai eux
avouer tout de suite qu'il lsiate a
l'analyse ? Au riqee de 'omber dans
la scheresse nous tenterons pour
tant un rsum rapide de ce conte
sans prtention et sans clat, mais
qui scduita tous ceux qui se lais enc
volontiers aller au charme mysi
rieux d* la gi...c et de ia fragilit de
l'enfance,
Ujb, fianc i une dlicieuse jeune
fille, Miss Sylvia, commet la ftute
impardonnable de s'attarder pre. de
ses amis, au club dont il tait partie,
de s'enivrer lourdemeut et de se
mettre en retaid d'une heure us
soir o il a promis i la jeune fille de
la menu au te .1 re
Titubant et balbutiant, il invoque
en prsence de Sylvia une excuse
dont la criante fausset rvolte cette
dern e. Elle aurait pardonn iBob
son intemprance, elle ne lui pardon
ne pas son msincrit et lui rend sa
parole.
A travers les rues de la ville o
il erre, Bob, soudainement dgris.
mdite tristement sur l'tendue de
son infortune II rencontre de la ma
nire la plus inattendue une mslht u
reuse petite fille que l'alcoo'ismc a
tait urpheline Emu de piti, il ram
ne la mignonne 1 la maison,! adopte
et, frapp de cette rencontre qui lut
s mble un averti>semeat de la provi
de ace, il jure de s'abitenir dsormais
de boire.
Peuitre.malgr son vidente sq.
1 u uairc mer. ici roi re 1 ., .;D----* *
e que du comique Aussi f*11?' !*? uerai1-'! unc lois *e plus
vi-nd-ais I-tr/.ntd; ce la vritc du: Provb-. Oii a bu
- tt, j devi'ndrais
sjecta;!e, je m
nsivsment et eo grand g^sse de
vint les exploits d Ch >rt t, pou-vu
q ''1 n f >rce pis trop E j ; SOuhti
iirtout
1 r/.ntrt; ce . , j.
riociru- bien bo,ra *Sl la Pe,te Nim- ct ainsi
que se nonme l'enfant qa\l re-
cuilii, n: jouait p:> Je lui le rle
d'un ange gardien. Li o la force
nvmcible de 1 amour avait chou,
e charme dlicat et fragile de l'en-
t-rai arl que I on n toi repr
isntc d s co n dies. b -n n^t'.es.b'en ------
claires, spir l .el'e. g ie$, fines bref l*n0P*re victor.eusement.La petite
ne peut plus se passer de son "Bon
bie qui lui consacre toutes ses soi
rees et veille sur son sommeil avec
", '
qi-loi nous donne nai f >r n de
cinmi pas tout i hi uti ga lois
nais un peu d 'e non se.ntimectil
et nis du tout cauch-ma-I_______________________
Fh b en il parait que ce Cinma
du ure ce Cinmi lu bou sens et miisds ccivre gaiis et puis de
Cinma 'on que comm- une vieille t*mpt en temps des films instructifs
bouteille de v.n, le pub i: n'es voa biees compris
drait p.s j.* n'e. sjs rien O.i le C- serait une belle icivre d'assat
me rappelle la bonne ms.emeif,et quiae$e trouverait pas
rfvume, un de lo cment rjineuse. Peut tre mme
-4 rt ,. - * uwiuo LI1CIIJUUI I
1 ne n ^'J"*,Ji-'lie 'lu|. I Orand 'Joui Tous cea crite, ont
'il ior l de8 nJ1"" un bu b.eu .Ic-v de liire de vous
Y*i 11 Ue r9 ae8P e d. a citovens du bien de l'E-s-, g le
leniadft^ ep',w :neDt clairs de leur* droi's et de
^PeodaTo 'pou,8ale:l leUl8 devo>. enfin ds pat.io'es
!**du el 8,'CunJo.< touj urs pits servir leur payi et
?** sol "ntres, ai- capables ai
T^Sceuqae,lae r1''
laiciav* ceux 'I"' voulaient
JttoiiUeJ8'(1ePlu>re'it d.'* .
B^'ntteac''" """nhgabies et dsot cette triste et dernire guerro,
*HfsrnA- w eel len'ib,B cette guerre stupila et bt.); mais
U. U88 tlillg a (lurnii,.., ...l^^M^.ra.------A.l__t..
jiab es au beioi,: du lui donner
leur sang-
Si Monsieur Lavedan do IA
mie liangais9, a ej Bon credo [> a
lin. h l - L
** d?? ue ^,r^; -
noir, a eu le grand gnie de ro i r
t prenait .e bl,ne du bleu et du rond
pour i-js mieux runir; mail uous,
un ou saignnt dis
ci es E- esj qui m horripile au mous douche que nous
autant e,ue ces v.olenres ce sont tes mes amis cl mo , ra iserait-oa quelques bm -
mines doscer.n.ts, U bouch. en |lrt t9fmM en4Qoy,Pp;olan, B s, le gwverneWt S l cot!
tSSSSSS "" "" un arinie larmoyant ruons i belle muaej compreaaieat leur devoir et
bou;h; dev nr us li m cjmique. l;u i 1 rt, \U tivoriseraient le Cin
Moi voisin un hommegrave se ieux ma, le subventionnerait au besoin
se rtlournart vers nous murmura dm; leurs mura et lui cherch-rait
C'est idiot I fit il (allait en des !o.aux
tenir? le ton ave 'equel il nous dit Pane n et circnses! Li vieille
cela. Dj coup nos ruei furent j/les fo mule est toujours vraie L'Etat se
n,' , .de Piix et de V !! "^ C "e honl"lde nous tre */**.? b,e da Plio' Pourquoi ne"
SHirgovernetuta.ePalfb3au( f?.^!:! S"^^? ^"f S? **? ^I^^'lt-ij P*s des jeu'x f Le
Ln,pur.,ux navset comme .e lu. taJe dont on disait C'est ,dot pam est la nourritu-e du corps, le
le crois que nous avions raison et |*(j celle de 1 esprit Et pour titre un
q 1e li grave voisin se trompait L- bon citoyen, il faut un corps ai-
r.re est un excellent aliment, le rire et un esprit droit Poarque tolre-
e>t rcoalortani, ls rire est moral dins les cionas des sa-s diane-
fclbi,'1 iocons.ents sont ceux qui d'uae cole daoaches, "pourquoi
Li rgMiratioa de la Kaca laquelle t nncot contre les cinmas Esprent prrmittre des sas affidi,X.
.1 .mp.her -es eus de sy renire stapid:s, dans leur lensiblene ave-
bt pourquoi Mais il vaudrait de grosi;s larmes b.eo bbts '
mieux consttlMr une socit qui Nalloas pa; aj cinma 'pour v
cinmas, doit on li pleurer, encore moins pour y avoir
de li force pour non* unir, noua
unir mme dans la tombi, comme
deux mains et deux cm ira entrela
ces et bien eilT. 11 Sl*
1,9 patriote, c'est M nsieur Sndre
Dar igueua'e q n S concoorn do-:
niallieur.mx pays et comme je lui
disais, le 7 Jauvier, aprs le ftei
rlfl l'Indpendsoee natioosle et ses
ll^ros; votre vie s-'ia lOBgue en
ia< dans la voie du bieu et du vnu po ir
qu'a sa uior:
De ROJHE grellibr
minerait, de pa tipns, tous es films peur A loa; y pour y r t s'il
dmoralisant,. ,es assassinats, les pouvait, all is v pour s:rnpl-rneot
vols, les gna latmoyants, p >ur don y sourire
vois, les gna larmoyants, p ur don
Qt If (mU4 & Www M fmii{ m 00j p45 ^ as pij^uu
ARiS

-*,.


u
Lon Laleau
Bdacteur en chef du tMatin
Noire directeur, cra.' sous le
poids des absoibantes : Maires com-
cunaits, a appel a uoe pme de la
direction du journal, rroire brillant
collaborateur Lon Laleau qui est. a
partir daujouidhui redac eur en chcl
du Mnlin.
Nos lecteurs se rjouiront de ce te
nomination qui atteste combien nous
avons le souci de conserver noire
quotidien sa ternie littraire et son
prestige. ( ttte mesure est la premi-
re d'une srie qui doit, tous les
points de vue,- assuier au Matin jn
succs toujours plus appi.i.b e. ,Aj
Nouvelles Etrangres
Par Cable
surf s
la recon'tiuEcn immdiate BERNE Le vcte popu|a. ^
des dpaitements dvasts ain de re da par 410.000 voix contie
lever rapidement la prosprit na- l'emre de la Suisse dans 14
il
iionale.
des Nations.

PARIS Tous les services pubEcs ROME. Bononi relus i 17 Mai
CONSTANTXNOPLE
Kcmal aurait forme un
grvistes.La police dcborde dut faite
appel aux troupes qui chargrcnt.Oj
Mustaphi ii^nale qociqui-j busses.
gouverne ti i ineut nationaliste An^oia et auiait 0 Babetgei discourait, une greaad:
adiesse a la Oonllrence de la paix ItaCC dais U sa'le eK?lo une protestation conirj lacceptauon ternie persinai. L'iut u dt c l
ventuelle du La.t remis a la di- a"*eotit dem ure incoaiu
galion o tomane. ROME-H a 10 li est olticie'l;m;n'.
LOMEOn parle beaucoup de ch.rg- de :oi I laer le jiomaa ctbi
Bonoui pour succeJci a Nnti. net. E i'entretiut avec le> leaders du
PARIS Le poste rad.ol.gra- g oupa radical. Il verra aujjurd hui
fh 4UC de Moscou qui avait tarer- je; reprsentants du groupe popu-
lompu son trait: l'a cpris hier. Il Uire,
cotinnent i fonctionner normale
ment. Ue Journaux pichent l va-
cuation des villes du Mein qui com-
mencera demain.
ROME Le roi doana un dner
en l'honneur des mentes du con-
seil de la socii des natious.
PARIS La sance de cet ip'l-
midi a t coasacre a U question
des indemnits allemandes. La di:-
cussion tut longue Les experts baan
cers lurent consultes i plusieurs rt-
pnscs. Cat il 8'gtwail de fixer les
modalit d'app.icatioa.Lloyi Geor-
lituer le Cabinet. D:
LONDRES. L'Agence H1Ta
obtenir des milieux quali&kaJ
casions intressantei surlemjj
les P010U |
de U confrence sur
plu.: io-.portants.Pour la fixl,0a a*,
1 ',in1' ll '1"i les ch-is!I
ademoits allemandes
gouvernements arrtrent |e 1(
dcent vingt milliards de miikl
or en j j annuits. ']
La Erance recevra ;j 0/0. Oui
donc se montrer satisfait fa
tats de la conlience. Qui pro
que l Allemagne n'a pas :L
Ncrologie
le Gnral
i^ onuiioana Bernard
Une dfiche reue de lrmie
coes a apporte la nouvelle de la
mort de Louis Champina Bcroard,
i ncien comm..ndat1t de I Arrcucisse
me^t de bur 1 M tre et U; s Cay i
Otficier r.erg>que, esclave de la
paiole donne,Louis Cb^mpan Ber-
nard a loi.jours stivi avec dvoue-
ment les gouvernement qui avaient
eu recours son expiiicace. Uue de
fois il n'exposa pas, pour eux si vie
quand il lui eut t si simple de
s'occuper se tailler une fortune
dans les deniers de 1 Etat.
Nous autres, de fuu au P-incc
qui I avons conuu, cous ne p-id ons
pas de longtemps le souvenir de cet
officier lgant,charmant, vui hom
me ju monde.So-is le dola an mili-
t ir, on sectait butte un ectur sin-
cre et loyal.
ue t>Uii"i qui tail de ses amis,
dpior? il lui m 0jl la dispant on de
Champana Heuard et pteseme a sa
t.nvile l'opiession de ses vives cou-
cOlaICCCS
ava.i t endommag par l'explosion
de btOkks de mua non-.
EARIS Les ttle.tii'i allemands
dan- la zone ncuirc seront prO-Jui-
Dental reconnus conformes aux
(blflril auiousis.Foch invita ea cou
Squence le geueral Oegou t: a en- st tsfques
voyer un ol'li ter reg er les d ai 1 de
I lu.ij-uii 11 Ue u /jUw occupe dci -
nieiemcni qui sMictUvia ue> te r-
sultai de oprations de coutiole otti
cieUeroem reconnu*!.
KO vit Le Cjnseil de la ligue
naiiouaie se ic-uut lu oui, uo.inne
prsident. ouv.,t la sance et di qu
ta llgUC d.Via CJUilaulllcul S lu [>1-
rci ties pnu^ipe de jus icc lutciua-
lionaie.
PAhlS- Li vr.calion des 1 UC-
tit aiuiiuau dut le bassin u.- la
Ruhr p.-rm.t d. cj 1 ti er qu ils so t
uuicnes *u ch lie prrtcru pai re-
cord du b a u 1919. Lcva.u ioa
de tiou^vb lui .i.cs des viile au
viciu co umeuceu incessainmcul.
MAYtiSubUo officiel deiat-
m jor piiui pju. ducu ci les cendi-
lions dva.uato.i de la Villa du
.vlcin par Jcs t.cupv La tiaeJ.
PARIS m guuVi i
Othu ua dinei eu 1 lu ...... li cfti
cicis de l'aviso AtltUe qu. uueua a
PARISLes qua'.re dnonciateurs
de Laon loque. Lemoine, flerbeil et
h lemme Aubert condamne a mort
le 28 luil'tt 1919 turent tasilsdans
ia mauoe a Yincen&es.
PARIS- II isu ts des dernires
que la rco.'e de 1920
s;ia pauicdi:e[em-ni bjun: Celle du
bnoumirtnt ne serait pas mt-
r.eute a 8a m.liions d; quintaux.
PARIS L dtente va toujours
s'acirousaot, par'.o-t lis repri.es du
travail so. t no nb ru>e t5a commu
mqi de u CGTaaaoace qu'elle
dc d 1 de demuiJcr aux (lirattool
ua; COtffieaiOa saie aie detiuee a
alimenter la rsistan.e i;s giev stes.
L'uaioa ds syndic, ti d u Seine
orgiaitc p >ur d maactii ue vatcs
Oicetiogs tn p.e.u air.
iPaRiSLes reprsenta t. d la
dcieg.lon de pch ne* alietnaudeb
conciuient un ac>.0;d re.ai.ve ne il a
h ii-tusou d^s bateaux de pft.he.
ROME Le dipu.e *ocia4i k tic-
no u coraaaovi ses dmarches ta
Vue de former .e cab ost.
TAZACMaroc)- Ll.i: v.o'.ente te*
cous c s.sm qu; a t re>e .tie Jans
li rgion ue E z O i ne pj;eJe
aucua d'a.l
PARISA a Conler n:e on parla
ce quoique lie seosiDle au sort dou sur uu dsaccord entre la FnJ
loureux des rgons dvaites tait l'Angleterre pour esquiver ses JJ
dsireux que la prioiu dont U Frao gtions financires. Cette dite,
ce veut batktti ne por t aucun que le commencement de l-cs
hnancire entre le,- alli, poJt
relvement de la Erance et la te
uiution de l'Euiope-
ROME. A la sance publia u
conseil de la socit des nationsTJ
toni annona que le conseil
la solution du conseil mu
li relative a la protection tatare4
l'Elit Armnien. Eacaduoei
se^ngativc ce Wi:on auquel le 1
seu sup.me lit appj, U conseil d
la socit dts Nation,' consa'.lera 1
nouveau le conseil suprme.
Le conseil app:ouva les me
prises ausujelde la patticiptioi|
nancire des Etat, Unis la cou
rence de Washington.
Do lar : 13 25,
L'audition des lves de
J usiin
Elle
P <; tst r- oui Dl ma, qu'cM i t
ludui Maounla dw tlvi du maure Juu.
k lie. A Cvl.C 0C4MUM Si. ScTIIIOUI I Mdel uJun
LW4 i. Wit kOoicftiicc 3U1 mrnusicKUi uaituns,
i.c> ioviuiioim reroiii tanceei cetie tcruaine.
Eo'.Kestone u daiegatiou franaise, dis tuncQejloyales tl hejecuse ex-
Mi.lcrand l'en, baqueia poai U Min plicitioas queureai i:. 1 Saa Re-
ce uinuucuc it.ie-midi< uu d.ias les .^.iv..s.t. n. ea re h -
PARIS-M .uiand ci Lluyd Geor- Ltraad tl LljyJ i-jejrge. Mi.leuad
gs dcc.deieui de proposer *ux aunes adhra au ayitOM louUitila gooal
tues lauu.ucmcui de la couUicace qa il ht co: igrei ta sa t ai i.ttre
ce veut batktti ne por lt aucun
prjudice aux intrt augiais et aux
dominions.La discussion se poursui-
vra aujourd'hui.
Les dlgus Iranais et britanni-
que, ti eut la presse franc, se des
ueclarations opumisies. ils sout per-
suads qu'uu accord dfinitif inter-
Y.ecdra sous peu.
rARIS Millerand. Lloyd Georg-
Chtmbeilanet Marsal se runircut
d x heures du ma lia avec les ex-
peits noeocieM. L'accord fat ralis
eu principe. Les experts nnanciers
rgleroat a 1.0:1 ire, les detiils de
lcac-t.on tt lJig-jnt un rapport
qui sera sou m -u nouvel examen
avant i'ado^tio-. dli iiiive.
Miileraud et Lloya G o-ge se ren
contie-ooi a nouveau a vaut a cootf
ren:e de Sp^. MitlcTand renra a P. -
ris.
PARIS 1 1 t de Jeanne d'Arc
lut soienneiltmeut clbre dans
loj'ts les Eg ues Ue nombreu es
maisons tait n dicorea dedrap.-aux
e dvter.dard^. La sutuc de Etieroi-
ne fui couverte d tl.urr.
MAY EN .E Le .via. .h.l Eu h
ordjnna que le mou-'em n d va-
cuitioi des er l^.res nouveliemer.t
occups commenceia demain.
PARIS. La course cycliste bordeaux
Paiii cu> lieu aujouid hui. Elle lut
18 Mai 1920
PARIS. La commission admiotf
tive de ia c*l ^'et runie hier.E
txr.nin. miuu uu^tment lasi'uiii
tt dcida la reun ou du cornue&)
nala conld ai puur mercredi,
vant Us ] >urnaux la di.cusson
heu du sujet de l'veutualii d
reprise du tiavail.La sance liti
agite et l'accord n: put e taire 1
h question de savo r qui delaj
draun des cheminots, del
ou des fdrations qui obirent j
1 od e de g ve, lancerait l'oidrej
que la petite Ninl rfocl la prsence
<>ui< yei du lui pouvaitinipiier iit-s
t(,uii;or,8 tui le jubete uu jeune
iiOiuiLt, D a Cl pcui ti que lu joli m
)8\ou eu htieii iiu.tB&^;if ces b-.aux
jturs.
Voil ce qu'on peut n'sumtr. Co
qui t- bu itCbOti pei tt eu qui nu
iii.uUsu p..', c'tHt m ebatme n tnu
itioujtuia 11.lH.il biu uu |a gbitle
Maiy Otiiori.t, qui inlerpn"tt le )6le
de Nini et raritr, safiu xagenLon
t l^iOttt iitcticu d un i,e e veu-
iab.e.11 tn oubl.e tuela Pttsc e.r1oit.--{s(s ai.ci rr.ts l.iqUci.Lt oi.s
il ici mauvatts babiiults.
il uritbun dciLu.ogu pic Sylvia
lut i.'a jeiuiid ttk.-c d tiret r tob.iiu
tut jpaM iiuo uu nMi't eu eeite
convtisiou tu; ai sclide qu'.nti en
uue.
J I sytholufcit et qui tu. ttui tu jai'ou
liiil iiiUi.me nuii ptpii i: 11.1-c. : 11. >.
i ieud Sylvia pai la jaitueiu tt lt i.oi.ne clitz lut un Itcdi/ VjUb iunh-
eiieux. La jennu luiu \uiih uu kt-u
ytux tout tt quuiie a uieiei a von.
j>" icali o, tiiu lontUle h\tc U
ptua |oyeute tuipiiei, que liub eat a
ja:uuib -m 1 i du bCti i um nu.- Vie tl
1.1 ouiiuuci. lu ti.11 i,in uu 1011 luyou
du kuiiil, qui fui foi du.ne au tiOOia
utiic jiln U!i-i!.-. lu, tilt etlbllu
uu bu jtui.c ci mvu tiBu.11.1, le aille
t 1 Ut 1 litus Qti 1 ttl.oi:.
Elle 11 x j li t lu lilui ti.iicr de es
t,tbii meku9| de tu 14 a:u naniu, te
tl b U 1 ILl ti MU.lt t I tl tll.UUVill
If e. Elle H > 1 '.\ . ..t- :i.i-- 11 . u
lai m H'. ,'..- i t:e a, ui lu [M s
^111.1 1.tu.lue Ce m.. iivMus j "..h
.i u %ii 1 iif ts et unie loi-jouia
. ui,i (i.imi. bon iLliij letatiou est
ut p t ont ce jeu ui.ui'ii tu elle 1e
i.vit t! tu. nu 1 LU tu | u ion intou
ciancu ti ea Dfivei qu'elle 1 ua
. j..rtid bi .ci. i titiiitu.. lu petite
Mai y OuboiLu tbt uci Urt* giecae
an naa-
de Spa.
l-AKii La silualicu gueuit
lOjceuianl lts givcs con.inue a s'a-
me.ioiei. U.i s g.aie qualquea tvhau
tuuriees qui se pi.dcisueot a S^int
Utius eniie le gitvuiti et Us qoo
rendue pa.KuUer.m.nt dure pu l o repr.se du travail. Le* g ves
cage quidte*ecop* les toutes. Chn uuent donc en principe mj
tuon?e.,i premier. tituchen, lielge, "ces pub.ics com.nul
. M .-Jlj normalement asur.
pjur ta Eraace le droit sar u creau- arriva second,
ce allemnde. Il i.n.o.L ea ttl.l que t'AK.S. Millet 1 id. Marshall et la
la lieorta iiauaise trouve muie Mis ou traoaisc ar.i.ereni a Faris.
diaiemtnt tt ton g ce a de lou.tai- Miilerand dec ara aux journalistes
ns annuits, ea igcnt ou m ma* qu'il e*t u> satisfait dei isuiLtJ
tire pitmiies.ies icbiour^ts utecs. ne la conle eue;-
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle des Hues du Peuple et Dauts Deslouches
Nous venons de recevoir par
les derniers bateaux un stock
de inarcliaiulises de 15.000or.
PARIS La rentre du pailefl
amnera au benat ia discussioa!
projet des nouvelles ressouica
les- Le lournal prte Poiacirtl
l:ntion d'cllectuer ce nujet
lenue sensationnelle
ROME- Une foule coud
assistait aux t'tes de la caooa
de leanne d Aie. Hanoiaux,le|
de Castelueau aini quedenol
..s personnaii e^ Ira aises et)
ue cent ciuqua.ne dcseenitai
lami E de i h.roineasdStai:m i\
bnd.cliun.
Le .ap- p 010 ci lesrta:IBJ
dant que le gund Buuriun
le signal so euuel uquei W
do.i.es de Ruine rpoodireat,-.-
PARIS La nouvelle p.f
pans qu- ie Cuaimahea ,
Choctuo serait sur le P^- *]
fusill. .....,,,
tt.- Kg ro pub ie dis m
sa t.veu tt morcelait ua J
serait
unjdeBill
0
maintenant collet

Bsciils de Me Vilar- & Piicc
%'i qualits de 50 1.20 le ferblane
Polis pour souliers
/ blanc, noir, muge et faune 10,000 fer
bla es un prix dfiant toute concurrence.
ment (.001
dont la mori
PAR S.La population dei
Rhin fat avertie de l'wj"
une laconique p.ocUm
nralUegoLitedisantqueWi
ttennentpirole.faitou" M
troupes s'elfectua dm! ie
plus panait
a rx/.lbci \t Bourgrne"
uniant debaialHP
!e comms
e iapp|U
t? in
VERMOUTH
cupauon pour ies'Fr-
e.iue.ei.uUn.elts.roup*
Bt8 ut les Ui.uituM- ^
HUME L, ru. ajauiy
les Joui .hux oroieiii 4e
eratlu.go do cuuu'"
Italien- K Qa\
TO cupatiou delitlwPri
B*HLI\.IMuaieuf
Sleewiglluluwiuetd^
oui \ rvoque pou
dau8tecoupd!iaiuo
l'AUlb Ou arre 'luUi.
div.ma ^^uou* ^
placard couiwu11 >c3
i

A. de Mallis & C ayenl yin'i;


f.E MATIN
Champagne FIEFER HEIDSIECK
ATTENTION ?
Demi sec et brut chez
M.*"
wahi>
E.
APHKL
& Co
^res ila d80b Chaque commercent, chique p ci
fi?**it. lo aurai* mi liiNi- ccmui f/aii -les
ttttliv t'imivii ctu / 8 une
'.Td?*'" |,**U|-
,-n.l oltni dans la
E corH diyluuuu
SJdantie produ.aii
ft actuoee uu l>1
fr^u. Iwuria un aa
.7 i*i doBbu8 ld
LC leduw.ta.
DESEUVICE
J&uJmu, Martinique
[mio mta Bout mier
?wittie de cee deux
4To.r -i Ciuae-. pir
,D^ri-*'> ectioae a
ta aa Sau iua-i di
Mira iMac est actiaoni
Lu daiiuicaue* iuata
graodd ret*rds ciuas
5jf9t.oautrei yoiu a
irmvte.
CiiM /-'/aurais
Ib Divers
tcHEMENTS
i.OnULOtilQUEib
SKVA'Oliib
bb
[LLttil SI .V^R'llAL
M,ia 18 Mai 192c;
;6o.8
Arrtez-vous ici et de-
Portau p^nce mandez pour la grande
|)ceiie des t'auilles.
Dirige par un homme
habile et respectueux.
cier
j r ,***<&>*
Epicerie du Sacr-Cur.
UdS de Peu-de-chose
minimum 22 4
BNREGl&lBEUSE NA TIOMLE
lui donnant la minute le rsultat de
ses ventes, le contrle gnral de tou-
te le opration* commes dates, ainsi
Oit et tur d'arriver m 11 accs.
i lia**:* voir ce Machines uierveii-
Il use clicz V * L Pr&etzmannggerholm
Avenu* Magloire anibroise Ko 621
En fce ta boucherie de H.Piquant
qui ul*mente toutes tes familles du
qurtier,
l/u k / milles trouveront toutes sortes de provisions de toute irai-
chtur. bire, Porter t Liqueurs Annie Bnzard.
Ll& lio.miu- loimBl les Force! Militaires et Natales des Etat*
Uni portail uuilorme, lorn cependant piles de se conformer aux.
tenue de l,i ProcJaniatiouaigu* ju hei i\j\6.
m
La maison Paul E. Auxiia
Fait toujours des prix doux p >ur ses clients*]
m lyre U hausse &ur les marchandises II
i'E'ranger.
wr '"un le il", _j
Vtnes profiter dewx m Miens prix
ne
\ maximum 32.1 Distinctions honorifiques
ledurne 27.4 (toMaie bouw MOuacr t Miue Vkmm uauomuf,
uni nifff'l'X l'aciei- "ec l'** Latrie, i-our Uk.u-.tj de ;uun;

-1WN
iSodi 1 h.
I (ODStan:.
). SCHl Rt\<
)YauCap-Hait;en
iVaiets > (m heureux de icter le
iule Je Lily 1...J., cette rcmar-
plnaiiscqui t>t devenue la ducc-
Wnao de Poii-au-fiincc.
, udc iomt Je g.iiu 4 eu lieu,
.m U une des l-reiei Acer.-
^c icello vjitur luuxhibe dcv.r.t
fUnt, Ar.jiie Leioy, pri-tntj i
| MBquu Je tlcurs et nu ore>i
It-Vanetes du Cap et de laj^ouu-
Oui de bon vovage.
RM laimu, Lia Fmdj em-
'* d'une vou d'or, ijui eii-
KC et lui attacha .:.. tonner-
BU, pomet - juCli iaj>0lS
PM tciour de hrilice, une adiia-
"^*tc U coilaburaticu de noue
M Mme Lily T.ldy ^ui va n^u
IK fle Ui biau.\ lilu.s ii.i.n non
tutth. (Les Annan t_.,, u.m/
*)01 cuckicy
ghnjourlei tuu-i m-, le Major
TMl>-vliei de la (jti.dai.i.eiie,
w^neniem du >ud. le major
** tuiporum lei .yuipaaiies
F'MKtiit iuuir p.r sa simuiiciu >eu-
P"ci att'jpic.
oui 1 accompagnent,
houiy ^iuu
Ruoiob u a laquelle prenaient
,j"*n,b'- Mr Louis Koy vite-
"^c que Mr tiaott s occupait
*"> a la grande soci-
lieu U discussion de pro-
nuisons rinu un es salu-
Kthr. '
>r Elliott
'M't"'OU, prsident du Con-
,*' HAiLO et de la fLi
houiy Liub est p. m u se
toi tu,s"-- ^n absence
|h,L tevo>Ke tiam putcnient/
IJMw")*mde grauus nanets
au oomerneiiitu. k'nuioau u lUOaUk de ie-
1 nniMiiwiKn ifoiue.
Un sait que la.uvie dj Jeanne d Ai. cousis-
I nt a envoyer de I argent en rr.in.e >UX orpBi-
i.ni, aux soldats pauvres et a leur* paicnis. >--
,ciica ete uisiauee ICI par MUM OaUBOSOI Cl
a eu pour prsidente M ne Rouswr. t.'- Ui
ou> le pauonage de i lillunCC falOaM e.i Ha-
ti peudaat u ptuiiWOM de Mr L. C. LantMa-
Jltta vOiiipluiieiio.
Maiiai)ei
LOI luei ma.a., snlJ8Uedu Sscrt -
'l'uiji-u ci -u a.uieU Uuik assi-l.uue tti
uu ete bCUl le luan-feC de MlUC V Ve LCOI -.
Vuid avec iiOUc auu m...... rm..... u i Aliui
USCOUlklU. l-e uis.ll.ue eoJ|le a el- COIMiUll
aiau.ei par le L)i faa,! SdlOinOO el Mme Lo
Ale.MS.
^p.es la ceiu.onie ic .,Ku-e .es oouveaus nu-
r.s se lendnent I PtUORVIllC O .1 y eu: bM rU
mon u.unie.
.sens leur iinouvt.ons no^. mccra -
menuet tou.. m vux de bonbeur.
iraiie pcxLt uiitcie
Nous avons icsu .e une part de U a
Mme a>'rOCOU i-.v^.-iiei DM) Lconk 1 r.ai. .
uew.dee mer piU-tOUll. ^. lai.e.-u... M.....
but aujeuiui.ui en ii.^ase uu BMUe-wUSUl .
l'uihe.u nuaMM noiiuaiie; Avenue i'8""
Nos xllicfies condoleaiues Ml lamiacs e, tuu-
vees.
De S *jJ
DO Gouivet, f.ouJ..pp.e..oas la mort de Mme,
"e oscpn Riboul mrvenue diiiuncM deiaw.
Ses lune...nle om eu lieu t* leiix.na.ii.
Noi smceie .ondoi.nce au u,-m,es prou-
ves.
ajff coiure %|
5a l.i
rCCKST*PATfO\n
nea les
GQMP ., : :^:s
SUISSES
,1 DBLORT, Pharmacien,
un. I
CBS r
DE I
"aPOaT-A C Kl MO
V.v PCTHUfl M.HKKT1NI
v Phrmo'a du T au' VIaBD
% fO. r- '................."c"s
A roi
I" 1 ;. Waiitl
' . .-.-s St to VI
L M cenU.^
/Im' commercial
A oui informons te publie die
commerc snpurltculwqu' partir
de ctitedale Mr J.S.HUWA
s. /*/ que i vos urons dsign Mr C. \.
lL'MJ pour Mre nuire re/ run-
tant t/t lluin.
Port-au-Prince, M Mai 1920.
i.," p. A- c;nii fi-coinc.
E'ie vient de recevoir des hareaux
de pai'lc po'i' homme, dfS chaus
e-t s fp fil P 'tu roilllM ft pour
Immm", Ganr- pean. fil, *o>, pour
t-OT-Ci et I n mis, Base! ti\ de
soif, Urret'llti, Batiste de fil pour
chemise*, Toile i drap fil, co'on, Sr
viettes de bo, SoiUtn qualit ta
prieure BOUT hnminoc, calico'.Naa-
souk, P -cale, l>oa de co'on en
bonne qualit, Driil btan:, K ks
Ladie.' Ulousr
h aa iTS
_ias do
jaune et b'anc. Diagonale noir, Ser-
ves. Uisimtts line Fournitures pour
tobes. iresses de fleurs, marabous.
soutaches, Rubans, /oiles blancs
fantaisie, Cipe de Chine, Georgette,
Mousselines piques, Paifumeries di
verses, etc.
Essayez totre poudre de riz t Ca-
roma 1 Wde i ;o la boite, et ser-
vez-vous de nos calicots de tamille
et percale, pour tous vos usages.
Varits
L'eufout 1
K u lie
la lu iC
u.J.uo
arues de la
'^uoiUiiiversit <
la,- ""'-- il.es la- B
PJ*l'l^'S|-.e- ;..-son-,
*Bhi,. Kxi proKiaimnes U'u .
7j^ommuniou
hi'apS U comr"u'^- eau-
**.L UniVersltQ
* le ,^'n,c "'annes.aiion don.


dai.
naiii
Nte
VBNDRkDl
ur ^/ iieioinc
Lt t5i.it ud.-a
Candio
Entre ^ '-^
LUNDI -' ^ Sll,ta
Granioaunea ae gala en
inonneur des poilus
Iv.iuo u.auu
N i Des car*'s u invitations
MioDt'remiiti touilto loi u
bii'eun du Secrtaire troona
.....
ilAVf.8 POiLUS JEUNIS CEI
. u KIK, *t BSHWI
, n soct* de la GaieW i-rar.c-c-.fa
It< M,r.a*/aao."''''';l )^*"' .">")
------------i-: cmm fN FRANC ta Mandat r .
NOUVEL r.LHUM CATALOQUa OS 18-iO
. '"'V
0//re de rvl^c
jeuub homme, compiablp, pouvi i.t
S'occuper de la corie^onduiuT.oihe
ses Milice*, tant au comiiitic*iita
dcote pice qu ceux de la pio-
vince- ,
> adrettet aux buieeux du journal
United West indies corporation
//. /', Dwis, Vice-Vrsident Gent gr in IJaiti
Offers Us Services as ugents of the
National Bscut
(>/ SeW'York also as
SelllDg l-iprriu'ativrs American Co'ton Oil Co
A-Mits-Unled S'.a'es ttubb?r Co
Selliog RapreeentativeiN- B. Fa rbiai Co.
Dil'eb'iuiioju''"' *
Vente leucan
Il s ii procd jeudi 20 Mai a 10
lui, Place d. i* 'aix.a
U vante de, VJ b-.nia de Itartnga
'"""' iO^TBH n ' i
ANEMIE
Conmlt'-e VOtra oieJacm ur ti
SIROP oe DESCHIENf
lU rxuniorlDblnf ) 9
Pr.-ocrit pur i.lui do Junoo Docteiura dea
plus omiaenU du Monde entia.' tUu*
. ANEMIE. NEUKASThENIE. FAIBLESSE, MMJWNf*
I e HOirRINE.CONVAlE&ENCE SURMCpVUta.Ck-
il la wandi cru* el lui wi la ^upjf. a,..ui r.t ^ < Hes d,jui'iTesjM l*u lea duU.
4iW^ 44Ma .w'ii ,.->**** lU U {>rVWAVW, M kW< -a. ...*JV C8 CUWN *Pp|t
-


M ki.\*h
Comptoir FRANCO HATIEN
il20, Rue du Magasin de l Et il
Messieurs Vaillant &IIouelonl
l'honneur d'aviser les c-mmer
anlsquls sont reprsentants
des 'maisons franaises sui-
vantes :
;
l'r<-dotal/!o-
>t'0\ Pftf'ol,
y raidi se !
Etablissement Chtelain !
IViickei Laurent Guigue & co
Produ ts chimfque
Limousin & co/ad,Hsm,(lic:imcil!etIi
Wulfiug Luer/"""" aech;nn(lie
Perinne LesaiiU & co',*"*>.,
O huili s tmen'telles)
SCB mm B WftBl'rys^FfiTi.,.,.
La Kabiline f;,lre'oi','m
La Pagode *53&Vmi,
Etabli; ornent A* Maurin,E^le'
SociirV'ruiia,ll';;;';ripi,:es
Alfred Rostand & Ws,^^
De RkqlsL* ce, Akf>"1 CL
Socit Du bon net
i^S V*)iii?o Conaerve alimentaire*
\*U. IttUHil, 4b Prigueux
Ducasse & Guibal, Bf,SSU
Joseph Perrieretfils et eo,Vs
a ne
Ul km. de F. azanove. Hj
ff?
Assurez vous centre L

AdresseE-veus la plus forte compagnie des EL U,
HOME INSLHNE Co de N.-
agent gnral pour Hati
fug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Protgez tciie M. iso-, volri Magasin, vs Impts au tau.\ !< plus iais. ntab'e.
Aucun Irais k commission ni de cc-urlage payer
Il seiguez-vous sans trait pu correspcndaact ou venez siacuttr \oire pn bi>.u.e chez
Ehjj. JE BOSSE, 1>5 Kue du Ouai
lope mm
1717 Gran'Ruc En lacs de |
Mnrchnndl s arrives pftr r
Vente en gros et dti
Liqueurs MaiieBi^
et Roger.
Cognac Martell
Champagne Pomme
et Greno
Vin en bouteilles de
Calvet &|Co.
Cous rves fines de
maison Kodel.
Vin blanc ef Rouge j
saps leurs d\
Vente au dtail!
a ma s
Veuve Barbancoi
i a rei
y'
l

," "7
mm
a v

' .j
"^T.
TTJRK1SH
BUENO
: au. PTioriAL quauW ]
- - '*r.;.,jiMM'WJI*-a .. .-* *
Pharmacie F- SEJ
A unie dix Hues Btnx H du r#\
2 Mdailles d'arger t Exposiion de Bruxelles .
Laboratoire de Chimie Mdicale
DrogueFie, Produ.ls chimiques et pharmaceutiqo'
Spcialits franaises et amricaine.
Prparation de toutes ampoules mdicamenteusev
e injectables. f-,,mni
Spcialit?. Srum r.vrosthniqoe simple et 'e?L
lodl.ydraty/re. Srum .e Morard rtmpn!'* ^
realcihanis de Ke/rier et de /fobin ^
Il y a toujours en stock : Nevrosthos*' Sirop P*
Elixir de Pensylvanr.
lpmtmre du PREVE^
Reprsentant des Laboratoire* 2
LACTWERM. Fument lactique, contre ali^1::DS ^
1 I- s el cutanes.
rfi


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM