PAGE 1

f \i TN Niiu.veltes Etrangres Par Cable o,i chrcii' Vnm Faits Divers DE Min \*9iiJmozUvtJ/ieSavntscb' ri 1 yn su'sse. n m 1849 diat 1* forn' e fi sa v nouvel'?. RENSEIGNEMENTS METLOROL'OGKlIJXi •• .8 Mai 1* \ BI-5 L confrence |_arlerrenlai re iateruatior aie du commerce dans Fareumon d a -jjurd tiui considrant qur. la vie chre a pour cause la uj t'ire de i'qnilior-1 dana leaeth*n ea extrieur *-tqul rst de l'intrt C( ininuii que le* pa\ approuvparla a-ueuv recouvrent l ur capacit r>ro •iuctive mit la vœu que IPS interna tionalt'8 interviennent ppur araelio 1er rapideiuiut Ida changes et don ner leur concours fi saucier 1 co noraique aussi linge que possible aux p y 3 dai. m m a iti ili par la .1er 1.ut qtM Unn* 1 JUH les paya la circulation iiuai.iTCre anoimale boit ldulta ^.. PARIS Maver ehiriit d'affaires * 'fuian'1 annona Milierand l'an 1 ^ee a l'aria dana une dizaine de jour des dlgus techniques qui discuteront aveu les expert lraru* 1M reprise de* lelitioua conomiques entre les deux paya. ROME Le dpt* Bis?olati dOd', l>s funrailles se ftrOQj au couple de l'c Ht tniUS Mi.lennd prsida la s.nce de do ure de h contrence par e inentaire in*ernationale Ju cjm.n.-r c*.[) i* un di'couis trs eppleu li il rappela I immen1 l'orS dsla PradcC pcaiaiit cinq longue a inee de gui ."•elle de.-iqutlibre coiomiquc qui ea rsul a. La produc ion ne s J fixant piu, aux besoins de la c > \-J ninaiioa la France accepta to un ni pour conjurer la erse ;o onqie de s'imposer des res net ont. Lpar em.iu cjmpreuani les dy.nptome> de relvenuii> s: oa • f* c it Ls rxportations ing noottfai1 ti Joub i ent comparativement au premier trimestre de I an ns • • %  i,si y*-' Vous teniez des secousse* I < P'tdale d embrayage, la plandii ou repose vus pieus a de trpid ion*. i.e8 t-oulons ni lia ilfe qui u. is Ment le volant u la ilu.-qiitU 1 vileb • %  quin sont deaarrf. ces inuio .* n'ont paa de roudelies ou u un 1 ill'a, ils sont d'un diaui'ie itop pet;t. lleaterrez les rivets ou les hju'one> posez dea toudellea eides g upiiirg, nmll-sz lia nouveaux boulons ci'u 1 piua gros iiiin >. %  en ayant roui 'i arrondir le* noua au moym d'uu *!e>oir-it 1 u tes aya.it oviluss, A U-.1UEYUG ( A sutvrt ) cemm* '1 est permis de l'esprer ce'le prrgressioD ronl.nne la stipula tion normale de la l-'iauce iera b.en 't ttabiie. MiUciaod termina en se rfjtiit•aOl i'r u solidarit interal'ie er nntrcia la confrence ds. li.ivaux Utiles qn'il'e MCIU a b (0. BRPXEUES — Ui an. once H C bonne source que le gouvc'unnrni a Um^nd va adresser inces^rr.me 1 l au GouvcrtMOitot 1 ; fci< t.ne ojle •ui demandant que la coi.i hllemaosi tixies au 10 juta pro.hau PARS— Li ior liicnce pailemen taiie ;r.. i/irj.! -o"a e du c^rr.rne ce da< s ta detn ce scance mi< les vaux suivan s %  demaiJa' : Kfirao. L'os k§iiUtico iatern iiOLtU. Seconds. La ontinuaron Ja co n.i n.l'inat'o 1^1 hir^,^ d tudier la que5ti> n du ihrge > t d; tiab' r I I CCO d relatif aux d t es des a.Les ti dts LLts ( et.l aux Tcfi c. Que les tats prennent immfduteroet t des d;spo inons peur (iirrinutr les u'ep^nses tt amliorer 1rs ti r ;;.1 :> tl rduire la c rculation fiduciaire, amliorer T'^utiila^e parti euhreruent des moyens de traaspott afi'i de rtni dier a la cti 8 4 Khans Quarto Ou 1 ne ci pjr incui e ;,'lciiit' ai x lpaiaiiooa blipo *i par le tr^i Jf Vt-rsailIcN qut li v i-inui s nui dis parauen. soit in vi ce a procder a l'ai oc ion de bons en or entie les ptfi syaoi su bu dei domma^ts de guetta et que ici muons igaa/airta eu t'ail t-ci iittnt dts ava ices sur ces bj. • et IcDI plactmtnt la pro haina runion de i'an".e picchiine :c tiendra a Lisbonne Lts nutiisseront idoill a>u-i que L s dorniuu s anglais. PARIS La iwi.lience des smb^s sadt u s ti. I une 'o"nue luntjn [aqutiii as i ta t MT R-^in^l l Towui coottcrfl i ia questijn de Ua II g. Le projet du trane Lu c sera co un-m^ue uxd^gue.Uuo ;UiH.i I ( iii .1 au DllQUtra d.'> a.l -ri s et 1 lige ce-, l J .illl>—. >#*! Hj nombreux ac'C.s d'iutiioicli iou ( i.i uiuailOii c e pir l .ice du ceoiiii de l-jr s'aiii. iota sur d VJIS ie* Mai. Pli'* d-a-o'.r I smab i de con-. munq-aet fju< r"neigncmtnts h h. ut du jourrja'. Sarlfl rsu'i ria l'dUtq'l U i le plu* t)ticli' pt" I •'': c on CHiMnl^nn n>nnvHn**nl i^ut mus c RlinutUren r NI SIX noufrH* r'voctioiH t rmt p 01011 • li er. i/t gr'O-d' m -!'* r li Ottmixfon. ( 's: un demi m ; l ard quR le li il devrait verser pour acqor-r le droit de conserver h Iota it d s navire* qu il s^i'it. PAKI-— Au cous de la visite qu 1 li. h er 9 Vli'l?ar,d, M:, d q,je • g >uverne-ne r .t e Ltetl 1 l* smecre dvr de .dp'ter s : le ?l is iu rtabtisemnt :oi • niiue euro PARIS L p .' lent intrimri d s h d g toi li> s; 01 e q %  • i t a VirsiHlesstreoiant J H J lape d o*ur soumettre SJI po-iv r nemi t les coadi 10:1s di PMX detii Uves Le C 1 seil appeni d; li tlia, suivant U /. 1 ung, que lus loupes iitvsroists q n; eut le bVsi'ii d: li Ra'ir. DJ.L\1<: 15 UorsEnvno m ru PETIT SEMM 1 IRE l O! LEGE ST MARTIAL Dim n h 9 Mai tao IJatointire 7^J • ) minimum f "trr.prature maximum 12.7 Mrvfre d ; nrre 27.6 T.iel n::gei:? j >ur et nu '. Eclairs i u NoiO, H^souiiie ipffmen' en haosr. J SCHEREi La Moniteur 1 Journal Officiel Je umedi parat avec le ion maire wlvani : — Rapport d la dlgation haitienoe la um* confrence rinancite pjp-.imiicainc ternit a . >->f;ion du m au 26 Jinver iVSt, Son ; tnCC Mr le "re>HH-m d'Ha i. — Circulaire du Seataire d'Etal des l-inance ei du Comncrce aux AJmini>traieur$ des FinanCCI de la lu publique. — "rocvvtrbal debtolamtnt de i cx>ogd.-* de billet de cji^sj retraites ; 4 Mai qao. ; Les Hog tion s Aujourd'hui ont commence le. Rocuion'. A cette occasion les prires publiques cl 1-s proc*** ,ons K1 Eaiiea i-en.lant les trois )our> qui precedent 1 \>:encou pour attirer sur Ici champs li bndiction OU ciel. Ce natta la 1 roeewon de II Cathedaie a et & 5t-|oeph; demain, elle ira S SteA-ine, niercre.li matin u CatnddraU procakmofi sur U pUc.; du marcb< et recevra .es deux autres paroisses. Briem^nt Roulement arti par laComnis ,ctor Mjngons .No ai e. H" nr Y Aug l, :'J> La Renaissance Petit Govo C est dfinitivement sameii que partiront Ici acteurs de La Kenais-ances J a destin mon de Petit-Goive o:. i.ur U de n.in le de la population, us donneront Le Flagrant dfit et I Les botkrne* nouveaus . Ces de >x piece%ii>c 1 le>de M. Po lux Pa qui ont etc Uni applaudies a l'on-iu Prince auront certainement un nouveau grand -u..rs. M onunation Ce mtin 1 ert in-ta le MUie Ralenti n on* me froiesseur de musique au Lyce NJUJU.II. II remplace Mi O.c de leinty .-,ui se rend : l'eut G.iave comme wlitl de la musique inuuici, aie. l'jas u> ci n m u ut M. J. B Dsir Nous a.-insrevj .>vec plaisir BoiN sy npath ouecoilr.ej B ; ir arrivi li semune derliire de Pori-d.'-l'i x O il re nput les loiicnon de Commi. aire du Gaivenemcnt pr le Tnb.inal de p:e nire i istanca NOUS lui :jjhanon. la pu c^rJ aie bienvenue* ir'un r ries lier .spi.-.mdi eu u B lt*a Nore-Dame ont tu lieu les urne, il.es di Lii ttei. Atifery, -, ans, dcide la veu.c. "sinctres co:ido ances aux p re.it prouvs. LA. LEGENDE %T r D AQ 0K Entre *** AmeaSat Ineait en iw The undpr8ii?ne.l onert h ce* as a coinr-clor 10 iha land owutrsm ihe dutiict l^ine "* Ile will undertrke to ^J rsiablialiCocoa. Nutof-n? spicee, in a by-sieiuaucaiW %  hke wauubr in those varion loucfiandintufei district thn pocu-uily adopiedlorioi, m rcaioiiHliio iH.es pertert luoae who atedesuouiwiil bddivss a l Ir-tterstoihecii, tfr Altoridi; llaynes.Uua du M delEtct. m JOahrll CillllSTOPHE H Webt Indian KRiicaltanJ native tt .lie lintish i-<3 colouy ut Gienaaa. BW I l. S. 1 tiave labourel as i fui augar este placier years in ih • plains cul oe Su. uiune 1 f Croix des Bouqueti Frince. Heterecce car bs nids dielno. J.cwii Le steu 'mr (J-MIO! k Li. Y utnanl du Liordtm Ititdu a vcr6 U ZOdu — Le steamer '.SiCkinM lignt hu.lanaauii ueruinl i ui k ci des fjoiii du iSit tendu ici vers le l4dm ne prendra pui de pJU4j/Mj t tittrup':. — ce suainer Gen.WCI de ta Manama veimi t\ 'ork esi attendu mtcrtkj le il du courant Mec M\ de niarJiantiitei, J l'Jo sacs de cjrreSponiui • %  "• M FEUILLETON DV M ATI S Judex GHAND ROMAN PAB A RI n 1 r, u B /..\ t D E 1 Kilmo par L. Feuilade ) |i()L'/;i'VlE Ll'kODii LE PARDON D'AMOUR III ( Sure ( Rdemption 1 1.0 visiRA bool#vtra| lu prod-i Jacqueline ponrauivait : — Oui, J? ine'sui* dit qu? Iult. aprs twir,j/iuvis-iifi, da m/frla romd' &f la-plu* cruellt, ced-rii* fait miroiter mes y'ux 1 1 renai*nsoca pob. i h >li d un bon heuqu 'I avait eoB-andnitt dclar itiii'i- irn iMMOib'da IttsttPreipItait de mu veau ,tn idMdM *n un ra l'uni) uit dl \I>I'L^IKH mu -acabli*. 4 l' tout ! .l'ii- rt. q'iaii j< S*i jrpi n a m_ 4 i %  cjs'• %  '.'l prciiiiArn lueur • ii.i .'rut 1 '"ti'ii moi earveaa j %  *"•* d--'ilAI|dI id h'hil 1H p H m 1 %  '!,,. %  .' r i"i',p, |ii' cachot (I.IIH nniiiliU Hiirnr* pin C*lol O j') m''i* d^i* rde-aji 14 ilVirre Ir*' mort ,. t |> n Il '1* |"u jn veux ^>r der tout* mu rai ou. tm la. pour voua redire .1 M;; %  -J\, \ ton \Ui et 101, !a belle r-xnien:e la \\\-. : • loua drui vju- mr/. droit Jules in'd 'b'( u •• IIT ^ -, luyaieneua .s m ui&c*4, tu avadj abin dwud iA pirt i J i liintain q u .0 revaudlt a r.Aaaia'.auci puuli jud. — uctl vi ail — Jd ne pui-t que tapprouve .pui-* q je c eat a ce g islc g lueieux q ie je avis la \i • Mais mlinter.ant qu-) j'ai recon quia, IJCII fi'uieim-iii ItX'Stence maia -i.i-.-i la Limit, |e vois tv.i •.-' t r. uiui' s Hafte, tmr • valoir mea dr^it-. 1 I' tau l M bu u q ie l'-u lo 1 • t'io, reprenait Jac-iueiina a'uue vu x araVd et couloureu-te, J • j...'la lietaauae, pia plua quu ua uiere m ton f.dre, 11e fdfQni plus ]injuian-u con're vou?. -lia toi oui li c) — /!a vous u it paidonn d ni l uie i t loyaut d 1 leu u Dd en • ra lll t l p IIM le ie.uu.,fc d 1 ui. 10 1 Oit d IQQJ 11*11) i>*i^t L Nf.'as-Mail If i/oipiT d>il le Inati'Ota bniain, ag f^t't, au cours de la ter'ib'9 ex DdrMnc) qi'il fatdit de iravertr n'dvslent nai ent-remot dnpin — \a vo M en cn-'j irr, poi'd^ivut l a l nlrarile or I .t ire, n* vin olY -i ig u.-* de C q n .1 ) in en vsn von dire.. .Mu, il faut (.pie ivou*. pari3 oui il fsnt q n je vous d ae tout c-; que j'ai su" l • c rur,, t Lt tri Ire qu* |e VJU Oirte, l'amoar d-) dioi eof ni nw l'o'do-i nent si in ^rie'HB n>n* qtt mtgre %  n 1 crainte de voua afllig ir j- n puis rasistdr Cordrs i-ipenear q n un di-^te >QI cot-cienr:e 'le mre, da li le et l in in'.e fem ne. — Parle, lieittit Ftvrau*. doit la fii* ira avait q ielq ie p tu reprn a m sQch-ineespredsioi le d u tAloH ttiatut aoj I a 01 sncoi r--^, la li h ii btiqu-r unn — J-in'u IMS . 'ouijiai r.. Unie, au:u 1 ni o-li9 ni 8:.njp-Tj m mabijolii. 1'1 Ctiiinue cinuii PU tojte a itce, j'ti le sirlel deviir d- n-i m %  au 1 -enir qu d uni -li ne : c est q i vous tes U) ) i pre Leuerriaut, il est dd mon devoir de v tus prvenir qu-i ( e n i^ iore r.eu d j s CUL'O stiiices d.Mtu CJ p p Od fo;. qui ino Et a'exa't ml ju qu la plus lodlOd ci : ite d s ia.'Obdi'endai il s'e:rt : E ei i non -our j J lui J itsrtva la g ni'i9? Si a m m t tt* j* rj|d daci date a pie id i au-lui >a re'i i : H c Uq lele j ii dro t:' DUH qielquea j >urs j'aurai re;onqii*ma puissauce. El bie.i, puis id il ou es', ainu.ja le b oterai co u ne j en ai broy tant d autres < dut 0)i p o* serai pis aussi ftitjl •, j- ne a ra pis aussi fctip'Je que luil'A el s'crit U j-Jini firnne, iacapib i de se mautiser dava^m r/-.. l'are, vous ouoli.z donc qui a comme ce? Abl il t'a dit dttsUi? — On, el voila pourquoi je vous aJ|ure uuub.ier so.t a:te de vantteanoe, mu. ne plus vous dO ivenir i tmais i te de ao i g *.te de pardon. — Tu pliures uouc ce que |'ut souiTert V — Et lu•.. et ctt e ptuvr femme qu'a -e mi li n %  de l'iuicu*— Voila que lu IdS d-Jfe.i 1s.' — Jd vois l'ai di. iuj.1 pre i Mis/ et si j i dplore de IOU es les forces da IUJU tre les belles effroyables qui vous |el eut ainsi lea ans contre les autres., je ne pais capen Haut, m tigre les uiui* du aang, et 1 il %  .-ctiu.i q u m uussaiit VOM, je % %  f puis cep-U'iiut oub ter q i r c el VJJ JU es 'tf p.OVUilte I UfHA, le clutrcli .vd,ci mnl I dfendr contre vourmJ l'our se disculper i W| Judex. se vuy 1.1 dcoud tsa-is tout J qaelqw U,UI Dcile / ..a Nierezvoi^asprei J ludeah.noro sa rd-sv.." amen son pre au stW-' Haudongll Vous ne VJdd'iei t r -..-. ma lIlCSI IC nui* ^ pas, mou pi-, me il cruelle nceatiw d proj ddbat d'o, c'est ailMO* eM ua pourrie/. paisjrurw — Jicqu'Uiael n imi VOJS oti-z toata w doux td bon. — sia-:oi l ., El eu urne si I W J* nouveau de lui, Kevrautig voixrsuq.e. lea yeai sang et oui le corps mw' bernent de rae %  ., -je veux voir JO^'J psrler. jeveuilui^ je veux le tu r, oui. m "sT.J.cqurfio.-^ rl t;l en dchirant p*"*! cœirden.MOlqae^ ici produire su. I *, impression aus=i V< m idnutid, illh)I ,u fl I, -,'atr.a utm%i saline avec ^S-* gare, mais do ^rf cepemani absents.- ^ — Toi mjunro 0 1 veux pas ^ r su-" tl „ laissant WJJitfsV Uuii U e'cn. o -^ Uoi.t eut' H ses %  VTJL st-— J* ne Sl f u *SSisptaal ,,| ^w^vi.-rW nf • •



PAGE 1

LE >V^ De La Tranquillit ^Esprit Du Touriste p ,OUR retirer de vos pneus le maximum de kilcm .s, ayet l'oeil sur les petits ennuis—et emp-hg2-leo dLea Accessoires PlroatOBO (ot partie du service extraqu'oilre mettait! la maison Firestone. Eien des pneus ont fourni un supplment de kilomtres longtemps aprs avoir dpass la "limite d'i^e" — c'est tout simplement parce que leurs sages propritaires avaient toujours prt un ncessaire das commodes et excellents Accessoires de Pneus Ttrestotte Le Maximum de Kilomtres par Franc L. Preetzman Aggerholm Port-au-Prince Tropicale r ficep * riu tailleur Smi h No ISC \k IrSP il frt arriva I Riiir l||ilirlqrecon>r' If? i>,al^ et il. |nk rhfZ Alchonpp 11 P y r es ^•uwn:iir M le pour ouwiii > biojcn^, (Je l> parid cors-ls, d 8 'h iU8Uihes pour ho nnvs dVs i de minlr>, d^s iptin^ id 8ar'icl;spo'ir dames. •il pwr Pnl'-nU j*imes ^0*nH>sd3 (oue beaut,— nLmox pour Lttsive. fraiapii outre le spc a_ies:Tonique 0 i^n'al, WWHIS Excellents. H >d ItWer, /Juinent Min rd i Emulsion Scott e c. III. l e u r s d'flfOi Avant d'acheter une voiture, tond tritv li'MJOiid'hol **rr dtUl m |> d gtelQwt dollars vo*s ,tvu7. (toit lu plus bule auto Jf haute i" Rra**cr r-id. FA TTON, agent A ni§ miteal Dort nr Roche Grellior [)> in Facult le Mdecine d, Pift, accoucheur. Ao-oiicli Mueut. Milad es d*M femm s d s nouveaux-ns et ds FOMW u maires. O^ra ions chTugicalea. Cms il ai uis -ie 0 tf heures et d'3 2 a f li ures. Po tau-Piinc-\ 1012. Hue de IVtf ht. rVule ( AvisdeDpirt N** pour New V .• -V / £.* fil ptrle S,S 4UUNCA Hferoun, 11 du ruuruni, litotes de laprs midi 1 rente, U lu Mai 19*0. an A VENDRE ' kiit d'une lire it M dru i Ivres, pcvrral iltfj Ate.n laiir, h Ktti'Mre pr- de lui J, toujours. tuUir^, et ?** annor jjn.iu.iu bout %  toblin1 iTo. t quelh vil pour arracher de ^Jdu banquier loua les •yct', l0U8 lea p|rea gen ;jj.cjeni. s*o< v.ohnce. K,'! Dd rw8e el,e om fqu'un pre par aou {^encore, di^ai.-olle. g•* commence a me ii5i, 0u,ilUz u iecoajp'en Efix 1 '?, 01 "ouapouvona K on ou,. ., heure, x pir'e, rS ,al83a de K; r r abi, i e vii. \i oaJ! 0, M jeune R>Vr V e ""P 1 d 111 H 4 H VU *• d *,r0,J MoMiVrc) ttOOk de la Pharmacie iohlmana Sur l'ordre des Se juestres Liqui da euis, en venu des pouvoirs <(ue IPUT coi tro la loi du 13 novembre Ml 18, il sera pro'dA le mercredi dix n*uf Mai 1080, a 10 heures du matin, da? s les ltaux de la l'har m arie centrale, l'ori-au-Piince. la vente a l'encan de : 45 lots de produits nharmaceutiques assortisChaque lo sera ve< du en entier •H qu'il se comporte t HPH /;i'an t:e il • pi i ils ni de qualitLe l^le iD#nt se fort Ira adiotioioot Tous aa're-t rtOMHg e 'tente psu vei't tre obt'uoa HU h'irenr. des .-•>< uiieKtit'F Graod rue No 101 1 t'otiu.lMi c*, 'e Mai tttJOUs St'questr $ Liquidilrurx O SCAHHA A A J. MAUMUi L Ei'cmdeur public, MONTBRUN ELlt M m Sphora Gabriel Infirme su nombreuse cUenll qu'ell". vient d'ouvrir un Caji irstauran', sis, Hue Donne froi, No W7. On demanda A (uhrterdes chevaur de selle de, grande t nlh et de> mules detnits. Sud e.aer CBUl C nival, P. A. DAGUEIT %  taz.A vendre un intomot le F->ri 3 bv^n et., avec Set Statier. S'adresser aux bureaux du Miiio Comploir FAANCO KlTlEN i/t?0 5 Une du Magain de I Et H Messieurs Vaillant &Houetont l'honneur d'aviser les coin mer nerve8 alimentaires \JU. IillllU de i>rig„eux Ducasse & (iuihal. B, T* at „ Joseph Perrier et fils et co, v "^ LES Sacres, de F. azanove IL et prcdu'tf d'en'retira Encre., colle et cire cacjjetet %  0 3sops h* gi'Biques cl ralraifliissan'es S v.n lENvTL'fiFL d Mars il le Alcool de menthe chiinpagna L. %  . %  %  J ^— %  %  -Joe, pQKJTZ PERSONNE DE CCU-) ilTUB PC'JT DFMH^ ET* |ASSCUPLL1 SES CHEVEUX V!r uevetu impfaicnici.t b/ffWL*, ^-j* %  •ofMV et uMBiui eu uwat U JrPELO-USINAr / .rLc . ....hJuju* U* ch^yiix' !cr.jiii. J 3 'u lv nr 1 ne %  ulc-j' Qui l'or.i fl use. •.. -. irM l'Ia .'• lu r.irvultitt i reMnala i>l nui. ". ; i cJrrll< ilo i dt U TKi^O-LlSlnJI *< • 1 ,i\ .', i %  • .. %  n.i AmW. Net -ic l..'fv. • ti !• vl'.'' !-. r .mi I ";• v>'-' li ••'• %  i"i I i"LCI I.<1.. A Il:i-I dc/il'l m. ic iJ-n lii .II ki •'•'• tibU. i-.i:.I o-:t hit '..-. -1 i :. M >it 4 t..ji.fi rcr'o:. a %  %  r' 1 %  !•• t ;.- %  IM %  I -• ::L C : ::IA KAUUUI • %  saw % % %  i .n %  Pomme de terre Fraie LalreOAO deGden A la Espagnol* \, de Mattis & C agent gnral



PAGE 1

i/i ^ .*. i pharmacie Albtrtini-Ewald MARTIAL A. PETRI?S,;iV G. Suc cesscur Fonde en 1850 Produits chimiques des meilleures L suis de France et cl Ame l que Lrme Dentifrice Kolinos Parfumerie franaise tt amri] canne. Jmlinaqe, Ja (Image I! Delv Manon B. ASDRETll SIED lo Pour les commandes et conditions n'adresser Monsieur Feman I C La raque 22, Une Dante* Deslouclies MJ,,K AUKNT t\m l l i Y TI Ppui les vtn es eu graj et en chmi s adresser Kofilfcur Victor tiongoni i7j A'* uti tegatm dslElal Pour La trotta wuieatai, n'adresser aux maUooa suivai/es : pharmacie Emile Brison, Epicerie moderne, Laurvncwn On Irouviru un bel assortiment de ljurnes : Carotie, radi, avbeiline, laitue, chuux, tic; ex ausu un bel assomment de fleurs: PiHiie, Œ net, Quaite Utures ? tic. Pelius'' lliug fclcre fcuccessw l LBthli.M I.W AL1> 1 stabisheu 1&5U American Setrench Paient Mt dic.nes. litsi cheuncals troui LO IL [ iv. anu the siaies. ^•ineucan prescririons .Elles, french de mencan Pertunitu Tone Water*. utl H a Parus' Pharinacy UiacLa:e of Ten.p: tlnivcrsity, Ptiiladeiptila, Pa. ~a vritable pommade mervtititu Madame J Jolitois ftll 2}i hue l'uamiin Remplisse dUfoinur sa biei VHilaiie cucin e <^u'tli • i. par lt de ii er s.taum en lo I I ce ..i meiveiJ eu>e pcmiba it M t t^oi< rietde h koigo P oilucts Ct tes itnbit cUmts qui k\ietii dpos d vule >is eu utpol pu... te pou.u.de fro il p s d pas^er icUlD?r Itur poiucci.u.p. g04 Ce tbiuutzlo ui'uutid Oih MI iiiiisou a sutfi reu d< Ferre n'nvm iPitne a buqte s. A\\> aux luiiiiurs, aina cuis de quels. ie l'ai m crent et le l J a\m oit Cet deux piwtuiti nnivJltmcni inliudutis tu lluitt. pour ovttntT UtM'AsVlUI} ttUsit eciuldiit ti / im uei*.uUila<|iiiedcs E.U, HOME INSUKAKCE Co de N.-Y ayeiit 6 g n ral pour Hati Eu g. Le BUSSE, Port-au-Prince PjSifgn ^olie M/vov, ^olre ISigtao, ctdpdb au ltl le plus risumabe. •te rirais k mmm ni de cturtage payer li DfctiflBcf-wuft M r?a != rai conpfrdncoc \ccez diicutrr xoue ^rcMfire ibi Eug LE BOSSE, 95 Bue du Onai -^ '" "~"ff m } — %  %  -• M. JT.T %  •li %  '.'.• ' IMO,. 1 i %  • CiGArtETTl THE AMEWCiN TOWi ... -..••v*"•>•" Pharmacie FSEJ i Champagne P1EPER HEIDSIECK Demi sec ^/ bfMt ehe% EDWAKU M. lt 1*11 L&Co Portait Princ A ngle des Rues R


PAGE 1

jfiflifc 8 fort G Prioi! .ili £55* ^5 B '^AGlSTRATfC;.MUSAL BONNBMENTS ? 0RT.AO-PRINCI l** fTRANQEa ^r"— l %  sou G. 100 G 250 700 800 Un bon cheval renverse le cavalier maladroit qui le monte. SOCRATE . joot reues au Comptoir In ff P&icit. 9 Rw Trouchet, PaV 23, Ludgate Hill, Londres. Quotidien lELEPBOXEi: 208 %  %  -1-1 L Sou venir 8 littraires \ Pour ailirer Lord Macaulay /M/iVs d /a mmoire de Ler (Mutin l orateur impeccable au bai reau et la Inbunr. ( SUITB & FIN ) |Ut! ifhy, lui, quand il plaiir-iluences d'un tat de socit stm iirivt/aicsi que (ont tous Diable au cotre craint de'exposerux btfie'son pays. Ibumour influentes ae quelques vers grec* et iili'ed'ua ton solennel des latin?, ag.t, selon nous, comme le [oiitatmeat com ques, et 4 voleui qui demandait aux shitts de lltnyie noble tt la phrase lut taire tenir un parapluie au desUDomei.1 mme o l'on sas de la t e, d puis ia pone de Mises auditeurs. MacauNtwgate prison, jusqu' la potence, bon aaglais, et homme parce que la mtins as pluvieuse [ Italie en ce genre comme et qu'a craigua.t de s en.humer. > %  ce qu'il crit. I distnb .e L ironie, le sarcasme,les genres de iiiMOiitno r av.c le poi g plaisanterie Us plus amers aont haitui-boxeur Tel est le co.nb tac. s aux :uvaics ang as i 'nais Diduo article sur ua nouils dchirent Uu s victimes quaud i de Uuncigti — Lo> ils .es eg -l gie-t. Aiusi, ou H eu. e jo4tot Nares, dit il, nsus onstater, en comparant la aUdiiauij)'u:onnem.-ut sembla b e ce franc use telle que Molire la reeprouva le capita.oe Lep cale dans ses comdies, a la ~i.r,lorsqu'il h da pour mdisance anglaise, telle que Sh.riois a rlrobdi g >ag, e. dm, par et nuie, la repieseutc en pis b;e ussi han ts que un .tant Mol.re. i,awd;> auisi g aujs que Ua grand atfeni anglais, disait un e des ro.teieU aussi go jour, Molire n est d'aucune nation, oosLouvrag: et toutes le d.eu de la comdie ayant voulu tout composs sur une crire se lit ho m m et par hasard Ifpni.squ ; le tiae et aussi tomba en Fiance. ipituce odioaae.la prle me rallie volontiers i la boutant oo hvie otdicaire, et de du spirituel acteur anglais ; mais lawiicnt autant e matires je pense que, le dieu de la comdie Iklitotbque Nous ne poudevenu homme, se trouva du coup i rsumer les mtites de bmme du dix sept me sicle et tuas masse de papier c'est pour cela qu'il tut le dieu de la Mfb'elle consiste en deux comdie. (in4 environ dimpres Divertir les honntes gens.disait i utile occupe en volume Mo.ie.e quelle entre?nse trang ! )l issu pouces cubes, tt qu'elle ny a que l esprit franais du grand livres bien comp es sicie qui pouvait y russir, car ce Mvinl le dluge, eut t divertissement consiste a conduite corne une lecture aise les spectateurs aux ides gnrales, let Shalura, mais malheupar un chemin agiable et le got lit vie de l'homme n'est de ces ides, est, comme l'habitude i que de soixante-dix ans, de ce chem.n, la marque propre des l* pouvons nous emp.her honntes g.n ..Moi ie dveloppe son i docteur Nares que ce n'est avertissement pour les gens polis lui de nou; d;mander Ouvrez la piem.re pidt tau posmls, des dans l'espace dune journe sans dfccommt.ot ti des con coraiion i*vec une simple tapisserie "unes, tirs de la vie vu:et quatre fauteuils, ce peu de ma. l.eie laisse l'ide percer plus nette%  JP'Md et droute le lecteur ment et pius vite en effet, tout leur *:jn lombe biusquement objet est de mtttie ces ides gnra^•dtiil tamilier et giotesles en lum r^ : la simplicit du suni. W f 0ien i 0Q cla e jet, le progrs de l'action, la liaison tL UC0U P de gaiet ; la des scnes, tout aboutit l. la clart ' u * uclainer nent et si croit ; l'impression s'approfondir, le ift ? COrnme un coup vice lait saillie; le ridicule s'ammonftn voici un %  •tir. ... ,„n.. nunu'l re ailt. SOUS Ces SOillSur ^initiative de 3t.0, Os Uiuyne, ichevin de la iil'e d Uand, les dkyuts aes pffnetlHiics ville* du \iay m sont runis vriulredi 5 mar. d Biuxelles, 'lai-i Us bureaux du m ua %  ro dt8 chemin* de fer, mwtne, po*its tt tltyrapluK, et *u>U cunuenu* d-xeictr, tous le palrunuye au service Ut pr $• se et de publicit du aeparitment, une propayand? cvllicttve dans l'intrt touristique des localits affilies. Let ressources in lustrielles, les diverse* branches du commerce de luxe, l stpa tus m! al que* 'ameublement, tt".., qui car*:lirisr.nt certaine* ville* be,'jea, sont tgnile* ltranger au mme litre-m ,e lus auracluns des villes d eaux, les muses, caihid/ules, grottes, etc. Les reprs niants du minis'r en Ainr.qae, Aiylstem, trance. Es pxgne. Ha ie, siuis e, etc auront d p'ier leur concourt au sac es ie cette pr.jpuy inde. mais l s dcl un aumS ju.ta.* dea Jousautt,. jgjrdj joint qui ae trouve Mite i.m •eani.u.u nui IA amomes a oul'embase et Jle carter, ou pottf 1_ a Le m .Cauioieu qui lea amome • ou biid je creusdr dea ramuras ou de percer des troua d Italie Fait<*s grtter et leeserrer ptr un juoieur. 2, coussinets de ttes de bielles Le moteur fait entendre un bruit peu prs sem blabla celui produit pu le jeu deu paliersmais plus secCe cog'iement se produit ebarjua daim tour de 1 arbre, mani vciisi I'JS quatre ttes de bielles ont du jeu, si non au demi tour moteur du cylindre.dont l coussinet est en mauvais (tal ( ceci p ule* moteur 4 cyliudres ), Moues eau* aes que pour lea paliers, mmea rpsrauoua, plus facile, parce que dana beaucoup de cas le resaer.age provisoire,peut i. litre pir la po te de dessous. moteurs culssae dmontable, celui qui ae trouve entre la culaaae si IsM cylindres. Enlevez vos cylindres ou la Celasse, posez dss jointe pluspaiSj Une main maladroite a laul tooa ber un ecrou ou un boulon par le Douerions de aoupapea ou par lea troua dea buugiea Dmonte/ voa bouchoua de aoupa p a ou vo*} bougisa. Ec levez a a plue vite au moyen d un lit de fer la pie ee trangre,qui pourrait crever voa piatou et dfoncer la culasse. S* Manque d'allumage 0 1 cyundre. gratigne. pour faire rire les spectateurs. Tels sont les constrates entre l'esprit franais et l'humour anglais. Lerd Macaulay avait pris ses grades universitaires Cambridge. Il s'est distingu par son esprit trs cultiv, pntrant, avec une pointe d'humour. Il avait ce savoir et le sens des allures qui appart.ennent tn propre i la matrise anglo-saxonne. Les oeuvres littraires et les spee* cbes loquents de Macaulay lonl manis avec une verve pleine d'entraia et dallant ; ils ont sem dans le monde littraire et politique des donnes fanes pour sduire ceux qui sont prts i suivre les penses de cet homme minent, qui a afhrm et prouv .e qu'il a dit et ce qu'il a crit. He dted in 1859. on the sixtieth year 0! bis ag<,*ud h s remains were coosigned to the compamouship of ine g oriou* dead in Westmin>ier Abb.y. I. R, HENT Le routeur fait entendre dsns le haut des cyliuJrea et a ebaque tx ploion uu bruit lessembUut aux Votre mot mr se met cogner apoa taumeot, voua seule., que.la carros aerie a des vioratioua. L'.ie bougie vient ds cesser 4e 3 Baguas de pieds ds bielles, fonctionner, un l de Haute iauaiou est dstacb de votre rnague'.o, de vo'.re diatributeur ou est en contact avec la suisse. Vjtre 1UM111' tant en narebe coups demaneau aur uue enclume, ouvrez vos robinet et celui par laU y a du jeu daus les Digues ou de'quel la m ne ne jaillira pas voua l'usure sur les axes des pistm-indiquera la bougie,ou le Ut malais. Dmontez voa cylindres, changez Si voire moteur n-a pas de robinets. lea axes et les bsgues prenez un tournevis svec uu man Les cognements sa produisent eue isolant, mettez an contact svec lorsque vous donnez du goz, de l'ala maase, le haut de voa bougies a vauoe 1 allumage et principalement lea prenant l uue aprsTeuife. Si la n moulant uue ctebougie fonctionne, l'a.lur ae raten Uu oou mcanicien doit trouver tire.car vou empesez par ce court taxe lui a demande a .re rpar, circuit, leuucelie da se produire ei un seul a ou jeu1 intrieur du cylindre, Si elle set eu 4 a Charbm. Le muteur tait eoten mauvais eut. le moteur continuera dre dans le Haut des cylindres un sou rythme et Ce sera le malade bruit seinolabU aux bsttemeuts de Vendez les bornes du il. de aeoso deux tiges u'acier, et ne rpond plna dsire, umootez la bougie, nettoyez. la manette d'avance l'allumagelu porcelanie, lglez la dis'ance des. U y a des dpu s de enarbon daua pointes qui doit tre d un millimtre lea culasses des cylindres et sur les aviron. pistous.proveoaut o'tx.s d huile ou 0 oylindro. Lsmoteur cogne de gszoine Les Jepo.s restenl mcan i (guiirtinetM, la tuyauterie vibre* Jescents; la cuambre de compres L embases dea cylindres est des sion se trouvant dimtuue, il ae aerre de ueasus te csjrter.l'huils est produit de a eiiuuisg a avam le point projete entre ie cylindre st Is car mort, qui sont a, pi> auie a luinater. se. Hessetre* les crous d aseeuable > 'ttoy. i vos cyilnd es et la calote ges. dd voa pisto ie-fuur viter cea dlu 3 Volant U % %  bruit soerd se po a, il est oecs8Bi>e que plusieurs p oduit a ha ,ut ,ur S l'air re dsi ton par astQsiue, s|o(s cjue votre moteursurtout lorsqae voua dbxt ;


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05113
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, May 10, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05113
System ID: UF00081213:05113

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
jfiflifc8
fort g Prioi! .ili
55* ^5 B
'^AGlSTRATfC;.MUSAL
BONNBMENTS
?0RT.AO-PRINCI
l** fTRANQEa
^r"
l
sou
G. 100
G 250
700
800
Un bon cheval renverse le
cavalier maladroit qui le
monte.
SOCRATE
. joot reues au Comptoir In
ff P&icit. 9 Rw Trouchet, Pa-
V 23, Ludgate Hill, Londres.
Quotidien
lELEPBOXEi: 208
-1-1_____L
Sou venir 8 littraires
\
Pour ailirer
Lord Macaulay
/M/iVs d /a mmoire de Ler (Mu-
tin l orateur impeccable au bai reau et
la Inbunr.
( Suitb & Fin )
|Ut!
ifhy, lui, quand il plai- ir-iluences d'un tat de socit stm
iirivt/aicsi que (ont tous Diable au cotre craint de'exposerux
btfie'son pays. Ibumour influentes ae quelques vers grec* et
iili'ed'ua ton solennel des latin?, ag.t, selon nous, comme le
[oiitatmeat com ques, et 4 voleui qui demandait aux shitts de
lltnyie noble tt la phrase lut taire tenir un parapluie au des-
UDomei.1 mme o l'on sas de la t e, d puis ia pone de
Mises auditeurs. Macau- Ntwgate prison, jusqu' la potence,
bon aaglais, et homme parce que la mtins as pluvieuse
[ Italie en ce genre comme et qu'a craigua.t de s en.humer. >
ce qu'il crit. I distnb .e L ironie, le sarcasme,les genres de
iiiMOiitno r av.c le poi g plaisanterie Us plus amers aont ha-
itui-boxeur Tel est le co.n- b tac.s aux :uvaics ang as i 'nais
Diduo article sur ua nou- ils dchirent Uu s victimes quaud
i de Uuncigti Lo> ils .es eg -l gie-t. Aiusi, ou Heu. e
jo4tot Nares, dit il, nsus onstater, en comparant la aUdiiau-
ij)'u:onnem.-ut sembla b e ce franc use telle que Molire la re-
eprouva le capita.oe Le- p cale dans ses comdies, a la
~i.r,lorsqu'il h da pour mdisance anglaise, telle que Sh.ri-
ois a rlrobdi g >ag, e. dm, par et nuie, la repieseutc en
pis b;e ussi han ts que un .tant Mol.re.
i,awd;> auisi g aujs que Ua grand atfeni anglais, disait un
e des ro.teieU aussi go jour, Molire n est d'aucune nation,
oosLouvrag: et toutes le d.eu de la comdie ayant voulu
tout composs sur une crire se lit ho m m et par hasard
Ifpni.squ ; le tiae et aussi tomba en Fiance.
ipituce odioaae.la pr- le me rallie volontiers i la bouta-
nt oo hvie otdicaire, et de du spirituel acteur anglais ; mais
lawiicnt autant e matires je pense que, le dieu de la comdie
Iklitotbque Nous ne pou- devenu homme, se trouva du coup
i rsumer les mtites de bmme du dix sept me sicle et
tuas masse de papier c'est pour cela qu'il tut le dieu de la
Mfb'elle consiste en deux comdie.
(in4 environ dimpres- Divertir les honntes gens.disait
i utile occupe en volume Mo.ie.e quelle entre?nse trang ! )l
issu pouces cubes, tt qu'elle ny a que l esprit franais du grand
livres bien comp es sicie qui pouvait y russir, car ce
Mvinl le dluge, eut t divertissement consiste a conduite
corne une lecture aise les spectateurs aux ides gnrales,
let Shalura, mais malheu- par un chemin agiable et le got
lit vie de l'homme n'est de ces ides, est, comme l'habitude
i que de soixante-dix ans, de ce chem.n, la marque propre des
l* pouvons nous emp.her honntes g.n ..Moi ie dveloppe son
i docteur Nares que ce n'est avertissement pour les gens polis
* lui de nou; d;mander Ouvrez la piem.re p portion d'une si cogite ses pices a ta p.eiut.e scne ve
nue, vous tes tutuln; un courant
s'est torm, vous couuuit et ne vous
dche pas. Nu aire, nul cait,
point de hur -joeuvie qui \un-
_____ ,,,.,,., uent vous dta'raire. Un tveaerpcut
hlais un excellent mo- corn.que su.t a Mm.re. Une dou-
^*"*,lw, et l'on se rappelle salue de conversations composait le
'Itipuituti doyen Svrrft, Muanibrope. Les pices de Molire
'P*' des chiftes la gne- sont miles avec rien . Elles n ont
use U la gnrosit an- pas besoin d vnements extraordi-
JJttWwt Mariboiougti sous narres; elles se trouvent au large
nB- L'htmoiisie tmp.oie dans l'enceinte d'une chambre et
>idt tau posmls, des dans l'espace dune journe sans d-
fccommt.ot ti des con coraiion i*vec une simple tapisserie
"unes, tirs de la vie vu:- et quatre fauteuils, ce peu de ma-
. l.eie laisse l'ide percer plus nette-
JP'Md et droute le lecteur ment et pius vite en effet, tout leur
*:jn lombe biusquement objet est de mtttie ces ides gnra-
^dtiil tamilier et giotes- les en lum r^ : la simplicit du su-
ni.W f'0ieni 0Q cla e jet, le progrs de l'action, la liaison
tL UC0UP de gaiet ; la des scnes, tout aboutit l. la clart
' u *uclainernent et si croit ; l'impression s'approfondir, le
ift ? COrnme un coup vice lait saillie; le ridicule s'ammon-
ftn voici un tir. ... ,n.. nunu'l re ailt. SOUS Ces SOill-
Sur ^initiative de 3t.0, Os Uiuyne,
ichevin de la iil'e d Uand, les dk-
yuts aes pffnetlHiics ville* du \iay m
sont runis vriulredi 5 mar. d Biu-
xelles, 'lai-i Us bureaux du m ua ro
dt8 chemin* de fer, mwtne, po*its tt
tltyrapluK, et *u>U cunuenu* d-xeictr,
tous le palrunuye au service Ut pr $
se et de publicit du aeparitment, une
propayand? cvllicttve dans l'intrt
touristique des localits affilies.
Let ressources in lustrielles, les di-
verse* branches du commerce de luxe,
l stpa tus m! al que* 'ameublement,
tt".., qui car*:lirisr.nt certaine* ville*
be,'jea, sont tgnile* ltranger au
mme litre-m ,e lus auracluns des villes
d eaux, les muses, caihid/ules, grot-
tes, etc.
Les reprs niants du minis'r en
Ainr.qae, Aiylstem, trance. Es
pxgne. Ha ie, siuis e, etc auront
d p'ier leur concourt au sac es ie
cette pr.jpuy inde. mais l s dcl ont ele d ace -rJ pour tx lure du b u-
fice de ceiie action ctleciivel g lu atiks
qui n uAhrtni pas d cet organisme,
dont les inembie* se runiront a nou-
veau vers la fin du mois.
npiraison emprunte
lut mopuerie dans le got
*(. livers Travels* Les
ti oevieunent eaue Us
La gaerre l'ainl
Vm curieuse gravure du Diily Mail
nous montre le m .re de Zion-Uity
(Itlinotsf et l un de ses cotseilrs mu-
nicipaux je nui d lyout le contenu de
deux bouuilles de bire- La leg-nule
ajout q-t en l espace de trois heures on
supprima ainsi 61,16 i bouteilles de la
bo-.sion dsorma.s interdite. ,
A l air dcii ds honorables foie
tionuuir s employs d celle besogne, on
peut augurer qutile leur plait infini-
men.. Il resc savoir si beaucoup
d entre leurs compatriote *oariioiu de
leur sourire ou s ils ne trouveront pas
ex ess v s ces l ba-tu* d la desse un
peu maussade dt la lemperanc. \
voici un autre exem celle, jusqua ce que,
:,t ^ o il rfute ceux citations appropries et como.nces,
- Jl P qu'on mpiime le rue parte et tasse clat, tt et rire
'wtisiques indcents: n'est pas une simple convulsion de
, J1001 ptine troire, dit- gaie e physique.un jugement l-apro-
' u't monde aussi p:ein voaue. Ou 01 pas -
besoin d'entrer
|i;,B Htte celui-ci, un horo- dans la fange lugub.c et Us amas de
Kl tlt vtueux s il n a- cmiits tnvu.f de iheu^an, tt des
i ii^!Pha""et* luvna*. |
'"eux
ou
de
tiai eul
Molire,
siooa douiouieu^cs
JW parce qu il U a 1 s imuatcuts arg'ats
W\ pos toutes les rj tfiorrimer, 4 dCvhuef ju04 90
CHRONIQUE AUTOMOBILE
A la recherche de \i panne
ET
Le remde y apporter
moteurlest encore chaud, vous iniec
ti.z du ptrole dso* vos cyi|ndrea
par les robinets on a dfaut par lea
troua des bougies-
L'auto aliuuug* est funeste tons
lea o'ganea da votre mo.eur et
racou c t sa vie.
a L'alluma^". Trop d avance.l-
me bruit que pour ie esos d* ,cbar
bon, mai* le bruit cessa da que
voua retardez l'allumage.
Grippage de ttsde |?ille
Grincement comme une roue mai
gi-aitfae. i casque tour de vilebit-
Oana le motau exp o*,on to te quia, fame sortant par la chemine
pice use, in^i a^ree, mal juatee, de rempliasage dhuit*.
provoque uu cogodmdui usag ab.e ii le grippage n'a paa dur long
pour ie eu idu:t;ur. La aoo ditfre tempe matiez de l'tiuile dana votre
suivant lu giuo ddtctueux. Un me carter -ail a dur quelque, temps i
cuiimeu exprimenta ue poui a y regratez lea cooaioeta.
t'omper et m-it-r a.** ira.a lau.ilaa
tu pro^riotaue dau.oinmiio,eu dug
noitiquant d une (jQOu certaine lea
fttua b du mal-
1 iJufte?-s Le moteur tait eoten-
de* ciiiqutf Ueini tour, un bruit
lis aourd.
cea bou'oaa d'assemblage ont t
tsolre Collaborateur Mr A. Barreyre,
nous pii' d aviser les automobilistes
quxl vie -t d'ouvrir un Garage avec
atfl er d.1 rpartions. 1337 rue du
Magasin de l Etat ioi de iusined
glace Sa lompten e techniqueei son
hab i l professionnelle nom f *it pr
v rant du travail lim,n hsiteront pas
lui ucorder leur clientle.
( Suite )
Ll Moteur cogne
7 Chambre d explosion
Le groupe dee cylindres ajtabla
eue soulev a chaque our de rr-aui-
v ile et ju b utt sec et m vbque
as produit Ujum la cuiaaaa.
Le piston touche le bord { la
mu aanea 1. y a au jeu Ciusd par chambre dexploaiou, ^^
1 uaure.ie grip/age.ie miuqid d'huile ayant jug bon de dimiouer I PJ>
un aumS ju.ta.* dea Jousautt,. jgjrdj joint qui ae trouve Mite
i.- m eani.u.u nui ia amomes a ou- l'embase et Jle carter, ou pottf 1_ a
Le m .Cauioieu qui lea amome ou
biid je creusdr dea ramuras ou de
percer des troua d Italie
Fait<*s grtter et leeserrer ptr un
juoieur.
2, coussinets de ttes de bielles
Le moteur fait entendre un bruit
peu prs sem blabla celui pro-
duit pu- le jeu deu paliersmais plus
sec- Ce cog'iement se produit
ebarjua daim tour de 1 arbre, mani
vcii- si I'js quatre ttes de bielles
ont du jeu, si non au demi tour mo-
teur du cylindre.dont l coussinet
est en mauvais (tal ( ceci p u- le*
moteur 4 cyliudres ), Moues eau*
aes que pour lea paliers, mmea r-
psrauoua, plus facile, parce que
dana beaucoup de cas le resaer.age
provisoire,peut i. litre pir la po te
de dessous.
moteurs culssae dmontable, celui
qui ae trouve entre la culaaae si IsM
cylindres.
Enlevez vos cylindres ou la Celas-
se, posez dss jointe pluspaiSj
Une main maladroite a laul tooa
ber un ecrou ou un boulon par le
Douerions de aoupapea ou par lea
troua dea buugiea
Dmonte/ voa bouchoua de aoupa
p a ou vo*} bougisa. Ec levez a a plue
vite au moyen d un lit de fer la pie
ee trangre,qui pourrait crever voa
piatou et dfoncer la culasse.
S* Manque d'allumage
0 1 cyundre.
gratigne. pour faire rire les specta-
teurs. Tels sont les constrates entre
l'esprit franais et l'humour anglais.
Lerd Macaulay avait pris ses gra-
des universitaires Cambridge. Il
s'est distingu par son esprit trs
cultiv, pntrant, avec une pointe
d'humour. Il avait ce savoir et le
sens des allures qui appart.ennent
tn propre i la matrise anglo-saxon-
ne.
Les oeuvres littraires et les spee*
cbes loquents de Macaulay lonl
manis avec une verve pleine d'en-
traia et dallant ; ils ont sem dans
le monde littraire et politique des
donnes fanes pour sduire ceux qui
sont prts i suivre les penses de cet
homme minent, qui a afhrm et
prouv .e qu'il a dit et ce qu'il a
crit.
He dted in 1859. on the sixtieth
year 0! bis ag<,*ud h s remains were
coosigned to the compamouship of
ine g oriou* dead in Westmin>ier
Abb.y.
I. R, HENT
Le routeur fait entendre dsns le
haut des cyliuJrea et a ebaque tx
ploion uu bruit lessembUut aux
Votre mot mr se met cogner apoa
taumeot, voua seule., que.la carros
aerie a des vioratioua.
L'.ie bougie vient ds cesser 4e
3 Baguas de pieds ds bielles, fonctionner, un l de Haute iauaiou
est dstacb de votre rnague'.o, de
vo'.re diatributeur ou est en contact
avec la suisse.
Vjtre 1UM111' tant en narebe
coups demaneau aur uue enclume, ouvrez vos robinet et celui par la-
U y a du jeu daus les Digues ou de'quel la m ne ne jaillira pas voua
l'usure sur les axes des pistm-- indiquera la bougie,ou le Ut malais.
Dmontez voa cylindres, changez Si voire moteur n-a pas de robinets.
lea axes et les bsgues prenez un tournevis svec uu man
Les cognements sa produisent eue isolant, mettez an contact svec
lorsque vous donnez du goz, de l'a- la maase, le haut de voa bougies a
vauoe 1 allumage et principalement lea prenant l uue aprsTeuife. Si la
n moulant uue cte- bougie fonctionne, l'a.lur ae raten
Uu oou mcanicien doit trouver tire.car vou empesez par ce court
taxe lui a demande a .re rpar, circuit, leuucelie da se produire
ei un seul a ou jeu- 1 intrieur du cylindre, Si elle set eu
4 a Charbm. Le muteur tait eoten mauvais eut. le moteur continuera
dre dans le Haut des cylindres un sou rythme et Ce sera le malade
bruit seinolabU aux bsttemeuts de Vendez les bornes du il. de aeoso
deux tiges u'acier, et ne rpond plna dsire, umootez la bougie, nettoyez.
la manette d'avance l'allumage- lu porcelanie, lglez la dis'ance des.
U y a des dpu s de enarbon daua pointes qui doit tre d un millimtre
lea culasses des cylindres et sur les aviron.
pistous.proveoaut o'tx.s d huile ou 0 oylindro. Lsmoteur cogne
de gszoine Les Jepo.s restenl mcan i (guiirtinetM, la tuyauterie vibre*
Jescents; la cuambre de compres L embases dea cylindres est des
sion se trouvant dimtuue, il ae aerre de ueasus te csjrter.l'huils est
produit de a eiiuuisg a avam le point projete entre ie cylindre st Is car
mort, qui sont a, pi> auie a luina- ter.
se. Hessetre* les crous d aseeuable
> 'ttoy. i vos cyilnd es et la calote ges.
dd voa pisto ie-fuur viter cea d- lu 3 Volant U bruit soerd se
po a, il est oecs8Bi>e que plusieurs p oduit a ha ,u- t ,ur S l'air re dsi
ton par astQsiue, s|o(s cjue votre moteur- surtout lorsqae voua dbxt
;


f \i TN
Niiu.veltes Etrangres
Par Cable
o,i chrcii' Vnm Faits Divers
DE
_ Min \*9iiJmozUvtJ/ieSavntscb'
ri1. yn su'sse. n m 1849 diat 1*
forn' e fi sa v nouvel'?.
RENSEIGNEMENTS
METLOROL'OGKlIJXi
.-
8 Mai
1*\BI-5 L confrence |_arlerrenlai
re iateruatior aie du commerce dans
Fareumon d a -jjurd tiui considrant
qur. la vie chre a pour cause la
uj t'ire de i'qnilior-1 dana leaeth*n
ea extrieur *-tqul rst de l'intrt
C( ininuii que le* pa\ approuv-parla
a-ueuv recouvrent l ur capacit r>ro
iuctive mit la vu que Ips interna
tionalt'8 interviennent ppur araelio
1er rapideiuiut Ida changes et don
ner leur concours fi saucier 1 co
noraique aussi linge que possible
aux p y3 dai. m m a iti ili par la
.1er 1.- ut qtM Unn* 1 juh les paya la
circulation iiuai.iTCre anoimale boit
ldulta ^..
PARIS Maver ehiriit d'affaires
*,'fuian'1 annona Milierand l'an 1
^ee a l'aria dana une dizaine de
jour des dlgus techniques qui
discuteront aveu les expert lraru*
1m reprise de* lelitioua conomiques
entre les deux paya.
ROME Le dpt* Bis?olati dOd',
l>s funrailles se ftrOQj au couple
de l'c Ht
tniUS Mi.lennd prsida la s.n-
ce de do ure de h contrence par e
inentaire in*ernationale Ju cjm.n.-r
c*.[) i* un di'couis trs eppleu li il
rappela I immen- 1 l'orS dsla PradcC
pcaiaiit cinq longue a inee de gui
."elle de.-iqutlibre coiomiquc qui
ea rsul a. La produc ion ne s j fi-
xant piu, aux besoins de la c > \-j n-
inaiioa la France accepta to un-ni
pour conjurer la erse ;o onqie
de s'imposer des res net ont. L- par
em.iu cjmpreuani les d sites de l'hejre vola nui1 mi iadi
d'impt; nouveaux. Diji d h-ur-ui
( >y.nptome> de relvenuii> s: oa f*
c it Ls rxportations ing noottfai1
ti Joub i ent comparativement au
premier trimestre de I an ns i,si
y*-' Vous teniez des secousse* I <
P'tdale d embrayage, la plandii ou
repose vus pieus a de trpid ion*.
i.e8 t-oulons ni lia ilfe qui u. is
Ment le volant u la ilu.-qiit- U 1 vileb
quin sont deaarrf. ces inuio .*
n'ont paa de roudelies ou u un
1 ill'a, ils sont d'un diaui'ie itop
pet;t.
lleaterrez les rivets ou les hju'one>
posez dea toudellea eides g upiiirg,
nmll-sz lia nouveaux boulons ci'u 1
piua gros iiiin >. en ayant roui
'i arrondir le* noua au moym d'uu
*!e>oir-it 1 u tes aya.it oviluss,
A U-.1UEYUG
( A sutvrt )
cemm* '1 est permis de l'esprer
ce'le prrgressioD ronl.nne la stipula
tion normale de la l-'iauce iera b.en
't ttabiie.
MiUciaod termina en se rfjtiit-
aOl i'r u solidarit interal'ie er
nntrcia la confrence ds. li.ivaux
Utiles qn'il'e mciu a b (0.
BRPXEUES Ui an. once HC
bonne source que le gouvc'unnrni
a Um^nd va adresser inces^rr.me 1 l
au GouvcrtMOitot 1; fci< t.ne ojle
ui demandant que la coi.i Sp- rxe au 2) courant soi' joufne-
wpi* la leC'ion> hllemaosi tixies
au 10 juta pro.hau .
PARS Li ior liicnce pailemen
taiie ;r..i/irj.! -o"a e du c^rr.rne ce
da< s ta detn ce scance mi< les
vaux suivan s demaiJa' :
Kfirao. L'os kiiUtico iatern
iiOLtU.
Seconds. La ontinuaron Ja co
n.i n.l'inat'o 1^1 hir^,^ d tudier
la que5ti> n du ihrge > t d; tiab' r
IICCO d relatif aux d t es des a.Les
ti dts LLts ( et.l aux
Tcfi c. Que les tats prennent
immfduteroet t des d;spo inons peur
(iirrinutr les u'ep^nses tt amliorer
1rs tir;;- .1 :> tl rduire la c rculation
fiduciaire, amliorer T'^utiila^e parti
euhreruent des moyens de traaspott
afi'i de rtni dier a la cti 8 4 Khans .
Quarto Ou 1 ne ci pjr incui e
;,'lciiit' ai x lpaiaiiooa blipo *i
par le tr^i Jf Vt-rsailIcN qut li
v i-inui s nui dis parauen. soit in
vi ce a procder a l'ai oc ion de
bons en or entie les ptfi syaoi su
bu dei domma^ts de guetta et que
ici muons igaa/airta eu t'ail t-ci
iittnt dts ava ices sur ces bj. et
IcDI plactmtnt
la pro haina runion de i'an".e
picchiine :c tiendra a Lisbonne
Lts nutiisseront idoill a>u-i que
L s dorniuu s anglais.
PARIS La iwi.lience des smb^s
sadt u s ti. I une 'o"nue luntjn
[aqutiii as i ta t mt R-^in^l l Tow haut co m minai te de Dio'fk. La
sance >ui coottcrfl i ia questijn
de Ua II g. Le projet du trane Lu c
sera co un-m^ue uxd^gue.Uuo
;UiH.i I ( iii .1 au DllQUtra d.'>
a.l -ri s et 1 lige ce-,
lJ.illl>. >#*! Hj nombreux
ac'C.s d'iutiioicli iou( i.i uiuailOii
c e pir l .ice du ceoiiii
de l-jr s'aiii.iota sur d vjis ie*
Mai.
Pli'* d-a-o'.r I smab i de con-.
munq-aet fju< r"neigncmtnts h
h. ut du jourrja'.
Sarlfl rsu'i ria l'dUtq'l U i
le plu* t)ticli' pt" I '': c on
CHiMnl^nn n>nnvHn**nl i^ut mus
c RlinutUren r ni Six noufrH*
r'voctioiH t rmt p 01011
li er.
i/t gr'O-d' m -!' evttre EHtiila c'A^Pauscompta
mrn* li r.'prisi lu ir.iviux lun-
dt. I) ni I R porl lu fitu^ion pM
inclitngfa* D ri lu| jft!nM ld l('<'-
vil es' toujours mirrrHl. DdfJ< 1^
No-d et ' l'.is il Ci il lis tondre
Bvec i'.tutre i^nreu^e.
PARIS la moai ion de c ve fi
Ittcrargc. Ou coinr.ilra seulement
au; -nd hui la dcision de U fMn-
tioi An mfiux. C te dd cansid^re comme ut acle didduci
"oli-'e lei troupes CgitUtti cinu:
lUM ch t' q i av i r t c-endnf re
c.immnd aax corpira 01g 0 li
Mol nis parti di c ri 1 de c ml
nner leur travail. Les mneurs d* \ 1
g -, .-o nmen reot a g ve h'r.C' H
dd i*js de Ciliis dcdrtm de^ re
h onuen:er que lundi Ceux
diN'ori ob.ervent lcxpech ivi et
contipnent de travailler.
P\R S Au 10pi d 1 me-^a;
cooceioaot la questoi des nivire
all*mind{ saisis pr If B til.l* *
lin, d t qu'il rsul e i l'toq e qui
s- 61 au S)Us ?* crctin- Me 11 marine
matchmde que le B il a dro t de
conseiver tous les navi^s S"i;is i \\
ondit ou d'en verttr h montant A
U ra'sse des rpart ois en or au
prix d'estim.t on lsb i i>*r li Ott-
mixfon. ( 's: un demi m;l ard quR
le li il devrait verser pour acqor-r
le droit de conserver h Iota it d s
navire* qu il s^i'it.
PAKI- Au cous de la visite
qu 1 li. h er 9 Vli'l?ar,d, M:, d
q,je g >uverne-ner.t e Ltetl 1
l* smecre dvr de .dp'ter s : le
?l is iu rtabtisemnt :oi niiue
euro
PARIS L p .' lent intrimri
d s h d g toi li> s; 01 e q i t a
VirsiHlesstreoiant j H j lape d o*ur
soumettre sji po-iv rnemi t les
coadi 10:1s di pmx detii Uves Le C 1
seil appeni d; li tlia, suivant U
/. 1 ung, que lus loupes iitvsroists
q n; eut le bVsi'ii d: li Ra'ir.
DJ.L\1<: 15 U-
orsEnvno m
ru
PETIT SEMM1 IRE
l O! LEGE ST MARTIAL
Dim n h 9 Mai tao
IJatointire 7^J
)
, minimum
f
"trr.prature
maximum 12.7
Mrvfre d;nrre 27.6
T.iel n::gei:? j >ur et nu '.
Eclairs i u NoiO,
H^souiiie ipffmen' en haosr.
J SCHEREi
La Moniteur
1 Journal Officiel Je umedi parat avec le
ion maire wlvani : .
Rapport d la dlgation haitienoe la um*
confrence rinancite pjp-.imiicainc ternit a
. >->f;ion du m au 26 Jinver iVSt, Son
; tnCC Mr le "re>HH-m d'Ha i.
Circulaire du Seataire d'Etal des l-inance
ei du Comncrce aux AJmini>traieur$ des Finan-
CCI de la lu publique.
"rocvvtrbal debtolamtnt de i cx>ogd.-*
de billet de cji^sj retraites ; 4 Mai qao. ;
Les Hog tion s
Aujourd'hui ont commence le. Rocuion'. A
cette occasion les prires publiques cl 1-s proc***
,ons K1 Eaiiea i-en.lant les trois )our> qui pre-
cedent 1 \>:encou pour attirer sur Ici champs
li bndiction OU ciel. "
Ce natta la 1 roeewon de II Cathedaie a et &
5t-|oeph; demain, elle ira S SteA-ine, niercre.li
matin u CatnddraU procakmofi sur U pUc.;
du marcb< et recevra .es deux autres paroisses.
Briem^nt
Roulement arti par laComnis iroie du blen.eut p ur mardi II Mai 19:0
du beurei prcises uu matin.
Conseil d'Etkl Louis Aug. GuiIIjl [
iiut bmm. IJeauvoir
,ljirquet N.virsCons.ant
Ccmi.uuna Lugene IMaanJ
,.,__ L Lt Nouvelliste
Sy idicat age-ts de clnngc Clment ht 11 e
Ordre desavocau , Uj l*l*
lUratmaiCC > ,ctor Mjngons
.No ai e. H"nrY Augl,:'J>
La Renaissance
Petit Govo
C est dfinitivement sameii que partiront Ici
acteurs de La Kenais-ances j a destin mon de
Petit-Goive o:. i.ur U de n.in le de la popula-
tion, us donneront Le Flagrant dfit et
I Les botkrne* nouveaus .
Ces de >x piece%ii>c1le>de M. Po lux Pa qui
ont etc Uni applaudies a l'on-iu Prince auront
certainement un nouveau grand -u..rs.
m onunation
Ce mtin 1 ert in-ta le MUie Ralenti n on*
me froiesseur de musique au Lyce Njuju.iI.
II remplace Mi O.c de leinty .-,ui se rend : l'e-
ut G.iave comme wlitl de la musique inuuici, aie.
l'jas u> ci n m u ut
M. J. B Dsir
Nous a.-insrevj .>vec plaisir BoiN sy npath -
ouecoilr.ej B ; ir arrivi li semune der-
liire de Pori-d.'-l'i x O il re nput les loiicnon
de Commi. aire du Gaivenemcnt pr le Tnb.i-
nal de p:e nire i istanca
NOUS lui :jjhanon. la pu c^rJ aie bienvenue*
ir'un r ries
lier .spi.-.mdi eu u B lt*a Nore-Dame
ont tu lieu les urne, il.es di Lii ttei. Atifery,
-, ans, dcide la veu.c.
"sinctres co:ido ances aux p re.it prouvs.
LA. LEGENDE %T *
rDAQ0K
Entre ***
AmeaSat
Ineait
en
iw
The undpr8ii?ne.l onert h
ce* as a coinr-clor 10 iha
land owutrsm ihe dutiict
l^ine "*
Ile will undertrke to ^j
rsiablialiCocoa. Nutof-n?
spicee, in a by-sieiuaucaiW
hke wauubr in those varion
loucfiandintufei district thn
pocu-uily adopiedlorioi,
m rcaioiiHliio iH.es pertert
luoae who atedesuouiwiil
bddivss a l Ir-tterstoihecii,
tfr Altoridi; llaynes.Uua du M
delEtct. m
JOahrll CillllSTOPHE H
Webt Indian KRiicaltanJ
native tt .lie lintish i-<3
colouy ut Gienaaa. B- W I
l. S.
1 tiave labourel as i
fui augar este placier
years in ih plains cul oe Su.
uiune 1 f Croix des Bouqueti
Frince.
Heterecce car bs nids
dielno.
J.cwii
Le steu 'mr (J-mIo! k
Li. Y utnanl du Liordtm
Ititdu a vcr6 U ZOdu
Le steamer '.SiCkinM
lignt hu.lanaauii ueruinl i
ui k ci des fjoiii du iSit
tendu ici vers le l4dm
ne prendra pui de pJU4j/Mj
t tittrup':.
ce suainer Gen.WCI
de ta Manama veimi t\
'ork esi attendu mtcrtkj
le il du courant Mec M\
de niarJiantiitei, J
l'Jo sacs de cjrreSponiui
"
M FEUILLETON DV M ATI S
Judex
GHAND ROMAN
, PaB
a ri n 1 r, u B /..\ t d e
1 Kilmo par L. Feuilade )
|i()L'/;i'VlE Ll'kODii
LE PARDON D'AMOUR
III ( Sure
( Rdemption
1
1.0 visiRA bool#vtra| lu prod-i
Jacqueline ponrauivait :
Oui, j? ine'sui* dit qu? Iult.
aprs twir,j/iuvis-iifi, da m/frla
romd'? la-plu* cruellt, ced-rii*
fait miroiter mes y'ux 11 renai*-
nsoca pob.ih>li d un bon heu- qu 'I
avait eoB-andnitt dclar itiii'i- irn
iMMOib'da IttsttPreipItait de mu veau
,tn idMdM *n un ra l'uni) uit dl
\i>i'l^ikh mu -acabli*.
4 l' tout ! .l'ii- rt. q'iaii j< S*i
jrpi n a m_4i . cjs' '.'l prciiiiArn lueur
ii.i .'rut 1 '"t- i'ii moi earveaa j
*"* d--'ilAI|d- I id h'hil 1H p H
m 1 .'!,,. .' r i"i',p, |ii' cachot (i.iih
nniiiliU Hiirnr* pin C*lol O j') m'-
'i* d^i* rde-aji 14 ilVirre Ir*' mort
,. t |> n Il '1* |" i*0 uvinit-li' que Jud-i ni tV it d*\\
lMrvA.: celui d4 roottrtf enter n-
vivhi t dailH mon CtTCU^l'
- l-el
ltia nin. la tai Il t 1 ps I* .
*T laro'e ai do-ir-e e' ai tndre m'a
lv i 1 iit (om|Uriilre que j n 1 t ils
j Mt ll^n a rtdjtfur l (N Jud X, li
\i. ,v ru n
1 m 1.1. n on rt)frr:t merci i i
.I" me c j' li ent;Aremflnt t i.
Un mi Jeniiii il .* AppeUd'ld vi p..
ou-, Bppe!h-le. car noua all.iia 0OQ4
in aller tou: de tune*. n'Wdd pad?
tout de suite, cai jh ne vhux pdl
leter plua long'ernpi (Ifm cpite
ma son, ei cob att avec et homme
i| n me d.ertt et qui ne nia dlivre
qu parce q .e tu a-s nu tlltbir 8i
h UIH- ei ua col f.
I|re.. un- g-jioi vous dire.
tcoutt-iiio!, ma li'.l^. je t'en
pria. ^ t'en supplie j^ suia encore
1.1 .fiiijiit irouble quo h fteuie p^n-
ae de iiun eauemi ueiple tnia
c.aivjdUde viaious alroces.. Jh ne
veux pas rdddVdnii f>u jn veux ^>r
der tout* mu rai ou. tm la. pour
voua redire .1 m;; ! -j\, \ ton \Ui
et 101, !a belle r-xnien:e la \\\-. :
loua drui vju- mr/. droit-
Jules in'd 'b'- ( u Iit ^ -,
luyaieneua .s m ui&c*4, tu avadj abin
dwud iA pirt i j i liintain q u .0
revaudlt a r.Aaaia'.auci puuli jud.
uctl vi ail
Jd ne pui-t que tapprouve .pui-*
q je c eat a ce g islc g lueieux q ie je
avis la \i
Mais mlinter.ant qu-) j'ai recon
quia, ijcii fi'uieim-iii ItX'Stence maia
-i.i-.-i la Limit, |e vois tv.i .-' t r. u-
iui' s Hafte, tmr valoir mea dr^it-.
1 I' tau l m bu u q ie l'-u uv-t loiijii'. et nuii-s verruua lien
alo a ai uu aie r iir|i- de lie-
UKUS n 1 .1 de nouveau s'alU |Ur
iwo) /
>lo 1 t'io, reprenait Jac-iueiina
a'uue vu x araVd et couloureu-te,
j j...'- la lietaauae, pia plua quu
ua uiere m ton f.dre, 11e fdfQni plus
]injuian-u con're vou?.
. -- lia toi oui li c) !
/!a vous u it paidonn d ni
l uie i t loyaut d 1 leu u Dd en ra
lll t l p IIM '
. le ie.uu.,fc d 1 ui. 10 1 Oit d iqqj
11*11) ,
- i>*i^tL Nf.'as-Mail If i/o-
ipiT d>il le Inati'Ota bniain,
ag f^t't, au cours de la ter'ib'9 ex
DdrMnc) qi'il fatdit de iravertr
n'dvslent nai ent-remot dnpin
\a vo m en cn-'j irr, poi'd^ivut
l a l nlrarile or I .t ire, n* vin olY -i
ig u.-* de c q n .1 ) in en vsn von
dire..
.Mu, il faut (.pie i- vou*. pari-3,
oui il fsnt q n je vous d ae tout c-;
que j'ai su" l c rur- ,,
t Lt tri Ire qu* |e vju Oirte,
l'amoar d-) dioi eof ni nw l'o'do-i
nent si in ^rie'HB n>n* qtt mtgre
n 1 crainte de voua afllig ir j- n puis
rasistdr Cordrs i-ipenear q n un
di-^te >qi cot-cienr:e 'le mre, da
li le et l in in'.e fem ne.
Parle, lieittit Ftvrau*. doit la
fii* ira avait q ielq ie p tu reprn a m
sQch-ineespredsioi le d u t-
AloH ttiatut aoj I a 01 sncoi
r--^, la li h ii btiqu-r unn .
J-in'u ims . 'ouijiai r.. Unie,
au:u 1 ni o-li9 ni 8:.njp-Tj m
mabijolii. 1'1 Ctiiinue cinuii
pu tojte a itce, j'ti le sirlel deviir
d- n-i m au 1 -enir qu d uni -li ne :
c est q i vous tes U) ) i pre
Leuerriaut, il est dd mon devoir
de v tus prvenir qu-i (e n i^ iore
r.eu djs cul'o stiiices d.M lOd Vins dved cquia voue toiiuue.
ij ie veu\-;u due ?
J .u eu som les yrux les preu-
ve1 i npi'oyiblea 11 1 h ts / des uo-
feni qie vous avez employas pour
voua enricliii,
Je suis au courant de t Ml*.
< Kparg-iez-inoi des praviuona qu
vjih araient aussi pjuibles qu
mo.- n.ue
Et co nue Favraut a/aif m (^ste
d i.npitieoc voi-in de la col e. Jac
q.ieune tonjii*ird bvineuiant i "ice
e initricor :iu*e, ntoroif
J- ans., j'di v iai i o -
s ii le d -C'. '.euis rpvel
r.i ij tj o. V lAtcTrOjj M
i f tJ -W f-*vV*sri Vw^y-, ,
Va 1 re?-
C -t. i lo ic c 'raitre.'
I sp e a' Jacjuea d) Tre-
raejs-
C mi nt. c' ti. Int.. IliI. 8 s-
cria le i 1-* lecq i Hn .
Ah! maintenant. H 'cuioenl-i
cou-nat d a o i si isoiUni ni eter
csr M v-tq|jan #e
,\ii' il 04 *is fr M' I ti 11 -s
de Triii-se o r, t et fort. b'>tu
cj p p Od fo;. qui ino .
Et a'exa't ml ju qu la plus lodlOd
ci : ite d s ia.'Obdi'endai il s'e:rt :
- E ei i non -our j j lui J itsrtva
la g ni'i9? Si a m m t tt* j* rj|d daci
date a pie id i au-- lui >a re'i i : H c
Uq lele j ii dro t:' Duh qielquea
j >urs j'aurai re;onqii*ma puissauce.
El bie.i, puis id il ou es', ainu.ja le
b oterai co u ne j en ai broy tant
d autres
< dut 0)i p o* serai pis aussi
ftitjl , j- ne a ra pis aussi fctip'Je
que lui-
- l'A el s'crit U j-Jini firnne,
iacapib i de se mautiser dava^m
r/-.. l'are, vous ouoli.z donc qui a
comme ce?
- Abl il t'a dit dttsUi?
On, el voila pourquoi je vous
aJ|ure uuub.ier so.t a:te de van-
tteanoe, mu.- ne plus vous dO ivenir
i tmais i te de ao i g *.- te de pardon.
Tu pliures uouc ce que |'ut
souiTert V
Et lu.. et ctt e ptuvr femme
qu'a -e mi li n de l'iuicu*- -
Voila que lu IdS d-Jfe.i 1s.'
Jd vois l'ai di. iuj.1 pre i
Mis/ et si j i dplore de iou es les
forces da iuju tre les belles effro-
yables qui vous |el eut ainsi lea ans
contre les autres., je ne pais capen
Haut, m tigre les uiui* du aang, et
1 il .-ctiu.i q u m uussaiit vom, je
f puis cep-U'iiut oub ter q i r c el
Vjj ju es 'tf p.OVUilte I
UfHA,
- le clutrcli .vd,ci mnl I
dfendr contre vourmJ
- l'our se disculper i W|
Judex. se vuy 1.1 dcoud
tsa-is tout j qaelqw U,UI
Dcile / ..a
- Nierezvoi^asprei J
ludeah.noro sa rd-sv.."
amen son pre au stW-'
- Haudongll .
- Vous ne VJdd'iei tr
........-..-. ma lIlCSI
IC
nui*
^
pas, mou pi-, me il
cruelle nceatiw d proj
ddbat d'o, c'est ailMO* eM
ua pourrie/. paisjrurw
Jicqu'Uiael n,i-
mi vojs oti-z toata w
doux td bon.
sia-:oi l .,
El eu urne si I W J*
nouveau de lui, Kevrautig
voixrsuq.e. lea yeai
sang et oui le corps mw'
bernent de rae .,
-je veux voir JO^'J
psrler. jeveuilui^
je veux le tu r, oui. m
"sT.J.cqurfio.-^
rl t;l en dchirant p*"*!
cirden.MOlqae^
ici produire su. I *,
impression aus=i V idnutid- illh)I,u fl
I, -,'atr.a utm%i
saline avec ^S-*
gare, mais do ^rf
cepemani absents.- ^
Toi mjunr- o0'1
veux pas ^r su-" !
tl laissant WJJitfsV
Uuii U e'cn. o -^
Uoi.t eut'h ses VTJL st--
J* ne Sl fu*-
SSisptaal ,,|
^w^vi.-rW nf


LE >V^
De La Tranquillit
^Esprit Du Touriste
p
,OUR retirer de vos pneus le maximum
de kilcm .s, ayet l'oeil sur les
petits ennuiset emp-hg2-leo d-
Lea Accessoires PlroatOBO (ot partie du
service extraqu'oilre mettait! la maison
Firestone. Eien des pneus ont fourni un
supplment de kilomtres longtemps aprs
avoir dpass la "limite d'i^e" c'est tout
simplement parce que leurs sages propri-
taires avaient toujours prt un ncessaire
das commodes et excellents
Accessoires de Pneus
Ttrestotte
Le Maximum de Kilomtres par Franc
L. Preetzman Aggerholm
Port-au-Prince
Tropicale
rficep * riu tailleur Smi h
No ISC
\k IrSP il frt arriva I Rii- ir
l||ilirlqrecon>r' If? i>,al^ et
il.
|nk rhfZ Alchonpp 11 p y r es
^uwn:iir m le pour ou-
wiii>, biojcn^, (Je l> par-
id cors-ls, d 8 'h iU8U-
ihes pour ho nnvs dVs
i de minlr>, d^s iptin^
id,8ar'icl;spo'ir dames.
il pwr Pnl'-nU j*imes
^0*nH>sd3 (oue beaut,
nLmox pour Lttsive.
fraiapii outre le spc a-
_ies:Tonique 0 i^n'al,
Wwhis Excellents. H >d
ItWer, /Juinent Min rd
i Emulsion Scott e c.
' III.leurs d'flfOi
Avant d'acheter une voiture,
tond tritv li'MJOiid'hol **rr
dtUl m |> d gtelQwt dollars
vo*s ,tvu7. (toit lu plus bule
auto Jf haute
i" Rra**cr
_________r-id. FATTON, agent
A ni miteal
Dort nr Roche Grellior
[)> in Facult le Mdecine
d, Pift, accoucheur.
Ao-oiicli Mueut. Milad es d*M
femm s d s nouveaux-ns et ds
FOMW u maires.
O^ra ions chTugicalea. Cm-
s il ai uis -ie 0 tf heures et d'3 2
a f li ures.
Po tau-Piinc-\ 1012. Hue de
IVtf ht.
rVule
(AvisdeDpirt
N** pour New V . -V / .*
fil ptrle S,S 4UUNCA
Hferoun, 11 du ruuruni,
litotes de laprs midi
1 rente, U lu Mai 19*0.
an
A VENDRE
' kiit d'une lire it
m dru i Ivres,
pcvrral
iltfj Ate.n laiir,
hKtti'Mre pr- de lui .
J, toujours. tuUir^, et
?** annor jjn.iu.iu bout
toblin1 iTo. t quelh
vil pour arracher de
^Jdu banquier loua les
yct', l0U8 lea p|rea gen
;jj.cjeni. s*o< v.ohnce.
K,'!Dd.rw8e' el,e om
fqu'un pre par aou
{^encore, di^ai.-olle.
g* commence a me
ii5i,0u,ilUzuiecoajp'en
Efix1'?,01- "ouapouvona
K on ou,. ., heure, x .
pir'e, rS- ,al83a de
K;r'rabi,-ie vii.
\i oaJ!0,'-M jeune
R>Vr V'e ""P1 d
' 111 H '4"H VU * d*-,r0,J
MoMiVrc)
ttOOk de la Pharmacie
i- ohlmana
Sur l'ordre des Se juestres Liqui
da euis, en venu des pouvoirs <(ue
Iput coi tro la loi du 13 novembre
Ml 18, il sera pro'dA le mercredi dix
n*uf Mai 1080, a 10 heures du matin,
da? s les ltaux de la l'harmarie
centrale, l'ori-au-Piince. la vente
a l'encan de : 45 lots de produits
nharmaceutiques assortis-
Chaque lo sera ve< du en entier
H qu'il se comporte t hph /;i'an
t:e il pi i ils ni de qualit- Le l^le
iD#nt se fort Ira adiotioioot
Tous aa're-t rtOMHg e 'tente psu
vei't tre obt'uoa hu h'irenr. des
.->< uiieKtit'F Graod rue No 1011.
t'otiu.lMi c*, 'e Mai tttJO-
Us St'questr $ Liquidilrurx
O SCAHHA A A j. MAUMUi
L Ei'cmdeur public,
MONTBRUN ELlt
Mm- Sphora Gabriel
Infirme su nombreuse cUenll
qu'ell". vient d'ouvrir un Caji
irstauran', sis, Hue Donne froi,
No W7.
On demanda
A (uhrterdes chevaur de selle
de, grande t nlh et de> mules de-
tnits.
Sud e.aer CBUl C nival,
P. A. DAGUEIT
taz.-
A vendre un intomot le F->ri 3
bv^n et., avec Set Statier.
S'adresser aux bureaux du Miiio
Comploir FAANCO KlTlEN
i/t?05 Une du Magain de I Et H
Messieurs Vaillant &Houetont
l'honneur d'aviser les coin mer
des 'maisons franaises sui-
v
a:
Produits ch'm;quv3
Cachets
mdicrnenttMix
trument*
de chlturgte
liXli.r'.N
t
huiles ess?n{irlles)
17n jour
Viendra, e\c
ttablissement Chtelain K*ft
xVnchel Laurent Guigue & co
Limousin &co,
VVultint) Luer,"'
Pcrigne Lesiult & co,
tolfi aop ki 0m firji,
La Kabiline Etfe^**'
La Pagode fSESd,.......
Etablissement . Maurin.
Socit Froila,
AHred Rostand & fils.
De Iiicqls^ & co,
Socit Dubonnet
Ch YllinP c>nerve8 alimentaires
\jU. IillllU de i>rigeux
Ducasse & (iuihal. B,T*at
Joseph Perrier et fils et co,v "^
LES Sacres, de F. azanove IL
et prcdu'tf d'en'retira
Encre., colle
et cire
. cacjjetet
0 3sops h* gi'Biques
cl
ralraifliissan'es
S v.n lENvTL'fiFL
d
Mars il le
Alcool de
menthe
chiinpagna
. L. . . J
^ -Joe,
pQKJTZ PERSONNE DE CCU-)
ilTUB PC'JT DFMh^ ET*
|ASSCUPLL1 SES CHEVEUX '
V!r uevetu impfaicnici.t b/ffWL*, ^-j* *
ofMV et uMBiui eu uwat U
JrPELO-USINAr '
/ .rLc . ....- hJuju* U* ch^yiix'
!cr.jiii. J 3 'ulv nr 1 ne - ulc-j' Qui l'or.i
fl use. .. -. irM l'Ia .' lu r.irvultitt i
!reMnala i>l nui. ". ; i cJr .'rii'tl.t '-.-'.i:..'. !.... . .::* m. I
OuU' 'iJv.'i -. -i t --i .....irmri,..'i." '..-r' |
ptttkterri -e l. r ;.. 'l t'i "r. t I
gaclgnvi i|>rll< ilo i dt U TKi^O-LlSlnJI
*< 1 ,i\ .', i .. n.i
AmW. Net -ic l..'fv. ti ! vl'.''
!-. r .mi I "; v>'- -' li ' i"- i I
. i"LCI I.<1..A Il:i-I dc/il'l
m. ic iJ-n lii .ii ki '' tibU. i-.i:.- I
o-:t hit '..-. -1......i :. m >it 4 t..ji.-
fi rcr'o:. a , r' 1 ! t ;.-
IM "i y.-: 1 . :'r,r c-
Rhum B4RB4NCOURT
ilO, lur des Csar?.
A partir du 10 mai 1920
Rhum ((Gouttes d'or G. 30 le gallon
-^
l ; ' h tM -*'. vol.-
' U i i i ju. tjn
'..-.-t ki i \.-i.. wlu>
I .....-
::l c : ::ia KaUUUi
saw i .n -

Pomme de terre Fraie
LalreOAO deGden
A la Espagnol*
\, de Mattis & C agent gnral



i/i ^ .*. i
pharmacie
Albtrtini-Ewald
MARTIAL A. PETRI?S,;iV G. Suc
cesscur
Fonde en 1850
Produits chimiques des meil-
leures L suis de France et cl Ame
l que
Lrme Dentifrice Kolinos
Parfumerie franaise tt amri]
canne.
Jmlinaqe, Ja (Image I!
Delv Manon B. ASDRETll SIED lo
Pour les commandes et con-
ditions n'adresser
Monsieur Feman I C La raque
22, Une Dante* Deslouclies
MJ,,K AUKNT t\m lliYTI
Ppui les vtn es eu graj et en chmi s adresser
Kofilfcur Victor tiongoni
i7j A'* uti tegatm dslElal
Pour La trotta wuieatai, n'adresser aux maUooa suivai/es :
pharmacie Emile Brison,
Epicerie moderne, Laurvncwn
On Irouviru un bel assortiment de ljurnes : Carotie, radi, avbei-
line, laitue, chuux, tic; ex ausu un bel assomment de fleurs:
PiHiie, net, Quaite Utures ? tic.
Pelius'' lliug fclcre
fcuccessw l LBthli.M I.W aL1>
1 stabisheu 1&5U
American Setrench Paient Mt
dic.nes. litsi cheuncals troui LO
il[iv. anu the siaies.
^ineucan prescririons .Elles,
french de mencan Pertunitu
Tone Water*.
utl H a Parus'
Pharinacy UiacLa:e of Ten.p:
tlnivcrsity, Ptiiladeiptila, Pa.
~a vritable pom-
made mervtititu
Madame J Jolitois ftll
2}i hue l'uamiin
Remplisse dUfoinur sa biei
VHilaiie cucin e <^u'tli i.
par lt de ii er s.taum en lo I I
ce ..i meiveiJ eu>e pcmiba it M t
t^oi< rietde h koigo P oilucts Ct
tes itnbit cUmts qui k\ietii
dpos d vule >is eu utpol pu...
te pou.u.de fro il p s d
pas^er icUlD?r Itur poiucci.u.p.
g04 Ce tbiuutzlo ui'uutid Oih
mi iiiiisou a sutfi reu d< Ferre
n'nvm iPitne a buqte s.
a\\> aux luiiiiurs, aina cuis de
quels.__________________
ie l'ai m crent et
le lJa\m oit
Cet deux piwtuiti nnivJltmcni
inliudutis tu lluitt. pour ovttntT
UtM'AsVlUI} ttUsit eciuldiit ti / im
uei*.uUil uttiMr JtiSi clovd ltt ll*e
Wepubluaine. Us tout aplatue
aux cifut, touj, mtrs OU blonds.]
/'flgOFM un mohuv ete-janile t uhn\
treom ti le faim ml konl tendus] ,. ,.
dunsacb.llts ptNes une avec Des Doctl il S Ifl/SOIl el /.f'C UfIflff
itur mode d'Emploi \ Grard'liue Ao i6M {Maison du Dr Mercier
Ltssuya- cisl udopt r.usUch g i* ft
rfraauult' raptdemtn. I UUlIBIIWWW
^ratiat^Vfriif. L- rente c/iez m Un. d 7 Utorei midi Soir : d,' 2 5 b ure
l.S prtftOfKifM comeuis SI 1-Xl.UlTi- Klltdiei dis fui.u.. s ; HUlU (Ut erfants
ISQOES
lieus par dernier
bateau.
ortiment 4 plnn ehoM* : l)ne
*tep, oproi;tosi iroKmr lie*,cha;ni*9
mPri gu de Antilles etc
ccQUreM vite, la stock t'enlve rapi-
devient 9
L. Preei2 manu- iwk
LOFE RIVERA
1717 Gnii .'Ru Eq f^ce de la pogb
Marchandlnis arrives par Caramel
Vente en gros et dtail
Liqueurs Mai ie Brizai
et liog oyuac Alartell
Ctianipagiie Pommer;!
et Grcno
Vin eu bouteilles de
Calvet de Co.
Conserves ttes de
maison ilodel.
lin blanc et Rouge
Si p ieurs di
Yeale au dtail
Une du Qutii, Aginl jeur Uai
^
CLINIQUE
la maison
Veuve Barbancoi
a rei
Assurez vous contre LE FEU
A d rossez-vo il sa la plus i'orle coiii|>a<|iiiedcs E.U,
HOME INSUKAKCE Co de N.-Y
ayeiit6gnral pour Hati
Eu g. Le BUSSE, Port-au-Prince
PjSifgn ^olie M/vov, ^olre ISigtao, ctdpdb au ltl le plus risumabe.
te rirais k mmm ni de cturtage payer
li DfctiflBcf-wuft*m r?a != rai conpfrdncoc \ccez diicutrr xoue ^rcMfire ibi
Eug LE BOSSE, 95 Bue du Onai
-^ '" "~"ffm
} - -

! M.
JT.T
li '.'. '
IMO,. 1 i
CiGArtETTl
THE AMEWCiN TOWi
... -..v*">" *
Pharmacie F- SEJ
i .
Champagne P1EPER HEIDSIECK
Demi sec ^/ bfMt ehe%
EDWAKU M. lt 1*11 L&Co
Portait Princ
A ngle des Rues R 2 Mdailles d'argert Eatposiion de Brux
Laboratoire de Chimie Mdical*
DrogueF.e, Produ.ls chimifiues et P^JJ"1** '
Spcialoa f ai.iwa ei niencaine^
Prp-iraton deiouies ampoule n.M.faraeDieuse.
et injectables. ,
Spcialits. -Srum Lvrosinemque simple
[odbydrar/fe. Srum uelionw rrmplg ^
recalculants le He.Tier et He ow ^
Il y a toujours en stock : Nevroslhfose Sirop P*
Elixir de Pensylvani'.
Lpmtaire du PREVE^\
Reprsentant des Laboratoire* ^
LACTURM. renient lactique, contre a*ie'
uaid* et uwmees. .
I^^AMMi\rSpeifiaiw de || cfiUiUW'A
.^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM