PAGE 1

LV. MATIN Faits Divers RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES DU PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL Verd.edi 7 Mai 1920 Baromtie 761 6 / minimum 2} 7 "troprature f • 1 maximum 73 o Moyenne diurne 27 7 Ciel un peu nuageu* jour et nuit. Forte brume. Baromtre constant. I. SCHEREi f*^ Celui qui achte L'EMULSiON DE SCOTT achte le meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante ans. Il n'est pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. {Prennez garde d'obtenir toujours VEmulsion de Scott) L'Alliance Franaise • %  "-— % %  i——------——--—————— %  — %  ^ %  Nou -|', IU.OIH avec ptelM que M 14 ioj obi IIOBUU Bureau, lai:uii>.ct:*cucra.c Uc l^l.uu.e %T ^.. .... I I *EU_ I "Vi f P M #j, 1Mt M hMiMOttattqMitjf jwbdicHu.Mn i\ouvelu s htrAiu|.Tes i\08 Triuunux 11 y auia un u.ucr Mn ci.quille auquel rfBDflUHlt mri iniu :... ...... %  <*...... .... .... ... pan UH les luciubro uc 1 Auianrc gui vuuuiont % %  eu y :ou>cruc. Le 1er uiner auia mu le jeudi I] .Mai couiaul chez LJCICII a 7 iieuro du >oir. J.a %oujciiptioii oui CM u uu uuuar uora eue tavoyecau irooucr au cornue, Mr Perikuad a'aluou, le niaUi au plu laid. C'OI >a u..c IHJI.%  C piupoiu.ou qui M VCTIUMSflMnl uc iiauic a cuiicic.iir ic> Donne r-rinimm qui uoivcui exuicr cuire la meu.uicj a une socit. U 6 Si H. Championnat ue tfeoi 1 BU Le Mai nui.h uu ciiaupiuiniai aura iko den.a..i iproauai a 4 tJcuiM i-r ig Lami thiit i.nei cuire le Junior uHt • cl la l'eu.c ju* MMD Sportive liaiiieuni: •.— AIIIIIC te u parue; MX i.ju.> JUIJ .La ieie de F Universit Bcpui jeuui I luajettCUf Ucs bfiaoi a tanc une .luuiaire aux UiMltUWun ci 'llnillHrim leur demandant de preudie paM a u ICW de l Lliiver>uc luiiicoue uoortiiuis nxce au lo.vtau l.uinn.c un le MU ceue date concide avec cci.e ue .a .iciiioii du Urajciu. i_e=>; u VMM MU) du Corps tiuci^iiant raaiuva ci nevci y utu>.ipw roni. Au UCLIJI de u Ccrenioiue .. o. .u t 1 ,rCiievque Ueliira les. drapeaux de* i..oie>. Emission d tlrn&roa poitei Le Jou1n.1l UiDCMl puPue un Arre.c du nt.ident ue u Kcpumiquc autorisant une i.uuto.e •UUMKM Je iepi nniiious Je l'uaenp-juit V 7.000000 )mo. liant ensemble M asWuuu de Huit cen: KHTintS cinq nulle gourde L 6oJ.(MOJi — CM uiilfro, ^:ase par rrtiuerican u<„ u .No.c de New-Vori,, seront de ditiercni uuaaj c. JUOtl.es. La Fraternit Nous cvoBi reu le numro ut Korembcs* De.cniure uiy Ue cet important Ulpn Uu i.rand Orient A liait'. Nous tn conseillons la lecture tous eeui s'occupent des cdoses nuvoimiquo. ji Convocation Les BtnbrM acua, u,-. rt-ootiaw adhrents, la luenit ics d'honneur et les MU| de 1 .ks.o.iak.ou Mule de l'CiMlviv ciuciwiiiie, MMI ^uo d'assister a 1a sOauce solennelle qui scia dunuce uiiuauclie y Mai u ma du iuauu, en souvenu Ue u icte .Saliouale du liavail ci de 1 .i 6 ..,uuu!• le Prsident,— lieiatiu Lavculurc On cherche L'11 ''u;mue de vm^t iuit a qua 'aute "rib pour la veuie Uta .N-ii.ui.ul (JaHlire^ieiersS'adreaner L PHKE1ZIIANX-AGGEK110LM liue au {Juat, Port au-tnnee 7 Mai BRUXELLSL'toile Belge ancoa ce que us souvtrains B;lg s iront samedi i Londres visi'er Us souverains H'ita'imq es. l'ARIS— D.ns Us milieux oficttls on conlir.i e que le gouvernement ne sautai' en;rcr en pourparlers quel conque avant la repri a e du travail* PKIS La simation cre par la grve e;t i ichogt. Les aidoisiers a Angers se muer t en g v.*. Moatagot secieiairc du Syndicat des minns a t aric au Hv r e. AU H vVRfi— L -instituteur Loiio: memote de la fedautton socta tste de la Seine a t galement arr sou l'incu'patioj ae complot contre la i t e I htat. PAKlb— M Ig.e la pre-.s : on eiercie p.r le ext cm ie„ L sita tion ^eueiale 'amoiiofi encore s.t]sibiemal dans la j'jurne a'hier.L h ho de Pau croit sivoir que tous le> tntmbres du gouvernement sjjt d'accord sur l'itnpoisibtlit d'entamei une con.ersaiton avec L CGT. avant la reprise gnrale du travail. l'A RIS— Iisqu'a prsent 70 grvistes cheutinots aot rvoques. PARiS— L'n note de| la C G T. proclame sa satist.Uion pour la dis ctpline avec laquelle ses dcisions tu rent excuieei. h te trmc une lors d-^ pias ijuc tu. t.ou t g g>?e par eue a un Dut unique ; u.nr de la situation p'tiudict.b c a leusembie du nyi> VbKSAlLLES, La dlgation O.to 11 U;:IA .i.iiv. a 1. u cit. BARCELONE -OU pisiit u.i uiner o;teti,par le |oofoalulM Cala lans icuis cot e c tiaDait. Le marciaal put coi gc uts autorits tl rentra en France. Dollar ; 16,44 U 2 lu Cassation Audienre du 28 Avril 1923 Prsidence d. Mr A. B.namy Arr s rendus Celui qui cisse el annule l'arrt du tttb ml d Appel de t'oit au Prin ce. renl-i le 22 Dcembre 19 9. e t r e Roberts D ttoa et Co tt F is Bel tni ; et pou; tre st.eue conform m nt U loi, r uvoie a caosc et l j s parties Wan: le t ibanal d'App-1 des Go laivef. Celui qui rejrtte, comne nul tan de, le pourvoi de Suirad VilUrd contre l'arrt rendu le 10 Movembre 1^19 par le tribunal d'Appel de Po:t au Prmce en Uveui de H. Arnous Aff tires entendues D Ciir tt consjrt? contre les coaso r ts h i 1 : M •%  s Monsieur le jug Thibault cnteidu en l'expos sommaire le a cause, M %  Constan t n BMO t POJ Us demindeurs, en ses otservaiionn, le Miuistn public a conclu -tu *ej t du pourvoi l'.ospre Cnusphoat conte Vve Jean Stbt. Monsieur le juge Eihart entendu en l'expos sommaire de la cause, le Ministre public a conclu au rejet du pourvoi, Audi:nce du 2<; Avril 1920 Prsidence duviceptesident Anselir.c Arrt tendu Celui qui casse et annule le jug? ment du tribunal eritliaei de fort de Paix en date du 22 Mars 1920, rendu coiire Us sieurs osepb Itan et Tertolien llsaiti tt pour tre ti tue c.!ormement la loi, renvoie les accus, en tal de prise de corps devant le tiibuoal crimiuel du Cap Hatien Parisiana DIMANCHE Prograœœo ectin-ment ccuveeu Films du choix Eclair Journal Souhaita pour 1080 Les chu es du NiagaraLes N.J.IS dlfittDiil l'ait chfdœ-ivre tra dramo:iquj tt trs t tel.m.:u Gra.id drani de mœurs si-citles Entre G1 50 Balcon :* 00 Varits iJiVJANullE m ni* ."pariiea LA MAIN d'NNETTE (Comique) Entre gnrale G. 2.00 Kufa*j.a 100 fm W& .van PASTII.1,0. VLDIJ •ont indi S p enu 3 lM i|atM?| -VIEILURO ci o,7,?..| GRANDtSPErrSllEjf frrdtiil 1 Iran rooj | pour PRSERVER LM CREAMES lUfgn u pour SOlOoj l^sR/^-raes.ratuajTJl Mr;Tf;it.. s> B rMlCllitaj p| KalSILFAUTWl8Bai "ie n'empom qat LES PASTILLMI VALDI VRITABLES" vf!i.iii,. s gouleao) e*a, BOITES |jortBnl le nom Lai n^ amateurs ti autos ,^ Avant d'acheter une voiture, rappelez-vous quaujouriPliui avec deux m Ile et quelques dollar*, vo is tfOttva (J0W7 U plus belle auto franaise LJU Brasier FardF.a'fON. Afeof A Jrmk La ite de la LictuedoDil Les manilesiatioDs p-.cjetiei casion du 117e scniversanel cration de o&tre drapeas, |M prochain, ptomeitent d'd dioses. Une messe sera du j heure.', en l'glise 5t Lcui',1 de la crmonie d-s c6u tiques se feront entendre.A-] de ce te so enn-i rel-giease,e] rendra sur l'autel de la paq t'es banquets seront dposai du irophe qui y sera un chevalet figurera le tional arlistement dessin goureux Une dtmouette imj dre une pice ; An tien, > et un de DOS diseurs nous fera goter taj vers de L'Hymne de tien, Puis on se sparerai de la Desialinience 1; de la lactare A s:pi heures p m, au tholique, soire litre aire et 1 On y emend:a des d'auteurs haititns, entre u Chceur des Hros de illji Alain Clri.e l'Hymne I d'htzer Villaiie, IHT 9 J %  %  0 FEUILLETON DV MATIN* Judex GRAND ROMAN • PAR A fi II t II J} E R S L D E ( Film par L. Feuillade ) DOUnlMI EPISODK LE PARDON D'AolOLTR II ( Suite Ver3 la grande preuve Lisent daita le cœur de son lils, madame de I rmeuse rpondit au&* sitt : — J'ignore ce que fera le banquier. — Peu importe lit nerveusemant Judex. j ai conscience d avoir fit won devoir, tout mon devoir. Je ne terrains paa.. je Pat M '?.. — J'aimt cet* lire rponse., rpliquai Julia Oraiol cl e est digne do ici digue de nous.. a C' BI Hinsi que tnoi-.Hrne j'envisage la eiuiatKit via'-vis d J cet iiouiuie• 6'il exiaie un dbat ,u grand 1 m*. 1 • Miio p: Ole 1 air oiiter devant tous, pit revendiquer la croy z que Jacqueline demandera son pie d'oubi.er ? — J'en BUIS si'ir* • — Oui pout vous doiner uno c r titude pareille ? — Jacqueline a toot dcouvert— Mou DiMl — File s'o^t aperu que Judex gardant le silence, Julia Or basso, le regard agrandi par l'pou lesquels semble psuer qu'elle l'avait fois, Jacjues Val ires et toi, vous ne lonuuv. qu'un seul personnage— Alor ? — Avec loue la loyaut que le lui devais 0 toute la Iranchise do.it |j ous capable, je lui ai rvl la veri l., lu donnant tou'es les explioa tiona de no 1e cou tuite et lui fiUaut part des sentiments inspirel'uaideineut, celte iuterrogemt : — En bien, mre .' A ora, en un sourirt o sernlj'ai<'nt revivre ou es Ita joies auoics.. et qui relltir l'amour loiuum et su bliuie, et 't'iel, qui avait t toute es vie, la ComtOtM de Trmease lit, avec ceue e.\prt-tsion aJorab'.e, divine, qui n'dppariient qu'aux tueras. — Je ne puta te due qu'une clioae mon tila.. Jacqueline sait tout. et elle t'aime — Mie.' Tel lui le aeul mot qui jaillit des lvres do Judex.. en uu cri de jois 8aus liuji:e, de bonheur sans 1110 laog* — Oui, elle l'aime/ tpelait rnada me de Irr-tueuise. qui, comme pour siii! insista : — Crains-'u peu -tre, que, dans un sentira nt d3 tojdresae rater nel'.e, mal comprise, je n'aie exagr, al t la vrit *.' — M mre, 1 ai trop c infiance en Juiex, vous, pour ne pa* ire convaincu variez de ma mme de li faoe du luonile aussi bien que il* elle 111 %  m-, ajoutu vaut Dieu la responsabilit de ma vei geai.ee%  >1.11 -, je me hte de le dire, j'ai 1 iniorexsion irs nette, que d:-j", j'ai la conviction absolue, -i •e ta vrsut n'oM'ia nen fsire contre uoua f\ iju'eo tour c tt, sa I le eeta l p ur l'en em dM 1 *.. — 'rji:i t-n .. uiie.. s'exc'ama atitiq -*s oe Ire i eusH 1 D un lifue — L'amour a t plus fort qu\3 la haine. G'laii crit l-haut., et je u'ai pas le droi d en vouloir Dito. Mail te visage de Jacques .'tait || avait pria son ptit lils dans *• bric, lo piiue je lai vu plir.. que tout ce que vous di e est l'manation ralit. — Fti bien, alors? — Et Favraut 1 A p>3ine Index avai il orononc ce no n que des ens s? faisaient entendre 1 — Au sec*iu"8 • vite., au secours 1 Judex bondit jusju U po r te, car il avai reconnu la voix de Jacqueline Suivi de sa mre, il entra dans le sal > 1 o il avHi' iaise; la jeane fera me avec son pre.. e> laacne que ta fille du banquier se pieiplttil vers lui en un geete de il 'ti %  -s 1 perdue il apera endu sur un canap, et ne donnait plus sigaa du vie, Tvi ait prs du<| tel le pe it Jeau priati genoux et eu pleuraut M Rdemption — Oue s'est il donc passa'? in'.er rogeaj Judex. Jaciueuue expliquait : — Mon pre sembhtt tr3 mu et trs heureux de noua avoir retrou v-, mon Jeannot et raoi* c II avait commence nous parler., nous interroger., c Puis, s'asseyaut sur le canap, ses eque je l'ai vu phr.. Ses vante — J ai peur., oui, j ai peur qu il co soit mort! Judax s'approcha du banquier, carta doucemsnt l'entant, qui ne cessait do rpeter : — Grand pape c'est moi, c'est ton pa it Jean, rjouds luiPuis, se p m.'haut vers le corps inanim, il couta si le c-cur battait encore— Ce n'est qu'un vaujuieseraenr, annooa-t-il aa bout d'un brei instant. Biesarez vou. madame, vo re pre vivra Je ne vqua l'aurai pas rendu pour qu'il vous sjit repris ad nouveau Attendezno\ une minute, j-i reviens e je VMS eu pria, raesirez urne. Tandis que Jacqaea il •] a'lognaieut avec le petit r dboucha le flacon et narines de sou pra, qu eii pas pousssr ua prt'" tandis que ses paapiereMj vraient ti qqe gas lvrss M en un tremblement Lger r Puis quelques sou* rea hrente, jaillireat de ssj mme temps qu'un reur s'imprimait sur eesj Bientt les sons se pr un appel angoiss : — A moi 1 ., 1 Pre. quavez-voM-i goez rieuJasuisl, pw"' Cetre voix si douce,n se oui '" %  '' '-"' •' ;;:l %  vibrait soa r .., ras 8 ure. qualqas pea n\ vous., iln y a pas lieu pour voua car il nt,,dj4 avec 00 d avoir U moindre miu-etuieJuiex s'loigtai, Jacqueline avait saisi les mains de soi pre et s efforait de les rchauller dans les siennesQuant au patit Jaan, il s'tait rtu gi auprs di madame de Tre oeuss qui l'avrfit pus sur ses genoux et s'efforait de le rassurer et de le consoler de son mieux D'ailleurs,ainsi qu il l'avait dclar rien craindre.. %  Jacque* revenait prompterae it avec mareetfiui. DU OaCOO renljr.uatii an oussant Ces. donc V "'* | |JI rvulsif qu'il reinii a Jacquehue, en vraut. en ceotemp'" disant: lui souriait travers"^ —Fai es respirer cela votre pre. Lorsqu'il revieudra lui. il est inutile qail nous voie, ma mre et moi• Mieux vaut q.a'il se retrouve stul avec vous lue -Cesttoi.JacqMlio^ Ou, pra, c'est 0*. vous quitterai plus jw Sa penchant vers loi-JJ rdemption subia. "p c:atiice du tous les P" messagre das ianoies elle ajouta : |( — Ujsormau, IryM i Oui, pre, ces tt* l'admiruble crature. ^ La figure du maal^l ment se dtendai • ^j Montrent il co-B^r lapossibii-l.^ U il. m ne d'enrewe qui brillait yeux e* sont iev..i*K sa"i;e a osMais je vous en prie, assure* brte reconquise. en 0 o,.egids,ttie.ne elle et il est tomb a la renverse et lui de nouveiu qu'il n rien redou sut son frout ou apj0jp i iT'S lu r ai"' > M. 'i *" d0me J, '*' mi,1 " U i le ,ac tt,r d9 rajI 4"? est libre euHeTeau s got es ue •J ^ %  < •'• .-unpiu gvigiiMjaie pu, maU.-e tiv:s tues me; libre. — C est -llreux, C l io|de j^ixn.iu etPieuae., \Q\i cuii:*'.a (#O0


PAGE 1

rr M\TTN £ -— ; CURE RESPIRATOIRE tll'PES. CATHMIEt. LAriTl3!t. IROIGMITEI SUITES DE COQUELUCHE ET OE ROtfBEILE PULMOSERUM BAILLfr; ; ' a Sous tlnfiuence du "PUHIOSEROU' } LA TOVX SE CALME IMMEDIATEMENT LA FIEVRE R LES SUEURS NCUUIMS DISPARAISSENT. LCPPRESSICN BT LIS POINTS OE COT S ATTENUENT. LA RESPIRATION DEVIENT PLUS FACILE. L'APPETIT REVIENT. LE SOMMEIL RAPPARAT. IES FORCES El LENERQIE RENAISSENT. EMPLOY DANS LES HOPITAUX. RECOMMAND PAB LA MAJORITE DU CORF8 MDICAL FRANAIS. APPRCIE PAR PLUS DE 20.000 MEDECINS TRANGERS MM MODE D'EMPLOI Vnt cuillerit J cjji matin tt soir il fntt, dm toutes In Drtgairin it Pkinauin LABORATOIRES A. BAILLY ^JJ'^ EB B =9B liuinB\RBii\COUItT 110, Rue t/ts Csars. partir du 10 mai 1920 (GCIS 'OD) G. SO le gallon itkTbimothe Puet, une la vers d Lan losej h Vi iUnie jcac:i: il: lirais poitvoit leur in [cocarde rouge et b'eue ) Mw:a des cartes c'.n re lmes patronnes *t-s et chez pktsties comits de d.re:Idogan s ton. i'i8 mitcal t" Rot lie fcrel ier ikFacull de \Udmne irW, accouda ur. thement. Malad ts les nouveaux-ut.s tt des lires. m chirug-cules. Conideti* heu.es et le 2 %  Ci •Prince, 10 li, Hue de oi lireMon.iliBQ tiUC j e te tjifcc. loiuquier"i oix pre, saccade, il lU l'heure, quand tu mo mn mon p^tt ri! s .n'eru Mtenvahi par un ver.li J ,A indlclt)le J entt n Jfd-rfloiciuiiiiie des boi r ;.JM. cloches (.11 toil wdait (IHVHIU ui,sy, : iix '*couti, P | US j m V0U8 ^ijeonUiig oui, j'riVHis Que la mon entrait en Iktoti M r impre, siori pou '' 'te tenseiion Ind-U8 P 8e dtsagrgH en plei "• luneAue qii ie d. %  •"uit rouvre IOUS les llil ,tpour la irdei tJ; "c eraeut cellu que Si? e 'J m c4 "u des W. d huZ Judex I V u d u oevui soude: j^ jemouraii pour la U Ouvre) Revue des Detf& Mondes DU 1er Av.i 1920 Comment finit la guerre — I G rral Marg'n. L lie h creu;e.— DejiTme par lie Avesnes four Je sixime centenaire de Dinte-Dante et \Dhom', Andi Belleraori La Drgue frai ise et la Guerre 1 La figuie ns 11 0 1, Paul H z rd Lettres l'ilr.n^.e. — N'.uvelie siie, H dj lia /ic A l'ombre de S.iinte Od'le, Alt.td Droio Le duil tt la trou de Pcu.hkice, 11. hwoiky Le petiote ttla marine, Contre Amiral De^ouy Kcvce littraire. — La vie d un romanuque : 11 B.rhez, Andr Beau nier Kevue musicale— la ne Pc du H ut,— Veioi qui, _i. m le B.-i laigue ch unique de la quii zaine,— Hi loiie poiit.qut, RajrmOJtd t'oincar de l'Acaunne tiaea se PK1X Db L'.MTU.sNLMLNr Un H Six mott Tiu.s mo:: l'aris, Seine, XMnc-f.-Onc 60 ir. ;i lr. 16 fr.50 UfcPAKIKMhNTS, cl Colonies t-'rjn.i ses 66 lr 5 fr. 18 lr.50 lllKANoiit 3 lr. n lr. *) (l. ,o Lu atonnimiiih lailtntau m et Ju 1 i "• %  "1. 0(J l'nx au Ni tairo K ... 1 nasger \ riaei M 1 Sephora iibr el Informa ta nombreuse clientle quelle vient Couvrir un Qaft m tiestaurant, sis, lia: bonne toi, Ao tffl. Un demande A acheter (tes chacatur d>, selle le grande taille et des m%les ds t'dits. S adresser i CHi l Centrait /'. 4. OiGGErr A vendre BQ! au'omob:le Fori ea b^n t.-r, avec Seli Starter. i> aires>eraux bureaux du >Mltio> mu • 1 %  BAZAR METROPOLITAIN Maison de confinnce lii ni (l. Verres tte toutes >ortes 1 mures fer blancs, 10 or foudre de rin t Djer Kiss Plumeaux Hroves a dents Papier de toilette Un fort toek de porcelaine MoUtiquaires Taies d'oreillers el oreillers Draps SI x 108 pouces JNsppes par j* ux bervietiis Ib pour !' 180 Et beaucoup (Vautres choses •i CHMU MME United West indies corpioit Des Chamins de ff=ir Ha-,n 1 Des Chemins de fer d Hati A frlir Ju 8 AiJi f>ro,h,wi un Ira. n spnil tawtra b.tin. Alanpour l'tvtau t'riucc et les situions tntermcJiaires, 7 beurti du matin chaque samedi prcdent le 2e et le \e dimanche rtneigiemtnts a la rdaction du journal. Lorgfellous Venez de suite, e ir le stock rapidement. Bons biscuits De Jamaica Hiscuit Company Limited dont itoiii aemis l'Agence: Contlngemt cr ara Saltinaa Oal-ajr-jy H. Murad & Son. ['6,Bai des hnits bons. — PmtmPiima \. de Hattis & C agent gnral '*



PAGE 1

CB Ait.* Pharmacie Alborlini-Ewald MARTIAL I.PLTIirs,;P. G. Suc Fonde en 1860 Produits chimiques des meilleures Usais de France et d'Au i .que. urms Dentifrice K.jlinos Parfumerie trainjaisa el amri canne. lelrus Jiiug Sltre Successvr lo ALBLhllAl KUALU i siacisne ltibu AintncMi A; i-reiicii Paient Me J*rdinape, Ja dlinage !! DclvMr sonD. hDBETH 8EED Co Pour les commandes et conditions s'adresser Monsieur KernanJ G Uraijoe ; 522, ftu*> tttfii* De*t*tuehei >0 E AGENT POR ll'YTI Poi i les eo es en gnii et en dild! s* il ffser a VcmsiVtir Victor Uonqon dicmes. best theuucalt froiu £.u p 0U r les tentes leulement, k'adreiser aux maisons suifaxrai : Kpean inea.au. | p^^^fc H m i lc BlisSOH. tpiterie moderne, Laurenemu On trouvera un bel assortiment, de. lgumes : Corons, ra^f's, atter paie, fatttf*, Choux, ele ; et ami un bel ass)rtiment de fleurs: f lfctrifin pitscnpiions tilles/ freuen de nurutn PerfumciTone W aient. Gtt il a Ptrtrus' Pnannacy Uiadi aie of Temple f naruiacy MMI aie 01 tempe ^, /irftfrw ? ( ., c Lnivorsny, Pmiaueipwa, Pa. ; tm iLtt verilubie pommade merv Ai mu • Madaixe J Jolibois fils 2} j /'<' 'l'ruxay.c S'empnaie t'ii foi mer sa bien\fciilaine clientle quile H itu par le Je nec s*eaiui un lo I M o .a n.ei vu.l BUftO ^ciiiu-a J h>>i. ftolnitde I Kui go l'oducts ti<-. fces i itiil>le8 ClitUltS qui a\ieii dpos dis valu is tu dt pot pOt.l ceue pan mode kom p.i.s de passer tcUm^r leur pemccuu pa Hii ce iLfiunizjo Uruund Utl*. i.t iniisou a aussi itu du Ferre tcnum' iPUrrti a miq i s. .4vi> aux fumturs,auiauurs de quels. j.t' lalm crant et\ le Faim oil Ces (feua produits ncuvAUfntni ititiudutts en llutti pow ut/"." aUX'IltVtUC ti l-.--.r cittUMt cil Un ur.cubUile par]utU Mil en vtnle ii,ez Mr Jh Si Uoud 10*22 Rus Rpublicaine, ils sont aaapiubtes aux crei u>, roua, mus OU blonds. pQttOJU uumniue ftegaralt l fl/lfi neuin et te faim ou sont tendus { dans ae bAles utiles notes avec uur mode d'Emploi. \ L'essayer et il todopl r.LettOck r(<;usiuule rapxdemtn tttmt'VLMi — Lunie chfz les putitiputu cov/enti ILQULS Ueus par dernier bleau. A*orliment des ]>lus chnM : One liep, opras, *Q3rtrot s m 'trche 9 c hant*, mrl y h es des Antilles ec iceoures vile^ le stock s'enlve rapidement, L. PreElzraanttAggerhok LOPERIVER& 1717 IIS*, r\ s fuies de ii.hs 2s HoJel. j i in />/^nc ? Rouge si'-piturx diU Vente au dtail /t*e e/u ijtiai, Agent jeur Hum; L La maison Veuve Barbancoi -a rei Des Doe'ffi Hu*cm el I.r '-' ; %  5 bwes bl Kitl.il I ti Wblfdii-a a. s ftuaii i Ht! ui t>


PAGE 1

^BK3? -^PROPRITAIRE mOSTMTO" !" 11 0**0 15 BU ** tgttmmn o 25 ^ i 7W r * NOM o _. ont reues au Comptoir In gTpoblicit, 9 R* Troochet, PaF d S, Ludgate Hill, Londres. il au Prince, i.tt SraMi S 4L; 19*20 —Quotidien Nous n'avons de petits dfauts que pour persuader que nous n'en avons pas de grands. LA ROCHEFOUCAULD TELEPHONE:: 908 s ouvenirs littraires LaiiaisonPaul E.Auxila lltt Lord Macaulay Ddia la mmoire de Uqer Cau' LtrailCjer. vin I orateur impeccable au baireau et la tribune. Fait toujours des prix doux pour ses clients mlyr la hausse sur les marchandises Venez profiter de anciens prie ( SUITE ) secs diverses de Maraude soi esprit pratique mou talent iiionques-, iacessaaie de ses idis tmligieoies, i'aaioar de la le U justice concourent .nj,toiiea de la libeiti. lltsty a beaucoup aid car pi sont de lam me famiile i tient. Ce qui trappe tout [dlui.c'est lextrme solidn tres; son lan et sa vhmence toct parut de la science et at la vente, Qatli que soit la quts.iou qu'il traite, coLcrn;e poitiqu*, rcoiaie. pbilc&oi.hie, lit'euture, histoue,— ivLcuulay se p.ssionntpoui sen sujti. le couiani qui tnftik les cho ses ticilt en lui, ds qu'il l'apeioi., uu Ilot qui emporte sa ptnsec 1 L'txpost yas son opiaiOu.il la ilaid< 11 a ce ton tntrg que, soutenu ci v. CM. fl prouve tout ce qu'il buul, qui lait llecnir les opposition KIM lorce et uae aulur.te et couqaicit le* auyances. ba pense b* On iuu ce qu'il crit ou est une lorce active ; eue s impute a rauuiieui, elle l abords; avec lant d'ascendaiit, elle arrive av.c ua H grand collge de preuves, ..vec uae autorit si manifeste et si leg t.me, avec uu *lau si poissant, qu uu ne IttittuS jaunis s'egatei. 11 pi |*inais daus une digtes %  mloppint un ia -onae il toujours son bu uevaut ; il y varche par le eue n. in I*di.a' Waisti iaea 84 to 40 1_80 ccaU / tic et le pms droit. M*uuuy tait membre du et parlait si bien, dit-on, NoNiui LOUI le seul plaisir L'habitude de la tri6*iit*u tSi (nui mu la m* l ucidit ueompaiable outeu' Poui cOdViiu* asb.mun. uu |U y tait s'adte.-ser a tous ipoui g rder l'attention outrai s et tat gus, il comprenneni trup, puur utz Parler to public le ides, c'tsi tirer i hauteurs ou elle habue penseurs pour la Lire i milieu de la toule ; au niveau des esprits flManceue inu r. e .i.o.i jamais ape eue que de LW Blou* bM Si to M cenU souge pas a lui rsister,elle matrise le cueur.par sa vhemence^en mme temps uuc par son vidence, rite Elle vient de recevoinles chapeaux jaune et b anc Diagonale noir, ber inaiiiiM la arson. de pai'le pour hommes, des chaus ges. Casimi-s laide Fournitures pour Tous ces dons sont communs aux settes en fil pour entants et pour robes tresses de fl?urs. marabous. grinttJOraieuM,avec deapiopo.lions hommes. Gants peau, fil, soie, pour routaches, Rubans, Voiles blancs et S des de M ,ts militent*. Ce. ue,ux e. ho nrnes et femmes, Bas de fi de fantaisie, C-cpe de Chine. Georgette. ,OiidcttHiiUtimntonelamiUenasoie, Jarretelles, B liste de fil pour Mousselines pne^d9 Certaines pallies uu talent de .vufilmi dnffn^tograph quts soit pour t a ticuiirctjieui liileroleui rcemment par le New-York VVond, 1/ u Ucclw i Une yl.se qui prsentement i^esi pas amnage pour les repr-teiuattons c nnUujriph qe partie des ser utee tlanti-it tiu.i. etue, Us ont les p.us aug.aists.il a u main rude; quaud .1 i lier Itmeifmmert relg>cuxda>sleuri 'y-*" '" taivams; Us leudeut la frappe, il assomme.v*ro*e*. Lee einmtu de lgl*e ca{£"* Plus ppau.i ; i,s tout O Fiance dua.t Bungr : thonque rom un 1 et 4e ejUses ,* %  >^u, a \. ,, 1' .... paus p -otestantes so U installe* dans P ** •'• -KS.ei| sd un tage,et Foml j C c iS coups poing s .,,.,..„, „ aw i.,| s. les rgles de presxm tllT. il* i*-es|* itsd-un tage;et &f giandir l'iuttlugeucc wU *•*. Thtcis de quelques im prettrii ont [ait nnuvaw usage de cette invention pour que l glise doies se priver di l ulilis • %  eLis $uftte te fUm; reg eue to vsnl tre ch JISIS avec %  • %  %  Ce>t prcisment pour ce que h Uwra% de filins reli gieuc a t organis Vbaqui film est riyoareueeme.it slectionne e.l ne prend tans notre catalogue qu aprs jneux examen. supposes par exemple, un cler ggmaa prchant un srmon eur lira vrt u.. 0m11.11' par les chrtiens en Afrique 11 Point ace;* coups de poing j^ () ,; (8//|1 uaroiw-tl , les rgis de Qutiou, l nlJkoa rt 7;/'^* l ; lcrr t tj cesqlses murdis t-U d faite pisser Mac*utay, giauu n.toueJ, t aile fc %  ^ d ^ u fiillCtliaira ^rcmUe. s, a mu la porte S-utncy, uu ihustre pove, oe ta n^ {J0J inlhjli sle8< 1 0iJ j bap'ides, et venu tes questions itS JU suivante : de nombreuses M** prssby'rtennet wtiUeti destratgieetderi* Dans tous les ouvr-ges ou lu /|);U pr) j C i. r z iS films antrieur m> ni avait vouiu taire un Sou hey a compltement abindonn me des gl-\ork ui bu 'K5 7Z ......T.? ;, Pl.'.4 y pour tlUSmmM i • %  f*-* Hn ces occa> ons. ses crits noat xtrme ruepi.s prdicateurs sur dem nd. filuli qi Il a e-i ou ire fait dreeeer u-i cataogaed tout les films piuvaat tre utilement passis c Pourquoi, dit be Outlook, revue amricaine, aurions-nous cou veit > l'emprunt belge, mme s'il et t deux to s pius (on ? Parce que la Belgique, autrefois la pre • iiiire au combat, est maintenant U premire au travail. Elle tu; hroque nagure dans la b.avoure, qui la dressa devant l'en vahisseur, tel David contre Goliath ElL ne le t pas moins dans sa re naissance actuelle. Noua, savions bien qu'elle ressusciterait. Le> champs taient ravags, les usines mo.tes les rues chanaient une tou le errante Uuel contrasta, maintenant/ Hora mes, .emnies, enfants, om moisio • n a pieias bras des reco.tes mes paries e co.m.tiisentleur •ccomp.-nse Les chemines des usint.s oui de nouveau leur paaachs de Lb^neuse tume, fresque tousles cheuiins de fer sont recousmes elhtrafi; est redevenu les deux tiers de celui d avant la guerre l'ius renurqaable encore est le record des mines, qui atteint 99 0 du chiftre normal La ptoducuoa de la laine atteint nuerieenfres ,7) .u les chiussures 70 oio. Mme / %  /; suffit %  / % %  les 1 .dusines da verre et de l'acier **K*fOrtoirs,i'aap Jfjwumtuuui del tn,'J^* l nipaie de la mai^ "beau pour en (aire dts commencent 1 tre restaures. Et New-Yok a vu arriver d'Anvers un cargo de sucre raffin waitlesouffl oratoire; %  fltases ont un acce., ; on VT, gU,derleses P l,,:,: ,'"* del lusi.nce, qu'il 2^ianiD.nsbesl.vrts. 00 Min ti retient tes lecnce d'un pas rgulier %  u 'Ce tioiMsntr, en .ign %  ungunu fUuve. aussi • en [*t Ja -iriiir*rurt > laiiMa/tlermrti, MMS lifcfrupftMr e* eus pouvons xm anc Lpasteur aa qu d cinsxlter c: cita inedmum:ni lai faire, pa venir un film ors lof*e II tait connatre par tel,:/ ephe qui monte: la vie i uni tribu afr caine (1U U ,i uo a. u . %  -, —-tl* le (U.nquil dsire et au service sai avant I arrivedes mis*iO**a*0 etun ?. ois iuutemcut .vcc plaisir, exV a,il, eie pxroiesitn peuvent voir se autre qui montre la vie de celle ni me it-ons g-ueiiicui.u m 1 .,„,,„ '/;/,,, tribu un an ap.cs leur arrive llnesi cepie loisqu u essaye .re 9 !" !" ** UjLu-Le ie \Willie Sprague, chff PUS douteux que les tableaux omet d presbytriennes du Vint End, donmene UuplusiniukraDleDuuiiojn.jauiii u ^ UIIU religieux et mi rouls ne donnent une hauts ide de des reprsentai ioneeinomatographifuen txtsie. Il setlorce lies souvent d tre nis[rdllie ilft) rlaate gl se proue t veavreaccomplie Par les missionnaires une fois parsemaine,et ces glise* sont comique, ei pourtant nous ne nou N ( / f ar i, a [)r Uli e pari et l impusston proiuile en une demi comblea chaque fois. .Si Ion veut bien une stuic occasion ou nlftail l CUilld ij.^toi .lamjuuemuit heure sur fnmmblee est assurment se souvenir qu le nombre iU peraou. a emxtooruphiqa* dans le glise, pi** tanetderuU que celli que pour ns qui vont au cinma te dimanche r _________^ rail produire tuuie une truae sermon. el plus constatjraH que celle qui sa 4 U mme pour le problme del rendent '.'glise, on peui trouver mricuniSAiion II tarait btuucoup trange qu'on puits [airs obstacle a de • otre espce. • RMtuB nsotu p ir Us ylist que par l usage des cintmu pour la propugam rapueious pas ,1 .il russi re autre chJ e q e bizaticmeuicteiuuidituentinsipiac... seus pouirait dire 1 ai sou s^mesTieilIr-u'cutu d, son feu, danS le monde, .'e: U...S qu un re hum-.n up es avoir rous tllI e rougu mob.les cnve.les | K. Uicwci pour uildettls jvuxdt !ft ioqoecce 1 est Y miUm-pie.ie. iiausme te a 1 ^pnmeur .^ lBre ?!' J4iine les en cumge les preuves e ics ( A suivre ) tout autre O'qanualio 1 si /'o- faisait de nl.qteute. mp^l au cinma L>

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05112
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, May 08, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05112
System ID: UF00081213:05112

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^BK3?
-^Propritaire
mOSTMTO"11-
, 0**0 15 BU
** tgttmmn o 25
^ i 7W
r *nom o
_. ont reues au Comptoir In
gTpoblicit, 9 R* Troochet, Pa-
F dS, Ludgate Hill, Londres.
. il au Prince, i.tt
SraMi S 4L; 19*20
-
Quotidien
Nous n'avons de petits
dfauts que pour persua-
der que nous n'en avons
pas de grands.
LA ROCHEFOUCAULD
TELEPHONE:: 908
souvenirs littraires LaiiaisonPaul E.Auxila lltt

Lord Macaulay
Ddia la mmoire de Uqer Cau- LtrailCjer.
vin I orateur impeccable au baireau et
la tribune.
Fait toujours des prix doux pour ses clients
mlyr la hausse sur les marchandises
Venez profiter de anciens prie
( Suite )
secs diverses de Marau-
de soi esprit pratique
mou talent iiionques-,
iacessaaie de ses idis
tmligieoies, i'aaioar de la
le U justice concourent
.nj,toiiea de la libeiti.
lltsty a beaucoup aid car
pi sont de lam me famiile
i tient. Ce qui trappe tout
[dlui.c'est lextrme solidn
tres; son lan et sa vhmence toct
parut de la science et at la vente,
Qatli que soit la quts.iou qu'il
traite, coLcrn;e poitiqu*, rcoiaie.
pbilc&oi.hie, lit'euture, histoue,
ivLcuulay se p.ssionntpoui sen su-
jti. le couiani qui tnftik les cho
ses ticilt en lui, ds qu'il l'apeioi.,
uu Ilot qui emporte sa ptnsec 1
L'txpost yas son opiaiOu.il la ilaid<.
11 a ce ton tntrg que, soutenu ci v.
Cm. fl prouve tout ce qu'il buul, qui lait llecnir les opposition
kim lorce et uae aulur.te et couqaicit le* auyances. ba pense
b* On iuu ce qu'il crit ou est une lorce active ; eue s impute a
rauuiieui, elle l abords; avec lant
d'ascendaiit, elle arrive av.c ua h
grand collge de preuves, ..vec uae
autorit si manifeste et si leg t.me,
avec uu *lau si poissant, qu uu ne
IttittuS jaunis s'egatei. 11
pi |*inais daus une digtes
mloppint un ia -onae
il toujours son bu uevaut
; il y varche par le eue n. in
I*di.a' Waisti
' iaea 84 to 40
1_80 ccaU /
tic et le pms droit.
M*uuuy tait membre du
et parlait si bien, dit-on,
NoNiui loui le seul plaisir
- L'habitude de la tri-
6*iit*u tSi (nui mu la
m*lucidit ueompaiable
outeu' Poui cOdViiu*
asb.mun. uu |U y
tait s'adte.-ser a tous
ipoui g rder l'attention
outrai s et tat gus, il
comprenneni trup, puur
utz Parler to public
le ides, c'tsi tirer
i hauteurs ou elle habue
penseurs pour la Lire
i milieu de la toule ;
au niveau des esprits
flManceue inu r. e .i.o.i,
jamais ape eue que de
LW Blou*
bM Si to M
cenU
souge pas a lui rsister,elle matrise
le cueur.par sa vhemence^en mme .
temps uuc par son vidence, rite Elle vient de recevoinles chapeaux jaune et b anc Diagonale noir, ber
inaiiiiM la arson. de pai'le pour hommes, des chaus ges. Casimi-s laide Fournitures pour
Tous ces dons sont communs aux settes en fil pour entants et pour robes tresses de fl?urs. marabous.
grinttJOraieuM,avec deapiopo.lions hommes. Gants peau, fil, soie, pour routaches, Rubans, Voiles blancs et
S des deM,ts militent*. Ce. ue,ux e. ho nrnes et femmes, Bas de fi de fantaisie, C-cpe de Chine. Georgette.
,OiidcttHiiUtimntonelamiUena- soie, Jarretelles, B liste de fil pour Mousselines p luieiie.ttleiunscommilts aune* oui chtmises, Toile i drap fil, coton, Ser v*rses. etc.
jour tiait pnncipni lhabitude et le vielles de biir, Soiriers qualn su Essayez cotre pouc-e de riz Ca-
aient de p-user des ideei p-Uicuu prieuie pour hommes, calicot.Nan- roma i Gde i jfo k boite, et ser-
res aux ides gnrales, avec u.dre souk, Percale, Ltroa de coton en vtz-vous de nos calicots de umille
et avec suite, comme on monte un banne qualit, Drill blanc, Kakis et percale, pour tous voi usages,
tscaliei eu pos*ut le pied toi.r a
C'est euviroi r 600 coo voitures
que les Etats Unis ont tabriques
en 1919 : 200 000 vhicules com
mtruaux et l million 400 000 voi
tt-ies de touiisme. Ces chittre*
peuvent rue rduits si la ciise du
ehaibon rduit aussi le temps de
travail dans les usines
Sans les grves, ce chittre rvtlit
pu tre perte i trois millions
Aujourd'hui, en Amrique, tout
le monde emploie l'automobile
d'abord pour les affaires, ensuite par
p a r
Veut-0i7 savoir ce que fabrique un
seul constructeur en un seul jour ?
En luin luillet, Ford finissait ,' 000
vhicules quotidiennement; en Aot
ce lut 3 100 I en Novembre. 5 150.
Chez Chevrolet, aux mmes poques
720 7)o, chez. Buick, le chiffre n'a
pas varie, )Oo, Dodge 450, Oateland
de 250 1 300 etc.
Le prix des voitures augmente anx
E as Unis comme en France et en
Argtijrre. On pensait que U paix
amnerait une baisse. Il n'en est
rien, et lingoieui en chef de la Reo
Motor Car Cy avait au contraire, pr
dit la hausse qui se produit
L'emprunt belge
en Ain
tour sur chaque marche.
Loitque ftucablay dcrit le talent
propie de buike, le grand orateur
irlandais" ceiebre pai ses attaques
contie la Rvolution trauaibe,cest
le sien par contrecoup qui! dut :
Il avait au piuj iuui uegr la ma
tu dessus a'c x . un gotique tacui.e par laquelle l'hum
sait i'e oquent A ago: me est capable de vivre dans le passe
* la politesse de ceux e dans l avcnir,uaub les choses e.oi
public.
bbtue .ci glanas orateurs
aulay, l'h.ers. Gu.zot, cauiay sont
Dan* plus de 5 0J0 c!; iset amiric
ne 1h clergymm anim* d* t esprit U
gees, et dan* .es enoses tmag.ua ics. /jtf mQiem. 6eterveilUo*r,am>ne^d9
Certaines pallies uu talent de .vu- filmi dnffn^tograph quts soit pour
ta ticuiirctjieui
liileroleui rcemment par le New-York
VVond, 1/ u Ucclw i Une yl.se qui
prsentement i^esi pas amnage pour
les repr-teiuattons c nnUujriph q est. aussi incomplte au une gliie qui
n'aurai- pis d tnjae ie a hsite pxs d
prdirtqae [jrt peu de temps s coulera
avant que de milli.rs Uejlses nad
mettent qu ikdifouU ment de film* doit
Obligatoirement, fai>e partie des ser
utee tlanti-it tiu.i.
etue, Us ont les p.us aug.aists.il a u main rude; quaud .1 ilier Itmeifmmert relg>cuxda>sleuri 'y-*" '"
taivams; Us leudeut la frappe, il assomme.- v*ro*e*. Lee einmtu de lgl*e ca- {"*
Plus ppau.i ; i,s tout O Fiance dua.t Bungr : thonque rom un 1 et 4e ejUses ,* >^u,
a \. ,, 1' .... paus p -otestantes so U installe* dans P ** '
-KS.ei| sd un tage,et Foml jCciS coups poing ,s .,,.,.., awi.,| s. les rgles de presxm
tllT.
il*
i*-es|* itsd-un tage;et
?giandir l'iuttlugeucc wU
**. Thtcis d bm,
w pu lire l*Htsteirede
_ par db.sot *vcc piofit. t piotgs contre
Msttiooutute tut pius en* et lexuemedusionquepar labauic
'M* celle ae ThttrTimoo, et la puret du s'.yle.Nads tioavoiz.
lo us l'avouons, un si grau a c
d*ns tt augais que, mme I
frlit des aiud t-s, nou
pallies uu taieni ae .vi^- fUmt ci,^mtt,jgr,ipli quts soit pour ^C est en e/j-t parhvueque nousarri
pms ia ticui.remeui mudrer teu ssrm.nx, son pour (ad- BaOtUefcuoi nnormtione. En outre,
" 01/1 m 1 es* assuriment l'tnoeii'ion la
tnsilraUL depuis celle a? ce,
mobile* a imiirimene. Ce n'est
reisee poroJ q >e quelques im
prettrii ont [ait nnuvaw usage de
cette invention pour que l glise doies
se priver di l ulilis
eLis $uftte te fUm; reg eue to vsnl
tre ch jisis avec . Ce>t prcisment
pour ce que h Uwra% de filins reli
gieuc a t organis Vbaqui film est
riyoareueeme.it slectionne e.l ne prend
tans notre catalogue qu aprs
jneux examen.
supposes par exemple, un cler
ggmaa prchant un srmon eur lira
vrt u..0m11.11' par les
chrtiens en Afrique 11
Point ace;* coups de poing j^ (),;(8//|1 uaroiw-tl , les rgis de
Qutiou, l'nlJkoart7;/'^*l;lcrr.t'.tj. cesqlses murdis t-U d faite pisser
Mac*utay, giauu n.toueJ, t aile fc ^ d^ u fiillCtliaira ^rcmUe.
s, a mu la porte S-utncy, uu ihustre pove, oe ta n- ^{J0J inlhjli sle8< 1 0iJj bap'ides, et
venu tes questions itS ju suivante : de nombreuses M** prssby'rtennet
wtiUeti destratgieetderi- Dans tous les ouvr-ges ou lu /|);U pr)jCi.r ziS films antrieur m>
ni avait vouiu taire un Sou hey a compltement abindonn me des gl r*eeouenoimau^ l un pn U nairatioa et essaye de traiter des // ses.oomtilui d S,u>-\ork ui bu
'K57Z ......T.? ;, Pl.'.4- y pour tlUSmmM i f*-*
Hn ces occa> ons. ses crits noat
xtrme ruepi.s prdicateurs sur dem nd.
filuli qi
Il a e-i ou
ire fait dreeeer u-i cataogaed tout les
films piuvaat tre utilement passis
c Pourquoi, dit be Outlook, re-
vue amricaine, aurions-nous cou
veit > l'emprunt belge, mme s'il
et t deux to s pius (on ? Parce
que la Belgique, autrefois la pre
iiiire au combat, est maintenant U
premire au travail.
Elle tu; hroque nagure dans la
b.avoure, qui la dressa devant l'en
vahisseur, tel David contre Goliath
ElL ne le t pas moins dans sa re
naissance actuelle. Noua, savions
bien qu'elle ressusciterait. Le>
champs taient ravags, les usines
mo.tes les rues chanaient une tou
le errante
Uuel contrasta, maintenant/ Hora
mes, .emnies, enfants, om moisio
n a pieias bras des reco.tes mes
paries e co.m.tiisentleur ccomp.-nse
Les chemines des usint.s oui de
nouveau leur paaachs de Lb^neuse
tume, fresque tousles cheuiins de
fer sont recousmes elhtrafi; est
redevenu les deux tiers de celui
d avant la guerre
l'ius renurqaable encore est le
record des mines, qui atteint 99 0 *
du chiftre normal
La ptoducuoa de la laine atteint
nuerieenfres ,7) .u les chiussures 70 oio. Mme
//; suffit / les 1 .dusines da verre et de l'acier
**K*fOrtoirs,i'aap
Jfjwumtuuui del tn-
,'J^*lnipaie de la mai-
^ "beau pour en (aire dts
commencent 1 tre restaures. Et
New-Yok a vu arriver d'Anvers
un cargo de sucre raffin
waitlesouffl oratoire;
"fltases ont un acce., ; on
VT,gU,derlesesPl,,:,:
,'"* del lusi.nce, qu'il
2^ianiD.nsbesl.vrts.
00 Min ti retient tes lec-
nce d'un pas rgulier
u 'Ce tioiMsntr, en .ign
"ungunu fUuve. aussi

en
[*t
Ja-- iriiir*rurt>laiiMa/tlermrti, mms lifcfrupftMr e* eus pouvons xm
anc L- pasteur aa qu d cinsxlter c: cita inedmum:ni lai faire, pa venir un film
ors lof*e II tait connatre par tel,:/ ephe qui monte: la vie i uni tribu afr caine
(1U.U ,i uo a. u .-, -tl* le (U.nquil dsire et au service sai avant I arrivedes mis*iO**a*0 etun
?. ois iuutemcut .vcc plaisir, ex- Va,il, eie pxroiesitn peuvent voir se autre qui montre la vie de celle ni me
it-ons g-ueiiicui.u m 1 .,,, '/;/,,, tribu un an ap.cs leur arrive llnesi
cepie loisqu u essaye .re 9** UjLu-Le ie \Willie Sprague, chff pus douteux que les tableaux omet d presbytriennes du Vint End, donmene
UuplusiniukraDleDuuiiojn.jauiii u ^ ,UiIU religieux et mi rouls ne donnent une hauts ide de des reprsentai ioneeinomatographifuen
txtsie. Il setlorce lies souvent d tre nis[rdllie ilft) ,rlaate gl se proue t veavreaccomplie Par les missionnaires une fois parsemaine,et ces glise* sont
comique, ei pourtant nous ne nou N'(/ fari,a [)r Ulie pari et l impusston proiuile en une demi comblea chaque fois. .Si Ion veut bien
une stuic occasion ou nlftaillCUilld ij.^toi .lamjuuemuit heure sur fnmmblee est assurment se souvenir qu le nombre iU peraou.
a emxtooruphiqa* dans le glise, pi** tanetderuU que celli que pour ns qui vont au cinma te dimanche
* r _________^ rail produire tuuie une truae sermon. el plus constatjraH que celle qui sa
4 U mme pour le problme del rendent '.'glise, on peui trouver
mricuniSAiion II tarait btuucoup trange qu'on puits [airs obstacle a
de otre espce. RMtuB nsotu p ir Us ylist que par l usage des cintmu pour la propugam
rapueious pas
,1 .il russi re autre chJ e q e
bizaticmeuicteiuuidituentinsipiac...
seus pouirait dire 1
ai sou
s^mesTieilIr-u'cutu d, son feu, danS le monde, .'e:
U...S qu un re hum-.n up es avoir rous tllIe rougu
mob.les cnve.les | K. Uicwci
pour
uildettls jvuxdt
!ft ioqoecce1 est Y miU- m-pie.ie. iiausme te a 1 ^pnmeur
.^lBre ?!' J4iine les en cumge les preuves e ics
( A suivre )
tout autre O'qanualio 1 si /'o- faisait de nl.qteute.
mp^l au cinma L><- nombreuse glise c Le siecie ( vol ue, l'glise ne pc*4
ne-o-jorluic*, notamment, le olie pu se tenir en dthor de proyrt
i


LV. MATIN
Faits Divers
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
DU
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
Verd.edi 7 Mai 1920
Baromtie 761 6
/ minimum 2} 7
"troprature f
1 maximum 73 o
Moyenne diurne 27 7
Ciel un peu nuageu* jour et nuit.
Forte brume.
Baromtre constant.
I. SCHEREi
f*^
Celui qui achte
L'EMULSiON de SCOTT
achte le meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante ans.
Il n'est pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
{Prennez garde d'obtenir toujours VEmulsion de Scott)
.
L'Alliance Franaise "-i--------^
Nou -|',iu.oih avec ptelM que M 14 ioj obi
IiobUu Bureau, lai:uii>.ct:*cucra.c Uc l^l.uu.e %T ^.. .... I I *EU______I______ "Vi____fPM#j, .1Mt.M
hMiMOttattqMitjf jwbdicHu.Mn i\ouvelu s htrAiu|.Tes i\08 Triuunux
11 y auia un u.ucr Mn ci.quille auquel rfBDflUHlt
mri iniu :... ......<*...... .... ....__ ... .
pan UH les luciubro uc 1 Auianrc gui vuuuiont
eu y :ou>cruc. Le 1er uiner auia mu le jeudi
I] .Mai couiaul chez lJcicii a 7 iieuro du >oir.
J.a %oujciiptioii oui CM u uu uuuar uora eue
tavoyecau irooucr au cornue, Mr Perikuad
a'aluou, le niaUi au plu laid. C'OI >a u..c Ihji.-
C piupoiu.ou qui M VCTIUMSflMnl uc iiauic a
cuiicic.iir ic> Donne r-rinimm qui uoivcui exuicr
cuire la meu.uicj a une socit.
U 6 Si H.
Championnat ue tfeoi1 BU
Le Mai nui.h uu ciiaupiuiniai aura iko de-
n.a..i iproauai a 4 tJcuiM i-r ig Lami thiit
i.nei cuire le Junior uHt cl la l'eu.c ju*
mmd Sportive liaiiieuni: . aiiiiic te u parue;
MX i.ju.> juij .
.La ieie de F Universit
Bcpui jeuui I luajettCUf Ucs bfiaoi a tanc
une .luuiaire aux UiMltUWun ci 'llnillHrim
leur demandant de preudie paM a u ICW de l L-
liiver>uc luiiicoue uoortiiuis nxce au lo.vtau
l.uinn.c un le mu ceue date concide avec cci.e
ue .a .iciiioii du Urajciu. i_e=>; u VMM MU) du
Corps tiuci^iiant raaiuva ci nevci y utu>.ipw
roni. Au Ucliji de u Ccrenioiue .. o. .ut 1 ,r-
Ciievque Ueliira les. drapeaux de* i..oie>.
Emission d tlrn&roa poitei
Le Jou1n.1l UiDCMl puPue un Arre.c du nt.i-
dent ue u Kcpumiquc autorisant une i.uuto.e
uumkm Je iepi nniiious Je l'uaenp-juit
V 7.000000 )mo. liant ensemble M asWuuu de
Huit cen: KHTintS cinq nulle gourde L6oJ.(MOJi
CM uiilfro, ^:ase par rrtiuerican u de New-Vori,, seront de ditiercni uuaaj c.
JUOtl.es.
La Fraternit
Nous cvoBi reu le numro ut Korembcs*
De.cniure uiy Ue cet important Ulpn Uu
i.rand Orient A liait'.
Nous tn conseillons la lecture tous eeui
s'occupent des cdoses nuvoimiquo.
ji Convocation
Les BtnbrM acua, u,-. rt-ootiaw adhrents,
la luenit ics d'honneur et les MU| de 1 .ks.o.ia-
k.ou Mule de l'CiMlviv ciuciwiiiie, MMI ^uo
d'assister a 1a sOauce solennelle qui scia dunuce
uiiuauclie y Mai u ma du iuauu, en souvenu
Ue u icte .Saliouale du liavail ci de 1 .i6..,uuu-
! le Prsident, lieiatiu Lavculurc
On cherche
L'11 ''u;mue de vm^t iuit a qua
'aute "rib pour la veuie Uta .N-ii.ui.ul
(JaHlire^ieiers-
S'adreaner
L PHKE1ZIIANX-AGGEK110LM
liue au {Juat, Port au-tnnee
7 Mai
BRUXELLS- L'toile Belge ancoa
ce que us souvtrains B;lg s iront
samedi i Londres visi'er Us souve-
rains H'ita'imq es.
l'ARIS D.ns Us milieux oficttls
on conlir.i e que le gouvernement
ne sautai' en;rcr en pourparlers quel
conque avant la repriae du travail*
PKIS La simation cre par la
grve e;t i ichogt. Les aidoisiers a
Angers se muer t en g v.*.
Moatagot secieiairc du Syndicat
des minns a t aric au Hvre.
AU H vVRfi L -instituteur Loiio:
memote de la fedautton socta tste
de la Seine a t galement arr
sou l'incu'patioj ae complot contre
la i t e I htat.
PAKlb M Ig.e la pre-.s:on eier-
cie p.r le ext cm ie L sita tion
^eueiale 'amoiiofi encore s.t]sibie-
mal dans la j'jurne a'hier.L h ho
de Pau croit sivoir que tous le>
tntmbres du gouvernement sjjt
d'accord sur l'itnpoisibtlit d'enta-
mei une con.ersaiton avec L CGT.
avant la reprise gnrale du travail.
l'A RIS Iisqu'a prsent 70 gr-
vistes cheutinots aot rvoques.
PARiS L'n note de| la C G T.
proclame sa satist.Uion pour la dis
ctpline avec laquelle ses dcisions tu
rent excuieei. h te trmc une lors
d-^ pias ijuc tu.t.ou t g g>?e par
eue a un Dut unique ; u.nr de la
situation p'tiudict.b c a leusembie
du nyi>
VbKSAlLLES, La dlgation O.to
11 u;:ia .i.iiv. a 1. u cit.
Barcelone -ou pisiit u.i
uiner o;teti,par le |oofoalulM Cala
lans icuis cot e c tiaDait. Le
marciaal put coi gc uts autorits tl
rentra en France.
Dollar ; 16,44 U2-
lu Cassation
Audienre du 28 Avril 1923
Prsidence d. Mr A. B.namy
Arr s rendus
Celui qui cisse el annule l'arrt
du tttb ml d Appel de t'oit au Prin
ce. renl-i le 22 Dcembre 19 9. e tre
Roberts D ttoa et Co tt F is Bel
tni ; et pou; tre st.eue conform
m nt U loi, r uvoie a caosc et ljs
parties Wan: le t ibanal d'App-1
des Go laivef.
Celui qui rejrtte, comne nul tan
de, le pourvoi de Suirad VilUrd
contre l'arrt rendu le 10 Movembre
1^19 par le tribunal d'Appel de Po:t
au Prmce en Uveui de H. Arnous
Aff tires entendues
D Ciir tt consjrt? contre les
coasorts h i 1 : m- s Monsieur le
jug Thibault cnteidu en l'expos
sommaire le a cause, M Constan
t n Bmo t poj Us demindeurs, en
ses otservaiionn, le Miuistn public
a conclu -tu *ej t du pourvoi
l'.ospre Cnusphoat conte Vve
Jean Stbt. Monsieur le juge Eihart
entendu en l'expos sommaire de la
cause, le Ministre public a conclu
au rejet du pourvoi,
Audi:nce du 2<; Avril 1920
Prsidence duviceptesident Anselir.c
Arrt tendu
Celui qui casse et annule le jug?
ment du tribunal eritliaei de fort
de Paix en date du 22 Mars 1920,
rendu coiire Us sieurs osepb Itan
et Tertolien llsaiti tt pour tre ti
tue c.!ormement la loi, renvoie
les accus, en tal de prise de corps
devant le tiibuoal crimiuel du Cap
Hatien
Parisiana
DIMANCHE
Prograo ectin-ment ccuveeu
Films du choix
Eclair Journal
Souhaita pour 1080
Les chu es du Niagara-
Les N.J.IS dlfittDiil
l'ait chfd-ivre tra dramo:iquj
tt trs t tel.m.:-
u
Gra.id drani de murs si-citles
Entre G- 1 50
Balcon :* 00
Varits
iJiVJANullE
m ni*
."- pariiea
LA MAIN d'NNETTE
(Comique)
Entre gnrale G. 2.00
Kufa*j.a 100
fm w& .van
PASTII.1,0.
vldiJ
ont indiSpenu3
lMi|atM?|
-VIEILURO ci o,7,?..|
GRANDtSPErrSllEjf
frrdtiil 1 Iran rooj |
pour PRSERVER
LM CREAMES lUfgn
u pour SOlOoj
l^sR/^-raes.ratuajTJl
Mr;Tf;it..s>BrMlCllitajp|
KalSILFAUTWl8Bai
"ie n'empom qat
LES
pastillmI
VALDI
vritables"
vf!i.iii,.s gouleao)
e*a, BOITES
|jortBnl le nom
Lai
n^
amateurs ti autos
,^ Avant d'acheter une voiture,
rappelez-vous quaujouriPliui avec
deux m Ile et quelques dollar*,
vo is tfOttva (J0W7 U plus belle
auto franaise
Lju Brasier
Fard- F.a'fON. Afeof
A Jrmk
La ite de la
LictuedoDil
Les manilesiatioDs p-.cjetiei
casion du 117e scniversanel
cration de o&tre drapeas, |m
prochain, ptomeitent d'd
dioses. Une messe sera du j
heure.', en l'glise 5t Lcui',1
de la crmonie d-s c6u
tiques se feront entendre.A-]
de ce te so enn-i rel-giease,e]
rendra sur l'autel de la paq
t'es banquets seront dposai
du irophe qui y sera
un chevalet figurera le
tional arlistement dessin
goureux Une dtmouette imj
dre une pice ; An
tien, > et un de dos
diseurs nous fera goter taj
vers de L'Hymne de
tien, Puis on se sparerai
de la Desialinience 1;
de la lactare
A s:pi heures p m, au
tholique, soire litre aire et 1
On y emend:a des
d'auteurs haititns, entre u
Chceur des Hros de illji
Alain Clri.e l'Hymne I
d'htzer Villaiie, IHt
9 j
0 FEUILLETON DV MATIN*
Judex
GRAND ROMAN
Par
A fi II t II J} E R S l D E
( Film par L. Feuillade )
DOUnlMI EPISODK
LE PARDON D'AolOLTR
II ( Suite
Ver3 la grande preuve
Lisent daita le cur de son lils,
madame de I rmeuse rpondit au&*
sitt :
J'ignore ce que fera le banquier.
Peu importe lit nerveusemant
Judex. j ai conscience d avoir fit
won devoir, tout mon devoir.
Je ne terrains paa.. je Pat M '?..
J'aimt cet* lire rponse., r-
pliquai Julia Oraiol cl e est digne
do ici digue de nous..
a C' bI Hinsi que tnoi-.Hrne j'en-
visage la eiuiatKit via'-vis d j cet
iiouiuie-
6'il exiaie un dbat ,u grand
1 m*. 1 Miio p: Ole 1 air oiiter de-
vant tous, pit revendiquer la
croy z que Jacqueline demandera
son pie d'oubi.er ?
J'en buis si'ir*
Oui pout vous doiner uno c r
titude pareille ?
Jacqueline a toot dcouvert-
Mou DiMl
File s'o^t aperu que
Judex gardant le silence, Julia Or basso, le regard agrandi par l'pou lesquels semble psuer
qu'elle l'avait
fois, Jacjues
Val ires et toi, vous ne lonuuv.
qu'un seul personnage-
Alor ?
Avec loue la loyaut que le lui
devais 0 toute la Iranchise do.it |j
ous capable, je lui ai rvl la veri
l., lu donnant tou'es les explioa
tiona de no 1e cou tuite et lui fiUaut
part des sentiments
inspire-
l'uaideineut, celte
iuterrogemt :
En bien, mre .'
A ora, en un sourirt o sernlj'ai<'nt
revivre ou es Ita joies auoics.. et
qui relltir l'amour loiuum et su
bliuie, et 't'iel, qui avait t toute
es vie, la ComtOtM de Trmease lit,
avec ceue e.\prt-tsion aJorab'.e, di-
vine, qui n'dppariient qu'aux tueras.
Je ne puta te due qu'une clioae
mon tila.. Jacqueline sait tout. et
elle t'aime
Mie.'
Tel lui le aeul mot qui jaillit des
lvres do Judex.. en uu cri de jois
8aus liuji:e, de bonheur sans 1110
laog*
Oui, elle l'aime/ tpelait rnada
me de Irr-tueuise. qui, comme pour
siii! insista :
Crains-'u peu -tre, que, dans
un sentira nt d3 tojdresae rater
nel'.e, mal comprise, je n'aie exagr,
al t la vrit *.'
M mre, 1 ai trop c infiance en
Juiex, vous, pour ne pa* ire convaincu
variez de ma
mme de li
faoe du luonile aussi bien que il* elle 111 m-, ajoutu
vaut Dieu la responsabilit de ma
vei geai.ee-
>1.11 -, je me hte de le dire, j'ai
1 iniorexsion irs nette, que d:-j",
j'ai la conviction absolue, -i e ta
vrsut n'oM'ia nen fsire contre uoua
f\ iju'eo tour c tt, sa I le eeta l p ur
l'en em dM1*..
'rji:i t-n .. uiie.. s'exc'ama
atitiq -*s oe'Ire i eusH 1 d un lifue
L'amour a t plus fort qu\3 la
haine. G'laii crit l-haut., et je
u'ai pas le droi d en vouloir Dito.
Mail te visage de Jacques .'tait || avait pria son ptit lils dans
* bric, lo piiue je lai vu plir..
que tout ce que vous
di e est l'manation
ralit.
Fti bien, alors?
Et Favraut 1
A p>3ine Index avai il orononc ce
no n que des ens s? faisaient en-
tendre 1
Au sec*iu"8 vite., au secours 1
Judex bondit jusju U porte, car
il avai reconnu la voix de Jacque-
line
Suivi de sa mre, il entra dans le
sal > 1 o il avHi' iaise; la jeane fera
me avec son pre.. e> laacne que ta
fille du banquier se pieiplttil vers
lui en un geete de il 'ti . -s 1 perdue .
il apera endu sur un canap, et
ne donnait plus sigaa du vie, T-
vi ait prs du<| tel le pe it Jeau priati
genoux et eu pleuraut
M
Rdemption
Oue s'est il donc passa'? in'.er
rogeaj Judex.
Jaciueuue expliquait :
Mon pre sembhtt tr3 mu et
trs heureux de noua avoir retrou
v-, mon Jeannot et raoi*
c II avait commence nous par-
ler., nous interroger.,
c Puis, s'asseyaut sur le canap,
ses
eque je l'ai vu phr.. Ses
vante
J ai peur., oui, j ai peur qu il co
soit mort!
Judax s'approcha du banquier,
carta doucemsnt l'entant, qui ne
cessait do rpeter :
Grand pape c'est moi, c'est
ton pa it Jean, rjouds lui-
Puis, se p m.'haut vers le corps
inanim, il couta si le c-cur battait
encore-
Ce n'est qu'un vaujuieseraenr,
annooa-t-il aa bout d'un brei ins-
tant.
Biesarez vou. madame, vo re
pre vivra
Je ne vqua l'aurai pas rendu
pour qu'il vous sjit repris ad nou-
veau-
Attendez- no\ une minute, j-i re-
viens e je vms eu pria, raesirez
urne.
Tandis que Jacqaea il ]
a'lognaieut avec le petit r-
dboucha le flacon et
narines de sou pra, qu eii
pas pousssr ua prt'"
tandis que ses paapiereMj
vraient ti qqe gas lvrss M
en un tremblement Lger r
Puis quelques sou* rea
hrente, jaillireat de ssj
mme temps qu'un
reur s'imprimait sur eesj
Bientt les sons se pr
un appel angoiss :
A moi 1 ., 1
- Pre. quavez-voM-i
goez rieuJasuisl, pw"'
Cetre voix si douce,n
se oui '"'' '-"' ' ;;:l -
vibrait soa
. r .., _____ ras8ure. qualqas pea n\
vous., iln y a pas lieu pour voua car il nt,,dj4 avec 00
d avoir U moindre miu-etuie-
Juiex s'loigtai, Jacqueline avait
saisi les mains de soi pre et s ef-
forait de les rchauller dans les
siennes-
Quant au patit Jaan, il s'tait rtu
gi auprs di madame de Tre oeuss
qui l'avrfit pus sur ses genoux et
s'efforait de le rassurer et de le
consoler de son mieux
D'ailleurs,ainsi qu il l'avait dclar rien craindre..
Jacque* revenait prompterae it avec mareetfiui. .
DU OaCOO renljr.uatii an oussant Ces. donc V"'*||JI
rvulsif qu'il reinii a Jacquehue, en vraut. en ceotemp'" ,
disant: lui souriait travers"^
Fai es respirer cela votre pre.
Lorsqu'il revieudra lui. il est
inutile qail nous voie, ma mre et
moi-
Mieux vaut q.a'il se retrouve stul
avec vous
lue
-Cesttoi.JacqMlio^
- Ou, pra, c'est 0*.
vous quitterai plus jw
Sa penchant vers loi-JJ
rdemption subia. "p
c:atiice du tous les P"
messagre das ianoies
elle ajouta : |(
Ujsormau, IryM
i
- Oui, pre, ces tt*
l'admiruble crature. ^
La figure du maal^l
ment se dtendai ^j
Montrent il co-B^r
lapossibii-l.^
U il. m ne d'enrewe qui brillait yeux e* sont iev..i*K sa"i;e a os- Mais je vous en prie, assure* brte reconquise.
en0o,.egids,ttie.ne elle et il est tomb a la renverse et lui de nouveiu qu'il n rien redou sut son frout ou apj0jp
i iT'- S lu r ai"' > m. 'i *" d0me'J,' '*' mi,1"Uile" ,ac" tt,r d9 rajI- 4"? est libre euHeTe- au s got es ue J ^
'< ' .-unpiu gvigiiMjaie pu, maU.-e tiv:s tues me; libre. C est -llreux,Cl '
io|- de j^ixn.iu etPieuae., \Q\i cuii:*'.a (#O0 Va ei r a la Vie- "La h"u"du banquier remercia Ju- tf^ioovr.. ^M
pi n a 4 1. -*** *' u uanquur remercia Ju- oeriouvc.- -- ^
t'ia^s-ae -Vubryaiouta a voix dex duo de eu ionge regarde deup Icilo'v*oe" ^

r




rr m\ttn
-
; CURE RESPIRATOIRE
tll'PES. CATHMIEt. LAriTl3!t. IROIGMITEI
SUITES DE COQUELUCHE ET OE ROtfBEILE

PULMOSERUM
!
BAILLfr; ; '

a
Sous tlnfiuence du "PUHIOSEROU' }
LA TOVX SE CALME IMMEDIATEMENT
LA FIEVRE R LES SUEURS ncuuims
DISPARAISSENT.
LCPPRESSICN BT LIS POINTS OE COT
S ATTENUENT.
LA RESPIRATION DEVIENT
PLUS FACILE.
L'APPETIT REVIENT.
LE SOMMEIL RAPPARAT.
IES FORCES
El LENERQIE RENAISSENT.
EMPLOY DANS LES HOPITAUX.
RECOMMAND PAB LA MAJORITE DU CORF8
MDICAL FRANAIS. APPRCIE
PAR PLUS DE 20.000 MEDECINS TRANGERS
MM
MODE D'EMPLOI
Vnt cuillerit J cjji matin tt soir

il fntt, dm toutes In Drtgairin it Pkinauin
LABORATOIRES A. BAILLY ^JJ'^
EB B
=9B
liuinB\RBii\COUItT
110, Rue t/ts Csars.
partir du 10 mai 1920
(Gcis 'od) G. SO le gallon
itkTbimothe Puet, une
la vers d Lan losej h Vi
iUnie jcac:i: il:
lirais poitvoit leur in
[cocarde rouge et b'eue )
Mw:a des cartes c'.n re
lmes patronnes *t-s et chez
pktsties comits de d.re:-
Idogan s ton.
i'i8 mitcal
t" Rot lie fcrel ier
ikFacull de \Udmne
irW, accouda ur.
thement. Malad ts les
nouveaux-ut.s tt des
lires.
m chirug-cules. Con-
ideti* heu.es et le 2
Ci
Prince, 10 li, Hue de
oi lire-
Mon.iliBQ tiUC je te tjifcc.
loiuquier-
"i oix pre, saccade, il
lU l'heure, quand tu mo
mn mon p^tt ri! s .n'eru
Mtenvahi par un ver.li
J,a indlclt)le' J entt n
Jfd-rfloiciuiiiiie des boi r
;.Jm. cloches (.11 toil
wdait (Ihvhiu ui,sy,:iix
'*couti, P|US j m. V0U8
^ijeonUiig oui, j'riVHis
Que la mon entrait en
Iktoti
m r impre,siori pou
'' 'te tenseiion Ind-U8
P 8e dtsagrgH en plei
" luneAue qii ie d-
."uit rouvre ious les
llil ,tpour la irdei'
tJ; "c eraeut cellu que
Si?e'Jm c4,"u des
W. d ^elque8 secondes .var.'
Ned, i i,p pa' ' ,Ub>
huZ Judex I
Vu'duoevui* soude:
j^ jemouraii pour la
U Ouvre)
Revue
des Detf& Mondes
DU 1er Av.i 1920
Comment finit la guerre I G
rral Marg'n.
L lie h creu;e. DejiTme par
lie Avesnes
four Je sixime centenaire de
Dinte-- Dante et \Dhom', Andi
Belleraori
La Drgue frai ise et la Guerre 1
La figuie ns 11 0 1, Paul H z rd
Lettres l'ilr.n^.e. N'.uvelie
siie, H dj lia /ic
A l'ombre de S.iinte Od'le, Alt.td
Droio
Le duil tt la trou de Pcu.hkice,
11. hwoiky
Le petiote ttla marine, Contre
Amiral De^ouy
Kcvce littraire. La vie d un
romanuque : 11 B.rhez, Andr Beau
nier
Kevue musicale la ne Pc
duHut, Veioi qui, _i. m le B.-i
laigue
ch unique de la quii zaine,- Hi
loiie poiit.qut, RajrmOJtd t'oincar
de l'Acaunne tiaea se
PK1X Db L'.MTU.sNLMLNr
Un H Six mott Tiu.s mo::
l'aris, Seine,
XMnc-f.-Onc 60 ir. ;i lr. 16 fr.50
UfcPAKIKMhNTS,
cl Colonies t-'rjn.i ses 66 lr 5 fr. 18 lr.50
lllKANoiit 3 lr. n lr. *) (l. ,o
Lu atonnimiiih lailtntau m et Ju 1 i "
"1. 0(J
l'nx au Ni tairo K ... 1 nasger \ riaei
M1" Sephora iibr el
Informa ta nombreuse clientle
quelle vient Couvrir un Qaftm
tiestaurant, sis, lia: bonne toi,
Ao tffl.
Un demande
A acheter (tes chacatur d>, selle
le grande taille et des m%les ds
t'dits.
S adresser i CHi l Centrait
/'. 4. OiGGErr
A vendre BQ! au'omob:le Fori ea
b^n t.-r, avec Seli Starter.
i> aires>eraux bureaux du >Mltio>
mu 1
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confinnce
lii ni (l Eaux de totkt* t'oluat??, S qualits
Fou rV i olgntts Eclat et h Sortent
Poudre de Talc 1 ohuitoH, iO qualits
Sut on de toilette 20 qualit*
Jop Houe, savon Glyverine
Cuju elles Cvtnel *
Tabac Prince Albert
lampe* et chtmu *s pour lampe*
Ce upe pour trm >.
Verres tte toutes >ortes
1 mures fer blancs, 10 or
foudre de rin t Djer Kiss
Plumeaux
Hroves a dents
Papier de toilette
Un fort toek de porcelaine
MoUtiquaires
Taies d'oreillers el oreillers
Draps SI x 108 pouces
JNsppes par j* ux
bervietiis H ps Jjlanc tt i oir
Bandes pour bras suprieur
SeUlirei et hnilites en vtno
Malles ei valises
Beurre de ^cuisine Star 94 c la liv,e
C> Ib pour !' 180
Et beaucoup (Vautres choses
i
Chmu Mme United West indies corpioit
Des Chamins de ff=ir Ha-,n 1
Des Chemins de fer d Hati
A frlir Ju 8 AiJi f>ro,h,wi un Ira. n
spnil tawtra b.tin. Alan- pour l'tvt-
au t'riucc et les situions tntermcJiaires,
7 beurti du matin chaque samedi pr-
cdent le 2e et le \e dimanche mots
Les tHnsagfrs qiii'.tant Sttlt-Marc '/
la stations tttiermidtatres /.// te train,
panent prendre un bi Ut. lier el rtU ur
pour rvcntr a leurpotHt de dpart, soit
par le tram d rxcut tion du dimanche
binant, ou par le train spcial laissant
l'orl-au l'rtine le lundi malin 7 hres.
Les bnic s alle c retOBi ne sont pas
valables pour les trams rguliers.
Les nains dtXcvtsiou lontinueronl
laisser l'orl-an-hnue I s 2e et 4e di-
manche de t haque motsd 6 brurrs du
mutin j'our Saint Slau et Us stations
tnieritudianis, retournante fort au-
Prince It mme jeur.
Les prix des billets niler et rttotir
pour Us trains d excursion et les trains
spciaux sus mentionns est de Aine fois
et demi L prix du pOSSUt t!aller sur
les trainstordinuires.
Les pa 1 c^ers dsirant voyager dans
une seule direction seuemenl dans tes
trams d excursion et spciaux paieront
le prixordinatredu passage sur les Iratih
rguliers.
Poil-au Prince, le 26 avril 1920.
LAD: RE ..TION
//. P. Davis, Vifc-Vrtsidfnt ii GfnHarm Btit
Offer ils Services a agent* of the
Xalional Biscuit
Of New-York also as
Selling Etopreten'ativrs Arowicao (Vton Oil C.o
AenU-L'ni ed Sta'ei Eiobbsf 0
Selliog Kepreseni^iives i\. B. Pairbio Co.
BONS CIG4KS
Nous venon* de recevoir de la Ja-
maque le marques tuivantes de .^Ja-
maica Tabaexo Companyt dont nous
avons l'Agence :
Favoritas
Coronss
l'erfectea
lieina Victoria!
I.MO
Lendres Irapeiial
Brevas
l'anetelaa
Opra
Lcndr^i Chicos
Clieio.jtiis
Coiiilij.s
21
M
s'enlve
Un ckerehe l'adresfo
DF.
Mon ur Edmond hlric Saymscb,
citoyensuitee, n tn 1^-49, dont la
famille est sans nouvelle.*.
Prire davo r 1 amabilit de com-
muniquer tou> rtneigiemtnts a la
rdaction du journal.
Lorgfellous
Venez de suite, e ir le stock
rapidement.
Bons biscuits
De Jamaica Hiscuit Company Limited
dont itoiii aemis l'Agence:
Contlngemt cr ara Saltinaa Oal-ajr-jy
H. Murad & Son.
['6,Bai des hnits bons. PmtmPiima
\. de Hattis & C agent gnral
'*


CB Ait.*
Pharmacie
Alborlini-Ewald
MARTIAL I.PLTIirs,;P. G. Suc
Fonde en 1860
Produits chimiques des meil-
leures Usais de France et d'Au
i .que.
urms Dentifrice K.jlinos
Parfumerie trainjaisa el amri
canne. !
lelrus Jiiug Sltre
Successvr lo ALBLhllAl KUalU
i siacisne ltibu
AintncMi A; i-reiicii Paient Me
J*rdinape, Ja dlinage !!
DclvMr sonD. hDBETH 8EED Co
Pour les commandes et con-
ditions s'adresser
Monsieur KernanJ G Uraijoe,;
522, ftu*> tttfii* De*t*tuehei
>0 E AGENT POR ll'YTI
Poi i les eo es en gnii et en dild! s* il ffser a
VcmsiVtir Victor Uonqon
dicmes. best theuucalt froiu .u p0Ur les tentes leulement, k'adreiser aux maisons suifaxrai :
Kpean inea.au. | p^^^fc Hmilc BlisSOH.
tpiterie moderne, Laurenemu
On trouvera un bel assortiment, de. lgumes : Corons, ra^f's, atter
paie, fatttf*, Choux, ele ; et ami un bel ass)rtiment de fleurs:
f lfctrifin pitscnpiions tilles/
freuen de nurutn Perfumci-
Tone W aient.
Gtt il a Ptrtrus'
Pnannacy Uiadi aie of Temple
f naruiacymmi aie 01 tempe ^, /irftfrw ? (.,c
Lnivorsny, Pmiaueipwa, Pa. ; tm
iLtt verilubie pom-
made merv Ai mu
Madaixe J Jolibois fils
2} j /'<' 'l'ruxay.c
S'empnaie t'ii foi mer sa bien-
\fciilaine clientle quile h itu
par le Je nec s*eaiui un lo I m
o .a n.ei vu.l BUftO ^ciiiu-a j h>>i.
ftolnitde I Kui go l'oducts ti<-.
fces i itiil>le8 ClitUltS qui a\ieii
dpos dis valu is tu dt pot pOt.l
ceue pan mode kom p.i.s de
passer tcUm^r leur pemccuu pa
Hii ce iLfiunizjo Uruund Utl*.
i.t iniisou a aussi itu du Ferre
tcnum' iPUrrti a miq i s.
.4vi> aux fumturs,auiauurs de
quels. ____
j.t' lalm crant et\
le Faim oil !
Ces (feua produits ncuvAUfntni
ititiudutts en llutti pow ut/"."
aUX'IltVtUC ti l-.--.r cittUMt cil Un
ur.cubUile par]utU Mil en vtnle
ii,ez Mr Jh Si Uoud 10*22 Rus
Rpublicaine, ils sont aaapiubtes
aux crei u>, roua, mus OU blonds.
pQttOJU uumniue ftegaralt l fl/lfi
neuin et te faim ou sont tendus{
dans ae bAles utiles notes avec
uur mode d'Emploi. \
L'essayer et il todopl r.LettOck
r(<;usiuule rapxdemtn .
tttmt'VLMi L- unie chfz
les putitiputu cov/enti
ILQULS
Ueus par dernier
bleau.
A*orliment des ]>lus chnM : One
liep, opras, *Q3rtrotsm'trche9chant*,
mrl y h es des Antilles ec
iceoures vile^ le stock s'enlve rapi-
dement,
L. PreElzraantt- Aggerhok
LOPERIVER&
1717 Marchaudiv s arrives par CaraiJ
Vente en gros et dtail
Liqueurs Ma ieBizar
et Siogcr.
lognac Alartell
Champagne Pommerj
et Greno
Vin jeu bouteilles de j|
Calvet 3c Co.
C >iis*, r\ s fuies de
ii.hs 2s HoJel. j
i in />/^nc ? Rouge
si'-p- iturx diU
Vente au dtail
/t*e e/u ijtiai, Agent jeur Hum-
;

L
La maison
Veuve Barbancoi
- -- a rei
Des Doe'ffi Hu*cm el I. Grardliae Ao i523 (.Maison du Dr Menu)
Consultalto^ 8
M 'in H# 7 II orts a midi Soif : d>r '-' ; 5 bwes
bl Kitl.il I ti Wblfdii-a a. s ftuaii i Ht! ui t>
Assurez vous contre LE F.E U
dreesez.Tous la plus forte compagniedes E.U,
HOME INSURANCE Co de N.-Y
ageLf gnral pour Hati
Eug. Le BOSSE, I ori-au-Prince
Protges votie Msiror, voiie ali pain, i s d pots au taux le plus rsisonoab'&
tm cirais h wm ni te ccurtage payer
11 Dieinez-Tous sans fais par coneeperdanca ou Tenez discutfr vo|re (rrbkneclaz
Eug LE BOSSE, 95 Bue du Ouai
r-r :: /
CIGARETTES
tXCCPTlONALCU*^"
ThE AMEBIC*H TCtACCO* j

Pharmacie F- SEJ
\}mw PIEPER HE1SIECK
Demi nec et hrvi chez,
E0W1BI) M. RIPI L&Co
PorauPrinc
Atialedes Bues n*-ux'td*j*;
2 Mdailles daryer t Exposiion de Bru
Laboratoire de Chimie MJle*
Droguerie, Produ.ls chimiques et P}**?*^* '
spc.l.ls f.ai-aiart et amricain*
Prparation de, toutes ampoules mdic^meD'e
et injectables. .
Spcialits. Brnm rvrosihntque simple ei^
Iodbydrar/re. Srum .e Itorard renar^
realcifiame U y a toujours en stock : Nevroslh^ose birop P
Eltxir dePensylvam*.
lipmUair du PREVE^1
Lieprsentuitdes Laboratoires
LACTlPEi^M. Ferment lactique, contre aU uaies et cutanes. .


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM