PAGE 1

..... -.1 Faits Divers RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES OBSERVATOIRE DU PETIT SEMWMKb COLLEGE ST MARTIAL Nouvelles Etrangres Par Cable Association rifail On citrthe | du Peli SiBitt ire Baromlre Mardis Mai 1920 empratuie 7617 n.Hinum 21 ) J2 O 371 maximum Moyenre il urne Ciel clair le i mr.nuageux la nuit. Baiomtie en blatte I. SCHERE* Le major Ralph L. Shepard Voici la belle citation que nous avions om>> c puble dans DOCre compte-renilu : la Gtn moine du aaj avril ilernie-r, dont tut honora le Major Halpli L, SbaparJ, U.S.M.C, dcore de la n.d.iille militaire par Sou li:.;cllcnce .c Lie:; dent de la itpublique : S'est signal par son attitr, ion intcliceacc et son courage dans l.i direction d> sarvice d -. rcnielgMroenti; ace no uaiaire ineomparablt pour sOnChcl Jansl o aanisation de !.. pac'fi ation; a pris une part Clive dam I attaque cootn %  andita installes dana Ici luartlers du Hei-Au le I > Janvier 19M. Mai renouvelons nos nteilteurs complitru u brillant officier. En 1 honneur du Major r.ossel Hier, Mr et Mme Alphce ti| 1 %  .-. 0 UM petite l'ite en I honneur du Major Kossel qui lut druiniitrateur Qvil en :oi ; c; de Mme Ilosbci.— Quelques unis avaient piii part .1 cc::e petite manifestation qui lut drS mieux gotes — te viu|uthiquc Major, qui se rend aux Caycacai parti enchaal de cette rception cotil.. Mariage Le mariage civil de MeUe Joanoc l'asquet et 4.U Lieutenant Haray it. Kinncy aur.i beu cit Bprea-rnidi a j heures'dans les salons ije Mme s se" Km. Pasquet, en prsentai de Monsieur Alexandre Hobers parrain ci de Mme 1 n. O'Au >, %  \ marraine. Travaux de hallsstaje De trs utiles travaux de ballastagc ont t eacuiajaa l'angle '-s ruca Pave et Kepublicatoe, Illaudraii continuer cet rav us partout on lu rails aversar.1 lea carrefours rendent insup jD't.it'Ie le passage, des voitui Les plus yrands succfl de 1 -braiiic Ils viennent d'armer un bureai-a du Matin %  n n.eine temps que les lournaui etrantoera les pus rce 1 La baie e-.t malheureu nent trop longue cri livns dent langue est considrable, pou oue nous publions. ijue ceux qui il-ent se dpi bent l'ill ne *eu* km pas ptaroie ces occasions eaCiptionrciles I AVIS JJormc rccoiijjjc.M: a celui qui rappoiteu ua ta;, cai-Unaat une chane, en or, des boucles d oreilles en diamant, et divers papiers. S adresser Poit-u Prince, au Grand Htel de Fiance, auxtonaivcs, i I-Hclel SI Michel et au Cap a Mr PaLl Piojpu. Les bjuuturs son', pris de donner avis. La Reraissance Les tetevn de • la Renaissance • sont convoques ce soir a heures prcises ehel Noniiil l. Iur.es ,eui une commenic.r.ion ites importante. 3 liai PARES— La journe du premier Mai "e terminai Paris sine incident sreux sur le boulevar.i Magen a vts dix huit heures lier ted*s maBaiestaoti rnteic-ni Je rentrer dans une boutique d'aimu'io. U ic bagir se te produis;: et oueques coup* de teu tarent ri'i Ui fjolr t n tac t vi n'en b tblemei L uai un a ut e mfi) 1 s-art PAlvIS la ni <*e prsr r 11 un as pect t aoirr. p-titicu em*v au cert-". eu 1* prommeu s 'tuent norrbre x I lHaira^gd: P.iris au g / el a l'lectricit fil as m r CJTnie a 1 crdiraie A vi get une h OU trente h foute occupant t; j > >rs U plue de la K 4 pub*.ique le s ivi.e d orfre iati ma auv .. ami s'arits dd g gif U pl.es quelques petits bigar.ej se produiii rt enire I s ng nis et le; mao Itdanti quelques aric.ttii>a< ont ct octrfs. Vivingt I os heures le caime ia-t coinplc Lne ctnquaniaine d'nr resta nns furent opines Paris dars toute la jt urni du premier m.u tt ^ oot t maioicncn. les dtfchci dt % piov cce irdi queut que les OcoifedUtions sed^rou lrent par cm daus le calme le plus complet. La cortcdntioi gnrale du travail pubiic une net.disant que lis in eus maritime;, les r/o k-is et Itmireurs ont dcide de :e ntitieen g ve parir du m Mu pai olidi rifl ion ave; Itnri camatad.s chemi nets L'ARIS— AT cours d'une vis t: dans les gares parisiennts.le rr.inisirj des travaux pub us recueillit I un pression et la certitude que lis ch m u;s repteodraoi le truvail iujour d'hu Le min.stre dclara tui imp'o ys dts raLW.y q Si s peuv.t. i ronp ter s k guveioemeat poui taira itoulu IOL >ts lei is reveuduutions p.oits lonntlks lgitimesBEixME— Oa signa;e quc'ques manilest^tions. Aucun u.iieni. 4 Mai PARIS. Lt conldtalioc gnrale du travail publia un mantille dcii nant touie responsabilit aans les vo i. me ni s actuels et dcarani qj e e poursuivri la lutt; poar ii ralisme 1 du program ne quelle considre Cjipnc ittactptikle de icu> sirD utre put Lunion di svndicit* de laS;ine lara un appel i h di:i* pU e et initant les messes ouvri e a se tenir troitement eu cona l avec la commission exca'ive. PARIS — Le Matin int-rviewa le Trocquer qui dclara quoues les mesures ont prises pouassurer les rr. nut ntions •ateataetiellai dz h vi-ionomiqnedu Pavs. Con:er nant l?s m nurs lemmi^tr^se mo~Ira ret optimiste sou'gn ri 13 * l qn tous les conli' relents futient reg'i gri:e i l'arai'f'g^ du Couver unnerji et arcept par tes mineurs I! i( ma qule goavaraantat tt\ i-rmemenl dcid a faire re.p::ter pirtjit h hbiit du travailPARISMoialt; d.rit:ur d'un orgine H >lchtvisf atiUrU 'a vie ouv. e e ptru le i?r mai a aru'l dins lt mt'i.ie. Le dircteur est in culp nolimme.V. d'attentat cortre la sure' de t Eut. PARIS— Mr le Troquer eiposa au conseil des mm'i'es la siustijT cre par la g'fC des chemins de fer des mines et des po.'s II dit q je le fonctionnement de tjus les seivices publics csenliels put tre tellement assur. La grand: majorit des travailleurs de 1 E at soit rests i leur poste. PARIS Suivant uie dpC-eh? reue de Loidre; Au Tcm^s dans les milieux du conseil suprme on serait eaclia a assarer la comiQui du travaux du conseil sup-me en latsarl de lui un organe de gMVeroement ctiraatunal. Il est possib e qu'on envisage l'admission de dlgue; allemands au conseil suprme et que la nme m suie soit priai ponr les reprsen'.an s de la Rus. i: Sovitique, daus un dlai p us ou moi01 tapproih. 11 existait doic dm, la socist des nations un organe d: gouvernement internaiion 1 compjs di mi'iisiresde chiqu^R a.. Un g'and roaibie de voonUues sent venus apporter leur concours au gouvernement. La s tu.t on de g ve ues cheiniuois dans U incline du 3 MU a*t inchange. Ou ne sigiaie aucune dlfectiou nouvelle. Sur les rseaux de 1 Ett et d Oiieans le service ni restreint, mais assur. Oa enregistre une teediace assez nctie i lit tepns: du iravil. Sur les autres rseaux le trali: e&t normal. La situation est excellente L:s prenu'e d-po-.ru; conceruact la situation dis pcits aouonciLi qui Museille le Collge Suint Mar: : 2l Li a- • t souscription de M Paul Romain citoyen iuii-e, ce ( n ;>* fami'le est sa 0S noo "jjM Prire d-av-o r U^ muniquertous re n rdaction du joninaj. ^.oiis nous cmprtssois de publkr la Us'c Je souscription et dessous qui vient de nous turc remise,— en priant Us gi —?**, nrtus souscripteurs d excuser ce retard MOUVeUaftlM Mi tnJipenduni denotre volont et d'agreer l tii>5 plus vifs remerciements peur !eur gnrosit Dollars Goardei 1 1 1 1 1 1 1 2 1 1 1 1 10 \ 1 1 1 1 1 1 Paul Roroaia G Price 1 L Georges I A Neu Dr M Ini Moorfitld l ho Price L Maigoan Dr J Dortainvil A M rtm Aocion I L HU'geois John A M: lllenn;y (i de Laog Dr Wade C.pitaine White Mme Vve E. Mevi A I Ma u mus R R Robenso; B FHi.k-y A P UiJt-og I E laraicll L M Cany LitUe Mttihewi Joseph Francis P L Bttincouit M Buyer 2 tlt Brown (Colonel; 1 Cap J Si ong 1 L nest l'revttt 1 Gai W \V Bjckev 5 j li Reed 1 f B HJwaid V L M tnn 1 Lieuunant le h 1 r Clack G I) Il 1 Mme II Al'n;l 1 C vli^ioire fila o 50 Riy.u,ii M .gloire o 50 travail ne tut pas repris sur Laquais. 1 n'eu est pas de mm* l'orient et au 1-1 :v e.A Nantes le travail continue. A Dunkerque beaucoup d'inscrits maritimes debarqureat. ma s les dockers continuent i travailler, de mme qu'i Boulogne.La situation dans les bassins miniers es: 1a suivante Dans le Nord et le Pa; de Calais, les mineur; soit lou; au tra vail ; il y a lieu de remarquer cependant qu? les mmeurs turent s u lement aujourdbui .ojch; par l'ordre de grve gnrale e* dlibrent pour prendre une dcision. D:i6,;a. Le S/S ePananni al pour Colon. 7 Le S/S Ge a m J apismidi pour SaiuL| ves. Cap HaiiienetjLv^ — L" S/S.Santori aujouid'hut pour Cg|aa^, Mgers. m p 7 J:e S/S allit, I itu bodve est entr ci 1 1 1 •>l 1 1 1 1 1 1 1 i 1 1 £ A CMetmsnn H H L Wilsoa 1 K Robetk E c llenn Mfj'f 1 CTurn r Rrv Pe d'en M d^rre Wise Mlle Krpucsey Cclootl WIN W H.ll A A V'andrgiiel J F Mfords D L Jo ker D N Molir 1 D Maxwell Peny B* den 1 G Pl'awuy 1 A Mrid 1 Ar lo'tr Ta'srjia 1 Se-gtoi A M Duchelt 0^ Un ami du Sminaire 1 loha l'urns 1 X x 1 Cie Ihifienne de Cousi < Nicolas Talamas 1 EPo'ikis j Un ami du Se ninaire 1 X 1 a HBeichleyAmHoteh Mme Mc-lllenoey : G Montanto 1 Mme A While 1 Uo ami du oiminaire Cash t I H Ceefe 1 L Eilv 1 ) J Colleio a Madiniji I A Gauthier 1 Total K;port O: Or 10, 4 ! 1 l. J?M t 'l 7 FEUILLETON DU .MATIN'. vaut d^ntur 1 ii n'.j laiartl qu'an mot : 1 l,i coati tiiiit qu vi M ave/, subi a'ait rlea eu cjrnpiraU^a de vos c im^s i* ni %  oihalte qi'ant ciiw. piircvtxqui vus Hi-n.Mit. ^ot; Jiidex QUAND ROMAN PAR ni ni U B K H S fD E (.Film pur L. Feui'l de ) r ~ ONZIME EPISODE 'ONDINE ET. SIBNE V (Suite JudWx/ — Cerlja< leprenait Indei:. j'nvain le droit dp DM DOOirer iiexoiabie •t loyalemen*. )e don vous dira qo'tavd ainsi que non itra, lai 1 In fiain d celui qui avait tue noire i.ir, et fi jamais briv la cicar de l'pouee la plus pute, et da lt int^ie votte petit enfant, vous aguoz envers conliio JiJ-x, ne la quittait lu mei'teui'p, rien nn niVt'i — Ja rtli aap'oy procda q ti m'a dj4 biea ser.i p>ar mi s\uver du moulin dat Sabloni. Quiidji •mirai que lAty't)taMt ctn*ilrn blem^nt ni j'j'oju^ de la 'erre, j) trouvera' bien moyen de uudibai Vardier.. laissez moi voua dire ce (ju ell9 est., car vous ne vous on tei jiinaia dou' un eeul ititunt \, \>: a Ktandi cu trs, de vous, amiit que vous daigniez jet r un regard attendri sut ei:e.. eans que faut ay /. jamail eu a son gnid d'au ree pr<> jdis que CfUS que voua )oglaz utiles cv.ix q i miiute.'iair vjua allez ofl i raaser de ma gtrJimnj Kn un DOid a voi iniei s.. % % %  ssr:v.m dlie lavoir aimer., c'est qua en cha meut j^ grimperai eur le po u et KOI hicoœme d'un moyen de plus pour la autis^ a Dieu COOim il tu a aafil siter, |i piqurai une tta dana la russi.e de vea entreprises u'h-i m > ume. mer.. Qd d q 1 il arriva, ja guis asuv. tint [a la livrer, comme vous K. le mardi nd d'or, boulevern bonne ntguusa pour me tirer dfaillez le faire, un in vidu qui pa'cette parole, qui le pntrait faire. vous tavii z non sou ement entre de d'un sen imeu nouveau-, incunnu.. c QBJ ferai-je ensuite? Je l'ignore dettes, mais Bai de tou es lea tares, bigiyieu un siu/lot cat'a plirase, c Lesejiitiet pour moi est de me (.;..,'.:,:>• (.:.' luuti' 1 I s lu oniea, mur uinuian: queuiiu txicli pir le lir^r des grillas de l'ennemiL.O'I' toua les criuirs, puiaque l'an re^re il 00-nprenait le fois ce UaiMeta raolut'o 1 arrte en ai fait justice au momeut 011 il il ait qu ti avait t et ce qu'il aurait pj priaeia*, uneqiestioa se i>jsa dna devemi' un asBasaint-*.re : Miin.enant, complment lObji —Ali gu par celte parole prcise et puissan e, Favraut co J ai. a-tris llniar romp-e, Judos qui poursuivai*. ; le baac dans la caouie du capitaine rendu compta qu'elle avait al.ire a — Je voni ai dit la ventaMartelu. Q avait ca^ le donner lea tri rud9 ptrtie.. ,A'.tt( iet dj fro t I Ur >• fois que vous allez avoir nsirqueif u plu p ofon i abstenant, u ie ptreil'e ul/sraaa plue datourr. moi envers tous, dat.s la plnl uda yeux, elle n'avait pour ainsi dira f.jfie, puis, le bruit de la lutte ne la wn^ance qua nous avions de votre indpendance reconjulae. pas bii'g-j.se contentant, par lus manquerait pas d'attirer l'attend m ipeolu d serrer contre vou. ai un e Je ne ferai tien., vous m'enteiitaut, de fana M endre quelques daiulex. et dapais la dfection du n ait pas vtnu voie ••de/., abaolnmetit rien pour me sousplaines douloureuses et gardant cap.t une \lr;elliet da 30 1 or d,< aantiffitti t vous appui ter au*si le salut moi il. pressiu %  d'une faiotne qu, rsigne mme au milieu de la terrible preu nu* Jottei HVHit trvmo'u w en p r o (font vous aurez basom pour repreu un aor ; n a p'oa o poser a I 1 1 va qu'elle 'revenait, V ^-institutrice ronaol c-a tu dtarnure |hu\g\ le die en paix h co ira d'une x s e;c toi une qai l'aoctbl)que la passivit se sentait tout f*i> sou aieo. si | avais au si i avais au Diao Vlonti totj ours ailile sur esprit de 1 avdatur re — Goal nent sa dbart asaar d a ma gardienne ? Diana Monli s'tait tout de suite parada JCqJain* ivab uiiMn 1:1.111 qol t j Tfipre pour voua en:oie il 1 dco i" g* '""it le pluscouip^t, pr qno sooaoneiul tait aiocre si plus qu • pour les aulrL--, sera toute K capinast. la miirabU .n'anti'it n'avait ptu mu retouier de de rapcntir,deroaratlco etdb)bt. va-t pis d-isarui Son pk 1 fut vite trac*Il ne tt-ata l ploi qu a l'excuter. Avec un calme exl>ordiuaire, uu aang troid lu inan oui montreient que non seuletnen' elle n avai pas |0|. b t de-i^nan' d'un testlave l H J Lu de la. — O .. votre lille/Bcceiituait JBCriz n q i commenait H*mpourKtl • co mentrai' au contraire ea qno de |'rf>me>is prer dta piemieiB feux de l'aurore, penss sur uu bul unique : eii qiper dsarm, mais quelle ait encore • En a feu • %  BU qu'elle vous cou • Ja:q'ies de T cnKn.se a ii>va a Judas: en po^seasion de totes tes facults lirai ton 1 ce que je viens de voua Favraut c'est un | jur nouv.au Mais comment ? criminell-s, l'aventurire cilcula le .1 e, quel e vois metBUUB I qui an lfi pour voua. L astucieuse crA n'ava.t p3 temps dont le Dr'ck-g llette avait \e>* !• r i;v • d s rcus t ous q<-e a So.ez disje de la mre qu'il it lou^ empa smbarrdsee. b soin pour se ra->(nucber une /ai p nes ton re riniun Maie voua apport^., du boi-beui |i .1 ri t) 1 rr •, vili s'tat d t ; di tauce rsiiQnoiblfl de la ferre Puis quand elle sot bl qu'il ne se irouvalt plue 1 ou troisceUi mtnil'aaU se leva comms si ellety'j j une soudaine et it**^ leur.. l'uifl, por'ant s OMiai j elb s'^iia labouchico! vax rvulse l'cuae ci, -rtouira.j toufT4/..air & moi., ja vais., mourir. VA totmoyent aareUM s'abattit lourdeiaeot l* %  de la cabine. T losins.ivainsDt. ni F] cipita. 1 |if | C'Uit l'instant qaaiaw arable r En offat, tiodis qa J sa pench ai vers elle.. va d'un b >nd d* paotb vigoureas coap de te" poitrine, ele eavoyij 1 tre de la SOJP** %  LT] Cjcsutin qai. lurpnaiFy t*qi4auttraiire*ew-! n'avait pas eu UWapiai en garde. ^ 1 Alors, prompte *£*, Diana, doat l* '^ tait dcuple par sa !" d chapper JudJiM porte I ouvrit, ejcaav et se trouva aur ie 1 Courant droit aa anmpa aur je eaa plongeon aodscteai, les llo aM Mais oitss T r P'r fl remue de >^ f >] elle venait d-rauj,] lenredaU ctb^^ oit 1 aventurire t"* ••^•'•jtfa le8prcip|le8,se' 0, ^ vers la -erre. ,.-,.,*! A | Cl -p,ilDiue w •aborf'



PAGE 1

LE MATH* te Docteur Aiaro ^it donn des Consultations New York Saint ioa do ;::.. ,T0 Li nne ins leimportantes villes de la Rpublique Domi **" %  .1 derciremeot au Cap Hatien ou il a obtenu dts i^Siobea profeaiionnelf gurissant des millier •ISanee qai souffre ent bonibleroent des yeux, vi n^rriver en cette ville, le Doc eur Aifero.-qoi a le lai-ir de selner 1* gentille socit de cette ville, Jjjint aea service profdEfionue ls pour 10 jours. %  tm de vient if ar0 examinera vos vues avec les appareils lectriques lea modernes et les plua perfec lonns, il p>e crira des verres "bliirques pour corriger toutes defectuoaiUa des yeux. w rpfraccioniste as^uro et garantit la gurison de toute* les MAM oui sotri ent de douleurs frquentes de la tte et du iu fortes pj aations du cœur, Nvralgies. Insomnie, oniODCtivit, Wig-aioe. Hp -gnances la vive lumire, ftlcue de la vue pendau'leciure bruit dans les oreillei Blelarite', Queratuib a irrgularit en la fonctiuii de l'estomac. (onsultatio 9 h. midi 2 b. 4 h. hkm Rouziir, Cha*p de Mars annexe chemin, Petit Four en face la h Cuba Pomme de lerre La litre 0.40 deGdex A la Espagnols Grand'ilur, 'No 1501. Varits (ES01R 4 parties * piaode tore gnrale G. 1 00 f*" 1 mer. se lar nt •Yi\ poarsuit s de ctllo qui !*loU< happer, •xberche la gagner eu vi^w', elle s'aperoit que la TJ** 0 M Qo'et mita Dair-v U* d e ,,ede,a ffvcn la plus ^leadecx lerr.mes re sont ^quelques nettes de ftdisJjJl'MiriiUeetBaLg merci va 'accepter la bataille T* e|oict l'aventurire ^.•o un cil dedtti. g. • ;:empoignent et e'etrsn i^M aip t ai „ fnl bjfn?0 '' %  .w e ton (ferms fflk, l'io (!u otzime pisodeAVIS J ai l'avantage d'aviser le public en gnral tt le Ccrrmeice en paitiaculier qre la Liquidation de ma Maison de Commerce de Iccme!, a dtinitiverrert pris fia ce jeur. Une k o;ii ryant pour Membres responsabUs Messieurs ERIK MAO* SEN C.ARL MADSEN ei HARALD MADSIH, a assum la suite des atlares sous la raison sociale MADSI N et Co En donnant avis de ce chargement j. tiens sd.es-er mes imill urs remrmtns tous les c;i n et •mil qui. durant de longues aaoe mont donn le tmoigna^ de leur p::ieux concoure. 1 aime i esprer qu'ils voudront bien reporter sur la nouvelle Miisoa la bienveillante at emion dont j'ai t l'wbjet de leur put Port-au-Prince, le lerMii 1920 C F MADSES Ht) nous rfian* a /avis ci devant de not-e ancien Chef, rous avons l'avanbagd'annoncer au ptb'ic en g; ral et au Cjmroerce en piriicu lier, que la Sociti !o-m valisen lieuire de cuiame Slar .".'< c la livre 5 Ib pour p. 8-DU Et beaucoup (Vautres chose* Avis L'Adrniris ra ion Ono.ale de.< l'oa les a l'avantage el inforux r !M public et le Commerce qo'eri vertu d'un accord luteivenu tirreel'eet le M parteine>nt ien l'osts WasIiipRlou lt> poids des colis edmis Ocharg) an te les l'.i.ta U is d Amrique et llt;i i tsi eleve ooaM kilogrammes, ou -"livres, au lieu de cinq 1,9 ki lcgrammeK, ou U livres Cet arrange invn est entr en vi gueur partir Uu 1er Mai courant. Il est entendu qu'aoceot rcodilica tion nen d-vra rsulter ieliiveirient a U di.uension des colis dans u'im porte quel sens. Victor Goiilil Rue du Magasin de l'Etat Nn 1731, ks article* suivants : Cli ja< avec l Uflice Dominicain Cette expdiiion seia forme le mardi de CD *i|'> semaine heures prcins Ou lOlf Fort au Prince le i Mai IOT0 Les livres (uillau lire Le Maon de Noln Dam par l>aul F->val, Les Glacn-re e-t ks montannes par S'anislae Mpunier, L'infronrle, La vie apiAl I" Guerre par Ed CrzH, La r ice do Ko-epar e par Lnule Moreau, TfOli ftinmes par Pierre Milles Aux bureaux du Malin de tl luu rti I lieurca L'Organisation De LA Firestone Est Saine, Solide Et Universelle TN tablissement industriel est comme ^ un arbre: il prospre, non seulement par la puissance de ses racines, mais aussi par la vitalit de ses branches. La Maison Firestone dispose de toutes ces sources d_ puissance. Fermement enracines dans la grande maison-mre—ses branches s'tendent au loin, verdoyantes et viva:es. Dans le monde entier les Pneus Firestone ont exerc une heureuse influence sur le transports et partout o les cens roulent sur des bandaes de caoutchouc, ils ont appris avoir confiance dans la marque Firestone. Vous aussi devriez exiger quo votre voiture Boit munie de pneus de cette marque: elle vous garantit le confort, la -oVurit et Le Maximum de Kilomtre par Franc L. Prcetzman Aggerholm Port-au-Pr i nce PNEUS ..?# iBRA'/fo poitas Jiaact ct-a M misa, u #/,•( B3HHIUA |l Coc.oU i ia (JfUt* tri 'Envo'C Nlr< L'N l'HAN; il MlMU I • riOUVri. f.LB'JM C-TAuOCUtC£ 1.-V l. %  '.. %  >•• %  % % %  trettone i ConauKas voir madacin sur le SIROP oc DE8CHIENS ( l'Xmacloblatt) •> Prescrit pav plua 4o fou Docteur* •! %  plu* I 1 :I.I:H;:I!H du Monie enti".d:>n MUNE, NEUHASTIIF.NIE. FMBLEJtt, M4LA0ICI • P0irniHt.CONVAL£4;C\CE SUHHEMGE. "tr. Supcrl ui u lu vwn ll<.S r-ou et U osaUa taan 4*ua U UpUau* (••. Pm..Vu* le pramlei lco, lc> MU4M *auUM ruailn m



PAGE 1

IL A ..Il /1 anvfif i> ^riw^tiiJirdinage, Jardinage !I| Kitnu A.PFTRIVP.G. suc rfe!<• Ma'Hon D. A^niifSTH SEBD Co erirw rrdcemaso f>wr lnM<|ir I 'l'lii-IM 'Lltl'iH^lt* ( Htiue, i -, _ | M) K AGENT FOU llltn f ?I S I' llfl M* ,r * POLI les veu o> m ir.J, oi en thuu s' 1 e Wf i Sircew-t lo ALM&HM I.UAlD I s abished 1850 Arr-rtmit rvficfi P-te--t Me dicinrs B si ch*'u.ical from Eu lv| nd the Rtait-8. Fren.h A: meneau Ptrfufflai' Pfcamiacfc E ml 1)9 BtttWIl. Toi o \V | flf. o/isiVnr Victor Mangoni ) %  })} Rut du Shiti'in i!t-1 1 H Pour 1 i enl. s s:u.eiLtui, t'adie NT aux mai ous suivuii'cs : kp-iurlM m >d'int>, i aarenc au PlmriD<*y I*tadi6 of T^mi ltj (H trouvera un tel avoritmm! ne 1ju**lu : Cnroiu^ radjt, aubef. IUES COLUMBI mno" Li' "tS^0tJ"H ami un M -(ffjffMI 4/tort :[A| i-nVfrWf 1 M^mr. PhurtimM. P*. [THMV. CSfrt^ OlMtff• iictirr ttL |t3l Ul CHU / a t'r// bit' ]H>mim <1 i m* 1 v i Un*' Jtfndarr e J Johtois fils 2 3 j /(.*' 7V< w"(7i h* iMK'Mfl %  i' foiliflr sa W*n V. i l i fl r i -n' e <. u* l •* r < ; %  I r le 'J n P i naf r i n kl 1 1 i v '< n t*'vp i ei^p i IO' ,I i K j. j (>!. m '<*• |i K '• f) P o luc's *> v i s i %  lil v c i-'-s mii ^ : io %  i' por il 'afe %  ••" !' l lV 1 MI !""• nv-lc ft< i i'-' kfr i^ I. m ku | t*•'••• in|i (?n ('e *Uwrii:fo brvuhd 0>h i.* n i i nt> ;iis-i • r il Vitro II-II in i M rit b iq CM *vis ai x fbti.iu.. H ua tuis de qtttjm. /. f ii lui ( reum et le, l*o lin oil < / tliim i d ' /' • '" t**lub* .s '" &f • r*ti/e| i/it ir J .S< i (oui >w rta< t,,u iii-, n IU:I. m in mi blond*. fiai0*4* w wohue 'tiarn le Paint 'Zin\^£'Stm*% De Doctfu* //./ou t* uffcfr „ /• ihidr a'Emi loi GtardHuo \o il'J ( Maison *nuo — Eu lc; de l a Marchand!** H arrive* par a. Vente; en gros etdft Liqueurs Marie -Bris et Roger. Coguac Martell Champagne PominerJ Vin en bouteilles de Calvet :& Co. Conserves fines de maison Rodel. eus par dernier bateau. nottinumt de* pfe* choUbi One l in hianc C Rouge tUp, fiftrc*. loatrot,m'irt'hes,chanls, mri QVtt t Antilles etf • > %  >: imam tnirt LE FEU, Adiesse/ voiis la plus forle comptujniedcs E. U, La HOME INSURANCE Co de N.-Y ageLt gnral pour Uali EIH]. Le BUSSE, Porl-au-Princc Prv/f i • o'ie Maison, vo' e M. g si i, s d pls au laux Ir ;lus r.U n-al/c kim irais d commission oi lie courtage payer p n P : T'I." ou-•*• f •*'"$*" %  •• n90dC' ^u ve ez Tscu^r 61* i rohPm-lif I ii|. LE BOSSE, 95 lUie du Ouai ? Inf* : i l ;..' L'C3LUi3!". .„... -!.,!** %  .•*<•'•'• ~ Pharmacie P Ctavpagae P1EPER HEIDSIECK £DWABU M. RAPHLL & Co Por au Prine Angle des Bues Roux et du !" 2 Mdailles d'aryer t £>posiion de Bruxe Laboratoire de Chimie M6d!f*j DrogueFie, Prodo.s chimiques et pharmaCfWW 1 Spc-alti f.H-amr et aairicaioe. ^ jPrparation de outes ampoule mdicament i et injectables. ^ Src'alits. —Srum tvrosttimque simple _ lodhydrartr/re. Srum u e worard rfQ reateifiams e ^e.rler et de/Mi J Il y a toujours en stoi k : NVvrosilieow wv *~ Elixir de Pcnsylvanr. Lp Pilaire du PHBVBW Reprwntant'Aes Laboratoire LlCTlFiiaM. F*atatlMlty* r0U rc ^ naie et cutane ( t A^UUNE,SWeque de la f HV^ n r



PAGE 1

^ r r>T~*~t S* . ••/... &rcr*ii B lfef iW niRSCTECR-l'ROPRIETAIUE meflt.ALOIKE MAGIST BAT COM MTJMAL ^HIRO |5CENTIMM B ONNB^ENTS PORT-AU-I RINCI t'** tfSPARTEMENTS • paii '•^ fTiUNGia G; s;no G 250 700 l/i Socit est bien y ou--* verse quand le citoyens liiis^m (aux mayisirats el k s mayisirats aux lois. SOLON soo irlC e$ sont reues au Comptoir Ici* m \ de Publicit. 9 Ru* Tronchet. Fa%  j i, 2), Ludgate Hill, Londrc, Quotidien IELEPHOSE :2CS a aa %  .< So„t,n,>s littraux ft Q fl g CIGARES Idcipwerrns rouveuirs i ttouchant le gnnd crivain, iaae piren hese, piopos .phiUntropiq ae du g a ai Lord Macaulay Ddis a la mmoire de Ltsrer Cautt, l'or/mr impeccable au barreau et la tribune, Lgg birgten Macanlay, IV-ussi ca renseignement* prs. •iiieoift gr.nd crivain atAp:cs ctf.e pareothse, 2U nj*t (dit le tils ds Z:biry Macaudu b^au monvemeat ph UntroDique •lus zl cooyrateur de Wide de Macaulay s^is de critiqua et d'Iristi Ut ses pni.cip.iux t avaux b ogu ncoota la miss on dam il fut phiqaes tt littraires parle g uverneur de la |abu l saut les oeuvres de ce grand <)ai tait alors un duc de cnvun.on est coniuit a rendie jus r.Le Ccnsul anglais, au si tice 1 honntet et i llvaoa que le pi.aine du b 1 k qa'elles respirent. S s t Cnrical a.id *u chevaux Escotkry et Histori d E;s y ont le charme d; ifont aller l'or.-au Pr nce remuer tous le> sujets, Macaulay "hprotecion du Prsident donne son opinion sur tautes chj1 vourin vit r un co 11 t sea ,il nous promne datjs toutes les ternement arglais.donna rgions d; si pense, et, paur ainsi %  %0's les moyeu* de se dire, njus fa.t hue le tour J; son *> Auglttctre afin ds prouver isp ri. %  •ceoci, Us Imeat prsents Lotd Mictalay est un disciple da w u phiUntrope Lashingchancelier Fra-. i; Bacon ; il taue ••terpella 1; rr.inis re it obh philosophie a lai an des Anglais, JJwdooeComm >soi deoen banm: prat.qa .l! jug; que l'es Jamaque L enqute dprit hjmain alaufiusse route p n la complte innocence d'Es dant deux mille ans ; et que. depuis f.*tdK, b:au ir e qui et i" Bin seulement, il a decouveil le "•neiani no ablede K ^g tan. bat vers lequel ri doit tendre c; la :a, rgemeDt indena'Ss par mehole d.l'atteindre. Ce but est wnemt aogai. liscoteiy //./.L'objet de la science n'est pis •be comme 1 une haut: la tntone, maislapp icatioa. El un ,JM 'e service des douanes mot. 1 ob;st d; tout recherche et d*. 'MiDchester tut rappe i toute tule est did.minaer la dou *aV tedu I>itIfm '. le 'J r d'augmenter le bi;n fi're, dviJte-Kng ton rvoqu. mli-rer ta coud lion de 1 -homm:. JKofl: iy cl L ce n avaicnt Les | 01S manques ne fitti qu P par un jauiml de par leurs usages pratiques; Us ai "ant leur preuve.M i cao vaux du 'aboratoire ctdaC Nous venons de recevoir fie la Jamaque les marques tuiuantes de Jamaica Tabacco Company, dont nous avons V Agence : Favori tas Coron*! PerfctM Reioa VrCtori! 19S i 'ii.i.i fmoerial Leogfellova RrevM Penettlfi f Oprai Lcndiei ( JS Cberootbi u n< tin* s enlve Venez de suite, car le stock rapidement. Bons hiseuits De Jamaica Biscuit Company Limited dont nous avons V Agence : Contingent Cream Saltines Celer ay H. Murai k Son. I \tijlu2 des Brontt Fils. — Port-au-Prince • la rvclte d s esclaves la Loin d'excuter cite reatioo ii l ne, 1; tap a ne lies passags lacmel o eotiau faasut anglais, i Remerciements La SocUh£ Commerciale d'Haiti adresse se* plus viis rcmercieineota a la on Je St-Nurc socialement a M le Prt de I* Arrondocnn.nl, aGcnJan\uiic ei \ l.i Compagnie des Pompiers, pour li concours empress quila lui ont • taomeni apport des ^ut l'ioccodie s'esi dclani .1 la Raffinerie de I Usine Saint-Andr, concours cj n lui a permis Je circonscrire le leti au MUI btiment de la Raffin • >• I file est tris sensibie aux expressions de sympathie qui lui soi parvenues it qui contint .le lui parvenir de tomes parts et qui lui prouvent combien son Industrie scie. %  Ttn "Il un b net 1 m^J-J^i c'bre.se c h irgea ne reoivent leur saact on ^ il leur H; livre aiioo l'Jittur du journal prix que par l'emloi qu'en lonl les l ; s'adjognn da-;s la aleriers et les usnes i'a.b.'e -e la se eace ne don s'^s i n:r q 1. par se traits. **! B.opgh,m son am'. I4 l' 0c barristers lurent iruus. Haca i Ut gtands nis "fns • L* philosophie des Anciens a proJT^ 01 y et Lord Hrough..im. duit des du I d'oeuvres littraires, ado!? l "' A P ,i Uoe DI ;a o dcs Phrases sublimes i c de lve**on' i oblio,enl 1* -on r.es ceus.-s ; elle a latss; le monde dere la \ *nni *"* .* dlt eur du journal i aussi ignorant, *ussi milh^ureux t\ id. 1 gts ,ule :s levs en laaussi pervers qu'el.e la P tlen w nl el iefu rtDl Ll R ,horil i ae et lx kurs ho horaires. lavait trouv. Polit que dA'^t t: abondent d vues O lg ia "Pssesvoa e volume les Pendant tout le moyen a^-, il ^ ''iqu'e a ri I,m ique et resta l'oracle des scolast-ques. Mais SSa^K** tn d.il m tian la philosophie de Bacon a produit |e., u ; donn par Madame des ob^iv.tiou.', des rxprunces.ies T> ^Mrr.ut jjorjj , elle a accru li fertilit du >ol, ftUe a a enlev la foudre au ciel , elle a c aire la nnit de oa e la splendeur c'u j nu, elle a tend a la porte d-U vue ha maiae, elle a ac c ti le mouvement, ananti les di tioce ; e le a rendu 1 homme cap*b'.e Je p. titrer daus les p ofonieurs de .'O in. de s''e ver dans l'air, d.traverse! la terre sur des durs aulomD'n les et.'.a m:r SIT des navires qui lilcnt plus de vingts notait I 'h-.ure contre II vtot Le tNovum Organum* de Bacon a:h:va la tu n: de .ne.haJes et des erreurs de li sco'as i] 1*. La sc'en:e. aujntird'nui poi&ll d.s vrit, acqu s.-s 1 esprance de di-ou.ert'.s pi J S nu e u ie tatarite sans ces^e croisari pireequ elle es. entre dans la v e aci-v-: et quelle sVt dc cie servan e d; i'hamme. Ces dis ositions d' spr t sont tout i li t oitrmes au gnie de Mictnlay. ba Angleterre un baromtre sa,)pel'.e un mstrunnen' pli btopbique— ( a phi osophical instiument ) -— aussi la philosophie pure y e.t elle cluse dnude. L'Augieteire eaasdere la phi osophie sp:u'aiv; corn me une eatrav;gance di cerveaux crem.err l qatl La ^:u e philosopb e qui plaise au caraci e a y t ais vA la moiale, paueque, elle au!, elle e.t la parti! touie p al que d; la phiiosoph'ic et n roApi qjdes it** I R < HENUT f A su.\ie) Mjarl le Mgr Picion Evoque des Cayes Ce n es', pa: sans reg et nnia Arclut/qut'Ei-qu du Cayet en remplacement le .t/.v/" Le Iluzic, dmissionLe distinguiprlat laitii parmi nous tfes iouvenirt jk U ftntpt, grand $e111 ur doublt, a$paut effacer de non .,:. moires, Mgr ./"/ 1 Ifarii Piehon cxl du dioc*t %  '? (Jannp r el a p/til de SO an* d Haiti. Ord >nn prtrt U ltr juillet 188$ par M(/r li loi il arriva en Haiti le 4 Septembre de la nf'?:,-anne, D .c jou-s 1 //<:.s $tm arrive U l Sept-mi>re 1888 il Hait nomm vicaire J-remit Lu 10 Jtai 1890, il fat e v.-i/ in celle meiif quaUl -' l'itil Godt/0. s r moiapri U %  .' %  • V i vembra Upoa* M l Aiii d Wau, cotnmt adaitttti irateur. Vi aire a St Mure le 8 Septembie IS.il. A'iinin itratcut d cette mme proiM le Lai mon 1898, Cur d ml l .s Ucembr 189-i S enta ra Linral de l Archevch le 14 janvitr /.vi. Cur
  • i • [ % %  Si persuasive pni rat pro/-/dment dant nos dt .;•.. L ksureuu ttansforms] I I 1 JM*dl ap Des Chemins de fer d'HalU avis A paitir du S Mai prochain, un train sp'iat laissera Sainl-Slarc pour Portau-Prina et les stations intermdiaires, a 7 beurei du matin chaque tassait prt..' '.ut le 2e avalables pour la trains rguliers. IAS nains d excursion continueront laisser Foi t-au Prince le* 2e ei 4e di~ manche de chaque mass 6 heures dv malin pour Saint \larc et les stations mtermdiatres, retour nanta Port-auPrince le mtnte jour. Les prix des billets aller et jwtour pour Us trains d excursion et les trams spciaux sus mentionnes est de une fois et demi h prix du ptVSt daller sur les trains ordinaires. Les passagers dsirant voyager dans une seule direction seulement dans les trains d'excursion et spciaux paieront le prix ordiuairedu passage sur tes train~ rqutitrs. I art au-Prince, le 26 avril iy2o LA DIRECTION A la Tropicale Crani'Rue prs du lailltur SmM No 1532. Par le franais, est arriv l Elixir anti-ophtalrai'iue contre les maladie dis Yeux. Bo Stock cli'z Alphonse Haynes ( rii tiouveraiariicles pour oulure, liogarie, brode^e, de la pait in rie, des COfltll, des chaussures ll nulles pour hommes, des Hurires de montrai des letins frai vtet d s an ides pour dames, des chip aux pour eut nus jeuues (il es et Dmet de toute beaut,— Savons Lenox pour Lessive* On trouvera eu outre les spciaii ssiifin es : Touicjm riontil, Trie pberoui Blxcalleuls, Ho* C11Q2 Powder, Lioiutut lAioard Icinstive, mulnoo Seoti etc. voria l Hospice St Franois de Sales, la cration dune salle d'oprations, le /• lOUVellsmonl de i oulillaye et des produits pharm iceutvjues en laveur de cet hospice tout cela prouve ce que peuvent le dvouement et la bonne vu lonte: Stt const.is juMcisUt aux uns e( >'-< %  "uns, son amour du paa* qu'il Cund ire comme le sien ses luttes pour leb'enetUpro'irs IU s auraient attesta recommande:a noire estime et < notre al fret ion. Mgr Piehon est un lutteur d'un tree grand mrite, un 1, ogrtssnstjt II ne mnnaura pas de se siqnaler tlans le d ses d s Cages comme xl sert lieureusement s qnal dans l'ArcMeUsctty le Port au Prince.


  • PRIVATE ITEM
    Digitization of this item is currently in progress.
    Le Matin
    ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05109
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Book
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Wednesday, May 05, 1920
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    sobekcm - UF00081213_05109
    System ID: UF00081213:05109

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    ^ r- r>T~*~t

    S*
    . /...
    &rcr*ii B lfef iW
    niRSCTECR-l'ROPRIETAIUE
    meflt.ALOIKE
    MAGISTBAT COMMTJMAL
    ^HIRO |5CENTIMM
    BONNB^ENTS
    PORT-AU-I RINCI
    t'** tfSPARTEMENTS
    paii
    '^ fTiUNGia
    g; s;no
    G 250
    * 700
    l/i Socit est bien y ou--*
    verse quand le citoyens
    liiis^m (aux mayisirats
    el k s mayisirats aux lois.
    SOLON
    soo
    ,irlCe$ sont reues au Comptoir Ici-
    *m\ de Publicit. 9 Ru* Tronchet. Fa-
    ji, 2), Ludgate Hill, Londrc,
    Quotidien
    IELEPHOSE :2CS
    a aa .<
    Sot,n,>s littraux ft Q fl g CIGARES
    Idcipwerrns rouveuirs i t-
    touchant le gnnd crivain,
    iaae piren hese, piopos
    .phiUntropiq ae du g a ai
    Lord Macaulay
    Ddis a la mmoire de Ltsrer Cau-
    tt, l'or/mr impeccable au barreau et
    la tribune,
    Lgg birgten Macanlay, IV- -ussi ca renseignement* prs.
    ' iiieoift gr.nd crivain at- Ap:cs ctf.e pareothse, 2U nj*t
    (dit le tils ds Z:biry Macau- du b^au monvemeat ph UntroDique
    lus zl cooyrateur de Wi- de de Macaulay Wilberlorce, dus la lutte des f haro, je passe mes souveuirs 11 -
    :opesdelAng terre paurla- ia es epecemar. ce g-and crivain,
    de lesclavage dics les co o- ce grjnd orateui.
    Wiooiques. H fi' 'es_p us brillantes et 'es plus
    ,ay devenu a-rister suivit c .mp tes -udes class ques IL.m-
    noble excnu'e de son p.vr xersit de Cambridge.La publication
    ahilaotrope. d son s lissai sur M ton !; rendit
    c'b e A ving-cuq anc. Il entra
    la Chambre d.-s Communes trente
    ras el en sortit pour aller dans II i-
    de perdant cinq ans, fai e pairie du
    Ltonij: tiens les d ails pr- Conseil Suprme de Calcutta, avec
    h mission spciale d'y formuler un
    nrs Escollery e L:: sne, Cnd- pour le. su);ts Indien de l'An
    !um s de couleur d-? 'a la- rI iw.e. Revenu ci liurope, ;1 en ra
    luetl apprh nis Kings- du* le Conseil p v de laCouron-
    bi.uissu un brick ang'ais ne, et eut mcine pendant d-u\ ans
    Le capitaine du navire le portefeuille de la Guerre.lia 1832,
    jstmUcn 'crite de-ter jete h reut le titre de baron, et celui de
    1 bard peadant le voyage, pair d'Angleterre en 1837, deux ans
    I Ecorlery tait l'piui de avaat sa nuit a .'j^ de s 9 "-.
    de ma fenme.et Mr Lce;oe Djrant les doBSi d.rnieres annes
    1ci:au-t re de celui-ci. : sa vie, Macaulay consacra la ma-
    lle d n ns parle rr aire i are partie Je ita temps dcrue
    ,de coiMer pour pro- i'H stoire de l'A gttene en 4 volu-
    mes, dtpu'S II ;gne de l.cques II
    jusiu i L pa x de K s-vick.
    li 1 runi en 110 s vo.urnes, so-
    le titre dti>s^is de critiqua et d'Iris-
    ti Ut ses pni.cip.iux t avaux b ogu
    ncoota la miss on dam il fut phiqaes tt littraires
    parle g uverneur de la |a- bu l saut les oeuvres de ce grand
    <)ai tait alors un duc de cnvun.on est coniuit a rendie jus
    r.Le Ccnsul anglais, au si tice 1 honntet et i llvaoa
    que le pi.aine du b 1 k qa'elles respirent. S s t Cnrical a.id
    *u chevaux Escotkry et Histori d E;s y ont le charme d;
    ifont aller l'or.-au Pr nce remuer tous le> sujets, Macaulay
    "hprotecion du Prsident donne son opinion sur tautes chj-
    1 vourin vit r un co 11 t sea ,il nous promne datjs toutes les
    ternement arglais.donna rgions d; si pense, et, paur ainsi
    %0's les moyeu* de se dire, njus fa.t hue le tour J; son
    *> Auglttctre afin ds prouver isp ri.
    ceoci, Us Imeat prsents Lotd Mictalay est un disciple da
    w u phiUntrope Lashing- chancelier Fra-. i; Bacon ; il taue
    terpella 1; rr.inis re it ob- h philosophie a lai an des Anglais,
    JJwdooeComm >soi deo- en banm: prat.qa .l! jug; que l'es
    Jamaque L enqute d- prit hjmain alaufiusse route p n
    la complte innocence d'Es dant deux mille ans ; et que. depuis
    f.*tdK, b:au ir e qui et i" Bin seulement, il a decouveil le
    "neiani no ablede K ^g tan. bat vers lequel ri doit tendre c; la
    :a,rgemeDt indena'Ss par mehole d.- l'atteindre. Ce but est
    wnemt aogai. liscoteiy //./.L'objet de la science n'est pis
    be comme 1 une haut: la tntone, maislapp icatioa. El un
    ,JM 'e service des douanes mot. 1 ob;st d; tout recherche et d*.
    'MiDchester tut rappe i toute tule est did.minaer la dou
    *aVtedu I>itIfm '. le'Jr d'augmenter le bi;n fi're, dvi-
    Jte-Kng ton rvoqu. mli-rer ta coud lion de 1 -homm:.
    JKofl:iy cl Lce n. avaicnt Les |01S manques ne fitti qu
    P par un jauiml de par leurs usages pratiques; Us
    ai"ant leur preuve.Micao vaux du 'aboratoire ctdaC
    Nous venons de recevoir fie la Ja-
    maque les marques tuiuantes de Ja-
    maica Tabacco Company, dont nous
    avons VAgence :
    Favori tas
    Coron*!
    PerfctM
    Reioa VrCtori!
    19S
    i 'ii.i.i* fmoerial
    Leogfellova
    RrevM
    Penettlfi f
    Oprai
    Lcndiei ( js
    Cberootbi
    u n< tin*
    s enlve
    Venez de suite, car le stock
    rapidement.
    Bons hiseuits
    De Jamaica Biscuit Company Limited
    dont nous avons VAgence :
    Contingent Cream Saltines Celer ay
    H. Murai k Son.
    I \tijlu2 des Brontt Fils. Port-au-Prince
    la rvclte d s esclaves la
    Loin d'excuter cite re-
    atioo ii l ne, 1; tap a ne
    lies passag- s lacmel o
    eotiau faasut anglais, i
    Remerciements
    La SocUh Commerciale d'Haiti adresse se* plus
    viis rcmercieineota a la on Je St-Nurc
    socialement a M le Prt de I*Arrondo-cnn.nl,
    aGcnJan\uiic ei \ l.i Compagnie des Pompiers,
    pour li concours empress quila lui ont
    taomeni apport des ^ut l'ioccodie s'esi dclani
    .1 la Raffinerie de I Usine Saint-Andr, concours
    cj n lui a permis Je circonscrire le leti au muI
    btiment de la Raffin >
    I file est tris sensibie aux expressions de sym-
    pathie qui lui soi parvenues it qui contint
    .le lui parvenir de tomes parts et qui lui prou-
    vent combien son Industrie scie.
    Ttn
    "Il un
    b net
    1 m^J-J^i c'bre.se c h irgea ne reoivent leur saact on ^ il leur
    H;
    livre
    aiioo
    l'Jittur du journal prix que par l'emloi qu'en lonl les
    l; s'adjognn da-;s la aleriers et les usnes i'a.b.'e -e la
    se eace ne don s'^s i n:r q 1. par se
    traits.
    **! B.opgh,m son am'.
    I4 l'0c barristers lurent iruus.
    Haca iUt gtands nis "fns L* philosophie des Anciens a pro-
    Jt^01'y et Lord Hrough..im. duit des duI d'oeuvres littraires,
    ado!? l"' AP,i Uoe DI";ao dcs Phrases sublimes i c de lve-
    **on' i oblio,enl 1* -on r.es ceus.-s ; elle a latss; le monde dere la \
    *nni *"* .*dlteur du journal i aussi ignorant, *ussi milh^ureux t\
    id. 1 gts ,ule :s levs en la- aussi pervers qu'el.e la
    !Ptlen w nl el iefu rtDl Ll R ,horiliae et lx *
    kurs ho
    horaires.
    lavait trouv.
    Polit que
    dA'^t t: abondent d vues O lg ia
    "Pssesvoa !e volume les Pendant tout le moyen a^-, il
    ^ ''iqu'e a ri I,m ique et resta l'oracle des scolast-ques. Mais
    SSa^K** tn d.il m tian la philosophie de Bacon a produit
    |e.,u; donn par Madame des ob^iv.tiou.', des rxprunces.ies
    T> ^M- rr.ut jjorjj rt d?s industries entic-e".Eile a a!lon
    g !a vie. elle a dim '.u<: la douleur,
    elle a et in' des tpaiadie>, elle a ac-
    cru li fertilit du >ol, ftUe a a enlev
    la foudre au ciel , elle a c aire la
    nnit de -oa e la splendeur c'u j nu,
    elle a tend a la porte d-U vue ha
    maiae, elle a ac c ti le mouvement,
    ananti les di tioce ; e le a rendu
    1 homme cap*b'.e Je p.titrer daus
    les p ofonieurs de .'O in. de s''e
    ver dans l'air, d.- traverse! la terre
    sur des durs aulomD'n les et.'.a m:r
    sit des navires qui lilcnt plus de
    vingts notait I 'h-.ure contre II
    vtot Le tNovum Organum* de Bacon
    a:h:va la tu n: de .ne.haJes et des
    erreurs de li sco'as i] 1*.
    La sc'en:e. aujntird'nui poi&ll
    d.s vrit, acqu s.-s 1 esprance de
    di-ou.ert'.s pijs nu e u ie tatarite
    sans ces^e croisari pireequ elle es.
    entre dans la v e aci-v-: et quelle
    sVt dc cie servan e d; i'hamme.
    Ces dis ositions d' spr t sont tout i
    li t oitrmes au gnie de Mictnlay.
    ba Angleterre un baromtre sa,)-
    pel'.e un mstrunnen' pli btopbique
    ( a phi osophical instiument ) - ,
    aussi la philosophie pure y e.t elle
    cluse dnude. L'Augieteire eaas-
    dere la phi osophie sp:u'aiv; corn
    me une eatrav;gance di cerveaux
    crem.err l qatl La ^:u e philosopb e
    qui plaise au caraci e a yt ais vA la
    moiale, paueque, elle au!, elle e.t
    la parti! touie p al que d; la phiio-
    soph'ic et n roApi qj- des it-
    ** I R < HENUT
    f A su.\ie)
    Mjarl le Mgr Picion
    Evoque des Cayes
    Ce n es', pa: sans reg et pu la lion ullet S ('. Mgr Jules Piehon, >nnia
    Arclut/qut'Ei-qu du Cayet en rem-
    placement le .t/.v/" Le Iluzic, dmission-
    Le distinguiprlat laitii parmi nous
    tfes iouvenirt jk U ftntpt, grand $e-
    111 ur doublt, a$paut effacer de non
    .,:. moires,
    Mgr ./"/ 1 Ifarii Piehon cxl du dio-
    c*t '? (Jannp r el a p/til de SO an*
    d Haiti.
    Ord >nn prtrt U ltr juillet 188$
    par M(/r li loi il arriva en Haiti le
    4 Septembre de la nf'?:,-- anne, D .c
    jou-s 1 //<:.s $tm arrive U l Sept-m-
    i>re 1888 il Hait nomm vicaire J--
    remit Lu 10 Jtai 1890, il fat e v.-i/
    in celle meiif quaUl -' l'itil Godt/0.
    s r moiapri U .''.Vivembra Upoa*
    M l Aiii d Wau, cotnmt adaitttti
    irateur.
    Vi aire a St Mure le 8 Septembie
    IS.il. A'iinin itratcut d cette mme
    proiM le Lai mon 1898, Cur d
    ml l .s Ucembr 189-i S enta ra
    Linral de l Archevch le 14 janvitr
    /.vi. Cur
  • vambra 1895, Secrtaire gnral de
    I Archt vqui le '2..\ ne le 96 mari I8U8. Charg de lAu-
    .1. itrie de S tint Louis de Gonxagu
    h |-J Dcembre I.sm Ui$$-onnairi
    apostolique le id Septembre L9UJ, Vi-
    eue,' gnral 1e 13 avril 1904 H [ut
    tout le Gouvernement duQnral Nord
    Alexis la Q janvier l'.wr Mommd air
    cht \que ds Uabassa, Coadjuleur do
    Conan avsc future succession, au
    Consistoire du 84 Mars 1905, Il fut
    en vertu i ut Bril Is I.' \n-rier
    lUUj Le 18 Uctx.' : I9lt),i//ni nom
    m A to~Evqusdn Cayes.
    Uotuvrs quil a a complie dans U
    pays t.st grande et Utile. Qui ne se
    rappelle (a srmons admtrablss qml
    pronon td la chairs de notre ancien-
    ne Caihfdrale la veill des (tes du
    entsnair de lin : y \,( [llt
    von ..0{>i [ Si persuasive pni rat
    pro/-/- dment dant nos dt .;..
    L ksureuu ttansforms] I I 1 JM*dl ap
    Des Chemins de fer d'HalU
    avis
    A paitir du S Mai prochain, un train
    sp'iat laissera Sainl-Slarc pour Port-
    au-Prina et les stations intermdiaires,
    a 7 beurei du matin chaque tassait prt-
    ..' '.- ut le 2e mois. \
    /.. .. -s qmttani Somt-b)i*rt et
    les Htions intermdiaires pir ce tram,
    peuvent prendre un billet aler et retour
    pont revenir a leui point de dpart, soit
    par ie train d \ ut ion du diinanclte
    sui, ont, ou par le tram spcial laissant
    Port-au-Prtncs le lundi malin 7 bres.
    Ces billets aller et retour ne sont \>a-
    valables pour la trains rguliers.
    IaS nains d excursion continueront
    laisser Foi t-au Prince le* 2e ei 4e di~
    manche de chaque mass 6 heures dv
    malin pour Saint \larc et les stations
    mtermdiatres, retour nanta Port-au-
    Prince le mtnte jour.
    Les prix des billets aller et jwtour
    pour Us trains d excursion et les trams
    spciaux sus mentionnes est de une fois
    et demi h prix du ptVSt daller sur
    les trains ordinaires.
    Les passagers dsirant voyager dans
    une seule direction seulement dans les
    trains d'excursion et spciaux paieront
    le prix ordiuairedu passage sur tes train~
    rqutitrs.
    I art au-Prince, le 26 avril iy2o
    LA DIRECTION
    A la Tropicale
    Crani'Rue prs du lailltur SmM
    No 1532.
    Par le franais, est arriv l Elixir
    anti-ophtalrai'iue contre les maladie
    dis Yeux.
    Bo Stock cli'z Alphonse Haynes
    ( rii tiouveraiariicles pour ou-
    lure, liogarie, brode^e, de la pai-
    t in rie, des COfltll, des chaussu-
    res ll nulles pour hommes, des
    Hurires de montrai des letins
    frai vtet d s an ides pour dames,
    des chip aux pour eut nus jeuues
    (il es et Dmet de toute beaut,
    Savons Lenox pour Lessive*
    On trouvera eu outre les spcia-
    ii ssiifin es : Touicjm riontil,
    Trie pberoui Blxcalleuls, Ho*
    C11Q2 Powder, Lioiutut lAioard
    Icinstive, mulnoo Seoti etc.
    voria l Hospice St Franois de Sales,
    la cration dune salle d'oprations,
    le / lOUVellsmonl de i oulillaye et des
    produits pharm iceutvjues en laveur de
    cet hospice tout cela prouve ce que
    peuvent le dvouement et la bonne vu
    lonte:
    Stt const.is juMcisUt aux uns e(
    >'-<' "uns, son amour du paa* qu'il
    Cundire comme le sien ses luttes pour
    leb'enetUpro'irs iusauraient attesta
    recommande:- a noire estime et < notre
    al fret ion.
    Mgr Piehon est un lutteur d'un tree
    grand mrite, un 1, ogrtssnstjt II ne
    mnnaura pas de se siqnaler tlans le
    d ses d s Cages comme xl sert lieu-
    reusement s qnal dans l'ArcMeUsctty
    le Port au Prince.


    ..... -.1

    Faits Divers
    RENSEIGNEMENTS
    METEOROLOGIQUES
    OBSERVATOIRE
    DU
    PETIT SEMWMKb
    COLLEGE ST MARTIAL
    Nouvelles Etrangres
    Par Cable
    Association rifail On citrthe |
    du Peli SiBitt ire
    Baromlre
    Mardis Mai 1920
    empratuie
    7617
    n.Hinum 21
    )
    J2 O
    371
    maximum
    Moyenre il urne
    Ciel clair le i mr.nuageux la nuit.
    Baiomtie en blatte
    I. SCHERE*
    Le major Ralph L. Shepard
    Voici la belle citation que nous avions om>>
    c puble dans DOCre compte-renilu : la Gtn -
    moine du aaj avril ilernie-r, dont tut honora le
    Major Halpli L, SbaparJ, U.S.M.C, dcore de la
    n.d.iille militaire par Sou li:.;cllcnce .c Lie:;
    dent de la itpublique :
    S'est signal par son attitr, ion intcliceacc
    et son courage dans l.i direction d> sarvice d -.
    rcnielgMroenti; ace no uaiaire ineomparablt
    pour sOnChcl Jansl o aanisation de !.. pac'fi ation;
    a pris une part Clive dam I attaque cootn
    andita installes dana Ici luartlers du Hei-Au le
    I > Janvier 19M.
    Mai renouvelons nos nteilteurs complitru
    u brillant officier.
    En 1 honneur du
    Major r.ossel
    Hier, Mr et Mme Alphce ti| 1 .-. 0
    UM petite l'ite en I honneur du Major Kossel qui
    lut druiniitrateur Qvil en :oi ; c; de Mme Ilos-
    bci. Quelques unis avaient piii part .1 cc::e
    petite manifestation qui lut drS mieux gotes
    te viu|uthiquc Major, qui se rend aux Caycacai
    parti enchaal de cette rception cotil..
    Mariage
    Le mariage civil de MeUe Joanoc l'asquet et
    4.U Lieutenant Haray it. Kinncy aur.i beu cit
    Bprea-rnidi a j heures'dans les salons ije Mme
    s se" Km. Pasquet, en prsentai de Monsieur Alex-
    andre Hobers parrain ci de Mme 1 n. O'Au >-
    , \ marraine.
    Travaux de hallsstaje
    De trs utiles travaux de ballastagc ont t
    eacuiajaa l'angle '-s ruca Pave et Kepubli-
    catoe, Illaudraii continuer cet rav us partout on
    lu rails aversar.1 lea carrefours rendent insup
    jD't.it'Ie le passage, des voitui
    Les plus yrands succfl de
    1 -braiiic
    Ils viennent d'armer un bureai-a du Matin
    n n.eine temps que les lournaui etrantoera les
    pus rce 1
    La baie e-.t malheureu nent trop longue
    cri livns dent langue est considrable, pou
    oue nous publions.
    ijue ceux qui il-ent se dpi bent l'ill ne *eu*
    km pas ptaroie ces occasions eaCiptionrciles I
    AVIS
    JJormc rccoiijjjc.M: a celui qui
    rappoiteu ua ta;, cai-Unaat une
    chane, en or, des boucles d oreilles
    en diamant, et divers papiers.
    S adresser Poit-u Prince, au
    Grand Htel de Fiance, auxtonaivcs,
    i I-Hclel SI Michel et au Cap a Mr
    PaLl Piojpu.
    Les bjuuturs son', pris de donner
    avis.
    La Reraissance
    Les tetevn de la Renaissance sont con-
    voques ce soir a heures prcises ehel Noniiil
    l.Iur.es ,eui une commenic.r.ion ites importante.
    3 liai
    PARES La journe du premier
    Mai "e terminai Paris sine incident
    sreux sur le boulevar.i Magen a
    vts dix huit heures lier te- d*s ma-
    Baiestaoti rnteic-ni Je rentrer dans
    une boutique d'aimu'io. U ic bagir
    se te produis;: et oueques coup* de
    teu tarent ri'i Ui fjolr t n tac
    t vi n'en b tblemei L uai un a ut e
    mfi) 1 s-art
    PAlvIS la ni <*e prsr r 11 un as
    pect t - aoirr. p-titicu em*v au
    cert-". eu 1* prommeu s 'tuent
    norrbre x I lHaira^g- d: P.iris au
    g / el a l'lectricit fil as m r cjt-
    nie a 1 crdiraie
    A vi g- et une h OU trente h
    foute occupant t; j > >rs U plue de
    la K4pub*.ique le s ivi.e d orfre iati
    ma auv .. ami s'arits d- d g gif U
    pl.es quelques petits bigar.ej se
    produiii rt enire I s ng nis et le;
    mao Itdanti quelques aric.ttii>a<
    ont ct octrfs.
    Vivingt I os heures le caime
    ia-t coinplc Lne ctnquaniaine d'nr
    resta nns furent opines Paris
    dars toute la jt urni du premier
    m.u tt ^ oot t maioicncn.
    les dtfchci dt*% piov cce irdi
    queut que les OcoifedUtions sed^rou
    lrent par cm daus le calme le plus
    complet.
    La cortcdntioi gnrale du tra-
    vail pubiic une net.- disant que lis
    in eus maritime;, les r/o k-is et It-
    mireurs ont dcide de :e ntitieen
    g ve parir du m Mu pai olidi
    rifl ion ave; Itnri camatad.s chemi
    nets
    L'ARIS At cours d'une vis t:
    dans les gares parisiennts.le rr.inisirj
    des travaux pub us recueillit I un
    pression et la certitude que lis ch
    m u;s repteodraoi le truvail iujour
    d'hu Le min.stre dclara tui imp'o
    ys dts raLW.y q Si s peuv.t. i ronp
    ter s k guveioemeat poui taira
    itoulu iol >ts lei is reveuduutions
    p.oits lonntlks lgitimes-
    BEixME Oa signa;e quc'ques
    manilest^tions. Aucun u.iieni.
    4 Mai
    PARIS. Lt conldtalioc gnrale
    du travail publia un mantille dcii
    nant touie responsabilit aans les
    vo i. me ni s actuels et dcarani
    qj e e poursuivri la lutt; poar ii
    ralisme 1 du program ne quelle
    considre Cjipnc ittactptikle de icu>
    sir-
    D utre put Lunion di svndicit*
    de laS;ine lara un appel i h di:i*
    pU e et in- itant les messes ouvri e
    a se tenir troitement eu cona l
    avec la commission exca'ive.
    PARIS Le Matin int-rviewa le
    Trocquer qui dclara qu- oues les
    mesures ont prises pou- assurer
    les rr. nut ntions ateataetiellai dz
    h vi-ionomiqnedu Pavs. Con:er
    nant l?s m nurs lemmi^tr^se mo~-
    Ira ret optimiste sou'gnri 13 * l
    qn tous les conli' relents futient
    reg'i gri:e i l'arai'f'g^ du Couver
    unnerji et arcept par tes mineurs
    I! i( ma qu- le goavaraantat tt\
    i-rmemenl dcid a faire re.p::ter
    pirtjit h hbiit du travail-
    PARIS- Moialt; d.rit:ur d'un
    orgine H >lchtvisf atiUrU 'a vie
    ouv. e e ptru le i?r mai a aru'l
    dins lt mt'i.ie. Le dircteur est in
    culp nolimme.V. d'attentat cortre la
    sure' de t Eut.
    PARIS Mr le Troquer eiposa
    au conseil des mm'i'es la siustijT
    cre par la g'fC des chemins de fer
    des mines et des po.'s II dit q je le
    fonctionnement de tjus les seivices
    publics csenliels put tre tellement
    assur. La grand: majorit des tra-
    vailleurs de 1 E at soit rests i leur
    poste.
    PARIS Suivant uie dpC-eh? re-
    ue de Loidre; Au Tcm^s dans les
    milieux du conseil suprme on serait
    eaclia a assarer la comiQui du
    travaux du conseil sup-me en lat-
    sarl de lui un organe de gMVeroe-
    ment ctiraatunal. Il est possib e
    qu'on envisage l'admission de dl-
    gue; allemands au conseil suprme
    et que la nme m suie soit priai
    ponr les reprsen'.an s de la Rus. i:
    Sovitique, daus un dlai p us ou
    moi01 tapproih. 11 existait doic
    dm, la socist des nations un orga-
    ne d: gouvernement internaiion 1
    compjs di mi'iisiresde chiqu^R a..
    Un g'and roaibie de voonUues
    sent venus apporter leur concours au
    gouvernement. La s tu.t on de g ve
    ues cheiniuois dans U incline du 3
    MU a*t inchange. Ou ne sigiaie
    aucune dlfectiou nouvelle. Sur les
    rseaux de 1 Ett et d Oiieans le ser-
    vice ni restreint, mais assur. Oa
    enregistre une teediace assez nctie i
    lit tepns: du iravil. Sur les autres
    rseaux le trali: e&t normal. La si-
    tuation est excellente L:s prenu'e
    d-po-.ru; conceruact la situation dis
    pcits aouonciLi qui Museille le
    Collge Suint Mar::2l
    Li a- t souscription
    de M Paul Romain
    citoyen iuii-e, ce(n;>*
    fami'le est sa0S noo"jjM
    Prire d-av-o r U^
    muniquertous ren
    rdaction du
    joninaj.
    ^.oiis nous cmprtssois de publkr la
    Us'c Je souscription et dessous qui vient
    de nous turc remise, en priant Us gi ?**,
    nrtus souscripteurs d excuser ce retard MOUVeUaftlM Mi
    tnJipenduni de- notre volont et d'agreer "!l
    tii>5 plus vifs remerciements peur !eur
    gnrosit
    Dollars Goarde-
    i
    1
    1
    1
    1
    1
    1
    1
    2
    1
    1
    1
    1
    10
    \
    1
    1
    1
    1
    1
    1
    Paul Roroaia
    G Price 1
    L Georges
    I A Neu
    Dr M Ini
    Moorfitld
    l ho Price
    L Maigoan
    Dr J - Dortainvil
    A M rtm Aocion
    I L HU'geois
    John A M: lllenn;y
    (i de Laog
    Dr Wade
    C.pitaine White
    Mme Vve E. Mevi
    A I Ma u mus
    R R Robenso;
    B FHi.k-y
    A P UiJt-og
    I E laraicll
    L M Cany LitUe
    Mttihewi
    Joseph Francis
    P L Bttincouit
    M Buyer 2
    t- lt Brown (Colonel; 1
    Cap J Si ong 1
    L nest l'revttt 1
    Gai W \V Bjckev 5
    j li Reed 1
    f B HJwaid
    V L Mtnn 1
    Lieuunant le h 1 r
    Clack G I) Il 1
    Mme II Al'n;l 1
    C vli^ioire fila o 50
    Riy.u,ii M .gloire o 50
    travail ne tut pas repris sur Laquais.
    1 n'eu est pas de mm* l'orient
    et au 1-1 :v e.A Nantes le travail con-
    tinue. A Dunkerque beaucoup d'ins-
    crits maritimes debarqureat. ma s
    les dockers continuent i travailler,
    de mme qu'i Boulogne.La situation
    dans les bassins miniers es: 1a sui-
    vante Dans le Nord et le Pa; de
    Calais, les mineur; soit lou; au tra
    vail ; il y a lieu de remarquer ce-
    pendant qu? les mmeurs turent s u
    lement aujourdbui .ojch; par l'or-
    dre de grve gnrale e* dlibrent
    pour prendre une dcision. D:i6,;a.
    Le S/S ePananni al
    pour Colon.
    7 Le S/S Gea. m J
    apismidi pour SaiuL|
    ves. Cap HaiiienetjLv^
    L" S/S.Santori
    aujouid'hut pour Cg|aa^,
    Mgers. m*
    p 7 J:e S/S allit,
    I itu bodve est entr ci 1
    1
    1
    >l
    1
    1
    1
    1
    1
    1
    1
    i
    1
    1
    A CMetmsnn
    H H L Wilsoa
    1 K Robetk
    E c llenn
    Mfj'f 1 CTurn r
    Rrv Pe d'en
    M d^rre Wise
    Mlle Krpucsey
    Cclootl Win
    W H.ll
    A A V'andrgiiel
    J F Mfords
    D L Jo ker
    D N Molir
    1 D Maxwell
    Peny B* den 1
    G Pl'awuy 1
    A Mrid 1
    Ar lo'tr Ta'srjia 1
    Se-gtoi A M Duchelt 0^
    Un ami du Sminaire 1
    loha l'urns 1
    X ,
    x. 1
    Cie Ihifienne de Cousi <
    Nicolas Talamas 1
    EPo'ikis j
    Un ami du Se ninaire 1
    X 1
    a HBeichleyAmHoteh
    Mme Mc-lllenoey :
    G Montanto 1
    Mme A While 1
    Uo ami du oiminaire
    Cash t
    I H Ceefe 1
    L Eilv 1
    ) J Colleio a
    Madiniji I
    A Gauthier 1
    Total
    K;port O:
    Or 10,
    4 ! 1
    l.'J?Mt.'l
    7 FEUILLETON DU .MATIN'.
    vaut d^ntur
    1 ii n'.j laiartl qu'an mot :
    1 l,i coati tiiiit qu vi m ave/, subi
    a'ait rlea eu cjrnpiraU^a de vos
    c im^s
    * i* ni oihalte qi'ant ciiw.
    piircvtxqui vus Hi-n.Mit. ^ot;
    Jiidex
    QUAND ROMAN
    Par
    ni ni U B K H S f- D E
    (.Film pur L. Feui'l de )
    r ~
    ONZIME EPISODE
    'ONDINE ET. SIBNE
    V (Suite
    JudWx/
    Cerlja< leprenait Indei:. j'nvain
    le droit dp DM DOOirer iiexoiabie .
    t loyalemen*. )e don vous dira
    qo'tavd ainsi que non itra, lai1
    In fiain d celui qui avait tue noire
    i.ir, et fi jamais briv la cicar de
    l'pouee la plus pute,et da lt int^ie votte petit enfant, vous aguoz envers conliio JiJ-x, ne la quittait
    lu mei'teui'p, rien nn niVt'i
    Ja rtli aap'oy de ce navire le nAm > procda q ti
    m'a dj4 biea ser.i p>ar mi s\uver
    du moulin dat Sabloni. Quiidji
    mirai que lAty't)taMt ctn*ilrn
    blem^nt ni j'j'oju^ de la 'erre, j)
    trouvera' bien moyen de uudibai
    Vardier.. laissez moi voua dire ce
    (ju ell9 est., car vous ne vous on tei
    jiinaia dou' un eeul ititunt \, \>: a
    Ktandi cu trs,de vous, amiit
    que vous daigniez jetr un regard
    attendri sut ei:e.. eans que faut ay /.
    jamail eu a son gnid d'au ree pr<>
    jdis que CfUS que voua )oglaz utiles cv.ix q i miiute.'iair vjua allez ofl i raaser de ma gtrJimnj Kn un DOid
    a voi iniei s.. ssr:v.m dlie lavoir aimer., c'est qua en cha meut j^ grimperai eur le po u et KOI hi-
    come d'un moyen de plus pour la autis^ a Dieu COOim il tu a aafil siter, |i piqurai une tta dana la
    russi.e de vea entreprises u'h-i m > ume. mer.. Qd d q 1 il arriva, ja guis asuv.
    tint [a- la livrer, comme vous K. le mardi nd d'or, boulevern bonne ntguusa pour me tirer df-
    aillez le faire, un in vidu qui pa'- cette parole, qui le pntrait faire.
    vous tavii z non sou ement entre de d'un sen imeu nouveau-, incunnu.. c Qbj ferai-je ensuite? Je l'ignore
    dettes, mais Bai de tou es lea tares, bigiyieu un siu/lot cat'a plirase, c Lesejiitiet pour moi est de me
    (.;..,'.:,:> (.:.' luuti' 1 I-s lu oniea, mur uinuian: queuiiu txicli pir le lir^r des grillas de l'ennemi-
    l.o'I' toua les criuirs, puiaque l'an re^re il 00-nprenait le fois ce UaiMeta raolut'o 1 arrte en
    ai fait justice au momeut 011 il il ait qu ti avait t et ce qu'il aurait pj priaeia*, uneqiestioa se i>jsa dna
    devemi' un asBasain- t-*.re :
    Miin.enant, complment lObji Ali
    gu par celte parole prcise et puis-
    san e, Favraut co j ai. a-tris llniar
    romp-e, Judos qui poursuivai*. ; le baac dans la caouie du capitaine rendu compta qu'elle avait al.ire a
    Je voni ai dit la venta- Martelu. q avait ca^ le donner lea tri rud9 ptrtie.. ,A'.tt( iet- dj fro t
    I Ur > fois que vous allez avoir nsirqueif u plu p ofon i abstenant, u ie ptreil'e ul/sraa reconquis oat'0 Hbort qoa Ja vous Siaa lt aUtveWIaoc* da miss To-.-p d une iuuiudau-e eitr ne.
    renne au nom de votre (Lia e de qui Rilj a u mssui |'H lui avau Dabord elle rieqimi trs v ai se m
    pas dis blabla ua u de na pas tra >a plue
    datourr. moi envers tous, dat.s la plnl uda yeux, elle n'avait pour ainsi dira f.jfie, puis, le bruit de la lutte ne
    la wn^ance qua nous avions de votre indpendance reconjulae. pas bii'g-j.se contentant, par lus manquerait pas d'attirer l'attend m
    ipeolu d serrer contre vou. ai un e Je ne ferai tien., vous m'enteii- taut, de fana M endre quelques daiulex. et dapais la dfection du
    n ait pas vtnu voie - de/., abaolnmetit rien pour me sous- plaines douloureuses et gardant cap.t une \lr;elliet da 30 1 coure.. iraire aux rtipooaablll es que (ai sa tels cicba entre sas mains corn elle savait quelle ne pouvait plot
    Mall!. bllbotll la banqohr, encourues mi si elle vou'a t se diober au compter sur personne pjur I* d-
    er joignant tnetioc iv men les msiui. l'ui-s Mit < :. d.iu\ '.i'-.auxiiu-U rayar 1 -e l'Aiiricaiue- fendre-
    t'.ar.. rien qu' | notjiet.se d'in-.i voua devez dj voira salut matriel L'avaotorlri donnait alaal l'im Healait la rasa, et aur ci terrain,
    don et la profnn*>or d,< aantiffitti t vous appui ter au*si le salut moi il. pressiu d'une faiotne qu, rsigne mme au milieu de la terrible preu
    nu* Jottei HVHit trvmo'u w en pro (font vous aurez basom pour repreu un aor;. n a p'oa o poser a I11 va qu'elle 'revenait, V ^-institutrice
    ronaol c-a tu dtarnure |hu\g\ le die en paix h co ira d'une x s e;c toi une qai l'aoctbl)que la passivit se sentait tout f*i> sou aieo.
    si | avais au si i avais au .
    Diao Vlonti totjours ailile sur
    esprit de 1 avdatur re
    Goal nent sa dbart asaar d a
    ma gardienne ?
    Diana Monli s'tait tout de suite
    parada JCqJain* ivab uiiMn 1:1.111 qolt j Tfipre pour voua en:oie il 1 dco i" g* '""it le pluscouip^t,
    pr qno sooaoneiul tait aiocre si plus qu pour les aulrL--, sera toute K capinast. la miirabU .n'a-
    nti'it n'avait ptu mu retouier de de rapcntir,deroaratlco etdb)bt. va-t pis d-isarui
    Son pk 1 fut vite trac*-
    Il ne tt-ata l ploi qu a l'excuter.
    Avec un calme exl>ordiuaire, uu
    aang troid lu inan oui montreient
    que non seuletnen' elle
    n avai pas
    |0|. bt de-i^nan' d'un test- lave l H j Lu de la.
    O .. votre lille/Bcceiituait Jbc- riz n q i commenait H*mpour- Ktl co mentrai' au contraire ea
    qno de |'rf>me>is prer dta piemieiB feux de l'aurore, penss sur uu bul unique : eii qiper dsarm, mais quelle ait encore
    En a feu bu qu'elle vous cou Ja:q'ies de T cnKn.se a ii>va a Judas: en po^seasion de to- tes tes facults
    lirai ton 1 ce que je viens de voua Favraut c'est un | jur nouv.au Mais comment ? criminell-s, l'aventurire cilcula le
    .1 e, quel e vois met- buub i qui an lfi pour voua. L astucieuse crA n'ava.t p3 temps dont le Dr'ck-g llette avait
    \e>* ! r i;v d s rcus t ous q<-e a So.ez disj- e de la mre qu'il it lou^ empa smbarrdsee. b soin pour se ra->(nucber une
    /ai p nes ton re riniun Maie voua apport^., du boi-beui |i .1 ri t) 1 rr , vili s'tat d t ; di tauce rsiiQnoiblfl de la ferre
    Puis quand elle sot bl
    qu'il ne se irouvalt plue 1
    ou troisceUi mtnil'aaU
    se leva comms si ellety'j
    j une soudaine et it**^
    leur.. ,
    l'uifl, por'ant s OMiai j
    elb s'^iia labouchico!
    vax rvulse l'cuae ci,
    -rtouira.j,toufT4/..air
    & moi., ja vais., mourir.
    VA totmoyent aareUM
    s'abattit lourdeiaeot l* '
    de la cabine- T ,
    losins.ivainsDt. ni F]
    cipita. .1|if|
    C'Uit l'instant qaaiaw
    arable r.
    En offat, tiodis qa J
    sa pench ai vers elle..
    va d'un b >nd d* paotb
    vigoureas coap de te"
    poitrine, ele eavoyij1
    tre de la sojp** LT]
    Cjcsutin qai. lurpnaiFy
    t*qi4auttraiire*ew-!
    n'avait pas eu UWapiai
    en garde. ^ 1
    Alors, prompte **,
    Diana, doat l* '^
    tait dcuple par sa
    d chapper JudJiM
    porte I ouvrit, ejcaav
    et se trouva aur ie 1
    Courant droit aa
    anmpa aur je eaa
    plongeon aodscteai,
    les llo a- m
    Mais oitss TrP'rfl
    remue de >^f>]
    elle venait d-rauj,]
    lenredaU ctb^^
    oit 1 aventurire t"*
    ^'jtfa
    le8prcip|le8,se'0,^
    vers la -erre. ,.-,.,*!
    A|Cl-p,ilDiuew
    aborf'


    le math*
    te Docteur Aiaro
    ^it donn des Consultations New York Saint ioa do ;::..
    * ,T0Li nne ins leimportantes villes de la Rpublique Domi
    **" .1 derciremeot au Cap Hatien ou il a obtenu dts
    i^Siobea profeaiionnelf gurissant des millier -
    ISanee qai souffre ent bonibleroent des yeux, vi
    n^rriver en cette ville, le Doc eur Aifero.-qoi a le
    lai-ir de selner 1* gentille socit de cette ville,
    Jjjint aea service profdEfionue ls pour 10 jours.
    tm .
    de
    vient
    , ifar0 examinera vos vues avec les appareils lectriques lea
    * modernes et les plua perfec lonns, il p>e crira des verres
    "bliirques pour corriger toutes defectuoaiUa des yeux.
    w rpfraccioniste as^uro et garantit la gurison de toute* les
    mam oui sotri ent de douleurs frquentes de la tte et du
    iu fortes pj aations du cur, Nvralgies. Insomnie,
    oniODCtivit, Wig-aioe. Hp -gnances la vive lumire,
    ftlcue de la vue pendau'leciure bruit dans les
    oreillei Blelarite', Queratuib a irrgularit en la
    fonctiuii de l'estomac.
    (onsultatio 9 h. midi 2 b. 4 h.
    hkm Rouziir, Cha*p de Mars annexe chemin, Petit Four en face la
    h Cuba '
    Pomme de lerre
    La litre 0.40 deGdex
    A la Espagnols
    Grand'ilur, 'No 1501.
    Varits
    (ES01R
    4 parties
    * piaode
    tore gnrale G. 1 00
    f*"1" mer. se lar nt
    Yi\ poarsuits de ctllo qui
    !*loU< happer,
    xberche la gagner eu vi-
    ^w', elle s'aperoit que la
    TJ**0M Qo'et mita Dair-v
    U*de,,ede,a ffvcn la plus
    ^leadecx lerr.mes re sont
    ^quelques nettes de ftdis-
    JjJl'MiriiUeetBaLg merci va
    'accepter la bataille
    T* e|oict l'aventurire
    ^.o un cil dedtti. g.
    ;:empoignent et e'etrsn
    i^M aipt,aifnl bjfn?0
    ''.w e ton (ferms
    fflk,
    l'io (!u
    otzime pisode-
    AVIS
    J ai l'avantage d'aviser le public
    en gnral tt le Ccrrmeice en paitia-
    culier qre la Liquidation de ma
    Maison de Commerce de Iccme!, a
    dtinitiverrert pris fia ce jeur.
    Une ko;ii ryant pour Membres
    responsabUs Messieurs ERIK MAO*
    SEN C.ARL MADSEN ei HARALD
    MADSIH, a assum la suite des at-
    lares sous la raison sociale MAD-
    SI N et Co
    En donnant avis de ce chargement
    j. tiens sd.es-er mes imill urs
    remrmtns tous les c;i n et
    mil qui. durant de longues aaoe ,
    mont donn le tmoigna^ de leur
    p::ieux concoure.
    1 aime i esprer qu'ils voudront
    bien reporter sur la nouvelle Miisoa
    la bienveillante at emion dont j'ai
    t l'wbjet de leur put
    Port-au-Prince, le lerMii 1920
    C F MADSES
    Ht) nous rfian* a /avis ci devant
    de not-e ancien Chef, rous avons
    l'avanbag- d'annoncer au ptb'ic en
    g; ral et au Cjmroerce en piriicu
    lier, que la Sociti !o-m nous sons la ra.son soci;le MAL)
    SEN' et Go, prend, partir de ce jour
    la suite des affilies de 1 Maisoi C.
    F MADSF.N dfinitivement liquide
    'Monsieur ERIK MA.DBEN aura la
    signature 'OCtale ei MiMeurs C- RL
    et BAXALD MaDSEN aigneio.t col
    lectivrnrnt par pictural ci
    lacmel, le ter Mai 1930
    UADSEN & Co
    BAZAR METROPOLITAIN
    Maison de confiance
    1 Umt fie recevoir :
    Eaux de toiletta Colgat, S qualit*
    Fouirr < olaatt s Eclat et t (orient
    Tendre de Talc ColaaPiO qualits
    Saxon de toilette 20 qualit
    Jop Boite, sai'on Glycrine
    Cyurettt Camel
    Tabac Prince Albert
    lampes et chemines pour lampe,
    Coupe pour a fH9
    Yen es de toutes sortes
    Ouvres fer blancs, 10 or
    Toudre de i*4i i Djer Ki%%
    Plumeaux
    Brosses dents
    Papier de toilette
    Un fort stock de porcelaine
    Moustiquaires
    Taies d'oreillers et oreillers
    Drapa Bl x fO pouces
    isappes i 11 ; ux
    Serviettes de toutes sottes
    ltfps b aie et i ou
    landes pour bras suprieur
    ballircb et builiiesen verre
    M;!ls o> valisen
    lieuire de cuiame Slar .".'< c la livre
    5 Ib pour p. 8-DU
    Et beaucoup (Vautres chose*
    Avis
    L'Adrniris ra ion Ono.ale de.< l'oa
    les a l'avantage el inforux r !m public
    et le Commerce qo'eri vertu d'un
    accord luteivenu tirreel'eet le M
    parteine>nt ien l'ost- s WasIiipRlou
    lt> poids des colis edmis Ocharg)
    an te les l'.i.ta U is d Amrique et
    llt;i i tsi eleve ooaM kilogrammes,
    ou -"- livres, au lieu de cinq 1,9 ki
    lcgrammeK, ou U livres
    Cet arrange invn est entr en vi
    gueur partir Uu 1er Mai courant.
    Il est entendu qu'aoceot rcodilica
    tion nen d-vra rsulter ieliiveirient
    a U di.uension des colis dans u'im
    porte quel sens.
    Victor Goiilil
    Rue du Magasin de l'Etat Nn 1731, ks article* suivants :
    Cli Chapeaux 1-^ teulre lins pur ho.nmes. dernire mode
    Jar e'elles bai le s-i pour damcs
    Flafh Ligh* fi' b-lle^ios il loMfs il mersinns
    Ghau't^fei fines pour homme* dt toutes couleura da la maison R.-j?
    L'Adniinistraton Gnrale desFos
    tes l'tmpreiie defair connatre au
    public et au commerce qu'elle insu
    gure aijourd bui un service d eclian
    ^e hebdomadaire rgulier, v ;i Las
    L">ja< avec l Uflice Dominicain
    Cette expdiiion seia forme le
    mardi de CD *i|'> semaine heures
    prcins Ou lOlf
    Fort au Prince le i Mai IOT0
    Les livres (uillau lire
    Le Maon de Noln Dam par
    l>aul F->val, Les Glacn-re e-t ks
    montannes par S'anislae Mpunier,
    L'infronrle, La vie apiAl I" Guerre
    par Ed CrzH, La r ice do Ko-epar e
    par Lnule Moreau, TfOli ftinmes
    par Pierre Milles
    Aux bureaux du Malin de tl luu
    rti I lieurca
    L'Organisation De La Firestone
    Est Saine, Solide Et Universelle
    TN tablissement industriel est comme
    ^ un arbre: il prospre, non seulement
    par la puissance de ses racines, mais aussi
    par la vitalit de ses branches.
    La Maison Firestone dispose de toutes ces
    sources d_ puissance. Fermement enra-
    cines dans la grande maison-mreses
    branches s'tendent au loin, verdoyantes
    et viva:es.
    Dans le monde entier les Pneus Firestone
    ont exerc une heureuse influence sur le
    transports et partout o les cens roulent
    sur des bandaes de caoutchouc, ils ont
    appris avoir confiance dans la marque
    Firestone. Vous aussi devriez exiger quo
    votre voiture Boit munie de pneus de cette
    marque: elle vous garantit le confort, la
    -oVurit et
    Le Maximum de Kilomtre par Franc
    L. Prcetzman Aggerholm
    Port-au-Pr i nce
    PNEUS
    .
    ..?#
    iBRA'/fo poitas Jiaact ct-a
    m misa, u #/,( B3HHIUA
    |l Coc.oU i ia (JfUt* tri
    'Envo'C Nlr< L'N l'HAN; il MlMU I
    riOUVri. f.LB'JM C-TAuOCUt- C 1.-V
    l. '.. *>'
    trettone
    i -
    ConauKas voir madacin sur le
    SIROP oc DE8CHIENS
    ( l'Xmacloblatt) >
    Prescrit pav plua 4o fou Docteur* !
    plu* i1:i.i:h;:i!h du Monie enti".- d:>n
    MUNE, NEUHASTIIF.NIE. FMBLEJtt, M4LA0ICI
    P0irniHt.CONVAL4;C\CE SUHHEMGE. "tr.
    Supcrl ui u lu vwn ll<.S r-ou et U- osaUa
    taan 4*ua U UpUau* (. Pm..- Vu* le pramlei lco, lc> MU4M *auUM ruailn m A. de Malt- is & C agent gnral
    *>


    IL A ..Il
    /1 anvfif i>
    ^riw^tiiJirdinage, Jardinage !I|
    Kitnu a.pftrivp.g. suc rfe!< Ma'Hon D. A^niifSTH SEBD Co
    erirw
    rrdcemaso f>wr l (vr.'ivis H Unique* d* mil- ,, f
    I Ut" .
    1 lts* l't-iiii:c- Imc-lin l tl n | /, I 4 tM%
    I karA mcri, ri..n^.hi ,i unri l\tf>nM<|ir I 'l'lii-IM '- Lltl'iH^lt* .
    ( Htiue, i -, "
    . | M) K AGENT FOU llltn
    f ?I S I' llfl M* ,r* Poli les veu o> m ir.J, oi en thuu s' 1 e Wf i .
    Sircew-t lo ALM&HM I.UAlD
    I s abished 1850
    Arr-r- tmit rvficfi P-te--t Me
    dicinrs B si ch*'u.ical from Eu
    lv| nd the Rtait-8.
    Fren.h A: meneau Ptrfufflai' Pfcamiacfc E ml 1)9 BtttWIl.
    Toi o \V | flf.
    o/isiVnr Victor Mangoni
    )})} Rut du Shiti'in i!t-11, h
    Pour 1 i enl. s s:u.eiLtui, t'adie NT aux mai ous suivuii'cs :
    kp-iurlM m >d'int>, i aarenc au
    PlmriD<*y I*tadi6 of T^mi ltj
    (H trouvera un tel avoritmm! ne 1ju**lu : Cnroiu^ radjt, aubef.
    IUES
    COLUMBI
    mno" Li'*."tS^0tJ"H ami un M -(ffjffMI 4/tort :[a| i-nVfrWf
    1 M^mr. PhurtimM. P*. [THmV. CSfrt^ OlMtff iictirr ttL |t3l Ul CHU
    / a t'r// bit' ]H>m-
    im <1 i m* 1 v i Un*'
    Jtfndarr e J Johtois fils
    2 3 j /(.*' 7V< w"(7i
    h* iMK'Mfl i' foiliflr sa W*n
    V. i l i fl r i -n' e <. u* l * r<;
    I r le 'J n p i naf r i n kl 11 '
    i v '< n t*'vp i ei^p i io',-i i K j.
    j (>!. m '<* |i K ' f) P o luc's *> .
    ,vi s i lil v c i-'-s mii ^ : io
    i' por il 'afe " " !' llV, 1 '
    . mi !"" nv-lc ft< i i'-' ii>kfr i^ I. m ku | t*' in|i
    (?n ('e *Uwrii:fo brvuhd 0>h
    i.* n i i nt> ;iis-i r il Vitro
    ii-ii in i M rit b iq CM
    *vis ai x fbti.iu..Hua tuis de
    qtttjm.
    /. f ii lui ( reum et
    le, l*o lin oil
    < r'fffWfcM rfl Un li /ifur rit n*Ci
    Q+X'hniUt /. tt ' ivlrtl>/ tliim
    i d ' /' '" t**lub* .s '" ? r*ti/e|
    i/it ir J .S< i (oui >w rta<
    t,,u iii-, n iu:i. m in mi blond*.
    fiai0*4* w wohue 'tiarn le Paint
    'Zin\^'Stm*% De Doctfu* //./ou t* uffcfr
    / ihidr a'Emi loi GtardHuo \o il'J ( Maison PtiiiuMMU. " mh'c cW- M in. 47 hurppmi'ii ScUr : d# S 5 n *nrri
    lesvttupuui CCtW. I * 'illT1' ***** d<8 feoim(8 ; ^ di 8 d"8 rf*^
    LOPE RVR
    1717 C n >*nuo Eu lc; de la
    Marchand!** h arrive* par a.
    Vente; en gros etdft
    Liqueurs Marie -Bris
    et Roger.
    Coguac Martell
    Champagne PominerJ
    Vin en bouteilles de
    Calvet :& Co.
    Conserves fines de
    maison Rodel.
    eus par dernier
    bateau.
    nottinumt de* pfe* choUbi One l in hianc C Rouge
    tUp, fiftrc*. loatrot,m'irt'hes,chanls,
    mri QVtt t Antilles etf
    dement,
    L PreetzmannAaoerholn
    suprieurs d%
    Vente au dtail
    Hm fit Qv.0%, atntfOwr liai i.
    CLINIQUE
    La maison
    Veuve Barbanci
    a r<
    */*'>> '>:
    imam tnirt LE FEU,
    Adiesse/ voiis la plus forle comptujniedcs E. U,
    La HOME INSURANCE Co de N.-Y
    ageLt gnral pour Uali
    Eih]. Le BUSSE, Porl-au-Princc
    Prv/f i o'ie Maison, vo' e M. g si i, s d pls au laux Ir ;lus r.U n-al/c
    kim irais d commission oi lie courtage payer
    p n p:t'i." ou-- * f *'"$*" n90dC' ^u ve ez Tscu^r 61* i rohPm-lif
    I ii|. LE BOSSE, 95 lUie du Ouai
    ?
    Inf*

    :il.;..'
    -
    L'C3LUi3!".
    .... -!.,!**.*<'' ~ "
    Pharmacie P
    Ctavpagae P1EPER HEIDSIECK
    DWABU M. RAPHLL & Co
    Por au Prine
    Angle des Bues Roux et du
    2 Mdailles d'aryer t >posiion de Bruxe
    Laboratoire de Chimie M6d!f*j
    DrogueFie, Prodo.s chimiques et pharmaCfWW1*
    Spc-alti f.H-amr et aairicaioe. ^j-
    Prparation de outes ampoule mdicament i
    et injectables. ^
    Src'alits. Srum tvrosttimque simple _
    lodhydrartr/re. Srum ue worard rfQ
    reateifiams e ^e.rler et de/Mi j
    Il y a toujours en stoi k : NVvrosilieow wv *~
    Elixir de Pcnsylvanr.
    Lp Pilaire du PHBVBW
    Reprwntant'Aes Laboratoire
    LlCTlFiiaM. F*atatlMlty* r0U rc ^
    naie et cutane
    ( t A^UUNE,- SWeque de la f HV^n
    r-


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM