PAGE 1

Lt MATIN' Faits Divers BENbLKiNEMLNTSI METLOttOLOGiQUES ObSKRVATOUlc; DU PETIT SEMINAlKK .( OLLliGE ST MARTIAL Mtrdi 27 avnl 19J0 Baron are ^ 2 9 ) i i msairnum 21.2 Vcmpn.tuie r* 1 maximum 72.4 Moyenre diiirre JJJ Ciel clair joar et nui Baromtre lgrement en hausse. J. Schtlcti < La Ministre Chai les Moravia Monsieur Charles Moravia notre Envoya, hxiraordiuaire et MinitUC a Washington t M parti ce matin a 5 tami |ctttei.( JJ Service Technique de u Ville J entrepris des rparations* u deuxirne Avenue de Bolosse. ustroa ou quatre venu •le cei intressant quartier JJI durant ces troii o 1 taire dernires annes ont t laisses dans un Vritable abandon avaient t COmpleRnstni Jclonea par k dernier orage, Biles tuent relle iiieni rendues impraucablrs par d creva a et 1 entassement dea cailloux et dtritus emports #-r ics avalasses. • Un nous iniorrac que l'in Ifenicur Coarnpaoa si propose une loi usecon M \venue mise en tat, d'envoyer l'quipe dirige par Monsieur Chikcl sur la troisime Av. nue. cest l une louable entreprise.— Nous mirons seiisibicmeui l'attention du Service technique sur le* deux points suivants. U'aOoid il sera utile qu'un krkui remblai son Eali et qu'un applamscasCDl tulfuani son donne a l'uuiou tu la seconde avenue est coupe par la rCUtl qui monte sets If Main Lecierc. hnsuue, il sera avantageux de soigner particuiieratncnt le travail de lieenon de la (e 1 hue paiccque les eaux d'coulement ne passant pis pat la, le travail sera toujourplus solide l. parce qu'au surplus la rampe tant plus dme que dans .01 autre •venues, l'est par 1. que vont et viennent le puis grand Minore de ueui (IL quartier ci la gencrame des voitures .lulomobilcs qui se rendent a la tiouvclie route un.-ii.iut v) i'tu le Cluse et les quartiers levas de la Ville Noua renouvelons jonc nos fliciterions £ U direction du Servie* Tedlniqui et A tes excellents .. ,t: :s. mm ELLES ETRANGERES Par Cable Exposition k fo Rpondant 1'apn.i d atrat Communs,; S ?Jii vantes ont di dnomms ififf envoy 12 27 Avril PARIS. Le congrs desjcheroinota qui uaus sa sance d'avant hier avait ad jpie nue notion Uvorabie a lu gr Ve geutra 0 isole reviul t: tr s r ton veimdop ant une uiotiou laissant u ct.ui.it. uural le .-Gin de tixer .•53.011 i fcioinit la recolo les iSersJnleja au Maroc .i> ,• IBJ-J toutes l" j *H i orno, .Ht Courte* MoaVMj ...i citai c. uouciuiv.au, vue piesiUc'ui Uu uuieau, Mine Uef%UMltj, Svwle* taire inucraKi t. Ltiuciyuc irejwtiei, Mine L., houucii prsident u deivliuvredu veieiuc.it et du SOU JcOiaues, Us u enuics uucie Augusle, Crpui, tlantcs uciie^aide, C. L.UCIISSO.I, A. banue. Diverses mesures ont t prises. M. le prs • deut a renuu compte des recettes realueet a u .icrinerc tte, oo.it le Deneiue sera si>;ua.cp.u> lard. Mme itouaidi a eutrneuau M co.nue d.i loiiciiouiic.neiit de i Œuvre >. %  •-' swi CM sonne et dont ks lesu.lals moiiueut le dcvouciiie.il qu elle y apports). l'uu, u a ete dcide, aprs chiUg Uv vues entre tes numoiesi de construire ud local pour l'Alliance iPranC/Ute Ou s est cusuiie occupe ucs couiciciiccs. Me l'iaclel a piou.is a i IXCVK sou coi.cours connue cui.i.iciicier. i. ci., aiiete que U tenue de i'-ssui.bke ^n* i..ic JC i ai.la..ce .uu ncu uai.s les i leuieis ,ouis Uc Mal. t- m j failli, lesquels: Ml ci Mate vau.au., rueue i .aic.sc l'a-lleiCi Mil. '-• AsUfagOIkttJ U au, RtelwCI i>at* Ilfj'lc.ia.c, .UCItes L-llla el ...a' ,,o. IU...H.!..... ftll et ...me .Mauus ueinc, -Mi et Mine is.aicc. rtcdam. Un don uc 100 gouides a t vote pour l'achat de louiniiurcs classiques Ucsunees a i ctOIC de la atulUaU'.c uu bu*vr. .ipits quoi piiinn cette intressante runioo a ilialloUC Hier -i eu litu le UNUM^V Civil de Mellc Simone Cei.tn avec Mi ciel eevei.— Lass-iemoms taient, pour la ii.ai.ee ....... valiailes et L.eOii Cjci.Ui,— pour te u,ane AnttU tauuc.i el llatMii OeadjeUS. ei bcoeuwti '.i Nupiuie seia ewuuCu dvnuuun I tf.lisc Ou JJc.c-c.Cwi, uc lui D cau. Les luaflcl leroi accompagne* i autel par aime Oeutu et h. ir.en.as talcu VENISE — La grve gnrale fut proclame la suite des incidents •ai venus daus une caserne au cours desquels nu soldat fut revolvris pa> SOQ oh. ;ier> Plusieurs officiers furent attaqus Le commissaire de pobcd ceine par les mauifeatxnts dut taire usage de son arme. Uce brgtrre. s'ensuivil on s'guale un tu et quirze bleeses Des mesure* nergiques ont t pri ses pour rnainteuir l'ordre, finalement la liourse du travail donna l'ordre de reprendre le travail a SAN kJbltlO. Officiai. Lconseil suprme ce runit 17. heures et discuta et approuva les^ uttnires clauses a inseiei dans l tmte Turc il ncccpia le pu jet d'ui e rota VVil sou pieparee par la dltgdiiou l'n tauuique au suje>derariuenie ce cou seii I .mina la .| es IU idapplication du t i de V'i-r .-.utIU'- et dcida d envoyer une oie HU ciiauc*li-r un., m itid iuvitaat 1 A lein gne a-n l*r a In coi ferenc-e ce Spa le i.' tu .i j ioli m de tdgjn | -o i"* allis aient. iH-s rensetgueiofn s exacts iar la si'u-tio. de i Allemagne concer nant l'application du ttait. PARIS—Lis rprsentaoti des mr.ts et des usiner rrttallu giqurn de lot: u e il iesdiUguscts syndicats iit.s OLV iiisei rti.-.cc t Lorraine seru i .tti.i au IDIOII itduTiavailitous u pisuticui dissiper ks ma.entendus q i CSUi nt le ai 11 i ei itndittrt ho m;g a i'atrcoiibu de toieiia le oans laquelle Il le ii.ii ci.r i its dt bU. L: vcctil tablit Us lernc de la it,iiiSi a rA.un gne a pioios de i ixde a u ces tioL [ i!.b il. mai i es dans 20i,i teuiie n ce la uductiin pio g tsiivt d ai ts Its clauses ou ptoto toit cu & ruAi 1919. Le ionitil i.aia ricooiflttu ; ; lis ave u trait la qusticn de dtsutciion cu mat jitl r.ival alltrr.ird tt celle d.s en Q' 1111s et gitite ...t ir..i.ii. I -AKIS— La ditgaton allemande fit) |i..uu'i a 1a contrence une note ui.i.n :iquclt Us tfltcl fs aile mauus dans l. R hi auraient t ta meues au eh.il : par l'ac.oid d eu. iota, S\N REMO— On dclare cjue la dclaration commune des allis et buta en exposant que l'augmentation de 1 arme allemande ne peut tre examine tant que le trait ne sera pis ez.c.t La no'e constate qu les allemands ne firent aucune prooosi lion pour les rparations tt dclare que les allis n'ioterpteiort pas trop troitement le trait. Les allis sont disposs avoir des conversation* di rectes avedegouvernement allemand et la note teimtne en affirmait lu mon des allis aussi troite pour l'excution du trait que pour la guerre. Le seul moyeo pour l'Aile m gae Je prendre sa place dans 1: mo.ide est de remplir ses engage m .i.ls. S .N REMO-Ll confrence adop L .es tennes de b dc.tr tioa c m a*BBf qu> sera pub 'w dt islasoire. Ce e d c irai ion 1110 iv.i une discus sion d. N tu q i supposa aux mesures mii,.i Lloyd Geo ge et Miiierani dmontrent U ncessit d.ceiteventualtte. Hyimans et Mat sus s'assic rtnt au point de vue tran.o-angais qu tnomprn.La iftcla talion contiendra un passage disant que les alus so..t dc ds de prendre toutes leb mesures ncessanes pour Une occupation d'une parue du Uni tone allemand pour assurer l'excution du trait L:s allis se tencoiiueioni i Spa le 25 mai prochain avec Muller. DOLLAR : 17,04. Prix de la Barque Naju., r de la Rapobl-qi && Prixde.aRoy.re 6 ,^ ol| -anadPrix A. de Mnits nJf* Prix de l'Arthit^h TS^ Prix H bilven H Pnx Jorniv Orda$co Tiw Pnxo'rnehhtrutT^ 1-iia l'd Lsv* B Prix F|Madfen. Pria d* la Crrrpapnie Haitiei ne de consirocil, Bon de teiDlorMl'iSJ Prix de une-Varits. £ Prix du Comptoir fnJ^* A adeary ..lob, hier 1, dcide le me ire uue viial di^pof=itio.idu HeyrirurZ. pli si. ui s prixNous ergngftos leg ID '. sorih de la fiace qni re r n coi, .ut, tnvcy tr | ur la UninuneCe ttia 00 t,', ctTODitgnn n> pour In M tt-uraet Industriels et une lion leur actif. ^ m L j s le trs accompagnant la vois seront toutes publie!. Ta Associrttio 1 au iciile du Peiii Su maii e Collge Saint Martial Lu ici 1 i 6t ilartial Bi le. kuuei ue e.iuq coup' ns. Un dollar Le coi pon, vingt ccls. 01 vie01 eu q ettie dollars Le. b. t s .oui (i MiiU ci" z Ra jban Bicutld, Kuhridjcr, Isive \ e. c \ 11 tOl .\:."i t,t 1 t lu lio Lit ta>, iteb z le laCtOIiCl ce 1'; %  .s 0 lit.cn M | Lig li LI lia 1 aw^pssMsssssssssssssssjssi EflittBi le sala L S4HRVU th.tu la rtfrietilaiton avait t envoye la fin Uu moil sera \oue le in Mut V bifts EU soir. de 1 A.. M. C t. Les mtn bit., ce la section 1 dagtgn. nti des autres.., 1 siftiutun dis tTtirrmj tIM glilt ott (ODVItllL] ban t liiricr de la itmti di^cg t qui mis lieu iu h m cal, lui d ; iv.i, i 3 him] ciits dt l'apa n di OhDFECUIOUI 10 Ei tu leti dt Me V L rtt,.-tig. tn.tnt pimaue i Csh 20 l on.n unicalion dl S ht i, der Y a-t 1 av.in'age supputer/ Pti :iie.i.t n tnt classique b ,'e : n \ h 1 ; par l'tiuCii du de.N lai gus vivantes^ le Di J C EORbltVr ££L flUaA. 3f ^PV7 I JBr.AYU POIIM au PUim, m M, .J la SociAt do la S S 'I-.M conlrr t.'N HtWC. NOUVEL ALBUM OATALOW (KO pt** aMt F'-*" 1 tm ^ rrw. PhyWu<\ Amut$mtnU*i *f* Art tlt pat-: I oar pra. —L* Omiiia, H.n lum* Srtn* "r tour* fit 'n /..' d^ lot. mll*c ni i 1 n,. % cr**> ^t.' lJO.il.oq %  lyec w"^ CiJiiijoa f. MowtlaiM>i Toasnse —i 7-? FEUILLETON DU MATIN. I Judex GRAND ROMAN ;PAR A nu n Lfii; riE n v i /; E t. Fi'in par L. Fetillade]) .ONZIME EPISODE LONDI,NE f (Sui'e A bord de l'Aiglon — Je veux le voir) Je le veux, iLnsi ir 1.1 v 1 H u t — tli biei., celte entrevue aura lieu. — Tout de suite.— luui de tui e C

•< i 4#> t te Biaitie a kerae contre Us I.'HIHIII' t.'i Lniiim., qui i.e va ras uaitjurrde COOS blmer, uor. fie'e.t u.ci et de cJietcher nous altr vos yeux en luvectenl contie nu i (en plus l£cl.es et les plus per ttdei culon uiet — M y. L 11 ai.qui If, je saurai lu rpur die— Il est tel't'ii *nt hebile. — Je ne e 1 an s pas afJinnait le bai noter. 1 ht f il?-, vous suez 'a tous deu* IOJ a u>li 1 on — 1 eu nui i>. ht simplpirent l'a•vi i,'. iiie. — t'' u an lei.atit dd % tri u Ou-1 c*' tu> r'i vibLi, — ludix •vi 1. H lavjyai eniv a u e#i a \o ie merci' J aun it-pu nues ei> dbarri saer to t de t Lit. a Mair j m .nieix .un \o l sfe ;'} ; t H Ce iKlldre VLUbOlme votre revanche. Ce t .111; \ vjt>-e tiiuf le p") no icer le rerdior, a vjtre loo. d'ire uni Itoyable. u duytz siir que votre arrdt sera li Je eiuei.t • xcut. I.:. 'n ta u le comble son iiilne bypocti t*'i I ex-iusti utii;e aj >a.s ; — tiappeiez-v JUS, mon ara 1 que si vous voulez, deorraai?, vivra heureux, et si vous ten z letroir vos entants?, il faut que co Judex dtspi IHUM' tout jamais de la scne du iLOtide — Il dic-paruitra. — il taul que vous eoy.z sans piti — Je le seiui I Et le banquier qui, domin par l'iiilernale crature,sentsit r. vivre en lai tous ses api tits de teiocite tus* tinctive. s'ectia u'une voix lauqu* : — il i.'ioiiii L.Ottl, il mourra! et le ne rtgreite qi/une ebcaflO] c est de ne plus rHfa abrtz foil pour l'e.rau glerde mts p.oi-i tuaiiis— A'ora. vei tz.' lit I ventunip, dotit le vieug" rajf in ait du I-IUB cumiuul oes uttmpbta. Il Mensonye et vent Siire dsormais de ton succs Dibiitf J1l01.it allait livrer 1 assaut sup me avec tout l'aplomb cynique ti uu loueur qm a su, en taisant sau li lu coupe, lutitie tous les atouts dans son )tu Ouvrai t toute grando la po;te de la cabine o attendait Judei, elle h 1 e.1 sur un ton aoleunel et dans une Hinude lin a raie — Uonolaoi • wenr.. voici votre bcu'iiMii. voin l'iiomme JUI te (i n. stn votre Ve! A 11 s ino s, J. Uei de rpor di q e pif un te unie d Hc.e il .iui.c,uiUe iifn • 1 .1 con pria. L'aveutunre deuiarquui uiitie meut sea batterie? Et ce procd n tait nulieua-nt lait pour .ui dplai %  L* situa^'on se prHpentait ainl q-tte ot rraoct) 1 e o^ bit d no voix qui ne rvlai ins la moindre in quitude qte Judex rp iqu. — Cet ie bit ille tb b en, sol, je l'acce| tf. En envloppande son r^gnid to A de loyaut ad iitcable, te pie da I c queline qui le considrait avec une exprs-ion de h il 1e firbucue, il lit de a r-iie voix grave, harmonieuse — M ) iHitiur, ji t fin aviut tout a m'inscrira eai l 1 ii scurit., ce u eUit umle u -ut pour eu faire des pnsoo mers., mais uniqueineut pour I -ur prim-tue 'l'chapper a des bitidits qui voulaient les assissiuer tous les deux. Ei dsignant Diana et Morale?, nui a U M u ; de Kaviaut taient en* .',.....j .s la cai'iuf, n lit vec un acc.nl drf lot ce supeiljJ tt de oiuu.t iiLO uparubte — Et c s osudits, !• • voil. — Je ne to auia*erai muid pas vous dmentir-, siiilii i eveotorsre, — J'afti me. repreuait Judex, que vous, I aua Mon 1 et votre amant IloDert Kerjean.. Mou amaut.. ricana lVi-iua itu tries. — uui, vo te aman / — ASM/! 1 laifOUI 1 vo eui.ii t Favrautl Je o asi" qu'Hua cuuae.. l'est >roi eux qnVous accusez ui o ut lenuu ia uoerie e^ sauve la vit — bi rOBs ne IIIH c t)f9f p*s d* r a' lie rarn le. eceasaiioia q e je ne r aine pud porter c Jutre ces d ux gie llnfj — Je ne vous eoivraj pas/, s'criait le m 1 hfi 1 dor. — fou 'qu<>i ? — farce que je ne veux pas *om ber dais le pige que vous me tendez ,— Je ne vous tends aucun piste rpliqua Judex La preuve, e'e-t que je suis vei U ici sans autre aune qu'un carn t de chques., que VOICI et qu'en cliange de votre libertji suis prt payT un mi lion a cet e femm) qui relle n m vous tient en sou pouvoir et qui n pis ro \i'e et. ne reclera devint aucuu crim* pour s emparer de votr* tortui" — Je ne v >us crois ose/. e/obsti nat le bioq lier co np e-.neat sub jugi par le regard ititeraal dont l'enveloppait savamineut l'ancienne ius.itutrice, — Si votre UU" tait ici., aftirmait Judx, ell vou crierait que je dis la vente* — L"h bien, rugit Fa/rauL. allez la chetcb rMais oui..sppuyait D.ana.,alll( ) r, k { Jr ,j a |„ )U u 1 U n do it vn.it ne •vtUU. jSIDIli' Il a espr vous acheter 1 million. < Mais il avait compt l a ta bernent pour vous. Et, maintenant, mon v tus avez en raaiua toute* Wia du procs, jogn votre ISM dannezl de marne qn ••* t l i-our voua def^rdit-J teronn l oour vooa "^s*' — F. yt ut 1 Favraut?. "J dex. en un lan d'eœpfrteii^ gmque, vous ne voyei im que cet e femme sue l*-J par tous les ports et qoeueui pue que le crime"? M K,t sadiesssn Mcrsia. %  suivit tjvec vhmence: J — Et 101, maiheoreoi.wg toi que j ai vu p eorer i 1et de hcote dans lea JrJ 1re., to. qui lu. lantJtJJHt. moi que to votais nj^ bonute homme, et qui M iusens pour reio*J JJ L. oe cute lenme. noS'-Vill pas que tu ne iMoesp a triompher la vente cooW y songe. Il oe se P'*J ( \ | gringolant jwqa^%J ju S.ime. tu .• %  • %  Ipl temps le complice ou jjjy meut aveugle d'une av* te conduire il'eliaUW' A ces mes. io*;S3 Etiit-cedewlraoodeijjai Judex n'eui psa la • constster. nnrhe^'a. Diaoe.tirant dePffiW.-,j"i en tira un son aigu J 4 avant q-te Jud^x ..ai • 1tl de aa


PAGE 1

H(>r& Company, lue u n p ort and export New York • e ptpr^en'vni *viu*0op de FaLriqii's p ur ffirtlr.M e H IM" " 8* a ', V f ( ,n iq'ia'io %  P n r •* ""l" '* Pv l< tv >n i ,lice ;i ou* (\u[ s'adrcss-ro"'au lepisenfaol !i:iltoinitio.i df'er Jlr Waj Hollande Seul Reprsentant pour tlai llue jraverslre A'o. J12 •* % %  *! %  | Br n! d'an HT un g and stock d* rrtfe Fiedr>ovt> < ami, I hm.'eaut \hc'oc K W i,s ^ vin or lu i tlmut braves h anse -sr ? i ss l, "." le i x ii^liai I f(iip e^renrrenfe /„ l'nti/mi ihn-4(;<,EltlWLM Hue du Quai. \ie bi'iis de pornos ntia \$ l U.in nids prueue le meic edi qu* arper.t par Me Ni o!-s Deuil K V. ud B p ii i ui IOIVVDI M i | i, ce. ve b • li|0Oigtec pi h ft^u. m eu Unie uu leze B-ptinuie IVltf •u u 8uie BU di nu cuir au de terre t. n :i| M est Donne ,a : u„ clMum, u deu *Vi ciou Mi mil teuf *'• %  "* *l %  quatr emp.ir iou et la Kdilbeurea da ma m, '• de i lu u. ,ou Uenaud. p i( le iuiLi,e .le Me ""• lx ^at ie,u portion, borinoue a..x Civ s ,1 .? 'P/ oar te Nicole De lu-ieiitoui de la liii .e ,,,a '" %  '. *'(*< Uur p blc.su vain IOU fu ie.i--eii.hl aVtC P'HI figurai f eu Qab du 7 Juillet 1917, .utsuie Iru s s^iZiiiHts Ui c^nuhu d: telle,, et loii.e % t.i ei x lit a.ii g; la itois meio ton ei le luitot la dm liabi ta io Ht-iiaud. bui o h tioio derrires portion! ee lioavei t. des ailjiea liuiieiB, une ne* belle luisuude eoixaute deux cuioiud itiuita, curies, be-eiu etc. | it' hmt poa Je l 8 4 ue lee d,UH poilioui deui(b/o-M.Htl a 1" *"*•• %  pu.ifuivnil. coiu|.or ci i et set laiu i tji.s tu nen txep ei, m le ei\er. •\u\ req. e ea. puursuitHg et dli Ml „ Ib-Jeoeous de la un .e I pNU olTraut etdeuiHi' en I if. quatre por ions d'eui .de lbA iX le 1} tir k|iitiiiie s^cijii luiiiiid M ut L> ye. faisant ililiqu'datiuii II. Mi u lune Co. M -bitIUX (.' V' >• (Bier-' pu i n, \< .ree des |l >e cbeiui i du I lui l" tjd ' de lag de d^i quaiau e cuu| luuito il d a' nvi ou '/ua ^e pi\ luud. ui e. d. depeuiance, (Mtiiuvne* de I;IUII> .!• I %  !! %  I> II' I C"i ll'X (il! /O J/l hM f : AI.: I. .. > \Dl ilie •iUtru,l CJOc unie I8JU ^pei O'Deo au b.d u, b pt,r le f4ux u mlural et au uoid uucbt ^ eillt8 d Mestituib 0btarpa tl A, ~ ifed la veuvd lboiuaa J Mauiuu.. ucUieuram ttua deux a ya d8 P Uf une mai .on kWi *-*'" • louiuiliea le >.reWW* -n mu et llea avtC IUie a A1 a l l >• le *eo:id la dttpeud nea. Nouvel tUii us (Louuiaouj Ktats-Bieijvi iu,n iif forme au u,,n I Amrique, agita ml eu leur Uuiieitul • av^c les deux 'l^-b'e a aequesirts de la luaiauti "• t) u,r, ce et aiueuue •• *i-ui ueyet t Go. iab'ie uux ^.C/i. Jj ii. i ll^.u J, cou Gye. oVaut pour avocats Al.sK* a proie-v" uai d r sl Djuyou tl Morei, avec elecOou '*dim J,I ij K-.i,er *J 7. ue doiu.ciie au cbbiuut du piiilllei, ttoMcamuu nui eut dix 'SuuxCay.t ' Jeun tau ue teiie. '''" ' ; ' '''' '" ml l1 ' -'-' •''""' '• lS wweifla portion. Ujnij et Ue= du I<-B io s et aire.ta reiaUU au j-i.quidaiion dtb uiaitoua alieiDoUdea *ilde ll Cabine UULB detlaiOU uu COOMII des ••I pou! bl:e--:aLl Ita uio ts u<> la maison 11. ttWt... n Jr Vua dirais-, ,•> Mutliiumi-yti c* CoBteoui, j %  <•. u un eti I0< at pn date du 'J'2 Avili \ %  '-') ue Me LOUIB .Nuiuu, uuUnu oailtudre aa r lonip AVIil ,y UUe le LOu,b ^uina.aoaiie tk: IB,JUUBH, au.ki.uique le bien ua paa elo Vlvou aie lavais ramai • VcliUU |oUl HU *" U Ul t& 8 u N Ua n i! d'atj..ui-aiio l-uite d auiudualaue. iibittaLt util ltCtt,lje O-ue le cbargai btiyuiees uana %  'W" it pouia l'eu a?i l^aU.er des ciu. b ea; lea ench.ea Wtl lui fa,o,. a ,i a BclOUl n C-eB .ui la uiiee pi'U 08 ,0 M 1 tl au f„ ... i„ uuia iui.1.. -oi.aiB4 vuLsa ,aUfcu Bu.iebstr Me .ous Nu.u de'*''. Diar a/, g ,niu | P i, H pu*l-ie du uiw dut cuaig-*. ou 52. M,e /a?, H uuin e tt ^rlu; " M \ ., H) ai"'!,!!' t0 ""u". u upbr ^"^'Mlmuimuia ; ni.n U U d 1 %  i B ue l ve "fcCairtV l<* luivri Uiiute DolVo.N. MUdiLu Avis les "ma d cliei.Udu Rwltortut {,, %  %  • pas Lii: fl ,0, ''i*ifoiec.icho.. i '-.l ul u Ab! Diaua IloB Voi lant sont avises que le res BAZAR METROPOLITAIN I Maison de confiance Prix stiax Savon d* follette W / famn c t t'ai motive Enete Ca ten ttointige Kraft Amidon letve Argo (Jurte posta es Cigarettes Saumon, gros ferhlanc Savo i lessive Abri ois Premier I f r 18 rduits 1 o? 20 17 •% 30 U M M 40 24 90 50 40 ffz. ^ 2S Me 48 aW ,95 00 l>e 70 bit Et beaucoup d'autres Demandez noire Unie de prix Nouvellement reus Lames Ewrreadj /."> or le paquet c Ollette t.2 le paquet Colon d broder t hjire*. dp la Hmv i n < \'j|ll anlllv et Porto Rico '*ro*xe$ d dents Prophylactic Verres de toutes sortes Malles < valides LOFE RIVERA 1717 GraiiVRii — En face, de la posta MtircnamliIJ/'."/ / -, rmc. r. —— %  *-. .._ • +A L A. de Malteis & C* agent gnral • %  %.. • ir* %  "*



PAGE 1

n **m Aiberui.wi Jardinage, Ja (imago !! !" *" 1 25*a Suc tUtiltofamD. \DUETH SEED lb Fonde en 1850 T)s\% I Profil, chimique, ,) f m ,1,\ H r '* COHinmi'lCS ft COU;*? ** %  % %  Mditionn n'adresser Patrons je Mode trame h, mil" -re K linos Parfumerie traii;iisi nnii canne. Pttru' Uron Sr>re Siccesor lu Al.liLitirM KWAI.D t S'abisheo 1850 aiimcaL &• ructi Fle t Me dic-oes. BdM cbaneftli front Eu Mie and ihe staies. ^aencan prescription filleij trench & meneau Perh IIK Toile wiiera. Gtt il a Peirus' Pharmacy tiraduate of T. n Univ^rHUv^J ^iil^le'prifa, P.. i-tt vritable ]> liK-ig P oductft t. Hf> s> 1'bis* cl*fei>i< s tui • ; dpos des l aleufs • dc'piV po 1 c f iii poi. m-de .'oui piitl' dt oasver 1' I m - leu 1 p .••<<> n p tm cV tBronizfv drow d Qih, J-a nifi>on H aussi <;•! dw l'e .. ccrium Il rusabiiq es> ivis aux rjii.iui.s.aiiiauurs di quela. Monsieur Feriiind (; L raque H22, liu liaht* sHouche rO E AfiENT FOH JiAYTI 1 our 1rs vcii PS en grj el en deUnI l'td e.ser Monsieur Victor Mangoii i >7U #' •'" K'ana tu de t liai i our J a >enl< s s=uen.ent, 'ad e £ er au* maisons suival tts : Pharmacie Emile \U ision. Epteerle moderne, Laurene >.nu n ]" • r a ei aaorlitnnn de ljumrs : Carotie, rad s. aubet> %  loi ci ",rc; H us>i un bel ass.ttimenl de fleurs : n i,(h tel, {tuiiie lleurcsltic IbQUES eus par derhier bateau. > Voyrz-voi s ces I e'~ o.. es, von' Z -vnn 8 re r c Un&ttl 8marle8comm eelfe.? Paul E. Aux la RifJu Mas mj l'Etat tt btntrsiin K-ceiK % 1 '%  8Bj.urMavor. .obe une C "UPE impeccable/' O Miniiwi 1". iBsES"liT" f f lwi !i ^ndra | epitt( y: i.e l'a lui recitu t'/ /c l'olm oll Ces deux piuduits ncuiu lUm$*i inliurtius m llaii pour dotoei aux-lii-vi nx U I s e clatant ei l iw t'r.ab.l'te i>m /ail sttll m VW§ thzUr JhSl Uoud \{;T2 \\ L'iUuyer i>s t do, t r.. J S'J< k nu situ \e rapiucn n t ieae.-a,ui.~ h". unU chez les p'thupi u> ce /et* up, opras. J oa/rof, iTchf,hant§, ^V.lTtomSS^TT"''*' " in km m ri ,, es des AutVesetc ^^^^ o y^i %  [ ^ : ^^^ r* l ne visite dr • n • „ rt „ ^„ ih met t 9 L PrceloaM-i liu( Ju Quai, :, [ ji.nl / our Hoi i. voi devez poiter, iisitrai 8i rt. 8avo,rc W CLINIQUE De* Doclnn-s HJ^OH vt Lva&ufluto Ciard'Jiue i\o 83 ( VJaiicm du Dr Merciei ) toiul afin; s M-nin ; rp 7 bmrti A mi ii Siir : de 9 A B heures bl'KCI.vlirh: Maladies J. s feaiin s ; MtUdi'i di trfcati a maison Veuve Barb iicoul a reu Assurez vous contre \Jfc PR[J j^dressoz.veus la plus forte conipagiiierfesE. U, La HOME T Slil^NCL (o de N.-l afjesJ (j eral pour Hati £ug. Le BOSSE, roil-aa-Prince Piv/gfz ^olie Mil o-.^ofrp M g siii, > sd potsau f;i'x le jlusr.-is mabeInii.JnM( Etitiuki km\m 2 p^yer IUmfigttz-\ous HZJ f lii r*i (0i f.'pcrj'; ne/ or ^ei cz n'icutfr o -e lobhm h % ? EIHJ LE U0S8E, 95 liue du Ouai l!!j i3CJElj!u'ijj 2*iiri#p!. IT Il >^. .: fejjjv m ;i aiB;'-,. Chnopagne PIEPEH Demi sec et h rut cheM DWIH1) M. IUPI1. L &-^o l'oriau-Princ Pharmacie FIMM A f//e de* Hue* Roux et du 0*M • 2 Mdailles d ai yen Eposiion de Bruxelles iW* LuLoiatoire de Chimie Mdicale DrogupF ; e, Prodads chimiques et pharmacrutiqu ^pcialiia fianaisps et amricaines. ^ P'paralion de toutes ampoules mdicamenff uses sliua* e injecables. S. c al i. Srum i.vrosihmq .e simple et ftPrupn"*" lodby.Jrar^/re. Srum ,.e Morard n-inpl -ujes paQ 0 ** realc:fian<8


PAGE 1

0 t £&l'tiZf Tizz Prima Halfl MA tffcf! 2S 2WD MOT, ^^CTEOR-HROPRIETAIRE MAGIST RAT COM MUKAL tf mmiio 15 CMTHW A BOWNEMENTS fcat-AU-PRiNCi G ^ '•* afFARTEMBNTS Q ^ ^ CTRANOta %  .wes sont reue au Comptoir la ii de Publicit, 9 Ru* Trooch t, Pafr M U. Ludgitt Hil, LonJre;, M %  im MMk \ LETTRE DE PARIS - miatice ipiciale au MATIN iieriile P ,us <*? l'encphalite M. C'est sans dot le qu'on ^ l'ide de fkire de temps atia de c:s sommes mys nii desquels 00 apprend |etooae quentre lins-ant ou l^eDdormit tt ce u o l'on se .ilyadeux tveillons B.-rt maladie n'est d'ailleurs p*s 'le. H y a quarante ans un ilir.tdcouvert un poison cuvait Jisaii-i ,U propri[ronger les ai i mux dtns un (•oit apptent: d o un cer-vre-poison les tirait ensuite et quelque lt le temps jitqae, cet Amricain prig-gner des millions en eaM boeufs, moutons, porcs, et kmcDttous animaux coinis.Hat fois endormis,il 1 s uanshhimftt les vendait aprs htrtreilies, tts cher. h moi ton en Uthargie : Mme on rve que r-lise Jflcment la frgode MVilui tu' tanesie Romo "quec .ette non elle senJi cous Tin d'Amrique, i! JgB$pour denv nder qu'on MMimei 1 at;p ication de ret;e ^Peut tre cette encptu iquequi s'mpue si :ubi tgens n'e>t elle aptes tout Mut des txp'iei.ces tenBit Df des mJecins.pour |M bien de l'humanit. "poos-nous. Vous avez peur lejume. La v e chie vous -Votie femme vousfompe. u *, tout simplement un ^dsol de trouva le we ses couleurs. * le microbe de l'enctt 8que, apis lavoir asip bouteille de Pom;ard wttaiiionjuivani que te !leBoideauxouleBour. •UBspiy.z votre terme J tesuodi'peusable Et %  ••'oremdeen : 1 Vous *J. dans viDgi ans > '', on ^ous adaroYr *• ad hoc Voas voila i*. l,l I i0uri n L Bo .^•"Ktseteitmc t et itt $d ela H o'!ard,. Les liuS^ P u 'tnt sur ,^lilmi S l ildin p ari IJ: v ^ar.,ts iont TmL V otIC ,roa nulle C L vous n conduit de Uj*ie n.rdts cri venu. ,*C.. le8el les sCl'" Imo.tset ^S^Wicquise Ce'iUi e t f ; USe( l ulv oustrom, k sl ^ Vo l atom P er K ( '" corv i ;ni > !" q W[ e | nauraoibi de 1 "tooneur, ce o't| Conseil dlH.it A la sance de Lundi l'Assemble avant d entamer son oidre du jour accoida successveme t la piroieau Secrtaire d Etat de 1 inttractioa Pu b que et celui de la lust ce pour le d>t de deux projet) de loi 10 celui qui sanctionne le unirai pas> le jo Septembre 1919 entre I* Secrt ir dEtat de 1 1 .tact on Pub ique et la Congrgation des tilles. El e Ou bois relaul au foictiooemeot de I Ecole Professionnelle et mn gre de 1' I %  b 1 s > e n c n t. 23 ce ui qui cor lu au tribunal de Casst 01 Us fonctions de Coase! Supime de la Mag t tare. L premier pr jet a bm'fici de l'U'geoce il sera discuit a la sance d'aujourd hui. Aprs le dpouillem nt de la cor respoadance et U sanc 10 1 d un pro ce viibJ. ua nouv.l ordre du jour est procam 11 la * 'i. Il oe s'agit pas de dijcourir sur les qualits qui lont riiuiuuio de biea, uui* de k'ire. Marc-AURLl Quotidien TELKPnOHE'W EN REGARDANT LA VIE Le Plaisir Correspondance t!cia'c ai MATIN D gens moraui se plaignent avec des soupirs dcourags et des regards tristes de la place ch q • jour plus grandi accorde dais la vie contemporaine au plaisir: c— Le plaisir, oieo. ils, envahi 1 fo-.it ; son emp r is s t-a.? de plu; en |j(u ;biq tt il domi eia le monde*. Comma preuve de ce qa'ils avi c n ,i s numirent IOJS laa lieux o la pinv e ciature humune l:he de sediverii r dfpui> la plus hygn-quipu n^ des spott ji-qaaux plu sob es repaies de U ba.e dbauche Au etois. s'crient ils, en terminai leur rquisitoire cont e le temps prsent e. la io t den j nir, autrtffis il n ei tait pis de mme on S'amusa 1 m*t.is, on traViillau dtva t 8 r:t loa tat (.lus h uru. I* E ici auai.cuis d opin.r Ju boaaet, mi anco q em n —la. to jourp oav v s a-.is d> ph a es simpl.s e souveni 4 iptts une metiance ex'rnr; j'en fa s ave plaiir I objet J; nus mdit t o'Sjpresq ie touj jurs leur air boi enf nt, tout rond tout ingnu, caehepiusde choses qu'on ne pense. — )adis on s'amus it moins disent les esprits ch grin et v itu-u). C'est bien p s .b e suitout ou s'* musait autrement, et le on si confor tab e iient iodilini comme 1 enseigne la grammaire,ne dsigne pas ici toutes les Jasses sociales.Pendant longtemps les ricbes'.'.ea gens aita mne ont trouv outrecuidant que le p-u pie s'amuse en dchois des jours fris rservs i ses jouissances. L s hommes, d'au re part, conceva rnt avec peine qu U femme cb.rch' se diitrairt, quand on lui avait fourni son m n g et ses eniaof-, ils la jugeaient comb e de toutes les laveurs teuestres. A mtsuie que l'ouvrier et la tem me se sont soustraits au servage que faisait peser sur eux la trad (ion a mtsure quiis ont enirevu la possi bilr. de g. d er un peu plus la jo e de vivre, ils on. aspir au plaisir, c'est--dire A la jouissance immdiate et vive. Ce phnomne peut tre blm par les gens monux, mais il e t tellement humain que 10..te leur riprob non n y c3m,; ra rien— O/i travaillait d • v mage, disent encore Ici admiri ear du pass. Qui 01 ? Certainement pis 1 s in telleclue s, Ica industriels, I s tinai ciers, et tant d autres, doit l'activit devient toujoars plus comn'ex?, plis pr\ plus ab orban'e. jadis, cornu] m .ntenant. du res'e. beaucoup df gens travaillaient pendait dnon breuses heures, mais l'on ^ 1 .< A t les terribles lU'ux destructeurs du lys menerveux que sont le* moyen* de transport eicombs et rapidti ; les inventions u ilfs et exisp^ran e* comme le tlphone, la sorrespon* danec euvahissante, a tensiii c*-brale coatinuelle, et, surtout la hi'e de tous les insttntl, l'oH'rvation de 1 h ure loi b 1 -, qui p s-e t 00 vite tt dot p'us une seconle ne p^ut re perdue Autrefois on ne c nnansatt pas, saut en de rares rno* ments de l'anne, i "poqude la moisson pour le* ant.de "inventaire pour les autres, la '•o'di'ion constante qui use le corcs e exiger la pense, ni les proccupations mul-ipllcs 4 l'iouoi. Ci IjfM Ml pie heureux.. Peti tr. Mf on* '1 faut en OHto CftnflVncai laa hommes ne furrt j-mais sitief s j e leur or eMouio-i'* cb-rch'^nt an d.*'i de 'e r destine prs-nt rlos de flicit Ea tout cas, et ne sont p s htnita heureux qui se mtal ai p'a'-jr e C omm' les en accusent les m-r i*'f.s t onqurent leur bmheu-con'resrn im ge en bmdruche. Le boih-ur ut e h-ur le cr v?ua ave: unficheusrtiTifan-e s'v en'acinor? (I faut, enu te, a-'jir le temps Oji quelque b zrq Ue cela paraisse, d-s loisirs sntfi.ants sont indisons bl'spourgoterlebinheut Si la j )ie b ve.H vo'u t oissionn* mai; oh'm'e, se contnt de qu Iques mom nts vols 4 iVxistence H'a g es que mne t la plupart des h'.m ros, le vrai bo^heur.profond et durb>,demapdeuneamSiancedecalm< et d* put. un hivre o le trav-iHeut pnisse.soo labeur ach v, se reposer dans le r'yoanemenx de sa j t ,s; re tromper da; sa srnit. Pour beau coupde noscontemn->'tin r l etrav'il interrompu parfois nefioit ) imas,sau! dans le sommeil, ou souvent encore il se continue en rve II a tout enva h t. let-mps donn aux affections fa miliales, ?ux di tractions, au repos.i l'amour rome.embJe du temps voie i l'oeuvre dont lap e! s uprieur reten tit d toute Heure. QuHIe que so t la besogne accomplie dj, ce'le, plus considrable, qui reste i faire et urgen e, accapare la pense, s'r ge dominatrice au premier plan de l'existence* Puis vient la lassirud, non poirt la bonne faiigne dont il est doux de se reposer, mais celle qu on a combattue lootempu.qu'on a voulu ino rer. frustrer de ses droits et sous laquelle enfi 1 ou est tomb ananti pour s'endomir avec le reqret du labeur que l'on a d abandonner et limage dj de celui qu'on reprendra au rveil O loger le bonheur dans de tel es ex steaces ? Ei vr-i si de tels tres peuvent prouver d'intenees m >ii pi ag -s flic t il l rU r es'impts b e d'offrir au bonheur durable la i e qu lui convient, car |1 n est poio' u h e q-'on nu i SJI gr accue llir ou rrp>fta%r,aiaaa 1er ou tu e al endre ; ii exge, pour se donner tout entier, un culte attentif et con tant, un petit coti i lui seul o ne viennent pis le troubler le' agitations, vaines de la vie. A tous les int irtuns exclus de U flicita parce quilj n'ont pas 1temos d'tre heureux, parce qu'ils sont trop fatig -es ou troo misnb'es outopaccibi de sanc's ion ceui 11 qui aspirent quand mme, puhtiquemeni, A un rayon de soleil dans leur exis'ence morue, la claisir donne l'illusion b've du bon heur qu'ils ne go eront | a m al s. Il est li, tout prs, icceaaible, i tous .iln'eX'geaucune p-paraiionfl s'oftr e brillant et f .cil-, indpendant de'a ve He et du lendemain, comme la hilte ensoleille ou l'on s'arr e un 1 liant qtus i'o-ab'i 4e I h ure et du Vasqj 1 Coppeas& C trie IMPORT & EXPORT T Stata Strert New-York CAPITAL I o^r.noo enti emeni vev HKrences thi R yi' Riukof CanadaP-iuP American l'ortigT 13 nking Corp. P-11 P. Nuional Park Bink of N-w Yjrk li|ui'able Trul of N'.w York lse, le pauvre que sa misre es dut de lai t de joies vont au plaisir comme au seul soulagement immdiat de leur souffrance. ,lls achtent c ''plaisir pour quel {je sous, quelques trancs ou quelques louis, peu importe ils ne doivent le payei ni avec leur intelligence, ni avec leur volont, ni avec leur sentiment. Et c'est pouquoi, n'en dplaise aax gens austres, ce plaisir leur est plus salutaire que la contemplation d'un objet d'art, l'audition d'une musique gniale ou U lecture d un chef d'a-uvre. Essayez donc de lire le plus bjeaej livre du monde quand vous :e> puis par trop de travail, d iuqui tude ou de hantise, tt dies si voua en jouisses beaucoup. EtaTfi seule ment d'admirer un merveilleux ouch r de o'eil et dites si votre mlancolie et votre lasaitude n'en eun pas augmentes. Eatia, le plaisir offre un :nt:t? avatitage encore i pour le goter, mme dans sa plnitude, on ne dpend gure d'autrui. Des geas existent qui ont protesM)n,monyennanC 6aance<, d otinr leurs con temporal r s l'a casion de passer quelques heures ag'ables. I s s'y emploient; de leur mieux, car 1a concurrence est grande. Ils s'ingnient i dcou vrtr ce qui nous plaira, Le qui rpond, njs teudances, i nos besoins, A nos gjt-. Ils crent pour nous de laounation, de la gut, du rire, (au tile d y mettre du ntre ; il sutnt de nous laisser aller tout doueem:.. pour que l'ambiance agi.se. 1 J je de conditions, au contra r-, sent ncessaires aubanheurl D ao>en on nest presque jamais h ;ureux t >uc seul et, ds qu 00 est plusieurs, le peines.goi.tes et altruiites. se trulii plient. Encore, faut il avoir tout d'. bord trouv le collaborateur n su flicit. Beaucoup ne le rencoutreoR jamiis, et laota partenaires de rust-' sont lusaffisaot. \) aut-es ont plus de change ; g'ce au destin propice r a leur travail, leur patience et leur bonne voloni.g 4:e l'eilort deieur caeur aimant et gmrcuxs.ii.ont d.-. i leur bonkeor terrtstre. \lors U maladie vicnt.la mon passe, i oeuvre est dtruite, le bonheur perdu... Le bonheur est chose rare et d fii cile a conqurir, pour bien des gara li vie se droule lude. mauvaise ec truie, lis chercher! dani le plaisir facile, ivre i oubli n mentant da


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05104
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, April 28, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05104
System ID: UF00081213:05104

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
0t&l'tiZf
Tizz Prima Halfl
Ma tffcf! 2S 2WD MOT,
^^CTEOR-HROPRIETAIRE
MAGISTRAT COMMUKAL
tf mmiio 15 cmthw
ABOWNEMENTS
fcat-AU-PRiNCi g ^
'* afFARTEMBNTS q ^ ^
CTRANOta
,*________"
.wes sont reue au Comptoir la
ii de Publicit, 9 Ru* Trooch t, Pa-
frM, U. Ludgitt Hil, LonJre;,
M im
MMk
\
LETTRE DE PARIS
-
miatice ipiciale au Matin
iieriile P,us <*? l'encphalite
m. C'est sans dot le qu'on
^ l'ide de fkire de temps
atia de c:s sommes mys -
nii desquels 00 apprend
|etooae quentre lins-ant ou
l^eDdormit tt ce u o l'on se
.ilyadeux tveillons B.-r-
t maladie n'est d'ailleurs p*s
'le. H y a quarante ans un
ilir.tdcouvert un poison
cuvait Jisaii-i ,U propri-
[ronger les ai i mux dtns un
(oit apptent: d o un cer-
-vre-poison les tirait ensuite
et quelque lt le temps
jitqae, cet Amricain pr-
ig-gner des millions en ea-
m boeufs, moutons, porcs, et
kmcDttous animaux coinis-
.Hat fois endormis,il 1 s uans-
hhimf- tt les vendait aprs
htrtreilies, tts cher.
h moi ton en Uthargie :
Mme on rve que r-lise
Jflcment la frgode MVil-
ui tu' tanesie Romo
"quec .ette non elle sen-
Ji cous Tin d'Amrique, i!
JgB$pour denv nder qu'on
MMimei 1 at;p ication de ret;e
^- Peut tre cette encptu
iquequi s'mpue si :ubi
tgens n'e>t elle aptes tout
Mut des txp'iei.ces ten-
Bit Df des mJecins.pour
' |M bien de l'humanit.
"poos-nous. Vous avez peur
lejume. La v e chie vous
-Votie femme vousfompe.
u*, tout simplement un
^dsol de trouva le
we ses couleurs.
* le microbe de l'enc-
tt8que, apis lavoir as-
ip bouteille de Pom;ard
wttaiiion- juivani que
te!leBoideauxouleBour.
UBspiy.z votre terme
J tesuodi'peusable Et
'oremdeen : 1 Vous
*J. dans viDgi ans >
'', on ^ous adaroYr
, * ad hoc Voas voila
i*.l,lIi0urin L Bo
.^"Ktseteitmc t et
itt$d,elaHo'!ard,. Les
liuS^ Pu'tnt sur
,^lilmiS,lildinpari
IJ: v^ar.,ts iont
TmL *VotIC ,roa nulle
C Lvousn conduit de
Uj- *ie n.rdts cri venu.
,*C.. ,le8el less-
Cl'" Imo.tset
^S^Wicquise Ce-
'iUietf;USe(lulvoustrom-
,ksl^Vo'latomPer
K('"corv'i;ni >q
W[e|nauraoibi* de
1 "tooneur, ce o't|
Conseil dlH.it
A la sance de Lundi l'Assemble
avant d entamer son oidre du jour
accoida successveme t la piroieau
Secrtaire d Etat de 1 inttractioa Pu
b que et celui de la lust ce pour le
d>t de deux projet) de loi 10 ce-
lui qui sanctionne le unirai pas>
le jo Septembre 1919 entre I* Secr-
t ir dEtat de 11 .tact on Pub ique
et la Congrgation des tilles. El e Ou
bois relaul au foictiooemeot de
I Ecole Professionnelle et mn gre
de 1' I b 1 s > e n c n t. 23 ce ui qui
cor lu au tribunal de Casst 01 Us
fonctions de Coase! Supime de
la Mag t tare.
L premier pr jet a bm'fici de
l'U'geoce il sera discuit a la sance
d'aujourd hui.
Aprs le dpouillem nt de la cor
respoadance et U sanc 10 1 d un pro
ce viibJ. ua nouv.l ordre du jour
est procam 11 la Les diveises sect oas et C ttutnif-
siois ont travaill .'.su. de la
sance.
Conseils Ejos
m
HOiN.itllJR
1- iioimue, c c t la posie du d. von
lA.de Vf JN -jountald un Pote)
Frite, U vie est cou-te. et trompeur est le monde.
Le Mal prte son bu* .m Vice, liioupe noir,
Couple int.ue, qui ucue a flippw daii'. le soir,
La Vertu sont ncil.au t..Gaie a *oua.'uvrenuiiionJcl
Sois vigilant; garde toujours la dignit.
Sou:re,ct uulot;tnais lutte encore avec vaillance;
Meste pre-tigieux; me en toi cooiuncc:
Tu de.iKUre as grand, nnlgre ladver.i.,
"Quun obstacle, soudain, devant te* pas se dresse.
Far l'orgueil de vouloir, tu passera*, lutteur ;
l.. mourras en lerveut du cuite de l'Honneur,
Laissant un nom sans Bkht et des jours MOI lai-
(. blesse.
IV
FOI
II croit toujours en Dieu, celui qui croit en soi'
Le doute est le sentier des curs pusillanimes.
La route lumineuse est celle de la loi:
I es vaillmis seuls y vont pour des taches sublimes.
Si tu te sens si grue, mortel, toi si petit.
C'est quin toi la raison marque ton origine.
Le mystre ternel attire ton esprit:
II fait'sombre ici bas; la loi seule illumine.
Ton me s agrandit dans son immense espoir;
Son besoin d infini tait palpiter son aile;
Sou ifve dau-doa 1 empche le dchoir:
Klle se sait un peu de la Vie ternelle I
Eman de la I'orcr homme, ton cur e Tonine ant la vie, elle et aussi U goire.
Il te 1.iut,pour dompur 1 preuve et puis 11 mort.
Aimer, hanter, lutter, e redigne.en Dieu fnta !
Thimothk Paner
plus grandvhose, si j'en crois les
gens qui ont d O's da cet ordre.
tels M Alfred Capus qui n'y voit
c qu'une occasion excellente de se
runir autiurd un homme de lft res
que le gouvernement vient de dco-
rer et If. Tristan Bernard qui es-
time quun dcor ne soit pas t un
surhomme en bo'i: et se laisse
aller aux faiblesses et aux vtnits de
c*'e so it , en sonme, nous
uivons t.
Auss a*" lecWttft. da couraje.
Puisque. ?u d re de ceux qui la por-
tent, la Lg'on d'honneur ci si peu
de chose. nhsiM pas r =q:er le
ne point l'avoir Alhe-y d un hoi
sommeil de quirt! ou vir^t an. l
vous reposeutt vous verrez du nou
veau quand le' doc neur s'veille-
ra .
Tou'efo'S, un bsn consel : choi-
sissez pour vous rveiller un mde
cin qui doil vivre ju q'>* 'i.
Il oe s'agit pas de dijcourir
sur les qualits qui lont
riiuiuuio de biea, uui*
de k'ire.
Marc-AURLl
Quotidien
TELKPnOHE'W
EN REGARDANT LA VIE
Le Plaisir
Correspondance t!cia'c ai MATIN
D gens moraui se plaignent
avec des soupirs dcourags et des
regards tristes de la place ch q
jour plus grandi accorde dais la
vie contemporaine au plaisir: c Le
plaisir, oieo. ils, envahi1 fo-.it ; son
empris s t-a.? de plu; en |j(u ;biq
tt il domi eia le monde*. Comma
preuve de ce qa'ils avi c n ,i s nu-
mirent Iojs laa lieux o la pinv e
ciature humune l:he de sediver-
iir, dfpui> la plus hygn-qui- pu n^
des spott ji-qaaux plu sob es re-
paies de U ba.e dbauche Au e-
tois. s'crient ils, en terminai leur
rquisitoire cont e le temps prsent
e. la io t den j nir, autrtffis il n ei
tait pis de mme on S'amusa 1
m*t.is, on traViillau dtva t 8- r:t
loa tat (.lus h uru. I* E ici au-
ai.cuis d opin.r Ju boaaet, mi an-
co q em n la. to jour- p oav
v s a-.is d> ph a es simpl.s e sou-
veni4iptts une metiance ex'rnr;
j'en fa s ave plaiir I objet J; nus
mdit t o'Sjpresq ie touj jurs leur air
boi enf nt, tout rond tout ingnu,
caehepiusde choses qu'on ne pense.
)adis on s'amus it moins di-
sent les esprits ch grin et v itu-u).
C'est bien p s .b e suitout ou s'*
musait autrement, et le on si confor
tab e iient iodilini comme 1 enseigne
la grammaire,ne dsigne pas ici tou-
tes les Jasses sociales.Pendant long-
temps les ricbes'.'.ea gens aita mne
ont trouv outrecuidant que le p-u
pie s'amuse en dchois des jours f-
ris rservs i ses jouissances. L s
hommes, d'au re part, conceva rnt
avec peine qu U femme cb.rch'
se diitrairt, quand on lui avait four-
ni son m n g et ses eniaof-, ils la
jugeaient comb e de toutes les la-
veurs teuestres.
A mtsuie que l'ouvrier et la tem
me se sont soustraits au servage
que faisait peser sur eux la trad (ion
a mtsure quiis ont enirevu la possi
bilr. de g. d er un peu plus la jo e
de vivre, ils on. aspir au plaisir,
c'est--dire A la jouissance immdiate
et vive. Ce phnomne peut tre
blm par les gens monux, mais il
e t tellement humain que 10..te leur
riprob non n y c3m,; ra rien-
O/i travaillait d v mage, disent
encore Ici admiri ear du pass.
Qui 01 ? Certainement pis 1 s in
telleclue s, Ica industriels, I s tinai
ciers, et tant d autres, doit l'activit
devient toujoars plus comn'ex?, plis
pr\ plus ab orban'e. jadis, cornu]
m .ntenant. du res'e. beaucoup df
gens travaillaient pendait d- non
breuses heures, mais l'on ^ 1 .< a t
les terribles lU'ux destructeurs du
lys menerveux que sont le* moyen*
de transport eicombs et rapidti ;
les inventions u ilfs et exisp^ran e*
comme le tlphone, la sorrespon*
danec euvahissante, a tensiii c*--
brale coatinuelle, et, surtout la hi'e
de tous les insttntl, l'oH'rvation de
1 h ure loi b -1-, qui p s-e t 00
vite tt dot p'us une seconle ne
p^ut re perdue Autrefois on ne
c nnansatt pas, saut en de rares rno*
ments de l'anne, i "poqu- de la
moisson pour le* ant.de "inventaire
pour les autres, la 'o'di'ion cons-
tante qui use le corcs e exiger la
pense, ni les proccupations mul-i-
pllcs 4 l'iouoi. Ci IjfM Ml pie
heureux.. Peti tr- Mf on* '1
faut en OHto CftnflVncai laa hom-
mes ne furrt j-mais sitief s je
leur or eMouio-i'* cb-rch'^nt an
d.*'i de 'e r destine prs-nt rlos
de flicit Ea tout cas, et ne sont
p s htnita heureux qui se mtal
ai p'a'-jr e Comm' les en accusent
les m-r i*'f.s t onqurent leur bm-
heu-con'resrn im ge en bmdruche.
Le boih-ur Certaines conrlitona de o'us en pu*
d Hiciles i raliser. Il f.u d'aborl
piiir d'u.ie eeittM l*br d'esorit.
Comm ni e dclarer he reux quand
des soucis.ds tracas. d^ D'fo'cupv
ti int envih s ent I >ute h-ur le cr
v?ua ave: un- ficheusrtiTifan-e s'v
en'acinor? (I faut, enu te, a-'jir le
temps Oji quelque b zr-qUe cela
paraisse, d-s loisirs sntfi.ants sont
indisons bl'spourgoterlebinheut
Si la j )ie b ve.H vo'u t oissionn*
mai; oh'm'e, se contnt de qu I-
ques mom nts vols 4 iVxistence H'a
g es que mne t la plupart des h'.m
ros, le vrai bo^heur.profond et du-
rb>,demapdeuneamSiancedecalm<
et d* put. un hivre o le trav-iHeut
pnisse.soo labeur ach v, se reposer
dans le r'yoanemenx de sa j t ,s; re
tromper da; sa srnit. Pour beau
coupde noscontemn->'tinr,letrav'il
interrompu parfois nefioit ) imas,sau!
dans le sommeil, ou souvent encore
il se continue en rve II a tout enva
h t. let-mps donn aux affections fa
miliales, ?ux di tractions, au repos.i
l'amour rome.embJe du temps voie
i l'oeuvre dont lap e!suprieur reten
tit d toute Heure. QuHIe que so t la
besogne accomplie dj, ce'le, plus
considrable, qui reste i faire et
urgen e, accapare la pense, s'r ge
dominatrice au premier plan de
l'existence*
Puis vient la lassirud, non poirt
la bonne faiigne dont il est doux de
se reposer, mais celle qu on a com-
battue lootempu.qu'on a voulu ino
rer. frustrer de ses droits et sous la-
quelle enfi 1 ou est tomb ananti
pour s'endomir avec le reqret du
labeur que l'on a d abandonner et
limage dj de celui qu'on reprendra
au rveil O loger le bonheur dans
de tel es ex steaces ? Ei vr-i si de
tels tres peuvent prouver d'inten-
ees m >ii pi ag -s flic t il lrUr
es'impts b e d'offrir au bonheur
durable la i e qu lui convient, car
|1 n est poio' u h e q-'on nu i
sji gr accue llir ou rrp>fta%r,aiaaa
1er ou tu e al endre ; ii exge, pour
se donner tout entier, un culte at-
tentif et con tant, un petit coti i
lui seul o ne viennent pis le trou-
bler le' agitations, vaines de la vie.
A tous les int irtuns exclus de U
flicita parce quilj n'ont pas 1-
temos d'tre heureux, parce qu'ils
sont trop fatig -es ou troo misnb'es
outopaccibi de sanc's ion
ceui 11 qui aspirent quand mme,
puhtiquemeni, A un rayon de so-
leil dans leur exis'ence morue, la
claisir donne l'illusion b've du bon
heur qu'ils ne go eront | a m al s. Il
est li, tout prs, icceaaible, i tous .-
iln'eX'geaucune p-paraiionfl s'oftre
brillant et f .cil-, indpendant de'a
ve He et du lendemain, comme la
hilte ensoleille ou l'on s'arr e un
1 liant qtus i'o-ab'i 4e I h ure et du
Vasqj 1 Coppeas& C trie
IMPORT & EXPORT
T Stata Strert New-York
Capital i o^r.noo enti emeni vev
HKrences
thi R yi' Riukof CanadaP-iuP
American l'ortigT 13 nking Corp.
P-11 P.
Nuional Park Bink of N-w Yjrk
li|ui'able Trul of N'.w York
l Hmery Patk Nitioaa.Bauk '
Seul agent pout llaiti.
Lon R. TrlEB\UO
Pott-au-Prince, Hati-
Voir l'agent pour toutes les coxt
mandes et consignations.
mo.ide pour s'en loigner n'en toi
em mme lui accorder un souvenir.
L ii iiiiin : 'raqu par la meute de-
proccupations quoiliennes, le tra-
vailleur touibu que son impuissance
momentane assombrit jusqu' l'an -
goi>se, le pauvre que sa misre es -
dut de lai t de joies vont au plaisir
comme au seul soulagement imm-
diat de leur souffrance.
,lls achtent c''plaisir pour quel {je
sous, quelques trancs ou quelques
louis, peu importe ils ne doivent
le payei ni avec leur intelligen-
ce, ni avec leur volont, ni avec leur
sentiment. Et c'est pouquoi, n'en
dplaise aax gens austres, ce plaisir
leur est plus salutaire que la con-
templation d'un objet d'art, l'audi-
tion d'une musique gniale ou U
lecture d un chef d'a-uvre.
Essayez donc de lire le plus bjeaej
livre du monde quand vous :e>
puis par trop de travail, d iuqui
tude ou de hantise, tt dies si voua
en jouisses beaucoup. EtaTfi seule
ment d'admirer un merveilleux ou-
ch r de o'eil et dites si votre m-
lancolie et votre lasaitude n'en eun
pas augmentes. *
Eatia, le plaisir offre un :nt:t?
avatitage encore i pour le goter,
mme dans sa plnitude, on ne d-
pend gure d'autrui. Des geas exis-
tent qui ont protesM)n,monyennanC
6aance<, d otinr leurs con tempo-
ral r s l'a casion de passer quelques
heures ag'ables. I s s'y emploient;
de leur mieux, car 1a concurrence
est grande. Ils s'ingnient i dcou
vrtr ce qui nous plaira,Le qui rpond,
njs teudances, i nos besoins, A
nos gjt-. Ils crent pour nous de
laounation, de la gut, du rire, (au
tile d y mettre du ntre ; il sutnt de
nous laisser aller tout doueem:.. .
pour que l'ambiance agi.se.
1J je de conditions, au contra r-,
sent ncessaires aubanheurl D,ao>en
on nest presque jamais h ;ureux t >uc
seul et, ds qu 00 est plusieurs, le
peines.goi.tes et altruiites. se trulii
plient. Encore, faut il avoir tout d'.
bord trouv le collaborateur n su
flicit. Beaucoup ne le rencoutreoR
jamiis, et laota partenaires de rust-'
sont lusaffisaot. \) aut-es ont plus
de change ; g'ce au destin propicera
leur travail, leur patience et leur
bonne voloni.g 4:e l'eilort deieur
caeur aimant et gmrcuxs.ii.- ont d.-.
i leur bonkeor terrtstre. \lors U
maladie vicnt.la mon passe, i oeuvre
est dtruite, le bonheur perdu...
Le bonheur est chose rare et d fii
cile a conqurir, pour bien des gara
li vie se droule lude. mauvaise ec
truie, lis chercher! dani le plaisir
facile, ivre i oubli n mentant da
'


Lt MATIN'
Faits Divers
BENbLKiNEMLNTSI
METLOttOLOGiQUES
ObSKRVATOUlc;
DU
PETIT SEMINAlKK
.( OLLliGE ST MARTIAL
Mtrdi 27 avnl 19J0
Baron are ^2 9
) i '
i msairnum 21.2
Vcmpn.tuie r*
1 maximum 72.4
Moyenre diiirre jjj
Ciel clair joar et nui
Baromtre lgrement en hausse.
J. Schtlcti <
La Ministre Chai les Moravia
Monsieur Charles Moravia notre Envoya, hx-
iraordiuaire et MinitUC a Washington t M parti ce
matin a 5 tami | Panama Line, regagnant le poste nnmcni ou l'a
plac la confiante de i. b. le Prsident de la
It .'publique.
Nous souhaitons a notre ami toujours d< nou-
veaux sucs pour le prolit du Pas s.
L.e Service tecnnique
Bolosse
Nous avons pu constater avec plaisir que la
d ection >ctttei.( jj Service Technique de
u Ville j entrepris des rparations* u deuxirne
Avenue de Bolosse. ustroa ou quatre venu *
le cei intressant quartier jji durant ces troii o 1
taire dernires annes ont t laisses dans un
Vritable abandon avaient t COmpleRnstni Jc-
lonea par k dernier orage, Biles tuent relle
iiieni rendues impraucablrs par d creva a et
1 entassement dea cailloux et dtritus emports
#-r ics avalasses. Un nous iniorrac que l'in
Ifenicur Coarnpaoa si propose une loi usecon
m \venue mise en tat, d'envoyer l'quipe diri-
ge par Monsieur Chikcl sur la troisime Av. nue.
cest l une louable entreprise. Nous mirons
seiisibicmeui l'attention du Service technique sur
le* deux points suivants. U'aOoid il sera utile
qu'un krkui remblai son Eali et qu'un applam-
scasCDl tulfuani son donne a l'uuiou tu la se-
conde avenue est coupe par la rCUtl qui monte
sets If Main Lecierc.
hnsuue, il sera avantageux de soigner parti-
cuiieratncnt le travail de lieenon de la (e 1
hue paiccque les eaux d'coulement ne passant
pis pat la, le travail sera toujour- plus solide l.
parce qu'au surplus la rampe tant plus dme
que dans .01 autre venues, l'est par 1. que vont
et viennent le puis grand Minore de ueui (Il
quartier ci la gencrame des voitures .lulomobilcs
qui se rendent a la tiouvclie route un.-ii.iut v)
i'tu le Cluse et les quartiers levas de la Ville
Noua renouvelons jonc nos fliciterions U
direction du Servie* Tedlniqui et A tes excel-
lents .. ,t: :s.
mm ELLES ETRANGERES
Par Cable
Exposition k fo
Rpondant 1'apn.i d
atrat Communs,; S ?Jii
vantes ont di
dnomms
ififf
envoy 12
27 Avril
PARIS. Le congrs desjcheroinota
qui uaus sa sance d'avant hier avait
ad jpie nue notion Uvorabie a lu gr
Ve geutra 0 isole reviul t: tr s r ton
veimdop ant une uiotiou laissant u
ct.ui.it. uural le .-Gin de tixer ilaie Ou U give mais apis tcoiJ
aveu la coutedeituion jduersle du
Tiaveil Les journaux commentant
Ct dernier vote constatent unanime
meut que les nouveuux mvjoiiUirts
su rtl Uant compte q j'ils ne seraient
pas suivis | ai la masse tit*l irvail-
leirs lus IU. W .\b ticuiieut devant
le coijaeejueLCed d'un ecUeC latal
qu'eniiaineruii 1 excution de lu iuo
non vuiee la veuie ei bli| Liant la
Bive gneiait o raOlMi
l.tM Journaux Sd i jouissent du
tarait retour a Ja sageaae des noj
veau& aille Is de l fdd l'ttj qui
t i - avoir en i i'i -.'< u devuii.icis
agiseut \.u: i iihm'. Ci rDlB < u
p.\ltl*> .53.011 i fcioinit la recolo
les iSersJnleja au Maroc .i> , ibj-j tou-
tes l"j *H i !'.] i u -"i inconnu depuis uix us.
STRAS OU li Loi ne de reprise
du travail a ele dunue.
leurs ptines, la force dt travailler et
le t dit er-toic. ils eo 001 besoin
tomme d'air tt de lum.etepiur ne
pas destiprer ei pour ne pas mou
nr. ht je me demande parfois ce que
tes infortuns pensent des bons ar
trs qui, le sovrire benoir tt la voix
.onctueuse, viennent leur dire. Didai
^nez ces sources vulgaires d'une joie
oriiitBfe, llnsoire tt fugitive : gc-
Ici plutt ..u bonheur noble t<- dura
ble bas sur le travail et la veilu !
Ce simple conseil doit leur se m
bler d'une lacouicieuce illimite ou
u'une bien ri:oce iroaie.
P de M.
Alliance franaise
Belle runion avant tus.r Uu wwtiuiii hatien de
l'Alliance l-faQl/SUC Uji.s les JMinm uc M, le
l'resiuciil, .
blanasi prsents : Mme Agcl .Viuic Louis l>or-
no, .Ht Courte* MoaVMj ...i citai c. uouciuiv.au,
vue piesiUc'ui Uu uuieau, Mine Uef%UMltj, Svwle*
taire inucraKi t. Ltiuciyuc irejwtiei, Mine l.,
houucii prsident u deivliuvredu veieiuc.it et
du SOU JcOiaues, Us u enuics uucie Augusle,
Crpui, tlantcs uciie^aide, C. l.uciisso.i, a.
banue.
Diverses mesures ont t prises. M. le prs
deut a renuu compte des recettes realueet a u
.icrinerc tte, oo.it le Deneiue sera si>;ua.c- p.u>
lard. Mme itouaidi a eutrneuau M co.nue d.i
loiiciiouiic.neiit de i uvre >.-' swi cm sonne
et dont ks lesu.lals moiiueut le dcvouciiie.il qu el-
le y apports).
l'uu, u a ete dcide, aprs chiUg Uv vues
entre tes numoiesi de construire ud local pour
l'Alliance iPranC/Ute Ou s est cusuiie occupe ucs
couiciciiccs. Me l'iaclel a piou.is a i IXcVk sou
coi.cours connue cui.i.iciicier.
i. ci., aiiete que U tenue de i'-ssui.bke ^n*
i..ic jc i ai.la..ce .uu ncu uai.s les i leuieis ,ouis
Uc Mal. t- m j fai-
lli, lesquels: Ml ci Mate vau.au., rueue i .aic.sc
l'a-lleiCi Mil. '- AsUfagOIkttJ U au, RtelwCI i>at*
Ilfj'lc.ia.c, .UCItes L-llla el ...a' ,,o. IU...H.!..... ftll
et ...me .Mauus ueinc, -Mi et Mine is.aicc. rtc-
dam.
Un don uc 100 gouides a t vote pour l'a-
chat de louiniiurcs classiques Ucsunees a i ctOIC
de la atulUaU'.c uu bu*vr.
.ipits quoi piiinn cette intressante runiooa
ilialloUC
Hier -i eu litu le unUm^v Civil de Mellc Simone
Cei.tn avec Mi ciel eevei. Lass-iemoms taient,
pour la ii.ai.ee ....... valiailes et L.eOii Cjci.Ui,
pour te u,ane AnttU tauuc.i el llatMii OeadjeUS.
ei bcoeuwti '.i Nupiuie seia ewuuCu dvnuuun
I tf.lisc Ou JJc.c-c.Cwi, uc luiDcau. Les luaflcl
leroi accompagne* i autel par aime Oeutu et
h. ir.en.as talcu
VENISE La grve gnrale fut
proclame la suite des incidents
ai venus daus une caserne au cours
desquels nu soldat fut revolvris
pa> soq oh. ;ier>
Plusieurs officiers furent attaqus
Le commissaire de pobcd ceine par
les mauifeatxnts dut taire usage de
son arme. Uce brgtrre. s'ensuivil
on s'guale un tu et quirze bleeses
Des mesure* nergiques ont t pri
ses pour rnainteuir l'ordre, finale-
ment la liourse du travail donna
l'ordre de reprendre le travail
a SAN kJbltlO. Officiai. L- conseil
suprme ce runit 17. heures et
discuta et approuva les^ uttnires
clauses a inseiei dans l tmte Turc
il ncccpia le pu jet d'ui e rota VVil
sou pieparee par la dltgdiiou l'n
tauuique au suje>derariuenie ce cou
seii I .mina la .| es IU idapplication
du t i de V'i-r .-.utIU'- et dcida
d envoyer une oie hu ciiauc*li-r
un., m itid iuvitaat 1 A lein gne a-- n
l*r a In coi ferenc-e ce Spa le i.'
tu .i j ioli m de tdgjn | -o i"* allis
aient. iH-s rensetgueiofn s exacts iar
la si'u-tio. de i Allemagne concer
nant l'application du ttait.
PARISLis rprsentaoti des m-
r.ts et des usiner rrttallu giqurn de
lot: u e il iesdiUguscts syndicats
iit.s olv iiisei rti.-.cc t Lorraine seru
i .tti.i au idioii itduTiavailitous u
pisutic- . uc c. !. ..t l'ous les li ges qui
avaient provoqua le mouvt ment de
g vt fuient leg es par des accords.
A li.sue de la itunion, le prsident
de l'union dessy .d cals ouviers l
phona^S rastouig l'ordiedicessation
ut g ve. Les mirus'ies rtmeicirent
les ue.gus des deux parti de leur
palliotisdDC tt de a bo.ii i volont
dont ils ti.tr,t. puuve pt>ui dissiper
ks ma.entendus q i CSUi nt le
ai 11 i ei itndittrt ho m;g a i'at-
rcoiibu de toieiia le oans laquelle
Il le ii.ii ci.- r i its dt bU.
L: vcctil tablit Us lernc de la
it,iiiSi a rA.un gne a pioios de
i ixde a u ces tioL [ i!.b il. mai i es dans
20i,i teuiie n ce la uductiin pio
g tsiivt d ai ts Its clauses ou ptoto
toit cu & ruAi 1919. Le ionitil
i.aia ricooiflttu ; ; lis ave u trait
la qusticn de dtsutciion cu mat
jitl r.ival alltrr.ird tt celle d.s en
Q' 1111s et gitite ...t ir..i.ii.
I-AKIS La ditgaton allemande
fit) |i..uu'i a 1a contrence une note
ui.i.n :iquclt Us tfltcl fs aile
mauus dans l. R hi auraient t ta
meues au eh.il : par l'ac.oid d eu.
iota,
S\N REMO On dclare cjue la
dclaration commune des allis et
buta en exposant que l'augmentation
de 1 arme allemande ne peut tre
examine tant que le trait ne sera
pis ez.c.t La no'e constate qu les
allemands ne firent aucune prooosi
lion pour les rparations tt dclare
que les allis n'ioterpteiort pas trop
troitement le trait. Les allis sont
disposs avoir des conversation* di
rectes avedegouvernement allemand
et la note teimtne en affirmait lu
mon des allis aussi troite pour
l'excution du trait que pour la
guerre. Le seul moyeo pour l'Aile
m gae Je prendre sa place dans 1:
mo.ide est de remplir ses engage
m .i.ls.
S .N REMO-Ll confrence adop
L .es tennes de b dc.tr tioa c m
a*BBf qu> sera pub 'w dt islasoire.
Ce e d c irai ion 1110 iv.i une discus
sion d. N tu q i supposa aux me-
sures mii,.i Lloyd Geo ge et
Miiierani dmontrent U ncessit
d.- ceiteventualtte. Hyimans et Mat
sus s'assic rtnt au point de vue
tran.o-angais qu tnomprn.La iftcla
talion contiendra un passage disant
que les alus so..t dc ds de prendre
toutes leb mesures ncessanes pour
Une occupation d'une parue du Uni
tone allemand pour assurer l'excu-
tion du trait L:s allis se tencoii-
ueioni i Spa le 25 mai prochain
avec Muller.
DOLLAR : 17,04.

Prix de la Barque Naju.,
r de la Rapobl-qi &&
Prixde.aRoy.re6,^
ol| -anad-
Prix A. de Mnits nJf*
Prix de l'Arthit^h tS^
Prix H bilven H
Pnx Jorniv Orda$co Tiw
Pnxo'rnehhtrutT^
1-iia l'd Lsv* B
Prix F|Madfen.
Pria d* la Crrrpapnie
Haitiei ne de consirocil,
Bon de teiDlorMl'iSJ
Prix de une-Varits.
Prix du Comptoir fnJ^*
A adeary ..lob, hier 1,
dcide le me ire uue viial
di^pof=itio.idu HeyrirurZ.
pli si. ui s prix-
Nous ergngftos leg ID'.
sorih de la fiace qni re r
n coi, .ut, tnvcytr|,ur,
la Uninune- Ce ttia 00 t,',
ctTODitgnn n> pour In M
tt-uraet Industriels et une
lion leur actif. ^m
Ljs le trs accompagnant la
vois seront toutes publie!.
Ta

Associrttio 1 au iciile
du Peiii Su maii e
Collge Saint Martial
Lu ici 1 i 6t ilartial
Bi le. kuuei ue e.iuq coup' ns. Un
dollar
Le coi pon, vingt ccls. 01
vie- 01 eu q ettie dollars
Le. b. t s .oui (i MiiU ci" z Ra
jban Bicutld, Kuhridjcr, Isive
\ e. c \ 11 tOl .\:."i t,t 1 t lu lio Lit
ta>, iteb z le laCtOIiCl ce 1';.s 0
lit.cn M | Lig li li
lia 1 .aw^pssMsssssssssssssssjssi
EflittBi le sala
L S4HRVU th.tu la rtfrietilaiton
avait t envoye la fin Uu moil sera
\oue le in Mut V bifts eu soir.
de 1 A.. M. C t.
Les mtn bit., ce la section 1
dagtgn. nti des autres..,
1 siftiutun dis tTtirrmj
tIM glilt ott (ODVItllL]
* ban t liiricr de la itmti
di^cg t qui mis lieu iu h
m cal, lui d ; iv.i, i 3 him]
ciits dt l'apa n di
OhDFECUIOUI
10 Ei tu leti dt Me V L
rtt,.-tig. tn.tnt pimaue i Csh
20 l on.n unicalion dl
S ht i, der
Y a-t 1 av.in'age supputer/
Pti :iie.i.t n tnt classique b
,'e : n \ h 1 ; par l'tiuCii
du de.N lai gus vivantes^
le
Di J C EORbltVr
L flUaA. 3f
^PV7 I JBr.AYU POIIM
au PUim, m M,
.j la SociAt do la S
--------------*s'i-.m conlrr t.'N HtWC.
NOUVEL ALBUM OATALOW
(KO pt** aMt F'-*"1 tm^
rrw. PhyWu<\ Amut$mtnU*i *f*
Art tlt pat-: I oar pra. L*
Omiiia, H.n lum* Srtn* "r
tour* fit 'n /..' d^ lot. mll*cni. i
1 n,. ?. cr**> ^t.' lJO.il.oq lyecw"^
CiJiiijoa f. MowtlaiM>i Toasnse i

7-? FEUILLETON DU MATIN.
I
Judex
GRAND ROMAN
;Par
a nu n Lfii; riE n v i /; e
t. Fi'in par L. Fetillade])
.ONZIME EPISODE
LONDI,NE
f (Sui'e
A bord de l'Aiglon
Je veux le voir) Je le veux, iL-
nsi ir 1.1 v 1 h u t
tli biei., celte entrevue aura
lieu.
Tout de suite.-
luui de tui e .
C

C -'1 ctiuse crealuie.. iitinu u* / >< i
4#> t te Biaitie a kerae contre Us
i.'hihiIi' t.'i Lniiim., qui i.e va
ras uaitjurrde COOS blmer, uor.
fie'e.t u.ci et de cJietcher nous
altr vos yeux en luvectenl contie
nu i (en plus lcl.es et les plus per
ttdei culon uiet
m y. l 11 ai.qui If, je saurai lu
rpur die-
Il est tel't'ii *nt hebile.
Je ne e 1 an s pas afJinnait le
bai noter.
1 ht f il?-, vous suez 'a tous deu*
ioj a u>li 1 on .
1 eu nui i>. ht simplpirent l'a-
vi i,'. iiie. t'' u an lei.atit dd
?tri u Ou-1 c*' tu> r'i vibLi, ludix
vi 1. h lavjyai eni- v
a u e#i a \o ie merci'
J aun it-pu nues ei> dbarri saer
to t de t Lit- .
a Mair j m .nieix .un \o l s-
fe;'} ; t H Ce iKlldre VLUbOlme
votre revanche.
Ce t .111; \ vjt>-e tiiuf le p")
no icer le rerdior, a vjtre loo. d'ire
uni Itoyable.
u duytz siir que votre arrdt sera
li Je eiuei.t xcut.
I.:. 'n ta u le comble son iiilne
bypocti t*'i I ex-iusti utii;e aj >a.s ;
tiappeiez-v jus, mon ara1, que si
vous voulez, deorraai?, vivra heu-
reux, et si vous ten z letroir vos
entants?, il faut que co Judex dtspi
ihum' tout jamais de la scne du
iLOtide
Il dic-paruitra.
il taul que vous eoy.z sans piti
Je le seiui I
Et le banquier qui, domin par
l'iiilernale crature,sentsit r. vivre en
lai tous ses api tits de teiocite tus*
tinctive. s'ectia u'une voix lauqu* :
il i.'ioiiii L.Ottl, il mourra! et
le ne rtgreite qi/une ebcaflO] c est de
ne plus rHfa abrtz foil pour l'e.rau
glerde mts p.oi-i tuaiiis-
A'ora. vei tz.' lit I ventunip,
dotit le vieug" rajf in ait du i-iub
cumiuul oes uttmpbta.
Il
Mensonye et vent
Siire dsormais de ton succs
Dibiitf J1l01.it allait livrer 1 assaut su-
p me avec tout l'aplomb cynique
ti uu loueur qm a su, en taisant sau
li lu coupe, lutitie tous les atouts
dans son )tu
Ouvrai t toute grando la po;te de
la cabine o attendait Judei, elle
h 1 e.1 sur un ton aoleunel et dans
une Hinude lin a raie .
Uonolaoi wenr.. voici votre
bcu'iiMii. voin l'iiomme jui te
(in. stn votre Ve!
A 11 s ino s, J. Uei de rpor di q e
pif un te unie d Hc.e il .iui.c,uiUe
iifn
1 .1 con pria.
L'aveutunre deuiarquui uiitie
meut sea batterie? Et ce procd
n tait nulieua-nt lait pour .ui d-
plai
L* situa^'on se prHpentait ainl
q-tte ot rraoct) 1 e o^ bit d no voix
qui ne rvlai ins la moindre in
quitude qte Judex rp iqu.
Cet ie bit ille tb b en, sol,
je l'acce| tf.
En env- loppan- de son r^gnid to A
de loyaut ad iitcable, te pie da I c
queline qui le considrait avec une
exprs-ion de h il 1e firbucue, il lit
de a r-iie voix grave, harmonieuse
M ) iHitiur, ji t fin aviut tout a
m'inscrira e tions -le cetta 10 u ue.
Miiaiiie Julien-t Aubry et
so ittti ne sont uutiement st{ues'ia
pur moi.
4 Et ni j'ai cri devoir leur oiT ir
l'ho-pii nit da'is ma maison, o i s
suut e i L>ai l 1 ii scurit., ce u eUit
umle u -ut pour eu faire des pnsoo
mers., mais uniqueineut pour I -ur
prim-tue 'l'chapper a des bitidits
qui voulaient les assissiuer tous les
deux.
Ei dsignant Diana et Morale?,
nui a U m u ; de Kaviaut taient en*
.',..- ...j .s la cai'iuf, n lit vec un
acc.nl drf lot ce supeiljJ tt de oiuu.t
iiLO uparubte -
Et c s osudits, ! voil.
Je ne to auia*erai muid pas
vous dmentir-, siiilii i eveotorsre,
J'afti me. repreuait Judex, que
vous, I aua Mon 1 et votre amant
IloDert Kerjean..
Mou amaut.. ricana lVi-iua itu
tries.
uui, vo te aman /
Asm/! 1 laifOUI 1 vo eui.ii t
Favrautl Je o asi" qu'Hua cuuae..
l'est >roi eux qn- Vous accusez
ui o ut lenuu ia uoerie e^ sauve la
vit
bi rOBs ne iiih c t)f9f p*s d*
r a' Mairie. Je vous uavl ui m rrtbt,u
ce de vo re fille hqueie }e suis
dci f vous rendre et vous ver
rez i el e ne continuera pts > lie
rarn le. eceasaiioia q e je ne
r aine pu- d porter c Jutre ces d ux
gie llnfj
Je ne vous eoivraj pas/, s'-
criait le m 1 hfi 1 dor.
fou'qu<>i ?
farce que je ne veux pas *om
ber dais le pige que vous me ten-
dez
, Je ne vous tends aucun piste !
rpliqua Judex La preuve, e'e-t que
je suis vei u ici sans autre aune
qu'un carn t de chques., que voici
et qu'en cliange de votre libert- ji
suis prt payT un mi lion a cet e
femm) qui relle n m vous tient en
sou pouvoir et qui n pis ro \i'e et.
ne reclera devint aucuu crim*
pour s emparer de votr* tortui"
Je ne v >us crois ose/. e/obsti
nat le bioq lier co np e-.neat sub
jugi par le regard ititeraal dont
l'enveloppait savamineut l'ancienne
ius.itutrice,
Si votre UU" tait ici., aftir-
mait Judx, ell vou crierait que je
dis la vente*
L"h bien, rugit Fa/rauL. allez
la chetcb r-
- Mais oui..sppuyait D.ana.,all donc.
Mais Judex ripostait :
fuisqut vous avz recouvr la
raison, vous connn'uidr-^, Favraut
q te la place de votre fil e n'est pus
auprs de ces gens-l.
U ailleurs, elle n'arriverait pas
JU.sU.ci ICI.
Ce.-, misrables t'oaveraltnt bien
moye.. a ia tu^r en mute.
- Vojs v y z constaaii Diana., il
n'y a ri. u a f. Si Judex veut vous emmener, ce
D'est pa pour vou- tend-e vo re
ti *', s tour vous (>l()r,k{Jr ,ja |)U
u 1 U n do it vn.it ne
vtUU. jSIDIli'
Il a espr vous acheter 1
million.
< Mais il avait compt l
a ta bernent pour vous.
Et, maintenant, mon
v tus avez en raaiua toute* Wia
du procs, jogn votre IsM
dannezl de marne qn *
t l i-our voua def^rdit-J
teronn l oour vooa "^s*'
F.ytut 1 Favraut?. "J
dex. en un lan d'epfrteii^
gmque, vous ne voyei im
que cet e femme sue l*-J
par tous les ports et qoeueui
pue que le crime"? M
K,t sadiesssn Mcrsia.
suivit tjvec vhmence: J
Et 101, maiheoreoi.wg
toi que j ai vu p eorer i 1-
et de hcote dans lea JrJ ,
1re., to. qui lu. lantJtJJHt.
moi que to votais nj^
bonute homme, et qui m
iusens pour reio*J JJ L.
oe cute lenme. noS'-Vill
pas que tu ne iMoesp a
triompher la vente cooW y
songe. Il oe se P'*J(*\|
gringolant jwqa^%J
ju S.ime. tu .Ipl
temps le complice ou jjjy
meut aveugle d'une av*
te conduire il'eliaUW'
A ces mes. io*;S3
Etiit-cedewlraoodeijjai
Judex n'eui psa la
constster. nnrhe^'a.
Diaoe.tirant dePffiW.-,j"i
en tira un son aigu J 4
avant q-te Jud^x ..ai 1tl,
de aa lieid'ux.nue^ta a */
cabi.H. et se j?"; ^..r
au. Jacques de /raaiajj,
re.it, le b Hou-*"01'J, lij
reut sobd 'oani -* ,,ri
tipp au puder wtr 1
*


H(>r& Company, lue
unport and export
New York

e ptpr^en'vni *viu*0op de FaLriqii's p ur
ffirtlr.M e H IM" " 8* a',
" Vf(,n iq'ia'io * Pnr * ""l" '* Pv l< tv >n
i ,lice ;i ou* (\u[ s'adrcss-ro"'au lepisenfaol
!i:iltoinitio.i,df'er
Jlr Waj Hollande
Seul Reprsentant pour tlai
llue
jraverslre A'o. J12
**!
|Brn! d'an ht un g and stock d*
rrtfe Fiedr>ovt> < ami, I orSWh- millier \
Moilfiilo* Par '' sle"m,r ( a,av* ''* l'sarltcks suivat ts :
If fart'?'"' ^ ''"' lie or(1ealn ro'"e
I.,,. iV f m hm.'eaut \hc'oc
KWi,s ^ vin or lu i tlmut braves
h anse - L/m>sr ?iss l,"."le
i x ii^liai I f(iip e^renrrenfe
/ l'nti/mi ihn-4(;<,EltlWLM
Hue du Quai.
\ie bi'iis de
pornos ntia
\$lU.in,nids
prueue le meic edi qu*
arper.t par Me Ni o!-s Deuil K
V. ud b p ii i ui IOIVVDI m i | i, ce.
ve b li|0Oigtec pi h ft^u. m
eu Unie uu leze B-ptinuie IVltf
uu8uie BU di nu cuir au de terre t.
n :i| M est Donne ,a: u clMum, u deu
*Vi ciou Mi mil teuf *'"* *l quatr em- p.ir iou et la
Kdilbeurea da ma m, ' de i ,luu. ,ou Uenaud.
pi( le iuiLi,e .le Me "" lx ^at ie,u portion, bor-
inoue a..x Civ s ,1" .? 'P/ oar te Nicole De
lu-ieiitoui de la liii .e ,,,a '"'. *'(*< Uur p blc.su vain
IOU fu ie.i--eii.hl aVtC p'hi figurai f
eu Qab du 7 Juillet 1917, .utsuie
Iru s s^iZiiiHts Ui c^nuhu d: telle,, et
loii.e ? t.i ei x lit a.ii g; la itois -
meio ton ei le luitot la dm liabi
ta io Ht-iiaud.
bui o h tioio derrires portion! ee
lioavei t. des ailjiea liuiieiB, une
ne* belle luisuude eoixaute deux
cuioiud itiuita, curies, be-eiu etc.
| it' hmt poa Je l"' 8 4*ue lee d,UH poilioui deui-
(b/o-M.H- tl a 1" *"* pu.ifuivnil. coiu|.or
ci i et set laiu i tji.s tu nen tx-
ep ei, m le ei\er.
\u\ req. e ea. puursuitHg et dli
Ml
Ib-Jeoeous de la un .e
IpNU olTraut etdeuiHi' en
I if. quatre por ions d'eui
.de lb Ulll At'p- 1 b >A iX le 1} tir
k|iitiiiie s^cijii luiiiii- d
M ut L> y- e. faisant
ililiqu'datiuii II. Mi u lune
Co. m -bit- iux (.' V' >
(Bier-' pu i n, \< .ree des
|l >e cbeiui i du I lui l"tjd' de lag de d^i quaiau e cuu|
luuito il d a' nvi ou '/ua ^e pi\ luud. ui e. d. depeuiance,
(Mtiiuvne* de i;iuii> .!
I !! I> II'
I C"i ll'X (il! /O J/l
hM f: AI.: I. .. > \Dl ilie
iUtru,l CJOc unie I8JU ^pei
O'Deo au b.d u, b pt,r le f4ux
u mlural et au uoid uucbt ^eillt8 d Mestituib 0- btarpa tl A,
~ ifed la veuvd lboiuaa J Mauiuu.. ucUieuram ttua deux a
ya d- 8PUf une mai .on kWi-*-*'" louiuiliea le >.re-
WW* -n mu et llea avtC IUie' a A1"a" 'll'" > le *eo:id la
dttpeud ne- a. Nouvel tUii us (Louuiaouj Ktats-
-Bieijvi iu,n iif forme au u,,n* I Amrique, agita ml eu leur
Uuiieitul av^c les deux 'l^-b'e a aequesirts de la luaiauti
" t) u,r, ce et aiueuue *i-ui ueyet t Go. iab'ie uux
^.C/i. Jjii.i ll^.u j, cou Gye. oVaut pour avocats Al.sK-
* a proie-v" uai d r sl Djuyou tl Morei, avec elecOou
'*dim j,i ij K-.i,er *J 7. ue doiu.ciie au cbbiuut du piiilllei,
ttoMcamuu nui eut dix 'SuuxCay.t
' Jeun tau ue teiie. '''" ' ; ' '''' '" ml l1'' -'-' ''""' ' 'lS
wweifla portion. Ujnij et Ue= du i<-b io s et aire.ta reiaUU au
j-- ________ i.quidaiion dtb uiaitoua alieiDoUdea
*ilde ll Cabine Uulb detlaiOU uu COOMII des
I pou! bl:e--:aLl Ita uio ts u<> la maison 11.
ttWt... nJr Vua dirais-, ,> Mutliiumi-yti c* Co-
Bteoui, j <. u un eti I0< at pn date du 'J'2
Avili \''-') ue Me Louib .Nuiuu, uuUnu
" oailtudre aa r lonip AVIil ,y-UUe *le LOu,b ^uina.aoaiie
tk: ib,juubh, au.ki.uique le bien ua paa elo
Vlvou aie lavais ramai VcliUU |oUl HU *"U Ul* t&' 8u
NUa n i! d'atj..ui-aiio l-uite d auiudualaue.
iibittaLt util ltCtt,lje* O-ue le cbargai btiyuiees uana
* 'W" it pouia l'eu a?i l^aU.er des ciu.bea; lea ench.ea
* Wtl lui fa,o,.a ,i a BclOUl n C-eB .ui la uiiee pi'U 08
,0"M1 tl au f ... i uuia iui.1.. -oi.aiB-
4 vuLsa ,aUfcu Bu.iebstr Me .ous Nu.u de-
'*''. Diar a/, g ,niu |P i,H pu*l-ie du uiw dut cuaig-*. ou
52. M,e /a?, Huuin e tt" ^r- lu; "M\ ., .H)
ai"'!,!!' t0""u". u upbr
^"^'Mlmuimuia ;
ni.nUU"d'1 ' iB ue lve
"fcCairtV
l<* luivri
Uiiute DolVo.N. MUdiLu
Avis
les "ma d cliei.Udu Rwltortut
{,, * pas
Lii:fl,,0,''i*ifoiec.icho.. i
'-.lul u Ab! Diaua IloB Voi lant sont avises que le res
BAZAR METROPOLITAIN I
Maison de confiance
Prix stiax
Savon d* follette W / famn
c t t'ai motive
Enete Ca ten
ttointige Kraft
Amidon letve Argo
(Jurte posta es
Cigarettes
Saumon, gros ferhlanc
Savo i lessive
Abri ois Premier
I f r
18 rduits 1 o?
20 17
% 30
U M
M 40
24 90
50 40 ffz.
^ 2S Me
48 aW
,95
00 l>e
70 bit
Et beaucoup d'autres
Demandez noire Unie de prix
Nouvellement reus
Lames Ewrreadj /."> or le paquet
c Ollette t.2 le paquet
Colon d broder
t hjire*. dp la Hmvin<\'j|llanlllv et Porto Rico
'*ro*xe$ d dents Prophylactic
Verres de toutes sortes
Malles < valides
-
LOFE RIVERA
1717 GraiiVRii En face, de la posta
Mtircnamli Vente en gros et dtail
Liqueurs Marie Brizard
et lioger.
Cognac Dfartell
Ciiainpagiie Pommery
et Grcuo
Vin en bouteilles de J-
Calvet ,^o.
Conserves fines de la
maison liodel.
Vin blanc et Rouge
suprieurs dltalie
Vente au dtail
i-,
Avis
A partir du 8 Mai orochain, UU
train pcia.1 laissera Si Marc pour
Poit au Prince e*. les stalions in:er
mdiaires, 7 heures du matin que samedi prcdant le ame et le
4m dimanches de chaque rto:3
Les Dage|i qu't'am S' Marc et
les ittlkme i.iteimdiai;es rar cr
train prudent p'endie un brllci tlle*
ftfftafjf rour revenir i leur 00 nt
de dpart soit par ie fain 1 cXCW
moo du dbmanche suivant ou par le
tiam spccal laissant Poil au Prince
le lundi matin i 7 heuies
Ces billets aller et retour ne sont
jas valables pour les trains rguliers
Les trains d'excursion continue
roni a laisser Port su Prince les 2e
cl 4e dimanche de chaque moil i
beures du matin pour St Marc et les
stat-ons ii termcdiaire* retournant
Port au Prince le rrrrc j*ur
Le prix des billets aller et retour
pour les trains d'tx Btiiofl et les
trains spciaux toi mentionns est
de une tois et demie le prix du pas
sage daller sur les trains ordinaires
Les pass?g?rs dsirant voyager
tans une seule directioa seulement
sa-- les trains d'ex:ursion et spciaux
paieront le prix ordinaire sur les
#'.it rg 1 tiers
Fort au Princ^ le 26 Avril 192a
LA DIRECTION

^
.#

TO,
1
j rensw u
U08SBO
,1 DCLOUT, Pharmaci-jn,
iiU, /.u." ni i-Ai.foi/.-j
taurant es banafeie n I rne Pi .ce
en f;ce de la I ba'inacio J. Vital
Siiptrt. ur U lndf erne et u lemiift*jl oo'il l plunart Unirai \ TOlM H|grf irosa 1*311 tl ! "***
4 110U daai Im 1 a PrU 0* l premier Oicon. kt ^jj^, irnleat rci lu'f n. tui ui aaaa
t.
Ii
I i>ij/'."- / / -, rmc. r.
*- -. ..- +A
L
A. de Malteis & C* agent gnral
%..

ir* "*


n **m
Aiberui.wi Jardinage, Ja (imago !!
*"125*-a Suc tUtiltofamD. \DUETH SEED lb
Fonde en 1850 T)s\% I
Profil, chimique, ,)f, m ,1- ,\ Hr '* COHinmi'lCS ft COU-
;*? *** m- ditionn n'adresser
Patrons je Mode
trame h, mil" -re K linos
Parfumerie traii;iis- i nnii
canne.
Pttru' Uron Sr>re
Siccesor lu Al.liLitirM KWai.D
t S'abisheo 1850
aiimcaL & ructi F- le t Me
dic-oes. BdM cbaneftli front Eu
Mie and ihe staies.
^aencan prescription filleij
trench & meneau Perh iik '
Toile wiiera.
Gtt il a Peirus'
Pharmacy tiraduate of T. n
Univ^rHUv^J^iil^le'prifa, P..
i-tt vritable ]> made merv ttlu*'
Madarre J Jolikois fils
23 A'"' Traxersiit
Sempr-s-j^ 1 'i- former sa liier.
?eiiln e liefiiie u le if 1
par In de n er sipam 1 un lo I 1
de la 11 .ervt- I qum inn-a u h
voir ne > liK-ig P oductft t. .
Hf>s> 1'bis* cl*fei>i< s tui ;
dpos des laleufs dc'piV po 1
cfiii poi. m-de .'oui piitl' dt
oasver 1' I m - leu1 p .<<> n p
tm cV tBronizfv drow d Qih,
J-a nifi>on h aussi <;! dw l'e ..
ccrium Il rusabiiq es>
ivis aux rjii.iui.s.aiiiauurs di
quela.
Monsieur Feriiind (; L raque
H22, liu liaht* sHouche
rO E AfiENT FOH JiAYTI
1 our 1rs vcii ps en grj el en deUnI l'td e.ser
Monsieur Victor Mangoii
i >7U #' '" K'ana tu de t liai
i our J a >enl< s s=uen.ent, 'ad e er au* maisons suival tts :
Pharmacie Emile \U ision.
Epteerle moderne, Laurene >.nu
n' ]" ra ei aaorlitnnn de ljumrs : Carotie, rad s. aubet-
> loi ci ",rc; h us>i un bel ass.ttimenl de fleurs :
n i,(h tel, {tuiiie lleurcsltic
IbQUES
eus par derhier
bateau.
. >
Voyrz-voi s ces I e'~ o.. es, von' Z-vnn8 re rc
Un&ttl 8marle8commeelfe.?
Paul E. Aux la
RifJu Mas mj l'Etat tt btntrsiin
K-ceiK
? *
1 '- 8Bj.urMavor. .obe une C "UPE impeccable/'
o Miniiwi 1". iBsES"liT" f'flwi
!i ^ndra |epitt(
y:
i.e l'a lui recitu t'/
/c l'olm oll
Ces deux piuduits ncuiu lUm$*i
inliurtius m llaii pour dotoei
aux-lii-vi nx U I s e clatant ei l iw
t'r.ab.l'te i>m/ail sttll m VW
thzUr JhSl Uoud \{;T2 \\ YxCioLliame. Ils sort adavlublrt
auj af ut, touj. m us nu 0 Ot-*.
Savons ou monde lgant lr /'<;///.
r.rtom M l; l'ulm ol mnl tcttdut
tiutis de b.lbs iitus fut tt ava
itut vtdt a'EiHf lu>
L'iUuyer i>s t do, t r.. j s'j< k
nu situ \e rapiucn n .
t ieae.-a,ui.~ h". unU chez
les p'thupi u> ce /et*
up, opras. J oa/rof, iTchf,hant, ^V.lTtomSS^TT"''*' "in km*
m ri ,, es des AutVesetc ^^^^oy^i[^:^^^
- r* l ne visite dr n rt ^ "
ih met t9
L PrceloaM-i
liu( Ju Quai, :,[ji.nl / our Hoi i.
voi devez poiter, iisitrai8irt. 8avo,rcW
CLINIQUE
De* Doclnn-s Hj^oh vt Lva&ufluto
Ciard'Jiue i\o 83 ( VJaiicm du Dr Merciei )
toiul afin; s
M-nin ; rp 7 bmrti A mi ii Siir : de 9 A B heures
bl'KCI.vlirh: Maladies J. s feaiin s ; MtUdi'i di trfcati
a maison
Veuve Barb iicoul
a reu
Assurez vous contre \Jfc PR[J
j^dressoz.veus la plus forte conipagiiierfesE. U,
La HOME T Slil^NCL (o de N.-l
afjesJ (j eral pour Hati
ug. Le BOSSE, roil-aa-Prince
Piv/gfz ^olie Mil o-.^ofrp M g siii, > sd potsau f;i'x le jlusr.-is mabe-
Inii.JnM( Etitiuki km\m 2 p^yer
IUmfigttz-\ous HZJ f lii r*i (0i f.'pcrj'; ne/ or ^ei cz n'icutfr o -e lobhm h??
Eihj LE U0S8E, 95 liue du Ouai
- l!!j,i3CJElj!u'ijj
2*iiri#p!.IT
Il >^.
.-:-
fejjjv '
m ;i
aiB;'-,.

'"
Chnopagne PIEPEH
Demi sec et h rut cheM
DWIH1) M. IUPI1. L &-^o
l'oriau-Princ
Pharmacie F- IMM
A f//e de* Hue* Roux et du 0*M
2 Mdailles d ai yen Eposiion de Bruxelles iW*
LuLoiatoire de Chimie Mdicale
DrogupF;e, Prodads chimiques et pharmacrutiqu
^pcialiia fianaisps et amricaines. ^
P'paralion de toutes ampoules mdicamenff uses sliua*
e injecables.
S. c al i. Srum i.vrosihmq .e simple et ftPrupn"*"
lodby.Jrar^/re. Srum ,.e Morard n-inpl -ujes paQ0**
realc:fian<8 Il.y a toujours en stock : ^,evroslh'*0!'e, Sirop pectoral.
EJixir de Pensylvame.
Dpositaire du PREVENU
Beprsentant\des Laboratoires T^
LACTIFERM. Fument lactique, contre attactiofli P**
na|*s et cutanes.
iiMlHBt J&mm de h cpqatipiUpo-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM