PAGE 1

iz MAT: : Faits Divers ; RENSET^ NEMENTS METEOROLOGIQUES ObSKVATOlHtsi rCTT SEMlNUKt v OcLLGE ST MARTIAL Lundi 2(3 avr-l 1920 Baromtre -(, 2 3 i rnimmum 22 1 "11 1 .tatuie maxiu um 726 ' > e diirtt 2' t y i. .a. JCUI e nuit. l'jciic.it coiaUDt. J. SLHERE.* Le Moniteur i Lt No du Journal oiriuei Je samedi publie : — A'riic Loiniii-11 .\10uKigncur jum Victor •Varie I-.WUOII .sic.ioeijue-hveuue Ucs Ca\c> en ii..^i-.v,..vi,i ur Monfc-imwui laBM Le MittK. deiuiMwuttaut, — Anc.e tompktant le mwrll communal de 1 Aine 0 1 lainauit. — Anetc atitonsaut a Socit anouyme dinoiuiucc nain liiipon ei Uxport eo • et approuvai sou M riWtfitiHlf m ses aiautiyauces.es. — Avis mini-tend iclatif a l'esamen du certincal a'apu'uUe pdagogique. — Cituuiaueuu >..rc:.:ie t! Lu: des PiOtSCCa it JU LuiiiineivC aux Auiniuibtruieur de l'iiij'iwa uc u nepuomiuc. Concert Gamin f ^t ifs amaicui>ue bonue ruutiqvi scrjouisHf.t ine la htmiins proc!) iine qa'ih auront le pbMf J entende MawUoim, la imici ur ce re,yndicak du Corps Ce MM< ( mdecin, pharmacien, vuubtt es j hrtUiMO; HW| COI.VO.JJO, IcveuJiedi }o avni ly-u • 4 11. i ( i p m. a inotpiM t-traciois de Ordre >. lojr iSHuliant la cirpjt.tioa; M ..mi• -..> KHMUOJWla MttUVeiAttt! Mttriiiiiie Le a.caiiiCi K.0I011 de U 1g If Pi rama IMM ce :uu pour N.w Yo.k *-.: aie.mer Lulypio ue U l'gdc -ii ii.ii-.M vcuaul d'Lutopc est kl l.-OuU ce soir OU UCiil.HU iOaUU cU lOUt pOUi SaACbfg, i'UCitj tUtfti Sauio Dumiugo, Havre ci Arasieiu*u', ue pia;u qce du tet Le ItoUIH LdtuuHe de la C G T pamu VLuuffUi )o rwxil couuQt a ; iicuits piC&btti Ue lap.es midi *>ur V-.-J. hatien, Putito fUU, S-n jttM .i .' iw7 Mtil clc coiic puudauce N'iiBp&rte L^Mg 4M potrr prendre avec bnfice la lgitime EMULSION DE SCOTT productive de forces, vigueur, et nergie. 'a ==tf NOUVELLES ETRANGERES Par Cable ?G Avril PARI • K i hajtd cour lu prsident lut lairi.ooiidiii i;ut J.jsepn C filiaux ; dut.es .Ijpiiiou.lu fc.uitied de pi iv. u JU dd 6J^ droit: d* vota et l'ellg b.u d rt -i .,'..J h' tlu'erd-.-.i AuX l)n ion ob i lues e> a au d ml< i tu Je ej .JI. L audlouce es .^ e. f.Ulid. LA liiuta cour Cid mna Cu a aux trais ouveus ietn vaui i*ivnit a J mille cinq te iU fa-Oilll It'wiioti qui ptc^U l'audiea e publ 'lue il fut co veuu qae la rduc n o aj la peine iii^lig^d CailUux ir up tiquerait au tutu de li pei ie t a a A pieveutiou. Caillaux ara u< n' iioeid Ucinuii .si.u-.ii. HAlUS. Led JUUCUA'JX commentant diva're.utiiu l urrt de la tiau e cour I H un uouveni id verdict tiop l • r -i. Les uuires au CJiuraire cousue lent la VeriLCt co.uuia j ai: i iuaieurs expinueut leaucur que l'artt de ta tiauid cour ciotureia lafturd a jiiuais. Le it nlical fait appel a tous UM rlu k.i'.n t patriote p6ut couaid lof l'aiiure coni ua t.-f uuee et da M i'tf.iM a eu taire uu aujet de divi liOQ -t le cl.acordcd. SAN ItliWU Le cunstil suprme %  icurauivaui iea,eiiit.u du iiuilo fwlC disouia u Ljutaiiun des ujauutt( Ld CJUSill IH sle^-la piM ultlJiril^Ul-i! deumiu. 6dlou le i etit Joun.al ha cil fi des KuuveiueiueRHs a'eui^loc;roiit d-iun U luaiuied a seiitieitnir Uc la quemi'.'i u Aliciuaguu ur la• ; %  cne lie Vt'.,iiv.i llAd leur ptl t Ue vue avant ae Itboidef cliijmn m m dTRJMSUUhli. Le c t l ^ e ig ir la q idd ion du d^sai'inern ^nt di l Ai e.ua,t:'."., des r.'.-.ir.tuns daea U Kiiiioe et sic la coinminaut d'action interailk-e. L Ail(Hafn sera aa^orise envo yr B.uxeila uu repredauiant qui 1er de ^u^gea uaa „au loj )i uea rpara ions. L'iutprMfliOO danH les milieox fran iU est uetceiue t t voiible aux dC d JUS qui ont eta priaes. l'AdlS. Joiapb Ciiilajx l.bSr^ arri v %  .,* ao J du.nicile particulier IV u. j! i),\'jii,;ii!r' de >lalaud C=uluu^ et Aa qudiqaea aiuis Cullaux %  • %  re taia a touusinterview aj bornant a due qu'il ne arait pt a rai i a le 1er M li.cj idiqids curieux uisnifeatreat div rs mut. Oa ae oi^aa. aucufi tUwldd.it. SACfZ Li sitaaiion cau^'e pat la ^ ii/H eai aaua cliungeuienr. Le (Ujuvameit iif. trama eut uonipiem un.it a u I-IKI.I. L) tr IL t'jnciionne avec un pdraomidl rduit taasuraiil un" dniiibution par jour. C3 .M AULa y vu cuntiaue San.iticidrjit no aLl". SAN RaMO .Ni ti recevant IPB Jour naliati traocate leur pxpritnt : %  conviction q^e le seul moyen ia:-i ver a ftebllf une pHix daiaOle %V Ou iolidaiieer iea VBiuqatuie tt lu a vaiuuuj. ili'iut le^d^e ai'AlletnagLe la i '.i.i-r.i i e ue ae ittvuaiiicr eu vivres pftfl ue lui l'aiie excuter lea %  ^ gi^ieut* aux^ueia elle st*< lie riaoQ eih luctioinbira fataiinau uuue le ii i!cn viame ou le uilitaria ni • N tu BIJU a qu'il couvre iait tuf bien les doutes de la l'i'auoe i'< ^ i d dea aeu i ueuts picili ,iui u ; i Aile iitrf'i.'. Il est duccu.u aveu la fiance ur la iiecessite eu disaim^r I Aile nagi>. Nlttl t irmina en deman tint ju'ii s nt nartiian d une rvision du irai Ue Vanaiilea et d* prteii du* accorda secrets de 1 Italie avec empires du centro. PARIS— Le Conseil suprm; discuta la question des maidats di Fa le me, de Syne et de Msopotamie. II rgla tn outie la ques ion atminiinae et discuta la repiise des relations commerciales avec la Russie sovitique. Le < loornal dts Di.bai^# sppiecd de Beilin que lAUemagne sera reprsente dcsoimais aupi uu Sir ge par un ambassadeur ce qui enraioera'e ttaaslert d'un ooace lsidant jusqu'.ci a Munuh Le • Temps appttnd que la cvalen: tran.ise ainvant 1 il.nau dcouvrit une norme accumulation d'atmets de muDittons et d'appio.vi^iocnemcni Ci a S.-1..1 dts documents miuiauts relatib 1 l'entiaicement de la R-.i:cbcWCbl et p.ouvaot surabondanmes tic dessein ce l Allemagne d une attaque contre la Fiance i tiavcis la zoue occupe par les amricains. PAKJC— Lt t Temps* coromcntrt l'accord suiveru er.ire Mille.-and tt Lloyd Georg ,diiquil est insuffisant Le LoJWCil uti.uie txigel'cxe.utiou du t:a t.Le Conseil doilabsolument icaliier i'accoid ta ; ;e Us agencts in teraliiles agissant en Allemagne t dterminer les me&uies coeici.ives applicables si le milhrisme lltmacd o..imue a biavir icsalLcs etbalom: ie gouveir.ifhent alltmiiDd ILSLhhN— Un ccn. manda rt iur..,.is tu lgrement b.css cl non me au cours d une nxe picvoque pai lagivr qui occasionaa un au.i et six bits:es. La StMj la f'e biroi^it'ed. a t brla-nna-m cMwH di 24, la veille de la ii^H prsent? t or. th^ra'* ? H uawanc-. Le dimanchV JU *Tjt clbre paMi"u' ,l *l Pire j m. cur de la iNJ p*P"*oiiVui?M Mav.A 4 neures pro^ Danslaso.r^.cnereS d^tnna a Mlotel ^ imressan-e QU elle U^T t la nuit Ii iiut t om i du chanant imrre'iuo s. Dsinor, ruur q Ue pt vai Jj reprsentt on de La R B • M D.vsror qui, dii-oJS par comrai, voulut bien VJ h ures, cder la p | a:e T J oui avaient annonc q Ui u se lverait veis 9 hecn Somme toute, on sW:. coup et tout le moi le nasut. I A Lord de l'tAig'on Lcraque Judex m t le pied sur le LIU-K-U' Utte [Aiylon, il n uvail lieu 1 e-iou Ue ion < uuue admirsoie.. Ou 1 clt du quil o'iuiouvaii aucune t BI ece d loquttuae de a tre livr ainIl r-lil.S tl t I I r *. H l (.)( PtifUd i]t,f p ace# B<*n artnixuit'Uoi. luai lo^ que nue eenste, H v> n cet VOULU LUna Menti ue I rcfetii | oui e\ t> de lui reiidre t tuai t tt ne doi.iant p. s un >eul .. nui t qu'il %e \H'i di ait lacilemert b Luit UU bai quel dont il i|tuui8lt %  I j.i.i MIS le p ciui t re our la ISIIUU| o. t,'ji b t.* IKuituse 1 ei'totMII 01 LC NLCI'I t un-utnon aoote 1111*1 au tuj*tdt ea j i*ui r ttuute, v lit: lr flli/lk SUI h' lei-l ,lfcl Cl. |. o 1 uu;la\aii il vud! ieveen i toru ••1 S' neljt qu v M t 1 >•• D e. L pi i. l'11 %  -• M Ja 111 iti cl. t c cci. t a xiyiuio, lutfaiu v> qie ladouble; cra'ure lui avait Inspira et qte dao tnaia il vavai partH^e? Cet amour avait dj i accompli un miracle que long • npl il avau c u lu -iD*muupos ib e Il avt attei dri un cœur que Ion ad ait pu coi e j mus te'm • a lotit cuire aentuii. m qu celui de la vei gesne*. U avau dsarm madame dTr meuse su punit de resauac t r en elie des sentiJMQtl da tendres hamaiue et de char! cb tidnne que la lia ne semblait avoir pour ,>..'• ours toi. lis. r',;ui x data 1 ardeur dune p a MiiO'i i{ii empruntait ten car.c tra ,""*Cuune pjr uni t-J ica io i ape cia'e. uud k>tt io rnveticiame d'jn rute tfn'je *t da cuevalene d'un autre l-, avait tippieastoi. |ii nerie q aune puixaa C' 4 iuvis ble e tat.ldi..' aceo vif i" 11 *** 03 "' VM lail a 10. InsUi*' au' /ai t p e a in motegai co^tr4) ifc •* vU lu t* de ses lonto ir. . i i MI ce moment. I nil*it pu' l V-utier panent et sentit qui sentoora d* ouiea ua pcau io' u, p rtcoora toutes les rutes, et |'tfs M.uio ce tocs les voiles indiapenaa bl* r, L-ur ouBimuler a'n identit et faverire. son eenon.. Il n y avait ries ai un i.lre de l'amour., qui ne veu. d voi qu'a l'amour Io uiom pbs de sa voiouw'• et * bouheui de ea vi• Hs qu'il fut sur la r "0n., Diana M: cour toise dtfeiei ce, qui prt4l%W /7)^ irfl par tictsuis Ita ai utes duu |Af*Mii/J reHO'Ct, b i ppIGClll drJudfcX . Ut, en lu dc g m 11 hmorca u ua t* • li r qui ce. duitui. u Iinteridur du i.avir** '• — Veji I z descei dr dans celle ih ; ft iu'attendre un maiant. il 1 fn .p' au e que jprpaie t .vraut se louv i en vu e prefot.c^ e< ur'put que je le d.'cide I voai iccorsptgoar, Cela lin d flk.le. tra d facile mme. ...Miii vous poivez coupler aur rao 1% tiens a vous le rp rr, nous l.u).i;ia ot:ii %  •. euiant d accord et ptuj Jt) le || cliis, plus |6 me dis q ie vous avez trouve la ineilleute aolutioa a cet e <.Lu e. Lt appel int le capitaine, qui dans l'ombre. 16 lait aux alen ours, elle lui ordonna sur uu .;;:i (;Ut urouviit queili te:.ji'. a sou eiitidre merci 1 interlope ut singulier aiarui : — Menait, CJ auuiiuz monsieur jus q te CdeZ ino'. Et el e sjju a : — N i uoauez aucdD o-dre prsoine.. avant d'eu avo.r confi tvec moi'}' ndn que luiex. do plus en plua pe auaie qu'il avait reusa. dans sa n gj-iatiou a/iC La baudits, saivait la 114tu.11 du bord laveutuuere re jotg>Hi Moral J S qu', costuua, lui L.--! en mdelo avait usa ete, ci s ennuie a 1 avau?* ur rd uu iba u cordsg'8, laccott'gd du canct qui r >>u vieux ^ijaia avait mui •).d ui ii rtcpnpu .lu.'r'x (Jueiiu q >e 'u' s auiptiae.* i' a e't. it uau urati d intervenir, %  - il r. tuu.au autant lautuiiiauatue de ton imprieuse maitiesdc, quuavutt c iiii-tu <.• dada les mu tiplea reteour CebUn SUU tSpilt Illr-l'UblCe peu ii t, il aval i aie davur I' splioation de cei.e nouvelle eug a a i> io^equ'n fil liuua ce ui^tr Ceeoottfe,,,' aVa ci rajiiemtct Vers elle, u u>ii- f v c "X'ecd : — hl ca. cuiu:* v -u.' ^ 1 i* U-;.- d u ci ait piN u: v i : ^c!.. m:..uablc tout d* Sud liutc-r ro ur'' en ij.*-..', nveoforofi I i--i A ; aie, k |i'issi:U u*r le fcr)> # e^j l'enlraioa dans un coin isol d.i pom et lui parla voix basa -. Muiai*. qat Sdmbiai p.us que jamaia l'eac.ave d i la terrible fera me, se couteuta de aca .d r les paro l.*a de sa matrise d quelq.es siguis de iOt.%  approoauf.. p ..s loua deux dispa urent dans e i r poittt H aii iiic-.ii ttappdc & la pjiltf de la cauiiu rservea a Favrant, Cdlui-ct qui, pdu pdu> depuis sou nouvau e rencontre aveu Jean mu avait reconqaia presque toatea sjs facults luieiieciudllea liait eu cote l'ojjet duuo depresson piiysi qud ass i cou detable C -p :udaui la Cdrmude d'avo.r r cu,q i a sa libjite et de revoir bie >0t sa il.i J oi oi peut Je m. lui avait rendu quelque (otVr,, E c-st avec une .upaiijuco (cb le qui! auendan le idauuat de ij uduiaictid quu avait tauidd la J.JUI ma ue par t lulerm-J diaue de Uiaua aionti, qu u cousid raie couiiiie sa uodratrice . vers laquelle il ad aeutaii ai.ira de nouvaau par ud seutnudut de pas^iou lcidiise,. au^uei ae joignait une lui! lie leccinuaikSinc — Eu Duu?.. interrogfjvi-.l aviJomeu ues quil va tuiier laventuii te ci Moiaiea dans sa c.tu.t. — Muu acui.. lit l'kX'aua itutrite d ui e vu- qu elle tJjeiibsi. foudre pleii.e up du ceur. |e eoipiaaooe par Voua due que madame Votre fi le et voile ejjifr pou 1 Jt-an tout fep puiteit iai de, sanld. ut qutj Voua ua denz Ver aucune espce dn.quitdde a .eut tuia luib vous ce les verni pas ce soi — Pourquoi? ponctua le banquier don e visage t'tait auttitcn asboudin( • l'arce que madame voire li le u'a paa ru voie latin — voue euvc.y u'* dooe pas pu pantuir juiuua ell.V — Corn ment te fait> ? — n m M t tape li— Par qui ? — ParJadex,' — x.ncore\ IOPJ mr cet s'eut u Fa vraut, avec un g rogA MSH tout de suite, oei lin mme, JJima M>ooII — Na vo .a .iervei ?>.. voui alP/. mieux, baajcoa L ue tajdiau pis riijufrP' ber m ila id |Ua'.o au IOIDSP' i.e saurais rop vas lafflr| allez reconqurir tout le "* que vojd avez perdu. IZJ .;ez-.noi doue s: coup de lauodU'aileo/a, pour la mieux, et VOJ o 1 paa a vous eu aperce oirUisiure par les P olel paces de la pril ie ei vraut li', ea lui roueu-Ui' — Vous uu moios. mou amie.' ous me I*" 4 j3 ne 1 oub'ierai pis, L.ana rtp.it, en bm*^L i avec uu ar at fausse rnoaei 1 — Mon i re et mt4, co mee t;op .ureuz d ttV£, ^ l ana.'bcr aux mains do*'" et tour ma part, ja i' r snnimot iecotnpeo e Sfl vain, prs de inul. ^u — Merci.' mon •BMJ f merci de IOU e raoa •'• deJacqutlue.avecuueviw Pu s, il Bjot-ts : ^ — Vous avez ra:s)i\ J ^ uiu.r.. il iaut que J lul „ „u| Mou wrv*. l T Tii buii'' % %  J liSStAl eoiiiui" iH 1 veiil cau.ic pai encore lies Bornante ou i i uni a laibscr gCoi.tmu:,]e votae.., J J 1 li'uvci.iuiiteqdi.'^ Lt v.a.Ui.iJt a.bC , tdk lu Ue lblisir. s la peusee. Ausu J* ^ .cr guider ciiieieiu^r* ._ ..... a an ISS tjtsisr



PAGE 1

TIN LOFE RIVERA fi a0 i'Uuo — Eu 'face de ld poste Lundi' 8 arrives r'' Camrelle Inte en gros et dtail queurs^iari^ijrizard JD ac Martell] anipague Pommery Brcuo en bouteilles de J. |et|& Co.. aseives ines de la isou Uodel. %btanc b e t iiouge 'suprieurs d'italie Veille au dtail h inec la Russie, nuis rua Miioas po.mq ae> i v 0.fi:te)-AaC)i : N. I eipjia le P ji u ibd'gaiioi iti.ieun.' au r-3 du Irai t de Versailles c'estdire par U rduction volontaire dea effectif* et li li rf, vu PAK1S LtctaarQtteM M Uerind olint aux d.egaea acg ail fil em pieint de la p u* tfao.de corJial l?. Itooea peine accord use Kud. QKiiU.La confrence rrorannnidj^aa li-uu la nde. Le cu..s' i. ava : de Ni qutiuou d'aOLio.ctc i foret s ruiees txiguiu ui.e ibouue volou o pi eau L lu UIJD des clauojd un i ai i'! 1 m tti'Ue, die /.tait iuvueJia [M, poumuiut auis.i %  toi I voua le icpeior : Ijlcqjiline Aub y et Jeau I lifaite Becuui<; / lit* a rcemment u:n< :u' ranime diua une piopiele M entours, j a dois, io ie pieiotih ita gards potiniltendai.1, ils lui Bervett Nks dlivrer. Nquoi, mon ficre et moi, touuai'ou. Varits et scia La asca Ko 7 puitiea literptte principale inoiueiup \06ia0 H'40 dx. \t fctt? ;A'J o:> h e £t beaucoup d'autres Ifmunea noire Usie de prix Nouvellement reus ii menhvirrvudy /J W le /'/ Oi/ttle il J J t P^i"'' Co/o broder Chlores, del llaviup. >Uani(li et 'Porto Kko Hrosss ,dents Prophylaetic lerres de toutes sortes Halles vali#e* trancesca BertlLi. Entre cl SMJO r.uldiiia i-UJ Ltjue Maritime franaise La Ligue Uahliiae F.augdibe l brera le dinmncl; 1S Avul, au Tio Jideio, le lOciuo aliU.Vcituue c su M le nebidcntde la Uepublique a bien voulu luiior.t de oa yf0*ea ce ceite soleuLi e q.. o.iu preU par n Laud.y, Minutie fe l> *iar*uo ot-uCJUlBUo .aqueile lo dia H eo* tso .:' Un (MM)efHM „„ Pil! du B ? f 447,nw du Faub£l-Dcnls. Paiii iliautezigtjrlesv m Mais „ui ont tout A fait banchei t ur chacuno ilMOuelUa '•* m u OEHAUT •-nnt tr milW ImprlmMi n noir A PAHI8 Lesiivresqu'illaul lire • Motwr garanti Prix exceptionnel "* %  * Pr que ^ 0 Jtf j, U ja m^.li .''biea Unit dao.r-fr dans lu auiorcobiu t t ; oii # ea ex:si %  ecder tes ar fc uraeut8 lcLteU'•4loB* ito IU bU,VMJ badiesser au iS i?6 Rae du ktti"' A i.i r. Mag.SiD de 1 E..t 7.7 i e or/.. exigent Fa %  lia cceut uupciieuii (a* i> •JUncz beaucoup? >tJt voulu vous IRI laventurre W suti'rc) Avis les Piu'a tt cliei ta du ReFtanrant ll>4 Vai lant sont ivti4 iae le r*g uuraot eat tiaod .oenh n-Pavea eo f.ce de la i-ln;iflacw.J. vi al S'adresse^ ch>z Vie Itarbancourt HO. Hue lc> CcSiis Viennent tf Arriv chei Victor u BU du Uugt* de lt So mu I**** s " nls %  fhlpeaUX djB pailla p^ur lnmmcs f l^neaux


PAGE 1

i i ; AT! /laruacie AHifrlini-Ew.U MllTIL A. PETRIS,-?. G. Sue eeseavr Fonde en 1850 Produits chimiques des n*il tires Usina de France et d'Ain rquo. • renie D^r tifrire Kolinos Parfumerie franaise tl a*uri caiine. JVfrus' h* no Sov Steces-ar u M BtKTIM RWAU) A stabished 1850 American A; rrench Patent M Hic:ne. Bas! chemicals from hl>i une and the s ta tes. 4 n eiican prescriptions f-lles, French & ni encan Parfumai Toile Waiers. Gel il a Petrus' Pharm tcy tiraduate of Temple UatwrMtT. Philadelphie. P*. a vritable pommade merveittfuf Madaire J Jolibois fils 2}} Eue Traxerairc S'dfuorcsse d*ir former sa bienveiihme clientle ijU*l'a n! i ac le dernier naamcr un lo t \ i te la merved'euse pomma t*Ro, r t-eitf p>"-m de sont |ii(s de passer f la m •• %  Icu p *r< mpa pu t'e*Broniz/o Gromd OU*. ta OU-MMt a au>si • du l'V/o ce ri vin iPI rresab'iq es. avis aux fumiurs, amateurs de q'iete. x# Palm creuvfiet le Palm oil Cmdeui produits nouutllement lioduvs m 11 ait t pour donner nxh l/tttX /( / a elatoftl <;/ / Mit .cohl'l par/aile s ni en rmtt l 'hezMrJhSt Uoud \6t Wiu liet'blimine, ils sont adapt'ubtet uux cr t us, tOW, m in ou blonds. Savons ou monde lgant le Palm treum tl U Halm otl sont tendu* dans de b, lies pitites jarres avu uur tnvde a Emploi L'essayer et s' t doit r. u s'o< I, rru s'coule rapideuun tiesse:-tous. — h %  %  nn'e chez les piinapuui coi/ens Jardinq^c, Jardinage !i De la MaisonD. AADRETIl SEED Ce Pour le* commandes et condition* s'adresser d iMonsieur Fenianl 0 L raque 522, ltu l>ni I) *toaeke* M) BiBNTrO HATA POI.I k ve. es tn gru ei en dtail s'ad mer Vontievr Victor Mango le* 7*; Hue du Hagam Je 11 lut Pour les laotta seu ement, &'ad e *er aux maiicoa suivar/c. : Pharmacie Emile Ihiston. tplerte m >dmn> 9 Laurcn wn On trouvera un br.l assorti min' de Ujum*B : Cawiuti radis, avbtt' (fine, lai'ue, chou.,, eic ; H aussi un bel ass.rtiment de fleurs: l'aise, ŒUlet, Quatte lleurts ? etc. Revue Illustre el Vente Patrons de Mode eus par dernier bleau. AtOititneni ie% plus cIioMs: One ttepi opra*. 1 O J lrof t m nrrlu n f e humt* s miri guet de* Antilles etc ttcoutz Vilej le slveu ^ enlev rapidtmciit, L Preefzmann—AggarhoLn IiU( du Qu*i, ci yititfCUr lia |. A < MU GL1MQU1 *> Des DoeUur* H y non et Lfscciiflair & ara'Hue /Va b$ (Ma son du Dr Mercier) ConMuliaiia^m Mn'in H 7 h-ures midi Soir : A* 2 ." heures SILCIAUIL: Maladie dts feaiiii s ; Maljdi.tdei eif^nt Assurez vous contre LE FED Adressez-vous h plus forte cuiu|)aejuiedesL t U La HOME li\SlAi\CL Co de N.-I ageLl^yiiral pour Uali Eug. Le lIuSSE, 1 orl-au-Prince Prouvez *otie V^or, tolie bit g* NO, VIS d ltsau taux le jlus riisn,iabe. /uin Inis lie anum u tl ccurlige p^r n.Difigtez-vooi stLs h-: P*I conopci en c et xci ei difctjii \ou |i(LIn t ilit Eiiy LE BOSSE, 95 Lue du Ouai Voyez-voiscea -e'Dar e 8 VOU>Z-VOOB re l^ dn t n ,M uv i.k i .„ ... ,• etvrloat r,..,,! car.. I^ s r.,ne t a *>" U'"r.t la peiu.l t n : viate daif ^ vo.d.v M p 'o„er;r i I r n :r,1. W Jir a ui:i!Sdii Veuve Barbancoi a rod m:TURKI3H ntEi!) CIGARETTI5 TH AMCPICANTClio BBP^TTr^ ^ % %  F^ CUIRM FIEPER HEIDS1ECK Demi sec et brut chez fiDWABD M. RAFUtL & r o PoriQuPrinc Pharmacie FSEJOURNE .4 infe rle8 Bues Rcux et du r'iMj 2 Mdailles dargert Eapoaiion de Bruxell 4 .^ Laboratoire de Chimie Mdicale Droguerie, Produis chimiques et pharmapcuqti JSpCialiisi&naiSfse ajuencaues. Piaparalion de. toutes ampoules ui^dicauitaiepses >> ai injectables. i >pc:alls. —Srum rvrostheuiq'-e simple et fffiPU|M'* lodhydrarg/re. Srum ue (Uurard remplaant|ll |( l 1 rcalcitiania de rViier et de iiubiw ll.ya toujours en stock : Aeviosihcose' {sirop peeem Elixir de Peusylvaoe, DpnAtuire du PliEVESTW ep"s>ntaal\des Laboratoire 70* LACTlf£HII. Farmeol lad.qte. contre aiiecDcii? ' |jale el cu'aees. UUAltiAF^—Spciijque i* la constipa l'on; i.'tl* • •• .r\



PAGE 1

Lg tf^** u 2re& Pori au Vme Hati DIBSCTECR-^ROPRIETAIRE l^eot-MAtiLOittE MAGIST RAT COM MUNAL a NUMERO 15 CENTIMES AB OWNEMENTS PORT-AU-FRINCt r G. 2.00 G 2 DO M:;.!l 2? Au UTO] CTRANGSR 2 50 7uo l 8.00 Le mauvais pecchx.nl est d'iibord un passant, puis notre hte, puis notre matre. 'A.MUD .accs sont reues au Comptoir InTa* Publicit, 9 Rui Tronchet, Paji, 3j, Ludgate Hill, Londres. Quotidien 7 ELEPU o^ &;[>:($ CHRONIQUE CAUSER ^^ WEJ Y asqazCorreas&CaIr.c Ma k la CHRONIQUE; IMPORT EXPORT I State Street New-York |uit— o Ion PC sait pas — iilice entire du globe tcr,en chiffres ronds, de s io kilomtres carrs.Les coi lieo rttouvieul que i|^ mu iquelei ocan.,, meis.etc, ipta 36j millions, itulaonslevjlume des eaux CiQiavnt n t b pallie Je* corii.m--Ui.einc. ^nuidu niveau de la mer de cen. millions de kiujibes, alors qje Je vomi; Mtso contenue dans les o;el te plu* de quatoze cents idr. kilomtres cubes. I coDiiinnent les ocans ? De intsitllemeot. Mais cttie eau tin sel mann , lr s el d le l'on nomme scier.i li.ju. pioie de 5ociu.it Eun i,.: c r; blouie de maguesu.in, InigniHe.su.Uc: dcti.a' ";peUiuin, O'o n %  > e d irata r ho ph Ld vh ux N UiOi icut i avui., ic ..i Ci. nioJcr.ic.si cjm I rares : CJS um, ruiridium, et, pour terrau r *ni-or. llotile de l'eau de m r (œoreone, de j 4 gramnts d; ijwtf'jiii de. sels coit.ft* de nur est daac de .ooo.ooo^jo de ki o w Puur .uc ce ctiu e Ualeme.it 4: 4* on* ije lunucs. 1: si i jn a dnot de c.-s Me 2J,OOJ.OUO OOOOJO. "icubts.ioi. 22 millions cubes. L; it de cui[•Wfticmeu., Taris ofi7o ^maitdooc dan, l'elu '_ -M doane que le ch'.o^•MttUrvient pour les 'mfusiUon de sels mameur de iiy.joo.ooo •"' vuaj 4 /lJ La paix fuie I h istorien a la parole. Ma s avant Je d ssciter. il ccnvie-tt Je s'enleuure La quesii jn.de lad-ionfalio-i Jes batatilts Joit tre rgle. DJnomina toi ?.. direz: voit*. Mais cm. Ainsi, pour les Allemands, lu oatuillt au iS luin 16 l 5 est celie Je li oelic-Allian e alors que tran(.n. tt /".; ,; / oui baptue Waterloo Les Atu.iiauis, encure, appellent Gross K^oiscb - , la buaille ae Lut\en en ion trescbmhr un Reicljsjojui pour eux, ist tfoertb. ut dtiht ue sui.e h tout donc fixer tt* t-'j>es, en c ont lO.tcernt la giuiuu Juerri, Aussi U se A on l.us iqu Ut letjm.ij >r de lann:e au UMti ereJr la un /•• re, alele amie oh t liment un ta* bleai tabli dans le o-a d uniformiser et de reg intenter les ap^iiianons a Jon ner aux oataiiUs d ense noie et aux co n • bats prmcipiUK p.muant a.oir la Jeaoinflation ae baimdes lio'cs par les armdet fttnuses sur U imu franais. Le ttonau, Jresspar anne, tablit trois ^rut.ts rubriques .oprations, tu lOtties l ensemb.e e* va'aihes. CAPITAL I O r.ooo en iem ni vers H.-teien:es Tne Royal Bir.kof CanadaP-au P ATiencin Fortign Btnkmg Corp. P-a-i-P. 6 F Nitional P.rk Bank of NVw Yo:k H^uitable l'iu*! ot New York Bank of New York. Biltery Park Naioual Bank. Seul agent pouiHuti, L marais Je Suint (JOUJ et ae I Uurcu. La sUoii.sati/u euinn-, c tst une ba taille u eus. mole, la prenttere de l Aisne. Saut r ibr qn : bOtoiUet ae titrer. Fuis vient U course a la mer, qua i dans ces calculs Rcapitulons uos richesses: Sel de cuisne25 410.000,000 mi'liards Arg:nt 7 y#* 000 1 O. 42 >.0 10 003 < Ject,,es sels pure*^V % mme que t J^uc.rgtuticcu **ny m i3 JOO mK K k *^ 6t. , < %  # mu.uids. [^J',:, enC J 0re Plnsabm3 ii d,niere,icon rN Pecechi, Prie >*o4* c ontenues >li m .. Q c ^ouve l4oB "llic P Jrmtuc ' uu ikiiei • f onnes, SOlt ^'it '^"dsoe freuiiluuas Total 2y,b3 7 980*1100 mil de Is Cf'te fortune, nous al'ocs, gnreusement,la par'ager enlre tous les habitants de la terre, lesquels sont au nombre de un milliarl et demi. &;la <ucs Ei vous hsier ez 1 solaire i ^mprtail I... ,••••#•• ••• Hti I tou' cela o'tv q-\r chnrre / S' nous 1 o'S en nrstnea dCttU allo'an' q .inui de se',1 a gent et d'or. 1 ois en ser on telle mert submerg, qu; c se -iit i vou> dgj'er d tre du sep' (ois rniliiar daireNous n'amiOM pu qu ^ fa briquer des osseroies ei 'le; r-rocs avec cet amonc-l'emtn'de mul. *i sm'.s I en ftudrait il mg irg 1er de ces ou p^s pour arrivera si-n 1 m ni or cer en m liers de m lliom de mil lurds de Iraucs de cb orure I AUL OHAUMEf fi' J jus'e dire d opration ave: trait batailles J'etsunble p'emihe ue t'tcor die premier J .{nuis M {re n re Jts HitJres Deux naiat'ies : a Ypres et /' Yser. \011s ne pouvons, cela va sans itr/ % reproduire ici la no irnclatwe Jonnc dans le tableau. Si nous soi,m s entres Ua*% U Jet fl po-ti 1^14'. c est min que les lecews st rende tl camMe Je la t ion Joui a elc conu ce tableau et puis sent se f 1 e une nlce de l intime va n i et mu 11.J1 it des oprations. Ce qui est ici quJifU J oprations ou Je batailles d ensemble esi Ju Jomaine de la stratgie L/s choses m tjjet se sont passs sur des terrains dune vaste iten due. Les % balai J s • cil s mmes, ctr tatius d entre elles en lout cas appar tiennent ial ment u ce Jomaine. On s'en rendra compte si je dis que pour 1915. par exemp r. le tabcait en question, parlant des Jeux ojjen ives de Dcembre 1914 Mars 19 5 et Je Sep tembre 191 > qualifie simplement Je ba taile J ense n bu ieue Jcriuire qui n est autre que 1 0 fensue Je Champagne. IH >. Ikax opration Verdun et ta S mimeDeux halatil s de nemble Lu fin m e u diu pour aim dire toute l'annni* ( 'il tener au 10 jlet more f, eut Verdun. Lataoone — celle de la Somma — 1 est p %  ursuivie quin-e m as dura"! : Jaillit NointU brt. C ml tu Sunnite. Le rtptiutieuiuiti dttprinlemps 1917 est qui lifit d'opration. De mme que la matin tinue : : en. M< C de mai. l'.Hb luii'puile une premier' srie d Opration ( campoyue '/./('/(.su (• ) au iii Mais au \9J-1lttl avec la Oulailli d ensembl. Je l'œurdiv. f ui, t'eut la eexmpauH uffrruine d> 18 Juillet , ptrmbrr SU U'iolire ), pousse vert lu M usr ( o • J1 Sovembre ), et enpn .anJe Liiijiqat ( 28 S'punitbre •{ *\iiVen\ijre ,. Cette pr.ude offen stvt m: comu* pis moins de l'd balailUs lis Un>er s en date tant ctlli.s de ./• ;.t [g r / r vie. Colonel V. H. (. toute ) T 5 "> / eut lia eur .La courroie de corn man'e panne, racourcisse/ ou fende?, tacou-roie est casse, rparer, ou changez. La poulie ou l'engrenage de omminde est ddavett. Mettez une c'avette neuve. 6 Carburateur. La carburation est trop riche. Vous vous apercevez que voire Cirbuiation est trop riche, par l'odeur forte de VJ* gu d'chapp mat et par la mollesse que mettr voue moteur a .repondre l'acclrateur, il prend un Rgime rguli r ement saccal. | Kglez le pointeju du gicleur,Jesser rez le report OJ la vis de la prise G 'air ad ait onntlle. Li Ca buratun est trop pauvre tt les retojis (chauHeut les soupapes achap r emint,il e proiuit abrsdes retoan de -flamme au caiburateur losquoi acclre. Ce sont des dtouatioit c.racteris t ques qui refoulent le mlange a-j Ciibura eur et se produiseat a in er valles irrgaheis, le rajreur n'a au eu ne force et neitrame 11 vo ture qu'i grande vitesse. Augmentez le deb.t d*e>ence du poiuteau du car buiateur.iesserrez le ressuit ou la vis de rglage de la p.ise d'air adi tui nelle. 7 0 Cylindre La chambre d'explo sien et la cuio te du pision sont en duites de dpt de Carbone, il &e produit alors un allumage prmatu l appel auto allumage Faites gral 1 r l'intueur de vos cylindres La chambre d'eau est intrieureent couverte de teire Pour dtartrer vos cylindres, dmontez les raccords de CauuUhouc, bouchez les o.itkes du bas des cylindres et versez par ce lui du haut de l'eau mlange avec 25 c/o d'acide chloihydrique. Lors que ce liquide cessera de dgiger des gsz vous laverez vos cyhudre i graude eau, car 1 acide chlorhydn que est tan este aux radiateurs. Un cylindre et tendu txtaieuie menila.tes sonder i l'autogae lin cylindre est fendu intrieure ment et 1 eau pntre daos la cru m b.e d'explostoo.Cetle panne est assez d iii:ile trouve;: il vous faut votre mo eur euot froid, dmoater vos bougies tt VJQS y verrez l'eau Pattes souier i l'auiogoe. Un cy.indre e.t poreux ; cas tr; rare etrepar.t ou pits^ue impossible mme diagnos i: que pour le prcdent. Ce jj'tit des moteurs i culass* rapport: est mal sn ou fendu, et UtfU '.ojie lgeiemeut daas la chambre d'explosion, resserrez les cious ou chiuges le joint. 8 3 Allumage. Pas assez d'avan;e i 1 allumage. S'il y a trop de retard i 1 -l'.umage, l'exploiion se tait trop t rd tt 'oui 1 les calories n ont msa I temps d v re utilises a produire du irav.il canique : alors elles chauffent la matcur dune faon a or.uale pr coi're pressioo rsistau e uau:orme en Irot'emenis aitimacx Nous avons reu une intressante* rxoeburo lutitute c La' Upublique d'Haiu dont tu couienu, txtrait du Bulletin de la Socit litige d'Utude Coloniales, u pour BAiloOC ait Tu. de StrcJttNiig qui lut cbirue ut intrt-td des iiauitiiit) en Belgique pendant la Kranue gaeiraj. Klle constitue un document dj premier ordre dort la vuig-riaatiuu en dounaiit l'tranger uuja* um lion de ce que i.uu kOmuM**, uo peut que faire uubuu immense no te l'ayu. L'auteur s'est soigneusement uws en garde centre eu* gofreluaiioua. Iiativcs auxquelles noua devons soi vent ces apprciations enooat d la part de co qui uous viaittut tt le. Baltes lgtOdtl qui noua oui luui taie aouftrw |iar(0M. Sja conseils aur U manttf le se bien, pntrer ue l tnentalii du peuple liai i u devraient u.iv medub pi tous te trangers u notre booito Tout est paaa en revue dao celte ut.le pauucalion : uot unoarav nos mntituuons, uo.re laugue, uotre industrie, uo* lessourc-a miuitue'. et agricoles Nui s y trouvons mmo un ventante cour eiemeuuure d*> notre instoire jusqu' ce juur. Tout cela, puibe aux meitieurei, souruea et relate avec luHouneut d grot, dnote ua certain plaisitde* traiter le aujet. Un seut que 1 auteur aune ce pays t u j ciel pique d acm tillentoe eiuiies, o la traJcti* nuso de la uuit eous nerce douceuieni. Nous le cj.npliiuentoos et noua. lui adressons tous uo letnt-roie mats de ce gracieux euvoi. Etant assur,que votre carburateur est bien rgl, vous vous apercevrez: du manque d'avance en mettant l'acclrateur, votre moteur n'emballera pas a fond tl dans le cas ou vous au cz un chappement Jibit, tes eiplotions seront, sonvre au lieu cetre sches. Pour metLe votre lutteur de courant primaire ou {votre magnto au point adres.ez vous a un expert. incanacien. • T.op devance l'allum>ge cause une couue pres.ion, cre F t i> t \p.osion prmature de,6 az et frrne te moteur. Une cte trop rude, un frein qui serre, uo roulement a bille coince peuvent faire chauller le moteur, car il ne tourne pas a *a vites.e et l'explosion se fait avec trop d'avance t allumage, cela est simultan avec le co^ue.uent du moteur. L panne dchauffement du moteur se manifes e par uo jet de vapeur qui schippe du tuyau de tro? piUD du radiateur.ie moteur tpioi uae odeur d huile brle, il pecd la force, cogne et allume U cocopression. i>. cest le manque d'eauaiteodez qu'il soillgrernent refrot^ di avant d'en ajoater.vousrisqueriez autrement de t„re tendre vo/cyliodres. 11 arrive souvent qu'aprs avo ir .a.ss c^iaiiKpr uu mo.eur vous ne pouvez le tourner qae dilficilemeat u e,t alors nece,saue d injecter ua peu de ptro,e dans le cyi.ndre.. pour dgommer les segment*. Mfiai vous eu mtltant en rote.a tsida de la manivelle, un moteur qui esc cluud il peut se proaure des all, mages avant le temps, le moiei* pc-l patin eu aniere et vou-, casser le bru. Nous donnerons la semaice rrochaine la siuie de cal article n're saut au plus haut point les au OQO. biiistes. A BAR&6U •* •. • OL M


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05103
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, April 27, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05103
System ID: UF00081213:05103

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Lgtf^**u 2re&
Pori au Vme Hati
DIBSCTECR-^ROPRIETAIRE
l^eot-MAtiLOittE
MAGISTRAT COMMUNAL
a NUMERO 15 CENTIMES
aBownements
PORT-AU-FRINCt
. r G. 2.00
* G 2 DO
M:;.!l 2? Au UTO]
CTRANGSR
2 50
7uo
l 8.00
Le mauvais pecchx.nl est
d'iibord un passant, puis
notre hte, puis notre
matre.
'A.MUD
.accs sont reues au Comptoir In-
Ta* Publicit, 9 Rui Tronchet, Pa-
ji, 3j, Ludgate Hill, Londres.
Quotidien
7 elepuo^ &;[>:($
CHRONIQUE
CAUSER^^WEJYasqazCorreas&CaIr.c
Ma k la
chronique;
IMPORT EXPORT
I State Street New-York
|uit o Ion pc sait pas
iilice entire du globe tcr-
,en chiffres ronds, de s io
kilomtres carrs.Les coi
lieo rttouvieul que i|^ mu
iquelei ocan.,, meis.etc,
ipta 36j millions,
itulaonslevjlume des eaux
CiQiavnt n lumc des t r;.- qui cn>-
t b pallie Je* corii.m--Ui.einc.
^nuidu niveau de la mer
de cen. millions de kiu-
jibes, alors qje Je vomi;
Mtso contenue dans les o;e-
l te plu* de quatoze cents
idr. kilomtres cubes.
I coDiiinnent les ocans ? De
intsitllemeot. Mais cttie eau
tin sel mann , lr sel d
le l'on nomme scier.i li.ju.
pioie de 5ociu.it Eun i,.:c
r;blouie de maguesu.in,
InigniHe.su.Uc: d- cti.a'
";peUiuin, O'o n> e d
iratarho ph Ld vh ux
N UiOi icut i avui., ,ic..i
Ci. nioJcr.ic.si cjm .
I rares : cjs um, ru-
iridium, et, pour terrau r
*ni-or.
llotile de l'eau de m r
(oreone, de j4 gramnts d;
ijwtf'jiii de. sels coit.-
ft* de nur est daac de
.ooo.ooo^jo de ki o
w Puur .uc ce ctiu e
Ualeme.it 4: 4* on*
ije lunucs. 1: si i jn
a dnot de c.-s
Me 2J,ooj.ouo oooojo.
"icubts.ioi. 22 millions
cubes. L; it. de cui-
[Wfticmeu., Taris ofi7o
^maitdooc dan, l'elu
'_ -M doane que le ch'.o-
^MttUrvient pour les
'mfusiUon de sels ma-
meur de iiy.joo.ooo
"' vuaj4/lJ
La paix fuie Ihistorien a la parole.
Ma s avant Je d ssciter. il ccnvie-tt Je
s'enleuure La quesiijn.de lad-ionfa-
lio-i Jes batatilts Joit tre rgle. DJno-
mina toi ?.. direz: voit*. Mais cm. Ainsi,
pour les Allemands, lu oatuillt au iS
luin 16l 5 est celie Je li oelic-Allian e
alors que tran(.n. tt /".; ,; / oui bap-
tue Waterloo Les Atu.iiauis, encure,
appellent Gross K^oiscb - , la buaille
ae Lut\en en ion trescbmhr un
Reicljsjojui pour eux, ist tfoertb. ut
dtiht ue sui.e h tout donc fixer tt* t-'j-
>es, en c ont lO.tcernt la giuiuu Juerri,
Aussi U se A on l.us iqu Ut letj-
m.ij >r de lann:e au UMti ereJr la un /
re, alele amie oh t liment un ta*
bleai tabli dans le o-a d uniformiser
et de reg intenter les ap^iiianons a Jon
ner aux oataiiUs d ense noie et aux co n
bats prmcipiUK p.muant a.oir la Jeao-
inflation ae baimdes lio'cs par les ar-
mdet fttnuses sur U imu franais.
Le ttonau, Jresspar anne, tablit
trois ^rut.ts rubriques .oprations, tu
lOtties l ensemb.e e* va'aihes.
Capital i o r.ooo en iem ni vers
H.-teien:es
Tne Royal Bir.kof CanadaP-au P
ATiencin Fortign Btnkmg Corp.
P-a-i-P. 6 F
Nitional P.rk Bank of NVw Yo:k
H^uitable l'iu*! ot New York
Bank of New York.
Biltery Park Naioual Bank.
Seul agent pouiHuti,
L rort-iu-P.incp, Haiti.
Voir^rag*nl port lutes les cou
nand s et o s ; ati? s
A la rectecte le la
pne s! le remde
JoM xy (4 Mauv.iis dbut Batailles
a c iSiiaju.ei l.iri om, sont rubrtqus:
battt'le ae sarrebourg, de iioreunge,
ue ta .vlaitajne, et nura.-U-i^otuonie
lia'.aitle J dnace Li plus au nord bu
tailles Jes ArJennes, Je Charieroi. Je
la M.use et de Gutte. Soit neuf batail-
les.
Lu seple-nb e ; opra ion de In Mar-
ne ^oij). Une bataille Jensenb.e. celle
di i) ux .\ioitiis. de Kevtgny, Je fttry, ae> marais Je
Suint (jOuJ et ae I Uurcu.
La sUoii.sati/u euinn-, ctst une ba
taille u eus. mole, la prenttere de l Aisne.
Saut r ibr qn : bOtoiUet ae titrer.
Fuis vient U course a la mer, qua i
dans ces calculs !
Rcapitulons uos richesses:
Sel de cuisne-
25 410.000,000 mi'liards
Arg:nt 7 y#* 000 1
O. 42 >.0 10 003 <
Ject,,es sels pure-
*^V% mme que
t J^uc.rgtuticcu
**nym i3,JOO mK.
Kk*^ 6- t. ,
<# mu.uids.
[^J',:,enCJ0re Plnsabm-
3,iid,niere,icon-
rNPecechi,Prie
>*o4*contenues
>lim.. Q c ^ouve
l4oB"llicP. 'Jrmtuc' uu
ikiiei f onnes, SOlt
^'it'^"dsoe fre-
uiiluuas Total 2y,b3 7 980*1100 mil de Is
Cf'te fortune, nous al'ocs, gn-
reusement,la par'ager enlre tous les
habitants de la terre, lesquels sont
au nombre de un milliarl et demi.
&;la < Di sept rrilliards.deux cent virgt
ci'q mi lions trois ceat vingt mi le
!r>ucs
' Ei vous hsier ez 1 solaire i
^mprtail I...
,#
Hti I tou' cela o'tv q-\r chnr-
re / S' nous 1 o'S en nrstnea d-
CttU allo'an' q .inui de se',1 a -
gent et d'or. 1 ois en ser on telle
mert submerg, qu; c se -iit i vou>
dgj'er d tre du sep' (ois rniliiar
daire- Nous n'amiOM pu qu ^ fa
briquer des osseroies ei 'le; r-rocs
avec cet amonc-l'emtn'de mul. quant au sel ah mB b >*i sm'.s I
en ftudrait il mg irg 1er de ces ou
p^s pour arrivera si-n 1 m ni or
cer en m liers de m lliom de mil
lurds de Iraucs de cb orure !
I aul OHAUMEf
fi' J jus'e dire d opration ave: trait
batailles J'etsunble p'emihe ue t'tcor
die premier J .{nuis M {re n re Jts
HitJres Deux naiat'ies : a Ypres et
/' Yser.
\011s ne pouvons, cela va sans itr/%
reproduire ici la no irnclatwe Jon-
nc dans le tableau. Si nous soi,m s
entres Ua*% U Jet fl po-ti 1^14'. c est min
que les lecews st rende tl camMe Je la
t ion Joui a elc conu ce tableau et puis
sent se f 1 e une nlce de l intime va
n i et mu 11.J1 it des oprations. Ce
qui est ici quJifU J oprations ou Je
batailles d ensemble esi Ju Jomaine de
la stratgie L/s choses m tjjet se sont
passs sur des terrains dune vaste iten
due. Les % balai J s cil s mmes, ctr
tatius d entre elles en lout cas appar
tiennent ial ment u ce Jomaine.
On s'en rendra compte si je dis que
pour 1915. par exemp r. le tabcait en
question, parlant des Jeux ojjen ives de
Dcembre 1914 Mars 19 5 et Je Sep
tembre 191 > qualifie simplement Je ba
taile J ense n bu ieue Jcriuire qui n est
autre que 1 0 fensue Je Champagne.
IH >. Ikax opration Verdun et
ta S mime- Deux halatil s de nemble
Lu fin m e u diu pour aim dire
toute l'annni* ( 'il tener au 10 jl-
et more f, eut Verdun. Lataoone
celle de la Somma 1 est p ursuivie
quin-e m as dura"! : Jaillit NointU
brt. C ml tu Sunnite.
Le rtptiutieuiuiti dttprinlemps 1917
est qui lifit d'opration. De mme que
la matin tinue : : en.m< c de mai.
l'.Hb luii'puile une premier' srie
d Opration ( campoyue '/./('/(.su ( ) au
iii Mais au \9J-1lttl avec la Oulailli
d ensembl. Je l'urdiv. f ui, t'eut la
eexmpauH uffrruine d> 18 Juillet luriitit-tice ). S pi b taill s Jens mble :
UiiH ue la Marne (1& juillet O Aot),
lieuie de Picardie ( S *AuUt 14 Sep-
leinuie ), pousse v, rs la ligne Uni-
denonrij { 'l'.t An A M Sept mbre ),
(Ai mitQU'M et Arff une ( 'lii Sipleni-
brt l UAobit f, U.se, Seirj il Aime
1 '. >, ptrmbrr SU U'iolire ), pousse
vert lu M usr ( o J1 Sovembre ), et
enpn .an- Je Liiijiqat ( 28 S'punit-
bre { *\iiVen\ijre ,. Cette pr.ude offen
stvt m: comu* pis moins de l'd balail-
Us lis Un- >er s en date tant ctlli.s
de ./ ;. Lu* scua:( 30 O l brt II Xovembrr.
Il ne B'ugtt ici, ie\*mtonia que de
bataille e- non ae Combats st impur
lants suent ils ou d engagement Un
ne vnt pas figurer sur l* lisu Je l-
tal mj/ur de nuiin Lonim* lahure,
Massijes, l llommc Mon, / 'irua lin
( 1 .,,( U V; <'-A-m t il. < S nipl S 1 n'- "I *
.\im,eli que < J* .'/'"' Mais
e $am ru. nus s en ouut ndrv >t
[g r / r vie. ,
Colonel V. H.
(. toute )
T 5 "> / eut lia eur .La courroie de corn
man'e panne, racourcisse/ ou fen-
de?, tacou-roie est casse, rparer,
ou changez. La poulie ou l'engrena-
ge de omminde est ddavett. Met-
tez une c'avette neuve.
6 Carburateur. La carburation est
trop riche. Vous vous apercevez que
voire Cirbuiation est trop riche, par
l'odeur forte de vj* gu d'chapp
mat et par la mollesse que mettr
voue moteur a .repondre l'acclra-
teur, il prend un Rgime rgulire-
ment saccal. |
Kglez le pointeju du gicleur,Jesser
rez le report oj la vis de la prise
g'air ad ait onntlle.
Li Ca buratun est trop pauvre tt
les retojis (chauHeut les soupapes
achapremint,il e proiuit abrsdes
retoan de -flamme au caiburateur
losquoi acclre.
Ce sont des dtouatioit c.racteris
t ques qui refoulent le mlange a-j
Ciibura eur et se produiseat a in er
valles irrgaheis, le rajreur n'a au
eu ne force et neitrame 11 vo ture
qu'i grande vitesse. Augmentez le
deb.t d*e>ence du poiuteau du car
buiateur.iesserrez le ressuit ou la vis
de rglage de la p.ise d'air adi tui
nelle.
70 Cylindre La chambre d'explo
sien et la cuio te du pision sont en
duites de dpt de Carbone, il &e
produit alors un allumage prmatu
l appel auto allumage Faites gral
1 r l'intueur de vos cylindres
La chambre d'eau est intrieure-
ent couverte de teire Pour dtartrer
vos cylindres, dmontez les raccords
de CauuUhouc, bouchez les o.itkes
du bas des cylindres et versez par ce
lui du haut de l'eau mlange avec
25 c/o d'acide chloihydrique. Lors
que ce liquide cessera de dgiger
des gsz vous laverez vos cyhudre
i graude eau, car 1 acide chlorhydn
que est tan este aux radiateurs.
Un cylindre et tendu txtaieuie
menila.tes sonder i l'autogae
lin cylindre est fendu intrieure
ment et 1 eau pntre daos la cru m
b.e d'explostoo.Cetle panne est assez
d iii:ile trouve;: il vous faut votre
mo eur euot froid, dmoater vos
bougies tt vjqs y verrez l'eau Pattes
souier i l'auiogoe.
Un cy.indre e.t poreux ; cas tr;
rare etrepar.t ou pits^ue impossible
mme diagnos i: que pour le prc-
dent.
Ce jj'tit des moteurs i culass*
rapport: est mal sn ou fendu, et
UtfU '.ojie lgeiemeut daas la
chambre d'explosion, resserrez les
cious ou chiuges le joint.
8 3 Allumage. Pas assez d'avan;e
i 1 allumage. S'il y a trop de retard
i 1 -l'.umage, l'exploiion se tait trop
t rd tt 'oui 1 les calories n ont msa
I temps d v re utilises a produire
du irav.il canique : alors elles
chauffent la matcur dune faon
a or.uale pr coi're pressioo rsis-
tau e uau:orme en Irot'emenis
aitimacx
Nous avons reu une intressante*
rxoeburo lutitute c La' Upublique
d'Haiu dont tu couienu, txtrait du
Bulletin de la Socit litige d'Utude
Coloniales, u pour BAiloOC ait Tu.
de StrcJttNiig qui lut cbirue ut in-
trt-td des iiauitiiit) en Belgique pen-
dant la Kranue gaeiraj.
Klle constitue un document dj
premier ordre dort la vuig-riaatiuu
en dounaiit l'tranger uuja* um
lion de ce que i.uu kOmuM**, uo
peut que faire uubuu immense
no te l'ayu.
L'auteur s'est soigneusement uws
en garde centre eu* gofreluaiioua.
Iiativcs auxquelles noua devons soi
vent ces apprciations enooat d
la part de co qui uous viaittut tt le.
Baltes lgtOdtl qui noua oui luui taie
aouftrw |iar(0M. Sja conseils aur U
manttf le se bien, pntrer ue l
tnentalii du peuple liai i u de-
vraient u.iv medub pi tous te
trangers u notre booito
Tout est paaa en revue dao
celte ut.le pauucalion : uot unoarav
nos mntituuons, uo.re laugue, uotre
industrie, uo* lessourc-a miuitue'.
et agricoles Nui s y trouvons mmo
un ventante cour eiemeuuure d*>
notre instoire jusqu' ce juur.
Tout cela, puibe aux meitieurei,
souruea et relate avec luHouneut d
grot, dnote ua certain plaisit- de*
traiter le aujet. Un seut que 1 auteur
aune ce pays t u j ciel pique d acm
tillentoe eiuiies, o la traJcti* nuso
de la uuit eous nerce douceuieni.
Nous le cj.npliiuentoos et noua.
lui adressons tous uo letnt-roie
mats de ce gracieux euvoi.
Etant assur,que votre carburateur
est bien rgl, vous vous apercevrez:
du manque d'avance en mettant l'ac-
clrateur, votre moteur n'emballera
pas a fond tl dans le cas ou vous au
cz un chappement Jibit, tes eiplo-
tions seront, sonvre au lieu cetre
sches. Pour metLe votre lutteur de
courant primaire ou {votre magnto
au point adres.ez vous a un expert.
incanacien.
T.op devance l'allum>ge cause
une couue pres.ion, cre F.t i>t\-
p.osion prmature de,- 6az et frrne
te moteur.
Une cte trop rude, un frein qui
serre, uo roulement a bille coince
peuvent faire chauller le moteur, car
il ne tourne pas a *a vites.e et l'ex-
plosion se fait avec trop d'avance
t allumage, cela est simultan avec
le co^ue.uent du moteur.
L panne dchauffement du mo-
teur se manifes e par uo jet de va-
peur qui schippe du tuyau de tro?
piUD du radiateur.ie moteur tpioi
uae odeur d huile brle, il pecd
la force, cogne et allume U coco-
pression. i>. cest le manque d'eau-
aiteodez qu'il soillgrernent refrot^
di avant d'en ajoater.vousrisqueriez
autrement de tre tendre vo/cylio-
dres. 11 arrive souvent qu'aprs avoir
.a.ss c^iaiiKpr uu mo.eur vous ne
pouvez le tourner qae dilficilemeat
u e,t alors nece,saue d injecter ua
peu de ptro,e dans le cyi.ndre..
pour dgommer les segment*. Mfiai
vous eu mtltant en rote.a tsida de
la manivelle, un moteur qui esc
cluud il peut se proaure des all,
mages avant le temps, le moiei*
pc-l patin eu aniere et vou-, casser
le bru.
Nous donnerons la semaice rro-
chaine la siuie de cal article n're -
saut au plus haut point les au oqo.
biiistes.
. A BAR&6U
* .
OL
M


iz mat: :

Faits Divers ;
RENSET^ NEMENTS
METEOROLOGIQUES
ObSKVATOlHtsi
rCTT SEMlNUKt
v OcLLGE ST MARTIAL
Lundi 2(3 avr-l 1920
Baromtre -(,2 3
i
rnimmum 22 1
"11 1 .tatuie
' maxiu um 726
' ' > e diirtt 2'ty
i. .a. jcui e nuit.
l'jciic.it coiaUDt.
J. SLHERE.*
Le Moniteur
i Lt No du Journal oiriuei Je samedi publie :
A'riic Loiniii-11 .\10uKigncur jum Victor
Varie i-.wuoii .sic.ioeijue-hveuue Ucs Ca\c> en
ii..^i-.v,..vi,i ur Monfc-imwui laBM Le MittK.
deiuiMwuttaut,
Anc.e tompktant le mwrll communal de
1 Aine 0 1 lainauit.
Anetc atitonsaut a Socit anouyme di-
noiuiucc nain liiipon ei Uxport eo et ap-
prouvai sou M riWtfitiHlf m ses aiautiyau-
ces.es.
Avis mini-tend iclatif a l'esamen du certi-
ncal a'apu'uUe pdagogique.
Cituuiaueuu >..rc:.:ie t! Lu: des PiOtSCCa
it ju LuiiiineivC aux Auiniuibtruieur de l'iiij'i-
wa uc u nepuomiuc.
Concert Gamin
f^t ifs amaicui>ue bonue ruutiqvi scrjouis-
Hf.t .
i- ne la htmiins proc!) iine qa'ih auront le pbMf
j entende MawUoim, la imici le Mac rt avait ete reiivuy deiuurciueir..
"'" r^icnUrou> ur ce re, llnwiUfBt uu ,'.id.i. nombre a*.
Brlcment *
Ce matin il a ete nvre aux riamtaci par les
Mua ce ta sunaMmoa du mnii u rftmmj Je
'jj.ouu gourds* ue lUci datervor*.
U.cS. (J S.
Le membies ae c-uiou >yndicak du Corps
Ce mm< ( mdecin, pharmacien, vuubtt es
j hrtUiMO; HW| coi.vo.jjo,IcveuJiedi }o avni
ly-u 4 11. i(i p m. a inotpiM t-traciois de
-
Ordre >. lojr
iSHuliant la cirpjt.tioa; M ..mi-
......- -..> KHMUOJWla
MttUVeiAttt! Mttriiiiiie
Le a.caiiiCi K.0I011 de U 1g If Pi
rama Imm ce :uu pour N.w Yo.k
*-.: aie.mer Lulypio ue U l'gdc
-ii ii.ii-.M vcuaul d'Lutopc est kl
l.-OuU ce soir OU UCiil.HU iOaUU cU
lOUt pOUi SaACbfg, i'UCitj tUtfti
Sauio Dumiugo, Havre ci Arasiei-
u*u', ue pia;u qce du tet
Le ItoUIH LdtuuHe de la C G T
pamu VLuuffUi )o rwxil couuQt a
; iicuits piC&btti Ue lap.es midi
, *>ur V-.-J. hatien, Putito fUU, S-n
jttM Le iicauui .nuana de la ligne
Panama veuaut ue iN^v Yukciui
tn ou ici cci apii iui avec 275
touccd de uii.rcniLd.scs. u pas --
^>.i .' iw7 Mtil clc coiic puudauce
N'iiBp&rte L^Mg
4M
potrr prendre avec bnfice
la lgitime
EMULSION DE SCOTT
productive de forces, vigueur,
et nergie.
'a
==tf
NOUVELLES ETRANGERES
Par Cable
?G Avril
PARI K i hajtd cour lu prsident
lut lairi.ooiidiii i;ut J.jsepn Cfil-
iaux ; dut.es .Ijpiiiou.lu fc.uitied
de pi iv.u ju dd 6j^ droit: d* vota et
l'ellg b.u d rt -i .,'..j h' tlu'erd-.-.i AuX
l)n ion ob i lues e> a au d m-
l< i tu Je ej .ji. L audlouce es
.^ e.
f.Ulid. La liiuta cour Cid mna
Cu a aux trais ouveus ietn vaui
i*ivnit a j mille cinq te iU fa-Oilll
It'wiioti qui ptc^U l'audiea e
publ 'lue il fut co veuu qae la rduc
n o aj la peine iii^lig^d CailUux
ir up tiquerait au tutu de li pei ie
t a a a pieveutiou. Caillaux ara
u< n' iioeid Ucinuii .si.u-.ii.
HAlUS. Led Juucua'jx commentant
diva're.utiiu l urrt de la tiau e cour
I H un uouveni id verdict tiop l
r -i. Les uuires au CJiuraire cousue
lent la VeriLCt co.uuia j ai: i iu-
aieurs expinueut leaucur que l'artt
de ta tiauid cour ciotureia lafturd a
jiiuais.
Le it nlical fait appel a tous Um r-
lu k.i'.n t patriote p6ut couaid
lof l'aiiure coni ua t.-f uuee et da
M i'tf.iM a eu taire uu aujet de divi
liOQ -t le cl.acordcd.
SAN ItliWU Le cunstil suprme
icurauivaui iea,eiiit.u du iiuilo fwlC
disouia u Ljut-aiiun des ujauutt( Ld
CJUSill IH sle^-la piM ultlJiril^Ul-i!
deumiu. 6dlou le i etit Joun.al ha
cil fi des KuuveiueiueRHs a'eui^loc;-
roiit d-iun U luaiuied a seiitieitnir
Uc la quemi'.'i u Aliciuaguu ur la-
; cne lie Vt'.,iiv.i llAd leur ptl t Ue
vue avant ae Itboidef cliijmn m m
dTRJMSUUhli. Le ctl^e ig dau la vl.c L'o Bu,,cUio .cie, uu*
xii- en Hdsuieut Uattu U k le.e
I r'i c oral in ci u.i la veu c d i jour
i.i.u.. t'culgeb tu ld uuie Biiauiauu
SAN USdO. I a:cirJ entra le pro
mer an^'aia et Millerand eut ralisa
t> ir la q idd ion du d^sai'inern ^nt di
l Ai e.ua,t:'."., des r.'.-.ir.tuns daea
U Kiiiioe et sic la coinminaut
d'action interailk-e.
L Ail(Hafn sera aa^orise envo
yr B.uxeila uu repredauiant qui
1er de ^u^gea uaa au loj )i uea
rpara ions.
L'iutprMfliOO danH les milieox fran
iU est uetceiue t t voiible aux d-
C d jus qui ont eta priaes.
l'AdlS. Joiapb Ciiilajx l.bSr^ arri
v .,* ao j du.nicile particulier IV u.
j! i),\'jii,;ii!r' de >lalaud C=uluu^
et Aa qudiqaea aiuis Cullaux re
taia a touusinterview aj bornant a
due qu'il ne arait pt a rai i a le 1er
M li.cj idiqids curieux uisnifeatreat
div rs mut. Oa ae oi^aa. aucufi
tUwldd.it.
SACfZ Li sitaaiion cau^'e pat
la ^ ii/H eai aaua cliungeuienr. Le
(Ujuvameit iif. trama eut uonipiem
un.it a u i-ikI.i. L) tr IL t'jnciionne
avec un pdraomidl rduit taasuraiil
un" dniiibution par jour.
C3 .M AU- La y vu cuntiaue San.-
iticidrjit no aLl".
SaN RaMO .Ni ti recevant Ipb Jour
naliati traocate leur pxpritnt :*
conviction q^e le seul moyen ia:-i
ver a ftebllf une pHix daiaOle %V
Ou iolidaiieer iea VBiuqatuie tt lu a
vaiuuuj. ili'iut le^d^e ai'AlletnagLe
la ,i.'.i.i-r.i i e ue ae ittvuaiiicr eu
vivres pftfl ue lui l'aiie excuter lea
' ^ gi^ieut* aux^ueia elle st*< lie
riaoQ eih luctioinbira fataiinau
uuue le ii i!cn viame ou le uilitaria
ni N tu biju a qu'il couvre iait
tuf bien les doutes de la l'i'auoe
i'< ^ i d dea aeu i ueuts picili ,iui u ;
i Aile iitrf'i.'. Il est duccu.u aveu la
fiance ur la iiecessite eu disaim^r
I Aile nagi>. Nlttl t irmina en deman
tint ju'ii s nt nartiian d une rvision
du irai Ue Vanaiilea et d* prteii
du* accorda secrets de 1 Italie avec
empires du centro.
PARIS Le Conseil suprm; dis-
cuta la question des maidats di Fa
le me, de Syne et de Msopotamie.
II rgla tn outie la ques ion atmi-
niinae et discuta la repiise des rela-
tions commerciales avec la Russie
sovitique. Le < loornal dts Di.bai^#
sppiecd de Beilin que lAUemagne
sera reprsente dcsoimais aupi uu
Sir ge par un ambassadeur ce
qui enraioera'e ttaaslert d'un ooa-
ce lsidant jusqu'.ci a Munuh Le
Temps appttnd que la cvalen:
tran.ise ainvant 1 il.nau dcouvrit
une norme accumulation d'atmets
de muDittons et d'appio.vi^iocnemcni
Ci a S.-1..1 dts documents miuiauts
relatib 1 l'entiaicement de la R-.i:-
cbcWCbl et p.ouvaot surabondan-
mes tic dessein ce l Allemagne d une
attaque contre la Fiance i tiavcis la
zoue occupe par les amricains.
PAKjcLt t Temps* coromcntrt
l'accord suiveru er.ire Mille.-and tt
Lloyd Georg ,diiquil est insuffisant
Le LoJWCil uti.uie txigel'cxe.utiou
du t:a t.Le Conseil doilabsolument
icaliier i'accoid ta;;e Us agencts in
teraliiles agissant en Allemagne t
dterminer les me&uies coeici.ives
applicables si le milhrisme lltmacd
o..imue a biavir icsalLcs etbalom:
ie gouveir.ifhent alltmiiDd
ILSLhhN Un ccn. manda rt
iur..,.is tu lgrement b.css cl non
me au cours d une nxe picvoque
pai lagivr qui occasionaa un au.i
et six bits:es.
La StMj
la f'e biroi^it'ed- .
a t brla-nna-m cMwH
di 24, la veille de la ii^H
prsent? t or. th^ra'* ?H
uawanc-. Le dimanchV JU
*Tjt clbre paMi"u',l*l
Pire j m. cur de la iNJ
p*P"*oiiVui?M
Mav.A 4 neures pro^
Danslaso.r^.cnereS
d^tnna a Mlotel ^
imressan-e qu elle U^T
t la nuit Ii iiut tom. i
du chanant imrre'iuo s.
Dsinor, ruur qUe pt ,vaiJj
reprsentt on de La R B
M D.vsror qui, dii-o- JS
par comrai, voulut bien VJ
h ures, cder la p|a:e, TJ
oui avaient annonc qUi u
se lverait veis 9 hecn
Somme toute, on sW:.
coup et tout le moi niuvelle fois ho-nmageac
hospitalit d? l'inticjunt*
tiopdeStMarc
SANRKMO-u'codS
mina ce matin la que lion de,
ttque ains- que le memo-anai
Monsieur VVilscn eq dm7
Dcembre 1919 r gant f,h
'at indpendant qui servit ae 1
de Hfpart i la discus$:on
SAN REMO- les allis J
rent compltement sur tcaia
questions qui aboutiient il]
claiiticn ccm.Tune et qceii
sentants de France, d'Angle.
du Jif,on ralifierocttmjir.
clat^ton u pousse la deoul
a I mards tu sujet de l'aafl
lion de on aitr.c de deci
mil'e bon mes. La dclarai
qu'il est neces'aiie dj fiur
tant des u paradons que <
m^ne. Le gouverneitent il*
devra ( xcuicr le traitunonlt
recounort dis mesures co:ri
col-mment l'occupation.
uujb\cia l'assuiance que la I
ne vise aucune annexioaetti
les allis d'avoir cdb. uu
que -ocn2Dt pleine s*iuiiiti
parafons auxquelles adroit
Hyr-raaas, au nom de la
s as 0:1a aux paroles de
se iMcita de voir l'union l\
mai.tcr.ue Milleiaad.roth:
la de gi'ion japooase e
parti oal pour l'aiis mardi
" .SAN REMO- La cocl
ponmb au U!t gramme de
d gu de buviets, qu'clIeL
nau sou potat de vue antritel
rab.e i la reprise des leUtu

7t i-UILLETON DU MAIIN
Judev
liRAM) ROMAN
rff?.7 Lin jrtrWt de
tJ-.:mepaiL. F.etilade)
e^HMiiBaii^'
ONZIEME Et'JcOlU;
LONDINE
Brsuni des pisule* preriirol^
F.ti pleine nuii, Juucs a nlfi l'aenturiire
D.atiM .''*!' t et Morales, son complice, a boiU
ju hncr i.oeittte rAiglon , atiu le iigoc.er
la rai 1.on du baotguicr Favraut qu'il rucna.i
(irisoncicr cl t)uc les deux mirabics lui ont
.nlcve. Miss Uaisv Torp, uajeuse inirepide. .1
plonge dfinc lecaact qui cmporuit Jud'x
ei> le nasut.
I
A Lord de l'tAig'on
Lcraque Judex m t le pied sur le
Liu-k-u' Utte [Aiylon, il n uvail lieu
1 e-iou Ue ion < uuue admirsoie.. Ou
1 clt du quil o'iuiouvaii aucune t b-
I ece d loquttuae de a tre livr ain-
Il r-lil.S tl t I. I, r *. H l (.)(
PtifUd i]t,f p ace# B<*n artn-
ixuit'Uoi. luai lo^ que nue eenste,
H v> n cet Voulu LUna Menti ue I
rcfetii | oui e\ t> de lui reiidre
t tuai t tt ne doi.iant p. s un >eul
.. nui t qu'il %e \H'i di ait lacilemert
b Luit UU bai quel dont il i|tuui8lt
I j.i.i mis le p ciui t re our la isi-
IUU| o. t,'ji b t.* IKuituse 1 ei'tot-
mii 01 lc nlci'i t un-ut- non aoote
1111*1 au tuj*tdt ea j i*ui r ttuute,
v lit: lr flli/lk SUI h' lei-l ,lfcl Cl. |. o1
uu;la\aii il vud! ieveen i toru
1 S' neljt qu v m t 1 > D e.
L pi i. l'11 - m
Ja 111 iti cl. t c cci. t a
xiyiuio, lutfaiu v> qie ladouble;
cra'ure lui avait Inspira et qte d-
ao tnaia il vavai partH^e?
Cet amour avait dj i accompli un
miracle que long npl il avau c u
lu -iD*m- uupos ib e
Il avt attei dri un cur que Ion
ad ait pu coi e j mus te'm a
lotit cuire aentuii. m qu celui de
la vei gesne*.
U avau dsarm madame d- Tr
meuse su punit de resauac t r en
elie des sentiJMQtl da tendres
hamaiue et de char! cb tidnne
que la lia ne semblait avoir pour
,>..' ours toi. lis.
r',- ;ui x data 1 ardeur dune
paMiiO'i i{ii empruntait ten car.c
tra ,""*Cuune pjr uni t-J ica io i ape
cia'e. uud k>tt io rnveticiame d'jn
rute tfn'je *t da cuevalene d'un
autre l-, avait tippieastoi. |ii
nerie q aune puixaa C'4 iuvis ble e
tat.ldi..' aceo vif i"11 *** 03"' VM *
lail a 10. InsUi*' au' /ai t p e a
in motegai co^tr4),ifc,* vU lu t* de ses
lonto ir. i i
mi ce moment. I nil*it pu' l
V-utier panent et sentit qui sen-
toora d* ouiea ua pcau io' u, p
rtcoora toutes les rutes, et |'tfs
M.uio ce tocs les voiles indiapenaa
bl* r,L-ur ouBimuler a'n identit et
faverire. son eenon.. Il n y avait
ries ai un i.lre de l'amour., qui
ne veu. d voi qu'a l'amour Io uiom
pbs de sa voiouw' et * bouheui de
ea vi-
Hs qu'il fut sur la r"0n., Diana
M: cour
toise dtfeiei ce, qui prt4l%W /7)^irfl
par tictsuis Ita ai utes duu |Af*Mii/J
reHO'Ct, b i ppIGClll dr- JudfcX . Ut,
en lu dc g m 11 hmorca u ua t*
li r qui ce. duitui. u Iinteridur du
i.avir** '
Veji I z descei dr dans celle
ih ; ft iu'attendre un maiant. il
1 fn .p' au e que j- prpaie
t' .vraut se louv i en vu e pre-
fot.c^ e< ur'put que je le d.'cide I
voai iccorsptgoar,
Cela lin d flk.le. tra d facile
mme.
...Miii vous poivez coupler aur
rao
1% tiens a vous le rp rr, nous
l.u).i;ia ot:ii. euiant d accord et ptuj
Jt) le || cliis, plus |6 me dis q ie vous
avez trouve la ineilleute aolutioa a
cet e <.Lu e.
Lt appel int le capitaine, qui dans
l'ombre. 16 lait aux alen ours, elle
lui ordonna sur uu .;;:i (;Ut urouviit
queili te:.ji'. a sou eiitidre merci
1 interlope ut singulier aiarui :
Menait, cjauuiiuz monsieur jus
q te CdeZ ino'.
Et el e sjju a :
N i uoauez aucdD o-dre pr-
soine.. avant d'eu avo.r confi
tvec moi-
'}' ndn que luiex. do plus en plua
pe auaie qu'il avait reusa. dans sa
n gj-iatiou a/iC La baudits, saivait
la 114tu.11 du bord laveutuuere re
jotg>Hi MoraljS qu', costuua, lui
l.--! en mdelo avait usa ete, ci s
ennuie a 1 avau?* ur rd uu iba u
cordsg'8, laccott'gd du canct qui
r > Trew uac
. La UU >>u vieux ^ijaia avait m-
ui ).-d u-iii rtcpnpu .lu.'r'x
(Jueiiu q >e 'u' s auiptiae.* i' a e'-
t. it uau urati d intervenir, -- il
r. tuu.au autant lautuiiiauatue de
ton imprieuse maitiesdc, quuavutt
c iiii-tu <. dada les mu tiplea reteour
CebUn SUU tSpilt Illr-l'Ubl-
Ce peu ii t, il aval i aie davur
I' splioation de cei.e nouvelle eug
a a i> io^equ'n fil liuua ce ui^tr
Ceeoottfe,,,' aVa ci rajiiemtct
Vers elle, u u>ii-f v'c "X'ecd :
hl ca. cuiu:*v-u.' ^1 i*
U-;.- d u ci ait piN u:vi:^c-
!.. m:..uablc tout d* Sud liutc-r
ro ur'' en ij.*-..', nveoforofi
I i--i
A;aie, k |i'issi:U u*r le fcr)># e^j
l'enlraioa dans un coin isol d.i
pom et lui parla voix basa -.
Muiai*. qat Sdmbiai p.us que
jamaia l'eac.ave d i la terrible fera
me, se couteuta de aca .d r les paro
l.*a de sa matrise d quelq.es si-
guis de iOt- .- approoauf.. p ..s loua
deux dispa urent dans e i r poittt
H aii iiic-.ii ttappdc & la pjiltf de la
cauiiu rservea a Favrant,
Cdlui-ct qui, pdu pdu> depuis
sou nouvau e rencontre aveu Jean
mu avait reconqaia presque toatea
sjs facults luieiieciudllea liait eu
cote l'ojjet duuo depresson piiysi
qud ass i cou detable C -p :udaui
la Cdrmude d'avo.r r cu,q i a sa
libjite et de revoir bie >0t sa il.i j
oi oi peut Je m. lui avait rendu
quelque (otVr,, E c-st avec une
.upaiijuco (cb le qui! auendan le
idauuat de ij uduiaictid quu avait
tauidd la j.jui ma ue par t lulerm-J
diaue de Uiaua aionti, qu u cousid
raie couiiiie sa uodratrice . vers
laquelle il ad aeutaii ai.ira de nou-
vaau par ud seutnudut de pas^iou
lcidiise,. au^uei ae joignait une lui!
lie leccinuaikSinc .
Eu Duu?.. interrogfjvi-.l aviJo-
meu ues quil va tuiier laventuii
te ci Moiaiea dans sa c.tu.t.
Muu acui.. lit l'kX'aua itutrite
d ui e vu- qu elle tJjeiibsi. foudre
pleii.e up du ceur. |e eoipiaaooe par
Voua due que madame Votre fi le et
voile ejjifr pou1. Jt-an tout fep puiteit
iai de, sanld. ut qutj Voua ua denz
Ver aucune espce dn.quitdde a
.eut tuia-
luib vous ce les verni pas ce
soi .
Pourquoi? ponctua le banquier
don e visage t'tait auttitcn as-
boudin-
( l'arce que madame voire li le
u'a paa ru voie latin
voue euvc.y u'* dooe pas pu
pantuir juiuua ell.- V
Corn ment te fait- > ?
n m m t tape li-
Par qui ?
ParJadex,'
x.ncore\ iopj mr cet
s'eut u Fa vraut, avec un g
rogA
Msh tout de suite, oei
lin mme, JJima M>ooII
Na vo .a .iervei ?>..
voui alP/. mieux, baajcoa
L ue tajdiau pis riijufrP'
ber m ila id |Ua'.o au ioidsp'
i.e saurais rop vas lafflr|
allez reconqurir tout le "*
que vojd avez perdu.
* Izj .;ez-.noi doue s:
coup de lauod- U'aileo/a,
pour la mieux, et voj o1'
paa a vous eu aperce oir-
Uisiure par les P 'olel.
paces de la pril ie ei
vraut li', ea lui roueu-Ui'
Vous uu moios. '
mou amie.' ous me I*"4
j3 ne 1 oub'ierai pis- ,
L.ana rtp.it, en bm*^Li
avec uu ar at fausse rnoaei 1
Mon i re et mt4, co*
mee t;op .ureuz d'ttV,^l
ana.'bcr aux mains do*'"
et tour ma part, ja i'r
snnimot iecotnpeoe Sfl
vain, prs de inul- . ^u
Merci.' mon BMJ f
merci de iou e raoa '
deJacqutlue.avecuueviw
Pu s, il Bjot-ts : ^
Vous avez ra:s)i\ J ^
uiu.r.. il iaut que J lul u|
Mou wrv*.l"TTii
buii'' * J
liSStAl
eoiiiui"
iH1
veiil
cau.ic
pai encore lies
Bornante ou i i
uni a
laibscr g-
Coi.tmu:,]e votae..,J J
1 li'uvci.iuiiteqdi.'^
Lt v.a.Ui.iJt a.bC ,
tdk lu Ue lblisir. -
s la peusee. Ausu J* ^
.cr guider ciiieieiu^r*
" ._ ..... a an ISS
tjtsisr


TIN
LOFE RIVERA
. fi a0i'Uuo Eu 'face de ld poste
Lundi'8 arrives r'' Camrelle
Inte en gros et dtail
queurs^iari^ijrizard
JDac Martell]
anipague Pommery
Brcuo
en bouteilles de J.
|et|& Co..
aseives ines de la
isou Uodel.
%btancbet iiouge
'suprieurs d'italie
Veille au dtail
h
inec la Russie, nuis rua
Miioas po.mq ae>
iv0.fi:te)-AaC)i
: N. I eipjia le Pji u
ibd'gaiioi iti.ieun.' au
r-3 du Irai t de Versailles c'est-
dire par U rduction volontaire dea
effectif* et li li sans qu il o t b 0 n d aucu .e in -
sure c ci ive de lu p-t de< alli*.
Aucau chiffre ne Bar* lix San r\o
qo:iitia dj l Airtauj,'-!. mj rcU-ivotiient r'uii m .U dea
ye.Jfta terni txprmiJient rv,rai0Qi e u.jj e pir Mii.eriaJ t
deiegao Li quciiioa l ^ G o-^e M Ierani quuia
^iduo-ouvel ex.icQ L ba ( ft.n)0 marj, UJUr paI1St
mua de U qaeaioa d ap p MUS L: coogrs del eapo-
il ira te di Vers-tilles par yj3 e h:m.nsdetr aiopta une
lf( L. .. lQPtt loatoafivor.blelagve gitirale
lO.L'oydGorfied^ara d e cofl.eil t Jul :yQdlcai
bel d. tAgJuce Hivaa ^ d rm fi u raodi!l >
rf,'vu PAK1S LtctaarQtteM M Uerind
olint aux d.egaea acg ail fil em
pieint de la p u* tfao.de corJial l?.
Itooea peine accord use
Kud.
QKiiU.La confrence rrora-
nnnidj^aa li-uu la
nde. Le cu..s' i. ava : de
Ni qutiuou d'aOLio.ctc
i foret s ruiees txiguiu ui.e
ibouue volou o pi eau l lu
uijd des clauojd un i ai
.....i'!1 m
tti'Ue, die /.tait iuvueJia
[M, poumuiut auis.i
toi I voua le icpeior :
Ijlcqjiline Aub y et Jeau
I lifaite Becuui<; /
lit* a rcemment u:n< :u'
ranime diua une piopiele
M entours, j a dois, io ie
pieiotih ita gards pot-
iniltendai.1, ils lui Bervett
Nks dlivrer.
Nquoi, mon ficre et moi, touuai'ou.
Varits
et scia
La asca
Ko 7 puitiea
literptte principale
inoiueiup \ Hsiuuaavtr.-rtiit t.rnble.
'plus il :u: Ul.
Ut Ctu ','
[aWUOB IQdlh
ftediUs-vou^ l ?
'ici. Uios la cabine
i Martel).
Hitu pur traiter de voire
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Prix ifciaa
Saxon de toilette Willkms t8 rduits ^ a*
e, i J o huouuc [ 20 J M "\'t/
Il ou a oui ys ,
Ficte Car/en
Jbromu QeJkL ru/t
Amidon Usstve /4?(/o[5
Gui (la r>06ia jaSaMYiton, (/roi fetblam
^Ibri.o/tf Vrentier
48
24
j
0^.
.3

w
40
| t>0
H'40 dx.
\t fctt?
;a'j
o:> h e
t beaucoup d'autres
Ifmunea noire Usie de prix
Nouvellement reus
ii menhvirrvudy /J W le /'/ -
Oi/ttle ilJJ t P^i"''
Co/o broder
Chlores, del llaviup. >Uani(li et 'Porto Kko
Hrosss ,dents Prophylaetic
lerres de toutes sortes
Halles vali#e*


trancesca BertlLi.
Entre cl smjO
r.uldiiia i-UJ
Ltjue Maritime
franaise
La Ligue Uahliiae F.augdibe l
brera le dinmncl; 1S Avul, au Tio
Jideio, le lOciuo aliU.Vcituue c su
M le nebidcntde la Uepublique
a bien voulu luiior.t de oa yf0*ea
ce ceite soleuLi e q.. o.iu preU
par n Laud.y, Minutie fe l> *iar*uo
ot-uCJUlBUo .aqueile lo diaHe are lerui ^u yioatJd doa l'iiuiius
de u L- Ai t'. eu-.ioui do pre^re-
tio.i maiu tue
ATENTlUN
Arrtez votre (aux avant q iil
nuit trop tard,
Toux S; rhume u mneront U*
muadies pulmonaires
Evans Tiiroat Pastilles.
Miaule ru, di le il s !ilucte aux LO ..li-Uui.ei eu Aiig.cUr.re
liPnriaiil la ii" tut' !:1,1m/'? ,:, p ,- ,m*;.S u Mrt rk et s- MM M (.S P<
Wi UiMiliD Will.ains
Si MARC, AULM L.C..LKAL EN 1I.\1U.
GROS El DEUIL
FRIa AVANTAGEUX POUR COMMANDE EN GROS.
Pour gurir ou viter
uiamONCS C0MTHATI0II
,oT!t SSa.tTMeiiMMietf
cidaARRA eastaio"
IL SUFFT de prendra
\ l'un tlo vo r*r>o*
tso .:' Un (MM)efHM
Pil! du B? f
447,nw du Faub- l-Dcnls. Paiii
iliautezigtjrlesv
m
Mais
ui ont tout A fait banchei
t ur chacuno ilMOuelUa '* mu
OEHAUT
-nnt tr milW ImprlmMi n noir
A PAHI8
Lesiivresqu'illaul lire

Motwr garanti
Prix exceptionnel
-
"** Pr que ^ 0 Jtf j,Uja m^.li
.''biea Unit dao.r-fr dans lu auiorcobiu t t;oii # ea ex:si
ecder tes arfcuraeut8 lcLteU-
'4loB*ito IU bU,VMJ badiesser au iS i?-6- Rae du
ktti"'Ai.i r. Mag.SiD de 1 E..t
7.7ie or/.. exigent Fa
lia
cceut uupciieuii (a*
i>
JUncz beaucoup?
>tJt voulu vous iri
laventurre
W suti'rc)
Avis
les Piu'a tt cliei ta du ReFtanrant
ll>4 Vai lant sont ivti4 iae le r*g
uuraot eat tiaod .oenh n-Pavea
eo f.ce de la i-ln;iflacw.J. vi al
S'adresse^ ch>z Vie Itarbancourt
HO. Hue lc> CcSiis
Viennent tf Arriv chei
Victor u
BU du Uugt* de lt So mu I**** s"nls '
fhlpeaUX djB pailla p^ur lnmmcs
f l^neaux 1 l.iretll s b idasoi- icur.lam s
F, j, jgh ei iwilertei (U io -as.1 m-i u M .
Chiu icUe fines p riwmow de uuu-s mljMi Je ta maiwaflw
iaarai et Caiiiaux par CharieM
l'nr SdviliM, Fifturea du l'iaa
iJamietta l'r Paul Dtschane', l*
rraoci Victorieuse
La Maon de Notre Duru par
! m.. Feval, ha Glacires, at Us
' ont'guet pir s Hinti'is Meunier,
1.1' '-.ionfla, La vie aprea la Gure
i d Ed Cczl, La nice de Bonaparte
pnr Luale Moreau, Trou i'vjmuje*
par Pierre Mtllea
L'autre luiniire par Paul Margua
ritte, Les preuves de Huas* par
He^r y Grvilie, Ragotin ou le Ko
insu couiique par Lafontaioe. L*
Vieux cli.-.-I u.ro par Gullio d'tiarla
Villa, l'cutj dea vieillard par Caai
mlr Uelavigue, Saint Gcnet par
lion -il. La eciencd u regard ob 12
m 'trees par M L tteuWSycr, La
iKMjv -" )' du piradiH turlealre par
C'iaint Veutei, 1.^ Harem entrov*
vert par A R de Lena Pour lea
amann, pour tes poux, luut to^t
le monde par Mex et Alex 11 se bar
Aux b*nfuux du ilatin de tl u.u
r s a 'J beurcs
A. de Matlis c C agent gnral
.


i i ; AT!
/laruacie
AHifrlini-Ew.U
MllTIL A. PETRIS,-?. G. Sue
eeseavr
Fonde en 1850
Produits chimiques des n*il
tires Usina de France et d'Ain
rquo.
renie D^r tifrire Kolinos
Parfumerie franaise tl a*uri
caiine.
JVfrus' h* no Sov
Steces-ar u M BtKTIM RWaU)
a stabished 1850
American A; rrench Patent M
Hic:ne. Bas! chemicals from hl>i
une and the s ta tes.
4neiican prescriptions f-lles,
French & ni encan Parfumai
Toile Waiers.
Gel il a Petrus'
Pharm tcy tiraduate of Temple
UatwrMtT. Philadelphie. P*.
' a vritable pom-
made merveittfuf
Madaire J Jolibois fils
2}} Eue Traxerairc
S'dfuorcsse d*ir former sa bien-
veiihme clientle ijU*l'a n!
i ac le dernier naamcr un lo t \ i
te la merved'euse pomma t*- R poUneada I < K i g P oducts "<".
Ira fiFble* cliHtlcaquia aie i
dpos des laleun eu dpt \>o, r
t-eitf p>"-m de sont |ii(s de
passer f la m Icu p *r< mpa
pu t'e*Broniz/o Gromd OU*.
ta OU-MMt a au>si du l'V/o
ce ri vin iPI rresab'iq es.
avis aux fumiurs, amateurs de
q'iete.
x# Palm creuvfiet
le Palm oil
Cmdeui produits nouutllement
lioduvs m 11 ait t pour donner
* nxh l/tttX /( / a elatoftl <;/ / Mit
.cohl'l par/aile s ni en rmtt
l'hezMrJhSt Uoud \6t Wiu
liet'blimine, ils sont adapt'ubtet
uux crt us, tOW, m in ou blonds.
Savons ou monde lgant le Palm
treum tl U Halm otl sont tendu*
dans de b, lies pitites jarres avu
uur tnvde a Emploi
L'essayer et s' t doit r. u s'o< I,
rru s'coule rapideuun .
tiesse:-tous. h' nn'e chez
les piinapuui coi/ens
Jardinq^c, Jardinage !i
De la MaisonD. AADRETIl SEED Ce
Pour le* commandes et con-
dition* s'adresser d
iMonsieur Fenianl 0 L raque
522, ltu l>ni I) *toaeke*
M) BiBNTrO HATA
Poi.i k ve. es tn gru ei en dtail s'ad mer
Vontievr Victor Mango le*
7*; Hue du Hagam Je 11 lut
Pour les laotta seu ement, &'ad e *er aux maiicoa suivar/c. :
Pharmacie Emile Ihiston.
tplerte m >dmn>9 Laurcn wn
On trouvera un br.l assorti min' de Ujum*B : Cawiuti radis, avbtt'
(fine, lai'ue, chou.,, eic ; H aussi un bel ass.rtiment de fleurs:
l'aise, Ulet, Quatte lleurts ? etc.
Revue Illustre el Vente
Patrons de Mode
eus par dernier
_ bleau.
AtOititneni ie% plus cIioMs: One
ttepi opra*. 1oj lroftmnrrlu nfehumt*s
miri guet de* Antilles etc
ttcoutz Vilej le slveu ^ enlev rapi-
dtmciit,
L PreefzmannAggarhoLn
IiU( du Qu*i, ci yititfCUr lia |.
A
<
MU

GL1MQU1
*>
Des DoeUur* H y non et Lfscciiflair
& ara'Hue /Va b$ (Ma son du Dr Mercier)
ConMuliaiia^m
Mn'in H 7 h-ures midi Soir : A* 2 ." heures
SIlCIaUIl: Maladie dts feaiiii s ; Maljdi.tdei eif^nt
Assurez vous contre LE FED
Adressez-vous h plus forte cuiu|)aejuiedesLtU,
La HOME li\SlAi\CL Co de N.-I
ageLl^yiiral pour Uali
Eug. Le lIuSSE, 1 orl-au-Prince
Prouvez *otie V^or, tolie bit g* no, vis d ltsau taux le jlus riisn,iabe.
/uin Inis lie anum u tl ccurlige p^r
n.Difigtez-vooi stLs h-: p*i conopci en c et xci ei difctjii \ou |i(LIn t ilit
Eiiy LE BOSSE, 95 Lue du Ouai
Voyez-voiscea -e'- Dare8, vou>z-voob re l^ ^L'FZCHFZ 8mar,es come elles ? ""
Paul E. AuxJa
n-, : h',e Ju ^"1! *'dr l'Etat et(, aversire '
On voit iromvi. |. s 'flSUS les nm. i era*
RUBANS |p. plus a,p opr". h: JulfclS rr P'a8Crir
Il vous donna' un Ca al-v <" M .i^ m- v ,
Miami votp tohe une C Ul'E impeccable. 'e'
uoratM, bx8. foin > dn t n ,m uv i.k i . ... ,
etvrloat r,..,,! car.. I^s r.,net a*>" U'"r.t la peiu.l
t n!: viate daif ^
vo.d.vMp'oer;riIrn:r,1.WJir*
a ui:i!Sdii
Veuve Barbancoi
a rod

m:-

TURKI3H
ntEi!)
CIGARETTI5
TH AMCPICANTClio
BBP^TTr^
^F^
CUirm FIEPER HEIDS1ECK
Demi sec et brut chez
fiDWABD M. RAFUtL & ro
PoriQuPrinc
Pharmacie F- SEJOURNE
.4 infe rle8 Bues Rcux et du r'iMj
2 Mdailles dargert Eapoaiion de Bruxell4.^
Laboratoire de Chimie Mdicale
Droguerie, Produis chimiques et pharmapcuqti
JSpCialiisi&naiSfse ajuencaues.
Piaparalion de. toutes ampoules ui^dicauitaiepses >>
ai injectables. i
>pc:alls. Srum rvrostheuiq'-e simple et fffiPU|M'*
lodhydrarg/re. Srum ue (Uurard remplaant|ll|(l1'
rcalcitiania de rViier et de iiubiw ,
ll.ya toujours en stock : Aeviosihcose' {sirop peeem
Elixir de Peusylvaoe,
DpnAtuire du PliEVESTW
ep"s>ntaal\des Laboratoire 70*
LACTlfHII. Farmeol lad.qte. contre aiiecDcii? '
|jale* el cu'aees.
UUAltiAF^Spciijque i* la constipa l'on;
i.'tl*
.-
r\


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM