PAGE 1

i^aits Divera AEN3EH 'NSMENTS M GT ciO R 0 ZJ( )G I Q 'JES U totUlVllOili*:. PL UTII/SEVK IKI: CO L^SSrMARTI\L D mancn; 2^ avril 19:0 Bftiatttre 762.5 l ui H? J — tt te -i— NOUVELLES TRANGRES Pm* Cable mu imum 2: 4 Temprature maximum .3 ; Moyenrc de me a—y 1 irl f !air | ur ei ouit. 1 v/te birm. hoojiue cooalint. I. SC HERE < v B"tVem*arat I >uli M jf.i. u, 1. CMi-nteion de cml'O.t u kt&Wiueat p .ut nur.it .•.. %  |i li-un-j prcises uu miiui. rtrni 19:0 1. n cil il'bu; tffeu 1 '••"..Utl CoAitMuae i'*e e S Miut ge u JV chioge OtdH des avOcait i^otsmercc N. .i c. A ri ht r H meau Eugne Dcsird Christian Lapone l.;:..v:ie Iky i.l • Le Malin 1 finie Pacbcxi Leiio Joie: h r aul K. Amila Edoutrd Ke..ol Un pont dancrereux U l'or.t illu ptci de l'ceoic du rauhourg >...!>w>i!. en bec a> „ lrU j sorl de j %  ,..,,„ %  h-.iei.iic mente d'tre rpare. Une penche n y unai.i plu, peut c.i,MT ,:. graves accidcrtl u\ hsvam. l-.'<*\ve.iue Marjloira Ambro s 3 14 00 .a circulation des voiture* et devenue |\. •• . .11 a iA-.vii.il klagoire Aiibroise, de J.'s.lCiire.inir noid Je u rue Jt-H.nc.rc k. i,u ctfrttoui qui avoiaioc l'Aaile d s .la m. Idge iravaui de voirie sont iiinnjd.. Lin i,' u MOU eerateute c-;ie ivcniM .i.b.iee p.r huai J 1 iteraewlui contribuable. rfoui JO„IM certains q*s le Sirvica T.-.-'ni. que, uujnurj MhKieua de uir.ton divoir, ne •luaquiM pdlde eawacx suite a .io.re uste L qute. Travaux de Voirie l'oursuivaat es Intressants iravaui kService i ethnique vient denircprctidrc u rteaioa .li truii^ou Uc l'Avenue de feu de Ctke qui s'tend eu pont dt Si-i.craud 1 1.1 nwutti Vie-o nt. c CM le mme excellent rcvetenu nt du I lump tle Mars qui et uns sur lac!nu-see. Il t.u aoa iia.icr que lcslrav.ua s'achvent rapides m uses. .u rnceebtei de itotua itvod'ca'e du Corrt 4e Sam( md dut, pharmaciens, dc-matc et aages femme "-ont convoque evevdredi 10 avr:l ljfl %  : i|i pra l Ibo pkc StPrai.cnU de • s OfdlK jr,>or-r:oii; je COtn* %  medeafleoi Kkntulqua. I-a nouvelle crationde Candio SAN IUB1I0. Le cjnsoil supr-i ae •Minniofo reiejiMdi na sa.ni" n ropOQM Uir ans lrii, no e UM %  BMdajg au su|.>t di miiatin d'uni anne d#>a,000 hom UP.S U ro*rit de iroopoi rj a bas^i.i de 1 li fyr et la (lustl-jinn dot MiticOft lo'-oloi Mnioraod, li .n j 1: 2 r 1 KU a l'unj.ii, otdiiU |.e i 00 on < n i 1 ernati ) 1 h <1e < i < ro>t a • a on tpe id cj.-i rla d h Tjrq .j. u: MUOO a)u un 00 n u 0 n tr li priva* .a le p j t l b iri i Liidr^a Oi duc t'a 's |ieioi h I U! &f Cill dM U lj'l i 'H e.S i\r li ,. t U-J) U'S d 1^ i.-a vu ,1 i et la 1 a SOJ.O e ''.'j: u.iio 1 d 1 •ildemande cmr l H uir>8 do'4 gi B en coosq -ce on doctdi q e li* tff C if* biiiauu i'- ((anfie ti 1 a'iena reviend o t dtoa la vll\ V kBli Mr ii j iibel p se-* de g iavji'i ur do la (.inade'ouueaupose J 1 g lavoTiMur 'l 1 l M ir m ( a et en fin ilaca par ino isioar 1) ion* g i veruour do la RQfl'O 1 lie M -cha il gouverot'ir 11 ; ia >l 1 i. u j 10 ai Dimniiria do-anoj luutDtat g')jvern ur ai d .IOL. l'.ii'.lS(ij •raiera h un) La inutt Cour vutu rtpp 10a i u do I ar:ic 7d par 15J voix ooriel. Le< CIO-H loucea %  tttaouitoj sont accord3* Mr joH'ph Uiiluai i.'ict d^ u etfur om lu p 1 ootneo nubiiiue lo '> couiant daoi l'ap.i raiii. 14 Avril PA iK ^ilUue-t C>llttlS \3 ai-; d> prit u. Si dV.alDi nr^vn tive viinl.'i en 1 >dut'31 di Caf peina PABH M)nnnr V*iliuon nu prlfot d'. S 1 r/i'l, a A%\ bloMi p 1 8 h ivj tvii: d'11 OUp dl Od 041 l'innli'o M: vjuin a rJ ^r ai ofj;-J g*ovittoi. LJixfi lilii'l D r. A(A J\\ ..in il i 0 .i -i S\S RtJdJLiC) f j eiu-CJitinui i' ixi'nj 1 doj fi' > lierez r|. l'.Xrin i ;i 1 el d : I ' 11 i 1 M a p t >r t" l • eut n lit Viicjoiii b tas li dtogttia'i A' .n'ni6 nfo t uproivi d ilitiv.uiit li *l\ f n di Sni/iapPAUL-*. K 1 h iu 0 cjjr h p im tVo e 'U*' 1 li/i t t rapoMia *tpravi t par u ie v >ix d -1 in .1 J t • 1 ) 1 \ o a m MU l-vari d VA inio n lea c!i id aoci al l'i xo;.rdnt lei ouvneis k la eo'i diiil. ut) .M\IL (es cli minas e' loi pitl oit a*Bfi ij'io l.s iy^.o^t' i\ PA'<1 ; L:s ilc^uii Je< gor*;rn m;n l iiyiu et d; li Rattio Sivii li p.-si ; u* n ; n u 1 a o.l rclaiU I t chan_{: dupjtr: m nt dis pris > n aiers. P\'{!S — L?s note allemandes ivj luis 'ent dns lej mi'liea.< alls d Sia Kemo une vive imp es>i)n. Iit*rviev\- pir le puin* 1 MilUraod dclara q le Ift aisefdo.li llitmtaJ s nt molui: o\ pu soi pj nt d; v e L-s A'.lem nds I g i. ent lttii e Vers'illea ils do VJI l'excuter. Jj ne sortirai pai d: la. L: P lit Jjjr nal interviewa le ministre Belge qui drlara qie !a B:'g q if loitisadrala France pour a s mr u Une e escu lio 1 du trait de pi'x mus elle sel logera s mulianenieni a rapprj:her les poiatl d; VJSJ anglais et trarm L; (ojrnai apprenl de 1> ilin qu: !. co ;. J il 11 da chi .elier allemand a S in Remo lut nviaatae li aont indu, il-ENFANTci^ZTl VIEILURO qo „ ** xCRANOESPEft '"nlfiii Un — w^ pour PRESERVra LEBRSCI6AIUIIVI u pour SC„ l'"ffh(imes, Mauxe.'i L'jryi.ait^.BntuhUmLm MAISILFASJTAVMIU. de u'eraployw ij X.E8 PASTILL VALDi VERITABLE^ vi-isilups spolemeil oxx noiTEa portant U nom semiine dem re la cont'ren:c dt Rome entre Ni ti tt le charg J afl.i res Allemial btraba*j g, la g^ve eat stalionaaite Au.un Irai a ue cir cule l'ticept'oa de 1 exprs de Pelif. mvm deSG.Mgr.ptchon, nomme Bvnuedes Cj. v..s.~ COt nome \r.iieiiieut iuij uMUMe. Le lui de IliUI tait emourc de tous le Secrc.ires J ttat rttx parole iCHkhaotei du diaiinguO IV a I reponJn par an ui>coi.r< au.\ idem BoUoiCt vdei prononces avec lau.orlU de la parole au. n lui Caaoalti Assistaient cne Jolenn t, le Praider t d.s fribunaua et ka Commiasaiiesdutiouvcin ne.t prt de cm IVemneus, ,.• Bureau du Cmsed J but. leMagMrat Loiamuoal de Port au-i'nnce, lo Stupericnri du KetifSm nain cjllge StMiitialitdc n.;iiuctiou t.iicienie, le Cb.li i!e bivis.ou d.s ont Ki.u Lpaii u.tia n.inistir .ls, I lu, ccuur (i.neral Llris:on, le Chef du Cabinet eu Pikkkut. Mr. L'zaire Coef du ermo • 1 avait ei(an> ritl-• — -—!" ^ weww — %  — —..*.. — evieiiiw m * 1 >*.i. ( C'" i.ci avec un emhoua aune daliraoi que le pu••'•'-'f dm> 1.1 von are pra>id.a telle >-u ..ir it^uK-Wi litm.U beau talent Ju m.iire vluii.omiier s est uoe nouvelle ion m-tattesM dans sa nouvelle Cfeama • Guerre Euioj>eeiiie • qui est u i %  eOtlp Je vra)on lOutri. Ausji kl public en a-:-ii redeK'.ndc l'audition. Nous crofon qu'ofl aura Mtiafactioa vt.idcli . C \l tr Co 11m Les haiin.ur oni et.rendu nr l'rJtatMijor penJam quj U Maiiq-ie exi;atai( 1 liymoq national. la Exposition Cj.nmuaala bile san.iOu.e br.liute. t" >ute> ics uu.urcs sait prises poir q l'e e .on ui vritable eioir^e.n.ni au travail et au'elUi u-;.valoir nos produits. Le .Va but! Com.i u • av^it ^d L M une vi. cui.nie *u\ iiotat'iluej de u ville pour leur d cnunuer de contribuer au succs de cette e.i reprise, en accorJaut des pria qui porteraient leurs njui, aus dnferciiie sections ue l'tiapotilioa. CWj cette ci cubirc .1 don 1 dlieureux ta: i. Les p.ix, spivaut oni et.*euvoyea : l'rix de la Banque, an dollar*; aux plus beaux Iruits — pn Madaei 5 in bines Original %  ::• press, MCtion I 1 i^ine.— : ri linu.uerit, 2o uc;lw;Prix de l'Archev L, to dollars; KClion t, pographie. li: rle cont nue. e La Petite Bevtie L; Munvro Je Samedi de la l'etne Bvue, le dtrniei Numro Je cette revue, e para avec un loiuiiiairc desplui inircattnts, 11 y est un une rcapitulation de toutes ic eutiern peruu ;u-.qu'j ce ] Mil C est avec rgir q'ie nous v yooi I effacement RI juientan de la lice de notre iuirtssanicon irere qui l tait propos uc parai.re avec des caractres tyjH.yrapii^ues. Devant les liricults rencontres tant a tt m au-i'iincc, qi a I Ktranger pour u livraison d'une petit presse i. la fabrique Natioual paper a Type Compfiy , la Dire;• -%  ••• I<*H m ituc uc t.on del l*Klite Revue a du ...sandre la pub! peodint J. la dit: hib titlOO "CluQ SJ'.IO.I de la icvuc, ... 1 I cticl e • en cette co n aune, sut le UNvira.Tc de Samedi a t l'ag revoir | R fii ,(1 • %  mia d e ia Pleine du Cul sesabonno Souhaitons que Cette interruption. d : Sic l qvltl deit i Carreau de l.'.it ne von que de courte dure, le Uirectcur devanq e S t barn • ia nori mr \|„lim\l fyagerdfd peu pour IBtranger. H profitera oui '" 03in a n 0r4 P 'HidiineM. e deoujour ia bas pour revenir avec uu owd-j *****•"'••*' su %  P' r Virginie NtffUf, 1J S^ a*?*. | i le I par M .dame M. Labissire et Veute pai vui paro do uieus iiuiiiabiliera Il 8tra procd le uiirdi que Ion rrnipier Quatre.M. i mil Dofc.11 1 vingr, ix lieures du m t , eu uiuue et par le muneie/e di Alo Siui'ad Villard, uo'.aire Port 61 • P.ince a la vente au plna offrant Us ccir.mune, sur legnnJcbimm de l'on-iu Pnnce )a Pl.ine du Cul de Sr, lavoil : 1 • U demi carre*u de ttira d* a loues 1 rsr leurind cherdj Haine lu Cu' de Sac, sjL et ptocea verbal d'arpriifg| r. Sainior;.'/, en d-it do J jaillit ma huit c nt quitril huit, 'e dit procs veibal ep'fgi t-. a Lu caireau de te ai L Chnncf V/n Plaine rJuCrii ciion des Varreix roimi Port ai Pii-ce, laquelle qoa trre et bome. savoir :tl le Grand chemin de la PI Cul d^ Sic, au sud et gi J habit ation f iinre elle et 11 parSiron i-. gne Duboit.i, f ilan et oroc; verbil d upcia f;in Roberi Viard en dsla f i q a ' mil oeut ctoti cinq, I dit procs variai Wil*l t*. 3 La moit c' ouaf popril dDeDdanide ( h: n: relie sise en Maint 5"ac, e cet e cr mmure l(l| 1 de : contenance de ttm qu :-ra le cinq centimes ~ mrs ( ,4}6)vendue I la G des che-n is de f :r d'Haitii au norl pr 1 -s hhitiers sui par I: graal chsmii I relie* Tuilier,, l'est pal l'| J mm Judex GO ANC HOM IN ,PAI J n nji v n i* /•; /• s & n K 1 l'iltuii par L. Peuillde ) .DIVIKME TIiODE 1^ COEUR DE JACQUELINE'es a vile de le jeu de on V (Suite) Le guet-epens Jodot, impaggib e dedaiat • %  Votre idan, dt'gu. uiaie, Le peut ; 'ne ;U*MI. 'oui e-ovz? (ouciuait £Maoa. — J tu tciair• l'oi'i "u hi.ivu vos fini, tt oua l'avis adiuiralleiutnt conipn, uuto ttni ictoln de aw^uiiner Jac• loeline Aub'y il aou lia i.oi< pae feulement parce que voua voulu vouoeinparer do leur part d'Iint gn, lueiH enore t nui oui p rve 1411 dg font devtnua d-e tu<>ica ^n\ ta, nt pin tiieiijHut capabius, en reveiam M ruviaut tou 0 vo ru condui e, de voua pardia a aea youi et de dmo ebarue • V ua voy moi, afll"mait U'.an-. lire §rt| remm 1 da ia partenaire. Judex ripostait : — Tant mieux pour moi, pour vous et pour tous 1 raun'. voua divizdjnc renoncr vouatmpt 1er dea itidioug de Kavraul., tt mroe le falra reparatre sur la gcn3 du mon 1 •. et cela autant dun votre intait q.e dans le Bien a Car loiaitt qu'il Vviudra r^cla mer ae diota* sa Alla ae dreasera entre lui et vouat a Et taodiq e lui m'accusara do l'avoir lq ea i, Jnc|ueine vous accusera d cv ur volu voua debar ranor dlie t da s in Qlac Noie voai doit it,trt, vous autant nue moi, ;1 ca que Pavraut le^ie dena au lomb So une nte<• n'v a que rooa. MiTa'i'a at oi qui a cln -s qu.il est vivantar j > au ipo-e q ie ruul n BVfi paa 4 a-a 1 1 Dp 1 i d ntapo ir m cie lea gens que voua \ei on. ploy* euioeineut daua la ca li douce de aou aventure — Cert Maia il y a gg iille— Je in en cliargel — Copent a il. Et Judex, auqtv' il rApOglt't de tueii'i, n.i"'11 aune otloiloelte do renver^iiii, d1 Diai.n, lit sur un [an agec : Ja vous rp'.e que je m'en ira JaaaHi Och-ttauJa^• que voua fcvt'e' ai li.tii'etnei.i CjOasirut'. a 0** un ituifux i onc Mr* dTv^rjotneMa au| iMt'j itleje uavoui fpga ifi 1 ir tei v u i.'i.y 1 pua rua 1 a eaecutar ce-'e partiel i uo^ui1 a. ie ue v. p e piogroui 1 e. e <.* eaji-. ,. n, v* L u • re une *oeciiuue.. it voui eaboiui z uai 'l'i •• a (juid f -.'e ne ie |g renUci i .sa 1 'f u • liUPUoe. Wti .t< i., Cioiudlc ci z donc ben que tout peu ns bt u s arranger, DU roieei do n ia lettr 8 devauus oju.u in : l'utai-lre.' cJeit pou pou l'a vevure qui laemblait viveueot |pi ireaai a nr.ee par l?a argurum'.a U 1 g an advena re Cel i.-vii iu.f,.-'Vdit • ij 1 arei• vrit. — ae vois clair dioa sjijju, sa div-olle. il gg, amoureux de lniue bne.. H n y a pas en douter uu seul m > 'i m il veut lu< rend e au 1 p Ira pou pouvoir lponaej Ijitu au mi.lion qun me pro piae, p.'u -tra me le drjtiutra.il pour en ti ur p'us vite, quitte eut suite a me livrai la jatUoe uu plu tO tajatuct.. et me frapper i.u plic.bitm va %  E ti.t de gaite, elle songea ; Pourq IOI (.sqier una partie avec de pareils dUatea. quand jd le Ueaii lu 1 ut quand je poux m eu di tarer a uut |nu ie t < UJI. au uuiei, cest livrait* t.t noua v tio...s e sii e, il, eo.u me n ie pi eud, Jacque ite tt ou tablit teatglblan ta vul.itrebes. — M niieai, repn .lio apte a un -, J : IH • J O.i^j luul B lieu de lui livrer le ban moi qui va s le livrer dia.'l l W|liJlv'i' cntorey.'i, i), a VfJi VlK de iflj dire t Je ne von eachfYtl oag que VOQI m'avez vivo nent impr asiom*c Aaa si suis-ji toate prte m'ont'adre a /oc Y JUS et voua re ne-ire F • vraut en ilnrgi du m llian q e vois :na\ez p omir. e .Mais une car di'i.i— laquelle'.' — le vous lai dji d L je ne suis I as s;ule. — H y a Mora'g? — Oui, il y a MofiDi., il y g aussi Fvriu. e Avec le premier, il noug gra fa nie de nous entendre, Mais avec la acO ril.. — Jd ne siisia pas t.es bien. — Vous n'ignores. p*a qu il a perJu la raison V — 0*1. je lo sais.* — En ce moin tt, il est ha n par uis i lee llie.. revoir aa li le et aou palat IJI*. — Lli b on'.' — tout qu'il ne les au a pss ietr uv.-s, il refusera de qui er le navire o 1 oia l'avons Uaiepon i| a; nous Inststnas tiop vivement, jo craing un acarda e. dea violences.. Vlora j 1 n mil q i e faire.. l'ai -. tre gi eoug e-ivoy^z ctnrcher utlt. ni Ai:>ry -n-t-g voiq -liez •n :ore lira aie i) vertf l'attirer dinl an goelapeug %  aie se leieait ne ijiur tritige gab'.n', Il un QUI dm son ragarli •ini daute ton co?ur d' naot vo nat-il da lui inspirer quelq te eablj iu3 et gtarease iJe; car au bout dan loget, tan h quun ntlic diaouapsrsble nob'eaie Ulamluglt ses traits, u n d'ans voix mle et retolue : — Vou'ez voua ma prs de Patraut ? — Caua.nent cola" na toute in erditi de tant d'audaVa. — Je Vi.ua l'ai' di'.. je-|dia.*agii9 armerlai Un Et rprimant li joie itf i(j;e q u s'tait empare fvue de on einio-i qii il'! 4 elli dt is un bat dont e 1 vint et ne voulait appr( rai 0113 seertea, rlle'.! rauq<:e, saccaie — Eh bien auiSess)l Qoe'q ea instants aprs, I c'i'o pa a'higuait du qisll tant J*. q es de Trtn3Uia.*f t debout au milieu data do-ninait de s* lituta bindits av-c lesquels il K-igTla la'.ta aup-mi.. afl la la ia ae volait derr.ra nuisis qui, depuis un m-" moric9laiontl horizinToat douceiiaitCo3 venait d avoir un lonieti conciliai! le avec mis* T,lii da sa caolietto.. et *'W}S le port, rvgarda ateco" )e y d'iluitude la -, gnai-. v.rs \Aijlon. mon n' qm c-i ts mres ( L) ans voix 8 urec. l Amricaine qai iwi — C'est elle.. cel I V su'a sre., js h ootaj-j ren-nano,. tlle a d la ^ r me elle m'avgi: roale, 8 u,J8al nM II 1 Uaay je m M* P^iga f Ei voygm iu-l* JJP de ce canot, il me wJ"J ni •; a rembirqie-nu* 0 pourSaioi-Hla^ ^jl on, j *i la P a'iiver inalbeu' a lit rieo.. nibcli> 1 ts me.110 une conduire au l'-'pll JOi.t II va u n i" . bicbi"j piiaaoir*--r noix Ah! si H "^^ A (es mot, une e i coqudi-i Je Jl a ,gtaj mot, une a malice et oeiii'M r a la jolie ligure de nm* rt -Vousairafiba*^1 1 de.ia da-l-ella P


PAGE 1

t;vATlN >• >-..*^ f m BVER Le en gros et dtail ^urs Marie Brizard Mit Martell 'mpagne Pommery ircno en bouteilles de J. tvet j&|Co. ^serves fines de la son Rodel. Iblunc et iiouge j suprieure d'Italie [Vente au dtail J Luci n \< 'a*n e' a te oanal de C'h irmile |riit/l)ifso ; air si o tl il tour 1 fb< uitmi il Est jfospi H li '-' Su-ion U If po es vu ban d ;r lihBhigrf IX vu m .\e k AVJI nv' l-i i e J0 'il el ocz-. Fvvric: mil li l jl hou. idfmi cirrrai; H' lere d rhibi'alion Chanccrelle jn des Vw i \ en rnif |,^itilsqu*cn tom.iUs ab^r I c ancau de ur.f d< pendant Moo •than-.fe Ui srie du Cu' de Su-, dans ta jSt.on rura'r d s VJIKKI, Ire Put au Piince, borne la; le th nin ^ui lvent ri.klanon ChPDct.el'c e';ns IMBBid, l'est par Lamarre J ftd et a l'ouest par le t li dilt bab taiion Char ce vi aa'il ;p?t t du p o es (foljeatig', ac.rrcprg-. du %  li t-, cri -i O bimo kttvisgt Mari ii* uit cerl ttijw.. t! r t is;jc le \irbt teime me is ; * Lui ciiin ux n vu n de dut de il ib, talion Chat) Jfituicn n ur f.iui U jjrar.d ^l'til-a-Kr.ru la Plaice l*t bac ; laquelle est borne I par qui de croi', su sid par (rucellut l'iorper. ifoo, DO voua m juitr/. pia! riot'p'il^ Aiuftncaine.. ceBt relirai ion M c mii* p_* tb IOI ute cnature te dMet un toui ue n tin ue Ptu, dd ton u n itau, de "r d aei ebausburef, eppa otwrlajete.euu:! IUUIIOI 'Mwa JU'I I le avnt i h.bi pde toengubedo tlieuiut, gui* ,*<*• auttlicthc. %  Wy.. \\ M *), i alt< %r. ou I^Vqiesioiiitaii le dette iva ^aerourade index, laooa la "pi'it'.ni tui-oigni un pion ^H'iril dau le m,-, t\ eo "Ht Ue , i le Un. k .i^ v,n *" c'auctUi Jauk '*i*at Us *n|) wuv „ t ,'^. IM ( ;OOPII.j^" an tuUiuii-il. bier!.*• H> , i.odci/i Su i (,7-e | la ruelle qii corduit au fciad che mm de la Plaire eu i~ul de S:c, Irai par Ml Bin it tt divers et l'eu est par ( cme;u. Telles, d'al tur% que ces partions de tsxrt p< utsi ve t coropo tsnt u selrnc'tnt sans meune ixcepiron i i t'cive. Aux it (tte, poiriiiteaet dilig o re oe MtMltbilU> aipa et A. j. M*ama*. il>ireatBl tuoa le doua l'oit au l'iiiite, dOilUCil * lu pr mm Milan ( I atit ), e Eecoud le Nouvelle rlawi Lpuialtoc/Ktall Uiiad'Aui'iiuf, agissaui eu Uur a. uitde teqoeftMi b•-**• Comptoir FRANCO HATIEN 1720, Hue du Mag tsin de VEtal Messieurs Ynillanl&llouet ont lhoiimuiid'aii er les commer cansquils sont reprsenlants des maisons franaises suivantes: Et Idissemeiil Chtelain BgTjg Michel Laurent Gnigue & co Prahuts chimvitH* Limousin & co, aftMK*i Wulfing Um% ImUun,ent ] PerigneLesuwll & co,' li Sntt HMaiB fei HtiiB mit. Vu l z*~. de chiruroie Kx reitl cs-on iellW) C La KabUin ^'J?"***"* La Pagode ft^r*...!. „ Etablissement A. Maurin. • roFAovs hygioiq'Wfs et r (raichissanies Alfred Rostand & fils, 8 ^! Alcool de menthe Socitc Fruila, I P f oil M Prit tu U trttlW MOIl EI, Km. \OLKL Ai< de dpart Uadcpetliea poor .N^Yik tt I k' aopf, vie New York, par le te* u.n COLON an01.1 t -in.ua drnr.ai.i N. U Lueure de la fersu Um M iiv-e demain iUUn L 8 o U PJ.HIN pour a Fran ec ^a col uiea Ifftfu: rtBi Jltqi 1 ve f f u Pri-ot, l ^Ani;i:.:i De llicqls & co, Socit Ouhonnet 1^1 \ aini£i Conserves alimentaire* \jU. 1 ilUllCq de 1 rtgneux Ducasse & Guibal, **$%£* Joseph Perrier etlds et co, Ulh-H d^ F-azanove. AT1E1NTI0N Arr aia .olreloH* *&**£ UmL 70U Dl l/diP8 pu!! >!<•' e Kviii Tliroat P4Stillei %  **"*' w< Qataile Wllaaea t,!:,'. m*M r.F.rRAi u ium. PRIX *vAM.ivs roi cwbuaoa n^ ^KOS Vins tb cliampgie Vasqr7.Coppws*CoUc TMPOBT ftEXPORT I ?f.ats Et-eat New-York CAI .'L I oor. oo rnr-'reai ni w c se Rfrfscil The R yal Bu Loi r in'dP-a'i P American Fo.tigt H nking Corp. P ai P. Nitional P 11 Bni HHtYi| I ; .]pJ*ab> Trot ot New Yo k Pii k o' Ht* Y->k. Il.utiv l.k N lior-a! il. k S*:ul a*!fnt re '• Mii",. Loi < THE3AU1> Pott-iu l'.inc, Uiii'Voir i'rf'it peur touks ts COIJI mandes ri 10 ,s pa; 1001 HMnr^^^P %  aa %  P^*^•— ~-* Avis


PAGE 1

! 6 if) > !" • a b '" />c /' Maison D. AMJHETII SFKD CO Pour fea finn ni ri es et coiYHfQ Fonde en 1850 Produits chimiques IPS n f : r %  , rm wiiuitH M CI(11*088CF Hnnsieur Feirmiil 0 L nuju i ou |f S rei esengr-j ei en l.u.i s'atl IMV j Revue IUusfre ef ak frirons fc ie | animent Iran IMM et I A ; rannA. NMTM m LUMIM RWAIJDI ls'ahifhed 18*50 Am*rirai. A f renrh Pilent MP dicmw. B si ( hUiicl8 from E-J lt| e and the atates. ^n encan prf sortions f lien trench k meneau Perfi.nn Toile ^airru. OH il a Pf fruV Pbaroiacy (iaduate of Tcrr P'I nirxitv. Philadelphie p, i tt vritable p %  -, SVnip(Y8*fl d'il t'jrmnr si ltic K-n! folfppdfl l.'K rg I' pifuetfl <>.! fcfs i'i. |,|.-s cJ M. d g <||,| A r ,je l'i (j/nrui'i i.,o i.l ..... .. i i. Moniteur Vleiar Menm* % lour la< ei,l f s seu'enent, 'ad e ser ; rle %  *"* %  *• %  # Laurence** ES COLUMBA Heus par dernier bai eau. & QOf,l t U 7. CHEZ 8m8rlfS Corcrae e!,,fi %  (r. PreeteMffiAJJBPM a //'. J*/ Q ai, y: ni peur BQX I. I a %  > .. i e / Vi /**/ f rea ni f t le l'ai m ofl i.Vfi d< u.) p,oduilt ncm. H, me&t iWnvIbrs m HaUi pur donner ttx/tV/Ut h laie diiliht e: i in, fui l>.li ifltfuile 5 „t en unie (Un ir Jh Si Uoi.d \( : :>-J \{,„ ft/viiccm.ill foui atauirfu mu ci t, n?, ion-,/. no iP m m^f t h ;/. J-avo'i munae lgant t$ Phltn mm ti h Palm oit toni tendtu ,/,^u/, s> wta ,,,.,„,,„ )( „ ]),i e i, l irs Bunon et LwAufktlr vo i devez porter, a irt' CLINIQUE ii m thiile iiEmploi L'etP'yr* rif t' doit r \j$tH r.'fft'eot le rapiettun. 11 eut. -L our, — /t':. &f n 'e hiZ les puio peur coi i en s a imison Veuve Bari^nci Ci ara Luc \o uj.i (. Maison di Dr Mercier' tomul alio g sf '-S fl n J 1 u nf f *? m L 4i S r : d2 5 hoarea "' hM h: Maadiea diaftoiua i ; Mal di d e&finla —rr*r—^ Assurez vous contre LJ?; pp](I Adressez.vousi la plus forte co paquiodcsE. U ta HOMEMSURANCE Co de N.^Y apit gnral pour iali £uif. Le BOSSF, Port-au-Prince Pro. z^offe M.i o-, 0 !,e Mifffaj f ci d^is M taux la.Ij. ,H omUii Airun Irais de coo-missien ni de ccurtage paye fl LK BOSSE, i)5 Une du Quai i y,. 1 J \ / .•"' : 'U. %  4! Tir:iKisi 1/ ...KOTI3N*ti %  "t AMERlC*M1a b: EH S %  awAti Pharmacie F p C! avpagne PIEPER HBIDSIBCK Pcmi *PC et brui clic/. EDWAHD M. Itll'll L&^o PorlQuPrtnc A ngle des Dues Roua; et du Ci 2 Mdailles dargert Eapcsiicn de Bruxella^ laboratoire de Chimie Mdiwla D/oguer!t^ Produ.g chimiqufs et pharraacfutlq x Nfifcmliis l^nusese amricaine. • paraliri) JP rutes ampoules inJicautiiteusesn ai 'ujHciables. •"'•uiis, SArum r./ros'hmque simple 't ftrruginf ''•'nv • ^ r-*. Srum ,.e Jiorard r.mpl^'if-i le f^ realc fian s le Ke.Tiar et • t /loLia' I'.) .oujours en sto(k : i\* viosiiitost' Sirop ^ lotA Kiixir de l'ensyvanie. tfpnilatre du PliEVEM^ nwfi*i>Htqnt\des Laboratoires W\ UCTIFEIty. Fern^Dt I c qie. coptre st'xVWi ^



PAGE 1

QftgjUA* alJe X 3:G l'oit au Pfii'oc lialti DJRECTEUR-HROPR1ETA1RE MAGIST RAT COM MUNAL NUMEHO |5 CFMIMIS. A B O^NBMENTS PORT-AU-PRINCE Lutiv 2t> i'iU i J-r Ci D0<8 G. 2.00 yKPAHTEMENrs ,i G 2 50 t* B l i 7 uu ^^ TRANGBd [troir-Wi. 00 •nonces sont reues au Comptoir la • %  JflJ de Publicit, y Rue Troocbet, PaKtT 1 2J Lud fc ale Hnl Londies, Quotidien Les jaaUsiocQS dftpUintt vile. L'ambition n'est \\ unis satisfait. Lt t-vilt cho.se qui^truiivo s** Sii faclioa ei s:i r^co {>r3 •*, %  c'est le dvouciueac. tfus'elde COUUNQ's 1ELEPI10SE : 808 lia Pairie [ V^j 50M '""'" %  "" S a !" S \ m Pairie : Hati ]il P a,x > jm*k travail [silon pir:ourt 1 histoire, on voit • certains peuples se sont illustra imideot amour de la Patrie et Joot d un d>g< minent de Lire il de puissa -ce. Les Ro pr, q uiaviien ?b rb 1; moifpre'que en'ie' aloi coinu ei atr.xtmpe le v u : remuq iab' j LtsGrecs. au onu.uie, dans lai ^.divises m peines r'publ qnes Jilej u !-• 1 %  aii'r;*, rival. s jtkiJt et d'amb.iiu.i. %  ur-*ot b ai pinoios 1 amour d' a P-t i* ou rtneconourenl qu un p V\ilocl renfcrm: dm> les limr.es [tilket d'un petit tetritaire. | t l'poque de leurs pre ^_iguerre contre 1 s Perses, il: 'ment i mm i'ui r co-lre 1 s libires liaag-.n, et malgr leur talion bridante et leur supno Jiitellectaelle, ils lurent rdu.ts ili l'eut de simple province ro m IOIDS t out le cours da moyen g Ijnqaedaas les temps molernes, lit dire que hJe dj p de ttjonqu |:i'ine d Ar ai ii 'flamme hro qut t eu L l sonasuron lare lie, .sut (ur l.dio> l'Anglais eava:.iss ur l' c entre qui tous J v ier-1 se JUwtsi:!! guer* ci: AI eIwiai les guerres de la rvo 'lit l'cmpiie, et l ora^peut tirit que Napolon *qu.' Mtinl sans cess ce vaste J semer la terreur avec la taire peser trop soukital despotisme, qui eu ll'explo ion raples SLiliscot pour mon l'ide de Patrie n existe pas Bent.du moins dans touie itrement que comme une fcae et mal dfinie, ds Mtion est lor.r.e et que Jiiloat partie comprennen : jqi'ils ont d:s devoirs envers i!!!.** P lrie iX P riine don ^ ichose de plu: que le mjt *$ lt ajoute a cil -;i un seos ^'ftt plus pnt'jnd. Il en W!jttt4e l'eu former uae ide \ut et bien prcise pour se "> %  couple txaJ de ce qu'on ^wenaimeu; par le patrio •won v..u de tant de ma ^fientes et denoer l eu " pays a de si vives dis ^litur ;^vcn. pour ,-eia qu'a sui &f tilbode ouinaire, a ea ^œtW l es -cMuntnlsse tD i l'homme Nous som de t l e so t qae tuai a k vite halmodi et Vu"i r(,nsuD dc m ains qui l'MiVm rolre tn ce raomeut, Pti ,0 5 r /? ulmeu D *'"CLI en l^iLi* u V lo PFen oues n.s FiL CDSdc VUI ^mrr.e-.i h£n!V l ^ r nd,r ia D0US L otDlde ,-aa.our del pa Fr-r^^'s a ..aines mes r,7.Jt eltDU, 8 ,aLd ^ ll rua;.,., e tl i L1 : > 1 vu nai L fJ hv: :es p,emu,~ ff 'Hn ^o.l habue lui de vien'. chre et s il faut l a quitter ce nest pas sans rrgrets les arbies les co I ns, les rwies qu'il a coutume de voir animent son cœur d une joie douce t mystrieuse et q*md il les -evo t aprs une absence as< fz longu? il prouvo un plaisir p!"in r*t charit Vo ce que Ion peut r ma que. p.ri de exe pt ois b-n peu nombrtuses ch z la gnriii ces homme a d VA s d j^rs d'inten it4 ssns dou e Li nature a donc m s e\ nous un liei qui nous a'tiche mrnaux objets matriels au mi lieu desquels nous vivois Mais combien cel aiect'on pour des obj ts muets et iamiblei de vient elle plus puissante losqa'il s ag.t des tres a inns qui nous en lourent et non spulemeut d.nos pa r n s de notre iimille mata d si ca marades corn >g*loaS de no< trav t ux et le no; JUX, des iodiflrenti m ns qu nous avoni l'htb.lu i %  de r-ncoatrer dans notre vie de toa bs jours Que d.s circonstances no.r. tar c nt qu ; t-r la coitre o roa> sommes levi', cest alors seulemeil que no•-. sentois combien noire OBttf est pris comb eu cous som mes enlacs pu des chaires iavisi b'.es tout ce qui est ie> viva i s OJ objets inanims, acoomrjagnant n>;re VIM. N'H t on pis vu des entants et parfois des hommes ne pou voir supporter iiii3 obs 1 ce un peu longue hors du pays q l'iU habitaient et tomber en rotai me maladie IJI.MI connue sous le nom ds nostal Rie Voil le premier germe d'o sorti ra I amour de la patrie : il PU ly.ea loin cependant ncore d'^'re form coniplctdrnent ce nest g re le lieu mme o l'homme a giaidiettes ob;et) ipimidiats qui Ienv.ro inen.. Comment at il pu ee tra!)tforar danS/Ce sentiment. Sibhroi souice des plus admirables devouemems, dea actes les plus hroques, qui nous, faP pl.cei nu dessus oc mu le pays tout tniierque DOM habitons, la nation doi.t nous ne sommes qu un rnembie sUe ? i.* phnomne est identique ; les chja's de notre tttacbf ment sont de \eiiUS plus nombreux, rs lier s inMsableo qui nous lient se sont t^n UJS toute la contre o nous vi loin, comme les raci ts d'un arbre q ti mesure q i il croit et s'lve i v e tu tait Mes J. -imiter U ruturtf. uexa ter ei tr:s ver, l'abcMM Ju sol natal, noms le Crateur; ai.oe la crnwre \'.. ikna idn i l'Art des fri$!3.-is d'Mal. I.i jeun.'s;e lleurit en ton tre, et le rvt : l_u peux clttir li vie y hereber le bonheur. ClOH I a nour in.ini; ctoi> la jjit sans iiv;-; Vis pIciiMtneoi ces jours, ce jours si beaux, HIH heuit.. Ton \.-: st l'ae mu, pilp ; tant d'eervira les poils d Hati, venant de Gnes A l'aller et iccui ces bateaux toucheront divers poils d liurope Uo premier nav,re laissera pour Hnh vers la H i de ce mois Un avis ultrieur deanera de plus amples nlormaiions S'-dresser i A deMAITEl> cS: C A gents CidU(|eiiioiit d'adresse •Ni: A;pnaj>e llty.ics iitjrme ses clients it le commerce, qu'il a trans fr -on magasin au No 162^ rue du MagiSiQ de t llir. ancieuncmeut o;cupe par l'HDoautfm de Mr Charles A. Hiowa %  —*——1 Le sentiment et la raison s uni, seul ainsi pour sonder le patriotisme peut tre restera-t-il pourtant dans les Ames comme une conception vague e*. iio.de ma.s viennent des ci constance* qui lasseut comprendre, a tous les m ; .-..'. ts d une uation la ncessite de s unir, viennent sunout des maiii.'u;.. dont puisse seul les SOI tu un a. J eu' amour de la pairie alors le pat totisme se dgage d s moyens qui 1 enveloppaient et parait comme une vettu ncessaire. D.vant la pairie si mutile, si sa: c £ce, LOI e dera e. et supime cri doit tre l'uo.oa ; car dans uo pays ue uoirs et de jaunes, la polrique d'union, de coocilialiea et d aubii tsi seule pus b c KoCHb liUULLitK J)t ( ilt .\j(.K<.in< ne i'am CHRONIQUE L'argent Ci mponiaa ap/eio/a an MATIN L'a gent sert de rr.uliiples usges ; i loilvreiie de luxe ti de table, sous diverses forrn;s i la prparation de podui's phrm ceut ques il pbotrg ihiques. arfi, et surtour— ei ea depuis la haute ami quitc il lapp: de la moooiie. Cesi en Ci .e ou les mines du Lauiium oltiaol exploites b.en des sicl s avir.t mi e re, que se trouvaient Us p cm es mines d' gent connuei ; qui n'a vu quelques-aots des supeibes monnaies sorties des ate'i rs montaires del'ancienneGrce : l'tus ur l. au XV le sicle, des mines sont dcoavtrlaa et exploites en Bolivie : l'argeot vaut alors dix fois moins qu: l'or .survient la mise en valeur des mines du Mes que tl vers le milieu du XVII a scle l'argent vaut quinze 10.s moins que l'or ; ave: des 11 Mutions diverses ce rappe r. tfl muntieat jusqj'apr la Bioiucliaa mondiale de lor augnu ntaut parali meut A celle de l'argent. Apii la gnerre de 187 a la situation chaog le nouve Empire dvliemagne adjpte l'etalou d'or; il est suivi par la Sude, la Norvge, le Danemark. U ie dem* de abondante d'or en rsu te la rcoi.naie d'argent de.c .t de plus e. plus une monnaie auxiliaire au ;.nJ prjudice de la valeur du mtai blanc la si tua ion est aggrave du fait que les mines de Californie d couvertes en 1868 en jtitoc sur le match une norme quantit,L'OlTf dpassant la demande, le p.tx de l'i rgent tombe si bas que de nombreux ll'ats. ceux de 1 Uaion latine en paitlculier. do vent tn 1874 fixer une limite la ftappe des pices de 5 1rs.Toutes ces causes lumes portaient uo coup terri be i l'industrie argentifre aux Etats-Unis. Les pioducteuis d argent sollicitrent la protection de i'bl af Des lois, promulgues en ii'78 et i')) readiren obiignoires pour le Trsor tdral l'ach u ann aeide quantit d argent qui atteignirent y\ millions d once— l'oace vaut un peu plus de ;t grammes— soanaie> de ce mtal ; ce qui amne lib ogatioo de la lo. fdrale de 1890; les consquences de ctt'.e ab.o;j,it:o 1 n: se font pas attendre, la hanse se produit, puis, la product.o 1 augmenluit, elle s'acclre ; .'argent qui valait Londres 52 peu e ( 5 fr. 20 ;, l'once veis iftjj ne valait plus que 27 oence ( 2 fr 70 ) v rs x^ao. Oaelie situation la guerre a-t-clic (.il au commerce de 1 aigeo: ? En 191), h p cdu.i 00 mondiale st'eig'iait 221 millions douces ; les E ts Unis y contribuaient pour plus de 66 millions,le Mexique pour pins de 7>', lAu.-L alie paur environ 18, les autres produc eurs runis pour plus de 68. La guerre n'a pas. quant a ses besoins propres, apportai i i'argmi, comme elle le h pour k fer la-.tr, 1 utnin.um, des ub u h nouveaux, tua s .. ci.-u.iiuL mootairc |'||t fusjf ci ita i.irj*ndea des dtLa DK du papier Mr Jason Mrg^ri, diteur duaNVv Voik Ciloti a uu* runion dn C va 'an4 AdvertaiDij Club, a dclarjir les jcarnaui mr)cainR Rtrafcm sans papier dans dix ans m ;un quMa ne rduisent l'espccd au ordh et 11 f J u ala ne pourront pas f ira fa:) a la demande mme Hi la [rovi moi du br.s tait au t lisante. Avis important Mr Chrtoph L. Martin, imi SKjn, agent ijnral et HP**** tani dment autoris de la m uo 4 Nathan HCo, UU, de Ki->j'o + Jamaque, (Ait savoir tri le* dbiteurs vt Ueuunces de 1 1 MM ticte maison quits sont prii-s de bien vouloir rgler leurs oal.s en t'rtude d'avocat de Me Cimeit Dominique, sise en cette vilt i\u: Uanti IJestuuches, ci divan HUJ Pave, No Sii. Un dlai c/t quine jours U<• est acœrd eut effet, pans lequel la liste des dbiteurs recala 'unis tant ^e la capitale que de U yro rince sera publie dans les quoti. diens de Vort*au-V'rince. Ils seront en outre poursuivi* en justice par toutes les vjies rv goureuses de dioit. fort au iVinee. le21 .iviii iii2 C L. MAitTllN verses trsoreries europenne fjtani si considrables qu'elles doi ti ni les on.es, et pour les satisfaire, 1* Etats-Unis durent, la productio 1 a: sullisani p.us, puiser dans les rifff ves constitues au Trsor fdral en vettu de la loi de 1893, cirsik production des ICats-U ois augp enta un peu pendant celte piiode, U production monnaie tomba d: 2;> millions dnoici en 191 j 1 16 millions d onc-.s en i->i /.cria du tait d'une diminution en Australie , surtout au Mes.que, o elle o.n .. de 7 J millions d'onces en lafj a : milii ans douces en 1918. Les dmodes d'aigent oit •*' %  ktUff pendant la pnod; de guerre qu'uos hausse considrable l'en r. %  • auir, largent qui en janvier 19 1 valau 4 Londres ( principal (m rch ? de ce mitai, fortement concurrent aujourd'hui par celai de New V n\ 26 pence, soit a tr. 6 J l'once, vau*. actuellement plus de 66 p*a:~, soit 6 U. 60. Le rsultai d: cette hauts* saute aux yeui.sans parler des lie s d'orfvrerie dont le prix a plus que tnpl la valeui relle des moooA e* d argent e.-.l devenue bien supneu c leur valeur nominale ; cela eiplique leur thsaurisation e: ainsi Us tr-bc* qa'il faut rprimer .svrement.Foret sera donc aux Etits de rduire, datas de trs loties proportions leurs achat; d'aigeat, et par suite la frappe des monnaies de ce mtal. Cest le seui moyen de provoquer une baisse qui s'accentuerait encore si le Meitaue j t il sur le march tVaossi g m 1rs q a nis I rytl t. I ti 19/1. o s ,-r. • c.' • g it son un.m • t • 8( n-; c-j 4' de a.


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05102
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, April 26, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05102
System ID: UF00081213:05102

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
QftgjUA* alJe X 3:G"
l'oit au Pfii'oc lialti
DJRECTEUR-HROPR1ETA1RE
' MAGISTRAT COMMUNAL
NUMEHO |5 CFMIMIS.
ABO^NBMENTS
PORT-AU-PRINCE
Lutiv 2t> i'iU i J-r '

Ci D0<8
G. 2.00
yKPAHTEMENrs
,i G 2 50
- t* B"l i 7 uu
^^ TRANGBd
[troir-Wi. ____________ 00
nonces sont reues au Comptoir la
JflJ de Publicit, y Rue Troocbet, Pa-
KtT1. 2J' Ludfcale Hnl Londies,
Quotidien
Les jaaUsiocQS dftpUintt
vile. L'ambition n'est \\
unis satisfait. Lt t-vilt
cho.se qui^truiivo s** Sii
faclioa ei s:i r^co {>r3 *,
c'est le dvouciueac.
tfus'elde COUUNQ's
1ELEPI10SE : 808
lia Pairie
[ V^j 50M '""'" ""S "a"S
\m Pairie : Hati rpuiirtv la rt'lVio"> ]il Pa,x>
jm*k travail
[silon pir:ourt 1 histoire, on voit
certains peuples se sont illustra
imideot amour de la Patrie et
Joot d un d>g< minent de
Lire il de puissa -ce. Les Ro
pr,quiaviien ?b rb 1; moi-
fpre'que en'ie' aloi. coinu ei
atr.xtmpe le vu : remuq iab'j.
LtsGrecs. au onu.uie, dans lai
^.divises m peines r'publ qnes
Jilej u !- 1 * aii'r;*, rival.s
jtkiJt et d'amb.iiu.i. ur-*ot b ai
pinoios 1 amour d' a P-t i* ou
rtneconourenl qu un p V\i-
locl renfcrm: dm> les limr.es
[tilket d'un petit tetritaire.
| t l'poque de leurs pre
^_iguerre contre 1 s Perses, il:
'ment i mm i'ui r co-lre 1 s
libires liaag-.n, et malgr leur
talion bridante et leur supno
Jiitellectaelle, ils lurent rdu.ts
ili l'eut de simple province ro
m
IOidstout le cours da moyen g
Ijnqaedaas les temps molernes,
lit dire que hJe dj p [rq ijcoTuue U p upa l
saples, rrme les plu* impdr
; Elle n* gure com nuee ea
^cjti l'poque des ga'ire> de
ttjonqu |:i'ine d Ar ai
ii 'flamme hro qut t eu
Ll sonasuron lare lie, .sut (ur
l.dio> l'Anglais eava:.iss ur
l'centre qui tous J v ier-1 se
JUwtsi:!! guer* ci: AI e-
Iwiai les guerres'de la rvo
'lit l'cmpiie, et l ora^peut
tirit que Napolon *qu.'
Mtinl sans cess ce vaste
J semer la terreur avec la
, taire peser trop sou-
kital despotisme, qui eu
ll'explo ion
raples SLiliscot pour mon
l'ide de Patrie n existe pas
Bent.du moins dans touie
itrement que comme une
fcae et mal dfinie, ds
" Mtion est lor.r.e et que
Jiiloat partie comprennen
: jqi'ils ont d:s devoirs envers
i!!!.** P lrie iXPriine don^
ichose de plu: que le mjt
*$ lt ajoute a cil -;i un seos
^'ftt plus pnt'jnd. Il en
W!jttt4e l'eu former uae ide
\ut et bien prcise pour se
"> couple txaJ de ce qu'on
^wenaimeu; par le patrio
won v..u de tant de ma
^fientes et denoer l eu
" pays a de si vives dis
^litur
;^vcn. pour ,-eia qu'a sui
"?tilbode ouinaire, a ea
^tW les -cMuntnlsse
tDi l'homme Nous som
de t l e so t qae tuai
ak vite halmodi et
Vu"ir(,nsuD dcmains qui
l'MiVm rolre tn ce raomeut,
Pti,05r/?ulmeu' d*'"cli en
l^iLi* uV loPFen oues n.s
FiL CDSdc VUI ^mrr.e-.i
hn!Vl ^r'nd,r ia D0US
L otDlde ,-aa.our del pa
Fr-r^^'s a ..aines mes
r,7.JteltDU,8,aLd^ ll
rua;.,.,etl iL1 :>'1 vu nai
L fJ hv: :es p,emu,~
ff'Hn ^o.l habue lui de
vien'. chre et s il faut la quitter ce
nest pas sans rrgrets les arbies les
co I ns, les rwies qu'il a coutume
de voir animent son cur d une
joie douce t mystrieuse et q*md
il les -evo t aprs une absence as longu? il prouvo un plaisir p!"in
r*t charit Vo ce que Ion peut
r ma que. p.ri de exe pt ois b-n
peu nombrtuses ch z la gnriii
ces homme a d va s d j^rs d'inten
it4 ssns dou e Li nature a donc m s
e\ nous un liei qui nous a'tiche
mrn- aux objets matriels au mi
lieu desquels nous vivois
Mais combien cel aiect'on pour
des obj ts muets et iamiblei de
vient elle plus puissante losqa'il
s ag.t des tres a inns qui nous en
lourent et non spulemeut d.- nos pa
r n s de notre iimille mata d si ca
marades corn >g*loaS de no< travtux
et le no; jux, des iodiflrenti
m ns qu nous avoni l'htb.lu i
de r-ncoatrer dans notre vie de toa
bs jours
Que d.s circonstances no.r. tar
c nt qu ; t-r la coitre o roa>
sommes levi', cest alors seulemeil
que no-. sentois combien noire
OBttf est pris comb eu cous som
mes enlacs pu des chaires iavisi
b'.es tout ce qui est ie> viva i s
oj objets inanims, acoomrjagnant
n>;re vim. N'h t on pis vu des en-
tants et parfois des hommes ne pou
voir supporter iiii3 obs1 ce un peu
longue hors du pays q l'iU habitaient
et tomber en rotai me maladie
Iji.mi connue sous le nom ds nostal
Rie
Voil le premier germe d'o sorti
ra I amour de la patrie : il pu ly.ea
loin cependant ncore d'^'re form
coniplctdrnent ce nest g re le lieu
mme o l'homme a giaidiettes
ob;et) ipimidiats qui Ienv.ro inen..
Comment at il pu ee tra!)tforar
danS/Ce sentiment. Sibhroi souice
des plus admirables devouemems,
dea actes les plus hroques, qui
nous, faP pl.cei nu dessus oc mu
le pays tout tniierque DOM habi-
tons, la nation doi.t nous ne som-
mes qu un rnembie sUe ?
i.* phnomne est identique ; les
chja's de notre tttacbf ment sont de
\eiiUS plus nombreux, r- s lier s in-
Msableo qui nous lient se sont t^n
Ujs toute la contre o nous vi
loin, comme les raci ts d'un arbre
q ti mesure q i il croit et s'lve
laintout autour dans le sol. Av^c
1 ^e no re esprit, sortant du ct-rcle
matreint o II tait d'abord rer.ler
ni)- largit iOQ horizon et nous t'ait
bi )ii vi-ti co npiendre tpa U petit
pays o nous avons pris naissance
n'est qu un p j n. dans une co tre
p u-. va te doitoa ne peuile p rer
M avec l.qu-'IL il ne torme quun
seul tout. Najs rppreuo is bie tt
les g'.ones et le malheurs dj ce
pays tl nous ne pouvons cous em-
pocher de nous en sentir solid tires
peu i peu notre amour s'argit
p/Qur ne s'arrter qu'aux frontires
Tool t's si l'amour de U pjt,ne
u'jtait qu'un seiU.m.'tl, il n'aurai
point uae base ferme : durabe
combien de perso mes ne le res
sent:r,t pas qu ne [prouvent qae
d une naore ta b,J. Ca z como en
q autes est-il tou fj pu d s aeai
nients co.itraire;, mus la msoi et
*-.de du devoir viennent ici renlor
cer la seotimen", en nous montrant
que 1 amour pour le p.yseila na-
tioa doat nous faisons partie ne
do.l pas ire seulement une inspira
lion du cur; une altec'.io i de la
nature nuis qu il leur apparier t
rellement qu il leur est d, qui.
est un cie^ devons les plus puisses
nue nous ayoos remplir.
Conseils Ego*
Pour m*s fih
I
AMOUR
P;>ive tu tait Mes J. -imiter U ruturtf.
uexa ter ei tr:s ver, l'abcMM Ju sol natal,
noms le Crateur; ai.oe la crnwre .
\'.. ikna idn i l'Art des fri$!3.-is d'Mal.
I.i jeun.'s;e lleurit en ton tre, et le rvt :
l_u peux clttir li vie y hereber le bonheur.
ClOH I a nour in.ini; ctoi> la jjit sans iiv;-;
Vis pIciiMtneoi ces jours, ce jours si beaux, hih
heuit..
Ton \.-: st l'ae mu, pilp;tant d'e Lent ousiisnc vibre eu ton cieir le vingt ans.
Aspire dcsp.aisirj Vcavntmt fr^graaca ,
Cueuie. ea i.i :t, Je- :!.. m; :'esipor toi le p in-
RMipa !
A livre U bjaut: des marbres et .les toi'c ;
Ai.ne la .lier sonore; timc l'clu Ju jour
Et la splendeur des sairs au ciel crible d'.oiles;
ChaMa, feuoa lummc; aime la fie. aime L'a nom
II
EFFORT
De nos jours di;s heureux nul ne prvoit le
nombre;
Sj i.ent la joie, litlas I n'est pour nous tu'ua
. clair:
i nuage MffgMN i notre horizon clair,
i-. no:re coin d'azur se perd dans ia pnombre.
Les illusions vont, en un tourb lion sombre,
S ws le soufl.e r.igeur du sort soudain amer;
Co n ne prit l'esquit, sous lire de la mer,
S lus la houle ici lours, 1 espoir da ible so rbre.
Or. .ma candi du Destin oppo.c ton effort,
Hsiitc i u tempte, et soir lier de la lutte,
Garde bien haut ton liant, et ton camr,toufoun
tort.
Mujge du bonheur, rayon dune minute I
Homme, n'y pense plus; .'.uple iu vigueur;
sois nergique, calme, et tu seras vaitk|ucur.
Compag-ii Triniitlin
tica Itaiiana^
Selon l.gramme reu, la Compa
gme Itansaiiantique I aheaue avec
ses plus grands l'.t ,u\ de quat^rre
a M z mille leoota, d>ervira les
poils d Hati, venant de Gnes
A l'aller et iccui ces bateaux tou-
cheront divers poils d liurope
Uo premier nav,re laissera pour
Hnh vers la H i de ce mois
Un avis ultrieur deanera de plus
amples nlormaiions
S'-dresser i
A deMAITEl> cS: CAgents
CidU(|eiiioiit d'adresse
Ni: A;pnaj>e llty.ics iitjrme ses
clients it le commerce, qu'il a trans
fr -on magasin au No 162^ rue
du MagiSiQ de t llir. ancieuncmeut
o;cupe par l'HDoautfm de Mr
Charles A. Hiowa
*1
Le sentiment et la raison s uni,
seul ainsi pour sonder le patriotisme
peut tre restera-t-il pourtant dans
les Ames comme une conception
vague e*. iio.de ma.s viennent des
ci constance* qui lasseut comprendre,
a tous les m.;.-..'.ts d une uation la
ncessite de s unir, viennent sunout
des maiii.'u;.. dont puisse seul les
SOI tu un a.Jeu' amour de la pairie
alors le pat totisme se dgage d s
moyens qui 1 enveloppaient et parait
comme une vettu ncessaire.
D.vant la pairie si mutile, si sa:
c ce, loi e dera e. et supime cri
doit tre l'uo.oa ; car dans uo pays
ue uoirs et de jaunes, la polrique
d'union, de coocilialiea et d aubii
tsi seule pus b c
KoCHb liUULLitK
J)t ( ilt .\j(.K<.in< ne i'am
CHRONIQUE
L'argent
Ci mponiaa ap/eio/a an Matin
L'a gent sert de rr.uliiples us-
ges ; i loilvreiie de luxe ti de ta-
ble, sous diverses forrn;s i la prpa-
ration de podui's phrm ceut ques
il pbotrg ihiques. arfi, et sur-
tour ei ea depuis la haute ami
quitc il lapp: de la moooiie.
Cesi en Ci .e ou les mines du Lau-
iium oltiaol exploites b.en des si-
cl s avir.t mi e re, que se trou-
vaient Us p cm es mines d' gent
connuei ; qui n'a vu quelques-aots
des supeibes monnaies sorties des
ate'i rs montaires del'ancienneGr-
ce : l'tus ur l. au XVle sicle, des
mines sont dcoavtrlaa et exploites
en Bolivie : l'argeot vaut alors dix
fois moins qu: l'or .survient la mise
en valeur des mines du Mes que tl
vers le milieu du XVIIa scle l'ar-
gent vaut quinze 10.s moins que
l'or ; ave: des 11 Mutions diverses
ce rappe r. tfl muntieat jusqj'apr
la Bioiucliaa mondiale de lor aug-
nu ntaut parali meut A celle de l'ar-
gent.
Apii la gnerre de 187 a la situa-
tion chaog le nouve Empire dvl-
iemagne adjpte l'etalou d'or; il est
suivi par la Sude, la Norvge, le
Danemark. U ie dem* de abondante
d'or en rsu te la rcoi.naie d'argent
de.- c .t de plus e. plus une mon-
naie auxiliaire au ;.nJ prjudice
de la valeur du mtai blanc la si
tua ion est aggrave du fait que les
mines de Californie d couvertes en
1868 en jtitoc sur le match une
norme quantit,L'OlTf dpassant la
demande, le p.tx de l'i rgent tombe
si bas que de nombreux ll'ats. ceux
de 1 Uaion latine en paitlculier. do
vent tn 1874 fixer une limite la
ftappe des pices de 5 1rs.Toutes ces
causes lumes portaient uo coup
terri be i l'industrie argentifre aux
Etats-Unis. Les pioducteuis d argent
sollicitrent la protection de i'bl af
Des lois, promulgues en ii'78 et
i')) readiren obiignoires pour le
Trsor tdral l'ach u ann aeide quan-
tit d argent qui atteignirent y\ mil-
lions d once l'oace vaut un peu
plus de ;t grammes so que totalit de la proda tion des
mines du pays; une certune hausse
lut la coosequeacc de cca lois.
i:u i8jj, rlode,uu des principaux
clieuts de Etais Uais p ur l'argent,
suppnme la trappe de m >anaie> de
ce mtal ; ce qui amne lib ogatioo
de la lo. fdrale de 1890; les con-
squences de ctt'.e ab.o;j,it:o 1 n: se
font pas attendre, la hanse se pro-
duit, puis, la product.o 1 augmen-
luit, elle s'acclre ; .'argent qui va-
lait Londres 52 peu e ( 5 fr. 20 ;,
l'once veis iftjj ne valait plus que
27 oence ( 2 fr 70 ) v rs x^ao.
Oaelie situation la guerre a-t-clic
(.il au commerce de 1 aigeo: ?
En 191), h p cdu.i 00 mondiale
st'eig'iait 221 millions douces ; les
E ts Unis y contribuaient pour plus
de 66 millions,le Mexique pour pins
de 7>', lAu.-L alie paur environ 18,
les autres produc eurs runis pour
plus de 68.
La guerre n'a pas. quant a ses be-
soins propres, apportai i i'argmi,
comme elle le h pour k fer la-.tr,
1 utnin.um, des ub u h nou-
veaux, tua s .. ci.-u.iiuL mootairc
|'||t fusjf ci ita i.irj*ndea des dt-
La dk du papier
Mr Jason Mrg^ri, diteur duaNVv
Voik Ciloti a uu* runion dn C va
'an4 AdvertaiDij Club, a dclarjir
les jcarnaui mr)cainR Rtrafcm
sans papier dans dix ans m ;un
quMa ne rduisent l'espccd au ord an amis.
'< La produciion du papier d mpii
m ii 10 diminue rapidement, a t il J t,
t U pers|.eciive es' qie tout? Iji
rabriqaeade papier des Ktat* >h
et 11 fJ u ala ne pourront pas f ira
fa:) a la demande mme Hi la [rovi
moi du br.s tait au t lisante.
Avis important
Mr Chrtoph L. Martin, imi
SKjn, agent ijnral et HP****
tani dment autoris de la m uo 4
Nathan H- Co, UU, de Ki->j'o +
Jamaque, (Ait savoir tri le*
dbiteurs vt Ueuunces de 11 MM
ticte maison quits sont prii-s de
bien vouloir rgler leurs oal.s
en t'rtude d'avocat de Me Cimeit
Dominique, sise en cette vilt i\u:
Uanti IJestuuches, ci divan Huj
Pave, No Sii.
Un dlai c/t quine jours U<-
est acrd eut effet, pans lequel
la liste des dbiteurs recala 'unis
tant ^e la capitale que de U yro
rince sera publie dans les quoti.
diens de Vort*au-V'rince.
Ils seront en outre poursuivi*
en justice par toutes les vjies rv
goureuses de dioit.
fort au iVinee. le21 .iviii iii2 -
C L. MAitTllN .
verses trsoreries europenne fjtani
si considrables qu'elles doi ti ni
les on.es, et pour les satisfaire, 1*
Etats-Unis durent, la productio 1 a:
sullisani p.us, puiser dans les rifff
ves constitues au Trsor fdral en
vettu de la loi de 1893, cirsik
production des ICats-U ois augp enta
un peu pendant celte piiode, U pro-
duction monnaie tomba d: 2;>
millions dnoici en 191 j 1 16
millions d onc-.s en i->i /.cria du tait
d'une diminution en Australie ,
surtout au Mes.que, o elle o.n ..
de 7 j millions d'onces en lafj a :
milii ans douces en 1918.
Les dmodes d'aigent oit *'
ktUff pendant la pnod; de guerre
qu'uos hausse considrable l'en r.
auir, largent qui en janvier 19 1
valau 4 Londres ( principal (m rch ?
de ce mitai, fortement concurrent
aujourd'hui par celai de New V n\ !
26 pence, soit a tr. 6 j l'once, vau*.
actuellement plus de 66 p*a:~, soit
6 U. 60. Le rsultai d: cette hauts*
saute aux yeui.sans parler des lie s
d'orfvrerie dont le prix a plus que
tnpl la valeui relle des moooA e*
d argent e.-.l devenue bien supneu c
leur valeur nominale ; cela eiplique
leur thsaurisation e: ainsi Us tr-bc*
qa'il faut rprimer .svrement.Foret
sera donc aux Etits de rduire, datas
de trs loties proportions leurs achat;
d'aigeat, et par suite la frappe des
monnaies de ce mtal. Cest le seui
moyen de provoquer une baisse qui
s'accentuerait encore si le Meitaue
j t il sur le march tVaossi g m 1rs
q a nis I rytl t. I ti 19/1.
o s ,-r. c.' g it son
un.m t 8( n-; c-j
4' de a.


i^aits Divera
AEN3EH 'NSMENTS
M GT ciO R 0 Zj()GIQ 'JES
U totUlVllOili*:.
PL
UTII/SEVK IKI:
CO L^SSrMARTI\L
D mancn; 2^ avril 19:0
Bftiatttre 762.5
lui H?Jttte

-i
NOUVELLES TRANGRES
Pm* Cable
mu imum 2: 4
Temprature
' maximum .3 ;
Moyenrc de me ay
1 irl f !air | ur ei ouit.
1 v/te birm.
hoojiue cooalint.
I. SC HERE <
v B"tVem*arat
I >uli M jf.i. u, 1. CMi-nteion de cm-
l'O.t u kt&Wiueat p .ut nur.it ...
* |i li-un-j prcises uu miiui.
rtrni
19:0
1. n cil il'bu;
tffeu 1
'"..Utl
CoAitMuae
i'*e e
S Miut ge u JV chioge
OtdH des avOcait
i^otsmercc
N. .i c.
A ri ht r H meau
Eugne Dcsird
Christian Lapone
l.;:..v:ie Iky i.l
Le Malin 1
finie Pacbcxi
Leiio Joie: h
raul K. Amila
Edoutrd Ke..ol
Un pont dancrereux
U l'or.t illu ptci de l'ceoic du rauhourg
>...!>w>i!. en bec a> lrUjsorl de j ,..,,
h-.iei.iic mente d'tre rpare. Une penche
n y unai.i plu, peut c.i,MT ,:. graves accidcrtl
u\ hsvam.
l-.'<*\ve.iue Marjloira Ambro s 3
14 00 .a circulation des voiture* et devenue
|\. . .11 a iA-.vii.il klagoire Aiibroise, de
J.'s.lCiire.inir noid Je u rue Jt-H.nc.rc k.
i,u ctfrttoui qui avoiaioc l'Aaile d s .la m.
Idge iravaui de voirie sont iiinnjd.. Lin i,' u .
mou eerateute c-;ie ivcniM .i.b.iee p.r huai
J 1 iteraewlui contribuable.
rfoui joimcertains q*s le Sirvica T.-.-'ni.
que, uujnurj MhKieua de uir.- ton divoir, ne
luaquiM pdlde eawacx suite a .io.re uste -L.
qute.
Travaux de Voirie
l'oursuivaat es Intressants iravaui k- Service
i ethnique vient denircprctidrc u rteaioa .li
truii^ou Uc l'Avenue de feu de Ctke qui s'tend
eu pont dt Si-i.craud 1 1.1 nwutti Vie-o nt.
c cm le mme excellent rcvetenu nt du i lump
tle Mars qui et uns sur lac!nu-see. Il t.u aoa
iia.icr que lcslrav.ua s'achvent rapides m
uses.
.u rnceebtei de itotua itvod'ca'e du Corrt
4e Sam- ( md dut, pharmaciens, dc-matc et
aages femme "-ont convoque evevdredi 10 avr:l
ljfl : i|i pra l Ibo pkc StPrai.cnU de
s
OfdlK 'je: lu tiv-u : U c>jr,>or-r:oii; je COtn*
medeafleoi Kkntulqua.
I-a nouvelle crationde Candio
SAN IUB1I0. Le cjnsoil supr-i ae
Minniofo reiejiMdi na sa.ni" n
ropOQM Uir ans lrii, no e UM
BMdajg au su|.>t di miiatin d'uni
anne d#>a,000 hom up.s U ro*rit
de iroopoi rja bas^i.i de 1 li fyr et
la (lustl-jinn dot MiticOft lo'-oloi
Mnioraod, li Miotdrool uu ddtr oir-a par
LJoyd Ocorgo.
^W REVJ 1 n emfAr^ao) iinv
u ia 10 l'ottrf i \:> .n j 1: 2 r 1 ku a
l'unj.ii, otdiiU |.e i 00 on <
n i 1 ernati ) 1 h <1e < i < ro>t a a
on tpe id cj.-i rla d h Tjrq .j.
u: mUoo a)u un 00 n u 0 n
tr li priva* .a le p j t l b iri i
Liidr^a Oi duc t'a 's |ieioi h
I U! ? Cill dM U lj'l i 'H e.S i\r li ,.
t u-j) U'S d 1^ i.-a vu ,1 i et la 1
a soj.o e ''.'j: u.iio 1 d 1
il- demande cmr l h uir>8 do'4
gi b en coosq -ce on doctdi q e
li* tff C if* biiiauu i'- ((anfie ti
1 a'iena reviend o t dtoa la vll\
V kBli Mr ii j iibel p se-* de g ia-
vji'i ur do la (.inade'ouueaupose J 1
g lavoTiMur 'l 1 l M ir m ( a et en
fin ilaca par ino isioar 1) ion* g i
veruour do la RQfl'O 1 lie M -cha il
gouverot'ir 11 ; ia >l 1 i.u j 10 ai
Dimniiria do-anoj luutDtat
g')jvern ur ai d .Iol.
l'.ii'.lS- (ij raiera h un) La inutt
Cour vutu rtpp 10a i u do I ar:ic 7d
par 15J voix ooriel. Le< cio-h
loucea tttaouitoj sont accord3*
Mr joH'ph Uiiluai i.'ict d^ u
etfur om lu p 1 ootneo nubiiiue lo
'- > couiant daoi l'ap.i raiii.
14 Avril
PA iK ^ilUue-t C>llttlS \3
ai-; d> prit u. Si dV.alDi nr^vn
tive viinl.'i en 1 >dut'31 di Caf
peina
PABH M)nnnr V*iliuon nu
prlfot d'. S 1 r/i'l, a A%\ bloMi p 1
8hivj tvii: d'11 OUp dl Od 041
l'innli'o m: vjuin a rJ ^r ai
ofj;-J g*ovittoi. LJixfi lilii'l
D r. A(A j\\ ..in il i 0 .i -i
S\S RtJdJLiC) fj-eiu-CJitinui
i' ixi'nj 1 doj fi' > lierez r|. l'.Xrin i ;i 1
el d : I ' 11 i 1 m a p t >r t" l eut n
lit Viicjoiii b tas li dtogttia'i
A'-.n'ni6 nfo t uproivi d ilitiv.-
uiit li *l\f. n di Sni/iap-
PAUL-*. K 1 h iu 0 cjjr h p im troll au d priain fjt v >tVo e 'U*' 1
li/ s>i t t rapoMia *tpravi t par
u ie v >ix d -1 in .1 j t 1 ) 1 \ o a m MU
l-v ti j 1 d Bjoor et 10 ans di priva on
cl .lits pOfinque'.
STB 1*300 tG Li i at on eioito
pu- it atrve Ht tta loooilfO' Ai
c >ari d va inio n lea c!i id aoci al
l'i xo;.rdnt lei ouvneis k la eo'i
diiil.
ut) .M\IL (es cli minas e' loi
pitl oit a*Bfi ij'io l.s iy^.o^t' a un h t eu g ve.
l'U.li. Su-vaai an d, hi di
SiaBouuau 1 npi le lUauceliar
Alieuini viendrait U n lleino. le
J HififRl d h dbite q 1 ^nuojue ^a
lama it I arrive -m ci iuca iar t dit
qu.il ettprobibh qae ca dtTOieT .'^t
ipolaSin lt),i.i ai titre pire
unnt oiddaax pour t'juniir ventiel
leman divers ronsoi^nom''n'sei non
poi it po ir dlaQJ'ar directement avtc
la -i uni aupr^ui'* oui) ne J lunnl
li q 11! on. pan b'e q ia le China I
lier .*.'. m id ait pi il limiatu- d)
C3 vciym et qui no p'jfiai pu
I a:c un lir j iiq 1 au I) > i\
PA'<1; L:s ilc^uii Je< gor*;rn
m;n l iiyiu et d; li Rattio Sivii
li p.-si ; u* n ; n u 1 a o.l rclaiU I
t chan_{: d- upjtr: m nt dis pris>n
aiers.
P\'{!S L?s note allemandes
ivj luis 'ent dns lej mi'liea.< alls
d Sia Kemo une vive imp es>i)n.
Iit*rviev\- pir le puin*1 MilUraod
dclara q le Ift aisefdo.li llitmtaJ s
nt molui: o\ pu soi pj nt d; v e
L-s A'.lem nds I g i.-ent l- ttii e
Vers'illea ils do vji l'excuter. Jj
ne sortirai pai d: la. L: P lit Jjjr
nal interviewa le ministre Belge qui
drlara qie !a B:'g q if loitisadrala
France pour a s mr u Une e escu
lio 1 du trait de pi'x mus elle sel
logera s mulianenieni a rapprj:her
les poiatl d; vjsj anglais et trarm
L; (ojrnai apprenl de 1> ilin qu:
!. co ;. j il 11 da chi .elier alle-
mand a S in Remo lut nviaatae li
aont indu,
il-ENFANTci^ZTl
VIEILURO qo ** !
xCRANOESPEft
'"nlfiii Un w^"
pour PRESERVra
LEBRSCI6AIUIIVI '
u pour SC
l'"ffh(imes, Mauxe.'i
L'jryi.ait^.BntuhUmLm
MAISILFASJTAVMIU.
de u'eraployw ij
X.E8
PASTILL
VALDi
VERITABLE^
vi-isilups spolemeil
oxx noiTEa
portant U nom
semiine dem re la cont'ren:c dt
Rome entre Ni ti tt le charg J afl.i
res Allemial btraba*j g, la g^ve
eat stalionaaite Au.un Irai a ue cir
cule l'ticept'oa de 1 exprs de
Pelif.
mvm deSG.Mgr.ptchon, nomme Bvnuedes Cj.
v..s.~COt nome \r.iieiiieut iuij uMUMe. Le lui de
IliUI tait emourc de tous le Secrc.ires J ttat
rttx parole iCHkhaotei du diaiinguO IV a I re-
ponJn par an ui>coi.r< au.\ idem BoUoiCt vdei
prononces avec lau.orlU de la parole au. n lui
Caaoalti
Assistaient cne Jolenn t, le Praider t d.s
fribunaua et ka Commiasaiiesdutiouvcin ne.t
prt de cm IVemneus, ,. Bureau du Cmsed
J but. leMagMrat Loiamuoal de Port au-i'nn-
ce, lo Stupericnri du KetifSm nain cjllge St-
Miitialitdc n.;iiuctiou t.iicienie, le Cb.li
i!e bivis.ou d.s ont Ki.u Lpaii u.tia n.inisti-
r .ls, I lu, ccuur (i.neral Llris:on, le Chef du
Cabinet eu Pikkkut.
Mr. L'zaire Coef du ermo 1 avait ei(an>
ritl-
- --^ weww ---- ----- ..*.. evieiiiw m * 1 >*.- i. (C'"
i.ci avec un emhoua aune daliraoi que le pu- ''-'f dm> 1.1 von are pra>id.a telle >-u ------------.... que le pu
kuc j applaudi ( .aud.o. vendredi >..ir it^uK-Wi
litm.U beau talent Ju m.iire vluii.omiier s est
uoe nouvelle ion m-tattesM dans sa nouvelle
Cfeama Guerre Euioj>eeiiie qui est u i eOtlp
Je vra)on lOutri. Ausji kl public en a-:-ii rede-
K'.ndc l'audition.
Nous crofon qu'ofl aura Mtiafactioa vt.idcli
v neutre, une nouvelle prodiunoij de iitupivable
andio.
imposants crmonie au
rlais National
Hier, 'io heurts et demie du matin, Mou-
rejui le Preeliam de U it;pHr-iiquc a rec-t le su
70 FEll'XETON D!.'#MATIN.
l'ienou ^ u arriva aecoji^ . C \l tr Co
11m Les haiin.ur oni et.- rendu nr l'rJtat-
Mijor penJam quj U Maiiq-ie exi;atai( 1 liymoq
national.
la Exposition Cj.nmuaala
bile san.iOu.e br.liute. t" >ute> ics uu.urcs
sait prises poir q l'e e .on ui vritable eioi-
r^e.n.ni au travail et au'elUi u-;.- valoir nos
produits.
Le .Va but! Com.i u av^it ^d L M une vi.
cui.nie *u\ iiotat'iluej de u ville pour leur d c-
nunuer de contribuer au succs de cette e.i re-
prise, en accorJaut des pria qui porteraient leurs
njui, aus dnferciiie sections ue l'tiapotilioa.
CWj cette ci cubirc .1 don 1 dlieureux
ta: i. Les p.ix, spivaut oni et.*euvoyea :
l'rix de la Banque, an dollar*; aux plus beaux
Iruits pn Madaei 5 in bines Original ::
press, MCtion I 1 i^ine. : ri linu.uerit, 2o uc;-
lw;- Prix de l'Archev L, to dollars; KClion
t, pographie.
li: rle cont nue.
e La Petite Bevtie
L; Munvro Je Samedi de la l'etne Bvue, le
dtrniei Numro Je cette revue, e para avec un
loiuiiiairc desplui inircattnts, 11 y est un une
rcapitulation de toutes ic eutiern peruu ;u-.-
qu'j ce ] Mil
C est avec rgir q'ie nous v yooi I effacement
ri juientan de la lice de notre iuirtssanicon
irere qui l tait propos uc parai.re avec des ca-
ractres tyjH.yrapii^ues. Devant les liricults ren-
contres tant a ttm au-i'iincc, qi a I Ktranger
pour u livraison d'une petit presse i. la fabrique
Natioual paper a Type Compfiy , la Dire;- -- i<*h m ituc uc
t.on del l*Klite Revue a du ...sandre la pub! peodint J. la dit: hib titlOO "CluQ
sj'.io.i de la icvuc, ... 1
I cticl e en cette co n aune, sut le
UNvira.Tc de Samedi a t l'ag revoir | Rfii',(1 mia de ia Pleine du Cul
sesabonno Souhaitons que Cette interruption. d : Sic l qvltl deit i Carreau de l.'.it
ne von que de courte dure, le Uirectcur devanq eSt barn ia nori mr \|lim\l
fyagerdfd peu pour IBtranger. H profitera oui '" 03in a n,0r4 P" 'HidiineM. e
deoujour ia bas pour revenir avec uu owd-j *****"'*' su P'r Virginie NtffUf,
1js^ a*?*. | i le I par M .dame M. Labissire et
Veute pai vui paro
do uieus iiuiiiabiliera
Il 8tra procd le uiirdi que Ion
rrnipier Quatre.M. i mil Dofc.111
vingr, ix lieures du m t , eu
uiuue et par le muneie/e di Alo
Siui'ad Villard, uo'.aire Port 61
P.ince a la vente au plna offrant dtrniei e k DiisMor dti imm ?ujit s
ci t\ ls deigi l.
Su f 0 1 0 is de terre dpendant d.
l'habitat! ju a Lhancerelle sise tn
c>Us ccir.mune, sur legnnJcbi-
mm de l'on-iu Pnnce )a Pl.ine du
Cul de Sr, lavoil :
1 U demi carre*u de ttira d*
a loues1, rsr leurind cherdj
Haine lu Cu' de Sac, sjL
et ptocea verbal d'arpriifg|
r. Sainior;.'/, en d-it do J
jaillit ma huit c nt quitril
huit, 'e dit procs veibal
ep'fgi t-.
a Lu caireau de te ai L
Chnncf'V/n Plaine rJuCrii
ciion des Varreix roimi
Port ai Pii-ce, laquelle qoa
trre et bome. savoir :tl
le Grand chemin de la PI
Cul d^ Sic, au sud et gi
J habitation f iinre elle et 11
parSiron i-. gne Duboit.i,
filan et oroc; verbil d upcia
f;in Roberi Viard en dsla
f i q a ' mil oeut ctoti
cinq, I dit procs variai
Wil*l t*.
3 La moit c' ouaf
popril dDeDdanide
( h: n: relie sise en Maint
5"ac, e cet e cr mmure l(l|
1 de : contenance de ttm
qu :-ra le cinq centimes ~
mrs ( ,4}6)vendue I la G
des che-n is de f :r d'Haitii
au norl pr 1 -s hhitiers
sui par I: graal chsmii I
relie* Tuilier,, l'est pal l'|
__J!
mm
Judex
GO ANC HOM IN
,Pai
j n nji v n i* /; / s & n k
1 l'iltuii par L. Peuillde )
.DIVIKME TIiODE
1^ COEUR DE
JACQUELINE-
'es avile de
le jeu de on
V (Suite)
Le guet-epens
Jodot, impaggib e dedaiat
* Votre idan, dt'gu. uiaie, Le peut
; 'ne ;- u*mi.
- 'oui e-ovz? (ouciuait Maoa.
J tu tciair-
l'oi'i "u hi.ivu- vos fini, tt
oua l'avis adiuiralleiutnt conipn,
uuto ttni ictoln de aw^uiiner Jac-
loeline Aub'y il aou lia i.oi< pae
feulement parce que voua voulu
vouoeinparer do leur part d'Iint gn,
lueiH enore t nui oui p rve 1411 dg
font devtnua d-e tu<>ica ^n\ ta,
nt pin tiieiijHut capabius, en reveiam
m ruviaut tou 0 vo ru condui e, de
voua pardia a aea youi et de dmo ebarue
V ua voy
moi, afll"mait U'.an-.
lire rt| remm1 da ia
partenaire.
Judex ripostait :
Tant mieux pour moi, pour
vous et pour tous 1 raun'. voua
divizdjnc renoncr vouatmpt
1er dea itidioug de Kavraul., tt
mroe le falra reparatre sur la
gcn3 du mon 1 . et cela autant dun
votre intait q.e dans le Bien
a Car loiaitt qu'il Vviudra r^cla
mer ae diota* sa Alla ae dreasera
entre lui et voua-
t a Et taodi- q e lui m'accusara do
l'avoir lq ea i, Jnc|ueine vous
accusera d cv ur volu voua debar
ranor dlie t da s in Qla-
c Noie voai doit it,trt, vous
autant nue moi, ;1 ca que Pavraut
le^ie dena au lomb
So une nte- < n'v a que rooa.
MiTa'i'a at oi qui a cln -s qu.il
est vivant- ar j > au ipo-e q ie ruul
n BVfi paa 4 a-a 11 Dp1 i d ntapo ir
m cie lea gens que voua \ei on.
ploy* euioeineut daua la ca li
douce de aou aventure
Cert Maia il y a gg iille-
Je in en cliargel .
Copent a il.
Et Judex, auqtv' il rApOglt't de
tueii'i-, n.i"'- 11 aune otloiloelte do
renver^iiii, d-1 Diai.n, lit sur un [an
agec :
- Ja vous rp'.e que je m'en
ira JaaaHi Och-ttauJa^ que voua
fcvt'e' ai li.tii'etnei.i CjOasirut'.
a 0** un ituifux i onc Mr*
dTv^rjotneMa au| iMt'j itleje uavoui
fpga ifi 1 ir tei v u i.'i.y 1 pua rua
1 a eaecutar ce-'e partiel i uo^ui-
1 a.ie ue v. p e piogroui 1 e.
e <.* eaji-. ,. n, v* l u re une
*oeciiuue.. it voui eaboiui z ua-
i 'l'i .
a (juid f -.'e ne ie |g renUci
i .sa 1 'f u liUPUoe.
Wti .
.t< i.,- Cioiudlc ci
z donc ben que tout
peu ns bt u s arranger, du roieei
do n ia lettr 8 devauus oju.u in :.
- l'utai-lre.' cJeit pou pou l'a
vevure qui laemblait viveueot
|pi ireaaianr.ee par l?a argurum'.a U 1
g an advena re
Cel i.-vii iu.f,.-'Vdit
ij 1 arei Il va et iicj rem iraient ^Ui'-i ir e'af t.
a I. vout era giooi 1 upaa-oie,
" n mut a 'ii iin a ex i- u .:) t
on tard ou il voua chappera ou 00
le dcoLvr r
l'a idia q l'ave? nao'.. rien
c alodre.. je vo.is gara-i is \ ie cette
fol, je prtnlrai de telles pr^cau
tD-isq-ien I, pas ma qe voas, ne
pourra pun ir :r imju' lui-
t II ud'7.-,noi donc votre prison
nier j 1 voua le rp:e. gtant pour
votre aju i"; que pour la luieoue.
Et poar u. lievdf de vi c e loi
dernirea h aitationg de l'aveota*
turiare, Judix posa, ea bai9sa.1t U
voix
l'i m l'ion pour voas.. si voua
accepez tout de suite.
A ces mots, D.aaa eut u;ie seconde
do voitige*
Ua million.-
Faicing p r l'app.'. da cett? aom
me encore plus qientiauie par Ich
aigumeuta de Judox, tlle allait ac-
cep er, lo lae toui coup, la lunno
re ae lit dans ao.i esprit lui rvaal
instantanment > vrit.
ae vois clair dioa sjijju, sa
div-olle. il gg, amoureux de lniue
bne.. H n y a pas en douter uu
seul m > 'i m il veut lu< rend e au 1
p Ira pou pouvoir lponaej-
Ijitu au mi.lion qun me pro
piae, p.'u -tra me le drjtiutra- .il
pour en ti ur p'us vite, quitte eut
suite a me livrai la jatUoe uu plu
tO tajatuct.. et me frapper i.u
plic.bitm va
E ti.t de gaite, elle songea ;
- Pourq ioi (.sqier una partie
avec de pareils dUatea. quand jd le
Ueaii lu1, ut quand je poux m eu
di tarer a uut |nu ie t
< Uji. au
uuiei, cest
livrait-
* t.t noua v tio...s e sii e, il, eo.u
me n ie pi eud, Jacque ite tt ou
tablit teatglblan tavul.it-rebes.
M niieai, repn .lio apte a un
-, J : IH j O.i^j luul B
lieu de lui livrer le ban
moi qui va s le livrer
dia.'llW|liJlv'i' cntorey.'i- i), a VfJi VlK de iflj dire
t Je ne von eachfYtl oag que voqi
m'avez vivo nent impr asiom*c Aaa
si suis-ji toate prte m'ont'adre
a /oc y jus et voua re ne-ire F
vraut en ilnrgi du m llian q e
vois :na\ez p omir.
e .Mais une car di'i.i-
laquelle'.'
le vous lai dji d L je ne suis
I as s;ule.
H y a Mora'g?
Oui, il y a MofiDi., il y g aussi
Fvriu.
e Avec le premier, il noug gra
fa nie de nous entendre,
Mais avec la acO ril..
Jd ne siisia pas t.es bien.
Vous n'ignores. p*a qu il a perJu
la raison V
0*1. je lo sais.*
En ce moin tt, il est ha n par
uis i lee llie.. revoir aa li le et aou
palat IjI*.
Lli b on'.'
tout qu'il ne les au a pss ie-
tr uv.-s, il refusera de qui er le
navire o 1 oia l'avons Uaiepon i|
a; nous Inststnas tiop vivement,
jo craing un acarda e. dea violen-
ces.. Vlora j 1 n mil q ie faire..
l'ai -. tre gi eoug e-ivoy^z ctnrcher
utlt.ni Ai:>ry, -n-t-g voiq -liez
n :ore lira aie i) vertf l'attirer dinl
an goelapeug
aie se leieait.
ne ijiur tritige gab'.n', Il un
qui dm son ragarli
ini daute ton co?ur d' naot vo
nat-il da lui inspirer quelq te eablj
iu3 et gtarease iJe; car au bout
dan loget, tan h quun ntlic
diaouapsrsble nob'eaie Ulamluglt
ses traits, u n d'ans voix mle et
retolue :
Vou'ez voua ma
prs de Patraut ?
Caua.nent cola" .
na toute in erditi de tant d'audaVa.
Je Vi.ua l'ai' di'.. je-|dia.*agii9
armer-
lai
Un
Et rprimant li joie itf
i(j;e q u s'tait empare f-
vue de on einio-i qii il'!
4 elli dt is un bat dont e1
vint et ne voulait appr(
rai 0113 seertea, rlle'.!
rauq<:e, saccaie !
Eh bien auiSe--ss)l
Qoe'q ea instants aprs, I
c'i'o pa a'higuait du qisll
tant J*. q es de Trtn3Uia.*f
t debout au milieu data
do-ninait de s* lituta
bindits av-c lesquels il
K-igTla la'.ta aup-mi.. afl
la la ia ae volait derr.ra
nuisis qui, depuis un m-"
moric9laiontl horizin-
Toat douceiiait- Co3
venait d avoir un lonieti
conciliai! le avec mis* T,lii,
da sa caolietto.. et *'W}S
le port, rvgarda ateco")ey
d'i- luitude la -,
gnai-. v.rs \Aijlon. mon n'
qm c-i ts mres (
L) ans voix 8 urec. .
l Amricaine qai iwi
C'est elle.. cel I V
su'a sre., js h ootaj-j
ren-nano,. tlle a d la ^r
me elle m'avgi: roale,
8u,J8al nM II
1 Uaay je m m* P^iga
f Ei voygm iu-l* JJP
de ce canot, il me wJ"J
ni ; a rembirqie-nu*0"
pourSaioi-Hla^ ^jl
on, j *i la P
a'iiver inalbeu'
a lit rieo.. nibcli>
1 ts me.110 une
conduire au
l'-'pll JOi.t II
va u n i" .
bicbi- "j
piiaaoir*--r
noix
Ah! si H "^^ .
A (es mot, une e *
i coqudi-i Je "Jl*a,gtaj
, mot, une a
malice et oeiii'- M' r
a la jolie ligure de nm* rt
-Vousairafiba*^-1'1'
de.ia da-l-ella ,P r** I '



t;vATlN
> >-..*^
f
m BVER
Le en gros et dtail
^urs Marie Brizard
Mit Martell
'mpagne Pommery
ircno
en bouteilles de J.
tvet j&|Co.
^serves fines de la
son Rodel.
Iblunc et iiouge
j suprieure d'Italie
[Vente au dtail
, J Luci n \< 'a*n e' a
te oanal de C'h irmile
|riit/l)ifso ; air si o tl
il tour 1 fb< uitmi il Est
jfospi H li '-' Su-ion
U If po es vu ban d ;r
lihBhigrf IX vu m .\e
k Avji nv' l-i i e J0'-
il el ocz-. Fvvric: mil li l
jl hou.
idfmi cirrrai; H' lere d
rhibi'alion Chanccrelle
jn des Vw i \ en rnif
|,^itilsqu*cn tom.iUs ab^r
Icancau de ur.f d< pendant
Moo than-.fe Ui srie
. du Cu' de Su-, dans ta
jSt.on rura'r d s Vjikki,
Ire Put au Piince, borne
la; le th nin ^ui lvent
ri.klanon ChPDct.el'c e';ns
IMBBid, l'est par Lamarre
J ftd et a l'ouest par le
t li dilt bab taiion Char ce
vi aa'il ;p?t t du p o es
(foljeatig', ac.rrcprg-. du
li t-, cri -i O bimo
kttvisgt Mari ii* uit cerl
ttijw.. t! r tis;jc le \irbt
teime me is ;
* Lui ciiin ux n vu n de
dut de il ib,talion Chat)
Jfituicn n ur f.iui U jjrar.d
^l'til-a-Kr.ru la Plaice
l*t bac ; laquelle est borne
Ipar qui de croi', su sid par
(rucellut l'iorper.
ifoo, do voua m juitr/. pia!
riot'p'il^ Aiuftncaine.. ceBt
relirai ion mcmii*
p_* tb ioi ute cnature te d-
Met un toui ue n tin ue
Ptu, dd ton u n itau, de
"r d aei ebausburef, eppa
otwrlajete.euu:! iuuiIoi
'Mwa ju'iIle avnt i h.bi pde
toengubedo tlieuiut, gui*
,*<* auttlicthc.
Wy.. \\M*), i alt< %r.ou
I^Vqiesioiiitaii le dette iva
^aerourade index, laooa la
"pi'it'.ni tui-oigni un pion
^H'iril dau le m,-, t\ eo
"Ht Ue , i le Un. k
.i^ v,n*" c'auctUi Jau-
k'*i*atUs .
*n|) wuvt ,'^.IM (;oopii-
.j^"'an tuUiuii-- il. bier!.-
* H> , i.odc-
i/i Su i (,7-e |
la ruelle qii corduit au fciad che
mm de la Plaire eu i~ul de S:c,
Irai par Ml Bin it tt divers et
l'eu est par ( cme;u.
Telles, d'al tur% que ces partions
de tsxrt p< utsi ve t coropo tsnt
u selrnc'tnt sans meune ixcepiron
i i t'cive.
Aux it (tte, poiriiiteaet dilig o
re oe MtMltbilU- > aipa et A. j.
M*ama*. il>ireatBl tuoa le doua
l'oit au l'iiiite, dOilUCil * lu pr
mm Milan ( I atit ), e Eecoud
le Nouvelle rlawi Lpuialtoc/Ktall
Uiiad'Aui'iiuf, agissaui eu Uur
a. uitde teqoeftMi b i U maisou a l.rnacde vj. Keilel *
Co rab.ie'i Rjft au Piinte, t isaai
'eitonde domicile en leurs bureaux
is en ctt'e ville rue Kptb iainc et
i\aot pour avocats eouttitus les
Morel et Ummaauel Vo el du baneau
d Ucmil rail.Unla Port au Pnnce
v d mturiOt- ......,
' En vertu 1e de la I ia 22 juillet
1918 20 de l'aii t eu 2; du mme
mois 5 de la loi du 13 Nuumtue
I -if 4a de U. et du to d.eab e
dt u min anne J*aum aecuioo
du Uooifll de Sicieiauca d Kitt
f4dila3Sfpmttbni*Wb quoi
oVibblou l.ytuiieiaue cens, lie
lawais-ouli.KeiU el Lo | er :a di-
nuit. le Lva U yad. nciiirtai e
(MmtuM ittWUCIi*" a lui- au
l'une et 1 o'ul1 tcminjanamtiij
un j, la dtfuiu d ie 1j Av 11 IBd
i.euluiii Vingt ti.1. iBfit ue 1 Lu s
ntr Voise Uttau-, et uiu.e.it n
Lei eocurai atrort reIMI aur la
rce mil ddtiua ci M qoalrj
ma oui- ob aji 1 n " lii.up^l e 11.
tfeuiDite oura Ua cUark ci,o ...-a)
uai.s le cahier dea iliKike.
Pour piaaaaD|Ua nneigoo.ucnts
esutetr ledeLObila-.ieducabi.i deaca.ya
ou aux tvuca-a iouiauivai.Uaouati
n f
TLT /^l ^\
-->-
-**
Comptoir FRANCO HATIEN
1720, Hue du Mag tsin de VEtal
Messieurs Ynillanl&llouet ont
lhoiimuii- d'aii er les commer
cansquils sont reprsenlants
des maisons franaises sui-
vantes:
Et Idissemeiil Chtelain BgTjg
Michel Laurent Gnigue & co
Prahuts chimvitH*
Limousin & co, aftMK*i
Wulfing Um%ImUun,ent]
PerigneLesuwll & co,' li
Sntt HMaiB fei HtiiB mit. Vulz*~.
de chiruroie
Kx reitl
cs-on iellW)
C
La KabUin ^'J?"***"*
La Pagode ft^r*...!. ,
Etablissement A. Maurin. *
roFAovs hygioiq'Wfs
et
r (raichissanies
Alfred Rostand & fils,8^!
Alcool de
menthe

Socitc Fruila,
I
Pfoil m Prit tu U trttlW
MOIlEI, Km. \OLKL
Ai< de dpart
Uadcpetliea poor .N^Yik tt
I k' aopf, vie New York, par le te*
u.n COLON an01.1 t -in.ua drnr.ai.i
N. U Lueure de la fersuUm M
iiv-e demain iUUn
L 8o. U Pj.Hin pour a Fran
ec ^a col uiea Ifftfu: rtBi Jltqi 1
veffu Pri-ot, l ^Ani;i:.:i
De llicqls & co,
Socit Ouhonnet
1^1 \ ainii Conserves alimentaire*
\jU. 1 ilUllCq de 1 rtgneux
Ducasse & Guibal, **$%*
Joseph Perrier etlds et co,
Ulh-H d^ F-azanove.
AT1E1NTI0N
Arraia .olreloH* *&** UmL
70U* Dl l/diP8 pu!!->!<' e"
Kviii Tliroat P4Stillei
**"*' w< Qataile Wllaaea
t,!:,'. m*M r.F.rRAi u ium.
prix *vAM.ivs roi cwbuaoa n^ ^kos

Vins
tb
cliampgie
Vasqr7.Coppws*CoUc
TMPOBT ftEXPORT
I ?f.ats Et-eat New-York
Cai .'L i oor. oo rnr-'reai ni wc se
Rfrfscil
The R yal Bu Loi rin'dP-a'i P
American Fo.tigt H nking Corp.
P ai P.
Nitional P 11 Bni HHtYi|
I;.]pJ*ab> Trot ot New Yo k
Pii k o' Ht* Y->k.
Il.utiv l.k N lior-a! il. k
S*:ul a*!fnt re ' Mii",.
Loi < THE3AU1>
Pott-iu l'.inc, Uiii'-
Voir i'rf'it peur touks ts coiji
mandes ri 10 ,s pa; 1001
HMnr^^^PaaP^*^~-*
Avis
\\ a Vai lai-t k n.t axiaa qoa le r |
1 rat t e* t R' t^r^ n la ra Par*
f.: (.ce de la i b*rui.i J Vi ai
A. de Matlis iV C ageal geral


! 6 if)
>
." a b'" />c /' Maison D. aMjhetii SFKD Co
Pour fea finn ni ri es et coi-
YHfQ
Fonde en 1850
Produits chimiques Ips n f : r ,
rm wiiuitH M CI(11*088CF
Hnnsieur Feirmiil 0 L nuju
i ou |fS rei esengr-j ei en l.u.i s'atl imv j
Revue IUusfre ef ak
frirons fc ie
| animent Iran imm et i a ;
rannA.
Nmtm m LUMIM RWaIJDI
ls'ahifhed 18*50
Am*rirai. A f renrh Pilent Mp
dicmw. B si ( hUiicl8 from E-j
lt| e and the atates.
^n encan prf sortions f lien
trench k meneau Perfi.nn '
Toile ^airru.
OH il a Pf fruV
Pbaroiacy (iaduate of Tcrr p'-
I nirxitv. Philadelphie p,
i tt vritable p mttfhi mt rveitfu*
Madame J Jolibois fJs
-' j ; Su 1 nv > '-,
SVnip(Y8*fl d'il t'jrmnr si ltic v. i luiv clifi l'e cii' l'a ; i
raf I? rJe'n-pr Meamr un lo II i
de lu n erwfl fM Fe pommn |#> K-n!
folfppdfl l.'K rg I' pifuetfl <>.!
fcfs i'i. |,|.-s cJ m.d g <||,| -A r,je l'i
(j/nrui'i i.,o i.l ..... .. i i.
Moniteur Vleiar Menm*%
lour la< ei,lfs seu'enent, 'ad e ser ; Pharmacie Emile BrUOH.
fin pU?>rle *"**# Laurence**
ES
COLUMBA
Heus par dernier
bai eau.
&
QOf,l
t U 7. CHEZ 8m8rlfS Corcrae e!,,fi
(r. PreeteMffi- AjjbpM a
//'. J*/ Q ai, y: ni peur Bqx i.
i a >..
i e / Vi /**/ f rea ni f t
le l'ai m ofl
i.Vfi d< u.) p,oduilt ncm. H, me&t
iWnvIbrs m HaUi pur donner
ttx/tV/Ut h laie diiliht e: i in,
' fui l>.li ifltfuile 5 t en unie
(Un ir Jh Si Uoi.d \(::>-J \{,
ft/viiccm.ill foui atauirfu
mu ci t, n?, ion-,/. noiPmm^fth ;/.
J-avo'i munae lgantt$ Phltn
mm ti h Palm oit toni tendtu
,/,^u/,s>wta ,,,.,,, ,)( ]),iei,lirs Bunon et LwAufktlr
vo i devez porter,
a irt'
CLINIQUE
ii m thiile iiEmploi
L'etP'yr* rif t' doit r \j$tH
r.'fft'eot le rapiettun.
11 eut. -l our, /t':. ?, n 'e hiZ
les puio peur coi i en s
a imison
Veuve Bari^nci
Ci ara Luc \o uj.i (. Maison di Dr Mercier'
tomul alio g
sf '-S fl n J1unf.f*? mL4i S r : d- 2 5 hoarea
"' hM h: Maadiea diaftoiua i ; Mal di d e&finla
rr*r-
^
Assurez vous contre LJ?; pp](I
Adressez.vousi la plus forte co paquiodcsE. U
ta HOMEMSURANCE Co de N.^Y
apit gnral pour iali
uif. Le BOSSF, Port-au-Prince
Pro. z^offe M.i o-, ,0!,e Mifffaj f ci d^is M taux la.Ij. ,H omUii
Airun Irais de coo-missien ni de ccurtage paye
fl LK BOSSE, i)5 Une du Quai
i
y,.1 J
\
/
."':

'U.

-

4!
Tir:iKisi
1/ ...KOTI3N*ti
"t AMERlC*M1a
b:_eh
S
awAti
Pharmacie F
p
C! avpagne PIEPER HBIDSIBCK
Pcmi *pc et brui clic/.
EDWAHD M. Itll'll L&^o
PorlQuPrtnc
A ngle des Dues Roua; et du Ci
2 Mdailles dargert Eapcsiicn de Bruxella^
laboratoire de Chimie Mdiwla
D/oguer!t^ Produ.g chimiqufs et pharraacfutlq
x Nfifcmliis l^nusese amricaine.
paraliri) Jp rutes ampoules inJicautiiteusesn
ai 'ujHciables.
"'uiis, SArum r./ros'hmque simple 't ftrruginf
'''nv ^ r-*. Srum ,.e Jiorard r.mpl^'if-i le f^
realc fian s le Ke.Tiar et t /loLia' .
I'.) .oujours en sto(k : i\* viosiiitost' Sirop ^lotA
Kiixir de l'ensyvanie.
tfpnilatre du PliEVEM^
nwfi*i>Htqnt\des Laboratoires W\
. UCTIFEIty. Fern^Dt I c qie. coptre st'xVWi ^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM