PAGE 1

It UAT Expo>iiion flu 1er. Mai Conseil C< nnmiu.il de Port au Prince 2tme liste d Exposants 19 Madane Iules Fleury, Chausson au crochet 20 Madaa e abtfl I orque t, i rc t>e d'eiiUn' au Ciche*. 1 tapis DOUI table de salon, 1 sc a main 2\ Italie CfthtftDf Itaron, '!or 'g* crpe de chire rose b;oc'e<* a 1 1 mus 22 Mr A Beuhjun.itui, Six >ha peaox de paille du pay-. 2} Mr Nelio iu j cques 1 peu d' checs 24 Phocion Snon, 2 bouteilles de miel, i cire de rayon.* naturels exclusive meut 25 Leida Carr, Un coussin pour tabouret en hl de soie 26 Mr Alphonse I. hrisson, Porn made rrœ'le de bœu 27 Mme E hart Archer, Uo jalon en joue compos? de > chaises, 2 ber ceuses 1 soft 1 cattMoaa ; table 1 pot fleur 1 tableru 28 Mlle Nmsis Nicolas, Nippe ions grands & petits b-od.s 29 Mme Beuo 1 Louhisdon, 1 cor sa^e cipe de chine mauve 1 pilote en satin crme broche 30 Mme Clmence Figaro, 1 pou pe eu ponge 1 oiseau en ponge I cabaret 4 venes 1 carate en paille de mais 1 lampe en paille de mais i Mlle Louise Jclibois, 1 ro'je brode j2Mme Oscir Fii'/be*g 1 robe ?j Mme Aim Nu/on, 2 uraps bro ds I corsage 1 robe i\ Mlle (lermaine Solrges, 2 che mises 1 saut de lit 1 liseuse >5 Mr Anioire Mtellus, 1 tableau de chasse en pyrogravuie 36 Mr Lon Bongard, Miel, caf, gauc, campche H Mile Lucie ManigJ, 1 lapis, 1 10I 1 corsage biods 39 Mlle Anna Manigat, 1 ch'pesu en dentelle aux fuseaux 1 psttl a pingles biode NOUVELLES ETRANGERES 20 Avril I A vendre fjf~T> ^t ne machine pour boucher mer eopiules iCfflicti C(>il.() capacit itMJdouZi lits par jour,tntaniune en cuivre, en ion elal avec / it'SS de rechange, fabrique anglaise. Pretqhe neuj. ^'adresser par crit (Juinin William. Ht-Ai arc. SAN REMO. Millerand N t i Scia!oja LioyJ George e> Cu'zm cent:reitt dans la matine et dcidrent d'alorder demain la questhn de U Tutquie..e ronespordint du Temps tgr;plre que l'Jrence des Yougo Slaves enlve poar les it; liens biaitotp d in'ii la coriferen.e qvii ne rsoudra pas la qu-slion de l'Adriatique. Les Yougj SI: ves annonaient au demi.r moment qu ii. a taient \ as picts. La confrence tudTera suttout 1rs rresures piorres 1 assurer le dsarmement iSaiiuns MDS moyens rata d actions l'oincar demanda que les allis a San lenio ferment 1 1 parle >oi le tea'ative de revision du l'ait dont is ooivent exiger l'ezculioa intgr^ia. PARIS Le precs de la capitulation ds la pl.ee de Maubeuga com i.en c aujourd'hui devant le deuxime conseil de guerre [ IVs'd par le gnral L lire. P k{US<— Le Mmistre des atlaires tran<;cies de t : inlande remit dans la mati ,e a Deschanel le collier de l'odie de Rostb,anche. SAN REMO Miiletand et Hyimans caunt dans la matine un entretien qui complte la communaut de vues dts d.egations franaises et belges. PARIS— Le Conseil suprme se run.t i onze heures : l'Amrique n'es: ^ as repiseute Ni Foch m aucun expert miiuaire n'aniUicat au Conseil suprme. On y examina vraisemb'ab.emtut le trait de paix avec la Turqun. SAN REMO(O.liciti) La Confrence de la paix cxiimn* le trait de paix avec la Turquie et dcida de convoque le 10 Mai p.ocruia Paris le diiegus du gouvernement turc. S ^ REMO— N'iiti, Militrani e; LloyJ G^oig: turent un nnuv.-l en treticr. ^ Suivant le c Petit Parisien Lloyd George et Miilciand sontab 3 olument ua:cordiu: le pnncipede la ncessit impaeuie de dsarmement de l'Alie m.Une. Ils dillereraient seulem-nt davis sur les moyens employerL:s illii ij':geraicn; a une occupa non commune du bissin de )a Ruhr solution qm prsenterait l'avtataga d'assmtr a la France la livraison du chatbon qui lait l'objet dune des clauses eu uait de taix de Versailles Les journaux souligneut u bonne impression de la premire entrevue de San Remo PARU— Le MATI dit que malgr un dbut froid au premier contict entre Milbrmd et le Premier anglais, feotrehen entre ces deux hauts ner •ionnages se leimina de la maniuh plus cordiale et la plus satisfaisante. Dollar : 16 JSos tribunaux In Cassaliou Audience de la 21 sec'ion du 13 Avril 1920 Pisidence de Mr le vice prsident Anselme Akrre entendue Ceile de Hibid Joseph contre Midame Georges Laroche. Monsieur le [ag Gentil entendu en l'expos tuai maire de la cause, le Minis't^re public a conclu i l'irrecevabilit du pourvoi Audience de la tira section du 16 Avril 1920 Prsidence de Mr A. Bjniray Arrfcts tendus Celui qui casse et annule l'arrt du tribunal d'Appel des Gonaives eu date du 14 Novembre 1919 rendu entre la dame Vve Side lelmaque: et I. Adhmar Auguste et pour tre slatu conormment la loi renvoie la cuse et les parties devant le tribunal d'Appel de Port au Prin:c Celui qui rejette comme mal ton d le pourvoi dllortense Dominique contre le jugement rendu en ses at tnbuiions d'appel par le tribunal d: 1re Instance de Petit Goave le 32 Novemb.e 1919 au profit d'Antoine Saich Celui qui casse pour ex;s de pouvoir le jugement rendu en ses attributions d'appel par 1: tribunal de :re Instince de Jacmel le 22 No vembre 1919 entre les poux Petit Pierre Cnbe, d'une part, et de bu., 1rs, Maurice Paul ls lulien et con sorts ei pour ;re statu COI tarai m .'ni la ioi renvoie li cause et les puttes par ucvantle tribunal de 1re Instance d^ Port au Prince Ctttti qui cassse le jugement du 28 Nj/embrj 1919 reaJu entr* les sieun et dmes Baiftl Adrien et CJ 1. .u'.-, et le sieur Delva liellabre et co.i>orts, et pour tre statut cou iormment la loi renvoie la cause OUP £ l ^| Baromtre Tempralur^H Moyenne dig^ u K[ da,r lc i=>on ncrizon ertl Baromre e Q ... ,L Satiom v ,, \*" br "'*BincK S* ^'lIctteMint-MarciaS Mssvisueun SUI ^^ %  La Lompagiut Nauq^ du NorU assure la l0lWl irain de samedi ci J Qj Les aciut, j e U R^ i"s. I y sera |ouc ?* • Le ..orne .Nouvom comdie, crole, de l'ouu te -es carie, j. cn . iule a irouve, il esivm,,, cl.ci Mme Kj>,el ci Maa^L iiauce, UJI oui nuauesw,au la plus ciauue sym^ai.i,. a ,^ iiu.uamtaires du iJomu* hi toutes uos icliciutiooj| Aatnologia clas Poti Ix travail que poursuit aiec | ra ice .Me Louis .vlorpeauai Ue,.. Ueux cents page'j le | Hoetcs liauiens • oui ete urasa klacvirs, :ur ou Mao i tiue le, souscripteurs j'o l*OCCion Je po„.der cnltarl ci ecrin d'ar:. et les putiesau Uil tance de l'ort au Pnw Atlaire entendue Celle di U Cie P.Cl dame Vve loseph Gesaer Laroche. Gn un pagne entendu som uiie de U cause, uusse ei tireiy pou la] leurs observations re niitre pub i: aconciuilj du jugement dnonce G6 FEUILLETON DU #MATIN Judex URAND ROMAN PAR A H 1 11 V I\ H E li A t D E (Film par L. Feuiiladfi ) DIXIME EPISODE L2 COEUR DE JACQUELINE Il (Suite) La baigneuse — Oii tet-vona descendue :' detxandmt celu. ci — Au Giana-Utel, i SU Maxime. — Alors nouB lOmmM voisin: • Coiuineut ee fuit-il que uous u nous tenons paa reiiconius plun tt? — J Buis arrive-e seulement d lii r soir • — C'eat donc Gela/. Ah / que bon heur de voua avo r retrouve.'. (Jut'.s bons momen s nous alloua passer ensemble I Tool en arcoropagnarl niss Dsifjf oui regsgniut sa cutaiaa, Cocatatin, livrHDkf ment queaiioiiuait : — (,'uuid uou voyoua-uoue,chre belle MI douce an i ? — Je vais tantt en excursion jua qu Saint Troptz, ilecUiait la HHgeu-e et je oiuu av.-c UBH anus.. laMtf plia U KM, a la vi la l %  %  .; elle* un coin dehcieix que |e voua feiai connatre — I u' v us es honi! — Aiort\ deinam'? —Pouiquoi l'.aa ce aoii? — G-a qie |H rtinif ai sans dou (liiii aiU oaiu t-li lime. — Cela c'a pas dirapoitanc. Daiay,. Sa(h-z qua toute heure foire Coeai.tin ea' toujours v re. — JK.li bim, vouhz-voui ce soii? — Si je le veux I — A dix heurea? — A dix heuiea— Sui ia jete du port ? — Srr I" |ete du i oit— Entendu. — Voi a v s divinel — Ltisaax moi, car je grelo l> — A et aoit— A C- soir. Avant de disparatre • i %  r i -i \n tem pie ^ailo 1 0 )1)1111 ii'i-s J'oip, 60 drei m:i loi 'o pointe des pied;., et la's gmt tomber son peignoir, lam;i C >cai)tm qui di mei ait devant elle comme en extu3e, un gracieux bai ser plein de promasM' Puia elle disparu', tandis que le directeur de I Agence Glritas, Us veux carquillea, murmurait • — J ai bien tait ne venir Sainte Maxime III La vCrit Dos qu'il avait eu connaissance dg la lettre adreaae par Kaviaut ta iille, Jacques de Tr ueue s fiait dit: — Ce n'est point suis les (rails de Valhrea que j'irai ce rende/, voue. t C est Judex qui s'y trouv ra l'heure dite i. aprs a'tre enferme dini ra chambre, l'abri do toutj IndilCP tion et de toute surprise, il s tait dt>arras9 de la baibs. de la perruque et du COI mue qui le rendaient mcoiiDa'asbblt'. Puia, se c utV-iiit de O'i cli i i dte feutre et s'euvelopi a t do sa CHpe il tait b >( u aui la tarrasM qui il tu 3 uait 1. lai. nie du premier uia^ i ont toutes Us peraieuiiHS i hei me iquetnent c oses Apii avoir -.!U.. . % % % %  •— cont ai aucun bruit na s'levait de la charnue dj Jacqueline, il tait deiceutfu au re-z si meii;i..ti.te avtiiiuie reuttre vai. j i avoir le temps do le teiei'ir.. ou out au moins de | i U M Roger., ou ilJacques, s'il es 1 li SOUi ie laCC mpeg %  fi '9 J-.c mehuo allait doa celte mten tion quitter sa clumhie, loisque, so .daiu ele demeura Ciouee eur pi-ceAu luoiu-i.t i l slUil s'ioi UJ ga^jttj.i-, e,u aperut uns ombre, ou plutt un homme envoloppe i.-iis un grand manteau uoir, se glisaer dans le jardin et disparai tre bientt derrire un massif. Un trouble profonds empara d'el'e. — Cet homme l Ouel est cet hoiu me.' se demanda-..-elie..bouleverse. En effet, daus le rayouneinent lunaire qai enveloepait le parc de sa inystyiie'j3e clart. Jacqueline avait et i ini.jredsioii uio.:to, instantane,. qu'elle venait de vor surgir devant elle la silhouette trange, tan'aatique qielle avait dj entrevue au moulin dea Sablons. Riesqae aussitt, un nom monta ses lvres : — Jacques de TYmeuse. Mdia tout de sui .e elle se rvolta ca itre ce te panse : — Lut. se dit-elle., ce n'est pas possible •' Mais le doute tait u.. cruel., atfaillit., irrsistibleIncapable do comprendre encore les causes de C drame effarant, olle en piessentau ".'ianinoina lea lugu %  res pripties., et elle prouvait U Sdusation d'tre emporte eu une aorte de tourbillon frntique qui ne lin laissait plus aucui.e possession ilel e ii.nu ut U prcipitait vers le gouff e o Tatirait la fatalitLe cœur brove.. elle ne rptai', toute blanche., toute glace : — Ainsi, j'aurai pu aimer le bourreau de mon pore,, car c'est affreux dire je l'aime. c Ah/ cela serait encore plus atro ce que tout. Mais je BUIS sans doute le jouet d'une illug on• (Jjunpui'it:'.. Je ne puis rester plus loug.euiLs dais une pareille ncerutjue c Je veux savoir.. Lu pioie a mie livie ardente, elle sorti' de chez elle., courut sur la terrasse et s'en t'ai frapper a une porU-pernene. ap i liut d'une vo x ttrsnglae par la plui intente des motmns : — Vallireal Valliwl Jacquelinen'obtiiituci Alors, folle d'aona. de matriser la fivre qs d'un geste brusqua i volets et pntra duil dua pas hasitini Aaca faisait entendre, elle "" tonnant, le bouton d' ti.ijueJL La chambre tait m dfaitSur une chaise, em redingote de Valufcav' ble, le chapesa hJ daua ie tiroir de la tr'ourart, une per fausse harheJ Eu face de ce noo Jacqueline crut qm* lui chapper_ Chdiicelauta.. -• compltement gat" qu un cri ou plu-wl meut qui exprimait a* de sa pauvre oie eP cruellement rasait • — Mou Dieu!.. Et elle allait as lauj sige, le cerveau vi vau'ait de peuser, p l'incertitude du mjj de la dauleur.. lorw^ douce leva prHJ — gue faites^ooi*' C'tait Mme de W tire par les PP^i Valhres. venait ^ chambre de son us — 'oue, mdaui8" fille du bsuquiarp^E, ae rdugiwt dj lui teudait ia com frison liante -Voyotisl..^;^ se-.'.. 'l^ uonD ^LS| U'uue voixentr*Wl Une expliqwi 1 • %  ^ js



PAGE 1

* r a vritable pommi* rv /fM e jfsdao J Joliboi fila 333 fwr Jraversirt CMOK** d'informer sa bien*iTie c lientle quelle a rtu 1,1 ,'4e nier steamer un lo 1 lot ^i. nerve.l.euse pommade Kou Sn^e H Korgo Products Co. 51 inbtes clientes qui avaient ^de* va,eurs en dtp ^ p0l i r Tpoomfcde sont pues de 2ie r r rlmr leur potaccon pa Wison a aussi reu du terro Jn'KM terres briquets. Iii su* l'umturs, amateurs de briquets4tf8 important krChn-tophe L. Martin, sous tantagcul gnral et reprsen lwmi autoris de la maison WAantf tu, Lld, de lungston .Mtqtte, /Jtt savoir tous les ^ [ew s il dbitrices de la sis it, maison qu'ils sont pris de 1, vouloir rgler l*uis comptes Mode d'iuoeat d< Me Ciment \j) m i-iitiuc, st&e en ctue ville hue Daniii Destonclies, ci devant Hue OH dlai de quinze jour* Ifur liictoid i-"< '//*' pass lequel Utaiiules dbiteurs recalculants nid de la capitale que Je la pro imce sera publie dans ILS quoti faudtVoii'auVnnce. lu seront en oulie poursuivis mtusUct par toutes les Vu tes ripmuus de ii oit. fol au-lYm :e, .e il -1vril 19*0. IL. MAKTLN Mariage IkKTtdi dernier, en l'hglise Sie Anne, i 7 lent du matin, a tu lieu le mariage religieux uMi IrrmanLti l'incombe aux Mille Liiy Vieux. HtOWtu.pour parrain et u.iri.ui.c : Mr Uanis \'*t*c*, MimMic ue lliigiuciion inbliqu* et tu AleUmJre bruius. Omurui'juncriire; Me lie Clara Defly avec /uhtr ;ir.; N elle 1 emai Je bi-lo avec Mr LAB. m Dir. Ane la en n.onie le nouveau couple s'est jMu.llcicu if y tut une eoroiale itapnon. Varits CE kOin [A'a d' m.iii .e gt aie i ter fow la dciLiie fois la Eiiiit loipl 2e tj.cque et lin Ectrte (J. 2.00 Etficis 1 09 W fcg*^——^ iiiwai —s Mouvement maritime Le steamer • (loehal de la ama venant deNew-Yok est "H"* hier ap m di a\ec le lgers suivants : %  [it.vjmel.oncouti, Dr tarfJ 'Mme Farr J, ,Mr L. Fit'taJJ;. J r ^ '.8y, Mme abuise, %  *w Il abuise. %  ii r COLUHBIa Reus par dernier bateau. Assortiment des plus chuinta : One step f opras, Fax trot, marches, chante, meringues des Antilles eV iecourex vitej le stock s'enlve rapidementL, A la Tri Hue du Quoi, Agi ht ; eur //utilPou quelques jours seuleuietii Crani'Rue pre* du laiUeurfSmiili iNo 15a:, Par le irai y.ifc t-ai ai riv l'K'ixir ^r'h-'-Dlitalini'iuecontie les ratla lien des YeuxEn Stock cher. Alpbo sa 1 aynea (in 10 -veraiani :'e pour oulure, linveiie, b ode e, de I. par1 merie, des corteu, d-bsuisU 1 res bl tithts p ur bornai s, des ib.ii.es de ni mire, dts telins fraii u&aa d t ar.ii 1 a pou dan es. iii s cliap aux [tour ensuis j-imes filles et Dunes de touie beau ,— Savons Lenox / our Lessn e. Ontiuuveia en outre les spectaii os s titan es : i)iiijue 0 ti lai, Tue p.erous Exci e ils. liod coinu Powdir, Lininent Minard lctinstive, ainulsiou Bcotl etc. Jouffiaux eu auyers Arrive par /• dernier tournt L Icmpfi Le Matin, ic fournil, ie Petit Faiiiicn, le Ptt.t |ournal, l Hiho de Paris, le Figaro, i txcel MO l'Homme Libre, Sunday Her ld Suctl^y Pic.ural, Londcn Ntws, l ; an;aio, nos loisirs, les Annak I le Rue, le I ; lr.-Me'e, la Lc.tuia p: ui tous, h Revue dts dtui Monde* Aventure, Londcn Ntws ec (te hn veLle au bureau du Mat irticlM enivents : Fronags pa*i g>aM liv. 0.3.00 a ruyie 8*00 S ueisroi 2.7"i Macaroni 1 510 Vermicelle i 5J0 Jambon rrli (b nl'i) 4"i PoiuiiK s di t rre 0.5*) la .vi -ison vient de r< cevoir pr le damier vspeor un bel HPBortin.ont de bonbo'ie In* Lurch bincui s, as ruited Oui'.almoudb mac 11 un: N, w Erg an! cor.atrves sSardinea fran a ses snnee tomate, inoula'df, sau mon en boites, huiues, pottef au us, raibins etc. L R3PAGNOLA. Grand Hue iVos W54 et i?3. Claoyeinent d ailrtkse Etude de Me Pascal Mi'lery NOTAJBE De 9 heures i midi 2 i/2 i 5 h.i.us Htlle de Ms He le Kiob en face du Ji howy ui7 Rue au Cek*M ,..J^ ^ i ... 1 %  %  f^' 1 "* • HMI -1^. -> Toouiheure.i'auisroafen !kmrla^ ,,llr KU nettement., un ij'" 1 ' Prc. un homme Jeo)b.aii celui que j'ai cru "icerion nom. *'ot, j'ii voulu appeler Val•ru !" pnsonn ne m'aipon S'icn' ble, i tc ^M 7L n :v t 8 Fu,iirert f ur c : : u*lu. ( ,e Ie ceiveau de Nt£Jr COlde Uu3| e> voiles ee l*SaboV J iOD ccm l t *-. I rv4|SfcnV. U | ind ^ i,I, *'/'q**.. Jades!. UfavtTl) avoine UieA^.Uuynes Association des aueien ns elVCS le Sainte Pesa de Lima Les meinbfca de l'AfSOciation dts Ancieorea ivrs sont pris dt se lnnil le Dimanche 2', 4 heures et dtmt-.au Pensionna Se Rose de Lima Pot ;u Prince lf 21 avril 1920 La Secrtaire ETONIXI JLAN LOUIS ^^ Compagnici Transatlan* tica Itaiana. Selon tlgramme rra, la Compa gnie Ttanaatianiiqne hahenne avec ses plus ;:r r.Js battaux de quatorze a seize mille lonnts, d-ervira les poils dllaiii, venan' de Gnes A l'aller tt it'our ces bateaux toucheront divers ports d Lurope Un premier navite Uisrtra pour Haili vers U hn e*e ce mois Un avis altficar donctra de plus inp.is in'oimations S'adresser i A de MATTE1S & CoAgmtt i W i r -H Avis aux commerants el pharmaciens Mr Vielor Gentil grt I barmacieta qi> i \i nt do n cevoir l'Agence de la c'bre uiai^nia Pris cl H Tel s & Co de New-York, si •eromme dans le monda eu'iec poi r lex 'l'ei • de 'M'A. bien connu eo Hai i. 1 li DESOflN (i rinnoilolnin-i 9 ..rit pur pl^ oo tn'i In^rUtir aA Mernilo Bti^r dSM grtliE !CjssiKmr, F!IC.S, n*Lmci liWi.C-^H-'ixei. SURMCNM r 4> i^au tt IM dam*. i&w'iwMto&-W Vknmkf&o Ul ici ml** *m reoaut ta eux un. -m-c... Automobile lord Moteur garanti En parfait tut Prix exceptionnel S'adresse* chez Vve Barbnncourt l m, l'ue des Csais United West indies corporation IL P. Davis. Vice-Prsident & Gent Mgr in llaiti] 0/ je itits Svices as Agents o/ the National Biscuit 0/ Kew'York tl also as Sellmg Heprcsentativfs — Ameican Cotton Oil|Co Acents-Uni'ed States Rubber Co Sel'ing Hep-esen lives — NV. Fairbaoi Co. Wanzer& Company, Ine Import and export New York ..Maison amricaine repr<'sen'an{ balueOOD de Fabriques pour oues sorte* d'artid, i et de tissus en gii al Elle accepte des consignations pour les produits du pays tout n bissant de bars M iiee ceux qui s'adresseront au repjvsen'asit de la nnion. I our toutes infonraliot*, s'ailreifer Mr Max Bellande Seul Reprsentant pour iJwii Une Traversire v CLINIQUE Des Docteurs Hyson et Lescouflair Grard' 1 ue i\o .523 (Maison du Dr Mercier i Consultations Malin : de 7 heures midi. Soir : de 2 5 hourea SPhClAUlK : Valadies des fewraea ; Maladies de*. f j i.l.ntK Ade Matti is & C On achte toujours des prix 1res avantageux el dliant toute concurrence Ecailles de caret, vieil or et argent perles et diamants. %  n • *"*, - .i"-M



PAGE 1

Ut Mil — %  %  fi arniarta ^lter(i^-E\vjill aURTM, A. PtTfttR. )*. G. Sc l'onde en 1850 Produit chin> il* %  .nif l'un* do Fr l)Oi et ti'Aa i'utiiirn-.rKi 'i.jK.a s I nflftrtfi cniine. Fefrus' \>vv f** r F8tab8iie.l 18SO Aotnotn dcriich Pla* t Me di ns. H si ehroiealfl fifwa E rcpe and Lite Maies. meneau prricriplirDi GHes, Frtneh & tuerie! Perfuraei To 'r Waiera. tiet il a Peins' Pbarraacy Graduai* ofTempk Uni^eraitfi Phiiadtlpnia, P.. Jardinage, Jardinage !! DeLaiteisdnD NDRETR SEED Co Pour les commandes et condition* n'adresser a Monsieur Feriino I (l Lnraqw 28, ?t" tanh>~ D'HiUche* M) B AGENT KCM.IUTT! ro'M les de et vous vendra le piirji a purera \oro robfl une COUl'E impeccable, F v. • orsots b"s. foi tu >s de chn ,p ut. parfumeries rlivorsa? d*i miYtti fabrican'*; Tomque orifn'Hl*. Tnconhinui. Poiiimade racello <1 Iwj PomraadH Excellente, Lotion l RGLNEE, aseuran la peau bli du et velou^ re'ULl"ar)t les cm-. ne vjg : te uoa #"*> Maiso-i et vos enrui *> savoir ce cm vous devez porter, disj ar-i'sFent a uiaisoi ARTICLES FRANAIS ^a Maison m loasaaio fuie du Magasin de VE at Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames et fillettes Gltap aux pou deuil Serviettes dauiasses fil et colon Nappes coutils matelas chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mou hoirs de soie cravates nœuds et rgates assor lies, Gilets de flanelle. __ Vww PIEPER HEIDSEC Demi ser cl bru* chez £DW41tU M. BAPHEL & C 0 PoriauPrinc Veuve Barbaneour) a reu uwLJ I'">T*^ .'-t'a3.,.tiiinW .-i-4> Pharmacie F* SEJ Anale des Bues Rouxof dv fen { m 2 Mdailles dargerr Exposiion de Br.->ellea Libratoire d Chimie MJ'cale [ • Dioguetie, Produis chimiques et pharmaceutiq^ Spcwl.ia f arc* et amricaines. ^ Pipqration d. culcs ampoules mdicameuieuses e'. injectables. info** Spc alits. —Srum r.Wros'hnique simple et fcr "J ', u loJbydrarn/re. Srum t,e Morard remplaant P| l rcalcdtanta de Kcrler et de /JoLiu t Il[y a toojouri en stock : Neviosihco^.' hiiop pet E'ixir de Pensylvani %  Dp mtaire du PUEVEST^ Reprentint\4es Laboratoire tr LVCriFERM.-Feraient lactiqie. contre ailec"^ ^ naf g el cui'intcs. UStRlXB,-:S^lfiqut de la cwipU9a



PAGE 1

r k-*^ Porta ['aftj MWAL 21 Avril 1920 ,,0,00 15 CENTiMKS CEMENTS ^t-AO-FRIHCI G< 2fx) „| F ARTKMENTS G. 20 i 700 t 800 ** fTBANGER -c ont reues au Comptoir In ai, Ludgatc Hill, Londres, 1 Quotidien Ceux qui se foui l es cham pious de la suprmatie oatiouale aux dpens du progrs universel sout exacteiidii dans la situation de ceux qui^se font les champions de la^proeprit individuelle aux dpens du bien-tre national* ELEPBONE ; 906 Souvenirs littraires Charles DICKENS Ddits d nstantin Mt-yntd Sut* ^oce, n'usurpent ja-irns C deChrlei Dckena. „, ceux de Walter Scott rt'lotophiB bienveillante, lipeiotiavert-i et la vie lse impartialit, en s uooole auquel il vise. DiC railleur, le plus conique i Milon de* humoriste* Sa gaiet sing'ili'ire s'accor Moaibitup ionii^e. Son oavent voisin des larm a: ut mare d3 l''e^i. ai ip:ar le* ojorim, 1 ai les opprea 'uni>le*a nrietpar ha v>c ;•. IMo Mgen les ridiculisait. i iec it pas -euie ue t, il aa vif et les libelle. deors se souviennent peut wW.cetentiepreneur de* libres, dans t Martin Chuz i a arceau cor cernant ton Ht don c inique ou:r Ncgeanca. Le premier appui peler lui profit, ood, lonquil eut laofeein mot de deux syl ables lut iiiugulire ducation avait lest produit deux incctiveo,c'tait qu'nabilu par son tromper les gens, il uvau m MOI pris le got de m-me praCbuzzitwit I unime; iCoov:i!i!,c' ait qu iria Il cooiidrei comisj i liai •t,ii tait arriv a re^arMirtio comirio une au te produirait un bnfice, pouit dai.s une bire a aafe tow; uue eorte de collie exemple, o il serait i>erin t*xr La-deesus Junus dit t hckiDil. Tu voia ? luon reiilerun mort; mar pid qui a lagouite et il profondment, l.ette Koe ne tfiidieste filiale lecteur de pieiuger la auiipreneur des Pompes fun•<• son tour, expr me ^•condolances que la pieei munie daigent -eut ** %  "a i outique. debodicion?, scrie Mr jNten sur 1 humanit •"quatregrands chevaux -iliougoes queues ils ne ^•u caparaonn pour m livres dix aliilliugs la '•h consolation may le%  -cried Mr MouM, t bave Joda my fellow cratures tf my fou longtmhd ten e8bed uuder tea JMJM ordinairement tis '{an: ses caiicsturcs.L'es%  niite dire en style !m ki P ,$anu cs outres ffle l'humour. Le ton I Ui t on. Tel a t l'in:onv nient de l'ducation que le pret huzz ew t avait donn a son fi i |onas. chMei Uickens a mu tiplie les por'tail des hommes po*'M*, lonaa Ch-zzewrt Mu.d-too-, Tarn Gfradgri id ; lia icnrsentent un vice national. LI.MZ ce passsg tir de Bord limes, c M trouve le portrait de loin Giadgring.ee lype du positivisme anglais; LlK2 zt pit-s^ge, et vojtl si,corps et m-, Mr r dgrmg u'ts. pas taut Ang'a s. La scne t-U U vo e uue, unie, monotone d'une cole, et le doigt car de l'o.a:eur donnait de lautjr t i asi obiervatons, en soulignant chiqu? smteace p^r un tra.t sur la marche U ra. itre d'cole: A prsent, ce qu'il me tau ce sont dis Uits.N'enstignez l cts u 1 s et A ces giiots que des faits i-n n'a biso-n que de laits dans la vu. Ne plantez rien autre chose en eux ; dractutz eu eux tout aulre chose Vous ne pouvtz tormer i'e*prit d'un a ai m il ra souru b.equ avec des tans. Aucune autre chose ne pouria iciu re utile. C'est le principe d'apis lequ 1 j'elcve mes propres euiants et c'est la le piincipe d'apis lequel je wux que les entants soient eievs. Atiach z-vous aux hits, Moasiettl I Ncw.what I want s Pacte.Tau' itda.,.„ •'> contraste, ce Tnft s im P lcss ons hlla 10 "embreux lectcu fiS 1 ?, A d ,8,rfc At0ICC %  "^ les I SC ^ ouverner ct.ii?? Rla,Sont P' lsle ^J 1 15 Ppies latins corn 1 tants fn d CHOSES ET AUTRES Ce vieux mlo k meoce. '•'me an^lo-saxon (:I 7 l asensrsilrt.Lhom LLt **thine ^ spculala mor'jdtraandani pour son 1 gouiedes rideaux roies etpioraenant sa tille dans tous les salons de l'Angleterre, pou la vendre i quelque inaii vaniteux.. Mis la peiolUif la plus complte t( la plus anglaise de l'esprit aiisiocrilique, est le portrait d un ngociant de Londres,Mr Dorr.IMS/* Mr Dombev, comme un noble, aime sa maison autant que lu -mme. Sil ddaigne sa fille et l'il souhaite un fils, c'tst pour perptuer '. i M O nom de sa banque. U a ses ao tres en commerce, H veut avoir ifs ueicenda: ts. Ce sont des tradition) qu'il sou ent, e: c'est une pmai ce qull continue A cei.e hauteui i'opul ncs tt avec cttt tecdie d'aciio-', c'est un pnnce.tt comme il a la s.Ua.ion d'un prince, il eu a le? tenUirent,*, M Jacques ( P ce sjsjd'Sl qu'on ressuscita le m o des lamilles. Il croit que l'instant est tavotab'e Une dts jaisoni quil donne est que le pub ic commence se laaser d'un thtre qui tend de plus en plis a n tre qu un miroir.Pour son arg*n\ le pec aleur v. udrait, dit il, un pi u plus de fantaisie et un dialcgue moiiS leirei-ierre. il n'est p=s douteux que les p-rern n; tes de L zae le paire, duSoiUeui de Saim-Paul* ou de la tour de Ncsle , parlaient une laugnt autrement pi loresque que ceux ce l'Ame en folie ou de l'Acima'eur . Quelqus co ips, au hasard u pic, dans ces iions abandonns e veyez moi ces ppites : Adieu i Madame, adieu Lh bien 1 oui, je vous a ; me .' Io voua aime de toute la puissance ce mon aine I ADg ou dmon j^urai ton secntl A bas le masque, Monsieur le Comte A genoux, Mad?.me, genoux K.ie m'aimait. La calomnie est l'arme des l.hes! Ma naissance cota la vie a ma a:e. Vutirae des prjugs, maudit par ceux qui auraieirt d mbnir. Vouimpus z c:c homme Eh h en il sera votre poux. C'est ma vengeance. |e VOJS demande simplement ce qu: vous avez fait dmo i bj li.j li tera plir ses bouricaux. Ce que vou> voyiz l, par terre, c'est l'empreiute de ses pas Cette femme a mon SfClft. Allons pas de la; blesse. O me cacker Ah, ce le tapisserie. D'o vient que ma main tremble? J ai luli avec i 0:an et j'aurais piur de cet entan> ? li me taut la nom du sducteur. Ah vous n'av z donc jamais eu de m:e / D s mo que je su s la dupe d'une honibie vmon / Le momtnt est venu de t'avoutr la vrit : tu n'es p.s mon fils Celui que lu cherches a depuis longtemps quitt l'Angleterre, mais il a laiss uu fis hr tr de sa haine.* Depuis quaad la colombe vienttlle en aide au vautour ? l'ai veill tien c ans sur la tombe de mon pre. Allons, dis-moi tout. Tu as vu cet homme sortir de la chambie de la comtesse ? O mes aeux, brisez vo spulcres de pitrre, levez vous et venez voir ce quo ce tu temme a lait de l'honneur ue voue nom Au dessus de vous, monsieur, il y a le cardinalau dessus du caidinil il y a le roi, et an dessus du toi il y a Dieu. Monseigneur, nous sommes obli gs d'ssiaiaooncr nos gums avec Ce carac ;e ne pouvait se produire que diui un pays dont le Commerce embrassa le minde.o 1 ngociants so les potentats, o, uns compagnie de msjcbanda a exploit des coi lin an U, sooU guerrea, d (ail des royaume', et lcrd un em pN d cent '.ruions dhomm.es.: i'tmpire d-.s lades./ stttvrs l.R.CHkNEr BKPQSITION DU 1er MAI 1920 RtglemenlB gniroui your l'Exposition ( uvcrle n l'occasion de la F (te National 1 4 iAgriculturc, Ur Mai i9$0 Ait. ur— A l'occasion de la Fte Nationale de 1 Apriculiuie, il *-er:i rrecdi ICfMi i a l'ouvetore d'une EiPOSiti< D A|jriio!e

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05098
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, April 21, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05098
System ID: UF00081213:05098

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
r k-*^ __ -
Porta ['aftj
MwaL 21 Avril 1920
,,0,00 15 CENTiMKS
CEMENTS
^t-AO-FRIHCI G< 2fx)
|FARTKMENTS
G. 20
i 700
t 800
** fTBANGER
-c ont reues au Comptoir In
ai, Ludgatc Hill, Londres,
1
Quotidien
Ceux qui se foui-les cham
pious de la suprmatie oa-
tiouale aux dpens du pro-
grs universel sout exacte-
iidii dans la situation de
ceux qui^se font les cham-
pions de la^proeprit in-
dividuelle aux dpens du
bien-tre national*
ELEPBONE ; 906
Souvenirs littraires
Charles DICKENS
Ddits d nstantin Mt-yntd
Sut* '
^oce, n'usurpent ja-irns
C deChrlei Dckena.
, ceux de Walter Scott
rt'lotophiB bienveillante,
lipeiotiavert-i et la vie
lse impartialit, en s u-
ooole auquel il vise. DiC
railleur, le plus conique
i Milon de* humoriste*
Sa gaiet sing'ili'ire s'accor
Moaibitup ionii^e. Son
oavent voisin des larm a:
ut mare d3 l''e^i. ai
ip:ar le* ojorim, 1 ai
les opprea 'un- i>le*a
nrietpar ha v>c ;. IMo
Mg- en les ridiculisait.
i iec it pas -euie ue t, il
aa vif et les libelle.
deors se souviennent peut
wW.cetentiepreneur de*
libres, dans t Martin Chuz
i a arceau cor cernant ton
Ht don c inique ou:r
Ncgeanca. Le premier
appui peler lui profit,
ood, lonquil eut laofeein
mot de deux syl ables lut
iiiugulire ducation avait
lest produit deux incctive-
o,c'tait qu'nabilu par son
tromper les gens, il uvau m
moi pris le got de m-me
praCbuzzitwit I unime;
iCoov:i!i!,c' ait qu iria
Il cooiidrei comisj i liai
t,ii tait arriv a re^ar-
Mirtio comirio une au te
produirait un bnfice,
pouit dai.s une bire a aafe
tow; uue eorte de collie
exemple, o il serait i>erin
t*xr La-deesus Junus dit
thckiDil. Tu voia ? luon
reiilerun mort; mar
pid qui a lagouite et il
profondment, l.ette
Koe ne tfiidieste filiale
lecteur de pieiuger la aui-
ipreneur des Pompes fun-
< son tour, expr me
^condolances que la pie-
ei munie daigent -eut
** "a i outique.
debodicion?, scrie Mr
jNten sur 1 humanit
"quatregrands chevaux
-iliougoes queues ils ne
^u caparaonn pour
m livres dix aliilliugs la
'h consolation may le-
-cried Mr MouM, t bave
Joda my fellow cratures
* tf my fou longtmhd
ten e8bed uuder tea
JMJM ordinairement tis
'{an: ses caiicsturcs.L'es-
niite dire en style
!m,kiP,$anu"cs outres ,
ffle l'humour. Le ton
I
Ui
t on. Tel a t l'in:onvnient de l'-
ducation que le pret huzz ew t avait
donn a son fi i |onas. chMei Uic-
kens a mu tiplie les por'tail des
hommes po*'M*, lonaa Ch-zzewrt
Mu.d-too-, Tarn Gfradgri id ; lia ic-
nrsentent un vice national. Li.mz ce
passsg tir de Bord limes, c M
trouve le portrait de loin Giad-
gring.ee lype du positivisme anglais;
LlK2 zt pit-s^ge, et vojtl si,corps
et m-, Mr r dgrmg u'ts. pas taut
Ang'a s. La scne t-U U vo e uue,
unie, monotone d'une cole, et le
doigt car de l'o.a:eur donnait de
lautjr t i asi obiervatons, en sou-
lignant chiqu? smteace p^r un tra.t
sur la marche u ra. itre d'cole:
A prsent, ce qu'il me tau ce
sont dis Uits.N'enstignez l cts u 1 s
et A ces giiots que des faits i-n
n'a biso-n que de laits dans la vu.
Ne plantez rien autre chose en eux ;
dractutz eu eux tout aulre chose
Vous ne pouvtz tormer i'e*prit d'un
a ai m il ra souru b.equ avec des tans.
Aucune autre chose ne pouria iciu
re utile. C'est le principe d'apis
lequ 1 j'elcve mes propres euiants et
c'est la le piincipe d'apis lequel je
wux que les entants soient eievs.
Atiach z-vous aux hits, Moasiettl I
Ncw.what I want s Pacte.T hese boys aud giris noShiBg but
l'cts. Factl aione re vanved au ille.
Pisnt aothlng else, and loot oui
evciyihing else. You can ouy ionu
the urnds of itasoning animal upon
h-cts : no-hing eise w.ll tver be (
aoy service to Ihem. This is the pnn
ciple on which 1 bnng up ihesc vk;l
dren, SLcic to Facts, bir I
Personne na raill plus durement
une anstocratie que Dickens. Lha-
blude de comrmnJtr et de lutter a
ens/ndre 1 o g cl.tt ce df ut abon-
da dans un pays d siirtocial c ; tous
ses porirai s sont d-s urcstSUfS: t'est
celui de JaiiKs Hailhouse, dunuy d-
go de iou', principaleSMOt de
lui-mme et ayant pailaittmeni rai-
son ; c'est celui de Su Lidnck,
pauvre soi djipe, abiu.i par le vtn,
uuni iespiifcoiixiste a regaider fixe-
ment les gens, en mangeant le bout
de sa canne c'est celui de loid fee-
n.x, sorte de mcanique phuses
parlemer laires, dtraque4 et i peine
capable d'achever les pe iodes rid cu-
les o il a so.n de toujours tomber,
c'est celui de misticsi Sketvton, hi-
deuse vieille ruine, coquttte ju>au'
itda-
.,. '> contraste, ce
Tnfts imPlcss ons hlla
10 "embreux lectcu
fiS1?, Ad,8,rfc At0ICC
"^ les I SC ^ouverner
,ct.ii??Rla,Sont P'lsle
^J115 Ppies latins corn
1 tants fn d
CHOSES ET AUTRES
Ce vieux mlo
k
meoce.
''me an^lo-saxon
(:I7!lasensrsilrt.Lhom
LLt **thine ^ spcula-
la mor'jdtraandani pour son 1
gouiedes rideaux roies etpioraenant
sa tille dans tous les salons de l'An-
gleterre, pou la vendre i quelque
inaii vaniteux.. Mis la peiolUif la
plus complte t( la plus anglaise de
l'esprit aiisiocrilique, est le portrait
d un ngociant de Londres,Mr Dorr.-
Ims/*
Mr Dombev, comme un noble,ai-
me sa maison autant que lu -mme.
Sil ddaigne sa fille et l'il souhaite
un fils, c'tst pour perptuer '. i m o
nom de sa banque. U a ses ao tres
en commerce, h veut avoir ifs uei-
cenda: ts.Ce sont des tradition) qu'il
sou ent, e: c'est une pmai ce qull
continue A cei.e hauteui i'opul ncs
tt avec cttt tecdie d'aciio-', c'est
un pnnce.tt comme il a la s.Ua.ion
d'un prince, il eu a le? tenUirent,*,
M Jacques(Pce sjsjd'Sl qu'on
ressuscita le m o des lamilles. Il
croit que l'instant est tavotab'e Une
dts jaisoni quil donne est que le
pub ic commence se laaser d'un
thtre qui tend de plus en plis a
n tre qu un miroir.Pour son arg*n\
le pec aleur v. udrait, dit il, un pi u
plus de fantaisie et un dialcgue
moiiS leirei-ierre.
il n'est p=s douteux que les p-rern
n; tes de L zae le paire, duSoi-
Ueui de Saim-Paul* ou de la tour
de Ncsle , parlaient une laugnt au-
trement pi loresque que ceux ce
l'Ame en folie ou de l'Acima-
'eur .
Quelqus co ips, au hasard u pic,
dans ces iions abandonns e veyez
moi ces ppites :
Adieu i Madame, adieu !
Lh bien 1 oui, je vous a;me .' Io
voua aime de toute la puissance ce
mon aine I
ADg ou dmon j^urai ton secntl
A bas le masque, Monsieur le
Comte !
A genoux, Mad?.me, genoux !
K.ie m'aimait.
La calomnie est l'arme des l.hes!
Ma naissance cota la vie a ma
a:e.
Vutirae des prjugs, maudit par
ceux qui auraieirt d m- bnir.
Vouimpus z c:c homme Eh h en
il sera votre poux. C'est ma ven-
geance.
|e vojs demande simplement ce
qu: vous avez fait d- mo i bj li.j .
li tera plir ses bouricaux.
Ce que vou> voyiz l, par terre,
c'est l'empreiute de ses pas
Cette femme a mon SfClft.
Allons pas de la;blesse.
O me cacker Ah, ce le tapisse-
rie.
D'o vient que ma main tremble?
J ai luli avec i 0:an et j'aurais
piur de cet entan> ?
li me taut la nom du sducteur.
Ah vous n'av z donc jamais eu
de m:e /
D s mo que je su s la dupe d'une
honibie vmon /
Le momtnt est venu de t'avoutr
la vrit : tu n'es p.s mon fils !
Celui que lu cherches a depuis
longtemps quitt l'Angleterre, mais
il a laiss uu fis hr tr de sa haine.*
Depuis quaad la colombe vient-
tlle en aide au vautour ?
l'ai veill tien c ans sur la tombe
de mon pre.
Allons, dis-moi tout. Tu as vu cet
homme sortir de la chambie de la
comtesse ?
O mes aeux, brisez vo spulcres
de pitrre, levez vous et venez voir ce
quo ce tu temme a lait de l'honneur
ue voue nom !
Au dessus de vous, monsieur, il y
a le cardinal- au dessus du caidinil
il y a le roi, et an dessus du toi il
y a Dieu.
Monseigneur, nous sommes obli
gs d'ssiaiaooncr nos gums avec
Ce carac ;e ne pouvait se produire
que diui un pays dont le Commerce
embrassa le minde.o 1 ngociants
so les potentats, o, uns compa-
gnie de msjcbanda a exploit des
coi lin an U, sooU guerrea, d
(ail des royaume', et lcrd un em
pN d cent '.ruions dhomm.es.:
i'tmpire d-.s lades-
./ stttvrs '
l.R.CHkNEr
BKPQSITION DU 1er MAI 1920
RtglemenlB gniroui your l'Ex-
position ( uvcrle n l'occasion de
la F (te National1 4 iAgricul-
turc, Ur Mai i9$0
Ait. ur A l'occasion de la Fte
Nationale de 1 Apriculiuie, il *-er:i
rrecdi ICfMi i a l'ouvetore d'une
EiPOSiti< D A|jriio!e qui aufa lieu ru local de la Cham-
bre ces dftatf.
Art ? Cet'e Exposition i la-
que U pwndiont p il le autre*Corn
li uns de i'Anot dissemei I de Fou
?u-Ftirre :eia prside par le Scci-
taie d L'ai de l'Agiicultuie.
Ait. j Ella seia divise de la
mattic:e su.vante :
PARTIE AGRICOLE
Seit:on A : lgumes divers.
Seilicn B : 1 "bits divers.
Seciion C ; F mis coupes et en
po'a.
Section D- Dcrias, Cannes.bana-
nts, catt.cire et miel, sucre,
rapr.dou.p.uate,'gn2mef,mfis,
cassavS'f s iop du pays.cacao,
co'on, petit mil, etc.
Section F : Fiantes dcrr.emer.1,
aibies rsirSi
Section L- Pois ue '.e!nure, bcis
d'bnistene.
PARTIE INDUSTRIELLE
Scit'on A. Travaux de lingerie,
Dentelles, boderie, col, che-
mises |^
Seciion B Travaux d'bnisteiie et
de tonnage.
Section C. Travaux de photogra-
phie.
Section D Ta is erie, Confiserie tt
tous picduils industriels co-
mestibles.
Section E. Trstaoi d'arts
Sections*. Tiavsntda i ordonne lie
tannerie et scierie
Section G Cigales, Cigare tes et
t.bics.
Section IL Tratam da chapellerie
Sect'on 1. Travaux de forge et d a-
just ge de tdblantcne.
Section |. Rhum C.lainn, L'queurs
et tous produits de distiUeiie.
Sec'ion K. Tiavnux d'imprimeiie-
Section L. Tiavaux d'orfvrerie.
Section M Travaux de moulage
ei oe terre ( poterie ).
Section N. Travaux de vannerie.
A,t. 5 L'Exposition sera dirige
par le Conseil Communal de cette
\ii.c assist du Frftl Fiovisoire d.
I airendi lemclt de fcPort au Prince.
II seia piis tcLies roesnres poui la
sautegtrde dtsiniiis des exposant-*
mai-, la direciion ne sera pas respon
sable ces ivaiicsct dommages causs
par accident.
An. 5-Les demandes d'admission
i l'Expoai un devront tre adresses
diiectement au Magistrat Communal
ia:t;r de celte date. Ella seront ins
Cillai sur un rgime spcial ouvert
su Stcuiaiiat de la Commune, tous
les jouis, le to heures a midi.
Celle demande doit contenir;
a ) les noms, pinoms et domicile
de il'xrosant.
b I une mtntiou dtaille des ob-
jets expose.
Au b Il est bien f ntendulqu'i
ne se la accept que des produits de
qualil tupiieure. Ils doivent tre
expdiea au local de l'Exposition du
2^ uu o Avril piochain. ils ne pour
roni eue etirs qu'A la lermelure de
l'Exposition.
^ Art. 7 li sera dlivr chaque
ex; osant un numro d ordie lui dora
nant droit i la place) ncessaire pour
I inrtailaiion de ses produits. U est
facultatif aux exposants d'inscrire
leurs noms sur les articles exposs
ainsi que les lieux de productions et
prix de vente de ces produits.
Ait 8 Les achats et les ventes
de ces articles ne feront l'objet d'au-
cune inteiveniion de la direction
saut si cet e inteiveniion tait nWlici-
te pal les inieiesss.
Ait. 9 Le Juiy pour l'rdjudica-
lion des piix se composeia de sis
membres dus par le Conseil Com-
rr.url sous la Prsidence du* Magis-
tral Communal, a-sist du Prfet
Fiovisone.
Ait. o La distribution c'es prix
en aigect se tera perdant la dure
de 1 Exposition
La lisie des Fxposanls n'compenss
sera publie au Journal Otnciel.
A I. il Les Expesants ont pour
obligation de tair-,enlovtr leurs tfets
dans uu dlai de Uois jouis apis la
fetmeturc de la dits Imposition.Pass
ce dlai.il sera pocu a la vente des
objets lestants, le produif de cette:
vente stia veis a des tuvres de
bienfaisance. j
Art. la La termeture de l'I.xpo-
lition auia lieu le 2 Mai i cinx.
banrci du soir.
Donn la Maison Uoromunale.lo
27 Mari 1920, an 117eme de l'ind-
pendance, t
Le Magistrat Conmuiul
Cllment MAGLOIRE
le sel de nos larmes.
le sens couler sur moi la sueur
qui y marque en Irai.s de feu le
sceau de la honte
Ycus avez choisi une tombe pour
marche pied i votre ambition, parce
que vous la tovif] muette, cette tom
b?. el vous avez pris les os de votre
pre rour en taire les complices de
vos U.hcts !
1 rcur t^rm'rcr, cette rplique.
A ) as tout, Monseigneur, voos ne
rre adi | pis pus haut que la
yn i-ce !
Non. certes Mas j'en ferai dres-
ser une si haute que tu ny paratras
pas plu grand qu un cure-dent.
Et celle-ci enfin.
Toi ici Par quel prodige ' Mais
tu es mort depuis iS mois ?
Silence C'est un secret que jet
remporterai dans la tombe
Mr Porel a donc raison quand il
conseille aux directeursde lecommeo
cer i jouer des drames. O il a tort,
c est de compter sur les au.eurs con-
temporain* jour renouveler l'ancien
rpertoire Qui donc, au|ourd'hui,ose
rait ciire ; "Far Saint Cloud, mon
sang OjUiilonne.AnditaS.et UsecUiffS
de no deux laimes ont soif de vol-
tiger ensemble !Ciu'jn me le montre
eeiti-l et je lui prdis la fortune
Vous pouvez chercher. On n'er
tait plus.
Fied TOMY



It UAT
*
Expo>iiion flu 1er. Mai
Conseil C< nnmiu.il
de Port au Prince
2tme liste d Exposants
19 Madane Iules Fleury, Chaus-
son au crochet
20 Madaa e abtfl I orque t, i rc
t>e d'eiiUn' au Ciche*. 1 tapis DOUI
table de salon, 1 sc a main
2\ Italie CfthtftDf Itaron, '!or 'g*
crpe de chire rose b;oc'e<* a 11 mus
22 Mr A Beuhjun.itui, Six >ha
peaox de paille du pay-.
2} Mr Nelio iu j cques 1 peu d'
checs
24 Phocion Snon, 2 bouteilles
de miel, i cire de rayon.* naturels
exclusive meut
25 Leida Carr, Un coussin pour
tabouret en hl de soie
26 Mr Alphonse I.hrisson, Porn
made rr'le de bu
27 Mme E hart Archer, Uo jalon
en joue compos? de > chaises, 2 ber
ceuses 1 soft 1 cattMoaa ; table 1 pot
fleur 1 tableru
28 Mlle Nmsis Nicolas, Nippe
ions grands & petits b-od.s
29 Mme Beuo 1 Louhisdon, 1 cor
sa^e cipe de chine mauve 1 pilote
en satin crme broche
30 Mme Clmence Figaro, 1 pou
pe eu ponge 1 oiseau en ponge
I cabaret 4 venes 1 carate en paille
de mais 1 lampe en paille de mais
i Mlle Louise Jclibois, 1 ro'je
brode
j2Mme Oscir Fii'/be*g 1 robe
?j Mme Aim Nu/on, 2 uraps bro
ds I corsage 1 robe
i\ Mlle (lermaine Solrges, 2 che
mises 1 saut de lit 1 liseuse
>5 Mr Anioire Mtellus, 1 tableau
de chasse en pyrogravuie
36 Mr Lon Bongard, Miel, caf,
gauc, campche
H Mile Lucie ManigJ, 1 lapis, 1
10I 1 corsage biods
39 Mlle Anna Manigat, 1 ch'pesu
en dentelle aux fuseaux 1 psttl a
pingles biode
NOUVELLES ETRANGERES
20 Avril
I
A vendre
fjf~T>
^t ne machine pour boucher mer
eopiules iCfflicti C(>il.() capacit
itMJdouZi lits par jour,tntaniune
en cuivre, en ion elal avec / it'SS
de rechange, fabrique anglaise.
Pretqhe neuj.
^'adresser par crit (Juinin
William. Ht-Ai arc.
SAN REMO. Millerand N t i Scia-
!oja LioyJ George e> Cu'zm cent:-
reitt dans la matine et dcidrent
d'alorder demain la questhn de U
Tutquie..e ronespordint du Temps
tgr;plre que l'Jrence des Yougo
Slaves enlve poar les it; liens biai-
totp d in'ii la coriferen.e qvii ne
rsoudra pas la qu-slion de l'Adria-
tique. Les Yougj SI: ves annonaient
au demi.r moment qu ii. a taient
\ as picts.
La confrence tudTera suttout 1rs
rresures piorres 1 assurer le dsar-
mement que la piseict des maich.ux Fo:h
et Wilson et du g^n al Bidoplio.
Il est prob.bie que la confrence
durera une d znne d. jours.
Le T m,'s apprend uc Berlin que
la F.ar.ee l'Angleterre et la Belgique
iantrent le charg d affaires Alle-
mand a. taire aupi; du Gouverne-
ment de Berlin la dmarche envisi-
ge pour le meure en gude contre
Lins aur lion d un rg me opr/o
1-excuiioa du trait. La note de 1a
Roumanie selon le Tetnpt dclare
que la politique extiicure de la Rou
manie lestera d accord avec celle des
allies lu.i seulement momen'ai-
meit mais tCOJOOri.
MAYLNCh. Apfi une entente fil-
tre le M i-chil Fo h et le gouverne-
ment de lieilm les troupes de la Ru
chsw.hr in'e nes Co.ogne seront
rapames en \ lemagae.
FA Kl S lliiouda^l au rcent
proiiramnjc du uouverneine.nl
Anglais 1\ liilclierin ) tlgraphii
proposant 1 ouverture iiiuiiiiate
a LunUits pi*.IUS L'n aitic.c do ll.y
iuund Poincaii: paru dans le Aa
un examine la lae lie de la coiite-
lence de San lieinu etl'elicile Mil
leiand de sou esplit de dcraiom
ci de swgi-ssj.Sa politn;ud doit en-
layer le mouvement l'dtal condui
; Poiocar dcarequil estei en
bel qu'aucuu p;ouv.erpameut alli
teuiitnnt eu lace u l'rtlifirjiague
Ussoluiiji s marquai la laibtes-
te. 1 oiiiCiie UemuLtre (|ue h
riunc I laliel^ique i.epuuvaieui
gir autrement qu'elles le liront
ti itlut.tii les eionue.i-ttiis de
Llu^d beoiijePuiicaie luiiiui la
Par Cable
ncessit d'un rapprochement
troit et dune confiance cordiale
des alli's.
Toi cir dclare que i'Allems-
goefslaot la traidepaii efesqui
vent tous iitengagementsferaient
q e la Fra< et la EJelgiqae da-
po 11 vui d^ garanti s sera'eol la
merci '.l'une agression ventuelle
puisjup. [i trait Angle Amricain
iest; an hOiillrance et la lactl
1! > iSaiiuns mds moyens rata
d actions l'oincar demanda que
les allis a San lenio ferment 11
parle >oi le tea'ative de revision
du l'ait dont is ooivent exiger
l'ezculioa intgr^ia.
PARIS Le precs de la capitu-
lation ds la pl.ee de Maubeuga
com i.en c aujourd'hui devant le
deuxime conseil de guerre [ IV-
s'd par le gnral l lire.
P k{US< Le Mmistre des atlaires
tran<;cies de t:inlande remit dans la
mati ,e a Deschanel le collier de
l'odie de Rostb,anche.
SAN REMO Miiletand et Hyi-
mans caunt dans la matine un en-
tretien qui complte la communaut
de vues dts d.egations franaises et
belges.
PARIS Le Conseil suprme se
run.t i onze heures : l'Amrique
n'es: ^ as repiseute Ni Foch m au-
cun expert miiuaire n'aniUicat au
Conseil suprme. On y examina
vraisemb'ab.emtut le trait de paix
avec la Turqun.
SAN REMO- (O.liciti) La Con-
frence de la paix cxiimn* le trait
de paix avec la Turquie et dcida de
convoque le 10 Mai p.ocruia Pa-
ris le diiegus du gouvernement
turc.
S ^ REMO N'iiti, Militrani e;
LloyJ G^oig: turent un nnuv.-l en
treticr.
^ Suivant le c Petit Parisien Lloyd
George et Miilciand sontab3olument
ua:cordiu: le pnncipede la ncessit
impaeuie de dsarmement de l'Alie
m.Une. Ils dillereraient seulem-nt
davis sur les moyens employer-
L:s illii ij':geraicn; a une occupa
non commune du bissin de )a Ruhr
solution qm prsenterait l'avtataga
d'assmtr a la France la livraison du
chatbon qui lait l'objet dune des
clauses eu uait de taix de Versailles
Les journaux souligneut u bonne
impression de la premire entrevue
de San Remo
Paru Le Mati dit que malgr
un dbut froid au premier contict
entre Milbrmd et le Premier anglais,
feotrehen entre ces deux hauts ner
ionnages se leimina de la maniu-
h plus cordiale et la plus satisfaisan-
te.
Dollar : 16___________________
JSos tribunaux
In Cassaliou
Audience de la 21 sec'ion
du 13 Avril 1920
Pisidence de Mr le vice prsident
Anselme
Akrre entendue
Ceile de Hibid Joseph contre Mi-
dame Georges Laroche. Monsieur le
[ag Gentil entendu en l'expos tuai
maire de la cause, le Minis't^re pu-
blic a conclu i l'irrecevabilit du
pourvoi
Audience de la tira section
du 16 Avril 1920
Prsidence de Mr A. Bjniray
Arrfcts tendus
Celui qui casse et annule l'arrt
du tribunal d'Appel des Gonaives eu
date du 14 Novembre 1919 rendu
entre la dame Vve Side lelmaque:
et I. Adhmar Auguste et pour tre
slatu conormment la loi ren-
voie la cuse et les parties devant le
tribunal d'Appel de Port au Prin:c
Celui qui rejette comme mal ton
d le pourvoi dllortense Dominique
contre le jugement rendu en ses at
tnbuiions d'appel par le tribunal d:
1re Instance de Petit Goave le 32
Novemb.e 1919 au profit d'Antoine
Saich
Celui qui casse pour ex;s de
pouvoir le jugement rendu en ses
attributions d'appel par 1: tribunal
de :re Instince de Jacmel le 22 No
vembre 1919 entre les poux Petit
Pierre Cnbe, d'une part, et de bu.,
1rs, Maurice Paul ls lulien et con
sorts ei pour ;re statu COI tarai
m .'ni la ioi renvoie li cause et les
puttes par ucvantle tribunal de 1re
Instance d^ Port au Prince
Ctttti qui cassse le jugement du
28 Nj/embrj 1919 reaJu entr* les
sieun et dmes Baiftl Adrien et
cj 1..u'.-, et le sieur Delva liellabre
et co.i>orts, et pour tre statut cou
iormment la loi renvoie la cause
OUPl^|
Baromtre
Tempralur^H
Moyenne dig^
uK[ da,r lc i=>on
ncrizon ertl
Baromre eQ
... ,L Satiom
v ,, \*" .br"'*BincK S*
^'lIctteMint-MarciaS
Mssvisueun SUI ^^
La Lompagiut Nauq^
du NorU assure la l0lWl
irain de samedi ci J Qj
Les aciut, je U R^
i"s. I y sera |ouc ?*
Le ..orne .Nouvom ,
comdie, crole, de l'ouu
te-es carie, j. cn -amicr, .arceau Utamkl
nucie i_aaeau ;, Me juia'i
^'u, Mme Cewge, \
iuppnce .ws, Massai
j icre.
Le BaldelAlliaaJ
Ou a m que ,s ^al 4c w
avait ete spieuUiJc; (jU'u ,,
beaux succo de ceue siiso,
oo .u a pu, ^xi au que .
or^auuainces ci par.ui elles a h
ele adiuiraole de devouemeou,
de 110, peut, colier, ikir* J
paiiia, de pouvoir x: vtir itiaV
lures cij5i:,iuc>.
iule a irouve, il esivm,,,
cl.ci Mme Kj>,el ci Maa^L
iiauce, uji oui nuauesw,au
la plus ciauue sym^ai.i,. a ,^
iiu.uamtaires du iJomu* hi
toutes uos icliciutiooj|
Aatnologia clas
Poti
Ix travail que poursuit aiec |
ra ice .Me Louis .vlorpeauai
Ue,.. Ueux cents page'j le |
Hoetcs liauiens oui ete urasa
klacvirs, :ur ou Mao i
tiue le, souscripteurs j'o
l*OCCion Je po.der cnltarl
ci ecrin d'ar:.
et les putiesau Uil
tance de l'ort au Pnw
Atlaire entendue
Celle di U Cie P.Cl
dame Vve loseph
Gesaer Laroche.
Gn un pagne entendu
som uiie de U cause,
uusse ei tireiy pou la]
leurs observations re
niitre pub i: aconciuilj
du jugement dnonce
G6 FEUILLETON DU #MATIN
Judex
URAND ROMAN
Par
A H 1 11 V I\ H E li A t D E
(Film par L. Feuiiladfi )
' DIXIME EPISODE
L2 COEUR DE
JACQUELINE
Il (Suite)
La baigneuse
Oii tet-vona descendue :' de-
txandmt celu. ci
Au Giana-Utel, i SU Maxime.
Alors nouB lOmmM voisin:
Coiuineut ee fuit-il que uous u
nous tenons paa reiiconius plun
tt?
J Buis arrive-e seulement d lii r
soir
C'eat donc Gela/. Ah / que bon
heur de voua avo r retrouve.'. (Jut'.s
bons momen s nous alloua passer
ensemble I
Tool en arcoropagnarl niss Dsifjf
oui regsgniut sa cutaiaa, Cocatatin,
livrHDkf ment queaiioiiuait :
(,'uuid uou voyoua-uoue,chre
belle mi douce an i ?
Je vais tantt en excursion jua
qu Saint Troptz, ilecUiait la hh-
geu-e et je oiuu av.-c ubh anus..
laMtf plia U km,a la vi la l .'.; elle*
un coin dehcieix que |e voua feiai
connatre
I u' v us es honi! !
Aiort\ deinam'?
Pouiquoi l'.aa ce aoii?
G-a qie |h rtinif ai sans dou
(liiii aiU oaiu t-li lime.
Cela c'a pas dirapoitanc.
Daiay,. Sa(h-z qua toute heure fo-
ire Coeai.tin ea' toujours v re.
JK.li bim, vouhz-voui ce soii?
Si je le veux I
A dix heurea?
A dix heuiea-
Sui ia jete du port ?
Srr I" |ete du i oit-
Entendu.
Voi a v s divinel
Ltisaax moi, car je grelo l>
A et aoit-
A c- soir.
Avant de disparatre i r i -i \n tem
pie ^ailo 10)1)1111 ii'i-s J'oip, 60 drei
m:i loi 'o pointe des pied;., et la's
gmt tomber son peignoir, lam;i
C >cai)tm qui di mei ait devant elle
comme en extu3e, un gracieux bai
ser plein de promasM'
Puia elle disparu', tandis que le
directeur de I Agence Glritas, Us
veux carquillea, murmurait
J ai bien tait ne venir Sainte
Maxime
III
La vCrit
Dos qu'il avait eu connaissance dg
la lettre adreaae par Kaviaut ta
iille, Jacques de Tr ueue s fiait
dit:
Ce n'est point suis les (rails
de Valhrea que j'irai ce rende/,
voue.
t C est Judex qui s'y trouv ra
l'heure dite
i. aprs a'tre enferme dini ra
chambre, l'abri do toutj IndilCP
tion et de toute surprise, il s tait
dt>arras9 de la baibs. de la per-
ruque et du COI mue qui le ren-
daient mcoiiDa'asbblt'.
Puia, se c utV-iiit de O'i cli i i
dte feutre et s'euvelopi a t do sa CHpe
il tait b >( u aui la tarrasM qui il tu
3uait 1. lai. nie du premier uia^ i
ont toutes Us peraieuiiHS i
hei me iquetnent c oses Apii avoir
-.!U..- .
cont ai aucun bruit na s'levait de
la charnue dj Jacqueline, il tait
deiceutfu au re-z isci'ier diob, o, cette ueuie, if
ne risquait de rencoutrar personue.-
et, agnaut le dehors, il traveisa le
paie aoua Je rayonne me ne argentin
de la lune, et franchit la grille qui
donnait aur le i heinin conduiaaut
au port deSuntc-Maxi'.nj.
m,. i.t li'e au banquier n i dor-
rna t pua
Accoude sa feLt'o, ele son
geuii tous les uvu.i"i miu jul
avaient boulevers sa vie. Et, tout
en rcapituiaut ses soultraoccs. elle
se demaniait si;, uu |our tant de
douleur n aurait pas un terme;, et
ai elle, ue connatrait pas sou
tour, la douceur d'une exi^ten.'e
sans inquitude,
Au mnieu di cette vocation tre^i
que de toutes ses ir.iortuues, une
question, sans cesse, lui revenait
l'esprit :
y fc nue va- -il rsulter d^ l'eut e
v,io ele Valiires avec mon pre* S:,
comme ce bon ami semble le re-
djuiei; il y a i& dessous quelque
Hgei jpeua organise couue moi, qui
sait -i lurmeua n'eu bera pas v.c-
tioie-
* U autant plus que lui-mme cen
nat beaucoup ite choseB.. trop ele
ebotas .neine-
n Non, je n'aurais pas d le lais
aer te hubsuluer a ino;-uicme., ou
tout au moins lui permettre de te
lancer ont seul da s une au>si me-
ii;i..ti.te avtiiiuie
reuttre vai. j i avoir le temps
do le teiei'ir.. ou out au moins de
| i U M Roger., ou il- Jacques, s'il
es1 li SOUi ie laCC mpeg fi'9
J-.c mehuo allait doa celte mten
tion quitter sa clumhie, loisque,
so .daiu ele demeura Ciouee eur
pi-ce-
Au luoiu-i.t i l slUil s'ioi
uj ga^jttj.i-, e,u aperut uns
ombre, ou plutt un homme envo-
loppe i.-iis un grand manteau uoir,
se glisaer dans le jardin et disparai
tre bientt derrire un massif.
Un trouble profonds empara d'el'e.
Cet homme l Ouel est cet hoiu
me.' se demanda-..-elie..bouleverse.
En effet, daus le rayouneinent lu-
naire qai enveloepait le parc de sa
inystyiie'j3e clart. Jacqueline avait
et i ini.jredsioii ui- o.:to, instantane,.
qu'elle venait de vor surgir devant
elle la silhouette trange, tan'aatique
qielle avait dj entrevue au mou-
lin dea Sablons.
Riesqae aussitt, un nom monta
ses lvres :
Jacques de TYmeuse.
Mdia tout de sui .e elle se rvolta
ca itre ce te panse :
Lut. se dit-elle., ce n'est pas
possible '
Mais le doute tait u.. cruel., at-
faillit., irrsistible-
Incapable do comprendre encore
les causes de C drame effarant, olle
en piessentau ".'ianinoina lea lugu
.res pripties., et elle prouvait U
Sdusation d'tre emporte eu une
aorte de tourbillon frntique qui ne
lin laissait plus aucui.e possession
ilel e ii.nu ut U prcipitait vers le
gouff e o Tatirait la fatalit-
Le cur brove.. elle ne rptai',
toute blanche., toute glace :
Ainsi, j'aurai pu aimer le bour-
reau de mon pore,, car c'est affreux
dire je l'aime.
c Ah/ cela serait encore plus atro
ce que tout. Mais je buis sans doute
le jouet d'une illug on-
(Jjunpui'it:'.. Je ne puis rester
plus loug.euiLs dais une pareille
ncerutjue
c Je veux savoir..
Lu pioie a mie livie ardente, elle
sorti' de chez elle., courut sur la
terrasse et s'en t'ai frapper a une
porU-perne- ne. ap i liut d'une vo x
ttrsnglae par la plui intente des
motmns :
Vallireal Valliwl
Jacquelinen'obtiiituci
Alors, folle d'aona.
de matriser la fivre qs
d'un geste brusqua i
volets et pntra duil
dua pas hasitini Aaca
faisait entendre, elle ""
tonnant, le bouton d'
ti.ijue- jl
La chambre tait m
dfait-
Sur une chaise, em
redingote de Valufcav'
ble, le chapesa hJ
daua ie tiroir de la
tr'ourart, une per
fausse harhe- J
Eu face de ce noo
Jacqueline crut qm*
lui chapper- _
Chdiicelauta.. -
compltement gat"
qu un cri ou plu-wl
meut qui exprimait a*
de sa pauvre oie eP
cruellement rasait
Mou Dieu!..
Et elle allait as lauj
sige, le cerveau vi
vau'ait de peuser, p
l'incertitude du mjj
de la dauleur.. lorw^
douce leva prHJ
gue faites^ooi*'
C'tait Mme de W
tire par les PP^i
Valhres. venait ^
chambre de son us
'oue, mdaui8"
fille du bsuquiar-
p^E, ae rdugiwt dj
lui teudait ia com
frison liante

-Voyotisl..^;^
se-.'.. 'l^uonD^LS|
U'uue voixentr*Wl
Une expliqwi1
^js


*
ra vritable pom-
mi* rv /fM*e
jfsdao J Joliboi fila
333 fwr Jraversirt
cmok** d'informer sa bien-
*iTieclientle quelle a rtu
1,1 ,'4e nier steamer un lo 1 lot
^i. nerve.l.euse pommade Kou
Sn^e H Korgo Products Co.
51 inbtes clientes qui avaient
^de* va,eurs en dtp^ p0lir
Tpoomfcde sont pues de
2ierrrlmr leur potaccon pa
Wison a aussi reu du terro
Jn'KM terres briquets.
Iii su* l'umturs, amateurs de
briquets-
4tf8 important
krChn-tophe L. Martin, sous
tantagcul gnral et reprsen
lwmi autoris de la maison
WAantf tu, Lld, de lungston
.Mtqtte, /Jtt savoir tous les
^[ews il dbitrices de la sis
it, maison qu'ils sont pris de
1, vouloir rgler l*uis comptes
, Mode d'iuoeat d< Me Ciment
\j)mi-iitiuc, st&e en ctue ville hue
Daniii Destonclies, ci devant Hue
Oh dlai de quinze jour* Ifur
liictoid i-"< '//*' pass lequel
Utaiiules dbiteurs recalculants
nid de la capitale que Je la pro
imce sera publie dans Ils quoti
faudtVoii'auVnnce.
lu seront en oulie poursuivis
mtusUct par toutes les Vu tes ri-
pmuus de ii oit.
fol au-lYm :e, .e il -1vril 19*0.
IL. MAKTLN
Mariage
IkKTtdi dernier, en l'hglise Sie Anne, i 7
lent du matin, a tu lieu le mariage religieux
uMi IrrmanLti l'incombe aux Mille Liiy Vieux.
HtOWtu.pour parrain et u.iri.ui.c : Mr Uanis
\'*t*c*, MimMic ue lliigiuciion inbliqu* et
tu AleUmJre bruius.
Omurui'juncriire; Me lie Clara Defly avec
/uhtr ;ir.; N elle 1 emai Je bi-lo avec Mr
Lab. m Dir.
Ane la en n.onie le nouveau couple s'est
jMu.llcicu if y tut une eoroiale itapnon.
Varits
- CE kOin
[A'a d' m.iii .e gt aie
i ter
fow la dciLiie fois
la Eiiiit loipl
2e tj.cque et lin
Ectrte (J. 2.00
Etficis 1 09
Wfcg*^^ iiiwais
Mouvement maritime
Le steamer (loehal de la
ama venant deNew-Yok est
"H"* hier ap m di a\ec le
lgers suivants :
[it.vjmel.oncouti, Dr tar-
fJ'Mme Farr J, ,Mr L. Fit'ta-
JJ;.Jr^'.8y, Mme abuise,
*w Il abuise.
iir
COLUHBIa
Reus par dernier
bateau.
Assortiment des plus chuinta : One
stepf opras, Fax trot, marches, chante,
meringues des Antilles eV
iecourex vitej le stock s'enlve rapi-
dement-
L,
A la Tri
Hue du Quoi, Agi ht ; eur //util-
Pou quelques jours
seuleuietii
Crani'Rue pre* du laiUeurfSmiili
iNo 15a:,
Par le irai y.ifc t-ai ai riv l'K'ixir
^r'h-'-Dlitalini'iuecontie les ratla lien
des Yeux-
En Stock cher. Alpbo sa 1 aynea
(in 10 -veraiani :'e pour ou-
lure, linveiie, b ode e, de I. par-
1 merie, des corteu, d-- bsuisU1
res bl tithts p ur bornai s, des
ib.ii.es de ni mire, dts telins
fraii u&aa d t ar.ii 1 a pou dan es.
iii s cliap aux [tour ensuis j-imes
filles et Dunes de touie beau ,
Savons Lenox / our Lessn e.
Ontiuuveia en outre les specta-
ii os s titan es : i)iiijue 0 ti lai,
Tue p.erous Exci e ils. liod
coinu Powdir, Lininent Minard
lctinstive, ainulsiou Bcotl etc.
Jouffiaux eu auyers
Arrive par / dernier tournt
L Icmpfi Le Matin, ic fournil,
ie Petit Faiiiicn, le Ptt.t |ournal,
l Hiho de Paris, le Figaro, i txcel
mo l'Homme Libre, Sunday Her ld
Suctl^y Pic.ural, Londcn Ntws,
l;an;aio, nos loisirs, les Annak I
le Rue, le I;lr.-Me'e, la Lc.tuia
p: ui tous, h Revue dts dtui Monde*
Aventure, Londcn Ntws ec (te
hn veLle au bureau du Mat cr lacedel Orphthnaidela Madeleine
de ii heures 1 2 heuies
Le l'alm crant et
ie frulm oit
Ces (itwo. produits nouvtllemenl
tniioautts en lla.U pour donner
aux du UX le lisic eciu\artl cl iim-
potuUtt'te i/ar/aile sont en vente
chez Mr Jh Si Uouti ifcttl RlM
ie^vbltcaine. lia sont auupiut/Uts
aux crpw, mm, noirs ou blonds,
baio'is aumonae lgant le t ulm
0tam a le l'ut m oit sont vendus
dans de bc lits ttues pur tes avec
leur mode d'Emploi.
L'essayer ctsi l'udpl f.XJtUck
reu s icuue rut-idemen
"tressez-vous h- vente dut
les priiiupuux coilitws-
La Bpagnola
Wrd urix excej iiv ment r lui!*
Ies> irticlM enivents :
Fronags pa*i g>aM liv. 0.3.00
a ruyie 8*00
S ueisroi 2.7"i
Macaroni 1 510
Vermicelle i 5J0
Jambon rrli (b nl'i) 4"i
PoiuiiK s di t rre 0.5*)
la .vi -ison vient de r< cevoir pr le
damier vspeor un bel HPBortin.ont
de bonbo'ie In* Lurch bincui s, as
ruited Oui'.- almoudb mac 11 un: N, w
Erg an! cor.atrves sSardinea fran
a ses snnee tomate, inoula'df, sau
mon en boites, huiues, pottef au
us, raibins etc.
L R3PAGNOLA.
Grand Hue iVos W54 et i?3.
Claoyeinent d ailrtkse
Etude de Me Pascal Mi'lery
NOTAJBE
De 9 heures i midi
2 i/2 i 5 h.i.us
Htlle de M-s He le Kiob en face
du Ji howy ui7 Rue au Cek*M
,..J^
^ i

... 1 _____f^'1"*
HMI-1^. ->
Toouiheure.i'auisroafen
!kmrla^,,llr'KU nettement., un
ij'"1' Prc. un homme
Jeo)b.aii celui que j'ai cru
"icerion nom.
*'ot, j'ii voulu appeler Val-
ru !" pnsonn ne m'aipon
S'icn' <^,Tr!ad/,,,8n.in, ,our ^r Mme
..,;"'^tiiD*! ta, la barbe
..c*Mo*ai rout.:
foVM! enfant '^nanraii la
Ui.i, .,ulle,rd,c>ble,
itc^M 7l n:vt8.Fu,iirert fur
'c::u*lu.( ,e Ie ceiveau de
NtJrCOlde Uu3|e> voiles ee
l*SaboVJ'iOD ccml!t*-. I rv-
4|SfcnV.U '|ind^
i,I,*'/'q**.. Jades!.
UfavtTl)
avoine
UieA^.Uuynes
Association des aueien
ns elVCS le Sainte
Pesa de Lima
Les meinbfca de l'AfSOciation dts
Ancieorea ivrs sont pris dt se
lnnil le Dimanche 2', 4 heures et
dtmt-.au Pensionna Se Rose de
Lima
Pot ;u Prince lf 21 avril 1920
La Secrtaire
Etonixi JLaN LOUIS
^^
Compagnici Transatlan*
tica Itaiana.
Selon tlgramme rra, la Compa
gnie Ttanaatianiiqne hahenne avec
ses plus ;:r r.Js battaux de quatorze
a seize mille lonnts, d-ervira les
poils dllaiii, venan' de Gnes
A l'aller tt it'our ces bateaux tou-
cheront divers ports d Lurope
Un premier navite Uisrtra pour
Haili vers U hn e*e ce mois
Un avis altficar donctra de plus
inp.is in'oimations
S'adresser i
A de MATTE1S & CoAgmtt
iWir-H "
Avis aux commerants el pharmaciens
Mr Vielor Gentil grt
I barmacieta qi> i \i nt do n cevoir l'Agence de la c'bre uiai^nia
Pris cl H Tel s & Co de New-York, si eromme dans le monda
eu'iec poi r lex 'l'ei de leSNl-l-i!>' 'M'a. bien connu eo Hai i.
1 li du fab iqui j r cette maison, tels que :
L-HlPSlCi lemde souverain contre les drangemests des-
IOBHC, la Lile, excs d'alcool etc.
Pastilles GasthO(;en, poui 1rs troub'es gastriques, estomaca
tiibl s. %
Awlka, contre Ie maux de gorge et pour douches nasales
l KhRoiiis pour douches vaginales.
Alkatonf, .ont e lesaigrauri et la dilatation de l'estouijc
''rucros, rop'rp h r huma et 'a bronchite chonique.
P l'Ain omkmii: 1ati:ol ( parfum exqui^i Poudra de Talc. Savou,'
I o'ion, P udre eotiifioe, l''e dentrilice, Co!d Gream *l Lotion
pour leti.ei le h'e ei blaLchirla peau
Les commande* t eront excutel rapidement H tvpdici aul
intresss directement de New-York sans c munis ion, d'o, couo-
mi' de temps et d'argent-
IVur tous rensfi/ns nen's, a adresser
Mr Victor Geull
Il -t du Majasin de l'Etal No 1734

NOUVEL
tSAVt pruci ' Jtuat$ etua
a ritlSM, tu mm, tu tlliPCBA
I. Hoc-ui do U O.ili-lrt hranaii
. tf.r.dufjuo. 3(Hm.t i0 -I .il.Wtrlt (10-)
c UN Fl.A.N'. c-. MaMI-fm i
ALBUM CATACOOUK DE 19^0
(tOt rj" "-lM panrti comiati) ^
n/r.:.." '.: ' t'.i.ta l'.rtrt, rmj-* g. ..
.,-tr ^.urtruii* fui V...U. li.u*. ScKuou
II. m.. *.;r. a.'.l r n-*,(i.ni,i i
.'n Urfii -t ...... i r.1. i*ir
- ' '-e tt n n- t-\
F.noi. Ph-
0 o;
. ii /
1. O. !* -..-. ...- rt t.- . ,
MmB
ach!erdes tim
postes usi
S'adicsser
Matin
Mr Tlaisir Imp du
i ... t i ;. ;.. le.:..;'
C.inn7' voir tr.iJueia Si.r i*
SIROP > DESOflN
(i rinnoilolnin-i 9
..rit pur pl^ oo tn'i In^rUtir aA
Mernilo Bti^r dSM
grtliE !CjssiKmr, f!ic.s, n*Lmci
liWi.C-^H-'ixei. SURMCNMr
4> i^au tt Im dam*.
i&w'iwMto&-W Vknmkf&oUl ici ml** *m reoaut ta eux un. -m-c...
Automobile lord Moteur garanti
En parfait tut Prix exceptionnel
S'adresse* chez Vve Barbnncourt
l m, l'ue des Csais
United West indies corporation
IL P. Davis. Vice-Prsident & Gent Mgr in llaiti]
0/je itits Svices as Agents o/ the
National Biscuit
0/ Kew'Yorktlalso as
Sellmg Heprcsentativfs Ameican Cotton Oil|Co
Acents-Uni'ed States Rubber Co
Sel'ing Hep-esen lives N- V. Fairbaoi Co.
Wanzer& Company, Ine
Import and export
New York
..Maison amricaine repr<'sen'an{ balueOOD de Fabriques pour
oues sorte* d'artid, i et de tissus en gii al
Elle accepte des consignations pour les produits du pays tout n
bissant de bars M iiee ceux qui s'adresseront au repjvsen'asit
de la nnion.
I our toutes infonraliot*, s'ailreifer
Mr Max Bellande
Seul Reprsentant pour iJwii
Une Traversire
v
CLINIQUE
Des Docteurs Hyson et Lescouflair
Grard' 1 ue i\o .523 (Maison du Dr Mercier i
Consultations
Malin : de 7 heures midi. Soir : de 2 5 hourea
SPhClAUlK : Valadies des fewraea ; Maladies de*.fj
i.l.ntK
A- de Matti is & C
On achte toujours
des prix 1res avanta-
geux el dliant toute
concurrence Ecailles de
caret, vieil or et argent
perles et diamants.
-
n


*"*,
, -
.i"--M


------ Ut Mil

fi arniarta
^lter(i^-E\vjill
aURTM, A. PtTfttR. )*. G. Sc
l'onde en 1850
Produit chin> il*
.nif l'un* do Fr l)Oi et ti'Aa
i'utiiirn-.rKi 'i.jK.a s I nflftrtfi
cniine.
Fefrus' \>vv f** r
F8tab8iie.l 18SO
Aotnotn dcriich Pla* t Me
di ns. H si ehroiealfl fifwa E
rcpe and Lite Maies.
* meneau prricriplirDi GHes,
Frtneh & tuerie! Perfuraei
To 'r Waiera.
tiet il a Peins'
Pbarraacy Graduai* ofTempk
Uni^eraitfi Phiiadtlpnia, P..
Jardinage, Jardinage !!
DeLaiteisdnD NDRETR SEED Co
Pour les commandes et con-
dition* n'adresser a
Monsieur Feriino I (l Lnraqw
28, ?t" tanh>~ D'HiUche*
M) B AGENT KCM.IUTT!
ro'M les 4'o/i8 17 j j ffiu Jh M'.ui'in cl'Ulal
pour 1 s teitl: s iuu?a.ent, s'ad;e:ser aux ma:ons suivarfc* :
Pharmacie Emile BiffttfGni,
Epicerie moderne, f murne u
On trouvera un bel assortiment rie. tjumes : Carotta, radis, avbei-
\m*Bt loiiie, choux, di ; et uui un bel ussjrtnnent de (leurs :
I lime, (Edd'l, Quatre lieuns ? tic
Revue Illustre e! Vente ie
Patrons de Mode
Assurez vous contre
7
\drcssez-vous la plus forle compagnie des E.U,
la HOME IWSURANCE Go de N.-Y
ageU goral pour Hati
iifl. te BOSSE, Port-au-Prince
Prn'fp /. votic M. i;o voire Magasin, ves d'pots au laui la plua raton ab'e.
Aucun Irsis le Misi ni il wlage payer
11 Dfrig:Cz-vou8sa-.:af.i?parcorftpcid?ncAou\eiczdi8cu'fr lOtflOpftfal ntcltfi
Eug.L UGSSE, t)5 lue du Ouai
*M25
Voy z-vous ces te'les Da rea, vj il'z-vous lre M'gan es a!
sratrtea comme aihl?
/L'.FZ CHEZ
Paul E. Auxla
Fv au Mag sin de l'Etal et ram&rt
On vo n'rouvertz 1 TISSUS lea plus jolis et i tus moTiiiis'
E&UBaNS Ips plui a^p'opris Kt d'un chou rare.
Il voua donnea un C\ alogmi d* \l >de et vous vendra le piirji a
purera \oro robfl une COUl'E impeccable, f v.
orsots b"s. foi tu >s de chn,p ut. parfumeries rlivorsa? d*i miYtti
fabrican'*; Tomque orifn'Hl*. Tnconh- inui. Poiiimade racello <1 Iwj
PomraadH Excellente, Lotion l RGLNEE, aseuran la peau bli du
et velou^ re'ULl"ar)t les cm-.
. ne vjg:te uoa #"*> Maiso-i et vos enrui *> savoir ce cm
vous devez porter, disj ar-i'sFent
a uiaisoi

ARTICLES FRANAIS
^a Maison m loasaaio
fuie du Magasin de VEat
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Gltap aux pou deuil
Serviettes dauiasses fil et colon
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mou hoirs de soie
cravates nuds et rgates assor
lies, Gilets de flanelle.
__ Vww PIEPER HEIDSEC
Demi ser cl bru* chez
DW41tU M. BAPHEL & C0
PoriauPrinc
Veuve Barbaneour)
a reu
_-------------------
.......
uwLJ
.....I'">T*^
.'-t'a3.,.tiiinW .-i-4>
Pharmacie F* SEJ
Anale des Bues Rouxof dv fen{m
2 Mdailles dargerr Exposiion de Br.->ellea
Libratoire d Chimie MJ'cale [
*
Dioguetie, Produis chimiques et pharmaceutiq^
Spcwl.ia f arc* et amricaines. ^
Pipqration d. culcs ampoules mdicameuieuses
e'. injectables. info**
Spc alits. Srum r.Wros'hnique simple et fcr"J ',u,.
loJbydrarn/re. Srum t,e Morard remplaant P| l
rcalcdtanta de Kcrler et de /JoLiu ,t
Il[y a toojouri en stock : Neviosihco^.' hiiop pet
E'ixir de Pensylvani .
Dp mtaire du PUEVEST^
Reprentint\4es Laboratoire tr
LVCriFERM.-Feraient lactiqie. contre ailec"^ ^
naf g el cui'intcs.
UStRlXB,-:S^lfiqut de la cwipU9a-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM