PAGE 1

ptktth de la no[ ulalon. —. L'er tretien fut cout bvfc beaucoup o in et et suiyi d*4CClMDaaj priait trs birnen fianig. On n'a Mireoalais que des mois aimables • t d affection pour la 1 II Bleue b • la • oup ce paya el rend de Iri graa le seivicespar la faon don I iloompre i I t-onrle. Il enseigne I amour de I* f I rie, !• Cuit* du d.'apeau, le rosoe ;'. d la launlle, le travail en bonne ir toutes les grandes choses enfla q d enooblissent I ho m me et rendeut lei i Btious laites tt respectAes. Au passe du colonel Lit ie tott le moiide te drouvn aven un res pect meJ4 de vontlOD. il a co.n 11)3 scrtai!- Mr Durc Dlinoi*, I* t-ympath q ie f e d Mr Franck D 'mois, aeaBeein dernirement J.i,a les trites conditions IJ ie nous MVODC. i* I # Ootts wu5 zscfoto m Ji^if-ai ifZ *. achte le meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante ans. Il n'est pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Frennez garde d'obtenir toujours l'Emulsion d& Scott) r>..._ i. v --i .-B3rcrrtre MiDirntiB Temprature MW. ***** Ciel cUir pur et . Homre contai," 1 Le grand bal deiw Le jour est ;rr..v *! de I, UnHon'Jp^W non breus convives qui "*: cette iMKwlM'^J*yS rttemem scolairr.Nous ne ni ioie en ..-i-"'%  • r 0u. la fle r/ i l'Ecole Korma'p A Q h urei 50, non la'Vont M re fiait po ir tre, vn 1/ b ure< i ri ahobw. (V*'>?n fi lie r eptioa J'ISCOUTS dn notaire Mirmovei V 1 • I d'eau Sjuhiits de hienv-nue du M'ft'Stf t Dobuis^on Audi-nce en ciole du Pi'ili-Dt qni explique avec b'Ui"0UD de ciar l'iolrl que roOl avons Je njui montrer digTej de ia liber en travaillant dtrs l'or dre et h piix. Ci jelqi-es instants passes dans la famille du M'g'Vr.t uni noui fit les honneurs ave. b*au coup de di.iiuctui et nou rsignons Mireb!ais ou, sous les tentas mtb'aire*. dins une atmo.phc-e de co'dialii, on nous rcrvit le repas J uquel on fit honniur avec grand f 'aisir. Ls Co'onel Little a ;oute une instnlLiioo modene. E:laicage lectrique par le Delco L-ght. salle de 13! lard, salle de bain, cinma, hpi al, ttc Nous en somme* out enchinfs tiit il faut p-irtu A I o ; s heures nous nou; mcrois en route I a > heures ;o, nous ltons Pjrt au Prince L'impresMon laisse dans l'esprit des populations rt les Chefs qui \c, oa visites est d*s meilleures Cette promenade dans I \s regioTs ou fat Urdeol encore, en deho-s d s Villes, quelques pauvres fous, tromps su leurs rpil loi joui par des taupes peii'es qui se sont bien acq 1 nes deleurs ' es, complim;nts IUX ge-rilies \hria OA val. 1 apiilo-i, Liura Nadal, pi 'i'Io 1ne, Marcel e 4o-ii.grilloi, G*rmu ne Deasdam a belle apparition JE latle du so;r. Tft'e prem r 3 pir'i du pTc*im me fut enlee au milieu de vif; :p p.'audisserrets. Ap^s dix minutes d'intermle IJ au se l sur lab-ile eom 4 l e le Molire Les Femmes Sivmlei prcde d'ui prclogu dit paNielle Victorioe L^to tue. Milos Yvaire Miya'd, Chrysale G Ga ioi. Cl lindie: O Monts, T is otin ; A. Mi'hon, PhiUmQthe ; Su/un? A-i>K\ \1 rtiie qui ojt t innayl>'%5 (Uns IsnM rles ; toutes no? f.' • •i -rations N us n'oublierois ois Mellej II \b peau M Via'd et F Di calrel A la tro> : s'me partie du brotr/ani me 01 entendit a?c plaisir Melle Yvome Sylvain dan; l?s deux poi sie; : Soir d hi/ a r et les Di 1 les. La Belle au bois dormmt • cette charminte allgirie du printemps souleva l'entluusiasme de U salle. Lad iiied^i .utin?, le billet rirent la joii de i'a;sistan:e \'o> CO-QelU menti a Well vii'g'ien'e Ntod, Sazinoe Anselme, R. N'audi, H. Hamin-, etc. etc. Nouvelles Etrangres PAR CABLE PARIS - L'tfcno de Pa ie con etTewT"^"^! ir:.M que le CO-1S3I1 de .t)in PM.UO firmation. Dan, LXZT** lion des voir ,1,, 1 4 M KranJ s oupcr poi.r lequel d \^ Lenireedcla U K t ,on **£] Hm donne %ur le Lhanipde j? Premire Con'm,,, (: est demain prc re Cm,„ ^ Bon nombie d'wton:* Sa ^?2N ble SaJnte. sa P,'o. nttst La Grand-Messe commeneou o.,i a'oecnpers en premier lien dn la que* tion des vnements d'Allemiu e i otatnme t d Occup lion d s F ai c ni* n abordere eneuiie'Uqaes : lou 'e l'Adriatique pour laqa(le il r'au non des *,., du bapieme, rr( l> du Saint Sacitment. '*" SHSMB 1 t.onvocation.-u; nkmbns^H ra qu ratifier la compVomii tolar. prcises au'iocaTprov^^'.^y^J s-enu entra le* iutresai. Il ao \/ru Notre ami Damocles Vieux nous prie d'aononcer qu'il rearette de n'tre ;• %  t'auteui des doux po.d tes par Mette Jeanne Sylvain i la (te de l'h;o!c Nornu Le dlicat pote i vraineni compose, pour le ballet, deux pjtitcs piccts I;I:I on: i: dbitai I ;%  Mellci Harnmannet Anaelne, noncera enauita inr les projet di Loziti ralatifi la qnestloo du change Siloi le m ne Journal ttuhranldjin* l" V nbm-adaur d) K, t as) d di-uteii H dei hrecliOH Husciotible* da p cipitar I a cte'd nisif d-j l'Alliaeca Franco U 1 ^'L\ Onzatte le Fraie 'ir aanoiunqie o dment lu bru t jue l'ex-K iserine serait moulante PARIS — Le ministre da Golomlie partit hier pour Bordeiut ot n s'embarquera le _S Av I sur la Hati a dentinaiiou de lj. ;-uta Dollar lt) 18 ^ ts nK tiaitiennede Secours Aluiuti, %  OBI pnt de se runit -es prcises au local pro..^ '•ons— Des question ue, [JiM I ordre du iour. '^'aj Ll V ;ri^, La Thorie l B ctro.r2 q ie du t cm pP Monsieur K. (,„.„„ r,p,, cnhjJl fl vaux scientihqucs ont suscite i w Z. une curiosit admiral.ve ul ni ""J valeni un intrO. pu, .Umi^ vaut vient d cdner un nouveau jj llKone lcciro-nii .cti^cdaTaJ C'est la dixk.no pane ie H frligC. cette ioisle, i: .. 1 cu.nuihe2 """>. en il..cs ur -a Je.ous w rj Plutt des conclusions pratique, j! ia prvision ou tenu'-. la publkai i n m uvelle ,ln .„ cette thor.e appele, rcvolu:i unn „ u" CM livre au puilic eonime unemia, visoire de la c..!cu!ailit du te-nwT^ Nouremercions notre uni R. rj^. liaur de son important envol aiit e i Belle 1re av u t amen en ville. Lut dj malheureux disait p li Nou; sommes convaincus que et e tourne A*, piit iiiiera les u >>• et les au res sur Ii po'i que du GJU veroem;nt et d ? 1*0 cipatio.i — qu* le p.t I g r oup; d; rcbillei q -i s: trouve eucore dm les bois camprei dri 'a ncessit d ; rentrer dans le chemin du travail m-ltant aiasi lia la dernire des a'garadei stupide> qui ens^r^lan-reui .cotre hs'oire. Parisiana DIMANCHE sire sensa iorneHe Varits A S A.TINT-MARC Le •-"/ et 23 Avril 19*1 DIMAiNCHE ite Avocat rtfce La 2e t'po jue et lin il k.miaiivi Entre-fnrale G. 1 (>) lialcon 2 00 Entre Liifants G.2 .0.) 1.00 Avoiue Chez .Hayt 03 FEUILLETON Dl" t MATIN. Jlldex GHAND P.O.MA.N PAR A H 7 // 1 Ji B fi fl \ /-. D /' l l-'ilm par la. PeuilUdfl ) NEUVIKVIF PISODE LORSQUE L'ENFANT PAttur... IV (Suite) (jiar.d pe Jnder, le ptcfnu'r. arriva prs de l.'jibn — Kerjean.. ee d>l-.\ en dgageait e mallifureux.. Celuici mtniriita ; — Ju lfue d'tre LaiilJin prr rurpiirp, je ne ?HIS pat qm.. > vr. ut Il rt'lpvt'., mm il ne doit p — t'a on moi., devant elle/., imposa Jndex Car il va mil d'aporcevoir Jacqueline qnl eccouratf vers lui Kb M*nf l'frrou'ep '-elle..toute liait lama de la plas irntlque dis mo ionr. — 'o re pre 'ait l tout I ii ure dchra*! Jiid^x.. mais II u dliparu. — Mon D'eu .' Knoourtg pr le rgir d da ai renV* 1 qui tevanait ver* m |*cqn unlqne g'lier Ayant russi, lai U d'unn fiusae c'ef, se faufiler dans le jardin ar une p 1 t porte q ie 'ud-x et K j s0 croyaient con I mine, 0.le ' tait dissimule dana un fi m rn 1 at t1 1 >i DI couveeoi as H cia attt.d'jiit le moment prjpico pour a^ir c'fst rini qu'elle ava'l vu Fevraul ^.isgpoir IUI ion li' n e ra.nasa<*r le ballon., pu s pr< ndrn le petit Je ia dans ses liras.. Inl parler., le recoil dt if jusqu'au mur.. L'i ventiiM.'re se den an I lit qnell H allaifnt etrn i-s con qoeoess di cette appa'ition mopi i< e 10 iq 11 vi' Kerji^n revenir ver* son phtoo nier *'t le nniiener I • maisonAb r a, elle n lii-i %  1 lus. I e 111 unni d ig r 'ait V me. Il ne fallait a aucun piix le lai 1er e.'.iapper Elle fit un gigue ai:x deux nom-' mes .|ui l'aiOtiirognaien Ceoi'C 1 qm l'taient muuis rie loua 1*8 Hcc. 'Honni i'idigpenaalil-"* leur sinidt e besogl f prc pi rem sur K irjeaa el av. u u**f rapidit i.fuaiquaDio le ligotAreri le billon n eut en u'i tout de main et s eu furen l'atta. 11 r on p Itnier, tau Os quDiana surgissait d vint Favraut tt mi disait ; — Je suis Marie Verdier.. I's0 cl nne ioetitutiice. il %  votre pt .t li 8 Lt cirriTu u lilbouett de M ri I 1 h li li en ne la anxi" ie, i iterrog 1 ve, laoi l'a 1 bulie ueu de II pe 1 8 00 I 1 • uo 1 ri) ouverte, l'aventurire ijo its • •— Voici mon frre, av j c qal ji %  ni-* n-. poirvous airddiir \ n g< liar — Vous.. Vouai. bilbntiaU Fa vra it. dont h rai*on enc-va to il meurtrie chancelait de nouveau 1 1 p ienco dj celte intervention inat tendue. l-.i 0 ajouta dune voix baitaot 3 — J'ai va unn petit'Hli et m 1 tille v< venu.' Mali Dana reprenait, persuasive et autoritaire laKull : — Venez averr rn n, il ny a pas une minute perdre. Ju tex e* ton prl d i 1. et il vous tuera avant que votre lille arrive jusqu' vous. Abuii, drout en mme to nps qu 1 d imln par ie regard'et la von d' ci tte fera'ue jadis tant t. sue et q 1 mrgiasa t toat tout d?vu.t la allai p r ce seul no n diJolex ki Il bi c u-ut xploit pa r h uns ia u e Favraut a-i la ssa e 1 r.ii lei v. is uns u to D ib 1 q 11 l ain 1 1 r m deh Mr., et t| n, p 11 un 1 11 -ni d t,.i n ie CO i loi ut j Mq i > 1 — Ne t raigi z n< ;.. diiaii Du 1 • laia^z vous conduue par nous, uveu glemen -, < C'en seulement ce:te condi lion qi.e 1.1 111 porirODI \cus a ra Clu r a vetri rnn< tri. Sinon vous :ta perdu irrm disblemei t, E. l'u.f rua'e cra'ure ajouta avre 1 et acceut 1] 1 autrefois avait tint 1 "ubl • le pre de lac |ueline i-t qui Unveoppaii on sa .1 m loco acien 1 une aoitd de musique ape'iante e auav.' — .'e t il u, .e msav .ia rve., m sa %  • oui n ste i-z avec uo • N u i v j ii a 1 ndroui* nom us -o. g roa Isl s .j 1 itl ei SJ ps .ii tut 1 n ail %  — Vji 3ivez biea que je vous aime. Pavra > f co npl'e n nt reo^is, se lai sa guider comme un pauvre un li le nui, aori avo 1 en proi aux aflree tU 1 agonie, co eai90ce revenir ft la vie et voit briller enli 1 l'aube radieaae dune proobalns coi li iince, Et il s ? taisait. les yeux moiti clos, berc, gris parcei paroles si astucieuses,, emport dans an tva de f. Lcit rjniiisant3 et do paix inlh ir. Soutenu pr Diana et Morale, il s'embarqua dan* un canot q 1 avaient reioint les deux matelots et qil se dirigea aubs tt vers un j m brick %  )' letie mouill en rade, uae faible dista' ce du 1 /-tu • Capital 14 Martel'., glissa Diaa l'oreille d nu rn irit.ba 1 bu IJUI taib en h-rculo, se tenait la barre .Vous voy-/que vous avez bien fait d'aC courir mou appel.. Li coup a rloi ai, et vous il ez touchaila tone prime Msrtell, un dcea ommas tout faire, ii .1 |tdia avait t l'aasoclds la M011U d t ia uue expdi 101 de contrebande orgtoiaeepir ede sutla cote tabeutie. eut un sourire de eetitl CtlOQ non d^uiec L s deux bandiis mle €t femelle, aient L a n buta pour se compren dre et peur s eutecdie t.tuel.]ues minutes oprs, Favraut, DiHiii et More a taient Ini alls a bord de l' Aiglon qui aappitau lever I ar.cr S BIS l'arrire.' le banqu er sur v 1, .n d'un air tonn, inqaiet, les ^ paraitfa du dpart l. Monti et Hobert Ketje/n l'avaien njointO iiiomm me/.-vou-.-.'denitriJa I pore de jacqeeiia inr pjo ton 'LIS., prea lue plaintifDiana rpoadu ruNBit : — Four e happer & to it^ ponrsui ta, tiuus g yneroui rap dment par L i 1 ou tou v.'ud.ts., De l, uuus enuwss ie' %  je dosai nui, sa rejoindrons Paris., o voari me liez fie 18 U prot-*ctioiidabj t'<*t Vqtre f tune, qu' lJ d'un olimx cianti^, JudeiiJ votre lille .1. t 1 ijunarl'isj cepublipievoas s^ra enuetal et im m: butem-mt rendue.' — E f ceat vous que j Iberbi? -ien a 1 la Favraut que! la M >;.U a.'iit repris \ai\ asceuclaiil A moi et mon fi re, et M cea b;-.ves mat lots qui s*aj a mo: pour VOJS arrscbtfsj bou r reaux— Gomment avezvoui pu* trouver, interrogeait le l)W j <|ui ne cess4it de contempler avec toute 1 expression ardeal] aa passion ressuscit* — Pau maintenant., un jor. vo s dirons.; t Sachez seulement que DOM couru les plus grands dargutj Ce Jud x est un liomms 8 t M..-,j'-.uii decidee a 10* P vous eauviT.. et ji HUIS U^ oui, b en iieureues d'avoir n* — Uianw mu muais bnjj n'aura, pas ass.z de jours po*. prouve.mon intime reconn"" Mais... je eauiai m acquitter" vous., oui.j) saurai' J Et tandis qu'un nyonnasji triomphe illuminait le ,l0 *^ veutur.ie, Favraut demanai -A ors, nouaoancnlWs! — Oui, dans la nuit. 1 A ces mot lo viaa fc e du um fc'aBbOinb.il.. la ,.*J Geft que tcut ccop, I e'T| aou petit e. t>nt vei.sitM ralt t„ n rflllr Un prefoi.d soupir goj^ tri lett il uauru.i'i-ceseu --Jean.. Jacq.ebne. nuavei-vout? "terr0k ei-t ia Mot.t fA Lebaiiqtiurlats'JWFJ^ -Je ne vcuuuiai^ 1



PAGE 1

LE MATIN %  • • %  • • % %  v > I lONCHITES, SUITES DECOOUaUCHE ET KF.OJKO'J i UNE DOITS Sea Sice Garage MUWSSANT vniTABLEs H f ( rOSl D'DSm — KM t tBbrh cifj m.:i; n tl ,y JL %  ITL & IKH -a fcrt'.: !i> 2rct:.:.-s :'. fh; >-.1J1BBBBBBW^_ \iil PASTILLES Lioc eri Ni I • Mflbii i ; .-c,-06 PRSERVERA votre Gera, vos Bronches :' nu ...... COMUATTRA vos Rhumes, Bronchites, Grippe, Influenza, Asthuo. Emphysme, c-lc. MAIS SURTOUT EXIGEZ RIEN' LES VRITABLES PASTILLES VALDAl vendues seulement en BOITES portant le nom En /artde Stu Side Ir/< PHARMACIE DE ROME,I5.*UEDHJME,PARIS Dre S s mis et rhni'S |n>oi(le T.'vf ipar le S.V tilt de III'.IL'IIIX un slmk b iri'i* es rie Vin I lai c ei le de Bouleaux. rjuelr suif' lu (Kfiant fOU'A Prncurr. IK'P. hiil: Vin 1IMK" 'le Ms e. ile */e /jf-ei** ti X Co ab'ie i proprit tnr iHfju^l'p pst ^il une halle 'a^e et en '•toela vitle des Uuyea, lue t* d'aim, en |,.CH II nmr ItlMint quatorze meds ni:e Vouvel'<' <; 'tn il-ouieiaunej Ettti Unie d Aiijeriiju \ p^iata't m I or noa'il • de tno' •tree-llqBidatoi ri de la raiiHon ilM>i<'n'h'n y r & Co. p^flbli.' anxCxy-n, nyan piiji flvo(a 8 <*oreii '!•> Mrs R oeH l)s .SfCif?t ires d'Et t tu dte du 22 Bepteo bi> l'.in I S em hAies H-ro' t rn.'ues su r la noie a piix de deux millri cinq c,r> N rtclliie, oolre les cbaipfa dj por trs **IOI le CbLier dis chaires y relatif l'our pliiR amples rfnsngneri BOla, e'*idrerer Me Mt l> s piouyon. dt-posi ire du cahier des clia'ge-i ou uux avocat fousH'pif • l'or-u I' ifirp. IP M Avil l'L'OErnest DuUOX. VOlkL. nJJ-Mn* iat lille et .-ans P rV. I infer '• 8l • r^ture.ie M m plein d'Iiypccutd JjMiJoir r K i. avec une l* il V, lh, l ,l,,e o 8 ai. K!t C0Œ '' ait re. HuuMun.Ues de .sa Cotre ,u t, lfl I" 0 l 'cott" e Uu a uc ;^ecreu.e: t^'P dire qu'elle soit IM.*';' 1 Ift conaidrr. l l '>'e le |)Ua • % %  v^t. '""'Hi lu, la.?,' ,J ^V d0!l nous •t le ,ur C01 ^ 4il bal .'•"• %  lit briae.. Il s •.-< prec^d.^ ie \'erdredi que ion cm p,na Vingt tre il A v ; 1 1 nul net! ici t fil gt a d x hiures du maI n, tn ludc tt per le minulre de .Me MoUts Ccuycp, c claire pi Nie IH CtyfS. i 1^ \eo(e ^u desbous de Uni mite pnx et au pics oldsrtet denitr eocberiMeor it* bicai ciap;s d^igt ur la d:le rue des Amricain 11 tf-rme au t oppc'sr. pai une ligne b i>e dont UOfl partie me-uie — Alor-s, r-c uti z-m i bien, Di na. i roui devrai p u* ipie ia vie L-v riuii.'i'-, teidant au banquier une t'i ilie de i if 1er • t un aiviogra piip, lui r. t.) t n ad evant de le liHciuer avec IOU pi; s oap'if ut kcurirp Eciivez & vo're llifl de venir vous te rOBVel IVtClOU e. lint .(Jela sulii'P. • Je ir>' tlifirpe, rroi, de lui lairo peivenir eecilement la lettre • 0*n'une heure lie %  ira pii d i v mil Encore merci/ T.n.tis IUCI i i int appel \ tinte Kl V il ml1 a ion 'Vier^i-'. l-'uvra U c IHMI-I aii tracer qu il pu %  igni u ..-n intefi Diana, l'approcbaot du capitaine Mait^ii qui larveKIait la iiiiiiiL'Uvie. lui dit ; Nous ue partironi que demain m 'i >. — Kl po.irquoi .' — J • vous le d lait C? loir, veis dix heure-, je des ce id • t %  t le q iai.. avec vous. ; y donc oncorv d ) l'ouvrage f.,i t':' i itetiogei ie bi di de ia m r El de cla b Ile, ricana i roce m • l'avenu rSre, qui ijoa a emri s-''I : ma b Ue J'C iui lot on h H t,r, vou n i i h p t 0 ii] D uv A n tJ.s %  ;i r > pic d* rai la dite ire du Pai 1 1 1 iu ptf po'on > i r d f nvi o i cet quatot t pieds ti titux pou ,i b Ire la pioi -t Or la Vv B i ver, • %  Angella F b y, ancienne C.rngton ri c I o..up*e ra la K nqut. iQCeoi Fortarges < heval ier. Tel'e pue la due proprit se pour> su I, cono'e tts'ttend, sans en rif" ejrpp'tr ni rserver. Une hvo heque de Six mille -o'lat5 qui reviendra i I ad j idic laira p,:r l( s^'u! fait de l'fdjuricaiioi f'u ui-d • b en dont elle t l'acceisci* re. E'ie a corsen'ieila \!u.-< n il. MuDcbemryei \ Cie sur un? pro prit londs et b iise ^i'ue en U dite ville de^Cayes, rue de la Place lin irvalle* ^ux ieque, oi.rsu te et dil gences de toessuurO S.?tpa tt A. J, Maumus. dem u ani tous les deux i l'oit-au Pnr.ce,vomici!: le premier i M Lan (Italie) 1second la Nouvelle Orlans ( Louisiaune ) E at^Uniii d'Amrique, sgissrqt m leur qu-Ii' de Squestrts I.tquidaietis de la maison II Muicfarrtyti ^. Cie, ilablie aux Cay ^, iyai.t pour ave* cais coL.-litus Mes Anton e lelen Bque e. Aloiel avec ect 0 de domicile au cabtntl du pr trier lia aix Cayis. co veilu d: la Ici du 22 juilitl 1918 Des autre, lois et arrt* rdati 1 la liquidai oa i s mauoni allemanucs Uune dcision lu Cotseil dis Secrtaire! d'Etat, en date du 23 Bipt. ubre 1919 l)i divera actes aulenlh que:, tab':ssant les droits de la maison ilMunchmeyei et lir.lin d'tjn c:itifi;at du 13 avili 19'. de Me Mo tu-. Douyon, 11 t stant que la d i b tn n'a pis ie venJu au prix lise rours.cn a judicalio.i, laite d Adjudicataire. Outre l;s chirges stipules dam le cabiei dci charges, les enchri s se;cnt rtyie-; sur u mise i prix LC Sx Mille dallais •tur plus impies renseigne ment <, l'drraMf i Me rVtOlui Dyuyor. de* p 1 ; i'i du cahier d;s ch igej ti ds picts y itli-t ves aux a\c'..vt> louasi* l'cii-au Prince, le 14 av.il 1913 e Dirur : C. M. LEPP lparbtion des auto* de toutes marquas Traiail garanti R ut as louer povrvoyageB s promeiade$ Matriaux de qualit su pri nre 9 Avis aux commeranls et pharmaoisns Mr Victor Gentil &rt&% i Oipiner,in s et rharmaciees qui! \i n'de recei'I .\i r \ ic de la 'bre iiuisou BrisolMvera \ (...,.!• .\iwYoik. ii iei omme dun le utoodt eut ie l'e.'n lexc-l <> .• s pro ni's pliarmace M isnoiamrael leSvLIItlV/n • ic nnueii liai b liw ;i I 11 disrxii'ioD des cli i u oo des pri.icipaux pro di 1 s la-b ii'"sp 1 celle maison, eiaqtv : tAL*l li.i\Ti..\. n IIK.IC sou ver in confie les rjfaogemetti il'ev locnflC, la lite, e.M.'s d'alcool etc. PASIILLBS GAtTROncN, p^ui 'es u ou Mes gaaliiqucri estomam 1 ibl'i AKALK S "l're les tuaui de gorge et pour do.chei nasalea UYDHO'OSJ pour douches vagioalea A L KATONE ont e les ngreur* et la I U'Miotnle leslorac. I m 10s, cor re I • rhumaet 'a bronthite rh-outque. IVxni UMKit IE IATROL (parfum exquis; Poudra de Talc, Savon, Lo'ion, Kudiv uentiiee, l'.ue ilenirilice Col.l Creain t L0I1011 pi m ietuei le bAle ai blanchir la peau Lee commandei keront ex cules rapidement et etpdie* eui ilrefcts directemenl de New-York nos jmiiissiou, d'oa conon i' de te mus ei d'argentPour loi s ivn.s i/iu'.ii.enis, •adrenef Mr Victor (ieulii Rue du Majasm de l'Elut No [;:)[ Cigares de la Havane Ventes en yro et en dtail chem Vie iarbaneourt Mil Hue des Csari Automobile lord Moteur gmanti 'Bn parfait m l'rix exrepomel S adresseclux \,e harbancourt 1IU. Hue Ici Csars (liaiwj meut 'aJresse Cianfjeineut d'adresse KWbert N colas, cb^n's'e, i l'r.v n t?ge d'nnronct r a res cl'Cnfs et au public qi'il v r t i^e triealrrr rem at'ier la me Courbe No 1911 'ru jours i pr xim "<* du bord de m.-r non loin du M rchi \'.1 ces. E ude de Aie focal Millery NOTAIRE D 9 braies i midi 2 '/' i •) heuies Graodtiraiu Eq testr *^^t^(StS Attoine T£LEMAQUE, MOREL e Saens frres L ultime reprsentation C'est dem un diman-h; lis drni res des Pf|*ei Si m U y aun un* r prsentai on i i h;ure; it Jem e I un autre h u-es et demie pr r ses av c un p-o^r mut v ri. C u tte rep isTti i >i e dOBBe -u profit des sy 10 thiq tes et c ; i umaa t s Melles M bid: R yes et Avn Siens ei en Iho.inur d !*aim be s > c t de Pot au Prinei et du publ c en gnral. A ojr ez y tous pn (JUI m;ssieurs les am eu s ; e-,1 l.i d r.nr < g % % %  %  Vt ule l'encan %  r H d rd1 ur Gc A. -/,/•<.; s %  1 r j. .,//,,,,/', n ,/-, d. %  "•< avutft, ,„ es < %  < > 1 '' '''• :L EUE.ZJ r Jubhc. A ve dre I i.e marhine pour ton hci /-iil< • ; Cr< u n (je /. r > ca • • Vc wOdouzi 1 ( %  .>•/' u ici -,'i.t, m tme §n cuit r en bon tal ave pi n d i"ii un/ abriquA ; ,.' ,,-,. Pr i; e '•S'ailreuer ar cut Qiiinlin \VMiam t Si-Marc Paul r|uelqiies jours SL'UCiIKiat £1 Ep&ffnofa Ve..| Iprii ptee Hivernent rJUit it aitlclAaaaivania : I Voir a^ 1 pj'p 1 aae liv. C, ;i (V) 1 aroyri :iiHt sanciaeon m** Macaroni 1 nn Vermcellrt M Jrmbau PBrrll fb.uil ,} 4 00 l'omiiH s fie terre 0.5'J La M taon ri ut d^ r cevoir riar I cl-nuer vape* r un bel aaac.timoBt ie b( r.' ons hua Lui cb biscuits, as e b.-iH.Musuoda :uacnena,Vf\v t' ;-i 1 d 101 i^rvea :>ard .6 Iran '. 1 ta •" %  ne* .oiua P, m .. la %  h8U 99 b ma, 1, na, pouve an ue, r 11, h tic. <^I>P. G 11I.A. QruMUHut Un tOM d i:-.'j



PAGE 1

IF ,, Janl iiaic, Jrdinaffe !! f Larniacio AiWrlini-E\v;. MiTliL n vnm.v G. Sut \Del*Mal$wD. AM)1ŒTII SEHD La et -. (E.//eJ, (/erre /iatirea ? etc. Uni Assurez voua contre LE FEU A dressez.vous la plus forte compagnie des E.U, La HOME INSURANCE Co de N.-Y ageht gnral pour Hati Eude et VOJB vendra le puron Hgfiire'H VO*T* 'obe une COUPE iruppccat I <.'otBPt. b r B, foiinr de chppux. parh inerips diverse d-* œdf fBbrican-p; Tonique orienisle, Trirorh-trua, Pommade moelle U\ PomrPHdp Exc^ll'Mito, Lotion I 'RGLNTEE, aseurum la peau,blio et velout, rpiivl-ar-t les ciuien. Ine vis te dans tp Mi-on p* vos enruii* savoir ce t,u vous devez por. r. dispiraisttLt5ff! La maison Veuve Barbaneoi a ceci 1 %  ' %  %  pmnzniKi^csnuiini'T./ . —| %  M*?MHKIkM IfcVJrt • T'JKlSH BLCNO CIGARETTES EXwEPTlONL QUAlin Tilt AtTSTcN T33ACC3^ | Pbariacie F' SEJDR Aiuiledes Bues Roux et du fe*{| 2 Mdailles d'argert Exposiion de Drux Laboratoire de Chimie Mdicale Droguerie, Produ.ls chimiques et pharmaceuW"* .spcc.aliis I.Liia.ses ^ an.er.ca.ne. ^ Frparation de. outts ampoules mdicanieineuw et injectables. ferrugioefj Spcialits. -Srum r.vros hmque simple ^ ^ lodhydrarg/ie. Srum a€ Morard ^np'aam realciliams de Ke.ner et de /job" lly a toujours en stock : Nev.oslhose Mrop r* Elixir de reuaylvanie. C)ire du PREVESm L\CTlFfc:UM.Ferment lactique, contre ailM ,,oDI nales et cutanea. LA^ilUNE-Spcifique del wtipat'-oD,



PAGE 1

te • 3 Pi 11 %  .... A .-i. iT l\iil fcJJI B 0NMENTS p0 RT-AU.FRINCE Q ^ %  uSPAHTEUENTS G. 8 00 7UO H0O lira*. œ " fTRANGBR -c sont reues au Comptoir In %  ffpiblicii. 9 Roe TfODchet. P*^ *j,, Ludgate Hill, Londres. 1KLEPIIOSE 208? Il se.nble que la vaoit demeure plus que jamais le mobile le plus puissent des actions humain as. D'o cet* ta avalanche de maausrri*s,de pomes et de sonnels qui ne valant pafr celui a'Orante* P.u! BRULAT CHRONIQUE i la rechercha de Parles* voua S V inglal Le Prsident de la Rpublique Coirespcndan:: le h ire 1 ia!e au MATIN [.IwC d'tre commis.Les tal ou le bis o odfoieodu pendant la nuit pire digre, les n i chute d'un corps. La poEnSn r |: '"S el p'u c'et la ui* ne sont pis un e rr bfOU *"t 1 ap „ ,, | victime vi nart : on de la da-^reuse cm >re : nt-. rfwnt saccag. Nil Le labnrito re de police comrt; 4 l'enqute ne SOT acnf la prise d'un vo'eur de lj ie excellente occasion Ttppreii Ire ma ier I langue anglais' avec une reiitarqi'aldrt rani dite il tin vos uionit-nts hbrescivz vous, en s itv ml nom; cours prpar sjiMMalem^ni pour 'es pei son I*I Je lang i? l -.nu ra •. l.civezj pour demaoder daa reiis >g i mob s coi n pie's. ET Le Chef de l'Occupation Mirebalaitet Laseahohas iJetyp le cauoa f* acaieiidc:tioa. Sur quelle bouteilles qui opra gant dans un. ^ ii... o..r u CA! nn rif et drtnt les emnrein'es 'urent — [rtir ? Mais, sur le se", on les tracts de 1 lune aux ifictime se mlent ceux tu K. Sur ii roite f acture, aie M voit de pression; qui iche de ses g nds.U i m eu. une marque sang'an e "aJchiftre la pr lenw signnllijjoes dgi'a'c. 3ns le fo. papier calcin se nt rouan ongle de mort, on cit et dont les empreintes'urent — le reconnus— r 1 lie D'iimrSil Int'ilute Dipl ) 133 W. St. 108. X Y Cil m non sans peine. vles et identifies bt le cas est loin d 're unique. Pattois l'empreinte est : menue qu'on ne saurait 1 utiliser Quelques l'gnes brouille pir des surcharge, apparassent docilement, Malgrlet -.olorants et les att'fices d clairage Il re*te la ressource d'un examen au microscope, qui fut dcouvrir l'im us cheveu rrach sur percept>b!e trace des pores, eux-milamorsure de l'agresseur, mes si viriables de forme et si CIMC tristiqus, qu'ave 2 ou } millim trs cars d'empreint?,il est poss-ble d; reco natre un crim'nel. S'il n y a pas de traces d gitales, il ne faut pas croire que l'enquteur soit pris au dpourvu Des sources i Qoossire d'une commoU, i s'est appuy, et le dessein etofle s'y retrouve. Voi' les i srs et muets, ceux gui ne ut ni ne trompent .empreintes traces de pas. morsures de l principe li est celuiQQ homnr [ docummts ca-boniss qui se les plus imprvus peut lui venir la formti d outils cflracteurs.dlumire Qn trouve un mnt dans la evteouents ou de chevelure, rampagne. un cou'eau plant dans [•(pis b-soin d'autres tirr.oi le coeur Ceux qui le dcouvrent. i U meurtrier a sign son criplus soucieux de porter secours que itoie est ouverte, tienne l'ar .le mnjget les indices, pitinent si limaunenle.'e coupab'e sera bien le terrain que nulle trace de do. pas ne peut plus se lire. Les recherches, d'autre part, n'abnu issent lien. Quelques jours plus 'ard. dans un lot de vagabonds rf's par une ronde, un chemineau arrive au 1 boratoi e.Une mi u'atate sanglante de w veste attire l'attennoa. Sur sa manchon voit un de ces grains ails comme en ont le pissenlits. Mais ce n'est poiot uue graine banale. L'examen micros p que fait recon natre une comrose relativement nre dont une toufh tait deux pas du cadav e et dont le t'U-t pi te par le vent esi venu s'accrocha AU vtement de l'agresjcur pendant il Cil in d-'gir av c que suppose l'action cri* sans laisser des traces de ige.La question est de troutrsces et de SP on le; utiliser. Mt multiples et le ct pasndeceite chasse a 1 homme %  eut la vart des d.Vou obligation d avoir l'esprit treil pour saisir en toute le point utile qu'on ne pou "il. itneela pus on iaaire, la meilt'i, c'est l'etrpreinte d giule. t toucher un objet Isse, ] a lutte. Ce dtail. d'apparence infime rsout le problme FMHHJfl est prs. Moins qu'un d.bris vgtal peut suffire : la poussire Ouest ce que la poussire.sinon letraces accumu les uc tout ce qae n•u^ frlons, de nous encoure. La poassomms porteurs, twe des muns qui viennent 'gneusement hves, sans y rJauace des desseins qu: po te fFmaite. Or. tes desseii s im leh'znn mn.e sujet, detuis ie jusqu' la moit se d Ih %  >s entre eux que ne diflTS^ y a ds hommes, ,# J l In nlu * i ces sor.es de recher *S ^JS est les tmoins de chacun de nos ceUes. Sur la blouse d'un meunier on trouve ce la tarine;sur celle d'un redit gote tti dcouvrant sur un ob|et Foxdigitale, disent coup sr [.' %  w comme envoyant , u n f'.na, m preintesne 8 e ^^ tXii "Plu. En vain, les malfaiDans la chambre ou gt la vit. Kbeot parer ce danger me. le meurtrier abandonne sa vente. lil aat , -tection L'expert s'en empare, I enferme dans il? B n ,ts l u,e protecti • %  ace. Pour A., i ir des gens mal ac%  luxe, un tel vtement Sherlo-!< Ho'mes dtoive les voleurs pir 1' xTnn destachesdeboue. Mthole exe llente. hors mme de| romans anglais, et QJ', dinsla ralit, donne les plu> heureux rsulta s Un vo 1 e-t commis dan' an mou m, La Victime accota un voisin qui pr-ente un alibi On rximre au;j> le noaie descend, nou* r e som nts pis nomb eux, le Pm dni de U Rp b -que. le v,olonel Russel, CbaH de "(J. cup.it on, le Colo i l Wise. Chel -e ia Gendirinerie tt deux aut ci o fi.vrs. trois aide de camp du Prsident. Mvl Andr Chevalier, sec laire gnral de U G;u Jarmer e, Chaavet et C menl Mag oire La promenade e>t agrable ;on pisse par la nouvelle route ou trois quipe* travailleai entre l'iunon et Terre Rouge criminel un sac de papier, la bat longuement puis recueille les poussires accumu ttmble gne, lorsuuil laut les au fond du sac. Le microscope '*lumire, dans des lieux y discerne abondance de minuscules otes ioa dtt CO upable, un mot C,! ,0 la lines d ci morceaux de bois : le coupable es ^P^'ra.lle donnera la tiil e de aux yeux.sans compter donc menuisier ou charpentier. Mais n i a ueri s'il est JLiti! drotlii' s-.l est myop? L q-tU. qi sot i e de thse du menuisier qai est U bnn. .^Pliti rrsistmts. Q co raencs lv c des gants "te des mitaines Et "onent dlicat o apj un C H e-oit rs po Ihs'du" menuisier qui est la bjnne. Le i ur mme,; le cnmnt est JetMvett Ce, prit mme m^hide il f,ut que le brossage dmai V .hes trahi le faux monn-veur a lli ife? w rrure d tlicile, pousvres'mtUl iau^donl * dech.r ou rejet. Us iorrespond celle des pice '"'^Hpl.iLt.^ie^. y,*.,, livrant les •ana'yso ces iabribocteur El LOCAR DrrcUur dn Labjratovc Je nu Je L)0i> P'ice Verso' heures ;oo3 aperoit — charmants souhaits de bienvenue — des drapeaux arbors aux maisons prcdant la ville, puis un groupe de notable*, les 'ves des coles sur deux ranges ag tan' de oriflammes et des fieur. et le M g-si rat Cmmuual qui salut le Ch t de l F.iat, l^ Prsident rpont en termes heureu. at s? tend a l'autel de la Patrie Apia le discours du juge de paix, rtn l Inspecteur dea COltt et de Mr Oiievry, le t'raiden a'adresaa ta foule et il lut parle en crole pour mie>ux se fai'o comproodre. — U demande loua, aux femmes surtout de ramener laot de/otr le* incon^quentH et IHH ^ira qui cocmettant des actes de brig nd*ge t>ourg pr*t*t* •'• <"gnons a la cliente* Wjft, fanMu et %  • mxne sn but ''' &f • Ut nom* dd l:>'Jei* tablmtunU maimna mtoatitt >ic Ct moyen itro ratten'ion 'la v*y-tj*t a ces nom* d'il i tlt, < t tbl s e aontt etc et il pstu Uioidtr o il œu,'. U rendre M luci eut dit C rM}iOiutt< l, x'crieHT tH/9jrftmat mais trt a ,\ able de ces tables ( af/irhet ) q-i> ne sont places que dans les place* trs frquentes ( qre central, q-1if local, tablissements )pile pbtMfl • rantie que l'intrt des voyageurs N tourne vers ces affiches . *> vraiment les voyageurs ne tour nent que cela .'. • En effectuant ausni l emjoi *? annoaeai M rclame a antres pays nous donnons un soin particulier d la publication plus ample, .\otre rclame trs ftworitt spcialement par dea htels, pansions, bains, tic. ce que tmoigne le haut nombre de comiuitton* de i intrieur et des pefvl trangers d que nous sommes charg. Autre; esprance est bien jonde que biOtt Um voi/ayeurs ne se tiendront qu aux mais m recommandes par nous II impjr t %  b aucoup au monde commercial eplcialement dans les terres frqu/nt/et d prfre* des trangers qj.il tire avantage de cette emrtprise 4u< tend (t I attraction des voyageurs el i> l'chan-/' %  dtt marchandis l et commande ce* au nonces de rclame Le prix de cette annonce inrre dau* toutes les table* des AlpenlandfTy etc se monte ~„ frans, un iQ/tlu/it t bat • Madame a sa tour moate. Si bas qu'elle peut monter '•(inexcut l'inserlion mmU Es* maint aprs sa commande .. C'est presque la justice to#rmaire T ...i hou nous permeltoits fane ttUtn lion de .* chri eau se de la rclame, trf ihibleet marquante^ te prix monte aualugur la d /rt' pettr rinifrlauii de nome del i tiic ou i ae parce que noua l f lisons yvluiteirient On pasae lot. q ti.i.i-: e • : a ii.ps.. ( sic ) par la ent t-pri*-' et fourme e la siqnuture duj dtrtcte*r r. Pelrtni..% .1 |MfaaJN L, ARSF.N'e


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05095
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, April 17, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05095
System ID: UF00081213:05095

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
te 3
Pi 11
....A.-i. iT l\iil fcJJI
B0NMENTS
p0RT-AU.FRINCE Q ^
"* uSPAHTEUENTS
G. 8 00
7UO
H0O
lira*.
" fTRANGBR
-c sont reues au Comptoir In
"ffpiblicii. 9 Roe TfODchet. P*-
^ *j,, Ludgate Hill, Londres.
1KLEPIIOSE 208?
Il se.nble que la vaoit de-
meure plus que jamais le
mobile le plus puissent des
actions humain as. D'o cet*
ta avalanche de maaus-
rri*s,de pomes et de son-
nels qui ne valant pafr
celui a'Orante*
P.u! BRULAT

CHRONIQUE
i la rechercha de
Parles* voua
S
V inglal
Le Prsident de la Rpublique
Coirespcndan::
le h
ire1 ia!e au MATIN
!
[.IwC d'tre commis.Les tal ou le bis o
odfoieodu pendant la nuit pire digre, les n
i chute d'un corps. La po-
EnSn
r |: '"S
el
p'u
c'et la
ui*
ne sont pis un e rr bfOU *"t 1 ap
,, | victime vi nart:on de la da-^reuse cm >re:nt-.
rfwnt saccag. Nil Le labnrito re de police comrt; 4
l'enqute ne sot acnf la prise d'un vo'eur de
lj ie excellente occasion Ttp-
preii Ire ma ier I langue an-
glais' avec une reiitarqi'aldrt rani
dite il tin vos uionit-nts hbrescivz
vous, en s itv ml nom; cours pr-
par sjiMMalem^ni pour 'es pei
son i*i Je lang i? l -.nu ra . l.ci-
vezj pour demaoder daa reiis >g i
mob s coi n pie's.
ET
Le Chef de l'Occupation
Mirebalaitet Laseahohas
iJetyp
le cauoa f*
acaieiidc:tioa. Sur quelle bouteilles qui opra gant dans un.
. ^ ii... o..r u ca! nn rif et drtnt les emnrein'es 'urent
[rtir ? Mais, sur le se", on
les tracts de 1 lune aux
ifictime se mlent ceux tu
k. Sur ii roite f acture,
aie m voit de pression; qui
iche de ses g nds.U i m eu.
une marque sang'an e
"aJchiftre la pr lenw signn-
llijjoes dgi'a'c. 3ns le fo-
. papier calcin se nt rou-
an ongle de mort, on
cit et dont les empreintes'urent
le reconnus r
1 lie D'iimrSil Int'ilute
Dipl ) 133 W. St. 108. X Y
Cil !
m
non sans peine.
vles et identifies bt le cas est loin
d 're unique.
Pattois l'empreinte est : menue
qu'on ne saurait 1 utiliser Quelques
l'gnes brouille pir des surcharge,
apparassent docilement, Malgrlet
-.olorants et les att'fices d clairage
Il re*te la ressource d'un examen au
microscope, qui fut dcouvrir l'im
us cheveu rrach sur percept>b!e trace des pores, eux-m-
ilamorsure de l'agresseur, mes si viriables de forme et si cimc
tristiqus, qu'ave 2 ou } millim
trs cars d'empreint?,il est poss-ble
d; reco natre un crim'nel.
S'il n y a pas de traces d gitales, il
ne faut pas croire que l'enquteur
soit pris au dpourvu Des sources
i Qoossire d'une commoU,
i s'est appuy, et le dessein
etofle s'y retrouve. Voi' les
i srs et muets, ceux gui ne
ut ni ne trompent .empreintes
, traces de pas. morsures de
l principe
li
est celui-
QQ homnr
[ docummts ca-boniss qui se les plus imprvus peut lui venir la
, formti d outils cflracteurs.d- lumire Qn trouve un mnt dans la
evteouents ou de chevelure, rampagne. un cou'eau plant dans
[(pis b-soin d'autres tirr.oi le coeur Ceux qui le dcouvrent.
i U meurtrier a sign son cri- plus soucieux de porter secours que
itoie est ouverte, tienne l'ar .le mnjget les indices, pitinent si
limaunenle.'e coupab'e sera bien le terrain que nulle trace de
do. pas ne peut plus se lire.
Les recherches, d'autre part, n'a-
bnu issent lien. Quelques jours
plus 'ard. dans un lot de vagabonds
rf's par une ronde, un chemineau
arrive au 1 boratoi e.Une mi u'atate
sanglante de w veste attire l'atten-
noa. Sur sa manch- on voit un de
ces grains ails comme en ont le
pissenlits. Mais ce n'est poiot uue
graine banale.
L'examen micros p que fait recon
natre une comrose relativement
nre dont une toufh tait deux
pas du cadav e et dont le t'U-t pi -
te par le vent esi venu s'accrocha
au vtement de l'agresjcur pendant
il Cil in
d-'gir av c
que suppose l'action cri*
sans laisser des traces de
ige.La question est de trou-
trsces et de sp on le; utiliser.
Mt multiples et le ct pas-
ndeceite chasse a 1 homme
eut la vart des d.Vou
obligation d avoir l'esprit
treil pour saisir en toute
le point utile qu'on ne pou
"il.
itneela pus on iaaire, la meil-
t'i, c'est l'etrpreinte d giule.
t toucher un objet Isse, ]a lutte. Ce dtail.d'apparence infime
rsout le problme FMHHJfl est
prs.
Moins qu'un d.bris vgtal peut
suffire : la poussire Ouest ce que
la poussire.sinon le- traces accumu
les uc tout ce qae nu^ frlons, de
nous encoure. La poas-
somms porteurs,
twe des muns qui viennent
'gneusement hves, sans y
rJauace des desseins qu: po te
fFmaite. Or. tes desseii s im
leh'znn mn.e sujet, detuis
ie jusqu' la moit se d Ih
>s entre eux que ne difl-
TS^ y a ds hommes, ,#,Jl In nlu
* i ces sor.es de recher- *S ^JS
est les tmoins de chacun de nos
ceUes. Sur la blouse d'un meunier
on trouve ce la tarine;sur celle d'un
redit gote
tti dcouvrant sur un ob|et
Foxdigitale, disent coup sr
[.'w. comme envoyant u n
f'.na,mpreintesne8e ^^tXii'
"Plu. En vain, les malfai- Dans la chambre ou gt la vit. -
Kbeot parer ce danger me. le meurtrier abandonne sa vente.
lil aat ,......-tection L'expert s'en empare, I enferme dans
il? Bn,ts "l u,e protecti
ace. Pour a.,___.___i
ir des gens mal ac-
luxe, un tel vtement
Sherlo-!< Ho'mes dtoive les vo-
leurs pir 1' xTnn destachesdeboue.
Mthole exe llente. hors mme de|
romans anglais, et qj', dinsla rali-
t, donne les plu> heureux rsulta s
Un vo1 e-t commis dan' an mou m,
La Victime accota un voisin qui pr--
ente un alibi On rximre au; les chaussures du suspect, Sous a
semelle, entre deux couch-s de boue
dessche qui reprsentent I aller et
le retour, est une mm e trtcchl de
poussire blanzhe, mlan^- de farine
et de son. L'alibi est contouv.^ et la
preuve bienpri d'tre fai e
D auire fois, les traces le plus di
veises mnent i U vrit. Un voleur
soi travail accompli, saute par 'a
fen r<, tombe sur les geooij, lais*
sant des emprein'es dans la terre
molle, Miii il pj:te un pantilou de
velours i ctes, dont une jamb est
iapice avec du velours ctes plus
large, La gendarmerie rate tous les
vagabonds portaurs de pmta on de
velours, Une heure aprs, le coupa
ble est identifi par ses raccomo
diges
le ne parle pis !; tra:cs d: pids
de celles si trqutot'fl mainte mnr,
det talonnettes de caoutcho^:, m.\is
t eut-tre s'afend-on moins i -or
les trace d s dnis rsoudre le po-
blme rimmel,
Des gamins organisent le pillage
d'une ptisserie, L'un d'eux, qui a
le got raffiii rejet'e comme insuffi
simment d i ats d s g'eaux enli-
mes, L- lendemain, les enquteurs
prennent soin de recueillir les tarte-
lettes mordu s,Dans de la cimeaux
marions, les trac s OBt neltei des
incisives j unes i p. avec de cu-
rieuses cannelures vcncales On
mo.-le avec de la cire modelei les
dents des gam n; du vo sinage. S 91
nulle ditft ult, le p llard est recon-
nu
Je ne saurai numrer les ordres
de faits ou lenqu'e pent encoie
trouver ses indices 0 cheveu dira
lidentit Je celui qui la perdu, so.i
g-, les dates auxquelles il a fut
visita au coieur. ua cachet de cire
f;ra voir si fetlraction d'une le.tre a
eu lieu au dpart ou l'arrive,
quelques mWigrammes de cendre d-
termineront le tabc que fumait le
e no.-ad dune hcelle dira
coupab!
Le Coloxel Russel nojs aviit d-t ;
4 h 45 M PnlUia National. Aprs
quelques minutes d a'tente.les autos
derapren' silencieuses et rapides.
Haro te pour e.rgo seule Chef
de 1 L at va apporter le paro es de
paix et donner es consei's pour le
relvement de ces m gnitiques ex-
ploita U..S agricoles jiais si admi-
r*eN. El peu de temps nous son"
mes a k^uiet puis a Moine i Cabrii
U le h lie au m irch Je Terre Rou-
ge oj d.-s acclama ons siiuvnt no-
tre arrive. t>j> le noaie descend,
nou* r e som nts pis nomb eux, le
Pm dni de U Rp b -que. le v,olo-
nel Russel, CbaH de "(J.cup.it on, le
Colo i l Wise. Chel -e ia Gendir-
inerie tt deux aut ci o fi.vrs. trois
aide de camp du Prsident. Mvl An-
dr Chevalier, sec laire gnral de
U G;u Jarmer e, Chaavet et C menl
Mag oire
La promenade e>t agrable ;on
pisse par la nouvelle route ou trois
quipe* travailleai entre l'iunon et
Terre Rouge
criminel
un sac de papier, la bat longuement
. -........ ........ puis recueille les poussires accumu
ttmble gne, lorsuuil laut les au fond du sac. Le microscope
'*lumire, dans des lieux y discerne abondance de minuscules otes,ioa dtt COupable, un mot
C,!,0 la lines d ci morceaux de bois : le coupable es ^P^'ra.lle donnera la tiil e de
aux yeux.sans compter donc menuisier ou charpentier. Mais niaueri s'il est
JLiti! drotlii' s-.l est myop? L q-tU.
qi sot i T doit s'at.enire.daus chaue atfa.re
a trouver des preuves d'une sorte
nouvelle doot il devra savoir tiru
parti
i,,u.deBnmas!ique de l'tlhac- on trouve aussi q "anti de p-
."^calade met a m l les fragments de colle e.est donelhy
' Plus rlswtiitf. Q >e de thse du menuisier qai est U bnn.
.^Pliti rrsistmts. Q
coraencs lv c des gants
" "te des mitaines Et
" "onent dlicat o
apj un CH e-oit rs
po
Ihs'du" menuisier qui est la bjnne.
Le i ur mme,; le cnmnt est Je-
tMvett Ce, prit mme m^hide
il f,ut que le brossage d- maiV.hes trahi
le faux monn-veur a
lli
ife? w rrure d tlicile, pousvres'mtUl iau^donl
* dech.r ou rejet. Us iorrespond celle des pice
'"'^Hpl.iLt.^ie^. y,*.,,
livrant les
ana'yso
ces iabri-
bocteur El LOCAR
DrrcUur dn Labjratovc Je
nu Je L)0i>
P'ice
Verso' heures ;oo3 aperoit
charmants souhaits de bienvenue
des drapeaux arbors aux maisons
prcdant la ville, puis un groupe de
notable*, les 'ves des coles sur
deux ranges ag tan' de oriflammes
et des fieur. et le M g-si rat Cm-
muual qui salut le Ch t de l F.iat, l^
Prsident rpont en termes heureu.
at s? tend a l'autel de la Patrie
" Apia le discours du juge de paix,
rtn l Inspecteur dea COltt et de Mr
Oiievry, le t'raiden a'adresaa ta
foule et il lut parle en crole pour
mie>ux se fai'o comproodre. U
demande loua, aux femmes sur-
tout de ramener laot de/otr le*
incon^quentH et Ihh ^ira qui coc-
mettant des actes de brig nd*ge t<-
prouve par la morale et condamne
pir le gentiment patriotique. Le uou
virilement et l'Occupation sont *ui
mes de* meilleure inteutiona, leur
proccupations eat de travailler dans
un partait accord a l'amlioratiou
ele notre condition dexiateuce, que
cliscun apporte son concours k
ci.te avre utile et favorise la paix
dans la campagne pour le bonheur
COUPS DE GRIFFE
Lu toifli rtciic,
Corrsfponiiaflca tpictal uu Matin
o.i n raison ddin 7"'' taattet-tfp
d Allemande, a'*'" onhlumi i ite% n-u-t
encore /<' oppni. Vol i, i"ir exemple
en iiia/i (arma um tntrtpri iutenii-
nale i rdelawa.V -n ti ctienSie ( W ),
yttant d Salt>>ourg pr*t*t* ' <"-
gnons a la cliente* Wjft, fanMu et
.So'rr entre pria Mftciama ayant
t tr-'-s renommi oi<< auanl la uerre,
B*MI mi d n UUtau d \> mxn- e sn
but te aiaipaiwuaa du 1.H4 <;i-tse guerre Lntrpue -*t mntraAiai a
ter Ht O r I ( P uvi'C-i ) elle %t dos
peu de /].< ttllemnl orga L' l'on paatf la regarder oomitte mirvpraai
mondial* .
A moin qu eUn. en meurt L'Aile-
mi'ineuuxsietaii.telUni nloeganit ;..
.. On peut r".l"r i"1' ''!S rianltata
avant l* guerre l'inflnsnce favorable
d* notre rclame aooroumnunl du mou
vement mterautio-ial, qn'ttOM finie la
la i/aerre de nouveau dopait fswlfltai
OM crotra i.
Cool effr.iyt,nt I..
.. l/i rttl MM OXOtti d'' la OOtU
eut la r lame uou< des maisons dt
coiinnerce, e c. en arrivant an-
ohtmpi ' Inilreyrm a non de la
reclam: la foule de a iihja;/ ws qui
veulent U faire de* rmplelte OU Vont
encherche d amOttm 'nts en est attire*'
H r*'WJ paa fios^ilds d'er-royer pal'
In pin tiiqammont ton monde
.. iTaiu ces lablet t. offith i ) q.t
sont ittrvitt ex lativemont 'onfirmi
aux In* de la o 14 i S "'>''' '? Ut
nom* dd l:>'Jei* tablmtunU mai-
mna mtoatitt >ic Ct moyen itro
ratten'ion 'la v*y-tj*t a ces nom*
d'il i tlt, < t tbl s e aontt etc et il pstu
Uioidtr o il u,'. U rendre
M luci eut dit C rM}iOiutt<
l, x'crieHT tH/9jrftmat mais trt
a ,\ able de ces tables ( af/irhet ) q-i>
ne sont places que dans les place*
trs frquentes ( qre central, q-1if
local, tablissements )pile pbtMfl
rantie que l'intrt des voyageurs N
tourne vers ces affiches .
*> vraiment les voyageurs ne tour
nent que cela .'.
. En effectuant ausni l emjoi *?
annoaeai M rclame a antres pays
nous donnons un soin particulier d la
publication plus ample, .\otre rcla-
me trs ftworitt spcialement par dea
htels, pansions, bains, tic. ce que t-
moigne le haut nombre de comiuitton*
de i intrieur et des pefvl trangers d
que nous sommes charg. Autre; esp-
rance est bien jonde que biOtt Um
voi/ayeurs ne se tiendront qu aux mai-
s m recommandes par nous II impjr
t b aucoup au monde commercial epl-
cialement dans les terres frqu/nt/et
d prfre* des trangers qj.il tire
avantage de cette emrtprise 4u< tend (t
Iattraction des voyageurs el i> l'chan-
-/' dtt marchandis l et commande ce*
au nonces de rclame Le prix de cette
annonce inrre dau* toutes les table*
des AlpenlandfTy etc. se monte ~
frans, un iQ/tlu/it t bat
Madame a sa tour moate.
Si bas qu'elle peut monter .
'(inexcut l'inserlion mmU Es*
maint aprs sa commande ..
C'est presque la justice to#rmaire T
...i hou nous permeltoits fane ttUtn
lion de les trs numiraliles tables qui st trou-
vent dans les stations climatique 1res
leuommieset autre bains trs clbres.
( ta laisse le chotx du texte la dieerf
lion de l':.t'! '. (in peut nussi faire
insrer pi.ur plusieurs cant ce qiu eut
!>.* chri eau se de la rclame, trf
ihibleet marquante^ te prix monte
aualugur la d (in iparen e '> /rt' pettr rinifrlauii de
nome del i tiic ou i ae parce que noua
l f lisons yvluiteirient On pasae lot.
q ti.i.i-: e : a ii.ps.. ( sic ) par la en-
t t-pri*-' et fourme e la siqnuture duj
dtrtcte*r r. Pelrtni..%
.1 |MfaaJN L,
ARSF.N'e
'


ptktth
de la no[ ulalon. . L'er tretien fut
cout bvfc beaucoup o in et et
suiyi d*4CClMDa V n \n gouvernement I
Vive I O uj ation

.\i ri ni a i iMir'o \ iitii 11 i h .,
ljfto collt on. Mona ho nrr iito's
I uur demander Iq leiquei itonaeigne
menti O ft enchant de la con
"tui'e du c do-el Uttle et du capi
tain* Eward qa, reprsenl^Dt i ,. i
tent. Le colonel est un ofiicior
I allure Pduieante et p'mp'e. il |>aj
priait trs birnen fianig. On n'a
Mireoalais que des mois aimables
t d affection pour la1 II Bleue b la
oup ce paya el rend de Iri graa le
seivicespar la faon don I iloompre i I
t-onrle. Il enseigne I amour de I* f
Irie, ! Cuit* du d.'apeau, le rosoe ;'.
d la launlle, le travail en bonne ir
toutes les grandes choses enfla q d
enooblissent I ho m me et rendeut lei
i Btious laites tt respectAes.
Au passe du colonel Lit ie tott
le moiide te drouvn aven un res
pect meJ4 de vontlOD. il a co.n
11)3 scrtai!- Mr Durc Dlinoi*, I*
t-ympath q ie f e d Mr Franck D
'mois, aeaBeein dernirement J.i,a
les trites conditions ij ie nous
MVODC.
i*
I
#
Ootts wu5 zscfoto
m
Ji^if-ai ifZ
*.
achte le meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante ans.
Il n'est pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Frennez garde d'obtenir toujours l'Emulsion d& Scott)
r>..._ i. *v--i .--
B3rcrrtre
MiDirntiB
Temprature
MW. *****
Ciel cUir pur et .
Homre contai,"1
Le grand bal deiw
Le jour est ;rr..v *!
de I, UnHon'Jp^W
.
non breus convives
qui
"*:
cette iMKwlM'^J*yS
rttemem scolairr.Nous ne ni
ioie en ..-i-"'-
r0u.
la fle r/ i
l'Ecole Korma'p
A q h urei 50, non la'Vont M re
' fiait po ir tre, vn 1/ b ure< i
ri ahobw. (V*'>?n fi lie r eptioa
J'iscouts dn notaire Mirmovei V 1
I d'eau Sjuhiits de hienv-nue du
M'ft'Stf t Dobuis^on Audi-nce en
ciole du Pi'ili-Dt qni explique
avec b'Ui"0UD de ciar l'iolrl que
roOl avons Je njui montrer digTej
de ia liber en travaillant dtrs l'or
dre et h piix. Ci jelqi-es instants
passes dans la famille du M'g'Vr.t
uni noui fit les honneurs ave. b*au
coup de di.iiuctui et nou rsi-
gnons Mireb!ais ou, sous les tentas
mtb'aire*. dins une atmo.phc-e de
co'dialii, on nous rcrvit le repas
j uquel on fit honniur avec grand
f'aisir.
Ls Co'onel Little a ;oute une ins-
tnlLiioo modene. E:laicage lectri-
que par le Delco L-ght. salle de 13!
lard, salle de bain, cinma, hpi al,
ttc Nous en somme* out enchinfs
tiit il faut p-irtu A I o;s heures
nous nou; mcrois en route I a >
heures ;o, nous ltons Pjrt au
Prince
L'impresMon laisse dans l'esprit
des populations rt les Chefs qui \c,
oa visites est d*s meilleures Cette
promenade dans I \s regioTs ou fat
Urdeol encore, en deho-s d s Villes,
quelques pauvres fous, tromps su
leurs r t inutile. Pendant que nous tions
Th^niiZ'au on nous a-nonce l'ar
es'atioa d'un Chef as b~gmdi Ju
j.om de Celbomme qui, pris avec ui
Runie, i.i fte 'h raie ot}- l i
Pari iam parlErole M rmile Assis-
larce nombvuse et choisir, orgmi
sa:ion parfait*.
La log* pi-cip-le du i*h J ie et I
oecuLe par Vlr H B.'|leaard, m-
oistre de l'I titrectioa pub iq ie soas
le patronat1 .1- qui ie donnait la
, Mme ' Pellegirie. M. Agel.
charg d'ail'ue^ d- h Rpub'iqu'
Iraniise ci lluti, Mr Ro)zier,cban
i-flier de la Lega'ioa de France, M
B. Dartignslive, Secrtaire d f'a d;
I In'iieur.Mr | Barau,Secrtaire d !:
lat des R.'iations Extrieures. Aux
premires ranges de chiises.diverses
personnalits scolaire? : Inspecteurs
gnraux, inspecteur* darrondisse-
ment, Directeurs d'Ecole et Prof es-
seurs.'le C erg*
Le ri Je iu s- lev i hn;t heures
prcises sir c Le mariage de p>pil
loi joui par des taupes peii'es qui
se sont bien acq 1 nes deleurs ' es,
complim;nts iux ge-rilies \hria Oa
val. 1 apiilo-i, Liura Nadal, pi 'i'Io 1-
ne, Marcel e 4o-ii.grilloi, G*rmu
ne Deasdam !a belle apparition JE
latle du so;r.
Tft'e prem r3 pir'i du pTc*im
me fut enlee au milieu de vif; :p
p.'audisserrets.
Ap^s dix minutes d'intermle Ij
au se l sur lab-ile eom4le
le Molire Les Femmes Sivmlei
prcde d'ui prclogu dit pa- Nielle
Victorioe L^to tue. Milos Yvaire
Miya'd, Chrysale G Ga ioi. Cl -
lindie: O Monts, T is otin ; A.
Mi'hon, PhiUmQthe ; Su/un? A-i-
>k\ \1 rtiie qui ojt t innay-
l>'%5 (Uns IsnM rles ; toutes no? f.'
i -rations N us n'oublierois ois
Mellej II \b peau M Via'd et F Di
calrel
A la tro>:s'me partie du brotr/ani
me 01 entendit a?c plaisir Melle
Yvome Sylvain dan; l?s deux poi
sie; : Soir d hi/ar et les Di 1 les.
La Belle au bois dormmt cette
charminte allgirie du printemps
souleva l'entluusiasme de U salle.
Lad iiied^i .utin?, le billet rirent
la joii de i'a;sistan:e \'o> CO-QelU
menti a Well vii'g'ien'e Ntod,
Sazinoe Anselme, R. N'audi, H. Ha-
min-, etc. etc.
Nouvelles Etrangres
PAR CABLE
PARIS - L'tfcno de Pa ie con etTewT"^"^!
ir:.M que le CO-1S3I1 de .t)in Pm.UO firmation. Dan, LXZT**
lion des voir ,1,, 1..... 4 M
KranJ soupcr poi.r lequel d\^
Lenireedcla UK,t,on **]
Hm donne %ur le Lhanipde j?
Premire Con'm,,,
(: est demain prc re Cm, ^
Bon nombie d'wton:* Sa^?2N
ble SaJnte. saP,'o.nttst
La Grand-Messe commeneou
o.,i
a'oecnpers en premier lien dn la que*
tion des vnements d'Allemiu e
i otatnme t d Occup lion d s F ai c
ni* n abordere eneuiie'Uqaes:lou
'e l'Adriatique pour laqa(le il r'au
non des *,., du bapieme, rr(l>
du Saint Sacitment. '*"
SHSMB1
t.onvocation.-u; nkmbns^H
ra qu ratifier la compVomii tolar- . prcises au'iocaTprov^^'.^y^J
s-enu entra le* iutresai. Il ao \/ru '
Notre ami Damocles Vieux nous prie d'aononcer
qu'il rearette de n'tre ; t'auteui des doux po.-
d tes par Mette Jeanne Sylvain i la (te de
l'h;o!c Nornu
Le dlicat pote i vraineni compose, pour le
ballet, deux pjtitcs piccts i;i:i on: i: dbitaiI
;- Mellci Harnmannet Anaelne,
noncera enauita inr les projet di
Loziti ralatifi la qnestloo du
change Siloi le m ne Journal ttu-
hranldjin* l"V nbm-adaur d)
k, t as) d di-uteii h dei hrecliOH
Husciotible* da p cipitar Iacte'd
nisif d-j l'Alliaeca Franco U1^'- L\
Onzatte le Fraie'ir aanoiunqie diseendmeute rgiint dans U Rai-
rliswehr de mme qne i indiscipUne
Le gnral Wai er et Servino ^ait-
cent pr< cipit-mment pour Beilin la
l'iesse bulmoise s'acharne dmon
trer [ e la Fiance re.ste seule pour
eeenrer l'excution du trait de paix
AMSTERDAM <>o dment lu
bru t jue l'ex-K iserine serait mou-
lante
PARIS Le ministre da Golom-
lie partit hier pour Bordeiut ot
n s'embarquera le _S Av I sur la
Hati a dentinaiiou de lj. ;-uta
Dollar lt) 18
--------- ------^ts nK
tiaitiennede Secours Aluiuti,
obi pnt de se runit
-es prcises au local pro..^ ,
'ons Des question ue, [JiM
I ordre du iour. '^'aj
LlV;ri^,
La Thorie lBctro.r2
q ie du tcmpP
Monsieur K. (,. r,p,,cnhjJlfl
vaux scientihqucs ont suscite iwZ.
une curiosit admiral.ve ul ,ni ""J
valeni un intrO. pu, .Umi^
vaut vient d cdner un nouveau jj
llKone lcciro-nii .cti^cdaTaJ
C'est la dixk.no pane ie H
frligC. cette ioisle,i:..1cu.nuihe2
""">. en il..cs ur -a Je.ouswrj
Plutt des conclusions pratique, j!
ia prvision ou tenu'-.
la publkai i n m uvelle ,ln .
cette thor.e appele, rcvolu:iunn u"
cm livre au puilic eonime unemia,
visoire de la c..!cu!ailit du te-nwT^
Nou- remercions notre uni R. rj^.
liaur de son important envol
aiit e i Belle 1re av u t amen en
ville. Lut dj malheureux disait
p li
Nou; sommes convaincus que et e
tourne A*, piit iiiiera les u >> et
les au res sur Ii po'i que du Gju
veroem;nt et d ? 1*0 cipatio.i qu*
le p.t I group; d; rcbillei q -i s:
trouve eucore dm les bois camprei
dri 'a ncessit d ; rentrer dans le
chemin du travail m-ltant aiasi lia
la dernire des a'garadei stupide>
qui ens^r^lan-reui .cotre hs'oire.
Parisiana
DIMANCHE
s- ire sensa iorneHe
Varits
A S A.TINT-MARC
Le -"/ et 23 Avril 19*1
DIMAiNCHE
ite
Avocat rtfce
La
2e t'po jue et lin
il
k.miaiivi
Entre-fnrale G. 1 (>)
lialcon 2 00
Entre
Liifants
G.2 .0.)
1.00
Avoiue
Chez .Hayt
03 FEUILLETON Dl" t MATIN.
Jlldex
GHAND P.O.MA.N
Par
A H 7 // 1 Ji B fi fl \ /-. D /'
l l-'ilm par la. PeuilUdfl )
NEUVIKVIF PISODE
LORSQUE L'ENFANT
PAttur...
IV (Suite)
(jiar.d pe
Jnder, le ptcfnu'r. arriva prs de
l.'jibn
Kerjean.. ee d>l-.\ en dgageait
e mallifureux..
Celuici mtniriita ;
Ju lfue d'tre LaiilJin prr
rurpiirp, je ne ?his pat qm.. > vr. ut
Il rt'lpvt'., mm il ne doit p
t'a on moi., devant elle/., im-
posa Jndex
Car il va mil d'aporcevoir Jacque-
line qnl eccouratf vers lui
Kb M*nf l'frrou'ep '-elle..toute
liait lama de la plas irntlque dis
mo ionr.
'o re pre 'ait l tout I ii ure
dchra*! Jiid^x.. mais II u dliparu.
Mon D'eu .'
Knoourtg pr le rgir d da ai
renV*1 qui tevanait ver* m |*cq <1 rrem^iMii ajoute dune vnx O
-i-v^isti l'amour le pus pnisai t
pui put pent-te jiiu-is tit bitte
ain Cua .r tiuma n.
Ne pi ' r-1 i'H, htequaiine, je
\ov6 ie e drai. i vous I j re.
V
Un pi n "nfernal
tVJ*KsT Mutin u'are'i pu e^du ij
terni |
Depuis le matin, 'ouiours liai
en honni-- ei post^a aux fJenon'B
de la villa avecd'nx rntriDa aux
allures a la fois l ucb ia et decid la .
elle avait n1' t le inr.un nt ft'O
b'e o el e pourrai! pnitrer. hr-
lrieor de la pn prie, (t enlevei
Kavrant ?4>n unlqne g'lier
Ayant russi, lai U d'unn fiusae
c'ef, se faufiler dans le jardin ar
une p 1 t porte q ie 'ud-x et K -
j s0 croyaient con I mine, 0.le ' -
tait dissimule dana un fi m rn 1
at t- 1 1 >i di couveeoi as h cia
attt.d'jiit le moment prjpico pour
a^ir
c'fst rini qu'elle ava'l vu Fevraul
^.isgpoir iui ion li'ne ra.nasa<*r le
ballon., pu s pr< ndrn le petit Je ia
dans ses liras.. Inl parler., le recoil
dt if jusqu'au mur..
L'i ventiiM.'re se den an I lit qnell h
allaifnt etrn i-s con qoeoess di
cette appa'ition mopi i< e 10 iq 11
vi' Kerji^n revenir ver* son phtoo
nier *'t le nniiener I maison-
Abra, elle n lii-i 1 lus.
I e 111 un- ni d ig r 'ait V me. Il
ne fallait a aucun piix le lai 1er
e.'.iapper
Elle fit un gigue ai:x deux nom-'
mes .|ui l'aiOtiirognaien
Ceoi'C1, qm l'taient muuis rie
loua 1*8 Hcc. 'Honni i'idigpenaalil-"*
leur sinidt e besogl f prc pi
rem sur K irjeaa el av. u u**f rapidit
i.fuaiquaDio le ligotAreri le billon
n eut en u'i tout de main et s eu
furen l'atta. 11 r on p Itnier, tau Os
qu- Diana surgissait d vint Favraut
tt mi disait ;
Je suis Marie Verdier.. I's0
cl nne ioetitutiice. il votre pt .t
li 8
Lt cirriTu u lilbouett de M ri
I 1 h li li en ne la .
anxi" ie, i iterrog 1 ve, laoi l'a 1
bulie ueu de II pe 1 8 00 I 1 uo 1
ri) ouverte, l'aventurire ijo its
Voici mon frre, avjc qal ji
ni-* n-. poirvous airddiir \ n
g< liar
Vous.. Vouai. bilbntiaU Fa
vra it. dont h rai*on enc-va to il
meurtrie chancelait de nouveau 1 1
p ienco dj celte intervention inat
tendue.
l-.i 0 ajouta dune voix baitaot3
J'ai va unn petit'Hli et m 1 tille
v< venu.'
Mali Dana reprenait, persuasive
et autoritaire laKull :
Venez averr rn n, il ny a pas
une minute perdre.
Ju tex e* ton prl d i 1. et il
vous tuera avant que votre lille
arrive jusqu' vous.
Abuii, drout en mme to nps
qu 1 d imln par ie regard'et la von
d' ci tte fera'ue jadis tant t. sue et
q 1 mrgiasa t toat tout d?vu.t la ,
allai p r ce seul no n diJolex ki
Il bi c u-ut xploit par h uns ia
u e Favraut a-i la ssa e 1 r.ii lei v. is
uns u to d ib 1 q 11 l ain 1 1 r m
deh Mr., et t| n, p 11 un 1 11 -ni d
t,.i n ie CO i loi ut j Mq i > 1 .
Ne t raigi z n< ;.. diiaii Du 1 .
laia^z vous conduue par nous, uveu
glemen -,
< C'en seulement ce:te condi
lion qi.e 1.1 111 porirODI \cus a ra
Clu r a vetri rnn< tri.
Sinon vous :ta perdu irrm
disblemei t,
E. l'u.f rua'e cra'ure ajouta avre
1 et acceut 1] 1 autrefois avait tint
1 "ubl le pre de lac |ueline i-t qui
Unveoppaii on sa .1 m loco acien
1 une aoitd de musique ape'iante
e auav.' .
.'e t il u, .e msav .ia rve.,
m sa oui n ste i-z avec uo .
N u i v j ii a 1 ndroui* nom
. us -o. g roa
Isl s .j 1 itl ei sj ps .ii tut
- 1 n ail ,
Vji 3ivez biea que je vous
aime.
Pavra >f. co npl'e n nt reo^is, se
lai sa guider comme un pauvre un
li le nui, aori avo 1 en proi
aux aflree tU 1 agonie, co eai90ce
revenir ft la vie et voit briller enli 1
l'aube radieaae dune proobalns coi
. li ii- nce,
Et il s ? taisait. les yeux moiti
clos, berc, gris parcei paroles si
astucieuses,, emport dans an tva
de f. Lcit rjniiisant3 et do paix
inlh ir.
Soutenu pr Diana et Morale, il
s'embarqua dan* un canot q 1 avaient
reioint les deux matelots et qil se
dirigea aubs tt vers un j m brick
)' letie mouill en rade, uae faible
dista' ce du 1 /-tu
Capital 14 Martel'., glissa Dia- a
l'oreille d nu rn irit.ba1 bu ijui taib
en h-rculo, se tenait la barre .Vous
voy-/que vous avez bien fait d'aC
courir mou appel.. Li coup a rloi
ai, et vous il ez touchai- la tone
prime .
Msrtell, un dcea ommas tout
faire, ii .1 |tdia avait t l'aasoclds
la M011U d t ia uue expdi 101 de
contrebande orgtoiaeepir ede sut-
la cote tabeutie. eut un sourire de
eetitl CtlOQ non d^uiec
L s deux bandiis mle t femelle,
aient L a n buta pour se compren
dre et peur s eutecdie
t.tuel.]ues minutes oprs, Favraut,
DiHiii et More a taient Ini alls a
bord de l'Aiglon qui aappitau
lever I ar.cr .
S bis l'arrire.' le banqu er sur
v 1, .n d'un air tonn, inqaiet, les
^ paraitfa du dpart
l. Monti et Hobert Ketje/n l'a-
vaien njoint-
O iiiomm me/.-vou-.-.'denitriJa
I pore de jacqeeiia inr pjo ton
'lis., prea lue plaintif-
Diana rpoadu ruNBit :
Four e happer & to it^ ponrsui
ta, tiuus g yneroui rap dment par
l i 1 ou tou v.'ud.ts., De l, uuus
enuwss
ie'
je dosai
nui, sa
rejoindrons Paris., o voari
me liez fie 18 U prot-*ctioiidabj
t'<*t Vqtre f tune, qu' lJ
d'un olimx cianti^, JudeiiJ
votre lille .1. t 1 ijunarl'isj
cepublipie- voas s^ra enuetal
et im m: butem-mt rendue.'
Ef ceat vous que j
Iberbi? -ien a 1 la Favraut
que! la M >;.U a.'iit repris \ai\
asceuclaiil
A moi et mon fi re, et M
cea b;-.ves mat lots qui s*aj
a mo: pour vojs arrscbtfsj
bourreaux-
Gomment avezvoui pu*
trouver, interrogeait le l)Wj
<|ui ne cess4it de contempler '
avec toute 1 expression ardeal]
aa passion ressuscit*
Pau maintenant., un jor.
vo s dirons.;
t Sachez seulement que doM
couru les plus grands dargutj
Ce Jud x est un liomms8!
t M..-,j'-.uii decidee a 10* P
vous eauviT.. et ji huis U^
oui, b en iieureues d'avoir n*
Uianw mu muais bnjj
n'aura, pas ass.z de jours po*.
prouve.- mon intime reconn""
Mais... je eauiai m acquitter"
vous., oui.j) saurai' J
Et tandis qu'un nyonnasji
triomphe illuminait le ,l0*^
veutur.ie, Favraut demanai
-A ors, nouaoancnlWs!
Oui, dans la nuit. 1
A ces mot lo viaafce du um
fc'aBbOinb.il.. la,.*J
Geft que tcut ccop,Ie'T|
aou petit e. t>nt vei.sitM
ralt't- nrflllr
Un prefoi.d soupir goj^
tri lett il uauru.i'i-ceseu
--Jean.. Jacq.ebne. ,
- nuavei-vout? "-terr0k
ei-t ia Mot.t fA
Lebaiiqtiurlats'JWFJ^
-Je ne vcuuuiai^1"


LE MATIN
.....______________________________ _

v >
I lONCHITES,
SUITES DECOOUaUCHE ET KF.OJKO'J


i
UNE DOITS

Sea Sice Garage
MUWSSANT
vniTABLEs h f(
!
feus Vlnfiuenc du "PULK08ERUM
h/. TOUX B S CALM" '..' DI11 rr.
Il r'*VTE ET LES IOI3M m OT1 ..::. g DIS <[ mXKT
|,WFK88IOir ET LES PftTS DB C T8V.1 ,
LA nSSKXAriOa DET IWT t .!/.: g]
L'A* TITl
Ml .."-
LE^' 70RCM ET I/SU
fa
BJJLOY DANS I El ROpmiJX.
RECC *,'/ r- PAfl LA r U0BI74. DU tOfM Ml DfAl FT-" -.C/.iS,
tX*tBlirCrfTi ?A." PLUS D. '-JOGO REDfCiftS TRANOERP,
*>
rOSl D'DSm Km t tBbrh cifj m.:i;n tl ,y
JL '' *
- ITL & IKH -a fcrt'.: !i> 2rct:.:.-s :'. fh;
>-.1j1BBBBBBW^_ \iil

PASTILLES
Lioc eri Ni I Mflbii i ; .-c,-06
PRSERVERA
votre Gera, vos Bronches
:' nu ......
COMUATTRA
vos Rhumes, Bronchites,
Grippe, Influenza,
Asthuo. Emphysme, c-lc.
MAIS SURTOUT
EXIGEZ RIEN'
LES VRITABLES
Pastilles VALDAl
vendues seulement
en BOITES
portant le nom
En /art- de Stu Side Ir- /<
PHARMACIE DE ROME,I5.*uedhjme,paris
Dre S s mis et rhni'S
|n>oi(le T.'vf i- par le S.V
tilt de IIi'.Il'iiix un slmk
b iri'i* es rie Vin I lai c ei
le de Bouleaux. rjuelr su-
if'
lu (Kfiant fOU'A Prncurr. IK'P.
hiil: Vin 1Imk" 'le Ms e.
ile */e /jf-ei** mortifiants
alterna* d*
ire procde Ip sm di q"p Irn
Vi 2 Avnl mil ru uf cent
I dis lutins du iiuitiii t n
ht ier le mil im.'ip do <*e
nia*, rolniie eux Cbv< s, la
lit) [As (11,81 t Pi (Il I I iPT Hl-
Vtrn bim cj-dfisc UBdsi^n
Ipnjf de i. liqi'idt-i on d* 'a
,llDt(hme>ti X Co ab'ie
i proprit tnr iHfju^l'p pst
^il une halle 'a^e et en '
'toe- la vitle des Uuyea, lue
t* d'aim, en |,.ch Ii nmr
ItlMint quatorze meds ni:e
V mc de projo,, iiar t.;ivnt
Fnvcibilu'.riiei.l^ du huit
iBUnrufcem uix de \r llo^er
W. ifqui-lle propnt eut hor
fiGt pur celle rte Air Le*
non a de l'au re jar en le de
[wr Louis et c< ntort*.
litum'uLh fp poui^uit et
P- ciicoiuta: ces i-ppaite-
lipfDdances s us ixcu
iy., K
tJi{-r< tonrsuiU's et dilj
""'ipori u-.Si-Bipa et A.
".flemeuiMnt tous ir deux
"niitt.doraLilis, le pre
ra:er A Mj'nn (Itahf), le lecrri a la
>ouvel'<' <; 'tn il-ouieiaunej Ettti
Unie d Aiijeriiju \ p^iata't m I or
noa'il de tno' tree-llqBidatoi,ri de
la raiiHon il- M>i<'n'h'ny r & Co.
p^flbli.' anxCxy-n, nyan piiji flvo(a,8
<*oreii '!> Mrs R oeH l) Mrrel av.c t-hc'.ion de dom c au
c Ijiii t du premier, lia eus \-^.
En \oriu dp la loi du '22 Juillet 1WI8
De- autre* iu:s * arrte rel tif-a
A la liquidation des maisons aile-
aarde
Oui dcinion du Conseil d>s
.SfCif?t ires d'Et t tu dte du 22
Bepteo bi> l'.in
I s em hAies H-ro' t rn.'ues sur la
noie a piix de deux millri cinq c,r> n
rtclliie, oolre les cbaipfa dj por
trs **ioi le CbLier dis chaires y
relatif
l'our pliiR amples rfnsngneri BOla,
e'*idrerer Me Mt l> s piouyon.
dt-posi ire du cahier des clia'ge-i ou
uux avocat fousH'pif
l'or-u I' ifirp. Ip M Avil l'L'O-
Ernest DuUOX. VOlkL.
nJJ-Mn* iat lille et .-ans
PrV. I!infer'8l, r^ture.ie
M m plein d'Iiypccutd
JjMiJoir rKi. avec une
l*ilV,lh,l!,l,,e o8" ai.
K!tC0'',ait re.
HuuMun.Ues de .sa
Cotre ,u "t, lfl I"0"
l'cott"eUu' a uc'
;^ecreu.e:
t^'P dire qu'elle soit
IM.*';'1' Ift conaidrr.
- ll'>'e le |)Ua
v^t. '""'Hi lu, la.?,'
,J ^V d0!l nous
t le ,ur
C01 ^ 4il bal
! .'"lit briae..
Il s .-< prec^d.^ ie \'erdredi que
ion cm p,na Vingt tre il A v ; 11 nul
net! ici t fil gt a d x hiures du ma-
I n, tn ludc tt per le minulre de
.Me MoUts Ccuycp, c claire pi Nie
IH CtyfS. i 1^ \eo(e ^u desbous de
Uni mite pnx et au pics oldsrtet
denitr eocberiMeor it* bicai ci-
ap;s d^igt i.qjd.ho' de la mai on II.M.n-
chmcyti &. Cie.
U'e picpr t avn r,e.iu: i ne
grai de halle en b. ton arm irue
ux eavrr, tue dts Amncnirs ft du
l'afaptt.niciutant ten.e pi'ds d Ii-
dc s>ur la d:le rue des Amricain
11 tf-rme au t oppc'sr. pai une li-
gne b i>e dont UOfl partie me-uie
Alor-s, r-c uti z-m i bien,
Di na. i roui devrai p u* ipie ia
vie
L-v riuii.'i'-, teidant au banquier
une t'i ilie de i if 1er t un aiviogra
piip, lui r. t.) t n ad evant de le
liHciuer avec iou pi; s oap'if ut
kcurirp
- Eciivez & vo're llifl de venir
vous te rOBVel IVtClOU e. lint .(Jela
sulii'P.
Je ir>' tlifirpe, rroi, de lui lairo
peivenir eecilement la lettre
0*n'une heure lie ira pii
d i v mil
Encore merci/
T.n.tis iuci i i int appel \ tinte
Kl V il ml-1, a ion 'Vier^i-'. l-'uvra U
c ihmi-i aii tracer qu il pu igni
u ..-n intefi Diana, l'approcbaot du
capitaine Mait^ii qui larveKIait la
iiiiiiiL'Uvie. lui dit ;
- Nous ue partironi que demain
m 'i >.
Kl po.irquoi .'
J vous le d lai-
t C? loir, veis dix heure-, je des
ce id t *' t le q iai.. avec vous.
; y donc oncorv d ) l'ouvrage
f.,i t':' i itetiogei ie bi di de ia
m r
- El de cla b Ile, ricana i roce
m l'avenu rSre, qui ijoa a emri
s-'- 'I :
_ ma b Ue J'C iui
lo- t on h H t,- r, vou n i i h p
t 0 ii] d uv A n tJ.s
;i r > pic d* rai la dite ire du Pai -
111 iu ptf po'on > i r d f nvi o i
cet quatot t pieds ti titux pou ,i b
Ire la pioi -t Or la Vv B i ver,
Angella F b y, ancienne C.r-
ngton ri c I o..up*e ra la K n-
qut. iQCeoi Fortarges < heval ier.
Tel'e pue la due proprit se pour>
su I, cono'e tts'ttend, sans en
rif" ejrpp'tr ni rserver.
Une hvo heque de Six mille -o'-
lat5 qui reviendra i I ad j idic laira
p,:r l( s^'u! fait de l'fdjuricaiioi f'u
ui-d b en dont elle t l'acceisci*
re. E'ie a corsen'ieila \!u.-< n
il. MuDcbemryei \ Cie sur un? pro
prit londs et b iise ^i'ue en U
dite ville de^Cayes, rue de la Place
rie Uesrcuill res joui g rantir pen-
dant dix an-: sts droits de ptopni
rur l'immeuble qui prcde tt Je\ra
t radie (U'errent e' Mmplunenr
i pattil du 23 U j. rr.bre i/2). sur
sa mise en ne 1 on n'a pa te ri 1-
due nc-ssaiie d n> lin irvalle*
^ux ieque, oi.rsu te et dil gen-
ces de toessuur- O S.?tpa tt A. J,
Maumus. dem u ani tous les deux
i l'oit-au Pnr.ce,vomici!: le premier
i M Lan (Italie) 1- second la Nou-
velle Orlans ( Louisiaune ) E at^-
Uniii d'Amrique, sgissrqt m leur
qu-Ii' de Squestrts I.tquidaietis de
la maison II Muicfarrtyti ^. Cie,
ilablie aux Cay ^, iyai.t pour ave*
cais coL.-litus Mes Anton e lelen b-
que e. Aloiel avec ect 0 de domi-
cile au cabtntl du pr trier lia aix
Cayis.
co veilu d: la Ici du 22 juilitl
1918
Des autre, lois et arrt* rdati 1
la liquidai oa i s mauoni alleman-
ucs
Uune dcision lu Cotseil dis Se-
crtaire! d'Etat, en date du 23 Bip-
t. ubre 1919
l)i divera actes aulenlh que:, ta-
b':ssant les droits de la maison il-
Munchmeyei et
lir.lin d'tjn c:itifi;at du 13 avili
19'. de Me Mo tu-. Douyon, 11 t s-
tant que la d i b tn n'a pis ie venJu
au prix lise rours.cn a judicalio.i,
laite d Adjudicataire.
Outre l;s chirges stipules dam
le cabiei dci charges, les enchri s
se;cnt rtyie-; sur u mise i prix lc
Sx Mille dallais
tur plus impies renseigne ment <,
l'drraMf i Me rVtOlui Dyuyor. de*
p 1 ; i'i du cahier d;s ch igej ti ds
picts y itli-t ves aux a\c'..vt> louasi*
l'cii-au Prince, le 14 av.il 1913
! e Dirur : C. M. LEPP
lparbtion des auto* de toutes marquas
Traiail garanti R
ut as louer povrvoyageBspromeiade$
Matriaux de qualit su pri nre9

Avis aux commeranls et pharmaoisns
Mr Victor Gentil &rt&%
i Oipiner,- in s et
rharmaciees qui! \i n'de recei'- I .\ir\ ic de la 'bre iiuisou
BrisolMvera \ (...,.! .\iwYoik. ii iei omme dun le utoodt
eut ie l'e.'n lexc-l <> . s pro ni's pliarmace M isnoiamrael
leSvLIItlV/n i- c nnueii liai
b liw ;i I 11 disrxii'ioD des cli i u oo des pri.icipaux pro
di 1 s la-b ii'"sp 1 celle maison, eiaqtv :
tAL*l li.i\Ti..\. n iik.Ic sou ver in confie les rjfaogemetti il'ev
locnflC, la lite, e.M.'s d'alcool etc.
Pasiillbs GAtTROncN, p^ui 'es u ou Mes gaaliiqucri estomam
1 ibl'i
Akalk s "l're les tuaui de gorge et pour do.chei nasalea
Uydho'oSj pour douches vagioalea
Alkatone ont e les ngreur* et la I U'Miotnle leslorac.
I m 10s, cor re I rhumaet 'a bronthite rh-outque.
IVxni UMKit ie Iatrol (parfum exquis; Poudra de Talc, Savon,
Lo'ion, Kudiv uentiiee, l'.ue ilenirilice Col.l Creain t L0I1011
pi m ietuei le bAle ai blanchir la peau
Lee commandei keront ex cules rapidement et etpdie* eui
i- lrefcts directemenl de New-York nos jmiiissiou, d'oa cono-
n i' de te mus ei d'argent-
Pour loi s ivn.s i/iu'.ii.enis, adrenef
Mr Victor (ieulii
Rue du Majasm de l'Elut No [;:)[
Cigares de la Havane
Ventes en yro et en dtail chem
Vie iarbaneourt
Mil Hue des Csari
Automobile lord Moteur gmanti
'Bn parfait m l'rix exrepomel
S adresse- clux \,e harbancourt
1IU. Hue Ici Csars
(liaiwj meut 'aJresse Cianfjeineut d'adresse
KWbert N colas, cb^n's'e, i l'r.v n
t?ge d'nnronct r a res cl'Cnfs et au
public qi'il v r t i^e triealrrr rem
at'ier la me Courbe No 1911 'ru
jours i pr xim "<* du bord de m.-r
non loin du M rchi \'.1 ces.
E ude de Aie focal Millery
NOTAIRE
D 9 braies i midi
2 '/' i ) heuies
Graodtiraiu Eq testr *^^t^(StS
Attoine TLEMAQUE, MOREL
e Saens frres
L ultime reprsentation
C'est dem un diman-h; lis drni
res des Pf|*ei Si m U y aun un*
r prsentai on i i h;ure; it Jem e I
un autre h u-es et demie pr r
ses av c un p-o^r mut v ri.
Cutte rep isTti i >i e dOBBe -u
profit des sy 10 thiq tes et c;i umaa
t s Melles M bid: R yes et Avn
Siens ei en Iho.inur d !*aim be s >
c t de Pot au Prinei et du publ c
en gnral.
A ojr ez y tous pn (juI m;s-
sieurs les am eu s ; e-,1 l.i d r.nr <
g'_
Vt ule l'encan
r h d rd- 1 ur Gc
A. -/,/<.;
s 1 r
j. .,//,,,,/', n ,/-,
d. "< avutft,
, es <<> 1 '' '''
:l EUE.Zj r Jubhc.
A ve dre
I i.e marhine pour ton hci l >/-iil< ; Cr< u n (je /. r > ca Vc
wOdouzi 1 (.>/' u ici-,'i.t, m tme
n cuit r en bon tal ave pi n
d i"ii un/ abriquA ; ,.',,,-,.
Pr i; e '-
S'ailreuer ar cut Qiiinlin
\VMiamt Si-Marc
Paul r|uelqiies jours
SL'UCiIKiat
1 Ep&ffnofa
Ve..| Iprii ptee Hivernent rJUit
it aitlclAaaaivania :
I Voir a^ 1 pj'p 1 aae liv. C, ;i (V)
1 aroyri :iiHt
sanciaeon m**
Macaroni 1 nn
Vermcellrt m
Jrmbau PBrrll fb.uil ,} 4 00
l'omiiH s fie terre 0.5'J
La M taon ri ut d^ r cevoir riar I
cl-nuer vape* r un bel aaac.timoBt
ie b( r.' ons hua Lui cb biscuits, as
e b.-iH.Musuoda :uacnena,Vf\v
t' ;-i 1 d 101 i^rvea :>ard .6 Iran
'. 1 ta "ne* .oiua p, m .. la , h8U
99 b ma, 1, na, pouve an
ue, r 11, h tic.
<^I>P. G 11I.A.
QruMUHut Un tOM d i:-.'j


IF
,, Janl iiaic, Jrdinaffe !!
f Larniacio
AiWrlini-E\v;.
MiTliL n vnm.v G. Sut \Del*Mal$wD. AM)1TII SEHD La
et - Fonde en 1850
Pour le* commandes et cou-
u^u*i....lFni.^eld7m llttlOII* VlffrCHfiPV (l
Monsieur Kernanl C Lu raque
Revue Illustrs et Vente ii
Patrons de mode'1
.fui
r.rAmfl DfDllf I < K< l)*D( I
Parfumerie franc lia* ci anu i
t in.
Peints' Hrnet Rloff)
Soccessar lo ALBUTINI RWaLD
Tstabishei 1850
American & irencb l* ter t Me
&0 E AGKNT KOR HATI
Tour les ten es en grva ei en iljtdil s'adresser
Moniteur Victor Mangon
i;}j. ifrtf .'" MagUMlt d i I lit!
dieme Bdrt~dimi repe and the states. .
American prfsrriplinn- files,] PhaVttWCle Emile BriSOU.
To^ienWaH/iencm perfume:l Epicerie moderne, Laurcnceau
Fharmacy Oradoete of fn ptaJ0w<\ /<"'-"', cMur, ,ic H avili M b$\ assirUment de lieum
Jnivarsity, Philadelphie. P. I Pen <>. (E.//eJ, (/erre /iatirea ? etc.
Uni
Assurez voua contre LE FEU
A dressez.vous la plus forte compagnie des E.U,
La HOME INSURANCE Co de N.-Y
ageht gnral pour Hati
Eu Pro Aucun Irais k mmm ni de courtage payer
lieust'i" cz-voussa: s'.m* par cor etpoi dnne* ou tecez discuter vo^e prtbUorechez ^
Eug. LE BOSSE, 93 Hue du Ouai
ARTICLES FRANAIS
La Maison Max Monsano
Eue du Magasin de VEtat
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et i'telles
Chapeaux pour deuil
Serviettes damass es fil] et colon
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
Ctaspcgoe PIEPER EEIDSIECK
Demi sec et hrui chez
EDWAiJi M. UPIIL & r0
Poriau-Princ
r
c^J
8494
'M
Voyez-vous ces i e '"'' raines, voul< z-voug re l'gnu eset
smartestoarnj elles-.'
ALLEZ CHEZ
Paul E. Auxila
Kue du Magasin de l'Etal tl .raversire
O vo -s 'rouv.-rz I- TISSUS l< pus joli* ot plus nouvesia!
HUBANS u-8 pins ajpopr-a pi d'un choix rare-
Il vous dnnne-n un Ca slogan d M >de et vojb vendra le puron
Hgfiire'H VO*T* 'obe une COUPE iruppccat I.
<.'otBPt. brB, foiinr de chppux. parh inerips diverse d-* df
fBbrican-p; Tonique orienisle, Trirorh-trua, Pommade moelle U\
PomrPHdp Exc^ll'Mito, Lotion I 'RGLNTEE, aseurum la peau,blio
et velout, rpiivl-ar-t les ciuien.
Ine vis te dans tp Mi-on p* vos enruii* savoir ce t,u
vous devez por. r. dispiraisttLt-
5ff!
La maison
Veuve Barbaneoi
a ceci
1
' !
-
pmnzniKi^csnuiini'T./ .
. | M*?MHKIkM IfcVJrt
T'JKlSH
BLCNO
CIGARETTES
EXwEPTlONL QUAlin
Tilt AtTSTcN T33ACC3^ |
Pbariacie F' SEJDR
Aiuiledes Bues Roux et du fe*{|
2 Mdailles d'argert Exposiion de Drux
Laboratoire de Chimie Mdicale
Droguerie, Produ.ls chimiques et pharmaceuW"*
.spcc.aliis I.Liia.ses ^ an.er.ca.ne. ^
Frparation de. outts ampoules mdicanieineuw
et injectables. ferrugioefj
Spcialits. -Srum r.vros hmque simple ^ ^
lodhydrarg/ie. Srum a Morard ^np'aam
realciliams de Ke.ner et de /job" ,
lly a toujours en stock : Nev.oslhose Mrop r*
Elixir de reuaylvanie.
C)ire du PREVESm
L\CTlFfc:UM.- Ferment lactique, contre ailM,,oDI
nales et cutanea. ,
LA^ilUNE-Spcifique del wtipat'-oD,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM