PAGE 1

r siu/.Tir ttn NOUVELLES TRANGRES Fait Divers P T^%t Prince il Avril PARIS— Tous les Journaux approuvent d'une manire gnrale les dclart ons de Milleiand et se rjouissent MI s arrire pense de l'issue heuieute des changes de vues Ils coiiStlient que la controverse con tnbua a retseier l'ucion des allis devant la mauvaise loi german ; que et dclarent que M.llrranu i drrneie lui l'unanimit de l'opinion tracai • *>e pour dtendre i San Kemo ta intii de la Krance. L'ambassadeur de Belgique Pans interview par le Pc u Journal alarma que ce serait un grand danger pour la pan du monde de laisser troue a l'Allemagne que les a.Us manquent de solidarits *jouU que l'tait uniquement ce point de vue qui dicta l'altitude de U Belgique. L'Ambassadeur afrma que li France et ia Belgique sont 1 U vei.l; ut conclure non une alliance mai; une entente miiiiaire dfensive. BRUXELLliSHymans alarma au eorrcapunJaui du Journal la D888S* Mt de con.eivei intangible le B oc des illil tt eipnma le ouhi. que It Be trique doa admise a sigei a San Kemo. € Ltwnode Paris croit sivoir que les Aills sur la propos lioi de la F.ance auraient dcid d utonser Alutiidlil Scolaire La mutualit scolaire du Bel Air a ouvert hier jeudi son co'e, Ctl tnc œuvre utile qui prouve ce que peuvent l'union, la bjnne vjioati et le dvouement. L lo.al est convenable it btn amnage, il a sia de la Kuh L'.s ouvriers menacent de repreidre les armes si l'vacuation tari-, toutes le n.iaes son intactes on dcouvrit dms dilreremes villes de no udieux depcs clandestins d'arme-, t de muni ioas. BRUXELLES-U ie explosioi d'obu> se uioduisit pii de Tiiur. Ui signale sept tus Lxe attre exploiion se produisit dans uue mine de produits chimiques Stoelberg le nombre de victimes s lve deux cents. PARIS— 1)., h nel re it cet aprs midi lord U.iby accjmpag .e d.Sir Homergouin. piemier mims e de la province deQjbcc. rUtttM— La g ve gnrale tJaU i la suite de lagi'ation ichtiv; a 1 iniiic tgair On ne signale aucun incideol. PARIS -Ea Haut Cour, aprs un lo-g expo des rehtions de Cullaux avec Minotto le procureur gnral conclut en rsum qu'il rsulte d; l'affaire Minotto que Caillaux chirg? par le gouvernem^ii ffiotil du c mission en Amrique du Sud ent ttient des relations avec un j;;eni a'1-un.t ce qui loin > • SOJS le coup de l'article 77 du coie pual. Ii remlss galement de toute linstrucnon que Caillaux ne fil jamais put au goavar&emaot (raoaii de? offres oiieuses fanes par Minotto. Un bon franc us n aurait pas m inqu de tiire ariter Minotto. Caillaux ne le ht pal et cela juge son attitude et aus.i son caractre. L'audience est leve. MWENCEUa batailloa belganiva i Fraucfort 15 heures 40 par un temps superbe, il fut re a 1 la gare par les gnranx Mordacq et Dtruaia entours de leur tat-major. Les troupes franaises dfilrent devant le front dd bataillon belge. '.'.:" foule norme assista aux prises d'armes. BERLIN— On signale de source sre que huit mille nouveaux soldats allemands pntraient dans la zone atout Dollar : 16 08 761.6 */.4 • ; 4 28-, RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES OBSERVATOIRE DU PETIT SEMI vJAIRE COLLEGE ST MRT1AL Teudi 15 avril 1920 Baromtre Minimum Temprature Maximum Moyenne diurne Ciel clair, sauf un peu nu agi u* l'aprs-midi. Baromre constan*. F. SCHERER Retour du Prsident San hx. le Prsident de u Hepunlique, les Miolltrei Koy et i-e^uiere, le Colonel Uuiaell, C'li.-i ue 1 Ojca^MJOB, le Cjionel VVise, Quf Je U GenJarmenc et plusieurs omciers amricains, MM Cl.lient .vla^io.re et Cnauvet ont lait mer, en autos, une e\:ursie;i dans les euvirons de Mire balais. Ils sont revenus dans la soire, cochante* d." leur voyage, ce qui t.noigne du caliue abso.u dans ces fUtfjU, Nou> co.n,)ious laire demain, pour nos lecteurs, ui c^opte-rendu deullj de cette imr.uote nadoaacCt Cirque Equestre Ilappclons que c'e.i we soir que les faire* Saenr donnent .eur reprsentation en l'honneur du Corp diplo.naiiquc. four donneer pieiuc satisfaction au public l: projrao ne a t entirement renouvel. Mr Lh.nssia qui a prsid li ce remonte a paiie de la ncessite de rpandre i instruction dans les masses < Plus on eit instruit, du il, mieux on connat ses droits e: ses devoirs, m eux aussi on peut .ervir la patrie. C'est 1 tastruc ion qui rend un pays l bre et pro.p c. Oa doit lutter poui avo r au m lieu de a JUS pus de lum.re. car ies taueaiM UJUJ sutfo^ueut t u demande a la mutai.le ue oiea remplir tojjouis sa ia.ne ci il prie les uus et les autres de travailler pour iJieu et pour la Pairie Les inscriptions des lves ont conmen: le )jur mme de l'inau guratiou et jaoqu hier soir, il y Vtl\ 21 inscrits, tous des enfants pauvres qui se sont pisenis prs que sans vlements, sans souliers. Ou sait que c est justement poureux qjc .a. e.jie a eie tuaie Nous promiltoai tout noue coa cjur a celte ivavrc de bienfaisance so.ul; Blette de Requiem MmeVve Augustin Loco fera chan ter le 26 Avril prochain i 6 heures du ma m en l'Hgnse St loseph une messe d; equiera pour le repos de la ne du regrett Bazin Piigrtu. Les amis sont pries d'accepter le pr^senuomne invitation. 8yalitt dis £011ds-de-Pouvoir \de l'ort-uu-Pce Les membres da Syndicat sont pndd de se runir en a^senuie gt nrale au local ordiua.re des se wice> de l'Association. Koa de la Itjvolatioi N 3 s; le Diiuidcue 16 A/m cuurjQt a u neares du iiuLin. Kumiuuel TBOUILLOT. Secrtaire Le Moniteur L nunjro de dcrcreJi Ja jua.-ni! otti^ict a paru ave: le so.umaire suivant : — Ac. e accordj.it tfrj:e p.eiuc et entire a.u personucs suivantes : KOseaa l'.erreucy, 1-ortu.ie Uouaiicne et .vl.ne Hrisse Narcisse. — Av.s linistriels. — Conseil d mat. — Suce da 10 Jaia lois. — itsuiut des lections commuoalet du 10 Janvier 19J0. [ .laite ; — Circulaire du Secrtaire d l.'tat des .•'inancs et du Commerce aux Administrateurs des t-'inanCtl de la hepublique. Au laycee National A la ilernire rcun.on du Conseil d.-> professa ars, matres d'iud.-s et rdputiMura du Lycta l'e.iun, une escetleota dcision a eu prise. Sur la propositu.1 du U .recteur, cuaque protessear oilnra a .a an *el'4an Kduure le otu de si niattrc Uc. cette faon, les lv:* sero.it rAcompcoas. Le Uirccieur du Lyce, Mr Heniann Hraax, orgini,tra dapre. ce que nous savon,, uue pc.itc lte luiraire le jo-r dr la remue de ces pru La Fta de 1 Alliance — . Franaise lout a ete nu* en oeuvre pour que 1a Ictc de demain soir organise par le Comit de I'.Mliance Inoaue a.i le plus dut possiu.c. Un nous du que le eoullon sera une merveille. ua vente dC4 caries se lait rapide.lient. LCJ Caipitaind Kosel NJUS .....r revu swe piaisir le Capitaux Ro Kl, U. 5. M. C. revenu pui.ni iwu>. Tout fortDUJ rince se rap,>ciie celle symuatii.qiie iwure. Il lut le premier Administrateur wivii c i, ei k etie qualit, acr jrda toute sa sollicitude U Ville et sut .ui.tcr I estimedl uus. Oa se uvic Jc man [estetwoi entiioasiastcs qui aeaoaiiMiotrea. son dpart. %  Nous lui souhiitoas ui agrable sjour Jins le LeSrvice Natinn 4 !"'^ blique. prenant'. ^2 sures pour U SSA ville, deaiaade n^SSS et en pirticuler IB7*M de bien vouloir lNT taeiuro eu raci.iun.^l anantB.de to U ; e ^ji rer lexcu.ion dtT '*3 tectio. des intri, > quil aaccorapliBteeC Les Akj^uta du dit & deroot cette 0 peS C*nt partir du „,JjJ et continueront rS* villa, jusque Laccoo JJ de cea travaux., vm Ingnieur charg d^N contre 'CONSTIPAT P*eae* i M COMPRH SUISSE d DELORT, pC p Ams C'EST LE MEILLIi DES l'UROATrjS k 'ORT-Arj-PRiJ ^.ex.PEThUBiPl-iriB.cwAiL % Phrmae'dur A"„\^g ft r...,',. ,es honr. UJ,. Mouvement „„ Le sieamer Colcil june Panama vrmot / oilv est entra hier ateel geft, 55 i tonnes de ourdi et 15() sacs de correspm. Il a laiss ce midi pov] bal. F Porto Piita, St Jhomi terdam. Le st amer < Cmvki CGT. est atieudu ici du courant. Fte ThL. Soire ruisie que celle donnttl risiana par 1 tcole Normal pair I oiversaire de sa londation. Dans %  demain nous publierons le compit petite lte thtrale. Disons dti a la deminde de Mme lereboun, ft] jolies pices duepar Melle Sylvain I par notre exquis pote OamoclrsVi mal qiidocilement s'en va en ea bucuuant et eu innr-int vers les deux goeeea un coup duailpleiu d'indul B*ence< Maintenant., nous deux, mon lieu dit ttegnsbu a aun ami Moule avec moi de ri-; c te brouette.. Je vais te laire la ouitd tlifile.. tu vas guiuper sur le mur et s'il y a bon, tu te laisseras d^nn fcuii. eiitz. iu voiaiu c-i la lias lectieicliet nuire ballunLiK'liiine de jouer le rle le ptui Important dans cette nouvelle aca l Hdt J '.m hu prta de sou mieux a la tu.uiiie de sou camarade Aui\e uuii sauA p. nie sur le t Ue du n ui. n lit aprs uue rapide inspection ; — Je peux deicondic.' a va bien! — Aloi %  eu avant., mon ^ >M.eS'aidant du treillage Veri qui u niss it (e mur et au etiange. Alor. jl s'approche et timide-. œeu polimentil demande : f — Monsieur, voulez-/ous me reudr • %  mou ballon, s u vous plait? L homme rdve la e e. ei, au 'io mi., de la sUptl ictioii. en proie une sorte de frayeur mystrieuse, la ma de Jacqueline s'crie ; — G fttviaut regsg e le bine oii tuut a i heure il iovu, pi us tae dans I ucuuscmuce de sa pensed et o il te vie ii le ceiveau deg ^u de U iu unie tuubi'e qui ruUaCial\IS:Bl Kij-au uni ia, de| luquit.1 l'iiaiidn il n'a lieu vu lien ei> tendu. Le banquier dit** vus lui ion tt garJ redevenu volontairement atona— Reotrooa, fait Kerjean rassur. & % sans dire uu mol, perdu du nouveau dans ses BCOgea loinain ravraut suit docileme.t BOO g>6'ier. Pendant ce teints Jeaunoi re.oi gnail le mme Hgiisse qui l'atten uait au pied du mur et tout i suite 'I leutrainait vers la villa des Tri meuse. en criant t Viens vi e. Keglisse.. viem, j'ai pat 1er maman. Jacqueline, assis sous une vrao dah qui abritait uns la ge terrsie en marbra, et croyant que les deux entante n avaient pas cess de ijuer dans I alle o elle les avait laissah aussi.ten apercevant le deux bambins•nrTN n C0JIM P * 1081.0188 petit?. vous allez vous mettre en nage Mais Jeaunot, grimpait quatre a q'laire I escalier qui djunai. acci a la terrasse, se prcipi ait vers sa mre d un air tout joyeux. j -• Maman 1 j ai vu graud-pre. f A ces mots. Jacqueline se dressa %  fiTttof : '' B,,,Ulparan: dtt 80 j — Jeaunot, qj 9 me d s tu l 'n-aT#S Y 1 I tt,ld -P8re, tfOrmill le _petit hls du banquier. — C est impossible ? — S. ai. je lai vu.. Il m'a parl, et ma charg de e dire qu il tait l. tt la main de Jean s'tendait dans la direction de la villa des Palmiers. 1 60 proie a un trouble Indicible.. Jacqaehue, qui ne pouvait suspecter la s.ncti de 1 enfant, de uauda.t : — Mais au moins, rOd ohdii, ealq bien sqr que s'est ton K ran -.pre'? "". V 0 UI "l'Tld oeigique meut le bambinli tait assis sur uu bauc, il avait l air tout triste U regardait uiou ballon qui au IO.U ba p*i lessus h mure, que jaais aile chercher.. Mais qua. d il m a vu, il a eu l'air con'ent, trs co •• taot., il m a pris dans tes bru, il m'a caress; et pais, je ut quoi, il s'est mis pleurer. — It oest par 1a. piidi — Dans le jardin (]uietidi{ ct de la rouie Pauvre grand prel il bien inaiheu.'eux ta uni Et Jacqieluie, qui veoatj rapp 1er ia vox d'oatreto lam; i toute frmissante varil d J la villa o madame de 8e trouvait avec ses deaiBsj — Madame, s crit b d'one voix tranglas.. Mon| ici, da is une propn nt vient d • le voirIl ne peut| trompeEt toute dfaillante de Ul giquu des mo IOQS, ell' wj yer un meuble, tandis

temps vers leur mra H 1 louid d'angoisse Mais madame de Trm?""' oait vers la jaune faoiiB*|*J les apparences de la p u compassiou.. Ce n tait plue Jemlam • Corse farouclu, la veuve lij et ne lespuant que pour ce. C'tait la femne pwn^ vinement a'tendrie, mnoi_] inei e douloureusement i le chagrin de ses enfin t — Cairaez-vone. ma ^-.gi fit elle d'une vo.iV l ta plus noble des rnolion Et e.le ajoute, tandis f sag-j prenait un a eip*" cutice 8uprt.t rre trett s renouceir m : mJ e -Ne smg-z q' a rera , de.vousavui-tendu vot<*l'J Et se tournant vers JW ger, elle dcida J — Me? Mm vont voui c ininf s jusqu' lui JJII Aprs avair lanco i >



PAGE 1

parisiana ilMANTHR Soi awn8itioci;6ii3 fulr m ,Ue de lk>;He -nx u s look 40 bMrines de Vin Blai.c et PtedePoideaix, qtal l su"liidfcHoii'f concurrciee. Itiilil: Vin btencde Messe. fut de biens de ressortissants allemand* ttn procde le geimdi que l'on ikil 24 Avril mil neuf ont l i dix hunes du matin en i> et r >r e ro r ietre de ^ p sKum, notein tux Ce y*, la mu LJLS f HIHI t e di 11 *r erlifMBrdi b D ci deisc ut-dsign nt finit df If iqi %  dhi'oii del OP Morcbœeyer ACo ablie Ciyei. H proprit fur laquelle est iliiite ute halle 'age et en ;i\\\itte" la ville de Caves, rue iHire n'aroK, en hce du mai* memrsrt quatorze uieds onze ui faade t^r quatre vingt pie2 Juillet 1UI8 •gesloia t an ts rel tifs *WIIOQ dea maitona ailem du en Conseil deg d.te du 22 'lnon '' &f • ("Eut •*re IfaiM. •a serort reue a sur la I deux milln cinq cenU "J^ IN (baipea dj por %  et Lier as cha-gea y 2"'anoplesrense nemesrts, 1 M i M, la a Uouyon. JWBauaafli simplement •**,rn* mce. le \\ AVN 1990, Ei rit s DO LYON, MOLthL. Il sera procda le Vendredi que Ion comptera Vingt trois Avril mil neul cent virgt i d x hures du mat n. en 1 lude •( par le minrl'e de Me MoUci Dcuvop. rotrie pubic aux Cayes. a la verte au des ous de leur mise prix et au plus erjraatet derrier crjchrsseur dea b et>s ciepia ds'gpf, faisant par-del liquidation de bj niaion H. Mun(BfDeyei & Cie. Ure p'eprt ayant r'essus une grar de halle en belon arrr situe aux Caye, me des Amricains et du Parapet mesuraBt trpnie pd* de faade sur la dit? rue dis Amricain et ferme su c oppo, par une ligne brise dont une partie mesure quinze pieds sur la dite rue du Parapet sur une profondeur d environ Uni qticloiy pieds et Jeux fviiccs entre la picptt de la Vve B. rryer, oe Argella Fabiy, arcitnne Cor vington et celle encure par h Bannie, tncierne Foi M gis ( htvtllicr. Telii eue la die propi' se peursu'l, comporte et s lend, sans en lien excepter ni rserver Une hypo'bcque (?t S a mille dollars qui ieviecdra i I rdjidicataire pr 1 tail fait c'e l'idjtdican'm du suj-dn bien dont elle est l'accesscire. 1E le a ! consentie i la Maison H. Mttchemcyer & ( ie sur une pro prit locds et baisses si me en la dite ville des Cayes, rue de la Place d'Armes ertre Numa Faroiset Marie Desroui'l res pour garantir pendant dix ans us droits de proprit lur l'immeuble qui prcde et devra tre radie purement ei simplement partir du 2} Dcembre if23. sur sa m;se en ex. ut-on n'a pa e rendue ccessaire dans I intervalle. Aux iequ*e, poursuite et diligences de Messieurs O S.arpa et A. J Maumis, demeu ant tous les deux a Poit-au Prince.domicili le premier i Milan (Italie) le second i la Nouvelle Orlans ( Louisianne ) E atsUnis d'Amrique, agissant en leur qualit de Squestres L qu dateurs de la maisp H Murchrntyer & Cie, tablie aux Cye*!, ayant pour avocats constitus Mes Antoine Tlmaque et Morel avec lection de domi aie ta Ci bine t du premier sis aux Cayes. En veilu de la Ici du 21 } utile t 1018 Des autres lois et arrts rela'ifs la liquidation tes rrahons allemandes D une dcision du Conseil des Secret ires d'Etat, en date du 23 a>-pterrbre 19 if D.divers actes autenthiques, tablissant les droits de la maison H. Mucchmeyer et Enfin d'un certificat du 13 avril 19T, de Me MoUus Dcuyon, ?ltestant que le d t b en n'a pas t v nc^u au piix fix roi • c 11 adjudication, faute d adjudicttaire. Out-e les ehargM ititults dans le cahier des chargea, les tnchrs serent reues sur la mise i prix de Six Mille do'l-rs. Pour plus pmrles renseignements, s'dr'S^er i Me h o eus Djuyor, dpositaire dj cahier dcsch.iges et des pices y icUt ves aux avocats soussigns. Port-au P.'inet le 14 -vril 1930 Antcine TLEMAQUE, MOREL N e' inadam de bine wei aj!S!L-r iai ria ct : lfviie mJ t tau.i/" f ? eut un cri. >" hr! lin jl venat t n tJ irhr mt,80lidj ment lf *b.ilon t la botclie Notice ParscrsrhSO, Annex Il.rart VII of Ih Traatf ci Ver a'Ile provides lhat tbe Reparaton Corrmisp'on te flx rg or eccepting payroert in specifled propertiesor ri^h's. sba'l h ve due regard for ar y legtl n quitable interegts et i lie Allied and Associated l'owera or of neu'ral fowers or of tbeir n ionala llierein. The'Rparation Commitsion hreby give notice that it will proceed lo deliver exGerman slips on and altpr the 10'gof June 1020. AU daims wh*ch it ia drsired to nu ke in retpect of any of. I e?e sliipa under the above quoted ariic'e t l iruld be rot fini through the Go veinme' t nf the claiman^ to the Se" cie ai y, alariti me S •' % iee. Rparai ion Commiwion.B Mgewat.r Hooae Lon don, S W. 1 not Utr tltin Miy 15 h. 102U. The Reparstton Coma iasion can rot unierake to co >-idoitiment debijouterie : Bigus, chaines, Gobelets en aigeot et mtal luxe. Mi o 15. T. b eaux pour sa'on lia Couveiiuie en laine, t-hapeaux de Panama Lit en ftr de Ltes diversions Cravates assorties Hveillt matin Encadrcmenis divers pour phoogra phic Couronnemortuaires Vins d Italie, rouge tt b ace, par 1/2 bainque^ Veimou b C11 zanc. Luncites &. Lorgnons La maison il nd de nouveaux ai fi cit pal piotbaine.s occasion VESTE ES GftOS tl 'A DETAIL Achat de vieil Ur tt Ecailles Ut Caret '.m "tl' %  11" Sea Side Garage MART1SSANT Etablissement de lerordrf En fia ie < n Siit fnn h Mm : G. M. LEPP Rparai ion des autos de toutes marques Travail garanti Autos louer pour voijaues,promenade* MmtriaWB de quuli suprieure*^ United West indies Corporation 17. P. Dwis, Vice-Vrsident II Gtn'l Mgr in HaUi. Vfftf ils Seviets as A\\c it$ of the National Biscuit Of NeW'Yorkjfllno as Selllog lleprei-i'iitniivfs — Amerieao Co loi Oil Co Acentr-Uoiled Sates Robb r Co '• S Seili ig Representativai — M-13. Pa*rb%oA Co. A vendre bne machine pom bouthtr avec capsule* iCrawn Loikei) capaac llJduuzuihCSpur ioui y ? netuH'-me en cuivre, en bon lut avec pie es de rechange. JbaOrtque anglaise. Presque neuf. ii an tester par crit Qtnn'n WuUiih, l-Aiarc. Wanzer & Company Jne 1 ni port and export New York Maison • mricami' reprsen/anf beaucoup de Fabri 111 s pour toutes aorte! d'arliciea e de lissus en JTAII al Elle accepte des coosiioaiioui pour les produiia du paya toir. n laissant de bons bnfice ceux qui s'adresseront au rtfrsenJaot de la maison, r our toutes ibformatioo?, s'adieser Mr Max Bellande Seul Reprsentant pour tJaili Rue Traversire BAZAR METROPOLITAIN Maison de coufiunce Nouvellement reus Rie Red Star et Schae/lcrs Vin Malaga Madiera etc Bromajc gruyre par livre Super~cream W al ter John* Filets pour cheveux Cigarettes RicUmond, 95 centimes or. Eu vente la semaine prochaine Lampes, S qualits Verres de toutes sortes Cravates Porcelaine de toutes aortes # Malles et valises Ceintures meilleure elaste • Va mass Moustiquaire* Rasoirs Brosse a de ni*, 20 centimes or ; Serviettes de toutes sortes Cfeoeatal assori t,75c ntimes or la Uvr Sceaux Chauffeur d alcool Et beaucoup dautres choses



PAGE 1

IE aUTl I fiarma b r;i,n.ivai.'Jardinage, Jardinage II] luii AL A iu,iNf G. 5uc tt tu Maison D. *M)l\LTll SI EU ICJ n tnri>f Fonce or, ,8 0 I p,,,, ,. fcj| COmMande ,,/ ,.<,„_ ^u.P8r. ls j eFr--r.rtci CTADJ unions 8 a d resser Revue Illustre Patrons de i qLe. (•IKI. f D ti i," CE Kcl;. 1 Ptrti iifir. franais^ ci im i M IV 1 r L 1VIMIS ? |Hip Pu'* Soccea*ar i i.iiuTlM RWALT) Ts'alishpd 18? 0 Ampriran A rt-ncti Pttfnl MA dia Wt rlflœicals fro En fllfl, Fiench A* merir-an Ptfli niM.i Ti '? Wa'Aff, ^'J il a FVIHIK' Ml AfiKNT F-H IITTI loin i. s ven * eu gra ei en il ;un s' il inr Monlevr Victor Manffi* J7 M Une du MogaviN le l i LU Pour les teui s seule. i.en, a'adreaftr aux ma'13 s % %  ivantes : Pharmacie Emile Ihitaon. Kpiwriv m terme, baurcnceau On trouvera, un bel assnrfimwl : Carotie t radis, uuber PWniacv ArwIntM of ti pie oin*. Iaii> e rhm,i, ne ; ,1 awi un ht a$8:riiment de f leurs I MVUSIIV. Philadelphie, IV : / ; nsr, Œil et, Uu Vte heures Ute. assurez .m cadre \J] FEU ^dressez vous ht plu£ forte compaifnie des E.U, La HOME INSURANCE Co (UTN.-Y ageLl gnral pour Hati Eiifl. Le BOSSE, Porl-aii-Priuce Pf >t 2 otlfl t io >, voire Uagtfiia, IM il'pU ai taux k plus rais fioab'fr Aucun Irais b commission ni de courtage payer Rfn c f igrj 1 nui s ia I a la par cr) f, fl>poi dnc* <>u \e .•/. djteular MM r fl pr< hirr.e chf/. Eiifl. Lfci BOSSE, 5 Bue du Ouai c* ARTICLES FRANAIS La Maison M faaa'o jfi/c c/tt Mogas'n de t'Eut Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damassres fil] et colon Nappes cnutils nuilelas chemises fantaisie pour hommes parapluies, mou'hoirs de soie navales nœuds et repaies assor(ies, Gilets de flanelle. Ckir W PIEPER HE1DS1ECR 1 Drnri sec et hrui chez EDWAHU M. RAPEUX & Co For'au Princ r V( f >i-v( 1 8 cea e'ie^ Da ces, vo 1 ara; rU'8 Luiuii.e AL'FZ CHEZ %  7 -voua tre A lu".;cr elles ? Paul E. Auxila Fie du Magasin de lEloi O wve 'loofgrrz lfn TISSUS i% p' R4JKANS '• B plus app'ophani d'un cho Il von damera un Ca alig 1 d" M > robe une COUPE imppec CoigAt" h**, foiniPB de (hipp-m. pnrfumer f-b'ira'p; Tonique ori#n*ala, T-^or hrru, Porfirooda BicaliaRlo, Lotion I >UGI -NTEE, &a et ve.'ou*. rao|,|aoanl lea ca-Ti^f 1 ne via te daos e'te Malaon l vos vous devez por • r. dispara iW'trsirt jolis et plusaoa arp. voua vendra le IH!I p.iroi mal i"" divfrsea d Pnrrmad raoellc a **i lydrarp/rt rraleifianis He Ke.rier et de noW*' %  l'y a toujours en stock : Nffrotlboie' Sirop P Klixir de Pcusyivani ctord' lpisitaire du PIŒVEST^ 1 Reprsentant'des Laboratoires W LVCrWtUVI. Ferment lacliq e. contre •Ilwti03 naleg et cuianies. LAX^P^Er S/elfique de la D ipat'oo;



PAGE 1

iatf2n*eXb53 Fort su Pi: ce Ha': iart-MiSLOIBE gAClSTBAT COMMUNAL ^SUMRO 15MMIMB BONNBMENTS VenirfiJ* < viU 122U 100 fORT-AU-PaiNCE Q I** „KPAHT£MENTS Q ^ ^ f. *"**** 800 LlBO"" r* soot reues au Comptoir IQ F Tt Publicit. 9 " Troochet. HF „ 2i, Ludgte Hill, Londros. Lettre de Paris \k\jsiLJslapaix sont tels qw \urtticron peut-tire bientt Iiturb p"* seulement Je cet extra itcctomment de rtchesse qui, tau nous nous en doutions, j ctoqut jour, et dont une an \uu iluns un journal nous tour-, Ucvrnuxexemple: 'trouv un Hkmme.enateJt dernier. Le rne X.-c'ni Mme /.,..• \imnd nous tuons des pjvres, nnons nglige de ramasser un iie fublur notre Uouvaide. enaritui le inoir.Jit ./#/.mcstyiirede son Irre* vaut ipr balles D'ici deux moi>, ira cent ou deux cents, et cest i kptrsonne qui l'aura perdu r des afhbes ci promettra mie \~ikmiemt qui le rapportera. mrs, un soulier dpareill a toritnce qu avait jtun tout un i Qnaud au mobilier, il vaut de tu pas} Premier i§et de la )t k iuce et bonne paix : l<$ imidevenus rubes .du seul fait IvHus et possdent une paire i u paix a eu d'autres < lit i* t a b ixtaflt, l'apparition Je ia voici l'tncpoatitt lthargique itsdort en un clin ad, pour i pour toujours. Lcriams s en tfnsont sans n'tl MOU et qui itpas que cette maladie n tst \rimlalkr ite\ nous sais nihb e raison. jadis Berna Un llwrt f> -tendit une si le melon Sttis, cetl quii est destin W M la ml e et la nuladit (\u Unotphdite lthargique, n ii la rilt pose par l auteur i(t l'ironie . Celte maladie un besoin ; elU nous liconomie Que nul en eil dt corps, sinon d esp il, pc'' tyjo ? Vous le voy ^ l**)jur dilapider son p-Mn Mbetantl cher des cbj es Pour rien autrefois. Un m catgorie d honntes ci'lesmercanis— a j,t le cri ' stst ejjorde de restreindre Mw/wn par une augmentation tondis dnis. Rien n y lait. r 1 ** des gens qui persistent f toque jour une cUlelte de dix fj/w-'rt de vingt ciliq Len Tr" j mue est comme le con *"'**ces prodiges Lu beau 'r'WHe leur chevet, les *f/W H ter ment. Il ei a J* a > ieptusdeieuuermdiier **tomp:ets de mille francs, 'ftpourses b oltim d( œ %  T a tu plus trouer ses '^francs la ane Oui "" / urs pl„s tard tt se 1 k'irenunt amaigri, mais son Int./ 7 T 'H' 1 '"as son **' eqiuhbr. Il est vrai de rwp*lois larw gauche, NiT"* 1 U UX incorrigibles. >^"jetterai toute ma vie **P£i hm "' ,m,rf c ud RH l ouvra ^-c est tout Si J tl P T' mt lei P r <<" K, > '' '**-w* • *o SLT'^ *"*' rue t' ** Lv"?' uus "W" hul %* P"> '*K U docu fhJ "fwAi. U docte r PNri'V'' vunl ^ dunbu:r I • rous v rre^ aH au j „ r dhui, un peu fartant en iranrr, des lpreux se proiiueui en libert. Il v a, ci Paris, farait-il, Plusieurs cenunuti de lebreux qui circulent librement, qui vont dans tes voilmis publiques dans /< tes tautanis logent aans tes htels, sont en contact journalier ai ce le teste ne letO (mlation, sans aucune prcaution, sans uucunt dsin/ec-lion des locaux q ils ha bitent, quand ils meurent ou qu'ils quittent t'aris. Le danger est doutant plus grand que l'le de trance a ta tiput non jusufie — c'est le tnofessittr uau cher qui parle — a tre un pays tavora ble a la contagion de la lpre. Encore une de mes illusions qui n'envoie. Car sur la foi de Joseph de Maisinet de l'aire Mille, j avais cru que la lpre tait une muiuUie pow vaiUuUle. te vous ferais yrdee ai tinsloire trop connue que la pi\mier de c 8 criVuin a intitul t Le lpreux de la cit ci Aosle . U'x/bord, a vous emiuiaatt; ensuite /e lui pu peu outille. Le revit de i'ierre Mille est plu* igttOf, et e-est justiee, car il est vende que. IJ VOICI fl* Le 14 lU'flee l'Jl.'. VdH Ml..;, p/OVlhCe de tii'HiH'j-Si, le lUUidaiiil rsident, ui/uiit appris qu'il II Uvuil des tipreux detus le vittnuge, fil creuurui L champ de manoeuvre une joue large et profonde quon remplit /un•/K a sa moiti de pmtte ci de bots oten sec. l'uu il fu chercha" Us lpreux, on les poussa tt'U ta uancliee, on uriosa la, fosse de p.rule tt on u m i te p u, Sur quoi, te iiutiuiartn u//ic/ta la proilamaliO'i auii'ante iMoi, lun-llajMing, voici es que /e port a la connaissance du pt.upte les l.pnux svi.t de gens uOunt na'jtes redoute ue to< t t> nui.d <. lt< pr-filent de leur maladie pour moltUr Ue n Uuanu de> Villagt • ( violenter Ut femmes u m obtentr de iaryenl en Us apitoyant. L> rcit le Cts crime ptil dresser les OhOeUje suia tte, uoitc, tn at rjr au gouverneur, q%, pur un ordre secret, m a commande ai luire saisir et User tous Us lpreux Aursitot, /oj/ttti cra ser une grand* fsse et exurutter tous te. tepuux Ausi, noui> sommes deltt rs a jamais de la contagion et je suis assure d l appiobalton UttWere lie .. Sur ce pJtnt, le mandarin se trumvait, car M. fteira Mule protesta, mais c esl parce qa en tian, e il sxvaU qaon Veila avec sain U tu prupayanun d9 la lpre, tin tffel dans es ^fpes-Maruinie, on peut, d aprs M. le uoe etir Uoiy, Voir a t'ul^oa d ux femmes lpreuses reconnues loi, deux fois par semaine, vont vendre la ville voisine le* produi s de leur ja'dtn Un peu plus loin, Eze, cest U coifeur qui a la lpre, ma s des f yers d. iitt.u'hc, raiia'ii'S par le pusswj an Indo iihino s auront IA guetraLest bien * la p ux. la doux paix'. Mais, me ittrez-vous, ta lpre nesi pas un Oien/ati. Comment a 'f Au voyez vous j-uA qa on ne [ait ri:n pour l emu lardes: r.panirc '! Hefl^lussez un peu: l uus feoiet bien puui tant que, %it y avait le mnndre danger, nos gouvernants s en seraient inquits... fmeqike l'administration reste Inerte, C tt qu il doit y avoir dans la lpre quelque avait aje ignor du vulyatre Kl si les mandarins tout d un avis con troilt c est qu ils *o t p.u iivdises et qu ils ignorent i Ityyiue modrai A moins ~ loti. el possible qm le gouvernement,ent ttntrti§Mnt de la Ufp t UI.HK a-ne ntl voulu fournir de l'ouvrage aux ultraStUt qui, de J. s pli de Matstre. a M. tiata li en panant i ar M. Pierre Uille, M Sylvie Quotidien IBLEPBOSE ieis S: Lio i\v NewYotk &i icnomme da us le inonda eu-ie. pour l'excellent t'e te* pl s. ANALKV, conire les uttii a<: K'>rite et pour douchas nasales llviutolos, pour douches V^girjalak ,, AJJUTOMC. b 4Milri9 les aigreurs ei la d'U'atioo le l'estomac. i-HiiTus, comre Ii ihuif tt ia bronchiifl rbtrouiqoB* PABFUMEHIE IATHOL l tarftm exquis > Poudre de Talc, Savon, Lo ion, Poudre'.eiimlic-, Ple dentiifice, Uold Cream ! Lolioii pou, reiiiei le lia le et blanchir l.i peau. Les cin.rjaiKir-i sfCMit eitcatecf rapidement 61 eipdiei aux inljrcss>es direciemeuide-New-Vo^k sans cjm u ; s ion, d'o conomie de temps et d'argent Pour tous reusugceuieiifs, s adresser Mr Victor Gentil Bue du Magasin de l'Etat l\o 17'M Compagnie de Navigation italifjQa e La V cloco u D aprs informai on reue, le steamer "S nota" hissera le fj"tt de Gnes vers la fin du mots courant pour Marseille, Harcelions ou Cuit, u as Palinat S.-lhoma t i Ponce", SantoUoiii'iij ', Jatnel. Port au Prince, liaban t et \'cu Cruz. L'itinraire de retour sen fi ci l'arrive du bateau qui pPendra fret pour Marseille, G >ese. Sa sse,Allemignc, lrtes\e, Bomt ttc. Le b x'eau ne prendra pis de pissa;fers. Pour plus amples renseijmme ils s l airesser Messieurs A. DE MilTElS Port au Prince, le 14 avril 1920* Parles-vous l'Anglais? Lue excellenie occasion d'apprendre mauier lalauyueaualsiasaVec une remarquable rapi dii dans vos moments hbres,cli.v. vous, en suivaui notre cours prpar spiCialement pour les personnes de langue franaise: Ecrivez pour de nauder de reusjigot uimiscuuipleis. 'Jhe Univerial Instilale Dpt.).93 VV. bt. tua, N V diy Lazzariel le QoUanglat Swinb 'me, u, t tir de te sujet qu-a^uee. tkef* d nvre.. CAUSERIE MiUICALi: Correspondance spciale au MATIN Observe par les miec ns italiens rora la grande pii iit d*lo11 iei que d abo d uiceiui'ie e un peu co iluse, semble ta AonUsot de fi con plus p eciso Ella fipp* indistinctement les perso i' es de to r ajn 't d] l'uu et 1 uuire extv mais eeinbli: moins tr l'ieule cbez las •u(bla. U dbut, em ipptrgoea brusejue, est su nera [ir.'c ii-d une phase IHtenie d'une dure variable ( quelques jours, oa (il i-i.Mii seiuaiue^ ) pend 'ii ls(| 1 l 4 le paiieal s 1 pUiut d 1 nuis de tt* uneuseg co linus et d 1 1 u'une 1 ;;i 1 ui : • lUtrqud au gjimu il. l'uiapparaissent des aytDp'o-nes plua grave', de la livre q .1 s lve ju-qu'a >) et 40 o, une b i.baiiou Ou idbBittde extiine, par 1 M des convulsions rappelant de 1 Ma les gestes deso d >nn?s de la dan au a. Sain Guy, ei Ils une somnolence qui s accuse et donue la un liiii • son allure si spciale. C'est le fcyinp ome dominant Si le plus CJsiau'. si tiiin qu'il tait do .ii'-i cet e ai'.u-c Ion le qualificatif de lttiaigi'iue. Il est raie quu ie soin m : soit trs profond bque presque ton jours par de la Mvre et lub-u tueileinent on \o>t apparaftre no* symptme nouvoau, IA paralysie de i.iiit-il.'H de lu'l Ueiie paralysi ii in.-un tien variable et toujours, inrouiple, atlei le surtout te muscle reieveur de la paupire. Le malades ont les paupires lourd-'-. o> tombantes et si au prix de grand • iVorts, ils parviennent encore les relever, ils n accomplissent jamo* compltement ce mouvement. Le* muscles moteu'sdfs g'o3 j a ocala: res soi t souvent Mitress^s. mai* jamais l'immobilit des yeux n'est ab-olue ni de longue dure. L'volution c/e la maladie e fait entre deux et huit semaines aviron pendant lesquelles il faut proilter de tous les rveils pour aliment)!* le i" tient. Si elle est fiveiable, l temprature s'abaisse progressive niioi, le n

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05094
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, April 16, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05094
System ID: UF00081213:05094

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
iatf2n*eXb53
Fort su Pi: ce Ha':
iart-MiSLOIBE
gAClSTBAT COMMUNAL
^SUMRO 15MMIMB
BONNBMENTS
VenirfiJ* < viU 122U
100
fORT-AU-PaiNCE q
I** KPAHTMENTS q ^ ^
f. *"**** 800
LlBO""___________
! r* soot reues au Comptoir Iq
F*Tt Publicit. 9 " Troochet. H-
F 2i, Ludgte Hill, Londros.
Lettre de Paris
\k\jsiLJslapaix sont tels qw
\urtticron peut-tire bientt Ii-
turb p"* seulement Je cet extra
itcctomment de rtchesse qui,
tau nous nous en doutions,
j ctoqut jour, et dont une an
\uu iluns un journal nous tour-,
Ucvrnuxexemple: 'trouv un
Hkmme.enateJt dernier. Le
rne X.-c'ni Mme /.,..
\imnd nous tuons des pjvres,
nnons nglige de ramasser un
iie fublur notre Uouvaide.
enaritui le inoir.Jit ./#/.-
mcstyiirede son Irre* vaut
ipr balles D'ici deux moi>,
ira cent ou deux cents, et cest
i kptrsonne qui l'aura perdu
r des afhbes ci promettra mie
\~ikmiemt qui le rapportera.
mrs, un soulier dpareill a
toritnce qu avait jtun tout un
i Qnaud au mobilier, il vaut de
tu pas} Premier iet de la
)t k iuce et bonne paix : l<$
imidevenus rubes .du seul fait
IvHus et possdent une paire
i u paix a eu d'autres < lit i* t a
b ixtaflt, l'apparition Je ia
voici l'tncpoatitt lthargique
itsdort en un clin ad, pour
i pour toujours. Lcriams s en
tfnsont sans n'tl mou et qui
itpas que cette maladie n tst
\rimlalkr ite\ nous sais
nihb e raison. jadis Berna Un
llwrt f> -tendit une si le melon
Sttis, cetl quii est destin
W m la ml e et la nuladit (\u
Unotphdite lthargique, n i-
i la rilt pose par l auteur
i(t l'ironie . Celte maladie
un besoin ; elU nous
liconomie Que nul en eil
dt corps, sinon d esp il,
pc'' tyjo ? Vous le voy ^
l**)jur dilapider son p-Mn
Mbetantl cher des cbj es
Pour rien autrefois. Un
* m catgorie d honntes ci-
'lesmercanis a j,t le cri
' ' stst ejjorde de restreindre
Mw/wn par une augmentation
tondis dnis. Rien n y lait.
r1** des gens qui persistent
f toque jour une cUlelte de dix
fj/w-'rt de vingt ciliq Len
Tr"jmue est comme le con
*"'**ces prodiges Lu beau
'r'WHe leur chevet, les
*f/W h ter ment. Il ei a
J*a>ieptusdeieuuermdiier
**tomp:ets de mille francs,
'ftpourses boltim d(
T a tu plus trouer ses
'^francs la ane Oui
"" / urs pls tard tt se
1 k'irenunt
amaigri, mais son
Int./ 7T'H'1- '"as son
**' eqiuhbr. Il est vrai de
rwp*lois larw gauche,
NiT"* 1U*UX incorrigibles.
>^"jetterai toute ma vie
**Pihm "',m,rf' c'ud
RH l ouvra^-c est tout
Si J tlP T' mt lei Pr<<"
K, > '' '**-w*
*o SLT'^ *"*' rue
t' ** Lv"?' "uus "W"
hul %* P"> '*K U docu
fhJ "fwAi. U docte r
PNri'V'' vunl ^ dunbu:r
I rous v rre^ aH auj r
dhui, un peu fartant en iranrr, des
lpreux se proiiueui en libert. Il v a,
ci Paris, farait-il, Plusieurs cenunuti de
lebreux qui circulent librement, qui vont
dans tes voilmis publiques dans /< tes
tautanis logent aans tes htels, sont en
contact journalier ai ce le teste ne letO
(mlation, sans aucune prcaution, sans
uucunt dsin/ec-lion des locaux q ils ha
bitent, quand ils meurent ou qu'ils quit-
tent t'aris. Le danger est doutant plus
grand que l'le de trance a ta tiput
non jusufie c'est le tnofessittr uau
cher qui parle a tre un pays tavora
ble a la contagion de la lpre.
Encore une de mes illusions qui
n'envoie. Car sur la foi de Joseph de
Maisin- et de l'aire Mille, j avais cru
que la lpre tait une muiuUie pow
vaiUuUle. te vous ferais yrdee ai tins-
loire trop connue que la pi\mier de
c 8 criVuin a intitul t Le lpreux
de la cit ci Aosle . U'x/bord, a vous
emiuiaatt; ensuite /e lui pu peu ou-
tille. Le revit de i'ierre Mille est plu*
igttOf, et e-est justiee, car il est vende
que. Ij voici .
fl* Le 14 lU'flee l'Jl.'. VdH Ml..;,
p/OVlhCe de tii'HiH'j-Si, le lUUidaiiil
rsident, ui/uiit appris qu'il ii Uvuil
des tipreux detus le vittnuge, fil creu-
urui L champ de manoeuvre une joue
large et profonde quon remplit /un-
/k a sa moiti de pmtte ci de bots oten
sec. l'uu il fu chercha" Us lpreux, on
les poussa tt'U ta uancliee, on uriosa
la, fosse de p.rule tt on u m i te p u,
Sur quoi, te iiutiuiartn u//ic/ta la pro-
ilamaliO'i auii'ante iMoi, lun-llaj-
Ming, voici es que /e port a la con-
naissance du pt.upte les l.pnux svi.t
de gens uOunt na'jtes redoute ue to< t
t> nui.d<. lt< pr-filent de leur maladie
pour moltUr Ue n Uuanu de> Villagt
( violenter Ut femmes u m obtentr
de iaryenl en Us apitoyant. L> rcit
le Cts crime ptil dresser les OhOeUje
su- ia tte, uoitc, tn at rjr au
gouverneur, q%, pur un ordre secret,
m a commande ai luire saisir et User
tous Us lpreux Aursitot, /oj/ttti cra
ser une grand* fsse et exurutt- er tous
te. tepuux Ausi, noui> sommes delt-
t rs a jamais de la contagion et je suis
assure d l appiobalton UttWere lie ..
Sur ce pJtnt, le mandarin se trum-
vait, car M. fteira Mule protesta,
mais c esl parce qa en tian, e il sxvaU
qaon Veila avec sain U tu prupaya-
nun d9 la lpre, tin tffel dans es ^f-
pes-Maruinie, on peut, d aprs M. le
uoe etir Uoiy, Voir a t'ul^oa d ux
femmes lpreuses reconnues loi, deux
fois par semaine, vont vendre la ville
voisine le* produi s de leur ja'dtn Un
peu plus loin, Eze, cest U coifeur
qui a la lpre, ma s un U mine au nunde: il met ies g mis
avant d accomplir liM office, tl, un
jp m partout, t. y t au$i> des f yers
d. iitt.u'hc, raiia'ii'S par le pusswj
an Indo iihino s auront Ia guetra-
Lest bien * la p ux. la doux paix'.
Mais, me ittrez-vous, ta lpre nesi pas
un Oien/ati. Comment a 'f Au voyez
vous j-uA qa on ne [ait ri:n pour l em-
u lardes: r.panirc '! Hefl^lussez un
peu: l uus feoiet bien puui tant que,
%it y avait le mnndre danger, nos
gouvernants s en seraient inquits...
fmeqike l'administration reste Inerte,
C tt qu il doit y avoir dans la lpre
' quelque avait aje ignor du vulyatre
Kl si les mandarins tout d un avis con
troilt c est qu ils *o t p.u iivdises et
qu ils ignorent i Ityyiue modrai
A moins ~ loti. el possible qm le
gouvernement,ent ttntrtiMnt de
la Ufp t ui.hk a-ne ntl voulu fournir
de l'ouvrage aux ultraStUt qui, de
J. s pli de Matstre. a M. tiata li en
panant i ar M. Pierre Uille, M Sylvie
Quotidien
IBLEPBOSE i Il f tut if u \ h prophte soit
sur sus girdes contra la
tendance supposer que du
lt (| l'une chose i st imi-
netnnient dsirable, elle
doit ncessaireuieot se pro-
duire ou que,du fait qu'elle
est dangereuse, ou pourra
l'viter.
GOETHE
Avis aux commerants ei piianens A la Tropicale
a l'honneur il'in-
loinipr MAI. les
Cooimi cinlM et
Mr Victor Gentil
Fliarmaciets qu'i1 vint de recevoir l'Amnei de la clbre maison
1 risol M>eis S: Lio i\v NewYotk &i icnomme da us le inonda
eu-ie. pour l'excellent t'e te* p fi S\L-llhi'A'JJG4 bien cnui en Mai i
il tien' I urdisio i ion des r. lin liions des pria ipaux pio-
dui s fabriqus p*r ccie maison, ielsqut :
Mi.-llhiwTir.A, leme Kuverain eonue les drangenceiU lis-
ion ac, ia ) in, eacl d'alrool etc.
Pastilles Gastrogjcn, pu. us itoublss uasiii(|u(?i estomacs
i iL>l s.
Analkv, conire les uttii a<: K'>rite et pour douchas nasales
llviutolos, pour douches V^girjalak
,, Ajjutomc. b4Milri9 les aigreurs ei la d'U'atioo le l'estomac.
i-HiiTus, comre Ii ihuif tt ia bronchiifl rbtrouiqoB*
Pabfumehie Iathol l tarftm exquis > Poudre de Talc, Savon,
Lo ion, Poudre'.eiimlic-, Ple dentiifice, Uold Cream ! Lolioii
pou, reiiiei le lia le et blanchir l.i peau.
Les cin.rjaiKir-i sfCMit eitcatecf rapidement 61 eipdiei aux
inljrcss>es direciemeuide-New-Vo^k sans cjm u;s ion, d'o cono-
mie de temps et d'argent
Pour tous reusugceuieiifs, s adresser
Mr Victor Gentil
Bue du Magasin de l'Etat l\o 17'M
Compagnie de Navigation
italifjQae La Vclocou
D aprs informai on reue, le
steamer "S nota" hissera le fj"tt
de Gnes vers la fin du mots cou-
rant pour Marseille, Harcelions
ou Cuit,uas Palinat S.-lhomati
Ponce", SantoUoiii'iij ', Jatnel.
Port au Prince, liaban t et \'cu
Cruz.
L'itinraire de retour sen fi ci-
l'arrive du bateau qui pPendra
fret pour Marseille, G >ese. Sa s-
se,Allemignc, lrtes\e, Bomt ttc.
Le b x'eau ne prendra pis de
pissa;fers.
Pour plus amples renseijmme ils
slairesser Messieurs
A. DE MilTElS
Port au Prince, le 14 avril 1920*
Parles-vous
l'Anglais?
Lue excellenie occasion d'ap-
prendre mauier lalauyueau-
alsiasaVec une remarquable rapi
dii dans vos moments hbres,cli.v.
vous, en suivaui notre cours pr-
par spiCialement pour les per-
sonnes de langue franaise: Ecri-
vez pour de nauder de reusjigot
uimiscuuipleis.
'Jhe Univerial Instilale
Dpt.).93 VV. bt. tua, N V diy
Lazzariel le QoUanglat Swinb 'me,
u, t tir de te sujet qu-a^uee. tkef*
d nvre..
CAUSERIE MiUICALi:
Correspondance spciale au Matin
Observe par les miec ns ita-
liens rora la grande pii iit d*lo-
11 iei Istbt'plQa* Ui nor potre offiotsllo
dtoi l Europe Centrale en UI7, il
apparue en Krance eu 1019 1 la sui-
te do la terrible pidmie de g'ippe
Les cj, d'abord isols, se sont
multiples et sa physionomie C i> -
que d abo d uiceiui'ie e un peu
co iluse, semble ta AonUsot de fi
con plus p eciso Ella fipp* in-
distinctement les perso i' es de to r
ajn 't d] l'uu et 1 uuire extv mais
eeinbli: moins tr l'ieule cbez las
u(bla.
U dbut, em ipptrgoea brusejue,
est su nera [ir.'c ii-- d une phase Ih-
tenie d'une dure variable ( quel-
ques jours, oa (il i-i.Mii seiuaiue^ )
pend 'ii ls(| 1 l 4 le paiieal s 1 pUiut
d 1 nuis de tt* uneuseg co linus
et d 1 1 u'une 1 ;;i 1 ui : lUtrqud au
gjimu il. l'ui- apparaissent des
aytDp'o-nes plua grave', de la livre
q .1 s lve ju-qu'a >) et 40 o, une
b i.baiiou Ou idbBittde extiine, par
1 m des convulsions rappelant de
1 Ma les gestes deso d >nn?s de la dan
au a. Sain Guy, ei Ils une somno-
lence qui s accuse et donue la un
liiii son allure si spciale. C'est
le fcyinp ome dominant Si le plus
CJsiau'. si tiiin qu'il tait do .ii'-i
cet e ai'.u-c Ion le qualificatif de
lttiaigi'iue. Il est raie quu ie soin
m : soit trs profond b ment, ou p lui, ;ir tu lui posant quel.pius qies
tioiis tuxijueii<8 ti n-|Oi.d d uno
vu x Jente at la igue cl, l phr-tso
q peioa aiiievtt, il rdumbe dus
sou somiutil.
Cette ib.se de eomr.o ence pe t
Crand'Bne prs du tailleur Smith
\o 1532.
Par lu irareaii est arriv l Kiixur
antj-r pht ilmi'juecontre les maladies
cf*'s Yeux.
Ka-fltosk die/ Alnho ise Hiynei
On trouvera:anicles pour ou-
lure, lingerie, broderie, de la par-
f'.Miirrie, dr's corsets, des chaussu-
res lil incites pour hommes, des
chanes de tuintre, des letios
franairea d :s articles pour dames.
Suons LsuftB pour Lessive.
Oa trouvera en outre le* spcia-
lits suivantes : ionique Oriental,
Trie prierons Excellents, Hol
ching Powder, /mtinent Minanl
Ictin.-tive, Emu'sion Scott etc.
durer do q^lques jours quelques
semaines. File est ma>que presque
ton jours par de la Mvre et lub-u
tueileinent on \o>t apparaftre no*
symptme nouvoau, Ia paralysie de
i.iiit-il.'H de lu'l Ueiie paralysi
i- i in.-un tien variable et toujours,
inrouiple, atlei le surtout te mus-
cle reieveur de la paupire. Le
malades ont les paupires lourd-'-.
o> tombantes et si au prix de grand
iVorts, ils parviennent encore les
relever, ils n accomplissent jamo*
compltement ce mouvement. Le*
muscles moteu'sdfs g'o3ja ocala:
res soi t souvent Mitress^s. mai*
jamais l'immobilit des yeux n'est
ab-olue ni de longue dure.
L'volution c/e la maladie e fait
entre deux et huit semaines aviron
pendant lesquelles il faut proilter
de tous les rveils pour aliment)!*
le i" tient. Si elle est fiveiable, l
temprature s'abaisse progressive
niioi, le n <; * '1 'lit et plus longtemps puis ii ia
lem-'iit tout a fai*. mais il restai
pendant sa convalescence assez, in
rimrent k ce qii se passe autour
de lui. La parole est e te, 1 g- *
te rare, le masque lacisl 1 mrobile.
Par contre, dans cet* ains cas mal
heureux, la livre s'a.centoe, le sont
m.'il dev 1 ut plus pio!ond et se trans
foi me en un vritable comi qui ter
mine la scne. Les lsions : moia
gte lgre de !a base et de la pertie*
moyenne du ctrveau, expliquent.
I ^ h\ 'n; '.iiins mai* n ont apport
eocora aucune lumire dliuitiv
ur len causes vritables de la luala.
die. 'Sun caractie pidmique, bien
qie ticilement cont g'eux, attestw
son origine microl eoue sana qo'il
soit penu s de prciser davantage
Peut re une lofjctiou banale et
moins spcifique es elh capable)
de la provoquer ch l des orgama
mes dj touchs par la grippe et
dont le systme nerveux senaioihs
par m in es motions constitue un
1 Mraiu tavora!)le La thrapeutique*
s ressent naturellement de I meer
titiie dans laqudie nous or.imes
loue n mt la cause vritable de la
maladie et surtout de la dnh.uU.
qu'il y a atteindre le s ge des le
siuiis constates Jusqua prsent
i.i traitement semble avoir t sur
tout symptoinatique, c'est a dire di
ng suivant les signes observ
dnis chaque ces purucu'ier.
Lu ai eudanl mieux, 1 aut. corn
me dai s toutes les pidmies, veil
1er I hyk'.ne collective et indivr
duelle, viter les rtfroidigsemeuta,
les mur lus 11.1-0 pliai) ugittiii
e. raiei prc c mei.t et ei^^qmj
meni.les pumires snifektbtoQf
gtippales.
Dcct^ur B,


r siu/.Tir
ttn
NOUVELLES TRANGRES Fait* Divers PT^%t
Prince
il Avril
PARIS Tous les Journaux ap-
prouvent d'une manire gnrale les
dclart ons de Milleiand et se r-
jouissent mi s arrire pense de l'is-
sue heuieute des changes de vues
Ils coiiStlient que la controverse con
tnbua a retseier l'ucion des allis
devant la mauvaise loi german;que
et dclarent que M.llrranu i drrneie
lui l'unanimit de l'opinion tracai
*>e pour dtendre i San Kemo ta in-
tii de la Krance.
L'ambassadeur de Belgique Pans
interview par le Pc u Journal
alarma que ce serait un grand dan-
ger pour la pan du monde de lais-
ser troue a l'Allemagne que les a.Us
manquent de solidarits *jouU que
l'tait uniquement ce point de vue
qui dicta l'altitude de U Belgique.
L'Ambassadeur afrma que li
France et ia Belgique sont 1 U vei.l;
ut conclure non une alliance mai;
une entente miiiiaire dfensive.
BRUXELLliS- Hymans alarma au
eorrcapunJaui du Journal la D888S*
Mt de con.eivei intangible le B oc
des illil tt eipnma le ouhi. que
It Be trique doa admise a sigei a
San Kemo.
Ltwnode Paris croit sivoir
que les Aills sur la propos lioi de
la F.ance auraient dcid d utonser
Alutiidlil Scolaire
La mutualit scolaire du Bel Air
a ouvert hier jeudi son co'e, Ctl
tnc uvre utile qui prouve ce que
peuvent l'union, la bjnne vjioati
et le dvouement.
L lo.al est convenable it btn
amnage, il a ..reach qui a donn l'assurance que
cet 'ablissemeut aura le concours
da clerg. O.i voit diaslestiois
p.ces de Pcule, attachs au nur
des penses mou.es Jcs table Mil,
l'image du Sacr Cuittr, notre dra-
peau, le tout domm par un crue,tu.
tout cela dnot bien le lut que
pouisuit lole.
Mr Antoine lunocen'. prsilent
d; (a mutualit, a remerci en ter-
mes levs tous ceux qui on 800
tribu 1 la ralisation du Wd de
Mr L. C. Lhusso i, le proi.o eur
de cttte (Biffa h compte sur le d
vou-inem de M le tiairau qui a l
installe Directrice
02 FEUILLETON Di: # MATIN.
Juriex
.AHAND hum an
Par
a ni nu n HSR s hue
Kl'lim par L. Feuillatle )
i '
N EL VI HUE PISODE
LORSQUE L'ENFANT
**AMUI...
IV (Suite)
Ur&nct pie
La b.llon.. par auite d un coup
maladroit, vient de dirpatai ru p...
Ueeaus le mur u uue Kiupuet vui
me-
(Jue laire ?
Lm deux i nt ii.ii sont .'i la t.h Ls
enuuycs et ties perplexes-
lia ae inibiiioieii. aviT une suite
de tupui
Ljt lea yeui du tenaible Jeauuut
10 ii t leiua de tariu.es
iklais toieutot uu sourire malicieux
claire m ptiyioiiuiiiie du indur de-
i,iiai .' qui ec.it' : ,
i XOUiiUa 'Jeux Oailu.t
v ,cna tec ujoi. petit, j'ai trouv
|* t UllibH,o.aU..
Lu peut uibb.a se d.rige vers Uue
biuhvrtie place au |miu uu mur pui
ilesaua iequu lu u.luii v.oul Jo
paratre-
ou uou g'os ii if u cocker, h.ii
iutagues uiciliea et au Venue aitoudi,
v euuiuule t ai oi nui. t.
ils/ v. tu., ue U, b milii .
pattes Ui."j,|'< ..e Hegliitao eu liuau.
JeS-eipii, kUk.uu viuieUe-e
-fpMule, te j-aiiivia il iiieuvuiiaut ni
Par Cable
l'Allemagne a CxpartM du charbon
a Wtrangrr tout .autant qu'elle au-
rait sat staii aux stipulations du trai-
t 'e Versaillrs.
TURIN U grve gnrale est
proclame.
LISBONNE. Li frta des lypogra
phes continue deux Journaux stuie-
inent paraissent.
PAKlS. Lord Deibv rrol de son
gouvernement des laatiOCUOM de se
rendre demain i la cootreoce d.^s
ambassadeurs participer a la discas-
sion.
COLOGNE. U est inexact que la
ReicOaw h. commena i vacuer le
di!>sia de la Kuh .
L'.s ouvriers menacent de reprei-
dre les armes si l'vacuation tari-,
toutes le n.iaes son intactes on d-
couvrit dms dilreremes villes de
no udieux depcs clandestins d'ar-
me-, t de muni ioas.
BRUXELLES-U ie explosioi d'o-
bu> se uioduisit pii de Tiiur. Ui
signale sept tus Lxe attre exploiion
se produisit dans uue mine de pro-
duits chimiques Stoelberg le nombre
de victimes s lve deux cents.
PARIS1)., h nel re it cet aprs
midi lord U.iby accjmpag .e d.- Sir
Homergouin. piemier mims e de la
province deQjbcc.
rUtttM La g ve gnrale tJaU
i la suite de lagi'ation ichtiv; a
1 iniiic tgair On ne signale aucun
incideol.
PARIS -Ea Haut Cour, aprs un
lo-g expo des rehtions de Cullaux
avec Minotto le procureur gnral
conclut en rsum qu'il rsulte d;
l'affaire Minotto que Caillaux chirg?
par le gouvernem^ii ffiotil du c
mission en Amrique du Sud ent t-
tient des relations avec un j;;eni a'-
1-un.t ce qui loin > sojs le coup
de l'article 77 du coie pual. Ii re-
mlss galement de toute linstruc-
non que Caillaux ne fil jamais put
au goavar&emaot (raoaii de? offres
oiieuses fanes par Minotto. Un bon
franc us n aurait pas m inqu de tiire
ariter Minotto. Caillaux ne le ht
pal et cela juge son attitude et aus.i
son caractre. L'audience est leve.
MWENCE- Ua batailloa belg-
aniva i Fraucfort 15 heures 40
par un temps superbe, il fut re a 1
la gare par les gnranx Mordacq et
Dtruaia entours de leur tat-major.
Les troupes franaises dfilrent de-
vant le front dd bataillon belge.
'.'.:" foule norme assista aux prises
d'armes.
BERLIN On signale de source
sre que huit mille nouveaux soldats
allemands pntraient dans la zone
atout
Dollar : 16 08
761.6
*/.4
; 4
28-,
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
OBSERVATOIRE
DU PETIT SEMI vJAIRE
COLLEGE ST MRT1AL
Teudi 15 avril 1920
Baromtre
Minimum
Temprature
Maximum
Moyenne diurne
Ciel clair, sauf un peu nu agi u*
l'aprs-midi.
Baromre constan*.
F. SCHERER
Retour du Prsident
San hx. le Prsident de u Hepunlique, les Mi-
olltrei Koy et i-e^uiere, le Colonel Uuiaell, C'li.-i
ue 1 Ojca^MJOB, le Cjionel VVise, Quf Je U
GenJarmenc et plusieurs omciers amricains, MM
Cl.lient .vla^io.re et Cnauvet ont lait mer, en
autos, une e\:ursie;i dans les euvirons de Mire
balais.
Ils sont revenus dans la soire, cochante* d."
leur voyage, ce qui t.noigne du caliue abso.u
dans ces fUtfjU,
Nou> co.n,)ious laire demain, pour nos lec-
teurs, ui c^opte-rendu deullj de cette imr.-
uote nadoaacCt
Cirque Equestre
Ilappclons que c'e.i we soir que les faire*
Saenr donnent .eur reprsentation en l'honneur
du Corp diplo.naiiquc.
four donneer pieiuc satisfaction au public l:
projrao ne a t entirement renouvel.
Mr Lh.nssia qui a prsid li ce
remonte a paiie de la ncessite de
rpandre i instruction dans les mas-
ses < Plus on eit instruit, du il,
mieux on connat ses droits e: ses
devoirs, m eux aussi on peut .ervir
la patrie. C'est 1 tastruc ion qui rend
un pays l bre et pro.p c. Oa doit
lutter poui avo r au m lieu de a jus
pus de lum.re. car ies taueaiM
ujuj sutfo^ueut t u demande a la
mutai.le ue oiea remplir tojjouis
sa ia.ne ci il prie les uus et les au-
tres de travailler pour iJieu et pour
la Pairie
Les inscriptions des lves ont
conmen: le )jur mme de l'inau
guratiou et jaoqu hier soir, il y
Vtl\ 21 inscrits, tous des enfants
pauvres qui se sont pisenis prs
que sans vlements, sans souliers.
Ou sait que c est justement poureux
qjc .a. e.jie a eie tuaie
Nous promiltoai tout noue coa
cjur a celte ivavrc de bienfaisance
so.ul;
Blette de Requiem
MmeVve Augustin Loco fera chan
ter le 26 Avril prochain i 6 heures
du ma m en l'Hgnse St loseph une
messe d; equiera pour le repos de
la ne du regrett Bazin Piigrtu.
Les amis sont pries d'accepter le
pr^senuomne invitation.
8yalitt dis 011-
ds-de-Pouvoir
\de l'ort-uu-Pce
Les membres da Syndicat sont
pndd de se runir en a^senuie gt
nrale au local ordiua.re des se wi-
ce> de l'Association.
Koa de la Itjvolatioi N 3 s; le
Diiuidcue 16 A/m cuurjQt a u nea-
res du iiuLin.
Kumiuuel TBOUILLOT.
Secrtaire
Le Moniteur
L nunjro de dcrcreJi Ja jua.-ni! otti^ict
a paru ave: le so.umaire suivant :
Ac. e accordj.it tfrj:e p.eiuc et entire a.u
personucs suivantes : KOseaa l'.erreucy, 1-ortu.ie
Uouaiicne et .vl.ne Hrisse Narcisse.
Av.s linistriels.
Conseil d mat. Suce da 10 Jaia lois.
itsuiut des lections commuoalet du 10
Janvier 19J0. [ .laite ;
Circulaire du Secrtaire d l.'tat des .'inancs
et du Commerce aux Administrateurs des t-'inan-
Ctl de la hepublique.
Au laycee National
A la ilernire rcun.on du Conseil d.-> profes-
sa ars, matres d'iud.-s et rdputiMura du Lycta
l'e.iun, une escetleota dcision a eu prise.
Sur la propositu.1 du U .recteur, cuaque pro-
tessear oilnra a .a an *el'4an Kduure le otu
de si niattrc Uc. cette faon, les lv:* sero.it
rAcompcoas.
Le Uirccieur du Lyce, Mr Heniann Hraax,
orgini,tra dapre. ce que nous savon,, uue pc-
.itc lte luiraire le jo-r dr la remue de ces pru
La Fta de 1 Alliance
. Franaise
lout a ete nu* en oeuvre pour que 1a Ictc
de demain soir organise par le Comit de I'.m-
liance Inoaue a.i le plus dut possiu.c. Un
nous du que le eoullon sera une merveille.
ua vente dC4 caries se lait rapide.lient.
Lcj Caipitaind Kosel
Njus .....r revu swe piaisir le Capitaux Ro
Kl, U. 5. M. C. revenu pui.ni iwu>. Tout fort-
DU- Jrince se rap,>ciie celle symuatii.qiie iwure. Il
lut le premier Administrateur wivii ci, ei ketie
qualit, acr jrda toute sa sollicitude U Ville et
sut .ui.tcr Iestimedl uus. Oa se uvic Jc,
man [estetwoi entiioasiastcs qui aeaoaiiMiotrea.
son dpart.
Nous lui souhiitoas ui agrable sjour Jins le
LeSrvice Natinn4!"'^
blique. prenant'. ^2
sures pour U SSA
ville, deaiaade n^SSS
et en pirticuler ib7*M
de bien vouloir lNT
taeiuro eu raci.iun.^l
anantB.de toU;e ^ji
rer lexcu.ion dtT '*3
tectio. des intri, >
quil aaccorapliBteeC
Les Akj^uta du dit &
deroot cette 0peS
C*nt partir du ,JjJ
et continueront rS*
villa, jusque Laccoo JJ
de cea travaux., vm*
Ingnieur charg d^N
contre
'CONSTIPAT
P*eae* iM
comprh
SUISSE
d DELORT, pC
pAms
C'EST LE MEILLIi
DES l'UROATrjS
k 'ORT-Arj-PRiJ
^.ex.PEThUBiPl-iriB.cwAiL
% Phrmae'dur A"\^g
ft r...,',. ,es honr. UJ,.
Mouvement
Le sieamer Colcil
june Panama vrmot /
oilv est entra hier ateel
geft, 55 i tonnes de ourdi
et 15() sacs de correspm.
Il a laiss ce midi pov]
bal. F
Porto Piita, St Jhomi
terdam.
Le st amer < Cmvki
CGT. est atieudu ici
du courant.
Fte ThL.
Soire ruisie que celle donnttl
risiana par 1 tcole Normal pair I
oiversaire de sa londation. Dans
demain nous publierons le compit
petite lte thtrale. Disons dti a
la deminde de Mme lereboun, ft]
jolies pices due- par Melle SylvainI
par notre exquis pote OamoclrsVi
mal qii- docilement s'en va en ea
bucuuant et eu innr-int vers les deux
goeeea un coup duailpleiu d'indul
B*ence<
Maintenant., nous deux, mon
lieu dit ttegnsbu a aun ami
Moule avec moi de ri-; c te
brouette.. Je vais te laire la ouitd
tlifile.. tu vas guiuper sur le mur
et s'il y a bon, tu te laisseras d^nn
fcuii. eiitz. iu voiaiu c-i la lias le-
ctieicliet nuire ballun-
LiK'liiine de jouer le rle le ptui
Important dans cette nouvelle aca
l Hdt J '.m hu prta de sou mieux a
la tu.uiiie de sou camarade
Aui\e uuii sauA p. nie sur le t Ue
du n ui. n lit aprs uue rapide ins-
pection ;
Je peux deicondic.' a va bien!
Aloi eu avant., mon ^ >M.e-
S'aidant du treillage Veri qui u
niss it (e mur et au croebaieot quoiques pUutes grim<
panus, non sans avoir failli. doux
mi u <* ui-', piquer une lle, Jeau
noi ojcba unlin le so!
Ma.s pretque- aussi r): il s'arrte :
il vient d'apcicevoir, assis sur uu
bancalabii d'un pais massif., uu
homme qui tient son ballon entre
aes maus et l'examine avec une
iul> etiange.
Alor. jl s'approche et timide-.
eu poliment- il demande : f
Monsieur, voulez-/ous me reu-
dr mou ballon, s u vous plait?
. L homme rdve la e e. ei, au
'io mi., de la sUptl ictioii. en proie
une sorte de frayeur mystrieuse,
la ma de Jacqueline s'crie ;
G Lest bleu, on ellYt, le banquier
Kdvid.ii que le vieux tverjeau, appel
Mai la hounene du ttueuhoue viei.t
da quiiirii uu u.s ant-
i Li aiid-pi'i-.. lepta Jeam.o.,
niai* et le luis d'une sou douce ei
tendre.
eut qu'en tie,deva!ii cette ap
pirition inittendue, .'es yeux du
bmquier ont perdu quelque peu de
leur inquitante f oiJeur.
A la vue du bloud chrubin, ils
se sont adoucis, et en face de cet'e
vision clnrmanle, dfaut d un re-
tour sonie et co nplet la raison,
c'est du moins l'a tondrissement bien
ui-.mi. le premier rayon de soleil
api.'s la nuit.
C'est toi, mon tils? dit-il d'une
voix toute tremblant''
Oui, graud'fre-
jeannot s'appioche.. Tout a tsit
rassur, il grimpe sur les genoux du
banquier, il l'eulace de ses bias, il
l'embrasse avec allectiou. comme
l'baa, dans le grand parc ns 6a
blous et sous la careste exquise du
cher petit, le miracle coium.iice a
chve. miracle de r p-n r, miracid
de larmes., et c'est toute 1 intelligen-
ce qui se ranime et u'esl le lUni
beau qui luit a nouveau, oia raut
U rouie des souvenirs et du ie,..'.- .
t'avtaut se lve, le visage baig de pie us.. Tenant son pon-lll* sn
cou re 6a poitrine., il re^ai jj au-
tour de lui., il eoou *.. Uu bruit de
pas s elve sur les gravier ue 1 al-
le.. C'est tverjeau qui revient. A ois,
furtivement, u se glissa a travers le
massif jusq .iu pied du uni- Cou
vulsiveiueni, il rend a Jeannot ion
btisar.. l'ui-. 1 aidant luimme a
regrimper le long du treuiage, il dit
au peut qui a relanc sou Uallon
par dessaa le mur :
Va. va duo a ta mre que tu
u1 < i'.l lun iuo Jeauuui a disparu der
rieie l c ur. > fttviaut regsg e le
bine oii tuut a i heure il iovu, pi us
tae dans I ucuuscmuce de sa pensed
et o il te vie ii le ceiveau deg ^u de
U iu unie tuubi'e qui ruUaCial\IS:Bl .
K- ij-au uni ia, de| luquit.1
l'iiaiidn il n'a lieu vu lien ei>
tendu.
Le banquier dit** vus lui ion tt
garJ redevenu volontairement atona-
Reotrooa, fait Kerjean rassur.
&?, sans dire uu mol, perdu du
nouveau dans ses BCOgea loinain
ravraut suit docileme.t BOO g>6'ier.
Pendant ce teints Jeaunoi re.oi
gnail le mme Hgiisse qui l'atten
uait au pied du mur et tout i suite
'I leutrainait vers la villa des Tri
meuse. en criant t
Viens vi e. Keglisse.. viem, j'ai
pat 1er maman.
Jacqueline, assis sous une vrao
dah qui abritait uns la ge terrsie
en marbra, et croyant que les deux
entante n avaient pas cess de ijuer
dans I alle o elle les avait laissa-
h aussi.ten apercevant le deux
bambins-
nrT-Nn C0JIMP* 1081.0188 petit?.
vous allez vous mettre en nage
Mais Jeaunot, grimpait quatre a
q'laire I escalier qui djunai. acci
a la terrasse, se prcipi ait vers sa
mre d un air tout joyeux.
j - Maman 1 j ai vu graud-pre.
f A ces mots. Jacqueline se dressa
fiTttof : '' B,,,Ulparan: dtt 80"
j Jeaunot, qj9 me d s tu l
'n-aT#S Y1 I'tt,ld-P8re, tfOrmill le
_petit hls du banquier.
C est impossible ?
S. ai. je lai vu.. Il m'a parl,
et ma charg de e dire qu il tait l.
tt la main de Jean s'tendait dans
la direction de la villa des Palmiers.
1 60 proie a un trouble Indicible..
Jacqaehue, qui ne pouvait suspecter
la s.ncti de 1 enfant, de uauda.t :
Mais au moins, rOd ohdii, ea-
lq bien sqr que s'est ton Kran -.pre'?
"". V0UI' "l'Tld oeigique
meut le bambin- li tait assis sur
uu bauc, il avait l air tout triste U
regardait uiou ballon qui au io.u
ba p*i lessus h mure, que jaais
aile chercher.. Mais qua. d il m a
vu, il a eu l'air con'ent, trs co
taot., il m a pris dans tes bru, il
m'a caress; et pais, je ut
quoi, il s'est mis pleurer.
It oest par 1a. piidi
Dans le jardin (]uietidi{
ct de la rouie-
Pauvre grand prel il
bien inaiheu.'eux ta uni
Et Jacqieluie, qui veoatj
rapp 1er ia vox d'oatreto
lam; i toute frmissante varil
d j la villa o madame de
8e trouvait avec ses deaiBsj
Madame, s crit b
d'one voix tranglas.. Mon|
ici, da is une propn nt
vient d le voir- Il ne peut|
trompe-
Et toute dfaillante de Ul
giquu des mo ioqs, ell' wj
yer un meuble, tandis de larmes inoudait son *isjy
Au comble de laotien
et Hoger avaient din^ >
temps vers leur mra H1
louid d'angoisse
Mais madame de Trm?""'
oait vers la jaune faoiiB*|*J
les apparences de la p u '
compassiou..
Ce n tait plue Jemlam
Corse farouclu, la veuve lij
et ne lespuant que pour
ce. C'tait la femne pwn^
vinement a'tendrie, mnoi_]
ineie douloureusement i
le chagrin de ses enfin t
Cairaez-vone. ma ^-.gi
fit elle d'une vo.iVl"ta *
plus noble des rnolion
Et e.le ajoute, tandis f
sag-j prenait un a eip*"
cutice 8uprt.t rre trett s
renouceir m : mJ.e
-- Ne smg-z q'a rera ,
de.vousavui-tendu vot<*l'J
Et se tournant vers JW
ger, elle dcida J
Me? Mm vont voui c
ininf s jusqu' lui jjii
! Aprs avair lanco i
>


parisiana
ilMANTHR
Soiawn8itioci;6ii3
fulr Uiicoo
Varits
DIMANCHE
Erirfe
Ktfinis
G.2 00
l.Ot
fi\re.A JV. Coofc
ICfDCPSPSPnis et -lifn's
aeul de ec^urpsr le S>
m,Ue de lk>;He-nx u s look
40 bMrines de Vin Blai.c et
PtedePoideaix, qtal l su-
"liidfcHoii'f concurrciee.
Itiilil: Vin btencde Messe.
--------- *
fut de biens de
ressortissants
allemand*
ttn procde le geimdi que l'on
ikil 24 Avril mil neuf ont
l i dix hunes du matin en
i> et r>r 'e ro'r ietre de ^p
sKum, notein tux Ce y*, la
mu lJls f Hihi t e di 11 *r er-
lifMBrdi b d ci deisc ut-dsign
nt finit df If iqi dhi'oii del
op Morcbeyer ACo ablie
Ciyei.
H proprit fur laquelle est
iliiite ute halle 'age et en
;i\\\itte" la ville de Caves, rue
iHire n'aroK, en hce du mai*
memrsrt quatorze uieds onze
ui faade t^r quatre vingt pie pipe-uo de rro/oi/Yur tuivant
ms-feibal darpentege du huit
H mil aeof cent un de Mr Roger
Mur, If ((utile proprit est bor
fw cia par celle de Mr Le-'
iHirioo et de l'autre par celle de
Wd l'ifrr? Lruia et conaota.
1 que I immeuble se poursuit et
lie, ciiconttares appelle-
nt! dpendances : sans t\cep
tii^ttrvr.
neequ^tee, poomi tes et dili
de Meilleurs 0 Scarpa et A.
MiceterieuiBni loua Ira deox
t-iii-l'rincr. dcmicili*5, le pre
'Hji'an (Hali*), l. g< cond a la
T*0rlsn (Louisiarne) Hta
CAiiierique, t-gia^nt en I- ur
deiooeuret.i qui attira de
"n H. Mamchuever & Co.
wxCj.ya,yart poui avocata
-'*i es Kineet Douyon et
lavecelfcion de dom c e su
3 premier, t-ia aux Cfyea.
^fiod-'laluidu >2 Juillet 1UI8
gesloia t an ts rel tifs
*wiioq dea maitona aile-
m
du
en
Conseil deg
d.te du 22
'lnon
''? ("Eut
*re IfaiM.
a serort reue a sur la
I deux milln cinq cenU
"J^ In (baipea dj por
* et Lier as cha-gea y
2"'anoplesrense nemesrts,
1 M i m, la a Uouyon.
JWBauaafli simplement
**,rn* ^Prcipitrent vers la Pal-
^tioi I 'd,re s tur ;
!5?P;LLflpet.11 Jaan.Jud x,
eUpoaiU re du cilner des tl arges li
aux avota a oaieignd
Poit-ul> mce. le \\ avn 1990,
Ei rit s DO LYON, MOLthL.
Il sera procda le Vendredi que
Ion comptera Vingt trois Avril mil
neul cent virgt i d x hures du ma-
t n. en 1 lude ( par le minrl'e de
Me MoUci Dcuvop. rotrie pubic
aux Cayes. a la verte au des ous de
leur mise prix et au plus erjraatet
derrier crjchrsseur dea b et>s ci-
epia ds'gpf, faisant par-del
liquidation de bj niaion H. Mun-
(BfDeyei & Cie.
Ure p'eprt ayant r'essus une
grar de halle en belon arrr situe
aux Caye, me des Amricains et du
Parapet mesuraBt trpnie pd* de fa-
ade sur la dit? rue dis Amricain
et ferme su c oppo, par une li-
gne brise dont une partie mesure
quinze pieds sur la dite rue du Para-
pet sur une profondeur d environ
Uni qticloiy pieds et Jeux fviiccs en-
tre la picptt de la Vve B. rryer,
oe Argella Fabiy, arcitnne Cor
vington et celle encure par h Ban-
nie, tncierne Foi M gis ( htvtllicr.
Telii eue la die propi' se peur-
su'l, comporte et s lend, sans en
lien excepter ni rserver
Une hypo'bcque (?t S a mille dol-
lars qui ieviecdra i I rdjidicataire
pr 1 tail fait c'e l'idjtdican'm du
suj-dn bien dont elle est l'accessci-
re. 1E le a ! consentie i la Maison
H. Mttchemcyer & ( ie sur une pro
prit locds et baisses si me en la
dite ville des Cayes, rue de la Place
d'Armes ertre Numa Faroiset Ma-
rie Desroui'l res pour garantir pen-
dant dix ans us droits de proprit
lur l'immeuble qui prcde et devra
tre radie purement ei simplement
partir du 2} Dcembre if23. sur
sa m;se en ex. ut-on n'a pa e ren-
due ccessaire dans I intervalle.
Aux iequ*e, poursuite et diligen-
ces de Messieurs O S.arpa et A. J
Maumis, demeu ant tous les deux
a Poit-au Prince.domicili le premier
i Milan (Italie) le second i la Nou-
velle Orlans ( Louisianne ) E ats-
Unis d'Amrique, agissant en leur
qualit de Squestres L qu dateurs de
la maisp H Murchrntyer & Cie,
tablie aux Cye*!, ayant pour avo-
cats constitus Mes Antoine Tlma-
que et Morel avec lection de domi
aie ta Ci bine t du premier sis aux
Cayes.
En veilu de la Ici du 21 }utile t
1018
Des autres lois et arrts rela'ifs
la liquidation tes rrahons alleman-
des
D une dcision du Conseil des Se-
cret ires d'Etat, en date du 23 a>-p-
terrbre 19 if
D.- divers actes autenthiques, ta-
blissant les droits de la maison H.
Mucchmeyer et
Enfin d'un certificat du 13 avril
19T, de Me MoUus Dcuyon, ?ltes-
tant que le d t b en n'a pas t v nc^u
au piix fix roi c 11 adjudication,
faute d adjudicttaire.
Out-e les ehargM ititults dans
le cahier des chargea, les tnchrs
serent reues sur la mise i prix de
Six Mille do'l-rs.
Pour plus pmrles renseignements,
s'dr'S^er i Me h o eus Djuyor, d-
positaire dj cahier dcsch.iges et des
pices y icUt ves aux avocats soussi-
gns.
Port-au P.'inet le 14 -vril 1930
Antcine TLEMAQUE, MOREL
N
e'
inadam de
bine
weiaj!S!L-r iai
riact:lfviie
mJ t tau.i/"f? eut un cri.
>" hr!lin- jl venat
tntJ irhr mt,80lidjment
lf*b.ilon
t la botclie
Notice
ParscrsrhSO, Annex Il.rart VII
of Ih Traatf ci Ver a'Ile provides
lhat tbe Reparaton Corrmisp'on te
flx rg or eccepting payroert in spe-
cifled propertiesor ri^h's. sba'l h ve
due regard for ar y legtl n quitable
interegts et i lie Allied and Associated
l'owera or of neu'ral fowers or of
tbeir n ionala llierein.
The'Rparation Commitsion hre-
by give notice that it will proceed
lo deliver exGerman slips on and
altpr the 10'gof June 1020.
AU daims wh*ch it ia drsired to
nu ke in retpect of any of. I e?e sliipa
under the above quoted ariic'e
tliruld be rot fini through the Go
veinme' t nf the claiman^ to the Se"
cie ai y, alariti me S '?iee. Rparai ion
Commiwion.B Mgewat.r Hooae Lon
don, S W. 1 not Utr tltin Miy
15 h. 102U.
The Reparstton Coma iasion can
rot unierake to co >-id rereived t-fter that date.
Britifih Lfga.ion, Pol u-i\nce,
April l'ith. IP9T1
Edmi xd D. WATT
firitilh Y < Cuiuul S Charg d' faire*
LE. MARTIN
La Maison
4*0 de MaUeU*fCo
Beprsenlam des aisons :
Gino Pozzi ttjC% de Monzn,
Vd'rak Rico, de Mon:a,
b .Linzano <' , de Junnu,
Carlo Scmo ta 'h Nai4ni
Lamberii ce tgli, de Naples
a 1 honneur de peter a U connais-
na s ai ce de son aimable di*n le
qu'elle vie..t de renouveler entire
ment son soi de marchandises, bi-
jouteiie. argeuieie eic et qu'elle a
uu par le dciLi .15 bateaux de ce
mois les articles suivants :
B gus avec diamanU.icutes dimen
sion. B b.-Jots de toute beaut.
Bora, biscuts ttc. Parfumtiie
Ilcijb'gan', Pivert, etc
Ta^is pour t.ble
Descentes de lit et Carpelles.
Ptignes.peignes i repasser, dn 'oirs
|tux de peignes pour ch gnons
Un gtaua asbortimeat d'tudes. Casi
m rAlp.g*. Coupons pout pantalons
toute- nuances-
Argenterie, Ecusson Louis IX
Grand .s>oitiment debijouterie : Bi-
gus, chaines, Gobelets en aigeot et
mtal luxe.
Mi o 15. T. b eaux pour sa'on
lia Couveiiuie en laine,
t-hapeaux de Panama
Lit en ftr de Ltes diversions
Cravates assorties
Hveillt matin
Encadrcmenis divers pour phoogra
phic
Couronne- mortuaires
Vins d Italie, rouge tt b ace, par 1/2
bainque^ Veimou b C11 zanc.
Luncites &. Lorgnons
La maison il nd de nouveaux ai fi
cit pal piotbaine.s occasion .
VESTE ES GftOS tl 'A DETAIL
Achat de vieil Ur tt Ecailles Ut Caret
'.m "tl' 11"
Sea Side Garage
MART1SSANT _____
Etablissement de lerordrf
En fia ie h Mm : G. M. LEPP
Rparai ion des autos de toutes marques
Travail garanti
Autos louer pour voijaues,promenade*
MmtriaWB de quuli suprieure*^
United West indies Corporation
17. P. Dwis, Vice-Vrsident II Gtn'l Mgr in HaUi.
Vfftf ils Seviets as A\\c it$ of the
National Biscuit
Of NeW'Yorkjfllno as
Selllog lleprei-i'iitniivfs Amerieao Co loi Oil Co
Acentr-Uoiled Sates Robb r Co ' S
Seili ig Representativai M-13. Pa*rb%oA Co.
A vendre
bne machine pom bouthtr avec
capsule* iCrawn Loikei) capaac
llJduuzuihCSpur iouiy?netuH'-me
en cuivre, en bon lut avec pie es
de rechange. JbaOrtque anglaise.
Presque neuf.
ii an tester par crit Qtnn'n
WuUiih, l-Aiarc.
Wanzer & Company Jne
1 ni port and export
New York
Maison mricami' reprsen/anf beaucoup de Fabri 111 s pour
toutes aorte! d'arliciea e de lissus en jtAii al
Elle accepte des coosiioaiioui pour les produiia du paya toir. n
laissant de bons bnfice ceux qui s'adresseront au rtfrsenJaot
de la maison,
r our toutes ibformatioo?, s'adieser
Mr Max Bellande
Seul Reprsentant pour tJaili
Rue Traversire
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de coufiunce
Nouvellement reus
Rie Red Star et Schae/lcrs
Vin Malaga Madiera etc
Bromajc gruyre par livre ,
Super~cream W al ter John*
Filets pour cheveux
Cigarettes RicUmond, 95 centimes or.
Eu vente la semaine prochaine
Lampes, S qualits
Verres de toutes sortes
. Cravates
Porcelaine de toutes aortes #
Malles et valises
Ceintures meilleure elaste
Va mass
Moustiquaire*
Rasoirs
Brosse a de ni*, 20 centimes or ;
Serviettes de toutes sortes
Cfeoeatal assori t,75c ntimes or la Uvr
Sceaux
Chauffeur d alcool
Et beaucoup dautres choses



IE aUTl .
I
fiarmab'r;i,n.ivai.'Jardinage, Jardinage II]
luii al a iu,iNf g. 5uc tt tu Maison D. *M)l\LTll SI EU Icj
n tnri>f
Fonce or, ,8 0 I p,,,, ,. fcj| COmMande ,,/ ,.<,_
^u.P8r.lsjeFr--r.rtci ctadj unions 8adresser
Revue Illustre
Patrons de
i qLe.
(iki. f D ti i," ce Kcl;. 1
Ptrti iifir. franais^ ci im i
M
IV
1
r
L
1VImis? |Hip Pu'*
Soccea*ar i i.iiuTlM RWaLT)
Ts'alishpd 18? 0
Ampriran A-* rt-ncti Pttfnl Ma
dia Wt rlflicals fro E Kpe and ihe atatea.
*rnfrieari prfsrnrl r>n fllfl,
Fiench A* merir-an Ptfli niM.i
Ti '? Wa'Aff,
^'J il a FVihik'
Ml AfiKNT F-H IITTI
loin i. s ven * eu gra ei en il ;un s' il inr
Monlevr Victor Manffi*
J7 M Une du MogaviN le l i LU
Pour les teui s seule.i.en, a'adreaftr aux ma'13 s % ivantes :
Pharmacie Emile Ihitaon.
Kpiwriv m terme, baurcnceau
On trouvera, un bel assnrfimwl : Carotiet radis, uuber
PWniacv ArwIntM of ti pie oin*. Iaii> e rhm,i, ne ; ,1 awi un ht a$8:riiment de f leurs .
I mvusiiv. Philadelphie, IV : / ; nsr, il et, Uu Vte heures Ute.
assurez.m cadre \J] FEU
^dressez vous ht plu forte compaifnie des E.U,
La HOME INSURANCE Co (UTN.-Y
ageLl gnral pour Hati
Eiifl. Le BOSSE, Porl-aii-Priuce
Pf >t 2 otlfl t io >, voire Uagtfiia, IM il'pU ai taux k plus rais fioab'fr
Aucun Irais b commission ni de courtage payer
Rfncf igrj 1 nui s ia I a la par cr)f,fl>poi dnc* <>u \e ./. djteular MMrfl pr< hirr.e chf/.
Eiifl. Lfci BOSSE, 5 Bue du Ouai
c*
ARTICLES FRANAIS
La Maison M faaa'o
jfi/c c/tt Mogas'n de t'Eut
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damassres fil] et colon
Nappes cnutils nuilelas
chemises fantaisie pour hommes
parapluies, mou'hoirs de soie
navales nuds et repaies assor-
(ies, Gilets de flanelle.
CkirW! PIEPER HE1DS1ECR
1 Drnri sec et hrui chez
EDWAHU M. RAPEUX & Co
For'au Princ
r

V( f >i-v( 1 8 cea e'ie^ Da ces, vo 1
ara; rU'8 Luiuii.e
AL'FZ CHEZ
'7-voua tre Alu".;cr
elles ?
Paul E. Auxila
Fie du Magasin de lEloi
O wve 'loofgrrz lfn TISSUS i% p'
R4JKANS ' b plus app'ophani d'un cho
Il von damera un Ca alig1' d" M > "tirera \orr> robe une COUPE imppec
CoigAt" h**, foiniPB de (hipp-m. pnrfumer
f-b'ira'p; Tonique ori#n*ala, T-^or hrru,
Porfirooda BicaliaRlo, Lotion I >UGI-NTEE, &a
et ve.'ou*. rao|,|aoanl lea ca-Ti^f
1 ne via te daos e'te Malaon l vos
vous devez por r. dispara
iW'trsirt
jolis et plusaoa
arp.
voua vendra le
ih!I
p.iroi
* mal
i"" divfrsea d
Pnrrmad raoellc (uruni lj teo bli
rni-i A gfvoir
issct.1-
ce qui
La maison
Veuve Barbancoi

a reci
'

A
y
V
[MaaBMaMnflBaciEgffliEgnir^ggBf
,^<
TURKICI
BLIND
CIGARETTES
EXCEPTIONAL QIJALIIY
THt AWfilCAN TSACCOCa
Phariracie F'
% i4nr/[c c?e8 Rues Tiouxol du Ce*]
2 Mdailles d'aigen Exposiiondo Braxelles
Laboratoire de Chimie MWeiP
Drogaerie, Prcdu.ls chimiques et pharmajsulHp*
Spcialits f naist-s et amricaine*. ^
Piparalon de outes ampults miicaipfnieusessipf
ci injecables. Ai
Spc'alits. Srum r..roshnique simple et ferrugior^
lodhydrarg/re. Srum ,e Mortrd remp>a **i
lydrarp/rt
rraleifianis He Ke.rier et de noW*'
l'y a toujours en stock : Nffrotlboie' Sirop P
Klixir de Pcusyivani .
ctord'
lpisitaire du PIVEST^1
Reprsentant'des Laboratoires W
LVCrWtUVI. Ferment lacliq e. contre Ilwti03
naleg et cuianies.
LAX^P^Er S/elfique de la d ipat'oo;


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM