misrable a rcfJ" ' taiso--. Judtx lui **
dcl-ire le protecteur de s* fUe lai^ueline et de
sn oeti'*tilt. les a cramen* Uns le Midi, afui
<> les soustr lire a la poursuite de l'aventurire
Diana Mooti, qui a iur leur perte.
1
La Villa des PalmiaiM
Vers dix lieurea du matin, aot
l'blouissante clart d'nn aoleil ra-
rf'eux, une vae'e et confortable ber
liue automobile, toute couvert-s de
onuaaire. utoppaif d van* rentrt
prucipale d'une ricMe vilh d-* U
cAti .i.*diterrninne,situe "-i pUii
i!olfe de Saint-Tropez, uo i brve
dia'*nce du jali pe it port de Saint
Maxim.
lia jeune homms de baie laillo
lu plna aobre lgance et 1 , denuii
un moment aemblait g iettHr avec
ioapatiauce l'arriv de le voa'nra, se
prcipita, demandant au wittunn
uui lui aourie.it ntt t tuauae a.: n :
tli bien li -V
Tout s'est admirable mot pass
Aucun incitent?
Aucun.
lui'
Il va eusi b'en i"<* now'b'a.
T"'=die o,"> I h"bi'" el auianr m A
?ait Roger d T-^nvu*, uti
i-i's de aon *iiN-. lud x. d un uf8'r>
hr S'.ftft. ouvrait U portiArn et a
tronv*it en f-ice d'un homme d'un
rectum igf. anx t-,)is awi.tii"
rtargioMa la kwb* t* aie 'h"*
veux ireeqoe Manee, Oin'* 11
aussi ', en lui d^u'anont im homm
qui, v't d'un roat"m<* 1 In'HUQr
en dian aombre, c^(T- d'une Ct-
qmUU ait UWea* *"i- Atend t enr
nne aort de Mt-eouehatta et semblait
dormir paii'T Von voyez monsieur, nui
nous avons en'irement euivi v>h
irs'ruc'io' h et que nous voua ra-
menons votre priaonnier dans h
meil'enr Atat poaeible.
Avec mon frr^ t voue, Kar
jea*, j'tsia tranquille.
K' rpo^rdant Favranf. dont le vi
aase soigneusement ras* rvlait un
calme parfait, l'ancien meunier da
Ssbloni jouta :
G ce au a'un^flant oue nons
loi avons tdt prjodre au d'-put, il
a t t'es isge-
c Da Heurs, dopni qu'il a n'eur^,
il n'est plu* le rcnehomon. Sa
folie et devenue tra douce. Pin
sieurs fois, il ea1 reven 1 I i en
coura de rou'e-1 n'a t ait entende
aucune proteation." Il ne a a*.t iirr4
h aucun r: nivd n-ot de colAre II
pauj a simplement demand ail
verrait bien 6< son ptittla. N>us
lui avons rpondu que ou.. Alors il
n'< plua rien dit et il s'est tenu tout
f*'t truiqul'le.
- Duiant le trajet, voua n'avez.
(ail a'tcune renronitn f;hcuse?
Noua a Vrai sciupulfu-ement
iu'v fttlnraarequa ti noua avais
i t>q >i*, i-tm ven i Riga" E U
|--i g"sndi* au/ on *rli >n n
avona ro il irncip^hiu ut la nu et il.oisi dans la j lUili1*, p> r n ma
rip:t? des co ni iepli m liaient labri du toute lodagfd
Uo l'oasibl'-
FtvrHu*. venait de rouvrir lea
yen t.
U > ar.p-cevtnf h ailhon*a da J
dex, ' 83 n'ot'ait dAvav ''il, il
eut un l/er tr asaillemnnt tandis
qu'une iprewa'O* de crainte ae r-
pan't au'' aes Tait.
~ Nous aonmea crive*., mon-
irttir F-veut, ri' K certaine douaeu".
Arr v. b*gya le dment, qui
ci templaii Judex. hvpp. une terreur
san<4 -^'e grandiatm'e.
R taaurer.vooa.. ft* catof-cj.. l
n ennu sor fait ancon mal- Vona
alb z 're an conirai*e, entour d 4
tons leg soi n que rclame voir -t bat
VA, comme eurpria par le ton de
Peltu voix qui hipe rore ' mnn
tnte.ee f iaajt a jourd bui presque
mielrir-rrdieua*, le benqolaf qui l*
tsit a*Fis sur aa couchette eottnit
dns son rejjrd to-t l'Amoi hitant
de on c>*'veau diserapa,-, Judex
pri U:ni'>'ii ot. e en cherchant
r veiller lt POmplVIl ng-nn en OettU
n plorK* dna'* pi ta -i m
e' le plus obscur da d-4s u rois :
D* m -n" que vu ev. z -hi I i
t|a a'i scrili'e d vo'ra fille, v fin
.1 vrei ecttt am/lioration de votre
sort 11 teudrease de votre petit
enfart.
le tri murmura le prisoanier
en jolgnan i- s'ioc'ivemmtl s mains.
J c |uea d ' T 4rnaose vn"'l le
rallumer la eault luaur eaisb'* d-
b'illr encoro au MI|u dj g.ii t-
nbre?.
VenPz.. Il i1 g roriti*.
Doc litm-'ir, F v * t -e leva.*, et.
g'epooyari an tu sa d K^rj^ar, il
ci : -.! iit >i. i'j iir pAn ra la
Butta de la 1a| dans un j r i a"
on te h ne- m nai lea et au mi
iwu 'lu p'"l -levait un asaz vaa'e
pavillo ! dtng lequ l lea trois lion
1*1 pntr rent
\o As avoir p"f.ar.t)4 a/in nn-on-
njap d a uni rb'mh*p d'eHIfn a
tr^ cirforVib'e.raaia don' la fen re
uni donnait am* la njef ait garnie
de ao'iiea bisreaug, J ri x emmena
K'ri-a diia une po vohhe il
l'iidt:
J'ai 'onjoT' eu pour nrinnoi
d di'-fl fu'e U v4i*ltd< Eh bi^n, a
eb*i un ce n'e9t naa aaulenjwit
parue que no'n r ralta di ClnVeau
Ronge n A'A dA"oivr'e nar ro en
imi3 que \h\ voulu que K^v^ut f*
tranaoor* lui c'est anai parequ)
j ne mat ils mie*n le d^'t d.
pro'onaef plu* loif mp lu supplice
d'im homm1 al crueU-ment frapp.
01 n-mit un coupable, ou ne
t-t -re na un fou-
Cet d'accord av^c ma ibbW,
elle nme par I htrreur
du ohtiinnt qu j'ai pris cette
dciuin.
t Cenen-lant. Fnvaut refta e* rea
tra no're ntiaonuier II eg donc
i.llianeiBah'e que a* prAse^Ct i^l
denien 'gnorei ** tous, et que
VOUS ox f ieZ 'a f >'g anp lui et mir
i-a etentoura, ls pi us -i/oirets' 1 ir
vd!|an"e.
Puir|e touloura compter aor
fooa?
Vou aav z bi n monsieur, que
je vona ?eia devou cor; s "t gaie.
Je I ai.. E'. voil pourquoi i ^
sjii ranqull-.
Vos ordreg, monsieur.: serent
o.ruD il 'usement ex.:uta s'enga-
geii le vieux Kp>j"an-
Q telle qu aoit la haine nne
m i-.Hi'ire ne bandit. l'affao ion que
je voua porte et trop vrandi pout
q-'e JH re m'incline pas djvaut voire
VO'^nJrt.
K ave: un sanglot dans la voix,
il jo iu ;
J''o-e. fr un dvouement
a^^a birneg, voua faire oubli-r h
trahi ou abominable d mon fl'e-
Votre tils. rpliquait iudex, et
plus un malrrurenxeu'un mi
More 11' le vieillard ni
avec effu ion la maia qoe lai I
801 bi-nfaiteu'V
Roger venait d'pppa-aitre
rnte- Taudis que aetjso Ml
d scr'ement, Jacuues m pr*
vers madam-' da Trnfosa.toi
un d*utl, touiours doulooreaal
do lie visa** semblt cepsij
rellter, aino t d 1 I espras '
tout au moins nie certaine des
d i ponse, da dtente dut * ]
lo t.
- Won fi's.. prononi-
voix rdavenu^ humaine.. Jsij
ea iu content ?
Et vous rare? fit ?
}ut>x. -a
La femme en noir, lavanljeii
vers le ciel, dclara :
Ton pre m jugera.
le aeos djl qa'il mJ"
vel. murroara Jacquess|
en embraaaant respecissr
main de U comtesse.
Et Favraut? demsod"
dint le rgir I reprit, cea
cr^, onte aon expressloa
farouche. '
Il parait compite*rt.
dorap-. ffrira)ail Jodei-*f
d'ailleurs qu'il n a plus f*\\
du prsent, ni du PMe-,'
que.loraquon pionotce a
le nom de son pett-n.i q"
quelque p. u revenir
Alor. son visege s adouci'
Le aacret de son tr l
t bien pard? ,. H
J'un ai la coo'iC ,on" gi
toutca mes P'*,c"ul1,0ll"nSfiJi
ses No"a arons * ^. +
pour aurvei'l-r les silessj,
deage'.uaua:iei1s P,0;BV
leura agiseemen1. ^ei #
condera pniasamnieni- ^,1
paa aa tche. Aucuns ^
redoutsr. KtpericnoiD^
f
I


.

MIPPS, CATHAHRES, LARYNGITE, BRONCHITES
SUITES DE C3JlitlUCHE ET OE ROUGEOLE.
Sous l'influence du PULMOSP.RUM"
LA TOUX SE CALME IMMEDIATEMENT.
L FIEVRE ET LES SUEUUS fiOLTUfiNES
DISPARAIS SUIT.
FltPLCVE D*NS (ES HOHTAUX.
RECOHoANCi' MU L UAICftllF DU CCRPS
i^^,^, MEDICAL fhANCAIS.
kl 1\*^S> WfRS'.IE PAU {LUSOF 2O.000 .MLCLCIMS EilUNCER
i\tat\ -v .....
**/ rvtcry-Fs r>,r:rvr>z,ox
. "iJ M cuillirii k mM wih et oi>
DP!fTE, DAKS ThCUi lis DRC.CERir.S ET PHARMACIES
UUQE lit ROI, il h si lk PUR
wons no sincre* crndotance* la
s lieutenant et l.i Gend rmerie
,ardeia HASCO
I de p!antati<-n< <*e canne* prend
telles que nous Avons cru ne-
j rouageer.
i lesiit, le cannes de b MASCO
._ depuis le crnmenieineri du
Jer,taM sur la ligne de Loxn.-que
jbPli;ne du Cul Je Sic. li c>i th-
[trennt une ciuautilc d'en.iron 100
joks par jour ce O'ii donne, peu
[b nouveau wijtons r^us i ;oo *
^deennts par jo r
(a dire quel'l'oint aurait pu en nvoir
lotis vu les dimcults de trait
i la voie farte, par suite de
rikrouets et de htruis une lionne
IK< i livrer reste en iOuifratice.
lu 4t la Compagnie ont lourni
tint de la quantit de cannes rou-
f portion a t achete des preprie-
Imenu que pour donna satisfaction
, l'Usine a augmente le prix dp la
i quelle paie en ce montent jus-
u. Il est mme question de rgler
I taits par contrat ce mme taux,
ma Wotice rel aux habitants.
du sucre aux ivats-l'iiis a com-
iti quila t expdi par diltrents
de jooo saci de sucre.
|Mte au^si du sucae blanc sur p'ace
lia livre 11 est donc indniable que
tonne tt nous prtvoyors qj
floutra paver s.*s actionnaires de
Hti.- Nous v reviendrons.
lEmiqra ion
l"DiCha continue Le S[s S.in'O-
Jj et parti hiersoirj.ee 5u, mi^i.tnt?,
i destination de Mannnti
aWefte thtrtle
SnUterle W anniversaire d la l'on
.oie Kcrni.iL-, um- grande !c:e se
* doanera le 14 Avril cornant
it le plus grand b;en de c:tte
t[f le* lves de l'L'colc.
Oi di
*iuc;
fille des Palmiers fon de
lHaberqUip Favratitl
iiccit d ! t il ne parve
Mu#htf i"fL0U3P, luJex
?"ri, nj'i mre il me
rtarcer du fond du
Up ipavoir impos une
yi itmdMsuB de rafs
l devoir crmpii* qun '<
M n.-- devaient teint | ayer
(f',iflimaii H cj TJOuiensuisncunat-sn..
jn 11.1111 jU|,a oraioi
HCC*, fi.y'Ojpiint ses
0 gfgard de m lanco'ie
J| nprit flDt.r voix >rDt<> :
pyieutromif. Jaur-iad
lm qui rno .iurue l'exeru-
^licjetB. Il n'y a qu'on
la mier, ce l-_-Jit
l'rrn l'amour, qui
,. imilac-bi* Jp8,.pPoric
Uni co,fme.cea de
Prf-lA,rL,a,il--i'i'
JJ- J-t dra f- ibl.r.
'P^lriatra aoud.h ma
|l, ' cic.t ce (crttaer tes
lfe?.!.D,d,,navi--ir-
M l..,I>fclur '" mai-
VRB!f' " :,0 U ccr.jaid
ht .-
;;,Vlc,,lv""" n Pt4i, tl("ui1 la IQal
BdaT'um,.,Pe po"-"ivit
n '* plta loignatte
(4 pi'frt)
Vin te de biens de
res ofiwsnnts all
mani
l sera rto.ei le jcui; qne I en
corn} lys 22 avril mil n-i (cent vir g(
a dix hturcs du initia, l''t'de ti
p?r le miDis're de Vie LcO'sNoms,
rot i e aux (a)es i la ve< le au ds-
Sus de hur rriise i prix et aux plus
offrant et dernier encherisseur de
quatre portion d cmpbcem',nt de
i hibi;a-ion Penauds vu'g irrnrnt
appel t Aux Ic*.q rs sise i h
premire irctioa rurale d? h Com
rnune des Cayes et fais^nl pir-ie de
la liquidation dr la nu son 11 Muen
chmey-r & Co tabli acx Cyei<
L1 premi e pertio", spare des
LrCHi auires par if chemin du littoral
a uoe contenance d'f nviran quarante
deux cailunies de caneau de tere
Elle mesure traite bail piis ./ lu^e
i ur ct-nl dix p is de long a t rt 11 le
par Me Louis Antoine Koge-, 'rpen
eur, le iy cc'ebre 1896, lill ni
ton - su sud cue&t par le ch min
du li'tjral e au nord ouest par la
prepri t de la Vve Tbnmas I) 1er-
me. Il y a dfssut mu maison de campa
gnt en mur cl tle avec toutes ses dSpai
dances-
Li deuxime poriion ne forme
aucurdhui qu'une seule avec les
deux dernires, a t bone et arpea
te par Me Nicolas D nis Rigiud.
conformment a son pro es vub 1
d'arpentage en date ou 12 lviier
1017. E le mrsure un cancau sept
a m dix MiHimes de carreau de terre
La troisime rcilicr, borne (t
arpente par Me af'Caisi Deail Ri-
gaud^ arptnt'iir suivart sot pro <
veibii d'irpentage avec plan figuratif
eo dote du ne n sep tmbre 1916,
mtu>e un demi carreau Ce terre tt
e* 1 borate par le chemin, la deux -
me d \< quatrimepoiticn et le res'e
t l"b. tioo Recaod.
E, 0ii,:a quatiime poilin,borne
tt arptu.e par aMe Nicolas Denis
K gaud, trpen'eur public.iuivant son
piOx veibal avec plan fguraiit en
date du 7 juillet 19 7- mesur
trois seizime de catr.au de Istir, et
barce par d ne pciuon et les restes de la dite
habitat on Kenaud.
Sur Cts ti os dit m'.'e.- portions ?t
trouvent, des ai h; es ttuitiers une 1res
be le maison de soixante deux pedsde
laait sur qiiani'ite cinq de profondeur
'i des ilepcnJoiis cuisine remis s et
JjHtj bwilt, ne T lies q'je Us dit s
por tor.s a empI cernent se poinsti-
ven c n po; cul et .'tendent, s en lien txeep er, ai lseiwr.
Aix lequel s, poursuites il di i-
e*ncrs de MlSSiCOiS 0 Scarpa tl A.
|. Mai mus demeurant tant le deax
l'or' au une-, domUlli', le pra
mer i Mj n (I ll ), le second la
Nauvtlli Ur.*oi ( Lcusiann )
Ea;s Unis dAmr q ie, SgissiO eu
1. ur qua'i uj. Stquest:e L qui .'a
leurs de U Maison 11 .Vuen.hm y.r
\ 1. ,. tfb ie iux Lift. :yan paur
avec! nmtius, M s E nest Dau
yon et Mortl, avt. lection de 4oroi
' Z_ BBtfl
tout ln", il'ENt,':. |
u VIEILLIRa ; i rt sssM I'*,
Nf*S PERSONNES^ a
. ...1 .1 les 1 IfBBSBI
r>rw PRESERVER
LTORS Cf.CASSS RESPIRATOIRES
eu f\oui SOfGNER
; > n ''(/.
.'... j*j hittta >
n..l--'nzn, Apthni -,
Etaphi tta, etc., ata.
1 "..MSiLTATi AVOIR BIEN SOIN
du nVratilov^r que
PASTKL.LE3
Viennent d'arriver ;
;'
.VALI
VERITABLE*
on BOI t'RS
1 :' -:i< I, 1 "u

,1 :
c t si' ca'i cl a prcm.iff, s s tx
C v s.
I :i venu de la loi du ai |uil!< 1
M |5 d'S si tirs lois et ar t <$ r.!a
' 1. i la I qoidation d=s niio s a le
n a-1*1 s, d L- e de'ci on du G n ti
des Sectt m s d Etat en d le Ja ;j
if\ Un.bie 19'').
lin vuiu de la loi du 22 j lilh 1
iq ,S des IDtreslois et trilles lelat.ts
i la I auidaiion des mai des, dune dcision ]du Cens,1 des
SedCt i'es d'E;tt en date du 2; S pt
1019, dediv.rs tllr s eu henti ;u s
tsblititisl les droits de ia dite mai
son Muen.li neyer.cn.i d un cer*. li
cat en date du 7 avril 1920 de Me
Liu s N'unir,n3iaire attestant qui le
dit bien n'a pas pu tir vendu et
j )ur, au prix fix pour sen adjud :j
l'on, (au e .l'.-cj :.! cillire.
t latre les charges stipj't es dan? \i
cahier dtschaig s,les eachres m.: j t
ifues iur la mise a, p i *de .ii
m.l: doll s.
Pour p'uj amp'es renseigncm?n'.<;,
s'adresur i Me Louis N-ma, d-*po-e
taire du carrer dfs cha-ges oj aux
avo.ats soussigns
Po.t su-Prince, le 2 xfil 19, i
ERNEST DOUYON', MOKEL
Esposilion eh le: Mu
L3 Magistrat Communal da
tort au fnnce
Prie la pcrsonne$ qui dsirent
prendre iari I Evposilin du tir
Mai de l'i n louhu lai adresser, le
plus t'. pOitiblPi Uur de m'indu
d'admission laquelle, aux termes
de VaJtiile'i hrauj, auil contenir :
a h n homs, prnoms el domi
cile de 1 l'jjci osant :
une mention d'aille dis
objet i e.ifioss :
Il Uur sera dlivr en retour
un Nunrfro d'ordre Uurdonnih\
droit U place n'ixwre I \m
lallation de leurs produite*
Port au l'rince. le 8 Avril /0#J
CLEMENT MAGLOHW
Grand Cirque Eq.iestro
"Saen ltrr*"
Aujourd hui samedi grand succs
au Grand Cirque qutstre.
La I urne la plus fo t; Ju mond .
LA h te sans rival qui compate ses
for.es a cilis de S jz hommes.
C Ui qui n a jamai v-, doit pio
Btti de ce momi nt.
8jo goardes de prix par 'e cirque
d s fier Saenz celui q> i aruve a
vai: c:e athlte
Grsud prog-amme p'eifl d.L.ra:-
lions.
Utrnep h s 2 deri i es repps'n'a
101 '-a s 1 ap:ts midi a 4 h ur s
112 e. le o.r 18 heures 1,2
Veci| itiiBfl i icpr.cnta
tons, le Cirque s e.i vi l Si se.i
a lant g I 6 le publi: de trot ; co
lcssa'e* fonction
Pneus Firesione
331 i- ..l x .
Chambres air File^tone
LOx3/|*2-U4 -3f x 3 tff 32i4- ^x4l|f sttil
Accoure m rite Mrtateurs, tmr te .stock
n'eu lve rnp*demevt.
Prix mot l r
L. Preetzaian-GQERHOLM
otnlpour //,,/ /.
La clbre Cordonnerie
Anselme i\!ar(iuo
A 11 or n u:1 dbviff r pa 1 e mb.euee eli]i^'e lai 0 e que ie rsrnf#ree maison ieti au No I8J Je It (rai.d'Huo
en Inraj do Mi rell1 VjI t6
(i 6 e (ii x ptg sjodiM* ni| ti prc/wtt dsni le uni.veau lo al au pfrrec
tioiif.- ir. ; t < e F on tu .li it Si la multiplie tion e! |i excellei U OU-
\r c a, la 1. ititnia
(orioueie Ante'm* Martlno
prou et le donner ilusdj Haractioo tes ii llea cliente |dioe l soin
d la promp 11 la quelle in:tta cot a.t umei ha cl. assure les
i.'us dlittt-b' _
Jardinage, Jardiuge !!
De la Maison D. AhDHETH StEU Lo
Pour les commandes et can-
diHont s'adresser
Monsieur Keruanl C Lara que
592, liun Oant Dtoueho
SOLE AoKNTroa UIYTI
Pour lei /en es en j,mji et en elMnll s'id dssir .1
Monsieur Victor langott*
171; Une du Magasin de l Etat
l'our le lentts siule.r.eut, k'aelrejur a.ix nuieoa suivii.**.-, :
Pharmici* Bmlte Bri%son%
Epicerie moderne, Laurtnceau
()n trouvera un bel asiortiiimil de ljuues : Carotte, radis aubjr
int, laitw, choux, ele ; et aussi un bel assjrlrnenl tle'ilnn'<-
i\ n te, illet, Uartc heures ? etc. '
Pont* (| iel<| es j >uri
sculctfle&i
Le l^imijnola
Vend piix exco..s.'veu.etit lideitl
les tilic'ee 8U1VUIJ a .
Kicmtgi 1 a ie ^tttke llv. 0.8CO
Htujro J1*JU
s ucietoa y 7
Mecsucoi 1 -j'i
Veun Ctli ) I |RJ
J*mbon F- rris (bouil i) 4 UU
La Maison vi.ni tli r to^oir par lo
dernier vapeur un bel neortimuni
dta boiibOiil Hn Luocb biacui s, as
soi* ed la. l'a.aiinoii.ls meosnooa.Ne^
lv u'anJ coutsi rtea : Snrdioea Iran
t'Mie aecce lomaie, inoutit-de, sbu
mon en boitic, luifree, poltci au
j a, rtiata tic.
LA K4PAONOLA.
GrawiHue Xo iQSlt !',:' :.
pjuj. a
I COWT.PATION ^
sussses
jfa t> Di LOrtT, Pharm.v-,
tiU, l ,.0 f-ni ,.Al ,.
> A r ! i
CS8T I K BfBILLKVB
r r:s FUR'-a tifs
7 jPOMT- U>FUiNG'^~^i
.7 .FrT- l'S. a P,.r ALRtHlUVI \i
-rroci (lu.l'Ju,,!, v:>no \f
."' '"-'LU' '"" **"" i-hirr^ic/M. Y
Varils
Vetttc ienr m
l sua p.o.de lundi \'2 Avril 10
"o.iea d^ malin, e'i feoa du bureau
Uu l'oit, li veut-i l'encan do
"i caia ta de sa\o.i
si caisca dallumttleB
40 aacs de f a r i r. ?.
VONTbUUN ELIK
l.'i.C't leur j tih.ir
DI v|\!N
P La ittiu Harmt
1re drQM
d'Ab xan lit li.nim
El tue Q. 2 0.
hi.lante Ko
l
'ansiana
DJtIMIN
Qu vaiis
le celbri roman de .siei klawick
en b | tries
Kntie ki^ni Je U. 1 00
ttalcou x 1 0
MuludlU Seolalrt
do BEL AIR
Lii.arKuiat.on du It'sl pepilui
re qu'oigat.ise c le bPCiili uuit
lieu Jeud. \ lotlinii 15 Avril H lue
du ma in.
Le Ceu-<\i prefi e de ce.te occa
sion pour frtvuer nu pitsMOt ap
tel a toa, ljviu q elle a u<
pnse c a il d u inti *...... .
On peut lou'tiuo, t>elou sfa irac>
yc s, au bureau du Jourusl.
I


L*

.M**** La maison Lxreelmma-A
lUlTIiL 4. riTIUs\ IV H. Sue
Cfsstlir '
Fonde en 1860 |* tewl Je recevoir par fe il entier Sie^ini-r
Produits chim:ques dft mnl-jfm M MfCT'ffaWnl de:
.*uies Usius de France el c'Ainr* \i haise p^nr Purfaox ni aie;i. i ur. c follriuntf s peur lurcLX
freine D*p'if-ice Kt lin s m acier, o&iii boit
Parfumerie fraoitu t im i icuirum'rs rour maftiifa rl-
eiiine. if (V atr, vm'ff boit
Talilcs *le nutfH (limn finis |-nu uj.-m lii-
PellUS' Ml 110 SfCF6 ms-ddire une ou sam ou'.iss'.
Siccessor fe ALUKItTIM BVVaLL
Fs'abished 1850
Anicriran ArKrfrrh Pilent Ml
rlic:ncs Brtl tliemicals from Eo
ic | e and the siates.
'roeticaii prcscripl'rns flics, ; Ces articles SOlll d'illie f olidi et d'IlO) dura
rrenrh Toile WVer*. llll ftftliS pamllC
Art il a Pet rus'
Pharmacy Ciiadu; i of Tnr.rle
Uni?irsily, Phitadelphia. Pr.
Revue Illustre etj/enle
Patrons de m!
?t?fffs les vo/r el t'otif ge/vs satisfait*
Assurez vous contre LE FEU
A dressez, vous la plus forte compagnie des E#U,
La HOME INSURANCE Co de N.-Y
agent gnral pour Hati
g. Le BOSSE, Port-au-Prince
Pi Ob'# z votic ilai 'T, o!re Magasin, ^os iPpts au laux le plus r?isonn.'ib'e-
Aucun Irais de commission ni de courtage payer
R peignez-vous <-ans f th par corropordanca ou \c. cz diicukr ioire tuMrre lImz
Eiijj LE BOSSE, 1)5 ttuc du Oiiai
Ena
ARTICLES FRANAIS
La Maison M Monsiab
Rnc du Magasin de VE'at
Chapeaux el canotiers de toutes
qualits pour daines et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damass es fil) et colon
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie('
cravates -nuds el rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
Champagne PIEPER HEIDSIECK
Dvini sec et hrul ches
EDWARD M. DANIEL & fio
Portait Princ

r

*i
8494
CkWiDi
o oate
\oy z-voas ces bt-np" I a es, vo.ii' z vnn^tre l^iMl-
h m r'pg comme elles?
AL* EZ CHEZ ,
Paul E. Aux la
Rv du Mag a de l'IStat tt Iraversiin i
O voie 'rouverrz, Ih TISSUS \v% u Oi jolis ei ulni nnm.
tUIMNSIra Pluaa,poprie8etdun chou rl" P1" Momd
Il \ous donnera un Ci -lotfii.i d* M-io ;< voj* vendra 1a n>.,J
SHiiiera I tore iobe une COUPE itrpeccebl:\ ,BPr^j
.oistH, bs, foi in ^ de chipp ux. paitomiriAS riivrrsea dei
bncsn s! Jo nque ciDn le, Trirorh-irui, Pommada inraiU ri.
Pommad, Escelenlo. Lotion I HGtNTEB, aseuruai la S 1
t velout. raroL laant les ermw "I
ne visie dans ^'fe Mai.-on voua devez por. r. diaj arahse
p^.
La maison
Veuve Itarbaneoi
a reci
mffiinBlin.IMr^.B;'-n .3 'n :;r. :i:r;^r|;i.|)|jr,f1r^v
^r^'^ '-': '"'"'





':
. .......
isBBsn mon '...
TURKISH
BLEND
CIGARETTB1
CXCEPTIONAL QOAUn,
9
THE AMCRiCAH TCBACCO

-^^m " f
Pharmacie F'
A tuilv dos Rue JlVtiJ? ^/ rfv- ^*,
2 Mdailles darger t Exposiion de Bruxelles 1W|
Laboratoire de Chimie Mdicale
Dioguerie, Produis chimiques et pli?rmacruliqu*
Spcialits fi IPfaflH el amencaiiits.
Prcparalion de toutes ampoules mdicameiiteuses Hw"
et injecuables. ^
Spcialits. Sirum r./ros hmque simple et ferrugiokw^i
loiliy.Jrarj?/re. Srum ue Mur^rd remp^"1 , ri-alCiliams <1e Fe.rtdr et de /foLiu' ,
11 y a toujouis en sloik : Nevroslheost* Sirop pecors
E'ixir de i'ensN Ivanie.
Dpmtaire du PllEVEST
Reprsentant des Laboratoires Ttfl
LiGriFEtttf.-Farm.Mt Isetique. oo^lre tibtiM V\
uaies el cutanes.
u t^XAlU\E,~Siciti|ue


PAGE 1

. ;M .. Jl ouvemcn i Maritime Le Steamer Gorgia de U li^e lanarua eat ei:tr hier aprs m ^i M ce lea neuf rengager! ttuiveois ve laot deNewYok. M. Il Charles Moravia, focq i B'gio. W S Jellara. Melle* EsGooJœan H Hlne Kw*d\ AIT Maiegron, E L l'eed, J E lliiry. Le Steamej Venue a lia H V vk ' 10 du cou8ao' pour tous d'Hati. v teproch aux accuss, et dan uo de ces l;ns oratoires qui 'ut font hounear.il prit sen volver* 'e dernier ca iacysmi mondial, vers la Socit des nations vers le bolchevisme et le /?'< que ionrtnt uujourd bui la tWbts de '*"'" ks CatbtJrales contre ftmpttiahstniLe rai ni tire public revient la charge et dit que n-algi le glas que .onnect les c'oches de tou'es le* Ci thdraht, celle de Me Saint Far Ht malheureuseirent f'e. pour la rai Ml b : en iwple qn'il e't sur un W raiu gl ssan*. Il rpond que c st u Parquer, seul juge en la mat ; 'e. rreuere con're le supplant t'I Oditafli que de raioi. Pui se tournent vers les accuss, rt dune *•• l'queere.i! demande aux ju la cendanana'ion des Mtaatta, ne s'rait ce que pour empchsr la te \n*r J? rareillffi atrocits. Me St Far qui a eu la parole en dernier, recommande, au ront H e, . IM airiv hier, M %  ., '"y r 1>e ire Pliniroicnti.ii:t .' ; i41 , {,' ] 0ri 4. Nous avon t heureux de ,, "$* %  et collaborateur qui n0UJ !eul *i, L Intronisation du Sacrer Les nombreux lamillc. cher \, e tronisi | C Mc.C-*:. CU rde SS^tH ci laomverMire de cette intronla*?**!, ht cela la... pre S q lie par.ou, ^ .les ntaml. stations religieux, j'Ll! le et leurs entant,. Pe "*t*| Service funbre 1 Demain dimanche, a t 0 heurta Ire en I honneur du lieuienari I *" k 1 oeU Ocndirmeric j Uiti '^Jj^i te r^iscahobiS. *• I Av i' .'921 FRA\TORT(n rah B'*')le brni s'e•',que wM l" 1 or?^io^ des allie, le' troupe, IffCilets %  ur.Dt l'ordre ,, v>-ne' 'a vile. D s 'udi-aDts, moi*' x t-t^s • ;> b'ess du des alleminit On a des raisot de croire q'ie. ces >ni nife rgion OCCQce. Dollar : ls 12. 9 'vri' tqJO PARIS — L'aviateur Henry R rt f>cr vi*nt d tablir le reco-d de la v ; t"sse dnt la pteewnfrs d" Pari? i Lvon en un' heur^ riiT"1 !" rn : -ut'S f lisant ain^i i|c, kilom r s \ l'h'n'e Sm appareil et* %  >< m d'jn 4ieMSs t f d> rnmp'fssio-' d c z l hau^e aH'*n4* d > t ''-i' en i.iti (t " -Il S cim nte r enfe la France et I E pt ens 00 tr le bn:* rdoroqui des d-'us pirt. le roi. rD-olai\ mon&f r >KS int*r|h p, vsioiOBi d* deux piyt t a>rfi rai i l'arnHasstd %  Iran va qn'il t "OUf ra t aup es d s 1 ii et I* 01 Rnnvrnement U cooairiMori lt p'-i aho'n ', • afo lit : : m'e-t ag-*tb'e d'exvim* ua^ fo's d p'u: mon a lfi'ri ; 11 OHJ* 1*S garnies et nob'# qriln la "t cin ' m a"ect' A n pour vore rnv : ^ f >*' con : J re %  raieuc tout r* q ji fl rt la F l le PARU -1 %  • rorresno-^ IsUldoifoor nal , 1 VI y ce. t 4 ' lev'v h cnfnl en tit"er, i I* d^^'ii %  t d-s m insd* li foule a l'aida iUn ba ; o"ntte. O' oumnieralt t-'" 1 m • et nlus : eu r s b'^ss^s D'"' re ri't le tourna' nubile un d*"cVhe de B*r'tn r*'0'odui ,! 't''t. 'a v rron al'enrnle dlta^t qu'i' v > t h 1 • *u*s e'. trent* b'"ss i: du ci '• a'^rn -^ et un o'fi;!•" it* p| p'u'i "" o''tsb'' s s c %  t., -Mi ^'ra MVYF\' "E— <">n I-IitriW*V ot'oi ' "tl Htsi !do-ff a l'aide d* lances Mamirs PARIS— C* tilt imstl lin;p-rv'ois B'rms'itques roinii'tot • i A"m'ti et dans certa'ns ptyi n a n tre? le b-ui que l'Augleteree *tl*t Ruts Uais aviient stmoi U Pauct d'eaqier Prauelt. La noiv: ; vt fib'emeat teniinci*ui; et qu povo q na me certaine elfervesc'n: d'^s nonve""mntls;r^ : oas o:ci s,-.t absolum-'t df mSj de t3iien , t M4YBNCB— Le ciluremit Frauclart, Les autorits ris>r*nt | anaiser lea tui!tnts. Ls mitivn lues firtoj tpuoier tuf les mirs dla ville des atfi:h*s inv>tmt la nopQ* lation au ca'm? Lt-s limnis d; police de la -e faits prisonniers a Francfort seront t'ansnor's hors du territoire occup Dans la Ruhr, il semble que les vnements en cours exercent une pression sur le; troupes de la Re.chswih-, celles-ci ,. lw lentement, Essen fut pr j se J' muge se rfugie en territoire? par les aegliis, 1 prisonnienu yen au nombre de plosieunJ Les autres qui f0 at altencos dsornos. M\YENJ-E.L'avioceiutTiM ment une. manre-jvre d de pa : x — Seul un incidt a s g aer il se poiuisitaaL Fran lait S^lon des rappon., avateus aurvol nt le f 0 troupe une au 0 cinoa alleu tira 2 obus sur les patrouilles! uses. D\RMST\Dr L'ic:u,il |. MbNION. Le voyage o'Sc Desch mel se termina par aae n i Men on o il rs t on tc-mij houstaste, il restera quelques \ dans les Alpes miinmes tm stiic'em nt nriv. MAYENCE. Himbou'-gfott] 1 sii hea-ea du muin par les pes fran)is?s. l'AB'SLclnrgHaHairisd! le.nagne rit pirvur i Vlrl-rtsl njte ai Mjj't d l'occapal^ F-aa:lo'. Mllermd crnirn-iiii ili contren e des aubmalMisj s: runir 1 cini h ur-s U riit quil i hoie ti iu d tdreser T RO'tlE L chiac-illier %:t\ sas mi ns'res et lea Sec tais l a' Au rienien ejre-t aat reace >e.Nitti. Cette coairt n plus d une heure II furent ic. r cas pu le R J qui doaat ail neren leur honneur et auqadi tuent t>u> les ministres et dignitaires de U Cuir. ^MULHOUSE Oi annoncelal i '.'tg d^0 ans d'augavte UCien dpat potestaiiJri cier de la Lgion d hoanrar. --! % %  %  Il57 FEUItLBTON DU'. MATIN. Judex (RAND ROMAN PAR A* 1 11V H P E R S L D E ( Film par L. Feuillade ) 1/ NSUVIKVIS JUISDS LORSQUE L'ENFANT PABUT.. [ Rr Hr' de;, pisodes irw.eilinU lebirquicr Pivriui, au pcivok de "udet. expie une existeoce de crimrs et
les soustr lire a la poursuite de l'aventurire Diana Mooti, qui a iur leur perte. 1 La Villa des PalmiaiM Vers dix lieurea du matin, aot l'blouissante clart d'nn aoleil rarf'eux, une vae'e et confortable ber liue automobile, toute couvert-s de onuaaire. utoppaif d van* rentrt prucipale d'une ricMe vilh d-* U cAti .i.*diterrninne, s itue "-i pUii i!olfe de Saint-Tropez, uo i brve dia'*nce du jali pe it port de Saint Maxim. lia jeune homms de baie laillo I h"bi'" el aui a nr m A &f ait Roger d T-^nvu*, uti i-i's de aon *ii N -. lud x. d un u f 8 'r> hr S'.ftft. ouvrait U portiArn et a tronv*it en f-ice d'un homme d'un rectum igf. anx t ,) is awi.tii" rtargioMa la kwb* t* aie 'h"* veux ireeqoe Manee, Oin'* • 11 aussi ', en lui d^u'anont im homm qui, v't d'un roat"m<* 1 In'HUQr en dian aombre, c^(Td'une CtqmUU ait UWea* *"iAtend t enr nne aort de Mt-eouehatta et semblait dormir paii'TH irs'ruc'io' H et que nous voua ramenons votre priaonnier dans h meil'enr Atat poaeible. — Avec mon frr^ t voue, K a r jea*, j'tsia tranquille. K' rpo^rdant Favranf. dont le vi aase soigneusement ras* rvlait un calme parfait, l'ancien meunier da Ssbloni jouta : — G ce au a'un^flant oue nons loi avons tdt prjodre au d'-put, il a t t'es isgec Da Heurs, dopni qu'il a n'eur^, il n'est plu* le rcnehomon. Sa folie et devenue tra douce. Pin sieurs fois, il ea 1 reven 1 I i en coura de rou'e1 n'a t ait entende aucune proteation." Il ne a a*.t iirr4 h aucun r: nivd n-ot de colAre II pauj a simplement demand ail verrait bien 6< son ptittla. N>us lui avons rpondu que ou.. Alo r s il n'< plua rien dit et il s'est tenu tout f*'t truiqul'le. Duiant le trajet, voua n'avez. (ail a'tcune renronitn f;h c use? Noua a Vrai sciupulfu-ement IU'V fttlnraarequa ti noua avais i t>q >i*, i-tm ven i Riga" E U |--i g"sndi* au/ on *rli >n n • avona ro il irncip^hiu ut la nu r n ma rip:t? des co ni iepli ar.p-cevtnf h ailhon*a da J •• dex, •••' 83 n'ot'ait d A vav ''il, il eut un l/er tr asaillemnnt tandis qu'une iprewa'O* de crainte ae rpan't • au'' aes Tait. ~ Nous aonmea crive*., mon•irttir F-veut, ri' K*'veau d i serapa ,, Judex pri U:ni'>'ii ot. e en cherchant r veiller lt POmplVIl ng-nn en OettU n plorK* dna'* pi ta -i m e' le plus obscur da d4 s u rois : — D* m -n" que vu ev. z -hi I i t|a a'i sc r ili'e d vo'ra fille, v fin .1 vrei ecttt am/lioration de votre sort 1 1 teudrease de votre petit enfart. — le tri murmura le prisoanier en jolgnan is'ioc'ivemmtl s mains. J c |uea d ' T • 4 rn a ose vn"'l le rallumer la eault luaur eaisb'* d- b'illr encoro au MI|u d j g.ii tnbre?. — VenPz.. Il i 1 g roriti*. Doc litm-'ir, F v %  t -e leva.*, et. g'epooyari an tu sa d K^rj^ar, il ci %  : -.••! iit >i. I'J iir pAn ra la Butta de la 1a| dans un j r i a" •on te h nem n a i lea et au mi iwu 'lu p'"l -levait un asaz vaa'e pavillo !• %  dtng lequ l lea trois lion 1*1 pntr rent \o As avoir p"f.ar.t)4 a/in nn-onnjap d a uni rb'mh*p d'eHIfn a tr^ cirforVib'e.raaia don' la fen re uni donnait am* la njef ait garnie de ao'iiea bisreaug, J ri x emmena K'ri-a diia une po vohhe il l'iidt: — J'ai 'onjoT' eu pour nrinnoi d di'-fl fu'e U v4i*ltd< Eh bi^n, a • eb*i un ce n'e9t naa aaulenjwit parue que no'n r ralta di ClnVeau Ronge n A'A dA"oivr'e nar ro en imi3 que \H\ voulu que K^v^ut f* tranaoor* lui c'est anai parequ) j ne mat ils mie*n le d^'t d. pro'onaef plu* loif mp lu supplice d'im homm 1 al crueU-ment frapp. 01 n-mit un coupable, ou ne t-t -re na un fou• Cet d'accord av^c ma IBBW, elle nme par I htrreur du ohtiinnt qu j'ai pris cette dciuin. t Cenen-lant. Fnvaut refta e* rea tra no're ntiaonuier II eg donc i.llianeiBah'e que a* prAse^Ct i^l denien 'gnorei ** tous, et que VOUS ox f ie Z 'a f >'g anp lui et mir i-a etentoura, ls pi us -i/oirets' 1 ir vd!|an"e. Puir|e touloura compter aor fooa? — Vou aav z bi n monsieur, que je vona ?eia devou cor; s "t gaie. — Je I ai.. E'. voil pourquoi i ^ sjii ranqull-. — Vos o r dreg, monsieur.: serent o.ruD il 'usement ex.:uta s'engageii le vieux Kp>j"an• Q telle qu aoit la haine nne m i-.Hi'ire ne bandit. l'affao ion que je voua porte et trop vrandi pout q 'e JH re m'incline pas djvaut voire VO'^nJrt. K ave: un sanglot dans la voix, il jo iu ; — J''o-e. fr un dvouement a^^a birneg, voua faire oubli-r h trahi ou abominable d mon fl'e— Votre tils. rpliquait iudex, et plus un malrrurenxeu'un mi — More 11' le vieillard ni avec effu ion la maia qoe lai I 801 bi-nfaiteu'V Roger venait d'pppa-aitre rnteTaudis que aetjso Ml d scr'ement, Jacuues M pr* vers madam-' d a Trnfosa.toi un d*utl, touiours doulooreaal do lie visa** semblt cepsij rellter, aino t d 1 I espras tout au moins nie certaine des d i ponse, da dtente dut *• ] lo t. Won fi's.. prononi voix rdavenu^ humaine.. Jsij ea iu content ? — Et vous rare? fit %  %  %  ? }ut>x. -A La femme en noir, lavanljeii vers le ciel, dclara : — Ton pre m jugera. — le aeos djl qa'il MJ" vel. murroara Jacquess| en embraaaant respecissr main de U comtesse. — Et Favraut? demsod" dint le rgir I reprit, cea cr^, onte aon expressloa • farouche. %  — Il parait compiteœ* rt dorap-. f f rira)ail Jodei-*— f d'ailleurs qu'il n a plus f*\\ du prsent, ni du P Me -,' que.loraquon pionotce a le nom de son pet %  •t-n.i q" quelque p. u revenir Alor. son visege s adouci' — Le aacret de son tr l t bien pard? ,. H — J'un ai la coo'iC ,on gi toutca mes P'* ,c ul 1 ,0 ll" n SfiJi ses No"a arons •* ^. + pour aurvei'l-r les silessj, deage'.uaua:iei1s P ,0 ; B V leura agiseemen 1 . ^ ei # condera pniasamnieni^,1 paa aa tche. Aucuns ^ redoutsr. KtpericnoiD^ f I



PAGE 1

. MIPPS, CATHAHRES, LARYNGITE, BRONCHITES SUITES DE C3JlitlUCHE ET OE ROUGEOLE. Sous l'influence du PULMOSP.RUM" LA TOUX SE CALME IMMEDIATEMENT. L FIEVRE ET LES SUEUUS fiOLTUfiNES DISPARAIS SUIT. FltPLCVE D*NS (ES HOHTAUX. RECOHoANCi' MU L UAICftllF DU CCRPS i^^,^, MEDICAL fhANCAIS. kl 1\*^S> WfRS'.IE PAU {LUSOF 2O.000 .MLCLCIMS EilUNCER i\tat\ -V — %  % %  •/ rvtcry-Fs r> r:rvr > z,ox "iJ §M cuillirii k MM wih et oi> DP!fTE, DAKS ThCUi lis DRC.CERir.S ET PHARMACIES UUQE lit ROI, il h si lk PUR wons no sincre* crndotance* la s lieutenant et l.i Gend rmerie ,ardeia HASCO I de p antati<-n< <*e canne* prend telles que nous Avons cru nej rouageer. i lesiit, le cannes de b MASCO ._ depuis le crnmenieineri du Jer,taM sur la ligne de Loxn.-que jbPli ; ne du Cul Je Sic. li c>i TH[ %  trennt une ciuautilc d'en.iron 100 JOKS par jour ce O'ii donne, peu [b nouveau wijtons r^us i ;oo ^deennts par jo r (a dire quel'l'oint aurait pu en nvoir lotis vu les dimcults de trait i la voie farte, par suite de rikrouets et de htruis une lionne IK< i livrer reste en iOuifratice. lu 4t la Compagnie ont lourni tint de la quantit de cannes rouf portion a t achete des preprieI menu que pour donna satisfaction l'Usine a augmente le prix dp la i quelle paie en ce montent jusu. Il est mme question de rgler I taits par contrat ce mme taux, ma Wotice rel aux habitants. %  du sucre aux ivats-l'iiis a comiti quila t expdi par diltrents de jooo saci de sucre. |Mte au^si du sucae blanc sur p'ace lia livre 11 est donc indniable que tonne tt nous prtvoyors qj floutra paver s.*s actionnaires de Hti.Nous v reviendrons. lEmiqra ion l"DiCha continue Le S[s S.in'OJj et parti hiersoirj.ee 5u, mi^i.tnt?, i destination de Mannnti aWefte thtrtle SnUterle W anniversaire d la l'on .oie Kcrni.iL-, umgrande !c:e se doanera le 14 Avril cornant it le plus grand b ; en de c:tte t[f le* lves de l'L'colc. %  O i di *iuc; fille des Palmiers fon de lHaberqUip Favratitl iiccit d ! t il ne parve Mu#htf i"fL0U3P, luJex % "•ri, nj'i mre il me rtœarcer du fond du Up ipavoir impos une yi itmdMsuB de rafs l devoir crmpii* qun '< M n.-devaient teint | ayer ( f',iflimaii H cjrDt<> : pyieutromif. Jaur-iad l m qui rno .iurue l'exeru^licjetB. Il n'y a qu'on la mier, ce l-_-Jit l'rrn l'amour, qui ,. imilac-bi* Jp 8 ,.p P oric Uni co, fme.cea de Prfl A rL ,a,il --i' i JJJ-t dra fibl.r. 'P^lriatra aoud.h ma |l, ' cic.t ce (crttaer tes lfe?.!. D, d ,,navi --i r M l.. ,I>fclur '" mai VR B f " e un demi carreau Ce terre tt e* 1 borate par le chemin, la deux me d \< quatrime p oiticn et le res'e t l"b. tioo Recaod. E, 0ii,:a quatiime poilin, borne tt arptu.e par aMe Nicolas Denis K gaud, trpen'eur public.iuivant son piOx veibal avec plan fguraiit en date du 7 juillet 19• 7mesur trois seizime de catr.au de Istir, et barce par drw PRESERVER LTORS Cf.CASSS RESPIRATOIRES eu f\oui SOfGNER ; > n '•' %  ( / %  .'... J*J • hittta > %  • n..l--'nzn, Apthni -, Etaphi tta, etc., ata. 1 "..MSiLTATi AVOIR BIEN SOIN du nVratilov^r que PASTKL.LE3 Viennent d'arriver ; ;•' .VALI VERITABLE* on BOI t'RS 1 : %  -:i< I, 1 "u ,1 : c t si' ca'i cl a prcm.iff, s s tx C v s. I :i venu de la loi du ai |uil!< 1 M |5— d'S si tirs lois et ar t <$ r.!a 1. i la I qoidation d=s niio s a le n a-1*1 s, d L e de'ci on du G n ti des Sectt m s d Etat en d le Ja ;j if\ Un.bie 19''). lin vuiu de la loi du 22 j lilh 1 iq ,S des IDtreslois et trilles lelat.ts i la I auidaiion des mai i aruve a vai: c:e athlte Grsud prog-amme p'eifl d.L.ra:lions. Utrnep h s 2 deri i es repps'n'a 101 '-a s 1 ap:ts midi a 4 h ur s 112 e. le o.r 18 heures 1,2 Veci| itiiBfl i icpr.cnta tons, le Cirque s e.i vi l Si se.i a lant g I 6 le publi: de trot ; co lcssa'e* fonction Pneus Firesione 331 i..l x Chambres air File^tone LOx3/|*2-U4 -3f x 3 tff — 32i4^x4l|f— sttil Accoure M rite M rtateurs, tmr te .stock n'eu lve rnp*demevt. Prix mot l r L. Preetzaian-GQERHOLM otnlpour //,,/ /. La clbre Cordonnerie Anselme i\!ar(iuo A 1 1 or n u: 1 dbviff r pa 1 e mb.euee eli]i^'e uri sculctfle&i Le l^imijnola Vend piix exco..s .'veu.etit lideitl les tilic'ee 8U1VUIJ a Kicmtgi 1 a ie ^tttke llv. 0.8CO Htujro J1*JU s ucietoa y 7 Mecsucoi 1 -j'i Veun Ctli ) I |RJ J*mbon Frris (bouil i) 4 UU La Maison vi.ni tli r to^oir par lo dernier vapeur un bel neortimuni dta boiibOiil Hn Luocb biacui s, as soi* ed la. l'a.aiinoii.ls meosnooa.Ne^ lv u'anJ coutsi rtea : Snrdioea Iran t'Mie aecce lomaie, inoutit-de, SBU mon en boitic, luifree, poltci au j a, rtiata tic. LA K4PAONOLA. GrawiHue Xo iQSlt !',:' %  :. PJUJ. a I COW £T.PATION ^ sussses jfa t> Di LOrtT, Pharm.v-, tiU, l ,.0 f-ni ,. Al ,„„.„ > A r !• i CS8T I K BfBILLKVB r r:s FUR'A TIFS 7 jPOMT* U>FUiNG'^~^i .7 .FrTl'S. a P,„.r ALRtHlUVI \i -rroci (lu.l'Ju,,!, v:>no \f .—"' '"-'LU' '"" **"" i-hirr^ic/M. Y Varils Vetttc ienr m l sua p.o.de lundi \'2 Avril 10 "o.iea d^ malin, e'i feoa du bureau Uu l'oit, li veut-i l'encan do •"i caia ta de sa\o.i si caisca dallumttleB 40 aacs de f a r i r. &f •. •VONTbUUN ELIK l.'i.C't leur j tih.ir DI v|\!N Pelou sfa irac> yc s, au bureau du Jourusl. I



PAGE 1

L* .M**** La maison Lxreelmma-A lUlTIiL 4. riTIUs\ IV H. Sue Cfsstlir Fonde en 1860 |* tewl Je recevoir par fe il entier Sie^ini-r Produits chim : ques dft mnl-j f m M MfCT'ffaWnl de: .*uies Usius de France el c'Ainr* \i haise p^nr Purfaox ni aie;i..,J •SHiiiera I tore iobe une COUPE itrpeccebl : \ ,B P r^j .ois t H, bs, foi in ^ de chipp ux. paitomiriAS riivrrsea dei •bncsn s! Jo nque ciD n le, Trirorh-irui, Pommada inraiU ri. Pommad, Escelenlo. Lotion I HGtNTEB, aseuruai la S £1 t velout. raroL laant les ermw • %  I ne visie dans ^'fe Mai.-on


PAGE 1

^*^nnv ; ^*;5k rftiii filtre, n lu D.RflEClU'KOPruETAlRE O^Dt-HAQ LOIRE MAGISTRAT COMMUNAL tf NUMIH9 | 5 CKNTIMW AB ONNEMENTS POBT-AUFRINCII D' 1 ** 1 DiFARTliMENTS (poil. f" n0,8 CTRVNGBH *m ooi> G 200 G 2 90 700 • 800 minces sont reues au Comptoir la'lf Publicit. 9 R<" Tronchet, IV 21, J i> Lud g ,e Hil1 Londr . Quotidien 119TE LE PU OSE 20S f fAUSERlE SCIENT IFIQUE ihargies p) UJ spciale au MATIN Ld le cet veau f igu rclame usinent du repos... ou lor;>upreiuoe longue rmdoone,le |,jjfiasse en un somme San, f quelles dlices 1 Au rveil. Cycles assouplisses nerls delen • Ijepttnofnt avec a.saucc la Iztn iqat jour, fci les aure soint* sont que a ; g o sires f al iji Si t>Us es ; par l'jpiuiii ctses.n1 laite contre u uouitur CCJ tipporteot un sou.y^emjoi a mais jamais le b.en r**, le du sommeil lulu.e'. l'il resuite d'un; rru adie, ce litu le sommeil— nuis de la ir, de U lthargie, du cojuz-vousde Suinmeiil'eu,1 d un idiot ou l'un 111 J'u homme trappe uapople[twqae'ques a:i es,on a beautel d'une malauic uu sum: U^qite de a mou.lic iselliax h.bi aai. de l Afn%  icrobci qui tnv*hissciit luneet caus.nt la mort.Ap es liOOltUUCtS US p.ticiilS nt plus.s'tvcii.tm a peine •I courts iiulinlf, et entia luai le coma : ce n'est ni Lai le sommeil. liai, on uostive une afi|His inconnue et baptis.*, a *i ( maladie du sommeil : 'les ijVpeiieo. eucc^nauti letip. le temps 4m couil.le lyeux de l'homme se de J/J*"' 0 ' les ai"e* d'aliemnlsurptupLs, dans • abonde une telle muiti•J'iopaifaei,-que les me^Ivueuticoasuite-, se iVf* CtUe no uvclie ac[.ac UubiC( dl$4| aa %  p^^rtMlduornaliie; i,5 e i e **' 4i dans lelih ,nc "ceuteity 8 ? ue -on'en "•*iour 2 Clle ie Uf Ncl P^b /.^ ce te > *ane al r. wmnoleuce tl des Toute gnration fut injuste pour celle qui la pr* cda. Et seuls, d'ailleurs, auront inr.t la reconiiaissauc 5 d l'avenir ceux qui n'encouragent que la valeur relle, Les rats no sauront aucun gr aux artisans de leur dfaite. Paul BRULAT SOUVENIRS LITTERAIRES CAUSERIE FEMININE Car il H epu'se rjpidercnnt le sto k de journ u 1 ngers et de livres de la L br ari.j u Maiin Vois pouvez encore trouve, : Li flftaliu, Le Journal, l.e Petit Parisien. L'Homme ivlur, t£i celsoir, l'iu llldsiratf-il LouVi New*, Su ni 17 Herald, bauUy Piciorial, ut He.iii des deux moufles, L-3 Pel d.e, Le tiifo, ya n M io Lecture pour tous, La jejuess3 illustre. Nos loisirs, L9s Aunahs Us gUci /s ei 1 is montagne*, deSuniaitts deuuia-*, Souvenus de KiuiYe, de Lii;li Ludiuor^, li importante volume pjur 1* o or. Alomoird) et rc is, dj Ir Lne Alisiral, Le Feu sou lac*ilce, Henri Ardel. Li Ueruis e Desse, ue Jauue Parrre. Lettre Familier, do Lauivi.t Taillade. Le Totruoi de Vaupias ttQSfUjMsuuee iilauUjou, eu eouiie:se laiouee,,, de H. .veloi, Gambdiia.aj l'a ai Ueschiuel. Sif W* Scoii Virejajie OUj w. MA INT< H Coiresp. r dance spcia e ,'au MATIN ChezJ.D. ikybulh Sucre grauuld Lu baril Parlez-vous l*Anglais? Une excellenie occasion d'sppreuji'o a marner la langue auglaiseavec une euiarqual>le rapidit d m* vos utuineuti libresychez vous, en suivent uotre cours prpar spcialemein pour les personnes de Iftufae Irainjais*. herive^ pour de.uauder de reuselfoe uieuis complets. lho Utuvirtal Instilule Dlit.) ?3 VV. lUd m., S City niiver, sa*.^..*?etb'utT'h?," icS aaulles "&,;* peuriDviQ .r^^ l u tst r sque 41 Plus „. ct me ne *^5le *.i 3 e I salln eote olus. • ta ^0ne „^ r a0IQS( i i e MU \l COnv *lecence,aulen Niveau se dgage l lT Car -<-lri,tique, .j; i ai P qu4.-dev.ai.oa U ly il ^e pual ^crises grava, l'en. cphiTte se tenu ne par la mort du huitime au douz me jour : si les lsions mauhent ve s la g .nso\ celle-ci a'est comp'cie qu'aprs deut ou t r O'S mos. SJ moy une, un tiers des malodes succombe. Lorgaue l e t le cerveau, priicipalement la rg 0.1 inlneuie vo sin; de la ojque ou de la gorge, — rgion dou pailtnt les ueils ac U face. Mais, en dehors de ces dtail'; on ne sa t pas giand chose : est-ce une ma!adie tou e par icutii e r— OJ bien la consquence d'jne inLcluu gnrale,aaalogue la grippe ? ut elle contagieuse ? — quel est le meilleur traitement ? — ou mme existe-t-il un traitement elticaceP— UJPS lions J. Hiciles a rsoudre, d doat il tant pourtant ch sreber la r.poase. . A moias.ee qui serait prfrable — qu'on ne puisse ps po 1 su vrc l'tude de l'tncph lite l.hirg que, parce que, dan ui aveniMes pochain, elle sera teinte spomaaemti.l... SCIBNTU Suite e! Fin ) ^ir Walter Scott >ut un; premier aiuciur dans sa ji une^sc, ruan il 1 e icvau j mais pouser la charmante j un Alii ; il eut la douleur 8a 1 11 l*, M'ii lui Iriisi-^, pendant toute ta Via un muniio d- aorr ea et i!e POUVCI irs. -.-prunes dans iRokfpyi avic le 101' : £ 11 da Matilda Wieaili J in 'm ilark-brown iing<,hcr ha Ha 1 hiil Maii Ja'> lorehead Ur, H.'li lu J .111,1 lia! rcweal'tito view lier ull J.ir',. eye 01 tiaxd Itue. . rhtr w n .\ wn ..mi peaajve race, 1 A eut 01' Uraugbt upoa lier lace. Le lro.it pur io Matihli f"pit couronne d l'ouclea bi unea-fo 1 ( 1 a qui le couvrait dbit. Ses grei-ra yeux d un b un clair, couleur nolact te, taient dorol.ci<.-, Tlie war-pipe a:iJ .eiinon Are at inverochy Come eveiy hUt-ptaid, and . True l.tan ihal wcartooe, Cctnc every sieel blaJe, uwj ^Sirong hand tha btan on.'. • t Pibroeh de Dona'd Dhu, rveille encore tes sons stridents, Adpelle le cl-ui-conuil. Arrivez, arrivez, — coutz les appels I Veoz dan? votre sos e utreuaenl de coraba, nobles ft paysans -• Venez du tond de la valle, et de la montage si rrcaillense — le pila pen et le liinion — ont Inverioeliy Venez loua h'ghhndtra apz roaura ao'idea, avfc voa Imnea d'SCitri iuus vos maini fermes. Poar soutenir son hospitalit prin cire etsj: ni'^nilicen'-a fodal--?, Walter Scotl tait devenu l'eaaoci de aes dite are; cnftteltia ei public et ngociant en secret, il leur avait engag sa signature, saua surveiller 1 usage qu'ils en faisaient. Une ban queroute s.irv..,:, cinquante cinq ans, il se trouva iiii'i et dbiteur de cent du s j pc rnille livres a:erhog. Avec un courage tt une pre b t admira st Uo-ve l'tk'ii.cre de U Ouuig^oiue Cette formule bien entendue a ae< plique avec bonne volont intetlienee, getiirol ti y /-.s vira %  terait une %  • %  nie de perfection pour l'exutenee fa nuliale eteoaale u golstement joutseestr, mprisant le de irotrptrsonntl el /• droit d'autrui, elle devient un danger rtMUtaie, Aucun indivtaun p ut te oone.drer, : % %  N tue il sans totms* comme •entre du, monde et ratn*ne r tout a I 'i, il s'Mi bon l'La er, a Son plaisir tOUl court, a S'ju m cret OU timplttilent a ton capriceA h icun de ms droite tonespoii I un dcoir. Ces devoir sont de r mi ns par les basants fn4tViduc/i *' '' n tes 1 '.' s uroits identique* tUt autru nuit idut Les n a et teeeuttrte tOHtJmpiruuXf rciproquement, tt qui crie les devoir*' <>n contint donc sans peina 1 de, une um rtume comme un yot de blusphime, car^ si lu ute d'un homme importe i une puissance morale dorart tuperieur, l empirait-, ce naturelle, tu reine des peu ces de cette qui tooluem auns son rayonminent, vers tlie, les yeux sont tvis. Isndme tendues, fins que l hom,ne, var tu Unisse de sa %nmmdU morue pur la raj/tnntont de toeintiin*J$} t elle peut sj-ifrir et faire souiirirouat*,:tbucr des /oie putes tt dnituits (nterroy>2 les ma es dont les enfants, fils et ftil.s Vivent itur vie # louui QVoueronl qutltm tont plue crutUtmeni uteiseis par t arrachement tt'dme de alU-ct que de cru.i-i", dtnioi, ilo*ife par le /lon/hns tjue les mres se taisent ou y-m SM/tf.Aussi bien, elles w peuvent toujours s'ubtoudrt de toute /aille. EUes om elt /aibles. il aurait jullu freiner uu pi e mur cart, imondr les sury-.o %  •*, ne pas luisstr grandir tes mauvais yermes, ni abandonner au haenrd le oi. d'epanoutr les /leurs, du mrir les frultt. Chr oniqu e (SUIT a ET FIS*) ? OR! ii, PAIX MARS 19t I/s dbats sont ouverts. Le œinis ter ri Hic 5e lve et dclare se ren l-rmirdan son acte d'accusation.se rservant toutefois de prendre la paroi' a pr, l'avocat de la dfense. Me Elie St Far, ap ta une courte bio^raphidu p-e de lo'epn Jean qu fut l'un des plus grands cultiva teurs de |ean Rabel, passe a Jo^epk Jean lui mme qui est aussi, par tra di iar-.un nche proprittaireterrien el possde, a paie sel centaines de carreaux de terre, des centaines de tte; de t.iil et plus de trois cents^colonie< c ibeilles.At.3quact cettet ois-ci l'acte d accosstior, il demande de; preuves visibles, matrielles, entre SBtrer. les fouets qui oit servi eu voyer Cj/tau ad paires et la chemise ensanglante de Jean'ine Beaut v le ministre public de rpliquer que les preuves que demande Me St Far n • sont uercs que les dpoM lions des huit tmoins qui ont t, pour fa .-'np.it d*s ae'eurs de ce diame atroce, d n'tait, ajouta t'il.la persistance du Parquet.ce crirae.quoi que norme et digae du tipas.allair. tester impuni Le supplant ioge de paix de |ean Rabel Mr Aristide Cic rou dont la conduite ici laisse beau coup a dsirer, s'tait cootente de dresser un simple procs verbal des con.-hisans aucunement penser metue la main sur les coupables. Bien plu/rt/j,' r f' toutes les requin lions) el citations, malgr tous les mandats de comparution,iamener du luge d'instruc lion, Ittiulten lisait, fort de la prte tton du tribunal de paix de Jean Rabel, tait utrouvable, el d aurait fallu, rpta t il, de la part du Parquet des ciorts suihumains su tou'. pour pouvoii s'tmp ter de la personne de ce lVrtu.it n I Lisait que l'on voit aujourd'hui sut la sel.tte criminelle* Me St lar demande au ministre public pou quoi il n avait pas frapp ce supplant qui est toujouts a sa cha ge. boud s ant er core sur l'ac e d'aciusu'ion qu'il dissque, triture, il insiste |sur la non existence dts p vsa a tonviction qu auraient di li le juiy sur alg nalure ducrime ooasaise de son poque. Autour de lui et aprs lui, le ro tutn de inœara, dgig de romau historique, a fourni une htlrature entire et gard les caractiea qu'il lui avait imprims. La plus humble Heur qui a ouvrait la vue de S r Walter Scot, ce grand crivain, philanthrope au cœur tendre, remuait en lui des aen lime' ta tiop pioloudapour se rpen dre en larmes : — ... th meanest flower ibal bloivs can gxve Ibougbti tbat do often lie to deep for ttars J. U, CllIi.NET I ne fille nourrie de la forte et savou %  tres substance de l't'duialion mater n. Ile Jiabdment conduire, est habttun a sacrifier ses yols particuliers aii bitn ynral t sourire au devoir,pour uustre qu'il te montre. Elle vivra droitement et bellement sa vie dont la beaut se rpandra autour d'elle. Ella Mtoira telle vie sur les assises mu*- y btes de la saine morale, de la cont* etettee claire, de la colonie ferme. Quel, lesocit muynifique serait ainsiinetitua par les femmes vraiment femmes Donc, que chacune vive sa vie, mate la vive sainement, avec et accompagna ment d'esptit, de dignit, de rvrence, dan le beau sens de politesse et de res pe t comme il convient aux choses ex. cellentis et supiieures. La vie n'est* elle pas belle et sainte ? Quelle faute de la ViqwiQlre, de la reieter en d#ho-sde^qfr, del puret, de la, eaut ffSMtM vie ne signifie pu uttjrei trUtomentL ennui n y a nulle place; il unetre seulement dans les rimes ma lais, dsenchantes, vide par la griserie des vlaisirs dont l'abus vieillit prcocement le dmes, dbilite iesprit, ai-mut ie corp: Vivre la vraie vie, c / pin,er l'Hemeite Jouvence, la j M • intVftM, le contentement de soi mi* me .


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05089
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, April 10, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05089
System ID: UF00081213:05089

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^*^nnv;^*;5k
rftiii filtre, n lu
D.RflEClU'KOPruETAlRE
O^Dt-HAQ LOIRE
MAGISTRAT COMMUNAL
tf NUMIH9 | 5 CKNTIMW
aBonnements
POBT-AUFRINCII
D'1**1 DiFARTliMENTS
(poil.
f"n0,8 CTRVNGBH

*m
ooi>
G 200
G 2 90
700
800
minces sont reues au Comptoir la-
'lf Publicit. 9 R<" Tronchet, IV
21, Ji> Ludg,e Hil1 Londr.
Quotidien
119-
TE LE PU OSE 20S f
fAUSERlE SCIENTIFIQUE
ihargies
p) UJ spciale au MATIN
Ld le cet veau f igu rclame
usinent du repos... ou lor;>-
upreiuoe longue rmdoone,le
|,jjfiasse en un somme San,
f quelles dlices 1 Au rveil.
Cycles assouplisses nerls delen
Ijepttnofnt avec a.saucc la Iztn
iqat jour, fci les aure soin-
t* sont que a ; g o sires f al i-
jiSi (OtiojJ assez ch.T. Ls mdica
fomoilres sont ncessaires
t^mbaiiie les insomnies q ai
il le systme nerveux ltber
100I0 mesoniiuiisp n>t>Us
es ; par l'jpiuiii ctses.n-
1 laite contre u uouitur ccj
tipporteot un sou.y^emjoi a
, mais jamais le b.en r**,
le du sommeil lulu.e'.
l'il resuite d'un; rru adie, ce
litu le sommeil nuis de la
ir, de U lthargie, du co-
juz-vousde Suinmeiil'eu-
,1 d un idiot ou l'un 111 j-
'u homme trappe uapople-
[twqae'ques a:i es,on a beau-
tel d'une malauic uu sum-
: U^qite de a mou.lic ise-
lliax h.bi aai. de l Afn-
icrobci qui tnv*hissciit
luneet caus.nt la mort.Ap es
liOOltUUCtS US p.ticiilS
. nt plus.s'tvcii.tm a peine
I courts iiulinlf, et entia
luai le coma : ce n'est ni
Lai le sommeil.
liai, on uostive une af-
i|His inconnue et baptis.*, a
*i( maladie du sommeil : 'les
ijVpeiieo. eucc^nauti le-
tip. le temps 4m couil.le
lyeux de l'homme se de
J/J*"'0' les ai"e* d'alie-
mnlsurptupLs, dans
abonde une telle muiti-
J'iopaifaei,-- que les me-
^Ivueuticoasuite-, se
iVf* CtUe nouvclie ac-
[.acUubiC( dl$4| aa
p^^rtMlduornaliie;
i,5,eie **'4i dans
lelih *,nc "ceute-
ity8?ue-on'en
"*iour 2 Clle ie Uf Ncl"
P^b /.^ ce te > *ane al -
r. wmnoleuce tl des
Toute gnration fut in-
juste pour celle qui la pr*
cda. Et seuls, d'ailleurs,
auront inr.t la recon-
iiaissauc 5 d l'avenir ceux
qui n'encouragent que la
valeur relle, Les rats no
sauront aucun gr aux ar-
tisans de leur dfaite.
Paul BRULAT
SOUVENIRS LITTERAIRES
CAUSERIE FEMININE
Car il h epu'se rjpidercnnt le
sto k de journ u 1 ngers et de
livres de la L br ari.j u Maiin
Vois pouvez encore trouve, :
Li flftaliu, Le Journal, l.e Pe-
tit Parisien. L'Homme ivlur, ti
celsoir, l'iu llldsiratf-il LouVi
New*, Su ni 17 Herald, bauUy
Piciorial, ut He.iii des deux
moufles, L-3 Pel d.e, Le tiifo,
yanMio, Lecture pour tous, La
jejuess3 illustre. Nos loisirs,
L9s Aunahs
Us gUci /s ei 1 is montagne*,
deSuniaitts deuuia-*, Souvenus
de KiuiYe, de Lii;li Ludiuor^,
li importante volume pjur 1* o
or. Alomoird) et rc is, dj Ir L-
ne Alisiral, Le Feu sou lac*-
ilce, Henri Ardel. Li Ueruis e
Desse, ue Jauue Parrre.
Lettre Familier, do Lauivi.t
Taillade. Le Totruoi de Vaupias
ttQSfUjMsuuee iilauUjou, eu
eouiie:se laiouee,,, de H. .veloi,
Gambdiia.aj l'a ai Ueschiuel.
Sif W* Scoii Virejajie
OUj w. ma int< h Coiresp. r dance spcia e ,'au MATIN
ChezJ.D. ikybulh
Sucre
grauuld
Lu baril
Parlez-vous
, l*Anglais?
Une excellenie occasion d'sp-
preuji'o a marner la langue au-
glaiseavec une euiarqual>le rapi-
dit d m* vos utuineuti libresychez
vous, en suivent uotre cours pr-
par spcialemein pour les per-
sonnes de Iftufae Irainjais*. heri-
ve^ pour de.uauder de reuselfoe
uieuis complets.
lho Utuvirtal Instilule
Dlit.) ?3 VV. lUd m., S City
niiver,
sa*.^..*?-
etb'utT'h?," icS aaulles
"&,;* peuriDviQ
.r^^ ,lutstrsque
41 Plus . ct mene
*^5le *.i 3eIsallneote olus.
ta^0ne ^ra0IQS(iie
MU \l COnv*lecence,au-
len Niveau se dgage
llT Car-<-lri,tique,
.j;iaiP,qu4.-dev.ai.oa
U lyil"^e pua-
l ^crises grava, l'en.
cphiTte se tenu ne par la mort du
huitime au douz me jour : si les
lsions mauhent ve s la g .nso\
celle-ci a'est comp'cie qu'aprs deut
ou trO'S mos. Sj moy une, un tiers
des malodes succombe.
Lorgaue l e t le cerveau, prii-
cipalement la rg 0.1 inlneuie vo si-
n; de la ojque ou de la gorge,
rgion dou pailtnt les ueils ac U
face. Mais, en dehors de ces dtail';
on ne sa t pas giand chose : est-ce
une ma!adie tou e par icutii e roj
bien la consquence d'jne inLcluu
gnrale,aaalogue la grippe ? ut
elle contagieuse ? quel est le meil-
leur traitement ? ou mme exis-
te-t-il un traitement elticacePUjps
lions J.Hiciles a rsoudre, d doat il
tant pourtant ch sreber la r.poase. .
A moias.ee qui serait prfrable
qu'on ne puisse ps po 1 su vrc l'-
tude de l'tncph lite l.hirg que,
parce que, dan ui aveni- Mes po-
chain, elle sera teinte spomaae-
mti.l...
SCIBNTU
Suite e! Fin )
^ir Walter Scott >ut un; premier
aiuciur dans sa ji une^sc, ruan il 1 e
icvau j mais pouser la charmante
j un Alii ; il eut la douleur 8a 1 11
l*, M'ii lui Iriisi-^, pendant toute ta
Via un muniio d- aor-rea et i!e
pouvci irs. -.-prunes dans iRokfpyi
avic le 101' : 11 da
Matilda
Wieaili J in 'm ilark-brown iing<,hcr ha
Ha 1 hiil Maii Ja'> lorehead Ur,
" H.'li lu J .111,1 lia! rcweal'tito view
lier ull J.ir',. eye 01 tiaxd Itue. . .
rhtr w n .\ wn ..mi peaajve race,
1 A eut 01' Uraugbt upoa lier lace.
Le lro.it pur io Matihli f"pit
couronne d l'ouclea bi unea-fo 1 ( 1 a
qui le couvrait dbit. Ses grei-ra
yeux d un b un clair, couleur nolact
te, taient d boa vispe tvait 1 emoremie d (a
p naee: *, iyti( ternie .i.it ide ,
Uteeie-jM t peuaiv .;#
Je doia citer encore ,'cea ver gqui
re.pirent h patriotisme ardent dts
clans d'tco se.
! Pibrooh of Donald Dhu
Pibroeh ol DoouU hu,
HibrJcl n Uonuii,
Wakc liiy wilJ vo.ee a:
Summon c.an.co:iun. tm
Corne iway, come away,
yj Haric 10 ihc 'Jinio:is
rine in your war array, \ -
tlenile and cominous.
Corne iroin decpg'en, and
h roui iiiounlain >orol.ci<.-,
Tlie war-pipe a:iJ .eiinon
Are at inverochy
Come eveiy hUt-ptaid, and .
True l.tan ihal wcartooe,
Cctnc every sieel blaJe, uwj
^Sirong hand tha btan on.'.
t Pibroeh de Dona'd Dhu, rveil-
le encore tes sons stridents, Adpel-
le le cl-ui-conuil. Arrivez, arrivez,
coutz les appels I Veoz dan? vo-
tre soseutreuaenl de coraba, nobles
ft paysans - Venez du tond de la
valle, et de la montage si rrcaillen-
se le pila pen et le liinion ont
Inverioeliy Venez loua h'ghhn-
dtra apz roaura ao'idea, avfc voa
Imnea d'SCitri iuus vos maini fer-
mes.
Poar soutenir son hospitalit prin
cire etsj: ni'^nilicen'-a fodal--?,
Walter Scotl tait devenu l'eaaoci
de aes dite are; cnftteltia ei public
et ngociant en secret, il leur avait
engag sa signature, saua surveiller
1 usage qu'ils en faisaient. Une ban
queroute s.irv..,:, cinquante cinq
ans, il se trouva iiii'i et dbiteur
de cent du sjpc rnille livres a:er-
hog. Avec un courage tt une pre
b t admira ce, n'accepta que du temp, se t
l'a'nvre le jour mme, crivit in-
fatigablement, paya en qua re ans
soixante dix mine livres, puisa aon
cerveau jusqu' devenir paralytique
et mourut a le pains.
A son lit de mort, il dit son gen
ilro : t Loccktiirt, ie n ai plus qu'-
une- minutes peut : re vous parler.
Mon ami, soyez un homme de bien
soyez vertueux, noyez religieux, so-
yez ui homme d bien. Ancune
autre chose ne vous doumra de < on
lolstloa quand voua serez o j'en
au s
Ce fut ii pu-- 1 1 dernire pi
rle, Par celt< 1 hm .te fonnrd
et pHr cette large luu-ani , il a't>st
Uo-ve l'tk'ii.cre de U Ouuig^oiue
Cette formule bien entendue a ae<
plique avec bonne volont intetlienee,
getiirol ti y /-.s vira terait une
nie de perfection pour l'exutenee fa
nuliale eteoaale des cvlleclivit humain- Mais, au
sens mi beaucoup lini rprient, t >u
golstement joutseestr, mprisant le de
irotrptrsonntl el / droit d'autrui, elle
devient un danger rtMUtaie,
Aucun indivtaun p ut te oone.drer,
: n tue il sans totms* comme
entre du, monde et ratn*ner tout a
I 'i, il s'Mi bon l'La er, a Son plaisir
tOUl court, a S'ju m cret OU timplttilent
a ton caprice- A h icun de ms droite
tonespoii I un dcoir. Ces devoir sont
de r mi ns par les basants fn4tViduc/i
*' '' n tes 1 '.- s uroits identique* tUt
autru nuit idut Les n a et teeeuttrte
tOHtJmpiruuXf rciproquement, tt qui
crie les devoir*' <>n contint donc sans
peina si dtutiopp r A . yuise, s affraiu hir
de tonte rfi sociale ou morale, est
tn dthors ne la loi saiis laquelle nulle
coin;,annul, h at ou tamd'.e, ne
peut subeiler,
Cependan combien n a-ton pas les
omtes rebattues de ces phrases, t Je
vis ma vieJe veuje mure ma vie.
Honni so 1 qui mal y / nse
(Juand u tombait des lvnu fraches
d'une juune fill dune /-une ttmm -,
ces propos iltstiilciU une irislesfe plus
:/> 1 de, une um rtume comme un
yot de blusphime,
car^ si lu ute d'un homme importe
extrieure d'une nation, ia vie dune
femme u Uis riperOUStonS bien antres
ment iirojoiuiea.Lu ftmme e>i une puis-
sance morale dorart tuperieur, l em-
pirait-, ce naturelle, tu reine des peu ces
de cette qui tooluem auns son rayon-
minent, vers tlie, les yeux sont tvis.
Isndme tendues, fins que l hom,ne,
var tu Unisse de sa %nmmdU morue
pur la raj/tnntont de toeintiin*J$}t elle
peut sj-ifrir et faire souiirirouat*,:tbucr
des /oie putes tt dnituits (nterroy>2
les ma es dont les enfants, fils et ftil.s
Vivent itur vie # louui QVoueronl
qutltm tont plue crutUtmeni uteiseis
par t arrachement tt'dme de alU-ct que
de cru.i-i urt cesi le mti! daujourd hui4 cha-
cun, surtout chez le* tres jeunet et
impatiente, preun vitre sa, vie qui
n est /amuis ^elle qjjfc tes autres avaient
rve pour lui. L-.e rcstruttons douce-
tn Ml conseilles par Ii clan voyance
de* mire prutUniee rteonenl uux ieu
tus orei.i.s t-oinme un langage%rvcoc >",
dtnioi, ilo*ife par le /lon/hns tjue
les mres se taisent ou y-m SM/tf.Aussi
bien, elles w peuvent toujours s'ub-
toudrt de toute /aille. EUes om elt /ai-
bles. il aurait jullu freiner uu pi e mur
cart, imondr les sury-.o*, ne pas
luisstr grandir tes mauvais yermes, ni
abandonner au haenrd le oi. d'epa-
noutr les /leurs, du mrir les frultt.
Chronique
(Suita et Fis*)
? OR! ii, Paix Mars 19t
I/s dbats sont ouverts. Le inis
ter ri Hic 5e lve et dclare se ren
l-rmirdan son acte d'accusation.se
rservant toutefois de prendre la pa-
roi' a pr, l'avocat de la dfense.
Me Elie St Far, ap ta une courte
bio^raphi- du p-e de lo'epn Jean
qu fut l'un des plus grands cultiva
teurs de |ean Rabel, passe a Jo^epk
Jean lui mme qui est aussi, par tra
di iar-.un nche proprittaireterrien el
possde, a paie sel centaines de car-
reaux de terre, des centaines de tte;
de t.iil et plus de trois cents^colo-
nie< c ibeilles.At.3quact cettet ois-ci
l'acte d accosstior, il demande de;
preuves visibles, matrielles, entre
SBtrer. les fouets qui oit servi eu
voyer Cj/tau ad paires et la chemise
ensanglante de Jean'ine Beautv
le ministre public de rpliquer
que les preuves que demande Me St
Far n sont uercs que les dpoM
lions des huit tmoins qui ont t,
pour fa .-'np.it d*s ae'eurs de ce
diame atroce, d n'tait, ajouta t'il.la
persistance du Parquet.ce crirae.quoi
que norme et digae du tipas.allair.
tester impuni Le supplant ioge de
paix de |ean Rabel Mr Aristide Cic
rou dont la conduite ici laisse beau
coup a dsirer, s'tait cootente de
dresser un simple procs verbal des
con.-hisans aucunement penser
metue la main sur les coupables.
Bien plu/rt/j,'rf' toutes les requin lions)
el citations, malgr tous les mandats de
comparution,iamener du luge d'instruc
lion, Ittiulten lisait, fort de la prte
tton du tribunal de paix de Jean Rabel,
tait utrouvable, el d aurait fallu,
rpta t il, de la part du Parquet
des ciorts suihumains su tou'.pour
pouvoii s'tmp ter de la personne de
ce lVrtu.it n ILisait que l'on voit
aujourd'hui sut la sel.tte criminelle*
Me St lar demande au ministre
public pou quoi il n avait pas frapp
ce supplant qui est toujouts a sa
cha ge. boud s ant er core sur l'ac e
d'aciusu'ion qu'il dissque, triture,
il insiste |sur la non existence dts
p vsa a tonviction qu auraient di
li le juiy sur alg nalure du- crime
ooasaise de son poque.
Autour de lui et aprs lui, le ro
tutn de inara, dgig de romau
historique, a fourni une htlrature
entire et gard les caractiea qu'il
lui avait imprims.
La plus humble Heur qui a ouvrait
la vue de S r Walter Scot, ce
grand crivain, philanthrope au
cur tendre, remuait en lui des aen
lime' ta tiop pioloudapour se rpen
dre en larmes :
... th meanest flower ibal bloivs
can gxve
Ibougbti tbat do often lie to deep for
ttars
J. U, CllIi.NET
I ne fille nourrie de la forte et savou
tres substance de l't'duialion mater
n. Ile Jiabd- ment conduire, est habttun
a sacrifier ses yols particuliers aii
bitn ynralt sourire au devoir,pour
uustre qu'il te montre. Elle vivra
droitement et bellement sa vie dont la
beaut se rpandra autour d'elle. Ella
Mtoira telle vie sur les assises mu*-
y btes de la saine morale, de la cont*
etettee claire, de la colonie ferme. Quel,
lesocit muynifique serait ainsiinetitua
par les femmes vraiment femmes !
Donc, que chacune vive sa vie, mate
la vive sainement, avec et accompagna
ment d'esptit, de dignit, de rvrence,
dan le beau sens de politesse et de res
pe t comme il convient aux choses ex.
cellentis et supiieures. La vie n'est*
elle pas belle et sainte ? Quelle faute
de la ViqwiQlre, de la reieter en d#-
ho-sde^qfr, del puret, de la,
eaut .
ffSMtM vie ne signifie pu uttjrei
trUtoment- L ennui n y a nulle place;
il unetre seulement dans les rimes ma
lais, dsenchantes, vide par la
griserie des vlaisirs dont l'abus vieillit
prcocement le dmes, dbilite iesprit,
ai-mut ie corp: Vivre la vraie vie,
c / pin,er l'Hemeite Jouvence, la
j m intVftM, le contentement de soi mi*
me..
-


. ;m ..
Jl ouvemcn i
Maritime
Le Steamer Gorgia de U li^- e
lanarua eat ei:tr hier aprs m ^i
m ce lea neuf rengager! ttuiveois ve
laot deNewYok.
M. Il Charles Moravia, focq i
B'gio. W S Jellara. Melle* Es-
GooJan H Hlne Kw*d\ ait
Maiegron, E L l'eed, J E lliiry.
Le Steamej Venue a lia H V
vk ' 10 du cou8ao' pour tous
d'Hati. v
teproch aux accuss, et dan uo de
ces l;ns oratoires qui 'ut font hou-
near.il prit sen volver* 'e dernier ca
iacysmi mondial, vers la Socit des
nations vers le bolchevisme et le /?'< que
ionrtnt uujourd bui la tWbts de '*"'"
ks CatbtJrales contre ftmpttiahstni-
Le rai ni tire public revient la
charge et dit que n-algi le glas que
.onnect les c'oches de tou'es le* Ci
thdraht, celle de Me Saint Far Ht
malheureuseirent f'e. pour la rai
Ml b:en iwple qn'il e't sur un W
raiu gl ssan*. Il rpond que c st u
Parquer, seul juge en la mat;'e. *
rreuere con're le supplant t'I *
Oditafli que de raioi. Pui se
tournent vers les accuss, rt dune
* l'queere.i! demande aux ju
la cendanana'ion des Mtaatta, ne
s'rait ce que pour empchsr la te
\n*r J? rareillffi atrocits.
Me St Far qui a eu la parole en
dernier, recommande, au ront H e,
Ji' des jors. lesquels Mai v!ct:-n-
4e la perscution, de "envie et A
la jilousie parce que ind!pulinta
r( iitatigib'es travailleur*.
Les dbats sont ferms qiatre
' eures et demie Le jury, anri vinet
ciaq ir iiiutes d d ibri'ion re onr-
na avec un verdict reconnus ant 1a
culpabilis de Joreph Iran comme
aiteur de la mort de C el de lesntine Besu' et lacomplici
de Tettulieo Usait dans ce double
tneurtre accordait i ce dernier des
-''constances Ptt/nuantes.
/.e Ministre pob-tc requiert enn-
?t* l'iccuse loseph |ean l'application
de l'art^le 219" tu Code pnal et
contre Ttrtolien Usait celle de jSa
ier alina du mme Code.
Le Tribunal, ant en avoir d'ib'
rondame Jpseph Lean la peine de
raott et Tertulien Usait a cinq ans
de travaux forcs et aux frais* et d-
pens de la procdure.
A:n finit cette Sets'oil qui est
e.1 quelque sotie rour les un les
leunes surfont un puissant siirnu
hut et i p'eioe d'enseig'm;. t
pour les autres.
C'Est Une
Monstruosit
donner des mdicaments alcoholi-
ques aux enfants. Il n'y en a pas
une seule goutte d'alcohol dans
L'Emulsion de Scott
M"
NOUVELLES ETRANGERES
Faits DiveJ
Arriv.iedeM.Cba.ipou
I'jmc Sn.u.-u i..,- b T.** -"Ol
n>. im airiv hier, M ., '"y r1>e
ire Pliniroicnti.ii:t .' ;i41, {,' ]0ri4.
Nous avon t heureux de ,, "$*
et collaborateur qui n0UJ !eul",*i,
L Intronisation du Sacrer
Les nombreux lamillc. cher \, e-
tronisi |C Mc.C-*:.CUrde SS^tH
ci laomverMire de cette intronla*?**!,
ht cela la... preSqlie par.ou, ^
.les ntaml. stations religieux, j'Ll!
le et leurs entant,. Pe "*t*|
. Service funbre 1
Demain dimanche, a t0 heurta
Ire en I honneur du lieuienari I *"k*1'
oeU Ocndirmeric j ,Uiti, '^Jj^i
te r^iscahobiS. *
I Av i' .'921
FRA\TORT(n ra- h B'*')-
le brni s'e midi i Fran-f>',que wM l"1 or?^io^
des allie, le' troupe, IffCilets -
ur.Dt l'ordre -,,v>-ne' 'a vile. D s
'udi-aDts, moi*' les. harang"rert la f^u' q-i'ils ex-
et A'ert contre les troupes Iranti***,
il y eut ds chut'foules en diff-
rents cid'o't On signale q ''ques
morts e d*"R blesss pirmi 11 oru
lation allemande A vingt henrti
l'o'd-e 'a t rUbl1 dais I4 vill dont
l<*s pitrouille^ ' swaaient ls ni
A ai hnr* F atefort polent ai' u 1
anert ca'me. en fis^n de I interdic-
tion faite aux h*fe:ttftW d* flr
ap* 2t h'tiree L' nOJV-lle 4*1 *
vcul'ion de Pr ndirt pu I*s un
pes franaises est donc absolument
intond'e.
M\YENCE-On annonce de snur
ce ce t'ine qu? qu,-ques h'uflou
res se orod'iisirent i Francfort au-
jou'd liui L'in'ervnljnn ffr^q'%
des coups f^an tices rtab' 11 O'dr*
Stt:vant de'enseig^nflentedsou'C,
allemande, il v aurait eu s>x t-t^s
;> b'ess du des alleminit On
a des raisot de croire q'ie. ces >ni
nife ordres provenant de Berlin.
FR\N^FORT- A 'a suite des
chtulfoues, six a'I-mands Ivmh
tu*s e' trente-cinq b'ecs L'o'dre
est i*'ab'.i.La ville est dans un calme
abo'n.
PARU (O fic^l) L'opration mi
litaire de la journ4-* du 6 avr i sir
Francfort Diims'aU. D'isbur^ et
Hanau fut comp'te dans la journe
Par Cable
H-/ 7 ntr l'ncevM'taa ** !I""b',u"t
i qr^Z' k:'om*rs atj no-d d*
Fran-f3rt.I.'or.cunation a*efla*naans
un moindre inri 'e Tin est cilm1
dms '> rgion OCCQce.
Dollar : ls 12.
9 'vri' tqJO
PARIS L'aviateur Henry Rrtf>cr
vi*nt d tablir le reco-d de la v;t"sse
dnt la pteewnfrs d" Pari? i Lvon en
un' heur^ riiT"-1!" rn:-ut'S f lisant
ain^i i|c, kilom r s \ l'h'n'e Sm
appareil et* >< m d'jn 4ieMSs t f d>
rnmp'fssio-' d c z l hau^e aH'*n4*
d > t ''-i' en i.iti (t me'* f-i<- emp!ov*e en 1918.
MVDRIO li'rmttmt au roi
HE ot?n' se^ lettr-s de rran-e Mon
siiir d St'n- *-'lrt es^f-Tn s"?
soih ts dJ voir 1 En -nt f te>"-Il*
s cim nter enfe la France et I E pt
ens 00 tr le bn:* rdoroqui des
d-'us pirt. le roi. rD-olai\ mon-
? r >ks int*r|h p-,vsioiOBi d* deux
piyt t a>rfi rai i l'arnHasstd Iran
va qn'il t "OUf ra t aup es ds 1 ii et
I* 01 Rnnvrnement U cooairiMori
lt p'-i aho'n ', afo lit : :' m'e-t
ag-*tb'e d'exvim* ua^ fo's d p'u:
mon a lfi'ri; 11 ohj* 1*s garnies et
nob'# qril puo" f on. i dto |i fa tune eo.il-
m d n iTl r%f- et m s sentiment
d* u*nf->n la "t cin 'm a"ect' An pour
vore rnv: ^ f >*' con : J re raieuc
tout r* q ji fl rt la F l le
PARU -1 rorresno-^ IsUldoifoor
nal , 1 VI y ce. t4' j't des inedert* de F tncfo'',qu'une
fouie menaante en'oure un poite
d deux caati maro:ains d;vtnt le-
quel s: promenait leur olzier C lui-
d lt t. ento'uA et entran loin de
h^nime*. Las ma'o:aios. ao*--e
vint leur ch?f l" bf> lev'v h
cnfnl en tit"er, i I* d^^'ii t
d-s m insd* li foule a l'aida i- Un
ba;o"ntte. O' oumnieralt t-'"1 m '
et nlus:eurs b'^ss^s D'"' re ri't le
tourna' nubile un d*"cVhe de
B*r'tn r*'0'odui,!'t''t. 'a v rron al'e-
nrnle dlta^t qu'i' v > t h 1 *u*s e'.
trent* b'"ssi: du ci ' a'^rn -^ et un
o'fi;!" it* p| p'u'i "" o''tsb''
ssc
t., -Mi ^-
'ra
MVYF\' "E <">n i-i d"Uii n b*tf ' '' m,r,ni*. a
Irt-Ti- 1 ee'r l'Enrafrl, n1 ,l '"
Stttin 'e d'rif" vers le bi ni' ' la
Rtrtif
M^YRMCE r.- trvio- '
ft>itriW*V ot'oi ' "tl Htsi !do-ff
a l'aide d* lances Mamirs
PARIS C* tilt imstl lin;-
p-rv'ois B'rms'itques roinii'tot i
A"m'ti et dans certa'ns ptyi nan
tre? le b-ui que l'Augleteree *tl*t
Ruts Uais aviient stmoi U Pauct
d'eaqier Prauelt. La noiv: ; vt
fib'emeat teniinci*ui; et qu povo
q na me certaine elfervesc'n: d'^s
nonve""mntls;r^:oas o:ci s,-.t
absolum-'t df mSj de t3iien,,t.
M4YBNCB Le cilu- remit *
Frauclart, Les autorits ris>r*nt |
anaiser lea tui!tnts. Ls mitivn -
lues firtoj tpuoier tuf les mirs d-
la ville des atfi:h*s inv>tmt la nopQ*
lation au ca'm? Lt-s limnis d;
police de la -e faits prisonniers a
Francfort seront t'ansnor's hors du
territoire occup Dans la Ruhr, il
semble que les vnements en cours
exercent une pression sur le; troupes
de la Re.chswih-, celles-ci ,.lw
lentement, Essen fut prjse J'
muge se rfugie en territoire?
par les aegliis, 1 prisonnienu
yen au nombre de plosieunJ
Les autres qui f0at altencos
dsornos.
M\YENJ-E.L'avioceiutTiM
ment une. manre-jvre d
de pa:x Seul un incidt
a s g aer il se poiuisitaaL
Fran lait S^lon des rappon.,
avateus aurvol nt le f0-
troupe une au 0 cinoa alleu
tira 2 obus sur les patrouilles!
uses.
D\RMST\Dr L'ic:u,il |.
MbNION. Le voyage o'Sc
Desch mel se termina par aae n
i Men on o il rs t on tc-mij
houstaste, il restera quelques \
dans les Alpes miinmes tm
stiic'em nt nriv.
MAYENCE. Himbou'-gfott]
1 sii hea-ea du muin par les
pes fran)is?s.
l'AB'S- LclnrgHaHairisd!
le.nagne rit pirvur i Vlrl-rtsl
njte ai Mjj't d l'occapal^
F-aa:lo'. Mllermd crnirn-iiii
ili contren e des aubmalMisj
s: runir 1 cini h ur-s U riit
quil i hoie ti iu d tdreser T
RO'tlE L chiac-illier %:t\
sas mi ns'res et lea Sec tais
l a' Au rienien ejre-t aat
reace >e.- Nitti. Cette coairt
n plus d une heure II furent ic.
r cas pu le R j qui doaat ail
neren leur honneur et auqadi
tuent t>u> les ministres et
dignitaires de U Cuir.
^MULHOUSE Oi annoncelal
i '.'tg d- ^0 ans d'augavte
UCien dpat potestaiiJri
cier de la Lgion d hoanrar.
--! Il-
57 FEUItLBTON DU'. MATIN.
Judex
(RAND ROMAN
Par
A* 1 11V H P E R S L D E
( Film par L. Feuillade )
1/
NSUVIKVIS JUISDS
LORSQUE L'ENFANT
PABUT..
*
[ Rr Hr' de;, pisodes irw.eilinU
lebirquicr Pivriui, au pcivok de "udet. ex-
pie une existeoce de crimrs et
University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM