PAGE 1

•t£ JiAli-. Cercle \ de Port-au-Prince AVIS IMPORTANT NOUVELLES ETRANGERES Par Cable La Comit excu:t du Cercle de l'oit au Prince, ruie les Soixante dix membres proprtairtM, leurs re,pr peiitanta, u ayant-uioits, de vouloir h eu te leunii au cabiuet do Mo Leapiniaesr. ancien U&'oncier do i ordre. a\ revoir les intressent, et prendie au oesoin, •es raolutiojs qui leur aeront proPOl — Avril 1920 PARIS-. Miller nd reut dans la ([ i ll7l ()i m a'ine lex-a"a:h' commercial a ocat du Comi , pour ie par0 S r et Monteur Decheville communications qui 'es 1 u reprsenteront la Fnnce 1 la coDfrenc commerciale d Cin a nhigue entre les dlgus al lis et les reprentan'sdes coopratives russe?. U premire runion est lixe La dlgation partira dans la soire ,:et s ' h Avril, 4 bree,|poorCoaohagotal qui pjrlj lien le 17 Avril courant, a U Lgation J-l'-.ance. au Droit d 1 Œuvre du vtement KC "' ( -*n sait que celte u.-ime lournit atii nen nramittui, non seulement la vtement, icai* encore tout ce dont iUoal h.'suin pour asr'Jrtr Ifur Orijucatatiot) scolaire. Le public port au-princien. dont ont aaun •-. Jr principes de solidatit lociale na oarraafmett fil loule a ce bal qui scia lune des ttei Ici jdus bridantes de la saison. Il y a des cartes d'ci.t ce i > (.-. pour une Bffr*mnr n Je cane a • il ^l^Tt'^t !??*** delta ou le tservor dhuiie est ajp.1^ !" d F J ' % M c a d e r du moteur, le le y. a peu: ctre^/,] i P S" P d '' Bil1 1 U '.^f 1 obstru. le bouchon du rse.vo.r .ii g "• i ho | 1 l 'l" "nonial ofii.i.l e pression lit mal une. \ o.re nXor 22 ^ i AI '"**** d T,^ ,0 *l ilant en marche toimTlml^l^S^^^* 1 !" ?] de sortie de i., pompe C t rendewbo. du SftA U R hl ? ss uma la ie roac'i'je ac tice eu mot. w e'a a i..n t "icite ci le utiDcemerat les ^etfmen's'a i a n .-* dans U voie de 1 apaisement et 1 inpuisqu? nous fmes l)ul pour e.n-!btssin de U Rulr. et oistatent qu pch;r les conilits saaglaats et les \ I situation est dsorrai'S nette Le* actes de destructiou dans i; bassin journaux estiment goJrilement qui minier qui pourront se oroiuire. l'tctioa militaire est nin\ d\X demauls loti de la premier demande d'au'orisalion, notam nent l'occupation de Pran:fjrt, d; Darm st d et Haoau. 11 y a ioot lieu de peaser que les allis s'associerout aut mesuras rclamespar la Franc. PARIS— Les mesures militaires envisages par le gouvernement 'nn sanes. Lt Via in > prcise ^ue Milleran tlg r iphii aussit'. a is alli. LE cho de Parisasouhii e q lel'opratio russisse aux troupes allies Le clou nal dit que le bit de l'opration es sinplemeit de rprimer .et 4* faite •eiser U violation flagrante dj trait vais, ont ponr unique objet de rime 1^ a Petit Parisien esti ne que le ner 1" Allemagne au respect des articles 42 et 44 du trai de Versailles. Mille and notifia i Berlin les garai lice que la France CJ isiiee co nme ind spensables, au cas de pntra ion des troupes allemandes dans le btstin de la Ruh .Berlin dur d>nc s'attendre 1 l'occupation de la zoopr 4 c te. qui. vraisembl ib'ement aurait heu sans incideu's. Cette occupition allis app-ouveront la Fnnce et coi. prendront le dioger pmr la piix in ternstionale s'i s permettraient a 100, oao soldats allemands d'ill'r sur l; rive droite du Rhin siamettre am horreurs de la lpression mili'iire i plus inius'rie'le rgion du mnni Le Prir fnuRMAL Mayea:e d.t q i U Reich-ver semale de:ileaoccu per tout le bassin du Khi i L*s >flin'a pas enenre om nnce ; elle auciers arborent lanciem: ce car i. ra'ieo a une date uUrieu e. m is impriale L'artillerie b nnbar l e DJH prochaine. burg Les co n nan'ites o:c nent fis r.ct purgeur plac au-dessous du coips de pomv-e si elle touine l'eau *"n sortira avec force et rai saccade. ai non elle coulera doucement. i • Le cm &f tanc le car et du moteur, e ra Vofi %  ;. vos ubioeti de MCI:— L'sscidre llienna arriva, sei.La Reischwer occupe .) >.\ n inj, ommande parle prince Ud ue au-[ll im-urg HUgnS L'E: i) I'aris quel les auto;i'.> suna renl li bienveiue au nom J 1 pr>id:nt d la Re.mb! que. KOvlfi —On annDice le retour de Carnni qai ago.ia i Copenhague avec lei dlgus des coopratives russes au uo n da gouv.-rnement ita htn.Gartini propo>a .'accord survenu comportant les itci ; t es paur les ouvrier? italiens d'migrer en Russie noir reconstruire les railvrayi La Rus'.ie serat pr'fl 1 livrer une grande quantit de be l'Italie. .Viayerice et la dise te de l-'ra ictorJ iment que la R'ischvir suilirail, a t rim-r les i)aior4res sans les re 1lo % auxquels la l'rance s'op,nj;e iQ/ENrlAGUB -Plusieurs niUlkn tic socialistes de filer nt de;.ni h IULU^ oyri en criant v ee Li K ^b t\\u P\R1> Xiayer ct G)itperl, p-isilenis ik ii Ulgt'ion atUmaml* la cJifttnct adressrent d \iilUrtnJ m note Stforanl d attente > %  i importance ./." ii.Mvem.'iit dits le b.uade u Hubr et ni\ntenl pte Us mesures U g2r.itlus r.l.ines par la France m umpjsini tur les patois des cylindre.. A. BARREYRi ( A suivre ) ,'erveotion des troupes ayant par ici p a !a contre rvoi it'oa de B In peut "entamer Les pires consquences. La Francs tvy sera MB! rien | PARIS -Le aTem-sa.comm niant p, ; m prise ici d, s effectifs de h la violt-on allemaode.dit que V tW\i\P<*ckwtr t foxupolion ne devait pas migai ob it. toujours aux m-m 111te prolonger, traditions. C'est 1a mme caste des P \RiS. Le correspon itnt du Pet. mil'ta.res prussiens qui prparent en|parisien Lonlres croit savoir qa* 1920 la revanche comme en 1914 ils l e Gouvernement rtritiiivqie de n prparrent la gu c rr t Aucun innyci nerait la coopra ion J l >cJan t de persuasion ne rduira ce milita' d e FranctDrt.iDumstalt.de riaoau tisme aux mettes m-l taires envisa-' e t de Hamlurg mais se renia a "'BO.I?; ^ t *^ C f Vr ? 1, Icompt: de la gravit del situat.o 1 BERLIN ( Oiltciel )Les troupes e l'e su-vra tavoribieinr.it l'actian d de la Keiscbwcr occuperait DJIS[ a France, bourg, Kiraap. Rocklmgshiusea et U Pstil hanildll ue le; tfOj OBS "'-tt Ps frJuverje.neatales soit, btea >loties journaux so: sccuslli a dana la r agoni ou 1 1 lignent limoortan:e de la nouvelle bandes ronges co nnue u dei exc latt tude del'AUem g le,relativement et se.taecl Finqaitude et le d^sarro LtU vaements su.venus aans le dans les rg o u oa les accor Ls re4 partie sptentnirui; .}? veh: avana sans .iiitanaf S ^prochantdeiapo Ul0a ^ g %  igagements devienoeof [ u %  ) Des renseignements p ar wj'* ix Etats majors Allis a/* 1 ? I ax cens morts dans aT es de D isbnra vlADiVOSTOXTchicfcJ • a au lapon une note lclswauaat ..nsiireconne aae ^£k • rcorJs conclus, l attaque h-T :j.nre l'arme rouge deVitT PARIS. Dechanel, pjjff •aire pour Nice assister aai {vnusfques anxqaelleuni;glement Petain et Laodiraj., le la marine. Les loatnaaT auent i examiner la situation t tant de l'entre de la R^a,, ian,le Bassin de la Ruhr PARIS. Le Petit Parisien jue lesiindications donnei %  • note Allemande sar les etlectits j pntrrent dans le Lixssin de |jW son! *ujltes i caution. J Le Petit Journal dit q Ue (J iaa de mesures m li: airescoasii, otamnent dan; l'occupation 1 -rao.tart et H mau ne parjit • absolument imminente ma:i ti cer.aitie Le | mrnal rclime que le9 J do;: o-'tion f o>-nt sjp.n p .ur les viles qui serait-J oes usait observer que h n;rJ ive l un prlvement i m m.* lin* r^it d • nitare re.nto.cer le CMH re le notre action Le correspon ia t da Matin >j baien anno i:e que es trojaw 1> gn i" s nt en alerte. PAlilS— C.D.T.rairemeat lai velle oublie dm, la inuiii-tl rea de Pans aucai: intj'mi'ijjl santqa; o d:e au a I ' 41 p.ir la Reich %  .vw \ vacuer UiJ neu re M %  er ; d n da s h %$ ait le enarg d claires B^^naa)i >ilZ\L. D.-s b.'iiei arriva ii heur-'s quinze il fut acuei'lidl reusem.nt pir une toale coaud oie, il al ,a a U p-fe:tureoa le L ce LJ >ic au uj:n da '01 d'ialaj re nit 1CJ lier i^ 1 annoaculj accon.iagi da jiince Uliail -e lit au ci neti e dpoier UI| ne sar le mona n: it d; iai L* i J i e ssideac assista au dei >:iit de gy nnasiiq n e et iuij ii noaument eieve aai ptolsiC et e ^ dt COIIL:^: et de h/:iJi] n e no ts o)ur lt patrie. \ l'issue du binq i-t, qui %  ert car 11^ n a icpd .M pronoi;i u 1 disenrs trs a^pUlt, Il f F • >ge de Fo.u/ieJela sxi i: gynaajiques a de ses d rigsu T^ ^^ !" :i FIUILLI.TON OU MATI.V< OBAiNO BO.MAN T'vn A ni n v 11 u K n x i, D E t Fiin par L. Fenillade ) JI,';ITILME PBODI LES SOUTERRAINS DU CHATEAU-HOUGE l s trois bsnelit?. n'esta dire Crruarc, je doCt*Qf et le C %  liineur taient iftifl l'ai:-' vec leur pri leonnitrI Diana e'. Aniaury altondaient sveC nnpaijr, ie taul ti de Ifia^edi lionCtuierd tait foui de sui e monte leur dite a y eat! Le typai d est on bar.. on VH vous le monter en douce — Bt .Uoral? inter-o^ea U Wonti — Il fat reate un chteau — Ah/ par exemple! Pourvu qu'il n'rfit pas encore fait ipaelque soitise! — < )a impor e obse vait oaooateqr de la Jinrtiefontaine tandis que Cr niard e loignai!. ni fs Noua tenons le banquier., c'est 1 ISUIIP) lesseitiel.. La lea'e en peu Les oiseaux de noit Et mr re|tr- t adu va ,' av .,, 1 r Ur.fti'ier lit quelques pas pour tunre tandtn <(ue sa ['ruiielte sgfvnf-r a ao. tour le couloir. clairait d'une lueur de meurtre Mata pratanK aussi'.t il s'arrtr. 1 Et elle uiouta : 1 bancelatit.. ionrdi — || idunra 'oui p.ix que je ma Son visaue cfeaofM d'expressiondbarrasse de ce Mora's., Il dbvient exprimant le reilct d'une aorte da par trop insuppo:tableV>i lointaine, an(antin..o' t tombant' Bt comme Amaury de la Hoche ttjr lu cbatM f %  • veoait aquitter fontaine avait un a>gna du tte tp ('.rifltA*. il Mmita chBatonuer une probauf, elle obs rva : *,,^f pdloodfl tiainarde.. tandis — Laissons le tranquille pour lins im aia tiraa faisaient le geste de tan', fct prparoua-uoua recevoir !)• %  •" eo ni*n*> de MtM mieux le brave banquier 1 1M "• 'adieuse An /son petit fils qui va r* a la fois bien heureux e rawHit-ei.' 4i eu 0t tout coup au (l * soi p • e itou devoir cai bert i—tmi du i* isjoul V j l.e docteur et le Coinnueur appor .^•mi tl'M'ft. rr j_> eo(.r a n i^iaut leur homme toujouts tro te < !• u.rioia isans p?roU>* accda u:r aient l>/olt< qui's dpdsi'rent au lion' milieu du ealo'n dans l'ne vaste ct 'ann )co fortable bergie r,o>ttl larm#a. #ives de noss %  le lui ai donn la ooso maab*wj)ltatl uti, coulAi-fii' sur leb b iwe. aapjjij"ail le mdecin. ^..DPU rav^u^es du nriaonsier qoi, • t. fc S vaiaj: mieux I De cette fa ^*lm e douloureux, demeura lia. on il n'a pa bron^Bb ei il nous u antullf" 1 fab>meiit pon mme 1 is , . piu tip.nquillee pendant la "ct.p i.iotiCleui tl caressant d aeul ro r ^i >ndi l'i" 1 en partant., |e i> r aticiMi def ^JI" Ii preinlri fofa, lanye da t riait Iaa hens. Pt dvsf'it ta tle ij % w i(jfCJd \cuait do la uoler de son an aoidiai'i K vr*ui.. ,loi>(|iaaju •£|.. eu de colre si nt eot< ndra : t : • .• — Ce nest pea lui/ a'eicUiuait Diana en dvisageant l'ancien meu t ter sea rSib ona qui, sous l'action ou puiaaant soporifique que lui a va t edministr le docteur, demeurait %  loh^ dana un. torpeur nbsolup Ft en proie une rage folle, 1 av >n rjiira hurla : — Ct bomm a je le reconnais' C'est Pierre l^erjean C est le pte de *ioial?i — Nous avons t trahis! reprit A maure, non moins tarieux que 11 terrible asocie. — Trali'g/.. Par qui:' ripostait la Monti. Voyons., ce nest certainement pas Morals qui nous aurait livr on pArg k la place de Favraut. ,a (Juant Judex, III.VUH pour iiqu-* jouer un mauvais tour, il Dirait pa? s'exposer perdie u si tl-v >u • nei w t.".ir..ca' il sait t--bien que qunnf je liena.ma proie, jo ne la lclr jam l' i < M y a li certainemen* qn qui1 i" 11. iji' je renon.e m'exph quer Es ce que la faia|it s'acharne rait sur noua* • a I-.:, bten, quoi qu'il en soit. j ne me nena pas pO'ir battue ie continue la luite| Lt dsignant Kerj an d'un plein de mente*, elle s'cria — Pour corru ni'e p il va faire disparatre cet liomm. ai denidin, on trouvait dans la Seine son cadavre dbarrassa Je ses lijsns, tout le mnnie croirait a un accident ou h un suicide -• Uiaua! voulut interrompre Amant y. -* Vieus/ silence' imposa la Mou xi.. ()n est avec moi ou contre moi. a F n y a paa de milieu., et je nr connu pas le* demi mesures Choisisse/.' Dpaa'n par lave-turiore, le Roch •'Otitauie cou r b '' 't. Le gentlaman J • iv sec p*ait de se uuv complice le ces bandits Piefre li o ijean tait ifrtudtabie ment condamn IV yesle fdo> 1 %  1 de La nez rvlateur Depuis la scne COmieo-tragiJDfl qui fiait droule dans son burea 1 L-ocanti 1 avait sunti s'oprer en lui une trange et salutaire transformation morale. Attendri p*r la dqqcenr ii£t/e de Jeaooot, sumul par le courage in eliigamdu mma Rgliait, 1! taidevenu en quelques heures un autre hommeIl no lui en fallait pas davanta^;! poar que, toujours sous, les auspices de celui qu'il s'tait donn pour maure, c'est a dire de Napolon •i se mit a rouler dans son esprit, •es plus nobles et les plus audacieux proj tsHttsor par ses raoporla encore rnyatri ux mai excelle t avec J ijex, i| gj d.-, Q u lai si, im tua i, 0 af.it pas . j JU r un rle uan • tout* cetlu atlaire. et s'il n tait pas le s u devoir u'honute homme e| da ci'oyen reoraeotqeux des lois de son payl, de dclarer ia gnerre, de sou CQ, caa get^s qui avaient fa.Hi hue de lui leur cornp'iqa plus 01 ino ns l'icq iac(aot de toutes leurs 1.1 pi ndttj' (i).Oia;e il le disait, il ooamen rai.iv. i cl *ir en le nim- l se rendie compta du rle aussi ingrat que dangereux que la bande Pani Monti, Mira * la IVche a aatue et Cie avaient chercu lui faira louer dans le drame aujuel an fcheux hasard l'avait a. mtiiueniaiii ml. S pouvantant devant les consquences qu aurait pu avoir pour lui un pareil entranement, il'se lhci tait cordialement d'y avoir chapp mettant d'ailleurs modestement sur I compte d une intervention pro ddaour, pluit napolonienne. |aa avnements neureux qui lavaient fait davier da la rou e o b e 1 raaljr lui, il s tait engag i". . %  -%  J — j._.. —^w^wawa Or, si Cocantin s'enflammait dment, il s'teumait ivae moins de spuntani . Sas c'taient jamais di longue Ds qu'il s'apercevait que aafji tures a n 1 ireuse^ piuvaisat fiij lui une dupe. 01 l'expoaar I travea en mul s irtcut da dangers, tonj )ur-<. s 'ivaat saa pression, il s ivai-. coopif \>> par la racine(., ce tittaitl ment ch /. lui affaire de volMiM bi*n de tempiam^nt.. Voili 00 ir (u ii, a>.* noiraxM puar Diana di ieu le plus laaw cenl, ii en tait arriv %  u |J t, 2'^ s ns transition aucune la m fini a*eq|ent. rsuusot aiud nouvel tad'm P*r cat e nui BOIS son apo nDirisios | linir,'u spie, rvht n4anoisl| fond e^celent deaoa coeur — Une femme qui estcupj b.ttre des enfants ne saura* vriimynt ure amoureuse • A partir de ce m m3nt qni tre une liaura dcisive danii^ le directeur de l'Agena CJJL avili vou une haine sas 1 "* 1 la Monti et toute sa baude* S'armant due farouche tnn, et si rurasstot de toa* n rapidits, l'rosper l l mule les gra 'des lignai soir^ Je ca npagne. — Dsormais aa dit-il. J> "pas un na ant de repos taBifu'aurai pas dmasqu ce M"" unique i-j ne les aurai P moi mme la justice. a Pour attemd-e ce DU i. dcid tous les s icriH i %  et autrea. flUii, quand je devrai! cent fois ma v e, rien ne m a Jour e; nuit, nuit Mt J 0 "^ rai sur leur-a traces, je u iir' 1 lent p'ate, et nu %  --' ym r-lancer JUSJIUJ dans leur \JT^ Lt Cocaot.o. trs W l S\ nergietnement, se mu *"** % 



PAGE 1

u wktm i %  %  Sca Side Garage HARTISSAXT Lblissement de 1er ordre En lace de Sea Side Inn h Directeur :J.J1LEPP Lrfoii'deftatosde towtea marques travail garanti rt louer puai' voyages,promenades ytriaujr de qualit suprieure, ->.%  I %  M %  P-1'O wmeMfef D< 9tcaa*fMiu£ it UDquet Dtschinrl %  aihii/icdiomt des exercices •MS'.iquts t. ;} plami puis tu ts ova lu. s de la foule le ai panii poui Vuittunce ou ktscadu ita.lt r ire. i. Au ujd •< incidents d*i t W Kubi le limp ci oit at Iti atuNtu.. u'.s uis Mou LIULI t tei.u L:> UaL; 1S<.11 Ut. Dollar : 14.13 builin )11 5 FaitsDrvers v Etzer Vilsi-e I tcnrbrcuE imis il ai'u iiateurs du dlie: ktotmitr, se rappelleront avec plaiur au ai.InuM lt 4e aniuvci-aire d Lticr Vilau.. ipblmons demain a uiu' eccasion, un ("M libtrur de tani d œuvres reniarqtrRolary Club iCmi de boidiaux, bu r inter<.'is.TRte r ISMS la petydence du >yupath^uc •> r iMi continue la di^uwon du piogran.^ttejjinisjti!! dit Service I'OS f-uiupiers, Ijkt qui de du:. P*M, Mrs .V Wenu. u,uf. <; Mayard, ,l)iDi;Si-Audi, Ciiiciii Kfg'.oue, U.ikiRoj'oiii iiesei.tc uv srieux .u^untn'.' iffcnt de vue pratique. eoecioe, tri lin et compte, eue Hot:"~*Tt le vœu de voir la Compagnie dt • piaae sous le contrle ou du Onu . ou de la lonimune.— A la proIrtMini, on dinteia qui doit exercer ce Ittiuns quelles .ondi.ion. woncourioi>e et vraiment intressante. U32eme Lgislature ?*ircn,jrgutr dans notre eu.ieldet de I MaiiM la Constitution du Conseil d'J -*i)ue cous uievons au)urd hui : ce t &**•< Session de la 5.2c Lgislature -. lUpresente Constitution, la Lgislature l/^poitc que deux ssion. Le clbre Docteur J. Alfred Alfaro BetraccioDiote Moderne Visitera sous peu PortauPrm^e. De pMiigepar le iiHport Annales Capoises, • qui, auouipagne dcqucl* u ^^^P:r!^u M .. 7ZZs m ^^i'd7ia^^m wMi* ifiminici.iue ut Cap HaitieB, o II a conquis la lympaHiie de son sjour au cours duquei il ira icu.omie ^,rant trtntC pt(ds de lOade SUT la dite lifS pltlS (I llic le *'l IHi|i,Ulle KS 1 1*10(1)phOS p! Ola>B10UQdil lt que des y^..^ ft9 )ue des Amricains ,t ferme an ct plus onaVIlts le Dr AlfarO p Use reair lin Mars en 11 bonne Lis n-.cmb n d= la kouuut, compte 4**. oppos par u>,e ligne bnsee aot une \,||f> 1K1 IWi-au fiiuce ei durani un i*'rt sjoui de deui semaine, ner vers le lt> Avril eour-nt une ff$am repiepwtlt mesure qiltme pieds SUT la illIC || a uia l llOUHei'l MM MMMM M ^nnMB B,^ tM ,, M ,,,,M, M ,, M t hdtuses situe en la due vtlie dis Laycs rue de la place dormit entre huma tretnott Marie 1) sroutbtrei pour garantit pendant d x uns Sis d*otts de tant^B^rw!-!*"" XXX" nmsant dans t inteiva.U. F Le centenaire des MdiUtion. %  ^^/T^^^sVZetTl Gustave Lanson. Maumu* dtmuurant loue t § Aux Le 101 Louis AMI— V. tn gmts, ^ n au p littW ufm e li!> /„ v t mr G Lenotre. j Autan v l ahe ). te s coud a ta Nvu de la maison. L'aime doccupation de l'hgyn e velle Orlans ( Lauiauuvj h>ats Imta soos les Romains, R n4 Cagoat de d'Ameritue agutunl en eu qu h 4 l'Aadmie des Inscriptions. de S.qutaire* uqudaeutsda /. i Posies, Maurice I^vaillant. son h Uutu Wytr tt Ce eivldu uux M Andr Hallays Camille Bellaiay* uijaut four avocate imuUUws J Mii> dintotno ikmaqu$ tt llortl itvte gU La ma.ine mardi nde et IVlff, ^*f " "•* %  du %  <•* „ 1 i eux Layc*. Ktola niuxc.t-. m kn venu delaloi du'J2 juillet i§18 dis autres loin tt arrts rtlatij a la liquidation d s maison* al.emandts, etunta 1 itapi ^ %  Jdirecteur de 1 Agd ce tl rl2? ut de Pndre mode e aur '.^Waw pataeg 1PR1X DE L'ABONNEMENT Un a* Six mois Truit mo : Paris, Seine, Seine-et-Oise UEPAkTkMb.STS, et Colonies Franaises 623 d 6 | a Grand Une Muius 'Ltouyon, notaire atuslant que en face du March Vallire. k du bien iiap 8 t vendu uu ptix (J'-!I% aux %  grtndissenisota proyela (*ais le nouveau local au perfac fixe pour son adjuuicutioii, faute tionneinent de SOU omUlagS ft la multiplication do ses excellents oud adjudica aire vricis, la laineuse (Julie Ls i barges stipules dais le ( ttrtl < > > I 1 1 (' I I { 1/K< />>* i Ueifl tm cabitr des chat yes, le enclires taon'. IWTIIWinwip \ii**llU<9 ifUiriMO reues sur la HHMfl prix ae neuf n ille promet de donner plus Je satislactioo ses fidles clients idans \t goio dttllan e' la prompt tude quelle mettra coniectionnei les chaussures les Pour plus Otnplet renseignements, plus dlicates' s'adutrer a Mit mUUus Jiovyon dtposi tare du cahur u s i/ii iy<* ou uux uvo COla souns/yt.ts Fo.i k*. a une 24 Mars 192 > AHT0IKB TU EMnOUE. A.OREL [•Unaationntla 1 ^araut huit heures, il r'"' 1 bcuirant liitrale m?n. ,D ? d e,t u ^ Ua rtciib plus JJJ'au'heotiquea, de toutes les ; Plus ou nu ma fabuleusea NfcaMn l ,B f, 1,1 duie ^r*-o'e ai NT lQoc ^ nci P el lu s rparations. A vendre chez Transoreau TraHiof Co t\ue du Qu:i Suc* vide* neufs, 6*c* de seconde avi, e J!"?' ,ca,di tt: e P r main, gravi &ijs 1WW d'tmbat ln-1 0 Prescrit per i>lu< de IM l'in mioaitl du Monde onrier NkMIE HUhSiiltKlE. FWIILCJSE. MA. !.POirKINF.COMVLEs.CESCE. SURUEHCF,.' uirit-nr u via no* < jet '* !•' %  !••'! <•• aKxllfM, In rsa it Iw Aanlk OBS itaUM'** •?c*. la premier Sacvu. ici u.ilr-'cn cm une via u-,



PAGE 1

NI >A i>. *r ••.-• •• SjjjMJti maison L.Preetzmann—Aggerholm 1 Revue Illustre et Venie k Patrons de mode 1 b&rtBacie MAXTUL et sM-or r^nd** tn 1850 ! tent de recevoir par Je Scruter Si* m*i rwN%% Hin.anrB immmk"* b•!h)it>* d<>: IAMTM Usina IM Frtftce ei d'Ame Chaise! P rt "r Puwanx m aftevWfa i ( j s i '*ue j '..in n anti s poin l'iei ro-r n.-rli'rs rr ; ( iliP. f I . '. .=.%  • Tab'ci de 'on'es diilifi MOUS n n II • %  l.iI fil us r J't ru Mur** lS * c nre am 0M Sl,h C ( t tlu, StCMer lo i tJUtfiM RWALD I s'abished 1850 AmtriraD rrtDCi) Patent Me dic.r.fs Bf&t dinrucals ironi £a icpe ard tbe s'at(F. >fn encan pusfripUms -files ,':' es Jirll'l S 80 lit d*UH6 SO*idi( 61 d'une duraIreprh & meneau Perftmcd Lin/ t ., ltt „ ir <, IL. Tone Wsteif. Rllll€ S.illS p irt' Ile til il a Prima' r P J| !" %gr a ^rfJ; Vents /-8 voir tt vous servx satisfaits l niversity, Philadelphie, l'a. Assurez vous contre LE FEU cl resservons la plus -forte compagnie des E.IJ, La HOME INSURANCE Co de \.-Y atjeJ gnral pour Hati £n. Le BUSSE, Port-au-Prince I'IOI'/ / tolic M \irreehez Eug. LE BOSSE, 95 Mue du Ouai <^ IrfW Cnrtmt 84 UM • U aaU J aatiiw Voycz-vou* es belles I aines, voul z-vr n8 i re ljpDU* au l es coin ue ell t? ALLEZ CHEZ Paul E. Aiixila Jf;/ : u raV P B0W 11 VOUH dnnneia un C* HI^D.I de M nie et voua vendra lon a rua votre lobe une GUUPE tirp-cenble. otflotM, b#, formes de cfaupp-ni pnrfuierip [M %  K ,1 %  ; '.:' %  r"eir.'.'. ;;:: : ;;^.%  „!,;• %  r„;i r %  %  I TURKISH OLEND CIGARETTE^ EXCflPTIONAL Q0*UV TH AME0IC6N TOBAOMt % %  %  ^ wl'A'ua - i B %  JMB WMMiMMWM U*'|' Pharmacie T CbptjM PIEPER HEIDSIECK Demi tice et brut chez EDWARD I!. RAI'II L & ^o Portail Princ A n(jle de* Rues Roux et du. Ceni 2 Mdailles d'aider t Eaposiion de Bruxelle" Laboratoire de Chimie Mdicale Diofeuere, Produis chimiques et pharraaceuliq >* J spcialits I.£ji uses et ainncaioe*Prparation du •outea ampoules mdicamenteuses' ei injectables. Spcialits. —Srum r./ros heinque simple et fe rru l lodhy Jrar^'/re. Srum ue aiorard reinpl <;" 11 lef ^ rcalcdimis de Fvrier et ce. licbiti' Il*y a tcu,ours en stock : Xsvrosthoib' Sirop pectew E'ixir de l'ensylvanie. LposUaire du PREVE^T^i Reprsentantdes Laboratoire* T** jpD*l %  LiCTIlly.Parmafit lactique, coaire a!fl-;iDJ DSlee et cutanes, LAX^rjNE^Siciti jus a la onstipsUon; pdl



PAGE 1

jfo£ Tii r?> Pat fl "fute; Hati fk&al 5 Uni VM %  **• %  ^SSEOR-HROPIUETAIBE MAGISTRAT COMMUNAL tt N UMBBO l5HTIIIW AB OWNKMENTS P01T-AU.FR1NCI Q ^ I Ca mo al ) A KTEMENTS iBBtil CTRANGBa 2.50 700 800 -.CM sont reues au Comptoir In,D ,T"e Publicit. 9 R Troochet. TaH, 2J. Ludgate Hill, Londres. Quotidien La vrit nVst nirsible qu' celui qui fait le ui il. Quiconque fait le bien ai* me la vrit ii* 7EI.FPHOSE ;20S Avi* important LE M m Ti Vf COMMUNAL BBPORT AU PRINCE !a Mer des Antilles. Utdonhmes dans soa Sup.tummeici-l du 14 Fvrier, j, cette correspondance. LAfi Port Je Kingston, les amelio ,deenues nue.>ure ,— qui tl0 uler notre initiative mm .chambre de Comnr-rce de jo |amaique, a nomm une jmion pjur examiner 1 impor gestion du dveloppement du Qaelqaes exportateurs sont l C ourQt des su^e-Uss du [tjaciii no n ne p r le m|eae> Cjlo.iies.il y a un an, au I des transpans dans la n er de* I aprs ia guerre, pace que, rapport, lie de U lr.m [destine devenir le Ho--g Lfci Aciiuits. lupiiations de la I rinidaJ sont Kmeot grandes, tl iprogrs li* i>e dans le de vlo, p, m nt i gisements d huiles minrales nues induites lui doire le 1 4esprer ce que l ou peut a ri |ll traitement privilgi, m rai i Port ot Spatn ett lentiept poititioas daus une pane de lliopelle aut propritaire* d'im meubles les dispositions suivantes de la loi dafi o) 1913. art. 1er— Iniie proprit nnn btie jusqu' un quart Je lieue d.s limites de-t villei ou bourgs doit tre clture. Chronique ( SUITI) f GRT UE PAIX MAK< 1er a rAsenab!e gnral* des jng s pour %  1 -tuer sur le ca vu l'absence dun eoa il dedis:*pine k Voici m intnan, pjur revenir a nos mou on-, e til conducteur du drame sur Uqud 'e Ju'y 'st appel 11*20 se pononcer Feu Emile l.abam che, souri ait de temps immmorial d'enflure D'aucuns prtendaient qu'il a cl* mdci. D'au r , que d*s ennems cachs lui au 1 >eit don n 4 un brvuvpg' intoxiqu toujours le mal-de, au lieu d're amS)i cas. s'ach minait ta tombe Soi frre Chr 1 ai Lib m h?, ayant t avec lui ta 1 t an G o?-morne. tantt 1 CHRONlQUa \UTOVlOBllE ia rectale ie 11 panne m le iattt Nous devons i Mr A Baneyre chef mcanicien de l'ancien garage Le Bo>s cet aiiicle intressant pour L'a fait rare nous dirois mme exceptionnel dans nos anmlei judi caires, a t vendredi 19 courait, l'objet des dbits aux -si k e cnm nelle>: DOUvoulous paile. d'une %  etfi e de ca: tration. Se atus Brutu. .t lio'Mi-K art. 2.— Il sera dout ai\s, par Gusiaa Gt .*ont sur la st letie.piS rani, pu v crit, par U Conseil Corn nuit il, venus le piemier.comnv au'eur ei a toat nropritaire ds te ramsnon d uxime comme complice du ciime ,....-_ C'twi d'avoir r.-mpl.r celle de castration opi sur U pu oane Je 11 R bel. rsout, dg u-rre lasse, 1 s propritaires d automobiles.Comlor nalit. de feu En il L&bianche. de le confier aux siias d'un houanment diagnostiquer la panneil 11 ny gin du nom de XaohomClestin, a pas une seule mthode ; chacun a demeurao St Lciis du Nord. Bien la sienne.cependant pour arriver que lehoaigannei iimsil auscult le plu vite possible. Sans sauter du le malade et qu il nel'ejimais vu ci butateur la magnto, de la mani en peinture ni m nature, il lui gn to au tuyau d essence, du tny-au envoy oat de mme chez Cusina desseuceauxbougies.il est ncesGu o se irorvaiL Emile Labranche saie de possder p usi-uts sens du\ litre..' de miicamen's; une mixl'ire et une triciion que Snatus B utus qui tait une sotte de iruche mai et tre le bocor et le malade, devait lui •-•dmiois'rer seloa ses prescriptions mdicales Sait que le Char par cette accuse.A peine avait il S >i latiu et mil vu dans ses livres s*tl ectrique bile.que votre moteur e produire sa demande, que surgit byllins, sol que la mixture elle-m ou votre embrayage chautle. ^ inatleadment M; Samuel I leurimi el t intoxque, le cas du ma moid, lavoc t ebain dotfl:e par le lade empirait davantage, si vrai que prsident pour la dtenss da Snatus dans la nuit du ai< le tr'., de rservoirs de IM an plus large dpt de tablir e.vrc K-ugston et l'e:d oit nomm Hi k No 1392. Par le franc is est arriv 1 E'ixir ania-oplitaliuiquecontre les maladies dis S'eux. tta StocR chez Alphoise Hyne3 tJa tioavera: articles pjur oulue, luigerie, b oJerc, de U par i lui j rn ; 'les cura ta, il ;s i h ius*uyen Ti h ia qu ii n" -tendait 11 al Chris ian Libranch^ qui fit traaspor emeot rempli, le r e e, ..mit qui lui ter le cadavre ch*l lui Mais, sur etaii impose, laudis que son coutire prise au moment o l'on taisait la ett rtiibue par sa citerne ; et ajou toilette du mon, monsieur Christian taut les actes aux paroles, il se devt apert que sa partie noble a tcoa de sa toge et se rassied purement et pe. DM autorits ont requises simplement, Me Fuux de rpliquer sur l'heure, l'action publique fut qne si la cause de Se.i.tu. devait mise en mouvement et Snatus Bru j • U: tod.hsr vous aid:ra truuj vei la pice qui chaufle le boulon desservi. j La vue, gardienne vigilante. voas montrera les pices dtectueuses, le c ou plant daas voire pn umauque, les niveaux de vos jauges: d hu le et d'essence, l'tat de vos fila lectriques etc. Sans vouloir, automobilistes ama • teurs et chauffeurs de protession. vous faire appliquer ma mthode \t vais essayer de vous tuer quelquefois d'embarras en vous indiquanf .re dserte par le .0 it cre demis d'une p.erre il lirait d.-i.x coups, Ett blmehes pjur no QIITS, d-s c est-a due quil inrttrait sa parole lane Jamaque a t en retard pour ses rclamations. Il y a [ai, U proposition de nom Lomm.&sion de dveloppe afin de proposer des puos *wn de travaux publics, n apr la guerre, fut rejete, >1' la Tioid.d une Cm laemblib'.elut organise sous face du Gouverneur, le ^o 'w)oh), Cbaucellor. L-am.io Iwpoiu est un des bats at •P* cette commission, et il a %  *e de dpenser au moas ,0 o.et de faire de Pori o* l uil devrai tre. Mais la Jje, ces questions oat t li[i 4 aphre de la discussion, %  waot, || | iUl n0ler q Uun [JWd nombre de sfeamer toaiJLii g<0a S"'* aucune pno P** P'ise, depj.t fi oaas. lfcr qoi*t,teiH des n.vies Uais expJi.-nt un g and ces navires aux por.s de s Antilles, et, mcidemm nt "f.as toach^at '•fa g ie UlS cargaisotas ^dat.t. .w.nt c.tiiiies le 11.1 mire, des teiius fra .<; m§ d^s ni i 1 JS po i> d i aes. Savons Linux ftar Lesbioe. O :i trouvai a n outre tes speciaiitisjiv.mes : lu ii|U O 1 util, Tue .p erous tlCl uls. Itjd c 1 u; l'owlei-, Limtieiu ikiijMCd I :liuse,v Euiuisioa Scott rie. au service, d. la cause de Wafortuu Seua'.us Bru us qui, ce momeui de pril im.ntueat pjur rexistenc de tus et Gusina Gu, anrs coastat et aussi brivement que possible comformalits remplies, ont t crous. meut decouvrrr la panne et le rnoCimme ces deux personnes-l de yen d'y remdier, -le commencera meuieut t M gaan s s en la lme d'abord par le moLur. sectijn rurale de cette commune, U LE MOIEUR ciiu:i 1 u ris presque drns la mme maison et l o L RaJmtcui. Mauqu^ d'eau ce qua>i ociognauc, tait plus qac qu'ils et .ie (les seu s gudiens du dans le rad aieu., le remplir. Le r^d goe de commisratiou. Le Doyen malade,la justice s empressa donc de diateur est dessoud le faire souder T phaioe ebs^y* de ramener Me fieu les empoigner afin de itirslejOO! sur pir UQ spcialiste, car une rjMBVlM nmjud i rcipis^ence, il nMtora cette alUiremystneuse.A l'audience soc j ure peut obstruer les tuyaux, son refus en disant piem oircmeul le vieux Snatus soutient mordicus 2 0 La luxaulme. Un corps tranqu'il ne saurait travailler gratis proque c'est un petit chien lui qui ge r"obstrue la tuyauterie, uu raccord Ueo, tant donn que c'est l'argent ava t fait cette opration et quil n'en ae cao ui.chou: e.t c.eve, uu )oint esi aujourd'hui qui tau pirouetter le sait absolument rien. Quant Ga na i se ir ou mai lait.uae mata ,namoi.de et comme un autre mortel, sina Gu elle se dclara, les larmes lai aussi, il en a besoin. aux yeux, entirement trangre au A cette parue du colloque, intercrime elle lUiibni et qu'elle avai; V.eat ie min .stre pub icqai rapp.lx accept le malade chez elle riea que l'avocat que la mission qui lui pour rendre service son cousin dans la m:r d s Antilles, un plus gra >d nombre suvra, car il est no10 re que dautres Compagnes ma r times aux li as U a;s dirigeai ieur alieattOfl vers les A itil'es Uielqaes . uaes d'entre elle oit tru a leurs est impose u'iait pas dicte par la Christian Labranche. je n.s S Kng ton sign l'uni leur d tiatusie arbitraire du prsideai da or de faire de ce po.t le pJi-t pria tnbanal et que c'tait le vceu de la le bui dprotger tjipn ii leur cqm n ce avec la Lrnu loi qui, dan: Hati, U Damiaicanie, Pono tre .es que On > entendus comme lnj-ns 1 Ch istun Libranche a Saint 11 il a,-, i Acide Dieuioao .\ Q Lucillc vloi>e. Le m mstere public appuy sur le certificat du mdecin attestant que la ladroite a pos, uu oint de cajt04 ou. d'amiante sani avoir peut le trou du milieu NsttOy.I vos tuyaux pjse^ de nouveaux |oiuts. 1 La po,\ifx* L'axe de la pom.ie est brise, u commaaae est dlclafttte, l'ejgieuaged'entrainem.'a r a d dents u>es ou casses, la clavet.e> qui maintieot les ailettes ou t'A eugrenigesest casse, vous voyes tour • ner l'arbre de ommtad: de la pom faibles, faisait 1 9-iga Ud orme u icoet les autTes iies. A ce su|ei. on aux juges de .oaber ia dfeise d'un reenerche des icnscig .emeots sur la accus sans deteu s eur a ua avwai a ercucat au meaecin atiestaui o la pCi mais i c8 ailettes ou les engrena-D0.sibil.te de chargei le t.t dispoiu litre gracuux, que la prstoce de parte noie de teu Lmtle LikSm&M ges placs dan> liattaeur du coipsble dans d autres paru pour ceux de Me Lon Poux a la barre comme a ete coupe avec une arme tendus de la pompe sont immobt'es. I Europe afin de le transpoiter ce.le de mule aunes avucats ea par te. -soutient savamment l-actaniiOA Pour vous apertevou si lc'naiff •K.ugston pour le tranboder sa ticnliers s'il poavait y eo avju. ne porte contre Snatus Bru;oa irtao ment provie.it d: U tuyauterie d'e^u desuatioa. Les steamers construis saurait autoriser Me Wcuumoud aux Et*t< us remplacent rapidedserter sm devo r, d autant plus m -al les petits navires norvgiens qui y aurait en j:u ia vie et la hb:r iuit sopveat des liUts le d'un viei.lari presque indigent. qu'on expe Ua.s avec de> chugemeat. pour les Aitules. 1 faut necessnrera ni am Kmg; to 1 i.oier le po t de K.ogstoa paur sat s et taire laccio ss.m.nt du Co.nm:rce -a guerre, le inautime La questroa est d une ur, Jllernaad tait vu trquem gente ncessit. La Chambre de .om *mgton; aajjud hu il est mercs aurait du en avoir 1 initiative .. 'P |fle pavu.on amneun, depuis plus.eurs annes. • '"tigili-pasque .es r.avues A 10 S nous rester ind ii eit; i LV l 0ttw0 -' nt P** ea ao.qi). es cette imjjo.tau equestiou d Amliora Ml re r-'ieurimaai o'aymt point l. h prise, ihaiorabl; pisideut du T ibauai, M. riphune, daas une attitude cal ne. ac;om,ugne d'un laogage empreint de sagesse et de pi ii pour le ratlfi:ureux Smata qu il voya t a li ve .1: 1 tre dlaisse a\u le lires da M n re Fublic coa:u paut f;:.n:. 1 id-dia-. qa t. peaait acte 4,4 |i(4.l de .vie l ; .cun 1 • mais *i cous II les navires qui lis aux ttau Uui". uu tt e sont xoosiimmest o> port pour pilictper fices du devoQppe ueo w e aux Antilles ?.. aux t:n a\*\i de dleate 11 :au 6 qu. lui da C>mV.r tait co.tiie ^ qa'd ^.serait aux raj/!i*,c4kCApi up^J ^a s'ea ap^e ceotant outeto.. Guesina Gu. Mit. lavoctt de la dfense tout ea cou tant le cernai :at du mdecin lgiste et s'appuyani a ai tout sur les d positions des t.noias quijeut tous dclar n'avoir jamais vu Snatus Brutus se*livrer a aucjne mutilation du dfunt, t-avoca', lui, de raauda au ministre public des preuves pertinentes, lang bls, irrfragables l'appui de sa th.e.d: son acte d ac cusation. Le |ury aprs vingt cinq minutes de dlibration reiourae avec un ver dict d'acquittement en faveur de Se natu el Guesina Gu. Le Doyea donne lecture de soa ou de la po.npe.remp issea votre ud atcur, mettez votre moteur en ma: ch: et regtrdci par le t.ou d'emplissige si t-eau est projete chaque tour de la pompe, si oui. le mal ne ptQ\ien. pas de t, si non la pompe n; fonctionne pas ou la tuyauterie est ob.'iut Four vous assurer si votre pompe dbite, ouvrez le robi•• ^ !" "— ordoanauce et les deux, inculps reconuus innocents ont immdiate mat mis eo '..bert (^ A utiw )


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05086
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, April 07, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05086
System ID: UF00081213:05086

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
jfo Tii r?>
Pat fl "fute; Hati
fk&al 5 Uni VM
**
^SSeoR-hRopiuetaibe
magistrat communal
ttNUMBBO l5HTIIIW
aBownkments
P01T-AU.FR1NCI q ^
ICa mo al)AKTEMENTS
iBBtil
CTRANGBa
2.50
700
800
-.cm sont reues au Comptoir In-
,D,T"e Publicit. 9 R Troochet. Ta-
H, 2J. Ludgate Hill, Londres.
Quotidien
La vrit nVst nirsible
qu' celui qui fait le ui il.
Quiconque fait le bien ai*
me la vrit
ii*
7EI.FPHOSE ;20S
Avi* important
LE M m Ti Vf COMMUNAL
BBPORT AU PRINCE
!a Mer des Antilles.
Utdonhmes dans soa Sup-
.tummeici-l du 14 Fvrier,
j, cette correspondance. LA-
fi Port Je Kingston, les amelio
,deenues nue.>ure , qui
tl0uler notre initiative mm
.chambre de Comnr-rce de
jo |amaique, a nomm une
jmion pjur examiner 1 impor
gestion du dveloppement du
Qaelqaes exportateurs sont
'lCourQt des su^e-Uss du
[tjaciii no n ne p r le m-
|eae> Cjlo.iies.il y a un an, au
I des transpans dans la n er de*
I aprs ia guerre, pace que,
rapport, lie de U lr.m
[destine devenir le Ho--g
Lfci Aciiuits.
lupiiations de la I rinidaJ sont
Kmeot grandes, tl i- progrs
li* i>e dans le de vlo, p, m nt
i gisements d huiles minrales
nues induit-es lui doire le
14esprer ce que l ou peut a ri
|ll traitement privilgi, m rai
i Port ot Spatn ett lentiept
poititioas daus une pane de
lliopelle aut propritaire* d'im
meubles les dispositions suivantes
de la loi dafi o) 1913.
art. 1er Iniie proprit nnn
btie jusqu' un quart Je lieue d.s
limites de-t villei ou bourgs doit
tre clture.
Chronique
( Suiti)
f grt ue Paix Mak<
1er a rAsenab!e gnral* des jng s
pour 1 -tuer sur le ca vu l'absence
dun eoa il dedis:*pinek
Voici m intnan, pjur revenir a
nos mou on-, e til conducteur du
drame sur Uqud 'e Ju'y 'st appel
11*20 se pononcer Feu Emile l.abam
che, souri ait de temps immmorial
d'enflure D'aucuns prtendaient
qu'il a cl* mdci. D'au r , que
d*s ennems cachs lui au 1 >eit don
n4 un brvuvpg' intoxiqu toujours
le mal-de, au lieu d're am-
S)i cas. s'ach minait
ta tombe Soi frre
Chr 1 ai Lib m h?, ayant t avec
lui ta 1 t an G o?-morne. tantt 1
CHRONlQUa \UTOVlOBllE
ia rectale ie 11
panne m le iattt
Nous devons i Mr A Baneyre
chef mcanicien de l'ancien garage
Le Bo>s cet aiiicle intressant pour
L'a fait rare nous dirois mme
exceptionnel dans nos anmlei judi
caires, a t vendredi 19 courait,
l'objet des dbits aux -sike cnm
nelle>: dou- voulous paile. d'une * et-
fi e de ca: tration. Se atus Brutu. .t lio'Mi-K .
art. 2. Il sera dout ai\s, par Gusiaa Gt .*ont sur la st letie.pi- Srani, pu v
crit, par U Conseil Corn nuit il, venus le piemier.comnv au'eur ei a
toat nropritaire ds te ramsnon d uxime comme complice du ciime ,....-_
C'twi d'avoir r.-mpl.r celle de castration opi sur U pu oane Je 11 R bel. rsout, d-gu-rre lasse, 1 s propritaires d automobiles.Com-
lor nalit. de feu En il L&bianche. de le confier aux siias d'un houan- ment diagnostiquer la panneil 11 ny
gin du nom de Xaohom- Clestin, a pas une seule mthode ; chacun a
demeurao St Lciis du Nord. Bien la sienne.- cependant pour arriver
que lehoaigannei iimsil auscult le plu vite possible. Sans sauter du
le malade et qu il nel'e- jimais vu ci butateur la magnto, de la ma-
ni en peinture ni m nature, il lui gn to au tuyau d essence, du tny-au
envoy oat de mme chez Cusina desseuceauxbougies.il est nces-
Gu o se irorvaiL Emile Labranche saie de possder p usi-uts sens
du\ litre..' de miicamen's; une
mixl'ire et une triciion que Snatus
B utus qui tait une sotte de iruche
mai et tre le bocor et le malade, de-
vait lui -dmiois'rer seloa ses pres-
criptions mdicales Sait que le Char
par cette accuse.A peine avait il S >i latiu et mil vu dans ses livres s*- tl ectrique bile.que votre moteur
e produire sa demande, que surgit byllins, sol que la mixture elle-m ou votre embrayage chautle. ^
inatleadment M; Samuel I leuri- mi el t intoxque, le cas du ma
moid, lavoc t ebain dotfl:e par le lade empirait davantage, si vrai que
prsident pour la dtenss da Snatus dans la nuit du a rjiutus. l'anne dernire il .rendit l'me.
Me. Fieurimoni dais un lan.'.i- Snatus Brutus descendit en ville
ieaAitiii.s pour les navi (i,.an j'h je pr* du tailleur Saiilli ge vhmeut. fi. remi.quer au D et apporta cette nouvelle monsieur
loi
U'idlai.de deux mus sen ac-
cord cet eue', pass leque l id
m n-itrauon ouamadle pourra
faire cet e clO a ta le* frais l'intress qui dtoia
les acqaitt r dans un d as de
deux mois.
Fait au Rwe.au Communal le
(i avril 19$), an 11/tv/ie de Un
dpendant.
CLEMENT MAGLOIRB
A la Tro^ile
Prsid nce du T-ibuuil. A'a T-
l haine. D yen S e g -u Miu'^tie
Putlc | ^. Dsir, C n.missaire du
Gouvernem.il-. Au banc de la d-
t nie M s L Ou- Foux c S muel Fleu
ninun.i et le jury prs d par moi-
sieur Charles Martellier.
Mais uu incident auquel on ne
s attendait pas, se produ sait aptes la
formation du tab eau du Jury. Me
I.or. Poux, 190*1 de GuCsina Gu,
.Oiiicitc la parole pour proposer su
con.titution comme Conseil enoisi
i L'oue vous aidera 1 localiser
la pice qui cogne ou qui gtippt, le
joint qui tuit, la soupap: qui tape,
ia roue qui gunce.
1 L'odorat vous prviendra que
votrccaiouiation tst uiauv-ise.qu un
|uant aller et re our dans
que do Ladi
iBMition de la -laroaique est
nonnelle. Cette ile est di
it sar la route des navires
insant le Canal de Panama, et
; qui traversent l'ocan pour
aux lies voisines el aux
tjU l'Amrique Centrale. L'im
!de K'og ton comme port
est reconnue, et l'opini a
bres de la chambre de co n
leate est d'eu faire une >i<
le tr'., de rservoirs de
IM an plus large dpt de
tablir e.vrc K-ugston et
l'e:d oit nomm Hi k
No 1392.
Par le franc is est arriv 1 E'ixir
ania-oplitaliuiquecontre les maladies
dis S'eux.
tta StocR chez Alphoise Hyne3
tJa tioavera: articles pjur ou-
lue, luigerie, b oJerc, de U par
i lui jrn ; 'les cura ta, il ;s i h ius*u-
yen Ti h ia qu ii n" -tendait 11 al Chris ian Libranch^ qui fit traaspor
emeot rempli, le r e e, ..mit qui lui ter le cadavre ch*l lui Mais, sur
etaii impose,laudis que son coutire prise au moment o l'on taisait la
ett rtiibue par sa citerne ; et ajou toilette du mon, monsieur Christian
taut les actes aux paroles, il se devt apert que sa partie noble a tcoa
de sa toge et se rassied purement et pe. Dm autorits ont requises
simplement, Me Fuux de rpliquer sur l'heure, l'action publique fut
qne si la cause de Se.i.tu. devait mise en mouvement et Snatus Bru
j U: tod.hsr vous aid:ra truuj
vei la pice qui chaufle le boulon
desservi.
j La vue, gardienne vigilante.
voas montrera les pices dtectueu-
ses, le c ou plant daas voire pn u-
mauque, les niveaux de vos jauges:
d hu le et d'essence, l'tat de vos fila
lectriques etc.
Sans vouloir, automobilistes ama
teurs et chauffeurs de protession.
vous faire appliquer ma mthode \t
vais essayer de vous tuer quelque-
fois d'embarras en vous indiquanf
.re dserte par le .0 it cre demis
d'une p.erre il lirait d.-i.x coups,
Ett blmehes pjur no qiits, d-s c est-a due quil inrttrait sa parole
lane
Jamaque a t en retard pour
ses rclamations. Il y a
[ai, U proposition de nom
Lomm.&sion de dveloppe
afin de proposer des puos
*wn de travaux publics, n
apr la guerre, fut rejete,
>1' la Tioid.d une Cm
laemblib'.elut organise sous
face du Gouverneur, le ^o
'w)oh), Cbaucellor. L-am.io
Iwpoiu est un des bats at
P* cette commission, et il a
*e de dpenser au moas
,0o.et de faire de Pori o*
luil devrai tre. Mais la
Jje, ces questions oat t li-
[i 4 aphre de la discussion,
waot, || |iUl n0ler qUun
[JWd nombre de sfeamer toa-
iJLii g<0a S"'* aucune pno
P** P'ise, depj.t fi oaas.
lfcrqoi*t,teiH des n.vies
Uais expJi.-nt un g and
' ces navires aux por.s de
s Antilles, et, mcidemm nt
"f.as toach^at
'fa g ieUlS cargaisotas
^dat.t. .w.nt '
c.tiiiies le 11.1 mire, des teiius
fra .<; m d^s ni i 1 js poi> d i aes.
Savons Linux ftar Lesbioe.
O :i trouvai a n outre tes specia-
iitisjiv.mes : lu ii|U O 1 util,
Tue .p erous tlCl uls. Itjd
c 1 u; l'owlei-, Limtieiu ikiijMCd
I :liuse,v Euiuisioa Scott rie.
au service, d. la cause de Wafortuu
Seua'.us Bru us qui, ce momeui de
pril im.ntueat pjur rexistenc de
tus et Gusina Gu, anrs coastat et aussi brivement que possible com-
formalits remplies, ont t crous. meut decouvrrr la panne et le rno-
Cimme ces deux personnes-l de yen d'y remdier, -le commencera
meuieut t M gaan s s en la lme d'abord par le moLur.
sectijn rurale de cette commune, U Le Moieur ciiu:i 1 u ris
presque drns la mme maison et lo L RaJmtcui. Mauqu^ d'eau
ce qua>i ociognauc, tait plus qac qu'ils et .ie (les seu s gudiens du dans le rad aieu., le remplir. Le r^-
d goe de commisratiou. Le Doyen malade,la justice s empressa donc de diateur est dessoud le faire souder
T phaioe ebs^y* de ramener Me fieu les empoigner afin de itirslejOO! sur pir UQ spcialiste, car une rjMBVlM
nmjud i rcipis^ence, il nMtora cette alUiremystneuse.A l'audience socjure peut obstruer les tuyaux,
son refus en disant piem oircmeul le vieux Snatus soutient mordicus 20 La luxaulme. Un corps tran-
qu'il ne saurait travailler gratis pro- que c'est un petit chien lui qui ger"obstrue la tuyauterie, uu raccord
Ueo, tant donn que c'est l'argent ava t fait cette opration et quil n'en ae caoui.chou: e.t c.eve, uu )oint esi
aujourd'hui qui tau pirouetter le sait absolument rien. Quant Ga ,nai seir ou mai lait.uae mata ,na-
moi.de et comme un autre mortel, sina Gu elle se dclara, les larmes
lai aussi, il en a besoin. aux yeux, entirement trangre au
A cette parue du colloque, inter- crime elle lUiibni et qu'elle avai;
V.eat ie min .stre pub icqai rapp.lx accept le malade chez elle riea que
l'avocat que la mission qui lui pour rendre service son cousin
dans la m:r d s Antilles, un plus
gra >d nombre suvra, car il est no-
10 re que dautres Compagnes ma
r times aux li as U a;s dirigeai ieur
alieattOfl vers les A itil'es Uielqaes .
uaes d'entre elle oit tru a leurs est impose u'iait pas dicte par la Christian Labranche.
je n.s S Kng ton sign l'uni leur d tiatusie arbitraire du prsideai da
or de faire de ce po.t le pJi-t pria tnbanal et que c'tait le vceu de la
le bui d- protger
tjipn ii leur cqm n ce avec la Lrnu loi qui, dan:
Hati, U Damiaicanie, Pono
tre
.es
que
On > entendus comme lnj-ns
1 Ch istun Libranche a Saint
11 il a,-, i Acide Dieuioao .\ Q
Lucillc vloi>e.
Le m mstere public appuy sur le
certificat du mdecin attestant que la
ladroite a pos, uu oint de cajt04 ou.
d'amiante sani avoir peut le trou
du milieu NsttOy.I vos tuyaux pj-
se^ de nouveaux |oiuts.
1 La po,\ifx* L'axe de la pom.ie
est brise, u commaaae est dlclaftt-
te, l'ejgieuaged'entrainem.'ar a d
dents u>es ou casses, la clavet.e>
qui maintieot les ailettes ou t'A eu-
grenigesest casse, vous voyes tour
ner l'arbre de ommtad: de la pom
faibles, faisait 1 9-iga Ud orme u
icoet les autTes iies. A ce su|ei. on aux juges de .oaber ia dfeise d'un
reenerche des icnscig .emeots sur la accus sans deteuseur a ua avwai a ercucat au meaecin atiestaui o la pCi mais ic8 ailettes ou les engrena--
D0.sibil.te de chargei le t.t dispoiu litre gracuux, que la prstoce de parte noie de teu Lmtle LikSm&M ges placs dan> liattaeur du coips-
ble dans d autres paru pour ceux de Me Lon Poux a la barre comme a ete coupe avec une arme tendus de la pompe sont immobt'es.
I Europe afin de le transpoiter ce.le de mule aunes avucats ea par te. -soutient savamment l-actaniiOA Pour vous apertevou si lc'naiff -
K.ugston pour le tranboder sa ticnliers s'il poavait y eo avju. ne porte contre Snatus Bru;oa irtao ment provie.it d: U tuyauterie d'e^u
desuatioa. Les steamers construis saurait autoriser Me Wcuumoud
aux Et*t< us remplacent rapide- dserter sm devo r, d autant plus
m-al les petits navires norvgiens qui y aurait en j:u ia vie et la hb:r
iuit sopveat des liUts le d'un viei.lari presque indigent.
qu'on expe
Ua.s avec de> chugemeat. pour les
Aitules. 1 faut necessnrera ni am
Kmg; to 1 i.oier le po t de K.ogstoa paur sat s
et taire laccio ss.m.nt du Co.nm:rce
-a guerre, le inautime La questroa est d une ur,
Jllernaad tait vu trquem gente ncessit. La Chambre de .om
*mgton; aajjud hu il est mercs aurait du en avoir 1 initiative
.. 'P|fle pavu.on amneun, depuis plus.eurs annes.
'"tigili-pasque .es r.avues A 10s nous rester ind ii eit; i
LVl0ttw0-'nt P** ea ao.qi). es cette imjjo.tau equestiou d Amliora
Ml re r-'ieurimaai o'aymt point
l.h prise, ihaiorabl; pisideut du
T ibauai, M. riphune, daas une
attitude cal ne. ac;om,ugne d'un
laogage empreint de sagesse et de
pi ii pour le ratlfi:ureux Smata ,
qu il voya t a li ve .1: 1 tre dlaisse
a\u le lires da M n re Fublic
coa:u paut f;:.n:. 1 id-dia-. qa t.
peaait acte 4,4 |i(4.l de .vie l;.cun
1 mais
*i cous
II
les navires qui
lis aux ttau Uui". uu
tte sont xoosiimmest
o> port pour pilictper
fices du devoQppe ueo
we aux Antilles ?..
aux t:n a\*\i de dleate 11 :au 6 qu. lui
da C>mV.r tait co.tiie ^ qa'd ^.serait aux
raj/!i*,c4kCApi up^J ^a s'ea ap^e
ceotant outeto.. Guesina Gu. Mit.
lavoctt de la dfense tout ea cou
tant le cernai :at du mdecin lgiste
et s'appuyani a ai tout sur les d
positions des t.noias quijeut tous
dclar n'avoir jamais vu Snatus
Brutus se*livrer a aucjne mutilation
du dfunt, t-avoca', lui, de raauda
au ministre public des preuves per-
tinentes, lang bls, irrfragables
l'appui de sa th.e.d: son acte d ac
cusation.
Le |ury aprs vingt cinq minutes
de dlibration reiourae avec un ver
dict d'acquittement en faveur de Se
natu el Guesina Gu.
Le Doyea donne lecture de soa
ou de la po.npe.remp issea votre u-
d atcur, mettez votre moteur en ma:
ch: et regtrdci par le t.ou d'emplis-
sige si t-eau est projete chaque
tour de la pompe, si oui. le mal ne
ptQ\ien. pas de t, si non la pompe
n; fonctionne pas ou la tuyauterie
est ob.'iut Four vous assurer si
votre pompe dbite, ouvrez le robi-

^"
ordoanauce et les deux, inculps
reconuus innocents ont immdiate
mat mis eo '..bert
(^ A utiw )
-


t JiAli-.
Cercle \
de Port-au-Prince
AVIS IMPORTANT
NOUVELLES ETRANGERES
Par Cable
La Comit excu:t du Cercle de
l'oit au Prince, ruie les Soixante dix
membres proprtairtM, leurs re,pr
peiitanta, u ayant-uioits, de vou-
loir h eu te leunii au cabiuet do Mo
Leapiniaesr. ancien U&'oncier do
i ordre. a\
revoir les
intressent, et prendie au oesoin,
es raolutiojs qui leur aeront pro-
POl.
- Avril 1920
PARIS-. Miller nd reut dans la
, ([ i ll7l ()ima'ine lex-a"a:h' commercial a
ocat du Comi , pour ie par0Sr" et Monteur Decheville
communications qui 'es 1u' reprsenteront la Fnnce 1 la
coDfrenc commerciale d Cinan-
higue entre les dlgus al lis et les
reprentan'sdes coopratives russe?.
U premire runion est lixe La dlgation partira dans la soire
,:et s .....' h Avril, 4 bree,|poorCoaohagot ia seconde eit iixe. au ieoaemaiu
8 Avril, tt la troisime et deimere
Vendredi i) Aviil toujours la
uiiue heure.
En conformit dei statuts de
la Socit, si la troisime runion
fixe, la majorit n'est paa conata
te, il sera pa.ss outre la dlibra
tioo.
Un grnd bal
l Lgation
de France
LAItiaaca FnaaiK organise BU ranii i>al qui
pjrlj lien le 17 Avril courant, a U Lgation J--
l'-.ance. au Droit d 1 uvre du vtement KC
"' - (-*n sait que celte u.-ime lournit atii
nen nramittui, non seulement la vtement,
icai* encore tout ce dont iUoal h.'suin pour as-
r'Jrtr Ifur Orijucatatiot) scolaire.
Le public port au-princien. dont ont aaun -.
Jr principes de solidatit lociale na oarraafmett
fil loule a ce bal qui scia lune des ttei Ici
jdus bridantes de la saison.
Il y a des cartes d'ci.t ce i > (.-. pour une Bffr-
*mnr n Je cane a tn.n.bres
sne est attendue dans u.i bref dlt
PARISDis perquisitions ont t
Opres dans 11 mtin a Paris u
domicile de Mfie, collabaratfur au
journal du peuole et au popuLir* .
Meric es; in ulp d'excitation au vol
au piilag', a Phceniie et lague re
civile dans un discours prononc r-
cemment Sotteville ( Seine iuf-
i u-e ).
BRbXBLI ESDai dpches d'Aix
la Chape le co iir enl qu- la Reis
chwer prit offensive le a au matin.
Les sparfak'st-s auraient rellement
recul. U autre part,on annoneequ'un
arrangement aurait ' co.nc u eoire
le gouvernement et les spinakiste?,
il y aurait suspension eotnp''t des
hostilits dans I? bassin de la Ruhr
COPENHAGUE Contrairement
certaines nouvelles, la ville est
complet men calm".
PARIS- Oi tlgraphie d Var-
sovie que. rpondant un tlgram-
me de Fchichcrine, le ministre dos
affaires trangres de 1a Pologne d
clare que la Pologne mantient cor.-
me lige des ngociation; Il ville de
Borizov
Utraitsaee. Manque d ile p'u<'^-^ aptes mii.Vhllerand
d huile dans le reservoi. ; rxaSoez fl'iSS.ilr ' S" '. '?
1rs jlUgff. Venu, vosub;nttsdc'iefV ,' 4SdaaSi'ebaSSin *
. .daoge "ou. le nuleur.Uai.. mo> il^l^Tt'^t !??***
delta ou le tservor dhuiie est ajp.1^ d FJ ' %M c a"d e
r du moteur, le le y. a peu: ctre^/,] iPS" -P d'' Bil1"1 U '.^f1
obstru. le bouchon du rse.vo.r .iig "iho|1l'l" "nonial ofii.i.l e
pression lit mal une. \ o.re nXor 22 ^ iAI '"**** dT,^ ,0*l
ilant en marche toimTlml^l^S^^^*1?]
de sortie de i., pompe Ct rendewbo. du SftA U, R"hl ?ss,uma la
ie roac'i'je ac tice eu mot. w e'a a i..n t
"icite ci le utiDcemerat les ^etfmen's'a i a n
- .-- dans U voie de 1 apaisement et 1 in-
puisqu? nous fmes l)ul pour e.n-!btssin de U Rulr. et oistatent qu
pch;r les conilits saaglaats et les\ I situation est dsorrai'S nette Le*
actes de destructiou dans i; bassin journaux estiment goJrilement qui
minier qui pourront se oroiuire. l'tctioa militaire est nin Les mesures militaires eavisages[cide el d:liren' qu'ai ca* o le
aprs consultation de lo:h et des ai allis hisii;r aient la Franc? agTi
lis sont probiblemeat les ginnties seule et prea irait les giruties u:?'
T>\
d\X demauls loti de la premier
demande d'au'orisalion, notam nent
l'occupation de Pran:fjrt, d; Darm
st d et Haoau. 11 y a ioot lieu de
peaser que les allis s'associerout
aut mesuras rclamespar la Franc.
PARIS Les mesures militaires
envisages par le gouvernement 'nn
sanes.
Lt Via in > prcise ^ue Milleran
tlgriphii aussit'. a is alli. LE
cho de Parisasouhii e q lel'opratio
russisse aux troupes allies Le clou
nal dit que le bit de l'opration es
sinplemeit de rprimer .et 4* faite
eiser U violation flagrante dj trait
vais, ont ponr unique objet de rime 1^ a Petit Parisien esti ne que le
ner 1" Allemagne au respect des arti-
cles 42 et 44 du trai de Versailles.
Mille and notifia i Berlin les garai
lice que la France cj isiiee co nme
ind spensables, au cas de pntra ion
des troupes allemandes dans le bts-
tin de la Ruh .Berlin dur d>nc s'at-
tendre 1 l'occupation de la zoo- pr4
c te. qui. vraisembl ib'ement aurait
heu sans incideu's. Cette occupition
allis app-ouveront la Fnnce et coi.
prendront le dioger pmr la piix in
ternstionale s'i s permettraient a 100,
oao soldats allemands d'ill'r sur l;
rive droite du Rhin siamettre am
horreurs de la lpression mili'iire i
plus inius'rie'le rgion du mnni
Le Prir fnuRMAL Mayea:e d.t q i
U Reich-ver semale de:ileaoccu
per tout le bassin du Khi i L*s >fli-
n'a pas enenre om nnce ; elle au- ciers arborent lanciem: ce car i.
ra'ieo a une date uUrieu e. m is impriale L'artilleriebnnbarle Djh
prochaine.
burg Les co n nan'ites o:c nent fis
r.ct purgeur plac au-dessous du
coips de pomv-e si elle touine l'eau
*"n sortira avec force et rai saccade.
ai non elle coulera doucement.
i Le cm
?tanc le car et du moteur,
e ra
Vofi ;. vos ubioeti de
MCI: L'sscidre llienna arriva, sei.La Reischwer occupe .) >.\ n inj,
ommande parle prince Ud ue au-[ll im-urg HUgnS L'E: i) I- 'aris
quel les auto;i'.> suna renl li
bienveiue au nom J 1 pr>id:nt d
la Re.mb! que.
KOvlfi On annDice le retour de
Carnni qai ago.ia i Copenhague
avec lei dlgus des coopratives
russes au uo n da gouv.-rnement ita
htn.Gartini propo>a .'accord survenu
comportant les itci;t es paur les ou-
vrier? italiens d'migrer en Russie
noir reconstruire les railvrayi La
Rus'.ie serat pr'fl 1 livrer une gran-
de quantit de be l'Italie.
.Viayerice et la dise te de l-'ra ictorJ
iment que la R'ischvir suilirail, a
t rim-r les i)aior4res sans les re 1-
lo % auxquels la l'rance s'op,nj;e
iQ/ENrlAGUB -Plusieurs niUlkn
tic socialistes de filer nt de;.ni h iULu^
oyri en criant v ee Li K ^b t\\u
P\R1> Xiayer ct G)itperl, p-isi-
lenis ik ii Ulgt'ion atUmaml* la
cJifttnct adressrent d \iilUrtnJ m
note Stforanl d attente > i importance
./." ii.Mvem.'iit dits le b.uade u Hubr
et ni\ntenl pte Us mesures U g2r.itlus
r.l.ines par la France m umpjsini
tur les patois des cylindre..
A. BARREYRi
( A suivre )
,'erveotion des troupes ayant par ici
p a !a contre rvoi it'oa de B In
peut "entamer Les pires consquen-
ces. La Francs tvy sera MB! rien
| PARIS -Le aTem-sa.comm niant p,; m prise ici d, s effectifs de h
la violt-on allemaode.dit que VtW\i\P<*ckwtrt foxupolion ne devait pas
migai ob it. toujours aux m-m 111te prolonger,
traditions. C'est 1a mme caste des P \RiS. Le correspon itnt du Pet.
mil'ta.res prussiens qui prparent en|parisien Lonlres croit savoir qa*
1920 la revanche comme en 1914 ils le Gouvernement rtritiiivqie de n
prparrent la gucrrt. Aucun innyci nerait la coopra ion J l >cJan t
de persuasion ne rduira ce milita-'de FranctDrt.i- Dumstalt.de riaoau
tisme aux mettes m-l taires envisa-'et de Hamlurg mais se renia a
"'bo.I?; ^ t*^Cf,*Vr?1, Icompt: de la gravit del situat.o 1
BERLIN ( Oiltciel )- Les troupes el'e su-vra tavoribieinr.it l'actian d
de la Keiscbwcr occuperait Djis- [a France,
bourg, Kiraap. Rocklmgshiusea et U Pstil hanildll ue le; tfOj
obS "'-t- t P-s frJuverje.neatales soit, btea
>- loties journaux so: sccuslli a dana la r agoni ou 1
1 lignent limoortan:e de la nouvelle bandes ronges co nnue u dei exc
latt tude del'AUem g le,relativement et se.taecl Finqaitude et le d^sarro
LtU vaements su.venus aans le dans les rg o u oa les accor Ls re-
4 partie sptentnirui; .}?
veh: avana sans .iiitanaf S
^prochantdeiapoUl0a^g
igagements devienoeof [u, )
Des renseignements parwj'*
ix Etats majors Allis a/*1?!
I ax cens morts dans aT
es de D isbnra
vlADiVOSTOXTchicfcJ
a au lapon une note lclswauaat
..nsiireconne aae ^k
rcorJs conclus, l attaque h-T
:j.nre l'arme rouge deVitT
PARIS. Dechanel, pjjff
aire pour Nice assister aai
{vnusfques anxqaelleuni-
;glement Petain et Laodiraj.,
le la marine. Les loatnaaT
auent i examiner la situation t
tant de l'entre de la R^a,,
ian,- le Bassin de la Ruhr
PARIS. Le Petit Parisien
jue lesiindications donnei
note Allemande sar les etlectits j
pntrrent dans le Lixssin de |jW
son! *ujltes i caution. J
Le Petit Journal dit qUe (J
iaa de mesures m li:airescoasii,
otamnent dan; l'occupation 1
-rao.tart et H mau ne parjit
absolument imminente ma:i ti
cer.aitie- '
Le | mrnal rclime que le9 J
do;: o-'tion fo>-nt sjp. *1 im .ids et s iggre un: in
t ->n p .ur les viles qui serait-J
oes usait observer que h n;rJ
ive l un prlvement i m m.* lin*
r^it d nitare re.nto.cer le cmh
re le notre action
Le correspon ia t da Matin >j
baien anno i:e que es trojaw
1> gn i" s nt en alerte.
PAlilS C.D.T.rairemeat lai
velle oublie dm, la inuiii-tl
rea de Pans aucai: intj'mi'ijjl
santqa; o d:e au a I ' 41
p.ir la Reich .vw \ vacuer UiJ
neu re M er ; d n da s h %$
ait le enarg d claires B^^naa)i
>ilZ\L. D.-s b.'iiei arriva ii
heur-'s quinze il fut acuei'lidl
reusem.nt pir une toale coaud
oie, il al ,a a U p-fe:tureoa lel
ce LJ >ic au uj:n da '01 d'ialaj
re nit 1- cj lier i^ 1 annoaculj
accon.iagi da jiince Uliail
-e lit au ci neti e dpoier ui|
ne sar le mona n: it d; iai
L* iJiessideac assista au dei
>:iit de gy nnasiiqne et iuij
ii noaument eieve aai ptolsiC
et e ^ dt coiIl:^: et de h/:iJi]
n e no ts o)ur lt patrie.
\ l'issue du binq i-t, qui '
ert car 11^ n a icpd .M
pronoi;i u 1 disenrs trs a^pUlt,
Il f F >ge de Fo.u/ieJela sxi
i: gynaajiques a de ses d rigsu
T^^^
:i FIUILLI.TON OU MATI.V<
OBAiNO BO.MAN
T'vn
a ni n v 11 u k n x i, d e
t Fiin par L. Fenillade )
JI,';ITILME PBODI
LES SOUTERRAINS DU
CHATEAU-HOUGE
l's trois bsnelit?. n'esta dire Cr-
ruarc, je doCt*Qf et le Cliineur
taient iftifl l'ai:-' vec leur pri
leonnitr-
I Diana e'. Aniaury altondaient sveC
nnpaijr, ie taul ti de Ifia^edi
lion-
Ctuierd tait foui de sui e monte
leur dite
a y eat! Le typai d est on bar..
on vh vous le monter en douce
Bt .Uoral? inter-o^ea U Wonti
Il fat reate un chteau
Ah/ par exemple! Pourvu qu'il
n'rfit pas encore fait ipaelque soitise!
<)a impor e obse vait oaooateqr
de la Jinrtiefontaine tandis que Cr
niard e loignai!.
ni fs Noua tenons le banquier., c'est
1 isuiip) lesseitiel.. La lea'e en peu
Les oiseaux de noit Et mr re|tr-.t adu,va ,'av.,,
1 r Ur.fti'ier lit quelques pas pour tunre tandtn <(ue sa ['ruiielte s-
gfvnf-r a ao. tour le couloir. clairait d'une lueur de meurtre
Mata pratanK aussi'.t il s'arrtr.1 Et elle uiouta :
1 bancelatit.. ionrdi || idunra 'oui p.ix que je ma
Son visaue cfeaofM d'expression- dbarrasse de ce Mora's., Il dbvient
exprimant le reilct d'une aorte da par trop insuppo:table-
V>i lointaine, an(antin..o't tombant' Bt comme Amaury de la Hoche
ttjr lu cbatM f veoait a- quitter fontaine avait un a>gna du tte tp
('.rifltA*. il m- mita chBatonuer une probauf, elle obs rva :
*,,^f pdloodfl tiainarde.. tandis Laissons le tranquille pour lins
im aia tiraa faisaient le geste de tan', fct prparoua-uoua recevoir
!)" eo ni*n*> de MtM mieux le brave banquier
1 1M " 'adieuse An /son petit fils qui va r* a la fois bien heureux e
rawHit-ei.' 4i eu 0t tout coup au (l* soi p e itou devoir cai bert
itmi du i* isjoul V j l.e docteur et le Coinnueur appor
.^mi tl'M'ft. rr j_> eo(.r a n i^iaut leur homme toujouts tro te
< ! u.rioia isans p?roU>* accda u:r aient l>/olt< qui's dpdsi'rent au
lion' milieu du ealo'n dans l'ne vaste ct
- 'ann )co fortable bergie
r,- o>ttl larm#a. #ives de noss le lui ai donn la ooso maa-
b*wj)ltatl uti, coulAi-fii' sur leb biwe. aapjjij"ail le mdecin.
^..dpu rav^u^es du nriaonsier qoi, t.fcS vaiaj: mieux I De cette fa
^*lm e douloureux, demeura lia. on il n'a pa bron^Bb ei il nous u
antullf"1 fab>meiit pon mme 1 is,,. piu tip.nquillee pendant la
"ct.p i.iotiCleui tl caressant d aeul ro r
^i >ndi l'i" 1 en partant., |e i>raticiMi def
^ji" Ii preinlri fofa, lanye da t riait Iaa hens. Pt dvsf'it ta tle
ij%wi(jfCJd \cuait do la uoler de son an aoidiai'i K vr*ui.. ,loi>(|iaaju
|.. eu de colre si nt eot< ndra :
, t : . Ce nest pea lui/ a'eicUiuait
Diana en dvisageant l'ancien meu
t ter sea rSib ona qui, sous l'action
ou puiaaant soporifique que lui a va t
edministr le docteur, demeurait
'loh^ dana un. torpeur nbsolup
Ft en proie une rage folle, 1 av >n
rjiira hurla :
Ct bomma, je le reconnais'
C'est Pierre l^erjean C est le pte
de *ioial?i
Nous avons t trahis! reprit
A maure, non moins tarieux que 11
terrible asocie.
Trali'g/.. Par qui:' ripostait la
Monti. Voyons., ce nest certaine-
ment pas Morals qui nous aurait
livr on pArg k la place de Favraut.
,a (Juant Judex, iii.vuh pour iiqu-*
jouer un mauvais tour, il Dirait pa?
s'exposer perdie u si tl-v >u nei
w t.".ir..ca' il sait t--- bien que qunnf
je liena.ma proie, jo ne la lclr
jam l'i
< M y a li certainemen* qn qui-
1 i" 11. iji' je renon.e m'exph
quer
Es ce que la faia|it s'acharne
rait sur noua*
a I-.:, bten, quoi qu'il en soit. j
ne me nena pas pO'ir battue-
ie continue la luite|
Lt dsignant Kerj an d'un
plein de mente*, elle s'cria
Pour corru ni'ep, il va
faire disparatre cet liomm.
ai denidin, on trouvait dans la
Seine son cadavre dbarrassa Je ses
lijsns, tout le mnnie croirait a un
accident ou h un suicide
- Uiaua! voulut interrompre
Amant y.
-* Vieus/ silence' imposa la Mou
xi.. ()n est avec moi ou contre moi.
a F n y a paa de milieu., et je nr
connu pas le* demi mesures
Choisisse/.'
Dpaa'n par lave-turiore,
le Roch 'Otitauie courb '' 't.
Le gentlaman J iv sec p*ait de
se uuv complice le ces bandits
Piefre lioijean tait ifrtudtabie
ment condamn
IV
yesle
fdo-
> 1
.1
de
La nez rvlateur
Depuis la scne COmieo-tragiJDfl
qui fiait droule dans son burea 1
L-ocanti 1 avait sunti s'oprer en lui
une trange et salutaire transforma-
tion morale.
Attendri p*r la dqqcenr iit/e de
Jeaooot, sumul par le courage in
eliigamdu mma Rgliait, 1! tai-
devenu en quelques heures un autre
homme-
Il no lui en fallait pas davanta^;!
poar que, toujours sous, les aus-
pices de celui qu'il s'tait donn
pour maure, c'est a dire de Napolon !
i se mit a rouler dans son esprit,
es plus nobles et les plus audacieux
proj ts-
Httsor par ses raoporla encore
rnyatri ux mai excelle t avec J -
ijex, i| gj d.-,Q u lai si, im tua i,
0 af.it pas . j ju r un rle uan tout*
cetlu atlaire. et s'il n tait pas le
s u devoir u'honute homme e| da
ci'oyen reoraeotqeux des lois de son
payl, de dclarer ia gnerre, de sou
CQ, caa get^s qui avaient fa.Hi
hue de lui leur cornp'iqa plus 01
ino ns l'icq iac(aot de toutes leurs
1.1 pi ndttj'
(i).Oia;e il le disait, il ooamen
rai.iv. i cl *ir en le nim- l
se rendie compta du rle aussi in-
grat que dangereux que la bande
Pani Monti, Mira * la IVche a
aatue et Cie avaient chercu lui
faira louer dans le drame aujuel an
fcheux hasard l'avait a. mtiiueniaiii
ml.
S pouvantant devant les cons-
quences qu aurait pu avoir pour lui
un pareil entranement, il'se lhci
tait cordialement d'y avoir chapp
mettant d'ailleurs modestement sur
I compte d une intervention pro d-
daour- pluit napolonienne.
|aa avnements neureux qui lavaient
fait davier da la rou e o b e 1 raaljr
lui, il s tait engag
i". '.. -- j 'j._.. ^w^wawa
Or, si Cocantin s'enflammait
dment, il s'teumait ivae
moins de spuntani . Sas
c'taient jamais di longue
Ds qu'il s'apercevait que aafji
tures a n 1 ireuse^ piuvaisat fiij
lui une dupe. 01 l'expoaar I '
travea en mul s irtcut da
dangers, tonj )ur-<. s 'ivaat saa
pression, il s ivai-. coopif \>>
par la racine- (., ce tittaitl
ment ch /. lui affaire de volMiM
bi*n de tempiam^nt..
Voili 00 ir (u ii, a>.* noiraxM
puar Diana di ieu le plus laaw
cenl, ii en tait arriv u|J't,2'^
s ns transition aucune la m
fini a*eq|ent. rsuusot aiud
nouvel ta- d'm P*r cat'e
nui bois son apo nDirisios |
linir,'u spie, rvht n4anoisl|
fond e^celent deaoa coeur
Une femme qui estcupj
b.ttre des enfants ne saura*
vriimynt ure amoureuse
A partir de ce m m3nt qni
tre une liaura dcisive danii^
le directeur de l'Agena CJJL
avili vou une haine sas1"*1!
la Monti et toute sa baude*
S'armant due farouche
tnn, et si rurasstot de toa*
n rapidits, l'rosper l",l
mule les gra 'des lignai soir^
Je ca npagne. .
Dsormais aa dit-il. J> "-
pas un na ant de repos taBif-
u'aurai pas dmasqu ce M""
unique i-j ne les aurai P
moi mme la justice. .
a Pour attemd-e ce du i.
dcid tous les s icriH i
et autrea. .
flUii, quand je devrai!
cent fois ma v e, rien ne m
a Jour e; nuit, nuit Mt J0"^
rai sur leur-a traces, je u
iir'
1 lent p'ate, et nu ' --' ym
r-lancer jusjiuj dans leur \JT^
Lt Cocaot.o. trs WlS\
nergietnement, se mu *"**


u wktm
i
Sca Side Garage
Hartissaxt
Lblissement de 1er ordre
' En lace de Sea Side Inn
h Directeur :J.J1LEPP
Lrfoii'deftatosde towtea marques
travail garanti
rt louer puai' voyages,promenades
ytriaujr de qualit suprieure,
->.- I M
P-1'O
wmeMfef
D< 9tcaa*fMiu
p
. i u Us acxiliaire? de Mariages
lUIOIS" PdQCateUIS Wcr, shearesde l'apres-midi, h Maist.at
f atioCftlC ei le * r.oniiuunal a procd au mariage de Meilc Aniu
ubilCi Mevs, tille de Mr et Mme BdOMVd -Mevs a\ei
^.1i.< On miDd d'Ail la Mr Henri fBcipscmpioyc.de Banquc-Lcl t-
u^T ibe^" Du.s.idorl.Les
moins claicrt du cote t'u luaue-
hau.icr, Chancelier de la LegatKB de Fiance,
Ch. Ii.uk lm iVOCal; du coc uc ..i marie;
Avis
Il sera precid le matt qui Ion
Une occasion opportune et
Ml
Uo.j
l'-iv m ave
11 eC 1- Lct.ap.cs-u.idi un iko, dans les woo. < leur mise a prix et OU plus OtlIWlt
de Mr ti Mme-Justin UoraunviL a boioc, le t'sigi., faisant partie de la liquida
non 0$ la maison H Muencbmivrr C\
La
Une proprit avant dessus um grande
balle en c t.ton arm situe aux Cuves
exceptionnelle
y A l-occ sion du voyage d
il a W-ce le roi d'iialie lui
ju louxpnant.^esouhat.
coidiaui cl le pnaat d accep
[Tilier ae .'aouoncude comme
MB nourson tminente peison
tibantl lpoDit qu'il ait
hreroeot nbible ce haut
jt, leu-o^gra' d air ni y
lune peuv. o la nouvel.e
que le icuv rai a ne cea
dtDia d.iu (t tiaieinellc
iMiiuilviLUrieust lequel-
Blititei uuiti dans la p*ix
.dt lk gutiic
A|i!C>it UDquet Dtschinrl
aihii/icdiomt des exercices
MS'.iquts t. ;} plami puis
tu ts ova lu. s de la foule le
ai panii poui Vuittunce ou
ktscadu ita.ltrire.
i. Au ujd < incidents d*i
t W Kubi le limp ci oit a-
t Iti atuNtu.. u'.s uis Mou
LiUli t tei.u l:> UaL; 1S<.11
Ut.
Dollar : 14.13
builin )11 5
FaitsDrvers
vEtzer Vilsi-e
ItcnrbrcuE imis il ai'u iiateurs du dlie:
ktotmitr, se rappelleront avec plaiur au ai.-
InuM lt 4e aniuvci-aire d Lticr Vilau..
ipblmons demain a uiu' eccasion, un
("M libtrur de tani d uvres reniarqtr-
Rolary Club
iCmi de boidiaux, bu r inter<.'is.TRte r
iSms la petydence du >yupath^uc > r
iMi continue la di^uwon du piogran.-
^ttejjinisjti!! dit Service i'os f-uiupiers,
Ijkt qui de du:.
P*M, Mrs .V Wenu. u,uf. <; Mayard,
,l)iDi;Si-Audi, Ciiiciii Kfg'.oue, U.i-
kiRoj'oiii iiesei.tc uv srieux .u^untn'.'
iffcnt de vue pratique.
eoecioe, tri lin et compte, eue Hot:-
"~*Tt le vu de voir la Compagnie dt
piaae sous le contrle ou du Onu
. ou de la lonimune. A la pro-
IrtMini, on dinteia qui doit exercer ce
Ittiuns quelles .ondi.ion.
woncourioi>e et vraiment intressante.
U32eme Lgislature
?*ircn,jrgutr dans notre eu.ieldet de
I MaiiM la Constitution du Conseil d'J -
-*i)ue cous uievons au)urd hui : ce t
&**< Session de la 5.2c Lgislature -.
lUpresente Constitution, la Lgislature
l/^poitc que deux ssion.
Le clbre Docteur J. Alfred Alfaro
BetraccioDiote Moderne
Visitera sous peu PortauPrm^e.
De pMiigepar le iiHport uian.i|;e civil de Melle Sjflvia
notre ami limai. K. SstutM,
jiar Bissaaatho
Nous avons t Heureux de recevoir la visite
de noire lOnucre- Mr c Dissaiinlic, Directeur de>
Annales Capoises, qui, auouipagne dcqucl-
*u^^^P:r!^uM.. 7ZZsm^^i'd7ia^^m wMi* ifiminici.iue ut Cap HaitieB, o II a conquis la lympaHiie
de son sjour au cours duquei il ira icu.omie ^,rant trtntC pt(ds de lOade SUT la dite lifS pltlS (I llic le *'l IHi|i,Ulle KS 11*10(1)phOS p! Ola>B10UQdil lt
que des y^..^ ft9 )ue des Amricains ,t ferme an ct plus onaVIlts le Dr AlfarO p Use reair lin Mars en 11 bonne
Lis n-.cmb n d= la kouuut, compte 4**. oppos par u>,e ligne bnsee aot une \,||f> 1K1 IWi-au fiiuce ei durani un i*'rt sjoui de deui semaine,
ner vers le lt> Avril eour-nt une ff$am repie- pwtlt mesure qiltme pieds SUT la illIC || auia l llOUHei'l- SfSX^'^T^S^t0mt^m " du W* me W* la-ionduForl-au-Prj.icel
cejuvcKitiou- us nie.i.Dies ue u itena- ri environ QM Quaiarty fiuus tt deux Lr Ur Abi^AlU.). tpii p'JSM'de pour leiainen tiis U vue, les appa
sance sont pries de se leuuir ce soir a MHn LOUCeS
:ne Nonnil Charles au* nus de prendre des '
mesures concernant cei'e lete. Otiry
L(eces prop
Nous .ipprcnons avec egret la mort de Aie?- ptir
aud'e Bapif-te, vice-consul amricain 4bM J_
pour suit, comporta
vice-consul amricain d cette mit..
Ml (uotailkb auront lieu tn 1 Hgiise Bpb( -
pale. Maison niorluaire. ne au e.eUn. ; 1-
de U I.Tr.iirie de Mme Vuta.
Auxtatr.lcs prouves uous adressens kr
incties condoleauci s.
prtete
ins en rien exiepUr, m r servit
km hypothque de nx mille dollars
son ce et lou's l'ormei le verres, hlauca ai couleurs ei U plu
iiAffaraniii est dooiie au client quu la i)nn.:le seraexcula
Revue
des Deux Mondes
lUhutde l'Ir.iverstU, Pans.
SOMMAIRE DH LA 11VRA1SON
DU 1er Mais 1920
lormaue r
qui rtvShdra I adjudicataire parle avev prciKiOD al ce apteuCe*
seul fait de l adjudication du sus du pju laid, 'iTmiueni Spjoia iste ind quera la rsidence o l'on
hen dota elle est taicessotre. Llle a pouna le coiisuler.
Mi consentie ti la maison lt. Muenct
nuyer et Cil sur une proprit fonds et >MMMMMMM^nnMBB,^tM,,M,,,,M,M,,!,M t
hdtuses situe en la due vtlie dis Laycs
rue de la place dormit entre huma
tretnott Marie 1) sroutbtrei pour
garantit pendant d x uns Sis d*otts de
, tant^B^rw!-!*"" XXX" nmsant dans t inteiva.U.
F Le centenaire des MdiUtion. ^^/T^^^sVZetTl
Gustave Lanson. Maumu* dtmuurant loue t Aux
Le 101 Louis AMI V. tn gmts, ^ n au plittW, ufm e li!> / v,tmr
G Lenotre. j Autan v l ahe ). te s coud a ta Nvu de la maison.
L'aime doccupation de l'hgyn e velle Orlans ( Lauiauuvj h>ats Imta
soos les Romains, R n4 Cagoat de d'Ameritue agutunl en eu qu h 4
l'Aadmie des Inscriptions. de S.qutaire* uqudaeutsd- a /. i
Posies, Maurice I^vaillant. son h UutuWytr tt Ce eivldu uux
M Andr Hallays Camille Bellai- ay* uijaut four avocate imuUUws
J Mii> dintotno ikmaqu$ tt llortl itvte
gULa ma.ine mardi nde et IVlff, ^*f " "** du <*
1 i eux Layc*.
Ktola niuxc.t-. m kn venu delaloi du'J2 juillet i18
dis autres loin tt arrts rtlatij a la
liquidation d s maison* al.emandts,
etunta tant d'ttut en date du93 Septni
bre yi.1* de iivr actm tuthenttque::
ituUUxsant les droits de la mtiann U
Wanzer & Company,Ine
Import and ex port
Ae*/ York$
Maison amricaine reprien'On( b aucoup de FabriqOct pour
tome lorfea u'arttcli 1 ot de liatna en gne al
K1 e accepit" des confifDalioni pour les produi s du pays ton! ea
Isifsant de bot a bLfice a ceui qui s'adresseront au repraeDfaQt
!-our toutes iniorn aiioDc, s'adresfer
}Mr Max Bel lande
Si ni Reprsentant pour Hati
Rue du Magasin de VKlat
Li'tfcalurts rtrang e* Comme
au cide d Elisabe h. Louis Gilet.
Revue littraireUn nouvel essai
sur Virgile, Andr Beaunier
Chionique de la (fuit zaine His-
toiie politique, Andr Chaumeix
La clbre Cordonnerie
Anseloio Martiuo
_J raliser ce plan qai, bien
v 'fiue, n'en lepoaait pas
1 at.r les meilleire intention.
*c*i fois au 11. u de s'adrea
JWjO'aerit son habi u> 1 itapi
^Jdirecteur de 1 Agd ce tl
rl2?ut de Pndre mode e aur
'.^Waw pataeg 1-
PR1X DE L'ABONNEMENT
Un a* Six mois Truit mo:
Paris, Seine,
Seine-et-Oise
UEPAkTkMb.STS,
et Colonies Franaises 6 tauaam -,* <' J7 fr-, '? x!
Lu abonnements partent du ter 0 i)
ttm *uii
l rix du Nuiuro
60 tr. jl lr. 16 fY.50
l'r. so F-.ranger 4 frao;
Avis
U public csi aviiqce 1 eau des
teurce^ta Plaisance d cerisier sera
provuoirencent arite le je.di 8
piaenta, qui aVli| cou,aDt de ^ h. 1/2 du matin
B,;r4 leur plof amon de ieu'ra V'hcurc"de l'aprs bImi pour divef
MutHthmyer & to et-fIn d un etni A l'bounaar d'aviser a DOltbreusa c'itnlla tant !? Ir Capitale que de
/.eu en date au 44 mars ittHO de Me UC e qu'elle a transfr sa maison 1 cto au No lt>23 d6 |a Grand Une
Muius 'Ltouyon, notaire atuslant que en face du March Vallire.
k du bien iiap 8 t vendu uu ptix (j'-!i% aux grtndissenisota proyela (*ais le nouveau local au perfac
fixe pour son adjuuicutioii, faute tionneinent de SOU omUlagS ft la multiplication do ses excellents ou-
d adjudica aire vricis, la laineuse
(Julie Ls i barges stipules dais le ( ttrtl < > > I 11 ('I' I { 1/K< />>* i Ueifl tm
cabitr des chat yes, le enclires taon'. IWTIIWinwip \ii**llU<9 ifUiriMO
reues sur la HHMfl prix ae neuf n ille promet de donner plus Je satislactioo ses fidles clients idans \t goio
dttllan e' la prompt tude quelle mettra coniectionnei les chaussures les
Pour plus Otnplet renseignements, plus dlicates'
s'adutrer a Mit mUUus Jiovyon dtposi
tare du cahur u s i/ii iy<* ou uux uvo
COla souns/yt.ts
Fo.i k*. a une 24 Mars 192 >
AHT0IKB TU EMnOUE. A.OREL
[Unaationntla
1 ^araut huit heures, il
r'"'1" bcuirant liitrale
m?n. ,D?de,tu^ Ua rtciib plus
JJJ'au'heotiquea, de toutes les
; Plus ou nu ma fabuleusea
NfcaMnl,Bf,1,1 duie ^r*-o'e ai
NT lQoc^ nci* P el -
lu
s rparations.
A vendre chez
Transoreau TraHiof Co
t\ue du Qu:i
Suc* vide* neufs, 6*c* de seconde
avi,eJ!"?' ,ca,di tt:e Pr main, gravi &ijs 1WW d'tmbat
Avoine
Chez A phor.se HAYNi.3
TIMBRES-POSTE POUR COLLECTIONS
ohoix tmrviE.-JSE
PRIX COURANT
GRATIS & FRANCO
THEODORE CHAMPION, 13, rue Drouot, Paris
':tt^'^^^^fl^f-11S,JWC/1^l seraient, grattoir,
[A iMvre)
pour parterre, etc.
Cimultr* votre midmein nr I*
SieiOP 01 DESCtilC MS
( lxIeinolol>ln-1 0
Prescrit per i>lu< de IM
l'in mioaitl du Monde onrier
NkMIE HUhSiiltKlE. FWIILCjSE. MA.
__________________ !.POirKINF.COMVLEs.CESCE. SURUEHCF,.'
uirit-nr u via no* < jet '* !'!'! < aKxllfM, In rsa it Iw
Aanlk obs itaUM'** ?- c*. la premier Sacvu. ici .
u.ilr-'cn cm une via u-,


NI >A
i>. *r .-
SjjjMJti maison L.PreetzmannAggerholm1 Revue Illustre et Venie k
Patrons de mode
1 b&rtBacie
MAXTUL
et sM-or
r^nd** tn 1850 ! tent de recevoir par Je Scruter Si* m*i
rwN%% Hin.anrB immmk- "* b!h)it>* d<>: .
iAmtm Usina Im Frtftce ei d'Ame Chaise! Prt"r Puwanx m aftevWfa i(js
i '*ue j '..innanti s poin l'iei CrtaM D-r ilf" ce KjpIo'S 'W ttritr, orw In s
Pbrfuirerip if ajSH darri tri m.'n'"> ro-r n.-rli'rs rr;-
( iliP. f I..'.
.=.-- Tab'ci de 'on'es diilifi mous n n ii l.i-
I fil usr J't ru Mur** "lS *cnre am 0M Sl,hC(ttlu,
StCMer lo i tJUtfiM RWaLD
I s'abished 1850
AmtriraD rrtDCi) Patent Me
dic.r.fs Bf&t dinrucals ironi a
icpe ard tbe s'at(F.
>fn encan pusfripUms -files,':' es Jirll'l S 80 lit d*UH6 SO*idi( 61 d'une dura-
Ireprh & meneau Perftmcd Lin/ t..,ltt ir<, IL.
Tone Wsteif. Rllll S.illS p irt' Ile
til il a Prima'
rPJ|%gra^rfJ; Vents /-8 voir tt vous servx satisfaits
l niversity, Philadelphie, l'a. *
Assurez vous contre LE FEU
cl resservons la plus -forte compagnie des E.IJ,
La HOME INSURANCE Co de \.-Y
atjeJ gnral pour Hati
n. Le BUSSE, Port-au-Prince
I'ioi'/ / tolic M \ Aucun Irais k commission ni de ccurtags payer
I! n*eig lez-vAtM sa n fiai* par cor'&jpondanc* o venez ditcuter vo -e mv l>irreehez
Eug. LE BOSSE, 95 Mue du Ouai
<^
IrfW Cnrtmt
84 UM
U aaU J '
aatiiw
Voycz-vou* es belles I aines, voul z-vrn8 i re ljpDU*
aules coin ue ell t?
ALLEZ CHEZ
Paul E. Aiixila
Jf;/:- O vikm 'rouwrti b a TISSUS le* p'a jolis h; n!na n
KUtUNSIn plus a p.oprieseiduo cli >u raV P B0W
11 vouh dnnneia un C* hI^d.i de M nie et voua vendra lon
a rua votre lobe une GUUPE tirp-cenble. '
otflotM, b#, formes de cfaupp-ni pnrfuierip fsb'ictns; logique oii^nule, Tnco liroul l'oniaude m
Pommade Ekcellento, Lotion I ARGENTEE, aseurun. lao
et velout, rauiplaaot le* crme-
lue visi o dtfs ,.... Mm-om -1 v ennui* a caVoirc3
voua devez por.:r, d-paraissent-
dm
moelle
peou,

ARTICLES FRANAIS
La maison Max Monsanto
Li du Magasin de l'Etat
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et illelles
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses filet coton
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mondions de soie
cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
La maison
Veuve Barbaucoj
a re
jjjjnji|
'< \ I1
ilt> [M
K
,1
.-; '.:',
r"eir.'.'. ;;:::;;^.-!,; r- ;i.r

I
TURKISH
OLEND
CIGARETTE^
EXCflPTIONAL Q0*UV
TH AME0IC6N TOBAOMt
' .^wl'A'ua
- i B JMB
WMMiMMWM
U*'|- '
Pharmacie T
CbptjM PIEPER HEIDSIECK
Demi tice et brut chez
EDWARD I!. RAI'II L & ^o
Portail Princ
A n(jle de* Rues Roux et du. Ceni
2 Mdailles d'aider t Eaposiion de Bruxelle"
Laboratoire de Chimie Mdicale
Diofeuere, Produis chimiques et pharraaceuliq,>*,J
spcialits I.- ji uses et ainncaioe*-
Prparation du outea ampoules mdicamenteuses'
ei injectables.
Spcialits. Srum r./ros heinque simple et ferrul
lodhy Jrar^'/re. Srum ue aiorard reinpl <;"11 lef ^
rcalcdimis de Fvrier et ce. licbiti' ,
Il*y a tcu,ours en stock : Xsvrosthoib' Sirop pectew
E'ixir de l'ensylvanie.
LposUaire du PREVE^T^i
Reprsentantdes Laboratoire* T**
jpD*l

LiCTIlly.- Parmafit lactique, coaire a!fl-;iDJ
DSlee et cutanes,
LAX^rjNE^Siciti jus a la onstipsUon;
pdl


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM