PAGE 1

LE MATIN taimposes.Les pillages cotionuenl jU population cemande lu secouis. Doll.t : 1463. tions qui lui ft ni corn numques Mi 3 Avij; PARIS. Lrurnal dei dba's re produit un radio'Ugrimme de Mos cou antor vint que l union des Irans pons nomma le capitaine Sadoul Mtmbre de* Sovuts de konolf. PARIS.Ea haute cour le procureur dorn Ici tute du caitl judiciaire de Cavkllini moctrar.tquectluic eocou rut plusieurs condamnations puis, n vecsnt sur ce qu'on appelle le rrt ci 1re Rojenwald, il dclare que c 4 pi es dis lenseigntmeuts reus de plu-ituis peisonnrs connaissai 1 bien Kostnwald celui ci s'apptlltrkit lil u men* Lon Kahn. U dtense prend ecie de cette d Clinton et annonce qu'el e rifol ce son ci de U tues ne diverses p> r j-onne* donnant d lie pitinent le plus en plui de finfieance dans les cornues excutif Un mande de Duidooiiie que le roi g1ouiP-rdeieui d' L,IM;V*.II \\ I-H-HI BERLIN LUt MI. tum ayant -fi>l hi*-i l.-s Cwneella aao ult pn.claaiei t la g < ve gmi al' Leuetfc ld Uaurn, Baitoei uoiibouiii la yive fait de >eiiriui pronrJ toutefois on croe terni" e ra Jtvaot len ltes de l'aii: cr on ..-l'if arriver urie entrite lui la base dn U toivetition de l)ielfel'1. BKBUN —La DgrxfaiioM Uar lin entre les I atler* pyiidicalmiea ouvrier! et lei dlfOl du gouver neiiient lotit pivou un BCCoid noiiiHtit on e Irofl Que le eorjQtt de la Uubr pourra Te reiolu picili^uement. Le youvinement plOlongea de qoarai la nuit beorea le rltlal cCOrd ai)X OUVritTI de U Ruhr. KOUBAIX — les employfH mah u >(>HUX ro glva repiliant l tra l>:l et dridrent d abandonner la oitie de leur tniteuiei-t aux ouVi ni a ^re visita. UBONNn. — La gr^ve aa pon%  uit dani le cal tue l> yoo'ern ni-n ect dcid de ne pal t'ai lij*l a le ^tevitotes t n tatitii U 1-beUe ii! tiaVHil. LUPENUAGl'E Lu grve gnrale fol dcide par le coogri d o lyodicati elle ara effective le x rt\|ll I AlilS En haute cour 1 audition m . tmoina eft ermine Lajrepri gp dei dbats aura heu le quatorze Avril. Aptela lecture des dpeai nona de M Mvy BruDoardfl et Vieghi n le prce< reur gnral pr< nuoeera Bull iqU 1 u te l'A LUS Eu Inu'e cour en doux me aeuuce on lut la opon i"tt du colonel Irai aia chef de la luiietoa nnliteiie tra> <;t.ihe Home lue les fiquenta 101 Uo CailliUX qui uu cours de son fjour H.mie accorda fa coi Qioce p des pertonnea m ptct'S de ola:tisme. Lia dbats aot envoy an li vnlLISBU NE La grve d s poste.et thgia! hea tfct termine HUMlv Le Snat nyr le dit courov Nih adopta par lo7 \oix cootijlli tordre du jou appiiuj vint Tes d> data ioua du g luven e m p t v F.UME. D'apra les journaux au pronona on dir.nnr en •< j^' derintentions da cemtnandem<-nt en daui a caer tuiue Etat indpar (it. '. j C'JLOGS'E Lig-ve gn*ral %  Irait lermi le daicii il' L U; l'nbuiul l'arquee -Oiiiiuunc i re>c •yiHlieai ifMti de axa) 'l.lli. i!r> J.J.J;, 1 jnnimcrca .\uuirc. 41, ua auiobidbDi pour crer a on se §| iuhanl d -, voll pmi Mans un ub.ssem.nt dnomm ag ,e*b.es au milieu c. insuut de la Vtam MMilt U p l us f:a n.h c corutalit de vat?s Lbou'oiies jour rechetr ______——— che*; ch'rniqufs. . ]V ,K 11; >AK l* ROME-? O* annonce le dpart A L TAKAVFLLE. eeili le io avul pour la Rurtia de la d I Le paquebot aCARAVBLLB pai 1 gato ocialiat. con rose de 1a f Bardeaji e 7 ^f 1 ^ 1 membres. f • *>*" ? %  l LJSS^,; L'iiionira nu fci a l'aitivi aquebol. Poil au Prince ; Avril 1*20 L'Agent. H. ROBhLlM AIX LA CHAPELLELa R wer L.it de giaod> pipara>ifs 1 a marche a n*ven la rgioi de 1 1 ht. les lorcM g'>uverne*nealiles, au nombre de s , 1 o bommea 10BI concentre! airioul de riarn.n. La estt ne qu aucune incompat.b.l.i u glvi est gnra* dena la plup.rt/t-c entre les luticsaela r-rai,^ ea localit de la Ruhr. * la tcurit aea in eits dune Ali. HtRLIN-On signale ane pnndelm gne amocr-Uque e: picifaqu ruai-n des delputs dei syndicats la al Vie W par le conespouuaui d. t'eut loainal a L-obieniz, le Hat Commissaire I uard dclara qu'il : cet de nxnbrejx teiiuign.gcs a socialiMes et majoritaires ainsi que dts organisations polit quesqai adop ta une rsolution taigeim '.pura-, tion immdia e de la K i>chwa de iccoonajaaatfca Jcs allemands rfu la roue et dts ado DHtriiiOD. Le gis sut la liv gaucc da Kbid m" l d'ordre tour les pro.hai.tsl. c e t des co.nmirtuts. Les luui t ODS sera la dtt me de ladmocia lie contie tante polit que de d^or dres poven.nt de gauche ou de inels appre.:ieui lotlituJe des autju ls f.autteea re>pcwtUiues de leur uioits. Les iont.iionoaires prussien^ ci ura d uni Assemble de Lgioom re le Chef du Cabinet DeaibrlO drle Le Temps, apptend de Mens sont agrab.cment sur pus de tiouver bou-K qu^uLe d putation des bibi-ldans la crise aiJe tt protediua de tinb danois du Fiembourg Visita la! c es autorits. • LE.ho de Peiii • ap commiMioa intarnitionak et la pria piand do Mayence que lide spata d^ ne pas liY:er de nouveau le Slesue progresse dans la rgion ihca w.g ctntrul aux perscutons pinsne qui aspue a cont,tuer une repu siennes tt demandant t'iptetnatiomib ique dan< le cad.e allemand. lisutio". de L'iensbouig sous la Soa STOCKHOLM—ajgi et lgation des t des Nations. coopratives d:dare que la Russie PARIS—Commentant U aHuatiooleat p.et: ap.yer en or et ce ales lais ls bassin de la Ruhr, ls |our louiesj sortes Caituejae industriels, naui consia'ent la lerme altitude de no'amnent l<-s in t'aments ara oires la Irance qui a une heureuse rper|wagons, locomojrives dont le besoin cussion en Allemagne. Le liai n i[est urgent. Si Oaai§ i-*SctiondePed55 A Clic rcuuiuu vim .*..„*'**| aan Jcs cauRric |)eaa K o 8 ,, u kr, 1 OeXiSwii u vu LonioriD.aK,,, -Ui Wrtu JV .c U^,. u-tout •„, MltB e ^ •vc. c cbi u je acajou u t u • 1 LC aieme ureiu ^t .!,.,,„,''•> ..tt. proiacni; Clurks ^ lHboul .** waeiamss. %  i-a Petite R evui Une pub„cauo.i 4d -o ut l0u i r a paru RMCUI v kC Ue aune C c^l .Maaaeai "^ %  Reprsentation renvn A ( r ti ucciMOn a .iiur* 1.," .Lj.icw.iite la bcmame ptociuin. —u le us au prum g^ Comme nous l'avio.s anf^ -ta l.eu la ICIC -u t I0 , a %  < u ^eau. -^"IM b-.uuia ce lut U cons&taiioi k u — -iui>t HUI kcuud oc^uu k; lttlt J k ..-u, au DU* U,.iuic. h u / towu au tioru ci a l rtvuCuiMi. ru. ce tu; u.cte Kllta J|j >. -I.U.HOIU CJUI iiiiuertni UD .lUinbicua qu'clc^aut. U: lui un iuece, dont cetuintm,ato.t uc cuu.fcucll.r | WUB > MllKUUcI les Oauicb p.lrunnesc, m?. .ut L>uur u reuuc de cuie n,, J. matCt Les Ftes Les jours saint c x>m F 4toei ^L recucnU.lient que le traites priictjeua ui.iunc-ie de 1'.. |U.-> a eu s.t eclM CIM. O.I %'au tau le pjiu, j c tli( CUO t\A quatre jour co.i.j;util. iest dnie avec Je ujjveila (niami J uui un refrna la UdW. • irvciiitrci'-.mentg Mr Robert Uw4, Me r.aciae 'M Aarore UavM et le autre pannis, timm pression de leui renier..clients ci tr a grjt.tude a lou ceux qu. | C) om 1U|| aouloureue eirco.i.taure uc U nun HoJeri Oav.j, ne .Ve^iiie Jeamy.lciii epOt.sc, mre tt j'aretuc. i'o.i-au-1'rmce, it j Avril 10 •anejeHea^BfaVjM f. >K)ftROJOES juur.ion I-T; aine t complte parbi l'Uf-" M')l OU OOOTEUJ) zn c -rovrs roRsturr %  BUMK fPurRtlE-CCKiOUt ^ OOHM TOUJJUHS UU MUtM UBorttoln MlPlt. M, r. i Onrle-L Su. BB1 Ptrl-iu-Pri-f! Mm. I Judex OaUltO OMAN PAR A RI ni; n *****>* tTilmparL feuillade) ] IUITIIMK PISODE • Mais je n'ai pas PU bev> > dfite'non plu c-^tte M pour fa)ippt 'e com Jacqueline mais pour m'aider sau iibieii j'av^ia insense. J i rompra ver son pi\ 'tout de ani e et je ne ten ai pas Pfonln d'avoir eu lu pense da aae livrera Jud^x.. Tu tais da-i Ion droit. N'avat'je paa manqu leon duire l'ctialaud? — (,>ue vecx-tu dire?., tressaillit Morali. it te lo rpte., ta tranquillit, la mienne., je ns veux pas due notre am 'ur..puisque tu sembla 1 Et ae laissant >oaiber sur un divan t'tre diach dmoi. sachant avec une habilet lui ; i.aie — Uina! protesta lobert en un tiouver le larnaea qui tromp-n • le cri de dtreaee mots qui avpu^len', elle p.iuaud — Je ma lula bien tiargf.Tme en Iquelquea joaia'. Je ne ui p;ua la Imme ferume.. ataiuteoa t, j n'ai tplus qu'un dsir, vivia en paii.. maar\tf I i ^i'Cre.. loin du raoude daua uu LEB80U URBAINS DU l iX) | 0 perdu de la UriAl'a-aiU ^UOB — Notre amour., eo tri un, h Tavrtiturire.. dpeud dsj m t. u ta olont*< — Explique toi subite tendresse pour un homme loin du {'tel tu as si longtemps VHCU et qui, pour te q ou ver son files ton, m'a .tu trouv d'autre moyen que de se dire condamner vingt U.IH de travaux force— Je t'en nne, ne rai'la pw le aeniment qui ma fait redtvenir un honnte homme 1 — J n ru 1 •• pa • jo constate. '. et c'eg'.Mommsga • si jc*i^oiide toi une cho.-e nileuse uu na IIL.O mie,, je oeffl* pren irais Mais, somme toute, manqua** de — a4( milnuiir^u. rmnm r,-. o.i 11 (Suite) JL'Eternelle IDalila Alon.i au lieu d'clater en vJieni repioche?, ainsi que y u.•ttend Itobfrt, l'eoaorceieuea lavei M vers loi e, P'a edactiite qot amaii. elle lui ei tou eu leajun uni de sts bue ioopl*e..ctreeaei t> ; — Je t attendais J'tais Ueoquili jvj saviia bien que lu itviau !•• pra de anoiMorai* rpoto : -J'ai voulu te dire in dtmlai tdie*' avam *i partir tour tou,oui>. — far ir pa>ur tssjosta/ ieprend l'vei-vurtre eu Ittguant un vit el jfiiilmireux e'or.neuieiJt. — Oui. upieee qui est pabr. roua ne poovooe pina uoue icvon. — i'ourqi-oi T — KeiSi 0)oa j ne veux -.a* isM ir un a*aiii! \ ClS -uHa, L'ina Mon t, m Ba> M'a ronifli:''''.*J^an 1 ' l*utepl %  te ^tr^iot. i"uiuur* aur un ton de regret une •* in-*s*se sofinie — C'est vra.. i'*\ e " lolh t*VP'/ voe par la voio. H jl ^tre chea M H nuu trest a soni ilie stm eiia ItBCe de bebeur r> de J/se, j ai pei 3u octe notion do bon saur. | n>c U 'a laisse el"i %  •• s ^ ;,u •P r %  l d" extr'Vpgince.. Je !•* 1 lia. j'ai ta h l autre; if avec "J" dgci l'abme de mil rponJrs avec dlivrer un malneureux tpie l'on se quettra arbttrairefn^ut. co n'est pus L no action assez rpug tante pour queu l'y refusant tu nous eacntiee lotis les deux— ru e saisi., BU. nous 1e on Les yeux baisss, de plue en plus \ui/.. l'effarait Kobert Kerjean.frerODe.. c'est la fortune pour non* indcis, prt faillir, Morales de1 art violemment pour ne ;.: %  '. %  \ mcurasiieucieux. terre ETI Pie"' "t M> ami,cette tranquil hi aptes laquelle j'aspire, c'est toi, c e*et toi fceoi qui jou. er peux tue la ca ne e .unchise. — l'arle! %  Tu sais o est Favia it — Mais — Ta le saisi.. Si.. Nous le d-Vi 1 reprendre par cette femme. fj il ijouia d| avec moins d'nergie ; — Pui'que j m en vais pour tou iooral -*— Tu ne m dmes doue plus ? ( Mocaia sa tutCe silence tait plus .oquen qu'. n aveu eitltmme. Di 1 a, sentant quelle rjpicua.t. 1 vai nge, encrena ea m-in. la pif, 1 >ii-a vers elle, et de plus en plus Cline, diaboliquement fasciu-tiicty • lie iiiainut. : Moi, je 'adore Croife-moi, je ne t'ai j-imais ati•11 t "tm que d-pum lo moment o 1. me suit .pe eue du mal que je 'ava.s fa .. Ll toi auss tu m'aimes. Alone # iwtVp dtfenda p^.. Tu as .'t vivement up;eiotin par lap pari ion aubi'e de toprv Maaji H.rs bien certaine que louq'ca 10 tes rtro v %  enl on face dj toe c:a r uni as r'gretta, lu m sa de -1 C0711 11 me ragre ies e; me d** res en t-* matant. Comme tou I %  > r tu a^ait ^ u tremble. Dans in Ame, dans 11 peoee, iu u'oea ttame te d. nia der si IOU cela u < 1 paaaiile ei ll t ul •o. — Diana I — 1 bieeez-moi finir t \ pnua ncbeS' nui-, partirons teocieux. en s levant, Tout fit d'un ton dgage : veux pas.' l'aventurire — Tu ne %  : %  %  C'est bo!. Ts lo.n.. pour tu %  .t> un vie n'eu parlons plus., le connais quel beareuse.. la vitrvee.. ; qu'un qui se chargera de la esogne. N avais-je pas raison de te dire — Qui donc ?.. sursauta le lils du que dsormais notre avenir, noue vieux Iwpanbonbear dpendaient uuiqutnuent de — Am4ui y de la Hochefontaine. toi I A ce nom, Merals eut un sursaut .'.oral, les aourcils troncs, l(-il de colre inqi'Hti le Iront bin d'un pli, ie P'i dait : — Ce que tu me demande l... eet imposable. — Impossible, et pourquoi ? — Parte qu|'ai pro ma— Promis |QUJ?.. P omis qui:' — A mon pte <1e ne jamai rv'er a qui qua ce s .i' uu inonde I endroit ou Judex retient Kavruut prisonnier Diana eut un tressa Uement d'. li grti-se. U.iiienar,: qu'elle tait enltremant n'ae, ell^ navtt put qo' manosavrer en cous3 |iHnce,et elle s y cor-n-'isnai'— Ton jt-re, fi'-e le > s li je ne vo IIIHIS iiHg lo dire du ml de lui. vl ; < enli a'iuete101 d tiouver 1 Tempo gi er — Lui/ lit-il— Pourquoi pse? — Je ne veux paa/ — De qael droit m'imposeraiaiu dformais ia Vulonl,. puisque uous ne tommes plus rien l'un a l'autre? i'iu rien! clata ltobn en M.-i.sBoiit nuu tour la in.-iu de sa maitreaee> Hua lien !.. • ais tu ne vois donc paa que je so.tfre toutes les doukur|. — juaod tu pourrais tre ai heureux! — Phnal — O eat Favrai l? U m. il ait*. liais Mer ls h'arria • Une ci aime terrible venait de — lac |Uf'me'., li: ll Ht haras lant les ^paales, — Utle sait bien des choai. ensai r mme tellement-qu lais U supprimer, — L ap >? — A'^r*. j' i peur., —Da q-inV — J'ai peur que ta ae vu eore : — Ne dis donc pas le bea Avne un sang iioidfiirw ane prs -ne dVsprit ii.coa/ l'aventurire posa — J ai trouve ui intent [se chargera de traur 1 Inuestions, sans que noi* besoin de nous y mler 0*1 meut Cocantin, sans doule. — Non il est trop bltt— Alors .qui? — L'homui3 qii tail I heure— La Hochefontaine? — OJI Li KucnefonttJDJ. ae si atupideineut prie famant, et qui u est. en r' nous, qu'un sssoci dm" prcieux que ja le tien,* mets au dfi de megli" • ail g. .„ A Ions.. More, 101erje ce que je te demande e* li .-e, et cependant, J ou de ton acceptation gemetiL Q" \ u ;„ J amOit.n nf. pat ta r Pr pa.ajjie u t 1. 1 mi que -. a e. it Lu peu esoaa*il ai i.'guhiement. r Jaciukliot? rcpril-il d'une jgioigai te s dj r.^urtMe cott,j.*iaag^ )n piotynj respect t t-1 vox Liencli sauf-, ., ., - C'ntb n 0. n i ^ uanmoi-bUr, pse 9^\ ^ oubueipt moi-ui9ae



PAGE 1

rr ntm H'CUW RESPIRATOIRE PULMOSE UHARREI. UftTIIITE. DXUCriiTFi DE CCQUELUCH! i SUfiFuii BAILLY Sous llnfluence du "P0L1B0SER0W IA TOUX SE CALME IMMDIATEMENT. LA FIEVRE ET LES SOEURS NOCTURNES DISPARAISSENT. L'OPPRESSION ET LES POINTS DE COT S'ATTENUENT. LA RESPIRAI ION DEVIENT PLUS FACILE. L'APPETIT REV.ENT. LE SOMMEIL RAPPARAT. LES FORCES Ef LtNElUilU RENAISSENT. •f* i 5= ^S EBPLOY DANS LES HOPITAUX. RECOEMANDE PAR LA MAJORITE DU CORPg MDICAL FRANAIS. APPRCI PAR PLUS DE 20.000 MEDECINS TRANCERS MM MODE D'EMPLOI Une cuilltrie cn/ malin tt soir h Viatf, fui Uuln lu Orajuriii it Phiraaciii LABORATOIRES A. BAILLY I£, RUE DK ROMF, PARIS 3^ H B EHE EBB Dted West info Corporation B. P. Davis, Vice-V rsident & Gt n'i Mgr in Hati Offers ils Services as Agents o/ the i allouai Biscuit PASTILLE VALDA %  M nouciE CM i; .".rlssivAnoa la ton <\c Garga, bro HMMsta, hni'iu^.s ilf CM vt*iu, hliuim • Bl'OiIclulOS, eti\ c'est la wjgm miMkt do l'Oppression, des Arres d AbtliL-e, etc., etc. C'BI H m rea pour CuuiJaUiL touUS les Maladies de la Poitrine. DERASIDEZ, EXSEZ daus toutes les Pharmacies Les Vritables PASTILLES IVALI vendues reniement en BOITES port&ol 1P n'itn BoaUgenvut <" <'iuori-on CCOIT ilClBAinTOHUMUDRlt^r IL "i I f lt' 't't'i, a" ri J. ESPIC s r r lai c | ,' -,l. i occasion exceptionnelle > t? clbre Docteur ./. J Ifred^Alfarj iielraeciooi&te Moderne " ;t.ttia soi s.peu Fort au-F rince j Dt puangtptr )•• importantes t intressait j s villes de la R' i hliq .e lr< mime, ine et tap-Hatiet, o II s cmquis la syrapifliie J-s L.IUS cl flic la •/ rMQporli i triomphai professionnel* les |l is finnois, le Dr All-io p lit* % eui* lin Mar* en U kWBt ilie of le deux srnpiittas Il aura L'ftOQDeur %  e se I6tur a la d rpJ, it un da l'in/rlli ente popil lat on d l'ur.-au l'iinteLe Dr tVtFARO, qui pTttde pour l'et .me* ni vue, des nppa n* le |ecu-iou modernes ti oVf plus peteciionn s, prescrira de* (..iiMaux t pliia maliq .es pour laeu.rtc kti rM tous les dfauts de U vue Le l>r AltarO • radie lien lui tfuii pluii ur millier de p iSDnne jui • u li i ni lio nbleme t iltl yeux Pans les n'Hie-s rpiqiM du Dr Al far*, il,'sejfaarique teutes doTltse et mues forints ue verres, bunCI et couloirs t 11 plus lonnft'le trar-uii esi donne au dent que la fo inrle sera Btcollf avec prcision et c#ott;.lence. Plulrd, l'Eminenl Spciais indiquera la rtidenee o pourra U cous al er. Va -p0( New-York ahMis SelllDg Reprsentatives — American fiton Oil Co Ac^nt'-United S al s RubWIfcCo Sellinp Rep'eseniMives — N. IL Farbw Co. kiai merle d liait i Police Headquarters lu.iau-l'iinc-. Il.ltiApnl latin l'JiU NO't'K.E |Tb itterliin of ihe piblic in i u d lo i li r luct tint bll If il •' '•'kbmoi* Mi | My r 181 N > Ul >' I i H ia y ptfl 1 lllil L QU. t ''l'H l.l] llltl l(jD((ioosf>>Mii i s p f. i i utd by • ire r:rw dintily um'ei ilm pdiimeiie u'ilaiti, bureau oi foili. P. II1CKKY Clti l ol l'd ce iendurmerie d'Haiii [mnier gnral de la Police l'OU^u-.'ime-, U lu 1er Avul 1920 ii AVI6 [Liltention jn pub ic fst attirfl r lit que les CtieU de yaa lier *ta abolis avec lea Lomiuau is Coreiiunea, leura Ijuciicin piMMiespir le bureau d !" la P iJuchd a la Geadarineiie B. F. 111 1 KL Y Chef de la l'oltcc — %  %  %  %  ^ute (Vu-an T riu d'ordre de Mr Geo A. •HBntde la L'Ioyj, h yen a veute ' IVu au de liu iu> c *k avar, ^ '. raererdi 7 '"J heure du m t..i. Il du ncedp l'H.. .1 d • "rauet. MONTbbl N U.IL .J'ncu' itur public La plus puissant antisapiiQUS Sano Mercure ni Cui—re I* PMlvp.it le travail de ME. FODAHIK Cblmlate d^ ilnitliut eatenr (1907). MMI l'i'-laiilnn^innnt tout les mi.'robes le la PWM. il'i C'holn, le^ Fimi, ZMarrMM et Onnnriri dr* ;••,> cfaatxda. MALADtM vilMSJMCirVBS BAZAR MTROPOLITAIN Maison de coufiance fifocuifa SUH8/I/H Sardines au toin%\c Premier ) Saute Chili K POM blanc en ferblnc Confitures / € Gratis en f rblanc Uoiion gameus Jambons et luirons Armours Manitgue pure lard et beurra Armours'* i onserves Armours \ t Th tt cornichons Lipton* Cacao eiehocol'M Lowneys Savon de ioihtte William U rt v Indispensable contre les Epidmie* DOUE i Vnn (rande cullloree Atnt un litre d'etto pour ton* les natte, SnrMMda r*NinD0L.37, Rua f*% Mulharlni. tMTw-mrPi V M |i • T*te< !• flirr %  %  J !w ; toxd onca!o.ii prix far ^"u.e.,1? Non. ,o-, t | l Jn ,e e P '' l'aulit rt'bui ,( uw r l! f-roiluii u; "m une (t.euie q.i i .. f*ttra p| Ub ue LOL.B lAoiv* n li^ne ho linda'^e, venant de New York ft des ports du NorJ est er.tr hier tualn Il p-irt ce so'r pour le Sud Le S'nmer omal de la Rirorel a laiss N-w York le i du courant • n route pour le Cip et Port au P:e Le Sf^mer Pjmmi vei.ant de N'w York .st attendu Pot! eu P;s vers le 11 du count Les dp h(i pour Petit Gova, Jrmie, C'aytr. |acmel tt Currio, par le Sleamsr Achil'e Itroot ter mes ce soir i 5 heuies prcises IV t a u Pfisce le 3 A/nl 1920 > — Contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de pELoHT, Pharmacien, U9, Kue S*ivt-Antoiat 3F A. Ft IS S C'EST LE M2TLLEUR DES PUR0ATIF8 Nous alteiulons par ss. en llod lies lia tort stock de cravates, verres de toutes sortes. ^ v-m/e&je/ tf /'r-ff-J a//?tfi//A r& '/, .' %  n: [dtUATt) fOUT-AU-PBINC^ /ex.PETRUS; Piiarmacie ALBERTlNI Pbannaci du D* Juatin VIARO •t toute* ie* linnumn Pbarm&cw*.



PAGE 1

-~ai P* tmtvQi "Srtini.EwMd U maison LPreetziiauniogerliW Revus Illustre et Vente I [AL A. PETRI. P G Su J '• 1 Patrons i!e mode j tient C^ recevoir pnr J e <7p F>.1 tT ire K li s '* '.' ^ /*-./. T.. b ; s d' 1 'o'i'i s flini rio n a i om m%  l.ilf, i biladelphla. l'a. es •{• d; s >OJ| d'iinp so'ldi et d'une dura bilit si rs p ^rc le HOT vois %  • u L H EU /f dressez.vous la plus forlc compagnie des E.U, JLalIO' S tSURANCG Go de N£Y agent gural poui Eisci. Le BoSSE, orl-atf-Prince Piog 7. otie Mai o voira Mpgash, vc dpts au taux la pi ** raia uoab'e. Aurun trais de commisskn ni de courtage payer n nsff i-vous sa'is ' par co" e>p3i d*c ou ve es dis: IU r ^o e pr< b'm • i !)• z Eua LE BOSfr, .95 iuie du Onai •—.. -*w ARTICLES FRANC A i mai ami MQV Mrsnsnl i ltic du Magasin de VE'at I Chapeaux et canptirrs de toutes qualits pour dames et fillettes ( apeaux pour douil Serviettes damass es fil] et coton Nappes coutils matelas chemises fantaisie pour hommes > rapluics, nuni > s cie SOI-; ta I c ravates nœuds et rgales assorti tiilets deflauelie. t-*C a a PIEPERIIIIECK Demi sec et h rut chez EDWlBi) kliini .L tk Go Poriau Frinc r. M to M.; x 844 Voycz-vots ces belles Da ne?, voul z-voi>= re leW*i smai tes comme illei? l ALTZC4FZ Faui E. Aux la Fie du Mrig tin de i'ISlat et rave*sure O von 'foiiv r.z Ks TISSUS .HH plu< j.jJia ot u'n. nflM RUBANS Ira plQi a piopr.es et d m. choUin,*, P D0W Il IOUH donne/a un Ci ttl'^nn de M nie e\ voua verdraU, "8'iicia voire iob une CuUl'E J'i.ppccabl J-oisKs. h 8, f.,un c dn ihapp ux pailuui T IAB diverses HMI Mbiua" % ; OMiq.ie oliMitde, T-icch irui. f'om.na^ moeS Poemuade Lcel>nto. lotion I RGtNTEli, ussu:un. a la S ei vtiuutrt, i^'Uf.l-ant l.-s cK'mPtF ^ r v ntvisi e dans eie M<*IJO'> voo ^nr MJJ -i avoir MI NO.sdevtzportcr. dipparaissent' La maison Wuve Barbancoi .< a n s f \ .i '-T .'.€.)"*'-'W \.. Ju %  > 1 18 AM .-c3afl[ .. %  ... ^^_—^^J| Pharmacie F-SEJURH: Angle des Rues Roux cl du Q 2 Mdailles d'argert Expcsiion de ErixelU i • Moratoire de Chimie Mdlf D;( £uer".e, Produ.ls chimiques et pharmacwli ^pc-Jibls l'ituaiaes et amricaine*. J T;., i i.on de. toutes ampoule* miicameuieuseiP' c. injectable. ^ Spcialit. —Srum r.vros hmque simple 't li yr/^ lj.lliyjiar^/re. Srum ue .orard reiiip' f. 0 '^ i. alcihanis .le K'/n..r et ce /fubiu .j I! y a toujours en stock : NevioathoV ^"P P*" Klixir de Ptnsxlvaui-. I Dpositaire du PREVES1\ iieprsentani\de8 Laboratoires* LACTWERM. FrfJicat lad que, contre atiacW najts et cuiaueea.



PAGE 1

QoUflrtfa* ann e No 3749 DIRECTEUR PROPRIETAIRE moBt-MAflLOIilK MAGISTRAT COMMUNAL Lg NUMERO 15 CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE lV r0 '" 8 DEPARTEMENTS Un nni. T r09B1018 (TRANGBB y cis oois na otee soir reues au Comptoir !a ml —iiiee 1 t me semaine t: usi thie tt n'a pu manqu d* .ioTineiiti-e. fertilP.. rft.irei, eu tre p.euve d ruditions ; ernaitio s thdiciaircs sutxt s'il faut ju/'d q-rudition* h"s o. qa*. tt ro'mpte M ouvert des A.K h l o-Oi-hiqaj*. Ciimial '" F'ulcompcK L< ; l u, >' P r ^' J par moisi; ur Tar ,1 11 .r.h-comble. kg s e: MigolPe'igny. aprs une une heure de res publ-cs en rob -, rouges et libir-lioa, revient ave; uu v-frirt la un peu partout d ans toute la de cdimnlioa accorJaut et tre r L r pweutheses, des circousunces attfj Midi 16 mars eoura t. B rtha n ^* a ^ s * '! eur fc d< •'*-*> t !" reclu 5-tmer. ge ce 20 ans,a ,ompi u jt le T.ib nal (.nmiu 1 sous Kupai"n c'avoir donn voient'.i Btct la m-vt son en?-' , u.ie ktite go^se de it mo"i peu 1 r>. [Voici ce qn< a t vel a co.rs -dbats Dans la oire du 19 11er de r n e lie h G .e v,sous fal'icieux p'textf! d'emmen r art chtz sa g an t mre a > :. ea • • pi iis en la 1re sec: on rur > it de ufecomrr.une.cu e! e t'evaii p s r lit r du mois prit su contraii le ch min de la mci t un lu d 1 ne ine-plicab'e. rli ; [jttt .'tau* Be:lha s'tn lecourni l'Cl'c ItiDquille, ne s- soutint lier. Mil* le cidavre d.' ,l'enta.t, I 11 0 de t'isp-r .;.(• d\ ^les prut n ljsr.de la mir, tut ramen par le t con linne a trois aus de s ou. M r.redi 17, ce tut Berjira n An tome qui & avit la seileite trimu-ene p venu de Uox eu criture prive. L? T ibuial e ait ^ es d pr .e |ug< D^yen Carout AlCIOtK*f,te sige du P.rquet t nu par te Sibarul r>'naua Par,dis, et Me Lon OJX, dig e d'ot.e, eia t au b ne de la eientt' Voui.ensub tince.que ce comportait 1 acte .'accust cm du lisistra pufa ic. Au mois d| D Ciuib e de l'anI ; dernire, naa*uur Bo.leau |M. *. iir.es nuire maon, envoya II mtmur n.elmCastn, son apprenti, loucher un bon a quinze i' mrJts i i Raison F.orei t a M.usur lt nvag quand le ie'ndi* 0> - ae g-iu* tib 1 sur ve t p a%  .lafosleihu caftjle.se tra s C: A m-:bamo^n reacou-ra B.ji in .1 Au.o.ue, ouvner mujr, avec i quel il comb na le plan .il ,er le lOUib.e quu z; qui tait sur le bjo et de le remplace* par tc.ui de wogt. Qui tut dit tut tu .Mua Ehca Ml tiAUt*M*9, la comDinaisOj n aboa la chose p..t uue autre Il tn niasse su. la pL'ge o 1; lia petie noyer qui n (.{. %  {>. aui: If'CBtant de B -r ha Des ptrqu ,\ iraient Ut..s, 13 ith.;, ai' ede , ptetota d: so' innocence Au ieie de la Gerdaime i ,au Tribu lie p.ix ru l'aqte;. elle souti t P as "• laiipp!o.i.b u-.:t taacit in\in t' u rjure iqae tentant neye niait pas Le C.i.sier ayant apiu que les (nnne ei e.ue son enfart elle, ^"t" taient sur.h ges, mit la l"BicdiQ* ch z la grai d'mcre. uu,u sur Aneime Ceiram qui deti'at qu'une semaine .pisque le r0 c la G-ndarmene son compilai la Chambre dlnslra.tun t.-benjamin qui tut, apri maintes reJlercttee maictts p'.rqui.Mtinu-, un- eu ueu :r ave: lui Misp.u i hcuitux h.Sdid. AtiStlme L.est.n tjiiiba malais eu pi ou, et le ^ l'audience, Baiha coin.e Mciccia di la Gtndaimeue, apii l*qne>uons que lui po.au it: toa^ta IOJ, s.olicita du Parqaet sa %  wdaTibunal, nots seivr. une aiw. t* ,io*t t piov.to ..e, tt cela, pnisior. Cet? t l-e-i-n. qui la 1 *qa* comp ee gaeiiMia Can ce sulr la e q si alle elle oa QJQ Atlicl :1 Ctesun n'a repaiu |a^j ter a la inr. Toutes ces uc P ,a,i ljrs > e d.^uie lor., 00 n'a ndUtns ne faisaient que foitiP 1 dtf s nouvelles. %  d e son ciime. Cette lois c [par rofgiide qu elle lui s.Vi t 'an coup de manche balai, jnatt p s quelle ferait mu te. 'iava-iage 1 %  ce u'it•s-lion du ep-blic Lsti oin.entn>u M d.me J^n-Bipti tJosUadio P.tire,ta.i:cur et sii ^^ien dongine tt sat. m.uMou^ Celui-ci, a la Ciamb.e d'Instroe1 en, avait dclare que d e. t nte avec il.1 ] 1.nui itaavaieot ..'onreiU le nom bre q-i ze eu vi igi d n. le isoi et um^uc but de se partager la uiltj WiSinset T/'I iues qu on?d"ot '-^'> miii Uccuie ob,cctj que ce ^"e elle. Quant monsieur tut pour rendre ivi:e i A .se me fitrrt, il a caemmt dcl*r ^ a '' t *vait tait, oubliant da.-.s son l tt Hm mme, apr, la disprt inuoance e.u il en sul.trau de si o-ystrieusc de 1 cnt.n qui a t i**h-ties consquences. 1 1 Cendaimcrie pour ii-nt" L. Mmix e ftblic, s'tayint icrie pc que Jeii PjlTeet quet'e.tlui lui en lt l y, eBOi -waiataritei cette ij-^Deiir, Comrr.ie-aire du pKie public, su: es deciaiation> de 1 aecna qmva tant a un aveu.aaaiiient l'accus -t 0.1 ave une logque \raira nt ad.aua bi. ma gre .t btiks et tvanttsar> d m %  r-—.v, j>ap;.uy*>>i o'i '5. M • 0B tea'arcu.iti,nt Ut J* ,, Jl niudictionj dl'a eu iten. tl l' ar sdepojilio s mt^*^* *on veb" vj i"' ... k *' 1 F"* d-une la de l.m t. (u ,p :;;'-^ . nulgiles Kc*'r r' ,tc Ie H : >a du pr f -'buriil. "p:(i.n!e par Me A, Q • sc is. arcien b on JJ ts avocats, souvent %  W^SSl'iaH.eaBCBa: ii le 16I2 guu-cniuuon pisenUe par U dten se. Le Juy p:iJ par Monsieur le ne K C.lJSe>o, p t une t ibra tiou, apporte ua v.i-ict de cc-dam uauou avtt bicu enicuuu u-scacons laacee itteouanus eu tavtu; de l'ac dont la e hu t jj**-|e. pLu de::ivnrant et cuse B.-tjau in Amcin don ^ • vrai q U icoceint lenuqn deniitite a t iae ( A mire ) mois. NOUVELLES TRANGRES Par Cable 31 Mars PAR.S Le georal Nouiy Saild ix chet d'Et.t Major de i 4 Hm r F^ytai arriva Fans. Il srail chug ptr lEmil d'eapœei 1 la confrenre de la Paxlts cir.:onMincesde s.i p0 clama'ion de roi de Svrie. PARIS. Sa 11 tie cour spr; l'incident iouicv au ^uje .t un tormcl dmenti au tmoin Levy qui prtCfl dit qu'il s'appela.t en la i e Kati| on et te idii Mjusuur M iuny ei mioie tre de la g e.te qui rendit horonuge au paaio urne que Cailloux m iules ta au ino ncut ue latiaue d Agadir tt lur.m que c'est g i;c son appui ij .e lurtm prises ai. t -cM poim de vue mi.itaiie qu au po.ut de vue de r.sseie.ncnt de nos alliances les heu leus s initiatives notamment la revi lion du piog anime de larullene tt U coordination des ai mets Russes tt Purnsis. PARIS. M llerand eut dans la malinu ci.cOLiersncc avec le maich 1 I-owh. i-Aivlb Le coLseil des minires s'occupa ces ngotiatiODs en vue de l'tabi^-tment a'uu ateo d econemi q .c Fiance RastPARIS Le eente 1 de* ministres s'occupa ds cgociaiors en vue de 1 i b.i.stmetit d'un accord cocomtque Franco Russe. i ARlS La Lhambre vota par su vo x wO.it c 63 le p jjet des douz nits piov.iOiics du sitond tiimcsue de 1920. BuaiNE beib>id che! du paru lOUai dmoaale m ;• iuure .-it manda uaeproioLgationa i'ultim du :o. R cenciaut ua de ses mi nul es, ce ui ci en vu.d %  > g aves cir con incea rchiaa de contranct i expdier tes lianes courantes'. L;s comi.es cx.uut des syniicati et du pain "oculiste adoptrent i l'Unanimit la rsolution protestant tonne le oup d'etet accompli et txigca.it le respect de la tonsiituaou tt .e nt bassement du ministre sur la convocation du pailemtnt. Si ces demandes ne sont pas saastaites aujourd hui la g.vc gnrale sera proclame. La de.eg.'ou a.ta commuai qjr cette tsoiulion au rji. PAKtS. Le comi. coulcd'al sous la pis-.uence de (ouhaux donna lecture d'un ra.'po '. SBI l'act.on syndicale intrnaaonale montiant la situa Uo 1 e. ni^.iajU'j critique de l'Eu j pf S ; !M forces de production ne son' p s p'omp'e-ntnt ro gantsfl cet P s t n ion na s'agg r av • t Jouinrx stigmatist ls classes C*pitalis**s de ce,fins pays qui rali sren dee p cfi ts sandaKux en spe cu'ant su' .1 insre d-s peuples. loahaod:! ta que les spcula lions sur le ch nget les matires 1 r m 'n,' p-eiuront fia que de a n t une ici ion vigonreuil in eiaat'onale de, Iravai I urs. Dans le but de tra vail'er le peuple ;u richien, le Se.r aire de la contiration gnrale du naval p;ont>a use cotisation de un tranc pu chique syndique et t rmina en innon nt que la fdra don intern t on le fixa comme but oc si mantr t.tioa du premier mai le mtionalisa ion des grandi services pull et. PARISLe comit Je la confdr tiou gnrale du travail continua cet apis m di U discussion du rapport sur l'action intern?t o Me de la con dratio.i gnrale du travail. I^e rapport de Mr fotrtiata fut adop t par 68 c'oitre dix hu^ et deux abstenions LS dbats se poursui vrorit demain sur lisignification que le mouverre ouvrier donnera a la tnanilestai on d"u premier mai p:o chun. • ALGbR. Le commandant Vulle min et le ieut-mnt Chalus putuent le 39 pour tfimako il •ttierircAt Kiyes et repartirent pour Kiolah ou i s seont pr:bablement le ;i mars D.kir. Dollar; 14 87 Avoine CUC5A Pin9KH \TWiJ ihaiiijciii • d'adresse La 1 luimacie t'aiisot 1 iiornuur d'aviser are tiieuta qu a punir du iVlunii IO" vurts 19*aj,tlie cet uittail-e nu No. 10*10de u rue du Ceotie,n* tr^ m lue BoiiiiL Foi et la rue d^s 1 -, n qu il* y lioovrout tou1 1 me ton. ddiia l'excution u. otdounauoee et te mme aouui Ue U.i i laife. Le ui'Ko de nuit cet astur car Ml tt; l'i*M i'.'wUtu.u^tui. i Avril PARIS— Elrro .J Haraucouit est stomate Prsident de la socit des gens de lettres. P RIS D'aprs le ePtlt tournait la ljOBSI des Alls au sujet du Knse sera ttansmse la Hollande aujeurd hui oa demain. PARIS Le prince de Cilles il retour d Au.>t site dbaqua aux Acores uu il tut chaudement acclam. RO iE. Un dcouvrit l'ola une corrtSj.oadance d-montrant nettement la culpabilit ou gnral M-rrozi arrt en juillet 191} sous l'iu culpatiou o'tspionnige et acquitt f.utede pieuves. Muac.a lut de nouveau arrt. PARIS. La tote du gouvernemett Amricain au sujet de l'occupation du ai sin de le Ruhr a t remise cet aprs midi a Milleiaud. Elle dit que le gou-tiaemeat de Washing ton 1 e trait pas d'objections l'occu pat ou de cette zone par les troupes Allem.tcdes m.isau contraire qu'e le veirait ci; s inconvnients uue occe> pat en par Us tiou.es Allies. PARISDans une lettie remise 4 Mayer t. n la ma iue M. Ile.and ttiaie que l'autorisation de laisser les tioupts A'.en.a .Ce pndtrerdaas le basin d: la Ruh. ue pouvait eue jukt bee que 1 ar une imprieuse et evidenti utc;ssit. La comm.s>.on de contrle char gte de vt tfltr l'exercice du protocole le ai ac ly 9 ayant m s uu for mei svu qLt l'tntervti tion militaire d. la Rui r seiait inutile ei daege uuse. .nciuc.iement lescuconsaautts ue lui 1 eimtltcni donc pas d'acturl lir la dtmance du gouvernement &f "u.en-icd et F 8 ? \W* 9! F cut i^t reservei sa lponse aux propositiena termes dont Mayer le saisit hier. PARIS— A la Chambre, on continua la discussion sur les trois douzimes provisoires. La Commission des finances avait d'abord propos seulement le vote des deux douzimes afin de, h ter la discussion du budgtt d> finaf de 1920 Milieu nd ayant pos la question de confiance. Au cours de la discussion le Ministre des finances anro'vi 9, ue l'emprunt rapporta plus de quinze milliards. BERLIN A la su te de nouvelles mesures militaires auaonces contre les ouvriers du bassin de la Ruhr,les syndicats et les leaders des trois parus socialistes berlinois adressrent au gouvernement un ultimatum nergique expirant jeudi 15 heures etexigeant le respect ds la Convention de Bieffeld et la suspension immdiue de toutes les mesures militaires. La dlgation informa le chancelier qu une non acceptation entranerait la proclamation immdiate de la give gnrale. D apis le Berlinger Zeitunger > le Conseil excutif de la Ruhr aurait, en demie e minute, accept avec quelques modifications l'ultimatum du gouvernement. Le commandant de l'arme ronge aurait dcid de suspendre les hostilits D'autre part, la Reicawehr aurait suspendu les hostilits. On a reut les ordres d'attendre de nouvelle-. instructions. COPENHAGUE— Le roi eyaur repouss l'ultimatum, le parti socialiste dcida la grve gnrale. Le pan dmocrate invita les masses de se tenir prtes au soulvement populaire plus tort que celui qui renversa la monarchie en 184S. ROME—A la suite de la politique gnrale la Chambre vot'a saconan ce dans le gouvernement par aso> voix contre 193. ROME— Ce n-eat pas le gnral Morrozo qui lut arrt ponr espionnage mais bien le fonctionnaire Moiczo Dlia Rofca. PARIS— La confrence des ambassadeurs entendit dans la mariner l'expos du gnral No.let, prside, k de la Commission de contrle interalli i Berlin sur la situation gnrale de 1 Allemague. fille poursuivit 1 tude de la rponse aux observations de U dlgation hongroise qui sera prochainement acheve. La plupart des membres de la dlgation hongroise quittrent par Metz. Les. ouvriers minears et miallurg s es affilis la confdration gnrale du travail ayant demand uae augmentation de salaire et les directions des mines ds rouille et de minerat d-. Jet ainsi que es hiuts fourneaux de la Lorraine n'ayant pas encore reporta le travail cessera i paitir de demain.Pour appuyer les reveuaua1:0ns des ouvriers mineurs, les che minots d'Alsace Lorraine rsolurent de cesser galement le travail a paitu ttu' premier avril. BkRLIN— La situation dans ls bassin de la Ruhr est toujours critique, mais le gouvernement ayant dcia. d'adhrer i la convention de Bielfficid, il espre une amlioration. Le gouvernement ordonna aux troupes uu gouvernement de ne pas encvte pntrer daas le bassin de la Ru. Par contre les lvoltes ne rcmplire. v ] u qu'a picict,! r vu ne dt s condition, V


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05084
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, April 05, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05084
System ID: UF00081213:05084

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
QoUflrtfa* anne No 3749
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
moBt-MAflLOIilK
MAGISTRAT COMMUNAL
Lg NUMERO 15 CENTIMES
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCE
lV r0'"8 DEPARTEMENTS
Un nni.
Tr09B1018 (TRANGBB
y cis oois
naotee soir reues au Comptoir !a
ml yj\i, aj. LuJgateHill. Londres,
G. 2.00
G. 2 50
700
i 800
Poi! 'u Prince, liottl
Lundi 5 A^rU I920
*:
L'^mout anantit ce qu
la haine fonde.
Henry BArAILLl
Quotidien
1ELEPHOSE. 20S
intent'on criminelle f! que c'est sa
I t dj la oie e ei peu re t raill*
par la faim, quelle a donn nu m
gude ce coup de manchi balai
Chronique
sou
r..>iiiee 1 t me semaine t:usi thie tt n'a pu manqu d*
.ioTineiiti-e. fertil- p.. rft.irei, eu tre p.euve d ruditions ; ernaitio s
thdiciaircs sutxt s'il faut ju/'d q-rudition* h"s o. qa*. tt
ro'mpte M ouvert des A.- Khlo-Oi-hiqaj*.
. Ciimial '" F'ul- compcK L<; lu,>' Pr^'J par moisi; ur Tar
,1 11 .r.h-comble. kg s e: Mi- golPe'igny. aprs une une heure de
res publ-cs en rob -, rouges et libir-lioa, revient ave; uu v-frirt
la un peu partout d ans toute la de cdimnlioa accorJaut et tre
rL r pweutheses, des circousunces attfj
Midi 16 mars eoura t. B rtha n^*a^s, * '!eurfcd t
reclu
5-tmer. ge ce 20 ans,a ,ompi u
jt le T.ib nal (.nmiu 1 sous
Kupai"n c'avoir donn voient'.i
Btct la m-vt son en?-' , u.ie
ktite go^se de it mo"- i peu 1 r>.
[Voici ce qn< a t vel a co.rs
-dbats Dans la oire du 19
11er dern e lie h G .e v- ,sous
fal'icieux p'textf! d'emmen r
art chtz sa g an t mre a > :. ea
pi iis en la 1re sec: on rur > it de
ufecomrr.une.cu e! e t'evaii p s r
lit r du mois prit su contraii .
le ch min de la mci t
un lu d 1 ne ine-plicab'e. rli ;
[jttt .'tau* Be:lha s'tn lecourni
l'Cl'c ItiDquille, ne s- soutint
lier. Mil* le cidavre d.' ,l'enta.t,
I 11 0 de t'isp-r'.;.( d\ ^les prut n
ljsr.de la mir, tut ramen par le
t con linne a trois aus de
s ou.
M r.redi 17, ce tut Berjira n An
tome qui & avit la seileite trimu-ene
p venu de Uox eu criture prive.
L? T ibuial e ait ^ es d pr .e
|ug< D^yen Carout AlCIOtK*f,te sige
du P.rquet t nu par te Sibarul
r>'naua Par,dis, et Me Lon ojx,
dig e d'ot.e, eia t au b ne de la
eientt'
Voui.ensub tince.que ce comportait
1 acte .'accust cm du lisistra pu-
fa ic. Au mois d| D Ciuib e de l'an-
I ; dernire, naa*uur Bo.leau |M.
*.-iir.es nuire maon, envoya
II mtmur n.elm- Castn, son
apprenti, loucher un bon a quinze
i' mrJts i i Raison F.orei t a M.u-
sur lt nvag quand le ie'ndi- 0>- aeg-iu* tib 1 sur ve t p a-
.lafosleihu caftjle.se tra s C: A m-:bamo^n reacou-ra B.- ji
in .1 Au.o.ue, ouvner mujr, avec
i quel il comb na le plan .il ,er
le lOUib.e quu z; qui tait sur le
bjo et de le remplace* par tc.ui de
wogt. Qui tut dit tut tu .Mua Ehca
Ml tiAUt*M*9, la comDinaisOj n aboa
la chose p..t uue autre
Il tn niasse su. la pL'ge o 1; -
lia petie noyer qui n (.{.{>. aui:
If'CBtant de B -r ha Des ptrqu ,\
iraient Ut..s, 13 ith.;, ai' ede
, ptetota d: so' innocence Au
ieie de la Gerdaime i ,au Tribu
lie p.ix ru l'aqte;. elle souti t Pas "
laiipp!o.i.b u-.:t taacit in\in t'urjure .
iqae tentant neye niait pas Le C.i.sier ayant apiu que les
(nnne ei e.ue son enfart elle, ^"t" taient sur.h ges, mit la
l"BicdiQ* ch z la grai d'mcre. uu,u sur Aneime Ceiram qui de-
ti'at qu'une semaine..pisque le r0 c- la G-ndarmene son compil-
ai la Chambre dlnslra.tun t.-benjamin qui tut, apri maintes
reJlercttee maictts p'.rqui.Mtinu-,
un- eu ueu :r ave: lui Misp.-
u i hcuitux h.Sdid. AtiStlme L.es-
t.n tjiiiba malais eu pi ou, et le
^ l'audience, Baiha coin.e Mciccia di la Gtndaimeue, apii
l*qne>uons que lui po.au it: toa^ta ioj, s.olicita du Parqaet sa
wdaTibunal, nots seivr. une aiw. t* ,io*t t piov.to ..e, tt cela,
pnisior. Cet? t l-e-i-n. qui la 1 *qa* comp ee gaeiiMia Can
" ce sulr la e q si alle elle oa QJQ Atlicl :1- Ctesun n'a repaiu
|a^j ter a la inr. Toutes ces ucP,a,i ljrs> e d.^uie lor., 00 n'a
ndUtns ne faisaient que foiti- P1 dtf "s nouvelles.
de son ciime. Cette lois c ,
[par rofgiide qu elle lui s.Vi t
'an coup de manche balai,
jnatt p s quelle ferait mu te.
'iava-iage 1
ce u'it-
s-lion du
ep-blic Lsti oin.entn-
>u M d.me J^n-Bipti t-
JosUadio P.tire,ta.i:cur et sii .
^^ien dongine tt sat. m.uMou^
Celui-ci, a la Ciamb.e d'Instroe-
1 en, avait dclare que d e. t nte avec
il.1 ] 1.nui itaavaieot ..'onreiU le nom
bre q-i ze eu vi igi d n. le isoi et
um^uc but de se partager la uiltj
WiSinset t/'i iues qu on?d"o- t'-^'> miii Uccuie ob,cctj que ce
^"e elle. Quant monsieur tut pour rendre ivi:e i A .se me
fitrrt, il a caemmt dcl*r ^a'' t *vait tait, oubliant da.-.s son
l'ttHm mme, apr, la disprt inuoance e.u il en sul.trau de si
o-ystrieusc de 1 cnt.n qui a t i**h-ties consquences.
,1"1* Cendaimcrie pour ii-nt" L. Mmix e ftblic, s'tayint
icrie pc
que Jeii
PjlTeet quet'e.tlui lui en
lt.ly,eBOi-waiataritei cette
ij-^Deiir, Comrr.ie-aire du
pKie public,
su:
es deciaiation> de 1 aecna qmva
tant a un aveu.aaaiiient l'accus -t 0.1
ave une logque \raira nt ad.aua
bi., ma gre .t btiks et tvanttsar>
d
m
r-.v, j>ap;.uy*>>i o'i
'5. m 0Btea'arcu.iti,nt
UtJ*,,J-lniudictionj d- l'a eu
iten. tl l'ar sdepojilio s
mt^*^* *on veb" vj
i"'
... k*'1 F"* d-une la de l.m
t.(u,p:;;'-^ . nulgiles
Kc*'r r',tc IeH:>a du pr
f -'buriil.
! "p:(i.n!e par Me
A, q scis. arcien b on
JJ ts avocats, souvent
W^SSl'iaH.eaBCBa:
ii le 16I2 guu-cniuuon pisenUe par U dten
se.
Le Juy p:iJ par Monsieur l-
e ne K C.lJSe>o, p t une t ibra
tiou, apporte ua v.i-ict de cc-dam
uauou avtt bicu enicuuu u-scacons
laacee itteouanus eu tavtu; de l'ac
dont la e
hu t
jj**-|e. pLu de::ivnrant et cuse B.-tjau in Amcin don
^ vrai qU icoceint lenuqn deniitite a t iae
( A mire )
mois.
NOUVELLES TRANGRES
Par Cable
31 Mars
PAR.S Le georal Nouiy Saild
ix chet d'Et.t Major de i4Hm r F^y-
tai arriva Fans. Il srail chug
ptr lEmil d'eapei 1 la confrenre
de la Paxlts cir.:onMincesde s.i p0
clama'ion de roi de Svrie.
PARIS. Sa 11 tie cour spr; l'in-
cident iouicv au ^uje de Ro whI et de la lecture ue la
lettre de c 1j -:i oppo.>.t un tormcl
dmenti au tmoin Levy qui prtCfl
dit qu'il s'appela.t en la i e Kati| on
et te idii Mjusuur M iuny ei mioie
tre de la g e.te qui rendit horonuge
au paaio urne que Cailloux m iules
ta au ino ncut ue latiaue d Agadir
tt lur.m que c'est g i;c son appui
ij .e lurtm prises ai. t -cM poim de
vue mi.itaiie qu au po.ut de vue de
r.sseie.ncnt de nos alliances les heu
leus s initiatives notamment la revi
lion du piog anime de larullene tt
U coordination des ai mets Russes
tt Purnsis.
PARIS. M llerand eut dans la ma-
linu ci.- cOLiersncc avec le mai-
ch 1 I-owh.
i-Aivlb Le coLseil des minires
s'occupa ces ngotiatiODs en vue de
l'tabi^-tment a'uu ateo d econemi
q .c Fiance Rast-
PARIS Le eente 1 de* ministres
s'occupa ds cgociaiors en vue de
1 i b.i.stmetit d'un accord coco-
mtque Franco Russe.
i ARlS La Lhambre vota par su
vo x wO.it c 63 le p jjet des douz -
nits piov.iOiics du sitond tiimcsue
de 1920.
BuaiN- E beib>id che! du paru
lOUai dmoaale m ; iuure .-it man-
da uaeproioLgationa i'ultim gouveiijcmcui pour le riablis-.meat
ue l'oidfc a..;.; le Bassin de la Rbur
A la suite de in tavt n'ion de la
R.ciwh;vrei la grve gniale tu: pio-
cUflas tu accoidaveC les commums
t:s et les in lepeud. ut, e coui le en
trat A'fitscu dclara, la g-ve ^.at-
ule.
KOPNHAGUE. A la suite d'un
d.cc> du :o. R cenciaut ua de ses mi
nul es, ce ui ci en vu.- d > g aves cir
con incea rchiaa de contranct i ex-
pdier tes lianes courantes'.
L;s comi.es cx.uut des syniicati
et du pain "oculiste adoptrent i
l'Unanimit la rsolution protestant
tonne le oup d'etet accompli et
txigca.it le respect de la tonsiituaou
tt .e nt bassement du ministre sur
la convocation du pailemtnt. Si ces
demandes ne sont pas saastaites au-
jourd hui la g.vc gnrale sera pro-
clame. La de.eg.'ou a.ta commuai
qjr cette tsoiulion au rji.
PAKtS. Le comi. coulcd'al sous
la pis-.uence de (ouhaux donna lec-
ture d'un ra.'po '. SBI l'act.on syndi-
cale intrnaaonale montiant la situa
Uo 1 e. ni^.iajU'j critique de l'Eu j
pf S; !m forces de production ne
son' p s p'omp'e-ntnt ro gantsfl
cet p s t n ion na s'aggrav t
Jouinrx stigmatist ls classes
C*pitalis**s de ce,fins pays qui rali
sren dee p cfi ts sandaKux en spe
cu'ant su' .1 insre d-s peuples.
loahaod:! ta que les spcula
lions sur le ch ng- et les matires
1 r m 'n,' p-eiuront fia que de ant
une ici ion vigonreuil in eiaat'onale
de, Iravai I urs. Dans le but de tra
vail'er le peuple ;u richien, le Se.r
aire de la contiration gnrale du
naval p;ont>a use cotisation de
un tranc pu chique syndique et
t rmina en innon nt que la fdra
don intern t on le fixa comme but
oc si mantr t.tioa du premier mai
le mtionalisa ion des grandi services
pull et.
PARIS- Le comit Je la confdr
tiou gnrale du travail continua cet
apis m di U discussion du rapport
sur l'action intern?t o Me de la con
dratio.i gnrale du travail.
I^e rapport de Mr fotrtiata fut adop
t par 68 c'oitre dix hu^ et deux
abstenions Ls dbats se poursui
vrorit demain sur lisignification que
le mouverre ouvrier donnera a la
tnanilestai on d"u premier mai p:o
chun.
ALGbR. Le commandant Vulle
min et le ieut-mnt Chalus putuent
le 39 pour tfimako il ttierircAt
Kiyes et repartirent pour Kiolah ou
i s seont pr:bablement le ;i mars
D.kir.
Dollar; 14 87
Avoine
CUC5A Pin9KH \TWiJ
ihaiiijciii d'adresse
La 1 luimacie t'aiisot 1 iiornuur
d'aviser are tiieuta qu a punir du
iVlunii io" vurts 19*aj,tlie cet uittail-e
nu No. 10*10de u rue du Ceotie,n*
tr^ m lue BoiiiiL Foi et la rue d^s
1 -, n qu il* y lioovrout tou-
1 1 me ton. ddiia l'excution
u. otdounauoee et te mme aouui
Ue U.i i laife.
Le ui'Ko de nuit cet astur car
Ml tt; l'i*M i'.'wUtu.u^tui.
i Avril
PARIS Elrro .J Haraucouit est
stomate Prsident de la socit des
gens de lettres.
' P RIS D'aprs le ePtlt tournait
la ljOBSI des Alls au sujet du
Knse sera ttansmse la Hollande
aujeurd hui oa demain.
PARIS Le prince de Cilles il re-
tour d Au.>t site dbaqua aux Acores
uu il tut chaudement acclam.
RO iE. Un dcouvrit l'ola une
corrtSj.oadance d-montrant nette-
ment la culpabilit ou gnral M-r-
rozi arrt en juillet 191} sous l'iu
culpatiou o'tspionnige et acquitt
f.utede pieuves. Muac.a lut de
nouveau arrt.
PARIS. La tote du gouvernemett
Amricain au sujet de l'occupation
du ai sin de le Ruhr a t remise
cet aprs midi a Milleiaud. Elle dit
que le gou-tiaemeat de Washing
ton 1 e trait pas d'objections l'occu
pat ou de cette zone par les troupes
Allem.tcdes m.isau contraire qu'e le
veirait ci; s inconvnients uue occe>
pat en par Us tiou.es Allies.
PARIS- Dans une lettie remise 4
Mayer t. n la ma iue M.Ile.and
ttiaie que l'autorisation de laisser
les tioupts A'.en.a .Ce pndtrerdaas
le basin d: la Ruh. ue pouvait eue
jukt bee que 1 ar une imprieuse et
evidenti utc;ssit.
La comm.s>.on de contrle char
gte de vt tfltr l'exercice du protocole
le ai ac ly 9 ayant m s uu for
mei svu qLt l'tntervti tion militaire
d. la Rui r seiait inutile ei daege
uuse. .nciuc.iement lescuconsaautts
ue lui 1 eimtltcni donc pas d'acturl
lir la dtmance du gouvernement
?"u.en-icd et F8? \W* 9! Fcut i^t
reservei sa lponse aux propositiena
termes dont Mayer le saisit hier.
PARIS A la Chambre, on con-
tinua la discussion sur les trois dou-
zimes provisoires. La Commission
des finances avait d'abord propos
seulement le vote des deux douzi-
mes afin de,hter la discussion du
budgtt d> finaf de 1920 Milieund
ayant pos la question de confiance.
Au cours de la discussion le Minis-
tre des finances anro'vi 9,ue l'em-
prunt rapporta plus de quinze mil-
liards.
BERLIN A la su te de nouvelles
mesures militaires auaonces contre
les ouvriers du bassin de la Ruhr,les
syndicats et les leaders des trois par-
us socialistes berlinois adressrent au
gouvernement un ultimatum nergi-
que expirant jeudi 15 heures etexi-
geant le respect ds la Convention de
Bieffeld et la suspension immdiue
de toutes les mesures militaires. La
dlgation informa le chancelier qu -
une non acceptation entranerait la
proclamation immdiate de la give
gnrale. D apis le Berlinger Zei-
tunger > le Conseil excutif de la
Ruhr aurait, en demie e minute, ac-
cept avec quelques modifications
l'ultimatum du gouvernement. Le
commandant de l'arme ronge aurait
dcid de suspendre les hostilits
D'autre part, la Reicawehr aurait
suspendu les hostilits. On a reut
les ordres d'attendre de nouvelle-.
instructions.
COPENHAGUE Le roi eyaur
repouss l'ultimatum, le parti socia-
liste dcida la grve gnrale. Le pan
dmocrate invita les masses de se te-
nir prtes au soulvement populaire
plus tort que celui qui renversa la
monarchie en 184S.
ROMEA la suite de la politique
gnrale la Chambre vot'a saconan
ce dans le gouvernement par aso>
voix contre 193.
ROME Ce n-eat pas le gnral
Morrozo qui lut arrt ponr espion-
nage mais bien le fonctionnaire Mo-
iczo Dlia Rofca.
PARIS La confrence des am-
bassadeurs entendit dans la mariner
l'expos du gnral No.let, prside, k
de la Commission de contrle inter-
alli i Berlin sur la situation gn-
rale de 1 Allemague. fille poursuivit
1 tude de la rponse aux observa-
tions de U dlgation hongroise qui
sera prochainement acheve. La plu-
part des membres de la dlgation
hongroise quittrent par Metz. Les.
ouvriers minears et miallurg s es
affilis la confdration gnrale
du travail ayant demand uae aug-
mentation de salaire et les directions
des mines ds rouille et de minerat
d-. Jet ainsi que es hiuts fourneaux
de la Lorraine n'ayant pas encore re-
porta le travail cessera i paitir de
demain.Pour appuyer les reveuaua-
1:0ns des ouvriers mineurs, les che
minots d'Alsace Lorraine rsolurent
de cesser galement le travail a paitu
ttu' premier avril.
BkRLIN La situation dans ls
bassin de la Ruhr est toujours critique,
mais le gouvernement ayant dcia.
d'adhrer i la convention de Bielf-
ficid, il espre une amlioration. Le
gouvernement ordonna aux troupes
uu gouvernement de ne pas encvte
pntrer daas le bassin de la Ru. .
Par contre les lvoltes ne rcmplire. v
] u qu'a picict,! r vu ne dt s condition,

V

-


LE MATIN
ta-
imposes.Les pillages cotionuenl jU
population cemande lu secouis.
Doll.t : 1463.
tions qui lui ft ni corn numques
Mi
3 Avij;
PARIS. L- rurnal dei dba's re
produit un radio'Ugrimme de Mos
cou antor vint que l union des Irans
pons nomma le capitaine Sadoul
Mtmbre de* Sovuts de konolf.
PARIS.Ea haute cour le procureur
dorn Ici tute du caitl judiciaire de
Cavkllini moctrar.tquectluic eocou
rut plusieurs condamnations puis,
n vecsnt sur ce qu'on appelle le rrt
ci 1re Rojenwald, il dclare que c4
pi es dis lenseigntmeuts reus de
plu-ituis peisonnrs connaissai 1 bien
Kostnwald celui ci s'apptlltrkit lil
u men* Lon Kahn.
U dtense prend ecie de cette d
Clinton et annonce qu'el e rifol ce
son ci de U tues ne diverses p> r
j-onne* donnant d dtestables contre le tmoin. On m
tend ensuite l'tipert doyen qui ce
claie que su isveie gtions l amne 1
lent con'ater que la foilune u
Cullaux diminua per-dant If Kuer f-
L'n an.encain nomme Mitchell qm
tait dan le n me wagon que Ml
Lailliu quand Ht e; ge tn lialieu crivit au procurer
dlitant qu'en aucun moment Util
BS .tt ies piupo- dtaitiatca rap-
Mrtfl pu le iOnti61eur des wagOLS
OKbil.
Monsieur Dutrtuii dput dclare
que Cullaux dans nne CSCUflii bB
lui dclin que la rastuution d: t 1
sace Loiraine devait seivir de ri a 1
toute conversalua en vue de ia
Paix.
PARIS U gr? dri :rrprmet:r.
est ttrn.iue. 1 es greVbtt obtinien;
une 41 gmei-tatiou de salaire.
J\A tiAYli Au stjtt de la lpon
*e i^ctt'.e du Couveinemtnt Nrtl
)sns*l i la demar.de renouvelle? dts
Ans de livrer l'ex Kaiser le gouver
uement reut une nouvelle note qui
peut eue considre comme mettaut
an a la correspondance
PABIS. * confrence t'es Ambaa
aadeun acheva desa la raatiaee
leiaunn de ouservatioiiB de la de
lasation Uongroiae atillerand r.at
25 1 tuelUic alaver qui m. ira
Ktnt de la situation c.eee aan* le
ittaasin de la Kuht-
Mtlleiaiitl ounilima au charg
aYMaiiea alleraend le- leiiuce de M
letue d hier et jou a qu'il boom
VaUdeiau* HliHti ;1'jnuu
M FEUILLETON Dr MATIN.
I itMJ U ' UU eu leiieu
avec '-'' t.li BStfl1N Un 11 au it- uea iViescidoif
que 11 h.'u -ro-i du1 le. b Hohr e'^ga: ve Le -lon.i s "di
eau* de g u> lie pitinent le plus en
plui de finfieance dans les cornues
excutif Un mande de Duidooiiie
que le roi g- 1ouiP-rdeieui d'
l,im;v*.ii \\ i-h-hI
BERLIN LUt mi. tum ayant -fi>l
hi*-i l.-s Cwneella aao ult pn.cla-
aiei t la g < ve gmi al' Leuetfc ld
Uaurn, Baitoei uoiibouiii
la yive fait de >eiiriui pronrJ
toutefois on croe terni" e
ra Jtvaot len ltes de l'aii: cr on
..-l'if arriver urie entrite lui la
base dn U toivetition de l)ielfel'1.
BKBUN La DgrxfaiioM Uar
lin entre les I atler* pyiidicalmiea
ouvrier! et lei dlfOl du gouver
neiiient lotit pivou un BCCoid noi-
iiHtit on e Irofl Que le eorjQtt de la
Uubr pourra Te reiolu picili^ue-
ment. Le youvinement plOlongea
de qoarai la nuit beorea le rltlal c-
COrd ai)X OUVritTI de U Ruhr.
KOUBAIX les employfH ma-
h u >(>hux ro glva repiliant l tra
l>:l et dridrent d abandonner la
" oitie de leur tniteuiei-t aux ou-
Vi ni a ^re visita.
UBONNn. La gr^ve aa pon-
uit dani le cal tue l> yoo'ern ni-n
ect dcid de ne pal t'ai lij*l a
le ^tevitotes t n tatitii U 1-beUe
ii! tiaVHil.
LUPENUAGl'E Lu grve gn-
rale fol dcide par le coogri d o
lyodicati elle ara effective le x
rt\|ll
I AlilS En haute cour 1 audition
m . tmoina eft ermine Lajrepri
gp dei dbats aura heu le quatorze
Avril. Apte- la lecture des dpeai
nona de M Mvy BruDoardfl et Vieghi
n le prce< reur gnral pr< nuoeera
Bull iqU 1 u te
l'A LUS Eu Inu'e cour en doux
me aeuuce on lut la opon i"tt du
colonel Irai aia chef de la luiietoa
nnliteiie tra> <;t.ihe Home lue les
fiquenta 101 Uo CailliUX qui uu
cours de son fjour H.mie accor-
da fa coi Qioce p des pertonnea m
ptct'S de ola:tisme. Lia dbats
aot envoy an li vnl-
LISBU NE La grve d s poste.-
et thgia! hea tfct termine
HUMlv Le Snat nyr le dit
courov Nih adopta par lo7 \oix
cootijlli tordre du jou appiiuj
vint Tes d> data ioua du g luven e
mp t v
F.UME. D'apra les journaux au
pronona on dir.nnr en < j^' der-
intentions da cemtnandem<-nt en
daui a caer tuiue Etat indpar
(it. '.
j C'JLOGS'E Lig-ve gn*ral
Irait lermi le dai Hohr
l a RIS 1 p connil des ministre!
fM-i* la praii^nce ^e Mdlerand eaa
initia le ngociaiima mw l'Alinai
une reUiv^ii l'occepton du Bea
Hin de | Itnhr Millerau I wot dan
la matine le Charg d Affaire d'Al
lem uvn
L* iieme annivpr-
saire du Matin*
Cette anne. U f'e du Mitin
eut uu cachet particu'ier C f J
dans sa maison prive, au Po-s Vu
na jeudi apii midi que noire D
recteur reut les membres de i,
rdatt on. les confrres de la Pre*i
et qut-lque? smis de notre lournal
t.e lut une runion charman'
o tpo" 'ihal'intimit\ o on se ^el
PARIS Monieor tllraod parant t.uhrtj^oi < fnfleriil.er aietiqei
rfo Jooroel te Suviei trfforw de la les membns d'une mm farn 1 e
fdra Ion ds co.nti uniitei tu' ane Nj rc Uucwicui bi u ipeecb tt
\A hier la sif iie^ peiquieitiona jj renuICu sts convives d tre ver u
op^ree etvz *roia c nnnooletea no e( ^u sa joie de les recevoir Ptm
lo'rea, perqnintio*1! mi imeoerei t
la saisie d nombreux docuineo'a
PARIS Un coniil torme rous
le beat patronage de Deschanel 9e
ronstrua aujourd'hui pour crer i
il fit de Miobiitl tour p'ospriu
de la Piesse O bai au bonheur di
< Matin
tait 9 heures environ qu;ut
FaitsOi
ver
Rouleme::! jtrtfii:
Briemant
-u BtliHMMU ; ram^
i dix heurts prcciicj Uu nH*
i.oii>cii il'lu;
l'nbuiul
l'arquee
-Oiiiiuunc
i re>c
yiHlieai ifMti de axa)
'l.lli. i!r> j.j.j;,
1 jnnimcrca
.\uuirc.
41,
ua auiobidbDi pour crer a on se | iuhanl d-,voll pmi
Mans un ub.ssem.nt dnomm ag,e*b.es au milieu c.
insuut de la Vtam MMilt U plus f:an.hc corutalit
de vat?s Lbou'oiies jour rechet- r______________
che*; ch'rniqufs. .]V- ,- K 11; >ak l*
ROME-? O* annonce le dpart A L TakAVFLlE. eeili
le io avul pour la Rurtia de la d I Le paquebot aCARAVBLLB pai 1
gato ocialiat. con rose de 1a f Bardeaji e ,7 ^f1^1
membres. f *>*" ? l! LJSS^,;
L'iiionira nu fci a l'aitivi
, aquebol.
Poil au Prince ; Avril 1*20
L'Agent. H. ROBhLlM
AIX LA CHAPELLE- La R
wer L.it de giaod> pipara>ifs 1 a
marche a n*ven la rgioi de '
1 1 ht. les lorcM g'>uverne*nealiles,
au nombre de s , 1 o bommea 10BI
concentre! airioul de riarn.n. La estt ne qu aucune incompat.b.l.i u
glvi est gnra* dena la plup.rt/t-c entre les luticsaela r-rai,^
ea localit de la Ruhr. * la tcurit aea in eits dune Ali.
HtRLIN-On signale ane pnndelm gne amocr-Uque e: picifaqu
ruai-n des delputs dei syndicats la al Vie W par le conespouuaui d.
t'eut loainal a L-obieniz, le Hat
Commissaire I uard dclara qu'il :
cet de nxnbrejx teiiuign.gcs a
socialiMes et majoritaires ainsi que
dts organisations polit quesqai adop
ta une rsolution taigeim '.pura-,
tion immdia e de la K i>chwa de iccoonajaaatfca Jcs allemands rfu
la roue et dts ado DHtriiiOD. Le gis sut la liv gaucc da Kbid
m" l d'ordre tour les pro.hai.tsl.cet des co.nmirtuts. Les luui
t ods sera la dtt me de ladmocia
lie contie tante polit que de d^or
dres poven.nt de gauche ou de
inels appre.:ieui lotlituJe des autju
ls f.autteea re>pcwtUiues de leur
uioits. Les iont.iionoaires prussien^
ci ura d uni Assemble de Lgioom
re le Chef du Cabinet DeaibrlO
drle Le Temps, apptend de Mens sont agrab.cment sur pus de tiouver
bou-K qu^uLe d putation des bibi-ldans la crise aiJe tt protediua de
tinb danois du Fiembourg Visita la!ces autorits. LE.ho de Peiii ap
commiMioa intarnitionak et la pria piand do Mayence que lide spata
d^ ne pas liY:er de nouveau le Sles- ue progresse dans la rgion ihca
w.g ctntrul aux perscutons pins- ne qui aspue a cont,tuer une repu
siennes tt demandant t'iptetnatiomi- b ique dan< le cad.e allemand.
lisutio". de L'iensbouig sous la Soa STOCKHOLMajgi et lgation des
t des Nations. coopratives d:dare que la Russie
PARISCommentant U aHuatiooleat p.et: ap.yer en or et ce ales
lais ls bassin de la Ruhr, ls |our louiesj sortes Caituejae industriels,
naui consia'ent la lerme altitude de no'amnent l<-s in t'aments ara oires
la Irance qui a une heureuse rper|wagons, locomojrives dont le besoin
cussion en Allemagne. Le liai n i[est urgent.
Si
Oaai
i-*SctiondePed55
A Clic rcuuiuu vim .*..*'**|
aan Jcs cauRric |)eaaKo8,,u kr, 1
. OeXiSwii u vu
LonioriD.aK,,, -Ui Wrtu JV
.c U^,. u-tout , MltBe^
vc. c cbi u je acajou ut u 1
lc aieme ureiu ^t .!,.,,,''>
..tt. proiacni; Clurks ^lHboul .**
waeiamss. *
i-a Petite Revui
Une pubcauo.i 4d-o ut l0u "
i r a paru rmcUi vkC Ue aune C c^l
.Maaaeai "^
Reprsentation renvn
A( rti ucciMOn a .iiur* 1.,"
.Lj.icw.iite la bcmame ptociuin. "
u le us au prum g^ '
Comme nous l'avio.s anf^
-ta l.eu la icic -u t.I0, a ' <
u ^eau. -^"im
b-.uuia ce lut U cons&taiioi k u
-iui>t hui kcuud oc^uu k; lttltJk
..-u, au du* U,.iuic.hu/
towu au tioru ci a l rtvuCuiMi.
ru. ce tu; u.cte KlltaJ|j
>. -i.u.hoiu cjui iiiiuertni ud
.lUinbicua qu'clc^aut.
U: lui un iuece, dont cetuintm,-
ato.t uc cuu.fcucll.r | WUB>
MllKUUcI les Oauicb p.lrunnesc, m?.
.ut L>uur u reuuc de cuie n,, J.
matCt
Les Ftes
Les jours saint c x>m F4toei ^l
recucnU.lient que le traites priictjeua
ui.iunc-ie de 1'.. |U.-> a eu s.t eclM cim.
O.i %'au tau le pjiu, jc ,tli(.
CUO t\A quatre jour co.i.j;util.
iest dnie avec Je ujjveila (niami
J uui un refrna la UdW. *
irvciiitrci'-.mentg
Mr Robert Uw4, Me r.aciae 'M
Aarore UavM et le autre pannis, timm
pression de leui renier..clients ci tra
grjt.tude a lou ceux qu. |C) om 1U||
aouloureue eirco.i.taure uc U nun
HoJeri Oav.j, ne .Ve^iiie Jeamy.lciii
epOt.sc, mre tt j'aretuc.
i'o.i-au-1'rmce, it j Avril 10
anejeHea^BfaVjM
' f. >K)ftROJOES
juur.ion i-t;aine t complte parbi
l'Uf-" M')l OU OOOTEUJ) zn
c -rovrs roRsturr bumk
fPurRtlE-CCKiOUt ^
OOHM TOUJjUHS UU MUtM
UBorttoln MlPlt. M, r. i Onrle-L Su. BB1
Ptrl-iu-Pri-f! Mm. I
Judex
OaUltO OMAN
Par
A ri ni; n *****>*
tTilmparL feuillade) ,]
IUITIIMK PISODE
Mais je n'ai pas pu bev> > dfite'non plu c-^tte M pour fa)ipp ,,rev3irpcur me rendre co >t 'e com Jacqueline mais pour m'aider sau
iibieii j'av^ia insense. J i rompra ver son pi\
'tout de ani e et je ne ten ai pas
Pfonln d'avoir eu lu pense da aae
livrera Jud^x.. Tu tais da-i Ion
droit. N'avat'je paa manqu leon
duire l'ctialaud?
(,>ue vecx-tu dire?., tressaillit
Morali.
- it te lo rpte., ta tranquillit,
la mienne., je ns veux pas due
notre am 'ur..puisque tu sembla 1
Et ae laissant >oaiber sur un divan t'tre diach d- moi.
sachant avec une habilet lui ; i.aie Uina! protesta lobert en un
tiouver le larnaea qui tromp-n le cri de dtreaee
mots qui avpu^len', elle p.iuaud .
Je ma lula bien tiargf.Tme en
Iquelquea joaia'. Je ne ui p;ua la
Imme ferume.. ataiuteoa t, j n'ai
tplus qu'un dsir, vivia en paii..
maar\tf Ii^i'Cre.. loin du raoude daua uu
LEB80U URBAINS DU liX)|0 perdu de la
UriAl'a-aiU ^- UOB
Notre amour., eo tri un, h
Tavrtiturire.. dpeud dsj m t. u
ta olont*<
Explique toi
subite tendresse pour un homme
loin du {'tel tu as si longtemps vhcu
et qui, pour te q ou ver son files
ton, m'a .tu trouv d'autre moyen
que de se dire condamner vingt
u.ih de travaux force-
Je t'en nne, ne rai'la pw le
aeniment qui ma fait redtvenir un
honnte homme 1
J n ru 1 pa jo constate. '. et
c'eg'.Mommsga !
si jc*i^oiide toi une cho.-e
nileuse uu na iIl.o mie,, je oeffl*
pren irais .
Mais, somme toute, manqua** de
a4( t'ioiUoi, -. ji de m'coutar avec pstrola & un pre pareil, et eelt poar
ilrna u* ilu nu runii lr ne rlAlivrar m> milnuiir^u. rmnm r,-. o.i
11 (Suite)
JL'Eternelle IDalila
Alon.i au lieu d'clater en vJi-
eni repioche?, ainsi que y u.-
ttend Itobfrt, l'eoaorceieuea lavei
M vers loi e, P'a edactiite qot
amaii. elle lui ei tou eu leajun
uni de sts bue ioopl*e..ctreeaei t>;
Je t attendais J'tais Ueoquili .
jvj saviia bien que lu itviau !
pra de anoi-
Morai* rpoto :
-J'ai voulu te dire in dtmlai
tdie*' avam *i partir tour tou,oui>.
far ir pa>ur tssjosta/ ieprend
l'vei-vurtre eu Ittguant un vit el
jfiiilmireux e'or.neuieiJt.
Oui. upieee qui est pabr.
roua ne poovooe pina uoue icvon.
i'ourqi-oi T
KeiSi 0)oa j ne veux -.a* isM
ir un a*aiii!
\ ClS -uHa, L'ina Mon t, m Ba>
M'a ronifli:''''.*J^an1' l*utepl
te ^tr^iot- . i"uiuur* aur un ton
de regret une * in-*s*se sofinie
C'est vra.. i'*\ e " lolh t*VP'/
voe par la voio. H jl ^tre chea M
h nuu trest a soni i- lie stm eiia
ItBCe de b- ebeur r> de J/se, j ai pei
3u octe notion do bon saur. | n>c
U'a laisse el"i s ^;,u Pr ' l
d" extr'Vpgince.. Je !* 1
lia. j'ai ta h l autre; if avec "J"
dgci l'abme
de mil rponJrs avec dlivrer un malneureux tpie l'on se
quettra arbttrairefn^ut. co n'est pus
l no action assez rpug tante pour
queu l'y refusant tu nous eacntiee
lotis les deux-
ru e saisi., bu. nous 1e on Les yeux baisss, de plue en plus
\ui/.. l'effarait Kobert Kerjean.frerODe.. c'est la fortune pour non* indcis, prt faillir, Morales de-
1 art violemment pour ne ;.:'. \ mcurasiieucieux.
terre .
eTi Pie"' "t M> ami,cette tranquil
hi aptes laquelle j'aspire, c'est
toi, c e*et toi fceoi qui
jou. er
peux tue la
ca ne e
.unchise.
l'arle!
- Tu sais o est Favia it
Mais .
Ta le saisi.. Si.. Nous le
d-Vi
1 reprendre par cette femme.
fj il ijouia d| avec moins d'-
nergie ;
Pui'que j m en vais pour tou
iooral
-* Tu ne m dmes doue plus ? (
Mocaia sa tut-
Ce silence tait plus .oquen
qu'. n aveu eitltmme.
Di 1 a, sentant quelle rjpicua.t.
1 vai nge, encrena ea m-in. la pif,
1 >ii-a vers elle, et de plus en plus
Cline, diaboliquement fasciu-tiicty
lie iiiainut. :
- Moi, je 'adore .
Croife-moi, je ne t'ai j-imais ati-
11 t "tm que d-pum lo moment o
1. me suit .pe eue du mal que je
'ava.s fa .. Ll toi auss tu m'aimes.
Alone# iwtVp dtfenda p^.. Tu as
.'t vivement up;eiotin par lap
pari ion aubi'e de toprv Maaji
H.rs bien certaine que louq'ca 10
tes rtro v enl on face dj toe
c:ar uni as r'gretta, lu m sa de
-1 C0711 11 me ragre ies e; me
d** res en t-* matant. Comme tou
I > r tu a^ait ^ u tremble. Dans
in Ame, dans 11 peoee, iu u'oea
ttame te d. nia der si iou cela u < 1
paaaiile ei ll t ul
o.
Diana I
1 bieeez-moi finir !
t\pnua ncbeS' nui-, partirons
teocieux.
en s levant,
Tout ......
fit d'un ton dgage :
veux pas.'
l'aventurire
Tu ne
:-- C'est bo!.
Ts lo.n.. pour tu .t> un vie n'eu parlons plus., le connais quel
beareuse.. la vit- rvee.. ; qu'un qui se chargera de la esogne.
N avais-je pas raison de te dire Qui donc ?.. sursauta le lils du
que dsormais notre avenir, noue vieux Iwpan-
bonbear dpendaient uuiqutnuent de Am4ui y de la Hochefontaine.
toi I A ce nom, Merals eut un sursaut
.'.oral, les aourcils troncs, l(-il de colre
inqi'Hti le Iront bin d'un pli, ie
P'i dait :
Ce que tu me demande l...
eet imposable.
Impossible, et pourquoi ?
Parte qu- |'ai pro ma-
Promis |QUJ?.. P omis qui:'
A mon pte <1e ne jamai
rv'er a qui qua ce s .i' uu inonde
I endroit ou Judex retient Kavruut
prisonnier
Diana eut un tressa Uement d'. li
grti-se.
U.iiienar,: qu'elle tait enltre-
mant n'ae, ell^ navtt put qo'
manosavrer en cous3 |iHnce,et elle
s y cor-n-'isnai'-
Ton jt-re, fi'-e le > s li je ne
vo iIihis iiHg lo dire du ml de lui.
vl ; < enli a'iuete- 101 d tiouver 1 Tempo gi er
Lui/ lit-il-
Pourquoi pse?
Je ne veux paa/
De qael droit m'imposeraiaiu
dformais ia Vulonl,. puisque uous
ne tommes plus rien l'un a l'autre?
i'iu rien! clata ltobn en
M.-i.sBoiit nuu tour la in.-iu de sa
maitreaee>
Hua lien !.. ais tu ne vois donc
paa que je so.tfre toutes les dou-
kur|.
juaod tu pourrais tre ai heu-
reux!
Phnal
O eat Favrai l?
- U m. il ait*.
liais Mer ls h'arria
Une ci aime terrible venait de
lac |Uf'me'., li: ll Ht
haras lant les ^paales,
Utle sait bien des choai.
ensair. mme tellement-qu
lais U supprimer,
L ap >?
A'^r*. j' i peur.,
- Da q-inV
J'ai peur que ta ae vu
eore :
Ne dis donc pas le bea
Avne un sang iioidfiirw
ane prs -ne dVsprit ii.coa/
l'aventurire posa
J ai trouve ui intent
[se chargera de traur 1 *
Inuestions, sans que noi*
besoin de nous y mler 0*1
meut
Cocantin, sans doule.
Non il est trop bltt-
Alors .qui?
L'homui3 qii tail
I heure-
La Hochefontaine?
Oji Li KucnefonttJDJ.
ae si atupideineut prie f-
amant, et qui u est. en r'
nous, qu'un sssoci dm"
prcieux que ja le tien,*
mets au dfi de megli"
ail g. .
A Ions.. More, 101erje
ce que je te demande e*
. li .-e, et cependant, J
ou de ton acceptation notre exis eoce.
Aide-moidliTrerFrw
Tu le peux fc
Cela mme l'est cij
aile et je suis a toi pj,
,lUpu..d moi, Morale^
tes veux fuient U les oej.
jquoi ta boucha e ueiw
mes bbistrs?, ...
t Tu piires donc '*j
!t'en bile, dans un P*i%
jche.cher une mon tt
qu'inuliie? ...tt
H Mais priae auraW
et:g>gemetiL Q" \u, ; J
amOit.n nf. pat ta r
p-r pa.ajjie ut 1. 1 mi que -. a e. it Lu peu esoaa*il ai i.'guhiement. r, Jaciukliot? rcpril-il d'une
jgioigai te s dj r.^urtMe cott,j.*iaag^ )n piotynj respect t t-1 vox Liencli .
sauf-, ., ., -
. C'ntb n 0.ni^
uanmoi-bUr, pse 9^\
^ oubueipt moi-ui9ae-


rr ntm
h'CUW RESPIRATOIRE
PULMOSE
UHARREI. UftTIIITE. DXUCriiTFi
DE CCQUELUCH!
i SUfiFuii


BAILLY
Sous llnfluence du "P0L1B0SER0W
IA TOUX SE CALME IMMDIATEMENT.
LA FIEVRE ET LES SOEURS NOCTURNES
DISPARAISSENT.
L'OPPRESSION ET LES POINTS DE COT
S'ATTENUENT.
LA RESPIRAI ION DEVIENT
PLUS FACILE.
L'APPETIT REV.ENT.
LE SOMMEIL RAPPARAT.
LES FORCES
Ef LtNElUilU RENAISSENT.
f*
i
5=^S
EBPLOY DANS LES HOPITAUX.
RECOEMANDE PAR LA MAJORITE DU CORPg
MDICAL FRANAIS. APPRCI
PAR PLUS DE 20.000 MEDECINS TRANCERS
MM
MODE D'EMPLOI
Une cuilltrie cn/ malin tt soir
h Viatf, fui Uuln lu Orajuriii it Phiraaciii
LABORATOIRES A. BAILLY
I, RUE DK ROMF, PARIS 3^
H B EHE
EBB
Dted West info Corporation
-
B. P. Davis, Vice-V rsident & Gt n'i Mgr in Hati
Offers ils Services as Agents o/ the
i allouai Biscuit
PASTILLE
VALDA
M nouciE
cm i; .".rlssivAnoa
la ton <\c Garga, bro HMMsta,
hni'iu^.s ilf CM vt*iu, hliuim
Bl'OiIclulOS, eti\
c'est la wjgm miMkt
do l'Oppression,
des Arres d AbtliL-e, etc., etc.
C'bi h m rea
pour CuuiJaUiL touUS les
Maladies de la Poitrine.
DERASIDEZ, EXSEZ
daus toutes les Pharmacies
Les Vritables
PASTILLES
IVALI
vendues reniement
en BOITES
port&ol 1p n'itn
BoaUgenvut <" <'iuori-on CCOIT '
- ilClBAinTOHUMUDRlt^r IL "i
I f lt' 't't'i, a" ri J. ESPIC s r r lai c | ,' -,l. !
i occasion
exceptionnelle
> t? clbre Docteur ./. J Ifred^Alfarj
iielraeciooi&te Moderne
" ;t.ttia soi s.peu Fort au-F rince j
Dt puangtptr ) importantes t intressait js villes de la R'
, i hliq .e lr< mime, ine et tap-Hatiet, o II s cmquis la syrapifliie
J-s l.ius cl flic la / rMQporli i triomphai professionnel* les
|l is finnois, le Dr All-io p lit* ?eui* lin Mar* en U kWBt
ilie of le deux srnpiittas
Il aura L'ftOQDeur e se I6tur a la d rpJ, it un da l'in/rlli ente popil
lat on d l'ur.-au l'iinte-
Le Dr tVtFARO, qui pTttde pour l'et .me* ni vue, des nppa
n* le |ecu-iou modernes ti oVf plus peteciionn s, prescrira
de* (..iiMaux t'pliia maliq .es pour laeu.rtc kti rM tous les dfauts
de U vue Le l>r AltarO radie lien lui tfuii pluii ur millier de
p iSDnne jui u li i ni lio nbleme t iltl yeux
Pans les n'Hie-s rpiqiM du Dr Al far*, il,'sejfaarique teutes
doTltse et mues forints ue verres, bunCI et couloirs t 11 plus
lonnft'le trar-uii esi donne au dent que la fo inrle sera Btcollf
avec prcision et c#ott;.lence.
Plulrd, l'Eminenl Spciais indiquera la rtidenee o
pourra U cous al er.
Va
-p-
0( New-York ahMis
SelllDg Reprsentatives American fiton Oil Co
Ac^nt'-United S al s RubWIfcCo
Sellinp Rep'eseniMives N. IL Farbw Co.
kiai merle
d liait i
Police Headquarters
lu.iau-l'iinc-. Il.lti-
Apnl latin l'JiU
NO't'K.E
|Tb itterliin of ihe piblic in
i u d lo i li r luct tint bll If il '
''kbmoi* l' dl".Ls of Coniinaii > Mi .
|My r 181 N > Ul >' I i H ia y
ptfl 1 lllil L QU. t ''l'H l.l] llltl
l(jD((ioosf>>Mii i s p f.iiutd by
ire r:rw dintily um'ei ilm
pdiimeiie u'ilaiti, bureau oi fo-
ili. P. II1CKKY
Clti l ol l'd ce
iendurmerie
d'Haiii
[mnier gnral de la Police
l'OU^u-.'ime-, U lu
1er Avul 1920
ii AVI6
[Liltention jn pub ic fst attirfl
rlit que les CtieU de yaa lier
*ta abolis avec lea Lomiuau
is Coreiiunea, leura Ijuciicin
piMMiespir le bureau d la
P iJuchd a la Geadarineiie
B. F. 1111 KL Y
Chef de la l'oltcc
..... '
^ute (Vu-an
Triu d'ordre de Mr Geo A.
HBntde la L'Ioyj, h yen
a veute ' IVu au de liu
iu>c*k avar,^'. raererdi 7
'"J heure du m t..i. Il du
ncedp l'H.. .1 d "rauet.
MONTbbl N U.IL
.J'ncu' itur public
La plus puissant antisapiiQUS
Sano Mercure ni Cuire I*
PMlvp.it le travail de ME. FODAHIK
Cblmlate d^ ilnitliut eatenr (1907).
MMI l'i'-laiilnn^innnt tout les mi.'robes le la
PWM. il'i C'holn, le^ Fimi, ZMarrMM
et Onnnriri dr* ;,> cfaatxda.
MALADtM vilMSJMCirVBS
BAZAR MTROPOLITAIN
Maison de coufiance
fifocuifa Suh8/i/h
Sardines au toin%\c Premier )
Saute Chili k
Pom blanc en ferblnc
Confitures /
Gratis en f rblanc *
Uoiion gameus
Jambons et luirons Armours
Manitgue pure lard et beurra Armours'*
i onserves Armours \t
Th tt cornichons Lipton*
Cacao eiehocol'M Lowneys
Savon de ioihtte William

U
rt
v
Indispensable contre les Epidmie*
DOUE i Vnn (rande cullloree Atnt
un litre d'etto pour ton* les natte,
SnrMMda r*NinD0L.37, Rua f*% Mulharlni.
tMTw-mr- Pi VM|i T*te< ! flirr
J
!w
;toxdonca!o.ii prix far
^"u.e.,1? Non. ,o-, ,t|
l e
Jj
]jFJ*0' noa- o-iinoni uol>
Jn ,e'e"P '' l'aulit
rt'bui ,('uw r'l! f-roiluii u-
- ; "m une (t.euie q.i i ..
f*ttra p|Ub ue lol.b l-
Aoiv* n Maritime
le S'pamer Achille d? 1> li^ne
ho linda'^e, venant de New York ft
des ports du NorJ est er.tr hier
tualn
Il p-irt ce so'r pour le Sud
Le S'nmer omal de la Rirorel
a laiss N-w York le i du courant
n route pour le Cip et Port au P:e
Le Sf^mer Pjmmi vei.ant de
N'w York .st attendu Pot! eu P;s
vers le 11 du co- unt
Les dp h(i pour Petit Gova,
Jrmie, C'aytr. |acmel tt Currio,
par le Sleamsr Achil'e Itroot ter
mes ce soir i 5 heuies prcises
IVtau Pfisce le 3 A/nl 1920
.---------------------------------------------------------------------------->-------------
Contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de pELoHT, Pharmacien,
U9, Kue S*ivt-Antoiat
3F A. Ft ISS
C'EST LE M2TLLEUR
DES PUR0ATIF8
Nous alteiulons par ss. en
llod lies lia tort stock de
cravates, verres de
toutes sortes.
^
v-m/e&je/ tf

/'r-ff-J a//?tfi//-
A
r&
'/,
.'


n:
[dtUATt)
fOUT-AU-PBINC^
/ex.PETRUS; Piiarmacie ALBERTlNI
Pbannaci du D* Juatin VIARO
t toute* ie* linnumn Pbarm&cw*.


-~ai
p* tmtvQi
"Srtini.EwMd U maison LPreetziiaun- iogerliW Revus Illustre et Vente I
[AL A. PETRI. P G Su J ' 1
Patrons i!e mode j
tient C^ recevoir pnr Je <7 6#J rr.'O tm ria
MARTIAL A. riTRLS, P. G. Suc
cesser
Fcnce en 1850
!
Produits chimiques df* mril- '"
uhi L.-n,.v ue France et d'Ame hai* "" r ' '':vx ,v ir '*"'* Ci < *
ji-.i c.' o irnarm s p ur I"*** ul
rt-r>p F>.1 tT ire K li s '* P^rlun.erii^'iar.r. i.s .t attri tfuri.ru1 s i o r mari in s S* f -
cm.1 nit "' . f>'.' ^ /*-./.
T.. b; s d'1 'o'i'i s flini riona i om m- l. Fffius" 1^'llfl StOfP ha h/tirs mite ou $ins etulitm
Suiceiwu fi] BEftTFMEWALD
1 S'abir,h9f1 1CB0
An mon &r*!ii-t. Pat Mit M*
dioota P*si fhmirala Irooi Eu
M pe *t 'le 8'i<' p
* D encan i msrrt(Hr^r i |!<
PrMwh - en eau Rrfum .
TOJIP \Vtf MF.
GH il a Pnroa*
Pbannacv ftiiduHt of T*ttpli ; pet/ffe (( s ajofr cl POUS *CIYi5 Satisfaits
t r.iv r>ilf, i biladelphla. l'a.
es { d; s >oj| d'iinp so'ldi et d'une dura
bilit si rs p ^rc le

Hot vois
. u .
L
H
EU

/f dressez.vous la plus forlc compagnie des E.U,
JLalIO' S tSURANCG Go de NY
agent gural poui
Eisci. Le BoSSE, orl-atf-Prince
Piog 7. otie Mai o voira Mpgash, vc dpts au taux la pi ** raia uoab'e.
Aurun trais de commisskn ni de courtage payer
n ns- ff i-vous sa'is ' par co" e>p3i d*c ou ve es dis: iu r ^o e pr< b'm i !) z
Eua LE BOSfr, .95 iuie du Onai
..
-*w
ARTICLES FRANC A
i mai ami Mqv Mrsnsnl i
ltic du Magasin de VE'at
I
Chapeaux et canptirrs de toutes
qualits pour dames et fillettes
( apeaux pour douil
Serviettes damass es fil] et coton
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
>
rapluics, nuni
. >
s cie SOI-;
ta
I
c
ravates nuds et rgales assor-
ti tiilets deflauelie.
t-*-
C a a PIEPERIIIIECK
Demi sec et h rut chez
EDWlBi) kliini .l tk Go
Poriau Frinc
r.
M to M.;
x844
Voycz-vots ces belles Da ne?, voul z-voi>= re leW*i
smai tes comme illei? l '
ALTZC4FZ
Faui E. Aux la
Fie du Mrig tin de i'ISlat et rave*sure
O von 'foiiv r.z Ks TISSUS .hh plu< j.jJia ot u'n. nflM
RUBANS Ira plQi a piopr.es et d m. choUin,*, P D0W
Il iouh donne/a un Ci ttl'^nn de M nie e\ voua verdraU,
"8'iicia voire iob une CuUl'E J'i.ppccabl .
J-oisKs. h 8, f.,un c dn ihapp ux pailuuitiab diverses Hmi
Mbiua" ?; OMiq.ie oliMitde, T-icch irui. f'om.na^ moeS
Poemuade Lcel>nto. lotion I RGtNTEli, ussu:un. a la S
ei vtiuutrt, i^'Uf.l-ant l.-s cK'mPt- F ^r
v ntvisi e dans eie M<*ijo'> voo ^nr mjj -i avoir mi
NO.sdevtzportcr. dipparaissent- '
La maison
Wuve Barbancoi
.<
a n
s
f


\

.i
'-T .'..- )"*'-'W
\.. Ju
.
->
1 18 AM .-c3afl[
---------.. ...____. ^^_^^J|
Pharmacie F-SEJURH:
Angle des Rues Roux cl du Q
2 Mdailles d'argert Expcsiion de ErixelU
i Moratoire de Chimie Mdlf
D;( uer".e, Produ.ls chimiques et pharmacwli
^pc-Jibls l'ituaiaes et amricaine*. J
T;., i i.on de. toutes ampoule* miicameuieuseiP'
c. injectable. ^
Spcialit. Srum r.vros hmque simple 't liyr/^
lj.lliyjiar^/re. Srum ue .orard reiiip' f.0'^
i. alcihanis .le K'/n..r et ce /fubiu .j
I! y a toujours en stock : NevioathoV ^"P P*"
Klixir de Ptnsxlvaui-. I
Dpositaire du PREVES1\
iieprsentani\de8 Laboratoires*
LACTWERM. FrfJicat lad que, contre atiacW
najts et cuiaueea.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM