PAGE 1

LL MATIN Nouvelles Etrangres 30 Mars BIBUN. O.i cor.fime que le go veiLtiMtBt uc i en [me adressa aux troupts Ifolchivistt du bassin de la kihr un Ll:itr aiuui tsigtanl laccep U>ioi pc*r le 50 .ouraiii a midi deconcilions $uivme>, primo Kecon%  ausaoce sans restmi.ons des uutoails coiistitttioDDt lies de l'at. Secundo Laitimgtatioo des mem bit de l'adminiiUi-tion publique ri leclueat lss souscriptions, on con sidr en htu heu l'emptuut .oxmt ua vritable suctes. LILLE— L'un on dpatument.lt d s syndicats du no d de Lille it des enviions. iain,a 1 ordie de n ve au Ciabl sitments t it,le par NU idant avec its grvistes de Hordeaux H d Tou reu g D'aulie part, Its HPBcuri du Bssiu du Noid dec diert la gt Te rar jolidantt a da'er du 27 Plan PARIS— Nous CiO)ons savoi de la -elice cou imp.iqi.es dans le J 4 U unc IKU des btes-Uoia au au| 1 l *EP tta r t i1 ,, lae 1 occupaiion du bassin de U Kuh Teitio La dUtolotOO irrmcdiatf j, ; rtœM -iM la nu iuec M.I.. de l'aime lovge. rard u ccn if.rjce d^s amb saco PitBjDivrs]J j jJj| ||j|P|jrt.j|l.piil Quaito. La mise immdiate libell des prisonniers. bhKLlN. Plusieurs formaons de iroupts venait de Bavi.e tt du biandtsbourg se diligent vers le bassin de la Kubr. KOMK. A la ihambre Nitti expo sa en oeiail la situation inientuie laqutlle tat, dii i bil.deI lit epp-i a la collabo ali m de tous as vue de i,ire lace aux ai i.u.us econeriuques attuellts Au sujet ce la (o nique il rtfiima la pu l.ne lovaul di allis tl ajoute qu'il cons.rire toujouislrs Yoigo -> •*•• -wmme dts au.is avec JeequtJ 11 ne satafitl pa.> d'aiiivtr a un accoid diitct. Loucerrant la que:ion Turqie Mini dclara qu'il e>l paiti.an eu aaiut'en du Su tan a Coi stai.t noph %  •. t de l'auto 1 du Kalite. Le picgiamme ue 1 l'alie 1 e CMB fotie aucune .cquisitiou itrnioita ie Gain—Mr. litoigta dmne**fc arriva venant du S0ud.1i. BEKLIN Le.G^nvcmeiner t aursil fmuve LU UlUbiatum a iaro.ee dts uvi.tis leur accoidant Uoia jepit ;.(Jllt oiiUill ,u.,-d piOLOS pi ie f;U De giavcs iontiu< se :cnt WMVltl cniie Us u %  |oniiif* d Ua indpendants au cous desquels 1. ; oii^e du Kcuhswcnr uu luiervimi PARISLMiia-t 1 dis iinames fera at|uuid'nui tt uiin.m a l'cua sion de U di cussion sur les doiz< ahes piLViscues dis dclaauons sui .-rfc rsultai* de nu ( ILI.Seioi tjr/ho d.* Pans le cbitur de quiezi kju.Iiards peut et e ions di cot m ttpocdau a la Mali*, liant onne ,t .OUUIIKOS pa.tcuiirts tu ft'd deurs pLUi:uiv.t dans la malin l'eidintu uc u iepon.se a Ullc at> obaeivationa de la dlgation hoi gtoise sur le tuit. L; e examina J. question d tvacuaiion de la popul lion de la Russie mndionale pu U bokh*vis'cs. bile decUia que ta |t polauon lenitoiialt aotDtUe au p bise le ne participerait p s aux tl 1 tions du Ktichrlag ni i iel du pu aidant de la R> 1 tbltqoe. PAB1S— Lis itiuitus conrp't f des ppeiationa dt t'tm|rnot n'tait pa> ir.coie paivinu;, Monsi-.tr Mai* sal doooert seuifmfnt dmiin o; apis den a n au Pailen.ent ccnnai sant du th fi t de l'empiunt. Dollar ; 14,88 Avis T^us le? jours, ta slal ou du Ka'iij du l ori-au-t-'i'iiiC'', ui t I) ule ioii.it'i.1 du hiui d'uD d's ma s, m 111 heure du soixu ie quiuzi ut mentJ.eJU. J. L li'iulc, qui a un dian e de) uano pifeua ei< 1 cil Btsn ttHSe au hau> uu nia place 'c 'est. ve s m di • oiua d 1 m ni/ t^s, pour eu toiub r m di p cis. A vendre ln iiUljii.ol e il ) V passageib eu I ou .a( avec 1 8^11 S'HiUr l'ouiles coudic8 uuches. REMSET^ITF.MENTS MErLHOLOQlQUESj UtfSlittV4T01HE DU PTiT SEMINAIRE COLLEGE ST MRT1AL Mardi 30 Mars 1920 Biromtre 76} y Minimum *if T mpralure Maaitnou 34 • Moyenne diurne 27. Ciel clair Siul unrgCOS vers i^i 9 h. oaiorrt.e censn nt. I. SI EŒR La Semaine Sainte LCI ttaJuiuiib devant t'.rc obwrfw. citte sein .m oi conaicre %  •<** gnuidi iveaeaKnu a< la l'.isMOii de Noire bciKiuur. l'.'ot uvic de: cl .'laonies difiantes u inagnitiiiaM que I BgliM co.ameniorc ces daiesch iieanv*. Le IOUHRXS •.'.c deauia et tie venlrcJi son des jjuiiivs de chmage complci et Je recueille inj.it. — Le Matin ne paratra pa>. Retraite des hoiiitri s C'est le Hvrcnd Pta J^n. cur de U lla^ili^ue Noire'iJaaie qui prient comme nous l a.-.ons dj annonc, la reuauc dc> iiomme — L unie va ^rosissame tn.endre cetic paroeiiu uc vrit.— u "nidicautu 4 choisi pour sujet: L'Uo atrie dans on a. .cotation la puis gnrale.— Parmi ILS n..nim tc> pa-siuo> ^ui tncluineut la libert et dgr< lent l'homme, il dvitoppe U libert, l opinion a pas.ion ( c Hiiui.t dite, les | laisirs et ta rihesse •. Cette retraite sera close dimanche matin a i tusse de six Heures, qui Mra dite comme clla iue anne-c, e^lusivcnient pour les hommes. Jj.ioj.i Communal d 1 Po:t au Princ Il nous c.t revenu qu a sa sance du y; de c uois le Conseil ( o.uinuiui de cette ville a voi i.-s rgkmcuit reutii* i bspoji.ion Agricole 1 tnausine le uu pieut ci Mai prochain. (Jette bsposilion A laquelle prendront pjri — .uivant dcision Rouvirncmenuk — loues k o un.un de I Arroiidissenient d; l'or -J.I l'r.i ce >e lie dra au local de la chambre des Upuic* Api es e le Ueum • la visite des objets es loi., la crmonie de la dis.ributkra des prh e lei.i, l^ 1er Mi', sous la praidsnee de M ou:s Ko/. .Vcr ..ire d Ivat u. l'Agricoltur. — La | roposition de Mousiear le LooseilUi ii.iries Uuplessy unJant donner la putl gm U put> ic e pour a^..l er le plein sueves de 1 1 .\ JOsltlUQ a eie VOte a l'uiianinuic. En atte dant q ie II-JUS SOyiOll otii.iellenicn renseign sur les auir(s points que comporte IiroaraiU 1C del lte, nous souhaitons que K .on.-eii Communal lasae tous >es etlorts poi.r im.•iriki A l'Agncu tuie nationale une diuctioi univille, plus eu rapport \CC ses vritables bnins. Amicale du Lyce Conformment aut statuts, les membre* ac l'Amcale di Lyce l'cuon ont eie convoqus po..i limauta 4 avr.l, s 10 heures du %  i.aiin -nu a taccupei de divines questions koncernaot U bon i.e maiclie de l'assoc auon.— Tous les membres •OU donc untes t puudre pat cette iinpoilanie runion. Section de Pdagogie.— Ainsi qu'on le lira dan. la convocation du r'resiJrn: de la section de feaagrgic de 1A. M. C, .h', Ici membtes, UscoaBonrte march9 du sarvise postal U nous en cete de ne pas adresser nos flicianons — ne scrait-cj que pour 1 encouriRer dant i rude besogne — au Directeur des Posies de xtie ville. Monsieur Lucrce Toussaint, pour la onne marche du service. Bien qu'il soit seul la Iche. nous ne pouvons aucunement noi.'S plaindre le lui. i moins d tre de mauvaise loi. C'est dune i tort que des intresss du Mi't Saint Nicolas avaient battu la grosse ciisse autour lu retard du Courrier hehdom.idiire qui se constatait deux ou trois semmes et dont la cau?e pi 3veaaii de la crue des rivires. Bst-ce %  tama au WiectesM des Postes de l'ort-d.-l'aix si le Cour -ier arrive" au Mate l intt une hvure avant, tan t deux heure, aprs voire mme une semaine ? C'est bien au Corrritr-t|^r A attribuer la use, pariois de certains retarda, et 'U' seul doit •orter le pch d'Isral Mais comme il li nt lai us i A la conservation de sa vie, aussi prcieuse .ue celle des honorables gentlemen du Mole, est A lui A savoir s'il Ml prfrable de se #,ser mptrttf pir les rivires qucd'irj en retard de uel |ues heures. Puisque par contre, il est perlinimment rconnu que monsieur Lucrce donne sa'islaction i tous,bien que seul sur la brchepour nous rtCT— et jiir consquent toujours au four et au DOulm, nous en prenons occision une bonne •il pjur prier nui de droit de bien vouloir lui idjoiuJre un aide qui est de toute ncessit — Ce sera julice. Mariage Hier nuiin, a eu lieu en l'Eglise mtropolitaine de cne ville le mariage de Monsieur Emile G, Hilaireavec Mademoiselle llemutte Belle u. Ils ont e'. conduits au pied dis autels par Mr Curon St-Auae et Mme Slpiien Archer. Apres la crmonie religieuse, les maris et les convives mit li pour Saini-Louis-du-Nord t>u, lit-in, ie. nouveaux poux passeront les premires phases d. leur lune de miei. Compliments. tillers etc sont invits i la runion mtotufllc 1; Lundi i Avril prochain i 5 heurts du soir lu Lyce. La question d hvine scolaire combien importante dans l'ducation, e*t porte A l'ordre du jo ir et sera tr.iite par les Bis lirunoei Carr. C nitue toujours la prci:e a t cordialemetit n vite. 1 Rotiry Club \ Il runion d hier, aux Caves de Bordei i\, vj Clment Magloire, Prsidem du Comit dooi vld. liio et'•"rederic Doret sont Membres, a I inn lecture du rapport relatif A l'itablisatrnetH lu i ivenitseur eUctnquc au linreiu de la Police il il'averiitseurs t.-. %  p.ionioaes conneciant dure liment avec le Bure IU d alarme pour indiq-.er l'e iJroit eu le feu vient d clater. Ce rappoit a t vot. I.e m.'me Comit a t charg d'organiser Us MIliptons dans le Dut d arriver A l'installt, on jrojetee. P.lis on a continu la discussion des porirs e vue Liore: concernant h, moyens pratiques lecomuaitie l'incendie. Dcs Par d che reue de Jrmie, nous avons .'iris la irise nouvelle >le la mort de Mi:le ilcimne Lrsiaa hlie unijue de Mme Vve l'h. 'r n survnue hier dix luures du matin. Ses funrailles se feront a Jrmie aujourd'hui. Nous prsentons i ses parents, particulioreient sa mre plore, l'expression de nos i:iem caudoiances. Gomp^Qi ft( j) a Attention / / Aujourd'hui pa r i.,, affecte spcialement 'fj. Soie arrivent l es Mli Q de Compagnie d'AcrobaLrJ tigres, panihwache.aii Elle vient de faire p. ] des ropulations ae c. Cap Hatien et des GoiZl La Compagnie ne CM quatre reprsentations Jj nuer pour New -Yok'oT contrat ( Prparez-vous j y tCcWt j La section de Pd* de l'AM CE 1 Les Membres du Com n. les Conseil ers, les membnJ tres sections de l'A 4 Cl invits i la sance m en $J section de pdagogie,^ au Lyce, lundi c, Avri J prci-a-s de l*aplnM quitt l Chteau It'^u^e en coflapa a/ru de a mM l de ?on frre. L'aoetoO nieutiin' des Sablon, ni'ifl ivoir appert* son prlionnlci aa nonrrUire quoditwtme, r*joignit aoo tla qui l'attendait alana n li œb e amoagfl pour lut dan* Tito de toute? rama du < hteau J)epun la icne ton ible qui a ta t •droule au moulin traniqup, Mo** la, oaplo'At Bobait avarjaar, n'a valt ceaa* (la manil'fator le p ua rtolie repentir •Jepeudtfn*. rralgr le pardoi da vu pre et I accueil ci lavo-aule de Jaafi, il reatatt plooi> ,l;u>.-> uni W-eionde mlancolie.. I 1 *',**: t d' Ion* in*tanU il demeurait %i\m cieui, .'. pense p-idue a.1.1 % %  d"Tve. U te^te Citlie. en 10 lr) in:n•Ce fut Mine* que le vieux Keijoau %  • tfMf — Uobert, li il., je aui.4 inquiet rie toi.' cette trtelevM q'i tu ne rem blaa paa pauvoir nuiiT.aniir tne cauae une vie ar xiie. Ji peni que la confeaaton qun lu IUH U tne MOU pas aussi complte que .1 ai* ei dioit de l'ep*rer — Pou tant, dadar-dit Uoi-iles. j 1 yrtos *. dit tou a la vn'i. mm l'a aurai tort d* t J ; d moi.. J l'ai pardonn la lout moi et me dire *u?uret Judex m a ilisit hier encote serviteur, qu 1 tait pit te prooorr ona Ici no\eiiH dont lu aura"* be*0 D ro ir i f 1 un trouble qu il ne LO^Vlt maitli 4 i-mi ier d'iVHii'^g — Mai'', repre-ait l'srcien b*iniird.. Voyonsmon lile, parle,. Xlill 1U lo< Et cotuine MoraVa gardait le li %  ae, le vieux K^ijean r^ir-t : *m crois C' .U 1 leudrt'. a Cette r'ume..Tu l'aimes IQOOro l'aat-oe paal SIItiiondre h qnaatina qo< lin posa son 1re, h jeune bomma l :am >i,ane vo.x Iran blaiite : — Mon ptv, je ue pull paa roslu 1.1V l!ll. r ICI< Il I ut que je mttaigi)*, que je ii' n a.Ile loin lis loin. *upo:te Ima ona nUleoca faite la u 1.d uc ion el de devcirMoi qui .., %  %  :. tml te garder pii de moil — Je vous u'\ t qu'il .'ant q $ je ra'**n aiiic. — Tiea donc plu* a'tcint que je i.e le pensais? I ^ui- ie-oupii'H Moia''. Et te<.dur aon p e une lettr qu'il vetiHii de t • iiiiue et qui po i*U jj.dtftae de JuJt-x, il dit aiaiple mei.i — Lisett C tait un A* MU biles Lu oui q ta* maie eiprtaatf* qui partisan t avi ir et' die es ( at la ^.a* iuf bi'auiable rsolution d iamai votr$ Robert Kerjean — Mon'pauvre eotactl reprenai* \-" "-in, 1 u "v--. t peine retenir en i >• in -. Je n'ai paa le droit de chercher i te lair revenir sur t dcpi i'i Si tu IVs prise, c'est pi dispi pttbhle— Oui, 1re. — Eh b et va.', e '"he de revenir avant que moi ie eo.a par.i ^.our 10 Jourac lloa seul dair, prsent, ev. soi' la roaiu u un b mr e mm, >a tienne) |0 Robert qui me f rrae les yeux dvou' Qaadabaaoi projets ils avaient 'iida.idsl M reotoodait encor* !u> di le sa vox qui savait ai bien le prenlre lui murmarer : t Tu verros que lorsque DOOI seron heure JX, n JUS noas aiiceroue lUlcUX etl o.e. >' r un ph ; nomAne d'antr-^iKz,te< I n beaucoup plus frquent qu'on n |P pens*-, Morales retrouvait Dia a n la p!ace quelle ocupai • Env-lo pi par sou r i?ird, fiacin par sou %  oofir,il fir mme tel u > htlIocmA, sur l J point da se laver d'al'or ver- eilr n Mes la ra it h ressai it u> ii lai t.. Il rgi 1 sa c iiiioaiaiation pi'ii. tou ui's obal pir lira g Suy L ranquill', affirma MoraM laiore,. qui le pr-odaie % 00 ls vous serez contoui es lier de blait le Ko lier, ou plutt littirei uio'. 'sans qu'il put s'en dfendre, ta 1' — Alors, embrans. moi. mon (ils., elle exerai: sui lui une de ces at'rac c Parionwz rr.e de quiti r le Cli ('-v Houg SIKH vous prvenir, i/.if para i'.*,remettra rafla lettre, Vo-i tutiittiiu a 1/. iniwj'ij r • %  'tt >a Ifl /, 'l'Oi f pfir UU nlmlnli Ur. Laitse; moi Pmr*Wf*W MM au levoir i-t bon OODregO/ Robert r>e'jan avaii d>OG reg^i gi l'aria 1 t-itt.i troptrrl pour qu'il se reo %  lit au baie m du rwcrut^uient ou il levait c iDiractf f*caiigeo)aal qui •sllait Taire de lui uu 1 ouvel bomni ; il avait remsce te formalit au len • ieniain-. et, aprs avoir lait le ch x d'un moletto htel il tait ail-, pou* 1 le teinpi fl,iner sur le boulevard UieniiV.. se amtant envahi par 4:.o Ia0slu. p r un > pense unique. pld-> mlnaate Ce' 'ab Isseni-rit ti h l:.i-.ii"d l'aVci'. fait |en rei, en voquant un IUI ie plus bruleot d.'s io:i'iin-, venait de raviver liaoaDdlt qui, in trieuremen!, le dvoril. Li. en etl" t, •qpalqoea jours BU: a ravani. il s'eiait arrt avec D:aoa Il revoyait la Uble devant laquelle s s'aieul laata'l* > a c e cotr< Il se raupelait que pmnis a m\itreese n'avait e a> bu.', pua Yuioptutfate et cap ivao a. lions auxquelles nulle volont luuiaiue ne ssurait rsister. Et ce fut ainsi quj, presque lOfO lqntai r emer-.|, il ariiva ju pi' la mais n eu demeorai hi m 1 o elle •ta.t revenue df puis la veiile, Alerp. il eut uu clair de talaon. — Si j'entre., ae dit-il, je auia perdu/ Il veulut fuir.. Mais on et dit q l'une, puissance ta* taa'.ique, lofef uai-, le clomi sur le soi; et il demeura l les yeux ton ms vera 1-s tdiities de l'avei.tunre comme a il eaprhit apercevoir uue dernire fois .ivinl da aVn aller pour toujours, la eiiliou"ite alore, au U J la graver j mais eu lui. danf le reuoncen-m de son amour, iLns l'adieu 1e 'ouf son trr. 4 El vo la que toqt coup un rid^u -.e soulve.. U'es ellef.. L- Cieurde mt* s b l se rompie bi celt^ femme %  cite femme, comme It 1 laune encore comme il la dsire! touioursi Mau il Iule en oiv, El il va o'lo guer k jtnais, cette fois, bris moiti fou, maia purifi par le plus dchirant des renonce* ments, le plus cruel des sacrifie a tors ju il apar, 1 distinctement une au'ro eiltiouot a pi* de Diana, ua iteiiilemau ei g^nt disti"gu .q i suu m m ) inni*• inni a aa meilresee' 1 _-• a.1.0 a un ttuiaui.. Uu •uianll a'crie Rib^rt Kerjean, foei Mordu nar la plus arooM lousira, il sent tout eoajj d' r ses bonnes rao 1 toaaj li par un o f fie de t-nst en train de 11"tari u "i" avac sa nouvelle coif — Toi/ acia la Mooi,i surrri-e et m-ontente. — Diaua, dit te flla I d uue voix si'ilinte. j p rier seul seulEn mme te-npti qu'elle il '-les diffimtes de la lituili' raouch > a trouv le moyen face, Avec son plus imiw elle praante irarcdiateinen — Monsieur le vicorats i de U Uoch'fontaine ; M< baron Morla, mon asti, voua ai souvent parll. Et sana donner le tempti| de placer un mot, elle npr venant ainsi tout clat: — Mons ; eur de la Ko qui, ainsi q ie tu I' 8 1 ,flj madame Jacqueline A*JJ j'ai connu aux Sablons..-! me drm-inler quelqoM raen's an sujet de l %  pauvre MF-vraut. Uu peu calm, Monv lfremenl devant Amiorfl lui avoir rendu son J** sur un iraperceptiow %  d'œil de Diana qu'il a 1 et donl il a devin non — Je vous laiase-cM" e. bient, j espre. Aprs avoir bais I TJ tend la Monli. il i-'W les deux amants en pf (A aa'1 *) % 



PAGE 1

tC f AT!!! La Maison de j!r Lonce Fils-Aim Hue Travers*re No 312 l I nn'R qu M vjpnt dt .. e riai-ir d'annoncer ara w-rob eux .'„„ %  saortment de provision, de la prov ^u.uce d toutes soitea f ^ f P de la Semaine Siioie. r e l$ que les articles suivants: rbHat'P ,iMe P r ,ivre et demie 1|4, bVaoeeu d- 400 livrea -ai i umb>oHed p ib'-q.ie a Utaie fu' lle el ,ai c MlJ * n s* Net l. Lait A raour Kvan !' • %  'ce en bode; granul: d "> * n " S "; Beirre de table G K„n li-2 1 vr et livre. BUT o a so ti8, Royal lundi Biscuit doux, pir boite de pe'iti ies l 'huile, Sau nbn-gar Sek, chiie ,,, Ht vie. >aus*ge W.ier, thon BWtOi l'uui e de ni et g-ande nui manu l'bu le, h*r COC *"••' J le, Oigi 0"F. poumea de terre. Royal lunrh Bisruit dot . 1,.,-u au ia< ans cho ol l, au beurre, l forint lutte," Ne* ,j, I | niii e Faille.e inacci om i a boit" i(i livre. I,. jtta ftaieuoe divtrsta coulenra PIUIMS, raai"*. v;o rouge et ned Uor e fin. ii.rmfiiple biibeoh frai;*.ae* t de la marquNicolear, 'An zetfe f rizH'd. Cacao ctatw, piyrermi i cognar. Cbery Brandi, bouteille Vuieb"UieUa. buboi net Cn x*uo, Boidtaux Qaioa, Porter, Mre Ued lijisl>uret tt nr. ei Al oth dtroi bouteille et litre, en leiblarc de %  ^Jmlor, quail t'egaliO'i 3,4 • e gallon, 1 gallon, huile Marae:>le par L%i Loii'ille n h lu-, Lidigo de luttes pro? aaccef, fil pelote %  CD*",t'. L P :Cti de |0U 8 BUlOT Kl remarquez cet >, le Magitiu te ien loi jours & la disposition de Lnrficlien *ce I* Capitale et ti toe ceux urla prxviuie et ils setoot nia avec tes mmes aoios, la mme pio.up tiude et poli esse. A vitaux amateurs Vonb-x voua conaaitre la valeur d'une Huile da Table. Essayez la en %  Wjronnaine on avec des poi*. Si elle rsiste l'preuve, arrosez lar Rement ves salades de la iemnoe aain'.e Sv.ile, aver lea k bonne* nui, qu* frai iaea, l'IJuiie de Table de 14a dame Kdona'd Roy et on voua don Dira satiFfaction. Elle est naturelle, prpare i peint fa'.s ' p unition ihimique un en trouver Rue de Csars No 332 (ancitnne maisrn [Jerard Roy, chez Mme E douard. Peu n ci oae et Bue i Genre No 15i& manon Dr Dor: ond et Koy Avoine Prix dfi ml toute concurrence Chez Alphonse HAYNES Une occasi-n opportune el %  i f exceptionnelle un Chinese Restaurant Angle Bue 16 et Avenue A Vasie et cr;uft' s^lle mander o Ifs pli/S d fticile seront ltlifitl. M sieurs lee amateurs soutint! s usiler ltibliss*rnent et ne m*i q'jeraut pas. de l'adopter pour sa propret et la prnmp'itude de on aarvicc. le i e'bre Docteur J. Alfred 4?/ai*# 1U racoi jnjsle Moderne Visitera sous peu Fort au Pracoe| De passifepar le importantes at intressaites villes de la R publique Dominicaine et Capilaitien, o 11 a conquis la sympaUsit cl's plus diflicle*. */ remport Us tromphts proli*siounals fas plus 'onnants, le Dr Al! no peise venir fin Mars en la aooaa ville du l'urt au Pnuceet durant un i ourt sjour ri* deux seiMiiies, Il aura l'honneur r*e se tenir la d ip nitton de linielli enta papa lai on du Porl-auPiinteLe Dr LFAIiO/qui possde pour l'eiamen de la vue, an ppa rei\* de peciiou modernes et des plus peileeonns* prescrira des C istaux Uphta-maliquea pour la eoirec i di de tous les dfsuto de la vue. 1-e Dr llfaro H radicalement fluri plnrieurs millier 4a personnes qui souiriuent ho ribkment dee yeuxDans les atdie.is oplii|ies du Dr Aifare,'il seffabrique teutet sortee et mutes formes de verres, blancs et roulaurs et la plus formelle ?araniia est donne au i l'ont que la formule KIR eiculiQ avec p-Version et ro upeteuee. Plus lard. l'Eminent Spcia'ista indiquera la rsidence oA T* rouna le consulter. %  ^ %  SW" %  %  % %  M %  %  anzer & Company.Ine BAZAR MTROPOLITAIN Import and export Nciv-York Maison amricaine reprsentant heaucOup de Fabriques pour net sortes d'articles et de tissus en guralUle accepte des consignations pour les produits du pays tout en anlde bots bLfice ceux qui s'adresseront au reprsentant [la ma i? on. Four toutes informations, s'adresser Mr Max Bellande Siul Reprf entant pour Hati Rue du Magasin de VEtat Avis \ll sera procd le mardi que l on tyera I) evril mil neuf cent vint f btures du malin en l tude et par le Urt itUe Molius Douyon, notaire ic aux Cayn. la vente au dessous lier mise prix et an plus otrant Uenier enchrisseur des biens ci apr< \piis. fusant partie de la liquida i de la maison H Mueiubmiyer & ^pr$prtit ayant dessus une grande w tilon ami situe aux Cay s ii Kmiricains et du farap.'t, me. *"l trente pieds de faade sur la dite es Amricains et ferme au ct ipvune ligne brise aont m$ 'mesure quinze pieds sur la dite d* Parapet sur une profondeur Mon Cent Quatorze pieds et deux "' nrrt la propu de la Vve "^ Angella t'abry, ancienne a Lorvingion it celle occup: aanqut ancienne proprit ton I Cbmllier. Itlle que la dite pro •" poursuit, comporte et s tend *runixept$r. ni r server f* hypothque deux mille dollars yivuHdra l adjudicataire par k '.'* de l adjudication d<4 sus du *Jt elle est l accessoire. iStle a V"*nie la maison h. Muencb aW V Ur um t*opniti foids et *"*"'><' tn la due ville des Cay e; VP la f' darms entre Su ma ; "farte Dsroutlhtres pour "Piwtnidxans ses dots de r l l meub 'Drita du Monda aniiar daat mm,, acuitiTHtmt, tmutn



PAGE 1

M te* **. %  %  ffimni-Emidla maison L.Preefs^ann—ggerholm Revue Illustrs et VG A. mm, p. G. suc w • %  •* Patrons de mode f L amincie il MiBlIH tfSfUt „.y,< Fonce en 1850 Produits flitrquRs dr* mpil.f ures Usina de France et d'Am/ f que.' Oire Dr nlif ice Kolin s Parfunceiie. franaise Uam.i caine.* %  Pelrus' Htnfl -StnrivSuceessor l ALBERT1M WALD Tsiabishad 1860 Amriran &( 4 r fnrh Paient \U dicines Bfst chpnriic&ls Irocu Eu if pp and the sites. > xnon pifserifiions files, Fieneh k roerican Perfumed Toile Wfltim. Ge! il a Petrus' Phaimacy Gr*Jule of Tf-mple Univeraity, Philadelphia, Pa. •r vient de recevoir par Je dernier Steamer vn bel assortiment do: Chaises pour Pureaux (n /ripr.nssise lois fouinai tus pour b'i'eaul < n acier, ofisf Iris < Icuroanlfs pour mari rws < rff (V df*, i.aisc lois Tali'cs de lon'ei cs dpt) au taux le pi is rais nnableAucun Irais do commission ni de courtage payer Pi .toSfigaeZ'Ynu* sa is f a par corre-pondanc> oa ve iz dise lier \o r e prcb' ne r.hn Eug. LU BOSSE, 95 Bue du Quai mm ARTICLES FRANAIS La maison Max Monsi Rue du Magasin de VE


PAGE 1

ftggfigSInB **TM Poti Sa Pric, HsM Acr.rcJi Si Mar iSO "^CTECR PROPRIETAIRE Oment-MAGLOIRE MAGISTR AT COM MUNAL U NUMERO 15 CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE ti moiB G 2 - Ul DEPARTEMENTS rjnoioi.. G. 2 50 **•"" TRANGE Xio • o i8 700 800 .mnonces sont reues au ^mptoir ! 3ue dont la con1MK.I ,eur pell,e -nedeK'y-tips Le Monsieur avait rm La peine dame cr cy.it le. 1 tle te cachait P :li, liTi^^dans.L.M.tin.? |i ( ••• -iait poartant bea frinior eBis c s *>''•< d: |iai, r l0 V jUt< e les6 I* l *7*1.1 Le M tinqui •^•lioa^a.o-zcmeia. niversaire n'a jama's offert i SS lecteurs que ce dont il t-ut sr et dont to t le premier il av it vi'fi la certitude. Et c'est ainsi, que pe it i peli', sans avoir 1 air d'y l.her,: et comme s'il le faisait par mgarde, il a— force d'inspirer confiance et de ne dire que ce qui vaut U peine qu'on le sache.— cr un2 opinion pub ique hatienne d abord ;il 1-a ti>nn*e ensuite. Ec cela lui im ose ries drvo'rs qu'il n'a jimais abJiq .es E siq le'quttois il ne parail par r che d'irformnions.pmais il n'a t pauv.e d'itjfoimations vraies. U E* ce n'e Car Le M.lin sai* qu'il peut e tromper 11 sait mi ux. Il sait qu'il se irompt parlis .t cesi la preuve— a <. de tnt l'tatrtl preuves,— qu il a 1 sa lti un honmi. S uls les h>mine Si t o np.-iit. Ceux l qui uont u ni.i tait accueil i l'erreur, c cette vir t qui se trompe d date , soit p: il et e,.nai> as es rat m ut mm 4 i:d;sii J liin; Pu CO itf u/ nt -trjp sauvent hiUs,-ils sont moias que des hommes. Donc, LE tikTM est la tte d; lep nioi pub que .' seuls le co t:sICOC Ceill la qui ne tuviihent pis avec lui a taire celte opinion publique, lien des fois, au cours de ces intressantes discussions id s hom mes d espnt changent des vue; a propos des du.rs na tiennes et p op >se it des SJIUUJ.1 aux pro >> n s ch z noa biei Au to ,1 ne d u iui le ch 1. des idi s, le e; t b u t cuir et v.bf ni q ae Irai en se h u tajtiuxf u l.-sides i lMa.riM.Ltii itr ocuteu sa; le pasdrelgan es c uxqu> les Un 1nent n'avouent pis toujours d o elles vieine t Lu MATIN ne s'en est j imais plaint %  Je t s 1 glo r •, au con • taire davor dpass Cyra o qui lai, n'tva t qu'us Ch islian. Oirappote qu Ercfurt, aprs chaq ie di>c istiO 1, N tpoloa, s' a rrt.ntd* ep m;ner, interrog'ait : — U l'en pen^e vlonseu G th' ? Cotqie ton qu'aux regirds ahur s d-i pejp.e,— quaai | d.s le peup e, j ataSN tout le OWait,— *: pose Grani'Kie pfi du tailleur Smith No 1532. Par le franais est arriv I Elixr anti-ophtalini.juecontre les maladies des liai. En Stock chez Alphonse Hayt.es. Oi trojv.raiar'icle} pour oulure, lingerie, broderi-, (Je 1 par1 iraene, ih corsais, dis chaussures bUacbat piur rioani's, des cliii'ies de mintre, des lelius frtot ses des articles poar da ues. Sivons Lenox po'ir Lessive. On trouvera en outre UMipeiaiies s >ivan es: l'inique O ien al. Trie pheiois Escsttea.lt, lA chiDjjPowaV, Liui'ieut Aliturd 1 :tinse,ve hlmulsio 1 Se m e c. Directeur, I aies z-raoi dam le aimph intrt de la vptA, t*k ver une i' I rm inQ ( qoe W me co -tenterai d (junl lier d'ir on s c ) qui a l nvoye de Prrtcto-Paii, 1 vote ronflera € Le Ccurr cr du Soir , au sojat d'une i J iTeut; j survenue bord d L Bs rai'a Palma > bateau ci b in qui f -il le service de 1 migration, ototi au cours de laquelle plusieurs li.u'i." s anraiei t ri • parait-il assasins. La vrit vraie, c'est qu il n'y a pas eu plus d meute qu il n'y a eu d ettsassing. Change eat d'ailreisa L% Pharmacie Parisot I honneur diviser s-s oUrata qu partir du Marli 10 VUra l')>O lC lld estiQStallss ai No lliJli da la rue 1u Ceutre.flui'.) la rua lionne Foi et a rue d >n Miracles, et quily trojveront toujouis le inun so>n dins l'excution des ordonnances et lu mue souci de leur plaire. Le service de nuit est as u- par MiH. Parisot pesonnellfment. une de ces graves qu^t'on? auxquelles sont li< la d-itine de chicun et l'itttrt ii tous j; suis ^ • que si tout le 'poide ne dit pas le m->t i Mipolon,— tout le monde n'est pas un gnie.— qa?lqa%i psraociM t taAi c:pendint tre d^g ne : s'crient : — Qi'en du LE Mann. Et cettiioement tout le monde attend, pour re plus c Isifl d? so- opin 01 que LE Vf A rr,* dise ce q i* ea pense LE UATIM at 'et r "uver la t i noTtane.U 1e b lussoie en& i.Pour ma put, j ne trouve pis que cela soit une destine si banale. III Corn TV tout le moud; j ai feuilet le Livie Bleu CoTm que'q ae uns je me suis inq n d: ce que le Colonel Bis:om lones,-mo-t disent l*s manviises langues d'avoir fait le Livre Bleu •p-nsut du journal LE MaTiMiCroyint r um*r la puissance da Mvrm il a crit dios un s y le p'us pur | vo s l'accorde: Ce journal a f a t des Ministres, des d ptes desCaels d'Et.t Cela, mit, te prouve rie-.Chez nous, on a tous, plus ou m uns. fait des Ministres, des dpute-, d-s Ch.ts d Etat. Ce que le Colonel Bacom Joies ne sait pas, et je comprends qu'on ne le lui ait p..s dit, -c'tst q e LE MATIN a tau mieux .que des M Disiret, des depj es ou d s ( h • d Etat 11 a tait des homm s Et si cda ne vous parait p s si d iric e. f t-s en aLt.rtcommr eut d t mon ami T ornas H Lcha d qu omm moi, lut du MATIN qui,ccmiK moi.en ett encore. On nr peut pas ne plus en re. Et C'tst peut-tre pourquoi, il est si dilcile d'en tie... Lon LALkAU U v a eu tout simplement bord de L Ko!rda Palma , un dsordre occis oun par le rnmqun de discipline <1H nos malheureux compatriotes m^'ants. qu, l'heure durepas, o u voulu tous h lois 89 faire gnvir liur oitaoce et pour ce, ont envahi latralement ledoraane ries co iks d 1 b'ird. Kep nmss par le pr soan a l lu b eu., un tumolie s'en est s uvi. et des cris de dtresies pous^ du bo'd mme, par quelque* m grants trop courageux, jetrent la 0mique e le trouole dans li ville c r Linait un calme vespral. Le J C 1 vaux surebanffs et les ima giniions dbrides tirent voir bou nombre d exalts ( sorte d* Tattarins J des morts et des blesss jon chant le pi meher de c l'Lstrada Pal un . Il n en fallut p.is plus pour rallumer chez chacun le feu d'un nairiotisme hors de saison : et ce f i' qui ce soir l, n Sursit munu %  de la ciiai-e de Coubailion au Ministe de l Utrieur, pjur le no 1 dpart des uig a 1 s usei a pu tre demand vraisemblahhment par quoi pie i'ire8 qui n'est cru modeste oent en l'espc) uni symii >, de c^ite popu ation, r.eu d |p s. M. H c'tait u i' o: -.as 0 1 d • ourirsus l' ni gra i in, es pile.c galeut.do nous vient tout no re mal on pouvj t, on ne dfait la manquer car depuis quel 1 tes temps, il est da b > 1 tou de briser la lance poar la caus i dite prol'arienne, avec cet e gue.sau migraqoi autour du tous nos anaux paialt.l '.' Li dernier crivassier en langie Ouuxem E arme de U pluma ven g Tesse, et alors c est une pluie de ajuppliq les, da protesta ions, de do laoces. de rciiminatio M, ( que sa s je encore ] dont nous avons eu d ailleurs deri.ijrement de bridants clia ti Ions, publies dans les quoti diensde lacapit itt Ceux h qui ont lu coscuieuses l tcubr.tious en sont e icore S se demander ce que leurs auteurs, ont VJUU bien dire. Tout ce qui t misoir-ar p > 1 ie lecteur, uVst I ntr vo/'Z-vou*. ma! di^iis dn ces 1x11 raoles porte-jalaino. Qui planteur, en eiet, cultuateur, geu.rh iinme campaajnaid j'en pu\n ou conc eui dupai I 1 ir. qui feiaai a ors Itur vertu gucin e, a ces. bua uis de lance lorsque n tr tmore, ou ira qtsi* turieustUieut, tt expdiait S la rxort en pitoyable co: vo, leurs si IN. Grand Rue No 1813 Viennent d'aniver par le dernier Pa isina. Aliced ^moked Salomon ( sau mon 'iii p.i boite ) b U' ke I Kh ( anguilles luuias par ooitea ) llei.ing barengs d Kcos se par.livre, boused Salinon, saumou mai'iiie par boite tipice Hetring Bis ma kl harengs marin par ja-re INiug'rau n un Saucissons cervelat et LUbcinna'i par livre llerring in lomato sauce Harengs la sauce To mite L'huile Diret, Vuuigre par bou teili s ei gallou ABparge.Ltioucouie Cœur d Artichauts par boite. Olives par flacon etc etc heureux farcs soit CROIX JESUS, ou ailleurs 1... Dans ce temps la, ILS ETAIENT LA, comme atjiurdhui; loua cei augiutea personnages,dans ce tenipa la, leurs vertus guerrires sommeillaient, pareequ Us n'taient ni plan teurs, ni cultivateurs, ni gentilsnooa in. s campagnards, iii4i* avouais, g on res, geuiout, arpeijteuis, m dec ns, tous gens qui n'avaient in ulo tempote.cure de ce vil btail nu m. iu qu on envoyait a l'abattoir, par cequ'ila o en n'avaient point besoin. A< joatd'bui que da leur paopre mouveinnu ces malheureux proleiai Ha vtttleOI aller tUticner non plue U iLoii, ,n/i8 la vie sous des cieux qu'iie espertul plus clments, ne voi la t-ii pas qu une kyrielle de corn mandeuis aux petits pieds et sous iu tques s'avisent de rclamer du Miniatie de l'intrieur parait il c le laou dpaat des emigrants . la pia.sauiene a vraiment trop Su l, il vs. emi'S qui.u y mette un ternie, et que cUacuti se rapelle quti la libert individuelle a toujours t giiouue uni par les couatitutions que par La lois particulires de ce pays. '.' .0 le campagnard liai en matre de sa pe.sonue et de ses actes, veuu le aller a Cuba ou ailleurs en touris te, eu euiigranr, ou eu c au graieur i] qu il veuille uuoi se pendre mmo si bou lui semble, ceai son drou le plus abeoia, celui que d ordiuaire 4 on lecouuaitau plus vuigai e des su.ci dds. Laassons le donc libre et ne pre nous point les intrts du ciel plus qui ue le veut lui mme.IflUX AUX HOvivlES Ut BONNE VOl.U.NIfc: El'UBEHTK A TOUS I Je ue veux pus auuser d'avan'ag" d* votre obligeance, c'est pourquoi je prends couge de vous, Mon cher Directeur, uoo sans avoir cependant au paalaole lait remarquer combien je me sens I sise pour traiter d'une q 'les ion ou je u ai somma toute nul intrt personnel enjiu, n tant en eoVc ui plant ur, m cuit valeur, ni gentilhomme c.mpagnard.pas mme agent d'einigaaiun. Jaloux simplement de ma libert je ne touil.e pa> davantage de voir a queatter Celle du p o .bio, voil tout, et o e t la l'uuique mobile

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05083
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, March 31, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05083
System ID: UF00081213:05083

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
ftggfigSInB **TM
Poti Sa Pric, HsM
Acr.rcJi Si Mar iSO
"^CTECR PROPRIETAIRE
Oment-MAGLOIRE
MAGISTRAT COMMUNAL
U NUMERO 15 CENTIMES
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCE
ti moiB G' 2-
Ul DEPARTEMENTS
rjnoioi.. G. 2 50
**"" TRANGE
Xio oi8
700
800
.- mnonces sont reues au ^mptoir ! ifrioatl de Publicit, 9 Rue Tronchet, Fa-
**%, 23, Ludgate Hill, Londres.
Quotidien
Tche cto rgler ta con-
duite de manire n'avoir
pas besoin de recourir
la violence.
1ELEPHOSE : i48

-
^miira\eO\nlorz\^2^iu'ersMredJ^fjniubndsnilre 4 1 ro; 11 fint P
fra'lj tout dit sur le i)urnalis |ftfMf IM** r* c!i*!'i\l'J'lSUr sa r)u'e l: J^c'eur * Mon ^ Djr
r lettres
MfW'ifi*! /* **. P1* mcmitrt d- revenir sur a ihim con-
mine avec des vari 'tioni, Co-ileilonvnoiu don : du rewcier tous
\t, a*cmnus et inxni'ii qui nois ont consUn mnt enijtrjgt
kvrs sympathies.
Propos d'anniversaire
1
M Et vous eu tes bien certain,
cor?
- Autant qu'on peut l'tre d'une
i laquelle on n'a pas assist,
MM.
ptlile dame ne p.rut pas ras-
lit Mme, elle ma if'stt encore
igns visibles d'un doute per-
Nit. Elle mordilla ses ong'e, t
Intrdaos ses dogts, ses b'gues,
ayant avis sur la tab e sou sac
(air, (De grena ivrusement,
ne un rh-pe et leschino s d
paiac par quoi elie le b lance
krrlle se ballade au c bord de
11 I ny avait pis dr doute, la
m dame d utait de la nouvelle.
kdoMc-ait une certitude.
uni, tis galant, presquobs-
mi, lrMonsieur un de ceux
kunt piqus de la vanit de sa-
tit ttttt savoir,ne voulut pis
belois de sa vie, il eut l'air
k mal intorm. Pressant et cc-
nttrestendrf.il reprit :
? Je vous assure que c'est vrai,
lune., .tout ce qu'il y a de plus
h Vous m'en direz tant, mon
ri
Pelle sourit, tout ma'hfureuse
M'ivor pa la preuve que ce
|1 I (tellement.
Ht d'ailleurs rcrit le be'la're,
IjMxqoi se lont dsonduler,
PJjaux en ont parl. .
Mfl Ui journaux. . Si vous
ft de quoi cela me sert. .. Les
P" de chez nous .. Mais non,
f nnti rire. .
IJ/adiHa de rire Mais d un
|W!!. moqueu-, iron.que et
l'Hjt faire s'bouler sa coilture
IWimertun vrai booh F tue 'ait un bandeau, heu-
rjjjji'ti lu dans Le Matins
P"', s crie dsespiment lin-
pwtr qm s'exasprait de n'tre
KinemeD'.la petite chme cecsa
IH on sourire rveur dfrJM
lieu eS" lvtes ral' !
K1[T,tl mit s reparls
B55i,d?c-svrii'e,dor.
I !i n',Cl?l qelqefo, les
Kn u'enl sous le dme
IJ ni, arbres. Tout son vi-
r* t panoui et avait ce te ex-
RS e>3ue' dont la con-
1mK.i ,eur pell,e -nede-
K'y-tips Le Monsieur avait
rm La peine dame crcy.it
le.1 tle te cachait P:li,
liTi^^dans.L.M.tin.?
|i( -iait poartant bea
frinioreBis' c"s *>''< d:
|iai, r l0VjUt<* e'les6*
I*l*7*1.1 Le Mtinqui
^lioa^a.o-zcmeia.
niversaire n'a jama's offert i ss lec-
teurs que ce dont il t-ut sr et dont
to t le premier il av it vi'fi la cer-
titude. Et c'est ainsi, que pe it i pe-
li', sans avoir 1 air d'y l.her,: et
comme s'il le faisait par mgarde, il
a force d'inspirer confiance et de
ne dire que ce qui vaut U peine
qu'on le sache. cr un2 opinion
pub ique hatienne d abord ;il 1-a ti-
>nn*e ensuite. Ec cela lui im ose
ries drvo'rs qu'il n'a jimais abJiq .es
E siq le'quttois il ne parail par r che
d'irformnions.pmais il n'a t pau-
v.e d'itjfoimations vraies.
U
E* ce n'e mil conna tre Le M tir , ce s-r it
peut-tre mne ne pis le cinnstrs
du tout que de penser que, l'opi
foipubiique cre pir lui et diri
gce dans le sens o il a so ihait
quelle le fl. il a cru son oeavre
ach ve. Non, ills venait de com-
mencer. Certe opinion publique qui
et ne de la confiance quads sa
pirutioa il a inspirs, il a rve tout
d-* suit- de la conduire, d'en tre
non le matre, il a toujours corn-
bi tu au coitraire ces sortes dt tyran
s mais le guide un gu de avili
et si discret. Il n'a ].miis dit F.ites
ceci . mai b.en c S: vous faisi z
ceci, je crois que. > Car Le M.lin
sai* qu'il peut e tromper 11 sait
mi ux. Il sait qu'il se irompt par-
lis .t cesi la preuve a <. de
tnt l'tatrtl preuves, qu il a 1 sa
lti un honmi. S uls les h>mine
Si t o np.-iit. Ceux l qui uont u
ni.i tait accueil i l'erreur, c cette
vir t qui se trompe d date , soit
p: il et e,.nai> as es rat m ut mm
4 i:d;sii J liin;, Pu CO itf u/ nt --
trjp sauvent hiUs,-- ils sont moias
que des hommes.
Donc, Le tikTM est la tte d;
lep nioi pub que .' seuls le co t:s-
ICOC Ceill la qui ne tuviihent pis
avec lui a taire celte opinion publi-
que, lien des fois, au cours de ces
intressantes discussions id s hom
mes d espnt changent des vue; a
propos des du.rs na tiennes et p o-
p >se it des sjIuUj.1 aux pro >> n s
- ch z noa biei Au to ,1 ne d
u iui le ch 1. des idi s, le e; t b u t
cuir et v.bf ni q ae Irai en se h u -
tajtiuxf u l.-sides i lMa.riM.Ltii i-
tr ocuteu sa; l j iurs sa is doute. Mais touj urs elies
les font penser. Et comme toujours
eilei sont loit.-s.cequine lesdisp:n>e
pasdrelgan es c uxqu> les Un 1-
nent n'avouent pis toujours d o
elles vieine t Lu Matin ne s'en est
j imais plaint Je t s 1 glo r , au con
taire davor dpass Cyra o qui
lai, n'tva t qu'us Ch islian.
Oirappote qu Ercfurt, aprs
chaq ie di>c istiO 1, N tpoloa, s'arr-
t.ntd* ep m;ner, interrog'ait :
U l'en pen^e vlonseu G th' ?
Cotqie ton qu'aux regirds ahur s
d-i pejp.e, quaai | d.s le peup e,
j ataSN tout le OWait, *: pose
Grani'Kie pfi du tailleur Smith
No 1532.
Par le franais est arriv I Elixr
anti-ophtalini.juecontre les maladies
des liai.
En Stock chez Alphonse Hayt.es.
Oi trojv.raiar'icle} pour ou-
lure, lingerie, broderi-, (Je 1 par-
1 iraene, ih corsais, dis chaussu-
res bUacbat piur rioani's, des
cliii'ies de mintre, des lelius
frtot ses des articles poar da ues.
Sivons Lenox po'ir Lessive.
On trouvera en outre UMipeia-
iies s >ivan es: l'inique O ien al.
Trie pheiois Escsttea.lt, lA
chiDjjPowaV, Liui'ieut Aliturd
1 :tinse,ve hlmulsio 1 Se m e c.
Directeur,
I aies z-raoi dam le aimph intrt
de la vptA, t*kver une i' I rm inQ
( qoe W me co -tenterai d (junl lier
d'ir onsc ) qui a l nvoye de
Prrtcto-Paii, 1 vote ronflera Le
Ccurr cr du Soir , au sojat d'une
iJiTeut;j survenue bord d L Bs ra-
i'a Palma > bateau ci b in qui f-il le
service de 1 migration, ototi au
cours de laquelle plusieurs li.u'i." s
anraiei t ri parait-il assasins. La
vrit vraie, c'est qu il n'y a pas eu
plus d meute qu il n'y a eu d ettsas-
sing.
Change eat d'ailreisa
L% Pharmacie Parisot I honneur
diviser s-s oUrata qu partir du
Marli 10 VUra l')>OlClld estiQStallss
ai No lliJli da la rue 1u Ceutre.flu-
i'.) la rua lionne Foi et a rue d >n
Miracles, et quil- y trojveront tou-
jouis le inun so>n dins l'excution
des ordonnances et lu mue souci
de leur plaire.
Le service de nuit est as u- par
Mi- H. Parisot pesonnellfment.
une de ces graves qu^t'on? auxquel-
les sont li< la d-itine de chicun
et l'itttrt ii tous j; suis ^ que si
tout le 'poide ne dit pas le m->t i
Mipolon, tout le monde n'est pas
un gnie. qa?lqa%i psraociMttaAi
c:pendint tre d^- g ne:, s'crient :
Qi'en du Le Mann.
Et cettiioement tout le monde at-
tend, pour re plus c Isifl d? so-
opin 01 que Le Vf a rr,* dise ce q i* !
ea pense Le Uatim at 'etr"uver la
t i noTtane.U 1e b lussoie en& i.Pour
ma put, j ne trouve pis que cela
soit une destine si banale.
III _______
Corn tv tout le moud; j ai feuile-
t le Livie Bleu CoTm que'q ae -
uns je me suis inq n d: ce que le
Colonel Bis:om lones,-- mo-t disent
l*s manviises langues d'avoir fait le
Livre Bleu - p-nsut du journal Le
MaTiMiCroyint r um*r la puissance
da Mvrm il a crit dios un s y le
p'us pur | vo s l'accorde: Ce jour-
nal a f a t des Ministres, des d ptes
desCaels d'Et.t .
Cela, mit, te prouve rie-.Chez
nous, on a tous, plus ou m uns. fait
des Ministres, des dpute-, d-s Ch.ts
d Etat. Ce que le Colonel Bacom
Joies ne sait pas, et je comprends
qu'on ne le lui ait p..s dit, -c'tst q e
Le Matin a tau mieux .que des M -
Disiret, des depj es ou d s ( h
d Etat 11 a tait des homm s Et si cda
ne vous parait p s si d iric e. f t-s
en aLt.rtcommr eut d t mon ami
T ornas H Lcha d qu omm moi,
lut du Matin qui,ccmiK moi.en ett
encore. On nr peut pas ne plus en
re. Et C'tst peut-tre pourquoi, il
est si dilcile d'en tie...
Lon LALkAU
U v a eu tout simplement bord
de L Ko!rda Palma , un dsordre
occis oun par le rnmqun de disci-
pline <1h nos malheureux compatrio-
tes m^'ants. qu, l'heure dure-
pas, o u voulu tous h lois 89 faire
gnvir liur oitaoce et pour ce, ont
envahi latralement ledoraane ries
co iks d 1 b'ird. Kep nmss par le pr
soanal lu b eu., un tumolie s'en
est s uvi. et des cris de dtresies
pous^ du bo'd mme, par quel-
que* m grants trop courageux, je-
trent la 0mique e le trouole dans
li ville c r-Linait un calme vespral.
Le j C 1 vaux surebanffs et les ima
giniions dbrides tirent voir bou
nombre d exalts ( sorte d* Tatta-
rins J des morts et des blesss jon
chant le pi meher de c l'Lstrada Pal
un . Il n en fallut p.is plus pour
rallumer chez chacun le feu d'un
nairiotisme hors de saison : et ce
f i' qui ce soir l, n Sursit munu
de la ciiai-e de Coub sang de ce mme Coubann.
Quiconque parlant Pangnol dsm
b 1i.1t par 1 os rues en ce mme soir
'ait mal hypotqu et expos se
voir passer Ubac, sinon lapid
Peur ce qui et de la popula'ion,
( raisonnable et s ns e il va sans
dir . elle n a jamais eu que je aacha
ain8i,((ie 1 allume Pli formateur du
c Gourrie- du Sur produire
aw.ane r la>ailion au Ministe de
l Utrieur, pjur le no 1 dpart des
uig a 1 s usei a pu tre demand
vraisemblahhment par quoi pie i'-
ire8 qui n'est cru modeste oent
en l'espc) uni symii >, de c^ite
popu ation, r.eu d |p s. M.h c'tait
u i' o: -.as 0 1 d ourirsus l' ni
gra i in, es pile.c galeut.do nous
vient tout no re mal on pouvj t, on
ne dfait la manquer car depuis
quel 1 tes temps, il est da b > 1 tou
de briser la lance poar la caus i dite
prol'arienne, avec cet e gue.sau
migraqoi autour du tous nos anaux
paialt.l '.'
Li dernier crivassier en langie
Ouuxem e arme de U pluma ven
g Tesse, et alors c est une pluie de
ajuppliq les, da protesta ions, de do
laoces. de rciiminatio M, ( que
sa s je encore ] dont nous avons eu
d ailleurs deri.ijrement de bridants
clia ti Ions, publies dans les quoti
diensde lacapit itt Ceux h qui ont lu
coscuieuses l tcubr.tious en sont
e icore S se demander ce que leurs
auteurs, ont vjuU bien dire. Tout ce
qui t misoir-ar p > 1 ie lecteur, uVst
I ntr vo/'Z-vou*. ma! di^iis dn
ces 1x11 raoles porte-jalaino. Qui
planteur, en eiet, cultuateur, geu.r-
h iinme campaajnaid j'en p Se m iuurs-ve devoir indlim-
iu t a so 1 servie d - esc av.< p.iya
IMf lui Cinquante centimes ou
una gourds pa j j.j p o e... co a
tro c i initiai on de nos cia.
p gu*.'dj, cette t traite de ngers
( j- louiu de neter ; celte ccpui ta-
it n du uolie Muet* productive &>u\n
ou conc t-/>eui dupai I 1 ir. qui feiaai a ors
Itur vertu gucin e, a ces. bua uis
de lance lorsque n tr tmore, ou ira
qtsi* turieustUieut, tt expdiait S la
rxort en pitoyable co: vo, leurs si
IN.
Grand Rue No 1813
Viennent d'aniver par le dernier
Pa isina.
Aliced ^moked Salomon ( sau
mon 'iii p.i boite )
b U' ke I Kh ( anguilles luuias
par ooitea ) llei.ing barengs d Kcos
se par.livre, boused Salinon, saumou
mai'iiie par boite tipice Hetring Bis
ma kl harengs marin par ja-re
INiug'rau n un Saucissons cervelat
et LUbcinna'i par livre llerring in
lomato sauce Harengs la sauce To
mite L'huile Diret, Vuuigre par bou
teili s ei gallou ABparge.Ltioucouie
Cur d Artichauts par boite. Olives
par flacon etc etc
heureux farcs soit CROIX JESUS,
ou ailleurs 1...
Dans ce temps la, ILS ETAIENT
LA, comme atjiurdhui; loua cei
augiutea personnages,dans ce tenipa
la, leurs vertus guerrires sommeil-
laient, pareequ Us n'taient ni plan
teurs, ni cultivateurs, ni gentilsnooa
in. s campagnards, iii4i* avouais, g
on res, geuiout, arpeijteuis, m
dec ns, tous gens qui n'avaient in
ulo tempote.cure de ce vil btail nu
m. iu qu on envoyait a l'abattoir, par
cequ'ila o en n'avaient point besoin.
A< joatd'bui que da leur paopre
mouveinnu ces malheureux proleiai
Ha vtttleOI aller tUticner non plue
U iLoii, ,n/i8 la vie sous des cieux
qu'iie espertul plus clments, ne voi
la t-ii pas qu une kyrielle de corn
mandeuis aux petits pieds et sous
iu tques s'avisent de rclamer du
Miniatie de l'intrieur parait il c le
laou dpaat des emigrants .
la pia.sauiene a vraiment trop Su
l, il vs. emi'S qui.u y mette un
ternie, et que cUacuti se rapelle quti
la libert individuelle a toujours t
giiouue uni par les couatitutions
que par La lois particulires de ce
pays.
'.' .0 le campagnard liai en matre
de sa pe.sonue et de ses actes, veuu
le aller a Cuba ou ailleurs en touris
te, eu euiigranr, ou eu c au graieur i]
qu il veuille uuoi se pendre mmo
si bou lui semble, ceai son drou le
plus abeoia, celui que d ordiuaire4on
lecouuaitau plus vuigai e des su.ci
dds. Laassons le donc libre et ne pre
nous point les intrts du ciel plus
qui ue le veut lui mme.IflUX AUX
HOvivlES Ut BONNE VOl.U.NIfc:
El'UBEHTK A TOUS I
Je ue veux pus auuser d'avan'ag"
d* votre obligeance, c'est pourquoi
je prends couge de vous, Mon cher
Directeur, uoo sans avoir cependant
au paalaole lait remarquer combien
je me sens I sise pour traiter d'une
q 'les ion ou je u ai somma toute nul
intrt personnel enjiu, n tant en
eoVc ui plant ur, m cuit valeur, ni
gentilhomme c.mpagnard.pas mme
agent d'einigaaiun.
Jaloux simplement de ma libert
je ne touil.e pa> davantage de voir
a queatter Celle du p o .bio, voil
tout, et o e t la l'uuique mobile QM porte S pi oiuire cette dfende
pour a meilituru cea causes, celle
u 11 justice e. de la vent.
Je vom pue dagier. mon cher
O iec eut', mes a uicales aaiutatiooa
et signe etftHM t ujours.
Alphonse UINRIQUIt
tort dj i- ii 4 tfars 194J.
Cartes^postales
En voukz vous pour le ier Avril
et je Dimanche de Pques ?
Accoui./.a|. La petite maisonrue
au L n: t, i ce de laphainicc
i yifa qui vient de ecevoir un jo.i
f V

&*'*
*.,*
- $


LL MATIN
Nouvelles Etrangres
30 Mars
BIBUN. O.i cor.fime que le go
veiLtiMtBt uc i en [me adressa aux
troupts Ifolchivistt du bassin de la
kihr un Ll:itr aiuui tsigtanl laccep
U>ioi pc*r le 50 .ouraiii a midi de-
concilions $uivme>, primo Kecon-
ausaoce sans restmi.ons des uuto-
ails coiistitttioDDt lies de l'at.
Secundo Laitimgtatioo des mem
bit de l'adminiiUi-tion publique ri
leclueat lss souscriptions, on con
sidr en htu heu l'emptuut .oxmt
ua vritable suctes.
LILLE L'un on dpatument.lt
d s syndicats du no d de Lille it des
enviions. iain,a 1 ordie de n ve au
Ciabl sitments t it,le par nu idant
avec its grvistes de Hordeaux H d
Tou reu g D'aulie part, Its HPBcuri
du Bssiu du Noid dec diert la gt
Te rar jolidantt a da'er du 27 Plan
PARIS Nous CiO)ons savoi
de la -elice cou imp.iqi.es dans leJ4U.unc ikU des btes-Uoia au au| 1
l*EP ttart' i- 1 ,, lae 1 occupaiion du bassin de U Kuh
Teitio La dUtolotOO irrmcdiatf j, ; rtM -iM la nu,iuec M.I..
de l'aime lovge. rard u ccnif.rjce d^s amb sa-
co
PitBjDivrs]JjjJj|||j|P|jrt.j|l.piil
Quaito. La mise immdiate
libell des prisonniers.
bhKLlN. Plusieurs formaons de
iroupts venait de Bavi.e tt du
biandtsbourg se diligent vers le
bassin de la Kubr.
KOMK. A la ihambre Nitti expo
sa en oeiail la situation inientuie
laqutlle tat, dii i bil.de- I lit epp-i
a la collabo ali m de tous as vue de
i,ire lace aux ai i.u.us econeriuques
attuellts Au sujet ce la (o nique il
rtfiima la pu l.ne lovaul di allis
tl ajoute qu'il cons.rire toujouislrs
Yoigo -> * -wmme dts au.is avec
JeequtJ 11 ne satafitl pa.> d'aiiivtr
a un accoid diitct.
Loucerrant la que:ion Turqie
Mini dclara qu'il e>l paiti.an eu
aaiut'en du Su tan a Coi stai.t noph
. t de l'auto 1 du Kalite.
Le picgiamme ue 1 l'alie 1 e CMB
fotie aucune .cquisitiou itrnioita
ie GainMr. litoigta dmne**fc
arriva venant du S0ud.1i.
BEKLIN Le.G^nvcmeiner t aursil
fmuve lu UlUbiatum a iaro.ee dts
uvi.tis leur accoidant Uoia jepit
;.(Jllt oiiUill ,u.,-d piOLOS pi
ie f;U De giavcs iontiu< se :cnt
WMVltl cniie Us u |oniiif* d Ua
indpendants au cous desquels 1.
; oii^e du Kcuhswcnr uu luiervimi
PARIS- L- Miia-t 1 dis iinames
fera at|uuid'nui tt uiin.m a l'cua
sion de U di cussion sur les doiz<
ahes piLViscues dis dclaauons sui
.-rfc rsultai* de nu ( ili.- Seioi
tjr/ho d.* Pans le cbitur de quiezi
kju.Iiards peut et e ions di cot m
ttpocdau a la Mali*, liant onne
,t .ouUiikos pa.tcuiirts tu ft'd
deurs pLUi:uiv.t dans la malin
l'eidintu uc u iepon.se a Ullc at>
obaeivationa de la dlgation hoi
gtoise sur le tuit. L; e examina J.
question d tvacuaiion de la popul
lion de la Russie mndionale pu U
bokh*vis'cs. bile decUia que ta |t
polauon lenitoiialt aotDtUe au p
bise le ne participerait p s aux tl 1
tions du Ktichrlag ni i iel du pu
aidant de la R> 1 tbltqoe.
PAB1S Lis itiuitus conrp't f
des ppeiationa dt t'tm|rnot n'tait
pa> ir.coie paivinu;, Monsi-.tr Mai*
sal doooert seuifmfnt dmiin o;
apis den a n au Pailen.ent ccnnai
sant du th fi t de l'empiunt.
Dollar ; 14,88
Avis
T^us le? jours, ta slal ou du
Ka'iij du l'ori-au-t-'i'iiiC'', ui t
I) ule ioii.it'i.1 du hiui d'uD d's
ma s, m 111 heure du soixu
ie quiuzi ut mentJ.eJU.
J. L li'iulc, qui a un dian
e de) uano pifeua ei< 1 cil Btsn
ttHSe au hau> uu nia place 'c
'est. ve s m di oiua d 1 m ni/
t^s, pour eu toiub r m di p
cis.
A vendre
ln iiUljii.ol e il ) V passageib
eu I ou .a( avec 1 8^11 S'HiUr
l'ouiles coudi j 'AUioSupply Co, Air Hcdgod
itue Uan l L>c8 uuches.
REMSET^ITF.MENTS
MErLHOLOQlQUESj
UtfSlittV4T01HE
DU PTiT SEMINAIRE
COLLEGE ST MRT1AL
Mardi 30 Mars 1920
Biromtre 76} y
Minimum *if
T mpralure
Maaitnou 34
Moyenne diurne 27.
Ciel clair Siul unrgCOS vers i^i
9 h.
oaiorrt.e censn nt.
I. SI ER
La Semaine Sainte
LCI ttaJuiuiib devant t'.rc obwrfw. citte se-
in .m oi conaicre <** gnuidi iveaeaKnu a<
la l'.isMOii de Noire bciKiuur. l'.'ot uvic de:
cl .'laonies difiantes u inagnitiiiaM que I BgliM
co.ameniorc ces daiesch iieanv*.
Le iouhrxs .'.c deauia et tie venlrcJi son
des jjuiiivs de chmage complci et Je recueille
inj.it. Le Matin ne paratra pa>.
Retraite des hoiiitri s
C'est le Hvrcnd Pta J^n. cur de U lla^i-
li^ue Noire'iJaaie qui prient comme nous l a-
.-.ons dj annonc, la reuauc dc> iiomme L
unie va ^rosissame tn.endre cetic paro ptrsuaiivc et p>eiiu uc vrit. u "nidicautu
4 choisi pour sujet: L'Uo atrie dans on a.
.cotation la puis gnrale. Parmi ils n..nim
tc> pa-siuo> ^ui tncluineut la libert et dgr<
lent l'homme, il dvitoppe U libert, l opinion
a pas.ion (c. Hiiui.t dite, les | laisirs et ta ri-
hesse .
Cette retraite sera close dimanche matin a i
tusse de six Heures, qui Mra dite comme clla
iue anne-c, e^lusivcnient pour les hommes.
Jj.ioj.i Communal d 1
Po:t au Princ
Il nous c.t revenu qu a sa sance du y; de c
uois le Conseil ( o.uinuiui de cette ville a voi
i.-s rgkmcuit reutii* i bspoji.ion Agricole 1
tnausine le uu pieut ci Mai prochain.
(Jette bsposilion A laquelle prendront pjri
.uivant dcision Rouvirncmenuk loues k
o un.un de I Arroiidissenient d; l'or -j.i l'r.i
ce >e lie dra au local de la chambre des Upuic*
Api es e le Ueum la visite des objets es
loi., la crmonie de la dis.ributkra des prh
e lei.i, l^ 1er Mi', sous la praidsnee de M
ou:s Ko/. .Vcr ..ire d Ivat u. l'Agricoltur.
La | roposition de Mousiear le LooseilUi
ii.iries Uuplessy unJant donner la putl gm
U put> ic e pour a^..l er le plein sueves de 11.\
JOsltlUQ a eie VOte a l'uiianinuic.
En atte dant q ie ii-jus SOyiOll otii.iellenicn
renseign sur les auir(s points que comporte I-
iroaraiU 1C del lte, nous souhaitons que K
.on.-eii Communal lasae tous >es etlorts poi.r im-
.iriki A l'Agncu tuie nationale une diuctioi
univille, plus eu rapport \cc ses vritables b-
nins.
Amicale du Lyce
Conformment aut statuts, les membre* ac l'A-
mcale di Lyce l'cuon ont eie convoqus po..i
limauta 4 avr.l, s 10 heures du i.aiin -nu a
taccupei de divines questions koncernaot U bon
i.e maiclie de l'assoc auon. Tous les membres
OU donc untes t puudre pat cette iinpoi-
lanie runion.
Section de Pdagogie. Ainsi qu'on le lira dan.
la convocation du r'resiJrn: de la section de fe-
aagrgic de 1A. M. C, .h', Ici membtes, Uscoa-
Bonrte march9 du sarvise
postal
U nous en cete de ne pas adresser nos flici-
anons ne scrait-cj que pour 1 encouriRer dant
i rude besogne au Directeur des Posies de
xtie ville. Monsieur Lucrce Toussaint, pour la
onne marche du service. Bien qu'il soit seul la
Iche. nous ne pouvons aucunement noi.'S plaindre
le lui. i moins d tre de mauvaise loi.
C'est dune i tort que des intresss du Mi't
Saint Nicolas avaient battu la grosse ciisse autour
lu retard du Courrier hehdom.idiire qui se cons-
tatait deux ou trois semmes et dont la cau?e pi 3-
veaaii de la crue des rivires. Bst-ce tama au
WiectesM des Postes de l'ort-d.-l'aix si le Cour
-ier arrive" au Mate l intt une hvure avant, tan
t deux heure, aprs voire mme une semaine ?
C'est bien au Corrritr-t|^r A attribuer la
use, pariois de certains retarda, et 'U' seul doit
orter le pch d'Isral Mais comme il li nt lai
us i A la conservation de sa vie, aussi prcieuse
.ue celle des honorables gentlemen du Mole,
est A lui A savoir s'il Ml prfrable de se #,ser
mptrttf pir les rivires qucd'irj en retard de
uel |ues heures.
Puisque par contre, il est perlinimment rc-
onnu que monsieur Lucrce donne sa'islaction
i tous,bien que seul sur la brche- pour nous r-
tCT et jiir consquent toujours au four et au
DOulm, nous en prenons occision une bonne
il pjur prier nui de droit de bien vouloir lui
idjoiuJre un aide qui est de toute ncessit
Ce sera julice.
Mariage
Hier nuiin, a eu lieu en l'Eglise mtropoli-
taine de cne ville le mariage de Monsieur Emi-
le G, Hilaireavec Mademoiselle llemutte Belle u.
Ils ont e'. conduits au pied dis autels par Mr
Curon St-Auae et Mme Slpiien Archer.
Apres la crmonie religieuse, les maris et les
convives mit li pour Saini-Louis-du-Nord t>u,
lit-in, ie. nouveaux poux passeront les pre-
mires phases d. leur lune de miei.
Compliments.
tillers etc sont invits i la runion mtotufllc
1; Lundi i Avril prochain i 5 heurts du soir
lu Lyce.
La question d hvine scolaire combien impor-
tante dans l'ducation, e*t porte A l'ordre du
jo ir et sera tr.iite par les Bis lirunoei Carr.
C nitue toujours la prci:e a t cordialemetit
n vite.
1 Rotiry Club
\ Il runion d hier, aux Caves de Bordei i\,
vj Clment Magloire, Prsidem du Comit dooi
vld. liio et'"rederic Doret sont Membres, a
I inn lecture du rapport relatif A l'itablisatrnetH
lu i ivenitseur eUctnquc au linreiu de la Police
il il'averiitseurs t.-. p.ionioaes conneciant dure
liment avec le Bure iU d alarme pour indiq-.er
l'e iJroit eu le feu vient d clater.
Ce rappoit a t vot.
I.e m.'me Comit a t charg d'organiser Us
mi- liptons dans le Dut d arriver A l'installt, on
jrojetee.
P.lis on a continu la discussion des porirs
e vue Liore: concernant h, moyens pratiques
lecomuaitie l'incendie.
Dcs
Par d che reue de Jrmie, nous avons
.'iris la irise nouvelle >le la mort de Mi:le
ilcimne Lrsiaa hlie unijue de Mme Vve l'h.
'r n survnue hier dix luures du matin.
Ses funrailles se feront a Jrmie aujourd'hui.
Nous prsentons i ses parents, particuliore-
ient sa mre plore, l'expression de nos i:i-
em caudoiances.
Gomp^Qift(j)a
Attention / /
Aujourd'hui par i.,,
affecte spcialement 'fj.
Soie arrivent les Mli Q
de Compagnie d'AcrobaLrJ
tigres, panihwache.aii
Elle vient de faire p. ]
des ropulations ae c. "
Cap Hatien et des GoiZl
La Compagnie ne Cm
quatre reprsentations Jj
nuer pour New -Yok'oT
contrat (
Prparez-vous j y tCcWtj
La section
de Pd*
de l'A-m. CE1
Les Membres du Com n.
les Conseil ers, les membnJ
tres sections de l'A 4 Cl
invits i la sance men$J
section de pdagogie,^
au Lyce, lundi c, AvriJ *
prci-a-s de l*ap ORDRE DU JOUR- a
10 E trttien du Docteur J
20 Rappoit du Dociflr Vj
^ I- C- DQRqa. "
Pour gurir ou vij
tRIORAINES C0NSTIMT1*"'
CONOCSTION6-CT0URDIIHI
EMBAnnaa oatTaim
IL SUFFT de,
\ l'un cXa vos
tou. 1er avai IsursHahit]
une Pilais du II
147, rue du i'aub- St-Deaiil
Mais il faut ezigerlesi
qui sont tout a fait
et tur chacun* daiquillM ksi
DEHAUT A PAI
-ont tros :. i.l>ln Dernire Bei
Au moment de mtlln m\
nous apprenons la mort dt Mt\
David, la mre de nolrt
collaborateur S/le Placide bu[
! Seui adressons la f
yve lexpression de nos tins
l lances

Tl FEUILLKTON DO MATIN
t
Judex
fiUAND no M AN
Par
a R 1 n v .n u E n A E D E
(Film paria. Feui'laiie )
HUIT1KV1E KPiSODE
LES SOU TU Rri AIN S DU
CHATAU-30UGE
II
L'Eternelle Dafila
Api** n lona 't myatartaoi cm
tlialnje wi* K'j-an. Judex vi>M
quitt l Chteau It'^u^e en coflapa
a/ru de a mM l de ?on frre.
L'aoetoO nieutiin' des Sablon,
ni'ifl ivoir appert* son prlionnlci
aa nonrrUire quoditwtme, r*joignit
aoo tla qui l'attendait alana n
li b e amoagfl pour lut dan*
Tito de toute? rama du < hteau
J)epun la icne ton ible qui a ta t
droule au moulin traniqup, Mo**
la, oaplo'At Bobait avarjaar, n'a
valt ceaa* (la manil'fator le p ua rto-
lie repentir
Jepeudtfn*. rralgr le pardoi da
vu pre et I accueil ci lavo-aule de
Jaafi, il reatatt plooi> ,l;u>.-> uni
W-eionde mlancolie.. I1*',**: t d'
Ion* in*tanU il demeurait %i\m
cieui, .'. pense p-idue a.1.1 d"-
Tve. U te^te Citlie. en 10 lr) in:n-
Ce fut Mine* que le vieux Keijoau
tfMf
Uobert, li il., je aui.4 inquiet rie
toi.' cette trtelevM q'i tu ne rem
blaa paa pauvoir nuiiT.aniir tne
cauae une vie ar xiie. Ji peni
que la confeaaton qun lu iuH U t-
ne mou pas aussi complte que .1 -
ai* ei dioit de l'ep*rer
Pou tant, dadar-dit Uoi-iles. j 1
yrtos *. dit tou a la vn'i.
mm l'a aurai tort d* t J ; d -
moi.. J l'ai pardonn la lout moi et me dire
*u?ur- et Judex ma ilisit hier encote serviteur,
qu 1 tait pit te prooorr ona Ici
no\eiiH dont lu aura"* be*0 D ro ir
i et de prob1!'"'
Mon pre, reprenait lancier1
"ii.tn. de Diana Muoti, 1 n.uj je
. .' blierai la preuve dadmirab
lleuion quH vous m avez donu ;
sovera Judex de ce qu'il a fait pocr
a h rt rie m qu'il veut faire pour
moi.. Mais .
tA Robert Ker|ao a'ar ta en pra> f
1 un trouble qu il ne LO^Vlt maitli 4 i-mi
ier d'iVHii'^g ,
Mai'', repre-ait l'srcien b*-
iniird.. Voyons- mon lile, parle,.
Xlill 1U lo<
Et cotuine MoraVa gardait le li
ae, le vieux K^ijean r^ir-t :
_ *m crois C' .U1 leudrt'.
a Cette r'ume..Tu l'aimes IQOOro '
l'aat-oe paal
Sii- tiiondre h qnaatina qo<
lin posa son 1re, h jeune bomma
l :am >i,ane vo.x Iran blaiite :
Mon ptv, je ue pull paa roslu
1.1V l!ll.r- ICI-
< Il I ut que je mttaigi)*, que je
ii' n a.Ile loin lis loin. *upo:te
Ima ona nUleoca faite la u 1.-
d uc ion el de devcir-
Moi qui ..,!*:. tml te garder
pii de moil
Je vous u'\ t qu'il .'ant q $
je ra'**n aiiic.
Ti- ea donc plu* a'tcint que je
i.e le pensais?
I ^ui- ie- -oupii'H Moia''.
Et te<.dur aon p e une lettr
qu'il vetiHii de t iiiiue et qui po
i*U jj.dtftae de JuJt-x, il dit aiaiple
mei.i
Lisett
C tait un A* MU biles Lu oui
q ta* maie eiprtaatf* qui partis-
an t avi ir et' die es ( at la ^.a* iuf
bi'auiable rsolution
d iamai votr$
Robert Kerjean
Mon'pauvre eotactl reprenai*
\-"! "-in, 1 u "v--. t peine retenir
en i > in -. Je n'ai paa le droit de
chercher i te lair revenir sur t
dcpi i'i Si tu IVs prise, c'est pi
dispi pttbhle-
Oui, 1re.
Eh b et va.', e '"he de reve-
nir avant que moi ie eo.a par.i ^.our
10 Joura-
c lloa seul dair, prsent, ev.
soi' la roaiu u un b mr e
mm, >a tienne) "|0 Robert qui
me f rrae les yeux
dvou' Qaadabaaoi projets ils avaient
'iida.idsl. M reotoodait encor*
!u> di le sa vox qui savait ai bien
le prenlre lui murmarer :
- t Tu verros que lorsque DOOI
seron heure jx, n jus noas aiiceroue
lUlcUX etl o.e.
>' r un ph ;nomAne d'antr-^iKz,te<
I n beaucoup plus frquent qu'on
n |p pens*-, Morales retrouvait Dia a
n la p!ace quelle ocupai Env-lo
pi par sou r i?ird, fiacin par sou
oofir,il fir mme tel u > htlIocmA,
sur lJ point da se laver d'al'or ver-
eilrn Mes la ra it h ressai it u>
ii lai t.. Il rgi 1 sa c iiiioaiaiation
pi'ii. to-uui's obal pir lira g
- Suy l ranquill', affirma MoraM laiore,. qui le pr-odaie ?00
ls vous serez contoui es lier de blait le Ko lier, ou plutt littirei
uio'. 'sans qu'il put s'en dfendre, ta 1'
Alors, embrans. moi. mon (ils., elle exerai: sui- lui une de ces at'rac
c Parionwz rr.e de quiti r le
Cli ('-v Houg sikh vous prvenir,
i/.if para i'.*,- remettra rafla lettre,
Vo-i tutiittiiu a 1/. iniwj'ij r 'tt >a
Ifl /, 'l'Oi f pfir UU nlmlnli
Ur. Laitse; moi Pmr*Wf*W mm
au levoir i-t bon OODregO/
Robert r>e'jan avaii d>OG reg^i
gi l'aria
1 t-itt.i troptrrl pour qu'il se reo
lit au baie m du rwcrut^uient ou il
levait c iDiractf f*caiigeo)aal qui
sllait Taire de lui uu 1 ouvel bomni ;
il avait remsce te formalit au len
ieniain-. et, aprs avoir lait le ch x
d'un moletto htel il tait ail-,
pou* 1..... le teinpi fl,iner sur le
boulevard
UieniiV.. se amtant envahi par
4:.o Ia0slu io49oia anle, il Bofrtit d%oa un
Cf, a'assey nt une table, poro*
1 11 u 1 "n ;i 110 et n.c ht. i't. 1
llaal^ipi qu I se mit a feuillet -,
aacblual' in nt, saes mure, po ir
s sbmdnnner pre^ pie aue-it ..
''oioiim -'il eut 't eotln aaeni i,-, -r
>. p r un > pense unique. pld->
mlnaate
Ce' 'ab Isseni-rit ti h l:.i-.ii"d
l'aVci'. fait |en rei, en voquant un
iui ie plus bruleot d.'s io:i'iin-,
venait de raviver liaoaDdlt qui, in
trieuremen!, le dvoril.
Li. en etl" t, qpalqoea jours bu: a
ravani. il s'eiait arrt avec D:aoa
Il revoyait la Uble devant laquelle
s s'aieul laata'l*>a c e cotr<
Il se raupelait que pmnis a m\i-
treese n'avait e a> bu.', pua
Yuioptutfate et cap ivao a.
lions auxquelles nulle volont lu-
uiaiue ne ssurait rsister.
Et ce fut ainsi quj, presque lOfO
lqntairemer-.|, il ariiva ju pi' la
mais n eu demeorai hi m 1 o elle
ta.t revenue df puis la veiile,
Alerp. il eut uu clair de talaon.
Si j'entre., ae dit-il, je auia
perdu/
Il veulut fuir.. Mais on et dit
q l'une, puissance ta* taa'.ique, lofef
uai-, le clomi sur le soi; et il de-
meura l les yeux ton ms vera 1-s
tdiities de l'avei.tunre comme a il
eaprhit apercevoir uue dernire fois
.ivinl da aVn aller pour toujours, la
eiiliou"ite alore, au U j la graver
j mais eu lui. danf le reuonce-
n-m de son amour, iLns l'adieu
1e 'ouf son trr- 4
El vo la que toqt coup un rid^u
-.e soulve.. U'es ellef.. L- Cieurde
mt* s b l se rompie bi celt^
femme cite femme, comme It 1
laune encore comme il la dsire!
touioursi Mau il Iule en oiv, El il
va o'lo guer k jtnais, cette fois,
bris moiti fou, maia purifi
par le plus dchirant des renonce*
ments, le plus cruel des sacrifie a .
tors ju il apar, 1 distinctement une
au'ro eiltiouot a pi* de Diana, ua
iteiiilemau ei g^nt disti"gu .q i suu
m m ) inni* in- ni a aa meilresee'
1 _- a.1.0 a un ttuiaui.. Uu uianll
a'crie Rib^rt Kerjean, foei
Mordu nar la plus arooM
lousira, il sent tout eoajj
d' r ses bonnes rao1' toaaj
li par un o f fie de t-n n Acipite dana la roiHotf
quatre quatre les erci
violet naen i It porte d
r ^re et, bouiculant li "
h mb qui est venue tel
il pen're dm laialonok|
->st en train de 11"tari
u "i" avac sa nouvelle coif
Toi/ acia la Mooi,i
surrri-e et m-ontente.
Diaua, dit te flla I
d uue voix si'ilinte. j
p rier seul seul-
En mme te-npti qu'elle il
'-les diffimtes de la lituili'
raouch > a trouv le moyen
face,
Avec son plus imiw
elle praante irarcdiateinen
Monsieur le vicorats i
de U Uoch'fontaine ; M<
baron Morla, mon asti,
voua ai souvent parll- .
Et sana donner le tempti|
de placer un mot, elle npr
venant ainsi tout clat:
Mons;eur de la Ko
qui, ainsi q ie tu I'81 ,flj
madame Jacqueline A*JJ
j'ai connu aux Sablons..-!
me drm-inler quelqoM
raen's an sujet de l
pauvre M- F-vraut.
Uu peu calm, Monv
lfremenl devant Amiorfl
lui avoir rendu son J**
sur un iraperceptiow
d'il de Diana qu'il a1
et donl il a devin
non
Je vous laiase-cM"
e. bient, j espre.
Aprs avoir bais I TJ
tend la Monli. il i-'W
les deux amants en pf
(A aa'-1*)
-


tC f AT!!!
La Maison de
j!r Lonce Fils-Aim
Hue Travers*re No 312
l
I nn'R qu M vjpnt dt
.. ,e riai-ir d'annoncer ara w-rob eux
' .' saortment de provision, de la prov ^u.uce d toutes soitea
f^fP, de la Semaine Siioie.
rel$ que les articles suivants:
rbHat'P,iMe Pr ,ivre et demie 1|4, bVaoeeu d- 400 livrea
-aii umb>o- Hed Oueoe de porc Meia porc Museau de porc Clair porc il ireuR en
........ p-roi-M, maquereaux. -----:-----
r bar o* *""' p-r cai^ae, maquereaux, saucisson, saumon en
wia fromig^ gruyre; p.tte grasse/. te de maure; tnaategue
"'urd Ol'b en terbhnc d'n* livr-; demi; 5 livret; tO liv.es i 1,2
1 id miede I ra.rqu Armo ir trs *uue de la H >p ib'-q.ie
* a Utaie fu'lle el ,ai' c MlJ*ns* Net l. Lait A raour Kvan
!' 'ce en bode; granul: d "> *n" S "; Beirre de table G
Kn li-21 vr et livre. But i'vB'Uiirau. Beurre H-ircuK tf'urre Lopal ex.
r am licamea, Cjnervee f *ncis<<8. sardi
,B'0 i
C !. illet de 1 ous ojariu l'bu le, h*r ot vert, sardine tb l'e.
Kll y
. vrooi
'firuii>o a so ti8, Royal lundi Biscuit doux, pir boite de pe'iti
ies l'huile, Sau
nbn-gar Sek, chiie
,,, Ht vie. >aus*ge W.ier, thon BWtOi l'uui e de ni et g-ande
nui manu l'bu le, h*r COC *"' J
le, Oigi 0"F. poumea de terre.
Royal lunrh Bisruit dot
. 1,.,-u au ia< ans cho ol l, au beurre, l forint lutte," Ne*
,j, I | niii e Faille.e inacci om i a boit" i(i livre.
I,. jtta ftaieuoe divtrsta coulenra Piuims, raai"*. v;o rouge et
ned Uor e fin.
ii.rmfiiple biibeoh frai;*.ae* t de la marqu- Nicolear, 'An zetfe
,f. rizH'd. Cacao ctatw, piyrermi i cognar. Cbery Brandi, bouteille
Vuieb"UieUa. buboi net Cn x*uo, Boidtaux Qaioa, Porter, Mre Ued
lijisl>uret tt nr. ei Al oth dtroi bouteille et litre, en leiblarc de
^Jmlor, quail t'egaliO'i 3,4 e gallon, 1 gallon, huile Marae:>le par
L%i Loii'ille n h lu-, Lidigo de luttes pro? aaccef, fil pelote
'CD*",t'. LP:Cti de |0U" 8 BUlOT-
Kl remarquez cet >, le Magitiu te ien loi jours & la disposition de
Lnrficlien *ce I* Capitale et ti toe ceux urla prxviuie et ils setoot
nia avec tes mmes aoios, la mme pio.up tiude et poli esse.
A vitaux amateurs
Vonb-x voua conaaitre la valeur
d'une Huile da Table. Essayez la en
Wjronnaine on avec des poi*. Si
elle rsiste l'preuve, arrosez lar
Rement ves salades de la iemnoe
aain'.e
Sv.ile, aver lea k bonne* nui, qu*
frai iaea, l'IJuiie de Table de 14a
dame Kdona'd Roy et on voua don
Dira satiFfaction.
Elle est naturelle, prpare i
peint fa'.s 'punition ihimique
un en trouver
Rue de Csars No 332 (ancitnne
maisrn [Jerard Roy, chez Mme E
douard. Peu n ci oae et Bue i
Genre No 15i& manon Dr Dor: ond
et Koy
Avoine
Prix dfi ml toute concurrence
Chez Alphonse HAYNES
Une occasi-n opportune el
i f
exceptionnelle
un
Chinese Restaurant
Angle Bue 16 et Avenue A
Vasie et cr;uft' s^lle man-
der o Ifs pli/S d fticile seront
ltlifitl. M sieurs lee amateurs
soutint! s usiler ltibliss*-
rnent et ne m*i q'jeraut pas. de
l'adopter pour sa propret et la
prnmp'itude de on aarvicc.
le i e'bre Docteur J. Alfred 4?/ai*#
1U racoi jnjsle Moderne
Visitera sous peu Fort au Pracoe|
De passifepar le importantes at intressaites villes de la R
publique Dominicaine et Capilaitien, o 11 a conquis la sympaUsit
cl's plus diflicle*. */ remport Us tromphts proli*siounals fas
plus 'onnants, le Dr Al! no peise venir fin Mars en la aooaa
ville du l'urt au Pnuceet durant un i ourt sjour ri* deux seiMiiies,
Il aura l'honneur r*e se tenir la d ip nitton de linielli enta papa
lai on du Porl-auPiinte-
Le Dr LFAIiO/qui possde pour l'eiamen de la vue, an ppa
rei\* de peciiou modernes et des plus peileeonns* prescrira
des C istaux Uphta-maliquea pour la eoirec i di de tous les dfsuto
de la vue. 1-e Dr llfaro h radicalement fluri plnrieurs millier 4a
personnes qui souiriuent ho ribkment dee yeux-
Dans les atdie.is oplii|ies du Dr Aifare,'il seffabrique teutet
sortee et mutes formes de verres, blancs et roulaurs et la plus
formelle ?araniia est donne au i l'ont que la formule kir eiculiQ
avec p-Version et ro upeteuee.
Plus lard. l'Eminent Spcia'ista indiquera la rsidence oA T*
rouna le consulter.
^SW"
M
anzer & Company.Ine BAZAR MTROPOLITAIN
Import and export
Nciv-York
Maison amricaine reprsentant heaucOup de Fabriques pour
net sortes d'articles et de tissus en gural-
Ule accepte des consignations pour les produits du pays tout en
anlde bots bLfice ceux qui s'adresseront au reprsentant
[la ma i? on.
Four toutes informations, s'adresser
Mr Max Bellande
Siul Reprf entant pour Hati
Rue du Magasin de VEtat
___ Avis
\ll sera procd le mardi que l on
tyera I) evril mil neuf cent vint
f btures du malin en l tude et par le
Urt itUe Molius Douyon, notaire
ic aux Cayn. la vente au dessous
lier mise prix et an plus otrant
Uenier enchrisseur des biens ci apr<
\piis. fusant partie de la liquida
i de la maison H Mueiubmiyer &
^pr$prtit ayant dessus une grande
w tilon ami situe aux Cay s
ii Kmiricains et du farap.'t, me.
*"l trente pieds de faade sur la dite
es Amricains et ferme au ct
ipvune ligne brise aont m$
'mesure quinze pieds sur la dite
d* Parapet sur une profondeur
Mon Cent Quatorze pieds et deux
"' nrrt la propu de la Vve
' "^ Angella t'abry, ancienne
a Lorvingion it celle occup:
aanqut ancienne proprit ton
I Cbmllier. Itlle que la dite pro
" poursuit, comporte et s tend
*runixept$r. ni r server
f* hypothque deux mille dollars
yivuHdra l adjudicataire par k
'.'* de l adjudication d<4 sus du
*Jt elle est l accessoire. iStle a
V"*nie la maison h. Muencb
aW VUr um t*opniti foids et
*"*"'><' tn la due ville des Cay e;
VPlaf' darms entre Su ma
; "farte Dsroutlhtres pour
"Piwtnidxans ses dots de
rl 'l*meub' XlJ dlk Puremnt et smp'e
tl^,,r/uv dicmbre ,9ai; si
n "tcuiwnn'a pas t rendue
*** 4ns l intervalle
Mes Antoine 'lmaque et Menti eec
lection au cabinet du premier. jh
au.v Cayes-
En vertu delaloi du 22 juillet tgi
den autres loi* et arrts relatifs a la
IhjuiJal an des maisom allemandes,
dune dcis on. du Co'iSttl dee Secr
taires d'Etat en date du '23 Septei*
bre l'lit de divr* actes authentiques
tablissant le* droits de la nutstni II
Maen hmeyer & Co enfin d un cer
flcM en date du 2i mars UNO de Me
Molus Do iyon, notaire atnslant que
le dit bien n'a pas t vendu au piix
flc pour Q/l adj idtcatiOfi, / mie
d adjudica'aire
Outre Ls charges stipules dans le
cahier des charges, la enchres seron'.
reues sur la muni prix de neuf mills
d.llars
Pour plus amples rjiiseignemenls,
s'adresser foe toolus Douyon dposi
taire du cahier des ch irg s au aux avo
CUt SJu8Scyr,8
l'o-t au i'n:i;' 24 Mirs 1923
Antoine TlEMaQUE MOREL
Maison de confiance
Biscuits Sunihine
Sardines au tomate Premier
J Saute Chili c
PoU blanc en fer blanc
Confitures t
Bruits en fer blanc c
Boissons yazeuses t
Jambons et bacons Armours
Mantgue pure lard et fteteVrc Armours
Conserves Armours
Th et cornichons Liptons
Cacao et chocolat Lowneys
Savon de toilette William
Nous attendons par ss. Gen
Hod Ges un tort stock de
cravates, verres de
toutes sortes.
contre
la
CONSTIPATION
pronom les
COM
SUISS
tam&kWdf
de DELORT, Pharmacien,
110, Kmm 8inl-Anloio
rAfxaa
C KST LE MEILLEUR
OUS PURGATIFS____
, ^oT-iavTJ-a**tza*ovD
Alx.PETnUB; PtnwM ALBSRTINI
PhantMi* 4m D- JnUn VIARO
i ioutm Um botinM Phmrinacil.
i*V,e$' V^nutestt dili
B T",eurt O-Searpa et A- J
-----v vearpu
warow ;9i,t lt8 dtux
A vendre Jrmie
Grande Pharmacie pourvue de
u nombreux bocaux et au'rea us'ensi
Kiia, 1 ,, dwedi s le premier \e de labortoire, ave" un solde un
rJrUamiiL!t cond la Sou r tant :e radiramen s, droguei et
tu res pr duita rtiiurq a.
piur r^nseigiiementa a conditions
.'adesaer au Cabinet de Me L H Je
et Uoeialle aux r Avocat N5 10 Kae d'Armei
If-effrit,
de 9ie.cy9t
0at le pfabli De vaa5 aaaancer l'udm de
ail
liP
vr,.,,."l( f*oinue) Emit Unis
lu.. l.L-q* dateur, de a mai
au*
lim
aAaxaj
r^auoai, cmtitu.
^H^^iiBW 9h::
8IROP DCSOHIENal
( 1 iMi.aiii.) m
Prtscrlt par plu* d* fcooo DocUtira 4m
Plui 4m>Drita du Monda aniiar daat
mm,, acuitiTHtmt, tmutn


M te*
**.

ffimni-Emidla maison L.Preefs^annggerholm Revue Illustrs et Vg
a. mm, p. g. suc w *
Patrons de mode
f L amincie
il
MiBlIH
tfSfUt
.y,< Fonce en 1850

Produits flitrquRs dr* mpil-
.f ures Usina de France et d'Am/
f que.'
Oire Dr nlif ice Kolin s
Parfunceiie. franaise Uam.i
caine.*
Pelrus' Htnfl -Stnriv-
Suceessor l ALBERT1M WaLD
Tsiabishad 1860
Amriran &(4rfnrh Paient \U
dicines Bfst chpnriic&ls Irocu Eu
if pp and the sites.
> xnon pifserifiions files,
Fieneh k roerican Perfumed
Toile Wfltim.
Ge! il a Petrus'
Phaimacy Gr*Jule of Tf-mple
Univeraity, Philadelphia, Pa.
r
vient de recevoir par Je dernier Steamer
vn bel assortiment do:
Chaises pour Pureaux (n /ripr.nssise lois
fouinai tus pour b'i'eaul
< n acier, ofisf Iris
< Icuroanlfs pour mari rws < r-
ff (V df*, i.aisc lois
Tali'cs de lon'ei . n^s a Iciire avt-c ou sans coulisse.
Ces rtf tes sont d*nne so'di et dune dura-
bilil smis pire lie
Venez les voir et vous serez satisfaits
Assurez vous contre LE FEU
il dressez, vous la plus forte compagnie des E.U,
LalIOUE INSURANCE Co de N.-
ageiit gnral pour Hati
Eucf. Le BOSSE, Port-au-Prince
Pro (gez vote M. i*6r, votre Magasin, >cs dpt) au taux le pi is rais nnable-
Aucun Irais do commission ni de courtage payer
___ Pi .toSfigaeZ'Ynu* sa is f a par corre-pondanc> oa ve iz dise lier \o re prcb' ne r.hn
Eug. LU BOSSE, 95 Bue du Quai
mm
ARTICLES FRANAIS
La maison Max Monsi
Rue du Magasin de VE Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil] et coton
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mou hoirs de soiej
cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
Champagne PEPER HEiDSIECK
Demi sec et hrut chez
EDWABl) M. MPUiLL & Co
Portau-Princ
rA
<*
**
Voyez-vous ces belles Damer, voul.z-vou, a re fu.w
Paul E. Auxila
Km iIu 'X1"d "'" t l'Etat (t lraversitr,\
Ou vous irouveicz i. s XlSaUS le U(Ua i, i.
il nous d nue. vm C, -l.^.i.i de Mode et vous vnrfr. ,
Muia a wb iota u.:e CjUPE impeccable fa lfll
' fs. ts b a, foim do ih-p. ux. paituiuenes divers* h-
fobiicaos; Ionique 01 rn-tle, ncouh-iom Pnmm *"
Po.aai.d K.celleato, Lotion 'iWtNT^88u,^d^n^,
rtfelOttt, rnu^l.aut les dmet- utani a.apiM||
i ne vis e nom e i* Maison p vos en^rn Bavoir-,
\o,* devez porter, disparaissent. mr*1
':
La
maison
Veuve Barbancoi
a rei

Kiil! '
.
yjIi^IlHaBBBP8ajzllllll.UillWLft-l IWf
::/

JIVIMMPM.'V*'-
'* f W '

yg?M-.,:- '
^^
TURKISH
etcMo
CIGARETTE
LXCiPTIONALQUMI
Pharmacie F' SEJ
Angle des Rues Roux et du Ce*
2 Mdailles cfoxeort E*posiion de Bruxell1
Laboratoire de Chimie Mdical*
Dioguerie, Produis chimiques et pharmaceutique
Spcial ns l'i tnaises et amricaine.
Prparation de toutes ampoules mdicamenteuse! I
et injectables.
Spcialits-. Srum rvros'hnique simple et 'erru
IodhyJrarg/re. Srum ue Morard remp^antWr
rralcifiams de Fe.rier et de /fobin' ,,
Il.y a toujours en stock : Nevrosthost* Snop pedfl- ;
Elixir de Pensytvame.
Lpisitaire du PREVENU
Reprsentant\des Laboratoires T1
L.ICTIFERM.- Ferment lactique, contre tltectioa V*
naleg et cutanes.
[ UXAWNB,-Sfcifique do la constipation;


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM