PAGE 1

LE 11 Al IN Nouvelles Etrangres 33 Mari Pour !t France la question fa charbon est une question de vie on PARI) — A i ih ambre Mi lenifi de mer*. La Franc*ne siu-ait ntsii* BCOornt j,i : 'a question d'excution dre inclS menl la -ci: io i q il i ea .'M uai' de V. rsad'.es et dit q i-il po.e.'La suite d li UISCU Sion *$• i '..prcitcra incpoc attnuation dts renvoyas a d msinBSSctions Relatives JUI infraction; PARIS Suivant le "*el t u r na' (OfflmtSSS par l'Allemagne II est d'e gouvernement p Opoie ait e nou n CDli que le prcdent giUverne< elles int<-rJ:ctio-"di'npo l o ms-o rr entait autoris Allemagne a viter tamme.nt le; fruit-, le sucre, e cal, ie dsarmen ent prvu, le etc. o et certaines conserves t w if Aucune domination d'tilecM's ne .j intue n. foi constate. L*S organisauons de ; Le |oumd annonce ,o*ie Miyer polices furent mme tormesen voch g d il .ires allema'H se rei Jation frigraate du trait. [dit dans la soire au Ouai d'O: Us invts'iga'ions durent re 171say et iosisti en vue do l.mir l'anrendues par suite de la de;a;c eagres lorisation d une int-tve diaa dias le sien et du coip dlfat. iBi>-fn A?J\ Rj.hr. loch saisit les allis de nnction-! BERLIN La dnits'ondu Cib'net l de garan ies nouvelles. M (leran.i serjitdue la pre>>icu *le U (tiers* ajoute que Us Allis n'autoriseront tion da travul mcorrejt* de l'ibi p.s le Ifsnseo t de troupes dans la tuJe du fjouveni.'m.mi'dejui.' son zone neutre de ia Khur puce que remords Stetjtrd. *3 Bi&M ti BQQTT est un puissant aliment mdicinal qui par lui mme contiens tous les lments ncessaires i pour donner la sant et la force ] Prennez-la pour vous convaincre. I m t Ion a pi l'assurance q ie ces lioi ns qu lieraient la zone apr :e iUbliisrmerl de l'ordre. la France a le d-voir <* t 'oit d aiLbeit confeu ave: 1 partis Les pourparlers raient amen un %  ** he< des ; uqu'il est indispensable; w* l'Earons reemattiH le, go iwere nent de 'a t qui dur dep ;is ; an. Cichii tait la critiqua Je h ooliti • que.suivie pir la Tarqnie, Pais parlant dfe l'A ,u magie il dcline que !:he: d Kipp montra q.i* lil; lmoerstmus pntra dan; les misBf't'rre letifirsnt SOSii'O l-Pmir d Cilicie. Monsieur fini i... i _._ _•__ ii _..n — i — - %  %  !" mi %  set et demi ode *u\ Alli* d* laisser I l %  I *S '11— I '. "Li rvo'.utioo a. le m in Je suivre, soi sensex raporo.be %  d ., xi Wh f mec entre lis mtjo lUivra et ht in-\ mnim9lm reoarali3a h s et la oietlielchind Sel dans une gtra voisindO Mfirlsseatlon du trait ••(lihtiai dpendant. Sooa 1 journal 'olBL, Ul d j \ U aL L -s bmd.ts auraient t tus. I d- ver K 'ne, maielle'ciers remireit au C'n.^il excutif r J !•" w 1 q-.i e'ies considrent nulle sa pro:lama'ion de Roi de Syrie. Le Temps dit que la riSUO 1 ne rourrit en Sy e comme en Cilici? Aucune intent on de conqute ell dsirs uniquement lre mandataire. PARIS— Les Journaux consacrent un: lar^e place a la dramatique arres tatiou des bandits automob li-les Occups piller ies wagons de mar irnuihta de argis • Isspnl d'. vssg'aoef! mai, li^ru li jujtice itle rep dw| ronge le Dniibourg u;i ulti lia'um ^ K*gmen>Si |eiigessl Pvtcastion Milieianl ne repoussa pis un co' la zone ne. I eItborilioi :or>omi]ue nuis il insia] NAPLES La greva d?.' mata : pour qss l'Allemagne fasse preuve l'ei prend de Pcxtenstor. Les grevis de bonne toi. I t es rentirent eu collsioa avec 1 Li situatiou e-t trop grave poui 'troup\ OJ s ; gnals de nombreux ouc ies allis puias? la con i.Jer. r b sss o'ofl regud inJiflreot. Mil'e.randl BESLIN ia^pell'* qne la survivaoea attsst'c le 26 mars Le Cabiott cljmisjionn^ tu rcilitirisme l emand constti* l'AKIS L : n rnonse li 1 tire di jour la frrsncs le pril le plus graj'e Mf Artaud pisident ie U chimb'd e rril e^t eg 1 pont ks u'tis de commerce ui s gn l iant la litude p tons j rue!le le 1 Espagne i l'gard dMilleranl ajouts q '-le. que soi M Tanger qu elle irsite comme eofoaii les que ton* souleves r au maintien des droits du Sultan ce rttarder le, rsoloiion invitables, SLT Tanger quand couvriront les n Les dclarations de L'ry l Geocff^ g >cia ions rcUtiTes au s ilul sp:ia hier .u Commun s gtrsDtisen< qu p;vu par |; Irait en faveur de ce.l res retolut'ons seront prit**. Millevie et de sa zone. iaod conclut que U$ allies entenPARIS A U chimb e oi ro-tinudront l'opinion franaise )a\ est Dna la discuss o i "d: la po ttqje ur rxiitrons amm ut, mais i!i ; g.r pplicatioi da traiti de Versa 11'rop tard. B und ajouta agi les. j'ti.s ae h Francs soat c PA'US L* Chicago Tribine avant anno-ic que ls g'nera Franj ch t De perey et ut relev d' so 3 ir des acc;rJs. Le go uv* ayant d.rn: lui le Parleo^ utier do t ilroier avee cupat.on de Scutori et d Albabj par|to nmandemeet des troupes allie; ^^1^ f/jj^im^ le< troupes Maliennes iei liquie et c miaulerai d oj K n BSBUN — Les synlica's ouvriers-mais les troupes de l'Asie Mineure P VRIS— Le Petit Paris, s'arcarderaient ave; le nouveau c. t: (Film par ' Pcuitlfds ) Mais cette t'ois, ?A n'tait plus ponr Stngte, il Hait inaonsgible do recon reprocher sea fl's d'avoir rUHI nai're elu. q : quelques samatnaa l'exrotion de leur tache. d'*voi auparavant ta enco un d^s manq au serment qa's'ls avait, m atres de la Aianc* un 4ai plus exi^^ d'eux., ei de ' r j SCaftd i1 opulents inarcbanda d'or de laa la route RPng'ante qu e le leur avait, pifalf • elle-mme trace. An co trair-, nne Une barba 100.1115 Snvabietoit ao.i soitrt> joie f'roce fatsuil bl tre soi visage Ses cheveux hirsute re om HUITIME PliOD LES BOU hiBSAtNSDU CrATalAU 1-t UGil CssM ile^ sswse'fs prcaenLs luJe*.SB ion vrjl nolu I' i"'-' 1 -' 1*1 • tilnie Uc tl M peiii-lili du bin^uler. M*n h tonrlMse * %  • T.iam* tr. wmia napvtt 1 B Dit |.!cum: n Roetr. qills I" .ivuciii juti ac icappa tvimat, J^^J^* !|, Si karpte. iijn il'iiu bon h MIN: iln — J- VUIX — M.Ve! I ,Lui? le voit ccenr de CorseBiem'. nallui-lle p* ass : s v\ au ipsctscle d* on enn*sal isrrs iiniinir vivant dans un cachot, ton rien u monde n jourrait 1^ frif foi'ir? E' elle sentait en elle la rayonn ment di plus terchle doi or ijupiis, U %  •i>seqo*']ls ponTslt enti 1 c'smsr ce misrsb e, tffx dr devait tlle : — G est moi qui t'ii bris: mon ton .' Lorsqu'au lointain, les ruines *< lestuenses du chi'ean, qui dominai la valle de li Sema apparurent i ses y*u>x. un s urir* t'trangc air mir H iSvtes. Ella lonchalt au bi de son ?Ofa. prts jrivre l'heur. I* plus tormii'b'e |Hir-otre tre 'ou es' Une plainte i essant 1 a'veil e en son civsauei lo qui commer'ii. en un s tufil-a pour S s mi os abandonnent ses devenir bientt une soi s mm sourd,, d- t; doit Unir,, et tille, la jmii:ij bas, itiendra souvent., trs se repatre de co spectsclM Voit-il sealemeut celle qui hterpe'lo et le contemple.' t'en -tre .Mais aucun souvenir ne u ie. 8 |to tre .'recaei'i.r avec la ilotes intan la lente a; MIIO de sot) 1 |eoraptet', av c lui Ui mis torts de rugi:toux U les ramue vers sa poit ine..' d9J ferveurs les pi odemaet rau en une suite deg-s'es rythma simi „. dd Be8 | evre8 pp*it de se.* isires.. tandis quil itnjrima a ad 1 i n „i, J,^..,,,, ', qu-, ellVayant s'chappait de se.* isires.. tandis quil iinarima a au 1 j 0 oa (i 15 ras^e ctio in lvres, rraujffs d 4onms.j L'osil 4 ait bu?ti un dodelinement rgulier eti (ite, blanc, atone et les mains dequ une sorte de b Jimloau -m KI na n :;r,ii<>> t obs'iamsnt crispes sur Htllard sOOOOlpSgJS eatts atro:o pan les g-nouit, pre.-ijae ramenas la to nime tt voil que tout coup Favraut — le rooa dis ans |s veut lu voir..!ne ce*su do'-s. v-r 1^ .iso mi 11 Conduis iiuo prsdi i n JH l'oiiin (Juel sel cet .1 nu u ? in eirogss i.'cs' en ces leniH^, (••osoc-' j l a feni-oe e %  nni • avec nn ccnl dftpatd fnmc|j*| J odes rpondit snae't : ^,umsdama d Trmenae avait les 1 'art, e h P e.iv K ] i" pos •^ voioii ^ ses tiiUsir t la victi 110 Jacques et Roger n'avuen' qi'iusot devenu son g sHoSir. Qif'ejuao Instan'a ac 1 Me natjtt^ol - toiOobHe HVC l.ur mre poir lo Cbiasu-Roogs Durent uit'e •'! 1 madam* os Truinise Hem^i"" -1 fei-m^e dans la plue traotq 'e daa mantttici'e Aioei, eiln Huit aolfonve 1 S da Kv 'i"', n 6lie r Il l'ex r autant que nous le huis 00 %  Non pouvons compter sur lui COSSUsi IV nous 'Uui >. CotnniS ker,ean s'incli iait rasn'C tiieusement devint la grand* dam celle d repi it d'une visfiuoiUssote ; Kl lui ni es -.1* — Venez ma rare, reprit facquef face de cet iio mu .. ou ptu' de c* Ion conduaanl sa mre JI-IU"IU nnnBt p, qui, vec la ci 1 u -• d ou u< rota qui pefm 0 tta|i d. s 1 vra 1 iirre, ev't jad a si |tfS)UctUement.|tonreusemoo tous les ouvemeuts ul'B on honnenr en picen! du B*pt4 dans SS 'ell.lie. Touts as ide de v • %  m M • L lillo d^s U &iu ne pat rpri instant apaises par l* b terpj pur m r un nri de surprise nu petit Jean, l'empoigns-eni dl Un* l tre ta, resroquevili Dcuvssusur lui BjisjM 6t gissul Sir uq ht 4i Hauteur du moiito.i. Lui!.. Lui!., rptait msiame Je Tfmeuse qui n'aurait junais •ouooonns josqu i (juel tat da de* 4-adatioi physique et morale peut tomber uu criminel qui est incapa -ni de se repentir et se voit tout coup plong dans la plus alTrease ies dsesprances. E ponrtuil cette vision terrifiante 1 sulli. pas JMII 1 Orsini car s^ 1 turiiani vers J icq 1 s. e lu lui di rtiijoura hautaibe, imprieuse : ] | Je veux lui parler. tfaive&jioi liaimple nent .1 iles* Bt vort q ie tout a coa Pe vraot voit apparatre devant lui la Silhouette nnposan e. aJfisVs de U •lams en noir, de la cratura tant I •-; %  •, do celle dont le refus iodi H-i la boulevers au point de lui faire comme ire Is plus lcha et la pi is o lieuse des iiifaine3Elle s'avance vors le misrable., de n'est plus nos femme qui perle, c'est la Vengeance elle-mme qu lais 0 to nier ce; e simp'e \ fer-ise I <: 1 rauuue Ou* la voulu cottttne un cn 1 de ju ilice auptme, co mue un) v m de 1 ni-iel : — Faviau', me recoaneSS /.vous' Le btnquiei', lentem ut, relve la 0* • roule hUiour d-i lui des yeux bsgsrds. Uu hideux sourire erre sur B0t lviea. aperoit un morceau de chane lucrustj dans la'murailleEn un geste -1. : % %  > l. il s'en enpare.. il lui sou 11t.. U lui parle., il le caresse.. — Il est fou'murmura la com'esse D'un fteete ehe indique a sou tilipi'elle veut qui ter la callaleElle le^a^.ie le laojtatoir., et vaincue par l'motion que viaot d lOicattS! l'pouva:itable scne, ail se laisu 10 11 m sur un tau;euil. tandis que l i.l.-\, d'uue voix re pac ueise et tendre, lui demande ; — Ma mre, n<; sommes-uous pes assez v-'ug^s'.' Mais la tille des Orsini ne rgon psi i. le songeG est que. pour la premiro fois de,m s la mort de son poux, I implacable femme, place devant la ralisation de ses formidables dessa ns vient de se demauuer &i la va ig-'ance hum une n'a jus se* h ni:e. Mais deux visions se suc:lent et e.te; la premtSte, le bmireai si s puie, le m titre chanteur I-Toce, l'assassin moral, avili dan3 I abtis seuant le plus absoL'. soiuora-.t dans le plus iguomiuieux djs lSMtrss. Le econdo : l'tre aim endn dms so/i cabinet de l avail. ti^ dsnf rmnnbiu.a da u mjr vjioo.'et lui dit d'uue • de joies passes et |arjotHi Madame de Trmsuss El e va retourner au miroir, revoir Favraut, tre beoi souirre eocore.qu'il aouffreU Viais elle s'arrte., il J|: qu'un hiissr bien doux si deurer san front., et dansj iiviiie des haHucinstiooti pression qao l'enfant de li| pitu-is de son ennemi, taj approch d'elle, s'est iras et qu'il approcha ta' eoJre de son front brillf" L'vocation de cotte 1 ie, survenant au moiney U el'e ne pens9 plus qa* 1er de si veugaance. i! n trouble e range.. CM r 11. -lie n'avait j.isjualoria ira 1 • ve g^auce aaj .orte ueciiseddinysiiilM' /lus fort que la haioa, uo^ nouveau I envahit., rj loux Ui beaux yeux leannot, la pnursuiran^ ohane son oreillt:*'"! memb;asser, maJa^ d . ser elle l'a accept-J' 9 'J N'tait-ce p-s dj as N't i-ce pas d jaune prJJ pacte entre elle et ce C larmes montant *j .ceur na bit ulus de 1re. M tigr ce a. eiw/ m.roir. ehe *'"', m iitenant semble bart*, pe.i, aans ses bras.. Aj dsarms., elle seo va foUtr 9 "!



PAGE 1

-- ntm ha Maison de jlr Lonce Fils-Aim i\uc Iraversire No 312 f jt [e plai ir d'aononcor ses nmb eux clients on U fient de %  „.nu BMortiœent de provisions, de la provenance da tautea sortes l f ,\ |ri t t' de la Se,naine ^aioie. Tels que f articles suivants: [c 1 iieMe' P 8i8 J 8e 1 P ar nvr ? el dernJe Ui Ueaucau de 40U livres , i/J Jambon. P ed da pork, sauuooa en saumure, t'.e da porc, lan-ue %  %  icUueue de porc Mess porc Museau de po c clair porc Haraoc e IH K noaaaurg Dar caisse. maauer*m saucisson, saumon en -• maure; mantgue 10 iivi.^ 2 t|2 iore f* 0 1 8BU !" par C8i88e maquereaux, aauciRi oi'rwn, fromage gruyre; patte graasfp tta de m • lind Wob en ,arb,anc dund ,ivr> ; dem; 5 livres; 10 livies iA ,,i demie de U raiqua Arraour trs rpute de la Rpublique en* ma.i*n fainll,e etc u coude 8 Nestl. Lait Armour vaoored u cre eo bo le; granul: doini.ucan; S .gir; Uaurr* de table Copao rltruu l|2 livre et livre.iurrj 0 rie Chose et Bue du nen.re No 1535 nrieen Dr Domoad et Boy ir-eiBtu ricaines. Conserves franaise?, sirdines I huile, Ssu dlbui-e, C'W'i l'eef, saucisse de Vienne; lia nbu-g^r Steak chue nlioio^i stve .Sauaagu W*ter, thon marin l'hui.e de ni et ^rauJe ••arm . 1 huile, hir c >t vert, sardine t\i .le, L il t de IU-JIIS iro i. vernu^le, Ognom. pomme* d* nrre. eu it*5oJaa>sortis, Boyal mocli Biscuit doux, par boita d* pvis ils, nuauit au lait, aux ilio.olats, a beurra la farine lacke, N'es lipho*. h lui" Failiie maccaioi pa bo.t •. i\> UVIP. priiw* lanieud div rses couleurs p. un*s. raia.ns, via roue et mede Uordaaux eu g os et en dtail, rbarn, Ciairin, ufln. Pireiemi-le busson iranaises e< de la marque Nicoleao. Anizatta lieBnzatd. Cacao chowa, pi^perm ni, cognac. Uiery B-andy, bouteille | Jeune bouteille. Dubo. net en zauo, Bjrueaux Ouiui-, Porter, B re lted Vluile buret et Martel Al otb demi bout.Mila et iuiv, en terblanc de U talion, uait de gallon 3,4 de gallon, 1 gallon, huile Marseille par lutt et bouteille en Indes, Indigo du ioutea provenancer, fil pelotes cbue, Lire, fcpias de tout s scites. t remarquez cec, le Msgatiu te ientloijurs la diapoaitibo de jKiclitnia de la Capitale et tar.t de ceux ue la p ovinte tt ils serout bu avec ea mmes soins, la mtr promp itude et poli.etse. ail; se runira demain. La G.i II: 4e Voss d t q :e les trois tac siocialistes dcidrent d'envoyer lnisuires pacifica'eurs Wesel | les treupes sont continuellement fes. Hlles durent excuter une et infligrent aux troupe* rou idts peites importtes. La girni i plusieurs ol6ciers. RL1N Le gnral Ludendorlt tJQur toujours a p sider Berlin ~"N Une bombe clata dm ; iw'omo ile occupe pu cinq Mis don un mijor Perlug corn lis dans l'aven urc de Kapp. i tarent tus. TROGRAD D'ips une m te :otcioile les pidmies dues a %  nide ent Ptrograd en | in r dernier 40,0 JO victimes. ARS0Vlb L'. gouvernement no faux Soviet; qu il tait prt a n ferla pa:x le 10 Avril Oa conSr fqlalx>nlr B: de la paix sic 1 ISia Rrni ie 10 \vn! ROME La Chamb e italienne fixa f5.ooo l'indemait des dputs. A M G E Avant-hier runion de l'Association des MemDta dul.orps Kriseignjnt en Assemble genraie. (.oniomiemem a l'article JJ des Sutut* une UonmUMien de trois membres, charge de contrler l'approclie des lections la Caisse du Sr.ff' " • M Brm e tllc csl compose de MM. A Boisson, K. Uestouches et A. Isidore. L assemble entend ensuite lecture de h lettre de dmis.ion du Dr C. Pressoir, trsorier de I Association et lit le conseiller H. Chancy, trsorier, P. l'ayau. conseiller. Uiverscs modiheations ont t apportes a certains articles des Statuts gnraux de l'A M.C..E. Il y aura deux reunions d'assemde anral les mois de Dcembre. La sance prit lin 2 h;ures. Collge Saint Vincent de Paul Les parems des lves et les amis de cet tablissement sont pris d'assister une matine scolaire qui, conlorinment a un dsir du dpartement de l'Instruction Publique cxpitmi dans une circulaire^ .'Inspecteur des cales, sera donne Fari.iana Mercredi ;t du courant a 8 lires prcises Ju matin.— Il y aura rcitatiou de. posies et morceaux classiques, chants, prjcla.natisn s compositions, esameni etc. Je ce trimestre. Un entretien sera prononc par le Ur Dbrossc. Le Directeur. llorstiu* Lavemure. 'aita Divers GEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES UbbEHVA'JUliih ^IIT bLMNAlKb COLLEGb ST MRTIAL [W!;r 2 ^ arsi9 7 637 [T œ F*n.,e i DimUm ly Miximum M i L^enne diurne \\ fcf."? nuif sautua> ;J5JW l'arrs midi. I0 *t'ie censtmt. I. SCHERER •ni nd r Faubert i Nti.YoJ e Consul Qin,a] •unifr A%  h'""ur de sa ta lie Ch?c, d,s,,ngueslui ^ con qil i, .oChangement d'adresse La Pharmacie Parisot l'honneur d'aviser s-s clients qu' partir du Mardi 1(> Mare l'JiJ.elle est installe au No 1026 de la rue du Centre.nntre la rue Bonne Foi et la rue des Miracles, et qu ils y tiouveront toujours le mme soin iana l'excution des ordonnance et le mma souci de leur plaire. Le service de nuit est assur par Mr H. Pariset pesonnell ment. Chioese Restaurant Angle Rue 16 et Avenue A. Vasie et eorjuet'e salle manjrer o les plus difficiles seront s^lisfjils. Megtjeuri les a mat eu ru sont invitas visiter l*tablllMment et ne menquerant pas, de l'adopter rour sa propret et la prorrp ilude ce 'on service. fil Ci. Grand Rue No 1813 Une occasion opportune el Avoine Prix dliant toute cona rrence. Chez Alphonse HAYNE3 caa %  fENTgRiTES i'. MALADIES GASTnO-tNTESTINALCi* Dlurrhec vcrtcj*inourrlBiionr. l Eutrltc muoo1 menibranousc, tuberculeuse; Constipation, I Accidenta nppepd*culalrcs, Fivrti typhode, I llaailiosulaPcau.Acn.Cczina, Furonclon. iu a I GUCRIOON CIRTAINE par haSft lie 1' iPLDS PUISSANT &NTISEPTi( uni Meroore ni Calrr* lialtum a "> %  .t i ,.t.i.irrft inltiilaale I* dON (1* 'O 110O pcultov p jd'ANBODOL INTERI dans une tasse, de fleurs d'oranger. I &' e IXSlOUOUdO. Hue Coa ioi'jut.r. Lecclbrc Docteur J. Alfred Alfaro lUetraccioniste Moderne | "* Visitera sous peu Porfau-Prince De passagepar lea importantes at intressai tes tilles de Ja R publique Dominicaine et Cap-Hatien, o U a conquis la sympathie Uts plus djfficle, tt remport les triomphes professionnels les plus tounanlfl, le Dr Allaro peuse teiir fin Mars en 1a bonne >ille du Port-au fnuce et durant un court sjour de deux semaines il aura l'Iioune. i de se tenir a la dposition de l'infelli ;ento DOM lat on du Fort au-Punce. Le Dr ALFAIiO. qui possde pour leiamen de la tue, dea ippa reils de peecinoD modernes et des plus perfectionnas, prescrira dea Cristaux Uphla'tnatiquM pour larorrecion de tous les dfauta de la vue. Le Dr Allaro a ladicalemeot uii plurieurs millier de p isonuC qui sjullr;.ient ho lieleoient des yeuxDans les ateliers opiquea du DrAltaie/d sejfabfiqua teutw aorieeet toutes lormts de verres, blancs et couleurs et la plua formelle garanua est donne au client que la fermule sera excut avec prcision et ce nptence. Plua kr, l'Emiuent Spcialiste indiquera la-rsidence oa Pou rouna le censurer. BAZAR MTROPOLITAIN Maison de confiance Biscuits SunUiine Sardines au tomate Premier ( 8oif.ee Chili t rj Poi% blanc en ferblanc t Confitures c truite en f<-rblanc c Boissons yazeuxes c Jambons et bacons Armours Mantgue pure lard et beurre Armours Conserves Armours Th et cornichons Liptons £ Cacao et chocolat Lowneys Savon de toilette William Nous attendons par ss. Gen Hod Gesiun fort stock de cravales, verres de toutes sortes. de Ma s lier, c'est M ^ %  *Bd nri em ,l0 y* Publies.\\. fera*cup ^*riRp*' ,S du Sacr-C*u. ?*de vei. iro,sse ^ ^kv,r ame f,e M V aura lir'eStS 1 ^ e P" les prpara ,u t,e a 'e plu d'ici.t Viennent d'aniver par la dernier Paotasa. Al'CPd Snokad Salomon ( sau mon fum p-r b">i e ) Smoked Kl*. ( angnilleg fom4N par oilea ) Heninp hn-enga d k'cofi fe prlivre, Souapd Salmon, saumon marin nar boite Epice Herrio^: Uig ma ks harerijs marin par jarre Nieuran haiu Sourisgors cervelat t Cloclnna't par livre HetiinK in fomaio sauce HaffDOa la sauce To matp l.'huil* Dorrt, VloaJgra par hou ipi'Vg PI pp|'on Asprgfl ( liobcoule fœ r n titidiai >a pai boi:e. Olivs pur (lacoo etc te l tt ^ be Bn ;' ,8er c


PAGE 1

** t*,< lV „ i %  ni im i n %  /1 aru acic Alhcrtiui-EwnU MARTIAL A.rFTRT*. P G. Suc <• &f Btfir Fonde en 1860 Produits chimiques des ml| .PUIPS Usius de France et d'Ane fique! 'lme Dentifrice Kolins I ParfuiLerieJ&iiisti u an.c'ii cain. Pelius' lliug Sion Siccesstr l# AI BEUTIM EH A II) l stabished 1850 Airfrirari ft**rcDcn PWnl MP dicsiifs BPS! (huricals tioui Lu icpe and the si aies, ^neriran piiscrir..iirn fille?, Fren^h & meneau Peifutued Toile Wa'pr*. CM il a Peirus' Pharmaev tiiadiiate of TfKpk Univemity. Philadelphia. Pa. AUTOMOBILES / 1 louer Avis important le Pub'ic rti mfotm qveU VVftrt*i lav'fi'wp lui on ui "lt d c un offre f-rovtoUti P\it ffif prime 1" 12 Hue du Cn trejk dr la intutagri'.C dt$ ( lt lu htatlotifiqucs. Put au rrircre 4 Matlif'QQ. Le prtidftti d*la I emi'et Pin iat mis lntotptrottd, Jchn A UJUIiu*\DS, Courses en ville & hors lie la vi Voyages Finlrieur du pays. Pour les provinces et les villes de Slo-Doroingo : Puerlo-Plala, Santiago de los Caballeros. S'adresser Chas. STEPHEN IttO.Q and u ou Avenue C < I bfqp Manon Suiilb tailleur on n ftaw d .. IL. Iireo^i" A. .. Lu.u e Ifrw (Jvi r Avanu C&URue21 > Tlphone &** Revue Illustre el Vente Patrons de mode r lM4 ARTICLES FRANAIS La maison Max Rue du Magasin de VE'at Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil SYViettes damassies fil et colon Nappes coutils matelas chemises fantaisie pour hommes Parapluies, moue hoirs de soie, cravates nœuds et rgates assor lies, Gilets de flanelle. Voyez-vous ces belles Da net, vouUz-vonse re lgiae*i smartea ccnirne elles ? /L'FZ CHEZ Paul E. Auxila Rie du Idag Stn de l'Etat el '[ravirstre i O voaa'rooven z i-s TiaSUS u p ua joli* ot piusnoow UI'UANS Ifs plus a piopnea ei U un choix rareIl \ous donneia on C* ulngiiii de Mjde et voua vendra le m iMurera voire lobe une CuOPE ia peccable. loraeta, b s, foitn'.s de clup ut pMiiuueiies diverse) di fabricant Touque oritnitle-, Tncoph-ioui, l'oiumadH rnceilti Pommade Exeelienlo. Lotion I HGl .NTKfc, assumai a ia peau I et vtiQJte. rtMuphca.'it les ci met • i ne viai e dan* •' Moi^on VOP nr %  "S. P> ..-.'.' !!L! Champagne PIEPER HEIOSiECK Demi sac et hrui chez, EDWA1U) M. 1U1MIFL & T i0 i 1 PortauPrinc \ Pharmacie Fm Angle des Bues Revue et du Ci 2 Mdailles d'aigen Eaposiion de piv*e Laboratoire de Chimie Mdi*| Droguerie, Produ.s chimiques et V****^ Spcialits fia.a.ses et am nca ^Ls, J Prparation de toutes ampoules mdicameme^ et injectables; m Spcialits. -Srum nvros'hn.que simplejn lodhydrariyre. Srum ue Worard rempg. rcalcdiams de Je.rier et de itob Il'v a toujours en stock : Nevioslhcose MW i Elixir de Pensylvame. Reprsentanides Laboratoire Bpisilaire du P r LACTIFERM.Ferment lactique, conlre *il*d w I nales st cutanes. UXiPINE-Srrique de la coD?tipstloO:



PAGE 1

tissa g* mr '* 7 r^l Pimct,' U-Mi l'arJ* 8fl iiar* KXL DIRECTEUR PROPRIETAIRE Ueniani-tfOLOIHE U MAGIST RAT COM MUNAL U NUMBRO 1 5 CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE PO nn Un 010 DEPARTEMENTS ilJnœoiV G !H | roisœ01 1 CTRANGER ItcliOOi 8.00 I .. n vres soit reues au Comptoir U Kjiu! ^ Publicit, 9 Ru- Troochet, IV P !" ? ji 2i. Ludgate Hil, Londres m %  .!••i Quotidien Tche de rfller ta conJutte deuiauire n'avoir pas besoin de recourir la violence. TELEPIiOSE i l4s Le lire de Paris Crature de luxe A la TfOpisals Bvue du March Correspondance spcule au .MATIN* [tcln.iis l'autre soir dans un grand uorirtspcialit de poisas plus Nine*" blea dommage, chre *' Oh I Biod U i!! n (st P as Pour viter de Induire eQ tentation, mais tout %  'ment. lcn 'on, mais touj %  ^P^e^'iliw changer; Plus l'toffe devent chre o!u; en la prod gue Ni I s plus srieuses nison, ni les exhortations les plis autorises, bases sur le bon sens, ne sauraient apporter un soupon de clairvoyance dins le domaine d li Fautait'* o rgne la Mode. Voyezvous, mon cher.il y a ch?z nous'des traditions de got qui demeurent en quilibre mme lorsque ce got aft cte d;anddle ne sera ressenti que par ces bonnes mes lalotesquon appelle des baies . Mais le dshabill outrageant etdlicieux n'a j mais t ("uns leurs habitudet Et vous-mme, j lie madame,]: vois q te vous n'es point touche pal la g :e, ruisque vous avez adep r un compiom s entt votre loi t vol gots moi d*in. f en recourant au uibuo.il de la pni tence pour vous ab-ouJ-e de ce que vos i.i-leurs vous xleidsent, sous peine dpch, 11 que vous considrez malgr tout comme lexrrcice de vos devoirs moudainEn vrit, ces arrangements sort foit commodes le doute qui's soient conformes aux prceptes de l'Eglise... — v'oyons.mon cher, ce n'est pas rritux : Avez vous lu la B b'e ? Vous devez donc savo ; r que, chez les Hbreux, les jeunes iilles dansaient, aux tte religieuses, des danses 1 sciver. — Pail-iiemer.t! mais le Christianisme a chang tott cela. — Croyez vous que la morale y .-•it gagn quelque chose ? Il n'y a pas de danse immorale, mas d s faons de danser immorales. Aprs dna j'irai, avec mon man, dinsun dancing, et p tangoterai , et ji f foxtrotterai et je t stepperai . le vous assureque ce sera saas pense sensuelle pour aucun lnng'i le n aurai aucun dsir.iucune tentiio'. |t ne commettrai pas le pch contre lequel fulmine Moaseigieur. — O i\ mais d aut es le co nmett ont pour voui Lt vue dvore brim rveil era le fameux aoi-nal qui, au dire de Moittltt, somm-iile dar-s le coeur de tovt homne Vous serez l'occasion du pch, de h tenUtion. C'est cela aussi que l'Eglise a voulu interdire. Et voyez, li voci d'accord avec les pouvoirs pub'i:. Le mmistre prive les danchg; de ch rboapour droura^erleidanieurs et ohtigtf lr* D: | M dam.'S i se rtif moins sommairem; t %  — E t vous cr .y z qae etlt n?us emD:bera de cdatinotf f AU >ns dooe : U n'.-st ni< de pUs-r ?'*,s doux Que edui aif-il taut fi>m d Cand'Rae prs du inilleur S niili No 1532. Pur le frania est arriv I K'ixr anti-ophtalmique contre les maladies des Yeux. Eu Stock chez. Alphoiae Htyoet. in t o iver.i:ar'icle3 pour ufure. Lingerie, broder, de.l. par1 un'rie, d I* Pue Lard et le Vlooarch Beef sont par coolrt en baisse, P 26 23 it PJJ cl Port tu Prince Poisson '. Hareng saurs et morue si"t de plus en plus en demande leur vente laisse un proft appr eu nie Savon Babbit; ; L;s derniers lots arrivs se sont vendus immdiatement g d:e i li couleur Cttirt et i la quait sans rivale de cette mar que. Son pr x ie miia'ient a 13112 New York moins les e:comptes ha biimls Automobile II reste encore qu 1 ques ures occasions en camions et en su omobile, les intresss peu vent en avoir tous les dtails, ces oc ca?ion-\ vu le prix, ne se reprsente rOOl probablement plus Vins de Californie II reste encore quelques baniques de vin.blanc ( ly pe Riesling / H 80 la barrique tt de vin rouge ( Z-cfacdel i 1 70 ]g barrique Situation Gnrale.Quoiqu'on en tende enioie dire que la crise que nous traversons n'est pas i sa fin nous voulons esprer que DOS amis pourront tenir bon, il est vident que si ceux qui devraient donner un coup de main dans la circonstan e: suppriment toute aide une de bcle est invitable frajs u Bvrt omprenant 1 014 00 escompte 1rs ,• jo.co de place i t 2 00 commission assurance camionna -e phare it: 35.; ,• r i[2 o|0 perte de poids en cours de voyage frs 297 00 4 \S 1rs 292 >> Fret s|>o k i L 10 -jplus 10 0|odeprirae >7frs L 5r \\ %  S'oit frs 261 20 pour le cal soit i frs 14 $0 au dol lar P 18 00 P ? 10 d expert; t !on et Statistique sacs vides, manutention frais embarquement etc 4 00 le bon t i vaut donc aujourd'hui P 14 00 sans le sac et sans aucun profit Si le tri vaut P 14 00 que pouvons cous payer le tel quel ? 100 livres de tel quel donnent en moyenne 80 Ib tri is livres triage 151b triage > livres perte de poi s par schage, prierres, pailles et autres dchets ; ; 100 lbs ; soit 9} Ibs ca f marchande pour 100 lbs caf cl quel qui valent en ce moment 80 ib tri i 14 dol :i 20 15 lb triage 10 1 50 frais de triage P 12 70 Pu 20 Profits poui l'exportateur o 2a 12 20 Soit 60 gourdes les /oo livres pour le bon tel quel et si tout mar che bien Coton— Plus faible On peut en trouver i 60 gourdes Les recettes diminuent srieusement Changes— Francs 14 22 L vres S j 95 Le Mark e&t descendu jusqu \io 9$ n 1 u .. pour remonter 4 1 15, et ceci mal Du Umlei m Armaur B , ^ rvolution PORT-AUPRIN E— C. le. Se' imiue nulle. Nous n'avons connais* sance d'aucune affaiie de ieitain e impor ance, qui aurait pu se traite 1 au cou s de cette semaine. Nous sommes de ceux qui croient qu'une partie de la rcoite rest; encore livrer. Il y a encore du cal a l'ort-au Prince et en province et aussi dans les montagnes mais le producteur espre des prix meilleurs <"t esinter meduires d'enteurs ne peuvent pas vendre aux prix actuels sans perte, leur stock ayant t achet a des piix bien au dessus des prix du jour. Les francs continuent dconcenants, alo s qu'.l y a quelques jours on espra t une am'ioration continue, brusquement les cours se iont mis i baisser et |eudi on nojs ib'ait le dollir i 15 irans et la livre sterling i $7 francs, mais &aos changement dans les cours du ra' H:r le franc reprenait et le cible donnait dollar 14,20 {n. Mais avec des taux pareils, les calculs deviennent d ifici.es et ceiui q .i calcule sans marge, cote grand risque de s: tromper en fin de compe Le der nier cours revu du H^vre donnait pour le tii 1 livrer Avril, Mai } )o 00 1rs, conditions du Havre. A, ces conditoj?, que vaut 1caf d'Hati ? cest si vous le voulez bien ami lecteur, oe que nous allons cal cu'er avec vous : Prix du cale r er .du au Havre, par jo kilos, condi ions du Havre 10 po Bibliographie Lt Crapoutllot Le t Crapoui'lot, revue d'art et de lettres, donne un trs original nu mro sur le Cinma : Pau] Hiboux rpostrophe violemment h s matres du cin qui encourage^ 1 une production ridicule et mtTti sant, en refusant la collaboratif des gant de got. Alexandre Arnoi dmontre que le stvle de nos gra 1 auteurs et cingraphique 1 t 3"! P J ,r A aire UQ boa filœ '• t d abord tre un bon crivain. . peintre Gromairt explique les lu. ; e Vu 1 a sllt l tte mouvante. O i do. de Fhair. donne le point de vue du comdien ; unepentrante tude 5•!,?••. et de nombreux .portraits charge des toiles du cinrparleanUberlt.A.Foy.KHadel^ et I quoy compltent c numro. LlSL (Le n < J > . S place fc la Sorbonne, Puin ) r Cirtes postales, En voul 2 vous pour le M Avr.* rt le DimandM de Piquer Awl Accourez! La petitmaison.-ne ^u Centre, a ct ic iapharmu, Bjytid qu, vteov | recevoir un jou


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05082
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, March 30, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05082
System ID: UF00081213:05082

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
tissa g* mr'*7
r^l Pimct,' U-Mi
l'arJ* 8fl iiar* KXL
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
Ueniani-tfOLOIHE
U MAGISTRAT COMMUNAL
U NUMBRO 1 5 CENTIMES
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCE
PO nn
Un 010" DEPARTEMENTS
ilJnoiV G, !H
|rois01'1 CTRANGER
ItcliOOi____________ 8.00
I ..nvres soit reues au Comptoir U
Kjiu! ^ Publicit, 9 Ru- Troochet, IV
P? ji 2i. Ludgate Hil, Londres
, m.!-
i
Quotidien
Tche de rfller ta con-
Jutte deuiauire n'avoir
pas besoin de recourir
la violence.
TELEPIiOSE i l4s
Le lire de Paris
Crature de luxe
A la TfOpisals Bvue du March
Correspondance spcule au .Matin*
[tcln.iis l'autre soir dans un grand
uorirt- spcialit de pois mlms. salasons amricaines et
linons galement sales. Bien n-
ido, j'lus invit, car un journa-
! ne gagne plus de quoi offrir des
itsi ses amist au prix o est le
u, le poulet rti et la modeste
mi cerises. J'avais une voisine
Mot*, tr dco'lete dans le
oo dos dodu d-ns lequel on
m envie d; mordre 11. qui siocur-
mgn.nquement jusqu' la li-
d'un corsage vert extrmement
Desjamb-s admirables, gantes
le soie noire arachn enne. Moi
,1'heuieux et lgitime possesseur
h dlicieuse jeune femme, avait
u soin tout spcial pour lui
rer sa fourrure, une p ti'e z;b;-
diosles vingt-cinq m Ile, et on
liuitqail tait fier de dcouvrir ce
aux jeux extasis dunt asis-
briHame, tant i' est vrai qae
ooines sont flatts de la coqu. t
k de l'lgance tt de U joliesse
pts comp.-gnes et que tout 'a
dont ils les comb ent ne! en
ie qae la satisfaction de leur
t: amour, b en plus que le plai
ittoigrfcblea la femme.
"stTais ma voisine fort pieuse,
que mondaine enrle tt frivo-
tcomme c'est une trmmr n'es-
je me permis de lui faire remar
|nque ia toiltile *tait de celles
tombent sous le coup des am-
ande Mg Am t'e, a ch.vque
hns.
Comment concilierez-vous, lui
Ie*oidevoirs rehgifux avec vo-
Ijctde la mode et votre got
i des toilip.es aud c euses ?
-.Mon cher, me d't c Ile. en gri-
pis crtv tus roses, j'en serai
w pour me confesser une fois
mm pch de coquetterie.
- Lest t'es commode, en effet.
"oit la pnitence et. . on re
ft Ce n'est pas prcisment
wntioa paibitr.
-Mau aussi, riposta ma vois ne,
oi se mlent-ils, dos bons v-
^maginent.ils qu'ils auront
-nonrei la mode et qu'ils la
ZrnX. U mode * absurde
;. as elle change. E le a
*Jon contre le proverbe qui
^IW seules sont absurdes les
*JWW chargent p,i.
iSil l n"n dfs 8eQS Pour
5Jw variations de leurs opi-
SMk.,"'1,1tnioden'lan> ,* puidnalr, la mode, et
E?..*1 ,0,S ^"'qaei et
ei5 e Laiuherfl rare- eur
Nr on.i V,eut de nous | are
W*Z. P,nxd toffes allait
^dcdV70' Auss"f. ous
iirtu ?: de renncer aux robes
".jioibei e moal'c">as plus
Nine*" blea dommage, chre
*' Oh I
BiodUi!!n'(stPas Pour viter de
Induire
eQ tentation, mais tout
'ment. lcn'on, mais touj
^P^e^'iliw changer;
Plus l'toffe devent chre o!u; en la
prod gue Ni I s plus srieuses ni-
son, ni les exhortations les plis au-
torises, bases sur le bon sens, ne
sauraient apporter un soupon de
clairvoyance dins le domaine d li
Fautait'* o rgne la Mode. Voyez-
vous, mon cher.il y a ch?z nous'des
traditions de got qui demeurent en
quilibre mme lorsque ce got af-
t cte d i istabiii dconcertante.
- La Mode continuera donc d'-
voluer travers les Mettions les plus
singulires tt 'es rsurrections Usplus
imprvue-. C'est dans l'ordre, Mida-
me.et nous nous inclinons Le ridicule,
qui n'a pas tu les excentricits de
vos aieulcs du Dirtti oite. n'atteindra
pas davantage les innovations p'us
ou moins tollesque la plastiqued'uu
mannequin impeccable impose au :a-
price fminin lu je cros bien qu'en
c fit, la croisad; de Njs Seigneurs
les Evques cout-e l'indcence Je cer
tiins costumes fminins it l'imnn-
lilit de cer.aines danses n'aura pis
;; and rsultat dans le monde. Le
s>;anddle ne sera ressenti que par ces
bonnes mes lalotesquon appelle
des baies . Mais le dshabill
outrageant etdlicieux n'a j mais t
("uns leurs habitudet Et vous-mme,
j lie madame,]: vois q te vous n'es
point touche pal la g :e, ruisque
vous avez adep r un compiom s en-
tt votre loi t vol gots moi d*in.f,
en recourant au uibuo.il de la pni
tence pour vous ab-ouJ-e de ce que
vos i.i-leurs vous xleidsent, sous
peine d- pch, 11 que vous consid-
rez malgr tout comme lexrrcice de
vos devoirs moudain- En vrit, ces
arrangements sort foit commodes
le doute qui's soient conformes aux
prceptes de l'Eglise...
v'oyons.mon cher, ce n'est pas
rritux : Avez vous lu la B b'e ?
Vous devez donc savo;r que, chez les
Hbreux, les jeunes iilles dansaient,
aux tte religieuses, des danses 1 s-
civer.
Pail-iiemer.t! mais le Christia-
nisme a chang tott cela.
Croyez vous que la morale y
.-it gagn quelque chose ? Il n'y a
pas de danse immorale, mas d s fa-
ons de danser immorales. Aprs d-
na j'irai, avec mon man, dinsun
dancing, et p tangoterai , et ji
f foxtrotterai et je t stepperai . le
vous assureque ce sera saas pense
sensuelle pour aucun lnng'i le
n aurai aucun dsir.iucune tentiio'.
|t ne commettrai pas le pch contre
lequel fulmine Moaseigieur.
O i\ mais d aut es le co nmet-
t ont pour voui Lt vue dvore
brim rveil era le fameux aoi-nal
qui, au dire de Moittltt, somm-iile
dar-s le coeur de tovt homne Vous
serez l'occasion du pch, de h ten-
Ution. C'est cela aussi que l'Eglise
a voulu interdire. Et voyez, li voci .
d'accord avec les pouvoirs pub'i:.
Le mmistre prive les danchg; de
ch rboapour droura^erleidanieurs
et ohtigtf lr* D: |M dam.'S i se rtif
moins sommairem; t
Et vous cr .y z qae etlt n?us
emD:bera de cdatinotf f AU >ns
dooe : U n'.-st ni< de pUs-r ?'*,s
doux Que edui aif-il taut fi>m d
Cand'Rae prs du inilleur S niili
No 1532.
Pur le frania est arriv I K'ixr
anti-ophtalmique contre les maladies
des Yeux.
Eu Stock chez. Alphoiae Htyoet.
in t o iver.i:ar'icle3 pour u-
fure. Lingerie, broder, de.l. par-
1 un'rie, d res blinclies piur borna s, dee
chalaet de murtre, des teiioe
fnio i51 dis articles pour di ne.
Savons Lenox pour Lessive.
Ou trouvera en outre le* spra*
ii es s ivan es : Trwii jue 0 i-rnial,
Trie pderotis Excelieule, [\o4
uiQfi PowJer, Liuinem Minard
lctinse.ve Emulsion Scott c;c.
quelque souffrance ou qu'on prouve
quelque di'ficult s'offrir. Qa'ttt-
c qui fai le charme d'un b jou ou
d'une fouirure pour nous ? Ost la
raret de l'objet et son prix.
C'est du relativisme ?
Je ne connais rien i vitre voca
bulairede philosophe,mais je dplore
qu on s'eftorcede dcourager le luxe,
pareequ' 1 est un des lments de la
suonciil' des races laines en gr
rai et de ch z n^u en particulier.
De p'us. le loxe.st une iudustrie
esser tielement m ioia'e Supprim z-
le et vous ruinez la soirie, la rubane
ne, le.
Combien ce lux? qu'on veut pros
crire, par une hus: concept on de
la morale, fait-il vivre d'ouvriers et
douv ires ? Nom p matrielle d'innombrable.gens'. O'ttt
un pch bui.
Oui, mais le luxe n'exclut pas
la d.cence.
Fl'e I monsieur lt Censeur.
Rentrez docc chez vous et relisez le
t Taitulfe f. C'est extraordinaire ce
qu'on oublie Molire en France !
Mais vous mme vous is un sep
t^que, dns le genre du bon abb
lerme Cognard, de la t ^otisseiie
de la Reiue Pdauque . et vous
haissiz autiut qu'Anaro'e France les
professeurs de venus C'est pourquoi
j vjus pardonne. Buse mi main,
et fumu un cigare I
Ht cla n'empchera pas notre
blonde amie de suivre pendant le
Carme les sermoas tonitruants du
pre Janvier, i la M deleine.
Elle a djl, pour ces ctmonies,
qui font pari: de la vie mondaine,
un dlicieux tailleur couleur tabac Et
elle pleurera t ssincremett,lorsque
le prdicateur fus igera comme il
convient, les hontes de la mode et
les turpitudes de la danse, en lui
montrant 1 ei.hr e: t,'ouvert sous ses
pas
Et j'imagine que le Bon Dieu est
tis indu'gfnt pour ces pauvres cra
ttns de luxe, car il ne:*, pas assez
sot pour attacher de in-poilance i
des cheses qyui n'en ont guie, apr.-s
P.CHAVMET
Faiine; Les derniers cdbifs de
New Voik confirment les prvisions
exnnmes dans nos deux dernires
revues l'article est en litusse i ;oo
sics .seulement sont trrivl i Port
au Prince par lesdemiers b.laux, les
stock j de li Capitale s'puisent as
sez vils et .'es pr.x en sont d'autani
plus ferme;
Provision Morris et Co ; L? Mess
Po k fait P 44 4 cif Po t au Prince
ton que 'e* i.t;s de nos deux der
nirrt revues aient i P 41 73 et P
42 7> I* Pue Lard et le Vlooarch
Beef sont par coolrt en baisse, P
26 23 it Pjj cl Port tu Prince
Poisson '. Hareng saurs et morue
si"t de plus en plus en demande
leur vente laisse un proft appr
eu nie
Savon Babbit; ; L;s derniers lots
arrivs se sont vendus immdiate-
ment g d:e i li couleur Cttirt et i
la quait sans rivale de cette mar
que. Son pr x ie miia'ient a 13112
New York moins les e:comptes ha
biimls
Automobile II reste encore qu 1
ques ures occasions en camions et
en su omobile, les intresss peu
vent en avoir tous les dtails, ces oc
ca?ion-\ vu le prix, ne se reprsente
rOOl probablement plus
Vins de Californie II reste encore
quelques baniques de vin.blanc ( ly
pe Riesling / H 80 la barrique tt
de vin rouge ( Z-cfacdel i 1 70 ]g
barrique
Situation Gnrale.Quoiqu'on en
tende enioie dire que la crise que
nous traversons n'est pas i sa fin
nous voulons esprer que dos amis
pourront tenir bon, il est vident
que si ceux qui devraient donner
un coup de main dans la circonstan
e: suppriment toute aide une de
bcle est invitable
frajs u Bvrt omprenant 1 014 00
escompte 1rs , jo.co de place it2 00
commission assurance camionna -e
phare it: 35.; ,
r i[2 o|0 perte de poids
en cours de voyage
frs 297 00
4 \S
1rs 292 >>
Fret s|>o k i L 10 -j-
plus 10 0|odeprirae >7frs L 5r \\
S'oit frs 261 20
pour le cal soit i frs 14 $0 au dol
lar P 18 00 P ? 10 d expert;t!on et
Statistique sacs vides, manutention
frais embarquement etc 4 00 le bon
t i vaut donc aujourd'hui P 14 00
sans le sac et sans aucun profit Si
le tri vaut P 14 00 que pouvons
cous payer le tel quel ?
100 livres de tel quel donnent en
moyenne 80 Ib tri is livres triage
151b triage > livres perte de poi s
par schage, prierres, pailles et autres
dchets ; ; 100 lbs ; soit 9} Ibs ca
f marchande pour 100 lbs caf cl
quel qui valent en ce moment 80
ib tri i 14 dol :i 20
15 lb triage 10 1 50
frais de triage
P 12 70
Pu 20
Profits poui l'exportateur o 2a
12 20
Soit 60 gourdes les /oo livres
pour le bon tel quel et si tout mar
che bien
Coton Plus faible On peut en
trouver i 60 gourdes Les recettes
diminuent srieusement
Changes Francs 14 22
L vres S j 95
--------------- Le Mark e&t descendu jusqu \io 9$
n 1 u .. pour remonter 4 1 15, et ceci mal
Du Umlei m Armaur B, ^ rvolution
PORT-AUPRIN E C. le. Se'
imiue nulle. Nous n'avons connais*
sance d'aucune affaiie de ieitaine
impor ance, qui aurait pu se traite1"
au cou s de cette semaine. Nous
sommes de ceux qui croient qu'une
partie de la rcoite rest; encore li-
vrer. Il y a encore du cal a l'ort-au
Prince et en province et aussi dans
les montagnes mais le producteur
espre des prix meilleurs <"t esinter
meduires d'enteurs ne peuvent pas
vendre aux prix actuels sans perte,
leur stock ayant t achet a des
piix bien au dessus des prix du jour.
Les francs continuent dconcenants,
alo s qu'.l y a quelques jours on
espra t une am'ioration continue,
brusquement les cours se iont mis
i baisser et |eudi on nojs ib'ait le
dollir i 15 irans et la livre sterling
i $7 francs, mais &aos changement
dans les cours du ra' H:r le
franc reprenait et le cible donnait
dollar 14,20 {n. Mais avec des
taux pareils, les calculs deviennent
d ifici.es et ceiui q .i calcule sans
marge, cote grand risque de s:
tromper en fin de compe Le der
nier cours revu du H^vre donnait
pour le tii 1 livrer Avril, Mai
})o 00 1rs, conditions du Havre. A,
ces conditoj?, que vaut 1- caf
d'Hati ? cest si vous le voulez bien
ami lecteur, oe que nous allons cal
cu'er avec vous :
Prix du cale rer.du au Havre, par
jo kilos, condi ions du Havre 10 po
Bibliographie
Lt Crapoutllot
Le t Crapoui'lot, revue d'art et
de lettres, donne un trs original nu
mro sur le Cinma : Pau]
Hiboux rpostrophe violemment h s
matres du cin qui encourage^ 1
une production ridicule et mtTti
sant, en refusant la collaboratif
des gant de got. Alexandre Arnoi
dmontre que le stvle de nos gra 1
auteurs et cingraphique 1 t
3"!PJ,rAaire UQ boa fil- ' t
d abord tre un bon crivain. .
peintre Gromairt explique les lu.
;e Vu1 a.slltltte mouvante. O i
do. de Fhair. donne le point de vue
du comdien ; unepentrante tude
5!,?. et de nombreux
.portraits charge des toiles du cinr-
parleanUberlt.A.Foy.KHadel^
et I quoy compltent c numro.
LlSL (Le,n<- J>. S place
fc la Sorbonne, Puin ) r
Cirtes postales,
En voul 2 vous pour le m Avr.*
rt le DimandM de Piquer Awl
Accourez!, La petit- maison.-ne
^u Centre, a ct ic iapharmu,
Bjytid qu, vteov | recevoir un jou



LE 11 Al IN


Nouvelles Etrangres
33 Mari Pour !t France la question fa
charbon est une question de vie on
PARI) A i ih ambre Mi lenifi de mer*. La Franc*- ne siu-ait ntsii*
BCOornt j,i : 'a question d'excution dre inclS menl la -ci: io i q il i ea
.'m uai' de V. rsad'.es et dit q i-il po.e.'La suite d li UISCU Sion *$
i '..prcitcra incpoc attnuation dts renvoyas a d msin-
BSSctions Relatives jui infraction; PARIS Suivant le "*el t urna'
(OfflmtSSS par l'Allemagne II est d- 'e gouvernement p Opoie ait e nou
n CDli que le prcdent giUverne- < elles int<-rJ:ctio-"di'npo l o ms-o
rr entait autoris Allemagne a viter tamme.nt le; fruit-, le sucre, e cal,
ie dsarmen ent prvu, le etc. o et certaines conserves t w if
Aucune domination d'tilecM's ne .j intue n.
foi constate. L*S organisauons de ; Le |oumd annonce ,o*ie Miyer
polices furent mme tormesen vo- ch g d il .ires allema'H se rei
Jation frigraate du trait. [dit dans la soire au Ouai d'O:
Us invts'iga'ions durent re 171- say et iosisti en vue do l.mir l'an-
rendues par suite de la de;a;c eagres lorisation d une int-tve diaa dias le
sien et du coip dlfat. iBi>-fn A?J\ Rj.hr.
loch saisit les allis de nnction-! BERLIN La dnits'ondu Cib'net
l de garan ies nouvelles. M (leran.i serjitdue la pre>>icu *le U (tiers*
ajoute que Us Allis n'autoriseront tion da travul mcorrejt* de l'ibi
p.s le Ifsnseo t de troupes dans la tuJe du fjouveni.'m.mi'dejui.' son
zone neutre de ia Khur puce que remords Stetjtrd.
*3
Bi&M ti BQQTT
est un puissant aliment mdici-
nal qui par lui mme contiens
tous les lments ncessaires
i pour donner la sant et la force
] Prennez-la pour vous convaincre.
I m
t

Ion a pi l'assurance q ie ces lioi
ns qu lieraient la zone apr :e i-
Ubliisrmerl de l'ordre.
la France a le d-voir <*t'oit d ai-
Lbeit confeu ave: 1
partis Les pourparlers
raient amen un **
he<
des
; u-
qu'il est indispensable; w* l'Earons
reemattiH le, go iwer- e nent de 'a t
qui dur dep ;is ; an.
Cichii tait la critiqua Je h ooliti
que.suivie pir la Tarqnie, Pais par-
lant dfe l'A,umagie il dcline que
!:he: d Kipp montra q.i* lil;
lmoerstmus pntra dan; les mis-
Bf't'rre letifirsnt SOSii'O l-Pmir d Cilicie. Monsieur fini
i- ... i _._ _________ii____. _..n____i -- ___ mi
set et demi ode *u\ Alli* d* laisser
I l * I *S '11 I
'. "Li rvo'.utioo a. le m in Je suivre, soi
sensex raporo.be d.,xi Wh ,f
mec entre lis mtjo lUivra et ht in-\mnim9lm , reoarali3ahs et la oietlielchind Sel dans une gtra voisin- dO
Mfirlsseatlon du trait (lihtiai dpendant. Sooa 1 journal 'olBL, Ul d j \UaL L-s bmd.ts auraient t tus.
I d- verk''ne, mai- elle'ciers remireit au C'n.^il excutif r J '
!" w1 q-.i e'ies considrent nulle sa
pro:lama'ion de Roi de Syrie.
Le Temps dit que la riSUO1 ne
rourrit en Sy e comme en Cilici?
Aucune intent on de conqute ell
dsirs uniquement lre mandataire.
PARIS Les Journaux consacrent
un: lar^e place a la dramatique arres
tatiou des bandits automob li-les
Occups piller ies wagons de mar
irnuihta de
argis
Isspnl d'. vssg'aoef! mai,
li^ru li jujtice itle rep dw| ronge le Dniibourg u;i ulti lia'um
^ K*gmen>Si |eiigessl Pvtcastion
Milieianl ne repoussa pis un co' la zone ne. I e-
Itborilioi :or>omi]ue nuis il insia] NAPLES La greva d?.' mata
: pour qss l'Allemagne fasse preuvel'ei prend de Pcxtenstor. Les grevis
de bonne toi. Ites rentirent eu collsioa avec 1
Li situatiou e-t trop grave poui 'troup\ Oj s;gnals de nombreux
ouc ies allis puias? la con i.Jer. r b sss
o'ofl regud inJiflreot. Mil'e.randl BESLIN
ia^pell'* qne la survivaoea attsst'c le 26 mars
Le Cabiott cljmisjionn^
tu rcilitirisme l emand constti* l'AKIS L:n rnonse li 1 tire di
jour la frrsncs le pril le plus graj'e Mf Artaud pisident ie U chimb'-
d e rril e^t eg 1 pont ks u'tis de commerce ui s gnliant la litude
p tons jrue!le le 1 Espagne i l'gard d-
Milleranl ajouts q '-le. que soi-m Tanger qu elle irsite comme eofoaii
les que ton* souleves tts ailii il est Dssssira de tair-e Tanger tt savane sont soumis i au
un front commua Les triemeats orit du su lin di Miro: qai po
Tc-nf lireut incliner cenaiffi dtA'i'tCgS la France et aput, qu'il veille-
tre eu\ a penser qu'il uit pins ag> r au maintien des droits du Sultan
ce rttarder le, rsoloiion invitables, slt Tanger quand couvriront les n
Les dclarations de L'ry l Geocff^ g >cia ions rcUtiTes au s ilul sp:ia
hier .u Commun s gtrsDtisen< qu p;vu par |; Irait en faveur de ce.l
res retolut'ons seront prit**. Mille- vie et de sa zone.
iaod conclut que U$ allies enten- PARIS A U chimb e oi ro-tinu-
dront l'opinion franaise )a\ est Dna la discuss o i "d: la po ttqje nime leur dire que li Francs rn gre Le su iaii ut encote attendre le commence tiveur de "a reprisa des relations co
mal uci :pa tions les p us. urg u noraiqnes avc la Russie et dclarelieyant d.Ure que
23 Mars
PARIS Moasiear D:s;hmel zc-
o nptg-i de Les Prsident Loabt
et des prsidents de la chambra et du
Sut ptsida i Vil'o d'Avray la c-
rmonie en l'honnwur de Camb*tta.
Le marchal lotire et de nom'oreu
se; persoontli es parlementiires et
mi'i:ares y assistrent
PAR S Li delgitioa Italienne
dment tormellement le bruits d'oc
cel combat l'entre en ,.::
les Soviets et demindeao
qu'on eocourge les p.M
chip-renr u baich:?,,"
sieur Lenatl parlant de la aJ
da Levant, rappelle les dJJ
Fran:e dinsces lg-onlifo,;
le proc.d; l'aan Faycdq,
ce la population dont U L
protectrice. B i ni dfend cfc
sment les accords qu'il m
1916 avec l'Angleterre et W\
conec nant les zones Uim
Levant, et dclare qu'en verul
accordsnoas devons treeol
nous n'y sommes nas, les
lans. Ls
PARIS Ls jaon ux exprimen-
leur satisfaction dn vjte de confias
c qui cltura li chambre les d
bats sar li politique exttieure cl
constiter.t que .e parlement outmtjseron i notre place et no.i
fortement le gouvernement p>ur rxiitrons am- m ut, mais i!i;
g.r pplicatioi da traiti de Versa 11'rop tard. B und ajouta agi
les. j'ti.s ae h Francs soat c
PA'US L* Chicago Tribine
avant anno-ic que ls g'nera Franj
ch t De perey et ut relev d' so
3 ir des acc;rJs. Le go uv*
ayant d.rn: lui le Parleo^
utier do t ilroier avee
cupat.on de Scutori et d Albabj par|to nmandemeet des troupes allie; ^^1^ f/jj^im^
le< troupes Maliennes iei liquie et c miaulerai d o- j K n '
BSBUN Les synlica's ouvriers-mais les troupes de l'Asie Mineure P VRIS Le Petit Paris,
s'arcarderaient ave; le nouveau c. ne'. Uecnun 1 Muiler con,nitue apisjailiimer que le gnral F1a.1cb.et\aux allis une actioi imni
le relu; de Legen. Dm- les milieux |Oesperey r-s'eri \ sou coniminle emp:h:r les ttoupsj da Kic
oficeW on e*tima qu'un accord j ment acuel e: qu'i
in'ervitodra prochainement entre le
G)U^ernemeul et lei ojvrieiss du
Bassin de la Ru h
MAl-iS JE Oi annonce que le
comit excutif assuma la chaige du
pouvoir de Uuisbourg, dposa le
Buargmest e.hcencia la police et coa
tssqui les bloques.
PARIS La temps commentant opprimes en Turquie et dimaade
les dbits parlementiires relatiti aujau gouveroemeot de ce pas abn-
!a France et l'Ai!doaaer les population de Syrie tt
ne t null m 0 violer constamment U nue
que'tton de le remplacer par un g- PARIS Saivaat le |om
tral alli. enqu e se poursuit sec* e
PARIS Li Chimbre reprit li les milieux militaires sur
di,;us-ion sur la politique extrieure uisanoa di l'ar.ne a!l:ou|
Bellettraita de laques ion de la Tur liste des homve mobiliuk
quie et rclame une pol tique ner- le premier appel comptas
gique contre l's lespoisables d -s m cent mille hommes en di.|
!flit. dont souffrirent les populations ment.
BERLIN- Oa annoncii
JentioQ ouvrire approaril
position du noaveaa cbla*
T"

B
^) FEUILLETON DU MATIN.
Judex
tiHAND BOMAN
P\n
a n % a un r E n a /-1> t:
(Film par ' Pcuitlfds )
Mais cette t'ois, ?A n'tait plus ponr Stngte, il Hait inaonsgible do recon
reprocher sea fl's d'avoir rUHI nai're elu. q:. quelques samatnaa
l'exrotion de leur tache. d'*voi auparavant ta enco un d^s
manq au serment qa's'ls avait,matres de la Aianc* un 4ai plus
exi^^ d'eux., ei de ' rj SCaftd i1" opulents inarcbanda d'or de laa
la route RPng'ante qu e le leur avait, pifalf
elle-mme trace. An co trair-, nne Une barba 100.1115 Snvabietoit ao.i
soit- rt> joie f'roce fatsuil bl tre soi visage Ses cheveux hirsute re om
HUITIME PliOD
LES BOU hiBSAtNSDU
CrATalAU 1-t UGil
CssM ile^ sswse'fs prcaenLs
luJe*.SB ion vrjl nolu I' i"'-'1-' 1*1
tilnie Uc VT4UI CeteW <|u Ion eroii nurt, -pi
uneprisoa iouwmiiiie une wt 4m crimei
briKktdage. |u.lc\ JOUI l trait*
cii ji I i'- "i""- t/illir**. doMii.
. 'a SJI> tl m peiii-lili du bin^uler. M*n h
tonrlMse * T.iam* tr. wmia napvtt 1 b
Dit |.!cum-: n Roetr. qills I" .ivuciii juti ac
icappa tvimat, J^^J^*!|, Si karpte.
iijn
il'iiu bon
h min: iln
J- VUIX
M.Ve!
I
,Lui?
le voit '
ccenr de Corse-
Biem'. nallui-lle p* ass:s v\
au ipsctscle d* on enn*sal isrrs
iiniinir vivant dans un cachot, ton
rien u monde n jourrait 1^ frif
foi'ir? E' elle sentait en elle la ra-
yonn ment di plus terchle doi or
ijupiis, U i>seqo*']ls ponTslt
enti 1 c'smsr ce misrsb e, tffx dr
devait tlle :
G est moi qui t'ii bris: mon
ton .'
Lorsqu'au lointain, les ruines *<
lestuenses du chi'ean, qui dominai
la valle de li Sema apparurent i
ses y*u>x. un s urir* t'trangc air
mir H iSvtes. Ella lonchalt au bi
de son ?Ofa. prts jrivre l'heur.
I* plus tormii'b'e |Hir-otre eii*ttnoe. i ilda oir so fl's, eli
s'engsgss dans le dJdi'e de santten
sec I viit la vielle forteresse pois
|'e pnSira dans 'es souterrains ei
parvint )n*-in an laboratoire do Ja
ael. O E^fjeSrJ, K"deu viriIb'!!.
--Kavraut, rega-dpz-noi b'.eu.. Je taire E". cU sufdt poor
suis madame de l'r.n-'use son cur toute velli nie
A ces mota, aucun tressaillement Ision.. touta lie de mis
e fa.t v.brei- le ra sirabis. Il en sur \ Qai C3jpble MpieH.
??J!^!9I^J!Sl^ o ?l:\rJ.:.* msurresl, hte froce snesi
col-re ou l'pouvante. G est toujours
jusqu' ce q io l'autre jiiia]
a mme a;, ttude la rms prostr j^Va^Vcid^que le"
tion, ih radio lodtnerao' - ...... "
nient sur son front., et le COStoms
de forat dont il tait levetu, seh*
vlit 4a lui iloonet une sl'nrs sinistre
e>tre 'ou es' Une plainte i essant1 a'veil e en son civsauei lo
qui commer'ii. en un s tufil-a pour S s mi os abandonnent ses
devenir bientt une soi
s mm sourd,, d- t;
doit Unir,, et tille, la jmii:ij
bas, itiendra souvent., trs
se repatre de co spectsclM
Voit-il sealemeut celle qui hter-
pe'lo et le contemple.'
t'en -tre .Mais aucun souvenir ne
u ie.
8 |to tre .'recaei'i.r avec la
ilotes
intan
la lente a; miio de sot) 1
|eoraptet', av c lui Ui mis
torts de rugi:- toux U les ramue vers sa poit ine..'d9J ferveurs les pi
odemaet rau en une suite deg-s'es rythma simi . dd Be8 |evre8.
pp*it de se.* isires.. tandis quil itnjrima a ad 1 ini, j,^..,,,, ',
qu-, ellVayant s'chappait de se.* isires.. tandis quil iinarima a au 1 j0oa (i 15 ras^e ctio in
lvres, rraujffs d 4onms.j L'osil 4 ait bu?ti un dodelinement rgulier eti
(ite, blanc, atone et les mains de- qu une sorte de b Jimloau -m ki na
n :;r,ii<>> t obs'iamsnt crispes sur Htllard sOOOOlpSgJS eatts atro:o pan
les g-nouit, pre.-ijae ramenas la to nime
tt voil que tout coup Favraut
le rooa dis ans |s veut lu voir..!ne ce*su do'-s. v-r 1^ .- iso mi 11
Conduis iiuo prsdi i n Jh l'oiiin (Juel sel cet .1 nu u ? in eirogss
i.'cs' en ces leniH^, (osoc-'jla feni-oe e nni
avec nn ccnl dftpatd fnmc|j*| J odes rpondit snae't :
^,u- msdama d Trmenae avait les 1 'art, e h P e.iv K ] i"
pos ^ voioii ^ ses tii- Usir t la victi 110
Jacques et Roger n'avuen' qi'iusot devenu son g
sHoSir.
Qif'ejuao Instan'a ac1. Me na-
tjtt^ol - toiOobHe hvc l.ur mre
poir lo Cbiasu-Roogs
Durent uit'e '! 1 madam* os
Truinise Hem^i"" -1 fei-m^e dans
la plue traotq 'e daa mantttici'e
Aioei, eiln Huit aolfonve 1 S
da Kv 'i"', n
6lier- Il l'ex r
autant que nous le huis 00 Non
pouvons compter sur lui COSSUsi IV
nous 'Uui >.
CotnniS ker,ean s'incli iait rasn'C
tiieusement devint la grand* dam ,
celle d repi it d'une visfiuoiUssote ;
- Kl lui ni es -.1*
Venez ma rare, reprit facquef
face de cet iio mu .. ou ptu' de c* Ion conduaanl sa mre ji-iu"iu
nnnBt p, qui, vec la ci 1 u - d ou u< rota qui pefm0tta|i d. s 1 vra 1 -
iirre, ev't jad a si |tfS)UctUement.|tonreusemoo tous les ouvemeuts
ul'B on honnenr en picen! du B*pt4 dans SS 'ell.lie.
Touts as ide de v m m L lillo d^s U &iu ne pat rpri
instant apaises par l* b terpj pur m r un nri de surprise
nu petit Jean, l'empoigns-eni dl Un* l tre ta, resroquevili
Dcuvssu- sur lui BjisjM 6t gissul Sir uq ht 4i
Hauteur du moiito.i.
- Lui!.. Lui!., rptait msiame
Je Tfmeuse qui n'aurait junais
ouooonns josqu i (juel tat da de*
4-adatioi physique et morale peut
tomber uu criminel qui est incapa
-ni de se repentir et se voit tout
coup plong dans la plus alTrease
ies dsesprances.
E ponrtuil cette vision terrifiante
1 sulli. pas jmIi 1 Orsini car s^
1 turiiani vers J icq 1 s. e lu lui di ,
rtiijoura hautaibe, imprieuse :
] | Je veux lui parler.
- tfaive&jioi li- aimple nent .1 i-
les* Bt vort q ie tout a coa Pe
vraot voit apparatre devant lui la
Silhouette nnposan e. aJfisVs de U
lams en noir, de la cratura tant
I -; . , do celle dont le refus iodi
H-i la boulevers au point de lui
faire comme ire Is plus lcha et la
pi is o lieuse des iiifaine3-
Elle s'avance vors le misrable.,
de n'est plus nos femme qui perle,
c'est la Vengeance elle-mme qu
lais 0 to nier ce; e simp'e \ fer-ise
I<: 1 rauuue Ou* la voulu cottttne
un cn 1 de ju ilice auptme, co mue
un) v m de 1 ni-iel :
Faviau', me recoaneSS /.vous'
Le btnquiei', lentem ut, relve la
0* roule hUiour d-i lui des yeux
bsgsrds. Uu hideux sourire erre sur
B0t lviea.
aperoit un morceau de chane lu-
crustj dans la'muraille- En un geste
-1. :> l. il s'en enpare.. il lui sou
11t.. U lui parle., il le caresse..
Il est fou'murmura la com'esse
D'un fteete ehe indique a sou til-
ipi'elle veut qui ter la callale-
Elle le^a^.ie le laojtatoir., et
vaincue par l'motion que viaot d
lOicattS! l'pouva:itable scne, ail
se laisu 10 11 m sur un tau;euil.
tandis que l i.l.-\, d'uue voix re
pac ueise et tendre, lui demande ;
Ma mre, n<; sommes-uous pes
assez v-'ug^s'.'
Mais la tille des Orsini ne rgon
psi
i. le songe-
G est que. pour la premiro fois
de,m s la mort de son poux, I im-
placable femme, place devant la
ralisation de ses formidables des-
sa ns vient de se demauuer &i la
va ig-'ance hum une n'a jus se*
h ni:e.
Mais deux visions se suc:lent
et e.te; la premtSte, le bmireai
si s puie, le m titre chanteur I-Toce,
l'assassin moral, avili dan3 I abtis
seuant le plus absoL'. soiuora-.t
dans le plus iguomiuieux djs l-
SMtrss.
Le econdo : l'tre aim endn
dms so/i cabinet de l avail. ti^
dsnf rmnnbiu.a da u mjr vjioo.'et lui dit d'uue

de joies passes et |arjotHi
Madame de Trmsuss
El e va retourner au miroir,
revoir Favraut, tre beoi
souirre eocore.qu'il aouffreU
Viais elle s'arrte., il 'J|:
qu'un hiissr bien doux si
deurer san front., et dansj
iiviiie des haHucinstiooti
pression qao l'enfant de li|
pitu-is de son ennemi, taj
approch d'elle, s'est
iras et qu'il approcha ta'
eoJre de son front brillf"
L'vocation de cotte
1 ie, survenant au moiney
U el'e ne pens9 plus qa*
1er de si veugaance. i!
n trouble e range.. CM r
11.-lie n'avait j.isjualoria
. ira 1 ve g^auce aaj
.orte ueciiseddinysiiilM'
/lus fort que la haioa, uo^
nouveau I envahit., rj
loux Ui beaux yeux
leannot, la pnursuiran^
ohane son oreillt:*'"!
memb;asser, maJa^d" .
ser elle l'a accept-J'9'J
N'tait-ce p-s dj as
N't i-ce pas d jaune prJJ
pacte entre elle et ce C
larmes montant *j
.ceur na bit ulus de
1re. M tigr ce a. eiw/
m.roir. ehe *'"',
m iitenant semble bart*,
pe.i, aans ses bras.. Aj
dsarms., elle seo va
foUtr9"!


-- ntm
ha Maison de
jlr Lonce Fils-Aim
i\uc Iraversire No 312
. f jt [e plai ir d'aononcor ses nmb eux clients on U fient de
.nu BMortient de provisions, de la provenance da tautea sortes
lf ,\|ri t t' de la Se,naine ^aioie.
Tels que f articles suivants:
[c1iieMe'P8i8J8e1Par nvr? el dernJe Ui Ueaucau de 40U livres
, i/J Jambon. P ed da pork, sauuooa en saumure, t'.e da porc, lan-ue
icUueue de porc Mess porc Museau de po c clair porc Haraoc e
IH k noaaaurg Dar caisse. maauer*m saucisson, saumon en
-
maure; mantgue
10 iivi.^ 2 t|2
iore f*01 8BU par C8i88e maquereaux, aauciRi
oi'rwn, fromage gruyre; patte graasfp tta de m
lind Wob en ,arb,anc dund ,ivr>; dem; 5 livres; 10 livies iA
,,i demie de U raiqua Arraour trs rpute de la Rpublique en-
* ma.i*n fainll,e etc u" coude 8* Nestl. Lait Armour vaoored
! ,ucre eo bo le; granul: doini.ucan; S .gir; Uaurr* de table Copao
rltruu l|2 livre et livre.- iurrj 4iy ijitibrtin- Ueune Hercuh Bearra Lopel etc.
Avis aux amateur s
Voulfz vous cornaitre la nkm
dune Huile d* Ta**. Eastyez "i^
moyonnaiae ou avec des pois Si
elle rsiste l'preuve arrosfz'lr
geent ves saUdes de la aemaae
Sftla, avec ics Ui tant* motmaa
franaises, t'Hara de Tabla de \U
daine Kdouaid ioy et co vous doi.
nara satisfaction.
K le est naturelle. pr| are a
point ans puration cliimi.jue
Un en trouvera
Bue des Csars No 339 (aacien.ie
raa.son Mersrd Boy, chez Mme E
douard i>0 rie Chose et Bue du
nen.re No 1535 nrieen Dr Domoad
et Boy
ir-eiBtu ricaines. Conserves franaise?, sirdines I huile, Ssu
dlbui-e, C'W'i l'eef, saucisse de Vienne; lia nbu-g^r Steak chue
nlioio^i stve .Sauaagu W*ter, thon marin l'hui.e de ni et ^rauJe
arm . 1 huile, hir c >t
vert, sardine t\i .le,
L il t de Iu-jiis
iro i. vernu^le, Ognom. pomme* d* nrre.
euit*5oJaa>sortis, Boyal mocli Biscuit doux, par boita d* pvis
ils, nuauit au lait, aux ilio.olats, a beurra la farine lacke, N'es
, lipho*. h lui" Failiie maccaioi pa bo.t . i\> uvip.
priiw* lanieud div rses couleurs p. un*s. raia.ns, via roue et
mede Uordaaux eu g os et en dtail, rbarn, Ciairin, ufln.
Pireiemi-le busson iranaises e< de la marque Nicoleao. Anizatta
lieBnzatd. Cacao chowa, pi^perm ni, cognac. Uiery B-andy, bouteille
| Jeune bouteille. Dubo. net en zauo, Bjrueaux Ouiui-, Porter, B re lted
Vluile buret et Martel Al otb demi bout.Mila et iuiv, en terblanc de
U talion, uait de gallon 3,4 de gallon, 1 gallon, huile Marseille par
lutt et bouteille en Indes, Indigo du ioutea provenancer, fil pelotes
cbue, Lire, fcpias de tout s scites.
t remarquez cec, le Msgatiu te ientloijurs la diapoaitibo de
jKiclitnia de la Capitale et tar.t de ceux ue la p ovinte tt ils serout
bu avec ea mmes soins, la mtr promp itude et poli.etse.
ail; se runira demain. La G.i
II: 4e Voss d t q :e les trois tac
siocialistes dcidrent d'envoyer
lnisuires pacifica'eurs Wesel
| les treupes sont continuellement
fes. Hlles durent excuter une
! et infligrent aux troupe* rou
idts peites importtes. La girni
i plusieurs ol6ciers.
RL1N Le gnral Ludendorlt
tJQur toujours a p sider Berlin
~"N Une bombe clata dm ;
iw'omo ile occupe pu cinq
Mis don un mijor Perlug corn
lis dans l'aven urc de Kapp.
i tarent tus.
TROGRAD D'ips une m te
:otcioile les pidmies dues a
nide ent Ptrograd en | in
r dernier 40,0 jo victimes.
ARS0Vlb L'. gouvernement no
faux Soviet; qu il tait prt a n
ferla pa:x le 10 Avril Oa conSr
fqlalx>nlr b: de la paix sic
1 ISia Rrni ie 10 \vn!
ROME La Chamb e italienne fixa
f5.ooo l'indemait des dputs.
A M G E
Avant-hier runion de l'Association des Mem-
Dta dul.orps Kriseignjnt en Assemble genraie.
(.oniomiemem a l'article jj des Sutut* une
UonmUMien de trois membres, charge de con-
trler l'approclie des lections la Caisse du
Sr.ff' " M Brm*e' tllc csl compose de
MM. A Boisson, K. Uestouches et A. Isidore.
L assemble entend ensuite lecture de h lettre
de dmis.ion du Dr C. Pressoir, trsorier de
I Association et lit le conseiller H. Chancy, tr-
sorier, P. l'ayau. conseiller.
Uiverscs modiheations ont t apportes a cer-
tains articles des Statuts gnraux de l'A M.C..E.
Il y aura deux reunions d'assemde anral
les mois de Dcembre.
La sance prit lin 2 h;ures.
Collge Saint Vincent de Paul
Les parems des lves et les amis de cet ta-
blissement sont pris d'assister une matine
scolaire qui, conlorinment a un dsir du dparte-
ment de l'Instruction Publique cxpitmi dans
une circulaire^ .'Inspecteur des cales, sera don-
ne Fari.iana Mercredi ;t du courant a 8 lires
prcises Ju matin. Il y aura rcitatiou de. po-
sies et morceaux classiques, chants, prjcla.natisn
s compositions, esameni etc. Je ce trimestre.
Un entretien sera prononc par le Ur Dbrossc.
Le Directeur. llorstiu* Lavemure.
'aita Divers
GEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
UbbEHVA'JUliih
^IIT bLMNAlKb
COLLEGb ST MRTIAL
[W!;r2^arsi9"7637
[TF*n.,eiDimUm
ly Miximum m i
L^enne diurne \\
fcf."? nuif' sautua>
;J5JW l'arrs midi.
I0*t'ie censtmt.
I. SCHERER
nindr Faubert
i Nti.YoJ e" Consul Qin,a]
unifr a- h'""ur de sa ta lie
Ch?c,d,s,,ngueslui^ conqili, .o-
Changement d'adresse
La Pharmacie Parisot l'honneur
d'aviser s-s clients qu' partir du
Mardi 1(> Mare l'JiJ.elle est installe
au No 1026 de la rue du Centre.nn-
tre la rue Bonne Foi et la rue des
Miracles, et qu ils y tiouveront tou-
jours le mme soin iana l'excution
des ordonnance et le mma souci
de leur plaire.
Le service de nuit est assur par
Mr H. Pariset pesonnell ment.
Chioese Restaurant
Angle Rue 16 et Avenue A.
Vasie et eorjuet'e salle man-
jrer o les plus difficiles seront
s^lisfjils. Megtjeuri les a mat eu ru
sont invitas visiter l*tablllM-
ment et ne menquerant pas, de
l'adopter rour sa propret et la
prorrp ilude ce 'on service.
fil Ci.
Grand Rue No 1813
Une occasion opportune el
Avoine
Prix dliant toute cona rrence.
Chez Alphonse HAYNE3
caa
-
fENTgRiTES
i'. MALADIES GASTnO-tNTESTINALCi*
Dlurrhec vcrtcj*inourrlBiionr.lEutrltc muoo-1
menibranousc, tuberculeuse; Constipation, I
Accidenta nppepd*culalrcs, Fivrti typhode, I
llaailiosulaPcau.Acn.Cczina, Furonclon. iua I
GUCRIOON CIRTAINE par haSft lie 1'
iPLDS PUISSANT &NTISEPTi(
uni Meroore ni Calrr*
lialtum a "> .t i ,.t.i.irrft inltiilaale
I* dON (1* 'O 110O pcultov p
jd'ANBODOL INTERI
dans une tasse, de fleurs d'oranger.
I &' e IXSlOUOUdO. Hue Coa ioi'jut.r.
Lecclbrc Docteur J. Alfred Alfaro
" lUetraccioniste Moderne | "*
Visitera sous peu Porfau-Prince
De passagepar lea importantes at intressai tes tilles de Ja R
publique Dominicaine et Cap-Hatien, o U a conquis la sympathie
Uts plus djfficle, tt remport les triomphes professionnels les
plus tounanlfl, le Dr Allaro peuse teiir fin Mars en 1a bonne
>ille du Port-au fnuce et durant un court sjour de deux semaines
il aura l'Iioune. i de se tenir a la dposition de l'infelli ;ento DOM
lat on du Fort au-Punce.
Le Dr ALFAIiO. qui possde pour leiamen de la tue, dea ippa
reils de peecinoD modernes et des plus perfectionnas, prescrira
dea Cristaux Uphla'tnatiquM pour larorrecion de tous les dfauta
de la vue. Le Dr Allaro a ladicalemeot uii plurieurs millier de
p isonuC qui sjullr;.ient ho lieleoient des yeux-
Dans les ateliers opiquea du DrAltaie/d sejfabfiqua teutw
aorieeet toutes lormts de verres, blancs et couleurs et la plua
formelle garanua est donne au client que la fermule sera excut
avec prcision et ce nptence.
Plua kr, l'Emiuent Spcialiste indiquera la-rsidence oa Pou
rouna le censurer. *
BAZAR MTROPOLITAIN
Maison de confiance
Biscuits SunUiine
Sardines au tomate Premier
( 8oif.ee Chili t rj
Poi% blanc en ferblanc t
Confitures c
truite en f<-rblanc c
Boissons yazeuxes c
Jambons et bacons Armours
Mantgue pure lard et beurre Armours
Conserves Armours
Th et cornichons Liptons
Cacao et chocolat Lowneys
Savon de toilette William
Nous attendons par ss. Gen
Hod Gesiun fort stock de
cravales, verres de
toutes sortes.
de Ma s
lier, c'est M
^*Bd nri em',l0y* Publies.- \\.
fera*cup
^*riRp*',S* du Sacr-C*u.
?*de vei. iro,sse-
^ ^kv,rame f,e M V aura
lir'eStS1^e P" les prpara ,u
t,e a" 'e plu d'ici.t
Viennent d'aniver par la dernier
Paotasa.
Al'CPd Snokad Salomon ( sau
mon fum p-r b">i e )
Smoked Kl*. ( angnilleg fom4N
par oilea ) Heninp hn-enga d k'cofi
fe prlivre, Souapd Salmon, saumon
marin nar boite Epice Herrio^: Uig
ma ks harerijs marin par jarre
Nieuran haiu Sourisgors cervelat
t Cloclnna't par livre HetiinK in
fomaio sauce HaffDOa la sauce To
matp l.'huil* Dorrt, VloaJgra par hou
ipi'Vg pi pp|'on Asprgfl ( liobcoule
f r n titidiai >a pai boi:e. Olivs
pur (lacoo etc te
ltt^beBn;',8er c
vendre
{A
Mw)
A vtrdht le dt'inub du cojt Ju porl
A vmute hm but roui s caolrluu
te* avec aittllage 't d-ux btlM tireur,
t'adrefser au Ao IbbQ, rue Lg^arrs
Assurez vous contre LE EU
^dressef-votis la plus Forle compagnie des E U
La HOME INSURANCE Co de N.-Y
ageiit gnral pour Hali
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Prot.uez^votie Maison, voire Mag-sin, vr^dpts au taux le plus raiaonnabV
Aucun Irais ne commission ni de courtage paver
Eug LL OSSE, 9o Kue du Ouai


**
t*,< lV
i ni, im i n "
/1 aru acic
Alhcrtiui-EwnU
MARTIAL A.rFTRT*. P G. Suc !
Fonde en 1860
Produits chimiques des ml|
.puips Usius de France et d'Ane
fique!
'lme Dentifrice Kolin- s I
ParfuiLerieJ&iiisti u an.c'ii
cain.
Pelius' lliug Sion
Siccesstr l# AI BEUTIM EH a II)
l stabished 1850
Airfrirari ft**rcDcn PWnl Mp
dicsiifs Bps! (huricals tioui Lu
icpe and the si aies,
^neriran piiscrir..iirn fille?,
Fren^h & meneau Peifutued
Toile Wa'pr*.
CM il a Peirus'
Pharmaev tiiadiiate of TfKpk
Univemity. Philadelphia. Pa.
AUTOMOBILES '
/
1 louer
Avis important
le Pub'ic rti mfotm qveU
VVftrt*i lav'fi'wp lui on ui "lt d
c un offre f-rovtoUti P\it ffif
prime 1" 12 Hue du Cn trejk
dr la intutagri'.C dt$ ( lt lu h-
tatlotifiqucs.
Put au rrircre 4 Matlif'QQ.
Le prtidftti d*la I emi'et Pin
iat mis lntotptrottd,
Jchn A UJUIiu*\DS,
Courses en ville & hors lie la vi
Voyages Finlrieur
du pays.
Pour les provinces et les
villes de Slo-Doroingo :
Puerlo-Plala, Santiago
de los Caballeros.
S'adresser
Chas. STEPHEN
IttO.Q and u ou Avenue C < I bfqp Manon Suiilb tailleur
on n ftaw d .. IL. Iireo^i" A. .. Lu.u e Ifrw (Jvi r Avanu
C&URue21 > Tlphone &**
Revue Illustre el Vente
Patrons de mode
r

lM4


ARTICLES FRANAIS
La maison Max
Rue du Magasin de VE'at
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
SYViettes damassies fil et colon
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, moue hoirs de soie,
cravates nuds et rgates assor
lies, Gilets de flanelle.
Voyez-vous ces belles Da net, vouUz-vonse re lgiae*i
smartea ccnirne elles ?
/L'FZ CHEZ
Paul E. Auxila
Rie du Idag Stn de l'Etat el '[ravirstre i
O voaa'rooven z i-s TiaSUS u p ua joli* ot piusnoow
UI'UaNS Ifs plus a piopnea ei U un choix rare-
Il \ous donneia on C* ulngiiii de Mjde et voua vendra le m
iMurera voire lobe une CuOPE ia peccable. '
loraeta, b s, foitn'.s de clup ut pMiiuueiies diverse) di
fabricant Touque oritnitle-, Tncoph-ioui, l'oiumadH rnceilti
Pommade Exeelienlo. Lotion I HGl .NTKfc, assumai a ia peau I
et vtiQJte. rtMuphca.'it les ci met
i ne viai e dan* ' Moi^on vop nr voua devez poitcr. ditpaiaiaBent-
La maison
Veuve Barbanci
a r<
TURKl!
IlIMO
CIGARETTI
EXCEPTlON*L(JUUn|
TH AMERICAN TCI*C>
"S.
P> ..-.'.' !!L!
Champagne PIEPER HEIOSiECK
Demi sac et hrui chez,
EDWA1U) M. 1U1MIFL & Ti0
i
1 PortauPrinc
\
Pharmacie F- m
Angle des Bues Revue et du Ci
2 Mdailles d'aigen Eaposiion de piv*e
Laboratoire de Chimie Mdi*|
Droguerie, Produ.s chimiques et V****^
Spcialits fia.a.ses et amnca^Ls,J
Prparation de toutes ampoules mdicameme^
et injectables; m
Spcialits. -Srum nvros'hn.que simplejn
lodhydrariyre. Srum ue Worard rempg.
rcalcdiams de Je.rier et de itob
Il'v a toujours en stock : Nevioslhcose MW i
Elixir de Pensylvame.

Reprsentanides Laboratoire
Bpisilaire du P
r
lACTIFERM.- Ferment lactique, conlre *il*dw
Inales st cutanes.
UXiPINE-Srrique de la coD?tipstloO:


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM