PAGE 1

IL k,lTVA •*• ^/ manif stntio S iri'us d ntlststedl ( I Cor ch. XI v ra. 7 ). I>*na C cas, Irnorahle Secrtaire c h at noua voyon* irntc de cea don* nue non'lois imMinl condamner : *. elm de gurir celai il oprei d# imiacles, celui de dis%  •• neuient d> eeptitf*. et d'emble, le chrtien sers j avait pou-s l'empereur Ju ien I a tiaqu pour exercice illgal d^ luJur, uour dmentir les Ecritmes mdecine on pour Makandalou biei pour 1 M Ique chose de similaite. Une if lie qoeet on mrite d*l \ use on aArieu*e considration, ca> < n pent tre pus dars l-j pige de? Icia aliia qo il serait quitnhe an cbtnraire de ftrentir a chaque indivi iu la pleine Libert d • ion Cu'tei -t suitout du < culte chr'ien > prauqu par la gnralit Je uog con ci'oyenr; Noos dsirons doue savoir avec prcision, ri par extraordinbire un proph e Klise renttaisaiit chez rouai f/et-prit Bouil'e o il veut. Sniritvm ubi valt spirat etc. Jean cb. III v. iS )• qu il s'enlerrniil daim une rour savoir commer t concilier r ex-es sacr^jj avec nosl>n qui !•• alop'e comme oftic.eis tout M en orolubam p r aillanr-t l Hieicic". L'o im-'il peut lei fiiW lire %  I rieurs n %  )> %  i:'u.i ne somme piu le C6i temps l, comme aussi il OH 8 fuie mourir vaioement un nombie' immense d hommes mi d rebtir Nouvelles Etrangres 23 Mars alXYEJI )EOh m nie Je Ber Il i qt'jn a.-cni dfinit f est iniergrve et exigea suc le M ises de la dsi S'nc io '^ LOVDRUSLes rgoriatiois du iviou data le Bissin : la Ruhr engouvernement tOg'ail avec, notre se ire les ou "i: rs e' le Gouvernement frtai a d E at de U m inn march in qiand mmeleTempl-deJ'rusalem aui %  cond-ttonsbu vantes. : l/rmatmaj de fou empreint d'un g and esprit i 11 eu prvint les JuifpHr un dit, P* l'me des ouvriers pour le main de coiciluno i LAngleene a:cep a les dchargea de tout i npt eatreor '' en de!o r dre Remaniement du gru '* re':.'.( < i ,i ut%  •• %  u ouvi ;••: s et chiruea l'intendant du U Palesii e, Au iu<-, n acfi 'r c.i grand lui vail en lui ardOon*ut d-j up >rRQcr aucune panne ni aucun' dpense poar le p ompt aihveinei.t de cet ouvrage ( Il >st. du lias Emptri do Sgur p. It)i ) Mai^ M aot pour nous dis co--] eiures pu< nled et se Cund.'A %  ( %  -. mus n av us, point le qui pa teirren au rupdEtst |dom laquestioi lui avm t\"i amfiil la voixd nonvul-s loi ocialen, '•" ^c^ord s'mbl: i'lement devoii ^ r i lisation d?s nrinei Disso'otion iotsi.enir sjr h question d.-s nivires rvo'utiojnai Sai*il dins les ports b %itiais. l'AUl'S— L? Pt : t l'arisiin cro t J$ t t remise en ati%  Baribou cou tatJ $>> j -es buts Unis 03 r \t c c t e r evi S iouauxdp.n sd ;^ d au br.fuede h A II U *> H flicite M.l.erandd?^ et d'avoir bien dhoda | " del France, d'av^r JJ J : -s alli. I souhat iqu C 'se coQ.nauera et ftij,^ Uulhou txamiai U •'-.et dclara ^ rompan-sac.*su], tQo t chambre avec un cadavre pur lejdroit de prauo>r dna U conjonc ressusciter.-il Liv.Uois ch. IV, vers ture, nuiaqu'il aVfr/t dune question niqu'il viuiiasat la lpre d'un N( capitale o les termes nim ;s dj la a.nan. Il It. ch. V, vers. 5 ou bien un prophte .Samuel qui S-MII irai' payer pour lui ftire reoever d s objets perdus ( Swnuel ch. IX v. 7 ; ou mme un de ces croyants qui |uoostiLu'iOD sont en jeu prop >s d'une religion quVHe reconnat pour par qa'd3 accord est eu voi di TI 5'iet du tonmge que poisltn sans c >mpt r oraciella e*. dont les m bSTSIf? 1 ^ ue ft namb eus prolssutaires PIUH f erventspourraient re en pril. I 1 niL J) ma l'espeir q e vous noua fertz d s for.ii4t:o.is contrs res. CONSrANTINOPLS A le suile de l'arrestation a li inltm'lift t plusieurs dputs vjta ire la C'8ioi de D.-kiJa et pro'esielel qui IUI soit assur* par le: arran aui ; des pa lemen s de F icelgementi survenus entre C imentel dAn^letene c des But! Uuil 0^ etMicky I) aulre part, le lournil mb eu: soiuc J U PfiflO les usvire nainnai te — la chamb e i i tlu -deinent eu coisru:t.oi dan une notion p'otstanl con • les chiat ers de la (iuude lir.taga annonce que des nagOCietlOQJ oa engages en:rj la France e: le Brsil L) a Jire pirt une dd-pche d'\ni'o|au suict de I arq m tioa en patin Dieu envdyait ses dons, 'nous dai*' une rponse qui" 1 sera certineinmi ie annonce que U nouvelle de 1 oc des navires allenmds saisis pir li ions aaVOl**, dlsj-*. quelles sont les d'accord avec la reisOQ et l'quu u ? 1 d.' la cipitale provaqui uae gouvernement btulieo. L'Aa'?, honorable Secrtaire 'K at. ajiLiations. fouiqueaea bommea de foi iiesoienl 1 KKBN.iMD AMBllOliK point entours de toute la sollic tu Io' iCuo gouvernement siieux Nous — remarquerons mme avant de liu'r' :jue les hommes de tous les temps 'n ,..„ M| . n t P !.„.,,„ niit 100] 'io ri dsire fOtr un prophte ** taiijjiytuoan, u .imuasr pour crjire eu sa parois et lui vouer L* Pharmacie L'aUat l'honneur toutes soi >eo dhouiJ^uis, i'oti les d'aviser ma t'Unis qu' partir do pharisiens disaient au Chns' .t .^i M irdi Hi Vlers l')iJ,-lle est iintalhe noua avi an vcu du temps de i pres nous nenousseiions pas joi a etx pour rpa dre te n>. d INopuiet MI diebus patrum nos'iotum etc. MMlb. ch. l -':.' vers .10 ) Quelques jours apic, ils ont as rtscin Jsus. (U Mais nu..-, uetituant que le temps u est plu* ou > liille tue: quelqu'un qui aura 1 i ues vrits de haute poife pli iin pbique, dunu la vie a <\nr. ,u • ma /de CHiidainn par les savants et eyclif-S de Milan, San Rmo BHloni s':st c ass crmier, Adeu>sier d.-uxme et (iirardengo tros-ne. ALGER— Le Cammandant vMle [main et le lieateaaat Chabot arriver *nt a Bimpo LE II VVK — Leni^u bjttFrance est arii/ de New Yok w Johason anb^ssideuri liomiet, t premier .No LiJ. i, U rue di.Centre,en-, m i n istredu Cind?. J| CUNSIA\ri\'JPLE-Lcabi-et ":Sahm P.cna de n ior.na. Le su tan IIHCIPP, et qu'Us y trouveront to f Et dicilie : ?Si fuiseemus jouis le .niin loin dans l'excution ( des ordoinauces et le mmesauci de leur plnre. 1,8 setvice de nuit cet assur par .\lr II. l'ansot pesoniielUiueni. (Jliiueso instaurant An le R.J3 16 el Avenus VaMe et Kjuettn SH le a tu in chargea un mini.-le de former le nouveau cab uet. PARIS-H rsulte de la statistique publie par la du ction des douanes que les inpoUians del France lev.eat pojr .es d-ux premiers mois de l'anne 192J i 4 millions [et de ni coitre s;pt cea'.s millions -eu 19(9: le* fxpjititioai augmente de vue del France dins ces fa le s PARIS— Mansieur Mir a!, mini lia J.*s liai acei.i teiviewe pic l'Echc Je Fans, dclin qu' 1 ne poura pas encore prciser les rtolitti df .e.n.uuat Je U plis, ii ne pouir^ pas louiuir des renseigne neuts ofli ciels avint luali IQ dE -Li giv a t proc'.aai. nie. a.N.p :s Le* jaarniux signic ans lrie i*e gitatioq ouvrire Ji tou> les poi ats de lU.iie,not m n ioreucs L; gjavir em.-ul aecidi Ui l>i ndredes mesore ngoareusesdan le ba'. d enrayer le m u/em:u'. Le rep.siiuanti de plusieurs prov,,K\.s; soat runis a Ko ne tt alresreti ua appel au Pa.lement, rcla n. que des mesuras immiiia'.es s >, prises coatre les 4gua'ioa> so;uli.iti Dollar : 14,9e xorcie quelques indivi JUB attaqus ?er (M1 les plus difficiles seront Jt0| \ u ; e ", £ sensib u st sU a StVSS&Saj^^^ MWu U Chambre d.a.d. J • \ 2J Mare feili i honneur d'unerpot se prcise tOOtlOfllei a iwtfi* lUM'iijm far vm*t* de f .ter uns avance PARIS aq -A U clumbie liaitn menl fit 110 ini-'ii'i ie o it |ia<. de rembouisabe om ne unique moyen,' noatra la* aviotigcs obreeaa p 1 j CM cci hotn n J.-.,:i Cft II VU. 1*1 ,1 11 >;> .1 • mil u'v. l'adjpti'r four BU propret et IJ de donner une solution au conflit l'Angleterre et si pliut q je la t 1. promp itU'l : de *on Sjrvice.'actue'.Lacicvi p ronisa uae enqute, t v e de rvision da Iraite Je Ve.s.i /ga de U poliiiJueT?^ '^Itch k. Il constate *J?£*L illojnes entrent en lelaiSH ^.tsefoiten:oura. 'N .letsrit et I Italie. 8 *** Ba Ihoi ajouta, il fa t i,„. iolencease. P ,ve,t 1 o ase ^ 1 a.de que nous n'arrivions,? i'd pour sauvegarda noj j 1 •uis Bar hou aprs a or J? ^mngeMdieu.dmoa^' •unce perdu un harnme SUr la.t dans U g u erre cl noriset blesss elle p eut ,M le droits assurant soa iadi f par lexpre>sioa d'uae pluS lustice. ri PAKI3 A U haute cour, pJ .'.noms dposent sar4iv*iao la voyage de (Jaillaui eu AaL a su4 - le* dcUrsitioiaiattiii, Koieawalddon l'hoaorabj auteuie et sur les calooiowici es au Brsil contre CaUlaaij lbatss^at renvoys %  midi 1 fARly A la chambre U ^d 1 discussion est renvjyeid-i c*AKIS. A U rhimbre Heriio." lanta Llroque; miuuue &u, •tux pub.ics txpoia les avaa u-obtieut Angetcrre pjur kj illemen: eu criai ban Le g-jan i.-ui e' le peupie liritanaqoaj ent aiJer la France daassaa aeni conomique. MilleranJ dt qu'.l espre q*i • iroiei seraui entendues d: h 6 de la Min.he.La Franc: dH .-• uai.i dus s:s canversaiioas s allies sea droits ses intrt! 1 -u jimai. milgr les divera • assig-res vaiaement appel a >yaute et a leur amiti tt si d ei al7er>air.-*s commuas de l'A, :rre et de la l-'rance c^sayaieeij < Jiter a njtre dtriment ses pi ie. divisions nous aurtoai lej 1 : leur rep J idie qu'ils se trsO ai l'alUaace ne sera pu unpi 40 FKL'ILLKTDN Dl MATIN Judex GDAND ROMAN PAH 4R1VR n E It -\ a J) E l Iil ni psr L. Fcuillade ) mntt VIE LIMSODR; LA FEldME EN NOIR |V (Suite) Le patit-i'.s — Je 1 'af attendais pas moins de toi l'putsj nouer, • ervelojpaMi aoo fii^ d'un rraarU tout daumira non t d* undteeaf, et suis nirl d'ailLsure que tu |.uiseraa dans l'accomplissement de ta promesse It 1 confort dont, certaines lie m-s, tu aura* beL'iir. Je l'espr.o! — IVailleurs i/aaUi pas dj rem I or' sur notre onre une ii conte | •able vie oire en 00 enant d elle la M s de Fa vi au 1 ? | Qui sait. si notie mre e s'a'lendiira pas un jour et ne a > dci uc n pas cheminer avec to t.vtc| 11OLS.. sar la toute do pardo %  / — Ne cous bei.or.s pssd'iUu.-ioi.s psrfilks.. reprit Jmquee. c Notre mie ne* cdera j irasis.. Elle a trop vcu de sa haine.. pour ce pte voulcir mourir tfte elle Et quand mme, chose imposable., miracle que je ne vete lilb, elle g>>g-i4 le vestibule et ses se pas automatique ver-A pice qu'ocupa t os en 110 exdu buieau b'ouvrait do cernent, lais saut apercevoir la silhouette troublante, austre.de lat'entme en noir. En coutant les derrires paroles de Botter, ?lle eu' unuau^e soutire l'onLep sapproehao'i eue lit 1œ plement d une voix gr'.ve et compl linent ap3ise. — Me voici, mis li;3. J'ai pens que mi prsence tait utile ici, et je suis venueEt s'adreeaaat .1 cfuea.. sJi> 11 il avec un accent de l'au-ii1 1 u i lit trusouner les deux frres l'iges en une altitude de crante respectueuse : — J'ai rflchi longuement ce que m a dit Jacquec Loin de reveuir sur ce que j'avais dcid, 1 • ne puis que vous b'.111.01 tour deux de m avou dsobi. Kt sur un ton d'autont suptme la grande dame demanda ; — On se trouve Favraut? ^Ja^nues rpondit sans l^siier ; — Pris des Ande'y, au bor I d la tiiic. dans ce fameux Chteau llouge que vous avez achet von' l it. Jea oot et le DOffle llghsse, *u mme pour nous y amnager, mon chemise do nu t, l-s inaus jointes, frreet niQ-, une retraite o nous!i>plueni U'unu voix claire t:t les pounions en toute scurit prparti yeux levs au ciel, la pneie <|u^ la mystrieuse besogne que vous.Jet qieluie probes \*i*> eut Uui nous avez confie. aoolflajt av*c ferveur j — o est il enf. rm'.' JJeaaet nont au/ jur.i nui n re p 1 — H.na un Osebot pratiqu dans quotHius rponCes jo.:'.Hcla tait si dlicieuse nenl dons comme de nous-noir. rmile. si (OJtiqtteiD*.ot nouvaM — Demain, vous us* c uluie/. que, poir U pre.11 re Ml dedl, ;,: a du 1 la port an grand deuil fol lai fn'l d'un lir trung< elle e'*t vers| V lii e* un regard d'interrogitio q il S Mii'o'al". di e •J elle est cette dame., et pour quni me regird elh ainsi 0 Mais la coin, s M de Tcni90fl qui, tout d-su'p avait lu dan I 1 iir de J8C(i:o'i ir. -s'aop r ocli>ii '.'• Ils en haart d'-nie vox que se* fils r.e lui cjnn'iesaient plus, tan elle laur semb'ait tre redevenue tout coup humaine ; — le suis la loear de M Valli res. le suis venue l'>ris pour quelques jours l'ardonnz noi d' ie entre dans cette chambreConi ne Jacqueline allai lui rpor dre, brusq lemsot **llo s'en fut en disant 4 aeadenj lils qui l'avaient rejoint" deii" I anlicb nhra : — Li ssez .noi, j'ai bsaoiu d tre seule. Et, dms le h ireaa do Jadax, elle daoneuripioog^e dans une prufjnde lve.ric A l'scoi' range de son ivgtrtf, aux tiessaillem^n's nerveux d-> ses lvres., aux soupira douloureux qui s'chappaient dd sa naitrine. il Ui vident qu'un combat violent se ivrait en elle. C s d.mx e fan's adorables et ce t • .in femme toute rayonnt 1 d bont para et de noblesse frainine. lue soi lain elle trouvait priant pour ceux qu les avaien ollensf,. ce^ Dsroles de miser corde transmise de ce ciuur de martyre ces cœurs, innocents.. Ce • par donne': eossl no uffena a • tomb de ces lvres de tau'.l PS I s tout c la semblait l'avoir far, lement mue L'an-^ de U pri allai il l'emporter -


PAGE 1

IK H A TIW Un Pur Sang Ne Vaut Que Par Ses Jambes D E nu me, la meilleure automobile du ir.or.de ne vaut que par les pneus qui la portent. Sou venez-vous de cet axiome quand vous choisirez votre nouvelle voiture et insistez pour qu'elle vous soit livre munie de "semelles" Firestone. Souvenez-Vous Mini que n'importe te que pourront vous coter vos pneus au dbut, ils vous coteront moins h fin si ce sont des Firestone. L, Preetzman Aggerholm Port-au-Prince •+t -iHrr PNEUS TM Maison de Mr Lonce Fils-Aim Bue Iraverstre ISo 312 Sa l'ait le ilahir dVnooncw a Le Maximum de Kilomtres par Franc %  il thon en que'nu's mcU y'asso m pao'scc Mil'erandet : jeu e jltjciit'q'-es i euvf nt tu ; ucun diinuuer la g-atiiiide que cous M pour la grjrde ]5ieisene cl Ihcu rt d a "coui av. c le £i uver •rrt sur la lucssi d'aaspier la i du monde, I.a 1 Ne avec h 1 b*v( des dirons Rfepr ureetg-ni ;ticn irterr.t •Je ei sauvt^aider les intitts de "irordre dt la France. C'ellc-c, Ir.'Oa p rstige traditionnel ac II victoire, pourra exsrcer influence. iLlN H-rrrann Muller renrn former un uouveau cabirti petiocnalts dont L'eg. o.prcs Ce l'union gnidle dt.s >yndr MBteivs g 4 ,-s comme ihnce llapparti.nneni i I a le g uche li sociale le m'jorrture L'origi Il crise cri dais la d* mande WHicn dt Diiris'K oc m u;.itpre.^en e par es -y. d a s. iftttwqui .'e sol d.ii cm avte. rt u-vtreni U co.ut.on XtLLESAix la Chapelle tu. pa lesfouics du Rekh "s pourparlers ne $o. t pas *U|Ourruedu 27 tut calm. Jfc Vewel le boubard;ruent Par l'a me rou^e ces a •"•''on des forces ouv.i-cs *nrtut 0 donne par le Co Pjuk des ouvriers. D,n s l "•V'Ues d. s milliers d 00ren-rent dans la rniue Mts aimes Lc bjrcau dt ^nktaniea appiend de Bua Odessa est o.cur depu.s Par un rgiment ukranieu es troupesTaiio *^Pales ditlrentes localits ^ueRakow.kysentuiti Avis de dpart Les dpches poiir Cifaob J'C 7 par le Htenwr Panarrn -roru te me's ce IOT 3 h f|2 heures prcises Celle* pour iVin i? 0 *u> lN mie, Gayestl i creel, parle ta. mer Gen. Il ,| ,< rlemai 1 30d COOrar, ;i I, nrA ,\ a i '• le iliidr dmooncer a ses ambrent clients un U vient de mdi. |,: S ,( ^ v "" priun*tde proviuone, de la provenance detoutes sc-tea ,. _^ l "' r I* t • es de la .s. maiuo Satnie. Iort a uln.r,..e-.,n,rs^ 1 ) '/Ws r/U( 68 HrffeiOi SUWCUltS l ^ • m SS^ )0ls 1 se J ,ar ', ,vr ? el demie' 1|4, Hbaucau de MXj livre *UV, IUU. Jambon fied .re pork, StOOlOO en saumure', tte de por; loa^: 1 orc Uueae porc Mel porc Musoau de porc Clair parc r&es ou saumure, h^renfi* ssui s par caisse, maquereatn, saucisson, sau^arie-t bo-u-, os rein tromse gruyre, patte raase/. tAie le maure, rnauW m pore lard eIobtn terbUnc d'une livre; demi, 5 livrest') [Ivres II I ivres H demie de la unique Armour trs rpute de la ReDubltum ei" tire; mautegoe fsmille etc. Lait condens Nestl, Lait Armour Staoore I miik; sucre eo boulej granul: domiuican: Sugar; Ueurre de table Coo. bague; Brun l|Savre et livre. Uaurre nueu rose fraieue. Baorre "ia 1 dit Liiy llatiliram. lieurre Hercule. i>eurre Lopel etc. Conserves aoeeiictiaee, Coubervts franaJaer. sardines 1 a r mon en boite, cown Inef, saucisdo du \\enu\ llanbur-'er Staa'k cown BotOgoa atyle, .Sausa>;e Water. thon marm lliuue demi t, boit>-, n! : t dliions .cann l'huile, bar cot vert, sardine a M-U macaroni, v: rmlcelle, Oignon pommes de terre. iliscuits Soda a.-ortis, itoyal lunch, liiscuil dou\, par boite dV bifccuita, bifeeuii au iai|. aux chocoUts, au beurre, a la tanne )a?tu N lise a la pljosjhaline Falliies. maccaroni par boite lia livre •Dragea I a mende diverses couleurs. Prunes, raisins, vin rooaa blai c d* Uordeaux eu g O.-J et en d. bail, rhum, dairin, talPi Par exe.uple hoissoni.fransJsM et del marqua N idole a a AoiWt. Marie Bi zarcf, Cacto how*. pipperimm, cognac, chary Brandy, boulet dem e bouteille. Dab >. nt cu.wno, Bordeaux Ceiiaa, Porter Bira u • %  & a-, huile Duiet et Marcel Al.olB demi booteitls et litre, en efbla e ; demi gailiii quart de gallOQ 3,4 de gallon, 1 gallon, huile Marseille p\ caisse e; bouieiHe en II der, Indigo de toutes provenances, bl pelote miclinv. Cire, i.pices ue tout, s sortes. Ftwiae Ktfciurqoczct, le Msgaiiu ee lent louicurs la disposition de tous ee, cbeoia de l h Capitale et Ur.t de ceux Je la province et ffSeront servis av. c les mmes sut a, la mme promp itude et polilesse. A trndre ' r fdu u 0 r' A ..mu.-, u Ouu rvu ; ( )U MM .., %  • „itdi,ig e ri deux bon* tireur ladrtmrau Ao 1, rue lamarr A vttlire pour muse de (Upm I un % %  'pejl.e Qrntnofhone Vidrolnt „ peine ifrvi et autinl cot JlO dl lat, pour les rendit ion S'adreun But 1) No iQ kaitori (1 A ll.M) /v„ ( / Ch0K le onze he>n<* ,) nii et rie th. i, t,l, %  %  Parlex-vous l'anglais ? I ne excellente occasion J. ppmidre mai ier la langue anglaiseaTec une reiiiarqual/le raj adite .lansvos moinenis libresichp* TOUS, en suivant noire cours pr-~ asgesgy par sp^cialeQienl pour les p-it sonnes d^ langue Franaise Lcrir £\ 1 +Q 1TM T7^ra ng P ur demander des rens ign ail L ^ 1 v --•! %  O men'scomplte RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES OBSERVATOIRE DU P6TIT SEMINAIRE COLLtC-H ST MR1AL Dimanche 28 Mars 1920 Baromtre 7644 Minimum 20 7 Tcrnpriture Maximum |l a Mcycnne a:urne 25,8 Citl clair jour et nuif, nuageux \eis les (> h. lia:on>tre en hausse. I. SCHERER Ls fte des Rameaux ,DaDi nos i M 1 patadales, la lte Jcs Kamcaux ;i iic |oyeuMmeift ckkrie bier. L UMCUIC til^icuK rapporte que lorsque i^ 1 SMI\II i H %  • 1 I ..iin.i.-, ics li.;on..ir. oc Jrusalem allrent m louic au-devant .le Lui. main, implorer sa miseAconie. l.\>! .n MMlvenil 'If ee pieux souvenir que ii 11 c Lathouque, chaque anne, cornramoie te glorieux anniversariff, La laie Jes Hameaux constitue le point de ciepart de solennits de la letnaM saune. Noui rappelons que e est ce soir u six heures, qu aura, lieu, .. u Cathdrale, I ouverture de la ICliaiM *l>-s ljo.iiiin.5. l-aie sera preehec par le prdicatetiT du Lareme, le chanoine Jan. aVaieiuent D'apri les lenstignetnenta qui nous sont parvenus, iiuusommej en mesure diniorincr que demain s uicctuera le paiement du mois quihnit. C'est une bonne mesuia qui permettra aux ercplo.. es pubuei de.bwd pasaer ia semaine sainte, ,\uu> en laitcnons les au.orns. Dcptrt Si.iipirns pjir.;. li.als-U'.is le. j :u .'s Lu%  .Ij.e n KcdC KJSJ noud, 11:, Je noire COmpj MlOte J.i.e. Kjs.MlJiia, qai vj.il s.' eousaerer aa gnie Civn.— Sous leur souhaitons Duiis suci). Brlemeiit Hjjenjiv arrt par 1a Camnlisioo deeontro e au .ri. cm Dt pou ma.di JJ Mars 1920 a d x li;ures pr ci s e! lu ma 11. CO.ISJII d'cliai LoaisAug. Gailaume l'ribunil BOUCS, lleajvoir Panjaet ^Nevers Cousue. Commune Bufne Uegaud Presse Le .Nouvelliste' %  SyuJi..t ageota de chtnge frorgea Gentil >.a e de. eyeeatl Le.io Josepn CJ urnerce Victor .Maugones Notaire. Hemy Aug y n 'ilegramrhe funtie Un tlgramme refn samedi annonce la mot. de Maaame Veuve 1-ndoiet Mose, ne Meieiei, ttcdti aux Caycs. La dfunte tait la soeur de Mr Henri Merei.r qui nous adies.ons, ahsi qu'aux paen s prouves uos sincres condolances. The IJmvnsni Instilvle L'pi ) g W. 1Q8 SI jily \ \ If CE QUE JESUI f CE QUE JE SERAI | ; Toujours reine et recherch; c jp Toujours prfre et envie | ORNOKA No. 1 C st l'idale Lotion-T( inture JE pour teindre les chi S et leur rendre sa eouleui m tive sans tacher ni les vctxrce La iUaisou Eug. Dgarni Avise sa nombreuse clientle que sa muison de commerce est transfre Sa Grand Hue JSo I8i3, ancienne Mai-* son V. A. Sada. %  w ni la peaa C'est u:ic prpi n • indigne t vgtale mrite et d'universelle Elle ne contient 1. ut IV. yci %  1 •::•.(! occasion iL it nomme. Kilc ne •jNif.atc d'Argent. ; 1 rveUIeuz, 11 fit ORINOKA No. 2 .' %  I '• qu'il y : %  •!< %  1 ;i] pour d'rliire les pellicule 1 du '.;. rr.ir cl rvclu; fortifier ks ( 1 •:r veux el arrter sa chute sans les teindre. .' >n liant les Dn-tucrirt. Phm marin tl Parfumtrus. Exigez la marque Orinolca ravve %  .ur l'articia. FAB''IC ,NT1| | Tl-e Orinoka Piiarmacal G., Inc. j N. Yo.k. 0. S. A. i ei exception!! 4 U i: K s': •Uivniwix iranjit'i's On trouvera i acheter aux bnrppux du e\l lin : L homme Uhe 1 hxcelsior, l Echo de Parit, le Petit humai, Le Petit l'mhien Ll.rnenunt, Ao Losirs, Us Annahx h\mtasio,\ t Hire LcPt'IcMle Sunday Herald Sunday Pu tonal, he illustrait J London NewMonsieur, journal des lgances mes culines; Le clbre Docteur J. Alfred Alfaro Ketraeciimisle Moderne 1 Vis>tera sous pau Port-au Prince .De passage par |e$ importantes et uuressailes villes de la R ptiliq i e iJ .<lua ***> "'Wj* ^cialisia ind quera la rsidence o l'on pourra le consul er. Semaine Sainte Horaire des Services Lundi, mardi, inercreii, jeudi i midi. Mditations %  Avis dl Dpart so/^ftmtd!. n rep:rt de tS'i arr .p Jeudi Saint i S heures du soir en imaff| ea i r arlais oltice euihari tique Vendredi Saict i s office eucfaaristiqoe Adressez, vous La u la £ tt:io LE FEU plus forte compagnie des E.C 4 CodeN.-Y pour Hati Vin. .. U n!S •' 1 li, fi. rt D a(jeil gnral Eug. Le BOSSE, Porl-au-Prnce Proi/gejloiriM,,c 0n vol e Magasin, rca dpt! -m taux le plus raiaoaoab'e I r r M Mr-a 1 kiL u 'fece ** Smith, H j igc Vaill.nt OT pour



PAGE 1

* .*•.' f\ anrrcie Alttinni-KwaM aiftilH A. Il lias, | (;. Sur epgtfiif Fccde en 1£50 Produits clin'oups des meil nr>s Usina le Fiatce et d'Am 4 lique.) 'une Bi itfrice K lii es l'aiftaciel'raraie • i amri csine. IVfiiis' llitifl Store Sacee ar lo A I PTRTM EWALD 1 stabished 1650 Aire riran 'Krenrh Patent Me (Mes IHS Beat (hemicals liom Eu if re ard tl.e si a tes. A ne ir an | rftfiif liens files, Trerrh A: n. encan Peifumed Toile Wateta. fif I il a Trirus' Pbaimaev fiiadi aie of Tenrplc T'niuisity, l'Liladtlphis. Fa. AUTOMOBILES ] Revue illustre e! Vente i i..i -. ... •. i ce in n tt j ri nu vit c i us itnPot ou rUnert 4 ManliZO. Le ] 11 : lift 1 1 (h la \ n r lite-Ji Tlphone 2oo. • %  LMBC*' Cmhmm ,a M to M, Voy z-vous ces belles Da ns, v.ulezvoua re lgin.ei ernei es tcu IUO elles /L'.EZCHFZ Paul E. Auxila Rie du Mag sin de litat et '{rai ersiere ARTICLES FRANAIS La maison Max MOUSS i?r du taga'n de l'E'al Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damassr es fil et coton Nappes coutils matelas chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soiel cravates nœuds et rgates assorties, Gilets de flanelle. Ou vus trouverez 1> H T1&SU3 itb plus joli, m ylusncni RUBANS lu plu9 a piopneaet d un chou raie Il voua donueia un C* alogu.i de M >de et voua vendra la aseuieta \oire robe une CUPB itnpeceablt. LoiaetK. bfa, foimea de chape.us. paitouieriaa diverses d bucan 1 ; lofiique omnule, Tncoiih'iom, Pommada raa jraraade fiaosKtntO, Lotion I RGtNL'KB, aitu-um a la ce fab Pomraad ei velout, teujj.It!ant lea ciuuai ne v.'ai e duos eeite Maison t voa enrui-. A avoir M VOJI devez poitir. disparaissentn moeila | peu.1 La maison Veuve Barbanci a I — •.—J' TUR1 %  LIN CIGAI OJCE"TI0NM.I AETTI 7hC AMIWGAH ir-'* %  "P" 'f !U .. % %  Champagne PIEPR HEIOSICK •i %  R" Terni sac el bvul chez. EDWARD M. RAPHEL & Co Portail Prince Pharmacie F' SEJiP ^*i0/e de8 RM8 Jctix et du 0 v2 Mdailles d'aigert EspoKlipn de Brvxeliw Laboratoire de Chimie Mtffc*] Droguerie, Prddu.ls chimiques et pharmactuuq Spcialits funaises et arnncaieFrparalton de outes ampoules mdicamenieuie et injeciables. ^ Spcialits. —Srum r.vros hruque simple^ K !" lodhydrarg/re. Srum ue arorard remp^w rcateilianis de Fe.rier et de /Jobin Iljy a toujours en stock : Nevrosthcose' Nrop F Elixir de Pensylvanie. Epiitaire du PBEVE^j Reprsentent des Laboratoire* LACTIFEnVf.-rermeat lactique, coalre &** %  i.airs et cuisucf*.



PAGE 1

i.:'^ ^ T i : "DIBICTER PROPRIETAIRE Qeuifiot'^Ati LOIRE MACBTBA T COM MCHAI [ u NUMCR1 15 CINnMM ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE Ur /,r0i tfl PAHT£IIBNTS M*M G 2 50 T' 0,,DO crHAV3ia T fl iircois • 8.03 -110-1 • ( 5' 1t re' ies au Conjtoir nI *"•...! de Publicit. 9 Ru-' Tron:hft, P F^Tat n, r.a^eHil' g Hoir**. |ia et Ju PiliA,, ii.itl Lundi 29 Mar* rJJO Quotidien Vouloir c'est avoir la couraye de s'exposer un inconvnient STENDHAL FELEPBOSEi 14* %  e '. il CAUSERIE FKVilN.NE ipo.i.i.mcc pJciafe aa t Matin fauBiMimesto'jsplu* oi ~oias, i;*fjen4antes.|L'id.l se co:iton (titec le dis r doit la nature e t ttiiitiii, i! s'en suit que nou; intitoujaurs en po, ure de su?ie, U miin tendue.sin; jamais ,.oir en plai'udi U sitisfactidi l%w implo.o s, car l'idil, dm iKDjabij'u, as p.-u' jimai :r? it. Il r.u u ; toutes les perf i i.j;0t,dire q: la perfe:tioi n'est lie ce nui 1;. PSI u i lieu onji.tftreesprit coaii' I idal airIM'il joait de U ttcult dr s'eirascoup d'ailes au-dessus des ngeice-, mais s'agit-i; de riliITUIOQ intellectuelle, uveat i et parfaite, la matrialit ljjrtas n y.su!lit pas, c'es 1 ce dmpere l'artiste vraiment p ii tte peut mi me le tuer psibiltts humaiComb;ca des plus grinls n'oit mer leur idal une forme i leur dsii : Cela explique 4e c il ailles œuvre m i. itUe la tte du Christ dans irable fresque o le Vinci peila dernire Cioe. Ayant esqu >'• totnidu divin modle, il se poissant i en rendre la giao et U ma je-l, aussi bien que la I 11 ne pot exprimer le itgari II les paupires mi bai*'es, k Bys' e, le svanre a p i ie et tiitite de mlancolie i,:%, l'atl-Tie de douleurs Jan> itl'atti.t: ait VOJIU ploiger. f M est ainsi d un tri gmd de chets d'oeuvre. lodre mjral, l'idal absolu, recherche d;mt*resse d; la nuci passionn de la justiur de la vrit, l'union hii et indissoluble de 'a tells ie l'aclioa, de la f ji et de de la tendiesse et de l'S tomes choses injiipeij;ables C'est Ttrs cet id.l qu'il tau haussa esp.it Sioa ne le ralise pas plo.tade, on peut tout au *tn rapprochar.Gest une m s • grandir, d'i happer au f ot %  wqtineries qui subrerge tant Pjuotsau &1 d:s jom. * l'idal n'est pas toujours pris %  absolu ; dans son sens relat* la mesure de chaque tre, lest de lort pets. quelques bas et consistent ssitu* Puissances de celles qui fant *U matire sur l'Esprit ou IJl'Eipntsurla' route de li avecle b.en. L/idal du Ces": la satisfictiqn de •J* manger avec excs, celui %  W. Uposiessq. de lor accu mutile. L'idal du sava.it. •*• pro.\-up de tauiller ir ttt, plas secrets d '* n pvur en faire | ullir des saurces ll,S I ? lil **'le cUi.e lient L*£J adorables quan-i .1 ne BB.?' 1 ^ k Rafal le si .< Kn?. nl ;^" -P^adra permki.: a P^arsait le b.t trs |toit„ ea ^ elh -*ni pl"heu | "* ei meilleure. k!' ch: ^e de l'idal, oa mm courant et a appos pou les parsuivants cent quirane fois tonies*6} (141 6;) de muchiaiiss divers s aiiii ripaitits. Port au P iice 744$ Cip Haitien f>\ 18 T.til 4 }} C-aivirea apport sat'fS tutrai ma chanlises pour ; Part au Panre. Beurre i) disses, cai-.vvds alim:utaire; 7 eii*ist,rrj< niig 52 ciijtt--, bi-e }-j2 :isis, Po n n de terre 21 caisse;, oi'iois 1 > cai.-.ej, G 1 7; caisses, uclsi en parctlsinc }> coli; tii-;n:e tteo s Cp Hiitieu— Aliummes r i eus •W, ar'ic'es ta po-celiiae la co s, arti-es milles 106 oli\ Port au Prince, le 26 mar 192 Je a ie§ filiez & uis le Soir... CHDSE3 ET AUTRE ? MM m n ami Akcl Lictot D.M le Soir • > '1 brise t'pute en filsxUa si frais, s iu< le M' owi lo moutonncrufm noir • id e diminue et tapirait, ila M ie soir pur el sous le ciel clair, u .", lencmert:, >! %  • tuix compass.... l>:s jeune ftlla oi: pa** qui se disaient leur* rves de i'O heur eu leurs bouh:ais passs; Jins le Soir e .iir I.vent qui senxouil'r.iit <:\ voiles du Silence s'est t'ait si doux q'i il :i sembl vouloir se '..lire i' mr ne piselteuiller us coorUftacs* >l li.sur des mois tr %  lenii d'tre alourdis de Avna l'exhalaient leleu %  J MCI m'juraieoi a leurs lvres DJS joines-iilles. le lon^ du Sor. ont pasr et nous n'avons pas pu vjir leurs viviajes ; mais It murmure de leurs xcrctl con:c dani l'ombre frachissante a laiss sur la rqutc i; ne Jais quel parlam d amour et de nr.'stce 1' lit I ombre moins Ktfflbre et U brise plus do.icc il secoua de tant d mois ncs cœars lasss [.t: nos lvres ont bu l'eatiN d;: se taire... lu bord du Sor. des jeunes-illcs ont piss CJ nmceii un. imd'ombre un avenir trc.chcr.. mme qa'oa s gare, miis quand on suit ladirecion de sa consci-nce.on liuii par alb'inJre le bat que l'on cherchait parfais sans le bien con na Ire. Nuus sommes den: *o s me :diants d-.dial, tsas nou^ cherchons ce trsor par lequel se lement lame acquiert toute sa digoi', toute sa puissance. Mais i! n-est pa> d tre si dshrits qui ne possdent quelques parcelles de ce bien tant eim,aucun qui ne puiss; faire l'aumne plus pauvre que lui mme, .''pitons, tous en rhVchau^ e( sans regarder deriie nous, qui les rarraas se, ides, paro'es et dsirs.Jl y a taqt 4e mendiants a-idal I Cela qlfe a toutes les femmes de cq^r le mQjfeo tie semer les germes d o sortent un lourdes plantes b-enlaisantespoitant (leurs et fruits Ch CUQ de celles qui ovloppP 1 lar voloat, plient au drvoir, leur ncul es prcieuse.', peut raliser un bien considrable. Si les actes ne concordent pa*i eact ment avec l'idal entrevu, 1 ides s'y complat, la pno'e le formale.ie desir lui p t sa sdudiou. et c'e;t ce qui nspitera Ml aut es des ides, des paroles, des dsiis en uaio 1 hir moo-euse, et cette un.on sera une force sur 1 quelle l'action .c-iaie l'appuitra tlticacemeot' '§iu .10; QARQ.S Correspondance spciale au MAHV Un savant anglai c ,M.PL-Simond. vient d'achever le iteensement des insectes doni le llr, sur lene, esl de aeuuuew l! a dnombr 350,000 espces, qut n'ont d'autre idal que 1 ix'ermiolion de la rac huma'ne. Ceat une arme forrriid^ble, d.vise en spcialits, conlcrmment aux p u tcems enseig einent, de la s.ratgie et de la tactique. Certains orp ont pour miss.cn de ncs affamer en dtiuistnt nos roo!tCI ( Kiemple : les charanons ). 1) autres doivent essiyer de nou. Lire p A rir par le f roi 1, n dm > issint nos abris ( les ter.n tes ), ou nos vtements ( les miles ) ; d'acres enfin, bataillons d'iite, exclusivement composs de buveurs de s.i i£, sont, i l'iostar des crabts de Pu mi al I)..kt\ anthropophages et lilims : on en groupe les mu liplea v r ts sous l'appellation gntique de totos. Dans chaque fami'le, la moycene des naissances dpassant nolab'ement ceiie des dcs (. m Igr la pernHOtBC a des ii 1 ques o guerre ) M. P. L Simond n'est pas sans inquitudes au sujet de 1 avenir de l'humanit; il craint que, de crise d'vffectits en crise d'ellecufs, elle ne soit un ]our submeige par une vrgue norme de ces nundibales i panes et qu'il n'en reste que des os sur un dseit. Le cri d'alarme devait tre pouss. Toutefois, on s'est tonn de ne pas trouver, dans le mag stral eaposci de M. P.L Simoad, au moins uqe discrte allusion a la grande offensive que IM Insectes ont dclenchs con.ie nous en 1-114 et qji manqua 4e si peu son bul. Cet efurl opini jre, qui dura Cinq ans, et qui Pi cause q^ue tant de sang gnreux lut yers, ce cataclysme moui qui a biouilla pour jamais toutes les etes de gographie, il n'tait pas vraise n blabe qu'un homme tel que M. P. L. Simond l'eut d j i oubli. L'a repo ter esl all lui uemander la raison de cette omiss on. M, P. L S moud a manifest une grande suiprise ; < C'est tts curieux, a t il en lui t pondu, cette histoire m'a compltament chapp li esl vrai que j'ai lu les journaux trs distraitement ces temps derniers. Je va m'inlormer. Occup, dans MS cabinet, a compter, classer, tiqueter, ; 50,000 espces d insectes, ce savant n'avait pas pris Carde i ce qui se passait d. l'autre cc): 4e sa po,:te, et cela est a somme tout i, fat uatqrel. Qjat'.ejl maintenant,ave: uneim patience hi'QComprehensible.le rsultat de ses travaux, sur ii tragdie que d' %  w :)ji es liisi.i;. ; J u nu.amlafgusr rtdSIAai sjaitqin (u*. ea ral < un puoie pat cal eiaent sa-iglaat de la lu't: sculaire i^s ia.ect s a, lea hann.'s Le cmjes ii^aes du rap. part qu il paUisra saus p?u soat d'atlloar-s caiau:s Cejt aia.i qu'il n'existe aucua daut: sur la nature et liup; t:e la rle j) li pi: iV raigie lu Kiis:r, h Jease araigie poilue qi'i gi ant au pl^foanu de (iiill.i-m: II. 'te-* si raiso] im|KTU e ai ie oaiM aux icisio.r, filaltft.O 1 i.^or p-.s noi plus que, profiul le e que a peap'.e s'enrigdrgeaielt, des naDpes d,e postaiA* de Matteis c Co Viennent d'arriver (iItalie: hemhe blanches pi U pour hommes hemitt couleursxphir pour hommes Faux-cots, toutes dimensions ilravates toutes nuances Parapluies Chapeau.; de laine Vente en gros et dtail ses, puc.p^ux et aulres totos.grimpaii-i t 1 l'assaut des survivant tandis que des vols de mites dovoruient les v ements que les mobiliss avaient laiss fuite e. alin qu ils tussent nus a leur retour et devinssent bolcheviks. Mais on atl nd avec anx't l'opinion de M P L S mond sur un bruit simstie, el non confirm heureusement Il paratrait que des hannetons, renouvelant 1 exploit de laraige du Kaiser, auraient trouv moyen de s intreduire dans les crnes de certains bourreurs, qu'ils y accomplira tnt des ravage pouvanta bits, el susceptibles de conduire l'hu inanit de nouvelles boucheries. Si la chose tait vtire.j^il se pourrait bien que. celte (o'./jnous lussions f..! LkSMO'SDL MAUH Xovie sympathique conlrre Willy a une petite imie, Maud, 10 ans, Londonienne ht elle lait des mots., que je crois mis au point par Willy : ^ \'ous ne savez par, mamar, ce que je vous donnerai pour votre lt: ?.. Un joli vase 1 ticurs, en cristal I — Mais, Maud, j'en ai dj un. — Non, maman, je viens de le laisser tomber par la tentre. . P;eJ TOMY Boite aux lettres A la Trapiaale iiv>.-> tetins fraD uses d ?s u.nici JS pour U ce. Un nous demande de publier; Jacinel, 2 Mais 1920 Au Secrtaire dE:at de la Justice En son htel, Excellence, Je me permets d'attirer votie plu Frieuse altention sur un fait qui m'intresse au plue haut degr et aur lequel il conviendrait.ee me aemblp. que I opinion publique fin dtfniti\e ment lixe. Les vnementu qu'on dirait apocalyptiques qui se uroulent dans le monde entier depuis cinq ans, ont juste titre proccup les penseurs et dterminent un bouleversement inoral danu les esprits qui ne donut nas encofe l'esprance d'uu quilibre proohsin. De gens qu'on admet d ailleurn pour autoriss, arrivent Dame pn> pli iser la fin du monde. Ur, de toute cet'e promiscuit, d'opinion* qui s'entrechoquent, il rsulte pour plusieurs un besoin d'appui moral ci^ue '.a religion ser.le semblo offrit. Oc, puisque dans notre cuaititutiom mme les cultes sont reconnus libre* et que, de plu, la religion catboliqueest celle adopte par elle, nous voudrions avoir si ceo voie des prophtes, des sages ai vos prophetas etc. Matin cVi t vers.. ;ti. Mais, alors mme '40e cette hypothse serait carta — celle de la Ha — ei quelque uns entendaiwn pratiquer aejfiettMUMnt sa relijjion danB le louable but de tendre vers une pefteoUOA qu'il croit possible r MM mat si,'comme les premiers •Mviteura du Mai re divin, ceux-li entendaeut marener vers le royaume des cieux, il peut bien se faneque Dieu, pour les honorer,laur con 1re un don spcial, ou mme plusieurs ( si ce n*est tous, comme il an conterai!, ses anciens serviteur* Or chacun la manifestation d %  l'Esprit est donin-e pour I utilit coiu mune. EQ erfet, l'un est donn par l'Kaott une parole de sagesse, u i\a autre, un parole de conuaissaii ce selon le mme esprit, un autre h don des guusons. par un mme esprit, , uu autre la toi par un mint espnt, uu autre, le don d'opret des miracles, a uu autre la prophtie; un autre le discernement d e.'prit*; uu autre la divers.t dus langues ? Unicmque autera datut


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05081
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, March 29, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05081
System ID: UF00081213:05081

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
i.:'-^ ^T-i:
"dIBICTER PROPRIETAIRE
Qeuifiot'^Ati LOIRE
MACBTBAT COMMCHAI
[ u NUMCR1 15 CINnMM
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCE
Ur'/,r0i' tflPAHTIIBNTS
m*m G 2 50
T'0,,DO" crHAV3ia
-Tfliircois
8.03
-110-1 (5'1t re'ies au Conjtoir n-
I *"...! de Publicit. 9 Ru-' Tron:hft, P
F^Tat n, r.a^eHil'g Hoir**.
|ia et "
- Ju PiliA,, ii.itl
Lundi 29 Mar* rJJO
Quotidien
Vouloir c'est avoir la
couraye de s'exposer un
inconvnient
STENDHAL
FELEPBOSEi 14*
e
'. il
CAUSERIE FKVilN.NE
ipo.i.i.mcc pJciafe aa t Matin
fauBiMimesto'jsplu* oi ~oias,
i;*fjen4antes.|L'id.l se co:iton
(titec le dis r doit la nature e t
ttiiitiii, i! s'en suit que nou;
intitoujaurs en po, ure de su?-
ie, U miin tendue.sin; jamais
,.oir en plai'udi U sitisfactidi
l%w implo.o s, car l'idil, dm
iKDjabij'u, as p.-u' jimai :r?
it. Il r.u u ; toutes les perfii-
.j;0t,dire q: la perfe:tioi n'est
lie ce nui 1;. psi u i lieu on-
ji.tftreesprit coaii' I idal air-
IM'il joait de U ttcult dr s'e-
irascoup d'ailes au-dessus des
ngeice-, mais s'agit-i; de rili-
ituioq intellectuelle, uveat
i et parfaite, la matrialit
ljjrtas n y.su!lit pas, c'es1 ce
dmpere l'artiste vraiment p ii
tte peut mi me le tuer p |dpare les po>sibiltts humai-
Comb;ca des plus grinls n'oit
mer leur idal une forme
i leur dsii : Cela explique
4e c il ailles uvre m i-
. itUe la tte du Christ dans
irable fresque o le Vinci pei-
la dernire Cioe. Ayant esqu >'
totnidu divin modle, il se
poissant i en rendre la giao
et U ma je-l, aussi bien que la
I 11 ne pot exprimer le itgari
II les paupires mi bai*'es,
k Bys' e, le svanre a p i ie
et tiitite de mlancolie i,:%,
l'atl-Tie de douleurs Jan> it-
l'atti.t: ait vojIu ploiger.
fM est ainsi d un tri gmd
de chets d'oeuvre.
lodre mjral, l'idal absolu,
recherche d;mt*resse d; la
nuci passionn de la justi-
ur de la vrit, l'union hi-
i et indissoluble de 'a tells
ie l'aclioa, de la f ji et de
de la tendiesse et de l'-
S tomes choses injiipeij;ables
C'est Ttrs cet id.l qu'il tau haus-
sa esp.it Sioa ne le ralise pas
* plo.tade, on peut tout au
*tn rapprochar.Gest une m s
grandir, d'i happer au f ot
wqtineries qui subrerge tant
Pjuotsau &1 d:s jom.
* l'idal n'est pas toujours pris
absolu ; dans son sens rela-
t* la mesure de chaque tre,
lest de lort pets. quelques
bas et consistent s- situ*
Puissances de celles qui fant
*U matire sur l'Esprit ou
IJl'Eipntsurla' route de li
avecle b.en. L/idal du
Ces": la satisfictiqn de
J* manger avec excs, celui
W. Uposiessq. de lor accu
mutile. L'idal du sava.it.
* pro.\-up de tauiller
ir ttt, plas secrets d- '* n*
pvur en faire | ullir des saurces
ll,S,-I?lil **'le cUi.e lient
L*J adorables quan-i .1 ne
BB.?'1^ k Rafal le si .<
Kn?.nl;^" -P^adra per-
mki.: a P^arsait le b.t trs
|toit ea^elh-*ni pl"heu
| "* ei meilleure.
k!'ch:^e de l'idal, oa
Dpartement
h Goiu.norce
Arrrvaga de Marahan lisjs
Le steamer Hj liadm Aurori #
pyant hiss A-nteriaTi la ft hvrasl
:ou est arriv Port-au-?rin:e le
2> mm courant et a appos pou
les par- suivants cent quirane fois
tonies*6} (141 6;) de muchiaiiss
divers s aiiii ripaitits.
Port au P iice 744$
Cip Haitien f>\ 18
T.til ,4}}
C-aivirea apport sat'fS tutrai
ma chanlises pour ;
Part au Panre. Beurre i) disses,
cai-.vvds alim:utaire; 7 eii*ist,rrj<
niig 52 ciijtt--, bi-e }-j2 :isis,
Po n n de terre 21 caisse;, oi'iois
1 > cai.-.ej, G 1 7; caisses, uclsi en
parctlsinc }> coli; tii-;n:e tteo s
Cp Hiitieu Aliummes r i eus
W, ar'ic'es ta po-celiiae la co s,
arti-es milles 106 oli\
Port au Prince, le 26 mar 192
Je a ie filiez & uis
le Soir...
CHDSE3 ET AUTRE ?
MM m n ami Akcl Lictot
D.M le Soir
> '1 brise t'pute en filsxUa si frais,
s iu< le m' owi lo moutonncrufm noir
id e diminue et tapirait,
ila m ie soir pur el sous le ciel clair,
u .", lencmert:, >! tuix compass....
l>:s jeune ftlla oi: pa** qui se disaient
leur* rves de i'O heur eu leurs bouh:ais passs;
Jins le Soir e .iir
I.- vent qui senxouil'r.iit <:\ voiles du Silence
s'est t'ait si doux q'i il :i sembl vouloir se '..lire
i' mr ne piselteuiller us coorUftacs*
>l li.sur des mois tr lenii d'tre alourdis de Avna
l'exhalaient leleu j MCI m'juraieoi a leurs lvres
Djs joines-iilles. le lon^ du Sor. ont pasr
et nous n'avons pas pu vjir leurs viviajes ;
mais It murmure de leurs xcrctl con:c
dani l'ombre frachissante a laiss sur la rqutc
i; ne Jais quel parlam d amour et de nr.'stce
1' lit I ombre moins Ktfflbre et U brise plus do.icc
il secoua de tant d mois ncs cars lasss
[.t: nos lvres ont bu l'eatiN d;: se taire...
lu bord du Sor. des jeunes-illcs ont piss
cj nmceii un.- im- d'ombre un avenir trc.chcr..
mme qa'oa s gare, miis quand on
suit ladirecion de sa consci-nce.on
liuii par alb'inJre le bat que l'on
cherchait parfais sans le bien con
na Ire.
Nuus sommes den: *o s me :diants
d-.dial, tsas nou^ cherchons ce tr-
sor par lequel se lement lame ac-
quiert toute sa digoi', toute sa
puissance. Mais i! n-est pa> d tre si
dshrits qui ne possdent quelques
parcelles de ce bien tant eim,aucun
qui ne puiss; faire l'aumne plus
pauvre que lui mme,
.''pitons, tous en rhVchau^ e( sans
regarder deriie nous, qui les rarraas
se, ides, paro'es et dsirs.Jl y a taqt
4e mendiants a-idal I Cela qlfe a
toutes les femmes de cq^r le mQjfeo
tie semer les germes d o sortent un
lourdes plantes b-enlaisantespoitant
(leurs et fruits Ch cuq de celles
qui ovloppP1 lar voloat, plient
au drvoir, leur ncul es prcieuse.',
peut raliser un bien considrable.
Si les actes ne concordent pa*i eact
ment avec l'idal entrevu, 1 ides s'y
complat, la pno'e le formale.ie de-
sir lui p t sa sdudiou. et c'e;t ce
qui nspitera Ml aut es des ides,
des paroles, des dsiis en uaio 1 hir
moo-euse, et cette un.on sera une
force sur 1 quelle l'action .c-iaie
l'appuitra tlticacemeot'
'iu .10; QARQ.S
Correspondance spciale au Mahv
Un savant anglaic,M.PL-Simond.
vient d'achever le iteensement des
insectes doni le llr, sur lene, esl
de aeuuuew l! a dnombr 350,000
espces, qut n'ont d'autre idal que
1 ix'ermiolion de la rac huma'ne.
Ceat une arme forrriid^ble, d.vise
en spcialits, conlcrmment aux
p u tcems enseig einent, de la
s.ratgie et de la tactique. Certains
orp ont pour miss.cn de ncs af-
famer en dtiuistnt nos roo!tCI
( Kiemple : les charanons ). 1) au-
tres doivent essiyer de nou. Lire
pArir par le f roi 1, n dm > issint
nos abris ( les ter.n tes ), ou nos
vtements ( les miles ) ; d'acres
enfin, bataillons d'iite, exclusive-
ment composs de buveurs de s.i i,
sont, i l'iostar des crabts de Pu mi al
I)..kt\ anthropophages et lilims :
on en groupe les mu liplea v r ts
sous l'appellation gntique de to-
tos.
Dans chaque fami'le, la moycene
des naissances dpassant nolab'e-
ment ceiie des dcs (. m Igr la per-
nHOtBCa des ii1ques o guerre ) M.
P. L Simond n'est pas sans inqui-
tudes au sujet de 1 avenir de l'huma-
nit; il craint que, de crise d'vffec-
tits en crise d'ellecufs, elle ne soit
un ]our submeige par une vrgue
norme de ces nundibales i panes
et qu'il n'en reste que des os sur un
dseit.
Le cri d'alarme devait tre pouss.
Toutefois, on s'est tonn de ne pas
trouver, dans le mag stral eaposci de
M. P.- L Simoad, au moins uqe
discrte allusion a la grande offensi-
ve que Im Insectes ont dclenchs
con.ie nous en 1-114 et qji manqua
4e si peu son bul. Cet efurl opini
jre, qui dura Cinq ans, et qui Pi
cause q^ue tant de sang gnreux lut
yers, ce cataclysme moui qui a
biouilla pour jamais toutes les etes
de gographie, il n'tait pas vraise n
blabe qu'un homme tel que M. P.
L. Simond l'eut d j i oubli. L'a re-
po ter esl all lui uemander la raison
de cette omiss on. M, P. L S moud
a manifest une grande suiprise ;
< C'est tts curieux, a t il en lui t
pondu, cette histoire m'a complta-
ment chapp li esl vrai que j'ai lu
les journaux trs distraitement ces
temps derniers. Je va m'inlormer.
Occup, dans MS cabinet,a compter,
classer, tiqueter, ; 50,000 espces
d insectes, ce savant n'avait pas pris
Carde i ce qui se passait d. l'autre
cc): 4e sa po,:te, et cela est a som-
me tout i, fat uatqrel.
Qjat'.ejl maintenant,ave: uneim
patience hi'QComprehensible.le rsul-
tat de ses travaux, sur ii tragdie que d'
w:)ji es liisi.i;. ; j u nu.amlafgusr
rtdSIAai sjaitqin (u*. ea ral < un
puoie pat cal eiaent sa-iglaat de
la lu't: sculaire i^s ia.ect s a, lea
hann.'s Le cmjes ii^aes du rap.
part qu il paUisra saus p?u soat
d'atlloar-s caiau:s Cejt aia.i qu'il
n'existe aucua daut: sur la nature
et liup; t- :e la rle j) li pi: iV
raigie lu Kiis:r, h Jease araigie
poilue qi'i gi ant au pl^foanu de
(iiill.i-m: II. 'te-* si raiso] im-
|ktu e ai ie oaiM aux icisio.r, fi-
laltft.O 1 i.^or p-.s noi plus que,
profiul le e que a peap'.e s'en-
rigdrgeaielt, des naDpes d,e postai-
A* de Matteis c Co
Viennent d'arriver (iItalie:
hemhe blanches pi U pour hommes
hemitt couleursxphir pour hommes
Faux-cots, toutes dimensions
ilravates toutes nuances
Parapluies
Chapeau.; de laine
Vente en gros et dtail
ses, puc.p^ux et aulres totos.grim-
paii-i t 1 l'assaut des survivant tandis
que des vols de mites dovoruient les
v ements que les mobiliss avaient
laiss fuite e. alin qu ils tussent
nus a leur retour et devinssent bol-
cheviks.
Mais on atl nd avec anx't l'opi-
nion de M P L S mond sur un bruit
simstie, el non confirm heureuse-
ment Il paratrait que des hanne-
tons, renouvelant 1 exploit de larai-
g- e du Kaiser, auraient trouv mo-
yen de s intreduire dans les crnes
de certains bourreurs, qu'ils y ac-
complira tnt des ravage pouvanta
bits, el susceptibles de conduire l'hu
inanit de nouvelles boucheries.
Si la chose tait vtire.j^il se
pourrait bien que. celte (o'./jnous
lussions f..!
LkSMO'SDL MAUH
Xovie sympathique conlrre Willy
a une petite imie, Maud, 10 ans,
Londonienne ht elle lait des mots.,
que je crois mis au point par Willy :
^ \'ous ne savez par, mamar, ce
que je vous donnerai pour votre l-
t: ?.. Un joli vase 1 ticurs, en cris-
tal I
Mais, Maud, j'en ai dj un.
Non, maman, je viens de le
laisser tomber par la tentre. .
P;eJ TOMY
Boite aux lettres
A la Trapiaale
No 1532.
Par !e franais est arriv l'EHuf
anli-oplitalraique contre les initadiea
des Yeux.
En Stoclc chez \lolo Mi uijrnea.
a trQiVWtarticli pour: #u-
lurttliagerie, brodefia, de U par
f nuTie, dis coMete, dtst chiuaiu
res bl niche |our hoannii^ Je*
chiines ilf ia intre> iiv>.-> tetins
fraD uses d ?s u.nici js pour Sluohs Lmor pour Lessive-,
0.1 trouvera PiiouVro cs spcici-'
ii'sB 'mues louijue Oriental.
Tnc pheroajs Excjlieols, P^aii
IIQZ, IVavvler, Liai ieiu Alinare
(q^qMvo laiisio Sq>U ce.
Un nous demande de publier;
Jacinel, 2 Mais 1920
Au
Secrtaire dE:at de la Justice
En son htel,
Excellence,
Je me permets d'attirer votie plu
Frieuse altention sur un fait qui
m'intresse au plue haut degr et aur
lequel il conviendrait.ee me aemblp.
que I opinion publique fin dtfniti\e
ment lixe.
Les vnementu qu'on dirait apo-
calyptiques qui se uroulent dans le
monde entier depuis cinq ans, ont
juste titre proccup les penseurs
et dterminent un bouleversement
inoral danu les esprits qui ne donut
nas encofe l'esprance d'uu quili-
bre proohsin.
De gens qu'on admet d ailleurn
pour autoriss, arrivent Dame pn>
pli iser la fin du monde. Ur, de
toute cet'e promiscuit, d'opinion*
qui s'entrechoquent, il rsulte pour
plusieurs un besoin d'appui moral
ci^ue '.a religion ser.le semblo offrit.
Oc, puisque dans notre cuaititutiom
mme les cultes sont reconnus libre*
et que, de plu, la religion catboli-
queest celle adopte par elle, nous
voudrions avoir si ce vraiment d'accord avec uoa lois.
ai nous admettons 1 liypotbHe de
la tin du monde qui est d ailleurs
prdite dans lu.-, k^angiles, nous de
vrona donc nous at endre avoir des
prophA'.es, dea scribes 31 des sages :
C'est, pourquoi, voici, je vous >o
voie des prophtes, des sages scribes Ideo ecce ego rati,> ai
vos prophetas etc. Matin cVi t vers..
;ti.
Mais, alors mme '40e cette hypo-
thse serait carta celle de la
Ha ei quelque uns entendaiwn
pratiquer aejfiettMUMnt sa relijjion
danB le louable but de tendre vers
une pefteoUOA qu'il croit possibler
MM mat si,'comme les premiers
Mviteura du Mai re divin, ceux-li
entendaeut marener vers le royau-
me des cieux, il peut bien se fane-
que Dieu, pour les honorer,laur con
1re un don spcial, ou mme plu-
sieurs ( si ce n*est tous, comme il
an conterai!, ses anciens serviteur*
Or chacun la manifestation d
l'Esprit est donin-e pour I utilit coiu
mune. Eq erfet, l'un est donn
par l'Kaott une parole de sagesse, u
i\a autre, un parole de conuaissaii
ce selon le mme esprit, un autre
h don des guusons. par un mme
esprit, , uu autre la toi par un mint
espnt, uu autre, le don d'opret
des miracles, a uu autre la proph-
tie; un autre le discernement d
e.'prit*; uu autre la divers.t dus
langues ? Unicmque autera datut


IL k,lTVA
*
^/
manif stntio S iri'us d ntlststedl
( I Cor ch. XI v ra. 7 ).
I>*na C cas, Irnorahle Secrtaire
c h at noua voyon* irntc de cea don*
nue non'lois imMinl condamner :
*. elm de gurir celai il oprei d#
imiacles, celui de dis- neuient d>
eeptitf*. et d'emble, le chrtien sers j avait pou-s l'empereur Ju ien I a
tiaqu pour exercice illgal d^ luJur, uour dmentir les Ecritmes
mdecine on pour Makandalou biei
pour
1 m Ique chose de similaite.
Une if lie qoeet on mrite d*l -
\ use on aArieu*e considration, ca>
< n pent tre pus dars l-j pige de?
Icia aliia qo il serait quitnhe an
cbtnraire de ftrentir a chaque indivi
iu la pleine Libert d ion Cu'tei
-t suitout du < culte chr'ien > pra-
uqu par la gnralit Je uog con
ci'oyenr;
Noos dsirons doue savoir avec
prcision, ri par extraordinbire un
proph e Klise renttaisaiit chez
rouai f/et-prit Bouil'e o il veut.
Sniritvm ubi valt spirat etc. Jean cb.
III v. iS ) qu il s'enlerrniil daim une
rour savoir commer t concilier r
ex-es sacr^jj avec nosl>n qui !
alop'e comme oftic.eis tout m en
orolubam p r aillanr-t l Hieicic".
L'o im-'il peut lei fiiW lire
I rieurs n)> i:'u.i ne somme piu
le C6i temps l, comme aussi il
OH 8
fuie mourir vaioement un nombie'
immense d hommes mi d rebtir
Nouvelles Etrangres
23 Mars
alXYEJI )E- Oh m nie Je Ber
Il i qt'jn a.-cni dfinit f est inier-
grve
et exigea
suc le m ises de la
dsi S'nc io '^
LOVDRUS- Les rgoriatiois du
iviou data le Bissin : la Ruhr en- gouvernement tOg'ail avec, notre se
ire les ou "i: rs e' le Gouvernement frtai a d E at de U m inn march in
qiand mmeleTempl-deJ'rusalem aui cond-ttonsbu vantes. : l/rmatmaj de fou empreint d'un g and esprit
i 11 eu prvint les Juif- pHr un dit, P* l'me des ouvriers pour le main de coiciluno i LAngleene a:cep a
les dchargea de tout i npt eatreor ''en de!ordre Remaniement du gru '* re dmaire. leur lit ouvrii ses irsns, v rnement ave.: pa*t cipa'ion des c'am*s pir !a France sur !e co !t n
runit pour l'excution d' son eu r- avndicats.Dtsrmemen' de f-us ceux v;-ni des navires mirc'mnds ennemi
prise u a i; >':.'.( < i ,i ut- u ouvi ;: s
et chiruea l'intendant du U Palesii
e, Au iu<-, n acfi 'r c.i grand lui
vail en lui ardOon*ut d-j up >rRQcr
aucune panne ni aucun' dpense
poar le p ompt aihveinei.t de cet
ouvrage ( Il >st. du lias Emptri do
Sgur p. It)i ) Mai^ M aot pour
nous dis co--] eiures pu< nled et se
Cund.'A (-. mus n av us, point le
qui pa teirren au rupdEtst |dom laquestioi lui avm t\"i amfiil
la voixd nonvul-s loi ocialen, '" ^c^ord s'mbl: i'lement devoii
^ri lisation d?s nrinei Disso'otion iotsi.enir sjr h question d.-s nivires
rvo'utiojnai Sai*il dins les ports b %itiais.
l'AUl'S L? Pt:t l'arisiin cro t
J$ t t remise en ati-
Baribou cou tatJ $>>
j -es buts Unis ,03r\t
,cctereviSiouauxdp.nsd;^
d au br.fuede h A II* U*>
H flicite M.l.erandd?^
et d'avoir bien dhoda | "
del France, d'av^r JJ
J:-s alli.I souhatiqu,C'-
se coQ.nauera et ftij,^
Uulhou txamiai U
'-.et dclara ^
rompan-sac.*su],tQot
chambre avec un cadavre pur lejdroit de prauo>r dna U conjonc
ressusciter.-il Liv.Uois ch. IV, vers ture, nuiaqu'il aVfr/t dune question
ni- qu'il viuiiasat la lpre d'un N( capitale o les termes nim ;s dj la
a.nan. Il It. ch. V, vers. 5 ou bien
un prophte .Samuel qui S-miI irai'
payer pour lui ftire reoever d s
objets perdus ( Swnuel ch. IX v. 7 ;
ou mme un de ces croyants qui
|uoostiLu'iOD sont en jeu prop >s
d'une religion quVHe reconnat pour
par
qa'd3 accord est eu voi di
ti 5'iet du tonmge que
poisltn sans c >mpt r
oraciella e*. dont les m bSTSIf?1! ^ue ft namb eus prolssutaires
PIuhferventspourraient re en pril.I1 niL
J) ma l'espeir q e vous noua fertz
d s for.ii4t:o.is contrs
res.
CONSrANTINOPLS
A le suile de l'arrestation
a li inltm'lift t plusieurs d-
puts
vjta
ire la C'8ioi de D.-kiJa et pro'esielel qui iui soit assur* par le: arran
aui ; des pa lemen s de F icelgementi survenus entre C imentel
dAn^letene c des But! Uuil 0^ etMicky I) aulre part, le lournil
mb eu:
soiuc J
U PfiflO
les usvire
nainnai te la chamb e iitlu -deinent eu coisru:t.oi dan
une notion p'otstanl con les chiat ers de la (iuude lir.taga
annonce que des nagOCietlOQJ oa
engages en:rj la France e: le Brsil
L) a Jire pirt une dd-pche d'\ni'o|au suict de I arq m tioa en patin
Dieu envdyait ses dons, 'nous dai*' une rponse qui"1 sera certineinmi 'ie annonce que U nouvelle de 1 oc des navires allenmds saisis pir li
ions aaVOl**, dlsj-*. quelles sont les d'accord avec la reisOQ et l'quu u? 1 d.' la cipitale provaqui uae gouvernement btulieo. L'Aa yarantes lgules sur lesquil es il se- | U lettre de la Qoustlt atmn daTHiit I impression en i me Moata.hi Keaa s; serait eng'gie d'appuyer li
raiten droit de couuier 7 I prvaloir) noua vous prions d *n iivti la population au cal.ne.
bAN' KrivlO (Itilie) AU course
UttJ
1104 fespki.iLn'U^L'H
La rli/ion st une chose Iron sa-'er. K ci>'?, honorable Secrtaire 'K at. ajiLiations.
fouiqueaea bommea de foi iiesoienl1 KKBN.iMD AMBllOliK
point entours de toute la sollic tu Io'
iCuo gouvernement siieux Nous------------------------.-------------------
remarquerons mme avant de liu'r'
:jue les hommes de tous les temps 'n ,.. M|. .nt P !..,,
niit 100] 'io ri dsire fOtr un prophte ** taiijjiytuoan, u .imuasr
pour crjire eu sa parois et lui vouer L* Pharmacie L'aUat l'honneur
toutes soi->eo dhouiJ^uis, i'oti les d'aviser ma t'Unis qu' partir do
pharisiens disaient au Chns' .t .^i M irdi Hi Vlers l')iJ,-lle est iintalhe
noua avi an vcu du temps de i
pres nous nenousseiions pas joi
a etx pour rpa dre te n>. d
INopuiet
mi diebus patrum nos'iotum etc.
MMlb. ch.l-':.' vers .10 )
Quelques jours apic, ils ont as
rtscin Jsus. (U Mais nu..-, ueti-
tuant que le temps u est plu* ou >
liille tue: quelqu'un qui aura1 i
ues vrits de haute poife pli iin
pbique, dunu la vie a <\nr. ,u ma
/de CHiidainn par les savants et
eyclif-S de Milan, San Rmo BHloni
s':st c ass crmier, Adeu>sier d.-u-
xme et (iirardengo tros-ne.
ALGER Le Cammandant vMle
[main et le lieateaaat Chabot arri-
ver *nt a Bimpo
LE II VVK Leni^u bjttFrance
est arii/ de New Yok w Johason
anb^ssideuri liomiet, t premier
.No LiJ. i, U rue di.Centre,en-,ministredu Cind?.
!J| CUNSIA\ri\'JPLE-Lcabi-et
":Sahm P.cna de n ior.na. Le su tan
iihcIpp, et qu'Us y trouveront to f
Et dicilie : ?Si fuiseemus jouis le .niin loin dans l'excution (
des ordoinauces et le mmesauci
de leur plnre.
1,8 setvice de nuit cet assur par
.\lr II. l'ansot pesoniielUiueni.
(Jliiueso instaurant
An le R.J3 16 el Avenus
VaMe et Kjuettn sh le a tu in
chargea un mini.-le de former le
nouveau cab uet.
PARIS-H rsulte de la statistique
publie par la du ction des douanes
que les inpoUians del France
lev.eat pojr .es d-ux premiers
mois de l'anne 192J i 4 millions
[et de ni coitre s;pt cea'.s millions
-eu 19(9: le* fxpjititioai augmente
de vue del France dins ces fa
le s
PARIS Mansieur Mir a!, mini
lia J.*s liaiacei.i teiviewe pic l'Echc
Je Fans, dclin qu' 1 ne poura
pas encore prciser les rtolitti df
.e.n.uuat Je U plis, ii ne pouir^
pas louiuir des renseigne neuts ofli
ciels avint luali
IQ dE -Li giv a t proc'.aai.
nie. a.N.p :s Le* jaarniux signic
ans lrie i*e gitatioq ouvrire Ji
tou> les poi ats de lU.iie,not m n
ioreucs l; gjavir em.-ul aecidi Ui
l>i ndredes mesore ngoareusesdan
le ba'. d enrayer le m u/em:u'. Le
rep.siiuanti de plusieurs prov,,K\.-
s; soat runis a Ko ne tt alresreti
ua appel au Pa.lement, rcla n.
que des mesuras immiiia'.es s >,
prises coatre les 4gua'ioa> so;uli.-
iti
Dollar : 14,9e
* xorcie quelques indivi Jub attaqus ?er (M1 les plus difficiles seront Jt0| \ u ;e ", sensib u,st sU.a .
StVSS&Saj^^^ MWu-U Chambre d.a.d. J \ 2J Mare
feili i honneur d'unerpot se prcise tOOtlOfllei a iwtfi* lUM'iij- m far vm*t* de f .ter uns avance PARIS aq -A U clumbie liaitn
_________ menl fit 110 ini-'ii'i ie o it |ia<. de rembouisabe om ne unique moyen,' noatra la* aviotigcs obreeaa p
1 j Cm cci hotn n
J.-.,:i Cft II VU. 1*1
,1 11 >;> .1 mil u'v.
l'adjpti'r four bu propret et Ij de donner une solution au conflit l'Angleterre et si pliut q je la t 1.
promp itU'l : de *on Sjrvice- .'actue'.Lacicvi p ronisa uae enqute,tve de rvision da Iraite Je Ve.s.i
/ga de U poliiiJueT?^
'^Itch k. Il constate *J?*L
illojnes entrent en lelaiSH
^.tsefoiten:oura. 'N
.letsrit et I Italie. 8 ***
Ba Ihoi ajouta, il fati,.
iolencease.P,ve,t1oase^1
a.de que nous n'arrivions,?
i'd pour sauvegarda noj j 1
uis Bar hou aprs a or J?
^mngeMdieu.dmoa^'
unce perdu un harnme SUr ,
la.t dans U guerre cl'
noriset blesss elle peut ,m
le droits assurant soa iadi
f par lexpre>sioa d'uae pluS
lustice. ri
PAKI3 A U haute cour, pJ
.'.noms dposent sar4iv*iao
la voyage de (Jaillaui eu AaL
a su4 - le* dcUrsitioiaiattiii,
Koieawalddon l'hoaorabj
auteuie et sur les calooiowici
es au Brsil contre CaUlaaij
lbatss^at renvoys midi 1
fARly A la chambre U ^d
1 discussion est renvjyeid-i
c*AKIS. A U rhimbre Heriio."
lanta Llroque; miuuue &u,
tux pub.ics txpoia les avaa
u-obtieut Angetcrre pjur kj
illemen: eu criai ban Le g-jan
i.-ui e' le peupie liritanaqoaj
ent aiJer la France daassaa
aeni conomique.
MilleranJ dt qu'.l espre q*i
iroiei seraui entendues d: h
6 de la Min.he.La Franc: dH
.- uai.i dus s:s canversaiioas
s allies sea droits ses intrt! 1
-u jimai. milgr les divera
assig-res vaiaement appel a
>yaute et a leur amiti tt si d
ei al7er>air.-*s commuas de l'A,
. :rre et de la l-'rance c^sayaieeij
< Jiter a njtre dtriment ses pi
ie. divisions nous aurtoai lej
1 : leur rep j idie qu'ils se trsO
ai l'alUaace ne sera pu unpi
40 FKL'ILLKTDN Dl MATIN .
Judex
GDAND ROMAN
Pah
4R1VR n E It -\ a J) E
l Iil ni psr L. Fcuillade )
mntt vie limsodr;
LA FEldME EN NOIR
|V (Suite)
Le patit-i'.s
Je 1 'af attendais pas moins de '
toi l'putsj nouer, ervelojpaMi
aoo fii^ d'un rraarU tout daumira
non t d* undteeaf, et suis nirl
d'ailLsure que tu |.uiseraa dans l'ac-
complissement de ta promesse It
1 confort dont, certaines lie m-s,
tu aura* beL'iir.
- Je l'espr.o!
IVailleurs i/aaUi pas dj rem
I or' sur notre onre une ii conte |
able vie oire en 00 enant d elle la
m s de Fa vi au1 ? |
Qui sait. si notie mre e s'a'-
lendiira pas un jour et ne a > dci
uc n pas cheminer avec to t.vtc|
11OLS.. sar la toute do pardo /
Ne cous bei.or.s pssd'iUu.-ioi.s
psrfilks.. reprit Jmquee.
c Notre mie ne* cdera j irasis..
Elle a trop vcu de sa haine..
pour ce pte voulcir mourir tfte
elle
Et quand mme, chose imposa-
ble., miracle que je ne ve voir., consentiraitMe c que jj
rendisse un jour Favrsui sa fa-
mille, jsmais celle ci re pardonnera
Jacques de Trmeuse u'avoir
Judex- .
t Ma seula (ouolstion ara ce
continuer veiller sur elle., sous
les traits de ce Valii , de ce vieil
lard aaaqu 1 t u'e pasaiou est inler
sfltC
c Je tmerai de me prter son iprs de mon e me i. ordonnait iu
me comme j-j me su's I. conn on pe i 'usemeni la lills des Orsini qui
corps 1. l'amin que j'insi irerai30u!Jut d me voix rauque tandis que
res :iai s Jacqueline me fua peul|sea yeux s'ag andissaient en aue
re oublier la longue la haine sorte d haMucin-t'iou mys i lue :
lii'elle a vous au l'jsti.r de son l'ui que vous av-*z t a.-les
prf / sous de v t*e ia lie, \i veux venger
J'aimi t ent n Ire pv 1er ainsi .] moi-.nme vo re piv,
s'cria Roger en serra..t lo.temeiit L' comme, tend, Jacques et
la main d'ijacqi*H.. car 'JaogeTgardaieiil le silence, elle rapru:
Suis frmer la poiie A l espoir.. I Jtspore que vous ne me r.fj-
je s is que ta rs'e as dtboot, iier,serez pus U chambra qui m est r-
lallonble sur le seuil du cevoir. seive Uaus ci appaiteui-,ut
Tandis que les d-ux frres cliin Saol att n Iro la rponse de
geaient leora COhfldm*es, la p>te lilb, elle g>>g-i4 le vestibule et
ses
se
pas automatique ver--
a pice qu'ocupa t
os
en
110
ex-
du buieau b'ouvrait do cernent, lais
saut apercevoir la silhouette trou-
blante, austre.de lat'entme en noir.
En coutant les derrires paroles
de Botter, ?lle eu' unuau^e soutire
l'onLep sapproehao'i eue lit 1
plement d une voix gr'.ve et compl
linent ap3ise.
Me voici, mis li;3.
J'ai pens que mi prsence tait
utile ici, et je suis venue-
Et s'adreeaaat .1 cfuea.. sJi>
11 il avec un accent de l'au-ii-11
u i lit trusouner les deux frres
l'iges en une altitude de crante res-
pectueuse :
J'ai rflchi longuement ce
que m a dit Jacquec-
Loin de reveuir sur ce que j'a-
vais dcid, 1 ne puis que vous
b'.111.01 tour deux de m avou dsobi.
Kt sur un ton d'autont suptme
la grande dame demanda ;
On se trouve Favraut?
^Ja^nues rpondit sans l^siier ;
Pris des Ande'y, au bor I d
la tiiic. dans ce fameux Chteau
llouge que vous avez achet von-'lit. Jea oot et le DOffle llghsse, *u
mme pour nous y amnager, mon chemise do nu t, l-s inaus jointes,
frreet niQ-, une retraite o nous!i>plueni U'unu voix claire t:t les
pounions en toute scurit prparti yeux levs au ciel, la pneie <|u^
la mystrieuse besogne que vous.Jetqieluie probes \*i*> eut Uui
nous avez confie. aoolflajt av*c ferveur j
o est il enf. rm'.' JJeaaet nont au/ jur.i nui n re p 1
H.na un Osebot pratiqu dans quotHi l'une des auciences ou'ululles du Ptva'Mntz-nouM nos offenses comme
chteau. tuw$ pcir.lonnoiti ceux qui noms ""/
" ( iui le gsardt f "Il ,
Un nomme doi t n >us rpon- Ces jo.:'.Hcla tait si dlicieuse nenl
dons comme de nous-noir. rmile. si (OJtiqtteiD*.ot nouvaM
Demain, vous us* c uluie/. que, poir U pre.11 re Ml de-
dl, ;,: a du 1
la port Ja 'ij.iei.n--
Mu:s Ja:-j ie l'avait devancs
Ma mre- tilil.. je vous en 3up
plie, n'entrez pas ici-
Pourquoi .
Il y a quoiqu'un..
Qui donc".'
ci lille de Favraul-
E l I.. Cora-nt m, lu as
l'ammeurr pie de loi! Le mal
doue plus grand eucoie que js
Io pensai^V
Me.e laissiz.ious vous
pliqutr!
Je veux la voir! exiget la
Corse.
Il retournant vers les deux fires
qui la considraient muets at cons
terrs, elle lit d une voix s rideme :
le supposa que vous n'av. z
pas l'intention de me faire violence.
El le visagi con r^ct de liane,
elle ouvrit UHibrement la porte.
Mai* lu s'siria aussitt
Ageuoaills sur le boni de leui
puis de lo ig 10^ annes?, la Cors
unjUcib'a se t". co 11 ne un a ) iflle
da douceur pa-ser bur son troni
briVant d* Rvn
Lorsque la prire termina, lac-
qneiine apen;at en se retiornanM
wte femm > an grand deuil fol lai
fn'l d'un lir trung< elle e'*t vers|
V lii e* un regard d'interrogitio
q il S Mii'o'al". di e .
J elle est cette dame., et pour
quni me regird elh ainsi0
Mais la coin, s m de Tcni90fl
qui, tout d-su'p avait lu dan I
1 i- ir de J8C(i:o'i ir. -s'aoprocli>ii
'.' Ils en haart d'-nie vox que se*
fils r.e lui cjnn'iesaient plus, tan
elle laur semb'ait tre redevenue
tout coup humaine ;
le suis la loear de M Valli res.
le suis venue l'>ris pour quelques
jours l'ardonnz noi d' ie entre
dans cette chambre-
Coni ne Jacqueline allai lui rpor
dre, brusq lemsot **llo s'en fut en
disant 4 aeadenj lils qui l'avaient
rejoint" deii" I anlicb nhra :
L-issez .noi, j'ai bsaoiu d tre
seule.
Et, dms le h ireaa do Jadax, elle
daoneuripioog^e dans une prufjnde
lve.ric
A l'scoi' range de son ivgtrtf,
aux tiessaillem^n's nerveux d-> ses
lvres., aux soupira douloureux qui
s'chappaient dd sa naitrine. il Ui
vident qu'un combat violent se
ivrait en elle.
C s d.mx e fan's adorables et ce t
.in femme toute rayonnt 1 d
bont para et de noblesse frainine.
lue soi lain elle trouvait priant pour
ceux qu les avaien ollensf,. ce^
Dsroles de miser corde transmise de
ce ciuur de martyre ces curs,
innocents.. Ce par donne': eossl no
uffena a tomb de ces lvres de tau'.l
PS I s tout c la semblait l'avoir far,
lement mue
L'an-^ de U pri allai il l'empor-
ter - N m sins doul .
Ijualq i viiio f 1 bre, un tra^
lue vocsiion des h?ui' s t r ib^ea,
i.-ipniah s, avait sugr djvi'.t
h cuoits ie. Sas traits un laat .
dtendus exprimrent unsrsolt,
iriiuqu1*. 1 )nin aille tsnditj
:js rno's lui eliappiisnt:
Il faut quil 'inre, oui. H]
f*u Je I veux. Et c'est moi qi
fra oprai I
M is voil que deux chl
anp rainent smdam dins l'a
o i- i.'.n it de la poits qu s's
rejlq sans b. r.
Enbirras-ii dans leu's loua
'emisns bla- ches, Jeamot
n r. It iglisse envoy par Ji
i ie, Vaihres'tt I! )ger qui
t d ma lantichiinbe, si
sur la pointe de leurs petis
n is. ve "s la f- mme en noir-*
jais pioitrj dans ss raidis
tunore.
Jeannot interloqu s'arrs,
le mo.ne K -, 'i-, e, qui dise te
esueiac, J'encourage duo
mergique.
Les bras tendus, l'etifant s'irl
-ie uouvenu :
- MaJarnp, fail-il de sa jolie
*i c:ine et si tendre Maama.
-J u lia O.'sini redressa la tte.
En apercevant ce cnrabio
jui lui sourit', elle tressaille-.
ulte encore, se dfendant es
pitni qui, de n niveau, i'eoveut-
MaM Jeannot insista :
Ma lame, dit-il, vous oe
pas m'im'u ass'-r 1
Oh/alors, devant ceto ap
olie adorable, en face de cesj
senee qui ne veut '1C()r',.r
qu'aimer mue par ce regard
de tendresse ' de douceur, *as
de Trmeusa se sent tout '
transforme
Comme la veille, deux larme'
lent sur ses 1 me Ce ne sooij*
-les termes de cors in1
mes de bont' ..
Visas, mon petit, sci*
en a Hr^nt contre elle le iil30
quelind .,
Le pe;i: er.faot a rempo^
v ctoire qui ent sembl nnf
au bo.i D eu!
Fi-; du 1 '(.li0 piso*-'
(isuiim)


IK H A TIW
Un Pur Sang Ne Vaut
Que Par Ses Jambes
DE nu me, la meilleure automo-
bile du ir.or.de ne vaut que par
les pneus qui la portent.
Sou venez-vous de cet axiome quand
vous choisirez votre nouvelle voiture
et insistez pour qu'elle vous soit livre
munie de "semelles" Firestone.
Souvenez-Vous Mini que n'importe te
que pourront vous coter vos pneus
au dbut, ils vous coteront moins
h fin si ce sont des Firestone.
L, Preetzman Aggerholm
Port-au-Prince
+t -iHrr
PNEUS
Tm Maison de
Mr Lonce Fils-Aim
Bue Iraverstre ISo 312
Sa l'ait le ilahir dVnooncw a
Le Maximum de Kilomtres par Franc
il thon en que'nu's mcU y'asso
m pao'scc Mil'erandet : jeu e
jltjciit'q'-es i euvf nt tu ; ucun
diinuuer la g-atiiiide que cous
m pour la grjrde ]5ieisene cl
Ihcu rt d a "coui av. c le i uver
rrt sur la lucssi d'aaspier la
i du monde, I.a ARIS Rn-rd lan\ it lerpel
m-, Millerand ; Jii' me qut lEn
Kdes AU es s'espurra (t qu'il
icoovictioD qu e;le se cortmutra
i le plLS gtand br n de icus. Au
Ide la Kts.Me, il du-lata que les
lircuncr.t recenn itre le gcuv. r
utitue (,tf !o -qi e ce k i ci rc
Mitra le ton de la cuvoriri k':
traie. Trs i a 11 de la qi estierc
ue, Mllerand dit que es Allas
Bitord ure i'uiquie viable >1
Ne avec h 1 b*v( des dirons
Rfepr ureetg-ni ;ticn irterr.t
Je ei sauvt^aider les intitts de
"irordre dt la France. C'ellc-c,
Ir.'Oa p rstige traditionnel ac
II victoire, pourra exsrcer
influence.
iLlN H-rrrann Muller renrn
former un uouveau cabirti
petiocnalts dont L'eg. o.prcs
Ce l'union gnidle dt.s >yndr
MBteivs g4,-s comme ihnce
llapparti.nneni i I a le g uche
li sociale le m'jorrture L'origi
Il crise cri dais la d* mande
WHicn dt Diiris'K oc m u;.it-
pre.^en e par es -y. d a s.
iftttwqui .'e sol d.ii cm avte.
rt u-vtreni U co.ut.on
XtLLES- Aix la Chapelle tu.
pa lesfouics du Rekh
"s pourparlers ne $o. t pas
*U|Ourruedu 27 tut calm.
Jfc Vewel le boubard;ruent
" Par l'a me rou^e ces a
"''on des forces ouv.i-cs
*nrtut 0 donne par le Co
Pjuk des ouvriers. D,ns l
"V'Ues d. s milliers d 00-
ren-rent dans la rniue
Mts aimes Lc bjrcau dt
^nktaniea appiend de Bua
Odessa est o.cur depu.s
Par un rgiment ukranieu
2>es troupesTaiio
*^Pales ditlrentes localits
^ueRakow.kysentuiti
Avis de dpart
Les dpches poiir Cifaob J'C
7 par le Htenwr Panarrn -roru
te me's ce iot 3 h f|2 heures
prcises
Celle* pour iVin i?0*u> lN
mie, Gayestl i creel, parle ta.
mer Gen. Il ,| ,< rlemai 1 30d .
COOrar, ;i I, nrA ,\a i ' le iliidr dmooncer a ses ambrent clients un U vient de
mdi. "|,:'S ,(^v!"" priun*tde proviuone, de la provenance detoutes sc-tea
,. _^ l "' r I* t es de la .s. maiuo Satnie.
Iortauln.r,..e-.,n,rs^1) '/Ws r/U( 68 HrffeiOi SUWCUltS l
^ m SS^ ')0ls1seJ,ar ',,vr? el demie' 1|4, Hbaucau de MXj livre
*UV, IUU. Jambon fied .re pork, StOOlOO en saumure', tte de por; loa^: 1
orc Uueae porc Mel porc Musoau de porc Clair parc r&es ou
saumure, h^renfi* ssui s par caisse, maquereatn, saucisson, sau^arie-t
bo-u-, os rein tromse gruyre, patte raase/. tAie le maure, rnauW m ,
pore lard eIobtn terbUnc d'une livre; demi, 5 livres- t') [Ivres II I '
ivres H demie de la unique Armour trs rpute de la ReDubltum ei"
tire; mautegoe fsmille etc. Lait condens Nestl, Lait Armour Staoore I
miik; sucre eo boulej granul: domiuican: Sugar; Ueurre de table Coo.
bague; Brun l|Savre et livre. Uaurre nueu rose fraieue. Baorre "ia 1
dit Liiy llatiliram. lieurre Hercule. i>eurre Lopel etc.
Conserves aoeeiictiaee, Coubervts franaJaer. sardines 1 a r
mon en boite, cown Inef, saucisdo du \\enu\ llanbur-'er Staa'k '
cown BotOgoa atyle, .Sausa>;e Water. thon marm lliuue demi t, '
boit>-, n!:t dliions .cann l'huile, bar cot vert, sardine a m-u
macaroni, v: rmlcelle, Oignon pommes de terre.
iliscuits Soda a.-ortis, itoyal lunch, liiscuil dou\, par boite dV
bifccuita, bifeeuii au iai|. aux chocoUts, au beurre, a la tanne )a?tu N
lise a la pljosjhaline Falliies. maccaroni par boite lia livre
Dragea Iamende diverses couleurs. Prunes, raisins, vin rooaa '
blai c d* Uordeaux eu g o.-j et en d. bail, rhum, dairin, talPi
Par exe.uple hoissoni.fransJsM et del marqua N idole a a AoiWt.
Marie Bi zarcf, Cacto how*. pipperimm, cognac, chary Brandy, boul-
et dem e bouteille. Dab >. nt cu.wno, Bordeaux Ceiiaa, Porter Bira u
& a-, huile Duiet et Marcel Al.olB demi booteitls et litre, en efbla e ,;
demi gailiii quart de gallOQ 3,4 de gallon, 1 gallon, huile Marseille p\
caisse e; bouieiHe en II der, Indigo de toutes provenances, bl pelote
miclinv. Cire, i.pices ue tout, s sortes. Ftwiae
Ktfciurqoczct, le Msgaiiu ee lent louicurs la disposition de
tous ee, cbeoia de lh Capitale et Ur.t de ceux Je la province et ffSeront
servis av. c les mmes sut a, la mme promp itude et polilesse.
A trndre
' r fdu u0r'
A ..mu.-, u Ouu rvu ;()U'
MM .., itdi,ige ri deux bon* tireur
ladrtmrau Ao 1, rue lamarr
A vttlire pour muse de (Upm I un
'pejl.e Qrntnofhone Vidrolnt
peine ifrvi et autinl cot JlO dl
lat, pour les rendit ion
S'adreun But 1) No iQ
kaitori (1 A ll.M) /v(/, Ch0K
le onze he>n<* ,) nii et rie th. i, t,l,
_
Parlex-vous
l'anglais ?
I ne excellente occasion J. p-
pmidre mai ier la langue an-
glaiseaTec une reiiiarqual/le raj a-
dite .lansvos moinenis libresichp*
TOUS, en suivant noire cours pr-
-------------~ ..... asgesgy par sp^cialeQienl pour les p-i-
t sonnes d^ langue Franaise Lcri-
r \ 1 +Q 1TM T7^ra ngPur demander des rens ign
ail L^1 v --! O men'scomplte
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
OBSERVATOIRE
DU P6TIT SEMINAIRE
COLLtC-H ST MR1AL
Dimanche 28 Mars 1920
Baromtre 7644
Minimum 20 7
Tcrnpriture
Maximum |l a
Mcycnne a:urne 25,8
Citl clair jour et nuif, nuageux
\eis les (> h.
lia:on>tre en hausse.
I. SCHERER
Ls fte des Rameaux
,DaDi nos i m 1 patadales, la lte Jcs Ka-
mcaux ;i iic |oyeuMmeift ckkrie bier.
L umcuic til^icuK rapporte que lorsque i^1
Smi\ii i H 1 I ..iin.i.-, ics li.;on..ir.
oc Jrusalem allrent m louic au-devant .le Lui.
main, implorer sa miseAconie.
l.\>! .n MMlvenil 'If ee pieux souvenir que
ii 11 c Lathouque, chaque anne, cornramoie
te glorieux anniversariff,
La laie Jes Hameaux constitue le point de cie-
part de solennits de la letnaM saune.
Noui rappelons que e est ce soir u six heures,
qu aura, lieu, .. u Cathdrale, I ouverture de la
ICliaiM *l>-s ljo.iiiin.5. l-aie sera preehec par le pr-
dicatetiT du Lareme, le chanoine Jan.
aVaieiuent
D'apri les lenstignetnenta qui nous sont par-
venus, iiuu- sommej en mesure diniorincr que
demain s uicctuera le paiement du mois quihnit.
C'est une bonne mesuia qui permettra aux erc-
plo.. es pubuei de.bwd pasaer ia semaine sainte,
,\uu> en laitcnons les au.orns.
Dcptrt
Si.iipirns pjir.;. li.als-U'.is le. j :u .'s Lu-
.Ij.e n KcdC Kjsj noud, 11:, Je noire COmpj
MlOte J.i.e. Kjs.MlJiia, qai vj.il s.' eousaerer aa
gnie Civn. Sous leur souhaitons Duiis suci).
Brlemeiit
Hjjenjiv arrt par 1a Camnlisioo deeon-
tro e au .ri. cm Dt pou ma.di jj Mars 1920
a d x li;ures prcise! lu ma 11.
Co.isjiI d'cliai LoaisAug. Gailaume
l'ribunil BOUCS, lleajvoir
Panjaet ^Nevers Cousue.
Commune Bufne Uegaud
Presse Le .Nouvelliste'
SyuJi..t ageota de chtnge frorgea Gentil
>.a e de. eyeeatl Le.io Josepn
Cj urnerce Victor .Maugones
Notaire. Hemy Aug y n
'ilegramrhe funtie
, Un tlgramme refn samedi annonce la mot.
de Maaame Veuve 1-ndoiet Mose, ne Meieiei,
ttcdti aux Caycs.
La dfunte tait la soeur de Mr Henri Merei.r
qui nous adies.ons, ahsi qu'aux paen s prou-
ves uos sincres condolances.
The IJmvnsni Instilvle
L'pi ) g W. 1Q8 SI jily \ \
If CE QUE JESUI
f CE QUE JE SERAI |
; Toujours reine et recherch; c
jp Toujours prfre et envie
| ORNOKA No. 1
* C st l'idale Lotion-T( inture
JE pour teindre les chi
S et leur rendre sa eouleui
m tive sans tacher ni les vctxrce
La iUaisou Eug. Dgarni
Avise sa nombreuse clientle que sa
muison de commerce est transfre
Sa Grand Hue JSo I8i3, ancienne Mai-*
son V. A. Sada.
w ni la peaa C'est u:ic prpi n
indigne t vgtale '
mrite et d'universelle
Elle ne contient 1.
ut IV. yci
1 ::.(!
occasion
iL it nomme. Kilc ne
j- Nif.atc d'Argent.
; 1 rveUIeuz, 11 fit
ORINOKA No. 2
.' I ..... ' qu'il y : !< 1 -
;i] pour d'rliire les pellicule 1 du
'.;. rr.ir cl rvclu; fortifier ks ( 1 -
:r veux el arrter sa chute sans les
' teindre.
.' >n y> liant les Dn-tucrirt. Phm marin
tl Parfumtrus.
, Exigez la marque Orinolca ravve
.ur l'articia.
FAB''IC ,NT1|
| Tl-e Orinoka Piiarmacal G., Inc. j
N. Yo.k. 0. S. A. i
ei
exception!!
4
U
i:
K
s':
Uivniwix iranjit'i's
On trouvera i acheter aux bnrppux
du e\l lin : L homme Uhe 1 hxcel-
sior, l Echo de Parit, le Petit humai,
Le Petit l'mhien Ll.rnenunt, Ao
Losirs, Us Annahx h\mtasio,\ t Hire
LcPt'IcMle Sunday Herald Sunday
Pu tonal, he illustrait J London New-
Monsieur, journal des lgances mes
culines;
Le clbre Docteur J. Alfred Alfaro
Ketraeciimisle Moderne 1
Vis>tera sous pau Port-au Prince '
.De passage par |e$ importantes et uuressailes villes de la R
ptiliq i e iJ .< des pu,s difficiia-, w remporl |g triomphes profesS:o,me s les
p isioiiiunis, leDrAlhio p.i.se venir lin Mars en la boona
.Ile -lu i ort-au Pnuceet .lurm.tun <0ort sjour de deux 8fnilioes
I aurai honneur ge se tenir h d-fipwition de l'in/elligeole ropu
lat on du rorl*au I iince- K
Le prALKAl{0.r|,iip3ssr.lepnur.leiamende la lui*,,^, ,.
des L iMaux Opnla mal.,,, es polir |a eorrecllOU de tous I ,1 .fAU
da M vue. Le JJr 4Jf.ro a radiealemeui uri plurieurs m,,,,,,,
personnequi ftouffm ni ho nhleuient des yeux-
Dans les ateKeri opines du JJr AI far, .1 sa fakmufl teuti
sorleeet tomes forme, de verres, l.lancs et roueurs et I
lonnellegaran.ii est donne au client que la formule Mraexc
avec p ec^ion et loaipcfence. /
1>lua ***> "'Wj* ^cialisia ind quera la rsidence o l'on
pourra le consul er.
Semaine Sainte
Horaire des Services
Lundi, mardi, inercreii, jeudi i '
midi. Mditations
Avis dl Dpart
so/^ftmtd!. n rep:rt de
tS'iarr.- p Jeudi Saint i S heures du soir en
imaff| eair arlais oltice euihari tique
Vendredi Saict i tin setvice en ari;l. u
Vendredi S tint du rriJi i j h;u
Mercredi et vendredi a 4 heures
du m. tin Litanie
fo 1, 76V uc ia R*" Jeudi Saint 7 h-ures du soir, en
' mtdi. n reprrt de fran>s office eucfaaristiqoe
Adressez, vous
La
u
la

tt:io
, LE FEU
plus forte compagnie des E.C4
CodeN.-Y
pour Hati

Vin. ..Un!S '
1 li, fi. rt
! D .
a(jeil gnral
Eug. Le BOSSE, Porl-au-Prnce
Proi/gejloiriM,,c0n, vol e Magasin, rca dpt! -m taux le plus raiaoaoab'e
I r r M Mr-a 1
kiL u 'fece
** Smith, H j
igc Vaill.nt
OT
pour


* .*.'
f\ anrrcie
Alttinni-KwaM
aiftilH A. Il lias, | (;. Sur
* epgtfiif
Fccde en 150
Produits clin'oups des meil
.nr>s Usina le Fiatce et d'Am4
lique.)
'une Bi itfrice K lii es
l'aiftaciel'raraie i amri
csine.
IVfiiis' llitifl Store
Sacee ar lo AI PTRTM EWALD
1 stabished 1650
Aire riran 'Krenrh Patent Me
(Mesihs Beat (hemicals liom Eu
if re ard tl.e si a tes.
A ne ir an | rftfiif liens files,
Trerrh A: n. encan Peifumed
Toile Wateta.
fif I il a Trirus'
Pbaimaev fiiadi aie of Tenrplc
T'niuisity, l'Liladtlphis. Fa.
AUTOMOBILES ] Revue illustre e! Vente
i i "ourses en ville & hors de lui
I A ifti ftrfxrtoftf
t r>..i -. ... . i____* ____
ce in n tt j ri nu vit c i us itn-
Pot ou rUnert 4 ManliZO.
Le ] 11 : lift 11 (h la \ n r Autans luron t tutaU
*
Voyagea l'intrieur
du pays.
Pour les provinces el les
villes de Sto-Domingo :
Puerto-Plata, Santiago
de los Calialleros.
S'adresser
Chas. STEPHEN
/ ?< 4,/r,-, ';, cv'Jvenvc Cl(A / Mlegt Maison Smiib tailleur
( o pu Gift|ii 0< la Rue TittlB** A I Luu i e HN (Kmr-p Avanue
Ccl>lite-Ji Tlphone 2oo.


*-
LmBc*' Cmhmm
,a M to M,
Voy z-vous ces belles Da ns, v.ulezvoua re lgin.ei
ernei es tcu iuo elles "
/L'.EZCHFZ
Paul E. Auxila
Rie du Mag sin de litat et '{rai
ersiere
ARTICLES FRANAIS
La maison Max Mouss
i?r du taga'n de l'E'al
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damassr es fil et coton
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soiel
cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
Ou vus trouverez 1> h T1&SU3 itb plus joli, m ylusncni
RUBANS lu plu9 a piopneaet d un chou raie
Il voua donueia un C* alogu.i de M >de et voua vendra la
aseuieta \oire robe une CUPB itnpeceablt.
LoiaetK. bfa, foimea de chape.us. paitouieriaa diverses d
bucan1; lofiique omnule, Tncoiih'iom, Pommada raa
jraraade fiaosKtntO, Lotion I RGtNL'KB, aitu-um a la ce
fab
Pomraad
ei velout, teujj.It!ant lea ciuua-
i ne v.'ai e duos eeite Maison t voa enrui-. a avoir m
voji devez poitir. disparaissent-
n
moeila |
peu.1
La maison
Veuve Barbanci
a I

..... .J'
TUR1
LIN
CIGAI
OJCE"TI0NM.I
AETTI
7hC AMIWGAH '
ir-'*
"P"
'f...... !U! ..

Champagne PIEPR HEIOSICK

i .
R" Terni sac el bvul chez.
EDWARD M. RAPHEL & Co
Portail Prince
Pharmacie F' SEJiP
^*i0/e de8 Rm8 Jctix et du 0
v2 Mdailles d'aigert EspoKlipn de Brvxeliw
Laboratoire de Chimie Mtffc*]
Droguerie, Prddu.ls chimiques et pharmactuuq
Spcialits funaises et arnncaie-
Frparalton de outes ampoules mdicamenieuie
et injeciables. ^
Spcialits. Srum r.vros hruque simple^ K
lodhydrarg/re. Srum ue arorard remp^w
rcateilianis de Fe.rier et de /Jobin
Iljy a toujours en stock : Nevrosthcose' Nrop F
Elixir de Pensylvanie.
Epiitaire du PBEVE^j
Reprsentent des Laboratoire*
LACTIFEnVf.-rermeat lactique, coalre &**
i.airs et cuisucf*.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM