PAGE 1

LE W L'Imprvu t< r.rr-.T.c roue coofr e Pasc •a.-.noniit il V a drui remaw< i l' Imprvu t'ont l'lrgr r'plus a laiie.sirajou; pour I 6 Av prochain A pa tu de dtlDtia I' canes seront mists eu v.-nle Parisaua MM ANC HE Conscience vengen ss Grand drame enj> patea G 1.00 Ku ite gnrait* t'iace leatrve'e es" *r Jehan Bykj Nous apprrtons fcVfC plaisir )• retour prochain ds cotre sympilli que |ihan Riko Il va tn tltet, Co utr sa soire d'adieu, s.medi 27 d< couran', i la popuiatiou de Fond Paix, pir qui il l lU hoy au coui.ue sa tourne. Bientt nous pounons app'audi le talentueux arusie tt l'uittndi. dans sa dernire crttion. une ti voureuse meringue dort on nou ait mervtiUe. OUX qui sont reitis, oi d rait qL ItOlSirgaids se dtournent desbsllr initiatives tint la vie hatienne : terrass les nergies Une gnutioi monte cependant lt de celle qu: l'en vt voulant puiser aux .sourcede l'histoire la torce de h lier conti 'es lments d'inaeticn. i): jeum lalcr.ts oratoius l'ai6rocOl et ut< lextaioe picecul M mac les'e cbt, LUI. eront l' plus bel idial dmocral. l-.o urminiol notre ai.ic e nou nous empressons dadits^er no* cou JM ntuts au dUtingu Djyen A-jgusi. Montas qui, av c une poodera ion. unepoloadc connaissance desk-hosjudiciaire?, a su,aid du concoats dw ses auxiliaires m p quer h la se sion criminelle lordie ei ia discipline m dispenses d.ns la condtt e de. g b il. C R r :GL'LU5 CROYEZ-LE, POUR LES ENFANTS, l n'y a rien de tel comme L'EMULSION DE SCOTT i ?aits Divei %  NJ Nouvelles trangres 25 Mars PARIS. A h 8i i o dune no e que noimrnema l Allemind adicaai%  .ea |oa a dtrmers entoure Supi ue deiraudaul [autorisation d ei /oyer de nouvel lus f irees luiliiauf-Jans le bassin de la lUIir les cfi %  ers Allemands i r ivrt ut Paru t expcsreu aux Aiii la u-ali-.; on iecliuic|ue du projet. O.i cioi. Is minisire; on chirgea les nVn ;res de '.-intrieur il des lu va 3 X pt blict de dclarer aux compagnies qu. si le cml t n'e.t pu sa'u -o ni i mdiatiineni %  gonvsin mat jrer J a Uei mesures nergiques suicepubles de faire cesser le mouvenem. Les chemnots repo t et le dbut lu mouvement pour aujourdhui? ........ Mdi. ue ce projet consister* t ,au onsu : l'AKi.s.,1 :i canot aulomobile trac d Gouvernement dulteicli donvoyei tiis batt.t hier officieusement le rt :od de la vitesse en effectuant cen. vmgt kilomtre a l'heure Ce record tait dtenu par un canot amricain ippell Whippowill avec cent douzt kilomtre joo PARIS— La situai on en Allema ^n.' semb e moiis tendue Un a;co .tra l intervenu en re liauer et U n I i es sy.idicrts ouv.icr. aux t as Cuquct li nouveau g) vern ment piov.soire pur meut sctiltsl sera t constitu av icceer a l'examoa du vote de ..dget de 1WU. Le t.taldea crdiu teiiiuuda a t love neut mltlitrdi 14 mtliioi a aloi qu ll dotation ice ides le moisdj d cembro poui '.es t ois moia de U LU.III e annt Je 1 Ai in s ice niu^u iu,t le eli lire KQ Wesfcphilie la si u.toa d:mcu re mchoze, I! se conli mj que la u vugt mdlMida *\ miliiooi toit ;? m ?lf ce / 4,t A Be,fio lts lroup d: une u.u'oience de dix milua.da "i" Klf.tWMft illlIllODS. .MAI).(il) — La gr-ve des cbemi uois prvue pour le 22 rniuu I pro die ature d 1 cjirseil ne s;ra pis pio ojua U chambre uae vuulaute clam-' M.1,la haine ds mitcurs -tt-que de l'ex ministre Lacieiva contre leichw est immense. L'afl conue les compagnies qu il accusa a'..us dclara que les m neu s so I d'avoir piovjque le mouvement au p: s se laisser dirmer par 1 en d'obtenir unt augrr.eniation de leui. teatl mais ils prelcreraier.t mjurir l tifi 'que de e re.dre Re s hwtrAq eu i A lissue il: 11 sance da coase'iia'unc att que couce.tnqae les rai nrur-: f ror.t sau'er Us uines et d• Kf/%nt les puits de mine. STIUSBOURG Li gve H fi tuellemenl termine LS pat ois ei es ouvii r r> jelren les bises d'u< accord en acceptant latb liage. PARIS. L iviiteur Villemin aMeri Tombouctou le 18 courant il rep> Il lr 22 pour Moite ou il arriva I joar mme il compte repar ir le 23 1 destination de Daku. BROUSSE. Le mouvement antin? tionalistese manifesta a la suite de exactions commises par les nationlistes. Un mouvement identique s produisit dans les rgions de Bgn liank-ssa et Panderaai. Dins la r gion D'Aidin. les nationalisas ayan voulu piller la ville de Srlilhi fureo T.xterm n pu la population. PARIS' Aprs 1 audience i h. :!o; qui dura 2 heures,la hiute COJ pnt l'aulilion d-s tmiins 1 d ar. Oa ect?ndit l'homiol eministre du Commerce qui expliqu comment |on donna en novemb 1^14. U te m'sioa a Caillaux qi avait pour but de recherche les pj duit pouvant seivii la dfen.e n tiooale. BERLIN— L'arm'e rouge oprant (ohat et firfu', capitula sans coo dilioas. A Kiel, d;lreutes unitmilitaires se placrent sous les or oVe3 du goiveraeu civil ocialis'e dt droite. AMSTERDAMSiiva t le c Telegraph , le nouveau c binet aile maad serait constitu. Bauer conserve la prsiJenc:, S:h lier est nomm vice-prsident H:rmanu Muller est aux altaires trangres Gessler es nomm i la dfense nationale, Kick AMi Concert r-nvov* Ceusqm .tcnJ.,i,-.. avertir 0 /* .loineni d aller w.. co., !er il pprendrom avec rc gl< r: 4 Je C une inJuposirion imprvue c* %  -•ycr son conut Ulie Jaie uUfc ;hamp;onnat de mr association Sportive ASH Les membre, de 1 ASH ailwi j item le public ., r ndre ^ U ...J Dc*, a i a .l\mt Uo UKe .S • ub VA(. discuier.! cooiie l'as! rs prcises du to.r. Prire de s y rendre en louleMMwl iicn* ^1 Ladeini.-TeDeiit! Ce superbe ci pu.s.onrunt tQ ^2 que la l.uerre a i,„i d' un Z* 1 ...s la lourmame au k-odeBM?" .e curieuse de W ute, le, senaii^ 1 IUX bureaux du u .vutm • Ven.tviie.Une.' stc „ U( . .'xempuiret. "* Ncrologie i Nous apprenons av,. ro rcl , M,r. de Inbonien M-JuS, 1^" l mat. ses luntail es auront li u „ >i l'liglise Sic Anne. Hunion i w liaison mortuaire sise a Feu Je r\L£ .aiMjn du ttr lloy. ^^' Nous adressons nos s'.ncrtl coa larents prouvs. tel, Wo f prennent reypecti, estiaances, les transports | .or.Les autres portefeuilles a, >us aux socialistes dmocr* PARISLe Comit ei •iiti radical socialiste adopu k r du joui coast tant qm jj, es relations diplomatique /atican est en contradiction L /ec les intrts extriearei •r-nce ptblicaine. LILLELa g:ve lextilaj ait u^ns le calme le plus ) i ^u voit la gve gniL /:iiit di des cheminots et 114-rs. Les employs da i ent demeurent en d horn es.ent. Le c n grs de; sc^ %  cales des mineurs du Pttj us dcida de repreadre les toa; avec le go'ivjrnemeoi, BRUXELLES Le • >re de Belg'q je annonce^ • remier mi.u>ire dcidi d'i iae proloiigition d'une aai D Ju.tne'.s belges qui obtiai 'OiUnies avances des bu glaises et amricaines desttu, | mdier au cours du change, < qu'ils devaient maiat:oiat jser. Dollar : 14,'2 Livre sterling : 3.83. 48 FEl ILLLTON DU MATIN* lie, Coco interpellait le gamin.' N y. qui longe 1a ligne d s forlitlca-! 'eura de l'acabit de C-mud index GRAND ROMAN PAR A ni u un r /•:/•' N %  0 B (l'Vrnpar L. Fetillade) SEPT II VIE PIiODE. iAFEMME EM NOIR ,V (S.ite) Ld pellt-flls fccsi Vo.. r| ra Bvrir, pludeorf M | litef. ^nso'.t le boali de N' pr• loo.. ie plongea dhiie une piofondi mi a li le lalcor plongea leuiie. l'iii, 90 levant, il •" Untre tiui dor.iait sur 1 otvnt tette grai d'; c obligs de prendre de lis arien aa ) rcautioii9 Pi avoc un air solennel., l'iosper dfinit : — il est indispensable que ru/S enemis ignorent l'endroit o je te soldaisSans quoi, il pouirait en rsulter pour eux, pour loi et pool noi do tenibUs COnsoesocas— J'ai pus un (cil de tue! Ll -a*il le Mme Tout en le prenait par la main Oo:anlin l'emmena sar IJ balcon: •t ouvrant le couvercle do la .uullt oamer, il lui oidom.a : — Cacliiloi l-iedaos. — Alors u,U"i? inlerrrgoa IWgliasi toujours gooail'eor, vous a 1 1er mrnnbal'er h dedans comme di in> ildi par sa ssnnsa de chamb r, i| h 1 ,)0^Ki r avec tl inlinios preeau ion nui le sidgS d une ax;-aul) .'i I inuricur doqu 1 montait la nonas; e aprs avoir laoc une a liesse a witluau. it rentrai* chez lui en se frappant 'es naine. A peine le tuxi euttl dmarr qu la volturaq il a tendait rue llippo lyti Le bas se lanait a sa poursuite. Ltax*anto, apiiav ir yagne ei traversa 'es bou'w.rds Bil irieur'. fais liofla de Paris. Toi M ue les de x voitures se fi'J Celui-'i sa contenta tout en gr. liMinmen loignes, ot Alors il ee pu?sa un f*i' v airnev vissant l'escalier de risquer ce facile noui d audace, et d adresse. -proposII ne dit rien, mais il n'en posa LA voi'ure elj maitre qui Jnsqa's-I or s'tuil cen'en a d accompagner lu voi ure di nlace une distance elutiveinr t respeduf use, acclre' out co. p son allure tsnd s >pi I liomms qui se trouvait l'arr. e n' n^aii antre q l'Amaury d la Rochf lonaiiejse dressait afmi a'u. siide gourdin m mclu recou li %  Au incinent o il arrivait la li.iu I teur du taxi, il empoigna avec la j crosse de son b'on, li corde trs solide qui flceliii le panier en oaiei j la tira lui avec une force et une' dextrit prodigieu e, et avant qu le brave conducteur du taco ait eu ie temps de revenir de aa surprise, a mtlie et soi contenu, littrale nent hrponns au passage. 83 trouva en mi clin d'oail transports lu s'ge da taxi A 1 Intel leur da la !i IIP o.lmaury (|U', pilote par Jivmard, disparut daos la direction lu boulevard Barioler, bi'ant o de allure la chausse presque en ir.Mn-n dsert • — Uavo, patron, aporot vatt I •Inull'aur ordinaire et x'.raordmaire • cius.. L' p*t t bouge, j 1 s le croyais pas si lourd. Eli bien.'. demanda anxius c mnt ravon!u r ire qui semblait a tendre avec impa'ienca le re oui i Amiury— II est l-Je ians.'rpliqua S:ha nenl Amaurj rn dsignant sa ouvelle associe le panier d'03ier lie Crmard avait dpos au milieu lu salon— Voos en loa sr? :nterro c 'ait Diana. — Parblei' J ai vu Coca ilin l'y oaclier— Si vons avi1 /. zieut le patron nattait Grmard, tiat en dfaisint les cordes qui aangiattfit la mille, t II vous a enlev i; couine un goujon.. C'tst patant! — Pe'ite vrinio a grina I ex i 1atititricc. tu vas nou^ payari/ — Je crois qu'il ne doit pas mener large, insinuait Crmard tout en continuant son dbillage. La preuve ces qu il n'a pis li mot, depuia que le patron l'a lui av.>c I u •'> rgliM*.j rendait dir c < ui'i.t plac Carr-1, o i' rpra^ttait Isj 1 Roger de TriaiLa', a^ nalurellanmit le rcit du I ni ve.nail de jouer sai %  es. Et comme Ito^cr le M *& ruse, l'excellent FIOJI yonn i.. n'en dclara avec un i m ide nie cliarou rO 1! monsieur, ce kl croyez !'*, c. de ceqo faire. Et il ajouta en lui-.oenei — Si Napolloi reveostt, trne., il me nomuurail la police,, comme FoacMl ( lintleo' |.atei que lipl> ,1 ii|uivii I %  > |. i.ouievard D.nano e 1 toum ut agi 1er aux ielat OUH .1 I u lui et d H| laai det etivu m i cil a u tnuieur de la poil-.e.li^i.un couit il Rengagea sur le boukVdid ,80 le b.ana Monti.. Vrav on dirait que! o li la lignevou u'avei fait que pals toute votre E', ouvrant le couvercle de la i 'malle., il laos.. bratalamaat : \ le la maison! ordonna Mr —Allez debors eapc-j do sale leliUi:liffontam toutessouflji p.r oraJaud.. et plus vite que J, ou je e foimidable elloit que lui avait n dcbirbftiiile la pDtasseicca-unii cet) opration aussi Kt comme rL>n ne bougeait,Diana ner nardie q ne dil'acile. jyeaaament saisitla vieille cojveiture Ap ci avoir t gzsg l dans d verses rapice qui devait diaaimuler len rue* tri 1 de drouter touU pourf^nt. Un cri de colre l'J chappa luite, Crmard stoppa devant la Ll volumineux colis ne contenait oironniie d'Amaury o, depuii les quun pav renferma dans de V.GUX derniers vnement-', Diana Monti eir ta au\i| 10 s a l phg' le rao I h comprenait que plus que j imais suivmi: -Eii bien, frre, et-taj moina millieureux'/ demi gar Judex qui. aooa a visux Vallires. pouvait aller plus facilement se amertume qui B tait en lai ... Jacquea eut un ge8ie resaamblait rexpresKt couragement protond. Puis, lentement, il rspwj -je ra'cIToue da m da ma combaltie.. et BO" fer en moi ce teinblssee c (Jael ara le plui i" 1 ,' daux, j. n'ose y songer.. tiins n'interroger lssnjb-en aa a ez d'imposer ** peaur. elle aval D>oin duia protaclion etncao-, avait lu doini :ilffjrmird, ;bant savoure, c'i§ goa la u) ile aar son pauji. ou 1 e 1 dieini : 1' est |ol me t sg>> la d dan ', le m n>' It t^lis". ]C'a te.' qn'il a de mieux \ f ir re iiiq 1,1 -H u iment nouai mr d • m ft'JOii fonUmo auquel il rpJgiai Je e fa-pil ari:r avec d ol",j Riglire n'est p u ad L1 — Itoaloi par Cocin in, a'ceia la Minti, pti da fireur. Ah.' c'est IIOJ for V,*... avec un accent da violenca mue, 1 lie se uid-i : — Mais j'auiai rna revanche,, oui, 11 I a ira: j > I a irai Pauvre amil Tu as raison M JJ 1 aoapire l'ain des irai heureux .0. .^ ^ da defaUf aulnr l'preuve — Sur oui pas Jo n'en aurai pss.. j „ ntl a mrrt. dool j. e . accents pour me dicter mnn-1 je n'ai ps* savoir 1 ou ai elle a raiaon,^^ ^ de notre mer. ,ours les acc-ntt gj(Jean cm et d'iBs-j • en m jjnr.H 1 rpjgnai pgi dant


PAGE 1

lt HA un %  MM* Sous rinfluence du "PdLIBOSERUlB* M ..TOUX SE CALME IMMDIATEMENT. uritv" 1)lshAKA ,sstNT. I.CPPRI:SSIOX n-LEsreivisjECOrt B'ATTtKDEMT. LA MSPIUA1ICS DEVIENT PLUS FACILE. l'APPETIT REVIPNTs LE SOMMEIL M APPARAIT. t pfv DAIS irSHOP'TAUX. etccsK^ocp r, i\ r-•"• %  !'. JJ .. -w r. %  • • %  %  %  >ANf:is. dPPUicir *^ Ml PLUS D£ :•• 3 0 uratCiflS ETRARCXr.3 r t"ta MC.K n'EMM.O '< cuiHt %  %  .' matin 't idr En Vitte, danj tj:Us les Drjjairlei et Marsus.'* LABOKATOIŒS A. BAILI.Y 15, RUE DE ROMK. PARIS B E ~~ — a= Liseri procd 'P mercredi que •.comptera trente et un rn"fl mil |Icent vingt uix ure d'i 1111 jialtade et pur Ip. iNi-i-lie du Jttire Atiel I/tterv ', l'ort u Prin 1 lirtnd Hue, !a vei t.au i>lu of muen.ier n cliiV t ILQil • Ub'H MU si.I i I ( n % D, tciTie, leiuup ( t 'ed mitns ri, la tout cens ruit avtc if s idetor FBIMH, I d Faluu toiueo •3t : BU nord pu %  Vu | het 1 ,i 1 M, au fud 1 ar c Te :No 42 ocipar Mr Her.iy D>IUt par hnulnce No23, h MI e i i ar la Hue Ht Uoep-opri-'i Ui d* ci l^su? T' r eau ope dai.t de t'iit-Li "lWoiU ie la coi.t> lance du latte cinq 1 u us d tV de eur tpitfOLdeurd! M 1 soixvi te du x lasulorg cte Ks et deux cei t taotedeux pieds celui d'eue*t, Ht: au rorri, | ai le tin nvn de (pan m sud |ii ia porion qu'ec Maneaoist le M>zaviia Let'• l'Ett par I Mu'e de tuieze da large qui dt nne aces eu nudaTurgthu u de Buity et t pai leUu.trti l'ioai ei Chtia a Unemplaren e nt df>ig< ne; H OCjjiq Ha au\i!!t^e (Je lit I lefe maint de Iriebi aiion Co tp, al* '•m la fction de Tira liotdtt %  Bone U ai ren, i*ec rr ei t m !oi t TOoce, lequel un, lactinei.t u H0'i.ulequiiz -piedasix oui-. Itawidmt ui 1 x certa de pu Kriuroid m au ma et boni r j u tord prr U pe'ite plu. W par le No 8, lt;u pat I av "jooiio. l'eut st par If No < %  jJwpiocaveiLald'IiieSt Ory f*dv M z dm libre ail mtf wtenifgi t r ,. wrtuio dedeux ob r yatior tiS l, V i < d Bie dtaqcirzep-' %  • m netfeut qiiize et tr ; . t J"' "etfcuit seizp, enrgi lui i t, CC|IUI ai deiuui s d m! } ^'dmaui Falot ;3 = t mndmeiu 8 k I il |ii 8llLX9ieuI f Haniy Elle et Vve E i;ne Hrtur 1 : i c uitui!c(t diligence rr.nce J f ,, 8 d "".a. t loi tau Uln j B M, l U,t< M Luc Tltard Nteu pK .'"' r f5|€C,, " de :^i I e [tesmer AJ i 'e • de la l : g: e hollandaise a U ; S5 Noilo'k le 5 mars en ioute pout IJUS les por & d Hati. — Le S es mer Pinatnt e,t attmdu ici dimanche avec }2^ tin.its de marchandises, jj sac:, ue cjrtes rondanceet 2> passagers — L ma sera i;t vus le 2S ou 29 di cou r-21 11 ptlMra directemuit peur New Yo k prenant ft: e p ssigus HEMORRODES V lOtiCPison rcntalne et complote par la L—POMMAM OU DOOTIU5 ZYLOR r. T03F rCBMART SEKlNGUt FPL'ffliTE — CDHIKC/Oirt Dt; -it IL UJJURS US RSUL TA T UDO'I'O:.-' iiTR. su. m (MB-L ffli.e KtilLLT .Sfici) .•rf.o-Pr/"C; "et. PETRUS Varits DIMANCHE Le pli cachet 1 paitic8 FnrnV H^nprale G 2 00 Ei fai'ta 1 00 contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, llit. Une Suint-Antoine P ARI S C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PRINCB AlePETRUS; Pharmacie ALBERTiW Pharmacie du O' Juatin VIARD at tontes lei bonne Pharmaclai. du \t< I H'I le u 'CNlii; L* lttl II,,., I | n i ,iaiie ki, Li| ^ '^.iiL.i*H.v., h, li ? a u i --' -ctxici in; Mue "jf i 1 .1 16 ga iual.l d j avec Uu ton t-ouarftrle tu ii:a lgt'e de a-aenlu ta mu eurs Matrxe, P'ul-, Rtttf tt Andr Kiv;V\ les enchre a seront r. Quea aur la mi?e 1 tix de qua 01/ n i'Ie quai e vlrgt qualo / dollar n icniui 1 ban ccjtiw pour PRESERVER LEURS ORGANES RESPIRATOIRES ou pour GO'.GNER I /?.':.ries, Vau , Œillet, Uuutre Heures ? e c. Une occasion opportune et AVIS COMMERCIAL Le Public et !e Commerce sort aviss que, p 1 suie Je l.i nson i'e Mr A. T. lestc^e uivcr.ue le 10 eu courart, la Sor t L U ;, U .i e & Co ifl d'srotf. tes issccis >urvivantsrn 1 lonr' la roivelie Mai* CII Ch.sjpt.r.e Kro-ne e Co, qei centime le ffme g*nte d'*llares d op.' it l c 1 qce la p .("den'e M > son. Jn ie, 1: 17 Mars 1930 1 va dve A vendre le dmoli dit crf? 1I.1 poi I .1 iwwre vn buts roua co.,:? hou* /rs arec, a Ullage iera la rsidence o l'on I our.a le consul er. -W BAZAR MTROPOLITAIN Maison de confiance pour deux semaines seulement Avec chaque achat de LOO or d'maills, de coufeaux et rubans, nous donnerons un des articles suivants : I boite po'ud h c Tal Imtarial 1 petite bol e. p ir/um C le bai 2 savons bloVlla I cahier 1 carnet de poohe Avec les achats de 2.00 or 1 boit'' pou Ire Talc Annours 1 Rasoir tret Duplex t Passoire pour farine 2 Savons toilette William* 1 boiie papier lettre e prix de beurre de table ruiours, Favrol et P & G est toujours 0.78 or la livre.



PAGE 1

^. M!** Pi amincie Albfrliyi-rwalJ MAMIIL A.riTIlS, P G. Suc j %  ce sscn r Fonde en 1850 Produits cliim ; ques ft meil>< u res Usins de France et d'Ame li'iue: Cirre Drr>lifrice KoliVs Parfurceiie^raLaiso il an i csine. AUTOMOBILES A louer Courses en ville & hors de la ville Revue Illustre et Vente k Patrons de mode reluis• ln. fl Sure \ VoYcHlCS 'i lll01*11 1 IIT mon AUIEBTIM I WAl.ll f &f du pays. Pour les provinces e les villes dc'Slo-Domingo: Puerlo-Plala, Santiago de los Caballeros. S'adresser Chas. STEPHEX Sice(8sor Istabished 1850 Antriran deKrcDcb Paint Ifo i^icinrs Bff-I (hemicals freru Eu ii I p ard ihe s'ates. >ne'i(an prfsfr'rtirn* files, Frfprh de meneau Perfume.l Toile Waten. Gfel it a Pflrus' Pharmacy fttadutl* of Tenrpe University, Philadelphia, Pa. •4 tri* important te Public est inform que U Yi re'if-x h'IanUi'ions Incorporotcd I A M M 0 Tfci r rorisoii eu l'oit auJ P tinte 11 12 Hue du Cn tte,h <6 ne In rnwjagnie des C t !(S liunsallt nVquet. P„l au Prime A HaniMQ. Le } rsidul d'Ia Vrrd'et I lan /; 5 l) ( et dut eu Avenue C (.t / fgi Maison Smitb tailleur ta'nnr Inrorri rnted, 'm an Gai i pi 1 IR Hue liie.-rasO A I* Lumire MMM (.Kitre Avenue Jo/. A tilGriuKDS, .( & D Hue 21 ) ltfplione 2ooJ.AilirV Coutume Child'i Dm ARTICLES FRANAIS La irison Max 1 Bue du Magasin de l'E'txt Chapeaux et canotiers de loutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damass es NI et coton Nappes coutils matelas chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soie cravates noeuds et rgate! assorties, Gilets de flanelle. Voyrz-vous ces belles Daine, vclfz vous re ^ioiea* srmricaccrrme elles? li.Il CHU Paul E. Auxila j Rie du A/*/;sin dt l'Etati reversin O vois ro'jv-r. z I' Tl.ssrs le h p'u* bln <:; n'us ntn,i hUliA.NS Us p!ue a p cphraei lu,r|,o. rare u ''" l! Il \ n i d ,ii' •; i; IM) Cl Hlnuil.l IIA M !.. lit v.in ixtmudiif ivi; j i;nio, ivJiion i ] et vt.'out, rtmi IdaM los cimi,^ l ne visi.e ddn* e le Maison n vos enruii savoir co m\ \os devez poitir. di-piraisscMI La maison Veuve Barbancoi v ', a rei Chanjagu mm mm Demi .fie et brut rite/, EDWARD M. RAPHEL cS: r o Portmi-Prince A %  j TUHKISIL a I.CUD CIGARETTJI CXCCPIONL QMHmu Tht AS^IWMTOa/lflrt "• Pharmacie FSEJOURNE Angle des Rues, Roux et du Ce 2 Mdailles d'argeri Ejipoaiion de Bruxell* 1 Laboratoire de Chimie Mdical. Droguerie, Produis chimique et pharmaefulia* Spcialits fitnaises et amricaine*. Prparation dfi toutis ampoules mdicamenteuse et injectables. Spcialits. —Srum r.vrcshnique simple et urtv lodl.ydrarg/re. Srum ue Morard remplaant' lcalciiiants de Fe.iier et de [M 1 .Uj Il Y a toujours en stock : Nevroslhcost' Sirop P<** •* Elixir de Pensylvani". Cpotitaire du PREVESTf • Tel Reprsentant des Laboratoires LVCTlFtRV.Ferment lactiqae. conire a^ ,l0fl ] iiales et cutanes. UXifllNE-SFcifique del ccrptipatlon.



PAGE 1

SfcSS N* 3 745 "^^TECR-HftOPRIETAIRE ment-MAGLOIHE MAGIST RAT COM MUNAL tf NUMERO 15 CENriMIS ABONNEMENTS PORT-AU-FRINCE UB 18 DEPARTEMENTS rja ffl 0 1 froi oo' 1 CrRANGER Troii mo G. .00 G 250 7 0J i 800 mnouces soot reues au Comptoir rotai! de Publicit, y Ru." Troachel, IV ,!, 2j, Ludgate Hill, Londres., Pcf Kra.li: JI 1 Quotidien VSLEPTJOSEi 1-iS SM5JI 07 ftffie *W Etrange coiJition de P#uiour / Vous ai niez quand vous tiez maltrait,, et vous n'aimez plus an temps de U possession tranquille et assure. Lope de VEGA Questions Politiques et Sociales Salariat Britannique La Maison de In Mr Lonce Fils-Aim |>; nj^virtiits 0 iv iers tieaaeat Tj:pU:i dio; lav.: cononi|et!o:ijle dis nitiois pjjr que jnijlig J cira:!rUer U valeur i.Wjuton %  .; n s? p'>djit eue: ia', m p:e ptroit et prioriai : at *i i a ; I si'u/iat briiami[Baatre pi I, il y a l un phii 1 d'une telle ampleur et de co icet tellement coisiirable, faut kio ea marquer les tictliloa veut exjrinaer les phiest* wciaux qu-* n m-, devons meetqui soot en train—qu'oa lille'ou non — de bouleverser se montiial. I l'Angle t a tiuj m ; co isi[fNt le syndicale ne et H>rgi mthodique in laves du ,ia milieu particulirement tll faut en prendre les raio is la centralisitio 1 mtnsive en fjklieax relativeme it res'reiuls, intes misse* ouvrires, dans jf.tde discipline de la rtce, dans des union, corno ativ.s, toi jamais autant que dura la ht aujourd'hui,ne se sont nu %  une tslle feiveur et un tel [de proslytisme. A n'*n pis l'volution dmocratique enIrune'large ptrt dan celte nitiondu mouvement ouvrier, [jjohint; n et d'at leurs pas il'Aag etirre et l'on mu[ot peu partout les mmes coi• le c Libiur-Giztte , le des travailleurs syuliqus •terre, a pass de ; 5 1 7000 IWi i i,f34 000 a fia i9t#,soit Htymenution de 19 ro ea un V* estime — et pour pea que [ceoluatioa se soit mainte ue r-qoe l'arme syndicile briin compte, prsent, plus de "•M et demi de syndiqus / •Pj" grands procs ori t •plu en 1918 par les synliats [pwilltnrs agricoles, d'ouvriets piment et par le< femmes L aug [ahon du nombre des femme 9m a atteint ,23.00 a. soit I/o. Uhinige a prsent en 19 ttes forts intressants. .k" 0 1 ,' ^ u en i uillet aout et "fe,.il fut intrieur celui rjiceqai tat d'auunt plut NaaMeqm l e nombre d'otiT c 0Qsiderab ie| nentaugmeu rjj* dernires annes.et qu'eu r*tsioes de gurie ont d !' %  Poor faire place la prduw jw temps de paix, d o p<.riur F march de la main dosu Lk rW d octol "c. novembrloii reS >llmoi i satiitaisants |*i" ,* cu notamment g ve gjmits de fer et des mouleurs | Uo W c . l ' n P OUr chmage a atteint, %  101 •' s oa maximum le 2 V'^iourouelletut F ay*e IJBI! tx n ,a,t P 1US veise 1 ra bn *ficUires. atisL y eut '4'} dilrend* Prtnlu pa r0DS et ouvii rs. P'tHii e r ude H 500.000 WSu? ,ec a nl J7oooo .":Utte situation fui mjios Correspondance fpcinlc a* Matins bonne que celle du temp; de guirrt en 1918. on compta 1232 d H .-rends ^237000 journes perduis, pour 1 i;a.ooo travaillevrs amens ch mer. Il est iatrf ssant aus>i de mirqu r les variations de salaires. Ei 19^, ceux-ci ont augment de 10 francs en moyeane par s-mainj et par oaViisr sur 1918. Par cojtce, l'hora.e d: travail a t considrablement rd ait et on estimi.d'apii le recensera nt fiii sur t,/jj JJO ouvriers qae cette rduction a atieiai 6 heures c. demie par semaine. Li c >a:ld> o 1 est s .np'.e. El 1919, lojvrier ang ai ,or;e a faction *yn dicale et aux mjavemenis entrepris auprs des entreprises industrielles et des pouvoirs, a gagn 1 Ir. 50 de plus par jour et travaill plus dune heure ea moins quotidiennement. Mail je l transformation de la vie industrielle a eu les m nei Irsultrt qu'ai..eurs ; la v.e a auguien , voire de faon fantastique.La statuai' q 1e des piix des principes marclnn dises montre que de )uiliei /914 a janvier 1919, 11 y a ei une uug n:a ta'ion de IJJ 0,0. lin juin 196, les prix avaient busse ; ib n'iaieut plus qae de 104 o ( o au dessus de ceux d: juillet 1914. Djpuis lots, .s oui remont plus que jimait ei fin 1919, il y avait IJ O ( JO de majoration tuf juillet 1914 Ces faits tendent prouver, une t ois de plus, q .e da.is le rgime actuel.les gros salaires ne coustuumi nullement uae giraatie d'imhora lion de la vie. L. K. *.wjt ..ii. i %  % %  Ifue Ira verni re No 312 Sa fait le plai ir d'annoncer i es nomb eux tlien's qa'l vient de recevoir un saottiolent do provisions de la mvv:nai)ce d toutes soi tes l our les fes de la Semaine Sainte. s Tels qae les ai tMet uivint : Morue ht Ile et paisse par livre €t demie l,i, lioincati de 100 livres '-'H), 100. lambon. fiel da pork, Svim)i en saumure, l e de porc, lan^na de pore Oieue dd porc Mess porc M lieta do p. c tlan porc Uuretg en itamare, hartagt MON paroaisie, ratqaef^anx, ttuclitoa. saumon en DoUu, 04MlB, fromtgs gruyre/patte grassr/) tta de tniuro; mantgue pure lard Glob en [rbuoe d uno livrn; doin-; 5 livre?; 10 livies i li livres t demie de U marque Armour t<^ remue de la Rpublique Mt 11re; inautegoe famille etc. Lai coudais; Nestl, Lait Armour Evaoored initier tucre en Ooale; graoal: dorai no Sugir; Daorra de table Gipen hague; ltr un 1 ( 2 livre et livre. U un QMQ rose frache. Ileurre Ctuloaer. dit l/ly l.atihratn. Ueurre Mercul i. urre Lopfl etc. Conserve* amricaines, C ):i? rvea franctieee< sirdmes I Inile, Sau mon en bui.e, cown bbef, saucisse dj Vienne; llvnbu m Steak, chite cowo lJjlogua style. Siuse W.ter. tnon marin l'ini.e demi et grandi boite, nlet de Tbons marin l'huile, kar COt ver, sardine l'luile, macarooi, vermicelle, Oignons pom ns de tarre. Uiscuita Soda assortis, l.jyal lunch. Hiscuit dou\, par bote de pati't biscuits, biscuit au lait aux cliocolais, au beurr*. la faiine lacte, N^a lie ii la phoai iialine Falliier. luaccaroni par boit ),'2 livre. Drages l'aineude diverses couleurs, l'runcs. raisin?, vin rouge et blanc de Hurdeaux PO g oi et ou d. tul. rhum, G ami, ti li-i. l'ar exemple bjisaon. .ranHnea et del marqua Nicoleau. Ani/.Jtte Marie Hii/.nd. Cacao chow, pippennin, cognac. Chery Urandy. bouleilie et demie bouteille. Dubor.net Ciozmo, lordeaux Ouina, Porter, U re Hed Mar, huile Dutet et Marcel Aliotb demi bouteille ei litre, en lerblar.c de dni gallon, qo rt de gallon \ dagallOD, 1 gallon, l.uilo Marseille par caisse et bou eille en li den, Indigo de toutes provenaocra. tll pelotes machiner, Lire, Epices de touUs soi te?. Et remarquez cec\ te Megasiu ?e .ient toujours la disposition de tous ses chema de la Capitale et tant de ceux de la province et ils seiont servis a\ec les m eu es foiet, la mme j romptiude et poli esse. i\o(ce fht attention of Uritish subfccls rexidenl '* ttvytl wlto arc holiers 0/ ^•curities isn by ilie Ueiman Goventme'U i (^lrectc^ 10 article #96 of l'eace, clame* -i and \o\ W/U'C/J article provide thxt the foliowing pecu< uiary obltyutiona slui t be settled tliro'iijli i''" intervention oj Clearing ttffics ri (jreat lirilain and Uermany Ci.iuse 3 In crest inliicli liai accrued due before and duriny the war to a nathnal o\ ont •/ 1*1 Coiilracttny l'owers in respect of se curitie is*ued by ani tipposiny Power provited tha the payment oj interesl on such leetfiftM to the national of Ih U Power or io ncalralshns nol been suspended duriny the war. Clause i. m • Capital stUM w/iic/t hve beconii payable be/ore and duriny the war Io national of one o\ the Conlracliny Powers in respect of tec-irilies issued by one of ibt Uposiny Powers prov.ded thatlhe payment of such capital suim to natijnats of lhat Power Of to neutraU htU nul >>ien suspende i dunn the war Itritislt nattonak rsident in lliyti who hxve clai ni oj this natu e which hue nol ulrcaly ban noliji d to the Public 'Iruitcj shoull apply to Ihc Conlroll-r of th', Cleari .y Of/toe ( Entmy Dehls ), Curiiwall Hte*, Loiidon, L .(-'. /, for the necs-ary fonn on whch to tubiHil their claims Oruh nalwnali whhaje alrady noltfkd th-. Public Traite I/I >u!d a <'t aoom manie itioa Iront Ui" ControU r. KDMUNO U WATC Britiih U§C9M*l*h rj u'Af (airts. Rpublique Dominicaine Ordre Excutif No 372 traduction En vertu des pouvoirs dont est investi le Gouvernement Militaire de Sinio Domingo, il est pris et promulgu l'Ordre .-uivant : i.— Est interd.te dans la Rpublique dominicaine, i moms que ce soit par les ports de la Rpublique et les points de la frontire dsigns par la S.crtairene d'Etat de l'Agriculture et d'immigration, i'Immigra tion de travailleurs de toute race aute que la race caucasique ; et L e interdiction s'tend aux parer.ts ira mdiats et autres personnes dpen dant de ces travailleursTout travailleur, parent ou autre individu au service de ce travailleur. qui se trouvera dans le pays sans un tennis man de la Secr'airerie d'Etat de I Agriculture et d Immigration, dment obtenu l'un des po ts de la K'p b ique ou points 4e la frontire, conformment aux ig eraents premu gus par la di e S:crtanerie, sera frapp d'une amen le de io do 1 rs au moins et de IOO dollars au plus ou d un emprison. nement d'un jour par chaque do'lar qu'il devra payer ; il sera en outre ilpoit. 2 — Pour tre sdmi; dans la Rif iub que dominicains, tDut trivat'eur d.*vra avoir en sa possession la somme de >o dollars ou I quivalent d; cette somme en a'gent eu bili.ti 'e Banque ; ies imnrgracts dev o il jouir d'une bonne sant daccord avec les dispositions du Code de Sict ; l'immigrant qui te trouvera dans le pay. sans tunir ces conditions, sera dport. -— Il est accord tout travailleur tranger, son partn'et autre persor.ne a son service, qui ne sont pas de race caucasique et qui se .trouve dans la Rpublique dominicaine i la promulgation du prsent Ordre un dlai de 4 mois pour obte nir le permis ncessaire pour rester dans le payi. Le travailleur, son parent et les personnes dpendant de lui qui se trouveront dans le pays i l'expi r ation de ce dlai, seront pums de la mau re prescrite par l'Art. 1. de cet Ordie. 4. L Secrtaire d'E :t d'Agriculture tt d Immigation est autoris a suspendre toute senlen:e de dportation d'un tribunal quelconque prononce conformment cet Ordft, toutes les fo s qu'il rsultera de cette suspension un avantage poui le pay;. Santo Domingo le 16 Dicembre 1919 THOMAS SNWODENJ Contre Amiral del Mai inc des Etait t'nis (ioitccrneitr Slililaire de Sanlo Du III HIJII AL Misscnard Spcialit te Deolelles Vritable <'i Imitation 23G,Rue de la Convention Paris l Reprsen:.rl; i la commission et agents dpoiit 1res denunds partout province et tranger E les fanai assez nombreuses, I*s c-uses juj;.s au cours de cette session. Le plus grand nombre consistai I en" vols, tentatives de vols avec escalade it effraction. L'a cs seultment d'hemicide volontaire s'tait prsen', avec celui qui ferma la sess.on : le crime d incendie qui lit condamner le jeune Robert Franois a quin/.-ans d; trivaux farces. N'y a-i-il pas Id u.i symp 6.11 i bien caractris d' amliorations du cri-se dans notre soc et* que scandalisiieat et rapetissaient aux yeux de l'tranger des actes qui t usaient fimir, tant ils rvlaient l'pouvante, l'horicur du biaditistne et de la plus barbaie sauvagerie. A quoi attribuer un 1*1 changement ? Le sentiment moral est-ii plus dvelopp en nous sous l'inltuence des transformations nouvelles nous met'ant plus en face des responsabilits que le Pouvoir sanctionne? Bftteit*ce par ailleurs un eftet de l'enseigement rural qui commence a produire ses fruits dans la masse trop longtemps ib tirdiedars Y gaoranee ? Autant de questions appeles attirer l'attention des crivains qui se proccupent de psychologie sociale.. Ce progrs dont oous venons de signaler l'apparition dans nos mœurs r.'a pas retenu l'observaton de la chronique qui, loin dy applaudir, a cru voir dans les cas a juger, ctPi de vulgaires voleurs, voulant ainsi (tiblir des distiuctiocs dans le vol. lit le Jury nava t pas encore dlibr sur l'accusation porte contre ces dtenus, pour la plupat des in.onscienis qui n'ont pas hsit une minute a taire l'aveu de leur crime, que dj l'on laoiit contre eux un flot d pi bette dnotant un rel manque d'obiervatt )\\ des phnomnes qui se produisent dans notre milieu. Ils ne se sont pas b en rendus compte de la raison essentielle de celte tendance t/luti vers le vol vulgaire que vers les s:aei doat le plus souvent le meartre. le viol, l'avortemenl (ont les frais. Voila une tude i laquelle nous aurion; pu convier les jeun:s apprentis du mouvement social. Peut < re arriveront-ils alors i d* gager la ieon que comportent ces Uns t li est vrai de dire que notre public est passionni d: choses sensationnelles, de drames impressionnants tenant de son temprament ordinairement c motif . Rien d'tonnant de voir la salle de nos assises claiisenits quand le jury a se promener sur des faits insigniliiots. L'on se appelle en prsence de cette dsertion la belle eldou'oureuse poque qui vova t accourir aux audiences criminelles toute une foule avide et curieus: sacnli.nl ses obigtions quotidiennes,— la vi: baitienne tait plus dcu;?, il est vrai— et notre j'untsse conservait encore l'espoir de beaux lendemains.A ceur; poqu-, qu'il tait beau, le mouvement qui tenaillait le barreau 1 L'on s'crasait pour entendre des orateurs tels que l.grr Cauvin, Valecin. D?* landes, Michel Oreste, Solon Muo* etc. La cnminili leur oltrait un chimp d'.ction vif tt et in tessatM Les temps ont chang depuis N^ tribuns pourlerlus grand nombre sont partis et leurs noms dji dorment au Taare de I Oabli. li; .;


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05080
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, March 27, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05080
System ID: UF00081213:05080

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
SfcSS n*3745
"^^TECR-HftOPRIETAIRE
ment-MAGLOIHE
MAGISTRAT COMMUNAL
tf NUMERO 15 CENriMIS
ABONNEMENTS
PORT-AU-FRINCE
UB18 DEPARTEMENTS
rja ffl0'1
froi oo'1
CrRANGER
Troii mo
G. .00
G 250
7 0J
i 800
mnouces soot reues au Comptoir ro-
tai! de Publicit, y Ru." Troachel, IV
,!, 2j, Ludgate Hill, Londres.,
Pcf Kra.li: ji 1
Quotidien
VSLEPTJOSEi 1-iS
SM5JI 07 ftffie *W
Etrange coiJition de P#-
uiour / Vous ai niez quand
vous tiez maltrait,, et
vous n'aimez plus an temps
de U possession tranquille
et assure.
Lope de VEGA
Questions Politiques et Sociales
Salariat Britannique
La Maison de In
Mr Lonce Fils-Aim
|>; nj^virtiits 0 iv iers tieaaeat
Tj:pU:i dio; lav.: cononi-
|et!o:ijle dis nitiois pjjr que
jnijlig J cira:!rUer U valeur
i.Wjuton .; n s? p'>djit eue:
ia', m p:e ptroit et priori-
ai : at *i i a ; I si'u/iat briiami-
[Baatre pi I, il y a l un phii
1 d'une telle ampleur et de co i-
cet tellement coisiirable,
faut kio ea marquer les tic-
tliloa veut exjrinaer les phi-
est* wciaux qu-* n m-, devons
meetqui soot en trainqu'oa
lille'ou non de bouleverser
se montiial.
I l'Angle t a tiuj m ; co is-
i[fNt le syndicale ne et H>rgi
mthodique in laves du
,ia milieu particulirement
tll faut en prendre les raio is
la centralisitio 1 mtnsive en
fjklieax relativeme it res'reiuls,
intes misse* ouvrires, dans
jf.tde discipline de la rtce, dans
des union, corno ativ.s,
toi jamais autant que dura la
ht aujourd'hui,ne se sont nu
une tslle feiveur et un tel
[de proslytisme. A n'*n pis
l'volution dmocratique en-
Irune'large ptrt dan celte
nitiondu mouvement ouvrier,
[jjohint; n et d'at leurs pas
il'Aag etirre et l'on mu-
[ot peu partout les mmes coi-
le c Libiur-Giztte , le
des travailleurs syuliqus
terre, a pass de ; 517000
IWi i i,f34 000 a fia i9t#,soit
Htymenution de 19 ro ea un
V* estime et pour pea que
[ceoluatioa se soit mainte ue
r-qoe l'arme syndicile bri-
in compte, prsent, plus de
"m et demi de syndiqus /
Pj" grands procs ori t
plu en 1918 par les synliats
[pwilltnrs agricoles, d'ouvriets
piment et par le< femmes L aug
[ahon du nombre des femme
9m a atteint ,23.00 a. soit
I/o.
Uhinige a prsent en 19
ttes forts intressants.
.k"0-1,' ^u'en iuillet- aout et
"fe,.il fut intrieur celui
rjiceqai tat d'auunt plut
NaaMeqm le nombre d'o-
tiT c.0Qsiderab'ie|nentaugmeu
rjj* dernires annes.et qu'eu
r*tsioes de gurie ont d
!'' Poor faire place la prduw
jw temps de paix, d o p<.riur
F march de la main dosu
LkrW d'octol"c. novembr-
loiireS'>llmoi"i satiitaisants
|*i" ,* cu notamment g ve
gjmits de fer et des mouleurs
|UoWc.l'nPOUr chmage a atteint,
101 'soa maximum le 2
V'^iourouelletut Fay*e
ijbi! txn',a,t p1us veise
* 1 ra bn*ficUires.
atisL y eut '4'} dilrend*
Prtnlu pa'r0DS et ouvii rs.
P'tHiierude h 500.000
WSu?,ec'a-nl J7oooo
.":Utte situation fui mjios
Correspondance fpcinlc a* Matins
bonne que celle du temp; de guirrt
en 1918. on compta 1232 d H .-rends
^237000 journes perduis, pour
1 i;a.ooo travaillevrs amens ch
mer.
Il est iatrf ssant aus>i de mirqu r
les variations de salaires. Ei 19^,
ceux-ci ont augment de 10 francs
en moyeane par s-mainj et par oa-
Viisr sur 1918. Par cojtce, l'hora.e
d: travail a t considrablement r-
d ait et on estimi.d'apii le recense-
ra nt fiii sur t,/jj jjo ouvriers qae
cette rduction a atieiai 6 heures c.
demie par semaine.
Li c >a:ld> o 1 est s .np'.e. El 1919,
lojvrier ang ai ,or;e a faction *yn
dicale et aux mjavemenis entrepris
auprs des entreprises industrielles
et des pouvoirs, a gagn 1 Ir. 50 de
plus par jour et travaill plus dune
heure ea moins quotidiennement.
Mail je l transformation de la vie
industrielle a eu les m nei Irsul-
trt qu'ai..eurs ; la v.e a auguien ,
voire de faon fantastique.La statuai'
q 1e des piix des principes marclnn
dises montre que de )uiliei /914 a
janvier 1919, 11 y a ei une uug n:a
ta'ion de ijj 0,0. lin juin 196, les
prix avaient busse ; ib n'iaieut plus
qae de 104 o(o au dessus de ceux
d: juillet 1914. Djpuis lots, .s oui
remont plus que jimait ei fin 1919,
il y avait ij o(jo de majoration tuf
juillet 1914
Ces faits tendent prouver, une
t ois de plus, q .e da.is le rgime
actuel.les gros salaires ne coustuumi
nullement uae giraatie d'imhora
lion de la vie. L. K.
*.wjt------------------- ..i- i.i '. --
Ifue Ira verni re No 312
Sa fait le plai ir d'annoncer i es nomb eux tlien's qa'l vient de
recevoir un saottiolent do provisions de la mvv:nai)ce d toutes soi tes
l our les fes de la Semaine Sainte.
s Tels qae les ai tMet uivint :
Morue ht Ile et paisse par livre t demie l,i, lioincati de 100 livres
'-'H), 100. lambon. fiel da pork, Svim)i en saumure, l e de porc, lan^na
de pore Oieue dd porc Mess porc M lieta do p. c tlan porc Uuretg en
itamare, hartagt mon paroaisie, ratqaef^anx, ttuclitoa. saumon en
DoUu, 04MlB, fromtgs gruyre/patte grassr/) tta de tniuro; mantgue
pure lard Glob en [rbuoe d uno livrn; doin-; 5 livre?; 10 livies i li
livres t demie de U marque Armour t<^ remue de la Rpublique Mt
11re; inautegoe famille etc. Lai coudais; Nestl, Lait Armour Evaoored
initier tucre en Ooale; graoal: dorai no Sugir; Daorra de table Gipen
hague; ltrun 1(2 livre et livre. U un Qmq rose frache. Ileurre Ctuloaer.
dit l/ly l.atihratn. Ueurre Mercul i. urre Lopfl etc.
Conserve* amricaines, C ):i? rvea franctieee< sirdmes I Inile, Sau
mon en bui.e, cown bbef, saucisse dj Vienne; llvnbu m Steak, chite
cowo lJjlogua style. Siuse W.ter. tnon marin l'ini.e demi et grandi
boite, nlet de Tbons marin l'huile, kar COt ver, sardine l'luile,
macarooi, vermicelle, Oignons pom ns de tarre.
Uiscuita Soda assortis, l.jyal lunch. Hiscuit dou\, par bote de pati't
biscuits, biscuit au lait aux cliocolais, au beurr*. la faiine lacte, N^a
lie ii la phoai iialine Falliier. luaccaroni par boit ),'2 livre.
Drages l'aineude diverses couleurs, l'runcs. raisin?, vin rouge et
blanc de Hurdeaux po g oi et ou d. tul. rhum, G ami, ti li-i.
l'ar exemple bjisaon. .ranHnea et del marqua Nicoleau. Ani/.Jtte
Marie Hii/.nd. Cacao chow, pippennin, cognac. Chery Urandy. bouleilie
et demie bouteille. Dubor.net Ciozmo, lordeaux Ouina, Porter, U re Hed
Mar, huile Dutet et Marcel Aliotb demi bouteille ei litre, en lerblar.c de
dni gallon, qo rt de gallon \ dagallOD, 1 gallon, l.uilo Marseille par
caisse et bou eille en li den, Indigo de toutes provenaocra. tll pelotes
machiner, Lire, Epices de touUs soi te?.
Et remarquez cec\ te Megasiu ?e .ient toujours la disposition de
tous ses chema de la Capitale et tant de ceux de la province et ils seiont
servis a\ec les m eu es foiet, la mme j romptiude et poli esse.
i\o(ce
fht attention of Uritish subfccls re-
xidenl '* ttvytl wlto arc holiers 0/
^curities isn by ilie Ueiman Go-
ventme'U i (^lrectc^ 10 article #96 of
l'eace, clame* -i and \o\ w/u'c/j arti-
cle provide thxt the foliowing pecu<
uiary obltyutiona slui t be settled
tliro'iijli i''" intervention oj Clearing
ttffics ri (jreat lirilain and Uermany
Ci.iuse 3 In crest inliicli liai accrued
due before and duriny the war to a
nathnal o\ ont / 1*1
Coiilracttny l'owers in respect of se
curitie is*ued by ani tipposiny Power
provited tha the payment oj interesl
on such leetfiftM to the national of
Ih U Power or io ncalralshns nol been
suspended duriny the war.
Clause i.m Capital stUM w/iic/t
hve beconii payable be/ore and du-
riny the war Io national of one o\
the Conlracliny Powers in respect of
tec-irilies issued by one of ibt Uposiny
Powers prov.ded thatlhe payment
of such capital suim to natijnats of
lhat Power Of to neutraU htU nul >>ien
suspende i dunn the war
Itritislt nattonak rsident in lliyti
who hxve clai ni oj this natu e which
hue nol ulrcaly ban noliji d to the
Public 'Iruitcj shoull apply to Ihc
Conlroll-r of th',
Cleari .y Of/toe ( Entmy Dehls ),
Curiiwall Hte*, Loiidon, L .(-'. /,
for the necs-ary fonn on whch to
tubiHil their claims Oruh nalwnali
whhaje alrady noltfkd th-. Public
Traite i/i >u!d a <'t aoom manie itioa
Iront Ui" ControU r.
Kdmuno U WATC
Britiih UC9M*l*h rj u'Af
(airts.
Rpublique
Dominicaine
Ordre Excutif No 372
traduction
En vertu des pouvoirs dont est
investi le Gouvernement Militaire
de Sinio Domingo, il est pris et
promulgu l'Ordre .-uivant :
i. Est interd.te dans la Rpu-
blique dominicaine, i moms que ce
soit par les ports de la Rpublique
et les points de la frontire dsigns
par la S.crtairene d'Etat de l'Agri-
culture et d'immigration, i'Immigra
tion de travailleurs de toute race
aute que la race caucasique ; et L e
interdiction s'tend aux parer.ts ira
mdiats et autres personnes dpen
dant de ces travailleurs-
Tout travailleur, parent ou autre
individu au service de ce travailleur.
qui se trouvera dans le pays sans un
tennis man de la Secr'airerie
d'Etat de I Agriculture et d Immi-
gration, dment obtenu l'un des
po ts de la K'p b ique ou points 4e
la frontire, conformment aux i-
g eraents premu gus par la di e S:-
crtanerie, sera frapp d'une amen le
de io do 1 rs au moins et de ioo
dollars au plus ou d un emprison.
nement d'un jour par chaque do'-
lar qu'il devra payer ; il sera en ou-
tre ilpoit.
2 Pour tre sdmi; dans la Ri-
fiub que dominicains, tDut trivat'-
eur d.*vra avoir en sa possession la
somme de >o dollars ou I quiva-
lent d; cette somme en a'gent eu
bili.ti 'e Banque ; ies imnrgracts
dev o il jouir d'une bonne sant
daccord avec les dispositions du
Code de Sict ; l'immigrant qui te
trouvera dans le pay. sans tunir
ces conditions, sera dport.
- Il est accord tout travail-
leur tranger, son partn'et autre
persor.ne a son service, qui ne sont
pas de race caucasique et qui se
.trouve dans la Rpublique domini-
caine i la promulgation du prsent
Ordre un dlai de 4 mois pour obte
nir le permis ncessaire pour rester
dans le payi. Le travailleur, son pa-
rent et les personnes dpendant de
lui qui se trouveront dans le pays
i l'expiration de ce dlai, seront
pums de la mau re prescrite par
l'Art. 1. de cet Ordie.
4. L Secrtaire d'E :t d'Agri-
culture tt d Immigation est auto-
ris a suspendre toute senlen:e de
dportation d'un tribunal quelconque
prononce conformment cet
Ordft, toutes les fo s qu'il rsultera
de cette suspension un avantage
poui le pay;.
Santo Domingo le 16 Dicembre 1919
Thomas SNWODENJ
Contre Amiral del Mai inc des
Etait t'nis
(ioitccrneitr Slililaire de Sanlo Du
III HIJII
AL Misscnard
Spcialit te Deolelles
Vritable <'i Imitation
23G,Rue de la Convention
Paris l
Reprsen:.rl; i la commission et
agents dpoiit 1res denunds par-
tout province et tranger
E les fanai assez nombreuses, I*s
c-uses juj;.s au cours de cette ses-
sion. Le plus grand nombre consis-
tai I en" vols, tentatives de vols avec
escalade it effraction. L'a cs seult-
ment d'hemicide volontaire s'tait
prsen', avec celui qui ferma la
sess.on : le crime d incendie qui lit
condamner le jeune Robert Franois
a quin/.-ans d; trivaux farces. N'y
a-i-il pas Id u.i symp 6.11 i bien ca-
ractris d' amliorations du cri-se
dans notre soc et* que scandalisiieat
et rapetissaient aux yeux de l'tran-
ger des actes qui t usaient fimir,
tant ils rvlaient l'pouvante, l'hor-
icur du biaditistne et de la plus bar-
baie sauvagerie. A quoi attribuer un
1*1 changement ? Le sentiment mo-
ral est-ii plus dvelopp en nous
sous l'inltuence des transformations
nouvelles nous met'ant plus en face
des responsabilits que le Pouvoir
sanctionne? Bftteit*ce par ailleurs un
eftet de l'enseigement rural qui com-
mence a produire ses fruits dans la
masse trop longtemps ib tirdiedars
Y gaoranee ? Autant de questions ap-
peles attirer l'attention des cri-
vains qui se proccupent de psycho-
logie sociale.. Ce progrs dont oous
venons de signaler l'apparition dans
nos murs r.'a pas retenu l'observa-
ton de la chronique qui, loin dy
applaudir, a cru voir dans les cas a
juger, ctPi de vulgaires voleurs, vou-
lant ainsi (tiblir des distiuctiocs
dans le vol. lit le Jury nava t pas
encore dlibr sur l'accusation por-
te contre ces dtenus, pour la plu-
pat des in.onscienis qui n'ont pas
hsit une minute a taire l'aveu de
leur crime, que dj l'on laoiit
contre eux un flot d pi bette dno-
tant un rel manque d'obiervatt)\\ des
phnomnes qui se produisent dans
notre milieu. Ils ne se sont pas b en
rendus compte de la raison essen-
tielle de celte tendance t/luti vers
le vol vulgaire que vers les s:aei
doat le plus souvent le meartre. le
viol, l'avortemenl (ont les frais. Voi-
la une tude i laquelle nous aurion;
pu convier les jeun:s apprentis du
mouvement social.
Peut < re arriveront-ils alors i d*
gager la ieon que comportent ces
Uns t li est vrai de dire que notre
public est passionni d: choses sen-
sationnelles, de drames impression-
nants tenant de son temprament
ordinairement c motif . Rien d'-
tonnant de voir la salle de nos assi-
ses claiisenits quand le jury a se
promener sur des faits insigniliiots.
L'on se appelle en prsence de
cette dsertion la belle eldou'oureu-
se poque qui vova t accourir aux
audiences criminelles toute une foule
avide et curieus: sacnli.nl ses obi-
gtions quotidiennes, la vi: bai-
tienne tait plus dcu;?, il est vrai
et notre j'untsse conservait encore
l'espoir de beaux lendemains.A ceur;
poqu-, qu'il tait beau, le mouve-
ment qui tenaillait le barreau 1 L'on
s'crasait pour entendre des orateurs
tels que l.grr Cauvin, Valecin. D?*
landes, Michel Oreste, Solon Muo*
etc. La cnminili leur oltrait un
chimp d'.ction vif tt et in tessatM
Les temps ont chang depuis N^
tribuns pourlerlus grand nombre
sont partis et leurs noms dji dor-
ment au Taare de I Oabli. li; .;


LE W
L'Imprvu t<
r.rr-.T.c roue coofr e Pasc
a.-.noniit il V a drui remaw<
i l' Imprvu t'ont l'lrgr r'-
plus a laiie.sirajou; pour I 6 Av
prochain A pa tu de dtlDtia I'
canes seront mists eu v.-nle
Parisaua
MM ANC HE
Conscience vengen ss
Grand drame enj> patea
G 1.00
Ku ite gnrait*
t'iace leatrve'e
es"
*r
Jehan Bykj
Nous apprrtons fcVfC plaisir )
retour prochain ds cotre sympilli
que |ihan Riko Il va tn tltet, Co
utr sa soire d'adieu, s.medi 27 d<
couran', i la popuiatiou de Fond
Paix, pir qui il l lU hoy au coui.-
ue sa tourne.
Bientt nous pounons app'audi
le talentueux arusie tt l'uittndi.
dans sa dernire crttion. une ti
voureuse meringue dort on nou
ait mervtiUe.
OUX qui sont reitis, oi d rait qL
ItOlSirgaids se dtournent desbsllr
initiatives tint la vie hatienne :
terrass les nergies Une gnutioi
monte cependant lt de celle qu:
l'en vt voulant puiser aux .source-
de l'histoire la torce de h lier conti
'es lments d'inaeticn. i): jeum
lalcr.ts oratoius l'ai6rocOl et ut<
lextaioe picecul M mac les'e cbt,
lui. des ia:dcurs et des il '.mus compte
'ni-Sion, qu'ils redouinm au bj
jeau son piesige d an'aa et i s lan
>eront l' plus bel idial dmocral.
l-.o urminiol notre ai.ic e nou
nous empressons dadits^er no* cou
jm ntuts au dUtingu Djyen A-jgusi.
Montas qui, av c une poodera ion.
unepoloadc connaissance desk-hos-
judiciaire?, a su,aid du concoats dw
ses auxiliaires m p quer h la se sion
criminelle lordie ei ia discipline m
dispenses d.ns la condtt e de.
g b il.
C Rr:GL'LU5

CROYEZ-LE,
POUR LES
ENFANTS,
l n'y a rien de tel comme
L'EMULSION DE SCOTT
___i
?aits Divei
'NJ
Nouvelles trangres
25 Mars
PARIS. A h 8i i o dune no e que
noimrnema l Allemind adicaai-
.ea |oa a dtrmers entoure Supi
ue deiraudaul [autorisation d ei
/oyer de nouvel lus f irees luiliiauf--
Jans le bassin de la lUIir les cfi
ers Allemands i r ivrt ut Paru
t expcsreu aux Aiii la u-ali-.;
on iecliuic|ue du projet. O.i cioi.
Is minisire; on chirgea les nVn
;res de '.-intrieur il des lu va 3 X pt
blict de dclarer aux compagnies qu.
si le cml t n'e.t pu sa'u -o ni i
mdiatiineni ' gonvsin mat jrer
J a Uei mesures nergiques suicepu-
bles de faire cesser le mouvenem.
Les chemnots repo t et le dbut
lu mouvement pour aujourdhui?
........ Mdi.
ue ce projet consister* t ,au onsu : l'AKi.s.,1 :i canot aulomobile trac
d Gouvernement dulteicli donvoyei tiis batt.t hier officieusement le rt
:od de la vitesse en effectuant cen.
vmgt kilomtre a l'heure Ce record
tait dtenu par un canot amricain
ippell Whippowill avec cent douzt
kilomtre joo
PARIS La situai on en Allema
^n.' semb e moiis tendue Un a;co
.tra l intervenu en re liauer et U
n I i es sy.idicrts ouv.icr. aux t
as Cuquct li nouveau g) vern
ment piov.soire pur meut sctiltsl
sera t constitu av rttib ir l'ordre et de (-ire des :e.
tuns gnrales La garde des ouvrier
i itulir cent mille tiom uea de tio
je- ou de Police.
t'AItl.}. Le Miniatro doi Finance.'
lipoaa au bureau de la Chambre ui
Projet de loi portt ouverture d
i-r'uits proviouei applicable* aii
ioib d'Avnl. Mai et Juin. Uo de ai
ie Util nui parait i id spen.-abl:
ur permett e au parletneoi u>
icceer a l'examoa du vote de
..dget de 1WU. Le t.taldea crdiu
teiiiuuda a t love neut mltlitrdi
14 mtliioi a aloi qu ll dotation
ice ides le moisdj d cembro poui
'.es t ois moia de U lu.iii e annt
Je 1 Ai in s ice niu^u iu,t le eli lire
Kq Wesfcphilie la si u.toa d:mcu
re mchoze, I! se conli mj que la
u vugt mdlMida *\ miliiooi toit ;?m?lfce/4,t A Be,fio lts lroup" d:
une u.u'oience de dix milua.da "i" Klf.tWMft
illlIllODS.
.MAI).(il) La gr-ve des cbemi
uois prvue pour le 22 rniuu I pro die ature d 1 cjirseil ne s;ra pis pio
ojua U chambre uae vuulaute clam-' M.1,la haine ds mitcurs
-tt-que de l'ex ministre Lacieiva contre leichw est immense. L'afl
conue les compagnies qu il accusa a'..us dclara que les m neu s so I
d'avoir piovjque le mouvement au p: s se laisser dirmer par 1 en
d'obtenir unt augrr.eniation de leui. teatl mais ils prelcreraier.t mjurir
l tifi 'que de e re.dre Re s hwtrAq eu
i A lissue il: 11 sance da coase'iia'unc att que couce.tnqae les rai
nrur-: f ror.t sau'er Us uines et d-
Kf/%nt les puits de mine.
STIUSBOURG Li gve H fi
tuellemenl termine Ls pat ois ei
es ouviirr> jelren les bises d'u<
accord en acceptant latb liage.
PARIS. L iviiteur Villemin aMeri
Tombouctou le 18 courant il rep>
Il lr 22 pour Moite ou il arriva I
joar mme il compte repar ir le 23
1 destination de Daku.
BROUSSE. Le mouvement antin?
tionalistese manifesta a la suite de
exactions commises par les nation-
listes. Un mouvement identique s
produisit dans les rgions de Bgn
liank-ssa et Panderaai. Dins la r
gion D'Aidin. les nationalisas ayan
voulu piller la ville de Srlilhi fureo
T.xterm n pu la population.
PARIS' Aprs 1 audience i h.
:!o; qui dura 2 heures,la hiute coj
pnt l'aulilion d-s tmiins 1 d
ar. Oa ect?ndit l'homiol e-
ministre du Commerce qui expliqu
comment |on donna en novemb
1^14. U te m'sioa a Caillaux qi
avait pour but de recherche les pj
duit pouvant seivii la dfen.e n
tiooale.
BERLIN L'arm'e rouge oprant
(ohat et firfu', capitula sans coo
dilioas. A Kiel, d;lreutes unit-
militaires se placrent sous les or
oVe3 du goiveraeu civil ocialis'e dt
droite.
AMSTERDAM- Siiva t le c Te-
legraph , le nouveau c binet aile
maad serait constitu. Bauer conser-
ve la prsiJenc:, S:h lier est nomm
vice-prsident H:rmanu Muller est
aux altaires trangres Gessler es
nomm i la dfense nationale, Kick
AMi
Concert r-nvov*
Ceusqm .tcnJ.,i,-.. avertir0/*
.loineni d aller w.. co.,!er il "
pprendrom avec rcgl une inJuposirion imprvue c*
-ycr son conut Ulie Jaie uUfc
;hamp;onnat de mr
association Sportive
ASH
Les membre, de 1 ASH ailwi j
item le public ., r,ndre ^ U
...J Dc*,aia .l\mt UoUKe .S
ub VA(. discuier.! cooiie l'as!
rs prcises du to.r. ,
Prire de s y rendre en louleMMwl
iicn* ^1
Ladeini.-TeDeiit!
Ce superbe ci pu.s.onrunt tQ^2
que la l.uerre a i,i d'un Z* 1
...s la lourmame au k-odeBM?" !
.e curieuse de Wute, le, senaii^-,1
iux bureaux du u .vutm
Ven.tviie.Une.' stc U(. .
.'xempuiret. "*
Ncrologie i
Nous apprenons av,. ro,rcl ,
M,r. de Inbonien M-JuS, 1^"
l mat. ses luntail es auront liu
>i l'liglise Sic Anne. Hunion i w
liaison mortuaire sise a Feu Je r\L
.aiMjn du ttr lloy. ^^'
Nous adressons nos s'.ncrtl coa
larents prouvs.
tel, Wo f prennent reypecti,
estiaances, les transports |
.or.Les autres portefeuilles a,
>us aux socialistes dmocr*
PARIS- Le Comit ei
iiti radical socialiste adopuk
r du joui coast tant qm jj,
es relations diplomatique
/atican est en contradiction L
/ec les intrts extriearei
r-nce ptblicaine.
LILLE- La g:ve lextilaj
ait u^ns le calme le plus
) i ^u voit la gve gniL
/:iiit di des cheminots et
114-rs. Les employs da i
ent demeurent en d horn
es.ent. Le c n grs de; sc^
cales des mineurs du Pttj
us dcida de repreadre les
toa; avec le go'ivjrnemeoi,
BRUXELLES Le
>re de Belg'q je annonce^
remier mi.u>ire dcidi d'i
iae proloiigition d'une aai
d Ju.tne'.s belges qui obtiai
'OiUnies avances des bu
glaises et amricaines desttu,
| mdier au cours du change, <
qu'ils devaient maiat:oiat
jser.
Dollar : 14,'2
Livre sterling : 3.83.
48 FEl ILLLTON DU MATIN* lie, Coco interpellait le gamin.' N y. qui longe 1a ligne d s forlitlca-! 'eura de l'acabit de C-mud
index
grand roman
Par
a ni u un r /:/' N ' 0 B
(l'Vrnpar L. Fetillade)
SEPT II VIE PIiODE.
iAFEMME EM NOIR
,V (S.ite)
Ld pellt-flls
fccsi Vo.. r| ra Bvrir, pludeorf
m | litef. ^nso'.t le boali de N' pr
loo.. ie plongea dhiie une piofondi
mi a li
le lalcor
plongea
leuiie.
l'iii, 90 levant, il "
Untre tiui dor.iait sur
1 otvnt tette grai d sicfiui de la tluBtiade tt conateti
*iu'a 1 #1 g'e des lues LttStlboe e
1 h| polfla l.ebap..6ttt:oi nat une auti
uns e'qvelio te lioivait un honni'
1 ui e iientaine d'eni.eca, dont I
. t.Ki.icn nfoic "r lia veux il I
.ol iV |ai destup,i.itttu.ei. relev<
ir| ahaien. d^ diai joer 1rs liait?
Ils sont i.. se di C'est |'ai
i-i' r.ira Livii mi tira le dernier.
L'air encore j lui natielsit de lr
wine que Oct auir:^, ie dtectivt
iuiv6 leutra dmn son li.ii'un.i
Kounaot son gi'<: n, il lui dit
AlUz soechereher ma graod<
malle en nsier.. Appor*ea\lt aur !
balcon, ali de lai faire prendra U
peu d'un Elle do.t en avoir betoil
lepuiB qu'elle est sj grdin< 1
Au uioiiieul o I) naicon lev^nar
hrfte i'o'je demande, le m.ue IU-
^lib! tait roi pur prudence a I A 1
Oleiitas, taiseil IriUU ion Cai.s I'
t .u.n t d l iioe l*iit Proaper.
tu par9 dore eu balade, que iu
Ui s in a l'es?
Ecoute moi, d.t Co 8'ilin..
petit mi Jean te fait demander-
t, Cf8' eliie .'
- Jd vais dor.c te conduire pr?
de lui.
c'est ei cora plum ha h !
Seulement upia tout ce qui
ses' pass ici., nous a ions' >'; c
obligs de prendre de lis arien
aa ) rcautioii9
Pi avoc un air solennel., l'iosper
dfinit :
il est indispensable que ru/S en-
emis ignorent l'endroit o je te
soldais- Sans quoi, il pouirait en
rsulter pour eux, pour loi et pool
noi do tenibUs COnsoesocas-
J'ai pus un (cil de tue! Ll
-a*il le Mme
Tout en le prenait par la main
Oo:anlin l'emmena sar Ij balcon:
t ouvrant le couvercle do la .uullt
oamer, il lui oidom.a :
Cacliiloi l-iedaos.
Alors u,U"i? inlerrrgoa IWgliasi
toujours gooail'eor, vous a11er m-
rnnbal'er h dedans comme di
in> lien*/ die/, la blanclnsscuai f
Laisse moi faire, et ne craln
rien, coiiiiiun lait gentiment ''roq nr,
Ci c'est rigolo, fit h ttosse ei
lisoai a.ssHiit dat s la malle.
Cocantin op as avoir gisa ni
:oup d'uc I vai s l'aino qui u avait pai
iiong da plaev. rsiiieua le pani 1
d i oiier i i :. (o i bu:eau.
(jn'itj tes minntes api:> ildi
par sa ssnnsa de chamb r, i| h 1
,)0^Kir avec tl inlinios preeau ion
nui le sidgS d une ax;-aul) .'i I inu-
ricur doqu 1 montait la nonas; e
aprs avoir laoc une a liesse a
witluau. it rentrai* chez lui en se
frappant 'es naine.
A peine le tuxi euttl dmarr qu
la volturaq il a tendait rue llippo
lyti Le bas se lanait a sa poursuite.
Ltax*anto, apiiav ir yagne ei
traversa 'es bou'w.rds Bil irieur'.
fais liofla de Paris.
Toi
M
ue les de x voitures se fi'J
Celui-'i sa contenta tout en gr. liMinmen loignes, ot
Alors il ee pu?sa un f*i' v airnev vissant l'escalier de risquer ce facile
noui d audace, et d adresse. -propos-
- II ne dit rien, mais il n'en posa
La voi'ure elj maitre qui Jnsqa's-I
or s'tuil cen'en a d accompagner
lu voi ure di nlace une distance
elutiveinr t respeduf use, acclre'
out co. p son allure tsnd s >pi '
I liomms qui se trouvait l'arr. e
n' n^aii antre q l'Amaury d la
Rochf lonaiiejse dressait afmi a'u.
siide gourdin m mclu recou li
Au incinent o il arrivait la li.iu I
teur du taxi, il empoigna avec la j
crosse de son b'on, li corde trs
solide qui flceliii le panier en oaiei j
la tira lui avec une force et une'
dextrit prodigieu e, et avant qu
le brave conducteur du taco ait eu
ie temps de revenir de aa surprise,
a mtlie et soi contenu, littrale
nent hrponns au passage. 83
trouva en mi clin d'oail transports
lu s'ge da taxi A 1 Intel leur da la
!i IIP o.lmaury (|U', pilote par
Jivmard, disparut daos la direction
lu boulevard Barioler, bi'ant
o de allure la chausse presque en
ir.Mn-n dsert
Uavo, patron, aporot vatt I
Inull'aur ordinaire et x'.raordmaire
cius.. L' p*t t bouge, j 1 s le
croyais pas si lourd.
Eli bien.'. demanda anxiusc'
mnt ravon!urire qui semblait a
tendre avec impa'ienca le re oui
i Amiury-
II est l-Je ians.'rpliqua S:ha
nenl Amaurj rn dsignant sa
ouvelle associe le panier d'03ier
lie Crmard avait dpos au milieu
lu salon-
Voos en loa sr? :nterroc'ait
Diana.
Parblei' J ai vu Coca ilin l'y
oaclier-
Si vons avi-1/. zieut le patron
nattait Grmard, tiat en dfaisint
les cordes qui aangiattfit la mille,
t II vous a enlev i; couine un
goujon.. C'tst patant!
Pe'ite vrinioa. grina I ex i 1a-
tititricc. tu vas nou^ payari/
Je crois qu'il ne doit pas
mener large, insinuait Crmard tout
en continuant son dbillage.
La preuve ces qu il n'a pis
li mot, depuia que le patron l'a
lui av.>c I u '> rgliM*.j
rendait dir c < ui'i.t plac
Carr-1, o i' rpra^ttait Isj1
Roger de TriaiLa', a^
' nalurellanmit le rcit du
I ni ve.nail de jouer sai
es. Et comme Ito^cr le M
*& ruse, l'excellent FiOJI
yonn i.. n'en dclara
avec un i m ide nie cliarou
r- O 1! monsieur, ce kl
croyez-!'*, c. de ceqo
faire.
Et il ajouta en lui-.oenei
Si Napolloi reveostt,
trne., il me nomuurail
la police,, comme FoacMl(
lintleo' |.atei que lipl> ,1 ii|uivii I> |. le coiiiul'1 n avait cess ue )> i.ouievard D.nano e1 toum ut agi
1er aux ielat ouh .1 i
u lui et d H| laai
det etivu m i
cil a u tnuieur de la poil-.- e.li^i.un
couit il Rengagea sur le boukVdid
,80
le b.ana Monti.. Vrav on dirait que! o li la ligne-
vou u'avei fait que pals toute votre E', ouvrant le couvercle de la
i 'malle., il laos.. bratalamaat :
- \ le la maison! ordonna Mr Allez debors eapc-j do sale
leliUi:liffontam toutessouflji p.r oraJaud.. et plus vite que j, ou je
e foimidable elloit que lui avait n dcbirbftiiile la pDtasse-
icca-unii cet) opration aussi Kt comme rL>n ne bougeait,Diana ner
nardie q ne dil'acile. jyeaaament saisitla vieille cojveiture
Ap ci avoir t gzsg l dans d verses rapice qui devait diaaimuler len
rue* tri 1 de drouter touU pour- f^nt. Un cri de colre l'J chappa
luite, Crmard stoppa devant la Ll volumineux colis ne contenait
oironniie d'Amaury o, depuii les quun pav renferma dans de v.gux
derniers vnement-', Diana Monti eir ta au\i| 10 s a l phg' le rao
I h comprenait que plus que j imais suivmi:
-Eii bien, frre, et-taj
moina millieureux'/ demi
gar Judex qui. aooa a
visux Vallires. pouvait
aller plus facilement
se amertume qui b tait
en lai" ...
Jacquea eut un ge8ie
resaamblait rexpresKt
couragement protond.
Puis, lentement, il rspwj
-je ra'cIToue da m
da ma combaltie.. et bo"
fer en moi ce teinblssee
c (Jael ara le plui i"1,'
daux, j. n'ose y songer..
tiins n'interroger lssnj-
b-en aaaez d'imposer **
peaur.
elle aval D>oin duia protaclion
etncao-, avait lu doini :ilf-
fjrmird, ;bant savoure, c'i
goa la u) ile aar son pauji. ou1, e 1
dieini :
- 1' est |ol me t sg>> la d dan ',
le m n>' It t^lis".
]- C'a te.' qn'il a de mieux \ f ir
re iiiq 1,1 -h u iment nouai mr d m
ft'JOii fonUmo auquel il rpJgiai
Je e fa-pil ari:r avec d
ol",j Riglire n'est p u ad
L1
Itoaloi par Cocin in, a'ceia la
Minti, pti da fireur. Ah.' c'est
iioj for '
V,*... avec un accent da violenca
mue, 1 lie se uid-i :
Mais j'auiai rna revanche,, oui,
11 I a ira: j > I a irai !
- Pauvre amil .
_ Tu as raison M JJ1
aoapire l'ain des irai
heureux .0. .^ ^
da defaUf
aulnr l'preuve
Sur oui pas
_ Jo n'en aurai pss.. j
. ntl-a mrrt. dool j.e..
accents
pour me dicter mnn--
1 je n'ai ps* savoir 1
ou ai elle a raiaon,^^ ^
de notre mer.
,ours les acc-ntt gj-
(Jean cm
et d'iBs-j en m
jjnr.H1
rpjgnai pgi dant J* ttayi I Agence (''''iita', qui avait at'.orjdu^ *.


lt ha un
MM*
Sous rinfluence du "PdLIBOSERUlB*
M
..TOUX SE CALME IMMDIATEMENT.
uritv" 1)lshAKA,sstNT.
i.cppri:ssiox
n-LEsreivisjECOrt
B'ATTtKDEMT.
LA MSPIUA1ICS DEVIENT
PLUS FACILE.
l'APPETIT REVIPNTs
LE SOMMEIL M APPARAIT.
t pfv DAIS irSHOP'TAUX.
etccsK^ocp r, i\ r-"!'. jj .. -w
r.->ANf:is. dPPUicir *^
Ml PLUS D : 3 0 uratCiflS ETRARCXr.3
r t"ta
MC.K n'EMM.O
, '< cuiHt .' matin 't idr
En Vitte, danj tj:Us les Drjjairlei et Marsus.'*
LABOKATOIS A. BAILI.Y
15, RUE DE ROMK. PARIS
B e~~------------a=
Liseri procd 'p mercredi que
.comptera trente et un rn"fl mil
|Icent vingt uix ure d'i 1111
jialtade et pur Ip. iNi-i-lie du
Jttire Atiel I/tterv ', l'ort u Prin
1 lirtnd Hue, !a vei t.- au i>lu of
muen.ier n cliiV proprit un surent Foixan'u
Ide laadeaui cent vii.jit pieds
(pwfnndecr fermai.t'n moit't* c
tt dure ptoi 11. tin* l'iion
^lf, Hue FauLet No 41. urn irises toi:- r t u <;ui ee uou-
I IU1' C>t ILQil Ub'H mu si.- I i I ( n
?D, tciTie, leiuup ( t 'ed mitns
ri, la tout cens ruit avtc if s
idetor Fbimh, i d Faluu toiueo
3t : BU nord pu Vu | het 1 ,- i
1 m, au fud 1 ar c Te :No 42 oc-
ipar Mr Her.iy d>iu lemoiii; l'E>t par hnulnce
No23, h mi ei i ar la Hue
Ht
Uoep-opri-'i Ui d* ci l^su?
T' reau ope dai.t de t'iit-Li
"lWoiU ie la coi.t> lance du
latte cinq 1 u us d tV de eur
tpitfOLdeurd! m 1 soixvi te du x
lasulorg cte Ks et deux cei t
taotedeux pieds celui d'eue*t,
Ht: au rorri, | ai le tin nvn de
(pan m sud |ii ia porion qu'ec
" Maneaoist le M>zaviia Let'-
l'Ett par I Mu'e de tuieze
da large qui dt nne a- ces eu
nudaTurgthu u de Buity et
t pai leUu.trti l'ioai ei Chtia
!a Unemplaren e nt df>ig< ne; h
OCjjiq Ha au\i!!t^e (Je lit-I lefe
maint de Iriebi aiion Co tp, al*
'm la fction de Tira liotdtt
Bone U ai ren, i*ec rr ei t m !oi t
TOoce, lequel un, lactinei.t u
H0'i.ulequiiz-piedasix oui-.
Itawidmt ui 1 x certa de pu
Kriuroid m au ma et boni
"rj u tord prr U pe'ite plu.
. W par le No 8, lt;u pat I av
"jooiio. l'eut st par If No <
jJwpiocaveiLald'IiieSt Ory
f*dv m z dm libre ail mtf
wtenifgi tr,.
wrtuio dedeux obryatior-
tiS,l,Vi<"dBie dtaqcirzep-'
m netfeut qiiize et tr ;
. tJ"' "etfcuit seizp, enrgi
lui i t, CC|IUI ai deiuui s d
m! } ^'dmaui Falot ;3 =
tmndmeiu8kIil|ii8llLX9ieuI
f Haniy Elle et Vve E i;ne
Hrtur 1 : i cuitui!c(t diligence
rr.nce Jf ,,8' d"".a. t loi tau
Uln j BM,'lU,t< M Luc Tltard
Nteu pK.'"',r f5|C,," de
:^i .
I e [tesmer AJ i 'e de la l:g: e
hollandaise a U;S5 Noilo'k le 5
mars en ioute pout Ijus les por &
d Hati.
Le S es mer Pinatnt e,t at-
tmdu ici dimanche avec }2^ tin.its
de marchandises, jj sac:, ue cjrtes
rondanceet 2> passagers
L venant du Cap est att^adu ici aujour
d hui.
Le S S c Niekfrie , de la ligne
hollandaise, e^t at'eniu ici veis le
2 aviil prochain
le S S Colon de la Pana>
ma sera i;t vus le 2S ou 29 di cou
r-21 11 ptlMra directemuit peur
New Yo k prenant ft: e p ssigus
HEMORRODES V
lOtiCPison rcntalne et complote par la L-
POMMAM OU DOOTIU5 ZYLOR
r. T03F rCBMART SEKlNGUt
FPL'ffliTE CDHIKC/Oirt
Dt; -it IL UJJURS US RSUL TA T
udo'i'o:.-' iiTR. su. m (Mb-L ffli.e KtilLLT .Sfici)
.rf.o-Pr/"C; "et. PETRUS_____
Varits
DIMANCHE
Le pli cachet
1 paitic8
FnrnV H^nprale G 2 00
Ei fai'ta 1 00
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
llit. Une Suint-Antoine
PARIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS_____
PORT-AU-PRINCB
AlePETRUS; Pharmacie ALBERTiW
Pharmacie du O' Juatin VIARD
at tontes lei bonne Pharmaclai.
du \t< I H'I
le u 'CNlii;
L* lttl II,,.,
I|n-i,iaiie
ki, .Li|^ '^.iiL.i*H.v.,
h,li?a,ui--' -ctxici in;
Mue "jf i1.-1-16 ga iual.l d
j avec Uu ton
t-ouarftrle tu ii:a lgt'e de a-aen-
lu ta mu eurs Matrxe, P'ul-, Rtttf
tt Andr Kiv;V\
les enchre a seront r. Quea aur la
mi?e 1 tix de qua 01/ n i'Ie quai e
vlrgt qualo / dollar montant m priotioal et indp"ri: de l'oblgalion hypothcaue. \ rom
plia 18 ioi oeil' s d< - u^ctatP 01 r
Hrvs t, tLtl I I, r 1 Ici imi Iti n prmrnH
Itdie* 1 uai eu Mf AaTel Lafoie^t o aire, d-
icit.iic du cahier dee eh r
[Vi su Piirce, le 20 Ma s inr
lu I HhAKD. av
| LL:i 10 ;0$E-JH -v
PASTILLES S
sant Ini'lspsnsablen
H'ENF'.T | 1; I ;rll,pl
VICILLIU 'jii Mil pr.n4ir l'air
ui6MltESPfRS0NES>n
icniui 1 ban ccjtiw
pour PRESERVER
LEURS ORGANES RESPIRATOIRES
ou pour GO'.GNER
I /?.':.ries, Vau Laryngites, Bronchites Grippe,
inBatBt, Asihmr,
EatphytBM, aie., eto.
fy.iA.S IL F'JT AYCR SEII SOI
de u'cmployrr que
r_E3
PASTILLES
IVALDA
VERITABLES
\ ulement
orv aOZT*lBSB
l ,n-1:11.1 le non
t
Jardinage, Jardinage!!
Do laMiison I). ANDRETII SLED ftipiLy
Pour les cotnmande]\et con
dit ions sddres&er Monsieur Fcrnaud C.*Lararjuc
i 92, Htm Dante* Destouches
Sole agent fur IlaWi
Pout les ventes en gios et en dhil s'adresser i
Sfoifsieur Victor Manqons
17Ij, Am ttu Magasin dlitai
Poui les ventes seukment.s'adreijer aux maisons suivantes
Pharmacie h mi le Brisnon,
Epicerie Moderne. Laurencexu
On Iroiiu-ra un liel assortiment il li'^ini'.'s CarOttj radis, a oerginp, laitue, choux, en- : et iosh u 1 b ! asiirttrauil d< Pauri
Pet l>, illet, Uuutre Heures ? e c.
Une occasion opportune et
AVIS COMMERCIAL
Le Public et !e Commerce sort
aviss que, p 1 suie Je l.i nson i'e
Mr A. T. lestc^e uivcr.ue le 10 eu
courart, la Sor t L U ;, U .i e
& Co ifl d'srotf. tes issccis >ur-
vivantsrn1 lonr' la roivelie Mai*
cii Ch.sjpt.r.e Kro-ne e Co, qei
centime le ffme g*nte d'*llares
d op.' it l c 1 qce la p .("den'e M >
son.
Jn ie, 1: 17 Mars 1930
1 va dve
A vendre le dmoli dit crf? 1I.1 poi I
.1 iwwre vn buts roua co.,:? hou*
/rs arec, a Ullage l'adresser au Ao ft't), "'< Lamarre
A l'.n're fit.ur cotise siipeihc (jramophone Yichulus a
peine /"/ il muant coul .'VU dut
/(?.<, pour h s tendihn
Sudicsstr Hue () So 616
haitonOA LbNU l'eu de Clins
de Onze heures midi et de 5/1. OA
exceptionnelle
te clbre Docteur J. Alfred Alfaro
" BeifAeeicmjile Moderne
i, Visitera so-js peu Port-au-Prince
lie atsagd par ta importantei et intressantes villes Je. la Ht
I ubliq-ie Uominic, me el Cap Uaili.n. o U a -onquis la sympathie
tJ s pus ilii'iic |.'-, tt rempot let iromphea p-ofe -sioimets les
II ta tonnants, leDrAlhro p Use %tnir lin Mars en la Wiune
\ille -lu l'on-au r'nuce el Jurant un court sjour de deux semaines,
il aura l'honneur r:e se tenir la dposition Je l'intelligente popu
l.i on du Porl-au P.iace-
L.^ UrAL^ARO.q u possda pourjetamen dj U vue, das tppa
reilsue f ceci ion modernes et des plus perlectionus prescrira
desG'Ietaux tlpbla meliqiei pour la Porrec ion de tous les dfauts
.1 11 vue. Le lr tllaro ;i radicilemem guri pluii .'urs millier de
p r?tre q i soLllr.i nt Lo nelement (Irayen
Dans I s allieri opiaaei du DrAfart, il seialiiiquu lentes
sor.ee ci louis formes le verres, blanct et couleurs et h plus
formelle garan it csi donne au client que la formule sera excute
&\ee prcision et ro pete. ce.
Plua I ni, l'Inment Spcialiste indq>iera la rsidence o l'on
I our.a le consul er.
-W
BAZAR MTROPOLITAIN
Maison de confiance
pour deux semaines seulement
Avec chaque achat de LOO or
d'maills, de coufeaux et ru-
bans, nous donnerons un des
articles suivants :
I boite po'ud hc Tal Imtarial
1 petite bol e. p ir/um C le bai
2 savons bloVlla
I cahier
1 carnet de poohe
Avec les achats de 2.00 or
1 boit'' pou Ire Talc Annours
1 Rasoir tret Duplex
t Passoire pour farine
2 Savons toilette William*
1 boiie papier lettre
* e prix de beurre de table
ruiours, Favrol et P & G est
toujours 0.78 or la livre.



^. M!**
Pi amincie
Albfrliyi-rwalJ
MAMIIL A.riTIlS, P G. Suc j
* ce sscn r
Fonde en 1850
Produits cliim;ques ft meil-
> li'iue:
Cirre Drr>lifrice KoliVs
Parfurceiie^raLaiso il an i
csine.
AUTOMOBILES
A louer
Courses en ville & hors de la ville
Revue Illustre et Vente k
Patrons de mode
reluis ln.fl Sure \ VoYcHlCS 'i lll01*111 IIT
mon AUIEBTIM I WAl.ll f ?
du pays.
Pour les provinces e les
villes dc'Slo-Domingo:
Puerlo-Plala, Santiago
de los Caballeros.
S'adresser
Chas. STEPHEX
Sice(8sor
Istabished 1850
Antriran deKrcDcb Paint Ifo
i^icinrs Bff-I (hemicals freru Eu
ii I p ard ihe s'ates.
>ne'i(an prfsfr'rtirn* files,
Frfprh de meneau Perfume.l
Toile Waten.
Gfel it a Pflrus'
Pharmacy fttadutl* of Tenrpe
University, Philadelphia, Pa.
4 tri* important
te Public est inform que U
Yi re'if-x h'IanUi'ions Incorporotcd I
a m m 0 Tfci r rorisoii eu l'oit au- J
P tinte 11 12 Hue du Cn tte,h <6
ne In rnwjagnie des C t !(S liun-
sallt nVquet.
Pl au Prime A HaniMQ.
Le } rsidul d'Ia Vrrd'et I lan /;-5l) ( et dut eu Avenue C (.t / fgi Maison Smitb tailleur
ta'nnr Inrorri rnted, 'm an Gai i pi 1 ir Hue liie.-rasO A I* Lumire Mmm (.Kitre Avenue
Jo/. A tilGriuKDS, .( & D Hue 21 ) ltfplione 2oo-
J.AilirV Coutume
Child'i Dm
ARTICLES FRANAIS
La irison Max 1
Bue du Magasin de l'E'txt
Chapeaux et canotiers de loutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damass es NI et coton
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
cravates noeuds et rgate! assor-
ties, Gilets de flanelle.
Voyrz-vous ces belles Daine, vclfz vous re ^ioiea*
srmricaccrrme elles?
li.Il CHU
. Paul E. Auxila j
Rie du A/*/;- sin dt l'Etati reversin
O vois'ro'jv-r. z I' Tl.ssrs le h p'u* bln <:; n'us ntn,i
hUliA.NS Us p!ue a p cphraei lu,- r|,o. rare u''"l!
Il \ n i d ,ii' ; i; IM) Cl Hlnuil.l iIa M !.. lit v.in
ixtmudiif ivi;ji;nio, ivJiion i ]
et vt.'out, rtmi IdaM los cimi,- ^
l ne visi.e ddn* e le Maison n vos enruii savoir co m\
\os devez poitir. di-piraisscM- I
La maison
Veuve Barbancoi

v ',
a rei
Chanjagu mm mm
Demi .fie et brut rite/,
EDWARD M. RAPHEL cS: ro
Portmi-Prince


A



j
TUHKISIL
a i.cud
CIGARETTJI
CXCCP- IONL QMHmu
Tht AS^IWMTOa/lflrt
.
"
Pharmacie F- SEJOURNE
Angle des Rues, Roux et du Ce
2 Mdailles d'argeri Ejipoaiion de Bruxell*1
Laboratoire de Chimie Mdical.
Droguerie, Produis chimique et pharmaefulia*
Spcialits fitnaises et amricaine*.
Prparation dfi toutis ampoules mdicamenteuse
et injectables. .
Spcialits. Srum r.vrcshnique simple et urtv
lodl.ydrarg/re. Srum ue Morard remplaant'
lcalciiiants de Fe.iier et de [M1" .Uj
Il Y a toujours en stock : Nevroslhcost' Sirop P<** *
Elixir de Pensylvani".
Cpotitaire du PREVESTf
Tel
Reprsentant des Laboratoires
LVCTlFtRV.- Ferment lactiqae. conire a^,l0fl' ]
iiales et cutanes.
UXifllNE-SFcifique del ccrptipatlon.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM