PAGE 1

I L %  fc&ca ltes le demander.!. Ses paro'es s'a'rt s dux gendatrr.es Le coi chvcnt sots v.n tonnerre d'ipplau v icgettt uoe dernire toif liaeriKU vp t s de tous les coui de I latte d'_ud>n:c. L'accus Fobert. Franois Sut Ja s 1 Ite c i niaeile c tl ti r'bis, l'accu i ji.br t biaiois perc rie sa coneu.nce Sjn cour g faiblitli roule dar.s fl main soi %  h?peau j ne d-* loo^s n gu s vagu eu ete du Doyen,—Eta t ce pou. in plotr la p'.tii do Cbtiit do.t L i eux mains se drr sse t sur 1A cto> devant lui dans un l'etiiainement,de ce Dicdoon plu: £g que lui — qui le laccole un soi s a : ci tie d'un bal de thtz Moma> i la Saline, qui l'intoiique de toute les vieilles boissons de ces shops — :o d cuvant mche nan moelle t tuv de-, hotr.mei etc. (.L'auditoire cLte ) Le Doyen brandit la cloebeue • i 1 hisiei aps lui ). Me Flix Desioucfces cca1ir.BC, J fepuser.k ;t luiy l'accus sous l'n i utree a'nooliq e ne se poiidai }uS 11 aeniarde de prendre tn conitration Us antcdents de H. bran oii qui pour la pumiie (ois g-avu la se.'ette cnrr.iueilt Jl rapptle la oitu.cs qu'il a dj subies.lesqutilt JWi ont anadi un a voeu involocta it. Il L'cUye ur des cas de cilpat Ire reconnus qu'un Jmy paifos u nd-nme pas devant l'iBCOMCie i l'ge de 1 accus. 11 tait appel i I (ItmcDce des juis et reprtnant a s. In le fror&ucn du Ccrr.rr.isiii Agtianl.D autre vo:x, dit il, vou u< mandent de laovci ce jeu C nom CC. Fermeture des dbats le 1 Vi>tn Auguste MoLtas dliait fctir.es les dbats gBiiaro, tarait au juiy !a liste des question. Uattento La salle d'audience est preque v de' L-audiloiie se rpand daos L iour. Par pet.ti gtoupes l'on de is jur le soit de l'accos, t)a iinibli Mue une ruirute uu que Les UO :onlpo'jrla cor.d.rrnation, Ust ire* djlount 1 ige du crimitel Sui verUin beats hotte oa diuit un< embre de eon:lina!io r fOflfUi iho:>e d'insaisissable. Au Greffe du Tribunal L'acCOICKobeii riauvcis est assit au fc,itt'e du Tubucal ayant MI il 'c bitae il touille daoi s N ri:es conrnpour ( setcher une c 5; rrese. Les Gel latmea ramnent le ceniimn ri Pnitentiaire. Pat la pottfl a dcni ouver e, l'ordre est remis au concieige Une Ombre passe. Et c'est tout. • KEGULUS tique p le S ai S ch i FAR15Le tF-gato 1 pib 'e qo' • eux frissonnent D-.rs .'irte:v.le as '? rcmmmioo de n. eut ai.deCbut 12 repr.ec.v.ntsde la Socit reptea i Paris inposa uo dmenti tormel a les con etv.tu-s ainsi que la patticipatien du Chi'.i dam les.s.ns de L-.c-.e.va cjuse et vnements He h P; ?.. PARISLt Ihu-e Cour, sur la, l e gouv proportion du Piocuieur, d accord Vec U dfense dcida d er tendre i bait clos la lectute de teitainei p* ces annexes la dpo;iton de M William Martin. On leprtnd enruiu I audition des t oins de la dfense Monsieur Sh nitt x-dput des Vosges, dclare qu'un journal d'As;:-* Lorraine org r.e de p.o? gande Iran; e lelfjer donne /accus lectur aise tut subventionn par Cullaux. u vtrdict.Kob.it F.jros slev et Le gnral de Latnotbt d ; t que le pto cocte.puis selassid ppres L-: Coii Igramme du cabinet Cailliux concer-nissaire A^nar.t dans >-jn equisitot nant l'artillerie lourde-am'iora sensi blement la situation de ao're aitillene Monsieur Louis Ripaulr, public sr, dclare qu'a son avis le gouver nemeat qui russten 191 a reculer mrite la redonna.ssan:e teimes lis tjuchan'Sj Jes mouvement divers dans i'As b On M ensuite la d.osmoi ju gnial Dubail dclarant que sut .'initiative du Conseil surrieor de la guerre: il tud a en 1912 la craiion d'cbuMers de 120 m/m, m 11 .ju'apii lachutedu cabinti C.iiiitx II n en tut plus question Cailiaua dclare qu il voulut par les dportions des gnraux Lamothe*, Duba laire cnsiolcr que son pr-mier p ogramme d'artillerie Lud' tut prp r sous son impa s o L'aud en:, est suspendue et reprise a huit clos BElit IN—Li grve gnrale ce'.sa : vendre A vm ire le iliif.li du c\& du porl A venue un frais rouis cetolt Itcu lies avec alUllagt i tl fautr Marcnii "ci utbuig FieieiKk ancieu avocate lu ce. fiai Ltdu dortf. UtHLlN. L a MiOiltree Gieab>i f.iaun paitir lit IOUI le bassin Ue 1. itutii' avec uu iuauut du liouvern< mbliburnig eici avec Isaouvtieri i'AUl. A ld 11 ule coui a lu tiOi LUS p ue ou %  n.ti.ait Violette au tien UilUlblre pltlUWr Ue lu dlti ee 11 Lu lui g 1 >. 1,1 l bia-.ulique u l cf. i Oi Kll 1 1 %  • lia qc-l i Our OJ tcuu .ne ii-dH.u u du iio ver litvni u lu i fuaioi na av.ee le* M .jciiJa qoi h'. e.teitnl A. |(ag0w< qui it.isaii iiioi usine du utnua UailUua comme ui.uia re de li *• i Ju u moieut du I a ffaira u'Agaon. Viuieuo uu que l t.titudo .e Caillai : lui uouec te. Paie Seai.lea ancien U rtCturdon courrier europen de fond aso r O'.e bai tour ue ion.la n jonut't ituuge. L'sndience cet leve l'Ait is. La chambre vota par 37 \ A v.ndre pour cause de. dpnt U" iiperbe (jmmopho-te Vutrbii peine mtrvi el ayant coati JUO dol lirs pour Us conditions S(id>ess.M*ii>oires wt rcit, rrark ierai*re difse, Claude ^arterc. Soire d'adieu Dvnnee par Mme U. Ga iam :jao a heur pr.-: Uu loi,'??! PttUuKAMMt l Pasfor>!e (. buct ) chant, Mc 1 Uouue e Carpv.a:cr j chi t Mi* Zi Souvenir FMM Uuia ; v, 0 .o u, 4 IAS deux ecturs, lonleniiilei 0. Gardcrc ^ j Viaiotic, Massenct, dunt. Mme 1 > miDuics d'iniein.tdn 6 Dernire valse, Molleroy. xi oic .. |. Joseph V. iaiitz 7 Komaacftp La Fille du R*giiair r .haut, Mme C-uiiun 6 Sirinade, bia s a, chant, Mmt Giw Mr Alpli 1. Joseju %  • 9 BJIade, H igoletto-Verdi, chant, m 1re io Air de la siductten, M, haut Max j'jamtu Le pi.no >era unu par MnseCanu. irtœ-K air Davis et 1 Ecole ,. Q IAgric Co:npictant notre niormation 'n .elauve l'invitation laite par Oaml •e ue i'Lcole del'Agr-,culture, noun iue le sy.niathiiju* O.reueut do ae S: Mictiei iiisii'u* un prix ne H.: a Ucccrne M L'Cieve qui sura lait .appui: tu; ce qu 11 aura observe i.v.ur. c'est assuia.tnt une excellente ias. Loterie St Martial Le Purmu de^A^ccclation Amiultt Sniinairc-l.ol!e b e-y-Martial vient de i aernicie nain a l'cr^anisaiicn dt< Nous le ions ccnr.aitrc bieuiiic %  aicur dis icts uguants, ieni ici ie cinq cents dollars et dent 1rs ugf| i^iicj de t.1^011 a oimr ie plus ce 1 .oies. Nous renseiyneron-. aussi sur 1a dat • ge, uni cotucidcia probableineotami .uau^urale de l'Associaitun. Naissance Les | oux liiram i rar,o.BCCt| uau.. i vc, cc'.'C nu;:, le .car tilsKOjB, < entendit ks> experts nilliti a situa ion eu Alieiusgue. PAK1S Koiiil Ualjjet uioiiM] aipou-ntiauo tat ihdig* do p l.oc 1U OtLUl.l.O ULiiikUi es buses .le la leyuses de I intre lu l'iai.uo et I V aucun. /a et fut reu ^m icUoiomilli LK HAVUli. Le PaquibO*. Jina ex'diUiusnd blutuer onn de .N\w York ayant I passagers. *&" %  I-^47 .FEUILLETON Dl MATIN Judex .GRAND ROMAN PAR i — Oui ma mQr' , roui svfz rai ron-e rs' bien un il vjii / ;sofi prit de licnflce Ont bris en m uns volont que Je croyais d acier, (puisque coi o volont, ma more, tait la \tie ea 'ie, ataflo, qu' __! n. i„ i. v in eat apparue iL-puia quelques joui> Dune voix grave f aoleune.le.Jul^| a vecul }' o ttUI00 ^ do 4 raa riyrtf lJv corrirnrrt : ir„..-„„, clianto et qui vous ut endurait vou r C 'eM sen .ment lorsque M JJJJ p u ,-qu,.le m'a tait pleure. .t descendu dans aa tombe que '"^.^^m^ '. l'Cria Julia Uu je m* laii de>CBnd ai ] aval A RI II U II I: E RM D E ( Film par L. Feuillide ) SEPTIME PISODE I A FEliME EN NOIR IV (3uiU) La fils le , ni co rcvenat.t vers son tiU dioit de i y laisser. „ t Juaqu'aioraJe vous I affirme, Lt tout .tn le contemplant avei paa un ineta-.t j= n avais limit, paa •.• expreaibn trpg q %  <, alla hjouta, une minnti j) n'avais t irooble landta que a* vox aaaon>bnaal par la rcoiudu 6rrire-pensP. de la plus amre de dceptions ; c Moo ue tait demeure de — Et mot qui croyais avo r atle.nt bronza, mon cœur d'ai-aiP. .muu bu. Mol qui croyais avoii i i tais le jupe irflexible que rien tremp vos cœurs d une i< Ile lui ut n 0 pouvait 'oucher. qo nen re pourra t avoir de prise Mai* un vnement ir.atletdu ur eutVu li o j eu laii, VJ tt ou n'i liait pas tarder apporter en moi m tM ena)mmtc! le doutfl ut l'inquitude. i Qu'attendv.u donc lourojun La ti'le du banquier Fa\ra tt, la pote de so;i cachot lenntmi iaaui'e d'une conversation o je de ton pref O.ii, QO'attendc-tU pool da lui m-ttre a ua les veux la pieu ie tendre sa lle? Te des cinnes de son pre, abandon na gn r euseinant ta fortune 1 As eisl8i.ee publique. A 01 s r me sembla en'endre une voix intrieure qui me disait : c Apis un tel % aie, 11 n'as pas jure.. Choisis/ — uj voua me ielevi z de moi airmeiat, dclarait loy le. nom Judex — Jamais! Je aiii l mo.-.n;ue rugit la Oora* • Ktai l ipje je Vivrai, ou tu m'b-ira; eu tu seras par le droit d'imposer Kavruut le sup pdre atroce auquel tu l'aa condam n. Je l'ei donc retir de *o i cer cuei 1 et je l %  i mppe'. la vit' E-, mn tenant, tu veux 1 ver 'ont f u — Peu l^trc.' - ivittli-eureux.' — aiu l voua ma b istz'. — C o;s-'u donc q u '.o', lu ne me b ises pae davantac; Alors, en un m -uveinont de d Oir piT avo t, J icquen s'cui — C'est all'.eux ce qui m'en v au depuis q-e j ai va pleurer cetit f.'iinp, je me demande ai, curu 1 j Mai JII.IAX ripostait : — Qui sait si elle ne m'a n s pis t conduu vers la lumi/e,? Q n sai ii t.le uu ma pas ouvert les yjux -:ur la vii? — jacq ie*, tu biaaphmsa, — C'aal mi cois.'i.'nce qui parle devant voua— Songe A ton pre! — Je ne l'oublie pis! Et p'us j n <:IM lui, plus |a ma demande ai l'tre si profoid.nent gnreux ai sincreineui liuiiiaiu qu'e*ait ld co i. to de Treinu&o. eiU approuv eu et nonde, l'acte da sa veuve e: de ses i • — Tais-toi! l-"ne t'ai pas dit tja. -s les nulle o J3 rm rveillai an surs tut. au cours d affreux cai lu nar.s. j'entendais la voix do Is fictl ne me crier avec m ajcout qui me t'aiseit peur : c — Quand doiic enfin le mialrabla qui m'a abla s r .'-1 uapi.e sou tour '. U u n il Ion: cessera de triompher c bn lit uisclent. ce mous re in!.ut V Son exi'o ion est d'autant plus sx cre qu'elle ne f jra pas qae me ven Xtr, mais qu'elle aritera le cour* Je ses crimes., quelle prservera tous ceux do.t il causeraiencore la ruine, dont il ferai: te astapolr• JacqueX' mon lils. mm entaut. lue lit.fois l ai i entoulue, cett vojll No i, tu ne vjud*as paa qu'ell\\\. rlai ti de ro tvoaa mon chevet, pour me repro li T d'avo r failli la t:he, rour rue ren Ire rtepooaa ide ta f .il;leaa siiw du m >ndr. jimaial [ ^ serait da ta pan un crime et aermenta. e eat moi q lie fj'ie. Un crime., parce que la uatit-fili L'a ne en p-oie aoi wrWl ip'uedoulonreu-et.iwtjrM -qui, miiotenant.chqueiij' |laienrer dans la ch -tr. ie J a'loignai. ressaisi, domi t,d,alil A.ltl lit q-und i! se fut logU] Orsini.. essuyant doux w colre, qi'elle avait COBHI w alors avec la pw 5*^ s'approcha du portraiU" t ont en le coiUema 01 regard qui tait tout eUM *'Hcria en la faecmattojij l'un -ache qu'elle croy*i ble el sacrao : Puisque tas ? ont %  jui ti' sermeni uoui "._, ~~ c ~ t/uuMM 9 mhrater %  Da, 'ert n c !" "!iM lavai rjj juiijud ce jour, U ver. leoiu^nt o^depuia df m j§pf9*f Wjjc^u i ; lix^i d'uae veij pro parce qu •raa parjure au serment dont au S me pui ance ne tn .. une folie parc la libert' & f v a nui, u \n: ci me livrant da nouv'ea" a aa naine I Cun^r-nau q ie rien ndsi'm' rati ai rar-. Jac^u j s, ciartMni le tout uevui.t 'ui^laCdb s voion e Uqtelle il vanai ai urutllamaot d) ie tieurter, lil d'une vou forte : — Favraut restera prisonnier juspi la ti i de SfS jours. Mareb mou rue— No me remerciez pas, ma mrei V->n* venez de mi rappeler mon devair, cieat moi qui. dois plui' ''ona tamander panion de lavoir oubli. Ll I i ta de* Orsini redressa iere qu Jeannot eadreaj cien secrtaire de son gr^ j.ciu^de Tieneaie tonr P tris, avait ropnj', Upersoanahte da JaU** dit l'enfant avec on JJ Le plus tt w m ^tcommeiicquel.;^ un regard plein de rec^ mue il reprit ; To sais uin qJ est toujours trop heurj te fait plan r, aiosiqjj .Qielques matanti ,JF recevait un-myate•JJJJl voi^J too' haute taille; e', dans sa robe noire, JJ • i erp | e xit aous si chevelure b'aijche avec sou .' H c( ^w n-) l e !" v. viaaga toormeot, elle apparut telle JJJ*("^dan. rgj ia peraonnidcaUon de la Nu.uesis ,,.,, Qj cVtt l l f r antique u l.le la Nuit, diepensatii a liCd A.-QVDI 1 ce de loo ^ les ventfeaac.s et de *'", .' l OC ittl* \ ( A H**| tQutoa lea jasticei



PAGE 1

Ti.ekuiiedeevirine bon march un de Umilt se rjouiront Ko Monsieur Frnckel, lbri. < nuelques jouis une huile ^/Sdtio ses usines Saint^' C : ie iu.ie est aussi tonne si ce f ttl BKI^; d6licleu au got •fr'* 1 Bi 0,,, F" 1 meUUUr H •: vt que .-huile de pioveuance fe.Me, tout le morde pourra ^i^nonsque scit pula c > / e S rnac.aled aiiitabnque JiJi^ b ue de tamille. MIS COMMERCIAL r., in le Commerce sont lcftt rrsune del n on de Kfie. l" umnte:.iodm Uctt^oute. LsasicetSM.i* wnt lorula .ctvile Ma : "ihiiie Menti Cc.qii BeTe^rnc genre W.i K U uen que la p-Udcnte MaiM leremie, le 17 Mari isao oafiiae rit sas. Keds le inr v uni i*a C tACSSORF-Mf.n.le .' < %  E.VoilMe> rt du uatpour avnti' ur iz* tare surw tort i lt ter; —. "• _*rtdei aucheuE?.: tt Unit 1 State: Ri j; l*o et es. One proprit sise aux Cryts, der mtabiiu tisdts Ameiic&ins ci Quai; ayant dessus une v*sie w en c.meut aime, borne duo P par la piopncte d'Armai.Co ls et de l'autre parcelle app iMint daboid Issa Assaii du Mi 1 lojoui'hui lionnefil Frus ; œtiuraut environ vingi ntut Ni du pouces de b.de sur les M rues sur cect vingt qu.tre pds piolocdtu 1 couioinumtni au fe ei au procs veibal d'aipemage dit bien par Me Eienne Benoit JtnteuieD datedui7 janvur 1660 m que la dite proprit ie peur JJ coœpoite tt s tend sans co run %  *w, n iserver. Au lequU poursuites et dili %  de Messit urs O. Scarpa et A. u;?? us dt meui a ni tous les •Portau Piince, domicilis, tS ?, e \,* A ,,an t alie ) e • 2* le Nouvelle Orlans ( Loui Jw/ ttats Unis d'Amrique agis j.nii nltur < l uali, d Squestres ^'dauuis de la maiscn li Mun chmeyer et Co et.Mie fit Cayes ryant pour avocats cODMiijs Met Antoine Tlmaque ec M(re!, avec lection de domicile au calinet du premier s s aux Cayes En venu dr la loi du 22 (dilUt 1918 des au lies lois et art. ts rela lits 1 la liquidation drs maisons al lemandes, d'une dcision du Con Mil des Secrtaires d'Eiat, en date eu 23 Septcmbie 1919. Les enchres seront rrues sur la mise prix de dix mille dollars, or amticain. Pour plus amples renseign-ment s'adresser i Me Barralteau, dpositaire du cahier des charges, ou aux avocats soussigns. ANTOINE TELEMAQUE, MOREL II sera piccJ le mercreh que l'on complta 7 avril mil nat ant vingt dix htvris au matin IciuJeet par le ministre de Me Loin s hunu t no taire aux Cayes, la v nie au plus cl frentire section ru raie de la commune des Cayes et faisant partie de la Utpti'un del maison H. Muenchmeycr & Co. tablie aux Cayes. La premire portion, spare des trois auties par le cbtinin littoral a une conttnur.ee denviion quann e dei>x centimes de carreau [de tare. LUe mesure trente huup.s de large sur cent dix de long et a t arpente par Me Louis Antoine Roter; arpintar, le 19 octobre 1896. Elle tsl Lornce au sud ouest par le ibevr.n du littoral et au tord ourst par la proprit de la l'vc 1 bornas Delerme II r a dessus unt mai son ac campagne en mur tt tles avec toutes sis dpendances La deuxime portion ne formant au i oui il hui qu une seule avec les deux der mres a t boute et aremee par Me Stcolat Denis Regarni comoimmint sinpioUs ver bat d'atptntage en date du 12 fvrier 19 :j. the mesure un car au sep eut dix miii unes de caritsu de ter e. La troisime portion borne et arpen il far Mi Wtotitt Dans kigaud ar penieur suivant son procs verreU der pentage avec plan figuratif en date du H sptemlre 1916 mesure ui demicr teau de terre borne par un chemin la deuxime et la quatrime portion et le reste de l'habitation Renaud En fin la quatrime portion borne et arpintee par Me Kieolas Denis Rigaud arpenteur public suwai t son procs ver /u.' avec plan figuratif en i.ate du 7 juillet 1017. mesure LOIS seix me de carie au de urre, borne par deux the miis, la troisime portion et le reste de la dite babitanon Riitaud. i>ur ces trais dernier portions se trouvent des jardins, d.s arbies frui lurs, uve trjs bellt maison de tontine deux pieds de laade sur quarante cirq de .j roii ndeui et ses dpendances cuisine, rmise, cuiies baism etc. Itl les que les dites {or lions d emploiimtnt :e poursuivent a ny orient et s teniUnt sans en rien excepter, m rserver Aux requeies, poursute et diii grnctt de Mt&sttun (>• Scarpa et AJ Maumus dimturanl tous ks deux Krt au Piince, aom aine le premier MiUm { I all ), te second a tu Nou telle Orlans ( Luiaiauue,) biats Unis d'Amrique oyusanl en ieur qualit de Sequttre L.quxdatturs de la mai H knenchmajftr et Vo etuUliv aux Cayes ayant pour avocats lonilitus Mis Ernett 'Louyon et biortt avec lection ae demictle au cabinet du premier, sis aux CayesEn vertu d*la loi au 22 juillet 1yl8 des autres lois et arrtes relattjs a la liquidation des maison allemandes, d'une urcis.on da Conseil des Stcr taires wttat en date du 23 tiepter-i bre 1910 Les enchres seront reues sur la mise d prix de huit mille dollars Pour plus ample renseignements, s'adresser d Me Louis AflMM dposi tain du cahier dis charges ou aux avo cats ROussiynis Fort au Piinc: 24 M rs 1929 ERNEST DOUYON, MtfREL La Maison Eug. Dgarni 4 ^*e sa nnmb tuve clientle que sa *tti*on de comme ce est transfre a a Urand'Hne No 1H13, ancienne M etSi £ A. Sada. le. fcJTm %  — %  m A la Tropicale ^rand'Hue pr^s du tailleurlSmi h .No 15X>. Par le frertM e?i arriva |*E1ixir anh-ppitalmirjua contre les iralaJiej dos Veux. Ita sicik ri. (7. AlphODM Haynes. On t OJ era:articles pour. 01lure, lu.peii -, broderie, de 1* parfemnie, d & .us h, ds .hausuires blanches pour i.on nu9, d-s rhalnei de mnrtrp, des lelins frana • ede 3 : r 11.5 pour dama*. Suions Lcr.. 1 /twr LeiitVf Ou trouvei a en outi e les spciaH esvi an n : Toi iqut Oriental, Trie p eious Kxcel enij, Rtd oaiii2, PowJer, Lmiient Minaro li:?ectivj Etnulsio 1 Scott e,c. 1 1 1 r Parlcz-xovs l'anglais ? Lne fxre!Ieule occasion d'appreudra mai ier la langue ai glaise avec une remarquable rapidit dansvas moments lib: G ,ch'z vous, en suivant noire cours prpar spatialement pour les personnes di Jangjfrai.aise. Ecrivez pO'ir demauder des rens-.'igne mens complet?. 7 lie UniverSal instiluie Lpt. ) S-3J W. Il8 St.,Gity Kt %  %  .. 1. r aa. T +.mm Antoine M. Tabulas Rue du Magasin de lEtal Viennent d'+rrifff : Al paya noir, Serge bleu et noir Di'( } o nal noir et couleur. La maison LPreetaiA ggerholtn vient de recevoir par Icldernier Steamer •ffi bel nfo timent de7 Chaises pour Fure.'ux rrt anc t nfrania t.r.oufKU*. il-Pi"ih i 'c ji \,P*fft ,•"-. t n.'oij conlrs UN FhA'.i' C" Ai ;i.(- r~-. :t NOUVEL ALBUM CATALOGUE 0£ -"-o e200 pagts avte gravant comiqut*) ^ Fr§, Phylq, AmuHmtnta Ht tiuttt tortt, tt Art œ p'.i't. l'our Quprtndrt gtul loutft Ammti. 5 t'ov:uiie, Hvia'll*ma Socre a d'atal cr ooaaiirwiani "*•# •! (iwrc at tr.airu d* tou* irtlai. Pocr .*./) r*' %  1'. %  s. crai' unilo-'t.-'n > u l'an^ho. • r. H-IQI. nt t %  '. c UKUIOIU l MiLiLauia Tl-.i.rta. — L^faUM tCM..: Le S/S t Nitkene , de la l'gne hollandaise, vena >t de i'rurore et de Currao, est ; fendu ici teil te 30 mars courant — le S/S t f 0I0.1 de la Panama sera ici vers le 28 ou 29 du cou rant II prrlira d r-et.ment pour Ntw Yik prenant 'r et passagers M. Missenard Spcialit da Dentelles Vritable /*• Imitation 236.Bue de la Convention Paris 15 Repstntints 1a commission et sg ris dpositaires dtmards partout — riovince t t'anger Ces articles sont d'uneio'iditet dune dura* hiiit sans pareille Venez les voir et vous serez saiis/aila, Une 0CCP.E0D opportune ei exceptionells Le clbre Docteur J. Alfred Al/aro Btirareionisti Moderne V'aitera tottl peu Port-au-Pr;ac5 De pesage p-r Kft impo.-Unes et inressaatss \i'lrs de h li puahefue DominiCvine et Cap-Hai'ien, o 1 a coaquis U sympathie as plus drfiic le tt remport Us iromphes p ofe S'onnels tes plus onnan:s, le Or Alfaro pose venir Ha Mars en h borne Ville du Port au Fnuce et durant un court sjour de deux semaines il aura l'honneur fe se tenir la d spœition de l'ii/el iganie rorii htion du Port-au 1 J inceLe Or AOP\RO,qni pissde pour l'eiamen d? h vue, rial ippa Ml de peci ion modernes tt de* plus pe fectionns, prescrira desL istaux Ophtamaiiq je* pour laeo wci-iide Mil las d*fiute d^lavu. LeO.ilhroa radie • ene u g kri iluri -uis milliers de personne q 11 sonllivi nt h) rib'eiient d-*yer. Oans les atclie s opi.^ies du Or Alfaro, il sjfabrijuo teutcv sorteeet loues lormes de verres, blancs et coule ira et li plus formelle girantti est d nue au cl eut qua la formule sera exut>e a\e! p ciiOn et co p< te c. Pua laid, laminent Spcia'iste indi^uen la rsidence o l'on pou.ra leconsuher. Nous informons le public ei\fle commerce en particulier que Mon sieur O. A, Lund ne ftit plus par Ue de noire Compagnie et que Mon sieur Leif Froen est seul charg de 11 Direction de noire Maison dent il a stul aussi la signature ?orl au Prince le 23 Mars VJ2Q TRINSOCEN 2RAOLVG Co La Maison de* Mr Lonce Fils-Aim Rue Iravers're No 312 nomb'eut ilien'a qn l ject de de la provenance de toulea sortes Journaux trangers On trouvera i acrute; su? bu'f?ux du t.M ti" : L homme Lib e l kxcel r-or, Ikiho de i'arif, le Petit \ournai Le Petit Pa-i-ien L Evnenunt, Aoa Loisirs, Lis Annales tantasio,Le titre Le Ple Mle Sunday Herald, Sundiy Piitorial, Ibe illiistraleJ London NiWS, Monsieur, jourual des lgances masculines: Chiuesa Restaurant Angle Rue A6 et Avenue A ViiSte e c qn t et le a manger oui' s plus dt;icts se-o..t s ti faits. M s tu s es ami eurs sont m Vtes MI.1 etaibt'ss meni et "e m 1 -:, q iero u pus de l'ddop er FOU' w p-oprei| et la Se fait le (lai ir d'&nr oncer S sea recevoir un u'boit mt-nt de proviaioca, [ our les f es da la Seineu. e Sainte Tels que les articles suivants : Mcre belle et paisse par livre et demie 1(4, Ueaucau de 4^X) livra* 200, 103. JambonPied de pork, Siumo.i en aaomjre, tete de porc lauu-.Jd de porc (Jasas de porc Mess porc Museau de po c Clair porc RaMMOia saumure, brenga saurs par Caisse, maquereaux, aauciasan. eaumoa c bote, os rein, fromag gruyre; pte grasse/, t'a de maare taaotia i pure lard Glob en fjrblaac d une livre; dem-, 5 lUrss; 10 UVttailri livres tt demie lia U tnarqas Arramr trs rpato de la Roobliaua mn, tidre; mactgoe famille tt: l.aii soaisosiNsstt, Lai; Armour Evaoorad muki aucie en bo.le; graoal: domi ictn; i.gr; Bsarrj de io' '"-Da-i hsgui ; Brun 1(2 livre et livra. 'Dfre Qaso rose rraisas. Beurre CniTon-r dit L ly lattbfaai* Beurre Heicule. Beurre Lopel etc. vummmK % Cjueeivei emericain-s. Cjnaerves francliaee. n%rdinea 1 hailv Stn moa en b.f.e, c^wn b ef, aaucisie de Vienn ; fUmbaraw Steik rhii cowc B3iog* style. S IOMM W.ter. thon marin l'bai ademi et arandS bo.f, dtet deTti ns rraiio l'huile, bar cot verl, sartlos KmffiT masaroo), vartmes le, t; gooa'i pommes de terre •"••?, BUcuiU Soda sortis, Royal lon.'h Uiaruil doux, par boite de Detita biscuits, bi cuit au i&.\ aux ebocolata sa b*urr*. S lafisrios lact H \l* tlf la piiovih-line ta"iie-. in*ccaroni psr bo te ii2 livre Drages lan.cnd diverses couleurs Prunes, raisins, vin rouce ec blanc u. Uorctaux en g o* et en dit lib rbuoa, C a li 1 t Tn lar*xemLleb.iaioui.f-ariiia et del marque* Nicoleso. Anzatte UarfS Bnzaid. Cacao eh wa. Lipporui n-, OOfOSC. Ueiy n.ardv. boutaile et dem-e boots lie. D.bo u.,1 osmo, bo eaux Q 4i e Pore • B s !" ni J-sr b.,le Da-at et sut A tb oarjsl booietlli'ct r-? s ieTbli! c S deœi*:on,qurtdegii 3 8,4 usg ton, t gih„ t l.cile MaT., e caisse puue.i.'e ei g mdg, te tuiles reveoscose" m Ji. I meenne Cire, tpiu* de toutra aortei. imcf ttrcm-rqu.zcer, lo Mag*aiu se ient lojj-urs a la disposition en a de M ..-p.tale et ti tdec ux -le la pn vince S i\il .!, ssxvji ivtc is au. sl sdr.., is % m rr^^; ^ jt pi w. 9



PAGE 1

>.. <\ > %  > %  %  .. *' *—" -.- £ -' %  —* • . %  -. 1...4. riariiiacie lbrHol rwa'dj IftTIH A. illliis, IV G. Si:i ci gsor Fonde en 1850 Produits (In'onjnefr drg rrtpilpurs l sius de France et d'Ain* 1 lijue! lni? l'd liTrice K. iin's' Parfun f lie franc .!$>. a an 6fi cjine. AUTOMOBILE / 1 louer fa Illustre et Venie k Patrons de mode "mm en viiSe h ors it la vil Pefius" I > no $foe Snccesscr loil I IlliTM EWALB > s'abisheri 1CR0 Amr r irari tV^rp.iKL IVlert 1VV IMMDM P'st ( h^o.iriils fionu Eim<§'ir#if pFfiff|!Vii fl'is. Trtr'-h & mericMi Ptrf* m Toi'r Wa f r.a r*| n a PrfcW •I'htrm cv (i'^tji HP o/T. rr.i 1' t niveruiy, ('Li)ddetphia. I'*. A ttf* inppi Itn t I c l'nhlr ffi ififni tn que li •1 9 ift *l Ittid Hhthiinr) OU t 4 n n n ( // i n t st't'i l\tl U'i' j'<>: i 7/J lin dit it!>i, •' %  ( '• ilp. h i lu '> ir ,[ is J lan Voyanes l'intcruur • dis pays. Pour les provinces ei les villes de S lo-Domingo: Puerlo-Plafa, Santi (jo de ICKS Cahalleros. S'adrcs&vr (i I IjlluSt al 11/1 II Vfi% A \*V\n r'.rtuml ,: %  5 io M,/ •••tel IP ;;•<) C>-nu'u eu AvenuC (t / I.'^Y .Waifon S///M tei/tor ,,.' ont In* (>i ruied, ( P.c,>m o n u u e Tirsa ss*Z A la Umi e m--" %  • lE ro Avenue .-T-*r^T<... n M .r [.NS i< s p!us H p o pris si dur' rbotX VBITV \oi denneta n il% slngnii do M >de et vous voudra le ptkc lliciwi \o r lobe une COl'I'E in prcc&blc. l>it*la l"K. fo'iirB de cln|ip ux paifimeiipg dh ers4 di j fabi ans; To lique orin PIP, T'jco: h-rriu, l'omma lo raoe'l m I'. iii'ifcdH Kc-ii:eto, Lotion I *IlGr S'YEV, asturaui ateiu b5j| l ne \i. : e d.;^ t'-ri le Miii i-i vos enrun % s.voir Jtffcl vOai dt\r/ pviUP. di*p laissent Blr EUJJ. Le BOSSI avant dcid de ser ^rer du commerce d'i lomohiles officiesoi sions exceptionnelll suivantes ; Un camion Chevrol Ncuf.l Ij2 lonre)tl'.marraeautomaiiqu3 or 210), Un camion chssis Manier 2 o ns n ot 'ir Bu ici 4 cyWres or <"/ Un camion chssis Maxfer I O.Je moteur (l.e ;o'ii dmiurge atl nn'iq'C li tue buick • chœpap mm HIOSICK Demi suc et brut chez EDW,V1{?) M. U4PIIEL & Co • > | Portait Prince x) rgsffgors 4 cylindres" d('n)8ir{|e"aiiiomalique i cpise il'lat de neui JQO dollars. Une Buick Une Limousine 7 pft sa^ers B-.lik 0 c>liudr.\s"ivmip neui' iis'PP'jG irirfl se,:, a cc: pu? rj *4<)0 > doPprix Jie veine Une Buick ] l'M G cyli d:'*7 |-f$9"gers. ito'irR rarfai' ?' r man %  Ali ;



PAGE 1

.^ifeSS* J3Hl J • '.. .! l m piaiXTECH^RtPRIlTAaE (jemnt-MAGLOIRE MAGIST RAT COM MUNU U NUMERO 15 CBNTIMM ABONNEMENTS {PORT-AU-PRINCtl •** %  j t i ... Uu mol l)SPART£MENTS On mol. G. 2.00 G 250 • 700 t 800 Si lu aspires uu but noble* il ne faut pas le dsirer faiblement EPI TETE iinioaces sont reues au Comptoir loi Jiioi fc Publicit, 9 Rue Tronche*. IV TrtftJ *• 2 *3. Ludgate HiU, Londres, Quotidien TEAEPBQSE : U* mrnrn^. m*~m rsU . r^^~m~^***me^*m %  1 MM i n — *m**m i wm 'i'i •• FriSOMier lit h flJip fil U*^>*p Ade MaUcis & o prsident de la Rpublique ne peut ni parler, ni crire, ni agir, sans tre contrle par un ministre phmre | — U ne sais, disait rcunment K vciond Poiacar un ami, si dm j ma ; s m?s souvenus rmis j les cris, jt sais bien comment Il ioii o lerai le pr raph atserai le rjdSilvio Pellico : Mes prisons. cachot dr 1 Elyse : ce n'est pis p-pn're i>i que nous entendons [octet cdte plainte. Au moment llipo'teva s'ouviir pour lai ser juif on homme et faire entrer un [lithomme, ngrdons un peu le — it surtout les barreaux, premier abord, la grille parait ; for et le dtenu semble jouir te foule de prrog tives. Le id Bt de la Rpublque a 1 initialalois.concurremment arec les nbies dts deux Chambies 11 pro les lois lorsqu'elles ont t 111 peut, par un mnage mole, demander aux deux Chambres nouvelle dlibration qui ne eue rfute 11 peut, sur avis du Snat, dissoudre la re des dpu.s avant lespirai ion mandat 11 peut ajourner th.mbnsll aie droit de Lire H di'po e de la force arm^e [mitrce i tous les emplois civils piliuiies. U prside aux solenninationales ; les envoys et les its&dtors ici puissances article iHI of Peac, eltiua teltled Ihroujh ihe intervention of Cleurituj Office H Grcat Dritain and Gerniany Clans* 3* In'crest inliieh liai accrued dus before and duriny the war to a iiatitnal of n •/ Un Cmtracliny Powre in respect of se curites issued bij ani Oppoutny Power proviieJ Huit the pa>jn\enl 0/ interetA on siic/i sectritics tu the national of that Power or 10 neutralth'U ->tol bien ousne ''/ dui'iny the ivar. Liane 4.—• Cai>iUl s*,m wAc/i hav become payahte before and durinQ Un war 10 nationale of one of the Conlracting Pewers in reepe^t o\ eecurities iuud l"j one of the < >ptin>ein *U8peniei darmq the war. L'alfaire Robert Franois Condamne far la Cour d'Anise' {Suite et fin ) Un archimds sans levier r f Ot Arch r i sou'ig e le Doyen Mjn i-s n avau pas de kviers. I out i'auditi i e part d'un grand c at de rire, jusqu' l*ac:us lui-mme. Les tmoins L voque et Philippe Andral Ils dposent et n'ajoutent rien aux fait prcdents. Cependant Philippe Andral qui a assiste au rcit de ia scne d'escalade et eflraction tiit par 1 accus au Bureau de la Gendarme rie le relate au Jury.Robert Fran

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05079
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, March 26, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05079
System ID: UF00081213:05079

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
.^ifeSS* J3Hl
J '.. .! l m
piaiXTECH^RtPRIlTAaE
(jemnt-MAGLOIRE
MAGISTRAT COMMUNU
U NUMERO 15 CBNTIMM
ABONNEMENTS
{PORT-AU-PRINCtl
**
"jt i ...-------------------------
Uu mol
l)SPARTMENTS
On mol.
G. 2.00
G 250
700
t 800
Si lu aspires uu but
noble* il ne faut pas le
dsirer faiblement
EPI TETE
i- inioaces sont reues au Comptoir loi
Jiioi fc Publicit, 9 Rue Tronche*. IV
TrtftJ * 2*3. Ludgate HiU, Londres,
Quotidien
TEAEPBQSE : U*
mrnrn^.
m*~m
rsU . r^^~m~^***me^*m
1 mm in
*m**m iwm'i'i

FriSOMier lit h flJip fil U*^>*p A- de MaUcis & o
prsident de la Rpublique ne peut ni parler, ni crire,
ni agir, sans tre contrle par un ministre phmre
| U ne sais, disait rcunment
K vciond Poiacar un ami, si
dm j ma;s m?s souvenus rmis
j les cris, jt sais bien comment
Il ioiiolerai le pr raph atserai le
rjdSilvio Pellico : Mes prisons.
cachot dr 1 Elyse : ce n'est pis
p-pn're i>i que nous entendons
[octet cdte plainte. Au moment
llipo'teva s'ouviir pour lai ser
juif on homme et faire entrer un
[lithomme, ngrdons un peu le
it surtout les barreaux,
premier abord, la grille parait
; for et le dtenu semble jouir
te foule de prrog tives. Le
id Bt de la Rpublque a 1 initia-
lalois.concurremment arec les
nbies dts deux Chambies 11 pro
les lois lorsqu'elles ont t
111 peut, par un mnage mo-
le, demander aux deux Chambres
nouvelle dlibration qui ne
eue rfute 11 peut, sur avis
du Snat, dissoudre la
re des dpu.s avant lespira-
i ion mandat 11 peut ajourner
th.mbnsll aie droit de Lire
H di'po e de la force arm^e
[mitrce i tous les emplois civils
piliuiies. U prside aux solenni-
nationales ; les envoys et les
its&dtors ici puissances ion I accrdits auprs et lai.
ftiscie et ul fie las traits. H en
I conLaissance aux Chambres,
ht que l'iut! et la seule de
Ile permettent.Que de droits!
pouvoirs I Sept articles de
JWM'itutioanefies ( selles du 25
"" et du 16 juillet 1875 ) ne
t pas les aumrer.
nuis deux lignes et quatorze
[suffisent i les annuler tous.
0 des actes du prsident de
. inique doit tre col trtsgn
Un nimatre (Loi du 25 t vrier
N-Arti m fine.) Donc, pour cha-
l0 P'JIte ou promulgue.uoe
*ttl* d* ministre; pour commu
W avec les Chambres, un mt
T Four faire g ce, un avis de
le; pour nommer un sous-
Jl ou unpercepeur, lagr-
ou ministre ; pour prsider
[Weunit, l'assistance d'un mi
[ Pw ngocier un trait, l'ap-
*fd un ministre. L- rniuis-
l. ce gardien.la tradition en a
f ptu un gelier. 11 est de
gtaenuire que le prsider l
' publique ne peut crrespon
Cernent ayee les souveraics
.w sans avoir au pta'ab'.e sou
ileurell'adhsiondesoami-
! m1 affaires trangres. 11 est
rNtniaite que le Prsi-
loTJ? *'Fub,li'Jue ne peut pas
atTn. Ua .dlscourS devant une
rc?,?,?!r*a Pliable ioumis
rfi du conseil.
ZZ Wjh. dit un jjurM*
2 1/ *VBce le Ml de vos
" e ne les lirai qu'apri que
''lirez prononcs, fai cou-
. en( vous.
^Ivtitpaseu confia ce.
1 M, ces
Rne comme
ici
1 Usic
p^Bt de
Ministres, que 1*
surveillait.',
U Rpublique les
chois t i' litrerreat ?
l'hoiiquement, oui.car c il uot-
rnt tous les emplo s civi s ti mil -
taires Pratjqn-ment,non...i t cha-
cik de ses actes doi. tre contresgoe
i.ar un ministre.
C'est donc le prsident du conseil
qui contresigne la nomination des
ministres. En fait, c'es,t lui qui les
choisit : il se con ente de les prsen-
ter au prsident de la Rpublique,
quand il les a choisis.
Seul, le prsident du conseil est
librement dsign par le chef de l'E-
tat. C'est devenu a peu pris son
unique prrogative, son unique acte
de pouvoir.La statistique nous mon-
t tre qu'il lexerce environ une fois
par an, M. Raymond Pofencar, p.r
exemple, sur 2,55e jours de prsi-
dence de Rpublique, a eu 10 jours
d'omnipotence. Et encore, sur ces 10
purs, tau: 1! etrancher ceava o se,
trouvant devant un p-sident du con
seil dmissionnaire mais con renver-
s par un vote du Parlement, il tait
ob ig de lui offrir ce fe mer le ncai
veau cabinet Et puis, il y a aussi
l'avis du prsident du Snat, 1 avis
du pn'siuent de la Chambre, l'avis
iho-e inouie / du prident du
conseil dmissionnaire qui, n'ayant
plus ni autorit, ni pouvoir, a tout
de mme le pouvoir et l'autorit de
dsigne! son successeur*
Voici mieux encore.De mme que
le prsident de la li pu bique ne
(eut choisir librement ses gardiens,
de mme il ne peut librement
communiquer avec eux. Ayant
tous les droits.il n'a le droit de s'in-
tresser aux affaires de 1E at que
dans la mesure o le veut b en son
prsider.! du conseil. Car les affaires
d: \'E at, o se tuilent elles ? Au
conseil des ministres. Et qui convo-
que le con ei! i s ministres ? Pas le
prsident de la Rpublique, mais le
prsident du conseil. 11 le convoque
quand il lui convient, une fois tous
les trois mois si c:ia lui convient.
On a mme va des prsidents du
conseil ne pas prvenir des prsident;
de la Rpublique qu'ils auraient
prsider un conseil des ministres. Ils
l'apprenaient pir un: note liivas
voila tout I
Ne respirant que l'air .qu'on lui
perme'. ne voyaut que le jour qu'on
lui fi t e, ne pouvant soitir sans ac-
connaguateur.ne pouvant crire sans
reviseur,ne pouvant parler sans cen-
SU ne pouvant signer sans qu'on
Mgne ct de lui, ne pot van t se d
fendre devant le Parlement ou de-
vant 1 opinion piblijue.n'ayanigu-
re que le droit d/avjir de (a teue,
de l'lqutioq et de la syntaxe, le
prisonnier de x Rpublique s'tiole
durant sept anniJ t rc'.u ion. I!
s'tiele moralem:nt- et matnelle-
men'.car si. dans soa cachot 'ysea,
il veu comme M. R y.noad Poinca-
r, faite les choisi avec la.-gesse et
gofosit, il en sort plus pauvre
qu'il n'y est Mir.
Aussi la foule, depuis longtemps,
ce (onde t elle sur le premier ru-
i;irat etsmoi^ u: l'Eut que des
esprances d'un c.*rain ordre : el.'e
compte sir la dignit et la fermet
avec lesquelles il sur portera $4 cap*
ijvit cgostj'u'iQqqeJ.e. S} c'| un
Koutrecevcw la Ittlre mivantt
Monsieur
Monsieur le Consul de France a
bien voulu me faire ssvoir que vous
\ous intressez l'ndu tue fran
va se, et que vous seriez, le cas
chant, dispo a nous aider dans
l'uvre de relvement de ne t e pyi
que nous poursuivons d accord av c
les pourvoirs publics.
le me pernites donc d'avoir re-
cours i vous pour vous prier de faire
connat e autour de vous la Foire
de Pans, grand march annuel des
produits franais, qui, du c au 20
mai 1920, groupera les chantillons
de toute la production franaise sur
l'Esplanade des Invalides le Quai
d'Orsay, le Cours, la Reine et les
avraues avoisinantes.
Mo /919, prs de 3500 exposants
avaient pris p ace dans nos p il sis,
cos bout ques et nos halls. La Dou
4. me Foire qui aura heu 1920 fera
plus importante encore et les visi-
teurs trangers y trouveront runis
les chantillons de tout ce qui se
Tait en France dans toutes les brau
ches de l'industrie
le vous adresse ce jour un ptii/
paquei de documents et circulaires
que je vous serais reconnaissant de
vouloir bien adresser quand vous en
aurez l'occasion aux commerants
de votre Rgion qui vous parai
traient s us es p t. bls de se rendre i
Paris dans le courant du mois de
mai pour visiter la Foire
Je vous suis par avance par'.icu
lirernent reconnaissant de tout ce
que vous voudrez bien faire pour la
lussil: de notre grande manifesta
tion industrielle et commerciale et
vous prie dagrer, Monsieur, )4ex
pression de mes sentiments les plus
distingus
Le Prsident du Comit de Direction
Vice Prsident de l* Chambre de
Commerce de Parie
ROGER
Viennent d'arriver d'Italie:
Chemises blanches plis pour hommes
Chemines couleurs kphir pour hommes
Laux-ols, toutes dimensions
Cravates toutes nuances
Parapluies
fihapeauv de laine
Vente en gros et dtail
FBH"MHHB55HB-:
Jl'!-1!
Assises Criminelles
iYof/ce
7/ie attention of British subjeetfre-
aident in UaytA who are holders of
securiti** U$md ly the limnan eo-
raniment it dirtclci u> article iHI of
Peac, eltiu cle provide ihm Un, fuUeming p'ecn-
niary olUiyalion *//a teltled
Ihroujh ihe intervention of Cleurituj
Office H Grcat Dritain and Gerniany
Clans* 3* In'crest inliieh liai accrued
dus before and duriny the war to a
iiatitnal of n / Un
Cmtracliny Powre in respect of se
curites issued bij ani Oppoutny Power
proviieJ Huit the pa>jn\enl 0/ interetA
on siic/i sectritics tu the national of
that Power or 10 neutralth'U ->tol bien
ousne ''/ dui'iny the ivar.
Liane 4. Cai>iUl s*,m wAc/i
hav become payahte before and du-
rinQ Un war 10 nationale of one of
the Conlracting Pewers in reepe^t o\
eecurities iuud l"j one of the < >ptin PoWitS, prov de t that the pu*/ment
of eucli capital suint to natimalt of
that Pow.r or to neutrals lui not >>ein
*U8peniei darmq the war.
L'alfaire Robert Franois
Condamne far la Cour d'Anise'
{Suite et fin )
Un archimds sans levier
rfOt Arch r i sou'ig e le Doyen
Mjn i-s n avau pas de kviers. I out
i'auditi i e part d'un grand c at de
rire, jusqu' l*ac:us lui-mme.
Les tmoins L voque
et Philippe Andral
Ils dposent et n'ajoutent rien aux
fait prcdents. Cependant Philippe
Andral qui a assiste au rcit de ia
scne d'escalade et eflraction tiit par
1 accus au Bureau de la Gendarme
rie le relate au Jury.Robert Fran avoue qu'il voulait se venger de Mr
Thomas Bucke.
Arobioaie mystifi
C'est lui qui a eu 4 sabir pour
Dieudono; 9 manche jour de i'inceu
die il prenait son bain chez le t-
moin Charles Gurin i Carrefour.
C'est U qu'il apprit l'incendie de la
Place Gerard. Le lundi matin it se
rendit sur le leu;du sinistre. Mercredi
vers heures revenant de ch /. Dar
tagnan, il rencontra Charles Gurin
qui lui dem.nda son nom.|(nterrog
sur le vol d'une malette que l'accus
Robert Franois dclare lui avair r-
mise la nuit de x'incendie.il protesta
nerg quetneo'. L'I :spacteur Gurin
enquta, il fut conduit Carrefour
pour tmoigner de son innenceace
Le Bureau de la Police le reuvoya
de l'accaiatioa. il n'tait pas Dieu
dann.
tablissement. Les employs somp
tonnrent Robert Franois qu' la
fin il congdia. U prit la rsolution
it mettre des barres en fer aux por-
tes. Wuinzejours aprs ces dupost
tiens sa maison a t vole et inecu
d e. Il confectionnait un costume
Kaki pour Major Buckley t i'est cette
et01 te trouve entre les naio: do
l'accus qui rveilla laitealiuu du
Bureau de Police. Robert Fianas
lui avait jamais fa t de mena.e. H
n'avait aucune querelle avec lui.
Aprs sadposition et les questions
poses par l'a dfense, I'ac et le lury, le Doyen dclare terme c
les dbats particuliers. L'audience esc
renvoye i trots, heures prcices.
Dbats gnraux
Il est j heure) de l'apis-midi. Lu
cour du Tribunal est dj comble
avec la foule qui revient haletante
et curieuse voir la fin de ce seasa-
t onnel procs. Le luge Doyen Au
geste Montas constatant 1a prsence
des 12 jurs dclare reprise l'audien-
ce ciiminelle du jour et accorde la
parole au commissaire du Gouver-
nement Me Tintifort Agnaut-
II pleut
Vue pluie fine, serre. Les bonnes
dames buvettes dans la cour dan
nagent dans un brnitdc verres et de
bouteilles qui s'entre choquent. Il
avait plu auisi cette nuit du crime,
dit i soa ami de gauche quelqu'un
dans 1 auditoirequelle trange coin
cidence ( Un: bndiction p^ur
1 accol dit un antre.U doit pleuvoir
a cete h.*ure des larmes de remords
dans soa me ajoute nu troisime,
Le Plaignant Tho.nis Burk3 La Ca nmissalre Agaant
D.-puis quelques temps des vais
do.11: tiques e perptraient dans son
Athnien phitotefbe, elle lui sait
^rand gr de la g (Ut cuit v; qu'il
ap orte en sa pfuoi.si ce.-l'un Car-
thaginois auta itaire. elle a derr:;re
la galle un fonriil un peu crue :
elle se du que l'er.ceiluierneot ne
mnqueri pas d'an:matjorl.
Hnlish nUionils resilent in llu/ti
who hive clai.m of this nature winch
hve no', alreaiy been noli/iid to the
Public Iruttce slioult a///'/ to the
ControHef of the
Cteariig Office ( K.iomy DfbU Y
Cormvail HoU, Lidon, L C. I,
for the Kttcttiartj for,ii on winch to
IttOmif their daims, liritith nationale
ftho ha je already notified the Public
Irustee shou'A awoil acommunt'earion
from the Contro.il;r.
L'ouund D. WATT
Brilith \ ice Consul tt Chirg a'Af-
tain s '
Br,li*h L'y a tion
Port-au Prxnco
Manh m^ pji'j
D'un g*ste naturel il se dresse sur
s jo sig- et recommence l'eipos de
l'affaire.Il fait no triste tableau dece
criminels qui^depu t laps de temps
sment dans les tamilles, 1a mon et.
la dsolation. Il prsente au juiy
Robert Franois jeune, mais prcoce
dans le crime. Il dtrait la lgende
imagine d un Dieudoua q 11 c'a
jamais exist at rejette les responsa
bilits lgales sur U tt: ssuic de Ko
bert Franois. Il n'insista pas sur U
vol, l'auteur s'appesantit davantage
sur l'incendie avec les circoastauces
aggravantes et conclut i la coa.Unce
des faiU, et i la culpabilit 3 l'ac-
cus.
Dans une perorsison d'un pathti-
que mouvant et sub ime il exhorte
le lury a condamner Rabert Fraeois
|r lottes les voix mulnp es des ^
v


I L
fc&ca
ltes le demander.!. Ses paro'es s'a- 'rt s dux gendatrr.es Le coi
chvcnt sots v.n tonnerre d'ipplau v icgettt uoe dernire toif
liaeriKU vp t s de tous les coui de
I latte d'_ud>n:c.
L'accus Fobert. Franois
Sut Ja s 1 Ite c i niaeile c tl ti
r'bis, l'accu i ji.br t biaiois perc
rie sa coneu.nce Sjn cour g fai-
blit- li roule dar.s fl main soi
h?peau j ne d-* loo^s n gu s vagu
eu ete du Doyen,Eta t ce pou. in
plotr la p'.tii do Cbtiit do.t L
i eux mains se drr sse t sur 1a cto>
devant lui dans un Jique 2 qui le sait Personne *-
KeFMxEestojchesla paroi6
Il con.nene pi montrer l'IOBl
cecce de Robn Fratjis fictive d>
l'etiiainement,de ce Dicdoon plu:
g que lui qui le laccole un soi
s a : ci tie d'un bal de thtz Moma>
i la Saline, qui l'intoiique de toute
les vieilles boissons de ces shops
:o d cuvant mche nan moelle ttuv de-,
hotr.mei etc. (.L'auditoire cLte )
Le Doyen brandit la cloebeue i
1 hisiei aps lui ).
Me Flix Desioucfces cca1ir.BC, J
fepuser.k ;t luiy l'accus sous l'n
i utree a'nooliq e ne se poiidai
}uS 11 aeniarde de prendre tn con-
itration Us antcdents de H. bran
oii qui pour la pumiie (ois g-avu
la se.'ette cnrr.iueilt Jl rapptle la
oitu.cs qu'il a dj subies.lesqutilt
JWi ont anadi un a voeu involocta
it. Il L'cUye ur des cas de cilpat
Ire reconnus qu'un Jmy paifos
u nd-nme pas devant l'iBCOMCie i
l'ge de 1 accus. 11 tait appel i I
(ItmcDce des juis et reprtnant a s.
In le fror&ucn du Ccrr.rr.isiii
Agtianl.D autre vo:x, dit il, vou
u< mandent de laovci ce jeuc nom
CC.
Fermeture des dbats
le 1 Vi>tn Auguste MoLtas dliait
fctir.es les dbats gBiiaro, tarait au
juiy !a liste des question.
Uattento
La salle d'audience est preque v
de' L-audiloiie se rpand daos L
iour. Par pet.ti gtoupes l'on de is
jur le soit de l'accos, t)a iinibli
Mue une ruirute uu que Les uo
:onlpo'jrla cor.d.rrnation, Ust
ire* djlount 1 ige du crimitel Sui
verUin beats hotte oa diuit un<
embre de eon:lina!ior, fOflfUi
iho:>e d'insaisissable.
Au Greffe du Tribunal
L'acCOIC- Kobeii riauvcis est assit
au fc,itt'e du Tubucal ayant mi
il
'c bitae il touille daoi s n
ri:es conrn- pour ( setcher une c 5;
r h permission de f 1 r q e'qat r.u
/; 11 saW*Iait son dSi<-, p.end ;o.i
mouchoir et ta m j i nne ses y.-ux ou
des larnrs vraiesgltstenlfu t vimmi
Le V&iict du Jury
L'n coup de clccbtt e par?de l*
Nouvelles Ifitraoftrs
25 Mars
ntnt Itur srge d'un pas lerrr.e. Oj
ssaie vainement de jurpteudse quel
(je chose sur leur vij'ge Le Priai
JentUr Y rTTam fient Nol la main
ut la conicience dorne .c rclti
lu Verdict.L'Accot Kcbett Fraiois
.'St coupable,les fai:s sont constams
inais vu son ge on lui accorde des
ireorstanecs a.luuantes.
uciure l'accw du Vtrdki
rtqnsitcnr* Ju ce n n'main
:t prononce le* tiavuu.x lons psrpt
tutti contre l actuU
Me Em le Cauviv
Me limite (jiuvin iniervii.u en
; veur de l'accus 11 pu nd sa'deltnse;'* gu^e
du pays Cette dclarauon soJve
fugmcitl du Doyen
Kobert Franois est eenJamn \\
ns ae travail lou L'accus cal
nand de son banc Le Doyeu Mon-
taa l'eahjrta :u ccuirr_e, la rsi-
gnation L fouie se di>rese. Les Gel
latmea ramnent le ceniimn ri
Pnitentiaire. Pat la pottfl a dcni
ouver e,l'ordre est remis au concieige
Une Ombre passe. Et c'est tout.
KEGUlUS
tique p le S ai S MAO D L g*e d s chemi
notscl fi tout Lir, mats une
dp6;.i 'aujoa d hui annono-e qu
i;co ii de diwrtee organisai o
ttdei ryaduats des ch micels e
ment ,ue cette g ve tut orgauis.
par le. compagnies. Les ouviurs 1
raient die d la tepn.-e immdi^.
du tra Ml A la 1 hitnb e, une no
Teile desuion t . v.ve eu lieu b
d: lu gilva. L'.s io:ialilea 1
'a par':
La com
pagr-us Uivur foment la g've t
le gouvctument dlie leurcomii
ce Lx Cbamoie upoussa la mo'io
L. ci tva cenandael au gouverne
de leiuidrc les seaux i soi
st jet
BERLIN- Ces i l'unanimit que
le UutnHe dgle ordonna la ie-
irise du n.vli: tour aujourd'hui.
On annon.-e olcieilement l'trtfsta-
tion de Lotwi-z atde?ooThroth.Oa
agp suprear o s ge le jury. La -g.-ore tonj-uts la retraite de Kpp.
toute se prcipite a l'intrieur. Eiile L'n mandat d 3rit a t iaac contre
attend encore car les lu ^ ci de c n Ludrodorlt.
ieitpa*. Lecofur nuus bit ro> ch i FAR15- Le tF-gato 1 pib 'e qo'
eux frissonnent D-.rs .'irte:v.le as '? rcmmmioo de n. eut ai.deCbut
12 repr.ec.v.ntsde la Socit reptea i Paris inposa uo dmenti tormel a les con etv.tu-s ainsi que
la patticipatien du Chi'.i dam les.s.ns de L-.c-.e.va cjuse et
vnements He h P; ?..
PARIS- Lt Ihu-e Cour, sur la,le gouv
proportion du Piocuieur, d accord
Vec U dfense dcida d er tendre i
bait clos la lectute de teitainei p*
ces annexes la dpo;iton de M
William Martin. On leprtnd enruiu
I audition des t oins de la dfense
Monsieur Sh nitt x-dput des Vos-
ges, dclare qu'un journal d'As;:-*
Lorraine org r.e de p.o? gande Iran-
; e lelfjer donne /accus lectur aise tut subventionn par Cullaux.
u vtrdict.Kob.it F.jros s- lev et Le gnral de Latnotbt d;t que le pto
cocte.puis selassid ppres L-: Coii Igramme du cabinet Cailliux concer-
-nissaire A^nar.t dans >-jn equisitot nant l'artillerie lourde-am'iora sensi
blement la situation de ao're aitille-
ne Monsieur Louis Ripaulr, public s-
r, dclare qu'a son avis le gouver
nemeat qui russten 191 a reculer
mrite la redonna.ssan:e
teimes lis tjuchan'Sj
Jes mouvement divers dans i'As
b On M ensuite la d.osmoi
ju gnial Dubail dclarant que sut
.'initiative du Conseil surrieor de
la guerre: il tud a en 1912 la cra-
iion d'cbuMers de 120 m/m, m 11
.ju'apii lachutedu cabinti C.iiiitx
II n en tut plus question Cailiaua
dclare qu il voulut par les dpor-
tions des gnraux Lamothe*, Duba ,
laire cnsiolcr que son pr-mier p o-
gramme d'artillerie Lud' tut prp
r sous son impa s o L'aud en:,
est suspendue et reprise a huit clos
BElit INLi grve gnrale ce'.sa :
* vendre
A vm ire le iliif.li du c\& du
porl
A venue un frais rouis cetolt Itcu
lies avec alUllagt l'adresser au Ao 55o, iue
n 1 n ae le-, u
comit.
bEKLH. Le calme fut complet u
nuit ritriib (t dani la matine
a'aujouidn u Itb Joarnaux ne p
i.ibsett to ijonts pas. L'onqott ol-
litiello tat.e =ui la ineneursdu coui
d t ai mjara quausaitt *pit-
l'unir pr.a- las^anteare W eniulreoi.
Des mandat* d arteatalion aont tuuce
CODtie Kapj Von Jetjow et le N j
fabst le co >i tl fautr Marcnii "ci -
utbuig FieieiKk ancieu avocate
lu ce. fiai Ltdu dortf.
UtHLlN. L a MiOiltree Gieab>i
f.iaun paitir lit ioui le bassin Ue 1.
itutii' avec uu iuauut du liouvern<
mbliburnig eici avec Isaouvtieri
i'AUl. A ld 11 ule coui a lu tiOi
lus p ue ou n.ti.ait Violette au
tien UilUlblre pltlUWr Ue lu dlti
ee 11 Lu lui g 1 >. 1,1 l bia-.ulique u
l cf. i Oi Kll 1 1 lia qc-l i Our Oj
tcuu .ne ii-dH.u u du iio ver
litvni u lu i fuaioi na av.ee le* M *
.jciiJa qoi h'. e.teitnl A. |(ag0w<
qui it.isaii iiioi usine du utnua .
UailUua comme ui.uia re de li *
iJu u moieut du Iaffaira u'Agaon.
Viuieuo uu que l t.titudo .e Caillai :
lui uouec te. Paie Seai.lea ancien U -
rtCturdon courrier europen de
fond aso r O'.e bai tour ue ion.la n
jonut't ituuge. L'sndience cet leve
l'Ait is. La chambre vota par 37\
A v.ndre pour cause de. dpnt U"
iiperbe (jmmopho-te Vutrbii
peine mtrvi el ayant coati JUO dol
lirs pour Us conditions
S(id>ess Siatson 0 A LbSL) l'eu de Choie
de enze hurts d midi et de A. d b
i Bcrini o l'o d e es1- rtabli On vox coure loVuueloitl ouai.t pai
M Unu* manie de Lci?ag 1 agence Wollqae ttrdu piemtei le\ur dernire thaqut
Lamarre des comba s ter. b es vont signa s .Seuateui e DepaWUDafudemnita mai
tille et aux envions o lilTprirent ** f1^ d" *" " ^
,*',,; ,ranr4m,i,*r. i. Iraia de double taioanca tt te co.
1., propor.'u.sex.r-o.diniires le ; Q 4 u frg|(
loldaa si les OttVTteia emploient lnll^eijlt 1 txaicioe du mandat L.
attillciie.
KO VIE Doulcef,
charg d'alfai-
gialatff. L l pioioui la d ijoooto
de rauieudi nient eudaut a uuuiuue
:es de b'rance p: du Saint Sige,: le combe des dpuus. Monsieur Mu
prsnta ses le Irts de crances et vi-, lerand piaida la OO^fereace uef
sita hs membres da Corps diplomajA.ubaaaud urs. Fo:b y aaaiataiL u.i
Paita Divei
Los livres qu'il aut
On leu tiouvcra u oureiu, j,
11 betUfi i 1 heur: J
l'our \\ amateurs, no^eon*,^ ;
.s uns au luMra : u lW-.r^l
:abclto Sandy. Lc.re. *%
. anhaJe, Au botj du Uouiuc Vo
uc-iite, l.e Feu sous l, cendre iL.
. gucire du rcu,J.||. K0Miuv'rje
,ru<.>.M*ii>oires wt rcit, rrark '
ierai*re difse, Claude ^arterc.
Soire d'adieu
Dvnnee par Mme U. Gaiam
:jao a heur pr.-: Uu loi,'??!
PttUuKAMMt *
l Pasfor>!e (. buct ) chant, Mc
1 Uouue e Carpv.a:cr j chi t Mi*
Zi Souvenir Fmm Uuia ; v,0.o u,
4 Ias deux ecturs, lonleniiilei
0. Gardcrc ^
j Viaiotic, Massenct, dunt. Mme
1 > miDuics d'iniein.tdn
6 Dernire valse, Molleroy. xioic.. .
|. Joseph V. iaiitz
7 Komaacftp La Fille du R*giiair r
.haut, Mme C-uiiun
6 Sirinade, biasa, chant, Mmt Giw
Mr Alpli 1. Joseju "
9 BJIade, H igoletto-Verdi, chant, m
1re
io Air de la siductten, M,
haut Max j'jamtu
Le pi.no >era unu par MnseCanu.
irt-K
air Davis et 1 Ecole
- ,. .QIAgric
Co:npictant notre niormation 'n
.elauve l'invitation laite par Oaml
e ue i'Lcole de- l'Agr-,culture, noun
iue le sy.niathiiju* O.reueut do
ae S: Mictiei iiisii'u* un prix ne
h.:a Ucccrne m L'Cieve qui sura lait
.appui: tu; ce qu 11 aura observe
i.v.ur.
c'est assuia.tnt une excellente ias.
Loterie St Martial
Le Purmu de- ^A^ccclation Amiultt
Sniinairc-l.ol!ebe-y-Martial vient de i
aernicie nain a l'cr^anisaiicn dt<
Nous le ions ccnr.aitrc bieuiiic
aicur dis icts uguants, ieni ici
ie cinq cents dollars et dent 1rs ugf|
i^iicj de t.1^011 a oimr ie plus ce 1
.oies.
Nous renseiyneron-. aussi sur 1a dat
ge, uni cotucidcia probableineotami
.uau^urale de l'Associaitun.
Naissance
Les | oux liiram i rar,o.BCCt|
uau.. i vc, cc'.'C nu;:, le .car tilsKOjB, <
entendit ks> experts nilliti
a situa ion eu Alieiusgue.
PAK1S Koiiil Ualjjet uioiiM]
aipou-ntiauo tat ihdig* do p
l.oc 1U OtLUl.l.O ULiiikUi
es buses .le la leyuses deI
intre lu l'iai.uo et I Vaucun.
/a et fut reu ^m icUoiomilli
LK HAVUli. Le PaquibO*.
Jina ex'diUiusnd blutuer
onn de .N\w York ayant I
passagers.
*&"
I-^-
47 .FEUILLETON Dl MATIN
Judex
.GRAND ROMAN
Par
i Oui ma mQr',, roui svfz rai ron-e rs' bien un il vjii /
;sofi etiiq -i plua profond de mon re .\m u* nWJoa le dut dexrcer eii-
iVU'.haureux. parce que ja sua po cre la jus it"
viaofl ae e.-- H'i'i J ai fait moim ne..! Cette paaion criininelle l'a fait
Ualbeoraui pmcd qo-, frappaot ao perdra a raison clam lit madam
coupoble qui l'avait cent fjis in^nt-i. j'ai entrane dans n plus imuitoya- c f.ju ii.'triear que rien ncuraipu
b'.e des ir.loitunes une ioooceute u|)aiset
lui se double d'un :r chariuant.
vi'une mre inco oprable., je devrais
ire d une sain e-
Sa li ie 1
Oui, sa ti'le, rp'ait avec foro
Jacqu-8 da Tiemeuee saillie dont
les li mo8 m avaient inspir aaa pi-
il..: que j avais russi vincre mais
[dont I abu^ttlKin, le courage tt l*>
prit de licnflce Ont bris en m
uns volont que Je croyais d acier,
(puisque coi o volont, ma more,
tait la \tie ea 'ie, ataflo, qu'
__!___n. i i.v in eat apparue iL-puia quelques joui>
Dune voix gravefaoleune.le.Jul^|avecul}'o' ttUI00^ do4 raa*riyrtf lJv
corrirnrrt : ir..-, clianto et qui vous ut endurait vou
rC'eM sen .ment lorsque M JJJJ pu,-qu,.le m'a tait pleure.
.t descendu dans aa tombe que '"^.^^m^ '. l'Cria Julia Uu
je m* laii de>CBnd ai ] aval
A RI II U II I: E RM D E
( Film par L. Feuillide )
SEPTIME PISODE
I A FEliME EN NOIR
IV (3uiU)
La fils
le
. ni co rcvenat.t vers son tiU
dioit de i y laisser. .
t Juaqu'aiora- Je vous I affirme, Lt tout .tn le contemplant avei
paa un ineta-.t j= n avais limit, paa . expreaibn trpg q <, alla hjouta,
une minnti j) n'avais t irooble landta que a* vox aaaon>bnaal
par la rcoiudu 6rrire-pensP. de la plus amre de dceptions ;
c Moo ue tait demeure de Et mot qui croyais avo r atle.nt
bronza, mon cur d'ai-aiP. .muu bu. Mol qui croyais avoii
i i tais le jupe irflexible que rien tremp vos curs d une i< Ile lui ut
n0 pouvait 'oucher. qo nen re pourra t avoir de prise
Mai* un vnement ir.atletdu ur eut- Vu li o j eu laii, vj tt ou
n'i liait pas tarder apporter en moi m tM ena)mmtc!
le doutfl ut l'inquitude. i Qu'attendv.u donc lourojun
La ti'le du banquier Fa\ra tt, la pote de so;i cachot lenntmi
iaaui'e d'une conversation o je de ton pref O.ii, QO'attendc-tU pool
da lui m-ttre a ua les veux la pieu ie tendre sa lle?
Te des cinnes de son pre, abandon
na gnreuseinant ta fortune 1 As
eisl8i.ee publique.
* A 01 s r me sembla en'endre une
voix intrieure qui me disait :
c Apis un tel % aie, 11 n'as pas jure.. Choisis/
uj voua me ielevi z de moi
airmeiat, dclarait loy le.nom Judex
Jamais! Je aiii l mo.-.n;ue
rugit la Oora* K- tai l ipje je Vivrai,
ou tu m'b-ira; eu tu seras par
le droit d'imposer Kavruut le sup
pdre atroce auquel tu l'aa condam
n.
Je l'ei donc retir de *o i cer
cuei1 et je l i mppe'. la vit'
- E-, mn tenant, tu veux 1
ver 'ont f u !
Peu l^trc.'
- ivittli-eureux.'
aiu l voua ma b istz'.
C o;s-'u donc q u '.o', lu ne me
b ises pae davantac;
Alors, en un m -uveinont de d
Oir piT avo t, J icquen s'cui
C'est all'.eux ce qui m'en v .
au depuis q-e j ai va pleurer cetit
f.'iinp, je me demande ai, curu1 j
Mai Jii.Iax ripostait :
Qui sait si elle ne m'a n s pis
t conduu vers la lumi/e,? Q n sai
ii t.le uu ma pas ouvert les yjux
-:ur la vii?
jacq ie*, tu biaaphmsa,
C'aal mi cois.'i.'nce qui parle
devant voua-
Songe A ton pre!
Je ne l'oublie pis! Et p'us j
n <:im lui, plus |a ma demande ai
l'tre si profoid.nent gnreux ai
sincreineui liuiiiaiu qu'e*ait ld co i.
to de Treinu&o. eiU approuv eu et
nonde, l'acte da sa veuve e: de ses
i
Tais-toi! l-"ne t'ai pas dit tja-
. -s les nulle o J3 rm rveillai an
surs tut. au cours d affreux cai lu
nar.s. j'entendais la voix do Is fictl
ne me crier avec m ajcout qui me
t'aiseit peur :
c Quand doiic enfin le
mialrabla qui m'a abla s r .'-1
uapi.e sou tour '. U u n il
Ion: cessera de triompher c bn
lit uisclent. ce mous re in!.ut V
Son exi'o ion est d'autant plus sx
cre qu'elle ne f jra pas qae me ven
Xtr, mais qu'elle aritera le cour*
Je ses crimes., quelle prservera
tous ceux do.t il causerai- encore la
ruine, dont il ferai: te astapolr-
JacqueX' mon lils. mm entaut.
lue lit.- fois l ai i entoulue, cett
vojll No i, tu ne vjud*as paa qu'ell-
\\\. r- lai ti de ro tvoaa mon chevet,
pour me repro li t d'avo r failli
la t:he, rour rue ren Ire rtepooaa
ide ta f .il;lea ., e 't.
< Je le sens bien je ne supporte
ai ... une pareil ta pieuve.oi.
|'u moirrais/
More ch r.e, mre bierj a.
ai eiLe la foia eje iu.n3 et d.
en ress em orte par ce doubU
anne?, s'o aient ^xcluiivomont piri fonde, j e p^rirnierai lofjj
tag si v e J jlia 0 s'ni s' \ i : wrai *i\ q-ie u /' r
- Auraia-je enllu retrouv mo- ton cur la fivr v^neo
^nfm? lf'J,,i ampoieoaoor.
En en proie uns l i /ro ardsnte, i JttH'i s'iu-'i-. ''*JJl
ia com esse con inua ; | Ai" ai.-epaoe M ci
Kco !*c nol, m m Bit- Re^naisis g en re ux.
oi vie Oublie b mirage tompuir Lop'ta-4'' * d'un amoji qn ne peut pas a t* : er sirtut de *im t"iM
en on cir, tan il est en delu ^! plus i tmgibe l"ejaau
del natoro, tant il devrait l'indigu il
toi-me; n- '
" K d viens ce qn lu as t j i
pie-, le j la'.icier dans ce q ie c
tiotcompoitc d'iramai:s et dj si
humain
i Hafferm'a dmi ti rniin tram
ln.te le glaive p t s'en ch ippe-
c trappe B t'a bbes ou b en, j'y OOQMD'.gaf P l
cet Inuiiiie prisjnuiur pour lOQ
ioara daaaoa oaetit qui doit o
pour lui le tombeau du daaipolf.
Mais te relever de ton saunant
lioai qie tu me le demande psr1
mettra es baulit de leparaiire sur
>a siiw du m >ndr. jimaial [
^ serait da ta pan un crime et aermenta. e eat moi q
lie fj'ie. Un crime., parce que la uatit-fili
L'a ne en p-oie aoi wrWl
ip'uedoulonreu-et.iwtjrM
-qui, miiotenant.chqueiij'
|laienrer dans la ch -tr. ie J
a'loignai. ressaisi, domi
t,d,alil A.ltl
lit q-und i! se fut logU]
Orsini.. essuyant doux w
colre, qi'elle avait cobhi
w alors avec la pw 5*^
s'approcha du portraiU"
t ont en le coiUema01
regard qui tait tout eUM
*'Hcria en la faecmattojij
l'un -ache qu'elle croy*i
ble el sacrao :
- Puisque tas !? ont
jui ti'
sermeni uoui ".- _, ~~ c~ t/uuMM
9 m- hrater Da, irc qu'en ren i . rendra^-tu !e w g
r,u, metrabirae, .>'ert n c "!iM
lavai rjj juiijud ce jour, U ver. leoiu^nt o^depuia df m jpf9*f Wjjc^u i; lix^i d'uae veij pro
parce qu
raa parjure au serment dont au
S me pui ance ne
tn .. une folie parc
la libert' & f v a
nui, u \n: ci me livrant da nou-
v'ea" a aa naine I
Cun^r-nau q ie rien ndsi'm'
rati ai rar-. Jac^ujs, ciartMni le
tout uevui.t 'ui^laCdb s voion e
Uqtelle il vanai ai urutllamaot d)
ie tieurter, lil d'une vou forte :
Favraut restera prisonnier jus-
pi la ti i de SfS jours.
- Mareb mou rue-
No me remerciez pas, ma mrei
V->n* venez de mi rappeler mon
devair,
. cieat moi qui. dois plui' ''ona
tamander panion de lavoir oubli.
Ll Ii ta de* Orsini redressa
iere qu Jeannot eadreaj
cien secrtaire de son gr^
j.ciu^de Tieneaie
tonr P tris, avait ropnj',
Upersoanahte da JaU**
dit l'enfant avec on JJ
- Le plus tt wm'
^tcommeiicquel.;^
un regard plein de rec^
mue il reprit ;
_ To sais uin qJ
est toujours trop heurj
te fait plan r, aiosiqjj
.Qielques matanti,JF
recevait un-myateJJJJl
voi^J
too'
haute taille; e', dans sa robe noire, JJ i erp|exit
aous si chevelure b'aijche avec sou .' H c(, ^w n-) lev.
viaaga toormeot, elle apparut telle JJJ*("^dan. rgj
ia peraonnidcaUon de la Nu.uesis ,,.,, Qj, cVttllfr,
antique u l- .le la Nuit, diepensatii "a liCd a.-qvdI1"
ce de loo ^ les ventfeaac.s et de *'", .' l
OC ittl* \
( A H**|
tQutoa lea jasticei-


Ti.ekuiiedeevirine
bon march
un de Umilt se rjouiront
Ko Monsieur Frnckel, lbri.
< nuelques jouis une huile
^/Sdtio ses usines Saint-
^'C:ie iu.ie est aussi tonne si ce
fttl bki^; d6licleu au got
fr'*1 Bi 0,,, F"1 meUUUr
H : vtque .-huile de pioveuance
fe.Me, tout le morde pourra
^i^nonsque scit pula
c>/eSrnac.aled,aiiitabnque
JiJi^bue de tamille.
MIS COMMERCIAL
, r., i- n le Commerce sont
lcftt rrsune del n on de
Kfie. l" umnte:.iodm
Uctt^oute. LsasicetSM.i-
* wnt lorula .ctvile Ma:
'"ihiiie Menti Cc.qii
BeTe^rnc genre W.i
KU uen que la p-Udcnte Mai-
M' leremie, le 17 Mari isao
oafiiae rit sas.
Keds
le inr v
uni i*a
CtACSSORF--
Mf.n.le .' <
E.VoilMe> rt du
uatpour avnti'
ur iz* tare
surw tort i
lt ter; . "
_*rtdei
aucheuE?.: tt
Unit 1 State: Ri
j; l*o et .et' s-.TaierKttaticjU
aolce ocui la toucie aa
.,qie)"ral. litcnau
lavorit ds boaimea.
a en toile d'un tljea
e avs ieis et 1-ur car-
."'t r^eoiier. Faeon
" -i .tt.' ir; i"ode cet
tyy-v tri cleja
' '.*' ci ct'y'-iCJC
.,. ,...... ,...(., f,.nt do
. Zi i. nVocsMKeM
Avis
11 sera procd, le mercredi que
ta et Battra 7 avril mil neul eut
Bgti du heures du malin, en \'t*
de tt par le ministre de Me La-
wninf, Dotaue public aux Cayes
lia vtnie au p us olirant et dtinit1
Enchrisseur du bien ci aprs dsi-
reLisaut partie de la liquidation
Mtenchm;ytr tt Co tablie ai>
es.
One proprit sise aux Cryts, der
mtabiiu tisdts Ameiic&ins ci
Quai; ayant dessus une v*sie
w en c.meut aime, borne duo
P par la piopncte d'Armai.Co
ls et de l'autre parcelle app i-
Mint daboid Issa Assaii du Mi
1 lojoui'hui lionnefil Frus
; tiuraut environ vingi ntut
Ni du pouces de b.de sur les
m rues sur cect vingt qu.tre pds
' piolocdtu1, couioinumtni au
fe ei au procs veibal d'aipemage
dit bien par Me Eienne Benoit
JtnteuieD datedui7 janvur 1660
m que la dite proprit ie peur
JJ copoite tt s tend sans co run
*w, n iserver.
Au lequU poursuites et dili
de Messit urs O. Scarpa et A.
u;??us' dtmeuiani tous les
Portau Piince, domicilis,
tS ?,e\,*A,,an t,alie ),e
2* le Nouvelle Orlans ( Loui
Jw/ ttats Unis d'Amrique agis
j.niinltur ^'dauuis de la maiscn li Mun
chmeyer et Co et.Mie fit Cayes
ryant pour avocats cODMiijs Met
Antoine Tlmaque ec M(re!, avec
lection de domicile au calinet du
premier s s aux Cayes
En venu dr la loi du 22 (dilUt
1918 des au lies lois et art. ts rela
lits 1 la liquidation drs maisons al
lemandes, d'une dcision du Con
Mil des Secrtaires d'Eiat, en date
eu 23 Septcmbie 1919.
Les enchres seront rrues sur la
mise prix de dix mille dollars, or
amticain.
Pour plus amples renseign-ment
s'adresser i Me Barralteau, dposi-
taire du cahier des charges, ou aux
avocats soussigns.
Antoine TELEMAQUE, MOREL
II sera piccJ le mercreh que l'on
complta 7 avril mil nat ant vingt
dix htvris au matin IciuJeet par le
ministre de Me Loin s hunut no
taire aux Cayes, la v nie au plus cl
f portions u emp acement de 1 habita
tion Renaud, vulgairement appele Aux
I;aques, sise le t>rentire section ru
raie de la commune des Cayes et faisant
partie de la Utpti'un del maison
H. Muenchmeycr & Co. tablie aux
Cayes.
La premire portion, spare des
trois auties par le cbtinin littoral a une
conttnur.ee denviion quann e dei>x
centimes de carreau [de tare. LUe
mesure trente huup.s de large sur
cent dix de long et a t arpente par
Me Louis Antoine Roter; arpintar, le
19 octobre 1896. Elle tsl Lornce au
sud ouest par le ibevr.n du littoral et au
tord ourst par la proprit de la l'vc
1 bornas Delerme II r a dessus unt mai
son ac campagne en mur tt tles avec
toutes sis dpendances
La deuxime portion ne formant au
i oui il hui qu une seule avec les deux der
mres a t boute et aremee par Me
Stcolat Denis Regarni comoimmint
sinpioUs ver bat d'atptntage en date
du 12 fvrier 19 :j. the mesure un
car au sep eut dix miii unes de
caritsu de ter e.
La troisime portion borne et arpen
il far Mi Wtotitt Dans kigaud ar
penieur suivant son procs verreU der
pentage avec plan figuratif en date du
H sptemlre 1916 mesure ui demicr
teau de terre borne par un chemin la
deuxime et la quatrime portion et le
reste de l'habitation Renaud
En fin la quatrime portion borne et
arpintee par Me Kieolas Denis Rigaud
arpenteur public suwai t son procs ver
/u.' avec plan figuratif en i.ate du 7
juillet 1017. mesure lois seix me de
carie au de urre, borne par deux the
miis, la troisime portion et le reste de
la dite babitanon Riitaud.
i>ur ces trais dernier portions se
trouvent des jardins, d.s arbies frui
lurs, uve trjs bellt maison de tontine
deux pieds de laade sur quarante
cirq de .j roii ndeui et ses dpendances
cuisine, rmise, cuiies baism etc. Itl
les que les dites {orlions d emploiimtnt
:e poursuivent a ny orient et s teniUnt
sans en rien excepter, m rserver
Aux requeies, poursute et diii
grnctt de Mt&sttun (> Scarpa et A- J
Maumus dimturanl tous ks deux
Krt au Piince, aom aine le premier
MiUm { I all ), te second a tu Nou
telle Orlans ( Luiaiauue,) biats Unis
d'Amrique oyusanl en ieur qualit
de Sequttre L.quxdatturs de la mai
H knenchmajftr et Vo etuUliv aux
Cayes ayant pour avocats lonilitus
Mis Ernett 'Louyon et biortt avec
lection ae demictle au cabinet du
premier, sis aux Cayes-
En vertu d*la loi au 22 juillet 1yl8
des autres lois et arrtes relattjs a la
liquidation des maison allemandes,
d'une urcis.on da Conseil des Stcr
taires wttat en date du 23 tiepter-i
bre 1910
Les enchres seront reues sur la
mise d prix de huit mille dollars
Pour plus ample renseignements,
s'adresser d Me Louis AflMM dposi
tain du cahier dis charges ou aux avo
cats ROussiynis
Fort au Piinc: 24 M rs 1929
Ernest DOUYON, MtfREL
La Maison Eug. Dgarni
4^*e sa nnmb tuve clientle que sa
*tti*on de comme ce est transfre a
a Urand'Hne No 1H13, ancienne M et-
Si A. Sada.
le. fcJTm
---------- m *
A la Tropicale
^rand'Hue pr^s du tailleurlSmi h
.No 15X>.
Par le frertM e?i arriva |*E1ixir
anh-ppitalmirjuacontre les iralaJiej
dos Veux.
Ita sicik ri.(7. AlphODM Haynes.
On t oj era:articles pour. 01-
lure, lu.peii -, broderie, de 1* par-
femnie, d & .us h, ds .hausui-
res blanches pour i.on nu9, d-s
rhalnei de mnrtrp, des lelins
frana e- de3 : r 11.5 pour dama*.
Suions Lcr.. 1 /twr LeiitVf
Ou trouvei a en outi e les spcia-
H esvi an n : Toi iqut Oriental,
Trie p eious Kxcel enij, Rtd
oaiii2, PowJer, Lmiient Minaro
li:?ectivj Etnulsio 1 Scott e,c.
1 1 1 r
Parlcz-xovs
l'anglais ?
Lne fxre!Ieule occasion d'ap-
preudra mai ier la langue ai -
glaise avec une remarquable rapi-
dit dansvas moments lib: g ,ch'z
vous, en suivant noire cours pr-
par spatialement pour les per-
sonnes di Jangj- frai.aise. Ecri-
vez pO'ir demauder des rens-.'igne
mens complet?.
7 lie UniverSal instiluie
Lpt. ) S-3J W. Il8 St.,Gity Kt
.. 1. r aa.
T+.mm
Antoine M. Tabulas
Rue du Magasin de lEtal
Viennent d'+rrifff :
Al paya noir, Serge bleu et noir
Di'(}onal noir et couleur.
La maison LPreetai-Aggerholtn
vient de recevoir par Icldernier Steamer
ffi bel nfo timent de7
Chaises pour Fure.'ux rrt anctnf lournin! s pour bureaux s
fil acier, mi$* lc;s y$
i tcirnantrs pour macbiori t\ 1 -
1e T b'.es de toutes dimaniion four unubi-
n.p crire avec ou sans cculitsc.
iL 02* A S AXS rnc.?:
JP I SVI3 FOIlli s: JEUNFS Bt8i
au HAISIM, eu mut, au SZXHIUA
la oc.cta d.< la G.Iet >rania
t.r.oufKU*. il-Pi"ih i 'c ji \,P*fft ,"-.
t n.'oij conlrs UN FhA'.i' C" Ai ;i.(- r~-. :t
NOUVEL ALBUM CATALOGUE 0 -"-o
e200 pagts avte gravant comiqut*) ^
Fr, Phylq, AmuHmtnta Ht tiuttt tortt, tt
Art p'.i't. l'our Quprtndrt gtul loutft Ammti. 5
t'ov:uiie, Hvia'll*ma Socre a d'atal cr ooaaiirwiani "*# !
(iwrc at tr.airu d* tou* irtlai. Pocr .*./) r- *'
1'. . s. crai' uni- lo-'t.-'n > u l'an^ho. r. H-iqi. nt t '. c
UKUioiu l MiLiLauia Tl-.i.rta. L^faUM tCM..:
Le S/S t Nitkene , de la l'gne
hollandaise, vena >t de i'rurore et
de Currao, est ; fendu ici teil te
30 mars courant
le S/S t f 0I0.1 de la Pana-
ma sera ici vers le 28 ou 29 du cou
rant II prrlira d r-et.ment pour
Ntw Yik prenant 'r et passagers
M. Missenard
Spcialit da Dentelles
Vritable /* Imitation
236.Bue de la Convention
Paris 15
Repstntints 1a commission et
sg ris dpositaires dtmards par-
tout riovince t t'anger
Ces articles sont d'uneio'iditet dune dura*
hiiit sans pareille
Venez les voir et vous serez saiis/aila,
Une 0CCP.E0D opportune ei
exceptionells
Le clbre Docteur J. Alfred Al/aro
Btirareionisti Moderne
V'aitera tottl peu Port-au-Pr;ac5
De pesage p-r Kft impo.-Unes et inressaatss \i'lrs de h li
puahefue DominiCvine et Cap-Hai'ien, o 1 a coaquis U sympathie
as plus drfiic le tt remport Us iromphes p ofe S'onnels tes
plus onnan:s, le Or Alfaro pose venir Ha Mars en h borne
Ville du Port au Fnuce et durant un court sjour de deux semaines
il aura l'honneur fe se tenir la d spition de l'ii/el iganie rorii
htion du Port-au 1J ince-
Le Or AOP\RO,qni pissde pour l'eiamen d? h vue, rial ippa
Ml de peci ion modernes tt de* plus pe fectionns, prescrira
desL istaux Ophtamaiiq je* pour laeo wci-iide Mil las d*fiute
d^lavu. LeO.ilhroa radie ene u g kri iluri -uis milliers de
personne q 11 sonllivi nt h) rib'eiient d-*yer.
Oans les atclie s opi.^ies du Or Alfaro, il sjfabrijuo teutcv
sorteeet loues lormes de verres, blancs et coule ira et li plus
formelle girantti est d nue au cl eut qua la formule sera exut>e
a\e! p ciiOn et co p< te c.
Pua laid, laminent Spcia'iste indi^uen la rsidence o l'on
pou.ra leconsuher.
Nous informons le public ei\fle
commerce en particulier que Mon
sieur O. A, Lund ne ftit plus par
Ue de noire Compagnie et que Mon
sieur Leif Froen est seul charg
de 11 Direction de noire Maison
dent il a stul aussi la signature
?orl au Prince le 23 Mars VJ2Q
TRINSOCEN 2RAOLVG Co
La Maison de*
Mr Lonce Fils-Aim
Rue Iravers're No 312
nomb'eut ilien'a qn l ject de
de la provenance de toulea sortes
Journaux trangers
On trouvera i acrute; su? bu'f?ux
du t.M ti" : L homme Lib e l kxcel
r-or, Ikiho de i'arif, le Petit \ournai
Le Petit Pa-i-ien L Evnenunt, Aoa
Loisirs, Lis Annales tantasio,Le titre
Le Ple Mle Sunday Herald, Sundiy
Piitorial, Ibe illiistraleJ London NiWS,
Monsieur, jourual des lgances mas-
culines:
Chiuesa Restaurant
Angle Rue a6 et Avenue A
ViiSte e c qn t et le a man-
ger oui's plus dt;icts se-o..t
s ti faits. M s tu s es ami eurs
sont m Vtes mI.- 1 etaibt'ss -
meni et "e m1-:, q iero u pus de
l'ddop er fou' w p-oprei| et la
Se fait le (lai ir d'&nr oncer S sea
recevoir un u'boit mt-nt de proviaioca,
[ our les f es da la Seineu. e Sainte
Tels que les articles suivants :
Mcre belle et paisse par livre et demie 1(4, Ueaucau de 4^X) livra*
200, 103. Jambon- Pied de pork, Siumo.i en aaomjre, tete de porc lauu-.Jd
de porc (Jasas de porc Mess porc Museau de po c Clair porc RaMMOia
saumure, brenga saurs par Caisse, maquereaux, aauciasan. eaumoa c
bote, os rein, fromag gruyre; pte grasse/, t'a de maare taaotia i
pure lard Glob en fjrblaac d une livre; dem-, 5 lUrss; 10 UVttailri
livres tt demie lia U tnarqas Arramr trs rpato de la Roobliaua mn,
tidre; mactgoe famille tt: l.aii soaisosiNsstt, Lai; Armour Evaoorad
muki aucie en bo.le; graoal: domi ictn; i.gr; Bsarrj de io' '"-Da-i
hsgui ; Brun 1(2 livre et livra. 'Dfre Qaso rose rraisas. Beurre CniTon-r
dit L ly lattbfaai* Beurre Heicule. Beurre Lopel etc. vummmK%
Cjueeivei emericain-s. Cjnaerves francliaee. n%rdinea 1 hailv Stn
moa en b.f.e, c^wn b ef, aaucisie de Vienn ; fUmbaraw Steik rhii
cowc B3iog* style. S iOMM W.ter. thon marin l'bai ademi et arandS
bo.f, dtet deTti ns rraiio l'huile, bar cot verl, sartlos KmffiT
masaroo), vartmes le, t; gooa'i pommes de terre "?,
BUcuiU Soda sortis, Royal lon.'h Uiaruil doux, par boite de Detita
biscuits, bi cuit au i&.\ aux ebocolata sa b*urr*. S lafisrios lactH \l*
tlf la piiovih-line ta"iie-. in*ccaroni psr bo te ii2 livre
Drages lan.cnd diverses couleurs Prunes, raisins, vin rouce ec
blanc u. Uorctaux en g o* et en dit lib rbuoa, C a li 1 t Tn
lar*xemLleb.iaioui.f-ariiia et del marque* Nicoleso. Anzatte
UarfS Bnzaid. Cacao eh wa. Lipporui n-, OOfOSC. Ueiy n.ardv. boutaile
et dem-e boots lie. D.bo u.,1 osmo, bo eaux Q 4i e Pore B s ni
J-sr b.,le Da-at et sut A tb oarjsl booietlli'ct r-? s ieTbli!c S
dei*:on,qurtdegii3 8,4 usg ton, t giht l.cile MaT., e
caisse puue.i.'e ei g mdg, te tuiles reveoscose" m Ji. I
meenne Cire, tpiu* de toutra aortei. imcf
ttrcm-rqu.zcer, lo Mag*aiu se ient lojj-urs a la disposition tous reecl>en a dem ..-p.tale et ti tdec ux -le la pn vince Si\il .!, ,
ssxvji ivtc is au.sl sdr.., is %*m rr^^; ^ jt pi w. 9*


>.. <\
>>..- *'*"
-.--'*
.-. 1...4.
riariiiacie
lbrHol rwa'dj
IftTIH A. illliis, IV G. Si:i
ci gsor
Fonde en 1850
Produits (In'onjnefr drg rrtpil-
purs l sius de France et d'Ain*1
lijue!
lni? l'd liTrice K. iin's'
Parfun f lie franc .!$>. a an 6fi
cjine.
AUTOMOBILE
/
1 louer
fa Illustre et Venie k
Patrons de mode
"mm en viiSehors it la vil
Pefius" I>no $foe
Snccesscr loilI IlliTM EWALB
> s'abisheri 1CR0
Amrrirari tV^rp.iKL IVlert 1VV
iMmdm P'st ( h^o.iriils fionu E icpp Ind ibe Hataii
>im<'ir#if pFfiff|!Vii fl'is.
Trtr'-h & mericMi Ptrf* m
Toi'r Wa f r.a
. r*| n a PrfcW -
I'htrm cv (i'^tji hp o/T. rr.i 1'
t niveruiy, ('Li)ddetphia. I'*.
A ttf* inppi Itn t
I c l'nhlr ffi ififni tn que li
1 9 ift *l Ittid Hhthiinr) OU t 4
n n n ( // i n t st't'i l\tl U'i'
j'<>: i 7/J lin dit it!>i, '('
ilp. h t t nique*.
l'O'i ou Ttirt r 'i ii'irt H 50.
Ia p-iid > i lu '> ir ,[ is J lan
Voyanes l'intcruur
dis pays.
Pour les provinces ei les
villes de S lo-Domingo:
Puerlo-Plafa, Santi (jo
de Icks Cahalleros.
S'adrcs&vr (i
I
IjlluSt al 11/1 II Vfi%
A

\*V\n r'.rtuml
,: 5 io M,/ ,

tel
IP
;;<) C>-nu'u eu Avenu- C (t / i.'^y .Waifon S///M tei/tor
,,.' ont In* (>i ruied, (,- p.- c,>m o n uue Tirsa ss*Z A la Umi e m--" lE "ro Avenue
.-T-*r^T<... n M .r
[ ARTICLES FRANAIS
La maison Ex Muta
JtJ (/ Magasin de VE'at
Chapeaux el canotiers de Soles
qualits pour dames et fillettes
Jrapeaux pou deuil
Serviettes damass es (il et colon
Nappes cou
chemises fantaisie
Farapluits, mou
c ravales nuds e
h uiatelas
u
pour hommes
urs de soie
reciates assor-
(ies. Gilets de flanelle.
Voy z-vocs c<8 brti! Da n:t, v u'. z-vous ro l.'Rin'et J
f ma a coq me ellts ?
/L'rZC.HKX
Paul E. Auxila
Pu' du Ma^ sin df Vl'Jai et Iraversiirt
Pu |!>.NS i< s p!us h p o pris si dur' rbotX vbit-
V \oi denneta n il% slngnii do M >de et vous voudra le ptkc
lliciwi \o r lobe une COl'I'E in prcc&blc.
l>it*la l"K. fo'iirB de cln|ip ux paifimeiipg dh ers4 di j
fabi ans; To lique orin pIp, T'jco: h-rriu, l'omma lo raoe'l m,
I'. iii'ifcdH Kc-ii:eto, Lotion I *IlGr S'YEV, asturaui ateiu b5j|
l ne \i.: e d.;^ t'-ri le Miii i-i vos enrun % s.voir Jtffcl
vOai dt\r/ pviUP. di*p laissent
Blr Eujj. Le BOSSI
avant dcid de ser
^rer du commerce d'i
lomohiles officiesoi
sions exceptionnelll
suivantes ;
Un camion Chevrol
Ncuf.l Ij2 lonre)tl'.marraeautomaiiqu3 or 210),
Un camion chssis Manier
2 o ns n ot 'ir Bu ici 4 cyWres or <"/
Un camion chssis Maxfer
I o.j- e moteur (l.e ;o'ii dmiurge atl nn'iq'C li
tue buick
. chpap mm HIOSICK
Demi suc et brut chez
EDW,V1{?) M. U4PIIEL & Co
> |
Portait Prince
x) rgsffgors 4 cylindres" d('n)8ir{|e"aiiiomalique
i cpise il'lat de neui JQO dollars.
Une Buick
Une Limousine
7 pft sa^ers B-.lik 0 c>liudr.\s"ivmip neui' iis'PP'jG
irirfl se,:, a cc: pu? rj *4<)0 > doPprix Jie veine
Une Buick ]
l'M
G cyli d:'*7 |-f$9"gers. ito'irR rarfai' ?'r
man
Ali;


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM