PAGE 1

. liquidation des bien allemande L'Affaira Reinboid L bondanc* de nuttn tt '•>' HOU y, mettant poa d paWaVr aujaurd /'"' / %  uxle intgral ganiSitton tt It tWiibutior.sdu 1 ib.nal de Cassati. 1 ri condamne le-. tmaodcurs *ux d yens liquids a la somme de quaiaub deux gourdes quatre vingt en q etn urnes, et ce, non compris la ccii uu p c;eni arrt. n.n;i juge par OOU! A Bocarr.}. prMdeui. Anselme-, vuep rsident, haim l.inait, . Champagne, JusUn Dvoi,U. Maignao, I P c. butin Uiaiits Ctuni, Ailrtfl Thibault, juges, tu audience soitDuellc uu 12 nuis loaOi in "7 e Je lLic;ptndac c, en pt&ecce de Monsieur Lie Dcminqu. Lin rnusant et aaiuld de Monsieur Ucui Uctgr, Riettki, v arils DIMANCHE lollc d'amour i (.ailieu lui et la Voyante l'a"li journal (ItiaUj Entre gniaie fl 200 HLf&Ltb l.'V 0 FE UILLETON Dl MATIN' Judex A GRAND KOMAN PAR 7 // 1 : n r E u s t i> /•: rx irnHTaCTiar; 1 1 1 11 T v i *"iinr*'^' > "^ : ^ ^ !" ;: ||aa,, atlt ^ #• i LES PERSONNES ARMQES ... ... : i M % %  %  aBfc; ' ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus qu'un mdicament est un puissant al iment concentr, productif de sang, forces et bonne couleur. (Demandez toujours Emusion de Scott) : r: r. %  : ::r. :..;. ::; -.:zz 7um I CM I El I : % %  %  I %  % %  D:ius!œaKW^-nn:a;!!!rsMnraiOE!^iBiiii Nouvelles itranftOres 18 Mars PARIS—La ccrlrence d.s ambis fadeurs exami^ lee vnements • .tm : gne 11 fat dcid qu'elle indeia des rpa at'o s pour le 1 tn.ais commis contre les missions •'.lies en Allemagne. Ces demandes teraieM prse I es quan J l'ordic se r a re:ahli pir 1 inermdiaire du g lierai Xoilet. BEKllN — Le fameux publiciste -.l.ixirr. un n H r) a t arrt. STUTTGART — Eberi et Noske un destitu i gnral MaeriW e! mt confi le coma audemer t de a'me fiile l'an.iea gouverne n-n: an gnral Muller. PARIS— Dans une entrevue avec e reprsentant de l'agence W'0'1 '.bert a dclar que la s tuatioa t*a Dlivrait sensib.errent. L liav e le V'uit.mb g les du.hes de Bide, de Lesse'lde S>ie et tout le N'orl .ust de 1 Allemagne dtnt?nreot ti: ;s a la cansutatioo et ijouta que la ande majorit du peuple allemand entrait ndle la dmocratie. 1 ISBONNE — La reprise gnrale la travail de ordonne par les re irsentao'i des syndicats, il a ti .cid que les dlgations sou-.nj: aient direc'fment leurs ds-.deraia itt Pis ; dent de la Rpublique. PARIS— A la tro sime sance de IliU'e cour le gulfier lut la dpn 10.1 du .lut du parti aociiliste ita n Modopliani ce tmoin dclare ( a'rl e.t tosvb.e; qu'il esc pos.b.e qu'i'. p : t dit i)u; Monsieur C;u'h''x avait divulgu certains nojots d U note du prsilenr Wilson maii qu il ne pouvait pas as ; u er que ce soit Caillant, lui mm qu- lui ait parl a ce sujet Caillaux ?i:.rme n'avoir jamais crit Le grelli:r ut j fissuit' la dposiiiou du dpul Ita ': lien Galienca qui av.'.it eu un en'.re 'tien avec Lranldid BsuiLn et le I mince Chika ce dernier; aurait dit que Caillaux s'tta : t rendu au Vatican Idans but d'intluer aupii de Monaei Igneur Pacelli pour l'invitera travail I I r h conclusion de li paix. Caillaux qualifie de racoiUrs tou les ce dpositions. VASRVIE-L'Universit de Cr; covie a dcer- le titre d docteu. i honoraire Mr Hcov*r dictat-ni det Jaim?n's aux Etats U is p->ur les services rendu ; i la Po'j^ie j L* gnral l'ilsuds sppraava cette \ dcision* PARIS— Dins un match de ;Bose extrmment in'retsim le i-an Iaii Leboux • Brto loheauy C>u IJI ancien champion du msad: qu a t Knockout au sixime rond. L'ancien champion fit preuve d'une grande science mus Lebjux ^e mon ira de beaucoup suprieur, jttmi s terre ou trou fais son adv?rsai'e. PARIS 18 ( dernire h.ure ). D S utg.rd on tlgraphia que la R pab'iqued s Sovir.s a t proclame Beilin e f que les troupes de Kapp oat d-Siimsi parles rvo'.u ion nairr. La lgttioo Allemande Pars confirme c*'ie nouvelle. WASHINGTON* — Dans les cerclei diplo-nauques oa a'tribue un grande im-o tance a la rvolu 10. allemande et i la tournure que prr nent les vnement on considre 1 lablissT ient de la Rpublique de Soviets comme un grand dangt pour la paix europenne. PARIS — Oa tlgraphie de S:ugud que Notk a dclar qu'il iw assfz ae Iroupes pour rtab.ir l'ordn •t combattre le mouvement Bolche v : qu Ebert a donn dsordres pou combattre l'av.>lanche communiste MADRID — Le roi Alphonse pa tira IOUJ peu pour Bordeaux o u consultera le doc eur Mourre, soi voyge avait rtard par suit des vnements politiques. Inauguration de la nouvelle] ui-.otoni^ Sur l'autorisstion pro^ )partement des Tran? inauguration du nB .. fl iguration du i SOton Mariant a nouve iB %  •ti 5 heures i l 2 de l'api^JS, Le Ministre Roy tait ^ ^mpagi de Mr Boren Divisoaet M Milval, £ lu Gouvernement pr'i yl et on voyrgea de Bizoton usqu'^u retour, il j 0 'One que les travaux ou, auditions de scurit S Au moment de prendtSJ ne compaitii gitatute et qui se condred. ogatives piopres seulemectl lonctionn^pe attitr de l'Axa le New-Yo'k nsigne sont e c L'uivsrsal Sltgro 1 Association and atrtcan Con Il met donc ncessaire e bernent le public haitieo, .i- pnrt-au princienne, h /ctueile du pays, d avantl ; u t. • %  m s constitues, qu ictuellenent !e seulorgania 'r.il recennu par l'Assjciali de New Yoik, aiDsi qn'il, attest et prou v:. c'est a dii'ij possdant les dio l*ch*mhreo ae trouvait m:' ceoefience. — A lotis, Cocaiitin. re \MVL pa? dea il se; ta, rftill it Am u y. Mail U Haut, d ujileui>, il blanche, tandis une d'un sein boni Diana tt AttMUiy, sor uni chaCUl un revolver df leur poche, s'tmbni quaieot de chaque ct i\n la pon ou'te lois, UuCi ntin.cOQDplteineni airoriei s abattit sur sou faut a Lei tem< 1 '. L poite s'ouvrit, h ,'i'ant pasiags a un prit bochomM' riant comme tiois crpes el (oi un' hige 1 V' lopp 1 I %  main. Sans a in i .i te. da en de doc u n et de rage que poussaient le leux ce m plier S, le mme Rglisie, n touiiio malicieux uux kivres, demandait : — Mr Cocantio, s'il \ )ui plat 1 — C'eal mol., mon pua;., geron, bgayait le oeteclive. — VJICI ui.e Ut're ponr vois et U lirecteur ele l'Agmca Cilrtta lai d'une voix que I cm > ion ueaourdn ait : Mr Cocantio, JudiX rat mettant. Vvcn ne lui proute qu l'enfant qu'il cherche *4l luen eiilio vos mains 1 ; ie Cet ml 1 ; s.i.i' atre au balcon no voir ip iait i.i.e c. que j^ le voit; et qu lui utes apra, j-; viendrai u(ocu 1 00:1 itchat. Jl DIX Tn r ioi .i > 1 0 violente colre.. Diana 11 Aman jaiont de se ircipiter sur 1 J*ui e messsger q ri, J'aiM l naiguait avec la plus insolente bravo re Sans doute dan > la r tu %  D 1 laienl 1s le brutause; mais Coca'tin, faisant uppel u louta ton : er — Voil le uionrn', imn fran^i-, | pas davantage et s'empri pietnier coup da force, il revenait h ^e mon rer que tu n as p.s IOJ iuies ga/ner l'antichambre, pu %  naue et Aintorv et leur lanait lai blancs. toujours sous la double" rrasa classique qil reviei t dins! Kt l'entrainan' sur le baleoi, il li". "\ii len 'nipoitiint* mlodraues : en luidaigi>nt la balustrade : — Lhsura est grave [ — Griipa Adez, pas de chichi I, Puis, ner d lui et se sentan sut T'as rien craudrn, IJU sang / Aie 1 par l'ombre du matre, il lit, pas peur, p' i' gae / SaoCecarr.nent n mettent sa main dans l'chau^'dana la rue*. V a du monde n bas %  rure d on veston er. en prenant 1 uour te recavoir. lit tandis qu un coup de sifflet retentissait au dehors, U4glisse, saisiaant le put Jean aui avait ferm les ine altitude quasi napolonienne ; — li es les armes, je vous pSe. Et comme Amaury et Diana, de iius en plus dcontenances, dpo latent rageusement leurs revolver* aur h bunau, Cocantm qui peu >eu sentait p*ipit*r un lui un cceur le iiros, pon avec une autorit iiiqu'tante • — kit maintenant, causons yeu", le poussa dans le vid .. Jean not, prs avoir tournoy deux uu tiois fuie da te reepace e en vint tosa bar sain eteauf dans un couverture que Roger et ns aolyiea avaijii torteui nt tendue. Au inemt insiaul la porte da le chambre s'ouvrait, livrant peaaaga a tvi npercevan' le moins Ita.lisse, Cocan'in et aux deux baudits. leannot avait PU un en de joie. — Vous pouvez le chercher, aa— Toi ici! Toi I nonait triomphalement le inma H — Oui, mon pete' [glisse, main-.enan il st cavale.' It comme Ubambn l'emlirassait, ^^ prcipitant la fentre, Diana 1 l'etoufler, 'e gamin dta Itrttfa re* et Amaury purent ?oif une tntosao bile qjj disparaissait a l'angle da la rue, emmenaol leur otage. G-lte lois, hur fureur ne connut plus de b trace. Saisissant le Bm< leglisse, ils l'avaient ramen dans le Rglisse, ex :utaot | c binet de Cocaotio tournant da rage igsnce CRIH a sa, et commenaient a houspiller ie bra prit tout bas — Assez, moi gasse assez. Il y a lu turbin la Clef. Seuiementi a a tit d en malice et ds no p^s avoir le tracEt le mme wee une une Hardiesse, les instructions da Kogerj ve gamin tout en le barcelaut de qa stioras : %  i\[ tiqn it — S'agit pour loi de dguerpir! — au't' — A'I". da • 1 "c va pas rnorrgoses 'un fais pas, le brownings que l'u^roquii dirigeait vers eux. Api es avoir ferm sa ble tour. Cocan'in revint stager de Judex.. — C est bien li'.Til. J* tent de toi. — Moi aussi, rpliqua je suis content de vous! — Gomment 1 appelles-tu | — Le mme itglisse. — Ton vrai nom 1 — J en ai pis. — Tu es doue sans lia — Probable. Alors. Gocantin trs M sur ses genoux comme Jeaonoti; et plein d'adoun le merveilleux gamin IJIU iui donner uue si belle aj l-t e' de vaillance, ilM avec bont. san ren J une expression de proloojj — A IUOI que veai r* manda bientt le moau— Je pnise lit rrojfj pourrais avoir un entM — Et moi., dit Hghssftj qieje pourrais avoiror m M vous. ,^| Alors. Cocantio, quiip a, i tait un coup d* vrrsiebjstede l'eœpetN Mm ton d Hun murmura trp!"r ey-l'iie rsistance de^spro aux deux biolbraa maternel.. dits qui, au paroxyme d-i colre, al aient peut tre se livrer q eique to D, il y 1 encore que a, mon lis o 1. lie., lorsque Gocantin, q i avait senti Et te dirigeant vers noeUntre qui gron 1er de plua un pt u8 en lui son Houviai §ur un bslon doniuii sur ardeur belliqueuse, s empara brus la rue, le mme WigUsM l'ouvrit 1 quemut des deux rvolvera laisss — Il rasiamble au Un* d-.mii liwra sprjj maaait Je:qualo:'Jfl qui se rfugiait tout PP" Qjant Judexil gje''sitlebatda'" voyage Fus D C 5IXI**J A ;Utl*"



PAGE 1

fC..M1Tin M* % % %  ", %  ~ — OU \l^ CniP?ES, CATHARRES, LARYNGITE, BRCDCHITES SUITES DE CCOILLUCHE ET DE ROIGCOIE. ious l'influence du PULMOSERUM •• LA TOUX 81 CALMK IlfMUiIATBIIKMT LA I1LVME ET LFS SUtLRS ^LTUKNVS DISPARAISSENT. JVOPPRESS! ^N ET LES POIN 1 8 DE COTE SATTENITTirr i.iU'prr.TfuBva.rr. -ui son ML RAPPARAS*' L£3 AAJU f.MMtt rtOM RUA4MOIT' WfWJfE ovs lEC Hviraui fE'0MAN0E 1AR IA KAJORI1E Ml (MM KtHCAL FRANCS A" RE %  PAR I LUS tf iO.OOU M^UECINS EiRAHCt'HS %  £*fF!5 ^'J'MPLOI I/o luilhr caf mtin n tair r\vt\TF. MB Tn;s1iruHo'.TOEs ET PHARMACIES g UNE BOZTB DE VErs3TA3LES PASiLLES bien employe, utilise 1 propos PRSERVERA votre Gorge, vos Bronches, vos Poumons COMBATTRA vos Rhumes, Bronchites, Grippe, Influenza, Asthme, Emphysme, etc. MAIS SURTOUT EXIOEZ BIEN LES VRITABLES PASTILLES VALDAl vendues seulement en BOITES portant le nom maison Veuve Barbancourt s **" .3^ ii %  I II' I a reu ML %  • %  • %  % %  i •' •"• %  I,.I .. i ,;' r i..ii.i.j ... ,, M fj ? %  : >!*$ %  •!-: TH.,." 1 "': ''W ' %  %  ' % %  %  d HMilDt Ht BU. ~\l k OE BteH i pfnisateur gnral. MrNapolon LO i f ., £„ r>^„.i w rifDcil, Fort au Pr.nct. U\J(IH cBarbeT IflC. larains\ le public et )a p.e.se M. tivmus conne lous !ts t r(Dbde discode qui tf a vaille ot a df:. entier aux ditra;t-uis de notie i i qoe hsrg ej oet dcui de lu t sentiment d'union d; tout (fin dt socit et qu'ils sont conc.oiis icstei i puisant il inap Us tu t itll diteiixioauc ii. / \is est dotiP qui de dio.t et i il. ci tirs que de aie: i. Veuillez publier la picenie. :Mon MCI le Directeur et agrer mes sin i es salutations. Commission Importation lJ$,Bbdu MAI MSINflEL'L 7/. '/ Sacs neufs et de deu.riinj main Su NAIOLEONJ. FRANCIS Organisateur gnre l de Wnxvma hegro Impute me nt Association and / %  trnatnLommuintes Lrague Ue Mac Yotk. La Revue Bleue Q* naubliera pos quc'est u soi u une iarihs la dernire reprsenta fett dt La hevut bleue au profit de (Amicale du Lyce. Personne ne duti manquer cette file qui aura un succs clatant et d ni us bnfices sont aesm.s l un A. nos lublus menti scolaires dont le Pays t*Udn.t'. d tre /ier. MH outre d* U lieuue, on entendra M tria Mars dans une con/roncs "rlebolk-Lorettilyauraune Kei mtise oui attire: a tes plus difficiles Mon, tous ce soir tint SariUs I ndicat des Chauffeurs Les Chauffeurs dj inscrits sont aviss que pur dc sion du bureau du Comi tkrteteur, en date du 7 Mars coul, une Commtmou d examen u t attun ferme : Ls H t miner Victor Brcncr'jasl, Arthur Buucard. En consquence partir d Lundi 22 Mars courant, lous tes chau/feurs, membres du Syndicat doivent) se pre senter au IOLUI provisoire au Bureau OO Hue Uantis Ussluchs pour eue examins aux fins d avoir ls certificat qu exige les Siaiuls, l'on-au fhince, le 1g Mars HhjQ. ^Lc Prsident du Comil-'D'sctour' i HtuAUX ParleS'Vou V c inglais ? I ne excellenle occasion dapprenJrp manier la langue anRJaiaeaVtc une remarquai.le rapidit daiisvoft moments libre§>ch' / vous, en suivant noire coms prpar spcialement pour les personnes de langue fnioajcc. Kcrivez pour demander des reoteigne mentscoinp.'els. Ihe UniverSal Ins'ilute Dpt.) 195 W. 108 St., X-Y City La maison L.Preefzmann—Aggerholm lient de recevoir parle dernier Steamer U" bel assortiment de: Chaises pour Bureaux en amr t auia bois (ournantes pour bureaui tu acier, atie bois lournante pour noacbircs cii„ rt tn acier, eae boit I a ides de toutes dimcntioni jour BiachiIKS crire avec ou ions coulisse. Les Amis du Iles'aurant Rosa Vail lant son avises que l'Eabliasement est rtabli provlaoiierjMDi uu bas de la rue bonne Foi. pi es du dpt des pknche8 Btera V; Co Rocs VAILLANT. Un bon uwe, do ViUgUK* et un con foit rel, voil ce qu Isa I.tDS offrent l'homme "d'affuira* / ^ r Ce sont plot eue de s chau3'ji&Sl '" OJres Je sport i-n effet l's ll'sTi [\ p viendront tous aux Ktdt, Ifl I k' ;: ~i l'i : % % %  i". ... V-'s F eue pour la toilttio c'ti \&s* cr< itient, La tpileipeUted ^ chayvurc* K!a!'< Mei „ MI: oinsidlieaus pioUdt "retl :in Lie. 1 %  (H les l iI.n. m I;* rcr Ifur nom: KJEPS. Ces articles sont d'une solidi et d'une durahiln sans p>rcille Venem les voir et vous serex satisfaits* ri UaKad tfHM RsMtf llflll Ce, Itt. Jardinage, Jardinage!! •> %  laMaisoo 1). ANPltfiTB SLEo Company DrodAi > **•**, USA Pour les commandes et'cou (Utions sadreser Monsieur Fernand C. Laraque Hue Dat. le-, D louches Ad e M a t t (is& C Viennent d'arriver d Italie: Chtmies blanches plis pour homme* Chem ist s cou leur* zephir pour homme* lanx-cols, toutes dimensions Cravates toutes nuances Parapluies Chapeaux de laine [Vente en gros et dtail K r £99 ..„,. %  %  t f I v Suie tfeui lor Hajtl rour les \cntes en g.os et en dtail s'adresser i Monsieur Victor Mingons y I/JJ tttU du Magasin de i kiat ou Us ventes seulement,* sdre^er aux maisons suivan'ci tnarmacie Emile Brissan, Epicerie Moderne. Laurenceau Caro'.h. radis, auassortiment do Peurs Cercueils en tous genres chez Guillaume Duchatelier ; Epicerie Moderne. trouvera uu bel assortiment de lgumes : PiKTf'/v'f 06 c l,0,lx elc : el atss u •>! as reD -e,


PAGE 1

*•*!!* %  ' A?L*armacie Albertini-Ew.tld MARTIAL A. PETRIS, I G. Suc cesspur Fonde en 1850 Produite c)iim ; ques df* meil.pures Usina de France et d'Ain' rique) Crme Dentifrice Kolin s Parfumerie.franaise ei ami i caine. Pelrus' liriii Sfore Saccessar m ALBhRTIM EWALD Istabished 1850 American & trench Paient Me dicines Best chemicals irout Eu icpe and lue si a tes. ^merican prfscripl'rns filles, French & merican Perfumed Toile Wa'er*. Gf I il a Peirus' Phariacy Graduate of Terr.pK Uniteraity, Philadelphia, Pa. A vin important I e Public eut inform que la VcrreUts Planlatiotu Jncorpotottd a ton o''/ire provisoire Pctt auPtinre 1712 Rue du Crr>ire,i\ fl de la comjagnie des Cblcs Iran satlontiques. Port au Prir.cee 'i Mon 1020. Le prsident de la VemVe Plan tarons hvorporakd, JohnAHtGRuKDS, I AUTOMOBILES A louer Courses en ville & hors de h ville Voyages l'intrieur du pays. Pour les provinces et les villes deSto-Domingo: Puerto-Plala, Santiago de los Caballeros. S adresser Clias. STEPHEN i i ta GranfBui ou Avenue C (* l ktagi Maison Sti tib, tailleur tn Oatga (te ia Hue irema*e la Ltmire Nftt'Oto £Am Q Revue Illustre et Vente de Patrons de Mode r . %  "ET 18494 O.ilcTi Dm, lise* 6 toU 10 m*. OU r se D Rua 21) Tlphone 253r— ARTICLES FRANAIS La maison Max Monsanto Rue du Magasin de l'Etat Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses (il et colon Nappes coutils matelas, chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soie cravates nœuds et rgates assorties, Gilets de flanelle. Voyez-vous ces belles Da n. v. ulez-vous e're l tgav.es et imirlM comme elles? ALLEZ CHEZ Paul E. Auxila Rue du Magasin de l'Etal ei IravtrsUrt O voua trouvre/., les TISSUS l a plus jolis et plus nonveaail RUBANS lei plus appropris et du" clmx rare. Il vous donne'a un Ci alngnn d* Mole et voua vendra le patron 1 assurera \otre robe une COUPE impeccable. Corsets, b^s, formes de chape ux, parfumerie diverses des meili fabricant; Tonique oriente, Tricopb*roua, Pommade moelle de tu. Pommade Excelento, Lotion l'AUGENTEE, assurant la peau, blanchi et velout, remplaant les crmesl ne visite dans eite Maison et vos ennuis savoir ce que vous devez poiter. disparaissentt.., A *nm • tm EDWAHD M. RAPHEL & Co New-York V o riau-Prince Spciaits de Produits Baporel Mr Eug. Le BOSSE, ayant dcid de sereli] rer du commerce d'a lomobiles offre les oci sions exceptionnellei suivantes ; Un camion||Chevrole| Ne u1(1 1|2 tonre) demarra je automatique or 2lMi .lin camion chssis Maxier 2 tonnes rr.ol'ur Buic\ 4 cylindres or l<"00 Un camion chssis Maxier i toure moteur Chevro'el dmarrage automatique In'A lue buick h pefilffera] 4 cylindres? dmarrage automatique remise ajrW de neut 700 dollars Une Buick i> prssayers G cylindres dmarrage automatique> sf. iroteur en parfait tat 900 doM* Une Limousine 7 passagers Buick 6 cyliud-fs remise neuf trs apP'J^j mariages etc..1 eo' plus < 30 jO -lcl|prix de vente i Une Buick 6 cyiirtdus 7 passagers, mowen parlai' tal iM



PAGE 1

.TBflSB 6 HS3730 Pw? an Prnr! H-W "DRECTEO R-P ROPR ETAI RE Ument-MAGLOIRE MAGISTRAT COMMUNAL L£ NUMERO 15 CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCB Ui moi G. 2.00 DEPARTEMENTS Oo moi. G 2 30 Tros mois '00 lf0 fTRAvasa Trois mois 800 e$ annonces sont reues au Comptoir Intortitienal de Publicit, 9 Rue Troochet, Fa5et9. ar 2 * LudgateHill, Londres, &Sdi tt An *& m 1 1 • r %  r lfc i 1 Assisees Criminelles A eau ^ quelques erreurs qui s'y %  ni fili*ses inous t eproduisom te iwpi-rendu suivant : 18 Afrtrt Vol ivcc fffraetion au prjudice do Comptoir Commercial. Mei l)euour, Thomas I.e-chaud et Yreck Uteliin au banc de la dfense. Jury d.'tlore le fait constant, Bei accuss Aniline IMIK, Klus olmio et Napolon Pascal, couMts connue auteurs, mais reconmt en faveur de ce dernier des cir or stances aitucantee. -Anselme Ditli et Elias Polejtont condamns aux travaux %  orcs perptue • et Napolon if cal A c trois ans de rclusion vec bnfice de la loi sur la dten iOL prventive. Hier matin comparaissaient •>fut le jury criminel les ncmrus welœe Dith, Elias I oiesMo et acolfon Pascal accus-s de vol eflractiot, de plusieurs sacs de ifau prjudice du Coup oir Corn ncial. le lubunal un prsid le jupe-Doyen Lescouflair avec WfMiniitre Public Me Tintifort gnant. Lea avocats Ttiomas w %  iQd, Yreck ( ltelain et H Dalarelaient au banc de lu dfense. Pia les formalits d'usage l'on ia l'audition des tmoins, Me uaatien .dposa eu sa qualit •mploy au Comptoir Commercial 0 entenditauesi Me Jules Phips. accuss ont peice vingt uns. 'aoat des chapps dela proviuce Mlcne Ditli laut 1 r principal m est de l'Arcahaie. SurJU se• tant, il ae dfend crnement les accusu.ioua des co suis. Il est presque en liaillor. 11 Pjnd au jury avec la tte leve J" PolesiiQ est de Logoe. Il %  p uyHonornie moins cuminelle. Pons su cos la cicatuce lause un abcs que quelques mois XL. . VOl:l avail fa,t ouvrira TA S'A 1 j etle 8ur ''auditoire dea as tonnants. Par insta ts il ro 6 H 8 a ffauser sur le b DC. Mais redresse trs ferme quand il lui %  rn re d,s accusations. 1*0 C0u,pl lce Napolon Pascal. 7J"'0^ le Plus jeune d. st.oia ILI ge V" a 6ve,,,e Porte Lri. en U,,r P e Ha m abcs rAm,• K ^"''nt opr, oerreche ceptt.dirn qu'il se cirt „ c eije, ,e kt m *me avec cet.ncomiqtequi a.rache de p^'riiiaui-oiie. Il est de Ju "w>8. F| U i e de qaemioJ,. daines iusqu'A fi e clater la baleine de leurs corteii Le3 d.-bais particulier s'animent socessivement. MeThomia 1 echaud s'oppose la lecture de< dportions du dtective Henri Roche Us A;;nant, commissaire du Convcnoment proteste. I.e juo Doyen Les1 ouflait opine en laveur d celui-ci Aprs quelques incident! d audience, les dbats particuliers sont ferms et le iury ob ient dix minutes Je repos QJJ'J D yn. i accusation, %  ttKen t !1 'f La yeuses se oa?S p rlend "luil a t apfi 11 l im Dot,i Pour faire S cfH^i 19 8ac con,e caf. U a 6t pay ^ c egt ?a; an S! d ,, d <^re son Hourfe'^l^^l l'avait ap ^U K i L '" lelt WiouS, *?' 16 avoir aid ,fl ecaf*7h \! lie aboutir ces ^*?ii?S M0 1 G,at Sous %  fio Isa ir„ ,a,aDl vol8 u u non 'laut r V ln ' 8 accu8(SB en e dWo,?i pr oqUbUPnl font cLuoe d B ni! qm semblait assister l ul font rire nos monIl eit deux heures un cjuart. L'an d iceest reprise. La parois est accorde au Commissaire du Gouvernement Me Tlntifori Apnant, accuse il expose lea faits II d'.-clar* que le voi < st constant, car tous Us accu ssnainhennentqu'il va eu rn effet, \o\ de caf, mei* l'eccbid fait dfaut entre eux quand il s'agit de dsiK ;er 1 auteur piinopal du vol.Tous onl coupables s il faut s en tenir aux ebarges qu'ils se donnent Anselme soutient que Pascal et Elias sont lesdeux principauxsgents du \ui Elias dit le con'rsire, il fait tomber toutes les responsabilits aur Anselme lui-mme II met le tri Mu.al au courant de certaines parti culaii es L'est Aun-lme qui fait eau ter le cadenas, ce mme An*lme a eu voler du pitre la Compagnie Me Donald C'est un rou'ier de la vieille bande Le Cornrais-aire A gnant requiert la lin de ron secu sition uu vetdic de condamnation du jour. La dfense a la parole. Me Thomas Lechaud dans un langage confr mant cette culture classique qvc ) ou; lui connaissons p rie en faveur de laccus. il stiye sur dis copsid ntionsd unordret'slev 1 lait pou Elias Polesin appel a la piti du Iury Me Yreck Chtelain pane son ton pour Anselme Ditli. li a le verbl haut et l'expression cinglants 11 n? sollicite pas comme son colRgu: Lechaud la piti du juiy, mais il s*a dresse i son bon sens et sa raison Me Delatour reprsente N pom Pascal son client est inroc at, dit il, la socit est assez venge, 1rs sacs de caf ont t re Louves 11 l'attend a un verdi.t d acquit emenl Le Commissaire du Gouvernement prend la paiole Me Ch.tela n ap es lui L-s dbits gunux sont dos Le juge doyen Lescoullair remet au jury prsid par L Djean la lise des questions Aprs 20 minutes de d i braiions.il retourne avec un verdict reconnaissant la sonslancc du fait ft les accuss coupab es comme auteurs avec circonstances attenuan'es en fi veur de Napolon Pascal Les accuss sont sur la selet'e t'bah'S ne pouvent trouver pesome pour lsur dire leur sort Quard le do yen Iescouilair prononce la sentence ils cherchent encoie dans la salle clairseme leurs dfenseurs qui les eut laisss sans une fiche de conso lation. Ni le bain ni le discours ne sont utiles quand ils ne purifient pas. Quotidien ARISTOTE TEf.FPHnSE : 148 il" BAZAR MTROPOLITAIN Maison de confiance Pour deux semaines seulement Avec chaque achat de 1.00 or d'maills,][de couteaux et rubans, nous donnerons un des articles suivants : e.-.-. 4 botte poudre Tais Imprial \1 petite boite, parfum Clebeat 2 savons totiltm 1 cahier 1 carnel de poche j Avec les achats de 2.00 or 4 boite pondre Taie Armours 1 Raoir sret Duplex 1 Passoire pour farine 2 Savons toilette William 1 boite papier lettre Le prix de beurre de table Armours, Favrol et P & G est urs 0.78 or la livre. loujo Secrtairerie d'tat [de l'Intrieur Le Dpaitement de 1 Intiieur a Psvaot ge d'inviter l:s int esss 1 se conformer 1 Arrt ci-dessous Port-u-Prince le 24 janvier 1917 Le Secrtaire d Etat au Dpartement de l'Intrieur Me C Rgulus prsente, en l'absence de Me De atour, demande au tribunal le bnfice de la loi sur la deition prvent ve en faveur de Napolon Pascal. Lejugedoyen agre! L'audience est levs. Les pauvres accuss dfilent escuits de gendarme? de service. Anselme Dilli ri chi*. Elias Polessin a les larmes aux yeux. Pascal le bras en bandoulire marche en trbuchant La barrire du Pnitentiaire s ouvre et se renlerme brusquement. L\n n'entent plus rico Considrant que pour faciliter les rapports entre les Pays, la mesure a (l prise, dans une confrence iulerna'ionale.dadopter.au lieu de I heu rc da fus au local base sur lestsirge du so'eil au mridien, lheuie auquel on pp.iri:cn ; Considrant que, vu la haute uilii oublique d une pareille mesure, la Rpublique d'Hati ne peut qu y adhrer ; Considrant que !a Rpublique diluiaprsr ent au cirquime fuseau, respectivement i celui du soi isola quinz me mridien, i partir de (ireenwich; Considrant que Indiffrence entre notre heuie locale l celle du so.xan .e quinzime mridien e:t sssfs peti te pour qu'on puisse adopter le chan geme.it sans embarras notre heure locale tant A retarder seulement de du minutes trente-neut secondes. Arrte ARTICLE 1er— A partir du mercredi viog -quatre janvier courant, 1 heure de la RpDbnque d'Hati sera celle du oiianie-quinz.rae mridien. I e premier coup de PAngelus de midi donn, ce )our la Basilique Notr Djme signalera l'entre en applic t on de la nouvelle heure. ARTICLESLe prsent Arrt sera excut i la diligence des Magis trats Communaux de la Kpublique. lonn la Secrtairerie d'Etat de 1 Intrieur les jour, mois et an que dessus. | ( Sign ) Stnio VINCENT Pour copie conjointe : le Chef de Bureau au Dpartement de 1 Intrieur, Franck D. NARCISSE, avocat Pcrt au Prince, le 19 Mars 1920 1 %  ——— Assemble Gnrale Changement d'adresse La Pharmacie l'arisot l'honneur d'aviser ses clients qu' partir du Mardi 16 Mars l'J2U,tlle est installe au No P'1 de la rue du Centre,entre la rue l'onne Foi et la rus dea Miracles, et qn'lli y trouveront toujou s h inrnasuiu dna l'excution des or io'iu u.c.'.i 11 ij mme souci de leur plaire. En conformit de l'article S des statuts et suivant dcision du Con sei! eu da'e du 18 Mars courant. Messieurs les Membres de la Chaux bte de Commre Franaise en Hati sont pris de se runir en Assembl* (icticralc le Jeudi que l'on comptera -> > M rs prochain 4 ) heures ae Piprs midi, au secrtariat gnral, i l'tage de 1 .mpriraerie de r Abeille. aagle des tues Amricaine & du Port Per. Pour entendre la lecture des Rapports du pressent et du trsorier tt procder 4 l'lection d un nouveau Conseil d'Administration, le mandat du Conseil en exercice devant prendte in avec le prsent mois de Mars. Port-au Piiocc, le 20 Mars 1910 Le Prsident,"" Eug. de LKSP1NASSE VRWV A vendre Bonne occasion S'adresser au B zar dss Gan lemen 1UW, lUe I Initie Foi pour un Uu^y av.c h irnsil en bon tst. Machine New Nation*! 2 fils. t


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05074
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, March 20, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05074
System ID: UF00081213:05074

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
.TBflSB6* HS3730
Pw? an Prnr! H-W
"drECTEO R-P ROPR ETAI RE
Ument-MAGLOIRE
MAGISTRAT COMMUNAL
L NUMERO 15 CENTIMES
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCB
Ui moi G. 2.00
DEPARTEMENTS
Oo moi. G 2 30
Tros mois '00
lf0 fTRAvasa
Trois mois _____________ 800
e$ annonces sont reues au Comptoir In-
tortitienal de Publicit, 9 Rue Troochet, Fa-
5et9. ar 2* LudgateHill, Londres,
&Sdi tt An *&
m 1 1 r r lfci
1
Assisees Criminelles
A eau ^ quelques erreurs qui s'y
ni fili*ses inous t eproduisom te
iwpi-rendu suivant :
18 Afrtrt
Vol ivcc fffraetion au prjudice
do Comptoir Commercial. Mei l)e-
uour, Thomas I.e-chaud et Yreck
Uteliin au banc de la dfense.
- Jury d.'tlore le fait constant,
Bei accuss Aniline IMIk, Klus
olmio et Napolon Pascal, cou-
Mts connue auteurs, mais recon-
mt en faveur de ce dernier des cir
or stances aitucantee.
-Anselme Ditli et Elias Polej-
tont condamns aux travaux
orcs perptue et Napolon
if cal A c trois ans de rclusion
vec bnfice de la loi sur la dten
iOL prventive.
Hier matin comparaissaient >-
fut le jury criminel les ncmrus
wele Dith, Elias I oiesMo et
acolfon Pascal accus-s de vol
eflractiot, de plusieurs sacs de
ifau prjudice du Coup oir Corn
ncial. le lubunal un prsid
le jupe-Doyen Lescouflair avec
WfMiniitre Public Me Tintifort
gnant. Lea avocats Ttiomas w
iQd, Yreck ( ltelain et H Dala-
relaient au banc de lu dfense.
Pia les formalits d'usage l'on
ia l'audition des tmoins, Me
uaatien .dposa eu sa qualit
mploy au Comptoir Commercial
0 entenditauesi Me Jules Phips.
accuss ont peice vingt uns.
'aoat des chapps de- la proviuce
Mlcne Ditli laut 1 r principal
m est de l'Arcahaie. SurJU se-
tant, il ae dfend crnement
les accusu.ioua des co su-
is. Il est presque en liaillor. 11
Pjnd au jury avec la tte leve
J" PolesiiQ est de Logoe. Il
puyHonornie moins cuminelle.
Pons su cos la cicatuce lause
un abcs que quelques mois
XL...VOl:l avail fa,t ouvrira
Ta S'A1jetle 8ur ''auditoire dea
as tonnants. Par insta ts il
'ro6H8affauser sur le bDC. Mais
redresse trs ferme quand il lui
rn re d,s accusations.
1*0 C0u,pllce Napolon Pascal.
7J"'0^ le Plus jeune d. st.oia
ILI ge V"a 6ve,,,e' Porte
Lri.enU,,rPe- Ha m abcs
rAm, k ^"''nt opr,
oerreche ceptt.dirn qu'il se
cirt c eije,,e kt m*me avec
cet.ncomiqtequi a.rache de
p^'riiiaui-oiie. Il est de J-
u""w>8. F|Uie de qaemioJ,.
daines iusqu'A f- i e clater la baleine
de leurs corteii
Le3 d.-bais particulier s'animent
socessivement. MeThomia 1 echaud
s'oppose la lecture de< dportions
du dtective Henri Roche Us A-
;;nant, commissaire du Convcno-
ment proteste. I.e juo Doyen Les-
1 ouflait opine en laveur d celui-ci
Aprs quelques incident! d audien-
ce, les dbats particuliers sont fer-
ms et le iury ob ient dix minutes
Je repos
qJJ'J Dyn. i accusation,
ttKen t !1 'f La yeuses se
oa?S p.rlend "luil a t ap-
fi 11lim Dot,i Pour faire
S cfH^i19 8ac con,e-
, caf. U a 6t pay ^ c egt
?a;anS!d,, d<^re son
Hourfe'^l^^l l'avait ap
^U K i L'"lelt
WiouS, *?'16 avoir aid
,flecaf*7h \!,lie aboutir ces
^*?ii?S M0"1 G,at Sous'
fio Isa ir ,a,aDl vol8 uu non
'laut rVln'8 accu8(SB en e d-
Wo,?ipr,oqUbUPnl font cL-
uoe dB ni! qm semblait assister
l*ul font rire nos mon-
Il eit deux heures un cjuart. L'an
d iceest reprise. La parois est ac-
corde au Commissaire du Gouver-
nement Me Tlntifori Apnant, accuse
il expose lea faits II d'.-clar* que le
voi < st constant, car tous Us accu
ssnainhennentqu'il va eu rn effet,
\o\ de caf, mei* l'eccbid fait dfaut
entre eux quand il s'agit de dsi-
K ;er 1 auteur piinopal du vol.Tous
onl coupables s il faut s en tenir
aux ebarges qu'ils se donnent
Anselme soutient que Pascal et
Elias sont lesdeux principauxsgents
du \ui Elias dit le con'rsire, il fait
tomber toutes les responsabilits
aur Anselme lui-mme II met le tri
Mu.al au courant de certaines parti
culaii es L'est Aun-lme qui fait eau
ter le cadenas, ce mme An*lme a
eu voler du pitre la Compagnie
Me Donald C'est un rou'ier de la
vieille bande Le Cornrais-aire A
gnant requiert la lin de ron secu
sition uu vetdic de condamnation
du jour.
La dfense a la parole. Me Tho-
mas Lechaud dans un langage confr
mant cette culture classique qvc
) ou; lui connaissons p rie en faveur
de laccus. il stiye sur dis copsid
ntionsd unordret'slev 1 lait pou
Elias Polesin appel a la piti du Iury
Me Yreck Chtelain pane son ton
pour Anselme Ditli. li a le verbl
haut et l'expression cinglants 11 n?
sollicite pas comme son colRgu:
Lechaud la piti du juiy, mais il s*a
dresse i son bon sens et sa raison
Me Delatour reprsente N pom
Pascal son client est inroc at, dit il,
la socit est assez venge, 1rs sacs
de caf ont t re Louves 11 l'attend
a un verdi.t d acquit emenl
Le Commissaire du Gouvernement
prend la paiole Me Ch.tela n ap es
lui L-s dbits gunux sont dos Le
juge doyen Lescoullair remet au jury
prsid par L Djean la lise des
questions Aprs 20 minutes de d i
braiions.il retourne avec un verdict
reconnaissant la sonslancc du fait ft
les accuss coupab es comme auteurs
avec circonstances attenuan'es en fi
veur de Napolon Pascal
Les accuss sont sur la selet'e
t'bah'S ne pouvent trouver pesome
pour lsur dire leur sort Quard le do
yen Iescouilair prononce la sentence
ils cherchent encoie dans la salle
clairseme leurs dfenseurs qui les
eut laisss sans une fiche de conso
lation.
Ni le bain ni le discours
ne sont utiles quand ils
ne purifient pas.
Quotidien
ARISTOTE
TEf.FPHnSE : 148
il"
BAZAR MTROPOLITAIN
Maison de confiance
Pour deux semaines seulement
Avec chaque achat de 1.00 or
d'maills,][de couteaux et ru-
bans, nous donnerons un des
articles suivants :
e.-.-.
4 botte poudre Tais Imprial
\1 petite boite, parfum Clebeat
2 savons totiltm
1 cahier
1 carnel de pochej
Avec les achats de 2.00 or
4 boite pondre Taie Armours
1 Raoir sret Duplex
1 Passoire pour farine
2 Savons toilette William
1 boite papier lettre
Le prix de beurre de table
Armours, Favrol et P & G est
urs 0.78 or la livre.
loujo
Secrtairerie d'tat
[de l'Intrieur
Le Dpaitement de 1 Intiieur a
Psvaot ge d'inviter l:s int esss 1 se
conformer 1 Arrt ci-dessous .
Port-u-Prince le 24 janvier 1917
Le Secrtaire d Etat au D-
partement de l'Intrieur
Me C Rgulus prsente, en l'ab-
sence de Me De atour, demande au
tribunal le bnfice de la loi sur la
deition prvent ve en faveur de
Napolon Pascal. Lejugedoyen agre!
L'audience est levs. Les pauvres ac-
cuss dfilent escuits de gendarme?
de service. Anselme Dilli ri chi*.
Elias Polessin a les larmes aux yeux.
Pascal le bras en bandoulire mar-
che en trbuchant La barrire du
Pnitentiaire s ouvre et se renlerme
brusquement. L\n n'entent plus
rico
Considrant que pour faciliter les
rapports entre les Pays, la mesure a
(l prise, dans une confrence iuler-
na'ionale.dadopter.au lieu de I heu
rc da fus au local base sur lests-
irge du so'eil au mridien, lheuie
auquel on pp.iri:cn ;
Considrant que, vu la haute ui-
lii oublique d une pareille mesure,
la Rpublique d'Hati ne peut qu y
adhrer ;
Considrant que !a Rpublique
diluiaprsr ent au cirquime fu-
seau, respectivement i celui du soi
isola quinz me mridien, i partir
de (ireenwich;
Considrant que Indiffrence entre
notre heuie locale l celle du so.xan
.e quinzime mridien e:t sssfs peti
te pour qu'on puisse adopter le chan
geme.it sans embarras notre heure
locale tant A retarder seulement de
du minutes trente-neut secondes.
Arrte
ARTICLE 1er A partir du mer-
credi viog -quatre janvier courant,
1 heure de la RpDbnque d'Hati sera
celle du oiianie-quinz.rae mri-
dien.
I e premier coup de PAngelus de
midi donn, ce )our la Basilique
Notr Djme signalera l'entre en ap-
plic t on de la nouvelle heure.
ARTICLES- Le prsent Arrt
sera excut i la diligence des Magis
trats Communaux de la Kpublique.
lonn la Secrtairerie d'Etat de
1 Intrieur les jour, mois et an que
dessus. |
( Sign ) Stnio VINCENT
Pour copie conjointe :
le Chef de Bureau au Dpar-
tement de 1 Intrieur,
Franck D. NARCISSE, avocat
Pcrt au Prince, le 19 Mars 1920
1
Assemble
Gnrale
Changement d'adresse
La Pharmacie l'arisot l'honneur
d'aviser ses clients qu' partir du
Mardi 16 Mars l'J2U,tlle est installe
au No P'-1- de la rue du Centre,en-
tre la rue l'onne Foi et la rus dea
Miracles, et qn'lli y trouveront tou-
jou s h inrnasuiu dna l'excution
des or io'iu u.c.'.i 11 ij mme souci
de leur plaire.
En conformit de l'article S des
statuts et suivant dcision du Con
sei! eu da'e du 18 Mars courant.
Messieurs les Membres de la Chaux
bte de Commre Franaise en Hati
sont pris de se runir en Assembl*
(icticralc le Jeudi que l'on comptera
-> > M rs prochain 4 ) heures ae Pi-
prs midi, au secrtariat gnral, i
l'tage de 1 .mpriraerie de r Abeille.
aagle des tues Amricaine & du Port
Per.
Pour entendre la lecture des Rap-
ports du pressent et du trsorier tt
procder 4 l'lection d un nouveau
Conseil d'Administration, le man-
dat du Conseil en exercice devant
prendte in avec le prsent mois de
Mars.
Port-au Piiocc, le 20 Mars 1910
Le Prsident,""
Eug. de LKSP1NASSE
VRWV

A vendre
Bonne occasion
S'adresser au B zar dss Gan lemen
1UW, lUe IInitie Foi pour un Uu^y
av.c h irnsil en bon tst. Machine
New Nation*! 2 fils.
t




.
liquidation des
bien allemande
L'Affaira Reinboid
L bondanc* de nuttn tt '>' hou
y, mettant poa d paWaVr aujaurd /'"'
/ uxle intgral tv siclivus r uni "'* tribunal d
n.aiaiion dam l'-t,faire Retnbold et,
o oonlr l'nu n te Heqtuttna li-
quidauute.hotiS offre* ho* letlturi
mattpomUf ne eau important diei-
ion '
Par ces votif*, le Tribunal,tsans
s'iirer aux lins de non rectvor dt-s
s'eurs O Scaipa ti Nhumus, et *ur
les conclusions contt me du Mi nia
tie Public, tiettf, comme mal ton
de.l'cicet. lion d'incenititutionoalitt1
des lois des 22 juillet tt 1 ; novem
bre 1918, et non reav.be u mnv
exception,quant aux arits du Fou
voir Lxcilit en date des 24 et 10
Dcembre 1918, souleve devant le
Tribunal d'Appel de Poil au Prmc
par les sieurs Reiubold \ Co t
lirest Cords et renvoye devant l
Tnbunal de Cassation, sectious rL
nies, eu vtttu de l'article 99 Ce 1.
Constitution, des articles lu et 1.
de U loi sur l*o>ganiSitton tt It
tWiibutior.sdu 1 ib.nal de Cassati. 1
ri condamne le-. tmaodcurs *ux d
yens liquids a la somme de quaiaub
deux gourdes quatre vingt en q etn
urnes, et ce, non compris la ccii
uu p c;eni arrt.
n.n;i juge par OOU! A Bocarr.}.
prMdeui. Anselme-, vue-prsident,
haim l.inait, . Champagne, Jus-
Un Dvoi,U. Maignao, I P c. butin
Uiaiits Ctuni, Ailrtfl Thibault, ju-
ges, tu audience soitDuellc uu 12
nuis loaOi in "7e Je lLic;ptndac
c, en pt&ecce de Monsieur Lie
Dcminqu. Lin rnusant et aaiuld
de Monsieur Ucui Uctgr, Riettki,
v
arils
DIMANCHE
lollc d'amour
i (.ailieu
lui et la Voyante
l'a"li journal (ItiaUj
Entre gniaie fl 200
HLf&Ltb
l.'V
0 FEUILLETON Dl MATIN'
Judex
A
GRAND KOMAN
Par
7 //1: n r E u s t
i> /:
rx irnHTaCTiar;
11111 t vi*"iinr*'^'>"^-:^^;:||aa,,'atlt^
" # i
Les Personnes Armqes
... ...________________:___________i M "------------------aBfc------;-------- ' "
ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus
qu'un mdicament est un puissant aliment
concentr, productif de sang,
forces et bonne couleur.
(Demandez toujours Emusion de Scott)
: r: r. _: ::r. :..;. ::; -.:zz 7um I CM I El I : I
D:ius!aKW^-nn:a;!!!rsMnraiOE!^iBiiii
Nouvelles itranftOres
18 Mars
PARISLa ccrlrence d.s ambis
fadeurs exami^ lee
vnements
.tm:gne 11 fat dcid qu'elle
indeia des rpa at'o s pour le
1 tn.ais commis contre les missions
'.lies en Allemagne. Ces demandes
teraieM prse I es quan J l'ordic se
ra re:ahli pir 1 inermdiaire du g
lierai Xoilet.
BEKllN Le fameux publiciste
-.l.ixirr. un n H r) a t arrt.
STUTTGART Eberi et Noske
un destitu i gnral MaeriW e!
mt confi le coma audemer t de
a'me fiile l'an.iea gouverne
n-n: an gnral Muller.
PARIS Dans une entrevue avec
e reprsentant de l'agence W'0'1
'.bert a dclar que la s tuatioa t*a
Dlivrait sensib.errent. L liav e le
V'uit.mb g les du.hes de Bide, de
Lesse'lde S>ie et tout le N'orl
.ust de 1 Allemagne dtnt?nreot ti:
;s a la cansutatioo et ijouta que la
ande majorit du peuple allemand
entrait ndle la dmocratie.
1 ISBONNE La reprise gnrale
la travail de ordonne par les re
irsentao'i des syndicats, il a ti
.cid que les dlgations sou-.nj:
aient direc'fment leurs ds-.deraia
itt Pis;dent de la Rpublique.
PARIS A la tro sime sance de
IliU'e cour le gulfier lut la dpn
10.1 du .lut du parti aociiliste ita
n Modopliani ce tmoin dclare
(a'rl e.t tosvb.e; qu'il esc pos.b.e
qu'i'. p:t dit i)u; Monsieur C;u'h''x
avait divulgu certains nojots d U
note du prsilenr Wilson maii
qu il ne pouvait pas as;u er que ce
soit Caillant, lui mm qu- lui
ait parl
a ce
sujet Caillaux ?i:.rme
n'avoir jamais crit Le grelli:r'ut
j fissuit' la dposiiiou du dpul Ita
': lien Galienca qui av.'.it eu un en'.re
'tien avec Lranldid BsuiLn et le
I mince Chika ce dernier;aurait dit que
Caillaux s'tta:t rendu au Vatican
Idans but d'intluer aupii de Monaei
Igneur Pacelli pour l'invitera travail
II r h conclusion de li paix.
Caillaux qualifie de racoiUrs tou
les ce dpositions.
VASRVIE-L'Universit de Cr;
covie a dcer- le titre d docteu.
i honoraire Mr Hcov*r dictat-ni det
Jaim?n's aux Etats U is p->ur les
services rendu; i la Po'j^ie
j L* gnral l'ilsuds sppraava cette
\ dcision*
PARIS Dins un match de
;Bose extrmment in'retsim le i-an
Iaii Leboux Brto loheauy C>u
Iji ancien champion du msad: qu
a t Knockout au sixime rond.
L'ancien champion fit preuve d'une
grande science mus Lebjux ^e mon
ira de beaucoup suprieur, jttmi s
terre ou trou fais son adv?rsai'e.
PARIS 18 ( dernire h.ure ). D
S utg.rd on tlgraphia que la R
pab'iqued s Sovir.s a t proclame
Beilin ef que les troupes de Kapp
oat d-Siimsi parles rvo'.u ion
nairr. La lgttioo Allemande Pa-
rs confirme c*'ie nouvelle.
Washington* Dans les cer-
clei diplo-nauques oa a'tribue un
grande im-o tance a la rvolu 10.
allemande et i la tournure que prr
nent les vnement on considre 1
labliss-Tient de la Rpublique de
Soviets comme un grand dangt
pour la paix europenne.
PARIS Oa tlgraphie de S:u-
gud que Notk a dclar qu'il iw
assfz ae Iroupes pour rtab.ir l'ordn
t combattre le mouvement Bolche
v:qu Ebert a donn dsordres pou
combattre l'av.>lanche communiste
MADRID Le roi Alphonse pa
tira iouj peu pour Bordeaux o u
consultera le doc eur Mourre, soi
voyge avait rtard par suit
des vnements politiques.
Inauguration
de la nouvelle]
ui-.otoni^
Sur l'autorisstion pro^
)partement des Tran?
inauguration du nB..fl
iguration du
i SOton Mariant a
nouveiB
"ti
5 heures il2 de l'api^JS,
Le Ministre Roy tait ^
^mpagi de Mr Boren
Divisoaet M Milval,
lu Gouvernement pr'i yl
et on voyrgea de Bizoton '
usqu'^u retour, il j0,
'One que les travaux ou,
auditions de scurit S
Au moment de prendtSJ
"dent du Conseil d'iduS
1 P- C. S. et Sch3
niustrateur dlgu, t,
u qu'aboutissent leri_,
ible les pourparlers nj
nodication gnrale de lai
Gouvernement, ajoutz |( 1
s'vivement proccup del]
Mon des Chemins de 1er eol
Parisaoa
DiUANGHE
Le programma comporta deux
btau- lilnn :
La course aux Rubis
S parlai ;
ET
Le Pli ire tragique
J parJfcM
Entre gnrale G-100
l'iace rserve
1-U0
Boite au.v (eli
A Monsieur le Direc.eordii
EaVi
Monsieur le Directn-J
En lisant hier c La NootcIIi
n-est tombe sons les yeux i
on in-it-lt C0RD1ALE;
'O^ ' q;> ne compaitii
gitatute et qui se condred.
ogatives piopres seulemectl
lonctionn^pe attitr de l'Axa
le New-Yo'k nsigne sont
e c L'uivsrsal Sltgro 1
Association and atrtcan Con
Il met donc ncessaire
e bernent le public haitieo,
.i- pnrt-au princienne, h
/ctueile du pays, d avantl
; u t.m s constitues, qu
ictuellenent !e seulorgania
'r.il recennu par l'Assjciali
de New Yoik, aiDsi qn'il,
attest et prou v:. c'est a dii'ij
possdant les dio au nom de cette Assoclalioa!
hke you to buill up ibiroijij
ot the Association in Poiti
te s sot. les termes exacts 1
dans les dern res instracti
Mars courant de Mr le
gnral New York adre
reculer, il faut tre avec ncus 01 ; ^i., avait ?Aisi l'enfin n clamiit : ] tout deuc3ner.t. et se penchant au; sur le bureau et s'cria
contre nour'. Dcidez! la voue dfends d'y ouchrrl dehors (le un signe raui-ie Ro^er, quant Bur ses deux cliet)U:J
Il esc svea ncu-, ca ch r Pf s K ivant qui sia ikux c!iPirs,'qui. accomijagn de t ois indnilus, Haut les muus!
par. minaudait I iDCiennainsuiotriCti dmontre par c^t axca d'audace i ataiiouoait e;n face, sur le trottoir. dame..
uis, cette loi, Cucantm semlikil' Inattendu, aient eu le tcuipi d'proi l'ui-t, revenant .1 armot, qui sui- T ouvant q ne Diana il Ai
l'tre cuirass I 1 s venu et peu! tr tee .1*0 -r r, empoig tant h tn ne vait d'ur; oj I iatrj^a to ia ces pr s'excutaie u pas assez Hl
NaiOfon r liait il 1 prendra sa .e Rglisse, Je f iiait disparatra ta-'s'pua'ifs, il la prit ^ar la mu'.u ec lui j en lair un coup da semoacij
v.iucio inr la femme, lorsqu'on co'u> l*ch*mhreo ae trouvait Irig^r, d scret releniil U porie du Qis de Jacque'ine. Enhardi par co
t L'Y.m par l^.. FeuillaUe )
SIXIME PISODE
Lij MOME REGLISSE
v (ioito
L, s e xploits du mme Re v'.isse
Co'frdM ehapean de endaiin1
m papier, tocanin nat en itam n
iooerea rhevnl tondu avec leannoi,
lorsque D.ene et Artaury epperu
aer.t dans eon bureau.
l.n ieii confus de se trouver sui-
vit* dans celle posture. Co^a- tll
renvoya dooeemeut le peiii Jeai
leM une pice voisinr. puis, pre
nent un ir ^"-ave ei compose, u an
ijooea a sj redootables clients :
J'ti rboaojnr de vous aunonrci
que i si reu un coup de tlphona
deludex. .
Ati/'aii' l 1 r n eimulteoe.oani
1. h deux assotls. Lt qoi ^'uUS b lli
lit:'
,)u'il pet ai', ici cjua'ru Heures.
Diuble.' cenetsls Aiuaury. u u y
a pas un instant perdre,
tt, sonnant deiibinent le gai
<;os de bureau, il l'envoya sur ui
ton prieuptolre faire uni- course i
l'autrs hout do Paris
Queice (j e cela vaut due
protestait CocittUQ Je suppose qui
vous n'avez pas I intention le., rt'01
jjanispr un ^uet-upaiiB cl) i. 11,0;:'
Voyous, eue! ami eadimit pi
Jideraent l'aventurire, lap^i^.itzvou^
ce que je vous si dit.
l.< ne preiidb coHseil que d > m:'
ceoefience.
A lotis, Cocaiitin. re \mVl pa?
dea il se; ta, rftill it Am u y. Mail U
Haut, d ujileui>, il cabine'.
L'est lu .' firent le* deux corn
p'ices, pti'suades.que Judex, a pr
voir vu sur la porte linscrip 10 ;
linti-t : sans sonner,avait pn te dr
t.ouvant pas i)
lui luiue au ai
l'an! chamb e et n y
/aigon, l'ennonul
t active.
I. liez.' lit Cocant n Q'uni voi>
blanche, tandis une d'un sein boni
Diana tt AttMUiy, sor uni chaCUl
un revolver df leur poche, s'tmbni
quaieot de chaque ct i\n la pon
ou'te lois, UuCi ntin.cOQDplteineni
airoriei s abattit sur sou faut a
Lei tem< 1 '. L poite s'ouvrit, h
,'i'ant pasiags a un prit bochomM'
riant comme tiois crpes el (oi
un' hige 1 V' lopp 1 I main.
Sans a in i .i te. da en de doc .
u n et de rage que poussaient le
leux ce m plier S, le mme Rglisie,
n touiiio malicieux uux kivres,
demandait :
Mr Cocantio, s'il \ )ui plat 1
C'eal mol., mon pua;., geron,
bgayait le oeteclive.
Vjici ui.e Ut're ponr vois et U
lirecteur ele l'Agmca Cilrtta lai
d'une voix que I cm > ion ueaourdn
ait :
Mr Cocantio,
JudiX rat mettant. Vvcn ne lui
proute qu l'enfant qu'il cherche
*4l luen eiilio vos mains 1 ; ie Cet
ml 1 ; s.- i.i' atre au balcon no voir
ip iait i.i.e c. que j^ le voit; et qu
lui utes apra, j-; viendrai u-
(ocu 1 00:1 itchat.
Jl DIX
Tn rioi .i > 1 0 violente colre..
Diana 11 Aman jaiont de se
ircipiter sur 1 J*ui e messsger q ri,
J'aiM l naiguait avec la plus
insolente bravo re
Sans doute dan > la r tu D 1
laienl 1s le brutause; mais Coca'-
tin, faisant uppel u louta ton : er
Voil le uionrn', imn fran^i-, | pas davantage et s'empri
pietnier coup da force, il revenait h ^e mon rer que tu n as p.s Ioj iuies ga/ner l'antichambre, pu
naue et Aintorv et leur lanait lai blancs. toujours sous la double"
rrasa classique qil reviei t dins! Kt l'entrainan' sur le baleoi, il li".
"\ii len 'nipoitiint* mlodraues : en luidaigi>nt la balustrade :
Lhsura est grave [ Griipa Adez, pas de chichi I,
Puis, ner d lui et se sentan sut T'as rien craudrn, Iju sang / Aie
1 par l'ombre du matre, il lit, pas peur, p' i' gae / SaoCecarr.nent
n mettent sa main dans l'chau^'dana la rue*. V a du monde n bas
rure d on veston er. en prenant 1 uour te recavoir.
lit tandis qu un coup de sifflet re-
tentissait au dehors, U4glisse, saisi-
aant le put Jean aui avait ferm les
ine altitude quasi napolonienne ;
li es les armes, je vous pSe.
Et comme Amaury et Diana, de
iius en plus dcontenances, dpo
latent rageusement leurs revolver*
aur h bunau, Cocantm qui peu
>eu sentait p*ipit*r un lui un cceur
le iiros, pon avec une autorit
iiiqu'tante
kit maintenant, causons !
yeu", le poussa dans le vid .. Jean
not, prs avoir tournoy deux uu
tiois fuie da te reepace e en vint tosa
bar sain eteauf dans un couverture
que Roger et ns aolyiea avaijii
torteui nt tendue.
Au inemt insiaul la porte da le
chambre
s'ouvrait, livrant peaaaga a
tvi npercevan' le moins Ita.lisse, Cocan'in et aux deux baudits.
leannot avait pu un en de joie. Vous pouvez le chercher, aa-
Toi ici! Toi I nonait triomphalement le inma H
Oui, mon pete' [glisse, main-.enan il st cavale.'
It comme Ubambn l'emlirassait, ^^ prcipitant la fentre, Diana
1 l'etoufler, 'e
gamin dta Itrttfa re* et Amaury purent ?oif une tntosao
! bile qjj disparaissait a l'angle da la
rue, emmenaol leur otage.
G-lte lois, hur fureur ne connut
plus de b trace. Saisissant le Bm<
leglisse, ils l'avaient ramen dans le
Rglisse, ex :utaot | c binet de Cocaotio tournant da rage
igsnce crIh a sa, et commenaient a houspiller ie bra
prit tout bas
Assez, moi gasse assez. Il y a
lu turbin la Clef. Seuiementi a a
tit d en malice et ds no p^s avoir
le trac-
Et le mme
wee une une
Hardiesse, les instructions da Kogerj ve gamin tout en le barcelaut de
qa stioras :
i\[ tiqn it
S'agit pour loi de dguerpir! d'ici, et au trot Sioa ce, mu 1 U demeurtMl ? Parle,
vre lapin, y aurait des chances qj l'aile ou nous 'o taisons
tu lac la revoit! t maman. Mais le mirna 11 g'isse se
Oh alors,, je vous m'en aller fenda.t de sou mieux, offrant
laeut di> au't'
A'I". da 1 "c va pas
rnorrgoses 'un fais pas, le
brownings que l'u^roquii
dirigeait vers eux.
Api es avoir ferm sa
ble tour. Cocan'in revint
stager de Judex..
C est bien li'.Til. J*
tent de toi.
Moi aussi, rpliqua
je suis content de vous!
Gomment 1 appelles-tu |
Le mme itglisse.
Ton vrai nom 1
J en ai pis.
Tu es doue sans lia
Probable.
Alors. Gocantin trs M
sur ses genoux comme
Jeaonoti; et plein d'adoun
le merveilleux gamin ijiu
iui donner uue si belle aj
l-t e' de vaillance, ilM
avec bont. san ren J
une expression de proloojj
A iuoi que veai r*
manda bientt le moau-
Je pnise lit rrojfj
pourrais avoir un entM
Et moi., dit Hghssftj
qieje pourrais avoiror
m m vous. ,^|
Alors. Cocantio, quiip
a, i tait un coup d*
vrrsiebjstede l'epetN
Mm
ton
d
Hun
murmura
trp!"r
ey-l'iie
rsistance de^spro aux deux biolbraa maternel..
'
dits qui, au paroxyme d-i colre, al
aient peut tre se livrer q eique to
D, il y 1 encore que a, mon lis o 1. lie., lorsque Gocantin, q i avait senti
Et te dirigeant vers noeUntre qui gron 1er de plua un ptu8 en lui son
Houviai ur un bslon doniuii sur ardeur belliqueuse, s empara brus
la rue, le mme WigUsM l'ouvrit1 quemut des deux rvolvera laisss
Il rasiamble au
Un* d-.mii liwra sprjj
maaait Je:qualo:'Jfl
qui se rfugiait tout PP"
Qjant Judex- il
gje''sitlebatda'"
voyage
Fus
DC 5IXI**J
, A ;Utl*"


fC..M1Tin

M* ' ",-"
' ~
OU \l^
CniP?ES, CATHARRES, LARYNGITE, BRCDCHITES
SUITES DE CCOILLUCHE ET DE ROIGCOIE.
ious l'influence du pulmoserum
LA TOUX 81 CALMK IlfMUiIATBIIKMT
LA I1LVME ET LFS SUtLRS ^LTUKnVs
DISPARAISSENT.
JVOPPRESS! ^N ET LES POIN 1 8 DE COTE SATTENITTirr
i.iU'prr.TfuBva.rr. -ui son ml rapparaS*'
L3 AAJU f.MMttrtOM RUA4MOIT'
WfWJfE ovs lEC Hviraui
fE'0MAN0E 1AR IA KAJORI1E Ml (MM
KtHCAL FRANCS
A" RE PAR I LUS tf iO.OOU M^UECINS EiRAHCt'HS
*fF!5 ^'J'MPLOI
I/o luilhr caf mtin n tair
r\vt\TF. mb Tn;s1iruHo'.TOEs et pharmacies
g UNE BOZTB *
DE
VErs3TA3LES
PASiLLES
bien employe, utilise 1 propos
PRSERVERA
votre Gorge, vos Bronches,
vos Poumons
COMBATTRA
vos Rhumes, Bronchites,
Grippe, Influenza,
Asthme, Emphysme, etc.
MAIS SURTOUT
EXIOEZ BIEN
LES VRITABLES
Pastilles VALDAl
vendues seulement
en BOITES
portant le nom
maison
Veuve Barbancourt
s
**" .3^ ii I II' I
a reu
Ml
' i '
". i,.i .. i,,;'ri..ii.i.j ... ,, M
fj
?:>!*$ !-: Th.,."1"': ''W
' '' ' " d
HMilDt Ht BU.~\l k oe BteHi
pfnisateur gnral. Mr- Napolon LOif ., r>^.i w
, rifDcil, Fort au Pr.nct. U\J(IH cBarbeT IflC.
larains\ le public et )a p.e.se
m. tivmus conne lous !ts t
r(Dbde discode qui tf a vaille ot a
df:. entier aux ditra;t-uis de notie
i i qoe hsrg ej oet dcui de
lu t sentiment d'union d; tout
(fin dt socit et qu'ils sont con-
c.oiis icstei i puisant il inap
Us tu t itll diteiixioauc ii.
/ \is est dotiP qui de dio.t et
i il. ci tirs que de aie: i.
Veuillez publier la picenie. :Mon
MCI le Directeur et agrer mes sin
i es salutations.
Commission Importation
lJ$,Bbdu MaiMSINflEL'L7/. '/
Sacs neufs et de
deu.riinj main
Su
NAIOLEONJ. FRANCIS
Organisateur gnre l de Wnxvma
hegro Impute me nt Association and
/trnatn- Lommuintes Lrague Ue Mac
Yotk.
La Revue Bleue
Q* naubliera pos qu- c'est u soi
u une iarihs la dernire reprsenta
fett dt La hevut bleue au profit
de (Amicale du Lyce.
Personne ne duti manquer cette
file qui aura un succs clatant et
d ni us bnfices sont aesm.s l un
A. nos lublus menti scolaires dont le
Pays t*Udn.t'. d tre /ier.
Mh outre d* U lieuue, on entendra
M tria Mars dans une con/roncs
"rlebolk-Lorettilyauraune Kei
mtise oui attire: a tes plus difficiles
Mon, tous ce soir tint SariUs I
ndicat des
Chauffeurs
Les Chauffeurs dj inscrits sont
aviss que pur dc sion du bureau du
Comi tkrteteur, en date du 7 Mars
coul, une Commtmou d examen u
t attun ferme :
Ls H t. miner Victor Brcncr'jasl,
Arthur Buucard.
En consquence partir d Lundi
22 Mars courant, lous tes chau/feurs,
membres du Syndicat doivent) se pre
senter au Iolui provisoire au Bureau
OO Hue Uantis Ussluchs pour eue
examins aux fins d avoir ls certificat
qu exige les Siaiuls,
l'on-au fhince, le 1g Mars HhjQ.
^Lc Prsident du Comil-'D'sctour'
i HtuAUX
ParleS'Vou
Vcinglais ?
I ne excellenle occasion dap-
prenJrp manier la langue an-
RJaiaeaVtc une remarquai.le rapi-
dit daiisvoft moments libre>ch' /
vous, en suivant noire coms pr-
par spcialement pour les per-
sonnes de langue fnioajcc. Kcri-
vez pour demander des reoteigne
mentscoinp.'els.
Ihe UniverSal Ins'ilute
Dpt.) 195 W. 108 St., X-Y City
La maison L.PreefzmannAggerholm
lient de recevoir parle dernier Steamer
U" bel assortiment de:
Chaises pour Bureaux en amrtauia bois
(ournantes pour bureaui
tu acier, atie bois
lournante pour noacbircs cii-
rt tn acier, eae boit
Iaides de toutes dimcntioni jour Biachi-
iks crire avec ou ions coulisse.
Les Amis du Iles'aurant Rosa Vail
lant son avises que l'Eabliasement
est rtabli provlaoiierjMDi uu bas de
la rue bonne Foi. pi es du dpt des
pknche8 Btera V; Co
Rocs VAILLANT.
Un bon uwe, do ViUgUK* et un con
foit rel, voil ce qu Isa I.tDS
offrent l'homme "d'affuira* /^r.
Ce sont plot eue de s chau3- 'ji&Sl '"
OJres Je sport i-n effet l's ll'sTi [\
p viendront tous aux Ktdt, Ifl I k'
' ;: ~i l'i :- i". ... V-'s F '
eue pour la toilttio c'ti \&s*
! cr< itient,
La tpileipeUted ^ chayvurc*
K!a!'< Mei mi: oinsidlieaus
pioUdt "retl :in Lie.
1 (H les l iI.n :' de l'i.asticit "
\.:-.nirchc
Ce:' la prr T "I
r*.^ :. l;< r *i \: ] >. m
I;* rcr Ifur nom: KJEPS.

Ces articles sont d'une solidi et d'une dura-
hiln sans p>rcille
Venem les voir et vous serex satisfaits*
ri
UaKad tfHM RsMtf llflll Ce, Itt.
Jardinage, Jardinage!!
> laMaisoo 1). ANPltfiTB SLEo Company DrodAi> ****, usa
Pour les commandes et'cou --------
(Utions sadreser
Monsieur Fernand C. Laraque
Hue Dat. le-, D louches
A-deMatt(is& C
Viennent d'arriver d Italie:
Chtmies blanches plis pour homme*
Chem ist s cou leur* zephir pour homme*
lanx-cols, toutes dimensions
Cravates toutes nuances
Parapluies
Chapeaux de laine
[Vente en gros et dtail
k r
99 ..,.
* t f I v
Suie tfeui lor Hajtl
rour les \cntes en g.os et en dtail s'adresser i
Monsieur Victor Mingons
y I/JJ tttU du Magasin de i kiat
ou Us ventes seulement,* sdre^er aux maisons suivan'ci
tnarmacie Emile Brissan,
Epicerie Moderne. Laurenceau
Caro'.h. radis, au-
assortiment do Peurs
Cercueils en tous genres
chez Guillaume Duchatelier
; Epicerie Moderne.
. trouvera uu bel assortiment de lgumes :
PiKTf'/v'f06'cl,0,lx elc : el atss u >! as
reD-e, -
h Maison Eig. Dgand
Grandliiie i\ 2101


**!!*
'

A?L*armacie
Albertini-Ew.tld
MARTIAL A. PETRIS, I G. Suc
cesspur
Fonde en 1850
Produite c)iim;ques df* meil-
.pures Usina de France et d'Ain'
rique)
Crme Dentifrice Kolin s
Parfumerie.franaise ei ami i
caine.
Pelrus' liriii Sfore
Saccessar m ALBhRTIM EWALD
Istabished 1850
American & trench Paient Me
dicines Best chemicals irout Eu
icpe and lue si a tes.
^merican prfscripl'rns filles,
French & merican Perfumed
Toile Wa'er*.
Gf I il a Peirus'
Phariacy Graduate of Terr.pK
Uniteraity, Philadelphia, Pa.
A vin important
I e Public eut inform que la
VcrreUts Planlatiotu Jncorpotottd
a ton o''/ire provisoire Pctt au-
Ptinre 1712 Rue du Crr>ire,i\ fl
de la comjagnie des Cblcs Iran
satlontiques.
Port au Prir.cee 'i Mon 1020.
Le prsident de la VemVe Plan
tarons hvorporakd,
JohnAHtGRuKDS,
I
AUTOMOBILES
A louer
Courses en ville & hors de h ville
Voyages l'intrieur
du pays.
Pour les provinces et les
villes deSto-Domingo:
Puerto-Plala, Santiago
de los Caballeros.
S adresser
Clias. STEPHEN
i i ta GranfBui ou Avenue C (* l ktagi Maison Sti tib, tailleur
tn Oatga (te ia Hue irema*e la Ltmire Nftt'Oto -Am Q'
Revue Illustre et Vente de
Patrons de Mode
r
.
"ET

18494
O.ilcTi Dm,
lise* 6 toU
10 m*.
OU
r se D Rua 21)
Tlphone 253-
r
ARTICLES FRANAIS
La maison Max Monsanto
Rue du Magasin de l'Etat
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses (il et colon
Nappes coutils matelas,
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
Voyez-vous ces belles Da n. v. ulez-vous e're ltgav.es et
imirlM comme elles?
ALLEZ CHEZ
Paul E. Auxila
Rue du Magasin de l'Etal ei IravtrsUrt
O voua trouvre/., les TISSUS l a plus jolis et plus nonveaail
RUBANS lei plus appropris et du" clmx rare.
Il vous donne'a un Ci alngnn d* Mole et voua vendra le patron 1
assurera \otre robe une COUPE impeccable.
Corsets, b^s, formes de chape ux, parfumerie diverses des meili
fabricant; Tonique oriente, Tricopb*roua, Pommade moelle de tu.
Pommade Excelento, Lotion l'AUGENTEE, assurant la peau, blanchi
et velout, remplaant les crmes-
l ne visite dans eite Maison et vos ennuis savoir ce que
vous devez poiter. disparaissent-
t.., A *nm tm
EDWAHD M. RAPHEL & Co
New-York
Voriau-Prince *
Spciaits de Produits
Baporel
Mr Eug. Le BOSSE,
ayant dcid de sereli]
rer du commerce d'a
lomobiles offre les oci
sions exceptionnellei
suivantes ;
Un camion||Chevrole|
Ne u1(1 1|2 tonre) demarra je automatique or 2lMi
.lin camion chssis Maxier
2 tonnes rr.ol'ur Buic\ 4 cylindres or l<"00
Un camion chssis Maxier
i toure moteur Chevro'el dmarrage automatique In'A
. lue buick
h pefilffera] 4 cylindres? dmarrage automatique
remise ajrW de neut 700 dollars
Une Buick
i> prssayers G cylindres dmarrage automatique> sf.
iroteur en parfait tat 900 doM*
Une Limousine
7 passagers Buick 6 cyliud-fs remise neuf trs apP'J^j
mariages etc..1 eo' plus < 30 jO -lcl|prix de vente
i
Une Buick
6 cyiirtdus 7 passagers, mowen parlai' tal
iM


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM