PAGE 1

%  *-• r*E*t Q^I vp-rf ttftto^SWa J Nouvel l e Mrmp ff c o L^y^ ^ mer i \\*r. PARIS La cor,leen;e des ani M|. ipreudre a marner I, I, !. 610 ;ut ce intiu inttBticur -Mayer C hir4 d'silnrts d'Allernsg C i tf ii O m'iiiiwg.i^ ^ r'/'^AWWdh'tfw jfhierde noire confrre *i'Essor T> moui sommes en mtsure (taffirmer aue le sympathique homme AKIS — Monaitur Millerani [aires. MrSah, bien connu du vl l bord de mer, n'est pour rien dans la vente d'migrs ngocie au dire de l Essor par M. Calor. Mr Sala est simplement l'aaent v axtnj tijg\H dt lig/fmtytfWme n[w inner passa je n tm hirant se rendre Cu ia et muni de papier en rgle. rePour U clinique et ia mdecine pratique, les 6823 sujets qui se sont prsents a la section n'assis PARTS— La cor.l en.e des am 1 .bas.ll*rK t, Uou une satcc cet! la pu 1 widi. P.\KP> — V 'U* "l'emcs prime il'opiaioa que I. lmir l ; jycal A caj I Syrie sera |.mv%t st avnementSTRASBOURG Monsieur AJtpSU nouveau commissaire gnral e irriv ici. il lit reu par tous les [DU PtU'il BWTNAlKt COLLUGli S 701 t sondes au su\'t J ^'.emecu envisage la question >ie ericofi^rYpp tauce mdicale et les 425 jjaUtnu ^U du Bas*h dpose que la cen %  1 % %  !>iTtf 1 i.i_ _. a.:..—: ._ AH.mnmiA nvnmmaiidi a main Turquie 0 1 u a pas xe. ovt WtRs minires Mr Milleraod exposa la situation les honneurs. La vi'Ie lut pavoise. res d Allemagne PARIS--\ la-bautevcur t*oi>linua l'audrion des tmoins. Mr Seltz d I-ud; 18 Mars I92> m C*Tt oprs, n foini i DOS tudiants ample matire dobserviion. Four, la partie thorique lt>drt|t1l|mi lir ,a ouvert etCift [gtbl^lftque La ?iiuc „. ^pacicbse 91 bien f o>eu ooit&k* e* tf e W *F <*>*mence U' "prsmie*-de de Mr Eliitt, de 100 dollan AJtffWW ^a^eia/jquelques ^^^oafVrmr. JV^q.iet^arm. eux de .fen:^e5|l?.rpiUWWmect mi pup ba ttof a 3IDA>ie -U| are Allemande recommanda A main te< reprises de ne parler de Cail laux et de la campagne dfl lionntt Rouge qu'avec prudence i| qui iuiail entendu plusieurs dputs au .%iciistafl au eoura d'une ses'ion sf Ml dire en \x\tcl de' Caillaux : C-ctt notre Homme le p e Dlsoi confirme celle dposition et ajoute que cetie express**n t u Allemand ne signifie pat^-quit n'y ait eu sym pathie entre Caillaux et le Gouverne mei.t Allemand mais sinon que Caillai)* 1 tait payl^n sutre tern^m Colembert con .^ducteur Sleplfrgcr alfirme que peu cle de. mdecine danl san ii^yage en IU-ie il %mmu S*int du Caillaux tenir des piopos Grand'Hu pr du tailleur S w No 1532. Stnrl. M M les fto^W^^orVrib^ Ltutea euue auuei il n'y a fit suiwjrnjipvaUQn 4AI9#J9 -f ****** la v,coir e %  'Wrti'x.nn Au Ut* A' a plus de e. Caillaux! a W'apn "iu" lltr 4'AsMStan L Uraen' :e\te ^tsseition et dit que rofflcf^^pasos empo "d'autres tmoins dtruiront ce tmoi ,c mot Interne, mais U.ioncuoulgn.ge. a mme Qm lves des demie cOBLbINr/.*i dment ia uou mmsl enisdea.eaamcns libres' velle dt li pcclarnalicn d'une R K u as irs srieux, oct t-eus as blique Rhnane ^isMiKs 'fout les mois deux d'entre COLP.UNl^ La GiaetW de Ce x assurent certains servicts, Ihos logiV innoscc l'arrive du gnraDite-ieur louwU-une^re ittribu Mukfl Berlin dan* 1 nuit de d: uon durant le mois de service Lt'martie lnnd11 serait parti imrm -iAMlittWwe' 'Sflittt fosrtrB, p'picfanl djairnent pour StugaiU en vue a. ieseeteitee'iWdfisiiarces assiMacts ngocier avec le gouvernement et a demand il Hospice degini en pt Bauci. lirdiiale3 fc uA#i 1 bien.vC0B:me Va Thini la Marseillaise. La populat o ^iPcmffiocscience rles est en pail.e en iaveui de l'a HCBueile \piwt*m ni. "**" -fi | ^.';,;i; J Par la (raniia est atry4 l EUxir Jj anti-ophtalmique contre les maladie* d.-jyeux. hln siock chez Alphonse llayne. On tioavera: articles pour coutuae, -imfceiie, broderie, le 1* parl'unPrie, des corsas, de IHUSSUres l.Uiiclies.uJuah^Miies, rjw clii'ies de'hl)litre, des* telins frawpatses ds ftRq>our daule>. ( f Savons Lenox i-our Lessive. a enten On trouvera en outre les spC;H-, >s dlai I • 1 ssuivan'es : louique Oueri'alJ.tn A .* .... %  I. Ift romtre Minimum iralojf Masi'T.um lcl^•flkD e diurus Sel aRr jusqu' 4 h. et ensuite. Pluie 7 h 10 m, Pluviomtre 20 6 mm, Baromtre ea baisse. 1. SCHERER Le Moniteur %  MiiiirniWliaaaaei n Mars du Journ. Olticicl pul-Uc : — Avis Ministriel. Arr; nomrnant une t*mmiSMon pour ge r<* ,'sjai protiaiMs^ecuonj, leiini4r*a la eoiwiiuiu: dcXAn*.artUleur. Arrt approuvant kl amendeirent aux -.tatut de la Socit commerciale a II Je tfcp Jt et ampulaneot y jat.cn-s j prendre a marner U lanJ CT M A RTI XT { r lai-'eavec une reinarquabj. 1 •-^ l lAI iil din* vos momte 1,SJ ous, en suivant noire cars par$ spcialement pour !, sonnes d ) lan.'ac frtnii$i /ei pour demander des ^ 'ncntscompleis. 7/t ftm'wrSaWnjiitoie D/pt ) e35 W. 108 Si., N 764. 27.3 114 25.3 coave oe. La St Joseph Saint Joseph est grandiostment ttiim,i L)s : heures an m..... i_ > i W _— — heures au matiu | M jieines de lid.es. La vaste cour de l-S peine pour contenir le nombre Y lurent > heure nanci le Sep Jt et imp*** y """* A B -* Circu.a. Jdu bcclciair.ujh ut des h c: au Conunt(d04us Anai*riteurs des h Je £ Rpublique. l'ro.e vt.arJu brlnunt 31 ooo gourd 4e biikt, OBCjhia.np*M ? ^ars I9J;• — lut de> haW tauons de plus d_ d u car reaux deterr. ar L o,.spar .e Cm NAv : —'Woi->-ttux uoiiveroire'et J -'otui kt'optmions de uanslonmtUP u* ambra posi le CT.O.O; en type de Ut'&ift 1 ?? 2£' •-I St de 'a M. N. h">7. relais a la utu. t ,oi des stock a-tiib[es r oMr le* fcunets 19'7 •in a croissant des visiteuis. Ueux messes basses henci :> et I autre a y neure <; A 7 heures et demie eut lieu ij yT libre par Mgr Hcauger. Le sertu w tax fut tait par le pre Huck. Au ta rmonie la chorale des tille 4i se lit entendre dans les chants p__ ;uts avec matrise. La musique du2S sait la tte pai l'excution des bcam 011 rpertoire. Y assistaient Sa Grandmr Mgr J .erg, Mr H. Dartigucnavc, becrmJe' ,meneur et beaucoup ue noubiiu) ulitiquc. A I issue de U crmonie di* crmonie, kl salua Mgr l'Archevq au uxait,] eillaise et de u Uessahmenne dut u J 'resbvtre.—'Jet aprs midi *4heuro|J roceion et bndiction du Samt-S Trie prierons Excelhsnls. loi. cuiug, l'Wder, Lininent Minar. insective E-nuisio 1 Seitt <"tc. \>el r ol Hahn Colorite — %  auan %  i %  ^" ^ contre la 'CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien. HO, KM Saint-AntoJn F AWI8 C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS "wn-RT-AU-PRrNCB AUX PITRUS; Ph.nn.ci. ALBEHTUtl ''"ESSE* a. DJUn VIAW t tout— l— bona— Ph*rm*ci—. Sacre-Gœor %  "L^fig & da Sa.ri i -K seraeiigie e "aro.ss. ,l> tm,cs, I ^rii'proihiin, a M *i OF.xa-tu.abH tteiwinon. il > iura KenaMr, bal, loterie, uravous d.vcr.cs fil pcut-C:uj, quartier (u Sicre-Lowr. t. -roopede da.iis pav.o.ines>e> s occujatwn de la te^ur. proton d eiu res'bniuntv. Erka Ippt "a appel piessani a tou e hdeles qui *nt toi dans la uevOtiou du .-sacrt^œur pour appoi ter le jour de la tte leur co. :JUIS et leur olranJe ar.u d en assurer le Mftct Runion ue dames pauooneaaes.— La reunioi e dames patronnesses est tue au dimanche •1 courant, a ncui heure du matin, au l'icsby cre uubacr-^eur, au tins de p'endte le> de. i,eres dispositions reb'ives la lete. Au nom de 1 Hygine i e pobtk et les lauiihes out .'..puis longtemp rappi de ce qui se pratique daus la plupai j s epiceue de u ville ou le mme maiu, qi lampulent les eoiuesi.bies, compictu et leoi en: I argent. li et uequent, en effet, de voir le vendeur so. r du comptage, d'une masse de nickel pour v dcouper en morceaux du jamuou ou au tic .uige MUU s-ue lave le niams. „ette pratique est malpropre et anti-hygien..c, et nou lormou le vow ue voir qui uv ,iaitir de voir : u Ce Messieurs du bAi ;t on lira. M. fnce Mars dont ont on lOnnaii kl aient a bien voulu accepter a dotae .jiitcreoce sur le bol.. Lore prononai .ent au Cercle Jfort-au-i'rmcien. Il s'agit des traditions orales du L .emiere partie de la conlrence ea oaies et chansons. .NOUS engageons donc tou no l__. er cette o.r.ie tte de bienimaJ oQiic, comme on ie sait au protit 4eng jibliothque de l'amicale uu Lyce I A. pxupos ae !<> taxe ail Relativement a la quistiou poste I i* uxe d'mcend.e eu discussion au I JU> pouvons annoncer u no'rt i-a'll s'agit d'une taxe modr m droit lo.atits et qui serait \ttmi ['M avec ces uroits. Dans la penec_ de l'auteur ac li cette taxe serait de dix centimes i par mois selon la valeur des immeua. A ,Cour ci as&iMs Aujourd'hui se pfesenteut ucnakl >ises les nimu ; Adolpnc Chuta 4 *ol avec ellraction au prjudice dca( ma biienne. La deiene de l'accus sera pretoaj J. Massante. Le mmistea puiinci ,iirMe M. ferpignand. Le juge 0.1 ",.ae le triDunaiet Mr i'. hrtie,ie|urj. | IBT! ^oi : 4i FEUI LLETON PL MATIN t,Qi 1 .eur de chantig besoia puai uaa uuit daagMMs] Judex GRAND ROMAN PAR :.l'I n t WD fo* M^^jim par L. Feuillade ) |W fou SIXIME PISODE TU tJti MOUE REGLILSta <-tuav* lao im natteii III (Suite) 'ftbtflM J ifidie>ttaiieson de la peur et celui tu 01 *b <*• l'amour %  fta a** h lafiaeatttin tout ahuri, demeur uut iTtcle Hla ?iW.iaccpyelie, M con.ij.ir#ie* v I ^lUPMWfl **• P lll erff^'^lWjj^^nh^riwi murbat rniL. ...., dire toute coup— Si je BioqfM de paro'e cea BtBi'.li ils sont capables de rua Jonei toura |Oaaibtci et iru8gice petit n'a rien i tous lue tables. c D ailleurs, taiiidre . ... a bbord ils mont promis ijuila .e lui feraient aucun mal et il n y a >as besoi.i d'avoir iBftBtl la pouore neme de riz, pour comprendre mus no veulent a'en servir queJ Joui amorcer Judex et dlivrer b aTaut, but bonnte et loaahie entre oui. Somme tout', je te grais pa> icue de voir un peu la tte iiu il a H nomm Judex.. Puii. il y cent mille franc jour moi, et dame', oo a bjau tie 1 on BiMi cetat mille frauca, ffW me somme rcepeciable. Tout en faisan, sau'.er sur aes a MOI le petit Jean, qui commenait 1 lui parler du bourricot et dea c* ,rda de aou pups Julien. Cocaotm 1 lirigeait de nouveau sea yeux vera I d ouate imprial. mkTOjSijk conut : : jjgjjj^'Jj* >^jS^Jl J KW! *."s Laieznjasfair^, M. Valiiv ? l c am*iaie, loraquui ifi=bate de son idole et matre., tout en promettent ioleonatlemant : — .Sire, je vous gtrantis que l premier qui osera seulemen IJU :i. UQ de *es ebaveux eh bteo/ b en, il aura de mas nouvelles. Tout le restait du jour, Cocant'f, 1 pensant qu'il avait concili son devoir, son amour et ses intrts. |'o< cups de Jeannot, jouant avec lui, I' comblant di triaudiaes et achevant ainsi sa conquia. .... Et quand arriva le soir, il le do eba lui-mme dans Bon grand lit tandis que,vtue d une robe de chem ore, il s'tendait pra de lui sui deux ch.iaes, s'endormant bientt, lui aussi du sommeil de finnocenc Les exploits du mm Rglisse .,.,. rVveut pitu que noua o-'VW'bWkamfa-r ; 'J Jl4 -3o9fJ< mionsieur, rpondit Jeanot.. Je veux bieD.. Seuleoent voua . ctndrit a ma maman' — O etemoun -elle'.' ; : -. \ MMM deea madameCJiaLUI., je ue sais plus bien ia rue..| mai ja rjrtNOuvwai bien la maison. Uu vrai drame ae jouait; dan le cu-ur de Cocautio^qi IUI jeait ; ^ — Dcidment, |a croie q" 1 i ( "meeuis embaque dent une >'•'• "isaovKise affaiie Cette Diana est ww* oifeoame terrible., terrible V 1K] E. tanoiaquB Jeauuo UaunUia lit ttecUve ue ;f*ociur na <\xr\-.' •autan bur ses geœua la reg%rd ti Gooantiu su d.ngot.Me*'* arbuste a Napolon. -Il n'y a pas (\ erreur, • d Je f:iaia beaucoup miaux de le A uitiuer aa mie,. u'\ Mai tout a aoup le friiaon de 1 Lorsque le mma Rglisse, aprf tvoi. couru aprs soi Chapeau, vit l'automobile de Dins et d Arnaury lui brler la pol tesse, en proie a une vi lente et subite colre, il s'exclama : i — Zu I U ont mis les vailes! Auasitt il a'lai* au criant sur les traces de la vo ture. Comprenant bientt qui' n > contia'.reiaen'. ion attente, il n y rencontra pas l'approbation espre, — c est singulier, ae drtii, le l'atroo n'a pas I au de ruaiCher. Cest donc qu'il laut qus je re ,itue ce gOaS> a faiumes. Maie voil qu'un nouveon Irtuoo c aau;t Getlt toi ce n'est plu* .e '.rijjjj 4f L Pur. c'eat celui d ! —-^^ de!re tendu e. iSse de mm Vient de lui 1 encore moine de rattraper le vehiLimei ae mmm mf* { t |d parii lr9 8aKe apr 'Nouveau il ett ni cefe wta l a voir montr le poing aux fuyard. œ."-S chantait Jji *ggfi*&JRJSR 3ds li i eu. ira avec d ices le paifain PfSr . ".KTcefut pour l'empereur u.. lie. P^^r ecoud W erloo. car Cooaocio m. f ad i ds le recoa< si eu lui ia voix du rmoras. Lui mure. i. moi Lt oi vraiment c.te Marit il iditr et ce M. de la Hoonefouiau. ut enievj le petit Jea i, je voua gaut s o,ue nous m Uiderous ^a s e reuu e sa meie. — Qit le bjn D.eu vous enteu la: ,it Mail mine. Et comme Roger legajoait sa voi .are, ie mme RghMti implora : — 34 sieu. emineaea-mji avec vou jour retrouver le gja;l Le b re de Judex considra un uiat.nt le petit bonhomme.. Pafta, il leci'U ; Si lea parents y co isen eut,oii / — Ma i ordre a son watt.n m de le couduiit a lelegaa.e g'goiniie qu il poiae dut, lue au Girqa-j o .t prs u wiUtups'Eiyaeos. .-5dua pera e uu .-ui in,tant Ujge< 'omit eu (.ampague. U sagisaal iv'it toat de retrouver U mate d< are apporta le louroattx Roger dis rail. %  mit si rir, et il aliait les abap^ me toi attention fat apoonce BUivatite^^ Si voua dsirez des leufan, adressez; vous 4M U ila,, 135, ruM m *" — Cette fouw "i qu Ique ehose. .j Pu.a aprs avoir u* 1 tglisse qui, apr srotf :U arette dans une jorte, ,ermdut allume et |i me aatistacuoa tvu H parbleu, oai, n! ivait raison, ce peut, • noi • MM Dcidment, je %  ntre irs utile Et s'empsrant d, on moni lue, Roger djj a communioaiion svac" -All., all, c estwi vionsieur Cucaonn.. V" C'esi Judex qui VOOII oarfaitement Judex. Uneexclamaticoer ,._ _. ru piste ut UU "'*"ir~ i rHnH ie Jiana et d Anuary. A son vif desap lemaut v br r .zr r BO urij poiiitement. il apprit que depuis plu| dogar eut un ie^ sieurb "jura ni i un ui l eutre neF' l^aj** jt Jean IfM) sa ni vaient reparu chez eux. Cournent las rejoindre? Roger qui, malgr 'ous ses edoits, u'v u-'u, t*u. que l'-veutu j;r ne e~rvlt d< %~n *. ..%  %  Paie. .1 prit sur an ig pis sans une cnW" trieuse '• ..rcaei 111 -All., monsieur C*,! Vous tes oujoJta uien Judex sara en .1 bui a quatre bmirej^j Les AmTr^R^ laut sont svia que yj est rtabli provieoirjJJJI tt r ue Bonne-roi. PJJ piancbeiBe-l^



PAGE 1

IlSHiTTl mi mi tH Kl an Changement 'd'adresse dtvi!? a r T aC r Pari80t l'^onour aiMPfrBes clients qu' sertir du ri .. '-'.'.^''ueduC.uu.o.rndu Ctmptoir Commercial. MM Dejoui Itiror, Tboroea Lrcbaud et Yreck d? llitlain su Laoc oe ia dfense. 5ii a ci a lir "r F oi "•'* %  ''< fj-, f.I MUllayflODVf-OlitlOU. le n'fiien.ir rire T. ^eut-on de.eu C r ; Ia r i! e nU8a e %  ** — Jriy dclare le /at7 constant, K aou.'ee Ai^elne buli, Elias joiriio ft Nipolcn Pascal, cotait ccmtwe afcfevr, n,is rtcenbi en faveur de ce dercier des cir l0U i;nceeaitniaiitei. Aceelme Ditli et Elias Polesno tent condamns aux travaux forrfc perpftui' > et Napolon i...„. i f, trois aria lia nul Sars neufs et de s /^deuxime main En vente chez Ryati&Bcrberlnc. Commiifion Importation iJhXbkDb MAGASIN DU LUI M piirfl • trois ans de inclusion *^^ aea ^ !gsg =gg a—— %  •.tlnflce de la loi sur la dten vo f8t constant, car loua les lior | rvtnlive. s s maintiennent qu'il y a en er Hier malin comparaissaient demtiojaiy criminel lea nomms Anselire Ditb, Elias l'oiessio et Ni[l"on Pascal acets s de vol secuvu! ,„ ; v, fflf" y eu en effet, * de caf, mais taccord feit dfaut entre eux quand il sa,t da ds gMff I auteur puineipai du vol Tons sont coupables g il faut sVn tenir aipuiruu IOIWI rv.io ue voi aux CDa '8 f8 quVs ae doment ieclfiacton, de plusieurs sacs de A '*lne soutient que Pascal et tife eu prjudice du Comp oir Corn ~ la f 0 .? 1 'sdeux prtnclpar x-uen's ibtrcihl. Le tnbuntl ait prsid v (l fc liC8 dit '" con-rair il fuir par le jUfcre-Doyen Letcoofleir avec l mDfr ,0 utf8 bs reponi>tii|ira pour hiDiElre l'ub ic Me TiLt fort ? l,r A n8e,ri,e "••"••''' !• met le'ri %  Les avocats Ttiomaa Leb l na au c, "ar.t du certain M narti colaMtea C'est AiaelaM qoi wi^ Agnirt. Agitai •• "^ •'"""' ifcilliis Lai' cluiid. Yreck i li'.elaiii et K I), a, -*-• rnuiH q , ,,, lotr trient au banc de la dfense er e CH(,p "s, ce mme An"lma a Ap.i les formalits d'uiag Ion e a voler du pit.e U Cornpaunie p 0 | f ulaud.tion des tmoin.*, aie A, c Uonalj G est un routirr de la tItalien .dposa en sa qualit Vle " ^ande Le Gommis-aira A deii'ploy au Comptoir Comiii(i-c:a< nant requiert la lin de non ocu i/ou emendit auesi Me Jules Pbips. allon Uli v tdic de condamnation Lea accuss ont peine vu. glana. du J our Ce son des chapps de la pio.i.ce La "'"" a la parole. M^ Tho !" s Lech.ud dans ua 'ar. R .' C O nfir cette culture c'as.n qi e Aneeltxe Diuli l'aut ur principal du toi est de I'A ici.haie. Sor t ~e leltetBLt, il se dfo.jd ci a nient nous lui connaissons DareYn coure les accusa m s des coaode l'accus ils Lv.c, 1" A uu.s 11 est presque 'en 1*11,0. |, rations d un od e U s 1^ 7^, .pondaujuty av.c U tt. i eVoa a gl p^ '^^^ £lii PoUsein est de Lo/no II ha-.elain parle i son io )t a la (liytiouomie moins criminelle P ur Au lme Ditli a le verbe U ro.leau tou la ciertiiee laisse ^ et lex Prsion c nglanie V ne pi un abcs que quelques meis ^ olI i lcMe P^s comme son collgue •tant le vol il avait fait ouvrir Rchaud la piti du jury, mais il s'a l'hpital. Il jette sur l'auditoire de dresse ^n bon sens er i a raison regards tonoants. Par instar.ts ,1 Me Dlateur reprsente N no n S iV^/w" 1, ,C banC Maifi l aScal S0Q client t inro-. *d iV Hie reilies.e ties ferma quand il lui ia socit # S f ^>.. , ,fl Uutae dfendra des accu"atonS u li < f Z Ver 8 e % % %  *• de KO eoiuphc. Napolon PS . ,' n l uvs ll ***** Celui-cietleplua^Z des o is 4 n v e.d..t d acquit eme.t lie visage ts veill. 11 porte Le Lommissa 'rc du Gou7f rnement j q: d qui inflLiii' i i ; & ,re. a I auditoire. II est de Jebions, 1 u tou^ ^Z "verdie! .Les tmoins IL Ua 8 i ien e i PlliDR u"" 81 ," 01 la 'i ouv au Abieattl Dbut sensationuo:. La maison Veuve Barbancourt \V %  a reu •Jr^.-„.. .ir..— — ~ A'. %  .: "*:Scir L 1 "'** (MCAH VG8ACCO la maison LPreefzmann—Aggerholm ? terni % %  i POMMAOE DU POOTIUa ZVLOrt t TCIiPS rORMANT &t..\l}>Q\]~ ffH'f.lilE ~ CGHMQOH SfflE TOUJOURS US RfSUL 7 AT U:oreln 'U/'KE. M. rt Ci..ri.<-L Ol c UllilK ,S l c' Mw-Wi '•< eiTR'jf '_ Ce artirJessont d'une soidi et dune dura hilH ^: ns pire 1!^ Venez l s voir et vous terra satisfait*' %  ""n" uns les au aVo P.s.1 prtend-juil a e rS uAnaelme Uoteli pour faire . H a pria ea panier pour oiter un bout de sac conte5yd-cafe.il. t p.yetc;*t Antelme Dilli dclare aon •S a nM ipclon K c-i l'avait ap Jipoar fwre un djob et muta u a ""•porter quelques aaca de oJfd "WPaical dment %  uaaPoleitia a\cue avoir aid^ Srli *. chez M nCinq Sous BBi 8 8 ,aifcnl vol8 ou non rRSii.n eC,proqu, neiit font cla. S n"i 0 "! W f volait as.ia.er tex;; aire6cibjari ba llSSatiy 1 ^" 8 %  aiment K 8 "-Mern rat. echaud Wa'l^ ^.^--nl. .S&^'^idertadeudienirtin?. PV Ucu,ier O'1 ferrepoaf y obu ^ minuits e i deux heur, a un „.,-. i < %  '''' %  '/'< %  £g£ ; ?";srj-?c B :"s^* — mm J uorai "i84.ire du Couver^ tiefUbhr.aine.lls trouveront corn x Pe leiVal'ii 1 H gn r nt accu8e me pur le pnss les m,tt !" soms et 1 li:|,r 1 nvo te les menus empresserrent*. Un peintre franais v „ p ortauPrinco Nous sommes heureux d-annoncer au public en ttaral et au uutau d'tn, en patuSler qucMr Joseph Brinon •n,.tej J elq,re lrinato q u i a se,ournc 40 U U BUw-Onli ci don. u snratl de touche m l'exprtuion du colon, (ont u.. maure incontestable en peinture s'est rixe dC-finif. ememeo Hati. Oa peut t'adreisor lui 0 u. la con.cction de tous K cnre de tutaux de Minturc M teHen de .Acadmie d'Art Nor*u,il Charles. Hue de la Hcunion No 1 ;o 7 ou il occu: e une chaire de pCQJcwtur de itinture, XsJL TPkIX ^5. DRAVE3 P0:i36 .tEL'HtS Cl.'J 0 NMK, eu /?//?f, t.-; 0M r N la Soc.cU ds la G.iittA l-i-arv."9 iS.r.ajfiUJ.SI-Pmnhit-l J |,/'ffr<(iU > J Envole conl-e UN FRANC r 1 Jlffl..^, ,, NOUVEL ALBUM CATALOGUE OE (/..o CJM pjfn avec tmunt ec.-ni^us) gtn— *L— • — %  ........ Arc O.V.. tour$ %  K, PllYRlquo, ytmutrntlnll c'tf toritM tnrff tV lr( d p/ji/. luura-jirtidr, s.ul u> u i,. d„i . Menu.-.. Hjin .llwnn. Srr • d'ai^licr Kuni.rrr.ait %  u~ .1 mr* %  > maiiu d* loua nirtini. (Vur .i-fr.. .-,.., „,. HinU l


PAGE 1

p ?*? 1 f~ --UN* -~.• 1 , %  I LU %  -! %  l" %  %  " ^larmacie Altierfini-EwaM j MARTIN. l.rLTRLS, P. G. Suc \ ffsscur Fonde en 1850 Pro^nii? chimiques dismeil ; tfnm Usius le France et d'Ame! lique) 'Verne Df niifnce Kol n s Parfuit(iie_fraKaise damri ea'm. Pelrus* I>nig gtora Siccessar ta ALBERTIM EWALD Fs'abished 1850 Ameriran&French Paient Me r'icines Best ehomicals from En icpe and Ihe staies. American presciiflinn* filles, Fren^n & merican Perfumei Toile Wa'MH. fte il al Pf Irus' Pharmacv firaduaia of TcmpV tniver.^ity. Philadelphla, l'a. AUTOMOBILES A louer RVES Illustre et Vente Patrons de Mode Avis important f. Public et inform que U Vn relies Planifions Incorpo'oted n MM o'fire j rovisoire >) Port ouJ'.imr (1I Rue du tnire, r' de la l'.nmt agnie des Cbles Iran.^atlantiques. port au Prince ' Mon HRA. Le prsident de. la Yeml'es I lan talions lnmrporated, John AU GBuANDS, Courses en ville & hors lie h vi Voyages l'intrieur du pays. Pour les provinces et les villesdeSto-Dominflo: Piurto-Plala, Santiago de los Calmleros. S adresser Chas. STEPBEN rrtfl CravT.ue M Avenue C (-4 I tlm Maison Sn.itb, tailleur on an (Jarppe <& D Hue 21) a LM I'P ARTICLES FRANAIS Lam 16494 •itrafl te H itMn IMC (Ja Magasin de l'Etat Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour daines et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses fil et coton Nappes coutils matelas chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mou hoirs de soie cravates nœuds et rgates assorties, Gilets de flanelle. Voyez-vous ces belles Dames, voulez-vous tre l^nles et martes comme elles ? ALLFZ CHEZ Paul E. Auxila Fie du Magtsin lie i'Etat et (raversire i O voos trouverez, les TISSUS i< s plus jolis et ptasaoDVsiai'l RUBANS les plus app-opries et d'un chois rare. Il vous de notre "n Ci sinon n d* Mode et vous vendra le ptiroil assurera \otr*>iobe une COUPE impeccable. J Cotsets. bps. formes de chape mx, parfumeries diverse? doi mj t'abiican'e; Tonique orientale, Triconberous, l'onmade. moelle I Pommade Eicellento, Lotion I ARGENTEE, assurant la peau blu %  it velout, remplaant les crmes' l ne \isite dans eite Maison et vos ennuis savoir ce qm vous devez portir, dieparaiseentMiEu. Le BOSSE, ayant dcid de sera rer du commerce d'aj tomobiles offre les 01 sions exceptionnelli suivantes Un camion'Chevroli N


PAGE 1

rrrcKf inn? If* 32$ DIRECTEUR-PROPRIETAIRE Clment-MIGLOIKE MAGISTRAT^COMMDNAL L£ NUMERO 15 CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINC* Ptfif io Pi.-ice, u*id > U i mois Un mois Trois mois Trois mois DEPARTEMENTS CTRAVGEa G. 2.00 G. 2 50 • 700 800 Les innonces sont reues au Comptoir Intematio'ial de Publicit, 9 Ruo Tronche! P a riieti9. "• *h Ludgate Hill, Londres. -%  —T"-— Vaadrudi u* Mail 1920 Quotidien Il o y a pas un homme qui ait le droit de mpriser les autres hommes. A. de VIGNY IELEPHQSR; 14a Oublions politiques I swiales CHOSES ET AUTRES et Amrique Correspondance spciale I Correspondance spciale an MATIN f Besccoup s'en plaignent ou du Iraoios ne la comprennent pas. Avec II optimisme provenant d'une iguoIraoce galement incorrigible puisque lia guene mme n'a pu la coniger. Ion esprait que, de mme que ?AMiique avait apport son concours %  onr finir la guerre, elle aurait r"MI la prosprit aprs lapaix.L'AIrique, vritable Deus ex machil , dcva>t tirer de ses ressources Mies, inpuisables, le moyen de %  Mer a la dprciation de notre Bgeaui est en partie un rsultat 1J t:e que nous lui devons dcile devait nous remet re ce'te c'est--dire h prendre pour .cunousprtrdel'argeo. n dclarations de M Clas' e du Trsor ,' Etats "(Jais, une vriUb'e douche poar •pnmistes d'Europe. Elles sont "nies dans des termes particulire calculs pour nous enlever illusion. Pas de remise des %  tfsiburope.etousdemprua'.s UT nalioa C esl individuellZ. ,Be cb eur europeas f ont $ procurer des crdits a „ x M 0 1 pour faie remonter h * ^ leurs monnaies respecuLu a ui 8 ^'t qa'l eavoyer aux R j de l'or, des marchandises "f leurs. L'Amrique ne peut flBuropedelaruine.celle.ci ne ^ a dpenses et e ia cir%  J jonuire L'Amrique s'im S"V^ r rEuro ,e raetresi ** % %  Hab-taee des crises viaiblii Pldcs 1 U nont a uc"ie *5tL^ J 0t el *asubi i£ B 2* ** qui e.t colites?,?* '* iulion !" *" Si "T des l ""PO>t : w*' d cs chensiM de <• Sto??! !" 1 1 ue 1" Allis G* ac.S!" al ea,pch uae *ii??* J os, a P rt"iU *il.\ au mo, as irois pro g*propagande germano Alli? ? dir '8 ee % %  B a bokhU* P ro P a 8*nde exN le? ? S,e 1 Ul se indi fcen?. UX autres "' elle < < iw >a, ? e UQe coai ; et les t:ie volont, sans jamais se tron per et a une vitesie vertigineuse. k: ce n'est la que la discrte avant C rie d'une profusion d engms.con uauts auxquels d'habiles spcia istes d>naer ea hte le dernier cojp de lioa Comment duuter de leur suces ? Dinj chique spciali h machine exerce au maximu-n les deux vertus cardinales et historiques de .'administration ; la routine et l'irres roisabilit; en outre elle est sourde, tl eest aveugle, et Ion n'est pu lateasib e, eu Uaut lieu, ces garan .-s de discipline. Il res e toutefois une difficult i surmoater. Pourn; pis dconcerter, i a t dcid qae les machin.s toactio,iaaires afte;ceraient aussi sou veut que cela serait pj;ible, la for me hum.aine.Oa et parvenu i faon ner des miQBiqums ayant muscles de caoutchouc ^ effs sur squelette d'acier, parlant eigesticulant comme CLINIQUE Des Docteurs Hyton et Leseou/Mr Gmrffoefi, ,523 (Maison du Dr Mercier) Consultations vous et moi. C'est parfait, sauf ua Uaii, mais important et JUI arrte %  lut on n'arrive pa,-d fixer dans la cm des masques l'immuable sourire du prepoii derrire s an grillage.. Transformisma Les vgtariens vont triompher. Dunesue d'expriences dont un P>u,a,hcr fut le .neutre, ,| r sul t4 le De Haute Cour de JusUce Le SeJerland lekgraaf AgenHcba* qu se pub . i Haye, apprend que Tri Pe \ 0 n " !" M" voir M run.r i la Haye les dlgus de quelques pays q/ui ont labor des 'oietspourlaconsWutioad'utr bunal international. Le but de ces pourparlers entre aboranoa d un projet un.f.ruie aide de comparaisons, et, ainsi, de aire un travail utile dans l'iulertt de cette importante question. Ce pro jet ventuel serait alors oumiTi U >ocit des Nations. On peut s'attendre prochainement ^nouvelles communications A ce (Excehior) Chaciia sait q u C et tablissement pro.Mt de rKhetch! SkSi ,-, ——-^ •*ricua t%\ dj N Ui S* 1 dts a,fa,r p,u -Toutes les cri.iques plus ou moins exigrees du trait qai se publient, toutes les nouvelles alarmistes sur h situation financire saut immdiatement tlgraphies aux Eut s (JotS tt utilises avec le g rouisse mnl que la presse aaaricaiue satl:ur donaer.Les moindres raaaJestaiions de mauvaise humeur sont utiliss comme une preuve de l'ingratitude, de l'goisme et de IV vidii des Allis, alors que le.; E a'.s1 -us ne leur demandent qu' .re pays. On coaoil lout ce que nos ennemis peuvent tirer d unesituaon aussi fausse et aussi a nb g je. Le voyage du prid^nt Wilson a t la cause pnucipale du refus de ratification du trait par le Congis. Oi a voulu ea tirer la conclusion que les Jttats-f ais pourraient tre de mme entrans dans lu Ligue des N'al.ous,compromis par un Prsident qai u est pas immdiatement respon sible.comme les minisires d'Europe, devant un Parlement. C'est avan tout pju; s'iUi.me ,ne pis se lutser ouohcr et a cause ie l'lection pr deuttelle prochaine, que le Coig's a lev tant de d rbcultij et que les Etats l T ais ne sont pas encqre o!fi cielleneut en 041X avec leiEtitsd | Europe Centra e, et tiennent avant tout 1 faire dclarer ab>urdes e) inae ceptables les clauses ti uacires et coao.miqjes du trait et amener i une rvision... L KOS1US.KO • ai. Z r""*i"i ac s notes uient imernes. Dnnia Z-Ti de Sales, iat sont sortis guru, , malades y sont d^ds, les autre: %  — — -— ••• WQI eij invertis, ;.'ils Ucvaieut ine et qu'ils sont nxs defioiiivemest. A quoVj est „ue de retj'quer.i > , ,1 c, q. en 1 sspece la comparaison ctjus sont encore en traiteej unie, a.tcudu que cest M scrul a. L Hpifl a CO n t ta,, ianatouiic des plus humbles besnes dm maudes nna n 9 ,0Ur r, P '.. y ieS dsco e ,ndlvld P fMQ moyenne des 2 ?J (Us tout en ce mumentiout ce qu'ils par jour dtt H.ni.? t cuvent pour coller Psacfinhi 1 SSUSST'ejT SJSLm^mm? 111 tharg.que a de malheureux Siug es j dames ont s^urn" Pn U? 1 s • qu'ai e fl nature, que VmSLi ' chambre.^ pa ti ul.r7s P D a ur t S LSSAT C V ,,|IM ."al reposer et efu lia?s.n * Y complue que chez un s.mpie gai C.m.que et Opra-ionsl' Les grara des oprations se sout leves en ton d.J0 ,ur celleide i^S. Les petites oprations eoiruratcales au 187 Cas 465 314 4oj 5I045 m Un ace... Une a.lerualiv..simpo,e, r,j fe, bemmm reaouceroul 4 la< vimJs et ies femmes teron. d; mme et cha can icstera 4 sa place Ou nous coa nouerons a nous alimenter comme ajo s,u le cV.lfrde"" "IT^n devant et lea ho.nmes ne seront plus d -* oprations ont ' faites 01? i alors que de riaicaS suflraget:e"! ^^^^^^0^ Pansemnis"" Cas 2 PrfscriplicnsiraluiiM l f OTO-R P HINoi^ e N S GOI .o 2 S56 Pansements Us 2 ^ Prescriptions' OPHTALMOLGIB Pansements Prescriptions GYNECOLOGIE] |anseme'ji s 1 W.ptJOM en-o f ;2 ^"0"es|sont venues d?ca"iV 9 aua serv,c d'assistance m deTmd,r aSUl tllons donnM P ar EPSmisS ordon nce. cu de 's g sw ement par et us ,s 7s pansements > lion n saM con, P ler ' consulta 'III Sestion du Laboratoire rdamtroat b.uyamtnent l'galit des sexes et ie diuit de participei 4 l'lection des dputs"' Les atfaires du pays en ifonl-elles plus mal l Ce n'e a t pas sr r-KhiJ TOMY A. vendre be P,l, e Jjs.r Mathurin Les petJ-s oprations ont t laites par vi M4ss tudisut-. en mdecine Se us r:eine et cinquime anne De nombreux milad sont venus i Siint 1-unois de Sales pour ces opratKMis de d vers point, du p iV s ur ces 75 grandes oprations if 2? eu que a dcs et SUCQM J J p ce. mslades t,U-il dmeTpS t-est un cios tnivia m*iAt~7i FCie# Bonne occasion e ces maljdss tait-il Ua'"" S ad.esaer u d ac des Q Q 1Qe r, C'est un sros SM-CAS M;,. P tl6 m, K .e Bjoae Ko. pour un i>^ non HlTt^S^S^Jf c avec 11 uuais en bju ut. AUcuiui r*iadi -Jilv a P. ren <*re de .Ne. Ml nu^ ^Ks^i^ "i ^Nombre d'analyses faite, en m g^g. parasites de Leveran Sng, dnombremen'. ^, iD g numration t-onocopes Cr-chats Matires fcaifti urines f r ; st "*dAm,ard Ufo dans le sang Lredanslu nne 8 aanuse Cfnto-Diagnosic Wassermann Ducrey diphtrie R^iosgraphie et radiscopie L analyses du laboratoire sj ^ 74 7<> fo .ai 67 316 Mi z b4 17 2r


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05073
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, March 19, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05073
System ID: UF00081213:05073

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
rrrcKf inn? If* 32$
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
Clment-MIGLOIKE
MAGISTRAT^COMMDNAL
L NUMERO 15 CENTIMES
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINC*
Ptfif io Pi.-ice, u*id
>
U i mois
Un mois
Trois mois
Trois mois
DEPARTEMENTS
CTRAVGEa
G. 2.00
G. 2 50
700
800
Les innonces sont reues au Comptoir In-
tematio'ial de Publicit, 9 Ruo Tronche! Pa-
riieti9. " *h Ludgate Hill, Londres.
--' T"--
Vaadrudi u* Mail 1920
Quotidien
Il o y a pas un homme
qui ait le droit de mpriser
les autres hommes.
A. de VIGNY
IELEPHQSR; 14a
Oublions politiques I swiales
CHOSES ET AUTRES
et
Amrique
Correspondance spciale
I Correspondance spciale an MATIN
f Besccoup s'en plaignent ou du
Iraoios ne la comprennent pas. Avec
II optimisme provenant d'une iguo-
Iraoce galement incorrigible puisque
lia guene mme n'a pu la coniger.
Ion esprait que, de mme que ?A-
Miique avait apport son concours
onr finir la guerre, elle aurait r-
"mi la prosprit aprs lapaix.L'A-
Irique, vritable Deus ex machi-
l , dcva>t tirer de ses ressources
Mies, inpuisables, le moyen de
Mer a la dprciation de notre
Bgeaui est en partie un rsultat
' 1J t:e que nous lui devons d-
cile devait nous remet re ce'te
c'est--dire h prendre pour
.cunousprtrdel'argeo.
n dclarations de M Clas' e-
du Trsor ,' Etats "(Jais,
une vriUb'e douche poar
pnmistes d'Europe. Elles sont
"nies dans des termes particulire
calculs pour nous enlever
illusion. Pas de remise des
tfsiburope.etousdemprua'.s
UT .nalioa C esl individuel-
lZ.,Be cb eur europeas
f ont $ procurer des crdits ax
M01 pour faie remonter h
* ^ leurs monnaies respecu-
Luaui8 ^'t qa'l eavoyer aux
R j de l'or, des marchandises
"f leurs. L'Amrique ne peut
flBuropedelaruine.celle.ci ne
^ a dpenses et e ia cir-
J jonuire L'Amrique s'im
S"V^r,rEuro',e raetresi
** Hab-taee des crises via-
ibliiPldcs 1U' nont auc"ie
*5tL^ J0t" el*asubi
iB 2* ** qui e.t col-
ites?,?* '*iulion *"
Si "T des l""PO>t:
w*'dcs chensiM de <
Sto??!1 1ue 1" Allis
G* ac.S!" al ea,pch- uae
*ii??* Jos,aPrt"iU
*il.\au mo,as irois pro
g*propagande germano-
Alli? ? dir'8ee
Ba bokhU* ProPa8*nde ex-
N le? ? 'S,e 1Ul se" indi
fcen?. UX autres- "' elle
.!<< iw>a,?e UQe coai<-
K TUoa des EUIt.
'nC d'c'b;en W*
to^'fnils aux fiuti Unis.
Un vent de catastropha vient d- se
Ufjj et souffle sur la g,ot bur.au-
critique. De quoi s'agit-il ? De rien
mons que de remplacer U plupart
desscrib-s et commis actuels par
des scribes et cornons mcauiq*s!
liais bien cmcan;ques Jajoute
pour couper court d'inoppi.uus
ncaaemeats, que l'affaire est srieu-
sjsjles pauvres diables qui non
qa un roui de cuir pour reposerleur
lts n'apprendront pas sans moi
que la commission charge du rapport
decisit.a not des oerformaoces extra
orJiaaire,. Des trois appareils en
coati dexprimutaiija, rua mut-
ttplM et divise plus rapiiemeat et
plus srement qa'Inaudi ; l'autre
aiiitioane et crit piai sur deux
r.'gi.res simultanment ; le troisi-
me r dii; des fiches, les clas>; et les
t:ie volont, sans jamais se tron
per et a une vitesie vertigineuse.
k: ce n'est la que la discrte avant
C rie d'une profusion d engms.con
uauts auxquels d'habiles spcia istes
d>naer ea hte le dernier cojp de
lioa Comment duuter de leur suc-
es ? Dinj chique spciali h ma-
chine exerce au maximu-n les deux
vertus cardinales et historiques de
.'administration ; la routine et l'irres
roisabilit; en outre elle est sourde,
tl eest aveugle, et Ion n'est pu la-
teasib e, eu Uaut lieu, ces garan
.-s de discipline.
Il res e toutefois une difficult i
surmoater. Pourn; pis dconcerter,
i a t dcid qae les machin.s
toactio,iaaires afte;ceraient aussi sou
veut que cela serait pj;ible, la for
me hum.aine.Oa et parvenu i faon
ner des miQBiqums ayant muscles
de caoutchouc ^ effs sur squelette
d'acier, parlant eigesticulant comme
CLINIQUE
Des Docteurs Hyton et Leseou/Mr
Gmrffoefi, ,523 (Maison du Dr Mercier)
Consultations
vous et moi. C'est parfait, sauf ua
Uaii, mais important et jui arrte
lut on n'arrive pa,-d fixer dans la
cm des masques l'immuable sourire
du prepoii derrire s an grillage..
Transformisma
Les vgtariens vont triompher.
Dunesue d'expriences dont un
P>u,a,hcr fut le .neutre, ,| rsult4
le
De Haute Cour de JusUce
Le SeJerland lekgraaf AgenHcba*
qu se pub . i Haye, apprend que
Tri Pe\0,n " M" voir
M run.r i la Haye les dlgus de
quelques pays q/ui ont labor des
'oietspourlaconsWutioad'utr
bunal international.
Le but de ces pourparlers entre
aboranoa d un projet un.f.ruie
aide de comparaisons, et, ainsi, de
aire un travail utile dans l'iulertt
de cette importante question. Ce pro
jet ventuel serait alors oumiTi U
>ocit des Nations.
On peut s'attendre prochainement
^nouvelles communications A ce
(Excehior)
Chaciia sait q u Cet tablissement
pro.Mt de rKhetch! SkSi
,-, -^ <- acunixicnt ue *" H*- *-ei etaniis
UJ'ta '-Paient, tt jie uval iUr ro,'.,le d" l'Archevch, a
leJuel, en U'autres fms, iU m Itt. e? qu Ifues annes une
sent adurnesa inun, est accueil, vJeAma8""ilue, sous la di
P-r eux a/ec un* cynique iudilren. ?nra;e, dtf Monseigneur le Cordr.
l'-a reva.che. , ..,., que ] Qa 1: ur et a dueenon Technique du^
ardent fi Jli^i *!&*" des svi-
le prero- ces rde-auxdel'Hosp,ce,
Pu .eux avec un* cyniqu ,
*.s. ta revanche, les poules
soumet au rgime carne ne
pas a se lev.er pouivues de prero-
tfittfet babitualiemtni traugirei
cur sexe, li leur pousse d'abord des
ergois, et puis eu, uu beau iuur
enfiu, mas qui i'ou ,^he Conine'
la sauna isi *rtivee, u poule s'ecnJ
tUoCOiHoll lit elle licul parut
J'entends objecter que, des htes
ne oeu-
rectoi
Co?dju
ospice,
I Section Hpitalf
Ju^qu'i c-s dernires anne?. St.
Franco de Sa'es et it en rali,,
Ho, ace. ou un cerUiu nombre dm
arables ou de personnes aees t.
taient in-ernes. Depuis quelque
H.Saction Assistance Mdi-
,ale Gratuite ,
2 S'a8it- ici dM mald qu ne
en, ,PaS i,nterns mais Presen-
itn tous les jours i l'iaostuco^.
11 et jours fris errepts/ '
rconsultatioac gnrales;
F ; nsements guraux C" \ l"
P-cr,d.,onS fournie, gratui- ? 2
ODONTOLOGl jgj
pSDS1ron,o,^uec -s
L'Ile ? *>*ricua t%\ dj
N Ui S*1" dts a,fa,r
p,u-Toutes les cri.iques
plus ou moins exigrees du trait
qai se publient, toutes les nouvelles
alarmistes sur h situation financire
saut immdiatement tlgraphies
aux Eut s (JotS tt utilises avec le
g rouisse mnl que la presse aaari-
caiue satl:ur donaer.Les moindres
raaaJestaiions de mauvaise humeur
sont utiliss comme une preuve de
l'ingratitude, de l'goisme et de IV
vidii des Allis, alors que le.; E a'.s-
1 -us ne leur demandent qu' .re
pays. On coaoil lout ce que nos
ennemis peuvent tirer d unesituaon
aussi fausse et aussi a nb g je.
Le voyage du prid^nt Wilson a
t la cause pnucipale du refus de
ratification du trait par le Congis.
Oi a voulu ea tirer la conclusion
que les Jttats-f ais pourraient tre de
mme entrans dans lu Ligue des
N'al.ous,compromis par un Prsident
qai u est pas immdiatement respon
sible.comme les minisires d'Europe,
devant un Parlement. C'est avan
tout pju; s'iUi.me ,ne pis se lutser
ouohcr et a cause ie l'lection pr
deuttelle prochaine, que le Coig's
a lev tant de d rbcultij et que les
Etats lTais ne sont pas encqre o!fi
cielleneut en 041X avec leiEtitsd
| Europe Centra e, et tiennent avant
tout 1 faire dclarer ab>urdes e) inae
ceptables les clauses ti uacires et
coao.miqjes du trait et amener i
une rvision...
L KOS1US.KO
ai. Z--------r""*i"i acs notes uient imernes. Dnnia Z-Ti
de Sales, iat sont sortis guru, ,
malades y sont d^ds, les autre:
. - wqi eij
invertis, ;.'ils Ucvaieut ine et qu'ils
sont nxs defioiiivemest.
A quoVj est ue de retj'quer.i > ,1 c,
q. en 1 sspece la comparaison ctjus sont encore en traiteej
unie, a.tcudu que cest M scrul a. L Hpifl a CO n t ta,,
ianatouiic des plus humbles bes- nes dm maudes nnan, '9 ,0Ur"
r,P'.. y'ieS dsco-e ,ndlvld PfMQ moyenne des 2 ?J
(Us tout en ce mumentiout ce qu'ils par jour d- tt H.ni.? t
cuvent pour coller Psacfinhi 1 SSUSST'ejT SJSLm^mm?111
tharg.que a de malheureux Siuges j dames ont s^urn" Pn U? 1
s qu'ai efl nature, que VmSLi ' chambre.^ pa ti ul.r7sPDaur tS
LSSAT CV ,,|IM."al reposer et efu lia?s.n *Y
complue que chez un s.mpie gai C.m.que et Opra-ionsl' Les grara
des oprations se sout leves en
ton d.- J0 ,ur celleide i^S. Les
petites oprations eoiruratcales au
187
Cas 465
314
4oj
5I045
m
Un ace...
Une a.lerualiv..simpo,e, r,j fe,
bemmm reaouceroul 4 la< vimJs et
ies femmes teron. d; mme et cha
can icstera 4 sa place Ou nous coa
nouerons a nous alimenter comme ajo s,u le cV.lfrde"" "IT^n
devant et lea ho.nmes ne seront plus d-* oprations ont ' faites 01? i
alors que de riaicaS suflraget:e"! ^^^^^^0^
Pansemnis"" Cas 2
PrfscriplicnsiraluiiM *lf
OTO-RPHINoi^eNSGOI.o 2 S56
Pansements Us 2^
Prescriptions'
OPHTALMOLGIB
Pansements
Prescriptions
GYNECOLOGIE]
|anseme'jis '
1 W.ptJOM
en-o f;2^"0"es|sont venues
d?ca"iV9 aua.serv,c d'assistance m
deTmd,r aSUl!tllons donnM Par
EPSmisS ordonnce. cu
de 'sgsw "ement par et
us ,s7s pansements >
lion n saM con,Pler ' consulta
'III Sestion du Laboratoire
rdamtroat b.uyamtnent l'galit
des sexes et ie diuit de participei 4
l'lection des dputs"'
Les atfaires du pays en ifonl-elles
plus mal l Ce n'eat pas sr
r-KhiJ TOMY
A. vendre
be P,l,e Jjs.r Mathurin Les pet-
J-s oprations ont t laites par vi
M4ss tudisut-. en mdecine Se us
r:eine et cinquime anne
De nombreux milad sont venus
i Siint 1-unois de Sales pour ces
opratKMis de d vers point, du piV"
sur ces 75 grandes oprations if 2?
* eu que a dcs et sucqm J J
p ce. mslades t,U-il dmeTpS
t-est un cios tnivia m*iAt~7i FCie#
Bonne occasion e ces maljdss tait-il Ua'""
S ad.esaer u d ac des QQ 1- Qer, C'est un sros sm-cAs m;,. Ptl6'
m, K .e Bjoae Ko. pour un i>^ non HlTt^S^S^Jf "c
avec 11 uuais en bju ut. AUcuiui r*iadi -Jilv a P.ren<*re de
.Ne. Ml nu- ^ ^Ks^i^ "i
^Nombre d'analyses faite, en m
g^g. parasites de Leveran
Sng, dnombremen'.
^,iDg numration
t-onocopes
Cr-chats
Matires fcaifti
urines
fr;st"*dAm,ard
Ufo dans le sang
Lredanslunne8
aanuse
Cfnto-Diagnosic
Wassermann
Ducrey
diphtrie
R^iosgraphie et radiscopie
L analyses du laboratoire sj
^ 74
7<>
fo
.ai
67
316
Mi
z
b-
4
17
2-
r


*-
r*E*t
q^i vp-rf ttftto^SWa
J Nouvelle Mrmpffco L^y^^
mer i \\*r. PARIS La cor,leen;e des ani M|. ipreudre a marner I, I, !.
610
;ut ce intiu inttBticur -Mayer C hir-
4 d'silnrts d'Allernsg
CitfiiO'm'iiiiwg.i^^r'/'^AWWdh'tfw
jfhierde noire confrre *i'Essor t>
moui sommes en mtsure (taffirmer
aue le sympathique homme aKIS Monaitur Millerani
[aires. MrSah, bien connu du vl l
bord de mer, n'est pour rien dans
la vente d'migrs ngocie au di-
re de l Essor par M. Calor.
Mr Sala est simplement l'aaent
v axtnj tijg\H dt
lig/fmtytfWme n[w
inner passa je n tm
hirant se rendre Cu
ia et muni de papier en rgle.
re-
Pour U clinique et ia mdecine
pratique, les 6823 sujets qui se
sont prsents a la section n'assis
PARTS La cor.l en.e des am 1
.bas.ll*rK t, Uou une satcc cet!
la pu1* widi.
P.\KP> V'U* "l'emcs prime
il'opiaioa que I. lmir l;jycal A caj
I Syrie sera |.mv%t

st
avnement-
STRASBOURG Monsieur AJtpSU
nouveau commissaire gnral e
irriv ici. il lit reu par tous les
[DU PtU'il BWTNAlKt
COLLUGli
S 701 t sondes au su\'t J
^'.emecu envisage
la question >ie
ericofi^rYpp
tauce mdicale et les 425 jjaUtnu ^U du Bas*h dpose que la cen
1 !>iTtf 1 i.i_ _. a.:..: ._ AH.mnmiA nvnmmaiidi a main
Turquie 0 1 u a pas
xe. ovt
WtRs minires
Mr Milleraod exposa la situation
les honneurs. La vi'Ie lut pavoise. res d Allemagne
PARIS--\ la-bautevcur t*oi>linua
l'audrion des tmoins. Mr Seltz d
I-ud; 18 Mars I92>
m
C*Tt oprs, n foini i
dos tudiants ample matire dob-
serviion. Four, la partie thorique
lt>drt|t1l|mi lir ,a ouvert
etCift [gtbl^lftque La
------?iiuc . ^pacicbse 91 bien fo>eu
ooit&k* e* tfeW*F <*>*mence U'
"prsmie*-de de Mr Eliitt, de 100
, dollan AJtffWW ^a^eia/jquelques
^^^oafVrmr. JV^q.iet^arm. eux de
.fen:^e5|l?.rpiUWWmect mi
pup ba
ttof a

3IDA>ie -U|
are Allemande recommanda A main
te< reprises de ne parler de Cail
laux et de la campagne dfl lionntt
Rouge qu'avec prudence i| qui
iuiail entendu plusieurs dputs au
.%iciistafl au eoura d'une ses'ion sf
Ml dire en \x\tcl de' Caillaux :
C-ctt notre Homme le p e Dlsoi
confirme celle dposition et ajoute
que cetie express**n tu Allemand
ne signifie pat^-quit n'y ait eu sym
pathie entre Caillaux et le Gouverne
mei.t Allemand mais sinon que
Caillai)*1 tait pay-
l^n sutre tern^m Colembert con
____ .^ducteur Sleplfrgcr alfirme que peu
cle de. mdecine danl san ii^yage en IU-ie il
%mmu S*int du Caillaux tenir des piopos
Grand'Hu pr du tailleur S
w No 1532.
Stnrl.
M M les
fto^W^^orVrib^ Ltutea euue auuei il n'y a
fit suiwjrnjipvaUQn 4a- I9#J9 -f ****** la v,coir,e
''Wrti'x.nn Au Ut* A'
a plus de
e. Caillaux!
a W'apn "iu" lltr 4'AsMStanl Uraen' :e\te ^tsseition et dit que
rofflcf^^pasos empo "d'autres tmoins dtruiront ce tmoi
, ,c mot Interne, mais U.ioncuoulgn.ge.
a mme Qm lves des demie cOBLbINr/.- *i dment ia uou
mmsl enisdea.eaamcns libres' velle dt li pcclarnalicn d'une RKu
as irs srieux, oct t-eus as blique Rhnane
^isMiKs 'fout les mois deux d'entre COLP.UNl- ^ La GiaetW de Ce
x assurent certains servicts, Ihos logiV innoscc l'arrive du gnra-
Dite-ieur louwU-une^re ittribu Mukfl Berlin dan* 1 nuit de d:
'-----uon durant le mois de service Lt'martie lnnd- 11 serait parti imrm
-iAMlittWwe' 'Sflittt fosrtrB, p'picfanl djairnent pour StugaiU en vue a.
ieseeteitee'iWdfisiiarces assiMacts ngocier avec le gouvernement et
. a demand il Hospice degini en pt Bauci.
lirdiiale3fcuA#i1bien.vC0B:me Va Thini la Marseillaise. La populat o
^iPcmffiocscience rles est en pail.e en iaveui de l'a
HCBueile \piwt*m ni.
"**"-- fi|^.';,;i; j
Par la (raniia est atry4 l EUxir Jj
anti-ophtalmique contre les maladie*
d.-jyeux.
hln siock chez Alphonse llayne.
On tioavera: articles pour cou-
tuae, -imfceiie, broderie, le 1* par-
l'unPrie, des corsas, de Ihussu-
res l.Uiiclies.uJuah^Miies, rjw
clii'ies de'hl)litre, des* telins
frawpatses ds ftRq>our daule>.
( f Savons Lenox i-our Lessive.
a enten On trouvera en outre les spC;H-,
>s dlaiI 1 ssuivan'es : louique Oueri'al-
J.tn A .* .... ! I. Ift
romtre
Minimum
iralojf
Masi'T.um
.,lcl^flkDe diurus
Sel aRr jusqu' 4 h. et
ensuite.
Pluie 7 h 10 m,
Pluviomtre 20 6 mm,
Baromtre ea baisse.
1. SCHERER
Le Moniteur
! MiiiirniWliaaaaei n Mars du Journ.
Olticicl pul-Uc :
Avis Ministriel. ,
- Arr; nomrnant une t*mmiSMon pour ge
r<* ,'sjai protiaiMs^ecuonj, leiini4r*a
la eoiwiiuiu: dcXAn*.artUleur.
_ Arrt approuvant kl amendeirent aux
-.tatut de la Socit commerciale a II
Je tfcp Jt et ampulaneot y jat.cn-s
j prendre a marner U lanJ
ct m a rti xt {rlai-'eavec une reinarquabj. '
1 -^ l lAI iil din* vos momte 1,SJ
ous, en suivant noire cars
par$ spcialement pour !,
sonnes d ) lan.'ac frtnii$i
/ei pour demander des ^
'ncntscompleis.
7/t ftm'wrSaWnjiitoie
D/pt ) e35 W. 108 Si., n
764.
27.3
114
25.3
coave
oe.
La St Joseph
Saint Joseph est grandiostment ttiim,i
L)s : heures an m..... i_ > i
W
_ heures au matiu | M
jieines de lid.es. La vaste cour de l-S
- peine pour contenir le nombre
Y lurent
> heure
nanci
le Sep Jt et imp*** y -"""* A B-
-* Circu.a. Jdu bcclciair.ujh ut des h
c: au Conunt(d04us Anai*riteurs des h
Je Rpublique.
- l'ro.e vt.arJu brlnunt 31 ooo gourd
4e biikt, OBCjhia.np*M ? ^ars I9J- ;
lut de> haW tauons de plus d_ d u car
reaux deterr. arLo,.spar .e Cm NAv :
'Woi->-ttux uoiiveroire'et J -'otui
kt'optmions de uanslonmtUP u* ambra posi
le Ct.o.o; en type de U- t'&ift1?? 2'
-I St de 'a M. N. h">7. relais a la utu.
t,oi des stock a-tiib[es roMr le* fcunets 19'7
in a ,
croissant des visiteuis.
Ueux messes basses
henci :> et I autre a y neure <;
A 7 heures et demie eut lieu ij yT
libre par Mgr Hcauger. Le sertuw
tax fut tait par le pre Huck. Au ta
rmonie la chorale des tille 4i
se lit entendre dans les chants p__
;uts avec matrise. La musique du2S
sait la tte pai l'excution des bcam
011 rpertoire.
Y assistaient Sa Grandmr Mgr J
.erg, Mr H. Dartigucnavc, becrmJe'
,meneur et beaucoup ue noubiiu)
ulitiquc. A I issue de U crmonie
di*
crmonie, kl
salua Mgr l'Archevq au uxait,]
eillaise et de u Uessahmenne dut u J
'resbvtre.'Jet aprs midi *4heuro|J
roceion et bndiction du Samt-S
Trie prierons Excelhsnls. loi.
cuiug, l'Wder, Lininent Minar.
insective E-nuisio1 Seitt <"tc.
\>elrol Hahn Colorite
auan i .......'^""^
contre
la
'constipation
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien.
HO, Km Saint-AntoJn
FAWI8
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
"wn-RT-AU-PRrNCB
AUX PITRUS; Ph.nn.ci. ALBEHTUtl
''"ESSE* a. D- JUn VIAW
t tout l bona Ph*rm*ci.
Sacre-Gor ,
"L^fig & da Sa.r- i i -k seraeiigie e "aro.ss.
,l> tm,cs, I ^rii'proihiin, a .
M *i OF.xa-tu.ab- H tte- iwinon. il >
iura KenaMr, bal, loterie, uravous d.vcr.cs -
fil pcut-C:uj, quartier (u Sicre-Lowr. t.
-roopede da.iis pav.o.ines>e> s occuj ie loWni>atwn de la te^ur. proton d eiu
res'bniuntv. Erka Ippt "a appel piessani a tou
e hdeles qui *nt toi dans la uevOtiou du .-sacrt-
^ur pour appoi ter le jour de la tte leur co.
:juis et leur olranJe ar.u d en assurer le Mftct
Runion ue dames pauooneaaes. La reunioi
e dames patronnesses est tue au dimanche
1 courant, a ncui heure du matin, au l'icsby
cre uubacr-^eur, au tins de p'endte le> de.
i,eres dispositions reb'ives la lete.
Au nom de 1 Hygine
i e pobtk et les lauiihes out .'..puis longtemp
rappi de ce qui se pratique daus la plupai
j s epiceue de u ville ou le mme maiu, qi
lampulent les eoiuesi.bies, compictu et leoi
en: I argent. ,
li et uequent, en effet, de voir le vendeur so.
r du comptage, d'une masse de nickel pour v
. dcouper en morceaux du jamuou ou au tic
.uige MUU s-ue lave le niams.
ette pratique est malpropre et anti-hygien.-
.c, et nou lormou le vow ue voir qui uv
, revoir I argent doit tre, dans les maison ci
tait le deoit aes articles d alurwiiuiion, expeu..
ar un personnel spcial attache a U caisse.
.Nous y reviendrons.
La Revue Bleu"
C'est demain soir, ie Revue Bleue j
Varits. Le succe est assur. Lespurjoj
romettent un tr granj suect. Oit
>iaitir de voir : u Ce Messieurs du bAi
;t on lira.
M. fnce Mars dont ont on lOnnaii kl
aient a bien voulu accepter a dotae
.jiitcreoce sur le bol.. Lore prononai
.ent au Cercle Jfort-au-i'rmcien.
Il s'agit des traditions orales du l
.emiere partie de la conlrence ea
oaies et chansons.
.nous engageons donc tou no l__.
er cette o.r.ie tte de bienimaJ
oQiic, comme on ie sait au protit 4eng
jibliothque de l'amicale uu Lyce I
A. pxupos ae !<> taxe ail
Relativement a la quistiou poste I
i* uxe d'mcend.e eu discussion au I
ju> pouvons annoncer u no'rt
i-a'll s'agit d'une taxe modr
m droit lo.atits et qui serait \ttmi
['m avec ces uroits.
Dans la penec_ de l'auteur ac li
cette taxe serait de dix centimes i
par mois selon la valeur des immeua.
_A, ,Cour ci as&iMs
Aujourd'hui se pfesenteut ucnakl
>ises les nimu ; Adolpnc Chuta 4
*ol avec ellraction au prjudice dca(
ma biienne.
La deiene de l'accus sera pretoaj
J. Massante. Le mmistea puiinci
,iirMe M. ferpignand. Le juge 0.1
",.ae le triDunaiet Mr i'. hrtie,ie|urj. |
IBT!
^oi : 4i FEUILLETON PL MATIN
t,Qi 1 .eur
de chantig
besoia puai
uaa uuit daagMMs]
Judex
GRAND ROMAN
Par
:.l'- I
nt WD
fo* M^^jim par L. Feuillade )
|W ---------
fou SIXIME PISODE
TU tJti MOUE REGLILSta
<-tuav* lao
im natteii III (Suite)
'ftbtflM J -
ifidie>ttaiieson de la peur et celui
tu 01 *b <* l'amour
fta a** ,
h lafiaeatttin tout ahuri, demeur uut
iTtcle Hla ?iW.iaccpyelie, M con.i-
j.ir#ie*vI ^lUPMWfl ** Plll
erff^'^lWjj^^nh^riwi mur-
bat rniL. ....,
dire toute coup-
Si je BioqfM de paro'e cea
BtBi'.li ils sont capables de rua Jonei
toura |Oaaibtci et iru8gi-
ce petit n'a rien i
tous lue
tables.
c D ailleurs,
taiiidre ...
a bbord ils mont promis ijuila
.e lui feraient aucun mal et il n y a
>as besoi.i d'avoir iBftBtl la pouore
neme de riz, pour comprendre
mus no veulent a'en servir queJ
Joui amorcer Judex et dlivrer b a-
Taut, but bonnte et loaahie entre
oui.
Somme tout', je te grais pa>
icue de voir un peu la tte iiu il a
h nomm Judex..
Puii. il y cent mille franc
jour moi, et dame', oo a bjau tie
1 on BiMi cetat mille frauca, ffW
me somme rcepeciable.
Tout en faisan, sau'.er sur aes a
MOI le petit Jean, qui commenait
1 lui parler du bourricot et dea c*
,rda de aou pups Julien. Cocaotm
1 lirigeait de nouveau sea yeux vera
I d ouate imprial.
mkTOjSijk conut : : jjgjjj^'Jj* >^jS^JlJKW!,*."s
Laieznjasfair^, M. Valiiv?lcam*iaie, loraquuiifi=-
bate de son idole et matre., tout
en promettent ioleonatlemant :
.Sire, je vous gtrantis que l
premier qui osera seulemen Iju :i.
uq de *es ebaveux eh bteo/
b en, il aura de mas nouvelles.
Tout le restait du jour, Cocant'f,
1 pensant qu'il avait concili son de-
voir, son amour et ses intrts. |'o<
cups de Jeannot, jouant avec lui, I'
comblant di triaudiaes et achevant
ainsi sa conquia. ....
Et quand arriva le soir, il le do
eba lui-mme dans Bon grand lit
tandis que,vtue d une robe de chem
ore, il s'tendait pra de lui sui
deux ch.iaes, s'endormant bientt,
lui aussi du sommeil de finnocenc
Les exploits du mm Rglisse
.,.,. rVveut pitu que noua o-
-'VW'bWkamfa-r ; 'J Jl4 ,
-3o9fJ< mionsieur, rpondit Jean-
ot.. Je veux bieD.. Seuleoent voua
. ctndrit a ma maman'
O etemoun -elle'.' ;
: -. \ MMM deea madame- CJia-
lui., je ue sais plus bien ia rue..|
mai ja rjrtNOuvwai bien la maison.
* Uu vrai drame ae jouait; dan le
cu-ur de Cocautio^qi iui jeait ;
^ Dcidment, |a croie q"1' i(
"meeuis embaque dent une >''
"isaovKise affaiie Cette Diana est ww*
oifeoame terrible., terrible V
1K] E. tanoiaquB Jeauuo UaunUia
lit ttecUve ue ;f*ociur na<\xr\-.'
, autan bur ses geua la reg%rd ti
Gooantiu su d.ngot.Me*'* arbuste a
Napolon.
-- Il n'y a pas (\ erreur, d
* Je f:iaia beaucoup miaux de le a
uitiuer aa mie- ,..u'\
Mai tout a aoup le friiaon de 1
Lorsque le mma Rglisse, aprf
tvoi. couru aprs soi Chapeau, vit
l'automobile de Dins et d Arnaury
lui brler la pol tesse, en proie a
une vi lente et subite colre, il
s'exclama :
i Zu I U ont mis les vailes!
Auasitt il a'lai* au criant sur
les traces de la vo ture.
Comprenant bientt qui' n >
contia'.reiaen'. ion attente, il n y
rencontra pas l'approbation espre,
c est singulier, ae drtii, le l'a-
troo n'a pas I au de ruaiCher.
Cest donc qu'il laut qus je re
,itue ce gOaS> a faiumes.
Maie voil qu'un nouveon Irtuoo
c aau;t Getlt toi ce n'est plu* .e
'.rijjjj 4f L Pur. c'eat celui d! -^^ de!re tendu e.
iSse de mm Vient de lui1 encore moine de rattraper le vehi-
Limei ae mmm mf* { t |d parii lr9 8aKe, apr
'Nouveau il ett ni cefe wtalavoir montr le poing aux fuyard.
."-S chantait Jji *ggfi*&JRJSR
3ds
li i eu. ira avec d ices le paifain PfSr .
".KTcefut pour l'empereur u.. lie. P^^r '
ecoud W erloo. car Cooaocio m. f ad i ds le recoa<
si eu lui ia voix du rmoras. Lui mure.
i. moi Lt oi vraiment c.te Marit
il iditr et ce M. de la Hoonefouiau.
ut enievj le petit Jea i, je voua ga-
ut s o,ue nous m Uiderous ^a s
e reuu e sa meie.
Qit le bjn D.eu vous enteu la:
,it Mail mine.
Et comme Roger legajoait sa voi
.are, ie mme RghMti implora :
34 sieu. emineaea-mji avec vou
jour retrouver le gja;l
Le b re de Judex considra un
uiat.nt le petit bonhomme.. Pafta, il
leci'U ;
Si lea parents y co isen eut,oii /
Ma iC'epta le p*pa Julien
Surtjui donnai nous vi.e det
noiwlld, ni Mariaune.
Dans vingt quatre heures nou*
aurons lixes, Ut Uo^er, qui, a^ra
svjii' installe ie mme dau la vol
.are. a assit prs de lui et doum>
i ordre a son watt.n m de le couduiit
a lelegaa.e g'goiniie qu il poiae
dut, lue au Girqa-j o .t prs u
wiUtups'Eiyaeos.
.-5dua pera e uu .-ui in,tant Ujge<
'omit eu (.ampague. U sagisaal
! iv'it toat de retrouver U mate d<
are apporta le louroattx
Roger dis rail. mit si
rir, et il aliait les abap^
me toi attention fat
apoonce BUivatite^^
Si voua dsirez des
leufan, adressez; vous 4M
U ila,, 135, ru- Mm*"
Cette fou- w "i
qu Ique ehose. .j
Pu.a aprs avoir u*1
tglisse qui, apr srotf
:Uarette dans une jorte,
,ermdut allume et |i
me aatistacuoa tvu
- H parbleu, oai, n!
ivait raison, ce peut,
noi mm
Dcidment, je
ntre irs utile
Et s'empsrant d, on
moni lue, Roger djj
a communioaiion svac"
-All., all, c estwi
vionsieur Cucaonn.. V"
C'esi Judex qui vooii
oarfaitement Judex.
Uneexclamaticoer
,.____._. _.......____ru piste ut UU"'*"ir~irHnH ie
Jiana et d Anuary. A son vif desap lemaut v'brr.zrr BOurij
poiiitement. il apprit que depuis plu| dogar eut un ie^
sieurb "jura ni i un ui l eutre ne-
F'
l^aj** jt Jean
IfM) sa
ni
vaient reparu chez eux.
Cournent las rejoindre?
Roger qui, malgr 'ous ses edoits,
u'v Ui' de Ij .n ue ii la pi'e des
baudiis, ne 0 u ni. t avue une au
4.0 o atfutoureilM ce qu avait Oc
,a J-j.eiiir i y,. put;t Jeaa.,
uuuvnl ut g' e.-t.t !<:* luaiua d.
:efui-ci cete ms.aue f mm , capable das
ciim.s les p.us tm^m.uaules.
uai u ue au Ui p.s u seul
u*
um> u-'u, t*u. que l'-veutu j;r ne e~rvlt d<
%~n *. ..-'
Paie. .1 prit sur an ig
pis sans une cnW"
trieuse ' ..rcaei111
-All., monsieur C*,!
, Vous tes oujoJta
uien Judex sara en
.1 bui a quatre bmirej^j
Les AmTr^R^
laut sont svia que yj
est rtabli provieoirjJJJI
,tt rue Bonne-roi. PJJ
piancbeiBe-l^


IlSHiTTl
mi mi
tH Kl an
Changement 'd'adresse
dtvi!?a.rTaCr Pari80t l'^onour
aiMPfrBes clients qu' sertir du
ri .. '-'.'.^''ueduC.uu.o.rn-
du Ctmptoir Commercial. Mm De- joui
Itiror, Tboroea Lrcbaud et Yreck d?
llitlain su Laoc oe ia dfense.
5iiacia.,lir"rFoi "'*
''< fj-, f.I MUllayflODVf-OlitlOU.
* le n'fiien.ir rire T. ^eut-on
de.euCr,;,Iari!enU8a'e **
_ Jriy dclare le /at7 constant,
K aou.'ee Ai^elne buli, Elias
joiriio ft Nipolcn Pascal, co-
tait ccmtwe afcfevr, n,is rtcen-
bi en faveur de ce dercier des cir
l0Ui;nceeaitniaiitei.
- Aceelme Ditli et Elias Poles-
no tent condamns aux travaux
forrfc perpftui' > et Napolon
i.... i f, trois aria lia nul....., -
Sars neufs et de
s /^deuxime main
En vente chez
Ryati&Bcrberlnc.
Commiifion Importation
iJhXbkDb MAGASIN DU LUI M
piirfl trois ans de inclusion *^^aea^!gsg=gga -
.tlnflce de la loi sur la dten vo' f8t constant, car loua les
lior | rvtnlive. s s maintiennent qu'il y a en er
Hier malin comparaissaient de-
mtiojaiy criminel lea nomms
Anselire Ditb, Elias l'oiessio et
Ni[l"on Pascal acets s de vol
secu-
vu! , ; v,.......fflf" y eu en effet,
* de caf, mais taccord feit dfaut
entre eux quand il sa,t da ds -
gMff I auteur puineipai du vol Tons
sont coupables g il faut sVn tenir
aipuiruu ioiwi rv.io ue voi aux CDa'8f8 quVs ae doment
ieclfiacton, de plusieurs sacs de A'*lne soutient que Pascal et
tife eu prjudice du Comp oir Corn ~ la" f0.?1 'sdeux prtnclpar x-uen's
ibtrcihl. Le tnbuntl ait prsid v'(l fc'liC8 dit '" con-rair il fuir
par le jUfcre-Doyen Letcoofleir avec l mDfr ,0utf8 bs reponi>tii|ira
pour hiDiElre l'ub ic Me TiLt fort ?l,r A,n8e,ri,e'""''' ! met le'ri
----- Les avocats Ttiomaa Le- b"lna! au c,"ar.t du certain m narti
colaMtea C'est AiaelaM qoi wi^
Agnirt.
Agitai "^ '"""' ifcilliis Lai'
cluiid. Yreck i li'.elaiii et K I), a- -*- rnuiH q , ,,,
lotr trient au banc de la dfense er.'e CH(,p"s, ce mme An"lma a
Ap.i les formalits d'uiag Ion e a voler du pit.e U Cornpaunie
p0|f. ulaud.tion des tmoin.*, aie A,c Uonalj G est un routirr de la
t- Italien .dposa en sa qualit Vle " ^ande Le Gommis-aira A
deii'ploy au Comptoir Comiii(i-c:a< nant requiert la lin de non ocu
i/ou emendit auesi Me Jules Pbips. *allon Uli vtdic de condamnation
Lea accuss ont peine vu. glana. duJour
Ce son des chapps de la pio.i.ce La "'"" a la parole. M^ Tho
s Lech.ud dans ua 'ar. R.'COnfir
" cette culture c'as.n qi-e
Aneeltxe Diuli l'aut ur principal
du toi est de i'aici.haie. Sor t ~e
leltetBLt, il se dfo.jd ci a nient nous lui connaissons DareYn
coure les accusa m s des coao- de l'accus ils Lv.c, 1" A
uu.s 11 est presque 'en 1*11,0. |, rations d un odeUs 1^ 7^,
.pondaujuty av.c U tt. ieVoa a gl p^ '^^^
lii PoUsein est de Lo/no II ha-.elain parle i son io )t
a la (liytiouomie moins criminelle Pur Aulme Ditli a le verbe
U ro.leau tou la ciertiiee laisse ^ et lexPrsion c nglanie V ne
pi un abcs que quelques meis ^olIilcMe P^s comme son collgue
tant le vol il avait fait ouvrir Rchaud la piti du jury, mais il s'a
l'hpital. Il jette sur l'auditoire de dresse ^n bon sens er i a raison
regards tonoants. Par instar.ts ,1 Me Dlateur reprsente N no n
S iV^/w"1, ,C banC" Maifi l'aScal S0Q client t inro-. *d iV
Hie reilies.e ties ferma quand il lui ia socit #Sf ^>.. ,,fl"
Uutae dfendra des accu"atonS u li < fZ Ver8e' **
de ko eoiuphc. Napolon pS . ,' n l uvs ll *****
Celui-cietleplua^Z des'ois 4nve.d..t d acquit eme.t
lie visage ts veill. 11 porte Le,Lommissa'rc du Gou7frnement
--------j q: d qui inflLiii' i i ;
&,re. a I auditoire. II est de Je- bions, 1 u tou^ ^Z "verdie!
.Les tmoins IL Ua8iien .e, i PlliDR u""81,"01 la 'i M entendus. Pluie S! queii^ 11 couFab.ts comme auteurs
Meeaparle Doy. n, I ac^ion cJ"C0TDstllIlc -'t'e-tanes en f
W et la dfend Lesabcoi ae "'T dt NaP"0D P"
ooacMtleiuQalea aures. Napo- ..M* accUfs S0Dt r la c,iet,e
fe" p"'"*1 """ *Mh's re pouvent trouver pe o ne
pow JM! dire Icuj sort Quard'ie do
yen lescouilair prororcHa fenteoce
i s cherchent eccore dans la salle
clairseme leur dfeoaeen qui lea
ont laisss sans uce fiche de COUO
lation
jJ!?"^ HiVERA, diraceor
pu r.iand Qtrqne a'A.croba^a ,j(,t
I arrive la Cap I, a
ce derrrrfiniT.f. m nt dappivn.-lie
par t f gramme Ih dpart fn a..'os
du Car, ce mr,tin de gn ,,do foOp
quildmge. le mattifl d |a Coai
pagrieadi expdid rr mer. c.tte
Compagnie nous grntifiera bientt
de pes impnp-. n'es rpprsentatini-s
auxcyjrs de.qu llca i 0 is gra
donn dappaudu la sublime Mlle
Aura, aurnorame l.a D.vina la
belle.tencnan'.r 8sedameuse Mlle
Leonor; la b-illan'e artiste cubain
Mme Lo's; Mme Argeiica la u m-
me pantomime; Mlle Matilde, U
reine Je I quilibra, Mr Heyts et le
peut lorrea. vra s lorarae e erfaot
volants, Mr Marcet. qui rivalisera
avec Mlle M-lilde daoi l'axcuifhn
deibBoidiuM es aarcicoa d quili
be; Ur Mars, l Hercule mondia'
Mr Jos dont les tours prilleux dans
J espace feront livrair le publi Mr
Keby, le champion de la bir.e 'fixe-
Iroup Kay S m sa w rival dasIHi.'
acroja'iqne; Hr Collaun, IM'oatre
Ho.nme Cou eivre ( co-1 .raio it i
japonais); les fire* Siens, djnt !
volutions mir 1-ur gran'l appared
gi-aore DMXiOtia ont pro^cqie I s
acel mations ftn^tiqu* dei grandi
Cnirei mondiaux; Mr Natabcet ao-i
iti, lotacpaeaabiea iu doubla t-a-
| Pl* moderne p riei1 Mr Touna
Mr roao A Mr repli o iea prea ie.
clowns du roond ; le petit Migu urn,
le i Cadet des pillaaeea dv3 jn -
v q ans, dont tes tours do t;aizi
sont indescrip ibles- Le to ir de la
Pyramide Humaine excuta par
lea petits Trio Marx leur a n
I admiration mondiale.
Les animaux froces apprvjis.
omiront au public PorMa.Pnunii
un spectacle absolument r>ouv au
Abieattl Dbut sensationuo:.
La maison
Veuve Barbancourt
\V
a reu
Jr^.-.. .ir.- .- ~
A'.

.:
"*:Scir
L1"'** (MCAH VG8ACCO
la maison LPreefzmannAggerholm
? terni un bel ttsso-timcnt de:
( tiawea pour Bureaux en amrtnttH bas
lourn.Dtffi pour hureaui
(1\ acier, cuise- bois
" loumanhs jour naln'org aiVr-
T , ie i j| s tje 'o-i'ea dimaonoos i our m.. hi
Dvl crire avec ou tafi* c, ulilte.
HE^ORROiDLS
'Oupiion certain* et comp.tu par > i
POMMAOE DU POOTIUa ZVLOrt
t TCIiPS rORMANT &t..\l}>Q\]~
ffH'f.lilE ~ CGHMQOH
SfflE TOUJOURS US RfSUL 7AT
U:oreln 'U/'KE. M. rt Ci..ri.<-L Ol c UllilK ,S l c'
________M-w-Wi '< eiTR'jf '_
Ce artirJessont d'une soidi et dune dura
hilH ^: ns pire 1!^
Venez l s voir et vous terra satisfait*'
""n" uns les au
aVo P.s.1 prtend-juil a e r-
SuAnaelme Uoteli pour faire
. H a pria ea panier pour
oiter un bout de sac conte-
5yd-cafe.il. t p.yetc;*t
Antelme Dilli dclare aon
SanMipclon Kc-i l'avait ap
Jipoar fwre un djob et muta u a
""porter quelques aaca de oJfd
"WPaical dment
uaaPoleitia a\cue avoir aid^
Srli *.chez MnCinq Sous
BBi 8' 8 ,aifcnl vol8 ou non
rRSii.neC,proqu,"neiit font cla.
S n"i0"! W f volait as.ia.er
tex;;aire6cibjari'ba"-
llSSatiy1^"8 aiment
K8"-Mern rat. echaud
Wa'l^ ^.^--nl.
.S&^'^idertadeudien-
irtin?. PVUcu,ier* O'-1 fer-
repoaf y obu^ minuits
'ei deux heur, a un .,-. i < "''''' '/'< "
g;?";srj-?cB :"s^* -.....-
mm J uorai"i84.ire du Couver- ^ tiefUbhr.aine.lls trouveront corn
xPe leiVal'ii1 Hgnrnt' accu8e me pur le pnss les m,tt soms et
1 li:|,r'1 nvo te les menus empresserrent*.
Un peintre franais
v portauPrinco
Nous sommes heureux d-annoncer au public
en ttaral et au uutau d'tn, en patuSler
qucMr Joseph Brinon n,.tejJelq,re lrinatoqui
a se,ournc 40 U U BUw-Onli ci don. u sn-
ratl de touche m l'exprtuion du colon, (ont u..
maure incontestable en peinture s'est rixe dC-finif.
ememeo Hati. Oa peut t'adreisor lui ,0u.
la con.cction de tousKcnre de tutaux de Min-
turc M teHen de .Acadmie d'Art Nor*u,il
Charles. Hue de la Hcunion No 1 ;o7 ou il occu: e
une chaire de pCQJcwtur de itinture,
XsJL TPkIX ^5.
DRAVE3 P0:i36 .tEL'HtS Cl.'J
0 NMK, eu /?//?f, t.-; 0M r N
la Soc.cU ds la G.iittA l-i-arv."9
iS.r.ajfiUJ.SI-Pmnhit-l J |,/'ffr<(iU>J
Envole conl-e UN FRANC r 1 Jlffl..^, ,, ,
NOUVEL ALBUM CATALOGUE OE (/..o
CJM pjfn avec tmunt ec.-ni^us)
gtn *l ------------........
Arc
O.V..
tour$
'K, PllYRlquo, ytmutrntlnll c'tf toritM tnrff tV
lr( d p/ji/. luura-jirtidr, s.ul u>ui,. di .
Menu.-.. Hjin .llwnn. Srr d'ai^licr Kuni.rrr.ait ' u~ .1
mr* > maiiu d* loua nirtini. (Vur .i-fr.. .-,.., ,.
HinU l ua al Mcuuluauca Thtliu. LUiau-i* Hin ,],'
Slon de coiffure
Mr Jean Rodriytez annonce
ses clients qu'tl se. tient leur ditpo
rntt Miracles
Maison Eug. Dyand
tfo 8a# nomb"fU*e clientle que sa
6r l Ve commre est transfr
&#* le iVo '***, ffiieiemie Afai-
[|BAZAR MTROPOLITAIMf
Maison de confiance "
Pour deux semaines seulement
Uec chaque achat de 1.00 01
d'maillsj[de coufeaux et ru-
bans, nous donnerons un des
articles suivants :
1 boite poudrelTals Imprial
1 petite boite, parfum Clebeat
S savons Hotilla
1 cahier
1 carnet de poche
Avec tes achats de 2.00 or
i hoiie poudre Taie Armourn
1 liasoir sret Duplex
1 Passoire pour farine
2 Savons toilette William*
1 boite papier \lettre
^e pH* de beurre de table
irmours, Favroi et P & G est
toujours 0.78 or la livre


p ?*?1*
f~ --un*
-~. -
.1 I LU -! l" "
^larmacie
Altierfini-EwaM j
MARTIN. l.rLTRLS, P. G. Suc \
ffsscur
Fonde en 1850
Pro^nii? chimiques dismeil-;
tfnm Usius le France et d'Ame!
lique)
'Verne Df niifnce Kol n s
Parfuit(iie_fraKaise damri
ea'm.
Pelrus* I>nig gtora
Siccessar ta ALBERTIM EWALD
Fs'abished 1850
Ameriran&French Paient Me
r'icines Best ehomicals from En
icpe and Ihe staies.
American presciiflinn* filles,
Fren^n & merican Perfumei
Toile Wa'MH.
fte il al Pf Irus'
Pharmacv firaduaia of TcmpV
tniver.^ity. Philadelphla, l'a.
AUTOMOBILES
A louer
Rves Illustre et Vente
Patrons de Mode
* Avis important
f. Public et inform que U
Vn relies Planifions Incorpo'oted
n mm o'fire j rovisoire >) Port ou-
J'.imr (1I Rue du tnire, r'
de la l'.nmt agnie des Cbles Iran-
.^atlantiques.
port au Prince ' Mon HRA.
Le prsident de. la Yeml'es I lan
talions lnmrporated,
John AU GBuANDS,
Courses en ville & hors lie h vi
Voyages l'intrieur
du pays.
Pour les provinces et les
villesdeSto-Dominflo:
Piurto-Plala, Santiago
de los Calmleros.
S adresser
Chas. STEPBEN
rrtfl CravT.ue M Avenue C (-4 I tlm Maison Sn.itb, tailleur
on an (Jarppe
<& D Hue 21)
a lmi'p
ARTICLES FRANAIS
Lam
16494
itrafl te H
itMn
Imc (Ja Magasin de l'Etat
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour daines et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et coton
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mou hoirs de soie
cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
Voyez-vous ces belles Dames, voulez-vous tre l^nles et
! martes comme elles ?
ALLFZ CHEZ
Paul E. Auxila
Fie du Magtsin lie i'Etat et (raversire i
O voos trouverez, les TISSUS i< s plus jolis et ptasaoDVsiai'l
RUBANS les plus app-opries et d'un chois rare.
Il vous de notre "n Ci sinon n d* Mode et vous vendra le ptiroil
assurera \otr*>iobe une COUPE impeccable. J
Cotsets. bps. formes de chape mx, parfumeries diverse? doi mj
t'abiican'e; Tonique orientale, Triconberous, l'onmade. moelle I
Pommade Eicellento, Lotion I ARGENTEE, assurant la peau blu
it velout, remplaant les crmes- '
l ne \isite dans eite Maison et vos ennuis savoir ce qm
vous devez portir, dieparaiseent-
Mi- Eu. Le BOSSE,
ayant dcid de sera
rer du commerce d'aj
tomobiles offre les 01
sions exceptionnelli
suivantes
Un camion'Chevroli
N Un camion chssis Mixter
2 lonues rr.ot?ur Buick i cylinJres or lOO
.'"!' m
Un camion chssis Maxler
i t.ire moteur Cbeno'et dmarrage automatique I
tiie Jbuick
a-om
EDWARD M. RAPHEL & Co
New- York
Porta a Prince
Spciaits le Produits
Raporel
b p ssagrers 4 cylindres" dmarrage aulomalique 'fl
remise l'tat de neut 700 dollars
Une Buick ,
Une Limousine
7 passagers Buick 6 cylindres remie a neuf IrsHj j
managei eic. aco plus Une Buick
M I
6 cylindff ? ? Piuegaft, moieoren parfaii *lal


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM