PAGE 1

LE MATIN Mm mm Hue dit Ouai Porl-au-Piinee Surre D'arc Or IJ Ici |ik) livres i;;oe ll,5U (tuant moi, mes chri ro> lr*'r s cent avec roeonnaitaatt OM rMU me lhcitie:, tOUl d l heurs, reprendre ma place nu Suai. Je • mrite, cet egant, aucune flicita U n Jenai jamais pens, je ns pense p % qu un ancien prsident de la li publique suit fatalement condamna I d \n tu dans sou propre paya une s rit de r<> f'i exil; que la premire magistrature du pagt soit une tort* de Unique d\ dessus quart ne pwut arrach r d\ ses ipauleg qui noue em •>• h de rrr tir un costume un peu main gnant. Le souvenir d une, ancienne dignit ne projette sw celui qui I u port ni une ont h c ni une lumire Le jour O li l'a quitte, il redevient < %  • qu'il u >uquani il la priie. Il doit sfitlimcr heu reu.c de rentrer dans le rang / ont mon trer qu il conserve encore pourd'vutrei postes quelque activit. fct puis,voua avez pur!,' de respect,* ,uon cher ami, de, respect; maie <•• / < %i pas d celui qui sort, c'est d celui qui mire que douent aller dsormais gards et U respect. Comme l disait, l'autre four, a Vertaillei, te prsident Je VAtMemblie nationale, quand h tante a choisi, tout le. iiior.de doit te ranger autour de son lu. l'our nui. je nui qu'un VffU WUi exprimer t ou plutt ie me trompe, Idn talion me gagne jeu i.i deux ./ foi muli > UpNtnkrjsi que vous me retenue; un jcut cota dam ce cornue iudicairt dont l ai tait si longtemps parit et dont li ptttidence m'a momentanment exclu, < fi se retrouverai, nt r ois quelques amis', teitd de mu dfitt, cfst que, 'il mar rwt de gUsttr quelques articles au miltea ues voir, s vous jugiez, avec indulgence une plume un peu rouilla et que vous tu \TNts\ pas in objecter que rettaili de votre (Hsoi t alion. ;,.Jurais dlinilive meut laisser scher mon • %  mie. Je vous demoMde, au contraire, Je m'accueilltr parmi ivsus, et mi le dsir trs vif de nu joindie vous dans 1 1 lutte iufu'i gable que vous soutenez, depuis si long temps pour I union dans la Rpublique ,t pour la qrandeur d, la brance. \c anim iix froc*i et ap iri Hipntot irr iH ua grand dbut la capitale I v^ndr**. Bonne o^c^sion S'adr^H • r *" H /. ir il c, i |*m< 1( 0, Rue I! '•• Foi pou %  un I nj v c l^rn e Pt\ li i t titMacluiM" N< w Natia >l fi\*Pait -Dive \ RE SET NEMENT3 Mt:r-;jHorjOGiQ JES o issitvvrouiti DU PETIT -vl-: v il IAIR CO J.l: ili SI' M\RT1 .'. Luii i) 4a i ) o i Soolaira du B*l an v dont le but c\ • %  d'il • w lient de i %  ii une sou n. L %  tonds re< i do v i n ci u i .. terni i • %  • qu d MI tre dam • ; : du B t v 1-en IM %  u n m % %  Nous invitons le p. nj pisse dis ni r • vl.i sort i L'on p ai reiux %  • %  -, r confort ds rn . par •>.i:otms, lez L itf de L r"-"ediropt confon blee< t durables— lana i intredit las nu-ill-'urcs < : ; de toile et !. %  :••. a eut La toile des KeJi eat tisse spcialement pour qu Murecooaanfj 1 urnlueur d TOUS tsn i i IMMITW pour i.ouimut, dame ii c:. UttVxi £tts Ryb&cr CXPO Cc„ ttf. v iiM. J'-a: S:uu>5. piquai! dtl'AMOciatlori | 1" ( .(. l'.rcdvv.y NtwVcik, l'.^.A Bir m 76a ) Minim m 20.6 Ti pralu e Mad n'jm if,| Moyenne d.ume 2] y ' i plus ou i Ins noagi u\. BIK raue f nt m hausse I. SCHER1 ; Et notre Dette Intrieure ? l'autre 10;:: Drm t I Ce 1 tii sci ...i .1 u inJ c et introduit cli nou e # D wa -.^.IJ:Iu i ,. %  _.. reus Je le voir se i iliser. lais, au n rio is rok .1 mi:i\ neni I ion des litres Je mure i Intrieure qu E situation cononi ie .1 t .. ICUI 1 La fte de St Joseph %  M1 comme on que sera ci me solennit la U ;<. de Si-Joseph li y aura irois messes .1 l'E| %  lie paioissi es J 4 li 1, • ci i et messe chai <•:[!.— Le sor.,,' > heures vpres,processioa e; Stalui Ja Trs u:..: %  Sacrement. Le triduum prparatoire a h fte commencera i :. IL, li ei %  la n ire. Il aura sermon et -alat i %  Sait MM Cour d'as.su ilhui comparait devant la cour 1 1 et Lamothe Dorvil. Le ju e Pierre I let. Me Cl. A. Coicou, assiste laccusd. La l't utce soir N oublions pnque c'esi 1 ie Mr D.in;s Tej lioi.i.c .1 Pansiaoa ia ^u:rte inatrale tant atiLi due — Entre gnrale 1 gourde; place riservic, .' contre la CONST.PATfON prenez les COMPRIMS SUISSES d3 DELORT. Pharmacien, 119, J\u fin frr-A ri toin e PARIS Assises ni La Finde 2 tntit L9 Jury dcore qil 1 I/ArcM Fx-vi ? rN aibi ipal'U' comme auteur t C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PRINCE t FRTRUS; Pl'armncie ALBEHTiNI tharmacidu I> Justin VURD et toutes les bonnes Pharmaciea. <.hai.jeiti'rit d'adressi 1 La Hiamicie Paiisot l'honni i i d'aviser ••> %  clieita q 'i pAitirdiMardi 16 \i ira lu ),eli, el qu'ils y trouveront tou ji 1 • h mme loin il .0 l'aiecution dea ordonnanC9a tt ta iu-i na SJUU dj leur 1 lure. La M'i.ij) Viocea c Mak oui ds la rot Traversera <..[ tran^trie i l'angle J . u > Cj : J rs ei Migssin de l'Stn diai moth*. Li Miisoj vend d; la gizaiiae en groa tt eu dia 1. *aa:u'uje miisoi Lxcou Le comme Tmiin es voleur qui dvaste les pla : U .J h.biiaos de la Gonive Un e u t*niprhd.Dsle ,.,dj. ^ H raid. Celui c, leligouJ iutt chtz le Consul.ad'W ^ui n'est pai ri.tut. Pouii,, en ir;t, ou le sque;t Je daut l'anive du lamem l'ntin paaseain.i le rtste'JJy uns uue chair bitte sous la mee de l'adjointHxavier N.i„ -ndemain matin cedeinieiej me le Cunsenlei qui ariiyel uiie dsire Tint.n dans ni es loign pour dresser prex, bal et rt c ueillir ses dpositions. '.nteivalle on achemine lia 1 maison de dft o il su Fout son corps est couvert^ talion Kxavier Naibus l'adjoint a .ur la selletie nie avoir t 1 ie homicide. Les tmoins i >as prsents. On donne Iqj eu:s dpositions. Saint Hrard est maladeK V riiialruoion Us se sont di "i'n L'antre Lt Mini: 1re public, Me„ 'crp-gnain,crcil trouver aans. .ou.viiiactb contradictoires k$ %  o d: cuiptbiir.. Il insiste ici sur la sques:raiioa qa) i c.ie plutt un moyen de ion et HJU de toiluic Il co 1 couu^.i natioa de l'accuse t -nce de J 1 teutiun CIIOM Btaviti N .;b:us. Me le x b .ray est su bu itfensf. L plaide la non cul le l'accuae. 1 ie la.l de te.lel .1 bien que k jury apr> duc ie\i nt avec un ver net rccai. la Constance du lait et la noi lihte d. hw.iifr Narbas. t esr acquitte. IMcrologie Une J.,\, i,:,. Jacmic nou, 1110. ; Je .vir NIJJ.J, 1 j.u. uJe, Mirrsa .NJ^J prsumons 11.1.-. %  npai,i^ue> 1 CCS aJ^ parent Un re ,: de 8H FEUILLETON DI .MATIN. Judex .G U AND ROMAN HM A RI n 0 n /> E n s u /: 1 Film p:ir L. Feuillide) lon. Voyons. t'i'llchis: t l'roapei 4/ui avait ctaa de Kgaider N 4 omandon'? Noos Ridera retrouver mi homme arbim Iremeol aqui •'tp. Qi'est ca qna vo a risquez? Aii^olu ment rien., si ce n'ett de aagner lion 1 lment Cent beaoi brilla de 1111 I en accomplissant u e bonne actiot' et en obligeant noa femme ne vont dis pa?.. Ties a'geoti Dtrompez vus! M ; • I n'y a pas de mai,. I aissez moi faire. Vous n'aurez [MA le re ^retter. Voit onnuiaae/. donc moi cil n''.' questionnait Uooautio toi i nier o |U Bien mieux que vont no I connai-s /. vont mOur. le au a pn cil iment mme de lui rendre I service qu il vous demande 11 vi d-i soiqu la un iti de la commition tei a pour vous. i .ependaot.. Voulez vous l^s iroii qoarls' — Ce n'ail j .s cela que je voulait dire — Kh bien, poir la troili ne i n j- vons le iv; • taisiez moi faire. — Vo is tes genti i<, c Idau le i D toc'i i o li uumible qu o.ait lu n^veu JU iiaur Hibaudet. — Mais, par esemplp,veuillez dot i pa-ser dans nue pice voisine. i est indiapensabie ? — L le laut, mon clier ami, ca 1 vo is voulez bien tre mou uim ? Vous ei exq lise. M tout en couduiaant elle ncmi Cocan in iLnis un cabinet d'! debai ras u tenant ion bureau, la Mon) ordonna Entrex l < t n'a i sortez qui i|iian I j %  vous Idirai. Vous tes divine! admirait Proi per, comji'ienneiit suiq n t. P )ua |> us do prem 10 F, D si ^ W. de\ toatt coi li t ju q l'a l'iu pousai le virou q avait ramai diacre ion la ploa ibiolue, Cocanti-t Iqu la p rie da i • pu coflsp lajneni affol par le livaot comme ch z elle, elle sonna la . mange Ja ton interlocuteur, lana )Q ai lui ordonna avec aniorita : chapper. | — r" t a entier ,\f de la lioeh il est faitciit. roYilemaol tau fonta'ne. ah, ta j) eev %  c'eat qu.l vi ni me F. i i seul*, daoi !•> bud.'m,.ii(i-!r t-i j • ne lui ai pia trouva raau le Cocantin, lez Institatnci un bei!taur4a l'ondi. d i Siblo H. Aumny eut uu m mn A cornue pr'se raen * • vireeurprle dune i in r iraiiin r, tait I i M s l -iv c a'va cii Mo aiaur CoraaiUa, lai il acieii*. o; M i pourpoint, laaaez uioi re uher modliaur, dj .e, \ous c-voi, M de la iioebefontam 'ne fpoi a'.i i-di^z i-'ure (i n? ie|roa Croyez que 10 suis sucuaote de i i ta i • — Et nui do mme. D'autant plus que |3 :ue prpi i • ,i \l vie i u it vjua dire Je tie.ua de; O-, je sais Cfl q %  e lcouvrir uni mn dor, voulez seconiur au jjiein.i vau• si. allouai avec moi ? jqu avec vou-, r> *>erai trsiy " l pins iiouue, Amauiy vti;i pourqaji : li rupture i %  luauage avec la lilli du — PermeP.cz mei made.uoise'le, voue a pi mge dniit une Je trouver votre, que i ni qutiqit'plua qu obre. I \^' e ', eu ti. r e 1 vous parer avtc une a" 1 — AI o s, reprit la Monti, je mais franchisa. — Vous dit-s? 8'exclanul la Uochi-lu u nue, incrdule, Avec uu UCJntdj s lunal lit iressaiilir, Maru Verd.er| suivit ; — Jo vain v us confier une d terrible j ai acqiis li preoe| me vous |)ouvt^ 1 acqunr^ mme., q io Kavraut ni repu dna -io.i louioeau. — Ctst inou / — H'avi'uut d t plong i sommeil cauepliq ie, uu de sou cercueil par un per mystjiieux qu le lieut eB ment eu t-ou pouvoir. — (Juel eat ce luman* — U-i u e-l jia.f un roan r . ralit j en ai la certitude i' ia preuve irrfutable* i••-IJSqu'aU bjut. Lt Dnua, apia avoir mij raut M. do la Hocliefontanjl Ce qu el i sav..u au sujtt I conclut, d'un air d^ ino.DpMj — Dites mot uiaiir.tnaiiui" |>as une initie d or que UOilD exploiter ensemble'/ y i t. %  jve un j eu mdint, ]| i i ivtc voua n t.vi.t mattr. to.i ue tur Isa L '•'• i m d Amauiy, alla ne : E nn %  i., n sa? l'out i fait eu ie noua ceciet ab.ulu.. — UJI. oui. f c'en emaudu. t 1er l'uvraut es. v. J aime mieux cela. A labiu..e li-orij nous aliona nous entenn. unliers do ti..u;sq'a ru tOCaiiiiO qu lotit* mettre d'aplomb. ,., t Je vous otlie l'occu



PAGE 1

Nouvelles ^traDGres IJ Mars de rgler IPR rnn iitiona d rsatch 1 i hambre de commer Q?' do1 v.ur 'eu entre lui et lecbam I ri 2 ne rsolution demardarl P'^?*? 08 '" l>*wwy : C P tment de fane voter une **£}*}£ P T W %  ^M'" PARIS10 gran [ncouveroerneDi <"'-"* !" -•* de importai c* au projet du RO Eau*prohibe les b :\es dars les nPmtn rtabli8MD ^ ,, s relHlio „ g dj publies. lrvic pui'"-" I 1 O'natiqups av-c, le Va ir.fi L^s puPARIS e gouvernement doit „ s modrs expiiment leur aatisftQ L, ter bientt un proiet re'ab.is tion. ceux de I extrme gauche ne les relations diplomatiques avec K-pp-ouvent pas reprocha 't au V itj |D ., %  jp • "• * conduite pendant la guerre. CTOLKOLM — Le grnfral YenLes journaux radicaux **> n ontn 1 1 u vnvi, hier il teputira peur '-seivs. t L Homme libre cra 1 t P 1 ic iours 4ue d R CDnsid'raious p > i iq IPS ,, ":, a o S i 'Xtir'tire de* amh-t BIPnt inf uenc ,a (lci ion d-i ,( FARIS-Ucoir nce des amb s t n j )de0 rs a dcid denvoyei a G !" t |-„ ,0 conve saii.,n uv ; V ; , Ikm^dune note ferme demand >nt ma ;, d clar 0 que la question m peut Lphcition 1 mmJute des punierre rsolue qT-> par dbuts a la £ contre les au eurs des 01 ran Chambre. Uno d-i-iVin di M i. n • doit les officiers cem/o ait les dit rrie te Pape a exprim 8' g ••'de UOM allies o t vi u ns 1 fshet on 111 apprenant le projet I, demnde de l'Arg'eterr le du pou ememer.t franais ,ld>cidade d^m.ird r la You UE-tL'N I ' B> veinetneit BVI .t EL d'vacuer Ko kerbur^ occu dcouvi un r 0 ..plot munarcu e "' ,L.nt 111 dcisions dla '" con,IP}i or > Vec W* •> %  >: .ils 1 ICI contrairement aux dcisions d. la djnts an(j f an ^ ,,, lIBie(jrt ai(( s febt'erice ta ion* avsien' >! %  01 > %  % % %  s. PARISLa T ib. ne de Ch-cngo R0ME ,., LJ| COU , 10I] sVs t pro Itpablicertaines dclarations du d „u e on t re |„ U ,-..,.-I.-.N-.S et ts C(1IH uch I Fo h au s j t de la Ligue oinierp. un gr* v ste at tu e O' /. i prh $ N lions. Os dJa-r-.bons g.nt j lenss-llnt carabiniers ont t jja ^jr jfs pu le Maichal. PtlrlUNbLa g e dans i'ncrs rr i 1 s ccnhnue dsns \ r( v plus loinpht P^ISDchr.l d(cerr ,,,, rf b tdelaigcDdho.niuiiMnc 1)(U ,. ,. M ,, t l0u ; u> u jrrot p csirf. 11. d Associoaat-on ,„,.,,,, rd lic , lu ieura f a i0Q8 s^.rres Par.a.ses aosi qn' la ont t optrei a. Iinif n b M ? a. fs ZURICH l : 11 m I i 1 11 ; • a'e a j, eip osa (IDIIS un hitre ne : Pin.. 11 1 DP 101 1 • < 1 ce I ie pi r ruasa \ e e VXt. Un aigm H 1 < ri ; i tiJIf.VTI^ • i 441 rev : .i Vu ..... ,. par le sial !.. t de I tcjud .a ion du toi JT "tie-n doQMfleesl :rsgso><-e hlle a ccr'erti i la mairon H MncDcomeyrr & r n TT une 1 ro plie te (odi et s lit ne n [ dre ville des I y %  at de la I I ce d'Aim, entn 1 Frarois et Desroi 1 i s, pur r • t pend, nt dix a s RI 1 droits d pro pnt sur l'immeoble qui prc le, ei d< via itre radie purement et M ri rleir.it partir du JJ dcem bre y. %  s> sa mise en excution n'a pa. t rendue ncessaire dans i'ia ter v. le. Aux 'equtf.', p rwjui e et diii gence de Messii an U S.arpa et A.' |. Maumus, demeurait tous les deux, i'o:t au Prince, dom cil es le premier i M [ a0 ( Italie, ) te seconl 1 la N'ouw 1 e O, i.\ns ( Louisi 10 o. ) E at L-iis d Am ique, agissant ei leur qjaiu de Sques r 1 Liqu di l~urs Je la ^maison H. Maeoch m yer & Co t.b'ie aux Ciy s. ayant pour gvocita constitus Mes A loioe reimaqued Vlj d av e Lc.ion de domicile U cabinet da premier sis aux C iye$. En vertu de la loi du 22 ju : llet 191.V, des autres lois et arrts 1 llls a la liquidaiion des maisooi .1 lemandei, d'une dcisi n du Con jeil des Secrtaires d'hatenda'e eu 2) Stjcn.ht c );sl) c :.,; d e ^ vtis ad 1 aathentianes et blissart les cire U de la maison H Mueach mi yer ex C Lis 1 n bel s s r n' re 1 s sur la r. e i 1 MX ce bcizm : dollars. Poor r-'ui smi1 %  ents s'adresser M Dooyoo, d taire du Clhi r d s ch :g(s ou -u.\ avj cal souss'g Perl au Pi i nce le 12 Mars 1920 Sgn — Aatoine TLEMAQU'G, 1 L %  —T t il %  %  a maison L.Preefzoann—Aggerholm tient de recevoir parte dernier Steamer vti bol assortiment, de: t h lisaj pour Duraaui en aifr,4ttiii ko b'Uinanles pour bureaux 4 en acier, assise bois loutnatiles ponr maebiors rre en acier, asiiie bois T.blos de lottes dinausioni pour muliins crire avec ou sans coulisse. r es arlcles sonl il'une Boll iit et d'une durabilit sans pareille Venez ls voir et vaus serez: BtMfmiti P fj t m q< ; ci l ment ear suisMoasieur M leDEMA1N LU CVNAL D: PANAMA ,Vua uni iqu Jmlex -i i 1 pitod s En n e gei rala u -.00 1. lants 1 • f -' %  la menai (hir A vis 11 sera p'ccrd le mercredi que ; on 01 gai 1 e l'on comp en vingt quatre Ma.s nul "i Sin, 8pC18luUb dH b nerf ceci vit pt, d x heures da ma tLElp .,„• %  1 J tin. en i-tude t par le ministre ,U, ^ p rovinr P H ''f I;,''' 1 09 (ld ? Me Moius D uyon. nhite aux NW't^: \ Je i la virl. au plus offrant, t fDce qu.l a telintrs [oui U' s obtenir la levisioo du trait de'pa- |rtiseivices rendus P ar lecr$socii di v sa Iles .1 demande aux allis (pendant la guerre et pour leur Arg 0 sascns ou v nl d couttI 1( rilnv^r' n b1 '' Al eminds lls doivent jrter un coup koNSl.uMINyaEUn nu d jei s r ,„ r g on 'dvastes de §ob***tto-m par Salij „ Vn c ft d t % u ayaat pavc U kbaqu st prsident du conseil 11 VICloire de leur sa f e / A / LAlAp 1D ,t;edelam.uie S la ey tst Mons ib e ont le d J, |t d J^ % c || lt5H3S |i a lfa-us trangers v res l'mz d ia donmrg.a. ichaalaguetre et H, llzim B y FAR1S D l e s j onrcaux forl rf •CDMVT r marquer le fait phapal du ncj t BERLIN-Les troupes refournart d re ab!u It t \ hto r QS d p'cm t.iprovincesqui e aient ra.ernes aVPC le Va i;aa A ^ ,. ni les Banques de U, b r, z socialistes q-ii dclarent que cr keslieesiB.rl.net ont oc.up. H %  B a u0 inl : n H t :0 .. a .Wilhems Iras.e.Lne proJ.miuo 1 tous M ,,, l r s e „ nonce que !e gouvernemecl d L f ctio e f(S ,,, ,, j a cess d existter et que le po 1 rd irpasse aux mains du gn al p AR s MoQM8ur A1 :; z chir 1 akapi.qui devant chanceii er et de m lS(0ni y.enne est nomm \ • T '} / L U lw,,/com b.ssadur a IJ. me Monsieur I dantdes for: ; w militaires ait.* vre Pontjils coa ui ganl au Caire %  deslrsssemple .-oa^ti uan e e>l esl nonm luu C0; ^ in $i te: eu |Us et banicade's dana l.> ptruo viiets n ictut ai j r L 'de la vil;. Un assure que le ne u PAK1S -L s h uts lonciionrti %  gcuverDuiM-nt a tabli en bur-s eu n inisire des ail 1res i n L P re f 8e ,|,u h!lir e P-P e at es disu.t que le Pistdent Wil .inT, ,"' 1 1 ""' r V lffec, '-son est cppj. i la r pi.se dei h T;"V' ldl1 t,t,; "lios comm-iciales av.c la Kus;e l*" 1 *i-*8 inembit s du LCUVIIIC 11,. debBuer, aprs un ullimatni, linl ^ Le e ; bo.c ^ ,e, .eiont au Utonmliistea BO ee.nt erfu. P cuv0,r ct li-Viillercnt i les en p doi.ner leur dmieeior. Le prt'c ^ (r F Kbert et sa femme re soi t s en spprei ai t ces \i. tnei t >-~*.~~— usions ahirtM eoi t pui.'gMa je* troupes (juoiquo le ncuvti u imeriert an dis attacbs molu**, il r: a pts I ii tei ton Co .-.( Fitanude F SBJ0DAH& A ngle des Bues Roux et du. Ce itre 2 Mdailles d'arger*Exposition de 'Bruxelles /910 Laboratoire de Chimie Mdtale Drogueritt Produits chimiques et pharmaceuiiq-ies. Spcislilsa fraoiisetel nmricaines. Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses strilises et injectables. Spcialits. —Srum r.vroshjnique simple et ferrugineux.— [oihydrarff/re. Srum ue Horard remplaait Iea paquet* realctfaots -ie Kei'rlar et de /fobiu # Il y a toujours en stock : NevroUheosa' Sirop pec oril, Eliair de Pensylvania. Dp)BUaire du PRETENT!!* Reprsentant de Laboratoires Tersiul LtCTiF£fty. — Fartneat lactique, coitre aktreti^Qi gistro-iaUJ nales et cutares. LAXtRIPfB,—Spcldque del coosiipalfonl 1 AZAR MTROPOLITAIN^ Maison de confiance I Pour deux semaines seulement I te" e,1 ^-e> a v p ' s l'ranquTl so %  •• d s a fi' 3t ps |ie de la lils Le f.iu.i x bexeut f tuq id;.fjo de la ma son H Mueachlj!*', D,ip r. champion .i I-: uep. meye& Co 'i blie aux Cayes 6iu n Plbsrc l ,:fI &u Hvii l'i'.i U pop n syant dessus une 'LF ?' 8 i bVfC son lnCD6 k e une grande halle en bclon arm • si. F Le but de arpei.tier ut t u e U J C yer, ruea des ^rrii-" %  1 a- pains et du Parapet,rrefur. nt Trente ies!dr M,ro la ttain Pur are"*;.*. 1 'de orJ* dite me d e5 .Ve i nn ' •' : s t,,f r meau roe op l*honn' Mr p,R f, l'TP rt r pof par une Ptne brise dont une luin u C o rn "e la nr m danspat""-surqirre pids ur'a p ( P rs 8 n "' n '••nt dpns |.j dite iue du Par p< t, tvr ute proton u B r H ,e mme but., deur denviio.1 ce t qoato se y eJs tneMn, 1^"'* r0U8 dpux tx H x pou:es entie la propril d' ^eiLl^ 1 ;.? 4 MUVvel* ryri ne Argeli P b y. 1 vou arr. ••^^^^•^"^•n-'^ce.p'op: t Corvingon ci r JOa Irnons l*Qlc |' VOU3 , cl v-,.'" v "'de,,,:," 1 ,"; ir."voi i.ienl* 1 ffnd.-e pir !,i Tt Ile dite proprit ;e[oirui', A voas 1 en nen e^er B 'es r • r [4mivrf) Ucehypothu r mille dol U r e c chaque achat de K00 or d'niaills, de couteaux et rubans, nous donnerons un des articles suivants : 1 boite pondre Tais Imprial 1 petite boite, parfum Cleteat ^ saiftns 1< loti lia L cahier J c i r n v t de poche Avec les achats de 2.00 or t boit


PAGE 1

e* "*.* %  MW AUTOMOBILES /t {ouei* flarinacie Albertini-E\v*n| MAKT11I. k. H.TRIS. IV T.. Mie ; M ;.f1T r\ ne* en irco Pro'm'U rl-'r''rjn*>s tt TVf\\* . uipf l>ins de Fiance et d'Ain/ i iqu r iine Dtriifrre Kolin's P&rfbKeiieJmife danii oine. Petius' Iitiip Miw Sif ee*#r I* I IHTM KWA 1 H Ts'arished 1860 Anrfrirsn 'Frercii P*tenl Mf HicTf B'rt chpuiioala freœ Eu rcpe ai le s'a'e*. >netirpn prfsni|f'Vn file?, Fnrrb k mericvn Perfumed Toile Water*. K* il al Peirm' Pliai iracv liaihiflip of Terr.pli T*nmfMty, Pliladelphto. Ps. A vin Important f f. FtiKc est in/oith que li Ti > n 'f '. Plantation* ItHorpomicl ii ut ii fi^p iron.*nir$ Port au* J'i'ir'ii' Il 12 Une du Cr*fre,S i f. d* In ctmiogtie des ( h'cn liuh}>aflavt : q>iefi. toit on Vrircct 'i Mors 1090. Le prsidait de. la l> t. \'es l'Ion' S ] 0< (; ri;r j r„ lt cu Avcme C ( l Magi Mai en Smilb, Imllm Intiom Inmrpomtpd, [rr un Oaiepe rie a Kue Tireraaeae A !a Lumi e RI ne (Enti* Avenue John A UlCniKDS, [CfcBBtt-) |TcleilrceiK>5. Revue Illustre et Vente i Patrons ce Mode " Courses en ville & hors de la ville Voyages l'intrieur du pays. Pour les provinces el les villes de Sto-Domingo : Puerlo-Plafa, Sanli (jo de los Caballeros. St adresser Chas. STEPHEV wswARTICLES FRANAIS La maison Max Monsanto Rue du Magasin de VE'at Par le steamer franais Caravelle j arriv ici le l courant les articles suivants : Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses fil et colon Nappes coutils matelas chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soie cravates nœuds et rgates assorties, Gilets de flanelle. LsL>\ IJUTIC*' Coatoma aiaea M to M SA ccnU lia tel Vojvz-voas ces belles.Da ne, vo:it>z-vo>ig re lguioir [martes ton me'elles 7 /.LIEZ CHEZ Paul E. Auxila Findu Magasin de l'Etat et Irgttrsiiri niLx7' ll T er(Z U T i ,S,: ,e \P' ua Jl^ et plus ncQu HUHA.NS WS plu a proprit! d un cliois rare m 11 \oua donneia n Caislognu de Mode et vous vendra 1A MI assurera \otre lobe ure COITE iu prcbl. !" Corsets, bu, forOQM de chipe UT. [nrfumerips diverse des fabricants; Ionique orin HI*, Triroph-rous, Pommade rro^lli Pommade LicHJento, lotin I .-KGENTEE, as£urau: la coa.i I et velout, rfimpbant les er^m^f' l ne visite dini ite Maison et vos ennuin savoir ceoMl vous devez poiter, diparaisstnl' < %  -. i. r EDWAltD H. RAPHEL Go New-York Portau-Prince l Spcialits k Produits Raporel Mr Eug. Le B0SS1 avant dcid de serel rer du commerce d'aj lo mobiles offre les m sions exceptionnelli suivantes • Un camion Chevroli n.tif Cl Mtonne) dmarrapeautomaii'iui or 2103 Un camion chssis Manier 2 tonnes n oieur Huick 4 cylindres or MX) Un camion chssis Mazfar J ioine nioleur Clievro'el dmanage automatique 3W Une Buick ft55f gers 4 cylindres drrnraie an'orrf.l'quei fccccdi' imise lt t de neuf 700 dollars Une Buick ii pns-gfrj 6 cylindres demara^ 1 aiit.miatiaue ^ f or noteur en parfait \*i VOC dollar* Une Limousine 7 pa'sacera Ht ck C cjlindrrs remUe a neuf lis?PP r jfl BatritfM en, M cctV plus de aotU dcl prix de veine i*" Une Buick 6 cylindre* 7 \mtmmn, D.oUdep pat Tait '*t ^



PAGE 1

j0m ?tn?* No: 5735 DlRECTECll-l'ROPRIETAaE OiBeot-MAGLOIBE MAGISTRAT COMMUNAL U NUMERO 15 CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE Un mois G 2.00 DEPARTEMENTS Uo œ 8 Trois œoii j rJ ii mois TRANGBK G. 880 700 800 I Taononces sont reues au Comptoir la. rtiinal de Publicit. 9 Rue Tron:het, TaSi9. • 2} Udfille HiU LonJrcs Poi"! O Paiiict, 11 i;i %  VluiJi le Ma U&) Quotidien L'orgueil pouss un cert:iin p)inf, devient une dmence. Il dnature ettorrompt l'esprit jusqu' des profondeurs insondables. Francis CHARMES TELEPHONE: US C/.USER1L ; SCIENTIFIQUE La banane A la Trjiioile Le peacr m tirf>pondaace spciale au MAI IN 1 l'y a point longtemps que ce truit eict.quc tait considr comme ic curiosit nappiraissant gure, de rates intervalles, que sur les illes des amphytrions qui se piEgaient d'originalit. Aujourd'hui, lis doute, devenue populaire just lire, la banaae court les rues, tame les oranges ou les pommes, 1 l'on a Jes chances de pouvoir s'en bide rgal bon march jus :u au a tond des campagnes les plus relies. Mais elle n'est pourtant en jrequ'un dessert, et nous sommes il du rve de sir William Cio. ,— t proccupait l'alimentation mon e— et qui voulait eu faire ua jenl c l'aliment par excellence J, iluo et place du bl, et comme i dirait le fond mme de la ration [ijeite hnmaia. %  vrons ici une parenthse pour lier i ceux qui l'ignorent, que [banane qui ne se macge gnre en que crue.est excellente cuite. par exemple, telles de banales lœes de terre.Essayez plutt :voas idir.z des nouvelles^ t vrit est qu'il n'est peit tre I ai monde une plante comestible tu production, pour une surface mine, soit i beaucoup prs i copieuse, il n'en est pas, en ,qni, i raison de 30 40 pieds root mtrs carrs.puisse donner lu nul an J c&t deux cent MklogramniS • de mari e I litaiie i l'hectare La remarque est IHinioldt, et c'est de lui que sir [miara Crookes avait appris que la onction du fcunanier est celle *oe i}}. et celle de h lue de terre comme 44, a 1. A %  pte-li, en pays fertile, un ar cultiv en bananes pourrait J une cinquantaine dhu i, tandis que en Europe, la %  surface cultive en bi en %  rtirait deux peine, -estqne, par le fait, I banane lin aliment complet, renfermant t-. en proportions variables, U1 qualit et le d gr de ma*des msti es suctes ( ILA, '• les sel$ minraux ci ldufer. On pourrait donc ex%  jwW vivre de bananes Aussi, %  %  en reaseigas' n'hes lent I L i" qoc 1,arbre '*g"dire |wt du mal du Paradis ter•eUit autre chose qu'uu ban\aaua ^ qu U P BrTl Pj tedans la gorge d'Adam, l t... UQe banane. Je7 n V 0,rn0lnti, decet inesti£ 1, 1 U1 a, )*ma.s mm Et S C4lom P 100 gramme t-iiml ptutslevera l*tit d; u0 |usqui 2 2 s calories pour llinTr Aut ""* nt dit. .1 ESJ near masil peui Ue C wprieur au pan fcrand'Rue prt du lailleur Smit No 1532. l'sr le franais est arriv l'Klixir anti-ophtalmique coutre les m va 1.es des Yeux. .u Stock en a/. Alphonse May ns. On trouvera: article? pour coulure. Iingene, broene, de L pariameritj ils corsait, d** chauaauies lil uulies pour bornant, des chanes de m mire, des letins franaises des articlei pour dame Savons Lsnox pour Lesave. Ou trouve, a en outre les speciaiils suivantes : Ionique O.ieiital, eVlC plierons Excel eiils, liol ctung, l'ewder, Limn ni Alinaro Inseclive Eumisio.i Scall etc. Vet>oie liait n. Colonie Sotte ce titre, le Dr Henri Eeueuet public l'article suivant aussi bumorttUque que sens, bus m sourions laisser passer l'jecassion de paiq.oa maage del brioche.. Muaud on n'aara plus ni bl, ni orge, ni riz, ni wo'gh 1 ni mllel. d.seit i leur UlOf les savanb coaitnipoiatas, ce n'est pas uae ratsoa poar t >'eu faire : il n'y a qui ma ig;r de> vi aues . Au fat, pourquoi pas .. SCIBNTIA L'Asirique.en le sait I ti hei; les c toy ns des BttvUnis n'ont plus le doit de boire que de l'eau plu ou moias adiitionuie de sub.tauces aromat qu*s.Les inspirateurs de celle mesure, qu'on peut sans exaratio-i quilifierde draconieune.se flattaient par l'interdiction de toute b )i,son tant soit peu suspecte, d'amliorer iioublemeut la sant physique et morale des abs men s maigre eo Y sont-iij parvenus ? C'est ce q'i a VJU'.U savuir une revue nerlan Jiisc; elle a recueilli des rensrignemen.s and dtaills que possible sur les rsultats qu'A eonns.dans lei diveis Kiats, la rglementation nouvelle, et voici, d aprs le •'ulletin de l'office mlernaiianaliibvjiene publique\ts belles consquences que cel'e ci a procuresfcn Califoiaie.le nom'ure des c'lilj d conlraventions de toute soife a baiss des deux tiers: dans les gr;,n des villes de ces E als, on n a prs que plus opi d arietaf-.t on>pjur ivres;?. A Chicago, le nomb e dis mennres est reste le mme, miis h s aufres i-fract OTS aux os s 1 ini u ment a oins nombreuses. D n; la srdioi des alcoo, que de l'hritai G' 1 de Philadelphie, 3 481 persoin s taient en traitement n I8.7, 2,32; en 191K, eile vient de fermer ses porles, fan e de clients. La mai on de correcicn de la rrone ville a constat J un flt'ckissemeni notable du nomb.e de ses pemi:o;.n?.ires : /02 hommes, au lieu de 1,009, 2 '• lem mes. au lieu de 300. A Boatoo, le chif e de suicides adiminu de plufs de moiti, etc. Pour de baux rsiil'at, :e sont de beaux rsultats ma;gr un d^s:r irs sincre dr voir l'akeolkaf ner giquemen,combattu pa tout, ou se rait m*e teu' de les trouver trop beaux, parce qu il est un peu surpre aaiit qu'ua mois ait sulii i les dl.-r ramer. On peut aussi dduire de cette siadsique ce fait trange que l'alcool, qui ferait tan: de voleurs, n a que eu de responsabilit dans les meurl:es,el nous avions jusqu' prsent une croytott tout autre. Un aimerait Ajttro r saisi avec quoi peu vent se mettre en honteux tat les ivrognes que Ion arrta eacore en Calitoruie. Miis passua ; aussi bien, ta Mdaille a un antre revers queles Amricains signalent eux mi u:, Il parait, en effet, que-le nonbr; dsf toticonaue t auiA'jys Je ToleJo tiav;r ser la vile, se diriger vers ia fron ura de l'Etal, ia tianchiret earei dans le Mica g m au matin, plus ua iramwiy UJUS la ville L vttt usant ioaua, mais ne dcouragea pas ; Chacun e reui.t pied a son tiavail, et, b ut, K-s au.ontes purent grouper 2 ^jj autoous qui sut lirenl a apurer le trafic. 11 cal ass /. .u icux u'obseiver que, da:-s w-.t te grve, cciaicul ics taatriem ptu. pic, qui se moulreieut its p^u hos ii.es a iouie irausactua JLVCC les ..om^agnies. Toai rtcimaatol. les embaumeurs de fcJj.nl Louis se soai m.s en g ve 1 s d.m.Ld-.at;, ao.lars par semaine, plu. 3) cen,unes par heuie ue travail supp c.atluie. lia se prparent a s: cunsiitutr eux mmes ta to.ita coopratives cl mettront ci pioj.t t c^e-u.uu si Sutisiawtiou ue leui tsf pas uo.ne. L. mouvement grvtt gagna mme us piiious. Les revo.u.iou nairea qu. uvaitul etc tacarceies a L lis lsiaad eu aitenJant leur depor talion relnsieat, comme un seul homme, de rpoadr^ a ia d.g.tion du Congrs venue pour enquter sur les causes des rctaids apporlj a leur depoi.a IOU, ces m.ncs pu tOOnieia wiu..cni de servir de l OlOttM lia ue-..t.eui qu ils u y .ojsen luoai qu'auttui que se.a enevee la barrire qui tes spare des visiteurs. Les 11ieu1u.es de i'eqai.u

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05070
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, March 16, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05070
System ID: UF00081213:05070

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
j0m ?tn?* No: 5735
DlRECTECll-l'ROPRIETAaE
OiBeot-MAGLOIBE
MAGISTRAT COMMUNAL
U NUMERO 15 CENTIMES
' ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCE
Un mois G 2.00
DEPARTEMENTS
Uo 8.
Trois oii
jrJii mois
TRANGBK
G. 880
700
800
I t- aononces sont reues au Comptoir la.
rtiinal de Publicit. 9 Rue Tron:het, Ta-
Si9. 2}' Udfille HiU' LonJrcs'
Poi"! o Paiiict, 11 i;i
VluiJi le Ma U&)
Quotidien
L'orgueil pouss un cer-
t:iin p)inf, devient une d-
mence. Il dnature ettor-
rompt l'esprit jusqu' des
profondeurs insondables.
Francis CHARMES
TELEPHONE: US
C/.USER1L; SCIENTIFIQUE
La banane
A la Trjiioile Le peacr m
tirf>pondaace spciale au MAI IN
1 l'y a point longtemps que ce
truit eict.quc tait considr comme
ic curiosit nappiraissant gure,
de rates intervalles, que sur les
illes des amphytrions qui se pi-
Egaient d'originalit. Aujourd'hui,
lis doute, devenue populaire jus-
t lire, la banaae court les rues,
tame les oranges ou les pommes,
1 l'on a Jes chances de pouvoir s'en
bide rgal bon march jus :u au
a tond des campagnes les plus re-
lies. Mais elle n'est pourtant en
jrequ'un dessert, et nous sommes
il du rve de sir William Cio. ,
t proccupait l'alimentation mon
e et qui voulait eu faire ua
jenl c l'aliment par excellence j,
iluo et place du bl, et comme
i dirait le fond mme de la ration
[ijeite hnmaia.
vrons ici une parenthse pour
lier i ceux qui l'ignorent, que
[banane qui ne se macge gnre en
que crue.est excellente cuite.
, par exemple, telles de banales
les de terre.Essayez plutt :voas
idir.z des nouvelles^
t vrit est qu'il n'est peit tre
I ai monde une plante comestible
tu production, pour une surface
mine, soit i beaucoup prs
i copieuse, il n'en est pas, en
,qni, i raison de 30 40 pieds
root mtrs carrs.puisse donner
lu nul an j c&t deux cent
MklogramniS de mari e I -
litaiie i l'hectare La remarque est
IHinioldt, et c'est de lui que sir
[miara Crookes avait appris que la
onction du fcunanier est celle
*oe i}}. et celle de h
lue de terre comme 44, a 1. A
"pte-li, en pays fertile, un ar
cultiv en bananes pourrait
J une cinquantaine dhu
i, tandis que en Europe, la
surface cultive en bi en
rtirait deux peine,
-estqne, par le fait, I banane
lin aliment complet, renfermant
t-. en proportions variables,
U1 qualit et le d gr de ma-
*- des msti es suctes (
iLa, ' les sel$ minraux ci
ldufer. On pourrait donc ex-
jwW vivre de bananes Aussi,
* en reaseigas' n'hes lent
I L i" qoc 1,arbre '*g"dire
|wt du mal du Paradis ter-
eUit autre chose qu'uu ba-
n\aaua ^ qu U P BrTl
Pj tedans la gorge d'Adam,
"lt... UQe banane.
Je7nV,0,rn0lnti,-decet inesti-
1,1U1. a, )*ma.s mm
Et SC4lomP 100 gramme
t-iiml ptutslevera l*tit d;
*u0|usqui22s calories pour
llinTr Aut""*nt dit. .1
ESJnear' masil peui Ue
C wprieur au pan
fcrand'Rue prt du lailleur Smit
No 1532.
l'sr le franais est arriv l'Klixir
anti-ophtalmique coutre les m va 1.es
des Yeux.
.u Stock en a/. Alphonse May ns.
On trouvera: article? pour cou-
lure. Iingene, broene, de L par-
iameritj ils corsait, d** chauaau-
ies lil uulies pour bornant, des
chanes de m mire, des letins
franaises des articlei pour dame .
Savons Lsnox pour Lesave.
Ou trouve, a en outre les specia-
iils suivantes : Ionique O.ieiital,
eVlC plierons Excel eiils, liol
ctung, l'ewder, Limn ni Alinaro
Inseclive Eumisio.i Scall etc.
Vet>oie liait n. Colonie
Sotte ce titre, le Dr Henri Eeueuet
public l'article suivant aussi bumorttU-
que que sens, bus m sourions laisser
passer l'jecassion teurs.
ta urtB
m Eiais-
Ipar M. Raymond Paincar'
Au banquet des journalistes
I ^uDlicaimsauPalaisd Orsay,
le '2. fvrier
S-
P. G. S.
1.8 public st prvenu qu' partir
du Mercredi 17 Mars couiaii1, le
trafic sur la ligue Carrefour-Logiue
8 his tr#i is partiront aux Inurea
rfiamentairee. Le premier trato
laissera la G ira du Ne d a 4 h. 10.
la DlttEOTiON
-A.
Parlez-vous
VAnglais ?
Lue excellente occasion d'ip-
prendre a mai.1er u tangua an-
glaise avec une leiuarquanic iat^i-
dne e'iivos inuni-iiis libresclir/
tous, en suivant noue COUTS pr-
par spatialement pour les par-
sonnes de lang-jc fratoeaiio, Lcn-
ver pour omautr des renseigne
menis complets.
'1ht LnwerSal Inslilule
Bat i ?Ji W. lud at., N Y City
UlMJ-LL- ,jn-----LM1L..L .J1J-..-JB.L '
Clyde Slifainshii) Co
Le sic* mer t Comal es; dtieudu
ici vers le 20 cotant, pienaLt passa-
gers pour New York, via S.utia.o
te Cuba o il sjournera 4 jj-uf ,
Messieurs les voyageurs qui tOHrt
raient profiter de cea eccaston vou-
dront bien s inscrire ds d prsent.
anganMBMnnMannBBnnnjtPPMnnnoaati
ml,.,, spwieur au poavo r
X ch^P^imt-
tita
ablc
k.
JJJt peut encore -:tce n'est
[j Ps le oindre de ses
,0Q"r de T.hoo' i bon
^atr!,r,Ic?el'alC0^ld"iQdlls
le chi.! ,Sil,on Pur l'eclaira-
S?re: la toi:e motrici'
,?2 gtacraliser, i.ans-
*** 'au ca combaa i'10-
Justrie. Mais il y a lieu de croire
qu'il n: serait p^s iinp*ss.ble do ti-
rer gtlemmi d: la banane ua ex-
ce leui alcool de bauebc. Ha \oA
cas, les ncits doat la banaae cousu
lie le mets favori et mme essentiel
noat pis atleidu de procder 1 BtS
procdes de diitillatiOQ pour en ei-
traire ua bteufige misuw y\\
vous cuit* un iij.nme au.si sre-
ment que la "gaele'la pus .Qfse.
Mais c; n'es: fi qu'ua nors dcea-
v e Ouaud on n'a pas 4j an, J -
sait ua jaur ua; ^raiie din; du
diihuiume sicle, i qui ceite bju-
t.ule passe pour avoir co-i: cher,
quand ou B'a pa> de paiq.oa maage
del brioche.. Muaud on n'aara
plus ni bl, ni orge, ni riz, ni wo'-
gh1, ni mllel. d.seit i leur UlOf les
savanb coaitnipoiatas, ce n'est pas
uae ratsoa poar t >'eu faire : il n'y a
qui ma ig;r de> vi aues . .
Au fat, pourquoi pas ..
SCIBNTIA
L'Asirique.en le sait I ti hei;
les c toy ns des BttvUnis n'ont plus
le doit de boire que de l'eau plu
ou moias adiitionuie de sub.tauces
aromat qu*s.Les inspirateurs de celle
mesure, qu'on peut sans exaratio-i
quilifierde draconieune.se flattaient
par l'interdiction de toute b )i,son
tant soit peu suspecte, d'amliorer
iioublemeut la sant physique et
morale des abs men s maigre eo
Y sont-iij parvenus ? C'est ce q'i a
vju'.u savuir une revue nerlan Jiisc;
elle a recueilli des rensrignemen.s
and dtaills que possible sur les
rsultats qu'A eonns.dans lei diveis
Kiats, la rglementation nouvelle, et
voici, d aprs le 'ulletin de l'office m-
lernaiianaliibvjiene publique\ts belles
consquences que cel'e ci a procu-
res-
fcn Califoiaie.le nom'ure des c'lilj
d conlraventions de toute soife a
baiss des deux tiers: dans les gr;,n
des villes de ces E als, on n a prs
que plus opi d arietaf-.t on>- pjur
ivres;?. A Chicago, le nomb e dis
mennres est reste le mme, miis h s
aufres i-fract ots aux os s 1 ini
u ment a oins nombreuses. D n; la
srdioi des alcoo, que de l'hritai
G'1 de Philadelphie, 3 481 persoin s
taient en traitement n I8.7, 2,32;
en 191K, eile vient de fermer ses
porles, fan e de clients. La mai on
de correcicn de la rrone ville a
constat j un flt'ckissemeni notable du
nomb.e de ses pemi:o;.n?.ires : /02
hommes, au lieu de 1,009, 2 ' lem
mes. au lieu de 300. A Boatoo, le
chif e de suicides adiminu de plufs
de moiti, etc.
Pour de baux rsiil'at, :e sont
de beaux rsultats ma;gr un d^s:r
irs sincre dr voir l'akeolkaf ner
giquemen,combattu pa tout, ou se
rait m*e teu' de les trouver trop
beaux, parce qu il est un peu surpre
aaiit qu'ua mois ait sulii i les dl.-r
ramer. On peut aussi dduire de
cette siadsique ce fait trange que
l'alcool, qui ferait tan: de voleurs,
n a que eu de responsabilit dans
les meurl:es,el nous avions jusqu'
prsent une croytott tout autre. Un
aimerait Ajttro r saisi avec quoi peu
vent se mettre en honteux tat les
ivrognes que Ion arrta eacore en
Calitoruie. Miis passua ; aussi bien,
ta Mdaille a un antre revers queles
Amricains signalent eux mi u:,
Il parait, en effet, que-le nonbr;
dsf toticonaue<- ai^neatait coasiJ
I .bl:ment tandis nui celui de* a'co
oiiqaes baissait, et panr cause. Les
ytupiiaats devienn-nt l'autre dinger
noi moins reJa.'.abie que celui je
l'an a russi 4 coi jurer. L'npital
Beiltvue Je New Ya.k enreg serait
dl ce fait, uj en lire a eut. m ssr-
ciiopi hes (me tuas dtraqus) pUj
lev que jaraai*. Ce :. est pas tout.
II se.no.e qae la consoumiatioa du
th et ta caf so l de vanna t jrmida-
b.e, et 01 attribue cet etc tojtes
so tes de miux, j uqu'J l'angaitta
tioa do chiffre te la moi tant . Ua
mois de th et d-caf aurait alla
amener ua? coasiqtiiact atts
plcr.be r Ceci est e .core biea lraa
ge. Il n'empche que le New-York
L( s grves aux ia,l ts L'uir, soit
fr. varies, leu; xpet tiou pounait
semb.er mouc'one, si sl.es n'atttt
gnaient de; corporations ou groupe
men s a?s 1 inattendus.
Il y a quelque temps, le conseil
municipal de Loleio, ville de l'Eut
de 1 Uhio, dout la population dj l
se 2oo 000 habitant*, refusa dauto
riset its conpagnies de tramways
aug nenter leuta tarais. Immdia'e
men', les compagnies dec.a.rent la
grve, et dan^ .a seconde moine de
i.< nuit, on ul voir toutes les ia
nies d;> t auiA'jys Je ToleJo tiav;r
ser la vile, se diriger vers ia fron
ura de l'Etal, ia tianchiret earei
dans le Mica g m au matin, plus
ua iramwiy Ujus la ville L vttt
usant ioaua, mais ne dcouragea
pas ; Chacun e reui.t pied a son
tiavail, et, b ut, K-s au.ontes pu-
rent grouper 2 ^jj autoous qui sut
lirenl a apurer le trafic. 11 cal as-
s /. .u icux u'obseiver que, da:-s w-.t
te grve, cciaicul ics taatriem ptu.
pic, qui se moulreieut its p^u hos
ii.es a iouie irausactua jlvcc les
..om^agnies.
Toai rtcimaatol. les embaumeurs
de fcJj.nl Louis se soai m.s en g ve
1 s d.m.Ld-.at;, ao.lars par semaine,
plu. 3) cen,unes par heuie ue travail
supp c.atluie. lia se prparent a
s: cunsiitutr eux mmes ta to.ita
coopratives cl mettront ci pioj.t t
c^e-u.uu si Sutisiawtiou ue leui tsf
pas uo.ne.
L. mouvement grvtt gagna
mme us piiious. Les revo.u.iou
nairea qu. uvaitul etc tacarceies a
L lis lsiaad eu aitenJant leur depor
talion relnsieat, comme un seul
homme, de rpoadr^ a ia d.g.tion
du Congrs venue pour enquter
sur les causes des rctaids apporlj
a leur depoi.a iou, ces m.ncs pu
tOOnieia wiu..cni de servir de l
OlOttM lia ue-..t.eui qu ils u y .ojsen
luoai qu'auttui que se.a enevee la
barrire qui tes spare des visiteurs.
Les 11ieu1u.es de i'eqai.u bail du co..e^e frankuu et Mirahau
Pansytvaaie oui tout rtcemmjnf de
cure la grve, a la su:.e du r.ivoi
du coiig: te quatre de leurs meil
leurs joueurs, ceux-ci a va tint ece
renvoys a la sa:.e de biimades
eierceei sur t ua uou.eau. Cet-n
grtv d: l'quips luqu.e daulri
pius qu'elle clate a la veille m^ne
u; l grande sais Jd de jeux et que^
dapra les deruieres informt.Oui
Il worps entier 4u tuauuts menace
de suivre le mouvement si les quatre
expui Eu un, on daif sigaalcr la grve
uunaiuts dj l'LJJloa des deut stes
de N.w 1*0 ,.. ici membres exigent
que [i label de l'U uoa suit ap^o,
^ur tjjtes les, J.n s aritQciellek. A
M U| 1 p ...i;m de l'W-uon a
pau.,e la. dclarai o \ suivante .
Nous sommes heureux de reproduire
ici pour bos lecteurs le discours
suivaat de M. l'oiacar, en raison
de la bonhomie, de la gice, et
aussi du grand sens politique qui
le caractrisent."
IJttiffettri,
A la vaille du ieur o je vai* tre
nlav par M. u prftirfntt DaaahMiti
M l i/iirUe que jai HlOBtUf pendant
*'. nus, laiaX-moi 'mus remercier d*
nouveau de nt'avoir une dernire/o
prasur l'occasion di fliciter dune
maniera gnrale U presse franaise
davoir piet, en des heures tragiques,
a ta dc/ens*. nitionale, une aide pr-
i-ieine, qu'elle na cessi d- donner peu-
dant la guerre aux gouvernement et
aux armts.
le ne suit si [ai eu, nu poste qui
, ai muinentaninent uecup}, quelque*
Une 4m mrite qus, loui-a-l'hure,
ma st nreueuumt attribus mou
OMt t'aul S. ru use; unis ce qu je eaist
eesi que sans i apmionpublique,aucun
de nous n aurait pu pouser s 1 tehaju
fiii"ihouiriqua,aai,8laoree.lvpintoie
pub xque aurait t Vite txpotc per-
Ore qualat chose de su persvrance
et de m lermeli.\
Au milieu des diffitultl inextrica-
bles quil faudra bien, en effet, qus le
gouvernement, vous aide rsoudre
mainjenant, non teulemanl le man
que de papier, mata, pendant ta yuer
te, ta mo lisattou d un csrtam nom
brada fourn*Uha, la raret du In
main d uvre, '.es rationnements de
toutes aortes, l augmentation des pria
- au milieu dbets difficults Mttttfn
ailes, ta presse a poursuivi saris rejet
ci' ', B8fU ffudlance. son oeuvra ptre
otique,et elle a le devoirde u.r<, qu'elle
austi, elle doit compter parmi lu meiC
leurs artisans de ta victoire.
Anna la polar, la mission qui n fui
\ncomberne sera pas mme 'important*
pas moine dif/feila, p*ul4tre mme
iru/o^ sera-felle plus tyrata. Cette
union mtianalt dunt tow-Phura
veut parliez, mon -4ntr Prsident (h
et ami. cette u,ir)X ,/(U n0M a pir,n
U ppouaur l'ennemi, nous sommes
narfod tenta* U la ,uner surfila*
p ire qu\ noua croyoai que tout pril
es: paM, e
fgSt cependant, quels que soient les
invitables confina dt doctrine aaajftf.
que, l union de tous lu bons citoysnx
damoitroro, dona Ut paix,ncesaaireau
relvement de la patrie 1 4 JJ 00j
tranai sont morts pour nous sous.
traite i U demmation de l empire
d Allemagne; ils ont lgu aux oivanU
la charge de les nujtplor. Lis vivants
n ont pas le droit de se reposer, et
c est tous ensemble et d'un e tarage
touiQuro accru quils doivent demain.
U remettre au travail.
La. j 1 li_
mdical Journal idara que l'abus-
de c^s bjusojs est 1 icota plus da-
gereux qu: l'usage de l'alcoal a.t.
ce u 1 pas aa*arritre? l-ce une uoj-
velie zi npig ie qui s'ouvre ; iiu.par
basa 1, y anrait-il la bas des hom-
mesd: bon..; voloot qui troufenl
qce .'Amer qu n'est pai c.^.orc -
stz scheV
Si les g-as qui n'oat pas i:
dent, se preaccupent de taire c; qUf
conv.ent, ils se rendront chex leur
deat.sie pour se faire remplacer les
deati rnanquanes. et. en mme
temps ils imialwool pour que fou
es les dents qu'on lenr place por
tent bien U marque de 1 Union .
''lus de i aoj dentistes des dis
trteta sui-peupls de New Yotk ont:
tctir que sau, dan5 lc$ ^
trme urgence, ils se refuseront a,
placer des dents artiucielies aprs si
ntuiea du sou. r ^


LE MATIN
Mm mm
Hue dit Ouai Porl-au-Piinee
Surre D'arc Or IJ Ici |ik) livres
i;;oe ll,5U *
(tuant moi, mes chri ro> lr*'r s
cent avec roeonnaitaatt que jo reprendrai ma p ' pormi i>om
rMU me lhcitie:, tOUl d l heurs,
reprendre ma place nu Suai. Je
mrite, cet egant, aucune flicita U n
Jenai jamais pens, je ns pense p %
qu un ancien prsident de la li publi-
que suit fatalement condamna I d \n tu
dans sou propre paya une s rit de r<>
f'i exil; que la premire magistrature
du pagt soit une tort* de Unique d\
dessus quart ne pwut arrach r d\
ses ipauleg qui noue em > h de rrr
tir un costume un peu main gnant.
Le souvenir d une, ancienne dignit ne
projette sw celui qui I u port ni
une ont h c ni une lumire Le jour O
li l'a quitte, il redevient < qu'il u >u-
quani il la priie. Il doit sfitlimcr heu
reu.c de rentrer dans le rang / ont mon
trer qu il conserve encore pourd'vutrei
postes quelque activit.
fct puis,voua avez pur!,' de respect,*
,uon cher ami, de, respect; maie < / < %i
pas d celui qui sort, c'est d celui qui
mire que douent aller dsormais
gards et U respect. Comme l disait,
l'autre four, a Vertaillei, te prsident
Je VAtMemblie nationale, quand h
tante a choisi, tout le. iiior.de doit te
ranger autour de son lu.
l'our nui. je nui qu'un VffU WUi
exprimert ou plutt ie me trompe, Idn
talion me gagne jeu i.i deux ./ foi muli >
UpNtnkrjsi que vous me retenue; un
jcut cota dam ce cornue iudicairt dont
l ai tait si longtemps parit et dont li
ptttidence m'a momentanment exclu, < fi
se retrouverai, n-trois quelques amis',
teitd de mu dfitt, cfst que, 'il mar
rwt de gUsttr quelques articles au miltea
ues voir,s vous jugiez, avec indulgence
une plume un peu rouilla et que vous
tu \TNts\ pas in objecter que rettaili de
votre (Hsoitalion. ;,.- Jurais dlinilive
meut laisser scher mon mie. Je vous
demoMde, au contraire, Je m'accueilltr
parmi ivsus, et mi le dsir trs vif de
nu joindie vous dans 11 lutte iufu'i
gable que vous soutenez, depuis si long
temps pour I union dans la Rpublique
,t pour la qrandeur d, la brance. won icire I Association des joutnalis
tu rfublicatns,
ta f*t *
D'Est Une
Monmtruo
donner des mdicaments alcoholi-
ques aux enfants. Il n'y en a pas
une seule goutte d'aicohol dans
ci m rraa n
xf*
Scoii

<




Joxrph I. Rivera
Directeur du tra%4 Ch jus des i
/.' urglrt S u::.
Salnfl avec reso -et le* djnp* art-
ri|Aa CVi'ei Bt ili uJrPf, Li '.'-; ', i
-o''i'.-ii tout lepob'ir loco'fi hut
<* ii;'-r vpjiinn'fl cit. I lnr nfrpir!
p oclninement un *pcac!fl d'attrac
non intr**sssn av*c nrtnM que,
c mpos d'un pn onnel lj ajnapante
artittM dpa deit \ leze*. On y verra
>\c anim iix froc*i et ap iri
Hipntot irriHua grand dbut la
capitale
I v^ndr**.
Bonne o^c^sion
S'adr^H r *" H /. ir il c, i |*m<
1( 0, Rue I! ' Foi pou un I nj
v c l^rn e Pt\ li i t tit- MacluiM" ,
N< w Natia >l fi\*-
Pait -Dive \
RE SET NEMENT3
Mt:r-;jHorjOGiQ jes
o issitvvrouiti
DU PETIT -vl-:vil IAIR !
CO J.l: ili SI' M\RT1 .'.
Luii i) 4a i ) o
i Soolaira du B*l an
v dont le but c\ d'il
w lient de i
ii une sou n. L tonds re< i
do v i n ci u i ..
terni i qu
d mi tre dam ; : du B t v
1-- en im u n m
Nous invitons le p. nj pisse dis ni r
vl.i sort
i L'on p ai reiux
-,
r confort ds rn
. par >.i:otms,
lez L itf de
Lr"-"ediropt confon blee< t dur-
ables lana i intredit las nu-il-
l-'urcs < : ; de toile et
!.:. a eut
La toile des KeJi eat tisse spciale-
ment pour qu Murecooaanfj
.
1 urnlueur d tous tsn
i i immitw pour i.ouimut,
dameii c- :.
UttVxi tts Ryb&cr Cxpo Cc ttf.
viiM. J'-a: S:uu>5. piquai! dtl'AMOciatlori | 1"(.(. l'.rcdvv.y NtwVcik, l'.^.A
Bir m 76a )
Minim m 20.6
Ti pralu e
Mad n'jm if,|
Moyenne d.ume 2] y
' i plus ou i Ins noagi u\.
Bik raue f nt m hausse
I. SCHER1 ;
Et notre Dette Intrieure ?
l'autre 10;:: Drm t
I
Ce 1 tii sci ...i .1 u inJ
c et introduit cli nou e#. d wa -.^.ij:i- u i ,._..
reus Je le voir se i iliser.
lais, au n rio is rok
.1 mi:i\ neni I ion des litres Je mure i
Intrieure qu .
E situation cononi ie .1 t... icui 1 ,
La fte de St Joseph
M1 comme on
que sera ci me solennit la U ;<.
de Si-Joseph li y aura irois messes .1 l'E|
lie paioissi es j 4 li 1, ci i
et messe chai <:[!. Le sor.,,'
> heures vpres,processioa e; Stalui Ja Trs u:..:
Sacrement.
Le triduum prparatoire a h fte commencera
i :. il,li ei
la n ire. Il aura sermon et -alat
i Sait .....mm
Cour d'as.su
ilhui comparait devant la cour 1
.
1 et Lamothe Dorvil.
Le ju e Pierre I
let.
Me Cl. A. Coicou, assiste laccusd.
La l't ut- ce soir
N oublions pnque c'esi 1 ie Mr D.in;s
Tej lioi.i.c .1 Pansiaoa ia ^u:rte inatrale tant
atiLi due Entre gnrale 1 gourde; place ri-
servic, .' .
contre
la
CONST.PATfON
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
d3 DELORT. Pharmacien,
119, J\u fin frr-A ri toin e
PARIS
Assises ni
La Finde 2
tntit
L9 Jury dcore qil, 1
I/ArcM Fx-vi?rNaibi
ipal'U' comme auteur t
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PRINCE
t FRTRUS; Pl'armncie ALBEHTiNI
tharmaci- du I> Justin VURD
et toutes les bonnes Pharmaciea.
<.hai.jeiti'rit d'adressi1
La Hiamicie Paiisot l'honni i i
d'aviser > clieita q 'i pAitirdi-
Mardi 16 \i ira lu ),eli au No 10:26 de U rue du Centre,en-
1 rao Ujnue Foi ut la rue di
M 1 icli >, el qu'ils y trouveront tou
ji 1 h mme loin il .0 l'aiecution
dea ordonnanC9a tt ta iu-i na sjuu
dj leur 1 lure.
La M'i.ij) Viocea c Mak oui ds
la rot Traversera <..[ tran^trie i
l'angle j.. u > Cj:Jrs ei Migssin de
l'Stn diai
moth*.
Li Miisoj vend d; la gizaiiae en
groa tt eu dia 1.
*aa:u'uje miisoi Lx-
cou
Le comme Tmiin es
voleur qui dvaste les pla:,U.J
h.biiaos de la Gonive Une
ut*niprhd.Dsle ,.,dj. ^
H-raid. Celui c, leligouJ
iutt chtz le Consul.ad'W
^ui n'est pai ri.tut. Pouii,,
en ir;t, ou le sque;tJe
daut l'anive du lamem
l'ntin paaseain.i le rtste'JJy
uns uue chair bitte sous la
mee de l'adjointHxavier N.i
-ndemain matin cedeinieiej
me le Cunsenlei qui ariiyel
uiie dsire Tint.n dans ni
es loign pour dresser prex,
bal et rtcueillir ses dpositions.
'.nteivalle on achemine lia
1 maison de dft o il su
Fout son corps est couvert^
talion
Kxavier Naibus l'adjoint a
.ur la selletie nie avoir t 1
ie homicide. Les tmoins i
>as prsents. On donne Iqj
eu:s dpositions.
Saint Hrard est maladeK
V riiialruoion Us se sont di
"i'n L'antre
Lt Mini: 1re public, Me
'crp-gnain,crcil trouver aans.
.ou.viiiactb contradictoires k$
o d: cuiptbiir.. Il insiste
ici sur la sques:raiioa qa)
i c.ie plutt un moyen de
ion et hju de toiluic Il co
1 couu^.i natioa de l'accuse t
-nce de J 1 teutiun ciiom
Btaviti N .;b:us.
Me le x b .ray est su bu
itfensf. L plaide la non cul
le l'accuae. 1 ie la.l de te.lel
.1 bien que k jury apr> duc
ie\i nt avec un ver net rccai.
la Constance du lait et la noi
lihte d. hw.iifr Narbas. t
esr acquitte.
IMcrologie
Une J.,\, i- ,:,. Jacmic nou,
1110. ; Je .vir Nijj.j, 1 j.u. uJe, Mirrsa
.Nj^j prsumons 11.1.-. npai,i^ue> 1
CCS aJ^ parent Un re ,: de
8H FEUILLETON DI .MATIN.
Judex
.g u and roman
Hm
a ri n 0 n /> E n s u /:
1 Film p:ir L. Feuillide)
lon.
Voyons. t'i'llchis: (. 1 'sr es- ., 1 i i i.s v .,: : il. u t "iB tiei.-x, un grand service.
Comment cela *.' var ici?
J i mil A mme de vous rendre Je I avou ', mademoiselif
lXJaiB PJSODE
L: MOME REGLI3SU
Il (Suite)
Le en me en marche
Diana interiompil nu i-- :
Uier mooiler Cccantm, voua
n'avez | as batoin de u e due dVan I
tnge.. Voua no vous Cita occup ucj
rien.. .
C'ea-i dire qur..
Inutile de riaa ma cacher, j*
rutai lixc Eh bien, ce 11 est pH^
itentit de \utre part.. Je dirai n Ame
a piomia..
a ca muta, l'ioapcr redressa lit'-
rement la tte, tout en lancaut un
coup duetl vers le buate de Napo
lon :
Mniam. avant tout, je fjtfl OU
nom c hoimoe et toute 'K AlaV
toiiea ne laaaent
JjaJ Ve 1 s aavtz pouitant Liet'. Tt
pelait l'ai mitituince, qu'il y n cen
un,le UaiiCH poui voua m uou.-t .''
couvrons Judex et t\ par lui i.ou.c
ratronvona Favraut.
Ou' mille tiancs, c'est v.ne
aoinin- Mais mou honneur., ma
.onacience .
Ni votre honneur, ni votre
conscience n'ont uni voir dant<
Aootcec, ripostait I iAvniui 1re, en
enveloppant d'une dt* .ses plua n
vanien uiadea l'eaoeiier>t l'roapei
4/ui avait ctaa de Kgaider N 4 o-
mandon'? Noos Ridera retrouver
mi homme arbim Iremeol aqui 'tp.
Qi'est ca qna vo a risquez? Aii^olu
ment rien., si ce n'ett de aagner lion
1 lment Cent beaoi brilla de 1111 !I
en accomplissant u e bonne actiot'
et en obligeant noa femme \ vous par une lacoonaiasauce inll
me n'aura ptoi rien A vous refuse
Madame, tjuo me d t-'s vous l'.'
Monsieur UOCSOtin, vous mi
pla'a'Z beaucoup, minaudait es u
cieusiment la Monti, et il aniau
dommage que tleu\ tres coiini-
noue, si bien laits pour s'en andre.
ou tcppait mataocootiaosemenl i
li porto ijitut le garon de b ara i
qoiappottiii Cocantla une carie
de vist e-
Ama'jry do la iiojjjefont 1 .
aorta Uocantio avao l v\
Dites lui tlitteiidre, j 3 le jojovrm
tout l'henri*.
Aina 11 v da la llochel jiHiii-,
l'accieo li nco de Jacqueline, se de-
mandait l'aventurire, t^uu vient n
faire ici 5
Puia rfut Inur, elle repri. d'un*
voiv caralf*i(e qui lit galam l
treiaa l ir la galant d active pnv
Voua coranaiaaes ea monaUui?
Ne m en par | i. pas !
Pourtant, c'est uu lunnie trea
ch c
I > ne vont dis pa?..
Ties a'geoti
Dtrompez vus!
M ; ,
- I n'y a pas de mai,. I aissez
moi faire. Vous n'aurez [ma le re
^retter.
Voit onnuiaae/. donc moi
cil n''.' questionnait Uooautio toi i
nier o |U .
Bien mieux que vont no I
connai-s /. vont mOur. le au a pn
cil iment mme de lui rendre I
service qu il vous demande 11 vi
d-i soiqu la un iti de la commit-
ion tei a pour vous.
i .ependaot..
_ Voulez vous l^s iroii qoarls'
Ce n'ail j .s cela que je voulait
dire
Kh bien, poir la troili ne i n .
j- vons le iv;..... taisiez moi faire.
Vo is tes genti i<, c Idau le i d
toc'i i o li uumible qu o.ait lu n^veu
ju iiaur Hibaudet.
Mais, par esemplp,veuillez dot i
pa-ser dans nue pice voisine.
i est indiapensabie ?
L le laut, mon clier ami, ca1
vo is voulez bien tre mou uim ?
Vous ei exq lise.
M tout en couduiaant elle ncmi
Cocan in iLnis un cabinet d'! debai
ras u tenant ion bureau, la Mon)
ordonna
Entrex l < t n'a i sortez qui
i|iian I j vous I- dirai.
Vous tes divine! admirait Proi
per, comji'ienneiit suiq -n t.
P )ua |> us do prem 10 f, D si ^
W. de\ toatt coi li t ju q l'a l'iu pousai le virou q avait ramai
diacre ion la ploa ibiolue, Cocanti-t Iqu la p rie da i pu
coflsp lajneni affol par le livaot comme ch z elle, elle sonna la .
mange Ja ton interlocuteur, lana )Q ai lui ordonna avec aniorita :
chapper. | r" t a entier ,\f de la lioeh
il est faitciit. roYilemaol tau fonta'ne.
ah, ta j) eev , c'eat qu.l vi ni me F. i i seul*, daoi !> bu-
d.'m,.ii(i-!r t-i j ne lui ai pia trouva raau le Cocantin, lez Institatnci
un bei!taur4a l'ondi. d i Siblo h. Aumny eut uu m mn
A cornue pr'se raen * vireeurprle
dune i inr iraiiin r, tait I i m s l -iv c a'va cii
- Mo aiaur CoraaiUa, lai il acieii*. o;
. M i pourpoint, laaaez uioi re uher modliaur, dj .e, \ous
c-voi, M de la iioebefontam 'ne fpoi a'.i i-di^z i-'ure (i n? ie|roa
Croyez que 10 suis sucuaote
de i i ta i
Et nui do mme.
D'autant plus que |3 :ue prpi
i ,i \ Et Dilua, baissa it 11 w nz. i |outi ;
J ai unu communiuatiuu tri
utrtaaate voui lair<.
l'rs a son aise, eut rem nt m
lie mme, iu Uod uooti
tuait
Voila peurq mi j'ai jj un li I
u u '. u r a ./. Coca .t.n de me laiaaai
eule.
< Vo.iM i doue voqi asst.(ir chei
uu Ut it IUd p e ef Cinq Ulj ul< l
i istieunoa La choie eu va u la eine,
Uuelq e j.tu mi liant, et :; itou
'- louigue. Am.iuiy uoit tout ai
Ut ;
1 noua bien, car cetti
e.i juiiiu !ai forte.
Puis, avec uu uiu ue paifaitacooi
.oiac, u roptii ;
MaUe.inoisi.lle, croyez qui je
io is Scoute dveo beaucoup d meiti.
. tout d abord, vu re pdion
1 uonuaur que tuut ceci testera en-J H ictiefsn aine ubjec;Hit
uanou? Pourquoi, madarna,ia^
Ainuuiymi un bi^ne d'acquiesc r:z voqs pua v,ous mioa?.J
aantl Alors, eq femme qui a pour l'ajee que seule, j"
'i anar droit du uat, IkvecW mener bien une eiiireaiPl
uu.e a t.qua : jUtf vuus le cicha pae, I w'
J ie rpondriez vous, monsieur!eu doute* bien vuus wtM
Je la Uocbefoniaine, a quelqu'un va sans dauber,
i >l vie i u it vjua dire Je tie.ua de; O-, je sais Cfl q ' e'
lcouvrir uni mn dor, voulez seconiur au jjiein.i vau-
si. allouai avec moi ? jqu avec vou-, r> *>erai trsiy
" l pins iiouue, Amauiy vti;i pourqaji : li rupture
. i luauage avec la lilli du '
PermeP.cz mei made.uoise'le, voue a pi mge dniit une
Je trouver votre, que i ni qutiqit'plua qu obre. I \^'e',
eu ti. re. 1 vous parer avtc une a"1"
ai o s, reprit la Monti, je mais franchisa.
Vous dit-s? 8'exclanul
la Uochi-lu u nue, incrdule,
Avec uu ucj- ntdj s lunal
lit iressaiilir, Maru Verd.er|
suivit ;
Jo vain v us confier une d
terrible j ai acqiis li preoe|
me vous |)ouvt^ 1 acqunr^
mme., q io Kavraut ni repu
dna -io.i louioeau.
Ctst inou /
H'avi'uut d t plong i
sommeil cauepliq ie, uu
de sou cercueil par un per
mystjiieux qu le lieut eB
ment eu t-ou pouvoir.
(Juel eat ce luman*
U-i u e-l jia.f un roanr.
ralit j en ai la certitude i'
ia preuve irrfutable* i--
IJSqu'aU bjut.
Lt Dnua, apia avoir mij
raut M. do la Hocliefontanjl
Ce qu el i sav..u au sujtt I
conclut, d'un air d^ ino.DpMj
Dites mot uiaiir.tnaiiui"
|>as une initie d or que UOilD
exploiter ensemble'/ y,
i t. jve un j eu mdint, ]|
i i ivtc voua n t.vi.t mattr. to.i ue
tur Isa L
'' i m d Amauiy, alla
ne :
E n- n i., n sa? l'out
i fait eu ie noua ceciet ab.ulu..
uji. oui.f. c'en emaudu.
- t 1er l'uvraut es. v.
- J aime mieux cela.
_ A labiu..e li-orij
nous aliona nous entenn.
unliers do ti..u;sq'a -
ru tOCaiiiiO qu lotit*
mettre d'aplomb. ,.,
t Je vous otlie l'occu


Nouvelles ^traDGres
IJ Mars de rgler Ipr rnn iitiona d rsatch
1 i hambre de commer Q?' do1' v.ur 'eu entre lui et lecbam
I ri 2 ne rsolution demardarl P'^?*?08'" l>*wwy
*:CP tment de fane voter une **}*} PT'W ^M'"
PARIS-
10 gran
[ncouveroerneDi <"'-"* -* de importai c* au projet du ro
Eau*prohibe les b:\es dars les nPmtn, rtabli8MD^ ,,s relHliog dj.
publies.
lrvic pui'"-" I1 O'natiqups av-c, le Va ir.fi L^s pu-
PARIS- e gouvernement doit s modrs expiiment leur aatisftQ
' L, ter bientt un proiet re'ab.is tion. ceux de I extrme gauche ne
les relations diplomatiques avec K-pp-ouvent pas reprocha 't au V itj
|D., jp " * conduite pendant la guerre.
ctOlKOLM Le grnfral Yen- Les journaux radicaux **> n ontn 1 1
u vnvi, hier il teputira peur '-seivs. t L Homme libre cra 1 t
P 1 ic iours 4ue d'R CDnsid'raious p > i iq ips
,,":,aoS i 'Xtir'tire de* amh-t BIPnt inf uenc ,a (lci ion d-i ,(
FARIS-Ucoir nce des amb s t n j
)de0rs a dcid denvoyei a G t|- ,0 conve saii.,n uv ;V ; ,
Ikm^dune note ferme demand >nt ma;, dclar0 que la question m peut
Lphcition 1 mmJute des puni- erre rsolue qT-> par dbuts a la
contre les au eurs des 01 ran Chambre. Uno d-i-iVin di M i.n
doit les officiers cem/o ait les dit rrie te Pape a exprim 8' g 'de
Uom allies o t vi u ns 1 fshet on 111 apprenant le projet
I, demnde de l'Arg'eterr le du pou ememer.t franais
,ld>cidade d^m.ird r la You UE-tL'N I ' B> veinetneit
BVI .t
EL d'vacuer Ko kerbur^ occu dcouvi un r0 ..plot munarcu e
"' ,L.nt 111 dcisions d- la '" con,IP}i or> Vec W* >>: .ils 1 ICI
contrairement aux dcisions d. la djnts an(j f an ^ ,,,lIBie(jrt ai((,s
febt'erice ta ion* avsien' >! 01 > s.
PARIS- La T ib. ne de Ch-cngo R0ME ,., LJ|,. CoU,10I] sVst pro
Itpablicertaines dclarations du due ontre | u,-..,.-i.-.n-.s et ,ts C(1IH
uch I Fo h au s j t de la Ligue oinierp. un gr* v ste at tu e O' /. i
prh
$ N lions. Os dJa-r-.bons g.nt j lenss-llnt carabiniers ont t jja
^jr jfs pu le Maichal.
PtlrlUNb- La g e dans
i'ncrs rr i 1 s ccnhnue dsns
\r( v plus loinpht
P^IS- Dchr.l d(cerr ,,,, rf b
tdelaigcDdho.niuiiMnc 1)(U.,. ,. M ,, t l0u; u> u
jrrot p csirf. 11. d Associoaat-on ,,.,,,, rd lic, lu ieura f a.i0Q8
s^.rres Par.a.ses aosi qn' la ont t optrei a.
Iinif n b m?a.
fs ZURICH l : 11 m I i 1 11 ; a'e a
j, eip osa (Idiis un hitre ne :
P- in.. 11 1 dp 101 1 < 1 ce I ie pi r
ruasa \ e e VXt. Un aigm h
1 < ri ; i
tiJIf.VTI^
i 441 rev : .i Vu ..... ,.
par le sial !.. t de I tcjud .a ion du
toi JT "tie-n doQMfleesl :rsgso><-e
hlle a ccr'erti i la mairon H
MncDcomeyrr & rn Tt une 1 ro
plie te (odi et s lit ne n [
dre ville des I y . at de la I I ce
d'Aim, entn 1 Frarois et
Desroi 1 i s, pur r ,t
pend, nt dix a s ri 1 droits d pro
pnt sur l'immeoble qui prc le,
ei d< via itre radie purement et m ri
rleir.it partir du jj dcem
bre y. - s> sa mise en excution n'a
pa. t rendue ncessaire dans i'ia
ter v. le.
Aux 'equtf.', p rwjui e et diii
gence de Messii an U S.arpa et A.'
|. Maumus, demeurait tous les
deux, i'o:t au Prince, dom cil es le
premier i M [a0 ( Italie, ) te seconl
1 la N'ouw 1 e O, i.\ns ( Louisi 10 o. )
E at L-iis d Am ique, agissant ei
leur qjaiu de Sques r 1 Liqu di
l~urs Je la ^maison H. Maeoch
m yer & Co t.b'ie aux Ciy s.
ayant pour gvocita constitus Mes
A loioe reimaqued Vlj d av e
Lc.ion de domicile u cabinet da
premier sis aux C iye$.
En vertu de la loi du 22 ju:llet
191.V, des autres lois et arrts 1
llls a la liquidaiion des maisooi .1
lemandei, d'une dcisi n du Con
jeil des Secrtaires d'hatenda'e
eu 2) Stjcn.ht c);sl) c :.,; de ^ .
vtis ad 1 aathentianes et blissart
les cire U de la maison H Mueach
mi yer ex C ,
Lis 1 n bel s s r n' re 1 s sur la
r. e i 1 mx ce bciz- m : dollars.
Poor r-'ui smi- 1 ents
s'adresser M Dooyoo, d taire
du Clhi r d s ch :g(s ou -u.\ avj
cal souss'g
Perl au Pi i nce le 12 Mars 1920
Sgn Aatoine TLEMAQU'G,
1
L
T t il
'
a maison L.PreefzoannAggerholm
tient de recevoir parte dernier Steamer
vti bol assortiment, de:
t h lisaj pour Duraaui en aifr,4ttiii ko
* b'Uinanles pour bureaux 4
en acier, assise bois
loutnatiles ponr maebiors r-
re en acier, asiiie bois
T.blos de lottes dinausioni pour mulii-
ns crire avec ou sans coulisse.
res arlcles sonl il'une Boll iit et d'une dura-
bilit sans pareille ,
Venez ls voir et vaus serez: BtMfmiti
p fj t
m
q<
; ci
l
ment ear suis-
Moasieur M le-
DEMA1N
LU CVNAL D: PANAMA
,Vua uni iqu
Jmlex
- -i i 1 pitod s
En n e gei rala u -.00
1. lants 1 f
-'- -
la menai (hir
A vis
11 sera p'ccrd le mercredi que
; on 01 gai 1 e l'on comp en vingt quatre Ma.s nul
"i Sin, 8pC18luUb dH b nerf ceci vit pt, d x heures da ma
tLE- lp ., 1 j tin. en i-tude t par le ministre
,U,^provinrP, h ''f I;,'''109 (ld ? Me Moius D uyon. nhite aux
NW't^: \ Je i la virl. au plus offrant,t
fDce qu.l a telintrs [oui U's obtenir la levisioo du trait de'pa-
|rtiseivices rendus Par lecr$socii di v. sa Iles .1 demande aux allis
(pendant la guerre et pour leur Arg 0 sascns ou v nl d.couttI 1( ,
rilnv^r' n b1'' Al eminds lls doivent jrter un coup
koNSl.uMINyaE- Un nu djei, s,r , r g on'dvastes de
ob***tto-m par Salij Vn, c. ft d,t%u.ayaat pavc U
kbaqu st prsident du conseil 11 VICloire de leur sa fe/ A / LAlAp
1D,t;edelam.uie S la ey tst Mons ,ib e, ont le dJ,|t d, J^ % c|| lt5H3S
|ialfa-us trangers v res l'mz dia donmrg.a.
ichaalaguetre et H, llzim B y FAR1S _Dles jonrcaux forl rf.
cdmvt r marquer le fait phapal du ncj t
BERLIN-Les troupes refournart d, re ab!u It, t\htorQS dp'cm t.-
iprovincesqui e aient ra.ernes aVPC le Va,i;aa A ^ ,.
ni les Banques de U, b r, z socialistes q-ii dclarent que cr
keslieesiB.rl.net ont oc.up. H B.a u0 inl : nHt:0..a,
.Wilhems Iras.e.Lne proJ.miuo 1 tous ,M ,,,lr,s e
nonce que !e gouvernemecl d L f ctio e, f(S,.,,, ,, j
a cess d existter et que le po 1 rd
irpasse aux mains du gn al pAR,s MoQM8ur A1:;z chir 1
akapi.qui devant chanceii er et de m lS(0ni y.enne est nomm \
T '} / L,U lw,,/com b.ssadur a IJ. me Monsieur I
dantdes for:;w militaires ait.* vre Pontjils coa.ui ganl au Caire
deslrsssemple .-oa^ti uan e e>l esl nonm luu, C0;^in $i oute. Le patus ocialutr on tnche
l?i!igi'iVeife,'a:e; LONDRES Dans une conlren
bnLiii.ii Le iriomune de? mo- u ,
hiea nVsi paa antia citt: ^,l1'1 ,jUU tDtre.,M Ie'
-sp a renverse llsunr a'.mpaiai.t t/n:s .d,es diverses vmor s oo^< es
difices orciipra par le l uvt d Angetene il a (t do.' ne de
ut, mig l'opiiikntst iea di\i- mar.dr une augmenta ion de trois
I !es dn.ociaies loyaux te eoi t sihelbr gs par jour poci tcu> te: eu
|Us et banicade's dana l.> ptruo viiets n ictut ai j r l
'de la vil;. Un assure que le ne u PAK1S -- L s h uts lonciionrti
gcuverDuiM-nt a tabli en bu- r-s eu n inisire des ail 1res i n
L Pref8e ,|,u h!lir"e P-p e at es disu.t que le Pistdent Wil
.inT, ,"'1-1""' rVlffec,*,'-son est cppj. i la r pi.se de-
i h T;"V'ldl1 t,t,;"lios comm-iciales av.c la Kus;e
l*"1*- i-*8 inembit s du lcuviiic 11,.
debBuer, aprs un ullimatni, linl ^Le e; bo.c ^ ,- e, .eiont au
Utonmliistea bo ee.nt erfu. Pcuv0,r ct li-Viillercnt i les en p
doi.ner leur dmieeior. Le prt'- c^(r
F Kbert et sa femme re soi t
s en spprei ai t ces \i. tnei t >-~*.~~ .
usions ahirtM eoi t pui.'gMa
je* troupes (juoiquo le ncuvti u
imeriert an dis attacbs mo-
lu**, il r: a pts I ii tei ton Co
.-.(
Fitanude F SBJ0DAH&
A ngle des Bues Roux et du. Ce itre
2 Mdailles d'arger*- Exposition de 'Bruxelles /910
Laboratoire de Chimie Mdtale
Drogueritt Produits chimiques et pharmaceuiiq-ies.
Spcislilsa fraoiisetel nmricaines.
Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses strilises
et injectables.
Spcialits. Srum r.vroshjnique simple et ferrugineux.
[oihydrarff/re. Srum ue Horard remplaait Iea paquet*
realctfaots -ie Kei'rlar et de /fobiu#
Il y a toujours en stock : NevroUheosa' Sirop pec oril,
Eliair de Pensylvania.
Dp)BUaire du PRETENT!!*
Reprsentant de Laboratoires Tersiul
LtCTiFfty. Fartneat lactique, coitre aktreti^Qi gistro-iaUJ
nales et cutares.
LAXtRIPfB,Spcldque del coosiipalfonl
1
AZAR MTROPOLITAIN^
Maison de confiance I
Pour deux semaines seulement
I
te"e,1^-e>avp 's' l'ranquTl
so d s a fi' 3t ps |ie de la li-
ls- Le f.iu.i x bexeut f tu- q! id;.fjo de la ma son H Mueach-
lj!*',D,ipr. champion .i I-: uep. meye- & Co 'i blie aux Cayes
6iu nPlbsrcl,:fI' &u Hvii l'i'.i U pop n syant dessus une
'lf ?'8i bVfC son lnCD6ke une grande halle en bclon arm si.
F Le but de arpei.tier ut tue Uj C yer, ruea des ^rrii-
---------"------1-------a- pains et du Parapet,rrefur. nt Trente
ies!drM,ro la ttain Pur are"*;.*.1 'de orJ* dite me de5
.Ve i nn' ' : s t,,frmeau roe op
l*honn'Mr* p,R f,l'TPrtr pof par une Ptne brise dont une
luin u "Co',rn"e la nr m dans- pat"- "-sur- qirre pids ur'a
p(Prs,8 n"' n 'nt dpns |.j dite iue du Par p< t, tvr ute proton
u B.r' "H ,e mme but., deur denviio.1 ce t qoato se y eJs
tneMn, 1^"'* .r0U8 dpux tx H "x pou:es entie la propril d'
^eiLl^1;.? 4 MUVvel* ryri ne Argeli P b y.
1 vou
arr.
^^^^^"^n-'^ce.p'op: t Corvingon ci
r JOa
Irnons
l*Qlc
|- VOU3 , cl v-,.'" v
"'de,,,:,"1,"; ir."voi i.ienl*1
ffnd.-e
pir !,i Tt Ile
dite proprit ;e- [oirui',
A voas 1 en nen e^-
er B 'es r r
[4mivrf) Ucehypothu r mille dol

Urec chaque achat de K00 or
d'niaills, de couteaux et ru-
bans, nous donnerons un des
articles suivants :
1 boite pondre Tais Imprial
1 petite boite, parfum Cleteat
^ saiftns 1< loti lia
L cahier
Jcirnvt de poche
Avec les achats de 2.00 or
t boit 1 Rasoir sret Duplex
1 Passoire pour farine
2 Savons toilette Williams ti^i
1 boite papier lettre
Le prix de beurre de table
\rmours, Favrol et P & G est
toujours 0.78 or la livre.
u


e* "*.*
------------------
mW
AUTOMOBILES
/t {ouei*
flarinacie
Albertini-E\v*n|
MAKT11I. k. H.TRIS. IV T.. Mie ;
M ;.f1T
r\ ne* en irco
Pro'm'U rl-'r''rjn*>s tt TVf\\*
. uipf l>ins de Fiance et d'Ain/
i iqu !
riine Dtriifrre Kolin's
P&rfbKeiieJmife danii
oine.
Petius' Iitiip Miw
Sif ee*#r I* I IHTM KWa 1 H
Ts'arished 1860
Anrfrirsn 'Frercii P*tenl Mf
HicTf B'rt chpuiioala fre Eu
rcpe ai le s'a'e*.
>netirpn prfsni|f'Vn file?,
Fnrrb k mericvn Perfumed
Toile Water*.
K* il al Peirm'
Pliai iracv liaihiflip of Terr.pli
T*nmfMty, Pliladelphto. Ps.
A vin Important
f f. FtiKc est in/oith que li
Ti > n 'f '. Plantation* ItHorpomicl
ii ut ii fi^p iron.*nir$ Port au*
J'i'ir'ii' Il 12 Une du Cr*fre,S i f.
d* In ctmiogtie des ( h'cn liuh-
}>aflavt:q>iefi.
toit on Vrircct 'i Mors 1090.
Le prsidait de. la l> t. \'es l'Ion' ,S]0< (;ri;rj rlt. cu Avcme C ( l Magi Mai en Smilb, Imllm
Intiom Inmrpomtpd, [rr un Oaiepe rie a Kue Tireraaeae A !a Lumi e RI ne (Enti* Avenue
John A UlCniKDS, [CfcBBtt-) |TcleilrceiK>5.
. Revue Illustre et Vente i
Patrons ce Mode "
Courses en ville & hors de la ville
Voyages l'intrieur
du pays.
Pour les provinces el les
villes de Sto-Domingo :
Puerlo-Plafa, Sanli (jo
de los Caballeros.
St adresser
Chas. STEPHEV
wsw-
ARTICLES FRANAIS
La maison Max Monsanto
Rue du Magasin de VE'at
Par le steamer franais Caravelle j arriv ici le l
courant les articles suivants :
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et colon
Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
LsL>\
IjuTic*' Coatoma
aiaea M to M
. SA ccnU '
lia tel
___Vojvz-voas ces belles.Da ne, vo:it>z-vo>ig re lguioir
[martes ton me'elles 7
/.LIEZ CHEZ
Paul E. Auxila
Fin- du Magasin de l'Etat et Irgttrsiiri
niLx7'llTer(Z-U* Ti,S,: ,e\P'ua Jl^ et plus ncQu
HUHa.NS Ws plu a proprit! d un cliois rare m
11 \oua donneia n Caislognu de Mode et vous vendra 1a mi
assurera \otre lobe ure COITE iu prcbl.
Corsets, bu, forOQM de chipe ut. [nrfumerips diverse des
fabricants; Ionique orin hI*, Triroph-rous, Pommade rro^lli
Pommade LicHJento, lotin I .-KGENTEE, asurau: la coa.i I
et velout, rfimpbant les er^m^f- '
l ne visite dini ite Maison et vos ennuin savoir ceoMl
vous devez poiter, diparaisstnl-
' < * -. .
i.

r
EDWAltD H. RAPHEL Go
New-York Portau-Prince
l
Spcialits k Produits
Raporel
Mr Eug. Le B0SS1
avant dcid de serel
rer du commerce d'aj
lo mobiles offre les m
sions exceptionnelli
suivantes
Un camion Chevroli
n.tif Cl M- tonne) dmarrapeautomaii'iui or 2103
Un camion chssis Manier
2 tonnes n oieur Huick 4 cylindres or MX)
Un camion chssis Mazfar
J ioine nioleur Clievro'el dmanage automatique 3W
Une Buick
ft55f gers 4 cylindres drrnraie an'orrf.l'quei fccccdi'
imise lt t de neuf 700 dollars
Une Buick
ii pns-gfrj 6 cylindres demara^1 aiit.miatiaue ^f'or*
noteur en parfait \*i VOC dollar*
Une Limousine
7 pa'sacera Ht ck C cjlindrrs remUe a neuf lis?PPrjfl
BatritfM en, m cctV plus de aotU dcl prix de veine i*"
Une Buick
6 cylindre* 7 \mtmmn, D.oUdep pat Tait '*t ^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM