PAGE 1

Lt MA Tin La Revue Bleue ,. -**-*+ -+m |-^ ^ < * *'* Jamais l-ho de t hroniqueur fOt plus difficile et le *enliu.e l du devoir d'atnttl mis ptai croalle preuve li ne i ui pas ueplane au; perao maills emidblr.s heureuse ieut aDOiiyiues / qui noua ont m\ t cne tele d\VMit-b.er C 000 avons va tiriler les acteurs de li petiu) coin wie ii liiwoe-Si la Rvai cepeudaut.ua pas eu tout le BUOCs le Riaii-1 eucca attendu, ut ai pieu a.uei l a tauatde la leclame laid uljui de ci t -neiutn . |ltU taire. O i *va.t IIOJ promis. Cini pas t excefcsive.nji.t mal, ce qui nous a o ienrl, mais le reprocii' 1.11 a Villevaieix par lcritiqua liai aie quand il tt rea l'auteur dis FRIlEVfcftC? .revient ua uiellemeii alcspiii. beaucoup 'le scnes sont russies La couple .aient do Mlle LU y a Dt taire arrivai la Kevue juaqo' la no. Ou a tu nie a I arlis e il *voir Coum le m-;il.tur celle mme en pisti tant, sur 1 air connu d'un H'.U cht: te kkti$lr$,\*t hotaiieiis rimant ave. vauriens, piupio a lieu . et d au trs riiuis dam le mme geu o . t-i^it lHnt auinueble. lu cuaiinauU U ftOuse, 11 la de leepih et uu bo> go'. d'avoir pu en donner par soi sourire et ses g cea aux p ssege.les pius i iilots de la fantaisie m jour. Un bon point tous les autns l( teuis de la l'.evue Bleue Kl I i au lear ou . • aux auituis qui ont i. vie probabl iinem un tiuvwi expdii alai.a., plua dobaervation dni reor t i ou haine picti Lobe vatioi •ogeudte i eepm,la biegue, l'uumoui et ie bon gou li y a bien -.i utes ces qualil-.s daiu la levue de Cioe Varitea, mais Ct qualit!Mroni ilu^ marques dan lu piuiliaine L'EMULSION de SCOTT j 1 i est un puissant aliment mdiciAji ( nal qui par lui mme contiens i boite d'un lachti l.vente i n gros tl iltluiH POi&ON POUH RM rat-Bi-kit tiiiule l'AlUNK de marques diverses Qoq, Cottam, Poule, boule Hougc Au sujet des bru ls qui coure t lisant que d\s soUa's et ma'i-s Ut a ;il onl o.cop Constantin -pie le Times dit que le Cirdinal (.bbon^ fc James Grard et d'autres Amricains notib'es dtmanieut que les Turcssoient cbafii de Cautart'-J iob!e et que 1 on concde une com Dite auto.omte auxterriloires esm pril entte Arraral et la mer. Cette maniftstarioa de Principes) le la part de? meilleurs lment d-s Etats-Unis fbi appronva ^ar les Allis mais dit le Timea nous ne vovons aucune oflre d'aide la pat des Elats-Unis. Les Allis ajoutent le mme Journal ne se conformeront pas i un plan qui coterait des sacrifices en hommes et en argent 1 moins qu'ils y soienv obligs par une question de conscience. PARIS. U l'igaro 1 publie d-horrib'es dtails sur les crimes commis par les Turcs aprs l'armistice. c Le Matin tudie la question du dsarmement et conseille l'adoption Je mourez sev r e 'ant donn que tout ce qu'il ait possible de faire sur le terrain d: la conciliation t lut sans ljultat. Ce m ne lournal du que Londres incline i changer dp point de vue au sujet de la Turquie se dcidant enfin en. faveur de 1 O: cupi'ion de Constanthop'.e i cause jes informations reues sur le; assis sina's d'Armniens. I.altitude de la Chambre Turque est la formation d'un -b uet complment nationaliste. D'aprs le Temps la prparation du trait avec la Turquie demande 'ail encore dix quinze jours. Ce trait sera rdig de telle ficon JU'Inedonnera lieu .i aucun amenlement i aucune dilticult. pour son xcu%  ion les allis n'auront besoin d # em ployer aucune mesure coercitive. PARIS. Le conseil supim a dci d de convoquer I" Comit Elcutii de la Ligue des X nions en Session extraordinaiie le douze cotant afin d'examiner s'il y lieu d'envoyer en Russie "ne commission d'enqute. PARIS A h confrence des ambassadeurs les dlgus Japonais onl dclat reconnatre le gouvernement armnien. La conlrence examina la note allemande au suj t les clau ses du t'au de Versailles concer nar t l'aviatiOD. Celte nots a t envoye i la com "lition des atliires aronautiques. La confrence apD'Ouve la texlede la rponse i l'Allemagne sur la p o leclion des d'plomales dns Us ter ri otis soumis au jlb:s:ite. LONDRES L'As'ociael press nu b'ie un ndiogramm de Russie an ncn;ant la procUm tion d'un nou veau t/ir transcaucajifn. Oi ne don ne sucun autre dtiil BGRLl.V L>. minbire de la d feue Noskl adonn l'ordre d arr ter le prioe (oibtt : m Albrt le Prus se cousin de IV x Kairer et iJu baron Von Pialen ca r e de Tpgressiodonl fut \ictime samedi dernier i l'htel AcTon la capitiine fraoai; Rous'hevin tppirt nant i la missioi interallie LONDRES Un radiogramme d< Russie a: nonce que les forces bo chvistes attaquent les polonais el les finlandais sur les tronts nord e ouest, mais elles furent repouses. dins une contre attaque les fi-ilar dais ont rompu les lignes bolchvis tes. PARIS La presse dment qne 1> gouvernement se propose de rtablir la carte de pain PARIS Le Secrtaire d'Etat t l'aviation assista i l'inauguration dt la ligne d'ari bus entre Paris et Lor dres Le premier G oliath a conduit quatorze pcss?gers le voyage s'es' elTctu d une Jeon admirab'e PARIS Le gouvernement franai |jquintre$ent les chosesco:nmuiute^ a envoy au conseil interall une ; Mariage ncte demandant qu'on rende i la F-tance les neut bcaux citernes al lemands qui fe trouvent ac.uelle ment aaus les ports anglais et que l'Arg'eterr? relient sous le prtexte qie la Standard Oil Co des Etat.' L'nis allgue que cts navires lui ap partiennen: Faits Dive] t-)HSKllVAT0lJ5P Ql1 DU PETIT SEMINAIRE fi COLIEGF. STMAh Mercredi io Mars i, Baromtre k Ttmpiatare %  mttai ua2 >DiaJ Moyenne diurne Ciel gnrait ment clair parfois. Baron:re constant. ISCHERBt La dernire de lt imn, Parisiana, dimanche soir 14 Mari son i?clat daman. Il y sera joui U d' midie de Bourand l' Imprvu . Celle soire sera, nous l'atfirmoni u.. et de bon aloi. ' Entre gnrale 1 G. PUce rser*. Le Moniteur Le \o d'hier du Journal officiel bb8 Arrcte nommant des Commit —iSiUn rer,|usqu aux prochaines lections, leT co nmunes de Sic-Suzanne, Caracola — Avis Ministriels. — Circulaire du Secrtaire d'Etat fal t du Commerce aux Administiatcurs dal •le la Rpublique. — Conseil d'Lta:.— Sance du 2 Ma 1 Cour d'assises Aujourd'hui se prsente devant la £; ses le nomm Chrisca Merlus, iccwi] d'argent et de bijoux au prjudice des ltrandt. Le tribunal est ainsi form: le j! Monts, pisident, T. Anant, rambrittf Km. Volel, prsident du jury. Me B, m est au sige de la dienie. Naissance Les lipoux Coriolm ont eu la "oie de M luenter leur tamille d'un g.ir^on : PAII/T Bulletin du Cunseil Communal des 1 Nous avons reu un exemplaire dt il ment .;ui comporte la Kfition du Mjgii| Fougre du 1er >vnl .m ;o Septembre. Nous en recommandons la lecture i I Justin Dominique, noue distingu coud] rai .1 Kingston, avec Mellc Alice ,Min la bndiction nuptiale a t donne i veau couple le :ts Fvrier dernier et k\ Jrale de Kingston. Tous nos compliments. Ptisserie suprieure Mme Georges Louis Miche. Hue di l'E'jlxte St'Marc MONSIEUR Fterue des Elgances t da\ manires et de tout ce qui M Monsieur S'adresser au Bureau d\ 85 FEUILLETON DU tMATIN Judex GRAND ROMAN Pai A m ni n n E B .v /i D E (Film par !.. Keuillade) CKNOI'II.ME PISODE t h ; ICOOLff TRAGIQUE V (Suite) Lo Justicier peut, venir" mme dans forua il laisser lOftfbtr ;i terra, l'aventurire Cocntnari a enlever ses vtements. H'iuiitit feulement uu maillot de cor,>8 qu'elle avait l'Habitude de por poQoin Uoraiaqol dans une attitude toute'sVat jet genoux pour implorer 1 parti, elle ne songea plua qu sexe re cette occasion se pr d'effacement craintif et douloureux, do moi un parieti que je n'ai pas cutr. Tout en continuant a geindre elle plu, tt que vous ne le l'tait retir dana l'angle le plus oh- cru devoir lui refuser et qi enfin il je a sati^ oter, teignant enr de la pice; puis il approclr* d^ m'a donn une preuve de si sinc.'n I force d m 1 m' la jeune femme un llacon en argent t, en restante veiller aurce'tr malcisel qui conleuail un puissant r.' 1 henreuae et empchant cetu gueuse vilsifBlaott, une lgre coloration ; que t I) nna Mon i de s'enfuire rpandit sur le vit-age do l'ifor -O est elle? ioterrogoa pre tune. dont la respiration se ftt . ment ludex tout an dviaaaaani de,ter et ^ui a mit, en loccunence.rera U fois plus forte et ploi rgali-e. aon regard scrutateur Morales quijplacera merveille 1 i classique cosSet lvres a'agititot d'un imper avait tout de sui'e compris qu'il ceptible fimisamient, Bes peupl tait en face d'une de es forces; Alors., aptes tes s'entr'ouvrireiit, et ses yeux tout auxquels rien ne rsiote. hagards errrent lentement autour Dsignant la porta du d'elle. Eut elle le temps d'apercevoir Ju veriou, .ludex, apraf avoir sn ivreu .miient 1 main de KoRer, qoitii Mea sou'or:aio 11 gHRna ht Stine.. 1 Mpntar.t da:vs QJQ rapide car.ot outorncbil', am^fr i BO ponton ai bid de la rive, mit lui-m^me U moteur eu inrcln> et | arti'. dtscei lsnt la Siiiedans la tiirection di moulin ilts SablODfJ ion il n'tait loign que le qaalqnaa kilomtres. L tii.b. rcatioii que Judex condui pajt avec beaucoup d'aisance gliaaaii rapidim tnt sur le Meuve., au milieu de cet admirable pavaaga no'oflff l'une dcsp'.iif helleBvaileadeFicnce le iaallcier songeait %  Voil dtj deux fois juue Jacna tout le layonne ment d'un beau eoUnl d't, Index.. sentit son cœur battre ia foi a d'ir quitude et d'esprance. Vite il bai ta tene, ainsrra non canr-t ui arbre, et cour> t au moulin, c Kei tean l'aller daii avfc uu-atieiiceTout de suie •* tomper autsitot dans la brume qui tiv.'loppait sa (MLlfl encore engourdie Cependin', c}le dut avoir liuloi tion que celait un protecteu 1 un uni qui lut tuprea d'a'\e, car ses rails contractai se dtendiient en une expression de srnil.. et lentement ses yeux se refermrent, non nlus cette) fois sur la racrt.. mais sur la vie— Nous alions L'esaportiC tout de suite, lit Judcx en s adresst I;lei jatn. Mail apercevant Morales, sur lequel la vue du mystrieux person sage avait rroduit une impression niense. il lit d'un ton d'autorit me naante : C'est vous, n'est ce pas qui iv /. enlev celte jeune (cume? — Morale?, couibant la fioi-l avouait : — Oui, c'est moi. — llandit' Mais Keijean, se plpant devant lui rvlait sur un Ion du telle smei tans quo le bra* vergeur du juatcier a'aifJ'.a : — C'est muii fils/ — C'est mon lil-.. -t^'^r.e mauvaise triim •' a entra n eu bord de l'abi tnrnent l'aventurire avait el j e lurne de bain. avoir gradu, en lib.le co^iitnneles mauifestdiions grenier,'de sa douleur, elle se tut complte meut %  et toui en vitant avec soin le moiodrj uruit.elie s'eugagea dan 'a Tappe, atteignit avec uu adreas inlinie l'une ues larges palette* iJt u U4 U roue du mouliui puis avec cinene edarante, elle piqua u ut (to dans le lleuve et nageant cn t[> deux eaux, elle gagna l a utre bdiM 8 o elle se cacha par ui lus rose aNX ..En constatant la fuite de Di ana ludex avait d'abord dirige sou r e/ "d SD.I; %  ; junoux vers Moig! 3 Mais celui-ci dsignant au uiiij eu de ry*si A svrider de ce grenier ojla pice le vtements et les bottines elle stmibla-t prise comme dans une de l'aventurire s'cria • sou'icire ? — E .'e s est jete l'eauIl fallait pour cela, toute fon au— Cestvident.tecounaissaitJudex. daceet iout.< sa hardiesse, dcuples Avec un accent de franchise qu 1 par sou ardent dsir d chappera acheva de convaincre le justicier cejitkier dont elle avait entendu le tils de Ker|ean poursuivait : le vieux Keijean ani.oncer la pro— Je.n'*uiais j*rais pens cela chlioc venue. U/ielle te-rih-e femme!., il va falloir Comprenan qu'elle ne parviendrait veiller, monsieur., car elle est cap. pas a lendrir Morae de tout, kt dito'VOai bien quv vous alh /. avoir dsormais en lu une ennemie qui ne iccuiera devan nen pour se dfendre, et au besoin pour vous t battre Alors lucex mettant simplement la main sur I paule do Itobeit, dit du vieux Keijean : une rapidit qui montrait de quel esprit do dcision elle taii douea, en mme temps qu'elle envis^yesit la suit tion, tn avtit tiouv le dnourent. Aucun 1 U'IP iiiyn d'vasion ne s'olhail tlle que 'a trappe. Celles, elle ibqua.t fort de se 1 — Vous voye* que j'avais raiso bris?r Us oa ou de se noyer. de vous dire o'esprer Mais la partit valait la peine qu on tCegircon md aemble sincre, la joua — Je le tu:s, monsieur, je vous le S u q le comme une panthre en jure, iiiteiiuuipii vivement Morales., rrni' temoi qu'excell^ute nageuse .la n'ai qu un dsir : panoontrar I 00' le doublo dung r qu'elle alliit co rir casiou ne le prouver mon pre n'< tait utilement fait pour I arrter ainsi qu'a vous, mou.-iturHe n'en mena nas une hsitation. l'au -tre, IL rgaatiquement En attendant, js vous, vo're pre Vous allez accompagner. Mais retenez Judex n'oub 1e pas plus ceux servent que ceux qui le t 11 sait punir aussi un ment qu'il sait grandement penser. — Monsieur, affirmait dvec un profond respect. que vous aurez en mai le plat et le plus dvoue des servi — je l'espre — Et moi, lit le vieux K &'en porte garant., car 1 non tils manquait son je nat pas vous, monaienr riez s. le chtier, ce serait moi — Fore., vous n aurez pu M devoir, lit Uobert en pria nains du vieillard et en let i ses lvres Judex qui tait revenu une et l'avait enveloppa manteau, l'emportait lustre* eanot.. suivi de Kerjeaa st •] dis. Avec mille prcautions, I lait dans l'embai cation lij" ne qui. maintenant serabW. neut reposer., et bientt.. le Boleil commenait d 1 horizon, le canot s'loigna ueut dana la direction as itjuge.. traveres iublifl_ Je uaiure.. dans ls P** l'one de ces fins de joun"J uausea qui semblent Isocrj tociin sur les tres et suri une part du bouhdur rsyonor dllea taient magoiliqu.ioeo' Bientt, le frle esquit ne qu'un point noir l basV m Alora Dana Monti rerarat lea roaeaux.. A uouveiu, r a la nage., regagna a tcdgique.et se rhabili" meut dans le greaier.. roa la fen je d'o l'on P 08 ci ia. t.s et iepciiu:.t de ses fautes, il / Du moment qu'elle avait pril ton l'homoae U cape uoire, oui, peut m tempier le splendide P;JJ ia Sem et iixa.-t ots""-^ son regard de tum* *•



PAGE 1

It. IA11N JSS %  10 Mars ],„ dt%* Bapoutuiva ...rrttit le tour de de cotnB Hltr Lfuis Cbciubin ttcaiulle IP'Vin Ils " ,en "ctusa d-Y0l P laaaei tu action au prt eux ^' €cldl rl un via^e d uu 00ir ll a c ^" i.eteleiit cniz lui lame d un m %  Jji^ciaioiuioe-Ueaucouii G au lace Lde sang fttu^ Aines i formation du Jury par le LmWo.'J'au Zpliir. ou pa*ae Ejuta^'mnt auxuna.. pariioui£, Le miuietie public aie MalIrbe l'rpiguau aouiiiit l accu btion j-iDoeiBil'reApies ce piluui L,te M iuiea a tour de lle posent Ljuiestioiia aux accises qui ae guuefliatni aiumai veinentMais, tnfuern.nda • juse doyeu CUOJdttouvi z vjut, i voques de la w u,us nouvel dam lia parages ,llif,j s aiii? U- la a ez Vl U8 a: '* [— I.VOM / ap rapouiuit'e rtponB ot les iccuef. l'ou 1 auditoire -*UUUii BIBIJU eclut de lut.. Ls Cocat de i dilcnbe Me Mont ito(rUtjeauii Itaili.'l Mclse ayer uildekuuuitux a laite la lutuiic .—les UepctMoijs o l'aie t? ApiCB jji d un ;ma. t dlituiepace miiii l'iuition ucb i-.uioiu.-, le j ge En ouvre Us dtba s gL aux. J Le inia re pLblicchaige.il re loieitau Juiy la ioi.oati.iid ion dts cuees qu'eu fout qudUe Ue rcidx \a oitdtj connu la piifcon puur lime ae vil La dtlei.fce i pi ijuu il'oigtne de Aie Uapiiiel Mcue o. ihltl bt|i Ul.. l'Ulb ici qutbiiOtii DiuaihfcB bu piesiteut ou Juiy Uejeao. i-'.n cfopii u touitb le.-. Iltcon id.'.auui.s apt-utteib daniurpiBiuonie put Us avocat, le iy ittoun.0 ue ta cliuLubie de du lliuou avec un veioici Ut culpufri recui.iibithi.i.. touie lois ai en UUliCtti aULi.tic.iii.-> ni i .et.. i bLiute.-. Licluie t-! Ouiii.ee c\ lUbUiliCS Utfc li M.,lal> UU VeiUlCl. i (Lituanie j 1 1 i ttquittl lontle h lapLlIUtlun Ois ai nous J2-'/. lia tiiUc peua.. Le ju^c Uuyin dbiLe Louis LiiLiub.ii el Catulle •VtalUU d LklU Ul.i.iLR Ueiupt'iOU jtwtiu les peuneiunt Ue beat licier l avhuiugta accorde par la Lti pioaabt. .Mes ii. jeau el Mciae au de l'huiuai lie nieiviejneat, ivamtu,eijt bupies ou juge eu pwr de foutu clitii s de Lbiiub.n tout la pauvio petit mouboud. coudauiijea soin acbeinuies a la tooad'biii on Us von patter la itqoa. bura lex, s e d... Ibtuiaiu atia tuteuaue l'ellaire dt ffcuauiSeibi, accuse de \oi avec Jj*l*deei elliaciluu. IHa Ctanauau Htgulus occuiera 'e %  tc-delaotltLse. • CUIRASSEZ VOUS! CUIRASSEZ votiv Gorge, vos Bronches, i vos Poumons en les dfendant,] en les prservant par l'tntiMpsie volatile des (PASTILLES VALDAl contre les danger; du Froid, de l'Humidit, dei Poussires, des Microbes. PoiR S016IER EFFICACEMENT Rhumes, Maux de Gorge, Bronchites, Grippe, etc. EMPLOYEZ LES PASTILLES VALDA Temde rcspuable a*i.t isei.tique Mais il faut avoir soin (f bien employer les PASTILLES VLDA VRITABLES SEULES RFLLEMEli LFFICACES MM uniquement en BOITES portant le nom VAL,: Messe ae Requit m Le llt nndPr Supa uu> /. Pire du St-EprU it te iQnw u l'Asicciuiiun amicale du aucun bive* H Anus au felu-i>em\ha\ re Loltge aint Martial, tous i haut patronage el la prsidence a Ha bi uhdcur Mometgneut i> rJt vque dt Porto l'iinajunl chai 1er, le Vewxredl 12 Itari a 7 //l trs priites,en la Bmilique 'o(r< Uame, une metee wlenntlledt tu quicin.tn mmoire det victime u iuui tpcialemtnt ue tgr Jaiavei, et des autres metnbresde la cougi, ijajtun au ai Esprit, u-* rumort d* il atspaus le iZjanvier \'JJU,at latye dnie de lie, dans le hau /raye de fAfrique, Lu auutemi a celle crmonie le i.uOuc uvnneia a la IjDnyrji. tiunau bt Lsynt et aie* ouvrit un nouveau a prcUun ttniutym. ge eeyuipeutiie> On t6* cotUtulcmenl pri Ue ton siatixi ie pitttni uns comwttunt invita wn. ~i n > i Rexnerciment P l *tra.at avait piise, elle mur • %  d'oue voix cifBante %  S ,M Mo 'ii n'a pas d.t ion tr mo!.' fn du cinquime pisode ( A suhre) Monuour Lonce FHl A im il les autre membres de l lamiili reine tient Kucreuieat le corn* intrcei tous leurs aiuisoe la i upilule et de la Province, qui leui oui donn un nouveau litieigua ge i f sympalkie e; ae ceiiidr. non eu asiiataut la men solei. nelle de lioui de Tan qui a fie chautele endiedili/ducOurani, en la basilique Natit-Dume, la mmoire de leur regrett! Vient Fils-him at btanais Attgusti Fils Aim, cacdes Ks IU et Zk l viir do l'anne den.ire. listes ptient de croire letu profonde gi al tMde ainsi qu'l leur vive recouuaiasunee. hommes hommes Ade Malt is & Co viennent d'arriver d'Italie: P^nhes blanches plis pour r*iHhi s cou leur* xphir pour *Ma-coe8, toutes dimensions Cravates* toutes nuances | Parapluies Chapeaux de laine er He en gros et dtail Cercueils en tous genres chez Guillaume Duchatellier Graod.Rue No 2101 La Maison h B. & N. Sada & Co Grand*Rue et Une des ( sars Wnt tir, recevoir ce? mardi Ltltses frai raines ; S^Dnll blanc, anglais, gants homme montres Suisse, rveils, penlaieS) bluirtaux, lames (Jdette, jl melle par aune, lau^-'-cols, chemisettes /il d E osse, crawles, mouchoirt, jarretelles, bretelles, tuis cigarettes, rubans, brosses dent*, brosses a tte, mouchoir soie, -ravales noires a pince, broderie par paflttvt, chausselles franaises, "Jiocolat Meunier. Pharmacie FSEJUIlfiM Anale des Rues Roux et du Centre 2 Mdatfles d'arger;*. Exposition de Bruxelles /910 VI Laboratoire de Chimie Mdicale j"; Droguerie, Produils chimiques et pharmaceutiques. bpcialiis fiaoaiaee et amricaines. ^Prparation de outes ampoules mdicamenteuses strilises et injectables. Spcialits. — Sium nvrosihenque simple et ferrugineux.— lodhydrarg/re. Srum u e ftiurard remplaant les paquets rcalcitiaiits de Ferrier et de liob'm' Il y a toujours en stock : Aeviofeihcose' Snop pectoral, Elixir de Pensylvanie. Dpositaire du PREVEMYL Reprsentant des Laboratoires Terrial LACTIFERM.— F erment lactique, coulre affections gastro-intes nales et cutanes. LW4RIXE,—Spcifique del constipation. Champagne La 'aFnn L. PREJETZrfANX-AGGERHOLM arren par s'eamer c Itatall du Champagne : Charles Heidieck La meilleure marque connue en Haiii, en eai-ses de 12|I et 24ff bout, Got amricain,sec, demi-sce el Houx Me Charles Ileid'ieck est 'ournifseur brev^' t ? "de S. M. Georges V Roi d'Angleterre; S, H Albert 1er, Roi des Belges; A II. Alphonse Roi d'Espagne, ele etc. GAETJENS & Co Bue du Magasin de l'Etat lies, P. 14 or les 100 i ivre Tles P. 1.25, 1.7 it 2 or. A la Tropicale ItrandRue prs du tailleur Smitli No I5323 Par le franais est ai riv I Elixir enti-oplitalœique contre les maladies des Yeux. En Stock chez Alphonse Hayner. On tiouvera:articles pour coulure, lingerie, bioderie, de la parfumerie, des corsets, des chaussujies blanches pour hommes, des chanes de montre, des tetius franaises des articles pour dames. Savons Lenox pour Lessive. Untrouveia en outre les spcialits suivantes : Tonique Oriental, Trier pherous Excellents, llorhinp, Pwder, Lininent Minaro lus-eclive Emulsion Scott etc. Vetrlc IJaUn. Colorite I M " ' %  % %  — I Le conseil Communal Porte la connaissance du pu blic que. d'accord avec le Gouver Dmenti il a dcid d'organiser elle anne. l'occasion de la rte Nationale de l'Indu s rie et du Tra vail, une exposit on Agricole et (a dustrielle. En Vue d'assurer le succs de celte Expo-ilion, le Conseil ton munal imite ous eux qui dana l'Anondissement de Po t au Pii* ce s occupent d'Agnculiure et d'Ind stri ,* se prparer.dsmam leuaut, afin de pouvoir envoyer leurs produits ds le t Aviii. Des prix seront dcerns au.^ exposan/s. Le local o se tiendra l'Exposi lion sera dlign ultrieurement^ Le Magistrat Communal, ^ C. MAGL OlKfc-. Sucs neufs et de deuxime main En vente chez Ryan ScBarber Incl 175 "L IDLMAliASJSDEL'E'IA'I Parlex-vous V Anglais ? Lne excellenie occasion d'apprendre mauier la langue anglaise avec une remarquable rapidit dans vos moments uhrestche* vous, en suivant notre cours prpar spcialement pour les personnes de langue franaise. Ecrives pour demander des renseigne meniscoiaplets. Ihe Unwersal Institute %  g. ) m W ii)s st., A.y. citu A vendre Pour cause de dpart un mobilier l'tat neuf compos de : 1 salle n anger : 1 table, *t> chslsse buffet, mtultlts dd salon, bureau Clumbie a conch*. r avec lus en cuivre, un excellent pianoEnsemble 01 sepaiment S'adresser au bureau du Mai.*, "' -• ++ i



PAGE 1

M MA II :l 11 aririidc Ali iriini-EwHd MliTHI A. H.1HIS, IV G. Suc j Fonce en 1850 Produits cl in qiKS <$ rnnlKujfs L'oins tl France el d'Ame 'QUP* fittn Dct lifiice KcJini Pat fi nu lierai aiflt 11 an ti Petms' Ifrup Slow Swceeaar m ALBERT!M KWAI D stalishod 18B0 An C lit MI cV KitDfii Pater I Mej tfcmra Prit rbatoicala ircm En xre M d 'le Haie*. /n(>inn pfsuiclirns filles, Ftcprfa neric.'iii Perfumed Toile W!piF. Cfl il si Petros* Pbsrmac? Graduate rf Temple .liiv*isiiy, PLii, dclpliia, l'a. OB i .1 /otier ourses en ville k hors & la ville REVUS Illustrs et Vente te . /H*/s important Je J'ublir. est inform que l-i Yareit'sf tentationsIncorpon ted n MU office trot itoire l\ ri aul'unie il 12 lii<( du l'a i'i\i\ <" de, la comfagnie det ( bles Zfutr tAitlavliquef. l\,i nu li u i S Mara Ift20. Le piitidnt d§ in. IV u\cs 1 ton intiont Inforporaled, JohnA-MGHu&KD$ t Voyages l'intrteur du pays. our les provinces ei les villes de Sto-Domingo : uerto-Plata, Santiago los Cafoalleros. S'adresser I ; in Grand Rw en Avnu C (• %  I VXtgi Uai/m Smitb, lahw r r..,;,V .t., ia iiuo ireranii • i uonre l '^:,.\^'' r ."^ n n e I M il Kl') impure --•" £> de LadicV Costuma ceoU Voyrz-.ous es bo"es Oames, vouKz-vons' re lgaa'.es cl emarifs ton: me elles .' /UfZ CHEZ •au L ixiia HW, n i'n-" "> miw jmw-' •i-r. y ^>* 0 u lAlk La maison Max IMo jRitc tfu Magasin de VE'at Par Icticamcr franais Caravelle s arriv ici le 15 lutii unt les articles suivantChapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses fil et colon Nappes coutils matelas chemises fantaisie pour hommes Pansphiks, mouchoirs de soie cravates nœuds et rgates assorties, Gilets de flanelle. -.1' u>> -. %  •fc'M •<*•"• ••*"• % % % %  • %  i. II-ITf %  — % % %  % %  • nnum— EDWARD M. iUPHEL & Go New-York PorUiu Prince Sials h Proi < ltap;)iel m m —i Sue du Ma d$ /Etat ri Iravei rt O vooa rouverez. It TISSUS U plus jolis et plusjntuveaux' liUliA.NMfR (.las appropris et il un cboR rarrIl von dont.eiR m Ca-aloRu-i (J Mode et vous vendra le nairnd aaiurera \uirp iol.'s. formai de chapeaux, parfnmerips divpraea d ti s meilii rabiicaoai lomgue orbotal*. Tnroph*roua, Pommai" r.ooelle dei l'oinmadu Kxcellento, Lotion UUGLNTfcl, aseurut:: la • eiu btanrin cl velout, remplsant les trmi>' w t ne visi:e dans e'te Maiaoa et vos ennuis savoir ce que vous devez porter, disj aiaissent.. M*MI %  .• >.^,*6suv*Mrtfc- ,m ,,+ ii na f? mr Lug. Le BOSSE, ayant dcid de se relier du commerce d'au! omobiles offre les OCCJ sions exceptionnelles! suivantes ; Un camion Chevrolet! N\uf(l i\2 lonce) ilinar asoautomaii(|U3 or 2lrtO JI camion chssis pgaxter 2 tonnes n otfor Buick 4 cylindres or i "(X) Un caircn chssis Maxfer i it.u e moteur Clievro'el diuanage automatique J 30Oi lu lie liuick 5 psffgcjs 4cy)irdi (iinnrtge antorr;>lique secorle %  • leœiie l'tat de oem 7U0[dollars. Une Buick prfs?gers C cylindres dmarragfl automatique seroi'lei n oieur en parfait tat WO dollars Une Limousine 7 | Jt'sruers Btlfk G cjlindirsiv.iriip ;• neuf trs app^^'jj uiriagefl c, i ecf plui le 3lK.il dcl prii de venu\*-"n Une Buick G qiir.drcs 7 peiiacari, mo^cren partait tal l&l



PAGE 1

ifenS No! 3731 00 "JjKTEOR-PROPRlETAaE Oment-MAGLOIRE MAGSTR ATCOMM ON AL a NUMERO 15 CENT1M89 ABONNEMENTS PORT-AU-FRINCB Porf au PJIO t. li Iti Jeudi M Mat* 192U DEPARTEMENTS TRANdiB U„ooi8 rjo nx' 1 . trU mois annonces sont reues au Cormtoir Ii JLaal de Publicit, 9 Rua Tron.hef, TaKru, 2J. Ludgate Hill, Londres. G. 2.00 G 200 • 7 0J 1 800 Quotidien L'un des plus difficiles efforts de l'esprit humain est de pntrer dans la pense des autres tres. j BAIN AUTIQUE ET AVIATION cl tfOhihna spciale au c Matiu > la service quotidien de transports jliers ariens existe depuis queltemps entre Paris et Londres hes passagers. Ce n'est d'ailleurs, }n commencement; les milieux IinxescoiTirten r s r euseme t l'pepro haiae o l'on ir de l'iris pren 16 heures, New York Dikar en jo, i Buenos Aires jo, i Pkin en il), e n 110 heuau lieu de 2,V jours— avec ou focale, en prenant c par les s . i maison anglaise a dj entre[la construction d'un dirig able t de 160,000 mtres cubes,am [pour transporter en Am-.rique Maes f utiles , donl 140 pas1, en 43 heures. jrce que les Zeppelins ont fait ipeadant la guerre,ce n'est pas i$oa pour coinque leur r e li. Pour les oeavies paciques, [les besognes commerciales, ils nente prcieux avan *ges; ils I beaucoup moins de risques Tttge, mme en temps de d ou la nu.t. D'autre part, t a la merci de ia moindre : de ta iteur. ob ige d t errir luiement s'iln'aqu'un moteur, went gn dans sa marche Il deux ou plusieu s, tandis Tas le dirigeable, Us moteurs, dans des nacelles spcules, [mme, le cas chant, Tint"ilarosta-, peuvent re suros re':hi parles racinifw rpar* sur plice en cours tit que ce tour de force peut wmeot accompli i bord de "ions guuts du dernier i,qui compj tent d venantes ,e de machines amnig.-s ftcevoir 4 ou 6 moeurs. Mais Wib.en en con.Utue pas m .in Wutton pl us stmole d'u.. pro SO'on aurait pu croire iasoWt en qu-il n'y aura pas e relle entre les av 10.is et M, destins a coexister en tt ,, " des bjsoiui diff* Al ion | ei p ; tu s par k0ur " 1000 kilomtres, lorsque ^.^sesdei^ 33 V '£"*" b Mes grands trajels gniaux et transoraniens TA I0 000 kilomtres... Car in n T $ H a,a.peuiiQt L,. r 'f son port datache. KeK d d n g r S:L jdaa r koour 1 a y p iie en emlinV m ', ue '^apprciable L l'-V^Usalmande i c'est i mrne se bulle plis fcnta- t bieEa P av J l.Kn. w ame le paquebot sur1ELEPI10SE : iAH SOUVENIRS LITTERAIRES a 1 occasion de l'accident de Mariani Le MAGISTRAT COMMUNAL DES CAYES Mi II 011 Ddis a Victor Mapgoai Elle sera donne la Trance pour commmorer la Marne Magistrat Commun. Au IdePo.i au Prince Mon cher Collgue, l'euille^, je vous prie, recevoir toutes l's condolances de la population des Cayes et celles du Conseil en particulier, dans ta grande catastrophe qui vient demi ml,cr nowem l m iresmnU population Je Fort au Frime, celle du Chemin de J : er de Le gant. Lciie calamne a trouv un cho douloureux dans tous Us coeurs ici, et ta %  ilte entire partage grandement avec la Lapitale, les angoissa ressenties dans ce.U tiiste conjoncture. Veuilleagrer, mon cher Colligue ces formes immortelles, esprits thel'expression de mes meilleurs sentiments rs, qui v.veot lumineux, dans des F. FOUGERE spneies sereines d'air pais bie et pur, au-dessus de la fume et du tumulte LE MAGISTRAL COMMUNAL DE' de ce C01Q obscur, que les homme* 111 Du premer lat; le [ote nous tansporte dans les cieux. !'a esprit descendu au m lieu t'u bois sauvage prononce cette od; ; fBdOre thestarrv thresliold ol Jove's court My nunsioti is vvheec tlioseini-uoriil Shapci Of bngiit mal ipirits iivc inplwred In relions inild 01 oalm aod screne air, Above uien call li.irth,and VVith lovv ihoughtcd Coaua'd, vu pcmrod in :his pin-l'old hre, Suive to Bttp up a Irail and feverisii benig, Unuiindldl 01 me crovvn ihat Vinue givea Aller uns mortel change, lo lier irue scivants Ainougst ilie entliron'd gods on sainied seats. c Devant le seuil to l du palais de J jpiler, est ma demeure, parmi PORT AU PRINCE Au Magistrat Communal des Cayes Mon cher Collgue, La Initie de Port au Prince remercie !t noble ppulalion des Cayes ainsi que son Conseil Communal de leur nouveau p t este de solidarit au moment ojrappce par le malheur, elle a besoin de sinlir auprs d'elie d.s amins rconfortantes Elle en garda a un souvaur mu appellent la terre, uble vile, o, les vicissitudes immor.elles, i tt vrais leiv.tjurs. au miiuu d s dieux trnant sur leurs s ges sacrs. Des pe'rso.i nages de cite trempe ne peuvent pont parlerais chantent Le drame de .\1 Itya L-.L U I oura aonque, compj , — tomUM le tio— ^— „ — .......... „...„ ,—, r _-_, „. . ,„remtes ageer mon cher Collgue, mtbc d'E>chyl?,— d hymnes so em -l... „.. .4 ,;....;. —-1.^I. .._... ... „ t i Clment MA JLOIRE / expression de mes sentiments distingues, nelics. Le spe;ia eur et tran;port hors du m j.. ae r ei Ce ue sont poni des hommes qu'il boule, mus des sent meurs Ir as iste un concert comme dan; Le songe dune nuit di. de n^kespeare. Ce soat d<-j les chants cles es, Milton les dcr t, tt ,tout la ioi>, % %  pris p.r un grain; il fuit devant la ojunasque, avec d'au a:i: p.us d: chances de s'en tirer qu'il a devant ......... ,., ,, lai l'espace sans bar-es; a m^insde il les imite ; il fat co nprend e ce t ou/er desemvare.com ne lemalmot d 1 ; Platon son matre, que les vertueuses enseignent la Can anv mor:al mixture of uth'i mould lireaine wen divine eueiianting ravisliment ? Sacre >o.etliing holy lodgei m ilut brea^t, AnJ sv.tii UMM raptures moves ilie vold air l'o lestily lus Indden retidcocei : llo.v swecily did tue iloat upjn tlie wings ncur^ux paquebot l'Afrique; chau mlodies dicres tein.o, sans directio i, sasi vertu, dfense contre la tempte.Ma*s le dtr.geab i, raiturr.saag. ci pius en:ore au dpart, lo.&qu a s'agit de soittr de soa abri, L'en mne pas large.Les Aniilais.il esl vrai,ont uojv ic mo > i, a-..,.. llo.v wceil>did tue I oat upjn tlie wirifs yen de tourner la difficult en supu rileoee, uueugh u.e empty .aitcd n"ght, primant les laiaeux hangirs qui \*ery tilleo King the raven dowo tiennen. une place norme ci co'.en: "| d irK "^. " ^ ' h " iieard .i. sx u '">' 'nner Circe, w.tli ihe Syiens ihrce, les yeut de la tte.gace l'amanage A .n.d>i me iiowery-Klrd Naades, eu plein air.A cet etiet,on construira Cuinu^ ibetr poiem berbi and baieiui dmgs, des tours e.tielesques lut creux J^ U gXEtff£.**** et t lie (.1VO aut Lcat a Ce lire que Andchid her barking wave imo atrention. ie duikieabre se tirera par le becu^* UM attybiu mutwmr'i Mit inlm . \ei iliey in pteasioii slumDjr luil'd th; itself. SJ careoe. de tajj a pouvoir se met iJalsucn .SSdMd home-idi delight. tre dans le sens du vmcmn: un.grrouette. Des expneuces fai.es u'Ao. a 3:lobre iy:y u rsuKeque. de certe laoa,lff dingeao.es, tu>.cut volupt de bonheur sacs ivress^, Je ne l'ai jamais ressentie. Ce fut l. je crois. le dernier pome profane de Mltoa. Djl dans "Lycidai'.en cleb aLt la t.on de V rg le. la mort de son ami bienarme. EJw.rd King, il la're pen-er les colres et les pioccupations puritaines. Aussitt son retour d Italie la con. troverse et laclion remportent ; la prose conmence la po>ie sarrte. De loin en loin, il crit un sonnet patrio ique ou religieux, qui vient rompre ce ljpg silence ; tantt pour honorer la mua dune pieuse nuie ou la vie "d'une vertueuse jeune me Aliis le coeur est rest h mme.le gnie s'est travstorm. La virilit a pris la place de la jeunesseL'abondance es: devenue moindre et la srnu p us st icte La mytho'ogie a tait place i la thologie, l'habitude de la dissertation a liai par abaisser l'es*jr lyrique. Le pote ne chante p us ea ve.s sub imes, il raco.te ou arangie en vers g aves. Il n'invente plu. un genre personnel, il imite la tragdie ou i poque antique. Il rencontre dans Santon une tragdie froi de et haute u^ns ie Paradis regagne" une pop fio de et noble et compose son Parada pedru un pome impatLit et mbUmr. 11 estregre-iablq iM n'ait pas crit, comme u ressaya, en t^o i de drame,ou u.ieux comme Promtb d Jtschyle, en lorme de piclyrique. U y a ul suj.t qui commande tel style, si vou, resut z, ; OJS dttrutsiz votre oeuvre.t op heureux quand dans l'ensemble dform, le hasard pioduit et conseive de beaux morce ui. Ir nous racoate les exploits de D.eu cwmme ceuxde Cromwe'l d'un ton soutenu et grave, nous n apercevons point Dieu, Mi.to.r avait une hauteopinion de ses facuittt, 11 promettait souvent d'entreprendre une oeuvre qui honorait sa pairie ; il' ajoutait, qu'il n'ubuendrait pas soa but uniquement par des prires adresse i t*Bi put ternel, qui peul eanchir le savoir et les oeuvres des morteis, et leur envoyer ses anges avec le feu sacr pour toucher et puriner des lvres de ses lus. Mr Frederick W iMac Monnies a parl de ses ides au sujet de la sta tue qu'une commission amricaine dsire donner la France pour cel brer la v.ctoire de la Ma'ne en 194 La commission amricane a dj commenc i rassembler les 350 mille dollars qui ssront des ins ce don et Mr Mac Monnies est occup faire la maquette dans son atelitr a 8 En 41e rue. La figure dont je compte me ser vu est celle de la Libert en dtresse, a dclar le sculpteur. Ce sera la sqeur de notre statue de Libert. Ce sera comme si la statue de Libert avait t attaque par les ennemis de la civilisation et comme si ceuxci avaient tent de la renversei. Ton tefois elle rsiste et se dresse contre l'invasion. C'est la libert qui rsis te, c'est la libert qui ressort enfin victorieuse. Autour de cette figure centrale J mettrai les statues de moindre im portaoce tout en conservant la forme d'une pyramide. La Grande-lire tagie sera probablement reprsente par un jeune homme tirant son pe, la fielgique par une jeune lit larrancc par une mre, tous groupes autour de la figure principale. j'espre que cetre statue racontera icu.e l'his oue depuis le commencement jusqu' la in, — l'atta que bru>quee, la rsistance la lutte, le dsespoir lorsque l'arme allemaa de a e trouva t aux portes de Paris, puis l'aube de la victoire, la paix et la libert revenue ". U ministre u'Alleoia-' gue Paris remet sas lettres de crance —-.-—. > % %  . %  -.*.... Sucli scoer certainiy ul waliing bliss-, 1 never heard lill now. us, co.n .ne ou le prvoit, de 2)0 ; JO mtres de long et de cent mille '" ent !" de pareils accents ? mct.es cabas de *pi:ue, pourront ^rtment quelque chose de div. b.aver impuueuieat les liai luneux habite dans cette poitrine.Corn no *>uia'aus flottaient doucement sur les aile Lest gaUour peu que les choses f u sllen ce "avers la \ luir coni.nueot maicb.r du al 1 nui. L. Souvent a. >.,., A-.r t nn .i*n.. .*.. mre Circ a/ec les troi ,'b"Se pect-'l qu'un mlange morel d'argile terrestre— exhale lenhintement divin de pareils accents ? — a me ils tlottaient doucement sur les ailes du silence d travers la vote vide de j'ai entenlu ma trois S rnes — au milieu des Naiades aux robes de (leurs, cueillant leurs herbes puissmtes et leurs poisons mortels, empor ts par les chants l'irne captive dans le bienh.u.eux Elyse, Sy.Ia p'.eutait, — les vagues aboyantes se laisaicnt ctteativcf, — et la cruelle A achtkr des timbrai poule Lha ybde mumurai. un dojx applau uses illuiU. — adiiSi'ia Mr ui^e.nencn:, —mais un ravissement fUXSlfttimprimtn du alUo si sacr tt si profond, — une telle ouragans d me train d'ici a quelques annes, l'aspect du firmament puma de devenir singuliciemcn'. cun.-ux !... G. DEPASSE Oti Mmunde Il lui fallait aussi un choix de leclu es, des observations pondres et une per eption exacte dans tout ce qui lui paraissait favorable dans les arts et les affaires. Toutes ces pr cautions devaient prcder l'excution de son projet. La pieuse et fervente promesse de Milton laissait prvoir le Paradis perdu. Son but s'explique mais ne pouvait se justifier que par le succs de l'entreprise. Oi a pu constater, selon les som maires des projets littraire idu pote laisss en munusert au Trinity Collge 1 CambriJge, que le sujet du Parada perdu tait d'abord un inyst/r.piece de thtre i sujet rel'gieux, o l'on faisait in.erveuir D u, les Sam's, les anges, et les diables. La ptce dbutait par .'jpparitioa de SaUd sadresseant au So'eil. ( A suture ) L R. CHENET 2 fvrier. Le nouveau miniatr d'At lernagoe Paris s'est rendra qui d Orsay, juur remettre s* lettres de orttnce a M. Milierand.aiioUtre des AT mes trangres. tUu; en raaut du grand perron par M. de rouquires, directeur du nro locole, M. Mayerfut introduit aussi tt dans le caDiuet de M. Milierand qai il remit les lettre qui laccr ditdnt anpij du uavernernent d la Kepnbliuue en qualit de ministre ciisig dalfdires. A sa sortie.M. Mayer fut reconduit avue le mme cimonial L9 charg dairaires d A'iemaone" docteur Mayer, si rendra pour auei ques jours en Allemagne; pour le rilemsnt de ses affaires prives Au moment o il 8ori du cabinet di M. Milierand. nou abordons M Mayer et lui demandons de noua donner sm impressions. Excusez-inoi, mais impossible nous rpond il Je suis trop trop non vellemeut srriv pour pouvoir dj avoir des impressions • de nias ma situation esr extrmement dlicet et vous coinj rendrez certainement h r*Mons qui me forceut au silsnceEt sur ces mots, le charg d alla res descendit prestemeut l'escalier re-oo ta dans non auto tt rent a 41 rueraient k I-ainbassade d'Allecua gu., Uuiit la porte resta close noue tous les visiteurs in liscrecta. ^


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05066
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, March 11, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05066
System ID: UF00081213:05066

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
ifenS No! 3731
00
"JjKTEOR-PROPRlETAaE
Oment-MAGLOIRE
maGstr atcomm on al
a NUMERO 15 CENT1M89
ABONNEMENTS
PORT-AU-FRINCB
Porf au PjIo t. li Iti
Jeudi M Mat* 192U
DEPARTEMENTS
TRANdiB
Uooi8
rjo nx'1..
trU mois
annonces sont reues au Cormtoir Ii
JLaal de Publicit, 9 Rua Tron.hef, Ta-
Kru, 2J. Ludgate Hill, Londres.
G. 2.00
G 200
7 0J
1 800
Quotidien
L'un des plus difficiles
efforts de l'esprit humain
est de pntrer dans la pen-
se des autres tres. j
BAIN
AUTIQUE ET AVIATION
cl
tfOhihna spciale au c Matiu >
la service quotidien de transports
jliers ariens existe depuis quel-
temps entre Paris et Londres
hes passagers. Ce n'est d'ailleurs,
}n commencement; les milieux
IinxescoiTirtenrsr euseme t l'-
pepro haiae o l'on ir de l'iris
pren 16 heures, New York
Dikar en jo, i Buenos Aires
jo, i Pkin en il),en 110 heu-
au lieu de 2,V jours avec ou
focale, en prenant c par les
s .
i maison anglaise a dj entre-
[la construction d'un dirig able
t de 160,000 mtres cubes,am
[pour transporter en Am-.rique
Maes f utiles , donl 140 pas-
1, en 43 heures.
jrce que les Zeppelins ont fait
ipeadant la guerre,ce n'est pas
i$oa pour coin- que leur r e
li. Pour les oeavies paciques,
[les besognes commerciales, ils
nente prcieux avan *ges; ils
Ibeaucoup moins de risques
Tttge, mme en temps de
d ou la nu.t. D'autre part,
t a la merci de ia moindre
: de ta iteur. ob ige d t errir
luiement s'iln'aqu'un moteur,
went gn dans sa marche
Il deux ou plusieu s, tandis
Tas le dirigeable, Us moteurs,
dans des nacelles spcules,
[mme, le cas chant, Tint-
"ilarosta-, peuvent re sur-
os re':hi parles racini-
fw rpar* sur plice en cours
tit que ce tour de force peut
wmeot accompli i bord de
"ions guuts du dernier
i,qui compj tent d venantes
,e de machines amnig.-s
ftcevoir 4 ou 6 moeurs. Mais
Wib.en en con.Utue pas m .in
Wutton plus stmole d'u.. pro
SO'on aurait pu croire iaso-
Wt en qu-il n'y aura pas
e relle entre les av 10.is et
m, destins a coexister en
tt,," des bjsoiui diff*
, Al ion |ei p;tus park0ur,
" 1000 kilomtres, lorsque
^.^sesdei^ 33V
'"*"bMes grands trajels
gniaux et transoraniens
TA I0'000 kilomtres... Car
innT$H- a,a.peuiiQt
l,. r'f son port datache.
KeKddngrS:L'jdaa-r
koour 1 a y piie en em-
linV ,m',ue '^apprciable
L l'-V^Usalmande
i c'est i 'mrnese bulle plis
fcnta-tbieEaP,avJl.Kn.
wame le paquebot sur-
1ELEPI10SE : iAH
SOUVENIRS LITTERAIRES
a 1 occasion de l'accident de
Mariani
Le MAGISTRAT COMMUNAL DES
CAYES
Mi II 011
Ddis a Victor Mapgoai
Elle sera donne la Tran-
ce pour commmorer
la Marne
Magistrat Commun.
Au
IdePo.i au Prince
Mon cher Collgue,
l'euille^, je vous prie, recevoir toutes
l's condolances de la population des
Cayes et celles du Conseil en particulier,
dans ta grande catastrophe qui vient
demi ml,cr nowem l m iresmnU po-
pulation Je Fort au Frime, celle du
Chemin de J:er de Le gant.
Lciie calamne a trouv un cho dou-
loureux dans tous Us coeurs ici, et ta
.ilte entire partage grandement avec la
Lapitale, les angoissa ressenties dans
ce.U tiiste conjoncture. ........,
Veuille- agrer, mon cher Colligue ces formes immortelles, esprits the-
l'expression de mes meilleurs sentiments rs, qui v.veot lumineux, dans des
F. FOUGERE spneies sereines d'air pais bie et pur,
. au-dessus de la fume et du tumulte
LE MAGISTRAL COMMUNAL DE' de ce C01Q obscur, que les homme*
111
Du premer lat; le [ote nous
tansporte dans les cieux. !'a esprit
descendu au m lieu t'u bois sauvage
prononce cette od; ;
fBdOre thestarrv thresliold ol Jove's court
My nunsioti is vvheec tlioseini-uoriil Shapci
Of bngiit mal ipirits iivc inplwred
In relions inild 01 oalm aod screne air,
Above uien call li.irth,and VVith lovv ihoughtcd
Coaua'd, vu pcmrod in :his pin-l'old hre,
Suive to Bttp up a Irail and feverisii benig,
Unuiindldl 01 me crovvn ihat Vinue givea
Aller uns mortel change, lo lier irue scivants
Ainougst ilie entliron'd gods on sainied seats.
c Devant le seuil to l du palais
de J jpiler, est ma demeure, parmi
PORT AU PRINCE
Au
Magistrat Communal des Cayes
Mon cher Collgue,
La Initie de Port au Prince remercie
!t noble ppulalion des Cayes ainsi que
son Conseil Communal de leur nouveau
pteste de solidarit au moment ojrappce
par le malheur, elle a besoin de sinlir
auprs d'elie d.s amins rconfortantes
Elle en garda a un souvaur mu
appellent la terre, uble vile, o, co.i;brs et conlias dans leur bas-s
penses, il iuueut pour co server
une frle et li.-vreu e ve, ojb ia il la
couronne que la vertu donne. a,i >
les vicissitudes immor.elles, i tt
vrais leiv.tjurs. au miiuu d s dieux
trnant sur leurs s ges sacrs.
Des pe'rso.inages de cite trempe
ne peuvent pont parlerais chantent
Le drame de .\1 Itya l-.l u i oura
aonque, compj , tomUM le tio-
------- ^----- .......... ... -------,,--------r_-_, ----------. . ,-
remtes ageer mon cher Collgue, mtbc d'E>chyl?, d hymnes so em
-l...____.. .4.....___........,- ;....-..... ;. -1.^- I. .._... ... t___________i
Clment MA jLOIRE
/ expression de mes sentiments distingues, nelics. Le spe;ia eur et tran;port
hors du mj..aerei Ce ue sont poni
des hommes qu'il boule, mus des
sent meurs Ir as iste un concert
comme dan; Le songe dune nuit
di. de n^kespeare.
Ce soat d<-j les chants cles es,
Milton les dcr t, tt ,tout la ioi>,

pris p.r un grain; il fuit devant la
ojunasque, avec d'au a:i: p.us d:
chances de s'en tirer qu'il a devant ......... ,., ,, ,
lai l'espace sans bar-es; a m^insde il les imite ; il fat co nprend e ce
- t ou/er desemvare.com ne lemal- mot d1; Platon son matre, que les
vertueuses enseignent la
Can anv mor:al mixture of uth'i mould
lireaine wen divine eueiianting ravisliment ?
Sacre >o.etliing holy lodgei m ilut brea^t,
AnJ sv.tii UMM raptures moves ilie vold air
l'o lestily lus Indden retidcocei :
llo.v swecily did tue iloat upjn tlie wings
ncur^ux paquebot l'Afrique; chau mlodies
dicres tein.o, sans directio i, sasi vertu,
dfense contre la tempte.Ma*s le dt-
r.geab i, raiturr.saag. ci pius en:o-
re au dpart, lo.&qu a s'agit de soittr
de soa abri, L'en mne pas large.Les
Aniilais.il esl vrai,ont uojv ic mo-
> i, a-..,.. llo.v wceil>- did tue I oat upjn tlie wirifs
yen de tourner la difficult en sup- u. rileoee, uueugh u.e empty .aitcd n"ght,
primant les laiaeux hangirs qui \*ery tilleo King the raven dowo
tiennen. une place norme ci co'.en: "|dirK"^. " ^ ' h " iieard
, .i. s- x u '">' 'nner Circe, w.tli ihe Syiens ihrce,
les yeut de la tte.gace l'amanage A.n.d>i me iiowery-Klrd Naades,
eu plein air.A cet etiet,on construira Cuinu^ ibetr poiem berbi and baieiui dmgs,
des tours e.tielesques lut creux J^UgXEtff.****
et t lie (.1VO aut Lcat a Ce lire que Andchid her barking wave imo atrention.
ie duikieabre se tirera par le becu- ^* UM attybiu mutwmr'i Mit inlm
\ei iliey in pteasioii slumDjr luil'd th; itself.
sj careoe. de tajj a pouvoir se met iJalsucn .SSdMd home-idi delight. '
tre dans le sens du vm- cmn: un.-
grrouette. Des expneuces fai.es
u'Ao. a 3:lobre iy:y u rsuKeque.
de certe laoa,lff dingeao.es, tu>.cut
volupt de bonheur sacs ivress^, Je
ne l'ai jamais ressentie.
Ce fut l. je crois. le dernier po-
me profane de Mltoa. Djl dans
"Lycidai'.en cleb aLt la t.on de
V rg le. la mort de son ami bien-
arme. EJw.rd King, il la're pen-er
les colres et les pioccupations pu-
ritaines.
Aussitt son retour d Italie la con.
troverse et laclion remportent ; la
prose conmence la po>ie sarrte.
De loin en loin, il crit un sonnet
patrio ique ou religieux, qui vient
rompre ce ljpg silence ; tantt pour
honorer la mua dune pieuse nuie
ou la vie "d'une vertueuse jeune
me
Aliis le coeur est rest h mme.le
gnie s'est travstorm. La virilit a
pris la place de la jeunesse- L'abon-
dance es: devenue moindre et la s-
rnu p us st icte La mytho'ogie a
tait place i la thologie, l'habitude
de la dissertation a liai par abaisser
l'es*jr lyrique. Le pote ne chante
p us ea ve.s sub imes, il raco.te ou
arangie en vers g aves. Il n'invente
plu. un genre personnel, il imite la
tragdie ou i poque antique. Il ren-
contre dans Santon une tragdie froi
de et haute u^ns ie Paradis regagne"
une pop fio de et noble et compo-
se son Parada pedru un pome im-
patLit et mbUmr.
11 estregre-iabl- q iM n'ait pas crit,
comme u ressaya, en t^o i de dra-
me,ou u.ieux comme Promtb d Jts-
chyle, en lorme de pic- lyrique. U
y a ul suj.t qui commande tel
style, si vou, resut z, ; ojs dttrut-
siz votre oeuvre.t op heureux quand
dans l'ensemble dform, le hasard
pioduit et conseive de beaux mor-
ce ui. Ir nous racoate les exploits de
D.eu cwmme ceuxde Cromwe'l d'un
ton soutenu et grave, nous n aper-
cevons point Dieu,
Mi.to.r avait une hauteopinion de
ses facuittt, 11 promettait souvent
d'entreprendre une oeuvre qui ho-
norait sa pairie ; il' ajoutait, qu'il
n'ubuendrait pas soa but unique-
ment par des prires adresse i t*Bi
put ternel, qui peul eanchir le sa-
voir et les oeuvres des morteis, et
leur envoyer ses anges avec le feu
sacr pour toucher et puriner des
lvres de ses lus.
Mr Frederick W iMac Monnies a
parl de ses ides au sujet de la sta
tue qu'une commission amricaine
dsire donner la France pour cel
brer la v.ctoire de la Ma'ne en 194
La commission amricane a dj
commenc i rassembler les 350 mil-
le dollars qui ssront des ins ce
don et Mr Mac Monnies est occup
faire la maquette dans son atelitr
a 8 En 41e rue.
La figure dont je compte me ser
vu est celle de la Libert en dtres-
se, a dclar le sculpteur. Ce sera la
sqeur de notre statue de Libert. Ce
sera comme si la statue de Libert
avait t attaque par les ennemis
de la civilisation et comme si ceux-
ci avaient tent de la renversei. Ton
tefois elle rsiste et se dresse contre
l'invasion. C'est la libert qui rsis
te, c'est la libert qui ressort enfin
victorieuse.
Autour de cette figure centrale
j mettrai les statues de moindre im
portaoce tout en conservant la for-
me d'une pyramide. La Grande-lire
tagie sera probablement reprsente
par un jeune homme tirant son -
pe, la fielgique par une jeune lit
larrancc par une mre, tous grou-
pes autour de la figure principale.
' j'espre que cetre statue racon-
tera icu.e l'his oue depuis le com-
mencement jusqu' la in, l'atta
que bru>quee, la rsistance la lutte,
le dsespoir lorsque l'arme allemaa
de ae trouva t aux portes de Paris,
puis l'aube de la victoire, la paix et
la libert revenue ".
U ministre u'Alleoia-'
gue Paris remet sas
lettres de crance
------------------------- -.-- . > .- -.*....
Sucli scoer certainiy ul waliing bliss-,
1 never heard lill now.
us, co.n .ne ou le prvoit, de 2)0
; jo mtres de long et de cent mille '"ent de pareils accents ? -
mct.es cabas de *pi:ue, pourront ^rtment quelque chose de div.
b.aver impuueuieat les liai luneux habite dans cette poitrine.- Corn no
*>uia'aus flottaient doucement sur les aile
Lest gaUour peu que les choses fu sllen,ce "avers la \
, luir coni.nueot maicb.r du al 1 nui. L. Souvent a.
>.,., A-.rt nn.i*n.. .*.. mre Circ a/ec les troi
,'b"Se pect-'l qu'un mlange morel
d'argile terrestre exhale lenhinte-
ment divin de pareils accents ?
a
me
ils tlottaient doucement sur les ailes
du silence d travers la vote vide de
j'ai entenlu ma
_ trois S rnes
au milieu des Naiades aux robes de
(leurs, cueillant leurs herbes puissm-
tes et leurs poisons mortels, empor
ts par les chants l'irne captive dans
le bienh.u.eux Elyse, Sy.Ia p'.eu-
tait, les vagues aboyantes se lai-
saicnt ctteativcf, et la cruelle
A achtkr des timbrai poule Lha ybde mumurai. un dojx applau
uses illuiU. adiiSi'ia Mr ui^e.nencn:, mais un ravissement
fUXSlfttimprimtn du alUo si sacr tt si profond, une telle
ouragans
d
me train d'ici a quelques annes,
l'aspect du firmament puma de de-
venir singuliciemcn'. cun.-ux !...
G. DEPASSE
Oti Mmunde
Il lui fallait aussi un choix de lec-
lu es, des observations pondres et
une per eption exacte dans tout ce
qui lui paraissait favorable dans les
arts et les affaires. Toutes ces pr
cautions devaient prcder l'excution
de son projet. La pieuse et fervente
promesse de Milton laissait prvoir
le Paradis perdu. Son but s'explique
mais ne pouvait se justifier que par
le succs de l'entreprise.
Oi a pu constater, selon les som
maires des projets littraireidu pote
laisss en munusert au Trinity Col-
lge 1 CambriJge, que le sujet du
Parada perdu tait d'abord un inys-
t/r.piece de thtre i sujet rel'gieux,
o l'on faisait in.erveuir D u, les
Sam's, les anges, et les diables. La
ptce dbutait par .'jpparitioa de
SaUd sadresseant au So'eil.
( A suture )
L R. CHENET
2 fvrier. Le nouveau miniatr d'At
lernagoe Paris s'est rendra qui
d Orsay, juur remettre s* lettres de
orttnce a M. Milierand.aiioUtre des
AT mes trangres.
tUu; en raaut du grand perron par
M. de rouquires, directeur du nro
locole, M. Mayerfut introduit aussi
tt dans le caDiuet de M. Milierand
* qai il remit les lettre qui laccr
ditdnt anpij du uavernernent d
la Kepnbliuue en qualit de ministre
ciisig dalfdires.
A sa sortie.M. Mayer fut reconduit
avue le mme cimonial
L9 charg dairaires d A'iemaone"
docteur Mayer, si rendra pour auei
ques jours en Allemagne; pour le
rilemsnt de ses affaires prives
Au moment o il 8ori du cabinet
di M. Milierand. nou abordons M
Mayer et lui demandons de noua
donner sm impressions.
- Excusez-inoi, mais impossible
nous rpond il Je suis trop trop non
vellemeut srriv pour pouvoir dj
avoir des impressions de nias ma
situation esr extrmement dlicet et
vous coinj rendrez certainement h
r*Mons qui me forceut au silsnce-
Et sur ces mots, le charg d alla
res descendit prestemeut l'escalier
re-oo ta dans non auto tt rent a 41
rueraient k I-ainbassade d'Allecua
gu., Uuiit la porte resta close noue
tous les visiteurs in liscrecta. ^



Lt MA Tin
La Revue Bleue
,. -**-*+ -+m |-^,^<* *'*
Jamais l-ho de t hroniqueur
fOt plus difficile et le *enliu.e l du
devoir d'atnttl mis ptai croalle
preuve li ne i ui pas ueplane au;
perao maills emidblr.s heureuse
ieut aDOiiyiues / qui noua ont m\
t cne tele d\VMit-b.er C 000
avons va tiriler les acteurs de li
petiu) coin wie ii liiwoe-Si la Rvai
cepeudaut.ua pas eu tout le BUOCs
le Riaii-1 eucca attendu, ut ai pieu
a.uei l a tauat- de la leclame laid
uljui de ci t -neiutn . |ltU
taire. O i *va.t iioj promis. Cini
pas t excefcsive.nji.t mal, ce qui
nous a o ienrl, mais le reprocii'
1.11 a Villevaieix par lcritiqua liai
aie quand il tt rea l'auteur dis
FRIlEVfcftC? .revient ua uiellemeii
alcspiii. ,
beaucoup 'le scnes sont russies
La couple .aient do Mlle LU y a Dt
taire arrivai la Kevue juaqo' la no.
Ou a tu nie a I arlis e il *voir Coum
le m-;il.tur celle mme en pisti
tant, sur 1 air connu d'un H'.U cht:
te kkti$lr$,\*t hotaiieiis rimant ave.
vauriens, piupio a lieu . et d au
trs riiuis dam le mme geu o .
t-i^it lHnt auinueble. lu cuaiinauU
UftOuse, 11 la de leepih et uu bo>
go'. d'avoir pu en donner par soi
sourire et ses g cea aux p ssege.-
les pius i iilots de la fantaisie m
jour.
Un bon point tous les autns l(
teuis de la l'.evue Bleue Kl I i au
lear ou . aux auituis qui ont i.
vie probabl iinem un tiuvwi expdii
alai.a., plua dobaervation dni
reor t i ou haine picti Lobe vatioi
ogeudte i eepm,la biegue, l'uumoui
et ie bon gou .
li y a bien -.i utes ces qualil-.s daiu
la levue de Cioe Varitea, mais Ct
qualit!Mroni ilu^ marques dan
lu piuiliaine
L'EMULSION de SCOTT j
1--------------i
est un puissant aliment mdici- Aji (
nal qui par lui mme contiens I tous les lments ncessaires ^t (
( pour donner la sant et la force * '
i
io Mai
OUVELLS TRANGRES
A vendre chez
A. Boit
Ongle des mrs des Csars ei du
t&agatin de l'Etat.
CHOCOLAT en jolies ioi'ss it
2 W. du l //' de If2 lb.
kALttl\K i >i boite d'un lachti
l.vente i n gros tl iltluiH
POi&ON POUH RM rat-Bi-kit
tiiiule
l'AlUNK de marques diverses
Qoq, Cottam, Poule, boule Hougc
Au sujet des bru ls qui coure t
lisant que d\s soUa's et ma'i-s Ut a
;il onl o.cop Constantin -pie le
Times dit que le Cirdinal (.bbon^
fc James Grard et d'autres Amri-
cains notib'es dtmanieut que les
Turcssoient cbafii de Cautart'-J
iob!e et que 1 on concde une com
Dite auto.omte auxterriloires esm
pril entte Arraral et la mer.
Cette maniftstarioa de Principes)
le la part de? meilleurs lment d-s
Etats-Unis fbi appronva ^ar les Al-
lis mais dit le Timea nous ne vo-
vons aucune oflre d'aide la pat des
Elats-Unis.
Les Allis ajoutent le mme Journal
ne se conformeront pas i un plan qui
coterait des sacrifices en hommes
et en argent 1 moins qu'ils y soienv
obligs par une question de cons-
cience.
PARIS. U l'igaro1' publie d-hor-
rib'es dtails sur les crimes commis
par les Turcs aprs l'armistice.
c Le Matin tudie la question du
dsarmement et conseille l'adoption
Je mourez sevre 'ant donn que
tout ce qu'il ait possible de faire
sur le terrain d: la conciliation t
lut sans ljultat. Ce m ne lournal
du que Londres incline i changer dp
point de vue au sujet de la Turquie
se dcidant enfin en. faveur de 1 O:
cupi'ion de Constanthop'.e i cause
jes informations reues sur le; assis
sina's d'Armniens.
I.altitude de la Chambre Turque
est la formation d'un -b uet com-
plment nationaliste.
D'aprs le Temps la prparation
du trait avec la Turquie demande
'ail encore dix quinze jours. Ce
trait sera rdig de telle ficon ju'i-
nedonnera lieu .i aucun amenlement
i aucune dilticult. pour son xcu-
ion les allis n'auront besoin d#em
ployer aucune mesure coercitive.
PARIS. Le conseil supim a dci
d de convoquer I" Comit Elcutii
de la Ligue des X nions en Session
extraordinaiie le douze cotant afin
d'examiner s'il y lieu d'envoyer en
Russie "ne commission d'enqute.
PARIS A h confrence des am-
bassadeurs les dlgus Japonais onl
dclat reconnatre le gouvernement
armnien. La conlrence examina
la note allemande au suj t les clau
ses du t'au de Versailles concer
nar t l'aviatiOD.
Celte nots a t envoye i la com
"lition des atliires aronautiques.
La confrence apD'Ouve la texlede
la rponse i l'Allemagne sur la p o
leclion des d'plomales dns Us ter
ri otis soumis au jlb:s:ite.
LONDRES L'As'ociael press nu
b'ie un ndiogramm de Russie an
ncn;ant la procUm tion d'un nou
veau t/ir transcaucajifn. Oi ne don
ne sucun autre dtiil
BGRLl.V L>. minbire de la d
feue Noskl adonn l'ordre d arr
ter le prioe (oibtt:m Albrt le Prus
se cousin de IVx Kairer et iJu baron
Von Pialen ca re de Tpgressio-
donl fut \ictime samedi dernier i
l'htel AcTon la capitiine fraoai;
Rous'hevin tppirt nant i la missioi
interallie
LONDRES Un radiogramme d<
Russie a: nonce que les forces bo
chvistes attaquent les polonais el
les finlandais sur les tronts nord e
ouest, mais elles furent repouses.
dins une contre attaque les fi-ilar
dais ont rompu les lignes bolchvis
tes.
PARIS La presse dment qne 1>
gouvernement se propose de rtablir
la carte de pain
PARIS Le Secrtaire d'Etat t
l'aviation assista i l'inauguration dt
la ligne d'ari bus entre Paris et Lor
dres Le premier G oliath a conduit
quatorze pcss?gers le voyage s'es'
elTctu d une Jeon admirab'e
PARIS Le gouvernement franai |jquintre$ent les chosesco:nmuiute^
a envoy au conseil interall une ; Mariage
ncte demandant qu'on rende i la
F-tance les neut bcaux citernes al
lemands qui fe trouvent ac.uelle
ment aaus les ports anglais et que
l'Arg'eterr? relient sous le prtexte
qie la Standard Oil Co des Etat.'
L'nis allgue que cts navires lui ap
partiennen:
Faits Dive]
t-)HSKllVAT0lJ5PQl1
DU PETIT SEMINAIRE fi
COLIEGF. STMAh
Mercredi io Mars i,
Baromtre k
Ttmpiatare mttai
ua2>DiaJ
Moyenne diurne
Ciel gnrait ment clair
parfois.
Baron:re constant.
I- SCHERBt
La dernire de lt imn,
Parisiana, dimanche soir 14 Mari
son i?clat daman. Il y sera joui U d'
midie de Bourand l' Imprvu . *
Celle soire sera, nous l'atfirmoni u..
et de bon aloi. '
Entre gnrale 1 G. PUce rser*.
Le Moniteur
Le \o d'hier du Journal officiel bb-
8 Arrcte nommant des Commit
iSiUn
rer,|usqu aux prochaines lections, leT
co nmunes de Sic-Suzanne, Caracola
Avis Ministriels.
Circulaire du Secrtaire d'Etat fal
t du Commerce aux Administiatcurs dal
le la Rpublique.
Conseil d'Lta:. Sance du 2 Ma 1
Cour d'assises
Aujourd'hui se prsente devant la ;
ses le nomm Chrisca Merlus, iccwi]
d'argent et de bijoux au prjudice des
ltrandt.
Le tribunal est ainsi form: le j!
Monts, pisident, T. Anant, rambrittf
Km. Volel, prsident du jury. Me B, m
est au sige de la dienie.
Naissance
Les lipoux Coriolm ont eu la "oie de m
luenter leur tamille d'un g.ir^on : Paii/T
Bulletin du Cunseil
Communal des 1
Nous avons reu un exemplaire dt il
ment .;ui comporte la Kfition du Mjgii|
Fougre du 1er >vnl .m ;o Septembre.
Nous en recommandons la lecture i I
Justin Dominique, noue distingu coud]
rai .1 Kingston, avec Mellc Alice ,Min
la bndiction nuptiale a t donne i
veau couple le :ts Fvrier dernier et k\
Jrale de Kingston.
Tous nos compliments.
Ptisserie
suprieure
Mme Georges Louis Miche.
Hue di l'E'jlxte St'Marc
MONSIEUR
Fterue des Elgancestda\
manires et de tout ce qui m
Monsieur
S'adresser au Bureau d\
85 FEUILLETON DU tMATIN
Judex '
GRAND ROMAN
Pai
a m ni n n E B .v /i d e
(Film par !.. Keuillade)
CKNOI'II.ME PISODE
t h; ICOOLff TRAGIQUE
V (Suite)
Lo Justicier peut, venir"
mme dans
forua il
laisser lOftfbtr ;i terra, l'aventurire
Cocntnari a enlever ses vtements.
H'iuiitit feulement uu maillot de
cor,>8 qu'elle avait l'Habitude de por
poQoin
Uoraiaqol dans une attitude toute'sVat jet genoux pour implorer 1 parti, elle ne songea plua qu sexe re cette occasion se pr
d'effacement craintif et douloureux, do moi un parieti que je n'ai pas cutr. Tout en continuant a geindre elle plu, tt que vous ne le
l'tait retir dana l'angle le plus oh- cru devoir lui refuser et qi enfin il je a sati^ oter, teignant
enr de la pice; puis il approclr* d^ m'a donn une preuve de si sinc.'n I force d m 1 m'
la jeune femme un llacon en argent t, en restante veiller aurce'tr mal-
cisel qui conleuail un puissant r.'1- henreuae et empchant cetu gueuse
vilsif- Blaott, une lgre coloration ; que t I) nna Mon i de s'enfuir-
e rpandit sur le vit-age do l'ifor -O est elle? ioterrogoa pre
tune. dont la respiration se ftt . ment ludex tout an dviaaaaani de,ter et ^ui a mit, en loccunence.rera
U fois plus forte et ploi rgali-e. aon regard scrutateur Morales quijplacera merveille 1 i classique cos-
Set lvres a'agititot d'un imper avait tout de sui'e compris qu'il
ceptible fimisamient, Bes peupl tait en face d'une de es forces; Alors., aptes
tes s'entr'ouvrireiit, et ses yeux tout auxquels rien ne rsiote.
hagards errrent lentement autour Dsignant la porta du
d'elle.
Eut elle le temps d'apercevoir Ju
veriou,
.ludex, apraf avoir sn ivreu
.miient 1 main de KoRer, qoitii
Mea sou'or:aio 11 gHRna ht Stine..
1 Mpntar.t da:vs qjq rapide car.ot ou-
torncbil', am^fr i BO ponton ai
bid de la rive, mit lui-m^me U
moteur eu inrcln> et | arti'. dtscei
lsnt la Siiiedans la tiirection di
moulin ilts SablODfJ ion il n'tait
loign que le qaalqnaa kilomtres.
L tii.b. rcatioii que Judex condui
pajt avec beaucoup d'aisance gliaaaii
rapidimtnt sur le Meuve., au milieu
de cet admirable pavaaga no'oflff
l'une dcsp'.iif helleBvaileadeFicnce
le iaallcier songeait
- Voil dtj deux fois juue Jac-
qq'tlli est tauvCe, la pit-unie fil
iisr de* erlai '.w, la st coi ue par 11
vidillarJ. fi non jomt paice que ji
1m vou'u, mail parce que le btard
a'o aat mle-
c Cette lois, j'y wii^ b en dt'eid
quoiquil ai'iive, c'mUiai, et moi
ueul qui Vi itU-rai sur JacquoUne
\ Lorsqu'au l< ttitam le vieux moulin
lui apparut dt>na tout le layonne
ment d'un beau eoUnl d't, Index..
sentit son cur battre ia foi a d'ir
quitude et d'esprance. Vite il bai
ta tene, ainsrra non canr-t ui
arbre, et cour> t au moulin, c Kei
tean l'aller daii avfc uu-atieiice-
Tout de suie Jacqnliue, sans .mme arerceveu
dex qui, pench au dessus d'ell
mettait av^c une toxi tlgul son
rttour l'ex .s'ence 1 K'n ttiut cas
.'tte image dut certainement '>*
tomper autsitot dans la brume qui
tiv.'loppait sa (MLlfl encore en-
gourdie
Cependin', c}le dut avoir liuloi
tion que celait un protecteu1. un
uni qui lut tuprea d'a'\e, car ses
rails contractai se dtendiient en
une expression de srnil.. et len-
tement ses yeux se refermrent, non
nlus cette) fois sur la racrt.. mais
sur la vie-
Nous alions L'esaportiC tout de
suite, lit Judcx en s adresst I;lei
jatn.
Mail apercevant Morales, sur le-
quel la vue du mystrieux person
sage avait rroduit une impression
niense. il lit d'un ton d'autorit me
naante :
- C'est vous, n'est ce pas qui
iv /. enlev celte jeune (cume?
Morale?, couibant la fioi-l
avouait :
Oui, c'est moi.
llandit'
Mais Keijean, se plpant devant
lui rvlait sur un Ion du telle smei
tans quo le bra* vergeur du juat-
cier a'aifJ'.a :
C'est muii fils/
C'est mon lil-.. -t^'^r.e mauvaise
triim ' a entra n eu bord de l'abi
< JVjouifciai que 11 nttux de ses
Hubert Keijean rpliqua :
Elle est l/
Caiiimn Judex poussait le
Morales prvint ;
Prenons garde Elle est arme-
et pour se dfendre, elle est cajia-
ble de tcut
Judex eut un soutire ddaigneux,
et calme, impassible ouvrit la porte,
le grenier tait vide..
Diana avait disparu-
, .
C>tnrnent l'aventurire avait elje
lurne de bain.
avoir gradu, en
lib.le co^iitnneles mauifestdiions
grenier,'de sa douleur, elle se tut complte
meut et toui en vitant avec soin
le moiodrj uruit.elie s'eugagea dan
'a Tappe, atteignit avec uu adreas
inlinie l'une ues larges palette* iJt
u
U4
U roue du mouliui puis avec
cinene edarante, elle piqua uut,
(to dans le lleuve et nageant cnt[>
deux eaux, elle gagna lautre bdiM8
o elle se cacha par ui lus roseaNX*
..En constatant la fuite de Diana
ludex avait d'abord dirige sou re-
/ "d sd.i; ; junoux vers Moig!3
Mais celui-ci dsignant au uiiijeu de
ry*si a svrider de ce grenier ojla pice le vtements et les bottines
elle stmibla-t prise comme dans une de l'aventurire s'cria
sou'icire ? E .'e s est jete l'eau-
Il fallait pour cela, toute fon au- Cestvident.tecounaissaitJudex.
daceet iout.< sa hardiesse, dcuples Avec un accent de franchise qu1
par sou ardent dsir d chappera acheva de convaincre le justicier
cejitkier dont elle avait entendu le tils de Ker|ean poursuivait :
le vieux Keijean ani.oncer la pro- Je.n'*uiais j*rais pens cela
chlioc venue. U/ielle te-rih-e femme!., il va falloir
Comprenan qu'elle ne parviendrait veiller, monsieur., car elle est cap.
pas a lendrir Morae de tout, kt dito'VOai bien quv
vous alh /. avoir dsormais en lu
une ennemie qui ne iccuiera devan
nen pour se dfendre, et au besoin
pour vous t battre
Alors lucex mettant simplement
la main sur I paule do Itobeit, dit
du vieux Keijean :
une rapidit qui montrait de quel
esprit do dcision elle taii douea,
en mme temps qu'elle envis^yesit
la suit tion, tn avtit tiouv le d-
nourent.
Aucun 1 u'ip iiiyn d'vasion ne
s'olhail tlle que 'a trappe.
Celles, elle ibqua.t fort de se1 Vous voye* que j'avais raiso
bris?r Us oa ou de se noyer. de vous dire o'esprer
Mais la partit valait la peine qu on tCegircon md aemble sincre,
la joua Je le tu:s, monsieur, je vous le
S uq le comme une panthre en jure, iiiteiiuuipii vivement Morales.,
rrni' temoi qu'excell^ute nageuse .la n'ai qu un dsir : panoontrar I 00'
le doublo dung r qu'elle alliit co rir casiou ne le prouver mon pre
n'< tait utilement fait pour I arrter ainsi qu'a vous, mou.-itur-
He n'en mena nas une hsitation. l'au -tre, IL rgaatiquement
En attendant, js vous,
vo're pre Vous allez
accompagner. Mais retenez
Judex n'oub 1e pas plus ceux
servent que ceux qui le
t 11 sait punir aussi un
ment qu'il sait grandement
penser.
Monsieur, affirmait
dvec un profond respect.
que vous aurez en mai le plat
et le plus dvoue des servi
je l'espre
Et moi, lit le vieux K
&'en porte garant., car 1
non tils manquait son
je nat pas vous, monaienr
riez s. le chtier, ce serait moi
Fore., vous n aurez pu m
devoir, lit Uobert en pria
nains du vieillard et en let
i ses lvres
Judex qui tait revenu
une et l'avait enveloppa .
manteau, l'emportait lustre*
eanot.. suivi de Kerjeaa st ]
dis.
Avec mille prcautions, I
lait dans l'embaication lij"
ne qui. maintenant serabW.
neut reposer., et bientt..
le Boleil commenait d
1 horizon, le canot s'loigna
ueut dana la direction as
itjuge.. traver- es iublifl_
Je uaiure.. dans ls P**
l'one de ces fins de joun"J
uausea qui semblent Isocrj
tociin sur les tres et suri
une part du bouhdur rsyonor
dllea taient magoiliqu.ioeo'
Bientt, le frle esquit ne
qu'un point noir l bas- Vm
Alora Dana Monti rerarat
lea roaeaux.. A uouveiu,r
a la nage., regagna a
tcdgique.- et se rhabili"
meut dans le greaier.. roa
- la fen je d'o l'on P08.
ci ia. t.s et iepciiu:.t de ses fautes, il/ Du moment qu'elle avait pril ton l'homoae U cape uoire, oui, peut
m
tempier le splendide P;JJ
ia Sem et iixa.-t ots""-^
son regard de tum* "
*


It. IA11N
JSS *
10 Mars
], dt%* Bapoutuiva
...rrttit le tour de de cotn-
B Hltr Lfuis Cbciubin ttcaiulle
IP'Vin Ils ",en "ctusa d-Y0l
P laaaei tu action au pr |ktt '". MU1e TUroma Mercerou.
'"Un eilres "". ap.iueg
L Alviv-to.1 files- beb
ft&UcemdaiMUMira orbites
nfcte en dfit de aa preoci e
IScriuie.lapiUdelau.i.toiie.
*Sitntbeu 4ue aea loura aoo
i ai-LS
,..il!e Duvelcin lui un rcidiviste
J.r,et ul'u- *>t eux ^' cldl-
rl un via^e d uu 00ir llac^"
i.eteleiit cniz lui lame d un m
Jji^ciaioiuioe-Ueaucouii g au lace
Lde sang fttu^ .
Aines i formation du Jury par le
LmWo.'J'au Zpliir. ou pa*ae
Ejuta^'mnt auxuna.. pariiou-
i, Le miuietie public aie Mal-
Irbe l'rpiguau aouiiiit l accu btion
j-iDoeiBil're- Apies ce piluui
L,te M iuiea a tour de lle posent
Ljuiestioiia aux accises qui ae
guuefliatni aiumai veinent- Mais,
tnfuern.nda juse doyeu Cuoj-
dttouvi z vjut, i voques de la
w, u,us nouvel dam lia parages
,llif,jsaiii? U- la a ez Vl-U8 'a:'*
[ i.Vom/ap rapouiuit'e rtpon-
Bot les iccuef. l'ou 1 auditoire
-*UUUii bibijU eclut de lut.. Ls
Cocat de i dilcnbe Me Mont ito-
(rUtjeauii Itaili.'l Mclse ayer
uildekuuuitux a laite la lutuiic
.les UepctMoijs o l'aie t? ApiCB
jji d un ;ma. t dlituiepace miiii
l'iuition ucb i-.uioiu.-, le j ge
En ouvre Us dtba s gL aux.
J Le inia re pLblicchaige.il re
loieitau Juiy la ioi.oati.iid ion dts
cuees qu'eu fout qudUe Ue rcidx
\a oitdtj connu la piifcon puur
lime ae vil La dtlei.fce i pi ijuu
il'oigtne de Aie Uapiiiel Mcue o.
ihltl bt|i Ul.. l'Ulb ici qutbiiOtii
DiuaihfcB bu piesiteut ou Juiy
Uejeao. i-'.n cfopii u touitb le.-.
Iltcon id.'.auui.s apt-utteib dani-
urpiBiuonie put Us avocat, le
iy ittoun.0 ue ta cliuLubie de du
lliuou avec un veioici Ut culpufri
recui.iibithi.i.. touie lois ai en
UUliCtti aULi.tic.iii.-> ni i .et..
i bLiute.-. Licluie t-- Ouiii.ee c\
lUbUiliCS Utfc li M.,lal> UU VeiUlCl.
i (Lituanie j 11' i ttquittl lontle
h lapLlIUtlun Ois ai nous J2-'/.
lia tiiUc peua.. Le ju^c Uuyin
dbiLe Louis LiiLiub.ii el Catulle
VtalUU d LklU Ul.i.iLR Ueiupt'iOU
jtwtiu les peuneiunt Ue beat licier
l avhuiugta accorde par la Lti
pioaabt. .Mes ii. jeau el Mciae au
de l'huiuai lie nieiviejneat,
ivamtu,eijt bupies ou juge eu
pwr de foutu clitii s de Lbiiub.n
tout la pauvio petit mouboud.-
coudauiijea soin acbeinuies a la
tooad'biii on Us von patter la
itqoa. bura lex, sed...
Ibtuiaiu atia tuteuaue l'ellaire dt
ffcuauiSeibi, accuse de \oi avec
Jj*l*deei elliaciluu.
IHa Ctanauau Htgulus occuiera 'e
tc-delaotltLse.
CUIRASSEZ VOUS! '
CUIRASSEZ
votiv Gorge, vos Bronches,
i vos Poumons en les dfendant,]
en les prservant
par l'tntiMpsie volatile des
(Pastilles VALDAl
contre les danger; du Froid,
de l'Humidit, dei Poussires,
des Microbes.
PoiR S016IER EFFICACEMENT
Rhumes, Maux de Gorge,
Bronchites, Grippe, etc.
EMPLOYEZ LES
Pastilles VALDA
Temde rcspuable a*i.t isei.tique
Mais il faut avoir soin
(f bien employer les
Pastilles VLDA
VRITABLES
SEULES RFLLEMEli LFFICACES
MM uniquement en BOITES
portant le nom
val,:
Messe ae Requit m
Le llt nndPr Supa uu>,/.
Pire du St-EprU it te iQnw u
l'Asicciuiiun amicale du aucun
bive* h Anus au felu-i>em\ha\
re Loltge aint Martial, tous i
haut patronage el la prsidence a
Ha bi uhdcur Mometgneut i> rJt
vque dt Porto l'iinajunl chai
1er, le Vewxredl 12 Itari a 7 //l
trs priites,en la Bmilique 'o(r<
Uame, une metee wlenntlledt tu
quicin.tn mmoire det victime u
iuui tpcialemtnt ue tgr Jaiavei,
et des autres metnbresde la cougi,
ijajtun au ai Esprit, u-* rumort d*
il atspaus le iZjanvier \'JJU,at
latye dnie de lie, dans le hau
/raye de fAfrique,
Lu auutemi a celle crmonie
le i.uOuc uvnneia a la IjDnyrji.
tiunau bt Lsynt et aie* ouvrit
un nouveau a prcUun ttniutym.
ge eeyuipeutiie>
On t6* cotUtulcmenl pri Ue ton
siatixi ie pitttni uns comwttunt
invita wn.
~i n">-i" -
Rexnerciment
P l*tra.at avait piise, elle mur
d'oue voix cifBante .
'S,M ,Mo'ii n'a pas d.t ion
tr mo!.'
fn du cinquime pisode
( A suhre)
Monuour Lonce FHl Aim il
les autre membres de l lamiili
reine tient Kucreuieat le corn*
intrcei tous leurs aiuisoe la i u-
pilule et de la Province, qui leui
oui donn un nouveau litieigua
ge i f sympalkie e; ae ceiiidr.
non eu asiiataut la men solei.
nelle de lioui de Tan qui a fie
chautele endiedili/ducOurani,
en la basilique Natit-Dume, la
mmoire de leur regrett! Vient
Fils-him at btanais Attgusti
Fils Aim, cacdes Ks iU et Zk l
viir do l'anne den.ire.
listes ptient de croire letu
profonde gi al tMde ainsi qu'l leur
vive recouuaiasunee.
hommes
hommes
A- de Malt is & Co
viennent d'arriver d'Italie:
P^nhes blanches plis pour
r*iHhi s cou leur* xphir pour
*Ma-coe8, toutes dimensions
Cravates* toutes nuances
| Parapluies
Chapeaux de laine
erHe en gros et dtail
Cercueils en tous genres
chez Guillaume Duchatellier
Graod.Rue No 2101
La Maison h
B. & N. Sada & Co
Grand*Rue et Une des ( sars
Wnt tir, recevoir ce? mardi Ltltses frai raines ;
S^Dnll blanc, anglais, gants homme montres Suisse, rveils, pen-
laieS) bluirtaux, lames (Jdette, jl melle par aune, lau^-'-cols, chemi-
settes /il d E osse, crawles, mouchoirt, jarretelles, bretelles, tuis
cigarettes, rubans, brosses dent*, brosses a tte, mouchoir soie,
-ravales noires a pince, broderie par paflttvt, chausselles franaises,
"Jiocolat Meunier.
Pharmacie F- SEJUIlfiM
Anale des Rues Roux et du Centre
2 Mdatfles d'arger;*. Exposition de Bruxelles /910
VI
Laboratoire de Chimie Mdicale j";
Droguerie, Produils chimiques et pharmaceutiques.
bpcialiis fiaoaiaee et amricaines.
^Prparation de outes ampoules mdicamenteuses strilises
et injectables.
Spcialits. Sium nvrosihenque simple et ferrugineux.
lodhydrarg/re. Srum ue ftiurard remplaant les paquets
rcalcitiaiits de Ferrier et de liob'm'
Il y a toujours en stock : Aeviofeihcose' Snop pectoral,
Elixir de Pensylvanie.
Dpositaire du PREVEMYL
Reprsentant des Laboratoires Terrial
lACTIFERM.Ferment lactique, coulre affections gastro-intes
nales et cutanes.
LW4RIXE,Spcifique del constipation.
Champagne
La 'aFnn L. PREJETZrfANX-AGGERHOLM arren par s'ea-
mer c Itatall du Champagne :
Charles Heidieck
La meilleure marque connue en Haiii, en eai-ses de 12|I et 24ff
bout, Got amricain,sec, demi-sce el Houx
Me Charles Ileid'ieck est 'ournifseur brev^'t? "de S. M. Georges V
Roi d'Angleterre; S, H Albert 1er, Roi des Belges; A II. Alphonse
Roi d'Espagne, ele etc.
GAETJENS & Co
Bue du Magasin de l'Etat
lies, P. 14 or les 100 i ivre
Tles P. 1.25, 1.7 it 2 or.
A la Tropicale
ItrandRue prs du tailleur Smitli
No I5323
Par le franais est ai riv I Elixir
enti-oplitalique contre les maladies
des Yeux.
En Stock chez Alphonse Hayner.
On tiouvera:articles pour cou-
lure, lingerie, bioderie, de la par-
fumerie, des corsets, des chaussu-
jies blanches pour hommes, des
chanes de montre, des tetius
franaises des articles pour dames.
Savons Lenox pour Lessive.
Untrouveia en outre les spcia-
lits suivantes : Tonique Oriental,
Trier pherous Excellents, llo-
rhinp, Pwder, Lininent Minaro
lus-eclive Emulsion Scott etc.
Vetrlc IJaUn. Colorite
IM"" '-________!I
Le conseil Communal
Porte la connaissance du pu
blic que. d'accord avec le Gouver
Dmenti il a dcid d'organiser
elle anne. l'occasion de la rte
Nationale de l'Indu s rie et du Tra
vail, une exposit on Agricole et (a
dustrielle.
En Vue d'assurer le succs de
celte Expo-ilion, le Conseil ton
munal imite ous eux qui dana
l'Anondissement de Po t au Pii*
ce s occupent d'Agnculiure et
d'Ind stri ,* se prparer.dsmam
leuaut, afin de pouvoir envoyer
leurs produits ds le t Aviii.
Des prix seront dcerns au.^
exposan/s.
Le local o se tiendra l'Exposi
lion sera dlign ultrieurement^
Le Magistrat Communal,
^_____________C. MAGLOlKfc-.
Sucs neufs et de
deuxime main
En vente chez
Ryan ScBarber Incl
175 "L I- DLMAliASJSDEL'E'IA'I
Parlex-vous
VAnglais ?
Lne excellenie occasion d'ap-
prendre mauier la langue an-
glaise avec une remarquable rapi-
dit dans vos moments uhrestche*
vous, en suivant notre cours pr-
par spcialement pour les per-
sonnes de langue franaise. Ecri-
ves pour demander des renseigne
meniscoiaplets.
Ihe Unwersal Institute
g. ) m W. ii)s st., A.- y. citu
A vendre
Pour cause de dpart un mo-
bilier l'tat neuf compos de :
1 salle n anger : 1 table, *t>
chslsse buffet,
mtultlts dd salon, bureau
Clumbie a conch*. r avec lus en
cuivre, un excellent piano-
Ensemble 01 sepaiment
S'adresser au bureau du Mai.*,
"- -
- ++ .
i


M MA II
:l
11 aririidc
Ali iriini-EwHd
MliTHI A. H.1HIS, IV G. Suc j
Fonce en 1850
Produits cl in! qiKS <$ rnnl-
Kujfs L'oins tl France el d'Ame
'QUP*
fittn Dct lifiice KcJini
Pat fi nu lierai aiflt 11 an ti
Petms' Ifrup Slow
Swceeaar m ALBERT!M KWaI D
stalishod 18B0
An c lit mi cV KitDfii PaterI Mej
tfcmra Prit rbatoicala ircm En
xre md 'le Haie*.
/n(>inn pfsuiclirns filles,
Ftcprfa - neric.'iii Perfumed
Toile W!piF.
Cfl il si Petros*
Pbsrmac? Graduate rf Temple
.liiv*isiiy, PLii, dclpliia, l'a.
OB
i
.1 /otier
ourses en ville k hors & la ville
Revus Illustrs et Vente te
.
/H*/s important
Je J'ublir. est inform que l-i
Yareit'sf tentationsIncorpon ted
n mu office trot itoire l\ ri au-
l'unie il 12 lii<( du l'a i'i\i\ <"
de, la comfagnie det ( bles Zfutr
tAitlavliquef. '
l\,i nu li u i S Mara Ift20.
Le piitidnt d in. IV u\cs 1 ton
intiont Inforporaled,
JohnA-MGHu&KD$t
Voyages l'intrteur
du pays.
our les provinces ei les
villes de Sto-Domingo :
uerto-Plata, Santiago
los Cafoalleros.
S'adresser
I ; in Grand Rw en Avnu C (! I VXtgi Uai/m Smitb, lahw
r....., r..,;,V .t., ia iiuo ireranii i uonre l'^:,.\^''r."^nn"e
I M il Kl') impure --"
>
de
LadicV Costuma
ceoU

Voyrz-.ous es bo"es Oames, vouKz-vons' re lgaa'.es cl
emarifs ton: me elles .'
/UfZ CHEZ
au

L
ixiia
HW, ni'n-""> miwjmw-'
i-r. y ^>*

0 u
lAlk
La maison Max IMo
jRitc tfu Magasin de VE'at
Par Icticamcr franais Caravelle s arriv ici le 15
lutii unt les articles suivant-
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et colon
. Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Pansphiks, mouchoirs de soie
cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
-.1' u>>
-.fc'M <*" *"
i. ii-it- f nnum
EDWARD M. iUPHEL & Go
New-York PorUiu Prince
Sials h Proi
<

ltap;)iel
m m i
Sue du Ma d$ /Etat ri Iravei rt
O vooa rouverez. It TISSUS U plus jolis et plusjntuveaux'
liUliA.NMfR (.las appropris et il un cboR rarr-
Il von dont.eiR m Ca-aloRu-i (J Mode et vous vendra le nairnd
aaiurera \uirp iol Corsets. l>.'s. formai de chapeaux, parfnmerips divpraea dtis meilii
rabiicaoai lomgue orbotal*. Tnroph*roua, Pommai" r.ooelle dei
l'oinmadu Kxcellento, Lotion UUGLNTfcl, aseurut:: la eiu btanrin
cl velout, remplsant les trmi>- w
t ne visi:e dans e'te Maiaoa et vos ennuis savoir ce que
vous devez porter, disj aiaissent-
.. m*mi . >.^,*6suv*Mrtfc- ,m ,,+------------ ii na
f?
mr Lug. Le BOSSE,
ayant dcid de se reli-
er du commerce d'au!
omobiles offre les occj
sions exceptionnelles!
suivantes ;
Un camion Chevrolet!
N\uf(l i\2 lonce) ilinar asoautomaii(|U3 or 2lrtO
Ji camion chssis pgaxter
2 tonnes n otfor Buick 4 cylindres or i "(X)
Un caircn chssis Maxfer
i it.u e moteur Clievro'el diuanage automatique J30Oi
lu lie liuick
5 psffgcjs 4cy)irdi (iinnrtge antorr;>lique secorle
leiie l'tat de oem 7U0[dollars.
Une Buick
prfs?gers C cylindres dmarragfl automatique seroi'lei
n oieur en parfait tat WO dollars
Une Limousine
7 | Jt'sruers Btlfk G cjlindirsiv.iriip ; neuf trs app^^'jj
uiriagefl c, i ecf plui le 3lK.il dcl prii de venu- \*-"n
Une Buick
G qiir.drcs 7 peiiacari, mo^cren partait tal l&l


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM