M *ftTi
Plarinacie
Allurfini-Ewald
1IJBTUL A. NTIIIS, 1. G. Suc
c ssrur
Fonde en 18E0 I
Pro-'uils cl irr'que* des mnl-'
irurfs (Jmri de FlBLCI et d'Ame
i que',
[i^nf r#l llfita KoliVl
'aili umejuiaise tij.rr.ei
fuie.
Flins' Ihvp Store
Sur cesser I A ILLKTUVI EWaLD
1 stabished 1850
Av friraitA'irtitrli PIcdI Me
dinr-rs Pest rbenicals fronu Eu
i(|f and ihe siates.
^n encan piseiiilirna filles,
Ficnrh & rcericcn Prt me:)
Toile Water*.
Oe il ai Pf Irus'
Pkatrmuv Gradua le of Temple
Uoivtraily, Philadelphla, Pa.
AUTOMOBILES
A louer
A via important
1 e Public est in orme que la
1 tirfttsl linUiunsIncorjoiolfl
n hn n firp fircvndre Put au-
/' iuie il12 Hue du Cf* i>e,k r c
i'h l1 riwij agi ie des ( blcs 1 n n-
futtlttii/i-efi.
h-,i nu rr.rxe j Me m | Le li idit.l de ta IV i<\ (S l'Un.
'niions In'orporQlctt
Courses en ville & hors k la
Voyages l'intrieiir
du pays.
Pour los provinces et les
villes de Slo-Domingo :
Puerto-Plala, Santiago
de los Caballeros.
Satire user
Chas. STEPHEN
IffO, Grand Une ru Avoue C ( I l vJage Maison Smiib, tailleur
n GaiftP fie la Hue T ic: a%se A la Lumire W*e (K-rre Avcnar
i*.--i.\ Jclrbone 856
Revue Illustre et Vente i
Patrons ie Mode
on
& Dilue |P)
ARTICLES FRANAIS
La maison Max Monsanto
lttc ifti Magasin de YE'at :
Var te steamer franais Car avilie i arriv ici le 15
courant les article suivante: }
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour daines et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et colon
Nappes|eoutils matelas -
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
cravates nuds et rgates assor-
tes, Gilets de flanelle. 4
fi
-OJ

m
(4
64t4
lie 94 tn 4fl
U ccoU -;
ix* ta H
8490
Voyz-voas ces belles Dj >8, voT z-vo'ii re lgn (
un chez 6m"""".'''
Paul E. Auxila
/"/e ./h Magsin de l'Hiat et Iravtrsiht -m
O vois trouverez Un TISSUS les plus jolis et n'iui n RU HA NS les plus a propris et d'un choix rare '"U8D(m|
Il \ous donnent on Catalogua de Mode et vous vendra In mJ
mutera \oire iobe une COUPE ircprccaLIr. p,u*
t otsets, brs, foimes de (liai eaux, paifumeries divri es du
labncan^; Ionique ciicn aie, Tr.roi he.ous, Pommade rnoeli
Pommade Lxcellento, Lotion I AUGtXTEE, asiuror.t la iain
et velout, rem^leant les cimt e- l eia'
l ne visi e dans ette Maison rt vos ennois avoir ce au
vous devez portt r, dieparaissect "
I-J*4j|
-
^
EDWARD M. UAPHIL & Co
New-York Portait Prince
' Spcialits il Produit
s
Raporel
Mr Eug. Le B0SS1
ayant dcid de ser
rer du commerce d'i
tomohiles offrelesoi
sions exceptionnell
suivantes
Un camion Chevrolj
KiUl'Cl l|2 loooe) (linanageautomaii(|U3 or 2110
Un camion chssis Manier 1
2 tonnes-n otfur Buick 4 cyhutres or l'OO 4
Un camion chssis Maxfer
i loiir.e moleur Clievio'el dmarrage auleinalique '0
liiie buick
5 pfWgtri 4 cylirdics dcrrriragean'cnitique ecot*'
icniise Tel .t de i (in 700 dollars
Une Buick
) prratgrrsl6 cyliodrei dmarrfg* aulomatique sitomP
n ottur i) partait tat 900 dollar*
Une Limousine
7 psVtegeri BcJtk 6 cjliodrr s remise neuftM'sappfJWj
.marifges etc. a co plue de yoco dcl prix de vente l-^'
Une Buick
6 cylindres 7 passager?, moleiren parfait tal /'** 1




PAGE 1

LE II ATI H Varits ci SOIB Judx S pieod s En r.*e g i. aie 2 0;) Entants 1A' MONSIEUR lu u\ ce qui intrew Monsieur S'adresser au Bureau du Ma 10 i " """ -ptiajhc consacrs XadmtrabU foi-ie dramatique Sbaktsb$an t Uue laitil a mon Shakespean poui honorer itartetei, les oeovrct de tout un ficel en une mas? 01 pierre ? Ou que es reliques sacre soient sauvegarde soui une pyramide constelle t Enfant chri de la Gloire, hritier de la Renommer Uu'as tu beoin d'un i Lible toio grilge de clbrit ? Vu as construi ion propre monument pour lterni en nous blouissant, taniis qui leo honl a des ar'ites ejsayaienl lentement leurs biuch?, tes o.uv j ai 1 ssnent aisment, et tous le ospriti sont profondment impres sionnes, en sivounnt le oracles sur les pags de ion livve prcieux puis notie motion ralentie, nous nous sommes ptrifis apri tari d elfo l de conc (ton. lit ensivcli avec tant dt pompe,que les rois vou d aient mourir pour reposer di > u tombeau semblable. .\Kme en des pomes dc >'. PARIS 9-Pour les rpar.tiois *l orcupatioa de a rive gau.h: du thin et sur tous les autres point?, la PfiBSt sut se rallitr aux vues de la m i jorit. Li confrence de Loidres fut convoque exc'usivemeat pour rgler la question turque,mais L'oyd Geo'ges pi>enta sub temml la ques lion c^tnom que europenne. NEW-YO: angoissante L'es normes silaires demands pa les ouvriers ne suffisent plus pour faire lice la chert de la vie. Dans les villes surtout on constate une p nurie d'aliments. Les paysans ne viven' pus aus i f cilem nt Vienne sur'out, les visages indiquent les so ffrince-, enJu-e.lecoidudeur d tramway: gagnent deux cents couronnes pat semaine ce que gi gagent les gouverneurs avant la gure ; par .ont e, un pain cotcinq couroanes et demi et les autres ali ne-nts sont a l'avenant. BARCBLONE Un hydravion pi lo'e par l'aviateur italien |anniro ar.iva Barcelone lien repartit ayant pacouru 930 kilo Htres en 5 h :s. PARIS.Le clbre comdien Baron d:da l'an de 83 -ns PARIS. L'intransigeant • dit que l'u lion dei syndicats communique ans note enregistrant li icpri.e du travl par les cheninoti et proies tan contre l'arrestation des ml lants et dclarant que si leur emprisonneu al continua t les ogan-satioipin ia r ej entrer ie;it en a.lioi pou >Sienir leur libra'ioa PARIS. Deschan 1 rtOtrl A Paris MILAN L'. gve gn aie; ter mine; le travail reprit partout BEKLlNLe Iuraal 0;:ie! dsTE > pire publie ui appel du procureu gnral sommt les personnes dont le a ) n est sur lu liste d'extradition de l'entente de lui faire connatre leur aires e actuelle immdiatimia* BERLIN La Presse N t onaliste ment ont campagae en faveur de H ndenburg pour sa candidature la -'lsidence de l'Allemagne: ZURICH Le Journal Suddestch /.-;tung de 11 imbourg dit que Von ilindenbufg acceptera la candidature si le parti nationaliste la lui offre. PARIS Le vapeur fipantil ToklS hiai Maru arrive de Yokohama avec sa p tente de sant ind qi nt qu-.I y ava,t 2500 cas d-intlue.i/.a i YO!;J him 1 1: i mr d? son dpt t. WASHINGTON. Ll dp rtement d'E .t intonne que Pancho Villa cap tara uu train de voyageurs pr de Chihuahua tuant 17 personnes et plusieurs voyageurs di commerce amricains qui (uieut dipouille;. PARIS — Un assure quaux euv ; oas de C n tntiuople il y a 4} oor soldats sous les srmes, les allis n'y ont que 20010 hommrs 5eulemen' la disproportion tait rrairdre un choc tant donn les inlentions de* Allis*en (Turquie. LONDRES Llovi G o g*s Vclarc que l'Angl tetrejn'a j imais eu 1 intec t'on d venire les Bermudes. LONDRES. Durant ces derniermois on a dbirqu dans les ror> le la Mditerrane 40 rrillion* di liv es de sucre de carne fibriuu au lapon. MADRID Le ministre de h rrariue L'ami-al Flores a dmissionn. PARIS. 11 est question d'envoyer une commisuon Berlin pour traiter des indemnits dues par l'Allenigne iai Espagnols lss dans leurs \oUr's pir les ag'S c emeDti des allemands pardi .t la guerre. La Digue des Malheur Hier mirai •• Miri 19*), les IngBniann Dienl ' T. Prie oit t toiagqri dns la P ainn d • I Arc iiaie, gfletion des VoiM. lai l'rtvanx I* r'f ction de II Digne d s M iiaux. Ds lundi prochain, aoua la lirection du jeune Ingloieor Geor gos. les chentiera laroot ouverts e d'ici peu les quin/.e habitaMons d-VJS, privaa d-puis la daa'factiop do cet ouvrage d''' 1 d^s bienfaits i T rriKtion,vcnt enli rprendre leurs ancienne splendeur de jadis. Toi'jours (Is l bonne besogne, sa>n brnit ni tambour,<|ue MM. Roy et 1 ayler poursuivent sans relche a gran le sa iefaction d=.. patriotes qui rclamant des faits et non des rilci T. de PO Mouvement Maritime LA Steamer Panama est at Ion lu ici iU rai t. La steamer iGaatili de la G GTi laisse C soir .' heures pour Pot le Paix GapHaitiio, Puerto PlitiJ Sinchaz, San Juan de Por 0 Ui;uet le HavreFaits Di V p f METEO ROLo?. OU PETIT SEMIMAIIŒ UE COLLEGE STu. Ttmpratare Moyenne diurne Ctel clair jour tt nui, Biiomtre lgre nent" e k Ii>CHE8 ER b La fte d'hier srieuseneat turc de leurs champs. 84 FEUILLETON DU MATIN a Judex QR4ND ItOMAN Pai A II i II i Il /•' R -V /•. /) i' (Kilm par L. l-'euillade ) CINQUIME PISODE ^jt MOULIN TRAGIQUE V (Suite) Le Justicier peut venir — IIOIl '•• Mora!.' suppliait l'aventuiiora avec 'Jea nng'ote vraii ou factioea.. c'est ma 1 r.tm fiche, ce que tu tais'l., soni/e t|u'il y a quel qoei hearei A peine, tu me tenait encoredaoe tel bras, lu te R'isais *1e mes baitari.. ta me puais tpiu tu tais prl tout tacnli r, mou ur un bi soin pour moi — J'tais l'oul — Ouvre-moi. j) t'o coniore.. Ne raa livre pas, toi, mou amant., toi que j a m • — Allons donc! — oji, qai l'aime encore, i .us que je suis IOQ,Oun p:i lo a m'eut a i %  avec toi. l(J i. m0:1 nntnt. Ne ni uvrt pu %  ce jitticier myitritai tjtnl noud a IIIBIICC< S S ton | en Kt comme Morales, fort do son itptntir rcent et dcidti toutler en lui tojt jamais la pasuon qui l'avait entraue si lias, i/ardeit un tsilence glacial et mprisant, Diana Mon 1. f. appant contre a porte, continuait implorer : — Ouvre-moi |e 1 en supp'ie! Non, •e nVst pas possible que tu me tia Incise ainsi. Ces gens sont capables lie me tuar G'eat aiireux I Puisque je te jure que je n*) t-iai aucun mal ce te teuimi Je t'ai nloi qu'un dsir ; m eu aler.. loin tie* loin e v c toi • *i tu le %el \ .. avec toi seul c Piti., pour ton amie., pour la temme qi;o tu a? adore, que tu adores encore., car je le sens, js le devine, tu es encoro et tu seras oujours moi> &f Tu n'ose? pas m'ouvrir. pareeqm tu a' por rpia je ne to ressaisisse c Tu treuil 'es la pense qu levant mes larm g. tu risque* de l'attendiir Pt de m irqoi r au sn mant lut vient de l'arracher ton pore1 Et quand cela seiait, mon pauvre Mora .' refaioui, libres de nous aimeren sa' t notre vie Mora, Mora mon ami. amant. Et comme le lils de Kerjean s'obs tinsit dans son silance.raveaiuriio s'cria avec un accent vraiment dtse pr — Tune me rponds pas, C'est, poavao eble! lit Morali qui s'tait eloi^n^ de 1.1 porta tint ii craignait que rapri*, subjugu, vaincu par la voix fiscina In me sauvant, ne serait-3e pis uice, il ne lui vint la tentation af 0 sauver .oi m tune il'reuse de dlivrer Diana, entendit le |eboir lourdement toi I? n'anclier Comme des ai* tonlta, accompn^ns do | laintes douloureuse s s'levuiont du grenier, Morales s'1 i.n eilet, rilcliis Qatlla se a brnit qna l'ait uu corps ^n se laissant dsormais la vie ? t Tu devras te cacher., t'expatrie? >u tu serai oblig de te livrer toi mme la justicet Tii veux donc *o faire arrter, loigna encore, se bouchant les oreilpasser les plus belles annes d 'on les pour tacher de ne plus entendre,' existence entre les iju^tre ni'iis car il avait compris que 3a passion l une piison. ou t'en aller mourir n'tait pas tout fait morts et que dans quelque colonie malsaine loin s'il cdait sa matresse, s'il la revo Ir tout, loin de moi., qui | mon v ail ne ft-ce que quelques ^econJes, tour puis prte 1110 sacritisr entiil tait urcindiabkmfiit perdur mont ton konlic-ui? Malgr cela il so s-ntait remu en Mo'a, Mora, non il n'est pis entendant c^s sanglot dt navrance possible que lu ne m'enten 1--S pas, qil ae ftitai*Bl l M il'il an ii'u* d que tu restes insensible DM sasp^ran s et di plus en plus faibles; i'ii.'es, iudis n aeito'i d'absorber actiere t Nous avons quelque argent dtment ea pens e en cette pune fem vant nous., et nous pouvons encore me, en .a liile du banquier Favraut, uer gros parti de la lot re du baron comme il l'appelai', et qui, dans la • llirgnai*. dix. ving',cinquarde chambre abandonne du vieux tuou ranca peaUtrt* lin, tendue sur ce bine., toujours %  . vac cela nous partions po i" i m mobile., s'3 chaveux duoa-* l'tranger. N lusaommea Intelligent*, jaatour do sa tta de madone andor Nous travail ei0113. !me. semb'ait dj ne plus ippartl a Ta veux redevenir bonnets'? Eu mr la terra bien, je le veux, moi aussi car je le teconnaii prsent, c'est toi qui us raison* I c Va, en qielqoei miontaa, je viens a rllscbir ornallement, aaga* lievreuses. tramblantas; mai t — Si elle ait morte ? Il s'est prodoit uu grand change E' tou de laite il aongea m nt an Tioi,. le reconaaia que |ai eu toit d'tre si arnhuieuset Laa millions de Favraut m avaied rendu fol*. •'^Mais maintctiRt eut m'tst gal/ cni de Jacquelin ••. notant pas la pourra que ta me reetai.. pourvo tojcber.. tait il avait p'ur de sent r que r.ou feoyo.n t.b ;s tous d--i x, une main glace., mais cherchant a Alors une crainte terrible angoissa soudain cette ne nouvellement rgnre, se traduisant par ces mots to'iibiut lentement de ses lvrii — A 1 tait que Diana j aurais con tribu lassa^einei.' Comorentpl m'ont encora.'io.to %! endue de sa labat, il so nppro voir si elle respirait., guettant avac I avidit le moindre souffle qui s'exa mon lerait de se3 I.-VI • %  %  Ah qua n'eiV.il donn pour qu'elle rouvrit ls yeux pour qu'il pt lui. dire le premir — ltaesursz-vou8. je na vous veux i plus aucun mal., c'est moi au con{ traire qui vous pro'ge et qui voaij grdel t Mais rien., aucun s'gne d) vie. La prostration complte., absolu- le nant peut-'.re. A'ore, ircaoable de miiriser la doaleur que lui eenaeiaii ie< re-j morde tardifs et sa boni* d lui, mme, Itobert Kerjean se laissa fora, ber genoux auprs de Jacqueline. '. Puis, s'enhardissant, il saisit dou cernent la main de la j >une fem ne et la garda dans les siennes. Bientt, il lui sembla qu'elle ee r-'cliaullait. C'tait donc qo le sang n'avait pas c-ss de circuler tout fut daoi ce pauvre corps pantelant iianiin*. N'tait.00 pas une illusion? Non. Car Morales seatit bientt quelques p Isations lgres, in ter mittantei. Eli' tat donc vivante, vivante.. 0.1 pourrait doni chercher la sau ver., on la %  avertit. Et ce m Ira-ureux.. ce dvy^ qui bien dir'g, et fait un brag' garon, un honnte horn.ne, senti' %  00 cœur %  attendrir la premire joie vraiment pure, qui, depuis son enfance, avai*. fait battre son cœur Avec une sor e de ferveur, il go ta la douceur d une rnovation tai dive, mais po3s ble.. Il go crut, il se vit sauv.. Il ne pensa plus au mal qu'il avait caus que pour l'ex:rer et q 10 pour le maudire. Et tandis rjM I s plai.t^s d 1 Diana sapais dent uans I enveloppement d'un inystlieux si'eni' %  Morales, demeur gnons d -vaut |a queline, gardait sa raain dais U sienne, l imp'.oran d un regard poigiant et qui semblait d mande grce. C' fut ainsi que le vieax Kerjean leboiva quand il rpart dais la chambre tragique. U le regarda un instant avec i expression de jo e intense a 1 fonde— Oui, 89 dp -il, rassur.. Hj raison d'avoir coniiiaiseo lai i Ses yux ne pouvaient pal tir Quand ila ont pleur il ml bl que c tat nt les yeux dni S apercevant seulenenl da m sence de eon pre, llobertun et le fixant bien il lui dit; — Main enant, mon pre.. W tranqu le. Le j isticier peutTir l'attends/ Judex venait peine dit Cha'eau-llouge.. et d'appre sou Irre que, croyant avoir i vert une piste, il allait alaoe rourauite du ravisseur deJaci I )rque la aennerie du tlpno isntit. — All., all!., disait U Kerjean., Venez vito au Sablons, vous y trouverez m Favraut. „L Telle tait la communiciuoij t'onn Ue que h b'gnardeir ion maitre. Judcx eut dans les yeuxw' ne nent d allgresse. Prudemment, au lieudeaw das dtail',il ra:crochlerW Je me doutais tun-M 1 -'tte malheureuse n'tait m li:i.. Marie Verdier.. p'*! nat ce moulin. J Et reconstituant tout de PJ %  a lumineuse intelligence, MJl tel qu'il s'tait droul, UJJJ 1 indignation la plus terriD.^ sur son visag, il ajouta : ^J Cette femma et 10a J rsolus l'assassiner, IWJ1 porte l.all i de se d barru! tacilemant do son cdivre. i Les misrables !jeipJl cotte lois ils ne m clupP* J Et ce brave Ke.'jeaol serais peut-tre arriv w Ahl frre, vois-'u. cala P 0 ^ heur d'tre gnreux MJJ^ Car il n'y a pas une fflioa'et j'ai hte Rtf Ue la revor, H*V t Peat-tre!.



PAGE 1

ir VAIN k deMattds & o tiennent d'arriver dItalie: hg/miie blanches plhpour hommes L em i$ts couleurs kphir \ ottr homm s faux-cols, toute* dimensions^! t Cravates* toutes nuances Q Parapluies [ Chapeaux de laine Vente en gros et dtail 9 Mais jMicoirpru i sr devant le jarj Mloio:ine Jcseph. accuse u i domtstique u pifjucJice d croei BeuBean ei Abel Lger, L tafek'ouxre 10 heures pKciiei o.tii tel* la pie-8idei.ee du de Ai cuite MOI.IBS. Me Tint loi. JILI tubsitut du ComiriH8Bii' focu'verniœent occupe lo sifct l'iccuialion et Me Fernant Leto\ |u de la dfensel'iccui e peine ge de 2i ai. [iiiiieaui ta .-tle itbile a 1> ptroirtia fonce, des >ecx qt ||.n per inai8nta des lu. ers ire ti lurlaud.toiri'. Llie-isl It^ \r. ide la ptyanne avtc eou l'a o Jœtdrap, Les six mois de den lopivtiitive n'eut pas 0( ait so ii moment o le doyen U< c ai e la sance 1 un 1 .mu t c luit ; e juif Hercule Lan ns ta.. ^tnaniK' et y elliu \oi icclieuhe. l'a* de tiace. V'ei ke heuies tt d me lo mystiiieu •piarait tu etuil du inLuua liouota exe ii I L. i IOI.B qti tradi Itleblmede,! ouii uni Apitsui nei.ininifciia.iui. de la puit G le jure 11. Li.her.3 gagne t ta d rendu ne tenante par riiouortble doye ite la demanie du dlenteu poursuit les pi tMirnineires. l'iui [questions l'accuse qui rpen uue bonne contenance. Vu: (arrive aux dbats gnrtuz. L litlie publie Me i Million Agnai. lea circonsiauets du vc Douait Uoiioruie Joseph coinu mit l'ut sa culpae lue. Me h 1 Leroy p< essuie a suri tuur tl i piaido ne bitn uou rie et inte. eol conduite ia dUn^e de i h u tque le Jury i assumer la responsabiin o immr 1 accuse, ui na le puI accusateur brille, per sou al a.a laudierce. la paitie pijalemeiit.. Il rappelle b. H considration en favcui ente. Le doyen du tribu la peroraissu e Me Lero 'leadeban geniaux et itm Matiou Mr uciave Une* Ment du Jury. "Tes avoir dlibr pendant pic. quart d'heure, le Jury reiouin.ou verdict icoonnai-sant i Mtaucedu l'ait tt la culpcbilii liuoorine Jesepti tout eu adme "ta circonstances aUfnuati es i "lorila. Le ministre pub.ic co. !" o emprisonnement de cm le doyen trois mois. M< MM de ^ 0U1 Honoune Jo iierjniice ue lu loi Lespiuasse twneeitiujtetii I.Uit sur I. A vendre i C r U i r i? Use ed#pailt.n i i. l6lal "tiii compos, i salle ; a „. h a g*. mopoift de : 1 li ble. i flbtffet, P^re4 corn h. avec Ji'i f; n e ,\ Cel %  '-t Piano /'•seuibh oi [Cesser au" sepaiment ureau du Alait/i 'i detu nide Jf! ,Aer f timbres pom WlXlmjrimerie du Vt 4 tia v-baD(|euient d'adresse La Mail ODaVic cent G. Makoul le la rue Ti a verrire est Iraoaf* ie l'angle des ries Csars tl Msgaz'U de l'Ei-ii dans l'ancienne -ni ison la nu i lie. La Maison vend de la gszolDC u gros ei (n dtail. Parle 8*vou V Anglais % i Uue excellenie occakiDO d'p* ^rendre iiiatior la langue an{laiseaVec une reiliaQuaiile raj > li e danavofl momenia Iibreaicu uus, tu suivant noire tM ; telle pour Santiago de Cuba . rCiogl ou (Janiaiijue), par la In t elle Vcla a.o Se, sel ont lerain leniciii jeudi, il du couiaiit. a i taures oie l'apra midi. I es dpches peur Santiago oJ n nui ath tiaolele endredi 27du coarenj. •n la BaMlique Netre-Dame, a 1< nmoire de leurs regretla l'an* •'ilt-btm at /* t a nais ugutU ds Ai'twti, dcods les il) et i) l .ri r do l'anne deiiiiore. Ils les plient de c: t ire liui irofondegralitide insi.qu leui /ive recoumhsai.ce. Cercle Port-uu-Prittch>n M Mles merrbres, leurs f m s t t les lubuus du Cercle ;o vlta i -'e runir au Cercle demaii )irjeud ; i l'o:casion d< la Mi C me. sins r Le Ccmi' BAZAR MTROPOLITAIN Maison tic confiance. P-stoires poui lui e ,40 60 Carne's eu leuille dtache 2U,ft i or Ci rnt'i rorbe 08 a 0,22 or i*aper t col.er "oO O or Boi.e pote cra^ou O.l or Lia y ou Oill.l^or liasoirs de siareles 0 40 o,*5o or Vaseline t,S a 12 or l'oudic TaL (j \l 0 .'55 Or SaNOti lunette oU6035or Williams Colgate* Armoui^ Woodburys PalmoHves -j Macaroni Fdral )[paquels de i|2 lire Fromage Eikhorn 1 6 qualits Fromage gruyre Toile drap de iH) de larg. !H* La Maison D'U Mont-Liban D. & N. Sada & Co Grand?Rue cQfiue des Csars V eut pciahts. —Srum r.vitsihnique simple et ferrugineux.— lodhydrarg/re. Srum oe Horard remplaaut 1er paqueia racalciiianta de re.iier et ue /iobiu* 11 y a toujouis en stock : Aavicsthcose' Sirop pectoral, Elixir de Pensylvanie. ^Dpositaire du PREVESTYL Reprsentant des Laboratoires Terrial LACTIFLRM.— Ferment lactique, coiilre aMections gastro-int.es nales et cutanes. LW4RINE,—Spcifique de la constipation. A vendre chez A. Lolt angle des rues .O) Docteurs des plus roiosnta is le premier Otcon, lea malades entent renatre tu i'44 uue ileiiouttll* Ranime des [Deux Mondes 1 S,Rut de l'bnnerut\ Pans. SOMMAIRE DE LA 1VRAISON Le Chemin du ia.cl — I ne O.et if — Sixime pai'.ie Henri L&vtdaa -e l'Acadmie fit n; te. Le Rhin libre, Ke Piron La ruine d la Hrrfrli'atioa ant que — II I a crise du illc sik'e Gu 1. Iiro. IM n.tii'. Ma cjpt.vit en Allemagne — Il Henri Puenne de Hntiiul, Hisxiie de deux un om mal assor ties Msiit Louise Pailleron. la cioirade de Saloriquc — II .1 icquea Aacel Kcvte dram:tiqur, une vagoe d'Ia ttrnaiionalisme au thtre Ren DJII tnic de l'Acadmie fianiise. Revue scientifique — Amas stel laiies tt nbuleuses, Chailes Nord nanti, Mr le mrchal loch l'Acaimie traraise Htniy Uidou. Chronique de la quio/une — Ht :oire Politique Andr C.haunaeix. PRIX DE LABONNFMENT Un an Six mtk Trou mis i'aris, Srinc, S iie-ct-Oi>c 60 Ir. ;i lr. i(, fr. 5 DkrAITIMBNTS, et Colonies Francaiaa (t fr. 5 ir. u ir SntAMOBB l ir. 37 fr. 19 Ir Lis abonnement, fuient du ur tl du if d* tous ttlOl'f PU Ju Numro ; ir. ^o— Y.i' I — .iiRer 4 On trouvera %A l-i Grand fine cW du tailli ur Smith Ciganea, cigarettes Scaierlaii Ptptalonfiuilbaud au p ix t'e IVI n que 1



PAGE 1

M *ftTi Plarinacie Allurfini-Ewald 1IJBTUL A. NTIIIS, 1. G. Suc c ssrur Fonde en 18E0 I Pro-'uils cl irr'que* des mnl-' irurfs (JMRI de FlBLCI et d'Ame i que', [i^nf r#l llfita KoliVl 'aili umejuiaise tij.rr.ei fuie. Flins' Ihvp Store Sur cesser I A I L LKTUVI EWALD 1 stabished 1850 Av frirait A 'irtitrli PICDI Me dinr-rs Pest rbenicals fronu Eu i(|f and ihe siates. ^n encan piseiiilirna filles, Ficnrh & rcericcn Prt me:) Toile Water*. Oe il ai Pf Irus' Pkatrmuv Gradua le of Temple Uoivtraily, Philadelphla, Pa. AUTOMOBILES A louer A via important 1 e Public est in orme que la 1 tirfttsl linUiunsIncorjoiolfl n H n n firp fircvndre Put au/' iuie il12 Hue du Cf* i>e,k r c I'H l 1 riwij agi ie des ( blcs 1 n nfuttlttii/i-efi. h-,i nu rr.rxe j Me m |8, VOT z-vo'ii re lgn ( un CHEZ 6m """".''' Paul E. Auxila /"/e ./H Magsin de l'Hiat et Iravtrsiht -m O vois trouverez Un TISSUS les plus jolis et n'iui n


PAGE 1

M MltTI * %  * %  Pfcarinacic Allxrfini-Ewald MiBTUL .rlTRlS, KG. Suc c nr%r Fonde en 1SCO rio'uil f| in'qufs dff mniifOffi Usiig de FiaLCe et d'Ame iqw! F|#B *= l'fi liliiff. KollD'l Paihuaiie.fifcraise il arc i; cure. AUTOMOBILES / 1 /ouff Courses en ville & hors h la ville Revue Illustre et Vente Patrons h Mode Pefius' Ihnp Sfore Sireeseer m A I.KLKT'M KWALD 1 stabished 1850 Anrfriran A'iTdirh P*lDl Me Hirifs Pfst (heuicals fioai Eu ii I p and tlic s'ait s. ^netksn piisciiiiirns filles, lunch & n.ericEii Perinne:) Toile Watein. fie il al Parus' l'haiiiiLiv Gradua le of Temple l'iuvt rtity. Philadelphie, Pa. Avis important I e Public est in or ni que la 1 nrrit '• %  '* / ImUi'u m Incorjototei n H w n fin* wcvin ire /'ctf auJ'i iuie il 1$ Hue du Ct$ he r i>n 1 1 r*Hii| ogt.it des ( blei Innfattkviji.ef. l'i.i nu rrir.ee i Mirs [KO, Le p idit.1 de la le M (S l'iai. UiLons ln'orroratcl% Jil.n \ Ut(jlUi\D, Voyages l'intrieur du pays. Four les provinces et les villes de Slo-Domimjo : Puerto-Plala, Santiago de los Gaballeros. Sadre88tr Clias. STBPHEN ji \o Grand Une en Altnvi C ( 1 I ii'fliy Maison Smith, tailloir on " r.iirtw de la Hue X IC: a%se A la Lumire Uipne (IVITP Avcnuf & DftttfTl') jrci f h one2^. ARTICLES FRANAIS La maison Max Monsanto ftfC du MaffctHin de l'E'at rar le steamer [ranais Caravelle i arriv ici le 1~> courant tes article suivante: Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses fil et colon Nappes^coutils matelas chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soie cravates noeuds et rjjates assorties, Gilets de flanelle. i -. 1 Julie' CoatuiIN 94 to M • l tt ccnU %  •• 6494 iiiild'i Dm %  i tr 6 to |4 ta * 8490 Voyz-voas ces belles DJOIS, VOI' Z-V-MS re l^ii s et sraarios coir me elles ? ALLEZ CHEZ Paul E. Auxila | Fie du May si n Je l'Etat et trcvenie HUHANSIM plus ai propris et d un choix rare " %  .] Il \oua donneiu un Catalogua de Mode et vous vendra !.. n.ir*J usinera voira iobe une COUPS itrpcccaLIr. mH \ toiaet, hr 8 foi mes de chapeaux, paiforaeriea divn>es da mii tabnean^; Tonique ctiin aie, Trtoi heious, Pommade moelle de Pommade EClieotO, Lotion I AllGtXTKE, asiuror.t la i eiu h et velout, rem|.leant les cimtEiiiwi l ne visi e dans eite Maison rt vos em.uii avoir ce que vous devez porter, dieparaissect.* .,-4,1 NM^ DVVAItD M. RAPHtL & Go Rew-York Portait Prince 1 Spcialits k Produits Uaporel Mr Eug. Le BOSSE, ayant dcid de sereli rer du commerce d'a (omohiles offre les oci sions exceptionnelle! suivantes • Un camion Chevrolel N\ul (l l\2 lonne) (Kinanageautoniaii(|ue or 2160 Un camion ebassis Manier 2 lonnes-n olfur Buick \ cy!iJtres or 1"(X) Un camion chssis Maxler i loiir.e tcoleur Chetio'el dmarrage aulcinalitiue *'0\ Liie buick 5 pitiicfra 4 cylirdiii dt'rrirageau'cnilique £ecotd 1 i cniise i't .1 de i c m 100 dollars Une Buick i prfssgfrs 6 cylindres demarrrge aulomaiique seror.de* n OUur il) parfait lat 000 dollar Une Limousine 7 p'Mgeri Buick 6 cjliadrrs remit e neuf in''sappJP r !j pBifl#gei Me, i co' plut de 90UU dcl prix de venie iw Une Buick 0 cylindres 7 passager?, moldMD parfait tal 0Q



PAGE 1

** N !373 DlRSCTECR-HttOPRIETAIRE Oment-M A6L0IR E MAGIST RAT COM MUNAL a NUMERO 15 CENTIME* A BONNBMENTS PORT-AU-PRINCE U3O0i UEFARTEMENTS Trois moi CTRANGEa Tfi (DOIS G. i.no G 2 50 7 0J • 803 litiooa tnoonces sont reues au Comptoir i innal de Publicit, 9 Rue Tronchet, Ta Cf ai. 2i, Ludgate HiU. LoaJres. Pofl .i„ r.iice. li lti Mcrcr.Ji t MarA l92f> 7 H Ml • Si Quotidien On no perd rien vivre gitr L sment., noblement, courtoisenn nt et avec un rœiir loy-1, gal et raisonnable Pnroiidi SALES lELEPTIOSE 148 ^^"^pK" w a crise du papier j Courrier des Etats-Unis fara tous ses efforts pour que ses lecteurs n aient pas a en souffrir crise du pspier est devenue si re que tous les journaux amri s, mme les plus imposants, se jveot dans la ncessi de :Jure jidrablement leur for mit. Dis pressions de 16 a 2 a pages sont ooceesen mne teirpj qiece 1 i dvntre eux doublent le prix Je numro du diman h:. i < Courrier des titats L'ai s i assurer s?s lecteurs qu'il fera us efforts pour se m unie air a tormit et a son prix actuel?, jr liugHioti ioi iorm: de rais de m tritl et de m.ia Ifre. Le papier que r.ou; em.i.o est d'une qualit suprieure, me couleur et comme r&istancelai de presque tous nos conNous ferons tout notre pos pour conserver galement ce t papier, ooiquele c Courrier des E t subisse comme tous les au les consquences de la crise du tfet de 1 augmentation dts frais nui, il a l'intention de rsis'.er a la dern re limite avait de dre les mesures que les autres MM ont dj reconnues iniisJles. Peut tire cette rsistance BDira pas sans quelques se cux ificesde notre pat pourra l elle ptoloDge pir nous assez long P pour frachir 1 poque de la it pour pargner a nos lcc;eurs entatioa du prix et la rduc iormat. Nous l'esprons entermemecl. r flCilS Le gouvernement prupos deux projet?, de loi sur les rsidents trangers Service de I Associated press Paris, 5 fvrier— Un p ojet de loi vient d et e sou m.S a laChimbre des dputs par !e gouve,n<.ment. Cette loi dfendrait i tout trang-; dacqu.rir ou de louer .es maisons oa des terrains dins tous les dparte in-nls limitrophes pendant UJC priode de d xh.'i ans sms ra .to i ta t o i du minisire de ^intrieur, Un au re proj:t de loi, i^u s'occu pe d.s iraogeis rsidant m France I joprairement ou d une f?on pe: nanente, leur donnerait la bbe ti d entre sans exiger de ptssepoit a la troat re (gMah ce projet de loi s: pule u u i coalrle des trangers serait e*er. en ce qai coic.rne les vjyageurs>t lesioansles au moyen duae dcla r.o:i obl gatoire d'identit ou de oa t oualitc lai: a l'htel ou autre lieu de riidene. Dans le as de ceux qui resteraien d une manire permanene, ilsdev. L-m se p:o;uier u e cane d identit. Les traugers d'sirant se livrer au commerce ou a l'industrie, ?ans y ompren're is ouvriers ou ceux qui exercent lie profession, seraient tenus de faire une dclaration spciale l'htel de ville, l l"^ W. — —— %  — Changement d'adresse Les Aura du Restaurant Bot* Vail lant sont aviss que l'E abliasou.eiit est rtabli proviioiiemenl au bas de la rue BoDoe-Foi pia du de| et des planches itve & CJ Hoea VAILLANT. (I 11 Irai a ,ri i^: : ; Les dix coinmandeinenls de la mnagre amricaine. • accepterait des modiilca'ons en change de co-npensations gnvut de lAssociated press 'M a lvrier-On apprend d'une serai -officie lie que la F.ance pta sans doute les modfacaioD s nue de Versailles, telles qu'o i 'Upptouves par Jes Anglais, si %  corde d s compensa-ions ouquelesi trois grands • p:eL miD1 i Slres sont ea confrence res.les fonoionnaires franc lis "Hue M. L oyd Gto ge serait F, 1 s W r certains change %  faM le trait et que M Mille jes accepterait si M. Llt-yi J taisait des concessions 1 .a m, •tfot remarquer que la France di ff", sou,en l program lAr^letsrreet avait appuy ^'tionsdans la dern iode Jrasoades crim nels de guerre tribunaux allis. Si M. Uoy. V* c h ng'Wv. s ce suj t M u5 es l0 "JClionnairrs Ira i p em n C l Dd d *mndera ceilaius Jj obtienne de plus grands VS*? nra l q'Je la poliit neureTle M L'oyi George Si le prix de la vie w:, nte sus cesse aux Eia'.s Unis,ce n t s p s s-u lement parce que les dmets so t tis clirea.eett aussi parce que IHB mnsgsrei ne savent souvent pas l.i re leurs achats.Une li^ue de t mm< s est coi.s itOOO Chicago et c Me a rdig,, 1 DSSge des mnanrea.les dix comroaodemeoti suivants : 1 3 Ne lais pas de commande par tlcbone, va au niaich ; 2 Ne dcid) pas pe que lu Via acheter a'ait d avoir demande le irix ; 3 3 N'ach:epis c* qui es\ cher, mais ce qai est plus nour-issant : \ s Naf pas peur de due ; ceci est trop cher ; a N'achte pas par quart la le pnx ett llxe par livre : O 3 Fais peser ou mesurer devant toi co que tu achtes : 7 e N'achtJ pas a dernier mo ment, a mposo ton menud'avunce eu tiiaucompio dj prix et del valeur nptrilive ; 8 3 Ne gaspilla pas le gaz ') ^ >,'-ch e pas l'piceiie au dtail i 10 3 N'chJ'.e pt> d i prodni a ea boite a'il sont meilleur march a livre. CHRONIQUE DE LA M( Demain SOUVENIRS LITTERAIRES MiKon %  f"^^ l'a oblig 1 consiJrer srieusement la reprse des relit ois corn n avec l'llemagie et 1a Ras e, Ci q i renJ.a ncessaires les modifiai du trait de Vcrsaillss. Co.fearoaiaace spiciak au MAI IN Que portera-1-on de,.; ( /1 qureiion que \ h ique / i i , %  %  trotte. Un peut ctpenJatti pronoetiq i 7< m i8 ne reverrone pjs, en I '-, ', ni l'jtri'iu d: it robe te, ni t lonn exagr de la jupt m^uUne, Aotii reettroiu errs t tels que la l>iin toi quelquet ceinture (charptt drap- autour des h nul, s EU .•> 80 I JOt turout quand illee eonl doubUee d titeu tog ux dont let tons tl ii s it ..s a peroiventdane let mou em< I d s incuds. La tu'je hobilUe pour l t rt'ti .s u fait en salin ou en-lufjelae nuir, luuiq .es de s Ui < rel tmbant sur une ticonn In iquu voluiue ou tunique de tulle paille 6e 11 1 \rgittanl sur le fourreau troit. Onfai tctuciiup li jupe drame de, %  i ... %  • le ch serre. du b s ; U pins* t aba '• a fait son apparition sur U ooeiume de ville. • m ind au -• roi u d.i soir. ca,t un mlang i // %  mi cris tuiles vap •roux, de ihiffont touplei, du toier lin'i elantee. Elle tontauda nti'ehunerice, mais Ut femmee dt bon got aiment les encolures riet\ iee, qui sont d • ois plus teyantee tl p >• modestes Le %  r-pe, le tulle sont d S ItUUI donl le ;,rand eoipl i favorite r.o.ie coque\ h ; te tulle sem di pilote en' ai une et si frais que nous y ., venQ s toujoure Lorsque M a muneh s 80nt adoptes, elles doivent tet er tirs courte* !.• i jeunet filin a/fectionn nt le* eollere i rrot tt mime le: cols M,l cis. le toit, >iei n est pi, loin laiioiKh former i Joute* let jnp s du s ir se I d aidt d (Ut l r; la d, mi Une t*l port p •' ulee l s < /. ; ,.< i non ran m ni %  %  .i sa; ' • ,; le* autrelOnt < dente '.' %  ' dt li *i//iplicit, des robet I mtaieit de ces multiplet U nas fret tect ef| oon\ di4 Victor Ma;: II siffle sur son sillon, que !.i chante de tout son coeur laitire que le La production suivacle de Miltoa f^. e de t0Ul SOn f < œ jr ; ^ ue u le fut I feidae, une lg-e, au sujet de '"ffel a gU Se ***,!? q ae cha la mon ,1 P.lward KiV leunenl. de ?" %  b 4 er er C0D,M 1 h,sloirt S0Ui Sri bd Kiog gouverneur de 1 Ir•*•" diai vallon. lanJe pend .m les rgnes d-FJv.ibeth, de I im s I et de Charles I. Hiwards Kng tall trs tetimi Cambridge, et plan ami dans un pora: toa chmt, intitul Ly:id.s. — t Yt once more, o yt laurels, anl once more MllLon s'abiuioinait^sa'tout i U Te myiti l,Xlilb ivy neier scie, rn lodlc de Phiomle, qui ckin/ corne to pluck veur bnies bars band Ult el 'laout sa fewe:r*t cru ,, f enroulemenis de ses vers sa . • And oratd futeers rude, ^ ux soo ,3. ,s po*rm*ntJ qui passaient S %  Utei your beaves befort tbt mello nin Ta heaf the lirk hacla lu* UIJIII, And Hngio | s:, M e Uic dull niglu, ]'rom lus waich to*er m the ikict, : .li. MI doth riM !0 COOM, Ni spitc 01 KWM, And at itv wiodow b'.J gojJ-m i"ow riiraugh the sweet brier, or tk* N Or liic iwirted egUntiiio Wnile ti>c plougnman rt-r a mu Whistlci •' 1M furrow'd An tho uni,, oald Hogeth t>.i i AnJ the mower whetshii s^. AnJ ev'ry ihtpbcr, tells lus t Underihs biwthara ii tlie di hilv hmseUlo smgand build tbeloftyrbyme ER* jgj \\ f § &£l£ aal *~ Ile must not float ufon bis Witery hier gpwjngvvith najestic iraio...' Unwebt, au.l nicher to the barcbiim A^P if Mi WJ,I,, < •"<• S . j !" OOk COl:ilCuiu^ vviih tbcsIi'CS ..... i '" / / i rapt oui ateiag w iliioeeyei-// ilbaut tbe iiuwlof tome mebdtous tear Ave; elle il erre parmi les tfrave bncore une fois, o vous laurier, penses et les graves specUcles qui et en ore une fois — vous myr'cs rappellent l'kemoe i sa condition b uni et lierres jama s fans,ft viens ei le prparent ses devoirs tan-t cueillir vos baies anires tt enco:e dans le recueillement du 'cabinet vertes — et de l'eltoit de mes rudes dtudt o luit la lampe laborieuse doigtsparpiller vos feuilles avant o 1 esprit seul 1 seul avec les noleui chute annuelle,— ure tiiste don bl.s esprits des temps passs voleur et unt^p n b e preuve m oblique t'Iaton, pour apprendre de lui— geot troubler la sairoi de vone quels mon lesquelles \ as -es rg.ons maturit— ai Lyc dis est mort,mort possde --• m immortelle aprs av m la prime jeunesse. — le jeure qu'elle a quitt sa maison ichair Lycd s qai n a pas laisi *oi parei': et le ] ctit coin o nous < %  soas". Uai "c chanterait la mmoire de Lywdas ? Il savait si b.en ihinler Tbe spini m PuU§, /,. unfoU et trouver ia bonne rime.-San corps SMbai wjrlds.or wbat rgion,bofJ Di doit pis ticlter sut l'ocan. — Toeimmirtel mtnd :>>at batb'forsook Sa regrets et balloier an gr des titv mtmsion m ibis ftesbynoh ven s b.lauts sa:s un pleur mlodieux MillM tait alors repi : de celte Milton commenait i tre fatigu haut philosophie, qoeUe qui ft la du s.) i .. la campagne malgr les lingue ou il crivii.anglaisi.itaiiePn* i es qu-y tiOBvan son fm-, en ou latine, quelque fut le genre qu'il coutant lallou lie prendre son toucha', sonnets, hymnes tragdies essor, et de se; trilles veiller la nuit ou popes. Son besoin et'sa facult moine en vedette l'hsn'aja.juqri dominante le posaient aux conceoce que l-atbtachet paraisse ,-pui; tous nobles. 11 se donnait la i/e venir m. salue a ma t r re, malgr d admirer, comme Shaki T>ir de mcsaouc.-. a travers les douces b u crer, comme Swift ceiie de dtruue tl la treille d tgiantine. penconme Byroe celle de combattre dar.t que le .aboureur p.s de nous, Il relisait souvent les drames de L i i j. i< ? Shakespeare, et il acousacr audivu barde ce monument. me dee vet or.* dlwnm/, lai tailleurs de beau velourt de laine ou de bure moi* %  p uticiilirem'iUchit.i. t ne broderie ci tontach* mimo wa veut orner u de-tint de / veste et le nautd tpoch s inuiejtprfreunetbre '"' % %  %  %  • ' • v t yJ'-'U'f Elsi rc vet, tout la piquette, une Or thathii ruaiow'drelkruei !>liou . lud : /' ci pibot finement plot Un4 i nu y poiatia ^ ou mieux, un gilet de penu ou de [ %  1, l or u beii oi I.UA, "ii int h euM n Cl! ,l *• %  • %  f \U \crlion,Let i . ,. ...-,.. % % %  wpanlt s .nt n % %  tmUt tn M • .. i c >,.,, ni toanuchcoaccwioi. MirilP IVI; ,n iU'-li pomp Joi lie, B01WS1JB '->L lin io R j lor iuilw tomb would .MSII todie n


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05065
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, March 10, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05065
System ID: UF00081213:05065

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
** N!373*
DlRSCTECR-HttOPRIETAIRE
Oment-M A6L0IR E
MAGISTRAT COMMUNAL
a NUMERO 15 CENTIME*
ABONNBMENTS
PORT-AU-PRINCE
U3O0i' UEFARTEMENTS
Trois moi
CTRANGEa
Tfi
(DOIS
G. i.no
G 2 50
7 0J
803
litiooa
tnoonces sont reues au Comptoir i
innal de Publicit, 9 Rue Tronchet, Ta
Cf ai. 2i, Ludgate HiU. LoaJres.
Pofl .i r.iice. li lti
Mcrcr.Ji t MarA l92f>
7H Ml
Si
Quotidien
On no perd rien vivre g-
itr l sment., noblement,
courtoisenn nt et avec un
riir loy-1, gal et rai-
sonnable
Pnroiidi SALES
lELEPTIOSE 148
^^"^pK"
w
a crise
du papier
j Courrier des Etats-Unis
fara tous ses efforts pour
que ses lecteurs n aient
pas a en souffrir
crise du pspier est devenue si
re que tous les journaux amri
s, mme les plus imposants, se
jveot dans la ncessi de :Jure
jidrablement leur for mit. Dis
pressions de 16 a 2 a pages sont
ooceesen mne teirpj qiece1-
i dvntre eux doublent le prix Je
numro du diman h:.
i < Courrier des titats L'ai s
i assurer s?s lecteurs qu'il fera
us efforts pour se m unie air a
tormit et a son prix actuel?,
jr liugHioti ioi iorm: de
rais de m tritl et de m.ia
Ifre. Le papier que r.ou; em.i.o
est d'une qualit suprieure,
me couleur et comme r&istan-
celai de presque tous nos con-
Nous ferons tout notre pos
pour conserver galement ce
t papier,
ooiquele c Courrier des E t
subisse comme tous les au
les consquences de la crise du
tfet de 1 augmentation dts frais
nui, il a l'intention de rsis'.er
a la dern re limite avait de
dre les mesures que les autres
mm ont dj reconnues iniis-
Jles. Peut tire cette rsistance
BDira pas sans quelques se cux
ificesde notre pat pourra l elle
ptoloDge pir nous assez long
P pour frachir 1 poque de la
it pour pargner a nos lcc;eurs
entatioa du prix et la rduc
iormat. Nous l'esprons en-
termemecl.
r

flCilS
Le gouvernement prupos
deux projet?, de loi sur
les rsidents trangers
Service de I Associated press
Paris, 5 fvrier Un p ojet de
loi vient d et e sou m.S a laChimbre
des dputs par !e gouve,n<.ment.
Cette loi dfendrait i tout trang-;
dacqu.rir ou de louer .es maisons
oa des terrains dins tous les dparte
in-nls limitrophes pendant ujc p-
riode de d xh.'i ans sms ra .to i ta
t o i du minisire de ^intrieur,
Un au re proj:t de loi, i^u s'occu
pe d.s iraogeis rsidant m France
Ijoprairement ou d une f?on pe:
nanente, leur donnerait la bbe ti
d entre sans exiger de ptssepoit a la
troat re
(gMah ce projet de loi s: pule u u i
coalrle des trangers serait e*er.
en ce qai coic.rne les vjyageurs>t
lesioansles au moyen duae dcla
r.o:i obl gatoire d'identit ou de oa
t oualitc lai: a l'htel ou autre lieu
de riidene. Dans le as de ceux
qui resteraien d une manire perma-
nene, ilsdev. L-m se p:o;uier u e
cane d identit.
Les traugers d'sirant se livrer au
commerce ou a l'industrie, ?ans y
ompren're is ouvriers ou ceux
qui exercent lie profession, seraient
tenus de faire une dclaration sp-
ciale l'htel de ville,
l l"^W. ______
Changement d'adresse
Les Aura du Restaurant Bot* Vail
lant sont aviss que l'E abliasou.eiit
est rtabli proviioiiemenl au bas de
la rue BoDoe-Foi pia du de| et des
planches itve & Cj
Hoea VAILLANT.

(I 11 Irai a,rii^::;
Les dix coinmande-
inenls de la mnagre
amricaine.
accepterait des modiilca-
'ons en change de co-n-
pensations
gnvut de lAssociated press
'M a lvrier-On apprend d'une
serai -officie lie que la F.ance
pta sans doute les modfacaioD s
nue de Versailles, telles qu'o i
'Upptouves par Jes Anglais, si
corde d s compensa-ions
ouquelesi trois grands p:e-
LmiD1iSlres sont ea confrence
res.les fonoionnaires franc lis
"Hue M. L oyd Gto ge serait
F,1 sWr certains change
faM le trait et que M Mille
jes accepterait si M. Llt-yi
J taisait des concessions 1 .a
m,
tfot remarquer que la France
di ff", sou,en" l program
lAr^letsrreet avait appuy
^'tionsdans la dern iode J-
rasoades crim nels de guerre
tribunaux allis. Si M. Uoy.
V* c.hng'Wv.s ce suj t
M u5 es l0"JClionnairrs Ira i
pemnCl!Dd d*mndera ceilaius
Jj obtienne de plus grands
VS*? *nral q'Je la poliit
neureTle M L'oyi George
Si le prix de la vie w:, nte sus
cesse aux Eia'.s Unis,ce n t s p s s-u
lement parce que les dmets so t
tis clirea.eett aussi parce que Ihb
mnsgsrei ne savent souvent pas l.i
re leurs achats.Une li^ue de t mm<
s est coi.s itOOO Chicago et c Me a
rdig,, 1 DSSge des mnanrea.les
dix comroaodemeoti suivants :
1 3 Ne lais pas de commande par
tlcbone, va au niaich ;
2 Ne dcid) pas pe que lu Via
acheter a'ait d avoir demande le
irix ;
3 3 N'ach:epis c* qui es\ cher,
mais ce qai est plus nour-issant :
\s Naf pas peur de due ; ceci
est trop cher ;
a N'achte pas par quart la le
pnx ett llxe par livre :
O3 Fais peser ou mesurer devant
toi co que tu achtes :
7 e N'achtJ pas a dernier mo
ment, a mposo ton menud'avunce eu
tiiaucompio dj prix et del valeur
nptrilive ;
8 3 Ne gaspilla pas le gaz
') ^ >,'-ch e pas l'piceiie au d-
tail i
10 3 N'chJ'.e pt> d i prodni a ea
boite a'il sont meilleur march a
livre.
CHRONIQUE DE LA M(
Demain
SOUVENIRS LITTERAIRES
MiKon
f"^^
l'a oblig 1 consiJrer srieusement
la reprse des relit ois corn n
avec l'llemagie et 1a Ras e, Ci q i
renJ.a ncessaires les modifiai -
du trait de Vcrsaillss.
Co.fearoaiaace spiciak au Mai IN
Que portera-1-on de,.; (
/1 qureiion que \ h ique / i i
lee, plueieure erylet La lute conti-
nue entre hi rSbe lar;/e et la rob >,
'trotte. Un peut ctpenJatti pronoetiq i -
7< m i8 ne reverrone pjs, en I '-, ',
ni l'jtri'iu d: it robe te, ni t
lonn exagr de la jupt m^u-
Une, Aotii reettroiu lieu: nos toilettes n auront pat
coup dampleui et se borneront d det
effet drape, toupie*, eons re pais;
aile d aptri i a'i c, i w i de m I
anUquee', bien employe, eli: donn ra
de l altitude et i.; layrdje h n h
1.5, plus qus n auraient pu U faire
/ s ii ii'oueeie et i^as le punis \ I \
s: le dont nousgemblope i n In li
rapparition.
I [Les fabricants soi1, d i" r
nous oi/rir des tissus pciaux, /'
>errst tels que la l>ii Ici de /Ils brillants. En alien tanl cette
innovation, nous partout plut q te \ i-
i.ii s le velours de laine h bure tk
nurtOUt le aluurs uni, de Luu,
liUri,
jjJrVos robet de i ille sont eitnpl % ; l s
poches seules donnent aux hanche
t ampleur euffUinte; wis corsa;/es . <:t
eectee.v.tnnt m*A<*te* /..* uns se
continuent en taldter sur la /' autres ont une encolure trs li nue et
si clairent ocine d un troit gilet de
satin Idune Veitaint sa t termine en
ooime. OUt fait prvoir lor.cnlalion
de la mode prochaine vers Us corsages
pluie et col.unis.
'] i es pi a tiques pour amplifier Us
cts, lt Vidants n\ i) ift froncet hui-
les jupes Coreag s ttrxcement bu.
n *t cens a apparent,1 il fuptt I
toff-s, voil la ligne. lm,lile dt 'lire
que mais avons peine d n)us y ace a
tuilier.
lovjovrt en vogue let broderies de
soie au cort i ge et a la jupe <>n toi
quelquet ceinture (charptt drap-
autour des h nul, s EU .> 80 I JOt
turout quand illee eonl doubUee d
titeu tog ux dont let tons tl ii s it
..saperoiventdane let mou em< I
d s incuds. La tu'je hobilUe pour l t
rt'ti .s u fait en salin ou en-lufjelae
nuir, luuiq .es de s Ui < rel tmbant sur
une ticonn In iquu voluiue ou tuni-
que de tulle paille 6e 111 \rgittanl sur
le fourreau troit. Onfai tctuciiup li
jupe drame de, . i ... le ch
serre. du b s ; U pins* t aba ' a
fait son apparition sur U ooeiume de
ville.
m ind au - roi u d.i soir. ca,t un
mlang i // mi cris tuiles vap -
roux, de ihiffont touplei, du toier
lin'i elantee.
Elle tontauda nti'ehunerice,
mais Ut femmee dt bon got aiment
les encolures riet\ iee, qui sont d
ois plus teyantee tl p > modestes Le
r-pe, le tulle sont d S ItUUI donl le
;,rand eoipl i favorite r.o.ie coque\
, h ; te tulle sem di pilote en' ai une
et si frais que nous y ., venQ s toujoure
Lorsque M a muneh s 80nt adoptes,
elles doivent tet er tirs courte* !. i
jeunet filin a/fectionn nt le* eollere
i rrot tt mime le: cols M,l cis.
le toit, >iei
n est pi, loin
laiioiKh former
i Joute* let jnp s du s ir se
I d aidt d (Ut l r; la d, mi
Une t*l port p ' ulee l s < /.;
,.< i non ran m ni .-
i sa; ' ,;
le* autre- lOnt <
dente '.' '' dt li *i//i-
plicit, des robet
I mtaieit de ces multiplet U na-
s fret tect ef| oon\
di4 Victor Ma;:
II
siffle sur son sillon, que !.i
chante de tout son coeur
laitire
que le
La production suivacle de Miltoa f^.e de t0Ul SOn f fut I feidae, une lg-e, au sujet de '"ffel a'gU'Se ***,!? q-ae cha"
la mon ,1 P.lward KiV leunenl. de ?" b4erer !C0D,M1 h,sloirt S0Ui
Sri bd Kiog gouverneur de 1 Ir- *" diai vallon.
lanJe pend .m les rgnes d-FJv.ibeth,
de I im s I et de Charles I. Hiwards
Kng tall trs tetimi Cambridge,
et pla talent coatr bjrent i honorer sa
Milton, pirmi les cond.sciples de
l'intortUQt King, mor^ noy durant
un vjyog* de Chesttr sar la rrer
dlrland,^ commmora a dispari -
l'on de J >n ami dans un pora: toa
chmt, intitul Ly:id.s.
t Yt once more, o yt laurels, anl once
more MllLon s'abiuioinait^sa'tout i U
Te myiti l,Xlilb ivy neier scie, rn-lodlc de Phiomle, qui ckin-
/ corne to pluck veur bnies bars band Ult el 'laout sa fewe:r*t
cru ,,f enroulemenis de ses vers sa
And oratd futeers rude, ^ux.soo,3.,s po*rm*ntJ qui passaient
S ' Utei your beaves befort tbt mello nin
Ta heaf the lirk hacla lu* UijIii,
And Hngio | s:,m e Uic dull niglu,
]'rom lus waich to*er m the ikict,
: .li.mi doth riM
' !0 COOM, Ni spitc 01 KWM,
And at itv wiodow b'.J gojJ-m i"ow
riiraugh the sweet brier, or tk* n
Or liic iwirted egUntiiio
Wnile ti>c plougnman rt-r a mu
Whistlci ' 1M furrow'd .
An tho uni,, oald Hogeth t>.i i
AnJ the mower whetshii s^.
AnJ ev'ry ihtpbcr, tells lus t
Underihs biwthara ii tlie di.....
hilv ,
hmseUlo smgand build tbeloftyrbyme ER* jgj \\f&laal *~
Ile must not float ufon bis Witery hier gpwjngvvith najestic iraio...'
Unwebt, au.l nicher to the barcbiim a^P "if' Mi WJ,I,,< "<
' S. j OOk COl:ilCuiu^ vviih tbcsIi'CS
..... 'i'"/'/. i rapt oui ateiag w iliioeeyei--
// ilbaut tbe iiuwlof tome mebdtous tear
Ave; elle il erre parmi les tfrave
bncore une fois, o vous laurier, penses et les graves specUcles qui
et en ore une fois vous myr'cs rappellent l'kemoe i sa condition
b uni et lierres jama s fans,ft viens ei le prparent ses devoirs tan-t
cueillir vos baies anires tt enco:e dans le recueillement du 'cabinet
vertes et de l'eltoit de mes rudes dtudt o luit la lampe laborieuse
doigts- parpiller vos feuilles avant o 1 esprit seul 1 seul avec les no-
leui chute annuelle,ure tiiste don bl.s esprits des temps passs vo-
leur et unt^p n b e preuve m obli- que t'Iaton, pour apprendre de lui
geot troubler la sairoi de vone quels mon lesquelles \ as -es rg.ons
maturit ai Lyc dis est mort,mort possde -- m immortelle aprs
av m la prime jeunesse. le jeure qu'elle a quitt sa maison i- chair
Lycd s qai n a pas laisi *oi parei': et le ] ctit coin o nous < soas".
Uai "c chanterait la mmoire de
Lywdas ? Il savait si b.en ihinler Tbe spini m PuU, /,. unfoU
et trouver ia bonne rime.-San corps SMbai wjrlds.or wbat rgion,bofJ
Di doit pis ticlter sut l'ocan. Toeimmirtel mtnd :>>at batb'forsook
Sa regrets et balloier an gr des titv mtmsion m ibis ftesbynoh '
ven s b.lauts sa:s un pleur mlo-
dieux'- MillM tait alors repi: de celte
Milton commenait i tre fatigu haut philosophie, qoeUe qui ft la
du s.) i .. la campagne malgr les lingue ou il crivii.anglaisi.itaiiePn*
i es qu-y tiOBvan son fm-, en ou latine, quelque fut le genre qu'il
coutant lallou lie prendre son toucha', sonnets, hymnes tragdies
essor, et de se; trilles veiller la nuit ou popes. Son besoin et'sa facult
moine en vedette l'hsn'aja.juqri dominante le posaient aux conceo-
ce que l-atb- tachet paraisse ,-pui; tous nobles. 11 se donnait la i/e
venir m. salue a ma t r re, malgr d admirer, comme Shaki T>ir de
mcsaouc.-. a travers les douces b u crer, comme Swift ceiie de dtruue
. tl la treille d tgiantine. pen- conme Byroe celle de combattre
dar.t que le .aboureur p.s de nous, Il relisait souvent les drames de
l- iij. i< ____? Shakespeare, et il acousacr audivu
barde ce monument.
me dee vet or.* dlwnm/, lai tailleurs
de beau velourt de laine ou de bure
moi* ' p uticiilirem'iUchit.i.
t ne broderie ci tontach* mimo wa
veut orner u de-tint de / veste et le
nautd tpoch s inuiejtprfreunetbre
'"' ''' .....v't" yJ'-'U'f Elsi
rc vet, tout la piquette, une Or thathii ruaiow'drelkruei !>liou . lud
: /' ci pibot finement plot Un4 i nu y poiatia
^ ou mieux, un gilet de penu ou de [ 1,-l"or' u beii oi i.ua,
"ii int h euM n'Cl! ,l ** 'f-
\U \crlion,Let i . ,. ...-,..
wpanlt s .nt n ' tmUt tn m .. i c >,.,, _ni
An EpitApbt on the JmirrbU-
Dramati p0ct SHAKBSPOAKh '
....
Jhe laboui o: an ..ge m pi 10J Stcwtt '

'"""'"' ; "'. lopjj'intn s .ni '"' duim inyieu I .c ou^ n ucni.
i La modt '.'u' "n*o; ,l0' <
aarn lares fer *
V ient de b*,
n laine mohair Donrrukc > toanuchcoaccwioi.
MirilP ivi; ,n iU'-li pomp Joi lie,
B01WS1JB '->L lin ioRj lor iuilw tomb would .msIi todie n


LE II ATI H
Varits
ci SOIB
Judx
S pieod s
En r.*e g i. aie 2 0;)
Entants 1A'
MONSIEUR
lu maniera et de u>u\ ce qui intrew
Monsieur
S'adresser au Bureau du Ma 10
i "* """
-ptiajhc consacrs XadmtrabU
foi-ie dramatique Sbaktsb$an
t Uue laitil a mon Shakespean
poui honorer itartetei, les oeovrct
de tout un ficel en une mas? 01
pierre ? Ou que es reliques sacre
soient sauvegarde soui une py-
ramide constelle t Enfant chri de
la Gloire, hritier de la Renommer
Uu'as tu beoin d'un i Lible toio -
grilge de clbrit ? Vu as construi
ion propre monument pour lterni
en nous blouissant, taniis qui leo
honla, des ar'ites ejsayaienl lente-
ment leurs biuch?, tes o.uv
j ai 1 ssnent aisment, et tous le
ospriti sont profondment impres
sionnes, en sivounnt le oracles
sur les pags de ion livve prcieux
puis notie motion ralentie, nous
nous sommes ptrifis apri tari
d elfo l de conc (ton. lit ensivcli
avec tant dt pompe,que les rois vou
d aient mourir pour reposer di > u
tombeau semblable.
.\Kme en des pomes dc >' qu'on n employait que pour ti'ci
lia costumes et dployer des ttues,
d-ns J s Masques comme c eux du
pede Ben |onsou. M Itjn imprimai
ton caractre propre.C'tait du amu
cment* de chtean ; il en laiiiit deit
eDse ynements de m.ig"aiim t et d
constance ainsi 10a Cornus, Urg
ment dvelopp, avec beaucoup do
ligmali'. et une grande levt on de
style, est p^-ut 're sou chef d oeuvre
tt n-est que l'loge de 11 vertu. 11
l'avait cut, comme nous l'avons
mentionn plus haut, pour un diver
liiiCOBCOt au chlttac d LuJ'ov
1 K. CHENET
( I ' ' )
NOUVELLES ETRANGERES
9 Mars
/.FIS- Hier. le chfl du? a er-
n et italien N' tti, eut ivec Mille*
d une longue confrence com-
t nte trs favoisbler-rnt par 1a
HCiat. Les deux iuinisi.es trait-ent
le i v'missiondu papier-r.oanaiecom
ne un .'es moyens conenrques con
menant a toute l'Euron*.
PARIS, 8 mars Stphane Lan*
'.annr. de retour d* I.ordres, dit au
eprsentant de i'cUnit.'d Press que
a France a accd aux di mandes d
l mrjorit des membres J: la coa-
'-ence de Londres sur les points les
)'u importants qui ont d scu'.
.ur la Russie et la Vu-quie tt lad;
!e l A'iemagne.
D apri Ltu/.inor le texte de l'ac-
o:d dconomiju-' du trait ou de ces
trois points lui fait b'.i ner la dci-
tioa de laisser le sultan ton tanb-
opfe contraireneat au point d; vue
franais car la Turquie penlintdes
sicles a dimori'i son iacapicit
joursegouverner .aujour l'ha mons
iue jamas elle es1 capible de le fai-
'. Os deux points ont t g'gas>.
PARIS 9-Pour les rpar.tiois *l
orcupatioa de a rive gau.h: du
thin et sur tous les autres point?, la
PfiBSt sut se rallitr aux vues de la
m i jorit. Li confrence de Loidres
fut convoque exc'usivemeat pour
rgler la question turque,mais L'oyd
Geo'ges pi>enta sub temml la ques
lion c^tnom que europenne.
NEW-YO: e sont signales a New-Vokel dans
eaucoup d autres villes des litats-
:'ni les conm nicitions tlgraphi-
(Oes ont beaucoup souflert.
MADRID Li police a entre ri
une Cimpsgai active contre cor.un-
malfaiteurs, on en souponne q fil-
ques uns entre au'res ceux qui co n
.ment des crime; qu'on a.tiibue
ut !ynd,ca!i:tes.
1 ARIS, 9 LeCibn.t por'ugiis
i dmistionn ap:s avoir t m s en
minorit A la Chimbre, le nouveau
ministre est constitu sous li prsi-
dence de Sylva,ministre des Travaux
pub'ics, Tinterieur Bandits, .h
us ice Gordero, la marine Macedo,
.'i la guerre Martial, aux colonies
Priilifi. La g eve des chinois portu-
gais est termine.
VIENNE- La s tua on en A .tri-
che e t de plu1? en plu> angoissante
L'es normes silaires demands pa
les ouvriers ne suffisent plus pour
faire lice la chert de la vie. Dans
les villes surtout on constate une p
nurie d'aliments. Les paysans ne vi-
ven' pus aus i f cilem nt Vienne
sur'out, les visages indiquent les
so ffrince-, enJu-e.le- coidudeur
d tramway: gagnent deux cents
couronnes pat semaine ce que gi
gagent les gouverneurs avant la
gure ; par .ont e, un pain cot-
cinq couroanes et demi et les autres
ali ne-nts sont a l'avenant.
BARCBLONE Un hydravion pi
lo'e par l'aviateur italien |anniro
ar.iva Barcelone lien repartit ayant
pacouru 930 kilo Htres en 5 h :s.
PARIS.Le clbre comdien Baron
d:da l'an de 83 -ns
PARIS. L'intransigeant dit que
l'u lion dei syndicats communique
ans note enregistrant li icpri.e du
travl par les cheninoti et proies
tan contre l'arrestation des ml lants
et dclarant que si leur emprisonne-
u al continua t les ogan-satioipin
iarej entrer ie;it en a.lioi pou
>Sienir leur libra'ioa
PARIS. Deschan 1 rtOtrl A Paris
MILAN L'. gve gn aie; ter
mine; le travail reprit partout
BEKLlNLe Iuraal 0;:ie! dsTE >
pire publie ui appel du procureu
gnral sommt les personnes dont
le a ) n est sur lu liste d'extradition
de l'entente de lui faire connatre
leur aires e actuelle immdiatimia*
BERLIN La Presse N t onaliste
ment ont campagae en faveur de
H ndenburg pour sa candidature la
-'lsidence de l'Allemagne:
ZURICH Le Journal Suddestch
/.-;tung de 11 imbourg dit que Von
ilindenbufg acceptera la candidature
si le parti nationaliste la lui offre.
PARIS Le vapeur fipantil ToklS
hiai Maru arrive de Yokohama avec
sa p tente de sant ind qi nt qu-.I y
ava,t 2500 cas d-intlue.i/.a i Yo!;j
him 1 1: i mr d? son dpt t.
WASHINGTON. Ll dp rtement
d'E .t intonne que Pancho Villa cap
tara uu train de voyageurs pr de
Chihuahua tuant 17 personnes et
plusieurs voyageurs di commerce
amricains qui (uieut dipouille;.
PARIS Un assure quaux euv;
oas de C n tntiuople il y a 4} oor
soldats sous les srmes, les allis n'y
ont que 20010 hommrs 5eulemen'
la disproportion tait rrairdre un
choc tant donn les inlentions de*
Allis*en (Turquie.
LONDRES Llovi G o g*s Vclarc
que l'Angl tetrejn'a j imais eu 1 intec
t'on d venire les Bermudes.
LONDRES. Durant ces dernier-
mois on a dbirqu dans les ror>
le la Mditerrane 40 rrillion* di
liv es de sucre de carne fibriuu au
lapon.
MADRID Le ministre de h rrariue
L'ami-al Flores a dmissionn.
PARIS. 11 est question d'envoyer
une commisuon Berlin pour traiter
des indemnits dues par l'Allenigne
iai Espagnols lss dans leurs \oU-
r's pir les ag'ScemeDti des alle-
mands pardi .t la guerre.
La Digue des
Malheur
Hier mirai Miri 19*), les Ing-
Bniann Dienl ' T. Prie oit t
toiagqri dns la P ainn d I Arc
iiaie, gfletion des VoiM. lai l'rtvanx
I* r'f ction de II Digne ds M
iiaux. Ds lundi prochain, aoua la
lirection du jeune Ingloieor Geor
gos. les chentiera laroot ouverts e
d'ici peu les quin/.e habitaMons d--
Vjs, privaa d-puis la daa'factiop
do cet ouvrage d'''1 d^s bienfaits i
T rriKtion,vcnt enli rprendre leurs
ancienne splendeur de jadis.
Toi'jours (Is l bonne besogne,
sa>n brnit ni tambour,<|ue MM. Roy
et 1 ayler poursuivent sans relche
a gran le sa iefaction d=.. patriotes
qui rclamant des faits et non des
rilci
T. de PO
Mouvement
Maritime
La Steamer Panama est at
Ion lu ici iU rai t.
La steamer iGaatili de la G GTi
laisse c soir .' heures pour Pot
le Paix GapHaitiio, Puerto PlitiJ
Sinchaz, San Juan de Por 0 Ui;uet
le Havre-
Faits DiVpf
METEO ROLo?.
OU PETIT SEMIMAII UE
COLLEGE STu.
Ttmpratare
Moyenne diurne
Ctel clair jour tt nui,
Biiomtre lgre nent" e. k
I- i>CHE8ERb
La fte d'hier Beaucoup de monde et du heiu i
n.-Vanis. o se donnait Uoh**J
prout de I Amicale du Lyce gr**<
Kn attendandant que nous' f.Uu.
corapt. rendu de cette U-te, nou X -
plus vus compliments aus i, ,"
Itevue Bleue et en narricute 5
ei simplement patante. n
Grande Kermesse du '
encore une fte qui ^annoncc*,'ll
la grande kermesse qui sc d0S^'
Mars, au protit du Sacr-Ca-ur ^
Nous reviendrons sur cette 1re ,*.
Je laquelle tout est mis cW
Les dames patonne.ses sont n,
-- so,r i heures, au prttbyl& J M
. Cour d'assises
Aujourd'hui se prsente devant t, COut,
les nom.ues Lou.s Chrubin et (jS
accuses de vol avec eitraction et ev,i
juJice dt Mme Thoma M,rcer0H U*
Le mbinal es. prsida par le |u ,
Le Parquet est reprsent par Me \\
gnand et le ,ury prs.d par &3
Me K. Mose prsentera la dlens-j7.
Ganseil Commun
Le Consei. Comniunal de cette m
ance li er soir a la Commune.
Apres la lecture de la coriipoqdj*
.mction du dernier procs-vcrW IcT
C .arles Duptessy propose au Conseil d
i expression de ses condolances et de
t'.iies aux parents des victime de U
survenne a M aria ni k- 5 de ce moi.
Cette proposition .1 eu vote l'un
Nous croyons savoir qu'a sa prochau
le (.onseil Ccmunal s'occupera des m
prendre relative a l'Exposition Agricole*
wielle a organiser, cette anne, a l'on
la Fte Natioru'e de l'Industrie et dujL
Reunion ries Memb:esd
'Conseil d Aari..
la Conii
A la runion d'hier de, Membres
d'Agricuhure de la Commune ue Pon<
le Magistrat Communal a eu i les ei
propo des billets des anciennes i
doivent tre prdseut a l'change m
Aot de cette an.ie, et aux mesura il
... 1 vue d assurer la russite de l'Imposa
cole et industrielle que le Gouverner!
co'd avec la Coin tune. Co npte orgiM|
anne, i l'occasio.i de la lc:e de l'InimM
Travail, Ue sages et utiles recoawi
leur ont t taitcsde porteries hibuiau,
rgion s'occuper ir> srieuseneat
turc de leurs champs.
84 FEUILLETON DU MATIN a
Judex
QR4ND ItOMAN
Pai
A II i II i Il /' R -V /. /) i'
(Kilm par L. l-'euillade )
CINQUIME PISODE
^jt MOULIN TRAGIQUE
V (Suite)
Le Justicier peut venir
IIOIl ' Mora!.' suppliait l'aven-
tuiiora avec 'Jea nng'ote vraii ou
factioea.. c'est ma1, r.tm fiche, ce
que tu tais'l., soni/e t|u'il y a quel
qoei hearei A peine, tu me tenait
encoredaoe tel bras, lu te R'isais
*1e mes baitari.. ta me puais tpiu
tu tais prl tout tacnli r, mou
ur un bi soin pour moi
J'tais l'oul
Ouvre-moi. j) t'o coniore.. Ne
raa livre pas, toi, mou amant., toi
que j a m
Allons donc!
oji, qai l'aime encore, i .us
que je suis IOQ,Oun p:i lo a m'eut a i
avec toi. l(Ji. m0:1 nntnt. Ne ni
uvrt pu ce jitticier myitritai
tjtnl noud a iiibiicC Kt comme Morales, fort do son
itptntir rcent et dcidti toutler
en lui tojt jamais la pasuon qui
l'avait entraue si lias, i/ardeit un
tsilence glacial et mprisant, Diana
Mon 1. f. appant contre a porte, con-
tinuait implorer :
Ouvre-moi |e 1 en supp'ie! Non,
e nVst pas possible que tu me tia
Incise ainsi. Ces gens sont capables
lie me tuar .
G'eat aiireux I
Puisque je te jure que je n*)
t-iai aucun mal ce te teuimi Je
t'ai nloi qu'un dsir ; m eu aler..
loin tie* loin evc toi *i tu le
%el\ .. avec toi seul
c Piti., pour ton amie., pour la
temme qi;o tu a? adore, que tu
adores encore., car je le sens, js le
devine, tu es encoro et tu seras
oujours moi>
? Tu n'ose? pas m'ouvrir. pareeqm
tu a' por rpia je ne to ressaisisse .
c Tu treuil'es la pense qu *
levant mes larm g. tu risque* de
l'attendiir Pt de m irqoi r au sn mant
lut vient de l'arracher ton pore-
1 Et quand cela seiait, mon pau-
vre Mora .'
refai-
oui, libres de nous aimer- en
sa' t notre vie
" Mora, Mora mon ami.
amant.
Et comme le lils de Kerjean s'obs
tinsit dans son silance.raveaiuriio
s'cria avec un accent vraiment dt-
se pr
Tune me rponds pas, C'est,
poavao eble!
lit Morali qui s'tait eloi^n^ de
1.1 porta tint ii craignait que rapri*,
subjugu, vaincu par la voix fiscina
In me sauvant, ne serait-3e pis uice, il ne lui vint la tentation af
0 sauver .oi m tune il'reuse de dlivrer Diana, entendit le
|eboir lourdement toi I? n'anclier
Comme des ai* tonlta, accom-
pn^ns do | laintes douloureuse s
s'levuiont du grenier, Morales s'-
1 i.n eilet, rilcliis Qatlla se a brnit qna l'ait uu corps ^n se laissant
dsormais la vie ?
t Tu devras te cacher., t'expatrie?
>u tu serai oblig de te livrer toi
mme la justice-
t Tii veux donc *o faire arrter, loigna encore, se bouchant les oreil-
passer les plus belles annes d 'on les pour tacher de ne plus entendre,'
existence entre les iju^tre ni'iis car il avait compris que 3a passion
l une piison. ou t'en aller mourir n'tait pas tout fait morts et que
dans quelque colonie malsaine loin s'il cdait sa matresse, s'il la revo
Ir tout, loin de moi., qui | mon v ail ne ft-ce que quelques ^econJes,
tour puis prte 1110 sacritisr enti- il tait urcindiabkmfiit perdu-
r mont ton konlic-ui? Malgr cela il so s-ntait remu en
Mo'a, Mora, non il n'est pis entendant c^s sanglot dt navrance
possible que lu ne m'enten 1--S pas, qil ae ftitai*Bl lM il'il an ii'u* d
que tu restes insensible DM sasp^ran s et di plus en plus faibles;
i'ii.'es, iudis n aeito'i d'absorber actiere
t Nous avons quelque argent dt- ment ea pens e en cette pune fem
vant nous., et nous pouvons encore me, en .a liile du banquier Favraut,
uer gros parti de la lot re du baron comme il l'appelai', et qui, dans la
llirgnai*. dix. ving',cinquarde chambre abandonne du vieux tuou
ranca peaUtrt* lin, tendue sur ce bine., toujours
. vac cela nous partions po i"i m mobile., s'3 chaveux duoa-*
l'tranger. N lusaommea Intelligent*, jaatour do sa tta de madone andor
Nous travail ei0113. !me. semb'ait dj ne plus ippartl
a Ta veux redevenir bonnets'? Eu mr la terra
bien, je le veux, moi aussi car je le
teconnaii prsent, c'est toi qui
us raison*
I c Va, en qielqoei miontaa, je .
viens a rllscbir ornallement, aaga* lievreuses. tramblantas;
mai t Si elle ait morte ?
Il s'est prodoit uu grand change E' tou de laite il aongea
m nt an Tioi,. le reconaaia que |ai
eu toit d'tre si arnhuieuse-
t Laa millions de Favraut m avaied
rendu fol*.
'^Mais maintctiRt'eut m'tst gal/ cni de Jacquelin . notant pas la
pourra que ta me reetai.. pourvo tojcber.. tait il avait p'ur de sent r
que r.ou feoyo.n t.b ;s tous d--i x, une main glace., mais cherchant a
Alors une crainte terrible angoissa
soudain cette ne nouvellement r-
gnre, se traduisant par ces mots
to'iibiut lentement de ses lvrii
A1 tait que Diana j aurais con
tribu lassa^einei.'
Comorentpl m'ont encora.'io.to
%! endue de sa labat, il so nppro
voir si elle respirait., guettant avac
I avidit le moindre souffle qui s'exa
mon lerait de se3 i.-vi -
Ah qua n'eiV.il donn pour qu'elle
rouvrit ls yeux pour qu'il pt lui.
dire le premir .
ltaesursz-vou8. je na vous veuxi
plus aucun mal., c'est moi au con{
traire qui vous pro'ge et qui voaij
grdel t
Mais rien., aucun s'gne d) vie.
La prostration complte., abso-
lu- le nant peut-'.re.
A'ore, ircaoable de miiriser la
doaleur que lui eenaeiaii ie< re-j
morde tardifs et sa boni* d lui,
mme, Itobert Kerjean se laissa fora,
ber genoux auprs de Jacqueline. '.
Puis, s'enhardissant, il saisit dou
cernent la main de la j >une fem ne
et la garda dans les siennes.
Bientt, il lui sembla qu'elle ee
r-'cliaullait. C'tait donc qo le sang
n'avait pas c-ss de circuler tout
fut daoi ce pauvre corps pantelant
iianiin*.
N'tait.00 pas une illusion?
Non. Car Morales seatit bientt
quelques p Isations lgres, in ter
mittantei.
Eli' tat donc vivante, vivante..
0.1 pourrait doni chercher la sau
ver., on la avertit.
Et ce m Ira-ureux.. ce dvy^ .
qui bien dir'g, et fait un brag'
garon, un honnte horn.ne, senti'
00 cur attendrir la premire
joie vraiment pure, qui, depuis son
enfance, avai*. fait battre son cur
Avec une sor e de ferveur, il go
ta la douceur d une rnovation tai
dive, mais po3s ble.. Il go crut, il se
vit sauv.. Il ne pensa plus au mal
qu'il avait caus que pour l'ex:rer
et q 10 pour le maudire. Et tandis
rjM I s plai.t^s d 1 Diana sapais dent
uans I enveloppement d'un inyst-
lieux si'eni', Morales, demeur
gnons d -vaut |a queline, gardait sa
raain dais U sienne, l imp'.oran d un
regard poigiant et qui semblait
d mande grce.
C' fut ainsi que le vieax Kerjean
leboiva quand il rpart dais la
chambre tragique.
U le regarda un instant avec i
expression de jo e intense a1
fonde-
Oui, 89 dp -il, rassur.. Hj
raison d'avoir coniiiaiseo lai i
Ses yux ne pouvaient pal
tir Quand ila ont pleur il ml
bl que c tat nt les yeux dni
S apercevant seulenenl da m
sence de eon pre, llobertun
et le fixant bien il lui dit;
Main enant, mon pre.. W
tranqu le. Le j isticier peutTir
l'attends/
Judex venait peine dit
Cha'eau-llouge.. et d'appre
sou Irre que, croyant avoir i
vert une piste, il allait alaoe
rourauite du ravisseur deJaci
I )rque la aennerie du tlpno
isntit. ,
All., all!., disait U
Kerjean., Venez vito au
Sablons, vous y trouverez m
Favraut. L
Telle tait la communiciuoij
t'onn Ue que h b'gnardeir
ion maitre.
Judcx eut dans les yeuxw'
ne nent d allgresse.
Prudemment, au lieudeaw
das dtail',il ra:crochlerW
- Je me doutais tun-M
1 -'tte malheureuse n'tait m
li:i.. Marie Verdier.. p'*!
nat ce moulin. J
Et reconstituant tout de pj
a lumineuse intelligence, MJl
tel qu'il s'tait droul, UJJJ
1 indignation la plus terriD.^
sur son visag, il ajouta : ^J
_ Cette femma et 10a J
rsolus l'assassiner, IWJ1
porte l.all i de se d barru!
tacilemant do son cdivre. i
Les misrables !jeipJl
cotte lois ils ne m clupP* J
Et ce brave Ke.'jeaol
serais peut-tre arriv w
Ahl frre, vois-'u. cala P0^
heur d'tre gnreux MJJ^
Car il n'y a pas une fflioa'-
et j'ai hte Rtf
- Ue la revor, H- *Vt
- Peat-tre!.


ir vain
k deMattds & o
tiennent d'arriver dItalie:
hg/miie blanches plhpour hommes
Lemi$ts couleurs kphir \ ottr homm s
faux-cols, toute* dimensions^! t
Cravates* toutes nuances Q
Parapluies
[ Chapeaux de laine
Vente en gros et dtail


9 Mais
jMicoirpru i sr devant le jarj
Mloio:ine Jcseph. accuse u
i domtstique u pifjucJice d
croei BeuBean ei Abel Lger, L
tafek'ouxre 10 heures pKciiei
o.tii tel* la pie-8idei.ee du de
Ai cuite Moi.Ibs. Me Tint loi.
jilI tubsitut du ComiriH8Bii'
focu'vernient occupe lo sifct
l'iccuialion et Me Fernant Leto\
|u de la dfense-
l'iccui e peine ge de 2i ai.
[iiiiieaui ta .-tle it- bile a 1>
ptroirtia fonce, des >ecx qt
||.n per inai8nta des lu. ers ire
ti lurlaud.toiri'. Llie-isl It^ \r.
ide la ptyanne avtc eou l'a o
Jtdrap, Les six mois de den
lopivtiitive n'eut pas 0( ait so
ii moment o le doyen U< c ai
e la sance1, un 1 .mu t c
luit ; e juif Hercule Lan ns .
ta.. ^tnaniK' et y elliu \oi
icclieuhe. l'a* de tiace. V'ei
ke heuies tt d me lo mystiiieu
piarait tu etuil du inLuua
liouota exe iiil.i ioi.b qti tradi
Itleblmede,! ouii uni Apitsui
nei.ininifciia.iui. de la puit G
le jure 11. Li.her.3 gagne t
ta d t?- Lecture e .si donne dts Lie
uutier de le Maire. On \ as
boite I audition dts tntoit s. Fi
[kuI prsent Me F Leroy s'oi
la lecture .1 l?u , Mail une ordonnai > rendu
ne tenante par riiouortble doye
ite la demanie du dlenteu
poursuit les pi tMirnineires. l'iui
[questions l'accuse qui rpen
uue bonne contenance. Vu:
(arrive aux dbats gnrtuz. L
litlie publie Me i Million Agnai.
lea circonsiauets du vc
Douait Uoiioruie Joseph coinu
mit l'ut sa culpae lue. Me h
1 Leroy p< essuie a suri tuur tl
i piaido ne bitn uou rie et inte.
eol conduite ia dUn^e de i
, h u tque le Jury i
assumer la responsabiin o
immr 1 accuse, ui na le pu-
I accusateur brille, per sou al
a.a laudierce. la paitie pi-
jalemeiit.. Il rappelle b.
H considration en favcui
ente. Le doyen du tribu
la peroraissu e Me Lero
'leadeban geniaux et itm
Matiou Mr uciave Une*
Ment du Jury.
"Tes avoir dlibr pendant pic.
quart d'heure, le Jury reiouin-
.ou verdict icoonnai-sant i
Mtaucedu l'ait tt la culpcbilii
liuoorine Jesepti tout eu adme
"ta circonstances aUfnuati es i
"lorila. Le ministre pub.ic co.
o emprisonnement de cm
le doyen trois mois. M<
MMde ^0U1 Honoune Jo
iierjniice ue lu loi Lespiuasse
twneeitiujtetii I.Uit sur I.
A vendre
iCrUiri?Use ed#pailt.n
i i.l6lal "tiii compos, i
salle
; a.h a' g*.
mo-
poift de :
1 li ble. i
flbtffet,
P^re4 corn h. avec Ji'i
f; n e,\Cel'-t Piano
/'seuibh oi
[Cesser au"
sepaiment
ureau du Alait/i
'i detu nide
Jf!,Aer f timbres pom
WlXlmjrimerie du Vt4tia
v-baD(|euient d'adresse
La Mail ODaVic cent G. Makoul
le la rue Ti a verrire est Iraoaf*
ie l'angle des ries Csars tl
Msgaz'U de l'Ei-ii dans l'ancienne
-ni ison la nu i lie.
La Maison vend de la gszolDC
u gros ei (n dtail.
Parle 8*vou
VAnglais %i
Uue excellenie occakiDO d'p*
^rendre iiiatior la langue an-
{laiseaVec une reiliaQuaiile raj >
li e danavofl momenia Iibreaicu .
uus, tu suivant noire t ,- i apeialtment pour le pe
toiiuta de langue frai rais lien
cz pour (leinander des iCOSOyiii
ututs complta.
1 he Lmverfal Insuiute
D i't. ) 235 \\. 108 S'., A'..f Cili
jjiAvis de dpart
L,'auto ISo. %\ partira du (laa
ge Ceuiral Cbeuel lires,Place lit ;
iaid 'leinaiti Jeudi a / li^uies ut
naiiu en roule pour les Uayri
prenant pafaagera.
tllaXE frres,
io Mon
l es dpchea pour l'etli LloT'
irmi*i ta\ii ei Jacmel pari
leanier < AdvaLue , seroul l<
dees ce malin 11 heurs pr
>M ;
telle pour Santiago de Cuba .
rCiogl ou (Janiaiijue), par la In t
elle Vcla a.o Se,sel ont lerain .
leniciii jeudi, il du couiaiit. a i
taures oie l'apra midi.
I es dpches peur Santiago o-
J Ue Via Louise seront termets ci
soir i \ li-.uiaft
Celles pour New Yoik et 1 Europe
/il N Y, par le S'tamei Panama,
.eront fermes demain n du coi
rant i 4 heures de l'apra midi.
Pot au Prince le 10 Mars 1^20
,-.. ..< H II I I ! "~-
lie mer ciments
Monsieur l-once Fi's Aim ^
os autres membres de la lan i.h
.'dinercient (iocreineat le cou,-
aerces tous leurs amis de la Ca
.iialt- et de laroviiice qu leu
ml donn un nouveau tuie gra
ion eu assistant la messe so'ei
lelle de Bout de1 l>n nui ath
tiaolele endredi 27du coarenj.
n la BaMlique Netre-Dame, a 1<
nmoire de leurs regretla l'an*
'ilt-btm at /*tanais ugutU
ds Ai'twti, dcods les il) et i) l
.ri r do l'anne deiiiiore.
Ils les plient de c:tire liui
irofondegralitide insi.qu leui
/ive recoumhsai.ce.
Cercle
Port-uu-Prittch>n
M M- les merrbres, leurs f m
s tt les lubuus du Cercle ;o
vlta i -'e runir au Cercle demaii
)irjeud;, i l'o:casion d< la Mi C
me. sins r nir.uit.
Oa Un de U musique et cndai
era> Le Ccmi'
BAZAR MTROPOLITAIN
Maison tic confiance.
P-stoires poui lui e ,40 60
Carne's eu leuille dtache
2U,ft i or
Ci rnt'i rorbe 08 a 0,22 or
i*aper t col.er "oO O or
Boi.e pote cra^ou O.l or
Lia y ou Oill.l^or
liasoirs de siareles 0 40 o,*5o or
Vaseline t,S a 12 or
l'oudic TaL (j \l 0 .'55 Or
SaNOti lunette oU6035or
Williams
Colgate*
Armoui^
Woodburys
PalmoHves
-j
Macaroni Fdral )[paquels
de i|2 lire
Fromage Eikhorn 1 6 qualits
Fromage gruyre
Toile drap de iH)
de larg.
!H*
La Maison d'u Mont-Liban
D. & N. Sada & Co '
Grand?Rue cQfiue des Csars
V eut IfinU bLtw anglais, gants hommr, montres Suisse, rveils, pen-
iaies, bluin duo:, lames Gilelic, /I vielle par aune, iau\-cols, chenu-
telles fil d fc.vsse, crav.les. mouchoirt, jarretelles, bretelles, tuis
'iaareites, 1 ubans, brotses dntu brostes a tel?, mouchoirs soie,
rava'es noires pince, broderie par piquti, chaussettes franaises,
hocolal Meunier.
PharmacLi F- .SUJuURn
Angle des Hues Rouxet^du Centre
J2. Mdailles d'arger* imposition de.Bruxelles ./910
Laboratoire de tliiaiie Mdicale
Droguerie, Prouils chimiques et pharmaceutiques,
spcialits haiaises et anincaines.
Prparation de oues ampoules mdicamenteuses strilises
ei injectables.
>pciahts. Srum r.vitsihnique simple et ferrugineux.
lodhydrarg/re. Srum oe Horard remplaaut 1er paqueia
racalciiianta de re.iier et ue /iobiu*
11 y a toujouis en stock : Aavicsthcose' Sirop pectoral,
Elixir de Pensylvanie.
^Dpositaire du PREVESTYL
Reprsentant des Laboratoires Terrial
lACTIFLRM. Ferment lactique, coiilre aMections gastro-int.es
nales et cutanes.
LW4RINE,Spcifique de la constipation.
A vendre chez
A. Lolt
angle des rues Magasin de tElQi.
CHOCOL'Tci jol es butes de
2W.de \ lb.de 11$fb.
KALI1.NE en boite d'un cacliet
rente en qrrs d dih i'O
POISON POURRAI ratliii-kil
en Ivle
PAKINKdV marques diverses
Coq, Cottaiii, Poule, Boule llouge.
oontre
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
19, /..., Sainf-An(oin
r*AWIB
C EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Ciiampatjiie.
La Raison I. PUF.TZtfANN-^GGERHOLM areen pirates*
ner fisntali du Clnn pagne :
Charles Heiilsieck
La meilleure marque connue en Ilaiti, en caisses de U|l et 2\\2
?oui. Got amiicaiD,aec, demi-sec et iloux-
PORT-AU-PRINOB
Alm.rCTP.US; Pharmacie ALBBRTINI
Pharmacie du D- Juatin VIaRO
< toutes le* honuri, i"'h rai oie*.
Ifs Charles Heidneck esl fournisseur brevei [de S. M. Georges
Roi d'Angleterre; S. M Albert 1er, Roi des Neiges; A- M. Alplioo
Roi d'Espagne, eic etc.
GASiTJENS & Co
Eue du Magasin de l'Etat
lit/, P. 14 or les 100 livres
Tles 1\ 1.25, 1.75 et 2 or.
v
nse
ANEMIE
Conrvlt*M YOtr. mdmcin sur le
8IROP oi DESCHIENS
l'Remoffloblne) 0
Prescrit per plui .O) Docteurs des
plus roiosnta KEMIE. MEUSIHNIE. FlBlESE. MatDlEI
-----* PO:lRINf.COf*VtEiCENCE. SURMtNAGC.rtr
Supcrvurala indc crue et aux ferruginrux dont la plupart abment le vole dig.:l\e. U 1 u et lea dnia
Adil daaa le Hpitaux de Pari ,>is le premier Otcon, lea malades entent renatre tu i'44 uue ileiiouttll*
Ranime
des [Deux Mondes
1 S,Rut de l'bnnerut\ Pans.
SOMMAIRE DE LA 1VRAISON
Le Chemin du ia.cl I ne O.et
if Sixime pai'.ie Henri L&vtdaa
-e l'Acadmie fit n; te.
Le Rhin libre, Ke Piron
La ruine d la Hrrfrli'atioa ant
que II I a crise du illc sik'e Gu
1. Iiro.Im n.tii'.
Ma cjpt.vit en Allemagne Il
Henri Puenne de Hntiiul,
Hisxiie de deux un om mal assor
ties Msiit Louise Pailleron.
la cioirade de Saloriquc II
.1 icquea Aacel
Kcvte dram:tiqur, une vagoe d'Ia
ttrnaiionalisme au thtre Ren Djii
tnic de l'Acadmie fianiise.
Revue scientifique Amas stel
laiies tt nbuleuses, Chailes Nord
nanti,
Mr le mrchal loch l'Acaimie
traraise Htniy Uidou.
Chronique de la quio/une Ht
:oire Politique Andr C.haunaeix.
PRIX DE LABONNFMENT
Un an Six mtk Trou mis
i'aris, Srinc,
S iie-ct-Oi>c 60 Ir. ;i lr. i(, fr.5
DkrAITIMBNTS,
et Colonies Francaiaa (t fr. 5 ir. u ir
SntAMOBB l ir. 37 fr. 19 Ir
Lis abonnement, fuient du ur tl du if d*
' tous ttlOl'f
PU Ju Numro ; ir. ^o Y.i-
' I
.iiRer
4
On trouvera
%A l-i Grand fine
cW du tailli ur Smith
Ciganea, cigarettes Scaierlaii
Ptptalonfiuilbaud au p ix t'e
IVI n que
1


M MltTI
**
Pfcarinacic
Allxrfini-Ewald
MiBTUL .rlTRlS, KG. Suc
c nr%r
Fonde en 1SCO
rio'uil f| in'qufs dff mni-
ifOffi Usiig de FiaLCe et d'Ame
iqw!
F|#B *= l'fi liliiff. KollD'l
Paihuaiie.fifcraise il arc i;
cure.
AUTOMOBILES
/
1 /ouff
Courses en ville & hors h la ville
Revue Illustre et Vente
Patrons h Mode
Pefius' Ihnp Sfore
Sireeseer m A I.KLKT'M KWaLD
1 stabished 1850
Anrfriran A'iTdirh P*lDl Me
Hirifs Pfst (heuicals fioai Eu
ii I p and tlic s'ait s.
^netksn piisciiiiirns filles,
lunch & n.ericEii Perinne:)
Toile Watein.
fie il al Parus'
l'haiiiiLiv Gradua le of Temple
l'iuvt rtity. Philadelphie, Pa.
Avis important
I e Public est in or ni que la
1 nrrit''* / ImUi'u m Incorjototei
n h w n fin* wcvin ire /'ctf au-
J'i iuie il 1$ Hue du Ct$ he r
i>n 11 r*Hii| ogt.it des ( blei Inn-
fattkviji.ef.
l'i.i nu rrir.ee i Mirs [KO,
Le p idit.1 de la le M (S l'iai.
UiLons ln'orroratcl%
Jil.n \ Ut(jlUi\D,
Voyages l'intrieur
du pays.
Four les provinces et les
villes de Slo-Domimjo :
Puerto-Plala, Santiago
de los Gaballeros.
Sadre88tr
Clias. STBPHEN
ji \o Grand Une en Altnvi C ( 1 I ii'fliy Maison Smith, tailloir
on " r.iirtw de la Hue X ic: a%se A la Lumire Uipne (Ivitp Avcnuf
& DftttfTl') jrcifhone2^.
ARTICLES FRANAIS
La maison Max Monsanto
ftfC du MaffctHin de l'E'at .
rar le steamer [ranais Caravelle i arriv ici le 1~>
courant tes article suivante: '
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et colon
Nappes^coutils matelas -
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
cravates noeuds et rjjates assor-
ties, Gilets de flanelle. i

-.
1 Julie' CoatuiIN
94 to M l
tt ccnU
6494
iiiild'i Dm
i tr 6 to |4
ta *
8490
Voyz-voas ces belles Djois, voi' z-v-ms re l^ii s et
sraarios coir me elles ?
ALLEZ CHEZ
Paul E. Auxila |
Fie du May si n Je l'Etat et trcvenie ,
HUHaNSIm plus ai propris et d un choix rare ".]
Il \oua donneiu un Catalogua de Mode et vous vendra !.. n.ir*J
usinera voira iobe une COUPS itrpcccaLIr. mH\
toiaet, hr8, foi mes de chapeaux, paiforaeriea divn>es da mii
tabnean^; Tonique ctiin aie, Trtoi heious, Pommade moelle de
Pommade EClieotO, Lotion I AllGtXTKE, asiuror.t la i eiu h
et velout, rem|.leant les cimtE- iiiwi
l ne visi e dans eite Maison rt vos em.uii avoir ce que
vous devez porter, dieparaissect-
.* .,-4,1
NM^
DVVAItD M. RAPHtL & Go
Rew-York Portait Prince
1 Spcialits k Produits
Uaporel
Mr Eug. Le BOSSE,
ayant dcid de sereli
rer du commerce d'a
(omohiles offre les oci
sions exceptionnelle!
suivantes
Un camion Chevrolel
N\ul (l l\2 lonne) (Kinanageautoniaii(|ue or 2160
Un camion ebassis Manier
2 lonnes-n olfur Buick \ cy!iJtres or 1"(X)
Un camion chssis Maxler
i loiir.e tcoleur Chetio'el dmarrage aulcinalitiue *'0\
Liie buick
5 pitiicfra 4 cylirdiii dt'rrirageau'cnilique ecotd1'
i cniise i't .1 de i c m 100 dollars
Une Buick
i prfssgfrs 6 cylindres demarrrge aulomaiique seror.de*
n OUur il) parfait lat 000 dollar
Une Limousine
7 p'Mgeri Buick 6 cjliadrrs remit e neuf in''sappJPr!j
pBifl#gei Me, i co' plut de 90UU dcl prix de venie i-w
Une Buick
0 cylindres 7 passager?, moldMD parfait tal 0Q


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM