PAGE 1

11II-A1W tu Bibliographie Le pUPoyiLLOT, un des plus clbres juiuaux des tracches tunai tes pendant la gurie esidevenu une des pieraires revues parisiennes dans .la paix. Rdig par Paul Keboux, I L, Vaudoya, Roland Dorg le ,Do,u nique Praga, Valdo Barbey, Ici G-Utier-rioiSire, le CRAPOWILLOI donne l'analyse ue tous les livres, dt toutes les manifestations artistique: tt thtrales dont on parle Paris. Son numro d'anticipations sur l'an 3000 (ut un gros succs de librairie en France. Le CKAI-OCII.LOT illustie est la rtvue que doivent lue lesEtrai gers et les P'raniis loigns de 1. mtropole pour suivre M mouv ment littraire, artistique et drama que en France et se tenir au courant des modes parisiennes. ( Abonne ment d'un ao( 2/ V ; : 20 F. AJm nistration, f place de la Soibojm, Fans. Mouvement Maritime Le steamer Oranie Nassau [et ligue hollandaise a laiss ce muki pour I eMt-uoave,Jretnii' liyefl, Jacrrel, curaao avec 1rs passa gers suivants a destination de i'Lu lope. Air et Mme I Iassel,Mr et Mme K Muller, Air et Mme llnsli et e.j l'an >, -Mr et Jime Dr Kun et & e:i feins, U. Leinke, VV. l'olmiim, M et Mme Karl et entants. NOUVELLES ETRANGERES ; .Ys:s 1620 PARIS. Kayminl Literre fut an a Strasbou'^ e:i $0 tint du roi ,rs socialisttSur le r?eau d'Or ans on constate une tsndSDCC ma iue i vie amliornii.i le rentre on is; %  impo tintes e!ic ; se pro luisant dans U plupart des ga-e>. Aucune dfection D'rtt sigiai lans la rgion de Tr>ulou f c con^' jant le s-rvi:e de la tr-c ion di pl de Paris on a tous les moyenour apurer le servie;• dpts de Montrouge OflitQ 1 /•erzoo constatent une ameliontior Tous les traius des dpts de Pour ;es de l'eo e des arts ;i mtliers d'Angers armeront le ser AceBORDEAUX. Deschanel assista un banquet ottert l'Htel de Ville ou des toasts chaleureusement pa lio tiques furent piononcs. Deschanel se rendit au grand thtre a une ce PARIS— D'apr? L: fourmi i • ,) j io, une perquisition efoctue au lomicite d' M dil, secrilure da syn; icat du P. L. M. amem h dcou /trte d'une grosse sonm de billet Je bin me tranais. sllLAM— Une dD:h2 dit que plusieurs enta nss j-i'anatchi t's ten'rent de pri-r dre dl'assaut!a boum du travail.Ils furent disperss par la po lice. PARIS— I! apparat que les cheii 1 ois reprennent progressivement 1 ivail.L" traii: n'avait pis encore • %  1 s son inteasii normale hier, M is la reprise sera tri probib e ment gnrale aujou J liai. Li question de la libratioa des militas s arrts avant hier.provoqu hier une dmarche de la ldrati m et de la GGT aup.; des.pouvoi s public. Les journaux considrent; que dso r mais la crainie d'un nou/*au cooilii niell sur cette question s mb'.e car l e. La commission executive de la LT dclarait dans i so're qu'elle rait une prom >• libirat pro nv> re Selon Le VI t si ment. Le Peti que contrairement in ait > cette iib lieu incesne do t Da^ se substituer aux organe nouvel neraentao. PAKiS S ion cl'KebO de Paris Conseil Suj IIJJIJH de tenir un prochaine session 11 dbut d'Avr a Xm Mmo. La confrence linanrw re Internationale se runirait Ib me ver* I. mrn* poerm. PAU'S, l,q Matin aimons qola comit Kxcutit de 'a socit ne nations se runira l'aria le dou/ courant en vue de di-cuter la que tion sur l'enqute en Kussie dont 1 est charg. S gnalons sous rseive.un3 dpeclje da Londres au petit Pi ;i •'. %  1 1 %  n D ; 1 ) 1 u i t le bruit qu'un rvolution aurait, clate au Portugin ou la Rpublique des soviets aurai t proc'.a i>4e. U RESCIA La se naine In er.ntion le d'avutioQ est oi^anise po ir sei i.Mimre prochain.Kilo compor^ia di, frente? preuves notainimnt ;UJ e ^iij') kilomtre?. PAU S. M lltrand ne se ren Ira pa Londres avant la semaine proche ne. PARIS. La lsion de Grce corr munique un tlgramme Hiinonan que les Turcs se hvrren. des mai sacres contre les Grecs et les aruu Au Tribu >mU 1re irw Port de Paix, 04 Fi In'rrssanle audienie lindi rj du courant ^ ^ t>yen Alix 'Jiphaine. sJ' %  /tel tenu ,,ar le fa^** Unir, (.ommiHsaire du cL "t Me Fernanit Paradis 2 ban: de lu dtente, l a 1 dtxreau condamne trfa lu,un pur Jugement du ninel di a ressort en dt embr Witi, cite ouvert pai Me MUS*-, repriti.Uuut Mr ios Vm ,'M civil*. *"u At\*r>. implique q mti %  pr-tutiQ* des textes. Plaida %  Mime entre les membre£1 et lauoeat de la punie ciX. quel cramponn larttcle ft. de d instruction et un urriiLa dt Cassation y relatif, co ,21 ment u l irrecevabilit de uA tn dommage intrt de la p J!1 wmme tant tardive et ?,J' coup. Le'lnbunal ordonne k\ i pi.n pour h prononce du n une prochaine aui.ence. nions llodos'.o, les dtails mai Parisien • dijqueut, usais le nombre dus viclim certaines Infor I p arait i oportaot. mations de source britannijue, ilj PARIS. Le Temps annonce qi n'est pis actuellement qucs.ion lu Aliizo qui reprsentait la France t pis retour de Millerand. n provisoire lmonie commmorant la pro'esra*io.i des dputs Alsaciens Lorrains de 1S71 qui lut lue dus Cftte mm salle L).v nt une a '•tmble njmbieuse D^.i.antl da 1 ce vib:ant.' alocufjn rapp;U la sance du pre ^.V" 1 ' '" f""f' u PARIS. D'aprs des renseignement mierMn US71 o fut ratili le trait %  •* avec la luiqu.e, croit aivoir dn j,,^^ Twm PubliCfli mchant l'Alsace Lorraine la Frau ^ a ^A arm e Ur ^ e seri h Qllle aui •• • tiM du .ravail par les chem.no 1 ce puis il fit l'historique de h guer Vieillie est nomme Ambassadeur ; %  PAXIS-Le JowRNA-.. propo3du ^ ; | \Y s e '; ) ei > e en txiltant rii':roi!ne dej armes qui permit a la famille franaise de se letrouver runie il termina en di b'ant quelque soit le pasi sur lequel] on discute encore il s'agit pour no.;dsormais d'assurer l'avenir. A Cdtte lettre du 9 couianl. je suis bien sensible aux sentiments que vois y avez e>pnmes a mon t-gard, tt je vous en renueicie vivt1 tribune o retentit la protestatioi •• IIlL[> i # 1 1 871 apportons le serinent de 192 J Les renseigne mti.ls picieux que sur no un million cinq cent mil: veus m'iVCX dODflta sui voue oncle, I morts, rur no, dix dpartement* ra leu Conolan Uesicurces, ont partivags mais runis devant P Alla ce culi;entnt rtitnu mon atleuiiou. I Lonaine retrouve, devant nos anc La {.ose de la plaque quci'ai otlertres.devar.t uoi entants Jurons de n seules tor.es necessa-rts pour le „, t 0 tnle dans la lgion Pansieun maintien de 1 ordre avec deicaotjl Qi signala quelques abstentions ei. nements obl'gatoires en Asie Mineuprovince causes tuitout par le rt re. tard apport l'ordre de reprise du PARIS Chartreux.co.nmis dechan travail de la fdration. Le ilinittrt .llerie i New York, est nomm con dos Travaux Publics reut dans li ... i New York. Polio, chauccllier i ? t,la i e la dehvdion ae la fdra V, paraiso, est nomm vec consul ^ji?! clit, "^ ts 'lut l'e-uret.n r j IU „„;,.,=-\ dadulren:es questions peisonne'le: 1 Guadpajara ( Mexique ) actuelle.ne.it l'tudeROME. Ronsm ministre de ,1a Ha v fc e8t plac a .'a disposition du m 1 i e GENVE. La fance plniM di conurs le laligutpa taGroii ttonap fut des femmes eu Chili Le gnral PARIS. Cinq secrtaires des syncica s des cheminots ants a la suit. 't l'ordre ds grve et inculps d'ex, talion de miluaires la dsobissin ce et de provocation au meurne el au pillage ont li remis en libeiL le peitonntlUmeol a i'Ltoie Natio-jpil mourir sans avoir donn la strong Directeur Mdical gnral ex naJc Conolan Utsiources aura lieu Frurce la pleine scurit que mrite posa que l\auvre miicale est enlre jprovisone., maidi 2-1 du courant, i % heurts du son heroisme et son pur gnie prise selon le rapport de Saniu Li/.ui Lei compagnie,de railways ayan: mann. Le depailen-tni serait heu-, 4 Mars ,do conseiller technique. Il laut agir daQS u ma6 ine rvoqu ceitain acux de voir la tain.lle du regiett 4 |.mmd.atement en c' d *P ld !" ; cheminols.les dlgus des svndica • rtlunl assister i celle cie.non.e. PARIS-Le Conseil national adopJJJJ | p e 8 ^^mSKnSfS, P Mi ,eM se f*onir et doptre l Agiitz.Monsieur l'as.urancede ma ta par 118 voix contre ;> l'aiict feue pilaiie eonsxeraiicn. dal adhrent 1 la ligue des nations JJancs UhLLIiGAKDI, en cartant les clauses amricaiaes. prophilaetiqiies. Rose, directeur de 'lustitut d'hygine de Roctfeller ex|.o iotdre du jour constatant les revj .ations prononces contreirement e Puerto Cabello 330. G salsprogra umede la croix rouge qu. Uacco:d mteivenu et piotesteat en d. 420. t A la Tropicale] i -un J'jfrie prj du tailleur! 1N0 lo2. •'ar le franais est arriv il enti-ophtalmique contre lei 1 de8.Yeux. Kn Stock chez Alphonse Ut On tiouvera: articles pour! ture, lingerie, broderie, de J 'Jinerie, des corsais, desctj es IJI niches pour oirMi cliaines de nnntre, des franaises (lesarticlespoun Savons Lenxc pour LK Untrouveia en outre lesi i ts "ui vaines : Ionique Ori Tricopharous Excellents, chiny, l'wder, Lininent | hisective Emulsioa ScoitL V et rle tiahn Colortit mandant aux cheminots de tl prts repondre a l'appel qj lance si ces revo.atioas ne n| iap; ores. Hente 30/057 )) l>jllar • 14,20 1/ Havre, Cale Hati Cap i ^* H FEUILLETON DU MATIN . Judex GHAND 110 M AN Pul S. R 3 R h R B /::/.' W A D lC (Film par L. Feuillade) CINQUIME PISODE Lt: MOULIN TRAGIQUE — JCSutte;) ^Est-ce un crime ? Firre.. je le conuais.. reprenait Itoger. Je'te eais lame Hop haute Lour iedoutt>r de la pat la moindre uelaillauce.. Ofci u M ras fidle au pacte de vengeance., et au tel ment kvcrel.. CeptudaiL. laistenioi te dire un mot., un eul.. — Faite.' j^— Qnt l'amour que t*a inrpir la une ne te fasse jamais oublie. 1 Loi leur que doit noua iiispuer le pie. — Uuhbure -toi., s'cria Juelex, tii attiiant son lire daus ses bras.. Et puisque lu es lu ta mon cœur, laiste-moi le dire mon tour ue crains rien Je ferai men devoir., rien que mena devoir.. 'i u ||l< .)'' devrais m'ai IUCIK-I le eeiiui l'ai jur.. ht s'echappaut a^is un longue treinte, dtb Pias de sou lieie,.luut.x elispaut par Ja pone secrte ei esco ladii in 1 v IIM !.,'•'nt les ei ceeaait de supplie' : — Mvail a toi vi u > i Ua> Jacquehai, qui < aon 1re, aides p..r UKUX voisin-, avaient transpor e cln/ eux. ne revtiimt toujours pas elle. Maiiaunu avait grand'peine conte nir sa douleur et le mme Rglisse constern, lui aussi, se disait : — J'ei pouitant fait ce que |'ai pu '. M J ; S toul coup, Jean eut an cri ie |oie., Jacqueline, qui dopuis un mstaut, taisait entendre quelques 1 gmissements doulouieux, enti'ou vnt lgrement lee paupires.. Ce n* [l'ut qu un clair., mais sais doute J&bfiisabt pour lui permettre d'apercev. ir son enfant. I ne plainte trs douce s'exhala de ses lvrts.. Ses bras se soulevrent lgrement COIIIDIO s'ils veillaient se tendre vers l'tre charmsni vone Manne avait rus i luit. b>> ber, la tille du banquier s'assoupit et r>arut se calmerCependant, lorsque le doc'eur Palet jeviut, ainsi iju'il l'avait promis, constater l'tat de la malade, il lit, en hochant uravems bien la t tout CS que vous nous av /. co nmaude. — Jo .n'en aperois. Aucune menace do cong' htion.. ni de pleursie. Mais je constate u 1 tat de denres sion nervisa trs inquitent..st qui en provo piant chaz Ominde u,. jafTaibliBsemeot gnral considraible.. la prdispow ., . ou 1 entin, l un tas de vilainss c oses que ij'aimo mieux ue pse voua nommer. j Tandis qut Marianne essuyait deux larmes, le docteur rilchissau un ins'.an puis il reprit : — Jo ne uoute pas un seul instant que madame lierlui ne soit entoure ici de tous les soins les plus vigi lestaCependant, j'oatirae que son tal esi sufflSauq nt grave pour ocessiter sou transport a l'npiial. — Mon Dieul — Ne vous dsciez pas, ma brave femme Ce l'est pas une coudainna tion quo je prononceC'est unu mesure de prcaution uiginte que je vous conseille. — Monsieur lo docteur a raison, Intervenait le pie Pontemps qui venait dentier dans la pice. Vois lu. Marianne, il faut toujours outsr ce que disent les mdecins. t Au moins, comme a, on n'a rien se reprocher. Le docteur dclarait — Je vais tlphoner immdiate men* Paris, au directeur de l'bei tal ljai jon qui est un de mes amis de_vom envoyer une arobalance ur baine.. Je lot t ^pliqu^-rai en mme tempe la situation.. Soyez Fanquill votre amie SS<*S soigne tomme une princesse Mari ans rec indoiiit le mdociu jusque ,j* s u c.ur, mut en lui disant ; t *> Encore merci, moDiisor lear. Nous aimons tant | tin I C est une si bonne crai Songez quel malheur, si cas nat disparatre/ — Courage et confiance., .i doctsur Pelet en serrant la Marianne. — Celle-ci le regarda t'at et comme tintement elle a 1 1 s y


PAGE 1

IE MATIN fait D i ver£ "OSKKVATOIHK h ftI T c S oS R lT MARTIAL leudi 4 g fr oœtre Itifl pratuic Mars 1920 762.6 minimum al, & maximum 27,7 242 Moyenne diurne Ciel couvert joar et nuit. Temp de Nord. C fiometre.2,4 m.m. "-"", b TcHERER Le Monitsur L v 0 du I0-.MI pi**,* M creJ P ublte : Ani.cs ormaot Jo Commission pour g"J, faux prochaines leciiom, l intrts StSSS^V.n> J*W Suite et M; leincnt de 90,000 gourfcWietdfrioresct retraite |4 ^' v ;' 9 .??" .Compo-tln des Jury. msiUica .s de IKEcole Jn Marie Guilloax 11 a ca ,avaut-h.cr muccrdi, une UcJ. ..c rtwolede Ficrcdcs U Grand itu |u kon.e Sr'de U pUq^c iiitiisuant que celte ce £Li.dcnominee b.olc Ji.-.M.rie G I 11 1 -M" %  Lbcnsson, ius^vi.-r gcut...... a l-g MiiarciKveouc M fu.tau-r. 7u tout le pay ues auvns impeux-t! .-. %  Lheruwn a rtuuu hommage a nos prt: leur divoucivem au srrvicc uu p-y II rappel s lervices renUuj a 1.0s popula'te 1 ^ 1 les rteie de l'instiuetiou ebretienne de, u uaotc M u>. . .... [U. Beiw^rde a .aus.i 1JU I in.e gem Ii'viie tl les rtus du Liage tt des cou,-! es libgieuse. 11 es.pr.me un regret : c rregattons nom ias a^sii de re.igieux et d, iicuscs pout nos vide et nos eau pagnes 41 rclament. Apie les renierai 1111 nrs de Mgr Lon.in, I.. tutonmmU U.-sahi.ieiini. Le u,un.t. : ensuiic cong aprs la v.site des cUaac. Nouveau .Notaire | Par commission de, h le Prside rt • e I. fcbliuue, M l1 011 Morgan vient d e.re c r.. ne notaire (jrand'rlo.s.— Co.iijliu.cni Pour l'Amicale au Lyce Petioi tXoui avons eu l'occasion ue voir le Beau pro une labore pour ta lete organise au piohi [Amicale du Lyce, lin plu de la ri vue dm; avons parie il qui est appele a elle seun.. le succe ue la lete, il y a ix.uv.oej mractions originales qui leront les eWI-CiS de. •tturs.— Nous v revirodtons, A mardi dOnc 1 |3onee thtre Je i Nous rappelons que samedi soir, l'a: 1 .ai . Uantts Me y cllre une magitique suret; Un. : nu • laiiic cscl.vis u aine el • Le dtu. quu • comeuk. : public des ru, t aller en feule' applaudir Ni Bits lit;.' qui est l'auteur de ces pices. U'cniiec gnitale est .1 2 gourdes seulement. L Humour public apprendra avec plaisir que dcmaii 1 reparat noire spirituel coulure • l.'Hu [•.— Nous lui sounaitoni le plu. grand suc l'accident de chemin de fei U liste duuermer accident de ckiiMin teki ut ajouttr les non:s ue Mme Lilia liius t tint, milie Meise, blesses. Naissanc (Notre ami ci collaborateur Thiraothe Par. tllemeni a Pot'.-au 1'rmce, a leu un %  dptv tlui annoo^ani la naissance a JermtC ue :. Anna.— Tous nos compliments, nue P aisance et J-nneiy : correspondant Ue I labance nous iulu.tfiepar suue aavalanciies, la toute conuui"I de l-laisanct a bnuery a eie compltement Les comniunieationi tntie co dcu\ Jtalaes dtviei.mi,t pus s ue impossibles. [iouhaiiur.s uue le nccssaire soit lait le rlus _PSIBIC pour que ces villes soient rei.ee: auparavant. HEMORRODES 1 certelne t complta pur la MADE DU DOCTEUR ZYLOR 1 ^X.TV* rostsiaur asatnooB ymmn CQKKOOIT Mm TOUJOURS UM nlSULUT %  W* II, me Ciirin-Uaui. IEUIIH I(IIBI) J*Pai.ai.W/tw: AIM. PCTUUl Asile franais [L'iisemble gnrale Pompiers le lundi 16 tvrier ermer. Il les prie de croire la vive tecon naissance de la compagnie toute entire. Port au Prince, 2 Mars 1920. Expos : Les 2.025 gourdes, provenant de ta F'e o>ga nue part I.aReraiss£nce> aux prcia s de la Corrpgnie de&Porr piers Libres, le lundi 16 Fvrier der nier tt qui ont t verses au T i c ier de la d t* Corn: agnie ont (W : mp!> yfs comme suit avec l'asten m. 11 du Conseil d AdminutraUOD. SAVOIR : ^" re Audatn: moiti des frais de 'iiiintlles du confrre AL I78 2j Antj Partt Solde des frais 'e l'uni'ailles du pompi r |.N 10 1 25, bail Mev : Solde de son borJtreau pour dans 87 25 Fid M vs; Solde de son borde reau pour divers 50 25 P'W.y Solde de son border eau #4 5c .h les Gti tie Sold de 0" borde'eau 97 A4 0 Eentiy D ]oie: Rembourse n m u autant avanc pour itqut 1er h s dpenses l poque de la Jis'.olutioii du Corps i>75 r*ivuion, Pour achat de 12 hachis et 12 manches, ; gran des cries, rparations des deux ebaudiies des deux .< nijes vapeur d tvers tins iri.is laits la suite du m mer ivcentlie 3CO Gto'gct ijyivain, Y crment fait In caisse de la Socit d'Assistance 341 c 6 Toti! G. 2 ce/ S L 0. Certifi sincre et conforme Perl au l'nnce, le '.i Mars 19*20 Le Co ni mandant Le Caissier Lod. MOISI B.C.-NCV A de Matleis G Keprsenunts des maisons : Gino Pozzi &. Co de Monzi Valera & Ricci de Monaa F. Cinzano v Co de Tonno C31I0 Scueto de Naples Iombeitii Figli de Naples a l'honneur de poit r la coaaa sance de sou aimab eiertlesju-ell vient de renouveler entirem ni M V ,ttck de maichandisc, bi|ooteilc,l ^enierie etc et qu'elle a r u par lei derniers btesix de 1 mois les aitides suivants ; Bagues avec diam n s toutes dimt n sions— Bibelolots de toute beaut— Bronae. — Biscui s ttc, etc. Paitumerie— Hoibigan — Piveit, tf/t:. lapis peur table— Dccenies de ht et carpettesI eignes — Peignes i repasser — Dimloirs, jeux de p ignej pour chignon* Un grand assouiment d'toile.; ^.ssimir Alpaga etc. etc. 1 ornons pnr pantalons, tou.es uancii. Argtnterie iousson bonis XV,| Graud assoitiment de bijouterie, bagues, chaines, etc, Gobelets en argent et en mtal losc. .Vin iin *-*'• %  > P salon ,'on c.ayou lidMjir.s de sreles Vaseline l'oudie TaL 6aveu loiici'e 08 a U,2eJ or U^O ^O J6 Qr U.leijor 04 40 <2 or 0 40 u.o or t8 a 12 or U \1 a U .'55 or otkSiVaoor Williams Col gtes ArinoniWoodburj'i l'aimoltve? Macaroni Fdral ) paquets de l|2 litre Fromage Bkhorn 0 qualits Fromage grt yra Toile drap de 90 ITr Eug. Le BOSSE, avant dcid de serelirer du commerce d'automobiles offre les occa sions exceptionnelles suivantes ; Un camion Chevrolet Neuf Cl 112 tonne) dtnaira^eautoma'iijuj or 2KK) h camion chssis Maxtor 2 fonues rrot^ur Cuick Ifcyhudres or l.")(J0 Un camion chssis Maxfer i tt.ine moleur Chevio'ei dniarrage automatique '•'00 dol Uiie Buick o ras age s 4 cylindres dmarrage automatique seconde mail i mise l'tat de neuf 700 dollars Une Buick prssagers 6 cylindres dmarrage automatique srronde main mineur en partait lat Une Limousine 7 paysagers Buick 6 c}lindrcs*imise neuf lis appropri pour marimes etc, a coif plua le 3Hw dcl priv de vente 1 X) dollar. Une Buick 6 cyliudres 7 passagers, moiaoren parfait 'al 1.'/00 d. i Champagne La f'a*nn L PI1EKTZVIAXX-AGGERIIOLM a re: t par sieamer Castah du Cl^np^gnc : Charles Heidsieek La meilleure marque cornu* ,,n cai ses tie I2J et 24|l bout. Got anxiicam.sec, deiur i.ui ls( 'liarUs llcidjieck esl ottrauleur brevet de S M. fifsrpi V lioil d'An^teterre; S, 4iliert 1er, Rnj des Dalgri; A M. Alphonse lio d'Espagoe, etc etc, de large Avis L public tt le commerce sont m l 'si s q ueMonsieiirCforg* t'h.La1 nui nui n mon en'irr* procura 1 1 n von" Rpublique d'Uaiti. ..' 1 vui *., urtnd < nul UMilM JaHeBCHiel OiMeUei. H', u n-u.. teerf J*el aw ^ .u i.^, t loi.., j* K ,.K., da loea u,-t . Pwer .*'-*. --*• loi*K- par |p ..,.-.••ui.'ivil ,II %  a !'•"" %  ,-' •' -j-' n-a. I...IUIUL. al .M.,i.„l, • 1 .....• — 1_. .in : Met.. Avis important Le [Public est inform que la Vert t Iles Plantai ions Incorpora ted 1 son uf/ice provisoire a Port au~ l'iince 1712 Une du Centre ent te la compagnie des Cbles Iran* (allant iijues. Port au Princce 'r Mars 1920. Le prsident de la Yerrtt'es Plan talions I nrorporatcd, John A BIGRuiNDS, A/M. les cliargturs mni pris ce orsenter toutes les rtlama o,.., lu'ils pouraient avait contre la lia oordSletnship Ltne dons un ddai le 1 rente Jours aprs le prtent ivis,puur tous manques panels on totaux des mariInnihses armes en llaili pendant l.'VL". Pasi ce dtaif aucune relume lion ne pourra tre reconnue, ? admise, Edward M IIXPULL, el Co agents. aijlaJ contre CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, U9, Kum fo'aint-Antoine aV>A.X*IS C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-ATT-PRINCTB Alea.PETRUS; Pharmecia ALBKRTDfl Phamuci du D* JuiUn VI AKD M loutee J 6onnee /'/iiariuttciee On trouvera %A la Grawl Hue ct du tailleur Smiili Cigarres, cigartttVi Scaferlati i lr-00 Guilbaud au fabr que (Ha.



PAGE 1

Util* la P a m acie AnrillUnjard A .u.ylf denfUtM ffou& Pcr.-m Piinifl Ulaili A I hnnrei r d'anrnnrpr MM Ui MrUfciibc •' 6 -tet iib-iy MM. \*9 \ I 6fM it-t. U'IIM I qu'nlf rH I* lei H'S.-T taule .!• L*lortiOtr#l ) "ii lorter Dausee & l'o de Pans pour I >•• tiin de ti'ti (9 if % [ rciHiit s ei qn'ille fait mcffr les commandef qi.'cn voud bien lui ronfla fr faitart bn. ii in l'iDnac d'une rouble remit* Un rot b'adreiter rt rour df rli'i empl>i renseigntmH t* Peiti colireroent ell a I" p'aitir o'infcru r WM. les M'tient P, S. U du r F • i le public en tf\ %  i H l qu'elle v ei I de if revoir bs M cialitti luivantee: roidtnt de Soulie Dt l fi ri as'P'e et \ la l'aocia'me < lodO'tfil rlqoe t Levure de bire 4 Tonique au quitta rorp, kola ft glycro ce < lieua. • rtf kola t d'Rinn Mai VlOO'ftlTCl. AUTOMOBILES 1 louer t ovine GoUl Medml l>ttt narque ett ret*ftfD (e par : l.rFEETZM.ANN.AGGERHOLM qu lorjn'i-s un stock au mcilleir pis ii ab e 30 y ."> y lopo 200 120 ai'O 1L0 HA) 100 :w 4 o.*iO Qjt) UuO pisea 100 M \U) doiz 100 < EDWARD M. RAPHEL & Go New-York Por!aurPrince Spcialits de Produit; Raporel y '..) y Siam ludian Hted .'JO yards ti yards Siem L L Italien ;{(i ea'h 50 yards Si m apglsls a LJ yards i;8 v_he k Lu Raina istorti '20 double pice Alebama cbeck asorii -.'i) v^r-tab'e 85 yaids l'ei iras Nelson v^utabh ditk bleu 98 y D^i iins Meiro|.oiis, double p ces 'J8 y, 220 l)i il l'iesro t vintble, s midi drains 86 y liriil Ci.bal!eio assoit. (Lnbleilca Dtiil Caiendo assoit, doible pire L)nll Efpettrzi Msoit. double pice DriU b'-ne 11 double pic; I i i.bai i iio l'i mls double pice Tiooper C o h ;>0 to US yards Cal.cet M Jileifon doubla pice Kliaki en couleuis double pieoa Kbaki Army double pices Utill AndovH-Vulido doubie pice Cbeck Uk*wood-Plaida assoit. 86 yards M alow-Brook Nui it ^s ae^ori. > roukur X Moucboiis madras icuge lie qualit Moi>chous madraa rouge -me qualit h' M yards Mouchoirs rouge en pices 3 yards OUI) yaids Mouchons bleus en pices << yards 1 douz 30 puces Coton drap douqlu pices 25 tOOZ Cbeu-isea rour hiiiicts 1re qualit 8D Cbamiaaa pour bommes 'Jrae qualit r n papier 3 JOO pices Ras pour femmes bl mes en papier erab 50 lias pour femmes blancs eu cm ton 2M> Ras pour femmes moiti eu soie UianH 400 (Lias tour eniai.ts noirs seulement N 3 0 0 h 294 teets cf black Upper Leatber Cbeviette 2 072 biowu Lpper Leather Chevrette 12 0C0 yards Duik iN 0 ,s uo 1 20 yards la pice 80 pices et Siam couleui 30-1'JJO yards 80 Nsi.souk 36-c8 double 300 Dmina CI Diamante 2J5 A i0 R^gaita Siripes ( Uke Prepcotts ) 20 Colfax Cbambiay ( doubla 'M ) AVIS A louer pour maison d'habitation ou Oficei, t'logeJU" II. Mural Son, No. 110, Ru* TLoma* ktadiiu. Prix Molrt IOR BENT Vpstairs ol Murad Sn'i nc.v siore jor dweliing or 0//W* P# 1 homas iVadiou, /lV UMWDftm 1



PAGE 1

i*nfc Ni 3726 rorl in Prince H-rti Vncreli 5 U*h 1020 1 :MA GISTRAT_C0_MMUNAL L HUHWO 15 INTIMES iB ONNEMENTS HORT-AU-PRINCB W* jEl'ARTEMENTS .mois gTRAN G8il G. 2.00 G 2D0 % 700 s 800 ~ sont reues au Comptoir laPKM. R u u f, T roD f "• r i ,' „, Ludgate Hill, Londres, Quotidien ||BB00 ce5 J* vois une nouvelle reliyion, fonde sur la confiance dans l'homme, faisant appel aux sentiments intacts qui donneut en nous, cro\\ut que nous pouvons aiuier le bien sans ide de rcompense et que le principe divin est en nous. SOLTER 1FJ.EPI10SE : 14* t obtenir Extradition du Kaiser. L X k aiser et SU illS Corioiau Dessources Frdric Guillaume et les extraditions ne caserne de cavalerie dePtion ioora'htti dmo e : la partie a uge jii George, WHerand el i y runiront prochaine# Londres Il s'offre passer en jugement a pUce de 900 inculps Washington, io fvrier. %  Frdric Guillaume Hohenzoiiern, Ft\— — kronpiin/. d'Allemagne,dms une d; B^U UnMh pche aeue aujourd'hui par le Lietenvi^r^S^ %  * W.lson, 1 offre de se P livrenni. Si 'o landais de remetme pour eue ,ug par les g uv, S 1 ex-kaiser pour tre nements allies au heu des 900 Alttilormment I article 228 dm mands donc l'extradition a ie del Versailles, oblige les Allis mande. Son message a ; envoy mer nouveau les mesures c!e l'le de Weiringen, hier, et ues 1 pour obtenir l'excution des n iess3ges semblables ont t envo)s .da trait. aux rois d'Angleterre, de Belgique, jduct anglais, lord }H !" *£ d'Italie, l'empereur du lapon et -u prsident de la Rpublique trac .ise. Voici le texte de la dpche envoye au prsident Wilson •'Au priidtntdes Etats-Unis, M. Wilson, Washington. "M. le Prsident. La demande de la livraison des Allemands de tou es les classes de la soc.t vient de nouveau d'are t ite mon pays. Servi de l 4 Associated pt\ t La Haye, 12 fvrier.— Dans les milieux bien renseigns on dit que l'ex krouprinz Frederick Guillaume a fait son offre aux gouverneme: h allis de se Hvrei a la place d s Aile mands inscrits sur la liste d'eur di t.on, srieusement, et qu; 1 < it JUJ les allis accep eiont ce m >yen. Oa aoprend galement que l'ex kuse sapptouve entirement le ges ede son Bis La uniaiiif ilnniiH-. a H tvoqut W mmoite d'un y>umbU instituteur qui, sans frac s, fut utiU ton poy<. Sev de ce btimert avec plaisir la corresponaance chives de la Rpublique, et cest sur // est question tout le prliminaire aoit termin au [de la runion des prsidents (il. aioo qui semble prvaloir 1 sphres diplomatiques anlest que laliste de eaux qu'on iici des criccinels (i ; guerre rise et trs probablement t butait alors les ar publions fuivante o\ admirable qui fut COYO, Port-au-Prince, le 9 fvrier 1920 A Mr le Secrtaire d litat de Nosavec beaucoup d'intrt le'dveloppe ruction Publique, ment de son oeuvre parie quelque 1 1 soa H6t:l f 0 s a vec motion de cette poque, e Mr le Secrtaire d Etat, comme dernire preuve d'une estime Par arrt en date du 5 o Dcerr1 ui ^va.t jamais chang il. lm iinJ b.e .9.9, vuusav bien voulu donJ coeur ^Jg^LSS: nr l'iico e m-temps de la )" A Wieringen O n'a rien su des Croix de Martyre le nom de mon 'mentions du prince avant que c '.. ". mente allis aient t envoys, et h qu'Mne Lace Archin Lay eu' :.eule information cet etfet donn: p noicer le rer lvrier sur lag aude f,PP' ; par Frederick Guillaume fut une 110 eiuca rice que lut Mme.Atgentine te envoie au gouverneme it h )i n Helleg3rde, confrence 1 hquelle je oais au moment o il envoyai; ses ne p US milheoreusernent pas assisdpches a 1 tranger. rcr, elle a lait en passant une bien Au ministre des affaires trangeveillant.* allus 01 a 1 œavre di Coyo. res en Hollande,on n'ajoute aucune Vous mme, Mr le SecrUire d'Etat, loi aux rumeurs que 1; grand d ic aVtZ bitn VJUIU rappe er que Coriode liesse, son ti'.s et sept gnraux j l U UcS^ources a t l'inivateur de a emands compris dia-, la liste d'ex ^-^j e populaire l'oit au Prince et celle deSt et qu'avait i sa vie, parlant de "v_oyo comme d'un de ces hommes do.t on ae comprend U valeur qu'a crise qui affecte la vie de noue p: pie, qae l'on puisse trouver en Allemagne un gouvernement capable d excuter la livraison exige est' ab solument impossible. Les consquen i^ais. et l'on reconnait que cela dces> en cc q U1 concerne l'liurope, de [besDCOup de la France qui,ma imeot, ne peut renoncer a la 1 jugement des criminels conquels des preuves crasantes pibiliioot t runies. Angleterre tient essentielbraent lueTex-kaiser comparaisse de1 tribunal interalli, non pas prit de vengeance mais par bnes'ioa de liauto moralit. fCobfrcnce aura donc s occu Ils procdure que lus A h i suivre pour obtenir l'excu 1 trait, tout en tenant cornu e situation en Allemagne cela une partie du tomps nue rtront MM.Millerand et Nitli liiestune autre question qui devoir aussi tre discute, Icslle de la baisse dos climat 1 daviaes europennes et des quences qu'ell entnine. lehioseUier de l'Eohiquiar d|deroiiir un certain nouibte do alits reprsentant la haute anglaise, des bomraes politijetdes ouvriers pour discut ?r la 'runion corapendra une tren '•• personnes, notamment M. iCIynes, repiesentant les ou M Mac Kema, anciou chancela mis* i excution de cette demtn de par la torce sont incalculables :1a luine et le dsir de la vengeance se raient temels. aujourmps prc.eux pour parler euco'e de lui, c"fst que je trouva dacs voue bonl, Mr le S;ctiire dlv.a., tout a la fois un encouragement e r une excuse. Coyo n'enviait pas U gloire ni !e; Ue dvous collaborateurs vinrent avec Coyo leur pierre l'difice, b.ave gens accomplissant ce qu'ils considraient comme un devoir sacr, sans foifaattrie et sans dfaillance. Aussi bien, les succs remports les rcompensaient ils dans une ceitame mesure des fatigues, qu'ils s'imposaient. Les gn J.13, en laissant l ab i sment, eiuie it adm s eu seconde 1 cole second aire des garcns dirige par feu Joseph Robin, mon ancien et dvou Directeur, de prciense mmoire. Mais l'une des plus douces satisfactions pour leur directeut, c' tait les flicitations que la trs dis tmque Mme Argent ne liellegaid.e lut adressait i piopos de la bonne tovrution des tilles qu'il lui envj' fi? VZVl fSTEZ .w 7 C't tifiii qu-U metUit en pratique ravez si b en montr il avait lame %  ' c Etanl celui qui devait succder mon f re sur le trne, j accepte \olontiers dans cette circonstance r.ulheuieuse de m'otlrir a la place oe mes compatuo-es Si les Allis ti les gouvem msctl associs rcla ment uue victime.qu ils meprenuent V f !" fj* t au lieu des 900 Ahcmands qui nont co.nmis aucun autre curne que celui de servir leui piyt dins u gueire. M. J. L Breton, ministre d; l'hygine, de Fassistanc* et de la prvoyance sociales, a prsid U premire ardente d'unapotte |e me souviendrai lou] ursdeson en>etgn:ment d^nn en p. tin air, sous les biyahondes. it plus tard,sous les lungirs qa'il avut tait construire. Fout un pet t moid: s'y gtoapait autour de lut, et le modeste cjri^nnter, -nire d:ux cojps kance du conseil suprieur del na dj marteaux, inculquait a tous ces tdit qu'il a institu par le dcret du peuls les premiers tudimecta d'une i ionnation intellectuelle et morale. il a prononc un Ces' qu'il avait b en compris que inprieux In -elle t Guillaume "lie de Weiriogcn, 9 lv.ier 1920' %  %  ._ -. Parlez-vous V Anglais 9 l'ne excellente occasion dappreiikfl manier la laugue aitlaiseavec une remarquable rapisauvages, de monstrueuses ar spjcialeinrint pojr les psitueries, pour nous donner la victoisouties de langue firmnaia. Ken,.., vei.potir demander des renseigne Ide Londres : les directeurs vous, en suivant nolic cots pie. acr ,fi; C s inous. discours dans lequel il a fait ress^rp tt Q dus besoins ks plu lir l'utilit urgente d* cette cration du peuple est l'instructiau, tt l'importance des travaux du coa lmentaire, reposant sur de solides seil suprieur. principes d dacat oa morale. 0 est La dpopulation de h France, qu'a ivatl bien compris que l'uu a-t-il dclar, est une grande cause, des besoins les plus impneux du la cause prolonie del guerre monpeuple est l'instruction, lot elle liliale que nous venons de traverser mentaixe.reposant sus ce solide prin et de toutes les formidables misres cipes d'eJucatton mcrle. qu'elle a engendres. Attenants danger ces intelligences < Si notre popu ion s'tait dnaissantes et ces cosu's encore nejfs veloppe d'une tiJn normale.paral,i ne ngligeait prit le c'. matilement celle Ce l'Allemagne, jansl, raccommoian* les chaussuc inais cette nition n'aurait os daux uus, toarnissir.t des pantouflles chainer sur le mo-ide cet pouvana ceux qui n'avaient pas de souliers table Fau. F", en tout cas, si elle wjurii. ait un grand uombre et gar lavait fait, il ne nous et pas fallu daut soas s.>a humble toit ceux qui ttes de 'Banque d'Angleterre et le direc '•m Eloyd reprsentant la fii.lord Itobert Gecil.sir Donald uean, chef de l'oppoiiti<.x lib [Pour les parlementaireiwsrunion n'aura passeulement wer lea mesui ea prend P, ni us piin 0Dner 80 i avia au sujet de J ,oa dua e confrence iuterna %  Mai* a e9 t certain que la d oale sera rserve jusqu'au IU 5 r r uni0a des trots prair*jaU)nsil qui mront.non aeuPJ e mettre d'accord sur le ^Xsl t Conl,e ^ e ; la,a iiSeest"drdra exclusivement po *JpPi ons peuvent tre adm.•'•-out-ienco peut tra tr.traU inenis complets. lhe Univers il lnt\luu ( Dtpt ) W5 W. 10S st., N-Y. di:/ nie • elle peit (omorendre les ceu tieV: elle peut aussi adma nies an ciena ennemis. Cnacune de ces-opinion a aM par tisans, mail on reconn it que coite ittr* que li miniatrai reaponD Franois Henry. M. Breton a termin en demandant aux membres du conseil d'tuu'avaient po nt de gte, c m', entin, a il. IL' r de lui la SJ 1 de l'iaatructio 1 ai po nt que certain; djmestiques euvuy* au march ou ailleurs ne mai |uaieat |ama:s de faire une huie chez Coyo pour y preudre une leon. dier. de rechercher ec de mettre au point 'outes solutionssus.epnbhs de relever notre natalit. Sur la proposition d> M Chror, snateur.le conseil sup ieur a adop t la motion su] van te; c Le conseil suprieur de la natalit est heureux de prendre acte de la dclaration du ministre delhyUne, de Insistance et de la r rvodispositions dui gouvirn-mcnt en Fvance'sjciales, et de la crt on des nouveaux services i;i tessanl la nasa devise, %  Dieu et ma coascieuce . Il aurait sans nul doute ajout, c et U Patrie , s'il n'avait compris que l'accomplissement des devoirs dici* pat la conscience et prescrits par Dieu implique l'amour de la Patrie et le dvouement ceux qui sont nos frres par li communaut de Ira dnons, de soull anceset de joies. Ceux des m uns qui l'ont connu personnellement e ont pu apprcie par eux-m nt-s ses rares qualits lui ont vou un culte ardent. Nous nous ai achons i. taire comprends a nos enfants et no; neveux qu'ils doivent conserver sans tache cUe tradition d probit et d'abngation.Mais C'est daei le silence de,nos coeurs surtout que nous mditons J ce noble exemple. / El voici qu'une femme de talent et de coeur et qu'une voix aime et autorise le font entrer avec une aurole dans 1 histoire. Ces pourquoi, Mrle Secrtaire d'Fta', e croirai manquer i un devoir si !• %  • ne vous eu exprimats, et si je ne vous demandais la permiss on d en ex;. rimer c I Bdada ne L y en remerciement mu Pour vous, en pirticu ier, qui n'a vez jamais cess de me donner les marques d une prcieuse sympathie, croy/ bien que je vous en resterai, toujours reconnaissant et veuille?: Le Prsident Hyppolite, son arri agrer, Mr le Secrtaire d'Eal l'assu rance de mon profond respect. kJm. M bttiSOURCES \t au poa.-oir.comprit qu: cet ham me concouait tll.-ctivemeut au b en du l'a/s, -t c'est pourquoi il lui don na, pour abriter soa e.ole, l'ancienveur des fimilUs nomb eusrs tt ae sa voiou'e de iuit.r cor.lie le HU tali', comme un tmoignage des de lad i o i u .oa Secrtaire d'Etal de l'Instruction publique N ]>; Fort-auPrince,le 14 fvrier tyuo A Mr Fdmond Dessources Fo Vi'le Monsieur, l'ai parcouru avec intrt votrq


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05061
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, March 05, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05061
System ID: UF00081213:05061

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
i*nfc Ni 3726
rorl in Prince H-rti
Vncreli 5 U*h 1020
1 :MAGISTRAT_C0_MMUNAL
L HUHWO 15 INTIMES
iBONNEMENTS
HORT-AU-PRINCB
W* jEl'ARTEMENTS
.mois
gTRANG8il
G. 2.00
G 2D0
% 700
s 800
~ sont reues au Comptoir la-
pKm. Ruuf, T,roDf "ri-
,' , Ludgate Hill, Londres,
Quotidien
||BB00ce5
J* vois une nouvelle reli-
yion, fonde sur la con-
fiance dans l'homme, fai-
sant appel aux sentiments
intacts qui donneut en nous,
cro\\ut que nous pouvons
aiuier le bien sans ide
de rcompense et que le
principe divin est en nous.
SOLTER
1FJ.EPI10SE : 14*
t obtenir
Extradition
du Kaiser.
LXkaiser et SU illS Corioiau Dessources
Frdric Guillaume et
les extraditions
ne caserne de cavalerie dePtion
ioora'htti dmo e : la partie a uge
jii George, WHerand el
i y runiront prochaine-
# Londres
Il s'offre passer en jugement
a pUce de 900 inculps
Washington, io fvrier. Frd-
ric Guillaume Hohenzoiiern, Ft\-
------ kronpiin/. d'Allemagne,dms une d-
; b^u UnMh pche aeue aujourd'hui par le Lie-
tenvi^r^S^ * W.lson,1 offre de sePlivrenni.
Si 'o landais de remet- me pour eue ,ug par les g uv, -
S 1 ex-kaiser pour tre nements allies au heu des 900 Altt-
ilormment I article 228 dm mands donc l'extradition a ie de-
l Versailles, oblige les Allis mande. Son message a ; envoy
mer nouveau les mesures c!e l'le de Weiringen, hier, et ues
1 pour obtenir l'excution des niess3ges semblables ont t envo)s
.da trait. aux rois d'Angleterre, de Belgique,
jduct anglais, lord }h* d'Italie, l'empereur du lapon et -u
prsident de la Rpublique trac.ise.
Voici le texte de la dpche envo-
ye au prsident Wilson
'Au priidtntdes Etats-Unis,
M. Wilson, Washington.
"M. le Prsident. La demande de
la livraison des Allemands de tou es
les classes de la soc.t vient de
nouveau d'are t ite mon pays.
Servi de l4Associated pt\ t
La Haye, 12 fvrier. Dans les
milieux bien renseigns on dit que
l'ex krouprinz Frederick Guillaume
a fait son offre aux gouverneme: h
allis de se Hvrei a la place d s Aile
mands inscrits sur la liste d'eur di
t.on, srieusement, et qu; 1 < it juj
les allis accep eiont ce m >yen. Oa
aoprend galement que l'ex kuse
sapptouve entirement le ges ede
son Bis
La uniaiiif ilnniiH-. a H tvoqut W
mmoite d'un y>umbU instituteur qui,
sans frac s, fut utiU ton poy<. Sev de ce btimert
avec plaisir la corresponaance chives de la Rpublique, et cest sur
// est question {homme
on emp'.acemient que se tronve ac-
tuellement le bureau du Chef de la
Police.
Co)o v continua rpandre la
bonne semence lrmie qui suivait
Itord chancelier, et sir Gordon
kattomey gnral, s'occupent
fqtestion.
Isoorce officieuse, on dclare
lil.yillerand et Nirti ont accep-
litstion de M. Lloyd George a
frence qui aurait lieu Lon-
ibrf dlai et que lord Cuuon,
tire d Etat eui Affaires tian-
jjastitusraavec M.Carabon, le
jiglinpriali.levicom'e Chinda,
euiB de France, d Italie et
.d, de faon ce qu > tout le
prliminaire aoit termin au
[de la runion des prsidents
(il.
aioo qui semble prvaloir
1 sphres diplomatiques an-
lest que laliste de eaux qu'on
iici des criccinels (i ; guerre
rise et trs probablement t
butait alors les ar
publions
fuivante o\
admirable qui fut COYO,
Port-au-Prince, le 9 fvrier 1920
A
Mr le Secrtaire d litat de Nos- avec beaucoup d'intrt le'dveloppe
ruction Publique, ment de son oeuvre parie quelque
1 1 soa H6t:l f0,s avec motion de cette poque, e
Mr le Secrtaire d Etat, comme dernire preuve d'une estime
Par arrt en date du 5o Dcerr- 1ui ^va.t jamais chang il. lm iinJ
b.e .9.9, vuusav bien voulu don- J coeur ^Jg^LSS:
nr l'iico e m-temps de la )"
A Wieringen O n'a rien su des Croix de Martyre le nom de mon
'mentions du prince avant que c messages aux chefs des gouverne te mmoire, et dans la confrence I > '.. ".
mente allis aient t envoys, et h qu'Mne Lace Archin Lay eu'
:.eule information cet etfet donn: p noicer le rer lvrier sur lag aude f,PP';."
par Frederick Guillaume fut une 110 eiuca rice que lut Mme.Atgentine
te envoie au gouverneme it h )i n Helleg3rde, confrence 1 hquelle je
oais au moment o il envoyai; ses ne pUS milheoreusernent pas assis-
dpches a 1 tranger. rcr, elle a lait en passant une bien
Au ministre des affaires trange- veillant.* allus 01 a 1 avre di Coyo.
res en Hollande,on n'ajoute aucune Vous mme, Mr le SecrUire d'Etat,
loi aux rumeurs que 1; grand d ic aVtZ bitn vjuIu rappe er que Corio-
de liesse, son ti'.s et sept gnraux jlU UcS^ources a t l'inivateur de
a emands compris dia-, la liste d'ex ^-^j e populaire- l'oit au Prince et
celle deSt
et qu'avait i sa vie, parlant de
"v_oyo comme d'un de ces hommes
do.t on ae comprend U valeur qu'a
crise qui affecte la vie de noue p:
pie, qae l'on puisse trouver en Alle-
magne un gouvernement capable
d excuter la livraison exige est' ab
solument impossible. Les consquen
i^ais.
et l'on reconnait que cela d- ces> en cc qU1 concerne l'liurope, de
[besDCOup de la France qui,ma
imeot, ne peut renoncer a la
1 jugement des criminels con-
quels des preuves crasantes
pibiliioot t runies.
Angleterre tient essentielbraent
lueTex-kaiser comparaisse de-
1 tribunal interalli, non pas
prit de vengeance mais par
bnes'ioa de liauto moralit.
fCobfrcnce aura donc s occu
Ils procdure que lus A h
i suivre pour obtenir l'excu
1 trait, tout en tenant cornu e
situation en Allemagne cela
une partie du tomps nue
rtront MM.Millerand et Nitli
liiestune autre question qui
devoir aussi tre discute,
Icslle de la baisse dos climat
1 daviaes europennes et des
quences qu'ell entnine.
lehioseUier de l'Eohiquiar d-
|deroiiir un certain nouibte do
alits reprsentant la haute
anglaise, des bomraes politi-
jetdes ouvriers pour discut ?r la
'runion corapendra une tren
' personnes, notamment M.
iCIynes, repiesentant les ou
! M Mac Kema, anciou chance-
la mis* i excution de cette demtn
de par la torce sont incalculables :1a
luine et le dsir de la vengeance se
raient temels.
aujour-
mps pr-
c.eux pour parler euco'e de lui, c"fst
que je trouva dacs voue bonl, Mr
le S;ctiire dlv.a., tout a la fois un
encouragement er. une excuse.
Coyo n'enviait pas U gloire ni !e;
Ue dvous collaborateurs vinrent
avec Coyo leur pierre
l'difice, b.ave gens accomplissant
ce qu'ils considraient comme un
devoir sacr, sans foifaattrie et sans
dfaillance. Aussi bien, les succs
remports les rcompensaient ils dans
une ceitame mesure des fatigues,
qu'ils s'imposaient.
Les gn J.13, en laissant l ab i s-
ment, eiuie it adm s eu seconde
1 cole second aire des garcns dirige
par feu Joseph Robin, mon ancien
et dvou Directeur, de prciense
mmoire. Mais l'une des plus douces
satisfactions pour leur directeut, c'
tait les flicitations que la trs dis
tmque Mme Argent ne liellegaid.e
lut adressait i piopos de la bonne
tovrution des tilles qu'il lui envj-
' fi? VZVl fSTEZ .w 7C't tifiii qu-U metUit en pratique
ravez si b en montr il avait lame '
c Etanl celui qui devait succder
mon f re sur le trne, j accepte
\olontiers dans cette circonstance
r.ulheuieuse de m'otlrir a la place
oe mes compatuo-es Si les Allis
ti les gouvem msctl associs rcla
ment uue victime.qu ils meprenuent V ffj*t
au lieu des 900 Ahcmands qui nont
co.nmis aucun autre curne que celui
de servir leui piyt dins u gueire.
M. J. L Breton, ministre d; l'hy-
gine, de Fassistanc* et de la prvo-
yance sociales, a prsid U premire
ardente d'unapotte |e me souviendrai
lou] ursdeson en>etgn:ment d^nn
en p.tin air, sous les biyahondes. it
plus tard,sous les lungirs qa'il avut
tait construire. Fout un pet t moid:
s'y gtoapait autour de lut, et le mo-
deste cjri^nnter, -nire d:ux cojps
kance du conseil suprieur del na dj marteaux, inculquait a tous ces
tdit qu'il a institu par le dcret du peuls les premiers tudimecta d'une
i ionnation intellectuelle et morale.
, il a prononc un Ces' qu'il avait b en compris que
inprieux
In -elle
t Guillaume
"lie de Weiriogcn, 9 lv.ier 1920'
._ -.
Parlez-vous
VAnglais
9
l'ne excellente occasion dap-
preiikfl manier la laugue ait-
laiseavec une remarquable rapi-
sauvages, de
monstrueuses
ar spjcialeinrint pojr les psi- tueries, pour nous donner la victoi-
souties de langue firmnaia. Ken- ,..,
vei.potir demander des renseigne
Ide Londres : les directeurs vous, en suivant nolic cots pie- .acr,fi;Cs inous.
discours dans lequel il a fait ress^r- pttQ dus besoins ks plu
lir l'utilit urgente d* cette cration du peuple est l'instructiau,
tt l'importance des travaux du coa lmentaire, reposant sur de solides
seil suprieur. principes d dacat oa morale. 0 est
La dpopulation de h France, qu'a ivatl bien compris que l'uu
a-t-il dclar, est une grande cause, des besoins les plus impneux du
la cause prolonie del guerre mon- peuple est l'instruction, lot elle l-
iliale que nous venons de traverser mentaixe.reposant sus ce solide prin
et de toutes les formidables misres cipes d'eJucatton mcrle.
qu'elle a engendres. Attenants danger ces intelligences
< Si notre popu ion s'tait d- naissantes et ces cosu's encore nejfs
veloppe d'une tiJn normale.paral- ,i ne ngligeait prit le c'. mat-
ilement celle Ce l'Allemagne, ja- nsl, raccommoian* les chaussuc
inais cette nition n'aurait os d- aux uus, toarnissir.t des pantouflles
chainer sur le mo-ide cet pouvan- a ceux qui n'avaient pas de souliers
table Fau. F", en tout cas, si elle wjurii. ait un grand uombre et gar
lavait fait, il ne nous et pas fallu daut soas s.>a humble toit ceux qui
ttes
de
'Banque d'Angleterre et le direc
'm Eloyd reprsentant la fi-
i.lord Itobert Gecil.sir Donald
uean, chef de l'oppoiiti<.x lib
[Pour les parlementairei-
wsrunion n'aura passeulement
wer lea mesui ea prend p, ni us
piin 0Dner 80i avia au sujet de
J,oa .duae confrence iuterna
* Mai* a e9t certain que la d
oale sera rserve jusqu'au
IU 5 r r*uni0a des trots prai-
r*jaU)nsil qui mront.non aeu-
PJ e mettre d'accord sur le
^Xsl t Conl,e^e; la,a iiSeest"drdra exclusivement po
*JpPi ons peuvent tre adm.-
'-out-ienco peut tra tr.traU
inenis complets.
lhe Univers il lnt\luu
( Dtpt ) W5 W. 10S st., N-Y. di:/
nie elle peit (omorendre les ceu
tieV: elle peut aussi adma nies an
ciena ennemis.
Cnacune de ces-opinion a aM par
tisans, mail on reconn it que coite
ittr*
que -
li miniatrai reaponD -
Franois Henry.
M. Breton a termin en deman-
dant aux membres du conseil d'tu-
u'avaient po nt de gte, c m', entin,
a il.il'r de lui la sj 1 de l'iaatructio 1
ai po nt que certain; djmestiques
euvuy* au march ou ailleurs ne
mai |uaieat |ama:s de faire une huie
chez Coyo pour y preudre une le-
on.
dier. de rechercher ec de mettre au
point 'outes solutionssus.epnbhs de
relever notre natalit.
Sur la proposition d> M Chror,
snateur.le conseil sup ieur a adop
t la motion su] van te;
c Le conseil suprieur de la nata-
lit est heureux de prendre acte de
la dclaration du ministre delhy-
Une, de Insistance et de la rrvo- dispositions dui gouvirn-mcnt en F-
vance'sjciales, et de la crt on des
nouveaux services i;i tessanl la na-
sa devise, Dieu et ma coascieuce .
Il aurait sans nul doute ajout, c et
U Patrie , s'il n'avait compris que
l'accomplissement des devoirs dici*
pat la conscience et prescrits par
Dieu implique l'amour de la Patrie
et le dvouement ceux qui sont
nos frres par li communaut de Ira
dnons, de soull anceset de joies.
Ceux des m uns qui l'ont connu
personnellement e ont pu apprcie
par eux-m nt-s ses rares qualits lui
ont vou un culte ardent.Nous nous
ai achons i. taire comprends a nos
enfants et no; neveux qu'ils doi-
vent conserver sans tache cUe tradi-
tion d probit et d'abngation.Mais
C'est daei le silence de,nos coeurs
surtout que nous mditonsJ ce noble
exemple. /
El voici qu'une femme de talent
et de coeur et qu'une voix aime et
autorise le font entrer avec une au-
role dans 1 histoire.
Ces pourquoi, Mr- le Secrtaire
d'Fta', e croirai manquer i un de-
voir si ! ne vous eu exprimats, et si
je ne vous demandais la permiss on
d en ex;. rimer c I Bdada ne L y en
remerciement mu
Pour vous, en pirticu ier, qui n'a
vez jamais cess de me donner les
marques d une prcieuse sympathie,
croy/ bien que je vous en resterai,
toujours reconnaissant et veuille?:
Le Prsident Hyppolite, son arri agrer, Mr le Secrtaire d'Eal l'assu .
rance de mon profond respect.
kJm. M bttiSOURCES
\t au poa.-oir.comprit qu: cet ham
me concouait tll.-ctivemeut au b en
du l'a/s,-t c'est pourquoi il lui don
na, pour abriter soa e.ole, l'ancien-
veur des fimilUs nomb eusrs tt ae
sa voiou'e de iuit.r cor.lie le HU
tali', comme un tmoignage des de ladioi
u .oa
Secrtaire d'Etal
de
l'Instruction publique N ]>;
Fort-auPrince,le 14 fvrier tyuo
A Mr Fdmond Dessources
Fo Vi'le
Monsieur,
l'ai parcouru avec intrt votrq


11II-A1W
tu
Bibliographie
Le pUPoyiLLOT, un des plus cl-
bres juiuaux des tracches tunai
tes pendant la gurie esidevenu une
des pieraires revues parisiennes dans
.la paix. Rdig par Paul Keboux, I
L, Vaudoya, Roland Dorg le ,Do,u
nique Praga, Valdo Barbey, Ici
G-Utier-rioiSire, le CrapOwilloi
donne l'analyse ue tous les livres, dt
toutes les manifestations artistique:
tt thtrales dont on parle Paris.
Son numro d'anticipations sur l'an
3000 (ut un gros succs de librairie
en France. Le Ckai-ocii.lot illustie
est la rtvue que doivent lue lesEtrai
gers et les P'raniis loigns de 1.
mtropole pour suivre M mouv
ment littraire, artistique et drama
que en France et se tenir au courant
des modes parisiennes. ( Abonne
ment d'un ao( 2/ V ; : 20 F. AJm
nistration,f, place de la Soibojm,
Fans.
Mouvement
Maritime
Le steamer Oranie Nassau [et
ligue hollandaise a laiss ce muki
pour I ,eMt-uoave,Jretnii' liyefl,
Jacrrel, curaao avec 1rs passa
gers suivants a destination de i'Lu
lope.
Air et Mme I Iassel,Mr et Mme K
Muller, Air et Mme llnsli et e.j
l'an >, -Mr et Jime Dr Kun et & e:i
feins, U. Leinke, VV. l'olmiim, M
et Mme Karl et entants.
NOUVELLES ETRANGERES
; .Ys:s 1620
PARIS.Kayminl Literre fut an
a Strasbou'^ e:i $0 tint du roi
,rs socialistt- Sur le r?eau d'Or
ans on constate une tsndSDCC ma
iue i vie amliornii.i le rentre
on is; impo tintes e!ic; se pro
luisant dans U plupart des ga-e>.
Aucune dfection D'rtt sigiai
lans la rgion de Tr>uloufc con^'
jant le s-rvi:e de la tr-c ion di
pl de Paris on a tous les moyen-
our apurer le servie;-
dpts de Montrouge OflitQ1
/erzoo constatent une ameliontior
Tous les traius des dpts de Pour
;es :nandise.
l-TAMPUS.n.i s;gnale L reprise du
r vail par de nomemux mcanicien'
t chantlcurs. Aux dp:s d'Angers
Nantes les lve> de l'eo e des arts
;i mtliers d'Angers armeront le ser
Ace-
BORDEAUX. Deschanel assista
un banquet ottert l'Htel de Ville
ou des toasts chaleureusement pa lio
tiques furent piononcs. Deschanel
se rendit au grand thtre a une ce
PARIS D'apr? L: fourmi i
,) j io, une perquisition efoctue au
lomicite d' M dil, secrilure da syn-
;icat du P. L. M. amem h dcou
/trte d'une grosse sonm de billet
Je bin me tranais.
sllLAM Une dD:h2 dit que plu-
sieurs enta nss j-i'anatchi t's ten'-
rent de pri-r dre dl'assaut!a boum du
travail.Ils furent disperss par la po
lice.
PARIS I! apparat que les che-
ii 1 ois reprennent progressivement
1 ivail.L" traii: n'avait pis encore
1 s son inteasii normale hier,
m is la reprise sera tri probib e
ment gnrale aujou J liai. Li ques-
tion de la libratioa des militas s
arrts avant hier.provoqu hier une
dmarche de la ldrati m et de la
GGT aup.; des.pouvoi s public.
Les journaux considrent; que dsor-
mais la crainie d'un nou/*au cooilii
niell sur cette question s mb'.e car
l e. La commission executive de la
LT dclarait dans i so're qu'elle
rait une prom > libirat pro
nv> re Selon Le VI
t
si ment. Le Peti
que contrairement
in
ait
> cette iib
lieu inces-
ne do t Da^ se substituer aux organe
nouvel neraentao.
PAKiS S ion cl'KebO de Paris
Conseil Suj iIjjiJh de tenir un
prochaine session 11 dbut d'Avr
a Xm Mmo. La confrence linanrw
re Internationale se runirait Ib
me ver* I. mrn* poerm.
PAU'S, l,q Matin aimons qo-
la comit Kxcutit de 'a socit ne
nations se runira l'aria le dou/
courant en vue de di-cuter la que
tion sur l'enqute en Kussie dont 1
est charg. S gnalons sous rseive.-
un3 dpeclje da Londres au petit Pi
;i '. 1 1 n d ; 1 ) 1 u i t le bruit qu'un
rvolution aurait, clate au Portugin
ou la Rpublique des soviets aurai
t proc'.a i>4e.
U RESCIA La se naine In er.ntion
le d'avutioQ est oi^anise po ir sei
i.Mimre prochain.Kilo compor^ia di,
frente? preuves notainimnt ;Uj e
^iij') kilomtre?.
PAU S. M lltrand ne se ren Ira pa
Londres avant la semaine proche
ne.
PARIS. La lsion de Grce corr
munique un tlgramme Hiinonan
que les Turcs se hvrren. des mai
sacres contre les Grecs et les aruu
Au Tribu >mU
1re irw
Port de Paix, 04 Fi
In'rrssanle audienie
lindi rj du courant ^ ^
t>yen Alix 'Jiphaine. sJ'
/tel tenu ,,ar le fa^**
Unir, (.ommiHsaire du cL
"t Me Fernanit Paradis 2
ban: de lu dtente, la 1
dtxreau condamne trfa
lu,un pur Jugement du
ninel di a ressort en dt
embr Witi, cite
ouvert pai Me MUS*-, ,
repriti.Uuut Mr ios Vm ,'M
civil*. *"u
At\*r>. implique qmti
pr-tutiQ* des textes. Plaida
Mime entre les membre1
et lauoeat de la punie ciX.
quel cramponn larttcle ft.
de d instruction et un urriiLa
dt Cassation y relatif, co,21
ment u l irrecevabilit de uA
tn dommage intrt de la p J!1
wmme tant tardive et ?,J'
coup. Le'lnbunal ordonne k\i
pi.n pour h prononce du n
une prochaine aui.ence.
nions llodos'.o, les dtails mai
Parisien dijqueut, usais le nombre dus viclim
certaines Infor Iparait i oportaot.
mations de source britannijue, ilj PARIS. Le Temps annonce qi
n'est pis actuellement qucs.ion lu Aliizo qui reprsentait la France t
pis
retour de Millerand.
n provisoire
lmonie commmorant la pro'esra-
*io.i des dputs Alsaciens Lorrains
de 1S71 qui lut lue dus Cftte mm
salle L).v nt une a 'tmble njm-
bieuse D^.i.antl da 1 ce vib:ant.'
alocufjn rapp;U la sance du pre ^.V"1 '" f""f'u PARIS. D'aprs des renseignement
mierMn US71 o fut ratili le trait * avec la luiqu.e, croit aivoir dn j,,^^ Twm PubliCfli
mchant l'Alsace Lorraine la Frau ^a^Aarm-e Ur^e.seri_hQllle_aui tiM du .ravail par les chem.no 1
ce puis il fit l'historique de h guer
Vieillie est nomme Ambassadeur ;
PAXIS-Le JowRNA-.. propo3du,^;,|\Yse';)'ei >
e en txiltant rii':roi!ne dej armes
qui permit a la famille franaise de
se letrouver runie il termina en di
b'ant quelque soit le pasi sur lequel]
on discute encore il s'agit pour no.;-
dsormais d'assurer l'avenir. A Cdtte
lettre du 9 couianl.
je suis bien sensible aux sentiments
que vois y avez e>pnmes a mon
t-gard, tt je vous en renueicie vivt-1 tribune o retentit la protestatioi
IIlL[>i# 11871 apportons le serinent de 192 j
Les renseigne mti.ls picieux que sur no un million cinq cent mil:
veus m'iVCX dODflta sui voue oncle, I morts, rur no, dix dpartement* ra
leu Conolan Uesicurces, ont parti- vags mais runis devant P Alla ce
culi;entnt rtitnu mon atleuiiou. I Lonaine retrouve, devant nos anc
La {.ose de la plaque quci'ai otler- tres.devar.t uoi entants Jurons de n
seules tor.es necessa-rts pour le ,t 0tnle dans la lgion Pansieun
maintien de 1 ordre avec deicaotjl Qi signala quelques abstentions ei.
nements obl'gatoires en Asie Mineu- province causes tuitout par le rt
re. tard apport l'ordre de reprise du
PARIS Chartreux.co.nmis dechan travail de la fdration. Le ilinittrt
.llerie i New York, est nomm con dos Travaux Publics reut dans li
... i New York. Polio, chauccllier i ?t,laie la dehvdion ae la fdra
V, paraiso, est nomm vec consul ^ji?! clit,"^ts 'lut l'e-uret.n
r j iu;,.,=-\ dadulren:es questions peisonne'le:
1 Guadpajara ( Mexique ) actuelle.ne.it l'tude-
ROME. Ronsm ministre de ,1a Ha
v fce8t plac a .'a disposition du m
1 i e
GENVE. La fance plniM di
conurs le laligutpa taGroii ttonap
fut des femmes eu Chili Le gnral
PARIS. Cinq secrtaires des synci-
ca s des cheminots ants a la suit.
't l'ordre ds grve et inculps d'ex,
talion de miluaires la dsobissin
ce et de provocation au meurne el
au pillage ont li remis en libeiL
le peitonntlUmeol a i'Ltoie Natio-jpil mourir sans avoir donn la strong Directeur Mdical gnral ex
naJc Conolan Utsiources aura lieu Frurce la pleine scurit que mrite posa que l\auvre miicale est enlre jprovisone.,
maidi 2-1 du courant, i % heurts du son heroisme et son pur gnie prise selon le rapport de Saniu Li/.ui Lei compagnie,- de railways ayan:
mann. Le depailen-tni serait heu-, 4 Mars ,do conseiller technique. Il laut agir daQS u ma6ine rvoqu ceitain
acux de voir la tain.lle du regiett 4 |.mmd.atement en c' d*Pld*; cheminols.les dlgus des svndica
rtlunl assister i celle cie.non.e. PARIS-Le Conseil national adop- JJJJ |pe8 ^^mSKnSfS, PMi!,eM se f*onir et doptre l
Agiitz.Monsieur l'as.urancede ma ta par 118 voix contre ;> l'aiict feue
pilaiie eonsxeraiicn. dal adhrent 1 la ligue des nations
JJancs UhLLIiGAKDI- en cartant les clauses amricaiaes.
prophilaetiqiies. Rose, directeur de
'lustitut d'hygine de Roctfeller ex|.o
iotdre du jour constatant les revj
.ations prononces contreirement
e
Puerto Cabello 330. G
salsprogra umede la croix rouge qu. Uacco:d mteivenu et piotesteat en d.! 420.
t A la Tropicale]
i -un J'jfrie prj du tailleur!
1N0 lo2.
'ar le franais est arriv il
enti-ophtalmique contre lei 1
de8.Yeux.
Kn Stock chez Alphonse Ut
On tiouvera: articles pour!
ture, lingerie, broderie, de J
'Jinerie, des corsais, desctj
es IjI niches pour oirMi
cliaines de nnntre, des
franaises (lesarticlespoun
Savons Lenxc pour Lk
Untrouveia en outre lesi
i ts "ui vaines : Ionique Ori
Tricopharous Excellents,
chiny, l'wder, Lininent |
hisective Emulsioa ScoitL
V et rle tiahn Colortit
mandant aux cheminots de tl
prts repondre a l'appel qj
lance si ces revo.atioas ne n|
iap; ores.
Hente 30/057 ))
l>jllar 14,20 1/
Havre, Cale Hati Cap i
^*
H FEUILLETON DU MATIN .
Judex
GHAND 110 M AN
Pul
S. R 3 R h R B /::/.' W A D lC
(Film par L. Feuillade)
CINQUIME PISODE
Lt: MOULIN TRAGIQUE
JCSutte;)
^Est-ce un crime ?
__Firre.. je le conuais.. reprenait
Itoger. Je'te eais lame Hop haute
Lour iedoutt>r de la pat la moindre
uelaillauce.. Ofci u m ras fidle au
pacte de vengeance., et au tel ment
kvcrel.. CeptudaiL. laistenioi te
dire un mot., un eul..
Faite.'
j^ Qnt l'amour que t*a inrpir la
une ne te fasse jamais oublie. 1 Loi
leur que doit noua iiispuer le pie.
Uuhbure-toi., s'cria Juelex, tii
attiiant son lire daus ses bras..
Et puisque lu es lu ta mon
cur, laiste-moi le dire mon tour .
ue crains rien
Je ferai men devoir., rien que
mena devoir.. 'iu||l< .)'' devrais m'ai
iucIk-i le eeiiui l'ai jur..
ht s'echappaut a^is un longue
treinte, dtb Pias de sou lieie,.luut.x
elispaut par Ja pone secrte ei esco
ladii in 1 v iim !.,''nt les ei l'chelle de Jar, tout en mur.nuianl :
Je veux qu'elle vive/ l-.l.e vivia,
H
L'ambulance urbaine
Rveille toi, nia pente maman
chrie. Ll Jeannot qui avait russi i
ae bisser sur le ht de a mre.,
genoux pii.- d'elle, ses petites min
jor ti -, et tout eu ua.iglotant, u>
ceeaait de supplie' :
Mvail a toi vi u > i
Ua> Jacquehai, qui <
aon 1re, aides p..r ukux voisin-,
avaient transpor e cln/ eux. ne re-
vtiimt toujours pas elle.
Maiiaunu avait grand'peine conte
nir sa douleur et le mme Rglisse
constern, lui aussi, se disait :
J'ei pouitant fait ce que |'ai pu '.
Mj;s toul coup, Jean eut an cri
ie |oie., Jacqueline, qui dopuis un
mstaut, taisait entendre quelques
1 gmissements doulouieux, enti'ou
' vnt lgrement lee paupires.. Ce n*
[l'ut qu un clair., mais sais doute
J&bfiisabt pour lui permettre d'aper-
cev. ir son enfant.
I ne plainte trs douce s'exhala
de ses lvrts.. Ses bras se soulev-
rent lgrement coiiidio s'ils veil-
laient se tendre vers l'tre charmsni
giac^de sa mre.. El Jacqueline e
itteuu les tCOZ. |
Le u-Au-eltgliese qui s'aiprochai
doucement du hl, dit a vo x bassi
a son ptlit i'8iUKiude :
Viens., descends., lsisfe la dci
mir niautenaijt.
< lu vois bien qu'elle est gurie.
Prcisment le mdecin du pays,
le docieur Peler, arrivait avec Pop
temps qui avait t lo chercher er
;oui3 hte et l'avait mis,en route,au
soursDt du uiame qui venait de si
drouler-
Le pialicion examina aussitt Ip
jeune lemme avec la plua grar.de
..lei.tioD..
Quand il eut termin, se tourna' 1
teib iVisiiHM.e et lui d s filant le
deux eiituuis qui, hloitis dans un
coin de la pice, n'avaient pas broi
Cb, le docteur Pel inteirog'' avec
bonhomie :
Alors ce sont cfs deux jeune?
heios i|ui ont empch celle malheu
rtuse de fe noyei '.'
Oui, docteur.
Cetl sup.ihp, ca, mes petits,
dclarait i. 'Mdecin en tapotant les
jou s des deux Lambina.
< Celte lemme vous (loti la vie..
eSi elle tait reste immerge quel
i' a instants de plus, c' ait uni..
1 ncu : f- l'sitationsl..
esr.11 Jei nno', il ajouta :
Tu as d ji la croix^ toi. Eh
bien, je comp'e nno d ici peu on
vous donnera tous les deux une
l'flle mdaille cta sauvetage.. Vous
ue 1 sari /. pas vefe.
Lt madame Pcrtin.' interrogeait
Maria- ne
Je la crois sauv., dclarait le
docteur.. Mais elle psi encore bien
faible Je vais lui Liiie cuivre un
traitement que vous sxcuterez avec
le plus grand loin..et qui,je l'espre,
lui rendra bien t tes I ncos
Tout en rdigeant son ordonnana
l'excellent homme continuait
Ces deux gmin?.. c'est magni
tique., ce qn ils ont fait l!
C soui ses lils, peut tre 7
Celui l. fit Marianne, en loi
ds'gnant Jeannot.
Lt. moi. je suis ?on enfant trou
v.. dfinit le m.ae Hglisse, tout
ragaillardi la pense que sa ma-
man d'adopiion allait mil ux.
Voilai concluait Ih docteur P
le en remette t son ordonnance <
pre Pon'eiup*-.. Je reviendrai de
main matin de bonnu heure pour
voir l'effet qu'auront produit
mdicaments.. Au revoir, mns un
vos gens. Au revoir, jeunes hros..
Tiens, il faut que je vous embrasse!
La nuit lut trB mauvaise.. Veille
tour tour par Pontemps. Marianne
et le morne Hglisse, Jacqueline em
un accs de livre lerubie avec
dlire..
L malheureuse revivait en en
:*< ctieraar d'pouvanle le preuves
terrbea quelle venait du trav rser.
four tour c tait la voix lointaine
de son pre, la vo:x d'outre-tombe
qui 11npion.it son pardon. Diana et
Morales qui l'emportaient dans lem
iu!o.. et enfin ces deux inconnus
qui la prciritaieot dans la Seine.
Des paroh s de supplication, de
cris de terreur, des appels dsesp-
rs s'chappaient de ses lvres ar-
dentes., pour se terminer en san-
glots dchirants :
-A moi., mon Jean., mon erf*nt!
vers le m que. : on sans peine h Q>vone
Manne avait rus i luit. b>>
ber, la tille du banquier s'assoupit
et r>arut se calmer-
Cependant, lorsque le doc'eur Pa-
let jeviut, ainsi iju'il l'avait promis,
constater l'tat de la malade, il lit,
en hochant uravem Hum.. Tout cela n est pas trop
brillant.'
Pourtant, docteur, observait
Marianne, nous avo >s bien la t tout
CS que vous nous av /. co nmaude.
Jo .n'en aperois. Aucune me-
nace do cong' htion.. ni de pleursie.
Mais je constate u 1 tat de denres
sion nervisa trs inquitent..st qui
en provo piant chaz Ominde u,.
jafTaibliBsemeot gnral considra-
ible.. la prdispow ., . ou1, entin,
l un tas de vilainss c oses que
ij'aimo mieux ue pse voua nommer.
j Tandis qut Marianne essuyait deux
larmes, le docteur rilchissau un
ins'.an puis il reprit :
Jo ne uoute pas un seul instant
que madame lierlui ne soit entoure
ici de tous les soins les plus vigi
lesta-
Cependant, j'oatirae que son tal
esi sufflSauq nt grave pour oces-
siter sou transport a l'npiial.
Mon Dieul
Ne vous dsciez pas, ma brave
femme Ce l'est pas une coudainna
tion quo je prononce- C'est unu me-
sure de prcaution uiginte que je
vous conseille.
Monsieur lo docteur a raison,
Intervenait le pie Pontemps qui
venait dentier dans la pice.
' Vois lu. Marianne, il faut tou-
jours outsr ce que disent les m-
decins.
t Au moins, comme a, on n'a
rien se reprocher.
Le docteur dclarait
Je vais tlphoner immdiate
men* Paris, au directeur de l'bei
tal ljai jon qui est un de mes amis
de_vom envoyer une arobalance ur
baine.. Je lot t ^pliqu^-rai en mme
tempe la situation.. Soyez Fanquill ,
votre amie SS<*S soigne tomme une
princesse
Mari ans rec indoiiit le mdociu
jusque ,j* s u c.ur, mut en lui
disant ; t
*> Encore merci, moDiisor
lear. Nous aimons tant
| tin I C est une si bonne crai
Songez quel malheur, si cas
nat disparatre/
Courage et confiance., .i
doctsur Pelet en serrant la
Marianne.
Celle-ci le regarda t'at
et comme tintement elle a1
1 s y laine d'aouss, da hante taill
leciemem viu.. sapprotii l
lui demandaui sur uutood
thie cordiale '
Vous ave/, donc dai al
CU il vous ?
Oui, monsieur-
Votre mari peut-tre
Non. ms amie
No serait ce pas cetlS
feaima que deux enf-nts os*
She nier soir dans la SaiaeT
Paifaitement, moeteor.
L. elle est si mal quea?
Elle ue va pa9 du
M le docieur Pelet va tel|
Paris pour qu'on envoie nue
d ambulance alin de la u'
l'hpital Poaujou.
Pauvre femme!., pleie*0*1:
passant.
b.ucore une malhiureoN
chagrin ou la misre auroui
se tuer-
Oal monsieur, js inisissj
non / ,
Alors que s'est il pas1
Marianne eut un geste raw.
Vous croyez plutt i *
dentV interrogea l'inconnu.
Je ne sa m pas, inonas
dame Pertin n'a pour ainsi
repris connaissance-
Esprons que a va saiT
Alloua, au revoir, madame
Au revoi\ monsieur. (
Tandis quo Marianne resirs!
elle, son nierlocuieur se
vers le bureau de poste ou."J
sant avec le docteur VfM'
sort lit, 11 grommela entre s<
OU/ ou! si nous vouloa"
ver bous premiers, il * minute perdre. ( A suim
dirvl


IE MATIN
fait Diver
"oSkkvatoihk
h ftI'TcSoSRlT MARTIAL
leudi 4
gfrotre
Itifl
pratuic
Mars 1920
762.6
minimum al,&
maximum 27,7
242
Moyenne diurne
Ciel couvert joar et nuit.
Temp de Nord.
, Cfiometre.2,4 m.m.
"-"",bTcHERER
Le Monitsur
L v0 du I0-.MI pi**,* McreJ' Publte,:
Ani.cs ormaot Jo Commission pour g-
"J, faux prochaines leciiom, l intrts
StSSS^V.n> J*W
! Suite et M- ;
leincnt de 90,000 gour-
fcWietdfrioresct retraite |4 ^'v;'9.??"
.Compo-tln des Jury. msiUica .s de I- K-
Ecole Jn Marie Guilloax
11 a ca ,avaut-h.cr muccrdi, une UcJ. ..c .
" rtwolede Ficrcdcs U Grand itu |u
kon.e
Sr'de U pUq^c iiitiisuant que celte ce
Li.dcnominee b.olc Ji.-.M.rie G I
11 1
-- M"
Lbcnsson, ius^vi.-r gcut...... a
l-gMiiarciKveouc m fu.tau-r.
' 7u tout le pay ues auvns impeux-t! .-.
Lheruwn a rtuuu hommage a nos prt- :
leur divoucivem au srrvicc uu p-y II .
rappel s lervices renUuj a 1.0s popula'te 1 ^
1 les rteie de l'instiuetiou ebretienne de, u
uaotc M u>. . ....
[U. Beiw^rde a .aus.i 1ju I in.e gem .
Ii'viie tl les rtus du Liage tt des cou,-!
es libgieuse. 11 es.pr.me un regret : c
rregattons nom ias a^sii de re.igieux et d,
iicuscs pout nos vide et nos eau pagnes 41
! rclament.
Apie les renierai 1111 nrs de Mgr Lon.in, I..
, tutonmmU U.-sahi.ieiini. Le u,un.t.
: ensuiic cong aprs la v.site des cUaac.
Nouveau .Notaire
| Par commission de, h le Prside rt e I.
fcbliuue, M l-1-011 Morgan vient d e.re c r..
ne notaire (jrand'rlo.s. Co.iijliu.cni
Pour l'Amicale au
Lyce Petioi
tXoui avons eu l'occasion ue voir le Beau pro
une labore pour ta lete organise au piohi
[Amicale du Lyce, lin plu de la ri vue dm;
avons parie il qui est appele a elle seun..
le succe ue la lete, il y a ix.uv.oej
mractions originales qui leront les eWI-CiS de.
tturs. Nous v revirodtons, A mardi dOnc 1
|3onee thtre Je
i Nous rappelons que samedi soir, l'a: 1 .ai..
. Uantts Me y cllre une magitique suret; Un.
: nu laiiic cscl.vis u aine el Le dtu.
quu comeuk.
: public des ru,t aller en feule' applaudir Ni
Bits lit;.' qui est l'auteur de ces pices.
U'cniiec gnitale est .1 2 gourdes seulement.
L Humour
public apprendra avec plaisir que dcmaii
1 reparat noire spirituel coulure l.'Hu
[. Nous lui sounaitoni le plu. grand suc
l'accident de chemin de fei
U liste duuermer accident de ckiiMin teki
ut ajouttr les non:s ue Mme Lilia liius t
tint, milie Meise, blesses.
Naissanc
(Notre ami ci collaborateur Thiraothe Par.
tllemeni a Pot'.-au 1'rmce, a leu un dptv
tlui annoo^ani la naissance a JermtC ue :.
Anna. Tous nos compliments,
nue P aisance et J-nneiy
: correspondant Ue I labance nous iulu.-
tfiepar suue aavalanciies, la toute conuui-
"I de l-laisanct a bnuery a eie compltement
Les comniunieationi tntie co dcu\
Jtalaes dtviei.mi,t pussue impossibles.
[iouhaiiur.s uue le nccssaire soit lait le rlus
_PsibIc pour que ces villes soient rei.ee:
auparavant.
HEMORRODES
1 certelne t complta pur la
MADE DU DOCTEUR ZYLOR
1 ^X.TV* rostsiaur asatnooB
ymmn cqkkooit
Mm TOUJOURS UM nlSULUT
W* II, me Ciirin-Uaui. IEUIIH i(iIbi)
J*Pai.ai.W/tw: AIm. PCTUUl
Asile franais
[L'iisemble gnrale ae la Sociale Fratii^e d
ourij Mutuels et d- Bieufa-'s.ii
toisant rgulirement le pr<
rDimarchedeMars,i\lM., I ;
wtt aciits de la Socit to
paialement pii^sde runi
[die 7 Mars -9 1 heur
lu * i^aU matin daris la grand'
fs de 1 Asile Franrais pour as-
l0- la prsentation des comp
d fisoiier
*- la lecture du Rapport an
ldu Prsident.
*;nche prochain U Mgn
eusienie lounioo aura lieu
a5eV\Vl',sd'un;n0LVea
^eidAj,l!1Ills,rallon#
"Wsident de la Socit,
Ji! Port-au-Prince
Remerciements^
Le Conseil iadministration Je la
Compi'^me de Pomtrieti libres rtnmc*
bien nncremtni les membre de La Re-
naissance ainu que les Dames patron-
nef ses tyi avaient bien voulu prter khi
grdeieux concours pour la compile re
ussite de la tte organise par cette S<
cit aux profils de la Compagnie a\>
Pompiers le lundi 16 tvrier ermer.
Il les prie de croire la vive tecon
naissance de la compagnie toute entire.
Port au Prince, 2 Mars 1920.
Expos :
Les 2.025 gourdes, provenant de
ta F'e o>ga nue part I.aReraissnce>
aux prcia s de la Corrpgnie de&Porr
piers Libres, le lundi 16 Fvrier der
nier tt qui ont t verses au Tic
ier de la d t* Corn: agnie ont (W
: mp!> yfs comme suit avec l'asten
m. 11 du Conseil d AdminutraUOD.
SAVOIR :
^" re Audatn: moiti des frais de
'iiiintlles du confrre AL I78 2j
Antj Partt Solde des frais
'e l'uni'ailles du pompi r |.N 101 25,
bail Mev : Solde de son
borJtreau pour dans 87 25
Fid M vs; Solde de son borde
reau pour divers 50 25
P'W.y Solde de son border eau #4 5c
.h les Gti tie Sold de
0" borde'eau 97 A4
0 Eentiy D ]oie: Rembourse
n m u autant avanc pour itqut
1er h s dpenses l poque de la
Jis'.olutioii du Corps i>75
r*ivuion, Pour achat de 12
hachis et 12 manches, ; gran
des cries, rparations des
deux ebaudiies des deux
.< nijes vapeur d tvers
tins iri.is laits la suite du
m mer ivcentlie 3CO
Gto'gct ijyivain, Y crment
fait In caisse de la Socit
d'Assistance 341 c 6
Toti! G. 2 ce/
S L 0.
Certifi sincre et conforme
Perl au l'nnce, le '.i Mars 19*20
Le Co ni mandant Le Caissier
Lod. MOISI B.C.-NCV
A de Matleis G
Keprsenunts des maisons :
Gino Pozzi &. Co de Monzi
Valera & Ricci de Monaa
F. Cinzano v Co de Tonno
C31I0 Scueto de Naples
Iombeitii Figli de Naples
a l'honneur de poit r la coaaa
sance de sou aimab eiertlesju-ell
vient de renouveler entirem ni m v
,ttck de maichandisc, bi|ooteilc,l
^enierie etc et qu'elle a r u par lei
derniers btesix de 1 mois les aiti-
des suivants ;
Bagues avec diam n s toutes dimt n
sions Bibelolots de toute beaut
Bronae. Biscui s ttc, etc.
Paitumerie Hoibigan Piveit,
tf/t:.
lapis peur table
Dccenies de ht et carpettes-
I eignes Peignes i repasser
Dimloirs, jeux de p ignej pour chi-
gnon*
Un grand assouiment d'toile.; -
^.ssimir Alpaga etc. etc.
1 ornons pnr pantalons, tou.es
uancii.
Argtnterie iousson bonis XV,|
Graud assoitiment de bijouterie,
bagues, chaines, etc,
Gobelets en argent et en mtal
losc.
.Vin iin *-*' > P salon-
,' Chapeaux de Panama.
Lit en ter de tcutes dimensiors
Cravates assorties
Rveils du matin
Encadrements divers pour photo
graphie
Couronnes uortuai;es
Vins d'Italie, rouge tt feluc, par
barrique
Veimouth Cinzano
Luntt es ei lorgnons
La maison attend deno. veauxar'i
des par prochaine* occasions
Vente en gros et en dtail
Achat de M(l or icaiPks de caret-
Us,
BAZAR MTROPOLITAIN
Maison de confiance
'
i'
PcShOires pour latine 40 0 or
Carnets en teuillt; eietaclue
SU OU M
Cirne'-s poche
fetyief ecol.er
buiio pouc cra>on
c.ayou
lidMjir.s de sreles
Vaseline
l'oudie TaL
6aveu loiici'e
08 a U,2eJ or
U^O ^O J6 Qr
U.leijor
04 40 <2 or
0 40 u.o or
t8 a 12 or
U \1 a U .'55 or
otkSiVaoor
Williams
Col gtes
Arinoni-
Woodburj'i
l'aimoltve?
Macaroni Fdral ) paquets
de l|2 litre
Fromage Bkhorn 0 qualits
Fromage grt yra
Toile drap de 90
ITr Eug. Le BOSSE,
avant dcid de sereli-
rer du commerce d'au-
tomobiles offre les occa
sions exceptionnelles
suivantes ;
Un camion Chevrolet
Neuf Cl 112 tonne) dtnaira^eautoma'iijuj or 2KK)
h camion chssis Maxtor
2 fonues rrot^ur Cuick Ifcyhudres or l.")(J0
Un camion chssis Maxfer
i tt.ine moleur Chevio'ei dniarrage automatique ''00 dol
Uiie Buick____
o ras age s 4 cylindres dmarrage automatique seconde mail
i mise l'tat de neuf 700 dollars
Une Buick
prssagers 6 cylindres dmarrage automatique srronde main ,
mineur en partait lat
Une Limousine
7 paysagers Buick 6 c}lindrcs*imise neuf lis appropri pour
marimes etc, a coif plua le 3Hw dcl priv de vente 1 X) dollar.
Une Buick
6 cyliudres 7 passagers, moiaoren parfait 'al 1.'/00 d.
i _
Champagne
La f'a*nn L PI1EKTZVIAXX-AGGERIIOLM a re: t par siea-
mer Castah du Cl^np^gnc :
Charles Heidsieek
La meilleure marque cornu* ,,n cai ses tie I2J et 24|l
bout. Got anxiicam.sec, deiur i.ui
ls('liarUs llcidjieck esl ottrauleur brevet de S M. fifsrpi V
lioil d'An^teterre; S, 4iliert 1er, Rnj des Dalgri; A M. Alphonse
lio d'Espagoe, etc etc,
de large
Avis
L public tt le commerce sont
m l'sisqueMonsieiirCforg* t'h.La-
1 nui nui n mon en'irr* procura11 n
von" Rpublique d'Uaiti. iU 0 fi aires concernant fat ntisem*
trangres dont foi iartprtoettt*
lion exclu sir6 POW Baili ptUVfi*'
rire ttai'cs pnr h"-
I Altrcdo BISOL
6-9 Hanr.ovei Street
Niw Yok.

LuA. PAIX:
BRAVES 01108 't JtUBI CH'I
M *UMM, au mt, eu ittUK
ta Soo.nt* de la Galet* IrvaucaiM
; :In\jic .'^oire l'N FRANC en .V.inOal fu*u
NOUVEL MUBUM CATALOGUE OE *MQ
(,'Otl pajj IIM (itril ci/inL/iiti)
fenehPtothiaBj *:"'" < Matamttu,**eeeta
Arl a* ;>..' 1 vui *., urtnd < nul UMilM JaHeBCHiel
OiMeUei. H', u n-u.. teerf J*el aw ^ .u i.^, t
loi.., j* k ,.k., da loea u,-t . Pwer .*'-*. -- -* loi*K- par
|p ..,.-.- ui.'ivil ,ii a !'"" . ,-' ' -j-' n-a.
i...iuiul. al .M.,i.l, 1 ..... 1_. .in : Met..
Avis important
Le [Public est inform que la
Vert t Iles Plantai ions Incorpora ted
1 son uf/ice provisoire a Port au~
l'iince 1712 Une du Centre ent
te la compagnie des Cbles Iran*
(allant iijues.
Port au Princce 'r Mars 1920.
Le prsident de la Yerrtt'es Plan
talions Inrorporatcd,
John A BIGRuiNDS,
A/M. les cliargturs mni pris ce
orsenter toutes les rtlama o,..,
lu'ils pouraient avait contre la lia
oordSletnship Ltne dons un ddai
le 1 rente Jours aprs le prtent
ivis,puur tous manques panels on
totaux des mariInnihses armes
en llaili pendant l.'VL".
Pasi ce dtaif aucune relume
lion ne pourra tre reconnue, ?
admise,
Edward M IIXPUlL, el Co
agents.
aijlaJ
contre
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
U9,
Kum fo'aint-Antoine
aV>A.X*IS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-ATT-PRINCTB
Alea.PETRUS; Pharmecia ALBKRTDfl
Phamuci du D* JuiUn VIAKD
M loutee J 6onnee /'/iiariuttciee
On trouvera
%A la Grawl Hue
ct du tailleur Smiili
Cigarres, cigartttVi Scaferlati
i
lr-00 Guilbaud au
fabr que
(Ha.


Util*
la P amacie
AnrillUnjard
A .u.ylf denfUtM ffou&
Pcr.-m Piinifl Ulaili
A I hnnrei r d'anrnnrpr MM Ui
MrUfciibc ' 6 -t- et iib-iy MM. \*9
\ I 6f- m it-t. u'IIm I qu'nlf rH I*
lei h's.-t taule .! L*lortiOtr#l ) "ii
lorter Dausee & l'o de Pans pour
I > tiin de ti'ti (9 if ?[ rciHiit s ei
qn'ille fait mcffr les commandef
qi.'cn voud bien lui ronfla fr
faitart bn. ii in l'iDnac d'une
rouble remit*
Un rot b'adreiter rt rour df
rli'i empl>i renseigntmH t* Peiti
colireroent ell a I" p'aitir o'infcr-
u r WM. les M'tient p, s. u du r f
i le public en tf\ i h l qu'elle v ei I
de if revoir bs m cialitti luivantee:
roidtnt de Soulie
Dt l fi ri as'P'e et \ la
l'aocia'me
< lodO'tfil rlqoe
t Levure de bire
4 Tonique au quitta rorp,
kola ft glycro ce < lieua.
rtf kola
t d'Rinn
Mai VlOO'ftlTCl.
AUTOMOBILES

1 louer
t ovine GoUl Medml
l>ttt narque ett ret*ftfD (e
par :
l.rFEETZM.ANN.AGGERHOLM
qu lorjn'i-s un stock au mcil-
leir pis Courses en viie & tors ce la ville
Voyages l'intrieur
du pays.
Pour les provinces et les
villes de Slo-Domingo :
Puerlo-Plata, Santiago
de los Calialleros.
S'adresser
Chas. STEPBFN
ipo GtmtiRut ou Avcwe C ( 1 Mage Maison Smill; tailleur
rr pu r.araf de la Hue Tirana** a h Lumire ! (EoiraAfenBi
& pflutjjl) Tclphoce 2-jj.
Rdvu3 Illustre et Vente
Patrons de Mode
^
Mu* m
ARTICLES FRANAIS
JjhIii-.' ("iiiluu.8
tiirs S4 U, 40 H
. tt cU -
a:94
ChUd'i Htm
i 6 te I '
W0ta
3490
Voy z-vous ces belles Dames, voule. *<9 tre l^iniea et
maries comme elles ?
ALLEZ CHEZ
Paul E. Auxila
. La maison Max
Rue du Magasin de l'Eiat
l'ar U tlcamer franais Caravelle arrk ici le l
courant wa articles suivi ils :
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour daines et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et coton
? Nappes coutils matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
cravates nuds et rgates assor
lies, Gilets de flanelle.
LA MAISON
H. Mnrad & SON
annonce sa clientle qu'elle ae\\
vente les marcha xdisea suivantes
1 000 pices d eiam Apura R II yards 33
M)
3CUU
100
NOO
500
3.0
JtO
1 00J
500
3 no
uoo
Sam Wbbout nann, more tban 40 ya d 31
Siem Amricain R H 85 yards
Siain 'rois lap ns \ \ 30 vards 25 y
Maoa IvnK R R >ii ab e 30 y ."> y
lopo
200
120
ai'O
1L0
HA)
100
:w
4 o.*iO
Qjt)
UuO pisea
100
M
\U) doiz
100 <
EDWARD M. RAPHEL & Go
New-York
Por!aurPrince
Spcialits de Produit;
Raporel
_ y '..) y
Siam ludian Hted .'JO yards ti yards
Siem L L Italien ;{(i ea'h 50 yards
Si m apglsls a LJ yards i;8
v_he k Lu Raina istorti '20 double pice
Alebama cbeck asorii -.'i) v^r-tab'e 85 yaids
l'ei iras Nelson v^utabh ditk bleu 98 y
D^i iins Meiro|.oiis, double p ces 'J8 y, 220
l)i il l'iesro t vintble, s midi drains 86 y
liriil Ci.bal!eio assoit. (Lnbleilca
Dtiil Caiendo assoit, doible pire
L)nll Efpettrzi Msoit. double pice
DriU b'-ne 11 double pic;
Ii i.bai i iiol'i ml- s double pice
Tiooper C o h ;>0 to US yards
Cal.cet M Jileifon doubla pice
Kliaki en couleuis double pieoa
Kbaki Army double pices
Utill AndovH-Vulido doubie pice
Cbeck Uk*wood-Plaida assoit. 86 yards
M alow-Brook Nui it ^s ae^ori. > roukur X
Moucboiis madras icuge lie qualit
Moi>chous madraa rouge -me qualit
h'm yards Mouchoirs rouge en pices 3 yards
OUI) yaids Mouchons bleus en pices << yards 1 douz
30 puces Coton drap douqlu pices
25 tOOZ Cbeu-isea rour hiiiicts 1re qualit
8D Cbamiaaa pour bommes 'Jrae qualit rn papier *3'
JOO pices Ras pour femmes bl mes en papier erab
50 lias pour femmes blancs eu cm ton
2M> Ras pour femmes moiti eu soie UianH
400 (Lias tour eniai.ts noirs seulement N 3 0 0
h 294 teets cf black Upper Leatber Cbeviette
2 072 biowu Lpper Leather Chevrette
12 0C0 yards Duik iN 0 ,s uo 1 20 yards la pice
80 pices et Siam couleui 30-1'JJO yards
80 Nsi.souk 36-c8 double
300 Dmina CI Diamante 2J5 A
i0 R^gaita Siripes ( Uke Prepcotts )
20 Colfax Cbambiay ( doubla 'M )
AVIS
A louer pour maison d'habitation ou Oficei, t'logeJU"
II. Mural Son, No. 110, Ru* TLoma* ktadiiu.
Prix Molrt
IOR BENT
Vpstairs ol Murad - Sn'i nc.v siore jor dweliing or 0//W*
P# 1 homas iVadiou, ./lV
UMWDftm
1


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM