PAGE 1

LE MA UK Varits ( K : mu Misricorde Des Travailleurs de la mer Entre gnrale G 2 00 Erifenla 1 r C Messe de Requit 111 Me lintifurt A /nant, Substitn du Commissaire du tiouvernement pr* le 'tribunal de Premire Instance de, aile vilU% invit tous ses amis n une mesec de sequiem gui sera chante la mmoire de son iouse, ne Harrit Htaeco dcode le 12 Fvrier ni cette anne— le Vendredi 5 Mari tauront u 0 ktures du malin, lu chapelle du cimetire. En y assistant Us lui dcnntCOW un nouveau Itmoignage de leui sympathie. 1n trouvera • Avoine par sacs de IbO livre: Situ h beed sacs W0 ll>che* ALPHONSE HA WES En lace de la Banque dlicat, ilont les longues basques sont o> nes d inotils brodes de soie de couleui ci dent le grand col et Us ilivanls dco, lele lgat tuent sont boules A un tu bat de stUtn vetl mousse. Lit, ctsi un Uiffeta. quadrill noir sur blanc, nou la uni t. par un joli ruban de vi lotus noir. Un aot le cul revers Je grands par, ments cl le bas de la basque, m uijjeta: blanc sont ornes de rucbeties le lutte qu\ contient plus le lgerttiencore la bloust Jl va sans dite que paur us jolies cou tjues :e ICI • y Je soie n'a pas d ruai Jrioinpbaieur a hier, il restera le irwn ( %  buteur de demain, car le finie des h bruants a su trouver mille ingniosit: tjui enfuie une nouveauts ebarmanta n avant uen rfdouter dts souvenir J tint m. MiCHEUNE L G G Suit ffi s*ohbt0 DE SCOTT le achte k meilleur aliment mdicinal qu la science a produit en cinquante ans. 11 n'est pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Prennez garde d'obtenir toujours l'Emuision & SOt) NOUVELLES ETRANGERES 2 M rs PARIS LP :eltn* es partait.* I.a'situa'ion parai |li l or nai'e mus la ->3tticip.iijn de h confdJratio i g lraie du uavail lii> prsager i cei ain' jourmux la g'tve des au'rcs .crpoiali JDS. Noummerl lesdo.kersrl lsina:<"'ls mmtinv s, le n ilieux oftioeU -xpriment la ctriituje que le gauvei ement restera mai'.red-la situ lion Sur le raeau de I LM quelque; •xpress circu'eat • le danger de g c gnrale est maintenant cart Le lournal t^time qu'il est permis d es jrer que la ldrat on nationaledes :hemi icU acceptera incessamment a proposition d arbitrage PARIS. L'officiel puDi>e les dcrets ixant jusqu' nouvel ordre la fermeture des cafs 2: heures celle des ;htres et de cinmas 25 lieuses :l autorisant les ptleis de prescrire les restricttaui dans la consomma .1011 des comestibles. I e bureau des enrolemnts vo'oni 'aires au ministre des travaux pe* bl a recueillit dj plus d' Cinq I rrille offres IPUX cen's chaulleuis se mirent a la disposition du service de ( ravitaillement. • S lo < t Le Mttin" la qa I ne > section des railwjys serait mob li>e | U ie cctiine dlves de l'cole cen traie furent repartit dans le service des nvehines d:s d'.ff-ents rseam oa on les poisse activement 1 l'ios tiu:tion piatiQue. STRASBOURG—L'ordre de grve gnrale fut retard sur le rseau j Alsacien lorrain. Une alSche \ 1 jwdi e i li gr df Strasbourg ; inonce que les trains n< p-rent plus. Le syndicat ind*pen dant d'Alsace Lorrains lani un app'.l inv.lint tous les chemiiots d>rester i leur pos'e de tra ail. ROME. Il mnagera ^roit sivoit %  \ue Nittiserait drspo.' a a:cerl"r le compromi d V Adriatique. L'Italie renoncerait la en u nui e territorial* jusqu' Fiume a condihoo que la ville soit pUce.souj la s >cverainc,t' italienne, l a socit d s ua ions admi nisir^rait le port. PARIS. Le cong ki ccialiste adop ta par )} %  > voix cootri 527 la motion demandant une sorte de d:uxim^ internationale; Lv -rot 01 Loriot eu faveur d: ia troisime iatsrtutionale runit 1621 voix Ls co :g s adopti par jojt vo x la motion Loogjet dil • de reconstruction. t'A'US. Lii jnuruaux constatent que deux jours sp es la proclamatio' de la g've n-a'ils enregistren mm; une Ige t -d nce l'am'ic ration et cinsta'en' que U journe d'h'er tut une journe d'attente tl croient que c-lle d'aujourd'hui dc dita de l'orientation du contlM' La CGT tudia la rote commun: nue par le; syndicilis'esde la Sein' dclarant qu'ils prennent toutes le. 1 disposi'ions" pour ontfttir les chem not; m.us poui le m ment ils 1 lisent la diie.lion du moaveme it la fdration r*ei cheminots et i;eivai. leur ac cn i celle du conseil fdral des cheminots. la CGI" enrtg ; sue l'espoir qu'ur g'emer.t net pis :bindom e 1 considre comme un acte de lagMBi la moia'ion d j s cheminots de gader la dir-c ion d 1 mouvement sandemander l'aide des autre corpora tton* 1 Notamment 'es ingoieur> e Us cbflOtri urs. L'li:ho de Paris dil que le aou 'ernernent o-donna 1a mobilisation des mploys appu.enant j classe le l arme active sur UJS les rseau 1 L^ lo 1 nal di que !i police reu 1 ordre i arr:e.ce tains extrmistes Les Jj'j naux e^pent que le conll I se rsoudra rap dment dans le ca me, ils sont unanimes COOtlttt. son impopulaiitt est tous estiment qu'il est du d vj r de chiqao c to yen d'aider le gju.er.iement dan lia rsistance. 1 Oimmentant la sance du onseil jsup.cnc 0.1 a le vrai semment qu; es allis sout dsuni, dc Dnill ice an point de vue -on. financier m-u^ ils ;oai.^ iigna de conduite commu'N lURCliiONK La pJgM 'al.en au domicile duqad; 1 ••a 45 bombes n 'I PARISSur ler, eu J e comit syndical repouiL 1 par ->i voix contre \{ H M1L\NDes bagarre, J se produisirent hier i | a J^ meeting de demoiselles J ayant lanc des pierres sor b.n.ers ceux-c, r^po^reatT, le fusils tuant deux manifcJ ncident provoqua imm*5 10e grve gnrale de via, h Mire?. * PARISLe Comit de Ul ion des cheminots se ro,! lu'elle connut les arrestation r.i itants Elle commun qaTn-' arotestant nergiquement coa? e mesure Je rpression M teinte a l'exercice du droit, PARIS— Sur leur denu Uves mcaniciens des aniifl furent rpartis en trois groand ces aux rseaux de l'Etat OilT te P. L. M. pour remplacer vistes. PARIS— Monsieur DescL_ :ompagn des prsidents del, ire et du snat, du marchall ;t de plusieurs miuistres, n_ Bordeaux acclam par une foglj ne, Il se rendit immdiaien e monument de Gambettaol %  osa une palme. U assista a un| ll des troupes de la garnies socits de la vill-, puis Ui dit au temple protestant, Ui i,ogue et i la cathdrale oui /ices furect clbrs a la les soldats tombs i l'ennemi] .a messe la cathdrale, leu, vnJrieux salua loquemmewL .ident et les reprsentants de li Lorraine. PARISClavelot, secruJ %  al du syndicat des chemino'M L.. M., Hjurdeaux,Tiviolles,$| n Levque secrtaires des j; jansiens des cheminots ont^ ts dans la matine sous l; ion d'entrave i la libert d JI d: provocation i la dsobdjj Les arrestations produisireil] grosse no'.io 1 dans les milk dicalistes. Les dlgus des j parisiens examireat la s L confrrent avec les dirigeai 1] fdration d.-s cheminos 29 FEUILLETON DU MATIN %  Judex RMD ROMAN Par A ni m n n > %  n s f. i> ic\ (b'ilm par L. Feuillade ) CINQUIME PISODE Lt: MOULIN TRAGIQUE %  na in itUts irrrMctti Le vieux KojCM tM Jtvwu \e gcOiicr du !-flnjuiir 1 avr.uix, (jne l'on croil mort et Qui aspic, entra les mains Je Judo, une vie de %  -.. %  • tt Je t.i;m;cs. le ;':le Ju t.injuier, }JClK'lmc. abandoniK t l'AniltiBM publique kl million* nul acquis par son p. Jett .1 i.t Seil i f-ar uu ioupe Je MOdltl qui veulent la luppti imr, ciU-a tl BUiViC pw > on "'*• l e pWttJtM, i ide .1.1 uio:nc NgHstC, NH CUBi r Je. 1 Est-ce un crime ? — McaaieuiP, j'ignore i ui V0UP tes, tl >e ne vtux pas chercher le savoir.. Non contents do me eat%*>r, vous m avez veng de celui qui m'a pris riionneur.qui a dtruit mon loyer.. Cela me auliit pour que je .ujti ppuuienne corps et me.. Dib pote de uao>•• Je veux ire votre eerviiejar.. au beeoiOi votre esc.ave Cestences tenues qu* le vnn;. Keijean, eu sortant de la cellule de r-aviaux, avait lemeicic Judex et non (1 re Ju l \ lui avait tendu la nain c( lui avait oit : — Je veux que vous soyiz no te ami Tiemblant de ia plus forte motion qu'et peut-tre jamais ressentie, lu vienx forat libfi, saiHianitiit la main qui si gneieuneiucut soldait lui.il la poita ju q i Ht lvite en disant : — Mtrci' J Mieux que de longues phrases, cette simple txpie^kiou de >ou ni. W gratitude piouvait A Jacques et ^.iti^rquils avaient Uouve dans lanci-'n meunier de* Ssb'Ona. l'nom : me capab'e do se faire hacher u>i besoin pour dfendra la poite dson nr-it'eBl c'j'at. avec la p uparla.te ser< fiitf> que, pendant ewi abee"ce du Ci;U. j au-lL u^e. s lui svaiett contii la girde de leur prisonnier* Kerjean s'tait seqoitt de sa t 'f.r avec un scrupule qui se doublait de l'pre joie do voir 1 lionune iju'r excrait le plus au m mue, liv, i un clia iment fi terutjl • l'Iusieurs fois p.-ir rn.it, il se relvai', (juiitdiit la chambre qu il o c pat dai s les souteirains prs de 1 gele du banquier, coutant avec avidi U u.-i ir.i'Mii, Us plaintes d< l'emmur.. Lliaqud matin, il se 1^ vait de t -t bonne heure. \ fin* rail dans le laboratoire de Judex, t iseu manœuvrer le miroir mttaUique ei legardait Kavraun qui, dans uu cou de sou cachot, telle uni be e trsq n i semblait compter les minutes d plomb les tieures det tuile. Uu matin Kerjeau prit au btard un livre qui se .rouvait eur la table de Judex Comme ill'ouvrait, une carte-album s'en et. happa. Cotait la photOgrapnU| de Jaiqueiiue que Judex, aurpna sans doute pardon trie. uvait pla ce dan ce volume et avait oublie de reme.tre ensuite dna MI caUi a — (Juii.e ttt coitu |olie personne' se deuiiiiduit lvutjean, intrigue, <• mme cap iv par l'cxpresaion d< bont cliai mante et de touctttftti milanco'ie que rvlaient lei iratti de Jacqueline. Lt regardant il a plus prs celte image :oute de gioe ludieute e d'inalli'rable pure., il se put < %  mi murer — t.'e*t tran \t., I >.i d rai'. qu' D a pleur aur ce por;rei fie il lo garda wn re ses m coraico s'il se eintait attir ven c tte jeuoe femme inconnue pai une ]d i ces irrt n il .s sympa lues qu usisaent tout coup aana qu'on sa< cbe m comment, m pourquoi et qui rveillent les illectioni mortes dani des cœurg qui l oa pourrait cio re j-unaia Met Kerjeau qui, IfOJ intrigu, %9 <•' mandant:Quelle est cotte femmefai venait de eiror le por rat dans le vol iiiir,. lorsque la po 11 gec 8 qui donnait accs l'eictlier de fer sou vrit, livrant | teiage Jacques et son frre. — Toote'eet b'en pass? interro ^ea |uaai 0 Judex, i — Tis bien, monsieur, rpliqua Eeriean — i.i prisonnier? — L)3 plus en plus protirt*. Jndei s'en fut j ttr un COUD d'œ'l au miroir, puis il revint ve ,s Kej3^n tout en disant d'une voix trange — U peut vivri loogeope ainsi/. Et comme ail Rvait li tte d-i du ter de sou esprit la pense de clui font il s'tai i .it le juge, il dit a 'ancien meunitr sur un ton peu. de cotdulit : — K'p'ieantes vous heureux? — O i monsieur, c*r mdntena t grce voua* resjioir eit rav nu en moi — Mon f V.'e s'es' dji occup d? votre Mis, ropremi. Judpx. — Ali que vois 'es b)n| llouer expliquait : — Je n ai rien encore de prcis vous dire Mais courage et con Qance.. Nous vous le rendons ccr itaiiiementl — Ou*, noua le sauveron'.. |pliir mii< luiex avec nergie' V olemmeut mu, le fort libr regardait Jecquei et Roger avec une sor e de lerveur religieuse' — N'eus tes bons, vois autro->l llt'.i. Il n'y a pas en vous que de la justice., 'nais un MUtiJUsnt profond da fretern'te buintine E moi qi ne croyais plus ei rien, parce qui n'y aval' plus en moi que de la hvne, je me reprends tre meil leur piid me je n'aper us. par v lu'ici-baa on peut encore troaver i soi .' lv ij an s .ir ;i un m im nt..Pui encourag par l'at'itude bienveillante %  dus deux frrea son gard, le pau rra viens, s abandonnant tout fait, repu; : — Je voidra ; s bien revoir nmi! vieux moulin t. mon fils est n, o 1 ma femme est n:r.e. Ce n'est pue ti'-s loin d'ici., il me semble que' maint M V't que vous av./. ftit rnaitrrt l'espo r en moi, cela ma f^ rai/ d i b en., de me i % %  i ouver dans e ta mi4on o j*xi laiss man une de mHsseon %  ;: i instant aupri de la roue silencieuse et de rver qu'ils son encore , le petit et a raman, ^t que ji vais les voir apparatre ous le deux — AU /. mon bon Kerjeai, allez, aulorisiit Judex. — Ouand ce'a ? (Jiaul voas voudr.v. — l'ont de suit j vrai, voas me pe;m a ttez ? — De grand cœur* — Je serai revenu ce soi'— Ne vous inquitez pas, Ke-.iean •ai lez, m >n ami.. Kl I ancien m-unier n'en fut tout lOfeux, son bton a la main., landifl pie dans ses y-^ux semblait dj passer l'image de ce visas noir dn Qtmo4gna o jadis avait Heu i uis s tait :i 'tt: si vite son paiaib e bon li-ur— .tuel brave homme' dil Roger u sjn lireTu lavais bien jug., Nois p lavons avoir confiance en lui. Il ne nous la!.ira pas. Mus Judjx n'coutait pas son frre. D'une main qui .semblait distraite et qui, en ralit, tait guide par as plus fo.tj volont, il avait entrouveit le volume., et considrait le portrait d-> Jacqueline., lonMi-m n saintem m avec une intraduisible expression dadjutio sans mlange, dadmiratiofl sauj limites Et ce n'tait p?s 1 amoureux qui contem > %  il tendrfcinen', voluptueuse ment la fsmme aime : on eu' dit nlu t le religieux en exiase devan l'im ige d u IA sainteRoger, aurai avoir iet un regard fu lif vers Jacques, s tait discrte mu rstlr dans nndee t-.^ies du vasie laboratoire Install dans un Uut-jui'.tl avait prie dins la pocued p i veston un journal du matin e en ommenai". la lectme lorsque tout coup une exclamation lui ciiippi; -F. re! — g l'y a-t-.l'.' lit Judex. — EOJUH es que \i viens de lireu deuxime pa^ j aux f*i:a divers ; t Est-ce un crime '.' A I J Seine, deuc petit* i/irrom rtti* fleuve une lem.n: endtuii.r Jeanne Berti u. — Ouedis il.' s'cria Jodat] pr mut le jjurnal d^s m>ioii frre, achevait l'article qui as)j nait ainsi ; Jeanne Berlin, institutrice H La malheureuse, encore dansk^ n'a pu tre interroge,) |C'est affreux !.. s'cria d'une voiy que I motion c A nsi, il a s u t li que ooM] a sen':oni quarante huit bel que cett iufo.tuns q re jr .voir sauve., fut eacore d'un abominable attentai (Ju€ lie i sont les genaai rbles assez ignobles pour ner aprs cette innocente S crature:' c Les mmes sans dont! voulu la livrer Csar de et qu', pour se dbtrraseM victime, ont lchement mort/ Mignilique d'indignation, dcolre. Judex, beau corne change qui terrassa le > cria d'une voix frmissants: — Il faudra donc qne|3JJt eux aussi., les baodi's.'.. MSJ ceux-l, pas de oiti.. p con tances attnuantes.. R>s.er, tu m'entends, nei | La mort. la mort!.. t Et avec une so le f ; mystique, il poursuivi — Il faut que j'aille ioal elle l'eut-tr* pourraiJ* ver ?.. c Dieu, qui a fait le min ressuseker Kerjean pour" sirvir nos desseins, oe v uBI qu'e le meure. c Car ce serait eiroyab**' m: semblr q ie nous aa-] deux sur la conscien's, de cet'e innjeene N v e ii m , ii'jfie ;'->ste dr rJ*J en deui tureraient i*JJ dune lame m -H'icrble•. " toat prix q 13 desoDU l'abri de U u attu pi'-. e jf tout darigu-. E:U'.f vaa rester i;i tj vas rne' ^.. •



PAGE 1

IE MATIN laits Divers WO% E I.OMQUES gSIlVAWUlK KoOE^STMARTIU [Bjromitre rtB pratare Mercredi ; Mars 1920 7^-t S minimum 2 ,o maximum jo,5 Mienne diurne JS 4 na^nxlejour et couvert 1 htil de Ii pluie ^.1 m.m. iMTtie en baisse y[) SCHBRER impart du Pre Mahot L.T e -Vo:luin biWiu. qu.ue pour h..nce en Ul U liiiliqu Soirc-lW. KTC M .hot ccnpie dcjl plu, de huit ann.-es jlVl'rln-e Ou r.u> .^i.u,:.-, la. ont flbcn XUMIH 1 paros.en* ;L >on jbtenc.: do. e!.c de courte ne ajrhiuera pas d "flecter les h de les LL, „,H nr orteier les bienu.ts d; ses (t tim p apprcier SB*. lui touhiitoos e rioureven'r fn p.nfaite lumn nous, Oommission d enqute kjBfind J avec plaisir .;ue le Dv.i'Utn-ni |ti ;l. publics a la sine du rcent ae: dnt kmins Je 1er survenu aux environs de Ma*, nomme nie commis i in d e'.u,ute ieWidarriver a d--> m--ur. s radicales ,>oui lu, d'une can ou d'un.autr.', le renouent'de pareil, maheurs. • comniiioie.i ainsi composte: MM.n, JC. l. *_I (C S. Savy i prsident,— %  a Pnce, inj.iiiejr a Jjon: a l'ingnieur en [a L. lialvil, co.nmissairj du Uja.erneI prs la f.C.S. membres. ir l'Amicale du Lyce Ption i-vous priti a aller m roule a la ii-te qui frocr* a Cin-Vanct mardi prochain • pro:it d. I Amicale du Lyce. < >n relit Je ne pj> participe' i ceite tte a |ji>s lutpnscs trs agrables sent r erve ubic. t attractions y seront nombreuses et varie |nol organisation parlaite, tout le monde : enchante de ce rgal dont le succs sera eue. Direction a dcid de limiter la vente des %  pour ne pas avoir d'encombrement. Que 1 dsirent assister a celle le'.c se >lpel'd'aller prendre leurs cartes a Lire-Varit que tous les abonns g-rd.nt leurs loge pplaccs.— Entre gnrale t gourdes. Etat Civil 1 1 er au 29 Fvner, llitat Civ.l de l'ort-at la eu a enregistrer : ,J-,U — Dcs i;o, — Marines •;,igrgation de St Joseph de ( luny 1 pose de 11 plaque de atte hcole i]Ui poi j Marnais le nom de .Mire I ouise aui |atmain, a 9 heures du matin. — Cette crilourmra l'occasion d'une petite ltc charconime en savent organistr les bonne ^Protection de chevaux l mesures svres vont tre prises pour em (que circulent, estropi;, et maltraits, le hors d tat qui tirent les voituits publiIr-Nous engageons les propritaires de DU> pas permettre que les cochers brutaux et ois criblent de coups les pauvres Mes ei put a des travaux audessus de leurs toi TOtfgeonj les chevaux !.. de give est actuellement 1. •nie: Sur le rseau nord o \ ri iroit pas d: la g've sur le t* i Orlans tl sur le rseau du P la situalon teste stationnait* [province le crtmge est presqu Jln AUace Lorraine.on sjnali le chmage tait complet dari [gares de Saireguemines et Save Une dpche de Metz dit qu< la give, le service des train[jusqu' prsent assur. Les synd iind^pendarrs annoncent qu'ilitesolusne pas se joindre ao BVfmtnt UNE BOITE DE VRITABLES PASTILLES bieu employe, utilise A propos PRSERVERA votre Gorge, vos Bronches, vos Poumons COMBATTRA vos Rhumes, Bronchites, Grippe, Influenza, Asthme, Emphysme, etc. MAIS SURTOUT EXIGEZ BIEN LES VRITABLES PASTILLES ALDAI vendues seulement en BOITES portant le nota Listes des tileiasrt Pha>mac' t des iiis diffcreittta Villet d /t Rfpub > %  que, cmmiuionnt pat SK LA LIPUBLIQUU ; Ter' eu t'iince : Docteur Fil x Coi cou, prsident Du. Kdouaid Hoy, Lamartine Ca mille Puai Salouaou, Auguste le chaud, Membres H. Jury Mdical du Cap Hatien ; Docteur Decimus Douce!, prsident DrVictor loyer, Membres Pharmacien, Joseph liapste III Jury Mdical de l'on de Paix ; Dr .Nicolas l'aul prsident Cf/jjnae Auguste. \Membre Pharmscieo. Lucas Michel lv jo,y tH lical de oonsivea : l>r Lonce D' j Honi de Bureau llaliricur, FRANCK D NAIU.ISSH', aioct 1er Mais 19f0. Avis La dame Aesjdne Louis a lo sir danuonier a 6a clientle en par uculier et eu commerce en gnral, ^ue son petit cUOtUuriDt St lotepha asi iranstr la rue amiicaine, No I32U U.i tiouvera toajours aoin et jiimiptiiiide, Port au Piince.Ce '2i Fvrier lL4 -tt A vendre Grand bureau ministre-, •'emparant des mains de son k a corner monte sur table •omet bnV.antes de livre'Tiis-oi. NncUoopresse en fer tltJudei.. au ( A iuixrt) vre v \mano Ple'jel tn parlait lit S acotahe dresser au Ko. 1|24. Avenue. Mlq*y. H^"^ Champayue BAZAR MTROPOLITAIN Maison de confiance P.s?oins Leur l'arme 40 ft t' or Williams Carnet en Ituille dlacbe Col gales :i> U or Arraours ( krne'i b roche 08 (i/Jci or Woodfouryi 'i.pnr v col bf 0,>0 U.il or l'aintolives. boi e pooe frayoa 0,18 or la.ayou 04|dl2or lim>oir da lretes U *0 Q,50 or Macaroni Fedrral ) pauc la Vaseliaa L8 a 12 or le l[2 litre Poudre TaL u \l 0 35 *>r KVoojag* Kikhoin > 0 qualit! ba\ou toiiet'e oU8035or Fromage gruyre Toilo drap deO pouces delarg. AUTOMOBILES A louer Courtes en ville & h ir s k la ville Voyages l'intrieur du pays. Pour les provinces el les villes e Slo-Domincjo : Puerto-Plata, Santiago de los Caballeros. S'adresser Chas. STEPHEN i))o. Grand Une ou Avenue C (.1 / Utogi Muisn Smith, tailleur ou au Garape rie la Due Tirernasse i A la Lumire Bleue • (Eotr* Avenue C & D Hue M) Tlphone 355. won I .. PnEKTZHANN-AGGERHOLM refn parieay %  Cpniala du (r-n pagne : Charles Heidsieck J^eilleuremaque connue en lia il i, en caisses I I2|* et 2i|2 I ^out arriicain,stc, deun-sec et douxsCharhs n tj( ] t j eck cs /ourrseur brevpfde S M. Georeei V L ; 'jjkleterre; S, U dlL-rt 1er, Roi te* Neiges; A. M. AlpliOLse ^•Tagce, etc HC, Pharmacie F' SEJOURNE Angle des Rues Roux et du Centre 2 Mdailles d'arger* Exposition delBruxellea /910 Laboratoire de Chimie Mdicale Droguerie, Prodi.ils chimiques et pharmaceutiques. Spcialits fitoaitea et amricaines. Prparation de 'outes ampoules mdicamenteuses strilises et injectables. Spcialits. — Srum r.tvrosthnique simple et ferrugineux. — Iodhydrarg/re. Srum de Morar J remplaant 1er paquets rcalcifiants He Perrler et de /?obin* Il y a toujours en stock : Nifrofthof 1 Sircp pectoral, Eliiir de Pensylvanir. Dpositaire du BREVETYL Reprsentant des Laboratoires Terrial ; LACTIrERM.— arment lactique, contre aileelions gaslro-intes nafs et cutanes. ; L\X*R1XE,—Spcitique de la constipation. Avis LP Directeur de 1 tDoujneinforme le public que le Dpartement dis Co lis Poiteau* yera ferm le t Mars jusqu'au Vendredi J 1 d:ux hures de Tapies raiii Notice | he gnral public is no'.i6;i thit lh Pticel Fost Department o Ihe Costom House w 11 b; clos Mardi 4 tb until Friday March ) th Igt .' o'clock p n poil au Prince le 4 Mars liaa d'iltct^r ul ('.uitunii Avis l.e public et le commerce


PAGE 1

*.* Mil I 1. ARTICLES-FRANAIS L maison Max Monsanto Luc du Magasin de E'ul iur le tteQvU'r franais Ca^mnKc a arrit ici lu 13 courant tes articles sinu.aiis : Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses fil et coton Nappes coutils ii matelas chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soie cravates nœuds et rgates assorties, Gilets de flanelle. Revue Illustre et Vente Patrons de Modo -^ ii cent* -Voy,z-vcu8 CM belles Dfl HPF, voulfz-vons re lf tmanrsct lUMio elles ? ALLEZ CHEZ ;".neii! t S lkim, i m iammimm Assurez vous contre LE ]7" R (J Il HOME IN8UBNGG C" de N.- ^dressez.rous la plus forte'compagnie les E U agent Gnral pour Hati: Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince rrolfgrz votre Maison, votre Magasin vos dpts au taux lis plus raisonnable* Paul E. Auxila Sue du Magasin de l'Ulat et IravtrsUn O v 011R i roov wz |(?8 Tlssi;s ,„ p U8 : H uiuano,,. RUBANS If8 plus a,p opriOset d'un choia rareP 0M il vou dernerp un Caslogim d Mode et voua vendra In n assurer \oirr> i. be une COUPE in prcbl. f i ois*iH, hrn. ioru.es de chapp'iix. nr-rfuiueries uvmes d 'biican-*; 'Ionique orfruale, 'JY>ror>h — WliMH i 3LO 3100 IUU HOU xo &u nu 1 5oo uu 2UU loto 9L0 2U0 ito 10U KO 3ou •i 050 <*< i na Nebcn vritable dai k bleu 25 y J>f mis Meiroio i. double picea i y, --'20 JM i P.etco t vmtblt, sraall dessins 25 y Urdl C.baleto asecit. double pice biill Coieijdo assoit, double pice bnli Esprer zi assort, deube pice biiil l>' ne U double pice lrtbai l tioPendiB double pice Tioopii Co li .';0 lo J5 yardi Calicot 30 Jt'ir.TOo doubla pice Kliaki eu 5couleuia double piec-j Kbeki Anuy double pic9s bnli Andova-Vriinio ^oub.eri:o lli-ck Laktwood-eiali assoit 26 yards Mta< ow biotk vSui ings assor ( couleur 36 Mouchoirs inaeraa rou^e 1re (juaiiiH MouCbollI madruBj-cujje 4 Jn.e iiaaln (M) yards Mouchoirs rou^e en pices .J yards oui yiida Mouchons bleus en pices 3 yards 1 douz •HJ i lug Colon dr*p douqlo pices -_5coiz Chemises |oui-l.onmts lie qualit € Chemists pour hommes 2me qualit CB •A-0 p.cci lias pour femme s OLncs en papier eml • ,u lias pour femmes blancs en c iton 2iU lias pour fetrm s mtili en scie Uinna 400 las tour enfj. ts noua seule ueni N 3 0 y > iWi f c its cfblatk Upper LeaUur oheiret: '2 {tri btown Upper Laaiber Chtvrtlti li UCO yalds Dock >J o 8 de 15 20 yaids U n ce HUp.fCts cf Siam couleur .lO-liOO yaids '.'U Isutisouk '.kj-'cH i ouble 5O0 D^uims El Oiamat.te 213 A ."••) Regattt SMipes i Uka l'ruco'ts ) a) Colfax Chtmbrty ( double 2S ) AVIS A louer peur maison d'habitation ou O/ice', Ulag$A fl. Murad /;• SMI, No. \W, Hue liiomas Muiiuu. Prix Modr. FOR RE NT VpUam of Murad So.\'t ew uore }or Jwellin'j ^//* Ue l.imat Madiou, , >• •r,> L.



PAGE 1

Snfe Nu 3725 Trtfg DIRECTEOR-I'ROPRIETAIRE Ciement-MAGLOIRE %  MAGIST RAT COM ML'NAL U NUMERO 15 CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AO-HRINC | U ain0i8 DEPARTEMENTS ww G ISO Un 01 *.. 7 fKJ Trois moi crRANfiea I trou m 018 nonces sont reues au Comptoir la • "ZiMt Publicit, 9 Ru^ Tronchet. PaTo. %  **• Ludg te Hil,, Londres 2.00 P'rf 5TJ Pjlure. II..I: Quotidien 7/i LE ruOSE ri Ht Jeudi 4 Mai* 1020 C'est parc* qu'Ulysse savait dduite ses preuves des ides reues par ceux qui I coutaient qu'Homre a dit de lui que c'tait un orateur sur de sa cause SGCRATE %  • % %  % % %  "^ Ff Runion du 2 Mars 1920 Distoi ri d Mr Constantin MA YARD (Sftft e: f,n) Messieurs', ai. ; es emprunts sug mutait a la tigVteastlmoraU no'aque je ven de faarei un des rumu les lmei. I: diffrents qui sr att >lhers da Rotarysme pour livent dC.uellement en tint, ils agi • iqoer nos bits nTr.iux je n'au ront pu ssam.nent pour faire d spafvraiment rien dire de plu; si raitre ces distinctions ou aunul-r Vtait aussi mor. devoir d'inli* leurs eftet?, pour niveler ces malen rcertains pa'tuulints qui sont tmdus, dtruire ces antagonismes au irivemeat propre* net e assop otit commun des Amricains e'. des fi ittisns. L'nommd'alires le commert l'article 2 de la Constitution le mdecin, l'avocat, le |ournalisi-, U les Rotary C'ub-, en ou re l'aamme public que je vois si avmlob'ga ions que 1 article 7 de uos lageusemect reprsentici oit bremenli particuliers met a la chir son l'un dl'autre pour ob enir le 111 ximu i d'utilit pour soi mme et pour rendre le maximum de services la communaut. L'tranger, malgr la puissance illimite de son 0 pila! ei de son exprience, a besoin de l'indigne pour faire fructifier s cm capital ; l'indigne, de son joi, encore qu'il <;arde chec soi ie droit incontestable du chirbonnie*, a bats membres et a la diligence d J jGomii, il importe de ne pas de*ueque notre Socit i t-Prince et en HI corres, i an rroblme local tt aou 1 lias lnut intrt. principe de l'inlerdpendia: tous les homms et entre to 1 %  1 nations est un; vrit qui n; Wtre plu"; gure de sc;ptitj r i2 =. soin de l'aide trangre inli^pensatas faible a besoin du plu; pu s it par contre, le plus p o;p;e Mn du plus pauvre. Ces' po ir l les Grandes Puissances s'.f cbissant pen peu de laGravie dnonce tceramen' par b'.e pojr sottir de son isoe neat.de sa m.sie et de son inscurit Aosi b en, ce qu'il faut concevoir que Ko t ry Club d H inscrire dans 01 plan u'avnir, c'est qu'il soit noi seule ment le gardien vigilant de obbga lin Aagel, oit en train de cliin lions que notre Constitutioi et nos liio'.ument leurs mthodes d'exRglements donnent aux Socitaires, FOI. Elles en viennent i cornmais encore.que par le jeu co.Ain Mre qu'au lieu de dtruire, au cl s forces qu'il a groupes, il so:t le [daburb 1, leur intrt en b eo metteur en oeuvre de la coico de et Mde biter leurs relations a/ec de la bonne entente entre ses mem les Heuoles petits oa ferts sur b es et ceux que la vie con> nique, lolhi d'interpntrat 01, de jus sociale et poatiqae met en contact >e comprhension et de r"d avec eux ; quil soit le promo%  U. Oesl p;ur cela que h Satear d'oeuvres dagrandisjement, t des Nation-, cette teatative qui d'embellissement et de salubril;t le nom amricain, mi'g t i Port-au P:ince, qu'il y fapbsticles qa'eile a ren.oatri. a cilih lpmruissemmt du travail idonnetee mot d'ordre sabli ne s JUS toutes ses formes, qu'il y p 0M pourrait re glement d ailvoque la cration d'Ublissetnent I c elui de Rotary C'ub : c Cood'assi.tince et dducit onpjpul ire, jl'oa,coopratioi organise dans qu'il favorise Pin tiiu ioa de cours *it de tous sans porter attente publics et gratuits et de chaires de Jtolou 1 l'indpendance d'aucanlrentes pour 1 enseignement de 1 anglais et du franais, pou. laite U>*. vous comprenez bien Mesconnatre les moeurs socules et les f qe de pareilles notion'; sont nltbodes conomiques amricaines, ft trop nouvelles dans le v eux le caractre du peuple hatien, l'hisU| i nternational pour tre dj de toire du y."'lgislation, SJJ postion parfaite dans la pratoue iibilns elc;qu'il nspiie ses meanI. 1 pratique, le,-dittrencei d*bres fortuns et au profit de notre '•ou. les uilfrenccs de races les mi ieu le 8 0t de ces prodigalits B "ces de moeurs crent des maF' 11110110 ? 1 *! 1165 doal la haute fiaa da--, provoquent des Iroi^g;' e amricaine a donn tant de clMveloppenideiantagous-nes bes exemples et qui sont vraiment p'identsirgulirement le r"ne ccurme des placement,avantageux f u l I -a'ernite en act:i • pa^mi ,lits dans l'Histoire, et reraboursaommes et les Peuples. A ce bes par la reconnaissance humaine P ? tait, les gouvernements ne qne Rotary Club, eniin, soit le ril. P* s t:> habiles clnng'r rapiMtew ea tait di toutes les prvi^ on semblib'e tat de choses; s ons bienfaisantes qui, pour user %  l l'action continue et directe d une heureuse formule, leront t se ples et surout le]-u minem dvelopper en ac ion • Pam;ti am1 elficicede leurs intrts rc'pro ricauo haitienne. Et tout cela sera •Cest i un pareil beson entr pni*o;ue chacun de nous ici a con rie 'aatres, quela caion de KJl engagement d honneur de traUu .b a rpondu chez no-as Ansvaille avec loyaut U efficacit, tous s m ni AUel L§ar,af9cal du la dfense : lia Keri.and leroy. Mecredilu. Louil Chrubin,accuss de vol avec effraction Catulle f t Uu c Un escalade au prjudice de M an lboma Merceron, avocats de U d : use Itiptaael Mose et Me Mt Hosier Oejenu. Jeudi U. Chehsca Mertus, accuai da vol d'argent et de bijoux au prju •ii c i; des poux O. Araud:, avocat ae la dfende Me Bernard Desgrottea. Vendredi 12. Seuiaxant Cerard. ac cas de ttmative de vol avec elTrao iK*n et escalada Avocat de la dfense ai Chrisiun ttgahia. Candi l Mars*!-, awer NabSuv.ac CUl d'Iiomiv.de volontaire sur la paisoine da nomm Tiotln, avocat ue la dfaire Ma Flix .S'jrayMardi 10 Mars. M -xil Ifien aim.ac cas de vol uvdc illi'aotion au prju dice doi sisurs Donlus IJau, Lamo lue Doaiel, Augaste, Kir.uin et Tir sias Pierre, avocat de la df Me Me Clment Coicou. Mercreai 17, Antoine Georges, ac cus da vol avec effraction au piju dice de Mr Franck Laporte, avocat de la dfense Me ofaa uagro. lactiv.l s'tst borne a des banquets pui sonl. je le suppose, des ttes qour nos es ornac?, comment puis-je rsi:t:r k tentation de vous rappeler 1 apologue fameux des Membres et de l'Estomac . l'apologue que Tiie Live met dans la bou h: c* Consul Mnniui Agnpoa s'efarini i a calmer une sdit on de U plbe roL-raine en armes sur le Mot Sacrer Pour l'amour de Tilt L-.ve et pour 1 opportunit de la citation, vous me patdonneez.je l'espre.de reproduire une nouvelle fois, c: morceau trop connu. — < Mnnius, dans le langage inculte de cet'e poque, ne fit que raconter cet apologue: Dins It temps o l harmonie nergaail pas comme aujourd'hui dans le corps humain, mais o chique me obrfl avait sou instinct et son langige a part, toutes les parties du corps sindigrent de ce que l'estomac obtenait toui par leurs soins, leurs travaux, leur ministre tandis que, tranquille au milieu d'elles, il ne faisait que jouir de? plaisirs qu'e I s lui piocuraieot. lilles formrent donc une conspiration: les mains itfosrtol de porter la nourritureila b ouche,la bouche del voir, les dents de la b oyer. Tandis que dans leur ressentiment, ils voulaient dom,f:r le corps par la Lim, les membres eux mmes et le corps tout entier tombrent dats une ex time langueur Us virent alors que l'estomac ne restait poiat o^if, et qie, si on le nourrirait, i; nourris >a l son tour, en renvoyan dans toutes les part es du corps ce sang qui tait nol,re vie et noue U;;e, ci Dpartement du Commerce /mvae 8 M trouvent : Correspondance spciale au MATIN Batirn 21 caiaaea, hlaotfue 135 e n s.es, Goaae ves alimemaires VlJ caisse?, bisC'ii s i ca.aadSj tVo.na/e . eaisss, P.ues aliineulai es . caisse-, tlutle d'o ive 2 c$es,;iaaiba 12 caisses daooa A caisses, lia etigseaurs t0.fj cais ses Huile ue co.on ~) caisses, Oiguo H caisses, Sava 1 5 c s es, Altutneltes 2 is-e>, Poinmea % larraa 13 barils, Morue b'i livres 'fabic 2'i7-) livres, l'issus divers 08 caisses et 17 balte*. Port au Piince, 28 Fvrier 1930b /' ,\ tant aV;d i>us de* tttbt, n tant pu.i ineori femmes, U •*/ aaass Inaifiaiii kint de rexter fats la note /aste, sans /aide pour vous y aider. Ln thse getrate, les fillettes, entre 12 et quinze tus, ne feront /ainais mieux velues fu'avec te tailleur appropri leur m et leur taille; celui ci se compose l'une rosi en' 1re el dune veste assex longue, droite, vase du bas. Il n aul jamais commettre l'erreur de faire torter eux fillettes encore disfroportonnes, la jupe spare et la blouse. t'o ir qu ce costunii soit seyant, il uutquela tulle ait son entier diveloppe%  aeiii ci (/ne U propoilions soient nar nonieuses. La fillette est toujours r poil couru-. Sa lale net pas iorme t l lui faut donc une liyne <-m lallomje n M la dessuie pas trop. Les k-ostunies ie fout du* seul et mme tissu u de deu.c tissm mlangs. Les cossais qui se portent en ce /nouent et dont le succs vu aller croissant', 'lousenurons la certitudepar eeque nous avom dei va chez nos granjs fubnOanlf, oomyossaJ des Miette charman It8. ^ Voici quelques indication gnrtes: avec u„e rofta plisse en ussis cossais JonU marine et rayures verh, on " t une veste en serye vert cru, vase iuiluauil au prix de la du 0as c0 '"'" nous t avons dit, de fafabriaue. J "" d t tmr i*N*** in* godets, u* 1 %  itrants s'eutr'ouvent leyvrement dans On trouvera iA le Gran'V/tue a ct du tailleur S'iniii C ga les, cigare 1rs Scalerl i i P-ptalouti L 1 % %  1 __ le ba; te vhmeut n'est form qn par -' 1 un tut tis haut qui croise et se ferme n le distribut galement Se** fiL^*2£2. !& C0 me ar,ti 1 > r • Ii 1 1 tarai, od simple piqres notre; aus. 1 ? %JiFJ?!*J^! Ub dupes mme le ussu. Un autre tmtleur peut tre en serge. rang celui ci. La forme de ta ,okt et Ac la jaqucile restera la mme; seule, la garniture variera. loi ce sont dte applications de toile cire noire dcoa h:e, emat poches, au col et aux man ches. Ces garnitures de toile cire ou de peau se voient d ailleurs beaucoup,. En •joici encore une aeplication sur u %  nunteau celte fois, manteau de fillette bien entendu, puisque nous nous occu non* aiijourdhvi de ces chres petites. Celui ci peut tre en velours de laine, ou en tetsj olive La iupe asse: simple, a les plu pincii aux pocljes. Une plerine arrondie derrire et trs icourte devait', vient s attacher au col, tout--fait de coe to par la digestion des aliments.La corn paraison de cette sdition intestine du cops avec la colre du peuple contre le Snat, apaisa, dit on, les esprits.* Messieurs, quand par^uite dune application stricte de la morale rota rienne qui n'en autre que la morale de l'apologue de Minimal Agrippa notre Club pourra montrer qu'il ra lise le succs individuel et lj succs ollectif de ses membres, not r e exem pie seul s-rvira minemment i notre milieu. Par cet exemple, l'organisa tion publique o nous vivons se rendra compte que de tous les l ments u vers qui se trouvent runis dans son sein, chacun agit pour for U, lu-nant presque tout le corsage vus'tifieret nourrir tous tel autres, que hle Celte pltrtUi est double de soie ne* tous agissent p IUI r.ou ur et lor.ifier re pour rappeler la ceinture, le boni des chacun.^ue le plus prospre en appa poches et de* manches qui sont faites de rence, au lieu de jouir batement du toile cire trs souple. U est bien entendu ministre des autres parties du corps que cette fantaisie peut tre I occasion soc al fonctionne u centiire lui remplace par des gallons mohair, mais aus-n pour y entte ir U am et la peau est plus nouvelle et plus'chic le b-.en re gn al E', alors, nous l'our une fil elle plus jeune ce ravissant aurons rempli, pour notre flicit modle en salin rose pde dont la tube personnelle, pour le bonheur d'Haiti est (aile de volants dentels trs plats et et pour la grandeur du nom amri bords dm dpassant de satin noir nu. caio, la plus essentielle et la plus Ugni d'un point de piqre galement mritoire des oblig \ ons que i'Asso noir. Ce point d piq^ et ce dpasst t ciation internationale des Ro :aiy se retrouvent lencolure et aux manches Clubs peut setre pioposes. Et l'on Ce que nous disions plushaut ne s'jel sera forc de proclamer qu'aucun les plique plus aux jeunes filles tout--fat 8; C ubs que ov.prend, maintenant sorties de {enfance A celles-ci la blou

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05060
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, March 04, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05060
System ID: UF00081213:05060

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Snfe Nu 3725
Trtfg__________
DIRECTEOR-I'ROPRIETAIRE
Ciement-MAGLOIRE
MAGISTRAT COMML'NAL
U NUMERO 15 CENTIMES
ABONNEMENTS
PORT-AO-HRINC
|Uain0i8 DEPARTEMENTS
ww G ISO
Un01*.. 7 fKJ
Trois moi crRANfiea
I trou m018 ._____________,
nonces sont reues au Comptoir la
"ZiMt Publicit, 9 Ru^ Tronchet. Pa-
To. ** Ludg'te Hil,, Londres'
2.00
P'rf 5tj Pjlure. II..I:
Quotidien
7/ileruOSE ri Ht
Jeudi 4 Mai* 1020
C'est parc* qu'Ulysse savait
dduite ses preuves des
ides reues par ceux qui
I coutaient qu'Homre a
dit de lui que c'tait un
orateur sur de sa cause
SGCRATE
"^
Ff

Runion du 2 Mars 1920
Distoi ri d Mr Constantin MA YARD
(Sftft e: f,n)
Messieurs', ai. ; es emprunts sug mutait a la tigVteastlmoraU no'a-
que je ven de faarei un des rumu les lmei. I: diffrents qui sr
att >lhers da Rotarysme pour livent dC.uellement en tint, ils agi
iqoer nos bits nTr.iux je n'au ront pu ssam.nent pour faire d spa-
fvraiment rien dire de plu; si raitre ces distinctions ou aunul-r
Vtait aussi mor. devoir d'inli* leurs eftet?, pour niveler ces malen
rcertains pa'tuulints qui sont tmdus, dtruire ces antagonismes au
irivemeat propre* net e asso- p otit commun des Amricains e'. des
fi ittisns.
L'nomm- d'alires le commert
l'article 2 de la Constitution le mdecin, l'avocat, le |ournalisi-,
u les Rotary C'ub-, en ou re l'aamme public que je vois si avm-
lob'ga ions que 1 article 7 de uos lageusemect reprsent- ici oit br-
emenli particuliers met a la chir son l'un d- l'autre pour ob enir le
111 ximu i d'utilit pour soi mme
et pour rendre le maximum de ser-
vices la communaut. L'tranger,
malgr la puissance illimite de son
0 pila! ei de son exprience, a besoin
de l'indigne pour faire fructifier
s cm capital ; l'indigne, de son joi,
encore qu'il <;arde chec soi ie droit
incontestable du chirbonnie*, a ba-
ts membres et a la diligence dj
jGomii, il importe de ne pas
de*ueque notre Socit i
t-Prince et en Hi corres-
, i an rroblme local tt aou 1
lias lnut intrt.
principe de l'inlerdpendia:
tous les homms et entre to 1
1 nations est un; vrit qui n;
Wtre plu"; gure de sc;ptitjri2 =. soin de l'aide trangre inli^pensa-
tas faible a besoin du plu; pu s
it par contre, le plus p o;p;e
Mn du plus pauvre. Ces' po ir
l les Grandes Puissances s'.f
cbissant pen peu de laGravie
dnonce tceramen' par
b'.e pojr sottir de son isoe neat.de
sa m.sie et de son inscurit Aosi
b en, ce qu'il faut concevoir que Ko
t ry Club d H inscrire dans 01 plan
u'avnir, c'est qu'il soit noi seule
ment le gardien vigilant de obbga
lin Aagel, oit en train de cliin lions que notre Constitutioi et nos
liio'.ument leurs mthodes d'ex- Rglements donnent aux Socitaires,
foi. Elles en viennent i corn- mais encore.que par le jeu co.Ain
Mre qu'au lieu de dtruire, au cl s forces qu'il a groupes, il so:t le
[daburb 1, leur intrt en b eo metteur en oeuvre de la coico de et
Mde biter leurs relations a/ec de la bonne entente entre ses mem
les Heuoles petits oa ferts sur b es et ceux que la vie con> nique,
lolhi d'interpntrat 01, de jus sociale et poatiqae met en contact
>e comprhension et de r- "d avec eux ; quil soit le promo-
U. Oesl p;ur cela que h Sa- tear d'oeuvres dagrandisjement,
t des Nation-, cette teatative qui d'embellissement et de salubri-
l;t le nom amricain, mi'g t i Port-au P:ince, qu'il y fa-
pbsticles qa'eile a ren.oatri. a cilih lpmruissemmt du travail
idonnetee mot d'ordre sabli ne s jus toutes ses formes, qu'il y p 0-
M pourrait re glement d ail- voque la cration d'Ublissetnent
Icelui de Rotary C'ub : c Coo- d'assi.tince et dducit onpjpul ire,
jl'oa,coopratioi organise dans qu'il favorise Pin tiiu ioa de cours
*it de tous sans porter attente publics et gratuits et de chaires de
Jtolou 1 l'indpendance d'au- canlrentes pour 1 enseignement de
1 anglais et du franais, pou. laite
U>*. vous comprenez bien Mes- connatre les moeurs socules et les
f qe de pareilles notion'; sont nltbodes conomiques amricaines,
ft trop nouvelles dans le v eux le caractre du peuple hatien, l'his-
U|international pour tre dj de toire du y."'lgislation, sjj pos-
tion parfaite dans la pratoue iibilns elc;qu'il nspiie ses mean-
I.1* pratique, le,-dittrencei d*- bres fortuns et au profit de notre
'ou. les uilfrenccs de races les mi ieu le 80t de ces prodigalits
B"ces de moeurs crent des ma- F'11110110?1*!1165 doal la haute fiaa-
da--, provoquent des Iroi^g;- 'e amricaine a donn tant de cl-
Mveloppenideiantagous-nes bes exemples et qui sont vraiment
p'identsirgulirement le r"ne ccurme des placement,- avantageux
ful I-a'ernite en act:i pa^mi ,lits dans l'Histoire, et reraboursa-
ommes et les Peuples. A ce bes par la reconnaissance humaine ,
P?tait, les gouvernements ne qne Rotary Club, eniin, soit le ril.-
P*s t:> habiles clnng'r rapi- Mtew ea tait di toutes les prvi-
^ on semblib'e tat de choses; s ons bienfaisantes qui, pour user
l l'action continue et directe d'une heureuse formule, leront t se
ples et surout le]-u minem dvelopper en ac ion Pam;ti am-
1 elficicede leurs intrts rc'pro ricauo haitienne. Et tout cela sera
Cest i un pareil beson entr pni*o;ue chacun de nous ici a con rie
'aatres, quela caion de Kj- l engagement d honneur de tra-
Uu.b a rpondu chez no-as Ans- vaille avec loyaut U efficacit, tous
s initiateurs de notr"e ouv"re foar le b.erc-c r.* de tous, tous da^s
^temenl Monsieur Eliot, je ln,cre: de -ette ville de Port-au-
*n nom au risque de l'emb'ar- Pr^ce et, eu dfiaUive, chicun oap
. on ae saurait t 00 lliciter la Sondeur et le profil de sa Patrie.
Leu ufs-!d s-je. de s'tre rendu Messieurs, pour finir sur un trait
4-}"J'engageant dans les pla sin tt puisque je parle a des
4 c ^'e association, n sqa- incmb:e d'un Uqbdont jasquici
Conrae nous I avons dj annonc,
lumJi procriain aura lieu l'ouverture
ifea assises crimiuelloi la Capitale.
1 .lies b'anuonceut prs intreaaantes
a en juj^er par les afl'iiros affiche!
q p u- les nouveaux avocats cbiisis,
il office par le Doyen du Tribunal de
I lemire instance- pour dtendre les
1 ccuss.
Les causes suivantes li^ureut sur
le plat.
Mardi'.) Mas. H marine Joseph, a?
cusaa de vol dotnttUQM aupr^judici
(ies sieurs Georges 11 m >s m ni AUel
Lar,af9cal du la dfense : lia Ker-
i.and leroy.
Mecredilu. Louil Chrubin,accuss
de vol avec effraction Catulle f t Uu
c Un escalade au prjudice de M an
lboma Merceron, avocats de U d
: use Itiptaael Mose et Me Mt Hosier
Oejenu.
Jeudi U. Chehsca Mertus, accuai
da vol d'argent et de bijoux au prju
iici; des poux O. Araud:, avocat ae
la dfende Me Bernard Desgrottea.
Vendredi 12. Seuiaxant Cerard. ac
cas de ttmative de vol avec elTrao
iK*n et escalada Avocat de la dfense
ai Chrisiun ttgahia.
Candi l Mars*!-, awer NabSuv.ac
CUl d'Iiomiv.de volontaire sur la
paisoine da nomm Tiotln, avocat
ue la dfaire Ma Flix .S'jray-
Mardi 10 Mars. M -xil Ifien aim.ac
cas de vol uvdc illi'aotion au prju
dice doi sisurs Donlus IJau, Lamo
lue Doaiel, Augaste, Kir.uin et Tir
sias Pierre, avocat de la df Me Me
Clment Coicou.
Mercreai 17, Antoine Georges, ac
cus da vol avec effraction au piju
dice de Mr Franck Laporte, avocat
de la dfense Me ofaa uagro.
lactiv.l s'tst borne a des banquets
pui sonl. je le suppose, des ttes
qour nos es ornac?, comment puis-je
rsi:t:r k tentation de vous rappeler
1 apologue fameux des Membres et de
l'Estomac . l'apologue que Tiie Li-
ve met dans la bou h: c* Consul
Mnniui Agnpoa s'efarini ia cal-
mer une sdit on de U plbe roL-rai-
ne en armes sur le Mot Sacrer
Pour l'amour de Tilt L-.ve et pour
1 opportunit de la citation, vous me
patdonneez.je l'espre.de reproduire
une nouvelle fois, c: morceau trop
connu.
< Mnnius, dans le langage in-
culte de cet'e poque, ne fit que ra-
conter cet apologue: Dins It temps
o l harmonie nergaail pas comme
aujourd'hui dans le corps humain,
mais o chique me obrfl avait sou
instinct et son langige a part,toutes
les parties du corps sindigrent de
ce que l'estomac obtenait toui par
leurs soins, leurs travaux, leur mi-
nistre tandis que, tranquille au mi-
lieu d'elles, il ne faisait que jouir
de? plaisirs qu'e I s lui piocuraieot.
lilles formrent donc une conspira-
tion: les mains itfosrtol de porter la
nourritureilabouche,la bouche del
voir, les dents de la b oyer. Tandis
que dans leur ressentiment, ils vou-
laient dom,f:r le corps par la Lim,
les membres eux mmes et le corps
tout entier tombrent dats une ex
time langueur Us virent alors que
l'estomac ne restait poiat o^if, et
qie, si on le nourrirait, i; nourris
>a l son tour, en renvoyan dans
toutes les part es du corps ce sang
qui tait nol,re vie et noue U;;e, ci
Dpartement
du Commerce
/mvae CHRONIQUE DE LA MODE
?d les pte
Le s lainer Fananii ie la Pa
Dama Rail tioad Company aprs
avoir I isvj NewYotk le 21 F
veiii courantes! arm a Port-au-
PrJQC apport pour et* porl cent douze R Voici det indication gnntisi sur ta
tonne* te (I122) ie roarcriandi- Jouit aU* grand* fUU*uet dont tay*
ses divenei pirou labque.i>8 M *
trouvent :
Correspondance spciale au MATIN
Batirn 21 caiaaea, hlaotfue
135ens.es, Goaae ves alimemai-
res VlJ caisse?, bisC'ii s i ca.aadSj
tVo.na/e . eaisss, P.ues aliineu-
lai es . caisse-, tlutle d'o ive 2
c$es,;iaaiba 12 caisses daooa
A caisses,lia etigseaurs t0.fj cais
ses Huile ue co.on ~) caisses, Oi-
guo h caisses, Sava 1 5 c s es,
Altutneltes 2 is-e>, Poinmea %
larraa 13 barils, Morue b'i livres
'fabic 2'i7-) livres, l'issus divers 08
caisses et 17 balte*.
Port au Piince, 28 Fvrier 1930b
/' -----------
,\ tant aV;d i>us de* tttbt, n tant pu.i
ineori femmes, U */ aaass Inaifiaiii
kint de rexter fats la note /aste, sans
/aide pour vous y aider. Ln thse ge-
trate, les fillettes, entre 12 et quinze
tus, ne feront /ainais mieux velues
fu'avec te tailleur appropri leur
m et leur taille; celui ci se compose
l'une rosi en' 1re el dune veste assex
longue, droite, vase du bas. Il n
aul jamais commettre l'erreur de faire
torter eux fillettes encore disfropor-
tonnes, la jupe spare et la blouse.
t'o ir qu ce costunii soit seyant, il
uutquela tulle ait son entier diveloppe-
aeiii ci (/ne U propoilions soient nar
nonieuses. La fillette est toujours r
poil couru-. Sa lale net pas iormet
l lui faut donc une liyne <-m lallomje
n m la dessuie pas trop.
Les k-ostunies ie fout du* seul et
mme tissu u de deu.c tissm mlangs.
Les cossais qui se portent en ce /no-
uent et dont le succs vu aller croissant',
'lousenurons la certitudepar eeque nous
avom dei va chez nos granjs fubn-
Oanlf, oomyossaJ des Miette charman
It8. ^
Voici quelques indication gnrtes:
avec ue rofta plisse en ussis cossais
JonU marine et rayures verh, on
" t une veste en serye vert cru, vase
iuiluauil au prix de la du 0as c0'"'" nous t avons dit, de fa-
fabriaue. J"" d ttmr i*N*** in* godets, u*
1 itrants s'eutr'ouvent leyvrement dans
On trouvera
iA le Gran'V/tue
a ct du tailleur S'iniii
C ga les, cigare 1rs Scalerl i i
P-ptalouti
" L 1 1
__ le ba; te vhmeut n'est form qn par
-' 1 un tut tis haut qui croise et se ferme
n le distribut galement Se** fiL^*22. !& C0"me *ar,ti
1 > r Ii 1 1 tarai, od simple piqres notre; aus.
1? %JiFJ?!*J^! .Ub dupes mme le ussu.
Un autre tmtleur peut tre en serge.
rang celui ci. La forme de ta ,okt et
Ac la jaqucile restera la mme; seule,
la garniture variera. loi ce sont dte
applications de toile cire noire dcoa
h:e, emat poches, au col et aux man
ches.
Ces garnitures de toile cire ou de
peau se voient d ailleurs beaucoup,. En
joici encore une aeplication sur u
nunteau celte fois, manteau de fillette
bien entendu, puisque nous nous occu
non* aiijourdhvi de ces chres petites.
Celui ci peut tre en velours de laine,
ou en tetsj olive La iupe asse: simple, a
les plu pincii aux pocljes. Une plerine
arrondie derrire et trs icourte devait',
vient s attacher au col, tout--fait de co-
e
to
par la digestion des aliments.La corn
paraison de cette sdition intestine
du cops avec la colre du peuple
contre le Snat, apaisa, dit on, les
esprits.*
Messieurs, quand par^uite dune
application stricte de la morale rota
rienne qui n'en autre que la morale
de l'apologue de Minimal Agrippa
notre Club pourra montrer qu'il ra
lise le succs individuel et lj succs
ollectif de ses membres, notre exem
pie seul s-rvira minemment i notre
milieu. Par cet exemple, l'organisa
tion publique o nous vivons se
rendra compte que de tous les l
ments u vers qui se trouvent runis ..........
dans son sein, chacun agit pour for U, lu-nant presque tout le corsage vus-
'tifieret nourrir tous tel autres, que hle Celte pltrtUi est double de soie ne*
tous agissent p iui r.ou ur et lor.ifier re pour rappeler la ceinture, le boni des
chacun.^ue le plus prospre en appa poches et de* manches qui sont faites de
rence, au lieu de jouir batement du toile cire trs souple. U est bien entendu
ministre des autres parties du corps que cette fantaisie peut tre I occasion
soc al fonctionne u centiire lui remplace par des gallons mohair, mais
aus-n pour y entte ir U am et la peau est plus nouvelle et plus'chic
le b-.en re gn al E', alors, nous l'our une fil elle plus jeune ce ravissant
aurons rempli, pour notre flicit modle en salin rose pde dont la tube
personnelle, pour le bonheur d'Haiti est (aile de volants dentels trs plats et
et pour la grandeur du nom amri bords dm dpassant de satin noir nu.
caio, la plus essentielle et la plus Ugni d'un point de piqre galement
mritoire des oblig \ ons que i'Asso noir. Ce point d piq^ et ce dpasst t
ciation internationale des Ro :aiy se retrouvent lencolure et aux manches
Clubs peut setre pioposes. Et l'on Ce que nous disions plushaut ne s'jel
sera forc de proclamer qu'aucun les plique plus aux jeunes filles tout--fat
8; C ubs que ov.prend, maintenant sorties de {enfance A celles-ci la blou cette- Association 1 vnalomle n'a n'est pas d'fen lue. au contraire. Rjmd
accompli et n -.c 1 jwtitii une blus charmant, de plus jeune oue ce<
atoyre comp, k i i, G(M, dicieux vfUimU$ gJJ^ ^
lagrfct ont , ont 11 r, transparent, qu'ils passrent
811111 l, .,. da i un wiieau de fianailles.
Constantin MAURD ici, c est un crpe d bmc d'un rose
I
J
1


LE MA UK
Varits
( K : mu
Misricorde
Des Travailleurs
de la mer
Entre gnrale G 2 00
Erifenla 1 rC
Messe de Requit 111
Me lintifurt A /nant, Substitn
du Commissaire du tiouverne-
ment pr* le 'tribunal de Premi-
re Instance de, aile vilU% invit
tous ses amis n une mesec de se-
quiem gui sera chante la m-
moire de son iouse, ne Harrit
Htaeco dcode le 12 Fvrier ni
cette anne le Vendredi 5 Mari
tauront u 0 ktures du malin, lu
chapelle du cimetire.
En y assistant Us lui dcnntCOW
un nouveau Itmoignage de leui
sympathie.
1n trouvera
Avoine par sacs de IbO livre:
Situ h beed sacs W0 ll>-
che* ALPHONSE HA WES
En lace de la Banque
dlicat, ilont les longues basques sont o>
nes d inotils brodes de soie de couleui
ci dent le grand col et Us ilivanls dco,
lele lgat tuent sont boules A un tu bat
de stUtn vetl mousse. Lit, ctsi un Uiffeta.
quadrill noir sur blanc, nou la uni t.
par un joli ruban de vi lotus noir.
Un aot le cul revers Je grands par,
ments cl le bas de la basque, m uijjeta:
blanc sont ornes de rucbeties le lutte qu\
contient plus le lgerttiencore la bloust
Jl va sans dite que paur us jolies cou
tjues :e ici y Je soie n'a pas d ruai
Jrioinpbaieur a hier, il restera le irwn
(buteur de demain, car le finie des h
bruants a su trouver mille ingniosit:
' tjui enfuie une nouveauts ebarmanta
n avant uen rfdouter dts souvenirj
, tint m.
MiCHEUNE
L
G g Suit ffi s*ohbt0
de SCOTT
le

achte k meilleur aliment mdicinal qu
la science a produit en cinquante ans.
11 n'est pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Prennez garde d'obtenir toujours l'Emuision & SOt)
-----------------------------------------------------------*-----------------------------------------------------------------
NOUVELLES ETRANGERES
2 M rs
PARIS Lp :eltn* es partait.* I.a'si-
tua'ion parai |li l or nai'e mus la
->3tticip.iijn de h confdJratio i g
lraie du uavail lii> prsager i cei
ain' jourmux la g'tve des au'rcs
.crpoiali jds.
Noummerl lesdo.kersrl lsina-
:<"'ls mmtinv s, le n ilieux oftioeU
-xpriment la ctriituje que le gauvei
ement restera mai'.red-la situ lion
Sur le raeau de I LM quelque;
xpress circu'eat gnes.
Sur Orlans la gve est effective
Sur le is*. u de \'et\ que'ques train
circulent sur l'ouett i' a du servie
st restreint, Sut le rseau noid h
ervice est presque notmal. Sur h
seau du midi la tmjcri' des em-
j'oys s'opposent a la g've De par-
tout parviennent d'.nnomb-abl s de
nandes dv-uroements pour aider 1
;ouverntmsni-
La plupait de organes sinclm n!
1 considerer q> le danger de g c -
gnrale est maintenant cart Le
lournal t^time qu'il est permis d es
jrer que la ldrat on nationaledes
:hemi icU acceptera incessamment
a proposition d arbitrage-
PARIS. L'officiel puDi>e les dcrets
ixant jusqu' nouvel ordre la ferme-
ture des cafs 2: heures celle des
;htres et de cinmas 25 lieuses
:l autorisant les ptleis de prescrire
les restricttaui dans la consomma
.1011 des comestibles.
I e bureau des enrolemnts vo'oni
'aires au ministre des travaux pe*
bl a recueillit dj plus d' CinqI
rrille offres Ipux cen's chaulleuis se
mirent a la disposition du service de(
ravitaillement.
S lo < t Le Mttin" la qa I ne >
section des railwjys serait mob li>e |
U ie cctiine dlves de l'cole cen
traie furent repartit dans le service
des nvehines- d:s d'.ff-ents rseam
oa on les poisse activement 1 l'ios
tiu:tion piatiQue. .
STRASBOURGL'ordre de grve
gnrale fut retard sur le rseau j
Alsacien lorrain.
Une alSche \ 1 jwdi e i li gr df
Strasbourg ; inonce que les trains n<
p-rent plus. Le syndicat ind*pen
dant d'Alsace Lorrains lani un
app'.l inv.lint tous les chemiiots d>-
rester i leur pos'e de tra ail.
ROME. Il mnagera ^roit sivoit
\ue Nittiserait drspo.' a a:cerl"r le
compromi d VAdriatique. L'Italie
renoncerait la en u nui e territorial*
jusqu' Fiume a condihoo que la
ville soit pUce.souj la s >cverainc,t'
italienne,la socit d s ua ions admi
nisir^rait le port.
PARIS. Le cong ki ccialiste adop
ta par )}> voix cootri 527 la motion
demandant une sorte de d:uxim^
internationale; Lv -rot 01 Loriot eu
faveur d: ia troisime iatsrtutionale
runit 1621 voix Ls co :g-s adopti
par jojt vo x la motion Loogjet
dil de reconstruction.
t'A'US. Lii jnuruaux constatent
que deux jours sp es la proclamatio'
de la g've n-a'- ils enregistren
mm; une Ige t -d nce l'am'ic
ration et cinsta'en' que U journe
d'h'er tut une journe d'attente tl
croient que c-lle d'aujourd'hui dc
dita de l'orientation du contlM'
La CGT tudia la rote commun:
nue par le; syndicilis'esde la Sein'
dclarant qu'ils prennent toutes le.1
disposi'ions" pour ontfttir les chem
not; m.us poui le m ment ils 1 li-
sent la diie.lion du moaveme it la
fdration r*ei cheminots et i;eivai.
leur ac cn i celle du conseil fdral
des cheminots.
la CGI" enrtg;sue l'espoir qu'ur
g'emer.t net pis :bindom e1
considre comme un acte de lagMBi
la moia'ion djs cheminots de ga-
der la dir-c ion d 1 mouvement san-
demander l'aide des autre corpora
tton*1. Notamment 'es ingoieur> e
Us cbflOtri urs.
' L'li:ho de Paris dil que le aou
'ernernent o-donna 1a mobilisation
des mploys appu.enant j classe
le l arme active sur ujs les rseau 1
L^ lo 1 nal di que !i police reu
1 ordre i arr:e.- ce tains extrmistes
Les Jj'j naux e^pent que le conll I
se rsoudra rap dment dans le ca
me, ils sont unanimes COOtlttt.
son impopulaiitt est tous estiment
qu'il est du d vj r de chiqao c to
yen d'aider le gju.er.iement dan
lia rsistance.
1 Oimmentant la sance du onseil
jsup.cnc 0.1 a le vrai semment qu;
es allis sout dsuni, dcDnill
ice an point de vue -on.
financier m-u^ ils ;oai.^
iigna de conduite commu'N
. lURCliiONK La pJgM
'al.en au domicile duqad;1
a 45 bombes n 'I
PARIS- Sur ler,euJ
e comit syndical repouiL 1
par ->i voix contre \{ H
M1L\N- Des bagarre, J
se produisirent hier i |a J^
meeting de demoiselles J
ayant lanc des pierres sor
b.n.ers ceux-c, r^po^reatT,
le fusils tuant deux manifcJ
ncident provoqua imm*5
10e grve gnrale de via,
h Mire?. *
PARIS- Le Comit de Ul
ion des cheminots se ro,!
lu'elle connut les arrestation
r.i itants Elle commun qaTn-'
arotestant nergiquement coa?
e mesure Je rpression m
teinte a l'exercice du droit,
PARIS Sur leur denu
Uves mcaniciens des aniifl
furent rpartis en trois groand
ces aux rseaux de l'Etat OilT
te P. L. M. pour remplacer
vistes.
PARIS Monsieur DescL_
:ompagn des prsidents del,
ire et du snat, du marchall
;t de plusieurs miuistres, n_
Bordeaux acclam par une foglj
ne, Il se rendit immdiaien
e monument de Gambettaol
.osa une palme. U assista a un|
ll des troupes de la garn-
ies socits de la vill-, puis Ui
dit au temple protestant, Ui
i,ogue et i la cathdrale oui
/ices furect clbrs a la
les soldats tombs i l'ennemi]
.a messe la cathdrale, leu,
vnJrieux salua loquemmewL
.ident et les reprsentants de li
Lorraine.
PARIS- Clavelot, secruJ
al du syndicat des chemino'M
L.. M., Hjurdeaux,Tiviolles,$|
n Levque secrtaires des j;
jansiens des cheminots ont^
ts dans la matine sous l;
ion d'entrave i la libert d
ji d: provocation i la dsobdjj
Les arrestations produisireil]
grosse no'.io 1 dans les milk
dicalistes. Les dlgus des j
parisiens examireat la s L
confrrent avec les dirigeai 1]
fdration d.-s cheminos
29 FEUILLETON DU MATIN
Judex
RMD ROMAN
Par
a ni m n n > n s f. i> ic\
(b'ilm par L. Feuillade )
CINQUIME PISODE
Lt: MOULIN TRAGIQUE
na in itUts irrrMctti
Le vieux KojCM tM Jtvwu \e gcOiicr du
!-flnjuiir 1 avr.uix, (jne l'on croil mort et Qui
aspic, entra les mains Je Judo, une vie de
. -... tt Je t.i;m;cs. le ;':le Ju t.injuier, }jc-
lK'lmc. abandoniK t l'AniltiBM publique kl
million* nul acquis par son p. Jett .1 i.t Seil i
f-ar uu ioupe Je MOdltl qui veulent la luppti
imr, ciU-a tl BUiViC pw >on "'*le pWttJtM,
i ide .1.1 uio:nc NgHstC, NH CUBi r Je.
1
Est-ce un crime ?
McaaieuiP, j'ignore iui V0UP
tes, tl >e ne vtux pas chercher
le savoir.. Non contents do me eat-
%*>r, vous m avez veng de celui qui
m'a pris riionneur.qui a dtruit mon
loyer.. Cela me auliit pour que je
.ujti ppuuienne corps et me.. Dib
pote de uao> Je veux ire votre
eerviiejar.. au beeoiOi votre esc.ave
Cestences tenues qu* le vnn;.
Keijean, eu sortant de la cellule de
r-aviaux, avait lemeicic Judex et
non (1 re
Ju l \ lui avait tendu la nain c(
lui avait oit :
Je veux que vous soyiz no te
ami
Tiemblant de ia plus forte motion
qu'et peut-tre jamais ressentie, lu
vienx forat libfi, saiHianitiit la
main qui si gneieuneiucut soldait
lui.il la poita ju q i Ht lvite en
disant :
Mtrci' J
Mieux que de longues phrases,
cette simple txpie^kiou de >ou ni.
W gratitude piouvait A Jacques et
^.iti^rquils avaient Uouve dans
lanci-'n meunier de* Ssb'Ona. l'nom :
me capab'e do se faire hacher u>i
besoin pour dfendra la poite d-
son nr-it'e- Bl c'j'at. avec la p u-
parla.te ser< fiitf> que, pendant ewi
abee"ce du Ci;U.jau-lL u^e. s lui
svaiett contii la girde de leur pri-
sonnier*
Kerjean s'tait seqoitt de sa t 'f.r
avec un scrupule qui se doublait de
l'pre joie do voir 1 lionune iju'r
excrait le plus au m mue, liv, i
un clia iment fi terutjl
l'Iusieurs fois p.-ir rn.it, il se rel-
vai', (juiitdiit la chambre qu il o c
pat dai s les souteirains prs de 1
gele du banquier, coutant avec
avidi U u.-i ir.i'Mii, Us plaintes d<
l'emmur.. Lliaqud matin, il se 1^
vait de t -t bonne heure. \ fin* rail
dans le laboratoire de Judex, t iseu
manuvrer le miroir mttaUique ei
legardait Kavraun qui, dans uu cou
de sou cachot, telle uni be e trsq n i
semblait compter les minutes d
plomb les tieures det tuile.
Uu matin Kerjeau prit au btard
un livre qui se .rouvait eur la table
de Judex
Comme ill'ouvrait, une carte-album
s'en et. happa. Cotait la photOgrapnU|
de Jaiqueiiue que Judex, aurpna
sans doute pardon trie. uvait pla
ce dan ce volume et avait oublie
de reme.tre ensuite dna mi caUi a
(Juii.e ttt coitu |olie personne'
se deuiiiiduit lvutjean, intrigue, <
mme cap iv par l'cxpresaion d<
bont cliai mante et de touctttftti
milanco'ie que rvlaient lei iratti
de Jacqueline.
Lt regardant il a plus prs celte
image :oute de gioe ludieute e
d'inalli'rable pure., il se put <
mi murer
t.'e*t tran \t., I >.i d rai'. qu' D
a pleur aur ce por;rei
fie il lo garda wn re ses m
coraico s'il se eintait attir ven
c tte jeuoe femme inconnue pai une
]d i ces irrt n il .s sympa lues qu
usisaent tout coup aana qu'on sa<
cbe m comment, m pourquoi et qui
rveillent les illectioni mortes dani
des curg qui l oa pourrait cio re
j-unaia Met
Kerjeau qui, IfOJ intrigu, %9 <'
mandant:Quelle est cotte femmefai
venait de eiror le por rat dans le
vol iiiir,. lorsque la po 11 gec 8 qui
donnait accs l'eictlier de fer sou
vrit, livrant | teiage Jacques et
son frre.
Toote'eet b'en pass? interro
^ea |uaai 0 Judex, i
Tis bien, monsieur, rpliqua
Eeriean
i.i prisonnier?
L)3 plus en plus protirt*.
Jndei s'en fut j ttr un coud d''l
au miroir, puis il revint ve,-s Kej3^n
tout en disant d'une voix trange
U peut vivri loogeope ainsi/.
Et comme ail Rvait li tte d-i du
ter de sou esprit la pense de clui
font il s'tai i .it le juge, il dit a
'ancien meunitr sur un ton peu.
de cotdulit :
K'p'iean- tes vous heureux?
O i monsieur, c*r mdntena t
grce voua* resjioir eit rav nu en
moi
Mon f V.'e s'es' dji occup d?
votre Mis, ropremi. Judpx.
Ali que vois 'es b)n|
llouer expliquait :
Je n ai rien encore de prcis
vous dire Mais courage et con
Qance.. Nous vous le rendons ccr
itaiiiementl
Ou*, noua le sauveron'.. |pliir
mii< luiex avec nergie'
V olemmeut mu, le fort libr
regardait Jecquei et Roger avec une
sor e de lerveur religieuse'
N'eus tes bons, vois autro->l
llt'.i. Il n'y a pas en vous que de la
justice., 'nais un MUtiJUsnt profond
da fretern'te buintine E moi qi
ne croyais plus ei rien, parce qui
n'y aval' plus en moi que de la
hvne, je me reprends tre meil
leur piid me je n'aper us. par v
lu'ici-baa on peut encore troaver
i soi .'
lv ij an s .ir ;i un m im nt..Pui -
encourag par l'at'itude bienveillante
dus deux frrea son gard, le pau
rra viens, s abandonnant tout fait,
repu; :
Je voidra;s bien revoir nmi!
vieux moulin t. mon fils est n, o1
ma femme est n:r.e. Ce n'est pue
ti'-s loin d'ici., il me semble que'
maint m V't que vous av./. ftit r-
naitrrt l'espo r en moi, cela ma f^ rai/
d i b en., de me i i ouver dans e ta
mi4on o j*xi laiss man une de
mHsseon ;: i instant aupri de la
roue silencieuse et de rver qu'ils
son encore , le petit et a raman,
^t que ji vais les voir apparatre
ous le deux .
AU /. mon bon Kerjeai, allez,
aulorisiit Judex.
Ouand ce'a ?
- (Jiaul voas voudr.v. !
l'ont de suitj, vrai, voas me
pe;mattez ?
De grand cur*
Je serai revenu ce soi'-
Ne vous inquitez pas, Ke-.iean
ai lez, m >n ami..
Kl I ancien m-unier n'en fut tout
lOfeux, son bton a la main., landifl
pie dans ses y-^ux semblait dj
passer l'image de ce visas noir dn
Qtmo4gna o jadis avait Heu i uis
s tait :i 'tt: si vite son paiaib e bon
li-ur-
.tuel brave homme' dil Roger
u sjn lire- Tu lavais bien jug.,
Nois p lavons avoir confiance en
lui. Il ne nous la!.ira pas.
Mus Judjx n'coutait pas son
frre. D'une main qui .semblait dis-
traite et qui, en ralit, tait guide
par as plus fo.tj volont, il avait
entrouveit le volume., et consid-
rait le portrait d-> Jacqueline., lon-
Mi-m n saintem m avec une in-
traduisible expression dadjutio
sans mlange, dadmiratiofl sauj
limites .
Et ce n'tait p?s 1 amoureux qui
contem > il tendrfcinen', voluptueuse
ment la fsmme aime : on eu' dit
nlu t le religieux en exiase devan
l'im ige d u ia sainte-
Roger, aurai avoir iet un regard
fu lif vers Jacques, s tait discrte
mu rstlr dans nndee t-.^ies du
vasie laboratoire Install dans un
Uut-jui'.tl avait prie dins la pocued *
p i veston un journal du matin e en
ommenai". la lectme lorsque tout
coup une exclamation lui ciiippi;
-F. re!
g l'y a-t-.l'.' lit Judex.
EojuH es que \i viens de lir-
eu deuxime pa^j, aux f*i:a divers ;
t Est-ce un crime '.' A IJ
Seine, deuc petit* i/irrom rtti*
fleuve une lem.n: en- dtuii.r
Jeanne Berti u.
Ouedis il.' s'cria Jodat]
pr mut le jjurnal d^s m>ioii
frre, achevait l'article qui as)j
nait ainsi ;
Jeanne Berlin, institutrice H
La malheureuse, encore dansk^
n'a pu tre interroge,)
|- C'est affreux !.. s'cria
d'une voiy que I motion
c A nsi, il a s u t li que ooM]
a sen':oni quarante huit bel
que cett iufo.tuns q re jr
.voir sauve., fut eacore
d'un abominable attentai
(Ju lie i sont les genaai
rbles assez ignobles pour
ner aprs cette innocente S
crature:'
c Les mmes sans dont!
voulu la livrer Csar de
et qu', pour se dbtrraseM
victime, ont lchement
mort/
Mignilique d'indignation,
dcolre. Judex, beau corne
change qui terrassa le >
cria d'une voix frmissants:
Il faudra donc qne|3JJt
eux aussi., les baodi's.'.. msj
ceux-l, pas de oiti.. p
con tances attnuantes..
R>s.er, tu m'entends, nei |
La mort. la mort!..
t Et avec une so le f;
mystique, il poursuivi
Il faut que j'aille ioal
elle l'eut-tr* pourraiJ*
ver ?..
c Dieu, qui a fait le min
ressuseker Kerjean pour"
sirvir nos desseins, oevuBI
qu'e le meure. ,
c Car ce serait eiroyab**'
m: semblr q ie nous aa-]
deux sur la conscien's,
de cet'e innjeene N v e ,
ii m , ii'jfie ;'->ste dr rJ*J
en deui tureraient i*JJ
dune lame m -H'icrble. "
toat prix q 13 desoDU
l'abri de U u attu pi'-.ejf
tout darigu-. E:U'.f
vaa rester i;i tj vas rne'
^.. -



IE MATIN
laits Divers
Wo%Ei.oMques
gSIlVAWUlK
KoOE^STMARTIU
[Bjromitre
rtBpratare
Mercredi ; Mars 1920
7^-t S
minimum 2 ,o
maximum jo,5
Mienne diurne JS 4
na^nxlejour et couvert 1
htil de Ii pluie ^.1 m.m.
iMTtie en baisse
y[) SCHBRER
impart du Pre Mahot
L.Te -Vo:luin biWiu. qu.ue pour h..nce en
Ul U liiiliqu Soirc-lW.
Ktc M .hot ccnpie dcjl plu, de huit ann.-es
jlVl'rln-e Ou r.u> .^i.u,:.-, la. ont
flbcn xumih 1 paros.en*
;L >on jbtenc.: do. e!.c de courte
ne ajrhiuera pas d "flecter les h de les
LL, ,h nr orteier les bienu.ts d; ses
(t tim p apprcier
SB*.
, lui touhiitoos e
riou-
reven'r fn p.nfaite
lumn nous,
Oommission d enqute
kjBfind J avec plaisir .;ue le Dv.i'Utn-ni
|ti;l. publics a la sine du rcent ae: dnt
kmins Je 1er survenu aux environs de Ma-
*, nomme nie commis i in d e'.u,ute
ieWidarriver a d--> m--ur. s radicales ,>oui
lu, d'une can ou d'un.- autr.', le renou-
ent'de pareil, maheurs.
comniiioie.i ainsi composte: MM.n,
JC. l. *_I (C S. Savy i prsident,
a Pnce, inj.iiiejr a Jjon: a l'ingnieur en
[a L. lialvil, co.nmissairj du Uja.erne-
I prs la f.C.S. membres.
ir l'Amicale du
Lyce Ption
i-vous priti a aller m roule a la ii-te qui
frocr* a Cin-Vanct mardi prochain
pro:it d. I Amicale du Lyce. < >n re-
lit Je ne pj> participe' i ceite tte a |j-
i>s lutpnscs trs agrables sent r erve
ubic.
t attractions y seront nombreuses et varie
|nol organisation parlaite, tout le monde
: enchante de ce rgal dont le succs sera
eue.
Direction a dcid de limiter la vente des
pour ne pas avoir d'encombrement. Que
1 dsirent assister a celle le'.c se >lpe-
l'd'aller prendre leurs cartes a Lire-Varit
que tous les abonns g-rd.nt leurs loge
pplaccs. Entre gnrale t gourdes.
Etat Civil
11er au 29 Fvner, llitat Civ.l de l'ort-at
la eu a enregistrer :
,J-,U Dcs i;o, Marines ;,-
igrgation de
St Joseph de ( luny
1 pose de 11 plaque de atte hcole i]Ui poi
j Marnais le nom de .Mire I ouise aui
|atmain, a 9 heures du matin. Cette cri-
lourmra l'occasion d'une petite ltc char-
conime en savent organistr les bonne
^Protection de chevaux
l mesures svres vont tre prises pour em
(que circulent, estropi;, et maltraits, le
hors d tat qui tirent les voituits publi-
Ir-Nous engageons les propritaires de du>
pas permettre que les cochers brutaux et
ois criblent de coups les pauvres Mes ei
put a des travaux audessus de leurs toi
TOtfgeonj les chevaux !..
de give est actuellement 1.
nie: Sur le rseau nord o \ ri
iroit pas d: la g've sur le t*
i Orlans tl sur le rseau du P
la situalon teste stationnait*
[province le crtmge est presqu
Jln AUace Lorraine.on sjnali
le chmage tait complet dari
[gares de Saireguemines et Save
Une dpche de Metz dit qu<
la give, le service des train-
[jusqu' prsent assur. Les synd
iind^pendarrs annoncent qu'il-
itesolusne pas se joindre ao
BVfmtnt
UNE BOITE
DE
VRITABLES
PASTILLES
bieu employe, utilise A propos
PRSERVERA
votre Gorge, vos Bronches,
vos Poumons
COMBATTRA
vos Rhumes, Bronchites,
Grippe, Influenza,
Asthme, Emphysme, etc.
MAIS SURTOUT
EXIGEZ BIEN
LES VRITABLES
Pastilles ALDAI
vendues seulement
en BOITES
portant le nota
Listes des tileiasrt Pha>mac' t des
iiis diffcreittta Villet d /t Rfpub >
que, cmmiuionnt pat S Unc le Prtidenl de la tlipubliqv,
peur constilu-r leslunjs Mtdi,tns .
"
|1 te tlphonerai., bientt.: Ai
wirame tu l'eimea.' s'cr a Ro-
i Jury Mdical central i>k la
LIPUBLIQUU ; .
Ter' eu t'iince : Docteur Fil x Coi
cou, prsident
Du. Kdouaid Hoy, Lamartine Ca
mille Puai Salouaou, Auguste le
chaud, Membres
H. Jury Mdical du Cap Hatien ;
Docteur Decimus Douce!, prsident
Dr- Victor loyer, Membres
Pharmacien, Joseph liapste
III Jury Mdical de l'on de Paix ;
Dr .Nicolas l'aul prsident
Cf/jjnae Auguste. \Membre
Pharmscieo. Lucas Michel
lv jo,y tH lical de oonsivea :
l>r Lonce D'jHon IL T- Legro?, Membre
Pliaimanep, txilum S Jean
V Jury MeOiCdl des Ceyes ;
Dr L'daiJ, prsident
a WillillD Thaid, Membre
PhanmcieD, Lauiem IL Slcard
VII Jurv Mdical de St Marc .
Dr Clment Coicou, prsident
l'H uiacie' Vu or oilles
MI .luiy Mdical de JTmie-
Pc Lelio Hudicouit, prtidtnt,
Pharmacien, Thimoleoi liruius
VI11 Jury Mdical de Jacinel
Dr Nrttte St louis, prsident
Pharmacien Maximilien
Pour copie cou l'orme au Itegiitre
des Commiesiona,
Le i de Bureau llaliricur,
Franck D NAIU.ISSH', aioct
1er Mais 19f0.
Avis
La dame Aesjdne Louis a lo
sir danuonier a 6a clientle en par
uculier et eu commerce en gnral,
^ue son petit cUOtUuriDt St lotepha
asi iranstr la rue amiicaine, No
I32U
U.i tiouvera toajours aoin et
jiimiptiiiide,
Port au Piince.Ce '2i Fvrier lL-4-tt
A vendre
Grand bureau ministre-,
'emparant des mains de son ka corner monte sur table
omet bnV.antes de livre-
'Tiis-oi.
NncUoo-
presse
en fer
tltJudei.. au
( A iuixrt)
vre' v. \mano Ple'jel tn parlait lit S a-
cotahe dresser au Ko. 1|24. Avenue. M-
lq*y.
H^"^
Champayue
BAZAR MTROPOLITAIN
Maison de confiance
P.s?oins Leur l'arme 40 ft t' or Williams
Carnet en Ituille dlacbe Col gales
:i> U or Arraours
( krne'i b roche 08 (i/Jci or Woodfouryi
'i.pnr v col bf 0,>0 U.il or l'aintolives.
boi e pooe frayoa 0,18 or

la.ayou 04|dl2or
lim>oir da lretes U *0 q,50 or Macaroni Fedrral ) pauc la
Vaseliaa l8 a 12 or le l[2 litre
Poudre TaL u \l 0 35 *>r KVoojag* Kikhoin > 0 qualit!
ba\ou toiiet'e oU8035or Fromage gruyre
Toilo drap deO pouces delarg.
AUTOMOBILES
A louer
Courtes en ville & h ir s k la ville
Voyages l'intrieur
du pays.
Pour les provinces el les
villes e Slo-Domincjo :
Puerto-Plata, Santiago
de los Caballeros.
S'adresser
Chas. STEPHEN
i))o. Grand Une ou Avenue C (.1 / Utogi Muisn Smith, tailleur
ou au Garape rie la Due Tirernasse i A la Lumire Bleue (Eotr* Avenue
C & D Hue M) Tlphone 355.
won I.. PnEKTZHANN-AGGERHOLM refn pariea-
y Cpniala du (r-n pagne :
Charles Heidsieck
J^eilleuremaque connue en lia il i, en caisses I I2|* et 2i|2
I ^out arriicain,stc, deun-sec et doux-
sCharhs ntj(]tjeck cs, /ourrseur brevpfde S M. Georeei V
L ;'jjkleterre; S, U dlL-rt 1er, Roi te* Neiges; A. M. AlpliOLse
^Tagce, etc hc,
Pharmacie F' SEJOURNE
Angle des Rues Roux et du Centre
2 Mdailles d'arger* Exposition delBruxellea /910
Laboratoire de Chimie Mdicale
Droguerie, Prodi.ils chimiques et pharmaceutiques.
Spcialits fitoaitea et amricaines.
Prparation de 'outes ampoules mdicamenteuses strilises
et injectables.
Spcialits. Srum r.tvrosthnique simple et ferrugineux.
Iodhydrarg/re. Srum de Morar J remplaant 1er paquets
rcalcifiants He Perrler et de /?obin*
Il y a toujours en stock : Nifrofthof1 Sircp pectoral,
Eliiir de Pensylvanir.
Dpositaire du BREVETYL
Reprsentant des Laboratoires Terrial
; LACTIrERM. arment lactique, contre aileelions gaslro-intes
nafs et cutanes.
; L\X*R1XE,Spcitique de la constipation.
Avis
Lp Directeur de 1 tDoujneinforme
le public que le Dpartement dis Co
lis Poiteau* yera ferm le t Mars
jusqu'au Vendredi J 1 d:ux hures
de Tapies raiii
Notice
| he gnral public is no'.i6;i
thit lh Pticel Fost Department o
Ihe Costom House w 11 b; clos '
, Mardi 4 tb until Friday March ) th
Igt .' o'clock p n
poil au Prince le 4 Mars liaa
d'iltct^r ul ('.uitunii
Avis
l.e public et le commerce avcitxijuc Monsieur George 'h.La-
/oitiiiht a mon entire proewraHM
pour la I{^publique d'ila'di. 7OU
/es- ai/aires concernant les m usons,
trangres dont j'ai la reprstnti
lion exclusive inw tialti peuvent
tre trai'es par lai
| Altrtdo UISULS,
6-9 Hannovei Street
New York.
Avis important
' Le Public est in(orn4 qut Icl
Verretles Planiations Incorport*!
a son office provisoire Port au-
l'iince 1712 Rue du Centre,k ct
de la compagnie des Cbles Iran-,
satlantiques.
Port au Princce i Mari 1920.
Le prsident de la VerfeVm Plan\
talions hicorporaled,
John A. BiGtXuiNDS,
If ML les chargeurs sont pris dt
prsenter toutes les rclamation
qu'Us pouraicnl avoir cnnXre la ft t
pyrelSiemship Linc dans ni dlai
de 1 rente Jours aprs L prsent
avit,pour tous manques paliels oi
totaux des mardi mdtses arrives
en llaili pendant 9i9.
Pan ce dlai, aucune rclami"
lion ne pourra tre reconnue, n\
admise,
Edward* HWIIkL, etCo
agents.
Oit demande
A achtier des \imbres porte*
Us i'llai\i. S'a PLilSJWJmorimirii da Mitio
Parlex-vous
VAnylais ?
l'oe excellente occasion J"ap-
prendre manier la langue an-
ylai.seavec une remarquable rapi-
dit dans vos inoinn's libres,chez,
vous, en suivant notre cours pr
[par socialement poir les per-
sonnes da lang je franaiaa, Hcri*
1 vez pour demander des renseigne
mentscomp'elp,
Ihe GniverSal Ins oue
( Dpt. ) 995 W. m Si, .V 1 c/ry
y*.


*.* Mil I 1.
ARTICLES-FRANAIS
L maison Max Monsanto
Luc du Magasin de E'ul
iur le tteQvU'r franais Ca^mnKc a arrit ici lu 13
courant tes articles sinu.aiis :
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et coton
Nappes coutils ii matelas
chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
Revue Illustre et Vente
. Patrons de Modo
-^

ii cent* --
Voy,z-vcu8 CM belles Dfl hpf, voulfz-vons re lf
tmanrsct lUMio elles ?
ALLEZ CHEZ
;".neii!
tSlkim, i *m iammimm
Assurez vous contre LE ]7" R (J
Il HOME IN8UBNGG C" de N.-
^dressez.rous la plus forte'compagnie les E U
agent Gnral pour Hati:
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
rrolfgrz votre Maison, votre Magasin vos dpts au taux lis
plus raisonnable*
Paul E. Auxila
Sue du Magasin de l'Ulat et IravtrsUn
O v011R iroov wz |(?8 Tlssi;s , p,U8 : H uiuano,,.
RUBANS If8 plus a,p opriOset d'un choia rare- P 0M
il vou dernerp un Caslogim d Mode et voua vendra In n
assurer \oirr> i. be une COUPE in prcbl. f
i ois*iH, hrn. ioru.es de chapp'iix. nr-rfuiueries uvmes d
'biican-*; 'Ionique orfruale, 'JY>ror>h Pcmruade KiMlmte, Lotion I AKGINTEE, assurant la dmo '
et velout, remplaai t les crmes- ^j
l ne visite dane *ei!e Maison rt vos ennh A savoir
\o .s devez poriir. disparais aKl-
LA MA1SOJS
H. Murad & SO
annonce sa clientle qu'elle
vente les marchandises suiva
I CM pices rfeiam t AI ma i R R 0 yards 30

kiin irais h mission ni de courtage payer
renteionez-vous tans frais par correspondance ou
remx disculcrrolre problme chez
Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai
n"*~*iiIH'.'IUWB rtnr.r'jn-T ilau'm>WliMHi
3LO
3100
IUU
HOU
xo
&u
nu
1 5oo
uu
2UU
loto
9L0
2U0
ito
10U
KO
3ou
i 050
<* Oou pices
MX)
50
10 doiz
100
Sara Wi-liou Dame, more than 40 ya Sitm Amricain H il 25 yarda
Siain 'rois lap us \ .\ jo yrds 2," y
Sum Kiog R Jt \iihDle 30 y 5 y
Siara lodian Jlend 80 yards a 25 yardi
Mam L L Maxian 30 tacli 50 yards
Si m icgliii a 25 yards U
H
EDWARD M. RAPHEL & Co
iVn- Vfj;7.- Por!au Prince
Spcialits d* Produit!
Itaporel
Uie k La Ktloa issoni 20 double pice
AiHbama cbei k as oui 20 vritable 2' yndi-
\>< i na Nebcn vritable dai k bleu 25 y
J>f mis Meiroio i. double picea i y, --'20
JM i P.etco t vmtblt, sraall dessins 25 y
Urdl C.baleto asecit. double pice
biill Coieijdo assoit, double pice
bnli Esprer zi assort, deube pice
biiil l>' ne U double pice
lrtbai l tioPendiB double pice
Tioopii Co li .';0 lo J5 yardi
Calicot 30 Jt'ir.TOo doubla pice
Kliaki eu 5couleuia double piec-j
Kbeki Anuy double pic9s
bnli Andova-Vriinio ^oub.eri:o
lli-ck Laktwood-eiali assoit 26 yards
Mta< ow biotk vSui ings assor ( couleur 36
Mouchoirs inaeraa rou^e 1re (juaiiiH
MouCbollI madruBj-cujje 4Jn.e iiaaln
(M) yards Mouchoirs rou^e en pices .J yards
oui yiida Mouchons bleus en pices 3 yards 1 douz
hj i lug Colon dr*p douqlo pices
-_5coiz Chemises |oui-l.onmts lie qualit
Chemists pour hommes 2me qualit CB
A-0 p.cci lias pour femme s OLncs en papier eml
,u lias pour femmes blancs en c iton
2iU lias pour fetrm s mtili en scie Uinna
400 las tour enfj. ts noua seule ueni N 3 0 y
> iWi fcits cfblatk Upper LeaUur oheiret:
'2 {tri btown Upper Laaiber Chtvrtlti
li UCO yalds Dock >J o 8 de 15 20 yaids U n ce
HUp.fCts cf Siam couleur .lO-liOO yaids
'.'U Isutisouk '.kj-'cH i ouble
5O0 D^uims El Oiamat.te 213 A
.") Regattt SMipes i Uka l'ruco'ts )
a) Colfax Chtmbrty ( double 2S )
AVIS
A louer peur maison d'habitation ou O/ice', Ulag$A
fl. Murad /; Smi, No. \W, Hue liiomas Muiiuu.
Prix Modr.
FOR RE NT
VpUam of Murad So.\'t ew uore }or Jwellin'j ^//*
Ue l.imat Madiou, ,
>
r,>
L.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM