PAGE 1

LI u.i un •*-VJ le .. ait | le t tat de g rt ta* Elus Uo'i que Ira l r.' de minerai a t.ub'l I r '.n", on' ci cette] leur exploita et demanie^t 4 1 tat de ks rider p< pr eui i ci n .ettre o> la reanedf* tique les sutrer, celtes traiUnr du minerai plus licbe. ti.ivaillent tou jonrs, c'est vrn, mais ne sont pas i-acs inquitudes ponr i eveuir. lion de letrs dpens par une 108 ment.t;on correspondante du pris d< leurs produits, l'industrie auulre, elle, ne le peut pa>. De son cot, le gouverntmer l amricain re semble nullement dispo: i intervenir dars ce le question ia trsorerie ldiale ne duent-tllt pas acluellemeut le stock d'or h plus important du monde ? Aussi le gouvernement des Biais-Uuis i-ril tait un accueil plu: lioid 4 une dtmicde de primes a la production, il lej a purement et simplement reje lts. Cttte dcision t:s ;uil lie de la put d un gouvernement dont la tr soretie est sauie d'or et qui n'a au* cun intrt a \oir augmenter sa pro duct;on ne peut que ralentit laclivi .. d'une industrie qui,ne teprendia sjn (MOT que lorsque la Daisse du prix de la main d otuvie 1 1 des matiiepremires aura rtabli un quilihie lompu. V a-I'il grand inconvnient" cela? Mous ne le cioyons par. l'or, accumul aux LutUnis upssseiu anto mil quement l'Ocan lorsque le, na'ions turopennes leront arrive a imensfier leurs eipertsUons tt i leur taire pieodie le pas sur leurs importations. Il est vrai que Dfil s u'en tommes pas tocote 1..' nous e :; tcmmei mme tien ion,.. F. de SIthaD)|ttieDl [d'adresa* Pour cause d aji'and ssement .Nous ennOQOB .i nus clients Ut la CaL.itae et ue la province qae le goi'-! s'i la Situ mon des rseaux I nssort que la g' e n est nu'!.-ment gnrale, la circulatioti dan;: l'ensemble n'e.t pas cjmpromis. Le, raviuilltment est assur. Efl outre! des reetfict os annonces on envin! gea l'conomie da chifbsu ptr la terme ure des cl. -s e :ab isstmen s | publics a 23 heures et des ih;re>; et cinmas 1 j heure s tt l'arrt du, m::ol 2j heures e^ l'applica'ijQ pour la consommation du chtfbo" du rgime de guerre. PARIS— La ituition d grw reste inchange snr l** P. . M. V y eu' hier ^ze dparts et des ports turc?. Champagne deRt Noui avons k-pbmr dannon^S r.vce a l'ort-au-l'rnK-o, pnr le Z 1 f MCh.rl„ HdMctf,Jpl des amateur, un siock a e Z iteim %  t Mr ileidsieck, dont teicivesonJ pendant ; annes de Ou Bulletin Ari an 1 Compaiv] Porf-au-P ince:Cal:l ch est des plus in^uiien] lot quun acheteur app w prix m-Juleiil pour baisser! 'ds que i'achetetira riail" ,tn s'exp! que lacilemeesl 16 end>n ;iy ;ln t coU eu 'itch %  nauivlleiueolej le u oii.s p.issiMe. New] toujours la laissertlj •l> fi annonce P. lAoO in [condition de Xc au march du Mvre.IeL le heni tri SJ iiiaiiaent V>U, uiiiis malheureustnm llucUaiions du taux du L I' 'nu' t 3ui p .a encored'j] nos cal. Un coiuaujourd tru P. i4 l")Ti. selonqu impjrtanc d i loi et pOurj la a lU.J. L •W !" !" ^ i i7 FEUILLETON DU MATIN s Judex GRAND KO il AN Psi |r II i F B t: li .V t. D ff| (TtUn par L. Feuillede) ellei ont choiiie .Cela dure jntq i su sm ai I m merc'l.pUn raie jooi on un tiysara la mit en pre vlique quelle avait d.-j for^ ee sec.co Un banquier Favreux, Nice... %  droulait dans sou esprit... tel qne bauc '1^ 1H Promenade dt-nseul un t re de .'mver b 'un de o^tte comi.lotem8t dcave i femme pouvait l*accdpte r Il se reo anglais < eu jeu, seoe le sou, noyant mrn JIUS la iMionroe da vendre det ijjin depuia lon^ eiups vn^iga > vlunlitT'iei, elle ttait \UiUeeV chsner. Favi-Hux, Voyant une petite femme .simplement (mac et en proie A une I profonde ni-tesi-, t'tait appiociie d'elle... et 1 avait ou etiouoeV.. Diana QUATRIME s>teoDi LE SECHET DE LA TOM] ; %  reconnaiaayii le clobre marebaod d'or qu'elle avait croiid plosleon V (Sui.e) Li.obsession L'aventirrire. repidement, se falFait eslevtDme le rsum de tu vi.. lilJe tait leliuildun de ci P incgce interlopee qui o'exercei t .Mimie prafeeetoVl d Unie et ne rioi \eiit la plupart du u iiqn leur < xiettnee qu' des expduUs qoi Itt.r tout chaque jour risquer la police comotionneili t mme la cour d uetiiet Se> i nu nid n marquant sa jiriccce beaut, xouiurent en faire sue danse use tt renvoyrent en Ita ^••eppicndre ce mtiiei A seize ati>> cille fui enleve par le prince Marxl h, luu dt plu ^raada bei^ucura de Htome +ni, follement ('pris de pa feute baileriflii l'rrracha diimtiveuuui au milita O eUe vivait, ot non b nie .u lit In 11 ititilrt tir* cudeaux ii.fcfciniiquea. inaia lui ni £rUJ r e don un une adocedon tt ont inatrbCi'T r i ur compltas liidiia mena pindant (018 au CaeinOi baua qan Qt le uiom Jrement a r .\< s lienreu 664* M is un jour le piuice .Maileli) mourut subitement eaoe avoir tu e tempB d'abjurer 1 avenir de eu mai uesae ,. Celle-ci dut liquider sa situation ,J L'atgent qui lui resta ne taicia pas a lu fondre dans les man s U ses mauvais insUi cts ivprenent le dtins, elle devmt t lomptemeni l'une ro, s'tait k o joari o;'in troant refus %  Dsormais ello n voulait plus tre Is "i ut* •..-., mais 1 1 m I. 00 sait quelle avait e M sur le point n'alteludru son but... Lt inaiumait en ces quelques mots ; Rtrou ver Judex. .Le coutr-t'inLe lui ren dre F.tVraux. taire rclamer 1 A&f is'an % %  • iii.tiliqii'.! les millions ah i'< aoons osUe-ci psr 'a liii-. l-i pocie.., ot lobever non oeuvre en 11 Faisant assurer pir lui une vii ab e| roriuoi Pour en arriver l. plus que |i mai elle otait reoloe tout(Quiconque l'et aperue ce mu ment, vautre sur son divan, la t • appuve entre les mains, la bjuclio emr'ouverteen un rictus da nuition -lireux, les yeux bypno'ises per 1 abime d'iofemie dans lequel dlibr ment, elle adail ae plonger, et re cale comaio a l'aapect d un monstre DU d uuo ble foiocc. Un coup de sonne.te l'arracht cette homb'o ii)4ditatio:... C'U.i M on |s (pu rentrait— Ta as t bien longtemps, re proclia aussitt b as, dam un petit •ataminst aux eut irons d • lu gaie du Nord. — Vieil liai 1 ? — Co souil m'a promis d'tre six li an v H plu. liai i ma son avec la |ate... l'ai lt conviction, corn ni toi, que lual-iment nous d-ronvriron* Judex et que no ai retrouverons Favraux .. Mais avtj biau une chose:' — A qnoi donr? — Favraux a une fille... connat.. Elle peut parler— Elle ne pail M i> > j l'arc q ice sou elle au:a cess de rtvi rllchi L'Ile t il murmura d'un air abatte; — Eh bien, c'est dit! U Favraux disparaitra cette tenant qu'pii la dsillusion de| Pnts, Mora's qui avii enhv son cette ipleiididesiTa're msuqt-e,*elle chapeau et sou piideti s. i'ap v> MLtiit revivre sou lve, tiu'.sa v> eba de ia miitreese.. et lui prei Ion e, q alle avait formidsbl**, se l main, il lit dune voix o pe / de ces (fleurs de v ce s qui, sans'tendait dn^ le deir IJ plus louai de i rouci du lenduiiaii!, ne demandent qu'au jour qui vient l'assurai ce de %  eue vie d'o.s.vet honteu.-e et de l^clicj pliiir qce voloctu'rement de i in JUI tude, iftji eut pu ivoir |eim dm* le car — Uiana.tu vas encore cite qie j % %  veau d une aven ut re %  recoust ta i &ais un ttembleuil'dittee croule... en remetiair U — l'ounj : maiQ sur liiomme qu'elle avait d. ^rt-^, j > oa doute pis qa^ t.i — Non, non, pas celai Je ne veux pa! l'cris Mura is, devenu blme. — Hein, quol.q /est ce que tu dis.' Pu ne veux pail.. sursauta la mis^ r b e j — Je su s un voleur, c'eit snten i du... nposlAit la rasta... ea un rveil ( subit de conscience qai s io i la let'rd da Gisle dej gueB qa'elle avait reue le i (Tteau des Aigles^ prs Fiurac Chre Madame et i t Vussitt arrive ici, i loin; et pnible voyage, |ei se de vous donner de mes'M Mon Iri'o n'avait P Maman et moi, nous l'arS trs chang... Il avait unej vie .. Le mdecin sans ment inquiet, dclare qu* 1 demande de grands soin?prie de vous dire qu'il bi?n bas devant vo re gnrosit t Aussil*. qu'il eerag mandera mire pre lJ de faire un grand voysg r Oint... 11-, vous, chore midaraM venat vov^.:' F'jii-t/. m0!, n Douteuse do vous l |re ^ [ quelques instants avjc '•* mon retour... ,J Jacqueline no i • t coo-i frappai la porte... CWJ nndime Cuapui', (J 11 '. lie et brannasai t la papier bleu, aunonait : Une depclu po ur Bertiny Une d •;che' lit 1 aurprise. A IS-: ; >"' un fliem lui clnipa, h t enraissi si rdig . ,' c Venez vitle ?< %  J fl (jraveimnt m 'l.i e. ( A f* *7 lOBfl



PAGE 1

M MATIN rii;ih]>ac|ii<" fj, ['.-.icon UPriETZ^WN-ACGERHOL l arc? a parsea|(| /exilai lu Clrrr pagne : Charles lleidnieck ij, n n lVi.remai(|ue rcnnue eu llaiii. en cai ses Je U|l et 'Mf t, 1 .i u' ; n riicain.s. r, d mi-, cv el ijuiiy. jl hatl*s lleitlieck fh.vtiiii. t'e hisjcr Carrefour lo, prs de li Rire mme, le convo (bavusur le pont en msonrerie. On pritnd que la machine a gli.s se et que ma'gr tous les ttfoits du ir.ccan'oi.1, du chtl de.train, des biiikmeo. il a t impossible d'arrter la ccuie du nain sur les rails hin ides car il pltu\ait. Le super-intendant de la Compa* g'it qui se t cuvait en ce monter. I iBio'onse tendit immdiate mec I sur les lieux. (Juelquts m iuitfp,c> amvait SUSI Mr Elliot a or p;g de deux mdecins amr-ain tt eu Dr Annaua'. Lechiidela police, des la n:rtclie reue, se rendit sur le; liei z et lit transposer sur 1 heure les viennes dans les camions de 1 Hpiti. 1 G itrai. Plus tard arrivrent sur les lieux le Magistrat Communal, le Sicrrtaiie d'E al de lie t-lrieur, Mr CnyU r 1L1J d e Seivice technique du pepai turent des travaux puh!i:s, 1 Secrtaire d Etat des travaux p iblic lirgnieur Piice, louis Maivt lu p cteur des chi min s de fer, LeDiiectein Mr liiignac, sur lis iitx le piemicr, te dperse avic ire activit au dessus de tout loie 1 our que le trafic puisse rep endie iinuin Oa n'est pas encore fix sur e nombre des morts ; le plus grard nombre gisant encore sous la machine, les trains et les fou gons Tcut de mme des } cadav e. iran* poiles 1 l'hpital nous remaquon avec regret, celui de Stphen Gilles, •g de ;8 ans, huissier. r.Les blesss sont au rombrp de 44 Lisie des victimes l'hpital Mme |oube:\ 22 ans, couturire, tiaciuie u bras droit lante Claudri, 15 ans, colire Dssgraces Drosier, 28 an., coin.n a-le Mme Aldus Louis 40 ans, ccu Ur.re Lumca Labyssire, 17 *ns, bicdeuse JJui Noe', 52 ans. terra; sier O.ivena Leciair, 22 ans, commerciale Jtiomon Jules, 28 ans, cordons; "nU (a Baptiste, marchand: Juremky Casimir, 42 ans, avoct Uurlei Ccdio, 22 ans, employ a biic r J R*a Ren, ? ans, marchande trrima liaison, ]•> ans, marchande a,e Fen Feidinaml, :> ans, bliil: man tmocacutl Adam. 2; ans, spcula ttur r Patin In Baptiste L an >* Rosalv.-, 50 ans cultiva I Ut J. c >Rc us cultivateur f "L, n CUltUx :'' 'e Xccl *.% i et . 45 -'os, maon i7 0s L{ g'ard cultivateur r' lo l os*ph. mcanicien tricu n Cl C:M ^^'Fh'St* kc fci^PMoarr, msichande JOI f,nc ia> £DS = omtTer l!o:ir ^:eu:ul:, v .t ;1 ;e Paita Divers KEN SEP N 1 :.i BNT8 M ETEO ROL 0 Qi QU E c OBStiKVATOIRti DU PETIT SEMIMAIRR COLLEGE si MARTI Al Lundi 1er Mars 1920 Rarorr.tie 760: I rcicimnm S,j Temprature 25- et louvcr a aximura 31,3 Moyenne diurne ( itl cirfir jusqu' / ( r'Ulr, Fone brise d*> mer i j b. Puie ins'g 1 fiarve. Baiorctie en haur.se |. SCHU-Ei Le Moniteur lv Kum/ro di du |> u %  K. H 1 \i ..... ii ( ii'cu a ri du Secrtaire d'Etat de ci Ju Commerce aux Adminisuateuti de 1 1...1. eei >ic la li -••Conseil ai tance ilu 2Juin 1^19 Procs verbaux d ouverture et de cloiun ration• J>I mon de tirai rej ,i -x Ordonnance du Doyen du Tribunal de 1er nisurKe .l'Anse Veau fixant lommurc dt Dinelles au Lundi 1a Avril u)io. La section cie pedayoyie ae 1 A.M CE. C'est lii'.r, connue nous l'annoncions, <|u'u ci .1 l. 'cee Piion, !.. nau le >.< .1 ection de i' %  Je I A M C. b A cette intressante sance etc ne belles pus lio.ii t prononces parle pisidini de i. scelion Mr le Dr |. C DorSiinvil, pir le S*CI< ,.1 ud Etat de I Instruction Publique, pu Me Honarny ri le Rev. IV-re Schneider. Nous ne saunoni trop souhaiter qu'une pareilk autre ralise les rsultat] 1 ranques que lioatruc ion publique en Hxuii et ta urou du iciui a'ilk. Bulletin do la Chambre de Commerce Nou avonsre<,u le fascicule ViNoven b e Dccen brj lanvier du Uuiieun mensuel de la Chambre di Commerce .''lan.iie J ll.uti. Nous ruomuijndons U icctute de cet intrt sant LSttCUule. tPrintania Sous cette dnomination, il vient de ;c fondei i'ort an Prince une Douvellc Btsoeuttioa littraire avec M. Paine LCvy, prsident, Aug. Belle garde, vice prsident; A, Vieux ici secrtaire, C). Cameau, secrtaire adjoint; A. Hrdnque, trsorier; C. Large, D. Jumelle et C. Dotismond, coi •ciller.'. Naissanca Fcmand bdousud nous ont fait K 11 de nou; annoncet U uaissiacc de Itu; Feti %  DO cornp'.imeoH lu charmant coupli si i.. qu'aux poui idou, Ici grand: parents du nouvtwn Necro.o^ie Notre ami Clis. Alp.ce Al,licnse vient d tri cruellement trappe par la niert de son pre Oellllalii AlpbM AlpllUlS survenue ce matin I ; heures. Les funrailles auront heu cet aprs raidi. Li coovni pat ta de la maison mortuauc sise ru< Morclly, BolOSSe, No ;jj pour se rendre a i'Lg\'<: Sic*Anne. Ni a-, adres'oni nos vives condolances au: poux Alphe Alphonse, ainsi qu'aux tamiiki Uoucct, rice et Bisiouiy que touche ce de..ii Rosara Jn Geoig 2; ans marchar l \1 lt id lemur 32 ans ten Moscowa 48 ans arpcnteui i lil S Louis t6 ans cul'ivateur titia (ialvan ^2 ans ccntoriri Clie Pierre 3 2 ans repasseuse Andriine Nicolas 10 ans colier* Une religieuse l/grcmcnt conti sionns a la main. contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, 119. Au Snint-Antoiu C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-ATJ-PRINCE Al-x.PETRUS; Phrmci ALBERTiWI Pharmacie du DJu-tin VI ARD et tout— I*" bonn Pharmaclo. BAZAR MTROPOLITAIM aison tlo coufimice i' liOin 1 j nur I Carnets en leuill r.-.rno's A poche Papier -• colier liui.e pouc craj Crayon Hasoira de Mire' Vaseline Poudre Tal*i Savon toilette uine iiltUor e dtache 20 a 50 or 08 a 0/23 or t9,50 0.35 or on 0,18 or 0' 0 12 oies 0 4;'i Q,5 r ( 8 a 12 or (i 12 :i t 35 r otltS Utor Williams Col gales Arinours Woodburyi Palmolive* Macaroni Fdral ) paqueis rt> i|2 In if' Fromagd Eikhorn i (i qualit** Fromage gruyre Toile drap de i) pouces delarg A louer m en ville & hors G la ville Voyages l'intrieur "' i— / %  Vendredi 5 Mars %  i/urani a ij h* ures du matin, ta •Jiapetle du cimet Eh :.•.' ! fui toi i i li mi gn >y j |, tymj al lue. Port-an-Prince Incite tes propritaire?.'de i 0\ U* ces publiques portant les Nos 3j a 1QO0 se prsenter ou se faire reprsenter l'htel Commuait demain Matdi2 Mars de 9 heu/est midi, munis de leurs patentes \ A' aidant* app n l'oalalr*a>Fi*Tr lypv.nid*, I klaadii IMII i*. *\i l Acn,lU.*Ar.\*. Furonclea 14, QUIH3CM CENTAINE BW l'uHM tfi l • itTi Le PLUS PUISSANT A N T I S PTQj moi Mercure ut Culvr n/elii/iin lTMMal l'anti.rntii mlrt ir.i.U, t U doM ur |d-AKIODOL INTERNE' lins UN tj"e le Oi'un .loraigtr. I 8l*I...':0 II i' l!on 101 .t l.-ir.l. Administration 6n Jrale des Tlgraphe* Terrestres. • On 'l uianij'iiin Daclyloafrapli? pour assurer le service de nuit aux Tlgraphes Terrestres. Tour les conditions, s'alre->* ir au Directeur ou h l'Ingnieur PhompsonDM emp^iimet "'' I mbinanlladura 1 :! -tet lal*ic*r<-ter procurjnt Ir conlott de l.i frildcvsiintllefideat.ilons en auiiti'hnuc oup'i uui dor.%  '-asiicit et l'allure de la jcunt'sse—voil li 1 Keds n de Ked pour connatre enfin miliers; bottines Dlua r la plu* urande le ; '" % Uoliad Stvtt Kbtir Expert Ce. Ut, C Pour gurir ou viter MICHAINtE CONCTIPATIOnt CONOESTlONSi:TOUR0l38iENTt CMSARRAS OA8TRI0OS IL SUFFIT de prendre . l'un, clo voe rapaa tou 1er diui |Pura aulemant uns Pilule du D r Behaut 147,nu du Fuub St-Dnis, faris Mais il faut exiger les vritables <;;;i tMri tout fat blinches IttkfAMMM 1*. -nota .'HAUT A PARI? { -' I %  •• %  pi'.mt. 1, lw ,, I



PAGE 1

£* **li %  pais i lia et n'nn n RUBANS 1rs plus a propris t d an choix rare P'UMOMain Il tous dnnnern un Ua Mode et vous vendra u M J sm-iera \oire tobe une COUPE in peccablo m % Co.setK. hM. formti de rln|P ux, parumeriPs diverse H Pora nsde Excel ento. Lotion I ARGENTEE, assurant i la DM w, et Velout, remplaant les crmeepe8Q M i ne \isiie dans clle M i*on et VO ennuis savoir ce au. vous aeuz porkr. Uispaiaieecut. H La maison Veuve Barbancoi 3 ftmsmiiiiTn-fiffrn.r-Tw.vT-a^F a reci %  %  W1I %  %  SS*:~..„ t — • • %  % % %  TURKISH CIGARETTE! CXCEPTIONAL quAUTVl THE AMERICAN TOBACCO ~^-'-j ~ : JS S 'P J. J EDWARD M. RAPIIEL & Co New-York Portait Prince mi i i i %  i u m IIIIIM %  aiisiwiii i i un .a ,IJ FUMEURS Votre 8 et 2


PAGE 1

X fia * 83723 DIRECTEUR-PROPRIETAIRE amsnt-MAGLOIRE MAGISTRAT COMMUNAL U NUMERO 15 ^ENTIIIES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE ^ ^ Ua m0 8 DEPARTEMENTS On ,oi, . • 7 00 Tro^o. gTRAVGEa XroiJ a0 8 I -m-es soit reues au Comptoir In. La ia 3 de Publicit, 9 Rue.Tronchet. TaB?!r.>i. Ludgate HiU, Londres. Porl an Prince; iLlti Quotidien MaiJiIAMaffllO | L'avenir n'aura vaiucu le pass que la jour o il au* ra mis la femme de £ son cel. Jusque-lpU ne mrite pas la victoire. P.ugne PBUETAN <-* IFJ.FPIIOSE : /4.S" — TJ SENAT AMERICAIN Une campagne contre les modes actuelles M l Europe Wishingtoo, ter fvrier.— Ute undt discussion a eu lieu autourdbut prie de laitier mitux mises Ci les plus distingues, Lo Temps du 17 janvior iMO. 25 Millions de Lrancaises n'avaient pas jusquici de ouotidien eptciateuieiii remu poui elles. c.i tte lacune va eue co a Cercle Bvue Scnes regrettables CAUSER IE ECON OM+UE A tleuc reprisa, le cirdiia' I -i /.'•, archevque tle Parti, a, §at 11 cote -te la t Semaine Religi us; a, m s sss dio(• %  'naines en garde contre l'inconvenance des modt aciuelus. Poursuivant celle camp'njne, ta Semaine lie Haie use jiablieaajjard'IttAi l'appel suivante fret se aux grandi magotni, taitleurr, ntaisO'iS tt atdun carres. Celte discussion a lamene la miUl'nio\ des œuvres fminines vous \iune intervention du snateur Smitb, U cita certain raoporls fi unciers pro, ^TJ^E fttspar divers gouvirnanm's trangers f0 fo „/ c ,. /i{ (< „• en ue wnd ant .dmontrant, mUvnmenl, que des gow aucm mQdle qui bteue /tt „ lt)rnU ,nemmts doivent actuellement aux 2 = > F n abolissant, Itifaf t du deol jH Unis ? 2) millions de dollars ie-_ / /( $ d-plac, de ltroite*se et (h la tiUHliint lis intrts des emprunts /u* c iur,esse exagres des jupes, en pro ont Ut consentis par le gouvernehibant l'emploi abusif des toffes trans amricain. parentes; rOsfljfres.a ajout M.Smilb dot > bn supprimant dans les tord tes tl suffire changer I opinion de ceux t ml ce qu: sent le dibrailli il le vuU ipreiulent qu Us Etals Unis n'ont qairt le remplaant par la simplicit et i fait pour l Europe. Ugrdes, qui constituent la vritable J. Smett, intervenant dans la discus gance. et en perfectionnant ainsi U t, a fait remarquer que les hta'si'nis got de nos femmes franaises, qui • \pouvaieut pas, l heure actuelle, exi' k remboursement de leurs crances, : simplement et tout juste pouvaient t rclamer le pavement des inlttts qui %  liaient dus. Le snateur Walsb a exprim l tonne mi que lui causait la mansutude dont gouvernement des Liais Unis taisait \preuves vis vis de ses emprunteurs. c On nous dit. dclara t-il, que plu rs de ces pays dpensent des tentantes Millions pour avoir unejlollc arienne mante. Ainsi s'explique le fait que des wi ainsi apprauvrtes, ne puissent pas jw les intrts de l'argent que nous avens prt. Bien plus, elles at\i I en outre des programmes militaires d ambition quelles excute'ont ,,, . J-I. -_, miment avec l'argent qutlhsonl ls ^i^^SjiS^dinSS A., v, i' %  me parai.ia eu Fvrier tl aonueia fin / %  ""' Jfc ; • *4 J U1 " lS ou lfl ^ e3 £tfl tsnateitr kwg, rpondant a une je u8emein prsentes, COpieuM lion, a affirm qu'il n avait jamais m0Dt ,uustres, toutts les ruunques
    n ne peut plus et pose avec les matelots des naviren marchands cubains qu sont dans nos ports. Ces Cubain? t une /V>ti terre, se livrtnu d disorCorrespondance spciale au t Matin tires nowfl Tantt t'-'Si un marin en tat tt resse et prit se mer sur l s Avant jla dcouverte des mints passants que la po ice empoigne et met d'or de Californie et d'Australie, en lien sur; tanttceet avec espauvns c'est--dire vers 1840, la plus grande imigrants q tils ont tnailU a pot tir. par ij 2 de p or circulant dans le mondsigmr poui Dsm la s iris 4u lundi Xi en cour*, de p:oveaait des Monts Uurals. La i'ieur d'eui"". ''" l <\ l A Cubain de la Chaloupe mise en exploitation des mines de Cerch U' nvez f^it en les lisant membrii d voie ag'able et distiogue socit, 1 Col mb a m s i tier du toar, I / intervention du C htorme !" od '* com P ^ lemeDt a juge St Martin Ach Ue qui aval: de station, ds il>47.1a product.on de dite requit la p %  / ce, U aurait donn ces mines atteignait, annuellement, |e nat pas hsit un insuat i rtamortd une dominicaine, nomme i ;oo.ooo dollars, un an aprs, ce pondre a leur appel, car pour ce qui 2ina, M cohabitante, qui il aval chitlre avait plus que dcupl, en m est personnel, je tenfs vous r>dt j administr autant de utiles qm de 1850 il mjatait 50 millions de mercier d'une t on part cul ce da coups oui telle associatien, que lent demande Cuyes : Gin 82 caisses, illumela t agre et que l'accori s'est fait tcs 97 caisses,h om-jtge 2 caisses marchandisu diverses ainsi rpar ^'adjugeant en .886 34 0/0 de la production mondiale, ne s'en adjugent plus que 18 c. J en 19/8. L'indnstrie auri re aux Ltats-Ueiv'.raveise donc actuellement une crise des plus srieuses, pourquoi? loal 16,4* unanimement sur leurs noms, j estime fu'uu pareil vote a une signification importante paice qu'il constitue pour ceux-l des titres i la considration publique. Vous av.: dj compris que je parlais du Cercle Bellevue. Avant la guerie.l'or.concurrernment Ce navire aapporlentre autre -vec l'excdent des exportations.servaient ce pays assurer le service de ses emprunts l'tranger, mais depuis il est devenu le plus grand fournisseur de l'Lurope, il a rem bourse la majeure partie de ses dettes extrieures et a vu son commerce d ejportation.prendre une intensit extraodinaire, bien plus pjur facih ter le placement de leurs emprunts, les nations de l'Entent* lui ont en Jacmel : Meules a twjaiser Gonaivet : Gin ?J caisses. Port-au-Prince, le 26 Fvrier 192 iisurauce maritime ctire Monsieur Eugne Le Bossu a Aobenirde la Home Insurance wnpanu dpar;cment maritime, ud.ldmetire des pilices d'aspauc-s mai h ires ctires un pus trs favorable. 11 est en mejV d mettre pour les maisons LIM. n lnfic const m [ ,,c cal, ' jw, uns police flottante pour France mari ime ctire. ji!r,? Ur p,us ai ples rfnseieneCr'tffesserMQnsierEIl Boss A Rent gnral pour A VK DRB %  Ckt Max >/ san:o : faner Journal, Pa/ur impression. le centre choisi o l'lite port-au^ Messieurs, p me permettrai alors prir.cienne se divertit ces tantsisiti voy beaucoup d'or. Le lait que les de vous dire ici toute ma pense, du coeur et de 1 esprit, dans une al Etats Unis recevaient beaucoup d'or Les temps actuels sont autres qae mosphre de j jie discrte e: nuance alo s que j 1 isjils en donnaient beau ceux /nier. Un cercle de l'importanvoquant par del les temps rvolus, coup n'tait pas de nature favorice du vtie, s'il s'vertue de plus en toutes les dlicatesses, toutes les |' ser et encourager la production du plus se pntrer 3u ro'.e qu'il doit ces des salons de l'ancienne France, prcieux mtal ; noter galement remplir dans notre socit.coas ituera Cette œuvre,seule l'initiative prive que les cause: qui influent de nos une torce sociale de premier ordre, peut la raliser, et vous tes tout djouis sur la vie conomique de tou avec laquelle il faudra compter. Lo signs nour en assurer les basesi-s les nations du monde jouent ornent est venu, je crois, de cherUn tel idal n'est pas audesus de aussi outre Atlantique, manque de ch-r g ouper le plus possible les vous-mmes, et c'est pou; y travailmaindouvre et surtout de main units nationales, en formant un 1er que mes collgues et moi avons d'ocuvie exprimente, hausse des faisceau des prlevants intresss accept de vous demander vos suffra sa aires et des matires premires, ie ce qui forme notre socit, afin ges. causes qui alfectenl tout particulire que notre assoeia'ion devienne yaiPardonnez-moi de vous avoir parl mer,, lindustne aurifre, car l'or mer.l cette force sociale dont je viens si gravement: si je i'ai lai y c'est que jouant le rle d'talon dans \* plude parler, le moment e-t venu de ^'ai cotrpris—et c'est l mon excu • part des systmes montaireson pris chercri^r imprimer mme,au point se— que dans ce cercle o l'on s'ane varie pas, il s change contre lui: devuequeuousenvis3g!oisunedire; muse, o. k ptille l'esprit, il y a aussi mme, si donc les autres industries non l'esprit des gnrations: nue le place pour la pense et la rflexion, peuvent compenser l'augmentation. Cercle b\l evne SQil doic le lieu de Encce une toi -, excuse/ cet e con de leurs dpendes par une augmenta, runion des g:ns dslngis tt pu lircn.e p-r trop ennuyeuse et levons tions correspondante du prix de leurshur au 0 rsoci.le

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05058
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, March 02, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05058
System ID: UF00081213:05058

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
X
fia*83723
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
amsnt-MAGLOIRE
MAGISTRAT COMMUNAL
u numero 15 ^entiiies
abonnements
PORT-AU-PRINCE ^ ^
Ua m0'8 DEPARTEMENTS
On ,oi,.. 7 00
Tro^o. gTRAVGEa
XroiJ a0'8 _____________
I -m-es soit reues au Comptoir In.
La ia3de Publicit, 9 Rue.Tronchet. Ta-
B?!r.>i. Ludgate HiU, Londres.
Porl an Prince; iLlti
Quotidien
MaiJiIAMaffllO
| L'avenir n'aura vaiucu le
pass que la jour o il au*
ra mis la femme de son
cel. Jusque-lpU ne mrite
pas la victoire.
P.ugne PBUETAN
<--
*
IFJ.FPIIOSE : /4.S"
-

TJ SENAT AMERICAIN
Une campagne con-
tre les modes
actuelles
m l Europe
Wishingtoo, ter fvrier. Ute
undt discussion a eu lieu autourdbut
prie de laitier convenance et l immodestie tics
l in
1110
poiquls le droit d tre 'signales comme
I. > mitux mises Ci les plus distingues,
* Lo Temps du 17 janvior iMO.
25 Millions de
Lrancaises
n'avaient pas jusquici de ouotidien
eptciateuieiii remu poui elles.
c.i tte lacune va eue co a -
Cercle Bvue
Scnes regrettables causerie econom+ue
A tleuc reprisa, le cirdiia' I -i /.',
archevque tle Parti, a, at 11 cote -te
la t Semaine Religi us; a, m s sss dio-
('naines en garde contre l'inconvenance
des modt aciuelus. Poursuivant celle
camp'njne, ta Semaine lie Haie use
jiablieaajjard'IttAi l'appel suivante fret
se aux grandi magotni, taitleurr,
ntaisO'iS tt atdun oouturun et eoutariret SiiiiU, propos Je la situation finan il nion dsuvre fminines et un trs
tt tuPObenne graat nombre tl autres >carres.
Celte discussion a lamene la mi- Ul'nio\ des uvres fminines vous
\iune intervention du snateur Smitb,
U cita certain raoporls fi unciers pro-, ^TJ^E
fttspar divers gouvirnanm's trangers f0 fo /c,./i{,(< en ue wndant
.dmontrant, mUvnmenl, que des gow aucm mQdle qui bteue /tt lt)rnU,-
nemmts doivent actuellement aux ,2=> F n abolissant, Itifaf t du deol
jH Unis?2) millions de dollars ie-_ / /($ d-plac, de ltroite*se et (h la
tiUHliint lis intrts des emprunts /u* c iur,esse exagres des jupes, en pro
ont Ut consentis par le gouverne- hibant l'emploi abusif des toffes trans
. amricain. parentes;
rOsfljfres.a ajout M.Smilb dot > bn supprimant dans les tord tes
tl suffire changer I opinion de ceux t ml ce qu: sent le dibrailli il le vuU
ipreiulent qu Us Etals Unis n'ont qairt le remplaant par la simplicit et
i fait pour l Europe. Ugrdes, qui constituent la vritable
J. Smett, intervenant dans la discus gance. et en perfectionnant ainsi U
t, a fait remarquer que les hta'si'nis got de nos femmes franaises, qui
\pouvaieut pas, l heure actuelle, exi'
k remboursement de leurs crances,
: simplement et tout juste pouvaient
t rclamer le pavement des inlttts qui
liaient dus.
Le snateur Walsb a exprim l tonne
mi que lui causait la mansutude dont
gouvernement des Liais Unis taisait
\preuves vis vis de ses emprunteurs.
c On nous dit. dclara t-il, que plu
rs de ces pays dpensent des tentantes
Millions pour avoir unejlollc arienne
mante. Ainsi s'explique le fait que des
wi ainsi apprauvrtes, ne puissent pas
jw les intrts de l'argent que nous
avens prt. Bien plus, elles at\i
I en outre des programmes militaires
d ambition quelles excute'ont ,,, j-i. -_,
miment avec l'argent qutlhsonl ls ^i^^SjiS^dinSS
, a., v, i' me parai.ia eu Fvrier tl aonueia
fin /""' Jfc ; *4 JU1 " lS ou lfl ^e3' tfl
tsnateitr kwg, rpondant a une ,jeu8emein prsentes, COpieuM
lion, a affirm qu'il n avait jamais m0Dt ,uustres, toutts les ruunques
    ventis d Iturope, mais qu'il constde Kille : Modes, tufance, Uont, Litt
    " que des crdits d long terme taient rature, Tlieire, Cinma Musique,
    uns, non seulement pour permettre Art?, buoris la Vie iMoudauo
    Ltats de s acquitter, mais encore la Nie Simple, ce.
    assurer, en quelque sorte, la sicu l^tt,* organisedesconcourser.tr
    V * l'Europe. m^vl, K UU(Kiuees, .loiauiment
    ii. Smitb, reprenant les dclafations UQ concours litteraue peruiaueiii.qui
    sencollgue pour les soutenir, a expn permettia a tous icslaieuts nouveaux
    lobinion que si la Grande Bretagne, ue se man.lester a coie des cuvams
    {doit actuellement 144 millions de lepul^s.
    ^Vd'mtrts.bayait cette somme, les Nos abonnes ont laWrt k *n
    r.iiic *.. i,u,i[U uoi.preiii eieB coiithjruiriLes
    JZ trTmn r^Jl A que iuui D0iMtnt,iaO1 ?
    ment secourir la tologne et l Au ve? .^ruudge-, se placer parmi Us
    M-tui meurent littralement dfaut, ^urreutei.
    Voici U dit cours pranon par
    M. (!i. Bouchereau ai nom. dm
    nouveaux membres r //s dont la
    rxp'.ion a eu lieutanudi
    L'or aux Wju
    Messieurs,
    Les nouveaux membres du
    o^t bien voulu m;
    vous remercier da m
    mmes de l'honneur que vc
    l'on de Paix, H Fvrier lfl.
    Depuis quilquee jours, la popukt*
    (ion est i>n ne peut plus et pose avec les
    matelots des naviren marchands cubains
    qu sont dans nos ports. Ces Cubain?t
    une /V>ti terre, se livrtnu d disor- Correspondance spciale au t Matin
    tires nowfl Tantt t'-'Si un marin en
    tat tt resse et prit se mer sur l s Avant jla dcouverte des mints
    passants que la po ice empoigne et met d'or de Californie et d'Australie,
    en lien sur; tanttceet avec espauvns c'est--dire vers 1840, la plus grande
    imigrants q t- ils ont tnailU a pot tir. parij2 de por circulant dans le mon-
    dsigmr poui Dsm la s iris 4u lundi Xi en cour*, de p:oveaait des Monts Uurals. La
    i'ieur d'eui- "". ''"l<\lA Cubain de la Chaloupe mise en exploitation des mines de
    Cerch
    U'
    nvez f^it en les lisant membrii d
    voie ag'able et distiogue socit,
    1 Col mb a m s i
    tier du toar, I / intervention du C htorme od'* .comP ^lemeDt a
    juge St Martin Ach Ue qui aval: de station, ds il>47.1a product.on de
    dite requit la p / ce, U aurait donn ces mines atteignait, annuellement,
    |e nat pas hsit un insuat i r- tamortd une dominicaine, nomme i;oo.ooo dollars, un an aprs, ce
    pondre a leur appel, car pour ce qui 2ina, m cohabitante, qui il aval chitlre avait plus que dcupl, en
    m est personnel, je tenfs vous r>- dt j administr autant de utiles qm de 1850 il mjatait 50 millions de
    mercier d'une t on part cul ce da coups vote spontan, unanime de voue que 0 s gifles rpit es abataurd swent, cessait de s accrotre, l'Australie, de
    pari, dont j'ai t l'objet, ains; qus /"''' "' /'"'' ''' ulla se cacherchet kme soa v6,e. ne resUit pas en arr,rCi de
    mes collgues Lwri oelo nMiAb '^usax Cm- us pies elte serrai les Etats-Unis,
    grand crivain frao?, fulei Lnu- quant a t arrt cl conduit aubu
    ue, je cro*, qui, para t il. en usi reau dt U Gsndarm rie.
    souvent, il est bon quiad on a un .Nous prions donc gai de droit d'-
    principe poser, de le xir par ;rit. viser aux m ;, me de 1 efrines tant soit
    de le sou-trire tn que'que sort-: d; Veu< ll1 f< "'/'' emeseurs la cha eur (fans improis tio 1 bu-
    jours r.comp ete.
    Messieurs, nous avons vu beau-
    coup de cercles e fonder chez nous :
    ils se sont toujours vo des lg'es,
    des statuts, et fort souvent, nous
    avons eu ce triste spedicle: ceux qui
    en taisaient pailie, qui s'taient fixs
    ce* rgles, taient les premiers ne
    pas s'en occuper, luinan. ainsi les
    assises de leurs iSSOciationi et re-
    prsentant en pttit rhes eux ce qui
    qui, ce qu'il parai', forcent un peu
    trop la noie,
    Dpartement
    du Commerce
    En 1886, la dcouverte et la mise
    en exploitation des mines du Trans-
    vaal avant celte date ce pays ne
    promis it a .nuelle.ncnt'^quc ;o,ooo
    doiurs modifirent, au tout au
    tout, la situation, ds 1889 ces mi-
    1 es vetsaient sur le march plus de
    7 millions de dollars de mtal jaune
    \ers 10*99 plus de 100 millions dedol
    ars.vers 1913, enviroa 130 millions
    icdollars, de ce fait, les lit Us-Unis
    ourent se contenter du deuxime
    rang.
    Si l'on examine la statistique de-
    l production mondiale de l or de
    1886 1 !9t8,on constate que pendant
    H
    .
    Arrivage d M.ir.h.mdises
    Lesteanur hollandais* Achil-
    le* tpri avoir laiss Amj erdam
    se passait il y a quelque! annes k 13 Janvier coul est arriv <:eue priode la production amricai-
    dans no're jeunesoc t politique, Port au i'iincr U 26 lvrier cou ne a pins que doubi, mais en m-
    ce qui, depuis ongtemp1, a fa t dire vaut et a a;iputte pour les ports sui me temps ia proJuc ion totale a qua
    de nous que nous marquons, ce que pantt Seize lonrirS '11 (. 6,44 ) du drupl, si bien que les Etats-Unis
    lies-
    Cayt lunnes [il.S'J
    Jacmel 1 M
    (Jonatvcs t IM
    1 agheot appelle la fibre lgale
    1 h bien! Messieurs,je connais une
    association Por'-auPnnce qui de-
    puis sa conslitatioi. s'est o stim-
    ulent signale prr l'esprit de discipli-
    ne de ses membres, leur solidaii,
    leur bonne tenue, leur parfaite cor-
    rection. Quand des Hatiens ou des
    trangers amis du pays ont tmoi-
    gn du dsir de faire partie d'une marchandises t>oui
    telle associatien, que lent demande Cuyes : Gin 82 caisses, illumel-
    a t agre et que l'accori s'est fait tcs 97 caisses,h om-jtge 2 caisses
    marchandisu diverses ainsi rpar ^'adjugeant en .886 34 0/0 de la pro-
    duction mondiale, ne s'en adjugent
    plus que 18 c. j en 19/8.
    L'indnstrie auri re aux Ltats-Ueiv-
    '.raveise donc actuellement une crise
    des plus srieuses, pourquoi?
    loal 16,4*
    unanimement sur leurs noms, j esti-
    me fu'uu pareil vote a une significa-
    tion importante paice qu'il constitue
    pour ceux-l des titres i la consid-
    ration publique.
    Vous av.: dj compris que je
    parlais du Cercle Bellevue.
    Avant la guerie.l'or.concurrernment
    Ce navire aapporlentre autre -vec l'excdent des exportations.ser-
    vaient ce pays assurer le service
    de ses emprunts l'tranger, mais
    depuis il est devenu le plus grand
    fournisseur de l'Lurope, il a rem
    bourse la majeure partie de ses dettes
    extrieures et a vu son commerce
    d ejportation.prendre une intensit
    extraodinaire, bien plus pjur facih
    ter le placement de leurs emprunts,
    les nations de l'Entent* lui ont en

    Jacmel : Meules a twjaiser
    Gonaivet : Gin ?j caisses.
    Port-au-Prince, le 26 Fvrier 192
    iisurauce maritime
    ctire
    Monsieur Eugne Le Bossu a
    Aobenirde la Home Insurance
    wnpanu dpar;cment maritime,
    ud.ldmetire des pilices d'as-
    pauc-s mai h ires ctires un
    pus trs favorable. 11 est en me-
    jV d mettre pour les maisons
    Lim. "n lnfic constm[ ,,c cal,'
    jw, uns police flottante pour
    France mari ime ctire.
    ji!r,?Ur .p,us aiples rfnseiene-
    Cr'tffesserMQnsierE-
    Il BossARent gnral pour
    A VK DRB Ckt Max >/
    san:o : faner Journal, Pa/ur
    impression.
    le centre choisi o l'lite port-au^
    Messieurs, p me permettrai alors prir.cienne se divertit ces tantsisiti voy beaucoup d'or. Le lait que les
    de vous dire ici toute ma pense, du coeur et de 1 esprit, dans une al Etats Unis recevaient beaucoup d'or
    Les temps actuels sont autres qae mosphre de j jie discrte e: nuance alo s que j 1 isjils en donnaient beau
    ceux /nier. Un cercle de l'importan- voquant par del les temps rvolus, coup n'tait pas de nature favori-
    ce du vtie, s'il s'vertue de plus en toutes les dlicatesses, toutes les |' ser et encourager la production du
    plus se pntrer 3u ro'.e qu'il doit ces des salons de l'ancienne France, prcieux mtal ; noter galement
    remplir dans notre socit.coas ituera Cette uvre,seule l'initiative prive que les cause: qui influent de nos
    une torce sociale de premier ordre, peut la raliser, et vous tes tout d- jouis sur la vie conomique de tou
    avec laquelle il faudra compter. Lo signs nour en assurer les bases- i-s les nations du monde jouent
    ornent est venu, je crois, de cher- Un tel idal n'est pas audesus de aussi outre Atlantique, manque de
    ch-r g ouper le plus possible les vous-mmes, et c'est pou; y travail- maindouvre et surtout de main
    units nationales, en formant un 1er que mes collgues et moi avons d'ocuvie exprimente, hausse des
    faisceau des prlevants intresss accept de vous demander vos suffra sa aires et des matires premires,
    ie ce qui forme notre socit, afin ges. causes qui alfectenl tout particulire
    que notre assoeia'ion devienne yai- Pardonnez-moi de vous avoir parl mer,, lindustne aurifre, car l'or
    mer.l cette force sociale dont je viens si gravement: si je i'ai laiy c'est que jouant le rle d'talon dans \* plu-
    de parler, le moment e-t venu de ^'ai cotrpriset c'est l mon excu part des systmes montaireson pris
    chercri^r imprimer mme,au point se que dans ce cercle o l'on s'a- ne varie pas, il s change contre lui:
    devuequeuousenvis3g!oisunedire; muse, o.k ptille l'esprit, il y a aussi mme, si donc les autres industries
    non l'esprit des gnrations: nue le place pour la pense et la rflexion, peuvent compenser l'augmentation.
    Cercle b\l evne SQil doic le lieu de Encce une toi -, excuse/ cet e con de leurs dpendes par une augmenta,
    runion des g:ns dslngis tt pu lircn.e p-r trop ennuyeuse et levons tions correspondante du prix de leurs-
    hur au 0 rsoci.le iit morale. Qu'il soit effectivement Bellevue. tent pas.
    N


    li u.i un
    *-VJ
    le .. ait | le t tat de
    g rt ta* Elus Uo'i que !
    Ira l r.' de minerai a t.ub'l I
    r '.n", on' ci cette] leur exploita
    et demanie^t 4 1 tat de ks rider
    p< pr eui i cin.ettre o> la reanedf*
    tique les sutrer, celtes traiUnr du
    minerai plus licbe. ti.ivaillent tou
    jonrs, c'est vrn, mais ne sont pas
    i-acs inquitudes ponr i eveuir.
    lion de letrs dpens par une 108
    ment.t;on correspondante du pris d<
    leurs produits, l'industrie auulre,
    elle, ne le peut pa>.
    De son cot, le gouverntmer l
    amricain re semble nullement dis-
    po: i intervenir dars ce le question
    ia trsorerie ldiale ne duent-tllt
    pas acluellemeut le stock d'or h
    plus important du monde ? Aussi le
    gouvernement des Biais-Uuis i-ril
    tait un accueil plu: lioid 4 une dt-
    micde de primes a la production, il
    lej a purement et simplement reje
    lts.
    Cttte dcision t:s ;uil lie de la
    put d un gouvernement dont la tr
    soretie est sauie d'or et qui n'a au*
    cun intrt a \oir augmenter sa pro
    duct;on ne peut que ralentit laclivi ..
    d'une industrie qui,ne teprendia sjn
    (MOT que lorsque la Daisse du prix
    de la main d otuvie 11 des matiie-
    premires aura rtabli un quilihie
    lompu.
    V a-I'il grand inconvnient" cela?
    Mous ne le cioyons par. l'or, accu-
    mul aux Lut- Unis upssseiu anto
    mil quement l'Ocan lorsque le,
    na'ions turopennes leront arrive
    a imensfier leurs eipertsUons tt i
    leur taire pieodie le pas sur leurs
    importations. Il est vrai que Dfil s
    u'en tommes pas tocote 1..' nous e:;
    tcmmei mme tien ion,.. .
    F. de SI-
    thaD)|ttieDl [d'adresa*
    Pour cause d aji'and ssement
    .Nous ennOQOB .i nus clients Ut
    la CaL.itae et ue la province qae le
    au No lbTb, Place Gelirai d, pi es de
    Air ilictuidicn
    CHENET f.tea-

    Les pEFtSOML Amlmiques
    ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus
    qu'un mdicament est un puissant aliment
    concentr, productif de sang,
    forces et bonne couleur.
    (Demandez toujours Emulsion de Scott)
    n
    XOUVELLES- ETRANGERES
    rendre
    Crond bureau tmnittrr, presse
    Cfyxer monte sur table tu fer,\
    piano Pleytl en par/ail irt S-J
    entier mt No. li'M, Avenue. Ma-\
    1
    28 fvrier. 1920
    PARIS. La clrmbre discuta le
    projet demandant la requis 1 on ds
    tous les vehiculej eu c;is d'ari' du
    trali.- des railw 'v :
    MilleranJ d tendant le projet rep
    pelle brivement le; faits qci moti
    vrent la grve et dit eue personne
    n'admettra que c'est puce qu'un
    ouvuer (ut frappe d'une mi te a ri I
    de aS heotes que le vie conom qne
    du pays peut tre arr'?. Nous ne
    somme pas en Uccd'un mouvement
    corporalif ni protessionnd mai* b;eu
    en lace d'un mouvement lvolution
    naire.
    Maintenant que la grve ni d 1
    re on prsente pour la |usiifier une
    longue lut' de. revendieetions. i.a
    gouverna aeni ne recalera devant iu
    cune de; mesures qur la loi m I i si
    disposition. la mora'nsatio.i sera ;;?
    oralis! li c'e%t ncessaire. S'il v 1
    dsordre ei violence la justice 1er a
    son cvjvre et agi*a.
    Le gorvernement f-ra soi devoir.
    Aucune corporaiion si intr*!San e
    sou elle n'a le droit ds s? dresser
    contre la pattoo. Tonte la chambre
    ovatioina .\'i lerand et le proj t lut
    adopt n = r -, 11 voix cjn're 70.
    PARISLe Conseil national des
    mineurs ayant r?u salifie i m II
    ministr: du travail au sujet de l'a
    vaccement du projet soumis au parj
    lement tSlgrsphil aux adh;entsj
    l'ordre de continuer le travail et la!
    crve eu ai 3 ai v.te.
    SARREBRUCK
    La commission du pouvernemuit
    du lrrtito:re de la Sarre fit son entre
    officielle a Srrrebruck Le gnral Ri
    h 1 adminirtrateui snpriem de
    S rre et le Bourgmestre souh itrent
    ;la bunvr.u av c u:.t attitude parlai
    lm nt co'u 1 '
    Quatre commune; Palatinat de
    mandrent i la commission chirge
    I li^ni'er les hontires d'tre en^io
    u es dan? 1 territoire 'e la Sirn.
    PARIS I.* secoud arrt rendu dans
    l.atteirc d; la GazeU des Ardepnes
    coT're les inculps d'intelligence
    javec l'ennemi condamne le jous lieu
    |tenar.l iJerv 20 a-3 de travaux
    [forcs, Laverne et Leblaye a 5 an^
    de travaux forc', hs autres accusi s
    sont acquitts. Le premier arrt coi
    j dam lilt ilervr la peine le CQOll '
    j PARIS. Le minisUe de la justice
    I de l'intrieur des travaux pnb'ics le;
    p tet de police le gnral Ciassjuin :
    et dittrents haut] tonciijnnaires se!
    sont rnn' dans la matine prsidence de MiilaanL Ils entendi-l
    rem les directeurs des comp>goi'-!
    s'i la Situ mon des rseaux
    I nssort que la g' e n est nu'!.--
    ment gnrale, la circulatioti dan;:
    l'ensemble n'e.t pas cjmpromis. Le,
    raviuilltment est assur. Efl outre!
    des reetfict os annonces on envin!
    gea l'conomie da chifbsu ptr la
    terme ure des cl.-s e :ab isstmen s |
    publics a 23 heures et des ih;re>;
    et cinmas 1 j heure s tt l'arrt du,
    m::ol 2j heures e^ l'applica'ijQ
    pour la consommation du chtfbo"
    du rgime de guerre.
    PARIS La ituition d grw
    reste inchange snr l** P. . M. V y
    eu' hier ^ze dparts et i Paria. Deux rap:des purer t paru-
    jdans la soire destinsliou de Mr
    |teille. Sur les outres rseaux, le set
    vice eM presque normal. La C G T.
    d libra lo'gu'ment celte nu t avec
    la Commission de la ldntioi de*
    eheminoh On ;:"iore les dcieio&s
    pnses. Selon les bruits rpindus, la
    Commission de la t dration natic-
    m!e de l'P.st me'trai une prooosi
    jtion d'arbi r3ga subo donne i le r-
    ptlse du travail,et elle mutait adres
    loutes hs o-ganlsatlons pffil'e
    [l'ordre de prvr gnrale. Saiv ni
    . ntrea informations, des dcisions
    'definiiives seriient prisesdani '.rm -
    tine et deoendrait de la rponse 1
    h piopositions da grive gnrale
    adresse cette nuit dillrentes o ga
    ni^jtion". Li press:* er.trc e nime a b me' svrement l'ai H mi |
    des chemin:t qui. pour une lutilit'
    n hi'enl pas a compromettre gra
    ment la v,e conomique du nivs.lls
    souhaitent que les cheminots ne pi r
    slslenc plus longtemps dans ui sent
    blable dfi au bon sens. Les jour-
    naux se flicitent de Pat ilude ner-
    gique prise par :e gouvernement de
    Millerand et lui assure que taus les
    bons citoyens se grouperont autour
    de lui Plusieurs organes,notammenl
    le < Matin t soulignent les di;os:-
    tioni entre l'origtne du conflit ei
    consquent.,.; 1
    Ch-n-.l^os Ce ..,, Vj"
    o-.daire "un de JL
    ma.s du p.'ysfcu;r;Ht'r ,
    qui a btida'ir
    travail.
    PAKIS-Le GoUVfrne(,
    90M8&tes mesures dordT
    veaux cw.iDgems mlliuL
    tendus aujoutd'buUo^
    Qts-ration du rseau de S
    tant iadi\idueliem reprendre iromeduun,
    sous pe m de ivocaiioa
    journa ix iordre de mobi
    ce rcie.u sera lanc
    PARlw Us militUlJ
    menter.t la neuve le de t\t
    leitgiaplie disant qmjj
    e-. auraient o.cup Altx,
    Conseil des AmbassaJ-i,
    l'interdire aux navire* alltn
    -> des ports turc?.
    Champagne deRt
    Noui avons k-pbmr dannon^S
    r.vce a l'ort-au-l'rnK-o, pnr le Z 1
    f M- Ch.rl HdMctf,Jpl
    des amateur, un siock ae Z '
    iteim t
    Mr ileidsieck, dont teicivesonJ
    pendant ; annes de , larmer le stock qc i! nous ap.-X*'
    un lira plu, loin l'avis piQ'J
    Agfcrholm ei qui montre l'esedle!
    de M. Cnirle, Hcul.ifck'SJ
    vet de S. M. (ieorge v, r01 j .*>
    Ou Bulletin Ari
    an 1 Compaiv]
    Porf-au-P ince:Cal:l
    ch est des plus in^uiien]
    lot quun acheteur appw
    prix m-Juleiil pour baisser!
    'ds que i'achetetira riail"
    ,tn s'exp! que lacilemeesl
    16 end>n ;iy;lnt coU
    eu 'itch nauivlleiueolej
    le u oii.s p.issiMe. New]
    toujours la laissertlj
    l> fi annonce P. lAoO
    in [condition de Xc
    au march du Mvre.IeL
    le heni tri sj iiiaiiaent
    V>U, uiiiis malheureustnm
    llucUaiions du taux dul
    I' 'nu' t 3ui p .a encored'j]
    nos cal. Un coiuaujourd
    tru P. i4 l")Ti.selonqu
    impjrtanc d i loi et pOurj
    la a lU.J.
    L_______
    W
    .^ i
    i7
    FEUILLETON DU MATIN s
    Judex
    GRAND KO il AN ,
    Psi
    |r II i F B t: li .V t. D ff|
    (TtUn par L. Feuillede)
    ellei ont choiiie .Cela dure jntq i su sm ai I m merc'- l.- pUn raie
    jooi on un tiysara la mit en pre vlique quelle avait d.-j for^ ee
    sec.co Un banquier Favreux, Nice... droulait dans sou esprit... tel qne
    bauc '1^ 1h Promenade dt-nseul un t re de .'mverb'un de o^tte
    comi.lotem8t dcave i femme pouvait l*accdpter. Il se reo
    anglais <
    eu jeu, seoe le sou, noyant mrn
    jIus la iMionroe da vendre det
    ijjin depuia lon^ eiups vn^iga >
    vlunlitT'iei, elle ttait \UiUeeV
    chsner.
    Favi-Hux, Voyant une petite femme
    .simplement (mac et en proie A une
    Iprofonde ni-tesi-, t'tait appiociie
    d'elle... et 1 avait ou etiouoeV.. Diana
    Quatrime s>teoDi
    LE SECHET DE LA TOM] ; reconnaiaayii le clobre marebaod
    d'or qu'elle avait croiid plosleon
    V (Sui.e)
    Li.obsession
    L'aventirrire. repidement, se fal-
    Fait eslevtDme le rsum de tu
    vi.. lilJe tait leliuildun de ci p
    incgce interlopee qui o'exercei t
    .Mimie prafeeetoVl d Unie et ne rioi
    \eiit la plupart du u iiqn leur < xie-
    ttnee qu' des expduUs qoi Itt.r
    tout chaque jour risquer la police
    comotionneili t mme la cour
    d uetiiet Se> i nu nid n marquant sa
    jiriccce beaut, xouiurent en faire
    sue danse use tt renvoyrent en Ita
    ^eppicndre ce mtiiei A seize ati>>
    cille fui enleve par le prince Marxl
    h, luu dt plu ^raada bei^ucura de
    Htome +ni, follement ('pris de pa
    feute baileriflii l'rrracha diimtive-
    uuui au milita O eUe vivait, ot non
    b nie .u lit In 11 ititilrt tir* cudeaux
    ii.fcfciniiquea. inaia lui ni rUJre don
    un une adocedon tt ont inatrbCi'Tri
    ur compltas liidiia mena pindant
    (018 au CaeinOi baua qan Qt le uiom
    Jrement ar. ai elle avouait lu vute au puieaatil
    linaocier, quMIe a'appelaiL Main
    Vetdier..(c'tait detltture son vrai
    uoiu .) qu'elle dut ia&ti uttiue,ani
    place, tau-, relation, eans erpeian
    vij.. que cartes il ne tiendrait ipia
    elle de sur u ut ptOlQplemenl cette ki ua ioodooteoae...mauqu'el|
    aiiiLait mieui mourir que de deveu
    son bonhsur de pareils moyens...
    Bref, ejle mai.uvra si lisbuemeoi
    que Favraux qui, pour la premier
    lois de sa vie, avait senti vralmeel
    baltte o.i cqear d amour, Installai
    ubez lui connue InsUtutricfl de son
    petit-lils.
    l'rop prii pour entrevoir un seul
    .listant tout ce qu'il y avait do CDO
    quant dan ni ivw, rassur phi
    xcellents ceriiticats que Mi.rie Vei
    dieraetait ubiique ollt*mme, !
    marchand d or se i aaeiouna d uiu t
    'us pour la b lie li.auaque 0ilu'Ci
    liloaitour aooiea une exieleoce deslsd Couas^nt de la plus uustrd ver
    plus b Mate ei ds \>\< s lienreu
    664* M is un jour le piuice .Maileli)
    mourut subitement eaoe avoir tu e
    tempB d'abjurer 1 avenir de eu mai
    uesae ,.
    Celle-ci dut liquider sa situation ,J
    L'atgent qui lui resta ne taicia pas a
    lu fondre dans les man s U ses
    mauvais insUi cts ivprenent le dt-
    ins, elle devmt t lomptemeni l'une
    ro, s'tait ko joari o;'in troant re-
    fus
    Dsormais ello n voulait plus
    tre Is "i ut* ..-., mais 11 m
    I. 00 sait quelle avait e m sur le
    point n'alteludru son but... Lt inaiu-
    mait en ces quelques mots ; Rtrou
    ver Judex. .Le coutr-t'inLe lui ren
    dre F.tVraux. taire rclamer 1 A-
    ? is'an iii.tiliqii'.! les millions ah i'<
    aoons osUe-ci psr 'a liii-. l-i
    pocie.., ot lobever non oeuvre en 11
    Faisant assurer pir lui une vii ab e|
    roriuoi
    Pour en arriver l. plus que |i
    mai elle otait reoloe tout-
    (Quiconque l'et aperue ce mu
    ment, vautre sur son divan, la t
    appuve entre les mains, la bjuclio
    emr'ouverteen un rictus da nuition
    -lireux, les yeux bypno'ises per 1 a-
    bime d'iofemie dans lequel dlibr
    ment, elle adail ae plonger, et re
    cale comaio a l'aapect d un monstre
    du d uuo ble foiocc.
    Un coup de sonne.te l'arracht
    cette homb'o ii)4ditatio:... C'U.i
    M on |s (pu rentrait-
    Ta as t bien longtemps, re
    proclia aussitt b a Co n est pas de me fente, repli
    qna le rastu, qui semblait plier de
    1 la en plus sous le ]oug dj son im
    priense matresse
    Craard u'ts'l pas chez lui- J'ai
    d le clierch r penia (deiu heure*.
    J'bi ijiii par le dcouvrir, en irsl i
    de faire une pi'de du cart>s, dam
    un petit ataminst aux eut irons d
    lu gaie du Nord.
    Vieil liai1 ?
    Co sou- il m'a promis d'tre
    six li an v h plu. liai i ma son avec
    la Tout va bien, j i te remerc ,,
    Il y eut er.t e iru J.;ix imsU'S m.
    de c s Instants d< lui ibn
    is j taie il sembie i laue c im
    ni'1 de la im u
    russisses entirement dans tes pr>
    |ate... l'ai lt conviction, corn ni toi,
    que lual-iment nous d-ronvriron*
    Judex et que no ai retrouverons Fa-
    vraux .. Mais avtj biau
    une chose:'
    A qnoi donr?
    Favraux a une fille...
    connat.. Elle peut parler-
    Elle ne pail m i> >j
    l'arc q i- ce sou elle au:a
    cess de rtvi '
    rllchi
    L'Ile t
    il murmura d'un air abatte;
    Eh bien, c'est dit! U
    Favraux disparaitra cette
    tenant qu'pii la dsillusion de| Pnts, Mora's qui avii enhv son
    cette ipleiididesiTa're msuqt-e,*elle chapeau et sou piideti s. i'ap v>
    MLtiit revivre sou lve, tiu'.- sa v> eba de ia miitreese.. et lui prei
    Ion e, q alle avait formidsbl**, se l main, il lit dune voix o pe
    /
    de ces (fleurs de v ce s qui, sans'tendait dn^ le deir Ij plus louai de i
    rouci du lenduiiaii!, ne demandent
    qu'au jour qui vient l'assurai ce de
    eue vie d'o.s.vet honteu.-e et de
    l^clicj pliiir qce voloctu'rement
    de i in jui tude,
    iftji eut pu ivoir |eim dm* le car Uiana.tu vas encore cite qie j
    veau d une aven ut re recoust ta i &ais un ttembleui-
    l'dittee croule... en remetiair U l'ounj :
    maiQ sur liiomme qu'elle avait d. ^rt-^, j > oa doute pis qa^ t.i
    Non, non, pas celai Je ne veux
    pa! l'cris Mura is, devenu blme.
    Hein, quol.q /est ce que tu dis.'
    Pu ne veux pail.. sursauta la mis- ^
    r b e j
    Je su s un voleur, c'eit snten i
    du... nposlAit la rasta... ea un rveil (
    subit de conscience qai s liocre .. Mali devenir un sissisin,
    jimslal
    '^Lii te dsminds do laiv!
    Toi.'
    Tu ea foui Puisque Cromird c-t
    le Col ine i isront la, tu n'auras pas
    besoin de mettre la main 11 p'e.
    (Ja'nnpoiie! ia seiui toujouis
    ompice... i
    iv paie, demsio, qal me dit que
    ta n'exigeras pai que ja frp e moi
    iu:ii :'
    Mon petit Mon .. pr.nda t^rde/
    Ht L'aventurire sar uu ion de caltm
    lira,ant )..
    lu sus que je n'ai pai l'habhu
    ie de perdre mon temps n p noies
    ma il s lu i:ias es que u voudraa.
    Pu rester p, ou n tanires.., Mais,
    saclies une choie... c est que ni tu
    refuses de ra'obir, on store Immi
    i atemi et qne i baron Morales s'uj
    pell -. Hobar Kerjean.. qiil est le
    ii's lamn i vingt ani da baene pour
    rote, fau ., abus de cuLflince. etc,
    ic ti qu n t-st ini-ui ce rrc nn b
    p r la polio- pour a\oir de aliso. .
    Ihls-lOll .
    Chti
    A'c bi.lamant de Diana ee laissa
    o a b 'i sur un sige'
    Alors, dam iVtToide l'expiation
    d'u m ftute q li, louid ment, peaar.
    sur lui, dais lu veoleue d.-* mu an-
    k I Cirsi e, de ion iar sari
    leitim, dd oa nlom as.ns nerg e, \
    nil
    A la mina heure, Judex. I
    l e-ies de souponner II
    dariK9r qui monai/ait Jacqo
    la EHtiit son prisonnier oui
    du vieux Kerjaan et den|
    quittait le Chteau Rouge |
    deetinatisn incjnuue.
    VI
    Le^iuet-apens
    Ei at'ondant IVuradae^
    quelms Aubry lnut avec m\
    m > io i la let'rd da Gisle dej
    gueB qa'elle avait reue le i
    (Tteau des Aigles^
    prs Fiurac
    Chre Madame et i
    t Vussitt arrive ici, i
    loin; et pnible voyage, |ei
    se de vous donner de mes'M
    Mon Iri'o n'avait P
    Maman et moi, nous l'arS
    trs chang... Il avait unej
    vie .. Le mdecin sans '
    ment inquiet, dclare qu*1
    demande de grands soin?-
    prie de vous dire qu'il
    bi?n bas devant vo re
    gnrosit
    t Aussil*. qu'il eerag
    mandera mire pre lJ
    de faire un grand voysgr
    Oint... .
    * 11-, vous, chore midaraM
    venat vov^.:' F'jii-t/. m0!,n
    Douteuse do vous l|re-^[
    quelques instants avjc '*
    mon retour... ,J
    Jacqueline no i t coo-i
    frappai la porte... CWJ
    nndime Cuapui', (J11'.
    lie et brannasai t la
    papier bleu, aunonait :
    - Une depclu pour "
    Bertin- y
    - Une d ;che' lit 1
    aurprise. a is-:;>"' un fliem
    lui clnipa, h t enraissi
    si rdig . ,'
    c Venez vit- le ?<' J'fl
    (jraveimnt m 'l.i e.
    ( A f*,*7
    lOBfl


    M MATIN
    rii;ih]>ac|ii<"
    fj, ['.-.icon UPriETZ^WN-ACGERHOL l arc? a parsea-
    |(| /exilai lu Clrrr pagne :
    Charles lleidnieck
    ' ij,nnlVi.remai(|ue rcnnue eu llaiii. en cai ses Je U|l et 'Mf
    t, 1 .i u' ; n riicain.s. r, d mi-, cv el ijuiiy.
    jl hatl*s lleitlieck floid'Aiipbteirr; S, M Allait 1er, Roi des llelgcs; A. Al. A'plions*-
    Bcif'Fsnagiir.eic.tc,
    Nouvel
    Acciden
    LefODvfnird; la cit Jtroph du
    ronldeThor s'flsaii t)i..
    Her:cir une nouvelle rocv.in-
    lahlecfts'iofhe sirive M.riaoi
    lOiHUinaii ia ropul-tioD. ,
    Vers ^. h uns 4, du soir le Ir.un
    lfll,ii..ii!aiie de LoRoe, ma-
    ,hia( No 17, mcanicien I lio Jo-|
    > fh.vtiiii. t'e hisjcr Carrefour lo q r'f'n dectndaai la rimpe de Mar 9
    r>, prs de li Rire mme, le convo
    (bavusur le pont en msonrerie.
    On pritnd que la machine a gli.s
    se et que ma'gr tous les ttfoits du
    ir.ccan'oi.1, du chtl de.train, des
    biiikmeo. il a t impossible d'ar-
    rter la ccuie du nain sur les rails
    hin ides car il pltu\ait.
    Le super-intendant de la Compa*
    g'it qui se t cuvait en ce monter.I
    iBio'onse tendit immdiate mec I
    sur les lieux. (Juelquts m iuit-
    fp,c> amvait susi Mr Elliot a or
    p;g de deux mdecins amr-ain
    tt eu Dr Annaua'.
    Lechiidela police, des la n:r-
    tclie reue, se rendit sur le; liei z
    et lit transposer sur 1 heure les vie-
    nnes dans les camions de 1 Hpiti. 1
    G itrai.
    Plus tard arrivrent sur les lieux
    le Magistrat Communal, le Sicrr-
    taiie d'E al de lie t-lrieur, Mr CnyU r
    1L1Jde Seivice technique du pepai
    turent des travaux puh!i:s, 1
    Secrtaire d Etat des travaux p iblic
    lirgnieur Piice, louis Maivt lu
    p cteur des chi min s de fer,
    LeDiiectein Mr liiignac, sur lis
    iitx le piemicr, te dperse avic
    ire activit au dessus de tout loie
    1 our que le trafic puisse rep endie
    iinuin
    Oa n'est pas encore fix sur
    e nombre des morts ; le plus grard
    nombre gisant encore sous la ma-
    chine, les trains et les fou gons
    Tcut de mme des } cadav e. iran*
    poiles 1 l'hpital nous remaquon
    avec regret, celui de Stphen Gilles,
    g de ;8 ans, huissier.
    r.Les blesss sont au rombrp de 44
    Lisie des victimes l'hpital
    Mme |oube:\ 22 ans, couturire,
    tiaciuie u bras droit
    lante Claudri, 15 ans, colire
    Dssgraces Drosier, 28 an., coin.- n
    a-le
    Mme Aldus Louis 40 ans, ccu U-
    r.re
    Lumca Labyssire, 17 *ns, bic-
    deuse
    JJui Noe', 52 ans. terra;sier
    O.ivena Leciair, 22 ans, commer-
    ciale
    Jtiomon Jules, 28 ans, cordons;
    , "nU (a Baptiste, marchand:
    Juremky Casimir, 42 ans, avoct
    Uurlei Ccdio, 22 ans, employ a
    biic r J
    R*a Ren, ?, ans, marchande
    trrima liaison, ]> ans, marchande
    a,eFen Feidinaml, :> ans, bliil:
    man
    tmocacutl Adam. 2; ans, spcula
    ttur r
    Patin In Baptiste
    L"an>* Rosalv.-, 50 ans cultiva
    I Ut
    J.c>Rc us cultivateur
    f"L,n,CUltUx
    :'' 'e Xccl
    *.% iet. 45 -'os, maon
    i70s' L{g'ard cultivateur
    r'lolos*ph. mcanicien
    tricun"Cl C:M' ^^'Fh'St* kc
    fci^PMoarr, msichande
    joi f,nc' ia> DS- =omtTer
    l!o:ir^:eu:ul:,v.t;1;e
    Paita Divers
    KEN SEP N 1 :.i BNT8
    M ETEO ROL 0 Qi QU Ec
    OBStiKVATOIRti
    DU PETIT SEMIMAIRR
    COLLEGE si MARTI Al
    Lundi 1er Mars 1920
    Rarorr.tie 760:
    I rcicimnm S,j
    Temprature
    25-
    et louvcr
    a aximura 31,3
    Moyenne diurne
    ( itl cirfir jusqu' /
    ( r'Ulr,
    Fone brise d*> mer i j b.
    Puie ins'g 1 fiarve.
    Baiorctie en haur.se
    |. SCHU-Ei
    Le Moniteur
    lv Kum/ro di du |> u

    . K. H
    - 1 \i ..... ii
    - ( ii'cu a ri du Secrtaire d'Etat de !
    ci Ju Commerce aux Adminisuateuti de 1.1...1.
    eei >ic la li
    -Conseil ai tance ilu 2Juin 1^19
    - Procs verbaux d ouverture et de cloiun
    ration j>- i mon de tirai rej ,i -x
    Ordonnance du Doyen du Tribunal de 1er
    nisurKe .- l'Anse Veau fixant lommurc dt
    Dinelles au Lundi 1a Avril u)io.
    La section cie pedayoyie ae
    1 A.M CE.
    C'est lii'.r, connue nous l'annoncions, <|u'u ci
    .1 l. 'cee Piion, !.. nau le >.<
    .1 ection de i' Je I A M C. b
    A cette intressante sance etc ne belles pus
    li- o.ii t prononces parle pisidini de i.
    scelion Mr le Dr |. C DorSiinvil, pir le S*CI<
    ,.1 u- d Etat de I Instruction Publique, pu Me Ho-
    narny ri le Rev. IV-re Schneider.
    Nous ne saunoni trop souhaiter qu'une pareilk
    autre ralise les rsultat] 1 ranques que lioatruc
    ion publique en Hxuii et ta urou du iciui
    a'ilk.
    Bulletin do la Chambre de
    Commerce
    Nou avonsre<,u le fascicule ViNoven b e Dccen
    brj lanvier du Uuiieun mensuel de la Chambre di
    Commerce .''lan.iie J ll.uti.
    Nous ruomuijndons U icctute de cet intrt -
    sant LSttCUule.
    tPrintania
    Sous cette dnomination, il vient de ;c fondei
    i'ort an Prince une Douvellc Btsoeuttioa litt-
    raire avec M. Paine LCvy, prsident, Aug. Belle
    garde, vice prsident; a, Vieux ici secrtaire, C).
    Cameau, secrtaire adjoint; A. Hrdnque, trso-
    rier; C. Large, D. Jumelle et C. Dotismond,
    coi ciller.'.
    Naissanca
    . Fcmand bdousud nous ont fait K
    11 de nou; annoncet U uaissiacc de Itu;
    Feti
    do cornp'.imeoH lu charmant coupli
    si i.. qu'aux poui idou, Ici grand:
    parents du nouvtwn
    Necro.o^ie
    Notre ami Clis. Alp.ce Al,licnse vient d tri
    cruellement trappe par la niert de son pre
    Oellllalii AlpbM AlpllUlS
    survenue ce matin I ; heures.
    Les funrailles auront heu cet aprs raidi. Li
    coovni pat ta de la maison mortuauc sise ru<
    Morclly, BolOSSe, No ;jj pour se rendre a i'L-
    g\'<: Sic*Anne.
    Ni a-, adres'oni nos vives condolances au:
    poux Alphe Alphonse, ainsi qu'aux tamiiki
    Uoucct, rice et Bisiouiy que touche ce de..ii
    Rosara Jn Geoig 2; ans marchar
    l
    \1 lt id lemur 32 ans
    ten Moscowa 48 ans arpcnteui
    i lil S Louis t6 ans cul'ivateur
    titia (ialvan ^2 ans ccntoriri
    Clie Pierre 3 2 ans repasseuse
    Andriine Nicolas 10 ans colier*
    Une religieuse l/grcmcnt conti
    sionns a la main.
    contre
    la
    CONSTIPATION
    prenez les
    COMPRIMS
    SUISSES
    de DELORT, Pharmacien,
    119.
    Au Snint-Antoiu
    C'EST LE MEILLEUR
    DES PURGATIFS
    PORT-ATJ-PRINCE
    Al-x.PETRUS; Phrmci ALBERTiWI
    Pharmacie du D- Ju-tin VIARD
    et tout I*" bonn Pharmaclo.
    BAZAR MTROPOLITAIM
    aison tlo coufimice
    i' liOin 1 j nur I
    Carnets en leuill
    r.-.rno's A poche
    Papier - colier
    liui.e pouc craj
    Crayon
    Hasoira de Mire'
    Vaseline
    Poudre Tal*i
    Savon toilette
    uine iiltUor
    e dtache
    20 a 50 or
    08 a 0/23 or
    t9,50 0.35 or
    on 0,18 or
    0' 0 12 oi-
    es 0 4;'i Q,5 r
    ( 8 a 12 or
    (i 12 :i t 35 r
    otltS Utor
    Williams
    Col gales
    Arinours
    Woodburyi
    Palmolive*
    Macaroni Fdral ) paqueis
    rt> i|2 In if'
    Fromagd Eikhorn i (i qualit**
    Fromage gruyre
    Toile drap de i) pouces delarg

    A louer
    m en ville & hors
    g la ville
    Voyages l'intrieur
    a 9
    Pour les provinces et les
    villes de Sto-Domingo :
    Puerlo-Plaia,'.i;Santiago
    de Sos Gaballeros.
    S'adreser ; Chas. STEPHEN;
    i) 30, GramPIiue en Avenue C (A l Mage Maison Smith, laillcur
    ou au Garape do la Hue Tirema'W c A la Lumire UIoup (F,utr Avenup
    G & D Rue 21") Tl| hone 25.
    Avis important
    MM hs chargeurs wtr pris l*
    prsenter tomes les rlatnalionA
    qu'ils pava aient avoir ritr la lin
    porelStemshtp Line dans m plai-
    de 1 renie Jours aprs le prsent
    ai iStPOUf tous manques patifls ou
    totaux des marchandises arrive
    en llatti pendant i99.
    Pass ce dlai, aucune' rclama-
    tion ne pourra tre reconnue, ni
    admise,
    Edward M. HXPIIlL, cl C
    AgsfUi,
    On tronvera
    v
    xA la Grand11!as
    ct du tailleur Smiili
    Cigarres, sigareltes Scaferlali ^
    [PiPlalontiuitbaud au pii\ del.i
    fabrique.

    ^^
    LE
    M irjistrjt communal
    i
    DE
    _ La Maison do Mont-Liban
    ^B. & i\. Sada^& Co^|
    Grand'Bue jet Rue des Csars j
    Vient de recevoir ces marchandise* franaises :
    Drill blanc anglais, gants homme, montres Suisse, rveils, pen-
    dtes, blaireaux, lames Uileltc, //iwlle par aune,/iu-coIs, chenu-
    nettes /il il Ecosse, cravates, mouchons. larrdcUcs. Inetelles, tuis
    cigarettes* rubans, brosses dents, bfOSSes n tte, mouchoirs soie,
    '-rurales noires a pince, broderie par paquet chauueUes franoaest
    chocolat Meunier.
    ^
    On trouvera
    Avoine par tacs de \000 livres
    Stock teed tacs 100 lb.
    ihe: ALPHONSE B A J7VES
    /.'/< fa v de la Banque
    | Messe de Reqnieui
    \\\e Tintifiri Agnant, Substitut
    iu Commissaire du Gouverne'
    ment prs le Tubunatde l'remic-
    '.: Instant-'le cette ville, invile
    tous scs anus une mesee de :<
    I',!'ni qui .'cru chante u ta im-
    noue de s'il pouse, neMarie
    Slacco < le '- /' <' ta te
    cette a>"' i / Vendredi 5 Mars
    i/urani a ij h* ures du matin, ta
    Jiapetle du cimet
    Eh :..' ! fui
    toi i i li mi gn >y j |,
    tymj al lue.
    Port-an-Prince
    Incite tes propritaire?.'de i 0\ U*
    ces publiques portant les Nos 3j a
    1QO0 se prsenter ou se faire
    reprsenter l'htel Commuait
    demain Matdi2 Mars de 9 heu/est
    midi, munis de leurs patentes
    \
    A' aidant* app n l'oalalr*a>Fi*Tr lypv.nid*, I
    klaadii imIi i*. *\ilAcn,lU.*Ar.\*. Furonclea 14, !
    QUIH3CM CENTAINE BW l'uHM tfi l
    itTi
    Le PLUS PUISSANT A N TIS PTQj
    moi Mercure ut Culvr
    n/elii/iin lTMMal l'anti.rntii mlrt ir.i.U, .
    t U doM ur
    |d-AKIODOL INTERNE'
    lins un tj"e le Oi'un .loraigtr.
    I 8l*I...':0 II i' l!on 101 .t l.-ir.l.
    Administration 6n
    Jrale des Tlgraphe*
    Terrestres.
    On 'l'uianij'iiin Daclyloafrapli?
    pour assurer le service de nuit
    aux Tlgraphes Terrestres.
    Tour les conditions, s'alre->* ir
    au Directeur ou h l'Ingnieur
    Phompson-
    Dm emp^iimet
    "'' I mbi-
    nanlladura1:! -tet lal*ic*r<-ter
    procurjnt Ir conlott de l.i fril-
    dcvsiintllefideat.ilons
    en auiiti'hnuc oup'i uui dor.-
    '-asiicit et l'allure de
    la jcunt'ssevoil li 1
    Keds
    n de Ked pour connatre enfin
    miliers; bottines Dlua
    r la plu* urande
    le ; '"%*
    Uoliad Stvtt Kbtir Expert Ce. Ut, C
    Pour gurir ou viter
    MICHAINtE CONCTIPATIOnt
    CONOESTlONSi:TOUR0l38iENTt
    CMSARRAS OA8TRI0OS
    IL SUFFIT de prendre
    . l'un, clo voe rapaa
    tou 1er diui |Pura aulemant
    uns Pilule du Dr Behaut
    147,nu du Fuub St-Dnis, faris
    Mais il faut exiger les vritables
    <;;;i tMri tout fat blinches
    IttkfAMMM 1*. -nota
    .'HAUT A PARI? {
    -- I ' .....pi'.mt. 1, ,lw,,
    I


    * **li
    /m
    ARTICLES FRANGAIS
    La maison Max Monsanto
    lluv du Magasin de VE*at
    Var Le steamer (tanais Caravelle t arrh ici le :l
    courant les articles suivtinls :
    Chapeaux et canotiers de toutes
    qualits pour dames et fillettes
    Chapeaux pour deuil
    Serviettes damasses fil et coton
    Nappes coutils matelas
    chemises fantaisie pour hommes
    Parapluies, mouchoirs de soie
    cravates nuds et rgates assor-
    ties, (ilels de flanelle.
    Revue Illustre et Vente
    Patrons de Mode
    I.ailles' CostUIM
    ml., %4 I.. <) ,
    )tf ceaU ,-*
    (Mrs Dr
    \ut 8 ta U

    8490

    Voyez-vous ces belles Dames, voul.z-vous tre uv
    /LIEZ CHEZ
    s maries comme elles 7
    giftaii
    *(v '^ibA.m
    Assurez vous contre LE FEU
    La HUME INSURANCE C" de it-
    il dressez-vous In plus forte corapagoiedes E t
    agent Gnral pour Hati:
    Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
    Frotgcz votre Maison, votre Magasin vos dpts au taux les
    plus raisonnable.
    Aucun irais de commission ni de courtage payer
    Renseignez-vous, sans frais par correspondante ou
    venez discuiervolre problme chez
    Eug. LE B OSSE, 95 Hue du Quai
    Paul E. Auxila
    Rrr du Mag si* dt /'. tat et 'IravnsUre
    O vous irouverf/. I< s TISSUS ht> pais i lia et n'nnn.
    RUBANS 1rs plus a propris t d an choix rare P'UMOMain
    Il tous dnnnern un Ua Mode et vous vendra u MJ
    sm-iera \oire tobe une COUPE in peccablo m%
    Co.setK. hM. formti de rln|P ux, parumeriPs diverse h
    Pora nsde Excel ento. Lotion I ARGENTEE, assurant i la dm w,
    et Velout, remplaant les crmee- pe8Q'M
    i ne \isiie dans clle M i*on et vo ennuis savoir ce au.
    vous aeuz porkr. Uispaiaieecut. H
    La maison
    Veuve Barbancoi
    3
    ftmsmiiiiTn-fiffrn.r-Tw.vT-a^F
    a reci

    W1I

    "ss*- :~..


    t -
    TURKISH
    CIGARETTE!
    CXCEPTIONAL quAUTVl
    THE AMERICAN TOBACCO
    ~^-'--j ~:'JSS
    'P'J.'J
    EDWARD M. RAPIIEL & Co
    New-York Portait Prince
    mi i i i i u m iiiiimaiisiwiii i i un .a ,ij
    FUMEURS
    Votre 8 tudes de fumer conserves jusq^\
    vieillesse. Adoptez
    La Crole
    Dlicieuse cigarette. Elle est d#
    tous'les quartiers.
    15 centimes le paqua
    Dpt central,Bar delataix,iW^
    i
    Raporel
    1
    GAET.ENS & Co
    thie du M ff/asin de M^
    Ri* r. U or les 100 livre*
    Tles P. 1.25, 1.7.~> et 2

University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM