PAGE 1

LE II ATI?) Varits CE SUIl Derniers iep esei.talion de La 10e Symphonie l uin'e gniale Cl 2 0J i.i.Itfi is 1 'H.' DIMANLHE Les Travailleur de la mer D'aprs le roman de Victor Ilugc. 101e principal tenu par Mile Brabau N. B Les bOonuee s JUI prvenu* qu' partir de ce soir, les jouis ri a bonnement tenu les dimunuies <• mercredis. Remerciements Mme V vt Edmond Hnuu, Mr et Mme Henri Jones et leurs cnttnu, MelK CUire Heraiu, Mi t Mme Webet llvppol.te ri .cuis enfants ci tous les autres membres Je u lamilie, icmeiciir.i Sou hxcel ence If t*rsident Je |j Itpubi.que, le Conseil des Sccreuires J lut, les Kepretcnttota en liaiti du Gouvernement dCS i Mis Lins d .\ mnque it les aunes gouvernement! etrai^ir le pu -lUiniei Uo UU-IICS, le iiuicau .1.1 llcevi i i'.enet.i., le loiielionnai.es i'e M tiena.irmer. d'ilaiu, L'Unira des avocais, la hrOSr, la CHipigiiM aes Pompttis, les frres de l'insiruaiui. .indienne et tous eeu.\ qui leur ont Uoiine de. marques de sympatlu.s u l'wCVUlOll de II p.il. trueile OU us uni prouve de la personne, de ICU lin, pre, giand l>ere, beau pre et parut. Le Dr Edmond Uraux Ils les piiein Je croire a leui profonde r.-wCli uiMaoeci — Mr O.uuoclc JourJain et tous les autres p. iCttll ren.eic.eiit bien lUKCrcuicnt I Institut :n.i i lu lUMilc Conception dirige pur AU I.. Ctiauuiii les nombreux a.i u le lal'.apita.e que de la | r.-viiM ; .n leur oui itmotgB leurs yidpatiuct a IO.CJs.on ue u per e cruttliC qu i s oui i f >ro..\\.e danla personne de leur bien regrette iticie, grand %  ntt, belle-mre, Marie-loseph buKciu llioniui Jls les prient oc croire a leur rcoiiiuiane\. l ministre lui demande,comme pal ru aes tcolt de lavitte de l'orlan l'nnct •te prendre en unsiralum le non ii< l kcole Corinlan IktUfwee, Mr VU meut Magloirt pruintl lutil xun evi <>/•, il ne reniera pas indifertntau tort des icoles de la aiu-, il pr$i.u Uons il de pi toutes les ditiuttiiout your qui le plus grand bien tvit faii • ui jemufBt Molaire Lts ranimes vont cire rorganiSa t§ ieolifri de m cluMMt iteuMiteuti pourrul aUgretntnl prtnui L tin min le liOi l'.e dis ours est utlue ili tri de Vtve Magloirt! I iv/e magittru &niunai iQUi poussent la put M U itra gagnM par t eathtiusiatme. EtuieiU prsente %  .MAI. Windsor llaltegbrde, Catct Jcimie, Tureui t) .Sylvain, 1'. J£. i'iai.i.ais, ci tu l'H LiOattam, le pcrxunwi de i Ecole il l t inembns de la famille 'Dssiources. Secrttlreric d'E tal de [< in a ne s cl du Connu rce C!ii;i;'a\i;ii; Aux Administrateur: de! Finanas de la R-puo Iqua Mocelour I' '*d oinietrataor, L'atticie'l de la Cjuvenuon da 1^ Avnl 1919, aoctioiiiiee par la loi %  i Msi de la miua aim^e • t p 1 on i gue fti MO\iri-L'u o du 7 kl i 1919 No. W B\.\p:inii tu n u i soi en ses eaxilK, iro si.ne tt qu iirirae i ai a. i ai lies e Ce Net on s^rt annoac • au MOc MTKUlt t oc le Oodvernemi nt | i procdarn autal pio npt 'inaol que • possib e;il devra la complao i caris i un dlai d noa anne cotnj tai de l date I iq tel • s et ani o ce t IVimission d bi !• ta <\ Mi itlfe de la Umque Joi.t il sera queition! plus loin. 'leit por ; eurdu papier monnaie j ii diq l i ilessi s aura le droit d en i Miter lclian^^ contre de la mon naie Ifgtlti dLins U isd'.vm'" que au laux il ; L. %  j aou i pour c On dollar, ou si cela lu plat'. uen accepter It'cit'K au u i < i-vec les nouveaux billets do U.t • que lioat il se'a qa^aliOQ plus loin c Le papier moncaie qnj n'aura pi t pisom a l' cliiiige dans Iti dlai Indiqo seia dmonatis wo ./.t. io ei sans qu'il soit ncessaire de i • t ounr aucune au ra for na H. ()r, le Depait-m!)' ayant l u pu blier au MONiTEUR du 10 Ac 1919 un avis y re uni il n'y a pas de doute que !• 11 Ao 19J0, les billetle* aic.eiii.'s einis-ions encoie M rcolatioQ i (oiit drf.nontiss. Tout en al liant votieplus siieus ten ion -IJ les disuositions de et texte fumda i^ COuven ion, I Dparte ueol ne d ie pas que Ici • ntets Mes paiiiC'Ji is KO em l?ti C'est pou quoi il vous engage po ^ager le plus {.opible dans les vil itli et sunoili dabl les camps gn 1 1 iiceiait.' de prrfsenter ces bnieta l'clia ige,avam 1 1 date prcite, le voua recoin oandfl d'une I <; m loti "piide, n'adopter lea mesures que ous joger>p laea sa>ati q t les foiclioinii.es diulou.tqie e ceiteUi aai.'Ui d:s f! ais-U us depQSC eut dtas |< mitine d s coaro.ia s et des boa qu: s ter U aUtee d: WijQi'.igti i L'ambt-sidur de Russie fa'. ciitb.:r ea I L;1.' K .sses u 1 limce sa mi noue dr .' vmiral K sion da moaojol; dei iab:C> contiouent. MADRID' Lroi partit i d:stiaa tini d: Biatr.tz oa il consuitiraun UocieurBRUXELLES La cration de la chaire de U langue espag'0 e .*anive s ie deGandful l a:caaioj d une • naniieitatioo di v.ve (sympathie en • ira U B igiqae et l'Etpa^oe L'amDassaieut d tai'. PARIS. L\ firatioi so u'iite dej la S.in: adop'a la motion Lenoi im pli laani l'adhsion .i la iro si ne inliina'iio nie et dl;ila l'ex:iUiion du pirti dei dissidenti qui aui derniratlection s: prseu i est contre !es candidats olii:iels, ces dcisions dev ont tre rattries pa' le CJD g > ds Veratillea. cs>agie y assis % % %  — %  '• %  % %  %  mmfm-Mmtm Agrez, Mr l'Adooinietrateor, Pet pression de ma considration distm | fc;u4e. Fi.'i;nv FQUIKK, PAX1SInterviewe par *L'E:ho de Pans Jannart dmentit que sa Jniiiijn ait t ciuse par l'attitu Je de dlgu* allis la corn nisitol dti rparation relativement a la ftuipsajioa ds dlais d occupation Jes provinces R lainei, il exprimasi satiifactioi Mit le g:ste aJuirab'e d? Poincu assumant une charge extrneaaen'. loarae alois qail POUva t ajpi er a 1 repo; mrit; il fit lu ge d: ssco!l;ues de la commission ivec lesquels il est looj ms en rela t oos eili n;m:nt cordiales GENEVE — Le consulat de Fraa M ft Btrne refeii aa secrt.ire lu .sarfi socialiste de Suiss?, Grab:r, ses passeports poar all-r au cong i sociali-te trartii Stresboaqj. PARIS Cum nceu anva a Khartouni. PARIS Oa aaaoce da Ca ; r: qu: 2)00 retagij Risse* arriverait ils lureut secoarm par les auton > militaires de la Croix ro.i Britannique. ROMS L'agtitiOi des miti : g ; s e pris fie le patron t'. les De vrists etint arrivs i un accord. PARIS. Pomca' a:cepta dcolla bjrer i la chronqae bimensuelle la Revue de* d-:ui vljnd:s. MARSS1LLB. L li.caJre du lapon arriva dins cette Ville, L'amiral lapo util et les aat iritii Irgnuaei enan grent des visitai. VlNiULi diegitioa Madolmeoj d: l'iaie arrivi elle in a Londres OJ avec l'approbitioi da gouverceme elle expo.era au conseil suprl ne I vues des musulmans laloas sur 11 quesl oa l'urque. Sv)FI\.L gouverne-.ent preaont la d isolation du Sobraeia par soue des dilli;u!'s ciufes par les troupes socialistes STOCKHOLM. Li mission corn msrciale Russe sous la direciioa de Goukowaki arriva Elevai cle entra en ngociations avec les anglais e'. Amncains. PARIS Des informations du N;w Vork li:tald font savoir que l'Angle terre, l'Italie et le Japon au-.aient dci Je de reconnatre 1e goaveni:.nen r des Soviets. L; Japon lait d expresses rserve; sut les consquences qui rsulte raient d'engager des rapport corn merciau avec Iso-tt* uant des Sav.e.s. f tVm'l queil. France ne ^ dcision impliqua^ ( \ quelconques ave. | e JJj actuel de Mo .cou Le?! J les milieux com?ei eo fl actuellement iœpraiicib'. merce de la Russie avec par suite de la protonde . t ; oa des transports e t xr, IM railways de U Russie ej -* aobbgerat une d J milliard et dem> de t eicgj ter 3 i 4 milliocsde toi Fans-On manja qu'an tort tremblernen-, eti lieu Garioa. Oi %  ; 0 nbre S2S vic(im< s son' iaportan s Dollar: lL/jg LYeserl.:i. : 4 7 ,J qa L'auteur du demie im L'autorit a riais U m, teur prsum de l'iaceadie di soir. C'est un jeune h 30 ans environ qui triViij le tailleur Barke. On l'a daat des pices d'toile au Beaucoup de prsomption, sur lui. car l avaii jure.ati de se venger d: Burk renvoy Li justice informe Prochaine soira Ta, Oanouspi.e dannoaai] 6 mirs prochain il sera J au 'Fhdtre Parisiana 1 £jl ves, • dram?, et L :s dental comdie locale de M; Dai L3 train d: Bizotonli Hier la machae BAS! naat en ville de wagoo.l drailla i Marssani coni si le trafic du train de Bittj ma>in n'a pas pa cotnai voyage de 6 heures Vers 8 heures cependant] Ko 1; reptit l: iralic e; poli ment rentrer ea ville i II n oins aj 22 FEUILLETON DU MATIN n ;Jude\ CRAND LOMAN Par A H 7 II I H B E II S h D h) (Filu. par i. Feuillale) QUAHUAMB iPiaoDi Tan lis que le docteur Gortais, un peu bojnu d'asp et, maie au tond brave ho mue et bon mdecin, tout dvou ("• malades, s'ins.ai'ni 'I'JVBII*. son buieau et prenait dans un doetier porUe de sa n ain une feuille de papier qui avai' tout-? le apparent s d un relevr d honoraires k srpb introduisit auprs de son pation un jeune homme fori lgiot, ; compltement imberba, I la ligota .'arieuse, In'ell tente t lympathiqo-. — Veuillez dne vous donner la reine de vous leaeolr .v/ Boger reofei.n m-ntp. — Je euN votre ent re dispositionIl ri'an *i^or toajoura mon nom. — Vou* m'aviez recommand de le faireJ'ai suivi rigoureus?mentj toi InutruClone.. A ?-il Uni par se rappelor les eirco t ncjea dam leaq tel'^a il avait, t t ii 1 "i 9 — 1! a liai par nous due qu'ai tait j t.i 1 : %  %  mourir.t de fatigue sur la' ront et qu'il n avait pu se garer incoino.. Oortais, le frre de Ii Pumquenii'i vous voulez bien orouge quittrent N climq vous rvler a moi coyez, monsieur trent dins une rapide que j -i suis piolonJemmt h-ureux automobile qui les enaim. de vous expriiinr ma vive gratitude., m^r.t a 1 Chute / > t f i J bandits. Morales et Duiu Momi, qui empals dlie. 1 Pierre Keriean inclin lg t mai t. a taqua. — Docteur, j ai re.;u un rav d votre conome m'annoncent qne 1^ nomm Fiert Kcrjeno iau COfBple toiut'iit rtabli.. • En mme temps vou me faisiez parvenir votre note pour liais d'hos ndicxiix qui jour abi) fr " cts. — Parfaitement, monsieur. — Voici mille fronce, docteur— Je vais vous rendre.. — Inutile. Le surplus servira de gratification aux intirmiers qui se %  ont occupes de mon po o^'a \ous -tes mille lois aimable.' — l maintenant, docteur, permettez me: de vous fliciter dn l'iiaI e docleur Gottaie,directeur d'une importante clinique aux environs de Mauta*. venait comme chaque matin l'arriver neuf heures prcises ion bureau Apia avoir pris connaissance de son counier et revtu a blouse et son tablier blanc d'hpital Il Fappriait se rendre eu L maj 8n il)t (t |wlals chevt-i da ses malades, lorsque MU' dclar qV.I n'evait tnma p* eu le temps d apeice voir les ailleurs de l'a cidon 1 — J • v 'us remircH.d ictear.. Vooi poaviz mi prsenter ci bravnotera*. — Vous Femme m z? — S'il y consentUaelquea instants apru, Pierre Keriean, compltement revenu IB snt, vtu d'un costume modes'* 1 d'une propret moticuloase,la barbd taille, les cheveux bien peigns, entran dans le bureau du praticien. — Mon ami. Il" celui ci, j3 vous pisente matre Boger-Jacques, avo cal l'aria., qui aprs vous avoir recueilli sur la roule, vous a conduit dans sa voiture jusque ma bilet dont voua avez fait preuve en clinique et m'a demand de vous I arrachant ce malheureux la moit -Leur, est que loisque vous m'avez auieca ce pauvre diable, Il paroa vint lui apporter uni; caiie %  te visite ainsi libelle -. U ROGER-JACQUES Avocat Bue Michel-Ange, l'an?, bien convenu qu'il no passciuit pu la nui .. Bail ,00 a faitceiju ou u pu. — Au dois, docteur .Je do's dire que le gillvd, bien que ai xagnaire e?t dou d un de ces tempramen s de fer dont rieo ne si mble pouvoir venir bout — N empoche que (eijaen VOJS doit la v. Trs sensible C;"s flicitations, le gurir C'est lui, encore plus qu'a moi que vous devez, Kerjean. dlie encore de ce monde. Le \ieux cli Mil neaii ava l d'abord envelopp d un re-ird plein de mOiiance le jeutiH homme tpa'il voyait pour la premie e i )is. Mais preeqe aussitt ses traits so dtendue it H ce lut d'une voix o perdait iiie relle ran ion qu'il rpondit : — Bien souvent, monsieur, depuis que |a suis teveuu moi, j'ai demand mo sieur le doctem le nom de la personne gei.reuse qui ie devais toua les soins dont jetais Le praticien,impatient^roramela — ijuestlce qu'il veut encore, celui-la, juste l'hecre de ma visite'.' Dites ce txoraieurde repaEter, docteur Uortaii poursuivait : a cinej beaeesI — Voua allez voir comme il rst i;ai,se ravisant aussitt, il reprit beau. Lu vieux chne qui aurait i our. — Attendez doncl Roger-Jacques' retrouv ses fcnil'et.. Voulez vous] Monsieur le docteur me rpor.Wsis j'y suis! C'est bien cela J 'allais q U e j* len\.e ch ICIHI? 'dait toajoura qu'il ne pouvaioat. taire une belle gaffe. Joseph, faites — Aupaiavani, docteur, j'aurui-ijina lo dire et je me contentais d eo lier ce njpLajuribeioiu ae vous dvui-ud' qae'ques Mo r IB UJ3l**in* u-:n buniaiteur ( que chaque joui leiin flicite de vous avo.r tauv u vif— Voua tes un liomni) de c i.m monsieur, et t Q vou-'. remercie. — Je t.iclie 8iinple:naal d'tre huma.n.. — Encore merci. — Maintenant, monsieur Kerjear, reprenait IJ fire da JuJex, qa< oomi tez vous f^ue:' — J j n eu sais trop rien., rpondit l'ancien meunier <*es Sablons d un t )n nul u oliqu •. A m u Age et u'eal pas ires dommode dj tro ver de l'ouvrage. — *i |e vous oiraii une boom place bien tranquille, oi non seule ment vo ts seriez I abri du besoin juaiu'a la lin t vos jours, ra is O Ton vous laiiaereit eucore le tenu tde vaquer d vo$ affaire de fam Hrf A ces mois. Kerjean considra cette lois son interlocuteur d un an slupliit. — Monsieur, dit il vous me voy< z confus de toulea loi bonts que vo' avez pour moi. Puis j-i savon co ment je les ai iniitoes:' — l'arcaqae vous tes inalheureui -C'est vrai! il le vieillard. Lt avec un accent de douloureuse auieituuie il aiouta d'une voix aoui Je, en courbant le front : — Vous ne un connaissez p;u? La trrede Judjx le Bxani alor>bien en lace rpliqua d'une vo \ aux vibrations tranges : — Vous vous trompez, Ke i no je vous cmnais, et cest parce que je vous connais lue je veux vous emmener avec moi. Kerjean qui u ces mot?, avait redress la t e, demeura un instant Rilencieux, immobile, soutenant avec tr e I J re.ard de Roger. l'un d'un ton reauiu, il rpliquu. C'e-it utend i, inousieut. Je vom sui Aori avoir pris cong d,a. dostaur — Vous allez voir dei vont vou? surprendra il luir.. Pour l'iu-tant, jeiM|| ^n dire davantage.. Ayez an(iioi,coininw j'ai coniol Le clnmineau, da pua I intrigu, suivit docilemeetl Celui-ci, aptes l'avoir m lux ruiuea, le conduisit i \ % %  [ il.da couloirs etdai an milieu desquels iltiiti J) sa reconnatre tt l'iii*! pts de so.) frre qui tri


PAGE 1

IE M .TIW Faits Divers RC METLOROLC^GIQUES OBSERVATOIRE t SEMNAIRE la'firire COLLEGE ST MARTIAl Mjidi ->4 Fvrier 1920 769.6 :: inimum 19,1 iraiixum }o,c Moymne^iurac 23,6 fri fis il joui et nuit, joue brise d mer l'aprs-midi. Uoe dpres:ion dans l'Atlantiqu con b erLicrr.cn en 1 a use. |. SCHERER 5.00 l Botary Club iia-iion hebdomadaire, mer, Ue> Mc-mbres d TV ,t Jeinande que L"> suggestions concernani [,,'•' i. soient envoyes an Cornue appeit i ea '•; ., ; i: rC :)ies autres prorosi-.ions ont t< entre autres celle qui dcide qu'une orne M laite chaque semaine par un incin1; MI... causeriede nurdi prochain sera >r Ht Consuniin Mayard et roulera sut le iut nob lecteurs, que ce Club .1 poui rK| r. M. <—••;••' toi; laRotarvUub Duons, pour nos lecteur, que te todWOurager et Je dvelopper: Jl de hauts principes de moralit dans les a foires et ks prolessions; b' l'ideil d'tre utile comme base de toute •ntuT' SicneuSfci (il'inirt ac.it de tous les Hotainens d.ms la iro piritc morale, civique, commerciale et sociale 4e leur milieu; il les plus grandes relations possibles. IUSSI te au point des services que lou peut rendre que de .l'assistance que l'on peut recevoir poui e su:c ides et des mthodes dallai[.1 comme moyens d'augmenter i utilit des Koijia mise en viden:e de la valeur de t i les wanches de travail rgulier et le rehausse du travail de cb que Kotainen p..r les oc... nu'on lui olire tl'ore utile la socit. JHommage aux Mannes Il n ea pas op tara pour signaler la v Liante conduite des Mannes qui ont apport leui mcoars au dernier incendc. .Apres le bel e> Pompieis, .> sont lests longtemps a traailkr et ont droit a tous les loges. L'ilOl Boble Consul d Italie nous .1 dit son .idiuraiioi devant lesftfortsdploys par les Marries 11 es jusie de leur rendre un public hommage. t Au Cercle Bullevue A la dernire runion le Cercle a lu les iioucau\ Membre suivants: Alix Koy, L. 15./.j lai s, S. Lebiuii, Ch. bouchereau. J. il Dutoti, Or. Domoiid, B. Leys, M. MalcbraiKhc, V. lama.. Camille Oardrc, J. Alorin, Th. Baker, l>r.\nnou.il, Lon Mathun, K. biark, Ho watt, A. Cas Kra, Lonce ISorno, Brandi. C'est samedi i oir, :8 JU courant, qu'aura li leur rception.— A cetieoccasion, ie .. n Cercle onnrj a es membres une de ces br 1 jiiic' Wire, qui lui sont coulumires. Nos compliireuts aux nouveaux cluf. Retraite dss anciennes lves ae Sainte Rose de Lima Il est rappel aux anciennes Blves et aux personnes qui suivent habituellement la Kctrai e anouelli, 4 ue les ex rc.es commenceront le dimanche de la Pas 0.1 ;i Mars, a a. heures U dem e de Tapies midi. Lundi, Mardi, Meicredi et Jeudi, la Sainte Ittsesuivic d'Instruction sera dite a huit heure: du matin et l'Instruction de Tapies midi ... tonne a .| heures et demie. Le Prdicateur se; a le Rvrend Pre 1 anori, Suptieur du Petit S.mmaire Collge l'iues are ta tdllowi ; OFFEN-E FIXES %U Motor Vthic'es Dlibrait Jdri vint; on le (t side or slree'es in vicl nion ol ait. 2 of Coramural Arre'e For ail olher vehide* prtwnt fines rtmain in lorce. That ail moor vehicles tu obli ged to *,low down to keven QHilti(7)pcf hour ?t =11 lorns or curies wiihin Ihe eJty limits subject to a fie ot Faiture 10 sound horn bdere turnirg corners or cuives fine jf Delibeiately driving without lights Speedirg.— Rfckless drivirg (E.'lher or Both; lasl olleusc 2nd o!(ensc jrd olfense; vocation iicente tor three mon'hs. 4 1919, '.vhkh remains in ellect. 13. F. HICKEY. Chief of Police 5,00 5,00 10,oc 20.C0 BAZAR MTROPOLITAIN Maison do confiance Nouvellement arrivis Tri o'I'e on pr^i-ie" roi Vit en .'IHIIIA L aii en poudre Kryata!s>k Huile d'olive ''nrsis Saimon 7> quaJifa TI1011 l'hui'e iiuiirefi MOHIP rn fe;l onc Sardinpi huile \ qualits ^orue ir, i he en ferblanc •^aidiDesaii omatn Tarins en i blanc Homard Rcrevirsa Poisson davch Ruiscui ( i iSuoshioe Pois case Huile Vgialc d'Armour Toile > drap Cretonne Fiqilt! Soie ordinaire et extra suprieure lWJLa-rcr%^ TRAOUCTION A partir du 1er Mars prochain, les giementa pour U circuluiion de? rolturea publiques et lea ameudea 1 4ppliqnpr pour leur violalion daci tel li lite de la ville entreront er rigueur; 1 . Le maximum do vitfsse ciant la ville P8t port de douze 112) 9 \w'w/.,i (IDj milles I heure 2. Lea rapports pour accidenlt u violations dej rglementa neroni alla ce Bureau, et U amendas i CoDTafaUon | \& Cinnil e! Adminis'rakion el es c nseillei 3 adhrents de 11 sec ion nus ;ulue -le l'Agso i 1 on >!i\l; i.el'ŒuTreChr ienncioi 1 convoqu l'extrsordioaire pour .'• mai ieudi 20 courant a Surs. prcises uu soir aux lins d'i n'enIre l'impoi laiiles coraraui on^' et prendre certaines dcilioos, ayant trait aux in''sda cercle' Le prsident, FOKACUIS LAVENTURE. Des Objets, perd us Aprs l'incrndiedu 24 Fvrior le munis d'une licence, et lOOU [^ ttn cM>not a POntpe a bras ont < 1 tonne dsirant obtenir cette licei HSpam SOI les lieux du Sinistre. roule personne qui dlient uo de ;es articles appt ieosnt la t onr pagnie, dei Pompiers bibreaes' prie de bien \uuioir l'envoyer a "ilaiion (Centrale. Headlquarters Gendarmerie d'Haiti office of the Chief of Police 'orl-au-Piince, Hain, Ftbruary 20, 1920 KOTICJi & l ft£ r ri l c ^ I ,l,JO i h S l • ^'%  %  '' wag tralhc leguUtioDS and fints .lumire, de pro j es d votions of the same within libr %  en ferai la demande au nuarlie Gnral de la Police o elle sen pralablement examine4= Lea propuetairee de voilures seront perSODalli ment et pecui ia> rement tenus responsables de tout accident oaiofracttoo aux rgiemtnn un s Itfquelpleuis vcilurespouncLl *etu 1 I que*es Lee auioi.ucs eont les suivante.' •ontravention amendes Automobiles et voitures autouir 1 les : Circulation gauclie.do propos dt hb^i. en viohtiou de l'art 'J de i'Ai | rt Cemmunal P. 5.00 or am 1 uur iouie autie voi'u • mme amende que : I le P8S8 'il nation est fuite tcu e voi'ure automobile de iilentir sa vitesse a 7 1 illta l'heuio au touiuart 1 ne tue ou en faisant pi courbe, sous peine 1 ic amende de |\ 5;i or Manquement obligation derornerau tcurnanl d'une rue ou en fat sant une courbe 0 3.0) or Circula'ioi) U nuit sans Doctfurs Hysn et Lescou/lair Crard'BueNo li'.l ( Maiton du Dr Mercier ) Consultations Matin do T bates midi. Soir : do S i 5 heures. 4 SPCIALITS Chirurgie Maladiri des lemmer, Maladies des ecfaoti et Vente k e !'* : f he limite of this city will be in forExcs de vitesse a ebauflur J The speed limit within the 1 L'un ou L'autre >ty 'S increased from twelve ( 12 ) oifteen (i>) miles per hour; Ail reports of accidents or t 5 OC # I : Insouciance dt 1Are fois !'• 10,00 - uc fois • %  I* 20X0 3me teis • iolaiions of the tralfic rules will be ^ nde to ihis Bureau and ail nes Cor f,8Catl0n de ,a 1,cooce Pendant 3 ejd will be paid hre, AU chauffeurs will be requiLr! *? llcensei l and any person chemeni de li"Renouveler perldenl mng license as a chautfeur will une anne i si le dlinquant t-si t^ouf lu a ?P ,Cal on f r same at this!le coup desperagraplies 3 ou -i.il lui JJieau be lequired to p?ss an exa-aera en outie dfendu de tondum ine qualification !ucune machine pendant la temps mois 4me l'ois : Confiecalion de la licence et emrt Bordeattjc-Quina Hoisson dlicieuse servant la lois comme apiiul et digestif; recommande par tous lea auialeuis. vu sa i;ualh rcconitituaoe. L. PREETZMAN.X AGGERHOLaM --Os 'Miiota to dtermine q, oje the same isiscued; 1 a 0WDCrS 0f a11 Cars S 11 1 F neld personally and pecuuiy reasonsible for accidents or infrac Jg of ail traffic rules in which "cm may become involve J. que dure si peine. tiesae de Bout de iau Monsieur Lonce F*h aim et les autres membres d>la famille, /at l'honneur d'annoncer ua com 'tierce, ainsi qu'aux anus lard dt la Capitale que del Province, u'ilt feront chanter k Vendredi t? fvrier courant, 6 Retires \fi ortcies du matin, en ta tiasiliqwi Moire Dame,une mette Solennelle le oul d l'an u la mmoire dt Pierre L'iie Fils Aim et r'ranfois lUgOSle r'ils aim enlevs Uur affection les W et \Lb /crier de l'anne dernire. En y assistant il leur donneront une nouvelle preuve de sym§alhie et de liante considration. La prsente insertion sert dm v dation. A via L'Adminislrat:on de l'Usine Gis :e a le regret d'annoncer que, la Cil Jes Chemins de ^Fei I' C S ayan marqu de fouina ta quantit nabi luellc de Wigona pour le Iranspon glace I.HIIH s' CtMtume m S4 to 11 m cenU 8494 ruas ur aiaea S to l 0 W* ( %  es rulemenis n'elrctent point 1 a 'Arrt Communal en date S di corabuil 1 lble lc d ,ib t de '"* Mars 1919 qui reste toujours eu vi( tMa sus F eDdu jusqua ce que la quai gueurj l , Ittfhssats de combustible son job'.cnue. 1 Hert saPriaa J; Pivrisi 1923 B. F. UICKEY Chef 'hli Police. 1 I 6490 Voyez-vous ces belles Da nep, v.ulezvous tro MSgSQtM Bt ALLEZ CHEZ fUarlf8 luI " e " %  Paul E. luvla Fut du Magasin de l'Etal et haversire •H'u\vi u, T' ,r,/ ,,s l:iSUS lKh P'" 8 Jal PiOsn-Oveanil u. aUBANS les plus a p'oprieset d'un choix rareuvoaux. lg U vous donnera no Ua


PAGE 1

n *AII*V . ARTICLES FRANAIS rande Maison de La maison E Rue du Magasin de VE'al riMu Vmr le*leamer (tanai* Caravelle arriv ici te /•> courani tes article suivants: Chapeaux et canotiers de Joutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses fil et colon Nappes coutils matelas Chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soie Cravates nœuds ef rnates assorlies, Gilets de flanelle. : M r JuanBautislaDa A |#i uli sir d'nnoDcrr au public} i gterai que sois iuvriia • Une Granit* Maison de Mode% a fin-ter de* Paris iV*-YoiL Jl y aura un ratd cosnuies c i r 'f f iirin/p pi i r I oumes. kimnes et eiifanij uvi v :a iyAt ruent lo fin-; \\**i s p un 1 1 coi l'eclion, sur ut.e m liste Ai r.we l; I nt. liicit <•< nnue u^i s la iiautol de ceue vile. La Mri.-on *erdr, en oulie, ias rrarrlnrdi es d a J chou tl a un i ix d-liant mutes concurrent es.'J'uus ses artitl piis a P.: r. mniiss o.-.s des plusgandes fabriques des KiabJ La maison Veuve Barkancoi a reci ; r. A ; !l 1^ f£^::iZ^ %  II — l MiWI>V--A-,.1(^MtCe.fo r MatAu.* *^.t.\m.ir-.v..-^ir^-fr .Ljt u ipiMjw EDWARD M. RAPHEL & Co ]\ewYork Pordu Prince spcialits i Uaporel .> • %  ,' '. %  %  m CIGARETTES tKSPOTIONAL CVAUTy .-,..,.• FUMEURS Voire sant est (jaranlie, vis ludes de fumer conserves jusqu'q vieillesse, doptez La Crole Dlicieuse cigarette. EUe est d&t] tous les quartie s. 15 centimes le paquet Dpt central,Bar delaPaix,LtuiR\ GAETJENS & Co Rue du Magasin de VEt\ Ris P. l or les 100 1ivm\ Tles P. 1.25, 1.73 et 2 or. JOHN BURNS & 1801. Riœ du Quai Bonbons aciduls 1 par caisse: j Lait Condens Nei En vente, chez nT^i^ em -.xst \ Marms Bine. Lui .v> Gros L Preelzmaaa gge /•



PAGE 1

If.AlnSnntf No!37i3 Poil au ivn.re, n.lti Mercredi 25 Fvrier lOD flglCTECR PROPRIHTAIRE Umant-MAGLOIRE MAGISTR AT COM MUNAL U NUMERJ 15 CENTIMES A BOWNBMENTS PORT-AU-PRINCE l U,,rr DEPARTEMENTS bo iœo ?TRANGBa Loi* mois 8 00 [ ^'^^n' e, sont re, ues au ^omp'oir bK-iini! it dangereux peur des blancs rdans l'ictiitur d'Haiti, q-ue e dans les villes du littoral, il ptudect d'tre en contact avec fgstioni,tt .ijoutantque mua les b ancs sent rarement atta rcme p:r des bandits* kint et mainte lois, des ddaraIde cette sorte ont t publies pou pays.et je n'ai pas demand hilkatijn parce quelles taient lesdansdes lotrnaux ou re\*aes sond ordre dur.t il semb e que bise soit ; ''Amuser au dpens |"Jrit".Mais je pense qui votre est une publication sinie, tpour ceux qui s'intn iwneseit que de* reporters I pr'-conue*, consciemment ou I P'tent leurs luopr s vus i la { %  -qu'ils hhiuewent et lui fue des choses contraire; i sa tt. "Murant rj ars de complte Manc:,de gouv;rnerni.nt d Ma fMHutiens, j un i; il n est aeteale fo s q .'un ranger, [ou de coaleur, u.1-un ou de F ".jar.ti attaqu ou buta, PK encore moins lui. H oya 1 seul cas, j | e rpte, ci VJUS prmeitrcz de dire qu'.l y a peu p dans le monde entier, s'il y VSJ puisse montrer un pareil [•" 7 e embie que cela devrait M la louange du peuple irai J l p Qr.as;>acri". [binditde grand chemin na P t lht en liai et le; trangers f P/ys ont tou,ours p.rcouru ndnnboatlaut-ebDut, par r disettes, de JJr et de lYo,L n, D ot p,us en s et T J4 tii Par s o aLoodre:, s. ces p Mlles n'avaient pai de paI LT ve,lle est i u il Q, y!" nsi d '" pas d.> police ta Ma lnvi\e les propritaires des voilures publites portant les Na. 1 0) a se prsenter uu .e faire reprsenter la Maison Communale jeudi 26 Fvrier de W heures a mi tt, munis de leucs paen Us. Bail savoir tous ceux ifuixir,formment 1% loi du t2 pttm bre l'J\S, disposent dune partie ar,s llnsloire de son pai/s. It travailatt dans un mid-Hte atelier et n le nant, il runissait les enfmts du l-i'trlier et leur enseignait c$ qu'il miut ni mettant en pratique les conseil* te ceux plus clairs que lui. Dessour \toee pratiquait dune faon effective l'amour du pauvre, au proimt de ee* Seeriiurerie d'Etat J des Finances Le DparlemdQt l'appel au pufa lie ea gn al, au cjin:iirceei| puli.-ul.er,.|uedepuislelAaif, ,, ItflU. les op .ration, ... retrait 4ea labeur, U dSSSt aum P dup a in a Z bueisdi jjoiieriieiiuiit ( billets enfante. Cet homm (Une ea eimplrii de t et 2 Uoui d's. inissioua de a eu l'ieetu Hou d s choses d> so 1 paqst • l'.lUJ 1904 et l.ll J; hllhlS d3 5 F mtt ^if m ,e tangage crole, le gourdaa, mi^ion .1 ; VMi } ont T^ r 'SSr a !& de vant l a ptaque Z* i . 4 tenue par deux leve et que lui miur ete_ maugres e 1 se tt • urstiiveut, agfiab iicole, raconi> TiZ Afl vertu de lit le c . de la peuis la vie de CoriolxnDessources de ('Ouveiitiou lu |2 4?ril V\Si,U C(JV0 reira t intgral de ces Dftteta dait i. Les cria lU vive Co >' •• font ente tre accompli daus ufi dlai .1 un 225 7n de V J a i>P lau < t i**Mnt ......i. • • nemievee l'eu aprs le Directeur tre, res era imprissable fer Belle KW u yuans \u\n nia iniiiuiis ex* """'". "it iniperiesaute Air BeUe pratiH d la tfaoque 6t la Coinf '? rde amande aux parents de Mr mission du Reira., dereliai-eret £?£!!F^ mmiiU X cha, l He ****• dtruire d'abord et Diferantid L de / ico/t> com, p y *". dtruire d'abord ei prferentieneUia 1 c.*< b'Hc.ls les plus dtriors. Le plus cil ta averti a Ojetfioi Utiles. Port au Prince, le iz No;:, IJIJ, L'Etabli smenl au'a son foier d<* cong U .e ,jnr sera celui de la nui* %  e

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05053
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, February 25, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05053
System ID: UF00081213:05053

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
If.AlnSnntf No!37i3
Poil au ivn.re, n.lti
Mercredi 25 Fvrier lOD
flglCTECR PROPRIHTAIRE
Umant-MAGLOIRE
MAGISTRAT COMMUNAL
U NUMERJ 15 CENTIMES
ABOWNBMENTS
PORT-AU-PRINCE
lU,,rr DEPARTEMENTS
bo!io ?TRANGBa
Loi* mois *
8 00
[ ^'^^n'e, sont re,ues au ^omp'oir b-
K-iini! K il.*). Luigue Hill, Loadrr.
Quotidien
Dans les lrails,le plus fort
peut tout [n'omettre, mais
le plus faible s'y doit con-
duire avec beaucoup plus
de rserve pirce quil ne
peut jamais tout tenir.
Caidinal de RETZ
lELEVIlOSE : 148

mm
LE
Smro Je Dcembre 1019 du
ifljisf amricain tCurrent h^slo'y
publia une noie calomnieuse sur la
fijau! J Hati Notre ami et colla
tur M? Charles Moravia Ministre
M Washington, s'empressa d-
j tiiteur du grand priodique
iintnUr les informai ions errones
\it M coriC'pMtlants lut avait
ijfl-j sur noire comp'e. hous extra*
iu numro de lvrier de Current
iy h lettre du Ministre Moravia
vibrante il mdgnatin pa'riotique
vont en juger nos lecteurs
Magistrat communal
DE
Port-au-Prince
Le
s
Perte du paquebot V Afrique "
feieceur da N.w Ycrk Tim:s
Correct Histjiy
N w York cily
Monsieur le Directeur,
| viens de lire un article lutitul
et l'Occupation Amricaine
le N de Dcembre de vo'.re
sant revue, ti je vous cris
(dire que voire note au bas de
lide contient une grandeerreur
fjor WAV. Buckley du Corps de
M des Etats- Unis et cit com
ant dit que avant que l'Ami
iperton eutdbaqu des Ma
i Port-au-Prince en juillet 191 >
it dangereux peur des blancs
rdans l'ictiitur d'Haiti, q-ue
e dans les villes du littoral, il
ptudect d'tre en contact avec
fgstioni,tt .ijoutantque mua
, les b ancs sent rarement atta
rcme p:r des bandits*
kint et mainte lois, des ddara-
Ide cette sorte ont t publies
pou pays.et je n'ai pas demand
hilkatijn parce quelles taient
lesdansdes lotrnaux ou re\*aes
sond ordre dur.t il semb e que
bise soit ; ''Amuser au dpens
|"Jrit".Mais je pense qui votre
est une publication sinie,
tpour ceux qui s'int 'wre coarict: et tiennent p'us
ritqu'l \x UctioD, tt C'est ce
ldierm n: a vous cri e que
eque M jnr BuckUy ait lut
piration cit; plu, hiut. M >n
iwneseit que de* reporters
I pr'-conue*, consciemment ou
I P'tent leurs luopr s vus i la
{-qu'ils hhiuewent et lui
fue des choses contraire; i sa
tt.
"Murant rj ars de complte
Manc:,de gouv;rnerni.nt d Ma
fMHutiens, j un i; il n est
aeteale fo s q .'un ranger,
[ou de coaleur, u.- 1-un ou de
F ".jar.ti attaqu ou buta,
PK encore moins lui. H oya
1 seul cas, j |e rpte, ci vjus
prmeitrcz de dire qu'.l y a peu
p dans le monde entier, s'il y
VSJ puisse montrer un pareil
[" 7e embie que cela devrait
M la louange du peuple irai
JlpQr.as;>acri".
[binditde grand chemin na
Ptlht* en liai et le; trangers
f P/ys ont tou,ours p.rcouru
ndnnboatlaut-ebDut, par
r disettes, de ,JJr et de
lYo,Ln,Dot p,us en s'et tj4-
tiiPar'soaLoodre:, s. ces
p Mlles n'avaient pai de pa-
I LTve,lle est iu'il Q,y-
! nsi d'" pas d.> police ta Ma
lnvi\e les propritaires des voi-
lures publites portant les Na. 1
0) a se prsenter uu .e faire
reprsenter la Maison Commu-
nale jeudi 26 Fvrier de W heu-
res a mi tt, munis de leucs paen
Us.
Bail savoir tous ceux ifuixir,-
formment 1% loi du t2 pttm
bre l'J\S, disposent dune partie la voie publique, ( trottoir ou ga
I rie ) soit pour y dposer tes ma
triau.c de construction, soit pour
y /ayreschsr leurs cafs.mt pour
lotit' autre cause, qutls son' res
pontal/les du maintien des condi
lim* hyt/iniquei de la portion de
II rue qu'ils oftupent.
A i'aclirvenient dr leurs travaux,
ihdnent, laitier 1rs \ieux en par
fait tat de propre'-f, sous peine
d are dfrs aur Tribunaux coin
plenti pour re jugs conform
wen\ /:* lui rgissait' li malivre.
Part au-V'rince, ce ti fvrier ilJ')
Clment MAGLOIRE,
Magistral Communal.
VE SDRE : CsWi Max Mon-
santo : Paner Journal, Papur
impression.
Le banditisme ex'stant en ce mo-
ment en Hiiti et auquel Major Bu.k
ley a (ait allusion est un banditisme
p i mque du type mex cain, et c'est
u ie espce de Lo.schevisne. U ex s*
11 i avant l'Occupu on Amricaine,
tantt la'eiil, tantt actif. U est vrai
q-ae les Hatien ; o t t quelquetoi3
ma Iraitst, vo es eu assassins par
CCI b indus, mai; encore une t j s je
dicUre que j mii; un blm: n'a eu
sjulfrir, jamai', jamais.
Des centaines de voyjg:urs, (m-
v'ti, aualaib et amricains ont crit
Sur l.tia, beaucoup ont : itique le
pays cl pri; un man plaisir a no.r
cir la Rpub iqae noire,Lien peu ent
c"crit avec un co^ur charitable et un
esprit ouvert, mais, cependant, pas
un seul n'a jamais dit qu'il tat
J^ngereut de voyager d Ml 1 intrieur
d llaiti. Tjus s m! d'accor', au con-
traire, sur ce point que le peuple
h mien est trs hospitalier et inof-
tenst(,et qae m ne dans les poque
trjables, ptndaol no; guerres ci-
vile?, quajd h vie tt la prosp-
rai Jes Hatiens taient en pri la
vii et ta prosprit des trangers
ont touiours t sacres pour ie;
iiutiensde toutes cl s e Voua la
vrit.et j'espre que vou. serez, as. i
aimib'.e pour la me', re sous les y;ux
de vo; lecteurs, je sais sur que per
sooue ne trouvera que j'ai le moin-
drement exagr.
CHARLES MOK WIV
M nis'rs Pnipten tar'. d'Ha ti.1
L^g l o.i de la Kpjb iq ic d'Hai-
ti A vYathiogtoai
8 janvier 1920
Le paquebot Afrique, de la Com-
pagnie des Chirg urs -Runis, parti
de Bordeaux le 9 [anvicr, pour Da-
kar, Konakry, Co onou et le Congo
avec 341 passager.", a coul dansYa
nu l de dimanch i lundi,apr;avoir
tent vaiceme it de g gter un po I : il
s'est bris sur les Rj hs-Bcnnes.
Le triangle torm par les Ro:hes-
Bonnes, les Barges et les Baleine1? se
trouve ijo kilomtres de la Ro-
chelle; les Roches Bonnes sont les
plus lapproches de ce port, les Bi-
le ns sont i l'extrmit droite de
1 lie et les Barges i l'Ouest dis sa-
bles -d'Olonne.
Le paqaebo: Afrique, peu apr; c.t
sortie de la Gironde, entra en pleint
tempte Iiat|U par d normes lames,
il subit de telles avaries qu'il dut
virer de bord aprs deux longues
journes de lutte COfllra les lments.
Le 11, il cheicha gigner le pnl
de la Pallice pour se mettre l'abri
et procder des rparations urgen
tes; mais sa marche devint si dttti.ile
qa' 1 lan it par T S. l\ .
Sommes en a'eiresse, envoy^ secours.
Le paquebot Cey.ao qui avait
q aitt Bnideaux 24 heures aprs VA
frique, se po;U au secours de ce der
nier, lequel n'avanait plus qu'avec
une machine, l'autre tant immobi
1 rie par une avarie.
Le Ceylan ne put p.sser la re no
que au navue en dtresse, tant la-
mer tait dmonte, il dut se coaten
ter de le convoyer a distance.
De temps en temps, l'Afrique dis
paraissait, pourtant le Ceylan parve
raii nav guer quand mme de con
serve avec lui tout l'apis midi de
dminchc.
I) n. ta nuit Je lundi, le paquibnt
u d fcHC lan ut un nouveau T.S
alarmant avons tencki les Saches
lionnes.
G p;u apr-,un second tlgr^m
ma nsespi
Snvoytz d urgence remorq 't ir.CraLis
M pouvoir Unir flM^N'au iur.
do mme temps, 1 Lcvlan perdait
de ,vue les s gn 1 x de i Afrique el
privena t la c.e
Le Ceylan se me t-it i la radtirch
de l'Ai iquc qui aar.o c it encore
qu il pio.ediit a l'vacuation da bord
et que celte opration tait li; dilti
ci'e par suite de l'm.imiisoa du na
vire
Il n'y avait plus de doute: le pa
q ebot coulait et, par le temp pou
vintib'.e qui continuait rgner, il
tait de toa'e u gence de se mette
i la recherchi des embatcilions qui
pjruient d:s naufrags.
Le C:ylaa lit apoel au paqubol
Anvdrsvdle qui avait qu t Bordeaux
e^ mme temps qu: lai.De son cal,
la .vlatiae envoyait le; remorqueurs
Ci'Ire et Victoire.
Pendant tonte la matine de lundi,
les recherches restrent vaines P.nln,
i midi, on apert une premire
embarcation porunt or/.; nauf gs
transis par le Loi i el on put les h s-
sti 1 bj.d. A trois heures de l'apis-
mid', en r.t Mvait une seconde
embarcation avec quinze naufrags.
L'Afrique traaspoitait. quip-ge et
passagers c m pris, 4e; perso a s,
uont 192 t'iT.llturs sngalais,
li manque 430 peronnes.
Peu avant la tombe de la nuit,
GhaiHje Etranger
Transferts par choques et par
cables [ails dans tous les
pays de l'Europe
Noua MfODl une spcialit de traiter sur l'Allemagne, l'Au-
triche, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Finlande, lu
Scnrdinavie, la Czcho Slovanie et la Jugo-Sinvie.
Nous mirons tonte les facilits pour obtenir le change en
mai ci dont on peut se servi' en tout temps dans le futur et
tirer de intrts dans I intervalle.
Le bas coars actuel du change fournit une merveilleuse
occasion pour un placement profitable dans les obligations
municipales, actions de biaqn.68, actions et obligations in lus
Liellcs allemandes.
Sous solicitons les dtmandefyU renseignement-
Zifflermaana& Forshay
Membre de la bourse de New-York.
Maison fonde en 1872
l ? Broadway
NliW-YORK
170 Broadway
les navires sauveurs ont aperu plu-T A 1iT?A,f\l*% "***.**! j
sieurs udeau,, dont se jouaient les A VlbOte CortolaH
7" . Dessoarces
D'pre; les nautrags recueilhs.sur________
'au des canots se trouverait U om- '
mandant de 1 Afrique. ;- Mer matin eut lieu d l'Ecole Xatio-
yarrons da la Croix des Mai -
Il par lr Justin Franois la
- - ^ - .,^., M M *i i iitn
On craint que des embucations nale de soient brises sur les rcifs o des 'yrstl i iqv ym Mr jusn r,n,t ,,
naufrags peut-tre se sont rfugis, /'*e ''"-' W //a./ dnommant, son ieole
malgr la violence des vagues. Curiolan Lweourem 9
Le paquebot Afrique avait et: lanc Utile manifestation jaite en faveur
._ ___o* ______ 1 ... .1 ... ae Loriolan /kni/r,-p w r..A__.
Le paq
en 1908 50 1 port
d attache tait le ^nolan Dessources, de Coyo corn-
Havre. Batirtmaat an aci.r, il tait Z nVfl fLL l'lWlerItprsi'
actionn par deux hlices. Deux ma- *&%?* Veinarde, a eu
chines vapeur d'une (0 ce totale de I Sn preVence 'du personnel de YE
7.2SO k, lui donnaient une vitesse bU-mnt et des lves tums le mi-
de 17 nils Sjn tirant d'eau tait nislre de l Imtiu.tion Publique fair
de 6 m.^tj et a jaug; brute de J,8f mi evUre, il est salu par la Dessah-
tannes. Il tait mauoeivr par 12 \ ""'"'' Ensuite te ministrt entretient
hommes a quipage. -*< l n lves sur la vie de (loriolan Des-
'rS tvurcee,
'' C lai', dit il un humble parmi le*
kumbls un impie ouvricr,mais yrand
>ar,s llnsloire de son pai/s. It travail-
att dans un mid-Hte atelier et n le
nant, il runissait les enfmts du
l-i'trlier et leur enseignait c$ qu'il m-
iut ni mettant en pratique les conseil*
te ceux plus clairs que lui. Dessour
\toee pratiquait dune faon effective
l'amour du pauvre, au proimt de ee*
Seeriiurerie d'Etat J
des Finances
Le DparlemdQt l'appel au pu-
fa lie ea gn al, au cjin:iirceei|
puli.-ul.er,.|uedepuislelAaif, ,, ______
ItflU. les op .ration, ... retrait 4ea labeur, U dSSSt aumPdupainaZ
bueisdi jjoiieriieiiuiit ( billets enfante. Cet homm (Une ea eimplrii
de t et 2 Uoui d's. inissioua de a eu l'ieetu Hou d s choses d> so 1 paqst
l'.lUJ 1904 et l.ll J; hllhlS d3 5 Fmtt^ifm ,e tangage crole, le
gourdaa, mi^ion .1 ; VMi } ont T^r'SSra!& de.vant l,a ptaque
Z* i . 4 tenue par deux leve et que lui miur
ete_ maugres e 1 se tt urstiiveut, agfiab iicole, raconi> TiZ
Afl vertu de lit le c . de la peuis la vie de CoriolxnDessources de
('Ouveiitiou lu |2 4?ril V\Si,U C(JV0
reira t intgral de ces Dftteta dait i. Les cria lU vive Co>' font ente
tre accompli daus ufi dlai .1 un 225 7n de V'J* ai>Plau ......i. nemievee l'eu aprs le Directeur au;et le papur inouuai j qui ,1 au- j ScoU Mr Ju.tm' Fran'oTPla de
ra pij t ttrtepi a 1 chang l uvre dueatrice du citoyen qui fit
fjana l- dlai indiqu Sera d tno- t*M de bien d la jeunesse r'i Pays En
net. su ipso fa-.to e t%s qu'il aait
Dceiaatre de recourir a aucune
autre lormaliit'..
Dam le bit da dbirraeeer le
marcli de- hillets les plu dt-
riors. I DparUmeot des Fiu n-
ces 1 doan paiir ins rucuons ex
dpit des ressoueecs prcaires\le <
POMVW homme il jelad l s premires
notions de l cole industrielle en Hati
agL/t d-s membres de la famille Corio
tan Dessources, Mr Marcellus Dessour
ces, ne put Jfempahn de remereie,
le ministre de celte grand* -marque
d attention." \otre:!uvre, diiU au mi
nt>tre, res era imprissable fer Belle
kw u yuans \u\n nia iniiiuiis ex* """'". "it iniperiesaute Air BeUe
pratiH d la tfaoque 6t la Coin- f'?rde amande aux parents de Mr
mission du Reira., dereliai-eret ?!!F^mmiiUX cha,lHe ****
dtruire d'abord et Diferantid L de '/ico/t> com,"p y" *".
dtruire d'abord ei prferentiene-
Uia 1 c.* Le plus cil ta averti a Ojetfioi
Utiles.
Port au Prince, le iz No;:, ijij,
L'Etabli smenl au'a son foier d<*
cong U .e ,jnr sera celui de la nui*
e 8uile dites.
S'adressant au Magistrat Communai
.w-
/


-
LE II ATI?)
Varits
CE SUIl
Derniers iep esei.talion de
La 10e Symphonie
l uin'e gniale Cl 2 0J
i.i.Itfi is 1 'H.'
DIMaNLHE
Les Travailleur
de la mer
D'aprs le roman de Victor Ilugc.
101e principal tenu par Mile Brabau
N. B Les bOonuee s jui prvenu*
qu' partir de ce soir, les jouis ri a
bonnement tenu les dimunuies <
mercredis.
, Remerciements
Mme Vvt Edmond Hnuu, Mr et Mme Henri
Jones et leurs cnttnu, MelK CUire Heraiu, Mi
t Mme Webet llvppol.te ri .cuis enfants ci tous
les autres membres Je u lamilie, icmeiciir.i
Sou hxcel ence If t*rsident Je |j Itpubi.que, le
Conseil des Sccreuires J lut, les Kepretcnttota
en liaiti du Gouvernement dCS i Mis Lins d .\
mnque it les aunes gouvernement! etrai^ir
le pu -lUiniei Uo uu-iics, le iiuicau .1.1 llcevi i
i'.enet.i., le loiielionnai.es i'e m tiena.irmer.
d'ilaiu, L'Unira des avocais, la hrOSr, la CHi-
pigiiM aes Pompttis, les frres de l'insiruaiui.
.indienne et tous eeu.\ qui leur ont Uoiine de.
marques de sympatlu.s u l'wCVUlOll de II p.il.
trueile OU us uni prouve de la personne, de ICU
lin, pre, giand l>ere, beau pre et parut.
Le Dr Edmond Uraux
Ils les piiein Je croire a leui profonde r.-wCli
uiMaoeci
Mr O.uuoclc JourJain et tous les autres p. -
iCttll ren.eic.eiit bien lUKCrcuicnt I Institut:n.i i lu
lUMilc Conception dirige pur au i.. Ctiauuiii
les nombreux a.i u le lal'.apita.e que de la | r.-viiM
;.n leur oui itmotgB leurs yidpatiuct a io.cj-
s.on ue u per e cruttliC qu i s oui if>ro..\\.e dan-
la personne de leur bien regrette iticie, grand
ntt, belle-mre, Marie-loseph buKciu llioniui
Jls les prient oc croire a leur rcoiiiuiane\.
l ministre lui demande,comme pal ru
aes tcolt de lavitte de l'orlan l'nnct
te prendre en unsiralum le non ii<
l kcole Corinlan IktUfwee, Mr VU
meut Magloirt pruintl lutil xun evi
<>/, il ne reniera pas indifertntau
tort des icoles de la aiu-, il pr$i.u
Uons il de pi toutes les ditiuttiiout
your qui le plus grand bien tvit faii
ui jemufBt Molaire
Lts ranimes vont cire rorganiSa
t ieolifri de m cluMMt iteuMiteuti
pourrul aUgretntnl prtnui L tin
min le liOi l'.e dis ours est utlue ili
tri de Vtve Magloirt! I iv/e magittru
&niunai iQUi poussent la put m u
itra gagnM par t eathtiusiatme.
EtuieiU prsente ' .MAI. Windsor
llaltegbrde, Catct Jcimie, Tureui t)
.Sylvain, 1'. J. i'iai.i.ais, ci tu l'H
LiOattam, le pcrxunwi de i Ecole il l t
inembns de la famille 'Dssiources.
Secrttlreric d'E
tal de [< in a ne s
cl du Connu rce
C!ii;i;'a\i;ii;
Aux Administrateur: de!
Finanas de la R-puo Iqua
Mocelour I' '*d oinietrataor,
L'atticie'l de la Cjuvenuon da 1^
Avnl 1919, aoctioiiiiee par la loi
i Msi de la miua aim^e t p1 on i
gue fti MO\iri-L'u o du 7 kl i
1919 No. W B\.\p:inii tu n u i soi
en ses eaxilK, iro si.ne tt qu i-
irirae i ai a. i ai lies
e Ce Net on s^rt annoac au MO-
c MTKUlt t oc le Oodvernemi nt |
i procdarn autal pio npt 'inaol que
possib e;il devra la complao i caris
i un dlai d noa anne cotnj tai de
l date I iq tel s et ani o ce
t IVimission d bi ! ta <\ Mi itlfe de
la Umque Joi.t il sera queition!
plus loin.
'leit por;eurdu papier monnaie j
ii diq l i i- lessi s aura le droit d en
i Miter lclian^^ contre de la mon
naie Ifgtlti d- Lins U isd'.vm'"
que au laux il ; l. j aou i pour
c On dollar, ou si cela lu plat'.
uen accepter It'cit'K au u i
< i-vec les nouveaux billets do U.t
que lioat il se'a qa^aliOQ plus loin
c Le papier moncaie qnj n'aura pi-
t pisom a l' cliiiige dans It-
i dlai Indiqo seia dmonatis wo
./.t. io ei sans qu'il soit ncessaire de
i t ounr aucune au ra for na H.
()r, le Depait-m!)' ayant l u pu
blier au MONiTEUR du 10 Ac
1919 un avis y re uni il n'y a pas de
doute que ! 11 Ao 19J0, les billet-
le* aic.eiii.'s einis-ions encoie M
rcolatioQ i (oiit drf.nontiss.
Tout en al liant votieplus siieus
ten ion -ij les disuositions de et
texte fum- da i^ COuven ion, I
Dparte ueol ne d ie pas que Ici
ntets Mes paiiiC'Ji-is ko em l?ti
C'est pou quoi il vous engage po
^ager le plus {.opible dans les vil -
itli et sunoili dabl les camps gn
11 iiceiait.' de prrfsenter ces bniet-
a l'clia ige,avam 11 date prcite, le
voua recoin oandfl d'une I <; m loti
"piide, n'adopter lea mesures que
ous joger trer les j aysim de celte obi ga ij-.
Suivant entente enlie le l)epar .
ment et u L! lqu ', I s oprait.ins d i
lletrait porteront d abord sur le
vu nx bineis.
Vous voudrez bien trnnmettre les
pivt-ei tes luitmO lO'is fos auxillui
rea et yetlUf leur entire excu-
tion.
NOUVELLES TRANGRES
2j Mvrier 19:9
PARIS. Mi.lerind ave: les StCl-
ite'rea dKtat de la .tluine miulunde
et du riv tiillem ni partit dans la
m t i.te 1 destiniii u de La idfM. '-u
ministre du tlttird triogeres d'Iia
lie ec le prend:i'. du coj; il d; Kjj
minie partirez pir le tams traie.
PARIS A 1 o;cas:oi d la on f u
Mire Ji ta niissiect d; Waihingtoo
l'a-nb ssideur d s Ei's Un s ottre
aa djeaact en l hanneurd-s- repi-
sai'an s Paiii ds a s-Unis d?
l'iBtftqae Utine.L A nbissadeur dj
B a\ et les M mitres de l'Argentin:.
Chi -,1e uubi.d.- Bo iv e.du Mtaiqoc
du Peioa.du Guat m a, lel'Uaig i y
etl'Eiua eurettit >>p laea sa>ati q t
les foiclioinii.es diulou.tqie e
ceiteUi a pe so imits et les dl^itions an*
riceiei en p (Stnce d: l'ambis>ai.'Ui
d:s f! ais-U us depQSC eut dtas |<
mitine d s coaro.ia s et des boa
qu: s ter U aUtee d: WijQi'.igti i
L'ambt-sidur de Russie fa'. ciitb.:r
ea I L;- 1.' K .sses u 1 limce sa mi
noue dr .' vmiral K ViEN\'H-Le e:i Finance j exposa ui projet d . crid.t
Je ^i iqainte miliu 1 : de dj Urs ai
ajouta q a les Qgocie'iooj relatives'
i la c;>sion da moaojol; dei iab:C>
contiouent.
MADRID' L- roi partit i d:stiaa
tini d: Biatr.tz oa il consuitiraun
Uocieur-
BRUXELLES La cration de la
chaire de U langue espag'0 e .*a-
nive s ie deGandful l a:caaioj d une
naniieitatioo di v.ve (sympathie en
ira U B igiqae et l'Etpa^oe
L'amDassaieut d
tai'.
PARIS. L\ firatioi so u'iite dej
la S.in: adop'a la motion Lenoi im !
pli laani l'adhsion .i la iro si ne
inliina'iio nie et dl;ila l'ex:iUiion
du pirti dei dissidenti qui aui der-
niratlection s: prseu i est con-
tre !es candidats olii:iels, ces dci-
sions dev ont tre rattries pa' le cjd
g > ds Veratillea.
cs>agie y assis
'.....' "
mmfm-Mmtm
Agrez, Mr l'Adooinietrateor, Pet
pression de ma considration distm |
fc;u4e.
Fi.'i;nv FQUIKK, '
PAX1S- Interviewe par *L'E:ho
de Pans Jannart dmentit que sa
Jniiiijn ait t ciuse par l'attitu
Je de dlgu* allis la corn nis-
itol dti rparation relativement a
la ftuipsajioa ds dlais d occupation
Jes provinces R lainei, il exprima-
si satiifactioi Mit le g:ste aJuira-
b'e d? Poincu assumant une charge
extrneaaen'. loarae alois qail pou-
va t ajpi er a 1 repo; mrit; il fit lu
ge d: ssco!l;ues de la commission
ivec lesquels il est looj ms en rela
t oos eili n;m:nt cordiales
GENEVE Le consulat de Fraa
m ft Btrne refeii aa secrt.ire lu
.sarfi socialiste de Suiss?, Grab:r, ses
passeports poar all-r au cong i so-
ciali-te trartii Stresboaqj.
PARIS Cum nceu anva a Khar-
touni.
PARIS Oa aaaoce da Ca;r: qu:
2)00 retagij Risse* arriverait ils
lureut secoarm par les auton > mi-
litaires de la Croix ro.i Britanni-
que.
ROMS L'agtitiOi des miti :"
g;s e pris fie le patron t'. les De
vrists etint arrivs i un accord.
PARIS. Pomca' a:cepta dcolla
bjrer i la chronqae bimensuelle la
Revue de* d-:ui vljnd:s.
MARSS1LLB. L li.caJre du lapon
arriva dins cette Ville, L'amiral lapo
util et les aat iritii Irgnuaei enan
grent des visitai.
VlNiULi diegitioa Madolmeoj
d: l'iaie arrivi elle in a Londres oj
avec l'approbitioi da gouverceme .
elle expo.era au conseil suprl ne I
vues des musulmans laloas sur 11
quesl oa l'urque.
Sv)FI\.L gouverne-.ent preaont
la d isolation du Sobraeia par soue
des dilli;u!'s ciufes par les troupes
socialistes
STOCKHOLM. Li mission corn
msrciale Russe sous la direciioa de
Goukowaki arriva Elevai cle entra
en ngociations avec les anglais e'.
Amncains.
PARIS Des informations du N;w
Vork li:tald font savoir que l'Angle
terre, l'Italie et le Japon au-.aient d-
ci Je de reconnatre 1e goaveni:.nenr.
des Soviets.
L; Japon lait d expresses rserve;
sut les consquences qui rsulte
raient d'engager des rapport corn
merciau avec Iso-tt*
uant des Sav.e.s. f tVm'l
queil. France ne ^
dcision impliqua^ (\
quelconques ave. |e JJj
actuel de Mo .cou Le?! J
les milieux com?eieofl
actuellement ipraiicib'.
merce de la Russie avec
par suite de la protonde .
t;oa des transports et xr,
Im railways de U Russie ej
-* aobbgerat une d J
milliard et dem> de t eicgj
ter 3 i 4 milliocsde toi
Fans-On manja
qu'an tort tremblernen-,
eti lieu Garioa. Oi
; 0 nbre S2S vic(im son' iaportan s
Dollar: lL/jg
LYeserl.:i.:47,J
qa
L'auteur du
demie im
L'autorit a riais U m,
teur prsum de l'iaceadie
di soir. C'est un jeune h
30 ans environ qui triViij
le tailleur Barke. On l'a
daat des pices d'toile au
Beaucoup de prsomption,
sur lui. carl avaii jure.ati
de se venger d: Burk
renvoy
Li justice informe
Prochaine soira Ta,
Oanouspi.e dannoaai]
6 mirs prochain il sera J
au 'Fhdtre Parisiana 1 jl
ves, dram?, et L :s dental
comdie locale de M; Dai
L3 train d: Bizotonli
Hier la machae BAS!
naat en ville de wagoo.l
drailla i Marssani coni
si le trafic du train de Bittj
ma>in n'a pas pa cotnai
voyage de 6 heures
Vers 8 heures cependant]
Ko 1; reptit l: iralic e; poli
ment rentrer ea ville i II
n oins aj
22 FEUILLETON DU MATIN n
;Jude\
CRAND LOMAN
Par
A H 7 II I H B E II S h D h)
(Filu. par i. Feuillale)
QuahuAmb iPiaoDi
Tan lis que le docteur Gortais, un
peu bojnu d'asp et, maie au tond
brave ho mue et bon mdecin, tout
dvou (" malades, s'ins.ai'ni
'I'jvbii*. son buieau et prenait dans
un doetier porUe de sa n ain une
feuille de papier qui avai' tout-? le
apparent s d un relevr d honoraires
k srpb introduisit auprs de son
' pation un jeune homme fori lgiot,
; compltement imberba, I la ligota
.'arieuse, In'ell tente t lympathiqo-.
Veuillez dne vous donner la
reine de vous leaeolr .v/ Boger
reofei.n m-ntp.
Je euN votre ent re dispo-
sition-
- Il ri'an *i^or toajoura mon
nom.
Vou* m'aviez recommand de
le faire- J'ai suivi rigoureus?mentj
toi InutruClone..
A ?-il Uni par se rappelor les
eirco t ncjea dam leaq tel'^a il avait,
t t ii 1 "i 9
1! a liai par nous due qu'ai tait j
t.i 1 : mourir.t de fatigue sur la'
ront et qu'il n avait pu se garer
incoino.. Oortais, le frre de Ii
Pumquenii'i vous voulez bien orouge quittrent N climq
vous rvler a moi coyez, monsieur trent dins une rapide
que j -i suis piolonJemmt h-ureux automobile qui les enaim.
de vous expriiinr ma vive gratitude., m^r.t a 1 Chute Boger tend.t la main K rjea-. En rou'e, Boger avait
en disant K-ijean
Soy z certain
'Jacques, invitait fort aimablement le letspi dune aulornobie qui aniva.l
touti vi'rsse.
c Mais il noua a
LE SECRET DE L \ TOMBE'iWCtour du la clinique
Le frre- da J.idex. aprs acte
HrMilIlr
Qea^e
[Il-Olrv |lll'f
hits
le hiinquier Pavreut, que l'on ci ou mon est
:'u pou vou d'un personnage in ^uutique : j.iut..
Jacqueline, la tille du banquier, api os avoir abn-
ilon.'ie a l'Assislance publique l.i tortune mal
jcquise par .sr pour lever son enni, le petit Jean. Elle vient -
'ie.reatracl.ee Pv Judex aux mains de eut pitalisation f,t 80 HS indlL'l
i s'eMa.cnt s'lvent il C6 JOUI' t> / > t f i J
bandits. Morales et Duiu Momi, qui
empals dlie.
1
Pierre Keriean
inclin lg t mai t. a taqua.
Docteur, j ai re.;u un rav d
votre conome m'annoncent qne 1^
nomm Fiert Kcrjeno iau COfBple
toiut'iit rtabli..
En mme temps vou me faisiez
parvenir votre note pour liais d'hos
ndicxiix qui
jour abi) fr " cts.
Parfaitement, monsieur.
Voici mille fronce, docteur-
Je vais vous rendre..
Inutile. Le surplus servira de
gratification aux intirmiers qui se
ont occupes de mon po o^'-
a \ous -tes mille lois aimable.'
l maintenant, docteur, per-
mettez me: de vous fliciter dn l'iia-
I e docleur Gottaie,directeur d'une
importante clinique aux environs de
Mauta*. venait comme chaque matin
l'arriver neuf heures prcises
ion bureau Apia avoir pris con-
naissance de son counier et revtu
a blouse et son tablier blanc d'h-
pital Il Fappriait se rendre eu L maj-8n il)t (t |wlals
chevt-i da ses malades, lorsque mu'
dclar qV.I n'e-
vait tnma p* eu le temps d apeice
voir les ailleurs de l'a cidon1.
J v 'us remircH.d ictear.. Vooi
poaviz mi prsenter ci brav-
notera*.
Vous Femme m z?
S'il y consent-
Uaelquea instants apru, Pierre
Keriean, compltement revenu Ib
snt, vtu d'un costume modes'*1
d'une propret moticuloase,la barbd
taille, les cheveux bien peigns,
entran dans le bureau du praticien.
Mon ami. Il" celui ci, j3 vous
pisente matre Boger-Jacques, avo
cal l'aria., qui aprs vous avoir
recueilli sur la roule, vous a con-
duit dans sa voiture jusque ma
bilet dont voua avez fait preuve en clinique et m'a demand de vous
I arrachant ce malheureux la moit
-Leur, est que loisque vous
m'avez auieca ce pauvre diable, Il
paroa vint lui apporter uni; caiie
te visite ainsi libelle -.
U ROGER-JACQUES
Avocat
Bue Michel-Ange, l'an?,
bien convenu qu'il no passciuit pu
la nui .. Bail ,00 a faitceiju ou u pu.
Au dois, docteur
.- Je do's dire que le gillvd,
bien que ai xagnaire e?t dou d un
de ces tempramen s de fer dont
rieo ne si mble pouvoir venir bout !
N empoche que (eijaen vojs
doit la v. .
Trs sensible C;"s flicitations, le
gurir C'est lui, encore plus qu'a
moi que vous devez, Kerjean. dlie
encore de ce monde.
Le \ieux cli Mil neaii ava l d'abord
envelopp d un re-ird plein de mO-
iiance le jeutiH homme tpa'il voyait
pour la premie e i )is.
Mais preeqe aussitt ses traits
so dtendue it H ce lut d'une voix
o perdait iiie relle ran ion qu'il
rpondit :
Bien souvent, monsieur, depuis
que |a suis teveuu moi, j'ai de-
mand mo sieur le doctem le nom
de la personne gei.reuse qui ie
devais toua les soins dont jetais
Le praticien,impatient^roramela
ijuestlce qu'il veut encore, ce-
lui-la, juste l'hecre de ma visite'.'
. Dites ce txoraieurde repaEter, docteur Uortaii poursuivait :
a cinej beaees- I Voua allez voir comme il rst
i;ai,se ravisant aussitt, il reprit beau. Lu vieux chne qui aurait i our.
Attendez doncl Roger-Jacques' retrouv ses fcnil'et.. Voulez vous] Monsieur le docteur me rpor.-
Wsis j'y suis! C'est bien cela'J'allais qUe j* len\.e ch icIhi? 'dait toajoura qu'il ne pouvai- oat.
taire une belle gaffe. Joseph, faites Aupaiavani, docteur, j'aurui-ijina lo dire et je me contentais d
eo lier ce njpLajur- ibeioiu ae vous dvui-ud' qae'ques Mo r IB UJ3l**in* u-:n buniaiteur
(
que chaque joui
leiin flicite de vous avo.r tauv
u vif-
Voua tes un liomni) de c i.m
monsieur, et tQ vou-'. remercie.
Je t.iclie 8iinple:naal d'tre hu-
ma.n..
Encore merci.
Maintenant, monsieur Kerjear,
reprenait Ij fire da JuJex, qa<
oomi tez vous f^ue:'
J j n eu sais trop rien., rpon-
dit l'ancien meunier <*es Sablons ,
d un t )n nul u oliqu . A m u Age
et u'eal pas ires dommode dj tro .
ver de l'ouvrage.
*i |e vous oiraii une boom
place bien tranquille, oi non seule
ment vo ts seriez I abri du besoin
juaiu'a la lin t vos jours, ra is O
Ton vous laiiaereit eucore le tenu t-
de vaquer d vo$ affaire de fam Hrf .
A ces mois. Kerjean considra
cette lois son interlocuteur d un an
slupliit.
Monsieur, dit il vous me voy< z
confus de toulea loi bonts que vo'
avez pour moi. Puis j-i savon co .
ment je les ai iniitoes:'
l'arcaqae vous tes inalheureui
-C'est vrai! il le vieillard.
Lt avec un accent de douloureuse
auieituuie il aiouta d'une voix aoui
Je, en courbant le front :
Vous ne un connaissez p;u?
La trrede Judjx le Bxani alor>-
bien en lace rpliqua d'une vo \ aux
vibrations tranges :
Vous vous trompez, Ke i no
je vous cmnais, et cest parce que
je vous connais lue je veux vous
emmener avec moi.
Kerjean qui u ces mot?, avait re-
dress la t e, demeura un instant
Rilencieux, immobile, soutenant avec
t- r e I j re.ard de Roger.
l'un d'un ton reauiu, il rpliquu.
C'e-it utend i, inousieut. Je
vom sui !
Aori avoir pris cong d,a. dostaur
Vous allez voir dei
vont vou? surprendra il
luir.. Pour l'iu-tant, jeiM||
^n dire davantage.. Ayez
an(iioi,coininw j'ai coniol
Le clnmineau, da puaI
intrigu, suivit docilemeetl
Celui-ci, aptes l'avoir m
lux ruiuea, le conduisiti\
! [ il.- da couloirs etdai
an milieu desquels iltiiti
J) sa reconnatre tt l'iii*!
pts de so.) frre qui tri
A la vue de Kerjean,Jl
sapeibe, imposant, plan
jue jamais dans son
'eloura noir... qui faiwi'l
l'lgance de stature, en al
jue l'trange baaut dU
Keriean... altaquiWl
nors de mou frre et dil
tes leseul tre vivaatr-
tr librement dans cet'l'
l'jtf non frta a d
j ti rsolu da faire votril
Le bonheur... crof
:ela me soit encore
l ancim bagnard.
Je veux tout mettre !
pour vous l'assurer-
Qui vous dit que jn
J'en suis st- pafWj
av z aiuirort,parcqo*1'
Voaa savez donc-'
Je sais que vo m '
lime do banquier Favf
me auftl'.
Vous le halaiei
Plus que vous J|
hilr vous mme.
Alors Kerjean a'o
giltemen de rage .
Pourquoi ne M
venger da lu,:' Piural
la mort mo I ait vol
- Favraux n'est pJ
;happer eoleewell"
(4
M


IE M .TIW
Faits Divers
RC METLOROLC^GIQUES
OBSERVATOIRE
, t SEMNAIRE
la'firire
COLLEGE ST MARTIAl
Mjidi ->4 Fvrier 1920
769.6
:: inimum 19,1
iraiixum }o,c
Moymne^iurac 23,6
fri fis il joui et nuit,
joue brise d mer l'aprs-midi.
Uoe dpres:ion dans l'Atlantiqu-
con b e-
rLicrr.cn en 1 a use.
* |. SCHERER
5.00
l Botary Club
iia-iion hebdomadaire, mer, Ue> Mc-mbres d
TV ,t Jeinande que L"> suggestions concernani
[,,'' i. soient envoyes an Cornue appeit i ea
'; ., ;i: rC:)ies autres prorosi-.ions ont t<
entre autres celle qui dcide qu'une
orne m laite chaque semaine par un incin-
1; mi... causeriede nurdi prochain sera
>r Ht Consuniin Mayard et roulera sut le
iut nob lecteurs, que ce Club .1 poui
rK| r.m. <;'
toi; laRotarvUub
Duons, pour nos lecteur, que te
todWOurager et Je dvelopper:
Jl de hauts principes de moralit dans les a
foires et ks prolessions;
b' l'ideil d'tre utile comme base de toute
ntuT' S- icneuSfci
(il'inirt ac.it de tous les Hotainens d.ms la
iro piritc morale, civique, commerciale et sociale
4e leur milieu;
il les plus grandes relations possibles. IUSSI
te au point des services que lou peut rendre
que de .l'assistance que l'on peut recevoir poui
e su:c ej l'change de> ides et des mthodes dallai-
[.1 comme moyens d'augmenter i utilit des Ko-
ijia mise en viden:e de la valeur de t i
les wanches de travail rgulier et le rehausse .
du travail de cb que Kotainen p..r les oc...
nu'on lui olire tl'ore utile la socit.
JHommage aux Mannes
Il n ea pas op tara pour signaler la v Liante
conduite des Mannes qui ont apport leui m-
coars au dernier incendc. .Apres le bel
e> Pompieis, .> sont lests longtemps a tra-
ailkr et ont droit a tous les loges. L'ilOl B-
oble Consul d Italie nous .1 dit son .idiuraiioi
devant lesftfortsdploys par les Marries 11 es
jusie de leur rendre un public hommage.
tAu Cercle Bullevue
A la dernire runion le Cercle a lu les iiou-
cau\ Membre suivants: Alix Koy, L. 15./.j lai s,
S. Lebiuii, Ch. bouchereau. J. il Dutoti, Or.
Domoiid, B. Leys, M. MalcbraiKhc, V. lama..
Camille Oardrc, J. Alorin, Th. Baker, l>r.\n-
nou.il, Lon Mathun, K. biark, Ho watt, A. Cas
Kra, Lonce ISorno, Brandi.
C'est samedi ioir, :8 ju courant, qu'aura li
leur rception. A cetieoccasion, ie .. n
Cercle onnrj a es membres une de ces br 1 jiiic'
Wire, qui lui sont coulumires.
Nos compliireuts aux nouveaux cluf.
Retraite dss anciennes lves
ae Sainte Rose de Lima
Il est rappel aux anciennes Blves et aux
personnes qui suivent habituellement la Kctrai e
anouelli, .4ue les ex rc.es commenceront le di-
manche de la Pas 0.1 ;i Mars, a a. heures U
dem e de Tapies midi. ,
Lundi, Mardi, Meicredi et Jeudi, la Sainte
Ittsesuivic d'Instruction sera dite a huit heure:
du matin et l'Instruction de Tapies midi ...
tonne a .| heures et demie.
Le Prdicateur se; a le Rvrend Pre 1 anori,
Suptieur du Petit S.mmaire Collge
l'iues are ta tdllowi ;
Offen-e Fixes
%U Motor Vthic'es
Dlibrait Jdri vint; on le (t side
or slree'es in vicl nion ol ait.2
of Coramural Arre'e
For ail olher vehide* prtwnt
fines rtmain in lorce.
That ail moor vehicles tu obli
ged to *,low down to keven
QHilti(7)pcf hour ?t =11 lorns
or curies wiihin Ihe eJty li-
mits subject to a fie ot
Faiture 10 sound horn bdere
turnirg corners or cuives fine
jf
Delibeiately driving without
lights
Speedirg. Rfckless drivirg
(E.'lher or Both; lasl olleusc
2nd o!(ensc
jrd olfense;
vocation iicente tor three mon'hs.
4 Rvocation ol license an.i prven-
tion of a renewal for one year and
forther Dreveniioa that whtn classi-
:ied under either 5 or | the persoo
viil be allowed lo drive gry ixoioi
ehirlp.
Thse regul, t ons do no: rescinds
orcoDfi.ts wiih ihs former Com-
munal Arrte dated Match 2> 1919,
'.vhkh remains in ellect.
13. F. HICKEY.
Chief of Police
5,00
5,00
10,oc
20.C0
BAZAR MTROPOLITAIN
Maison do confiance
Nouvellement arrivis
Tri o'I'e on pr^i-ie"
roi Vit en .'ihiiia
Laii en poudre Kryata!s>k
Huile d'olive ''nrsis
Saimon 7> quaJifa
TI1011 l'hui'e
iiuiirefi
MohIp rn fe;l!onc
Sardinpi huile \ qualits
^orue ir, i he en ferblanc
^aidiDesaii omatn
Tarins en i blanc
Homard
Rcrevirsa
Poisson davch
Ruiscui(i iSuoshioe
Pois case
Huile Vgialc d'Armour
Toile > drap
Cretonne
Fiqilt!
Soie ordinaire et extra suprieure
lWJLa-rcr%^
TRAOUCTION
A partir du 1er Mars prochain, les
giementa pour U circuluiion de?
rolturea publiques et lea ameudea 1
4ppliqnpr pour leur violalion daci
tel li lite de la ville entreront er
rigueur;
1 . Le maximum do vitfsse ciant
la ville P8t port de douze 112) 9
\w'w/.,i (IDj milles I heure ,
2. Lea rapports pour accidenlt
u violations dej rglementa neroni
alla ce Bureau, et U amendas i
CoDTafaUon |
\& Cinnil e! Adminis'rakion el
es c nseillei 3 adhrents de 11 sec
ion nus ;ulue -le l'Agso i 1 on
>!i\l; i.el'uTreChr ienncioi 1
convoqu l'extrsordioaire pour
.' mai ieudi 20 courant a Surs.
prcises uu soir aux lins d'i n'en-
Ire l'impoi laiiles coraraui
on^' et prendre certaines dci-
lioos, ayant trait aux in''sda
cercle'
Le prsident,
Fokacuis LAVENTURE.
Des
Objets, perd us
Aprs l'incrndiedu 24 Fvrior
le munis d'une licence, et lOOU [^ ttn cM>not a* POntpe a bras ont
< 1 tonne dsirant obtenir cette licei HSpam SOI les lieux du Sinistre.
roule personne qui dlient uo de
;es articles appt ieosnt la t onr
pagnie, dei Pompiers bibreaes'
prie de bien \uuioir l'envoyer a
"ilaiion (Centrale.
Headlquarters
Gendarmerie d'Haiti
office of the Chief of Police
'orl-au-Piince, Hain,
Ftbruary 20, 1920
KOTICJi
&lftrrilc^I,l,JOihSl!^'-"''
wag tralhc leguUtioDS and fints .lumire, de proj es d
votions of the same within libr
en ferai la demande au nuarlie
Gnral de la Police o elle sen
pralablement examine-
4= Lea propuetairee de voilures
seront perSODalli ment et pecui ia>
rement tenus responsables de tout
accident oaiofracttoo aux rgiemtnn
un s Itfquelpleuis vcilurespouncLl
*etu 1 I que*es
Lee auioi.ucs eont les suivante.'
ontravention amendes
Automobiles et voitures autouir
1 les :
Circulation gauclie.do propos dt
hb^i. en viohtiou de l'art 'J de i'Ai
| rt Cemmunal P. 5.00 or am
1 uur iouie autie voi'u
mme amende que
: I le P8S8
'il nation est fuite tcu
e voi'ure automobile de
iilentir sa vitesse a 7
1 illta l'heuio au touiuart
1 ne tue ou en faisant
pi courbe, sous peine
1 ic amende de |\ 5;i or
Manquement obligation
derornerau tcurnanl
d'une rue ou en fat
sant une courbe 0 3.0) or
Circula'ioi) U nuit sans
Doctfurs Hysn et Lescou/lair
Crard'BueNo li'.l ( Maiton du Dr Mercier )
Consultations
Matin do T bates midi. Soir : do S i 5 heures.
4
SPCIALITS
Chirurgie
Maladiri des lemmer, Maladies des ecfaoti
et Vente k
e
!'*:f
he limite of this city will be in for- Excs de vitesse
a ebauflur
J The speed limit within the 1 L'un ou L'autre
>ty 'S increased from twelve ( 12 )
oifteen (i>) miles per hour;
Ail reports of accidents or
t 5 OC #
I
: Insouciance dt
1Are fois
!' 10,00
- uc fois
I* 20X0
3me teis
iolaiions of the tralfic rules will be ^
nde to ihis Bureau and ail nes Cor f,8Catl0n de ,a 1,cooce Pendant 3
ejd will be paid hre,
AU chauffeurs will be requi-
Lr! *? llcenseil and any person chemeni de li"Renouveler perldenl
mng license as a chautfeur will une anne i si le dlinquant t-si t^ouf
lu a?P ,Cal'on fr same at this!le coup desperagraplies 3 ou -i.il lui
JJieau be lequired to p?ss an exa-aera en outie dfendu de tondum
ine qualification !ucune machine pendant la temps
mois
4me l'ois :
Confiecalion de la licence et emrt
Bordeattjc-Quina
Hoisson dlicieuse servant la
lois comme apiiul et digestif;
recommande par tous lea auia-
leuis. vu sa i;ualh rcconitituao-
e.
L. PREETZMAN.X AGGERHOLaM
--Os
'Miiota to dtermine q,
oje the same isiscued;
1 a 0WDCrS 0f a11 Cars S11"1
F neld personally and pecuuiy rea-
sonsible for accidents or infrac
Jg of ail traffic rules in which
"cm may become involve J.
que dure si peine.
tiesae de Bout de iau
Monsieur Lonce F*h aim et
les autres membres d>- la famille,
/at l'honneur d'annoncer ua com
'tierce, ainsi qu'aux anus lard dt
la Capitale que del Province,
u'ilt feront chanter k Vendredi
t? fvrier courant, 6 Retires \fi
ortcies du matin, en ta tiasiliqwi
Moire Dame,une mette Solennelle
le oul d l'an u la mmoire dt
Pierre L'iie Fils Aim et r'ranfois
lUgOSle r'ils aim enlevs Uur
affection les W et \Lb /crier de
l'anne dernire. En y assistant
il leur donneront une nouvelle
preuve de symalhie et de liante
considration.
La prsente insertion sert dm
v dation.
A via
L'Adminislrat:on de l'Usine Gis
:e a le regret d'annoncer que, la Cil
Jes Chemins de ^Fei I' C S ayan
marqu de fouina ta quantit nabi
luellc de Wigona pour le Iranspon
glace
I.hiIh s' CtMtume
m S4 to 11
m cenU
8494
ruas ur
aiaea S to l
0 W*
(es rulemenis n'elrctent point 1 a
'Arrt Communal en date S di corabuil1lble- lc,d,ib't de '"*
Mars 1919 qui reste toujours eu vi(tMa susFeDdu jusqua ce que la quai
gueur- j l', Ittfhssats de combustible son
job'.cnue.
1 Hert saPriaa j; Pivrisi 1923
B. F. UICKEY
Chef 'h- li Police.
1
I
6490
Voyez-vous ces belles Da nep, v.ulezvous tro MSgSQtM Bt
ALLEZ CHEZ fUarlf8"luI" e"
Paul E. luvla
Fut du Magasin de l'Etal et haversire
H'u\viu,T',r,/ ,,s l:iSUS lKh P'"8 Jal PiOsn-Oveanil u.
aUBANS les plus a p'oprieset d'un choix rare- uvoaux. lg
U vous donnera no Ua issarera A voira robe ons COUPE impeccable o patron qui
Corsets, bia, forme do chape ux. parfomeriav diverse! des mfliiipllra
fabiicania; I..nique on. maie, Trlcopbaroua, Kmmad inn t ? k ?
Pommade Kscellonto. Lotion ARGENTEE flin \ia 8,de b?uf'
SI velout, remplaant les crmii M,ura"1 l8 Peau, blancheur
l ne visite dans Satta Mataoa r,t roi anonii | -avoir co aue
Lvous devw rciter, disparsisssot.
SIROP oc Dt&SCHlKNS
Prescrit p p^SffiSftSat^. dt
_____________,_._,, ,___-_ ;NEJ"'E' nCUhasii#Mc. raiBiEsst Manon
fciuin-ur la l-id- nu- Il UJl I, nk,., |.,t | ..i^TT^hT!?.]Il, P0',",",Evr'0"V*'ESCENCE SUHMEN0E. rfr.
1 "iiuiin snntiMi rco.lbv tu eu un* .lenouie i
A. de M A T T E I S


n *aii*v

.
ARTICLES FRANAIS
rande Maison de
La maison e
Rue du Magasin de VE'al
riMu
Vmr le*leamer (tanai* Caravelle arriv ici te />
courani tes article suivants:
Chapeaux et canotiers de Joutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et colon
Nappes coutils matelas
Chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
Cravates nuds ef rnates assor-
lies, Gilets de flanelle.
:Mr JuanBautislaDa
A |#i uli sir d'nnoDcrr au public} i gterai que sois
iuvriia
Une Granit* Maison de Mode%
a fin-ter de* Paris iV*-YoiL Jl y aura un ratd
cosnuies c ir'f f iirin/p pi i r I oumes. kimnes et eiifanij
uvi v :a iyAt ruent lo fin-; \\**i s p un 11 coi l'eclion, sur
ut.e m liste Ai r.we l; I nt. liicit << nnue u^i s la iiautol
de ceue vile.
La Mri.-on *erdr, en oulie, ias rrarrlnrdi es da J
chou tl a un i ix d-liant mutes concurrent es.'J'uus ses artitl
piis a p.: r. mniiss o.-.s des plusgandes fabriques des KiabJ
La maison
Veuve Barkancoi
----------_

a reci
; r. A ; !l
1^
f^::iZ^ -

IIl*,MiWI>V--A-,.1(^MtCe.fo r MatAu.* *^ Assurez nus-Mire
o
H
FEU
J.-j HOMZ INSURANCE C* (le -Y
J*'
Adressez.vous la plus forte compagniedes K U
agent Gnral pour Hati:
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Protgez voir: Maissc, vtre Magasin vos dpts au taux les
# plus raisonnable.
km Ira de mission ri lis Courtage payer
Renteipnez-vou sans frais par corre^p mdance ou
reiuz diseutervotre problme chez
Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai
.t.\m.ir-.v..-^ir^-fr.LjtuipiMjw
EDWARD M. RAPHEL & Co
]\ew- York Pordu Prince
spcialits i
Uaporel
.> '
,'
'.

m


CIGARETTES
tKSPOTIONAL CVAUTy
.-,..,.
FUMEURS
Voire sant est (jaranlie, vis
ludes de fumer conserves jusqu'q
vieillesse, doptez
La Crole
Dlicieuse cigarette. EUe est d&t]
tous les quartie s.
15 centimes le paquet
Dpt central,Bar delaPaix,LtuiR\
GAETJENS & Co
Rue du Magasin de VEt\
Ris P. l or les 100 1ivm\
Tles P. 1.25, 1.73 et 2 or.
JOHN BURNS &
1801. Ri du Quai
Bonbons aciduls 1
par caisse: j
Lait Condens Nei
En vente, chez nT^i^
em -.xst \ Marms Bine. Lui .v> Gros
L Preelzmaaa gge
/


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM