PAGE 1

r*-LB IIUlH Revue du March Koi'ci tes pria; e/< gros de urch iv la caisse 10 Mantgue cotfolae j loi a Beurre chaloner.la caisse lleum* Ocorior IJ caisse Ki/ rangoou lu 100 i. Ru Parna Hareng en saumure le baril Harengs saurs la caisse Tieion de Morue lia '14 Sucre granul leaglOO 1. Sucre concass Sucre brut dominicain roo Tabac jaune les 100 lvs Tabac noir Huile de colon la caisv 20 fi. Huile de Marseille 24^ Huile Duret 12 boutPorter la caisse de 6 douz. Bire le baril de 10 dz Suif le tardeau Cannelle les ico liv Muscade c Anis toile Poivre Giralles hougies Fournis la caisse Cirages Perles Gloss la caisse la ni bon la livre Or 18 17 7$ 5) 4' 38 37 € a cai.se > \ 41 16 '7 19 75 2, 81 42 21,59 2) 23.)0 15 80 62 )2 6.7J 34 21 7 jy ?) 50 50 w,5<> L'EMULSION de SGOT7 est un puissant aliment mdicinal qui par lui mme contiens tous les lments ncessaires pour donner la sant et la force Prennez-la pour vous convaincre. E*f* tcujour eettt m*rgua Parisiana Confrpn.-;n illustre par 200 superbes vues en oouleur Sojel — Californie, la #ptiidio!e DonoeparJ A doiph* CLAIR MONTE Hardi le 24 Fvrier 1920 ci S heurts du soir. N. B. I.a Confrence est donn/e •ntin ment en anglais, mais BMI'P par des prniectioua toujours eban gant*-" AOMJ lea moins verss fn cette larjgue compre mlron Pau rnr, o\ pnnr "'autres,ce sera une orraFion d'entendre une confrene en bt anglais. Nouvelles Etraufer s l'AR CABLIi 19 Pivrer PARTS—la transmission des PJO VOIS prsidentiels futli-u cet ap-s Faits Dii < OL1EGH T D |V r dred, ,0 F Vr i Baicmtre c Temprature mit, in-di so'ennellement s il'Elyse dans Eatre Esclaves Drame on vtrs de Mr Liantes Bej set a reprspnt Smiedi 0 Mais pro ie alun des ambas adeur Poiocar ,. hsiM k Parisiaaa et t LCB Deux n our du prsident du onseiel ei Masques du nume auteur, ies prsidents de la chambre et du: 1,9 nombre des cartes est limita inat, des ministre et di chah de on en trouvera l'Essor, aux cabi boraux des deux chambres ieut nfl f s de Mes 11 Hogirth et C FourInier. Moyenne diu rne Ciel clair la matio f prs-midi. Pluv.om..reveisI e j,. Pluviomtre r 4 a w Baiomire constant. I seq Faisons valoir l'i ndlUl j Il est certain que l'industrie pleine progreiiiou. Pour j'en -i a'a qu'a visiter l*acelier de v thart Archer, rue Prou, o occasion d-.-.chnirer. un ma „ nd par M. Duci^: S vallcui. "* Assurance maritime etire Monsieur Eugne Le Bota 1 pu obtenir de la aome Insurance Company dpartement 1 maritime, mandat d'mettre des polices d'as.Hiranees mari irres culires un uux 1res l'avoraliV. il est en rainure d'mettre pour les maisons ayant un trafic et: st nt de cabolages une police llolianle pour l'assurance mari une ooiiie. Pour plus amples frnsiNDe-| menl s'adressera Afonsteqr Euone Le BofisAgenl gnral pour Haiti. Entrs .' Une gourde Parisiana Illustrated lecture in English talitrma ifae beautiful l.y J Adolphe CLAiKMUNTE Toesday, fc'eotu ry 2?4ijj ai < s p.n 2oo superb visws In cotor .it///Kss;o/i, Due gourde* Deachanc l Poiitcar pronona un; allocusiori disant que !e po te ne peut et e cooj fi i un me leur ouvrier qui j a un vit clat sur le parlement et qui sau ra tre impartial et conseiller la sa-( gestf. i'oincar a'ilrma qu'il poaviit compter sur le concours de tons les 1 Iraociis el exprima 1 Desch nel sesl souhaits pu ses dans la conliince) gue le nouveau Prsident inspirai" au piyj par sa haute valeur persoa n le et ardent patrijtisme Dtschanel rpondit i son taur e ; remercia en disant que pour remp'ir l'on devoir il r/.urait qu'i suivre lea neb s exemples de son p Jcesl D'apr^a seur qui reprsenta la Frauce ave; une admirable foi patriotique duran ks heures tragique** et ajouU que 'orL de la syqapatnieet la conhince es assembles, il travailler de toj on cour dan.* l'ordre de h oi e'. Bordeaux-Quina Boisson dlicieuse lensot la lois comme apritif e digesiil ; lecoinnianUie par loes les a ...i-j leurs, vu sa i;ua!it reconsiluan-j pour la grandsur de h Francs pa le. nicaine. L-s de x prsiienti se renL.PKHLTZMAN'NAGGHKHOLM. liteni ensuite > 1 htl de rillcou se 1 Irouviient galement Loobet etFallrt La Petite Hevue res Sur tout le parcours une foule U soiiima.rc du numro J'-uJourdhui de lai ^ norae acclama Desch mel et Pom 1 rcme KCvuc • que nous venou de rtcevoi • i i i J • Ht, comme toujours, aiiciunt. Nous mconicU1 c aie u icniae l u.cila d'accorder Ions \i ement u lecture. de nombrenses grces mili ailes Parisiana DIMANCHE Les Lauriers d'un autre Le Baiser de la Sirne Eotie G. ioo Place i^sRrve 209 Varits DIMANCHE T.'OBSTAGLE le romaa d Ernest Dsatfet, JUDLX Dernier epidodo Entrs gnersls t 2 00 kiafaats 1 eu et civiles eicluiut seulement les cri me** contre la p trie. I.e projet sera ijcesitmment dpos devant la chimbre. Poincar reut des llgraii: mes de flicitations dei rois d'Italie d'Kspagne, d'Alexandre de Serb;e,du Prsident it la chambie licige et les reprsentais de la Belgique. Dollar 14,31 '. 2 ( Le talent de Mme Archer e nature abolir l'importation cn V 1 os.rqu, cotent beaucoup ! bu flicitant la ch-rmante Ci nous sommes demandes pourquoi c-.l pas a elle pour l'a.neuDic^ .ons du Palais de la l'rewJJ *s Kelauons hxtneures, par 2J jn escellent moyen d encourager !" I iicnue et de taire va.oir l'industnei! Compagnie d-acroh. II nous est tait part de la produj Port-au-Prince d'une Compaq j" La iroup.' est actuellement au iv, est dirige par Mr Sanche* Naldiui Llle hissera le Cap dimanche tel Prince. rn Cette bonne nouvelle nernanquen, jouir population. Dcs Est dcode hier a l'^ede a i n i in Nicolas Paul Blanc, pompier Loi auront lieu cei aprs-midi Le couve, a maison mortuaire 'ise ;ue Courbe t .our se rendre X I Fglise St-Joseph Condi lancea aux lamilits tprouita. | „ ,. Re merciements Mme \ ve fcdmond Hrtux, Mr ti lones et leurs' enums, Melle Claire t Mme Weber Hyppohte et leurs i les autres membres de la tamilie, Son Excellence le Prsent de la Rg Conseil des Secrtaires d'Etat, les en iiaiti du Gouvernement des Eut!] wr.quc et des autres gouverne^ie! !• personnel des douanes, le bureau dtl gwiral, les fonciionnaires de la a'Haui, L'Jrdre des avocats, la rn_ oagnie des Pompiers, les Frres dei. i.nreticnne et tous ceux qui Icuroatl Marques de sympatiiics u l'occasion *| ;riicuc qu'ils ont prouve de la perso] mari, jtn grand pre, beau pre et L Le i,r Edmond llrm] Ils les prient de croire i leur nai.saii ce. J9 FEUILLETON DU tWA'^IN %  > index GRAND ROMAN Pi A H 1 11 i R B E il A'XD i' ( Firme par L. Feuillade )J 'lROISIME &PI80DI LA MEUTL FANTASTIQUE %  Ifaori dfs prMMsuta baifletou Judo:, personnage niamatique, tient en .•tire uvoir le banquier lavr.ix, qui l'on croit mon. Jacqueline, 6U iu banquier, aprs avoir abandonn a l'assistanc<* publique la lortune mal • acquise pnr ton tere, a cte mit\ce par l'aventuyrire Diana Menti Cl Moral*, son complut. mais elle :cra peut-tre sauve, rar son CaSnu ,'icnd lu libert a deux pigeons qui doivent avertir Judex si la jeune lemtve est en danger •L'homme n.vvrieux ngit tUstitdl et lanctsor. 'chien Vidocq sur la pisie des coquins, qui ont _cli;cn envahi u villa lie Diana Monn. ,1V (Suite) • — VisiUurs inattendus] D'uD^geste oergique Diana l'arrtl'a* d'imprudence, Morales... y l-Jtgsoua quelque uiaclnnation ourdie contre uous. par Birarguta 8R()u doute... mais il nous lw paiera Et comme les chiens commen aient biauler de hurs pattes vigoureuse., et rongir de leurs crocaacra la poite du salon, Diana s cria : — Aaaufon?, avant tout, notre 6e carltl eje dirigeant vers une aaaez vaste chemine eu bois ecul^t?, lie oppu e f-ouce un endioi. sonnu y* d'elle seule miime, dcouvrit l'amorce d'un escalier c.ii s'enfongait dans les sousBOl8-| — Allons, viens... ii l l'aventurit^re. — Et la jeune femme .' lit Mo: a et — Noua d abo d. elle ensjito con dut la misrable en entranant on am nt... derri'e la chemine qui reprit automatiquement sa plarvAu mme instant, la ponn %  'puvrait avec fracas .. livianpaiiso^o ;i Judex et 100 f.r.*, que prssda< Vidocq.. et que suivait un magmi ]ue cauiche bianc .. dont la honru tte narquoise contrastait aveu lus pect livieux, sgitS du limiei — Trop tard! murmura liger.. Nos vilains oiseaux se sont envoleb — Et par Itl dclarait Judex, ei montrant la chemine devant la pu:!!.Vidocq et le 1 aniche s'tait; -,1'M itiiii.'iu nt arrtesOuant aux autres chiens, dtvenu^ subitement muets et immohilen. il attendaient dans l'antichambre, lais* ~ .t 1 : r arparaiiie travers ia pmt. uuvcite iaurs bonne? groSKS tue. It-t cordialement sympathiqueAiorv, se tournant veis son frie. judex lui dit de aa belle voix gravr : — Eiie, occupe-toi tout de suite de cette malheureuse... Et il lit tlairer de nouveau le ;-ui de Jacqueline Vidocq qui s'lana aussitt au dehoit>. suivi de l *•:-* 1 .s'apprechant de la chemine, ani es avoir constat tjue les deux bandits n'avaient pu fuir par le tabliez Jn dex dcouvrit aaBc: facilement le (mcauiEnie tecret qui dissimulan t'cscsei d'vasion... dont il s'appre lait descendre les marches, suivi ut 6011 caciuh?, lorsque Hoger ievinb annoi ant • — Je I ai tiouvel — O est-elle? interrogea vive ment l'homme la cape noire. — Dans un caveau amnag on — Maxime... tes e ll J'aurai beravisseur.', en j-i veille sur <.o s .; nous nous sommes empr soin de toi tout I heureLaissez voas conduire par les bon* courir votre aide.. Dinlemeat, Maxinia savait sur I c hiens Suli vous en ourent. I s von son posjtt'rieur, montant une garde' mneront, travers la furet, jutqo'a vigilante devant la chemine. ce que vous soyez l'abri-— jroax l'endant ce temp*. aprs avori — Je me trompais... Il m n tsnu descemiu un troit eacaiier en cohpuolo, 8e disait Jacqieln.e au CJHI maon dont lentra 89 dissimulai bis de li surprise et de liuolion... l^ns un placard de li cuiine, lei; Et pourtant., les Jeux iieies armaient jusqu'au calours dans leur hres arhvaient jusqu'au ca veau que Vidocq a n pistnen rpar. Jud il lit sun lement en dsignait la jeune lomuie — Garde l/ Taad s que Vidocq se couchait en rond aux pieds de la jeune ^femme, ludex dit son frra ; — Ht intenant oo'alls est sauve occupons nous des autres!.. Gisle iotsrrogsait 1 — #hre int'iame Berlin,, ment av. z vous pu vous 6c — Ca sont cas braves crreoil m ont dlivre C est un vrai tore. Et puisque je n. sais pilous sjut toupus quel est leur matreEl caji.'.. l'ai quel vous, comment avezvoui ni j'e am prisonnire:' S sir* la m oui lie hsita ioo, 1 une noble-s* incomparable, fJirargusa dclar it — C'est mon fils, qui, enpfi plus violent repentir, uou* H Lorsque Jacqueline sortit de la nantisseuieat daos lequel Diana et Morales l'avaient plonge, un specta cfe austi trange quinattendu trap pa ses yeux... Un jeune fox. a~si prs d'elle, la regardait d un air & h lois intelligent et amus Un superbe policier, la tte sur ses geuou.x, semblait I ai dire : Je veille sur toi., et groups autour d'elle, lea %  Inbeaux chiens de la rOBSte bottt que la conlemplaieut avec l'expression de la plus touchante et liJle bent I Tout dVbord la j une femme crui qu'elle tait le jouet d une hallucina tion: mais sa mai 1 venait de ren p Iia0D { c ontrer la lettre que Bon sauveur lui Klle fd vu'. 1 avait laisse... et il lui sembla en — Non, car elle est encore fous mmo temps q.xa tous ces yeux lu iueuce du nsrcoUqfie que ces braqus sur elle lui expn liaient misrables lui ont fait uDsorber. — Conduis-moiComme le candie s'appi'Uai 1 emboter le pas deniers son mu cbsmine, pirouefsn sur elle|cvlu. c. lui ord,on D — L's, mais lis !o c bisa vit*/ Elle de* in a l'env itoppa La le ir /tait ainsi conue ; i M daine, voua elune,et vou* o'ave? plus fieo i craindro cf voi p odige at-il pu ntroavv m 1 t soeV Oui. quel est doue cet homme qui, api es avoir frapp mon pre .. se mon re si gnreux envers moi Tandis que la Jsnos fommo ss ivrait ces rflexions ai IroablaatSt, elle se sentit tout a coup tire par h i'aveu do "sou'aime Je VO* bas de sa j p, mande bumulement pardon pOS Jac'Huelme, guide par Vidocq qui Soyez unsiicordieuse. Laisuz', marchait en dcUireur. SQltaioe s 0 ul le devoir de chtier la par le lox qm ne la ludiac |ias, e-t ble.. Epargnez le dsrjoootjr suivie des beaux vendens... dont nom |Uqua!ors sans rejy les .longues oreillo.s avuy r g Ues 'criait au CJI) motioa : —Ah! madameIraadamal 1 tu-, brusluement aetait^?^'^ !"!" ;r " !" * ^^ mre .. Je n'appartiens; pi"*' mou enfant! C'est dsorm' ;|l, 1 but et l'unique objdt de un "M ^ inclinant respectuo tisr!ii Ju l vaut cette crature d a 5n4f9J| de aaentice qui se drajtait l'C uient dans le mystre d ^ e ^. qu.3 loi presseuta t in lona^M duc de H. argues ht simple"* — Veilliez me di'-e. is4 |fll |B doii voa-co! dutre? — ANepjlly/ Au mgae instant, un. CW"



PAGE 1

I t^UAtifi tr^SSSf^SVi : a jffCr^ xV.• -\ ,;T CREPES, UTMRaES, IttfciTr, Sj yy SliiTB DE COvU£LUCHE ET Ci f.:i 0 UNS EOTE CLINIQUE Sous rin/fuence du ,, PDi|OSESU$r H* LA TCl'X SE CALME IMMDIATEMENT. LA r.'EVRE ET LES SUEURS NOCTlRNfcS DISPARAISSENT. I CPPRI -.M.' :. KT LES POINTS DE cor£ S'ATTENUENT. LA RESPIRATION DEVIENT PLUS PACILB. L'APPETIT RCVIEKT. LE SOMMEIL REAPPARAIT. LES FORCES ET vxer>9it RENAISSENT. EXPLGYI D,'>• %  soriISSfMlis Al If LUS Du 81 ter hjBomuusemce du public len (/entrai et du commerce /- purticulier que nous avons dan%' WOOLLEY. Monsieur Du pr Martineau, dj investi\de notre procuration, ,,,,,.-., ,. Jl sera procd le mardi que l'or Les'eami r toli ni partira comptera a Mm i ,20, a dix heure, 1er Mars pour A,;\v ) or/;, [dt matin, en I tude er p.r le mi"' Procuration as notre matsm Le stcamntt.cn. Ernst *fft\alstit de Me Lamoricire laibilh, 4* Jtmie. Monsieur JOB au Cap aujourd'hui, /cia tout leslOOiMt a Jacmel, a ia vente au plus pOf\l Jacmel et Criftobai offrant et dernier eicht'risseur de* biens ci dessous iraatt : 10 Lne bille (n mur couverte er {partant en cong dater du 1er iol, apuiif.Duca et dpendance, || ar8 IftjO, Mr Joft Woolteywru -^*/ftMlwr o rUen pnur\ou S les ports ti L No es[ Sltu |u|n#J J .Vtf< anp^/ioiw qte 'a hjnr Aone e i born au nord par la / 010**0, o< l .i Mar^, acceptera du Rue, i l'est par Mlle Hirmmie Pon cargo pur connaissement direct imyttc, i loett par Iina raupiei pour la /dupait des grands permet ru sud p r la mer. WAnalettrrerfItalie, de France, Aux teqole.pounaiti ctdiligaaci ]>-( r \tendu ici le 21 du cour consiruc 1 ru'su \i ate eX P enaan t toute la dure, de dlle j l'absence'de Mr Duprl Mar'ineau. toer/s DUllONWiCo. Achille v of-fffT* ? c m Cili K*!"?" Mil ,„,.,.„/ ,/ ir M ( JtaJ;e )• ]e second la NouveJIi ts it 5 R 4 -J '^Baaii*= ?e,r ?? ,(>/ *'„ ,. I* de Stouesties-Liquidrteutsdels. Beurre de (aile i:s 94 to 40 • tJ.I'i i)l*M tizrs S to 14 KO ca.: — LesteamerOranie Nassau ittendu ici le 2(1 du courant dure ementdeN. Y pour l Europe. Ayue Maritime franaisi La L'^uo Ma tirne Fransiae a d po de oiiiibter une tomme d< 1000 fruncs aux infortuoei rsi.Nperlenaufrt maison Mnoebmeyet -Veveu et Ce ablie i facm 1, ayant pour av. ..t .Vies bdouaid. HoiUts et Alorcl ou baireau de .lacmel, le second mil t u t actuellement a l'ott au Pnna, avec lection de domicile au cabui'l Ju premier lll Jicmel. Et en veitu 10 de la loi du 13 N'ov mbie 1918 ; 2: dis auties lo Il iritl relaiiis la Lquidatiou oc naisons aJltmandt jo d'une dci iion du Ccnseil de.; Secu-iam amricain Crme de I opez aai del AHtKjUf pi, en dote du 2} Stplembre Miy, .,..„ „ (o oc diren actei auihentiques eta On demande m a-t'er des timbres fedtei m il '<,)\i — ^ Gltrim r ( { y,. \ L I$ll\ } Iviptimetic du Matiotrident relpi tit quelque d ceinh'untaiieniPni.toiial.'Bfliieni niteri ft vendens, boodireo olissant hs droits de la m:-ison Mui.chnuyer Nt.v n& Co ; 30 d'Qo .ip!o I en da e du 1,1 1 vrier iy2o. snregistr, constatant que 1s venu les d.ts biens n a pas pu avoir lieu faute d tncbcrjssiur, Les enchris seront reues mi la wicme ce deux paillas dollais 01 loricaio ry 3.000 l'ou rlus amples renseignetreoti i'adiesse Me tamoiicire Urbaih, Voyntcm ces belles Daines, voulez-vous ;re tfgtfliea et sœsrira comme elle ? ALLEZ CHEZ Paul E. Auxila toi du Magctin de l'Etat et 'traversa,e Corsets, bs, foi mes de chtpeaui. 1 •ifuroei'i#a divrr i Hbncan,.; Ionique ontmaje TnrnrihJ r! \> ? I dti 'oilleu^. s Pommada Eaceliinto E00^UflGE&m £!l T"\P b '*" 1 et velout, remtlscant le crAm.. P8eU,ant %  ^ peau, blancheur , Ji Il qu '" c C. r avait du rele [OIT | Pn pp C |, er de s'eianei 1 ea< r"f p r*e in rriture. mm mur.yoix fini-Bflote. u ett un arge.'.. (A iuhrt) Potl au Prince, 20 1 cviier 1920 Fo. BORDES, MOKEL mr> y f g : '*f Ngociant Importateur 1723 P2.J Rues Courbe et Thomas Madiou k "* rr A l'avanlaue do raopuler loin Farine Gotd Medalf"f? it } a ^ or i d ^ s f t i < T i, i U : 1 A'tihonite, du hud et de lOues' Celle par • JOHN BUKNS & Co iS01 t Rue du Quai Boubous aciduls ste par caisse. marque est leprsenleiql.'ii M lier t leur dioronition -#l j sollicite leur cor.linnce pour (oui IMin.TZviA.W.service exci'ter en leur favem AGGKIIlOLM m V


PAGE 1

f.i !•-'< %  i r i %  r --— %  *ARTICLES FRANAIS La maison Max Monsanto Rue du Magasin de VE'at Par le s tei mer fianai* t Caravelle i arriv ici le /•> courant les article suivants : Chapeaux et canotiers de toutes qualits pouf dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses fil et colon Nappes eoulis matelas Chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soie Cravates nœuds et rgates assories, Gilets de flanelle. Grande Maison de MODES Mr Juan Bautista Davi, A lft pli si:: d'annoncer au rubliceo glerai. q U 8 sois pj ouvrit a ... %  Une Grande Maison de Mode* i l'inslar les Btzarta I\t*-Yoik. 11 y aura un erard sic costumes aptoclionnf potrfcomrae. femme* et ei,fam 8 trouvera galement le fins liw s pour la coi feclion, sur pli une artiste de rare talent, hien e'lle. La fttotltn ver.dr, ^n outre, des rraiehardi es de p, choix et a un rix d'iian loutes coucuricnces.'i'cusKsarliilejj pris avec commissions des plus R andes fa iniques de* E ais-J k.a maison Veuve Barhancoui a reci s i I^I %  ' 'ICI %  m%  ZSWV....:?: %  :. .' : • 'r••T %  • : 1 / _-.._ W TUHKSH BLl'NI C2GARETTS3 -*CiW TlONAL QUAUTV "—!> %  /ssnrez veuscontre L E F E U La HOU£ INSURANCE C" de N.- A dressez.vous la plus forlecompagnicdes E U agent Gnral pour Hati: Eufl. Le BOSSE, Port-au-Prince ProUfl voire Maison, votre Magasin vos dpts au taux les plus raisonnable* Aucun irais de eommission ni de Courtage payer Benseiancz-vous vans frais par correspondance ou Virex dseutervotre problme chez Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai .: -.. FUMEURS Votre sant est garantie, vos h tudes de fumer conserves jusqu' vieillesse, utopies La Crole Dlicieuse cigarette. Elle est dm tous Us q> artiers. 15 centimes le paquet Dpt central Bar de laaix, Hue Ri i<*jrvj**vEDWARD M. RAPHEL & Co jjpw%  ** < %  *-• • %  ,* • ; sa rc tri tiens ' b xitt i • me L T^ %  .• \TfVM LasPiin ration* Pfilmolivc" pour la toilette compriment: Le Stvroa ••Palr.ioiivu' Le Coltl Cresm I a Crme disparaissante La Shompoo La Crme rater L Poudre de Talc et de Riz La Roui;e pour la visage et le l.'vre Tout lont galement clbre dan* le monde entier. ^1 7/7 moiive u bine !• J : .!8 'tister, :,>-•}..•'' d'Olive ont pre i rftit* i un parfuin d< lia '• %  inouue iouce tt crtaieus* EMUOi* la perfection. U QdOttdt \ TH--3U la pis d LcatS. Voua y trouves M secret de !a tMtttt d Cltcptre. Voupouvez labMr, aioul les u\rc* pf] Il • -Palmolivr" pool la toi folM tour* 1rs I MgM : preotlet ordie. .\J;T.'. erc'.UBf pour IWu Edward M.Rfbl fc> Ai.ei t New-York Portail Prince Spcialits 1I3 Produits Ranorel 1 II:: PAi.M01.lVE COMPANY, n^ew York nd MiU-auVe. E. U.^



PAGE 1

f00pSR r5 3715 Ppfl a Prince, lislu Samedi 21 Fimeriy20 DIB-.CTECR-HR0PR1ETAIRE uiftUUt-MAflLOIRE MAGISTRA T CQU MPN.U U NUMERO 15 CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE n, -ois G. 2.00 UKl'ARTMENTS Oo moi. 0; 2M Tro's 03018 > 00 Tf0 STBANGEa Trois mois ________ *• M^ r r t annonres sont reues au Comptoir la. rastiooal de Publicit, 9 Ru*' Tronche t. Pa| r t i 9, il, 2j, Ludgate Hill, Londres. Dieu a rendu la terre assez fconde .pour satisfaire aux besoins de tous. LAMENNAIS Quotidien 1ELEPBOSE : 148 %  — ivenirs de la Presse anglaise a e otidoft Time*'' un peu L'Europe doit compter Les Finances franaises SUR I Le gouvernement se prpare A prendre des mesures srieuses las Ho l*>, j'e^ 3 la faveur d'une invi w JJohn Oelan\ slors dtcttf'H'i 1 'limes, et rtja autorisiil.vbiier ifcez pouvfm les aie 1 dj ni and journal de la Gt*, ,„ iVintingliuuse Square . J -ti dii iorspiix du liiivs un />'n// sa r lit dans lus initiaux pouti jues, araires, commerciaux e'. ni .1 as de la Grand '-Bretagie, ce 1 it cause extraordinaire d motion • laquelle il entrait beaucoup <'e pr.se et une bonne dosa d'adiui [tion et ce erl. linus est imprim a/es un 1 meioodique. Son paj-r de lu ses nombreux supplm -n--, h at de es collaborateurs, les or jondancas qu'il reoit de t > is l pointa importants dj Rlobe, jus aient sufiiiammemeui l'elvatio 1 ItOT prix de vjote au jiuoifro q ri ex pence a l'ong.in, ne nblaic d liiivauien tlx rois penu apri ait eviient que 1 1 lemp', d 113 conditions, ne pouvait prtjn 1 au tirage de ses concurrents, | graudi journaux un penny t-ds s le Valy leteyruph , le Si m ri le Daily Aui ou un de ut oy, comme ie Un lu Mail , liais sou autorit sa mamieuaP, le cbill d de ses 1 -ci mra doas sensinlement celui de sou tira cir les mardi indi de journaux fiaient parfois le j >urnal a leurs puts au lieu de le vendre et du > exempt tire passait ainsi en plu """ miins. hua tard, les directeurs du Times lient rduit dun penny le prix 1 numro, sans changer quoique |soit a a forme extneu e. Il en rsult un dveloppement lu Un [de la circulation, et I augmenta %  o du tirage et da la publia. a gemeut compens dans la 1 idg t tournai le dticit caus par la arma. Cette exprience ayant peinent ruasi, on en fit une a J 1 Plus complte, plus dcisive e Ja que la nouvelle fut connu ns Heet stree 'os dmanies dee % oces de journaux et d'anuo .cs l'eot telles dans m* nuroa ix ire LJ niai, dont les lettres ren seusa uon dans tou e 1'Aogletirre et daci I-"' autrea pava. Il devient nu t tre djrir dar s la grand journal tt parmi es cola borateurs on cita Dlrafttl (lura i\ it conslild), la cardinal fleiomau ( qui lignait Caitolfus), lord G ev, Ma cauay, bir Wili.m Harcoirt, od S lerbrooke, 1 co .onista, S:r AuaUn t.'iyard e tant d autres L* lutoritj du journal devint t i {Viude, et ce n tait pis sans quel que raison que, dais uoe boutade prononce du Haut de la chaire, I rchiiiacre Dmuwa'ec ia : Si l.i:nture disait une cime et le 7/ "' la close cou taire, quatre vi.mt dit Aurais inr ce it crotraieat plu ; le Tintes 'ndrat environ irente six an3, h limes, quoique toujours bien rd je e copieusement inform, tait lei stationoairetaudis qie Iflsj aut|ei g-ands journaux iro^ressaient 1'. 1 d JUX bonds prodigieux e s c -es aifl il is rejiign t ot les d su <;i. A loua lea pjinta da vua et ,. v nu ent dans la pretM auglaite vaut dtre aigial et s laliga \ p tur iiliar mes coufrrea du la prtnte liutenue. A t'po jue o il y avait autrefois dmx grands parus p-.'it.ques eu AU geter.e, les whigi et les tories, le J>>n:s, iudpenda-jt d allure, se te n it gie dis anco des deux, puant au rle d arbitre impartial, mais, aux poques de crisa, [tait son i-illience dans uu des plateaux d 1 la oaiance. Lorsque Glud-tone, • "the greet old man • alli des Irlandais, com me le tut Mr Asquitb et que I e-. ui|uurd'iiui Lloyd George, des bb I aux et des couservacBuia, GUUv to.10 voulut donc imposer au ParleIIH.I on anhiqua m bill de < iioma I.JI, tes 11 Sera Qx se divisrent et ce A q .1 VOUIUKU couset ver l'unit Un ruyauuie se rangrent &oua la bol 1re ne JoscpO Chaiiibtilain. dj s ce ut. ae bnuraux unijiuste^ lia coiiiuiin ent tfec les coucerva l.UIS Ds lors la loli'ique du limes pi rut dciiuiiiveu.eut oriente Jusque la. on aurait pu croire que idrgaue d a Walter, des Dclane imitait le meunier de Sans .Souci, De qutlque ct que vint a soof Hit le Ven il y tOUTut 1 &osi atle e 1 a'eudoimau ceme-1 • Dsoiinils le finis soutint cer giquament la cause co"seiv*tiice sans rechercher 1 boeneur dctie, comme le StandarJ, un porte-paro les quasi-efliciel de ses leaders. Et, 1 heure o une crise grave, provoque per un nouveau bill de < Home iule met en pril la vieil le Construit on du H^yaume Un, la mesure qui va, dans de fortes proporuons, mubtp i -r la difiijult lu II •ic$, mrite d'atirer et de rete%  ir /at eudon p.ibli m B Aujourd'hui le l'ItliS a mis rom pltement au rancait tes VI-I les mi emes 'imprime te, Pilnting b MI se squu r e on emploie la tmoiypt ; des machines I o ii-oaer et a tonL'EvENf-MEMJT du 29 (invier 1920. L opinion des milieux offic'els La semaine qui s'est eCUls eut bien lu premire d'puis plus de vingt qaa qo idienne dans lu pres.se universelle Ln pot au c U /-* estent ><•* .1 -/f usaient n quil.bre financier. F.ance. Telle est l'interprtation qu'ils On ne sait pas encore si le nondonnent de la leU e que le secrtaire veau cabinet approuvera une cotdu TrsorGlass aeov y i une corn rence financire internationale pour mission dis lit ils Unis qui dsirait rsoudre la question du change et co maire l'avis du gouvernement les autres dit! :ul ts financires. I.-s sur la confrence internadonale des renseignements puiss aux meilleusommits ds la finance et du cornres sojrces disent que le gouvernemerce pour discuter les piobl.nes ment n'a pas l'intention d'avoir rede reconst uctioa. cours de tels moyens, mais qu'il M Glass a d: are catgoriquement prendra des mesures promptes et que le gouvernement amricain a nergiques. tai tout ce qu'il a cru tre judicieux La teduction de la formidable som* et pratique pour venir en aide i me de pipier-monnaie en circulation 1-Europe . est considre comme une mesure Li confrence, jouU-t-il, ne serdes plus ncessaires, et une anssi virait c qui crer d.la coatusion, i grande partie que possible du nouriviver des espoirs et produire du v 1 emprunt sera employs dans ce dsappoin e oent au sujt de futurs bn La quiot.t d; b lie sd: bine npruats. • que qui s ra retire de la circulation Le secrtaire du Trsor dit que upenira d; l'importance de lemson dpartement ne s'oppose pas p an ci que la Chimbre ie commerce des Uns forte augmentation dei im Etais Uapration peut nous sauver. En langage financier, cela veut dire liquidation ou une certaine compression de cotre dette. vendre dre les caractres d imprimerie par lignes, au lieu d'ereintar les etypos li distrioution des caractres en dois de pu e d'impreasio-i. Les journaux d6 la Dominicanie de Cuba et de la U uaique, nous ont devancs, depuis ass z long temps, en mettant de Ct les prs s-s main pour employ r la bnoty p<\ La dpense poor • t on I ou 1 luge % '"t oam nAo pn r PAnnno tn* du t' 1110 ^ du peisonnel pour U ci mpi'ritou du jpu n

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05050
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, February 21, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05050
System ID: UF00081213:05050

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
f00pSR r5 3715

Ppfl a Prince, lislu

Samedi 21 Fimeriy20
DIB-.CTECR-HR0PR1ETAIRE
uiftUUt-MAflLOIRE
MAGISTRAT CQUMPN.U
U NUMERO 15 CENTIMES
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCE
n, -ois G. 2.00
UKl'ARTMENTS
Oo moi. 0; 2M
Tro's 03018 > 00
Tf0 STBANGEa
Trois mois ________ * M^
rrt annonres sont reues au Comptoir la.
rastiooal de Publicit, 9 Ru*' Tronche t. Pa-
|rti9, il, 2j, Ludgate Hill, Londres.
Dieu a rendu la terre
assez fconde .pour satis-
faire aux besoins de tous.
LAMENNAIS
Quotidien
1ELEPBOSE : 148

ivenirs de la Presse anglaise
a
! e otidoft Time*'' un peu
L'Europe doit compter Les Finances franaises
SUR ----------
I
Le gouvernement se pr-
pare A prendre des me-
sures srieuses
las
Ho l*>, j'e^3 la faveur d'une in-
vi w J- John Oelan\ slors dt-
cttf'H'i 1 'limes, et rtja autorisi-
il.- vbiier ifcez pouvfm les aie
1 dj ni and journal de la Gt*,
, iVintingliuuse Square . J -ti
dii ior preat'g da l'un a diua tons loi
ri, et qui 11 a tut quaug.u Miter
jo'aujourd liui.
}uand la nouvelle di h lri>s-
piix du liiivs un />'n// sa r
lit dans lus initiaux pouti jues,
araires, commerciaux e'. ni .1
as de la Grand '-Bretagie, ce 1 it
cause extraordinaire d motion
laquelle il entrait beaucoup <'e
pr.se et une bonne dosa d'adiui
[tion et ce erl.
linus est imprim a/es un
1 meioodique. Son paj-r de lu
ses nombreux supplm -n--, h
at de es collaborateurs, les or
jondancas qu'il reoit de t > is
l pointa importants dj Rlobe, jus
aient sufiiiammemeui l'elvatio 1
ItOT prix de vjote au jiuoifro q ri
ex pence a l'ong.in, ne nblaic d
liiivauien tlx rois penu apri .
ait eviient que 11 lemp', d 113
conditions, ne pouvait prtjn
1 au tirage de ses concurrents,
| graudi journaux un penny t-ds
s le Valy leteyruph , le Si m
ri le Daily Aui ou un de ut
oy, comme ie Un lu Mail ,
liais sou autorit sa mamieuaP,
le cbill d de ses 1 -ci mra doas
sensinlement celui de sou tira
cir les mardi indi de journaux
fiaient parfois le j >urnal a leurs
puts au lieu de le vendre et du
> exempt tire passait ainsi en plu
""" miins.
hua tard, les directeurs du Times
lient rduit dun penny le prix
1 numro, sans changer quoique
|soit a a forme extneu e. Il en
rsult un dveloppement lu Un
[de la circulation, et I augmenta
o du tirage et da la publia. a
gemeut compens dans la 1 idg t
tournai le dticit caus par la
arma. Cette exprience ayant
peinent ruasi, on en fit une a j
1 Plus complte, plus dcisive e
Ja que la nouvelle fut connu
ns Heet stree 'os d- manies dee
?oces de journaux et d'anuo .cs
l'eot telles dans m* nuroa ix Ml iog Uouse square, que I *d
Qiutra'eur dclara qu'il itrai 1 un
MinUd'y satisfar', e que o'.a.t
Nne si l'oa pourrait tour -ir ui
l'Mia des numros commmdes
1 peshge du 7.m s ea. toujours
grand dans les paya de langue
l'aise et dans le rea e du monde
00 continue mme le consid
.n quelque mesure coram8 le
".7 paper in Europe en raison
* donna ions diplomatiques
? iloQialt;g
__Mrtoo< ver* la chute do Na
on 1er qu il prit un merveilleux
in n* les moindrea villages ou
m tre renseign sur les no i
BJk ,contln0"t europen, su-
cri0m,atq'Ji se livraient daa ri
_ a Nwtuln aux ctes d li
n,ul ibrique, et le drage de*
".uu'.ait iQii,ne l-s seul-s
jwes en uaagi taient des prs
main donnant 300 exempt d
Dllm re t en ""P'ant ou q',a
7 la composi'ion, on t.oota
*f^ 8r -'^iieutiji-t
i! .f,'eurdu '",w. Joon vVal
tSr "eureue lonune de ren
. r a Londres un jeune impn
axonqm venait 4 inventer
Irn
un < pr. s^e vapeur Ora e Kred
ne Imr iog Bon num vaut d-tre
rappei, |.i journal d^uulua *o 1 tira
e et distana tou es les f miles nva
Quelques annes plus ta-d, un
autre di.ecteurdu lim-sl nn l'nad
deai Dc'lan?, agrandit sou format,
porte onna ton outillage Penda it
1 guerre de C ime William 11 R s
s.1 fut un correpondar,t .le gu> ire
lj-niai, dont les lettres ren seusa
uon dans tou e 1'Aogletirre et daci
I-"' autrea pava.
Il devient nu t tre djrir dar s
la grand journal tt parmi es cola
borateurs on cita Dlrafttl (lura i\it
conslild), la cardinal fleiomau ( qui
lignait Caitolfus), lord G ev, Ma
cauay, bir Wili.m Harcoirt, od
S lerbrooke, 1 co .onista, S:r AuaUn
t.'iyard e tant d autres
L* lutoritj du journal devint t i
{Viude, et ce n tait pis sans quel
que raison que, dais uoe boutade
prononce du Haut de la chaire,
I rchiiiacre Dmuwa'ec ia : Si
l.i:nture disait une cime et le 7/
"' la close cou taire, quatre vi.mt
dit Aurais inr ce it crotraieat plu
; le Tintes
'ndrat environ irente six an3,
h limes, quoique toujours bien r-
d je e copieusement inform, tait
lei stationoaire- taudis qie Iflsj au-
t|ei g-ands journaux iro^ressaient
1'. 1 d jux bonds prodigieux e s c -es
aifl il is rejiign t ot les d su <;i.
A loua lea pjinta da vua et ,. v
n-uent dans la pretM auglaite
vaut dtre aigial et s laliga \ p tur
iiliar mes coufrrea du la prtnte
liutenue.
A t'po jue o il y avait autrefois
dmx grands parus p-.'it.ques eu au
geter.e, les whigi et les tories, le
J>>n:s, iudpenda-jt d allure, se te
n it gie dis anco des deux,
puant au rle d arbitre impartial,
mais, aux poques de crisa, [tait
son i-illience dans uu des plateaux
d 1 la oaiance.
Lorsque Glud-tone, "the greet
old man alli des Irlandais, com
me le tut Mr Asquitb et que I e-.
ui|uurd'iiui Lloyd George, des bb
I aux et des couservacBuia, GUUv
to.10 voulut donc imposer au Parle-
iih.i on anhiqua m bill de < iioma
i.ji- , tes 11 Sera Qx se divisrent et
ce a q .1 vouIuku couset ver l'unit
Un ruyauuie se rangrent &oua la
bol 1re ne JoscpO Chaiiibtilain.
dj s ce ut. ae bnuraux unijiuste^
lia coiiiuiin ent tfec les coucerva
l.UIS
Ds lors la loli'ique du limes pi
rut dciiuiiiveu.eut oriente
Jusque la. on aurait pu croire
que idrgaue d a Walter, des Dclane
imitait le meunier de Sans .Souci,
De qutlque ct que vint a soof
Hit le Ven il y tOUTut 1 &osi atle e1
a'eudoimau ceme-1
Dsoiinils le finis soutint cer
giquament la cause co"seiv*tiice
sans rechercher 1 boeneur dctie,
comme le StandarJ, un porte-paro
les quasi-efliciel de ses leaders.
Et, 1 heure o une crise grave,
provoque per un nouveau bill de
< Home iule met en pril la vieil
le Construit on du H^yaume Un, la
mesure qui va, dans de fortes pro-
poruons, mubtp!i -r la difiijult lu
II ic$, mrite d'atirer et de rete-
ir /at eudon p.ibli mB-
Aujourd'hui le l'ItliS a mis rom
pltement au rancait tes vi-i les mi
emes 'imprime te, Pilnting b mi
se squure on emploie la tmoiypt ;
des machines I o ii-oaer et a ton-
L'EvENf-MEMJT du 29 (invier 1920.
L opinion des milieux offic'els
La semaine qui s'est eCUls eut bien
lu premire d'puis plus de vingt m m o mius n'avons pas connu fan Service ,/< / Associated Press
plot du temps ris- rvi par .Vf. Cleme.,-
ceau la journe de la l'ifffe.
/.- '/rua Ich'i civil de la Servies de lAssociated Press
m rubr>qaa qo idienne dans lu pres.se
universelle Ln pot au c U /-* estent
><* .1 -/f usaient art. a, %$ risoluti-tm ses intentions, ses
smoUt Ses chauffeurs taient poptf
Usine, Ses veisws guettaient le panade
de sa rapide limnisine. Ses an t chu m-
ereetettealseeomaries Mmeaucab rds
e sa rsidence particulire rodaient
ds qumandeurs, s'empressaient de*
importuns. Lui. il sigeait dans ui
salle de chancellerie, avec les repirsen
tant* d s plus grandes pu 'Sances de
la tr-e. Le crayon la main, il Ira
fitt l s contours d'une Edrop ntuv lia
et remaniait les atlas en faisant de la
gographie un appendice tangible de
l'histoire.
Soudain, dpouill de tou'es in pr
rogatives, ayant dpos non la pourpi
et le sceptre, mais le pouvoir directeur,
ai/ait quitt et m nUtre de la guerre
o il avait si longtemps rign, il n'-st
plus que lui mme En un jour brus
quanent, voktuuiirswsestt ann ueuure
encore inach-v , cet ho mm qui incar
nait le prsent, lourd pr-ent d'aprs
guerre, o beacoup de pr.occupations
S'int venues gter l imm n e soulage
meut da li novembre P.J18, cet homme
est d venu Is Pass Pass* a hic, ni
l'on veut Pass tout de mmi Le mai
tre, qui omoiandut n est pi s qu un
philosophe qui metite qui va voyager
et consulter les sphyax d Egypte; ni ht
qail habitait, ruclu o bjurdonnai-nt
tint d'ides, n'est plus qu'une retraits
t'uler 49 lui, c'est dis rma s parler
d hier
Goesiam il serait sidstuteu, cette
biure, de pntrer ton intimit, de con
s.iller le volume sur le.pi I it se penche
(l-lire h ligne qu il vient dcrire de
s.ivoir l'vocation de quel iiorn^ tl sou
rit. au rappel de quelle un gi il sment
i'eis les annes qui s . ht tonnrent de
I875 1877, on vjyjit se promener
d vis le quartier Saint G.vrges, ou sur
les terrasses de Saint Germant un niinu
v cillard agile et vif, dont les initis
diut eut: t II nesi plus rien Mai* c'est
M. Ibiers . Et I en 0 ait son cb iptm
On se dcouvrira, plus d une fois plus
tard dans le quartier de Passy ou dans
le bocage vendent, en disant ; C est
Clemenceau
Marcel Liurent
A vendre
EN PARFAIT ETAT.
Matriel complet cinmatogra-
phique. Moteur ih ii.itno Instaila-
ti jii ectii jjue eofflpit&#otili le.
S'.dressera L Paris, )o janvier.Une partie im-
portante des foods du nouvel em-
prunt frant lis sera employe i retirer
Waskioftoo, 10 jinvier. Dans le papier-monnaie qui est en circul-
tes milieux olhdels amricains on tion. Ce sera l'une des principales
considre que l'Europe doit compter m isures du gouvernement pouram-
sur ses propres ressources pjur re- liorei \\ situation & urcire de la
trouver s:>n quil.bre financier. F.ance.
Telle est l'interprtation qu'ils On ne sait pas encore si le non-
donnent de la leU e que le secrtaire veau cabinet approuvera une cot-
du TrsorGlass aeov y i une corn rence financire internationale pour
mission dis lit ils Unis qui dsirait rsoudre la question du change et
co maire l'avis du gouvernement les autres dit! :ul ts financires. I.-s
sur la confrence internadonale des renseignements puiss aux meilleu-
sommits ds la finance et du corn- res sojrces disent que le gouverne-
merce pour discuter les piobl.nes ment n'a pas l'intention d'avoir re-
de reconst uctioa. cours de tels moyens, mais qu'il
M Glass a d: are catgoriquement prendra des mesures promptes et
que le gouvernement amricain a nergiques.
tai tout ce qu'il a cru tre judicieux La teduction de la formidable som*
et pratique pour venir en aide i me de pipier-monnaie en circulation
1-Europe . est considre comme une mesure
Li confrence, jouU-t-il, ne ser- des plus ncessaires, et une anssi
virait c qui crer d.- la coatusion, i grande partie que possible du nou-
riviver des espoirs et produire du v 1 emprunt sera employs dans ce
dsappoin e oent au sujt de futurs bn La quiot.t d; b lie sd: bin-
e npruats. que qui s ra retire de la circulation
Le secrtaire du Trsor dit que upenira d; l'importance de lem-
son dpartement ne s'oppose pas p an .
ci que la Chimbre ie commerce des Uns forte augmentation dei im -
Etais Ua des d gus une confrence non get et, si c'est ncessaire.de srieuses
officielle* pourvu qu'il soit claire- r strictoas sur 1 importt oa des ar-
ment m tend a qu'une telle confren icles de luxe pour arrter la dpr-
ce aura n ci a 1re limit et n'e gi- ciat oa du franc, sont parmi les au-
gura en ne.i le gouvernement amri- 1res mesures qu'on a dcid d-insu
caiu. gurer.
* Si les peuples et les gouverae Li polit que tnanc're du gouver
raents europen a dclar M Ghs-, neraent ranns est d'v.;er autant
v.vent dans les limites de leur re- que possible de restreindre le com-
venu?, augmentent leur production merce avec les autres nation*, parti-
le plus possib e tt limitent leurs im cul.rement les allies et les asso-
porutiois aux matires strictement ces. Toute prohibition d'importa-
ncessaires, l;s crdit taagers n tion sera gouverne par les ncessits
cessaires a la balance commercia'e absolues en ce qui concerne la situa-
se on fort prob bleme.it tournis par tion du change,
des capitalistes piivs et la mthode Alors que tou'e la gravit de la
qui consiste i recourir des em-*s t ration eit apprcie, on peut dire
pruns de gouv.rnementi et a des qu'il n'existe pas de panique dans les
crdits de banque cesser*. milieux officiels. La seule al itude
t Le peuple amricain i doit pas qui s'y manifeste, c'est qu'il y s des
i mon avis, tre appel i nuancer sacrifices (aire et que le peuple les
i Europe en tant que les demandes fera volontiers. Lts personnes qui
de cette dernire isu tent de ce ont une exacte comprhension di-
qu'elle n'a pas pris les mesures n- sent qu il faudra cinq ans la France
cessaires pour rhabiliter son crdit' pour surmonter set difficults hnan-
Depuis la signature de l'armisti- cires.
ce, fii remarquer M Glas,le Tror Parlant de la situation du chance,
a avanc directement aux gouverne- tl Intransigeantdclare aujourd'hui,
mecls allis 2,380,891.000 Ea ou're, a C'est une des crises les p.us graves
les Luis-Uni ont vendu i crdit de ces cinq dernires annes .
euvirea 100 millions pour Je ravi- S'il n'est pas de remde possible.
tnllement de secours et ont laiss si la gangrne a affect tout l'orga-
ks intrts des emprunts s'accroi're nisme.seule une opration peut nous
de 32.J,3ii,ooo.


>pration peut nous
sauver. En langage financier, cela
veut dire liquidation ou une certaine
compression de cotre dette.
* vendre
dre les caractres d imprimerie par
lignes, au lieu d'ereintar les etypos
li distrioution des caractres en
dois de pu e d'impreasio-i.
Les journaux d6 la Dominicanie
de Cuba et de la U uaique, nous
ont devancs, depuis ass z long
temps, en mettant de Ct les prs
s-s main pour employ r la bnoty
p<\ La dpense poor t on'I ou
1 luge ?'"t oam nAo pnr PAnnno
tn* du t' 1110 ^ du peisonnel pour
U ci mpi'ritou du jpu n .'U GHE.NET
CIII7. IHANSOSEAN TRADING Cl
RL'L du CL Al
Automobile Neuve
ENCIHCULATION^
Sacs vides neufs et deuxime
main ( Grassbags ) ou aacs eu pite _
eccellents pour balles de ce ton. Fa- Bourses en ville et hors da la ville
pier dlmpiimerie et d'Kraballag,
Sachets de papier, Cordages, Ficel- romenailes;Baptvines, Mariage*
le, barriques vid-sen bnT e en fet voyagas l'intrieur du Viusvnur
uZZF&liiT ''eilM eQ r,r- i?provinm *lei * w
' ______ Domingo '
A la i.nl'K maison PuesLoPlata, Sunliago de los
On trouvera, Souliers ea oiie Caballeros etc
daim blanc pour enfauts.

;
S'adresser Mr h tries $M*4|


r*--
LB IIUlH
Revue du March
Koi'ci tes pria; e/< gros de urch dises de premire nciss.lt.

Farine Coq le sac de 2331.
l'ange .Boule Kouge
Mess Poic le baril
Hoc ut
Manigue ^lobe <> iv la caisse
10
Mantgue cotfolae j
loi a
Beurre chaloner.la caisse
lleum* Ocorior Ij caisse
Ki/ rangoou lu 100 i.
Ru Parna
Hareng en saumure le baril
Harengs saurs la caisse
Tieion de Morue
lia
'14
Sucre granul leaglOO 1.
Sucre concass
Sucre brut dominicain roo
Tabac jaune les 100 lvs
Tabac noir
Huile de colon la caisv 20 fi.
Huile de Marseille 24^
Huile Duret 12 bout-
Porter la caisse de 6 douz.
Bire le baril de 10 dz
Suif le tardeau
Cannelle les ico liv
Muscade c
Anis toile
Poivre
Giralles
hougies Fournis la caisse
Cirages Perles Gloss la caisse
la ni bon la livre
Or 18
17 7$
5)
4'
38
37

a cai.se > \
41
16
'7
19 75
2,
81
42
21,59
2)
23.)0
15
80
62
)2
6.7J
34
21
7
jy
?)
50
50
w,5<>
L'EMULSION de SGOT7
est un puissant aliment mdici-
nal qui par lui mme contiens
tous les lments ncessaires
pour donner la sant et la force
Prennez-la pour vous convaincre.

E*f* tcujour
eettt m*rgua
Parisiana
Confrpn.-;n illustre par 200
superbes vues en oouleur
Sojel Californie, la #ptiidio!e
DonoeparJ A doiph* CLAIR MONTE
Hardi le 24 Fvrier 1920
ci S heurts du soir.
N. B. I.a Confrence est donn/e
ntin ment en anglais, mais bMi'p
par des prniectioua toujours eban
gant*-" AOMJ lea moins verss fn
cette larjgue compre mlron Pau rnr,
o\ pnnr "'autres,ce sera une orraFion
d'entendre une confrene en bt
anglais.
Nouvelles Etraufer s
l'AR CABLIi 19 Pivrer
PARTSla transmission des pjo
vois prsidentiels futli-u cet ap-s
Faits Dii
< OL1EGH T
D |V r dred, ,0 FVri
Baicmtre c
Temprature
mit,
in-di so'ennellement s il'Elyse dans
* Eatre Esclaves
Drame on vtrs de Mr Liantes Bej
set a reprspnt Smiedi 0 Mais pro
ie alun des ambas adeur Poiocar ,.hsiM k Parisiaaa et t lcb Deux
n our du prsident du onseiel ei Masques du nume auteur,
ies prsidents de la chambre et du: 1,9 nombre des cartes est limita
inat, des ministre et di chah de on en trouvera l'Essor, aux cabi
boraux des deux chambres ieut nflfs de Mes 11 Hogirth et C Four-
Inier.
Moyenne diurne
Ciel clair la matiof
prs-midi.
Pluv.om..reveisIej,.
Pluviomtre r 4 a w
Baiomire constant.
I seq
Faisons valoir l'indlUlj
Il est certain que l'industrie
pleine progreiiiou. Pour j'en -i
a'a qu'a visiter l*acelier de v
thart Archer, rue Prou, o
. occasion d-.-.chnirer. un ma
nd par M. Duci^: S
vallcui. "*
Assurance maritime
etire
Monsieur Eugne Le Bota 1
pu obtenir de la aome Insurance
Company dpartement1 maritime,
mandat d'mettre des polices d'as-
.Hiranees mari irres culires un
uux 1res l'avoraliV. il est en rai-
nure d'mettre pour les maisons
ayant un trafic et: st nt de cabo-
lages une police llolianle pour
l'assurance mari une ooiiie.
Pour plus amples frnsiNDe-|
menl s'adressera Afonsteqr Eu-
one Le BofisAgenl gnral pour
Haiti.
Entrs .' Une gourde
Parisiana
Illustrated lecture in English
talitrma ifae beautiful
l.y J Adolphe CLAiKMUNTE
Toesday, fc'eotu ry 2?4ijj ai 2oo superb visws In cotor
.it///Kss;o/i, Due gourde*
Deachanc
l Poiitcar pronona un; allocusiori
disant que !e po te ne peut et e cooj
fi i un me leur ouvrier qui j a un
vit clat sur le parlement et qui sau
ra tre impartial et conseiller la sa-(
gestf. i'oincar a'ilrma qu'il poaviit
compter sur le concours de tons les 1
Iraociis el exprima 1 Desch nel sesl
souhaits pu ses dans la conliince)
gue le nouveau Prsident inspirai"
au piyj par sa haute valeur persoa
n le et ardent patrijtisme
Dtschanel rpondit i son taur e
; remercia en disant que pour remp'ir
l'on devoir il r/.urait qu'i suivre
lea neb s exemples de son p Jcesl D'apr^a
seur qui reprsenta la Frauce ave;
une admirable foi patriotique duran
ks heures tragique** et ajouU que
'orL de la syqapatnieet la conhince
es assembles, il travailler de toj
on cour dan.* l'ordre de h oi e'.
Bordeaux-Quina
Boisson dlicieuse lensot la
lois comme apritif e digesiil ;
lecoinnianUie par loes les a ...i-j
leurs, vu sa i;ua!it reconsiluan-j pour la grandsur de h Francs pa
le. nicaine. L-s de x prsiienti se ren-
L.PKHLTZMAN'NAGGHKHOLM. liteni ensuite > 1 htl de rillcou se
1------------------------------ Irouviient galement Loobet etFallrt
La Petite Hevue res Sur tout le parcours une foule
U soiiima.rc du numro J'-uJourdhui de lai^norae acclama Desch mel et Pom
1 rcme KCvuc que nous venou de rtcevoi i i i j .
Ht, comme toujours, aiiciunt. Nous mconicU-1caie u icniael u.cila d'accorder
Ions \i ement u lecture. de nombrenses grces mili ailes
Parisiana
DIMANCHE
Les Lauriers d'un autre
Le Baiser de la Sirne
Eotie G. ioo
Place i^sRrve 209
Varits
DIMANCHE
T.'OBSTAGLE
le romaa d Ernest Dsatfet,
JUDLX
Dernier epidodo
Entrs gnersls t 2 00
kiafaats 1 eu
et civiles eicluiut seulement les cri -
me** contre la p trie. I.e projet sera
ijcesitmment dpos devant la
chimbre. Poincar reut des llgraii:
mes de flicitations dei rois d'Italie
d'Kspagne, d'Alexandre de Serb;e,du
Prsident it la chambie licige et les
reprsentais de la Belgique.
Dollar 14,31
'.2
(
Le talent de Mme Archer e
nature abolir l'importation cn V
1 os.rqu, cotent beaucoup !
bu flicitant la ch-rmante Ci
nous sommes demandes pourquoi
c-.l pas a elle pour l'a.neuDic^
.ons du Palais de la l'rewJJ
*s Kelauons hxtneures, par 2J
jn escellent moyen d encourager I
iicnue et de taire va.oir l'industnei!
Compagnie d-acroh.
II nous est tait part de la produj
Port-au-Prince d'une Compaq j"
La iroup.' est actuellement au iv,
est dirige par Mr Sanche* Naldiui
Llle hissera le Cap dimanche tel
Prince. rn*
Cette bonne nouvelle nernanquen,
jouir population.
Dcs
Est dcode hier a l'^ede a ini
in Nicolas Paul Blanc, pompier Loi
auront lieu cei aprs-midi Le couve,
a maison mortuaire 'ise ;ue Courbe
t.our se rendre X I Fglise St-Joseph ,
Condi lancea aux lamilits tprouita. |
,. Remerciements
Mme \ ve fcdmond Hrtux, Mr ti
lones et leurs' enums, Melle Claire
t Mme Weber Hyppohte et leurs i
les autres membres de la tamilie,
Son Excellence le Prsent de la Rg
Conseil des Secrtaires d'Etat, les
en iiaiti du Gouvernement des Eut!]
wr.quc et des autres gouverne^ie!
! personnel des douanes, le bureau dtl
gwiral, les fonciionnaires de la
a'Haui, L'Jrdre des avocats, la rn_
oagnie des Pompiers, les Frres dei.
i.nreticnne et tous ceux qui Icuroatl
Marques de sympatiiics u l'occasion *|
;riicuc qu'ils ont prouve de la perso]
mari, jtn grand pre, beau pre et L
Le i,r Edmond llrm]
Ils les prient de croire i leur
nai.saii ce.
J9 FEUILLETON DU tWA'^IN >
index
GRAND ROMAN
Pi
A H 1 11 i R B E il A'XD i'
( Firme par L. Feuillade )J
'lROISIME &PI80DI
LA MEUTL
FANTASTIQUE

Ifaori dfs prMMsuta baifletou
Judo:, personnage niamatique, tient en .ti-
re uvoir le banquier lavr.ix, qui l'on croit mon.
, Jacqueline, 6U iu banquier, aprs avoir aban-
donn a l'assistanc<* publique la lortune mal
acquise pnr ton tere, a cte mit\ce par l'aventu-
yrire Diana Menti Cl Moral*, son complut.
mais elle :cra peut-tre sauve, rar son CaSnu
,'icnd lu libert a deux pigeons qui doivent aver-
tir Judex si la jeune lemtve est en danger
L'homme n.vvrieux ngit tUstitdl et lanct- sor.
'chien Vidocq sur la pisie des coquins, qui ont
M. debiraieues vient les rejoiodre. Ils ne veu-
lent lui livrer Jacqueline que contre une font
Jomme. Aftol* tt rejeutani. le jeune homii.
avoue sa laute a sa ^orur Gisw et son pre.
Ce dernier jure de ie lerups, un meute de" itrn.le>_cli;cn envahi
u villa lie Diana Monn.
,1V (Suite)

VisiUurs inattendus]
D'uD^geste oergique Diana l'arrt-
__l'a* d'imprudence, Morales...
y l-Jtgsoua quelque uiaclnnation
ourdie contre uous. par Birarguta
8R()u doute... mais il nous lw paiera !
Et comme les chiens commen
aient biauler de hurs pattes
vigoureuse., et rongir de leurs
crocaacra la poite du salon, Dia-
na s cria :
Aaaufon?, avant tout, notre 6e
carltl
eje dirigeant vers une aaaez vaste
chemine eu bois ecul^t?, lie oppu
e f-ouce un endioi. sonnu
y*
d'elle seule
miime, dcouvrit l'amorce d'un es-
calier c.ii s'enfongait dans les sous-
BOl8-|
Allons, viens... iil l'aventurit^re.
Et la jeune femme-.' lit Mo: a et
Noua d abo d. elle ensjito con
dut la misrable en entranant on
am nt... derri'e la chemine qui
reprit automatiquement sa plarv-
Au mme instant, la ponn 'pu-
vrait avec fracas .. livian- paiiso^o ;i
Judex et 100 f.r.*, que prssda<
Vidocq.. et que suivait un magmi
]ue cauiche bianc .. dont la honru
tte narquoise contrastait aveu lus
pect livieux, sgitS du limiei
Trop tard! murmura liger..
Nos vilains oiseaux se sont envoleb
Et par Itl dclarait Judex, ei
montrant la chemine devant la
pu:!!.- Vidocq et le 1 aniche s'tait;
-,1'm itiiii.'iu nt arrtes-
Ouant aux autres chiens, dtvenu^
subitement muets et immohilen. il
attendaient dans l'antichambre, lais*
~ .t 1 : r arparaiiie travers ia pmt.
uuvcite iaurs bonne? groSKS tue. It-t
cordialement sympathique-
Aiorv, se tournant veis son frie.
judex lui dit de aa belle voix gravr :
Eiie, occupe-toi tout de suite
de cette malheureuse...
Et il lit tlairer de nouveau le ;-ui
de Jacqueline Vidocq qui s'lana
aussitt au dehoit>. suivi de l*:-* 1
.s'apprechant de la chemine, ani es
avoir constat tjue les deux bandits
n'avaient pu fuir par le tabliez Jn
dex dcouvrit aaBc: facilement le
(mcauiEnie tecret qui dissimulan
t'cscsei d'vasion... dont il s'appre
lait descendre les marches, suivi
ut 6011 caciuh?, lorsque Hoger ie-
vinb annoi ant
Je I ai tiouvel
O est-elle? interrogea vive
ment l'homme la cape noire.
Dans un caveau amnag on
Maxime... tes e ll J'aurai be- ravisseur.', en j-i veille sur <.o s .; nous nous sommes empr
soin de toi tout I heure- Laissez voas conduire par les bon*'courir votre aide..
Dinlemeat, Maxinia savait surIchiens Suli vous en ourent. I s von .
son posjtt'rieur, montant une garde' mneront, travers la furet, jutqo'a
vigilante devant la chemine. ce que vous soyez l'abri- jroax
l'endant ce temp*. aprs avori Je me trompais... Il m n tsnu
descemiu un troit eacaiier en cohpuolo, 8e disait Jacqieln.e au cjhi
maon dont lentra 89 dissimulai bis de li surprise et de liuolion...
l^ns un placard de li cuiine, lei; Et pourtant., les
Jeux iieies armaient jusqu'au ca- lours dans leur
hres arhvaient jusqu'au ca
veau que Vidocq a n pistnen
rpar.
Jud seuil, contemplant Jacqueline qui,
tendue sur la banquette, reposait
paisiblement, cornne <\ elle atten
dait en la douceur d'un ca:me soin
meil la venue de a m sauveui-
Alors.se pHni.ii 1 it vers elle, il
d<5posii une enveloppe cachete sur
sa poitrioS'
Pois, s'adressant son limier qui
ne le quittait pas des veux> il lit sun
lement en dsignait la jeune lomuie
Garde l/
Taad s que Vidocq se couchait en
rond aux pieds de la jeune ^femme,
ludex dit son frra ;
Ht intenant oo'alls est sauve .
occupons nous des autres!..
Gisle iotsrrogsait 1
#hre int'iame Berlin,,
ment av. z vous pu vous 6c
Ca sont cas braves crreoil
m ont dlivre C est un vrai
tore. Et puisque je n. sais
pilous sjut tou- pus quel est leur matre- El
caji.'.. l'ai quel vous, comment avezvoui ni
j'e am prisonnire:'
S sir* la m oui lie hsita ioo, 1
une noble-s* incomparable,
fJirargusa dclar it
C'est mon fils, qui, enpfi
plus violent repentir, uou* H
Lorsque Jacqueline sortit de la
nantisseuieat daos lequel Diana et
Morales l'avaient plonge, un specta
cfe austi trange quinattendu trap
pa ses yeux... Un jeune fox. a~si
prs d'elle, la regardait d un air & h
lois intelligent et amus Un superbe
policier, la tte sur ses geuou.x,
semblait Iai dire : Je veille sur toi.,
et groups autour d'elle, lea . In-
beaux chiens de la rOBSte bottt
que la conlemplaieut avec l'expres-
sion de la plus touchante et liJle
bent I
Tout dVbord la j une femme crui
qu'elle tait le jouet d une hallucina
tion: mais sa mai 1 venait de ren
pIia0D. {contrer la lettre que Bon sauveur lui
__Klle fd vu'.1 avait laisse... et il lui sembla en
Non, car elle est encore fous mmo temps q.xa tous ces yeux
lu iueuce du nsrcoUqfie que ces braqus sur elle lui expn liaient
misrables lui ont fait uDsorber.
Conduis-moi-
Comme le candie s'appi'Uai 1
emboter le pas deniers son mu
cbsmine, pirouefsn sur elle|cvlu. c. lui ord,onD .
L's, mais lis !o c bisa vit*/
Elle de* in a l'env itoppa La le ir
/tait ainsi conue ;
i M daine, voua e- lune,et vou*
o'ave? plus fieo i craindro cf voi
p odige at-il pu ntroavv m 1 t soeV
Oui. quel est doue cet homme qui,
api es avoir frapp mon pre .. se
mon re si gnreux envers moi '
Tandis que la Jsnos fommo ss
ivrait ces rflexions ai IroablaatSt,
elle se sentit tout a coup tire par h i'aveu do "sou'aime Je vo*
bas de sa j p, mande bumulement pardon pOS
Jac'Huelme, guide par Vidocq qui Soyez unsiicordieuse. Laisuz',
marchait en dcUireur. SQltaioe s0ul le devoir de chtier la
par le lox qm ne la ludiac |ias, e-t ble.. Epargnez le dsrjoootjr
suivie des beaux vendens... dont nom |Uqua!ors sans rejy
les .longues oreillo.s av les tremissements a'allogresae, juit. queja n'aurai pas asse des
tussitOt 94 prison... traversa la mai qui me restout vivr/ doux
son, le jardin, gtguj la rouce, puis respecter el vous btf'.r
la for*, avec sa vail(ants escur.e et 1 -Monsieur, rpr lfl,t Jieo
Mis, sans anjicevoir la trace d un .'avec une incompar db|e diga
eue Humain- ye. entirement
L air pur et parfum des grands
dois lui rendit peu a pou ses torces.
Tous ces bous chiens qui jappaient,
et gambadaient joyeusement, autour
l'elle, acuevaient de lui rendra la
eontiance nt I espoir..
fout* a la joie r"e ea libert lecou
luise, elle s'avanait avec ses aau
/urs... as pensant plus qu'a hou .
(ils- a son Joanaot chen, lorsqu' uali's
iroissinsat d'alles, elle se trouvai
face d'une luxueuse SUloroobUsJ
arrte , Jacqueline rpliquait :
gSraosaot i terre, se prcipita vers
n jeune tomme, tout en dlftr* aVH(.
une eilusiou caarniante :
Oa.' madame Berlin, ,iUfl . ,nia
Heureuse de vLus revo [ qua je 3Ula
Le duc do bira*ibu'd'i, al avait
rejoiut m ails. P'outit- eJ stluau
J-pecUe.se.uauc la maitr.sj^e
Tout, daborJ, madame, laissez
no. voua dirs que. ua que nous
svqos *u que VJJ$ ^Uw QJ dtn-eJ*
rasaurt- tJ
scandale n clat/ra J3 g*rd^
silence.. Quat.t a votre fil*, pr
se repeut, du '.rand cirja'
donne, iv 4 a j^ coadtiioi |
m oublia..
. Oli/ merci! merci! s'crl
le, en a*-jmbaMl ia |fl8 braaj
nobl crature., tandis .o*!
i>uy rgUes 'criait au cji)
* motioa :
Ah! madameIraadamal1
tu-, brusluement aetait^?^'^ ;r " * ^^
mre .. Je n'appartiens; pi"*'
mou enfant! C'est dsorm';|l,1
but et l'unique objdt de un "M
^ inclinant respectuo tisr!iiJul
vaut cette crature d a 5n4f9J|
de aaentice qui se drajtait l'C
uient dans le mystre d ^e^.
qu.3 loi presseuta t in lona^M
duc de H. argues ht simple"*
Veilliez me di'-e. is4|fll*
|B doii voa-co! dutre? -
ANepjlly/ ,
Au mgae instant, un. CW"


I t^UAtifi
tr^SSSf^SVi:
ajffCr^xV- . -\ '
,;T
CREPES, UTMRaES, IttfciTr, Sj yy ,
SliiTB DE COvULUCHE ET Ci f.:i
0 UNS EOTE *
CLINIQUE

Sous rin/fuence du ,,PDi|OSESU$r
H*
LA TCl'X SE CALME IMMDIATEMENT.
LA r.'EVRE ET LES SUEURS NOCTlRNfcS
DISPARAISSENT.
I CPPRI -.M.' :.
kt les points de cor
S'ATTENUENT.
LA RESPIRATION DEVIENT
PLUS PACILB.
L'APPETIT RCVIEKT.
LE SOMMEIL REAPPARAIT.
LES FORCES
et vxer>9it renaissent.
EXPLGYI D,' RECC.r ,-.m( il AjORITI ~u CCSf
Hli-.r: ; S.. (19 A?rfi2Ci*
pua plus M .'o ko atoiciNi ctmkoim
G*
MODE O EMPLOI
(7m .....'.:.
t.. i..'.v m mn Ih u..7.,,,: u Ptsraaiw
! IBOE !.-,:,, {. BA(I LY
!^r 15, ru i i PARIS
VIHITAlLIt
PASTILLES
Un mph-y.'c, u..iieoi pio;io*
PRSERVERA
votre Gorp*. vm Bronohes,
vos Poumons
CUMUA TTRA
vos Rhumes, Bronchites,
Grippe, Influeuza,
Asthme, Emphycime, clc.
MAIS SURTOUT
EXIGEZ BIHN
LES VRIABlES
'Pastilles YALBAi
vaoduM wilsmant
en BOITES
portant le corn
/)#? Docteurs H y son et Lvscouftair
Crat d'Hu No \5& ( Maison da Ih Mercier )
Consultations
fcaiiii de 7 heures midi. Soir : de '2 G heures.
Jf6tieiM CiiTrurjjie
SPCIALITS : Maladies des femmer, Maladies des enfant:
Me et Vente de
Patrons de Mode
JA
A
*C^
Mouvement
Maritime
Vente de biens des res-
4*'i8 commercial
le
&e steamer Panama est
altindu vers le 24 du courant, de
Niv-Yuil; aite Nous >
soriISSfMlis Al If LUS Du 81 ter hjBomuusemce du public
len (/entrai et du commerce /-
purticulier que nous avons dan%'
WOOLLEY.
Monsieur Du pr Martineau,
dj investi\de notre procuration,
,,,,,.-., ,. Jl sera procd le mardi que l'or
- Les'eami r toli ni partira comptera a Mm i ,20, a dix heure,
1er Mars pour A,;\v ) or/;, [dt matin, en I tude er p.r le mi- "' Procuration as notre matsm
- Le stcamn- tt.cn. Ernst *fft\alstit de Me Lamoricire laibilh, 4* Jtmie. Monsieur JOB
au Cap aujourd'hui, /cia tout leslOOiMt a Jacmel, a ia vente au plus
pOf\l Jacmel et Criftobai offrant et dernier eicht'risseur de*
biens ci dessous iraatt :
10 Lne bille (n mur couverte er {partant en cong dater du 1er
iol, apuiif.Duca et dpendance, ||ar8 IftjO, Mr Joft Woolteywru
-^*/ftMlwr l^7>orUen
pnur\ouS les ports ti L No es[ Sltu, |u|n#J J
.Vtf< anp^/ioiw qte 'a hjnr Aone, ei born au nord par la .
/ 010**0, o cargo pur connaissement direct imyttc, i loett par Iina raupiei
pour la /dupait des grands permet ru sud p r la mer.
WAnalettrrerfItalie, de France, Aux teqole.pounaiti ctdiligaaci
] jpf/f jdemeurant ious lis cV.ux i Port au
/-f stea>>-( r
\tendu ici le 21 du cour
consiruc
1 ru'su \iate eX Penaant toute la dure, de
dlle j l'absence'de Mr Duprl Mar'ineau.
toer/s DUllONWiCo.
Achille v of-fffT* ?c,m Cili K*!"?" Mil"
,,.,./ ,/ irM!( JtaJ;e ) ]e second la NouveJIi
ts it5 r *4-J '- ^Baaii*= ?- e,-
r ?? ,(>/*' ,. I* de Stouesties-Liquidrteutsdels.
Beurre de (aile
i:s 94 to 40
tJ.I'i i)l*M
tizrs S to 14
KO ca.:
LesteamerOranie Nassau
ittendu ici le 2(1 du courant dure
ementdeN. Y pour l Europe.
Ayue Maritime
franaisi
La L'^uo Ma tirne Fransiae a d
po de oiiiibter une tomme d<
1000 fruncs aux infortuoei rsi.-
Nperlenaufrt
maison Mnoebmeyet -Veveu et Ce
ablie i facm 1, ayant pour av. ..t
.Vies bdouaid. HoiUts et Alorcl ou
baireau de .lacmel, le second mil
t u t actuellement a l'ott au Pnna,
avec lection de domicile au cabui'l
Ju premier lll Jicmel.
Et en veitu 10 de la loi du 13
N'ov mbie 1918 ; 2: dis auties lo
Il iritl relaiiis la Lquidatiou oc
naisons aJltmandt jo d'une dci
iion du Ccnseil de.; Secu-iam
amricain
Crme de I opez
aai del AHtKjUf pi, en dote du 2} Stplembre Miy,
.,.. __ (o oc diren actei auihentiques eta
On demande
m a-t'er des timbres fedtei
m il '<,)\i ^ Gltrim r ('{ y,.
\LI$ll\}Iviptimetic du Matio-
trident relpi tit quelque d
ceinh'untaiieniPni.toiial.'Bfliieni
niteri ft vendens, boodireo
olissant hs droits de la m:-ison
Mui.chnuyer Nt.v n& Co ; 30 d'Qo
.ip!o I en da e du 1,1 1 vrier iy2o.
snregistr, constatant que 1s venu
les d.ts biens n-a pas pu avoir lieu
faute d tncbcrjssiur,
Les enchris seront reues mi la
wicme ce deux paillas dollais 01
loricaio ry 3.000
l'ou rlus amples renseignetreoti
i'adiesse Me tamoiicire Urbaih,
Voyntcm ces belles Daines, voulez-vous ;re tfgtfliea et
ssrira comme elle ?
ALLEZ CHEZ
Paul E. Auxila
toi du Magctin de l'Etat et 'traversa,e
Corsets, bs, foi mes de chtpeaui. 1 ifuroei'i#a divrr i
Hbncan,.; Ionique ontmaje TnrnrihJ r! \> ? I dti 'oilleu^.s
Pommada Eaceliinto E00^UflGE&m !l T"\P b'*"1-
et velout, remtlscant le crAm.. P8eU,ant ^ peau, blancheur
Une visi e dans e.te Maison et vos ennuis savoir ce que
Lvous devez por r. dipparaisser;!- q
Vendu tu dfail chez.'
lope River, Simon Vieux, Plion
l'iyniaf, Alfred Vieux, I.'id- Gros, E.
lue! as, V, Mangcns, Marius Berne.
foit et d sparurtni dons lei J^posituiie du cahier des charge?, oui
tC. aux avocats ousiigr*. \JAj Luislailt AllfllISU'
fn boromee, cacli.:8 derrin
Pis bomson qui bordait
avei.VK icut entendu ut lai
Sue l'au.a du duc do liirargun
iwnt l rooie de l'ant- Judei
JJM dYtiuiioc. index, trsnsfo
iDoiiieverg' ;nccnnsiassbl>, Ji
Il qu'" "cC.,r avait du rele
[oit | Pn ppC|,er de s'eianei 1 ea<
r"fp r*e in rriture. mm mur-
.yoix fini-Bflote.
uett un arge.'..
(A iuhrt)
Potl au Prince, 20 1 cviier 1920
Fo. BORDES, MOKEL
mr>
yfg:'*f
Ngociant Importateur
1723 P2.J Rues Courbe et Thomas
Madiou
k"*rr A l'avanlaue do raopuler loin
Farine Gotd Medalf"f?it'}a^orid^sfti : 1 A'tihonite, du hud et de lOues'
Celle
par
JOHN BUKNS & Co
iS01t Rue du Quai
Boubous aciduls s-te
par caisse.
marque est leprsenleiql.'ii m lier t leur dioronition -#l
j sollicite leur cor.linnce pour (oui
IMin.TZviA.W- .service exci'ter en leur favem
AGGKIIlOLM mV jui a Ioi.jouis un stock au vmb\ adbuu TAlAorapoiqub : UNS
leur prix de la pUce. (TANT Port au Prince
GAETJENS & Co
Bue du Magasin de l'Etat
Itiz
Tles
P. U or les 100 livret.
P. 1.2., 1.1Tt et 2 or.
a
i II/
A. de M A T T E 1 S
Seul Agent pour Haifi


f.i
!-'< i r i r
--*-
ARTICLES FRANAIS
La maison Max Monsanto
Rue du Magasin de VE'at
Par le s tei mer fianai* t Caravelle i arriv ici le />
courant les article suivants :
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pouf dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et colon
Nappes eoulis matelas
Chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
Cravates nuds et rgates assor-
ies, Gilets de flanelle.
Grande Maison de MODES
Mr Juan Bautista Davi,
A lft pli si:: d'annoncer au rubliceo glerai. qU8 sois pj
ouvrit a ...
Une Grande Maison de Mode*
i l'inslar les Btzarta I\t*-Yoik. 11 y aura un erard sic
costumes aptoclionnf potrfcomrae. femme* et ei,fam8
trouvera galement le fins liw s pour la coi feclion, sur pli
une artiste de rare talent, hien e le celle >'lle.
La fttotltn ver.dr, ^n outre, des rraiehardi es de p,
choix et a un rix d'iian loutes coucuricnces.'i'cusKsarliilejj
pris avec commissions des plus r andes fa iniques de* E ais-J
k.a maison
Veuve Barhancoui
'
a reci


s
i i^i


' 'ICI

m-
ZSWV....:?: :. .'......-:'rT:1,/
_-.._
W
TUHKSH
BLl'NI
C2GARETTS3
-*CiWTlONAL QUAUTV
"!>
/ssnrez veuscontre L E F E U
La HOU INSURANCE C" de N.-
A dressez.vous la plus forlecompagnicdes E U
agent Gnral pour Hati:
Eufl. Le BOSSE, Port-au-Prince
ProUfl voire Maison, votre Magasin vos dpts au taux les
plus raisonnable*
Aucun irais de eommission ni de Courtage payer
Benseiancz-vous vans frais par correspondance ou
Virex dseutervotre problme chez
Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai
.: -.. -
FUMEURS
Votre sant est garantie, vos h
tudes de fumer conserves jusqu'
vieillesse, utopies
La Crole
Dlicieuse cigarette. Elle est dm
tous Us q> artiers.
15 centimes le paquet
Dpt central Bar de laaix, Hue Ri
, i<- *jrvj**v-
EDWARD M. RAPHEL & Co
jjpw- ** <*- ,*
; sa rc
tri
tiens '
b xitt i me
Lt^ . \TfVM
LasPiin ration*
Pfilmolivc"
pour la toilette
compriment:
Le Stvroa
Palr.ioiivu'
Le Coltl Cresm
I a Crme
disparaissante
La Shompoo
La Crme rater
L Poudre
de Talc et de Riz
La Roui;e pour
la visage et le
l.'vre
Tout lont gale-
ment clbre
dan* le monde
entier.
^1
7/7
moiive
u
bine ! J:.!8 'tister-
, :,>-}..'' d'Olive
ont pre i rftit*
i un parfuin d< lia '
inouue iouce tt crtaieus*
EMUOi* la perfection. U
QdOttdt \ TH--3U la pi- s d -
LcatS. Voua y trouves M
secret de !a tMtttt d
Cltcptre.
Vou- pouvez labMr, aioul
les u\rc* pf] Il
-Palmolivr" pool la toi
folM tour* 1rs I MgM :
preotlet ordie.
.\j;t.'. erc'.UBf pour IWu
Edward M.Rfbl fc>
Ai.ei t
New-York
Portail Prince
Spcialits 1I3 Produits
Ranorel
1
II:: PAi.M01.lVE COMPANY, n^ew York nd MiU-auVe. E. U.^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM