PAGE 1

LE *fl gourdes la caution dposer en CAS d'appel du |ugement intilocuiore en date du trois fvthr courant ren tu entre les parties litigaatea Cicron Alexandrrcrntre SSt l'on Colin Celui qui dclare nulle et de nul elfet la citation en date du 22 janvier 1920 donne au dfendeur et condamne le demandeur aux d pens Charles Courtois contre h I) Jo Brr liste Cslui qui dclare bonne et valable la saisie arrt en date du 1 > dcembre 1919, exploit de l'huissier Lmm Monsstt pratique es main de la Banque Nationale de la Repu blique d'Haiu : ordonne i la tierce saisie de verser ses mains en celles du demandeur jusqu' concurrence du montant ae ladite opposition sans prjudice des frais D Praio contre Lascase Henri Ce loi qui donne acte au demandeur de •.sa comparution et de sa dclaration et renvoie l'audition du dtendeur i la prochaine audience Stphen St Foit contre Camilus Camille. Celui qui condamne le d tendeur i payer au demandeur la sus dite somme de 1/2 gourdes pat des termes mensuels de 20 coudes nvec clause pnale donne acte au de rnandeur de sa reuonciation au chrt de la contrainte par corps,rejette les dommages intrts rclams et coo damne le dfendeur aux dpens loseph Pelota contre L Lacroix Celui qui condamne le dtendeur a payer au d:mandeur la valeur rel.. mee soir 18 gourdes, lui accord* pour ce faire le dlai d'un mois et le condamne aux dpens biiomon Maxine contre O Lh rissoo Celui qui donne detaut con ire le dfendeur et pour le ptolit le condamne payer sans dlai au de irundeur la somme de 60 gourd s montant du pit sus parl rejet e les dommages intrts lclams il condamne le dtendeur aux dpens Mme Wili Louissaint contre Ane a Donsmotd. Celui qui dit et ordon ne que les parties comparatront A l'audience du vendredi 13 du courant a dix heures du matin aux lins nonces. ^ (• Fajotte contre Ccile Cantave Celui qui condamne la dfenderesse payer la valeur due par des vene inents mensuels de dix gourdes Erratum Dam la aotice ncrologique du MATIN d'hier, il uni lire f le He\. l'ere Le Berrc au lieu de Le Beuc quia t imprime par erreur. CROYEZ-LE, POUR LES ENFANTS, il n'y a rien de tel comme L'EMULSION DE SCOTT 432 NOUVELLES ETRANGERES PAR SANS Hl, WALHINGTON : L* Dpartement de la Marine des Btita-Ooll a prst ni les plans de deux des plu* grand super dirigeables 1 • monde L un d'eux est maintenant en voie de conatruction en Angleterre et ten ctia ton vol transatlantique l'auto u ne piochain, d'aprs la dclaration laite i ar devant le comit naval ue la Chambre par le capitaine Grave: Directeur de l'Aviation uavale. l.UNDHKS Les correspondants du II IH.J Copeobagute ont racouque Kolcliak fit excut par s S piopres punis un diii le but l'eoa pocher sa dlivra.-ice par Ire l:oi pea blanches. MEXICO Dei ouvriers union s tes a San-Salvador ont envoy dei invitations tous les pays leti'io amricain, y compris le Mexique, en demandant que des dlgus soient nomms pour tatlaUr a la confrence des ouvriers qui doit avoir lieu bientt San Salvador. WASHINGTON Lu Prsident Wil son a tait choix de Hobert l I der wood Jobnsou de N \v Yoik comme Ambassadeur IIome pour succ der Thomas .Nelson l'ge, demis aioonaire. CONSTANTINOPLE 10 000 rfugis sont a bord des bateaux eu rade d Odessa dans 1 attente de se sauver de la ville que les BuUhevicha occupent maintenant. PAH1S Ceat la pi envoie fois dans l'histoire de la Fiance qu un de se anciens prsidents du Conseil Joseph Caiiittux ait t jet eu prison sous l'tCCUlJUlOQ de liuu'e tr<*biaou et d'tllorts tents en vue d une paix prmature tt dshonorante t-vec 1 Allemagne. lUiMI-i L*s ("cots ont t Urines cause de l influai za. l'ne moyenne du '.HJ personnes meurt par jour HONOIULU Une dpche nu journal inponais Nippu Jipi de Toldo dit(|ueles Holschevuks ont capiui Aiexaudroovsk, la capitale de S8kmabm. Ou ciaint que I. s i forces des radicaux neutreut au Ja Jpon. PAR CABLE PARIS. Dans la ncle rcnvse la llollands au sujet de l'extradition de l'ex Kii er, le. a lit! font remarque qu'.ls ne demandent p s que le goave'nement ho.Undais k'icatts de SA p J'.U que tiaditionuelle mais ils lui lo-.t de nouveau ressortir l-s crime, do l est responsable l'ex-Kmer tl ils lusiateat sur le fait qu'oane peu) mconnatre la requt: remiss au nom de v.ngt s.x puis>anc^s s ; gn Utrei du trsiti et si li Belle ode per sistiit a se de>mtre;er de cette qasiio.i elle prendrait h respo isaDilu entire dais ia mise l'abri lun criminel. lialin les puissances isireut bien turc comprendre corn bien la situation deviendrait lfieuss! si les l'iy. Bas ne djr.nai;t l'SfM j rance que leurs ^uum-a nts obai ru t la demande d s allis que la| *ecu:it de l Europe exigs impeneu >eraen'. PARIS. U.ie nouvelle de source Italienne dit que les allies auraient dji rpondu a Wilsoa ce qui fait l'objet de nombreux commentaires, suivant plusieurs journaux cette rponse aurait t simplement labor mais non envoye. 1 "Le Matin" prcise que la rpons rdige samedi tt dj imprime n fut pa remise tl fur remanie hier dans un sens plus concil i1 elle se • remise aprs avis de Mr Millerand. 1 ressort des indications publies par 1 s journaux que Wilson n'ayant exprime aucun dsir prci>> le^ ail is dans leu rponse ne prennent aucun engag mrnt formel ils info me1 stoleuiC 1 Wilsou de lvjlution des ngjci nons et des rsounoas pri-.es peu dam labsteutionvo'cntaire drs EutUnis et sur lesquelles il est impos sible de revenir, „i s expiim^nt leu vif dsir de continuer uue coopr bon avec les Ktais Unis et sonnaient que ceux ci rtprenneut leur pi.. A la confrence de la paix. RO'vi— L'ida Nationale fut sai sie la suite d'un article publ cl hostile a h France et 1 .spire pai des information mensongres FLOUENCt — Un Irai 1 de mir chan dises allaat sur Bo r go San Loren/.o drmlla en ftanchtttaot un pool et tomba dans le vide il y au ra.l sept blesss. Son les Journaux il y aurait de nombreux mo.is e b'.esii 1 PARIS-Au Con eil d s Miaist e Millerand tt Musai mirent lettre collgues ad courant des ngocia lions linanc.res tt d^s con-'ersitionj survenues a Lo.vires. A l'issu: di Conseil. Poiacar remercia les membres du gouvernement de leurs coa • Service National M gioePabliqJ Destructiondej r ,J ue Serire d'Hygine dl voulant piendre des disr/J 'our la destruction dfS'auj se pr curer les servie^ J mpoys • %  xperisquiouiJ si d'sposi ion parle |] iljypine d^-s fttits-IJnis. ( es exp ris sarra goot, inoiiient d manire a 1^ pMijfle" excu'iuu dinjj nir prochain. Cuniiue ou le sait il y |] oupderats l'oil-au-P,^ cons'i ueut u dan^r n ^aut de tous et occusioiia.i nonnes pertes de proprit) jour^uoi le Service dlly' pre que les mesures qi* .riss pour les dtruire m ceuillies avec enthousian tous les citoyens qui Le i 1 ont pas de cooprer en cette circonstance. Un nouvel 1 vis sur ceqg l'objet du prisent sera publi J onglempa. :ocrs et fit des voeux pou; eux accomplissent! t de leur che. Millerand jo gnit U i'i gouvernement i la maaift %  u Paiement, .-frirraint u uissan:e de la nation pour icts rendus par Monsieur Ri 'oincai. A la Chambre des in message de Poincir lo erand fui accueilli par des Jiss-'ments notai ment les endant hommage i la nuioi -t a l'Alsace-Lcrraine, surtj r.ion sacte. PARISA la date du ant, cent quarante-quatre t prisonniers allemacds ta ivaient (!ti dirgs sur l'Ai L-s tiaospoits continuent tuer avec ordre et rgularit. LYON—A la ^ite dure non des con-e 11ers muoicii cialis'es, Moi ieu H.-rno Lyon, ainsi que les adjoint!, sioanrent L-vre steriioi: 3)./'). Dollar ; 14 33. treiii 17 FEUILLETON DU MATIN) Judex LiRAND ROMANI |Pai A m n t R u E n NJL D K ( Film par L. Feuillade )J TllOlSIKMK tPHOM LA MEUTJJ FANTASTIQUE MMi drs episodes pMMtO'J \xtt\, personnage inigmaliqu. tient en -.on poiisoirlt: banquier Favraut, que l'on croit moi lacducuiic, tille *" "nquier, ai'ies avoir abandonne l'iksistanc publique U lortune mal acquise par >ori p*re, a ti enleve par l'avemtinere Diaua Monii et Mont, son complice. mais elle sera peut-tre sauve, car son cnUnt renJ la libert l deux pi|tdns qui doivent avertir Judex si la jeuue leraue est en danger. L'hoiumc iiiystetieu* a^it au:ii6t et lance son liien Vidocq' sur Ipiste det loquin. qui ont conduit leur prisonnire dan* une villa isole, pO M. 'e Bitargues vient les rejoindre. U (Soffe) Diana, Ifora-ls et C" — Eh bien chre amie, lit Ceir G* Hirtrguet en embrassant -ilan uetit la main que lui tendait la belle Diane... tout t'est bien pass:' — Admirablement. — KUe eat c V ^ Kilt) £ftf i**!* — Elle ne •• douta na eu moins, uoa je auia d'accord avec vous? — En rien... alluma Dana... L'affaire a t mene si rai idement que la chre enfant n'a mt'-n < lias eu le tempe de sa reconnatra... En c a moment, elle dort paisiblement, en attendant que son prince Clmrmant vienn la rveillai. — Voue tes non seulement dfl ^•M lis habiles, mais aussi d>r lania trs MV-R .. remerciait soltc,iu ni le betu Car. Et pienai t cinq bilfta de inillt \lpLW a0i WD Jorttf?ujlle,'l ajout*. — Voici lo reliquat de la sornm; couvenue... Meinteuani, conduite/.moi aupis d.) la bel %  — Un instant/ lit lorals stimula par le regard expressit de sa maitresee. — Pourquoi, un instant? question na vivement le ieune de ll.rargue* — Les frais ont t plus consid I rsbles que je ne le pensuis .. dveloppait cyn q ornent le rata. 1; n'est pas tou nous ou.umd gio lisques .. nous avoua ou nous ustu' rer des complicits trs coteuses...! Il me faut encore dix mille francs Ri 1 vous voulez que je vous livre votie captive. — Dix mille francs I rpta Csar ahuri par celte complication imprvue. — C'est prendre ou laisser conclut froid imaol Moials. M. de liirarguee eut uu frffluua ment de rage. En une s condn la lumire l'ttail fai e dans on espnt. — le suis roul... se dit-il au cem ble de la rag. l'uis tout h tut il reprit d'un air do dignit offense ; — Vous tes deux gredins! — Marquis — Oui. deux g r edins. et j-i vous donne cinq minu'ea pour remettre madame Jaann liertm an liburt sinon, je vais immdiatement nortei .me plainte au procureur de la li'.'publique — Une plaiota] Contre qui? in er rogeait ironiquement Diana. — Contio vous deux — Et af lit Mora -, en mettant BOUS les \erx de C a 1 la leti^e que celui-ci lui avait si iraprudemmer.i adresse la v.il e *. Mou cher morsieur, Comme coniC'Ui.'. /<• l'ou* envoie t) fouU cul'/ mi le francs pour lexecu lion (U nos pro/' re. et je POSM terni lirai pareille somme 1 1 Uu >i son i.esar do U:id'euesEn relisar.tceiie missive, laqut I • on rcnviiv, u n avHit accord ai. si m lin ou. ce, l j^un aacb en 1 prit I etftoyab.'a gupier dan lque. il tf >t tomb. I aie de fureur, secou d'une sorte do tns9on nerveux, il eut un g^s e le menac comme pour ee Jeter aj la iorg) du b.i'0.1 de picottlle, du resta sans scrupules qui l'uvait si uuiudemmeni floue— Cannilie!.. hurlat-il. tu vasi me rendra cette lettre.., 00 bien.. — Viens ia preudre... riposta 113g] mstiqu-ment Moralf, en sortant un orowni ^ du la pocha de sou veston l'uis|il ajouta ..conciliant..irouiqu: — Alun Chef maquis, si vous ue voulez p.s tre inquit vous-.nm ', je vous engag) ne MM mir 1 police nos amures.. Si vous <\es court d'argent, nous vous donnerons tout le temps ncessaire pour vou% excuter.. N avousuouspas uaotaga? — C'est bien, riposta Csar, d'uotj voix sillUulH.. At %  eniliv.-moi ici le teinns d aller a t'utis et d en revenir et je vous rapporte la somme— A ia bouiie heure/ pouctua Morales. l'A Outii • qui avait appuy sur le bouton d'uue sonnetie electiiqu^ diiau valet de chambre doutltmr ble Silhouette appara'ssai danrentiebaiilement de la porte : — Cremard reconduis*z alU mari|uis jusqu' sa voiture : — Diana.. lit Morales lorsque Csar eut disparu .. es-tu contente de moiV.. Ai h bien rc.t ma leon'.' — l'as mal/.. Pas mal uu tout reconuut l'aventurire qui, le ragaid poi'Uu dans une mystneuso et som ore lvene, ajouta ; — Udcsuemeui, jo commence croire que ja lerai quelque chose du oetil Moi ala! m L honneur... ou rien — M<*n t e demandait roademoisello Qisla de lluargues *H ta /.o u cius et d-inie pdss es... '* %  > 1 me elle Ml toujours d'une eiac{•ode ecrnpuleust', j! ersing qu'elle • u 'Oit inauJe ou qu'elle nat vv auavcii.u — Mademoiselle veut-elle que j r Avec cet'e distinction fil demande au valet de pied? tact de cœur et cette noakl Cest inutile. Si mad-im Bertio car tare qui n'appartient ne vi uit ua.i, je vous enverra cet tres ''exe ption aux natoml aprs-midi prendre d-* sns nouvelles. Gisle reprena t aussitt : Ei Cislevraimt'ii adorable dais; — Csar, 2oute-moiJe sa toilette dont la fr leneur exquis pas que depuis un car aie et la go: parf. t v qualeot un e ces n .loicas tableaux d l.itonr. le %  >M>Uiste merteilleux du dix huiti me sicle, gagna le grand salon o eu at •ndaut de tl | nner. elle %  piparuit dch 11 rer un dlicieux mene uue exia ence qui sans causer beaucoup d'ioaji nos parents.. Mais je sais aj que tu n es pas mauvais. aur'oit, ta mas gard to affection.. Si tu as comm rigodon de Luin, lorsqu'elle aa'.rla laine action et que je paiM sur le seuil.. E le venait d apercevoir son fr'e, qui, ecro.il sur uu canap, la tn entre les mains, srmblait en proie a une douleu. ex rme. — Csa • mon ami., li'-el e, au comb'e de l'motion wt d U surnrse — Gisle toi! a'tT'a Mde llrar tius. en faisant apparatre uu viasge ruiaeahat de iarm -s. — Pou q mi plauraartaf int^rrogra U jeune libe, d J p 119 en plus mue.. Il est donc active un malheur:'. Ettce que notre pre ou uot e mre? — Uh! iiou, rassure. 01, tl sussit le jeune marquis.. Cesi moi... c'esd moi Bt'ui... M Il s arrta!., reculant devanti la aonte d'un aveu 1 cire si ado able ment chas e q .; savangail les mai is uanduea vers lui, comme pour lui Jllrir aaua condit 0 1 mut l'appui de sa ijiidiesse. — Paile.jo t-n prie, invita Gisle., tu sais bleu que tu peux entirement compter sur moi.. Je l'ai toujours racont mes petites peines, toi, tu peux bien me conliar tes grus chagrins/ — Non pas toi 1.. pas toi! — %  Pourquoi'? — Parce que c'est impossible 1 — Je ne peux pa* es ei dans un pareille iiiceiiiiiide.. Allons, ripomlsQjOi(Jj y i.'.ii;' — Il y a... eh bien, il y a que je au i un raiaerable 1 — T 1, BkO.I I t — Oui... tuull %  ce u est pas p .sib'e/ — Atilma pjuvre petite, si tu lavai.-,., bgaya ie malheureux garoa, tou ua rewordi et q*) Dante.,. a la rparer., tou devoir *• me ire, car tu aggraverait ta faute en me la cachant suis plus une enfant N dissimule jalousement laideurs de la vie.. J'aiyi je suis ta meilleure amie..v tu aies pu faire — et je rM croire que tu sois ausM que m >'an acmses — je' te pardonner, pour te coa pour te sauver.. Tu e co ome moi Nous mme san^, de U mme devise est .A'it honora L honneur ou rien> Au honDeur que chaque gni ntres a grandi aux yeux J je te aorame mon frre, toute la veii'l Vivement impression^ J] ipostropbe la fois %  wj touchant Usar de Uw "ait ressaisi. Ah/ Gish! Gialel C'-st en l'couUnt que ).< mieux encore tOJte monn oui, toutj mo 1 infmne. c Tu veux savoir co qwj Eh bien, soit je vais prj sens bien prsent que w ma fjuta ou plutt de J" ne saurai; ternir tou 10 ret. — Mon pauvre roi' Ne ai' pla ns P oui, j' sIT e atro ecnew inritr de soulTrirc nt JJ E dune vux na'etaaai le marquis poursuivait : r3 l-.ii .ut p la fi timme respecteb.e f"'f r .,,i ne pouvatt leusti' I;i



PAGE 1

tCTiuna -m —raits Divers ; rNSE TGNEMENTS METtOHOLOGIQUES UbSKlUATOJIiK LptT .TSEVilMAlRh COL1EGE ST MARTIAL lit Lvrier 1^20 760,7 m.niniiun 21,8 M r td Baromtre lldnpratar maximum ?i 7 Moyenne diurne 25.5 Ciel ciai', saut nuageux Tapiesl'Une dpiession tourbiltonnaire ? L par le Sud l'aprs-midi. [Biromtre constant. 1 |. SCHERER Brlement H % les toimalitiis dusaajf, il a t\ lia, flimmcs 86.000 gourdes de biIL-ts rcLa Rctary Club ;i sance de mardi ou a vote la constitu, jla %  Ko iry Club qui est affilie: .1 la ipci Internationale dos Kotary Clubs. Me |iuo avan voulu pioJuire des ob.-ervaiions sur tains articles de la Constitution, mais il lui a rpondu que les oDscrvations ne rouleraient %  • vur la traduction franaise, le Cercle de Port[prince 11 a p i vole a 1 unanimit ll.i pa:>a ensuite la d scussion des rglements. I L. C. 1 hrisson a produit des observations Iroi-o de deux articles Ces observations sont lu/ces par divsrs me.nbrcs, elles ont t adt> et les rglements lurent aussi vots l'uXJ1VIC PASTILLE V/LDA 3EIV EOUCHE3 .C'est ia PaSSRYAHOM des Maux de Sorga, Enrouements', Rhumes de Cerve-tu, Rhuniea, Bionchites, stB, C'est le WUgfflT IMSTAKTAK de l'Oppression, des ACB d'Aatluve, etc., etc. .C'est le BON REMDE pour combattre toutes les Maladies de la Poitrine. Union des yndi vais du Corps dt Ss •iens, me u btsd 1 1 : 10a syi uV ile nu Corps le Siin-i', que rassemble B'I irt annuelle .-m. lieul h -h %  r'!• ,v j.' .'.1 ol ,? 1 : 1 bl J i i n %  *£.£*? Hl{ 5 >' a,d 33 U Leurra lu LA MAISON H. Mu rail & SON a h nonw n. clientle qriel'e afin .rpnfr le* marchandises suivante ki:> lilliil. tory Clut; poursuit un idal trs cleri Asooblc : lue a pour objet t'encourager ci Uveioppir de hauts principes de moraine. y a deux catgorie, dmembres : les mem _i actifs et les membres honoraires. Elle est di\i lui pudeurs comits entre autres: un comit I aflaires publiques qui fera des rapports de Ips autre sur des questions se rapportant t richesse publique et proliiables au pays. Il encore le comit d'amlioration de l'tnlar.ie a pour but de s'enqurir du genre de vie des its du icxc mascuun du pays et de proi.iHEC0MMMTi0Hi..o,,!M?9:\HCE DEHAMDEZ, EXIGEZ dans toutes les Pharmacies Les Vritables PASTILLES IVALPA vendues seulement en BOITES portant le nom •A. qu il juge propre an.e l la Rotary tout ce jtr leur existence. tous tonnons des vieux pour que la Rotary 1 ptogreu-i'. Ce sira pour le plus grand bien %  y. prive de la Commission Financire bmirc nnusj annonc.<.in>, c'estee matin, par k lolon • de la Ligne l'anama, que sont arriv I. Fquierc, Hor.ice lit h. art et benand Denis, fibres de la Commission Financire dont nou' ocrons demiremcnt le dpart. us leur souhaitons une cordiale bienvenue Le Uarr -usel s en va uis luer on proced-j au dmontait du Car du Ch-mip de Mrs. Ce n est pas >ans ri I que les entants voie ni s'en ailtr ce qui ti | joir dur.nt les trois derniers mois Qui revienne au plus tt. ce beau carrousel qu les soirs sur le Champ de Mars, sa nou laite. Ma iaqe : matin a t clbr en Fl-lglise Ste Anne le gedcMr Hiram Franois et de Mette Mai Maleitc avec comme parrain et marraine *n Ifrfioptisie et Mme Franois Bistoury, bttenu l'aumonierc : Maurice Bossicot avec | Anna k Cuillot, lkrthoumieux Maleite ave ";dcs Coinv, Parisiana Confrence illustre par 20C1 superbes vues en couleur Sujel — l&lifornia, la snlendidOonnos DtrJ. Adolphe CLAIB M ONT! Hardi l 24 Fvrier l'.IJO K 8 heures auiitui J. Adolphe CLAJKMUNTE uesdsy, Feo uarj 24 h ai p.n SOU super!) tiews lis eolor Admission, Due gourUti I Asile franais matin. la sance sera Clure par un banquet s Asibnie picl Botttaj t em — t et Qoriasa CCOIr* --rur C.CABETTCSMIP0U3RB tDfnW 2 f :s la B •. IMes tV "t r. ll-Lau.-r, 20, PARIS H f 4 f..'a a''.rJ. ESPIC sur atacjM U^J ;.'.-. 9 i v is coin m ercia l Nous avons Fhnnwr dt ro-t 'r hjsrmtHtiuance du jubln 'n gnral 0/ tiu tomtner'V e>'OiUcu œr que nom avons donnt > dater du iti art l'J.o, Hrloi'Woolleffffru eut signataire pour noire matton de J cri'nie partir de ceHt late et penaani tout", la dures dt l'absence de"S\r Dqpr* MairMni su Roberts UION X Co. erre de lai amricain Crme de Lope* %  %  KS Iniversel Neuro ^iprovermrnt As>ciation and Afr* can Lommuniln Leguet fx merjDbres de cette association !< SHI ors, Ions tvonB l'hcnufur de voit Ivoquer pourjtudi 19 du couiti t iheurts iJU du sir au sige ci Jjte association, Rue KpoElic! N lxo, i.oui assiater a l'inatu fa dea tceinhiea du laoaveau ce consultant, qui doivent coi-iu |ea intrts de l'association, < Dnie temps pour prtndie ccu liChtioD des cortespoiidances. P"8 lea prtts de vous rut.i Plus giand nombre possible. Wevtz, metsstturs, nos salut. %  %  plus fruttrueliea. [prsident, A AIIINQTT Le Secrtaire D LI..X P 06 Je 1 ai fait enle/er. par dt t auxqu^-lB j avais vers rim irancti d avance, et qui aujoui km en rclament quio/.e aill. I na rendre ma victime, |tBlSeureox (A suivre) Mouvement Marili m — Est entr ce matin lesleauu € Colon* de la ligne Panama it fiant dt iVew)ork avec, les passa jtrs suivants : \N • L. Abbott, JOS Abud,? Aboumrub.livJ A. Burgt,J-A. Utrymane,t\ bourreau,MA-hem 1 itj,terttund Ikntf,Horace h that 1 htvirij Fequieie, Char, i leului. 1 bwathney, Ahojjam,A. ko i btlvtra. Il put ce soir pour Crisiobai — Le steamer Venus de l: ligne hollandaise venant de NeHo/Jiel dis 400rit du i\ord est al mdu ici cet aprs-midi avec 450 ormes de marchandises gnrales. — Le steamer Achule venant d'Europe, Curaao et de. oorts 'iu 6ud sera ici leX'A fevi ter — Le steamer i Gin, Etnst > sera au Cap vers le 2i 22 fvrici courant. Le Jury Demain sura heu la Maiscn on inunale, 1C heuns %  u matio ; iti-gw 10 toi t de quatre ct^nl* om fie tiicy 1 s habilr-s =1 faire p•< e du Jury ne la t. toi haine i 1 ->;i 1 '•-iroinelle dont l'c^fiture aura lipi 8 Mars. Li publie est invit S \ jesisier. V T eudu en dtail chez: Lope Rivers, Simon Vieux, P'ion l'igniat, Alfred Vieux, LudGros. I Ct ehas, V. Miiigcn-, Mhrius Berne. f Pour gurir on viter MIOrtAINE CONSTIPATION CONOESTIONO-TOUROISSEMirfS EMBARRAS GASTRIQUE L SUFFIT de prendre ii l'un de voo r&y>o.s tous 1er titux Jours aselemant I Due FQoIe da D r MM 147, roo Ju Fau.': St-Osoia, Paris Mais il faut exiger bsvirfiaHa Qui sont tout Gril blscchss et sur chacuno iaeajuaHee he Meta D5MAUT A PARIS t t> ti-ilDlnment Imprtniti en noir %  eJBkSSBBI LE Magistrat communal DE Ption-Vilta Invilo les con'r bosfelfs qui habilsnl Port-au-Pri ce venir p-i y T leurs imp s. Un dlai de N lours leur es' ? cendr 4 p^ss ie (|-ip|, des mtfUMM riirt) .reuses se•vnt p ises co • re eux. a .m Whhout Dame, more tban 40 yaids 'il .-5 111 Aiuei'icaiu H K 85 yards £iiti nuis ait | 'is X x JU y aida a 25 y biui Ku;g U tt ven.aDle iiUy '.'."• y iaiti luaian llead ;il) yards a 'J yards aiatu L L Maxiun .'iti each :) farda bt. tu aiigiuia a '2 yarda 28 Clieck La Hcina as.-otn '2i double pice Aiahama cbeck ussotit -J CUL/. LUeotlsss pour bommei lie qualit Liieiuiscs puur uoiuujes 2me qualit cn'papi r emb BAS pour teiuiuta bUncs eu papier etnb ju pour (emtnts blancs eu carton Las pour feinmss moiti en suie Diana Lia pour entants nous seulement N ti V • \ ::.'• t'itts cf biacK Upper Ltatuer Lbevistte ' Ou. browa Upper Lestbtr Chevrette H tic'U yards Dock -\ J U ue IJ a Ju yards la pice t 2u pietts ol 5iaiu Couleur JO-l'.Ub, yards -U Natisouk J0-J8 double oui ;L)euiiiis Li tramante 2i A &U lUgaita btnpea v Llke l'rercotts ) '.u tui lu s Cihaubtay ( double 93 ) .M.0 J e U JUU f OO ...U JtU luo 1 &UU bOU 2UXJ ikhi luuo aoo UtU KU 1' U 1UJ .ko \ I.VJ euu Oou pices UU 00 lUU d0UZ^ jltO iuu yards cou yaidi 'lo t Juu pices 400 AVIS A louer pour maison d'habitation ou Offices, l'tage du la Maton tl. Alurad Si $jn, No. Mti^Hrn Thomas Madiou. i Vu; Modr. ion REM U/ siairs of MuraJ Sons ne>v slore for dwelling or Offices, \o. i*) ue Thomas Madiou. B. MLWAD & SON. %  w Change Etranger Transferts par chques et par cbles faits dans tous les pays de l'Europe XINoai faisons ans spcialit de tr-ii'er sur l'Allemagne, l'Autriche, U Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Fiulande, la Scandinavie, la CzAcho S!ovanie et la Jugo-Slavie. Nous oflrons toutes les fscilits pour obtenir le change en mares dont on peut se servir PU tout temps dans le futur et t irer d^R intrts dans l'intervalle. Le b-is cours actuel du change fournit une merveilleuse occasion pour un placeras"-! profitable dans les obligations municipales, actions de banques, actions et obligations indu trielles allemanfJF9. Soia^oUicitons'lei demandes'de rensiigtiementZimermann & Forshay Membre de U bourse de New-York. Maison fonde en 1872 \7 Broadway N LW-YORK 170 Broadway TIMBRES-POSTE POUR COLLECTIONS CHOIX IMMENSE PRIX COURANT GRATIS & FRANCO THO DORE CHAMPION, 1 3, rue DrouotTRarST i mz A. de M A T T E I S P— Seul Agent pour Hati



PAGE 1

t. *.*!* --A i .' %  -'-*• %  ^.-*.xli %  ... ARTICLES FRANAIS La maison Max Monsanto JRtic du Mafjasiii de PE'af tmr le sleamer franais t Carav IW • arrk ici le 1> courant tes article suivante : Chapeaux et canotiers de lottes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes dnmassrcs filet colon Nappes coutils matelas Chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soie Cravates nœuds et rgates assorties, Gilets de flanelle. Grande Maison de MODES Mr Juan Bautista Daij A le pli sir d'annoncer au pu'jlic!en fliral qug sois Vve Grande Maison de Mode* | foUtr des Reza's New-York. Jl y aura un grand gi c costumes confection ne*s pcvr tomnn. h-mmet et euian'i irouer galement de fuis m\ s rour la coi Jecijon, surpl D e aiiisie do rare talent, bien connue daps la haute e cpue i Ile. La MfUan vendra, on oulie, d*s irauiiarili es da pi i hoix et a Liifix d liant toutes coLCUiieiiu-a.Touu*aitfl pus atec cm m usions des plusj andes lahiiquesdeaKaitJijI La maison Veuve Barbancoul a rei 4^>j]anDHaSBIDŒCXn^ZE!3Sni TURKlS %  UNS CIGARETTES EXCEP TION! QUAUTY THE AMERICAN T08XO %  DBI ksrez vus mire LE FEU lx mm WSURANE C de i'J.-Y A dresse*. TOUS la plus forte compagniedes E D agent Gnral pour Hati: Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince rroftgcz voire Maison, votre Magasin vos dpts au taux les plus raisonnable, \ Aucun irais de eomission ni de Courtage 1 payer Benseignezvous sans frais par correspond mee ou ver ex discitlervotre \\robleme chez Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai MaMW 1 """** FUMEURS Votre sant est garantie, vos ludes de fumer conserves jusqni vieilh tse. Adoptez La Crole Dlicieuse cigarette. Elle est dai tous les quartiers. 15 centimes le paquet Depot central Bar delaPaix^RueP 1 EDWARD M. RAPIIEL & Co New-York Portait Prince Spcialits de Produits Kaporel • THB FALMOUV COMPANY. N.wVotV s nd Milwufc^g.



PAGE 1

rrflfWmnnfc No?J7ll mm PIR CTEOR PROPRIETAIRE Clment-MAGLOIRE M \GISTR .\T COM MUMAL U NUMERO 15CBNTIMW ABONNEMENTS fORT-AU-PRINC Un œ0ii DEPARTEMENTS ** Onmoi.. G 2 50 W*"" ETRANOER 7 Trois mois ( • 8.00 -. annonces sont reues au Comptoir trisrie-aai ^ Publicit, 9 R-' Tronchet. Ta19 . *i Ludgate Bill, Londres, PoFf an Prince, f]iii Jatttli i rV'iief i99 Seul est libre celui qui s'est affranchi des passions Lon TOLSTO Quotidien ELEPHO.SK : 148 LA GRANDE GUERRE Traduction No T ribuh a !" Une espranca qai ne 89 ralisera pas A! ctnagne ne cache pas son es* ut vir le lapon se dtacher is [tu Ju bloc des puissances als. fendant toute la dernire pha\t U guerre, elle a escompt cette Ltoc. Elle l'espre encore, mais 1 parait de nature confirmer esprance: lapon s'est loyalement tenu aux d> lEatente pendant les hostiII 1 pris KiaoTchou aux Alinds et dtruit U menace g-r|ue qui pesait depuis trente ans Pacifique C'est g i:; la tlotte >naise que tarent maintenues la S du Pacifique des mers du et de l'ocan 1 id en Sentinelle ice de la civiln tion humaine mme Orient, le lapon o:cupe i:bir e orienUle.b en lsoue a ce it laisser les bolcheviks s'y imiter. relations sont prsentement tendues entre le fapon et la te p-opos du Cbantoung qae mais occupent encore ci rcJuI de restituer immdiatement 1 a te Froisse, tri.i*. la Ch n:a de signer le trait de Vuts et le* snateurs continuent a recevoir I** m utii Honoraires qu'avant la g'iire. Une dlgt'fcn et dputs s'est rendue chez Mi lea id, vendredi der ner, et loi a expi es ou S nat et de is Charnu0 ocr beau coup de mal juin ire les deux bouta M tVlillersnd leur a dclar qu'il sou mettrait cette q'ies i ni au prochain i o seil des ministres. i>s ministres, actuellement tou (lient 0J000 francs par 0, le pre mier ministre 70 000 francs et les pisjdents du Sdnat et de la Cham b e 7100 francs Les fonctionnai rt s lee m eux pays en dehors du pisident de la Rpublique, sont roux crs rcemment. Ci sont les Il >uts Commissaires pour la naviga tioo sur le Rhin qui reoivent '2\JO lOJ francs par an. t Tigre doit s'emba quer Marseille le 3 fvrier Service de l Agence liai ai ris,28 janvier.— S;loe le Fi,M Clemenceau s'embirquerail arseille le 3 fvrier destination |Egypte. %  Temps > confirme le voyage i Clemenceau. Il se rendra au et remontera le Nil juqu'a toum. il cornet; passer d ux i en Egypte. Serve de lAs'ocialed Press *. a8 janvie-.— M. Clm:na retenu une cabine sur le paM 1 Lotus qui partira de MarWJJ lvrier 1 destination dAMrie. Oj assure que l'ancien Ment du conseil est -bolument P rester dans la retraite en p des luttes politiques. L? Ti• ht la lponse suivante un ur de l'Homme Libre qui fanait du dernier vote du ParteJUani l'lection prsidentielle; lUaelqaes personnes ont besoin lavertissem.-n d'autres, au cou* oit besoin de recevoir un v olenr. Mes ennemis disent ) ai reu Qa coup et mes amis renissement. En tous cas j'en ai fc le pars pour l'Egypte d'abord. F 1 I e vcrra : j'irai peut-tre aux jyMfi: Ch* z Mat Mon0 • Pmer Journal, Papier Nouvelle Route Nationale du Cap Port-auPrince. Poursuivant l excution de son plan' de construction d'une nouvelle route ne timale entre Port au Prince et le Cap pur le trac des Hauts Plateaux, la Direction Gnrale des Travaux Pub tes vient d'autoriser U sympathique Ingnieur en h (des Dpartements du Nord et du \'orU Outil,UtR A Conard entreprendre la construction du tronon Cap S'. R .pbatl Del des travaux ont com menc esttre Dondon et St Raphal sou* la direction de l Ingdteur Charles Mar tin ell Ingnieur Adrien Scott va prciser dans une campant d tude U trac d'ac ces eu Qondon pour dcider entre deux tracs possibles : / un par la perce du • Grand Gille t autre par la qorge du Bonnet l Evque. Nous renseignerons nos lecteurs : En tous cas cet e route est ncus U cro yons, d une importance capitale pour le dveloppement des Hauts Plateaux en dehors duquel il n'y a pat tsprtr de changement notable dans l conomie rurale del Rpublique La Mlle du Cap doit se rjouir de ces projets dont l excution va quadru filer son commerce puisque par sa post tion gographique elle est l missaire nu turt Ile des Hauts Plateaux, cest--dire des arrondissements de la Grandi' Rivire, de la Marmelade d de htnehe. ( Les Annales Capoises) A LA PETITE MAISON On trouvera. Souliers ea toi.e dauo blanc pour entant*. Documents pour servir a l'histoire de la guerre Le rapport d'ensemble du gnral Pershing sur les oprations de l'ar me amricaine en France pendant les annss 1917 et 1918 contient.entre autres documents, le texte d'un mnage adress au prsident Wilson en mai 1918, par les trois premiers ministres dFrance, de Grande-Bretagne et d'Italie runi', Versail'es. M Vf. Clemenceau, Lloyd Georg. Orlaido insista aupr%d; M. Wltson p mr obtenir l'envoi de joo.oio s >!ditsamricdins par mo s,rn vued* -b tenir use supriorit d'elf c ils.seule ca pable, disent-ils -J carter le danger immdiat dune dfaite des allis". Vcici ce document : "Mous dsirons exprimer nos p'us v fs remerciements an prsident W.lson, pour la remarquable p amplitude avec laquelle laide amricaine. d< passant toutes les prvisions,a ti accerde aux allis, pendant le mo s dernier, pour parer i une grande ncesst. "Le gnral Foch nou; a prsent lin iappa:t d'une extrme gravit, o il expoe que la supu iti numrique de l'ennemi en France, o 162 divisions allies font fice i 2 00 divi fions allemandes,est tr> 10 te, qu il l'y a aucune possibilit pour l'Angleterre et la France d'accroitre le Sombre i t leurs divisd s, }u au coi traite elles ont le plus grand -s diifi Cultes i les maintenir a c: ch il e e qu'on est en grand danger de perdre la guerre, si l'intriori numrique des allis ne peut tre compense aussi rapidement que possible par lr i -ive des troupes amricaines. L? gnral demande donc avec la plus vive insistance que le plus grand nombre possible de troupes d'infanterie et de mitrailleurs ( c est ce qui manque le plus aux allis ) continue tre envoy d'Amrique, pendant les mois de juin et juillet, afin d'carter le danger immdiat d une dfaite des allis dans la cambrgne actuelle, les rserves des allis iouvant tre puises avant celles le l'enn-mi. [ "En outre,en ce qui concerne l'avenir, le gnral considre qu il est (mposs'ble de prvoir une vieoire dcisive si l'Amrique n'est pas en mesure de mettre sur pied une arme t lie qu'elle permette aux allis d assurer la supriorit numrique U value le total des forces amricaines ncessaires pour atteindre ce but au moins 100 divisions ; il deman de que l'on continue envoyer de nouvelles iroupes amricaines i raison d'au moins 300,000 hommes par mois afin d'tablir une force to! ale de 100 divisons amricaines i a date la plus rapproche possible. ''Nous sommes certains que le gnral Foch, qui -iingla c>mpagne actuelle avec une habilet consomme, et dont le jugement mi'itatre continue nous inspirer la confiance la plus abio'uf n'exagre pas la gra• vite de la situation, e t nous sommes assurs que le gouvernement des Etats-Unis fera tout :e qui est en son pouvoir t m pour fai e fies aux besoins de la stjat.nn immdiate que pour procder l envoi de nouTribuoil te pa \ sectiea ierd Le tribunal de paix section nord a, dans son audience du 3 fvrier dernier rendu sous la prsidence du juge titulaire les jugements suivants Amilcar Pmera Sem contre D. Dauphins. Celui qui dit et dclare peu h doiuererm qu .jf ne s aglt pas id de dfoif de sef UraUo et lHttd£ vitude, mais fan prtende troub'e de fait donnant lieu i I action possessoire ; ordonne le transport sur Suivant des nouvelles qui, sans fia ras ont circul dans la Presse, le Gou vernewent s'occupe de l'affaire de nos /rontir.s et sous nou mis d la eoasi du comit consultant (i). Ilaiti et Santo-Domingo,nations que le voisinage a faites sœurs bien que la nature ne les cr dt point si proches pas lieux litigieux du )uge dptix, remn ont besoin imprieusement de voir assist de son gret'ier aux ri05 de disparat !" la pomme de discorde qui les visiter et de vrifier par enqut les poussait se regarder de travers les la possessioj et jouissance du deemprU'int de se donner la main cor mandeur de l'eau du canal en quesHattmmU powr marclnr ensemble la tioa ; dit que cette opration aura conqute de Cavenir heu le samedi 7 du courant en pr Ai llpuoUque Dminteaine et la $ ence des parties, lesquelles seront Rpublique d Hati comme deux tre,.„.,., J„ . H ,. rmemSn snfant, vivaient dJoi;" ues d fs e P 1 *" 1 "" sur ""ft" filerie et espiqleri et passaient dune ns citation pralable, pour aprs la qucrell>. l uittr,',oublieux dudevoir de J lle opration, tre ftatu par le tri l'ut^mit auquel ils devaient se mettre buual ce qu'il appartiendra, dpens et force de se quereller en arrivrent rservs. lusqu se har. Mais aujourd'hui, qi'ils ont pass de l'adolescence l dgc viril, tls comprennent que Dieu n* /s 1 p'ispbieiis dans la mme lie comme des fauves dans un cirque, mai* bien da-is une seule maison pour qu'ils y v-vent pacifiquement et fraternellement cooprant ensemble dans la poursuit* du houh t//' Vve Ls Annoual contre Th Wiener Celui qui ordonne le transport sur les lieux litigieux du juge As paix assist de son grelheret d'un homme de l'art aux fins de visiter les dits lieux et d'enquter sur les faits articuls, commet d'office pour procder i 1 expertise le sieur Gsortoai* var >.eia\mme que le rglement g' Sylvie, Ingnieur Agronome dit que cette opration aura lieu le jeu di 12 du courant i neuf heures du matin en prsence des parties Jh Cicron Alexandre contre St phen St Fort Celui qui ddarr nulle et inoprante la saisie conter vateire en dite du ai janvier de la prsente anne, ministre de 1 huissier Polidhort Lamry, pratique di la question des /routires doit avoir pour objectif lx paix morale .a paim des esprits entre les deux peuple, c lie question doit tre traite avec si gesse srnit ave le ferme propost m blesser ni de faire souffrit en tien les sentiments des deux Parties intrt StS Hati et Santo Domingo ne sont plus dts peuples enfants dans les consciences desquels domine la pusion, au lieu de sut le dfendeur, la requte du de la raison. Ils sont arrivs Idge mandeur et vu que la citation comaiutle et savent que la mfiance et /a porte d'autres chefs de demande inhiine sont ruineuses et ne produisent dpendiLtide la saisie, lesjuelsn'ont que ruines et calamits. t l'objet d'aucuae d scussion. or Le rglement dt la qurstion des donne la continuation de la plaiedo* Iront',' es doit tre bas sur une stricte rie de VtMn d J quit. Aucun des deux peuples ne Tttti doit souffrir de prjudice si nous vou ' ,l Ion* que la soiuiion soit d'finitiv* et Re e Clui dpens rservs Pierre contre Turenne qui reoit en la iormr f-e jamais plus ne bourgeonnent se* l'opposition du demandeur au jugr perfides racines. Bons s ns et t'rnit. ment de dfaut de ce sige en date Celai qui se passionne perd dans ses du 22 juillet 1919, au tond, dit lgitimes intrts l qu valent de ce que qu'il n'y a pas lieu de dfrer i l'op la passion met dans la question. posant le serment qu'il offre de pr n T z ter retracte lt sus dit iuctment et 1) La Junte consultal.ve compose de l'Ar• _. . ... ?, . chcvqac A. A. Nol. P. J Feyna jic.nio de jugeant HOUVeaU, dit qu il B'chtt Ca.ro y Federico VeUsqucz, — de.nissioiuu pas de condamner Tidraste Pierre dan I uuervailc. rem( ||fe 4 J^^ Ren j M deui b o e tes en quest o 1 tant donn que leur remise s t dj effectue, condamne l'opposant payer sans dlai au dfendeur 10 le montant des huit semaines de louages moina les huitsgourdes sus mentionns, soit 60 gourdes ;O la somme ,d 2s gourdes titre de dommages in trts pour le prjudice occasionn.. Le marchal Foch sera reu 1 Aoademie.le 5 fvrier Sirvice de l'^Astociated Press PARIS, -Ji janvier Lo marchal Foch sera reu ofticieliemeut 1A cidmie franaise le 5 fvrier, al Hsymond Poiocar rpondra au dis ordonne l'excution provisoire ma cours du marchalLe marchal yenoant caution, dit que cette eau Foch a termin son discours; il I en tioa sera prsente i l'audience pro> verra jeudi prochain l'Acadmie, chane pour re discute qui le communiquera ensuite & PoincarM. Ei Side contre Jh Simeaist Ce lui qui uonne dfaut contre le d fendeur, et pour le profit, le coo damne payer au demandeur 10 U velles troupes en nomb e sn'fisant somme de 15; gourdes moitaof pour assurer aussitt que possible la de 1a 1re obligation, ao celle de 90 suptioit numrique que le comgourdes montant del 2e. soit en mandant en chef des armes allies out 37, gourdes et pour en facili considre comme essentielle pour ter le paiement dclare bonne et va une victoire dcisive Uble la saisie arrt pratique es "Clemenceau mains de la Cie du Wharf ordonne • D L'ovd George. ls tierce saisie de vider ses msinn "Orlando." en celles du demandeur jusqu' con Cit appel fut entendu, comme on curre.ce de U sus dite valeur, sans sait; et les 3 o 000 hommes demanprjudice de frais ds arrivreat chaque mois d AmriVve Louis Annoual coot-e Th jue jusqu' la ssa'iOQ des hostilit!, Wienti Celui qui 6 M 4 vingt inn ""


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05048
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, February 19, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05048
System ID: UF00081213:05048

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
rrflfWmnnfc No?J7ll
mm
PIR CTEOR PROPRIETAIRE
Clment-MAGLOIRE
M\GISTR.\T COMMUMAL
U NUMERO 15CBNTIMW
ABONNEMENTS
fORT-AU-PRINC
Un 0ii DEPARTEMENTS **
Onmoi.. G 2 50
W*"" ETRANOER 7"
Trois mois (____________ 8.00
-. annonces sont reues au Comptoir tri-
srie-aai ^ Publicit, 9 R-' Tronchet. Ta-
19 . *i Ludgate Bill, Londres,
PoFf an Prince, f]iii
Jatttli i rV'iief i99
Seul est libre celui qui
s'est affranchi des passions
Lon TOLSTO

Quotidien
ELEPHO.SK : 148
LA GRANDE GUERRE
Traduction No*Tribuha
Une espranca qai ne
89 ralisera pas
A! ctnagne ne cache pas son es*
ut vir le lapon se dtacher
is [tu Ju bloc des puissances al-
s. fendant toute la dernire pha-
\t U guerre, elle a escompt cette
Ltoc. Elle l'espre encore, mais
1 parait de nature confirmer
esprance:
lapon s'est loyalement tenu aux
d> lEatente pendant les hosti-
II1 pris KiaoTchou aux Al-
inds et dtruit U menace g-r-
|ue qui pesait depuis trente ans
Pacifique C'est g i:; la tlotte
>naise que tarent maintenues la
S du Pacifique des mers du
et de l'ocan 1 id en Sentinelle
ice de la civiln tion humaine
mme Orient, le lapon o:cupe
i:bir e orienUle.b en lsoue a ce
it laisser les bolcheviks s'y im-
iter.
relations sont prsentement
tendues entre le fapon et la
te p-opos du Cbantoung qae
mais occupent encore ci rcJu-
I de restituer immdiatement 1 a
te Froisse, tri.i*. la Ch n:a
de signer le trait de V niais, elle apero t aujourdhui
Inconvnients de ce retus.
[anne 1920 verra peut tre, du
jas on peut l'esprer,les relations
japonaises prendre un asp- t
amiral.
Editorial de LAS NOTICIAS
du 8 Janvier 1920
Santo Domingo

Les dputs trouvent leurs
quijiee rnill- francs insuf
lisants
**"~~~~~~
Service dt V Associated Prts
PARIS, 23 janvier Un grand nom
bre de dpa es trouvant difficile de
vivre avec 15 000 fraoca par an,
sont en train de prparer un projet
qu'ils soumettront la Chambre,
d'aprs lequel leurs honoraires se
raient ports i 25 000 ou 30 003
francs.
Ils font remue mer que depuis le
commencement di la guerre les s 1
Im-es de ous !- employs du m
vi-rnement om t pour ainsi dire
doubls, tandis qie les d >uts et
le* snateurs continuent a recevoir
I** m utii Honoraires qu'avant la
g'iire.
Une dlgt'fcn et dputs s'est
rendue chez Mi le-a id, vendredi der
ner, et loi a expi d- (no it aot que les ni \n\> es ou
S nat et de is Charnu0 ocr beau
coup de mal juin ire les deux bouta
M tVlillersnd leur a dclar qu'il sou
mettrait cette q'ies i ni au prochain
i o seil des ministres.
i>s ministres, actuellement tou
(lient 0J000 francs par 0, le pre
mier ministre 70 000 francs et les
pisjdents du Sdnat et de la Cham
b e 7- 100 francs Les fonctionnai
rt s lee m eux pays en dehors du
pisident de la Rpublique, sont
roux crs rcemment. Ci sont les
Il >uts Commissaires pour la naviga
tioo sur le Rhin qui reoivent '2\JO
lOJ francs par an.
t Tigre doit s'emba quer
Marseille le 3 fvrier
Service de l Agence liai ai
ris,28 janvier. S;loe le Fi-
,M Clemenceau s'embirquerail
arseille le 3 fvrier destination
|Egypte.
Temps > confirme le voyage
i Clemenceau. Il se rendra au
et remontera le Nil juqu'a
toum. il cornet; passer d ux
i en Egypte.
Serve de lAs'ocialed Press
*. a8 janvie-. M. Clm:n-
a retenu une cabine sur le pa-
M 1 Lotus qui partira de Mar-
WJJ lvrier 1 destination dA-
Mrie. Oj assure que l'ancien
Ment du conseil est -bolument
P rester dans la retraite en
p des luttes politiques. L? Ti-
ht la lponse suivante un
ur de l'Homme Libre qui
fanait du dernier vote du Parte-
JUani l'lection prsidentielle;
lUaelqaes personnes ont besoin
lavertissem.-n d'autres, au cou-
* oit besoin de recevoir un
volenr. Mes ennemis disent
) ai reu Qa coup et mes amis
renissement. En tous cas j'en ai
fc le pars pour l'Egypte d'abord.
F1* Ie vcrra:, j'irai peut-tre aux
jyMfi: Ch*z Mat Mon-
0 Pmer Journal, Papier
Nouvelle Route Natio-
nale du Cap Port-au-
Prince.
Poursuivant l excution de son plan'
de construction d'une nouvelle route ne
timale entre Port au Prince et le Cap
pur le trac des Hauts Plateaux, la Di-
rection Gnrale des Travaux Pub tes
vient d'autoriser U sympathique Ingnieur
en h (des Dpartements du Nord et du
\'orU Outil,Ut- R A Conard entre-
prendre la construction du tronon Cap
S'. R .pbatl Del des travaux ont com
menc esttre Dondon et St Raphal sou*
la direction de l Ingdteur Charles Mar
tin ell Ingnieur Adrien Scott va prciser
dans une campant d tude U trac d'ac
ces eu Qondon pour dcider entre deux
tracs possibles : / un par la perce du
Grand Gille t autre par la qorge du
Bonnet l Evque.
Nous renseignerons nos lecteurs :
En tous cas cet e route est ncus U cro
yons, d une importance capitale pour le
dveloppement des Hauts Plateaux en
dehors duquel il n'y a pat tsprtr de
changement notable dans l conomie ru-
rale del Rpublique
La Mlle du Cap doit se rjouir de
ces projets dont l excution va quadru
filer son commerce puisque par sa post
tion gographique elle est l missaire nu
turtIle des Hauts Plateaux, cest--dire
des arrondissements de la Grandi' Rivire,
de la Marmelade d de htnehe.
( Les Annales Capoises)
A LA PETITE MAISON
On trouvera. Souliers ea toi.e
dauo blanc pour entant*.
Documents pour servir a
l'histoire de la guerre
Le rapport d'ensemble du gnral
Pershing sur les oprations de l'ar
me amricaine en France pendant
les annss 1917 et 1918 contient.en-
tre autres documents, le texte d'un
mnage adress au prsident Wilson
en mai 1918, par les trois premiers
ministres d- France, de Grande-Bre-
tagne et d'Italie runi', Versail'es.
M Vf. Clemenceau, Lloyd Georg. Or-
laido insista aupr%d; M. Wltson
p mr obtenir l'envoi de joo.oio s >!-
ditsamricdins par mo s,rn vued* -b
tenir use supriorit d'elf c ils.seule
capable,disent-ils -J carter le danger
immdiat dune dfaite des allis".
Vcici ce document :
"Mous dsirons exprimer nos p'us
v fs remerciements an prsident W.l-
son, pour la remarquable p ampli-
tude avec laquelle laide amricaine.
d< passant toutes les prvisions,a ti
accerde aux allis, pendant le mo s
dernier, pour parer i une grande
ncesst.
"Le gnral Foch nou; a prsent
lin iappa:t d'une extrme gravit, o
il expoe que la supu iti numri-
que de l'ennemi en France, o 162
divisions allies font fice i 200 divi
fions allemandes,est tr> 10 te, qu il
l'y a aucune possibilit pour l'An-
gleterre et la France d'accroitre le
Sombre i t leurs divisd s, }u au coi
traite elles ont le plus grand -s diifi
Cultes i les maintenir a c: ch il e e
qu'on est en grand danger de perdre
la guerre, si l'intriori numrique
des allis ne peut tre compense
aussi rapidement que possible par
lri.-ive des troupes amricaines.
* L? gnral demande donc avec la
plus vive insistance que le plus
grand nombre possible de troupes
d'infanterie et de mitrailleurs ( c est
ce qui manque le plus aux allis )
continue tre envoy d'Amrique,
pendant les mois de juin et juillet,
afin d'carter le danger immdiat
d une dfaite des allis dans la cam-
brgne actuelle, les rserves des allis
iouvant tre puises avant celles
le l'enn-mi.
[ "En outre,en ce qui concerne l'a-
venir, le gnral considre qu il est
(mposs'ble de prvoir une vieoire
dcisive si l'Amrique n'est pas en
mesure de mettre sur pied une arme
t lie qu'elle permette aux allis
d assurer la supriorit numrique U
value le total des forces amricai-
nes ncessaires pour atteindre ce but
au moins 100 divisions ; il deman
de que l'on continue envoyer de
nouvelles iroupes amricaines i rai-
son d'au moins 300,000 hommes
par mois afin d'tablir une force to-
!ale de 100 divisons amricaines i
a date la plus rapproche possible.
''Nous sommes certains que le
gnral Foch, qui -iing- la c>mpagne
actuelle avec une habilet consom-
me, et dont le jugement mi'itatre
continue nous inspirer la confiance
la plus abio'uf,n'exagre pas la gra
vite de la situation,et nous sommes
assurs que le gouvernement des
Etats-Unis fera tout :e qui est en
son pouvoir t m pour fai e fies aux
besoins de la stjat.nn immdiate
que pour procder l envoi de nou-

Tribuoil te pa \ sectiea ierd
Le tribunal de paix section nord
a, dans son audience du 3 fvrier
dernier rendu sous la prsidence du
juge titulaire les jugements suivants
Amilcar Pmera Sem contre D.
Dauphins. Celui qui dit et dclare
peu h doiuererm qu.jf ne s.aglt pas id de dfoif de sef
UraUo* et lHttd vitude, mais fan prtende troub'e
de fait donnant lieu i I action pos-
sessoire ; ordonne le transport sur
Suivant des nouvelles qui, sans fia
ras ont circul dans la Presse, le Gou
vernewent s'occupe de l'affaire de nos
/rontir.s et sous
nou mis d la eoasi
du comit consultant (i).
Ilaiti et Santo-Domingo,nations que
le voisinage a faites surs bien que la .
nature ne les cr dt point si proches pa- s lieux litigieux du )uge d- ptix,
remn ont besoin imprieusement de voir assist de son gret'ier aux ri05 de
disparat la pomme de discorde qui les visiter et de vrifier par enqut -
les poussait se regarder de travers les la possessioj et jouissance du de-
emprU'int de se donner la main cor mandeur de l'eau du canal en ques-
HattmmU powr marclnr ensemble la tioa ; dit que cette opration aura
conqute de Cavenir heu le samedi 7 du courant en pr
Ai llpuoUque Dminteaine et la $ence des parties, lesquelles seront
Rpublique d Hati comme deux tre- ,..,., j H ,. *
rmemSn snfant, vivaient dJoi- ;"ues,df-se P1*"1"" sur ""ft"
filerie et espiqleri et passaient dune "ns citation pralable, pour aprs la
qucrell>. l uittr,',oublieux dudevoir de Jlle opration, tre ftatu par le tri
l'ut^mit auquel ils devaient se mettre buual ce qu'il appartiendra, dpens
et force de se quereller en arrivrent rservs.
lusqu se har. Mais aujourd'hui,
qi'ils ont pass de l'adolescence l d-
gc viril, tls comprennent que Dieu n*
/s 1 p'ispbieiis dans la mme lie comme
des fauves dans un cirque, mai* bien
da-is une seule maison pour qu'ils y
v-vent pacifiquement et fraternellement
cooprant ensemble dans la poursuit*
du houh t//'
Vve Ls Annoual contre Th Wie-
ner Celui qui ordonne le transport
sur les lieux litigieux du juge As
paix assist de son grelheret d'un
homme de l'art aux fins de visiter
les dits lieux et d'enquter sur les
faits articuls, commet d'office pour
procder i 1 expertise le sieur Gsor-
toai* var >.eia\mme que le rglement g' Sylvie, Ingnieur Agronome dit
que cette opration aura lieu le jeu
di 12 du courant i neuf heures du
matin en prsence des parties
Jh Cicron Alexandre contre St
phen St Fort Celui qui ddarr
nulle et inoprante la saisie conter
vateire en dite du ai janvier de la
prsente anne, ministre de 1 huis-
sier Polidhort Lamry, pratique
di la question des /routires doit avoir
pour objectif lx paix morale .a paim
des esprits entre les deux peuple,
c lie question doit tre traite avec si
gesse srnit ave le ferme propost
m blesser ni de faire souffrit en tien
les sentiments des deux Parties intrt
StS
Hati et Santo Domingo ne sont plus
dts peuples enfants dans les consciences
desquels domine la pusion, au lieu de sut le dfendeur, la requte du de
la raison. Ils sont arrivs Idge mandeur et vu que la citation com-
aiutle et savent que la mfiance et /a porte d'autres chefs de demande in-
hiine sont ruineuses et ne produisent dpendiLtide la saisie, lesjuelsn'ont
que ruines et calamits. t l'objet d'aucuae d scussion. or
Le rglement dt la qurstion des donne la continuation de la plaiedo*
Iront','es doit tre bas sur une stricte rie de VtMn d J
quit. Aucun des deux peuples ne Tttti
doit souffrir de prjudice si nous vou ,l
Ion* que la soiuiion soit d'finitiv* et
Re e Clui
dpens rservs
Pierre contre Turenne
qui reoit en la iormr
f-e jamais plus ne bourgeonnent se* l'opposition du demandeur au jugr
perfides racines. Bons s ns et t'rnit. ment de dfaut de ce sige en date
Celai qui se passionne perd dans ses du 22 juillet 1919, au tond, dit
lgitimes intrts l qu valent de ce que qu'il n'y a pas lieu de dfrer i l'op
la passion met dans la question. posant le serment qu'il offre de pr
n T z ter retracte lt sus dit iuctment et
1) La Junte consultal.ve compose de l'Ar- _. ... ?, .
chcvqac A. A. Nol. P. J Feyna jic.nio de jugeant HOUVeaU, dit qu il B'chtt
Ca.ro y Federico VeUsqucz, de.nissioiuu pas de condamner Tidraste Pierre
dan I uuervailc. rem( ||fe 4 J^^ Ren jM deui
b o e tes en quest o 1 tant donn
que leur remise s t dj effectue,
condamne l'opposant payer sans
dlai au dfendeur 10 le montant
des huit semaines de louages moina
les huits- gourdes sus mentionns,
soit 60 gourdes ;o la somme ,d
2s gourdes titre de dommages in
trts pour le prjudice occasionn..
Le marchal Foch sera reu
1 Aoademie.le 5 fvrier
Sirvice de l'^Astociated Press
PARIS, -Ji janvier Lo marchal
Foch sera reu ofticieliemeut 1A
cidmie franaise le 5 fvrier, al
Hsymond Poiocar rpondra au dis ordonne l'excution provisoire ma
cours du marchal- Le marchal yenoant caution, dit que cette eau
Foch a termin son discours; il I en tioa sera prsente i l'audience pro>
verra jeudi prochain l'Acadmie, chane pour re discute
qui le communiquera ensuite &
Poincar-
M.
Ei Side contre Jh Simeaist Ce
lui qui uonne dfaut contre le d
_____________________________ fendeur, et pour le profit, le coo
damne payer au demandeur 10 U
velles troupes en nomb e sn'fisant somme de 15; gourdes moitaof
pour assurer aussitt que possible la de 1a 1re obligation, ao celle de 90
suptioit numrique que le com- gourdes montant del 2e. soit en
mandant en chef des armes allies out 37, gourdes et pour en facili
considre comme essentielle pour ter le paiement dclare bonne et va
une victoire dcisive Uble la saisie arrt pratique es
"Clemenceau mains de la Cie du Wharf ordonne
D L'ovd George. ls tierce saisie de vider ses msinn
"Orlando." en celles du demandeur jusqu' con
Cit appel fut entendu, comme on curre.ce de U sus dite valeur, sans
sait; et les 3 o 000 hommes deman- prjudice de frais
ds arrivreat chaque mois d Amri- Vve Louis Annoual coot-e Th
jue jusqu' la ssa'iOQ des hostilit!, Wienti Celui qui 6M 4 vingt inn
""


LE *fl
gourdes la caution dposer en cas
d'appel du |ugement intilocuiore
en date du trois fvthr courant ren
tu entre les parties litigaatea
Cicron Alexandrrcrntre SSt l'on
Colin Celui qui dclare nulle et de
nul elfet la citation en date du 22
janvier 1920 donne au dfendeur
et condamne le demandeur aux d
pens
Charles Courtois contre h I) Jo
Brr liste Cslui qui dclare bonne et
valable la saisie arrt en date du 1 >
dcembre 1919, exploit de l'huissier
Lmm Monsstt pratique es main
de la Banque Nationale de la Repu
blique d'Haiu : ordonne i la tierce
saisie de verser ses mains en celles
du demandeur jusqu' concurrence
du montant ae ladite opposition
sans prjudice des frais
D Praio contre Lascase Henri Ce
loi qui donne acte au demandeur de
.sa comparution et de sa dclaration
et renvoie l'audition du dtendeur i
la prochaine audience
Stphen St Foit contre Camilus
Camille. Celui qui condamne le d
tendeur i payer au demandeur la
sus dite somme de 1/2 gourdes pat
des termes mensuels de 20 coudes
nvec clause pnale donne acte au de
rnandeur de sa reuonciation au chrt
de la contrainte par corps,rejette les
dommages intrts rclams et coo
damne le dfendeur aux dpens
loseph Pelota contre L Lacroix
Celui qui condamne le dtendeur a
payer au d:mandeur la valeur rel..
mee soir 18 gourdes, lui accord*
pour ce faire le dlai d'un mois et
le condamne aux dpens
biiomon Maxine contre O Lh
rissoo Celui qui donne detaut con
ire le dfendeur et pour le ptolit le
condamne payer sans dlai au de
irundeur la somme de 60 gourd s
montant du pit sus parl rejet e
les dommages intrts lclams il
condamne le dtendeur aux dpens
Mme Wili Louissaint contre Ane a
Donsmotd. Celui qui dit et ordon
ne que les parties comparatront A
l'audience du vendredi 13 du cou-
rant a dix heures du matin aux lins
nonces.
^ ( Fajotte contre Ccile Cantave
Celui qui condamne la dfenderesse
payer la valeur due par des vene
inents mensuels de dix gourdes
Erratum
Dam la aotice ncrologique du MATIN d'hier,
il uni lire f le He\. l'ere Le Berrc au lieu de
Le Beuc quia t imprime par erreur.
CROYEZ-LE,
POUR LES
ENFANTS,
il n'y a rien de tel comme
L'EMULSION DE SCOTT
432
NOUVELLES ETRANGERES
PAR SANS Hl,
WALHINGTON : L* Dparte-
ment de la Marine des Btita-Ooll a
prst ni les plans de deux des plu*
grand super dirigeables 1 monde
L un d'eux est maintenant en voie
de conatruction en Angleterre et ten
ctia ton vol transatlantique l'auto u
ne piochain, d'aprs la dclaration
laite i ar devant le comit naval ue
la Chambre par le capitaine Grave: .
Directeur de l'Aviation uavale.
l.UNDHKS Les correspondants
du II ih.j Copeobagute ont racou-
que Kolcliak fit excut par s s
piopres punis un diii le but l'eoa
pocher sa dlivra.-ice par Ire l:oi
pea blanches.
MEXICO Dei ouvriers union s
tes a San-Salvador ont envoy dei
invitations tous les pays leti'io
amricain, y compris le Mexique,
en demandant que des dlgus
soient nomms pour tatlaUr a la
confrence des ouvriers qui doit
avoir lieu bientt San Salvador.
WASHINGTON Lu Prsident Wil
son a tait choix de Hobert lI. der
wood Jobnsou de N \v Yoik comme
Ambassadeur IIome pour succ
der Thomas .Nelson l'ge, demis
aioonaire.
CONSTANTINOPLE 10 000 rfu-
gis sont a bord des bateaux eu ra-
de d Odessa dans 1 attente de se
sauver de la ville que les BuUhe-
vicha occupent maintenant.
PAH1S Ceat la pi envoie fois dans
l'histoire de la Fiance qu un de se
anciens prsidents du Conseil Jo-
seph Caiiittux ait t jet eu prison
sous l'tCCUlJUlOQ de liuu'e tr<*biaou
et d'tllorts tents en vue d une paix
prmature tt dshonorante t-vec
1 Allemagne.
lUiMI-i L*s ("cots ont t Urines
cause de l influai za. l'ne moyen-
ne du '.hj personnes meurt par jour
HONOIUlU Une dpche nu
journal inponais Nippu Jipi de
Toldo dit(|ueles Holschevuks ont
capiui Aiexaudroovsk, la capitale
de S8kmabm. Ou ciaint que I. s
i forces des radicaux neutreut au Ja
Jpon.
PAR CABLE
PARIS. Dans la ncle rcnvse la
llollands au sujet de l'extradition de
l'ex Kii er, le. a lit! font remarque
qu'.ls ne demandent p s que le goa-
ve'nement ho.Undais k'icatts de sa
p j'.u que tiaditionuelle mais ils lui
lo-.t de nouveau ressortir l-s crime,
do l est responsable l'ex-Kmer tl
ils lusiateat sur le fait qu'oane peu)
mconnatre la requt: remiss au
nom de v.ngt s.x puis>anc^s s;gn -
Utrei du trsiti et si li Belle ode per
sistiit a se de>mtre;er de cette
qasiio.i elle prendrait h respo isa-
Dilu entire dais ia mise l'abri
lun criminel. lialin les puissances
isireut bien turc comprendre corn
bien la situation deviendrait lfieuss!
si les l'iy. Bas ne djr.nai;t l'SfM j
rance que leurs ^uum-a nts obai
ru t la demande d s allis que la|
*ecu:it de l Europe exigs impeneu
>eraen'.
PARIS. U.ie nouvelle de source
Italienne dit que les allies auraient
dji rpondu a Wilsoa ce qui fait
l'objet de nombreux commentaires,
suivant plusieurs journaux cette r-
ponse aurait t simplement labor
mais non envoye. 1
"Le Matin" prcise que la rpons
rdige samedi tt dj imprime n
fut pa remise tl fur remanie hier
dans un sens plus concil i-1 elle se
remise aprs avis de Mr Millerand. 1
ressort des indications publies par 1 s
journaux que Wilson n'ayant exprime
aucun dsir prci>> le^ ail is dans leu
rponse ne prennent aucun engag
mrnt formel ils info me- 1 stoleuiC 1
Wilsou de lvjlution des ngjci
nons et des rsounoas pri-.es peu
dam labsteutionvo'cntaire drs Eut-
Unis et sur lesquelles il est impos
sible de revenir, i s expiim^nt leu
vif dsir de continuer uue coopr
bon avec les Ktais Unis et sonna-
ient que ceux ci rtprenneut leur pi..
A la confrence de la paix.
RO'vi L'ida Nationale fut sai
sie la suite d'un article publ cl
hostile a h France et 1 .spire pai
des information mensongres
FLOUENCt Un Irai 1 de mir
chan dises allaat sur Borgo San Lo-
ren/.o drmlla en ftanchtttaot un
pool et tomba dans le vide il y au
ra.l sept blesss. S- on les Journaux
il y aurait de nombreux mo.is e
b'.esii1
PARIS-- Au Con eil d s Miaist e ,
Millerand tt Musai mirent lettre
collgues ad courant des ngocia
lions linanc.res tt d^s con-'ersitionj
survenues a Lo.vires. A l'issu: di
Conseil. Poiacar remercia les mem-
bres du gouvernement de leurs coa
Service National m
gioePabliqJ
Destructiondejr,J
ue Serire d'Hygine dl
voulant piendre des disr/J
'our la destruction dfS'auj
se pr curer les servie^ J
mpoys xperisquiouiJ
si d'sposi ion parle |]
iljypine d^-s fttits-IJnis.
( es exp ris sarra goot,
inoiiient d manire a 1^
pMijfle" excu'iuu dinjj
nir prochain.
Cuniiue ou le sait il y |]
oupderats l'oil-au-P,^
cons'i ueut u dan^r n
^aut de tous et occusioiia.i
nonnes pertes de proprit)
jour^uoi le Service dlly'
pre que les mesures qi*
.riss pour les dtruire m
ceuillies avec enthousian
tous les citoyens qui Le i
1 ont pas de cooprer
en cette circonstance. ,
Un nouvel 1 vis sur ceqg
l'objet du prisent sera publi J
onglempa.
:ocrs et fit des voeux pou;
eux accomplissent! t de leur
che. Millerand jo gnit U
i'i gouvernement i la maaift
u Paiement, .-frirraint u
uissan:e de la nation pour
icts rendus par Monsieur Ri
'oincai. A la Chambre des
in message de Poincir lo
erand fui accueilli par des
Jiss-'ments notai ment les
endant hommage i la nuioi
-t a l'Alsace-Lcrraine, surtj
r.ion sacte.
PARIS- A la date du
ant, cent quarante-quatre t
prisonniers allemacds ta
ivaient (!ti dirgs sur l'Ai
L-s tiaospoits continuent
tuer avec ordre et rgularit.
LYONA la ^ite dure
non des con-e 11ers muoicii
cialis'es, Moi ieu H.-rno .
Lyon, ainsi que les adjoint!,
sioanrent
L-vre steriioi: 3)./').
Dollar ; 14 33.
treiii
17 FEUILLETON DU MATIN)
Judex
LiRAND ROMANI
|Pai
a m n t r u e n njl d k
( Film par L. Feuillade )J
TllOlSIKMK tPHOM
LA MEUTJJ
FANTASTIQUE
MMi drs episodes pMMtO'J
\xtt\, personnage inigmaliqu. tient en -.on
poiisoirlt: banquier Favraut, que l'on croit moi ,
lacducuiic, tille *" "nquier, ai'ies avoir aban-
donne l'iksistanc publique U lortune mal
acquise par >ori p*re, a ti enleve par l'avemti-
nere Diaua Monii et Mont, son complice.
mais elle sera peut-tre sauve, car son cnUnt
renJ la libert l deux pi|tdns qui doivent aver-
tir Judex si la jeuue leraue est en danger.
L'hoiumc iiiystetieu* a^it au:ii6t et lance son
liien Vidocq' sur I- piste det loquin. qui ont
conduit leur prisonnire dan* une villa isole, pO
M. 'e Bitargues vient les rejoindre.
U (Soffe)

Diana, Ifora-ls et C"
Eh bien chre amie, lit Ceir
G* Hirtrguet en embrassant -ilan
uetit la main que lui tendait la belle
Diane... tout t'est bien pass:'
Admirablement.
KUe eat c V
^ Kilt) ftf i**!*
Elle ne douta na eu moins,
uoa je auia d'accord avec vous?
En rien... alluma Dana... L'af-
faire a t mene si rai idement que
la chre enfant n'a mt'-n < lias eu le
tempe de sa reconnatra... En ca
moment, elle dort paisiblement, en
attendant que son prince Clmrmant
vienn la rveillai.
Voue tes non seulement dfl
^m lis habiles, mais aussi d>r
lania trs mV-r .. remerciait soltc-
,iu ni le betu Car.
Et pienai t cinq bilfta de inillt
\lpLW a0i WD Jorttf?ujlle,'l ajout*.
Voici lo reliquat de la sornm;
couvenue... Meinteuani, conduite/.-
moi aupis d.) la bel -.
Un instant/ lit lorals stimula
par le regard expressit de sa mai-
tresee.
Pourquoi, un instant? question
na vivement le ieune de ll.rargue*
Les frais ont t plus consid I
rsbles que je ne le pensuis .. dve-
loppait cyn q ornent le rata. 1;
n'est pas tou nous ou.um- d gio '
lisques .. nous avoua ou nous ustu'
rer des complicits trs coteuses...!
Il me faut encore dix mille francs Ri1
vous voulez que je vous livre votie
captive.
Dix mille francsI rpta Csar
ahuri par celte complication impr-
vue.
C'est prendre ou laisser .
conclut froid imaol Moials.
M. de liirarguee eut uu frffluua
ment de rage.
En une s condn la lumire l'ttail
fai e dans on espnt.
le suis roul... se dit-il au cem
ble de la rag.
l'uis tout h tut il reprit d'un air
do dignit offense ;
Vous tes deux gredins!
Marquis !
Oui. deux gredins. et j-i vous
donne cinq minu'ea pour remettre
madame Jaann liertm an liburt .
sinon, je vais immdiatement nortei
.me plainte au procureur de la li'.'-
publique
Une plaiota] Contre qui? in er
rogeait ironiquement Diana.
Contio vous deux
Et af lit Mora -, en mettant
bous les \erx de C a 1 la leti^e que
celui-ci lui avait si iraprudemmer.i
adresse la v.il e *.
Mou cher morsieur,
Comme coniC'Ui.'. /< l'ou* envoie
t) fouU cul'/ mi le francs pour lexecu
lion (U nos pro/' re. et je POSM terni lirai
pareille somme 11 Uu >i son ,
i.esar do U:id'eues-
En relisar.tceiie missive, laqut I
on rcnviiv, u n avHit accord ai.
si m lin ou. ce, l j^un aacb en 1
prit I etftoyab.'a gupier dan lque.
il tf >t tomb.
I aie de fureur, secou d'une sorte
do tns9on nerveux, il eut un g^s e
le menac comme pour ee Jeter aj
la iorg) du b.i'0.1 de picottlle, du
resta sans scrupules qui l'uvait si
uuiudemmeni floue-
Cannilie!.. hurlat-il. tu vasi
me rendra cette lettre.., 00 bien..
Viens ia preudre... riposta 113g]
mstiqu-ment Moralf, en sortant un
orowni ^ du la pocha de sou veston
l'uis|il ajouta ..conciliant..irouiqu:
Alun Chef maquis, si vous ue
voulez p.s tre inquit vous-.nm ',
je vous engag) ne MM mir 1
police nos amures.. Si vous <\es
court d'argent, nous vous donnerons
tout le temps ncessaire pour vou%
excuter.. N avousuouspas uaotaga?
C'est bien, riposta Csar, d'uotj
voix sillUulH.. Ateniliv.-moi ici le
teinns d aller a t'utis et d en revenir
et je vous rapporte la somme-
A ia bouiie heure/ pouctua
Morales.
l'A Outii qui avait appuy sur le
bouton d'uue sonnetie electiiqu^
diiau valet de chambre doutltm-
r ble Silhouette appara'ssai dan-
rentiebaiilement de la porte :
Cremard reconduis*z al- U
mari|uis jusqu' sa voiture :
Diana.. lit Morales lorsque
Csar eut disparu .. es-tu contente
de moiV.. Ai h bien rc.t ma leon'.'
l'as mal/.. Pas mal uu tout
reconuut l'aventurire qui, le ragaid
poi'Uu dans une mystneuso et som
ore lvene, ajouta ;
Udcsuemeui, jo commence
croire que ja lerai quelque chose du
oetil Moi ala!
m
L honneur... ou rien
M<*n-te, demandait roademoi-
sello Qisla de lluargues *h ta de cluiubif, vous es sure que
uadamj Ueitin 11a pas tlphon.'
U'i m 11 nnuiselle.
i' 1 astiaoidinain /
le }' i. d x neureei.. 1
> /.o u cius et d-inie pdss es...
'*> 1 me elle Ml toujours d'une eiac-
{ode ecrnpuleust', j! ersing qu'elle
u 'Oit inauJe ou qu'elle nat vv
auavcii.u
Mademoiselle veut-elle que j r Avec cet'e distinction fil
demande au valet de pied? tact de cur et cette noakl
- Cest inutile. Si mad-im Bertio car tare qui n'appartient
ne vi uit ua.i, je vous enverra cet tres ''exe ption aux natoml
aprs-midi prendre d-* sns nouvelles. Gisle reprena t aussitt :
Ei Cisle- vraimt'ii adorable dais; Csar, 2oute-moi- Je
sa toilette dont la fr leneur exquis pas que depuis un car aie
et la go: parf. t v qualeot un e
ces n .loicas tableaux d l.itonr. le
>m>u- iste merteilleux du dix huiti
me sicle, gagna le grand salon o
eu at ndaut de tl | nner. elle
piparuit dch 11 rer un dlicieux
mene uue exia ence qui
sans causer beaucoup d'ioaji
nos parents.. Mais je sais aj
que tu n es pas mauvais.
aur'oit, ta mas gard to
affection.. Si tu as comm
rigodon de Luin, lorsqu'elle aa'.rla laine action et que je paiM
sur le seuil..
E le venait d apercevoir son fr'e,
qui, ecro.il sur uu canap, la tn
entre les mains, srmblait en proie a
une douleu. ex rme.
Csa mon ami., li'-el e, au
comb'e de l'motion wt d U surnrse
Gisle toi! a'tT'a M- de llrar
tius. en faisant apparatre uu viasge
ruiaeahat de iarm -s.
Pou q mi plauraartaf int^rrogra
U jeune libe, d j p 119 en plus mue..
Il est donc active un malheur:'. Ett-
ce que notre pre ou uot e mre? .
Uh! iiou, rassure. 01, tl sussit
le jeune marquis.. Cesi moi... c'esd
moi Bt'ui... m
Il s arrta!., reculant devanti la
aonte d'un aveu 1 cire si ado able
ment chas e q .; savangail les mai is
uanduea vers lui, comme pour lui
Jllrir aaua condit 0 1 mut l'appui de
sa ijiidiesse.
Paile.jo t-n prie, invita Gisle.,
tu sais bleu que tu peux entirement
compter sur moi.. Je l'ai toujours
racont mes petites peines, toi, tu
peux bien me conliar tes grus cha-
grins/
Non pas toi 1.. pas toi!
Pourquoi'?
Parce que c'est impossible 1
Je ne peux pa* es ei dans un
pareille iiiceiiiiiide.. Allons, ripomls-
QjOi- (Jj y i.'.ii;'
Il y a... eh bien, il y a que je
au i un raiaerable 1
T 1, BkO.I I t !
Oui... tuull
* ce u est pas p .sib'e/
Atilma pjuvre petite, si tu
lavai.-,., bgaya ie malheureux gar-
oa, tou ua rewordi et q*) Dante.,.
a la rparer., tou devoir *
me ire, car tu aggraverait
ta faute en me la cachant
suis plus une enfant N
dissimule jalousement
laideurs de la vie.. J'aiyi
je suis ta meilleure amie..v
tu aies pu faire et je rM
croire que tu sois ausM
que m >'an acmses je'
te pardonner, pour te coa
pour te sauver.. Tu e
co ome moi Nous
mme san^, de U mme
devise est .A'it honora
L honneur ou rien> Au
honDeur que chaque gni
ntres a grandi aux yeux J
je te aorame mon frre,
toute la veii'l
Vivement impression^ J]
ipostropbe la fois wj
touchant Usar de Uw
"ait ressaisi- .
- Ah/ Gish! Gialel
C'-st en l'couUnt que ).<
mieux encore tOJte monn
oui, toutj mo 1 infmne.
c Tu veux savoir co qwj
Eh bien, soit je vais prj
sens bien prsent que w
ma fjuta ou plutt de J"
ne saurai; ternir tou 10
ret.
Mon pauvre roi'
- Ne ai' pla ns P ,
oui, j' s- IT e atro ecnew
inritr de soulTrirc nt JJ
E dune vux na'etaaai
le marquis poursuivait :
r3 l-.ii .ut p la fi
timme respecteb.e f"'fr.,,i
ne pouvatt leusti'
I;i


tCTiuna
-m------r-
aits Divers
;rNSETGNEMENTS
METtOHOLOGIQUES
UbSKlUATOJIiK
LptT .TSEVilMAlRh
' COL1EGE ST MARTIAL
lit Lvrier 1^20
760,7
m.niniiun 21,8
M r td
Baromtre
lldnpratar
maximum ?i 7
, Moyenne diurne 25.5
Ciel ciai', saut nuageux Tapies-
l'Une dpiession tourbiltonnaire ?
L par le Sud l'aprs-midi.
[Biromtre constant.
1 |. SCHERER
Brlement
H % les toimalitiis dusaajf, il a t\
lia, flimmcs 86.000 gourdes de biIL-ts rc-
La Rctary Club
;i sance de mardi ou a vote la constitu-
, j- la Ko iry Club qui est affilie: .1 la
ipci Internationale dos Kotary Clubs. Me
|iuo avan voulu pioJuire des ob.-ervaiions sur
tains articles de la Constitution, mais il lui a
rpondu que les oDscrvations ne rouleraient
vur la traduction franaise, le Cercle de Port-
[prince 11 a p liiion ere.
Jj Constitution de la Kotary Club de Port au-
Knce > i vole a 1 unanimit
ll.i pa:>a ensuite la d scussion des rglements.
I L. C. 1 hrisson a produit des observations
Iroi-o de deux articles Ces observations sont
lu/ces par divsrs me.nbrcs, elles ont t ad-
t> et les rglements lurent aussi vots l'u-
XJ1VIC
PASTILLE
V/LDA
3EIV EOUCHE3
.C'est ia PaSSRYAHOM
des Maux de Sorga, Enrouements',
Rhumes de Cerve-tu, Rhuniea,
Bionchites, stB,
C'est le WUgfflT IMSTAKTAK
de l'Oppression,
des Acb d'Aatluve, etc., etc.
.C'est le BON REMDE
pour combattre toutes les
Maladies de la Poitrine.
Union des yndi
vais du Corps dt
S I1 -strarpel aux mdecins,
terni-fe--, sae sfetim'se phru>s
iens, meu btsd 11: 10a syi uV
ile nu Corps le Siin-i', que ras-
semble b'i irt annuelle .-m. .
lieul h.....-h r'! ,v j.' .'.1 ol ,?1:1' bl'Jiin '*.*? Hl{ 5 >'a,d* 33
* U Leurra lu
LA MAISON
H. Mu rail & SON
a h nonw n. clientle qriel'e afin
.rpnfr le* marchandises suivante
ki:>
lilliil.
tory Clut; poursuit un idal trs cleri
Asooblc : lue a pour objet t'encourager ci
Uveioppir de hauts principes de moraine.
y a deux catgorie, dmembres : les mem
_i actifs et les membres honoraires. Elle est di\i
lui pudeurs comits entre autres: un comit
I aflaires publiques qui fera des rapports de
Ips autre sur des questions se rapportant t
richesse publique et proliiables au pays. Il
encore le comit d'amlioration de l'tnlar.ie
a pour but de s'enqurir du genre de vie des
its du icxc mascuun du pays et de proi.i-
HEC0MMMTi0Hi..o,,!M?9:\HCE
DEHAMDEZ, EXIGEZ
dans toutes les Pharmacies
Les Vritables
PASTILLES
IVALPA
vendues seulement
en BOITES
portant le nom
A.
qu il juge propre an.e
l la Rotary tout ce
jtr leur existence.
tous tonnons des vieux pour que la Rotary
1 ptogreu-i'. Ce sira pour le plus grand bien
y.
prive de la Commission
, Financire
bmirc nnusj,annonc.<.in>, c'estee matin, par k
lolon de la Ligne l'anama, que sont arriv
I. Fquierc, Hor.ice lit h. art et benand Denis,
fibres de la Commission Financire dont nou'
ocrons demiremcnt le dpart.
us leur souhaitons une cordiale bienvenue
Le Uarr -usel s en va
uis luer on proced-j au dmontait du Car
du Ch-mip de Mrs. Ce n est pas >ans ri
I que les entants voie ni s'en ailtr ce qui ti
| joir dur.nt les trois derniers mois Qui
revienne au plus tt. ce beau carrousel qu
les soirs sur le Champ de Mars, sa nou
laite.
Ma iaqe
: matin a t clbr en Fl-lglise Ste Anne le
gedcMr Hiram Franois et de Mette Ma-
i Maleitc avec comme parrain et marraine
*n Ifrfioptisie et Mme Franois Bistoury,
bttenu l'aumonierc : Maurice Bossicot avec
| Anna kCuillot, lkrthoumieux Maleite ave
";dcs Coinv,
Parisiana
Confrence illustre par 20C-1
superbes vues en couleur
Sujel l&lifornia, la snlendid-
Oonnos DtrJ. Adolphe CLAIB M ONT!
Hardi l 24 Fvrier l'.IJO
k 8 heures N. B. La Confrent e ni donnf'i
ntirnuent en anglais, mais afl
lardes projections toujours chi.i
letntM' A oui les moins vprts
ette langue comprendront l'auleui
t ponr d'autrpH.c- sera ure occeeici
d'entendre une confrence en bor
anglais,
Kutre : Une gourde
Parisiana
lustrated lecture in English
-j taiitoroia aie l> auiitui
. J. Adolphe CLAJKMUNTE
uesdsy, Feo uarj 24 h ai p.n
SOU super!) tiews lis eolor
Admission, Due gourUt-
i I Asile franais
matin.
la sance sera Clure par un
banquet
s Asibnie
picl
Botttajtemt et Qoriasa CCOIr*
--rur C.CABETTCSmIP0U3RB tDfnW
2 f :s la B . IMes tV "t r. ll-Lau.-r, 20, PARIS H
f4f.- .'a a''.r- J. ESPIC sur atacjM U^J ;.'.-. 9
i v is coin m ercia l
Nous avons Fhnnwr dt ro-t
'r hjsrmtHtiuance du jubln
'n gnral 0/ tiu tomtner'V e>-
'OiUcu r que nom avons donnt
e. J'irip. Monsieur J (J k
HOOLUSY.
Monsieur Dupr MarlinetU,
ij investi de noir- procuration,
partant en conq>> dater du iti
art l'J.o, Hrloi'Woolleffffru
eut signataire pour noire mat-
ton de J cri'nie partir de ceHt
late et penaani tout", la dures dt
l'absence de"S\r Dqpr* MairMni su
Roberts UION X Co.
erre de lai
amricain
Crme de Lope*
KS
-
Iniversel Neuro
^iprovermrnt As-
>ciation and Afr*
can Lommuniln
Leguet
fx merjDbres de cette asso-
ciation
!< shi ors,
Ions tvonB l'hcnufur de voit
Ivoquer pourjtudi 19 du couiti t
iheurts iJU du sir au sige ci
Jjte association, Rue KpoElic!
N lxo, i.oui assiater a l'inatu
fa dea tceinhiea du laoaveau ce
consultant, qui doivent coi-iu
|ea intrts de l'association, <
Dnie temps pour prtndie ccu
liChtioD des cortespoiidances.
P"8 lea prtts de vous rut.i
Plus giand nombre possible.
Wevtz, metsstturs, nos salut.
* plus fruttrueliea.
[prsident,
A AIIINQTT
Le Secrtaire
D LI..X
P06. Je 1 ai fait enle/er. par dt t
auxqu^-lB j avais vers rim
_ irancti d avance, et qui aujoui
km en rclament quio/.e aill.
I na rendre ma victime,
|tBlSeureox !
(A suivre)
Mouvement
Marili m
Est entr ce matin lesleauu
Colon* de la ligne Panama it
fiant dt iVew- )ork avec, les passa
jtrs suivants :
\N L. Abbott, jos Abud,?
Aboumrub.livJ A. Burgt,J-A.
Utrymane,t\ bourreau,MA-hem 1
itj,terttund Ikntf,Horace h that 1
htvirij Fequieie, Char, i leului.
1 bwathney, a- hojjam,A. ko
i son, hobeti Note, (i E- Palmei,
> btlvtra.
Il put ce soir pour Crisiobai
Le steamer Venus de l:
ligne hollandaise venant de NeH-
o/Jiel dis 400rit du i\ord est al
mdu ici cet aprs-midi avec 450
ormes de marchandises gnrales.
Le steamer Achule ve-
nant d'Europe, Curaao et de.
oorts 'iu 6ud sera ici leX'A fevi ter
Le steamer i Gin, Etnst >
sera au Cap vers le 2i 22 fvrici
courant.
Le Jury
Demain sura heu la Maiscn
on inunale, 1C heuns u matio
; iti-gw 10 toi t de quatre ct^nl*
om fie tiicy 1 s habilr-s =1 faire p-<
e du Jury ne la t. toi haine i 1 ->;i 1
'-iroinelle dont l'c^fiture aura lipi
* 8 Mars. Li publie est invit S \
jesisier.
VTeudu en dtail chez:
Lope Rivers, Simon Vieux, P'ion
l'igniat, Alfred Vieux, Lud- Gros. I.
Ct ehas, V. Miiigcn-, Mhrius Berne.
f Pour gurir on viter
MIOrtAINE CONSTIPATION
CONOESTIONO-TOUROISSEMirfS
EMBARRAS GASTRIQUE
L SUFFIT de prendre
ii l'un de voo r&y>o.s
tous 1er titux Jours aselemant
I Due FQoIe da Dr MM
147, roo Ju Fau.': St-Osoia, Paris
Mais il faut exiger bsvirfiaHa
Qui sont tout Gril blscchss
et sur chacuno iaeajuaHee he Meta
D5MAUT A PARIS
. t t> ti-ilDlnment Imprtniti en noir
eJBkSSBBI
LE
Magistrat communal
DE
Ption-Vilta
Invilo les con'r bosfelfs qui ha-
bilsnl Port-au-Pri ce venir p-i
y t leurs imp s. Un dlai de n
lours leur es' ? cendr4, p^ss ie
(|-ip|, des mtfUMM riirt) .reuses se-
vnt p ises co re eux.
a .m Whhout Dame, more tban 40 yaids 'il
.-5 111 Aiuei'icaiu H K 85 yards
iiti nuis ait | 'is X x JU y aida a 25 y
biui Ku;g U tt ven.aDle iiUy '.'." y
iaiti luaian llead ;il) yards a 'J yards
aiatu L L Maxiun .'iti each :) farda
bt. tu aiigiuia a '2 yarda 28
Clieck La Hcina as.-otn '2i double pice
Aiahama cbeck ussotit -J JJciJims Nebun vritable dai la bltu 85 y
JJet uns Meiropolis, doubl pices 'M y, 22t)
Uni l'tescoit vente blo, iQall uesaios 9(5 y
Jirill Caballeio assoit, double pice
Unil Laieudoaaautt. double p"e
Util! Rapeteiiia assoit, dcublo | ..:j
IJiili blanc 11 double pice
lltabati holiauduB double pice
li do, et -Uio. b JU to Jo yatds
Lui.cet JU JcUereon doubla p :e
(kiittkt en Couleurs double pie;j
Kiiaki Aiiuy double pices
Unit Auuuvo-V.iiido double pice)
Ciisck Lakewood-rlaida assoit. 20 yard'
Ilssdow-Brouk Suillogi assort. coulear 'JE
Muuciio.'ib uiaeras iouse tte qualit
MottCUoila tuautay rouge -me i| lahl
Atuuciioiia iuuto eu p.eta J yttrds
Aluuclioitu bteus en pices J yards 1 douz
Ju (.lciB'uutuu a dr-p uouqle pices
;-j;> cul/. LUeotlsss pour bommei lie qualit
Liieiuiscs puur uoiuujes 2me qualit cn'papi r emb
BaS pour teiuiuta bUncs eu papier etnb
ju pour (emtnts blancs eu carton
Las pour feinmss moiti en suie Diana
Lia pour entants nous seulement N ti V
\ ::.' t'itts cf biacK Upper Ltatuer Lbevistte
' Ou. browa Upper Lestbtr Chevrette
H tic'U yards Dock -\ J U ue IJ a Ju yards la pice
t2u pietts ol 5iaiu Couleur JO-l'.Ub, yards
-U Natisouk J0-J8 double
oui ;L)euiiiis Li tramante 2i A
&U lUgaita btnpea v Llke l'rercotts )
'.u tui lu s Cihaubtay ( double 93 )
.M.0
J e U
JUU
f OO
...U
JtU
luo
1 &UU
bOU
2UXJ
ikhi
luuo
aoo
UtU
KU
1' U
1UJ
.ko
\ I.VJ
euu
Oou pices
UU
00
lUU d0UZ^
jltO
iuu yards
cou yaidi
'lo t
Juu pices
400
AVIS
A louer pour maison d'habitation ou Offices, l'tage du la Maton
tl. Alurad Si $jn, No. Mti^Hrn Thomas Madiou.
i Vu; Modr.
ion REM
U/ siairs of MuraJ Sons ne>v slore for dwelling or Offices, \o. i*)
ue Thomas Madiou.
B. MLWAD & SON.
w
Change Etranger
Transferts par chques et par
cbles faits dans tous les
pays de l'Europe
XINoai faisons ans spcialit de tr-ii'er sur l'Allemagne, l'Au-
triche, U Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Fiulande, la
Scandinavie, la CzAcho S!ovanie et la Jugo-Slavie.
Nous oflrons toutes les fscilits pour obtenir le change en
mares dont on peut se servir pu tout temps dans le futur et
t irer d^R intrts dans l'intervalle.
Le b-is cours actuel du change fournit une merveilleuse
occasion pour un placeras"-! profitable dans les obligations
municipales, actions de banques, actions et obligations indu
trielles allemanfJF9.
Soia^oUicitons'lei demandes'de rensiigtiement-
Zimermann & Forshay
Membre de U bourse de New-York.
Maison fonde en 1872
\7 Broadway N lW-YORK 170 Broadway
TIMBRES-POSTE POUR COLLECTIONS
CHOIX IMMENSE
PRIX COURANT GRATIS & FRANCO
THODORE CHAMPION, 13, rue DrouotTRarST
i
mz
A. de M A T T E I S
p-
Seul Agent pour Hati


t. *.*!*
--A i .' -'- -*- ^.-*.xli...

ARTICLES FRANAIS
La maison Max Monsanto
JRtic du Mafjasiii de PE'af
tmr le sleamer franais t Carav IW arrk ici le 1>
courant tes article suivante :
Chapeaux et canotiers de lottes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes dnmassrcs filet colon
Nappes coutils matelas
Chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
Cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
Grande Maison de MODES
Mr Juan Bautista Daij
A le pli sir d'annoncer au pu'jlic!en fliral qug sois
Vve Grande Maison de Mode*
| foUtr des Reza's New-York. Jl y aura un grand gic
costumes confection ne*s pcvr tomnn. h-mmet et euian'i
irouer galement de fuis m\ s rour la coi Jecijon, surpl
, De aiiisie do rare talent, bien connue daps la haute
. e cpue i Ile.
La MfUan vendra, on oulie, d*s irauiiarili es da pi
i hoix et a Liifix d liant toutes coLCUiieiiu-a.Touu*aitfl
pus atec cm m usions des plusj andes lahiiquesdeaKaitJijI
La maison
Veuve Barbancoul
a rei
4^>j]anDHaSBIDCXn^ZE!3Sni
TURKlS
UNS
CIGARETTES
EXCEPTION!. QUAUTY
THE AMERICAN T08XO
dbi
, ksrez vus mire LE FEU
lx mm WSURANE C de i'J.-Y
A dresse*.tous la plus forte compagniedes E D
agent Gnral pour Hati:
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
rroftgcz voire Maison, votre Magasin vos dpts au taux les
plus raisonnable, \
Aucun irais de eomission ni de Courtage 1 payer
Benseignezvous sans frais par correspond mee ou
ver ex discitlervotre \\robleme chez
Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai
MaMW1 """**
FUMEURS
Votre sant est garantie, vos
ludes de fumer conserves jusqni
vieilh tse. Adoptez
La Crole
Dlicieuse cigarette. Elle est dai
tous les quartiers.
15 centimes le paquet
Depot central Bar delaPaix^RueP1
EDWARD M. RAPIIEL & Co
New-York
Portait Prince
Spcialits de Produits
Kaporel
THB FALMOUV COMPANY. N.wVotV snd Milwufc^g.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM