PAGE 1

I fi II A1 (Revue du March Voici les prix en gros de 'Marchandises de premire nctssit. Farine Coq le sac de 200!. Faune Boule Kouie Mess Poic le baiil Boeat Ox 18 17.7$ 55 40 Mamgue globe 5 lv la caisse 38 ., " 10 " 37 Mantgue cottoloe 5l.lt caisse 34 • iol Beurre chaloner.la caisse Beurre Ocoaor la caisse R z rangoon les 100 1. Riz Par nt Harerg en saumure le baril Harergs sauts la cjis^e Tieion de Morue 1(2 < Sucre giaml ltv*io.. Sucre concass Sucre brut derrinicain IOD Tabac jaune les 100 lvs Tabac noir Huile de colon la caisse 2> 11. Huile de Marseille 24 4 Huile Duret 12 bout' Porter la caisse de 6 doi z. Bire le baril de 10 dz Suif le tardeau Cmnelle les ico liv Muscade Ams toile c Poivre Cira Iles Bougies Fournis la caisse Cirages Perles Gloss la caisse Jambon la livre H os ;*,*• 4} 16 17 1975 2, 81 42 21,5c 2j 23,5<> 15 80 62 32 6.7J 34 21 >7 39 ? 50 50 35 ;o 11,50 2; Vouvtlles Etrangres Que tout le monde se rfiounse C'est dcidment cnjourd.hui que si donne dans le vaste Il Ole I Bell vu la Kermesse alerte par In < Itecaia sanee 1 au profit de Uf des Pompiers Il y auit deux orchestre, comptoirs seront ricli"inrnt vus crme ptisserie sons vai On soupera par pe ites tables le Dal commencerai uffurci pour les fufatits et cociiuueia fc heures pour les grandes peisonnes Que ptrscnne n'y manque, ce seia la plus grande fte de la ssigoi The Linmi ~ popufan BERII>I — 1L1 Gsztt* croit apprendre que l ex Kaiser dsappicuvait la propos lion du Kronprinz de se ivrer a>ix allis 11 en aurait mme inform le giuverntmenl boite %  dais. P\Rl— le Conseil nation 1 de la fdra ion des mineurs dcidi de la Ccmjpguie uisecir a hgve annonce pour le premier Mars pour bisser au gouvei On deminde A aclu'er de* timbres poa'es uss fflaili — Swlnsser Mr PLAISIWJmprimerie du Matin. cernent le temps de laire veter les an nutliuite f 55 Emul&ion Scott Grands et Petits Flacons salsepareille de Bnstol Amer au souffre Klepler Malt Extrait : Compose-i'inkham : Au prit de Manufacture cluz FRANCK J MAH'l IN, ha fteede la Glacire —— — 1.1 L. J. pir des vivats. H monte ders une niants. Ii pat tans eEccne et poui P r0 P |,jes l 10 1 W hpiaccntftil le •iLsi dite itcgnito au milieu de' aN ie ieire. tienne a\is aill lu non.bieux eus ce : • Vive la Fiance' leretses qu'elle travaillera l'oi Nivela Rpublique lice de l'AdiiJuistratioa piincipaLe Lcureau piesideut n'a pas vou j e o,. s Finance* ai A •* 1 .loin, en iilei, ue l'appelai ciaicaire. ifiauceF sis a la l.ue Hall s'est rendu aussitt Pan", mcnon KliJlck iNo 1< ^pendant Jyse, pour convtistr avec an i/oiu ( I ul u*e jours, de 1U heure uu ma cai. L'entretien a dur plus d'ttet.tUI a midi, a partir du samtdi 1 1 demi heure., 1 Fvrier courant. conlise.ie, coi.fe t, bon PARIS-Pjioeaf*, ilectuant son ne*, rien 11 y mai.quua dernier voyage corn ne chel de 1 tat pa ilit remit :e la Croix de la Lgion i'hcnoeoi a Thionville et la croix de are r a Veidun PARISL sinat adopte le H v.rr.ertdas tarifs des chemins de 1er* LONDRES OJ tnnoacl'envji I Biilin de la Jpoase des allis a la note allemande sur la livraison des cupables. Le Temps apprend que la rponse comporte des modifications considrables comparativem ni aux intert ons primitives des illis qui,mantenant rclament seulement les coupables des actes couiraires aux lois de lhumani Millerani dclara que l'accord entre les a' is ait comp'et. PARIS • c Le T.mps dii qu'un accord est imninen sur la question turque par 1 aiop ion d'une solution moyenne en'ie l'opin on franaise dsirant le maintien du Turcs a j Coosianticop'.e et l'opinion anglaise pench nt vers leur expulsion a Bu carest Le goava Su; .se dans la Socit des Nations Will be closed for penod llie management mai dcide ti open Buain later but a pieseiit IK plane hve ueen made. ,, Le Cinma populaire Sera ferm pour une priode inde Unie. La direction dcidera [ eut tn de le rouvrir, mais pour le inonien. aucune dci8!on a t enecre Liitt. A la petite Maison On trouvera. Souliers en toile et daim blanc pour enfanta. Avis leirains situs sur le trajet de v propris pour le upiacenaeul < es avtc la gaianue de sa neutralit mili (aire PAULS Les Journaux italiens con linu:nt de rep oduire et decommen Ui la nouvelle d'une pitendue Ai" lianes mil;! u re qu: la France aurait irgo.is avec la Yougoslavie contre 1 Itilte.U is note de PA^ence Ih/as dclare que les documents publis constituent un (aux et ajoute qu'ju cune ngor'at o 1 po-ir 1 Etablissement d'un accord de ce gnie ne lut enga ge. PARIS L\ chambre nomma Lon B;rard et iministre di 1 la^truc'ion publique vice prsident eu remplace ment de Mr Peret. ATHtNES-Venizelos partit peur Paris et Iondres. SMYRNti— L'avion pilotipar U lieutenant N'^n.n et venant de Sa Ionue arriva, il repartira aujoui d'hai pour AdatiaDollars 14; 5 1/2 livra sterling 14 lvrier VIENNE— Les missions militaire; interallies charges du contrle di l'excu'ioi des clausses militaires di trait de Saint Germain arriveion prochainement i Vienne. Selon le; journaux oi cemmentesans bienveil lance leur arriv: remarquant que les missions constituent une lourde chude pour le budget autrichien PARIS Les notes destines l'AUt m g e et la Hjlianie • 1 dont 1 tsxt: tut approuv hier a Londre dem u eroat sectes jusqu' leu rception p*r les gouvernements il teresses. Le c Matin > croit tout fois savoi quelles ne constituent ui pis li important vers une poli ique de co ciliatioa La aoi a l' Allemagne ne rclame p us que l'extrad lion de auteurs d:rrcts des crimes adm Ut .t livrer ceux dont la reiponsabmt: j plus lointaine et pus gnrale m 1 la noie I .it remarq aer qa'il n %  sa gt pas a'un prec.uent dont 1 Al • magne puisse s'autorise! pour vio iane est aiuvee dans u..e ostio auto de maure qui t attendu 'devant ma porte.. Il y avait aussi un monsieur., un jeune homme... qui fait les C3tit pas., sur le trottoir., e qui est mont dans la voiture avet madirae Merlin et la femme bruue — Ce jeune ho urne tait il It mme que celai que vous avez, vu s atioeoer en face de cli vous f — Non, monsieur!.. Je puis minvous afiirmer qu ils ne se reasein t liaient pis du tout. ludex qui avait enregistr les dclarations de madame Cuapuis av i la plus apparente impassibilit, co. tiuuait toujours sur uu ion de poi.tesse paifaite qui rvlait un vu gentleman : — Vous m'avez bien dit que 1 dis de m dame Berlin lan ici? — Oui, monsieur, Je l'ai installt Jans la chambre de ss mre. — Pourriez vous me con Juin tupra de lui? — Trs volon.i-rs! acetpeit 1 brave htelire sut laquelle luo.u.ut ta cape noire semblait avoir cou quia un entier ascenuaut. Cependant, comme elle jetait ui regard anxieux ur le superbe cluei lue le visiteur teuait en laisse• -Uassurez vous, lit Judex, Vdoeq n est mchant qu avec les mchante Autrement, c'est uu animal, ou plu toi. un tre humain d une inteli^enct et d une borne extraordinaires. —Alors, venez, monsieur. Quelques instants aprs,Judex p uetrsit danslactu.ubre deJacquelme Joanuut venait de s'veillerQ uptreevaut cet tranger, l'en faut eut uu mouvement d d i rh yeur. Mais ta prsence de madauit Ciiapuis le rassort aussitt,en mmt temps que la vue du chien pohciei lui arracha, ce Cti d admira ion suuntsoe i — on! le beau toutou, — Tu peux le caresser, m3a mi gnon, inv.tj.it Judex en s'approchsoi du h',.. Il est t l doux ot il aime beau coup les entants, surtout quand j| e sont gentil*. Joannol promenait t& main s II U ltedubel a.i.uai. 4%u ia uouaiu, rel Jij d uu air u 0 pio sciou hiiee tueuse, lorsque, redevenu subi-tmeLt tnxisux, il demands mUame Temprature mil uu eh, Va Moyenne diurne Cul clair le jou r co Pluie a Q h.4o ro. Pluviomtre 7 v mm Baromtre lgrement 1Brlooneni Houlement arrt p Jr U cairote du Brlcment P Snr V\ lyao a dix. heures prcise, di Conseil U htat l'nbunal l'.II JJt! Commune l'rem Syndicat agents de change Ordre des avocats Commerce Noiai'e l'o:t-au Prince \* Fvriei i 94 .' Carnaval La premire |ournfe des Carm, •au. inciJent. i-.ncore une loi, L -ge. les dguisements, drle.a, .esques ou originaux, on. t,,^, 1 "" J b 4U -' u 1 J > on a l'admirt •ami les insul.cs sur |„ troioir ,"" lit ceia redonuau un peu d-ri nonotones. Ouverture des QuaraJ Depuis hier a eu lieu n r J haires. Uaus toutes les eaSml Mtremju est expos*. ^' ues ndeles de toutas les ptron Joratiou pendant toute la jour il y a bndiction t-J lerrueture des ij.uaranie Jcuuin. a Bal travesti de On sait que c'est samedi 't_ tuvesti annuel du Cercle tUevut, jud coup du.i. Iecn.|ue prftaui al.c ou l'on tait rellement t •ier une opiu.oii sur ie> juhs .NOUS nous conieiitcioiu k'ttt] j-c rieno'a manque pourucoami ou cachet h-ibituel du oon uoiV. non. On chmera dei Demain c est la troisime les carnavals. La liauqpc, l ( %•! IC Commerce chomeroct, il paratra pa. Bal pepulairej Le bal populaire ue ce m 1 viiamps de Mars, en plein air, liaaj ,cre notre couture LLSSoR. Nous prions tous ceu qui wrt au* cat carnavalejquesu.., -ents Uans leurs aiguisements et dal Jtiapuis qu| avait p eias is larmes : — Unes, madame, eilffj uau est revenue? — l'as encore — iMais elle ne Uideri a Judex eu approunsiiti m iront d'ange qui soif *ndis que, gravement, .reuai* euvere lui-maisi :re des eagagemeuts, — Je te le promeis, .a reverras bien Si ta I'UIS, se touillant Veu 1 lui conlia voix asie, an accent d autorit sol — Voire peusiouuairs — Vue le bon Dieu vosij — Je m eu vais partir tfhs. Mais pas un mot, i persoune, vous in'eoti taut de madame Uertin -/oire.s.lence, — compte/, sur rnoil Judex semparaut d'an %  acqueliue avait lusse le lu llairer S con lin ji'eiiles dresses et Us .eu sembla repondre usure : — J'ai compris! — Au revoir, madarnaj dnent le mystrieux viai' — O peii8Bzvous qs'c 1 oien tie? interrogeait inoielire,.. — C'est Vidock qui va j I'VUU lit Judex eu di>| oinen qui. tout liinit ;ies du cou tendus et le i e sol, iei.uaiiic.it vigos dans sa haie d'entrer en Taudis que l'homme noue gagnait la rue> puis lo regardant s'loi s murmurer : — Je n'ai pas os lui domnen. il s appelai' ;**| is f jon doui n* a emhrM"" j i tout de suite devin uu brave homme, E J u.x, uu. enf iutjin u le o i atter— 30 g an. les sourcils y pi*si a une) ree.. > a i'£ — Pourquoi l)ina a' enlev Jacqueline'? {A suivra



PAGE 1

Pneumatiques Gants Pour Camions A L'Epreuve Des Eciatements camionnage grande vitesse nKJ^SriJ leur vaste pop U ,arit en S5Uo?LSS2 Ces pneus offrent le maximum de protection au mcanisme des cernions came de leur f'preuve Z^ !" Pneumatique '" S. Cremiso,,s et des clatements .Les Jantes Firestone rendent facile le remPlacement des pneus m la r 'Votre c = nneur peut faire ce JSMg L. Preetzman Aggerholm Port-au-Prince Pneus stotie Pour Camions Une importante socit Nout avons apprrii avec plaisir qu'un arri vint 'tre pris .luiorisjnt IJ Socit anonyix (Li.cmnki .Vincicm Dveloppement Ccmpao oi Hati et approuvant son acte de constitution et ses statuis. Nous non-. rc|ouissons d'autant plus de liconlittticn ce ciste ocitit que son bit c.t la mis in valeur de nos possibilits industrielles et aan co es. N est-ce pas la, en effet, le but qu'a tcujoui. poursuivi Le Matin t Il laut donc souhaiter qu'elle prospire, ceu> sociit d m le pays piut attendre IOJIO sort de trosperitcs Uqui est actionne p.ir do eau Ulisiis digues de confiance. Manager, Samedi jprestn tu ont eu heu A i,i Mairie It: — Celui de ,vi le Dccuur Catti Pressoir i laiie Jajgcr. Tiroins de l'poux: Pricla Tt! swi, Herraann Hraux; tAnoins de l'pcuse : ( ;.i J* fc ir et Charles l;,j. an. Celui de A r Ehe Pierre et de Mil e Lli>. heth Lanulic. lin.oins du cte de lpous AL J uste Matajoux il Iranois Atubroisi, du ..o ci pouse jo^pii Martin et GaHttthcnc Cadet. Ce Mi le Docuui Annoual, piuiner ^s. pManidu A.agisti .1 Cinmiunal en ses a r.Dutioi tVtnucrdc ibtatOvii qui a otfkie. Faire pan funbre Nous avons ncu ie faire pan de la n.ort a Mn.e \\e Joseph Utruume Lucia lillles, dtc dee ce main a 2 lnures. Ses funeraucs auioi lieu cet apres-uudi. Le convoi partira de la maison sise au 964 d u rue de la Keumon pour se tendre a i Eali Episcopan, tue des Casernes, Aux parents prouves u particulirement au laiiullt (Jilles, Holly, Ledan et fieire-fitn. nous %  dictions no sympathiques coodoteancti SynUicul des Lhutffuiu. hier se sont runis au local m une Varits bO chau/leuts ut Pori-uu-l rince qui ont fana e h oyndaaldonl le Ou-eau piouhon> tsiuniii luiir. ". .. Jults Hraux Prsident ^haiksGuiynaid Hr conmlLi Gene/ bautm t cott.etiU i tfuaunce jCuk Irtorter Lttuuaid hraut serttaae A\ rt la formation du liurtou unecammimondc lion, tiumn. a itiutnet pour laborer us &/,tui* du Synatcut. louitutssteswer ta bonne,,.ui ctit dt tuwmt qui rtndraae Huit nites uiu pioprieiums UUUILtnebdes qui tnudtmuntuuyn auaiuuiohi a Uurs services un tnaufftuts comptanit. fcJu 1 P IS< u ^'lo a de nos propres intrts ^A ou l effort a un seul n aboutirait //<•' 111 rsultat strile, une action coin : "nce a quelques ebances de nom mellr, hibii de lmes les surprises, Ni nom dominons une d rection et •tous puions aussi la limite de nos droits respectifs. boire association aura un presligt t ui rejaillira sur chacun de ses membres %  't de ce;lc faon nous obtiendrons les Hards qui nous sont dus L'n aes principaux buts du Syndical >cra de tixir tes sa aires 11 un taux rai h.9 %  b e il d offrir chacun de m mai 'ns toutes les garanties dsir abus, bu 1, nlnidulous ces avantages n auront dei icacit que si Ion se soumet aux rgie' nent de la Corporation. nmrfaeihteq les ieunes.nous pourrons organiser des cours cl aprs In cpreuin 'iglementaires, dlivrer des certificats tons ceux qui ferma preuve de connais •onces suffisantes, VoilA t Messieurs, les grandes tigi.es te l oeuvre. A vous maintenant d'ei fixer les || 0 iodt Jubois.Si ii guea \ uur injection* hypodern igue del, 3, et lu ( •Vi Vigor Einr bup< yiuuy gou non 6uyot. ^lrol frolle, KH.H ion scot, SaNeLarenle Btvv.oi, ix>:on bydfpphile en paqutl due h vie, Suspeij.soi i s, hi ele lle< s i-iieures, i;ouie^u', Couverts Ti-sus pour Miretjrr. Sert eilia de table, de l-un et de toi et e. %  nie s cou n iciiijCIi ma sa boni mes, Calron, lias el rlnurse Us, Dreiileis.Liviescl s iqi a,\ ail n s de louics sottes,ftrdoisrs,!' umep, rapier, Oile lil et coloo a d ap, b s uiir puie laine, M d ici es, ^ais J mai u, Montra luKeraoll, J rubi .s cuir e inuli iu D i uet 'Ole, ib bi s. euta, lia tii, Lames de la oiis, Ci cite, Ouaff pour tailleurs, JJO.SJ lialiu, Pal Hres JOHN BUHAS & Co 1801. Rue du Quai Bonbons aciduls (*—, par caisse. THE ROYAL DANK OF CANADA Situation Gnrale Au 29 Dcembre 1919 ^ AU PUBLIC : PMI/I 1 VENDRE: Chez Max Mcn> sanio : Papier Journal, Papur impression. Puarinacie Alhertim-Ew; 1 rlAITIJL .PMhlS, P. b. ^ui (6stmr Fonde en 1850 ProJuils chimiques des rneilr-ures Usins de France et d'An ique. Crame Du.titrice Kolinos Parfumerie franaise ,et arre'ri :aine. i'elus' Druy Sfor* Successor lo ALIILHIJMLWALL t stabisheu 1850 American A: riencn Paient Su lic:nea. Best chemicals iomEii epe and tlie staies. American prescriptions filles, trench A: mne n Ptrfume • t Watt m Get it at Peirus' fuariijcy Oiaduale ot Ten.plt inivemly, Philauelphia, Pa. 1) jet ne ra rcrlant pas iattU Il j pt itmi ir lcis y compris les inttr": acci-m Us jsqu'i la date de ce bilan Billets de cet'e Banque en circulation B.larcc due au Gouvernement du Dominion •* d'aubes banques au Canada aux banques et conespondants de l'anque dens le Kcyaume Uni et dans les pays SUlBitfi Elhtj*p 8 )er L ttres de erJ.l accc[les 4i';,i2r,J9s>,fcS M,OO0,OCO,O3 1 ) ,970,000,88 7 ^^9,852,42 800,776.8u> 16,467.98.1,69 /UX ACTIONNAIRES Capital vers l'c D Ji de eives Balance des prolits fixe ce jour Dividendes nen r.lames •• No 129 (a 12 p/ Ban payable le 1er dcem 1920 Bonus de 2 c/o du yime ann.veisaire payable le 20 dcen b :e 1919 497 67,345J9 17,ooo,ooo,oe> 17,000,000,00 1,056418,7./ 8 2030& 505,219,12 >40.ooo'oa A vendre au bureau du MAll\ u II la SU ated London News. SLI ) hnaid, Sunday PictOfill, L e-mai, L'Homme Lihie, LEvr, -r>t, Le 111., Le 1 le iVlt, Ltciuit uui tous, I ania.Mo. ITh et MALAPieS GASTROINTEST IHALEi I Dlanheo verte^inoumsBoii'T. at4l iiimucoI roembiMiicuAe. tuhei'iuleu'o; Constlpntion, I Aocidentu Bppriid'ctilalr^ 1 ,, Flvr, typhode, 1 MiU(lii'ft.il.Pcaii,Ac:n,Ere£ma, 'uroucles, .'4. GUCRISON CERTAine rr l'uee de iLeFLOS PUISSANT ANTIStP-TlQaLJ %  •D, Mercure ni Cuirre R/ltiant lrfmenl lunin'iiu i. :r>:iin'.e, t It doe le 60 lOO foultei |'r Jour d'ANIODOL INTERNE dim une ti*ie de fli-iir d'arii.ger. I *" U l'AMIODOL. darg?nt et comptes au Canada ( moins rduction dinniuHs ) ^ ^Autres pits d'argent et comptes ailleurs qu'au \ •dijpiCsnada ( mo.us rduction d'intrts ) A .j^ %  ^ — Cm\MjSmm / *** ** Comptes d tilurs en retard (, es'-iin.'s comms ptr* *j* U D 812 -,)\>) 27J 908 862.86 m 143 2y) >l8.47 9D.2I0.27I.3 t i couvrir ) Proprits immobiire autre; qaej'es '.OCAJX de la Banque qoeaux de la tiaoqua estimii M-UfSOil dxllin valeurs relies Psstjts des clienti d'ars Itttru de dlit] ^Dpts au Ministre pour avoir la dioit d; taire circuler du vahurj J j^Autres actifs naa co n iris J ins^s pri;il:at Tctal II. S. HOLT. prsident. J65.089 6t 3jj.o8j 879.46. i 1.49s 271.02 3 f7.oi6.4t4.1a 16.167.978 6^ 7)2.000.02 ,173.64^80) 533.6t7-084 t, lmanaeh iFermot 192(1 16 it ; Rue du liscrvoir A. de MA T TE I S Seul Agent pour Hati J



PAGE 1

i ARTICLES FRANAIS La maison Rai Monsanto fiti du Mofjaa'u de l'Eut i /•,<• .<-.-f<.'/i <• l-tr.rii* r-l' "'* "rite ici te /•* lowa.ties article Miivwt : Chapeaux cl caiioliers de toutes qualits pour daines et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses filet colon Nappes coutils matelas Chemises fantaisie pour hommes Paraphai s, mouchoirs de soie Cravates nœuds cl rples assortes, Gilets de flanelle. Grande Maison do MODE; Mr Juau Bautista Daj Aie t h sii cT.umncer au pu'alic en glral que sou re Grande'MaUon de Mode* k l'insUr des R; 7. sa INcvYork. Il y auia un g.ratd gi| (OShmes cwfftiiu r/* l'irlon.m'F. I. inirs il e1fanu.ii irtituiK IM'UIKI.! 'I fins ii-MSieui latii lUNCoi?. M r|h* u, e Bit'ste du rare liKM. buu ctu.ue da-s la liauis i ( de C't'e 1 ll& , .. I \ M; i m \n*ri. en or.lie, tks naicuai lr.es ,l e Dlr cl.o'.x lUmittd li-i" loulescorcBirciice/JutsKSHti '., nris a oc c, n nii soi s tks |.lusKiandes fenuqucsde* J talsli La maison Veuve Barbancou a recil : .g M mtBtmŒ238:*z::~ TURK1SH CIGARETTES LXCfPTIOfi*"„ Q'JAL'.Y 1 TKS AMBWCAH ICOAB w rf FUMEURS Votre 8flf est yivanlie, vos H tudes de fumer conserves jtMflUS eilhtse. Adoptez La Crole \ Dlicieuse cigarette. B est cio| ou les quartiers. 15 centimes le paquet Lpi l central. Bar delaPaix,Ruel Assuravtuscontre LE FEU i.-x HOMZ INSURANCE C de P.4 tinla .11* • M i? n vieille ise Adoptez dresse/vous a la plus forlc compagnie les \h l ^ a Crole agent Gnral pour Hali: Eiij). Le BOSSE, Port-au-Prince Iro^ga votre Mabort, votre Ifagsib vos dpts au taux 1 i p'us raisonmt le. lin irais ie eoipmission ni de Courtage p^r Jiniif limn fMM fifi i"' 1 eorw*poii*e ou ietv* aitculttvoire \\rtbtme ihv* Eufl. LE BOSSE, i)5 Bue du Quai EDWARD M. RAPflEL* o Sew-Ycrk roi-auPrnce f ^ X.; ; ....... .-H-. .-.-.-.-!--.-. : • *"1** Articles Choisis Pour la Toilette et Pi Prfrs. On peut jutfer du raffinement d'une personne P* r *?' qu'elle fait d'articles exquis pour sa toilette par son parfum favori. Les parfum* de labrnati.m franaise Tentation et W^ employs seulement, par les personne raffines, eiegau bon Bout qui lavenl distinguer ce nui est vraiment L "'; ikt| | Le dlicieux Savrm Crinoka n'a pal d gal pour 1. 1 i J le bain; son parfum exi i et sa d.-. %  % %  • r "V"l", ^, P u4 r des i • de pMti dlicats. 11 est •""'"'Jl prvient toatc i octi >a >'c U peau. Emplojei-u lOttl ne douterez plus, i. ( laJ La Crrr.e Orlnoka es m e sp< %  ialiti v '" t j ot vers du vcz qui font li laids danun \i % % % %  %  • .'.jj couvent lui f-:t p Ire I ; on charme. 1 nie 1 %  ' ,' j^ [u'ellc blanchit la ptau lui donne la vu.e.v >? ,; ptale de rose. y „ tt k I 1 Poudre Orlnoka rur la fiirnrt est l'idal i^iv'-S ,'e |otf # raffins; elle et ra< sant fine, parmi? j 1 ut dlicieuse, ,. a t-\r[ l.a Pte Orinoka r-il'i-.is. pr.ar [.lanc, r jj ; s dents le.|.ln i'...-::ee;: l'hu'oie pr.:ul u.. 0i , llI f ^B • donne A toute tu bou : e une 6ou< setnation ^ 1 1 Flora BelU est une Lolion Tonique pour '•''''• J cw cheveux. Kilo txtennlpe les pellicules et n importe H^J maladie du cv'r chevelu, ''-ce son usage U tlie\-* 1 i,.,.n,;.-, ssntoat bon et ondulent naturellement. ^j ft#*l Ut PhmtfUt. Prco-'tritl ti rcrfumerUt M*' ';;'! r>.ia>i(.r*—/fj %  %  %  .'..•:. 1 M*W t/Mcl ;j '"'"'-' ci .n s^a*. Marius Berna. U.l vV Groa X i. fm'mm m



PAGE 1

%  *J mmflt* N(J ^ :l2 "^RECTfiOa PROPRIETAIRE ut3i<5nt-MAGLOIRE 'MAGISTR AT COM MUItAi u NUWERO 15 CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE ir trois G 200 J DEPARTEMENTS M011 FRANGER y,, ismois # ,s,w annonces sont reues au Comptoir laSun il Je Publicit, 9 Ru-* Tronche!, TaH, ai, 2j, LudgateHill, Londres. For! an Prince*, Hati Lundi 1* fvrier 1U* lr '. •• Vit L'effort est vain s'ilX est soutenu, PASCAL Quotidien IELEPIIOSE: 148 %  — '. • • L'Election de Mr. PAUL DESCHANEL jui ixlmij )'s ek "L'Evnement", ain* fie 10s l cleurs h liront avec itir.h c>i>!: rendu de llcdion de p.i'ul D mlm il la Prsidence ttf t mbl %  /'(< Franaise. La mttine temps Lt bs-u hier toute la ae et un (cla'anl soleil d'hiver ei relit l'admirable palais o t lieu 'a runion des deux Cham en assercbVe na ionale. Versailcepenlanls'vrihi tard; la vieille t rst longue a s'animer, et ses aes avenues tureit dsertes jus vers on/.; heu-rsel df mie.Cepen ilque'que chose dcsit qu'il allait passer un vnement : A chaque retour, un gendarme,un drapeau ge — de garde ba-iife — a la fl.iodiquai'.dun geste large aux M, la route suiv P, et des tom(aux paraient l'asphalted un s .Me ge, touge comme de li terre Isace, du plus joli efiet. sompu-'X :?pis marque le min que suivront les officiels le et au re'our. ocuo barrige n'est encore tabli tn parvient ju. qu'au Pal ri s nos ir monti paie b nctae. Dans les mcrls tout est vide, pas un d\ p.s un snateur, la pby.icnoœatirale du Congrs de 19200e emble pas celle d'il y a sept si aoimf, si trpidante ds les mires heures, uns les rues, dts bicornes se hd; oe sont les huissiers qui vie 1t preedre leur service, et leurs lorme les (ont ressembler, sous 1 pardessus, a des sous pr'e's 4 des acadmiciens l'/fn.io z: tes, les barrages s\t t'assert, le :p_s scileot du l'arc o elles cin Iraient, des caerrf?, et la haie se BC sir la place erco'e dserte. La sr-nt place le 101e d'infante ie et %  hucsarc.e. taris lei gare,c l'on avait p vu influence cons diablc.les tr-ia ciels partent presque vides. Malt, %  tLr de 10 heures et dem e.il nea f!u de n finie. Et les trair-s ordiitsjurcu, dmsent d-s t os de g'urs qui se h ent.en arrivant, asiurer un* pi ce peu le df>u dens un des htels oo des lestau l de la vill'. La chasse e-si dure, gns pr aulionneux ort retenu rtible l'avance, mais dios les •surent* moletes, c il y a loule gns ariivet t tou; d: rr.me s: >in < ue la vue '4'. < %  > 'de la cour du chteau, on ne que des soldats, mais ptine curieux qui sont tout i fut d" cl et ne peuverl arriver "un non sur des ligu es. %  es dputs et sn.turs qui ont dt )n>er dans les restaur.rs de lfirev:enn!nt en. groap s com2U th.'iltre el f>nt la queue de'[•aganJeg'ille o le contrle 'l, car il ne taut pas qu'un irs Puisse entrer. ?t d'ailleurs 1 impr s io:i qui •*. celle d u-,e reprsen atioo "> Nu l!l u'ar.s .rj.it que 'HOfsprivi^-. *U-\s la iu. Gunbi t, rua Uei tt-e euetft\ des solia's regardent avidement ; quelques uns sont mont sur les toits. Ceux-l constituent le bon public non payant celui des reprsentt ons gratuites, qui applaudit joyeusement a tjutee qu'on lui veut b en laisser voir. La salle du Congrs Dans le pilais dsert encore.il tait bon errer, biea que le calorifre ne donne pas ea:ore son p'.eia rendement, et que, d une pice a l'au're, le chmgement de temprature sou extrmement sensib'c. Da-ns la salle du Cong's, toute pomponne neuf, 0.1 travaille encore. Le fauteuils de maroquin rouge brillent et lei courants d'air rglent en maitres ; tou es les pots >or,t oav rtes, le dernires dispoilion se prenant en ce moment. L'impress.o:i est majestueuse et la grande salle, roage et or, avec son double balcon, viaiment grand air. On esaie les sannet'es, les tlphones on place dtini*ivement les tables du secrtariat du Congre', un huissier prcautionneusement met des encriers a tous Us pupitres. De tous cits, on s interpe le, OJ sol le Buscs.'O est ta calerie des loin beaux ?" On se perd et le pero.inel chache avec angj s^e i se reconnatre d'ns la multitude des portes et cou oirs II n'est arr v que de ce matin et, depuis sept ans, il a un peu perdu la connaissance des lieux cela n'a rien de surprenantdaillcur-. Oa se mo-:lre les deux haute. tabules d'angle, draps de velours rosse, destines lune au prsident de la Rpublque et a ses inv.tes, autre au corp> diplomatique. On a fa t d %  parait.'e les pinoartes qui ds : gnent, en temps ordinaire, la phee ce upe dans l.-s anciens CjDg r par e prsidents de la Ripublique depuis 1871. Dans la galerie dal sur une feuille de papier blanc. On apprend aussi que les so:ia istes se sont rubli avaut la sance et ont dcid de ne pas pi venter de candidat spcial. D'autre part on affirme, et le hit sera reconnu esat un peu plus tard, que Mr M llerand que se amis pteseetenl v, ement, aurait catgoriquement retasoe po s.er %a candidature, ajiutut qu'il priait qu'on dchirt pu reine ut et simplement les bulle: ni qui airaient pu .re imp ims soa nom Maintenant, c'est une cV.iue e"norpf. snateurs, dputs, jounn'is'es, se bousculem, seire.u dts nains, font des mol On ob eiv-, et c'est kamaia, qu'nn grand nombe de ceux qui nier encore bitaillaien pour la candidature Clemenceau sont aujourd'hui dechiudi piltinni du priJeL.t de la Ch imb e. Les groupesen ourejt telle ou *elle personnalit politique. Il u'y a ; lus qu'un candidat,-y en a-t il ) m ais eu pli^sinis :'— et l'on doit se bO| ner i des pronostics. Tout le monde s'accorJo d:re que M. Paul Deschaiitl aura une tis belle majorit, plus de 6)0 voix. Lt prcisment voici M. Descfawi qn traverse D galerie des 13U es.O.i s'empresse autour de lui. les mains se tendent, les suuhiiis se formuler. I en Ioale.II lpond en souriant; — Vuirn:..?, je ne nvy ttewkia pas. Puis il se dirige vers les couloirs in'.neurs. Pendant ce temps, Mme Deschxeel et ses enfants ont pris place, p . ds par un nuissier, dans la galerie qui mi tait rserve. Son arrive, qui a eu lieu une heure, a t peu r marque. Dans la galerie des Bustes, cepend.mt, la course aux couve. les continuera entoure M. Franois Arago, dput des Alpes maritimes, qui annonce que le groupe de lliniene Dmocratique,qu'ilp;ide laCham bre, s'est ieuni le matin i Paris, au PaLis-Bourboa.et qu'il a i dcid, dans un bui d'union nation de. de voter pour M. Des hanel. L'heuie s'avance. Uu.g:ou?e. compact de journalistes encadre la porte pour obtenir avant leur piocUmanon les chiffres du scrutin. Oa apporte les rsultats Ub:e par table de dpouillement et bien.t M. Baithou, tout tssoulfl, annonce; c M. Paul Jeschanel a la majoiit absolue. Peu aprs les clnllies dfutifs arrivent et on se rue vers la salle des sances pour entendre la proclamation officielle. La sance est ouverte A une heureprcise, prcd d-huissieis aux habrs chamans de broderies d'argtil et de dcoration, M. Lion Bou g 'j.s monte au 1 utcu 1, salu par In applaudissement; des p.iuchcs.Les secrtaiies du Snat Passibtent au lu eau M Lugne Pierre es: deiri e lui, son tercsl rglement en mains.Un vigoureux coup de son. eit*. Les conversations s^apaisent. M Lon Bourgeois nonne lecture de P article 3 de la loi cous'.iiutionnelle de 18/S et du dcret convoqunt 1 ASS inb e uauoaale i. dclare l'Assemble nationale con.liiuee. — il va re procd, dit-il. i l'. cet. on du p e.ue,t de ia Rpub 1que. Le scrutin a lieu i la tribune, par appel nomina 1 •a procdi a a tirags au so t des scrutateurs. Dune voix de tCQtor, tn huissier crie Ifj nomaX un d'eux repond, t Prsent ce qui provoque qutlque hila.u. Ripid ment, i raid: d'an coupepapier, M. L. 11 four^ ois euv e en %  uua uu va'.unie. Li premire leure de .a page m ia lettre S. C'est danc pour les sna'eurs et dpu es dont le nom coaimen:e par la lettre S que s ouvre l'appel nominal. La proclamation du scrutin Mr. Lon Bour^eoia n'eat pas en core remonte au tauteuil. Mais ioud lea si-ii.1 c.iri et dputs aot rve nua leurs bines. On apprend bien lt la rcoltai du scrutin et quand Mr Uoschaiiel rentre en sance pour regagner sa piaco, uu ceucre, il e.si acoUna au en de : Vive la Itpubli que I A trois heures quarante cinq, on claire le plaionu lumineux. Lue vive lumire tombe maintenant t>ur la salle. A qualre heures cinq, Mr Lon Bourgeois remonte uu uuieuil et annonce les resuhali ; Votante ; 085 t,lauca ot nuls: •2t M'I o tite ab.olue ; io.' t 0M|M Paul Uascbaoel 734,1011 Jonnari tK voix Clnioneeau Dd voixj IJouiL-euis 0 voix rFocb '1 voix Tonte \A saiio dciioutjjacclame Ion goteaent M Deaciienel. Les Hocialis'.es cnem* Aoanistie Aiuuistio •' L-' "ivsiaent dclare alor selon 1 ma.e : ..i f*;xul Desclianel, ayant ob;e nu la inajaii e absolue aes suite a^es j-i le prouidine pr dent Je ta aiepu DUque franaiM pour a&pt ans. Une Uiuie ea.ve d applaudisse me ita, pauti ue Uus les oaucs de I Asaemoiee, uecuo.ne ce resuliai La sance eat leve quatre hau EM dix, m iS Aprs 1 lection Aui'.ci. auies 1 lection, le nou \Oau L>iesidc-ni. de la itdpuulique eat cuniuiL uans 1 appar.eiueut qui lui est le*-., va a lai 0 droite du corps c nii'ai uu ciiu.cau. Tendant ce tcui^o ics uoupes cbargeen au aei vice u tiuuiitsui ont tonn la baiu L. 'espaco aluai l'eauiVO cal auasiio. UuuiDid uar la toute des snateurs, aea ae^uted, des journalistes qu euleui aile lunetier M l'aul Uascua 1 el. Les [ui.ci du bato.i sont uu voiles ei M JJour^uts, uiesident uu •': c-i.ui.prei.d ia parole eu ces termes; Discoursde M.Lon Bourgeois Montieur le prsident, Au nom Uu oureati d§ l AsxetnbUi nationale, / vous adressa en cette ftfu/•<-• solennelle nos lnltmtnU siucues ti nos tMMUJt ui'tiitts. I uus avez t panaant ces anii&e de y*.ne, bien d s rpritt, ta tri loquent interprte des seuHuinlse des colonies de latmnce. Sous ui't: su donner t>emttue nationale, an nom de la r raine vuu* 1 .nutjm au/oard nui sa reeomtusiuiice. Lt tran.e tt hWrU de pouvoir compter Uni de grande otrviUuie.EUo saura IOU/JUIS taureItommaiji tous ceux qui tout bien servie, paraealicremeui a tout CJUX qui. aux lieures les plus louiuurcas.s ei tes pais graves^ ont t au comoa au front et om contribu puissamment a la conduire la victoire. Mais la tranee choisit a celte heure, entre s<.s serv.iturs

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05046
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, February 16, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05046
System ID: UF00081213:05046

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
*J
mmflt* N(J ^:l2
"^RECTfiOa PROPRIETAIRE
ut3i<5nt-MAGLOIRE
'MAGISTRAT COMMUItAi
u NUWERO 15 CENTIMES
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCE
ir trois G' 200
J' DEPARTEMENTS
M-011 FRANGER
y,, ismois #____________* ,s,w
annonces sont reues au Comptoir la-
Sun il Je Publicit, 9 Ru-* Tronche!, Ta-
H, ai, 2j, LudgateHill, Londres.
For! an Prince*, Hati
Lundi 1* fvrier 1U*
lr
. '.
Vit
L'effort est vain s'ilXest
soutenu,
PASCAL
Quotidien
IELEPIIOSE: 148
'.


L'Election de Mr. PAUL DESCHANEL
jui ixlmij )'s ek "L'Evnement",
ain* fie 10s l cleurs h liront avec
itir.h c>i>!: rendu de llcdion de
p.i'ul D mlm il la Prsidence
ttftmbl /'(< Franaise.
La mttine
. temps Lt bs-u hier toute la
ae et un (cla'anl soleil d'hiver
ei relit l'admirable palais o
t lieu 'a runion des deux Cham
en assercbVe na ionale. Versail-
cepenlanls'vrihi tard; la vieille
t rst longue a s'animer, et ses
aes avenues tureit dsertes jus
vers on/.; heu-rsel df mie.Cepen
ilque'que chose dcsit qu'il allait
passer un vnement : A chaque
retour, un gendarme,un drapeau
ge de garde ba-iife a la
fl.iodiquai'.dun geste large aux
m, la route suiv p, et des tom-
(aux paraient l'asphalted un s .Me
ge, touge comme de li terre
Isace, du plus joli efiet.
sompu-'X :?pis marque le
min que suivront les officiels
le et au re'our.
ocuo barrige n'est encore tabli
tn parvient ju.qu'au Pal ri s nos
ir monti paie b nctae. Dans les
mcrls tout est vide, pas un d-
\ p.s un snateur, la pby.icno-
atirale du Congrs de 19200e
emble pas celle d'il y a sept
si aoimf, si trpidante ds les
mires heures,
uns les rues, dts bicornes se hd-
; oe sont les huissiers qui vie 1-
t preedre leur service, et leurs
lorme les (ont ressembler, sous
1 pardessus, a des sous pr'e's
4 des acadmiciens l'/fn.io z:
tes, les barrages s\t t'assert, le
:p_s scileot du l'arc o elles cin
Iraient, des caerrf?, et la haie se
BC sir la place erco'e dserte. La
sr-nt place le 101e d'infante ie et
hucsarc.e.
taris lei gare,c l'on avait p vu
influence cons diablc.les tr-ia
ciels partent presque vides. Malt,
tLr de 10 heures et dem e.il nea
f!u de n finie. Et les trair-s ordi-
itsjurcu, dmsent d-s t os de
g'urs qui se h ent.en arrivant,
asiurer un* pi ce peu le df>u
dens un des htels oo des lestau
lde la vill'. La chasse e-si dure,
gns pr aulionneux ort retenu
rtible l'avance, mais dios les
surent* moletes, c il y a loule
gns ariivet t tou; d: rr.me s:
nt d'aller d< jener, la sance
onyme une heure de l'arrt
-Util a y a tlus une minute
il l'en veut re/ecir ec temp;
tttMi1>>in <*ue la vue '4'. <>
'de la cour du chteau, on ne
que des soldats, mais ptine
curieux qui sont tout i fut d-
"cl et ne peuverl arriver
"un non sur des ligu es.
es dputs et sn.turs qui ont
dt)n>er dans les restaur.rs de
lfirev:enn!nt en. groap s com-
2U th.'iltre el f>nt la queue de-
'[aganJeg'ille o le contrle
'l, car il ne taut pas qu'un ir-
s Puisse entrer.
?t d'ailleurs 1 impr s io:i qui
*. celle d u-,e reprsen atioo
* "> Nu l!l u'ar.s .rj.it que
'HOfsprivi^-.
*U-\s la iu. Gunbi t, rua U-
ei tt-e euetft\ des solia's re-
gardent avidement ; quelques uns
sont mont sur les toits. Ceux-l
constituent le bon public non payant
celui des reprsentt ons gratuites,
qui applaudit joyeusement a tjutee
qu'on lui veut b en laisser voir.
La salle du Congrs
Dans le pilais dsert encore.il tait
bon errer, biea que le calorifre ne
donne pas ea:ore son p'.eia rende-
ment, et que, d une pice a l'au're,
le chmgement de temprature sou
extrmement sensib'c.
Da-ns la salle du Cong's, toute
pomponne neuf, 0.1 travaille en-
core. Le fauteuils de maroquin rou-
ge brillent et lei courants d'air r-
glent en maitres ; tou es les pots
>or,t oav rtes, le dernires dispoi-
lion se prenant en ce moment.
L'impress.o:i est majestueuse et
la grande salle, roage et or, avec
son double balcon, viaiment grand
air.
On esaie les sannet'es, les tl-
phones on place dtini*ivement les
tables du secrtariat du Congre', un
huissier prcautionneusement met
des encriers a tous Us pupitres. De
tous cits, on s interpe le, Oj sol
le Buscs.'O est ta calerie des loin
beaux ?" On se perd et le pero.inel
chache avec angj s^e i se reconna-
tre d'ns la multitude des portes et
cou oirs II n'est arr v que de ce
matin et, depuis sept ans, il a un
peu perdu la connaissance des lieux
cela n'a rien de surprenantdaillcur-.
Oa se mo-:lre les deux haute. ta-
bules d'angle, draps de velours
rosse, destines lune au prsident
de la Rpublque et a ses inv.tes,
autre au corp> diplomatique.
On a fa t d parait.'e les pinoartes
qui ds:gnent, en temps ordinaire,
la phee ce upe dans l.-s anciens
CjDgr par e prsidents de la Ri-
publique depuis 1871.
Dans la galerie Cependant l'aoim tion commence
i l'irt rieur du Palais. D ai la .'?le
des bus es les j urnahsUs qutent
les nouv lies, el b en ', celles ci ar-
riv n: abonda -1 s Oa arp tnd qae
seuls d^s bulU 141 au iuin d; Si-
Paul Dcschanel o t ' mis la di-
posi ion des membres de l'Assem-
ble, Si ceux-ci veulent voer dil'-
remment il leur faudra crire eux
Hnee le nom de leur can > dal sur
une feuille de papier blanc.
On apprend aussi que les so:ia is-
tes se sont rubli avaut la sance et
ont dcid de ne pas pi venter de
candidat spcial. D'autre part on af-
firme, et le hit sera reconnu esat
un peu plus tard, que Mr M llerand
que se amis pteseetenl v, ement,
aurait catgoriquement retasoe po
s.er %a candidature, ajiutut qu'il
priait qu'on dchirt pu reine ut et
simplement les bulle: ni qui airaient
pu .re imp ims soa nom
Maintenant, c'est une cV.iue e"nor-
pf. snateurs, dputs, jounn'is'es,
se bousculem, seire.u dts nains,
font des mol On ob eiv-, et c'est
kamaia, qu'nn grand nombe de
ceux qui nier encore bitaillaien
pour la candidature Clemenceau
sont aujourd'hui dechiudi piltinni
du priJeL.t de la Ch imb e.
Les groupesen ourejt telle ou *elle
personnalit politique. Il u'y a ; lus
qu'un candidat,-- y en a-t il ) m ais
eu pli^sinis :' et l'on doit se bO|
ner i des pronostics. Tout le monde
s'accorJo d:re que M. Paul Des-
chaiitl aura une tis belle majorit,
plus de 6)0 voix.
Lt prcisment voici M. Descfawi
qn traverse D galerie des 13u es.O.i
s'empresse autour de lui. les mains
se tendent, les suuhiiis se formuler.I
en Ioale.II lpond en souriant;
Vuirn:..?, je ne nvy ttewkia
pas.
Puis il se dirige vers les couloirs
in'.neurs.
Pendant ce temps, Mme Deschxeel
et ses enfants ont pris place, p .
ds par un nuissier, dans la galerie
qui mi tait rserve. Son arrive,
qui a eu lieu une heure, a t peu
r marque.
Dans la galerie des Bustes, cepen-
d.mt, la course aux couve.les conti-
nuera entoure M. Franois Arago,
dput des Alpes maritimes, qui an-
nonce que le groupe de lliniene
Dmocratique,qu'ilp;ide laCham
bre, s'est ieuni le matin i Paris, au
PaLis-Bourboa.et qu'il a i dcid,
dans un bui d'union nation de. de
voter pour M. Des hanel.
L'heuie s'avance. Uu.g:ou?e. com-
pact de journalistes encadre la porte
pour obtenir avant leur piocUmanon
les chiffres du scrutin. Oa apporte
les rsultats Ub:e par table de d-
pouillement et bien.t M. Baithou,
tout tssoulfl, annonce; c M. Paul
Jeschanel a la majoiit absolue.
Peu aprs les clnllies dfutifs arri-
vent et on se rue vers la salle des
sances pour entendre la proclama-
tion officielle.
La sance est ouverte
A une heureprcise, prcd d-huis-
sieis aux habrs chamans de brode-
ries d'argtil et de dcoration, M.
Lion Bou g 'j.s monte au 1 utcu 1,
salu par In applaudissement; des
p.iuchcs.Les secrtaiies du Snat Pas-
sibtent au lu eau M Lugne Pierre
es: deiri e lui,son tercsl rglement
en mains.Un vigoureux coup de son-
. eit*. Les conversations s^apaisent.
M Lon Bourgeois nonne lecture de
P article 3 de la loi cous'.iiutionnelle
de 18/S et du dcret convoqunt
1 ass inb e uauoaale i. dclare l'As-
semble nationale con.liiuee.
il va re procd, dit-il. i l'.
cet.on du p e.ue,t de ia Rpub 1-
que. Le scrutin a lieu i la tribune,
par appel nomina1.
a procdi a a tirags au so t des
scrutateurs. Dune voix de tCQtor,
tn huissier crie Ifj nomaX un d'eux
repond, t Prsent ce qui provo-
que qutlque hila.u.
Ripid ment, i raid: d'an coupe-
papier, M. L. 11 four^ ois euv e en
uua uu va'.unie. Li premire leure
de .a page m ia lettre S. C'est danc
pour les sna'eurs et dpu es dont le
nom coaimen:e par la lettre S que
s ouvre l'appel nominal.
La proclamation du scrutin
Mr. Lon Bour^eoia n'eat pas en
core remonte au tauteuil. Mais ioud
lea si-ii.1 c.iri et dputs aot rve
nua leurs bines. On apprend bien
lt la rcoltai du scrutin et quand
Mr Uoschaiiel rentre en sance pour
regagner sa piaco, uu ceucre, il e.si
acoUna au en de : Vive la Itpubli
que I
A trois heures quarante cinq, on
claire le plaionu lumineux. Lue
vive lumire tombe maintenant t>ur
la salle.
A qualre heures cinq, Mr Lon
Bourgeois remonte uu uuieuil et
annonce les resuhali ;
Votante ; 085 t,lauca ot nuls:
2t
M'Iotite ab.olue ; io.'t
0M|M Paul Uascbaoel 734,1011
Jonnari tK voix
Clnioneeau Dd voixj
IJouiL-euis 0 voix
rFocb '1 voix
Tonte \a saiio dciioutjjacclame Ion
goteaent M Deaciienel.
Les Hocialis'.es cnem* Aoanistie
Aiuuistio ' *
L-' "ivsiaent dclare alor selon
1 ma.e :
..i f*;xul Desclianel, ayant ob;e
nu la inajaii e absolue aes suite a^es
j-i le prouidine pr dent Je ta aiepu
DUque franaiM pour a&pt ans.
Une Uiuie ea.ve d applaudisse
me ita, pauti ue Uus les oaucs de
I Asaemoiee, uecuo.ne ce resuliai
La sance eat leve quatre hau
EM dix, 'm iS
Aprs 1 lection
Aui'.ci. auies 1 lection, le nou
\Oau L>iesidc-ni. de la itdpuulique eat
cuniuiL uans 1 appar.eiueut qui lui
est le*-., va a lai 0 droite du corps
c nii'ai uu ciiu.cau. Tendant ce
tcui^o ics uoupes cbargeen au aei
vice u tiuuiitsui ont tonn la baiu
l.'espaco aluai l'eauiVO cal auasiio.
UuuiDid uar la toute des snateurs,
aea ae^uted, des journalistes qu
' euleui aile lunetier M l'aul Uascua
1 el. Les [ui.ci du bato.i sont uu
voiles ei M JJour^uts, uiesident uu
': c-i.ui.prei.d ia parole eu ces termes;
Discoursde M.Lon Bourgeois
Montieur le prsident,
Au nom Uu oureati d l AsxetnbUi
nationale, / vous adressa en cette ftfu-
/<- solennelle nos lnltmtnU siucues ti
nos tMMUJt ui'tiitts. I uus avez t pan-
aant ces anii&e de y*.ne, bien d s
rpritt, ta tri loquent interprte des
seuHuinlse des colonies de latmnce.
Sous ui't: su donner ces seutiiutius el de te.te vionte une
forme cUtant, ei qui a porte hivn uu
u-.la de nos frontires, j .
L)4 tout cel.i, ti u tant d autre rer-
ViM rendus par vous pendant une vie
daimiutote aroitare i-onsn.rit, eonme
elle eu v.trt t tri, t.lt>t>emttue nationale, an nom
de la r raine vuu* 1 .nutjm au/oar-
d nui sa reeomtusiuiice.
Lt tran.e tt hWrU de pouvoir
compter Uni de grande otrviUuie.EUo
saura iou/juis taureItommaiji tous
ceux qui tout bien servie, paraealicre-
meui a tout cjux qui. aux lieures les
plus louiuurcas.s ei tes pais graves^
ont t au comoa au front et om con-
tribu puissamment a la conduire la
victoire.
Mais la tranee choisit a celte heure,
entre s<.s serv.iturs si son lu Ijus so,d autour de lai avtC
vous, monsut't '.e p vident, comme
avec voire illustr p, eOetetseur. Vous
Konl surs de./e tn nu-ne temps autour
de l boni,ne qui t.m peut remettre
arec con/iance les citAifltMl itj ta lipu-
bl que et de la k'al< te \ous mumian
d,e: nu.ris pays, nOU te savons, par
I umU mora i tn tttp nsubl. a sa sjcu
rtle cl # sa itnrie, dans les rot.s qui
lui assurent l avenir, la yraueur el la
ijloite.
Discours de M Louis Nail
M. Louis Nul, ya de des sceaux
prononce L dis-uji suivant ;
honneur le prsident de
la l(puliquft
Je vous offre les respectueuses fltct-
lOttOM du qouvernenuni de ia rrance.
Votre lection la prsidence ' de fa
Hfublique pur une imposante ma/ori-
t, temuiijut dis justes sympathies que
vous ont values des mrites minentse
une existence touta de dignit rempli'
par le cuit du devoir et l'amour de la
Patrie!
Elle sera accwilli auec confia ne
l ar le pays, qui voudra 1 ou- dans U
lieux nom rpublicain que 1 nq parti
un 'jaye uc /lalit n la Consiilutior
tl le mobile de l'union qu'nppe1.
Ions ses vieux.
A l'ctrtiur, le mme sentiment
s'affirmera. Votre connaissance des
initiions de politique tranyre, l'ait
101 it qui s'attache voire personne
nous sont guranls que les intrts con-
sidrables encore en suspens seront uti-
lement servis parle choix de l'Assem-
ble nationale et que, sous votre haute
maytslrulure, les Ityittmes avantage
Je la Victoire el Us bienfaits de ta paix:
seront ufinitivement assurs.
Discours, de Mr. Deschanol
Mr, Paul Desclrinei laur rpond:
I Mr. le prsident de l'Assemble
A a.ionale,
| Mr. le ministre,
"Mei-situra, 1
L'AsHtmbie nationale, en appe-
lant a lu prsidence de la Hpubli-
que, le prsiuent de la Chambre de
deputet, a voulu marquer d'abord
sou attachement protond ses insu
.unous parlementaires qui, dans le
.lins grand urame dea'lnatoire, oitt
montre encore une foie leur souple
e et leur lui ce.
Gardien tidele de la loi, je m'eflbr
erai d'appliquer la Constitution
ans 6a lettre et dans son esprit,
.affermir et de perfectionner en -
roit accord avec la reprsentation
talionale des institutions libres.
Mus esprances de 1U18 ue sont
, as entirement ralises. Il e'agil
aujourd'hui de vaincre les difficult*
lui nous pressent par la stricte ex
uuon du traite de Versailles, pur
e dveloppement de nos alliance*
et de nos amitis, par l'union Ot
uus les franais.
Le peuple incsmparable dont l'h<
roisme et les sacnlicos ont sauv le
Monde, surmontera tous les obsta-
cles a la condition qu ou le tieuue
au courant de ses allaites et qu'o
lui dise la vente.
Je salue, mes illustres prdces-
seurs cl parmi ux Mr Raymond
Puincar qui, dans la formidablo
guerre, a reprsent la France avec
tint de dignit et de noblesse.
Je salue gMernent le ;,iand Fran-
ais qui a taut contribue a la victoi-
re en rassemblant, par un magniti-
'que effort, toutes tes nergiee uatio-
uales.
J exprima le ion que les Cbam-
bros consacrent, par un solennel
hommage, en rums temps que lu
plus glorieuse date de nos annales,
les services immortels qu'il a ren-
dus la Patrie.
J'adresse aux membres de l'Assetu
ble nationuie l'expression d'une in-
dicible reconnaissance.
J atteste a la France et la.Ftp-
bli }ue tout mon dvouement et tout
mon cusur.
L'est eusuite la crmonie de'Pop
position du sceau ofticiel de la lipu
biique sur le procvverbal de l'lec-
tion. Ceremouie trs courte el tus
simple qui ue dure que quatre ou
cinq minute.
Lu commandement retentit ; tuar
de a vous Us couloirs grondent
sous les acclamations et un grou
pe d huissiers parait dans l'encadre
meut de I troite porte prcdant le
pideut de la HepubLque durai,!
que la-luul, da .s i ctei qui s'eunbru
me, des avious excutent des cabrio
les fantastiques.
Le dpart
Lorsque M.r U*aQfiaoel tort sur
la cour de marbie il ett accueilli
.


I fi II A1
(Revue du March
Voici les prix en gros de 'Marchan-
dises de premire nctssit.
Farine Coq le sac de 200!.
Faune Boule Kouie
Mess Poic le baiil
Boeat
Ox 18
17.7$
55
40
Mamgue globe 5 lv la caisse 38
., 10 37
Mantgue cottoloe 5l.lt caisse 34
iol .
Beurre chaloner.la caisse
Beurre Ocoaor la caisse
R z rangoon les 100 1.
Riz Par nt
Harerg en saumure le baril
Harergs sauts la cjis^e
Tieion de Morue
1(2 <
Sucre giaml ltv*io..
Sucre concass
Sucre brut derrinicain iod
Tabac jaune les 100 lvs
Tabac noir
Huile de colon la caisse 2> 11.
Huile de Marseille 24 4
Huile Duret 12 bout- '
Porter la caisse de 6 doi z.
Bire le baril de 10 dz
Suif le tardeau
Cmnelle les ico liv
Muscade
Ams toile c
Poivre
Cira Iles
Bougies Fournis la caisse
Cirages Perles Gloss la caisse
Jambon la livre
H os
;*,*
4}
16
17
1975
2,
81
42
21,5c
2j
23,5<>
15
80
62
32
6.7J
34
21
>7
39
?
50
50
35
;o
11,50
2;
Vouvtlles Etrangres
Que tout le monde se rfiounse .
C'est dcidment cnjourd.hui que si
donne dans le vaste Il Ole I Bell vu
la Kermesse alerte par In < Itecaia
sanee 1 au profit de
Uf
des Pompiers
Il y auit deux orchestre,
comptoirs seront ricli"inrnt
vus crme
ptisserie
sons vai
On soupera par pe ites tables
le Dal commencerai uffurci
pour les fufatits et cociiuueia fc
heures pour les grandes peisonnes
Que ptrscnne n'y manque, ce
seia la plus grande fte de la ssigoi
The Linmi ~
popufan
BERII>I 1L1 Gsztt* croit ap-
prendre que l ex Kaiser dsappicu-
vait la propos lion du Kronprinz de
se ivrer a>ix allis 11 en aurait m-
me inform le giuverntmenl boite
dais.
P\Rl le Conseil nation 1 de
la fdra ion des mineurs dcidi de
la Ccmjpguie uisecir a hgve annonce pour le
premier Mars pour bisser au gouvei
On deminde
A aclu'er de* timbres poa'es
uss fflaili Swlnsser Mr
PLAISIWJmprimerie du Matin.
cernent le temps de laire veter les
an nutliuite
f 55
Emul&ion Scott
Grands et Petits Flacons
salsepareille de Bnstol
Amer au souffre
Klepler Malt Extrait : Com-
pose-i'inkham :
Au prit de Manufacture cluz
FRANCK J MAH'l IN,
ha fteede la Glacire
.....1.1 L. J. .
pir des vivats. H monte ders
une
niants. Ii pat tans eEccne et poui Pr0P|,jes l10"1" W hpiaccntftil le
iLsi dite itcgnito au milieu de'aNie ieire. tienne a\is aill lu
non.bieux eus ce : Vive la Fiance' leretses qu'elle travaillera l'oi
Nivela Rpublique lice de l'AdiiJuistratioa piincipa-
Le Lcureau piesideut n'a pas vou je o,.s Finance* ai -A * 1 .lo-
in, en iilei, ue l'appelai ciaicaire. ifiauceF sis a la l.ue Ha-
ll s'est rendu aussitt Pan", mcnon.KliJlck iNo 1< ^pendant
Jyse, pour convtistr avec an i/oiu (Iulu*e jours, de 1U heure uu ma
cai. L'entretien a dur plus d'ttet.tUI a midi, a partir du samtdi 11
demi heure., 1 Fvrier courant.
. conlise.ie, coi.fe t, bon PARIS-Pjioeaf*, ilectuant son
ne*, rien 11 y mai.quua dernier voyage corn ne chel de 1 tat
pailit remit :e la Croix de la Lgion
i'hcnoeoi a Thionville et la croix
de are r a Veidun
PARIS- L sinat adopte le H
v.rr.ertdas tarifs des chemins de 1er*
LONDRES Oj tnnoac- l'envji
I Biilin de la Jpoase des allis a la
note allemande sur la livraison des
cupables. Le Temps apprend
que la rponse comporte des modifi-
cations considrables comparative-
m ni aux intert ons primitives des
illis qui,mantenant rclament seu-
lement les coupables des actes cou-
iraires aux lois de lhumani Mille-
rani dclara que l'accord entre les
a' is ait comp'et.
PARIS c Le T.mps dii qu'un
accord est imninen sur la question
turque par 1 aiop ion d'une solution
moyenne en'ie l'opin on franaise
dsirant le maintien du Turcs a
j Coosianticop'.e et l'opinion anglaise
pench nt vers leur expulsion a Bu
carest Le goav ra.nener les troupes roumaines oc~u
pant Tisza sur la ligne I oiti.e li
ze par le Conseil supime.
SaN Kli.vlO -(.Italie; Uaelfo dre
ment se produisit sur la route de
lazgio Tuora, et causi la chul;
I.a j mi ^ *. jn J au:obus dans la rivire. Sizi tou-
AcijI I9U4 pour recevoir les ob-' MSTERl) KM La g-ve gnrale
senalions des Lropritaim doul des trtoseorti est proclam.-.
BERNE- Le Piesideot de la Con
tdratioi lut au parlement un tl
jjtamme annonant l'acceptation de
>a Su; .se dans la Socit des Nations
Will be closed for
penod
llie management mai dcide ti
open Buain later but a pieseiit ik
plane hve ueen made. ,,
Le Cinma
populaire
Sera ferm pour une priode inde
Unie.
La direction dcidera [ eut tn
de le rouvrir, mais pour le inonien.
aucune dci8!on a t enecre Liitt.
A la petite Maison
On trouvera. Souliers en toile et
daim blanc pour enfanta.
Avis
' leirains situs sur le trajet de
v
propris pour le upiacenaeul <
es
avtc la gaianue de sa neutralit mili
(aire
PAULS Les Journaux italiens con
linu:nt de rep oduire et decommen
Ui la nouvelle d'une pitendue Ai"
lianes mil;!ure qu: la France aurait
irgo.is avec la Yougoslavie contre
1 Itilte.U is note de PA^ence Ih/as
dclare que les documents publis
constituent un (aux et ajoute qu'ju
cune ngor'at o 1 po-ir 1 Etablissement
d'un accord de ce gnie ne lut enga
ge.
PARIS L\ chambre nomma Lon
B;rard et iministre di 1 la^truc'ion
publique vice prsident eu remplace
ment de Mr Peret.
ATHtNES-Venizelos partit peur
Paris et Iondres.
SMYRNti L'avion pilotipar U
lieutenant N'^n.n et venant de Sa
Ionue arriva, il repartira aujoui
d'hai pour Adatia-
Dollars 14; 5 1/2 livra sterling
14 lvrier
VIENNE Les missions militaire;
interallies charges du contrle di
l'excu'ioi des clausses militaires di
trait de Saint Germain arriveion
prochainement i Vienne. Selon le;
journaux oi cemmentesans bienveil
lance leur arriv: remarquant que les
missions constituent une lourde
chude pour le budget autrichien
PARIS Les notes destines l'AUt
m g e et la Hjlianie 1 dont 1
tsxt: tut approuv hier a Londre
dem u eroat sectes jusqu' leu
rception p*r les gouvernements il
teresses.
Le c Matin > croit tout fois savoi
quelles ne constituent ui pis li
important vers une poli ique de co
ciliatioa La aoia. l'Allemagne ne
rclame p us que l'extrad lion de
auteurs d:rrcts des crimes adm Ut .t
livrer ceux dont la reiponsabmt: j
plus lointaine et pus gnrale m 1
la noie I .it remarq aer qa'il n sa
gt pas a'un prec.uent dont 1 Al
magne puisse s'autorise! pour vio les autres clauses du trait de pa x
mais purement un cts i ol mon
trant l'espr t d-jcondescendance dt:
allis en vue de peimeire le rtabli:
sment de la paix en Europe et lu
titution de la tranquillit intrieure
en Allemagne- Quant i la note en
voye i la Hollande on envisagerai
pour les pays bas la possibilt de ru
pas livrer Guillaume a.condilion qut
sa rsidence soit transporte en ter-
ritoire loign aux lud 1 Neilandai
tii par exc.n pie.
Faits Dii
HENSETON. VP,.;
METEOho^;
DU PETIT SEMIMau?
^. COLUGEsr,
Dimanche ijpJ
Baromtre '
15 FEUILLETON DU eMATIN-
Judex
GRAND ^ROM AN j
IPar
A R 1 11 i H BE R St. D 11
( Film ptr L. Feuillade )
TftOlSIMK Kl'lSOUE
LA MEUTiJ
FANTASTIQUE
c
Ft^Dic des pisodes ftkkkih
juJti, peiwnnage .ni^manquc, tient en son
pouvoir le banquier Favnu, que l'on croit mon,
Jacqueline, filie au banquier, aprts avoir tban-
opun a 1 assistance publique la loriunc mal
atquiiepar son perc, a ete enleve par l'aventu-
rire Lhona Monu et Morales, son complice.
inois elle sera peut-tre sauve, car son enUm
rend la hknc a deux pilons qui doivent aver-
ir Jude si la jeune lemnic est n_. anger.
I
2* Vidocq
Veia nuit heures du mttip, ut
hcuime de haute taille, d'aliure a|i(
tecraiique, urap daue une tmpU
cape noire et teuant en laisse ui
superbe chien policier, te prsen-
tait dans une peneiou de famille df
Neuiily, sise luipaasei bt-Feidinano
t otuiauaail aussitt a imler t
madame Berlin,
j, Madame Dertin n'est pas ici
lpouuii la propiieisire, l'exu'llenti
madame uhapuis dont les tiaits ti
tes, lea yeux rouges et les paupire
gonMes ttieetaieot une nui san
aommeil ei toute d'inquitude.
Comment.. elle o ebt pas loi!
a'sxclama i inconnu avec ua etocint
oient qui au ai pu parat- e la lice a
un observateur.
iNon, tuunaieui I lit I excellcutt
leuitiiW qui, uiounee pai la giai.o en
de aon interlocuteur.eu uieiuii teiu^e
que rassure par sou regard de
p04ieuse ik-elh^eoce et de loyale
franchise, questionna avec une in
dication d'immdiate coniiance :
Vous tes peut-tre son pareniV
Je suis un ami de sa famille,
prcisa Judex sur un ton plein u
noblesse qui tt sulii a dissiper
immdiatement toute quivoque.
Eutrez donc, Monsieur, mvlts
aussi t la brave htehie qui, tout
en faisant pntrer le visiteur daiiB
ie petit salou du rez-de-chsussee,
exprimait avec laoceiit do la pue
vive uufcuitbe :
Je vous demande pardou, mon-
sieur, de vous recevoir ainsi, mai*
le suis toute bouleveibe- Je ciains
uu uullieur... I ne pirsouue si ai-
mable et si srieuse qui cuit si
ftCl.e vivre et qui ne se pU^iuii
jamais de nen !..
ht l'excellente crature, claLtM
eu sanglots, secua :
au! la pauvre petit3 femme/..
Calmez-vous, uiadame, col-
aelllail Judct UVeU bji.te; el VtUlluZ
uieX|.hqucl ce qui s e&l pubse.
Voua, monsieur... Ulvf .. ver i
nu de lapi midi, un- dame ^uej
u'avaia amais vue edt veuue demm
ici iudame Jeaune lieitiu poardea
leous de piano..- HattUM betiiu u.
reue uuus sa cbainuiv, et, au bout
l'un quart d nuire euvuou, eller
ftQt redescendu t s toutes les de.. \
elles devaient se couiiaitie dtpui.
lougtemps, car elles btitibiaieut net
oouuea amies. (Juaud madaute lier-
uu est passe devatu le bureau, tii.
ai a d.t en aceroclisLt sa Ciel a
tableau : .nais je stl'al Ctl'ltfliieiueiil de utoui
avant diuei.it.ile n ett pas ruitiv
je laiieuds encore/ ai ,tile avait eie
io.ii.uo au dehors, elle m'aurait
certainement p:venue... Cest doiK
qu'elle a eu un accident. Parts de
vient si leinbio avec tous ces train
ways et ces auios qui li ent un train
j euter dans tous les ssor... Austn
moi, depuis hier soir, je no vis plus.
j ai passe tout* ma nuit u a.te;iiie
ma peutloouairs jts^etuia tou-
louio la voir teve i .. .i i riauL,
Li pour ceuib.e do .. i uauc tou
y, 11 gai 1.0.1 no -o eai atti e but soi .
rigUtiZ Vous qu il a et *auu U* la
caiiipague o sa mre l's place, cutv
da trs braves gans, parait-il.. 11 n'a
que quatre ans et demi .. Croyez
vous'.'- Je ne savais quen faire,. Il
ne voulait pas se coucher avant
d'avoir embrass sa maman.. Rofln,
il a liai par s'endormir, le pauvre
mignon .. Maie quand il va se r-
v Hier, et qu'il ne va encore voir per
sonne, je me demende ce que je va-s
lui aire/ J'ensuis malade d'avance.'
Ivi voil des motions!
Jud i qui a va t co i raadam
Chapuis avec la nlus sympatbiqu
attention, reprenait.
Voulez vous me permettre, ma
dame, de vous pOBer quelques qut a
non:'
Volontiers, mon3ieur. Je ne
vuiscomais pas; mais du moment
que vous tes uu ami de madame
b\ilm.,.
Avez, vous prvenu la police d
la dlsparlttOS de votre pensionnaire'.
Nid, mousieur, j'esprais tou
lours que It pauvre pente rentre-
rai .. m.i-, si vous le voulez, nom
pourrions aller eusemble au com-
misssrlst.t
A tendez encore un peu. Ma-
dame Hertin recovaitelle des visite?
Aucune, monsieur.
Avez vous jtmais vu des gens
suspects ider autour de cht/. vous/
Jamais.-, c'est dire qu pr-
sent je dois me rappeler qu'un jeune
nomme assez l-gant, s'est arit a
plu-neu.s reprises devant la maison
l-.t ce te pertomid qui est ve-
nue d< mander maJauie berun, coiu
ment ett il tilt :'
lis jolie li'.le, avec des ban
Jeaux i.oire. de grands yeux... et
bien habille, lgante, mme..- Lu-
tin, si cela peut vous intareiser,
m i i.i in- Hertin l'a appele devant
moi -. Mademoiselle Marie...
Mademoiselle Marie., nota men
talemeui Judex qui reprit aus3i'.t :
Avtz vous Mil d'autres ro.nar
ques?
Je ne sais pas. Je cherche ..
tTaui p a ineu Vouloir {S u'.i ^ua
1res iiiH an une a moi.. Attendez,
i u u n moiiBieui .. .tttu lao*ol
sa.io >iane est aiuvee dans u..e
ostio auto de maure qui t attendu
'devant ma porte.. Il y avait aussi un
monsieur., un jeune homme... qui
fait les C3tit pas., sur le trottoir., e
qui est mont dans la voiture avet
madirae Merlin et la femme bruue .
Ce jeune ho urne tait il It
mme que celai que vous avez, vu
s atioeoer en face de cli vous f
Non, monsieur!.. Je puis min-
vous afiirmer qu ils ne se reasein
t liaient pis du tout.
ludex qui avait enregistr les d-
clarations de madame Cuapuis av i
la plus apparente impassibilit, co.
tiuuait toujours sur uu ion de poi.-
tesse paifaite qui rvlait un vu
gentleman :
Vous m'avez bien dit que 1
dis de m dame Berlin lan ici?
Oui, monsieur, Je l'ai installt
Jans la chambre de ss mre.
Pourriez vous me con Juin
tupra de lui?
Trs volon.i-rs! acetpeit 1
brave htelire sut laquelle luo.u.ut
ta cape noire semblait avoir cou
quia un entier ascenuaut.
Cependant, comme elle jetait ui
regard anxieux ur le superbe cluei
lue le visiteur teuait en laisse-
-Uassurez vous, lit Judex, Vdoeq
n est mchant qu avec les mchante
Autrement, c'est uu animal, ou plu
toi. un tre humain d une inteli^enct
et d une borne extraordinaires.
Alors, venez, monsieur.
Quelques instants aprs,Judex p
uetrsit danslactu.ubre deJacquelme
Joanuut venait de s'veiller-
Q uptreevaut cet tranger, l'en
faut eut uu mouvement dd irh.
yeur. Mais ta prsence de madauit
Ciiapuis le rassort aussitt,en mmt
temps que la vue du chien pohciei
lui arracha, ce Cti d admira ion suun-
tsoe i
- on! le beau toutou,
Tu peux le caresser, m3a mi
gnon, inv.tj.it Judex en s'approchsoi
du h',..
Il est t l doux ot il aime beau
coup les entants, surtout quand j|e
sont gentil*.
Joannol promenait t& main s II U
ltedubel a.i.uai. 4%u ia uouaiu,
rel Jij d uu air u0 pio sciou hiiee
tueuse, lorsque, redevenu subi-t-
meLt tnxisux, il demands mUame
Temprature
mil
uu
eh,
Va
Moyenne diurne
Cul clair le jour co
Pluie a q h.4o ro.
Pluviomtre 7,v mm,
Baromtre lgrement
1-
Brlooneni
Houlement arrt pJr U ca-
irote du Brlcment PSnr V\
lyao a dix. heures prcise, di
Conseil U htat
l'nbunal
l'.II JJt!
Commune
l'rem
Syndicat agents de change
Ordre des avocats
Commerce
Noiai'e
l'o:t-au Prince \* Fvriei i94.'
Carnaval
La premire |ournfe des Carm,
au. inciJent. i-.ncore une loi, l
-ge. les dguisements, drle.a,
.esques ou originaux, on. t,,^,1
"" J" b-4U-'u1J> on a l'admirt
ami les insul.cs sur | troioir,""
lit ceia redonuau un peu d-ri
nonotones.
Ouverture des QuaraJ
Depuis hier a eu lieu n r J
haires. Uaus toutes les eaSml
Mtremju est expos*. ^'
ues ndeles de toutas les ptron
Joratiou pendant toute la jour
il y a bndiction
t-J lerrueture des ij.uaranie
Jcuuin.
a Bal travesti de
On sait que c'est samedi 't_
tuvesti annuel du Cercle tUevut,
jud coup du.i. Iecn.|ue prftaui
al.c ou l'on tait rellement t
ier une opiu.oii sur ie> juhs
.nous nous conieiitcioiu k'ttt]
j-c rieno'a manque pourucoami
ou cachet h-ibituel du oon uoiV.
non. '
On chmera dei
Demain c est la troisime
les carnavals. La liauqpc, l(,
%! IC Commerce chomeroct, il
paratra pa.
Bal pepulairej
Le bal populaire ue ce m 1
viiamps de Mars, en plein air, liaaj
,cre notre couture LLSSoR.
Nous prions tous ceu qui
wrt au* cat carnavalejquesu..,
-ents Uans leurs aiguisements et dal
Jtiapuis qu| avait p eias
is larmes :
Unes, madame, eilffj
uau est revenue?
l'as encore !
iMais elle ne Uideri
a Judex eu approunsiiti
m iront d'ange qui soif
*ndis que, gravement,
.reuai* euvere lui-maisi
:re des eagagemeuts,
Je te le promeis,
.a reverras bien Si ta
i'uis, se touillant Veu
1 lui conlia voix asie,
an accent d autorit sol
Voire peusiouuairs
Vue le bon Dieu vosij
Je m eu vais partir
tfhs. Mais pas un mot,
i persoune, vous in'eoti
taut de madame Uertin
-/oire.s.lence,
compte/, sur rnoil
Judex semparaut d'an
acqueliue avait lusse
le lu llairer S con lin
ji'eiiles dresses et Us
.eu sembla repondre
usure :
J'ai compris!
Au revoir, madarnaj
dnent le mystrieux viai'
O peii8Bzvous qs'c1
oien tie? interrogeait
inoielire,..
C'est Vidock qui va j
i'vuu lit Judex eu di>|
oinen qui. tout liinit
;ies du cou tendus et le i
e sol, iei.uaiiic.it vigos
dans sa haie d'entrer en
Taudis que l'homme
noue gagnait la rue>
puis lo regardant s'loi
s murmurer :
Je n'ai pas os lui *
domnen. il s appelai' ;**|
is f jon doui n* a emhrM""
j i tout de suite devin
uu brave homme,
. E j u.x, uu. enf
iutjin u le o i atter
30 g an. les sourcils y
pi*si a une) ree.. > *ai'
Pourquoi l)ina a'
enlev Jacqueline'?
{A suivra


Pneumatiques Gants Pour
Camions A L'Epreuve
Des Eciatements
camionnage grande vitesse nKJ^SriJ
leur vaste popU,arit en S5Uo?LSS2
Ces pneus offrent le maximum de protection
au mcanisme des cernions came de leur
f'preuve Z^ Pneumatique '"
S. ,Cremiso,,s et des clatements
.Les Jantes Firestone rendent facile le rem-
Placement des pneus m la r 'Votre
c=nneur peut faire ce JSMg
L. Preetzman Aggerholm
Port-au-Prince
Pneus
stotie
Pour Camions
Une importante socit
Nout avons apprrii avec plaisir qu'un arri
vint 'tre pris .luiorisjnt Ij Socit anonyix
(Li.cmnki .Vincicm Dveloppement Ccmpao
oi Hati et approuvant son acte de constitu-
tion et ses statuis.
Nous non-. rc|ouissons d'autant plus de licon-
littticn ce ciste ocitit que son bit c.t la mis
in valeur de nos possibilits industrielles et aan
co es.
N est-ce pas la, en effet, le but qu'a tcujoui.
poursuivi Le Matin t
Il laut donc souhaiter qu'elle prospire, ceu>
sociit d m le pays piut attendre iojio sort
de trosperitcs Uqui est actionne p.ir do eau
Ulisiis digues de confiance.
Manager,
, Samedi jprestn tu ont eu heu A i,i Mairie It:
Celui de ,vi le Dccuur Catti Pressoir i
laiie Jajgcr. Tiroins de l'poux: Pricla Tt!
swi, Herraann Hraux; tAnoins de l'pcuse : ( ;.i
J*fcir et Charles l;,j. an.
- Celui de A r Ehe Pierre et de Mil e Lli>.
heth Lanulic. lin.oins du cte de lpous Al
Juste Matajoux il Iranois Atubroisi, du ..o ci
pouse jo^pii Martin et GaHttthcnc Cadet.
Ce Mi le Docuui Annoual, piuiner ^s.
pManidu A.agisti .1 Cinmiunal en ses a r.Dutioi
tVtnucrdc ibtatOvii qui a otfkie.
Faire pan funbre
Nous avons ncu ie faire pan de la n.ort a
Mn.e \\e Joseph Utruume Lucia lillles, dtc
dee ce main a 2 lnures. Ses funeraucs auioi
lieu cet apres-uudi.
Le convoi partira de la maison sise au 964 d
u rue de la Keumon pour se tendre a i Eali
Episcopan, tue des Casernes,
Aux parents prouves u particulirement au
laiiullt (Jilles, Holly, Ledan et fieire-fitn.
nous dictions no sympathiques coodoteancti
SynUicul des
Lhutffuiu.
hier se sont runis au local m
une Varits bO chau/leuts ut
Pori-uu-l rince qui ont fana e h
oyndaaldonl le Ou-eau piouhon>
tsiuniii luiir. ".
.. Jults Hraux Prsident
, ^haiksGuiynaid Hr conmlLi
Gene/ bautm t cott.etiU i
tfuaunce jCuk Irtorter
Lttuuaid hraut serttaae
A\ rt la formation du liurtou
unecammimondc lion, tiumn.
a itiutnet pour laborer us &/,-
tui* du Synatcut.
louitutssteswer ta bonne,,.ui
ctit dt tuwmt qui rtndraae Huit
nites uiu pioprieiums Uuuil-
tnebdes qui tnudtmuntuuyn
auaiuuiohi a Uurs services un
tnaufftuts comptanit.
fcJu1! PIS<-u^'l K.^I-hRAuxtuwoM^aiit
itULIOQ .
Mcssteurs,
hiJ0"5 ',lh"e diVOtr " Ivoire frisent* Ui me donne le droit
ira,,",-HUe l ah're 1"* amis Gui
""Itondunrtlbtsm.
Vous connaissez tous le but que nota
tmrsmvons mais permeiUz-moi di
vous %ndtquer les multiples avantages
pu doivent rsulter denotte ai lion coin
mine.
Depuis quelques temps, l'onloir.obilis-
ne est en plein dveloppement et l poqiu
n est pas lis < oignet c n us vtrion
ou es nos route:, sillomes des plus b IL s
nackini s modernes Les bons ibanifems
mont des plus rebenbjs.
Sous avons donc pour devoir dchet
ber ensemble les moyens propres nous
ot t mettre de dt nner suitslaction rein
(tu font appel notre service.
Soi s avons aussi pour devoir de brin
die >o a de nos propres intrts
^A ou l effort a un seul n aboutirait
//<' 111 rsultat strile, une action coin
:"nce a quelques ebances de nom mellr,
hibii de lmes les surprises,
Ni nom dominons une d rection et
tous puions aussi la limite de nos droits
respectifs.
boire association aura un presligt
tui rejaillira sur chacun de ses membres
't de ce;lc faon nous obtiendrons les
Hards qui nous sont dus
L'n aes principaux buts du Syndical
>cra de tixir tes sa aires 11 un taux rai
h.9 b e il d offrir chacun de m mai
'ns toutes les garanties dsir abus, bu 1,
nlnidulous ces avantages n auront dei
icacit que si Ion se soumet aux rgie'
nent de la Corporation.
nmrfaeihteq les ieunes.nous pourrons
organiser des cours cl aprs In cpreuin
'iglementaires, dlivrer des certificats
tons ceux qui ferma preuve de connais
onces suffisantes,
VoilAt Messieurs, les grandes tigi.es
te l oeuvre.
A vous maintenant d'ei fixer les lails.
Mais je liens vous remercier d lu
venu en si grand uembre four en ietet
es premires bases.
1 iilTW
Aux arme* de Peu in
Poudre d.' klap, Crne de ttr
ire, Lacioz", Alaiina eo for 1rs, en
ItfHies, Bt raie de soucKfatii ede
moutarde iDglaisp, lincens pu
soi les Prcipit rouge, tuile d
tuaiioes douces. Alcoolat lisge.Kolliculej d<* Sei.r, KliLii*e
en caclieis.l-Jixii- ne Virginie \yr
dahi, Pitulefl Hcll, Su i la le de
quiiiiDe en I icoii de \;2 once,
iolureet ire m me de loLat-sinm,
e^stLce dans rcciili, xlian
d huile dn cofOjquinquma rouge
13 -ic de for me Tau.-. (>||0 iodt
Jubois.Si ii guea \ uur injection*
hypodern igue del, 3, et lu (
Vi Vigor Einr bup< yiuuy gou
non 6uyot. ^lrol frolle, Kh.h
ion scot, SaNeLarenle Btvv.oi,
ix>:on bydfpphile en paqutl
due h vie, Suspeij.soi i s, hi ele lle<
s i-iieures, i;ouie^u', Couverts
Ti-sus pour Miretjrr. Sert eilia
de table, de l-un et de toi et e.
nie s cou n iciiijCIi ma sa boni
mes, Calron, lias el rlnurse Us,
Dreiileis.Liviescl s iqi a,\ ail n s
de louics sottes,ftrdoisrs,!' umep,
rapier, Oile lil et coloo a d ap,
b s uiir puie laine, M d ici es, ^ais
j mai u, Montra luKeraoll, J ru-
bi .s cuir e inuli iu D i uet
'Ole, ib bi s. euta, lia tii,
Lames de la oiis, Ci cite, Ouaff
pour tailleurs, Jjo.sj lialiu, Pal
Hres
JOHN BUHAS & Co
1801. Rue du Quai
Bonbons aciduls (*,
par caisse.
THE ROYAL DANK OF CANADA
Situation Gnrale
Au 29 Dcembre 1919 ^
AU PUBLIC :
Pmi/I
1
VENDRE: Chez Max Mcn>
sanio : Papier Journal, Papur
impression.
Puarinacie
Alhertim-Ew; 1
rlAITIJL .PMhlS, P. b. ^ui
(6stmr
Fonde en 1850
ProJuils chimiques des rneil-
r-ures Usins de France et d'An
ique.
Crame Du.titrice Kolinos
Parfumerie franaise ,et arre'ri
:aine.
i'elus' Druy Sfor*
Successor lo ALIILHIJMLWaLL
t stabisheu 1850
American A: riencn Paient Su
lic:nea. Best chemicals iomEii
epe and tlie staies.
American prescriptions filles,
trench A: mne n Ptrfume
t Watt m
Get it at Peirus'
fuariijcy Oiaduale ot Ten.plt
inivemly, Philauelphia, Pa.
1) jet ne ra rcrlant pas iattU
Il j pt itmi ir lcis y compris les inttr":
acci-m Us jsqu'i la date de ce bilan
Billets de cet'e Banque en circulation
B.larcc due au Gouvernement du Dominion
* d'aubes banques au Canada
" aux banques et conespondants de l'anque
dens le Kcyaume Uni et dans les pays SUlBitfi
Elhtj*p8)er
L ttres de erJ.l accc[les
4i';,i2r,J9s>,fcS
M,OO0,OCO,O3
1 ) ,970,000,88
7 ^^9,852,42
800,776.8u>
16,467.98.1,69
/UX ACTIONNAIRES
Capital vers
l'c dJi de eives
Balance des prolits fixe ce jour
Dividendes nen r.lames
No 129 (a 12 p/ Ban payable le 1er dcem 1920
Bonus de 2 c/o du yime ann.veisaire payable le
20 dcen_b:e 1919
497 67,345J9
17,ooo,ooo,oe>
17,000,000,00
1,056418,7./
8 2030&
505,219,12
>40.ooo'oa
A vendre au bureau du MAll\
u II la SU ated London News. Sli
) hnaid, Sunday PictOfill, L
e-mai, L'Homme Lihie, LEvr,
-r>t, Le 111., Le 1 le iVlt, Ltciuit
uui tous, I ania.Mo.
ITh
et MALAPieS GASTRO- INTEST IHALEi
I Dlanheo verte^inoumsBoii'T. at4l iiimuco-
I roembiMiicuAe. tuhei'iuleu'o; Constlpntion,
I Aocidentu Bppriid'ctilalr^1,, Flvr, typhode,
1 MiU(lii'ft.il.Pcaii,Ac:n,Erema, 'uroucles, .'4.
GUCRISON CERTAine rr l'uee de
iLeFLOS PUISSANT ANTIStP-TlQaLJ
D, Mercure ni Cuirre
R/ltiant lrfmenl lunin'iiu i. :r>:iin'.e,
t It doe le 60 lOO foultei |'r Jour ,
d'ANIODOL INTERNE
dim une ti*ie de fli-iir d'arii.ger.
I *" U l'AMIODOL. za
i
Lu Pliai liacw
AurelBayard
A l'angle destines Huux
et du Centre
Porl-au-Piince Cllaiti;
apA I honneur a'atncncer MM- Ut
Sedecioi et ft^iesconfrres mm. les
l'iiaru acii:8 d'll8iti qu'elle est le
rcpiiseritente des Laboraloires Hoc
langer Hausse & Co de Paria poui
la vente de toutes ees spcialits et
|uelle lait excuter les comiLendt*
ia'OQ voudra bien lui conlier et
taisant bnt licier l'iiiirees d'une
iiouble remise.
Un peut b'udietser e le pour de
plus 8mpk8 renseignements. Baiti
oulirement elle mer MM. les Mdecins, ses clieniE
aile public.en gnral qu'elle viett
1 ircevoir les spcialits suivantes
fondant de SODlra
Bigett.t t lia? lase et \ le
l'anrrixlii.'
loJo-lanr.ique
Levure ee biri
Tonique u qcma rocs,
kola it glycro de cliatx.
de kolr.
d Rainj
Mangano-ftireux.
c

Aetil
Fo:.ds de loultmenl
Billets du Daminjofl *
Dollars amricaini
Au res monnaies trangeres
Dpt dans la rserve d'or centrale
Billets d'autres Banques
Chques sur d'autres Banques
Balances dues par d'autres Banques]au,C.'.nad^
Banques et cone^pondants de Banque
en d'.. ut res endroi s que le Canada
l.'tres du gouvernement du Dominion u des provinces
ne dt passai. I tas le cours du march
Ti res des municipalits canadienne et anglaise
litreI trangtrs tt de colonies aut:es que le
Cal i.da, ne aepattai t pas le ceurs du msicbi
Bons ce chemins de tir et autres, obligations et
VVti urs de Bourse ne dpasant pas le cours du
march
Emptastl au ClfiSJ*, par Ban?, ob'igations^de val i %
c!e touise
Emprunt] i courts"'ermes ne dt'prssrnt pas trente
jouir, obtenus en d autres pays qu'^u^Canada
S33/'47.o840?i
l
;7/W.879.9J
. 2^'755-724.oo
5.746,80^.00
3.545 i;8,4i
J5.68I.547.3
24.500,000.00
1,464 200,00
2 3,4V7.240JJ
17,103 82
%
18,101,373 oX
jj.^oo 572 77
19414 891 0
16,^15 6.4,30'
t
I% Antres p:l> darg?nt et comptes au Canada '
- ( moins rduction dinniuHs )
^ ^Autres pits d'argent et comptes ailleurs qu'au \
dijpiCsnada ( mo.us rduction d'intrts ) A.j^
- * ^ Cm\MjSmm / *** ** '
Comptesdtilurs en retard (, es'-iin.'s comms ptr* *j*
UD 812 -,)\>)
27J 908 862.86
m 143 2y) >l8.47
9D.2I0.27I.3 t
i couvrir )
Proprits immobiire autre; qaej'es '.ocajx
de la Banque
qoeaux de la tiaoqua estimii M-UfSOil dxllin
valeurs relies '
Psstjts des clienti d'ars Itttru de dlit]
^Dpts au Ministre pour avoir la
dioit d; taire circuler du vahurj J
j^Autres actifs naa co n iris J ins^s pri;il:at
Tctal
II. S. HOLT. prsident.
J65.089 6t
3jj.o8j 879.46.
i 1.49s 271.02
3 f7.oi6.4t4.1a
16.167.978 6^
7)2.000.02
,173.64^80)
533.6t7-084 t,
lmanaeh iFermot 192(1
16 it;. Rue du liscrvoir *
A. de MA T TE I S
Seul Agent pour Hati J




i

ARTICLES FRANAIS
La maison Rai Monsanto .
fiti du Mofjaa'u de l'Eut
i
/,< .<-.-f<.'/i < l-tr.rii* r-l' "'* "rite ici te /*
lowa.ties article Miivwt :
Chapeaux cl caiioliers de toutes
qualits pour daines et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses filet colon
Nappes coutils matelas
Chemises fantaisie pour hommes
Paraphai s, mouchoirs de soie
Cravates nuds cl rples assor-
tes, Gilets de flanelle.
Grande Maison do MODE;
Mr Juau Bautista Daj
Aie t h sii cT.umncer au pu'alic en glral que sou
' re Grande'MaUon de Mode*
k l'insUr des R; 7. sa INcvYork. Il y auia un g.ratd g- i|
(OShmes cwfftiiu r/* l'irlon.m'F. I. inirs il e1fanu.ii
irtituiK im'uiki.! 'I fins ii-MSieui latiilUNCoi?. Mr|h*
u,e Bit'ste du rare liKM. buu ctu.ue da-s la liauis i(,
de C't'e 1 ll& ..
I \ M; i m \n*ri. en or.lie, tks naicuai lr.es ,le Dlr,
cl.o'.x lUmittd li-i" loulescorcBirciice/JutsKSHti '.,
nris a oc c, n nii soi s tks |.lusKiandes fenuqucsde* J talsli
La maison
Veuve Barbancou
a recil
:
. .g
m mtBtm238:*z::~
TURK1SH
CIGARETTES
LXCfPTIOfi*" Q'JAL'.Y
1 TKS AMBWCAH ICOABwrf
FUMEURS
Votre 8flf est yivanlie, vos H
tudes de fumer conserves jtMflUS
eilhtse. Adoptez
La Crole \
Dlicieuse cigarette. B est cio|
ou les quartiers.
15 centimes le paquet
Lpi l central. Bar delaPaix,Ruel
Assuravtuscontre LE FEU
i.-x HOMZ INSURANCE C de P.4 tinla
.11* m i? n vieille ise Adoptez
dresse/vous a la plus forlc compagnie les \h l ^a Crole
agent Gnral pour Hali:
Eiij). Le BOSSE, Port-au-Prince
Iro^ga votre Mabort, votre Ifagsib vos dpts au taux 1 i
p'us raisonmt le.
lin irais ie eoipmission ni de Courtage p^r
Jiniif limn f- mm fifi i"'1 eorw*poii*e ou
ietv* aitculttvoire \\rtbtme ihv*
Eufl. LE BOSSE, i)5 Bue du Quai
EDWARD M. RAPflEL* o
Sew-Ycrk roi-auPrnce
f^X.; ; ....... .-H-. .-.-.-.-!--.-. : *"1**
Articles Choisis Pour la Toilette et Pi
Prfrs.
On peut jutfer du raffinement d'une personne P*r*?'
qu'elle fait d'articles exquis pour sa toilette
par son parfum favori.
Les parfum* de labrnati.m franaise Tentation et W^
employs seulement, par les personne raffines, eiegau
bon Bout qui lavenl distinguer ce nui est vraiment L"';ikt||
Le dlicieux Savrm Crinoka n'a pal d gal pour 1.1 i J
le bain; son parfum exi i et sa d.-..r "V"l", ^, Pu4
r des i de pMti dlicats. 11 est ""'"'Jl
prvient toatc i octi >a >'c U peau. Emplojei-u
lOttl ne douterez plus, ..... i.(laJ
La Crrr.e Orlnoka es m e sp< ialiti v '"t j
ot vers du vcz qui font li laids dan- un \i - .'.jj
couvent lui f-:t p Ire I ; on charme. 1 nie 1 "'',' j^
[u'ellc blanchit la ptau lui donne la vu.e.v >?
,; ptale de rose. y ttk
I 1 Poudre Orlnoka rur la fiirnrt est l'idal i^iv'-S
,'e |otf#raffins; elle et ra< sant fine, parmi? j
1 ut dlicieuse, ,. *at-\r[
l.a Pte Orinoka r-il'i-.is. pr.ar [.lanc, r jj
; s dents le.- |.ln i'...-::ee;: l'hu'oie pr.:ul u.. 0i',,llIf^B
donne A toute tu bou : e une 6ou< setnation ^
1 1 Flora BelU est une Lolion Tonique pour ''''' Jcw
cheveux. Kilo txtennlpe les pellicules et n importe h^j
maladie du cv'r chevelu, ''-ce son usage U tlie\-*
1 i,.,.n,;.-, ssntoat bon et ondulent naturellement. ^j
ft#*l Ut PhmtfUt. Prco-'tritl ti rcrfumerUt M*' ';;'! ,
r>.ia>i(.r*/fj ..'..:. 1 m*w t/Mcl ;j '"'"'-'," .
ci . rirk-..: THE OWNOKA PHARMACAL C0.r lue jWj
WJWWMMW
Miles i) Proie
Iliporel
Lait Condens Nsl
11 vente chez ^Tti'*]
Je>n s^a*. Marius Berna. U.l vV Groa
X
.
i. fm'mm m


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM