PAGE 1

A \ FM . / NOUVELLES ETRAK UJ 10 Fvrier i ;2o PARIS Le paquebot Russe imper. tor Pierre lt Lu and ml par 1. 1-raoce toucha une mine et coula eL sortant du port de Varna. On ne signal aucune vrcume. fAKlS Monsieur et Madame Pc in cire oitrnent un dner en l'honneui de DeschaLtl y assistaient, Milltranu ainsi que Mme iVnlieiaua, tous Iti minntres Je la Rpublique ainsi qui les sous secittaires d'Etal. MADRID. Le gnerai Wtilltr est nomme capruiue gnral de 1. Catalogue. Livre sierlirg |8,6S i/j Dollar; M.4I 1/2. La Havre Caf Haiu Cip 283 Peu to Cabello 300, Guadeloupe jo$. Du 11 l'vuer 1920 PARIS. Mtjrci cha.g d'.iaitfli d'Allemagne rentrera uunhin malin a Pans. PARIS. La dlgation llnngio.se arriva dans la maunee et leutcuia iien ..ia uu Secrtariat de la cont' jeace ses observations sur les cntfilijnsde paix. PARIS La dlg tin L bi. as : vant a *a lete Ardatlty Koury arriva Paris. PARIS Les agriculteurs se monteat enchants de la de ru re dtwl,.on gouvernementale tendant libit le commerce des bits puur 1620 11? estiment que celle suppiesnon va quilibrer le prix de l'avoine ci du hit. Les semailles prochaines repicn diont la place a peu pics gaie a celle qu\ lies tenaum avant la guene Un iiaui toucuonnairs eu miuistre de l'Agncu.ture expliqua ta Pelit lournal* que la recoiic de 1 -1 v jeste soumise a ia taxe fief de 73 irancs. Il serait injuste que les possesseurs de s\ocks pu-ssem vendre leurs bls i un tours plus lev. 1 ous ici rue encore en possession des pioducieur seront rquisitionne*, *e qui aidera a passer le mois de la ouuuie, l'augmenta lion du, prix du pain aiminue ta la consommation par dts rsinesiens volontaires ainsi que l'apport 4tt bls d'Australie des laaes ci ae l'Argfctoe qui aideioui ctealemcutROrVK Le Bulletin #lriciel du ttmimndement de F.ume dment interview de 1) Annutzio paruedan an journal allemand de Vienne LE CA1KB Clmtr.ceau au couss d >es promenadeseit 1 objet de f'que tes mrnttesLlions de svmp. thie PARIS Deschanel tetl la dlga;ion du comit de l'union laine r:oumment Alfred . roisit,Gfo r ges L:vy, Charles Richet, Cantaguzene venue lui cifin la picsidence dhon oeur de leur associt en. Dts.hanel iccepta assurant aux membres du jomit son bienveillant concours pour un rapprochement par l'amiti ;t les intrts de ioir.es les nations .atines d Europe et d'Amiique. PARIS— Le produit des impts lirects et des monopoles s'lve jour Janvier ££5 4.^,600 de fanes qui est le chilfre le p.us lev £>tte:n, jusqu'ici et qui secuse une augmentation de j31.e11.1co sur janvier 101 1 AR1S— Au sujet de la dclaralion envisageant la possibilit dune tvision du tra't, 1 La Libert 1 interview.! lafdieu qui dclara qu'on ne peut amliorer ce qui existe ei que le trait existe.il faut l'appliquer lel quel PARIS— L'artiste Gaby Des'ys de cda a ia suite d'une opration n* cessite par une mahdie de fabdo* meo. PARIS— Poincar reat dans la maline en audience (jhika. m.mstrr de Roumanie. V1LNN1-%  Un radiotlgramrne de Moscou renouvelle que la Polo gue lit des oltres de paix au comi' central des Soviets, lequel maintient la reconnaissance de l'indpendance Je la Pologne et la renonciation de toute politique de violence et les promesses d'importantes concessions aux capitalistes anglais, lraoeiis, ainsi qu'aux petits tats li.r.itiophes.; liRFXbLlIiS-Au comit interna-1 tional des mineurs, les orateurs pr-: conisrent la ncessit de. uconstiiueri laldration internationale et dedon-j ner une solution aux problmes importants, notamment de supposer le retour des guerres. Les dlgus allemands et autrichiens ne sont pas la France encore arrivs. PAJXMS— iMayer, charg d'tffiircs allemand, UlWa 21 heures. PARIS Commer.l.nt les dclaralions de L'.oyd George, les journaux du soir relvent unanimement la 4iffertr.ee de langage tenue i Lon Jres d celui tenu a P#ns par Clmerceau et plus lard par Millerand sur U question russe et turque et ih insistent s.ur la ncessit d'une col laborstion pour uoe conduite iuti %  ne il ttauctie entre la France |ti I Angleterre sur ces questions fondamentales Us expriment l'espoir que la confrence Je Londres fera dispiraitre les divergences de vues qui nr I peuvent d'uil eurs afla ter profonde j Nom sommes m vnt la co dul t et l'amiti lian co : ^ sdoc '" inc o m ., les deux nations. DUlLAR : 48.09; Faits Divers rtENSEIQNEMEN.i MhTi.ORLOGIQUEf obSbHVAUlKK DU PETIT SlVll^AlRf ( OLLEGH ST MARTI Al 5 Jeudi 12 F.vri-T 1920 Buomiut 762.; | minimum 20,5 I\ra rature maximum 32,; Moyenne fiutae 2t>,j Ciel IMI ch r j >ur el_nuil Bitorr.cut en hiuss(. |. SCHERER f* 1 Du sucre 1 Du sucre mesure l'ai m mer que Ie> commence en plsloc et \> |Oginel qtw bientt la SufV hvera du sucie I in > uiiu-iui'.ialion. Il taut etpfcf que cette reprise Je la i roductioi f e ra baisser le r rl J C cet article indis yenv.l'le Cinma populaire Ce soir, c'est un 1 rjgraouM spcial qui sera Brut4 -m Cinma UJ u rue LUnt* DttMOUCbei o nous invitons le pubuc aller en loule. Les l'.L'iis ont etc choisis de f*(On a p.aire ;• tous les gots. On lera bien de conserver le: %  ic. %  t'. pour le lirage de la loterie de dimanche. Four ia chapelle de Bizoton Faute de lonJa, les travaux di constru.:. a -. a chapelle de Ui/oton ont Otc suspendus. .Nou: ."rovons HVOil qu une tte sera oiletie bientoi J.i! les bcneiices seront alfcctcs 1 cef.c OMVR \ i le< nombreuS'S a lires dis Joit '' ut '" l e a ** gci.eraleuient reconnue. A pari les nomoreus.s autres aib u Ul0UiJe ^.u-wneewt,won rrac'ionsqui serant olt;rtes au public, j U M J OISI ammer des preuvw de s gnrosit. Les Arcnives Gnrales de la Rpublique HA:. Comptoirs excellemment pou. Lc5 UHm dcu( arjll0ll du MaKllC du foa% vus.r Ir.iC.' S ; .e:ne. 6 dciuicax,00jet Marehand iteina, comme on le san, WVII dt ioapptciftb e, otuauis. tian p.rfaue lacnl m Archives boCrain 4s w KtputUi,*:, • i .nar.hent aciivemet. • rien u y manquera. i L'dujce dont ie s a-i.s seront enpuni* k vjce tout le moud: se prpire a tonnsou'rin toutes suites de garMitw uutfoj aller a l'rlttl-iiellevue qui, ce jour wmenu qui. do.t ftdet. "111. sera resplendissant Contre les terrains vagues Convocation Le bal de la M 1 Renaissance Dpchez-vous de prendre vos c?i tes pour la l e de La RenaissaC;: elles B'ta'.Vf.ot rapidement. Tous in p.p..iitits sout achevs qui kroni de ttlU tt e la plus russit de la saison. il liut s jjialer p;: t TARIF IILU5ME llroMI fcuicu. \ 13 FEUILLETON UU UAT1N) M —W— I % % % %  %  %  -' %  — %  — %  %  " Judex GRAND ROUAN Par A m II I H B E H S l: D £ ( Film par L. Feuillade ) DtUXli'.MB Kt'ISODK 3L*£XP1ATI0N (!** %  M&dMilfl trailletMH Noos attuons i'atteiition sur Ici toirains nui JUUtl qui ont etc le tlicatrc du dernier inceiiuie de U iut dCI Mincie** ( Cl terrains servcli, je dpotoirs et sout dcvcoui le plu Dulodoranti que j'ossifln. Pour ia saut pub.ique, des mesures tevirti s'imposent contre cet tat ii CPCXC1. L,. Comuiission tinancire La Commiwion nunciire dont nous annoncion> OeruiercineiH le dopart ci qu'on .-.itenda:' ju]i..ird'aui aruveia prus.iu.ciin.ui u semaine prucnaiiie par un Mttni uc la li^iic 1'an.una. Fianmes Nous lYOOl tctl MB awtCl le fianailles de Meiic Uarthe .\loie avec UouinJ Unwneaa. l'ou nos compliment. A'-ciaent de train Ce matin, le premier train de tiizoton effeenjnt son voyage de retour quand, parvenu ae niveau du bois vYitty, u loco.nouve eut uu ac cident a la ehaudietc, Le train a etc remotqu vers 8 heures et de mie, heure a li niche devait avoir lieu sou deu ... %  me vayage. e Vente pDiciiatloi En vertu i 8 d'un jugemm* ,iar le ribuml de premire / ft ,le Fort au l'ru.ce tu unie du o que vous venez de melgomeut, Diana et SOJ aman 1 eui t o donner. !taieat. — N'est-ce pas tout naturel? — .S*is-lu quelle est cette femme'; pisentere/.-vous? les Hop kiugs Noua \ set on s i — Ouand me — Toui de suit-, dtiueurecn Auteuil daua quelques muni es et dans une'la rille du ban demi lieure\ toat sera rgl-.. Venez I • Mais ella U peu o rdie p>r ces paioles que l'aventurieie expritnau avec une (t.* combien vwes ont t ma sui prise et volubilit cordiate et persuasive, oio j oie en me trouvant en lace de .Jacqueline hsitait. roui. viaux, braves aprs Le banquier iaviaui e.. (OUitOyt nnstieu .•euici.: pour n'avoir pu Bl H MM ordres de ludev, qui l'a somme 1 de douuir la moiti de Sa biens aux pausres. JacquclUN, (Mie deH abandonne sa lortune et travaille pou. avoir conti son lils Je.m de lille repouiSt: le> proposai'.. gauiucs dmaraiiii Je Hirarguci et reoit Je; JUKI mu maons, -ii'clle derra lcha si elle est en dansa.-DfOa c<-.t, Judex, aid de son irre Houer. enlve Filnt ^ "" toml-eiu. le raaiK-lle ta vie et Viontraim i demande pardon a sa fille, lasrau.v tv mourra pet, rnyil il est condamno i l.i pfba %  CfptuelK. — D8 .oncer: avec Uiana Monti, I ancacun institutrice iiuiogi8priie ou petit Jean, s cria : — (Je cher ange adoie'.. Ifccusi? moi, inaaame, UUDB IUOU truubi, /dVNia oublie de vou demander ue aes uouve.ie .' Il va lies b'eo, je vous retirer cie, lepouauit Jacqueline, entire Loeot dupe des mene de l'exinstituttice. Colle ci nsis'ait, jouant avec un art iuliui tv>u i*"le abominable : — Uue jo i.uia J;*-uieuae de pou voir tVQuto*&lft eiilfi toutes les i.juls IUO vous uvt/ eues poui moi!. Ea tilet, les Uopsliiii^s aonl — Aloue, chre petite madame, s'cria la Uonti, dcidez-vous, ou oien je vous enlve de force. — l-.n ce cas, je vous suis, cou sentait Jacqueline, pleine de gratitude envers la perfide crature qui avait imagin h lche guet-apens o a force de fou b.'ne et de r-so, eli avait si bien russi a entraiuer U pauvre jeune femme. Mcral8>en costume de sportstnau de la plus correcte lgance, faisait les cent pas sur le tro oir Aussi o qu 1 ap iutDiaia et Jacqueline i aiili 1a .tfouti a sou amaut. — Non. — Eh bien, c'est JacquelineAub y, quier b'a m a d te revOai. i rev Varits Cl ..SOIR MISERICORDE JUDEX 8e pisode 201 l.UC l'n'r.'c gnrale ti Enfants Tout de 8ui'e, tfNC l uice sxquiaf. la tille rSSSSi m-tiSmce SHS petiile.Mvem, J**£**!& Jean a-upefaite d* s* retrouver en.rez leur dumandei vmg Traocs ineu prsence de madame Aubry. Jre... Mais wwr -fOlif, J9 reipec — Mademoiselle Marie., nprenait'lerai votre U.COV 1 ils ue wur ?" celle-ci. que je suis heureuse delnen.. je vous le promet-... pas piiu voir revoir! Mais., comineni avez tux que personne. Lea enfants so TOUS pu dcouvu mon edie*s-*7 fort bien levs .. tra gentus., Seuls, MValhrea tt les Booteaya sarout lavis da vousconnm la conua ssent. et je m'tonne qu'il Leu.z, Chre madame, je soient permis... lueiu co UuUi que J se lu suis telle veu< demauJt l us emorati ; Uinnvau. sotrtil d.ja iMt< I* peffittieal repieuait sur un ton ^uypodiai. lie yo 'OO.ir, te ; i ;^^; t 1 ^ ilUtueuse et d.lereu e : clnmeui Jaequ, Lue., qui tout en — Uiie œauaiiie, je vous en mmant a la imeeiau su P*"*' prn. u incriminez personne.-. Je n'ai de iiaiinse, lit aussuot JM'fM tfsu pj u tiout iiy*v U ' v 'sjyouuue de tou c^ur j>eut fujt ils avana vers elle sa catqueiw a la main. • — Madame Jeanne Bnin, prise t ta aussitt 1 aventurire, monsieui James Mopslviugs qui a bieu voulu m'accompaguer. Trs empress, Morales aida la jeune professeur monter dans II ;u\ueuse limousine qui stationnai devant lauortede (a pensionGhapuis. Du a s'assit i.ro.. de Jacqutl u.. Moral s siuttlana eu face dlie... .. auio gBgna rapidement le bois d. ttoUiOCOe, traversa 1 ull.-o du bon, champ, s en^ea dans la route de* Lacs. Mais presque aussitt, au lieu le continuer sa route, le waltmae, bifurqua droite, dans une alle dtecte, ils I Alors, Diana bondit fur JacqueAii! lino et appuya fortement contre ses tevros et ses •.•armes un tampon du uate culoiof'jrme. La m*iheuieud j -une f em ne n' a pas le temps de poi s-r uu >t.. t.^ t i eu valu qu lie voulut se doet r., •i JI .. es i t IXJ ujii.iisai ii-.i o il s ses orces, tandis que le carcolijue faisait sou eeurr! et tj^nti et oo (ui — EUe in a reconnue'. — lit lu as os? — Tais to.! Maintenant que nou iorames embarqus, ricana l'aventurire, il taul que nous allions jusquau boul du voyage/ VII Les deux pigeons — Dites, papa Juli?ri, quand esi.ct dimanche? — Daus quatre jours, m JII enfant. — Ei avan je ue v irai pu. maman?. — Ue non... mon petit Jeannot — Pourquoi nu vieui elle pas plus ltr*.. — l'ai ce qu'elle travaille, la pauvre chre dame — Oui., imita vous pourquoi ne m'emmenez veus pa a la voir? Et le bra?e pre ttonlemps qui tait eu train de remplir de chou* uue voiture de maracher, expliquait avec un accent de bonhomie alle tueuse : .— iNous aussi mon mignon, nous tvons beaucoup d'ouvrages., Mais ne vous lour.ueu ez pas, quatre jours, cesl vite passe : — Quatre Joursl quatre jouis! rptait le) bambm, en comntaut sur aea doigts • Kt il Bjouta, tandis que deux grosses larmes, voilaient ses beaux veux si doax — i/auv' petite maman chrie/ Tout le restant de 1 aprs.midi maigre les tions viarian ne se retira chez lit, Il j ^ard de Jeannot ae remplit expression de satisfaction mi se et presque provocante, petit, tei m an t lus yeux, part mir pie-que' aussitt, au lai d une vtilltuse qui rpandait i d'elle une discrte et n clart. Or, M, Jeannot tait parfait! veill... L'oreille aux agufti, tendit claque bruit le la s'teindre [>au peuet Ion lour de lui tout devint silne se dressa sur son sant, dmenti instant immobile, puis se glu hors de son lit, marchant i pointe des pieds, il s'en fut on oreille la porte qui communique sa chambre avilt de Un'unue. Hassui sans doute, il il eutitement, vitant avecf dranger iiiuilemeut i s o de heuiter imprudemment lui bls: puis, marchant pas dfl il descendit au rezde-chaui '' ntra daut la cuisine dont il la Isntre avec les. prcaution] plus minutieuses, sauta cour, se dirigea tout droit vo.lure du matai lier qu'il non sans peiue, disparut au* milieu des normes choux quil lui procurer la plus sre i chettes, s'y installa, s'y cals, calme et le sang froid de qui sait trs bien ce qu il fart il va i et lorsque vers uoa du matin, le pre Mathieu, oaj valeur du pays qui tondu' tmarette aux iial'es, partit chaque nuit pour la capitalise douta pas un seul i..Dl emmenait avec lui, enfoui toJ| laa de fgumes, ua garoi! cinq ans paisiblement endorsj levant sa maman. La maraicher arriva ver s -x portes de la ville. Api* 1 franchi les fortilicitions, >', v lp tes de Don emys si de sa lltlu poui* l'eguyer,'a proximt duu man-haodi %  uiuot d uiBUa us'*. Cv u f t o il pntra aussi t pour f piau moment d abei a CJUCIII un coup eu cassant la ci oue. jae si physionomierep i s u ex piessi.u de joie eufen m i .,, qusprs l'avoir o^rd^ luaterneheuitjiH, puii tenUiomei, tm.iutbe, \ p-jne eut-il dipaiu a. u '1 ccaijpt de gamins d'rjl chant ou ae sa t ou e! viij saiuu q io-, nau 1 oota on uU



PAGE 1

MATIN H. LA MiSO^ -•••Murad & SON \nce sa clientle quelle a vente le marchandise? suivantes en I nu pilas cT sitm t APuia Il H ." yards 3 • Staiu Wi bout naine, moie It en 40 yaids 'M Su m Aoacru.lia h K 20 yard aw :> itu iuu Ou WK u M i r JM UXJ 2UW ;-ou |4lO 20U ixo ••JU> 100 100 100 300 4 u.u \*A) p:c 3 100 **. 1UU J'JUZ 1UU IAAJ yards Uisui trois lupins \ \ ;XJ yaids :i"> y bum Kmg li H vn.able ;*i y 26 y S'iain lodian Heud ;>0 jrnrds 25 vsrJs Si a H* L L Maxian JU eacli u yards Siam anglais 25 yards 28 |.be*k La Keiua uasor i SfitJ doobbj pice .Aibbama cbeik as*oiu 20 vritable 'S> ysiJe Demain NelfrOO vf niante daik bl< u~'2j y Dei.iuis .M.ircpo'is, docble putes S8 y, 22 Vrill Piascoit rentable, email dessins 25 \ A de Mtteis & Qo L Keprsen'ars des maisons : --*-.-, 290 y / kewood-flmds aseo t. 96 yatds r-Brook Saliloga mon c couleur 36 Uni Cabaiicio Maori, double ilece Inill Caieiido assoit, doubla pice Un II Esprai za assort, double pice i J t ii blanc li double pice Brebant hollend^s double pice i .oupei Clo b M lo 35 yaiiis Calicet IH5 Jtlimon doubla pice kn ki ou 5 couleurs duo e juee -• Kbski Anuy double pieea Diill A^i'ddV-Valido duub.e pice Cbfck I Meadow Ituucnartin UIMIUS IOJ^O 1re que ue Moucboirs œadrai rouge 2in qua t *| Mouibons rouge eu pices .i yardi UOU yanls Mouchons bleus en pices J yaids 1 douz ;fu pices Coton dup douqie pince 2otz LlieOiiees pour LoiuiU'a Ire qublit ; js c Chemises pour bouuwa 2me qualit :n papier Offlb .mu p ces Hbs pour tenants blancs eu papier en.b aO Ha pour leuiinea b.uncs en aaitoo itu bas pour femmes moiti en soie Diana 400 Bas pour entants noirs tenieiuem N O 6 '.' [4 S!W ftets ci black Upper Leaiber Cheviette a 072 brown Upper Ltaiiitr Chevrette |l2 OL'O yaids buck N de l 2U vards la pic ce ^upiets et Mam couleur J0-iU50 yards 20 Nanbouk ;w-c louble UO Deninil B.I Liaina&te 345 A MJ Utgatia Mnpes v, Llke Prttcotls ) Lt) Co'tax CliBii bray ( double 28 ) \A VIS A louer peur meisen (t habitation ou O/fices, l'tage del Maiso !. kurad li bon, I\o. 116', liai lhomat toadwu. Prix Modr. ion HEMT llpstatrs o/ Murad & Son's neic store for dwrlling or Offices, Ko. Ufl lie 'Ihtnas Madiou. riiro'c;:; ; & o c Vorza Valtr & K i \ C rie Touro C; r'o Scp< > rii N p'i R I on bciiii FijiH iNapltf (J'b^rneuf oaien sioti— li.U.oLisde toute be^ul— Bronze — BtSCSi s te, de. Parlumette— Houbigan — P ivei', elr.Mc. Tapil ponr table— Descen'.ea de lit et carpettes l'eigues ~ Feignes i repayer — Dmloirs, jet x de peigre" pour chignon L'n g.ran-l a90itimenl d toffes — Casimir Alpaga e'c. etc. Courons pour pant*loiir, tou es nuances. Aigenteiie caiscn Louis XV, Grand asso timeal de b jouteiie, bague*, ebainea ttc, Ccb kts en argent tl eo mL.l aie. Mircii?, tableaux pour ?a'on. Bas, couvertuie en laine. Chapeaux de Panama, lu tn 1er de toutes dimersiors. Cravates assorties. luvuisdu matin Eocadremcnti divcii pour photograohie Couronnes moi'.u.iresj Vins d'Ualie.rouge et'banr, ptl barrique Vtunculh Cil z;no Lunettes et lorgnons La muisou attend de rouveaux a: li des par prochaine occasions Vtnle en gros et eu dtail Achat de vieil or cailles de caitt BURNS & Co 1801. Rue du Quai Bonbons aciduls par caisse. s y \ ROYAL DAM OF CANADA Situation Gnrale Au 9 Dcembre I919 Al' P! PI.IC Passif L, it ne raprorlanl pas intrts rappoitant Irl'ta y compris a.et mi lis ias.ua la date de ce bilan les intc;s Il M LU AD BON. contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, 119, Kuo Soi n<-A ri toi • HABIB C'EST LE MEILLEUR DE8 PURGATIFS ^ QRT -ATX-giMiarcrp [AUx.PETRUS, Pharmacie ALBERTim Pharmacie du DJuatin VI ARD et tente Je* bonnet Phtrmavitm, fENDUE : Chez Max Mon ffo : Papier Journal, Papier f pression. d'un vieux e'ejot dcbir, un jette de toile en bandoulure, it le d'un noime mdon pria qci entrait jusqu'aux oreillpp, a en I rder autour de la ch-re t Mtttant bientt que la nie et -t "rt*. bruaquement il aempa'a du 'beau chtu qui a'oflr's t ft lui e prpaie t a'ei f ir fvec non • lorsqu'un cri lui chasfee,., leleifnttboi< E TOBF.S roftMAirr SEKIMGUL F PU H fit 1E CGMttOOIl DONNE TOUJOURS UN RESUL TAT Uaerilaln 1l)PK, 86. [a Chirlei-LolaMt NLLILLT (BUM) % %  •rMu-rtoe: le. PtTHUS VIcsse de Bout de l'An Monsieur Lonce Fils aim ei les suites membres de la famille, ont l'honneur d annoncerait <•<><., tnrci aiasi qu'aux nioib tant dt la Capitale que ue Ja PiOtince, quiis lerjiDt chanter Je VeJidtcdi -7 lvt• Tcouran-, a ti heure8 1(2 piecjsea ou mutin, eu la Bnsilijue Aon e-Dame, une njUfUU boknuclie de liout de idii a la uiciuci re uo 1 ut te LUt luis aune ci b ranon Auyune t Ut aim enie trs a itui alltciion les lo ti i'."' le nier de l'anne dernier. Lu } as slain, iis leur douueroul une .nouvelle, p'euve do syii,[)jiiiie ci dobaule coi.b.deiaiionLa pisente tn&eTUOi sert u inviiattou. A vis Madame Siun McGloflin ns^ Uarcelle Dbrosse, annonce net unis qu'elle hissura pour N**' Voik par prochain hleau. Billets de cil e Banque en circulation lialst oc due au Courunement du 1 ominion ft d'autres banques su i anuda aux banques et correspondants de Banque dans le Wtyauane Uni el dans les pays trangers Effets .1 {iyuf L tires de cr il accectces AI'X;ACTI0\N'A!RES Cap tal vtrs Fends de rseives Balance dts profils fixe ce jour Dividendes uon rclames •' No 129 (i 13 0/0 l k an payable levier deeem [920 Bonus de 2 0/0 du 5<)'ne^annivcisaire payable le 20 deeen b:e 19x9 H9.6 $ 6. la 9. Ji 419.121,599,6,5 39,837,265,74 14,000,000,0a 1 3 -970,000,88 8c6,T76.8>> i6,467,98;,6> 497 697,243,9* 1 7,000,000,00 17,000,000,00 1,096418,7^ % %  • '.JioS 505,219,12. FonJs^Je rotttimenl Billets du Dominion Dollars amricaine Autrea?monnsiet|itrsaeres Actif *~*~—w—, j {.o.ooo'oa 53J/'47.oS4,9JL U7.'5i. 8 79,9 -'6'7 3 5.724.0 ^,746,8o;.oo 3,545,118,41 Avis La commitsion forms en vertu de l'article 7 de la loi du 15 Aot 1904 pour recevoir les observations des propritaires don les terrains situs sur le trajet de Btzolon Mariani doivent tre e>. proprts pour le dplacement de la voie lerre, donne avis au lu tresss qu'elle travaillera l'office de l'Adminislralion priuciba'6 des Fiuuocef, sis la liue 1J;) uinon KiUick, .No U OU, pendant quinze jour*, •it tu heures du me tto mit, partir du samedi U l'Vvner courant. Dpt dansjla rserve d'or centrae Billets d'autres Banques Chques sur d'autres Banques Balances dues par d'autres Banques*au Ca8s4, Banques et correspord^nts de' Banque en d'autres endroits que le Canada Titres du gouvernement du Domiuiou et des provinces gne dpassant pas le cours du march '1 nus des municipalits canad.enne et anglaise! titres trangers el de colonies autres que le Causs, ne dpa ;-ant pas le cours du march Bo.'S de chemins d fer et aunes, obligations et ^viltuis de Bours.* Le dpassant pas le cours du maich Enpiur.ts au Canal', par Bons, obligations^ valeurs de bou.;e Emprunta a CDuns^termes ne dipissant pas trente jours, obtenus en d'autres pays qu'au Canada > ,5,481,547.3,14 24,500,000,00 3,464,200,00 23.457.240J3 fc j7,t05,8o 18,101, 373.08 4SJ23, 59866 ;3/oo.342.;7 19,414.891.0 16,^5 614,30 3J.8ia isujl .> •. --..x..% ':.'\ 273 908 862.86 lUi 9.518.47 Antres prel'|l'argente! comptes au CanaJi ( moins rduction d'intrts )• Autres piis d'argent et comptes ailleurs qu'au], Canada ( moins rduction d'intrts ) ^" 90.210.271.31' Comptes dbiteurs en retard ( estims comme'per.es couvrir ) ^ ""^65.08966 Propiiits^immobilires au'.rcs qus lis locaux de la Banque -[cciux de la Banque estims au-dessous J; leurs valeurs relles Passits des clients d'aprs lettres de crdits Dpts au Ministre pour avoir le droit de mita circuler des valeurs Autres actifs non compris dans le prcdent Tutsi H. S. HOLT. prsident. 233.083. 879.46. 1. 495.271.00 t 7.016 444.12 16.467.978 6<* 750.000.03 ;: 173.64a.8p 5}.647.o'84' ASaianach t^ermot 1920 it J?, Rue du Ptservoir %  A. le M A T T E 1 S Seul Agent pour Hati ./' J \ •>.• •• •



PAGE 1

Ll IkUllK r .m / ,S ARTICLES FRANAIS la maison Max Monsanto Rue du Maganin de VEtat lar icnleamor fronai* Caravelle i arrk ici le 15 courant les articles suivants : hapeauv et canotiers de toutes Qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses fil et coton Nappes coutils jmatelas Chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soie Cravates nœuds et rgates assorties, Gilets de flanelle. ht Grande Maison de MOD llr Juan Bautista D A li pliisii d-nnoncer au public en giral que Une GrandeMawon de Af octal l'instar les Bfzars fcew-\ork. 11 y auia un gracd costuics corJeciioim'fl iille. la Maison \en(ha, en oulre, des IT ai c-liar dires de choix tla tu i ix d liant loules coccurf enres.Tous ses,_ pria a\rr wirmhaioDS des pluspandes fabiiques desKfi La maison Veuve Barbancoi a rei TURRISHJ %  VEND CIGARETT1 KXCg PTIQWA L QlJAh T AMIftlAN Tofcrjfjl i Assorti vous contre LE FEU l-x HOME INSURANCE C de N.- Adresrcz-vous lapins forlecompagniedes E U agent Gnral pour Hati: Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince Protgez votre Maison, votre Magasin vos dpts au taux les plus raisonnable. Aucun irais de commission ni de Courtage paye Renseignez-vous sans frais par, correspondance ou tenez discutenotre problme chez J Eug. LE BOSSE, 95 Bue du Quai — M g 1 -%  ——' %  >•*%  *•' %  FUMEURS Votre sant est garantie, vos tudes de fumer conserves jusq\ vieillesse. Adoptez La Crole Dlicieuse cigarette. Elle est tous les quartiers. 15 centimes le paqm Dpt central Bar de laPaix, ll\ Cloptre rvle secret de sa beaut i la dbutante moderr*. L'HuiU % %  EDWARD M. RAPHEL&Co New-York Portau-Prince Spcialits de Produits Baporet THE PAL MOLIVE COMPANY, "•" ^Vl^^ gS g" -; ^ L " "— "*



PAGE 1

Usa* 6 *WSM **—. Pof n pHncK fhiti Vendredi 13 f imtr it DIRECTEUR-PROPRIETAIRE Uuumt-MAGLOIRE ; MAGISTRAT COMMUNAL U NUMER'J |5 CENTIHW ABONNEMENTS PORT-AU-PiUNCB Un note G. 2 00 tfEPARTEMKNTS Un mois G. 2 50 Trois moi • 7 00 ETRANGER La morale se rsume en deux mots : amour et jus-' tice. ( Ch. SECRETAN Trois mois M 00 Le$ annonces sont nettes au Comptoir Io. national de Publicit, 9 Rui Tronche, Ta il et 19. a. 2 J Ludgate Hill, Londres, Quotidien 1ELEPHOSE : 148 CHOSES ET AUTRES [MUTILAI r c I D Sonnet-fantaisiste CHRONIQUE P 11 1 agene Poulie rdes Mes) Correspondance spciale au MATIN Aias', nous allons voir un budget decinquinte milliards I Cette nouvelle, mdiocrement apritive. n'a ucaoem*nt troubl le rveillon et Il consomma ioa del chou.ioute et du boudin chers n'en a pas t aifeclie. Le contribuable n'en a pas perdu un coup de den'. Conscience du devoir fiscal ? Altire rsignation l'invitable 9 Sacritke dlibrment consenti ? Il y a sans doute de tout cela dans son me, mais a ne se voit pas sur sa physionomie. Sa physionomie est plutt celle de quelqu'un qui s'en t... dmocratiquement. Peut-tre le contribuable se rappellt-'.-il qu'on lui disait, il y a trois mois, que ce mme budget de 1920 atteindra 35 milliards, ce serait jamais boucl et que noire ruine tait •isure ? Et ruin une premire lor— et ne se trouvant pas plus mal—sans 1 eute prend-il facilement son parti de l'tre une seconde fois ? Considrez aussi que l'Eut, engageant dpenses sur dpeises, a eu jusqu' prsent la dlicatesse de garder pour lui piesque tout le poidsde la charge et qce sa prcdigali n'a eu dgale que son insouciance l'endto.t da son revenu.C'tait miracle de le voirrpan-re l'argent qu'il ne recevait par. Mais le contribuable trouvait cela naturel; il s'est habitu •ans peine a ces nouvelles mœurs tt si vous lui demande/ ce que c'est qu'un budget de cinquante milliards, il vous rpondra bonnement: tC'est cinquante milliards carquer dans l'anne • Quant aux impts dont on parle, c'est pour plus laid, quand le percepteur, actuellement inoffensif, a ura retrouv le fil qu'il a perdu pendant la guerre. En attendant ses petites feuilles multicolores.fsut-il ncessairement broyer du noir? l'avenir est troubl? Les lois et rglements en vigueur n'obligent pas le contribuable regarder de ce c -l. laissez ce condamn jouir en pais de ses dernires annes... LA MODE.MASCULINE Malgrf lige M le temps, vous allez parmi nous .Veiic comme un berger de1 antique Arcadtt, i-Aube sur votre iront le rves, l'irradie, tt vous baiser eiuor les Vierges genoux... Comme vous, je faudrait sou. l'Mirontdes orage;, Lotuervfr la verdeur du rutilant 1-t, Ou trouverais-je. ami, quelque nouveau Uth.. 1 four y pfaMftr mon COrpitaM des longs VQyigfrl Car vous avez vraiment quelque chose d'.-.ntique : La dmarche, le port, les gettea Athnien. i-c UDpfa Bote des ebanue) de l'Afrique '. Kt quand vous modulez de le.iux tleuoaVias, Vous laites se panier les blondes jeune: ailes vlui de Heurs, debaiscrs,vousa;clamcnt,dcs bis Christian REGULUS la Correspondance spciale au t MATIN > I! y eut, un peu avar t 1870, un jeu qui lit fureur. De fans, ou il paru eu je ne sais quelle baraqu ae No il ga^aa la province, et il n'y eut silon de France, si modest9 fut-il, qui n'offrit ses visiteurs uu uu plue, ura exemplaires de ce jeu passionnant, mis leur dispou lion, sur la table de jeu, entie lus cartes du wnist et les ctuquisrs d'usage. Le leu. par lui-mme, consistait en l'embrouillamini du plusieurs un ncaux, ei singulirement enchev trs, qu'il fallait une relle habilet, jointe une longue patience, poof parvenir me tre les dits anneaux dans la position exacte o ils MOU vaient se dtacher les un, des au trs, et o ils le faisaient, alors avec une ex'rme aisance. Cela s appelait, si j.si bonne ni meire, c la question romaine ce qui pourrait donner penser que ctatton, qui n ont pas encore vers, dj Italie DOUS en teua t uue eu %  "ii on Uni de leurs cotisations i'arsuspens peu facile rt.-ouire. Amicale du Lyce Ption. Le Trsorier de i'Associa'ien amicale du Lyce Ption se fait l'imprieux devoir de mettre sous les yeux des membres actifs de la dite Assole Le Trsorier, P. I. MEXILE Le Secrtaire Gnerai H. HERE\UX tic e 5 des Statuts, ainsi conu. Nous serions bien dma le mo Article 5—La cotisation annuelle ment de remettre Uouneur le est Crie i 6 gourdes et payable d'vieux J eu ou hh et u\, i riutrodoi vance pu semestre. Tout Socitaire l ' d-u la Uljdd du jour eu le bapii qui n'a pas acqui't sa cotisation i 8aot c ?. tle ? 18 du mo,l,i du nom de mois ap es l'chance est considr &f V ,ue9l !. a d6 lume '\ 0r eu vri rnmmJ > Am. ..; • cou-iaerc t c e8( bien q ue8llon A piu8 d tCon P: .n ^Z T"' u cerlttDte iivrer ,U ^ 0,,lt '' Ul P eJt la fort-au-Pnnce le 12 fvrier 1920 denour. L'autre jour, la confrence de Lon dres se fermait — a ce que laissait entendre tou compte rendu oiticiel — sur une entente relative c.< su jet: Les deux premiers anglais et franc us. disait-on s taient conceu r"i" " i wmmmg^—m _ tien avec le ministre des Allai es £ rangies itahen et l'avaient charg m M ~r__ de transinetire ace gjuveiuemeui JOIimaUX (trangers leurs bons avis aliu que ia question A vendre an bureau JuMAllS d 5SS e *! iSi* uue solution d^Hrr^s'r^P^^i'r "WSt* non day Herald Sunday Pr-tonal. Le moin8 0 uicielle..i d ut que d Annunz.o lournal, L liomme Libre, Lbvne conentait eutiu sorur de sa tour ment, Le rire, Le Ple Mle, Lecture d'ivoire, pour tenter de ramonner pour tous, Fantasio. un peu de leon sene. Ki, lui les enoses paraissaient en %  11 1 nu bonne voie. ,. , Mais, blas I fausse joie Tout, habit barbeau et en cape Je n'ai pas paraitil, est encore faire et d'i^ri les moyens de m.doier sur tran:hs ha discours prononcs a la Ctianv Je suis rsolu i conserver mon vieil bie i.ahenne, se compliquerai, plu habit et mon smoking d'avant uertt de questione secondairts liitf, re ( le les mets environ une tois tojs on parle d'une nouvelle runion des les quatre ans \), mes deux complets Allis, lixe au 7 Janvie pour remet veston, ma vieille redingote et mes [re ordre dans ce ditUcultueux de quatre pardessus redoubls ou re!" n „ r ?ourns£e plus, K le regrette beauce | a ^^3 coup, mais je prfre a toutes les 0Q 80U .„ va l8 „ 0 r ^BJg& lgances ce qui est pratique, un bon aDorder | u question totremeot pi veston avec beaucoup de poches. le B juae de la Turquie et de Coustao reconnais, d'ailleurs, que notre costiuople, on arrive a se demander si tume masculin est hideux et que les nos arrires petits-enfants auront marquis de la cour de Louis le Bien 1s satislac ion de voir detiaitivsmeut Aim taient beaucoup mieux vtus conclue, pour les Etais belligrants, Je suis trs inquiet, trs ennuy mme... Et si vous avez lu un jour nal vous devez partager mon tourment, moins que vous ne soyez trs riche. La cause ? Eh 1 parbleu, la mode masculine qui va changer I ... Voila les Anglais qui nous veuque nos dputs. Un bourgeois du '* lent affliger de l h.bit de couleur, des chemises molles biodes, du jabot de dentelles, de la cape et de je ne sais quoi encore. Alors, j'y ai la t un petit calcul approximatif : si j 2 veux tre i la mode, mon nouveau costume me cotera environ 6,758 %  a 5— et eocore n'at-je pas compt l-dedans les gints, le mojehoir, ni les bottines, ni les moindres bijoux, t j'ai suppos que, si bien habill, je sortirais nu-tte. Bref, un garon chic po lera une dizaine de mille X. Ville sicle avait incontestablement meilleure tournure qu'un nouveau riche. C'est entendu. Mais eu 1920 nous aurons mieux faire que du chic. paix de 1918 ;oiume. malbeurtusement d'ici l d'autres guerres auront minanqua blement surgi de cette situation tiou b.e on vo t o cela peut conduite. Durant ca temps, certains des Lais en jeu se ruineront, et le i.Il nous faut user jusqu la corde tre en particulier, pourrait t du nos vieilles fringues e: porter des vnombre. Un le couvre de Heurs, temen's simples, pratiques, le plus cest entendu, ou I exalte, on l'admi conomiques possibles. Nous laisse re, on lui concde une bonne place rons la cape.le jabot, 1-habit de coud u le monde, mais sa scurit n'eu leur, etc, aux messieurs qui u ont demeure pas moins prcaire et I sirien faire Quand mon dernier de %  *!£ J !" P rele d iui ccor lieu a !•• vc • j j re | al ,| 8 Qp 8e j x un .-. -— -7 complet-veston sera en loques, je d UQ exemple, au £Soon !i. i l < uoadonaai1 l ldisi m'achtera, un comple en g.os vemuit du tremier anglais. Mu an:e capitale, au moins pour les suj-ts quVttieu e en se jouant Mr so dits et les olciers subalternes. M'urice Donnay. dans sa nouvelle Contre les mcliers mcaniques, on comd'e d M V*ant*ts. C'est pourquoi pouvait, au sicle dernier, invoquer les socio.ogues d: l'avenir la dispucet arg e travailler sou esprit plus qu'r Dans les professions manuelles, au antamab -iste. La plupart du tem) con raire, "on gagne de suite', suiil appliqut ce travail d'esprit d vant la formule d s otlres d'emploi, occupauo.is qui n ont rien d'.; Ullt ce sont des pro esii JUS sures, ficiles, tu;l, procj ue succession, de mi hyginiques, o 1 on se donne de mitoyen, etc .. De mme, il para l'exercice sans s-exposer une mnin que Carpe n ier momph parc gte, o l'on n'a pas craindre la qu'il tait le plus intelligent : mai./ concurrence, puisqu elles manquent il n employait son inleigeoce qu' toutes de bras. Il n'y a pas hsiter, une ocuvie matrielle. Uuant aux; Le chaulf;ur et la soubrette de Mr vritables serviteurs de l'esprit qui Maurice Donnay ont pleinement rai vivent non seulement par lui mais son, et nul doute que les familles pour lui, ils auro t traverser une bouig-.oises n'oneutect desorntais pnode de tiansit oa t a|s a dsagialeurs enfants dans cett; direction rD.c.n.us il ne faut pas trop s'inquiA munratnee. ter di leur soit. D-bord, s'ils ont D'o venait le prestige ancien tb vraiment la vocation, tes iatrts de aujouru hui branl et ces ingrates cette sorte soite les laissent un peu carrires librales ? D'un prjug de inJnlirentsPuis, Renan disait dj vann I. avait t coaveuu qu'un qu u se ut accommod dun mtier gentilhomme ne travaille pas de ses manuel, pourvu qu'il ne fut pria mains, la bourgeoisie avait voulj que quelques heures par jour et pt. s galer la noolesse. Mais quelle en travaillant de ses mains, penser entorse la vent historique I C' autre chose. Ces distractions ne (lent essentiellement des'.naaue;,-' seraient pas rassurantes pour les ces barons fodaux qui ne savaient clients d'un chauffeur, mis il y a, ni lire, ni crire, et COJI toute la sc d'antres muers.et lajourne de huit pnorit consistait dans la lourdeur heure n'est dj plus regarde que comme une tape vers de nouveiies —— %  rductions. Le programme de Kenani N y dit il pas, en propres termes s ;u &ans doute ralisable pour ses ceci; < En ce qui concerne l'accord pareils—.s'il en a— d'ici la fin dut militaire avec la France, cet accord vingtime sicle. — P. S. garantit la France contre tout acte _^', d agression non iustifie ; mais les Etats-Unis n'ont pas ratifi le trait J„ t ^^^^Kti TVT lu G aude Bretagne est est donc IIt^UWuiOOHB J\&UV^ bre do revenir sur sa dc sion tant E N T. 1 R fi III ITUIM que la ratifies ion de l'Amrique ne r. ,. f N sera pas chose faite Bourses en vdle et hn de la ville. Alors ? (Juoi de certain pour nous ro nenii ^s;fJaptmes,i\ariagex en ces beaux discours, dont les hom voyages l'intrieur du pius vour tout en jurant de vouloir la soute i> !?? m o nir, ceite Socit des Nations qui /> rae/t(J !" *Mi, banliago de los u tait pourtant point simple utopie ^^'iUeros etc. ou trop beau rve et qui devrait qui S adresser a Mr Charles Stphc t% pourrait rgnrer le monde 1j M (W/loe IFtage S M


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05044
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, February 13, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05044
System ID: UF00081213:05044

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Usa*6*- WSM
**.
Pof n pHncK fhiti
Vendredi 13 f imtr it
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
Uuumt-MAGLOIRE
; MAGISTRAT COMMUNAL
U NUMER'J |5 CENTIHW
ABONNEMENTS
PORT-AU-PiUNCB
Un note G. 2 00
tfEPARTEMKNTS
Un mois G. 2 50
Trois moi 7 00
ETRANGER
La morale se rsume en
deux mots : amour et jus-'
tice. '(
Ch. SECRETAN
Trois mois
M 00
Le$ annonces sont nettes au Comptoir Io.
national de Publicit, 9 Rui Tronche, Ta
il et 19. a. 2J Ludgate Hill, Londres,
Quotidien
1ELEPHOSE : 148
CHOSES ET AUTRES
[MUTILAI
r
c
I
D
Sonnet-fantaisiste
CHRONIQUE
P 11 1 agene Poulie
rdes Mes)
Correspondance spciale au MATIN
Aias', nous allons voir un budget
decinquinte milliardsI Cette nou-
velle, mdiocrement apritive. n'a
ucaoem*nt troubl le rveillon et
Il consomma ioa del chou.ioute et
du boudin chers n'en a pas t ai-
feclie. Le contribuable n'en a pas
perdu un coup de den'.
Conscience du devoir fiscal ? Al-
tire rsignation l'invitable 9 Sa-
critke dlibrment consenti ? Il y a
sans doute de tout cela dans son
me, mais a ne se voit pas sur sa
physionomie. Sa physionomie est
plutt celle de quelqu'un qui s'en t...
dmocratiquement.
Peut-tre le contribuable se rap-
pellt-'.-il qu'on lui disait, il y a trois
mois, que ce mme budget de 1920
atteindra 35 milliards, ce serait ja-
mais boucl et que noire ruine tait
isure ? Et ruin une premire
lor et ne se trouvant pas plus
malsans 1 eute prend-il facilement
son parti de l'tre une seconde fois ?
Considrez aussi que l'Eut, enga-
geant dpenses sur dpeises, a eu
jusqu' prsent la dlicatesse de gar-
der pour lui piesque tout le poidsde
la charge et qce sa prcdigali n'a
eu dgale que son insouciance
l'endto.t da son revenu.C'tait mira-
cle de le voirrpan-re l'argent qu'il
ne recevait par. Mais le contribuable
trouvait cela naturel; il s'est habitu
ans peine a ces nouvelles murs tt
si vous lui demande/ ce que c'est
qu'un budget de cinquante milliards,
il vous rpondra bonnement: tC'est
cinquante milliards carquer dans
l'anne
Quant aux impts dont on parle,
c'est pour plus laid, quand le per-
cepteur, actuellement inoffensif,aura
retrouv le fil qu'il a perdu pendant
la guerre. En attendant ses petites
feuilles multicolores.fsut-il ncessai-
rement broyer du noir? l'avenir est
troubl? Les lois et rglements en
vigueur n'obligent pas le contribua-
ble regarder de ce c -l.
laissez ce condamn jouir en pais
de ses dernires annes...
LA MODE.MASCULINE
Malgrf lige M le temps, vous allez parmi nous
.Veiic comme un berger de- 1 antique Arcadtt, '
i-Aube sur votre iront le rves, l'irradie,
tt vous baiser eiuor les Vierges genoux...
Comme vous, je faudrait sou. l'Mirontdes orage;,
Lotuervfr la verdeur du rutilant 1-t,
Ou trouverais-je. ami, quelque nouveau Uth..1
four y pfaMftr mon COrpitaM des longs VQyigfrl
Car vous avez vraiment quelque chose d'.-.ntique :
La dmarche, le port, les gettea Athnien.
i-c UDpfa Bote des ebanue) de l'Afrique '.
Kt quand vous modulez de le.iux tleuoaVias,
Vous laites se panier les blondes jeune: ailes
vlui de Heurs, debaiscrs,vousa;clamcnt,dcs bis
Christian REGULUS
la
Correspondance spciale au t Matin >
I! y eut, un peu avar t 1870, un
jeu qui lit fureur. De fans, ou il
paru eu je ne sais quelle baraqu
ae No il ga^aa la province, et il
n'y eut silon de France, si modes-
t9 fut-il, qui n'offrit ses visiteurs
uu uu plue, ura exemplaires de ce
jeu passionnant, mis leur dispou
lion, sur la table de jeu, entie lus
cartes du wnist et les ctuquisrs
d'usage.
Le leu. par lui-mme, consistait
en l'embrouillamini du plusieurs un
ncaux, ei singulirement enchev
trs, qu'il fallait une relle habilet,
jointe une longue patience, poof
parvenir me tre les dits anneaux
dans la position exacte o ils mou
vaient se dtacher les un, des au
trs, et o ils le faisaient, alors
avec une ex'rme aisance.
Cela s appelait, si j.si bonne ni
meire, c la question romaine ce
qui pourrait donner penser que
ctatton, qui n ont pas encore vers, dj Italie dous en teua t uue eu
"ii on Uni de leurs cotisations i'ar- suspens peu facile rt.-ouire.
Amicale du Lyce
Ption.
Le Trsorier de i'Associa'ien ami-
cale du Lyce Ption se fait l'imp-
rieux devoir de mettre sous les yeux
des membres actifs de la dite Asso-
le
Le Trsorier,
P. I. MEXILE
Le Secrtaire Gnerai
H. HERE\UX
tic e 5 des Statuts, ainsi conu. Nous serions bien dma le mo
Article 5La cotisation annuelle ment de remettre Uouneur le
est Crie i 6 gourdes et payable d'- vieux Jeu ouhh et u\, i riutrodoi
vance pu semestre. Tout Socitaire l' d-u* la Uljdd du jour eu le bapii
qui n'a pas acqui't sa cotisation i 8aot c?.tle ,?18.du mo,l,i du nom de
mois ap es l'chance est considr ?V,ue9l!.a d6 *lume '\ 0r eu vri
rnmmJ> Am. ..; cou-iaerc t c e8( bien que8llon A piu8 dtCon
P: .n ^Z T"' u cerlttDte iivrer ,U ^0,,lt ''Ul PeJt la
fort-au-Pnnce le 12 fvrier 1920 denour.
L'autre jour, la confrence de Lon
dres se fermait a ce que laissait
entendre tou compte rendu oiticiel
sur une entente relative c.< su
jet: Les deux premiers anglais et
_________ franc us. disait-on s taient conceu
r"i"""i wmmmg^m_ ......, tien avec le ministre des Allai es
rangies itahen et l'avaient charg
m----------......, M~-_____r__ de transinetire ace gjuveiuemeui
JOIimaUX (trangers leurs bons avis aliu que ia question
A vendre an bureau JuMAllS d 5SS e*! iSi* uue solution
d^Hrr^s'r^P^^i'r "WSt* non
day Herald Sunday Pr-tonal. Le moin8 0uicielle..idut que d Annunz.o
lournal, L liomme Libre, Lbvne conentait eutiu sorur de sa tour
ment, Le rire, Le Ple Mle, Lecture d'ivoire, pour tenter de ramonner
pour tous, Fantasio. un peu de leon sene.
Ki,lui les enoses paraissaient en
11 1 nu bonne voie.
, ,. Mais, blas I fausse joie Tout,
habit barbeau et en cape Je n'ai pas parait-il, est encore faire et d'i^ri
les moyens de m.- doier sur tran:hs ha discours prononcs a la Ctianv
Je suis rsolu i conserver mon vieil bie i.ahenne, se compliquerai, plu
habit et mon smoking d'avant uer- tt de questione secondairts liitf,
re ( le les mets environ une tois tojs on parle d'une nouvelle runion des
les quatre ans \), mes deux complets Allis, lixe au 7 Janvie pour remet
veston, ma vieille redingote et mes [re ordre dans ce ditUcultueux de
quatre pardessus redoubls ou re- n r .
?ournse plus, k le regrette beau- ce|a ^^3
coup, mais je prfre a toutes les 0Q 80U. va l80,r ^BJg&
lgances ce qui est pratique, un bon aDorder |u question totremeot pi
veston avec beaucoup de poches. le Bjuae de la Turquie et de Coustao
reconnais, d'ailleurs, que notre cos- tiuople, on arrive a se demander si
tume masculin est hideux et que les nos arrires petits-enfants auront
marquis de la cour de Louis le Bien 1s satislac ion de voir detiaitivsmeut
Aim taient beaucoup mieux vtus conclue, pour les Etais belligrants,
Je suis trs inquiet, trs ennuy
mme... Et si vous avez lu un jour
nal vous devez partager mon tour-
ment, moins que vous ne soyez
trs riche. La cause ? Eh 1 parbleu, la
mode masculine qui va changer I ...
Voila les Anglais qui nous veu- que nos dputs. Un bourgeois du '*
lent affliger de l h.bit de couleur,
des chemises molles biodes, du ja-
bot de dentelles, de la cape et de je
ne sais quoi encore. Alors, j'y ai la t
un petit calcul approximatif : si j 2
veux tre i la mode, mon nouveau
costume me cotera environ 6,758
a5 et eocore n'at-je pas compt
l-dedans les gints, le mojehoir, ni
les bottines, ni les moindres bijoux,
t j'ai suppos que, si bien habill,
je sortirais nu-tte. Bref, un garon
chic po lera une dizaine de mille
X.Ville sicle avait incontestablement
meilleure tournure qu'un nouveau
riche. C'est entendu. Mais eu 1920
nous aurons mieux faire que du
chic.
paix de 1918
;oiume. malbeurtusement d'ici l
d'autres guerres auront minanqua
blement surgi de cette situation tiou
b.e on vo t o cela peut conduite.
Durant ca temps, certains des
Lais en jeu se ruineront, et le i.-
Il nous faut user jusqu la corde tre en particulier, pourrait t du
nos vieilles fringues e: porter des v- nombre. Un le couvre de Heurs,
temen's simples, pratiques, le plus cest entendu, ou I exalte, on l'admi
conomiques possibles. Nous laisse re, on lui concde une bonne place
rons la cape.le jabot, 1-habit de cou- d*u le monde, mais sa scurit n'eu
leur, etc, aux messieurs qui u ont demeure pas moins prcaire et I si-
rien faire Quand mon dernier de *! J Prele"d iui ccor
lieu a ! vc ______ j j re|al,| 8, Qp 8e jx
un .-.----------- -7 ........ complet-veston sera en loques, je d UQ exemple, au Soon
!i. il tendre la baisse des toffes et le re les eogagemeuis pris par le gouver
tour du bon sens... neinent britannique dans la rceute
Fred TOMY coutrence de Londres
kh bien, mesdames, autant vous
l'apprendre tout de suite, vous ne
me verrez pas de ai t en jabot, en
La Fin d'un prjug
Avantages compars des p-ote;- de leur poing et de leur pe. La
sionsintilecuellesetdes poVs ians guerre alors n'tait pas sivante, ra-
manuelles, ce po tirait tVe le titre me lorsqu'el'e l'es! devenue, elle a
d un svre iu-o t vj, fa de do*u- laiss 1 .'lhn:n physique une im-
ment ; statistique, et t'a kl un des por>an:e capitale, au moins pour les
suj-ts quVttieu e en se jouant Mr so dits et les olciers subalternes.
M'urice Donnay. dans sa nouvelle Contre les mcliers mcaniques, on
comd'e d m V*ant*ts. C'est pourquoi pouvait, au sicle dernier, invoquer
les socio.ogues d: l'avenir la dispu- cet arg t;ron aux atslorttns du th're etla pourquoi dpassaient-ils ? Au fond,
c teront comme caractristique de c'tait parce qu'ils taient trop peu
1 vo'uiion des mnis 1 noire. pays. Plus on y rflchit, plus on
Un jeunne homme, avocat avant est amen conclure qu'il n'y a l
la Kuerr-, lAwh le barreau pour le qu'une question d'argent. U mtier
volan', i s'est faut chauffeur d'au'o- devient posib e et m ne dsirable}
mobiles Cou:h en joj par deux ds qu'il comporte des gains et des
j;unes boj g ois s, u.ie jeune tille loisirs suffisants pour permettre
et uae |eOM divorce, il pouse la celui qui le pratique de vivre en
banne, laquelle n'est pas une bonne gentleman en dehois de ses heures
ordinaire a la ir.ole d autrefois,mais de tr.vail Ungenteman, c'est un
une personae dexce hnte famille et homme bien v u.bien lev, instruit
de pauiite ducation,bachelire m- ( ou peu prs) et ne seuffrant pas
me, et qui accorde les sabjonctits trop d'imp^cuniosit. Le hros de
comme bien peu de laurats d'acad M. Maurice Donnay remplira tout
mie c mesie d'acadmiciens. E e aussi bien les premires conditions
avait vo ilu donner dis leoas, eile et beaucoup mieux la dernire en
u y g -a uit pas sa vie, tandis qu'elle tant ch.iu Lui qu'avacat.Les salaires
touche, comme tem-.n; de chambre, des manuels ont considrablement
non plus des g.ges.mus des appoin auument, ceux des intellectueissont
trments rondeitt. sjus comp er le en gnial rests stationnaires.ee qui
v.vrr, ie couvert,et le tour de bton qu.v.,ut a Jbais.er lorsque tout io
De mme, le jeune gentleman, qui reste augmenta Ds lors, l'volat oa
risquait de crever de ftim sous 1j est inv table et les vieilles prven-
toge d avo:a(, se fait sur son auto lion; bojrgeoises n'ont plus qu'
des journes de quatre-vings francs, cder.
C'est la.fiillette des carrires libi- Oa aperoit un lg^r incoavnien .
raies. Elles iai-.nl encombres, peut- qui est de diminuer la somme d'.- V
bls, alatoires et d latoires.lorsqu'on tivit spirituelle dans le monde,Vlais
y russissait,avait beaucoup d: chu.- ce n'est peut re qu'une apparence,
ce, de travail et de aient, ce n'tait Admet ons qu un homme de loi
qu'ap es uu long et frugal noviciat. fas>e travailler sou esprit plus qu'r
Dans les professions manuelles, au antamab -iste. La plupart du tem)
con raire, "on gagne de suite', sui- il appliqut ce travail d'esprit d
vant la formule d s otlres d'emploi, occupauo.is qui n ont rien d'.; Ullt
ce sont des pro esii jus sures, ficiles, tu;l, procj ue succession, de mi
hyginiques, o 1 on se donne de mitoyen, etc .. De mme, il para
l'exercice sans s-exposer une mnin que Carpe n ier momph parc
gte, o l'on n'a pas craindre la qu'il tait le plus intelligent : mai- ./
concurrence, puisqu elles manquent il n employait son inleigeoce qu'
toutes de bras. Il n'y a pas hsiter, une ocuvie matrielle. Uuant aux;
Le chaulf;ur et la soubrette de Mr vritables serviteurs de l'esprit qui
Maurice Donnay ont pleinement rai vivent non seulement par lui mais
son, et nul doute que les familles pour lui, ils auro t traverser une
bouig-.oises n'oneutect desorntais pnode de tiansit oa ta|s a dsagia-
leurs enfants dans cett; direction r- D.c.n.us il ne faut pas trop s'inquiA
munratnee. ter di leur soit. D-bord, s'ils ont
D'o venait le prestige ancien tb vraiment la vocation, tes iatrts de
aujouru hui branl et ces ingrates cette sorte soite les laissent un peu
carrires librales ? D'un prjug de inJnlirents- Puis, Renan disait dj
vann I. avait t coaveuu qu'un qu u se ut accommod dun mtier
gentilhomme ne travaille pas de ses manuel, pourvu qu'il ne fut pria
mains, la bourgeoisie avait voulj que quelques heures par jour et pt.
s galer la noolesse. Mais quelle en travaillant de ses mains, penser
entorse la vent historique I C'- autre chose. Ces distractions ne
(lent essentiellement des'.naaue;,-' seraient pas rassurantes pour les
ces barons fodaux qui ne savaient clients d'un chauffeur, mis il y a,
ni lire, ni crire, et coji toute la sc d'antres muers.et lajourne de huit
pnorit consistait dans la lourdeur heure n'est dj plus regarde que
comme une tape vers de nouveiies
------------------------------------------ rductions. Le programme de Kenani
N y dit il pas, en propres termes s ;u &ans doute ralisable pour ses
ceci; < En ce qui concerne l'accord pareils.s'il en a d'ici la fin dut
militaire avec la France, cet accord vingtime sicle. P. S.
garantit la France contre tout acte___________________^',_______
d agression non iustifie ; mais les
Etats-Unis n'ont pas ratifi le trait Jt^^^^Kti tvt
lu G aude Bretagne est est donc II- t^UWuiOOHB J\&UV^
bre do revenir sur sa dc sion tant E N T. 1 R fi III ituim
que la ratifies ion de l'Amrique ne r. ,. f N
sera pas chose faite Bourses en vdle et hn de la ville.
Alors ? (Juoi de certain pour nous "ro'nenii^s;fJaptmes,i\ariagex
en ces beaux discours, dont les hom voyages l'intrieur du pius vour
tout en jurant de vouloir la soute i> !?? m o -
nir, ceite Socit des Nations qui /> rae/t(J'*Mi, banliago de los
u tait pourtant point simple utopie ^^'iUeros etc.
ou trop beau rve et qui devrait qui S adresser a Mr Charles Stphc t%
pourrait rgnrer le monde 1jM (W/loe IFtageS
M



a \ fm
.
/
NOUVELLES ETRAK
UJ
10 Fvrier i ;2o
PARIS Le paquebot Russe imper.
tor Pierre lt Lu and ml par 1.
1-raoce toucha une mine et coula eL
sortant du port de Varna. On ne
signal aucune vrcume.
fAKlS Monsieur et Madame Pc in
cire oitrnent un dner en l'honneui
de DeschaLtl y assistaient, Milltranu
ainsi que Mme iVnlieiaua, tous Iti
minntres Je la Rpublique ainsi qui
les sous secittaires d'Etal.
MADRID. Le gnerai Wtilltr est
nomme capruiue gnral de 1.
Catalogue.
Livre sierlirg |8,6S i/j Dollar;
M.4I 1/2.
La Havre Caf Haiu Cip 283 Peu
to Cabello 300, Guadeloupe jo$.
Du 11 l'vuer 1920
PARIS. Mtjrci cha.g d'.iaitfli
d'Allemagne rentrera uunhin malin
a Pans.
PARIS. La dlgation llnngio.se
arriva dans la maunee et leutcuia
iien ..ia uu Secrtariat de la cont'
jeace ses observations sur les cntfi-
lijnsde paix.
PARIS La dlg tin L bi. as
: vant a *a lete Ardatlty Koury arri-
va Paris.
PARIS Les agriculteurs se mon-
teat enchants de la de ru re dtwl-
,.on gouvernementale tendant libit
le commerce des bits puur 1620 11?
estiment que celle suppiesnon va
quilibrer le prix de l'avoine ci du
hit. Les semailles prochaines repicn
diont la place a peu pics gaie a
celle qu\ lies tenaum avant la guene
Un iiaui toucuonnairs eu miuis-
tre de l'Agncu.ture expliqua ta Pe-
lit lournal* que la recoiic de 1 -1 v
jeste soumise a ia taxe fief de 73
irancs.
Il serait injuste que les possesseurs
de s\ocks pu-ssem vendre leurs bls
i un tours plus lev. 1 ous ici rue
encore en possession des pioducieur
seront rquisitionne*, *e qui aidera a
passer le mois de la ouuuie, l'aug-
menta lion du, prix du pain aiminue
ta la consommation par dts rsine-
siens volontaires ainsi que l'apport
4tt bls d'Australie des laaes ci ae
l'Argfctoe qui aideioui
ctealemcut-
ROrVK Le Bulletin #lriciel du
ttmimndement de F.ume dment
. interview de 1) Annutzio paruedan
an journal allemand de Vienne
LE CA1KB Clmtr.ceau au couss d
>es promenadeseit 1 objet de f'que
tes mrnttesLlions de svmp. thie
PARIS Deschanel tetl la dlga-
;ion du comit de l'union laine r:o-
umment Alfred . roisit,Gforges L:-
vy, Charles Richet, Cantaguzene
venue lui cifin la picsidence dhon
oeur de leur associt en. Dts.hanel
iccepta assurant aux membres du
jomit son bienveillant concours
pour un rapprochement par l'amiti
;t les intrts de ioir.es les nations
.atines d Europe et d'Amiique.
PARIS Le produit des impts
lirects et des monopoles s'lve
jour Janvier 5 4.^,600 de fanes
qui est le chilfre le p.us lev >tte:n,
jusqu'ici et qui secuse une augmen-
tation de j31.e11.1co sur janvier
101
1 AR1S Au sujet de la dclara-
lion envisageant la possibilit dune
tvision du tra't, 1 La Libert 1 in-
terview.! lafdieu qui dclara qu'on
ne peut amliorer ce qui existe ei
que le trait existe.il faut l'appliquer
lel quel
PARIS L'artiste Gaby Des'ys de
cda a ia suite d'une opration n*
cessite par une mahdie de fabdo*
meo.
PARIS Poincar reat dans la
maline en audience (jhika. m.mstrr
de Roumanie.
V1LNN1-- Un radiotlgramrne
de Moscou renouvelle que la Polo
gue lit des oltres de paix au comi'
central des Soviets, lequel maintient
la reconnaissance de l'indpendance
Je la Pologne et la renonciation de
toute politique de violence et les
promesses d'importantes concessions
aux capitalistes anglais, lraoeiis,
ainsi qu'aux petits tats li.r.itiophes.;
liRFXbLlIiS-- Au comit interna-1
tional des mineurs, les orateurs pr-:
conisrent la ncessit de. uconstiiueri
laldration internationale et dedon-j
ner une solution aux problmes im-
portants, notamment de supposer le
retour des guerres. Les dlgus al-
lemands et autrichiens ne sont pas
la France encore arrivs.
PAjxMS iMayer, charg d'tffiircs
allemand, UlWa 21 heures.
PARIS Commer.l.nt les dclara-
lions de L'.oyd George, les journaux
du soir relvent unanimement la
4iffertr.ee de langage tenue i
Lon
Jres d celui tenu a P#ns par Cl-
merceau et plus lard par Millerand
sur U question russe et turque et ih
insistent s.ur la ncessit d'une col
laborstion pour uoe conduite iuti
ne il ttauctie entre la France |ti
I Angleterre sur ces questions fonda-
mentales Us expriment l'espoir que
la confrence Je Londres fera dispi-
raitre les divergences de vues qui nr I
peuvent d'uil eurs afla ter profonde j Nom sommes m
vnt la co dul t et l'amiti lian co:,^sdoc'"inc!om.,
les deux nations.
DUlLAR : 48.09;
Faits Divers
rtENSEIQNEMEN.i
MhTi.ORLOGIQUEf
obSbHVAUlKK
DU PETIT SlVll^AlRf
( OLLEGH ST MARTI Al
5 Jeudi 12 F.vri-T 1920
Buomiut 762.;
| minimum 20,5
I\ra rature
maximum 32,;
Moyenne fiutae 2t>,j
Ciel imi ch r j >ur el_nuil
Bitorr.cut en hiuss(.
|. SCHERER
f* 1
Du sucre 1 Du sucre !
mesure l'ai m mer que Ie>
commence en plsloc et \>
|Oginel qtw bientt la SufV hvera du sucie I
in > uiiu-iui'.ialion.
Il taut etpfcf que cette reprise Je la i roductioi
fe ra baisser le rrl* JC cet article indisyenv.l'le
Cinma populaire
Ce soir, c'est un 1 rjgraouM spcial qui sera
Brut4 -m Cinma uj u rue LUnt* DttMOUCbei
o nous invitons le pubuc aller en loule.
Les l'.L'iis ont etc choisis de f*(On a p.aire ;
tous les gots. On lera bien de conserver le:
ic.t'. pour le lirage de la loterie de dimanche.
Four ia chapelle de Bizoton
Faute de lonJa, les travaux di constru.:. a -.
a chapelle de Ui/oton ont Otc suspendus. .Nou:
."rovons HVOil qu une tte sera oiletie bientoi
J.i! les bcneiices seront alfcctcs 1 cef.c OMVR
\ i le< nombreuS'S a lires dis Joit ''ut'"le a ** gci.eraleuient reconnue.
a pari les nomoreus.s autres aib u Ul0UiJe ^.u-wneewt,won
rrac'ionsqui serant olt;rtes au public, jUM. joiSi ammer des preuvw de s gnrosit.
Les Arcnives Gnrales de
la Rpublique
HA:. Comptoirs excellemment pou. Lc5 UHm dcu(,arjll0ll du MaKllC. du foa%
vus.r Ir.iC.' S;.e:ne. 6 dciuicax,00jet Marehand iteina, comme on le san, wvii dt
ioapptciftb e, otuauis. tian p.rfaue lacnl m Archives boCrain 4s w KtputUi,*:,
i .nar.hent aciivemet.
rien u y manquera. i L'dujce dont ie sa-i.s seront enpuni* k
vjce tout le moud: se prpire a tonnsou'rin toutes suites de garMitw uutfo-
j aller a l'rlttl-iiellevue qui, ce jour wmenu qui. do.t ftdet.
"111. sera resplendissant Contre les terrains vagues
Convocation
Le bal de la
M1 Renaissance
Dpchez-vous de prendre vos c?i
tes pour la l e de La RenaissaC;:
elles B'ta'.Vf.ot rapidement.
Tous in p.p..iitits sout achevs
qui kroni de ttlU tt e la plus russit
de la saison.
il liut s jjialer p; iv-rmesse qui sera simplement p
Bo vue de prendre les dernier &
dcisions couccriittiu lu hal iravcbt.
du It tfcvi.tr couiaut, les in u.i.ie.
de ia ileuaiiiiiucu uut cuiiVuquus
d t) lieutcs ptecmts uu soir citez
ISoiiiJtle Luii les.

**
'}
rsx&istrxu
WaS. ._
NOUVEAUX ALAMBICS
nr.r D'JTI'J.rr. HECTCXS ]
;f Lo c.VJX-OC-VIt,
[.* RMUV.i, ALCOOLS, etc.
EROYFILSAlNj
75, rui iu :ti4iftrt, 75
PARIS
ftUlQc FRAT:CUF t* munjtnc d-iAixnB-
V'. FS9CSCES Ht. MANUEL U Ftnricin'.
%'>: t TARIF IILU5ME llroMI fcuicu.
\
13 FEUILLETON UU UAT1N)
MWI -' '" ....... "
Judex
GRAND ROUAN
Par
A m II I H B E H S l: D
( Film par L. Feuillade )
DtUXli'.MB Kt'ISODK
3L*XP1ATI0N
(!** M&dMilfl trailletMH
Noos attuons i'atteiition sur Ici toirains nui
JUUtl qui ont etc le tlicatrc du dernier inceii-
uie de U iut dCI Mincie** ( Cl terrains servcli,
je dpotoirs et sout dcvcoui le plu Dulodoranti
que j'ossifln.
Pour ia saut pub.ique, des mesures tevirti
s'imposent contre cet tat ii CPCXC1.
L,. Comuiission tinancire
La Commiwion nunciire dont nous annon-
cion> OeruiercineiH le dopart ci qu'on .-.itenda:'
ju]i..ird'aui aruveia prus.iu.ciin.ui u semaine pru-
cnaiiie par un Mttni uc la li^iic 1'an.una.
Fianmes
Nous lYOOl tctl MB awtCl le fianailles de
Meiic Uarthe .\loie avec UouinJ Unwneaa.
l'ou nos compliment.
A'-ciaent de train
Ce matin, le premier train de tiizoton effee-
njnt son voyage de retour quand, parvenu ae
niveau du bois vYitty, u loco.nouve eut uu ac
cident a la ehaudietc,
Le train a etc remotqu vers 8 heures et de
mie, heure a li niche devait avoir lieu sou deu
...me vayage.
e
Vente pDiciiatloi
En vertu i 8 d'un jugemm*
,iar le ribuml de premire /ft
,le Fort au l'ru.ce tu unie du
iicint le yarlije des lointuu^^J
maetsiou d* ftu ttrnand 'ia "'
ia d'un rappoit d experts
entrhn pur juyemint au n.fmi
hunul en data Au dix h. irur \u\
Iliera protide te vtndredi ovei
:ump era vingt xrpt turitr courml
itx heures du matin, en liturtc ij
le mintitrre de Sle Lion C/iurfa ,
mire Purt-au l'rince, /u ie
plut offrant tt dtrnter iucl,ir
t une j.roprtti (tondu et balmeti
m iet,e iule, tue du Llminp a,
Mo iil. Celte proprit tj '
me maison basse donna m sur /a
.* deux autres chambras dant /<,.
:11e est desservie par toi pui/i'
mesure vingt quatre pied stpt
de faade sur vent vmyt et un ni
orvfondinr et est borne au JSorol
t lia du Champ de .\iart, au
11 Ouest par l mptQ&m ut dK /(j
L Amil'C et u I tel par (ei
/eu benjamin Vtuu, telle que ($[
proprit :e poursuit cvviporle $,
tend sans amune exceplnm m r(ti
Aux nquete, pouisuite et
U la dame Lon te bunsen h"
d'emand 'Joussautt, propritaire
meurant et (tomicihe a Mirai
igtssunl tant en son nom comme i
niune en biens de feu son pi
comme tutrice de son e niant, int
llortensius 'Joussainl, cn/ju poiif(
eut constitu Me Jules JUevhvx:
Contre les poux Mucicn tut.\
foume ne Celui Toasuutnl^eme
i l'ort-au l'rince, Uyant poui
Mes J. l. haiifant el C. I. /.ftlif
La vente aura lisu en preeemi
tubrogetuteur du dit mineur dite
ippi'td, sur la mif a prix de,
jouidts, fixe par le exptrls: If,!
l'oit au i'rince, Il fevrter
Iules DfcYltliN, | h. rANFANT,]
L. I ZtPHli

lires. Je suis en ca rao-nent dame da
compagnie chez, de riclies Amricains
qui viennent de se fixer i fans
Uha'go par eux de recharcher pour
leurs eutdtus. un proteaseur de pia
uo, sacliant parler l'anglais... mon
alle.tiu.in a t a.lua par 'nue des
annonces t{U8 vous ave/, fait insrer
Jans uu journal' et |Q me suis em
piessre il-) me rtndre cliez cett
.madame Jeanne Berlin, alin de mte
'ieudia avec elle. Vous nie/, du voir
Grove/., chre mademoiselle Ma plus qu'une pauvre petite chose
rie, que je u'oublierai jamais la preu inerte., que tnomphalemeut. sauva
ve iia'-i: i>o que vous venez de melgomeut, Diana et soj aman1. euito
donner. !taieat.
N'est-ce pas tout naturel? .S*is-lu quelle est cette femme';
pisentere/.-vous?
les Hop kiugs
Noua \ set on s i
Ouand me
Toui de suit-,
dtiueurecn Auteuil
daua quelques muni es et dans une'la rille du ban
demi lieure\ toat sera rgl-.. VenezI Mais ella
U peu o rdie p>r ces paioles
que l'aventurieie expritnau avec une
(t.*
combien vwes ont t ma sui prise et volubilit cordiate et persuasive,
oio j oie en me trouvant en lace de .Jacqueline hsitait.
roui.
viaux,
braves
aprs
Le banquier iaviaui e.. (OUitOyt nnstieu
.euici.: pour n'avoir pu Bl H MM ordres de
ludev, qui l'a somme1 de douuir la moiti de
Sa biens aux pausres. JacquclUN, (Mie de- H
abandonne sa lortune et travaille pou.
avoir conti son lils Je.m de
lille repouiSt: le> proposai'.. ga-
uiucs dmaraiiii Je Hirarguci et reoit Je; Juki
mu maons, -ii'clle derra lcha si elle est
en dansa.-- DfOa c<-.t, Judex, aid de son
irre Houer. enlve Filnt ^ "" toml-eiu. le
raaiK-lle ta vie et Viontraim i demande
pardon a sa fille, lasrau.v tv mourra pet, rnyil
il est condamno i l.i pfba CfptuelK. D8
.oncer: avec Uiana Monti, I ancacun institutrice
.-rq-^ de Binifues prpare renUtemsW
jatauetine.
VI (Suite)
Di-na Monli

una bietiveii
du ban |uii
tendues veis
L averituriiire, plus dcide que
latnais mtuer jusqu'au bout sa
'jefcogne inlma conbau.*, nuiietuen
desanne par laut de noble eouragp
et de touchante infortune ;
Vous ne pouvez vous tatsglnpf
combien je bnis lu Provideuce qui
tu a cotiduite jusqu' vous.
Ki mettant te comble 100 Uypo-
Criait, la matresse de Moi ala doul
.e rtgaid venajt se poser sur It
>iiuiogi8priie ou petit Jean, s cria :
(Je cher ange adoie'.. Ifccusi?
moi, inaaame, uudb iuou truubi,
/dVNia oublie de vou demander ue
aes uouve.ie .'
- Il va lies b'eo, je vous retirer
cie, lepouauit Jacqueline, entire
Loeot dupe des mene de l'ex-
instituttice.
Colle ci nsis'ait, jouant avec un
art iuliui tv>u i*"le abominable :
Uue jo i.uia J;*-uieuae de pou
voir tVQuto*&lft eiilfi toutes les
i.juls iuo vous uvt/ eues poui
moi!. Ea tilet, les Uopsliiii^s aonl
Aloue, chre petite madame,
s'cria la Uonti, dcidez-vous, ou
oien je vous enlve de force.
l-.n ce cas, je vous suis, cou
sentait Jacqueline, pleine de gratitu-
de envers la perfide crature qui
avait imagin h lche guet-apens o
a force de fou b.'ne et de r-so, eli
avait si bien russi a entraiuer U
pauvre jeune femme.
Mcral8>en costume de sportstnau
de la plus correcte lgance, faisait
les cent pas sur le tro oir Aussi o
qu 1 ap iutDiaia et Jacqueline
i aiili 1a .tfouti a sou amaut.
Non.
Eh bien, c'est JacquelineAub y,
quier b'a m !
a d te revOai. i rev
Varits
Cl ..SOIR
MISERICORDE
JUDEX
" 8e pisode
201
l.UC
l'n'r.'c gnrale ti
Enfants
Tout de 8ui'e, tfNC
l uice sxquiaf. la tille
rSSSSi m-tiSmce SHS petiile.Mvem, J**- **!&
Jean a-upefaite d* s* retrouver en.rez leur dumandei vmg Traocs ineu
prsence de madame Aubry. Jre... Mais wwr -fOlif, J9 reipec
Mademoiselle Marie., nprenait'lerai votre U.COV1 ils ue wur?"
celle-ci. que je suis heureuse delnen.. je vous le promet-... pas piiu
voir revoir! Mais., comineni avez tux que personne. Lea enfants so
tous pu dcouvu mon edie*s-*7 fort bien levs .. tra gentus.,
Seuls, M- Valhrea tt les Booteaya sarout lavis da vousconnm
la conua ssent. et je m'tonne qu'il Leu.z, Chre madame, je
soient permis... lueiu co UuUi que J
se
lu
suis telle
veu< demauJt
l us emorati ;-
Uinn- vau. sotrtil d.ja iMt< I* peffittieal
repieuait sur un ton ^uypodiai. lie yo 'OO.ir, te;i;^^;t1^
ilUtueuse et d.lereu e : clnmeui Jaequ, Lue., qui tout en
Uiie auaiiie, je vous en mmant a la imeeiau su P*"*'
prn. u incriminez personne.-. Je n'ai de iiaiinse, lit aussuot JM'fM
tfsu pj u tiout iiy*v U ' v'- sjyouuue de tou c^ur j>eut fujt
ils avana vers elle sa catqueiw
a la main.
Madame Jeanne Bnin, prise t
ta aussitt 1 aventurire, monsieui
James Mopslviugs qui a bieu voulu
m'accompaguer.
Trs empress, Morales aida la
jeune professeur monter dans II
;u\ueuse limousine qui stationnai
devant lauortede (a pensionGhapuis.
Du a s'assit i.ro.. de Jacqutl u..
Moral s siuttlana eu face dlie...
.. auio gBgna rapidement le bois d.
ttoUiOCOe, traversa 1 ull.-o du bon,
champ, s en^ea dans la route de*
Lacs. Mais presque aussitt, au lieu
le continuer sa route, le waltmae,
bifurqua droite, dans une alle
dtecte,
ilsI Alors, Diana bondit fur Jacque-
Aii! lino et appuya fortement contre ses
tevros et ses .armes un tampon du
uate culoiof'jrme.
La m*iheuieudj-unefem ne n' a
pas le temps de poi s-r uu >t.. t.^
t i eu valu qu lie voulut se doet r.,
i ji .. es i tixj ujii.iisai ii-.i o il s ses
orces, tandis que le carcolijue fai-
sait sou eeurr! et tj^nti et oo (ui
EUe in a reconnue'.
lit lu as os?
Tais to.! Maintenant que nou
iorames embarqus, ricana l'aven-
turire, il taul que nous allions jus-
quau boul du voyage/
VII
Les deux pigeons
Dites, papa Juli?ri, quand esi.ct
dimanche?
Daus quatre jours, m jii enfant.
Ei avan-. je ue v irai pu.
maman?.
Ue non... mon petit Jeannot
Pourquoi nu vieui elle pas
plus ltr*..
l'ai ce qu'elle travaille, la pau-
vre chre dame !
Oui., imita vous pourquoi ne
m'emmenez veus paa la voir?
Et le bra?e pre ttonlemps qui
tait eu train de remplir de chou*
uue voiture de maracher, expliquait
avec un accent de bonhomie alle
tueuse :
. iNous aussi mon mignon, nous
tvons beaucoup d'ouvrages., Mais
ne vous lour.ueu ez pas, quatre
jours, cesl vite passe:
Quatre Joursl quatre jouis!
rptait le) bambm, en comntaut sur
aea doigts
Kt il Bjouta, tandis que deux gros-
ses larmes, voilaient ses beaux veux
si doax .
i/auv' petite maman chrie/
Tout le restant de 1 aprs.midi
maigre les tions
viarian ne se retira chez lit, Il j
^ard de Jeannot ae remplit
expression de satisfaction mi
se et presque provocante,
petit, tei m an t lus yeux, part
mir pie-que' aussitt, au lai
d une vtilltuse qui rpandait i
d'elle une discrte et n
clart.
Or, M, Jeannot tait parfait!
veill... L'oreille aux agufti,
tendit claque bruit le la
s'teindre [>au peu- et Ion
lour de lui tout devint silne
se dressa sur son sant, dmenti
instant immobile, puis se glu
hors de son lit, marchant i
pointe des pieds, il s'en fut
on oreille la porte qui
communique sa chambre avilt
de Un'unue.
Hassui sans doute, il il
eutitement, vitant avecf
dranger iiiuilemeut i s o
de heuiter imprudemment lui
bls: puis, marchant pas dfl
il descendit au rezde-chaui ''
ntra daut la cuisine dont il
la Isntre avec les. prcaution]
plus minutieuses, sauta
cour, se dirigea tout droit
vo.lure du matai lier qu'il
non sans peiue, disparut au*
milieu des normes choux quil
lui procurer la plus sre i
chettes, s'y installa, s'y cals,
calme et le sang froid de
qui sait trs bien ce qu il fart
il va i et lorsque vers uoa
du matin, le pre Mathieu, oaj
valeur du pays qui tondu'
tmarette aux iial'es, partit
chaque nuit pour la capitali-
se douta pas un seul i..-Dl '
emmenait avec lui, enfoui toJ|
laa de fgumes, ua garoi!
cinq ans paisiblement endorsj
levant sa maman.
La maraicher arriva ver
s -x portes de la ville. Api*1
franchi les fortilicitions, >',v
lp tes de Don
emys si de sa lltlu poui* l'eguyer,'a proximt duu man-haodi
uiuot d uiBUa us'*. Cv u f t o il pntra aussi t pour f
piau moment d abei a cjuciii un coup eu cassant la ci oue.
jae si physionomie- rep i s u ex
piessi.u de joie eufen m i.,,,
qusprs l'avoir o^rd^ luaternehe-
uitjiH, puii tenUiomei, tm.iutbe,
\ p-jne eut-il dipaiu a.u'1
ccaijpt de gamins d'rjl
chant ou ae sa t ou e! viij
sai- uu q io-, nau1 oota on uU*


MATIN
H.
LA MiSO^ --
Murad & SON
\nce sa clientle quelle a
vente le marchandise? suivantes
en
I nu pilas cT sitm t APuia Il H ." yards 3
Staiu Wi bout naine, moie It en 40 yaids 'M
Su m Aoacru.lia h K 20 yard
aw
:> itu
iuu
" Ou
WK
u
M
irJM
UXJ
2UW
;-ou
|4lO
20U
ixo
ju>
100
100
100
300
4 u.u
\*A) p:c 3
100
**.
1UU J'JUZ
1UU
iaaj yards
Uisui trois lupins \ \ ;xj yaids :i"> y
bum Kmg li H vn.able ;*i y 26 y
S'iain lodian Heud ;>0 jrnrds 25 vsrJs
Si a h* L L Maxian JU eacli u yards
Siam anglais 25 yards 28
|.be*k La Keiua uasor i SfitJ doobbj pice
.Aibbama cbeik as*oiu 20 vritable 'S> ysiJe
Demain NelfrOO vf niante daik bl< u~'2j y
Dei.iuis .M.ircpo'is, docble putes S8 y, 22
Vrill Piascoit rentable, email dessins 25 \
A de Mtteis & Qo
L Keprsen'ars des maisons :
--*-.- -,
290
y
/ kewood-flmds aseo t. 96 yatds
r-Brook Saliloga mon c couleur 36
Uni Cabaiicio Maori, double ilece
Inill Caieiido assoit, doubla pice
Un II Esprai za assort, double pice
i jt ii blanc li double pice
Brebant hollend^s double pice
i .oupei Clo b M lo 35 yaiiis
Calicet IH5 Jtlimon doubla pice
kn ki ou 5 couleurs duo e juee -
Kbski Anuy double pieea
Diill A^i'ddV-Valido duub.e pice
Cbfck I
Meadow
Ituucnartin uimius ioj^o 1re que ue
Moucboirs adrai rouge 2in qua t *|
Mouibons rouge eu pices .i yardi
UOU yanls Mouchons bleus en pices J yaids 1 douz
;fu pices Coton dup douqie pince
2otz LlieOiiees pour LoiuiU'a Ire qublit
; js c Chemises pour bouuwa 2me qualit :n papier Offlb
.mu p ces Hbs pour tenants blancs eu papier en.b
aO Ha pour leuiinea b.uncs en aaitoo
itu bas pour femmes moiti en soie Diana
400 Bas pour entants noirs tenieiuem N O 6 '.'
[4 S!W ftets ci black Upper Leaiber Cheviette
a 072 brown Upper Ltaiiitr Chevrette
|l2 OL'O yaids buck N de l 2U vards la pic ce
^upiets et Mam couleur J0-iU50 yards
20 Nanbouk ;w-c louble
UO Deninil B.I Liaina&te 345 A
MJ Utgatia Mnpes v, Llke Prttcotls )
Lt) Co'tax CliBii bray ( double 28 )
\A VIS
A louer peur meisen (t habitation ou O/fices, l'tage del Maiso
!. kurad li bon, I\o. 116', liai lhomat toadwu.
Prix Modr.
ion HEMT
llpstatrs o/ Murad & Son's neic store for dwrlling or Offices, Ko. Ufl
lie 'Ihtnas Madiou.
riiro'c;:;; & o c Vorza
Valtr & K i F. Ciozaoo >\ C rie Touro
C; r'o Scp< > rii N p'i R
I on bciiii FijiH i- Napltf
(J'b^rneuf o s?rce de *cn aimabl* c 'en*!c qu'cll
vient de rtroivtle m'iffmrnt rn
stccV de m?'(h ndijts, b j^u'eie.ar-
genterie t'.c it qu'elle a itu par Ses
derniers tileaux de ce mois les arti-
cles sa'vpptf ;
Bagues ave i:ar;'r' lro'*ad>aien
sioti li.U.oLisde toute be^ul
Bronze BtSCSi s te, de.
Parlumette Houbigan Pivei',
elr.Mc.
Tapil ponr table
Descen'.ea de lit et carpettes-
l'eigues ~ Feignes i repayer
Dmloirs, jet x de peigre" pour chi-
gnon-
L'n g.ran-l a90itimenl d toffes
Casimir Alpaga e'c. etc.
Courons pour pant*loiir, tou es
nuances.
Aigenteiie caiscn Louis XV,
Grand asso timeal de b jouteiie,
bague*, ebainea ttc,
Ccb kts en argent tl eo mL.l
aie.
Mircii?, tableaux pour ?a'on.
Bas, couvertuie en laine.
Chapeaux de Panama,
lu tn 1er de toutes dimersiors.
Cravates assorties.
luvuisdu matin
Eocadremcnti divcii pour photo-
graohie
Couronnes moi'.u.iresj
Vins d'Ualie.rouge et'banr, ptl
barrique
Vtunculh Cil z;no
Lunettes et lorgnons
La muisou attend de rouveaux a: li
des par prochaine occasions
Vtnle en gros et eu dtail
Achat de vieil or cailles de caitt
BURNS & Co
1801. Rue du Quai
Bonbons aciduls


par caisse.
s
y \
ROYAL DAM OF CANADA
Situation Gnrale
Au 9 Dcembre I919
Al' P! PI.IC
Passif
L, it ne raprorlanl pas intrts
rappoitant Irl'ta y compris
a.et mi lis ias.ua la date de ce bilan
les intc;s
Il M LU AD - BON.
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
119, Kuo Soi n<-A ri toi
HABIB
C'EST LE MEILLEUR
DE8 PURGATIFS
. ^QRT-ATX-giMiarcrp
[AUx.PETRUS, Pharmacie ALBERTim
Pharmacie du D- Juatin VIARD
et tente Je* bonnet Phtrmavitm,
fENDUE : Chez Max Mon
ffo : Papier Journal, Papier
f pression.
d'un vieux e'ejot dcbir, un
jette de toile en bandoulure, it
le d'un noime mdon pria qci
entrait jusqu'aux oreillpp, a en
I rder autour de la ch-re t
Mtttant bientt que la nie et -t
"rt*. bruaquement il aempa'a du
'beau chtu qui a'oflr's t ft lui e
prpaie t a'ei f ir fvec non
lorsqu'un cri lui chasfee,.,
leleifnttboi fruitre.
Mince, nlors/ scrin-til. O
L1 a du 4Ue le8 V**(* tu"
ptd-ns les cooux.. Mais l'un-
[JBmaia cru b/
iUUt de euitr, d'un a'r iapor
i d mai d- jeannot :
[Vuque tu fais l, le Me migunrd ?
(A suivre)
Mouvement
Maritime
Le bicamer Gthals de
'a Panama Une est entr ce mat in
' entait de N&hl&rk avec les pas-
agers suivants:
Frank Bo(jurt,\altcr Duggar,
O-frosler.Eug.Leliossc, Me Lean,
Henri Mesmon.
Il partira ce soir pour Cris lobai
Le steamer iCtlJ "f Pueblut
de la ligne ttporel est entr ce
matin, l'itinraire du dpari n'en
pas fix encore.
Le steamer *Gen.Weems o
laiss Non-York le 8 du courant
avec 350 tonnes de marchandises.
Le sieumer A r ht lu s a
laiss Amsterdam le 14 Janvier et
sera en llawi vers le ib de a
mois-
Le steamer < Prins der Ne
detlanaenuu le Nuk*rievenani
l'Amsterdam est aliendu vers le
24 du cot ant.
i e bleamerihtnicc* laiste-
rale it) pour Porlau-Prince di-
re Je ment-
HEMORRODES
Qurlaon certaine) et complte par la
POMMAUE OU DOCTEUR ZYLO><
e TOBF.S roftMAirr sekimgul
F PU H fit 1E CGMttOOIl
DONNE TOUJOURS UN RESUL TAT
Uaerilaln 1l)PK, 86. [a Chirlei-LolaMt NLLILLT (BUM)
? rMu-rtoe: le. PtTHUS
VIcsse de Bout de l'An
Monsieur Lonce Fils aim ei
les suites membres de la famille,
ont l'honneur d annoncerait <<><.,
tnrci aiasi qu'aux nioib tant dt
la Capitale que ue Ja PiOtince,
quiis lerjiDt chanter Je VeJidtcdi
-7 lvt Tcouran-, a ti heure8 1(2
piecjsea ou mutin, eu la Bnsilijue
Aon e-Dame, une njUfUU bokn-
uclie de liout de idii a la uiciuci
re uo 1 ut te LUt luis aune ci
b ranon Auyune t Ut aim enie
trs a itui alltciion les lo ti i'."' le
nier de l'anne dernier. Lu }
as slain, iis leur douueroul une
.nouvelle, p'euve do syii,[)jiiiie ci
dobaule coi.b.deiaiion-
La pisente tn&eTUOi sert u in-
viiattou.
A vis
Madame Siun McGloflin ns^
Uarcelle Dbrosse, annonce net
unis qu'elle hissura pour N**'
Voik par prochain hleau.
Billets de cil e Banque en circulation
lialst oc due au Courunement du 1 ominion
" ft d'autres banques su i anuda
" aux banques et correspondants de Banque
dans le Wtyauane Uni el dans les pays trangers
Effets .1 {iyuf
L tires de cr il accectces
AI'X;ACTI0\N'A!RES
Cap tal vtrs
Fends de rseives
Balance dts profils fixe ce jour
Dividendes uon rclames
' No 129 (i 13 0/0 lkan payable levier deeem [920
Bonus de 2 0/0 du 5<)'ne^annivcisaire payable le
20 deeen b:e 19x9
H9.6 $ 6. la 9. Ji
419.121,599,6,5
39,837,265,74
14,000,000,0a
13 -970,000,88
8c6,T76.8>>
i6,467,98;,6>
497 697,243,9*
1 7,000,000,00
17,000,000,00
1,096418,7^
'.JioS
505,219,12.
FonJs^Je rotttimenl
Billets du Dominion
Dollars amricaine
Autrea?monnsiet|itrsaeres
Actif
*~*~- w,
j {.o.ooo'oa
53J/'47.oS4,9JL
U7.'5i.879,9
-'6'7 3 5.724.0
^,746,8o;.oo
3,545,118,41
Avis
La commitsion forms en ver-
tu de l'article 7 de la loi du 15
Aot 1904 pour recevoir les ob-
servations des propritaires don
les terrains situs sur le trajet de
Btzolon Mariani doivent tre e>.
proprts pour le dplacement de
la voie lerre, donne avis au lu
tresss qu'elle travaillera l'of-
fice de l'Adminislralion priuciba-
'6 des Fiuuocef, sis la liue 1J;)
uinon KiUick, .No U OU, pendant
quinze jour*, it tu heures du me
tto mit, partir du samedi U
l'Vvner courant.
Dpt dansjla rserve d'or centrae
Billets d'autres Banques
Chques sur d'autres Banques
Balances dues par d'autres Banques*au Ca8s4,
" Banques et correspord^nts de' Banque
en d'autres endroits que le Canada
Titres du gouvernement du Domiuiou et des provinces
gne dpassant pas le cours du march
'1 nus des municipalits canad.enne et anglaise!
titres trangers el de colonies autres que le
Causs, ne dpa ;-ant pas le cours du march
Bo.'S de chemins d fer et aunes, obligations et
^viltuis de Bours.* Le dpassant pas le cours du
maich
Enpiur.ts au Canal', par Bons, obligations^ valeurs
de bou.;e
Emprunta a CDuns^termes ne dipissant pas trente
jours, obtenus en d'autres pays qu'au Canada >
,- 5,481,547.3,14
24,500,000,00
3,464,200,00
23.457.240J3
fcj7,t05,8o
18,101,373.08
4SJ23,59866
;3/oo.342.;7
19,414.891.0
16,^5 614,30
3J.8ia isujl
.- > . --..x..%
':.'\
273 908 862.86
lUi 9.518.47
Antres prel'|l'argente! comptes au CanaJi
( moins rduction d'intrts )
Autres piis d'argent et comptes ailleurs qu'au],
Canada ( moins rduction d'intrts ) ^" 90.210.271.31'
Comptes dbiteurs en retard ( estims comme'per.es *
couvrir ) ^ ""^65.08966
Propiiits^immobilires au'.rcs qus lis locaux
de la Banque
-[cciux de la Banque estims au-dessous J; leurs
valeurs relles
Passits des clients d'aprs lettres de crdits
Dpts au Ministre pour avoir le
droit de mita circuler des valeurs
Autres actifs non compris dans le prcdent
Tutsi
H. S. HOLT. prsident.
233.083.879.46.
1.495.271.00
t
7.016 444.12
16.467.978 6<*
750.000.03
;: 173.64a.8p
5}.647.o'84'

ASaianach t^ermot 1920
it J?, Rue du Ptservoir

A. le M A T T E 1 S
Seul Agent pour Hati
./'
J

\
>.
.


Ll IkUllK
r
.m
/
,S
ARTICLES FRANAIS
la maison Max Monsanto
Rue du Maganin de VEtat
lar icnleamor fronai* Caravelle i arrk ici le 15
courant les articles suivants :
hapeauv et canotiers de toutes
Qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et coton
Nappes coutils jmatelas
Chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
Cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
ht
Grande Maison de MOD
llr Juan Bautista D
A li pliisii d-nnoncer au public en giral que
Une GrandeMawon de
Af octal
l'instar les Bfzars fcew-\ork. 11 y auia un gracd
costuics corJeciioim'fl i ircuvcia 'gaUrceul i!e tins ikn pour latoifedion, surL
ure aitisti de raie nleU. tien connue dira la |im9,
de celle >ille.
la Maison \en(ha, en oulre, des it ai c-liar dires de
choix tla tu i ix d liant loules coccurf enres.Tous ses,_
pria a\rr wirmhaioDS des pluspandes fabiiques desKfi
La maison
Veuve Barbancoi
a rei

TURRISHJ
VEND
CIGARETT1
KXCgPTIQWAL QlJAh
T AMIftlAN Tofcrjfjl
i Assorti vous contre LE FEU
l-x HOME INSURANCE C de N.-
Adresrcz-vous lapins forlecompagniedes E U
agent Gnral pour Hati:
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Protgez votre Maison, votre Magasin vos dpts au taux les
plus raisonnable.
Aucun irais de commission ni de Courtage paye
Renseignez-vous sans frais par, correspondance ou
tenez discutenotre problme chezJ
Eug. LE BOSSE, 95 Bue du Quai
M g1 --
'>*-*'
FUMEURS
Votre sant est garantie, vos
tudes de fumer conserves jusq\
vieillesse. Adoptez
La Crole
Dlicieuse cigarette. Elle est
tous les quartiers.
15 centimes le paqm
Dpt central Bar de laPaix, ll\
Cloptre rvle
secret de sa beaut i
la dbutante moderr*.
L'HuiU intrieure et 1 Huile d'Oliv
Oli.-ale d'Espagne, C'.op*!
considrait indispev.blM j
beaut. Ce deux Huile, "
combin BcUntinquoinonH
SAVON
Assit 'xclusif pour
Edw. VI. 1UPH5L *
Hort-M-Prta* I
'>"-
EDWARD M. RAPHEL&Co
New-York
Portau-Prince
Spcialits de Produits
Baporet
* THE PALMOLIVE COMPANY, ""^Vl^^gS
g" -;----^ L" ""* "


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM