PAGE 1

L jvriN %  CM Les catos se soumettent Vautoritv Le i>ay$ tout entier se rc jouira de la nouvelle de la soumissior des caws l'autorit. Ce matin, plus de 5UQ qui H sont rmdus ont t amens ti Port-au-Prince ou la populauoles a vu passer satisfaite On nom informe que dans le i\ord ils u rendent galement ainsi qu' M< rebalais et dans les environs. Au moment ait nous avons lu soin de bras pour relever no\n agriculture et entreprendre dt grands travaux (FuHRl publique. il iaut enregistrer avec plaisir /•< vnement qui va mettre fin auu aclet de banditisme ei de brijatdage de ces jours derniers, en pei mettant tous les bons citoyens du travailler dans la paix et ta Iran qulit. OeiuS qui achte L'EMULSION DE SCOTT achte le meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante ans. li n'est pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Prennez garde d'obtenir toujours l'Emuhion de Scott) Nouvelles Etrangres Astbme Espie BoMltgMMDt al Gurlaon )tr|sCi6AIIETTESour la restauration conomique de 'Autri.he. Le Conseil des ministres lcida de supprimer la taxe sur les 'is rour la rcolte de 1920. BRUXELLES— La course cycliste! le MX jours commena hier au soi i quatorze heure*, les quipes qu participer n t cet^e course parcoururent .\~S kilomtres 69} mtres. BUDAPEST—La dlgation hon croisa i la confrence de la paix pat:t pour Paris remettre la rponse buent PARIS Millerand quitta Puis au jourd'hui a 10 heures 50 pour Londres o il air v ra demain 12 lvrier. 1! palit.accompagn de Musai Thou myrne, Foch et Weygrand etL colonel Adel. PARISLe Conseil des ministres approuva le choix d'Alapet'te pour succder M 1 erand comme com missaire goral en Alsace Lorraine Monsieur de Saint Aulaire, ministre de France Bucarest, remplacera Ala petite, ambassadeur Madrid PARIS Le tournai reproduit le I b uit que nous signalons plus haut. I m in se 11 s toutes rserve?, que les ' Biais Unis ont le pressentiment que la France leur cdera l'allermage et le monopole des tibics po ;r une prio i' de 25 annes en change d'un versement de fco milliards PA :o jouri'hai ayant poar objn de dclarer que Poincar mrita bien de la Patrie lut renvoye la conmission des attairesextrieuret conformment au rglement Je la chanbre. AVISTKLUM L'riaudetsbland pu blie un tlgramme adress par le Kronpno^ d A'.lemagn aux Chets des Etale allie et assjcii di.ant nota nment, q u'ils ne prenaent au lieu des neufs cents allenaadi qui ne %  commirent aucun crim: que celai de < ..__ __ %  12 FEUILLETON DU cMAlINo Judex GRAND ROMAN Tai A n a //1 n u 1:1: \ t D (Film par L. Feuillade ) I hcinine, visiblement dsempat. — Dire que notre plan a fail russir, r. pn-nait Marie Verdisr. Lavais-j-i assez, all'ol, ce cher Favraux' il ulltiit m pouser, moi, Tins iitutnce de son petit-fll. Je me faisais assurer par contrat les deux iilhons qu'il m'avait offerts de lui nAmel Six mois api es, j'tais veuve I Puis enveloppant son amant d'un j'gard qui tiit tout de crime, elle soupira r Morales se levant I'. avec efTuaion: ij — Char marquis., voulez vous me permettre de voua prsenter mon Hinie... Mademoiselle Diana Monti.. l'artiste lyrique dont je vous si dia parl'.' — Mademoiselle., tous mes com uliments, ravi .• enchant, afti-mait le a roi du cotillon en dvisageant Neuilly. Diana, derrire son monocle d'un Avec un aplomb air connaisseur et satisfait. — Veuillez voaa asseoir., marquis aento? — Par Fintenndiaire de l'abb Villetot' vicaire de Ssiut Philippe du l'.ould. J'ai au galement qu'elle avait ait paeser qaalqaes a'ijjicji dans les journaux. — Et elle demeure? — 10, impulse Saint Ferdinand, a DgUXIMI Kl'ISUDE JuTXPlATION n--nra.' d irkeili (eiilleUiM Le banquier FtvtSUa BM i.'iuliow mySiicu cuitiii jour n'avoir pu oMI iu* utdres de ludex, qui l'i Oimi.o de dOOl O \i IBOitW > I •< I uns JIIN pauvres. IscquUM, "JMK de 1 • •.taux, .il' niJonnc sa (ottUOC %  travaille poi ( vivrt, apus avoir COafU MU BU Jean ;i I i;ile repousac Ici propowiion — Un p< ut le due: nous avons' i nvitait gracieusement la Monti. pa-s' cla du bonbeur inou Diana for mula : — Si vous voulez m'cou'er, mar quis, avant qusraole huit heures, tandis que Csar s installt eu cette femme toss appartiendra. "our du eompo\ D ullai voia que ce (uoyeo. Il est cli Neuf lois sir dix il 1 turiez b eu tort de refuser. — Je verrai. — Ces cho.esla demandent! excutes proniptement.. vlooti... et il ne tient qu' da demain, tout soit termine] — Ds (loin uni.' — Si voue acceptez, nom tlphonerons l'endroit oui ron.8 emmen la behe. — J ai besoin de rflchir'] — Soit, sequieea l'ancii tutrice qui comprenait q valait ne pas brusquer Isa Eltendant la main a ajoute : — Vous pouvez, marqaia,i ter sur noua comme sur vc ...Le soir, vera dix heur sa garonnire de l'avenue lires, o Diana Monti se rfugier aprs son Sablons, Morales recevait suivait : Mais redevenant souduiu ce qu'elle face d'elle. Morales attaquait sur un tait encore un an auparavant, c'est!ton d'galit parfaitementfsmillire; -dire, la belle, l'imprieuse Diana ,— Ct ces amoursV Monti, Ibebitue dee tripoti cosmo — Eh bien, justement, a ne va ; o lits ei la boudeuse des casinos pas, rpliquait le c roi de cotillon a se laisser rquib Je Birargueset ri.: s, qu'elle devra Iftehei ou Je Judi bftvea yens unie. Ju mat deui pigtona qu'elle devra lachci si elle tu m danger.— IV son ct, Judea, aida de ion (fkn K>ncr. iiileve Favraua ue son tombeau, le lappoUe !a vie ct le contraint Jm1.1n.kr jardon t ta fille. Favraua ce mourra pat, mal* .. 1 1 eciij.mn j la priaoai perptuelle. V (Suite) Au Gillyx-Bar Avrc n gesia nerveu>'< la femme s'empara de jouma! .. Presque %  oaat'6* *en traita' rcfleiAreol une espresMon d'motiou farootaf, haineuse... tandis que *> %  h'-vi. -" remuaient anlotnetlQOt ment, 1 tan chaque aoide 1 entrefilet a Le "<"' "' banquier / %  '. elle votre aœ M 1 eriogeait voloutairt mut uuperiinento de son. Diana. vissge, par un soutire quelqie peu I — Psrfsifement, familier Par q-u lui i-t-ellt l reprenait : — J'en suis persuad.. Cependant je suiM curieux de savoir comment mademoiselle va s'y prendre. — Cela vous cotera dix mille francs, posa cyniquement la Monti. Lt considrant avec une exprs aion d ironie discrte, Csar de Di rargues qui semblait compltement ahuri, elle poursuivit ; — Youa allez voir eombien c'est simple. Mous faisons enlever la belleLaissez 901 voua expliquer Noua faisons enlever le belle., tout 'doucement... tout gentiment,,, pai des gens qui s'y connaissent... J c vous prviens.., Vous arrivez... Von la sauvez.. La reconnaissance la jette dans vos bras..et le tour est jou — Nous voyez.' faiaau constatei Morales, ce n'est pas bien difficile Csar, devenu songeur, gardait un silence hsitant, partag entre la crainte des responsabilits et l'acuit de son dsir — Peut-tre, observa Morales, tou vez vous que dix mille francs c M t'op cher? Piqe su v.f dans sa vanit, Csar regimba : -l'as du tout:. Il n'y s pas de question d argent pour moi. Mais un enlvement, ceat grave! — PremirHinent, la personne est majeuie, re.su, a il Diana Sacoudoraeut. je puis vo ,s affirmer que ton cela ara si uieu tegle et si bien mu en scne, qu< pss un kstsnt nul ne louponnen que v ou* tea l'iustig* c Mon cher baron, %  Comme convenu, js voiuj ci-joint un chque de francs pour 1 excution de 1 jeta. Je vous remettrai per ma, la livraison. Trs cordialement votre, Csar de Hin — Et maintsnant, fit Diifll| vrage.' VI BieAsa Monti Vers q ut ire heures dal Iscquehnete leons tait rentre ftemlly. AI embrass plusiaurs portrait de son char petiM tait en train de changer I renouveler les grainei pigeons, lorsqu'on frapp*' C'tait la booua roadai*J qui, la ligure toute rjo ui annoncer qu il y aVI une dame trs lgante dait lui parler pour vieil piano. — Je n'ai paa voula monter sans vous pr' t elle.. Mais ce doi* ;t /*l sonne trs bien, csr eil* en auto de maitre. — Veuillez, chre œ dire que je l'attends. Quelques instants apr s'ouvrait, livrant pas* Deux uoms v brrent ceut de surp:ie simi-'W, — Medemoiselie Msr-1 — M es me' 1 {Asuwrt)



PAGE 1

GAETJENS&CV %  | lt i^ du Magasin de VEtat JU% I > l or les 1C0 livres 'I6hs P. 1.25, ./ it 2 or. tait Condens Nestl _L-, mur de pavt olide. luttJi aprts-niuii, la section du sau-s.:olaire, nr JobraiKhes de I association, runie au Lyce ii.oaal sou la priiisknce de .'tue Luce Archin 1 sanctionne les rglements qui icgltstai LIS menibies. hier prs-midi, toujour au Lyce National. 1 la prsidence du Dr J. C. Dorssinvtl, il il, on oc l-'edagogie.a anete tes ftaUlU et SSOC4 |u bureau un second seciciairc: Me II. A. M^ltet. le Docteur Dorsaiovii appoite a la prCfcidttscs nr..-u une activit enthousiaste, li compte mnir alactation dune l>iblioihcque peda^u*)Lf. Un annuaire rappOMin les tUidts cl l IVJUA de membres. La sance inaugurale de la section e^t fan (# %  ii rglCCMUU au premier lundi .:;i mois Mars, Me lloiuiny et le Pre Xlieti-Lier . cnt entendre u ente sance. %  .e lieutenant Bel lieu dcora Ce matin i>ei!e t'.unitcstatiou dan la courut. Mais Na.ionol ou le Prsident de la lu-pudique, pic avoir pass en revue la iSnic compagnie. Tiettait au lieutenant liei.iot, rhil ue la IHUMuc du Palais une nicdailic en rteonpcmc u. . trois annes de service. Le mo.it de cette rotle est une lyrt attache a un luwait aux coeur nationale. Le •'rsident fit un s pet'c h tics got o il f11a le lieutenant lieiiiot a qui nous arfraiMM tu aes compliments. .e Ministre Roy en tourne. d. inspection Lier malin, le Secrtaire U l-.tat des Travaux ul lies parlait pour bt-Marc, tionaives il Oroaine eu tourne d'inspection. 11 tau aecoraij.i.1 de 1 i:ikiiiie.ii (ravier, chet du service tectriqie et 4K I 'un., in. .ir Cari Ticxel qu'il installer. Fpieienuot du dit service dans le iMparttnStBi : l'Arlibouite. .\.r Koy sera de retour probab'etncut aujouil)L.l. Autour de l'Emigration Aucune amlioration appiciable n'a vain c. aponee tua salaire de ouvtitr> haucns, ils ui.muent dmigrer i Uuba ou il trousciu, av;v iiointTtiises garantie, un travail plu reiuu neiattur i|ue chex eux. ^; ; haiiien cmigraui.t DM lier oir. Bepart ua MM MatUews et bcarpb Messieurs Mathewsjr, collecteur de la douane, tScarpa, directeur Ue 1a Banque Nationale u. a Rpublique d Hati, son partis liier soir a donation de Cuba. Boulouse Sada le Jouroil olliciel vient de publier, dans sor iduioii d'hier, l'.Vrctidu l'rsiUent de la llpubuque conter.uit la qualit d'Hatien a Monsuui Sou.ouse k)ada, le commerant bien connu ue cite Place. Le MATIN prsente ses meilleurs complimentu louvel hatien dont nous avons pu BppfecieJ its qialu a LctLtct de Icyaute, garaurte cii\i e de fidlit a notre cherc l'atrie qu'il a choisie pour tre la sienne. Mariages Il r.cus est lait part du prochain minage dt M le i sonne Alvarez avec notre air.i BuMsanuai i'auiliot. I a bndiction uuptialc leur sera donne U tnarui 9 Mars prochain a 7 heures du matin, en IjteSt-Josfpn. — Le 17 Feviici courant sera bni en l'Eglise faioissiale de Muagone le mariage de Meilt uinitsc Ueaue avec Mr Montilc/ lotchon. Erratum Dans l'article de notre collaboraeur C.\i' c Epilogue d'un matcli t oubli dans nolie dition d lner, lire ainsi ie 'Je alina de la 3e culon ;ie: 5 3 Pourquoi larbiire, en iccor lant le covp de pitrt de \toin ( cornet kick. ;, n'avilit i il pas laitsse le bal %  .11 c w le joueur gudoiB l'avait plactcttait pour n'ire pua eu tiurnio me avec l'article 7 ; c . L'n joueui du c-imp oppoe placera le bailon tianh un ifcyon d'un intiedu pique du coiu le plus mpproch du ct o il tait euiii ) tt le lanceta du pied. 11 lui tait donc, cher arbitre, loisi oie de meltie t>on ballon inoins l'un mtr. Messe de Bout de fin Moi sieur l/once Fils aim tt Ifs antres membres dt* la fan il'e, ont riioiineui d Himuncei au corrmorcfi nini qu'aux amis tiit dr laC'api'ale nue de la Province, qu is feront chauler i Vendred il fflier couran', 6 heurs \{J [•ircises du matin, en la BaiiHjue Notre-Dame, une messe Sobi nelle de bout de Tan la mu i re de Picrrr l'Aie Fils aim ••' PrutnottM A ugtut h il aim enle vt'S leur alleciion les lo et ?il l vr.i*r de l'anne dernire. Lu y tSB >laut, i!s leur donoefonl ui t nouvelle p euve de symp uhie e d<3 haute coi sidra'ion L.a prsente iuserinn sert d"i i viiaiion. ~J^s<^h Amicale du Lyce rtiun. Le TilOlin de l'A.socia'ien ami;ale du Lyce Ption se lait l'imprieux devoir de mettre sous les yeux des membres actib de la dite Asst.latioo, qui n'ont pas encoie vci-j, ie montAUi de leoil cotisatuns l'aiiide j des butuis, ainsi coru. Arucle 5 — La cotisation nnueilt st xee a • gourdes tt payable d't• ance par Swincsue. lout bocitant ^ui n'a ras a.qui te sa cotualion f no s ap es 1 chance est considit uni nie d-m ssioanaue. ^hort-au-fnuec, le 12 lvrier 192c Le 7 resora ter, t .|. MEXZLB Le Scrtant Coterai H. HKfcAUX • 1 rafAvis Madame ^arn Mc-Glollin vlarcelle Ubrosse, annonce set unis qu'elle hissera pour iVw 'o k par pioehain bateau, js^u. Varits VENL'HEDI MISERICORDE JUDLX 8e paode Entre gnrale fl 2 00 Enfanta i.OC Mouvement Maritime — Le steanur 1 GœlhaU de la Panama, venant de Ne*-\otk $st attendu vers U 13 lvrier courant avec, 290 tonnes de marchandises. Vil sacs de con espondance et 9 patsugers— [.e steamer *Gen.\Xeems> a laiss Nw York le H du courant avec, 350 tonnes de marchandises. — Le steamer Adultes 0 %  laiss Amsterdam le H Janvier et sera en llaii vers le lo de et mois -Le steamer PrtMJ der NJ deilandenou le Nickerie$ venant i i'A msterdam est atlendu vers le 2i du courant. — le steamer' Btnicc* laissera le 10 pour Port-au-Prince di| rectement — Le steamer t Gen. Et nsl "qui doit faire tousles jorts,seraan Cap vers le 15 du courant venant de NtWYork. Avis matrimonial Le soussign annonce au public et aucomrr.erceen particulier qu'il n'est pjus resio*sabte des actions de son vovse,n(e Terlulia Augustin pour cause grave I ne action m divorce lui sera pi ochainement intente. S inl-MarcJi fvrier \9S0. \ Marc ISKAfcX. I Situation Gnrale Au 29 Dcembre ltfl AU PUBLC i Passif —j Drl ne raprortaut pas intrts apportant intr't y commis les IntrA* accumu's jusqu' la date de ce b Lu Billets de. tte Banque en circulation Ba'.acce dot. au Gouvernement du Domin on f d'autres banques au Canada aux banques et correspondants de l'an.u: dans U^K.yaume Uai et dlOl les pajl tran t e s EMfh a p:jer Littfil de cr -il acceptes AUX ACTIONNAIRES (lapiiil vtrs le nd r de lsuves Balance t'es orolils fixe ce jour Dividende non rclames •• NJ 129 ( 12 o j .*io payab'e le ter rlce.n 1920 B>nus de 2 O/o :me anniversaire pa\a)ie \ 1^9,6^6 229 '8 2^9.465,169,68 4i9,i2r,59. S 39.837 26^,74 14,000,000,00 I },a7>,000.SR 7-/19. s S242 8.6.776.89 16,467 98;,69 497 697,243.9^ 20 deen b'e 1 M<> J 7,000,000,00 17,000,000,00 1,096418,7-/ 820jo8 =J03,219.12 M.OOO'O Pends de rou'i m ni Bille du Dam n oa Doilais amr'ciin Autres naaiuici§Utaagrec Actif 53 3.647.084.93 'i7.^>3.879 9' 26'/3)./24.0'J 8 746,805 .o> 9,US ijMl Dpt dans la rserve d'or centra'e Billtts d'autres Binques Chques sur d'autres Banques Balances dues par d'autres Banques au Cuaadi " Baoqurs et correspondants de Min iu.: en d'autres endroits que le Canada Titres du gouvernemerit du Dominion et des provinces ne dpassar I pas le cours du march Titres d:s municipalits canad enne et anglaise t trs trangers tl de colonies autres que le Cinada, ne d M> V62.86 14; 359 Jtl.47. 93. 2 1 0.271.3. ^65.0896^ 2jj.c) 79 4< 1 49', 27I.OO 7.016 444.I2 16467 978 6^ ;,O.QOO.OJ 17 j 64.S.8J j33 647 0*4 > Al mu uacli Verinot l\)2(\ lltt Hue du Rservoir A. de M A T T E 1 S kl Agent pour Hati



PAGE 1

A fcjillj) ARTICLES FRANAIS "La maison ffiax' MODS Rue (lu Magasin de l'Etat Par le steamer franais t Caravelle i arriv ici le 1~> \cournnt les article nuivant : Chapeaux el canotiers de toutes qualits pour daines et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses fit et colon Nappes coutils matelas Chemises fantaisie pour hommes Parapluies, mouchoirs de soie Cravates nœuds et rgates assorties, Gilets de flanelle. Grande Maison de MODES Mr Juan Bautista Davi i ir mi > ii il I I La M^on vendt, en ouiio, if s naicliai ili es (Je pr 8 J ':oix tta tu i ix d* liant icues concuiiences.Tous ses article, fis a\cc ccirmi'S'ons des plus grandes fahiiqmsdes Klats-fr La maison Veuve Barbancoui a reci -v— .—__ WMi Assurez vous contre La HOME INSURANCE C de F.-Y ^dressez-vous ia plus forle compagnie les E U I 1 agent Gnral pour Hati: Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince Protgez votre Maison, voire Magasin vos dpts au taux les plus raisonnante, Aucun Irais de eommission ni de Courtage paye Renseignez-vous sans frais par correspondance ou ver ex disculervotre problme chez Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai -...**w.v>*A* TURK1SH DUCNO CIGARETTES + •— MMMbHW FUMEURS Votre sint est garantie, vos h tudes de fumer conserves jusqu' vieillesse. Adoptez M\ La Crole 4 ^Dlicieuse cigarette. Elle est dtm tous les quartiers. ] 15 centimes le paquet Dpt central Bar de laPaix,RueR £i4 CUapitri rvle le \ secret de sa beaut n j ta dbutante nicd<;:v. ] f Intrieure et l'Huile d'Oii *• # Olivaieu d'Espagne, CttoptM lM considtuit taattapenaablee a '•* i beaut. C-s deux Huiles, o* 1 cjmb.aio j.lemllquecier.:a-:M SAVON Palmolht Aze-ifxdutif pour Ha' Edw. M. R.VPHSL ft Co l'ort-aa-Princa A ** m %  ^mt^ttmmm en %  " %  i % %  EDWARD M. RAPHEL & Co New-York Portau Prince jjW *-<„.l'3 <' Spcialits de Produits Baporel • H .''"'' %  '' %  %  1 n v UVS COMPAKV. % 



PAGE 1

Nu DlRECTftiP. VP.0PIUETA.3E uerneot-MAGLOIttE MAGISTR AT COM MUNAL (J NUMER) 15 CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE fil mois ^^ DEPARTEMENTS 1**" ETRANGER Tr^is mois ___________ H ^ [M annonces sont reues au Comptoir la Sonal de Publicit, 9 Rue Tronchet, Ta 9 21, 2j, Ludgate Hill, Londres. Port npiiicf. lhiti Ji-aoi 12 TcTiir l?20 L*iiouiine le plus parfait est celui qui est le plu utile aux autres. SLEPBOSE: US Le CORAN •t % % % %  %  LETTRE DE PARIS CHRONIQUE DE, LA MODE Fantaisies redondance spciale au MATIN F. briquer ou vendre dts *0 ssons )a fi l gnd bruit, dans cemias suivantes sans un permis du commis %  eux dits lgan's , de la rnosa ue du revenu iniieur. jon de \x mode masculine. Les Porter de 1 alcool sur soi dans lues Jes Uginces se lancent en poche ou de toute autre faon, ire et < tartinent dans les jourDire a quelqu uu eu Pcn peut ad hoc X ce sujct. En ralit procu er de la boisson. efforts semblent, a la grosse Possder on vendre des appareils lorit que nous sommes— bois pour h fab icuioo des spiritueux. Igrcs que la mode indilkre plus Changer le cidre doux en culie aille prix du v'.ement-lgrement coolis et aussi d'alcoolisc-r le*Bevo" jdf. Il nous parait que tous ces oue jus de raisin, ays qui discutmt sur la tii'lr de ta se tements, ou dlibrent sur la question des revers flottants, De dire qui que ce soitcomment ou tait de Pukco De dutiibuer des tablettes ou auCorresrondanco spciale ou MATIN 7- caprices eeille chaque pu pa* 1 les sductions *ans nombre, tale* .-min nos ijcti.i sont, pour le marient tt onreux, <;t par cela mme si diffi t tlenti satisfaire,qu'on ptttt i bon dro t souhaiter le retour, non pas aux prix il autan notta tu les reverrons peuttre jamais .. ruait dcspr.x plu 1 norl'uni moini ex Irai ayant Car la MQd e>t '.elieiutnt changeante ore tous les /oui tant, de fantaisies nouvelffii qu il faut pouvoir, pour te tenir au niveau, et garder son renom d'tgants, dispost d un budget srieux... Parmi toutes ces fantaisies, dont Dpartement .51 2J7I l) l.jC. Total ^2,81 Ce nivire a apporl entre chandises pour. lonnes question qui se pose est cependaut bien simple, [Ogee tfiDpajence. L'If lande continuera-t-el'e jouer au iein du Royaume Uni 'e ile d'e11e province, assumU-e -t tvntialise au mme gouvernement que' les coin ts d Angleione ou d Ecosse; ou bien aura t elle le droit, de pir ses marprrogativei gographiques, ses ain gulants ethniques at la persistance Port au L\ince Gin 65 caisses, b. de sas sfforta travers l'histoire, de d'un autre ge... Nous lu ns tre substance employes dans "la fabeiucoup sont d rdnir, 1/ en est de r ioi caisse, devenir on s {>*g5__•• fJJJJJ merl habitus.pendant cinq ans, brication de Pale001. ^ T' 1 * facilement ,-xcu-ubln que danPa t G^dvs Riches 10 caisses.sacs naal "•' r u ;" d u a |J <"uada la rterleselfetsgouvernemeniaux— D. poiid r de lalcool except dac3 lreH tl 1 ul '•doivent, par consqurni. !><• IUIIM. I M veste pince la taille hante, votre piopre miison ; dans un enrecommander lesprtimru, pa jlessusbleu-hori/.on amar inguale trept du go^verjement ou sur en rabattu, calotte couite. chausirept du gouvernement ou sur une es clous, coiffure la bourguiprescription auUse d'un mdecin ou tcalotqu' entendre les p 0ur des usages sacramentels, jmel de /920 nous recommin \S% vendre mme du cidre non Iles t habits en jersey de soie, aLoolique ou des jus de fruits excep souplesse h et chemises en broderie et t ;des personnes aulorises i faire ou du soir, cravates en dentelle , ou nous du vinaigre. h 8 > brod irerquet l'homme doit tre haDe taire des annonces pour la vente ao,li %  **<**. avec ses muscles (w), ca se de lalcool ou des formules pour la fande si ces gaillards ue se f. pas tabricition de i'slcooi peu de nous. De doaasr des boissons alcoolilestime ou il y a des choses qui q Ues i qui que ce soit except ch s uieot plus. ]i ne sais si, comme so i et pour la consommation imm diate. excu uOles que dan(•Onsi/urni, .v ,-tr eu cm pie les jolies garnitures d-. robes fait* s exelii8iinint ite rubans. J'our /• tailleurs, ce sont les rubans cirs qui triomphent, re-oiphv&nt tes bordures d peau employes iu\squ\ci et donnant le mme aspect avec ceuendunt pi il de Pet t Gjve lltches 10 caisses.sacs virles 29 b^i.ts Jacmel Porcelaine >o caisses. lermts Botcetsios ; colis. Gonaives H ches > caisses. Le S S amtricsiaa Lake ChamNouvelle Zelsnds, ou tout autre co lonie anglaise gouverne par un par lement indigne Lajqaestion aurait saua duule t rsolue depuis longtemps, s'il n'y phi r ryi't laiss la nouvelle Orl avuiit, au sein msaj de l'Irlande. ans l21 janviif coul a apport une provir.ee, disaante, la vnat (sire M Maurice Verne, il faut l'lgant0 lorsqu'il sort du tha?uisse aller taire des sports sans i se changer (mu;),ou comhffirmeM Andr de Fouquirest lia mode tiendra compte des n)[ts modernes, de l'automobile, lis dclarer, c'est justeme t la ivreuse de travail et d'activit Un exemple\enlre •aille: Sur une robe droite en velours chiffons tabac, sont pan' des rubans de velours, de largeur et. da loiis diffrents, dsSinant un cossais nu*t tc stiarmoniwnt arec la nuance gnrale de la toilette. De. loin, la disposition des rubans sel si D'charger quoi que ce soit pour habilement faite qu'on se croit en pices mmes boissons ou de changer se ace a'an velours cossais. C est de une boisson pour une autre. tout prs seulement qu'on apetoU et Dimpoiter o d'exporter des spiri 9*'* e d 'f re '* lra l iail !" rvcilleux tueux quil a fauu acxomp'.ir pour excuter ; ." _ i-•.. cette robe cfxarmcnte. L amende pour la tibricaton ou sson que:, estpour une piem re Pour la rob' d aprs midi pour ror au Prince deut cent cmafilo-uration pro.ej son dj l Uls par coiure,, les ruhm. i la %  quante quai.lre tonnes 18 25 .,18 de terCette province, tonde* par s faille, velours ou satin marcha, dises j.veisei parmi leiquel des coious angl.cans ot ponts n Isa ae trouvent H !hW£tSSLi l !%at, tS c sure, L^s habitants de l'dlster qu Farine 6,0 saisses,b !S ;u-.re 9 causes OQ L |a li8 Uoiom8tea p r oppo conserves alimentaires 2 cii>*es,pom mes de terres 10 baril, oignons 5 b. r ils, risix IOJOO livres, bois d-. 1 coas ruction 507^ pi;es, Port-au-Port, le j fvrier isao 17. S. C. S. Ans Les ni 3m or es de l'Union syn sinon aux Sparatistes rejettent iu torellsmeot toute ide de Homo Kule . Et voici des anes que le dileinue se proloo^. sans que j mais jusiu ici, une solution ratioa nelle ait t propose. Ce qui a cr iusj.ua. prsent la plupart des malentendus multiplies entre la Politique irlandaise tt le Parlement anglais, c'eat la linaci avec laquelle chacun des autagooistea s'attache jeter la fice de l'autre, comme sporis.etdetDutcequestla.vie U vente ihgde de bossooi aicooJK* XEfieT* clukuTd^istt *CtodtOMdjSMrtlMlt}l A U armes, les plus trisUs pisodes teuse aujou.d'hui , mais ce que liquej esl p b jur une piem ece iottsc e nde 6il Tc^ ** I '*• COoi irtnaaol l'article d un pass qui, au cours des sicles tais dclarer, c est justeme t la t, on uae am;ude de pas plus de velours sombre: blanc sur noir; bUu • do StttUlfJ'iiJ BlWo gnrale histoinques, n a cess d tre orageux. ton, uae am:ude de pas pi— ,.,,,,,., P. 20O3 ou un emprisonnement de vil sur uotryal ment: val sur havaaura lie 1 le dluianciic 24 lvrier ,'} •fl aver e t *^ e pariieiiemant, nous sommes obligs d'accepter, pai plus desix mois.pour toute nou<*, etc.. tien irait ment, la soutache iyj() W heure, t*U matin i A '^?",!? Sr^daW ou Uni nous laisse absolument froids eU e infraction une amende de P. dont les dessins peuvent 4,re aussi ri si i e fran-ais. ** ftCfti"!flCsMMn M^c na V aa IX *' !" m !" U *' ***? aU ^ tUff u^l^tZLnVttl * vertu -l'une dcision de COSff TuTl^JS^SSs^ \VbtSM^la\^J^Lnint v un emprisonnement d un mois M^^^J^sj^^^sm , ^ comre8 ont 8UDl un rtf nous^ lieront eiuinot au mm,mum ou de Cl0l l anS W \^ ret^Vi Jihl7n7r *Z H itWIsIlbw ilb> un l.inquri Urd sur le dveloppemont ambiant, re a la sueur de notre front, ou ~ Ss^^^^u^^^SX del'un.on.tndec.nvlen.isie^pl.ar aVa N o U t t 4imilons volontiers l'An[oui autre partie du corps. JoUHiaUX traoaorS 5ST^ M ^r^u^iX2 ^iens, uge-femmes qui ne sont lo Sixoo, l'Irlandais et Piodign* sais qu'avant la guerre, nos loi|noua permettaient de -iisculer de upe ou de l'lgance de nos v ttts A ce moment biv.on pous'habiller, se chassser, se chiter bon compte. Jamais un ne n'aurait accept, pu exerrde porter des chaussures ressees. ou un vtement lustr. Le? pareil, m'a t-il dclar, a vous co9fru, tlredi l lrrier Va A) s 4 de lpres-midi. Heures 11 printemps Ut amneront plia triomphante ment, eut la simple apparence, dillrencier les uns des autres. L'habuant autochone de l'Irlande et du pays de Galles est celte ou gai lique. Tel d.ome dec.s deux pays est tro.iemeiit parent des .patois bre tons, si bien que les maritimes du lournai, a.-nomme WDIC, .-^ut nmrn /(J ^^ ment, Le rire. Le Ple Mle, Lectuie x, iCore w ,u fantaisie s yanle cer pour tous, Fantasio. r ( ,, n j v,sages, celle les cols trs men -.— tants et trs enveloppants, sou en lin soit en tulle pliss, soit mime lance, ont bigrVmenV chang erait bien cinquante francs mainte. f^TisiT&M 'de SsMU is. Quand il iaut mettre cinq nant h^met^^ee%ttZu^% *" 'T'' *f *"' rlamemnt f? e pour avoir une paire de t utaH m' P ris trents ,rancs P 0ur ses dre „.„„„ muih ^ 8J mm JS op av 'f dc mil " tramtormatiom de dFmislrf, de Comousilles ou de S'i convenables.quinze louis pour soins, pestime que j'y gagne encore position avec le dcollet* aimtae toute*, ia,l J m voteront encore u grdee. gj peuvent se comprendre a pre (pardessus, vingt cinq pour un deux louis runisse la maj.rdt des suffrages On At,M5 v p mt ^aucoup M ce moment miie auditlOH, aans aucune diflicul blet veston, on y regarde pluLaissons les lgants rnover la est si bien habitu d la libirti des moude longuet ndwgotes; celUs-a semblent t • .1 lois et l'on s'avise de touiller mode masculineet. con idrer, disvements.au dgagement parfois outr du devoir tre \e Miment type de. lademi l'An/, an oit calme. 1 uiauaaix sa garde-robe poui en ulement tout ce qui ble, mais peut 1e mis le touiller mode masculine et con idrer, disussonll au dgagement parfois outr du devoir tre le 1 lment type de la demi l'Anglais est calme, 1 li 1 extraire, tants, le pauvre diable n'ayant gure COHf de la poitrine et ih dos qu il pour !" on, manteau ou robemanteau.il sera nJff JtVSa TtieVh li est pr F rofi: duraQl sa nobilisaiioa et r a sembler pnible de s engoncer' dans dun porter agrable et pratique. %  Jee esi a uo type eow lis, mme d'autant en retard sur la mode de „„ C ol si grikteux sotttl. Ut nuances p. lrces seront les mances ,^ lltudaise e9t peU(6 £ uar j l'Anglais est calme, femme bsolumeot saxonne. > %  1 %  %  %  i %  '--••. -, '<>' %  ...vur lment Signalons en on la forme dite slaveu etnm ttvtt doublures sombres. Un joli {> uaQ ou c |, ta f u< Les yeux sont se, c'esl- dire la luniqut courte, reierouge, par exemple doubl de noir, avec dun grig v olel> „ U|IJ uauuV e 0 t vce sur les cts et dessinant le joli mou col > rtvcrs et paremsats noirs. Si on pr noir8 L Q temt vati p i U8 mdl) i eB vsmtmi de tablier, complment du drap l re ,fS n^astees sombres la Joubluie sera membres sont plus lias, les extrmi que nous voyons sur presque toutes les &*'* ou bariole de tons vils. Dans les t* plus graci'ea qoe < bez l'Anglaite robes i.u soir, lous ces drabs ont ils d:ux cas lopposition doit tre cemiplele. Knlio, 1 uu des plua ^r*nda ctiaruee W mites ravageuses ont pass par 1920. Ne cous ci oyons pa; dshonors si nos ihiussures sont ressemelais alGrmer, qu' Piris tout au lees ou si notre P"dessus esc un ins, il n'est point du tsut lidicu bli Uo;..Nooi renouvellerons nojourd hui d' re mal hibill ou tre gde-robe qaaid le mercantihsprter des etfets usags et dmome s: scra assag.... Mais, namoms Que demande-t-on?... que les mmdoos-no is dequt e ntihtSsotendance d faire disbaraitn la ligne Us tailleurs de demi saison s avront de J 1 guerre que Pmearchp et qui ma foi fera : e trs bon usage. Si vous voulez en acheter ua le dos, mais bi:n ce qui dans lestomac Paul CHAUME T de la fdinme irlandaise, c'est ta voix latin--, aux indexions mridionales, chaudes et iica*snejtt omorese Cette race, tablie dans un pay^ o les conditions de vie sout d uue excep ioiiii-ile ugueur, s dvelopp cepenlant que conserveront la ligne simple qui est des quil-ts pa t cul.ros.qui lad.l I aurait dtrner la loltelmgt ri leur vnta' raison dette. rendent p'ofo'jdiuent de sou paen Entre U „mei du. mentent pratiaui et si aime et que les toi'ettts du MiUitUNE itfke continental.


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05043
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, February 12, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05043
System ID: UF00081213:05043

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

Nu
DlRECTftiP. VP.0PIUETA.3E
uerneot-MAGLOIttE
MAGISTRAT COMMUNAL
(J NUMER) 15 CENTIMES
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCE
fil mois ^^
DEPARTEMENTS
1**" ETRANGER "
Tr^is mois ___________ H ^
[m annonces sont reues au Comptoir la
Sonal de Publicit, 9 Rue Tronchet, Ta
9 21, 2j, Ludgate Hill, Londres.
Port npiiicf. lhiti
Ji-aoi 12 TcTiir l?20
L*iiouiine le plus parfait
est celui qui est le plu
utile aux autres.
SLEPBOSE: US
Le CORAN
t
LETTRE DE PARIS
CHRONIQUE DE, LA MODE
Fantaisies
redondance spciale au MATIN
F. briquer ou vendre dts *0 ssons
)a fi l gnd bruit, dans cemias suivantes sans un permis du commis
eux dits lgan's , de la rno- saue du revenu iniieur.
jon de \x mode masculine. Les Porter de 1 alcool sur soi dans
lues Jes Uginces se lancent en poche ou de toute autre faon,
ire et < tartinent dans les jour- Dire a quelqu uu eu Pcn peut
ad hoc X ce sujct. En ralit procu er de la boisson.
efforts semblent, a la grosse Possder on vendre des appareils
lorit que nous sommes bois pour h fab icuioo des spiritueux.
Igrcs que la mode indilkre plus Changer le cidre doux en culie ai-
lle prix du v'.ement-lgrement coolis et aussi d'alcoolisc-r le*Bevo"
jdf. Il nous parait que tous ces oue jus de raisin,
ays qui discutmt sur la tii'lr de
ta
se
tements, ou dlibrent sur la
question des revers flottants,
De dire qui que ce soitcomment
ou tait de Pukco .
De dutiibuer des tablettes ou au-
Corresrondanco spciale ou MATIN
7- caprices eeille chaque pu
pa*1 les sductions *ans nombre, tale*
.-min nos ijcti.i, sont, pour le marient
tt onreux, <;t par cela mme si diffi
t tlenti satisfaire,qu'on ptttt i bon dro t
souhaiter le retour, non pas aux prix
il autan notta tu les reverrons peut-
tre jamais .. ruait dcspr.x plu 1 nor-
l'uni moini ex Irai ayant Car la
MQd e>t '.elieiutnt changeante ore
tous les /oui tant, de fantaisies nouvel-
ffii qu il faut pouvoir, pour te tenir
au niveau, et garder son renom d't-
gants, dispost d un budget srieux...
Parmi toutes ces fantaisies, dont
Dpartement
-- -- i ^ ? ? m --------------------
Arrivage de Marchandises
Le Meamtr hollandus Oranje
Naussau'- y DlUista Am(tr-4 es de:embie accul a apport rour
CHRONIQUE
Le Pfoii Mous
Correspondance tpcciale au cMatin
l a i a ion irlandaise est en ce
moment plus critique que jamais
les pur.s suivarrs quatre vingt deux Klle atteint une pbaBe dont I issue
toonej 81 82,Si de marchandises dcidera du sort de l'i t\ dans l'co
norme de l'Empire Pritannique. La
diveiset xm.s ipan*c
Huit au Prince
Petit Govt
Ucnirl
la mie
* i .naves
U
21
s >
.51
2J7I
l)
l.jC.
Total ^2,81
Ce nivire a apporl entre
chandises pour.
lonnes question qui se pose est cependaut
bien simple, [Ogee tfiDpajence. L'If
lande continuera-t-el'e jouer au
iein du Royaume Uni 'e ile d'e-
11e province, assumU-e -t tvntialise
au mme gouvernement que' les coin
ts d Angleione ou d Ecosse; ou
bien aura t elle le droit, de pir ses
mar-
prrogativei gographiques, ses ain
gulants ethniques at la persistance
Port au L\ince Gin 65 caisses, b. de sas sfforta travers l'histoire, de
d'un autre ge... Nous lu ns tre substance employes dans "la fa- beiucoup sont d rdnir, 1/ en est de r ioi caisse, devenir on s {>*g5__ fJJJJJ
merl habitus.pendant cinq ans, brication de Pale001. ^ T'1* facilement ,-xcu-ubln que dan- Pa t G^dvs Riches 10 caisses.sacs naal "' r.u;"d ua |J <"uada la
rterleselfetsgouvernemeniaux d. poiid r de lalcool except dac3 lreH tl 1ul'doivent, par consqurni. !>< IuiIm- i m
veste pince la taille hante, votre piopre miison ; dans un en- recommander lesprtimru, pa
jlessusbleu-hori/.on amar inguale trept du go^verjement ou sur en
rabattu, calotte couite. chaus- irept du gouvernement ou sur une
es clous, coiffure la bourgui- prescription auUse d'un mdecin
ou tcalot- qu' entendre les p0ur des usages sacramentels,
jmel de /920 nous recommin \S% vendre mme du cidre non
Iles t habits en jersey de soie, aLoolique ou des jus de fruits excep souplesse
h et chemises en broderie et t ;des personnes aulorises i faire ou du soir,
cravates en dentelle , ou nous du vinaigre. "h'8> brod
irerquet l'homme doit tre ha- De taire des annonces pour la vente ao,li. **<**.
avec ses muscles (w), ca se de lalcool ou des formules pour la
fande si ces gaillards ue se f. pas tabricition de i'slcooi
peu de nous. De doaasr des boissons alcooli-
lestime ou il y a des choses qui qUes i qui que ce soit except ch s
uieot plus. ]i ne sais si, comme soi et pour la consommation imm
diate.
excu uOles que dan-
(Onsi/urni, .v
,-tr eu cm
pie les jolies garnitures d-. robes fait* s
exelii8iinint ite rubans. J'our / tail-
leurs, ce sont les rubans cirs qui tri-
omphent, re-oiphv&nt tes bordures d
peau employes iu\squ\ci et donnant
le mme aspect avec ceuendunt pi il de
Pet t Gjve lltches 10 caisses.sacs
virles 29 b^i.ts
Jacmel Porcelaine >o caisses.
lermts Botcetsios ; colis.
Gonaives H ches > caisses.
Le S S amtricsiaa Lake Cham-
Nouvelle Zelsnds, ou tout autre co
lonie anglaise gouverne par un par
lement indigne
Lajqaestion aurait saua duule t
rsolue depuis longtemps, s'il n'y
phi r ryi't laiss la nouvelle Orl avuiit, au sein msaj de l'Irlande.
ans l- 21 janviif coul a apport une provir.ee, disaante, la vnat
(sire M Maurice Verne, il faut
l'lgant0 lorsqu'il sort du tha-
?uisse aller taire des sports sans
i se changer (mu;),ou com-
hffirmeM Andr de Fouquirest
lia mode tiendra compte des n-
)[ts modernes, de l'automobile,
lis dclarer, c'est justeme t la
ivreuse de travail et d'activit
Un exemple\enlre aille: Sur une ro-
be droite en velours chiffons tabac,
sont pan' des rubans de velours, de
largeur et. da loiis diffrents, dsSinant
un cossais nu*t tc stiarmoniwnt arec
la nuance gnrale de la toilette. De.
loin, la disposition des rubans sel si
D'charger quoi que ce soit pour habilement faite qu'on se croit en pi-
ces mmes boissons ou de changer se ace a'an velours cossais. C est de
une boisson pour une autre. tout prs seulement qu'on apetoU et
Dimpoiter o d'exporter des spiri 9*'* "ed'fre '* lraliail rvcilleux
tueux quil a fauu acxomp'.ir pour excuter
, ; ." _ i- -.. cette robe cfxarmcnte.
L amende pour la tibricaton ou
sson
que:, est- pour une piem re
Pour la rob' d aprs midi pour ror au Prince deut cent cm- afilo-uration pro.ej son dj l Uls
par coiure,, les ruhm.i la quante quai.lre tonnes 18 25 .,18 de ter- Cette province, tonde* par
s faille, velours ou satin marcha, dises j.veisei parmi leiquel des coious angl.cans ot ponts n
Isa ae trouvent H !hWtSSLil!%at-,tS
c sure, L^s habitants de l'dlster qu
Farine 6,0 saisses,b!S;u-.re 9 causes OQ L ,|a li8 Uoiom8tea p.r oppo
conserves alimentaires 2 cii>*es,pom
mes de terres 10 baril, oignons 5
b. r ils, risix iojoo livres, bois d-.1
coas ruction 507^ pi;es,
Port-au-Port, le j fvrier isao
17. S. C. S.
Ans
Les ni 3m or es de
l'Union syn
sinon aux Sparatistes rejettent iu
torellsmeot toute ide de Homo
Kule . Et voici des anes que le
dileinue se proloo^. sans que j
mais jusiu ici, une solution ratioa
nelle ait t propose. Ce qui a cr
iusj.ua. prsent la plupart des mal-
entendus multiplies entre la Politi-
que irlandaise tt le Parlement an-
glais, c'eat la linaci avec laquelle
chacun des autagooistea s'attache
jeter la fice de l'autre, comme
sporis.etdetDutcequestla.vie U vente ihgde de bossooi aicoo- JK*XEfieT* clukuTd^istt *CtodtOMdjSMrtlMlt}l AU armes, les plus trisUs pisodes
teuse aujou.d'hui , mais ce que liquej, esl. pbjur une piem ece iottsc ende6ilTc^ ** I '* COoi irtnaaol l'article d un pass qui, au cours des sicles
tais dclarer, c est justeme t la t,on, uae am;ude de pas plus de velours sombre: blanc sur noir; bUu do StttUlfJ'iiJ BlWo gnrale histoinques, n a cess d tre orageux.
ton, uae am:ude de pas pi ,.,,,,,.,
P. 20O3 ou un emprisonnement de vil sur uotryal ment: val sur hava- aura lie 1 le dluianciic 24 lvrier ,'} fl aver,e t*^e' pariieiiemant,
nous sommes obligs d'accepter, pai plus desix mois.pour toute nou- <*, etc.. tien irait ment, la soutache iyj() W heure, t*U matin i A '^?",!? Sr^daW ou Uni
nous laisse absolument froids eUe infraction une amende de P. dont les dessins peuvent 4,re aussi ri siie fran-ais. ** ftCfti"!flCsMMn
M^c naVaa IX *' m U *' ***? aU ^ tUff u^l^tZLnVttl * vertu -l'une dcision de CO- Sff TuTl^JS^SSs^
\VbtSM^la\^J^Lnint v un emprisonnement d un mois M^^^J^sj^^^sm ^ comre8 ont 8UDl un rtf
nous^ lieront eiuinot au mm,mum ou de Cl0ll anS W \^ ret^Vi Jihl7n7r *Z H itWIsIlbw ilb> un l.inquri Urd sur le dveloppemont ambiant,
re a la sueur de notre front, ou ~ -------------------Ss^^^^u^^^SX del'un.on.tndec.nvlen.isie^pl.ar aVaNoU-tt4imilons volontiers l'An-
[oui autre partie du corps. JoUHiaUX traoaorS 5ST^M^r^u^iX2 ^iens, uge-femmes qui ne sont lo Sixoo, l'Irlandais et Piodign*
sais qu'avant la guerre, nos loi-
|noua permettaient de -iisculer de
upe ou de l'lgance de nos v
ttts A ce moment biv.on pou-
s'habiller, se chassser, se chi-
ter bon compte. Jamais un
ne n'aurait accept, pu exerr-
de porter des chaussures resse-
es. ou un vtement lustr. Le? pareil, m'a t-il dclar, a vous co- 9fru,
tlredi l lrrier Va A) s 4
de lpres-midi.
Heures
11 '
printemps Ut amneront plia triomphante
ment, eut la simple apparence,
dillrencier les uns des autres.
L'habuant autochone de l'Irlande
et du pays de Galles est celte ou gai
lique. Tel d.ome dec.s deux pays
est tro.iemeiit parent des .patois bre
tons, si bien que les maritimes du
lournai, a.-nomme-wdic, .-^ut nmrn /(J ^^
ment, Le rire. Le Ple Mle, Lectuie x,iCore w,u fantaisie s yanle cer
pour tous, Fantasio. r(,,nj v,sages, celle les cols trs men
-. tants et trs enveloppants, sou en lin
soit en tulle pliss, soit mime
lance, ont bigrVmenV chang erait bien cinquante francs mainte. f^TisiT&M 'de SsMU
is. Quand il iaut mettre cinq nant h^met^^ee%ttZu^% *" 'T'' *f *"' "rlamemnt f?e -
pour avoir une paire de t uta- H m' Pris trents ,rancs P0ur ses dre . muih ^ 8J mmJS op av'f dc mil" tramtormatiom de d- Fmislrf, de Comousilles ou de S'i
convenables.quinze louis pour soins, pestime que j'y gagne encore position avec le dcollet* aimtae toute*, ia,lJm voteront encore u grdee. gj peuvent se comprendre a pre
(pardessus, vingt cinq pour un deux louis runisse la maj.rdt des suffrages On At,M5 vpmt ^aucoup M ce moment miie auditlOH, aans aucune diflicul
blet veston, on y regarde plu- Laissons les lgants rnover la est si bien habitu d la libirti des mou- de longuet ndwgotes; celUs-a semblent t
.1 lois et l'on s'avise de touiller mode masculineet. con idrer, dis- vements.au dgagement parfois outr du devoir tre \e Miment type de. lademi l'An/, an oit calme. 1 uiauaaix
sa garde-robe poui en
ulement tout ce qui
ble, mais peut 1e mis
le touiller mode masculine et con idrer, dis- ussonll au dgagement parfois outr du devoir tre le 1 lment type de la demi l'Anglais est calme, 1 li
1 extraire, tants, le pauvre diable n'ayant gure COHf de la poitrine et ih dos qu il pour *on, manteau ou robemanteau.il sera nJff JtVSaTtieVh
li est pr- Frofi: duraQl sa nobilisaiioa et ra sembler pnible de s engoncer' dans dun porter agrable et pratique. Jee esi a uo type eow
lis, mme d'autant en retard sur la mode de Col si grikteux sotttl. Ut nuances p. lrces seront les mances ,^lltudaise e9t peU(6 uarj
l'Anglais est calme,
femme
bsolumeot
saxonne.
..... > 1 i ' '--. -,'<- >-'. ...vurlment
Signalons en on la forme dite slaveu etnm ttvtt doublures sombres. Un joli {> uaQ ou c|,tafu< Les yeux sont
se, c'esl- dire la luniqut courte, reie- rouge, par exemple doubl de noir, avec dun grig v olel> U|IJ u- auuVe0t
vce sur les cts et dessinant le joli mou col> rtvcrs et paremsats noirs. Si on pr noir8 lq temt vati piU8 mdl) ieB
vsmtmi de tablier, complment du drap lre ,fS n^astees sombres la Joubluie sera membres sont plus lias, les extrmi
que nous voyons sur presque toutes les &*'* ou bariole de tons vils. Dans les t* plus graci'ea qoe < bez l'Anglaite
robes i.u soir, lous ces drabs ont ils d:ux cas lopposition doit tre cemiplele. Knlio, 1 uu des plua ^r*nda ctiaruee
W mites ravageuses ont pass par 1920. Ne cous ci oyons pa; dshono-
rs si nos ihiussures sont resseme-
lais alGrmer, qu' Piris tout au lees ou si notre P"dessus esc un
ins, il n'est point du tsut lidicu bli Uo;..Nooi renouvellerons no-
jourd hui d' re mal hibill ou tre gde-robe qaaid le mercantihs-
prter des etfets usags et dmo- me s: scra assag.... Mais, namoms.....
Que demande-t-on?... que les mmdoos-no is dequt e ntihtSso- tendance d faire disbaraitn la ligne Us tailleurs de demi saison s avront de J
1 guerre que
Pmearchp et qui ma foi fera
:e trs bon usage.
Si vous voulez en acheter ua
le dos, mais bi:n ce qui
dans lestomac
Paul CHAUME T
de la fdinme irlandaise, c'est ta
voix latin--, aux indexions mridio-
nales, chaudes et iica*snejtt omorese
Cette race, tablie dans un pay^
o les conditions de vie sout d uue
excep ioiiii-ile ugueur, s dvelopp
cepenlant que conserveront la ligne simple qui est des quil-ts pa t cul.ros.qui lad.l
I aurait dtrner la loltelmgt ri leur vnta' raison dette. rendent p'ofo'jdiuent de sou paen
Entre U mei du.
mentent
pratiaui et si aime et que les toi'ettts du
MiUitUNE
itfke continental.


l jvriN
CM
Les catos se sou-
mettent Vautoritv
Le i>ay$ tout entier se rc jouira
de la nouvelle de la soumissior,
des caws l'autorit.
Ce matin, plus de 5UQ qui H
sont rmdus ont t amens ti
Port-au-Prince ou la populauo-
les a vu passer satisfaite On nom
informe que dans le i\ord ils u
rendent galement ainsi qu' M<
rebalais et dans les environs.
Au moment ait nous avons lu
soin de bras pour relever no\n
agriculture et entreprendre dt
grands travaux (FuHRl publique.
il iaut enregistrer avec plaisir /<
vnement qui va mettre fin auu
aclet de banditisme ei de brijat-
dage de ces jours derniers, en pei
mettant tous les bons citoyens du
travailler dans la paix et ta Iran
qulit.
OeiuS qui achte
L'EMULSION de SCOTT
achte le meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante ans.
li n'est pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Prennez garde d'obtenir toujours l'Emuhion de Scott)
Nouvelles Etrangres
Astbme
Espie
BoMltgMMDt al Gurlaon
)tr|sCi6AIIETTES ne part et ia montagne de l'aulie -
\.ne mer grise dont les vaguai s ei
vont jusqu'en Amrique, et une mot
tagne sombre ternellement couron
ne de biume le caai' 'Te origi-
nal de l'insulaire il landais a subi
uue dpression lente, continue, ({in
cache soua la dformation d'oce nu
laucohe apparente, des possibilit?
de ia violence la plu* sauvage. Ilace
de sommeil long et de *;!, mono
;one. avec de brusques rveils, qui
lii.t fourni llnstoire butanmque
quelques-uus de ses pisodes les
|)lua tragiques.
L'obstacle stimule cette nergie,
la transforme eu un enttement fa-
touche auquel uu jour ou l'antre
la tnacit anglaise elle-mme stra
contrainte dcder. L'iilviiduis aigu
meute la lagon du pauvre et du
solitaire, Il est aucUn a se ispliei
ur les ru:ia de sa longue servit u-
ue. Les effets, da.iaco pays, teste-
ront ternellement BeuiuUbies, re
naissant mesure qui te prolonge
lonc ma causes q
leur.
io Fvrier i;2o
PARIS A la confrence des am-
bassadeurs, le ministre des finances
"Autriche rclam?, avant la miseen
vigueur du trait, la cration d'une
-eclion autrichienne.La commission
les rpara ions s'occupera t de la
question des crd t? lorg terme
>our la restauration conomique de
'Autri.he. Le Conseil des ministres
lcida de supprimer la taxe sur les
'is rour la rcolte de 1920.
BRUXELLES La course cycliste!
le mx jours commena hier au soi
i quatorze heure*, les quipes qu
participernt cet^e course parcouru-
rent .\~S kilomtres 69} mtres.
BUDAPESTLa dlgation hon
croisa i la confrence de la paix
pat:t pour Paris remettre la rponse buent
PARIS Millerand quitta Puis au
jourd'hui a 10 heures 50 pour Lon-
dres o il air v ra demain 12 lvrier.
1! palit.accompagn de Musai Thou
myrne, Foch et Weygrand etL co-
lonel Adel.
PARIS- Le Conseil des ministres
approuva le choix d'Alapet'te pour
succder M 1 erand comme com
missaire goral en Alsace Lorraine
Monsieur de Saint Aulaire, ministre
de France Bucarest, remplacera Ala
petite, ambassadeur Madrid
PARIS Le tournai reproduit leI
b uit que nous signalons plus haut.I
m in se 11 s toutes rserve?, que les
' Biais Unis ont le pressentiment que
la France leur cdera l'allermage et le
monopole des tibics po ;r une prio
i' de 25 annes en change d'un
versement de fco milliards
PA la dtente survenue dans le
iu gouvernement hong:o s. :hange aux mesures nergiques an
MADRID- Le Conseil ds minis- uonces parle ministre des linances
trer. accepta la dmission du capital* franais, qui ne manqueront pas de
ne gnral de I? Catalogne. La crise produire a l'iranger le meilleur effet
ministrielle parait tre vite. PARIS Les ftes pttriotiqueseurent reut Oiessa et
PARIS-* La Libert d.L que 1* lieu ter a Strasbourg et i Me'z et, Notd Outst.
ministre dej finances dment ner- Colmar, 1 occasie 1 du dpart d:s PARIS La proposition dpose au-
giquement l'existence d'un projete- premiers conscrits alsaciens pour 1' n
Jant aux amricains pour vingt cinq trieur
ans moyennant un vetstm*ntde 03 PARIS LE ho de Paris annonce
miliardsle monopole d-la fabrication 4ue Millerand adressa au cabinet de
et de la vente des tabacs en France. Berlin une communication relative
PARIS A la Chambre, le vice- ili su-pension des dlais de l'occu
prsident lut 'a lettre de dmission patio 1 les provinces ihaanes.
de D.schanel et adressa un homma PARIS Li confrence des arnbassa
leur police arienne. Elle entendit
ensuite les ministres des finances et
du ravitaillement de l'Autriche. Le
ministre dos finances exposa les de-
siderata de son gouvernement.
MULHOUSE A Strasbourg, d im
posantes manifestations patriotiques
curent lieu l'occasion du dpart
des premires recrues.Les villes sont
pavoises.les conscrits furent ovation
ns.
Ls CAIRE (Egypte) L'mir Fayca1
partit pour Paris
VARSOVIE Un bataillon (raneais
se rendant en territoire soumis au
plbiscite, arriva La foule nombreuse
l'acclama chaleureusement
PARIS Les polonais d'Amrique
offrirent quin/.t mille marks pour la
Croix Rouge polonaise
BALE On mand: de D.ntzigque
le gros des troupes anglaises do:cu
pa ion. arriva hier.
PARIS ()q mande de Vienne que
sous la loi t* pression des armes
Bolchevistes trs suprieures en nom
bre les troupe ukrainiennes vacu
se retirent vers le
terrir leur pays pendant u
MADRID Le conseil des jjjf
accepta la dmiisjon du .'./'
gnral de la Cstalcgne
seur serait une-haute peisoJLJ
crot dans les sphres p^
qu' 1 s'agirait du gnral Wewi
PARIS A la Chambre le v!
ident Arago lut la lettre de
.sion de Des.hanel et se fit
ptte de la charrbre en adrtj
nouveau Chef de L'F.ttt a j.j,
la reconstitution nationale
ge respectueux ainsi que le
dvouement de la charobre.L
bre fixa 1 lection de son Prjj
jeudi prochain. *
BELGRADK Le prsident
seil des miuihires informa U^
trs d'Aogleteire et de Francei
dlgation Yougoslave Paru,
pleins pouvoirs. ales puissance,!
vent s'adresstr elle pour U5^
de la question de l'Adriatique.
PARIS Bar thou dposa sur'
reaux.de la Chambre franc
projet disant que Po.ncar Pu
de la Rpublique Franaise
bient de la Patrie II exposa
lit en oumerant, les titres de]
cai et parla des hommages
vent aller au grand citoyen
premier proclama l'union
je cessa jamais de la respecter,"
Millerand dclara que le
ment s'associait 1 cite pion
et dit que Poincar ayant pu
pays l'heuie ou 1* justice
ramena au giron de la patrie
Lorraine et qu'il ne cesssa jao
donnerauiministres resposiih
toutes les affaires de la g
indication prcieuses et st
leurs conseils 11 faut m$a re
vlillerand le nom de Poinca*
ceux des grands taia.s ayaetl
mrit de la Ptrie
La v b irr.ire ratifiera l'o,iiio
unanime de la France eue
a cet gud Ap * uae coahi
non elle vota l'en rable d:
position qui tut adopte
:-'.<:
e respectueux et l'expression du d- deurs repoussa comme contraires au
lis fcCgendie- vouement de la Chambre au nou trait de paix les dimandes de l'Aile
veau prsident de la Rpublique fran( magne et d- l'Autriche, dcidant de
L. B.
aise.
conserver des avions pour assurer
IMMin.>:o
jouri'hai ayant poar objn de dcla-
rer que Poincar mrita bien de la
Patrie lut renvoye la conmission
des attairesextrieuret conformment
au rglement Je la chanbre.
AVISTKLUM L'riaudetsbland pu
blie un tlgramme adress par le
Kronpno^ d A'.lemagn aux Chets
des Etale allie et assjcii di.ant no-
ta nment,qu'ils ne prenaent au lieu
des neufs cents allenaadi qui ne
commirent aucun crim: que celai de
<_______________________________________...__ __
12 FEUILLETON DU cMAlINo
Judex
GRAND ROMAN
Tai
a n a //1 n u 1:1: \ t d
(Film par L. Feuillade )
I hcinine, visiblement dsempat.
Dire que notre plan a fail
russir, r. pn-nait Marie Verdisr.
Lavais-j-i assez, all'ol, ce cher Fa-
vraux' il ulltiit m pouser, moi, Tins
iitutnce de son petit-fll. Je me
faisais assurer par contrat les deux
iilhons qu'il m'avait offerts de lui
, nAmel Six mois api es, j'tais veuve I
Puis enveloppant son amant d'un
j'gard qui tiit tout de crime, elle
soupira
r Morales se levant I'. avec efTuaion:
ij Char marquis., voulez vous me
' permettre de voua prsenter mon
Hinie... Mademoiselle Diana Monti..
l'artiste lyrique dont je vous si dia
parl'.'
Mademoiselle., tous mes com
uliments, ravi . enchant, afti-mait
le a roi du cotillon en dvisageant Neuilly.
Diana, derrire son monocle d'un Avec un aplomb
air connaisseur et satisfait.
Veuillez voaa asseoir., marquis
aento?
Par Fintenndiaire de l'abb
Villetot' vicaire de Ssiut Philippe du
l'.ould. J'ai au galement qu'elle avait
ait paeser qaalqaes a'ijjicji dans
les journaux.
Et elle demeure?
10, impulse Saint Ferdinand, a
DgUXIMI Kl'ISUDE
JuTXPlATION
n--nra.' d irkeili (eiilleUiM
Le banquier FtvtSUa BM i.'iuliow mySiicu
cuitiii jour n'avoir pu oMI iu* utdres de
ludex, qui l'i Oimi.o de dOOl O \i IBOitW > I
< I uns jiin pauvres. IscquUM, "JMk de 1
.taux, .il'niJonnc sa (ottUOC travaille poi (
vivrt, apus avoir COafU MU BU Jean ;i I
i;ile repousac Ici propowiion
Un p< ut le due: nous avons'invitait gracieusement la Monti.
pa-s' cla du bonbeur !
inou Diana for
mula :
Si vous voulez m'cou'er, mar
quis, avant qusraole huit heures,
tandis que Csar s installt eu cette femme toss appartiendra.
"our du eompo\ D ullai
voia que ce (uoyeo. Il est cli
Neuf lois sir dix il 1
turiez b eu tort de refuser.
Je verrai.
Ces cho.es- la demandent!
excutes proniptement..
vlooti... et il ne tient qu'
da demain, tout soit termine]
Ds (loinuni.'
Si voue acceptez, nom
tlphonerons l'endroit oui
ron.8 emmen la behe.
J ai besoin de rflchir']
Soit, sequieea l'ancii
tutrice qui comprenait q
valait ne pas brusquer Isa
Eltendant la main a
ajoute :
Vous pouvez, marqaia,i
ter sur noua comme sur vc
...Le soir, vera dix heur
sa garonnire de l'avenue
lires, o Diana Monti
se rfugier aprs son
Sablons, Morales recevait
suivait :
Mais redevenant souduiu ce qu'elle face d'elle. Morales attaquait sur un
tait encore un an auparavant, c'est!ton d'galit parfaitementfsmillire;
-dire, la belle, l'imprieuse Diana , Ct ces amoursV
Monti, Ibebitue dee tripoti cosmo Eh bien, justement, a ne va
; o lits ei la boudeuse des casinos pas, rpliquait le c roi de cotillon a
se laisser
rquib Je Birargueset ri.:
s, qu'elle devra Iftehei
ou Je Judi
bftvea yens
unie. Ju mat
deui pigtona qu'elle devra lachci si elle tu
m danger. IV son ct, Judea, aida de ion
(fkn K>ncr. iiileve Favraua ue son tombeau, le
lappoUe !a vie ct le contraint Jm1.1n.kr
jardon t ta fille. Favraua ce mourra pat, mal*
.. 1 1 eciij.mn j la priaoai perptuelle.
V (Suite)
Au Gillyx-Bar
Avrc n gesia nerveu>'< la
femme s'empara de jouma! .. Pres-
que oaat'6* *en traita' rcfleiAreol
une espresMon d'motiou farootaf,
haineuse... tandis que *>* h'-vi. -"
remuaient anlotnetlQOt ment, 1
tan chaque aoide 1 entrefilet
a Le "<"' "' banquier /'. mystrieu < ipilogut.. Rompant m
flmHaiU arec If U de l du regret f l'inanci'r a d spam apri
avoir donn toute sa fortun aux m
VMS. Les uns ht disent entre dan un
couvent. Us autres purlie en
que h\istre\
'lout Cria, lit la b"l!e crn'iin-
en haussant les pauler, ne reaans-
t itra pas Fanaux ut nu noua iso-
Cra pta ses millions,
En attendant, 1 n e demande
ee qut nous aliona devenir, scandai'
inditerianeus, elle fit
Il ne s oyit pas de
battre.
< Ds prsent, il faut songer
l'avenu
Tu \ 1 'i.s de me dire que tu avais
rendwvoua ici avec le marquis C-
sar de Birargues?
Ju l attends.
tJjo'aet-ee que ce marquis?
Un jeune snob que |ai COQUO
il y u que,que temps uu cenle mixte
de la rua VVeeilington, une nuit qu'il
perdeit groe... J'etaia en fonda,'je
lui ai pit cinquante louis qu'il ma
tendus le lendemain. Nous sommes
devenue une pane a amis. Il me
jeune prend pour 10 uuion Mora'a et ne
m'a jamais di mand ni mon extrait
do naiesanc8< ni mon casier judi
ciaue. C'est un ns gentil gaion..-
pus lier .. coIoesalement lieu3 e'
Bttliltemment poire* pour qu'eu s'y
tantt adroitement nous en tnious
a forte somma,
l'aifsit!. l'ailait' scandait la
Mon] fort Intiigne.
Morales poutsui. ait :
Il m'a coi ho l'autre soir qu'il
tait lot pris d tue jeune at ahon-
Am ' 1 n ita* d ma qi-i
;iiiiutbla verte,
t. u ai h va pas..,
u'-ai de Uirargoei s'ava aitveri
lin, daignant ai; Miner l'expression
dont la naivet galait parfois l'or
labileraen, l'aventurire d-
gueil.
Fort
e
claraii 1
Messieurs, si vous ave/, parler
de chosea intimes, permettez moi
de me retirer.
\his Csar, galamment protestait :
Du moment que vous tes l'a
mie du baron Morales, je ne dois
pas avoir plus de secrets pour vous
que je n'en ai pour lui.
Encourag par un rapide coup
d'il de sa msitresse le rasts iusi
nua aussi et :
Vous avsz raison, cher ami. c Diana peut nous tre d'un excellent
conseil.
J'en suis persuad, acquies-
ait Csar qui, poussant l'inconscien
ce lusqn' son extrme limite, Ut a
Diana et a Morales le rcit de sa
rencontre svec lesnna Bertin, termi
nant par celte dclaration empha
'.ique.
Vous me direz que je suis com
pitement idiot..- c'est fort possible.
Ma collgien, et ie aena trs bien que
si cette femme me repousse... la vie
attiche uue mut in deviendra sbsolument iuauppot
teble-
Vuns di'es que personne
es' profeeseui d; piaii de mai'e
moi>elle votre a M 1 eriogeait
voloutairt mut uuperiinento de son. Diana.
vissge, par un soutire quelqie peuI Psrfsifement,
familier
- Par q-u lui i-t-ellt l Est-ce possible? sursauta Csar.
Vous pouvez avoir conliance en
Diana, iminua Morales, a'eai uue
femme extraordinaire.
Le roi du cotillon > reprenait :
J'en suis persuad.. Cependant
je suiM curieux de savoir comment
mademoiselle va s'y prendre.
Cela vous cotera dix mille
francs, posa cyniquement la Monti.
Lt considrant avec une exprs
aion d ironie discrte, Csar de Di
rargues qui semblait compltement
ahuri, elle poursuivit ;
Youa allez voir eombien c'est
simple. Mous faisons enlever la
belle- Laissez 901 voua expliquer .
Noua faisons enlever le belle., tout
'doucement... tout gentiment,,, pai
des gens qui s'y connaissent... Jc
vous prviens.., Vous arrivez... Von
la sauvez.. La reconnaissance la jette
dans vos bras..- et le tour est jou
Nous voyez.' faiaau constatei
Morales, ce n'est pas bien difficile
Csar, devenu songeur, gardait
un silence hsitant, partag entre la
crainte des responsabilits et l'acui-
t de son dsir
Peut-tre, observa Morales, tou
vez vous que dix mille francs c M
t'op cher?
Piqe su v.f dans sa vanit, Csar
regimba :
-l'as du tout:. Il n'y s pas de
question d argent pour moi. Mais
un enlvement, ceat grave!
PremirHinent, la personne est
majeuie, re.su,ail Diana Sacoudo-
raeut. je puis vo ,s affirmer que ton
cela ara si uieu tegle et si bien mu
en scne, qu< pss un kstsnt nul ne
louponnen que v ou* tea l'iustig*
c Mon cher baron,
Comme convenu, js voiuj
ci-joint un chque de
francs pour 1 excution de 1
jeta. Je vous remettrai per
ma, la livraison.
Trs cordialement votre,
Csar de Hin
Et maintsnant, fit Diifll|
vrage.'
VI
BieAsa Monti
Vers q ut ire heures dal
Iscquehne- te leons
tait rentre ftemlly. AI
embrass plusiaurs
portrait de son char petiM
tait en train de changer I
renouveler les grainei
pigeons, lorsqu'on frapp*'
C'tait la booua roadai*J
qui, la ligure toute rjo
ui annoncer qu il y aVI
une dame trs lgante
dait lui parler pour vieil
piano.
Je n'ai paa voula
monter sans vous pr'
t elle.. Mais ce doi* ;t/*l
sonne trs bien, csr eil*
en auto de maitre.
Veuillez, chre
dire que je l'attends.
Quelques instants apr
s'ouvrait, livrant pas*
Deux uoms v brrent
ceut de surp:ie simi-'W,
Medemoiselie Msr-1
M es me'
1 {Asuwrt)


GAETJENS&Cv
|lti^ du Magasin de VEtat
JU% I>. l or les 1C0 livres
'I6hs P. 1.25, ./ it 2 or.
tait Condens Nestl
_L-, m ifl VIMIV LIILA p.& x SadiaCn, A Bcha,
Lu Asar*. Marius Bf rue. Udff'c Gros
L Freetzraann Aggerholm
CUIRASSEZ VOUS! '
CUlHSSEZ
V'iiri-Uorte, \u-. Bronches,
vos Poumons en le3 (feEdant, J
en les prsenant
par Pantiaepiie m latita des
ISTILLES
VALU!
PaitaDivers
ENSEIGNEMENTS
MtTtOhOLOGlQUES
Or-SEHVATOIRE
Ptn r bt.viNAiRE
COLLfcGH ST MARTIAL
Meicrcdi M Fvrier 1920
minimum 20,3
Baromtre
Temprature
l
maximum 30,4
Moyenne diume 25,2
Ciel clan le jour, nuageux la nuit
Baromtre legremem en baisse
Mouvement sismique a 7 h 45.
.m |, SCHERLR
Le Bal travrsU
de la Henuinancc
11 s'annonce dfl plus er pitUP bril-
lait le bal tiavts'.i -;u t ,ia l La
Renaissance au pii/fit de la L'om
ppgnie du Pompiers.
Un sait dj qu' cet eiet 1 Htel
Bellevue a t mis gracieusement
la disposition des dames pbtronnes
ses pur l'aimable piopiieta.ie Mi
Gaspard Monsanto.
Au surplus Wr Lilo, le r-ympatki
que manager da la complue EltC|
trique, a bien voulu consei.tir a pil
ter se 11 concours pour l'eclaiiuyu de
l'Htel. Ce eera splendide.
contre les dtflgvn du Froid,
de l'Humidit, dw Pousskres,
dM Microbes.
Pou SIMM EFFICACEIEIT
EUnuati, Maux de Oorga,
BI'OUlailes, Grimpe, -t.-.
Pastilles VALD A
MmdrupirakUtntlMplUiu
Mais il faut avoir soin
de bien employer les
Pastilles VALDA
VRITABLES
SEULES RELLEMENT EFFICACES
endues BlpiMet in BOITES
pet tant I* nom
VA&
JOHN BlIRiS & Co
../SOI. Ru du Quai
Bonbons aciduls
par caisse.
C Suref.es )
THE ROYAL BANK OF CANADA
A. M. C. E
L'Association des Membre ti< Corps l'.nse:-
iDi et tout en uvre pour faire rev.vre la
u >ur de pavt olide.
luttJi aprts-niuii, la section du sau-s.:olaire,
nr JobraiKhes de I association, runie au Lyce
ii.oaal sou la priiisknce de .'tue Luce Archin
1 sanctionne les rglements qui icgltstai
lis menibies.
hier prs-midi, toujour au Lyce National.
1 la prsidence du Dr J. C. Dorssinvtl, il
il,on oc l-'edagogie.a anete tes ftaUlU et SSOC4
|u bureau un second seciciairc: Me II. A. M^ltet.
le Docteur Dorsaiovii appoite a la prCfcidttscs
nr..-u une activit enthousiaste, li compte
mnir alactation dune l>iblioihcque peda^u-
*)Lf. Un annuaire rappOMin les tUidts cl l
ivjua de membres.
La sance inaugurale de la section e^t fan
(# ii rglCCMUU au premier lundi .:;i mois
Mars, Me lloiuiny et le Pre Xlieti-Lier .
cnt entendre u ente sance.
.e lieutenant Bel lieu dcora
Ce matin i>ei!e t'.unitcstatiou dan la courut.
Mais Na.ionol ou le Prsident de la lu-pudique,
pic avoir pass en revue la iSnic compagnie.
Tiettait au lieutenant liei.iot, rhil ue la ihum-
uc du Palais une nicdailic en rteonpcmc u.
. trois annes de service. Le mo.it de cette rot-
le est une lyrt attache a un luwait aux coe-
ur nationale.
Le 'rsident fit un s pet'c h tics got o il f-
11a le lieutenant lieiiiot a qui nous arfraiMM
tu aes compliments.
.e Ministre Roy en tourne.
d. inspection
Lier malin, le Secrtaire U l-.tat des Travaux
ul lies parlait pour bt-Marc, tionaives il Oro-
aine eu tourne d'inspection. 11 tau aecora-
ij.i.1 de 1 i:ikiiiie.ii (ravier, chet du service tectr-
iqie et 4k i'un., in. .ir Cari Ticxel qu'il installer.
Fpieienuot du dit service dans le iMparttnStBi
: l'Arlibouite.
.\.r Koy sera de retour probab'etncut aujoui-
l)L.l.
Autour de l'Emigration
Aucune amlioration appiciable n'a vain c.
aponee tua salaire de ouvtitr> haucns, ils
ui.muent dmigrer i Uuba ou il trousciu, av;v
iiointTtiises garantie, un travail plu reiuu
neiattur i|ue chex eux. ^; ; haiiien cmigraui.t
DM lier oir.
Bepart ua MM MatUews et
bcarpb
Messieurs Mathewsjr, collecteur de la douane,
tScarpa, directeur Ue 1a Banque Nationale u.
a Rpublique d Hati, son partis liier soir a do-
nation de Cuba.
Boulouse Sada
le Jouroil olliciel vient de publier, dans sor
iduioii d'hier, l'.Vrcti- du l'rsiUent de la ll-
pubuque conter.uit la qualit d'Hatien a Monsuui
Sou.ouse k)ada, le commerant bien connu ue
cite Place.
Le MATIN prsente ses meilleurs compliment--
u louvel hatien dont nous avons pu BppfecieJ
its qialu a LctLtct de Icyaute, garaurte cii-
\i e de fidlit a notre cherc l'atrie qu'il a choi-
sie pour tre la sienne.
Mariages
Il r.cus est lait part du prochain minage dt
M le i sonne Alvarez avec notre air.i BuMsanuai
i'auiliot.
I a bndiction uuptialc leur sera donne U
tnarui 9 Mars prochain a 7 heures du matin, en
IjteSt-Josfpn.
Le 17 Feviici courant sera bni en l'Eglise
faioissiale de Muagone le mariage de Meilt
uinitsc Ueaue avec Mr Montilc/ lotchon.
Erratum
Dans l'article de notre collabora-
eur C.\i' c Epilogue d'un matcli t
oubli dans nolie dition d lner,
lire ainsi ie 'Je alina de la 3e culon
;ie:
53 Pourquoi larbiire, en iccor
lant le covp de pitrt de \toin ( cornet
kick. ;, n'avilit i il pas laitsse le bal
.11 c w le joueur gudoiB l'avait plact-
- cttait pour n'ire pua eu tiurnio
me avec l'article 7 ; c . L'n joueui
du c-imp oppoe placera le bailon
tianh un ifcyon d'un intiedu pique
du coiu le plus mpproch du ct
o il tait euiii ) tt le lanceta du
pied.
11 lui tait donc, cher arbitre, loisi
oie de meltie t>on ballon inoins
l'un mtr.
Messe de Bout de fin
Moi sieur l/once Fils aim tt
Ifs antres membres dt* la fan il'e,
ont riioiineui d Himuncei au corr-
morcfi nini qu'aux amis tiit dr
laC'api'ale nue de la Province,
qu is feront chauler i Vendred
il fflier couran', 6 heurs \{J
[ircises du matin, en la BaiiHjue
Notre-Dame, une messe Sobi
nelle de bout de Tan la mu i
re de Picrrr l'Aie Fils aim '
PrutnottM A ugtut h il aim enle
vt'S leur alleciion les lo et ?il l
vr.i*r de l'anne dernire. Lu y
tSB >laut, i!s leur donoefonl ui t
nouvelle p euve de symp uhie e
d<3 haute coi sidra'ion
L.a prsente iuserinn sert d"i i
viiaiion.
~J^s<^h
Amicale du Lyce
rtiun.
Le TilOlin de l'A.socia'ien ami-
;ale du Lyce Ption se lait l'imp-
rieux devoir de mettre sous les yeux
des membres actib de la dite Asst-
.latioo, qui n'ont pas encoie vci-j,
ie montAUi de leoil cotisatuns l'ai-
iide j des butuis, ainsi coru.
Arucle 5 La cotisation nnueilt
st xee a gourdes tt payable d't-
ance par Swincsue. lout bocitant
^ui n'a ras a.qui te sa cotualion f
no s ap es 1 chance est considit
uni nie d-m ssioanaue.
^hort-au-fnuec, le 12 lvrier 192c
Le 7 resora ter,
t .|. MEXZLB
Le Scrtant Coterai
H. HKfcAUX
1
raf-
Avis
Madame ^arn Mc-Glollin
vlarcelle Ubrosse, annonce set
unis qu'elle hissera pour iVw
'o k par pioehain bateau, js^u.
Varits
VENL'HEDI
MISERICORDE
JUDLX
8e paode
Entre gnrale fl 2 00
Enfanta i.OC
Mouvement
Maritime
Le steanur 1 GlhaU de
la Panama, venant de Ne*-\otk
$st attendu vers U 13 lvrier cou-
rant avec, 290 tonnes de marchan-
dises. Vil sacs de con espondance
et 9 patsugers-
[.e steamer *Gen.\Xeems> a
laiss Nw York le H du courant
avec, 350 tonnes de marchandises.
Le steamer Adultes 0
laiss Amsterdam le H Janvier et
sera en llaii vers le lo de et
' mois
-- Le steamer PrtMJ der NJ
deilandenou le Nickerie$ venant
i i'A msterdam est atlendu vers le
2i du courant.
le steamer' Btnicc* laisse-
ra le 10 pour Port-au-Prince di-
| rectement
Le steamer t Gen. Et nsl "qui
doit faire tousles jorts,seraan Cap
vers le 15 du courant venant de
NtW- York.
Avis matrimonial
Le soussign annonce au public
et aucomrr.erceen particulier qu'il
n'est pjus resio*sabte des actions
de son vovse,n(e Terlulia Augus-
tin pour cause grave
I ne action m divorce lui sera
pi ochainement intente.
S inl-MarcJi fvrier \9S0. \
Marc ISKAfcX. I
Situation Gnrale
Au 29 Dcembre ltfl
AU PUBLC i
Passif
j
Drl ne raprortaut pas intrts
apportant intr't y commis les IntrA*
accumu's jusqu' la date de ce b Lu
Billets de. tte Banque en circulation
Ba'.acce dot. au Gouvernement du Domin on
"f d'autres banques au Canada
" aux banques et correspondants de l'an.u:
dans U^K.yaume Uai et dlOl les pajl trante s
EMfh a p:jer
Littfil de cr -il acceptes
AUX ACTIONNAIRES
(lapiiil vtrs
le ndr de lsuves
Balance t'es orolils fixe ce jour
Dividende non rclames
Nj 129 ( 12 o j .*io payab'e le ter rlce.n 1920
B>nus de 2 O/o :me anniversaire pa\a)ie \
1^9,6^6 229 '8
2^9.465,169,68
4i9,i2r,59. S
39.837 26^,74
14,000,000,00
I },a7>,000.SR
7-/19.sS242
8.6.776.89
16,467 98;,69
497 697,243.9^
20 deen b'e 1 m<>
j 7,000,000,00
17,000,000,00
1,096418,7-/
820jo8
=J03,219.12
M.OOO'O
Pends de rou'i m ni
Bille du Dam n oa
Doilais amr'ciin
Autres naaiuiciUtaagrec
Actif
53 3.647.084.93
'i7.^>3.879 9'
26'/3)./24.0'J
8 746,805 .o>
9,US ijMl
Dpt dans la rserve d'or centra'e
Billtts d'autres Binques
Chques sur d'autres Banques
Balances dues par d'autres Banques au Cuaadi
" Baoqurs et correspondants de Min iu.:
en d'autres endroits que le Canada
Titres du gouvernemerit du Dominion et des provinces
ne dpassar I pas le cours du march
Titres d:s municipalits canad enne et anglaise
t trs trangers tl de colonies autres que le
Cinada, ne d Bons d; chemins d fer et autres, obl'g-itions et
valeurs de Bourse ce dpssrant pas le cours du
march
Emprunts au CnaJ\ par Bons, ob!igi:ionsjJe valeurs
de bourse
Emprunt? a cours 'ermes ne d p ssant pas tren:e
jouis obtenus en d'autres pays qu'au Carudi
jj68i.347.3J
2 4,300,000.0 o
; 464.200,00
23;4S7.240.;J
_17.loj.8j
S.ior 3;i oS
4f.jaj.598.66
An'.res pllll d'argent et comptes au CanaJt
( moins rduction d'iatrth )
Autres prts d'arger;! et comptes ailleurs qu'au
CinaJa ( mo.ns rductioa d'Ultita )
Comptesdai'.eurs en retard ( estims comme pres
a couvrit )
Proprits immcbil.res autres qus les locaux
de la Banque
'locaux de la Banque estims au-iessous de leurs
valeurs relles
Passifs des clients d'aors le'Tes de crdit
Df s au Ministre pour aveir le
droit de taire circuler dts valturs
Autres actifs no.i compris dans le pr:c'eit
Tota
H. S. HOLT. prsident.
J3./00 S4-17.
19 414 891.0
i6,;?5 614. iq
;j_8j___j_n_n.
27> M> V62.86
14; 359 Jtl.47.
93.210.271.3.
^65.0896^
2jj.c) 79 4<
1 49', 27I.OO
7.016 444.I2
16467 978 6^
;,o.qoo.oj
17 j 64.S.8J
j33 647 0*4 >
Al mu uacli Verinot l\)2(\
lltt Hue du Rservoir
A. de M A T T E 1 S
kl Agent pour Hati


A fcjillj)
ARTICLES FRANAIS
, "La maison ffiax' Mods -
Rue (lu Magasin de l'Etat
Par le steamer franais t Caravelle i arriv ici le 1~>
\cournnt les article nuivant :
Chapeaux el canotiers de toutes
qualits pour daines et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fit et colon
Nappes coutils matelas
Chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, mouchoirs de soie
Cravates nuds et rgates assor-
ties, Gilets de flanelle.
Grande Maison de MODES
Mr Juan Bautista Davi
i ir mi > ii il-. I
I La M^on vendt, en ouiio, ifs naicliai ili es (Je pr8J
':oix tta tu i ix d* liant icues concuiiences.Tous ses article,
fis a\cc ccirmi'S'ons des plus grandes fahiiqmsdes Klats-fr

La maison
Veuve Barbancoui
a reci
-v .------__
WMi
Assurez vous contre
La HOME INSURANCE C de F.-Y
^dressez-vous ia plus forle compagnie les E U I1
agent Gnral pour Hati:
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Protgez votre Maison, voire Magasin vos dpts au taux les
plus raisonnante,
Aucun Irais de eommission ni de Courtage paye
Renseignez-vous sans frais par correspondance ou
ver ex disculervotre problme chez
Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai
-...**w.v>*A*-
TURK1SH
DUCNO
CIGARETTES
* + MMMbHW
FUMEURS
Votre sint est garantie, vos h
tudes de fumer conserves jusqu'
vieillesse. Adoptez
' M\ La Crole 4
^Dlicieuse cigarette. Elle est dtm
tous les quartiers. ]
15 centimes le paquet
Dpt central Bar de laPaix,RueR
i4 CUapitri rvle le \
secret de sa beaut n j
ta dbutante nicd<;:v. ]
f Intrieure et l'Huile d'Oii *
# Olivaieu d'Espagne, CttoptM lM
considtuit taattapenaablee a '*
i beaut. C-s deux Huiles, o*1
cjmb.aio j.lemllquecier.:a-:M
SAVON
Palmolht
Aze-ifxdutif pour Ha'
Edw. M. R.VPHSL ft Co
l'ort-aa-Princa A
**
m --
^mt^ttmmm en " i '


EDWARD M. RAPHEL & Co
New-York Portau Prince
jjW *--
<.l'3 <'

Spcialits de Produits
Baporel

-
H
.''"'' ''' 1

- n .


v UVS COMPAKV. '


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM