PAGE 1

Li. klUi Parisiana DIMANCHE MARCHAND DE VENISE Film (rem ileox d'aprs Shakapeare Entre gnrait! 1 100 Faits Divers RENSETO NEMENTS METEOROLOGIQUES OBSERVATOIRE DU PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL Vendredi 50 Janvier i20 Bcromtie 7 5 2 -7 i minimum 189 maximum }i,i Moyenne c'iurne 25,0 Ciel clair le jour, couvert veti II nuit. Pluie io h. (o/jm. m.) Parorrtie en baisse. 1. SCHERER Cinma populaire^ Comme nous l'avons annoo<.e depuis la semaine de,rniere U loterie du Cinma populaire <• Rapoursuivre a commence. Ainsi Dimanche pas se il a Cl livr douze loi* a la satisfaction Rne LKnuin soir les lots des Nos gsgnants de Mardi et Vcudredi seront li.Ts. Les idciOss SWU pris de ne pas oublier leur tickets. Lcctei r> de cet intressant Journal voule.-vou< avir pour \ingt centimes de gourde un objet iic ViieUf t Ceitainemcnt oui. En bien, aile/. M Cinma Rapoursuivre les Mardis et les Vendredis soir prenez un ticket et en entrant recla%  HCCa le Numro au contrW-ur; conservez-le pour la loterie du Dimanche; car avec vont .1,1111e, vous pouvez gagner au moins pour vos vingt centimes un objet de prix en plus de la longue soire de Cinma avec des iilrus trs amusants, •M air, bonne musique, borne lumire, bonnt compagnie.-Accourez en loule, essaye/ vos chances. A dimanche soir. La Direction. Des Cayes Pot au P.ince l.e Rvrend Pre Da onne, CUanome Honoraire du Diocst des Ca.e ,Mme Ma cel Murcscot, Mr F.mmsnurl Piirre-Paul t son ea'an: ayasii lait le trajet des Cayes a Hon-au-l'rin*c en auto, prouvent un rel plaisir en redisant a tons le excellentes conditions dans lesquelles ce voyage, qui n a diiri ijue huit heures a t accompli. Ils adrc;set leurs meilleurs compl in;ms a M Welch le Reprsentant de la Maison Fawley au> Cayes, pass ma ne dans l'art de conduiri une liitchrOt. Tut le succs Je l'entreprise rcVurt a \ljasieui ^t-Firmin qui en a eu l initiative. Une Confrence sur Mme Argentine Beilegarde liappelons que c'est demain aprvs-miiii u hrci M Mme Lnce Archia Uy donne au Lycic Na tkaual sa premire comrence. Elle parlera de la vie de llmtitutrice bien connue: Mnc Argentine ikllegarde. La cane d'entre ae cotant que cinquante centime nous engageons nos nombreux lecteurs a aller entendre l'excellente confrencire. Le produit de la confrence est. destin au> rnfams de nos coles. Nulle part ailleurs Vous ne trouvre/, une labrication plus dlicate, plus ralrineque celle des pits de Muciu1-Vernard. Vous n'avez qu'a les comparer aux autres pour adopter les dlicieux pts de l'Epicerie St-Michtl *=* ;—-' %  ': c pour prendre avec bnfice la lgitime EMULSION DE SCOTT productive de forces, vigueur, et nergie. i~. ILLS8 ••.. aur DA r>"T .% %  % %  % %  FEUILLETON DU t MATIN* Judex GRAND ROMAN, ART RIRDERStDE (Film par L. Feuillade) PHfMiaR PISODE L'OMBRE MYSTERIEUSE Le Message my^triaux Dana lions que ne doivent jamais poser les ei tante bien levs.,, allonr> va... mon petit.,, va prendre ta leon avec mademoiselle Verdier: et tche suru ut d tre bien sage et bien obis | aant. Oui. maman, .je te le promets j L'entant s'en fut avec son instiU; tricatandis que Jacqueline soupii ait tout en le regardant s'loigner, avec .cette expression de tendresse divine et d'orgueil souriant qui n'appartient qu'aux mres — Cuer petit ange... comme j'aurais voulu me gaider toue & toi I — Allons, bon! sursauta Favraux i avec nervosit.. Te voilencoro avec jtes ides ridicules... — Pre.-, vous uav z mal comprise. Laissez-moi vmts expliquer — Tu ue sais pus e^ que iu du HOpide? 3 t'ai ,, 1 fu es stupidf, ma Mb Dana son merveil.rox cabinet de A ceUe ^ hl-b0 „., c ,,. Diu a iaiuvni, ravail du plus pur Empire qui occu JacqneliDe hVall b.isn le front, Un rait le rez-de-chausse entier de d 8 n e i a tiibteb^e uandissait sur aile principale du ch eau des ba 60n M viaf2e liions, la banquier Favraux,.toujours •' au miVl6a de lcu ip | uxe matinal, tait dj depuis plus d une l'entourait. Jacqueline n'avait heure au trevail lorsquon frappa | J^ ^ neuieuse discrtement la grande porte S > D aDord elle avait perdu trs tt 1 m ,iu,t[ Un aroote, personne t.. nid efface, que Favraux avait pous* aux h -*uica uiilicilaa et q>^ et .. m< rua crase par la fortune comme -l'autre sont vaincus n#ar 1 ruHre Fuis, au orin du coov-rt, son piqui. dans son golami fefoce, ivait froideqseot rsolu de *e str-u do a fine comme d'un uouvnl matiuraa 1 de fortune, la mai ai un leune ingnieur, Jacques Aubiy, dtpourvu de tout argent mais aeuu le lout scrupule et doue du ven util gnie de* affaires deux bai tan a qui donnait daue l'an ichambre.l — Entrez, fit le banquier, sur ur ton de lgre impatience. Mais ausat 'son visage s'claus La jolie fatums bi une, avec laquelle il cauaait ai intimement la vnll. 4 avanait, tenant la main on ad< rabla garonnet de cinq ans, vpr t ule ange blond, que l'on et d t %  chspee dune ireaque du Dominicain ou d'Andra del Saito. L enfant, tout de auite, ae prcipita ers le financier a tille... murmurait le banquier. Uis uoa voix fminine demanda t oucement de 1 autre cte de U pot t. — Puia-je entrer, pre? — M aie 001, maman enrie, repii \x\ spontan meut le bambin en la.ttaut la fen re. Uoe jeune femme, radieuasmeni •lie, au regard trs doux, mai ui u triste, apparut sur le seuil, dan.11 seyant costume d amazone qu. .isait valoir aea lignea tonte Ui leji senti toute iameiiuiulso'ui le se con>acrer entiremem soi eufaot, teudant pluaiei rs a. nes, le oanquie, eboib en de nouvelle*et foi midsbles begogneo, ne paru pas dicpoa coutrecaier le deslr de Jacqueline. Mais, un jour, ayant serti la nces site de pntrer dans le monde ari locratique ^ui, jusqu'alors, loi ai unpi ovablemcot ferme, il attira fo 1 babilm**n ctnz l i un jeune gtil homme royal*-fneDt hoebe, mn en poaseaaion o toiles l*s latior' lont le meicbeod d'01 av i. btaolD pour grandir ne^ie aa clientle. £n quelques semaines, avec le de$ pctiame u'uu tyran devant lequei tout a incline, I avraux bcli ce mnage, imposant ainsi une second* fois sa volon la pauvie jeun* .femme, et celle-ci, comme la premire fois, courba le front devam cette autorit de fer qui lui tait vous en tes vous occup'' — Oui, monMfur. — Ah! eh bien? Vallires d'un ton pos, expliqua: — J'ai acquis la certitude que per sonne ne vous souponnait d'tre 1 auteur involontaire de co regrettable accident. — Je prfre cela. — C'uant Keijean,quelque temps aprs votre pabsage il a e relev par des paysans qui lout iranaponl dans une cliarette Mantes, la clinique au docteur Gortais. — Il n a rien di au im.ins? — Non, monsieur, et il ne dira ssi. — Y est mon? • — Celte nuit il est etiti dans le coma, Bans avoir lepua connaissan ce; et tout I lieuie, qnand j'ai quit l la clinique. 11 ue donnait plus Signe ue vie Allons, tout va bien.' Et dsignant le volumineux cour rite qu un valet de pied apportait sur un plateau d argent Favraux,s'cria : — Maintenant occupons nous de choses un peu plu* intressantes. Tandis que le dornesiique 6e le tirait, le banquier, s'emparent d'un coupe-papier, lumui im dpouil 1er sa co respondauce lorsque sou at.ention H ut aime par une grande enveloppe jaune sui laqueln u< e dresse eiit, trace d'une ecrtlon bizarre eux caractre ^o h.quts ei lourmeutee ; Au banquitr Favraux hteau des aabloiu pris Mantes (Seine *t oint) Perionnelk, Wrgenle, Le pre de Jicqueline quelque peu intiigue, dcacheta aussitt l'euveioppe et lui haute voix \on content du ruiner et de dsltono rer le t/wrts, tl faut encore que vous les IHtOTrirrt'f Je vous donne tordre, pour, cxoier vos 'Times, ae verser la moine de votre fortune l'AbSista,nc' publique. Vous av*t juaqn demain sou, Di%m pour cou.i eutcuter. Le mystrieux, message tait sign d'uu seuuuom tiace u grosses lettres louge et suivi dut. oint dx* %  it,matiou qui itsseu.bl J • s -ce qiiCela v u'du I ^ A iuivr$i •ont indipeioble i TENFAMT q. 1 part pimr l'enk an VIEILLARD qui r r nin %  • aoiGnAKOESPERSONNESqoiu miifi-v 1 Iruti occifatitu PRSERVER uAHES RESPIRATOUIS ou pour SOIGNER Rhumes, Maux d Gorge, Lui 'j ><0i us. Bronchites. Grippt, Influents, Asthme, Emphysme, etc., etc. ^ISILFIUT AVOIR BiEl SIM de n'employer que X~aSE PASTILLES VALDAl VERITABLES vsnanea seulement 0x1 BOITB9 portant le nom Nouvelles Etrangres lca bsrmomeuse tt de tti sou ; toujours apparue comme uue torce d imns me ament de Vingt cinq cmt gourdes, denvoyir chaque matu aux emalcys afftetis ce centre, w extrait certifi des dits registres pour U menttans et constatations de la v.tlle Avis est donn tous ceux *1 qui u efiptrtiendra que rarur du 10 liriei 1920 Us prvisions de nette Ici seront Strictement mises en vigueur. B. r HkKEY tief dt la Police. tinsseBorjonr, Jacqueline, Isicstro ,. meit lamas. boojuur, pre.. rpondit 1 Te du banquiei, *n a avanant ver m et en 1 embrassant avec une vi. ble aiprassion de cra n.iva dfe nce. Ta monte cheval ce matin l mterrogaa Favraux. — Oui. rpliqua Jacqueline. Jr n'en vais faire uu tour ae fort avtc .1 de la Hochefontaine A ce r.om. le petit Jean qui s'isii mpsr de Is msio de sa mre in trropes navement • Dis, maman .. c'est vrai que je m'en *• %  avoir i.n nouveau pana de ia ns ureMaintenant. en face de ce pre qui n'avait jamais t pour elle qu'un tyran, elle a'ofTrajait dejS de lui H von laiss entrevoir en pu du secrU douloureux de son cœur; et elle allait s en excuser dans .oue la timidit de son ame fragile et douce .. lorsque le sifflet d'un tube acoutti que retentit. — Voici mon s crtaire. dit Fa ; vraux aa illl •. C'est l'heure du courrier... laisst-neus, ^t va faire la promenade. • Va/ et fictif d tre un ;peu gaie ce matin au dt jener. — Au revoir, pie. — Au revoir! •' Jacqueline se retira to*Ue dolenir, Avis A*eSl avisons lu public en gnral il la commerce en particulier qu'a partir de celte date Uonsieur romi Gabarit na lait phtt partie dt notre maison de lOmmerce tablie Jaur.el, noire OMQCtaium avec lui uyant t dtssuule d un commun accord. A,a-B.GB-H\. — Hais eui.., ri ondit la jeune maia aoums>e et laigi e. femme, an rougisstntlpgrcmeLtComme elle paaaaii dev nt \allo.ume.Isu1is-t-i' que jVlir-a qui vanaii danpr-iire et Ctpr^'le? Para... L -aa qu'il sel auaai riche que bon pape Kavrao:' Jacqueline, doucement, grondait : ~ Moo *r*/ 9 fOUt des (lue* g'rlHa t res ec t eusem Dt devar.t elle, le banquier lui lana : — Ms amitis au un quial a'n ion seul avec son secrtaire, f f t en baisssnt ia voix : I — tt cette aifaire du u^.ii.iuwt>u, Mouvement Maritime Le steamer Or an je Nos* sau de la lign hollandaise, est entrr ce matin venatv du Sud. il /si 1 v parti pour A' \\Yurk ie mati'i mme avec les passagers sui\vtHls : Brni Dimon, Lonard Me An ,iy, li. J Me CuloupHi Qtorges 1 necke, James aihr. PAR CABlE PARIS — Plusieurs joumax^no hmment c Le Petit Parisien • c Matin et '* fcs Journal •*, enregis. trent le revirement complet dej ides Britanniques en ce qui touche h Tmquie et Constantinople. Cabinet de Londres serait maintenarl dispos de partager Us von formules ds le dbut par la France. PARIS.—Sdon • L'Echo tK ris *', a la suite d'une dma'cbt taie dans la soire par des nonne politiques Clemenceau consentit i re que sa caadid turc soit otflciellerrf nt ro i 'a runion p r re. LISBONNE.— Ftrnaodo Coro est chaig dformer le Cabiart Pottu g is. AX LA CHAPELLE ~ Le gnral Belge proclama la souverameii de la Bc'g que sur Eupen Nalmedjr BAR ELONE— La police opta deux arres-i'ions lors d'une runion clandestine taite par 60 synii* calis'es. les manifstes importim et de l'argent ont t saisis. BERLIN — Au cours des troubla devant le Reichstag, il y eut tiens et un morts. Dans une sance commune cabinets de l'inpire allemand tidi rent unanimem ni que tout moyens pour le maintien de i 'ordre seraient pris. PARIS— Oa confirme que conseil suprme remettra denaio qual.e heures la dlgation Mon groise les conditions de paix. Q menceau et Lloyd George ainsi qa Nitti se runirent dans Ta mitine ils se runiront dans l'aprs nuA A 'occasion de la mise en uuur du trait. Le roi de Das mark >e egaphia a Poincar exp imant la reconnaissance des D DO s pour Us puissances allies a socies qui ong.ent une beat se solution de la question naiii du Danemaik runissant le S au Danemark' PARIS.Le Snat procdi llec dfinitive du bureau. L'ledio' Prsident donna lieu i deux toi de sciu'in Au 'premier tour, Ba geois obtrt 122 voix sur 24 tants, Dubo t U3, Deselves 17. D mer 4. Au deuxime tour, sur i) vctints, Bourgeois est lu par U voix contre 125. Quatre vice pr* dents sortants sont rlus' PARIS — Le Snat se roiM cour de justice la 17 lvrier reir dtbats du procs Caillaui. PARIS Dans ton discours aa se Bourg-ois, dans un seul mot, me les devoirs du Snit su W jear I esuvre a aconplir, aot ment de voter courag ascsaci* impts et taire disparatre la lad* classe et d'asiurer l'excution ^ it rigoureuse du trait de ^ er *^ afin de fonder une puissite F morale qui est le voeu* uni iO pay:> it rendre hommag: i* ra tt prouver notre idlit i 'M rrouiurent ponr la France t pu bique. Le Sinat .voU M|* )U diours-.



PAGE 1

E"MATJN CURE RESPIRATOIRE: JTST \ DUM, &*< ZH mn lit ailllllMlilMIllIIllillllIlli BAILLY.- GRIPPES, CATHARRES, LARYNGITE, BRONCHITES SUITES DE COQUELUCHE ET OE R0U0E0LE. Sous l'influena du PULMOSERUM" LA TOUX SE CALME IMMEDIATEMENT. LA FULVIUi ET LES SUEURS NOCTURNES DISPARAISSENT. 1/OVPnCSSION ETI.ES POINTS DE COT S'ATTENUENT. L'APPETIT REVIENT. LE SOMMEIL KEAPPARA1T. UE8 rORCXS ET L'ENERGIE RENAISSENT. EMPLOYE DANS IES HOPITAUX. RECCM-ANBE PAR LA PRIORITE OU CORPS MEDICAL FRANAIS. AH f!EU PAS PLUS l)F 20.000 MLUECINS E1RANCEK MOOF. D'FMPLOI tint luilliri cil malin §i uir EN VENTE, DANS TOUTtS LU DHOCUERIES ET PHARMACIES PHARMACIE DE PME. 15. BUE I tk. HE Lait Gonden Nestl W iici)//) /*/J/A MM.Siimn Vieux, Alficd Vieux. VbMV VIIV& B& x, AddCo, A. Batk Jean ^aad, Marius Berne Ludovic Gros DEPECHES SUITE TARIS— I'nsigne de grand croix de la lgion d honneur est confr Llry (eorpe et S -ni i l'occasion de la tat ficit on du trai de Vers ill-s PARIS Le pince de Sebie patl t pour He'grade. PARIS. Dans le Couloirs de la chambre 1rs dputs discuter l c u* toisemert des chances respective* le D'ichapei. Au sij de C lrrenceau l'impression g/nrale persiste que sa candidature dutancera celle de DtiCMDtl. PARIS Clrruncau r oi des t' grammes des Prsident* de conseil de Danernaiii,de Sude et d'Espagne accusant rcedt on a l'invitation d'ac cder au pacte de la Socit des Na dont, PARIS Le projet d accord pour l'Adriatique et accept par PI alieet remis sux Yougj Slaves qui en rf rent lCgrsph'quement ABelgradela rponse-es' mwidue vendredi. PARIS Rome.Le bruit court que le transatlantique' Prinupessa Mafalda" j parti le dcembre pour Buenos Aires heuita une mine dans l'Atlan nqueet coula, aucune confirmation dt cette rouvelle n'a Jet reueMILAN Une avalanche dtruisit a Riens d's tablissement; de construc t'ons lectriques 14, ouvriers ont t tus, cinq turent sauvs. PARIS— c Le Matin • ann nce que les premiers mmhtres examineront le texte dfinitif de la demande d'extradition du Kaiser et la liste des coupables rclamer a l'Allemagne. PARIS— Les pouvoirs de Monsieur Abel, gouverneur de 1-Algrie, sont prolongs de six mois. PARIS— Clemenceau. Lloyd George, Ni ti, Wallace ei Matsui assise:ront A la remise des conditions du trait du sejanvier A h dlgi tion hongroise. PARIS— Li remise des conditions de paix allies i la dlguions bon grose eut lieu cet aptes midi, seiz, au ministre des affaires trangres. l'A RIS-A l'occa ion de la remise des condition de p ix allies A la dlgation Climeuceau dclara que quirz • jouis ser irai accords la dlg. ion pour prsenter des obser valions. Selon le dsir formul par Appony, le Conseil,en 'end. a demain son expos sur la situation en Hon grie. Le Temps dit que 1 Italie renonce A la souverainet de Fiume qui sera plac sous l'autori' de la socit des nations. PARIS—vfoici les principales clau ses du trait de paix de la Hongrie : renoncia'ion formelle de tous les t;r ritoires austro hongrois attribus A l'Italie, la Roumanie,ia Yougoslavie et la Tchcoslovaquie. L'arme hon groise comprendra un maximum de 35,000 hommes et ne possdera au cun canon lourd suprieur au calibre de dix centime rer. La Hongrie assu me la charge de la dette autrichien ne. PARIS— Clemenceau n'tait pas candidat aux lections snatoriales c'est Ren Renoult qui se prsentait A sa place et qui, avec l'appui de Cimencear. fut lu dans le Var. Clemenceau n'est donc plus mem bre du parlement il est A remar quer que c'est la piem oie fois qu'un prsident du Conseil n'est tisnateur L dpu' Clemenceau ne pourra pas s ger au r 0 ngre de Versailles et te poutra donc pas participer A l'lec lion du prside at de la Rpublique. PARIS— La presse cornante l'lec tion de Poincar comme yne roani festation unique dais les annales du pays. C'est un 'oquent tmoignage de reconnaissance publiqqe auquel l'opinion s'associera unanimement. On y voit lt juste hommage rendu au grand citoyen qui dignement et utilement reprseata la France dans des circonstances tragiques et glo rieuses Le Matin souligne la digni t, la modestie et la clart d'esprit de Poincar et flicite les Meusieus d'avoir pass outie A l'absurde fie tion consistant A condamner les ai ciens chefs d'Etat A une sorte de mort civile. "Le Gaulois 4 se rjouit de constater que l'homme de valeur qu'est Poincar ne soit pas condamn i la retra te, car il peut encore rendre d'minents services A la ckose publique. Li presse est unanime A coin Lier que les lections se droulrent dans le plus grand calme. Au point de vue d'tiquette politique les lections snatoriales auraient la m me tendance que les lections lgislatives. La plupart des orgaue^ootamment Le Petit Parisien et l' fccho de Paris • constatent que las esprances des parti avancs furent encore corn pltemenl dues. ___ L Inspection scolaire donne avi aux jeunes filles qni se sont inscrites en vue de suivre les cours de la section mnaerre de l'Ecole Cite Dubois quelles doivent se prsenter en cet tablissement, lundi 2 lvrier prochain, A partir do 9 h rai POUR DEUX SEMAINES SEULEMENT 24 Janvier au 7 Fvrier 33T LE BAZAR MTROPOLITAIN 0 Jarre Lopez PO f urre Armour t 90 luire Fsrvol 90 |uire (cuisine) OC von pour leseiVA 10 von pr lessive H. %  10 idrede savonS'sr 10 fudreaavon Perline 05 adre nettoyer 09 iron de toilette 10 Icaroni 18 pidon pour linge 24 17 ine 10 'ille pp Menthe 0: ickleta gora |05 %  bons (on verre) 40 colat aulait 12 Peter 1 4 'etteade chocolat 25 llcduit A 75 Ib 78 Ib 78 Ib 52 Ib 09 br 09 br 08 pk OJ l|2 O'rk 08 br 15 pk 20 1b 15 ib 00 ib Oipk Oipk 35vrre lOpk 15pk 21 pk Rduit A GiogembrecrystallisNS Cigarettes 'V'Ie 20 Cigare tes R cb. S 31 C geretteaU lacli in. 25 Cigarettes Mursd 25 Cigarette* National 10 Cigares fominicalns OU pk c Porto Rico 05 Allumettes 20 Allutoette(ptv8 boit) 12 Pipea 20 Pipes 135 Cart pnatalos 50 A'b m Souvenirs 35 Avoine Quaker 38 Huile d Olive 1100 Bire Red Star 18 Holandaise 48 Poivre Noir Premier 24 Marmelade d'oiange 40 70 pk 15pk 27 r k 22 pk 22 ik 00 nk 05 da Oiea 12 [k 08 pk 17 ea 30 ea 40 dz 30 ea 3ipk 85 bot 15 bot 45 bot 20 pk 32 bot Hdui A Extrait de Vanille 40 ati bot Poudre lvation (ii 00 \i> %  Sardinea I huile 18 15 ea Papier hyginique 90 10 put Poudre Insecticide 15 12 put Conserve (Chili concerne ) 09 10 fer Con8erve(Choucroute' et saucisson) 32 27 fer Saumon V. B. 83 3J fer Saumon Patiiot 46 41 fer de Bœuf (en verre) .'18 :(5 verre .de Bœuf hach 35 30 fer de Veau, Jambon et Bœuf (loafj 49 45 fer Racon (en verre) 75 70 verre Beefeteak de liamn bourg 25 21 f e F Corned Beef V. IJ, m oi fer Rduit Sauce Tomate llelmet 27 Sauce Mayonnaise Prem. ;{- Cacao Whilmin 4s Peter* 27 Cirage pour soulier jaune et rou %  Mortadelle Saucisse Far ner l'Ium Pulling Fromage Kdam Anaca Beurre de pis che 25 Vin rouge Medoc 1 93 Encre Carters a Plumes | ; Service de table 20 pices ' %  75 Cuisine A Krosne 11.00 11 75 Ol 45 990 1.35 M bot L>S bot if pqt 25 pqt 10 pqt Sf Ib 5 1 Ib 40 fer 2 00 fer i90 chaque 99 bot 1.75 bot 10 bot 10 dz kpingles A cheveux Poule A frire Sorbetire Vacuurn 4.95 12 55 8.85 jeux 12TO •liidons huile Passoires c c pour farine Moules pour pain Verrp a tocktal Papier ( rire(boite) 40 € tablette) 1 i Carnets de poche 08 %  Parfum Glebeas Rouge pour dam4 Lacets de rouliers Savon Palmolive Peroxide bioxjde Poudre de Talc Armour 75 12 18 40 40 13 23 15 15 08 H) 18 Rduit A lOpqt M chaque \ :15 H 12 34 32 11 < c c a • Ratais de 10 op sur font noire stock d'articles 23 3 boitM 12 chaque 9behaque ^0 chaque 12 1|2 bot 12 f|2 bot 05 paire 17 bar 15 bot 20 fer ous venons de recevoir par deruier bateau un fort lof rf ijou ene Fausse, art nouveau, tels que: colliers brocha Ncelets, bagues, barrettes, boudes pour ceintures 7m bus mettons en vente au prix de 05 oram. jusqu' 1 d



PAGE 1

^ LA l .> ARTICLES FRANAIS La maison En Ikm Eue du Magasin de l'Etat Par le sUamer franais Caravlle ^arriv ici le 15 courant les articles suivants : Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames cl fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses fil et coton Nappes, Outils matelas Chemises fantaisie pour hommes Paraplu es, mouchoirs de soie Cravates noeuds et rgates asscr fies. Gilets de flanelle. Aux caves de Bordea 1696, GrantBueMff Emile Jereix Dpositaire des marques franilq Mari* !'• i*p • 9\ Roger t iqucurs fina BORDKVUX Enfdic i >* Grande liqueur FE<: Al > ivi;icl'n Mn eau Vint IU diDl.A |JA'. P. Prapin A: to [CfQiac Ar'se e con inerce de pros *t Ircni ms quM a en dJ (Bafcbandi es des maison c datei squ il livre auipm de ces m. I rix courant sur de N.- ;i(|cnl General pour Ilali: Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince Trot^gez votre Mais m, votre Magasin vos dpts au taux hs plus rai CDD 0 le. Aucun irais de ewission ni de r Bemeignez-voii8 sans frais par correspondance 9U niiz dictitinotre problme chez Eug. LE BOSSE, 95 Bue du Quai a ree www -'-si*%  "-BIII— mu IMHM><^ • • FUMEURS; Voire fiante est garantie, vos h\ tuile t de fumer cotisa ves jusqu' vieillesse, adoptez La Crole j I Dlicieuse cigarette. Elle est dam tous les quartiers.lo centimes le paquet Dpt centrt Uar de lut aix, Liue /toi EDWARD M. RAPHI L & Uo NewYork Portait Prince Grand Htel de Fran Angle des Rues Roux ri du Quai Etablissement de 1er ch Cuisine excellente. Situation exceptionnelle Chambres ares bar mouler PUOPR^TAIIIE.: p # Paj r[ Sp sciis h Proie Baporel Grande Maison de MODES Mr Juan Bautista Da Aie pli.Yu d'i'iimnrcr a\i public en uiraKime s^os ouvrira Une Grande Maison de Modes l'instar des Raxars a IVew-YorL Il y aura un grand sU costumes confectionn* pour hommes, femiro** r-t enfurt^ trouvera gdcment de fins ihsus pour h copf'dion, s r pli une art sir d : raie talent, bien Connue dans la hauis' de c Ue ville. La Mai*tn finira, en outre, dm marchindi ti Jt choix et a un ptix d li irit mutes coocurienee*. iWs ses ai tic Jpi!$ a.ec ccmm';i.;j des plu*gandes fabriques de* Kiar



PAGE 1

tf^irtw kuUc N o. \(,'j. i Von u Prlncf, Hati =Stf CTEfl H H P. G PR I ETA I a! U4'.agnt-.tt\tiLimtE MAGISTRAT COMMUNAL %  T it Aintaa | J) cs.H^nn ABONNEMENTS FORT-AU-i'RINCt Un mois G. 2.00 DEPARTEMENTS Du nr:ci G Tro's uicii 6TRANGKH Trois mois | s oo Samedi 31 hn.Ur l\>2b 2 3y 7UJ Les annonces sont reues au Comptoir International de Publicit, 9 Ruo Tronche t, r a s ris t 19. ai, 2j, Ludgite Hill, Londres. Quotidien m m Les bienfaits de la Paix?Ce si pnit tre de nous rendre tangible un mot la beaut duquel nous lie prenions plus garde et qui nous apparat si magnifique dsormais que Ton n'ose pas encore y croire. 1ELEPHOKS : 1AS Souvenirs Littraires CAtrsEftlE rEMlNlNE SBKSPlR Suite & Fin VictOI Hugo comprend mieux poque o l'.ctuir Gwick reprsen • Sh kejpaare. que tous les critiques la s.s principales picfi dont il fit D* tui, qui ont aussi trouv dans valoir s 11 la cne les a cl s siiltes œuvres d grard pote frai ,s „,it-. t) pu s \„ §t p dm ra(io d „ s des exagr. tons -1 des cxpresions compatriotes dj Shakespeare et des icc viles. 11 se dfend donc tout en sutres peup c-, a 1 ou 10 J ri (! %  croisplaid r.t la cause de Shakp are.On sant ; e le est devenue une sorte de ne peut, en elfet, oublier que Vicor cuit-, parra; les lettrs surtout Hugo a idu apostrophe du GLe tombeau du gra-.d po e art ... feromog pouri.n* inscrire leur diplme Pis Gendarmerie d'Hati Police Department, Jr ort au Prince H*iti ]miu„,„; 1. CM coasidr ne; ressemblant. pour '.er Abb;y > ou sont ensevelies les Une facult ilcenvncn' d'couv ce -nbe, arcom • i*. dit on. de mervti'ies,* la 1 tcaU d'assi i>i!atioo" V'Ui on ft'e 1 ^.l ^d un paivenu, .Ifnmcr U igi imn de gon sncc on va-l sa merveillusc" ia:u'.t d'assimilt on* Il buJran s'entendre. Si l'o.i di;ig-ne parla la vieille pnI a'o rien demiedx. Mil c'e:t gnralement U!ie touL autre disoiSition que i oa dnomme ainsi,l'apti tude s'app opiier l'opinion d'autrui, se dispens*r de s*en crii une 1 soi mm<\ l£t, ds lors, elle te uvnv ts tHvuta ** * ue*i, 1, nain des ii..cill8 s^r JJ •*• la "' ffromulgattU on Augutt sr7, pu^l4e ettou individu non inscrit ,"• ''*'• 'o SMPSOM who un inn1 <| d >sprofesjtiwur ---, — % us d s s Hfra dnona oui de n,sl,eii room which ttada n$ fallow ; droit no,.i '• re poursuivi COL form m mt U loi. Innlrepen, IUle'kt(p (ri 0 r Ihrers la 8 Janvier I9S f f' lr "^l< rooms tha 01 m negleut t r.gittr ont aller anelhtr an unthtul Tort uu l' iac Dn FKI.IN COICUU Scr?ice IIJII I vrai • li mou d'Athnis , le vrai •Shylo:k, le vrai Fahiaft ; il peut appr:ier L phi ospph e du pote, plu-, profonde que celle d: Platon. IL'esp.it deShak;sjeare est tellement consuti, que le poc e -ponl aux i* 0 ^ 0 /* 1 1 t{ **' hirs ou suggre les qnesiio JS les **jM*qncs pa plus imprvues, de rha.uanit. On lad.inre alors ses trait, ptillant; tt jses railleries huir.ons \\ J. S l/nnaIgmatioi du lecteur voyige ap i cela %  dans un monde d ombre divines |qu'il aperait au-dessus le sa t e. Le clb e sociologue anglais et 1er lique d Art. Ku&ktu, exprime ainsi Mon opinion i propos des oeuvres de ISlnkespeaie ; Elles sout pa t e Iparceque les ides qu'elles contienEu tte de l'dit o 1 brinceps d:s oeuvrej de ShtJcesftsTO se trojve aussi son port^. t grav par l'urti l: Martin D.ces 13 i' Ben Ion 03 ontemporal \ et SJSi du grand pj e. a tritt es tiJ e. de t'esustencs de Shik;speare peuvent .re douteuses, qu'un politicien ;.vpe:t. un purni liste un peu rcui ie, pratiquent et fassent leur, avec tant d'emprase* ment. de d autrui. Puis, il pe^rn de causer de tout sans ef oit— il est si ais de prendre direrses personnes 1 ur man r? de voir Il donne, a qui le possle.une agcabie routatiou d'homme univer sel. Ne ufht-il point dune nuance d'.iu;orit, voire mme dimp.'rtmen Cf, pour communiquer a une appr cutou binaiun accent personnel auy blank, in a regittw rrgnlarbi kept and rxcluaivthj al/ecled t Huit objiet. which rtgitttr will previsus/j be vis*d un lin fini *nd lutt pane and ait /'// the JtKttc* or Peare oj 'llte Commit if, the Mantes, qualities habituai dmtctle or rsidence, date of entranee ami loaving, of ail pewi* that hve ilept or ptuted a night in thtir /*oue.#: AfterFeb.utry iV, 19J0, the r-ew and thone amony thei-t that 10ill fait q jHtdUtinu i u ilaiions us proraul(rale Pfeiml f/ia< rvo sUr al tht dttermi lad m the Woureur of December 17. ntd priode or al any rquisition of 1*19, will be lu rail lorce A qua* the justice of Pemce or funciionariu or nntine andliotane li*s beeu estabiiS' agents ofhilitary or Communal Polit* ne 1 m iba haibor of Port-ao-Jfiriace trwtbr u-jutt 0) public un'hordy otm* and is iiitlk )J t>y y,)llow buoy, at mved to mis tfftcL will •< ontianned whicU (u lu: ail incoiuiiig stupa sub* by tu* J tut icc of Peacc to a fine tram. iec> lo.iauaraiitinH inust stop Ttie Ont llmdred 10 Jhret llunirtd gour P< ut buoy is foca sd JUO yards noith ot d s Publie ll-allh Qlfietr, DUlnct oj Port-av •Prince, liceutie t":tlidrawn, A second offence cemwer of will be condmno't to flfto/S-at i.aihedi'ttl, lui) degr.s trut ; Fort llundinl gourdes a ;d will haie thei/ l5:zo or, ISO degret-s true. vv. w. WADI; Unie Irxt ihe ojfcnder ic U bt rende in ned a second lime ufUhik de/ ( iy of onemodh unlil two ysars sinec th$ (AVIS first condamnation. Pass la 2'. Fvrier L9J les nou" ml 7/ 'ff a,"'"^ to furntshed quarantaine publis dans le Mon! r00,m re b ouftd und.r penalty of leur du 17 Dcembre l'Jl, "rentrent Z . ro ,ia nneJ : '• a Aa f JwmHhj en vigueur. Tous les bateaux sujet '"* '• f wf'"*drac yourJteto tend Quand oa p us • se; inspirations la qUiralt8i )u qui e lltBut ( i ang u we mormnj to Inemployes atfeet'd tiu rade de l'ort-nu-l'nnce dev.ont s'ar l'glise de sa palpable, dius les cafs ou le^ s.lons, i' liudrait ;re bien niaii p?ur ne point les choisir seyantes, du dernier cri. VA ainsi l'on se doane sans elto I 1 a'iare d'an esprit averti, bien moderne. c mtrol ployees aijeet' a cerUfi d ejctnul 0/ i expose la vii' univerieile ; mais en peint.. honnte et partait, il a reprsen IR CHENET. 1 homme d.ns ion milieu, et U no s a fait voir la constance de la vie hu raaine. Un vi.ain au qu nzme s: cle (tait au fond ce qu'tait un vilain au dix-ntuvim-, et ce qu'il ta.. jdji au douzime sicle. L 'o hoantl Ihomme, un gectleman sont encore Ides gens lis semb abies en tous iemps.De telle so te que l'oeuvre du graad idaliste e&l toujours universelle, parce que ce n'est pas UL sim pie tableau, nuis en ralit un taleau fidle invariable a tout.s les poques. Tandis que les oeuvies des Jieties idalistes ne sont pas universelles, arcrqu'elles ne sont qu'un f-peu pies, qu un demi portrait du tilieu. des moeu s.dts costutne>, au lieu d tre celui des sentiments.' U est regrettable que Shakespeare pe prit pas lui-mme le soin de faire mais dan* la uef de vnle natale l'vidence est absolue et certaine. Un nu^g; a cepioiant voil la carrire Hticraife du grand crivain, parce qu'il II-I HA c/ntii nArti a *.*• %  •*** %}'•! ICI ceux que le bidtmge, l'art de mo uvres immor<' ,er -. l s hautes convict ons.de p •ler i l^u'es a sa es ^ jn iis; -'s amusaaies ou toiles ? .. t ( j oac vedette [.• nvo. fi/^n ?„i\ 1^,''^'""'•"" drae ot 18ti degrs exi tait assez .adulrent de h dn a u 8 ri di b"**** mtt? rapport au Fort Dzotonla rputation de son gnie raoroa les ,ai "' q>es:-il de plis gadinure. il a produit ses oe "nenl sont toujours vraies et re't.teat lel es wns e,lor les a / ~, 1 ....,,.. , la vie humaine.'' Ce n'est pas qu. P- 1 "*," 05 ^ so-icter de leur ventaShakespeste ait recherch i-t'iuice aeviont sar ',%, ~ ;. ; 7, /* r -**rm:i •/ es de mouillage ta t!, re J 8terH /?, r '*/ "*"** and oW loua ue.n.d en jauue cer <>W of the day boforc. .Notification is hereby give* to ait ;| un concerned that or, angle de 109 degrs exieUmn "*t P r er aux liuntt hlies par une boud ueinta en jauut qui y a t place Gott-a boue est place UJ varJs au nord du poly • .• gone. dans UU pieds d'eau, un !" *f itd "*at on and after h bruant t a r 10. ItlJU the piovisens of !h lav, Will be stru'ly enforced. O.i ne tien gure a des opinons — ~ %  ; , , rapidement a:qu's.-i.O 1 les m o diPport U pur nord de la Cnth,1-u.mi, ma., drale ot IHi. degrs exictement par W. W. WADK Officier du Service d Hyjine pabliaw. du District de Port-ua-Ptiacs ff35 !" 5" li P-HICK'EY Chief of Police Traduction /.attention du publi: e$* otiire MUT '•/• %  ^7 ^e*r 1913SiiSio^ aubergistes, hteliers u loueurs de bie valeur et d: leur deitine univerf l elle met en vedeite ics es P nts Le M-"gis-ratCommuna' remplissant chambre garnies qui ^--^"" Wl cr selle lgers, sceptiques.caustque.-.D autant les Fonctions d Officier tic 1 Etat U vil. t.* aubergiste*, hteliersou loiun I R CHENET qu'avec un sens raffin du succ;,ils porte la connaissante iL'sinliresss que, e dumibree garnir^ qui auront niai prenneut bien plutt le conlre-pied conformment la loi du 2 Octobre 9* dinecriro de suite et sano aucun de l'opinion publique que, 'outcr\*\&,lesConsnller<;d A^ncutiure^agenls blanc, sur un registre tenu raulirement, celle-ci : et ils acquirent, a dmtes par la Commune pour le Seni ment et *^cln*ivement affect d cet e* bon compte, une rputation de since de I ttal Civil) sont chartes de rue ,e1, c? '* ra Valablement vis ar s M fittjt Frais de BORDEAUX gulire finesse. voir les dclarations Aupii des leurs, videmment, l'o due de leurs sections respect! pinioa fonde des gens rflchis pa de d* dans Hen f^^Vp dernt ro ?**• **U par noms, quai ts, iomic.le hmbUel ouZ %  a dmee, date d entr* et de tvrtie. de tau rait ans va, t. sans c at.Et ,1 n est pour toujout c est b b ^ ^nSZ qli aZu,t coS5V point rare de voir nu-connus d.s m connaitre.H valeur des hommes ""<' ""'< d ** leurs 3 hommes de>pr.t vr a ,me. t p ofond el des cho$l ; enhudlS j ,„„"" ^ •< eux qui auraionTu^^^A et original, dont les ape.us sont k in£rts ou lM S entments les plus *"?"*'" M re '" !" !" *mmdisot f ne T ,l i V o u a ,uu i e IM^SSEZ "Mde Paix ou d,a fonetiouMain** 1er Choie d'ur.e vritabe divination. Il ne faudrait paict cio re, dmt, que l'irrflexion conduire tous les tl omphe La f cul n'as • milation d s i .nul su is d ^g ables ,. ._ — ........._..j lta j sneux, ils ont daras une pj .;m d.mportance cap Ule, exagir ? Z JJK ta^PoZ tltta^u^T %  h anceetperfuleur M pu Iacp,Commune ou a^Jge^%uJl bles d'spp>.ier i leur ju t; mesure W/d p ubliquo, ce^sTSvS \12* dehors, une incomptence uop .on Sba J? i-iSTS. US n i t COnUa n !" *? U ^TPOV ^^J^l^tolTi^^^.^ ^ZS?* dS ^ J S cent" ROUGH Gourdes to le gallon lait per dre le conttet de la re. t E ,nc0DSden s W*Wes sans doute, damnas une eZondo dosSJSL ,..,,,,,.,,,,:; BL^NC i 2 % SK p 3 lT "rr P ^r aussi le chti-V^;^ <\* retrait d* leur p %& ne dition comp'te de ses oeuvres VIN FINS DE TAULE PAR BARIL mcomptes ment es Ctue1 ,' Pla, 6 Q ocs-lcs, ma.s et **•"* l !" > !" '* Iles ne turent pub les que sept On voit alors UT crivain doat les S e rS v cliine 'Car il *"J'J" r r<"di>>, tout* les Agi ns aprs sa mon par ses camarades j ., |a pwmi Js sacS to n .. Va? ru S" Mt q S ta ^ aent da ? s le chute % io Td'TW *S* Wt ~+ ethtre;Ihon Heninge et H.orj &' %  f.pdS'p-dTe ou et uTn ^A^.!^ -P conant;. R appe TeTnt^l^J^^ '"* < ondell. Les abonns il u. <**b

PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05033
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, January 31, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05033
System ID: UF00081213:05033

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
tf^irtw kuUc N o. \(,'j. i
Von u Prlncf, Hati
=Stf CTEfl H H P. G PRI ETA I a!
U4'.agnt-.tt\tiLimtE
MAGISTRAT COMMUNAL
T
it Aintaa | J) cs.H^nn
ABONNEMENTS
FORT-AU-i'RINCt
Un mois G. 2.00
DEPARTEMENTS
Du nr:ci G
Tro's uicii
6TRANGKH
Trois mois | s oo
Samedi 31 hn.Ur l\>2b
2 3y
7UJ
Les annonces sont reues au Comptoir In-
ternational de Publicit, 9 Ruo Tronche t, ras
ris t 19. ai, 2j, Ludgite Hill, Londres.
Quotidien
m m
Les bienfaits de la Paix?-
Ce si pnit tre de nous ren-
dre tangible un mot la
beaut duquel nous lie
prenions plus garde et qui
nous apparat si magnifi-
que dsormais que Ton
n'ose pas encore y croire.
1ELEPHOKS : 1AS
Souvenirs Littraires CAtrsEftlE rEMlNlNE
SBKSPlR
Suite & Fin
VictOI Hugo comprend mieux poque o l'.ctuir Gwick reprsen
Sh kejpaare. que tous les critiques la s.s principales picfi dont il fit
D* tui, qui ont aussi trouv dans valoir s 11 la cne les a cl s siil-
tes uvres d grard pote frai ,s ,it-. t) pu s \t p dm ra(io, ds
des exagr. tons -1 des cxpresions compatriotes dj Shakespeare et des
icc viles. 11 se dfend donc tout en sutres peup c-, a 1 ou 10 J ri (! crois-
plaid r.t la cause de Shak- p are.On sant ; e le est devenue une sorte de
ne peut, en elfet, oublier que Vicor cuit-, parra; les lettrs surtout
Hugo a idu apostrophe du G- Le tombeau du gra-.d po e nrd Cambronne Waterloo, dans t ouve a "Trin ty.Chu'ch", dans sa
un chapitre des Misrables . Il a villa natile/ Stratford on-Avon
F)JutaU mot du gnral t.nai; Un s mpie ma.bre ind que dans
ce beau commentaire: Pouiq ot ne le choeur de i glise l'tadro t o re-
pas le rpter ce mot sublime.'eplus pose l'illustre barde. Sur ce marbre
beau mot qu'un franus ait a mais est grav ce quatrain, qu'on attribue
dit leter la lace de lfcurope oali- i Si k speare iu.-rr.me ;
se les latrines d s Csars, c'est vain-
cre ^J ir end, l'or Jcsus sake tbrbcare
... I , lo dl * Jusi eoclottd herc !
Il (eut traduire Shakespeare avc Mena b ih man Uut^tia the Mon
confiance, en s'abandonnrnt lui, A"d *"* be l,c tluc noveimy boues I
le traduire avec la simplicit honn-
te et fire de l'enthousiasme qu'it
Le lty Mdical
Central
Hj ii Rpublique
Un nouveau d^lai de huit jours,
partir .1- i* rot)|R>ar av.se 1 accorda ux Mdnlne. Phar
mecie s, Danti-te, S>-t... feromog
pouri.n* inscrire leur diplme Pis
Gendarmerie d'Hati
Police Department,
Jr ort au Prince H*iti
]miu NOTICE
1ht 'Mention of the public i$ invited
Ce quatrain a sans dou e empch
de retirer les restes d^Shikespeare
de la terre de soi lieu de naissance
es transportes i Weslmios-
inspire, ue rien ometie, ne rien
amoitir, ne rien cacher, ne pas lui
meure un voile la o il est nu ; il
ne faut pis masquer ses sincrits ,
c'est ainsi qu a procd Franois Vie- ^p.uillei des rois et des grand.
tor Hugo, le li 1 du grand poc e de h \,n n s d:j *E*P Britannique.
I la t Lge de des Sicles . tVst1e au d-ssus du /mbeau es:
Aprs qae le lecteut a pu b'e 1 di- Plac le bjste d: Shakespeare dans
grer toui les fait*, toutes les l-bl. s u,,ie B|? *"** au mur de 1 -
racoles par Sh kespeare dms s !,*e- U ba'!e a l Vu P' ptU di
oeuvres prod gieuses, il connat le temps spri la mort de lcr.vua, et
..; r.,, ^-Atkan i>,; 1. cm coasidr ne; ressemblant.
pour
'.er Abb;y > ou sont ensevelies les
Une facult ilcenvncn' d'couv
ce -nbe, arcom i*. dit on. de
mervti'ies,* la 1 tcaU d'assi i>i!atioo"
V'Ui on ft'e 1 ^.l ^- d un paivenu,
.Ifnmcr U igi imn de gon sncc .
on va-l sa merveillusc" ia:u'.t
d'assimilt on* Il buJran s'entendre.
Si l'o.i di;ig-ne parla la vieille pn-
I a'o rien demiedx. Mil c'e:t
gnralement U!ie touL autre disoi-
Sition que i oa dnomme ainsi,l'apti
tude s'app opiier l'opinion d'au-
trui, se dispens*r de s*en crii une
1 soi mm<\ lt, ds lors, elle te fren.-ie assez mil, il taut l'avou ,
de la simpa irref.txinn.
Mais ce talent est si siuisanl I
procure des succs si faciles et flat
teur1. Toa .d'abord, il pigne un
eximen personnel, ditncuitusui, des
questions, il vi e aiisi une d.-.tnse
de p'.ine et de t?mps E( c'est sans
diae une ra-son suffisante
i,uui '!- insi rire leur oip.ume l'is...............// me j>uvnv ts tHvuta
** * ue*i, 1, nain des ii..cill8 s^r JJ * la"' ffromulgattU on Augutt sr7,
pu^l4e ettou individu non inscrit ," ''*' 'o smpsom who un inn-
1 <| prajnerai'um->d>sprofesjtiwur --.....---, -
?us d s s Hfra dnona oui de n,sl,eii room which ttada n$ fallow ;
droit no,.i ' re poursuivi col form
m mt U loi. Innlrepen, IUle'kt(p(ri 0r Ihrers
la 8 Janvier I9S f f'lr"^l< rooms tha 01 m negleut t
r.gittr ont aller anelhtr an unthtul
Tort uu l' iac
Dn
Fki.in COICUU
Scr?ice IIjii
I vrai li mou d'Athnis , le vrai
Shylo:k, le vrai Fahiaft ; il peut
appr:ier L phi ospph e du pote,
plu-, profonde que celle d: Platon.
IL'esp.it deShak;sjeare est tellement
consuti, que le poc e -ponl aux i*0^0/*11 t{ **'
hirs ou suggre les qnesiio js les **jM*qncs pa
plus imprvues, de rha.uanit. On !
lad.inre alors ses trait, ptillant; tt
jses railleries huir.ons \\ j. s l/nna-
Igmatioi du lecteur voyige ap i cela
dans un monde d ombre divines
|qu'il aperait au-dessus le sa t e.
Le clb e sociologue anglais et
1er lique d Art. Ku&ktu, exprime ainsi
Mon opinion i propos des oeuvres de
ISlnkespeaie ; Elles sout pa t e ,
Iparceque les ides qu'elles contien-
Eu tte de l'dit o 1 brinceps d:s
oeuvrej de ShtJcesftsTO se trojve
aussi son port^. t grav par l'urti l:
Martin D.ces 13 i' Ben Ion 03 on-
temporal \ et SJSi du grand pj e. a
tritt es tiJ e.
de t'esustencs de
Shik;speare peuvent .re douteuses,
qu'un politicien ;.vpe:t. un purni
liste un peu rcui ie, pratiquent et
fassent leur, avec tant d'emprase*
ment. de d autrui.
Puis, il pe^rn de causer de tout
sans ef oit il est si ais de prendre
direrses personnes 1 ur man r? de
voir Il donne, a qui le possle.une
agcabie routatiou d'homme univer
sel. Ne ufht-il point dune nuance
d'.iu;orit, voire mme dimp.'rtmen
Cf, pour communiquer a une appr
cutou binai- un accent personnel
auy blank, in a regittw rrgnlarbi kept
and rxcluaivthj al/ecled t Huit objiet.
which rtgitttr will previsus/j be vi-
s*d un lin fini *nd lutt pane and ait
/'// the JtKttc* or Peare oj 'llte Commit
if, the Mantes, qualities habituai d-
mtctle or rsidence, date of entranee
ami loaving, of ail pewi* that hve
ilept or ptuted a night in thtir /*oue.#:
AfterFeb.utry iV, 19J0, the r-ew and thone amony thei-t that 10ill fait
q jHtdUtinu i u ilaiions us proraul(ra- le Pfeiml f/ia< rvo sUr al tht dttermi
lad m the Woureur of December 17. ntd priode or al any rquisition of
1*19, will be lu rail lorce A qua* the justice of Pemce or funciionariu or
nntine andliotane li*s beeu estabiiS' agents ofhilitary or Communal Polit*
ne 1 m iba haibor of Port-ao-Jfiriace trwtbr u-jutt 0) public un'hordy otm*
and is iiitlk )J t>y y,)llow buoy, at mved to mis tfftcL will - < ontianned
whicU (u lu: ail incoiuiiig stupa sub* by tu* J tut icc of Peacc to a fine tram.
iec> lo.iauaraiitinH inust stop Ttie Ont llmdred 10 Jhret llunirtd gour
P< ut buoy is foca sd JUO yards noith ot d s
Publie ll-allh Qlfietr, DUlnct
oj Port-av Prince,
liceutie t":tlidrawn,
A second offence cem ne racge, in <'() feet of witer 00 the In *ar.e of a tnco*d offeaa, thtir
folldWiug beatings : noitli 1 >wer of will be condmno't to flfto/S-at
i.aihedi'ttl, lui) degr.s trut ; Fort llundinl gourdes a ;d will haie thei/
l5:zo or, ISO degret-s true.
vv. w. wadi;
Unie Irxt ihe ojfcnder ic U bt rende in
ned a second lime ufUhik de/(iy of
onemodh unlil two ysars sinec th$
(AVIS first condamnation.
Pass la 2'. Fvrier L9J les nou" ml 7/'ffa, veaux rglementa sur te Service de ' b \"9 c<>"'"^ to furntshed
quarantaine publis dans le Mon! r00,m rebouftd und.r penalty of
leur du 17 Dcembre l'Jl, "rentrent Z . ro",ia!nneJ: ' a Aa f JwmHhj
, en vigueur. Tous les bateaux sujet '"* ' fwf'"*drac yourJte- to tend
Quand oa p us se; inspirations la qUiralt8i,)u qui e lltBut. (iang u we mormnj to Inemployes atfeet'd
tiu- rade de l'ort-nu-l'nnce dev.ont s'ar
l'glise de sa
palpable,
dius les cafs ou le^ s.lons, i' liu-
drait ;re bien niaii p?ur ne point
les choisir seyantes, du dernier cri.
VA ainsi l'on se doane sans elto I
1 a'iare d'an esprit averti, bien mo-
derne.
c mtrol
ployees aijeet'
a cerUfi d ejctnul 0/
i expose
la vii' univerieile ; mais en peint..
honnte et partait, il a reprsen I- R- CHENET.
1 homme d.ns ion milieu, et U no s
a fait voir la constance de la vie hu
raaine. Un vi.ain au qu nzme s:
cle (tait au fond ce qu'tait un vilain
au dix-ntuvim-, et ce qu'il ta..
jdji au douzime sicle.L'o hoantl
Ihomme, un gectleman sont encore
Ides gens lis semb abies en tous
iemps.De telle so te que l'oeuvre du
graad idaliste e&l toujours univer-
selle, parce que ce n'est pas ul sim
pie tableau, nuis en ralit un ta-
leau fidle invariable a tout.s les
poques. Tandis que les oeuvies des
Jieties idalistes ne sont pas univer-
selles, arcrqu'elles ne sont qu'un
f-peu pies, qu un demi portrait du
tilieu. des moeu s.dts costutne>, au
lieu d tre celui des sentiments.'
U est regrettable que Shakespeare
pe prit pas lui-mme le soin de faire
mais dan* la uef de
vnle natale l'vidence est
absolue et certaine.
Un nu^g; a cepioiant voil la
carrire Hticraife du grand crivain,
parce qu'il
ii-i Ha c/ntii nArti a *.**** %}'! ICI
ceux que le bidtmge, l'art de mo
uvres immor- <',er-.l-s hautes convict ons.de p ler
i l^u'es a sa 'es^jn iis;-'s amusaaies ou toiles ?
..t (joac
vedette
[. nvo. fi/^n ?i\ 1^,''^'""'"" drae ot 18ti degrs exi
tait assez .adulrent de h dn- a.u 8ri di b"**** mtt? rapport au Fort Dzoton-
la rputation de son gnie raor- oa les ,ai"' q>es:-il de plis ga-
dinure.
il a produit ses oe
"nenl sont toujours vraies et re't.teat lel'es wns e,lor' les a/ ~, 1 ....,,.. ,
la vie humaine.'' Ce n'est pas qu. P-1"*,"05 ^ so-icter de leur venta-
Shakespeste ait recherch
i-t'iuice aeviont sar ',%, ~ ;. ; 7,...../* r-**rm:i /
es de mouillage ta t!, re'J 8terH /?,r '*/ "*"** and oW
loua ue.n.d en jauue cer<>W of the day boforc.
.Notification is hereby give* to ait
;| un concerned that or,
angle de 109 degrs exieUmn
"*t
P
r er aux liuntt
hlies par une boud ueinta en jauut
qui y a t place Gott-a boue est
place UJ varJs au nord du poly- .
gone. dans UU pieds d'eau, un ,*f,itd "*at on and after h bruant
t ,ar 10. ItlJU the piovisens of !h lav,
Will be stru'ly enforced.
O.i ne tien gure a des opinons -----~ ;,.,,,
rapidement a:qu's.-i.O 1 les modi- Pport U pur nord de la Cnth-
,1-u.mi, ma., drale ot IHi. degrs exictement par
W. W. WADK
Officier du Service d Hyjine pabliaw.
du District de Port-ua-Ptiacs *
ff355"
li P-HICK'EY
Chief of Police
Traduction
/.attention du publi: e$* otiire mut
'/ ^7 ^e*r 1913SiiSio^
aubergistes, hteliers u loueurs de
" bie valeur et d: leur deitine univer- fl elle met. en vedeite ics esPnts Le M-"gis-ratCommuna' remplissant chambre garnies qui ^--^""Wl
cr selle lgers, sceptiques.caustque.-.D autant les Fonctions d Officier tic 1 Etat U vil. t.* aubergiste*, hteliersou loiun
I R CHENET qu'avec un sens raffin du succ;,ils porte la connaissante iL'sinliresss que, e dumibree garnir^ qui auront niai
prenneut bien plutt le conlre-pied conformment la loi du 2 Octobre 9* dinecriro de suite et sano aucun
de l'opinion publique que, 'outcr- \*\&,lesConsnller<;d A^ncutiure^agenls blanc, sur un registre tenu raulire-
ment, celle-ci : et ils acquirent, a dmtes par la Commune pour le Seni ment et *^cln*ivement affect d cet e*
bon compte, une rputation de sin- ce de I ttal Civil) sont chartes de rue ,e1, c?" '* ra Valablement vis ar
s M fittjt Frais
de BORDEAUX
gulire finesse. voir les dclarations
Aupii des leurs, videmment, l'o due de leurs sections respect!
pinioa fonde des gens rflchis pa
de d* dans Hen f^^Vpderntro ?** **U par
noms, quai ts, iomic.le hmbUel ouZ
a dmee, date d entr* et de tvrtie. de tau
rait ans va, t. sans c at.Et ,1 n est pour toujout, c.est b,b ^ ^nSZ qli aZu,t coS5V
point rare de voir nu-connus d.s mconnaitre.H valeur des hommes ""<' ""'< d** leurs 3
hommes de>pr.t vra,me. t p ofond el des cho$l,; enhudlS j ,"" ^ < eux qui auraionTu^^^A
et original, dont les ape.us sont k, inrts ou lM Sentments les plus *"?"*'" M re'" * *mmdisot
f ne T,liVou a ,uuie im^SSEZ
"Mde Paix ou d,a fonetiouMain**
1er Choie
d'ur.e vritabe divination.
Il ne faudrait paict cio re,
dmt, que l'irrflexion conduire
tous les tl omphe La f cul n'as
milation d s i .nul su is d ^g ables
,. ._------------ ........._..j lta j
sneux, ils ont daras une pj
.;- m d.mportance cap Ule, exagir ?Z JJK ta^PoZ tltta^u^T
hanceetperfuleur Mpu Iacp,- Commune ou a^Jge^%uJl
bles d'spp>.ier i leur ju t; mesure W/dpubliquo,ce^sTSvS \12*
dehors, une incomptence uop .on Sba J?i-iSTS. US ni t COnUa'n *? U ^TpoV ,
^^J^l^tolTi^^^.^ ^ZS?* dS ^ J S cent"
ROUGH Gourdes to le gallon lait perdre le conttet de la re. t E ,nc0DSden's' W*Wes sans doute, damnas une eZondo dosSJSL
,..,,,,,.,,,,:; BL^NC i2 % SK p3 lT "rrP^r aussi le chti-V^;^ <\* retrait d* leur p%&
ne dition comp'te de ses oeuvres VIN FINS DE TAULE PAR BARIL mcomptes ment es Ctue1,' Pla,6Qocs-lcs, ma.s et **"* l>. '*
Iles ne turent pub les que sept--------------------------------------------- On voit alors ut crivain doat les S e "rS v*cliine'- Car il *"J'J"r r<"di>>, tout* les Agi
ns aprs sa mon par ses camarades j ., |a pwmi Js sacS to n .. Va? ru S" Mt qS ta^aent da?s le" chute %ioTd'TW *S* Wt ~+
ethtre;Ihon Heninge et H.orj &'* f.pdS'p-dTe ou et uTn ^A^.!^ -P conant;. Rappe TeTnt^l^J^^ '"* <
ondell. Les abonns il u.
<**b chambres garnies
fMtak
.j. .. ,wi,....w ne recevraient
On necom., ena i les rpprcie: pus leurs numros smlprirs neustai ni ij\- a datci de 17.4 , vtser l'AUiiuntsiraiion Un Journal
t rapdt, p-d.e ou' r, t. un piJe ^ ^"".;^"n15' %*,d
ni menti, e de lortun, p esq ,e oai^ nqrU 1 peU le meme Peut na.ion.
a- ne sommai .1 ira i-, u., S PUr ilus^w de ses Tu date
al ici -t directeur dentep.iies torab-r- c ^ &eurs < loi
J V Suz;neCAUN %nt eu outu
oulu tc-m ci ptme d Hr<


Li. klUi
Parisiana
DIMANCHE
MARCHAND DE VENISE
Film (rem ileox d'aprs Shakapeare
Entre gnrait! 1 100
Faits Divers
RENSETO NEMENTS
METEOROLOGIQUES
OBSERVATOIRE
DU PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
Vendredi 50 Janvier i20
Bcromtie 752-7
i minimum 189
maximum }i,i
Moyenne c'iurne 25,0
Ciel clair le jour, couvert veti II
nuit.
Pluie io h. (o/jm. m.)
Parorrtie en baisse.
1. SCHERER
Cinma populaire^
Comme nous l'avons annoo<.e depuis la semai-
ne de,rniere U loterie du Cinma populaire < Ra-
poursuivre a commence. Ainsi Dimanche pas
se il a Cl livr douze loi* a la satisfaction Rne
LKnuin soir les lots des Nos gsgnants de Mar-
di et Vcudredi seront li.Ts. Les idciOss SWU
pris de ne pas oublier leur tickets.
Lcctei r> de cet intressant Journal voule.-vou<
avir pour \ingt centimes de gourde un objet
iic ViieUf t Ceitainemcnt oui. En bien, aile/. M
Cinma Rapoursuivre les Mardis et les Ven-
dredis soir prenez un ticket et en entrant recla-
HCCa le Numro au contrW-ur; conservez-le
pour la loterie du Dimanche; car avec vont
.1,1111e, vous pouvez gagner au moins pour vos
vingt centimes un objet de prix en plus de la lon-
gue soire de Cinma avec des iilrus trs amusants,
M air, bonne musique, borne lumire, bonnt
compagnie.-- Accourez en loule, essaye/ vos
chances.
a dimanche soir. La Direction.
Des Cayes Pot au P.ince
l.e Rvrend Pre Da onne, CUanome Hono-
raire du Diocst des Ca.e ,Mme Ma cel Murcscot,
Mr F.mmsnurl Piirre-Paul t son ea'an: ayasii
lait le trajet des Cayes a Hon-au-l'rin*c en auto,
prouvent un rel plaisir en redisant a tons le
excellentes conditions dans lesquelles ce voyage,
qui n a diiri ijue huit heures a t accompli.
Ils adrc;set leurs meilleurs compl in;ms a M
Welch le Reprsentant de la Maison Fawley au>
Cayes, pass ma ne dans l'art de conduiri une
liitchrOt.
Tut le succs Je l'entreprise rcVurt a \ljasieui
^t-Firmin qui en a eu l initiative.
Une Confrence sur
Mme Argentine Beilegarde
liappelons que c'est demain aprvs-miiii u hrci
M Mme Lnce Archia Uy donne au Lycic Na
tkaual sa premire comrence. Elle parlera de la
vie de llmtitutrice bien connue: Mnc Argentine
ikllegarde.
La cane d'entre ae cotant que cinquante
centime nous engageons nos nombreux lecteurs
a aller entendre l'excellente confrencire.
Le produit de la confrence est. destin au>
rnfams de nos coles.
Nulle part ailleurs
Vous ne trouvre/, une labrication plus dlica-
te, plus ralrineque celle des pits de Muciu-
1-Vernard.
Vous n'avez qu'a les comparer aux autres pour
adopter les dlicieux pts de l'Epicerie St-Michtl
*=*
;-'':
c
pour prendre avec bnfice
la lgitime
EMULSION DE SCOTT
*
productive de forces, vigueur,
et nergie.
i~. ILLS8
.. aur
DA
r>"T .-
"
FEUILLETON DU t MATIN*
Judex
GRAND ROMAN,
ART RIRDERStDE
(Film par L. Feuillade)
PHfMiaR PISODE
L'OMBRE MYSTERIEUSE
Le Message my^triaux
Dana
lions que ne doivent jamais poser
les ei tante bien levs.,, allonr> va...
mon petit.,, va prendre ta leon
avec mademoiselle Verdier: et tche
suru ut d tre bien sage et bien obis
| aant.
! Oui. maman, .je te le promets
j L'entant s'en fut avec son instiU-
; trica- tandis que Jacqueline soupii ait
tout en le regardant s'loigner, avec
.cette expression de tendresse di-
vine et d'orgueil souriant qui n'ap-
partient qu'aux mres
Cuer petit ange... comme j'au-
rais voulu me gaider toue & toi I
Allons, bon! sursauta Favraux
i avec nervosit.. Te voilencoro avec
jtes ides ridicules...
Pre.-, vous uav z mal com-
prise. Laissez-moi vmts expliquer
Tu ue sais pus e^ que iu du
HOpide?
3 t'ai
, ,, 1 fu es stupidf, ma Mb
Dana son merveil.rox cabinet de A ceUe ^hl-b0 ., c,,. Diu.aiaiuvni,
ravail du plus pur Empire qui occu JacqneliDe hVall b.isn le front, Un
rait le rez-de-chausse entier de d,8n e ia tiibteb^e uandissait sur
aile principale du ch eau des ba 60nMviaf2e
liions, la banquier Favraux,.toujours 'au miVl6a de lcu, ip |uxe
matinal, tait dj depuis plus d une l'entourait. Jacqueline n'avait
heure au trevail lorsquon frappa | J^ ^ neuieuse.
discrtement la grande porte S > DaDord elle avait perdu trs tt
"1" m ,iu,t[ Un aroote, personne t..nid efface,
que Favraux avait pous* aux h -*u-
ica uiilicilaa et q>^ et... m< rua cra-
se par la fortune comme -l'autre
sont vaincus n#ar 1 ruHre
Fuis, au orin du coov-rt, son
pi- qui. dans son golami fefoce,
ivait froideqseot rsolu de *e str-u
do a fine comme d'un uouvnl ma-
tiuraa 1 de fortune, la mai ai un
leune ingnieur, Jacques Aubiy, dt-
pourvu de tout argent mais aeuu
le lout scrupule et doue du ven util
gnie de* affaires
deux bai tan a qui donnait daue l'an
ichambre.l
Entrez, fit le banquier, sur ur
ton de lgre impatience.
Mais ausat 'son visage s'claus
La jolie fatums bi une, avec laquelle
il cauaait ai intimement la vnll.
4 avanait, tenant la main on ad<
rabla garonnet de cinq ans, vpr t
ule ange blond, que l'on et d t
chspee dune ireaque du Domini-
cain ou d'Andra del Saito.
L enfant, tout de auite, ae prcipita
ers le financier eraent sur ses genoux, il s'cria :
-, Bonjour, boa-papa?
Varits
Fivraux qui l avait d cern ente
Bonjour, uuB-ppi......,! tous comptait en taire mieux que
- Booiour... Jeaouot / rpondit Fa a8toJ6, CeKt--dire Bon compli-
/rauiqui. aprs avoir embrass la yt|- au |)0ut d'un au Aubry prit
Ut. le posa kWMj^ Jar)8 un accident d au omobile, au
/eux. brillants da dsir, cheicliaient L^ tfM voyage d ude8 en Ame
.eux de hostitutrlce- our le COCQp e de Bn beau
Tandia que le Dambia ** ffi.fBiiawllot, Saireuao 'cbap
tsit vera une dea larges tanl.ea qui v J tutelle dont elle avait
lonnaiaut sur le parc r avraux, avec I ^
rjUDEX
Z [ 5a pisode
Entre gner Je
Jtalante
140
lfju
La publia est pri de se rendr
trs tt cette soire qui comraeoc
ia a 7 heurer et demie prcises.
Avis da Syndicat des
sages-temmes
Un syndicat jorrh dam le. bu
de dtendre les tntrts de la cor
praiwn fait arpil aux sageS lem
mes et lesKfihe de se rumr le jeu
di 5 fvrier ai heures P. Af. ot
lonalde* Docteurs Domond etli^
SecrUiratrsorire du S/ndica
Journaux vendr
Ou trouvera au bureau du* M
lin 1 L'fcxtelsior 1, le Journ*.
LHomrrte L.ibre,Le Peut Fan
sien et rtvacrnenL______
_____ le parc
cent da la pasaion la plua inttnt*
-ourmura la jeune femmo qui sea
liait fort trouble
M ai u. comme is vous aime
Monsieur..
Je voua adore et je veux ..
Oui, ja veux que vous soyez i
moi. ,
Votre msi raise. jamais!
Et ma femme?
Monsieur Favraux.
Aussitt sprs le mariage dt
->a tille... murmurait le banquier.
Uis uoa voix fminine demanda t
oucement de 1 autre cte de U pot t.
Puia-je entrer, pre?
M aie 001, maman enrie, repii
\x\ spontan meut le bambin en
la.ttaut la fen re.
Uoe jeune femme, radieuasmeni
lie, au regard trs doux, mai ui
u triste, apparut sur le seuil, dan.-
11 seyant costume d amazone qu.
.isait valoir aea lignea tonte Ui
leji senti toute iameiiuiu- lso'ui
le se con>acrer entiremem soi
eufaot, teudant pluaiei rs a. nes, le
oanquie, eboib en de nouvelle*-
et foi midsbles begogneo, ne paru
pas dicpoa coutrecaier le deslr
de Jacqueline.
Mais, un jour, ayant serti la nces
site de pntrer dans le monde ari
locratique ^ui, jusqu'alors, loi ai
unpi ovablemcot ferme, il attira fo 1
babilm**n ctnz l i un jeune gtil
homme royal*-fneDt hoebe, mn en
poaseaaion o toiles l*s latior'
lont le meicbeod d'01 av i. btaolD
pour grandir ne^ie aa clientle.
n quelques semaines, avec le de$
pctiame u'uu tyran devant lequei
tout a incline, I avraux bcli ce m-
nage, imposant ainsi une second*
fois sa volon la pauvie jeun*
.femme, et celle-ci, comme la pre-
mire fois, courba le front devam
cette autorit de fer qui lui tait
vous en tes vous occup''
Oui, monMfur.
Ah! eh bien?
Vallires d'un ton pos, expliqua:
J'ai acquis la certitude que per
sonne ne vous souponnait d'tre
1 auteur involontaire de co regretta-
ble accident.
Je prfre cela.
C'uant Keijean,quelque temps
aprs votre pabsage il a e relev
par des paysans qui lout iranaponl
dans une cliarette Mantes, la
clinique au docteur Gortais.
Il n a rien di au im.ins?
Non, monsieur, et il ne dira ssi.
Y est mon?
Celte nuit il est etiti dans le
coma, Bans avoir lepua connaissan
ce; et tout I lieuie, qnand j'ai quit
l la clinique. 11 ue donnait plus
Signe ue vie
Allons, tout va bien.'
Et dsignant le volumineux cour
rite qu un valet de pied apportait sur
un plateau d argent Favraux,s'cria :
Maintenant occupons nous de
choses un peu plu* intressantes.
Tandis que le dornesiique 6e le
tirait, le banquier, s'emparent d'un
coupe-papier, lumui im dpouil
1er sa co respondauce lorsque sou
at.ention Hut aime par une grande
enveloppe jaune sui laqueln u< e
dresse eiit, trace d'une ecrtlon
bizarre eux caractre ^o h.quts ei
lourmeutee ;
Au banquitr Favraux
hteau des aabloiu pris Mantes
(Seine *t oint)
Perionnelk,
Wrgenle,
Le pre de Jicqueline quelque peu
intiigue, dcacheta aussitt l'euve-
ioppe et lui haute voix .
\on content du ruiner et de dsltono
rer le t/wrts, tl faut encore que vous les
IHtOTrirrt'f Je vous donne tordre, pour,
cxoier vos 'Times, ae verser la moine
de votre fortune l'AbSista,nc' publique.
Vous av*t juaqn demain sou, Di%m
pour cou.i eutcuter.
Le mystrieux, message tait sign
d'uu seuuuom tiace u grosses let-
tres louge et suivi dut. oint dx*
it,matiou qui itsseu.bl lauu de sang :
iv .IX
Judex/ Judex !.. rpta Favraux
oui surpris,..
Cest uu mot latin qui signifie
cJjsiicier , traduisait le secrtaire.
- Oui. oui. je tais-
Et le banqu o<, u'un air tju'il vou-
ati reudre iiipiteaui, ^loiumela en-
tre se.- d ntri :
v> J s -ce qii- Cela v u'du I
^ A iuivr$i
ont indipeioble
i TENFAMT q. 1 part pimr l'enk
an VIEILLARD qui r rnin
aoiGnAKOESPERSONNESqoiu
miifi-v 1 Iruti occifatitu
PRSERVER
uAHES RESPIRATOUIS
ou pour SOIGNER
Rhumes, Maux d Gorge,
Lui 'j ><0i us. Bronchites. Grippt,
Influents, Asthme,
Emphysme, etc., etc.
^ISILFIUT AVOIR BiEl SIM
de n'employer que
X~aSE
PASTILLES
VALDAl
VERITABLES
vsnanea seulement
0x1 BOITB9
portant le nom
Nouvelles Etrangres
lca bsrmomeuse tt de tti sou ; toujours apparue comme uue torce
d imns me ament de Vingt cinq
cmt gourdes, denvoyir chaque matu
aux emalcys afftetis ce centre, w
extrait certifi des dits registres pour U
menttans et constatations de la v.tlle
Avis est donn tous ceux *1 qui u
efiptrtiendra que rarur du 10 liriei
1920 Us prvisions de nette Ici seront
Strictement mises en vigueur.
B. r HkKEY
tief dt la Police.
tinsse-
- Borjonr, Jacqueline, Isicstro
,. meit lamas.
boojuur, pre.. rpondit 1
Te du banquiei, *n a avanant ver
m et en 1 embrassant avec une vi-
. ble aiprassion de cra n.iva dfe
nce.
_ Ta monte cheval ce matin l
mterrogaa Favraux.
Oui. rpliqua Jacqueline. Jr
n'en vais faire uu tour ae fort avtc
.1 de la Hochefontaine
A ce r.om. le petit Jean qui s'isii
mpsr de Is msio de sa mre in
trropes navement
- Dis, maman .. c'est vrai que je
m'en * avoir i.n nouveau pana
de ia ns ure-
Maintenant. en face de ce pre qui
n'avait jamais t pour elle qu'un
tyran, elle a'ofTrajait dejS de lui h von
laiss entrevoir en pu du secrU
douloureux de son cur; et elle
allait s en excuser dans .oue la ti-
midit de son ame fragile et douce ..
lorsque le sifflet d'un tube acoutti
que retentit.
Voici mon s crtaire. dit Fa
; vraux aa illl . C'est l'heure du
courrier... laisst-neus, ^t va faire la
promenade. Va/ et fictif d tre un
;peu gaie ce matin au dt jener.
Au revoir, pie.
Au revoir!
' Jacqueline se retira to*Ue dolenir,
Avis
A*eSl avisons lu public en gn-
ral il la commerce en particulier
qu'a partir de celte date Uonsieur
romi Gabarit na lait phtt partie
dt notre maison de lOmmerce ta-
blie Jaur.el, noire OMQCtaium
avec lui uyant t dtssuule d un
commun accord.
A,a-B.GB-H\.

Hais eui.., ri ondit la jeune maia aoums>e et laigi e.
femme, an rougisstntlpgrcmeLt- Comme elle paaaaii dev nt \al-
lo.ume.- Isu1is-t-i' que jVlir-a qui vanaii danpr-iire et
Ctpr^'le?
- Para...
L -aa qu'il sel auaai riche que
bon pape Kavrao:'
Jacqueline, doucement, grondait :
~ Moo *r*/ 9 fOUt des (lue*
g'rlHa t res ec t eusem Dt devar.t
elle, le banquier lui lana :
Ms amitis au un quial
a'n ion seul avec son secrtaire,
f f t en baisssnt ia voix :
I tt cette aifaire du u^.ii.iuwt>u,
Mouvement
Maritime
" Le steamer Or an je Nos*
sau de la lign hollandaise, est
entrr ce matin venatv du Sud. il
/si 1 v parti pour A' \\- Yurk ie ma-
ti'i mme avec les passagers sui-
\vtHls :
Brni Dimon, Lonard Me An
,iy, li. J Me CuloupHi Qtorges
1 necke, James aihr.
PAR CABlE
PARIS Plusieurs joumax^no
hmment c Le Petit Parisien c "
Matin et '* fcs Journal *, enregis.
trent le revirement complet dej
ides Britanniques en ce qui touche
h Tmquie et Constantinople.
Cabinet de Londres serait mainte-
narl dispos de partager Us von
formules ds le dbut par la Fran-
ce.
PARIS.Sdon L'Echo tK
ris *', a la suite d'une dma'cbt
taie dans la soire par des nonne
politiques Clemenceau consentit i
re que sa caadid turc soit otflcielle-
rrf nt ro i 'a runion p rre.
LISBONNE. Ftrnaodo Coro
est chaig dformer le Cabiart Pot-
tu g is.
AX LA CHAPELLE ~ Le gn-
ral Belge proclama la souverameii
de la Bc'g que sur Eupen Nalmedjr
BAR ELONE La police opta
deux arres-i'ions lors d'une ru-
nion clandestine taite par 60 synii*
calis'es. les manifstes importim
et de l'argent ont t saisis.
BERLIN Au cours des troubla
devant le Reichstag, il y eut tiens
et un morts.
Dans une sance commune
cabinets de l'inpire allemand tidi
rent unanimem ni que tout
moyens pour le maintien de i 'ordre
seraient pris.
PARIS Oa confirme que
conseil suprme remettra denaio
qual.e heures la dlgation Mon
groise les conditions de paix. Q
menceau et Lloyd George ainsi qa
Nitti se runirent dans Ta mitine
ils se runiront dans l'aprs nuA
A 'occasion de la mise en
uu- ur du trait. Le roi de Das
mark >e egaphia a Poincar
exp imant la reconnaissance des D
do s pour Us puissances allies a
socies qui ong.ent une beat
se solution de la question naiii
du Danemaik runissant le S
au Danemark'
PARIS.Le Snat procdi llec
dfinitive du bureau. L'ledio'
Prsident donna lieu i deux toi
de sciu'in Au 'premier tour, Ba
geois obtrt 122 voix sur 24
tants, Dubo t U3, Deselves 17. D
mer 4. Au deuxime tour, sur i)
vctints, Bourgeois est lu par U
voix contre 125. Quatre vice pr*
dents sortants sont rlus'
PARIS Le Snat se roiM
cour de justice la 17 lvrier reir
dtbats du procs Caillaui.
PARIS Dans ton discours aa se
Bourg-ois, dans un seul mot,
me les devoirs du Snit su W
jear I esuvre a aconplir, aot
ment de voter courag ascsaci* _
impts et taire disparatre la lad*
classe et d'asiurer l'excution ^
it rigoureuse du trait de ^er*^
afin de fonder une puissite F
morale qui est le voeu* uni iO
pay:> it rendre hommag: i*ra
tt prouver notre idlit i 'M
rrouiurent ponr la France t '
pu bique. Le Sinat .voU M|*
)U diours-.


E"MATJN
cure respiratoire:
JtsT \
DUM,
&*<
ZH
mn
lit
ailllllMlilMIllIIllillllIlli
BAILLY.-
GRIPPES, CATHARRES, LARYNGITE, BRONCHITES
SUITES DE COQUELUCHE ET OE R0U0E0LE.
Sous l'influena du PULMOSERUM"
LA TOUX SE CALME IMMEDIATEMENT.
LA FULVIUi ET LES SUEURS NOCTURNES
DISPARAISSENT.
1/OVPnCSSION ETI.ES POINTS DE COT S'ATTENUENT.
L'APPETIT REVIENT. LE SOMMEIL KEAPPARA1T.
UE8 rORCXS ET L'ENERGIE RENAISSENT.
EMPLOYE DANS IES HOPITAUX.
RECCM-ANBE PAR LA PRIORITE OU CORPS
MEDICAL FRANAIS.
AH f!EU PAS PLUS l)F 20.000 MLUECINS E1RANCEK
MOOF. D'FMPLOI
tint luilliri cil malin i uir
EN VENTE, DANS TOUTtS LU DHOCUERIES ET PHARMACIES
PHARMACIE DE PME. 15. Bue i tk. HE
Lait Gonden Nestl
W" iici)//) /*/j/a MM.Siimn Vieux, Alficd Vieux.
VbMV VIIV& B& x, Add- Co, A. Batk ,
Jean ^aad, Marius Berne Ludovic Gros
DEPECHES SUITE
TARIS I'nsigne de grand croix
de la lgion d honneur est confr
Llry (eorpe et S -ni i l'occasion de
la tat ficit on du trai de Vers ill-s
PARIS Le pince de Sebie patl t
pour He'grade.
PARIS. Dans le Couloirs de la
chambre 1rs dputs discuter l c u*
toisemert des chances respective* le
D'ichapei. Au si-j de C lrrenceau
l'impression g/nrale persiste que sa
candidature dutancera celle de Dti-
CMDtl.
PARIS Clrruncau r oi des t'
grammes des Prsident* de conseil
de Danernaiii,de Sude et d'Espagne
accusant rcedt on a l'invitation d'ac
cder au pacte de la Socit des Na
dont,
PARIS Le projet d accord pour
l'Adriatique et accept par PI alieet
remis sux Yougj Slaves qui en rf
rent lCgrsph'quement ABelgradela
rponse-es' mwidue vendredi.
PARIS Rome.Le bruit court que le
transatlantique' Prinupessa Mafalda" j
parti le dcembre pour Buenos
Aires heuita une mine dans l'Atlan
nqueet coula, aucune confirmation
dt cette rouvelle n'a Jet reue-
MILAN Une avalanche dtruisit a
Riens d's tablissement; de construc
t'ons lectriques 14, ouvriers ont t
tus, cinq turent sauvs.
PARIS c Le Matin ann nce
que les premiers mmhtres examine-
ront le texte dfinitif de la demande
d'extradition du Kaiser et la liste des
coupables rclamer a l'Allemagne.
PARIS Les pouvoirs de Mon-
sieur Abel, gouverneur de 1-Algrie,
sont prolongs de six mois.
PARIS Clemenceau. Lloyd Geor-
ge, Ni ti, Wallace ei Matsui assise:-
ront A la remise des conditions du
trait du se- janvier A h dlgi
tion hongroise.
PARIS Li remise des conditions
de paix allies i la dlguions bon
grose eut lieu cet aptes midi, seiz,
au ministre des affaires trangres.
l'A RIS-A l'occa ion de la remise
des condition de p ix allies A la
dlgation Climeuceau dclara que
quirz jouis ser irai accords la
dlg. ion pour prsenter des obser
valions. Selon le dsir formul par
Appony, le Conseil,en'end. a demain
son expos sur la situation en Hon
grie.
Le Temps dit que 1 Italie re-
nonce A la souverainet de Fiume
qui sera plac sous l'autori' de la
socit des nations.
PARISvfoici les principales clau
ses du trait de paix de la Hongrie :
renoncia'ion formelle de tous les t;r
ritoires austro hongrois attribus A
l'Italie, la Roumanie,ia Yougoslavie
et la Tchcoslovaquie. L'arme hon
groise comprendra un maximum de
35,000 hommes et ne possdera au
cun canon lourd suprieur au calibre
de dix centime rer. La Hongrie assu
me la charge de la dette autrichien
ne.
PARIS Clemenceau n'tait pas
candidat aux lections snatoriales .
c'est Ren Renoult qui se prsentait
A sa place et qui, avec l'appui de
Cimencear. fut lu dans le Var.
Clemenceau n'est donc plus mem
bre du parlement il est A remar
quer que c'est la piem oie fois qu'un
prsident du Conseil n'est tisnateur
l dpu' Clemenceau ne pourra pas
s ger au r0ngre de Versailles et te
poutra donc pas participer A l'lec
lion du prside at de la Rpublique.
PARIS La presse cornante l'lec
tion de Poincar comme yne roani
festation unique dais les annales du
pays. C'est un 'oquent tmoignage
de reconnaissance publiqqe auquel
l'opinion s'associera unanimement.
On y voit lt juste hommage rendu
au grand citoyen qui dignement et
utilement reprseata la France dans
des circonstances tragiques et glo
rieuses Le Matin souligne la digni
t, la modestie et la clart d'esprit
de Poincar et flicite les Meusieus
d'avoir pass outie A l'absurde fie
tion consistant A condamner les ai
ciens chefs d'Etat A une sorte de
mort civile. "Le Gaulois4' se rjouit
de constater que l'homme de valeur
qu'est Poincar ne soit pas condam-
n i la retra te, car il peut encore
rendre d'minents services A la ckose
publique. Li presse est unanime A
coin Lier que les lections se drou-
lrent dans le plus grand calme. Au
point de vue d'tiquette politique les
lections snatoriales auraient la m
me tendance que les lections lgis-
latives.
La plupart des orgaue^ootamment
" Le Petit Parisien et l' fccho de
Paris constatent que las esprances
des parti avancs furent encore corn
pltemenl dues.
___ _
L Inspection scolaire donne avi
aux jeunes filles qni se sont inscrites
en vue de suivre les cours de la
section mnaerre de l'Ecole Cite
Dubois quelles doivent se prsen-
ter en cet tablissement, lundi 2
lvrier prochain, A partir do 9 h rai
POUR DEUX SEMAINES SEULEMENT
24 Janvier au 7 Fvrier
33T
LE BAZAR MTROPOLITAIN
0
Jarre Lopez PO
f urre Armour t 90
luire Fsrvol 90
|uire (cuisine) OC
von pour leseiVA 10
von prlessive H. 10
idrede savonS'sr 10
fudreaavon Perline 05
adre nettoyer 09
iron de toilette 10
Icaroni 18
pidon pour linge 24
17
ine 10
'ille pp Menthe 0:
ickleta gora |05
bons (on verre) 40
colat aulait 12
Peter 14
'etteade chocolat 25
llcduit A
75 Ib
78 Ib
78 Ib
52 Ib
09 br
09 br
08 pk
OJ l|2
O'rk
08 br
15 pk
20 1b
15 ib
00 ib
Oipk
Oipk
35vrre
lOpk
15pk
21 pk
* Rduit A
GiogembrecrystallisNS
Cigarettes 'V'Ie 20
Cigare tes R cb. S 31
C geretteaU lacli in. 25
Cigarettes Mursd 25
Cigarette* National 10
Cigares fominicalns OU
pk c Porto Rico 05
Allumettes 20
Allutoette(ptv8 boit) 12
Pipea 20
Pipes 135
Cart pnatalos 50
A'b m Souvenirs 35
Avoine Quaker 38
Huile d Olive 1100
Bire Red Star 18
Holandaise 48
Poivre Noir Premier 24
Marmelade d'oiange 40
70 pk
15pk
27rk
22 pk
22 ik
00 nk
05 da
Oiea
12 [k
08 pk
17 ea
30 ea
40 dz
30 ea
3ipk
85 bot
15 bot
45 bot
20 pk
32 bot
Hdui A
Extrait de Vanille 40 ati bot
Poudre lvation (ii 00 \i>
Sardinea I huile 18 15 ea
Papier hyginique 90 10 put
Poudre Insecticide 15 12 put
Conserve (Chili con-
cerne ) 09 10 fer
Con8erve(Choucroute'
et saucisson) 32 27 fer
Saumon V. B. 83 3J fer
Saumon Patiiot 46 41 fer
de Buf (en verre)
.'18 :(5 verre
.de Buf hach 35 30 fer
de Veau, Jambon
et Buf (loafj 49 45 fer
Racon (en verre) 75 70 verre
Beefeteak de liam-
n bourg 25 21 feF
Corned Beef V. IJ, m oi fer
Rduit
Sauce Tomate
llelmet 27
Sauce Mayonnaise
Prem. ;{-
Cacao Whilmin 4s
Peter* 27
Cirage pour soulier
jaune et rou
Mortadelle
Saucisse Far ner
l'Ium Pulling
Fromage Kdam
Anaca
Beurre de pis che 25
Vin rouge Medoc 1 93
Encre Carters a
Plumes | ;
Service de table
20 pices ' 75
Cuisine A Krosne 11.00
11
75
Ol
45
990
1.35
M bot
L>S bot
if pqt
25 pqt
10 pqt
Sf Ib
5 1 Ib
40 fer
2 00 fer
i90 chaque
99 bot
1.75 bot
10 bot
10 dz
kpingles A cheveux
Poule A frire
Sorbetire Vacuurn 4.95
12
55
8.85 jeux
12TO
liidons huile
Passoires
c
c pour farine
Moules pour pain
Verrp a tocktal
Papier ( rire(boite) 40
tablette) 1 i
Carnets de poche 08

Parfum Glebeas
Rouge pour dam4
Lacets de rouliers
Savon Palmolive
Peroxide bioxjde
Poudre de Talc
Armour
75
12
18
40
40
13
23
15
15
08
H)
18
Rduit A
lOpqt
M chaque
\ :15

H
12
34
32
11

<
c
c
a

Ratais de 10 op sur font noire stock d'articles
23
, 3 boitM
12 chaque
9behaque
^0 chaque
12 1|2 bot
12 f|2 bot
05 paire _
17 bar *
15 bot
20 fer
ous venons de recevoir par deruier bateau un fort lof rf
ijou ene Fausse, art nouveau, tels que: colliers brocha
Ncelets, bagues, barrettes, boudes pour ceintures 7m
bus mettons en vente au prix de 05 oram. jusqu' 1 d


^
LA l
.>
ARTICLES FRANAIS
La maison En Ikm
Eue du Magasin de l'Etat
Par le sUamer franais Caravlle ^arriv ici le 15
courant les articles suivants :
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames cl fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses fil et coton
Nappes, Outils matelas
Chemises fantaisie pour hommes
Paraplu es, mouchoirs de soie
Cravates noeuds et rgates asscr
fies. Gilets de flanelle.
Aux caves de Bordea
1696, GrantBueMff
Emile Jereix
Dpositaire des marques franilq
Mari* !' i*p 9\ Roger t iqucurs fina
BORDKVUX
Enfdic i >* Grande liqueur
FE<: Al >
ivi;icl'n Mn eau Vint
IU diDl.A |JA'.
P. Prapin A: to [CfQiac
Ar'se e con inerce de pros *t Ircni ms quM a en dJ
(Bafcbandi es des maison c datei squ il livre auipm de ces m.
I rix courant sur Il *e mel la disposition de lous pour lous renfe:ffQ
tu.'ce ..au es et les co manues* Lu e excute : directement
La maison
Veuve Barhancou
Assurez vous contre LE
A. dressez-vous la plus forle compagnie des E 11
La HOME MSURANCE G> de N.-
;i(|cnl General pour Ilali:
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Trot^gez votre Mais m, votre Magasin vos dpts au taux hs
plus rai CDD 0 le.
Aucun irais de ewission ni de
r Bemeignez-voii8 sans frais par correspondance 9U
niiz dictitinotre problme chez
Eug. LE BOSSE, 95 Bue du Quai
a ree

www-'-si*- "-biiimu imhm><^
*
FUMEURS;
Voire fiante est garantie, vos h\
tuile t de fumer cotisa ves jusqu'
vieillesse, adoptez
La Crolej I
Dlicieuse cigarette. Elle est dam
tous les quartiers.-
lo centimes le paquet
Dpt centrt Uar de lut aix, Liue /toi
EDWARD M. RAPHI L & Uo
New- York Portait Prince
Grand Htel de Fran
Angle des Rues Roux ri du Quai
Etablissement de 1er ch
Cuisine excellente.
Situation exceptionnelle
Chambres ares bar mouler
puopr^taiiie.: p# Paj r[
Sp

sciis h Proie
Baporel
Grande Maison de MODES
Mr Juan Bautista Da
Aie pli.Yu d'i'iimnrcr a\i public en uiraKime s^os
ouvrira
Une Grande Maison de Modes
l'instar des Raxars a IVew-YorL Il y aura un grand sU
costumes confectionn* pour hommes, femiro** r-t enfurt^
trouvera gdcment de fins ihsus pour h copf'dion, s r pli
une art sir d: raie talent, bien Connue dans la hauis'
de c Ue ville.
La Mai*tn finira, en outre, dm marchindi ti Jt ,
choix et a un ptix d li irit mutes coocurienee*. iWs ses ai tic
Jpi!$ a.ec ccmm';i.;j des plu*gandes fabriques de* Kiar


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM