PAGE 1

%  m, football I. Equipa du Fylaia Vi.toire hatien na LE spoit, en Sude, est 1res tor'e' &f •ci organis, en ce ara qn'on y A r.'uisi fcva.im^unenidr t grouper Huetmble les diffrentes fdration* sportives a^u la direcioo coran lente d tl'L'nirn Na'ioralo d.*s S) rita sudoises de fyranastique et. de Sport, la p'ua haute autorit sudoise dans les questions relati vea l'organisaiion des jeux. I. Union Nationale a pu, grce I re'te direction suprieure cobaive ROutenir. faverieer et dvelopper le? •porto audoie. L'effort le plua important, aceoro pli dure la vie sportive de la Sude lar cette Unit efct, sans coptoa'o, i'inatitutirn (rs Sev.r du Nrd. 1!? e nt fie crsipries pnur la premire fois S'ockolm eD l'anne 1001, sur le modle des Jeux Olympiques ei rcmprf'iii'ifcrt.'t'''ouf,tous les iDOIti \ i a t • M : i s en Hiver dfiuf* les pays erand'uavfp, t ,%  ,iup *i;iege, patina ge. Ing*i toboggtn, t r i i^eau voil sur la ttlacn. lio key sur la glC*,el*, Ces dits Jeux du Nord. dnt 1 but efr dp pieerler Ictat du epori dans le Nord de l'htiropo, oni lien rgu'irernen', dans la ispi'ale tu doise, tous les quatre ans; ils on', avant tou, pour or jet principal d. mettre a 1 preuve lea iprUDCn d laSide. Le Match Annonc par jlea qiio'i ienp, iVgt disput, mercredi api es midi. a< I.aud Dessal'iie*. en're l'quipe le marins sudois du •'Flygit et une •UN bonne quipe do rU.SS.il. ounuami.'e par Armani'. Par un tempe idal et devant un< BHitttDCC ncmbieuse et sportiv lea d>ux quipe ont ivalis d fourtoisie et d'ardeur. Nous avons ree.onnu le long des tout ht s, entr> • utrea spectateurs prsen s Mf Ci .ont M'g'oirr, Mail a do la Vil sous la prsidence, de qui. la mate'' • p joue. Mr Scarpa, durcie nr de I Panane Nationale de la R publique d fin i. Mme WUliams, le femme du reinpiqm'a'e ionnnr; l'Enaa'gna d vaiiaeru sudois Aine F. Scholardu nui a eccompeen l'quipe, plusieurs dlacs de rtJS.S.H.i nombreux marins du navire de guerre sudois /1 des membres d u nos c'ubs spo tife Les Jeu de3 Equiper la perlia dans son ensemble n tes t-; belle, mai elle a nanmoin, passionnante* mme, intressai!' i>ar moment. I es hatiens ont I C£upd'nvoi et attaquent vigoureuse u.eiir les sudois qui oui le soleil I < . ponte. Lea joueurs lipestent du tac au tac dorent dix longues rninu ! s au tours dotqoellea noua avom pu noua faire une ide de la valeui pe (quipe trangre doe.t les qu Parisiana A Mt i dimai'.cbo don lie ; l'Dii.-riua o l'on IX alAT'N CAUSERIE SCIENTIFIQUE aMU *TJ • MATIN Film d'Kt de haute voleur. t&Qlte* g(UiiavMi G. i-tw BrMement a Ce matin d a ' livr aur /lam mti entretenu des membre* de la Commission du Btlerr.eni 40000 gourdes de liuu Litlets dtenonspiers manquent un peu d'entran ment. Les Sudois jouent avec scierce t une certaine ui9itrise, lai dto que noa i pttueux reprsentai ti oi compt un peu trop sur leurs pou mo s et sur leur coenaissarce du terrain plutt leira ua itbeun.j Les luaius oovreot ii aene d s paaift: lei Initier s a'ioquitenl t bientt Jn Jicqne, qui stst nistln g.i, istd de justesse de noubreux j^oela qu'an< te Andeison, le garolei if but sudois Cu*.ql uimla a Arderton qui li* bien joue en u.u! Upliant tf fiipoatei entre les et a q ies acharnes de nos joacnis. Souuaiu, A-voie iaiitiuicoii it Jn Jacques reussusenl quelquis panel couionnta par un bu lac uf des battieua tiouirabi frn:iquti du public. Les Sudoil surpria se jeseeitis sent t canionnti t. lebi tour, danle camp aov< red. o i s te mi ii i oaui quelques n stunls par des pat* ses et de loups dt> tts vraiment in-gmliques bur un iuam>uuu i ueitr mitien (Uouj-au; tac peu i (; esi Bicorueu aux Sudois qui galiatut les points U l). loitjHBii tai -il Itut niionn.lLment touch le bi.lo '?!?., l'UU'tJii' -I AitUdi '.1 coup de silfi-it ? Le j-iu se continue loujoura anim lorsque Mr Andr Chevallier qui uibitra> siffle La mi-temps a-t-il charg au ** ^!^^"^ Ap:d-J un quail d'heure de repos, la Itt'e rtcommence.Les h-i ens on toujours l'avantage. E.li.i, ieoiz-? sudois repousse vaillamment no. joueurs et > s>iss ma gr lout a organiser jut ques jolies pasies Lt bailon, .i ce memeut, se piomn> d'un camp k l'acte, le jtu b*amnii de plus en plus et no) quipier. bombardeot les buts sudois t menacs qui ne sont d g quf par leurs demis tt lo gudunde but Anderson, i lui seul konswiue u;u vroie lor e:esse. Les joutuis a'DCmcl tt i's veu lent qu'il y ait un vainqueur. Sui une toucha de Tfilliam', qui a ju-. th enccie sa bonne reputttioa ut t n II-kick, [t ballon tt, de pitds tu pieds des avants haituns, air t Vf Armand qui maque l'unique but dt mitempf. Avance que cooseivci* i os unionistes jusqu a la an. cVAtlaoM rallexions Disons a,uc, handiaapti par Uui manque a'enuaineaier.(, les sudoise sont touvs un peu drouts pa la lactique hauienne qui OOSattU i jouet trop en musse; fis ou peu o., passe : aes chappes personnelle o'abouu.'sant pas IOPJJJIS UI fia* datitii Eaviiablesassoti.iiontste ,1 s sud dois nous ont dmontr ltu iubiic t d^ns les ccmbmaisocs de pauca et leur aomcgc.l. H ont tU bat.us p.-r;e que eu i lignes amcics et lent laibles pai centre, ils ont une banne ligne 'a vantr, un ton demi et un tlCtUam goal keeper, dont le stul dtau. e.t 4e la sser trop ,-ouv n sa il c Malt] dira t-ou, c'ait l'quipe U plus torie qui a gager. .' -t irmuci N-JUS pensons que Us deux quipes .ont d'gale lorce. Nos jjutuis ont beaucoup d'f l lant* • t de courage ; cepti daat leui jeu marque d'tnbcinble et bien qu'i s Corr(8po'>dar.f tpecialt au La mo ch> vim ie — musca vo [ > rtiu*ra dh Linnfe. est une do plus jgiai.dea de ro're chinai; elle ee re icnnait aux soies de rs antennes btibupp, son front fanve, son coreeltt rcir. son abdomen d'un bleu reluisant avec des taies noire Elle a'runcrco dans ncs appar m JI. s par i on bourdonnFmei l es-e / fort. Llle dpose BPS œufs 8' r 1viande que la finesse de ton odorat lui fait dcouvrir ds l in U h. C est v. in ment s ir.it di s lea irrinoi dices o vitSM laiv. C-lie usice corumui e dans les -Pi ai leiin'i l, surtout dans OUI dont les ouvertures legardei t W mi dji, est l' plus i • %  •in-nole de iout Lu ei.ietenar.t dans lea chambre n.ie fi lctitsi libbituello au moye darios uems, en euant les voleu c ridi ai x fenu8 pendant les a> deurs du go cil, on diminue h-mi coup le nombre de ces htes incom uiud s Si l'on peut se procurer d.* hiauihts d'osier, en en fait des fiis oeaux que ion sunpenU au plafond Outil le mouche g y rendent e %  > y iis-e iiil.'i: % %  ': a ld nuit tombante. v.--i s dix heutet du soir, on d arhr tsdoucemin ces faisceaux, ave U p<6cai tion de ne pas lea ag 1er, e' on les tr. m, e dans un b quet d lessive ou deau ua savou %  ; n d nuit lea b^s'ioles. On prtend talement que l'ode m %  Je la conyaa ai du inlilot, qua l'on Unge secue-r en ueu e bottes dani es appartements en carte cea in suctes. Une dfmi-cui'lero de poussire 4i min de plo u -ai ne g i, fuUa un peu d'eau ei dtybse dans une asiiette, utr tt tojlea l< s inotch s qui s'en approchent Kg lemeni on | ei t pendre au plafond FaitsDivers RENSEIGNEMENTS MET! OROL(JGlQUES OtiSliHVATOlllp; DU PETIT SEV WAIRF. tOLLEbE ST MARTIAL! jeudi Baromtre Temprature 22 lanvier 1923 7649 minimum 198] maximum ;> o n:t me ouur les rprgnacces, les eu nuis a les joier, les unes servant au iuties de con-pensationi. La chaim du roari;ge c:t laite de roses qui portent des pines mail Ce! to*. > Ce m'me des rc:e r et l'/galn dln rneur, l'acceptation (ouriante, son un bacrre 'ouvei.ia qui peut guelir toutes les piqres Ja pat e nlus-dlicsts del ti:hrrakinclie constata faire com prei du rui j'.urcs filles a,::e le m. rirge 1 est pas seuiement 1 union d. deux iovurs pour 'a satisfaction le giiime des plus c'oux sentiments, n' l'ur ion de deux mes a la recherche des plus baux ida s ; il iaut di aussi ui mrman .di-demain qu'elle seront les procieatricrs, qu'elles M crvioLt en d pot de chres cra ur." lesquelles deviecdror.t, grce i t.ules lir.citi d'une humanit si marche vts uo Ut meilleur et uci plus grande perfection. i/rprit des jeunes tilles se po'< de nombreux points d interrcg&t 01 les mres y ipOS4tMt avec tout* la dlicaesse de leur t r ,, n wa i Ul u Illpri i H11 jeune fi .e ne perd pas leur cen „_ J 1 „ „,,*,.<.,:,. 1... rt ^ le ue launer un peu eg.iement ap ., ce quelle a de plus prcieux .' !" x \ Itisir > U dc P s ri p iquer c Ue bttie sur .ea guapau M fc UK F w t s u* tii. coo:doon. Chacun y gagnera. feuille.! de ci rounella ast ega meut fnvt* ARON [ Cap Uutio UtNRlQL 'U. w 'wcafltit touroat uisf, SCIEMLV' • ont embe dominer leur ad?y. ineu.lenu au m yen d une lictlb ; au mi.ieu du pHpitr, on im un tiou lor.l d'un demi cer-tin.tre de dian ire communiquant dans le verre, le dnsvut du papier est fro t de miel Leomouciits, atties par l'oacu*. entrent dans le verre, tomber t dai a I eau de bbvon et y pensaani prs que subitment. Eu dit-posant ainai quatie on cinq fartas ou pots con titures dans un appartement, on peu 1 se dfbatrasnei des euuoyaoKi bttt oh s a bon compte. un prconisa aiaal une solution au dxime avec le lormol. Ds que Us mouches unt louehe au liquide, eliea tombent rnoitea. Eg leannt. la poudi) IIJ ccb.lt. que l on depogt -.a' un* &oucoupe tt que l'on bumi diiie. Tou dois, il faui sa mfier que lea mouches nupoisur.e-e ne tom bent dans les alimenta II est gale ment p udeut de couvrir 1 BHSI tte ou la soucoupe d'nu grillage eu fil d ai chai qui n iatercep e pas le pas g'ge deg mu.iclitg, maig eni 1 >t li les chiens et h g chatg dy toucher. Les feuilles de saule, auspeniues au | la. fond [> r petits paquets, a' tirent les moucofs La nuit venue, on dtache cea p-que-, on lea i lie dni s I eau ou da a le feu. Un vase de terre ou en verre lem ph dune solatoa mercurieUe sucie rend galement des services : on en trouve dang le commerce avec ouvrouve prise ei tombe dans le l.quide malfai Moyenne d u ne Ciel clair jour e: nuit. Baromtre ans", in t. I. SCHERER A M C. E Hier apcs-midi, au Lyce National, a eu lieu OUS la ptrsidence d'honn'eui da Ministre de Tins-1 huciion Publique, U runion inaujuialc de la Hi:on de pdagogie de l'A. M. L. t. de Fwt] wFnset. Cttie >CCIIOII %  t drinuivtruea; organise avec le Dr J. C. 1 OrNinvu, prsident, Me F. boray secrtaire; Me A. Bonaniy, le Ra*. P. SenastSef et lie Pitea Mat; e a natn l w s. Au :ourv de li taBCti des ftCOUlt ou: C prononces par le prsijent >e la Mctioa de p.-, d.,VoKi | w liste Ses n.eiHbrcs : UrJ. C. Dorsauivil, Me r 1 Sony, A. Bosumy, le Itev. f. V.hnciucr, Mr i nce Mais Mtlie oipe. Mette !.. Faret, Mu.e Vvc Stiv.nceiu, .Mme Uh Di-ie, Mr II. 1' anou, Me Lclio Joepti Me Ch. Miaou, sie i.. Alfred, %  • Manigat, Ci. LeMoufiair, U ravul, Me J. Dcvttn, L. C L.'iciuion, Horace KUsntll .Sic bd. Mon.as, Mu Justin Aontas, Ur A V t.^rre, VVindsur bcilo garde. Me b. MalhMI jiniue, .vie IsaarUiit vieux. Me V. Oervjij. Ls ju .vUiceim Ur C l'restuir, Ui Kicot, Ur (i. civil, f. Uorcl, Me nio Vincent, jn. sjwUw a Hfisan Hswui, t,n\. Uay, Ur w ^uiun.on, a !4td V'iIiarJ, Ur G. DakMMf Me Ui tioviciKrcau. A. Lo.btit, Me beyoraui Fraact, V. Fauve, il. Adam Michel, r • rorsena, Ur A UwDi'oase, Georges Syi.a.ii, le Kcv l're Lauure, 1'. C. f. houert, .Me ...n.i, uomo, t.l. fo.i.c. et Mme Vve l'-rvt. convoeaiion La:s BUmbrSI actit>, adhrents, dlunneui ainsi qie tes anus de i A sociatiou Mute d: la.-u.re chiiienue cl le pjDiu soin DfW dabimv a U natuia rnntivnai l.tirairc qu. •ira do.mec a FarlfMoa diuianche 25 Janv.i: Courant a a heures du matin sou> le haut patronage u b. I*.. le ne^ideiir d la HtpubuajHB. Air Jrme qui paiiagcia av.c Mme Lay la picsideUwC d'Uouacur Ue la mainicstaiion pronon •era une aliou-ion sur le '.une des A.cux •. rUne cnmrence dou'. le sujet est • l'our h Ui.pcau s.ra UiWjJMI Mr uaiites ney. Puere de pjtw m co.-.ue uatioualc 9.1 ait manitestaiioii oigaui^ec ci uicmoire de nos a eux. i-c piesidcnt, iloi.tids L.A\|',MLUL l_ tralil Cte) DliulOu QOl culte: faivcnu u doit v\uy ( le ir.iu .e ItiauiOu qui st rciiUait eu ville a a Heures, dirrailia. Le. uuBeuuvies pour ritaonr le ^ouvoi sur Us rail dureient envi.ou j ncuus, Ce qui comraria le trauc au tiaui ue j lieuies. i**s ciocaess uo li iiasiiique .Noue uank Mur par le* Cura/elaiwe. Ou s-ii i,uc .es cioches sou; tls depuis quer ^UCS iCIMfS. ivoa-niux inganieors auii'.ncain: l:n v.au de i "art. 13 de la convention llama no Au'.tticaine, le t'icsidcut ^Vu>oii a propose au Oouve:u-:iiuiu d Hati le WWtCJMKl l.an. II. i.oac; e: Can. A. Irexel pour tre ingnuins atta^nes a I ingnieur Uu Ut*uvirilement. u: i-re>iuei.i u ii-ui vieu ue Us couimissioi.Conirer.ces Nous croyons savwir que Ml j. A. Clairmenu so.nmciicera aujouru nu., a ft ares du soir, sa srie ue cunicui.ces a u CaaenM Ue^aiiues. 1er ujet : Les ineiveuUs g* la Laiiiouiic. aVa^ai Les IJII-.'.I lu Je UagjHuaaeaU Sarreau, anci. t. jje Ue paix ae enauu i>oi, dceje Hier soir a icurcs, auioui ueu cet ajies un ai fc rj 1 tglise oi-ju>e f li. Maison iiiurtuairc : Avcuue LKtXi nues. .NOS condolatues aux parait* prouvs, partibUsMleai.M a sa seeui atUKj .ir.uauu hl. UNE BOTE I DE VRITABLES PASTILLES VALDAI bien smploye, uUliaa A propos PRSERVERA votre Gorge, vos Bronohes, vo9 Poumons COMBATTRA vos Rhumes, Bronchites, Grippe, Influenza, iUthme, Emphyaeme, etc. MAIS SURTOUT EXIGEZ BIEN LES VRITABLES PASTILLES VALDAI vendues seulement BOITES portant le nom en 1 erde J/ort-auPrincienl A/.M. hs membres, leurs /a 1er, leurs amu c'. les habitus d*\ Crcle sont invits la cot-lremA que ffra sumed',8 heures ir prcis?* da soir. Mr Prie Mitru sur le bo'.k lore hji ien Apre* h\ confrence, on fera de la musiqui et on Le Co 1 il, Mouvement Muriliml CetannUmidi rart le sleawttl Jar \an Nassau de la lie hollandai e pour : Sf-Ma>r, naves. Po t de-Paix,Sancl*ttA itre et A msterdam. U Dana lea premire jonra de F/1 r il ara reprsent Patisanai If a acteurs d la Renairsance < nuvelles comdien locales L'Il pellation et les Amateurs duGl Cercle de Mr. Follux Paul. Les rietitiona marcheut ment, lea comiquea: Rey et Gi uendront les piincipsui tles. Varits CE SOIR En rce Enfants Jtiaex G 1.5) 1 Pneus Gordon En vente chez P. Spoormaker j Rue Paver 108110 Prixilfianl toute concurrent



PAGE 1

'V-TLN Polit DEUX SEMAINES SEULEMENT | 24 Janvier au 7 Fvrier LE BAZAR MTROPOLITAIN Dtnanl rduire son stock „/ ln de f eUH,r s,. t travail MA: attire, a U plaldr A'fikMM an luhltc quilli /ail te$ rdaction suivantes : Deurre Lopez 08 lieurre Armour 9U Heu n: Krvol 90 Ihtfirt (:ui*in?) 00 SVju pour lessiva 10 Si* mu ldsaiveU.B. 10 POU Ire il J saVOnS er 10 l'a J iresavou Prime 05 PJU uo u m.loyer 09 Hxvxni de toiie.ie 10 Maeaioni 18 Amidon pour linge 24 Hit 17 Farine 19 Pastille pe Menthe ft> Chickie'a gum 05 boubona (on verre) 40 Cbocoiai aulait U • Peter 18 Tabletteade chocolat 25 lUduit 75 Ib Gingarnbrecrys'alliseHS 78 Ib Cigarettes ycle 21 78 lb Cigare tee R'oh. S 81 o-2 Ib CgeretlesMelacliin^i 09 or Cigarettee Murad 23 0*br Cigareties National IO 08 pk Qgaiea Dominicains 00 OJ lif pk c Porto Kico "b."> Ofpk Allumt ea 20 08 br Aiiu*ttte(piea boit) 12 15 pk Hipea au 10 Ib Pipes |33 15 ib Cmtii postales 50 05 >b Alium Souvenirs 35 04pk Avoine Quaker 38 Oij.k Huile dOuve 1100 35 verre bire rUd atar 18 lOpk c MoUuduise 48 15pk Poivre Noir Premier 24 21 [ k Marmelade d orange 40 Rduit 70 pk 15 pk *7,k 2jok SMfk 00 rk 05 aa 01 p* 12 |k 08 pk 17ei :*) 40 di 80 a Sipk 85 to' 2>bot 45 bot 20 pk 32 bot 40 61 18 90 15 Eitrait de Vanille J'oudre lvation Sardines I imite Papier hyginique PouVre Insecticide Conserve (Chili con Carne j Cjnserve(Choi;rreut j et saucisson) 3-i Sauna in V B. 33 t Saumoi. Pabiol 48 ue Kœif (n ver-c) 38 di flno-af hach* 83 c de Veto, Jimbori 11 Bœuf (l nt, 40 Hicon (en verre) 75 tiefe *ak de Hambourg 25 Corned Beef V. JJ. oy Ridai 3>'i br t 60 b l 't ea 10 p£ 1-' pql Sanci To n i!i Holtnet Saoce May inmise Pretr. Cucao Wh t a an • rttae. Rduit 27 r.i bot 82 48 27 Eping'tf du veux 12 t-o fer Kicre Cartsn u fv verre l'lmes ti Sjrvice da table 21 fr 2 3 pie** 0 7> 1 fw Coitiia s n irosaoa 1 i 07 Rabais lie 1G op sur tout noirs stock d'articles ^ bit iMt 2o pqt 10 pql 53 II 50 lb 40 fer 2 OJ fer ,0)ch*que 22 bot 1 75 bot 10 bot 10 dz 8.85 jeui 12 00 Ridon.s huile Paaaoifaa pour farine Moulrs pour paip Verrea cocktal Papier a crire (boite) 40 a talitette) il Carotte do pocha < Parfum (Jlel>3aa llouge pour dama 1/iCdtd la aouliera S won Palmohve. l'aroxid* Dioxide Poudre de TalcArtnowi OJ 12 18 40 V) 11 15 15 03 20 18 2J < 1 I c Rduii lOpsjt 18 chaque i .T 65 (8 12 34 :): n t 35 boite 12 ebaque 06 chaque 20 chaque 12 l t 2 bot 12 l|2 boc .03 paire 17 D'il' |5 bot 20 fvr ftous venons de recevoir par deroier bleau un fort lot de Bijouterie fausse, art nouveau/tels que: coll ers, broches,' bracelets, bagues, barrettes, boudes pour ceintures que nous mettons en ven e au prix de 05 or am. jusqu' I dol. ARTICLES FRANAIS La maison Max Monsanto iKuejlu Magasin de l'Etat Par le steam r franal Ciravelle univ ici leir, courunt le articles suivants : Chapeaux et canotiers de toutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damassoes fil et coton Nappes, Oulils matelas Chemises fantaisie pour hommes I arapluies, Mouchoirs de soie Cravafes noeuds et rgates assorties. Gilets de flanelle. Change Etranger Transfert pir chques et par cbles faits dans tuas les f pays de l'Europe Nous faiaona une sprulit de traiter sur l'Allemagne l'Autriche, la Hongrie, la Po'ogne. la Ronmuri*. la Fi jlao le. la fccandinavie, te Ca^rho-S'crapio ft la Jogo-Slavi-. Neua oflrons toutes les feri'its ponr obtenir le rbarge rn roaicadont on peut a* servir entouterara dans le futur t lirer dea interdis dana l'iritrrvaite. i.e bas coura actuel du < hmge fournit une œeivei kat* occasion rour un placement profltuble dans -Tes obligation* munic'palea actions de binajor s, actioca €t obligiUoni indus ttielks alleœandcr, New tUkilcnt h s deinimUs ai muignstimt Zimmermann & Forsay Membre de la bourse de N w-York. Maison fonde en 1872 1 7 0 Broadw. y NEW-YORK 170 Bro. dway Lait Condens JXestL L fi VPth td> nhs>*7 MM. Smon Vieux. AU. cd Vieux, an Yf, • W+V* b.& N, &*1t Ce, A. b cl, an •.ad. Marius Berne Ludovic Gros Isa Preetemann-Ayyrerholn Bue du Quai w^^**



PAGE 1

\ ft • I '* %  i ..-„ . ——r-* %  i y. Assurez vous centre T ,V FK I |Allx c a v cs (,e B()r( ^afl tV dresse/, vous la plus forte compagnie des E (J La HOME INSURANCE C de JV.- iujenl Gnral pour Hafi: Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince TTQUQIZ voire M< ison, votre Vagasto vos dpts au taux 1< s plus raisonnai le. ira Irais k eoirmission ni de Courtage payer fienseipnex-vous sans (rat par correspondance ou rei CB dlscutervotre problme chez Eug. LE BOSSE, 05 Bue (in Quai Emile Vereix Dpositaire ne* mut que* f aneaiM Liqucuts fine* Grande liqueur Vins Ma i • %  ix r H Roger Av'i ma) BORDEAUX l'i • de i FEGAMP tfa e In Ala ceau 01 IDft U.V. P 1 Va pi ii & lo t CrgnQc vso OCOI.MWIC degioa el d. mi gres qu'il a en dl cbaL.ii frCte m. ic ne dessi squ'il livre aiilpr le ces EU i nx eunrrim Mir ci m.ihir He met la dposition de tous jour le us rfrfd'izite i cessanci et les o, inanuis fa.ut exc. ier d rtciement S r | III J II. a ma sou Veuve Barbaucourl a rei !.IWL."IUJ.J_ .'.. J Phratrie FSEJuURH Avoir dc Rues /? &f ii#'l t/tf Centre 2 Iftfelllca d'aigcr T jrreition de^Brtzelks J910 1 1 \ oratoire de ( hfuiie Mdicale ^. • fhcgUfrV, Pr.di.i** rVw;iqifs el pnartneera i-j'.es. 1 Pplcieff* f : t -ttwi et aipricainrfc Fi/rrrat'cn de icu'cs an |Mila rr dicaiMiitcusc* strilises et JrjfdaLlt?. 8j i:>HA. — Srinm'fi frd I eY'qre simple M lernigim rx. — looliYdlarp/re. >'um P Vnrsrd n mi •; ni les raqueu lra'cili; DIS de 11. l i er et de /icLhi' J) v t> lorjouii ni slocl : X nrtWonf Siiop recicrd. JWxir de P.nsylvanio. li'pnsitaire du P1ŒVEMYL Rerrscntanl dis tstlilusemciits (hulijo i'* aruiactt AU trli M U .MiUi'IlL A ILTHIM Ct Si %  P-indee en l8r->0 Proju iiui. vj ..n. i JM 'S " % %  %  i U. i n %  i a li \ •> m. CI OBrO..^ Abieg^ la ror.vj.kf-Tnfr, aiigmmte 'a force de ,: vrr indier-eisalile daiis Ni:i T.ASTIILNIK, TuBCficuLOSK.] ** ,. *" CimitAiJG. INSOM im PAUB> COULTOI* i V \ll c VT'w &L b vlatW(,,u %  d e rernanti rlnade connue sovt JEOL-rduque rii.ieM-.il Unie roi ira a NWT.PAT.CN FxTr.nTE. -Vf '/'" "'£ " !" C O*M SO> ViihTici, l'f.voi R IDM, Dvarirsia, Mioiujirs. \ l e *' 0 > n ? uoulimgw 6' A"e I.OliOXAL — La e te loe fi les aimulaiicis, civoul H-c'de "* d 'f. c so s n e M6. -j.iqup, rr iv la nutrition atoy e les glaires. c 11 A iTti 7w '? i j? N I didoptem La Crole Blialeusi ctgaie&te. Eue est dani tous les quartiers. lo centimes le paquet Dm. t eeitii 7, Uar de tut aix, Hue Ut •m Grand llotel de Frau uyit ik il y aura un frai d s'ej costume* con'eaioi-nta p*u r I omm-s. ffmmes et eifuis'l ir ufera t^ Irmeitt d fins i•* s pour |, coi faction, s • rM'T i e irt'aie d rare .lent, bien cjume avs \ d h.ue vie c*ve le. La Mi ou venl a, en o -lie, do* t; arcli idi rs d pi choix tla !.n rtU d timi outes cooeurfomee. Fous ?e> ani! piig |\gc c wi;s 0. s des plusgian-ietj fal iquee des iia s-j h\



PAGE 1

mziirt tf&s' NoI '*** DIIl CTi OPi-l ROPRiKTAlafi M -GfSTRAT COJfMUl H NL'MERO j5 GKMTIME3 ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE U l ^1018 DEPARTEMENTS 0 2.00 Un rooi3 G. 20 Trois mois ETRANGE • 7 0J Tiia mois l 8.00 Les annonces sont reues au Comptoir International de Publicit, 9 Rue Tronche t, F?.riset 19. ai. aj, Ludgate Hill, Londres, PJ-* su T : ncf. IJiii Quotidien —ww %  %  % %  -l. —— 7FA.EPlU)\i;-: 148 Vei^xcJi fJaimer ib2 Eu vain rpte-t-on que Us' vrits sont souvent iiauyert-uses.o supposant qa\ Iles le tussent quelqueloi, quel plus yranddanyer u. sentit p.is expose la Butina qui consentirait croupji'daus i'iyuorauee/ HELVETIBS Henry CHRISTOPHE f Son Royaume ( Extraits J La Citadelle Henry ? Le Livie Rlea dH-it : prpar bar U\ %***&{ is l'avaient bien connu a l'poque de leur domination IL v av.ient mme jet les fondation d'une forteresse, et lev une partir des murailles. Mus, bient ils s' taient vus obligs d abandonner 1 entreprise a cause des dif6:uhs du tiinrport dm mvriaux, et surlou de la mauvaise volo ,ti des travail leuts.^i ) Dessmes, 1 pmiistemen' pr a pro lamatiod de 1 indpenltncli.it', avait ordonn anx d firent heti de Division mili aire (2) i ever, dans leurs commanderas ne$pec'tfs des fortifications qui d 1 nt 1 venir des retranchements sta n hiitiens.en cas d une ventuel e nvasioa franaise. Pton b'it les farts Jacques e lexmJre dins l'Arrondissement d ort-au Prince,— G flrard, celai He alons, dans la Commune de To k,— Cmoix Lamor', cvui des r§is Pavillons, aux environs de Por e Pau,— |ean Louis Franois, .lut Marfranc dms la Grand Anse. L* tt Campan dans U Commune d eganc commenc par ting tul :hrv par Yayou. Ce dernier 5ni ur, ayaa conspi contre P ion venu Prsident de la Rpublique y I fus l' en 1S %  7. Legkrat Christophe, lui. rep-i s tuvatxde c La F^rrire . mats r des plans tout nouveaux d une iidelledetve cyclopen,tracs sous 1 inspiration, par un ofOcier du [• -, e, Henri Bavie, homme de cou ur, lev dans l'ancienne mropo Aprs la mort de Dtssalines* i la nation de 1 Ouest,Christophe nom \t Ptsideot d H un— comme nous wons vu p'us haut— par un Coi • 'eil dF.tit compos des gnraux e' les citoyms notables du Nord, pui ouronu roi, nf connut plus de h ai es a son amb ti jn ei i ses vas es ombinaisons politiques. P*r la construction elfaran'e de o h.ittau fort, unique de son genn uns le monde, et par l'orgmisal 0 1 te son Gouvernement et d son ad nim-t ration b*ses sur l'nergie et 1 travail, il voului rendre tangibles tranger les aptitudes de la rac %  oirt tiop longtemps rive au bas 4 cbeue de Wum nue.De qucL . em> dposera t-il ? — U'1 t cttt noyau d 'nommes clans t pu 10 es,de queiqUvS-uasdesesancien ornpagiojsd armes qui s' a en i lu es aux dernires gueire..euhii d: u na.se compacts des payons 1 peu < •ortis d'un ignomineux esc avagt nais tauat'.ques de leur libeit et d eur indpendance. Son gnie vivifiant, soufflaal sui i*ui cela, ava t teveiU toutes Itt, iculis endormeseai.es hommes ,'icis recevoir la civilisation. De nos jjur>-, le plus souverit, :ett en grande Cival:ade et aui pumres heures du mitin qu* 'o^ en reprend l'as:ensio 1 de la citadelle. iors avoir fait la nuit au bourg J, vtilot. Au fur et 1 mesura que l'on gn 'it la montagne, le p y*age et i* )laiue, ba-go.. de lum . ie d'un montagaard at;;nau;av\t bruit de la cogne dans l'arbr 1 la Compagnie Bidgrapbiqw, a M reu par h II'ml Indm Tradtng Co pour tre distribu il voulu. Le coin de iba que volume esl de six dollars or Ame ticain. Le Livre H'eu, le premier de ce genre qui ait jamais t publi sur Hati est 10 imeiit prpar ei admi'ablemnii reli Lu dehors de la partie illustre, enluki ment intressante el d un aperu blttt riqut sur haili. il eoutient Je splendides bbe'ogrgpbm tt diivressantes notices biograpbtquti sur des personnages proi muunls le la Kpubitqi,e il y est en outre, dnni de metgmfLjuts bbotogra phirs tt descriptions dis principales mai sons de Commerce. 'Ions ceux q'ii ont vu celle wave I ont acceuiliie avec une tiattfuu) appro bution. On s'm'e comme f-1 p d> t J oement et qelque chose .om ne 1 ver 'ge Vont sais r. Faisons halte n e m nul'. Ic ; la oie bei que pive et p us larg j st t glissante. 11 taui descendre de monture, ou asser le sangle au p J t'iil de la b:e je telle sorte que ranimai, selle eicursionnis'e puisse it tinir b>a 11 as o la penh abiupie vous txpo> I vidr les arons. Emore un quart dh u r e de m" -he el vous voi.a au pieida monstn La S • • trfrie d E! ai s llelatioi s Kxt leures porta ;'i 1 1 c#anais< 1 • ^.'e >oua les i 1 r 9ss H'ie, \) r B 1 • ouimu 1 • 1 >M j ^ la L'-' i 1.1 • d'Ha a S 1 NT )• DOMI Mit), ii tst f 11 jjjit a ce I) '(> ir • 111 ; d 1 aca fin N'orir ilICIIEL Y\ \ 1a A MIL! C'0,'IMI II i!! Ml. S .'• e II B i 1\ 'VI \\ \ (f: ,1.1,1,!^ Domici.t-ai110 ) fi li lui • %  1 m c nl^ J d •li • uiii lu I r, CA.USERIE FEMININE \\\ 1MU1S s*p.nojh ni le jott i votre prse e.l 1 lefo il ch e lie ce jour. A Jfo t • J %  ce vest b le en urippar:em n cb cm et humid< qu servu U lois 'c i a .le La Ciiadelle e-^t casemate et par :oi^quent l'preuve de la bomb\ Sous le Ro', il fut absolument interdit aux Europens de s'en app>o her. Cependant e r s Util de 1815 ilusieurs ofrkie;s p'ussieus vinrent u Ca > K11 en o*f ir leur ser race au Monarque Mais celui-ci, en ^ird co itre les s'rat.,g ns Je l i ,ra.ic ; les tint en suspir'oi et ri fuie 1 ur. pioposit'ons O lel jae; tmis apis, coivainu 1 leur siacri pir des preuve suif sants et de ce q l'ilf n'aviicv ucun rapport ave le Gouverne neo franc us, il accepta leurs o(fre> si les appjuiti aux diffrentes trou pta de larme. • idqu's uns dente eux furn limis dans la garnisiadilaCi/ui//*; ;late joyeux dans l'air, rpt loo-l vlais c,,a,t P ,r P erlre I;ur llb; l : 1 i.vvre, en chinge, dus toutes les isances et au milieu ie tui le Lasi oyal.I's n'en eorti'eot qti pour rei i er ;h z eux m rSi >, caiabli des muni.eaCis de Christophe. iiemjut par .-eno l traven les go; .',: piotondes. Vous tes lavor se par la b lie SJI .on. c'a mosph-e est siture d ozone. Partout dais les branch'S les (oui erelles et les ramiers s mb ent sou .ier la bienvenue aux touristes La rerre exhale son odeur fuite de naaice en perptuel travail. On chevauche au milieu d'une rritetU d fragrances et d'eflluve:, j\' i rl au Sad. Les au'res lts La forteresse e la forme principale m nt d'en grand rectangle, dont les -A les nlus lont;s s'tendei t du ne se i) SAaulitJ of NtYti irm cipuMaa ot t'u kucU tothe dMib ofCbristpaeBr W. W. -Chip : VIll. p. Ko. liai Dcret reu le • Arril 1*94. parmi une v gttatioo aussi luxurunIreaeemh eni pa : le mur qui e prt; qae vaiie, 1 viennent se rencon! sent-: au Sd neat est construit er le su:nn, le karata, le bois de'erj-ndiculairemenl.tandis celu' qui rose, le bmaier la vanille sauvage, hit ficeau Nord Est est vas entalus la mousse al pi ne et d*s tougresgran pir U bise jusqa i son sommer, A les comrB! d s hommes, au grand uni* hauteur de 175 pieds ;onnem;nt de la flore trop cale. Da c de h faale Sul.'es pins Toutes ces beau ait. -nuent coa tvc les chevaux sur l'espce de sidrab em^ni les dilri.u ts dn che, h aute tarasse o cou>se un lo mge min Vola d j 1 deux longues htures'aboidant parmi des plantes b.Laie marche. ; mtq-ies. ba/ime, menthe, marjolaine, Ttul i coup !e formidib'e moun orlg n, tt pnfa dans le mo utn* l se laisse cpuvnr ^u' ses tQli|r.| par ! lou>-le potere d' d.-, as>is s el d ns s?; (ttBVl siflin lesqaet. Ce' le emtlier, oar-ie u de la iouere<-se, un n se tOtlt d angle cha peroanec 1 a'umf >| ie d 61 i-.tusIU et de sabre O la traverse pour irriver dam utpite cour o s>. trouve ua large fan remp'i d'eau sur lequel, m lieu I I anoen pont L'vis .on' je is dru* ou trois p>u tes de ch c, do m .ri acc a a ie autre ooieme qui sou vre svr u ie salle bsse, et cou •t domiae par des crnaux el ui ua hecoul:s w Ui tscrlier d mo'.i dmoli r on U.t au premier tftigJ une er,| adt le pices latrales cia're? qui sf 'Uccient pei t ; de vu gi nies d ;ro, ca o is u %  b 0 /. tncor s.' I ara afri > demi dmonts C"* b es el ni ur-s de tyramiJes d: b JU tts mtac es Japlopart. L ars cols siais i es a'ioigs c ur I oufe et de salptre, d'iuo aie •dpts d ard ) mu, le lulle%jat d 111 Ir-s m'i i ux dt construction. Tout autour s etj.idoit les cisernes et d'S og^in ?r.t> pouvsnt con enir dix mille hommes d: rroupes au bisin. Ls provision alimentaires que la ro eatisaati dms des magasins spciaui pouvaieat entrenir (a garnison peui mt cinq ans Mus comuai elle taient su>ccpi.ll s d'avaries, il le* fusait reoouvi er a drs poq ie-' dtermines de l'anne, Ujaot aux munitions et au matriel le gae n de tentes sortes, ils taient prsent* comme inpuisables Pius'eurs trangers de m irque (2) qui visitrent les lieux p u de Itnpt aprs h moit du roi oit dclar qu'il eu: t vm ni.-nt d Iii ,L a l'arme la plus puis-an e de rednire la place par le stae et e icoio moi01 pir l'usSiUl. es MAN.GAY ( A iuhrt ) Ta |i SU Wiilum Harvty— Skeichcs 01 Hait), a J. Caniier, Mackcazk, liichuJ Hill. caivieSous cei^e vc e sur &9lCI*e iPOJIll -i ICI t n t mit le cor os de garde. I blalleq all 1 or p. ;,.—1 ^:i 'airemert na .eut h 16* | i; us sI r tq n vous aaunaitent ,ii ue 5() lia bienveaue, et dont les vis ges 1 p KE chui: d b<> *e 1 v reocer 1 ou 1 ux soi -s quui1 1 aC8 Ui '\ sp'. I. ie isss AGGtRjLM' Correspondance spcial i au t MATIN • Les mamans de de m lia, ce sont 'es jeunes filies d aujourd hui, c'est 'e pru.teiups en fleur. doi,t les soins endrement bienveillan,sdes femmes dji sacres par la royaut mater•el'e, prparent 1 panouissement. Aoi j-unes tilles d'aujouid hui aus' nijin.insde demain, d'ouvrir leur ne pour y recevoir, y cultiver les •nagnifiques idi's qu'elles devront rpandre ensuite dms les milieux livers o les a pLces leur mandat providentiel. C'est a la mre, quand les circons tance U favorisent, que revient la joie sans seconde de mettre la derrre main A l'ducation de sa tille, co nmence,sans tre jimais acheve >ir de? insti.utrices instruites et pru dents. Celles-ci ont vers dans les leunes esprits tout ce que la science ivresque et l'exprience pratique ont pu rassemb'tr en elles de meil leur. Mus c'est i la maman de partaire I oavre de beaul morale, d'tte vraiment porteuse de lumire et de ig ( ger devant sa fille les avenues le u v.e, ouverte a toute f;rn ne d reusde remplir sa tche avec bolie volont. L'eas'ignement matriel achever le prpmrle femmes dlit qui. les yeux et le coeur en haut, s'en roni le loog de U route sans s'ef tray^r des ornires qui la silloinen' Li jeune li'le apprendra par l'exprience, 1 art de cder sur un o nt pour gigaer sur 1 autre dans n ;t commun, la sain'e coquete l *ne qui est le clurmedu foyer. C'est d que les femmes de demain ver ont 1 esiime mutuelle, la confiance la courtoisie prvenante et gracieuse 1 im li tif'e se lier en gerbe pour tnmer l'amour conj git. Elias aporcndro-it que cttt indresse vivace mderacinib.e, n'c'i pas avant le oariage et ne gerjne pas spootannent aprs ; qu'il y taul, comme i outes les choses exquises, le ternp.. it 1 s soins qu'une jeune femme lui compte sur les sductions phyq :.' sur des m^ro? ivres coquettes, puui uo'enir d'un june mari d'iunombribits concessions, ga:be les heures prcieuses et fonde son empire sur le sable. L at rail de la nouveaut mouss lue restc-l il de ldice r Au coatraire, si la jeune pouse prouve jour son mari l'tatimt, l'affection, U confunce, sans ces coups de passion qui soit aussi loin de la teniresse vraie que le Nord l'est du Mi 1', alla verra son aimable pouvoir gr*nd r le long des jours ; elle r-. :era en souveraine son foyer 'Ie se sera affirm de bon conseil Idssi, ses avis seront i's suivis ; elle ob:iendra la haute m in ca'ns la direction des enfants elle collaborera la gestion des biens communs et gotera jusqu' la fin les douceurs de la lune de miel. On se lasse d'une belle femme, jamais dune bonne femme : t l.a premire est un bij)u, disait Napolon l'autre est un trsor. • Pour cet heureux rsultat, il taui savoir entrer bravement dan>U voie, o mmune, dcide 1 faire son devoir au jour le jour, acceptant dii


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05026
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, January 23, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05026
System ID: UF00081213:05026

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
mziirt tf&s' NoI '***
DIIl CTi OPi-l ROPRiKTAlafi
M -GfSTRAT COJfMUl
H NL'MERO j5 GKMTIME3
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCE
U l ^1018
DEPARTEMENTS
0 2.00
Un rooi3 G. 20
Trois mois ETRANGE 7 0J
Tiia mois l 8.00
Les annonces sont reues au Comptoir In-
ternational de Publicit, 9 Rue Tronche t, F?.-
riset 19. ai. aj, Ludgate Hill, Londres,
Pj-* su T ,:ncf. IJiii
Quotidien
ww
- --l- !
7FA.EPlU)\i;-: 148
Vei^xcJi fJaimer ib2
Eu vain rpte-t-on que
Us' vrits sont souvent
iiauyert-uses.o supposant
qa\ Iles le tussent quelque-
loi, quel plus yranddan-
yer u. sentit p.is expose
la Butina qui consentirait
croupji'daus i'iyuorauee/
HELVETIBS
Henry CHRISTOPHE
f Son Royaume
( Extraits J
La Citadelle Henry
? Le Livie Rlea dH-it:. prpar bar U\ %***&{ [Colonel J. Bascom Ion s et publi p*r\ ^^tl U0,i mP fl iAiil QeS
fui ( ons Kx iieures
Note
1
Toute I"ville' 'ires et tous 1<
romis stratgiques de I intrieur d
u y.-lire, taient hrisss de foui fi
cation"
Le p'us imposant de ces enonu
merts de gu<- re, et it a Citadel)
Henty dresse comme un gant d
glapit 'ur le sommet le pluslev d<
t lionnel lEvque , mesuran
2451 pieds au-dessus du n veau de I
mer.
Ai lourd h ni on en visi'e avec u
curieux intrt les ruine* g andiov
A vol d'oiseau elle est distante d
six lieues du Cap-Ha Hen, c'est-a
dire du clocher de la Ca.hidrale
ses rampant.
La route est en lacet et tris pni
Bit.
certains endroits l'escarpement
devient si roide que ie Roi do faire
tailler dans le roc des paliers o le
chevaux puissent prendre haleine f
ie reposer un temps.
La prodigieuse hauteur de ce nid
d'aigle, l'immense surf ce qu il do
mine, la difficult d; son la 'cu'it avec laquelle on y pu*
se dfend e et repousser l'emera
tout fa t de cette position m lie
exceptionnellement inexpugmble
Les Franc >is l'avaient bien connu
a l'poque de leur domination IL v
av.ient mme jet les fondation
d'une forteresse, et lev une partir
des murailles. Mus, bient ils s'
taient vus obligs d abandonner 1 en-
treprise a cause des dif6:uhs du
tiinrport dm mvriaux, et surlou
de la mauvaise volo ,ti des travail
leuts.^i )
Dessmes, 1-pmiistemen' pr
a pro lamatiod de 1 indpenltnc-
li.it', avait ordonn anx d firent
heti de Division mili aire (2) i
ever, dans leurs commanderas n-
e$pec'tfs des fortifications qui d 1
nt 1 venir des retranchements sta
n hiitiens.en cas d une ventuel e
nvasioa franaise.
Pton b'it les farts Jacques e
lexmJre dins l'Arrondissement d
ort-au Prince, G flrard, celai He
alons, dans la Commune de To
k, Cmoix Lamor', cvui des
ris Pavillons, aux environs de Por
e Pau, |ean Louis Franois, .lut
Marfranc dms la Grand Anse. L*
tt Campan dans U Commune d
eganc commenc par ting tul
:hrv par Yayou. Ce dernier 5ni
ur, ayaa conspi contre P ion
venu Prsident de la Rpublique y
I fus l' en 1S .7.
Legkrat Christophe, lui. rep-i
s tuvatxde c La F^rrire . mats
r des plans tout nouveaux d une
iidelledetve cyclopen,tracs sous
1 inspiration, par un ofOcier du
[ -, e, Henri Bavie, homme de cou
ur, lev dans l'ancienne mropo
Aprs la mort de Dtssalines* i la
nation de 1 Ouest,Christophe nom
\t Ptsideot d H un comme nous
wons vu p'us haut par un Coi
'eil dF.tit compos des gnraux e'
les citoyms notables du Nord, pui
ouronu roi, nf connut plus de h
ai es a son amb ti jn ei i ses vas es
ombinaisons politiques.
P*r la construction elfaran'e de o
h.ittau fort, unique de son genn
uns le monde, et par l'orgmisal 0 1
te son Gouvernement et d son ad
nim-tration b*ses sur l'nergie et 1
travail, il voului rendre tangibles
tranger les aptitudes de la rac
oirt tiop longtemps rive au bas 4
cbeue de Wum nue.De qucL .
em> dposera t-il ? U'1 t ,
cttt noyau d 'nommes clans t pu
10 es,de queiqUvS-uasdesesancien
ornpagiojsd armes qui s' a en i lu
es aux dernires gueire..euhii d: u
na.se compacts des payons 1 peu <
ortis d'un ignomineux esc avagt
nais tauat'.ques de leur libeit et d
eur indpendance.
Son gnie vivifiant, soufflaal sui
i*ui cela, ava t teveiU toutes Itt,
iculis endormeseai.es hommes
,'icis recevoir la civilisation.
De nos jjur>-, le plus souverit,
:ett en grande Cival:ade et aui pu-
mres heures du mitin qu* 'o^ en
reprend l'as:ensio 1 de la citadelle.
iors avoir fait la nuit au bourg j,
vtilot.
Au fur et 1 mesura que l'on gn
'it la montagne, le p y*age et i*
)laiue, ba-go.. de lum te dploien. au tur et i mesure a vu
jieds, avec coqueil-.iic et un lux: di
lcoi qu vous ravit tout en 1er. O
ie se doata t pis que son p y, tt
.1 ncau
Aux flancs de la valle, des to t
le quelques cases, ci et la cornm
iccrochcs sur l'abiue.s'lve en vo
utes tenues, une fume bleutre qui
.e mle aux rayons du soleil pour y
..tjurir, uudis qae le chant raoo-
i>.ie d'un montagaard at;;nau;av-
\t bruit de la cogne dans l'arbr
1 la Compagnie Bidgrapbiqw, a M reu
par h II'ml Indm Tradtng Co pour
tre distribu il voulu. Le coin de iba
que volume esl de six dollars or Ame
ticain.
Le Livre H'eu, le premier de ce genre
qui ait jamais t publi sur Hati est
10 imeiit prpar ei admi'ablemnii reli
Lu dehors de la partie illustre, enluki
ment intressante el d un aperu blttt
riqut sur haili. il eoutient Je splendides
bbe'ogrgpbm tt diivressantes notices
biograpbtquti sur des personnages proi
muunls le la Kpubitqi,e il y est en
outre, dnni de metgmfLjuts bbotogra
phirs tt descriptions dis principales mai
sons de Commerce.
'Ions ceux q'ii ont vu celle wave
I ont acceuiliie avec une tiattfuu) appro
bution.
On s'm'e comme f-1 p d> t j
oement et qelque chose .om ne 1
ver 'ge Vont sais r.
Faisons halte n e m nul'. Ic;, la
oie bei que pive et p us largj,
st t glissante.
11 taui descendre de monture, ou
asser le sangle au p j t'iil de la b:e
je telle sorte que ranimai, selle
eicursionnis'e puisse it tinir b>a 11
as o la penh abiupie vous txpo>
I vidr les arons.
Emore un quart dh ure de m"
-he el vous voi.a au pieida monstn .
La S trfrie d E! ai s lle-
latioi s Kxt leures porta ;'i 11 c#a-
nais< 1 ^.'e >oua les i 1 r 9ss
H'ie, \) r B 1 ouimu 1 1 >m j ^
la L'-' i 1.1 d'Ha a S 1 NT )
DOMI Mit), ii tst f 11 jjjit a ce
I) '(> ir 111 ; d 1 aca fin N'orir
ilICIIEL y\ \ 1a A MIL! C-
'0,'IMI II i!! Ml. S .' e II B i 1\ '-
VI \\ \ (f: ,1.1,1,!^ Domici.t-ai-
110 ) fi li lui 1 m c nl^ j d
li uiii lu I r,
CA.USERIE FEMININE
\\\ 1MU1S
s*p.nojh ni le jott i votre prse
e.l 1 lefo il ch e lie ce jour.
A Jfo t J ce vest b le en ur-
ippar:em n cb cm et humid< qu
servu
U
lois 'c ia.le
La Ciiadelle e-^t casemate et par
:oi^quent l'preuve de la bomb\
Sous le Ro', il fut absolument in-
terdit aux Europens de s'en app>o
her.
Cependant ers Util de 1815
ilusieurs ofrkie;s p'ussieus vinrent
u Ca > K11 en o*f ir leur ser
race au Monarque Mais celui-ci, en
^ird co itre les s'rat.,g ns Je l
i,-ra.ic;, les tint en suspir'oi et ri fu-
ie 1 ur. pioposit'ons
O lel jae; t- mis apis, coivainu
1 leur siacri pir des preuve
suif sants et de ce q l'ilf n'aviicv
ucun rapport ave le Gouverne
neo franc us, il accepta leurs o(fre>
si les appjuiti aux diffrentes trou
pta de larme.
idqu's uns dente eux furn
limis dans la garnisiadilaCi/ui//*;
;late joyeux dans l'air, rpt loo-l vlais c,,a,t P,r Perlre I;ur llb;l:
1 i.vvre, en chinge, dus toutes les
isances et au milieu ie tui le Lasi
oyal.I's n'en eorti'eot qti pour rei
i er ;h z eux m rSi >, caiabli des
muni.eaCis de Christophe.
iiemjut par .-eno l traven les go;
.',: piotondes.
Vous tes lavor se par la b lie sji
.on.
c'a mosph-e est siture d ozone.
Partout dais les branch'S les (oui
erelles et les ramiers s mb ent sou
.ier la bienvenue aux touristes
La rerre exhale son odeur fuite de
naaice en perptuel travail.
On chevauche au milieu d'une
rritetU d fragrances et d'eflluve:, j\'irl au Sad. Les au'res lts
La forteresse e la forme principale
m nt d'en grand rectangle, dont les
-A les nlus lont;s s'tendei t du
ne se
i) SAaulitJ of NtYti irm cipuMaa ot t'u
kucU tothe dMib ofCbristpae- Br W. W.
-Chip : VIll. p. Ko.
liai Dcret reu le Arril 1*94.
parmi une v gttatioo aussi luxurunIreaeemh eni pa : le mur qui e pr-
t; qae vaiie, 1 viennent se rencon! sent-: au Sd neat est construit
er le su:nn, le karata, le bois de- 'erj-ndiculairemenl.tandis celu' qui
rose, le bmaier la vanille sauvage, hit ficeau Nord Est est vas entalus
la mousse al pi ne et d*s tougresgran pir U bise jusqa i son sommer, A
les comrB! d s hommes, au grand uni* hauteur de 175 pieds
;onnem;nt de la flore trop cale. Da c de h faale Sul.'es pins
Toutes ces beau ait.-nuent coa tvc les chevaux sur l'espce de
sidrab em^ni les dilri.u ts dn che,haute tarasse o cou>se un lo mge
min Vola d j 1 deux longues htures'aboidant parmi des plantes b.La-
ie marche. ; mtq-ies. ba/ime, menthe, marjolaine,
Ttul i coup !e formidib'e moun orlg n, tt pnfa dans le mo u-
tn* l se laisse cpuvnr ^u' ses tQli|r.| par ! lou>-le potere d'
d.-, as>is s el d ns s?; (ttBVl siflin
lesqaet.
Ce' le emtlier, oar-ie u de la
iouere<-se, un n se tOtlt d angle cha
peroanec 1
a'umf >|
ie d 61 i-.- tusIU et de sabre O
la traverse pour irriver dam ut- p-
ite cour o s>. trouve ua large fan
remp'i d'eau sur lequel, m lieu I
I anoen pont L'vis .on' je is dru*
ou trois p>u tes de ch c, do m .ri
acc a a ie autre ooieme qui sou
vre svr u ie salle bsse, et cou
t domiae par des crnaux el ui
ua hecoul:sw
Ui tscrlier d mo'.i dmoli ron
U.t au premier tftig- J une er,| adt
le pices latrales cia're? qui sf
'Uccient pei t ; de vu gi nies d
;ro, ca o is u ' b 0 /. tncor s.'
I ara afri > demi dmonts C"* b
es el ni ur-s de tyramiJes d: b ju
tts mtac es Japlopart.
L ars cols siais i es a'ioigs cur I
nnuv.s de :< voi pis vomi h.ujri
a des axai latisqui ne les oal pa
iifr^ntes
A t'a:ri e de ces nppjr'ement
ont des c.b.ntts o se rnsttoen
es approv.sio inemea.s p ur ch.q 1
butne.
Sur la droite aitiri u de l'en-
einte v t ut grande ur i s'
touve, t particaii iuae 1 1 . p 1
d'i e, les 1 gui .s de se (ij u
>oufe et de salptre, d'iuo aie
dpts d ard ) mu, le lulle%jat d 111
Ir-s m'i i ux dt construction. Tout
autour s etj.idoit les cisernes et d'S
og^in ?r.t> pouvsnt con enir dix mille
hommes d: rroupes au bisin. Ls
provision alimentaires que la ro
eatisaati dms des magasins spciaui
pouvaieat entrenir (a garnison peu-
i mt cinq ans Mus comuai elle
taient su>ccpi.ll s d'avaries, il le*
fusait reoouvi er a drs poq ie-'
dtermines de l'anne, Ujaot aux
munitions et au matriel le gae n
de tentes sortes, ils taient prsent*
comme inpuisables
Pius'eurs trangers de m irque (2)
qui visitrent les lieux p u de Itnpt
aprs h moit du roi oit dclar
qu'il eu: t vm ni.-nt d Iii ,L a
l'arme la plus puis-an e de rednire
la place par le stae et e icoio moi01
pir l'usSiUl.
es MAN.GAY
( A iuhrt )
Ta
|i SU Wiilum Harvty Skeichcs 01 Hait),
a J. Caniier, Mackcazk, liichuJ Hill.
caivieSous cei^e vc e sur &9lCI*e iPOJIll -i ICI t n
t mit le cor os de garde. I blalleq all 1 or p. ;,.1
^:i 'airemert na .eut h 16* | i; us s- I r
t- q n vous aaunaitent ,ii ue 5()
lia bienveaue, et dont les vis ges 1 pKE
chui: d
b<> *e
1 v reocer 1
ou 1 ux soi
-s
quui-
11 aC8 Ui '\ sp'. I.
ie isss AGGtRjLM'
Correspondance spcial i au t Matin
Les mamans de de m lia, ce sont
'es jeunes filies d aujourd hui, c'est
'e pru.teiups en fleur. doi,t les soins
endrement bienveillan,sdes femmes
dji sacres par la royaut mater-
el'e, prparent 1 panouissement.
Aoi j-unes tilles d'aujouid hui aus'
nijin.insde demain, d'ouvrir leur
ne pour y recevoir, y cultiver les
nagnifiques idi's qu'elles devront
rpandre ensuite dms les milieux
livers o les a pLces leur mandat
providentiel.
C'est a la mre, quand les circons
tance U favorisent, que revient la
joie sans seconde de mettre la der-
rre main A l'ducation de sa tille,
co nmence,sans tre jimais acheve
>ir de? insti.utrices instruites et pru
dents. Celles-ci ont vers dans les
leunes esprits tout ce que la science
ivresque et l'exprience pratique
ont pu rassemb'tr en elles de meil
leur. Mus c'est i la maman de par-
taire I oavre de beaul morale, d'tte
vraiment porteuse de lumire et de
ig(ger devant sa fille les avenues
le u v.e, ouverte a toute f;rn ne d
reus- de remplir sa tche avec
bolie volont.
L'eas'ignement matriel achever
le prpmrle femmes dlit qui.
les yeux et le coeur en haut, s'en
roni le loog de U route sans s'ef
tray^r des ornires qui la silloinen'
Li jeune li'le apprendra par
l'exprience, 1 art de cder sur un
o nt pour gigaer sur 1 autre dans
n ;t commun, la sain'e coquete
l *ne qui est le clurmedu foyer. C'est
d que les femmes de demain ver
ont 1 esiime mutuelle, la confiance
la courtoisie prvenante et gracieuse
1 im li tif'e se lier en gerbe pour
tnmer l'amour conj git. Elias ap-
orcndro-it que ctt- t indresse vivace
mderacinib.e, n'c'i pas avant le
oariage et ne gerjne pas spootan-
nent aprs ; qu'il y taul, comme i
outes les choses exquises, le ternp..
it 1 s soins qu'une jeune femme
lui compte sur les sductions phy-
q :.' sur des m^ro? ivres coquet-
tes, puui uo'enir d'un june mari
d'iunombribits concessions, ga:be
les heures prcieuses et fonde son
empire sur le sable.
L at rail de la nouveaut mouss
lue restc-l il de ldice r Au coa-
traire, si la jeune pouse prouve
jour son mari l'tatimt, l'affection,
U confunce, sans ces coups de pas-
sion qui soit aussi loin de la ten-
iresse vraie que le Nord l'est du Mi
1', alla verra son aimable pouvoir
gr*nd r le long des jours ; elle r-.
* :era en souveraine son foyer
'Ie se sera affirm de bon conseil
Idssi, ses avis seront i's suivis ; elle
ob:iendra la haute m in ca'ns la di-
rection des enfants elle collaborera
la gestion des biens communs et
gotera jusqu' la fin les douceurs
de la lune de miel. On se lasse
d'une belle femme, jamais dune
bonne femme : t l.a premire est
un bij)u, disait Napolon l'autre est
un trsor.
Pour cet heureux rsultat, il taui
savoir entrer bravement dan>U voie,
o mmune, dcide 1 faire son de-
voir au jour le jour, acceptant dii


-. m,
football
I. Equipa du Fylaia
Vi.toire hatien na
Le spoit, en Sude, est 1res tor'e-
'?ci organis, en ce ara qn'on y
A r.'uisi fcva.im^unenidr t grouper
Huetmble les diffrentes fdration*
sportives a^u la direcioo coran
lente d tl'L'nirn Na'ioralo d.*s S)
rita sudoises de fyranastique et.
de Sport, la p'ua haute autorit
sudoise dans les questions relati
vea l'organisaiion des jeux.
I.Union Nationale a pu, grce I
re'te direction suprieure cobaive
ROutenir. faverieer et dvelopper le?
porto audoie.
L'effort le plua important, aceoro
pli dure la vie sportive de la Sude
lar cette Unit efct, sans coptoa'o,
i'inatitutirn (rs Sev.r du Nrd. 1!?
e nt fie crsipries pnur la premire
fois S'ockolm eD l'anne 1001, sur
le modle des Jeux Olympiques ei
rcmprf'iii'ifcrt.'t'''ouf,tous les iDOIti
\ i a t m : i s en Hiver dfiuf* les pays
erand'uavfp, t,- ,iup *i;iege, patina
ge. Ing*i toboggtn, tri i^eau voil
sur la ttlacn. lio key sur la glC*,el*,
Ces dits Jeux du Nord. dnt 1
but efr dp pieerler Ictat du epori
dans le Nord de l'htiropo, oni lien
rgu'irernen', dans la ispi'ale tu
doise, tous les quatre ans; ils on',
avant tou, pour or jet principal d.
mettre a 1 preuve lea iprUDCn d
laSide.
Le Match
Annonc par jlea qiio'i ienp, iVgt
disput, mercredi api es midi. a<
I.aud Dessal'iie*. en're l'quipe le
marins sudois du 'Flygit et une
UN bonne quipe do rU.SS.il.
ounuami.'e par Armani'.
Par un tempe idal et devant un<
BHitttDCC ncmbieuse et sportiv
lea d>ux quipe ont ivalis d
fourtoisie et d'ardeur. Nous avons
ree.onnu le long des tout ht s, entr>
utrea spectateurs prsen s Mf Ci
.ont M'g'oirr, Mail a do la Vil
sous la prsidence, de qui. la mate''
p joue. Mr Scarpa, durcie nr de I
Panane Nationale de la R publique
d fin i. Mme WUliams, le femme du
reinpiqm'a'e ionnnr; l'Enaa'gna d
vaiiaeru sudois Aine F. Scholardu
nui a eccompeen l'quipe, plusieurs
dlacs de rtJS.S.H.i nombreux
marins du navire de guerre sudois
/1 des membres du nos c'ubs spo
tife
Les Jeu de3 Equiper
la perlia dans son ensemble n
tes t-; belle, mai elle a nanmoin-
, passionnante* mme, intressai!'
i>ar moment. I es hatiens ont I
Cupd'nvoi et attaquent vigoureuse
u.eiir les sudois qui oui le soleil i <
. ponte. Lea joueurs lipestent du
tac au tac dorent dix longues rninu
! s au tours dotqoellea noua avom
pu noua faire une ide de la valeui
pe (quipe trangre doe.t les qu
Parisiana
A Mt i dimai'.cbo
don lie ;
l'Dii.-riua o l'on
IX alAT'N
CAUSERIE SCIENTIFIQUE
aMU
*tj
Matin
Film d'Kt de haute voleur.
t&Qlte* g(UiiavMi G. i-tw
BrMement
a
Ce matin d a ' livr aur /lam
mti entretenu des membre* de
la Commission du Btlerr.eni
40000 gourdes de liuu Litlets d-
tenons-
piers manquent un peu d'entran
ment.
Les Sudois jouent avec scierce
t une certaine ui9itrise, lai dto que
noa i pttueux reprsentai ti o- i
compt un peu trop sur leurs pou
mo s et sur leur coenaissarce du
terrain plutt leira ua itbeun.j
Les luaius oovreot ii aene d s
paaift: lei Initier s a'ioquitenl t
bientt Jn Jicqne, qui stst nistln
g.i, istd de justesse de noubreux
j^oela qu'an< te Andeison, le garolei
if but sudois Cu*.ql uimla a Ar-
derton qui li* bien joue en u.u!
Upliant tffiipoatei entre les et a
q ies acharnes de nos joacnis.
Souuaiu, A-voie iaiitiuicoii it
Jn Jacques reussusenl quelquis
panel couionnta par un bu lac
uf des battieua tiouirabi frn:iquti
du public.
Les Sudoil surpria se jeseeitis
sent t canionnti t. lebi tour, dan-
le camp aov< red. o i s te mi ii i
oaui quelques n stunls par des pat*
ses et de loups dt> tts vraiment
in-gmliques bur un iuam>uuu
i ueitr mitien (Uouj-au; tac peu
i (; esi Bicorueu aux Sudois qui
galiatut les points U l).
loitjHBii '!tai -il Itut niionn.lLment
touch le bi.lo '?!?.,
l'UU'tJii' -I AitUdi '.1
coup de silfi-it ?
Le j-iu se continue loujoura anim
lorsque Mr Andr Chevallier qui
uibitra> siffle
La mi-temps
a-t-il charg au
**
^!^^"^
Ap:d-J un quail d'heure de repos,
la Itt'e rtcommence.Les h-i ens on
toujours l'avantage. E.li.i, ieoiz-?
sudois repousse vaillamment no.
joueurs et .>s>iss ma gr lout a
organiser jut ques jolies pasies Lt
bailon, .i ce memeut, se piomn>
d'un camp k l'acte, le jtu b*amnii
de plus en plus et no) quipier.
bombardeot les buts sudois t
menacs qui ne sont d g quf
par leurs demis tt lo gudunde but
Anderson, i lui seul konswiue u;u
vroie lor e:esse.
Les joutuis a'DCmcl tt i's veu
lent qu'il y ait un vainqueur. Sui
une toucha de Tfilliam', qui a ju-.
th enccie sa bonne reputttioa ut
t n II-kick, [t ballon tt, de pitds tu
pieds des avants haituns, air t Vf Ar-
mand qui maque l'unique but dt
mitempf. Avance que cooseivci*
i os unionistes jusqu a la an.
cVAtlaoM rallexions
Disons a,uc, handiaapti par Uui
manque a'enuaineaier.(, les sudoi-
se sont touvs un peu drouts pa
la lactique hauienne qui OOSattU i
jouet trop en musse; fis ou peu o.,
passe : aes chappes personnelle
o'abouu.'sant pas iopjjjis ui fia*
datitii
Eaviiablesassoti.iiontste ,1 s sud
dois nous ont dmontr ltu iubiic
t d^ns les ccmbmaisocs de pauca
et leur aomcgc.l.
H ont tU bat.us p.-r;e que eu i
lignes amcics et lent laibles pai
centre, ils ont une banne ligne 'a
vantr, un ton demi et un tlCtUam
goal keeper, dont le stul dtau. e.t
4e la sser trop ,-ouv n sa il c .
Malt] dira t-ou, c'ait l'quipe U
plus torie qui a gager. .' -t irmuci
N-jUS pensons que Us deux quipes
.ont d'gale lorce.
Nos jjutuis ont beaucoup d'f l
lant* t de courage ; cepti daat leui
jeu marque d'tnbcinble et bien qu'i s
Corr(8po'>dar.f tpecialt au
La mo ch> vim ie musca vo
[>rtiu*ra dh Linnfe. est une do plus
jgiai.dea de ro're chinai; elle ee re
icnnait aux soies de rs antennes
btibupp, son front fanve, son
coreeltt rcir. son abdomen d'un
bleu reluisant avec des taies noire
Elle a'runcrco dans ncs appar *
m ji. s par i on bourdonnFmei l es-e /
fort. Llle dpose bps ufs 8' r 1-
viande que la finesse de ton odorat
lui fait dcouvrir ds l in U h.
C est v. in ment ra.t 1(8 moyana de ta dtruire. Corn
ne il larve vit dans lea chairs rot
remplies, on leut p've.iir aisraeu
les eilcia rernicieux de sa prsence,
en tenant les ttlitances slimei tairee
iiu'e'le infeste, dans des lieas frai*
et dans d s ccfc'es garnieg de can
vas, c elle ne peut pe trer.
La moue ha domestique musca
doouttiv de Linu-ale poil des
i.tenues barbues, son corcelet est
d un gris cendr, avec qua're raies
uoirep; son eb' omen g d'un brui;
iioirAue. tachet de noir, av%c te de
sous d'un brun jaui tie. us cinq
denier antmeux a* l ui-romeo de a
l'em* \W toi u eut un tujau longet chai
nu qui lui eeit a de| ose s>s ir.it
di s lea irrinoi dices o vitSM laiv.
C-lie usice corumui e dans les
-Pi ai leiin'i l, surtout dans OUI
dont les ouvertures legardei t W mi
dji, est l' plus i in-nole de iout *
Lu ei.ietenar.t dans lea chambre
n.ie fi lctitsi libbituello au moye
darios uems, en euant les voleu
c ridi ai x fenu8 pendant les a>
deurs du go cil, on diminue h-mi
coup le nombre de ces htes incom
uiud s Si l'on peut se procurer d.*
hiauihts d'osier, en en fait des fiis
oeaux que ion sunpenU au plafond
Outil le mouche g y rendent e
.> y iis-e iiil.'i- :': a ld nuit tombante.
v.--i s dix heutet du soir, on d arhr
tsdoucemin ces faisceaux, ave
U p<6cai tion de ne pas lea ag 1er, e'
on les tr. m, e dans un b quet d
lessive ou deau ua savou ; n d
nuit lea b^s'ioles.
On prtend talement que l'ode m
Je la conyaa ai du inlilot, qua l'on
Unge secue-r en ueu e bottes dani
es appartements en carte cea in
suctes.
Une dfmi-cui'lero de poussire
4i min de plo u -ai ne g i,
fuUa un peu d'eau ei dtybse
dans une asiiette, utr tt tojlea l< s
inotch s qui s'en approchent Kg
lemeni on | ei t pendre au plafond
FaitsDivers
RENSEIGNEMENTS
MET! OROL(JGlQUES
OtiSliHVATOlllp;
DU
petit sev wairf.
tOLLEbE ST MARTIAL!
jeudi
Baromtre
Temprature
22 lanvier 1923
7649
minimum 198]
maximum ;> o
n:t me ouur les rprgnacces, les eu
nuis a les joier, les unes servant au
iuties de con-pensationi. La chaim
du roari;ge c:t laite de roses qui
portent des pines mail Ce! to*. >
Ce m'me des rc:er. et l'/galn dln
rneur, l'acceptation (ouriante, son
un bacrre 'ouvei.ia qui peut gue-
lir toutes les piqres-
Ja pat e nlus-dlicsts del ti:h-
rrakinclie constata faire com
prei du rui j'.urcs filles a,::e le m.
rirge 1 est pas seuiement 1 union d.
deux iovurs pour 'a satisfaction le
giiime des plus c'oux sentiments, n'
l'ur ion de deux mes a la recherche
des plus baux ida s ; il iaut di
aussi ui mrman .di-demain qu'elle
seront les procieatricrs, qu'elles m
crvioLt en d pot de chres cra ur."
lesquelles deviecdror.t, grce i t.u-
les lir.citi d'une humanit si
marche vts uo Ut meilleur et uci
plus grande perfection.
i/rprit des jeunes tilles se po'<
de nombreux points d interrcg&t 01
les mres y ipOS4tMt avec tout* la
dlicaesse de leur t qu elles vivent dans le morde, le
finmes de demain d o vrent qc
tout n'y est pas tournis aux 1 ';, es
strictes de la pure morale, mais en-
notions ce doivent pas ictir. poui
elle, du l'emaine de 1 -iiitelleciualii
Les exp'ication.t prcises sur des su
jets scabreux sont inconvenante'
il est bon de se souvenir qu", e
cotte parlte de la morale, scierce
complie est perversion. L-essonnel!"^-^ d D0Ufc I Pour loigner les mouches des do
est de choisir ses relations avec r?ft|i ........f x mo,, u r notr. mai......ijrurfs, ipeobl s te. . il ailU.
et prudence, de telle f on oue la' moi U.r noru raauwite deudoiri M boiseries avec de l'hui
K c \ .v, iuc u t.c-iau*, anu de morl'er au pubif!iJl(ia|ai.ri(>r ,,n .wa. iUluIllprii H11
jeune fi .e ne perd pas leur cen _ J1 ,,*,.<.,:,. 1... rt, ^ le ue launer un peu eg.iement ap
., ce quelle a de plus prcieux .' x\Itisir> U" dc P s ri p iquer c Ue bttie sur .ea guapau
m fc uk Fw t s u* tii. coo:doon. Chacun y gagnera. feuille.! de ci rounella ast ega meut
fnvt* ARON [ Cap Uutio UtNRlQL'U.w 'wcafltit touroat uisf, SCIEMLV'
ont embe dominer leur ad? "'c'est, pourtanr, c uum an, uit SS^S?lg
p .. l'nnr , r.tn
dee de h s Urge goulot moiti
remplies d'huile ei dont les parois
sont lgrement fiel es de miel
Les mouillas y emreni, tombe n
dans I huilrt e. y prissent. Une ex
celleu o me h"du consiste aussi
remplir un verre jusqu' la moiti
de aa hacteur, d'eau de savon. On
place dessus 1 u moraeau de 1 ap et
t ndu comme la peau d'un tamboi
>y. ineu.lenu au m yen d une lictlb ;
au mi.ieu du pHpitr, on im un tiou
lor.l d'un demi cer-tin.tre de dian
ire communiquant dans le verre, le
dnsvut du papier est fro t de miel
Leomouciits, atties par l'oacu*.
entrent dans le verre, tomber t dai a
I eau de bbvon et y pensaani prs
que subit- ment. Eu dit-posant ainai
quatie on cinq fartas ou pots con
titures dans un appartement, on
peu1 se dfbatrasnei des euuoyaoKi
bttt oh s a bon compte.
un prconisa aiaal une solution
au dxime avec le lormol. Ds que
Us mouches unt louehe au liquide,
eliea tombent rnoitea. Eg leannt. la
poudi) iIj ccb.lt. que l on depogt
-.a' un* &oucoupe tt que l'on bumi
diiie. Tou dois, il faui sa mfier que
lea mouches nupoisur.e-e ne tom
bent dans les alimenta II est gale
ment p udeut de couvrir 1 bhsi tte
ou la soucoupe d'nu grillage eu fil
d ai chai qui n iatercep e pas le pas
g'ge deg mu.iclitg, maig eni 1 >t li
les chiens et h g chatg dy toucher.
Les feuilles de saule, auspeniues
au | la. fond [> r petits paquets, a'ti-
rent les moucofs La nuit venue, on
dtache cea p-que-, on lea i lie
dni s I eau ou da a le feu.
Un vase de terre ou en verre lem
ph dune solatoa mercurieUe sucie
rend galement des services : on en
trouve dang le commerce avec ou-
v une assielo saupoudre da sucre,
>rouve prise ei tombe
dans le l.quide malfai
Moyenne d u ne
Ciel clair jour e: nuit.
Baromtre ans", in t.
I. SCHERER
A M C. E
Hier apcs-midi, au Lyce National, a eu lieu -
ous la ptrsidence d'honn'eui da Ministre de Tins-1
huciion Publique, U runion inaujuialc de la
Hi:on de pdagogie de l'A. M. L. t. de Fwt]
wFnset. Cttie >cciioii t drinuivtruea; or-
ganise avec le Dr J. C. 1 OrNinvu, prsident, .
Me F. boray secrtaire; Me A. Bonaniy, le ,
Ra*. P. SenastSef et lie Pitea Mat; eanatnlws.
Au :ourv de li taBCti des ftCOUlt ou: C
prononces par le prsijent >e la Mctioa de p.-,
d. 4Uest .: .".icl i jouer cetie luiporia.ic ciwiiio... '
Kout nie nanqucreaM pade iMMignerk p
lilic sur U inaicae 4ntrVuS d; U MSUStt>,VoKi |
w liste Ses n.eiHbrcs :
UrJ. C. Dorsauivil, Me r1. Sony, A. Bosu-
my, le Itev. f. V.hnciucr, Mr i nce Mais Mtlie
oipe. Mette !.. Faret, Mu.e Vvc Stiv.nceiu,
.Mme Uh Di-ie, Mr II. 1' anou, Me Lclio Jo-
epti Me Ch. Miaou, sie i.. Alfred, ! Manigat,
Ci. LeMoufiair, U ravul, Me J. Dcvttn, L. C
L.'iciuion, Horace KUsntll .Sic bd. Mon.as, Mu
Justin Aontas, Ur A V, t.^rre, VVindsur bcilo
garde. Me b. MalhMI jiniue, .vie IsaarUiit
vieux. Me V. Oervjij. Ls ju .vUiceim Ur C
l'restuir, Ui Kicot, Ur (i. civil, f. Uorcl, Me
nio Vincent, jn. sjwUwa Hfisan Hswui,
t,n\. Uay, Ur w. ^uiun.on, a !4td V'iIiarJ, Ur
G. DakMMf Me Ui tioviciKrcau. A. Lo.btit,
Me beyoraui Fraact, V. Fauve, il. Adam Mi-
chel, r rorsena, Ur A UwDi'oase, Georges Syi-
.a.ii, le Kcv l're Lauure, 1'. C. f. houert, .Me
...n.i, uomo, t.l. fo.i.c. et Mme Vve l'-rvt.
convoeaiion
La:s BUmbrSI actit>, adhrents, dlunneui
ainsi qie tes anus de i A sociatiou Mute
d: la.-u.re chiiienue cl le pjDiu soin DfW
dabimv a U natuia rnntivnai l.tirairc qu.
ira do.mec a FarlfMoa diuianche 25 Janv.i:
Courant a a heures du matin sou> le haut patro-
nage u b. I*.. le ne^ideiir d la HtpubuajHB.
Air Jrme qui paiiagcia av.c Mme Lay la pic-
sideUwC d'Uouacur Ue la mainicstaiion pronon
era une aliou-ion sur le '.une des A.cux .
r- Une cnmrence dou'. le sujet est l'our h
Ui.pcau s.ra UiWjJMI Mr uaiites ney.
Puere de pjtw m co.-.ue uatioualc 9.1 ait
manitestaiioii oigaui^ec ci uicmoire de nos a eux.
i-c piesidcnt, iloi.tids l.a\|',Mlul
l_ tralil Cte) DliulOu QOl culte:
faivcnu u doit v\uy( le ir.iu .e ItiauiOu
qui st rciiUait eu ville a a Heures, dirrailia. Le.
uuBeuuvies pour ritaonr le ^ouvoi sur Us rail
dureient envi.ou j ncuus, Ce qui comraria le
trauc au tiaui ue j lieuies.
i**s ciocaess uo li iiasiiique
.Noue uank
Mur par le* Cura/el l'raucc les Cloches de .a Basilique Noire Ma.i.e
pour tre rC|>aiwe.
Ou s-ii i,uc .es cioches sou; tls depuis quer
^UCS iCIMfS.
ivoa-niux inganieors
auii'.ncain:
l:n v.au de i "art. 13 de la convention llama
no Au'.tticaine, le t'icsidcut ^Vu>oii a propose
au Oouve:u-:iiuiu d Hati le WWtCJMKl l.an. II.
i.oac; e: Can. a. Irexel pour tre ingnuins
atta^nes a I ingnieur Uu Ut*uvirilement.
u: i-re>iuei.i u ii-ui vieu ue Us couimissioi.-
Conirer.ces
Nous croyons savwir que Ml j. A. Clairmenu
so.nmciicera aujouru nu., a ft ares du soir, sa
srie ue cunicui.ces a u CaaenM Ue^aiiues.
1er ujet : Les ineiveuUs g* la Laiiiouiic.
aVa^ai
Les Ijii-.'.i lu Je UagjHuaaeaU Sarreau, anci. t.
jje Ue paix ae enauu i>oi, dceje Hier soir a
icurcs, auioui ueu cet ajies un ai fcrj 1 tglise
oi-ju>efli. Maison iiiurtuairc : Avcuue LKtXi
nues.
.nos condolatues aux parait* prouvs, parti-
bUsMleai.M a sa seeui atUKj .ir.uauu hl.
UNE BOTE I
DE
VRITABLES
PASTILLES
VALDAI
bien smploye, uUliaa A propos !
PRSERVERA
votre Gorge, vos Bronohes,
vo9 Poumons
COMBATTRA
vos Rhumes, Bronchites,
Grippe, Influenza,
iUthme, Emphyaeme, etc.
MAIS SURTOUT
EXIGEZ BIEN
LES VRITABLES
Pastilles VALDAI
vendues seulement
BOITES
portant le nom
en
1 erde J/ort-au-
Princienl
A/.M. hs membres, leurs /a
1er, leurs amu c'. les habitus d*\
Crcle sont invits la cot-lremA
que ffra sumed',8 heures ir
prcis?* da soir. Mr Prie Mitru
sur le bo'.k lore hji ien Apre* h\
confrence, on fera de la musiqui
et on -
Le Co 1 il,
Mouvement
Muriliml
CetannUmidi rart le sleawttl
Jar \an Nassau de la lie
hollandai e pour : Sf-Ma>r,
naves. Po t de-Paix,Sancl*ttA
itre et A msterdam.
U
Dana lea premire jonra de F/1
r il ara reprsent Patisanai
If a acteurs d la Renairsance <
nuvelles comdien locales L'Il
pellation et les Amateurs duGl
Cercle de Mr. Follux Paul.
Les rietitiona marcheut
ment, lea comiquea: Rey et Gi
uendront les piincipsui tles.
Varits
CE SOIR
En rce
Enfants
Jtiaex
G 1.5)
1
Pneus Gordon
En vente chez
P. Spoormaker j
Rue Paver 108110
Prixilfianl toute concurrent


'V-TLN
Polit DEUX SEMAINES SEULEMENT
| 24 Janvier au 7 Fvrier
LE BAZAR MTROPOLITAIN
Dtnanl rduire son stock /ln de f eUH,r s,.t travail Ma: attire, a U plaldr A'fikMM
an luhltc quilli /ail te$ rdaction suivantes :
Deurre Lopez 08
lieurre Armour 9U
Heu n: Krvol 90
Ihtfirt (:ui*in?) 00
SVju pour lessiva 10
Si* mu ldsaiveU.B. 10
POU Ire il J saVOnS er 10
l'a j iresavou Prime 05
Pju uo u m.loyer 09
Hxvxni de toiie.ie 10
Maeaioni 18
Amidon pour linge 24
Hit 17
Farine 19
Pastille pe Menthe ft>
Chickie'a gum 05
boubona (on verre) 40
Cbocoiai aulait U
Peter 18
Tabletteade chocolat 25
lUduit
75 Ib Gingarnbrecrys'alliseHS
78 Ib Cigarettes ycle 21
78 lb Cigare tee R'oh. S 81
o-2 Ib CgeretlesMelacliin^i
09 or Cigarettee Murad 23
0*br Cigareties National io
08 pk Qgaiea Dominicains 00
OJ lif pk c Porto Kico "b.">
Ofpk Allumt ea 20
08 br Aiiu*ttte(piea boit) 12
15 pk Hipea au
10 Ib Pipes |33
15 ib Cmtii postales 50
05 >b Alium Souvenirs 35
04pk Avoine Quaker 38
Oij.k Huile dOuve 1100
35 verre bire rUd atar 18
lOpk c MoUuduise 48
15pk Poivre Noir Premier 24
21 [ k Marmelade d orange 40
Rduit
70 pk
15 pk
*7,k
2jok
SMfk
00 rk
05 aa
01 p*
12 |k
08 pk
17ei
:*)
40 di
80 a
Sipk
85 to'
2>bot
45 bot
20 pk
32 bot
40
61
18
90
15
Eitrait de Vanille
J'oudre lvation
Sardines I imite
Papier hyginique
PouVre Insecticide
Conserve (Chili con
Carne j
Cjnserve(Choi;rreut j
et saucisson) 3-i
Sauna in V B. 33
t Saumoi. Pabiol 48
ue Kif (n ver-c)
38
di flno-af hach* 83
c de Veto, Jimbori
11 Buf (l nt, 40
Hicon (en verre) 75
tiefe *ak de Ham-
bourg 25
Corned Beef V. JJ. oy
Ridai
3>'i br t
60 b
l't ea
10 p
1-' pql
Sanci To n i!i
Holtnet
Saoce May inmise
Pretr.
Cucao Wh t a an
rttae.
Rduit
27 r.i bot
82
48
27
Eping'tf du veux 12
t-o Sorbetire Vcuuiu 4.05
o
15
10 16 fer Ci'fgo pour soulier
jtune ft nom 11
27 fer Moradei.'e 75
3) fer Saucijee Fariner 00
41 fer l'hrn Puldin< 45
Fromage a i-n 2 80
JJ/HW Aoaca un
M fer Boom de pli aca* 25
Vin rouj',e vledoc 1 !)'
> fer Kicre Cartsn u
fv verre l'lmes ti
Sjrvice da table
21 fr 2 3 pie** 0 7>
1 fw Coitiia s n irosaoa 1 i 07
*
Rabais lie 1G op sur tout noirs stock d'articles
^ bit
. iMt
2o pqt
10 pql
53 II
50 lb
40 fer
2 OJ fer
,0)ch*que
22 bot
1 75 bot
10 bot
10 dz
8.85 jeui
12 00
Ridon.s huile
Paaaoifaa

pour farine
Moulrs pour paip
Verrea cocktal
Papier a crire (boite) 40
a talitette) il
Carotte do pocha '
<
Parfum (Jlel>3aa
llouge pour dama
1/iCdtd la aouliera
S won Palmohve.
l'aroxid* Dioxide
Poudre de Talc-
Artnowi
OJ
12
18
40
V)
11
15
15
03
20
18
2J
<
1
I
c

Rduii
lOpsjt
18 chaque
i .t
65
(8
12
34
:):
n t
35 boite
12 ebaque
06 chaque
20 chaque
12 lt2 bot
12 l|2 boc
.03 paire
17 D'il'
|5 bot
20 fvr
ftous venons de recevoir par deroier bleau un fort lot de
Bijouterie fausse, art nouveau/tels que: coll ers, broches,'
bracelets, bagues, barrettes, boudes pour ceintures que
nous mettons en ven e au prix de 05 or am. jusqu' I dol.
ARTICLES FRANAIS
La maison Max Monsanto
iKuejlu Magasin de l'Etat
Par le steam r franal Ciravelle univ ici leir,
courunt le articles suivants :
Chapeaux et canotiers de toutes
qualits pour dames et fillettes
Chapeaux pour deuil
Serviettes damassoes fil et coton
Nappes, Oulils matelas
Chemises fantaisie pour hommes
I arapluies, Mouchoirs de soie
Cravafes noeuds et rgates assor-
ties. Gilets de flanelle.
Change Etranger
Transfert pir chques et par
cbles faits dans tuas les f
pays de l'Europe
Nous faiaona une sprulit de traiter sur l'Allemagne l'Au-
triche, la Hongrie, la Po'ogne. la Ronmuri*. la Fi jlao le. la
fccandinavie, te Ca^rho-S'crapio ft la Jogo-Slavi-.
Neua oflrons toutes les feri'its ponr obtenir le rbarge rn
roaicadont on peut a* servir entouterara dans le futur t
lirer dea interdis dana l'iritrrvaite.
i.e bas coura actuel du < hmge fournit une eivei kat*
occasion rour un placement profltuble dans -Tes obligation*
munic'palea actions de binajor s, actioca t obligiUoni indus
ttielks alleandcr,
New tUkilcnt h s deinimUs ai muignstimt
Zimmermann & Forsay
Membre de la bourse de N w-York.
Maison fonde en 1872
170 Broadw. y NEW-YORK 170 Bro. dway
Lait Condens JXestL
L fi VPth td> nhs>*7 MM. Smon Vieux. AU. cd Vieux,
an Yf, W+V* b.& N, &*1t Ce, A. b cl, ,
an .ad. Marius Berne Ludovic Gros
Isa Preetemann-Ayyrerholn
Bue du Quai

w^^**


\ ft I '*

i ..-..
r-* *.
i y.
Assurez vous centre T ,V FKI |Allxcavcs (,e B()r(^afl
tV dresse/, vous la plus forte compagnie des E (J
La HOME INSURANCE C de JV.-
iujenl Gnral pour Hafi:
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
TtqUqiz voire M< ison, votre Vagasto vos dpts au taux 1< s
plus raisonnai le.
ira Irais k eoirmission ni de Courtage payer
fienseipnex-vous sans (rat par correspondance ou
rei cb dlscutervotre problme chez
Eug. LE BOSSE, 05 Bue (in Quai
Emile Vereix
Dpositaire ne* mut que* f aneaiM
Liqucuts fine*
Grande liqueur
Vins
Ma i ix r h Roger
Av'i
ma)
BORDEAUX
l'i de i
FEgaMP
tfa e In Ala ceau
01 IDft U.V.
P 1 Va pi ii & lo
tCrgnQc
vso ocoi.mwiC degioa el d. mi gres qu'il a en dl
cbaL.ii frCte m. ic ne dessi squ'il livre aiilpr le ces eu
i nx eunrrim Mir ci m.ihir
He met la dposition de tous jour le us rfrfd'izite
i cessanci et les o, inanuis fa.ut exc. ier d rtciement S
- r | iiijii.
a ma sou
Veuve Barbaucourl
a rei
!.IWL."IUJ.J_ .'.. J
Phratrie FSEJuURH
Avoir dc Rues /?? ii#'l t/tf Centre
2 Iftfelllca d'aigcr T jrreition de^Brtzelks J910
11\ oratoire de ( hfuiie Mdicale
^.
fhcgUfrV, Pr.di.i** rVw;iqifs el pnartneera i-j'.es.1
Pplcieff* f : t -ttwi et aipricainrfc
Fi/rrrat'cn de icu'cs an |Mila rr dicaiMiitcusc* strilises
et JrjfdaLlt?.
8j i:>HA. Srinm'fi frd I eY'qre simple M lernigim rx.
looliYdlarp/re. >'um p Vnrsrd n mi ; ni les raqueu
lra'cili; DIS de 11.lier et de /icLhi'
J) v t> lorjouii ni slocl : X nrtWonf Siiop recicrd.
JWxir de P.nsylvanio.
li'pnsitaire du P1VEMYL
Rerrscntanl dis tstlilusemciits (hulijo
i'* aruiactt
au trli M U
.MiUi'IlL A ILTHIm .
Ct Si
P-indee en l8r->0
Proju iiui. vj leur* s Usuo de. Fi .ne e' j .v.
r que.
Lit me D.niitnce K lia s
l'aiiune it lui y.cj5c tt me*
caine.
Ici Ub* ]i;iig Store
t IfXVSttl lo A iJil.hl M K\\ 'a Ll-
t aabiished 185'J
Awtriurii cV itueh l'aient Al
dicnes licsl chjujicali iront Eu
ripe and ihe s a es.
Au,e itan pitscripl.ons fille,
hem h fc meneau Perlanj
foi.tt \\ a ter*.
Gel il al Petrus'
Pharmaey Uiaduate of TernuU
Uumriiy. PhihnYlihia Fa.
..n.i jm'S"" i U.in i
a li \
> m.
CI OBrO..^ Abieg^ la ror.vj.kf-Tnfr, aiigmmte 'a force de ",:vrr
indier-eisalile daiis Ni:it.astiilnik, TuBCficuLOSK.] ** ,. *" .
CimitAiJG. Insom im Paub> coultoi* i V" \llcVT'w &L b"vlatW(,,u
de rernanti rlnade connue sovt
JEOL-rduque rii.ieM-.il Unie roi ira a nwt.pat.cn FxTr.nTE. -Vf '/'" "' "co*m so>
ViihTici, l'f.voi r idm, Dvarirsia, Mioiujirs. \le *'0>n ? uoulimgw 6' A"e
I.OliOXAL La e te loe fi les aimulaiicis, civoul H-c'de "* d'f.c'so'sneM6.
-j.iqup, rr iv la nutrition atoy e les glaires. c 11 A iTti 7w '? i j?N
I di ri
i lii.LTTB. RMCMATlf 111, CRAVFJI.F. NKVPALf.'K?, Fii.STI
que. AfcTKMo-&cLfc-HOfi Oatarra Aoittvaa.
fiVRALPOSE .-* l'ou les soins m m.es d' la teu*me-
4l*\D0Hl\F. Arr'e hs lin-onagicg. suppiitLe ls vapeur?
et miftraiaes
fJUPlNE. Coi l e I'ilk. I*ALtoi.-.MF, Col ejt'E.s uir.\T.tEs, Cirruo
f E, U Allf'TE.
'" '.*-
1
Fvif(%<% le Job
ou n fume* pa*
hu ) i ?rs rieereitra e ta ac
'.V /U boit srarieisJOB Yen lus
en deux n.oK
\
Reprsentant des laboratoires Terriat Un touti itock ru attcni
par (Gmiitc l!e
J AC1H] M.- rirrr!t Lrjiqte, ccnlie ailrciii.r.s gfst.o'ritff
i airs el cutfl'tVs
i. W l|tt&f, Si d iCque de la coi ftipeDoji.
Aja.t demand* varient
MrFa.x VI MU)
Seul Agent pour Uaiti

....._-

- i
EDWARD M. BAPIIIL & Co
FUMEURS
Tofre son l est garantie, vos lu
*d v ei lieuse. >doptem
La Crole
Blialeusi ctgaie&te. Eue est dani
tous les quartiers.
lo centimes le paquet
Dm. t eeitii 7, Uar de tut aix, Hue Ut
m
Grand llotel de Frau
uyit Etablissement de 1er eh
4 Uf S lie excellente
Situation exceptionnelle
CblUibns ares Uar iiiodcri
PROPnn'TAir.E : Pt Plrl
New- York
Portail-Prince
Spcialits i\ Produits
Bapo- el.
Grande Maiscn k MODES
Ur Juan Bauli^la Da
A 'o uhY;r d'aninacer au publi: en ff itrai qua s-DS
Vne Grande M (thon de Mode*
rioflUr des H. m s Atw-Y >ik il y aura un frai d s'ej
costume* con'eaioi-nta p*u r I omm-s. ffmmes et eifuis'l
ir ufera t^ Irmeitt d fins i* s pour |, coi faction, s rM'T
i e irt'aie d rare .lent, bien cjume avs \d h.ue
vie c*ve le.
La Mi ou venl a, en o -lie, do* t; arcli idi rs d pi
choix tla !.n rtU d timi outes cooeurfomee. Fous ?e> ani!
piig |\gc c wi;s 0. s des plusgian-ietj fal iquee des iia s-j
h\


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM