PAGE 1

• 1 .1 f> ^.vn.N Headquarte^s flrst Provisionel Brigade CITOYENS D'HATI Tout boD citoyen qui aime sen pa ys doit travailler pour mettre un ter me aux dsordres qui ont exist pendant l'anne passe. L're du banditisme est ea fia La plupart des chefs se rencei chaque jour avec leurs armes et a'ei gagent prter leur concours au* forces armes de l'Occupation pour rtablir l'ordre. La saison des semences est pro che, il faut que chacun,puitse allei paisiblement son champ et travai 1er son habitation. Pour obtenir la scurit comple nceMviie pour permettre tous de %  'occuper de ses affaires personnel les, il ne reste qu' capturer ce mal faiteur qui donne son nom tou 5 Jet actes de pillage et de brigandage BENOIT BAIRAVILIE. Tout bon hatien doit immdiate ment porter la connaissance de* autoritis toute informaiion.de l'endroit o se cache ce UenoIt*.batravii le et ainsi avoir droit la rcom pense de G 5 000, qui sera accords celui qui donnera i ioferoia tion de l'endroit o il ae cache ou qui aura fait prendre d'une lagon ou d'une autre le dit BENOIT BATRA VILLE. Citoyens, servez votre patrie afin d'avoir dont aux remerciements di tous et d'obtenir la rcompense cl ferte par un peuple reconnaissant. JOHN 11. KUSSELL, Colonel i s M d'affairs aux Ltats-Unis. Il serble mme qu-on est an d'organisation financiers et industriels, et BIOLOGIE Le but esser.tr. 1 de la v ; e est la re production de l'espce, it toutes le c: pces animes terdent vers ce but 5i quelques unes bar donnent leurs ut ut aussi t pondus,le plus gtanc •ombre, tels les oiseaux que l'on c ie toujours comme ixempl, en1 luietl leurs petits de joins jssidus, ,J. qu'a ce qui s soient :ss(z fit; pouf se sulre cux-nn-.es.Or ;cu' IS inonde sait que, ch z les batra tiens, entre lotuf et i-animal parf. it, il se passe une linc de mtamorphoses c Par. i mil "e mon're i 'itfcl impartait de t'aid. Il se tiens orme au moytn de branchies, il resp re au meyen de peumoos, et ^:etd une \ie arienne. Ceptcd v 'u point de vue embryo'ogique, et peut d vistr les oeuls des batracien; n deux catgories, ceux chiz qui BBS paitie de l'oeuf se divise seule oiSDti i autre restaot comme reserM u riuve, et ceux dont 1 otut se diie enliremett. Chez les premiers il n'y a plus de passage ;n'erm' er *W a a ce,le Vlll tanl n comprenneles'icK'rls u de j P ,ua ^portants porta dos :~A.. r J. uZTl 1 I Indes de 1 Ouest afin dy rendie uns industriels, et que de*; fW|i amicaio el papier des reprangemeuu sont pris pour fournir Qt u commerciaux pins troits entre des michmes. des matires pum J, u j ejx peui | ea balUcoa ei sudois. W et d'autres produits ncessaues a | pour .moi personnellement venu l'Europe. la tgion p.Uv'enne, pli qui s'sccen tue de plus -n plus vers l'intrieur de fion foimer une poche, dont 'a face inLrne n'est autre que ia cou che externe de b reau du dos tourne eu dedans On ne S3 t encore comment les o ufs gagnent ccre pc che pourvue d'un ontke exterre Chez certaines estces,' le nombre des oeuls est peu lev, de quatre i s'Ize.Les junes sortent de U Ittat partait. Chez d'autres c le nombr< des oeufs est assez gra-d, une parti du dveloppement s'opre i l'imi rieur et les j unes quittent la p.ch 1 tat de t ards. Chez le iRrcophorus reticulatJs le Ceylan les oeufs, au lieu d'tie jorts sur le dos, sont colls au ven re. o ils sort log's dan* des alvoles assez pretondes. tandis qu'ur.t aineile aiboiicole du Cimeroui porte les siens dans sa bocche. Parmi les Anoures, chez lesquels la charge des oeufs incombe au traie li faut citer l' Alytes jbstericans oendant l'acte de la tconda.iou, le maie reoit les oeufs dans ses patte ae derrire runies par leurs do gt it formant avec la paitie postneun lu cop comme une sorte de .0 bsille. Les oeufs sont runis ensen oie par une sorte de cordon pl.-t QSUX. Puis le mal: pas.e ses p. tits s travers le paque: d'oeuts qui son 1 %  lors ente mil s autour de ses j m ses, au niveau des taioas. 11 se relu iSSUtte dam un trou,sous une pierre t continue i porter ses oeulsduran> 101S sem*ines environ.Cela ne l'em pche pas de sonii la nuit pou chercher sa nourriture ou mme pa uu temps secd'alier a l'eau pour en 1 etenir l'humidit de ses oeuf Ouand le n dconsidre que le iemp:> ie l'incubation est ni.u choisit une uare.plongeson arr. re -tram dedans, el les petits ttants sVchappent rapi dment par une teBte qui se produn dans la capsule de l'oeut. Cruz une grenouille de la Nouvelle Guine,les jsuf?, comme CCJ de l'Alyte sont o;gaes p. r le mate qui ios entoure %  utotir de sts p.tes antrieure Catz is Rhmudtima dn?rci qui ha bile le Chili, c-eit dans le tac vocal prolong sur la rgion ventrale que :e fait 1 incub tondes o.ufs.L; ma luiroduu les ocuti au no^.bre J quiozi sa vire n dans sa bouche o ils subissent leur dveloppement ju qu i ce que ie jeuae puisse s^cha,. per a 1 eut ce greuouule parfaite. La fin demain, J. R. CHENET A vendre 1U0 I oise de tuf calcaire livrabls de suite, Sacs vides neuf* p. SPOORMAKEH Rut Pmvte: en \otre beuu pays et eu ce splen dide Poit-au-l'riuce m'est paiticun rement agrable et je suis heureux d ai voir la chance d y passer quelques jouta inoubliables. Je vous remercie iiuUniuisnt de votre gtacieux accueil, j Un Magloire r^pondi* : Wf la Comenauddni, V nom de la ville de Porr-iujPrircf, je sali hmrcux de vous soi-hatts* ta bienvenue. L'eccu 11 ,.-\; atbnjue que \oua avez reu prouve le gr^e tffictjon du p# itie hatien pour votre belle et vaillanfp Petite dont l'histoire r8t pleine d pisoJts glorieux. Les lgendes des pays du S' .>rd ont charme et attendri notre ei fs< De hissai.t dans notrt imagination des souvenirs de gic>>. Maintenant que U guerre qui en sangian ait le monde a pris en, les etTjits conomiques dea peuples grands et petit*, vont conconnr k tendu leurs r ht ons commerciales. NatuielleraeDt no s surons des rapporta qui fortifieront es ympathie> eutre l>-s peuples sudois et nal ictiun mne temps qu* s tabliront entre nous des entreptisej de toutos sortes. La rcep'ion qu^ je voua fois et modeste, mais l pentirnei.t qui y prside uart d'i rœnr. A travers les rayo. s de notre bau soleil et sons les brumes mlancoliques de SIIP, j'anerois des espoirs et des rves de grandeur... Au Champagne, le Magistrat communal leva son verre & la ghire de Sa Magefit le Roi de Suje la pio'prito du peuple sudois, la marine sudoise et au dveloppe ment d? fructueuses relations en re Hati et la Side. La Musique du Palais pxicuta en sni'e I hymne national sudois e> le Commandant prit cong aprs cette cordule entre'ue. Comme nous I avions annonc le Conseil commun il rendra sa v 1 • 11 %  au CommauJaat du .Fylg-a. liMBRES-POSTE POUR COLLECTIONS CHOIX IMItirNSE PRIX COURANT GRATIS & FRANCO THEODORE CHAMPION, 13, rue Drouot, Parfll Faits Divers Tribunal de Gasstffo RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES OBSEHVATOlHe: DU PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTI M Mardi 20 janvier 1920 Baromtre 763 4 minimum 21,7 Temprature J ( maximum /} 4 Moyenne diurne 25.3 Ciel cUir jour et nuit. Baromtre constant. I. SCHERER Cin Varits La soire d ;.ujour oriiiaute.— L entre est i ueus jouides. Le tial du Jercle Port au Princien C'est ce soir i 8 heures que v.rclc le iuil-au •'. %  i.ivicn Uonne son bai annuel. Tout a oie prayare, comme d habsud", p. ;;; que cette grande tte mondaine ait le plus clatant MlCCCt. • Botary Club Le djeuner haouuel runirait hier a l'Hte, de fiauce les ruerabio de la llotarv Club . 1(1111011 pleine de cordialit au (ours 4e U quelle u y eut des changes de vue ->u: les IO'.Cnti de Li ville. Accident de train Hier ver 5 heures de l'ap/ej-inidi, la locomo V No 17 transportait dj:* inatriau\ pour Ici travaux eu nouveau Iraca de u ugue isi^otouCarrctuvr, qu envoyons n> sincres -uuaoance. Faire part fan j bre Nous avwiu reu ie laue part de 1.1 mort d. .\,ue v've loscpn lialouni iiee Amlie Llorasttw, acedee n.er >uir a u Swttt. La raiktnulici auront lieu cet pre midi en ia rJa>i.ique Nu.r. J411C— .\laisou mortuaire:Avenue Joi.n nrowu. Condolances aux parents prouves. AVIS Le public et pouMculirement h %  iduiuiiis de Duviviur et Ur 1 ;; U i. ciidiu suuL avisoai quil a etd egar a,u ma proprit, a Buvivitr, (Jun.a nui: UU 1.) Je) Ce) Ulula, UUt) puuI.LIIU aum poil gru tumpee des Unes V. U y*. Liuuiio rocuinpeu8e celui qui m ia Ici a ie rouver. t'u.t-au-iTiuce, le 20 Unvier lWu L'CUUMIA; elle Audience d. h 2? section du mirdi 13 Unvier 1, Prsidence du vice prsident As Affaires entendues ; Celle de ois Chirlcs, a t T.ton, coati jjgemntdu tribunal crimi Qe | Snat Marc. .Monsieur le juge L ;ua tniendu en son rappo j vin s rt pubica conclu m* du pourvoi. Celle de Petit Ngre J n L outre le jugement du tribunal inel de Jacmel. Monsieur le ; J ntil, entendu en 1 expos / uaire de la cause, le Ministre )iic a conclu i la cassation du jmea attaqu. Ucc.nbert Dorastia, contre Sti alus Mron. Monsieur le juge G, ul ei.t.adu en son rapport somnuj c Min-slre public a conclu i ^ssation du jugement atuqu. Audience du 14 Janvier ioj 0 Presidtnce de Mr A. Bjnaar Affaires entendues ; Celle de v.iieLassamajor, conire Pivil' se Mars. Monsieur le juge Cha ^ae entendu en son pos naue de ia cause Mes Rigal et, ;uis en leurs observtes res ives, le Ministre pubica co u lejtt uts dtux fins de non oir au delendeur et a la cassai iu jugement aUqu. sur le pre noyeu. f hiimon Jn Jacques eoatre D. -. Uu.aud Monsieur U jugeD •uicndu en son rapport, le iie public a conclu a la coodu Uon du ceirtandeur i l'amende vue pu h Ici pour insulli^aac timbie Puis l'*rit suivant, 4u audience t:nauie Celui qui œn 1 h lemoa la |cquesm nde de sept gourdes pour IDJBJ 1 dttee de timbre dit que si daruu elui Je deux meis, a ccmpterac ,odt, il ne rapportait pas u quittt .c du Receveur de PEnregistreoa (testant le paiement de la dite 1 nend, il sira, d'ore et deji dcb ac ao. pourvoi, cooiormementi i>i, P. F Mass^tjui contrs G. BcllJ o.r. Mous cur ie juge Dvot, esta u eu sou rapport sommaire, d.nulrs pub.ic a conclu 1 la L1 moauon du demandeur a lameii prvue par ia 101 pour insutsaK ie t.mbre, Apr3 olibrutiott %  icnwe teraate Parr. suivant soda. Celui qui condamne le c Massaqui a une amende de >ni; gourdes pour nsumsanci Football Pneus Gorelni En vente chez L j P. Spoormaker Rue Pavte 108-110 Prix d fiant ton te con eurrew Matck da i-o'Ull cet ap:.--oidi 5 neures sur 1<" Lnd De^aimes entre unes>pt cla b'tau sudois Fyigte et u..e quip1 de 1 1 S M La pauia eeia U inuiessaiite, le autaets 'ani n. n# bons spurtmen. _^__ _^ -„ _. ,„ ,_^ ConmuHem voir aiMtcft^ SIROP DI DESCHIP ( l'KaiBorloblBe) 'v Prescrit par plus de i*X) rx*Tn plua minent du Mooaa *f" ,r -! AUBaiE. NF.UR*SIHMiB. FaiBlE**!, i f0lR!S£,COMV*lECECE. Si"""



PAGE 1

If l'ATlN .V. Momnitnt Maritime Les df ches pour Petit-Gove, i.< if Hatien, Puerto Plat a. San Juan de Porto Hico et le Havre, par le steamer *Caravellei, seront fermes dfnain, 22 du courant S hiurts du matinCilletpiur Conaives Port de Paix, par l§ steamer 'Brnice , demair, n.tne date, 5 heures du soir. — Le steamer tanama am vera dans ce ;>o t vers le 26 du courant et plira pour Cnstobal te mne iour. Le steamer t Colon de la Panama sera ici le 24 ou 25 Janvier courant en route pourrN-Y,, il prendra fret et passajers. — Le skamcr c Cœthals sera %  i ci vers U j> n U le 26du courant lit laissera pour Nev-iotk, prendra \rd et passagers. Avis de dpart Le grand voilier # St Joseib paitira pour Santiago de tuba samedi piothaitii ^4 uu courant, | Jl prenura liet et passager*. ^'adresser au Couloir com nierual d'Impt taiion ; la Place Geflrard, Les passagers sont piis de naturel S. S. Unil**** ***•*&* m* Le S/S iCijy o\ Puebla a lais l Aw-YorA: le PJ au courant, sera ici nce$i>ammen\ pienunx du Jti de 1 e\our tour l\.-. EDWARD M KAPHELtt Co INC Le Paquebot CARAVELLE par tiza Jeudi *'_ lourai.t a 9 tmes pi ciste du iLtstio pour Pttit Ccve, CapHiitien. l'utitu PJata tan Juan de Pueito Rico et le WviePoit u Pi ce' le it) Janvier 19-20 L'Agtnt — E> RORELIN Cinma Populaire tinbie, dit que, dans un ^dlai de 4tux mois a compta de ce joui si, ne Uf poitait pas la quittance du Ke cevtui de PEniegistrement attestant le paiement de la dite smende i ieia, d'oies et dj dchu de ion pourvoi etc. Consoits Cap ngre coctie V U \e E. Dambieville. Monsitur le juie Thibault entendu en scn iarpc.il scamaiie, le Ministre public a coi du S la condamnation du demai dni a l'amende prvu* parla toi pour injulEsance de timbre. Poi* aprs del berauon, audience tenante 1-ant suivant tM lendu. ^elui qt conaamne les ccnsoits Capcg.t ; une amecde de trente cirq gomde pour lutracuoa i la loi sur le umbu t que si dans un dlai de dm mois a compter de ce jour, il D< rapportait p^.s la qu.ttance du Rec yeurde PEnregisuenum at eitao le paiement de ia due smende, il st ", d oies et dj dchu de son POLI voi |n Sully Civil cQnlie Thimoii: Roy. Mcnsieuiie juge Etheair, ti ki.au en son eipose sommaue di 1 cause toc Heniy Ad. Michel ci ses bseivations pour le demar.deu, le Minutie public a eonclu au n et du pouivoi. Giaulien Uiacia contit S: Jmm. luste. Monsieur le juge Devt ei ndu en son rappoit sommant, h Miautie public a conclu a la co *ran?tion du demandeur a i'amei e prvue par la .01 poui inlratuo. la lot sur le tiabre. Dpt t: .es est oidonne tt, apis ueiibei; ton, l'aiit suivant est itcdu. Uni U condamne le demandeur iii Ji. a S juste sept gouides d'amti pour insutfisance de timbre oit us le dlai de deux, i compter ci jcur, s'il ne lappoitail au gitlk quittance du Receveur de l'Eni. stiemtnt atiesiantic paument d. dite amende, il sera d'ores et dj* cnu de son poutvei _jLa directiou.du Cicma populaire a l'honneur d.annoneu*u public qu;n n'y aura, panir de mardi kO janvier cotant, que o • eprseiuauens par seniame. & ardi Vendredi ei dimanche. — 11 y aura en outre *ix prix les ixaidis ei six prix les vendredi. Ces pnx seront donns lec imanch^suivaui a i'isue de la rcpraeutadoc. Les porteu/s des numros de tickets vaguants doivent tre pr *euis la reprsentation du di•aianihu soir puurieievoines pnx en remeliaiil les numeros.fcL cas d'absence le piix est perdu. Les jours de reprsentation peuvent tre changs suivant Jes circonstances, et en cas de pluie les leprsemaiiois peuvent tre renvoyes au l^ndm<.iu. L'en lie est toujours de 0,04 cewim s tr amiic.in ou de u 20 ois monnaie hatienne. Venez en foule au Hapoursuive jrotiter de celte ofeesaioil avantageuse et vous serez satisfaits. ARTICLES FRANAIS La maison M Monsanto Hue du Magasin deJtat Attend t jar leslnnr.er fronais ^Caravelle „„i L .„ ;,,.... le.lo courant les.unicU mivanj' l Chapeaux e( oanoliers de toutes qualits pour dames et fillettes Chapeaux pour deuil Serviettes damasses I et coton Nappes, Outils matelas Chemises fantaisie pour hommes Parapluies, Mouchoirs de soie^ Cravates nœuds et rgates assorties. Gilets de flanelle. Avt matrimonial .La Fouaaign Eva Emile, propii fa.re demeurant et domicili en u pubic quil n'en M s reipr subie d eventej-e des C .s de sa f mi e Olivia Alexis Andr pour cause d'n i.i!S.f* 80UVfn te Pr#wnav:s msqu a l'atteota de>. divorces. l'or, Piment 15 Dceœbr? i919 lie un eut cl arriver: 1 lot do JSion-Skid ordrich-silvarowu, a,CDri Tires injchelin-Aiito-Tires mm.miA" 1M r aU >ons & Bros.' mlqM r -., • -, .„---. J"5i ,'--.. __ ,' 4 (iTrfrr? PSI! A£S83?ia H2SX9I8 ftS COU.) 3SMk2 ?.T\ Cliry^JX i Si I firvice National d'Hygine Jr suite de la gnrosi' d'un Su. C0 ?P l,ig amiicaino di uuiti pharmaceutiques, ur.e ce e quantit de vsecina a t rai,, Mi. 18p0 Ui0n du Service d 'Hyyin eb personnes qui le deirent pou, rmli f r e vacciner sans frais t .l; ^ nra J de ^ortau Prince les JOUIS de U a. m 5 p. m., JL n' !" anche et ,unei wptea. ai '^L peie0Dae& Qui ecei bercer de cet e offie d! i , yS l I l veines a. u nont J H ? p,,al dana ,e h fcu P H ^ e ] O pui86o sa recdn • des rsultats obtepug Autos franaises Plus de pme plus d'arrt Plus de rparutions 1/ituto brasier Modle 19) t atteint la peifeciion mcanique 18 hF 4 cyjndres t 4 viitsses et maiche arrire Pneu Michelin Le changeactuel permet aux imaieurs d'autos de soiliirune raie voiture de luxe au prix d'une \oitureoidioiire. Avec la brasier \920\e rve devient une ralit. Profitez sans rtar1 de cette occasion cxcepiionntlleet adressez-veus pour, tous renseigne ments F#?rd. Falton tgmt pour Hati. Rue du Mua* • as iTtst. en tace de la U nqu NtUonale. i .' %  %  r-., %  /., tMna |o..:rc lv.ir c'L "r" V f 9*h b : : : .-.M: .:!^de.u-; ri :! ? , s r' S • %  a fV-a y !" d an.i;, t fftmtLrSA df "'Jesnt le '• %  •r r .^,''-, ''; nou ia don[prnrae p aj ;„-.;,,'—""'3 vatrt ffu\ Ti:S 0XO0CA PlMiMACAl CO., b. S. A. 4 vendre CHFZ TRA.NSOCEAN TRADING & Co ALT: J GC'^/ Sacs vides neufa et deuxime train ^aj'ier d'Imprimerie et /l'emballage Sacbets de papier, Cordages, Ficelle Barriques vides en bois et en fer Brouetter, Manchettes, Pelles en fer Houei tcateun etc. Paul E. Aotila Rues du Magasin de l'Etat et Traversire __^ Vitnnenl d'arriver : ^3?* i ep J dodiL '. miroirs, cernas uni blanc suprieur, casinettea P-lmbeache, d.sponsls affi lupneurs, bszio p.qu, aphirs i." sortie, timill., oaosook f oSr Le nj, cal.co e d'm, voflcf crpons fantaisie et et ff. s pour robes b' £;•*. pourbo.umea sTaUS ehiasaetlas de fl pooi er.fanta S. peaux de petite po Qr bois ," pour ojects, fjrwee pour dames rubans de :outen sortes et toS e' oders, treeeeede h oi, chemiL. bUncb, s et couleurs pour hoSS i ver, Finaud, Bourgeois, C IBBIP pommades ooeth ue bœuf. hqffS 22 e f, oudre Moika FSOBI Royale, Horamye etcAkni •nentl.e de Rxqp caleron. L ae "e^B.V.3.beten t ?: Cbe •i: a ^J!u Z pae ^ Uun tr ^ve de tout Change Etranger Transferts jnr chju:* ?. t mr cbles ptits dans t„us le nays de l'Europe i v us oflrooa toutes lea IAUIIZ. oiav.e. ( ^a.cs dont on pwt se Urv "M tS^^f e ^haage en uror des intits dans l',n?rri.le 0 aUeapa daaa &r ei!2 : !emacd fcriDDs et obl-gatioaa indoa Nom s$:iicilons fa demandes da • a a M renseignement Zimmermann & Forsiay Membrj de la bourse de NewYork Afawon /onde en 1872 :


PAGE 1

-•*. i a MUA m i %  %  %  Assurez vous contre LE FEU A dressez-vous ia plus forte compagnie des E ( La HOME INSURANCE C de N.-l agent Gnral pour Hati: Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince Frotfatz votre Maison, votre Wagasiu vos dpts au taux *p plus raisonnable. • Aucun irais lie commission ni le Courtage payei Renseignez-vous sam frai* par correapondince ou venez discutervotre problme chez Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai \ux caves de Bordeauj 1636, CnniRueMSW Emile llereix ] Uimslluire de* marqua* j a> se% Mau' 1 7. !•'' %  iWijer Liqueurs fine* BORDE t'X | I '.'., .1 /. ... lit'tivino /isiijflMai Bw cl c i i* FEliAMP la'c^l'D lia e*i KjROfc LA P. IVapin ifc t 0 Grande liqueur Vins *.*<> Cognac A* §# e co, Prodmi* aiqon et pbarmacru'iques. Spcialits f ii;ai^se amricaine*. Prparation de toutes ampoule m d :ca menteuse s slnbses et injectables. Spcialit -Serum"r6vre8!hnqrc simple et ferrujmvnx .• lodbydrare/ie. Srum oe lor?rd remplacent les r.aqu*< rralcifimiS de Ffi rier et de /tobin* Jl y a tociours en slo(k : $t crrslhdofe' Sirop redorai, E'.ixir de Pensylvame. LipoUaire du PREVESTYL Reprsentant des tablusements < htehin rtniumi — AhraHa ronvalescenfc. augmente la force dev'vre innnOtiU —Uvale to.e ei les aiiH-ulaiior*. • i^out laciae eMIODO."u ^ l c ive a nulriuou e io>y.e les gu.sses. yl'*. /KTKRIO-5CI.VR0.E. 0B8.T. A.GHEUR8. SmUuNk = ArV* le Wn^rrag supprime Un vapeurt muni. co""t^^^ *HEPAT1I ^ C B H0 r V EB8, DIABKTE. apr8eitaiitde8 La&orafoliva Tcrrial UCTIfrriM.-rrtir.frl bcmue. con're itkflkw gcilin-rnltf ra's ei cutaWes IAX BINE. • Sjc ique de la co stipation. ?i armace A lit I ll i-EWaLl IlIKTia A. I tllils KU %  Fonde en 1850 Produtia chimiques des meii ieuits U&iua de France et d'Anife UDM 0ciiuti.ee K. Unes PaiiuiLine liab^iat, ti jnr caille. Peliiis' J> uy Sioie Saccetai ta AUEMiMfcW4LD i 8>abli6au 1850 Auiaruan& reiicn Paeii Me dic.iK s Best chemicah from tu repe tua die au^sa* Ame aan pitacriptioiis biles, rien b A: meneau Ptrlumo. Toi.ti Paiera. bel iv al Petrus : Phariuccy Uiaduaie ol Teru^k UmvtrMty, Ptinauelphia, Pa. a li y D'tuctllents beviU au bevrre. On en trouvera h boulange* u de bernand Placide connu", sous le nom de boulangerie. S' Anloiw rue des Csars A'o 536, \Cfafl Mme. Vve DOOTON G ti r. lu t s i in ii 111 i Jt ...U. I FUMELUS Volve sant est garantie, vos hablrud & de fum-r eonnet ves jusqu' II *i e*'/e.H8f*. diplex La flrole Dlicieuse dynelle. EU* est dan tous Us quartiers. 15 centimes le paquet Upt t central. Bar de lafatx, Hue UotU Fvm?* le Job ou ne fume pas 4U oj.ifis cigateiifs e labttCi [m noms rapieis JOB venius I en deux mois, Un nouveau stock "st alleidu par (Caiavelle Agents demand* lartcut Mr Flix VIABD Seu/ Agent pour Hati Grand Htel de France Aftffto des Rues Houx et du"Quai Etablissement de 1er chvik\ i uis ne lorcetlenir Situai un exceptionnelle Chambres ar s iiar N uiodiTii0.i PROPRITAIRE: P, PutriZl EDWARD M. MPHEL & Co New-York Por!au Prince Spcialits ds Praiiits Itapoiel Grande Maism ic MODES Mr Juan Bautista Davil A'e p1i ; ir d'annoncer au public en (|*i'rar que JSOBS .t r J ouvrit a Une'Grande Maison de lloii^i b t'ioatir des Bszara Ae^-Vok. Il y ama un n d soajl fosturnea co^teetionna poir hommes. I m %  • s 6* e i n s "j ifouveia f -'un Mit da Bas ii>s s pour I • •• |*-<-1 ; • ^ • %  • ] •&•] une .:i>sie dj rare lli. bian c mue dans la IiaU'S So Ue c i'e Ville. La Mai on vendra, eu outre,'des >arcli t di s IIJ P' 8 choix et a un piixd liait toutes coucui reines. lous se an i pris *ec commissioi.s de? plusjfiand; fabriques Jej |£|a'j U



PAGE 1

1Vetoa*nn& Ni^fl Port au'Prince, Hati "Il %  .MU.. dement-MAtiLOlttla I RECTEUR— PROPRIHiTAIRB NUMERJ lt) CENTIMES ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCE Un mois 0. i.00 DEPARTEMENTS Ua mois G. 2 50 Trois moii 7 ou CTRANQia [ : 'Trois mois 860 Les annonces sont reues an Comptoir In • ternational de Publicit, 9 Rue Troochet, Taris et 19* • 2 J Ludgate.Hill, Londres. Quotidien ELEPHO.SE : 148 MroiJi 41 taw? w& ••1 Citoyens, servez votre patrie afin d'avoir droit au\ remerciements de tous et d'obtenir la rcompense oiterte par un peuple reconnaissant. Colonel John H. RUSSELL CJOSCS 6l A6S Causeurs mdiocres CAUSERIE ECONOMIQUE c n ne spondance spciale au MATIN Petites Filles de Lettres Oe 8 1 ans. Misa Daiey Aehford crit u.10 deini-Jouzaue de ro,MS, 1,'ui u e fait .uiain/ *1 i. ,1e u tiuuvo un eoiteur. Vo.la la jirodigd il .uieux diteur, du le. te, Uia'.Juti VuulJg VHitjlS, iaUCr UU liai, 0 eai 1* douzime editiou. ;si une ni alun 0 a amour qui se ecouiuiauue par suit re! uie. L'au 8U1 aValt Uoul ailS, toile Utt S->Vull s rotthtsglapue, mais *6a deu8 a UrcU CUuiptUaieiU U'^kllldiil CM oliui utgugeabia : ua piua j UUH uuiaucieie* olUrme la tttvut de 'art*, doit, lit cundolUiiS p-a uliu luu a 1 Aiij.loirio laiio it Ucja uuiK. lo JJU. a U piua j*uue u.s U.iUl UioiUa BB]4M***hwM 110 SUUl Ut pasJdiUU*. *in •Uquta. tlio tut pu l'eu plua-iOl, yui. ut|i ie.1 |uuni, u p.oviuce, un uuiuie ieap dabie u p Ce ; • La uu ilCd* tlluuii.eo Uepuis ull au, L AuCll,*l* baigl.Olle, *J UU jaUlUUl UOU UeUl*, cic MJMMJ B 11/ gdfce CUiU^l oliAll JMI UC pOt)iUa> leiie ic je ta autpleuua, leiie que |e niyae. Et va u'eai lieu ua Lee uptie, nues. La luouue est viUi ai mt. luterioge aur lo su> t ua prochaine uic*. elle Ueuaru : Lue ttuda ua psychologie : la uiuia avant la inaiiege ei aprs... saisi, |e ciula, juo.pu'aux plue aiea nuances. P uix aua celle Ule niie uo laUie ucauu*.tfe! un lutiuu ua uu.euib u.aui*iqu b a 0 uo l'Jui. Ou ptla ueno p t uut qua.qud* uiiotta, uu la joue uiil'uieuits -a-euee, nj.aui.ueut aljuUo et a AuVeis .Puia, uu iu luiuue Jdus 1 uuuli aa Vie u iie, pidiUAluieiue.il Luiuiu.nCie, 1 pioiA.uiciueiu. Eel-eile inu.ib' a. oiiUiKi trup prdOuCea ua i J..I Uol'aieiugnl pi lUUg leU, U ailtVd >i que leur lateuigeuce se IUUO ptem aeveiuppjuiiiu, leur giuie Ut dalla une cise de Ciu.esAuCO. i le caa Ue Mue Uiiay AaUtjiU avoue ; c j ecrp plus loin que son chou. U con t sou appau-iuHiit, uu peu aa son, fjuelqiufoii son quaitiu, ? Un de nos confrres affirmait l'au ire |our que 1 art de la conversation se meurt. Vorta qui tient peut-tre i la disparition de ce fameux dernier salon eu Ion cause si souvent uecr t par 1 s lomanc.ers mondains. Celle dcadence de l'art le la coi v-.rs lion lient enco.e au*si, sans djutc, a ce que nous sommes Irop occups, aujoaid hui.puur causer. Ella preuve-, on peui h rencontrer dans et lie observation souvent ttite que ta piupa t des grands hommes, les meilleur d entre le crivains, les plus exquis denuc le-> pjtus uont presque jamais t de ballants uuseeu. L'imaotwl Pierre Corncile, n'avajt ii i, jais a lonvcr *t on, qui pi u. hn so gnie* Nou stultmcul il parlait sans lgance, il acmb.aii mime s'txpumtr avc UHIKU l. Ou VA miuc \ usqu diie qu n en seklemem sacouvcia.t on Hall Uine mais qu'il allait mme )usqu'a parler inconeciemeni le fiai cais, ,e qui ne manquait pas dttunner, de la pat d'un cciivaiaqui employait toujours une langue aussi pure. Le gmud et illustre crivain du O scours sur la Mthode, Dtsurics, aot le ulent s'tait dveloppe a la Uveui de mcditauoos piotondts et d-uue vie recluse, Descaites dtmeurajt silencieux lorsqu'il se tiouvait daus un salon C tt-.it en vain qu on l'incuait a causer. Ouand ou s donnait de le voir d'appaicu e aussi t.cituinr, Deseartes tepouddit en souriant, et avec un peu d tronie "que ta nature lui avait oclioye sa richesse intellectuelle en lwutds lingots d*or, dilftcilement maniables, et non pas en petite monnaie cotante" Le pote ai glais Addison exprimait ta mme lace quand il disait qu u ctaii pareil a uu baaqdicr, u lai*ail cnez mi sx toriune, daas uu trs mal sa ville, pas du toui son depdiur.ii.nt et enco.e moiue a n paya. Mous ctoyotia aa/oi. ce qji ae piae au.' daat. a p.dUt s e. uo .a avoua e.e incapables ju qaioi. ae couuaure touti la lerru. ua vastes rgioua tuii pour nou> :e luys.e. Moli-e t'aiaOU ue a'ajcoiU Ud pas Tiiee de riuliui, ai l.cruit uuii pua, quelque oiuee qui u a ui corn meuceoidii, i M i ni queue, ui let i. Et uoua ae ajunu. pa IIIIJJX I'OJ-.8 que lea btea. Aiuai. ou a r .lu^n ie que uertdins crauea pruuiueul une ponge aur leur due. C tio ponge garantit le ciu.ta. CJU re eea IUIU uieux enuemis, car, parseoiee ste piquants et dgageant en ou.re u .e iour ropousidiite, l.e eat I.UUIA.. gf tble puut i' ;aa oup aui.n ux Le cr*u.-, jui u e t paa u i eg ifl c, fo i mi al epj igu sa uuuii ta e. Ua in J i uiAuge, il U.eee pe.d>e de pai'Cdliea daliuieuti qu'u a dchiquets et l'epuuge recueillie ces. retioie ae re pas. L association eet donc avauta yeuse pour IOJ dejx Mail qui a eu l uee de choisir l'associ? Uu aavan.de Napesa uc mve i qut* c'est le crabe qui ramasse lepoug*, la puce aur son nos et le iua.uu. ui avec ses pau^a poeteiiaiiitm. four laul.ee cibi 'i a lam^ias* e a l'et.0 e E. il ue ut pas .es journaux.. OJ uiia: *Uui niais 1 Uoiu uo es tu poiieui' uaiCe qu n pain. CoueeivoiiS .ic. uai.s Jd 1. icoi, cette aiuaUie nluioi', Kred TOMY coffre-fort, il n'accoutuma t pas de se promener avec des millions dans se poches. t .De tout temps, le public a eu quel q .c peine a se renare compte de cet choses quand il S'est trouve lace a ta.e avec des ceibi ts., t*es: pour cela qu le peup e ath ne qu'o lt uua.n pu cioire plu uenwi,eui l'i npiuicace d Ucesa d.r au vu me, u> aVtC tg Uve; il russ.ssait mal ," dcrire os quil avait vu. "il est t es pOiS.b>, crivit, i propos de l'aut.ur dis FAbles.quelquun qui le connaissait bien, il est tts lacile d'elle uu homne d'esprit ou dt e uu io Mi.s tre les deux la io.aei uu incoii.parabe d-gie, voua eu vente uu adiiiiidbie lour de torce uout L FonUiue nous fournit seul l'exemple. ^ Le pvku woattur anglais Lbaucer e.ait b.aucoup p.us lacetieux et spmtuei daus ls ci^u es que dans sa conveisaiton. L'est ce qu'e l.-ndai, la corn esse de l'.mb JL quand elle mi disait en se moquaut que sou silence lui tait beaucoup plus agt ab.e que sa conversation. i.t fe.aud Plaebeit, utal tien moius tjU uu cauawur. Baizjr, non p us, n'avait pal le duu de la cui.veia'iioci L un tt lauue eus sent nul t) liie DS les saon>, s'ils avaient eu j.uui la mauvaise inspi •rai.ou uy par-tie, au lieu de se couuni-i d'ecriie pour nous ces ch f doeu.rc qu'on lira de g nra tiou eu gnration. Sg^^^ %  ^ %  '^ISPHggPa Le Livre B eu dHait', prpar bar le Colonel J. liascom loua, et publi pjf la comsagnie Biograpliiqut, a t reu par li Wta Indus JrgJwg Co pour tre dturibu et vendu. Le coiit de chaque volume est de six dollars or An ttcain. Le Livre Bleu, le premier de ce genre qui ait jamais t publi sur Hati est jo iment prpare ei admirable tunt rei* t tn dehors d: la parti-, illustra, entirement tnte'e\siiile. ri d un aperu historique sur tiMtt il cot on de splttdidts photographies et d i fi estantes notices biographiques sur des pesonnages p ominent s. ae la? rtpub'tq.e il y est en outre, donne de niajulijues Photographies et descriptions dis principales maisons de Commerce tous ceux qui ont vu celle auvre, I ont acceuillie avec un: tiafleuse appro b.itwn. VoUez-v MIS acheter Cii-v i.]. u i,i ,!• grande aille, jeuue el lt •ri C.QitiUM ? A dressez vous <.ux bateaux du i Matin >. Correspond ne a spciale au t.Malin Il y a quelque dix ans,noniUri des* pru mtyrt lea au 'ii-.i men .•> qui MOM utitat u u itloniuijiie Mi\;.u tes allures de V iUaOles pruvocation, cariaient l Itypjtltsf d une ynerre Ils • a u /u -111.1:1 l Imrrear aes peuyl pour te* necatombes, l s imWis dea Md" (.s tulidatremeiti euyaya lu/ta de'cuiiununeh entreprises, enpi I iinp'tasibitu %  pmtl.t beliyran^a d Unir /in^iicireiiisiU ou dJu jtfl quelque ntui.. Or, lu uerre a clat par la volont duu si.-l qui, aprs un longue et iniiiamqu; pn'pwalion, CiOyau ton arme a ion peuple ey'aie m ni inttuKtv L'ts. A la aurpri e yenrule, elle a Jane prs de cinq ans, MMMJ U 04UJQ qui a'eiuitnaie l Httiu iil-iu,qUOn trouudl tant d+ryent p.mr la suuUnir, U repuii'f arn-t ut'tC le ON ffri / JI m UaUte des ufHfl %  0 -u racles par t.> Lia . Hier eseetV, d Andr L (tn ta.tait (tbs.rvtr *,'ie let prontevut trop lar yes tatli* par certains canduiait au cours Uo la prijde tlecloraic. m sauraient cire teit+c-, noire situation filia %  turc M nous permettant aucune 'aidai .le Sagj uvirliatement Le cr dit a hypoinequi pur avance les ri cliesses qu* devrait eny ndrer lavea-.' l'oauiti cinq anne, le travail uyricole et iitdutinel du monde entier a dlaiss son oo,et normal pour t appli quev ftvreuteineiU des œuvres de des truciioi. Il /alla t a tout prix vaincre et sauver ta civditiHton. Tout a t sacr/i ce devoir imprieux, puisque ciuu une question de vie ou de mort. II en est rsulte un cataclysme ul que I histoire n en a pas connu et, dant le uioftd entier, une insuffisance ae protutis qui te diuit'jt, pur 'endroits en vt ittalit, disette. loutea les nations sonl atteinte pai L mal, louus Uoivent clurclttr et appliquer le leinde. Un occord de KOUS les Allies est tnUiap nsuole Ci qui a t dtruit n commun Ovu tre 1 lev en commun. Lu solidarit dans la ,W te conomique ne don pus tre moins iroite que ta sottdaii e sur les champs de Oatuill B A. li'i'ir.r, qui uu nom du peuple amricain, a s> niirvemeus, m eut conduit te i\ivilaill*ment des Alites, et mmes des neutres, pendant la guerre, a pront) .ce oepuis lar nus lice une paio.e qui doit tre constamment prsent a la numotre de tous : En vente, le monde prira sil ne travaille pas. S>ul celui qui suide seta aid . Lu trance veut re aid:e Elle le m-riie puisque ce* su territoire qui a fourni le champ de ualaJle couvert d.s ru%n s de son uyricuhi re et de ton imtutliie. Slatsell %  s aid ru d uv >rd elle mme et cett c lie xmpr ssio que la xeteyaiion franaise au/ttard hui aux Etal Unis, d %  nuera aux Cjinpa t 10 es d. A. llvover. c Mainte .uni il nous reste refaire a Erauce uuud allyrai.d r.ve itant au Conyr, de vienne. Telle fat aussi la formule da lliitrs en l)l, et lu traite se releva ave: une prvdi yieast rapml Ce doit rire encore U mot d ordre d la vente des le lions qui von. nuouveUr les pouvoirs de toutes les asscml es lectives II n y a qu un proyraimae recoithlitutr ta tra M4 de / -nd en comblt. Sot rey me pol 1 que MI saurait tre nus et. tuse; u s'iiytt de l adapter pot t te litt#M* u la yrunda ajucre a cite-uApiir. Il co v.eiu de ^ oudti avec ndrt et mtioouc Lu premier tieu tounnagi des transports maritimes et unesiie* doit tire ttlait, Plus puissant qu U ne l eietit Le crdit et la reconstruction conomique en Europe* Sei n: ET MIN On estime la richesse de la Grande-Bretagne a 120 milliards dedollars et ses revenuquinze milliards w Plus de 5 mil.soni dt a r Augieierre pour av.nces faites aux Ans et aux Sommions britanaques.Oj peut ajouter i ces ch ffrts, que l'Angleterre peut encoie compter sur aune bilan- ce, invisible a son cidit.de prs de un militari cinq cents millions de dollars, a comparer au chaire : ua milliard huit cents millions avant la guerre, drivant de ses placements tendus l'tranger et des services exceptionnels rendus au monde eu tier en oprations de banque et trans poit, sur mer. On value les place m. n s des capitalistes anglais l'tranger 1 quinze milliards de dollars maigie les lourdes liquidations qu'ils tuteut torcs de taire an commence ment de la guerre. De sorte que l' tat de son commerce actuel seul attecte srieusement son crdit. Ce pendant, il faut noter que l'Angle terre a tait lcemment des progrs rapides peur retrouver les nurch.; qm lui taient ferms temporaire ment iuuut la guerre, et que ses expo tt.oa\ augmentent graduelle meut, une fois de plus. sjfcLe record tiaaaci.r de la Belgique ei ses succs industriels dans le pas se est la meilleuie garantie de sou avenir. Quoique les raines accumules peudant la guerre,la destruction) 'de l'ouuliage de ses usines, de ses chemins de fer et des moyens d'ac tion de ce petit royaume le mettent l'preuve, il est probable en ce mo ment, qu avec une assistance en pro poition de ses pertes, la Belgique pouira rtablir sa situation conomi que plus tt quil semblait possible, il y a quelques mois' Ouant a l'Italie, le dveloppement de ses forces industrielles, intensifies pendant la gutre, sera son salut si elle peut se procurer les quan es de combustib e et de matires preme.es indispensables au rta% %  1 iL Madame Holly 511 15 th street (Rue Dants tm%/ Destouches ) Leons d'anglais ,Traduction de pices *t6cielles de papiers d'affaires Fiench lassons Translation ot ofci-Ji documents a nd business papers tn 1914. car il s'agit de satisfaire i des besoins considerabUiuent accrus Le pra du. lion agricole exigera peur reprendre son niveau, un de trois cinq ans 11 ne faut tas moins pour rtfa re les assole ments et te cheiptel. Dans le domaine industriel, le relvement sera plus rapide et pourra tre complet en moins de deux ans, condition — mais cette double condition sera telle remplie} — que les transparts soient remis tn tat tt que le charbon abonde. tn somme, le programme de restaurai tion se pose en quelques mots : Mise en tat rapide de t outiltagt public de trans ports travail actif et multipli modr tion dans la consommation individuel lie dis produits essentiels : tels tn sent les trots points inluctables, P, de ME RU Y i


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05024
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, January 21, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05024
System ID: UF00081213:05024

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
1Vetoa*nn& Ni^fl
Port au'Prince, Hati
"Il .MU..
dement-MAtiLOlttla
I RECTEUR PROPRIHiTAIRB
NUMERj lt) CENTIMES
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCE
Un mois 0. i.00
DEPARTEMENTS
Ua mois G. 2 50
Trois moii 7 ou
CTRANQia
[ : 'Trois mois 860
Les annonces sont reues an Comptoir In
ternational de Publicit, 9 Rue Troochet, Ta-
ris et 19* 2J Ludgate.Hill, Londres.

Quotidien
ELEPHO.SE : 148
MroiJi 41 taw? w&
1
Citoyens, servez votre pa-
trie afin d'avoir droit au\
remerciements de tous et
d'obtenir la rcompense
oiterte par un peuple re-
connaissant.
Colonel John H. RUSSElL
CjOSCS 6l A6S Causeurs mdiocres
CAUSERIE ECONOMIQUE
c
n
ne
spondance spciale au matin
Petites Filles de Lettres
Oe 8 1 ans. Misa Daiey Aehford
crit u.10 deini-Jouzaue de ro-
,ms, 1,'ui u e fait .uiain/ *1 i.
,1e u tiuuvo un eoiteur. Vo.la la
jirodigd il .uieux diteur, du le.te,
Uia'.Juti VuulJg VHitjlS, iaUCr UU
liai, 0 eai 1* douzime editiou.
;si une ni alun 0 a amour qui se
ecouiuiauue par suit re! uie. L'au
8U1 aValt Uoul ailS, toile Utt S->Vull
s rotthtsglapue, mais *6a deu8
a UrcU CUuiptUaieiU U'^kllldiil CM
oliui utgugeabia : ua piua j Uuh
uuiaucieie* olUrme la tttvut de
'art*, doit, lit cundolUiiS p-a uliu
luu a 1 Aiij.loirio laiio it Ucja
uuiK. lo jju. a U piua j*uue u.s
U.iUl UioiUa BB]4M***hwM 110 SUUl
Ut pasJdiUU*. * ltlic Uo LilJa.UiplUoyual, dite uaiilicU
Assnva ua p coutoudre qui
vmil pas un. ua lutaq'eue iui
auiue a la .sentit u uieuis >in
Uquta. tlio tut pu l'eu plua-iOl,
yui. ut|i ie.1 |uuni, u p.oviuce, un
uuiuie ieap dabie u p Ce ; La
uu ilCd* tlluuii.eo Uepuis ull au,
L AuCll,*l* baigl.Olle, *J UU
jaUlUUl UOU UeUl*, cic mJMMj B 11/
gdfce CUiU^l oliAll JmI Uc pOt)iU a uouve.it a : Juin eu .ut* j je
Bplle dieau-aile, c eut un b.soiu
uvoique Lue avait Obaeiv 1 Djo.
i et lavait prise u uebui c La
u, couttaii-eilo a uu iu.orvu.Woi. ja
r Atome Itllb que le la \0>a> leiie
ic je ta autpleuua, leiie que |e
niyae. Et va u'eai lieu ua Lee
uptie, nues. La luouue est viUi ,
ai mt. luterioge aur lo su> t ua
prochaine uic*. elle Ueuaru :
Lue ttuda ua psychologie : la
uiuia avant la inaiiege ei aprs...
saisi, |e ciula, juo.pu'aux plue
aiea nuances. P uix aua celle
Ule niie uo laUie ucauu*.tfe! un
lutiuu ua uu.euib u.aui*iquba
0 uo l'Jui. Ou ptla ueno ptu-
ut qua.qud* uiiotta, uu la joue
uiil'uieuits -a-euee, nj.aui.ueut
aljuUo et a AuVeis .Puia, uu
iu luiuue Jdus 1 uuuli aa Vie u i-
ie, pidiUAluieiue.il Luiuiu.nCie,
1 pioiA.uiciueiu. Eel-eile inu.ib'
a. oiiUiKi trup prdOuCea ua i j..i
Uol'aieiugnl pi lUUg leU, U ailtVd
>i que leur lateuigeuce se iuuo
ptem aeveiuppjuiiiu, leur giuie
Ut dalla une cise de Ciu.esAuCO.
i le caa Ue Mue Uiiay AaUtjiU
avoue ; c j ecr Zj au; a ua.iu apuqje |Q pti'j.a'
ta (ut le du i* uap.iue da 1-
uie. Pourquoi c lier .lier a cuui
eodre.
l\
V!
4
S .1
p
SU
Notre petitesse
qae noua sommas tont de
paie peu de chose,... On cale u
je la plui petite des tchss lu
leil a une auperacie gle cai'e
nore terre. Or, le soleil est le
itre d nn systme planta re. Il y
'autres eoleils. il y a d autres
(ternes plantaires,qui, sana aucun
nte, O'it leurs bibitaats Pour-
pi voudrions nous que la Terre
leiuent fui Habite'.' Ce te pi tn
1 est insoutenable- Njus raison
-s & la faon de la chenille qui
connait du monde que le c!iou
lequel son deatia l'a Uu natre,
n'arriverait jaeaaia compren-
que ce chuu n'occupa qu'un
t petit po nt de champ, leq el ne
ireente qu'une infTne parcdle wtuire communau lequel n'st
uu coin er u du territoire o mo
, leque', etc.. Toutes piopott cm
dH4 | homme nu vou p ">p plus loin que son chou. U con
t sou appau-iuHiit, uu peu aa
son, fjuelqiufoii son quaitiu,
? Un de nos confrres affirmait l'au
ire |our que 1 art de la conversation
se meurt.
Vorta qui tient peut-tre i la dis-
parition de ce fameux dernier salon
eu Ion cause si souvent uecr t par
1 s lomanc.ers mondains.
Celle dcadence de l'art le la coi
v-.rs lion lient enco.e au*si, sans
djutc, a ce que nous sommes Irop
occups, aujoaid hui.puur causer.
Ella preuve-,on peui h rencontrer
dans et lie observation souvent ttite
que ta piupa t des grands hommes,
les meilleur d entre le crivains,les
plus exquis denuc le-> pjtus uont
presque jamais t de ballants uu-
seeu.
L'imaotwl Pierre Corncile, n'a-
vajt ii i, jais a lonvcr *t on, qui
pi u. hn so gnie*
Nou stultmcul il parlait sans l-
gance, il acmb.aii mime s'txpumtr
avc uhiku l.
Ou Va miuc \ usqu diie qu .nen
seklemem sacouvcia.t on Hall Uine
mais qu'il allait mme )usqu'a parler
inconeciemeni le fiai cais, ,e qui ne
manquait pas dttunner, de la pat
d'un cciivaiaqui employait toujours
une langue aussi pure.
Le gmud et illustre crivain du
O scours sur la Mthode, Dtsurics,
aot le ulent s'tait dveloppe a la
Uveui de mcditauoos piotondts et
d-uue vie recluse, Descaites dtmeu-
rajt silencieux lorsqu'il se tiouvait
daus un salon C tt-.it en vain qu on
l'incuait a causer.
Ouand ou s donnait de le voir
d'appaicu e aussi t.cituinr, Desear-
tes tepouddit en souriant, et avec un
peu d tronie "que ta nature lui avait
oclioye sa richesse intellectuelle en
lwutds lingots d*or, dilftcilement
maniables, et non pas en petite
monnaie cotante"
Le pote ai glais Addison expri-
mait ta mme lace quand il disait
qu u ctaii pareil a uu baaqdicr, u
lai*ail cnez mi sx toriune, daas uu
trs mal sa ville, pas du toui son
depdiur.ii.nt et enco.e moiue a n
paya. Mous ctoyotia aa/oi. ce qji ae
piae au.' daat. a p.dUt s e. uo .a
avoua e.e incapables ju qaioi. ae
couuaure touti la lerru. ua vastes
rgioua tuii pour nou> :e luys.e.
Moli-e t'aiaOU ue a'ajcoiU Ud pas
Tiiee de riuliui, ai l.cruit uuii
pua, quelque oiuee qui u a ui corn
meuceoidii, i M i ni queue, ui let i.
Et uoua ae ajunu. pa iiiijjx i'oj-.8
que lea btea. Aiuai. ou a r .lu^n ie
que uertdins crauea pruuiueul une
ponge aur leur due. C tio ponge
garantit le ciu.ta. cju re eea iuiu
uieux enuemis, car, parseoiee ste
piquants et dgageant en ou.re u .e
iour ropousidiite, l.e eat i.uuia..
gf tble puut i' ;aa oup aui.n ux Le
cr*u.-, jui u e t paa u i eg ifl c, fo i
mi al epj igu sa uuuii ta e. Ua in j i
uiAuge, il U.eee pe.d>e de pai'Cdliea
daliuieuti qu'u a dchiquets et
l'epuuge recueillie ces. retioie ae re
pas. l association eet donc avauta
yeuse pour iOj dejx Mail qui a
eu l uee de choisir l'associ? Uu
aavan.de Napesa uc mve i qut*
c'est le crabe qui ramasse lepoug*,
la puce aur son nos et le iua.uu. ui
avec ses pau^a poeteiiaiiitm. four
laul.ee cibi 'i a lam^ias* e a l'et.0 e
E. il ue ut pas .es journaux.. Oj
uiia: *Uui niais 1 Uoiu uo es tu
poiieui' uaiCe qu n pain.
CoueeivoiiS .ic. uai.s Jd 1. icoi,
cette aiuaUie nluioi',
Kred TOMY
coffre-fort, il n'accoutuma t pas de
se promener avec des millions dans
se poches.
t.De tout temps, le public a eu quel
q .c peine a se renare compte de cet
choses quand il S'est trouve lace a
ta.e avec des ceibi ts.,
t*es: pour cela qu le peup e ath
ne qu'o lt uua.n pu cioire
plu uenwi,eui l'i npiuicace d Uc-
esa d.r au vu ue j uer da lutn.
Tnemia-oc.e repo.id.t ce.t: ca
naii e qu'il u. s vn jouer du lutn,
mat qu u pjuva t. e une graude
cite d u i tout peut viliage, en assu-
rant la vuuue ses haoants*
la luuiocut piuicm er.l'hom-
we d'gem od.. v. du un )jur
Pasteur.
u .i que i Jivia V.-gle avait
la conversa iou lourde, sau sel et
suis glCC. Hiit; tait Celle a un ko n
me uiiimiic tien p:u t que celle
d'un pote tD.hu.iu .
La E uye.c a .r:i que Lt l-'on-
tainc apprtaaatt goJ3..r, loutd et
slupide, u ne s.vai. causer ni avec
cha>me, u> aVtC tg Uve; il russ.s-
sait mal ," dcrire os quil avait vu.
"il est t es pOiS.b>, crivit, i pro-
pos de l'aut.ur dis FAbles.quelquun
qui le connaissait bien, il est tts
lacile d'elle uu homne d'esprit ou
dt e uu io Mi.s tre les deux la
io.a- ei uu incoii.parabe d-gie,
voua eu vente uu adiiiiidbie lour de
torce uout L FonUiue nous fournit
seul l'exemple. ^
Le pvk- u woattur anglais Lbau-
cer e.ait b.aucoup p.us lacetieux et
spmtuei daus ls ci^u es que dans sa
conveisaiton. L'est ce qu'e l.-ndai,
la corn esse de l'.mb jL quand elle
mi disait en se moquaut que sou
silence lui tait beaucoup plus agt
ab.e que sa conversation.
. i.t fe.aud Plaebeit, utal tien
moius tjU uu cauawur. Baizjr, non
p us, n'avait pal le duu de la
cui.veia'iioci L un tt lauue eus
sent nul t) liie ds les saon>, s'ils
avaient eu j.uui la mauvaise inspi
rai.ou uy par-tie, au lieu de se
couuni-i d'ecriie pour nous ces
ch f doeu.rc qu'on lira de g nra
tiou eu gnration.
Sg^^^^'^ISPHggPa
Le Livre B eu dHait', prpar bar le
Colonel J. liascom loua, et publi pjf
la comsagnie Biograpliiqut, a t reu
par li Wta Indus JrgJwg Co pour
tre dturibu et vendu. Le coiit de cha-
que volume est de six dollars or An
ttcain.
Le Livre Bleu, le premier de ce genre
qui ait jamais t publi sur Hati est
jo iment prpare ei admirable tunt rei*t
tn dehors d: la parti-, illustra, entire-
ment tnte'e\siiile. ri d un aperu histo-
rique sur tiMtt il cot on de splttdidts
photographies et d i fi estantes notices
biographiques sur des pesonnages p o-
minent s. ae la? rtpub'tq.e il y est en
outre, donne de niajulijues Photogra-
phies et descriptions dis principales mai-
sons de Commerce
tous ceux qui ont vu celle auvre,
I ont acceuillie avec un: tiafleuse appro
b.itwn.
VoUez-v mis acheter
Cii-v i.]. u i,i ,! grande aille,
jeuue el lt ri C.QitiUM ?
. A dressez vous <.ux bateaux du
i Matin >.
Correspond ne a spciale au t.Malin
Il y a quelque dix ans,noniUri des*
pru mtyrt lea au 'ii-.i men .> qui
MOM utitat u u itloniuijiie CrtiUit J aies lie juilliAunle U,avaient
<>Mi\;.u tes allures de V iUaOles pruvo-
cation, cariaient l Itypjtltsf d une
ynerre Ils a u /u-111.1:1 l Imrrear aes
peuyl pour te* necatombes, l s im-
Wis dea m-d" (.s tulidatremeiti euyaya
lu/ta de'cuiiununeh entreprises, enpi
I iinp'tasibitu pmtl.t beliyran^a d
Unir /in^iicireiiisiU ou dJu jtfl quel-
que ntui..
Or, lu uerre a clat par la volon-
t duu si.-l qui, aprs un longue et
iniiiamqu; pn'pwalion, CiOyau ton
arme a ion peuple ey'aie m ni inttuKtv
L'ts. A la aurpri e yenrule, elle a Ja-
ne prs de cinq ans, mMMJ u 04UJQ qui
a'eiuitnaie l Httiu iil-iu,qUOn trouudl
tant d+ryent p.mr la suuUnir, U re-
puii'f arn-t ut'tC le ON ffri / ji m UaUte
des ufHfl 0 -u racles par t.> Lia .
Hier eseetV, d Andr L (tn ta.tait
(tbs.rvtr *,'ie let prontevut trop lar
yes tatli* par certains canduiait au
cours Uo la prijde tlecloraic. m sau-
raient cire teit+c-, noire situation fi-
lia turc M nous permettant aucune
'aidai.le Sagj uvirliatement Le cr
dit a hypoinequi pur avance les ri
cliesses qu* devrait eny ndrer lavea-.'
l'oauiti cinq anne, le travail uyri-
cole et iitdutinel du monde entier a
dlaiss son oo,et normal pour t appli
quev ftvreuteineiU des uvres de des
truciioi. Il /alla t a tout prix vaincre
et sauver ta civditiHton. Tout a t
sacr/i ce devoir imprieux, puisque
ciuu une question de vie ou de mort.
II en est rsulte un cataclysme ul que
I histoire n en a pas connu et, dant le
uioftd entier, une insuffisance ae pro-
tutis qui te diuit'jt, pur 'endroits en vt
ittalit, disette.
loutea les nations sonl atteinte pai
L mal, louus Uoivent clurclttr et ap-
pliquer le leinde. Un occord de kous
les Allies est tnUiap nsuole Ci qui a
t dtruit n commun Ovu tre 1 lev
en commun. Lu solidarit dans la ,W
te conomique ne don pus tre moins
iroite que ta sottdaii e sur les champs
de Oatuill BA. li'i'ir.r, qui uu nom
du peuple amricain, a s> niirvemeu-
s, m eut conduit te i\ivilaill*ment des
Alites, et mmes des neutres, pendant
la guerre, a pront) .ce oepuis lar nus
lice une paio.e qui doit tre constam-
ment prsent a la numotre de tous :
En vente, le monde prira sil ne
travaille pas. S>ul celui qui suide seta
aid .
Lu trance veut re aid:e Elle le
m-riie puisque ce* su territoire qui
a fourni le champ de ualaJle couvert
d.s ru%n s de son uyricuhi re et de
ton imtutliie. Slatsell . s aid ru d uv >rd
elle mme et cett c lie xmpr ssio que
la xeteyaiion franaise au/ttard hui
aux Etal Unis, d nuera aux Cjinpa
t 10 es d. A. llvover.
c Mainte .uni il nous reste refaire
a Erauce uuud allyrai.d r.ve
itant au Conyr, de vienne. Telle fat
aussi la formule da lliitrs en l)l,
et lu traite se releva ave: une prvdi
yieast rapml Ce doit rire encore U
mot d ordre d la vente des le lions
qui von. nuouveUr les pouvoirs de
toutes les asscml es lectives II n y a
qu un proyraimae recoithlitutr ta
tra m4 de / -nd en comblt. Sot rey me
pol 1 que mi saurait tre nus et. tuse;
u s'iiytt de l adapter pot t te litt#M* u
la yrunda ajucre a cite-uApiir.
Il co v.eiu de ^ oudti avec ndrt et
mtioouc Lu premier tieu tounnagi des
transports maritimes et unesiie* doit
tire ttlait, Plus puissant qu U ne l eietit
Le crdit et la recons-
truction conomique
en Europe*
Sei n: et Min
On estime la richesse de la Gran-
de-Bretagne a 120 milliards dedollars
et ses revenuquinze milliardswPlus
de 5 mil.soni dt a r Augieierre pour
av.nces faites aux Ans et aux So-
mmions britanaques.Oj peut ajou-
ter i ces ch ffrts, que l'Angleterre
peut encoie compter sur aune bilan-
ce, invisible a son cidit.de prs de
un militari cinq cents millions de
dollars, a comparer au chaire : ua
milliard huit cents millions avant la
guerre, drivant de ses placements
tendus l'tranger et des services
exceptionnels rendus au monde eu
tier en oprations de banque et trans
poit, sur mer. On value les place
m. n s- des capitalistes anglais l'-
tranger 1 quinze milliards de dollars
maigie les lourdes liquidations qu'ils
tuteut torcs de taire an commence
ment de la guerre. De sorte que l'
tat de son commerce actuel seul
attecte srieusement son crdit. Ce
pendant, il faut noter que l'Angle
terre a tait lcemment des progrs
rapides peur retrouver les nurch.;
qm lui taient ferms temporaire
ment iuuut la guerre, et que ses
expo tt.oa\ augmentent graduelle
meut, une fois de plus.
sjfcLe record tiaaaci.r de la Belgique
ei ses succs industriels dans le pas
se est la meilleuie garantie de sou
avenir. Quoique les raines accumu-
les peudant la guerre,la destruction)
'de l'ouuliage de ses usines, de ses
chemins de fer et des moyens d'ac
tion de ce petit royaume le mettent
l'preuve, il est probable en ce mo
ment, qu avec une assistance en pro
poition de ses pertes, la Belgique
pouira rtablir sa situation conomi
que plus tt quil semblait possible,
il y a quelques mois'
Ouant a l'Italie, le dveloppement
de ses forces industrielles, intensi-
fies pendant la gutre, sera son sa-
lut si elle peut se procurer les quan
es de combustib e et de matires
preme.es indispensables au rta-
1 *
iLMadame Holly
511 15 th street (Rue Dants
tm%/ ___ Destouches )
Leons d'anglais
,Traduction de pices *t6cielles
de papiers d'affaires
Fiench lassons
Translation ot ofci-Ji documents
and business papers
tn 1914. car il s'agit de satisfaire i des
besoins considerabUiuent accrus Le pra
du. lion agricole exigera peur reprendre
son niveau, un de trois cinq ans 11 ne
faut tas moins pour rtfa re les assole
ments et te cheiptel. Dans le domaine
industriel, le relvement sera plus rapide
et pourra tre complet en moins de deux
ans, condition mais cette double
condition sera telle remplie} que les
transparts soient remis tn tat tt que le
charbon abonde.
tn somme, le programme de restaurai
tion se pose en quelques mots : Mise en
tat rapide de t outiltagt public de trans
ports travail actif et multipli modr
tion dans la consommation individuel lie
dis produits essentiels : tels tn sent les
trots points inluctables,
P, de ME RU Y

i


1 .1 f>
^.vn.N
Headquarte^s flrst
Provisionel
Brigade
CITOYENS D'HATI
Tout boD citoyen qui aime sen pa
ys doit travailler pour mettre un ter
me aux dsordres qui ont exist
pendant l'anne passe.
L're du banditisme est ea fia
La plupart des chefs se rencei
chaque jour avec leurs armes et a'ei
gagent prter leur concours au*
forces armes de l'Occupation pour
rtablir l'ordre.
La saison des semences est pro
che, il faut que chacun,puitse allei
paisiblement son champ et travai
1er son habitation.
Pour obtenir la scurit comple
nceMviie pour permettre tous de
'occuper de ses affaires personnel
les, il ne reste qu' capturer ce mal
faiteur qui donne son nom tou5
Jet actes de pillage et de brigandage
BENOIT BAIRAVILIE.
Tout bon hatien doit immdiate
ment porter la connaissance de*
autoritis toute informaiion.de l'en-
droit o se cache ce UenoIt*.batravii
le et ainsi avoir droit la rcom
pense de G 5 000, qui sera accor-
ds celui qui donnera i ioferoia
tion de l'endroit o il ae cache ou
qui aura fait prendre d'une lagon ou
d'une autre le dit BENOIT BATRA
VILLE.
Citoyens, servez votre patrie afin
d'avoir dont aux remerciements di
tous et d'obtenir la rcompense cl
ferte par un peuple reconnaissant.
JOHN 11. KUSSELL,
Colonel i s M les forets des Etats- Unis en iJaiti.
A. M. C. E.
L'associatim des membres du
Corps Enseignant vient d'avoir ta
bonne ide ((organiser une section
de Pdagogie, Un appel a t luit
d tous ceux qui s'intressent uui
choses de l'enseignement. A usti la
sance inaugurale de demain i-
. ra-l-elledtsplus intressantes .beau-
coupdeperso.. nages ayanltpondu
l'invilatwn du conseil d'admi-
nistration.
^J..l...... I
bassement de sa con lition conon i
JIfti
Les E:ifs Unis ont eu rcemme. t
la bonne fortune, aussi bien qje le
devoir.de participer largement a Pcx
tension du cidit de leurs alli,.
Maintenant que la paix est un fan
accompli, ils auront encore rpoa
dis 1 Tappel pour des crdits addi
tionnels. Ce sera, dans l'avenir le
plus prochain, un devoir imprieux
pour le Peuple amricain, qui se
pourra reculer en prsence de la res
jponaabiln que ce devoir lai impose.
Il ne courrait oublier que durant
la lutte des Allis contre Isa obstacles
du progrs, contre les puissance de
destruction, qui pensent encore qu.,
prs environ 5 annes des plus hrci
ques combats enregistrs dans l'his
votre du monde, les peuples turop
401 allis pourraient succomber peu
dant la paix 'qui est un n-oin-J .
danger. Un tel raisonnement ne s'ac
corde pas avec les pieuvts Ucgibles
du boa sens des tres humains
On peut donc compter sur les
Etats unis pour aider matriellement
ses allis moins toiluns ; parce que
l'exploitation des ressources des peu
jh'es prouvs par la longue guris.
&n point de vue large et iibialest
le cot fh\i.nt vital qui (peut siSUrei
l'avenir pendant une paix durable.
Dj la question de financer l'hu
rope, pendant ;a priode de recons
traction, absorbe, l'attention des
banquieie et des hdn..mt> d'affairs
aux Ltats-Unis. Il serble mme
qu-on est an
d'organisation
financiers et industriels, et
BIOLOGIE
Le but esser.tr. 1 de la v;e est la re
production de l'espce, it toutes le
c: pces animes terdent vers ce but
5i quelques unes bar donnent leurs
ut ut aussi t pondus,le plus gtanc
ombre, tels les oiseaux que l'on
c ie toujours comme ixempl, en-
1 luietl leurs petits de joins jssidus,
,j.qu'a ce qui s soient :ss(z fit;
pouf se sulre cux-nn-.es.Or ;cu'
IS inonde sait que, ch z les batra
tiens, entre lotuf et i-animal par-
f. it, il se passe une linc de mta-
morphoses c Par. i mil "e mon're i
'itfcl impartait de t'aid. Il se tiens
orme au moytn de branchies, il
resp re au meyen de peumoos, et
^:etd une \ie arienne. Ceptcd v
'u point de vue embryo'ogique, et
peut d vistr les oeuls des batracien;
n deux catgories, ceux chiz qui
BBS paitie de l'oeuf se divise seule
oiSDti i autre restaot comme reserM
u riuve, et ceux dont 1 otut se di-
ie enliremett. Chez les premiers
il n'y a plus de passage ;n'erm rs par Ptlu de ttatd, et l'smma
Ut avec sa forme dfinitive, tand;
que ihez les seconds il passe psi
toute une srie de lermes successi-
ves.
te cas le plus anciennement con
u est le cas du Pipa de l'Amrique
iu Sud. Au moment de la ponte lei
ueuls sont ports sur le dos de la
..re an moyen d'un dispositif sp
ciai. La ils se collent sur 1 pideiir.e
dorsale et il se fait, au'our d'eux ure
sorte d'ruption spciale et les oeuls
au nom bis dune centaine s'incrui-
Sflt dans la peau et ont renfermes
aas des cellules qui les recouvrent
comp lment Le dveloppement jus-
qu' l at parlait s'opre il'intneir
de l'oeuf et le jeune l'ipa s'chapte
dt sa cellule semblable a ses paren s
Sj< f la taille.
Chez une rainette du Brsil, les
oeufs, au nombie de vingt-six, sonl
t',...emect poits sur le dos de 1*
mre SC n'ont d'autre ruppoit qu"un
l il latral de la peau lormant une
milice bordure et entour^n. les oeuls
L$ mme mode de protection de-
'se rencontre chez une rainette
de la Guyane Anglaise, c les oait
au nom ors de viogt-deux, ne son
plus que neut es^.es seulemei.
chez une ar'uoncoie de la Bolivie.
\-hez ie ramens marsupiaUs, c
n'est pas seulement un pli laira
qui se tonne sur la peau de la U
melle, mais. 1 l'poque de ia ponte,
U peau du dos se replie graduelle
mua t en (orme de 1er a cheval sut
L6
11!
lis id
Hier aprs midi, 'e commandant
lunner L'mger, tncompaim Ue M
Uenii Rob ris, Consul d Sa Ifsjfl
Oscar V, Roi de Sude faibait visite
au Magistrat communal de Loit-ai-
Hiir.ce
Pisent par M. Roberts, le com-
mandant parla en ces termes
Monsieur le Maire,T
Ce n'est pas par hasard que ||
trouve dans ce moment-l uo bateau
oe guerre sudois a la tade de l'on
auPrince-
C'est aprs une mura dlibration
1e mou gouvernement s'est dcid
Fylgia cette ville titan
que
nv a faire que Je centre !a'env0>'er *Wa a ce,le Vlll tanl
n comprenneles'icK'rls 'u" dej P,ua ^portants porta dos
:~A..rJ. uZTl 1 I Indes de 1 Ouest afin dy rendie uns
industriels, et que de*; fW|i amicaio el papier des rep-
rangemeuu sont pris pour fournir Qtu commerciaux pins troits entre
des michmes. des matires pum - J,u jejx peui |ea balUcoa ei sudois.
W et d'autres produits ncessaues a | pour .moi personnellement venu
l'Europe.
la tgion p.Uv'enne, pli qui s'sccen
tue de plus -n plus vers l'intrieur
de fion foimer une poche, dont
'a face inLrne n'est autre que ia cou
che externe de b reau du dos tour-
ne eu dedans On ne S3 t encore
comment les o ufs gagnent ccre pc
che pourvue d'un ontke exterre
Chez certaines estces,' le nombre
des oeuls est peu lev, de quatre i
s'Ize.Les junes sortent de U Ittat
partait. Chez d'autres c le nombr<
des oeufs est assez gra-d, une parti
du dveloppement s'opre i l'imi
rieur et les j unes quittent la p.ch
1 tat de t ards.
Chez le iRrcophorus reticulatJs
le Ceylan les oeufs, au lieu d'tie
jorts sur le dos, sont colls au ven
re. o ils sort log's dan* des al-
voles assez pretondes. tandis qu'ur.t
aineile aiboiicole du Cimeroui
porte les siens dans sa bocche.
Parmi les Anoures, chez lesquels
la charge des oeufs incombe au traie
li faut citer l' Alytes jbstericans
oendant l'acte de la tconda.iou, le
maie reoit les oeufs dans ses patte
ae derrire runies par leurs do gt
it formant avec la paitie postneun
lu cop comme une sorte de .0
bsille. Les oeufs sont runis ensen
oie par une sorte de cordon pl.-t
QSUX. Puis le mal: pas.e ses p. tits s
travers le paque: d'oeuts qui son1
lors ente mil s autour de ses j m
ses, au niveau des taioas. 11 se relu
iSSUtte dam un trou,sous une pierre
t continue i porter ses oeulsduran>
101S sem*ines environ.Cela ne l'em
pche pas de sonii la nuit pou
chercher sa nourriture ou mme pa
uu temps secd'alier a l'eau pour en
1 etenir l'humidit de ses oeuf
Ouand le n dconsidre que le iemp:>
ie l'incubation est ni.u choisit une
uare.plongeson arr. re -tram dedans,
el les petits ttants sVchappent rapi
dment par une teBte qui se produn
dans la capsule de l'oeut. Cruz une
grenouille de la Nouvelle Guine,les
jsuf?, comme ccj de l'Alyte sont
o;gaes p. r le mate qui ios entoure
utotir de sts p.tes antrieure Catz
is Rhmudtima dn?rci qui ha
bile le Chili, c-eit dans le tac vocal
prolong sur la rgion ventrale que
:e fait 1 incub tondes o.ufs.L; ma
luiroduu les ocuti au no^.bre J
quiozi sa vire n dans sa bouche o
ils subissent leur dveloppement ju
qu i ce que ie jeuae puisse s^cha,.
per a 1 eut ce greuouule parfaite.
La fin demain,
J. R. CHENET
A vendre
1U0 I oise de tuf calcaire livra-
bls de suite,
Sacs vides neuf*
p. spoormakeh
Rut Pmvte:
en \otre beuu pays et eu ce splen
dide Poit-au-l'riuce m'est paiticun
rement agrable et je suis heureux
d ai voir la chance d y passer quelques
jouta inoubliables. Je vous remercie
iiuUniuisnt de votre gtacieux accueil,
j
Un Magloire r^pondi* :
Wf la Comenauddni,
V nom de la ville de Porr-iu-
jPrircf, je sali hmrcux de vous
soi-hatts* ta bienvenue. L'eccu 11
,.-\; atbnjue que \oua avez reu
prouve le gr^e tffictjon du p# itie
hatien pour votre belle et vaillanfp
Petite dont l'histoire r8t pleine d
pisoJts glorieux. Les lgendes des
pays du S' .>rd ont charme et attendri
notre ei fs< De hissai.t dans notrt
imagination des souvenirs de gic>>.
Maintenant que U guerre qui en
sangian ait le monde a pris en, les
etTjits conomiques dea peuples
grands et petit*, vont conconnr k
tendu leurs r ht ons commerciales.
NatuielleraeDt no s surons des rap-
porta qui fortifieront es ympathie>
eutre l>-s peuples sudois et nal icti-
un mne temps qu* s tabliront
entre nous des entreptisej de toutos
sortes.
La rcep'ion qu^ je voua fois et
modeste, mais l pentirnei.t qui y
prside uart d'i rnr.
A travers les rayo. s de notre bau
soleil et sons les brumes mlancoli-
ques de SiIp, j'anerois des es-
poirs et des rves de grandeur...
Au Champagne, le Magistrat com-
munal leva son verre & la ghire de
Sa Magefit le Roi de Suje la
pio'prito du peuple sudois, la
marine sudoise et au dveloppe
ment d? fructueuses relations en re
Hati et la Side.
La Musique du Palais pxicuta en
sni'e I hymne national sudois e> le
Commandant prit cong aprs cette
cordule entre'ue.
Comme nous I avions annonc le
Conseil commun il rendra sa v 1 11
au CommauJaat du .Fylg-a.
liMBRES-POSTE POUR COLLECTIONS
CHOIX IMItirNSE
PRIX COURANT GRATIS & FRANCO
THEODORE CHAMPION, 13, rue Drouot, Parfll
Faits Divers Tribunal de Gasstffo
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
OBSEHVATOlHe:
DU
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTI M
Mardi 20 janvier 1920
Baromtre 763 4
minimum 21,7
Temprature J
( maximum /} 4
Moyenne diurne 25.3
Ciel cUir jour et nuit.
, Baromtre constant.
I. SCHERER
Cin Varits
La soire d ;.ujour y sera exmse en cilct, un niiu qui a i^u coun
tout Haris : s La toe syiupiiomc teeric eu o
parues.
A la 4e partie on entendra un magnifique ac-
cor.ipagucinent musical de M. 1 ingnieur iiiva
au .. jiuuc-i.tr, de M. Durand au viuion et U tut
ue nos virtuoses mondaines. M- L- qui ueuui.
le piano.
i.o.ume on le voit, jamais soire ne s annom;j
plu> oriiiaute. L entre est i ueus jouides.
Le tial du Jercle
Port au Princien
C'est ce soir i 8 heures que v.rclc le iuil-au
'.i.ivicn Uonne son bai annuel.
Tout a oie prayare, comme d habsud", p. ;;;
que cette grande tte mondaine ait le plus clatant
MlCCCt.
Botary Club
Le djeuner haouuel runirait hier a l'Hte,
de fiauce les ruerabio de la llotarv Club .
1(1111011 pleine de cordialit au (ours 4e U
quelle u y eut des changes de vue ->u: les io'.c-
nti de Li ville.
Accident de train
Hier ver 5 heures de l'ap/ej-inidi, la locomo
V No 17 transportait dj:* inatriau\ pour Ici
travaux eu nouveau Iraca de u ugue isi^otou-
Carrctuvr, qu v-c; acculami cautraru le naVi du tr^in de pas-
sagers qui devait alier a CamdCour.
Teiegiamiuefuno e
Des (jor tuort de rUymonue x-uux, mlc ue notre au..
Oiirane r*ouj. a qui nou> envoyons n> sincres
-uuaoance.
Faire part fanjbre
Nous avwiu reu ie laue part de 1.1 mort d.
.\,ue v've loscpn lialouni iiee Amlie Llorasttw,
acedee n.er >uir a u Swttt. La raiktnulici
auront lieu cet pre midi en ia rJa>i.ique Nu.r.
J411C .\laisou mortuaire:Avenue Joi.n nrowu.
Condolances aux parents prouves.
AVIS
Le public et pouMculirement h
iduiuiiis de Duviviur et Ur 1 ;;Ui.
ciidiu suuL avisoai quil a etd egar
a,u ma proprit, a Buvivitr, (Jun.-
a nui: UU 1.) Je) Ce) Ulula, UUt) puu-
i.lIiu aum poil gru tumpee des
Unes V. U y*.
Liuuiio rocuinpeu8e celui qui m
ia Ici a ie rouver.
t'u.t-au-iTiuce, le 20 Unvier lWu
L'cUUmia; elle
Audience d. h 2? section
du mirdi 13 Unvier 1,
Prsidence du vice prsident As
Affaires entendues ; Celle de
ois Chirlcs, a t T.ton, coati
jjgemntdu tribunal crimiQe|
Snat Marc. .Monsieur le juge l
;ua tniendu en son rappo j
vin s rt pubica conclu m*
du pourvoi.
Celle de Petit Ngre Jn L
outre le jugement du tribunal
inel de Jacmel. Monsieur le ,;
J ntil, entendu en 1 expos /
uaire de la cause, le Ministre
)iic a conclu i la cassation du
jmea attaqu.
Ucc.nbert Dorastia, contre Sti
alus Mron. Monsieur le juge G,
ul ei.t.adu en son rapport somnuj
c Min-slre public a conclu i
^ssation du jugement atuqu.
Audience du 14 Janvier ioj0
Presidtnce de Mr A. Bjnaar
Affaires entendues ; Celle de '
v.iieLassamajor, conire Pivil'
se Mars. Monsieur le juge Cha
^ae entendu en son pos
naue de ia cause Mes Rigal et,
;uis en leurs observtes res
ives, le Ministre pubica co
u lejtt uts dtux fins de non
oir au delendeur et a la cassai
iu jugement aUqu. sur le pre
noyeu.
f hiimon Jn Jacques eoatre D.
-. Uu.aud Monsieur U jugeD
uicndu en son rapport, le
iie public a conclu a la coodu
Uon du ceirtandeur i l'amende
vue pu h Ici pour insulli^aac
timbie Puis l'*rit suivant,
4u audience t:nauie Celui qui
n 1 h lemoa la |cques-
m nde de sept gourdes pour idjbJ
1 dttee de timbre dit que si daruu
elui Je deux meis, a ccmpterac
,odt, il ne rapportait pas u quittt
.c du Receveur de PEnregistreoa
(testant le paiement de la dite 1
nend, il sira, d'ore et deji dcb
ac ao. pourvoi, cooiormementi
i>i,
P. F Mass^tjui contrs G. BcllJ
o.r. Mous cur ie juge Dvot, esta
u eu sou rapport sommaire,
d.nulrs pub.ic a conclu 1 la L-
1 moauon du demandeur a lameii
prvue par ia 101 pour insutsaK
ie t.mbre, Apr3 olibrutiott
icnwe teraate Parr. suivant
soda. Celui qui condamne le
c Massaqui a une amende de
>ni; gourdes pour nsumsanci

Football
Pneus Gorelni
En vente chez L j
P. Spoormaker
Rue Pavte 108-110
Prix d fiant ton te con eurrew
Matck da i-o'Ull cet ap:.--oidi
5 neures sur 1<" Lnd De^aimes
entre unes>pt cla b'tau sudois
Fyigte et u..e quip-1 de 11S M La
pauia eeia U inuiessaiite, le aut-
aets 'ani n. n# bons spurtmen. ______^__ _^ - _. , ,_^
ConmuHem voir aiMtcft^
SIROP di DESCHIP
( l'KaiBorloblBe) 'v
Prescrit par plus de i*X) rx*Tn
plua minent du Mooaa *f",r-!
AUBaiE. NF.UR*SIHMiB. FaiBlE**!,
i f0lR!S,COMV*lECECE. Si"""


If l'ATlN
.V.
Momnitnt
Maritime
Les df ches pour Petit-Gove,
i.< if Hatien, Puerto Plat a. San
Juan de Porto Hico et le Havre,
par le steamer *Caravellei, seront
fermes dfnain, 22 du courant,
S hiurts du matin-
Cilletpiur Conaives Port de
Paix, par l steamer 'Brnice ,
demair, n.tne date, 5 heures du
soir.
Le steamer tanama am
vera dans ce ;>o t vers le 26 du
courant et plira pour Cnstobal
te mne iour.
Le steamer t Colon de la
Panama sera ici le 24 ou 25 Jan-
vier courant en route pourrN-Y,,
il prendra fret et passajers.
Le skamcr c Cthals sera
ici vers U j> nU le 26du courant
lit laissera pour Nev-iotk, pren-
dra \rd et passagers.
Avis de dpart
Le grand voilier # St Joseib
paitira pour Santiago de tuba
, samedi piothaitii ^4 uu courant,
| Jl prenura liet et passager*.
^'adresser au Couloir com
nierual d'Impt taiion ; la Place
Geflrard,
Les passagers sont piis de
naturel S. S. Unil**** ****&* m*
Le S/S iCijy o\ Puebla a lais
l Aw-YorA: le PJ au courant,
sera ici nce$i>ammen\ pienunx du
Jti de 1 e\our tour l\.-.
Edward M KAPHELtt Co Inc
Le Paquebot CARAVELLE par
tiza Jeudi *'_ lourai.t a 9 tmes pi
ciste du iLtstio pour Pttit Ccve,
CapHiitien. l'utitu PJata tan Juan
de Pueito Rico et le Wvie-
Poit u Pi ce' le it) Janvier 19-20
L'Agtnt E> RORELIN
Cinma
Populaire
tinbie, dit que, dans un ^dlai de
4tux mois a compta de ce joui si,
ne Uf poitait pas la quittance du Ke
cevtui de PEniegistrement attestant
le paiement de la dite smende i
ieia, d'oies et dj dchu de ion
pourvoi etc.
Consoits Cap ngre coctie VU\e
E. Dambieville. Monsitur le juie
Thibault entendu en scn iarpc.il
scamaiie, le Ministre public a coi
du S la condamnation du demai
dni a l'amende prvu* parla toi
pour injulEsance de timbre. Poi*
aprs del berauon, audience tenante
1-ant suivant tM lendu. ^elui qt
conaamne les ccnsoits Capcg.t ;
une amecde de trente cirq gomde
pour lutracuoa i la loi sur le umbu
t que si dans un dlai de dm
mois a compter de ce jour, il d<
rapportait p^.s la qu.ttance du Rec
yeurde PEnregisuenum at eitao
le paiement de ia due smende, il st
", d oies et dj dchu de son poli
voi
|n Sully Civil cQnlie Thimoii:
Roy. Mcnsieuiie juge Etheair, ti
ki.au en son eipose sommaue di
1 cause toc Heniy Ad. Michel ci
ses bseivations pour le demar.deu,
le Minutie public a eonclu au n
et du pouivoi.
Giaulien Uiacia contit S: Jmm.
luste. Monsieur le juge Devt ei
ndu en son rappoit sommant, h
Miautie public a conclu a la co
*ran?tion du demandeur a i'amei
e prvue par la .01 poui inlratuo.
la lot sur le tiabre. Dpt t:
.es est oidonne tt, apis ueiibei;
ton, l'aiit suivant est itcdu. Uni
U condamne le demandeur iii Ji.
a S juste sept gouides d'amti
pour insutfisance de timbre oit
us le dlai de deux, i compter ci
jcur, s'il ne lappoitail au gitlk
quittance du Receveur de l'Eni.
stiemtnt atiesiantic paument d.
dite amende, il sera d'ores et dj*
cnu de son poutvei
_jLa directiou.du Cicma popu-
laire a l'honneur d.annoneu- *u
public qu;n n'y aura, panir de
mardi kO janvier cotant, que o
eprseiuauens par seniame. & ar-
di Vendredi ei dimanche. 11 y
aura en outre *ix prix les ixaidis
ei six prix les vendredi. Ces pnx
seront donns lec imanch^suivaui
a i'isue de la rcpraeutadoc.
Les porteu/s des numros de
tickets vaguants doivent tre pr
*euis la reprsentation du di-
aianihu soir puurieievoines pnx
en remeliaiil les numeros.fcL cas
d'absence le piix est perdu.
Les jours de reprsentation
peuvent tre changs suivant Jes
circonstances, et en cas de pluie
les leprsemaiiois peuvent tre
renvoyes au l^ndm<.iu.
L'en lie est toujours de 0,04
cewim s tr amiic.in ou de u 20
ois monnaie hatienne.
Venez en foule au Hapoursuive
jrotiter de celte ofeesaioil avanta-
geuse et vous serez satisfaits.
ARTICLES FRANAIS
La maison M Monsanto
Hue du Magasin deJtat
Attend tjar leslnnr.er fronais ^Caravelle i L . ;,,-
.... le.lo courant les.unicU mivanj' *l
Chapeaux e( oanoliers de toutes
qualits pour dames et fillettes
_ Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses I et coton
Nappes, Outils matelas
Chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, Mouchoirs de soie^
Cravates nuds et rgates assor-
ties. Gilets de flanelle.
Avt matrimonial
.La Fouaaign Eva Emile, propii
fa.re demeurant et domicili en u
pubic quil n'en M s reipr subie
d eventej-e des ,C.s de sa f mi e
Olivia Alexis Andr pour cause d'n
i.i!S.f* 80UVfn' te Pr#wnav:s
msqu a l'atteota de>. divorces.
l'or, Piment 15 Dcebr? i919
lie un eut cl arriver:
1 lot do JSion-Skid
ordrich-silvarowu, a,CDri Tires
injchelin-Aiito-Tires
mm.miA" 1MraU >ons & Bros.'
mlqM r-., -, .---. J"5i ,'--..--------------,----------__ ,' 4
(iTrfrr?
PSI!
AS83?ia
H2SX9I8 ftS COU.)
3SMk2 ?.T\
Cliry^JX i
Si
i
firvice National d'Hygine
Jr suite de la gnrosi' d'un
Su.C0?P,l,ig amiicaino di
uuiti pharmaceutiques, ur.e ce
e quantit de vsecina a t rai,,
Mi.18p0*Ui0n du Service d'Hyyin
eb personnes qui le deirent pou,
rmlif*re vacciner sans frais t
.l; ^nraJ de ^ortau Prince
les jouis de U a. m- 5 p. m.,
jl n' .anche et ,unei wptea.
ai '^L peie0Dae& Qui ecei
bercer de cet e offie d!
i , ySlI l veines a.
u nont J H?p,,al dana ,e h
fcuPH ^e ] Opui86o sa recdn
des rsultats obtepug
Autos franaises
Plus de pme plus d'arrt
Plus de rparutions
1/ituto brasier
Modle 19)
t atteint la peifeciion mcanique
18 hF 4 cyjndres
t4 viitsses et maiche arrire
Pneu Michelin !
Le change- actuel permet aux
imaieurs d'autos de soiliirune
raie voiture de luxe au prix d'u-
ne \oitureoidioiire.
Avec la brasier \920\e rve
devient une ralit.
Profitez sans rtar1 de cette
occasion cxcepiionntlleet adres-
sez-veus pour, tous renseigne
ments
F#?rd. Falton
tgmt pour Hati.
Rue du Mua* as iTtst. en tace
de la U nqu NtUonale.
i .' r-., /., tMna.
|o..:rc lv.ir c'L "r" V *f9*h *
b : :: .-.m: .:!^de.u-;ri:!?,sr'
S a fV-a
ydan.i;,tfftmtLrSA df"'-
Jesnt le 'r r.^,''-, '';nou' ia don-
[prnrae paj;-.;,,'""'3 vatrt ffu\
Ti:S 0XO0CA PlMiMACAl CO., b.
S. A.
4 vendre
CHFZ
TRA.NSOCEAN TRADING & Co
ALT: J GC'^/
Sacs vides neufa et deuxime train
^aj'ier d'Imprimerie et /l'emballage
Sacbets de papier, Cordages, Ficelle
Barriques vides en bois et en fer
Brouetter, Manchettes, Pelles en fer
Houei tcateun etc.
Paul E. Aotila
Rues du Magasin de l'Etat
et Traversire
__^ Vitnnenl d'arriver :
^3?*i!epJdodiL'. miroirs, cernas
uni blanc suprieur, casinettea
P-lmbeache, d.sponsls affi
lupneurs, bszio p.qu, aphirs i."
sortie, timill., oaosook f oSr Le
nj, cal.co e d'm, voflcf crpons
fantaisie et et ff. s pour robes b'
;*. pourbo.umea sTaUS
ehiasaetlas de fl pooi er.fanta S.
peaux de petite poQr bois ,"
pour ojects, fjrwee pour dames
rubans de :outen sortes et toS e'
oders, treeeeede hoi, chemiL.
bUncb, s et couleurs pour hoSS i
ver, Finaud, Bourgeois, C IbbIp !
pommades ooeth ue buf. hqffS
22e' f,oudre Moika. fSobi
Royale, Horamye etc- Akni
nentl.e de Rxqp caleron. Lae
"e^B.V.3.betent?: Cbe'
i: a ^J!uZ pae ^Uun tr^ve de tout
Change Etranger
Transferts jnr chju:* ?.t mr
cbles ptits dans tus le
nays de l'Europe
iv us oflrooa toutes lea iauiiZ. oiav.e.
(^a.cs dont on pwt se Urv"m tS^^f e ^haage en
uror des intits dans l',n?rri.le0aUeapa daaa &r
ei!2 ":!emacdf- criDDs et obl-gatioaa indoa
Nom s$:iicilons fa demandes da
a"a" M renseignement
Zimmermann & Forsiay
Membrj de la bourse de NewYork
Afawon /onde en 1872
: Lait Condens Nestt
En vente chez ftf*&**ti*m*
Jean 4|. Mariu, B.erae, lud^c Grts 5ada fi" Go' Sj
En wen/e en ^ro
^O..
Rue *h$ 0HO!


-*.

i a MUA
m i --------------------------------------
Assurez vous contre LE FEU
A dressez-vous ia plus forte compagnie des E (
La HOME INSURANCE C de N.-l
agent Gnral pour Hati:
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Frotfatz votre Maison, votre Wagasiu vos dpts au taux *p
plus raisonnable.
- ,
Aucun irais lie commission ni le Courtage payei
Renseignez-vous sam frai* par correapondince ou
venez discutervotre problme chez
Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai
\ux caves de Bordeauj
1636, CnniRueMSW
Emile llereix ]
Uimslluire de* marqua* j a> se%
Mau'1' 7. !'' iWijer Liqueurs fine*
BORDE t'X |
I '.'., .1 /. ... lit'tivino /isiijflMai
Bw cl c i i*
FEliAMP
la'c^l'D lia e*i
KjROfc LA
P. IVapin ifc t 0
Grande liqueur
Vins
*.*<> Cognac *
A* # e co uncfetLdhjBtdea maUeuic deasi squ il livre aui prix dtees maison
Prix cour.im sur dt mande
Il .'0 met la disposition de lous tour tous rfnse::rnera(n||
dC3 ssaires et les co mauai s fijie excuter diecienient
La maison
Veuve ISarl.ancourl
a reu
Pharmacie F- MW&
Angle des Bw Iteuxet du Centre
. ; .2 Mdaille d'arger. Exposition delBruxelks i9!0.
m Laboratoire de Chimie Mdicale
:DrocraeP>, Prodmi* aiqon et pbarmacru'iques.
Spcialits f ii;ai^se amricaine*.
Prparation de toutes ampoule m d :ca menteuse s slnbses
et injectables.
Spcialit -Serum"r6vre8!hnqrc simple et ferrujmvnx .-
lodbydrare/ie. Srum oe lor?rd remplacent les r.aqu*<
rralcifimiS de Ffi rier et de /tobin*
Jl y a tociours en slo(k : $t crrslhdofe' Sirop redorai,
E'.ixir de Pensylvame.
LipoUaire du PREVESTYL
Reprsentant des tablusements < htehin
rtniumi AhraHa ronvalescenfc. augmente la force dev'vre
innnOtiU Uvale to.e ei les aiiH-ulaiior*. i^out laciae
eMIODO."- u^lc,ive ,a nulriuou eio>y.e les gu.sses.
yl'*. /KTKRIO-5CI.VR0.E. 0B8.T. A.GHEUR8.
SmUuNk = ArV* le* Wn^rrag supprime Un vapeurt
muni. co""t^^^**- HEPAT1I^CB"H0"
r"'V EB8, DIABKTE.
apr8eitaiitde8 La&orafoliva Tcrrial
UCTIfrriM.-rrtir.frl bcmue. con're itkflkw gcilin-rnltf
ra's ei cutaWes
IAX BINE. Sjc ique de la co stipation.
?i armace
A lit I ll i-EWaLl
IlIKTia A. I tllils KU *
Fonde en 1850
Produtia chimiques des meii
ieuits U&iua de France et d'Anife
UDM 0ciiuti.ee K. Unes
PaiiuiLine liab^iat, ti jnr
caille.
Peliiis' J> uy Sioie
Saccetai ta AUEMiMfcW4LD
i 8>abli6au 1850
Auiaruan& reiicn Paeii Me
dic.iK s Best chemicah from tu
repe tua die au^sa*
Ame aan pitacriptioiis biles,
rien b A: meneau Ptrlumo.
Toi.ti Paiera.
bel iv al Petrus:
Phariuccy Uiaduaie ol Teru^k
UmvtrMty, Ptinauelphia, Pa.
a li y
D'tuctllents beviU au bevrre.
On en trouvera h boulange* u
de bernand Placide connu", sous
, le nom de boulangerie. S' Anloiw
rue des Csars A'o 536,
\- Cfafl Mme. Vve DOOTON
G ti r. lu t s i in ii 111 i
!'Jt ...U. -I'
FUMELUS
Volve sant est garantie, vos hablr-
ud & de fum-r eonnet ves jusqu' II
*i e*'/e.H8f*. diplex
La flrole
Dlicieuse dynelle. EU* est dan
tous Us quartiers.
15 centimes le paquet
Upt t central. Bar de lafatx, Hue UotU
Fvm?* le Job
ou ne fume pas
4U oj.ifis cigateiifs e labttCi
[m noms rapieis JOB venius
I en deux mois,
Un nouveau stock "st alleidu
par (Caiavelle
Agents demand* lartcut
Mr Flix VIABD
Seu/ Agent pour Hati
Grand Htel de France
Aftffto des Rues Houx et du"Quai
Etablissement de 1er chvik\
i uis ne lorcetlenir
Situai un exceptionnelle
Chambres ar s iiarNuiodiTii0.i
PROPRITAIRE: P, PutriZl
EDWARD M. MPHEL & Co
New-York Por!au Prince
Spcialits ds Praiiits
Itapoiel
Grande Maism ic MODES
Mr Juan Bautista Davil
A'e p1i;ir d'annoncer au public en (|*i'rar que Jsobs .trJ
ouvrit a
Une'Grande Maison de lloii^i
b t'ioatir des Bszara Ae^-Vok. Il y ama un n d soajl
fosturnea co^teetionna poir hommes. I m s 6* e i n s "j
ifouveia f -'un Mit da Bas ii>s s pour I |*-- <-1 ; ^ ]&]
une .:i>sie dj rare lli. bian c mue dans la IiaU'S So
Ue c i'e Ville.
La Mai on vendra, eu outre,'des >arcli t di s iIj P'8'
choix et a un piixd liait toutes coucui reines. lous se an
i pris *ec commissioi.s de? plusjfiand; fabriques Jej ||a'j U


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM