PAGE 1

M.VTIN La Fte du 1 e r Janvier Jrmie II est vraiment inutile d'tablir ici f p ressent et le coop d'oeil de toutes ( , (j m;in hr ; ,._ co jrunl aucune comparaison enire la tte qui ces longues thories d'ecoiiers et d c-1 ( fcf ra dor)r e p anB i a na la mai) vient d'avoir Jisu hier et la laou.'colires, pcriaU chacun, un pei't L( j e rciiuive fi tersiie organise) UsociaHon mix te de Vœuvre chr tienne dont la mme fte se clbrait chez diapeau national, est vraiment im nous autretois. Kicn qui noter le pressionnant. Une mloai*c*afknif, changement qui s'eit pioduit dans L et Je J*e\ier.'d l're Fouque', cuit manire de commeinoier cettt fit: d e 1% paroisse, gravit la chaiie c il de l'Indpendance Nationale, il itn, pioror.ee le Ciacouis de eircons unlacile pour les plus pessimisies dejee L'amricain, d t i, n'est p*s vn:u letenir que, par un effort mr noir.: cinz vont en lyiD.mais tu sauveur. mmes, nous voulons rellement'Son hut, ici de fourni une .r.t nous reprendre, nous ie*saisir, xorn capable oe contlouer le relvement pant ainsi avec des habitudes cou qui s'o^ e en ce moment da s les pablesde laisser ailerqui men?aitni i ulaircs dliaiti. Aussitt que ce 1 de faire a jamais disparaitre en nous |eiite sera toime, il nous lasser. mmer les uaits caractristiques de voler de nos propres a les 11 ttrmint notre piopre individualit comme on discours en ucepnie au Domine peuple.Auisi Je spectacle enivrtt &uj)eus Sabaotn it, a l'er-tendre toitnu quel nous avons t tmoins hier, 1er, en faveur du Pays et eu Gouvei au cours de cette journe inoubliib.tinement les souh.-iis si nob emeai du 1er janver J920 est de ceux que'inspires par son st achem^nt a cette l'on ne dcrit pas, et malgr toui le terre d'Hati qu'il vanglise depui* talent du reporter, il n'ariiverac jasi longtemps seul, U respect du lieu mais 1 tendre, ni i exprimer cette saut a cont nu le> p. la msc 1 eu rao ion ^ ont tous les coeurs 0.11 te si agrablement iccoees. Quoiqu'il en soir, il impoite de faire retentir.ne serait-cequ'ur. cho, de cette manifestation si imposan e par son caractre exclusivement national,— ce qui sera comme un d que Ion scniau sur L point l'eclSMf. La citnome ensuiie se aeroul.dans le dcor m.ijeitueux de l'asti qui resplendit comme un immtjs. ostensoir scus la clatti des eierges innombublts.taiidis que le le Deum Laud.unus que scande Usouniiic d:: menti jet a tous ceuxquin'ontces^|.idiious moule en un hommage d de rpeter que le servaient du patriotisme est a jamais aboli dans l'Ame de l'haitten, depuis qu'il a .e comme toult par les gouvernements qui se -sont succd au foa voir jusqu'en Aot 101$. Nous voici au matin du ici jtnvier 1920 li est nu.l heuies et, uaos l'azur de notre ciel antiien itspJeudissart de lumire. Je carillon s'envole. Bientt nous voyons ai river 1 1 cortge Mr Syriaque C.ii, Pilei des Arrondissements de la (Jrauu* Anse et de TiborOfl,entour des olh ciers de la Gendarmerie et de toute. 1 \ts autorits civiles batieens. A 1 Eglise Le coitgs va occuper Jechoeuro des places sont lessives, fille es: comble uimme au joui despfasgtaa des soltuiiltes l'artoui, sur tes BtSUCb, tout le long des nefs, des groupes ea ^ %  M——jp—w— r imii|i y ii — r rel.meut souviir qu'en avril lifti le total des :o.imies veisees attelu ui']a 95,000 franc*. Les knights o! Col u in Du s, JA. K. C, Jes aiaktsa* .deuis anglais et amucaic.le Cornue franais au livre, les grands journaux, tes chambies de commerce s. sont aussiti inscrits pour a,'joo,joo>. U i,ooo francs ; euhu, la dircctioi du fa/mers Loau and Trust Compa ny, apies avoir donne une somme de 2,000 francs a l'œuvre, eni aujourd'hui qu'elle se piopo->e de verger 10 lraucs dfeftfM luis qu'un de ses employs souscrira pour une somme ga>e, a lia que cet tupioyi ait drou au ouue emprunt. Ouiconque a visite l'A L F. con.preudra l'importance de tet.c iasiitution qui cuut.ibueta a tomflei l'aiiiatce des tiois glands peuples civilises, en totouiageart reiude de n. langue anglaise. Plusieurs humim: emintnts de r-isoce ont dj pi.t leur appui i iAL.i-.ct bien que la sec non franaise de* volumes ton peL importante, puisque l'A. L. P, veu suitout taire conualtre au Fianai. les n>ecuie, les litleiatuies des peuples anglais et amricain, MM. l'a. uicu; haut commissaiie de Fiaue* en Amrique et Ltgouu, ^lolesseui la borboune, o_t accepte dadnere. au comit fraua s que,dans un no ble sentimei.l uc Utiicatessc.l'A L.F a adjoint au comit amncain. Tous Jes Franais qui n out poi. 1 ciiDiic le cuorts ne nus allies, lou les amis de l'etude aussi, ecnvaiu. jouinausies, pioiesscuis, bourgeo. kl artisans doivent visiter l'AmeucaL Liftiary ot Fan ou tes iuduuts dfi pays ans tiavaiilero^t terme pou. f'tafteote. ils Uouveront d'ailieuis aup:s de sou aimable secrtaire, M. biar.ule), qui a bien vouiu me communique ces icuseigucmcnts un chaimaL accueil. Cet A. L. P. deviendra bientt, II. eifet, le veriub.e symou.e de la put sante alliance qui, tu lace d. l'onka c kul ui ci uc l'umitiou, doit reoe. str pluque jamais sur Fainite sn. ica ci la saine cuttuie. Mauuce LOiilON u.),e;riLuonnaissance reftf l£uc qai nots a permis en ce jou d: g •ide nos u lundi Mott les iio Je 1894. L'oliice temune, le co.lg^ se rei jinie pour se rendre. perie bureau de l'œuvre chreii nn< en lion eur d; no Aieux. La mn lettation sera place sous 1<\ h m patronage do Son Ex Mr le P :tient de I* fiipubiiqt 3, U Qraeci fa tectfi'rd'HoniKnr Ce ftetwe. Mr Dams H Key. mea bre du Cor ecit o'Admiiii.treiinn,prononcera ui entretien sur la DfUl'AU, lire tono ilu'iale cia donner uileiieurenipnf, loOJOBfl en mmo: r de uo9 preux, et dunt le profit sera spcialement destin a lacquio ton des cloches de Ste Anne — l sera reprsent une comdie de Du casse, un drame lii? orique en uu ac:e de Dants i\ ll-iy < Lutreaclb iiOi ae ce jour, et Joisqu'il a lappeic ^u une maniftslatiou ideut:quesetiu .ioule, laanee demten-. Madiso^ jquare, en i honneur de nos deu; .uuieuis, les applaudissements ie ioub rent t* uue ct^m-ur ajum. jit, ecoo loiuiaiu de .'le immeu^t .tameur que la Mile de MtW-Yoi tvant nous,avait fait ittentir en ce 1. ja.e 'inmoiabie de Itlaytian Da\. Mii;. c-: qui ce us donna uue emenio. .cplus.ttpeuttie la plus foite tt l. .nui agieable motion de la JOUIULC tait demetidie les .v.sdes Socui: .c ta Si.ge.sse charnel l hymne pa i Docicu a D. voix se son 1 1 e te p u: c a Confrence d ; la Paix. C disco 1 - l'on f entait gondr IOUI le pa notisme iad g e d les p U3 app.oudi'. mm 'evt'e %  demander l'affichage. A la place de' M E. Vi tire, emp: ch cause de sou dcttll, il nou> i t donn d'e t:adre et d applaudi vie Louis Ar!e, prclaStCOt au Lyc So dAlexi Ei viai pdagogue qu'il i.sl tt.ian* UOlaogagl de.>p.Udou> vie Ariet a ealretei.u piu'.: la jeuoeflic deEro es de la s gnification mo.aie d.cette < e ea l'hoaneur d.. Drapeau. Son d s.ourj compor.e d p.cw c..x case g cm.,i s qu'.i sera I oon de tare fructifiai daus le coeut Je co> jeunes COJ I oyn<. Poui c urer la l c,les .ves deSoeurs, sous l'habile direct>o.i de U Ctire S.eur Srmuel, uue hani:nne de mme et de taleut ont chant L* Dessclinieunc que la foule, en se rstiran reput ej choeur. Pendant le iesie de la ;ourne, les maniteitat.ojs tllfttl ainsi leur train L'Ame populaire s Hit reveille je ses malaises. oomme n:>us comprenons mieux maimtnsni la grande pore morale le cette manitesiatiou en l'honneur du D.apeau hatien.Si, daus le pass, ses plis avaient fusonn de douleui et qu'il ne restai! plus i sa hampe >JU5 aig e, qu'une misrable loqu ,'a Uute eu tst bien a nous-.i.mo. pOtti n'avoir point parl.pour n'avoti point ag', alois quune parole ou un geste de noue pil leiait pencher la balance. Hier ma'io P rttolMiitot au lo al du Tribunal del.c InBtnce le membres du bureau (\f recensemer.tj MM Aug Moct?, prsid^n ?o. Douzime budgtaire Il est publie au numro Je samedi du! leur officiel, Je deudeme budgctaiic du nioii! Janvier en court. Li somme U>; crdits ."1 repartir eallC les I iNUienientk ministriel sclev A G. 572465! 110 iu.e iiatioiule et 1'. 2 .4040.7 f r; onronj inricaia. Conseil d Lut tribunal l'arquet Commune frt sse SynkM des Agents de change -oujmtree Vvcc.i's .voiJire colique de aotie tx-eilcnt Ifllati t.*ia clne, uott Ita atiophts CImmtis .6 a l'iufpna'icn de no M gind poeic l'.l/.er V. litre Oi.t Un me 4U w a chapeauxe aont agns avec ire jsie aux ccif de ; Vive i-Luu 1 Viv. e Drapeau il-itieal Vive la r'isidca Jai'i^ucn^vc 1 Le tileuct, i peine rtabli, que la oix $Fi\c uu Docttui Hudicouit, c.eve youi piui.o..cei uu di&i.oui an de ses discours qui impression ictit par Itxaiiation qu'ils commuiiiuent i tous ceux qui peuvent e..ompiendre le sens et la porte, ipis quclquescoosidral'cns au su,.1 de la ueciston du Minisuc de lojirucuoa Publique de laire pariieiper les ficoles i ia Fte du je. j u vier, l'inapcvteui riuuico.rt, eu e| venu au poiui importa. I ae on u.s us eu il a document par. Ai icdc Usine ne la Kace Hatienne, ou p.ui de .a R.ce N^ui fai^ I .sbaii..,j.oui stitimci clic OOitlint JOUVCIK, i injustice enante faits a Ne lai^snus po.n., dsormais rei.oidir cet eu-tiouMasme et ne fer mons poiui 10s coeuis au cui:e dt a t'atne, au culte du Drapeau. Travaillons enutknir ce culte et a le Jve:oppcr dans le coeur de nos jeu ns iraniens, tt, un jour viendra, o partout dans le monde, ; os couleurs rnabdites pounont claquer avec dertaccueillies non plus, avec mpris, mais entoute d'gards et, sur 1e mme pied a'fgaiiie qe celles Je la Rpublique de Ulws ci des au ires Icpupiques ?an-mncaines qui n o'iit j uiuis pu libre ment Uo.tei •)ue sous rcineie protectrice de la ur-ude banmeie ioile de l'Atna que. Mais pour raliser es m gn fiqu^ perspcciives d'avenir,ii JUS faut r-j solumcut marchai avec totre pui..isele allie.A elle de nous cheicher la pat qui nous convient dans la reprise du labeur mondial, i elle de nous piter son appui financier, ctt outi IJKindispensable qui nous per mettra,.; qui pje^fftia mon Pays d'-voir ..eue lois ^lte place que nous n'avons r/e tiouver a tt d'elle f t des autres pu -s.'-ances. la table de \% Conltetice de Versailles. iciemit, le a J-nvier 193^ fc R. H. Le Livre B ea dliait prpar bar l, Colonel J. B-jscom fanes, et publi pm la ComtgnU Biographique, a t reu par lt tt'esi lnite* Trading Co.. pou> tire distribu et vendu. Le cuitt de eba que volume est de six dollars or Amettcain. Le Livre Bleu, // premier de ce gmrt qui ail itUMU t publie sur Hati est jO'iineut pi pur ei adtnirablenunt reli Lu dehors de la partie illustre, entier t ment intressante et d un aperu bislo nque sur haut, tl contient de spleiiidi: photographies et d intressante* notice* biographiques sur des personnages hoc mments ae la Rpublique H y est e< outre, donn di magnifiques fibohgra phies et descriptions des principa es matsons de Commerce. 'lotis ceux qui ont vu cette (vuvre Pont acceuititt avec um tialteuse uppn batton. .Nominations ; Xous avo s appri que Me Fcl'x D'imboaJ rptiteur au Lyce Ftion vient d' re eorami./ >ionn>> comme tiuii.s-i.-ur au du Kiahlissemeni,! Mr Moravia Morpaau rempaceMr I-lix Dumbcll comme rpOutcur. — Tous nos conip iments. instal'.aton du no iveau curl |ie S te-Anne Imposante tiicmonie hier matin en lEglise I S:e-Aune ou S. G. Monseigu.ur (kitun proceJut a l'installation du nouveau cure de l'inttn-1 -ji.t; paroisse. Le !?. f. Benoit fut prsent aux fidles m \ un substantiel discours de Monseigneur apretfKfl ie nouveau cur clbra la messe. Nous nous faisons le devoir de saluer le dfait I Je Monseigneur Scaug dont te souvenir inpt-l %  issabie rappel en la circonstance, produisit Uj plus touchante impression. Navire sudois en rade C'est ce matin qu'ev. entr dans notre nie l: .roiseur sudois l'ylgia don: nous annoncions arrive. Ce croiseur uui a 400 hommes dqvijage est mont par le commandant Cuunat Un-, ^er, secoua : Gustaf David Wilhelnison Lilli.e.k. Les autres olhcieis sont lc> cap.uines Ni .-tiJoll rikeroth ; Helge Hjalmar, i-nminua jtromback; Ake Wilheliu Herbert Gretoerg; |ot. iiamerna o.t Harold briksson etc. l ? iotecan: de marine est Lopold Nathorst VinJohl. Les saluts d'uuge ont t chang*. Mariage Mercredi dernier a t bni en la Ba.'iStfue -tare-Dame le mariage de Aklie Rose .'iartim ivec M. Antoine Musc:, lit ont t cotaluiti a l'autel par M C. Husso et Mme t. Se/e. Trots iouptes duroaoM eseortaient les nutis: Malle IOSC GuaJjgnol et M: Maurice DesroaaMur Melie jabiita Assad avec M. >.:mnianu. t Moii'trosier (taient. Iule d'honneur: Mclic a vou;ie Ausiu) au bras de M. Genari A. Martino. U crmonie tait rehausse par l'orchestre Juroscau et une magnifique illumination. Les invits se rendircut, aprs, uans les salons lu pre de 1a marie o les attendait une briJunie rception. Nos meilleurs vœux de bonheur a l'intres. sant couple. ~ ,/eUtfJ u,inoues par les Mai tes i^^blesde SVile, u, A vendre {(MJ 1 oises de tuf calcaire livraPneus Gordon En vente chez P. Spoormaker %  Rue Pavie 108-UO Prix d fiant toute concurrence



PAGE 1

Il ) AiA -A,— MBl ( c. '95 0. fn M I PJ fa S? "•'M II Hauts Prioapts de qualit appKqris £ de peiic: choses 1 E mme idal )c; de construc^ tion et de naflio d' uvfre qui fuit des Pneus FirotCoa un A sr placement est appliqu la fabrication de tous les Accessoirti pour pneus, marque Firc-tcnsOi Mot ebiutruitt tuivant le concept d'hommes qui counament les exigences du pneu. Destins servir des geai sans connaissances mcanique, ik aoat 'un ucago commode—et c*^ peut fera te qu'ils tiendront ci place* L. Preetznum Aggc:i;oIm Port-au-Prince Accessoires de Pheui ./*fS y& >sa& "s; Le Maximum de Kilomtre par Franc A 4 %  .lam jL il! '•s i] Iront! I — ^ sir amer c 'Von f cfe lu : !||j[ P tiama sera ici le 2'i ou l 2oJti>llJUUV vter courant en roule pourrvi.. ARTICLES FRANAIS La maison Mai: Monsanto litit?, c/ii Magasin de l'Etat attend pcr^le stam r franc lis Caravelle J ii sera ici £ /e lleourant les articles suivants : Chapeaux et ranolicrs de (oues qualits pour dames et fillettes ; Chapeaux pour deuil Serviettes damasses Nappes, Outils i Chemises fantaisie pour hommes Parapluies, Mouchoirs de soie Cravates nœuds et rqates assorlies. Gilets de flanelle. fil et coton matelas L Paquebot CAIUVEI LE pe ra Jeudi 22 rourart a 0 heure* pr igp du malin pour Petit Gove, M Hni ien Pueito P'*t*t San Jua f l'ueito R'Co e' le R*fPoitau Prince le 19 Janvier 192<' LAgtnt E. ROUELIN — ht steamer t Caravelle de Compognie Gn raie Irnmintique est entiu hier ffptjt midi \itc l s passagers suivants renan Bordeaux et au Havre, bordeaux: Mme Baudry,ll.P. t hem m, iJcnieiiXt lieu P.OU te Sonutul l.ev. P liuloiijiouilltr Mut tel Kcheierrv.les .'œur> schbach, Oust'n, tioblin, Gœgtl emtille, Mesiah, J.udia, Luvnce, Homan, Mme lietnodin, t famille ; les rvennns pres Ht aid, Le Fur, il prendra /rt •' possajen. — Le steamer Gœduds serti ici vas le i ou le, "26du eo-rutti et laissera pour N$Wotk, prendra fret et passuijcrs. I — Le steamer iVmema* am tera dans ce porl vers /• G do \touian'e\ plira peu*' Cnslobai le mme iour. Ha par cl S S. Une Le S/S (City ol Vutbla a lais r iXr^YorL le 13 au courant, sera ICI mtes-iunniwni prenant du frl de retour i our ;V - EDWARD M RAPHELet Co INC. t v fn tw mtrimn ia l Ls* Foussi^n Eva Emile, propii^ aire deuifuitul < j l d( micili cri Ivi|l<> de Por Fiaient, pic Vient k pobiC qui! n'e t (1 s re us b e d'avant^de ,c": s de ea f m e oiivia Alexis Ardre pour cauto d' nbie, rt Rouvfn ce prffuiavig iotqo'a l'at>enl#de divorce. Pur. Piment 15 Dcembre I9I0 % % %  .. %  %  il! 1 *"•?• £.. •• A vendre Mouvement maritime Lea d^fihes pour San-Jcan de Porto Rico, New Yoik ft l'Eutop irUmi'hra jeudi tratin 0 v, Son Ju n P ar le fcte ,1,cr AK,; .L ; J levai rraim .' G EUA MIonl ferme ce toirx vmptcue du matin pour Pc;^^.^ Gcdvr, Cap-Hatien, Pcrt de Celle roui Peti %  Civ. Jrmi', ia, San Juan de 1 oilo t.tco it fayea et Curtao, par le S,S COM L t re MhV\ UNE, ce aou 5 heuie-. CfrHeH pour Jacinei et jiMiago, par |Le steamer tCommeijwne > )*> 6|S FLAGSTArF, dcawiiu atir l la ligne hollandaise est #r ^PJSf^l r malin venant Je Neui-Yok les ports du A';rnd 42 dollars iichelin-Auto-ires Pour] quantit, meilleurs prix. H. Murad Sons & Bros. Mres de Familles C\: Change Etrahger Transferts par chques et par cbles faits dans tous les vays de l'Europe Non ftiaons OD0 ipcidiM e traiter sur l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, la Pologne la Ronmani*. la Fiulande, la Scandinavie, la Cz^rho Slovanie ?t la Jngo Slavi. Noua oflrons touiea les facilits pour obtenir le change en Narca dont on peut SA arrvi" en tout temps dans le futur . Cnr.ktlpatlon,] : t i 1 j • %  ; i %  :i IJII. :. i i i .., .'.ut. m, J %  ••I?IOH dThT'i.ir; ptr Viuut di \ I 'i ^ S I I i li nus i ,T AwnsEPriQoj ii M>.-.nr lit CAl-rTf 1 Jl/.'.'ia* i4r'i*.- , -, ,,, i -, iruU, • la Jne as St \iOv r „ur |ViNIOOOt liMYKRNEl V ti'.t uni .: o-.r,cr. Lait Condens Nestl En vente chez ftTSjff^mZZ Hein ^foiio\ Htriui Berne Lud vie Gros *"' En vente en ffrm l PrietxmannAggrerholm me. du Qu.at ..



PAGE 1

Lfe M*Hh .-*. i ,---T..— Assurez vous contre JJR Aux caves de Bordea /6#?, Gran-l'nne,W36 A dressez-vous la plus forlc eorauagnte des K (J n % Jr £ !" .-# J VeposUnire des marques franchit la HOMEJMSim*NC2 C de IV.-Tj 3KV ," ^ ... %  H a *4 I i r ic .lin M.VC'VT.I Vins agent Gnral pour Hali: Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince Iroffflcz voire Maison, votre IfjfMi vos dpts au taux ls plu* raisonnable* tfaiHm Mare*au BORDE \>X P. Fripio &lo Cognac AV'SJ e CJ • ncc; du (PO* >|c'il IJVIJ aux prix dec.es ma i rix coflrtwt sur d maiide Il >e met 1* disposition c'e tous jour (eus rmte'atii l{ o essaues et les o mnauacs fa;il excuter d reetemeni 'M W Wr>lr'--— %  o"-:*Miiwf -w.., "*-Mtr Aucun trais de EOiDmission ni de Courtage payer Benseignez-vous sans frais par correspondance ou2 venez discutervotre problme chez J^r Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai 1> La maison Veuve barnancoiii a reci Poatiafifi t • S a essai 4w0te itea Ilucs Jtctw et di* Ce* Ire 2 Mdailles d'arger* Efpciition d<&rux*Il< s .910 Laboratoire de (himie Mdicale i [IVofVft*, PrudnW rlimhuei et pnatmacMulqM 1 Jsac5alin f ; t != c s pt niricini' Prparation cfc'tucs ampouKi rnW.Mnxnteusf.s strilises et injectable* §nfc tliffci — ttownizir&bv'tmf ampli H fewujrirvoi. — kktfjttJiSttr/re. Srum e orlfd rfnijls*nt les paqwH la'.cifinu 7* | l ** M r? ^ g ^ y ^ ^ '^'"> FUMEURS Grand Htel de Fran u.iq.x'.o;iv91 r.utntion c.c-..e us iuH. C :ti.uB* i ttu .. M,... (itabiiseiiient de 1er CIIOll tiuiuF, P I,IV.M.MK,CP.AVU.I.K. NrVHALr.-KF, feu uaiwi^wu i" L'uine erceiieme OI:B. AMTKBIO-SCL. aout OafcMTa AIGHKURS. Fotre sant est garantie, vos liai m*h de fumer conserves jusqu' veille&se. Adopte* ha Crole \ pliieute cigarette. Elle est dan$\ tous les quartiers. 15 centimes le paquet Ucpvt cent\ a/, Dr tle lufatx, Hue fioul •pas —^•-*** %  *-" %  *mm*m*f+ +**.^ **^m ll 't? l i y j *'"' v "'^ f> VT ff tI?* ;T, *'* T '^"* f CTH M DOSE —^ I "oui ici soies K.times de la leinine. | JTfj mf% le Job fANDCittlXt. — A *rte Us hiuonagies, suppume kl vapcuis et miaraiie nitiriNE CttUa BIILB, l'ALUDtaui, C OLQDW HEPATUE, CIKRHOtl SES, DABTIC tieprtsentant des laboratoires Tcrrial lAf1ini;y.r.trrrrt l.(l.'s..e. contre tikt'.ius gaftiO-^ff LAX'HlXt,Siclqiw do la et tfipaUoa. ou ne fumez pas /iU ^^i ses cifareiifs e ta^ac 3U boiti s \ apiera JOB ven lui en deux mois, Un routcau steik rst alt.ndi. par Caravelle Agents demand* partout Mr Flix VIN II D teul Agent pour lia ti SUuaiioit exceptionnelle Chambres arfeeft iiar uioderoi PROPMTAIIIE-: P. Patri/i DWAUU M Rew-York RAPHEL & Co Porau-Prince Spcialits h Produits Kuuoi el Mr Juan Bautisla Davi 4Je tii'sir d'ennneer 3u public en itrai.que sens F< uvrira C?ti€ Grandi* Maison de Modes fiottar des Bf-xaaA Nei^Yok. 11 y aura un prard sccjjj coi unes co n( a0i ; n h pt-i r bomiD<*i. femmes et ei fui'. trouvera f ikmeut lie La Al ion vo it a, en O'J'ie. d s rrarcbrdi ^s d 1 p'W choix et a un i ii\ d fiant U>ul|| concutseuco^Tous ses a'i^] PI &W c?wuiiis;o.s des ^luagiand fabiiqucs des K'-d'vi



PAGE 1

Treuil iV)M N... .... lil„--£fiOPRITAini ABONNEMENTS FJHT-AC-PRINCI 0a s tf£l>ART£MJNTS lia u'Oi* Trois uau is Trois mois CfaANGBH G. 2.00 G 250 700 800 Perl au Piiu Hati Luaii 19 Janviuili Ne permets pas ta langue de courir au devant de ta pense. CHILON Les aonon es soat reues au Comptoir laatioial de Pablicit, 9 Rui Tronche t. ?.. i$et 19. st. 2 *Ludgate^HiU, Londres. Quotidien 1ELEPHOSE : 148 • 1 %  %  [irepaiwiiiitofiseirOtal A. WEMOUR8 POLITIQ UE ETR ANGERE L 0H i 9 Utemer est mort que le prapi istmb besoin de soi tir de cette priole de • mais tnor mo r aie re i.La % erre a etin rv a ion Les 11 mm s et iti Choses 0 o t p s htn^i, sans doue, ;n %  •• ce qui < hu'gA, ct l l.ji dj"t on .es co sid 1-, .\ijj'e SOJS I qu I on les j ge O 1 pM bi: n d re q | iesbomrnts iep.n,ib e ,iepu es 01 "Ttust es, ch I ii eMtctaels ou vh"s mrxui on' ' ports p-r les e\ e ntnts b aurojii pus q.i' 1. ne es o 1 dirige-__ Stm ne toute te o t rt. 1 1 teneurs a leur IA;bt, t pu eu I a:...* s uievn*. l'artuot c. hno m \e I(H ran tte uitionale, ne pas appo ter les u^g lias li a 1, C^ba, P< i-> a.Cf, fliciiotion-j uu u 1 .rai Coipa. tou i la proc c 10 1 .'otioiu q\i>i et Ilaalua le Clief de IOJCU. eti >• %  U polul\|u il-? la plus g'a-< li i iene, d*i a'le eercla elroii ut d'aasiater a noue Kta et (l c a de nos f oaiwV s et lej la gUsaut, Prfet des o i >ea. pune;>i 1 a.peiuon'went oui issi. t Dans la Vi-i de Ne ions, me ncuc, au C > t • 1: A aoriout'i. urne dan 4 ceils d-e .niivuu alate eat ce iie ifuedana t.etto >o iiua-i-ii il ect dea heut-hou il (.d u'.io 1 joaa )e>d e ce areue l i et avau d • rrp eu qui t.i; notr u 1^1 i*uo, \v b-niue ire U rott.e, regarder derr.re te fanl n et nsf d la RcAinae cbimiu p*ico^ru. Sana crainla tii amai rappelai Micie e li-.i;n );:i..-u ippeter aes fuiie, i faut tes regar ssnaam ail.e 1 Raieou, a U ace _ei en face* et dcid t'enMikr, Launi? Mon p.t. Di cuiue qui it>a jauer une noureite force d^oa le difer nia Eus cuubu.'veut dai.a rme mtenitou da ne lea plue re1 union leuia carac res prorupi, Mnmeneer. que lea ditwolea ^roviucea en un mer,t iN| u ls voyons bien en ce (Test une de ces h?urss q.te non 1 ,ui harmonieux ae fondent daoa moment de luttas politique qui de Ivoua. Noua ftons le joui de naia ienit franc use, de moia uou vraient ire des luttes d ides, des tance de no re jeune nation; et, ^arderioui notre cachet ori.jii.ul. cjouses de doetnn s.eiqui n sont \erement, an mat de I htel eu m mu Nous n exittui'S que dn 1 us un peu j plus -ouv. n:, que de bisses cam •al, floUe notre drapeau. Levons plus le cent a is Qj oet ce un sicle p.gnes ad Ujmijeo, s;ns .va ;on lesjeui et liions U devise . iti l'aue 1 hiaione u'u.i pcuplet tt ce a :us eraudeur m lei:re d'or.. L'union fait la forat pendent il n'es pee nue facult A ., y Luniou qui nous a donn une Paune grande Ecole de francs qui ne ** ffv.l. i %  P" s nl ; Crw; l'union qui uoua peimeun de honore d'avoir eu CJUI e lve uu M un a*pUpmiculieremeni in; la rendre rti^e tee et prospre llsltK-n : et cepeudant ,.e aepiits r ant. ' qu qu un. en Ital e, a fouiiaivant, le Conseiller deiuauda haiuei'8 ont fei. dea iucuitlone gio vaincn. c est le peuple; avec une .'union amour de ceux qui oui le iu-u es dans tous lea domaines de constance aemirable, un courage briUeux nonoeur de diriger lee des la PeusM. Une telle Nation et qui humbic mais soutenu, une patience Hues de la Nation L'anioi au out a tant piodu't est assute dun inpuisable et une prodgir.ue iacul m Chef de l Eut qui, daim uu usogrand aveni . t de tOjftnr, e peupla d I aiie a jent de crise, alo a que l'on puu Et repreuan lea terme de no'.re vaincn sa part de guerre et g^gn rait croire que noire jeune natioua devise* le Conseiller A. Neo^ouis S a part de victeire ; il 'jani nous M eilalt aouibrtr, accep a aveu e m termina ainsi : L'union bit la fui ce. Dieseeineiil lotira de la G an le L'union en re tous les liai iens Rpublique qu nous apportait l apenfin dcids se tenir par la umu )ui de as aag< s da sa rai-:o 1 et pour me irer ensemble 01 d'un pas le as fores, car l ctuit notre s .lu .ythm ls \o e triorapuale qui doi grande et gureuse nation qui, uoua mener au ProgrsL'Union Iprs svoir eonu rinti^endmce avec la Grande Nation. Uome uv il iuba.s est retires de le e lui laisse discipline le .Monde. Et pendant de souflle de inova:on et sent forte |a libre dnecti u* y sauv la Givi isaliou modoine et fai. c U[i t d j • ur le iue.de 1, ' ^^^ c-e4a tta wnf ^|' t4t ^ tt !" l es da^ 1 "" n,r %  • | i> L'Illustre virtuose du pisno Iransis i eaMi uiimtr, est mort. C'est nn compositeur de rraud talent, uu ^'* ^T> dntri b0aW tde tUDpU U 'Bibliothque amricaine cil q 11 u.aparait. ae p ar i scom !j, ue f or tifier £f? ''. U n n en m l ertra l alliance franco-amricaine dana i> claeae de piano ae Mermoa tel es iO_.t, 00 tut H accotai. -. usut les premiers pi.x de utno, d'harmo j e SU1S 1ue l quc peu surpris de n de contrepoint et de foKue.li sac rf n ,. ar ;,. ,!* r ,„*.." ." cda M ootelen lS7. t fut l'un C0Qsl r 9" la grande pres.vc quu d. prof put* s piOJtilSl la etc. fund de a rue de M: yst A la S c\. dt"\ Courers du Con j'en suispiesqce licuieux, pwisqu'ain lervetOiia JUX Gooserts i'asaeloup si le ". ouuier franco-amricain" ch z Colouoe • t cli'Z Lumoureux, il peut annoncer, le premier aux lecrev-.la ou o terpreta uu grand uora teurs fraeais que la grande bib'iebre dœu rea musicales frsncaises ^que amncaiaee tint de-Dousk ..g e. de t.s.< -canck lmgg. boy \ SOBt Teaus ^ njUuir8 eD f re Saints i, Widor. Ui-.uir a foud : ': ^LJZTIi ,' *• *"* re au Gona tv Une un prix IriCBoai de d A c combats se retournera point en 4UU0 fa.. .-,, auquel ne .out appels Amuqte. L A.L.lr n tait.on le sait eoocoarir que lasieunesg-ns ayant 4 uune uvre -de guerre" qui oie.i dois lea an annes prcdentes ,rai1 au membres du corps ex^uu premier pris de piano. ditionnaire amricain une b.blioln* Oieuiei se ut entendts dans toutes que de 25,000 volunies.et des salles I gi-aud a capm les d'Earope, o il de lecluie spacieusts, coef jrtabits le oi.-i.u icoe clatants. Sa mort vntabls Hdtu du penseur. L*Aileest nu • uso, d.-ad pour la musique, f.andisoni le peuple, nous entendons toute> les classes, de la plus vieille uoblesse aux plus humb'.es ir vail leurs Or, ce peuple qui a cenquii si durement le droit au respect du monde, est oulev p r un puissant aiand, -bout hors d France 1 les amis de l'A. L. 1\ s^demandrent si le Comit suivant l'exemple des aut es organisations arar-aines, paitiLA FR:kIlERiJ rat pour l'Amrique ea emportact GlGARtTTE ses riches collections; mais ea vrit l'A.L. F. avait une mission remplir Qui ni voqu, avec quelque mcUncohe, le U i ne d eva . n iint • i.rmin J.,^ soufenir de sa premire cigarette t H UI nc uevaw pujni .s Hrmmer avec L* roi dBifeaaa, lui-mme, y songeait ces 'a guerre, 1A.L F. restera en France jours dernier, alors qu'il senirtteiu.t cordialeafin de rappeler i tOUS. les DOaUCN ment avec Mr Howard, le aouvel ainbasiadeur j*.u,.^iA. j_ KT d Angleterre: douloureusts de: la grande alliance.' < Je n'tais pas autoris fumer, racontait Sa L'ide allait d'aiileurs tre bientt Maiest. Mais lorsque je fus louronnj; pensa m i sc ,ar | e Comit temporaire luique j avais droit connatre la saveur dutaaac— „ *,. >.uipwui s lui en dpitdemes seize anne. mme et. dSlliJlD rapport dUlUt: Jedemandai une egarette au prince des Asturies, qui lut soumis il l'approbation de 3S ettate den fa,n,lle dedara ne (assemble gnrale,|le mois dernier, rV'ur la mime raison, un ofricier de ls garde le COm.t ClpOS.t l le plan d'orgaoisa prtendit qu il ne lumait pas. l !on suivant u ui fut aUSSltt adODt. Mais je me souviens de la respestueuse et iru\i/J-.J .* J. r mense aitection que me voua.i le portier du laOminatlOO d'Ufl comit dorgan lais, je lui eiposai mon dsir et, en tremoiant, il sation qui doit prendre possession df; me roula une cigarette. l'a r. C ta P. SPOORMAKER Rue Pave. {misonsd J B raisons profond* pour rgner etler noue conduite et nou< dter Mnie ta d la Paix leconqui e K. Eli" no a .pprend que ce LUuion iiitim;ent e Hali M. LU l • se ass.que pir tx.ene ice-qui >est pus la premire fois que nous mon avec Amrique, cr l'Un ou merveillera un jour e monde, rt nous tournons vsis las Ktet-Ui ia fait 1 a Force, vuiia <|uelh doit tre pour satisfaire son b-on dun ordre [icur iui doiiiunder leur aide. DJ notr devise-a nouveau, les hommes q ii fure.it, il luie longtemps, dupais svaot meute Et levain sou verrr. la Conseiller y a quelques anne pne — hier e noua fussions 1 une nalisn inde conclut : DanSI Uuion. judonte, cou ditigious vers eux IOS ngards, et avtc leur appui toli lue uuos soi haitons leur proteo an conomique. Le premier soin s dputs deu Colomec, tnhn ad 11a a siger dans les Assembles ltiopodiHines, fut de demandai' le [tire commerce avec les JC aU.Unis \l ma gre les plaintes no-nur. u-es sa commetanta de U Mtropole, s rsppons d.favoiubl s des clmn Ires d commerce, les dolanc.a de Vivent les Etst-Unis, Vivo ILiti n — ... .ul l u. m ei tut %  %  ju-ii.ii. 1 ' Madame Holly 511 15 th street D;; touches ) Leons d'anglais Traduction de pices HQciclles us, la M.royole fut bien oblige de pi purs d'affaires ipporter uu adoucissement au sys ne d'oppieasion de I Exclusif et Fiencn lessons conclure avec lS IJ^Bh 'M TfitsIation ot offi;iA ; documenis h.-.iTt de'paiier Ctte diatribe" coi iiviir.iou commerciale. L ica ue., „ ,„„„ ts d^s Colouies se flicite: ont and business papers me u'unj grai de vie eue o ls si l'on veut— les res jonsjblcs, n l of rent que le spectacle de lur vieilles rancunes et de leurs dissensions dj rances. Mr G10I1 t> en est rest exactement au 15 mai 1914 et le Ile si i ose dire sur des positions vacues. M Giait dan> son laiteux Rue Dints discours de O o lero >n est revenu a.xo igines de la gune, aux jour nes de mai aux soufirances mil ges au pays, acxp.iLs en homm.s d tn aigen'. Ui cours dur et riri amour, implacable, rmeunier d.* l'homme politique qui a d se taire ."l lo-g emps et qui a recouvr la possi L'A. L. F. aj %  awFJBBgai _____ j__ m 1-ormat on, d'api les lois*frai* aises, d'une association permanente b g ande 'aille, S"* fvouloir en i t grer fi&a au SaejtFs r yifjVtfVT* o ^ r J*^ 0 ^.Jiow|| d\) Le di cru < d Mr Gol.tie t l a Uue e-enotis-nous devenus U Doctrine de ftfjoto n'avsi' le < MaUu N ngation mme de l histoire et rvle doit voluer rir et il |esl • de,a went tabli par le comit qui vent Triple Adisnce. E le V. morte sve. svant tout que 1 A. L P. reste fidle la guerre dans U conscience de la sa devise, ap to date en toute orga ns.io.oe. Mie une maladresse pour nisation. varit, coutort, et dans la u obliger 1 Italie i rechercha lel kl re qu'il adressait rcemment . hancealemandce qui rire l.-rait chairman de 1 organist o^perm lop.ronpnb.c U,, \.\h aUxnce neme, M. Charles Seeger, tire d ne serau P!US acc.p.de que comme hroi Allen.M. Burte. K. Stevenson i^t.l^o^.nr i a i E tt, Pein &£**"' ^SS sent ic to .u*ir. et ven raconter d sur la ncessit de maintenir Pans pr e monde que lit lie W e t re ne bibliothque angla amrieaioe mec g.gn, Gio l U. sont ou des d.gne de ce nom, un homT v "e et ncon cents eu des > g es)tti|i ou cqnfo:ible ( commod.ou? quarters jncore des gens de mauvais. Ici. well lighted ani wtli heate^) in rrsss a nous ne saoas nuels T..^-I 1 L , '* obscurs dessems de polilMw inen ,, V? P V c . m , J a , entcnrfB toit, J 4 ontn ti bien que h liste de souscript.ons son ouveite jurqu'au ter dcembre, L WTi-mNfi car l'AL: P, permanente oe dc^ • -\


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05022
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, January 19, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05022
System ID: UF00081213:05022

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Treuil iV)M N...
.... lil--fiOPRITAini
ABONNEMENTS
FJHT-AC-PRINCI
0a -s
tfl>ARTMJNTS
lia u'Oi*
Trois uau is
Trois mois
CfaANGBH
G. 2.00
G 250
700
800
Perl au Piiu Hati
Luaii 19 Janviui- li
Ne permets pas ta langue
de courir au devant de ta
pense.
CHILON
Les aonon es soat reues au Comptoir la-
atioial de Pablicit, 9 Rui Tronche t. ?..
i$et 19. st. 2*- Ludgate^HiU, Londres.
Quotidien
1ELEPHOSE : 148

1
[irepaiwiiiitofiseirOtal
A. WEMOUR8
POLITIQUE ETRANGERE L0Hi9 Utemer
est mort
que le prapi
istmb
besoin de soi tir de cette priole de

mais tnor moraie re i.La % erre a
et- in rv a ion Les 11 mm s et iti
Choses 0 o t p s htn^i, sans doue,
;n ce qui < hu'gA, ct l l.ji
dj"t on .es co sid 1-, .\ijj'e sojs
I qu I on les j ge O 1 pM bi: n d re
q | iesbomrnts iep.n,ib e ,iepu es
01 "Ttust es, ch I ii eMtctaels ou
vh"s mrxui on' ' ports p-r les
e\ e ntnts b aurojii pus q.i' 1. ne
es o 1 dirige-__ Stm ne toute te o t
rt. 1 1 teneurs a leur IA;bt, t pu eu
I a:...* s uievn*. l'artuot c. hno
m\ manqu, ce ^o il ; 1 m ns fj.ts
au se os e pli :l v li tao 1 p^-
nu 4 'ics demoen i-s foitqucc p o
d-rsi. ni de ce hommei.No; dmo-
ci aties bouig-oise, tr.-s n'en p oiui
sect gure. Uaeiques ex:eet oa n'io.
li m ni p .', 1.1 .o, mi la coati -
Sous x'rjyo des Annales Ce f entre no a et le.-, iu res f qonpr ,.-. rsum d I improvisation Nation, entre notre faiblesse 11 ur toujours celle del confusion On
ro-mti- U lit Janvier l Htel mbtiori ea bein.e infrer.chis Sen, b en que le peuple dsire des
mM-Ufi Cap par U Confier s^bl-J U grlrd; giurre a prouva riore8 ^ i.enitmb.e du pn a
\S.ai a .\ * '<. nue les |i tu nu a x ie sources -
ina Uhas te* ,ne penv-u rosi ter et
Lmsq.io les rafiaiebisseme- U tu que les Gttndl Kits sens pHUve.it **"J\* f^ l se,; em Le l
lut aa. vu-, le Couaiiikr ANe.touri s dfendre Qii ue co premd le
.leva b.-ut uuiubr du Gorueii aveu ^ s i k.o i ,gl l prsent la cerino.'i, il ne on-H .^n^ rw neiai nr.tra p y
L.ouva.1, a--il deri r en cejoir d- fdr&'ion ui uu-*it >e I(h ran
tte uitionale, ne pas appo ter les u^g lias li a 1, C^ba, P< i-> a.Cf,
fliciiotion-j uu u 1 .rai Coipa. toui la proc c 10 1 .'otioiu q\i>i et
Ilaalua le Clief de IOjcu. eti > U polul\|u il-? la plus g'a-< ict d la Geulaiinerie, la ramer afater {Uokto ;-'ou donc emie
fi,.ut de ruoriueurquila uoua eiei t no > li i iene, d*i a'le eercla elroii
ut d'aasiater a noue Kta et (l c a de nos f oaiwV s et lej la gUsaut,
_ Prfet des o feuuu de prouo ioer et di 1 or on- m nos in e f; ecmriu 4 .v^ et pnli
iiiiice d. ia tle qui ava t ai bien t>i >ea. pune;>i 1 a.peiuon'went oui
issi. t Dans la Vi-i de Ne ions, me ncuc, au C > t 1: a aoriout'i.
urne dan 4 ceils d-e .niivuu alate eat ce iie ifuedana t.etto
>o iiua-i-ii il ect dea heut-hou il (.d u'.io 1 joaa )e>d e ce
a- reue l i et avau d rrp eu qui t.i; notr u 1^1 i*uo, \v b-niue
ire U rott.e, regarder derr.re te fanl n et nsf d la RcAinae
cbimiu p*ico^ru. Sana crainla tii amai rappelai Micie e li-.i;n );:i..-u
ippeter aes fuiie, i faut tes regar ssnaam ail.e 1 Raieou, a U ace
_ei en face* et dcid t'enMikr, Launi? Mon p.t. Di cuiue qui it>a
jauer une noureite force d^oa le difer nia Eus cuubu.'veut dai.a
rme mtenitou da ne lea plue re- 1 union leuia carac res prorupi,
Mnmeneer. que lea ditwolea ^roviucea en un mer,t iN|u* ls voyons bien en ce
(Test une de ces h?urss q.te non 1 ,ui harmonieux ae fondent daoa moment de luttas politique qui de
Ivoua. Noua ftons le joui de naia ienit franc use, de moia uou vraient ire des luttes d ides, des
tance de no re jeune nation; et, ^arderioui notre cachet ori.jii.ul. cjouses de doetnn s.eiqui n sont
\erement, an mat de I htel eu m mu Nous n exittui'S que dn1 us un peu j plus -ouv. n:, que de bisses cam
al, floUe notre drapeau. Levons plus le cent a is Qj oet ce un sicle p.gnes ad Ujmijeo, s;ns .va ;on
lesjeui et liions U devise . iti l'aue 1 hiaione u'u.i pcuplet tt ce a :us eraudeur
m lei:re d'or.. L'union fait la forat pendent il n'es pee nue facult A ., y. .
Luniou qui nous a donn une Pa- une grande Ecole de francs qui ne ** ffv.l. i P"s.nl;
Crw; l'union qui uoua peimeun de honore d'avoir eu cjui e lve uu m un a*pUpmiculieremeni in;
la rendre rti^e tee et prospre llsltK-n : et cepeudant ,.e aepiits rant. ' qu qu un. en Ital e, a
fouiiaivant, le Conseiller deiuauda haiuei'8 ont fei. dea iucuitlone gio vaincn. c est le peuple; avec une
.'union amour de ceux qui oui le iu-u es dans tous lea domaines de constance aemirable, un courage
briUeux nonoeur de diriger lee des la PeusM. Une telle Nation et qui humbic mais soutenu, une patience
Hues de la Nation L'anioi au out a tant piodu't est assute dun inpuisable et une prodgir.ue iacul
m Chef de l Eut qui, daim uu uso- grand aveni t de tOjftnr, e peupla d I aiie a
jent de crise, alo a que l'on puu Et repreuan lea terme de no'.re vaincn sa part de guerre et g^gn
rait croire que noire jeune natioua devise* le Conseiller A. Neo^ouis Sa part de victeire ; il 'jani nous
M eilalt aouibrtr, accep a aveu e m termina ainsi : L'union bit la fui ce.
Dieseeineiil lotira de la G an le L'union en re tous les liai iens
Rpublique qu nous apportait l ap- enfin dcids se tenir par la umu
)ui de as aag< s da sa rai-:o 1 et pour me irer ensemble 01 d'un pas
le as fores, car l ctuit notre s .lu .ythm ls \o e triorapuale qui doi
grande et gureuse nation qui, uoua mener au Progrs- L'Union
Iprs svoir eonu rinti^endmce avec la Grande Nation. Uome uv il
iuba.s est retires de le e lui laisse discipline le .Monde. Et pendant de souflle de inova:on et sent forte
|a libre dnecti lient d accorder Poito-rtico-uue pennisUduir.bin 0'jreisoa oe la mi-tielU et morale qui rponde aux
fepreseut.tion ndtionale. Lhsoue uiviiisaiiou autiq e. LAraiique a exig-nces d-s ismpi nouve ux Le
t&t un euse-gu meut vivant, N >u* y sauv la Givi isaliou modoine et fai. c U[i t d j
ur le iue.de 1, ^^^c-e4a'tta wnf ^|'t4t^tt.
l es da^1"" n,r |i>
L'Illustre virtuose du pisno Iran-
sis i eaMi uiimtr, est mort. C'est
nn compositeur de rraud talent, uu ---------^'*---------
^T> dntri b0aW *tde tUDpU U 'Bibliothque amricaine
cil q 11 u.aparait. ae pariscom !j,ue fortifier
f? ''. U nn en m l ertra l alliance franco-amricaine
dana i> claeae de piano ae Mermoa
tel es iO_.t, 00 tut h accotai. -. usut
les premiers pi.x de utno, d'harmo je SU1S 1uelquc peu surpris de
n de contrepoint et de foKue.li sac rf,n,. ,ar.;,. ,!* ,r,*.." ." *
cda M ootelen lS7. t fut l'un C0Qsl r 9" la grande pres.vc quu
d. prof
put* s
piOJtilSl
la etc. fund de a rue de M: yst
A la S c\. dt"\ Courers du Con j'en suispiesqce licuieux, pwisqu'ain
lervetOiia jux Gooserts i'asaeloup si le ". ouuier franco-amricain"
ch z Colouoe t cli'Z Lumoureux, il peut annoncer, le premier aux lec-
rev-.la ou o terpreta uu grand uora teurs fraeais que la grande bib'ie-
bre du rea musicales frsncaises ^que amncaiaee tint de-Dousk
..g e. de t.s.< -canck lmgg. boy\ SOBt Teaus ^njUuir8 eDfre
Saints i, Widor. Ui-.uir a foud : ': ^LJZTIi ,' * *"*re
au Gona tv Une un prix IriCBoai de dAc" combats se retournera point en
4UU0 fa....-,, auquel ne .out appels Amuqte. L A.L.lr n tait.on le sait
eoocoarir que lasieunesg-ns ayant 4uune uvre -de guerre" qui oi-
e.i dois lea an annes prcdentes ,rai1 au* membres du corps ex^-
uu premier pris de piano. ditionnaire amricain une b.blioln*
Oieuiei se ut entendts dans toutes que de 25,000 volunies.et des salles
I gi-aud a capm les d'Earope, o il de lecluie spacieusts, coef jrtabits le
oi.-i.u icoe clatants. Sa mort vntabls Hdtu du penseur. L*Aile-
est nu
uso,
d.-ad pour la musique, f.an-
disoni le peuple, nous entendons
toute> les classes, de la plus vieille
uoblesse aux plus humb'.es ir vail
leurs Or, ce peuple qui a cenquii
si durement le droit au respect du
monde, est oulev p r un puissant
aiand, -bout hors d France1, les
amis de l'A. L. 1\ s^demandrent si
.---------------------------------------------, le Comit suivant l'exemple des au-
t es organisations arar-aines, paiti-
LA FR:kIlERiJ rat pour l'Amrique ea emportact
GlGARtTTE ses riches collections; mais ea vrit
l'A.L. F. avait une mission remplir
Qui ni voqu, avec quelque mcUncohe, le Ui ne deva. niint i.rmin J.,^
soufenir de sa premire cigarette t HUI nc uevaw pujni .s Hrmmer avec
L* roi dBifeaaa, lui-mme, y songeait ces 'a guerre, 1A.L F. restera en France
jours dernier, alors qu'il senirtteiu.t cordiale- afin de rappeler i tOUS. les DOaUCN
ment avec Mr Howard, le aouvel ainbasiadeur j*.u,.^iA. j_ KT
d Angleterre: douloureusts de: la grande alliance.'
< Je n'tais pas autoris fumer, racontait Sa L'ide allait d'aiileurs tre bientt
Maiest. Mais lorsque je fus louronnj; pensa- misc ,-ar |e Comit temporaire lui-
que j avais droit connatre la saveur dutaaac *,. >.uipwui s lui
en dpitdemes seize anne. mme et. dSlliJlD rapport dUlUt:
Jedemandai une egarette au prince des Asturies, qui lut soumis il l'approbation de
3S ettate den" fa,n,lle'dedara ne (assemble gnrale,|le mois dernier,
rV'ur la mime raison, un ofricier de ls garde le COm.t ClpOS.t l le plan d'orgaoisa
prtendit qu il ne lumait pas. l!on suivant u ui fut aUSSltt adODt.
Mais je me souviens de la respestueuse et iru- \i/J-.- j .* j. r
mense aitection que me voua.i le portier du la- OminatlOO d'Ufl comit dorgan
lais, je lui eiposai mon dsir et, en tremoiant, il sation qui doit prendre possession df;
me roula une cigarette. l'a r. C
ta
P. SPOORMAKER
Rue Pave.
{misonsdjb raisons profond* pour rgner
etler noue conduite et nou< dter Mnie ta d la Paix leconqui e
K. Eli" no a .pprend que ce LUuion iiitim;ent e Hali m. Lu l se ass.que pir tx.ene ice-qui
>est pus la premire fois que nous mon avec Amrique, cr l'Un ou merveillera un jour e monde, rt
nous tournons vsis las Ktet-Ui ia fait 1 a Force, vuiia <|uelh doit tre pour satisfaire son b-- on dun ordre
[icur iui doiiiunder leur aide. Dj notr devise-a nouveau, les hommes q ii fure.it, il
luie longtemps, dupais svaot meute Et levain sou verrr. la Conseiller y a quelques anne pne hier
e noua fussions1 une nalisn inde conclut : DanSI Uuion.
judonte, cou ditigious vers eux
ios ngards, et avtc leur appui toli
lue uuos soi haitons leur proteo
an conomique. Le premier soin
s dputs deu Colomec, tnhn ad
11a a siger dans les Assembles
ltiopodiHines, fut de demandai' le
[tire commerce avec les JC aU.Unis
\l ma gre les plaintes no-nur. u-es
sa commetanta de U Mtropole,
s rsppons d.favoiubl s des clmn
Ires d commerce, les dolanc.a de
Vivent les Etst-Unis, Vivo ILiti
n... .ul'l'u.m. ei tut' ju-ii.ii. 1 '
Madame Holly
511 15 th street
D;; touches )
Leons d'anglais
Traduction de pices HQciclles
us, la M.royole fut bien oblige de pi purs d'affaires
ipporter uu adoucissement au sys
ne d'oppieasion de I Exclusif et Fiencn lessons
conclure avec lS IJ^Bh 'M TfitsIation ot offi;iA; documenis h.-.iTt de'paiier Ctte diatribe" coi
iiviir.iou commerciale. L ica ue- .,___,
ts d^s Colouies se flicite: ont and business papers
me u'unj grai de vie eue o ls
si l'on veut les res jonsjblcs, nlof
rent que le spectacle de lur vieil-
les rancunes et de leurs dissensions
dj rances. Mr G10I1 t> en est rest
exactement au 15 mai 1914 et le Ile
si i ose dire sur des positions va-
cues. M Giait dan> son laiteux
Rue Dints discours de O o lero >n est revenu
a.xo igines de la gune, aux jour
nes de mai aux soufirances mil ges
au pays, acxp.iLs en homm.s d
tn aigen'. Ui cours dur et riri
amour, implacable, rmeunier d.*
l'homme politique qui a d se taire ."l
lo-g emps et qui a recouvr la possi
L'A. L. F.
------aj------awFJBBgai_____j__m 1-ormat on, d'api les lois*- frai*
aises, d'une association permanente
b * d'au Comit dire.uur.
Les ressources ne pouvant prove-
nir, bien entendu, que de dons et de
souscriptions, le comit temporaire
e J?j|.i!JiL.-..iJiLjj!L|g.''"i.'g!-e Prconi^ait, en mme tempg, la cr-
ation de cinq classes de donateurs
une obination curieuse ch:z un et souscripteurs ds 10 5'ooojfrancs:
M-mme si habile et si souple. aj;:!ons que les plus humbles dot*
Ce dis:ours n'a veill qu'un leurs nuru t le d oit d'emprunt} na\
fait mdie;re ho du;s le pays, o (w) ou deux livres la fois ( *0 ")
il u'arj^ai que les mcontents et eofu, p.ivcalarit intressante les
les liibles.Etpuis.Vl f ut en iair.avec iudiants de tcute nationalit rece-
cet pouvantai! que l'on agite i la vront gratuitement d^ cartes d'en-
moindre occasioa ; Gioliti. Si, par tre qui serntp^ya^s ptr je ^at.
impossible, |il revennt au poavoir, reux souscrirUQn
l'octog^oairs de Ooieio ne pour Le com Vsfcspre, en eftet. iunir
nit pas faire que ce qu, a t u ait IX cerAV* Suhs.ons et se constituer
pas t Le |g olittisroe lui mme un. xevenu annuel de cent cinquante
peir.e de motii mille traacs et un tonds de rserve.
sous
un peu ridicule, de La budget a d'ailleurs t soigneuse
voir toujours agiter le spectre. < la .t T.ki. . %1 _._* w,?acusr
lent avec raison, la source du
prosprit future de notre I f,
avoir pu obtenir un trsite de coui
leicuavic nclre g-anl V.ism.
J.< 1 rai ons conomiques eost au
i'HudtiJi au=ti fortes et pail.'iit
Voulez-vous acheter
t.eut hlas bien des vrits dans le
dtail mai* daus l'ensemble, elle esi
irjuse e fius; L gue; e .st aujoui
d hut uu t i Jhs 01 e quiappi t t
iu p SjI Ce. t unej'l.h-; m vainc
qne d: \ou!o.r la discu er ci surtout
Chevil de Irait tJ> g ande 'aille, S"* f- vouloir en i t grer fi&a au.
SaejtFsryifjVtfV- T* o ^rJ*^0^.Jiow|| d\) Le di cru < d Mr Gol.tie t la
Uue e-enotis-nous devenus
U Doctrine de ftfjoto n'avsi' le < MaUu N
ngation mme de l histoire et rvle
doit voluer
rir et il |esl
de,a went tabli par le comit qui vent
Triple Adisnce. E le V. morte sve. svant tout que 1 A. L P. reste fidle
la guerre dans U conscience de la sa devise, ap to date en toute orga
ns.io.oe. Mie une maladresse pour nisation. varit, coutort, et dans la
u obliger 1 Italie i rechercha lel kl re qu'il adressait rcemment .
hancealemand- ce qui rire l.-rait chairman de 1 organist o^perm
lop.ronpnb.c U,, \.\h aUxnce neme, M. Charles Seeger, tire d
ne serau p!us acc.p.de que comme hroi Allen.M. Burte. K. Stevenson
i^t.l^o^.nriaiEtt,Pein &**"' ^SS
sent ic to .u*ir. et ven raconter d sur la ncessit de maintenir Pans
pr e monde que lit lie W e t re ne bibliothque angla amrieaioe
mec g.gn, Gio l U. sont ou des d.gne de ce nom, un homT v "e et
ncon cents eu des >ges)tti|i ou cqnfo:ible ( commod.ou? quarters
jncore des gens de mauvais. Ici. well lighted ani wtli heate^) *
in rrsss a nous ne saoas nuels t..^-i 1 l , '*
obscurs dessems de polilMw inen ,, V?P V c.m',Ja , entcnrfB
toit, J 4 ontn ti bien que h liste de souscript.ons
----- son ouveite jurqu'au ter dcembre,
L WTi-mNfi car l'A- L: P, permanente oe dc^

-\


M.VTIN

La Fte du 1er Janvier
Jrmie
II est vraiment inutile d'tablir icifpressent et le coop d'oeil de toutes ( , (j m;in. hr ; ,._ co,jrunl
aucune comparaison enire la tte qui ces longues thories d'ecoiiers et d c-1( fcf,ra dor)r e panBiana la mai)
vient d'avoir Jisu hier et la laou.'colires, pcriaU chacun, un pei't L(je rciiuive fi tersiie organise)
UsociaHon mix
te de Vuvre chr
tienne
dont la mme fte se clbrait chez diapeau national, est vraiment im
nous autretois. Kicn qui noter le pressionnant. Une mloai*c*afknif,
changement qui s'eit pioduit dans L et Je J*e\ier.'d l're Fouque', cuit
manire de commeinoier cettt fit:'de 1% paroisse, gravit la chaiie c il
de l'Indpendance Nationale, il itn, pioror.ee le Ciacouis de eircons un-
lacile pour les plus pessimisies dejee L'amricain, d t i, n'est p*s vn:u
letenir que, par un effort mr noir.: cinz vont en lyiD.mais tu sauveur.
mmes, nous voulons rellement'Son hut, ici de fourni une .r.t
nous reprendre, nous ie*saisir, xorn capable oe contlouer le relvement
pant ainsi avec des habitudes cou qui s'o^ e en ce moment da s les
pablesde laisser ailerqui men?aitnii,ulaircs dliaiti. Aussitt que ce 1
de faire a jamais disparaitre en nous |eiite sera toime, il nous lasser.
mmer les uaits caractristiques de voler de nos propres a les 11 ttrmint
notre piopre individualit comme on discours en ucepnie au Domine
peuple.Auisi Je spectacle enivrtt &uj)eus Sabaotn it, a l'er-tendre toitnu
quel nous avons t tmoins hier, 1er, en faveur du Pays et eu Gouvei
au cours de cette journe inoubliib.tinement les souh.-iis si nob emeai
du 1er janver J920 est de ceux que'inspires par son st achem^nt a cette
l'on ne dcrit pas, et malgr toui le terre d'Hati qu'il vanglise depui*
talent du reporter, il n'ariiverac ja- si longtemps seul, U respect du lieu
mais 1 tendre, ni i exprimer cette saut a cont nu le> p. la msc 1 eu
rao ion ^ ont tous les coeurs 0.11 te
si agrablement iccoees.
Quoiqu'il en soir, il impoite de
faire retentir.ne serait-cequ'ur. cho,
de cette manifestation si imposan e
par son caractre exclusivement na-
tional, ce qui sera comme un d
que Ion scniau sur L point l'eclSMf.
La citnome ensuiie se aeroul.-
dans le dcor m.ijeitueux de l'asti
qui resplendit comme un immtjs.
ostensoir scus la clatti des eierges
innombublts.taiidis que le le Deum
Laud.unus que scande Usouniiic d::
menti jet a tous ceuxquin'ontces^|.idiious moule en un hommage d
de rpeter que le servaient du pa-
triotisme est a jamais aboli dans
l'Ame de l'haitten, depuis qu'il a .e
comme toult par les gouverne-
ments qui se -sont succd au foa
voir jusqu'en Aot 101$.
Nous voici au matin du ici jtn-
vier 1920 li est nu.l heuies et, uaos
l'azur de notre ciel antiien itspJeu-
dissart de lumire. Je carillon s'en-
vole. Bientt nous voyons ai river 11.
cortge Mr Syriaque C.ii, Pilei
des Arrondissements de la (Jrauu*
Anse et de TiborOfl,entour des olh
ciers de la Gendarmerie et de toute.1
\ts autorits civiles batieens.
A 1 Eglise
Le coitgs va occuper Jechoeuro
des places sont lessives, fille es:
comble uimme au joui despfasgtaa
des soltuiiltes l'artoui, sur tes BtSUCb,
tout le long des nefs, des groupes ea
^Mjpwr imii|i y iir
rel.meut souviir qu'en avril lifti
le total des :o.imies veisees attelu
ui']a 95,000 franc*. Les knights o!
Col u in Du s, Ja. K. C, Jes aiaktsa*
.deuis anglais et amucaic.le Cornue
franais au livre, les grands jour-
naux, tes chambies de commerce s.
sont aussiti inscrits pour a,'joo,joo>.
U i,ooo francs ; euhu, la dircctioi
du fa/mers Loau and Trust Compa
ny, apies avoir donne une somme
de 2,000 francs a l'uvre, eni au-
jourd'hui qu'elle se piopo->e de ver-
ger 10 lraucs dfeftfM luis qu'un de
ses employs souscrira pour une
somme ga>e, a lia que cet tupioyi
ait drou au ouue emprunt.
Ouiconque a visite l'A L F. con.-
preudra l'importance de tet.c iasii-
tution qui cuut.ibueta a tomflei l'ai-
iiatce des tiois glands peuples civi-
lises, en totouiageart reiude de n.
langue anglaise. Plusieurs humim:
emintnts de r-isoce ont dj pi.t
leur appui i iAL.i-.ct bien que la sec
non franaise de* volumes ton peL
importante, puisque l'A. L. P, veu
suitout taire conualtre au Fianai.
les n>ecuie, les litleiatuies des peu-
ples anglais et amricain, MM. l'a.
uicu; haut commissaiie de Fiaue*
en Amrique et Ltgouu, ^lolesseui
la borboune, o_t accepte dadnere.
au comit fraua s que,dans un no
ble sentimei.l uc Utiicatessc.l'A L.F
a adjoint au comit amncain.
Tous Jes Franais qui n out poi. 1
ciiDiic le cuorts ne nus allies, lou
les amis de l'etude aussi, ecnvaiu.
jouinausies, pioiesscuis, bourgeo.
kl artisans doivent visiter l'AmeucaL
Liftiary ot Fan ou tes iuduuts dfi
pays ans tiavaiilero^t terme pou.
f'tafteote.
ils Uouveront d'ailieuis aup:s de
sou aimable secrtaire, M. biar.ule),
qui a bien vouiu me communique
ces icuseigucmcnts un chaimaL
accueil.
Cet A. L. P. deviendra bientt, II.
eifet, le veriub.e symou.e de la put
sante alliance qui, tu lace d. l'onka
c kul ui ci uc l'umitiou, doit reoe.
str plu- que jamais sur Fainite sn.
ica ci la saine cuttuie.
Mauuce LOiilON
u.),e;riL- uonnaissance reftf luc
qai nots a permis en ce jou d: g -
ide nos u lundi Mott les ii- o
Je 1894. L'oliice temune, le co.lg^
se rei jinie pour se rendre.
perie bureau de l'uvre chreii nn<
en lion eur d; no Aieux. La mn
lettation sera place sous 1<\ h m
patronage do Son Ex Mr le P :-
tient de I* fiipubiiqt 3, U Qraeci fa
tectfi'rd'HoniKnr Ce ftetwe.
Mr Dams H Key. mea bre du Cor
ecit o'Admiiii.treiinn,prononcera ui
entretien sur la DfUl'AU,
lire tono ilu'iale cia donner
uileiieurenipnf, loOJOBfl en mmo:
r de uo9 preux, et dunt le profit
sera spcialement destin a lacquio
ton des cloches de Ste Anne l
sera reprsent une comdie de Du
casse, un drame lii? orique en uu
ac:e de Dants i\ ll-iy < Lutr- eaclb
tfithart : la fille 1 Empereur L*
-one sera ou ver e psr un billart
entre ien de Mme Luce A cln Ly
qui pariera de D< fi e, I heroine el
Je quelques autres femmes ceibrei
10 notre bistoire.
.Nous proncaettocs de revenir eut
les d ails du programme de cetu
t'te qui. parait-i', sera des plus sti
Hutioinelles.
L'entre ejnrale n'est fixe qu
Jeux gourdes.
est pcii
_ Faits Divei
RENSEIGNEMENTS
METEO ROLO QlQ.
ObSERVATOIRr1
DU
PT1T SEMI MAIRE
COLLEGE
ST MAtJ
A la Prfecture
ou doit avoir lieu la rcep 101 En
tite.rious voyons les E es d.", I o
les qui ouvrent Ja mu.he, drap, u
Jipi/M. ii ne manque plOJ qu'une
fantaie poui ranimer cette nnniles-
lation qui se poursuit au travers de
nos rues pavoises de nos deux cou-
leurs ei de drapj-iux orangers. A Ja
p fecure, galcm nt psvoiee, une
rceptioa des plus cord a es e t f ite
i tout le mona : ei. mage tous ici
clloits,Ma .ame la Fidie.eSi oblig*
ae mettede edt son piotocolr. l.
vaste salie ne sutrit p:us pour coc-
eair [i l ot sans cesse c oissant qu
enahtt le talon, jusque la cour m-
me.
Au Champagne, le Prfet pionoace
une b^ile ai.ocjtioa o il tait les-
joitir l'effort sCCOflBpll pir ie bou-
vernemeut de Mr le Piesident Dai'i-
guenave pour sauver le lays du ptrit
\u\ Te men?ait. Il .ve son verie a
a conservation et en i honneur du
Jrapeau haiHn,bnsuite,v.'esi le tout
(e Me T. Farci, prsident de la Ligue
u Drapeau, (icm<. Da. pceeU toit apptaud AU Faict a ex
punie la viaie penste naaonale qu.
a donn naissance a la maQites>iiOi
ae ce jour, et Joisqu'il a lappeic
^u une maniftslatiou ideut:quesetiu
.ioule, laanee demten-. Madiso^
jquare, en i honneur de nos deu;
.uuieuis, les applaudissements ie
ioub rent t* uue ct^m-ur ajum.
jit, ecoo loiuiaiu de .'le immeu^t
.tameur que la Mile de MtW-Yoi
tvant nous,avait fait ittentir en ce 1.
ja.e 'inmoiabie de Itlaytian Da\.
Mii;. c-: qui ce us donna uue emenio.
.cplus.ttpeuttie la plus foite tt l.
.nui agieable motion de la jouiulc
tait demetidie les .v.sdes Socui:
.c ta Si.ge.sse charnel l hymne pa
i Docicu a
D. voix se son1
1 e te p u: c
a Confrence d ; la Paix. C disco 1
- l'on f entait gondr ioui le pa
notisme iad g e d
les p U3 app.oudi'.
mm 'evt'e
demander l'affichage.
A la place de' M E. Vi tire, emp:
ch cause de sou dcttll, il nou> i
t donn d'e t:adre et d applaudi
vie Louis Ar!e, prclaStCOt au Lyc
So dAlexi Ei viai pdagogue qu'il
i.sl tt.ian* UOlaogagl de.>p.Udou>
vie Ariet a ealretei.u piu'.: la jeu-
oeflic de- Ero es de la s gnification
mo.aie d.- cette < e ea l'hoaneur d..
Drapeau. Son d s.ourj compor.e d
p.cw c..x case g cm.,i s qu'.i sera I
oon de tare fructifiai daus le coeut
Je co> jeunes coj i oyn<.
Poui c urer la l c,les .ves de-
Soeurs, sous l'habile direct>o.i de U
Ctire S.eur Srmuel, uue hani:nne
de mme et de taleut ont chant L*
Dessclinieunc que la foule, en se
rstiran reput ej choeur.
Pendant le iesie de la ;ourne, les
maniteitat.ojs tllfttl ainsi leur
train L'Ame populaire s Hit reveille
je ses malaises.
oomme n:>us comprenons mieux
maimtnsni la grande pore morale
le cette manitesiatiou en l'honneur
du D.apeau hatien.Si, daus le pass,
ses plis avaient fusonn de douleui
et qu'il ne restai! plus i sa hampe
>ju5 aig e, qu'une misrable loqu ,'a
Uute eu tst bien a nous-.i.mo.
pOtti n'avoir point parl.pour n'avoti
point ag', alois quune parole ou un
geste de noue pil leiait pencher la
balance.
Hier ma'io p rttolMiitot au lo
al du Tribunal del.c InBtnce le
membres du bureau (\f recensemer.tj
MM Aug Moct?, prsid^n banal du ire laitance. Tiotifoit
tgnant, .Sub-titd du Corouiisen.re
du Gouvernement et Tfssier, Iris-
poteur ries coles Dans t'etsisUnCa
00 remarqua 1 M li. DarUgoeotte
.Secrtair* d'ttoi de 1 Intel leur, Wnj"i
tiickev, cllici' -conseil de la Corn
muiie." Le but re la runion tait la
proclamation du rsultat des lec
1011a dans toutes hs communes de
l'arrondissement de Port-au-Prince
Passant outre aux contes atioi.s
pour Port-au-Prince, le bureau 1
procdku recensement de suffis*
46S, selon les pioce-veibaux dit
quatorze sections du vote- Voici Us
esulta s :
iroupe Maloire lu 2.WG vot 5
c Pierre AoasfcM 704
Jult s Darbunne b9l
c . Hotxn Util
e Z chaiie Thomas 58
A J heure 1 .ae 1 aprs-miui. lu
non dos Coneiiltrs la Mais.;.
.'ommuoale aux fins do procder l^rj.edes a
'lection du Magietiat tt dea 3 buj
ptaatits.
M. Clment MaRtoire a t !i.
vfagfsrfa Dr Annoua', EJ. Dau-sat.
Moral! Charles, lu;', ^e et Jj sttp
j'eanls-
L'iostallation officielle du Contai
oididq I auri 1er domain K
heurea du matir.
Varits
Lundi li rrfoone la Un di
Ravengar
Mardi
La Petite Maron *nde de fleurs
En couleurs
llereiedl a Ciu
La *0a Symphonie
(i piite
Jrt"di ta Tribune
La Fleuriste de Tonoso
Veudiedi Cine
Judex (*ie iioie) et
La Fsmms inconn je
Diuianetie Ciae
Judex ( 3e pisodes)
Dimanche 18 Janvier 192a
Baromtre
tminirr.ua';
rraiimura
Moyenne diurne
Ciel clair le jour, nufgtBv
nuit.
Baromtre 1 gremcr.t en
I. SCHERfcT
17 Janvier
PAPIS-Monsieur Paul Decai
es: lu Prsident de la Rpubiiq
Fraraise.
Brlement
Rou-cment arri< pur la Commission dei_
trle du brlement pour Mardi 20 Janvier m3
D. V
T. ag
Le N'ouvellitJ
Aug Un, p,
I'. n
LclitJ
l'n-au-Pnnce, le 17 janvier :>?o.
Douzime budgtaire
Il est publie au numro Je samedi du!__
leur officiel, Je deudeme budgctaiic du nioii!
Janvier en court.
Li somme U>; crdits ."1 repartir eallC les I
iNUienientk ministriel sclev A G. 572465!
110 iu.e iiatioiule et 1'. 2 .4040.7 f r; onronj
inricaia.
Conseil d Lut
tribunal
l'arquet
Commune
frt sse
SynkM des Agents de change
-oujmtree
Vvcc.i's
.voiJire
colique de aotie tx-eilcnt Ifllati
t.*ia clne, uott Ita atiophts ci-
mmtis .6 a l'iufpna'icn de no
M gind poeic l'.l/.er V.litre Oi.t Un
lwhaae un tel enibouaia>me 4U
wa chapeaux- e aont agns avec ire
jsie aux ccif de ; Vive i-Luu 1 Viv.
e Drapeau il-itieal Vive la r'isidca
Jai'i^ucn^vc 1
Le tileuct, i peine rtabli, que la
oix $Fi\c uu Docttui Hudicouit,
c.eve youi piui.o..cei uu di&i.oui
an de ses discours qui impression
ictit par Itxaiiation qu'ils commu-
iiiuent i tous ceux qui peuvent e.-
.ompiendre le sens et la porte,
ipis quclquescoosidral'cns au su-
,.1 de la ueciston du Minisuc de
' lojirucuoa Publique de laire parii-
eiper les ficoles i ia Fte du je. j u
vier, l'inapcvteui riuuico.rt, eu e|
venu au poiui importa. I ae on u.s
us eu il a document par. Ai
icdc Usine ne la Kace Hatienne,
ou p.ui de .a R.ce N^ui fai^ I
.sbaii..,j.oui stitimci clic OOitlint
jOUVcIk, i injustice enante faits a
Ne lai^snus po.n., dsormais re-
i.oidir cet eu-tiouMasme et ne fer
mons poiui 10s coeuis au cui:e dt
a t'atne, au culte du Drapeau. Tra-
vaillons enutknir ce culte et a le
Jve:oppcr dans le coeur de nos jeu
ns iraniens, tt, un jour viendra, o
partout dans le monde, ; os couleurs
rnabdites pounont claquer avec
dert- accueillies non plus, avec m-
pris, mais entoute d'gards et, sur
1e mme pied a'fgaiiie qe celles
Je la Rpublique de Ulws ci des au
ires Icpupiques ?an-mncaines
qui n o'iit j uiuis pu libre ment Uo.tei
)ue sous rcineie protectrice de la
ur-ude banmeie ioile de l'Atna
que.
Mais pour raliser es m gn fiqu^
perspcciives d'avenir,ii jus faut r-j
solumcut marchai avec totre pui..-
isele allie.A elle de nous cheicher
la pat qui nous convient dans la
reprise du labeur mondial, i elle de
nous piter son appui financier, ctt
outi Ijk- indispensable qui nous per
mettra,.; qui pje^fftia mon Pays
d'-voir ..eue lois ^lte place que nous
n'avons r/e tiouver a tt d'elle f t
des autres pu-s.'-ances. la table de \%
Conltetice de Versailles.
iciemit, le a J-nvier 193^ fc
R. H.
Le Livre B ea dliait, prpar bar l,
Colonel J. B-jscom fanes, et publi pm
la ComtgnU Biographique, a t reu
par lt tt'esi lnite* Trading Co.. pou>
tire distribu et vendu. Le cuitt de eba
que volume est de six dollars or Ame-
ttcain.
Le Livre Bleu, // premier de ce gmrt
qui ail itUMU t publie sur Hati est
jO'iineut pi pur ei adtnirablenunt reli
Lu dehors de la partie illustre, entier t
ment intressante et d un aperu bislo
nque sur haut, tl contient de spleiiidi:
photographies et d intressante* notice*
biographiques sur des personnages hoc
mments ae la Rpublique H y est e<
outre, donn di magnifiques fibohgra
phies et descriptions des principa es mat-
sons de Commerce.
'lotis ceux qui ont vu cette (vuvre
Pont acceuititt avec um tialteuse uppn
batton.
.Nominations ;
Xous avo s appri que Me Fcl'x D'imboaJ
rptiteur au Lyce Ftion vient d' re eorami./
>ionn>> comme tiuii.s-i.-ur au du Kiahlissemeni,!
Mr Moravia Morpaau rempaceMr I-lix Dumbcll
comme rpOutcur. Tous nos conip iments.
instal'.aton du no iveau curl
|ie S te-Anne
Imposante tiicmonie hier matin en lEglise I
S:e-Aune ou S. G. Monseigu.ur (kitun proce-
Jut a l'installation du nouveau cure de l'inttn-1
-ji.t; paroisse.
Le !?. f. Benoit fut prsent aux fidlesm\
un substantiel discours de Monseigneur apretfKfl
ie nouveau cur clbra la messe.
Nous nous faisons le devoir de saluer le dfait I
Je Monseigneur Scaug dont te souvenir inpt-l
issabie rappel en la circonstance, produisit Uj
plus touchante impression.
Navire sudois en rade
C'est ce matin qu'ev. entr dans notre nie l:
.roiseur sudois l'ylgia don: nous annoncions
arrive. Ce croiseur uui a 400 hommes dqvi-
jage est mont par le commandant Cuunat Un-,
^er, secoua : Gustaf David Wilhelnison Lilli-
.e.k. Les autres olhcieis sont lc> cap.uines Ni
.-tiJoll rikeroth ; Helge Hjalmar, i-nminua
jtromback; Ake Wilheliu Herbert Gretoerg; |ot.
iiamerna o.t Harold briksson etc. l?iotec-
an: de marine est Lopold Nathorst VinJohl.
Les saluts d'uuge ont t chang*.
Mariage
Mercredi dernier a t bni en la Ba.'iStfue
-tare-Dame le mariage de Aklie Rose .'iartim
ivec M. Antoine Musc:, lit ont t cotaluiti a
l'autel par M C. Husso et Mme t. Se/e. Trots
iouptes duroaoM eseortaient les nutis: Malle
iosc GuaJjgnol et M: Maurice DesroaaMur Melie
jabiita Assad avec M. >.:mnianu. t Moii'trosier
(taient. Iule d'honneur: Mclic a vou;ie Ausiu)
au bras de M. Genari A. Martino.
U crmonie tait rehausse par l'orchestre
Juroscau et une magnifique illumination.
Les invits se rendircut, aprs, uans les salons
lu pre de 1a marie o les attendait une briJ-
unie rception.
Nos meilleurs vux de bonheur a l'intres.
sant couple.
~
,/eUtfJ u,inoues par les Mai tes i^^blesde SVile,
u,
A vendre
{(MJ 1 oises de tuf calcaire livra-
Pneus Gordon
En vente chez
P. Spoormaker
Rue Pavie 108-UO
Prix d fiant toute concurrence


Il ) AiA
-A,
MBl
(

c.
'95
0.
fn
M
I
PJ
fa
S?
"'M
II
Hauts Prioapts de qualit
appKqris de peiic: choses
1E mme idal )c; de construc-
^ tion et de naflio d' uvfre qui fuit
des Pneus FirotCoa un A sr place-
ment est appliqu la fabrication
de tous les Accessoirti pour pneus,
marque Firc-tcns-
Oi Mot ebiutruitt tuivant le concept
d'hommes qui counament les exi-
gences du pneu. Destins servir
des geai sans connaissances
mcanique, ik aoat 'un ucago com-
modeet c*^ peut fera te qu'ils
tiendront ci place*
L. Preetznum Aggc:i;oIm
Port-au-Prince
Accessoires de Pheui
./*fS
y&
>sa&
"s;
Le Maximum de Kilomtre par Franc
A 4
- .lam'jL'
il!
's
i]
Iront! I ^ sir amer c 'Von f cfe lu
: !||j[ P tiama sera ici le 2'i ou l2oJti>-
llJUUV vter courant en roule pourrvi-..
ARTICLES FRANAIS
La maison Mai: Monsanto '
litit?, c/ii Magasin de l'Etat
attend pcr^le stam r franc lis Caravelle j ii sera ici
/e lleourant les articles suivants :
Chapeaux et ranolicrs de (oues
qualits pour dames et fillettes
; Chapeaux pour deuil
Serviettes damasses
Nappes, Outils
i
Chemises fantaisie pour hommes
Parapluies, Mouchoirs de soie
Cravates nuds et rqates assor-
lies. Gilets de flanelle.
fil et coton
matelas
L Paquebot CAIUVEI LE pe
ra Jeudi 22 rourart a 0 heure* pr
igp du malin pour Petit Gove,
m Hni ien Pueito P'*t*t San Jua
f l'ueito R'Co e' le R*f-
Poitau Prince le 19 Janvier 192<'
LAgtnt E. ROUELIN
ht steamer t Caravelle de
Compognie Gn raie Irnmi-
ntique est entiu hier ffptjt midi
\itc l s passagers suivants renan
Bordeaux et au Havre,
bordeaux: Mme Baudry,ll.P.
t hem m, iJcnieiiXt lieu P.OU
te Sonutul l.ev. P liuloiijiou-
illtr Mut tel Kcheierrv.les .'ur>
schbach, Oust'n, tioblin, Ggtl
emtille, Mesiah, J.udia, Luv-
nce, Homan, Mme lietnodin, t
famille ; les rvennns pres Ht
aid, Le Fur,
il prendra /rt ' possajen.
Le steamer Gduds serti
ici vas le i ou le, "26du eo-rutti
et laissera pour N$W- otk, pren-
dra fret et passuijcrs.
I Le steamer iVmema* am
' tera dans ce porl vers / G do
\touian'e\ plira peu*' Cnslobai
le mme iour.
Ha par cl S S. Une
Le S/S (City ol Vutbla a lais
r iXr^YorL le 13 au courant,
sera ici mtes-iunniwni prenant du
frl de retour i our ;V -
Edward M RAPHELet Co Inc.
t vfn twmtrimn ia l
Ls* Foussi^n Eva Emile, propii^
aire deuifuitul vi|l<> de Por Fiaient, pic Vient k
pobiC qui! n'e t (1 s re us b e
d'avant^- de ,c": s de ea f m e
oiivia Alexis Ardre pour cauto d'
nbie, rt Rouvfn ce prffuiavig
iotqo'a l'at>enl#de divorce.
Pur. Piment 15 Dcembre i9I0
' .. il!1-
*"?..*
A vendre
Mouvement
maritime
Lea d^fihes pour San-Jcan de
Porto Rico, New Yoik ft l'Eutop
irUmi'hra jeudi tratin 0 v, Son Ju"n Par le fcte,1,cr AK,;
.L ; j levai rraim .'GEUA MIonl ferme ce toirx
vmptcue du matin pour Pc- ;^^.^
Gcdvr, Cap-Hatien, Pcrt de Celle roui Peti Civ. Jrmi',
ia, San Juan de 1 oilo t.tco it fayea et Curtao, par le S,S COM
L t re MhV\ UNE, ce aou 5 heuie-.
CfrHeH pour Jacinei et jiMiago, par
|- Le steamer tCommeijwne > )*> 6|S FLAGSTArF, dcawiiu atir l
la ligne hollandaise est #r ^PJSf^l
r malin venant Je Neui-Yok
les ports du A';r U jart ce soir pour le Sud
uropevi Amsterdam.
Et Ctllt'8
Rico et le
pour foi te
pour San Juan de Porto
Havre ( Colis Poh'hux
la Fiana ), par l S|S
ClIFZ
TB/NSOCKAN U5 4 DING & Co
SUk du QUAI
Soca vides neuf* ei detixfto main
Papier dlmpiimtiie et (Feoballage
Sarheta de papier, Cordages, ficelle
(l-iiiiquea vides en bois Ht eu t*T,
i.'f oii'-ttt-H, Manchettes, Peiles en fer
Mouis becateura etc.
Paul il. kik
Rues du Magasin de l'Etat
et 3'raveiitre
Vtmneni d'arriver :
CbaiBfp, dodinca. miroirs, carpf ts,
depcentfs de lit, nappes es dcint;sf Viennent d arriver-'
1 lot de ISion-Shid
Gor [irickiiver lowi), auto,corf, Tires
3t3 1,5 :J0 an 1 32 do !af?.-32x.'l 1/2 /iO>nd 42 dollars
iichelin-Auto-ires
Pour] quantit, meilleurs prix.
H. Murad Sons & Bros.
Mres de Familles
C\:
Change Etrahger
Transferts par chques et par
cbles faits dans tous les
vays de l'Europe
Non ftiaons OD0 ipcidiM e traiter sur l'Allemagne, l'Au-
triche, la Hongrie, la Pologne la Ronmani*. la Fiulande, la
Scandinavie, la Cz^rho Slovanie ?t la Jngo Slavi.
Noua oflrons touiea les facilits pour obtenir le change en
Narca dont on peut sa arrvi" en tout temps dans le futur |irer dea intrfs dara I lD' Le bas coira aclnel du rliaiige fournit une raerveill^uan
Bcaafon pour un placement i-rolPable dans les nbliRatioia
luric'pa'pa actions de barques, actions et obligations indus
|rielles allemandes.
Nous sollicitais les dmamUs de rmunumtnt
a ( ARAVhLLJt, Jeudi W du couiint, d,j b,8nc 8IJperifur, casineites!
: a biurts iiciees du malin. palmbeache diagonale rt casimi.a
suprieurs, bazin piqu zphits as-
toi Us, fimilis, naEouk pour linge
rii, aliio's d'or, voiles, crpons,
fantaisie et toiles pour robes bas.
chufrsei '.'li3U8b( lien de lii pour enfants, cha-
peaux de paille pour bo.nmes et
pour enfants, formes jour dames,
rubans de louta aortes et tou m
uunnees toutes largeurs, goulaches,
colliers, liesses de ccie, chemiser
blancbrSit couleurs pour hommts,
parfumerie aasoriie d iioubi^ant, J'i-
ver, Pinaud. Bourgeois, C'.lgate,
liommadea moelle de buf, huile de
un luire, poudre Moka, Fougre
Royale, Moremyo etc- Alcool ae
rneolde de R'cqls, calerons, cbe-
iniaette, B. V D. bretelles etc,
N'oubiu z pas qu on ttoeve de tout
ci et mtilleur compte- ;

PLIS D'ALLUME!1ESI
Doruavant n'eirplou/. chez vous Que l'ALLUAJEUR GAZ BEHM1ARDT
E sploi facile, iufai lible, indispou
sable dans lo mu ,:: plus fur tt
rorill-'ur marche que les allumettes-
Fabrique avec lo awilleor fil dacur
lestoit cuivr. i
Poor allumer, il euffit de ioiudra
les (ils d acier.
La fabrique los cxpJie par mit-
ions dans toutes les parues du
iLOnde.
Ea WD* ch'z Mme . KM 1BOIS FILS
;/; Uni i'i-i 'criire, Porl-auPrin:f.
JOU\BlR\S&to
1801, Ruk du Quai
Bonhons aciduls^-
par caisse ,

t
TERIT0
Zimemiann
[tmbre de la bourse de \fu-Yurk.
Maison fonde en 1872
1?0 Broadway KfW-VOM Broadway
et MM;, m QASTKS-lMTiMTIKALab
!V.a.rrauY.ri;n. -.Erl*:i\\ mue j
n'Auibranii/c, tolMi ul >. Cnr.ktlpatlon,]
: t i 1 j
; i :i ijIi. :. i.....ii. .., .'.ut. m, J
i?ioh dThT'i.ir; ptr Viuut di
\ I 'i ^ S
I I
' !
i
li nus i ,t AwnsEPriQoj
ii M>.-.nr lit CAl-rTf
1 Jl/.'.'ia* i4r'i*.- , -, ,,, i -, iruU,
la Jne as St \iOv r ur
|ViNIOOOt liMYKRNEl
V ti'.t uni .: o-.r,cr.
Lait Condens Nestl
En vente chez ftTSjff^mZZ
Hein ^foiio\ Htriui Berne Lud vie Gros *"'
En vente en ffrm
l. PrietxmannAggrerholm
me. du Qu.at
..


Lfe M*Hh
*
. .-*.i ,---T.- .
Assurez vous contre JJR
Aux caves de Bordea
/6#?, Gran-l'nne,W36
A dressez-vous la plus forlc eorauagnte des K (J n. ?Jr .-#
J VeposUnire des marques franchit
la HOMEJMSim*NC2 C de IV.-Tj 3KV ,"
. ^ ... h a *4 I iric.lin M.vc'vt.i Vins
agent Gnral pour Hali:
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Iroffflcz voire Maison, votre IfjfMi vos dpts au taux ls
plu* raisonnable*
tfaiHm Mare*au
BORDE \>X
P. Fripio &lo Cognac
Av'sj e cj ncc; du (PO* maiciar.di &d-a maiaousc -dent s>>|c'il Ijvij aux prix dec.es ma
i rix coflrtwt sur d maiide
Il >e met 1* disposition c'e tous jour (eus rmte'atii l{
o essaues et les o mnauacs fa;il excuter d reetemeni
.,'MWWr>lr'--o"-:*Miiwf -w..,
"*-Mtr

Aucun trais de EOiDmission ni de Courtage payer
Benseignez-vous sans frais par correspondance ou2
venez discutervotre problme chez J^r
Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai
1>
La maison
Veuve barnancoiii
a reci
Poatiafifi t S
a essai
4w0te itea Ilucs Jtctw et di* Ce* Ire
2 Mdailles d'arger* Efpciition d<&rux*Il< s .910
Laboratoire de (himie Mdicale
i
[IVofVft*, PrudnW rlimhuei et pnatmacMulqM1
Jsac5alin f ; t !=cs pt niricini'
Prparation cfc'tucs ampouKi rnW.Mnxnteusf.s strilises
et injectable*
nfc!tliffci ttownizir&bv'tmf ampli H fewujrirvoi.
kktfjttJiSttr/re. Srum e orlfd rfnijls*nt les paqwH
la'.cifinu Il } a iorjouis en itork : X< resthofe' Shop pecorali
Elir de Pensjlvaoie.
L&pltaire du PBEVE\TL
UqrCsentanl dci tuMusemeBls (MteUto
Pi amincie
AUtrtiiii-EWatLl
1UKT11L A. 1-CittSr P G. Su
m s-or
Fonde en 1850
Produite clumques ut* nui!
leuits Lbius de France et d'Aur
irque.
Um Dentifrice K. lin s
Pariuituie iii;rti5c tt tn.r
ttlUfc
reliis' \h\ig Siore
SlKxet&ar lo ALuijMUWaLU
i s'.ablished 1850
AutTtciD & uicues. Beat ihintadi row En
icpe aiid ihe sia Aoueueau prescriptions filles,
fouet) & meneau Perfuman
fouet \Vate7.
tiet il at l'etrus'
Puanuact Graduate of Temple
UoiViuny, i'hiladelphb, Pa.
9 y^^^^^r^>7*|l**Mr?^"*g^y^^-'^'">
FUMEURS
Grand Htel de Fran
u.iq.x'.o;iv91 r.utntion c.c-..e us iuH. C:ti.uB* i ttu .. M,... (itabiiseiiient de 1er CIIOll
tiuiuF,pi,iv.m.mk,cp.avu.i.k. NrVHALr.-KF, feu uaiwi^wu---------i" L'uine erceiieme
oi:b. Amtkbio-Scl. aout OafcMTa aighkurs. __
Fotre sant est garantie, vos liai
m*h de fumer conserves jusqu'
veille&se. Adopte*
ha Crole \
pliieute cigarette. Elle est dan$\
tous les quartiers.
15 centimes le paquet
Ucpvt cent\ a/, Dr tle lufatx, Hue fioul
pas
^-****-"" *mm*m*f+ +**.^ **^m ll't?liyj*'"'v"'^f>'VT'fftI?*;T,*'*T'^"*f'
CTH M DOSE ^ I "oui ici soies K.times de la leinine. | JTfj mf% le Job
fANDCittlXt. A*rte Us hiuonagies, suppume kl vapcuis
. et miaraiie
nitiriNE CttUa Biilb, l'ALUDtaui,Colqdw hepatue, Cikrho-
tl SES, DABTIC
tieprtsentant des laboratoires Tcrrial
lAf1ini;y.- r.trrrrt l.(l.'s..e. contre tikt'.ius gaftiO-^ff
LAX'HlXt,- Siclqiw do la et tfipaUoa.
ou ne fumez pas
/iU ^^i ses cifareiifs e ta^ac
3U boiti s \ apiera JOB ven lui
en deux mois,
Un routcau steik rst alt.ndi.
par Caravelle
Agents demand* partout
Mr Flix VIN II D
teul Agent pour lia ti
SUuaiioit exceptionnelle
Chambres arfeeft iiar uioderoi
PROPMTAIIIE-:
P. Patri/i
DWAUU M
Rew-York
RAPHEL & Co
Porau-Prince
Spcialits h Produits
Kuuoi el
Mr Juan Bautisla Davi
4Je tii'sir d'ennneer 3u public en itrai.que sens F<
uvrira
C?ti Grandi* Maison de Modes
* fiottar des Bf-xaaA Nei^Yok. 11 y aura un prard sccjjj
coi unes con(a0i ; nh pt-i r bomiD<*i. femmes et ei fui'.
trouvera f ikmeut une ar: su; dj rai-u i; l-jui. bien c-noue dar.s la h.mie '
le elte > lie
La Al ion vo it a, en O'J'ie. d s rrarcbrdi ^s d1 p'W
choix et a un i ii\ d fiant U>ul|| concutseuco^Tous ses a'i^]
PI &W c?wuiiis;o.s des ^luagiand fabiiqucs des K'-d'vi


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM