PAGE 1

u **W.>N Otl Madame Holly 511 1$ th strcet ( Rue Dam Desiouche3 ) Leons d'anglais Traduction de pices officielles de papiers d'affaires Fiench lessons Translation ot officiai documents and business papers 'endr ? Et vous est-il permis d'espt J ei que la Toute Puissance divine interviendra en votre faveur ? Votre peuple l'espre; mieux, il en est con vaincu. •On reproche ce peuple si. trop grande confiance en Dieu. On s'stfoi ce de tourner en drision l'expression profondment chrtienne cependant, par laquelle il exprime cette confian ce en Dit u. De prtendus sages mime parmt vous n'y veulent voir que l'indice d'un fatalisme aveugle ou d'une stupide rsignation.Ce peuple, fataliste ?... Ce peuple rsign ? ? i Peuple gar peut-tre mais ces' tout. Ht le mot plbin par lequel 1) exprime son invincible cenfiance,mo* que je ne craindrai pas de rpte devant vous que je consacrerais plutt, s'il en avait besoin, et ie taisant sonner dans ce temple Bon Dieu bon . Ces troi mots ne sont point l'indice dune me rsigne ou stupide, mais le cr d'un coeur vaillant ; et il suffit d< les avoir entendus une seule fois su les lvres populaires,d'en avoir saisi l'intonation vgoureuse et pro.'oudi f iour en .comprendre la puissance et a beaut Bon Dieu bon c'est, i quand mme de Droulde qu a fait vibrer pendant quarante an: 1 Jme franaise et a prpar la nid rvanche. C'est un cri de confiant quand mme, une annonce de victoire car tant qu'un peuple a confiance, i) n'est jamais vaincu. Rappelez-vous les prrles de Foch: Celui-l seu est vaincu qui se cioit vaincu . Et cette confiance de votre peuple en Dieu, oseriez-vous dire qu'elli n'est pas justifie ? c Mais relisez donc l'histoird de Yotrevie nationale Que de fois n'axez-vous pas v en se prir .' ( .'ue d( fois n's-t-on pas vsticin notre mort Le dsespoir a pu effleurer l'Ame des graeds, jamais du peuple; il eait ticp bien c est son refuge et sa foi ce ; dans les bras de son Dieu, pli lt que dans les conseils trop soi vent intiesss de ses innombrable* sauveurs. m Et aujourd'hui Mais aujourd'hui, mes frres, ce peuple doit il retirer Dieu sa con fiance ? L'heure a t elle sonn de ci, re ee peuple qu'il n'a pies rien de sormaia attendre de Dieu V Oui, si Dieu perdu tout pouvoir sur terre oui encore, oui surtout si ce peuple a mrit que Dieu l'abandonne. c Mais qui donc aujourd'hui sui tout, oserait affirmer que Dieu a per du tout pouvoir sur les peuples ? L'e boutissement subit et inespr de 1 guerre mondiale, son issue mme, ue nous montrent ils pas que Dieu est toujours la '? Et comraeui te pai noua rappeler ici la vigoureuse apot iropbe du Grand Pitre Joed au tirai c'a Abrer : Reconnaissez, Abner, a ces traits clatants, La Dieu, tel aujourd'hui qu'il fut dans tous les temps. jl sait, quand il lui plait faire clater % sa gloire Et son teuple est toujours prsent sa mmoire. Et ce peuple t'a compris, et il a battu dea mains an triompha de se amis comme au triomphe du Dieu cerce. Non, Dieu n'est paa dttn, t ai l'immortel Bossuet paraissait parmi nous, il coairait reprendre ia belle priode Celui par qui rgnent les rota et do qui relvent tous les empires. Mail une question angoissante se lve en mon esprit Dieu n'a t il pss ttandonu ce peuple ? Ce peuple n'a t il paa mrit que Dieu ruban donne Y Eh, mes trrea, pourquoi Celui qui voua a si aouveni sauvs voua abandonnerait il aujourd bui 1 Noa pchs '? Certes ils sont inom branles 1 Nous buvons ici l'iniquit ccmmede l'eau 1 Noa mesura? biles sitt dana l'ensemble, abominables, et noua forcent tous, miniaties de cl Dieu, courber \ arfoia le front et a rester sans rponse devant vos agresseurs. Notre perversit ? Elle est immen se* Egoisme et jalousie que nous sa vons si bien voiler sous de nobles dcors, injustice et inconscience perversit de l'esprit et perversit du cœur A / n'esssyons paa de nier nos f&ctes, en ce grand |our de nos assises nationales, imitons l'humilit Tromper L'Organisme Pour Plaire au Palais c'est ce que font beaucoup de personnes qui prennent des toniques alcoholiques quand en ralit ce que leur organisme a besoin c'est L'EMUL SION DE SCOTT Puissant aliment et mdecine an le faux estimulant de l'alcohol. Faits Divers' RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES OBSERVATOIRE DU PETIT SEMNA1R B COLLEGE ST MARTI y, N iVe:c:edi 7 Jtvier 1920 Biiomtre 764.I minimum 194 Temprature l'orgueil du pharisien plein d'hypoi criBie et de pourr.turo nore. Mais, chez nousctdela faule>,il / a la rparation,il y a nos BoulT.an oe8 et nos piiies 11 y a les hommages solennels et publics que notre peuple sait si bien rendre S Dieu. Je tez. mon JJieuJetez les yeux sur les jeuples qui uous sntourent, voyez feux ou de uous qui vous aune le iiuo.cousidert/.its temples que noue /ouseltvonscliaquejour maigre notre itresse, coulez les accent* d'un oeuple >ous les jouis en pn'ieF, et /oyeez comment nous clbrons vot> l.ea ti vos fcuien. nta, et si I impie ie a dellni.iveu.ent coiquis parmi nous trop d'adeptes, d autant plub coupables qu'ils occupent un ran^ plus haut duns notre socit, mai* comptez, mou Dieu, la mul tudt de non peu s ei.K-ntd qui vous reoi vent dans leur innocence, voy poucia vous ai radierle pain de n ooucbp, on nariacheia pas Dieu m notre cœur ht l tsi la raison de notre confiai ce i Dieu nous a appris lui.mme t le bnir, et il ne penuettra pab qut de ferme m jamais les lvres u'ur. peup e qui invoquent ton nom. Conclusion Mes frres, je le ssis, il y aurai 1 tmrit A cioue que Dieu nous sao veru eau a nous, mais il y aurait hit aie dire que UOUB nous sauveront dans Dieu. £t si nous tions a ut point lduiis que nous neutsioi^ qu'une carie jouer et que noua tut sioua dans ce.te alternative, de u quer LOUS mmes le coup ou de U ooulier a Dieu sans hesituiiou, je voua dirais : fanez votre jeu picise que l'Allemrgne PABIS — Le niveau de U Saint s'leva encore pendant la nuit dei nire de 27 centimtres Un prvoi que la crue atteiudia son maxiuui aprs demtiin sv:c une nouvel^ nausae de OU centi.ntres sur la c te d'ai'joued hui On continue • %  prendre des mesures en vue des 1 uondatioiia pusibl-s, dea oam >> OLtam nag: pourreccvouv 1 1 J %  1 %  %  m* ni les itois res. 11 VLKES — Clm nceau poursuivant ses visites dam l<*a localits di Dpartement du Var reut parfont un accueil chaleureux Hyeres no tamment des ova'ious entlioutiastei lui furem faites. Plus de deux imn> personnes escoilrei.l U voiiur. pi* sllenuele. l.t'8 manifestations de sympa .bise succdaient suiis interruption. De toutes les fer..re* des Ileurs so 1 jete* dans la voiture de Clemenceau. PARIS — A U soiee des inend bons le dpait et l'anive des iainde la ligne d'Oiieana auront iuu ; la Gare d'AusterbizBErtNE Le Prsident de U coi disposera d'un dlaide 30 jourspoui fdra ion suisse reut l ncuvtai livrer le matriel au dessus de 19: mille tonne; Le Petit Pirisicn craint que ne us n' vois pa fini avee les icrgiverss ions de l'Ai m gne au SL t ue la question du ma uel de port. Il e?i enindre, diiil, qu eliinvoque mcore les Dcess.tta e.om m qutpi ur en retarda la livraison Le CAIRE'— Le Maichal Alimby partit destination du Soudan o 11 lencontieia Huissein Hedj 1. BAK LLONH-T Le lotk out est IOUJOLIS en'vigueui Ou'sigDalt jou .iiiun.ici dtsutteata-s d'un carac < lOCiaL PARIS—Le conseil supime an i s bases u-un airnogunent avec 1 A lemagne relatif au transfert de 1. Service Wational d'Hygine AVIS Par suite de la gnrosit d'une grande comppaie amricaine de produits pbarruaceuiiqees, une cei taine quantit de vaccins a t mise a la disposition du Service d Hygine d Hati. Les personnes qui le dsirent pour ront se fane vsccir.er sens frais l'Hpital Gnral de Poriau-mi:ce touB les jours de b s m 5 p n., samedi, dimanche et lunei excepn t. Toutes les pei sonnes qui secep tent bnicier de cet e offre de vront spis avoir e"t vscciuees se 'Hpital dana le del REPUBLIQUE D HATI M 117 Port-au-Prince, 7 Jauvier 1920. Arrt La Comrrission Communaie lu? t B de la iv* charg d Ailuiros d AintieraeTuULON Clemenceau an louiou ei icpaitu pool l'aris au in lieu dea aLti .moi: 1., LlOHf£ — iNitti .n 1 poai p. li VAh uVlli— |*u, kWs ki rec u. vœux uu coi, s u fi'-'inaiiqoi m m uittic ue l'antoiive et dea ie^ < seutanis de Kolchik QO FinUule t. Jdleliouie. Un congo imposant manifesta J vaui la deuieuio de Padewki lui ot •naudaiit de ne pa 3 abaudounti soie mie politique iViwUi dclara qu. paitirau tvrockaineu.feouvflbtbsau 1 Je repos, mais qu'il reVMudra bi 01 a Varsovie. AI'IILINLS — Le 101 se iractun ta cheville dioite, il lesiera nnmobi lise un mois. Un prsenter a voulu pour que Ion puisse se rendu du pubhcain de i'£vangile, et non [compte des lsuUats obtenus. X Vu les articles Coneli utiou : Vu la loi lectorale du 4 Aot 1019, 1.0.1n iruut qu'il importe de il-. s i gner Us eiuioita i.- doivent stenii les buttai. x de "ot<< eu eue des l c uns con munsleb du 10 janviei en ctuiF. Atrte ce qui -uit : Art. 1er.L?s bureaux ledoraiu des eix eect'.ons de \otede la C11 conscription communale d la cou. muni de Poit-au-Pnnce nont ainsi r* i r lie* ; P rte Nord de I v .le lr S-ciinn de \oto (^ boraux) Un piemier burea au Marche du Pu;e Maiclund (fHf-ile onaatj o -lui' l'Iiniadts lecteurs jnac.itfc au No 11 u Nu ou. Un deuxime bureau au me 1 endrou i^eade ltt; oii Wa^t adm.ii. maximum|)0,4 des lecteurs insens du No SOI at .\o 1 003. 'M .Sectiuii de vote (3 buieaux) m premier bureau au kiosque du Del Au o saune admis oed eiei leur* iu%cni8 dt NolauiNuHOU, Lu deuxime b IIXKU au lOvSl dt riliuoal a e p„ix de la section Noie o seiom udiiiia ues lecteurs un iHlta uu No Soi au No l.flOQ, t n utitieme btre&u au local de 1 L COIO pruuaii• ouige pa: Mr A. llumu lieo c seron aurais d>j* elee leura inscrit du No IJUI au>ol7ot a Stttiou de voie : d buie^ox Un piemier but eau au kiosque de ia Place ludiaid o otio..t udiuib Jea lecteurs msti.ts m No l ai No 800. Un deuxime Oui eau au Marthe aux betiaux o serooi adiuid o. lecteurs UU No HUl U Mu L OJ'J. Lu tio.bieu.0 o^ru. u i.q .,K s me tuas le Seiv. u itUique t, liyi.ai.o o kbiot.. au.uia t-lec ia Leuia inscrits du No i.Oul auNu t AKI Us 5UU uctA VILLL qn.c bcu: U i, d vo c 1 Umcau Uu Mul Duie-u .;tw oui au kl** iue du Champ ue tia; 8 o s^r-it Moyenne diurne Ciel clair j >ui et nuit. Barontic cecttirt. 1-SCHERER A l'Arohch et " ** Ste Rose de Lirai Le Comit d organisation a teii 1 l'issue des manifestations des ter :t 2 janvier, a exprim ses remercie nents i l'archevch eli Ste Rose de u ma. A l'arch:vch, il a t reu par lu irchcvqaesCojan et Pichon doit es sympa hies agissantes pour li pays sont connues de puis longhmpi Mgr Conao a dclar apic, lesre nercuments du comit que, soi cetnt voyage, prolong malgr In* 'avait piiv dassi&ter ces belles I pieuses manifestations, il laucail vivement regrett. A Ste Rose de Lima; la principale provisoire et la diredtice du Pension aat oui dit que PEUblissemecl n'a tait qae sou devoir. Usera toujoon iieu 1 eux de prendre part* de si noble namteilat ons. Que ces simples paroles, dites de pari et daurepar des tranger>,soDt igr^bles et rconfortantes. C e>.t pourquoi, nous avons de^ naud ks reproduire en y ajen ...a', nous ittMi, notre grand merci A TDcDle d'Antitone Naj IQ Dimanche ap.s mid. A 1 tcole d icm. lempi du F uitail St-Joseph eu leu une petite lte patriotique don iiic par les lves de Mr Antitone Najac. Une estrade pavoise aux coulen monales avait t dresse pour. -ir-onsunce : un beau discours pa eue Najac ; de belles roC sies.de .hauts et deux petits drames en u .cte ; c La troup: ambulante • ei c Ratou et Bsittand oui t aussi' ntendus. compliments aux inteiprttes ieui devoir lectoral, nos contreres L'Ilssor • 4t La Nouveiinic demandaient hier iec .,v ;;-.iut.u ,'ciid.nit b journe du 10 Janvier. t^omuic ceU se i.ut dans le monde entier et -oiMine on l'a vu ici en Janvier 19:7 et en Juin iyid, nouj so.urnes certains que r.\J.-unisiH" 1011 suprieure d-Jcrtera le 10 Janvier 19W our non ouvrable. 'de Pressent d'Hati bo;d du t JULIO Hier aprs-midi b. li. Je Prsident de la R ^uDlique, accompagn des membres du Cabinet >t aiie en visite a bord du Julio • dont n juuoncions l'anive en notre r.ide. Le e.liet de l'ttat a t salu 4 l'aller et retour par une sale de 21 coups de canon. Deu jaives de 9 coups de canon saluercut galernen ie cliel ue 1 UccupatiOD qui tait prsent. il tait 3 heures quand le HnMcni lai le nia^nir -,i:e navire de guerre argentin. iNai&sance Les poux l ous Hrisse nous font p.tr de naissance de leur fiilc : MAKlE-THfclU.SE. admis des lecteurs inscrit i du ^ 1 au N 728, jme Section de vote 3 bureaux n premier bureau au Tnbor ie lie instance o seront admis 1 lecteurs du N 1 au, N 800. Un arae bureau au k : o;que M Ste Anne o seiom admis des l'. teurs inscrits du N 80: au 1 16 JO, Uu 3 bureau sur la place dt ton Si Llair ou seront admis ds e.tueurs insciils du N 1601 ai N w 176. 6K S.ctioa de vote -2 bureauJ U.i premier bureau au Magasu ^n ul de l'Etat o seront aat" JCS eiecieui, tuscrus du N • i .N • I90. U.Ucuxiu. bureau au bnreai 4L serv.ee Oc vJimeires ou seiof j admis des ehcteuis du N 8JI | N %  it>oi. An. — Le prsent arrt fl aj irobalicn du StcuL.uf d'EiW< -i. %  +*• % 



PAGE 1

i : -*4 %  < — A—i t ta i ... ' -1 %  ; %  ,. 2 intrieure et I ,< .,. \ Ol.--es 1%.,; ., ( ; corn Un ladi .-.-•• : -, „ b-m-i. Cea *. 1 I 0MBM*IM S-uniqui .... 8AVOR dmoliv^ AflaH gdtwtf p. r Hait' Fdw. M RAPHFI ft Co IV. Nii Prlo # / .\ BREW llpconsttliant Moisson gazeuse Donne force et vigueur Chez D. ASCENCIO m Ml -ri-, £ %  •'•'_ **> •-r rMi THE PAl MQLIVE COMPANY. New York end Milwaukc-, E. U. A. ricWiicur fers ittprinr, affi.l t< iicuie 1 i 1J dif'grrcs du Fiinkni del Ccrr.r.i.tOD Corrmuni.le il et du ( bel de la Police de cette vil! Fait i la rraisen t en mincit le ; janvier 1920 au 117e de llude'pen dance. I,Prsidt \ Ch AALHPHONSE Les Membres ClfftntMAGLOIRE et ]. L. 1IO MAS. Vu (I approuv le Sc'c.''in cll;t de I h lncur B. DARIGlENA'rj Avise dpart Lr.s dflites jour Gor.aivis Pprl-dt-paix, Capllamm, New York et l'Europe, via N.-Y, pat le sUamer lie notre tmtfrri l'Eecor dam ion montr d hier Les lections communale H Us amont lieu dats leplu gfnd calrrr, l'autoiit lerant d teeur de voir la population de Por tu-Piince œaaifes'er librement ei faveur du candidat de son choix I es fraudes seront rprimes d' ps les prescriptions lgales ; il m sera permis i atcunlecseur de vote ut ux eu plusieurs lois ou de corn roettie d'autres ac es coadamns pa U loi. En un mo: la plus grande sioci t du vote sera garantie* Nous sommes heureux d'enregis Uer de telles assurances qui fortifie notre confiance Jans le triomphe d< la candidature du candidat Magloiit — le slcmtur iGoethalst de la l'a/wn a venant de Ntvi Vo/A / athdu arec 1CC0 tonnes de mar(handisi?, 14 passagers et 1\6 sacs de comtpondancC' — Le steamer Vrins Willem de la Hjne BoUandt'W est erdrt hier, il p rtira re roir paurGonai ves,Por-de-Pui£,Capet'SeivYorlr. — Le sleamer Venus > ve nanl du Sud es entr Ce matin, il partira demain pour Suinl-.Varc. — Le sleamev Comnwijn laisse a NtH-Yolk leO du courant pour fo j or\s haiiens. Marchandises attendues Le^tcamer CARAVELLE qrl e-aici vert le Ut .:ou-*it epr.o-teiiie autres marc! an iei A t$ CO^attfoa Ion V n^t barriques vin r< i ge t Bo'drai \ i unaartiques v-n bl ne de Bordtai x 8 caisses vin roof, lian en boottillas |Msrque kCdoo ciG av.i ftc caijafs I qupurs asjorties ( Anisei'e, Gac. lippeioiinib ) d quai t suprieure. Un bon aaoilimeii.' de conservea frar..iiei Sardicea, Thon Ihuilc, Marquer aux eZh&x pu n DP. comme la plus grande parti*d ces r ici a est dt\\ rserve-. D:ire ceux qut en dsirent de s'irterire eu plus t pour le acllcPrix modre • I PrectzmannAggrerholm Bue du Quai Madame Lefvre Angle des Rues de l Enterrement et Uants Destouchen Nient Je recevoir les anicks siiwn'i q 'elle \e?d \ m rr ; t ai fiant toule cotcuneiice. -PW-aji mm p*a> Varits VENDREDI Au profit de I Asile Fraaais. N OUBLIONS JAMAIS Film ex raordinairp. 1G. 8 00 SALLE DES TRIBUNES SAMEDI BAVENGAR 3 pisodes 50 centimes VIS Lepiblic et pariiculirem; nt les habihnts de SaintMartrn £ont aviss cju'il a t gare dans un jardin i S.int Mai Un une ponliehi soupo I rouan lampe des lettres I*. 1 I 0 ne rcoaa,ense i celui qu h h iera,re louver. ..Poil au Prince 29 Dcembre 1919 VIL StMKXANT LE MATIN' en vous levant, prenez 11 n verre d'eau rendue ptiUaata al rafraidiissaute a l'aide du A vendre i(J0 Toises de tuf calcaire livrables de svttci ^C* un tonique ^* d'avant le d%  O" J jener du m*tiu qui "7*,^ provoquo l'apptit t la li^ostion, chiroit le cerveau, *'imule le foie et a i'effet Jjsir sur l" intestins. 11 agit nataroUeni int.aam jatatit cattsernic-oliquc ni m ili : \ %  %  • %  %  '.'. Ira, lir pour i tafttati ''t l-1 niiiii'L'employer lemi'in. %  'es b Ifl comnnco:la journe. Sralt f-^KUi 1 I C CI), Ui., iMini. (iajlatar.i) !• %  nt'4H>nm".ttltii. *)'" mi"jjJ 'i)-iirtwlM0M* gfr En vilt J'in '>i'i pharmfin. %  p Bues du Magasin de l'Etat et Travcsire Vientent d'arriver ; LCbafsjp-, dodincs, mircira, csrpels. descentes de lir t nip| es et damessep, driil blarjc sii|)t s rii ur, casineites, Flmbeache, dtagonals et cesimus supiieurs, bszin p'qoA zpbira PSsortis, eimilie, naosouk pour lingerie, cslico s f'or, vtilee. crpons, fsntaisie et crits pour robes bas, :haufset*es pour hommes et femmes haut sel tes de fn pour et fants, chapeaux de paille pour bo.nmes et pour cnfBtts, formes pour dames, rubans de toutes sortes et tou'ee uuanceF toutes largeurs, toutachis, coilrtrs, treasea de soie, chemises blaoobit et couleurs pour hommes, parfum'rie assortie d Doublant, Pivtr, Pinaudj iourgecis, C Igate, peimmades rnoeltt de bœuf* huile de juiuir.e. poudre Moka, Fougre tUyale, Flora m ye ttcAlco:l (te ner.ll^; de Bicqls, caleons, chcuiBeltep, B. V I). bretelles e te, N'oublrtzpas qu'on ttoeve de ton! ii et a meilleur compteLa Maison B.Martin del Rio Vient de recevoir de'^ forts itoeka de marchandises suivantes : Farine Coq, Poule Rouge, Poule, Saint-Laurence, Goliat et ;autifg msrqu'8. Matgoa pure lard^en fer blanc de 1, 23 et livrea. Maotgue Je famille 1, 2 .3 et 5 livres. Lotolec d^ et 10 livres. Allumettes Srr.o keis, Proecto, Climax Riz pemmea Je terre, savon Arraour, k c:iue oire, locamale, Wiener et le faine ex uist prize. Porer extra de, Mslt; ihacuit Soda en fer blanc de 4 e. 8 IVICPHuile d 0 ive a'Fspogre RJI m re CQ ftiblarc de 1,8, 1,4 |,s et I g.illon. VILS Xrs (excelttnt) par tllon. Epices : cairu le, rnufead 'Oivre. 8ni8 ftoil. Beuire de rcble Cupcrhegue te 1 et 1,2 livres tt luticain de 2 livras Beurre de -uitine Chalcncer et Par iem en fer' •jiane de 5 livre Sa' l ut ce 1,2, I -',3,4, livres. Houblon. 'Err.ulaion co t huile de coton 1 f-1 blanc d" l* ga Ion. hicyclette. 1 ?!C. li.Z' lut^ Chapeaux de paille el,"en toile pour damss: Chapeaux ronge et rvt pot r dane •. lirosses dnis et pour tte Poudre ta!cura, Eau de" Cologne Eau do toilette Cold cream en tubes Sacs a main pour damea Savons de toilettj et pour lu 1. siivf l'a e pour h s dnis Jeux de montre chane et un canif Chines pour nioi trs Lsvalires en tui Brosses Prophylactic Rasiors EveriReadyet lamoi Jeux de manieur e JtOl ae toiletir.i Montras bracelet Lotion pour t.'tj Ceinture* en cuir pourhomnea Chaussettes, chemsea et pijaenai R noire B Rjtdy Toutes por'e9 de conservea Peinture de tnutea las cou'eure varnli etc, e c. Verrede cou^ura B g ies en or pour hommes et pour dames Epingles cravtea Boutons manche'tee Penditifs pour dame Njeseairea Viennent d arrivera 1 lot de ion-Skid GQodrGh-silvrhjwn, auto 9 c ord 9 Tires Mm* an ^ 33 do-tara-32,3 1,2 40 Ind 42 dollar* Hichelin-Auto-Tires Pour quantit, meilleurs ptiœ. H. Murad Sons & Bros. Mres de Familles PICS DALIUUEIIESI navan^employez chez voue que l'ALLUMEUR GAZ BERNUARDT C N rV><-x J££* l S fa cU ftWlliWe, indiapai Khi H i marc,i f que ,f 9 •m*teeLa fabrique 1 • expdie par miU i. o nde t0Qte9 ,M ra,Ues du Dor En vea g chez Mme JOL1BOIS FILS ;*j Rut Trm*rniri, Fo/t au frwu, --•-•• -^ *# %  •



PAGE 1

1 i'\ -—*,>*.. ^Wm vous"contre LE FEU A. dressez-vous la plus fprlo compagnie des L (I La HOME INSURANCj (7 de N.-Y agent Gnral pour Hati: Eucj. Le BOSSE, Port-au-Prince Trottez votre Maison, votre Magasin vos dpts an taux ]-•Pharmacie. FSBJuUBltS .Angle des Hues li u.t t dv Ce tre 2 Mdailles daiger* Exp:£ition de^Brixelks 7910 Lai oratoire de ( liimie Md cale / DiOgOfrV, Prrdi/iH cMffLjws cl plnrrrrrfu iq<;es. S|.i''il I *' s I'.-.' • lin se' t mricainf!. iVparation de kutti ;>i.i: ut* .'• Iiom nieus-s slrilikOfl i t SnjCC'i I 163. S|c'all^fu — Siuro? rmslljn'qi simple M firmpin rx. — lodliydinr/ie. Piurr ir liorard remplaant Its raquei' jtralcifiauts de Feuler et de /fallu' ! y a torjcuis en stock : Nevrcsibofe' SifOp pecorali Elixir de i\nsylvjnic. f pisitaire du PBEVESTYL Ri [ri sentant des OtaMissements (bt-tibia CI Ol)£Oi .Al.rpo h rOnxi usrnirr. aiifmrrntfl 'a force de -ivif indi'fer aable dais NKUIUSTIIXIE, TcracnouLore. ( O.WAU sOM'.K. I"l IISI.MI.M' N l.l'.Vi;'^, AKWE. i l.lil DH A LE. IfifOMNJtiS, l\\i.l> COI LPUIIS. JL60L— Jlt'ei ) 'f >e l'u.lfftl n i 11h roilr* CfNfTlPATWN FNTERITBI \ i ru .! %  >-, l %  i.\uti nom ta, DY8PBPIH, liiofunna. Il (LOXil*-La*e le ( (l (ff ra'is et eu tares L\XU'l\K,-Si 6JCque de la cci UipaUoo. I\. celle* ls bi> ci tir eu lui te. On en houvera /•; boulange* de ternond Placide comw sous le nom Lie Boulangerie S Antbint i ue dis i :!cO k^ugrafieisJOB vendus eii deix n oi*. l.'n C0liteu stik '^ ailtudn pir ctaiavtlle' A in hls demands i ar'ai' MrFel.xVlAlUJ Seul Agent leur IJuiti Votro Bont est garantie, vos hahV tndei de {amer conve* vis /tis/ue la vieillesse. Adoptez I La Crole I Dlicieuse cigarette. EU 0$t ifoitf (otis les q tartiers. centimes le paquet I Dpi t central, Ihir du la t ote, iueltouM Grand Htel de France Angle de* Rues Roux (t du Quai Etablissement de 1er choix Cuisine ioceellcutc Situation exceptionnelle Chambres ares liar u:od EDWARD M. IIAPHI L & (.o 'euhYorl Vortau Prince Spcialits de Prodiits Kapoiel Mr Juan Bautista Davi 3 sVleph'sil dVr.nonccr au public en jrral.'quo s:us peu ouvrir Une Gronde Maison de Modes ifioa'sr les Dszara Acw-Y-.ik. 11 y aort un grand sv.k ^ cott urnes con'eciionni pcirboœmes. le m mes et et finis. Ui r uftri galement de lins tbtua pour la collection, -ir pi


PAGE 1

Ti&Hirc EBli fy XfQ ( ICfflent-MAGLOlHfc Ji'.g TUB -PROP RUTAlttg ABONNEMENTS FJKT-AU-P1UNCR U. no : a G. CO JEl'AHTfiME.NT* l (i u on G 2D3 'Iro s u cil 7UJ TrOii DiOJ I 800 Les annonces soit relies au Comptoir IJ. ternationa' de Publicit, 9 RUJ Troochl, Ta. lis et 19 II. 2j, Ludgue.Hill, Londres. rl-o-iiD" llaiii Quotidien 1ELEPDOSE: 148 Jeudi cV JjUavfer 1920 attachs une conviction, expriment leurs suffrages, et o les autres, tn iifftenis, sceptiques, ne volent pas, c'est le vacte de l'galit sociale qui est 1 , 'mme qui se trouve menace dans son premier principe. Tr.-l-FlCHER m&fllto fOUHHJB El SIlllLES Au Lyce PETIOX Vo ci 1* confrence file par le Dr Pressoir au cours de la fte CLivc:si airo offrt I* 2 Janvier au Lyce Ption. Les Ftes Nationales '•• torre'fondante spciale au Matin IV Le Salut hou avons dit, e n.de courts ar i L CJ/M tais t. bol lie v tante el quelle fuie U les cous que ics* dt celle .cip TttilCe Klitt avons furlt ment leuhit i. nsullati acquit par le regimtd lu dictature Ou //iul uinat en itutaie. tut j./ict: nous manque pour . clussemenl a rcnvcia le empile 1 (>*<• j luffltscl ijarcliuapuiri leuut />* dog ns tristtulias, /s* procdure 1 qu xitualt /,s tymuuulii militai,, .• %  jl ett offirme Sam le totielt c.. i< mporaiitts, par la conqute du suf' fr-ye unacrael Pur lui, tlireic. ; t'i'ic penseur*, dmo mtes, |0,'fd IIH j dxl sacrifi I ur tcurit tt leur V:e La dictature, qu'elle vienne d en haut 0 dm bus ne (eut dus il te loitu /1 i / homme dans U stade actuel de son tic \ uapptmnfl U mit ctmttmpon Uitros, tortur par cinq annes dUm\ guette air ou, fan tre tnoineian.nin i uiiourn de sa voie par ds txjftrttnct SOcilis byter-modernes li sa a finale m m sauv par le tlair gll e qui tnspt t. iiui.klin. Lalayttu tt par I ternel u j. mu ss,e des Droits de l ho mue et ,/.< a tovn... bous c'ilcn.oiis aire ; h rgime bot(btmst dure icpuidani. Mais par que'h moyens et dans quelles con huons } L hansmc lui mme a v. u deux cents ans livquistiion espagnol* trois sclcs fQuel QE ques idialhlts font remarquer que le cal 3| me ligne Moscou. Par a'eu faman Vans nt fut aussi tranquille qnau Un m nain aes massacres de Stptemb c 1*1 Hest et Paint de kussit que nous est vi vue ta /intense \brast: *L ordre rignt a wmsavt Ou peut cnmiilcnr embto) de J a ni du bon,!, co lire la rpublique J s $j Jpiets comme barbon ou u.ojp., lune, on ^put non SVft mbtft craindre que h jvicio re d'un KoiLeak ou a un U mku.e 'ur. mne la Kuss e > mi te teejHr d un desb umilita,, e m m eu ne peut faire Vu bu\ tt doux peipe rns, etii 1,11 i.l Les co •i''fji eocti d 1801 -V. savez que bo* ppri ont v i itttiis n ie oix uillilOOa de lum 1:0 jjHi.citk d. I Aine que du 5>-i oi. e' J'ivi es de I rsoUv-^e. fout u'oi od la pieimie revoltr iea Ainncaiiia du Sud contie I iiaagO • cde que djigoa M ribda, on IDii'Q Cuiuptguoii daiuic-9 de Du iioumz lui huit m.e par Deacaluiea, Sur ton odie, le comm^odafit a 1 iiioodUsauieni da Jarmai.lagloirt 1 i\e g^u aiu d.i. a la province d< Vo..Zii-i.. 1 daua outea letAJUea provincea d reua.ral a lui.i loua le uapeaux de l'iudi.endii.c Changement d' xdiesse ..'.' L)r Voluy Hjuzer, derlisit, iionua u bd Dieuv>i.liL,ie ubantle ,u partir bu J-.viei lUalJ< .ou nuiue %  %  ia na .-.1 10 de la Hua ui. Je> tec a la Hue i'vte ou O.nlj Da oucoei au No 427. ig laullaaOua Da U, — 21|'2 o Il reut 4,00U fusils, des carton 1er janvier en la Basilique elles, de la poudre, du plomb, dea me. provisions d* toutes sorip- tt 11 Comme nous lannonio-is dam nain R'nl? i!a vai.i m s regards cherchent numro d'hier, nous publion~nujmrautour de mii o se reposer' d h m te beau sermon de Mgr l'.dton c Et cependant ieapwnce chtQM prononce le jour de la ccrhmne du niand m ne dans moa i ne ; mais me uii'-i presse imprimer. D s 11 lina turent autoris.* a foire artie d-) ^expdition. Ptioa iutervi 1 en pour aplanir des dilli ud-a avait n sut ^i entre Bon* -, Ue.iX v.O:ilp kjll I I • |H vi*"tl* H -11 'if.A u li COU) no o t An y 1J 1 d A n > Voulut au durinoi Bol >.. Potion pin d'e i^ijiea m<*ura U"ui em entier 'es i.avire^ de quu%  a'" 'es dyes. Par Fe-> ramontran cas, n p#rv nt H ramaner 1 harmonie au - i 1 dm pa H an e I ludop 11dene de la Nouvelle G ausdi 1 il Si rosser les dore eu f. ii- t Monsieur le Prsident, M ineeigneur, M-Fro e-, t un lf< grand Jmneur pour l-K^'i d'.vui 1 s'exp \\i-i chaque ann-*, i pai u die,devant u e aU'Sj aagustt assemb'e sur noue Vieoatio uleeties novensqu'Hilc estime les p us propres i 1 If r nir t •'Si galement un honneur pou l'orateai iacr du 1er iaaviei de pouvoir aborder ave; toute la 11i.imr.len du coumo be-lde la chaire chrtienne, un su.. MZTZ r.*,'.*:i• tsfi" ical r*^' seu'e-Trnt djt suscite ch& vous baltiu 1 Aiis-i d %  si JIIV-U au our l.< mu Jen', • cri de vus b iiia^uainm et g ande est 1 etnu 1 MI' mon finale ni >e n pi tir Mile ives" 9 Untt q U e |l 8 me montre, seul un auditoi e chre iea peut le porter. . le %  Texane donc, aupri oe c.ux d en•re vous qui ne seraient plus chrien< ;our eux ce discours ne sera >lu3 qu-ejne parole viie et sans chaleur; mais je m'adresserai i la misse de c raiiou d'esprer. I.— Dieu et les Natioas t Dieu est '.etnel, si parole s*i dr.'ss; 1 lois les p;ajle. l).;u b'tll iiense nilion de rveurs ingnus et pue i;s 1 injure de croire qu il ne merilc pas in meilleur soit que celui d cire asservi i,quelques uniamesde petits Caracallas. bans aot e il a, et: une heure critique. trahi la cause le la fuslice et de ta t). iij.ralie Mais il la Jail au cri dt tt'ax bain et lib.rt* i\'esl ce point m cbdttnunl suffisant pour huden avoir — deux ans aprs ta home de tiic t Lu sosk pu atteindre aiuun de ces but y oirs lesquels il lendad de toute son dm iesonentee et Saignante} Et, puiquu htut ehtiiher une solution au protiieun russe puisque la tranquillit du monde ,n dpend que les gouvernants stage ilni a en trouver uni mais que ie soit eto'i dts oniiuatioih clmentes (ous lu indices /J >l mien) eie,lions auovtCt, de MostOtt, lis dsertions dans tarnut rouge l obporautisme de uninc tt u eUiialt' voiie ace ae 1\ a>sin '.uns a nu „r,ni'que fin* n so u ne ptut oin ba> loin u une so.ut.ou q,i pou ra.i .n ment lemos. taire b-jusser (tscours de 1 1 bourse et rtjonit tel cq.ws iprn de paix, mis de tmoigner h s sen haenu'de moi co.!ur "inv-is Votre Excellence et de laisser h po.iiril un tno iu 0MM h ubi de vo re pbil.n • ou J se di-.-j-, si je dev ai 0 nom n r CJ.Utue luutoui d i,o 1 :ihe 1. > L uddo un aux AUinci os d 1 •S ld a lirt H'IX U jer, Dtji Dsssa'ioei avait etny a'enipnrer de la pof 1 n 01 e.i 1 Et maintenant ourons la BibleLe vieux p4triarche |icob,le pre du douze tribus d*lsraei, sentant sa n 1 prochaine, appela aupr; de lui se? un, visible motion Mais cet ho.i-; h pr0 p r j ti duuun peuple par..:a .u. t -: „,,! ., ,c r.. n:ur n f v ' P^s sans pril.Lorn.ne;t. |j. r ,| csl le , ere d , oa; lc r s it-il.j. uisacab'du puis eneil t. assurer qu.on est A ,'ulp! es .Dieu ne S dsintresse du so-c •e.il.iKo tout voua .: aiss navre tilituire, q.. 1 on iard'aucun Dttplr, m lis le puait ou le 1 dojgeot. D„;8 ua la^e ses esprances et ses ardeurs, jioit, selon qui! re,.* t.ou obie.v piuclatmuouaux babi auts de Ve que l'oa ne va pis dioevoir l'attente sa i 0 ; T-i \J i>' ;„,„,,„, ,,, nzuae laialti dc-ets que je gnrale, que les paroles n 1e lon': r t " r es g d. is eMdlar pour l* nberi dea rspprts a prjno cersoni bien celles esclaves, M no sais s., me sera per quil fnt ttin entendre I Qu'attendez vous, en effet, .lu predicaljur (Jj'il lasse in Plge de vo; Aieux Cer. s.cetcl g, vous H m zieciendr^, douz, fils A ducun deux, il prophcr un r si de leur g oue rejaillit USi SOJ ded,n. Arriv i foseph. ion encire s. r vous Qu, .xilie votre rr!;> ,| pr010nc : Qai ; ur Joi 1 *p ndacce ? KM neo e un ihev e;cecd.nt toutes les b.naidions c mequ sou. paiiV Pheure actu lia D. u; sur tes pres, binediction des ta.d conseil lu donne une nouvelle saveur. c ha nps -jltf, bndctioo des fo s Ll c. p d l I rre semb.e q ^'en y rs f ec0 xks, bndiction de la paix < t e b r: I bg ne vous doit autre u r la m j on h e uoenou.iime plus sub,t.n-j Ce sont les badicton; eue liele .Lotcb npirmivojs enetftt |i CJ prouoacera sur son peuple eu o t oecide ei leur coeui de ne voir | „d oduisaut dans la Terre Promise. %  • t \ C S l ? uan e f J " P"?* lr P Vc que ji t'ai don l une terre eu envi hissant Winsiui qu un g.. ... . UJ II ic^n pi 1J p .--i la de le, mais les circooatiucea n a.e.t pas alo M I .vor bls, ii ye. p-it uam i-i cause d.a Damtuujains "Oites et l'appuya l'ancienne colo.ue en rHt d'une arme de nommePlus tard < cia la racoiuaiasauc tance d llaili, c'est la future Kpobliqq T-atorze rn. le juiv.er qu'un honorab e meoaboge I toi l'abondance, pw a mo.ssou tu ; u r iisss lia-, p us u ,ie cha ^ u —,1-5i-i* pour ssm toute com, luatioii ul M ure uvec isSipagite en exigeant l. racotnali '"Cmon des aeux que saocedulaifaccomplipir la runion ' ; le touie l'j e soai Tant uit du g iu /.rueuient liiltien. Car Cbarles X t Le que demandent aupurd hui 1 loyers. L'on c'"!..': n ; s -" lqu:ves • ccsl M" pressent sur la branche nourricire. tes enfants se presseront autour de la. asm mortelle Et alors, 1 ora'tur hsite.C se tournei r O trouver Us puisse niai raisons "d'esprer qae es m;s exidi la prom to m mio du \l.\e prtendait traiter 1 eutla partie traoaiat seule et v.on pour la partie lepagOOle. Aprs la se;easiou. quand preaidei t San ami eut rep ac sis t rts ous lu |oug do I L pagne ei |ulsdalrreotdenouv u aeiibTtr c. s encore ie gouvernement b .we 1 p.i leur du ma soi appui MT l'nricanon ua la cour de MadiiJ tut telle Cueilli expdia da ia r.Q MUI I ami id ttubacava qai n< fut etoiab que le. plue mie, nia -ai ie paumant d'une indamnite Je Cl l J Qoloniale c Jeux cent mille dollaia Telle eai la houmes remarquables *a e de reeouoaiaarnce contracte luvera nous par nos t res. Nous ne nous arrieiODI pan faire rapaajtr devant v>ua toutes ita losaire: ions q i eurent lieu dan catgorie table, et tous seront rassasis, car le suis ton Dieu, Isral, et tu sens mon peuple.! 1 Et lhovah ajoutait; < je serai ton dfenseur, Isral, uo des tiens mettra eu tuite dix de i :> ennemis ; el dix des tiens mille ds ceux qui s? lvent contre moi peu pie.* ..lit> | 15/ah ajoutait aj$sij: Urael tu observeras mes lois e; mas buumes remarquables dont plu " .";" V. uu -^ w j •lauraooteu une rputation euro,l oul courage 1 tes .s et 1 Ipeuoe. Je m'an^rai plutt a voja|f BM x cs mi lards ceQt mj.trer l'imuO>tauCs capitale ds ui' u,r0i 1 devant un seul de tjcaiol -. un m bai o la d'etraajere qui nous venaient irouvaUune iuoaUon et une civilisa,._. ... joa suprieures de beaucoup colles jpicepies. Uae si tu ne le observe; dont He so.taient, socit plus mura pas j; te chtierai moi-mme; i'in.iiasatato'.i lue a eo-Urodaini u lamiae daas la maiioa i a prudui dea| tt u mort lon foy r; jealv<:Ml 1 tout courage a t;s lis et toute prucent des tiem tes e.inevoloiit d s signala,res de I a^te ds ^'Slusq a'a ce que j t'ais clusi d ,...• n^iwuv 1 iouepaudanMi la signifl :atio.i dajLi varia qi je t'ai donnai, anqae us lias avoismdiit.es l'imiiatio.i des ,eurs ''^ 8 et la leon q I'IIS noui tq connusses qie je suis toi DltU tlsl ions, a vos liu-morer 1s coudonnant. UtC si le peuple hatien, vit el toa Sauveur ours q je nous avooi donn vers la COii P'^ q atte poijqe d'born MM frres Dion en rftm' 1 Q, lii da sicle dernier aux patiite, uns aval vjaluqiil oxia'At. Rien n, rj !e a'uiilw 4 •. 1*1 ne laisi.t preateutu au lendemain RT1 .IK-,^ du uioiij.j de Uclerc ia ihose,^ i. • **~ ;;• — uouvell qii allai' ; ,• t corps. Lauuissaa. comme Ninive tuin et u J -.u i. . • , 1. Ju tl!li co,n ne Uibyione, ses jours. Les Kiguiiua J(Jiaat les eu.c 01U com > W: Lieu ne manque ja naot du l'oaaaaiut. i.a noir su naUj %  Si parole. Miis heureux les liant du m.i.a re. bail nwoa ec ^ peuples qu invoquent Dieu, tussent1 ''''' ,u l P' l '-s mattreaJiia aux portes du lOaabeaa, et il les ' ) a u %  • J li,1 "* oapraedra pu U main et les ramnera. -• 1 >• ponr rendra| u Umlre ei la vie. ubxina N 1 • en avoua ase 1 dd 1 |i oar q les ndros ds 110 le lu%  paud %  udu ige :a face uo n. taire. lia u'uiit peu; tre pas prvu toute* t-a conaqaeues de la rvolu 100 i.n. temps* qui rejette n • ne es feo t p s 110 us %  •' Ui • K ai 1 • vo-i. %  S u ut da • plu i'i toi ..a', o II, I a liais pu • UCvel %  vu 5 iptei 1 r, v n 1. a lonib •• de u t auto 10 u l*BO ; te 11 i'.IPUII ,i \ ,y „ , dig> 1 . avec de t'aie, IUQJ et goag'U • i MM 1 ii 0-1 pj 11^ plu* dure 1 oppression da tanYanonl untraron '* i'eaciatr*ga. I.J cluas eniin, le .il Ja-i tiaJii indtjf.ilajtl moles. (d sutvrvj II. Votre peuple et Dieu lies frres, pouvez vous appliquer [a vu; e peuple les promisses ei les |avei issemenls que vous venez d'ea


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05015
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, January 08, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05015
System ID: UF00081213:05015

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Ti&Hirc EBli fy XfQ
( ICfflent-MAGLOlHfc
Ji'.g TUB-PROPRUTAlttg
ABONNEMENTS
FJKT-AU-P1UNCR
U. no:a G. CO
JEl'AHTfiME.NT*
l (i u on G 2D3
'Iro s u cil 7UJ
TrOii DiOJ ___________ I 800
Les annonces soit relies au Comptoir Ij.
ternationa' de Publicit, 9 Ruj Troochl, Ta.
lis et 19 II. 2j, Ludgue.Hill, Londres.
rl-o-iiD" llaiii
Quotidien
1ELEPDOSE: 148
Jeudi cV JjUavfer 1920
attachs une conviction, expriment
leurs suffrages, et o les autres, tn iiff-
tenis, sceptiques, ne volent pas, c'est le
vacte de l'galit sociale qui est 1 , c'eai la libert dl> 'mme qui se trouve
menace dans son premier principe.
Tr.-l-FlCHER

m&fllto fOUHHJB El SIlllLES
Au Lyce PETIOX
Vo ci 1* confrence file par le Dr Pressoir au cours de la fte
CLivc:si airo offrt I* 2 Janvier au Lyce Ption.
Les Ftes Nationales
'
torre'fondante spciale au Matin
IV
Le Salut
hou avons dit,en.de courts ar i L
cj/m tais t. bol lie v tante el quelle
fuie U les cous que ics* dt celle .cip
TttilCe Klitt avons furlt ment leuhit
i. nsullati acquit par le regimtd lu
dictature Ou //iul uinat en itutaie. tut
j./ict: nous manque pour toutes ili'aur d Lcolter ., t-:s univcistiea au te pria
cife iln dne ejanicu /*. m homuni
apre, lu r.volultvn et mur*. ,il rem-
plit parte aoi/mulim juiiuliste le
pnis uoil Aous iiudnons pnuvo.i
uurr,r ta vit de ce- Hauteur t< viol -
niai a de yme, couinant* fur rtfutti
(IOH, coupeur .u/* ni ux plutsna Ut
tiloyer.a-iommtaauues en bnMt dont
l a (Mira oe nuii vt ae l'oit an pli un
pay< e 800 1 oubli ta houe, lu.
MulotuttducuHun intiMCi'l-- du jt nple.
Sou tv, tirions pouvor a cne iea
anniversaires sovi utfS ut\r la puinpt
pu, 1 il-' el tnquntunte ai* druinriea
inuys plucts autour le* moHUMaitt*
ri tubariola$fmimrite plaque mm
I s murs ut tt fie s
Il suffit. .\ous nous sommes in.erdn
de faire tire de polmi-te. Mon l
/uita pur.eut plut eioqut minent une Iea
argumenta de cri iq e. Nom crvfom
que les ma.ctmutiuis ont t simciia
loi n'/m 1/1 0*| rtnv. n l r y i me Ken m
lj Ces yens avaient un tdntl il star
mclhQde. Ma l difice qu'il* ont tons-
tiutt uposait aur un fondement ftuytli
lune que, uaue I ur fivre de futtii-ts
me politique il ont rtfue ite !env
ample de cet dment jrijf qui repose en but lionuiw LuihjVi
d la h'Jttti , 1-jnie tllisloie mm|
qu un cri d, colaviU's uMetvt eu
futeur de la Lib rt. Lesptl du) a>.
clussemenl a rcnvcia le empile 1 (>*< j
luffltscl ijarcliuapuiri leuut />* dog
ns tristtulias, /s* procdure 1 qu
xitualt /,s tymuuulii militai,, . !
jl ett offirme Sam le totielt c..
i< mporaiitts, par la conqute du suf- '
fr-ye unacrael Pur lui, tlireic. ;
t'i'ic penseur*, dmo mtes, |0,'fd IIH j
dxl sacrifi I ur tcurit tt leur V:e La ,
dictature, qu'elle vienne d en haut 0
dm bus ne (eut dus il te loitu /- 1 i
/ homme dans U stade actuel de son tic \
uapptmnfl U mit ctmttmpon
Uitros, tortur par cinq annes dUm\
guette air ou, fan tre tnoineian.nin i
uiiourn de sa voie par ds txjftrttnct
SOcilis byter-modernes li sa a finale
m m sauv par le tlair gll e qui tnspt t.
iiui.klin. Lalayttu tt par I ternel u
j. mu ss,e des Droits de l ho mue et ,/.< a
tovn...
bous c'ilcn.oiis aire ; h rgime bot-
(btmst dure icpuidani. Mais par que'h
moyens et dans quelles con huons } L
hansmc lui mme a v. u deux cents ans
livquistiion espagnol* trois sclcs fQuel
QE ques idialhlts font remarquer que le cal
3| me ligne Moscou. Par a'eu faman
Vans nt fut aussi tranquille qnau Un
m nain aes massacres de Stptemb c 1*1
Hest et Paint de kussit que nous est vi
vue ta /intense \brast: *L ordre rignt a
wmsavt
, Ou peut cnmiilcnr embto) de J a ni
du bon,!, co lire la rpublique J s $j
Jpiets comme barbon ou u.ojp., lune, on
^put non SVft mbtft craindre que h
jvicio re d'un KoiLeak ou a un U mku.e
'u- r. mne la Kuss e > mi te teejHr d un
desb u- milita,, e m m eu ne peut faire
Vu bu\ tt doux peipe rns, etii 1,11
i.l
Les coi''fji eocti d 1801 -V.
savez que bo* ppri ont v COntra o 1 f e^peranc .is 011 vuin
u. E l-s COUI *i-ei c^a le leui
euvn: 83 tont div. luppees avec
puiltal Ca. L't:-t pirc' que t soiuimta il vttiiH liDrfei m iifdo>i
itttiis n ie oix uillilOOa de lum 1:0
jjHi.citk d. I Aine que du 5>-i oi.
e' J'ivi es de I rsoUv-^e.
fout u'oi od la pieimie revoltr
iea Ain- ncaiiia du Sud contie I ii-
aagO cde que djigoa M ribda, on
IDii'Q Cuiuptguoii daiuic-9 de Du
iioumz lui huit m.e par Deacaluiea,
Sur ton odie, le comm^odafit a
1 iiioodUsauieni da Jarmai.lagloirt
1 a h ctlte vile fn I8UL) .nues tt
uuol iooi 1:. 'Ui lauaa iic-ufr d
luiita buttant Oi duungu^rabt
ians la plupait d a cuiuDla l.vrds
u.\ Eipaguol. iiiuii; i- tut vatucu.
" i Bucceegcur S mou bo var, doux
: j)a ,bauu, accouiut Ui ux 'os eu
inl 1 s abrder ei chareber du sa-
UJ18. ul'.jiivir cuit ai 11 Vf* 1 ux
yu- ous d.i Ur J N L-gur la
i 1 de doceiub.e 1810 Le Oj jiu ISlfJ
lutrirapt dans ce | ort dix navires
iu (.'o.urBOilore Auiy qm se.ai va
L -
! '
PI
B
le*
ireo d biidii'in.'no Ci ii a-r
r.ubarrart duaucu'is u au j ib
1 11.1 m \m n'auipicbcreut
tou d'-ccurder les plus la
hcouip a iiqiiip'Aga 01 outes
iiilll a VniUellt nu--s qui par aui
1 une lutte propdve, ee tiouvaiel
iana U plus grande pnurie lel.v 1
al iui'| 'i m lOUie ha feUilitiljd;.
ei'OQ ne mu iu un condition au
suocoori uu'i! \ lia 4 sa cauaa .
' abolition de ftclacag b.i IJji.vir
iiuiuii i prucUuitff ia liu>i\e g^u
aiu d.i.a la province d< Vo..Zii-i..
1 daua outea letAJUea provincea
d reua.ral a lui.i loua le
uapeaux de l'iudi.endii.c .
Changement d' xdiesse
..'.' L)r Voluy Hjuzer, derlisit,
iionua u bd Dieuv>i.liL,ie ubantle
,u partir bu J-.viei lUalJ< .ou
nuiue - ia na .-.1 10 de la Hua ui.
Je> tec a la Hue i'- vte ou O.nlj
Da oucoei au No 427.
ig laullaaOua Da U, 21|'2 o
Il reut 4,00U fusils, des carton 1er janvier en la Basilique
elles, de la poudre, du plomb, dea me.
provisions d* toutes sorip- tt 11
Comme nous lannonio-is dam nain R'nl? i!a vai.i m s regards cherchent
numro d'hier, nous publion~nujmr- autour de mii o se reposer'
d h m te beau sermon de Mgr l'.dton c Et cependant ieapwnce chtQM
prononce le jour de la ccrhmne du niand m ne dans moa i ne ; mais
me
uii'-i presse imprimer. D s 11 lina
turent autoris.* a foire artie d-)
^expdition. Ptioa iutervi 1 en
pour aplanir des dilli ud-a
avait n sut ^i entre Bon* -,
Ue.iX v.O:ilp kjll I I |h vi*"tl* H -11
'if.A u li COU) no o t An y 1J 1 d
A n > Voulut au durinoi Bol >..
Potion pin d'e i^ijiea m<*ura
U"ui em entier 'es i.avire^ de quu-
a'" 'es dyes. Par Fe-> ramontran
cas, n p#rv nt h ramaner 1 harmonie
au - i 1 dm pa H an e I ludop 11-
dene de la Nouvelle G ausdi 1
il Si rosser les
dore eu f. ii- t
Monsieur le Prsident,
M ineeigneur,
M-- Fro e-,
t un lf< grand Jmneur
pour l-K^'i d'.vui 1 s'exp \\i-i
chaque ann-*, i pai u die,devant
u e aU'Sj aagustt assemb'e sur no-
ue Vieoatio uleeties novensqu'Hilc
estime les p us propres i 1 If r nir
t 'Si galement un honneur
pou l'orateai iacr du 1er iaaviei
de pouvoir aborder ave; toute la 11-
i.imr.len du coumo be-lde la chaire chrtienne, un su-
.. mZTZ r.*,'.*:i tsfi"ical r*^'
seu'e-Trnt djt suscite ch& vous
baltiu 1 Aiis-i
d si jIiv-u au
our l.< mu
Jen', cri
de vus b
iiia^uainm et
g ande est 1 etnu 1 mi'
mon
finale
ni >e n pi tir
Mi- le ives"
9 Un- tt qUe|l8 me montre, seul un audi-
toi e chre iea peut le porter. . le
Texane donc, aupri oe c.ux d en-
re vous qui ne seraient plus chr-
ien< ;our eux ce discours ne sera
>lu3 qu-ejne parole viie et sans cha-
leur; mais je m'adresserai i la misse
de c .irne me comprendra, si j lin.- te
i s'lever en c; jour au-dessus des
contingences actuelles et liter.
av.-c l'Eglise soa regird rat D.ei.
C'est en Dieu, en effet, qu; |s
chercherai aujouri hui no> raiiou
d'esprer.
I. Dieu et les Natioas
t Dieu est '.etnel, si parole s*i
dr.'ss; 1 lois les p;ajle. l).;u b'tll

iiense nilion de rveurs ingnus et pue
i;s 1 injure de croire qu il ne merilc pas
in meilleur soit que celui d cire asservi
i,quelques uniamesde petits Caracallas.
bans aot e il a, et: une heure critique.
trahi la cause le la fuslice et de ta t).
iij.ralie Mais il la Jail au cri dt
tt'ax bain et lib.rt* i\'esl ce point
m cbdttnunl suffisant pour huden avoir
deux ans aprs ta home de tiic t Lu
sosk pu atteindre aiuun de ces but y
oirs lesquels il lendad de toute son dm
iesonentee et Saignante} Et, puiquu
htut ehtiiher une solution au protiieun
russe puisque la tranquillit du monde
,n dpend que les gouvernants stage
ilni a en trouver uni mais que ie soit
eto'i dts oniiuatioih clmentes (ous lu
indices /J >l mien) eie,lions auovtCt,
de MostOtt, lis dsertions dans tarnut
rouge l obporautisme de uninc tt u
eUiialt' voiie ace ae 1\ a>sin '.uns a
nu r,ni'que fin* n so u ne ptut oin
ba> loin u une so.ut.ou q,i pou ra.i
.n ment lemos. taire b-jusser (tscours
de 11 bourse et rtjonit tel cq.ws iprn
de paix, .
mis de tmoigner h s sen haenu'de
moi co.!ur "inv-is Votre Excellence
et de laisser h po.iiril un tno iu
0MM h ubi de vo re pbil.n
ou J se di-.-j-, si je de-
v ai 0 nom n r CJ.Utue luutoui
d i,o 1 :ihe 1. >
L ud- do un aux AUinci os d 1
S ld a
lirt H'IX
U jer,
Dtji Dsssa'ioei avait etny
a'enipnrer de la pof 1 n 01 e.i 1
Et maintenant ourons la Bible-
Le vieux p4triarche |icob,le pre du
douze tribus d*lsraei, sentant sa n 1
prochaine, appela aupr; de lui se?
un, visible motion Mais cet ho.i-;h pr0prjti duuun peuple par..:a
.u.t-: ,,! ., ,c r.. n:ur nf v' P^s sans pril.Lorn.ne;t. |j.r ,| csl le ,ere d, ,oa; lcrs
it-il.j. uisacab'du puis eneil t. assurer qu.- on est A ,'u- lp!es.Dieu ne s dsintresse du so-c
e.il.iKo tout voua .: aiss navre tilituire, q.. 1 on iar- d'aucun Dttplr, m lis le puait ou le
1 dojgeot. D;8 ua la^e ses esprances et ses ardeurs, jioit, selon qui! re,.* t.- ou obie.v
piuclatmuouaux babi auts de Ve que l'oa ne va pis dioevoir l'attente sa i0; T-i \J i>' ;,,,, ,,,
nzuae laialti dc-ets que je gnrale, que les paroles n 1e lon':rt"res g
d. is eMdlar pour l* nberi dea rspprts a prjno cersoni bien celles
esclaves, m no sais s., me sera per quil fnt ttin entendre I Qu'atten-
dez vous, en effet, .lu predicaljur
(Jj'il lasse in Plge de vo; Aieux
Cer. s.cetcl g, vous H m zieciendr^, douz, fils A ducun deux, il proph-
cr un r si de leur g oue rejaillit USi SOJ ded,n. Arriv i foseph. ion
encire s. r vous Qu, .xilie votre rr!;> ,| pr010nc,: Qai*;ur Joi
1 *p ndacce ? km neo e un ihe-v e;cecd.nt toutes les b.naidions c
mequ sou. paiiV Pheure actu lia D. u; sur tes pres, binediction des
ta.d conseil lu donne une nouvelle saveur. 'cha,nps -jltf, bndctioo des fo
s Ll c. p d l I rre semb.e q ^'en y,rs fec0 xks, bndiction de la paix
< t e b r: I bg ne vous doit autre ur la m j on
h e uoenou.iime plus sub,t.n-j Ce sont les badicton; eue
liele.Lotcb npirmivojs enetftt |i CJ prouoacera sur son peuple eu
o t oecide ei leur coeui de ne voir | d oduisaut dans la Terre Promise.
-t'\ C"S l?uanef J " P"?* lrP Vc que ji t'ai don l une terre
eu envi hissant Winsiui qu un g espagnole a la va rutl e. dans nos dwcouia du 1er UpheraJ tes rcoltes et telle sera chez.
lu 1 iiiv Pi ilii'im h.r iiutk u ..,,>.. ... .
Uj ii ic^n pi 1j p .--i
la
de
le, mais les circooatiucea n a.e.t
pas alo m I .vor bls, ii ye. p-it
uam i-i cause d.a Damtuujains
"Oites et l'appuya
l'ancienne colo.ue
en
r-
Ht d'une arme de
nomme- Plus tard <
cia la racoiuaiasauc
tance d llaili, c'est
la future Kpobliqq
T-atorze rn. le juiv.er qu'un honorab e meoabogeItoi l'abondance, pw a mo.ssou tu
;ur iisss lia-,p usu,ie cha^u ,1-5- i- -i* pour ssm
toute com, luatioii ul m ure uvec
isSipagite en exigeant l. racotnali '"Cmon des aeux que
saocedulaifaccomplipir la runion ;
le touie l'j e soai Tant uit du g iu
/.rueuient liiltien. Car Cbarles X
t Le que demandent aupurd hui1 loyers. L'on
c'"!..':n;s-"lqu:ves ccsl M" pressent sur la branche nourricire.
tes enfants se presseront autour de la.
as-
m mor-
telle Et alors, 1 ora'tur hsite.C se
tournei r O trouver Us puisse niai
raisons "d'esprer qae es m;s exi-
di la prom to m mio du \l.\e
prtendait traiter 1 eut- la partie
traoaiat seule et v.on pour la partie
lepagOOle. Aprs la se;easiou. quand
- preaidei t San ami eut rep ac sis
t rts ous lu |oug do I L pagne ei
|ulsdalrreotdenouv u aeiibTtr
c. s encore ie gouvernement b .we 1
p.i leur du ma soi appui MT l'nri-
canon ua la cour de MadiiJ tut telle
Cueilli expdia da ia r.Q MUI I ami-------
id ttubacava qai n< fut etoiab que le. plue mie, nia
-ai ie paumant d'une indamnite Je Cl'lJ Qoloniale c
Jeux cent mille dollaia Telle eai la houmes remarquables
*a e de reeouoaiaarnce contracte
luvera nous par nos t res.
Nous ne nous arrieiODI pan
faire rapaajtr devant v>ua toutes
ita losaire: ions q i eurent lieu dan
catgorie
table, et tous seront rassasis, car le
suis ton Dieu, Isral, et tu sens
mon peuple.! 1 Et lhovah ajoutait;
< je serai ton dfenseur, Isral, uo
des tiens mettra eu tuite dix de i :>
ennemis ; el dix des tiens mille ds
ceux qui s? lvent contre moi peu
pie.*
..lit> | 15/ah ajoutait aj$sij: U-
rael tu observeras mes lois e; mas
buumes remarquables dont plu .";" V.uu -^wj
lauraooteu une rputation euro- ,l,oul courage 1 tes .s et 1
Ipeuoe. Je m'an^rai plutt a voja|fBM x cs mi lards ceQt
mj.trer l'imuO>tauCs capitale ds ui'u,r0i'1 devant un seul de
tjc-
aiol -. un m bai o la
d'etraajere qui nous venaient irou-
vaUune iuoaUon et une civilisa- ,._. ...
joa suprieures de beaucoup colles jpicepies. Uae si tu ne le observe;
dont He so.taient, socit plus mura pas j; te chtierai moi-mme; i'in-
.iiasatato'.i lue a eo-Urodaini u lamiae daas la maiioa
i a prudui dea|tt u mort lon foy,r; j-ealv<:Ml
1 tout courage a t;s lis et toute pru-
cent des tiem
tes e.ine-
voloiit d s signala,res de I a^te ds ^'Slusq a'a ce que j t'ais clusi d
,... n^iwuv1 iouepaudanMi la signifl :atio.i dajLi varia qi je t'ai donnai, anqae
us lias avoismdiit.es l'imiiatio.i des ,eurs ''^8 et la leon q i'iIs noui tq connusses qie je suis toi DltU
tlsl ions, a vos liu-morer 1s cou- donnant. UtC si le peuple hatien, vit el toa Sauveur
ours q je nous avooi donn vers la COii P'^ q atte poijqe d'born Mm frres Dion en rftm' 1 Q,
lii da sicle dernier aux patiite, uns aval vjaluqiil oxia'At. Rien n,rj!e a'uiilw 4 . 1*1
ne laisi.t preateutu au lendemain RT1 .Ik-,^ "
du uioiij.j de Uclerc ia ihose,^ i. *- *~ ;;
uouvell qii allai' ; , t corps. La- uuissaa. comme Ninive
tuin et u j -.u i. . 1. Ju tl!li co,n ne Uibyione, ses jours.
Les Kiguiiua J(Jiaat les eu.c 01U com> W: Lieu ne manque ja
naot du l'oaaaaiut. i.a noir su n- aUj * Si parole. Miis heureux les
liant du m.i.a re. bail nwoa ec ^ peuples qu invoquent Dieu, tussent-
1''''' ,u l P' l '-s mattreaJiia aux portes du lOaabeaa, et il les
' )a u Jli,1"* oa- praedra pu U main et les ramnera.
- 1 > ponr rendra| u Umlre ei la vie.
ubxina N 1 en avoua ase 1 dd
1 |i oar q les ndros ds 110 le lu-
paud u- du ige :a face uo
n. taire.
lia u'uiit peu; tre pas prvu toute*
t-a conaqaeues de la rvolu 100
i.n.
temps*
qui rejette
n ne es feo t p s 110 us
' Ui K ai 1 vo-i.
' ' S u
ut da plu i'i toi ..a', o ii,
I a liais pu UCvel
vu 5 iptei 1 r, v
n 1. a lonib de u t auto 10 u
l*BO ; te 11 i'.IPUII ,i \ ,y ,
dig> 1 . avec de t'aie, iuqj et goag'U
i mm 1 ii 0-1 pj 11^ plu* dure 1 oppression da tanYanonl
untraron '* i'eaciatr*ga. i.j cluas eniin, le
.il Ja-i
tiaJii indtjf.ilajtl moles.
(d sutvrvj
II. Votre peuple et Dieu
lies frres, pouvez vous appliquer
[a vu; e peuple les promisses ei les
|avei issemenls que vous venez d'ea


u **w.>n
Otl
Madame Holly
511 1$ th strcet ( Rue Dam
Desiouche3 )
Leons d'anglais
Traduction de pices officielles
de papiers d'affaires
Fiench lessons
Translation ot officiai documents
and business papers
'endr ? Et vous est-il permis d'espt
Jei que la Toute Puissance divine
interviendra en votre faveur ? Votre
peuple l'espre; mieux, il en est con
vaincu.
On reproche ce peuple si. trop
grande confiance en Dieu. On s'stfoi
ce de tourner en drision l'expression
profondment chrtienne cependant,
par laquelle il exprime cette confian
ce en Dit u. De prtendus sages mi-
me parmt vous n'y veulent voir que
l'indice d'un fatalisme aveugle ou
d'une stupide rsignation.Ce peuple,
fataliste ?... Ce peuple rsign ? ? i
Peuple gar peut-tre mais ces'
tout. Ht le mot plbin par lequel 1)
exprime son invincible cenfiance,mo*
que je ne craindrai pas de rpte
devant vous que je consacrerais
plutt, s'il en avait besoin, et
ie taisant sonner dans ce temple
Bon Dieu bon . Ces troi
mots ne sont point l'indice dune
me rsigne ou stupide, mais le cr
d'un coeur vaillant ; et il suffit d<
les avoir entendus une seule fois su
les lvres populaires,d'en avoir saisi
l'intonation vgoureuse et pro.'oudi
fiour en .comprendre la puissance et
a beaut Bon Dieu bon c'est, i
quand mme de Droulde qu
a fait vibrer pendant quarante an:
1 Jme franaise et a prpar la nid
rvanche. C'est un cri de confiant
quand mme,une annonce de victoire
car tant qu'un peuple a confiance, i)
n'est jamais vaincu. Rappelez-vous
les prrles de Foch: Celui-l seu
est vaincu qui se cioit vaincu .
Et cette confiance de votre peuple
en Dieu, oseriez-vous dire qu'elli
n'est pas justifie ?
c Mais relisez donc l'histoird de
Yotrevie nationale Que de fois n'a-
xez-vous pas v en se prir .' (.'ue d(
fois n's-t-on pas vsticin notre mort
Le dsespoir a pu effleurer l'Ame
des graeds, jamais du peuple; il eait
ticp bien c est son refuge et sa foi
ce ; dans les bras de son Dieu, pli
lt que dans les conseils trop soi
vent intiesss de ses innombrable*
sauveurs.
m
Et aujourd'hui !
Mais aujourd'hui, mes frres, ce
peuple doit il retirer Dieu sa con
fiance ? L'heure a t elle sonn de ci,
re ee peuple qu'il n'a pies rien de
sormaia attendre de Dieu V Oui, si
Dieu perdu tout pouvoir sur terre
oui encore, oui surtout si ce peuple
a mrit que Dieu l'abandonne.
c Mais qui donc aujourd'hui sui
tout, oserait affirmer que Dieu a per
du tout pouvoir sur les peuples ? L'e
boutissement subit et inespr de 1
guerre mondiale, son issue mme,
ue nous montrent ils pas que Dieu
est toujours la '? Et comraeui te pai
noua rappeler ici la vigoureuse apot
iropbe du Grand Pitre Joed au tirai
c'a Abrer :
Reconnaissez, Abner, a ces traits clatants,
La Dieu, tel aujourd'hui qu'il fut dans tous
les temps.
jl sait, quand il lui plait faire clater %sa gloire
Et son teuple est toujours prsent sa mmoire.
Et ce peuple t'a compris, et il a
battu dea mains an triompha de se
amis comme au triomphe du Dieu
cerce. Non, Dieu n'est paa dttn,
t ai l'immortel Bossuet paraissait
parmi nous, il coairait reprendre ia
belle priode Celui par qui rgnent
les rota et do qui relvent tous les
empires.
Mail une question angoissante se
lve en mon esprit Dieu n'a t il pss
ttandonu ce peuple ? Ce peuple
n'a t il paa mrit que Dieu ruban
donne y Eh, mes trrea, pourquoi
Celui qui voua a si aouveni sauvs
voua abandonnerait il aujourd bui 1
Noa pchs '? Certes ils sont inom
branles 1 Nous buvons ici l'iniquit
ccmmede l'eau 1 Noa mesura? biles
sitt dana l'ensemble, abominables,
et noua forcent tous, miniaties de
cl Dieu, courber \ arfoia le front
et a rester sans rponse devant vos
agresseurs.
Notre perversit ? Elle est immen
se* Egoisme et jalousie que nous sa
vons si bien voiler sous de nobles
dcors, injustice et inconscience
perversit de l'esprit et perversit
du cur A / n'esssyons paa de nier
nos f&ctes, en ce grand |our de nos
assises nationales, imitons l'humilit
!
Tromper L'Organisme
Pour Plaire au Palais
c'est ce que font beaucoup de personnes qui
prennent des toniques alcoholiques quand en
ralit ce que leur organisme a besoin c'est
L'EMULSION DE SCOTT
Puissant aliment et mdecine an le
faux estimulant de l'alcohol.
Faits Divers'
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMNA1R B
COLLEGE ST MARTI y,
N
iVe:c:edi 7 Jtvier 1920
Biiomtre 764.I
minimum 194
Temprature
l'orgueil du pharisien plein d'hypoi
criBie et de pourr.turo nore.
Mais, chez nousctdela faule>,il
/ a la rparation,il y a nos BoulT.an
oe8 et nos piiies 11 y a les homma-
ges solennels et publics que notre
peuple sait si bien rendre S Dieu. Je
tez. mon JJieuJetez les yeux sur les
jeuples qui uous sntourent, voyez
feux ou de uous qui vous aune le
iiuo.cousidert/.its temples que noue
/ouseltvonscliaquejour maigre notre
itresse, coulez les accent* d'un
oeuple >ous les jouis en pn'ieF, et
/oyeez comment nous clbrons vot>
l.ea ti vos fcuien. nta, et si I impie
ie a dellni.iveu.ent coiquis parmi
nous trop d'adeptes, d autant plub
coupables qu'ils occupent un ran^
plus haut duns notre socit, mai*
comptez, mou Dieu, la mul tudt
de non peu s ei.K-ntd qui vous reoi
vent dans leur innocence, voy pii et e couiage de nos due ien
ns, la sincrit profonde de notre
toi et dites, Seikjniur,si nous ne uora
mes pas toujours vo.ie peuple.
Mes 1 res, non, Dieu neai point
parmi nous un etrauger, il a ba pit
je paitoui, et partout chez nuus 11
comp e des amis, nous ssmmts ui.
peuple coupable, peut ire, mais uoi.
au peuple du leuga.s, et si painu
louoDieu peut trouver des pclieuib
Il y trouvera pus des Juda*, oi>
poucia vous ai radier- le pain de n
ooucbp, on nariacheia pas Dieu m
notre cur
ht l tsi la raison de notre confiai
ce i Dieu nous a appris lui.mme t
le bnir, et il ne penuettra pab qut
de ferme m jamais les lvres u'ur.
peup e qui invoquent ton nom.
Conclusion
, Mes frres, je le ssis, il y aurai1
tmrit A cioue que Dieu nous sao
veru eau a nous, mais il y aurait hit
aie dire que uoub nous sauveront
dans Dieu. t si nous tions a ut
point lduiis que nous neutsioi^
qu'une carie jouer et que noua tut
sioua dans ce.te alternative, de u
quer lous mmes le coup ou de U
ooulier a Dieu sans hesituiiou, je
voua dirais : fanez votre jeu Commuez donc, peuple, a. me
un votre contiaute en Dieu, i&uu
ojeutez le a mme de le piouun:<..
pour vous, l'our cela, conteiviz lu.
partout, la place qui lui teviem, c'eti
x due la piemire ; la premire dune
1 LUI eu seb Loi.ti i'e, la ptetLieu
place dans nos lois, la prtuuio yi*
we continue a eue lu plua batte et m
pius htqttitee, la iieu-ieit plue
luiib l.i'S mttl.niions, Qui.a i.lh ite
ies, daiib iu ljtis, la pieimeu
puce aanb uos uhuib.
Et alois noua betona viaimect U
peuple de Dieu ei noua pouuuusii
peler ia ptroiu pur ibqutlio noua lu
.ueiona noue Te Deum, di m le Li
mine, Et.eiavi, non tunloucoi in eiti
u mu. beigneur ce peuple a mis et
Voua ta toi fiance* U ne sera pu
cor fondu.
A11.il eu.t il,
-f
NOUVELLES ETRANGERES
Par Cble $ Sans fil
7 Janvier 1923
PARIS Au suj t de l'appel du
Conseil suprme aux Etats Unis ea
nveur de l'Autriche, Le Mi in# ex
pose que la si'Uitioa est plu' tragi-
que que jamais. De rombeux en
tants succombent. Les avoitemenb
se multiplient, les mies ne voulant
me l't au monde dts tires desob
i prir d'inanition. t| | ,tr_. polon,is
Le premier Fvrier tous les stocks ,,. ato ': ...
seront puiss. 11 faut, pour secourii
millions d<
souverainet isDan'Stg aprs l'ertri
en v'gueur du traite.
Le coaseil tx mina la no:e |lli
mande rela ive uu\ troupei alli* s
dans les rgion* oc-ipss. L'AUem
a;ae explique les ditcrltil de case
aement et les trais coisidrab'es i
mitant ie loccup lion et demanai
a rduction des tllectifs.
Clmenceiu reu 1; minisire de
1-Autriche, environ 80
dol'a s en vivres et watl les Hlats-
Oo< peuvent y pouivoir. Aussi li
Con 'il sim ftme at'.eni avec quel
que angoisse.
Pakis La S?ine con'ioue d-
crotre depuis hier. Mais la situation
reste pmb e en raison de la pnurit
de charbon.Les u^i^es de la baulieue
parisienne duieni lermer, faute de
combustible privant les localits d
ItctriciU et augmectan srieuse
ment le nombre de ihmeurs. En
province on joi fume la tendance i
une amlioration.
i aki ; Les journaux se tjouis-
sen desprogi raliss par les n-
gcciations relaiives aux compensa-
tions pour le sabordage de Scap*
Flow et cors'atent 1 esprit de conci-
liation des cilis Certain, jourugux,
notamment Le Petit Parisien re-
grettent que les A.lcmar.ds n'aiei t
pas mamiest la mme tendauce Le
'ournal > picise que l'Allemrgne
PaBIS Le niveau de U Saint
s'leva encore pendant la nuit dei
nire de 27 centimtres Un prvoi
que la crue atteiudia son maxiuui
aprs demtiin sv:c une nouvel^
nausae de OU centi.ntres sur la c
te d'ai'joued hui On continue
prendre des mesures en vue des 1
uondatioiia pusibl-s, dea oam >>
OLtam nag: pourreccvouv 1
. 1 j* 1 m* ni les itois res.
11 VlkES Clm nceau poursui-
vant ses visites dam l<*a localits di
Dpartement du Var reut parfont
un accueil chaleureux Hyeres no
tamment des ova'ious entlioutiastei
lui furem faites. Plus de deux imn>
personnes escoilrei.l U voiiur. pi*
sllenuele.
l.t'8 manifestations de sympa .bi-
se succdaient suiis interruption. De
toutes les fer..re* des Ileurs so 1
jete* dans la voiture de Clemen-
ceau.
PARIS A U soiee des inend
bons le dpait et l'anive des iain-
de la ligne d'Oiieana auront iuu ;
la Gare d'Austerbiz-
BErtNE Le Prsident de U coi
disposera d'un dlaide 30 jourspoui fdra ion suisse reut l ncuvtai
livrer le matriel au dessus de 19:
mille tonne; Le Petit Pirisicn craint
que ne us n' vois pa fini avee les
icrgiverss ions de l'Ai m gne au sl
t ue la question du ma uel de
port. Il e?i enindre, diiil, qu eli-
invoque mcore les Dcess.tta e.om
m qut- pi ur en retarda la livraison
Le CAIRE' Le Maichal Alimby
partit destination du Soudan o 11
lencontieia Huissein Hedj 1.
BAK LlONH-t Le lotk out est
ioujolis en'vigueui Ou'sigDalt jou
.iiiun.ici dtsutteata-s d'un carac <
lOCiaL
PARISLe conseil supime an i
s bases u-un airnogunent avec 1 A
lemagne relatif au transfert de 1.
Service Wational d'Hygine
AVIS
Par suite de la gnrosit d'une
grande comppaie amricaine de
produits pbarruaceuiiqees, une cei
taine quantit de vaccins a t mise
a la disposition du Service d Hygine
d Hati.
Les personnes qui le dsirent pour
ront se fane vsccir.er sens frais
l'Hpital Gnral de Poriau-mi:ce
touB les jours de b s m- 5 p n.,
samedi, dimanche et lunei excepn t.
Toutes les pei sonnes qui secep
tent bnicier de cet e offre de
vront spis avoir e"t vscciuees se
'Hpital dana le del
REPUBLIQUE D HATI
M 117
Port-au-Prince, 7 Jauvier 1920.
Arrt
La Comrrission Communaie
lu? t B de la
iv*
charg d Ailuiros d Aintierae-
TuULON Clemenceau an
louiou ei icpaitu pool l'aris au in
lieu dea aLti .moi: 1.,
LlOHf iNitti .n 1 poai p. li
VAh uVlli |*u, kWski rec u.
vux uu coi, s u fi'-'inaiiqoi m m
uittic ue l'antoiive et dea ie^ <
seutanis de Kolchik qo FinUule t.
Jdleliouie.
Un congo imposant manifesta j
vaui la deuieuio de Padewki lui ot
naudaiit de ne pa3 abaudounti so-
ie mie politique iViwUi dclara qu.
paitirau tvrockaineu.feouvflbtbsau 1
Je repos, mais qu'il reVMudra bi .
01 a Varsovie.
AI'IIliNlS Le 101 se iractun
ta cheville dioite, il lesiera nnmobi
lise un mois.
Un
prsenter a
voulu pour que Ion puisse se rendu
du pubhcain de i'vangile, et non [compte des lsuUats obtenus.
X
Vu les articles
Coneli utiou :
Vu la loi lectorale du 4 Aot 1019,
1.0.1-niruut qu'il importe de il-.si
gner Us eiuioita i.- doivent s- tenii
les buttai.x de "ot<< eu eue des
l c uns con munsleb du 10 janviei
en ctuiF.
Atrte ce qui -uit :
Art. 1er.- L?s bureaux ledoraiu
des eix eect'.ons de \otede la C11
conscription communale d la cou.
muni de Poit-au-Pnnce nont ainsi
r* i r lie* ;
P rte Nord de I v .le
lr S-ciinn de \oto (^ boraux)
Un piemier burea au Marche du
Pu;- e Maiclund (fHf-ile onaatj o
-lui' l'Iiniadts lecteurs jnac.itfc
au No 11 u Nu ou.
Un deuxime bureau au me
1 endrou i^eade ltt; oii Wa^t adm.ii.
maximum|)0,4
des lecteurs insens du No SOI at
.\o 1 003.
'm .Sectiuii de vote (3 buieaux)
m premier bureau au kiosque
du Del Au o saune admis oed eiei
leur* iu%cni8 dt NolauiNuHOU,
Lu deuxime b iixku au lOvSl dt
riliuoal ae pix de la section Noie
o seiom udiiiia ues lecteurs un
iHlta uu No Soi au No l.flOQ,
t n utitieme btre&u au local de
1lcoIo pruuaii ouige pa: Mr A.
llumu lieo c seron aurais d>j* elee
leura inscrit du No IJUI au>ol7ot
a Stttiou de voie : d buie^ox
Un piemier but eau au kiosque de
ia Place ludiaid o otio..t udiuib
Jea lecteurs msti.ts m No l ai
No 800.
Un deuxime Oui eau au Marthe
aux betiaux o serooi adiuid o.
lecteurs UU No HUl U Mu L OJ'J. *
Lu tio.bieu.0 o^ru. u i.q .,k
s me tuas le Seiv. u itUique t,
liyi.ai.o o kbiot.. au.uia t-lec
ia
Leuia inscrits du No i.Oul auNu
t AKI Us 5UU uctA VilLL
qn.c bcu:Ui, d vo c 1 Umcau
Uu Mul Duie-u .;tw oui au kl**
iue du Champ ue tia;8 o s^r-it
Moyenne diurne
Ciel clair j >ui et nuit.
Barontic cecttirt.
- 1-SCHERER
A l'Arohch et " **
Ste Rose de Lirai
Le Comit d organisation a teii
1 l'issue des manifestations des ter
:t 2 janvier, a exprim ses remercie
nents i l'archevch eli Ste Rose de
u ma.
A l'arch:vch, il a t reu par lu
irchcvqaesCojan et Pichon doit
es sympa hies agissantes pour li
pays sont connues de puis longhmpi
Mgr Conao a dclar apic, lesre
nercuments du comit que, soi
cetnt voyage, prolong malgr In*
'avait piiv dassi&ter ces belles
I pieuses manifestations, il laucail
vivement regrett.
A Ste Rose de Lima; la principale
provisoire et la diredtice du Pension
aat oui dit que PEUblissemecl n'a
tait qae sou devoir. Usera toujoon
iieu 1 eux de prendre part* de si noble
namteilat ons.
' Que ces simples paroles, dites de
pari et daurepar des tranger>,soDt
igr^bles et rconfortantes.
C e>.t pourquoi, nous avons de^
naud ks reproduire en y ajen
...a', nous ittMi, notre grand merci
a TDcDle d'Antitone Naj iq
Dimanche ap.s mid. A 1 tcole d
icm. lempi du Fuitail St-Joseph eu
leu une petite lte patriotique don
iiic par les lves de Mr Antitone
Najac.
Une estrade pavoise aux coulen
. monales avait t dresse pour.
-ir-onsunce : un beau discours pa
eue Najac ; de belles roC sies.de
.hauts et deux petits drames en u
.cte ; c La troup: ambulante ei
c Ratou et Bsittand oui t aussi'
ntendus.
compliments aux inteiprttes
i iones,Maithe Alvais, O.jamac, saa&J
jubuer la distingue organisatrice,
-li.e Getmina Najac.
La tte prit fin a 5 heures et demie
.u chaut de la Uessalintenne.
Jn doit chmer le 10 Jauvier^
i'our permettre a tous les citoyens Je remplir
>eui devoir lectoral, nos contreres L'Ilssor
4t La Nouveiinic demandaient hier iec
.,v ;;-.iut.u ,'ciid.nit b journe du 10 Janvier.
t^omuic ceU se i.ut dans le monde entier et
-oiMine on l'a vu ici en Janvier 19:7 et en Juin
iyid, nouj so.urnes certains que r.\J.-unisiH"
1011 suprieure d-Jcrtera le 10 Janvier 19W
our non ouvrable.
'de Pressent d'Hati
bo;d du t JULIO
Hier aprs-midi b. li. Je Prsident de la R
^uDlique, accompagn des membres du Cabinet
>t aiie en visite a bord du Julio dont n
juuoncions l'anive en notre r.ide.
Le e.liet de l'ttat a t salu 4 l'aller et
retour par une sale de 21 coups de canon. Deu
jaives de 9 coups de canon saluercut galernen
ie cliel ue 1 UccupatiOD qui tait prsent.
il tait 3 heures quand le HnMcni lai
le nia^nir -,i:e navire de guerre argentin.
iNai&sance
Les poux l ous Hrisse nous font p.tr de
naissance de leur fiilc : MAKlE-THfclU.SE.
admis des lecteurs inscrit i du ^
1 au N 728,
jme Section de vote 3 bureaux
n premier bureau au Tnbor
ie lie instance o seront admis 1
lecteurs du N 1 au, N 800.
Un arae bureau au k:o;que M
Ste Anne o seiom admis des l'.
teurs inscrits du N 80: au 1
16 jo,
Uu 3 bureau sur la place dt
ton Si Llair ou seront admis ds
e.tueurs insciils du N 1601 ai
Nw 176.
6k S.ctioa de vote -- 2 bureauJ
U.i premier bureau au Magasu
^n ul de l'Etat o seront aat"
jcs eiecieui, tuscrus du N i
.N I90.
U.Ucuxiu. bureau au bnreai
4L serv.ee Oc vJimeires ou seiof j
admis des ehcteuis du N 8ji |
N it>oi.
An. Le prsent arrt fl
aj irobalicn du StcuL.uf
d'EiW<
-i.

'
+* '


i :
-*4
-


ta i ...
' -1 ; ,.
2 intrieure et I ,< .,.
\ Ol.--es 1%.,; ., (
; corn Un ladi .-.- : -,
b-m-i. Cea *. 1
I 0MBM*Im S-uniqui .... ,
8AVOR
dmoliv^
AflaH gdtwtf p. r Hait'
Fdw. M RAPHFI ft Co
IV.-Nii Prlo #
/

.\ BREW
llpconsttliant
Moisson gazeuse
Donne force et vigueur
Chez
D. ASCENCIO
m
Ml -ri-,
''_ **>
-r
r-
Mi
THE PAl MQLIVE COMPANY. New York end Milwaukc-, E. U. A.
ricWiicur fers ittprinr, affi.l t<
iicuie1 i 1j dif'grrcs du Fiinkni
del Ccrr.r.i.tOD Corrmuni.le il
et du ( bel de la Police de cette vil!
Fait i la rraisen t en mincit le ;
janvier 1920 au 117e de llude'pen
dance. '
I,- Prsidt \
Ch AALHPHONSE
Les Membres
ClfftntMAGLOIRE et ]. L. 1IO
MAS.
Vu (I approuv le Sc'c.''in
cll;t de I h lncur
B. DARIGlENA'rj
Avise dpart
Lr.s dflites jour Gor.aivis
Pprl-dt-paix, Capllamm, New
York et l'Europe, via N.-Y, pat
le sUamer ror.l (trmfsre soir 4 hrcs. pr-
cises-
Courrier Maritime
! CE QUE JE SUIS I
CE QUE JE SERAI !
Toujours reine et recherche
Toujours prfr* et envie
ORINOKA No. 1
C st l'idale Lotion-Teinture
pour teindre les cheveux blancs
et leur rendre sa couleur primi-
tive sans tacher ni les vtements
ni la peau. C'est une prpara-
tion indigne et vgtale de
grand mrite et d'universelle
n nomme. Elle ne contient pas
Nitrate d'Argent. Rsultats
merveilleux. Il faut l'essayer.
ORINOKA No. 2
C'est tout ce qu'il y a de mieux
pour dtruire les pellicules du
cuir chevelu; fortifier les che-
veux et arrter sa chute sans les
eindre.
Demjndn U traitrmtnt w'i'l vous faut
am iti Dregmritt. Pkormacits
il ParfumtriM.
Exiges la marque Orinoka grav
f.ur Partiel*.
AMUOiUftti
lie Orinoua PbatmacalCo.,Inc.
N. Ywli. (I. S. A. I
i
Paul fl uxila
Soire thtrale
Demain soir Parisien*, la Re
1 iiistrcj ^enre une ioiie'e th(j nli
specia'e. I. entre a t fiile a deu:
goure" e et la fte comrc.ecctra ivan
huit heures. Le nombre des Caitt
e lmt.
' ? Ncus novs rwprfSfom de repi duir.
le judicie\j;*evtrrfilet suivant fVi /-'
l>lie notre tmtfrri l'Eecor dam
ion montr d hier
Les lections
communale
H Us amont lieu dats le- plu
gfnd calrrr, l'autoiit lerant d
teeur de voir la population de Por
tu-Piince aaifes'er librement ei
faveur du candidat de son choix
I es fraudes seront rprimes d'
ps les prescriptions lgales ; il m
sera permis i atcunlecseur de vote
ut ux eu plusieurs lois ou de corn
roettie d'autres ac es coadamns pa
U loi.
En un mo: la plus grande sioci
t du vote sera garantie*
Nous sommes heureux d'enregis
Uer de telles assurances qui fortifie '
notre confiance Jans le triomphe d<
la candidature du candidat Magloiit
le slcmtur iGoethalst de la
l'a/wn a venant de Ntvi Vo/A /
athdu arec 1CC0 tonnes de mar-
(handisi?, 14 passagers et 1\6 sacs
de comtpondancC'
Le steamer Vrins Willem
de la Hjne BoUandt'W est erdrt
hier, il p rtira re roir paurGonai
ves,Por-de-Pui,Capet'SeivYorlr.
Le sleamer Venus > ve
nanl du Sud es entr Ce matin, il
partira demain pour Suinl-.Varc.
Le sleamev Comnwijn *
laisse a NtH-Yolk leO du courant
pour fo j or\s haiiens.
Marchandises attendues
Le^tcamer CARAVELLE qrl e-aici vert le Ut .:ou-*it epr.o-t- eiiie
autres marc! an iei A t$ CO^attfoa Ion .
V n^t barriques vin r< i ge t Bo'drai \
i un- aartiques v-n bl ne de Bordtai x
8 caisses vin roof, lian en boottillas
|Msrque kCdoo ci- G av.i
ftc caijafs I qupurs asjorties ( Anisei'e, Gac. lippeioiinib ) d
quai t suprieure.
Un bon aaoilimeii.' de conservea frar..iiei Sardicea, Thon Ihuilc,
Marquer aux e- Zh&x pu n dp.
comme la plus grande parti*d ces r ici a est dt\\ rserve-. D:ire
ceux qut en dsirent de s'irterire eu plus t pour le acllc-
Prix modre
I. PrectzmannAggrerholm
, Bue du Quai
Madame Lefvre
Angle des Rues de l Enterrement
et Uants Destouchen
Nient Je recevoir les anicks siiwn'i q 'elle \e?d \ m rr;t
ai fiant toule cotcuneiice. *
-PW-aji
mm
p*a>
Varits
VENDREDI
Au profit de I Asile Fraaais.
N OUBLIONS JAMAIS
Film ex raordinairp.
1G. 8 00
salle des tribunes
Samedi
bavengar
3 pisodes
50 centimes
VIS
Lepiblic et pariiculirem; nt les
habihnts de SaintMartrn ont aviss
cju'il a t gare dans un jardin i
S.int Mai Un une ponliehi sou- po I
rouan lampe des lettres I*. 1 .
I 0 ne rcoaa,ense i celui qu h h
iera,re louver.
..Poil au Prince 29 Dcembre 1919
Vil StMKXANT
LE MATIN'
en vous levant, prenez
11 n verre d'eau rendue
ptiUaata al ra-
fraidiissaute
a l'aide
du

A vendre
i(J0 Toises de tuf calcaire livra-
bles de svttci
^C* un tonique
^* d'avant le d-
O" J jener du m*tiu qui
"7*,^ provoquo l'apptit t la
li^ostion, chiroit le cer-
veau, *'imule le foie et a i'effet
Jjsir sur l" intestins. 11 agit na-
taroUeni int.aam jatatit cattsernic-oliquc
ni m ili:- \ ''.'. Ira, lir pour
i tafttati ''t l-1 niiiii'- L'employer
lemi'in. 'es b Ifl comnnco:- la journe.
Sralt f-^KUi 1 I C CI), Ui., iMini. (iajlatar.i)
! nt'4H>nm".ttltii. *)'" mi"jjJ 'i)-iirtwlM0M*
gfr En vilt J'in '>i'i pharmfin.
p
Bues du Magasin de l'Etat
et Travcsire
Vientent d'arriver ;
LCbafsjp-, dodincs, mircira, csrpels.
descentes de lirtnip| es et damessep,
driil blarjc sii|)tsrii ur, casineites,
Flmbeache, dtagonals et cesimus
supiieurs, bszin p'qoA zpbira ps-
sortis, eimilie, naosouk pour linge-
rie, cslico s f'or, vtilee. crpons,
fsntaisie et crits pour robes bas,
:haufset*es pour hommes et femmes
haut sel tes de fn pour et fants, cha-
peaux de paille pour bo.nmes et
pour cnfBtts, formes pour dames,
rubans de toutes sortes et tou'ee
uuanceF toutes largeurs, toutachis,
coilrtrs, treasea de soie, chemises
blaoobit et couleurs pour hommes,
parfum'rie assortie d Doublant, Pi-
vtr, Pinaudj iourgecis, C Igate,
peimmades rnoeltt de buf* huile de
juiuir.e. poudre Moka, Fougre
tUyale, Flora m ye ttc- Alco:l (te
ner.ll^; de Bicqls, caleons, chc-
uiBeltep, B. V I). bretelles e te,
N'oublrtzpas qu'on ttoeve de ton!
ii et a meilleur compte-
La Maison
B.Martin del Rio
Vient de recevoir de'^ forts itoeka
de marchandises suivantes :
Farine Coq, Poule Rouge, Poule,
Saint-Laurence, Goliat et ;autifg
msrqu'8. Matgoa pure lard^en fer
blanc de 1, 2- 3 et livrea. Maotgue
Je famille 1,2.3 et 5 livres. Lotolec
d^ et 10 livres. Allumettes Srr.o
keis, Proecto, Climax Riz pemmea
Je terre, savon Arraour, k c:iue
oire, locamale, Wiener et le faine ex
uist prize. Porer extra de, Mslt;
ihacuit Soda en fer blanc de 4 e. 8
ivicp- Huile d 0 ive a'Fspogre rji
m re CQ ftiblarc de 1,8, 1,4 |,s et
I g.illon. Vils Xrs (excelttnt) par
tllon. Epices : cairu le, rnufead
'Oivre. 8ni8 ftoil. Beuire de rcble
Cupcrhegue te 1 et 1,2 livres tt
luticain de 2 livras Beurre de
-uitine Chalcncer et Par iem en fer'
jiane de 5 livre Sa'lut ce 1,2, I
-',3,4, livres. Houblon. 'Err.ulaion
co t huile de coton 1 f-1 blanc d"
l* ga Ion. hicyclette. 1
?!C. li.Z' lut- ^
Chapeaux de paille el,"en toile
pour damss:
Chapeaux ronge et rvt pot r dane .
lirosses dnis et pour tte
Poudre ta!cura,
Eau de" Cologne
Eau do toilette
Cold cream en tubes
Sacs a main pour damea
Savons de toilettj et pour lu 1. siivf
l'a e pour h s dnis
Jeux de montre chane et un canif
Chines pour nioi trs
Lsvalires en tui
Brosses Prophylactic
Rasiors EveriReadyet lamoi
Jeux de manieur e
JtOl ae toiletir.i
Montras bracelet
Lotion pour t.'tj
Ceinture* en cuir pourhomnea
Chaussettes, chemsea et pijaenai
R noire B Rjtdy
Toutes por'e9 de conservea
Peinture de tnutea las cou'eure
varnli etc, e c.
Verre- de cou^ura
B g ies en or pour hommes et
pour dames
Epingles cravtea
Boutons manche'tee
Penditifs pour dame
Njeseairea
Viennent d arrivera
1 lot de ion-Skid
GQodrGh-silvrhjwn, auto9cord9 Tires
Mm* an ^ 33 do-tara-32,3 1,2 40 Ind 42 dollar*
Hichelin-Auto-Tires
Pour quantit, meilleurs pti.
H. Murad Sons & Bros.
Mres de Familles
PICS DALIUUEIIESI
navan^employez chez voue que l'ALLUMEUR GAZ BERNUARDT
CNrV><-x J*lS fa,cU' ftWlliWe, indiapai
Khih i marc,if que ,f 9 m*tee-
La fabrique 1 expdie par miU
i.onde t0Qte9 ,M ra,Ues du
Dor
En vea g chez Mme JOL1BOIS FILS
;*j Rut Trm*rniri, Fo/t au frwu,
--- -^
*#
.
*


1 i'\

-*,>*..
^Wm vous"contre LE FEU
A. dressez-vous la plus fprlo compagnie des L (I
La HOME INSURANCj (7 de N.-Y
agent Gnral pour Hati:
Eucj. Le BOSSE, Port-au-Prince
Trottez votre Maison, votre Magasin vos dpts an taux ] plus raisocauMe,
*
Aucun Irais se Emission ni de Courtage payer
Renjteines-rov tmts fruit par correspondance on
ren/ dcutervotr problme, cken
En g. LE BOSSE, 95 Bue du Quai
->-- -
Pharmacie. F- SBJuUBltS
.Angle des Hues li u.t t dv Ce tre
2 Mdailles daiger* Exp:ition de^Brixelks 7910
Lai oratoire de ( liimie Md cale
/
DiOgOfrV, Prrdi/iH cMffLjws cl plnrrrrrfu iq<;es.
S|.i''il I *' s I'.-.' lin se' t mricainf!.
iVparation de kutti ;>i.i: ut* .' Iiom nieus-s slrilikOfl
i t SnjCC'i I 163.
S|c'all^fu Siuro? rmslljn'qi simple M firmpin rx.
lodliydinr/ie. Piurr ir liorard remplaant Its raquei'
jtralcifiauts de Feuler et de /fallu'
! y a torjcuis en stock : Nevrcsibofe' SifOp pecorali
Elixir de i\nsylvjnic.
f pisitaire du PBEVESTYL
Ri [ri sentant des OtaMissements (bt-tibia
CI Ol)Oi .- Al.rpo h rOnxi usrnirr. aiifmrrntfl 'a force de -ivif
indi'fer aable dais Nkuiustiixie, TcracnouLore.
( o.WaU sOM'.K. I"l IISI.MI.M' N l.l'.Vi;'^, AkWE.
i l.lil DH A LE. IfifOMNJtiS, l\\i.l> COI LPUIIS.
JL60L Jlt'ei)'f >e l'u.lfftl n i 11h roilr* CfNfTlPATWN FnTERITBi
\ i ru .!>-, l ' i.\uti nom ta, Dy8pbpih, liiofunna.
Il (LOXil*-- La*e le '( (l ( inique, cive la nutrition e\ o) a les paissef
Ind'jrprapsble ronii
Aux caves de Bordeaux
1636 GranfFluciS %
Emile liereix I
Dpositaire de* marques franaises 1
A.'a i R: i/ v\ e' Roger / Rieurs fine*
bORDK i;x
Di d:c i ie Cianu'e liqueir
tEUAUH
Ha (. I n M.rc 'ri lws
lORDfc i v
P. Ir. pu &i.o [C gr,ac
Avge e conmeic de grofl rt d mi gns qu'il a en cVrtdfi
ir cl andi odes nuise use dcfsisqi illiMestspii) drcfi rnaisoil
I rix courant mit d mande
Il fe mel la dfcrcfilioii de tous jour leus VkMeVreittditf
cesFaiies et les (.ou iuscqcs fajie exciter dirccffncct-
la maison I
Veuve Barbancouil
a reu
,nai
Pi anuacie
Allulii i-L\\iiLl
lUftfllL A. ItfttU, Pi. b. fcu
F-ace en 1L50
i pu u6 liitii que uc m m
ku.is battu de riaiite et d'Ain, i
, que-
v ituie Dtblll ict Kinu s
i'a)iuu.tiie lui iic -U i. cj
cui ne.
i'ttiiis' Juuy Sfore
SlCCCiktl lo A L lll-.li I AI I- H ALL
l s'ablished 1P50
AiKtruau A.'-.niiCti l'aient Ait
diC.nes Jiesi ibiffitCili Iroiu En
repe aii'l lie s a;CS.
Aaencan ptcscripiioot biles,
trench ^' nencan Icrlunit.
Tonel WiiUiv.
Gel it al i'etrua'
l'tiaiinacy luadua e ol lendit
Univi.isity, l'hi^utipLia, l'a.
.^Wr.-^*' <.-
FUMEURS
a li }(\
Colite l i i v.him f, Chayhie. K(thal6ibf,
Fciaii
i i y.. J\hikhio-:< i i kc-k, CHumi k au.hu hs.
iMl AI,Pt"i?lv lc?u Icitoiri in inr.es: de la fenme.
nMKililAI Arrie ^s liimcnagies. supprin.e ls varcim
ei niiffaitei
fil 11 1NK. foi po lu k. 1 AiimfMF, Col-qi'ep BirAT:Ct'Ef, Cikkiio
EK8, l ABrra.
tleprsentont de Icboraloires Terria)
j MlIII 1 y Hiprii ld'r.ic, (Ci'ie ilicctkli grsl;o-T>ff
ra'is et eu tares
L\XU'l\K,-Si 6JCque de la cci UipaUoo.
I\. celle* ls bi> ci tir eu lui te.
On en houvera /; boulange*
de ternond Placide comw sous
le nom Lie Boulangerie S Antbint
i ue dis i ,\ Ui. z Mae. v'vp 101'YON
Gnillu iidi n lldii
Fvm<% le Job
ou ne fumeM pan
kO 3iifC8 fia ai elle s et lat nc>
:!cO k^ugrafieisJOB vendus
eii deix n oi*.
l.'n C0liteu stik '^ ailtudn
pir ctaiavtlle'
A in hls demands i ar'ai'
MrFel.xVlAlUJ
Seul Agent leur IJuiti
Votro Bont est garantie, vos hahV
tndei de {amer conve* vis /tis/ue la
vieillesse. Adoptez I
La Crole I
Dlicieuse cigarette. EU 0$t ifoitf
(otis les q tartiers.
centimes le paquet I
Dpi t central, Ihir du la t ote, iueltouM
Grand Htel de France
Angle de* Rues Roux (t du Quai
Etablissement de 1er choix
Cuisine ioceellcutc
Situation exceptionnelle
Chambres ares liar u:od pnOPRITAlRE ;
P. Palri/i
!! .'Ji|l"WJ.W. *>
EDWARD M. IIAPHI L & (.o
'euhYorl Vortau Prince
Spcialits de Prodiits
Kapoiel
Mr Juan Bautista Davi
3
sVleph'sil dVr.nonccr au public en jrral.'quo s:us peu
ouvrir
. Une Gronde Maison de Modes
ifioa'sr les Dszara Acw-Y-.ik. 11 y aort un grand sv.k ^
cott urnes con'eciionni pcirbomes. le m mes et et finis. Ui
r uftri galement de lins tbtua pour la collection, -ir pi une srtiaie de rare nient. Lien connue dans la hau'e bcc3i
ije cne Mlle.
La Mai an enia, en outre, ds irarcliindies .1- p a i|
choix et a m nix. .1 ani touks concunencea.Touasesartn I^ r
pris a\ec iftmu.oi i des j luagiandep fabriques des Ltats uaia


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM