PAGE 1

LEJMATIN Au Lyce PETION Voici la coi frence faite par le Dr l'hoir au cours de la tiU umve.sraite offerte le 2 Janvier au Lyco#At?oa. i, v : OJ __ } .. | ( I ui Uf: rairculeux>i3h avai! i>P mis A'ItHPS* D ?* atM ,a rflexions de HUiser MM rves. Eh bien < NaJe2,m/K f rf a a tr Bl que Mon a trancbemenl v.n'ay I u. /"^ la Ve "• I UI fl que ,'ii tait parti comme Mi stoiM. les hroa qa* nous fttoaajaon fo ... i,, POtt , A o ,.,, aujourd'hui ont ausa. ,1, ng h lace ents ce. l ) ri,T ne i Ihgolrati contribu- donusr PJeo I u co.ime ceinte? de b au comment amricain ne pbMo.Hr a I, -n,, ^ 'lt DOmifl r*rticulire et dts par.p. r> tait fforc de aeroa t-t. i.v^dm.*re,ires t ie*ile* delEnro, Qooiquil ,, ,, ., 1!tilaM{ MU huit cent quatrel C'est la fio nn guerre entri la France et Iw dune lutte qu'on auraiqualifie Amricaine elle trionVoho flnVd d.nsense s. elle n oyait eu pour elle ces dernier*, i vcletton ni., le succs entra Hati, peii< pays de de ce peuple tiSumtSSSl centBBlilo eocfavoaotlarr-ncona-.Aa lieu S'une exDriancV SSta poloooienDe. Elle avait commence nouvelle, le con.me" t .mu S n moment o .1 semblait fou de urait reprodoi les erre.i ris ds non tenter contre la puissance Iran I fi aie europens aVecJeSS uerrS va.se. L'Autriche e.vail (t aiucuc OCMIUIMSSSS f n 7te. p, VSH tige de ,1'hamoaie. L'Amrique ,m %  es Sofa I yjv/ achte J ON DE SCOTT achte le meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante ans. Il n'est pas possible d'obtenir les etteis curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. {Preimez garde d'obtenir toujours VEmuUion d& ScGi) 5 SA J Angleterre aussi. Us deux p. ces avaient ti^n l'ooe eu fv/ie 1S01 la paix de Lnci ville, rnutre ei mars 1802 la paix d'Amiens, i.e i ri mier Uwonl avsii plaine libert -I a' tion et 80d regards s'taient tourne de l'autie ct de l'Atlantique ( i *6piat Ironver davanlegeusrs i, peuiaiions la peite de Ikgypi ledoime la Fore Ottomane Ue ngociations habiles avaient m m la IOI Charles IV d Kepagne aiun. en mars 1801 le trait d'Arenjoe* ltrocdaot laLonlalana la in ce. Uoiiephrie saperait enlever au; Ktals-l'ms le commerce de la i cb lgion du Mi83is?ipi et Lire trofl'e' la France de 'eut le trafic de I'AHH nque grandissante Le projet avait une tt Ho imnoi tance ses yeux qa il n avait pu Jisi a cder la Toscane uu gendn du souveam espe^ o! en eusng le la belle teire amricaine tani couvoile. C'eat pour calmer les inquitudes dus aiuencaiiiB qu'il ngoci avec eux le imit de Moi lontaine 6t la ralisation du mme piojet avait t, nous disent les bia lorien*. I une de ses meilleures rai sons de signer la paix d'Amiens. Ayant donc rassur les Etala--Unis obtenu de l'Espagne ce qu'il voulait et s tant ouvert les chemins de l'A tiantique par la paix avec l'Angleterre, rien ne lui manquait plus poui tablir solidement sur le continenl araiicain. iouitant si, il lui manquait que! que chose et d'essentiel. la p aaeaeion de St Domingue qui devait loi mer.la base de tout l'chafaudage. C'est pourquoi lionspaite y envoya trente cinq mille hommes des trou pas d'Italie sous la conduite de ton propre beau hre poury rtablir ton autorit gravement conipromiae pai Toussaint Louvertuie. Il est bien hasardeux de faire de* conjectures sur le cours de l'histoire. Aous avons dj de la peioe a dmler oe qui a el et on dira que c'est folie de vouloir imaginer ce que les actions humaines auraient ya tre. Cependant on ne refusera pas d'accepier que c'et t un grand ennui,uo danger grava pour la jeunt Rpublique amricaine que d'uvoii pour voisine la puissante francaiao. Celui qui avait prpare de ei longue main la prise de tosse6fcion de" la Louisiane, qui s'tait rvle un adininistuitui' colonial hors de pair— alors que ne voyant.pas encore et que la destine lui, lser ait ei fiance, il s'attachait a l'Egypte,corn me au seuil de l'Oiieot, ce conque lant se setait-il ctviteLl de ces pudiques piojels eemaieicisiix et les Ameiicains n'auraieut-ils pas eu biei lt leur poitee une redoutable oiganiealion militaire ^rte folIt nave. Lesquestioos que nous lOEom ici ne tont pas sans rionses. Uar pelous-nous que dans Napolon li y a eu beaucoup de part on nagea et qu'il y tn avait un profouuement icmaLeaque, ccbhant paifois sa pioiie gloiie pour envier ctlle des coiiquianta asiatiquesdisent ur jour 4 Ste lielue • J'aoais mieox lait de rester eu Egypte. Je serais a pitsent ciupeieur uo tout l'Orient... louent o vivent six ceLt million* &f mou mes et o eeuh se font les rauds noms, admiiant Alexandre pjsqu a la aiaison et qui a t sans doue iitteiiueuitM impressioiint par le mmau de (Juinte Cuiee. Ceribits de ses prcpfie sont connus • bi jetais rest eu Onent. juurai. tiuhab.emeut fond un empire corn me Alexandre. Sanv vous autres unifia', j'aurais t empereur dU ritui. tbaus le corsaue anglais e. 1 m.gre Irai aia qui a rigi-ien^ lo fei. d.a lur c (a SJeau u'Acresj ) aura & nciiove oe couqunr uue moine d .A aie eV J aurais piis l'Europe : ivNeis pour levenir cbeicher les '.vMtsoe Fiance et d'Italie. En ui. tutt, il y avait eu Napolon uu h *CJI uee lomuus de cape et d'pe a *> .......^..qi •Nord aurait connu tous les uai> era lue Liucjiii a voulu lui viter quand n est dcid a fiire la cruelle gurie de .•Scession non pas tant our abolir l'esclavage comme on :roit souvent, quu pour ampfibi r lui i union oe se disloqut en tate %  •vaux et ennemis, ulues de l'Eurore 'i pir consequeut biei t; et jets ue t'.urope. Eh bieu/ces guerres, c'est nous im les avoni vites au peuple am ncain. uuuque gocUe de sang vtra n Ida ouatnpa de bata;he a eparunt uo gouite de sang amricain. Vous voyez, la grandeur de I œu te atoaipbe par les tieios que mua ttons aujouid'bui. Et ai vout ui doutteZj je vous dirais de lire ct> tUeuona ue l'niatoiien Henri Vasl :oiianorateur a l'Hutoire gnrait ie Lavitse et Itcmbi-ud tL'expeoi iou coloniale anouiii a u.i echw omplet. Les pieuela du n.. %  ousul sui lal.uuiaioiie nu poui : ivuasir. il vendu aux Etala Unit .eue Pelle terre haoaue. cei ms orien admet donc que l< au u Napoleou sur l'Amrique •-cui d<.s Uaineua le cjup ue bcm-i |Uii injuria. Voua connaissez tous cette luit iiiugMlique oeu. cer.ains pisode jui inspir nu* ecuviina des paye: omeuquea, couuna le siego don -lle a i icirot ou l'assaut de Verueiea" Soldats tt gneraui y mon l'eu, on coungo aaguideme. Deasa unes y a dea gestes e-c ues paie h: ligue ij-.s plue grandi acteurs ut 'htaioire rnoutnale. (A suivre) UF1LLES Par Cuble # Sam fil •l Janvier 192J r PARIS r n ks J r> f.VKib— Lrs ob ques de Dupuv PARtSw U ministre des aires f a -, eflt c i lbr,dtM la matine au trao^res i'aliei arriva i i : r ; ; milieu d-une atluenc* considrable PARIS-, U crue de U Sein, con' s P er *P na *"ea :'j':!tiques e; de li 'nue.U situation < l aquit -i ?' ei '\ a!nsi ,rs>s .rct dLhesprit trjlitariste Mon i ur TangHsche Raodsc'hiu le u ven e par I Allemagne d manire clandestine de etutorsedocka bottants a des achdeurs neutre et a |<8 prx drisoires. PARIS. A la reprise de la sV.nce E J z commuant soi discour, vuh %  ur iaquestion du dficit des railways et de, postas aiosi que de -a bsisse lu change ii insiste < U r ia ncessite 4-augmeu er les eipor.a ions ei production il demande aux i tu u teurs tt au clerg de con.nu postolat qu'ilpoursuiva en ooe*, oi mmeni par Na.l au nom d Ciouv-iemen Cher on au non tu s^nst PARIS Les commissaires allif^ e al einands traitrent aujourd lim les questions administratives relati VHS sus tsuitoircs soumis au pl^bic.te. Lersner soullre d'un nfoidle ment, il ne pourra pas visirer D u t^ ta pendant quelques jours. i*tm en informa liutasta en lui eomirma. ^on point de vue au sujet des ^mi \?r.m tJ "" HS lutal MtoMtei Ailemsgne. 1 i n^ lat qu'il, poursuiva en p^iJael'ueam Ln U 2nH fB ,V;e jmm UHH ^ guene. La brance don !, lu : ^ i"o S? ^ S ^ !" S ^ IL SUFFIT de prendre . l'v.:i r'o vos vaqp tfl tOU3 loi .cuis ClulMMat m Pilule 30 1 ast 147,r;:o du FSnb* 81 •Banis Parts Maisflfauezl Mes! qui 8c.:i a: I •tlwi MtlM .'-.• %  . %  ,'jll.-.s li DEHAUT A PMM& %  Oui 1 .:J en noir Cablogram-ne funbre L'n cablotramne de Paris reu Met annonce U mort Je Jacob Morcb, ancien directeur Je la succursale Je la Banque aux Gotaivas, Le Jdl'unt tait le beaa-frerc de noire ami ]csepli Hl.inclurJ o qui nom adrtsaonj nos lin* ci Naissance La .'peux J. D. Thybale nous anocacent h naissance, le 1er l-invier ;i g heures du matin, de leur lits : WESN1 K. u pioduct^KI* 1er .n p, n\> -,r au pViioTen ^^ vbraut sppei d tous les lanais„ '* ;IJ Le lit-orateur f %  our mettre tn va:eur le, icsiourc-s *.' m es d^-^dfV du pava et des Colonies, i'AU.s -Les musiciana I L I I l*i li I 1 t I t 4.1 nt> 1%  an a cho KE.VIORRO OiiOf^'-on f-G'IMA&E DU DOCTEUR iru.n *t 1 --mplt* s : % %  • %  '• t. 2YLOK or.MAN msnaaVL FHUPP.tTi — COVtllir 00N. 1 £ lOU/.'UliS UH RfSUl Tir LiSoraloIr lUntt, 8 --L % i Ml'lLlT iS P.ir'.:iufrf.o: Al.n. PETHUS Varits MERCREDI ANDR^|GORtvELI3 G. 1 UO Madame Holitj 511 15 th ilrat ( Rue L'a., il Destuchea ) Le.ons d-ang! Trsduction de p cej oJIkiciles et de papiers d'aiLut^ Piench lt.ssous Traduction 01 olfi.iaJ ia unenand business f.r PARIS. Li ch-.mb e ap.-s le dis cours, ue lvlo 7. ministre des finance, idop.a par 461 VJIX coa.re 61 1|ftoje. dempiuat. La sncc eai uvee PARIS. Malgr la continunioa d • lvation du niveau de la Sein U mt g4u.4ie, La fuite de la ri f > pli IOU uu beau icmpsest beaucoup r m. uj-timis e Toutefois la Mtuct on :n dlUCiems quartiers de Paris dj. aient, p a r l os bots empira, cotam "eut dans le troisime arrondisse %  nen s o on dut acclrer le d,n< isgemenl Les eaux alteigoaai les es ue chassea.Ea banlieue, ta situ 1 io.i 13. beaucoup mua srieuse ea orc, notamment a Milun ou h par le basie d; u ville est i iC e. Lmunicipalits loni appel aui pou "mspoblicseafM.de l'organisa.| M : t -:","*f non des secours. J" 1 a ^ del^itio. ,„.,,.,, H i'ARtS Suivant Le iou.n,! JT.^ W fo > "-niUrSs 1 ^Pueaet les choristes aimd ou epetil peraon aides Ogurants d Opra de Paris dciJeront laerv immdiate leurs revndicv.on! • jan pas t acco, ls* U?e£ niiosnayi,i. p „ t accep es o" uciper a l K rv d no suive a V J mouvement, H PAULS Un trs nombreux rubl. • 'Hter bier au wir TlOie,! SeoS S* \£* ornent du bi Henri M...,, rgiaseor, sononci | a Mvesoliioclune pinio du „;.J ei U i.recon exprim, ses r^rets ^ impossibilit d'assurer .Tenr •jntedon et a.nons que le prix S2 place arait rembours demain Le conoit o..,,s ,,*r Granian dos di.iiaiicno au proi d-s reoSn. dvasta es, +.£ g JjgJ nt^u'S^S..^^dresse 'l't-umdn une maximum jo,j Moyenne d'urne 31 > Qel clair ou couvert. H'uie6h. 45 m. Pluviomtre y 2 mm. Baromtre en hausse. !• SCHEREg LA loterie de St-Louis %  Si de Turqeau Dimanche apr, midi a eu lieu le tirage de U : rie orgamse u, vue d'achever la construc.on de ta Chapelle St Louis de IWcau U (tu a t uta russie. La cour du cerde reeor m de tBOodainaet de nwndifaS SdeX toute ^de hautcun de Tar^eau. l'eu de Ci ol 'l? 0, e, V r,W -, L buve:lls M tenues rel orjre et disc.pl.ne par les dames organisatrice' Jercm.t. Ldmoad de Lespin..sse, MaxL Cace *l!e''du 0 e"L| d P e f n,rain d a "' ; " dans h te et o. dM couples l'catrainent ;>u so:i de l'or-hestre du maestro Jn-Baptisrc.Le j.uisir durViu i" %  Btooll et ebacun se spara a Le Jrc : nBl qu, nontJlt u di ni roilTiMnA -.ene..Nos compliment aux damoS\ Mnect qu, ont mult.ph | eura for" ^ an iake russir cette belle .te de char,:. rAKib Suivant e Le journal ...,/,,' 71 us ,0 ces militaires Klols aur.it lintentioo de reprendre Ss"^ tlX? a etl %  • projet bxani au prem.er .efuic Œ M JBwSK 8, e,U ld =ommeocemeu, de 1 a, , ll;l d^^m.^ 8 .'• %  ; norinau,f ? t ne 4 | a aS! commencement de 1 aune basa E e. ;v ^. i.e .vi M %  %  ., , e % :i 8' lUficatin |j |0 S OSS10 j OUI le I x ) ,,.vi, 8m. u, ment alummu av ut ,. dt: citre ava ce te da L uir '0 11] ton es leoompatiblo :;;-; %  ;;.;- AI, n,,,,,t' rois d'Aotleterra, d n A lll nca Franaisa imc Ureoours, secrtaire vnra" \ Jo 'u Asgerholm, secrta.re aJioM,te MmK t lut ensuite procd i l, A %  u • msss -es Je cette letc MOMim i <", t. P suc nelle.nent des waVfa^ £?"" '' er50D Cinma populaire beau W&i^iffij**£• ^nnrer le rende, vous brttatal aa^Ba BSg" rwitenMBoa^ leb.envcnu/ U fonr le iaycee-ir'tinn *&^P<£Xi'Ti ?2no dm, u,.^nae a* au *?£ feBSUt 2JM -, Ju baneunrk et Ue KfiS uieswo.eut a Po.n.ar. des r al* gramme, a 1 occasion du nouvel am Le conseil supr.ne ende qumz, ceubm^s "ZuTJ* SC du yndral l,r.in.l nn ui.ie aans la matle les txpl cation. |Ba lui soat d nandecti i'AKiS.— Le conseil supr.ne ektenait i'expese uu gnral LtroaJ,ne. sur les rourparlers au sujet de la UBULIN -Une corn nissio, h,; "^oades F ouvoi,s. Le coa^nlqoe 1 cusTgTj^s'i^ine? l ea dcida de prendre des mesures ?•• **W partf 4dsaunSSnda iiour l'vacuation des habuauta jus^L %  8 den piyv.nces mridionales lu,,^ UN "~ u ouvriemant Basa. F 1* *?* .1 k* BoLiev ks Le es ,", *; ; ih;iU offl ci bornent a toi •


PAGE 1

M 1/VK H'i> IS4* i. Tribun ;1 d'appel des bonaives |Audience des alfahes lotcmatrea du 15 Octobre 1919 Prsidence du juge pisiJer.t 'I ICarmant. Asscstuis Lion Laher: i Daniel Apollon MiniMte pubi iLbnstian Latoitue. Atlaire eatendue Celle Je la Vve Germain Noc' : >ccat Mf Justin Sttco, centre U; orfoit; Gui'iaumt Vaillant le M1 ;&i i • } uhlic. tn'C du m >on H qiisi'o e a cor du au reje d> %  r. cyti-s ce i. pp'hn.c ei m mai' 1 en < i'oideopiDce attaqjii fi diu.ee civile du 17 Octobre 1911 I tsi nce tu vice p c:ident A t:id Legend; Asstssturr, Is M 1 ccerps 11 D. : iel Apo'ion Minutera public G 15 D'aquot Alta.re tnterdue Cellt de Dum s Figaro, avoci M-' |uslm S no coi ire F:at r is S oat PUtir?, avoeft, Me t'd 1 'c tu< c Mim-'c t publk n l du en :o quis to it a coi.ciu aHnu v. bili t t l'appel Audience des allains s< mm i es du 22 O. tok>re .tin 'rsidence du juge prenant T a ; n Assrscurs Lon Laher s et DlDii tpolltn Min sire public Paul Plifiiier Arrt rendu Celui entre la J ame Vve Gf rm 1 ioel et les consorts Guill. u..' faillant qui confi r %  • l'o do %  a .u juge de a ic-teus dt St M te du ; 1 a i 1^19 • t ordoi-n a • rific. 10.1 de Parue, U depesv ^udieuce des affaires sommaues du 9 Ocobre 19 5 rsidence du juge prsident T. Carmacl fesseurs, Lon LtblBS tt Daciii pollon Ministre publie Paul Ptlitsiei Affaire entendue :Ceile de Wiliian LS, avocat Me lid Laioitue co b. Limage I hiuppe, evocar, M cuis Morpeau. le Ministre pub t endu en son rquisitoire a COUv information du jugement peut 0 c de forme, au rejet des moyen: e fond et la constitution de l'ar,de. dience civile du ji Octobre iv-' 'idtnce du vict prsident A if. Lffjj tteateoa Ls. M Ltvoips tt D* Apoiou : 1er e lublic t briftiao Laoilu rrei renau Ceiui eatn Dum.<. ; ro et Ptanois Snat Flto contirme le jugemei t du tribu de 1re laitance de St Maie u du 8 avril 1919 et dit acquise %  t lammde dpose. Aiiane mienhu Celle de la Vv Side Tlmaque, avocat Me J. P. V. Cabche cor. Ire Me Adhmar Aua.ut\ avocat Me Hd. L tonne, l< • mistre public entendu en sor : q uisiioire a conclu, en la forme A 'ii.htmation du jugement critique t au lond, an maintien ou dit jugt unt. E rm src rt .• %  *tr-."i CASTRO -tWXT.TiNM.t~ natn ... ion, | %  1 %  •>. l'.I. | 0:ifffiROP GMT4INK par I'UJRD (Se i' X i INTISEPTIQUE Mai Mrroar et Cclvra ;. •.'. I IU irttt tuait, t li .-.. %  .: da." ? ;r jour A *i 1 -.1Q O L ? M T E R N E %  '. %  t lifun d'nrsfiger. jp'<: 1 •A.mCo.i.'or.t.Parlti a Maison (i. Martin del Rio Vit i:t le raci %  i> ou fufU b.uck> n; mure liauu u.vantes : K.:iiu; i,'...., Iio.nu Houge, a Poiilt, .)aiiit'Lttur'jiic.-, Utiliut et autittuarciB s 41 n g'...i puie laid^en fe ulano ue 1, 2' 3 et 5uvrta. Maulgu %  .v iuuaiile 1> 2. . e< ~> livres, uctoieu. 1: 5 oIU uvit'.-. Al lu liwtlL'j 5UJL a< ra, Pro t-cto, Ciimax. Uiz. puniinv. de Mrt, eavou Aiajuui, KiCSiui lui-, lo aiuc.it, Witiiti'ei ie l.viii'. .11 st puZi i 01 c. at a Uc Al ui&cUii boaa n tu blanc de 4 al c uViLSv llUllu U OilVo u'LiipttgUO tun Heure tu Ululant, du J ( i>, i|i 1,2 a 1 gallon. Viut* Xeis .exctlleni ; pai ^uiiou. Lpicca cannel, muautide. poivre, lus UiOile. liburra de toblt Coptuliague de 1 et if-' livres tt .iueiii_t-.ni du 2 liVMf. iJeuriu On wuiaine CUalonuer et bai nain eu iti jlauc de 0 livre* Sachet* 001,2,1, -, J, 4, Il vit* llouuiou, Eiuuioio. dColl nui'-; ue eutuu eu t.iblauc u i|J ^alo. I!ic)uiai.; ClC. JL./.jlilKJA \tudre KHJ istis de luf calcaire livrales de mite, Remerciment* \.* baille Balanc les autres \ bi s. iicrei 1 compagnie depompurs et lot ux qui leur ont donne ai s .r.arqu. s o . %  ympathie i l'occacion de la mt> de leur regrette Alexandre Balaiu, : Vingt baniques vin rorpe do Podea' x inq barriques v ; n blanc IIP Bordeai x >9 oaaaea vin rorg^, b ?rc en bootellicrt Mc.rque M-'doc & GhflTVft 5c caisses Loueurs liMitfM 1 AnisePe, Cacao. Wppermunli./ qualit Mtp< rieureUn bon aseottiinen de conherves franaises Sardines, Tliou i 1 UuiK Maqueteai'x e ?ha>spig)ltoa. Comme la plus grande partia de ces arnclai t-st dj rserve, pri'i ceux qui en dsirent de a'insc ire au plus '.Ot pour le sol lePrix modrs L. Preelzmann-Afigrerholm Rue du Quai XL SI VOUS SOUFFREZ du 1 '^c il f->t TOUS Boifncr immcit•tement. M.-.uvaijc lialeine, roin, e tl'ni]<*lit. paret'c, _ot ttei'ti'rtira 1 toir pour Vetil-Gove, Jacmel ei %  'Europe. — Les sleamers Venus et 'Prins Willem* venant t/ts porti lu Sud son\ atlen ius le mercredi 7 du ecuranx en rou\e pour les oo) s du Nord et de iS'eu-YorL' — Le steamer Brnice venant \ If. New York e\ des ports du Nord •st artendu ici jeudi S du courant n rouie pour les p$rU du Sod ei '.uraao. — Le steamer Comnwwijne ', tissera New-otk le6 du courant Barbancourt TURK1SH — iLCND CIGARETTES EXCBPTIOrsAL QUAUTV A THt AMERICAN T6BCC0 CO. y 1 JOHN BURNS & Co 1801 Rua du Quai uour les ports haiiens. contre CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, il, flus StLint-A-ntoine PARIS C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS Bonbons aciduls par caisse 'Suret es; Mres de Familles PLUS D'JLLUMEnBSt PORT-AU-PRINCB Alax-PETRUS; Pharmacia ALBERTO*! Pharmacie du D* Justin VIARD tt toute* lm bonnes Pharmacie*^ N, 1 vt$ Monsieur Clment Abraham an")nce ru pcblic tt tous ceux I i il appartiendri -]ur sa rsidsncej rst plus 'ori au Princf. mais, bfndTis lAnondisserncnt de Jac-i m*l t D iromo'. D'employcbiz voua que rALLUUtUB GAZ BEUNHAnUT 1 Knplpi lic.ie, infaillibli., iridiaiwo aublfi riaoa le mnage: plu* tt et mnllHur marche que les aUnmetteafhbii(|Q nv.n le reilleur fil d acier a letroit cuivr. l'oor allorner, il suffit de joiadre les Mis uaci'T. La fabrique lea expdie par inir'ione dans toutes les pat tien du Jmel Eu vea e ch:z Mme I. JOL1BOIS 11LS ;|j. Rue TnmnUrt, Fort au Prince,



PAGE 1

Il r.. 1.1, F FF 1 Aux caves de Bordeau; assurez vous contre JU-*.-A-J .11. .B..-J V_y J6M, GramMui,i60 t\ drossez.vous ia pins forlp eompagnic dos l£ l T Emii IJercix ueposdQire de* marques f*antah ses ' La HOME 1NSI1 '.^ G de fc-l agent Gnral pour Hati: O M Eucj. Le BOSSE, Porl-au-Fi'ince TTOUQI votre fll : i i s( n, voire Kagasia to. dpota au tatn ki^SJ^-'tai^fflfc.l^'^*^*^ plus raHODDabtCi M.i< -i i. Ma cft u 1*. IVfpin Si K Conm Ira. courrai sur CNf %  -. r •• • >• %  •. jwr..v,)V*.r<-K-r.;.iiV!.nl*i:.w.-PW.ii\-.r? %  atCTaMMaanoaBanCTVIijaarWBaaaa Ka> a j_ I ^-— J J LO A~J l A l*J\J H ^{^ UUUKI.W i k&WwUsiiatfcl m uuibni||> ou Jawtia itfbou. >j!e , o douMiaaV 3Ses I l,!d,cl; A >'' ,: //> *iV RMJIA H. i/7' AI du. r?Aii Ira F un ~. ec eri l8 ....,_. i • Preetzmrmn.rin ^u„i n Angle des Lvvs lltuxet du Centre 2 Mdfiltei d'arger* Eipctittoi • Bruxelles iQlO Lalonitoirc de Chimie Mdicale DIORWIV, r?r • <.,, • in quet e! pltprn acuitq r*. >f t'frfcj w's t ; ; (;••-. s %  •' 'mtiiaiiius, Pi^amlion uV H etti ti ^nkn n •'••.' i %  %  m$nicusci strilises et injectables CI-SM ut Foiiac en 18.0 Produis ciiiaKiues cm uieiiueme DtDtilnce K. lim s r.it:i:iiii!ie in i^k et tu t; came. i'tfitis' Di \u\ Store ^LCCt^iOi M) ALtLih:\lLU ALI Aun.fiu'11 dC't'niiiii i'.cal i\jt Jic.iici liestji li.;.iwc; h ii'Oii Lu S Preetzmann-Aggrholn Agent r. our Ilaifi %  % &f ..'. •"'"'-'• • • ~ .MM FUMEURS roffe sant est Garantie, vas />/>! u-a-:i:{.ruisnel't..iierct de i*U,ia^ JUKh ^ mtI:Cvli ^ M | U uica! i ne W M Adoptv?, Jl v a loPJoi.il pp Moi k : N* vroiiWwe 1 S'iop pcc'.nv.K IMxir de i'.-.nsyivanic. Dpositaire du PBBVBSTYL ^eprsCBianl Ht s tablismcBtsdiiieUiq Oiitl SiilCjY. Gel it at Petrui' A iiiii;j-cy liiaauUic 0 TemLk UiiiVkuny. i iuiUe! loue les quartiers. 15 centimes le paquet Dpt cni.fi ah Uar delaPatx, ttuvRon* CVBA1 rnfK. — i' uL '' .-cs.-u: m %  MDMCU la leu-me A.\I I .ItiM:— nit* l8 b^morragieii luppriœe ls rapcu'i f 11 l J LM ~ f'rrt.P J U K, liLLOUMr CCL QCII BttAI '.Us, ClRBflO IvjKfiniant des l( beratoire Terrial l/nil i"t:n .i! at:..vc. ccrhe UlfcJiilf Kf!;o'i(.' LAX'HIM Sfdfoftac .rtfi .•wJwo a ta %  • MtaWBuroimPMrk-'VMjtKHfcfMlaa %  w 'fc.r i KDWAllD M. HiFHlLcV Co Kew-York Par au Prince i uleine excellente SiluntUm exceptionnelle blwmbm ares _^ Bal n: „ l i; .,,.,. %  •ulrfei PR0PB1TAIIE i %J fl Spcialits il* Produits Raporel ra Maison de MODE! Mr Juan Baulisb Davis ^.e ,lr Aannoarn pabUoea -, al a ,e s as : e u, il fil* Grunde Matuon le \to>lei :i I l IStl lleS l'; /:{ s ". ,\ ( .u.V ,,l 11 coa..mc corfecj, ^rtLi %  s '" S rouw, J/: ,'•, ' r.. %  %  %  :',v; : :.:' %  <%  •



PAGE 1

| : rrtrtauf.inc. iialt UemenMUAOLOIU j si Ci M R -PiOF M*Tliai ,.i, ftUMtlM) lt) CENTIMES ABONNEMENTS FOftl-AC-PRISCK ,, u>oii o a.oo liGi'AMTEMNTS U murs G. 9 50 llC.i a ois * W STRANGEli X. oifl rcois **00 Les annonces soat reues au Comptoir !nternationtl de Publicit, 9 RU. Tronchel, l'a. riseti*. 3t. 2j, Ludgate.Hill, Londres. Quotidien 7E LEPliOhE : U8 ^•JU u-^vier lUtt II ne saurait y avoir de bonne politique intrieure, conomique et fiscale qu'en foiictio d'une politique extrieure terme et continue. Ren d'AlAl 01 sntis i'OLiniiiis ET SOCIALES | mpordaw spt'cia'e au Matin 11 Le sort du paysan et de 1 ouvrier russe;VISION D EPIPHANIE r Le soit du paysan russe dpend au wurdhut tnioiiiii m du btard et surtout de sa situation gographique. Dans les campaniles qui avoittm ni In i\il s, le* centres de rei aux ferrie t> %  rgions industrielles ouletsecurtd wpl r.iiioi s m Ittams, le muaj k toi pu ioudmnt malheur***. L)es t comit. agraires y ont, de leur propre initiait ve,mis l e.xa des mthodes de.cpluitu tuin en commun austi varies qaui piqui* La paysans on* d liv.er lu, oie et leur ur m (change de rouan dni in calcul s estime au poids a* capto*. Lortorsfihont voulu ne rv.'tet tnUrrcr leun rcoltes, refuser d'ubn aux rquisition!, Us ont tt dsarm*, affame tt redui d l des landes de nantis rouget dont le: tnlhoAti tpunitivei ont provoqu l lilnfi de Zinomef lui mniii, la {arou ch.e aiclalcur de Saint Pttersbaury Ailleurs, ils ont form des bandes 'I •%  soi donn des chef s, tel l • %  1 je %  r Sihone, mais leur oie est celle aeb v laws, d di font devenus a uni tauv> get que les loups de la fort o ils cachnt. Uant les vastes rgion* loigne centres urbains, la situation est li autre. I.t, le bolchviem n extete e avec la m> yen% et les riches propritaire* pas iriin'.e d u neepooseesionde lapar de malchanaux arriv i trop tard r>qut la tjramU cure Ayant entour U vu la>ie d'un foss cl d'un mur, tt t'tait constitus en milices armes de mitron liascs, ces paysans montent la gant' autour ds leurs tooltes cl de leui.. troupeau.::, lchent de M faire ou Hier participent parfois au p utmini de quelque tribut obligatoire, forment en fat ,dcs milliers de mm-oues r publique, et se moquent -dcrets de Moscou des prix mas inc et des leves en mess:. Rests fulil %  aux tottriaa di 'Isclieraoff, a ce wei lisme agraire, chrtien • uou^e sa DieavuiiisuCS ciieiiti tU partir ou 5 Janvier l'J^Jeo .njuiv a< ra ira usi'ero ue la Hue e.t:e a ta Unefava ou u^iite.> Bioucbes au N i fcslT. .juauituuous fcJ a 1-. — 21 (t a "> mur-techniciens devaient renoncer jui essai d'endiguer ce formidable cou uni d'indiscipline. Lorsque les usines curent pass aux noms du rolctariat et que des soneti iouvrws en eurent pris la direction Uux ventualits se produisirent Dam ts tas uilmuntni nombreux o l entrt nue dirige Our des incabables, tomba uns l grbts, oit les salaires dpass .ciu tes bnfices, et o la production ombaati deuxime du chiffre d autrefois lilat fut invit ^nationaliser I u sine, m a fournir des subsides. Le tut alors une irange poque, l'eu iwit le second semestre de iyici, ln joicbevtste dpensa 60 milliards de rou les, notamment tn subsides l industrie La production de deux cent millions de Htfner monnaie bar jour ne sufksail plus. L'tat loulni crer des 1 centrales s U matires premires, mais In 4 Il ltal de dlabrement du mets paralysaient t transports. Re nuis au chantage, les ouvriers vendirent Us machines et les locaux, et >e dupe niii dans les campagnes Las salaires loutent tt dcaptt 1 mois h' prix des nuiihucs ob/tti s tait multipli p-r ungi cl par cent Ds le milieu de lan ue aernere, .1 galit uans la ir.:sret Hait compl L h. r^A Suivre) A ia Basilique Notre Da xie La Basuique tait bien orne aux couleurs nat.onaies. Dans le choeui outre le Cbet de l'Etat tt ses Mi us t e*. beaucoup de perso^ n lits rat: gicb u ha e.m s stidip.om tes *t acs coosuis, le chel av. loccupatioc ;i ses otciers, beaucoup de pitrts .t de Irics de rlostruition chreneuue. Dans la net latrale et les bas.ts beau oup de dames, l'homm a-itiens ei e.a. ngeis it .t et (S col.s avec leurs b c ..urs draj.eau. rtu our U iue une toute compati* oui ds .'giise, uae cosipaga B J. g cdaimei.e. La mtese a t dite par le RCv. I'. Rochas et le sermon a usage J t prouoace per Mgc fihoo, t'*st ut, s i md it bau discours efoati avtt itten ion. nous tchc:ons t le pu .ia. Tous nos compheuents a .Mgr .e ^oaajateur. l'eadafltia ccimonie, la musique lu i'ala.s \i\i.ii ses belles uoits M.; f'uhou iivajt i-e OUr cfh .. J .hu.n.e par Mgi Consn . bkm le-, liapsuux tt u^uoiies di Ciii;i> icolcs 11 aj:oci .Ueus. Voici les pi, ncpMte d .pr'us qui ont t b.'.is avw-c Ial|u-"n-. %  :. iuis parrains ci imnaaMik R:, a.i'oauc-.. : Mffl fusii.\ I et d an ton Hraut. Lyce National : .vielle Lucienne Hraut tt Louis Morpeao. col de Mme Moscovra'Mme P •u. uff<4 II v^iiOenk PJUMI. Conge Louv.riu e : Mme Lere.ou s ^1 Di Louissaint. Lguj Ultiaire : Mille Brnice tbutum et Louis Boino* Su i lai.oiQ.iio.iae d^ Cont ence>Mn^ Emile i'-.iuaect Me Hat don Agnsot. Uaic.lL as u mmt socltt: Mm< i. Dorce et J aies Rossraoafl. i:o.s, la musique du Palais joua i.uf le parvis l'hymne ATousaiut Louvat mr^ et U Dessaliaieana eu prsence iu Chel de t'fiUi ti de louve l'assis 11 ce.Dci vu. ki lie et |aes ; V v L-ladepeadance 1 Vive DeisuUaes I Vive tiau / se tout entendra. La DAl Le Chef de l'Elu monte en voiture. Il est suivi par de nombreuse intos et voitures pavoisus. Coup l'Oeil miguique. us cortge et la plaoa Pon Le cortgesmet ca branle et arrive sut U piace Ption. la Coule est immense.Su l'autel de La Patrie ceni jeunes Plies de l'Ecole Norm. • ie ses aaaexrs et del"Institut'.Ou Vre ^aiet ont chin'. e l'hy Ml a la Li biii l %  la Dcisjlia eine a.L'uae a'el.'.j. Mslle Marc I Ma/ard a di i>. sa belle voix e. u : 1 ute ;.aa A L. u..., au bien 1 uge >, o 'eau com r oe poui 1^ circoBsia < %  %  i et; ov ioane.Ledrape m ha.his-.S au r.t de l'.otei d. la a l ilu pai le eclj r.:.j : ., loti! • u ue 1 .. ce, D-i.\ p uue> ni es de l'Ecole Njrmalc habilles auxeou'eurs oatioaass suivies des autres 'as sont saurai i\ de vouloir d.es dposer des palme au red du ; e a PiegK assoc i c et a buste de Ption, puis v.ut la dKgaSocx'. de Port su-Prince ion de l'Union di la presse et des Socits de l'o't-au-i'rrace. Le Chft de l'cUc, Lut mme se dplace et en tait auttat. Toute la toule intonne la Dcssalinienne Le cortge dle veis Le Champ cie Mars L es lie ". et d 1 couroun'S on i if. 11 statue d : s on de TUnon t n piseact '.u le -o;: Cabine et d se nuages ofciels ( Tribunal de Cas il 01, Conseil d E'.t e*c.) A remarquer la prsence de nombrem trangers dedis'inction qui ont lenu tmoisner eu ce jour leur 11 ( de i Etat, s ton le> perch e H l'i • IVn remercie tous les manifestant. A vous, les o£anisa!eurs de ces ftes qui cous ..w/ procur l occasion de montrer ce qu'il y a de bon er. rous, ;.. dois 'ou e mes flicitaliois. En vous priant d'ea trouver ici l'exj rgion rcconnaissit t je vous )ia transmet' toutes les qui ont patriotiquemen; rpondu votre appel.les assurances de ma vive gralitude. Croyez, Mcsslt uts, mes sentimen de cordiale considration. DARTIGUENAVE Association des Anciens El -vas et des amis du Petit Sminaire collge St Martiai Liste de souscription de Madame hlix Coicou Ren Dutocber Elvire Bayard sympathie la Rpublique d'ALi'.i. Dr Ed Roy NottS notons encore le dpt par Madame Ricot les anciens combattants de la gionde Dr Mathieu guerre d un bouquet de palme s pen 1 Mme Ptrus dide arttstcmeai fait, entour des Mme Massac .oui '.'• (ransaise et dpos ic le J.ine Gabriel dbut des crmonies. Il ai' midi %  Luc C >icou que la foule se tenait sur le Champ 1 Aicib Letellier U Mars manifestant aa joie patriotique autour del statue de Dessali' ns ani cris de Vive l'Union Vive Dessahnes Vive Hati Vive l'indeptndcnce tandis que les enfants ides coles chaniaieni ta Dcssalinienne. De Fapra midi au soir ieiix alb etiqu.-s au Champ de Mars par 1 U S S H, concerts, cinmatographe, illumination de la s'atue c Dessalines. Fyo^Laudon R port Dollars Gourdes S 2 1 1 1 1 1 J 1 1 i r 16 4*77 9sGj,888.38 £1 cette grands journese ferme avec les vivats -c tout un peuple enthousiaste et qui se souvient!... Une lettre du Pisident de la Rpublique Nous sommes heureux de pulilterlu belle lettre suiuvile adresse pu S. IC. le PriidiU d'&aiti ifix inembra du Comit d'onaanitalion des foies de lnlpendmce Nationale. PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE n'HUTl Port-su P.lace, le janvier 1920 Messieurs L. C LHERlSSQN^aw dent, Louis BORN'O et Clment MA* •iLOIRc, Membres du Comit d'orga nisation des t'tss de l'Indpendance nationale. En Ville Messieurs, La ville de Port-au.Princc i vcu deux journes spleniides, en communiant avec l'me immor cell dea Aieux. S'levaut au dessus .ie toutes les CJ tingencet, elle a mir une fui indfectible dans l; Jeitinces d<: la Pa.ric tt nette tient •xprim sa volont de conserver 1? • :r de nos pres. Que les pessimistes viennent dire main que tout est pidu et qu'il n'y a pins rien (lirai L exempie de conbinca et de vitalit qu'a Ion i la population d: Pprt-au Prince, tradatsant.j'en suis pj aad, les sentiments de Liute la pubhquerst la plus claire leon qui pui. %  : lui tore on TIC. PQJ Ua |.,:t, j' puisa;, e mandes at 1 ^ ci dnaiJanv -t daus mo.i cont ci %  ec ce peuple courageux et pacifique, de nouve raisons de cro.re en l'avenir de notre ,Or 4>9JG7,8|,38 Liste de souscription de Mme Ernest Cbauvet Ernest Chiuvet 10 Hi'g 2 luvet j Fracsocean Trading Co j lohn H Woollcy Maison Charles Mews Max Greger Il Constantin Louis Guriu Clment A Coicou Robert Stark D'hnnety Djoie DetS Fred. Duvignaud H. BaJloui P Rallia Richard Me Guffie G Bencomo Attela de Mattis Ph ." rlitrocai l ; uni V Valcin M ue Ernest Cbauvet Or Report r 1 1 1 1 5 1 ? 2 2 1 2 2 2 a 1 1 1 G2 50 G 2 4>93,9SG,88,3S 474 3.JJ G, 89 .>,j 8 8oite aux. Lettres Jrmie, le 26 Dcembre i9W Mon chtr Directeur. Je m'empresse de relever une pente erreur qui s'est glisse dans la, reproduction de h lisls de somerip ttun <7'4e i'aitmnsrnise l'^isociationdt anciens Elves et des unis du Petit Sminaire ( iVo du vendredi II) dambre dm Matin ). Les $9 weription s i sont chiffres CrJ J. c Quxranle neuf ) gour* dm Bt non <, Mi La diffrence provient dl'ommissiun dujtom i lr <;cnand lirieere qui .fjw rail l'ai i liste pour trois gouvtt %  cuMez agrer etc* % 


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05013
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, January 06, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05013
System ID: UF00081213:05013

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
|..... : '
rrtrtauf.inc. iialt
UemenMUAOLOIU
j si Ci M R -PiOFM*Tliai
,.i, ftUMtlM) lt) CENTIMES
ABONNEMENTS
FOftl-AC-PRISCK
,, u>oii o a.oo
liGi'AMTEMNTS
U murs G. 9 50
llC.i a ois W
STRANGEli
X. oifl rcois **00
Les annonces soat reues au Comptoir !n-
ternationtl de Publicit, 9 Ru. Tronchel, l'a.
riseti*. 3t. 2j, Ludgate.Hill, Londres.
Quotidien
7ELEPliOhE : U8
^ju u-^vier lUtt
II ne saurait y avoir de
bonne politique intrieure,
conomique et fiscale qu'en
foiictio d'une politique ex-
trieure terme et continue.
Ren d'AlAl
01 sntis i'OLiniiiis et sociales
| mpordaw spt'cia'e au Matin
11
Le sort du paysan et de
1 ouvrier russe;-
VISION D EPIPHANIE
r
Le soit du paysan russe dpend au
wurdhut tnioiiiii m du btard et
surtout de sa situation gographique.
Dans les campaniles qui avoittm ni In
i\il s, le* centres de rei aux ferrie t>
rgions industrielles ouletsecurtd wpl
r.iiioi s m Ittams, le muaj k toi pu
ioudmnt malheur***. L)es t comit.
agraires y ont, de leur propre initiait
ve,mis l e.xa des mthodes de.cpluitu
tuin en commun austi varies qaui
piqui* La paysans on* d liv.er lu,
oie et leur ur m (change de rouan
dni in calcul s estime au poids a*
capto*. Lortorsfihont voulu ne rv.'tet
tnUrrcr leun rcoltes, refuser d'ubn
aux rquisition!, Us ont tt dsarm*,
affame tt redui d l
des landes de nantis rouget dont le:
tnlhoAti tpunitivei ont provoqu l
lilnfi de Zinomef lui mniii, la {arou
ch.e aiclalcur de Saint Pttersbaury
Ailleurs, ils ont form des bandes 'I -
soi donn des chef s, tel l 1 je r
Sihone, mais leur oie est celle aeb v
laws, d di font devenus a uni tauv>
get que les loups de la fort o ils *
cachnt.
Uant les vastes rgion* loigne
centres urbains, la situation est li
autre. I.t, le bolchviem n extete de nom. lin yr ncipa U Soviet rurui
ne peut M composer propritaire* et d$$ ouoHen agrio le*.
Hais quiconque tel! appropria un lan.
beau di toi y fait bl>e avec la m>
yen% et les riches propritaire* pas
iriin'.eduneepooseesionde lapar de
malchanaux arriv i trop tard r>qut
la tjramU cure Ayant entour U vu
la>ie d'un foss cl d'un mur, tt t'tait
constitus en milices armes de mitron
liascs, ces paysans montent la gant'
autour ds leurs tooltes cl de leui..
troupeau.::, lchent de M faire ou
Hier participent parfois au p ut-
mini de quelque tribut obligatoire,
forment en fat ,dcs milliers de mm--
oues r publique, et se moquent --
dcrets de Moscou des prix mas inc
et des leves en mess:. Rests fulil
aux tottriaa di 'Isclieraoff, a ce wei
lisme agraire, chrtien Ion nomme tn thltti .soiiilme
votulioitna re ils r.doutent,en tomm
autant uni victoire lUslilancs ra-tio .
noires qui leur ramnerait l s grand
prupriiuiies que le maintien indt fini d -
Rougis au pouvoir. Far leur attitudt
ils rappelLnt les paysans du temps de h
Rvolution, acqureurs de tbitns aitto'
taux, bonifies par Us crimes de Roba
pierre, mais encore bien plus horrifis 1.
la perspective d'un retour des mtgris
Ce sera d ailleurs finalement, cette massi
merle de tnouitks qui d Ur miner a, par lu
force mi'me des chos.s le rgime poliU
que et conomique dfinitif de la R issu
de demain'
. Nous avons vu que, dans Us villet, L
principe fondamental du m txtmahsme
tait : / usine aux ouvriers. Cette i.tsar-
deuse exprience fut tente, en un itmbs
oh le commerce et i vniusliie taient dj
dsorganises p-jr troH ans de guet
Par six mou dananbit Dis l rvolu
lion de mus, en effet, les masses mors
res russes, ignorante, et surexcites pu-
des dmagogues effrns ne rvaient blus
que rductions d heures de travail
mental, ialaire, partage des i
dosent dan: de l'm-
dusfru. Les tbf (Ttntrprist et les mg
Pour L. R.
ions le ciel paillet d'astres dor et d'argent
iiKiiin.iieiit lenienicn., niais ravis.les Rois Mages...
is.-lhieni apporter leurs somptueux hommages
1 Celui qu'annonait l'Etoile en Oricat...
..'Ocan carc- lit de ses flux les rivages,
jet Fleuves bondissaient sous le bltu nummct...
Jn immense Irisson parcourut l'Occident,
it la terre (remit ce divin prttxe...
_ .-bas. Bethlem, dut une panvre crche,
vu milieu des fenouils et des brindille*' fraches
/agissait l'Entant ro;c: Emmasoel-Jesus !
lcs Mages tjouis dirent l'Hymne de grce...
.t quand, aux cieux eu fett, :1s tournrent la face,
La blonde, anoODCbtrioS Etoile n'tait plus...
Christian REGULUS
Les Ftes Nationales
1re Journe
Paul !i uxila
Hues du Magasin de l'Etat
cl Traversire
Viennent d'arriver :
chaises, doiiiats, miroirs, carpi-u.
i .'icoi.t.a du 11, MUJiptS et ilauJuS-e ,
inil biauc suprieur, CMluetUu,
tltnbeaciie, dtagooaia et casiuu
aprieori, ba/iii p:iu, zphirs as-
uitis, similis, nauBuuti pour Iilo
ie, calico'.s d'or, voileb. cropOOT,
siitaibb et loiles pour robes, bis
,uasssttei pour liommea etfeinnMB
lidiisasiles do lit pour et'bats, 'l'.n-
i-ditx de psitls pour ho.mne et
) mt enfaiits, loraiea pour daines,
jbatH de toutes sortes et tou e-
luanres. toutm largeurs, sontaches,
o.iiei'u, tresHes do suie, uiieiuisei-
Uocttof et couleurs pour homiuis,
i fi. in rtfl scisoi ie d llouji/aii -
m, l'inaud. Iout;,r ?, 6;lgat
;jiuuiu .uiiii'ie. poudro Moka, Foug
loyale, Kloruinyo etc- Alcool ru
usullis do Kioqis, caleoos, cbs-
dsi ttss, i. V i. bretelles tio,
N'oubliez pM M'* ou trouve ud tou.
oi oi a meilleur comp.e-
. jjirot"a-af ii Miii"nn ysacjcnjitam
CnaugQ/jiat d'adresse
Le Dr Voluy Roosiar, dent;s >
uou^e sa DieavuiiisuCS ciieiiti
tU partir ou 5 Janvier l'J^J- eo
.njuiv a< ra ira usi'ero ue la Hue
e.t:e a ta Unefava ou u^iite.-
> Bioucbes au N i fcslT.
.juauituuous fcJ a 1-. 21 (t a ">
mur-techniciens devaient renoncer
jui essai d'endiguer ce formidable cou
uni d'indiscipline.
Lorsque les usines curent pass aux
noms du rolctariat et que des soneti
iouvrws en eurent pris la direction
Uux ventualits se produisirent Dam
ts tas uilmuntni nombreux o l entrt
nue dirige Our des incabables, tomba
uns l grbts, oit les salaires dpass
.ciu tes bnfices, et o la production
ombaati deuxime du chiffre d autrefois
lilat fut invit ^nationaliser Iusine,
m a fournir des subsides.
Le tut alors une irange poque, l'eu
iwit le second semestre de iyici, ln
joicbevtste dpensa 60 milliards de rou
les, notamment tn subsides l industrie
La production de deux cent millions de
Htfner monnaie bar jour ne sufksail
plus. L'tat loulni crer des 1 centrales s
U matires premires, mais In 4
Il ltal de dlabrement du
mets paralysaient t transports. Re
nuis au chantage, les ouvriers vendirent
Us machines et les locaux, et >e dupe
niii dans les campagnes Las salaires
loutent tt dcaptt 1 mois h' prix des
nuiihucs ob/tti s tait multipli p-r
ungi cl par cent Ds le milieu de lan
ue aernere, .1 galit uans la ir.:sret
Hait compl
L h.
r^A Suivre)
A ia Basilique Notre Da xie
La Basuique tait bien orne aux
couleurs nat.onaies. Dans le choeui
outre le Cbet de l'Etat tt ses Mi us
t e*. beaucoup de perso^ n lits rat:
gicb u ha e.m s stidip.om tes *t
acs coosuis, le chel av. loccupatioc
;i ses otciers, beaucoup de pitrts
.t de Irics de rlostruition chreneu-
ue. Dans la net latrale et les bas-
.ts beau oup de dames, l'homm
a-itiens ei e.a. ngeis it .t et
(S col.s avec leurs b c
..urs draj.eau. rtu our U
iue une toute compati*
oui ds .'giise, uae cosipaga b J.
g cdaimei.e.
La mtese a t dite par le RCv. I'.
Rochas et le sermon a usage j t
prouoace per Mgc fihoo, t'*st ut,
si md it bau discours efoati avtt
itten ion. nous tchc:ons t le pu
.ia. Tous nos compheuents a .Mgr
.e ^oaajateur.
l'eadafltia ccimonie, la musique
lu i'ala.s \i\i.ii ses belles uoits M.;
f'uhou iivajt i-- e OUr cfh .. J
.hu.n.e par Mgi Consn . bkm le-,
liapsuux tt u^uoiies di Ciii;i>
icolcs 11 aj:oci .Ueus.
Voici les pi,ncpMte d .pr'us qui
ont t b.'.is avw-c Ial|u-"n-. :. iuis
parrains ci imnaaMik
R:, a.i'oauc-.. : Mffl fusii.\ I
et d an ton Hraut.
Lyce National : .vielle Lucienne
Hraut tt Louis Morpeao.
col de Mme Moscovra'Mme P
u. uff<4 II v^iiOenk PjUmI.
Conge Louv.riu e : Mme Lere-
.ou s ^1 Di Louissaint.
Lguj Ultiaire : Mille Brnice
tbutum et Louis Boino*
Su i lai.oiQ.iio.iae d^ Cont
ence>Mn^ Emile i'-.iuaect Me
Hat don Agnsot.
Uaic.lL as u mmt socltt: Mm<
i. Dorce et J aies Rossraoafl.
i:o. jreime et b". Dartigaena'ft*
immacule Conception ; Mille G.
Dar-iguen^vc et Dr blts Uoicou.
Stir le parvis
A l'issue da la crmonie religieu-
>s, la musique du Palais joua i.uf le
parvis l'hymne ATousaiut Louvat
mr^ et U Dessaliaieana eu prsence
iu Chel de t'fiUi ti de louve l'assis
11 ce.Dci vu. ki lie et |aes ; V v
L-ladepeadance 1 Vive DeisuUaes I Vi-
ve tiau / se tout entendra.
La DAl
Le Chef de l'Elu monte en voitu-
re. Il est suivi par de nombreuse
intos et voitures pavoisus. Coup
l'Oeil miguique.
us cortge et la plaoa Pon
Le cortges- met ca branle et ar-
rive sut U piace Ption. la Coule est
immense.Su l'autel de La Patrie ceni
jeunes Plies de l'Ecole Norm. ,
ie ses aaaexrs et del"Institut'.Ou Vre
^aiet ont chin'. e l'hy Ml a la Li
biii l la Dcisjlia eine a.L'uae
a'el.'.j. Mslle Marc I Ma/ard a di
i>. sa belle voix e. u : 1 ute ;.aa A
* l. u..., au bien 1 uge >, o -
'eau comroe poui 1^ circoBsia < .
i et; ov ioane.Ledrape m ha.-
his-.S au r.t de l'.otei d. la
a l ilu pai le eclj r.:.-
j : ., loti! u ue
1 .. ce,
D-i.\ p uue> ni es de l'Ecole Njr-
malc habilles auxeou'eurs oatioaa-
ss suivies des autres 'as sont
, saurai i\ de vouloir .....
d.es dposer des palme au red du;,.e ,a PiegK associc et a
buste de Ption, puis v.ut la dKga- Socx'. de Port su-Prince
ion de l'Union di la presse et des
Socits de l'o't-au-i'rrace. Le Chft
de l'cUc, Lut mme se dplace et en
tait auttat. Toute la toule intonne
la Dcssalinienne
Le cortge dle veis
Le Champ cie Mars
L es lie ". et d 1 couroun'S on
i if. 11 statue d
: s on de TU-
non t n piseact '.u
le -o;: Cabine et d
se nuages ofciels ( Tribunal de Cas
il 01, Conseil d E'.t e*c.)
A remarquer la prsence de nom-
brem trangers dedis'inction qui ont
lenu tmoisner eu ce jour leur
11 ( de i Etat,
s ton le> per-
ch e H l'i IVn remercie tous les
manifestant.
A vous, les oanisa!eurs de ces
ftes qui cous ..w/ procur l occa-
sion de montrer ce qu'il y a de bon
er. rous, ;.. dois 'ou e mes flicita-
liois.
En vous priant d'ea trouver ici
l'exj rgion rcconnaissit t je vous
)ia transmet'
toutes les
qui ont
patriotiquemen; rpondu votre
appel.les assurances de ma vive gra-
litude.
Croyez, Mcsslt uts, mes senti-
men de cordiale considration.
DARTIGUENAVE
Association des Anciens
El -vas et des amis du Petit
Sminaire collge St Martiai
Liste de souscription de Madame
hlix Coicou
Ren Dutocber
Elvire Bayard
sympathie la Rpublique d'ALi'.i. Dr Ed Roy
NottS notons encore le dpt par Madame Ricot
les anciens combattants de la gionde Dr Mathieu
guerre d un bouquet de palme s pen 1 Mme Ptrus
dide arttstcmeai fait, entour des Mme Massac
.oui '.' (ransaise et dpos ic le J.ine Gabriel
dbut des crmonies. Il ai' midi Luc C >icou
que la foule se tenait sur le Champ1 Aicib Letellier
U Mars manifestant aa joie patrioti-
que autour del statue de Dessali'
ns ani cris de Vive l'Union Vive
Dessahnes Vive Hati Vive l'inde-
ptndcnce tandis que les enfants ides
coles chaniaieni ta Dcssalinienne.
De Fapra midi au soir
ieiix alb etiqu.-s au Champ de
Mars par 1 U S S H, concerts, cin-
matographe, illumination de la s'a-
tue c Dessalines.
Fyo^Laudon
R port
Dollars Gourdes
S
2
1
1
1
1
1
J 1
1
i
r
16
4*77 9sGj,888.38
1 cette grands journe- se ferme
avec les vivats -c tout un peuple en-
thousiaste et qui se souvient!...
Une lettre du Pisident
de la Rpublique
Nous sommes heureux de pu-
lilterlu belle lettre suiuvile adres-
se pu S. IC. le PriidiU d'&aiti
ifix inembra du Comit d'onaani-
talion des foies de lnlpendmce
Nationale.
PRESIDENCE DE LA
REPUBLIQUE n'HUTl
Port-su P.lace, le janvier 1920
Messieurs L. C LHERlSSQN^aw
dent, Louis BORN'O et Clment MA*
iLOIRc, Membres du Comit d'orga
nisation des t'tss de l'Indpendance
nationale.
En Ville
Messieurs,
La ville de Port-au.Princc
i vcu deux journes spleniides,
en communiant avec l'me immor
cell dea Aieux. S'levaut au dessus
.ie toutes les cj tingencet, elle a
mir une fui indfectible dans l;
Jeitinces d<: la Pa.ric tt nette tient
xprim sa volont de conserver 1?
:r de nos pres.
Que les pessimistes viennent dire
main que tout est pidu et
qu'il n'y a pins rien (lirai L exem-
pie de conbinca et de vitalit qu'a
Ion i la population d: Pprt-au
Prince, tradatsant.j'en suis pj aad,
les sentiments de Liute la pubh-
querst la plus claire leon qui pui. :
lui tore on tic.
PQJ Ua |.,:t, j' puis- a;, e
mandes at 1 ^ ci dnaiJanv
-t daus mo.i cont ci ec ce peuple
courageux et pacifique, de nouve
raisons de cro.re en l'avenir de notre
,Or 4>9JG7,8|,38
Liste de souscription de Mme
Ernest Cbauvet
Ernest Chiuvet 10
Hi'g 2
luvet j
Fracsocean Trading Co j
lohn H Woollcy
Maison Charles Mews
Max Greger
Il Constantin
Louis Guriu
Clment A Coicou
Robert Stark
D'hnnety Djoie
DetS
Fred. Duvignaud
H. BaJloui
P Rallia
Richard Me Guffie
G Bencomo
Attela de Mattis
Ph ." rlitrocai
l ; uni
V Valcin
M ue Ernest Cbauvet
Or
Report r
1
1
1
1
5
1
?
2
2
1
2
2
2
a
1
1
1
G2
50 G 2
4>93,9SG,88,3S
474 3.JJ G, 89 .>,j 8
8oite aux. Lettres
Jrmie, le 26 Dcembre i9W
Mon chtr Directeur.
Je m'empresse de relever une pe-
nte erreur qui s'est glisse dans la,
reproduction de h lisls de somerip
ttun <7'4e i'aitmnsrnise l'^isocia-
tiondt anciens Elves et des unis
du Petit Sminaire ( iVo du ven-
dredi II) dambre dm Matin ).
Les $9 weription s i sont chiffres
CrJ J. c Quxranle neuf ) gour*
dm Bt non <, Mi La diffrence
provient d- l'ommissiun dujtom
i lr <;cnand lirieere qui .fjw
rail l'ai i liste pour trois gouv-
tt
cuMez agrer etc-

*



LEJMATIN
Au Lyce PETION
Voici la coi frence faite par le Dr l'hoir au cours de la tiU
umve.sraite offerte le 2 Janvier au Lyco#At?oa.
i,v,:OJ. __ } .. |(Iui Uf: rairculeux>i3h avai! i>P mis
A'ItHPS* D?*atM. ,a* rflexions de HUiser mm rves. Eh bien < Na-
Je2,m/Kfrfa'a trBl que Mon a trancbemenl v.n'ay
I u. /"^ la',Ve "IUIfl que ,'ii tait parti comme
Mi stoiM. les hroa qa* nous fttoaajaon fo ... i,, POtt, ,Ao ,.,,
aujourd'hui ont ausa. ,1, ng h lace ents ce. l ) ri,T ne
i Ihgolrati contribu- donusr PJeo I u co.ime ceinte? de b
au comment amricain ne pbMo.Hr a I, -n,, ^ 'lt "
DOmifl r*rticulire et dts par.p. r> tait fforc de aeroa t-t.
i.v^dm.*re,irestie*ile* delEnro, Qooiquil ,, ,, ., 1!tilaM{
MU huit cent quatrel C'est la fio nn guerre entri la France et Iw
dune lutte qu'on aurai- qualifie Amricaine elle trionVoho flnVd
d.nsense s. elle n oyait eu pour elle ces dernier*, i vcletton ni.,
le succs entra Hati, peii< pays de de ce peuple tiSumtSSSl
centBBlilo eocfavoaotlarr-ncona-.Aa lieu S'une exDriancV SSta
poloooienDe. Elle avait commence nouvelle, le con.me" t .mu S
n moment o .1 semblait fou de urait reprodoi les erre.i ris ds
non tenter contre la puissance Iran I fi aie europens aVecJeSS uerrS
va.se. L'Autriche e.vail (t aiucuc ocmiuimSSSS fn7te. p, VSH
tige de ,1'hamoaie. L'Amrique ,m
es
SofaI yjv/ achte
JON de SCOTT
achte le meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante ans.
Il n'est pas possible d'obtenir les etteis
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
{Preimez garde d'obtenir toujours VEmuUion d& ScGi)
5------SA
j Angleterre aussi. Us deux p.
ces avaient ti^n l'ooe eu fv/ie
1S01 la paix de Lnci ville, rnutre ei
mars 1802 la paix d'Amiens, i.e i ri
mier Uwonl avsii plaine libert -I a'
tion et 80d regards s'taient tourne
de l'autie ct de l'Atlantique ( i
*6piat Ironver davanlegeusrs i,
peuiaiions la peite de Ikgypi
ledoime la Fore Ottomane Ue
ngociations habiles avaient m m
la ioi Charles IV d Kepagne aiun.
en mars 1801 le trait d'Arenjoe*
ltrocdaot laLonlalana la in
ce. Uoiiephrie saperait enlever au;
Ktals-l'ms le commerce de la i cb
lgion du Mi83is?ipi et Lire trofl'e'
la France de 'eut le trafic de I'Ahh
nque grandissante
Le projet avait une tt Ho imnoi
tance ses yeux qa il n avait pu
Jisi a cder la Toscane uu gendn
du souveam espe^ o! en eusng
le la belle teire amricaine tani
couvoile. C'eat pour calmer les in-
quitudes dus aiuencaiiiB qu'il
ngoci avec eux le imit de Moi
lontaine 6t la ralisation du mme
piojet avait t, nous disent les bia
lorien*. I une de ses meilleures rai
sons de signer la paix d'Amiens.
Ayant donc rassur les Etala--Unis
obtenu de l'Espagne ce qu'il voulait
et s tant ouvert les chemins de l'A
tiantique par la paix avec l'Angle-
terre, rien ne lui manquait plus poui
tablir solidement sur le continenl
araiicain.
iouitant si, il lui manquait que!
que chose et d'essentiel. la p aaea-
eion de St Domingue qui devait loi
mer.la base de tout l'chafaudage.
C'est pourquoi lionspaite y envoya
trente cinq mille hommes des trou
pas d'Italie sous la conduite de ton
propre beau hre poury rtablir ton
autorit gravement conipromiae pai
Toussaint Louvertuie.
Il est bien hasardeux de faire de*
conjectures sur le cours de l'histoire.
Aous avons dj de la peioe a d-
mler oe qui a el et on dira que
c'est folie de vouloir imaginer ce
que les actions humaines auraient
ya tre. Cependant on ne refusera
pas d'accepier que c'et t un grand
ennui,uo danger grava pour la jeunt
Rpublique amricaine que d'uvoii
pour voisine la puissante francaiao.
Celui qui avait prpare de ei longue
main la prise de tosse6fcion de" la
Louisiane, qui s'tait rvle un ad-
ininistuitui' colonial hors de pair
alors que ne voyant.pas encore et
que la destine lui, lser ait ei
fiance, il s'attachait a l'Egypte,corn
me au seuil de l'Oiieot, ce conque
lant se setait-il ctviteLl de ces pu-
diques piojels eemaieicisiix et les
Ameiicains n'auraieut-ils pas eu biei
lt leur poitee une redoutable
oiganiealion militaire ^rte fol-
It nave.
Lesquestioos que nous lOEom
ici ne tont pas sans rionses. Uar
pelous-nous que dans Napolon li
y a eu beaucoup de part on nagea et
qu'il y tn avait un profouuement
icmaLeaque, ccbhant paifois sa
pioiie gloiie pour envier ctlle des
coiiquianta asiatiques- disent ur
jour 4 Ste lielue J'aoais mieox
lait de rester eu Egypte. Je serais a
pitsent ciupeieur uo tout l'Orient...
louent o vivent six ceLt million*
?mou mes et o eeuh se font les
rauds noms, admiiant Alexandre
pjsqu a la aiaison et qui a t sans
doue iitteiiueuitM impressioiint
par le mmau de (Juinte Cuiee. Cer-
ibits de ses prcpfie sont connus .
bi jetais rest eu Onent. juurai.
tiuhab.emeut fond un empire corn
me Alexandre. Sanv vous autres
unifia', j'aurais t empereur dU
ritui. tbaus le corsaue anglais e.
1 m.gre Irai aia qui a rigi-ien^ lo fei.
d.a lurc (a SJeau u'Acresj ) aura &
nciiove oe couqunr uue moine d
.A aie eV J aurais piis l'Europe :
ivNeis pour levenir cbeicher les
'.vMtsoe Fiance et d'Italie. En ui.
tutt, il y avait eu Napolon uu h
*cji uee lomuus de cape et d'pe a
*>------------ .......^..qi
Nord aurait connu tous les uai> era
lue Liucjiii a voulu lui viter quand
n est dcid a fiire la cruelle
gurie de .Scession non pas tant
our abolir l'esclavage comme on
:roit souvent, quu pour ampfibi r
lui i union oe se disloqut en tate
vaux et ennemis, ulues de l'Eurore
'i pir consequeut biei t; et jets ue
t'.urope.
Eh bieu/ces guerres, c'est nous
im les avoni vites au peuple am
ncain. '
uuuque gocUe de sang vtra n
Ida ouatnpa de bata;he a eparunt
uo gouite de sang amricain.
Vous voyez, la grandeur de I u
te atoaipbe par les tieios que
mua ttons aujouid'bui. Et ai vout
ui doutteZj je vous dirais de lire ct>
tUeuona ue l'niatoiien Henri Vasl
:oiianorateur a l'Hutoire gnrait
, ie Lavitse et Itcmbi-ud tL'expeoi
iou coloniale anouiii a u.i echw
omplet. Les pieuela du n.. ,
ousul sui lal.uuiaioiie nu poui :
ivuasir. il vendu aux Etala Unit
.eue Pelle terre haoaue.
cei ms orien admet donc que l<
au u Napoleou sur l'Amrique
-cui d<.s Uaineua le cjup ue bcm-i
|Uii injuria.
Voua connaissez tous cette luit
iiiugMlique oeu. cer.ains pisode
jui inspir nu* ecuviina des paye:
omeuquea, couuna le siego don
-lle a i icirot ou l'assaut de Ver-
ueiea" Soldats tt gneraui y mon
l'eu, on coungo aaguideme. Deasa
unes y a dea gestes e-c ues paie h:
ligue ij-.s plue grandi acteurs ut
'htaioire rnoutnale.
(A suivre)
UF1LLES
Par Cuble # Sam fil
l Janvier 192J r paris rnks j r>
f.VKib Lrs ob ques de Dupuv
PARtSw U ministre des airesf a-,eflt cilbr,dtM la' matine au
trao^res i'aliei arriva i i:r;; milieu d-une atluenc* considrable
Paris-, U crue de U Sein, con- 's Per*Pna*"ea :'j':!tiques e; de li
'nue.U situation < l aquit -i ?'ei '\ a!nsi plusipurs sur'oui en baolieui maon mortuaire apporter leutv
Paru i lmen-wu toi l'obir'f?1 do,,taQC la famille. Au cm,
n'-e plusieurs discours forai
l'un? succession icinterromp d*o
lions dsn-j toutes les local.ts du
Var qu'il visita au joui d'bai notim
nent a Draut ignan
BERL-N-- L\ presse de Ustreoe
g^ucht expnme uue vive irr i tion
.levant l'tndolgence uu trtbaaal ou:
jondamna seulement i deux mois
l'arrt le benrenant K.-lier courab'e
i.* mauvais Mtttemeais pendant h
^uare et qui cansrent la mo:t de
trois hommes. La presse constate ia
,>,rs>s .rct dL- hesprit trjlitariste
Mon i ur TangHsche Raodsc'hiu
le u ven e par I Allemagne d
manire clandestine de etutorsedocka
bottants a des achdeurs neutre et a
|<8 prx drisoires.
PARIS. A la reprise de la sV.nce
E j z commuant soi discour, vuh
ur iaquestion du dficit des railways
et de, postas aiosi que de -a bsisse
lu change ii insiste 4-augmeu er les eipor.a ions ei
production il demande aux i tuu
teurs tt au clerg de con.nu
postolat qu'il- poursuiva en
ooe*, oi mmeni par Na.l au nom
d Ciouv-iemen Cher on au non
tu s^nst
PARIS Les commissaires allif^
e al einands traitrent aujourd lim
les questions administratives relati
vhs sus tsuitoircs soumis au pl^bi-
c.te. Lersner soullre d'un nfoidle
ment, il ne pourra pas visirer Dut^
ta pendant quelques jours. i*tm
en informa liutasta en lui eomirma.
^on point de vue au sujet des ^mi
\?r.m tJ""HS' lutal MtoMtei
Ailemsgne.
,1in^ lux Idfl,a8Iea" vilhg.a rpond.
pieener le dpartement du Va
Clemenceau rpondit qu'il (ai
impossible de revenir -mr sa d
mioalioui || Iuid4plair.it qu'pre-
lourd effort de cm dernires P
cr int/^C,"" Mrl* lChe ave
trnnte car les forces oecessiu
pourraient lui manquer poar la ia
ner jusqu'au ho, t Tout n est p
'T*c^_VJctoire; ..oos davITia a
mii'i ose -s
Faits Divers
RENSET^ NEMENTS
METIr OROLOGIQUES
ObSERVATOlliU
DU
iJTITSE.VINAlKE
eOLLEGH ST MARTIAL'
Lundi 5 Janvier 1923
Baromtre yg, .
1 minimum 20,0
fem.iratare
>lat qu'il, poursuiva en p^iJael'ueam LnU2nH fB ,V;e jmm uhh ^
. guene. La brance don !, lu : ^ i"o S? ^ S ^ !" S ^
IL SUFFIT de prendre
. l'v.:i r'o vos vaqp tfl
tOU3 loi .cuis ClulMMat
m Pilule 301 ast
147,r;:o du FSnb* 81 Banis Parts


Maisflfauezl Mes!

qui 8c.:i a: I
tlwi MtlM .'-..,'jll.-.s li
DEHAUT A PMM&
Oui 1 .:J en noir
'
Cablogram-ne funbre
L'n cablotramne de Paris reu Met annonce
U mort Je Jacob Morcb, ancien directeur Je la
succursale Je la Banque aux Gotaivas,
Le Jdl'unt tait le beaa-frerc de noire ami ]c-
sepli Hl.inclurJ o qui nom adrtsaonj nos lin*
ci ,
Naissance
La .'peux J. D. Thybale nous anocacent h
naissance, le 1er l-invier ;i g heures du matin, de
leur lits : WESN1 K.
u pioduct^KI* 1er .n p, n\> -,r au pViioTen ^^ '
vbraut sppei d tous les lanais- '* ;IJ Le lit-orateur f
.our mettre tn va:eur le, icsiourc-s *.' m es d^-^dfV
du pava et des Colonies, i'AU.s -Les musiciana I
. l I I l*i li I 1 t I t 4.1 nt> 1-
' an
a cho
KE.VIORRO
OiiOf^'-on
f-G'IMA&E DU DOCTEUR
iru.n *t 1 --mplt*
s
:' ' t.
. 2YLOK
or.MAN msnaaVL
FHUPP.tTi COVtllir
00N.1 lOU/.'UliS UH RfSUl Tir
LiSoraloIr lUntt, 8 --L % i Ml'lLlT iS
P.ir'.:iufrf.o: Al.n. PETHUS
Varits
MERCREDI
ANDR^|GORtvELI3
G. 1 UO
Madame Holitj
511 15 th ilrat ( Rue L'a., il
Destuchea )
Le.ons d-ang! ,
Trsduction de p cej oJIkiciles et
de papiers d'aiLut^
Piench lt.ssous
Traduction 01 olfi.iaJ ia unen-
and business f.r
PARIS. Li ch-.mb e ap.-s le dis
cours, ue lvlo 7. ministre des finance,
idop.a par 461 vjix coa.re 61 1-
|ftoje. dempiuat. La sncc eai
uvee
PARIS. Malgr la continunioa d
lvation du niveau de la Sein U
mt g4u.4ie, La fuite de la rif>
pli iou uu beau icmpsest beaucoup
rm. uj-timis e Toutefois la Mtuct on
:n dlUCiems quartiers de Paris dj.
aient, par los bots empira, cotam
"eut dans le troisime arrondisse
nen s o on dut acclrer le d,n<
isgemenl Les eaux alteigoaai les
es ue chassea.Ea banlieue, ta situ
1 io.i 13. beaucoup mua srieuse ea
orc, notamment a Milun ou h par
le basie d; u ville est iiC e. L-
municipalits loni appel aui pou
"mspoblicseafM.de l'organisa.|M:t-:","*f
non des secours. J"1 a ^ del^itio. ,.,,.,, H
i'ARtS Suivant Le iou.n,! JT.^ *w fo>"- -niUrSs
1 ^Pueaet les choristes aimd ou
epetil peraon aides Ogurants d
Opra de Paris dciJeront laerv
immdiate leurs revndicv.on!
jan pas t acco, ls* U?e
niiosnayi,i. p t accep es o"
uciper a l Krvd no suive a VJ
mouvement, H
PAULS Un trs nombreux rubl.
'Hter bier au wir TlOie,!
SeoS S* \* ornent du bi
Henri m...,, rgiaseor, sononci |a
Mvesoliioclune pinio du ;.J
ei U i.recon exprim, ses r^rets
^ impossibilit d'assurer .Tenr
jntedon et a.nons que le prix S2
place arait rembours demain
Le conoit o..,,s ,,*r Granian
dos di.iiaiicno au proi d-s reoSn.
dvasta es, +. g JjgJ
nt^u'S^S..^^- dresse
'l't-umdn une
maximum jo,j
Moyenne d'urne 31 >
Qel clair ou couvert.
H'uie6h. 45 m.
Pluviomtre y2 mm.
Baromtre en hausse.
! SCHEREg
LA loterie de St-Louis
Si de Turqeau
Dimanche apr, midi a eu lieu le tirage de U :
rie orgamse u, vue d'achever la construc-
.on de ta Chapelle St Louis de IWcau U
(tu a t uta russie. La cour du cerde reeor
m de tBOodainaet de nwndifaS SdeX
toute^de hautcun de Tar^eau. l'eu de Ci ol
'l?0,e,Vr,W-,L" buve:lls M tenues rel
orjre et disc.pl.ne par les dames organisatrice'
- Jercm.t. Ldmoad de Lespin..sse, MaxL Cace
*l!e''du0e"L|dP'efn,rain d'a"';" dans h
- te et o. dM couples l'catrainent ;>u so:i de l'or-
-hestre du maestro Jn-Baptisrc.Le j.uisir durViu
i" Btooll et ebacun se spara a Le Jrc: n-
Bl qu, ,nontJlt u di'ni roilTiMnA
-.ene..- Nos compliment aux dam- oS- \
Mnect qu, ont mult.ph |eura for" ^an'
iake russir cette belle .te de char,:.
rAKib Suivant e Le journal ...,/,,' 71 us ,0 ces militaires
Klols aur.it lintentioo de reprendre Ss"^tlX?a* etl
projet bxani au prem.er .efuic m JBwSK 8,!e,U"ld
=ommeocemeu, de 1 a, ,ll;l d^^m.^8!
.'; norinau,f?.t .ne4|a aS!
commencement de 1 aune basa e
e.
;v ^. i.e .vi m ., e
%* :i8- lUficatin |j
|0 S OSS10 j OUI le I x ) ,,.vi,
8m. u, ment alummu av ut ,.
dt: citre ava ce te da
L
uir
'0
11]
ton es leoompatiblo
:;;-;;;.;- ai,n,,,,,t'
rois d'Aotleterra, d
n._Alll*nca Franaisa
imc Ureoours, secrtaire vnra"- \ Jo 'u
Asgerholm, secrta.re aJioM,te MmK
t lut ensuite procd i l, a u
msss
-es Je cette letc MOMim i <", t. P suc"
nelle.nent des waVfa^, ?"" ''er50D
Cinma populaire
beau W&i^iffij** ^nnrer le
rende, vous brttatal aa^Ba BSg" *
rwitenMBoa^ leb.envcnu/ U
fonr le iaycee-ir'tinn
*&^P u,.^nae a* au *? feBSUt
2JM -, Ju baneunrk et Ue KfiS
uieswo.eut a Po.n.ar. des r al*
gramme, a 1 occasion du nouvel am
Le conseil supr.ne en- de qumz, ceubm^s "ZuTJ*
SC du yndral l,r.in.l nn ui.ie aans la matl-
e les txpl cation. |Ba lui soat d
nandecti
i'AKiS. Le conseil supr.ne ek-
tenait i'expese uu gnral LtroaJ,ne.
sur les rourparlers au sujet de la UBULIN -- Une corn nissio, h,;
"^oades Fouvoi,s. Le coa- ^nlqoe 1 cusTgTj^s'i^ine? l
ea dcida de prendre des mesures ? **W partf 4dsaunSSnda
iiour l'vacuation des habuauta jus- ^l 8
den piyv.nces mridionales lu- ,,^UN, "~ u ouvriemant Basa.
F 1* *?* .1 k* BoLiev ks Le es ,", *; ;ih;iU offlci bornent a toi
bou oarrau en rcirers lui av,ut de la crochoi ., f ,D3 anocc-
trancha le, question, d'interprt Jos^^uU^- &!****
nou au traite. r |NU F.- .,,.'Jna"a- CQef de la mai-
f,a ac A m sa ie.nn, tu ili wimiH, J'r.ea d au i fe
, une muicc de g Cre t. lt.lie. 'p,,, w 7
^cCttpsiSsSKS:
e^a-*fiiVTaarB=
Altavy
.. Mariaqe
Mrl.du.ondAlo^etdMe,^^-^^
Les ,,oIIl3 taient Me auu^ m^,ttI0r,1ro-
du inbunaldeure laSWB^fe"
wuje, pharnucwni Me cBofc JW Bour"
Ue.na.n, 7 heures nr Ve,lu*"n Montas.
Basilique NotiES laS il n,aIi'1'
*Wo*e .,u, SJ *5*JWoo nup:ia.c
, Bilemont
Ce matin a t hv,v -,.....
cnbdleis de:er.orc d^r1 i^'iV* ^;Joo G
i*"e a 1.543.000 le 1;C' V U ^fcmaw'


M 1/VK
H'i>
* IS4* i.
Tribun ;1 d'appel
des bonaives
|Audience des alfahes lotcmatrea
du 15 Octobre 1919
Prsidence du juge pisiJer.t 'I
ICarmant. Asscstuis Lion Laher:
i Daniel Apollon MiniMte pubi
iLbnstian Latoitue.
Atlaire eatendue
Celle Je la Vve Germain Noc' :
>ccat Mf Justin Sttco, centre U;
orfoit; Gui'iaumt Vaillant le M-
1 ;&i i } uhlic. tn'C du m >on h
qiisi'o e a cor du au reje d>
r. cyti-s ce i. pp'hn.c ei m mai'
1 en < i'oideopiDce attaqjii
f-idiu.ee civile du 17 Octobre 1911
I tsi nce tu vice p c:ident
A t:id Legend;
Asstssturr, Is M 1 ccerps 11 D.
: iel Apo'ion
Minutera public G 15 D'aquot
Alta.re tnterdue
Cellt de Dum s Figaro, avoci
M-' |uslm S no coi ire F:at r is S -
oat PUtir?, avoeft, Me t'd 1 'c tu<
c Mim-'c t publk n l du en :o
quis to it a coi.ciu aHnu v. bili t
t l'appel
Audience des allains s< mm i es
du 22 O. tok>re .tin
'rsidence du juge prenant
T a; n
Assrscurs Lon Laher s et DlDii
tpolltn
Min sire public Paul Plifiiier
Arrt rendu
Celui entre la Jame Vve Gf rm 1
ioel et les consorts Guill. u..'
faillant qui confir l'o do a
.u juge de a ic-teus dt St M
te du ; 1 a i 1^19 t ordoi-n a
rific. 10.1 de Parue, U depesv
^udieuce des affaires sommaues
du 9 Ocobre 19 5
rsidence du juge prsident T.
Carmacl
fesseurs, Lon LtblBS tt Daciii
pollon
Ministre publie Paul Ptlitsiei
Affaire entendue :Ceile de Wiliian
ls, avocat Me lid Laioitue co
b. Limage I hiuppe, evocar, M
cuis Morpeau. le Ministre pub t
endu en son rquisitoire a COUv
information du jugement peut
0 c de forme, au rejet des moyen:
e fond et la constitution de l'a-
r,de.
dience civile du ji Octobre iv-'
' 'idtnce du vict prsident
A if. Lffjj
tteateoa Ls. M Ltvoips tt D*
Apoiou
: 1er e lublic t briftiao Laoilu
rrei renau Ceiui eatn Dum.<.
, ; ro et Ptanois Snat Flto
contirme le jugemei t du tribu
de 1re laitance de St Maie u
du 8 avril 1919 et dit acquise .
t lammde dpose.
Aiiane mienhu Celle de la Vv
Side Tlmaque, avocat Me J. P. V.
Cabche cor.Ire Me Adhmar Au-
a.ut\ avocat Me Hd. L tonne, l<
mistre public entendu en sor
:quisiioire a conclu, en la forme a
'ii.htmation du jugement critique
t au lond, an maintien ou dit jugt
unt.
E
rm
src
rt .*tr-."i CASTRO -tWXT.TiNM.t~
natn ... ion, |
1 >. l'.I. |
0:ifffiROP GMT4INK par I'ujrd (Se i'
X
i INTISEPTIQUE
Mai Mrroar et Cclvra
;. .'. I IU irttt tuait,
t li .-...: da." ? ;r jour
. A *i 1 -.1Q O L ? M T E R N E
'.t lifun d'nrsfiger.
jp'<: 1 A.mCo.i.'or.t.Parlti
a Maison
(i. Martin del Rio
Viti:t le raci i> ou fufU b.uck>
n; mure liauu u.vantes :
K.:iiu; i,'...., Iio.nu Houge,aPoiilt,
.)aiiit'Lttur'jiic.-, Utiliut et autitt-
uarciB s 41 n g'...i puie laid^en fe
ulano ue 1, 2' 3 et 5uvrta. Maulgu
.v iuuaiile 1> 2. . e< ~> livres, uctoieu.
1: 5 o- IU uvit'.-. Al lu liwtlL'j 5ujL
a< ra, Pro t-cto, Ciimax. Uiz. puniinv.
de Mrt, eavou Aiajuui, KiCSiui
lui-, lo aiuc.it, Witiiti'ei ie l.viii'. .
.11 st puZi i 01 c. at a Uc Al
ui&cUii boaa n tu blanc de 4 al c
uViLSv llUllu U OilVo u'LiipttgUO tun
Heure tu Ululant, du J(i>, i|i 1,2 a
1 gallon. Viut* Xeis .exctlleni ; pai
^uiiou. Lpicca cannel, muautide.
poivre, lus UiOile. liburra de toblt
Coptuliague de 1 et if-' livres tt
.iueiii_t-.ni du 2 liVMf. iJeuriu On
wuiaine CUalonuer et bai nain eu iti
jlauc de 0 livre* Sachet* 001,2,1,
-, J, 4, Il vit* llouuiou, Eiuuioio.
dColl nui'-; ue eutuu eu t.iblauc u
i|J ^alo. I!ic)uiai.;
ClC. JL./.jlilKJ-
A \tudre
KHJ istis de luf calcaire livra-
les de mite,
Remerciment*
\.* baille Balanc les autres \
bi s. iicrei 1
compagnie depompurs et lot
ux qui leur ont donne ai s .r.arqu. s
o .ympathie i l'occacion de la mt>
de leur regrette Alexandre Balaiu,
gt.rdeions le scuvtoii.
IttON BREW
Reconstituant
Boisson gazeuse
Donne force et vigueur
Chez
D. ASCEiNCIO
n '
Marchandises attendue
i
Le steamer CARAVELLE qui s^ra ici ver* ta !" non-a 1 ppot-j on. i
autres marchandera mr r o sigra i > :
Vingt baniques vin rorpe do Podea' x
inq barriques v;n blanc iIp Bordeai x
>9 oaaaea vin rorg^, b ?rc en bootellicrt
Mc.rque M-'doc & GhflTVft
5c caisses Loueurs liMitfM 1 AnisePe, Cacao. Wppermunli./
qualit Mtp< rieure-
Un bon aseottiinen de conherves franaises Sardines, Tliou i 1 UuiK
Maqueteai'x e ?ha>spig)ltoa.
Comme la plus grande partia de ces arnclai t-st dj rserve, pri'i
ceux qui en dsirent de a'insc ire au plus '.Ot pour le sol le-
Prix modrs
L. Preelzmann-Afigrerholm
Rue du Quai
XL
SI VOUS SOUFFREZ
du 1 '^c il f->t tous Boifncr immcit-
tement. M.-.uvaijc lialeine, roin,
e tl'ni]<*lit. paret'c, _ot raractire tt W!e, .tout quelques m
ilei ympli'.mef les 'lcs'.rdret hpatiques.
Le loie est un vital du corps humain, et il Jemanue
une i>ttei'ti' ioi-r'ili.itc
L.E b! ROP^BILiEUX
"ORINOKA"
DU MOINE AQUILCr,
c'est Ifl T:.:!v;i-....r InTttclhU *r tntes
les aScctic-,:i du '< '. .k ):. i
c'est le 1. ultat '- longues fnneci
d'tui!e <1V-.; .riT.cnis. J. et
reci nmitne v*r les TSSnlhs *om .te |
le plus f^r. le pr.i rspils, et i- ['n
effcaec r..( rtirament j.-in-.cl ebnnu. f^ :
saveur est tri
En ven'.o dar. le-uten - mei!i-ure T^ropue-
ticj rt l'h.' mansW/elit .
THE ORIKCKA mmUXL CO., i
R_iv vk. ; s. 1.
La maison Veuve

JE
;
6c
5-'\
saiss^'
js**:,^ ii^a*-
- Le steamer*Jan \'a Na*s u
le la ligne Hollandaise p >rtira 1
toir pour Vetil-Gove, Jacmel ei
'Europe.
Les sleamers Venus et
'Prins Willem* venant t/ts porti
lu Sud son\ atlen ius le mercredi
7 du ecuranx en rou\e pour les
oo) s du Nord et de iS'eu-YorL'
Le steamer Brnice venant \
If. New York e\ des ports du Nord
st artendu ici jeudi S du courant
n rouie pour les p$rU du Sod ei
'.uraao.
Le steamer Comnwwijne ',
tissera New-otk le6 du courant
Barbancourt
TURK1SH
iLCND
CIGARETTES
EXCBPTIOrsAL QUAUTV A
THt AMERICAN T6BCC0 CO. y 1
JOHN BURNS & Co
1801 Rua du Quai
uour les ports haiiens.
contre
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
, il, flus StLint-A-ntoine
PARIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Bonbons aciduls
par caisse
'Suret es;

Mres de Familles
PLUS D'JLLUMEnBSt
PORT-AU-PRINCB
Alax-PETRUS; Pharmacia ALBERTO*!
Pharmacie du D* Justin VIARD
tt toute* lm bonnes Pharmacie*^

_N,
1 vt$
Monsieur Clment Abraham an-
")nce ru pcblic tt tous ceux
I i il appartiendri -]ur sa rsidsncej
rst plus 'ori au Princf. mais,
bfndTis lAnondisserncnt de Jac-i
m*l t
D iromo'. D'employcbiz voua que rALLUUtUB GAZ BEUNHAnUT1
Knplpi lic.ie, infaillibli., iridiaiwo
aublfi riaoa le mnage: plu* tt et
mnllHur marche que les aUnmettea-
fhbii(|Q nv.n le reilleur fil d acier
a letroit cuivr.
l'oor allorner, il suffit de joiadre
les Mis uaci'T.
La fabrique lea expdie par inir-
'ione dans toutes les pat tien du

Jmel
Eu vea e ch:z Mme I. JOL1BOIS 11LS
;|j. Rue TnmnUrt, Fort au Prince,


Il r.. 1.1,
F FF1
Aux caves de Bordeau;
assurez vous contre
- JU-*.-A-J .11. .B..-J V_y J6M, GramMui,i60
t\ drossez.vous ia pins forlp eompagnic dos l lT Emii IJercix
- ueposdQire de* marques f*antah
ses
'
La HOME 1NSI1 '.^ G de fc-l
agent Gnral pour Hati:
O M
Eucj. Le BOSSE, Porl-au-Fi'ince
TtoUqi votre fll:iis( n, voire Kagasia to. dpota au tatn ki^SJ^-'tai^fflfc.l^'^*^*^
plus raHODDabtCi
M.i< -i i. Ma cft u
1*. IVfpin Si K Conm
Ira. courrai sur maist
jfipn#rtpiu'-VQV8 san ftaim par cotrcipoadance ou
rens dieu ter voire problme chez
Immms reues par
Aucun Irais k : lia i de Courtage payer
- r- ueniiers vapeurs
i- i r iiA0or a n i ^ J '"mer. c Vnms & c,mm< /.
Eua. LE BOSSE, 9a laie du QuaiiTi; T OHt ttppwl d^-m**"*
MLiTUM wn-r. Vf .wraMyt>CNf -. r > . jwr..v,)V*.r<-K-r.;.iiV!.nl*i:.w.-PW.ii\-.r? atCTaMMaanoaBanCTVIijaarWBaaaaKa>a j_ I ^- J J L- O A~J l A l*J- \J H ^{^
UUUkI.w i k&WwUsiiatfcl m uuibni||> ou, Jawtia itfbou. >j!e , o douMiaaV 3Ses'Il,!d,cl; A>'',:
//> *iV Rmjia H. i/7' AI du. r?Aii Ira ,.......F.un~.ec.eri l8 ....,_. i Preetzmrmn.rin ^ui n
Angle des Lvvs lltuxet du Centre
2 Mdfiltei d'arger* Eipctittoi Bruxelles iQlO
Lalonitoirc de Chimie Mdicale
DiorwiV, r?r<.,, in quet e! pltprn acuitq r*.
>f t'frfcj w's t ; ; (;-. s ' 'mtiiaiiius,
Pi^amlion uV H etti ti ^nkn n '.' i m$nicusci strilises
et injectables
ci-sm ut
Foiiac en 18.0
Produis ciiiaKiues cm uieii-
ueme DtDtilnce K. lim s

r.it:i:iiii!ie in i^k et tu t;
came.
i'tfitis' Di \u\ Store
^LCCt^iOi M) ALtLih:\lLU ALI
Aun.fiu'11 dC't'niiiii i'.cal i\jt
Jic.iici liestji li.;.iwc; h ii'Oii Lu
S Preetzmann-Aggrholn
Agent r. our Ilaifi
* .?..'.
"'"'-' ~ .MM
FUMEURS
roffe sant est Garantie, vas />/>!
u-a-:i:{.ruisnel't..iierct de i*U,ia- ^JUKh ^ mtI:Cvli ^M|Uuica!ine"W*M Adoptv?,
Jl v a loPJoi.il pp Moi k : N* vroiiWwe1 S'iop pcc'.nv.K
IMxir de i'.-.nsyivanic.
Dpositaire du PBBVBSTYL
^eprsCBianl Ht s tablismcBtsdiiieUiq
Oiitl SiilCjY.
Gel it at Petrui'
a iiiii;j-cy liiaauUic 0 TemLk
UiiiVkuny. i iuiUe! La Crole
Dlicieuse cigarette. EU*, ht dan >
loue les quartiers.
15 centimes le paquet ,
Dpt cni.fi ah Uar delaPatx, ttuvRon*
CVBA1 rnfK. i'uL'' .-cs.-u: m mdmcU la leu-me
a.\I I .ItiM:- nit* l8 b^morragieii lupprie ls rapcu'i
f 11 l J LM ~ f'rrt.P J U K, liLLOUMr CCL QCII BttAI '.Us, ClRBflO
IvjKfiniant des l( beratoire Terrial
l/nil i"t:n .i! at:..vc. ccrhe UlfcJiilf Kf!;o'i(.'
LAX'HIM Sfdfoftac fvm(x te Job
ou ne fumez pas
40 :'.kis ilgDietlrp et laJ iic,
cicu poitiSfBpietsJUti Vefijus
en dfcui n oi;.
LTa lou*A8u jtc(k 'si aiitclu
A Qttils demandt parlent
Mr.rdii MaIIIj
iul Atnl ]cui liaili
.r^rtwm
i-.>.rtfi .wJwo a ta MtaWBuroimPMrk-'VMjtKHfcfMlaa
w'fc.ri
KDWAllD M. HiFHlLcV Co
Kew-York Par au Prince
i uleine excellente
SiluntUm exceptionnelle
blwmbm ares _^ Bal. n:li;,.,,.,.
'ulrfei
PR0PB1TAIIE i
%J
fl
Spcialits il* Produits
Raporel
ra Maison de MODE!
Mr Juan Baulisb Davis
^.e ,lr Aannoarn pabUoea -, al a ,e s as :eu, il
fil* Grunde Matuon le \to>lei
:i I l IStl lleS l'; /:{ s ". ,\(.u.V ,,l 11
coa..mc corfecj, ^rtLi s'" S
rouw, J/: ,',.....' r..
:',v;::.:' <--


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM